Vous êtes sur la page 1sur 42

PROTECTION DURABLE DES BÂTIMENTS

AVEC LES HYDROFUGES SILICONES siLRES ® BS

Creating tomorrow’s solutions 


L’HYDROFUGATION :
UNE PROTECTION SÛRE CONTRE
L’HUMIDITÉ
Sommaire
L’hydrofugation : une protection sûre contre l’humidité 2
L’humidité : les infiltrations dans la maçonnerie et ses conséquences 4
Les hydrofuges : les garants d’un climat ambiant sain et agréable 8
Les résines siloxanes : les acteurs de l’hydrofugation 12
Les silanes et les siloxanes : une liaison à toute épreuve 14
Fini les formulations standard : un taux de matière active sur mesure 18
Produits multiusages ou spéciaux : à chaque application sa solution 22
L’hydrofugation avec les produits WACKER : l’efficacité par excellence 26
Consolidation de la pierre avec des esters d’acide silicique 32
La consolidation de la pierre dans la pratique 34
Témoignages de pérennité : quelques référence célèbres 36
Votre équipe de spécialistes en matière d’hydrofuges silicones 40
WACKER en bref 41

L’hydrofugation signifie l’imperméabi­ L’imprégnation n’est donc pas nécessai­


lisation, avec un produit hydrofuge, rement synonyme d’hydrofugation ; elle
de supports minéraux tels que les peut servir aussi à consolider, étancher
façades en maçonnerie de parement ou conférer des propriétés biocides à un
et en béton. Toutefois, dans ce con­ matériau, notamment à une maçonnerie.
texte, on ne parle souvent que d’im­ Mais dans cette brochure, nous ne fai­
prégnation sans la qualifier d’« hydro­ sons pas la distinction et entendons par
fugeante », alors que, par définition, produits d’imprégnation des agents d’hy­
l’imprégnation est uniquement la drofugation, à savoir des produits aptes
pénétration d’un liquide capillaire de à imperméabiliser les supports minéraux.
basse viscosité dans un matériau
absorbant. L’hydrofugation est une mesure préven­
tive de protection des façades exposées
aux intempéries contre l’humidité et les
dégradations qu’elle cause à la structure
des bâtiments. Empêchant l’absorption
par capillarité de l’eau et des polluants
dissous sans obturer les capillaires, ce
traitement incolore et non filmogène pré­
serve la respirabilité du support.

SILRES® BS est une marque déposée de Wacker Chemie AG.


L’HUMIDITÉ :
LES INFILTRATIONS DANS LA
MAÇONNERIE ET SES CONSÉQUENCES


Les mécanismes d’absorption d’eau Destruction de la structure de la pierre Les éléments de construction exposés à une
par les matériaux de construction sous l’influence du sel et de l’humidité forte humidité sont contaminés par les algues
sont aussi variés que les dégrada­
tions qu’ils provoquent. Dans ce cha­ Les matériaux de construction minéraux L’hydrofugation permet d’empêcher, ou
pitre, nous décrivons trois de ces absorbant plus ou moins d’eau selon tout au moins de limiter ou de retarder,
phénomènes : l’absorption d’eau par leur porosité, les dommages subis par un grand nombre de ces détériorations
capillarité, la condensation et l’ab­ les bâtiments sont très divers. en créant une zone hydrophobe à l’inté­
sorption d’humidité par hygroscopi­ Ainsi par exemple : rieur du matériau de construction et en
cité ainsi que leurs répercussions sur réduisant considérablement l’absorption
la structure des bâtiments. - Pénétration d’humidité dans les murs d’eau et de polluants. Le bâtiment reste
- Fissures dues au gonflement ou au alors plus sec et résiste mieux aux phé­
retrait des matériaux nomènes mentionnés ci-dessus. Mais
- Gélivures et dommages dus aux sels ceci n’est valable que pour l’absorption
de déneigement d’eau par capillarité « naturelle » des
- Détérioration du béton par corrosion matériaux de construction, par ex. lors­
de l’armature qu’une une façade est exposée à la pluie.
- Efflorescences, suite à l’hydratation Il existe d’autres formes d’absorption
et à la cristallisation des sels d’eau comme par ex. la condensation,
- Lessivage de la chaux la condensation capillaire ou encore
- Coulures et taches de rouille l’absorption d’eau par hygroscopicité.
- Salissures et traînées de poussière
- Formation de moisissures, de mous­
ses, de lichens et d’algues
- Corrosion chimique, par ex. transfor­
mation du liant par les gaz acides
(SO2, NO2)
- Altération de l’isolation thermique


Absorption capillaire Les micropores ont un rayon inférieur Les pores ayant un rayon compris entre
Des quantités d’eau considérables à 10-7 m et les pores de gel un rayon 10-7 m et 10-4 m sont des macropores
peuvent s’infiltrer en très peu de temps inférieur à 10-8 m. Ces petits pores ne ou pores capillaires. Contrairement aux
dans le matériau de construction par conviennent pas au transport par capil­ premiers, ils conviennent au transport par
absorption capillaire. L’ampleur du larité, car l’eau ne peut s’infiltrer dans capillarité et sont en mesure de transpor­
phénomène dépend principalement du ces cavités que sous forme de vapeur. ter l’eau ou d’autres liquides dans le ma­
rayon capillaire des pores du matériau. Ainsi les matériaux de construction tériau de construction, selon leur capilla­
On distingue trois catégories de pores : dotés en majeure partie de micropores rité. En général, les matériaux possédant
n’absorbent pratiquement pas d’eau un grand nombre de pores capillaires
par capillarité et ne sont pas imprégna­ sont aisément imprégnables.
bles puisque l’hydrofuge ne peut pas
pénétrer non plus dans ces pores. Enfin, les bulles d’air, gros pores de
rayon supérieur à 10-4 m, ne convien­
nent pas non plus au transport d’eau
par capillarité.

Dans la plupart des cas, l’absorption


d’eau par capillarité des matériaux de
construction minéraux suit la loi de la
« racine carrée du temps ». Si l’on trace
la courbe d’absorption d’eau W par
rapport à la racine carrée du temps t, on
obtient une droite, tout au moins dans la
première phase du processus d’absorp­
tion. L’inclinaison de cette droite est ap­
pelée coefficient d’absorption d’eau w
ou tout simplement « valeur w ».


Fig. 1 La figure 1 représente les courbes typi­
16
ques d’absorption d’eau de différents
y = Absorption d’eau [kg/m2]

14
matériaux de construction. Les valeurs
12
w vont de 0,15 kg/m2/h0,5, pour le béton
10
de densité très élevée destiné à la
8
construction de ponts, à 11,5 kg/m2/h0,5
6
pour la brique absorbante.
4
2 L’absorption d’humidité par hygros­
0
copicité
1 2 3 4 5 La présence de sels solubles augmente
x = t [h0,5 ] l’humidité d’équilibre des matériaux de
Brique Grès argilo-calcaire Tranches de mortier construction par suite de leur hygrosco­
Tuf d’Ettringen Clinker Grès de Mittenberg picité, à savoir de leur capacité à attirer
Pierre à chaux Monk Park Grès « Burg Preppach » Béton pour construction de ponts l’eau en phase vapeur. Le degré d’ab­
sorption d’eau par hygroscopicité est
W = w ·√t Pris au sens strict, le coefficient d’ab­ déterminé principalement par la nature
W Absorption d’eau [kg/m2] sorption d’eau w indique la vitesse chimique des sels, leur concentration
w Coefficient d’absorption d’eau d’absorption d’un matériau par capillari­ dans la maçonnerie et le taux d’humidité
[kg/m2/h0,5] té, mais il est souvent utilisé pour indi­ de l’air ambiant. La présence de nitrates
t Temps d’absorption [h] quer la capacité d’absorption capillaire renforce le phénomène.
des matériaux. On le détermine selon
la norme DIN EN ISO 15148.


