Vous êtes sur la page 1sur 10

PALMA

explorations musicales et visuelles


Du 28 mars au 2 avril 2018, partez à la rencontre des 24 artistes ou groupes qui constituent
la programmation de la troisième édition du festival Palma.

Dès mercredi 28 mars, Le Pavillon devient l'épicentre de Palma. À la fois lieu de fabrique
artistique et quartier général du festival, vous y serez plongés dans les processus créatifs
des artistes invités au travers d'ateliers, de workshop ou d'expositions. Ce sera également le
lieu pour partager un verre au bar éphémère et vous renseigner sur l'ensemble de la
programmation.

Il sera alors temps de partir à la découverte des artistes visuels qui interviennent dans
l'espace public. Après avoir montré ses travaux dans des musées et galeries de renom
comme la Tate Modern à Londres ou la Fundación Miró à Barcelona, Eltono sera à retrouver
dans les rues de Caen et au Pavillon. Après le parvis du Centre Georges Pompidou à Paris ou
la Place du Capitole à Toulouse, c'est maintenant à Caen d’accueillir L'Atlas et ses perfor-
mances monumentales réalisées à même le sol. OX développera ses installations poétiques
ou ironiques en décalage avec l’utilisation commerciale de notre environnement quotidien,
tandis que Lucy Maclauchlan, Eliote et Johan Moorman viendront peindre leur création sur
des murs à Mondeville et Caen.

Durant ces six jours, vous pourrez également vous laisser surprendre par les concerts de The
World sur le parvis de la mairie de Mondeville, découvrir le Grand salon de l'Hôtel de Blangy
en musique avec Piano Zolo, pique-niquer au son d'Electric Electric, Guru Guru ou SeRvo au
à la forge des Maréchaux du Quartier Lorge, danser au Cargö avec Altin Gün, Malik Djoudi
ou Sama', prendre l'apéro sur le toit terrasse du Dôme avec YachtClub et Dilo Roman...

Révélant une vision poétique et ludique de la ville, grâce à sa programmation riche et variée,
accessible à tous et en très grande majorité gratuite, le festival Palma propose de vous
emmener à la découverte d'artistes émergents ou reconnus qui offrent un autre regard sur
la ville et sur notre quotidien.

contact presse : 06 10 36 44 98
bonjour@palmafestival.com

Accueil et information
Le Pavillon, 10 quai François Mitterrand, Caen
Du 28 mars au 2 avril de 13h à 19h

