Vous êtes sur la page 1sur 249

UNIVERSITÉ PRIVÉ DE FÈS

DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL

Étude du tablier d’un viaduc en béton


précontraint
Application au viaduc de la nouvelle rocade n°2 de Rabat-Salé

Mémoire en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur


en génie civil

ZAKARIA ZINOUN
KHALIL MOUMNI

 Directeur de Mémoire : Mr. Maaroufi Mohammed Mouhcine


 Tuteur de Stage : Mr.Kacimi Tarek
UPF ZZ-KM TECOPY

Remerciements

Nous dédicaçons ce mémoire à nos chers parents et frères et sœurs, qui nous ont
accompagnés et motivés tout au long de notre parcourt académique. Aucun
remerciement ne pourrait refléter notre profonde gratitude envers ces bonnes
âmes.

Nous tenons à témoigner notre sincère reconnaissance à monsieur Mouhcine El


Maaroufi directeur de TECOPY Maroc, pour nous avoir accompagnés et guidés
dans l’élaboration de ce travail.

Nous remercions amplement monsieur Tarek Kacimi ingénieur à l’agence


d’aménagement de la vallée de Bouregreg, pour sa contribution inconditionnel
et son aide précieuse.

1
UPF ZZ-KM TECOPY

Avant-propos

L’objectif de ce mémoire est de couronner tout un parcourt d’apprentissage, en mettant


l’accent sur un thème consistant, reflétant une panoplie d’acquis et de savoirs. Par
conséquent, L’étude s’est portée sur le tablier d’un viaduc en précontraint.

Le choix d’un tel thème n’était guère un fruit du hasard, mais c’était le résultat d’une réflexion
profonde mettant en évidence l’aspect particulier et exhaustif du sujet.

En effet, étudier un tablier fait appel à plusieurs connaissances rassemblant entre le béton
armé, le précontraint, la RDM et même le parasismique. Il est clair alors, qu’il s’agit d’un sujet
qui ne peut que susciter la curiosité et la détermination de tout ingénieur.

Bien que le mémoire évoque un contenu purement technique, l’objectif principal reste de
présenter un travail cohérent, bénéficiant d’un raisonnement sain et bien construit. Cette
perspective reflète un cas réel de pratique auquel on peut se confronter, et qui mettrait à
l’épreuve notre aptitude à gérer les difficultés et l’incertitude des données.

Enfin, nous jugeons nécessaire de mentionner que nous nous sommes abstenus d’étudier le
viaduc entier en raison de la vastitude du thème, qui impose un mémoire complet et intégral.

2
UPF ZZ-KM TECOPY

Résumé

Le présent mémoire reflète une étude partielle du nouveau viaduc de Rabat-Salé, notamment
son tablier, dont l’analyse est étalée sur sept chapitres englobant toutes les particularités
permettant de converger vers un dimensionnement rigoureux.

Le premier chapitre prend l’aspect d’une introduction mettant en valeur tous les éléments
dont le tablier se compose et justifiant le choix du type de structure choisie, en se basant sur
une analyse multi critères.

Le deuxième chapitre vient présenter les différentes charges à prendre en considération dans
le calcul, qui seront la base de l’évaluation du moment fléchissant et de l’effort tranchant.

Le chapitre qui suit est consacré à identifier les valeurs des éléments de réduction
longitudinales (V,M) des poutres, pour chaque type de charge, et ceci par le biais d’un calcul
manuel et numérique afin de limiter toute erreur pouvant impacter tout le processus d’étude.
Le quatrième chapitre est en vérité un prolongement du précèdent, mettant en lumière
l’évaluation transversale, qui sera fusionner avec les résultats obtenus précédemment pour
déduire les valeurs finales des sollicitations dans chaque poutre.

Le cinquième chapitre contient une analyse détaillée de la précontrainte des poutres, dont le
contenu oscille entre l’évaluation du nombre de câbles, les pertes de tensions et les
justifications aux états limites.

L’étude de l’hourdis est mentionnée dans le sixième chapitre qui a pour finalité de calculer la
section des aciers capables de résister aux diverses charges.

Le mémoire comporte aussi un volet d’analyse sismique contenu dans le dernier chapitre,
dont l’objet est de retrouver les valeurs des forces horizontales et verticales amenées par la
vibration du tablier.

Enfin tous les détails des calculs sont rassemblés soigneusement dans des annexes figurant à
la fin du mémoire. Le recours à des telles documentations reste essentiel pour percevoir la
perspective d’analyse.

3
UPF ZZ-KM TECOPY

Summary

The following research paper comes within the framework of a technical document, which
contains seven chapters aimed to present a detailed study about the deck of the new Rabat-
Salé Bridge.

The first chapter can be seen as an introduction, where we establish a multi criteria analysis
about some bridges variants and define all the components belonging to the deck.

The next one enlighten all load types that can be considered to calculate maximal bending
moments and cutting forces. The results appear in the two following chapters, concerning
both longitudinal and transversal evaluation.

Chapter 5 is about a detailed study of the prestressed concrete beams. It is based on a


systematic perspective that encompass the determination of number of cables, tension loss,
and finally lead to an effective verification of some SLS and USL conditions.

Slab dimensioning details can be found in chapter 6, whose purpose is to calculate the steel
section able to counteract outer loads.

The seismic aspect is also included in the research. The last chapter study the vibratory
behaviour of the deck with the goal of determining resulted forces, that may affect the
structure in both vertically and horizontally ways.

At the end, several appendixes are included to extend the comprehension of methods used
along the analytic procedure.

4
UPF ZZ-KM TECOPY

Liste des figures


Figure 1 : Emplacement du Viaduc ........................................................................................................ 13
Figure 2 : Tracé du projet ...................................................................................................................... 14
Figure 3 : Résultat final de la comparaison ........................................................................................... 16
Figure 4 : Résultat final de la comparaison ........................................................................................... 17
Figure 5 : Plan transversal du tablier ..................................................................................................... 17
Figure 6 : Illustration longitudinal du tablier ......................................................................................... 18
Figure 7 : sections des poutres retenues .............................................................................................. 20
Figure 8 : Dimensions de l'entretoise .................................................................................................... 20
Figure 9 : Épaisseur de l'entretoise ....................................................................................................... 20
Figure 10 : Étanchéité ............................................................................................................................ 23
Figure 11 : Revêtement ......................................................................................................................... 23
Figure 12 : La corniche........................................................................................................................... 23
Figure 13 : Garde-corps BN4 ................................................................................................................. 24
Figure 14 : Séparateur du béton ........................................................................................................... 24
Figure 15 : Trottoir ................................................................................................................................ 24
Figure 16 : Dallette ................................................................................................................................ 25
Figure 17 : Poutre en travée .................................................................................................................. 25
Figure 18 : Poutre sur appui .................................................................................................................. 25
Figure 19 : disposition longitudinal de Bc ............................................................................................. 30
Figure 20 : Disposition transversal de Bc .............................................................................................. 31
Figure 21 : Disposition longitudinal de Bt ............................................................................................. 31
Figure 22 : Disposition transversal de Bt ............................................................................................... 32
Figure 23 : Disposition longitudinal et transversale de Br. ................................................................... 32
Figure 24 : Disposition longitudinal de Mc120 ...................................................................................... 33
Figure 25 : Disposition transversal de Mc120 ....................................................................................... 33
Figure 26 : Disposition longitudinal de Me 120..................................................................................... 33
Figure 27 : Disposition transversal de Me120 ....................................................................................... 33
Figure 28 : Disposition de convoi type D ............................................................................................... 34
Figure 29 : Disposition de convoi type E ............................................................................................... 34
Figure 30 : Moments maximaux de G issus de robot ............................................................................ 52
Figure 31 : Moments maximaux de trottoir issus de robot .................................................................. 52
Figure 32 : moments maximaux de A issus de robot ............................................................................ 52
Figure 33 : Moments maximaux de Bc issus de robot........................................................................... 52
Figure 34 : Moments maximaux de Bt issus de robot ........................................................................... 53
Figure 35 : Moments maximaux de Me120 issus de robot ................................................................... 53
Figure 36 : Moments maximaux de Mc120 issus de robot ................................................................... 53
Figure 37 : Moments maximaux de convoi D issus de robot ................................................................ 53
Figure 38 : Moments maximaux de convoi E issus de robot ................................................................. 53
Figure 39 : Efforts tranchant maximaux de G issus de robot ............................................................... 54
Figure 40 : Efforts tranchant maximaux de trottoir issus de robot ....................................................... 54
Figure 41 : Efforts tranchant maximaux de système A issus de robot .................................................. 54
Figure 42 : Efforts tranchant maximaux de Bc issus de robot ............................................................... 54
Figure 43 : Efforts tranchant maximaux de Bt issus de robot ............................................................... 54
Figure 44 : Efforts tranchant maximaux issus de robot ........................................................................ 55
Figure 45 : Efforts tranchant maximaux issus de robot ........................................................................ 55
Figure 46 : Efforts tranchant maximaux de convoi D issus de robot .................................................... 55

5
UPF ZZ-KM TECOPY

Figure 47 : Efforts tranchant maximaux de convoi E issus de robot ..................................................... 55


Figure 48 : illustration d'une poutre et des entretoises ........................................................................ 59
Figure 49 : notation des poutres du tablier 1 ........................................................................................ 60
Figure 50 : Décomposition de la section en travée (L/2) ...................................................................... 62
Figure 51 : Etapes de la mise en tesion ................................................................................................. 72
Figure 52 : illustration de la section critique ......................................................................................... 76
Figure 53 : Excentrement des câbles d’about ....................................................................................... 82
Figure 54 : Disposition des câbles à l’about .......................................................................................... 83
Figure 55 : Espacement entre les gaines ............................................................................................... 84
Figure 56 : Disposition des câbles en travée (L/2) ................................................................................ 84
Figure 57 ................................................................................................................................................ 88
Figure 58: paramètre du tracé de la deuxième famille ......................................................................... 89
Figure 59 : zoom su ancrage .................................................................................................................. 90
Figure 60 : Disposition finale des câbles ............................................................................................... 91
Figure 61 : Diagramme de contraintes ................................................................................................ 121
Figure 62 : Diagramme de déformation ultime des matériaux ........................................................... 122
Figure 63 : Diagramme de déformation du béton sous charges permanentes à l'ELS ....................... 123
Figure 64 : Axes et dimension du hourdis étudié ................................................................................ 127
Figure 65 : Diffusion des charges localisées ........................................................................................ 129
Figure 66 : Rectangle d'impact des charges localisées P placées au centre de la dalle ...................... 130
Figure 67 : schéma de deux rectangles symétrique ............................................................................ 131
Figure 68 : schéma de quatre rectangles placés de part et d'autres des axes .................................... 133
Figure 69 : schéma de deux rectangles dont deux sont placé sur l'axe .............................................. 133
Figure 70 : Disposition du cas d'un seul camion bt placé sur le hourdis ............................................. 135
Figure 71 : 2 eme disposition du cas d'un système Bt placé sur le hourdis ........................................ 136
Figure 72 : Position des camions selon le 2 eme cas ; 1er disposition de Bt ...................................... 136
Figure 73 : Position des camions selon les 2 cas ; 2eme disposition de Bt ......................................... 137
Figure 74 : rectangle d'impact pour la charge Br ................................................................................ 138
Figure 75 : répartition des moments sur la dalle continue ................................................................. 140
Figure 76 : Transformation d'une charge en forme de lame de couteau ............................................ 142
Figure 77 : Charge uniformément repartie d'intensité q sur toute longueur ...................................... 142
Figure 78 : Charge uniformément repartie sur une longueur 2c ........................................................ 143
Figure 79: Chargement de Gper dans le sens longitudinal .................................................................. 146
Figure 80 : la position de Bc sur le hourdis .......................................................................................... 148
Figure 81 : La position de la charge Bt ................................................................................................ 150
Figure 82 : La position de la charge Br ................................................................................................ 151
Figure 83 : La position la plus défavorable pour Mc120 dans le sens longitudinal ............................. 152
Figure 84 : Disposition du ferraillage du hourdis ................................................................................. 160
Figure 85 : Zones de sismicité au maroc ............................................................................................. 165
Figure 86 : Spectre de réponse élastique horizontal (EC8) ................................................................. 168
Figure 87 : Spectre de réponse élastique vertical (EC8) ...................................................................... 170
Figure 88 : Spectre de réponse vertical ............................................................................................... 177
Figure 89 : Ferraillage poutre-hourdis................................................................................................. 244

6
UPF ZZ-KM TECOPY

Liste des tables


Table 1 : Échelles de comparaison ......................................................................................................... 15
Table 2 : Valeur finale des charges permanentes.................................................................................. 28
Table 3 : Valeurs du coefficient a1 ........................................................................................................ 30
Table 4 : Valeurs de charges réparties du système A ............................................................................ 30
Table 5 : Coefficient bc .......................................................................................................................... 31
Table 6 : Coefficient bt ........................................................................................................................... 32
Table 7 : Moments maximaux de la charge permanente ...................................................................... 37
Table 8 : Moments maximaux de la charge A ....................................................................................... 37
Table 9 : Moment maximaux des charges sur trottoir .......................................................................... 38
Table 10 : Moments maximaux de la charge Bc.................................................................................... 39
Table 11 : Moments maximaux de Bt .................................................................................................... 41
Table 12 : Moments maximaux de Mc120 ............................................................................................ 42
Table 13 : Moments maximaux de Me120 ............................................................................................ 43
Table 14 : Moments maximaux du convoi D ......................................................................................... 44
Table 15 : Moments maximaux du convoi E .......................................................................................... 45
Table 16 : Efforts tranchant maximaux de G ......................................................................................... 46
Table 17 : Efforts tranchant maximaux de charges sur trottoir ............................................................ 46
Table 18 : Efforts tranchant maximaux de A…………………………………………………………. ........................... 46
Table 19 : Efforts tranchant maximaux de Bc ....................................................................................... 47
Table 20 : Efforts tranchant maximaux de Bt ........................................................................................ 49
Table 21 : Efforts tranchant maximaux de Mc120 ................................................................................ 50
Table 22 : Efforts tranchant maximaux de D ......................................................................................... 51
Table 23 : Efforts tranchant maximaux de E ......................................................................................... 51
Table 24 : Récapitulatif des moments maximaux ................................................................................. 56
Table 25 : Récapitulatif des efforts tranchant maximaux ..................................................................... 56
Table 26 : Récapitulatif des rigidités ..................................................................................................... 62
Table 27 : Valeurs de K1 et K0 pour =0,60 .......................................................................................... 64
Table 28 : Valeurs de K1 et K0 pour  =0,60 .......................................................................................... 64
Table 29 : Valeurs de K1 et K0 pour  =0,61 .......................................................................................... 65
Table 30 : Valeurs de K0 et K1 pour P2 et P1......................................................................................... 66
Table 31 : Valeurs de Kb,e) pour Pi ...................................................................................................... 66
Table 32 : Valeurs du CRT ...................................................................................................................... 67
Table 33 : Avantages et incovénients de la post-tension ...................................................................... 72
Table 34 : Contraintes limites de compression du béton....................................................................... 74
Table 35 : Équations des paraboles des câbles de précontrainte .......................................................... 90
Table 36 : Paramètres de longueurs des câbles de précontrainte......................................................... 91
Table 37 : Valeurs des Yi selon les sections ........................................................................................... 91
Table 38 : Pertes dues aux frottements des câbles en x=0 .................................................................... 94
Table 39 : Pertes dues aux frottements des câbles en x=0,5 m ............................................................. 94
Table 40 : Pertes dues aux frottements des câbles en x=38/2 ......................................................... ……95
Table 41 : Distances d'influence du recul d'ancrage.............................................................................. 96
Table 42 : Pertes dues au recul d'ancrages ........................................................................................... 97
Table 43 : Valeurs moyennes des pertes dues au recul d'ancrage ........................................................ 97
Table 44 : Récapitulatif des pertes instantanées moyennes pour chaque famille .............................. 105
Table 45 : Récapitulatif des pertes différées moyennes pour chaque famille de câbles ..................... 114
Table 46 : Total des pertes moyennes pour chaque famille de câble .................................................. 114

7
UPF ZZ-KM TECOPY

Table 47 : Vérification des contraintes tangentielles à l'ELS ............................................................... 120


Table 48 : Sens du travail de la dalle ................................................................................................... 128
Table 49 : Moments et efforts tranchant agissant sur la dalle due à G .............................................. 128
Table 50 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 1 - 1ère dispo.)........................................... 131
Table 51 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 1 - 2ème dispo.) ......................................... 132
Table 52 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 2 - 1ère dispo.)........................................... 133
Table 53 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 2 - 2ème dispo.) ......................................... 134
Table 54 : Sollicitations de calcul de Bc ............................................................................................... 134
Table 55 : Moments agissant sur la dalle dues à Bt (cas 1 - 1ère dispo.) ............................................ 135
Table 56 : Moments agissant sur la dalle dues à Bt (cas 1 - 2ème dispo.) .......................................... 136
Table 57 : Moments agissant sur la dalle due à Bt (cas 2 - 1ère dispo.) ............................................. 137
Table 58 : Moments agissant sur la dalle due à Bt (cas 2 - 2ème dispo.)............................................ 137
Table 59 : Sollicitations de Bt .............................................................................................................. 138
Table 60 : Moments agissant sur la dalle dues à Br ............................................................................ 138
Table 61 : Moments fléchissant agissant sur la dalle dues à Mc120 .................................................. 139
Table 62 : Récapitulatif des différentes sollicitations agissant sur ma dalle ....................................... 140
Table 63 : Résultats des moments fléchissant agissant sur la dalle continue ..................................... 141
Table 64 : Résultats des efforts tranchant agissant sur la dalle continue ........................................... 141
Table 65 : Table de µ1 .......................................................................................................................... 145
Table 66 : Table de µ3 .......................................................................................................................... 145
Table 67 : Valeurs de µ1 et µ3 à prendre en compte ............................................................................. 145
Table 68 : Résultat des moments fléchissant agissant sur la dalle (flexion globale) .......................... 153
Table 69 : Résultats des moments fléchissant totaux bruts ................................................................ 153
Table 70 : Coefficients de pondération des charges ............................................................................ 155
Table 71 : Résultats des moments fléchissant pondérés (flexion totale) ............................................ 155
Table 72 : Résultats des efforts tranchant pondérés (flexion totale) .................................................. 156
Table 73 : Particularités de ferraillage pour le system B ..................................................................... 158
Table 74 : Récapitulatif des sections d'acier par mètre linéaire de l'hourdis ...................................... 159
Table 75: Masses des piles et chevêtres du premier module .............................................................. 164
Table 76 : Zones de sismicité (EC8) ...................................................................................................... 165
Table 77 : Coefficients d'importance (EC8) .......................................................................................... 165
Table 78 : Classes du sol (EC8) ............................................................................................................. 166
Table 79 : Valeurs des paramètres des sols ......................................................................................... 166
Table 80 : Récapitulatif des paramètres d'accélération (EC8)............................................................. 167
Table 81 : Valeurs de TB-TC-TD (EC8) .................................................................................................. 168
Table 82 : Répartition longitudinale de la force sismique (EC8) .......................................................... 169
Table 83 : Répartition transversale de la force sismique (EC8) ........................................................... 170
Table 84 : Valeurs du paramètre b ...................................................................................................... 171
Table 85 : Récapitulatif des paramètres d'accélération verticale (EC8) .............................................. 171
Table 86 : Répartition de force sismique verticale .............................................................................. 171
Table 87 : Valeurs d'accélération nominale (AFPS92) ......................................................................... 173
Table 88 : Catégories des sols (AFPS92) .............................................................................................. 174
Table 89 : Classes des sites (AFPS92) ................................................................................................... 174
Table 90 : Répartition longitudinale de la force sismique (AFPS92) .................................................... 176
Table 91 : Répartition transversale de la force sismique (AFPS92) ..................................................... 176
Table 92 : Récapitulatif des paramètres de l'accélération verticale (AFPS92) .................................... 177
Table 93 : Comparatif entre l'EC8 et l'AFPS92 ..................................................................................... 178