LES HYDROFUGES :
LES GARANTS D’UN CLIMAT AMBIANT
SAIN ET AGRÉABLE

À la différence des revêtements Si l’on observe les différents mécanismes Contrairement aux revêtements filmogè­
filmogènes, les matériaux de d’absorption d’eau, il est incontestable nes à base d’acryle, de polyuréthane ou
construction hydrofugés conservent que l’absorption d’humidité par capillari­ de résine époxy par ex., les hydrofuges
leur respirabilité, car les agents té est le phénomène le plus important, à base de composés organosiliciés n’ob­
d’hydrofugation à base de composés à condition que le matériau possède des turent pas les pores de la surface des
organosiliciés n’obturent pas les pores capables d’absorber l’eau par supports minéraux, mais forment un film
pores de la surface des substrats capillarité et que la teneur en sel ne soit ultramince sur les parois des pores (fig. 2).
minéraux, mais habillent leurs parois pas trop élevée, au moins dans les zones
d’un film protecteur ultramince. L’eau de surface. Dans ce cas, l’hydrofugation Fig. 2
ne mouille plus les pores traités. est certainement la solution idéale pour
L’absorption d’eau par capillarité est protéger la structure d’un bâtiment
inhibée. contre les effets néfastes de l’humidité.

Les hydrofuges doivent répondre à un


certain nombre d’exigences :
- Réduction radicale de l’absorption
d’eau a b c
- Maintien de la perméabilité à la vapeur
d’eau
- Bon pouvoir de pénétration Hydrofugation (a), remplissage des pores
(b) et obturation filmogène (c) de la surface
- Stabilité suffisante aux alcalis
d’un support minéral.
- Résistance aux UV
- Ni jaunissement ni brillance ni
adhésivité
- Innocuité
- Compatibilité avec l’environnement


Fig. 3a

Matériau hydrophile

À l’état liquide, l’eau ne peut plus péné­ Fig. 3a Fig. 3b


trer dans les capillaires hydrofugés, car
il ne peut pas y avoir d’interaction entre
un liquide polaire et une surface hydro­
phobe non polaire. En d’autres termes,
l’eau ne peut plus mouiller les pores hy­
drofugés à l’aide de silicone. Le degré Matériau hydrophile Matériau hydrophobe
de mouillabilité est déterminé par l’angle 180°

de contact Θ.

En revanche, l’eau mouille instantané­


ment une surface minérale non traitée :
Mouillabilité d’une surface hydrophile Mouillabilité d’une surface hydrophobe
les gouttes d’eau s’étalent et sont vite
absorbées par le matériau (fig. 3a). Par
contre, si l’on hydrofuge le même maté­
riau, les gouttes d’eau conservent leur
forme sphérique et s’écoulent sans pé­
nétrer dans le support (fig. 3b).

Fig. 3b

Matériau hydrophobe

180°


Diffusion de la vapeur d’eau vers l’ex­ La pression de l’eau : un gros souci Le produit hydrofuge doit donc être conçu
térieur La pression de l’eau peut poser de de façon à pénétrer parfaitement dans le
N’obturant pas les pores, l’hydrofugation graves problèmes, notamment dans les matériau de construction, seule manière
ne dégrade pas la « respirabilité » du caves et sur les façades exposées à de de garantir l’efficacité de l’hydrofugation
matériau de construction. Elle n’altère fortes pluies. Plus les pores du matériau pendant des années, voire des décen­
pas non plus sa perméabilité à la vapeur sont gros, plus la situation est difficile à nies.
d’eau, ou seulement de manière négli­ maîtriser. Laissant les pores ouverts,
geable. Ceci est très important, car l’hu­ l’hydrofugation n’est pas toujours en
midité contenue dans le matériau peut mesure de protéger un matériau contre
se diffuser vers l’extérieur à l’état de la pression de l’eau. Mais une hydrofu­
vapeur d’eau sans entraîner de détério­ gation adéquate permet à un grand
rations, comme par ex. la formation nombre de matériaux de construction
de bulles provoquant l’éclatement du usuels tels que le grès argilo-calcaire, le
revêtement, phénomène souvent obser­ clinker et les enduits de résister même à
vé sur les revêtements denses. une pluie battante et à des vents de plus
de 100 km/h. Par « hydrofugation adé­
quate », on entend non seulement que
le produit hydrofuge recouvre la surface
du matériau de construction, mais qu’il
crée une zone hydrophobe en profon­
deur.

10
11
LES RÉSINES SILOXANES :
LES ACTEURS DE L’HYDROFUGATION

Fig. 4 L’étroite parenté entre les résines Depuis plus de quarante ans, les com­
siloxanes entièrement réticulées et posés organosilicones sont considérés
R R OEt R R
le quartz naturel explique l’affinité de comme des matières actives idéales
R 0 Si 0 Si 0 Si 0 Si 0 Si R ces résines avec les matériaux de pour l’hydrofugation de matériaux
0 0 R 0 0 construction silicatés et par consé­ minéraux absorbants. Nous ne parlons
R
Si 0 Si R Si 0 Si
quent, leur extrême longévité. Elles se pas des fameux caoutchoucs silicones
EtO OEt
distinguent par d’excellentes proprié­ (mastics pour joints) ni des huiles
OEt R R R
tés hydrophobes et sont totalement silicones (agents antiadhérents et
inertes envers de nombreux agents et lubrifiants) utilisés dans le secteur de la
agressions chimiques, physiques et protection des bâtiments, mais d’une
Structure moléculaire des résines siloxanes biologiques. troisième grande catégorie de produits
de la chimie des silicones : les résines
Fig. 5 siloxanes.

Les résines siloxanes sont des polymères


à réticulation tridimensionnelle, dont le
squelette est constitué d’une liaison
silicium-oxygène, dans lequel les atomes
de silicium portent des groupes orga­
niques R et des groupes fonctionnels
OR’, R étant le plus souvent un groupe
méthyle et R’ un groupe éthyle (fig. 4).
Consistance des résines siloxanes solides Selon le degré de réticulation, le poids
moléculaire et les résidus organiques et
fonctionnels, elles sont liquides à solides
(fig. 5) et solubles dans des solvants orga­
niques tels que le white-spirit ou les alcools.

12
Fig. 7a

O R R O

O Si O Si O Si O Si R
Après application sur le matériau de Si l’on compare la structure moléculaire Le groupe organique R leur confère d’ex­
construction, ces résines siloxanes réagis­ d’une résine siloxane entièrement réticu­ cellentes
R propriétés
O hydrofuges.
O Étant
O

sent à l’humidité par séparation des grou­ lée (fig. 7a) à celle du quartz naturel par ailleursRtotalement
Si O inertes
Si O envers
Si Ode
pes alcoxy encore présents pour former (fig. 9b), on constate une étroite parenté. nombreux agents et agressions chimi­
O R R
un polysiloxane tridimensionnel fortement En fait, les résines siloxanes entièrement ques, physiques et biologiques, les rési­
réticulé, fixé au matériau par liaisons co­ réticulées peuvent être considérées nes siloxanes
R conservent
Si généralement
valentes Si-O-Si (fig. 6). comme des quartz organo-modifiés, ce leur effet hydrophobe pendant de nom­
qui explique leur grande affinité avec les breuses années, à condition d’être
matériaux de construction silicatés et utilisées correctement. Par utilisation
leur longévité exceptionnelle. correcte, on entend l’application d’un
produit approprié au support, en concen­
tration et en quantité suffisantes.

Abb. 6 Fig. 7a Fig. 7b

O R R O O O O O

O Si O Si O Si O Si R O Si O Si O Si O Si O Si

-O
R O O O O O O O
Si-R
-O
O Si O Si O Si O Si O
R Si O Si O Si O
Si-R
-O
O O O O
O R R
Si-R
-O Si Si
-O R Si

Résine siloxane réticulée, fixée sur le maté­ Structure moléculaire d’une résine siloxa­ Structure moléculaire du quartz
riau de construction ne entièrement réticulée

Fig. 7b 13

O O O O

O Si O Si O Si O Si O Si
LES SILANES ET LES SILOXANES :
UNE LIAISON À TOUTE ÉPREUVE

Le but de l’hydrofugation est d’assurer Dans les débuts de la protection des


une protection la plus efficace et la bâtiments à l’aide de silicones, on
plus durable possibles, ce qui n’était utilisait principalement deux types de
pas toujours réalisable avec les rési­ produits hydrofuges : des solutions de
nes siloxanes en solvant organique résines siloxanes en solvant organique
souvent utilisées autrefois ni avec les et des méthylsiliconates hydrosolubles.
méthylsiliconates hydrosolubles. Les
hydrofuges modernes sont à base de
silanes et de siloxanes qui, outre leurs
excellentes propriétés, ont l’avantage
d’être transférables dans de nombreux
produits.