www.palmafestival.com
OX ELTONO L’ATLAS
Depuis les années 80, OX interfère avec le Flâneur, piéton obstiné et observateur chro- Dans les années 1990, L’Atlas agit radicale-
paysage urbain. Il colle ses peintures sur les nique, l’artiste français Eltono utilise depuis ment dans l’espace public, se faisant
panneaux publicitaires les détournant ainsi de des années l’espace public comme support, connaître dans le champ du graffiti. Il a
leur fonction. Ces actions, non commandées, atelier et source d’inspiration. Sa sensibilité conservé son intérêt pour la signature mais
l’ont amené à participer à des évènements envers tout ce qui se passe autour de lui et sa surtout pour l’écriture, point de départ de son
comme le festival Palma où il développe des connaissance de la nature, de la rue – ses travail plastique.
installations plus élaborées souvent en lien caprices et son caractère imprévisible – sont Il est animé par l’idée de créer un langage
avec l’architecture. Il se définit avant tout ses outils principaux à l’heure de générer ses pictural universel qui soit un juste équilibre
comme peintre même si la photographie tient œuvres. entre la forme et la lettre, entre l’acte et
une grande place dans ce processus. l’intention.
Quand il est invité à travailler en intérieur,
Ces interventions éphémères n’ont pas pour Eltono s’efforce à trouver des solutions pour Figure majeure de l’art urbain, L’Atlas est
but de délivrer un message ou d’embellir la résoudre le dilemme qui se pose au moment renommé pour ses façades peintes et ses
ville. Elles visent à générer une parenthèse d’exposer de l’art public dans des espaces performances monumentales réalisées à
poétique ou ironique en décalage avec l’utili- privés. Palma accueille l’artiste en résidence même le sol des villes, à l’image de l’immense
sation commerciale de notre environnement au Pavillon et lui donne carte blanche afin de rose des vents commandée par le Centre
quotidien. Elles attirent aussi l’attention sur produire un travail contextuel sur la ville de Georges Pompidou à Paris en 2008, ou
l’esthétique de lieux périphériques ou desti- Caen. encore du labyrinthe Place du Capitole à
nés à la consommation qui sont souvent Il est intervenu dans les rues de plus de 90 Toulouse en 2012. Palma est heureux d’ajou-
dédaignés. villes à travers le monde et a montré ses ter Caen à la liste des villes qui l’accueillent en
travaux dans des musées et galeries de renom création.
comme la Tate Modern à Londres, la Funda-
ción Miró à Barcelona ou l’Institut Cervantes
à Paris.
JOHAN MOORMAN LUCY MCLAUCHLAN CYPRIEN DESREZ
Johan Moorman pratique le graffiti à Eindho- L’artiste anglaise Lucy McLauchlan travaille Cyprien est un jeune artiste caennais qui
ven aux Pays-Bas au début des années 90 essentiellement en noir et blanc. Elle est explore les notions de territoire et d’identité.
sous le nom de LATE. Les quatre lettres qui influencée par la nature mais s'inspire aussi de La ville est une composition d’espaces divers
composent son alias deviennent progressive- son environnement immédiat qui nourrit et qui se côtoient, il tente de les révéler et de les
ment matière à imaginer des modules à oriente un processus de création intuitif et faire coexister : parfois c’est par le déplace-
mi-chemin entre architecture et typographie. exploratoire. Lucy adopte une approche ment physique, une sorte de cabotage
Il puise dans l’imagerie des jeux vidéo instinctive qui aboutit à un travail où des pédestre, parfois il s’agit simplement de
d’arcade, de l’innovation technologique ou formes organiques libres se mélangent à des laisser apparaître sur un même support une
encore dans les anciens catalogue Legos. En silhouettes humaines qui interagissent pour redondance de formes, d’enseignes, de
arrangeant des formes géométriques, il envahir l’espace et créer des œuvres au couleurs.
construit des images rétro futuristes lorgnant charme envoûtant.
vers le Pop art. Des objets s’installent dans Pour Palma, Cyprien invite le public à une
des scènes urbaines où le temps semble s’être Internationalement connues, ses peintures “Randonnée des épiceries spécialisées” et
figé dans un futur qui n’a jamais vraiment recouvrent les murs d’immeubles en Europe, nous emmène découvrir une multitude de
existé mais qui a largement été fantasmé. Ce des panneaux publicitaires gigantesques en destinations exotiques à portée de pas.
sont autant de terrains de jeux qui appellent à Chine, des cabanes en Gambie, des fenêtres Prolongeant l’expérience, en résidence au
l’exploration. au Japon, des murs sur la Place Rouge à Pavillon lors du festival, il produira six pein-
Moscou, des châteaux d'eau en Italie, un tures concernant six pays visités lors de cette
phare en Norvège, des parkings à Detroit ou marche.
des tunnels souterrains abandonnés à New
York.
ELIOTE SUPERSEÑOR LÉONARD DAUCHEZ