8
UPF ZZ-KM TECOPY

Table des matières


Hypothèses de base.................................................................................................................... 11
CHAPITRE 1 : Présentation du projet et comparaison des variantes.............................................. 12
A-Présentation du projet ............................................................................................................ 13
B-Étude des variantes du Viaduc ................................................................................................. 15
C-Présentation et description de la variante retenue : ................................................................. 17
D-Justification technique conformément aux recommandations de SETRA :................................. 18
CHAPITRE 2 : Présentation des charges de calcul ......................................................................... 21
Introduction ............................................................................................................................... 22
A- Les charges permanentes : ..................................................................................................... 22
B-Charges sur trottoir ................................................................................................................. 28
C- Les charges routières : ............................................................................................................ 30
D- Les charges militaires ............................................................................................................. 33
E - Les charges exceptionnelles (extraits du fascicule 61) ............................................................. 34
F- Coefficient de majoration dynamique :.................................................................................... 35
CHAPITRE 3 :Évaluation du moment fléchissant et de l’effort tranchant longitudinales ................ 36
A-Calcul du moment fléchissant : ................................................................................................ 37
B-Évaluation de l’effort tranchant : ............................................................................................. 45
C-Résultats obtenus par ROBOT : ................................................................................................ 51
D-Comparaison des résultats ...................................................................................................... 55
E-Remarques et conclusion : ....................................................................................................... 56
CHAPITRE 4 : Évaluation transversale de (M,V) agissants sur les poutres ..................................... 58
Introduction ............................................................................................................................... 59
1-Calcul des paramètres fondamentaux : .................................................................................... 60
2-Calcul du CRT :......................................................................................................................... 63
Sollicitation de calcul pour le moment fléchissant ....................................................................... 69
Sollicitation de calcul pour l'effort tranchant ............................................................................... 71
CHAPITRE 5 : Évaluation de la précontrainte ............................................................................... 71
Introduction ............................................................................................................................... 72
Étape de mise en tension des câbles : ......................................................................................... 73
Hypothèses de calcul .................................................................................................................. 73
A-Évaluation de la précontrainte :............................................................................................... 76
B-Disposition constructives des câbles ........................................................................................ 82
C-Angle de relevage : .................................................................................................................. 85
D-Tracé des Câbles : ................................................................................................................... 87

9
UPF ZZ-KM TECOPY

E-Évaluation des pertes .............................................................................................................. 93


1-Pertes instantanées ........................................................................................................................ 93
2-Pertes differées :........................................................................................................................... 105
3-Total des pertes par câble : .......................................................................................................... 114
F-Vérification des contraintes normales à l’ELS ...........................................................................115
G-Vérification des contraintes tangentielles : .............................................................................119
H-Ferraillage longitudinal par armatures passives ......................................................................120
I-Justification de la section à L ELU .............................................................................................122
J-Justification vis-à-vis des sollicitations tangentes à l´état limite ultime .....................................124
Conclusion ................................................................................................................................125
CHAPITRE 6 : Calcul du ferraillage du hourdis .............................................................................126
A-Étude de la flexion locale du hourdis .........................................................................................127
1-Introduction : ............................................................................................................................... 127
2-Détermination des sollicitations ................................................................................................. 128
3-Sollicitations résultantes dans la dalle continue ........................................................................ 140
B-Étude de la flexion globale du hourdis ....................................................................................141
1-Introduction ................................................................................................................................. 141
2- Détermination des charges ......................................................................................................... 142
C - Étude de la flexion totale du hourdis............................................................................................ 153
1-Moment fléchissant total ............................................................................................................. 153
2-Effort tranchant ............................................................................................................................ 155
D-Calcul de ferraillage du hourdis ...................................................................................................... 156
CHAPITRE 7 : Analyse sismique du premier module du tablier ....................................................161
Introduction : ............................................................................................................................162
A-Hypothèses de calcul..............................................................................................................163
B-Justification de l’application de la méthode monomodale .......................................................164
C- Analyse sismique du tablier basé sur l’EC 8 : ...........................................................................165
D-Analyse sismique (Conformément aux règles de l’AFPS92) ......................................................172
Comparatif entre l’EC8 et l’AFPS92.............................................................................................178
Conclusion ................................................................................................................................179
Annexe du chapitre 1 .................................................................................................................180
Annexe du chapitre 3 .................................................................................................................185
Annexe du chapitre 4 .................................................................................................................199
Annexe du chapitre 5 .................................................................................................................226
Annexe du chapitre 6 .................................................................................................................226
Annexe du chapitre 7 .................................................................................................................245
Bibliographie .............................................................................................................................248

10
UPF ZZ-KM TECOPY

Hypothèses de base

Classe du béton utilisé :


Béton de classe : B40
Résistance caractéristique :
fc28 : Résistance à la compression fc28 = 40 MPa
ft28 : Résistance à la traction à 28 jours => ft28 = 0.6 + 0.06 fc28 = 3 MPa
Contrainte de compression à j jours : fcj = j x fc28 / (4,76+0,83*j)
Module de déformation longitudinal :
Ei = 11 000 fc28 1/3 : en cas de déformation instantanée.
Ev = 3 700 fc28 1/3 : en cas de déformation différée ou finale
Coefficient de poisson :
Le coefficient de Poisson, désigné par n, est pris égal à :
n = 0.0 pour le calcul des sollicitations.
Module d’élasticité sécant du béton :
Ecm = 22000 * ( fcm /10 ) 0.3 en MPA
Aciers utilisés :
 Pour le béton armé : barres à haute adhérence HA
 Pour béton précontraint : Armature T15s
Câbles de précontrainte :
L’angle de relevage est souvent faible, ce qui permet de supposer que P*cos= P
Symboles et notations :
Chaque chapitre est Independent de l’autre en termes de symboles et notation utilisés.
Règlements adoptés :
Fascicule 61 titre II / Fascicule 62 titre I / Euro code 2 / Euro code 8 / AFPS92

11
UPF ZZ-KM TECOPY

CHAPITRE 1
Présentation du projet et comparaison des variantes

Plan du chapitre : Objectifs :

-Présentation du projet -Objectif principal : Présentation du projet de viaduc


et analyse multicritère des variantes.
-Étude des variantes par Expert Choice
-Justification techniques conformément aux -Objectif secondaire : Exploiter le programme Expert
Recommandation de SETRA Choice pour l’analyse multicritères
.

12
UPF ZZ-KM TECOPY

A-Présentation du projet
Dans le cadre de la politique de développement globale que vit le Maroc, plusieurs
projets de grands calibres sont prévus concernant en particulier, l’aspect infrastructurel et
esthétique des pôles urbains.
Parmi les plans répondants à cette perspective, on cite le projet d’aménagement de la
vallée de Bouregreg qui comprend une large gamme d’infrastructures, à l’instar de la
deuxième rocade express 2x2 voies devant relier Rabat au niveau du carrefour-giratoire «
Jardin des Roses » (ex-Hilton) et Salé au niveau de la RN6. Ce nouveau réseau routier, verra le
jour grâce à un investissement colossal frôlant les 500 MDH et résultat d’un partenariat entre
plusieurs corps administratifs : Il s’agit du ministère de l’Intérieur, la région et les deux
communes des deux villes.
La nouvelle rocade franchira le fleuve Bouregreg par le biais d’un Viaduc qui contribuera
dans l’atténuation de l’encombrement du trafic au niveau des autres ponts contigus, comme
c’est le cas du pont Moulay el Hassan. L’ouvrage aura aussi des répercussions positives qui
vont renforcer la liaison entre Rabat et salé. Parmi les apports attendus on note :
 Le désenclavement des quartiers ouest de Salé.
 La desserte rapide de l’aéroport de Rabat – Salé.
 La fluidité de la circulation.
 La liaison urbaine entre les centres importants des deux villes.
 Le développement de moyens de transport collectifs entre les deux villes.

On peut illustrer l’emplacement du futur Viaduc par la carte suivante :

Figure 1 : Emplacement du Viaduc

Coté Rabat le projet se trouve au voisinage du site de chellah ; un grand potentiel touristique
et patrimonial. Alors que coté Salé on note un vaste terrain inoccupé, mais bénéficiera d’un
futur projet de développement.

13
UPF ZZ-KM TECOPY

Une visualisation plus étendue de la zone du projet avec coordonnées géographiques


s’illustre dans la carte suivante :

Latitude 34.005228
Longitude -6.811165

Emplacement du futur Viaduc


Tracé de la nouvelle rocade

Figure 2 : Tracé du projet

14
UPF ZZ-KM TECOPY

B-Étude des variantes du Viaduc


Pour un projet tel que le Viaduc, on peut évoquer un bon nombre de variantes qui
accomplissent la même tache de franchissement, mais qui possèdent des caractéristiques
différentes. Le choix de celle la plus convenable, dépend d’une analyse multicritères
concernant principalement quatre aspects fondamentaux :
 Influence ouvrage/entourage : ce critère concerne les divers conséquences qui
pourraient soit altérer le milieu récepteur, soit mettre en danger la structure.
 L’esthétique : L’importance de la rocade et La présence du site de Chellah exigent que
le viaduc soit en harmonie avec le paysage contigu.
 Le coût : Le budget doit rester dans la limite des moyens disponibles
 Facilité d’exécution : Le projet doit être facile à exécuter sans que cela puisse
influencer le respect des autres critères.

1-Choix de la variante optimale

L’analyse multicritères sera entamée par le biais du programme expert choice, qui permet de
comparer les variantes deux par deux pour chaque critère défini, jusqu’à pouvoir établir un
classement général. La comparaison se base sur une échelle verbale illustrée comme suit :

Variante 1 Critère x Variante 2

Le programme affecte un score pour chaque intensité d’importance tel que :

Table 1 : Échelles de comparaison

15
UPF ZZ-KM TECOPY

Les variantes proposées pour l’analyse multicritères sont :


 Pont VIPP
 Pont dalle nervurée
 Pont PRAD
 Pont mixte

Comme dans le cas des variantes, Expert Choice permet de faire des comparaisons 2 par 2.
L’importance de chaque critère par rapport à l’autre se présente d’une manière décroissante
comme suit :
1. L’Influence ouvrage/entourage
2. Le coût
3. L’esthétique
4. Facilité d’exécution

On procède alors dans l’analyse en comparant les variantes pour chaque critère.

Remarque : Le score final obtenu dépend strictement de la comparaison bilatérale entre les
variantes et du degré d’importance accordé aux critères.

On retrouve ainsi le résultat suivant :

Figure 3 : Résultat final de la comparaison

On déduit que la variante optimale est le viaduc à travée indépendante précontrainte (VIPP)
avec un pourcentage frôlant les 39%.

2-Justification de comparaison :
L’Influence ouvrage/entourage : l’agressivité du milieu et le nombre des piles (risque de
débordement de l’eau) implique respectivement que le choix du pont mixte et PRAD soit
rejeté.
L’esthétique : Le pont dalle nervurée est le choix le plus esthétique, puis il vient après le pont
mixte, ensuite le VIPP et enfin le PRAD. L’esthétique dépend essentiellement de la portée et
de l’aspect architecturel.
Les couts : Le pont mixte est le moins couteux, suivi du VIPP. Le pont dalle est en dernière
place vu sa consommation élevée du béton.
Facilité d’exécution : Le pont mixte est le plus facile à exécuté tandis que le pont dalle reste
le dernier choix à faire vu qu’il exige une manutention et un coffrage spécifique.
Généralement, On ne note pas une grande différence d’exécution entre les ponts VIPP et
PRAD, mais la portée limitée de ce dernier se traduit en un nombre de piles supplémentaires,
impliquant un travail de plus.

16
UPF ZZ-KM TECOPY

C-Présentation et description de la variante retenue :


Le choix des dimensions du pont VIPP dépendra des éléments suivants :

 La brèche du fleuve à franchir s’étale sur une distance frôlant les 190 m.
 Le terrain ne présente aucune contrainte obligeant à opter pour un ouvrage courbe.
 La portée du VIPP est contenue dans une plage de 30m à 50m.
 La conception courante au Maroc ne favorise pas les grandes portées.

On opte alors pour cinq travées isostatiques de 37m de portée avec 0,5 m de débordement
de chaque côté (saillie). Puisque Le viaduc portera une voie 2x2, on divisera le tablier en deux
parties indépendantes l’une de l’autre, avec 11,5 m de largeur chacune. Chaque tablier sera
porté par quatre poutres en béton précontrainte reposant sur des appuis en élastomères.

L’aspect sismique résultera à deux modules séparés, dont le nombre de travées est
respectivement deux et trois chacun. Le déplacement transversale du tablier issu d’un séisme
sera neutralisé par le biais de butés sismiques

Remarque : Les deux tabliers seront indépendants même au niveau de la structure portante
(chevêtres -piles-fondations).

Illustration longitudinale d’une travée :

Longueur = 38 m

0,5 m Portée = 37m 0,5 m


Figure 4 : Résultat final de la comparaison

Plan transversale du tablier :

L’illustration suivante présente les deux tabliers indépendants séparés par une dallette au
milieu (coupe sur appuis).

Tablier 2 Tablier 1

Poutre coffr.perdu Entraxe d Hourdis Dallette de séparation Butée sismique (1,6x0,5x0,73m)


Figure 5 : Plan transversal du tablier

17
UPF ZZ-KM TECOPY

Illustration longitudinal du tablier 1 :

Longueur = 190 m

Culée 1 Pile 1 Pile 2 Pile 3 Pile 4 Culée 2


Module 1 joint sismique Module 2
Figure 6 : Illustration longitudinal du tablier

D-Justification technique conformément aux recommandations de SETRA :


a/ Élancement des poutres (hp):

Pour un pont VIPP on doit avoir : Lp /22 ≤ hp ≤ Lp/16

Tel que : Lp est la portée du pont : Lp = 37 m

Application : 37 / 22 ≤ hp ≤ 37/6  1,68 ≤ hp ≤ 2,3

On fixe alors hp = 2m

b/ Entraxe des poutres (d) :

Pour le VIPP on a : 2 ≤ d ≤ 3,5

On fixe d = 3,3 m

b/ Nombre de poutre (NP) :

NP = La / d + 1

Tel que : La est l’entraxe entre poutre d’extrémité : La = 9,9 m

Donc : NP = 9,99 / 3,3 + 1 = 4 poutres

c/ Largeur de la table de compression (Ltc) :

On doit avoir : 0,6 hp < Ltc

On fixe ainsi Ltc = 1,6 m

d/ L’épaisseur de la table de compression (etc) :

Il faut avoir une épaisseur minimum de 10 cm

e/ Épaisseur de l’hourdis (eh) :

L’épaisseur de l’hourdi doit vérifier : 20 < eh < 30

On fixe une épaisseur de 24 cm

18
UPF ZZ-KM TECOPY

f/ épaisseur du Coffrage perdu en dalle préfabriqué (ecp) :

Pour toute portée > 1 m, l’épaisseur minimale doit être 6cm. Comme la portée de la dalle
préfabriquée est de 1,8 m

On fixe ainsi : ecp = 6cm

g/ Largeur du talon (Lt) :

On adopte la formule estimative suivante : Lt = d * L2 / htb * k 1100 < k < 1300

Tel que : htb est la hauteur du tablier htb = 0,24 + 2 = 2,24 m

Pour k = 1300 on trouve un minimum de : Lt = 0,76 m

On prend alors Lt = 0,8 m

h/ Épaisseur du talon (et) :

On prend et = 20 cm

i/ Épaisseur de l’âme en travée (b0) :

On doit avoir : 18 ≤ b0 ≤ 25

On prend une valeur de 24 cm

j/ Épaisseur de l’âme d’about (b0’)

On prend b0’ = 40 cm

k/ Gousset :

Le gousset est un angle disposé pour permettre d’améliorer les sections tel que :

≤≤

Gousset du talon :

-En travée   a =28 cm et b = 42 cm

-Sur appuis  a =20 cm et b = 30 cm

Gousset table de compression :

 c =150 mm et y = 150 mm

l/ Entretoise :
Les entretoises ont pour rôle de répartir les charges entre les poutres et les encastrer à la
torsion. Leur épaisseur doit vérifier : 30 cm ≤ eent. On prend eent = 40 cm
L’espacement entre l’entretoise et le chevêtre doit être supérieur à 40 cm en minimum. Ceci
est nécessaire pour l’opération de vérinage.

19
UPF ZZ-KM TECOPY

Illustration des sections des poutres retenues : (dimensions en mm)



b0 hp b0

Gousset Partie d’Entretoise


Figure 7 : sections des poutres retenues

Illustration de l’entretoise : (valeurs en mm)


Vue de face :

1800 1420

1700
1600 >400 mm

Chevêtre
Figure 8 : Dimensions de l'entretoise

Vue latérale : l’épaisseur de l’entretoise est de 400 mm

Figure 9 : Épaisseur de l'entretoise

Conclusion : Au terme de ce chapitre, on a pu identifier facilement la variante idéale et définir


ses principales caractéristiques techniques sans aucune difficulté constatable.

20
UPF ZZ-KM TECOPY

CHAPITRE 2 :

Présentation des charges de calcul


(Conformément au fascicule 61)

Plan du chapitre : Objectifs :

-Les charges permanentes Objectif principal : Définir les charges à prendre en


compte dans le dimensionnement du tablier
-Les charges routières simples
-Les charges militaires
-Les charges exceptionnelles
-Coefficient de majoration dynamique
.