14
Fig. 8 Solutions de résines siloxanes et sili­ À l’heure actuelle, on n’utilise plus de
conates siliconates pour l’hydrofugation des
-
OH /H2O Aujourd’hui, les solutions de résines si­ façades, car ils ont tendance à former
[ CH3-SiO3/2 ]®
x
CH3-Si(OH)2O-
loxanes ne jouent plus qu’un rôle mineur des dépôts blanchâtres. Depuis plus de
Résine méthylsilicone Méthylsiliconate
dans l’hydrofugation. Du fait de leur poids trente ans déjà, le monde de la chimie
moléculaire relativement élevé, elles ne essaie de trouver de nouvelles matières
Fig. 9 pénètrent pas suffisamment dans les actives pour remplacer les solutions de
matériaux de construction de haute den­ résine siloxane présentant un trop faible
R R
sité. En milieu alcalin, les résines siloxa­ degré de pénétration et une stabilité aux
R’O-Si-OR’ R’O -Si-O- R’ nes conventionnelles sont rompues et il alcalis insuffisante.
OR’ OR’ se forme des méthylsiliconates hydroso­
2-8
(a) (b)
lubles qui sont lessivés par la pluie sur Silanes et siloxanes
Alkyltrialkoxysilane Alkyltrialkosysiloxane
les façades (fig. 8). La résine siloxane et On obtient une meilleure pénétration
son effet hydrophobe se dissipent donc en remplaçant les composés de poids
avec le temps. Les solutions aqueuses moléculaire élevé par des composés de
de méthylsiliconate de potassium (CH3- faible poids moléculaire. Cette décou­
Si(OH)2O-K+) occupent une place impor­ verte fut le point de départ du dévelop­
tante dans l’hydrofugation en usine des pement des produits hydrofuges à base
matériaux de construction en terre cuite de silanes et de siloxanes. Si l’on regar­
et des plaques de plâtre. Il se forme des de les formules chimiques de plus près
sous-produits, à savoir des carbonates (fig. 9), on constate que les silanes sont
alcalins. des alkyltrialkoxysilanes monomères et
les siloxanes des alkylalkoxysiloxanes
oligomères dérivés des premiers.

15
Stabilité aux alcalis, un critère de Le groupe isooctyle s’est révélé particu­ Combinaison de silanes et de
longévité lièrement approprié. Les silanes et siloxa­ siloxanes
Au cours du développement de produits nes comportant des groupes isooctyles L’association de silanes et de siloxanes
hydrofuges hautes performances, une sont faciles à obtenir et transférables permet de formuler des hydrofuges sur
deuxième découverte importante a été dans de nombreux produits en raison de mesure selon les propriétés recherchées :
faite, à savoir l’incidence du choix du leurs excellentes propriétés. Les produits pouvoir de pénétration, résistance aux
résidu organique R sur la stabilité aux hydrofuges contiennent souvent un alcalis, effet perlant, etc. Un hydrofuge
alcalis de la matière active. mélange de composants siloxanes avec utilisé pour le béton devra par ex. conte­
Si R est uniquement un groupe méthyle, des groupes méthyles à chaîne courte et nir plus de silane et de groupes organi­
la réaction de la figure 8 provoque, en des groupes isooctyles à chaîne longue. ques à chaîne longue qu’un produit
présence d’alcalis, la perte totale de destiné à l’imprégnation du grès ou de
l’hydrophobie. Si l’on remplace les la brique.
groupes méthyles par des résidus orga­ En règle générale, le béton est très dense
niques à chaîne plus longue, la réaction et fortement alcalin, alors que le grès et
de la figure 8 peut toujours avoir lieu la brique sont des matériaux absorbants
(même si l’effet stérique la rend plus et plus ou moins neutres.
difficile), mais le siliconate obtenu, dont
l’hydrosolubilité augmente avec la lon­
gueur du résidu R, ne peut plus être
lessivé par la pluie. La réaction de dé­
gradation est inhibée et la matière active
reste sur le matériau de construction
sous forme de réseau de résine siloxane.

16
Produits spéciaux pour une efficacité
maximum
La diversité des matériaux de construc­
tion ne se limite pas à des matériaux
aussi différents que le béton, le grès et
la brique ; il existe également de nom­
breux produits intermédiaires tels que
par ex. la pierre à chaux et le grès argi­
lo-calcaire, le clinker, les peintures et
enduits minéraux, le béton cellulaire, le
fibrociment, pour ne citer que ceux-là.
Il est possible de combiner les compo­
sants silanes et siloxanes pour formuler
des produits spéciaux parfaitement
adaptés aux différents types de support,
donc plus performants.

17
FINI LES FORMULATIONS STANDARD :
UN TAUX DE MATIÈRE ACTIVE SUR
MESURE

Chaque matériau possédant des d’imprégnation de ce béton haut de Silanes et siloxanes en solution
propriétés différentes, un hydrofuge gamme atteint 80 à 100 g/m2 dans le De nature hydrophobe, les silanes et les
standard ne permet pas d’obtenir un meilleur des cas. Une façade absorbante siloxanes sont solubles dans les solvants
résultat optimal. Il faut utiliser le pro­ en brique ou en grès, elle, peut absorber organiques de manière pratiquement illi­
duit approprié dans la bonne concen­ sans difficulté dix fois plus d’hydrofuge mitée. Comme, contrairement à ce que
tration suivant la nature du matériau dans les mêmes conditions. Pour que l’on croit, les matières actives siloxanes
de construction, qu’il s’agisse de la matière active pénètre suffisamment pénètrent mieux dans les pores du ma­
béton haut de gamme ou d’une ma­ dans le béton peu absorbant, il faut utili­ tériau de construction lorsqu’elles sont
çonnerie en brique absorbante. ser un produit en concentration nettement dissoutes dans de l’éther de pétrole, on
L’hydrofuge peut être plus ou moins plus élevée que pour la brique ou le grès utilise des alcools (par ex. l’éthanol et
dilué ou employé à l’état pur. Parmi qui présentent un pouvoir d’absorption l’isopropanol) uniquement s’il y a un
les produits dilués, les solutions plus élevé. Dans la pratique, on utilise risque, aussi minime soit-il, de contact
aqueuses prennent de plus en plus souvent des silanes non dilués ou des entre l’hydrofuge et les matières plasti­
d’importance. mélanges silanes-siloxanes pour le ques ou les peintures susceptibles
béton et des produits ne contenant que d’être détériorées par l’éther de pétrole.
La profondeur de pénétration d’un hy­ 5 à 10 % de matière active pour les fa­ Sinon, on préfère aujourd’hui le white-
drofuge est directement fonction de sa çades en pierre. spirit désaromatisé ou l’isoparaffine syn­
teneur en matière active : plus un pro­ thétique. Dans la mesure du possible,
duit est dilué, moins il est en mesure de les solvants employés devront être an­
pénétrer profondément dans le matériau hydres. La tendance est incontestable­
et moins il peut obturer les pores et les ment aux produits exempts de solvants
capillaires pour les empêcher d’absorber ou à base d’eau.
l’eau. Par ailleurs, l’absorption d’eau par
capillarité varie beaucoup selon le maté­
riau de construction. Prenons l’exemple
de la surface verticale d’un pont en
béton hydrofugée par arrosage : le taux