Eliote commence par faire du graffiti classique Superseñor est née de l’envie de promouvoir Léonard Dauchez est un jeune architecte
dans les rues et terrains vagues de Marseille. et diffuser l’image imprimée. Disposant d’un caennais, qui en parallèle de son travail
De ces années de graffiti, Eliote a gardé la atelier avec du matériel d’impression et de d’agence, s’investit dans des projets de
rapidité d’exécution, la simplicité de construc- façonnage, le collectif bisontin produit des recherches et d’expérimentation urbaines et
tion et la recherche d’un impact visuel maxi- posters sérigraphiés et des fanzines. En architecturales. Léonard essaie toujours de
mal. Sa peinture évolue, au fil du temps il relation étroite avec Superseñor, les éditions favoriser les échanges d’idées avec d’autres
déconstruit la structure de son lettrage pour Juste Ici documentent le travail d’artistes disciplines qui ne sont pas habituellement
laisser place à des formes géométriques et urbains via des éditions élaborées dans une assimilées à l’acte de construction. La pluri-
abstraites. Un pot de noir et une bombe de précarité joyeuse. Ces livres réalisés à l’aide disciplinarité lui semble une notion indispen-
blanc, ou l’inverse, quelques fois une petite de risographes fatigués sont à leur humble sable dans l’architecture. C’est dans cette
touche de couleur, la palette d’Eliote est échelle une manière de présenter l’art dans dynamique que ses projets sont conçus :
minimale. À ces formes brutalistes s’ajoutent l’espace public comme un processus répondre à une nouvelle façon de penser la
quelques traits et effets simples, rapides et complexe plutôt qu’une simple image finale. relation entre l’architecture et la ville. Il aime,
lisibles qui synthétisent des paysages galac- Superseñor s’investit également dans des dans son travail, employer des matériaux de
tiques dans lesquels les lettres semblent se actions de valorisation de l’impression artisa- récupération, tout en gardant une esthétique
fondre pour devenir des volumes structurant nale afin de faire découvrir des méthodes de contemporaine riche de détails soignés et
des compositions futuristes. création et de reproduction alternatives à des s’attache à ne pas en négliger la dimension
publics variés. poétique. Chacun de ses projets raconte une
histoire.
Dans un atelier improvisé au Pavillon, les
membres de SuperSeñor présenteront leurs
affiches de concert, leurs fanzines et produi-
ront des sérigraphies originales en lien avec la
programmation du festival.
ALTIN GÜN DBFC MALIK DJOUDI
Alors bassiste de Jako Gardner, le hollandais Le duo franco-anglais (quartet sur scène) Voix aérienne, paroles en français et musique
Jasper Verhulst est revenu de sa tournée en plonge ses racines dans le Madchester des électro. Malik Djoudi produit une pop trico-
Turquie tout chamboulé par ce qu’il y a enten- Stone Roses, New Order ou Happy Mondays lore qui ne laisse pas indifférente. Son premier
du. De retour à Amsterdam, il monte un et décide de convier à nouveau l'écriture pop album “UN” paru chez La Souterraine est une
groupe et fait revivre le rock anatolien de la sur le dancefloor. Un creuset sonore où se merveille et vient combler un vide dans le
fin des années 60 et du début des années 70, fondent les transes de la musique de club, les paysage de la chanson française. Entre Chris-
époque folle où la musique folk du Bosphore divagations mentales de la pop psychédélique tophe et Sébastien Tellier, une voix qui flirte
était psychédélique, en lui insufflant l'énergie et les lames du rock. aussi du côté de James Blake. Malik Djoudi
empruntée à la pop d’aujourd’hui. impose une touche qui n’appartient qu’à lui :
Vendredi 30 mars / 22h - 5h / LE CARGÖ / élégante et vibrante, impressionnante et
Vendredi 30 mars / 22h - 5h / LE CARGÖ / 11/15/17€ fragile.
11/15/17€
Vendredi 30 mars / 22h - 5h / LE CARGÖ /
11/15/17€
SAMA’ SURFING LEONS LOYA
Artiste emblématique de la communauté Fondateur des soirées belges Forma.T Pour clôturer le festival Loya nous entraîne
underground palestinienne, Sama’ est la (Justice, Boyz Noize, Jackmaster, Diplo, James dans une randonnée musicale de l’Océan
première DJ à avoir importé le mouvement Blake, Sebastian, Martyn…) et co-programma- Indien à l’Afrique et de l’Inde à l’Europe, en
techno à Ramallah. Pianiste depuis son jeune teur de l'un des plus prestigieux festival euro- fusionnant musiques tamoul, séga mauricien,
âge, elle a commencé à mixer et produire sa péen (Dour Festival) le jour, puis DJ et maloya et ondes électroniques.
propre musique en 2010 : une techno percu- producteur la nuit, Surfing Leons semble ne
tante, à la fois sèche et musicale à la frontière jamais s'arrêter. Ses talents de digger vous Lundi 2 avril / 16h / LE PAVILLON / gratuit
des musiques électroniques, house et deep feront danser toute la nuit sur des grands crus
house. techno et house !