21
UPF ZZ-KM TECOPY

Introduction
Un pont est une structure spéciale en génie civil. Sa maitrise n’est toujours pas évidente
comme le cas du bâtiment qui ne dépend que des charges permanentes. En effet, le
dimensionnement d’un pont fait appel à plusieurs types de charges. Ces dernières sont issues
de plusieurs recherches englobant les sciences de probabilité et de mécanique de structures.
Généralement, il existe plusieurs références qui régissent les charges à tenir compte lors du
calcul. Les plus répandues sont : l’Euro code 2 et le Fascicule 61.
Pour notre cas, on se basera sur le fascicule 61 vu que le règlement Marocain l’adopte
encore.
Les charges à adoptées dans le dimensionnement du tablier du Viaduc sont présentées
comme suit :
A- Les charges permanentes :
Ces Charges se réfèrent principalement aux poids propres des différents éléments qui
constituent le tablier .Ils sont regroupés en deux catégories :
1-éléments porteurs :

Les éléments porteurs se composent de :


 Les poutres : Chaque travée d’un tablier comporte quatre poutres précontraintes de
portée L = 37m et de longueur Lt = 38 m
 L’hourdis : Ses dimensions sont les suivantes : l= 11,5 m / e = 0,24 m (son matériaux est
le béton armée)
 Les Entretoises : Chaque travée comporte deux entretoises situées à ses extrémités
(leur détail figure dans le premier chapitre)
2-éléments non porteurs :
On appelle élément non porteur, chaque élément qui ne participe pas dans la portance des
charges. Le choix de ces éléments varient d’un projet à un autre .Pour le viaduc étudié, on
peut les présentées comme suit :

-Étanchéité :
On choisit une épaisseur d’étanchéité de 5mm. Cette couche sera étalée sur toute la surface
de l’hourdis, avec une remontée d’environ 22cm au niveau des contres corniche de chaque
côté. Sa masse volumique est de 2,4 t/m3 vue quelle est à base d’asphalte.

22
UPF ZZ-KM TECOPY

Illustration : L’étanchéité est représentée par un le trait jaune

Trottoir

22 cm

Hourdis

Figure 10 : Étanchéité
À noter que la largeur de la surface en question (étanchéité) est de 10,69 m (calculé par Autocad)

-Revêtement :
On choisit une épaisseur de bitume (2,2 t/m3) de 6cm qui s’étale sur une largeur de 8,66 m.
Au voisinage du trottoir on opte pour du asphalte porphyré (2,4 t /m 3) d’épaisseur de 2,5 cm
et de largeur de 30 cm.
Illustration

Bitume (6cm) Asphalte porphyré (2,5 cm)

300 Hourdis

Figure 11 : Revêtement

Corniche et contre corniche :


Il s’agit d’un dispositif architecturel qui permet de donner un aspect esthétique aux faces
latérales du tablier. La corniche peut jouer le rôle de drainage d’eau comme le cas du viaduc
étudié.
Illustration

Figure 12 : La corniche

Remarque : Il ne faut pas oublier de prendre en compte le poids de l’eau circulant dans la
corniche.
Garde-corps :
On choisit un garde-corps de type BN4 qui se caractérise par un poids linéaire de 0,065 t / ml
23
UPF ZZ-KM TECOPY

Illustration

Figure 13 : Garde-corps BN4

Séparateur en béton :
On choisit un séparateur de type GBA qui se caractérise par un poids linéaire de 0,57 t /ml
Illustration :

Figure 14 : Séparateur du béton

Remarque : Il faut tenir compte du support sur lequel le GBA repose.


Bordure du trottoir :
Le choix des bordures de trottoirs préfabriqués s’est porté sur T1 caractérisé par un poids
linéaire de 0,056 t /ml

Trottoir :
On estime qu’il s’agit d’un élément non porteur. Ses dimensions sont les suivantes :
Illustration :

Trottoir
1300mm

225 mm 300 mm

PVC De 150mm
Figure 15 : Trottoir

24
UPF ZZ-KM TECOPY

Dallette :
La dallette est utilisée pour couvrir le vide existant entre les deux chaussées du pont. Ses
dimensions sont les suivants : 6cm d’épaisseur et 110 cm de largeur

Illustration :

Dallette

Tablier 2 Tablier 1
Figure 16 : Dallette

Calcul du Poids propre des éléments permanents :

a-poids propre de la poutre


On divisera la section de la poutre en travée et sur appui comme suit : (valeurs en mm)

Figure 17 : Poutre en travée Figure 18 : Poutre sur appui

25
UPF ZZ-KM TECOPY

La variation de la section de la poutre varie comme suit :

 La section en travée s’étale sur une distance de 9,25 m


 La section sur appui s’étale sur une distance de 0,5 m
 Une partie transitoire entre les deux sections s’étalant sur une distance de 9,25 m
-La somme de ces distances égale à 19m, ceci correspond au demi-profil de la poutre.
Illustration :

Partie 3 Partie 2 Partie 1

1,18 m 0,5m 9,25 m 9,25 m 1,06 m

19 m
- La variation de la section dans cette illustration est illustrée par le biais de la hauteur de l’âme
de poutre (échelle non respecté).

-Calcul du poids propre :


Partie 1 :
1- P1 = (1,6 * 0,04) *9,25 * 2,5 / 2 = 0,74 t
2- P2 = 0,1*1,6*9,25*2,5 = 3,7 t
3- P3 = (1,6 + 0,54)*0,05 * 9,25*2,5 / 2 = 1,24 t
4- P4 = (0,24 + 0,54)*0,15 * 9,25*2,5 / 2 = 1,36 t
5- P5 = (0,24 * 1,06) * 9,25*2,5 = 5,88 t
6- P6 = (0,24 + 0,8) * 9,25*2,5 / 2 = 5,05 t
7- P7 = (0,2 * 0,8) * 9,25 * 2,5 = 3,7 t
-Le poids propre de la partie 1 vaut :
PP1 = Σ Pi = 21,7 t
Partie 2 :
1- P1 = (1,6 * 0,04) * 9,25 * 2,5 / 2= 0,74 t
2- P2 = (0,1 * 1,6) * 9,25*2,5 = 3,7 t
3- P3 = [(1,6 + 0,7) * 0,05/2 + (1,6 + 0,54)*0,05/2] * 9,25*2,5 / 2 = 1,28 t
4- P4 = [(0,7 + 0,4) * 0,15/2 + (0,24 + 0,54)*0,15/2] * 9,25*2,5 / 2 = 1,64 t
5- P5 = [(0,4 * 1,18) + (0,24*1,06)] *9,25 *2,5/2 = 8,4 t
6- P6 = [(0,8 + 0,4) * 0,3/2 + (0,24 + 0,8)*0,42/2] * 9,25*2,5 / 2 = 4,61 t
7- P7 = (0,2 * 0,8) * 9,25 * 2,5 = 3,7 t
-Le poids propre de la partie 2 vaut :
PP2 = Σ Pi = 24,1 t
Partie 3 :
1- P1 = (1,6 * 0,04) * 0,5 * 2,5 / 2 = 0,04 t
2- P2 = (0,1 * 1,6) * 0,5 *2,5 = 0,2 t
3- P3 = (1,6 + 0,7) * 0,05 * 0,5 *2,5 / 2 = 0,07 t
4- P4 = (0,7 + 0,4) * 0,15 * 0,5 *2,5 / 2 = 0,1 t
5- P5 = (0,4 * 1,18) * 0,5 *2,5 = 0,59 t
26
UPF ZZ-KM TECOPY

6- P6 = (0,8 + 0,4) * 0,3 * 0,5*2,5 / 2 = 0,23 t


7- P7 = (0,2 * 0,8) * 0,5 * 2,5 = 0,2 t
-Le poids propre de la partie 3 vaut :
PP3 = Σ Pi = 1,43 t

-Le poids propre de la poutre est ainsi la somme des trois parties :
PPT1poutre = 2 * (PP1 + PP2 + PP3) = 2 * 47,23 = 94,46 t
-Puisque le tablier est constitué de 4 poutres, on déduit leurs poids total :
PPT4poutre = 4 * 94,34 = 377,84 t
-On divise par la portée de la travée afin d’obtenir une charge répartie :
PPT4poutre = 377,84 / 38 = 9,945 t/ml

b-Poids propre de l’hourdis (Dalle et équipement) :


-Dalle : PD = 0,24 * 11,5 * 2,5 = 6,9 t/ml
-Dallette : Pd = 0,06 * 1,1 * 2,5 / 2 = 0,083 t/ml
-Revêtement : PRev = 2,2 * 8,66 * 0,06 + 2,4 * 0,025 * 0,3 = 1,16 t/ml
-Étanchéité : PEta = 0,005 * 2,4 * (10,69 + 0,44) = 0,14 t/ml
-Corniche et contre corniche :
Pc = (0,58*0,12 + 0,12*0,64 + 0,12*0,58 + 0,55*0,32 + 0,3*0,15)*2,5= 1 t/ml
-Eau dans corniche : PEc = 0,58 * 0,4 * 1 = 0,232 t/ml
-Garde-corps (BN4) : PGc = 0,065 t/ml
-Séparateur GBA : PGBA = 0,57 + 0,11* = 0,68 t/ml (*support GBA)
-Bordure de trottoir T1 : PT1= 0,056t/ml
-Trottoir : PTr =[( 0,225+0,30)/2 * 1,32 – 0,15*0,15*pi]*2,5 + 0,03 = 0,78 t/ml

On déduit le propre de l’hourdis : PPH = Σ Pi = 11,096 t/ml

c-Poids propre de l’entretoise :


Qe = (1,8*1,6 * 4 + 1,7 * 1,42 * 3) * 0,4* 2 * 2,5 = 37,52 t
On déduit le poids propre sous forme de charge répartie en divisant par la longueur de la
poutre 38m : Pe = 37,52 / 38 = 0,98 t/ml

Poids total du tablier :


On retrouve le poids du tablier probable en additionnant les résultats précédents :
Ptablier = 9,945 + 11,096 + 0,98 = 22,02 t/ml

Remarque : En pratique, Les charges de la superstructure sont majorées pour des incertitudes
de leur poids (Gmax).Ainsi, l’étanchéité est majorée par 1,2 ; la couche de roulement de 1,4
et pour les autres éléments (trottoirs, corniches, bordures, …) de 1,05. Le tableau suivant
illustre les valeurs probables et celles majorées.

27
UPF ZZ-KM TECOPY

Table 2 : Valeur finale des charges permanentes

Poids tablier Probable Max


Dalle 6,900 6,900
Dallette (1/2) 0,083 0,087
Revêtement 1,160 1,624
Étanchéité 0,140 0,168
Corniche & contre corniche 1,000 1,050
Eau corniche 0,232 0,244
Garde-corps 0,065 0,068
GBA 0,680 0,715
T1 0,056 0,059
Trottoir 0,780 0,819
Poutre*4 9,945 9,945
Entretoise 0,980 0,980
Total/ml 22,021 22,657

Remarque 1 : Dans les calculs qui suivent, on prendra en compte les valeurs maximales.
Remarque 2 : l’entretoise sera négligée dans le calcul du moment issu de G

B-Charges sur trottoir


Les trottoirs supportent des charges différentes selon le rôle de l´élément structural considéré
Il existe deux cas de charges sur les trottoirs (extraits du fascicule 61)
1 – charge localisé :
Une charge uniforme de 450 kilogrammes par mètre carré est supportée par les trottoirs de
tous les ouvrages, y compris les bandes éventuelles de séparation des chaussées et des pistes
cyclables. Elle est prise en compte pour le calcul de tous les éléments des couvertures et des
tabliers, dalles, longerons, pièces de pont, suspentes, entretoises, mais non pour celui des
fermes principales (poutres). Elle est disposée tant en longueur qu´en largeur pour produire
l´effet maximal envisagé. Les effets peuvent éventuellement se cumuler avec ceux du système
B ou des charges militaires.
2- charge générale :
Pour la justification des fermes maîtresses qui supportent à la fois une chaussée et un ou des
trottoirs, il y a lieu d´appliquer sur les trottoirs une charge uniforme de 150 kilogrammes par
mètre carré de façon à produire l´effet maximal envisagé. Dans le sens de la largeur, chaque
trottoir est chargé dans sa totalité. Dans le sens de la longueur, les zones chargées sont
choisies de la manière la plus défavorable.
Remarque : La largeur du calcul des charges sur trottoir sera prise égale à 2m (largeur du
trottoir + largeur contre corniche)

28
UPF ZZ-KM TECOPY

C- Les charges routières :


a-System de charge A :
Pour les ponts comportant des portées unitaires atteignant au plus 200 m, la chaussée
supporte une charge uniforme dont l´intensité est égale au produit de la valeur A (l), par deux
coefficients a1 et a2. A = A(l) * a1 * a2
Cependant, il faut au préalable calculer deux largeurs caractéristiques :
Largeur roulable :
La largeur roulable est définie comme la largeur comprise entre dispositifs de retenue ou
bordures ; elle comprend donc outre la chaussée proprement dite toutes les sur largeurs
éventuelles, telles que bande dérasée, bande d´arrêt, etc. Dans le cas où l´on prévoit un
élargissement futur de la chaussée, il y a lieu de considérer celle-ci dans son état définitif. Pour
le cas du viaduc étudié : la largeur roulable est égale à : LR= 8,95m.
Largeur chargeable :
La largeur chargeable se déduit de la largeur roulable en enlevant une bande de 0,50 m le
long de chaque dispositif de sécurité (glissière ou barrière) lorsqu´il en existe. Vu que le GBA
n’est pas considéré comme un dispositif de sécurité, la largeur chargeable prendra la valeur
de la largeur roulable. Ainsi LCh = 8,95m.

On procède au calcul de A(l) :

Formule : A(l) = 230 + 36000/(L+12) exprimé en Kg/m2

-Application pour L = 37m

A(l) = 230 + (36000/39) = 965 Kg/m2 = 0,965 t/m2

Détermination de a1 et a2 :
-La classe du pont :
D’après le fascicule 61 : ils sont rangés en première classe tous les ponts supportant des
chaussées de largeur roulable supérieure ou égale à 7 m. Comme 8,95 > 7, on déduit que le
viaduc étudié est de première classe.
-Nombre de voies :
Le nombre de voies est calculé par : N= E (LCH/3) = E (8,95/3) = E (2,99).
On prendra N = 3 vu qu’on prévoit l’utilisation d’une troisième voie lors des heures
d’encombrement.
-Largeur d’une voie :
On le calcule par : V= LCH / N = 8,95 / 3 = 2,99 m

29
UPF ZZ-KM TECOPY

On pourra ainsi déduire a1 pour pont de première classe selon le tableau suivant

Table 3 : valeurs du coefficient a1

Le coefficient a2 est calculé par :


a2 = V0 / V tel que V0 est pris égal à 3,5m pour la classe 1
Finalement, on présente les valeurs de A pour les différents cas de voies chargées :
Table 4 : Valeurs de charges réparties du système A

Voies 1 voie chargée 2 voies chargées 3 voies chargées


Valeur de a1 1 1 0,9
Valeur de a2 1,17 1,17 1,17
A (t/m2) 1,13 1,13 1,02
Largeur des voies 2,99 5,98 8,97
A (t/m) 3,385 6,770 9,140

Remarque : A(t/m) a été obtenu en multipliant la valeur de A(t/m2) par la largeur de voie
correspondante

b- Système de charge B (extraits du fascicule 61)

Le système B se compose de deux systèmes distincts


1- Charge Bc
Se compose d’un camion comporte 3 essieux de poids total égal à 30 t.
Longitudinalement : on dispose 2 camions Bc au maximum espacés de façon à produire l’effet
le plus défavorable.
Illustration :

Figure 19 : disposition longitudinal de Bc

Transversalement : on dispose sur la longueur chargeable le nombre de camions Produit l’effet


le plus défavorable.
30
UPF ZZ-KM TECOPY

Illustration :

Figure 20 : Disposition transversal de Bc


Remarque :
 L’axe de la file de roues doit être à 0,75m du bord s’il existe un dispositif de retenue et
0.25m s’il s’agit d’une bordure.
 la Surface d´impact d´une roue arrière : carré de 0,25 m de côté.
 La Surface d´impact d´une roue avant : carré de 0,20 m de côté.
En fonction de la classe du pont et du nombre de files considérées, les valeurs des charges du
système Bc prises en compte, sont multipliées par les coefficients bc du tableau suivant :
Table 5 : Coefficient bc

Nombre de files considérées 1 2 3 4 5

Première 1.20 1.10 0.95 0.8 0.7

Classe du pont deuxième 1.00 1.00 _ _ _

Troisième 1.00 0.8 _ _ _

Comme il s’agit de pont de première classe les valeurs du coefficient bc sont :


Pour une voie chargée : 1,2
Pour deux voies chargées : 1,1
Pour trois voies chargées : 0,95

2 - Charge Bt :
Un tandem du système Bt se compose deux essieux tous deux à roues simples munies de
pneumatiques, le poids de chaque essieux étant 16 t.
Longitudinalement : un seul tandem est disposé
Illustration :

Figure 21 : Disposition longitudinal de Bt

Transversalement : on dispose au plus 2 tandems pour les ponts supportant aux moins 2
voies

31
UPF ZZ-KM TECOPY

Illustration :

Figure 22 : Disposition transversal de Bt

Remarque :
 l’axe de la file la plus excentrée doit rester au minimum à 1 m s’il s’agit d’un dispositif de
retenue et 0,5 m s’il s’agit d’une bordure
 l´axe de la file de roues la plus excentrée doit rester à une distance minimale du bord de
la largeur roulable, égale à 1,00 m s´il s´agit d´un dispositif de retenue, et 0,50 m s´il s´agit
d´une bordure
 la Surface d´impact d´une roue arrière : x*y = 0,25*0,6

En fonction de la classe du pont, les valeurs des charges du système Bt prises en compte sont
multipliées par les coefficients bt suivants :
Table 6 : Coefficient bt

Classe du pont Première deuxième


coefficient 1 0.9
On prend bt = 1

3 - Charge Br
La roue isolée, qui constitue le système Br porte une masse de 10 tonnes. Sa surface d´impact
sur la chaussée est un rectangle uniformément chargé dont le côté transversal mesure 0,60 m
et le côté longitudinal 0,30 m.
Dispositions :

Figure 23 : Disposition longitudinal et transversale de Br.

Remarque 1 : Le rectangle d´impact de la roue Br, disposé normalement à l´axe longitudinal


de la chaussée, peut être placé n´importe où sur la largeur roulable.
Remarque 2 : La charge Br est plutôt réservé à l’étude des effets locaux (poinçonnement de
dalle).Par conséquent on ne va pas la prendre en compte dans le cas de l’évaluation des
éléments de réductions pour les poutres.

32
UPF ZZ-KM TECOPY

D- Les charges militaires


1 - Système MC120
Se compose de deux chenilles de masse totale 110 t uniformément répartie. Précisément
deux essieux entre axe de 1,8 m, chaque essieu de 33 t.
Longitudinalement : Le nombre est déterminé pour produire l’effet le plus défavorable.

Figure 24 : Disposition longitudinal de Mc120

Transversalement : Un seul convoi peut être disposé.

Figure 25 : Disposition transversal de Mc120


Remarque :
 La distance entre axes de deux véhicules successifs Mc120 est 36,6 m
 Le rectangle d´impact de chaque chenille est supposé uniformément chargé
2- Système Me120 :
Les deux essieux qui constituent le système Me 120 sont distants de 1,80 m d´axe en axe et
sont assimilés chacun à un rouleau. Chaque essieu porte une masse de 33 tonnes, sa largeur
est un rectangle uniformément chargé dont le côté transversal mesure 4 m et le côté
longitudinal 0,15 m.
Longitudinalement :

Figure 26 : Disposition longitudinal de Me 120


Transversalement :

Figure 27 : Disposition transversal de Me120

33
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque : Les rectangles d´impact des essieux constituant les charges militaires sont
disposées normalement à l´axe longitudinal de la chaussée et peuvent être placés n´importe
où sur la largeur chargeable, sans pouvoir empiéter sur les bandes de 0,50 m réservées le long
des dispositifs de retenue.