18
L’histoire du succès des Outre leur manipulation aisée et leur Fig. 10
SILRES® BS SMK diluabilité dans l’eau, les produits
Eau Eau
Elle a commencé par le développement SILRES® BS SMK possèdent un atout
des microémulsions silicones concen­ de taille, à savoir leur forme concentrée ;
trées (SILRES® BS SMK). Il s’agit de mé­ d’où un conditionnement peu volumineux
Huile
langes de silane, de siloxane et d’agent et une réduction considérable des frais Huile

tensioactif, sans solvant, qui forment des de transport, de stockage et d’élimina­


produits prêts à l’emploi après dilution tion des déchets ainsi que des nuisan­
a) Émulsion b) Microémulsion
dans l’eau. Leur avantage réside dans ces sur l’environnement. La technologie (coupe d’une gouttelette)
les agents tensioactifs (émulsifiants et SMK présente toutefois un inconvénient :
coémulsifiants) qui n’exercent leur fonc­ les microémulsions doivent être utilisées : Émulsifiant : Coémulsifiant
tion que temporairement et se transfor­ dans les 24 heures après leur dilution.
ment en composants actifs hydrophobes Leur aspect reste inchangé pendant
après l’application de l’hydrofuge sur le des jours, voire des semaines, mais les Comparaison de la granulométrie des émul­
sions (a) et des microémulsions silicones (b)
matériau. Si l’on compare la granulomé­ alcoxysilanes et les alcoxysiloxanes
trie des émulsions et des microémulsions s’hydrolysent et se condensent de plus
(fig. 10, a et b), il apparaît clairement qu’en en plus dans les microparticules et les
raison de la surface nettement plus matières actives arrivent de moins en
importante de leurs particules, les micro­ moins bien à pénétrer dans les maté­
émulsions ont besoin de nettement plus riaux de construction.
d’émulsifiant que les émulsions. L’emploi
d’agents tensioactifs conventionnels
altérerait considérablement l’hydrophobie.

19
Émulsions pour l’imprégnation La clé du succès réside principalement Crème d’imprégnation
Outre les catégories de produits préci­ dans le choix des émulsifiants appropriés, À l’inverse de tous les autres produits,
tées, il existe des émulsions silane/siloxa­ la sélection du pH idéal et la nature les hydrofuges sous forme de crème
ne stables à la dilution et au stockage, chimique, donc la réactivité des matières s’appliquent très aisément, même au
diluables dans l’eau dans un rapport actives. Par conséquent, il est recom­ plafond, et sans pertes. Pour les crèmes
variant entre 1:4 et 1:9 suivant la nature mandé d’employer des silanes et des SILRES® BS, on utilisera de préférence
du support et les exigences requises. siloxanes éthoxyfonctionnels plutôt que la technique airless permettant d’appli­
Toutefois, les émulsions posent un méthoxyfonctionnels, car les premiers quer jusqu’à 400g/m2 en une seule
problème pour l’imprégnation puisque, s’hydrolysent nettement plus lentement. opération. Pour pénétrer complètement
comme nous l’avons mentionné plus En outre, la réactivité dépend en grande dans le support, elles ont besoin de
haut, seuls les alkylalcoxysilanes et les partie de la nature des résidus organi­ quelques minutes à quelques heures sui­
alkylalcoxysiloxanes de faible poids mo­ ques attachés au silicone : les résidus à vant la quantité appliquée. Restant long­
léculaire peuvent jouer le rôle de matière chaîne longue tels que le groupe isooc­ temps en contact avec le matériau, elles
active si l’on veut obtenir des propriétés tyle réduisent considérablement la ten­ s’y infiltrent très profondément.
comparables à celles des hydrofuges dance à l’hydrolyse.
dilués dans les solvants. Mais étant
donné que les silanes et les siloxanes
réagissent à l’humidité, leur stabilisation
requiert une technologie particulière.

20
21
PRODUITS MULTIUSAGES OU SPÉCIAUX :
À CHAQUE APPLICATION SA SOLUTION

Wacker Chemie AG propose un porte­ La société Wacker Chemie AG déve­ À l’inverse, les produits spéciaux pour le
feuille composé à la fois de produits loppe depuis cinquante ans déjà des béton sont des hydrofuges capables de
éprouvés depuis longtemps et de hydrofuges silicones dont un grand protéger durablement le béton armé hau­
nouveaux produits innovants. Il com­ nombre est encore utilisé aujourd’hui. tes performances comme par ex. le béton
prend des produits multiusages et Mais la gamme de produits a été revue destiné à la construction des ponts. Ces
des produits spéciaux pour le béton. et adaptée aux nouvelles exigences. produits sont conçus pour pouvoir péné­
Elle est maintenant clairement structurée trer parfaitement dans le béton, même
et divisée en deux catégories : les de densité très élevée, et pour garantir
« hydrofuges multiusages » et les une excellente stabilité aux alcalis.
« produits spéciaux pour le béton ».
Le tableau 1 (page 25) vous donne un
Par produits multiusages, on entend des aperçu des différents produits, de leurs
hydrofuges qui, en principe, assurent une caractéristiques et de leurs domaines
bonne hydrophobie sur un grand nom­ d’application.
bre de supports minéraux très divers
(aussi bien le béton fortement alcalin et
très dense que les matériaux neutres et
absorbants comme la brique et la pierre
naturelle).

22
Les hydrofuges multiusages : Toutefois, l’efficacité du produit aqueux ve par la pluie pendant ce temps de
Le produit multiusage le plus souvent peut être très différente de celle du réaction relativement long reste négli­
utilisé est le SILRES® BS 290. Sous ré­ SILRES® BS 290 sur de nombreuses geable, car l’émulsion est rompue après
serve de respecter les rapports de dilu­ pierres naturelles telles que le grès, la l’application et l’effet perlant apparaît
tion recommandés de 1:11 à 1:15 pierre à chaux et les pierres contenant dès que l’eau s’est évaporée. Comme
(parties en poids), il donne d’excellents un minéral argileux. Il est donc indispen­ tous les produits aqueux à base d’alky­
résultats sur pratiquement tous les sup­ sable de vérifier l’efficacité de l’hydrofu­ lalkoxysilanes et d’alkylalkoxysiloxanes,
ports minéraux absorbants. Il se distin­ ge sur une surface test avant de l’appli­ le SILRES® BS 1001 est nettement moins
gue par sa grande stabilité aux alcalis, quer sur de grandes surfaces. Comme efficace sur certaines pierres naturelles,
son bon pouvoir de pénétration et son toutes les microémulsions silicones notamment sur le grès, que par ex. l’hy­
excellent effet perlant. Jusqu’à présent, concentrées, l’hydrofuge SILRES® drofuge en solvant SILRES® BS 290.
le SILRES® BS 290 n’a pas trouvé son BS 1311 se dilue avec de l’eau du robinet Il est donc indispensable de vérifier son
pareil, notamment sur un grand nombre le jour de la mise en œuvre, jamais avant. efficacité sur une surface test.
de pierres naturelles. Le réseau de rési­
ne siloxane hydrophobe se forme en quel­ La gamme des hydrofuges multiusages
ques heures, même sur des supports non compte également le SILRES® BS 1001,
alcalins. Le SILRES® BS SMK 1311 est une émulsion silane/siloxane à 50 %
un produit aqueux éprouvé pouvant rem­ diluée dans l’eau suivant la nature du
placer les hydrofuges en solvant sur de support, qu’il faut remuer brièvement
nombreux matériaux tels que le grès ar­ avant la dilution et la mise en œuvre afin
gilo-calcaire, la brique et les enduits mi­ d’obtenir un mélange homogène. Le
néraux. Nous vous recommandons de SILRES® BS 1001 hydrofuge rapidement
le diluer dans un rapport de 1:10 à 1:14 le matériau, comme les autres produits,
suivant le support. Grâce à son compor­ mais la formation définitive de la matière
tement autocatalytique, il se transforme active peut prendre plusieurs jours, voire
en résine siloxane hydrophobe aussi plusieurs semaines, selon l’alcalinité du
rapidement que l’hydrofuge multiusage support. Le lessivage de la matière acti­
SILRES® BS 290.