Vendredi 30 mars / 22h - 5h / LE CARGÖ / Vendredi 30 mars / 22h - 5h / LE CARGÖ /


11/15/17€ 11/15/17€
ELECTRIC ELECTRIC THE GURU GURU SeRvo
Le trio strasbourgeois Electric Electric frappe The Guru Guru fait du rock borderline depuis Possiblement l’incarnation musicale la plus
fort avec son troisième album, sobrement 2012. Figurez-vous un chanteur dans une cohérente de la Ville aux Cents Clochers,
intitulé III, qui affirme et assoit leur identité, camisole de force multicolore, poursuivi par SeRvo tire son nom d’un titre du Brian Jones-
leur esthétique. Après deux albums mariant des guitares fiévreuses et une section town Massacre mais la comparaison s’arrête
autoroutes krautrock, accidents mathrock, rythmique convulsant. On réinvente les règles là. Psyché par vocation, les gars ont tôt fait de
griffures noise, et électronique intégrée, et de la musique indie-math-psychonoise sans délaisser les tempos mollassons du genre
l’aventure collective de La Colonie de gêne, ce qui se traduit par des chansons récal- pour des rythmiques syncopées, frôlant
vacances, le groupe explore une nouvelle citrantes qui sont étonnamment un délice parfois même les beats disco et les patterns
facette, en travaillant notamment sur les pour les oreilles. Le groupe est inspiré par garage.
textures et les timbres. METZ, Pere Ubu, Deerhoof, The Jesus Lizard
et Melt-Banana. Dimanche 1er avril / 12h - 18h / QUARTIER
Dimanche 1er avril / 12h - 18h / QUARTIER LORGE, CAEN / gratuit
LORGE, CAEN / gratuit Dimanche 1er avril / 12h - 18h / QUARTIER
LORGE, CAEN / gratuit
LE COMTE YachtClub DILO ROMAN
“Chaleur et Mouvement”, le titre de son Bonbons acidulés, joyeux chaos, YachtClub Après plusieurs existences entre musiques
dernier EP résume bien l’électronica onirique décomplexe la pop. Une batterie, deux expérimentales, folk et indie rock au sein
du musicien rennais. En véritable laborantin guitares, un clavier premier prix et tout un d’Iku Ink Arp ou Talune, Romain Vasset a réuni
des musiques électroniques et des claviers bazar d’objets, dessinent le terrain de jeu des autour de ses chansons un quartet de musi-
modulaires, Le Comte triture la matière quatre musiciens. On se laisse immédiate- ciens venus d’autres constellations. Avec cet
sonore, l'étire, l'allège, la densifie et nous ment happer par cette bouffée d’air frais, instrumentarium riche et varié (claviers,
plonge dans un état proche de l'hypnose. Ses cette pop débridée portée par la voix de la batterie, saxophones, chant, guitares…), Dilo
boucles aériennes et son ambient éthérée chanteuse Yurie Hu. Après un premier EP sorti Roman cherche sa voie entre folk minimale,
évoque ainsi autant Tangerine Dream que le en 2016, ils sont de retour avec un premier ensoleillements pop et matières
duo culte Boards Of Canada. album « Machoc » qui s’annonce explosif. électro-acoustiques.

Samedi 31 mars / 16h - 17h / BIBLIO- Samedi 31 mars / 18h - 21h30 / LE DÔME, Samedi 31 mars / 18h - 21h30 / LE DÔME,
THÈQUE ALEXIS DE TOCQUEVILLE, AUDI- ROOFTOP / gratuit ROOFTOP / gratuit
TORIUM / gratuit
THE WORLD PIANO ZOLO OMEDOC
Déjà croisés au sein des Agamemnonz, Syntax Exceptionnellement ouvert au public, le grand Une expérience sonore et sensible. Une
Error, Seal of Quality ou Room 204, les trois salon de l'Hôtel de Blangy sera le lieu des musique étirée et modelée. Une performance
musiciens de The World affichent la même expérimentations percussives et électro- menée par les musiciens de l’Orchestre de
nostalgie des années Michael Douglas et Phil niques de Romain Dubois qui mixe avec son Musiques Expérimentales du DOC. Saxo-
Collins, entre hard-FM et musique néo-ro- Piano Zolo différentes techniques musicales phone, basse, guitare, le trio offre une
mantique. Dans The World, on croise des pour un résultat saisissant. Il y développe sous création taillée sur mesure pour Palma.
entrepreneurs sans scrupules, des brushings l'apparente sobriété du piano, les impulsions
incroyables, des détectives à moustache et, d'une musique aussi bien minimaliste et Samedi 31 mars / 10h - 11h / PISCINE DE
bien sûr, des cocktails. chaleureuse que puissante et orchestrale. MONDEVILLE / 2€25 (slip et bonnet de bain
obligatoires)
Jeudi 29 mars / 19h / MAIRIE DE MONDE- Samedi 31 mars / 14h - 15h / HOTEL DE
VILLE / gratuit BLANGY, 9 rue de l’Engannerie, Caen
gratuit sur inscription à bonjour@palmafesti-
val.com (jauge limitée à 45 personnes)