E - Les charges exceptionnelles (extraits du fascicule 61)


1 - CONVOI TYPE D :
Illustration

Figure 28 : Disposition de convoi type D

Le convoi comporte deux remorques supportant chacune 140 tonnes, dont le poids est
supposé réparti au niveau de la chaussée sur un rectangle uniformément chargé de 3,30 m de
large et 11 mètres de long , la distance entre axes des deux rectangles est de 19 mètres.

2 - CONVOI TYPE E :
Illustration

Figure 29 : Disposition de convoi type E

Le convoi comporte deux remorques supportant chacune 200 tonnes, dont le poids est
supposé réparti au niveau de la chaussée sur un rectangle uniformément chargé de 3,30 m de
large et 15 mètres de long , la distance entre axes des deux rectangles est de 33 mètre.

Remarque 1 : Les convois lourds exceptionnels sont supposés rouler sur les ponts à une vitesse
au plus égale à 10 km/h, ce qui justifie l´absence d´effets annexes (absence de coefficient de
majoration dynamique).

34
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque 2 : Dans le sens transversal, l’axe longitudinal du convoi exceptionnel est réputé
situé à 3,50 m du bord de la largeur chargeable.

F- Coefficient de majoration dynamique :


Les charges du système B et les charges militaires sont frappées de majorations dynamiques.
Le coefficient de majoration dynamique est déterminé par la formule :

L : la longueur de l´élément exprimée en mètres => 38 m


G : charge permanente => 38*22,657 = 861,65 t
-Dans l´application de cette formule, le symbole S représente soit le poids des charges
militaires maximal (Mc ou Me), soit le poids maximal du system B ( Bc ou Bt).
Remarque pour le system B La valeur de S à introduire dans la formule est celle obtenue après
multiplication par le coefficient bc ou bt.
Application :
Pour le system B :
S : le poids de Bc pour 3 voies chargées majoré par le coefficient bc => 1,1*60*3 = 198 t
Nous obtenons ainsi :
δB = 1,08

Pour les charges militaires :


S : le poids de la charge militaire Mc120 => 110 t
On déduit alors :
δM = 1,07

Conclusion :
À l’issu de ce chapitre, on se retrouve avec un éventail de charges reflétant toutes les
sollicitations et particularités à tenir compte dans le calcul, qui seront la base des justifications
des chapitres suivants.

35
UPF ZZ-KM TECOPY

CHAPITRE 3 :

Évaluation du moment fléchissant et de l’effort


tranchant longitudinales.

Plan du chapitre : Objectifs :

-Présentation des charges -Objectif principal : Calcul du moment fléchissant et


de l’effort tranchant maximal à chaque 1/10 de
-Calcul du moment fléchissant maximal
portée.
-Calcul de l’effort tranchant maximal
-Objectif secondaire : Comparaison entre le calcul
-Présentation des résultats obtenus par ROBOT manuel et le calcul automatique entamé par Robot
-Conclusion structural analysis.

36
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque : le détail du calcul figure dans l’annexe du chapitre.


A-Calcul du moment fléchissant :
1-Charge permanente :
L’équation du moment fléchissant maximal dans une section d’abscisse x pour une charge
répartie est :
 Pour x<L/2 : M(x) = P.L.x/2 – P.x2/2
 Pour x>L/2 : M(x) = P.L.(L-x)/2 – P.(L-x)2/2
Tel que :
-P étant le poids propre répartie du tablier : P = 22,657-0,98 = 21,677 t/ml
-L étant la portée de travée : L=37m
Le résultat est présenté dans le tableau suivant :
À noter que pour une charge répartie, la valeur maximal pour une section d’abscisse x est
symétrique par rapport à une autre d’abscisse L-x .
Table 7 : Moments maximaux de la charge permanente

Abscisse X (m) Moment maximal en x (t.m)


0 & 37 0
3,7 & 33,3 1335,41
7,4 & 29,6 2374,06
11,1 & 25,9 3115,96
14,8 & 22,2 3561,09
18,5 3709,47

2-Système A :
S’agissant d’une charge répartie, le calcul se fera de la même façon que pour la charge
permanente. Les charges réparties à prendre en compte sont les suivantes :
 Pour 1 voie : PA1 = 3,385 t/ml
 Pour 2 voies : PA2 = 6,770 t/ml
 Pour 3 voies : PA3 = 9,140 t/ml
Le résultat est présenté dans le tableau suivant :
Table 8 : Moments maximaux de la charge A

Moment maximal pour Moment maximal pour 2 Moment maximal pour 3


Abscisse X (m)
une voie chargé (t.m) voies chargées (t.m) voies chargées (t.m)

0 & 37 0,00 0,00 0,00


3,7 & 33,3 208,53 417,07 563,07
7,4 & 29,6 370,73 741,45 1001,02
11,1 & 25,9 486,58 973,15 1351,21
14,8 & 22,2 556,09 1112,18 1501,52
18,5 579,26 1158,52 1564,08

37
UPF ZZ-KM TECOPY

3-Charges sur trottoir :


Rappel : selon le fascicule, on applique une charge de 150 Kg/m2 sur le trottoir. Comme on a
une largeur de 2 m, la charge répartie prendra une valeur de : Ptr = 2 * 150 = 0,3 t/ml
Étant une charge répartie sur toute la portée de la travée (37m) on calcule le moment à
chaque 1/10 de portée par une simple application du RDM (méthode des coupures)
On regroupe le résultat dans le tableau suivant :
Table 9 : Moment maximaux des charges sur trottoir
0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5

MMAX(X) 0 18,48 32,85 46,12 49,28 51,33

System B
4-System Bc :
-Rappel : Un camion type du système Bc comporte trois essieux, tous les trois à roues simples
munies de pneumatiques, sa masse totale 30 t et la Masse portée par chacun des essieux
arrière12t et la Masse portée par l´essieu avant 6 t.
Pour x < L/2. la valeur maximal du moment pour une section d’abscisse x est atteinte lorsque
le dernier essieu se trouve au droit de celle-ci, Réciproquement. pour x> L/2. La valeur est
maximale au droit du deuxième essieu en avant.(l’abscisse 25,9m est un cas particulier ;voir
annexe).

Sens de circulation

12t 12t 6t 12t 12t 6t

Le moment maximal pour une section d’abscisse x est calculé par la formule suivante :
-Pour une voie chargé : M(x) = (12*Y0 +12* Y1 + 6*Y2 + 12*Y3 + 12*Y4 + 6*Y5)
-Pour deux voies chargées : : M(x) = (24*Y0 +24* Y1 + 12*Y2 + 24*Y3 + 24*Y4 + 12*Y5)
- pour 3 voies chargées : M(x) = (36*Y0 +36* Y1 + 18*Y2 + 36*Y3 + 36*Y4 + 18*Y5)
Tel que Y0 et Y1 et Y2 et Y3 et Y4 et Y5 sont des moments unitaires calculés à l’aide de la
méthode de ligne d’influence.
Remarque : la particularité non symétrique de la charge Bc oblige à faire le calcul sur toute la
portée L.

38
UPF ZZ-KM TECOPY

On présente les résultats dans les deux tableaux suivant pour chaque 1/10 de portée :
Table 10 : Moments maximaux de la charge Bc

0 3,7 7,4 11,1 14,8 18,5*

Y0 0 3,33 5,92 7,77 8,88 17,97


Y1 0 3,18 5,62 6,42 7,08 6,92
Y2 0 2,73 4,62 5,07 5,28 6,15
Y3 0 2,28 3,82 4,62 4,68 7,052
Y4 0 2,13 3,52 3,27 2,88 6,32
Y5 0 1,68 2,62 6,72 7,98 4,13
MMAX(x) t.m
1 voie 0 157,5 270 348,3 381,6 398
MMAX(x) t.m
2 voies 0 315 540 696,6 763,2 796
MMAX(x) t.m
3 voies 0 472,5 810 1044,9 1144,8 1194

22,2 25,9 29,6 33,3 37

Y0 8,88 7,77 5,92 3,33 0


Y1 7,98 7,32 2,32 3,18 0
Y2 5,28 5,37 5,62 2,37 0
Y3 7,08 4,62 4,72 2,73 0
Y4 5,28 4,17 3,82 2,28 0
Y5 4,68 4,57 3,52 2,13 0
MMAX(x) t.m
1 voie 396 350 268,8 147,4 0
MMAX(x) t.m
2 voies 792 700 537,6 294,8 0
MMAX(x) t.m
3 voies 1188 1050 806,4 442,2 0

39
UPF ZZ-KM TECOPY

(*), Avec exactitude suffisante pour la pratique, on admet que le moment maximum absolu
agit au milieu de la travée. Mais en vérité sa position réelle se trouve à une distance « a » de
l’axe de symétrie. La valeur de « a » est calculée par le biais du théorème de barré qui stipule
que :
"Le moment fléchissant est maximum au droit d'un essieu lorsque cet essieu et la résultante
générale du convoi se trouvent dans des sections symétriques par rapport au milieu de la
poutre."

Calcul de a :
On équilibre les moments au dernier essieu de 12 t
a a Sens de circulation

12t 12t R 6t 12t 12t 6t

R : la résultante des forces R=60t


- R*2a = 6*16,5 + 12*12 + 12*10,5 + 6*6 +12*1,5
- 2a = M/R = 423/60 = 7,05
- a =3.525-6/2 = 0,525 cm
Donc la section la plus défavorable se trouve à une distance de 0,525 m de l’axe de symétrie,
Ceci correspond à l’abscisse 17,975m,
Remarque : la valeur du moment maximal en « a » sera assimilée à celle en L/2 (18,5)

5- System Bt :
-Rappel : Le system Bt se constitue de deux essieux de 16t chacune pour une voie chargée.
Pour x < L/2, la valeur maximal du moment pour une section d’abscisse x est atteinte lorsque
le dernier essieu se trouve au droit de celle-ci. Réciproquement, pour x> L/2, La valeur est
maximal au droit du premier essieu. Enfin, Pour x= L/2 la valeur maximale est atteinte atteint
lorsque la disposition des essieux est symétrique par rapport à l’axe vertical de la travée.
Sens de circulation
16t 16t

Le moment maximal pour une section d’abscisse x est calculé par la formule suivante :
-Pour une voie chargé : M(x) = (Y0 + Y1) * 16
-Pour deux voies chargées : M(x) = (Y0 + Y1) * 32
Tel que Y0 et Y1 sont des moments unitaires calculé à l’aide de la méthode de ligne d’influence.

40
UPF ZZ-KM TECOPY

À noter que la valeur maximale en x est égal à celle en L-x.


On présente le résultat dans le tableau suivant pour chaque 1/10 de portée
Table 11 : Moments maximaux de Bt

0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5*

Y0 0 3,33 5,92 7,77 8,88 9,247


Y1 0 3,195 5,65 7,365 8,34 8,58
M(x) 1 voie
0 104,4 185,12 242,6 275,52 285,23
(t.m)
M(x) 2 voies
0 208,8 370,24 485,2 551,04 570,46
(t.m)

(*). Avec exactitude suffisante pour la pratique, on admet que le moment maximum absolu
agit au milieu de la travée. Mais en vérité sa position réelle se trouve à une distance « a » de
l’axe de symétrie. La valeur de « a » est calculée par le biais du théorème de barré.
Calcul de a :
On équilibre les moments au droit de P2
a a

P2 R P1

1,35 m
R : étant la résultante => R = P1+P2 = 32 t
- P1 . 1,35 = R.2.a
- a = P1 . 1,35 /2.R = 0,3375 m
Donc la section la plus défavorable se trouve à une distance de 0,3375m de l’axe de symétrie.
Ceci correspond à l’abscisse 18,1625m.
Calcul des moments unitaires pour la section d’abscisse « a » :
-Yo = 18,1625 * (37 – 18,1625)/37 = 9,247 t.m
-Y1 = 9,247 * 17,4875 / 18,8375 = 8,58 t.m
On déduit la valeur du moment maximal :
M(a) = 16*(9,247 + 8,58) = 285,23 t.m
Remarque : la valeur du moment maximal en « a » sera assimilée à celle en L/2 (18,5m).

41
UPF ZZ-KM TECOPY

6-System Br :
Comme il est cité dans le paragraphe précédent, on ne tiendra pas compte des valeurs du
moment en vue de son insignifiance vis-à-vis les autres types de charges.

Charges militaires
7-System Mc120
Rappel : le system Mc120 est constituée de deux chenilles de 6,1 de longueur avec un poids
général de 110t.
Illustration
Sens de circulation
110t

6,1 m

À noter qu’on peut être face longitudinalement à des convois multiples. Cependant la distance
entre deux engins successifs doit être > 30,6 m.
Vu que la portée de la travée est de 37m, l’effet du deuxième convoi sera négligeable.
Comme mentionnée dans l’annexe, la position du convoi susceptible de causer l’effet le plus
défavorable pour une section considérée, reste imprévisible. Ainsi, cette position sera
représenté par une variable « t » dont la valeur optimale sera calculé par dérivation de l’air
de la surface de ligne d’influence délimité par Y1 et Y2.Tel que :
-Y1 étant le moment unitaire au niveau du bord droit de la charge répartie
-Y2 étant le moment unitaire au niveau du bord gauche de la charge répartie
La valeur optimale trouvée correspond à la position reflétant le moment maximal pour la
section considéré.
On présente les résultats des moments maximaux pour chaque 1/10 de portée :
Table 12 : Moments maximaux de Mc120

Abscisses (m) 0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5
Valeur de t
0 9,19 12,28 15,37 18,46 21,55
optimale (m)
air maximal
0 18,64 33,13 43,48 49,7 51,77
A(t) (m2)

MMAX(t.m) 0 336,1 597,52 784,24 896,27 933,62

42
UPF ZZ-KM TECOPY

8-System Me120 :
-Rappel : Le système Me120 se compose de véhicules types à chenilles et se compose d´un
groupe de deux essieux.
Les deux essieux qui constituent le système Me 120 sont distants de 1,80 m d´axe en axe et
sont assimilés chacun à un rouleau. Chaque essieu porte une masse de 33 tonnes.

Pour x < L/2.la valeur maximal du moment pour une section d’abscisse x est atteinte lorsque
le dernier essieu se trouve au droit de celle-ci, Réciproquement, pour x> L/2, La valeur est
maximal au droit du deuxième essieu en avant.

Sens de circulation
33t 33t

Le moment maximal pour une section d’abscisse x est calculé par la formule suivante :
-M(x) = (Y0 + Y1 ) * 33

Tel que Y0 et Y1 sont des moments unitaires calculés à l’aide de la méthode de ligne d’influence.
On présente le résultat dans le tableau suivant pour chaque 1/10 de portée :

Table 13 : Moments maximaux de Me120

0&37 3,7 &33,3 7,4&29,6 11,1&25,9 14,8 &22,2 18,5*

Y0 0 3,33 5,92 7,77 8,88 9,24


Y1 0 2,97 5,62 6,42 8,16 8,36
MMAX(x) (t.m)
0 213,8 270 348,3 562,33 580,8
1 voie

(*). Avec exactitude suffisante pour la pratique, on admet que le moment maximum absolu
agit au milieu de la travée, Mais en vérité sa position réelle se trouve à une distance « a » de
l’axe de symétrie.
La valeur de « a » est calculée par le biais du théorème de barré.

43
UPF ZZ-KM TECOPY

Calcul de a :
On équilibre les moments au droit de P2
a a

P2 R P1

1,8 m
R : étant la résultante => R = P1+P2 = 66 t
- P1 . 1,8 = R.2.a
- a = P1 . 1,8 /2.R = 0,45 m
Donc la section la plus défavorable se trouve à une distance de 0,45 m de l’axe de symétrie.
Ceci correspond à l’abscisse 18,05m.
Remarque : la valeur du moment maximal en « a » sera assimilée à celle en L/2 (18,5)

Charges exceptionnelles :
9-Convoi type D :
Rappel : Ce system se caractérise par deux charges réparties de 11m de longueur distanciée
par 8m avec un poids de 140 t chacune.
Illustration :
Sens de circulation
140 t 140 t

11 m 8m 11 m

L’évaluation du moment pour le convoi D se fera de la même façon que pour Mc120.
On présente les résultats des moments maximaux pour chaque 1/10 de portée. La
démonstration des résultats figure dans l’annexe.
Table 14 : Moments maximaux du convoi D

0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5*
Valeur de t
0 12,5 14 15,5 17 -
optimale (m)
air maximal
0 42,68 73,92 93,67 102,03 -
A(t) (m2)
MMAX (t.m) 0 543,2 940,8 1192,2 1298,52 -

44
UPF ZZ-KM TECOPY

(*)Le moment maximal global est atteint à une excentricité « a » de l’axe de la poutre. Dans
ce cas on se contentera de le calculer par le logiciel ROBOT. (Le théorème de barré reste
complexe pour le cas de charges réparties partiellement)
10-Convoi type E
Rappel : ce system se caractérise par deux charges réparties de 15m de longueur distanciée
par 18m avec un poids de 200 t chacune.
Illustration :
Sens de circulation
200 t 200 t

15 m 18m 15 m

L’évaluation du moment pour le convoi E se fera de la même façon que pour le system D.
On présente les résultats des moments maximaux pour chaque 1/10 de portée. La
démonstration des résultats figure dans l’annexe.
Table 15 : Moments maximaux du convoi E

0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5*
Valeur de t
0 15,7 16,4 17,1 17,8 -
optimale (m)
air maximal
0 39,3 73,92 93,67 102,03 -
A(t) (m2)
moment
0 524 895 1112 1240.64 -
maximal (t.m)

(*) Comme le cas de certains types de charges, on considère que le moment maximal global
se trouve à L/2. Mais en vérité il se trouve à une excentricité « a » de l’axe de la poutre. Dans
ce cas on se contentera de le calculer par le logiciel ROBOT. (Le théorème de barré reste
complexe pour le cas de charges réparties partiellement).