23
Les produits spéciaux pour le béton contient nettement plus de silane isoocty­ de pénétration étant extrêmement éle­
Le SILRES® BS 1701 est un hydrofuge lique, substance améliorant la pénétration vées (plusieurs mm), la crème protège
100 % à base de silane destiné à l’hydro­ et la stabilité aux alcalis. Pour l’appliquer suffisamment le béton, même si sa sur­
fugation du béton et du béton armé. sur le béton armé, il est recommandé de face est dégradée (fissuration, écaillage).
Normalement, on l’applique non dilué, le diluer avec de l’eau dans un rapport de Des essais ont confirmé qu’une impré­
par arrosage, à raison d’au moins deux 1:4. Comme toutes les microémulsions gnation hydrofuge protège le béton
couches, humide sur humide. Il est bien silicones, le produit dilué doit être mis en contre l’humidité et minimise les infiltra­
sûr possible de le diluer avec des solvants œuvre le jour même. Par ailleurs, l’hydro­ tions de substances nuisibles. Sur les
organiques ou des alcools, quel que soit fuge SILRES® SMK 2101 est un très bon éprouvettes hydrofugées, les chlorures
le rapport de mélange, sachant toutefois primaire pour les revêtements du béton. ne pénètrent que dans la zone proche
que plus l’hydrofuge est dilué, moins il de la surface, tandis que sur le matériau
pénètre profondément dans le support. Contrairement à tous les autres produits non traité, on décèle encore une forte
En raison de sa base silane isooctylique, mentionnés dans le tableau 1, le concentration à 4 mm de profondeur
le SILRES® BS 1701 est beaucoup moins SILRES® BS Creme C n’est pas liquide. (voir fig. 11).
volatil que d’autres silanes courants, Sa consistance thixotrope permet de
même si, dans certaines conditions, il l’appliquer sans pertes, même au plafond.
peut y avoir des pertes de matière active On utilisera de préférence la technique
par évaporation, comme par ex. dans le airless permettant d’appliquer jusqu’à
cas d’un vieux béton faiblement alcalin 400 g/m² en une seule fois, ce qui, sur
dont la surface exposée au soleil est du béton dense, nécessiterait au moins
chaude et sèche. Nous vous conseillons trois opérations avec des produits liqui­
alors d’utiliser un produit aqueux, en des classiques. Pour pénétrer complète­
particulier la crème d’imprégnation dé­ ment dans le support sans laisser de ré­
crite ci-dessous. sidus visibles, les crèmes d’imprégnation
ont besoin de quelques minutes à quel­
Le SILRES® SMK 2101 a une composition ques heures suivant la qualité du béton et
similaire au SILRES® SMK 1311, mais il la quantité appliquée. Les profondeurs

24
Fig. 11 Migration des chlorures dans le béton
(classe de résistance C35/45).
0,50 Éprouvettes non traitées et imprégnées avec
Taux de chlorure (%)

0,45 l’hydrofuge SILRES® BS Creme C.


0,40 Éprouvettes stockées pendant 10 jours dans
0,35 une solution de NaCl à 10 %
0,30

0,25
0,20

0,15

0,10
0,05
0,00
Non traité 100 g/m2 200 g/m2 300 g/m2
Quantité de SILRES® BS Creme C appliquée

Profondeur 0 – 9 mm 1,1 – 1,9 mm 2,1 – 2,9 mm 3,1 – 3,9 mm

Tableau 1
Produits et domaines Produits multiusages Produits spéciaux pour le béton
d’application
SILRES® BS SILRES® BS SILRES® BS SILRES® BS SILRES® BS SILRES® BS
290 SMK 1311 1001 1701 SMK 2101 Creme C
Propriétés du produit
Aspect Trouble, incolore Clair, jaunâtre Clair, jaunâtre Clair, jaunâtre Clair, jaunâtre Clair, jaunâtre
Matière active silicone Silane/siloxane Silane/siloxane Silane/siloxane Silane Silane/siloxane Silane
Type de produit Concentré à Microémulsion Émulsion à 50 % Concentré à Microémulsion Crème à 80 %
100 %, solution concentrée 100 %, solution concentrée
à 100 % à 100 %
Densité [g/cm3] 1,05 0,95 0,95 0,90 0,90 0,90
Viscosité [mm2/s] 20 7 12 2 4 Inversable
Point d’éclair [°C] 38 25 >100 70 25 74
Diluant Solvant Eau Eau Non dilué/ Eau Non dilué
Solvant
Stabilité au stockage 12 12 9 12 12 12
(en mois)
Domaines d’application
Grès
Grès argilo-calcaire
Pierre calcaire poreuse
Marbre
Granit
Brique
Enduit minéral
Béton
Béton armé
Approprié Très bien approprié Parfaitement approprié

25
L’HYDROFUGATION AVEC LES PRODUITS
WACKER :
L’EFFICACITÉ PAR EXCELLENCE

Un hydrofuge doit répondre à un cer­ Absorption d’eau par capillarité Profondeur de pénétration
tain nombre d’exigences fondamenta­ La réduction significative de l’absorption Il est évident qu’un effet hydrophobe se
les : réduction de l’absorption d’eau, d’eau par capillarité est le critère n° 1 que limitant à la surface du matériau ne suffit
profondeur de pénétration de la matière doit remplir un hydrofuge. Il est souvent pas à assurer une réduction de l’absorp­
active hydrofuge, effet perlant et exigé que soit réduite d’au moins 80 % tion d’eau à long terme. Pour obtenir un
perméabilité aux gaz et à la vapeur l’absorption d’eau sous immersion dans effet durable, il est nécessaire de créer
d’eau. Dans ce chapitre, nous exami­ l’eau pendant 24 heures. une zone hydrophobe en profondeur.
nons de plus près ces propriétés et Les clients nous demandent souvent
l’efficacité des produits WACKER à quelle est la profondeur de pénétration
cet égard. idéale : il est difficile de donner une ré­
ponse globale. Du point de vue techni­
que, rien ne s’oppose à une hydrofuga­
tion pénétrant au maximum dans le
matériau. Mais il ne faut pas oublier
qu’une très grande profondeur de péné­
tration sous-entend l’application d’une
grosse quantité de matière active, donc
des coûts élevés. Sur de nombreux
supports, une profondeur de pénétration
de quelques millimètres est suffisante du
point de vue technique et acceptable
sur le plan économique.

26
Effet perlant Tableau 2
Le troisième critère essentiel en matière Note 1 Très bonne Angle de contact Θ >130°
d’hydrofuges est l’effet perlant qui se Note 2 Bonne Angle de contact Θ 110 – 130°
mesure au moyen de l’angle de contact Θ. Note 3 Légèrement mouillé Angle de contact Θ 90 – 110°
On utilise souvent la classification suivante Note 4 Fortement mouillé Angle de contact Θ 30 – 90°
(voir tableau 2) : Note 5 Complètement mouillé Angle de contact Θ <30°

27
L’efficacité des produits WACKER par la couche d’eau au-dessus du de la manière suivante : on fixe le support
Les tableaux 4a et 4b (page 30) vous produit simule approximativement les sur un récipient ouvert contenant une
donnent un aperçu des résultats obte­ contraintes exercées par une pluie solution saline saturée, garantie que
nus avec les différents produits sur battante, ce qui correspond mieux aux l’humidité d’air relative générée à l’inté­
divers supports, en termes d’absorption conditions réelles que la méthode d’im­ rieur du récipient reste constante.
d’eau, d’effet perlant et de profondeur mersion sur éponge humide décrite Comme le recommande la norme, on
de pénétration. Les produits diluables dans la norme DIN EN ISO 15148, qui utilise souvent du dihydrogénophos­
avec un solvant l’ont été avec du white- ne permet de déterminer que l’absorp­ phate d’ammonium à la place du sel afin
spirit contenant peu de substances tion par capillarité. Pour déterminer la d’obtenir une humidité relative de l’air
aromatiques et les produits aqueux avec profondeur de pénétration, on a cassé d’exactement 93 %. On place ensuite le
de l’eau du robinet. Tous les supports une éprouvette de chaque produit 2 récipient dans une pièce climatisée (at­
ont été imprégnés par immersion (temps semaines après l’imprégnation, puis on a mosphère normale : 23 °C/humidité de
d’immersion : 1 minute pour le mortier fait couler de l’eau teintée goutte à goutte l’air de 50 %) et l’on note la quantité de
et le béton, 5 minutes pour tous les sur chacune d’elles. Au niveau de la vapeur d’eau diffusée par le récipient à
autres supports). Les valeurs d’absorp­ cassure, on constate que l’eau teintée ne travers le support en pesant ce dernier
tion d’hydrofuge correspondent approxi­ mouille pas la zone dans laquelle l’hydro­ plusieurs jours de suite. On calcule alors
mativement aux résultats obtenus dans fuge a pénétré. la perméabilité à la vapeur d’eau en
la pratique lorsque les produits sont ap­ [g/m2d] en fonction de la surface du
pliqués par arrosage en deux fois, humi­ Perméabilité au gaz support. Le tableau 3 indique la per­
de sur humide, sur des surfaces vertica­ En matière d’hydrofugation, on entend méabilité à la vapeur d’eau d’éprouvet­
les. L’absorption d’eau a été déterminée principalement par perméabilité aux gaz tes en grès argilo-calcaire (90 mm de
deux semaines après l’imprégnation, la perméabilité à la vapeur d’eau et au diamètre, 5 mm d’épaisseur). Les pro­
également par immersion (l’éprouvette dioxyde de carbone. La perméabilité à la duits liquides SILRES® BS 290,
étant recouverte de 5 cm d’eau, comme vapeur d’eau est indispensable pour que SILRES® BS SMK 1311 et SILRES®
prescrit dans la norme DIN EN 12859). l’humidité se trouvant éventuellement sous BS 1001 ont été appliqués par immersion
Nous avons choisi cette méthode parce le revêtement puisse sécher. On la déter­ (temps d’immersion de 5 minutes) alors
que la pression hydrostatique générée mine selon la norme DIN EN ISO 7783-2 que le produit de consistance pâteuse

28
Tableau 3 De manière générale, on retiendra que
Tranches de mortier Diluant Absorption Réduction Perméabilité les hydrofuges à base de silane/siloxane
(facteur eau-ciment) d’hydrofuge du poids à la vapeur n’entravent ni ne favorisent la carbona­
[g/m2)] [g/d] d’eau [g/m2d] tation.
Non traité - - 0,70 110,6
SILRES® BS 290 1:15 455 0,61 95,9 Recouvrabilité
SILRES® BS SMK 1311 1:14 560 0,59 93,2 On nous demande souvent si les surfa­
SILRES® BS 1001 1:9 480 0,65 102,3 ces hydrofugées des matériaux de
SILRES® BS Creme C Non dilué 300 0,57 89,7 construction sont recouvrables. La ré­
ponse va de soi puisque les mêmes
produits ou des produits de formulation
SILRES® BS Creme a été appliqué au tels que de nombreuses briques, les en­ similaire à celle des hydrofuges présen­
pinceau. Les éprouvettes ont été rom­ duits minéraux ou le béton cellulaire. La tés dans cette brochure sont aussi re­
pues après la mesure de la perméabilité perméabilité au dioxyde de carbone est commandés comme primaires hydrofu­
à la vapeur d’eau pour déterminer la nécessaire pour que les supports carbo­ ges pour l’enduction des façades. Les
profondeur de pénétration. On a consta­ natés puissent acquérir leur stabilité façades hydrofugées sont parfaitement
té la formation d’une zone hydrophobe finale. recouvrables avec toutes les peintures
en profondeur sur toutes les éprouvet­ Pour déterminer l’influence de la carbo­ contenant des agents mouillants comme
tes. Comme le montre le tableau 3, les natation, le plus simple est de mesurer les peintures à la résine siloxane, les
hydrofuges réduisent la perméabilité à la la profondeur de carbonatation sur des peintures en dispersion ou les peintures
vapeur d’eau de moins de 20 % alors éprouvettes de mortier à la chaux trai­ silicatées en dispersion. Seuls les enduits
que les éprouvettes étaient entièrement tées et non traitées, sur lesquelles on purement minéraux tels que les peintu­
hydrofugées et que le grès argilo-cal­ fait couler une solution de phénolphta­ res à la chaux posent des problèmes de
caire est un support relativement dense. léine goutte à goutte. En raison de leur mouillage et d’adhérence, ce qui n’a rien
Il n’a pas été observé d’altération de la pH élevé, les zones non encore carbo­ d’étonnant.
perméabilité à la vapeur d’eau sur les natées se colorent en rouge, les zones
matériaux de construction à gros pores carbonatées, elles, ne changeant pas.

29
Tableau 4a

Grès argilo-calcaire Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption d’eau


d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] [%] 24h

Non traité - - - 5 12,9


SILRES® BS 290 1:15 560 1 – 3 1 0,8
SILRES® BS SMK 1311 1:14 450 1 – 2,5 1 0,9
SILRES® BS 1001 1:9 557 0,5 – 2 1 1,0

Brique Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption d’eau


d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] [%] 24h

Non traité - - - 5 18,2


SILRES® BS 290 1:15 2372 >50 1 0,16
SILRES® BS SMK 1311 1:14 1783 >50 1 0,40
SILRES® BS 1001 1:9 1669 32 – 48 2 0,50

Clinker Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption d’eau


d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] [%] 24h

Non traité - - - 5 2,6


SILRES® BS 290 1:15 125 5 – 10 1 0,09
SILRES® BS SMK 1311 1:14 101 5 – 15 2 0,10
SILRES® BS 1001 1:9 124 4 – 9 2 0,13

Pierre à chaux Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption d’eau


« St. Margareth » d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] [%] 24h

Non traité - - - 5 12,4


SILRES® BS 290 1:11 1002 >20 1 1,1
SILRES® BS SMK 1311 1:9 1375 >20 3 2,0
SILRES® BS 1001 1:4 1213 11 – 20 3 9,5

Tuf d’Ettringen Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption d’eau


d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] [%] 24h

Non traité - - - 5 17,8


SILRES® BS 290 1:15 873 8 – 14 1 1,1
SILRES® BS SMK 1311 1:9 528 6 – 8 1 1,4
SILRES® BS 1001 1:4 667 2,5 – 4 1 1,9

Grès « Burgpreppach » Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption d’eau


d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] [%] 24h

Non traité - - - 5 5,8


SILRES® BS 290 1:15 370 2 – 6 1 0,3
SILRES® BS SMK 1311 1:9 297 1 – 5 2 1,0
SILRES® BS 1001 1:4 311 1,5 – 5 3 2,7

Tableau 4b

Tranches de mortier Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption Absorption


(facteur eau-ciment 0,5) d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] d’eau [%] 24h d’eau [%] 28d

Non traité - - - 5 6,9 7,6


SILRES® BS 290 1:11 183 1 – 3 1 1,2 4,2
SILRES® BS SMK 1311 1:9 164 0,5 – 1 2 1,2 5,4
SILRES® BS 1001 1:4 210 1 – 3 2 1,0 4,0
1:1 216 2 – 4 2 0,9 3,3
SILRES® BS 1701 Non dilué 164 4 – 7 1 0,6 2,0
SILRES® BS SMK 2101 1:4 177 1 – 3 2 1,0 3,2
SILRES® BS Creme C Non dilué 200* 4 – 8 2 0,5 1,9
Non dilué 400* 8 – 12 3 0,4 1,6

Béton Diluant Absorption Profondeur de Effet perlant Absorption Absorption


(classe de résistance C30/37) d’hydrofuge [g/cm2] pénétration [mm] d’eau [%] 24h d’eau [%] 28d

Non traité - - - 5 3,1 3,6


SILRES® BS 290 1:11 82 1 – 2 1 0,8 3,1
SILRES® BS 1001 1:1 76 1 – 2 2 0,5 2,4
SILRES® BS 1701 Non dilué 102 3 – 7 2 0,1 0,4
SILRES® BS SMK 2101 1:4 76 1 – 2 3 0,7 2,6
SILRES® BS Creme C Non dilué 200* 2 – 8 2 0,1 0,7
Non dilué 400* 6 – 12 3 0,1 0,3
*Application au pinceau