B-Évaluation de l’effort tranchant :


1-Charges permanentes :
Le calcul de l’effort tranchant maximal à chaque 1/10 de portée, revient à calculer l’effort
tranchant correspondant à la section considéré par le biais de l’une des deux formules ci-
dessous. (Méthode des coupures).
 Pour 0<X=<0,5 : T(X) = -P.X
 Pour 0,5=<X < L/2 : T(X) = P.L/2 – P.X

45
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque 1 : l’évaluation d’une charge répartie au long de la travée est un cas exceptionnel
pour la méthode des lignes d’influence, qui résulte indirectement à l’application de la
méthode des coupures pour le calcul de l’effort tranchant maximal pour une abscisse X
quelconque.
Remarque 2 : On considère toute la longueur de la travée Lt=38m
Table 16 : Efforts tranchant maximaux de G
Abscisse X
11,1 & 14,8 &
0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 18,5
(m) 25,9 22,2

TMAX (x) (t) 430,48 335,32 251,49 167,66 83,83 0

2-Charges sur trottoir :


Vu qu’il s’agit d’une charge répartie sur toute la longueur de la travée, on calcul l’effort
tranchant par une simple application de la méthode des coupures. Avec L = Lt = 38m
Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :
Table 17 : Efforts tranchant maximaux de charges sur trottoir
Abscisse X (m) 0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5

TMAX(x) (t) 5,70 4,59 3,48 2,37 1,26 0

3-Charge A :
Étant une charge répartie au long de la travée, le calcul se fera par la même façon que la
charge permanente G. Tel que :
-Pour 1 voie chargée : PA1 = 3,385 t/ml
-Pour 2 voies chargées : PA2 = 6,770 t/ml
-Pour 3 voies chargées : PA3 = 9,140 t/ml
On présente les résultats dans le tableau suivant à chaque 1/10 de portée
Table 18 : Efforts tranchant maximaux de A

Effort tranchant maximal Effort tranchant maximal Effort tranchant maximal


Abscisse X (m)
pour une voie chargé (t) pour 2 voies chargées (t) pour 3 voies chargées (t)

0 & 37 64,31 128,62 173,66


3,7 & 33,3 50,1 100,2 139,84
7,4 & 29,6 37,57 75,14 106,03
11,1 & 25,9 25,05 50,1 72,20
14,8 & 22,2 12,52 25,04 38,39
18,5 0 0 0

46
UPF ZZ-KM TECOPY

4-Charge type Bc
Illustration :
Sens de circulation

12t 12t 6t 12t 12t 6t

Pour chaque abscisse x , l’effort tranchant maximal est calculé par la formule suivante :
T(X) = = (12*Y0 +12* Y1 + 6*Y2 + 12*Y3 + 12*Y4 + 6*Y5)
Où Yi sont des efforts tranchant unitaires calculées par le biais de la méthode de ligne
d’influence (voir annexe)
On présente les résultats dans les deux tableaux suivants à chaque 1/10 de portée
Table 19 : Efforts tranchant maximaux de Bc

0 3,7 7,4 11,1 14,8 18,5*

Y0 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5

Y1 0,95 0,85 0,75 0,65 0,55 0,45

Y2 0,83 0,73 0,63 0,53 0,43 0,33

Y3 0,71 0,61 0,51 0,41 0,31 0,21

Y4 0,67 0,57 0,47 0,29 0,19 0,17

Y5 0,55 0,45 0,35 0,25 0,15 0,06


TMAX(x) (t)
1 voie 48,3 42,5 25,01 30,5 24,2 18,5
TMAX(x) (t)
2 voies 96,6 85 50,02 61 48,4 37

TMAX(x) (t)
3 voies 144,9 127,5 75,03 91,5 72,6 55,5

47
UPF ZZ-KM TECOPY

22,2 25,9 29,6 33,3 37

Y0 0,6 0,7 0,8 0,9 1


Y1 0,559 0,65 0,75 0,85 0,95
Y2 0,43 0,53 0,63 0,73 0,83
Y3 0,31 0,41 0,51 0,61 0,71
Y4 0,27 0,37 0,47 0,57 0,67
Y5 0,15 0,17 0,07 -- --
TMAX(x) (t)
1 voie 24,5 27,72 33,67 39,54 45,1
TMAX(x) (t)
2 voies 49 55,44 67,34 79,08 90,2
TMAX(x) (t)
3 voies 73,5 83,16 101,01 118,62 135,3

5-Charge type Bt
-Rappel : Le system Bt se constitue de deux essieux de 16t chacune pour une voie chargée.
L’effort tranchant maximal pour une abscisse x (x < L/2) donnée est atteint lorsque les charges
se trouvent à droite de la section considérée. Le raisonnement est inversé pour X> L/2.
On se contente de calculer l’effort tranchant maximal pour les valeurs x < L/2 vue la symétrie
des résultats.
Illustration
Sens de circulation
16t 16t

pour chaque abscisse x , l’effort tranchant maximal est calculé par la formule suivante :
-T(X) = 16*(Y1+Y0)
-Où Yo et Y1 sont des efforts tranchant unitaires calculées par le biais de la méthode de ligne
d’influence (voir annexe)
On présente les résultats dans le tableau suivant à chaque 1/10 de portée.

48
UPF ZZ-KM TECOPY

Table 20 : Efforts tranchant maximaux de Bt

0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5*

Y0 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5


Y1 0,96 0,86 0,763 0,66 8,34 0,46
TMAX(x) (t)
31,36 28,16 25,01 21,81 18,61 15,41
1 voie
TMAX(x) (t)
62.72 56.32 50,02 43,62 37,22 30,82
2 voies

Charges militaires
6-System Me120 :
L’évaluation suivra le même principe que la charge Bt ; l’effort tranchant maximal est calculé
par la formule suivante :
-T(X) = 33*(Y1+Y0)
On présente les résultats dans le tableau suivant à chaque 1/10 de portée :

0 &37 3,7&33,3 7,4&29,6 11,1&25,9 14,8&22,2 18,5*

Y0 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5

Y1 0,95 0,85 0,75 0,65 0,55 0,45

TMAX(x) (t) 64,35 57,78 51,19 43,56 37,95 31,35

7-System Mc120 :
Rappel : le system Mc120 est constituée de deux chenilles de 6,1 de longueur avec un poids
général de 110t.
L’évaluation de l’effort tranchant maximal à chaque 1/10 de portée se basera sur le même
principe déjà énoncé dans les paragraphes précédent : L’effort tranchant maximal pour une
abscisse x (x =< L/2) donnée est atteint lorsque les charges se trouvent à droite de la section
considérée. Le raisonnement est inversé pour X> L/2.
Illustration
Sens de circulation
110t

x 6,1 m

49
UPF ZZ-KM TECOPY

Ainsi, pour chaque abscisse x, l’effort tranchant maximal est calculé par la formule suivante :
-T(X) = 110/6,1*(Y1+Y0)
Où Y0 et Y1 sont des efforts tranchant unitaires, délimitant l’air d’influence du convoi Mc120
(voir annexe)
On présente les résultats calculés dans le tableau suivant :
Table 21 : Efforts tranchant maximaux de Mc120

0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5*

Y0 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5


Y1 0,835 0,735 0,635 0,535 0,435 0,335
TMAX(x) (t) 100,93 89,93 78,93 67,93 59,93 45,93

Charges exceptionnelles
8-Convois type D et E :
Rappel : Le system D se caractérise par deux charges réparties de 11m de longueur distanciée
par 8m avec un poids de 140 t chacune.
Rappel : Le system E se caractérise par deux charges réparties de 15m de longueur distanciée
par 18m avec un poids de 200 t chacune.

Les convois type D et E ne font pas l’exception. Le raisonnement suit le principe des cas
précédents. L’effort tranchant maximal pour une section d’abscisse « x » est atteint lorsque
l’ensemble des charges se trouvent à droite du point considéré (x).

Illustration :
Convoi D Sens de circulation
140 t 140 t

x 11 m 8m 11 m

Convoi E Sens de circulation


200 t 200 t

x 15 m 18m 15 m

50
UPF ZZ-KM TECOPY

L’effort tranchant maximal pour une section donnée d’abscisse « x » est calculé par le biais de
la formule suivante :
 TMAX(x) = A(t) * 140/11 pour le convoi D
 TMAX(x) = A(t) * 200/15 pour le convoi E
Tel que :
-A(t) est la surface d’influence crée par le convoi qui en en fonction de Yi (efforts tranchants
unitaires des lignes d’influences)

Remarque : dans le cas de l’effort tranchant, la position optimale du convoi est connue. Donc,
il n’est pas nécessaire de rechercher l’extremum maximum.

On présente les résultats dans les deux tableaux suivants


Pour le convoi D :
Table 22 : Efforts tranchant maximaux de D

0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5*
air maximal
13,07 10,86 8,67 6,69 5,1 3,85
A(t) (m2)
Effort
tranchant 166,4 138,3 110,3 85,14 64,9 49
maximal (t)

Pour le convoi E :
Table 23 : Efforts tranchant maximaux de E

0 & 37 3,7 & 33,3 7,4 & 29,6 11,1 & 25,9 14,8 & 22,2 18,5*
air maximal
12,17 10,86 8,67 6,69 5,1 3,85
A(t) (m2)
Effort
tranchant 162,35 139,7 119,46 99,46 79,46 59,46
maximal (t)

C-Résultats obtenus par ROBOT :


On procède au calcul automatique par le biais du programme Robot Structural Analysis. On
présente alors les résultats du moment et de l’effort tranchant pour chaque type de charge à
chaque 1/10 de portée.
Remarque : les résultats des charges roulantes sont présentés pour une voie chargée.

51
UPF ZZ-KM TECOPY

1-Moments fléchissant : (t.m)


Charges permanentes : G

Figure 30 : Moments maximaux de G issus de robot

Charges sur trottoir : St

Figure 31 : Moments maximaux de trottoir issus de robot


System A :

Figure 32 : moments maximaux de A issus de robot

Charge Bc :

Figure 33 : Moments maximaux de Bc issus de robot

52
UPF ZZ-KM TECOPY

Charge Bt :

Figure 34 : Moments maximaux de Bt issus de robot


Me120 :

Figure 35 : Moments maximaux de Me120 issus de robot

Mc120 :

Figure 36 : Moments maximaux de Mc120 issus de robot

Convoi D :

Figure 37 : Moments maximaux de convoi D issus de robot

Convoi E :

Figure 38 : Moments maximaux de convoi E issus de robot

53
UPF ZZ-KM TECOPY

2-Effort tranchant : (t)


Charges permanentes : G

Figure 39 : Efforts tranchant maximaux de G issus de robot


Charges sur trottoir : St

Figure 40 : Efforts tranchant maximaux de trottoir issus de robot

System A :

Figure 41 : Efforts tranchant maximaux de système A issus de robot

Charge Bc :

Figure 42 : Efforts tranchant maximaux de Bc issus de robot

System Bt :

Figure 43 : Efforts tranchant maximaux de Bt issus de robot

54
UPF ZZ-KM TECOPY

Me120 :

Figure 44 : Efforts tranchant maximaux issus de robot


Mc120 :

Figure 45 : Efforts tranchant maximaux issus de robot

Convoi D :

Figure 46 : Efforts tranchant maximaux de convoi D issus de robot

Convoi E :

Figure 47 : Efforts tranchant maximaux de convoi E issus de robot

D-Comparaison des résultats


On présente dans les tableaux suivants les résultats trouvés par calcul manuel et par Robot.
La comparaison est établie en se basant sur les valeurs maximales du moment fléchissant et
de l’effort tranchant.

55
UPF ZZ-KM TECOPY

a-Récapitulatif des moments maximaux pour chaque type de charges


Table 24 : Récapitulatif des moments maximaux

Moment fléchissant (t.m) Calcul manuel Robot


G 3709,46 3723,08
St 51,33 51,34
A 579,26 592,86
Bc 398 402,15
Bt 285,23 285,29
Me120 580,8 581,13
Mc120 933,62 933,58
D -* 1304,05
E -* 1475,30

Pour les charges réparties divisé en deux groupes (D et E), le théorème de barré devient
complexe à interpréter manuellement. Ainsi, On prendra les valeurs obtenues par Robot.
b-Récapitulatif des efforts tranchant maximaux pour chaque type de charges
Table 25 : Récapitulatif des efforts tranchant maximaux

Effort tranchant (t) Calcul manuel Robot


G 430,48 431,99
St 5,7 5,7
A 64,31 64,22
Bc 48,3 48,57
Bt 31,36 31,37
Me120 64,35 64,39
Mc120 100,93 101,82
D 166,4 166,39
E 162,35 163,2

E-Remarques et conclusion :
Remarque 1 : On remarque que dans la plupart des cas, les résultats obtenus manuellement
ou par Robot sont pratiquement les mêmes. Pour ceux qui présentent une légère différence
cela peut s’expliquer par le fait que le logiciel robot tend à faire des majorations ou des
minorations pour les nombres à plus de 2 chiffres après la virgule.
Remarque 2 : Pour les types de charges roulantes présentant une répartition symétrique, les
résultats obtenus du moment et d’effort tranchant doivent également être symétrique.
56
UPF ZZ-KM TECOPY

Cependant, dans certains cas, le programme robot illustre une légère dysmétrie entre
l’abscisse X et L-X. (cas des charges exceptionnelles par exemple) Ceci s’explique par le fait
que le programme fait preuve d’un bug au droit des appuis.
Remarque 3 : la saillie a été négligée pour les charges roulantes normales (B,M) et ceux à
caractère particulier (D,E).Par contre, pour les charges réparties (G,A,St) l’effet de la partie
débordante a été pris en considération.

Conclusion : On prendra en compte dans ce qui suit, les résultats trouvés manuellement on
se contentera de ceux de robots pour les moments maximaux issus des charges
exceptionnelles.

57
UPF ZZ-KM TECOPY

CHAPITRE 4
Évaluation du moment fléchissant et de l’effort
tranchant transversal agissants sur les poutres

Plan du chapitre : Objectifs :

-Présentation du projet -Objectif principal : Calcul de la répartition des efforts


sur les poutres par la méthode de Guyon Massonnet.
-Étude des variantes par Expert Choice
-Justification techniques conformément aux
Recommandation de SETRA
.

58
UPF ZZ-KM TECOPY

Introduction
Lorsque la rigidité de torsion des éléments d'un pont ne peut être négligée, la section
transversale du pont est considérée comme étant déformable. Dans ce cas on applique la
méthode de Guyon – Massonnet.
Cette méthode vise à déterminer les efforts transitant dans un grillage de poutres soumis à
un chargement quelconque, ponctuel ou réparti. Le système dalle-poutre discret est remplacé
par un système uniforme composé d'une dalle anisotrope ou orthotrope ayant des
caractéristiques constantes suivant chacun de ses axes transversal et longitudinal. Cette
transition de la répartition discrète de la rigidité, à une répartition continue, est l'hypothèse
principale sur laquelle se base cette méthode. La deuxième hypothèse consiste à admettre
que le coefficient de Poisson du matériau constitutif est nul. Cette hypothèse est plus ou
moins contestable, mais, dans la mesure où le but de la méthode est de déterminer la
répartition des efforts dans les différentes parties de la structure et où les variations de ces
efforts ne sont pas très importantes, l'erreur qui en résulte peut être considérée comme
négligeable.
La méthode Guyon Massonnet considère une travée indépendante, de portée L, de largeur
2b, dont l'ossature est constituée par une poutraison croisée de n (n=4 dans notre cas) poutres
longitudinales (portée L, espacement b1) et de m entretoises (m=2 dans notre cas) (portées
2b, et espacement L1) intermédiaires, disposées transversalement.

Figure 48 : illustration d'une poutre et des entretoises


L’application du calcul pour le viaduc suivra le raisonnement suivant :
 Calcul des paramètres fondamentaux
 Rigidités (flexion et torsion)
 Paramètres fondamentaux  et .
 Calcul du coefficient CRT
 Détermination de la fonction K (
 Déduction du coefficient CRT à partir des courbes de K.

59
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque 1 : Le détail de chaque étape s’élaborera au fur et à mesure qu’on procède dans
le calcul.
Remarque 2 : l’étude se fera pour le tablier 1 dont la notation des poutres est comme suit :

P2’ P1’ P1 P2

Figure 49 : notation des poutres du tablier 1

Application de la méthode de Guyon Massonnet pour le Viaduc.


Remarque très importante :
La méthode de Guyon-Massonnet considère une structure comprenant des poutres
principales et des entretoises, il est possible d'appliquer la méthode à un tablier de ponts à
poutres sans entretoises intermédiaires : c'est alors l’hourdis qui joue le rôle des entretoises.
Dans ce cas, on fait les calculs par m/l des inerties de flexion et de torsion du hourdis.
1-Calcul des paramètres fondamentaux :
 2b = 11,5 m => b = 5,75 m
 b1 = 3,3 m
 L1 = 1 m
le nombre de poutre égal à : n = 4
Toutes les poutres sont identiques et caractérisées par:
 leur rigidité à la flexion BP = E . IP
 leur rigidité à la torsion CP = G . KP
De même, toutes les entretoises sont identiques, et également caractérisées par:
 leur rigidité à la flexion BE = E . IE
 leur rigidité à la torsion CE = G . KE

Pour une unité de longueur ces rigidités deviennent :


Rigidité de flexion : PIP. E / b1
EIE. E / L1
Rigidité de torsion : PKP. G / b1
EKE. G / L1

60
UPF ZZ-KM TECOPY

Tel que :
 E : Module de Young
 G: Module de torsion. avec G =E/2(1+v) (v : Coefficient de Poisson)
 IP : Moment d'inertie de flexion des poutres.
 KP: Moment d'inertie de torsion des poutres.
 IE : Moment d'inertie de flexion des entretoises.
 KE: Moment d'inertie de torsion des entretoises

Vu qu’on supposé que v = 0 la valeur du module de torsion devient : G = E / 2


Ainsi on retrouve les nouvelles formules des rigidités de torsion :
PKP. E / (2.b1) et EKE. E / (2.L1)

Calcul des rigidités :


Rigidité de flexion de la poutre :
On a Ip = 0,9412 m4 ( pour section approximative L/2 ; voir annexe chapitre 5 ) , on déduit
ainsi l’expression de la rigidité flexionnelle des poutres : P0,9412. E / 3,3 = 0,28 E
Rigidité de flexion de l’entretoise (Hourdis) :
Le moment de flexion se calcul par IE = bh3 / 12 = 0,243 / 12 = 1,152 * 10-3 (avec b = 1m ; voir
remarque très importante mentionnée précédemment).On déduit ainsi l’expression de la
rigidité flexionnelle de l’hourdis : E1,152 * 10-3. E / 1 = 1,152 * 10-3 E
Rigidité de torsion de la poutre :
Calcul du moment de torsion de la poutre :
La détermination des moments d'inertie de torsion, fait appel à la théorie de l'analogie de la
membrane. D'après cette théorie, l'inertie de torsion d'un rectangle de longueur b et de
largeur a (b>a) est donnée par : Kp= k . b . a3

Tel que le coefficient k est en fonction de a et b. Sa formule est le résultat d’un développent
en série démontrer par Saada : k(b,a) = (1/3) - (64 /5) * (a / b) * tanh( /2 * b/a)
Comme les poutres du Viaduc ont une section irrégulière. On doit décomposer cette section
en plusieurs rectangles et carrées élémentaires, et on cumule les inerties obtenues.
Seulement, des corrections sont à apporter à la formule concernant :
 Pour l'âme des poutres, le coefficient k est calculé avec une hauteur double par rapport
à la hauteur réelle.(2b)
 Pour l’hourdis, la valeur à retenir n'est que la moitié de celle donnée par la formule

61
UPF ZZ-KM TECOPY

Illustration de la décomposition de la section : ( Rq :on prend la section complète en travée )


330 cm

T4 24 cm

T1 19 cm

160 cm

T2 145,57 cm
24 cm

T3 35,43 cm

80 cm
Figure 50 : Décomposition de la section en travée (L/2)

Kp est ainsi la somme des moments de torsion des sections décomposées.