3030
31
CONSOLIDATION DE LA PIERRE AVEC
DES ESTERS D’ACIDE SILICIQUE

Sable non traité L’agent de consolidation de la pierre Sable consolidé par le produit
SILRES® BS OH 100 après durcissement SILRES® BS OH 100

La consolidation de la pierre avec les Fig. 12


esters d’acide silicique est reconnue Si(OEt)4 + 4 H 2O
Kat.
SiO2 aq + 4 EtOH
comme procédé probant dès le XlXe
Ester d’acide Eau Gel de silice Alcool
siècle. Toutefois, on ne l’utilise dans
la pratique que depuis une trentaine
d’années. Entre-temps, plusieurs Équation de la réaction d’agents de
milliers d’objets restaurés avec des consolidation de la pierre
esters d’acide silicique apportent la
preuve indéniable de l’efficacité et de Il se forme un liant minéral à base de gel - p as de formation de sous-produits
la durabilité de cette méthode. de silice (SiO2. aq), qui stabilise le maté­ contenant des sels risquant d’attaquer
riau à l’aide de liaisons covalentes Si-O-Si. le matériau,
Notions fondamentales en matière de - pas de changement de couleur à la
conservation de la pierre D’après les connaissances actuelles, surface de la pierre,
Par conservation de la pierre, on entend un agent de consolidation de la pierre - pas de modification ni d’altération des
l’apport d’un liant afin de stabiliser la doit satisfaire aux exigences suivantes : paramètres physiques de la pierre,
structure de la pierre endommagée par - dépôt d’un liant le plus résistant pos­ notamment la perméabilité à la vapeur
les intempéries. Cette mesure de consoli­ sible aux intempéries, d’eau et le comportement thermique
dation est souvent associée à une impré­ - bonne profondeur de pénétration dans et hygroscopique,
gnation avec un hydrofuge. Les produits la pierre naturelle, au moins jusqu’à - optimisation des propriétés physiques
utilisés sont des agents d’imprégnation son cœur intact, telles que la résistance à la traction
avec lesquels on imbibe le matériau jus­ - pas de formation de croûte, mais par adhérence.
qu’à saturation. Le produit introduit dans constitution d’une résistance régulière
la pierre réagit avec l’eau capillaire des sur la section de la pierre naturelle,
pores.

32
Les agents de consolidation de la pierre Vues au microscope électronique à Vues au microscope électronique à
à base d’ester d’acide silicique remplis­ balayage avant la consolidation balayage après la consolidation
sant le mieux ces critères, ils sont
pratiquement les seuls produits utilisés Fig. 13
aujourd’hui. 100
Résidu (%)

90
Produit 80
Pour ce type d’application, Wacker 70
Chemie AG propose actuellement le 60
produit SILRES® BS OH 10 qui est un 50
mélange de différents esters d’acide 40
silicique précondensés et exempt de 30
solvant. Un catalyseur de condensation 20
organométallique neutre garantit une 10
réaction extrêmement rapide des esters 0
d’acide silicique avec l’humidité renfer­ 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50

mée dans la pierre. Le dépôt de gel est Temps (d)

de 32 %, mais il est possible de réduire Type : SILRES® BS OH 100

ce taux si nécessaire, par ex. par addi­


tion de solvants anhydres (fig. 13). Dépôt de gel de l’agent de consolidation
de la pierre SILRES® BS OH 100

33
LA CONSOLIDATION DE LA PIERRE
DANS LA PRATIQUE

Mise en œuvre Il convient d’attendre une semaine Fig. 14


En règle générale, on applique les pour laisser au produit le temps de
agents de consolidation de la pierre par réagir avant d’effectuer d’autres me­
pulvérisation ou par arrosage, voire par sures de restauration sur les parties
Profil de dureté de la
immersion pour les éléments amovibles. fraîchement consolidées. En général, pierre dégradée
Dans certains cas, on peut utiliser des 90 à 95 % de l’ester d’acide silicique
compresses afin de prolonger au maxi­ se dépose au cours de ce laps de Profil de dureté d’une
mum le contact entre la pierre et l’agent temps. La réaction sera complètement consolidation réussie

de consolidation.­ finie au bout d’une à trois semaines


Profil de dureté d’une
maximum. consolidation incorrecte
Précautions nécessaires : - Attention ! Ne jamais ajouter d’eau à
- Protéger les surfaces fraîchement trai­ la préparation d’ester d’acide silicique Croûte extérieure Zone dégradée par les
intempéries
tées de la pluie pendant 2 à 3 jours. pour accélérer la réaction, car cela Surface avant la
consolidation Zone non dégradée par
- Des températures nettement supérieu­ pourrait entraîner une forte vitrification Croûte intérieure les intempéries
Zone de transition
res à 25 °C risquent d’entraîner des de la surface, extrêmement difficile,
pertes importantes de matière active voire impossible à éliminer !
par évaporation. Dans ce cas, proté­ Représentation schématique de la dégra­
ger les surfaces fraîchement traitées dation du grès et de l’efficacité des agents
de l’ensoleillement direct. de consolidation de la pierre au moyen
des profils de dureté
- À des températures de mise en
œuvre inférieures à 5 °C, la réaction
est fortement ralentie, ce qui risque de
provoquer une altération de la couleur
ou une vitrification à la surface.
- Le temps de réaction jusqu’au dépôt
du gel de silice est fonction de l’humi­
dité de l’air et de la température.

34
Incidence de la profondeur de Domaines d’application Moai sur l’île de Pâques
pénétration Application sur les moai, île de Pâques
La profondeur de pénétration de l’agent Les agents de consolidation à base
de conservation de la pierre joue un rôle d’esters d’acide silicique donnent des
capital dans la réussite du traitement. résultats particulièrement satisfaisants
L’agent de consolidation doit absolu­ sur les grès silicatés absorbants ou les
ment pénétrer dans la zone dégradée grès silicatés calcaires ainsi que sur les
pour lui apporter de nouveau du liant. tufs poreux. Pour la pierre calcaire pure
Après le traitement, la zone consolidée ou le grès contenant de l’argile minérale,
ne doit pas être plus dure que le cœur qui est susceptible de gonfler, on procè­
intact de la pierre. Sinon, il pourrait se dera à des essais préliminaires pour
former des croûtes et la zone proche tester l’aptitude du produit au cas par
de la surface risquerait de s’effriter. cas. On obtient également d’excellents
résultats sur tous les matériaux cérami­
La figure 14 représente schématique­ ques absorbants tels que briques, tuiles
ment la formation de croûtes et le profil et terre cuite.
de dureté de la pierre après une consoli­
dation réussie et après une consolida­
tion incorrecte. Une étude préliminaire
de la quantité nécessaire de produit, de
la profondeur de pénétration et du dépôt
de gel permet de réduire pratiquement
à zéro le risque d’un mauvais profil de
dureté.

35
TÉMOIGNAGES DE PÉRENNITÉ :
QUELQUES RÉFÉRENCES CÉLÈBRES

Nous avons choisi ci-dessous quel­ Ces références documentent clairement


ques exemples connus au-delà des leurs performances en terme de conser­
frontières de l’Allemagne montrant vation des bâtiments. Un certain nombre
que, grâce à leur résistance chimique, de conditions doivent être remplies pour
physique et biologique élevée, les garantir une efficacité durable : l’utilisa­
résines siloxanes, qui sont les matiè­ tion de produits appropriés, une mise
res actives de tous les hydrofuges en œuvre correcte et une hydrofugation
organosilicés éprouvés, protègent réduisant l’absorption d’eau par capillari­
efficacement les constructions et les té et non limitée à un effet perlant super­
édifices contre l’humidité et ses effets ficiel disparaissant rapidement.
néfastes, et ce pendant de nombreu­
ses décennies.