Calcul des moments de torsion des sections Ti :
-T1 = k(2b,a) * 136 * 193 = 0,3 * 136 * 193 = 0,0028 m4
-T2 = k(b,a) * 200 * 243= 0,13 * 200 * 243 = 0,0091 m4
-T3 = k(b,a) * 56 * 35,433= 0,2 * 56 * 35,433 = 0,005 m4
-T4 = (1/2) * k(b,a) * 330 * 243 = (1/2) * 0,16 * 330 * 243 = 0,0075 m4
Ainsi le moment de torsion globale de la poutre :

Kp = Σ Ti = 0,0244 m4

On déduit ainsi l’expression de la rigidité flexionnelle des poutres :


P0,0244. E / (2*3,3) = 3,7 * 10-3 E

Rigidité de torsion de l’hourdis :


Pour l’hourdis on a l’égalité suivante : E = E . On déduit ainsi l’expression de la rigidité
flexionnelle des poutres : E = 1,152 * 10-3 E

Tableau récapitulatif
Table 26 : Récapitulatif des rigidités

Rigidité de flexion Rigidité de torsion

Poutre 0.28 E 3,7 * 10-3 E

Entretoise (Hourdis) 1,152 * 10-3 E 1,152 * 10-3 E

62
UPF ZZ-KM TECOPY

Calcul des paramètres fondamentaux  et


Le comportement du pont est complètement défini par 2 paramètres principaux :

Paramètre de torsion : =(E + P) /(2 √𝐏 𝐄  )

Paramètre de d'entretoisement : =(b/L) 𝟒√𝐏 𝐄

On déduit ainsi, les valeurs de  et


= 0,13
= 0,61

2-Calcul du CRT :
Le coefficient CRT s’écrit sous la forme de : = K / n
tel que :
 n est le nombre des poutres
 K dépend de : - la valeur du paramètre de torsion 
- la valeur du paramètre d'entretoisement 
- l'excentricité de la charge e.
- l'ordonnée de la poutre considérée y.

Détermination de la fonction K :
Interpolation sur (non linéaire)
Pour  quelconque, K est donnée par Sattler :

Avec : K0 est la valeur de K pour  = 0


K1 est la valeur de K pour  = 1
Remarque : K0 et K1 sont données par les tables de Guyon-Massonnet
Comme = 0,61 on utilisera la deuxième formule. On déduit par la suite l’expression de K :

K() = K0 + ( K1 – K0) ( 1 - e )avec := (0,065 – 0,61) / 0,663

Donc :

K = K0 + (K1-K0)  0 ,56 = 0,68 K0 + 0,32 K1 (équations 1)

63
UPF ZZ-KM TECOPY

Interpolation sur (linéaire)


On a = 0,61, donc l’interpolation se fera en se basant sur les deux tables de Guyon
Massonnet représentant les valeurs de K0(= 0) et K1(1) pour et
Table 27 : Valeurs de K1 et K0 pour =0,60
Théta=0.60 Alfa=0=> K0
y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,3347 0,6968 1,0447 1,3316 1,4594 1,3316 1,0447 0,6968 0,3347
b/4 -0,1808 0,2154 0,6119 0,9977 1,3316 1,5237 1,4853 1,3177 1,1155
b/2 -0,5241 -0,1615 0,2117 0,6119 1,0447 1,4853 1,8575 2,0778 2,2358
3b/4 -0,7808 -0,4806 -0,1615 0,2154 0,6968 1,3177 2,0778 2,9106 3,7122
b -1,0112 -0,7808 -0,5241 -0,1808 0,3347 1,1155 2,2358 3,7122 5,448
Théta=0.60 Alfa=1=> K1
y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,7878 0,8839 0,9996 1,1215 1,1878 1,1215 0,9996 0,8839 0,7878
b/4 0,5792 0,6761 0,7992 0,9545 1,1215 1,2361 1,2207 1,151 1,0792
b/2 0,4349 0,5243 0,641 0,7992 0,9996 1,2207 1,3994 1,4582 1,4686
3b/4 0,3362 0,4171 0,5243 0,6761 0,8839 1,151 1,4582 1,7518 1,9607
b 0,2627 0,3362 0,4349 0,5792 0,7878 1,0792 1,4686 1,9607 2,5312

Table 28 : Valeurs de K1 et K0 pour  =0,60


Théta=0.65 Alfa=0=> K0
y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,1776 0,6223 1,0524 1,4121 1,5752 1,4121 1,0524 0,6223 0,1776
b/4 -0,2731 0,1624 0,6014 1,0347 1,4121 1,6143 1,518 1,2565 0,952
b/2 -0,5207 -0,169 0,1974 0,6014 1,0524 1,518 1,8946 2,0666 2,1547

3b/4 -0,6691 -0,4303 -0,169 0,1624 0,6223 1,2565 2,0666 2,9669 3,8208
b -0,7883 -0,6691 -0,5207 -0,2731 0,1776 0,952 2,1547 3,8208 5,8338
Théta=0.65 Alfa=1=> K1
y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,7485 0,8588 0,9965 1,1468 1,231 1,1468 0,9965 0,8588 0,7485
b/4 0,5289 0,633 0,7702 0,9493 1,1468 1,2818 1,2516 1,1561 1,0648
b/2 0,3823 0,4734 0,5966 0,7702 0,9965 1,2516 1,4559 1,5073 1,5005

3b/4 0,286 0,3648 0,4734 0,633 0,8588 1,1561 1,5073 1,8418 2,0659

b 0,2171 0,286 0,3823 0,5289 0,7485 1,0648 1,5005 2,0659 2,7342

L’interpolation se fera linéairement ; on considère une droite qui passe par les deux

points suivant : A (0,6 ; K = 0,6) et B (0,65 ; K= 0,65). On recherche par la suite l’ordonnée du

point C (0,61 ; K= 0,65) en mettant en évidence l’égalité des pentes, vu que les 3 points
appartiennent à la même droite.
Remarque : il faut tenir en compte l’aspect décroissant de la courbe K ().
𝐊 𝟎,𝟔𝟎 −𝐊 𝟎,𝟔𝟏 𝐊 𝟎,𝟔𝟎 −𝐊 𝟎,𝟔𝟓
On a alors : =
𝟎,𝟔𝟏− 𝟎,𝟔𝟎 𝟎,𝟔𝟓−𝟎,𝟔𝟎

Donc : 𝐊 𝟎,𝟔𝟏 = 0,01 * (𝐊 𝟎,𝟔𝟓 − 𝐊 𝟎,𝟔𝟎 ) / 0,05 - 𝐊 𝟎,𝟔𝟎

Ce qui résulte à : 𝐊 𝟎,𝟔𝟏 = 0,8 𝐊 𝟎,𝟔𝟎 + 0,2 𝐊 𝟎,𝟔𝟓

Remarque : la formule précédente est valable pour K1 et K0

64
UPF ZZ-KM TECOPY

Ainsi, on retrouve le nouveau tableau pour = 0,61 :


Table 29 : Valeurs de K1 et K0 pour  =0,61
Théta = 0,61 Alfa= 0 => K0
y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,3033 0,6819 1,0462 1,3477 1,4826 1,3477 1,0462 0,6819 0,3033
b/4 -0,1993 0,2048 0,6098 1,0051 1,3477 1,5418 1,4918 1,3055 1,0828
b/2 -0,5234 -0,1630 0,2088 0,6098 1,0462 1,4918 1,8649 2,0756 2,2196
3b/4 -0,7585 -0,4705 -0,1630 0,2048 0,6819 1,3055 2,0756 2,9219 3,7339
b -0,9666 -0,7585 -0,5234 -0,1993 0,3033 1,0828 2,2196 3,7339 5,5252
Théta = 0,61 Alfa= 1=> K1
y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,7799 0,8789 0,9990 1,1266 1,1964 1,1266 0,9990 0,8789 0,7799
b/4 0,5691 0,6675 0,7934 0,9535 1,1266 1,2452 1,2269 1,1520 1,0763
b/2 0,4244 0,5141 0,6321 0,7934 0,9990 1,2269 1,4107 1,4680 1,4750
3b/4 0,3262 0,4066 0,5141 0,6675 0,8789 1,1520 1,4680 1,7698 1,9817
b 0,2536 0,3262 0,4244 0,5691 0,7799 1,0763 1,4750 1,9817 2,5718

Interpolation sur l’ordonnée y de la poutre(linéaire)


Poutre de rive P2 :
La poutre P2 se trouve à 4,95 m de l’axe de symétrie transversale donc :
Y = 4,95 / 5,75 = 0,86 b
Les tables de Massonnet ne figure aucunes valeurs concernant y = 0,86b. Cependant on y
trouve pour y = b et y = 0,75 b. On considère ainsi une droite passant par les deux points

suivants : A (1 ; K y=b) et B (0,75 ; Ky= 0,75).


On recherche par la suite l’ordonnée du point C (0,86 ; K y= 0,86) appartenant à la même droite
par la même manière que le paragraphe précédent. (En tenant en compte le décroissement de K)
𝐊 𝟎,𝟕𝟓 −𝐊 𝟎,𝟖𝟔 𝐊 𝟎,𝟕𝟓 −𝐊 𝒚=𝟏
On a alors : =
𝟎,𝟖𝟔− 𝟎,𝟕𝟓 𝟏−𝟎,𝟕𝟓

Ainsi : 𝐊 𝒚=𝟎,𝟖𝟔 = 0,11 * (𝐊 𝒚=𝟏 − 𝐊 𝟎,𝟕𝟓) / 0,25 - 𝐊 𝟎,𝟕𝟓

Donc : 𝐊 𝒚=𝟎,𝟖𝟔 = 0,44 𝐊 𝒚=𝟏 + 0,56 𝐊 𝒚=𝟎,𝟕𝟓

Remarque : la formule précédente est valable pour K1 et K0

Poutre intermédiaire P1 :
La poutre P1 se trouve à 1,65 m de l’axe de symétrie transversale donc :
Y = 1,65 / 5,75 = 0,29 b
On procède par la même manière que précédemment avec : 0,5 b < 0,29 b < 0,25 b

On interpole ainsi entre les points suivant A (0,5 ; K y=0,5b) et B (0,75 ; Ky=0,25b) et on recherche
l’ordonnée du point C (0,29 ; K y= 0,86).

65
UPF ZZ-KM TECOPY

On retrouve alors, l’expression suivante :


𝐊 𝟎,𝟐𝟓 −𝐊 𝟎,𝟐𝟗 𝐊 𝟎,𝟐𝟓 −𝐊 𝟎,𝟓
=
𝟎,𝟐𝟗− 𝟎,𝟐𝟓 𝟎,𝟓−𝟎,𝟐𝟓

Ainsi : 𝐊 𝒚=𝟎,𝟐𝟗 = 0,04 * (𝐊 𝒚=𝟎,𝟓 − 𝐊 𝒚=𝟎,𝟐𝟓 ) / 0,25 - 𝐊 𝟎,𝟐𝟓

On déduit : 𝐊 𝒚=𝟎,𝟐𝟗 = 0,16 𝐊 𝒚=𝟎,𝟓 + 0,84 𝐊 𝒚=𝟎,𝟐𝟓

On obtient ainsi les valeurs de K1 et K0 pour les poutres P1 et P2


Table 30 : Valeurs de K0 et K1 pour P2 et P1

K0 -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0,86b -0,8501 -0,5972 -0,3216 0,0270 0,5153 1,2075 2,1389 3,2792 4,5221
0,29b -0,2511 0,1460 0,5456 0,9419 1,2995 1,5338 1,5515 1,4287 1,2647
K1 -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0,86b 0,2942 0,3712 0,4746 0,6242 0,8353 1,1187 1,4711 1,8631 2,2414
0,29b 0,5460 0,6429 0,7676 0,9279 1,1061 1,2423 1,2563 1,2026 1,1401

Remarque : Le calcul a concerné que deux poutres vu que pour y < 0 les valeurs sont
symétriques.
Enfin, il ne reste que de trouver K () pour chaque poutre en se basant sur l’équation1
démontré dans le paragraphe d’interpolation par 
On représente les résultats dans le tableau suivant :
Table 31 : Valeurs de Kb,e) pour Pi
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
K() P2 -0,48 -0,29 -0,07 0,22 0,62 1,18 1,93 2,83 3,79
K() P1 0,00 0,30 0,62 0,94 1,24 1,44 1,46 1,36 1,22
K() P1' 1,22 1,36 1,46 1,44 1,24 0,94 0,62 0,3 0
K() P2' 3,79 2,83 1,93 1,18 0,62 0,22 -0,07 -0,29 -0,48

Pour s’assurer que le résultat est juste on doit vérifier que : Σ Ki converge à peu près vers 8
P2 : Σ Ki = 9,7
P1 : Σ Ki = 8,58
P1’ : Σ Ki = 8,58
P2’ : Σ Ki = 9,7
Calcul du CRT pour chaque type de charge :
On trace la courbe K pour chaque poutre et on calcule le CRT pour les types de charges
suivants : A ,Bc ,Bt , Mc120,Me120,D,E . Les charges sont placé de façons crée l’effet le plus
défavorable. La déduction du CRT  à partir de la courbe varie selon la nature de la charge :
a/Pour les charges réparties transversalement : A(L), Tr, Mc120, Me120, D, E
 La largeur de la zone chargée est choisie de manière à produire l'effet le plus
défavorable.
 La charge est placée sur la largeur chargeable.

66
UPF ZZ-KM TECOPY

 Pour les charges exceptionnelles D et E, il faut garder une distance des 0,20 m des bords
de la largeur chargeable.
 K est calculé en divisant l’air de la charge (délimité par la courbe) par sa largeur couverte
transversalement.
 Le CRT  est retrouvé en divisant K par le nombre des poutres (4 poutres).
Remarque : Pour la charge A, on compare entre les effets du nombre de voies chargées par
l’expression suivante :  * LTRAN * a1 ; Tel que :
-LTRAN : largeur couverte transversalement
-a1 coefficient du system A (égale à 1 pour une voie et deux voies chargées et 0,9 pour trois voies
chargées)

b/Pour les charges concentrées transversalement Bc, Bt


 La largeur de la zone chargée est choisie de manière à produire l'effet le plus
défavorable.
 Les deux charges sont placées tout en gardant une distance des bords de la largeur
chargeable de 0,25m pour Bc et 0,5m pour Bt.
 K est calculé en divisant les ordonnées des roues (délimité par la courbe) par leur
nombre.
 Le CRT  est retrouvé en divisant K par le nombre des poutres (4 poutres)
Remarque : Pour la comparaison entre l’effet du nombre de voies chargées, on utilise :
 * N * bc (ou bt) ; tel que :
 N est le nombre de voie chargée.
 bc et bt coefficients des systèmes Bc et Bt / (bc vaut 1,2 pour une voie chargée , 1,1 pour deux
voies chargées et 0,95 pour 3 voies chargées) (bt vaut 1 vue qu’il s’agit d’un pont de classe 1)

Ainsi on retrouve les résultats du CRT pour chaque poutre pour chaque type de charge
Table 32 : Valeurs du CRT

Charges P2 P1 P1’ P2’


G surfacique 0,25 0,25 0,25 0,25
*GBA/dallette 0 0 0,30 0,9
*Trottoir et
éléments sur 0,78 0,33 0,05 0
trottoir
A 0,27 0,32 0,29 0,44
St 0,78 0,33 0,05 0
Bc 0,4 0,28 0,32 0,49
Bt 0,41 0,36 0,35 0,62
Mc120 0,35 0,33 0,35 0,54
Me120 0,37 0,35 0,35 0,56
D et E** 0,23 0,32 0,35 0,36

67
UPF ZZ-KM TECOPY

* les charges linéaires concernent :


 -Le trottoir et les éléments qu’il portent (T1 Inclus) ;leur CRT et le même que la charge
St ; l =2m
 -GBA et dallette ; leur CRT peut être facilement déduit des courbes K (b,e) ; l = 0,55 m
** Les charges exceptionnelles ont la même disposition transversale
Remarque : Les courbes K() sur lesquelles le calcul s’est basé, se trouvent dans l’annexe du
chapitre.

Conclusion :
Même si elle reste dépourvue de précision à cause du maillage manuel très limité, l’évaluation
transversale de Guyon Massonnet restera toujours une référence pour le calcul numérique
qui a pu exploiter le raisonnement de la méthode pour atteindre des résultats plus précis.