Église du Souvenir de l’empereur


Guillaume Ier à Berlin – Restauration
du béton et de la pierre naturelle

36
37
Ancienne Pinacothèque de Munich – Restau-
ration et conservation de la pierre naturelle

De nombreux ouvrages apportent la Souvenir de l’empereur Guillaume Ier à


preuve que les procédés d’hydrofugation Berlin. Les ruines de l’ancienne église et
peuvent protéger les matériaux et les les parties en béton de la nouvelle église
bâtiments contre l’humidité et la pollu­ ont été rénovées et traitées avec des
tion pendant au moins vingt ans, à agents d’hydrofugation de WACKER au
condition toutefois de choisir le bon début des années 80. Avec succès,
produit et de l’appliquer correctement. comme en témoignent les résultats d’un
Citons à titre d’exemple le village olym­ contrôle effectué par un institut indépen­
pique de Munich dont les éléments de dant !
béton blanc en rideau ont été hydrofu­
gés en 1972 avec un produit analogue Bien que moins connu, l’un des plus an­
au SILRES® BS 290 actuel et l’Ancienne ciens exemples d’hydrofugation au
Pinacothèque de Munich où un agent de moyen de composés organosiliciés n’en
consolidation de la pierre et un hydrofu­ n’est pas moins parlant.
ge ont été appliqués sur des surfaces- Village olympique de Munich – Plaques de
tests en 1975. Un contrôle effectué en Il s’agit d’une façade enduite à la chaux, béton hydrofugées en usine
1995 a permis de constater que l’effica­ fortement exposée aux intempéries,
cité de l’agent de consolidation de la d’un petit bâtiment sur le site de Wacker
pierre et de l’hydrofuge était encore Chemie AG à Burghausen, dont une
intacte. surface-test avait été traitée en 1954
au méthylsiliconate, l’actuel SILRES®
Autre édifice célèbre et excellente réfé­ BS 16. Plus de cinquante ans après, on
rence en matière de restauration et de reconnaît encore nettement l’effet hydro­
conservation du béton : l’église du phobe sous les projections d’eau.

38
1954 1997

1954 : Imprégnation d’une surface enduite 1997 : Contrôle de l’hydrophobie du même


à la chaux avec du méthylsiliconate mur selon la méthode de Karsten.
À gauche : pas d’absoption d’eau par
l’enduit imprégné
À droite : absorption significative d’eau
par la surface non traitée

Le test à la pipe de Karsten révèle que


l’enduit non traité absorbe 5 ml d’eau
en 10 minutes alors que la surface
hydrofugée n’absorbe pratiquement rien,
un résultat étonnant après plus de cin­
quante ans !

Ces exemples montrent qu’en raison de


leur résistance chimique et physique
élevée, les résines siloxanes, qui sont
les matières actives de tous les hydrofu­
ges organosilicés éprouvés, protègent
efficacement les constructions et les
édifices contre l’humidité et ses effets
néfastes, et ce pendant plusieurs dé­
cennies.

39
VOTRE ÉQUIPE DE SPÉCIALISTES EN
MATIÈRE D’HYDROFUGES SILICONES

Cette brochure vous donne un aperçu Fournisseur 2006


de l’hydrofugation et de ses différents Le prix des fournisseurs de l’industrie plâ­
aspects et vous présente les produits trière a été décerné à WACKER pour
l’excellente qualité des ses produits, de ses
correspondants de la gamme prestations et de son assistance technique.
SILRES® BS.

Pour plus d’informations, nous vous Nos techniciens connaissent parfaite­


prions de vous référer aux fiches techni­ ment nos produits et leurs propriétés,
ques des différents produits. Par ailleurs, mais également vos process de fabrica­
une liste complète est à la disposition tion et les exigences qui en découlent.
des personnes souhaitant se renseigner Notre service d’application technique se
sur l’ensemble de la gamme de produits fera un plaisir de vous conseiller.
siloxanes que propose WACKER dans le
domaine de la protection des bâtiments. Votre équipe de spécialistes en matière
d’hydrofuges silicones
Mais toutes ces informations ne rempla­
cent pas un entretien personnel avec le
client, qui nous permet d’étudier votre Les prestations de WACKER SILICONE :
cas particulier et de vous proposer des - Assistance technique
solutions personnalisées, exactement - Test des revêtements avec et sans
adaptées à vos besoins, que vous ne SILRES® BS
trouverez dans aucune brochure. - Choix de l’additif approprié et du
dosage correct

40
WACKER
EN BREF

WACKER WACKER SILICONES de produits innovants comprend les pro-


est leader technologique dans les est l’un des plus grands producteurs de duits intermédiaires organiques com-
industries chimique et électrochimique silicone expert en solutions complètes plexes, les organosilanes, les produits
et un partenaire global innovant pour en termes de produits, services et con- chiraux, les cyclodextrines et les acides
ses clients dans de multiples industries cepts. WACKER SILICONES aide ses aminés. Forte d’un vaste savoir-faire,
clés du monde entier. Comptant clients à commercialiser ses innovations, la division WACKER FINE CHEMICALS
quelque 14 400 personnes, le groupe à étendre au maximum ses ventes dans est le partenaire idéal pour les projets de
a réalisé en 2005 un chiffre d’affaires le monde entier et à optimiser ses développement et de production les plus
de 2,76 milliards d’euros dont 21% processus opératoires afin de réduire exigents dans le domaine de la chimie et
en Allemagne, 31% en Europe (sans l’ensemble de ses coûts et accroître sa de la biotechnologie.
l’Allemagne), 22 % en Amérique et productivité. Les silicones sont la base
26 % dans la région Asie-Pacifique, de matériaux aux propriétés extrêmement WACKER POLYSILICON
y compris les autres pays. variées et aux applications pratiquement produit depuis plus de cinquante ans
Fort d’environ 20 sites de production illimitées dans les secteurs les plus du silicium utlrapur pour l’industrie des
et de plus de 100 représentations, variés allant des industries automobile, semiconducteurs et l’industrie photo-
le groupe est présent dans le monde chimique, électrique, électronique et du voltaïque. Comptant parmi les plus
entier. Son siège social se trouve bâtiment au papier, au textile et à la cellu- grands producteurs mondiaux de silicium
à Munich. lose en passant par l’industrie cosmé- polycristallin, WACKER POLYSILICON
Ayant consacré 5,3 % de son chiffre tique, les produits de consommation, la a pour clients des fabricants leaders de
d’affaires à la recherche et au déve- construction mécanique et métallurgique. tranches et de cellules solaires.
loppement en 2005, WACKER compte
parmi les premières entreprises chi- WACKER POLYMERS Siltronic
miques internationales aux activités est le n° 1 sur le marché international figure au rang des leaders mondiaux sur
de recherche. des liants de haute qualité et des additifs le marché des tranches de silicium ultra-
polymères. Son domaine d’activité com- pur. Partenaire de nombreux fabricants
prend les produits chimiques pour le bâti- leaders de puces informatiques, Siltronic
ment, les polymères fonctionnels pour développe et produit des tranches
revêtements, vernis et autres applications d’un diamètre allant jusqu’à 300 mm sur
industrielles ainsi que les substances de des sites implantés en Europe, en Asie,
base, à savoir l’acétyle. Les poudres au Japon et aux USA. Les tranches de
redispersables, dispersions, résines silicium sont la base de la micro- et nano-
solides, liants en poudre et résines pour électronique utilisée par ex. pour les
vernis de WACKER POLYMERS trouvent ordinateurs, la télécommunication, l’auto-
leur application dans le bâtiment, l’auto- mobile, la technique médicale, l’électro-
mobile, l’industrie du papier et des colles, nique grand public et les systèmes de
et les fabricants d’encres d’imprimerie et commande.
de peintures industrielles.

WACKER FINE CHEMICALS


est experte en synthèses organiques,
silanes et biotechnologie et offre au client
des solutions sur mesure dans le domaine
des sciences de la vie et de l’industrie des
produits de consommation. Sa gamme
01.07

41

CREATING TOMORROW’S SOLUTIONS


6187fr/02.07

Wacker Chemie AG
Hanns-Seidel-Platz 4
81737 Munich, Germany
info.silicones@wacker.com

42 www.wacker.com