68
UPF ZZ-KM TECOPY

En se basant sur les chapitres précédents, on présente les résultats suivants


A-Sollicitation de calcul pour le moment fléchissant :
Moments Coefficient de Coefficient de répartition transversale n Répartition des moments fléchissant Net max
fléchissant majoration
Brute max dynamique P2 P1 P1’ P2’ P2 P1 P1’ P2’
Charge
surfacique
3189,25 __ 0,25 0,25 0,25 0,25 797,31 797,31 797,31 797,31

G* GBA/dallette 137,24 __ 0,00 0,00 0,30 0,90 0,00 0,00 41,20 123,50
Trottoir et
éléments au 382,97 __ 0,78 0,33 0,05 0,00 298,72 126,38 19,15 0,00
dessus

St 51,33 __ 0,78 0,33 0,05 0,00 40,04 16,94 2,57 0,00

2 voies 1158,53
A __ 0,27 0,32 0,29 0,44 312,80 500,49 453,57 509,75
3 voies 1564,02

2 files 796,00
Bc** 1,08 0,40 0,28 0,32 0,49 378,26 343,01 392,01 463,37
3 files 1194,00
Bt** 2 files 570,46 1,08 0,26 0,30 0,34 0,43 160,19 184,83 209,47 264,92
Mc120 933,62 1,07 0,37 0,35 0,35 0,56 369,62 349,64 349,64 559,43
Me120 586,41 1,07 0,35 0,33 0,35 0,54 219,61 207,06 219,61 338,83
D 1304,05 __ 0,23 0,32 0,35 0,36 299,93 417,30 456,42 469,46
E 1475,30 __ 0,23 0,32 0,35 0,36 339,32 472,10 516,36 531,11
(*) : G est divisé en élément surfacique et éléments linéaires (trottoir et éléments sur trottoir ;
GBA et dallette)
(**) : Il faut tenir compte des coefficients bc (1,1 pour 2 files ; 0,95 pour 3files) et bt (1).Chap2
Combinaisons à l’ELS (t.m) :
P2 P1 P1’ P2’
1 G+1,2St+1,2A 1519,44 1544,60 1405,02 1532,52
2 G+1,2St+1,2Bc 1597,99 1355,63 1331,16 1476,85
3 G+1,2St+1,2Bt 1336,30 1165,81 1112,11 1238,72
ELS MAX 4 G+Mc120+1,2St 1513,69 1293,66 1210,38 1480,24
5 G+Me120+1,2St 1363,68 1151,08 1080,35 1259,64
6 G+D 1395,96 1340,99 1314,08 1390,27
7 G+E 1435,35 1395,79 1374,02 1451,92
ELS MIN 8 G 1096,03 923,69 857,66 920,81

 MMAX = 15,98 MN.m (sous combinaison G+1,2St+1,2Bc)


 MMIN = 8,58 MN.m (sous G)
 M = 7,40 MN.m
Combinaisons à l’ELU (t.m) :
P2 P1 P1’ P2’
1 1,35G+1,6St+1,6A(L) 2044,18 2074,87 1887,65 2058,70
2 1,35G+1,6St+1,6Bc 2148,91 1822,91 1789,17 1984,48
3 1,35G+1,6St+1,6Bt 1800,00 1569,81 1497,11 1666,97
ELU MAX 4 1,35G+1,6St+1,35Mc120 2042,69 1746,10 1633,96 1998,32
5 1,35G+1,6St+1,35Me120 1840,17 1553,62 1458,42 1700,51
6 1,35G+1,35D 1884,55 1810,33 1774,01 1876,87
7 1,35G+1,35E 1937,72 1884,31 1854,92 1960,09
ELS MIN 8 1,35*G 1479,64 1246,99 1157,84 1243,10

 MMax = 22 MN.m (sous combinaison 1,35G+1,6St+1,6Bc)

69
UPF ZZ-KM TECOPY

B-Sollicitation de calcul pour l’effort tranchant :


Efforts Coefficient de Coefficient de répartition transversale n Répartition des efforts tranchant Net max
tranchant majoration
Brute max dynamique P2 P1 P1’ P2’ P2 P1 P1’ P2’
Charge
surfacique
372,72 __ 0,25 0,25 0,25 0,25 93,18 93,18 93,18 93,18
GBA/Dallette 15,24 __ 0,00 0,00 0,30 0,90 0,00 0,00 4,57 13,72
G*
Eléments sur
trottoir et au 42,56 __ 0,78 0,33 0,05 0,00 33,20 14,04 2,13 0,00
dessus

St 5,70 __ 0,78 0,33 0,05 0,00 4,45 1,88 0,29 0,00


2 voies 128,62
A __ 0,27 0,32 0,29 0,44 34,73 55,57 50,36 56,59
3 voies 173,66

2 files 96,60
Bc** 1,08 0,40 0,28 0,32 0,49 45,90 41,63 47,57 56,23
3 files 144,90
Bt** 2 files 62,72 1,08 0,41 0,36 0,35 0,62 27,77 24,39 23,71 42,00
Mc120 100,93 1,07 0,35 0,33 0,35 0,54 37,80 35,64 37,80 58,32
Me120 64,35 1,07 0,37 0,35 0,35 0,56 25,48 24,10 24,10 38,56
D 166,40 __ 0,23 0,32 0,35 0,36 38,27 53,25 58,24 59,90
E 162,35 __ 0,23 0,32 0,35 0,36 37,34 51,95 56,82 58,45
(*) : G est divisé en élément surfacique et éléments linéaires (trottoir et éléments sur trottoir ;
GBA et dallette)
(**) : Il faut tenir compte des coefficients bc (1,1 pour 2 files ; 0,95 pour 3files) et bt (1) ;
Combinaisons à l’ELS (t) :
P2 P1 P1' P2'
1 G+1,2St+1,2A 173,38 176,17 160,66 174,81
2 G+1,2St+1,2Bc 186,80 159,43 157,31 174,38
3 G+1,2St+1,2Bt 165,04 138,74 128,67 157,29
ELS MAX 4 G+Mc120+1,2St 169,51 145,12 138,02 165,21
5 G+Me120+1,2St 157,19 133,58 124,32 145,45
6 G+D 164,65 160,47 158,12 166,80
7 G+E 163,72 159,18 156,70 165,34
ELS MIN 8 G 126,38 107,22 99,88 106,90

 TMAX = 1,9 MN (sous combinaison G+1,2St+1,2Bc)


 TMIN = 1 MN (sous G)

Combinaisons à l’ELU (t) :


P2 P1 P1' P2'
1 1,35G+1,6St+1,6A(L) 233,29 236,68 215,87 234,86
2 1,35G+1,6St+1,6Bc 251,17 214,37 211,41 234,28
3 1,35G+1,6St+1,6Bt 222,16 186,78 173,23 211,51
ELU MAX 4 1,35G+1,6St+1,35Mc120 228,75 195,87 186,32 223,04
5 1,35G+1,6St+1,35Me120 212,12 180,30 167,83 196,36
6 1,35G+1,35D 222,28 216,64 213,46 225,18
7 1,35G+1,35E 221,02 214,89 211,55 223,21
ELS MIN 8 1,35*G 170,61 144,75 134,84 144,31

 TMax = 2,52 MN (sous combinaison G+1,2St+1,2Bc)

70
UPF ZZ-KM TECOPY

CHAPITRE 5
Évaluation de la précontrainte

Plan du chapitre : Objectifs :

-Introduction -Objectif principal : Calcul de la précontrainte / Calcul


des pertes / Justifications à l’ELS et l’ELU
- Hypothèses de calculs
- Calcul de la précontrainte -Objectif secondaire : validité d’une estimation
forfaitaire des pertes à 25%
-Détermination des pertes
-Justification ELS et ELU
-Conclusion

71
UPF ZZ-KM TECOPY

Introduction
La précontrainte a pour objectif de fortement limiter les sollicitations de traction dans le
béton, en imposant aux éléments un effort de compression axial judicieusement appliqué. Ce
dernier est réalisé par le biais de deux modes de précontrainte : soit par pré tension ou par
post tension.
Dans Le premier procédé, les câbles de précontrainte sont tendus entre deux massifs
solidement ancrés avant le coulage du béton. Tandis que le deuxième procédé consiste à
tendre les câbles de précontrainte, après coulage et durcissement du béton, en prenant appui
sur la pièce à comprimer. Cette technique est utilisée pour les ouvrages importants à l’instar
du viaduc de Bouregreg, et elle est généralement, mise en œuvre sur chantier. On représente
les inconvénients et les avantages de la poste tension dans le tableau suivant :
Table 33 : Avantages et inconvénients de la post-tension
Avantages Inconvénients

 Une compensation partielle ou complète  La nécessité de matériaux spécifiques.


des actions des charges.  La nécessité de main d’œuvre qualifié.
 Une économie appréciable des  La nécessité d’équipements particuliers.
matériaux.  Risque de rupture à vide par excès de
 Augmentation des portés économiques. compression.
 Une réduction des risques de corrosion.  Un calcul relativement complexe.

Les poutres précontraintes du nouveau viaduc seront réalisées comme suit :


 Placement des gaines dans le coffrage.
 Coulage du béton.
 Après le durcissement du béton, la mise en tension des câbles.
 Le blocage se fait par différents systèmes de cales sur une zone de béton fretté.
 L’injection d’un coulis de ciment.

Figure 51 : Etapes de la mise en tesion

72
UPF ZZ-KM TECOPY

Étapes de mise en tension des câbles :


Étape 1 :
 Coulage de la poutre
 Câbles de première famille tirés à 50 % à 7j
 Pertes estimées à 10%
 Section à considérer poutre seul
 Charge à considérer poids propre de la poutre
Étape 2 :
 Câbles de première famille tirés à 100 % à 21 j
 Pertes estimées à 10 %
 Section à considérer poutre seul
 Charge à considérer poids propre de la poutre
Étape 3 :
 Coulage de l’hourdis à 28 j
 Section à considérer poutre seule (hourdis non résistant)
 Charges à considérer (poutre + dalle)
Étape 4 :
 Mise en tension de la deuxième famille à 35j
 Pertes estimées à 25 %
Étape 5 :
 Mise en œuvre de la superstructure
 charges à considérer (toute la charge permanente)
 Pertes estimées à 25 %
Étape 6 : mise en service de la structure

Hypothèses de calcul
Béton :
Contraintes limites de traction :
Les calculs se feront en classe II, c’est-à-dire qu’on admet des tractions modérées dans le
béton. Ces contraintes se calculent sur la section non fissurée. Ainsi la valeur la contrainte de
traction du béton est :
 En section d’enrobage : ftj
 Hors section d’enrobage : -1,5 * ftj
 Tel que ftj = 0,06 fcj +0,6

73
UPF ZZ-KM TECOPY

-Contraintes limites de compression selon les combinaisons :


Table 34 : Contraintes limites de compression du béton

-Classe de résistance du béton pour le tablier : 40 MPA

-Module de déformation longitudinal du béton :


 Ei = 11 000 fc281/3 : en cas de déformation instantanée.
 Ev = 3 700 fc281/3 : en cas de déformation différée ou finale.

-Contrainte sur le béton au niveau d’un câble :


b= P / B + P.e2/Ip - M.e/I tel que :
 P : la précontrainte
 B : la section considéré
 I : moment quadratique
 e : distance entre le câble et le centre de gravité (point de calcul de la contrainte)
 M : moment issu des charges permanentes ou variables

Aciers passifs :
 Limite d’élasticité nominale des armatures longitudinales : 500 MPa
 Limite d’élasticité nominale des armatures verticales : 500 MPa
 Module d’élasticité : E = 200000 MPa
Acier actifs (câbles de précontraintes) :
 Câble de type FREYSSINET 12T15s
 Modelé d’ancrage : A nC15 – toron clair – Gaine
 Section nominale de l’acier : A P =1800 mm2
 Diamètre de la gaine Dext = 80 mm
 Contrainte limite élastique garantie f peg =1653 MPA
 Contrainte de rupture garantie f prg =1860 MPA
 Coefficient de frottement angulaire f=0,125 rad-1

74
UPF ZZ-KM TECOPY

 Coefficient de frottement linéaire j= 0.002/m


 Recul d’ancrage g = 6 mm
 Relaxation à 1000 heures r = 2,5% TBR ( très basse relaxation )
 Module d’élasticité de l’acier : EP= 190000 MPA
Actions de calcul :
 Poids propre de la poutre
 Poids de la superstructure ;
 Surcharges d’exploitations routières ;
 La précontrainte
Calcul de précontrainte
 Estimation initiale des pertes de tensions finales à 25 %
 Phase de dimensionnement : calcul avec section approximative (voir annexe).
 Phase de vérification : calcul avec section corrigée (voir annexe)

75
UPF ZZ-KM TECOPY

A-Évaluation de la précontrainte :
Le calcul sera établi par rapport à la section la plus défavorable x = L/2 .
1-Détermination de la précontrainte minimale :
a- Données relatives à la section à mi travée :
On considère la section nette approximative (poutre + hourdis) .Voir annexe du chapitre.
 B= 1,64 m2
 I = 0,94 m4
 V’ = 1,48 m
 V = 0.76 m
  = 51 %
 d’ = 0.1 x h (poutre) = 0,2 m
b-Moments de références à l’état de limite de service :
 MMAX = 16,98 MN.m
 MMIN = 8,58 MN.m
On déduit M = 7,40 MN
c-Contraintes admissibles de services du béton : (fc28 = 40 MPa )

 Combinaison quasi permanente : q = 0.5x40 = 20MPA


 Combinaison fréquente : f = 0.6x40= 24 MPA
 Combinaison rare : r = 0.6x20 =24 MPA
d-Contraintes de traction :
 En section d’enrobage : fti = 0.06xfcj + 0.6 = -3 MPA
 Hors section d’enrobage : fts = -1.5 x fti = -4.5 MPA

e-Notion de la section critique :


 Section sous critique : Si tous les segments de passage est à l’intérieure de la zone qui
permet un enrobage suffisant, la section est dite sous critique.
 Section critique : Dans le cas où il serait possible que le segment de passage soit réduit
à un point, la section est critique.
 Section sur critique : Si le segment de passage à une de ses frontières découpe la zone
d’enrobage (segment ouvert), la section est dite sur critique.
Figure 52 : illustration de la section critique

On déduit le type de section en comparant les valeurs de PI (précontrainte en cas de section


critique et sous critique) et PII (précontrainte en cas de section sur critique).

76
UPF ZZ-KM TECOPY

PI et PII sont calculés par les deux formules suivantes :


 PI = M/.h + B(ti .V + ts .V’)/h = 6,49 – 6.52 = -0,03 MN
 PII = (MMax + .B.V.ti) / (.V + V’-d’) = 8,07 MN
h est prise égal à 2,24 m
-Valeur de la précontrainte à prendre en compte :
PMin = Max (PI, PII) = PII = 8,07 MN donc le type de section est sur critique

-Remarque : PII > PI signifie que le fuseau de passage du câble coupe la zone d’enrobage à une
de ses frontières, donc l’effort de précontrainte économique PI n’est plus suffisant pour
reprendre les charges.
-La Valeur de l’excentricité égale à : e0 = - ( V’- d’) = -1,28 m
-Détermination de la valeur de P0 ; la force de précontrainte mesurée au vérin lors de la mise
en tension : Pour une estimation de pertes à 25 %, la valeur de P0 est donnée comme suit :
P0 = PMIN / (0,98 – 1,2x0, 25) = 11,87 MN

Détermination du nombre des câbles de précontrainte :


La contrainte unitaire pour un câble se calcul par :
po = Min (0,8 f prg , 0,9 f peg ) = Min ( 1488 ; 1487,7 ) = 1487,7 MPA
On déduit ainsi la force de précontrainte pour chaque câble :
Pu = A * po = 1800 * 1487,7 = 2,677 MN
-Le nombre de câbles est alors :
N = P0 / Pu = 11,87 / 2,677 = 4,45 (on adopte 5 câbles)
-Calcul de la nouvelle valeur de P0 :
P0 = 5 x 2,677 = 13,38 MN
-On déduit les deux valeurs caractéristiques P1 et P2 encadrant la valeur probable Pm par:
 P1 = 1,02 x P0 – 0,8 x 0,25 x P0 = 10,97 MN
 P2 = 0,98 x P0 – 1,2 x 0,25 x P0 = 9,09 MN

Remarque : dans les calculs qui vont suivre, nous prendrons la valeur Pm (précontrainte
moyenne) :
Pm = (P1 + P2) / 2 = 10,04 MN

77
UPF ZZ-KM TECOPY

2-Détermination du nombre des câbles de la première famille :


-La tension des câbles de précontraintes se fait par famille ; la première famille est mise en
tension après coulage de la poutre, tandis que la deuxième est élaborée après que l’hourdis
acquiert une résistance jugée suffisante.
-le nombre de câble à l’about est équivalent au nombre de la première famille. Afin de le
déterminer, on calcule les contraintes appliquées au béton après coulage de la poutre, tout
en considérant que la charge permanente, relative au poids propre de cette dernière.
La section à prendre en compte est de la poutre seul.
Hypothèses :
 La détermination se fera à 21j et on considère que les câbles sont tendus à 100% avec
des pertes de 10% .
 Moment de la poutre : On a d’après le chapitre II, le poids propre de 4 poutres égale à
9.945 t/m. Donc pour une seule poutre on a : F = 9,945 / 4 = 2,49 t/m .
 La valeur du moment est ainsi : Mp = (2,49 x 37 x 37 /8) = 425 t.m = 4,25 MN.m
 On prendra la section de la poutre seule vu que le coulage de l’hourdis se fait à 28j.

Donnée de la section poutre :


 B= 0,89 m2
 I = 0,4514 m4
 V’= 0,9977 m
 V = 1,0022 m
 = 50%
 ep = - ( V’- d’) = 0,7777 m
Contraintes du béton :
 fc21 = 21 x 40 / (4,76 + 0,83 x 21) = 37,85 MPa
 fti21 = 0,06fc21 + 0,6 = -2,87 MPa
 fts21 = -2,87 x 1,5 = -4,3 Mpa

 pc = 0,6 x fc21 = 22,71 Mpa


Valeur de Pm à prendre en compte :
Pm = (P1 + P2 )/2 = (1,02 x P0 – 0,8 x 0,1 x P0 + 0,98 x P0 – 1,2 x 0.1 x P0)/2 = 0,9P0
Pm = 0,9 x N x Pu.

Remarque : La perspective de la vérification consiste à trouver la valeur de N qui vérifie les


deux contraintes admissibles du béton.

78
UPF ZZ-KM TECOPY

Pour la fibre supérieure :


 Pm ( 1 / Bp – ep.V / I ) + Mp.V/I ≥ -4,3 Mpa
 Pm ( 1,12 – 1,72 ) + 9,41 ≥ -4,3 Mpa
 N x 0.9 x Pu x (-0.6) ≥ -13,71 Mpa
 N x 0.9 x 2.67 ≤ 22,85 Mpa
 N ≤ 9,48
Pour la fibre inférieure :
 Pm ( 1 / Bp + ep.V’ / I ) - Mp.V’/I ≤ 22,71 Mpa
 Pm ( 1,12 + 1.71 ) – 9.38 ≤ 22,71 Mpa
 Pm x 2,83 ≤ 32,09 Mpa
 N x 0,9 x 2,67 ≤ 11,33
 N ≤ 4,71
Conclusion :
Pour la fibre supérieur : N < 8,51
Pour la fibre inférieur : N < 4,71
Donc le nombre de câbles à l’about sera de : N = 4
Disposition à retenir :
 Les câbles de première famille (about) sont au nombre de 4
 Le câble de deuxième famille (extrados) est au nombre de 1

3-Vérification à l’ELS pour les différents périodes :

a-Vérification à 7 jours :
Hypothèses :
 Câbles tirés à 50 %
 Pertes instantanée estimées à 10%
 Pm = P0 x 0.9 x 0.5 = 4 x Pu x 0.9 x 0.5 = 4,81 MN
 Mp = 425 t.m = 4,25 MN.m
Donnée de la section poutre :
 Bp= 0,89 m2
 I = 0,4514 m4
 V’= 0,9977 m
 V = 1,0022 m
  = 50%
 ep = - ( V’- d’ ) = 0,7777 m

79
UPF ZZ-KM TECOPY

Contraintes du béton :
 Fc7 = 7 x 40 / (4,76+0,83x7) = 26,49 MPa
 Fti7 = 0,06fc7 + 0,6 = -2,19 MPa
 Fts7 = -2,87 x 1,5 = -3,28 MPa
 pc = 0,6 x fc7 = 15,89 MPa ( contrainte à la phase d’exécution )
Vérification :
Pour la fibre supérieure :
 Pm / Bp –Pm.ep.V / I + Mp.V/I > -4.3 MPa
 5,4 – 8,30 + 9,41 > -3,28 MPa
 6,51 MPa > -3,28 MPa (vérifié)
Pour la fibre inférieure :
 Pm / Bp + Pm.ep.V’ / I - Mp.V’/I < 15,89 MPa
 5,4 + 8,28 – 9,32 < 15,89 MPa
 4,36Mpa < 15,89 MPa ( vérifié )

b-Vérification à 28 jours
Hypothèses :
 Câbles tirés à 100 %
 Pertes instantanée estimées à 25%
 Pm = P0 x 0,75 = 4 x Pu x 0,75 = 8,02 MN
 Moment de la poutre + hourdis :
Fp = 9,945/4 = 2,49 t/m
Fh = 6,9 / 4 = 1,73 t/m
Donc : Mp+h = ((2.49 + 1.73) x 37 x 37)) / 8 = 7,22 MN.m
 On prendra en compte que la section de la poutre seule (hourdis non résistant)
Donnée de la section :
 Bp= 0,89 m2
 I = 0,4514 m4
 V’= 0,9977 m
 V = 1,0022 m
  = 50%
 ep = - ( V’- d’ ) = 0,7777 m

80
UPF ZZ-KM TECOPY

Contraintes du béton :
 Fc28 = 40 Mpa
 Fti28 = 0,06fc28 + 0,6 = -3 MPa
 Fts28 = -2,87 x 1,5 = -4,5 MPa
 pc = 0,6 x fc28 = 24 MPa
Vérification
Pour la fibre supérieure :
 Pm / B –Pm.ep.V / I + Mp+h.V/I > -4.5 MPa
 9,01 – 13,85 + 16 > -4,5
 11,16 > -4,5 MPa ( vérifié )
Pour la fibre inférieure :
 Pm / B + Pm.ep.V’ / I – Mp+h.V’/I < 24 MPa
 9.01 + 13.67 – 15.83 < 24 MPa
 6.85 MPa < 24 MPa ( vérifié )

c-Vérification à 35 jours
Hypothèses :
 Câbles tirés à 100 %
 Pertes instantanée estimées à 25%
 Pm = P0 x 0,75 = 5 x Pu x 0,75 = 10,03 MN
 Moment de la poutre + hourdis :
Fp = 2,49 t/m
Fh = 6,9 / 4 = 1,73 t/m
Donc Mp+h = ((2,49 + 1,73) x 37 x 37)) / 8 = 7,22 MN.m
 On prendra en compte que la section de la poutre + hourdis
Donnée de la section :
 B= 1,64 m2
 I= 0,94 m4
 V’ = 1,48 m
 V = 0,76 m
 = 51 %
 ep = - ( V’- d’ ) = 1,28 m

81
UPF ZZ-KM TECOPY

Contraintes du béton :
 Fc28 = 40 MPa
 Fti28 = 0,06fc7 + 0,6 = -3 MPa
 Fts28 = -2,87 x 1,5 = -4,5 MPa
 pc = 0,6 x fc21 = 24 MPa

Vérification :
Pour la fibre supérieure :
 Pm / B –Pm.ep.V / I + Mp+h.V/I > -4,5 MPa
 6,11 – 10,37 + 5,83 > -4,5 MPa
 1,21 Mpa > -4,5 MPa ( vérifié )

Pour la fibre inférieure :


 Pm / B + Pm.ep.V’ / I – Mp+h.V’/I < 24 MPa
 6,11 + 20,21 – 11,36 < 24 MPa
 14,96 MPa < 24 MPa ( vérifié )

Conclusion :
Ces vérifications ont été faites pour donner une vision globale sur le respect des contraintes
admissibles du béton .Pour l’instant, On va s’abstenir de la vérification à long terme (mise en
service), vu que tout le processus de vérification sera renouvelé après calcul des pertes réeles
et retranchement de la section réelle des gaines.

B-Disposition constructives des câbles


1-Disposition des câbles à l’about : d’
Les câbles seront disposés de façon à coïncider le point
d’application des forces avec le centre de gravité de la
section d’about (poutre + hourdis). x
-Équilibre des moments :
M/ : P1.d + P2.( d + x) + P3.( d+2x) + P4.( d+ 3x) = 4.P.V’
 d = 4V’ – 6x / 4 = V’ - 1,5x d
 
Figure 53 : Excentrement des câbles d’about

82
UPF ZZ-KM TECOPY

Tel que :
  est l’axe qui passe par la fibre inférieur de la poutre à l’about
 V’ = 1,515 m (section about poutre + hourdis)
 d : l’espacement entre P1 et l’axe delta (voir disposition câble)
 x : entraxe des câbles (ou des ancrages)
Le nombre « x » doit vérifier : x > A + 30mm et x > 0.85 a (voir annexe du chapitre)
 A = 240 mm ( dimension de la tromplaque )
 a = 340 mm (côtés du spécimen d’essai )
Donc on doit avoir x > 27 cm et x > 28.9 cm.
On adoptera ainsi une valeur de x = 30 cm.
On déduit d et d’ :
 d = V’ – 1,5(x) = 151,5 – 45 = 106,5 cm (distance entre P1 et la fibre inf.)
 d’ = h – d – 3(x) = 224 – 106,5 – 90 = 27,5 cm (distance entre P4 et la fibre sup.)
Le fascicule 62 titre I exige que : (voir annexe du chapitre)
d et d’ > max ( 80 mm , er ) / tel que er est l’enrobage minimum ( 5cm)
 d et d’ > 8 cm ( vérifié )
Le document Freyssinet exige que : (voir annexe du chapitre)
d’= x’ > 0,5 x + enrobage de béton – 10 (mm)
 27,5 > 19 cm ( vérifié )
Disposition des câbles retenue :

Figure 54 : Disposition des câbles à l’about

83
UPF ZZ-KM TECOPY

2-Disposition des câbles à mi travée :


Remarque : À mi travée le moment de précontrainte doit être à son maximum.
Cependant « d » doit vérifier : d > 8cm ce qui est vérifié 20 cm > 8cm
L’espacement entre les gaines doit vérifier les conditions suivantes :

Figure 55 : Espacement entre les gaines

Vu qu’on n’optera pas pour des paquets d’appuis ( p=1 et q=1 ), les valeurs de eh et ev seront

les suivantes : (8cm étant le diamètre de la gaine )


 eh = 8 cm
 ev = 8 cm
Disposition de câbles retenue :

Figure 56 : Disposition des câbles en travée (L/2)

84
UPF ZZ-KM TECOPY

C-Angle de relevage :
1-Angle de relevage de la première famille :
Les câbles seront relevés de telle sorte que les contraintes de cisaillement à l’appui soient
minimisées au maximum.
Effort tranchant supportées par la section d’appui : (hourdis + poutre) :
Remarque préliminaire : Afin de faciliter les calculs et pour plus de sécurité, on considère que les
contraintes appliquées à la section d’appui sont les même que ceux appliquées au bout de la poutre.
Sous l’effet des charges minimales :
 Vred = Vm - P.sin()
Sous l’effet des charges maximales :
 Vred = VM - P.sin()
Avant de procéder dans les calculs, on va admettre que :
V ≥ VM – P. sin() et -V ≤ Vm – P. sin()
Ce qui implique que :

 -V – Vm ≤ -P. sin() et V-VM ≥ -P. sin()


 (VM - V) ≤ P. sin () ≤ (Vm + V)

 (VM - V) / P ≤ Sin () ≤ (Vm + V) / P

 arcsin ( (VM - V) / P) ≤  ≤ arcsin ( (Vm - V) / P )

Tel que :
 P.sin() : la composition vertical de la précontrainte.
 Vm : effort tranchant minimal à l’ELS Vm = 1 MN
 VM : effort tranchant maximal à l’ELS VM = 1,9 MN
 Vred : effort tranchant réduit de la section d’appui.
 V : effort tranchant limite de la section d’appui.

Calcul des bornes d’alpha :


La Valeur de l’effort tranchant limite s’écrit : V =  * bn * h * 0.8

étant le cisaillement limite déterminé selon le Fascicule 62 tire I :


     = [0,4 ftj . ( ftj + 2/3 p )]0.5
pr étant la contrainte normal de la précontrainte :
  p = P / B0L(brute – gaines) = (0,75 * 4 * 2,67) / (1,94 – 4  0,084 /4)
Donc :   p = 4,20 MN

85
UPF ZZ-KM TECOPY

On déduit alors, la valeur de  (avec ftj = ft28 = 3MPa) :

 = [ 0,4 x 3 ( 3 + (2/3) x 4,20 ) ]0,5 = 2,64 MPa


Calcul de la largeur d’âme réduite bn :
Généralement, la réduction de la résistance du champ de compression dépend
essentiellement de la largeur occupée par les gaines par rapport à la largeur totale de l’âme
et le type de gaine ainsi que le d’injection. L’affaiblissement est généralement considéré en
réduisant l’épaisseur de calcul de l’âme selon la relation suivante :
bn = b0 – K * n * diamètre
Tel que :
 b0 : largeur de l’âme de la section d’appui (0,4 m)
 K : facteur qui prend la valeur de 0,5 pour gaine injectée au ciment
 n : nombre de gaine horizontalement
Donc : bn = 0,4 – 1 * 0,5 * 0,08 = 0,36 m

Ainsi la valeur de l’effort tranchant limite est de :


V = 2,64 * 0,36 * 0,8 * 2,24 = 1,7 MN
On déduit par la suite les bornes limitant la valeur d’alpha :
 arcsin( ( 1,9 – 1,7 ) / (0,75 x 2,67 x 4 ) ) ≤  ≤ arcsin ( (1,7+1) /( 0,75 x 2,67 x 4) )
 arcsin (0,03) ≤  ≤ arcsin ( 0,33 )
 2° ≤  ≤ 20 °

Remarque : Cependant, afin de mieux préciser alpha on choisit une valeur optimum. Cet angle
doit appartenir au domaine [2° ,20°] .
Valeur de  optimum :
  opt = arcsin (0,5 [(VMIN + V) / P + VM – V /P )] )
  opt = arcsin (( VMAX +VMIN ) / 2P ))
  opt = 10,4 °

Comme on a 4 câbles à l’about, on détermine leur valeur de façon à ce que leur moyenne soit
égale à celle d’alpha optimum.
On fixe alors les angles de relevage des câbles comme suit :
 1 = 8,4°
 2 = 9,4°
 3 = 11,4°
 4 = 12,4°
86
UPF ZZ-KM TECOPY

Leur moyenne est bien égale à alpha optimum :

 0,25 x Σ  i = 0,25 * (8,4 + 9,4 +11,4 +12,4) = 0,25 x 41,6 = 10,4 °

2-Angle de relevage de la deuxième famille :


Les câbles de deuxième famille sont généralement tous relevés en travée.
L'angle de sortie des câbles relevés est voisin de 20 degrés (tg(20°) = 0,4), ce qui permet d'une
part de limiter la longueur des encoches et d'autre part d'apporter une bonne réduction
d'effort tranchant. On fixe alors, pour le câble de l’extrados un angle de relevage  = 19 °.

D-Tracé des Câbles :


Chaque câble est décomposé comme suit :
 Longueur droite non relevée : Ld
 Longueur courbe relevée : Lc
 Longueur rectiligne relevée (avant ancrage) : Lr
1-Câbles de la première famille :
La figure suivante illustre la décomposition des câbles
Zoom sur ancrage

Remarque 1 : La longueur du cachetage est de l’ordre de 185 mm.(voir annexe). Par


conséquent, il faut tenir en compte cette valeur dans les calculs, et la retrancher de la longueur
du demi-profil de la poutre : LEffective = 19 – 0,185 = 18,815 m
On prendra une valeur de : LEffective = 18,80 m
Remarque 2 : Yi étant la distance séparant entre l’axe ’ passant par la fibre inférieur et le
câble Pi. Yc étant la hauteur de la partie parabole délimitée par Lc, hormis l’espacement d.
Détermination de Lc , Ld , Lr :
La partie Lc est assimilable à une parabole d’équation Y = a*x2 . On dérive par rapport à x, ce
qui donne :
 Y’ = 2.a.x = tan ()
 Donc : a = tan () / (2.x)
87
UPF ZZ-KM TECOPY

On pose x = Lc :
 Yc = tan () / (2 *Lc) * Lc2
 Yc = (tan ( ) / 2) * Lc
 Lc = 2.Yc/ tan ()

Remarque : la longueur Lc ne doit pas dépasser Lt/3 = 38/3 = 12,66 m tel que Lt = longueur
total de la travée.

D’après le document de Freyssinet La partie rectiligne relevée L (Fig.57) doit être


supérieure ou égal à 6 fois le diamètre de la gaine.

Pour le premier câble : Figure 57

-L= 6*0,08 = 0,48 m On fixe L=1m

- = 8,4° => cos 8,4 = Lr/L => Lr = L.cos8,4 = 0,99 m


Calcul de Lc et Ld :
Yi = 106,5 cm
 Yc = 1,065 - L.sin(8,4)-0,2 = 0,7189 m
 Lc = 2*0,7189/tan(8,4) = 9,74 m
 Ld = 18,8- 0,99 – 9,74 = 8,07 m

Pour le deuxième câble :


on fixe L=1,5 m (on a choisi cette longueur vu qu’avec 1m on obtient un Lc+Lr > 12,66 m )

 =9,4° => cos 9,4 = L2 /L = => Lr = L.cos9,4 = 1,47 m

Calcul de Lc et Ld :
Yi = 136,5 cm
 Yc = 1,365- L.sin9,4-0,20= 0,9200 m
 Lc = 2*0,92/tan(9,4) = 11,11 m
 Ld =18,8 – 1,47 – 11,11 = 6,22 m

Pour le troisième câble :


on fixe L=1.5 m (on a choisi cette longueur pour avoir Lc+Lr > 12,66 m )

 =11,4° => cos 11,4 = L2 /L = => Lr = L.cos11,4 = 1,47 m .

88
UPF ZZ-KM TECOPY

Calcul de Lc et Ld :
Yi = 166,5 cm
 Yc = 1,665- L.sin11,4 - 0,36 = 1,008 m
 Lc = 2*105,77/tan(11,4) = 10 m
 Ld = 18,8 – 1,47 – 10 = 7,33 m

Pour le quatrième câble :


On fixe L=1,5 m (on a choisi cette longueur pour avoir Lc+Lr > 12,66 m)
Alpha =12,4° => cos 12,4 = Lr /L = => Lr= L.cos12.4 = 1,46 m

Calcul de Lc et Ld :
Yi = 196,5 cm :

 Yc = 1,965- L.sin12.4-0.52= 1,122 m


 Lc = 2*1,22 / tan(12,4) = 10,21 m
 Ld = 18,8- 1,46– 10,21 = 7,13 m

2-Câble de la deuxième famille :

Zoom sur ancrage


50cm

X
Figure 58: paramètre du tracé de la deuxième famille

Remarque 1 : Selon SETRA le câble de l’extrados doit être ancré assez près de l'about de sorte
que l'ensemble du hourdis soit précontraint. On choisit alors une distance de 50 cm entre le
bout de la poutre et l’ancrage.
Remarque 2 : On doit tenir compte du cachetage dans la détermination de Yi afin de ne pas
dépasser les limites de l’hourdi. L’illustration suivante met en évidence cette remarque
(figure 59 : zoom sur ancrage).

89
UPF ZZ-KM TECOPY

 X étant la distance entre la fibre inférieure de l’hourdi et le


câble d’extrados.
 18,5 cm étant la longueur du cachetage (voir annexe).
On trouve ainsi : X = 18,5 sin(19) = 6,02 cm
Comme la hauteur de la section hourdis poutre est de 2,24 m
On choisit une hauteur du câble Yi tel que : 2,24 – 0.632= 2.18 m
On se contentera de : Yi = 2,15 m

Figure 59 : zoom su ancrage


Détermination de Lc , Ld , Lr :
Dans ce cas on prend L=1m
 = 19° => cos19° =Lr/L => Lr= L.cos 19= 0,94 m
Calcul de Lc et Ld :
Yi = 215 cm :
 Yc = 2,15- L*sin19 -0,68=1,14 m
 Lc = 2*1,14 / tan(19) = 6,64 m
 Ld = 19-0,5 – 0,94 - 6,64 = 10,92 m

3-Déduction de l’équation de la parabole du tronçon Lc ( y = ax2 )


Les équations de la parabole pour chaque câble sont présentées dans le tableau suivant :
-Tel que : a = tan (alpha) / (2.Yc)
Table 35 : Équations des paraboles des câbles de précontrainte

Câble 1 7,59754E-05 .X2

Câble 2 7,42574E-05 X2
Câbles d’about
(première famille) Câble 3 0,0001005 X2

Câble 4 0,000107248 X2

Câble d’extrados
Câble 5 0,000259036 X2
(deuxième famille)

90
UPF ZZ-KM TECOPY

4- Déduction des paramètres de longueurs :


On présente les divers paramètres associés aux câbles dans le tableau suivant
Table 36 : Paramètres de longueurs des câbles de précontrainte

Câbles alpha tan alpha Yi(cm) Yc(cm) Lr(cm) Lc(cm) Ld(cm) a(cm)

1 8,4 0,148 106,5 71,89 99 974 807 7,59754E-05

2 9,4 0,165 136,5 92 147 1111 622 7,42574E-05

3 11,4 0,201 166,5 100,8 147 1000 733 0,0001005

4 12,4 0,219 196,5 112,2 146 1021 713 0,000107248

5 19 0,344 215 114 94 664 1092 0,000259036

5-Disposition finale des câbles :

0m 0,5m 0.5L
Câble de la deuxième famille

Câbles de la première famille

Figure 60 : Disposition finale des câbles

6-Récapitulatif des Yi selon les abscisses des sections


Table 37 : Valeurs des Yi selon les sections

Câble 0 0,5m* L/2

1 106.5 99.11 20

2 136.5 128.22 20
Yi ( cm ) 3 166.5 156.41 36

4 196.5 185.5 52

5 0 215 68

91
UPF ZZ-KM TECOPY

*Les mesures dans la section 0,5 m ont été déterminées comme suit :
Comme 0,5 m est inférieur à Lr de tous les câbles, le calcul de Yi (0.5m) se fera par une simple
réflexion mathématique :
Câble 1 :
 Yi = 106,5 - 50.tan(8,4) = 99,11 cm
Câble 2 :
 Yi = 136,5 - 50.tan(9,4) = 128,22 cm
Câble 3 :
 Yi = 166,5 - 50.tan(11,4) = 156,41 cm
Câble 4 :
 Yi = 196,5 - 50.tan(12,4) = 185,5 cm
Câble 5 :
 Yi = 215 cm

7-Tracé du câble moyen fictif :


La position du câble moyen sera déterminée dans les sections suivantes :
a-Section d’appui (0m) :
 Câble n°1 : Yi = 106,5cm
 Câble n°2 : Yi= 136,5cm
 Câble n°3 : Yi= 166,5cm
 Câble n°4 : Yi= 196,5cm
On déduit la position du câble moyen :

Yi (moyen ) =1/4 *. ΣYi = 151,5 cm

b-Section à 0,5 m :
 Câble n°1 : Yi = 99,11 cm
 Câble n°2 : Yi= 128,22 cm
 Câble n°3 : Yi= 156,41 cm
 Câble n°4 : Yi= 185,5 cm
 Câble n°5 : Yi= 215 cm
On déduit la position du câble moyen :

Yi (moyen) =1/5 * ΣYi = 156,85 cm

92
UPF ZZ-KM TECOPY

Section médiane ( L/2 ):


 Câble n°1 : Yi = 20 cm
 Câble n°2 : Yi= 20 cm
 Câble n°3 : Yi= 36 cm
 Câble n°4 : Yi= 52 cm
 Câble n°5 : Yi= 68 cm
On déduit la position du câble moyen :

Yi (moyen) =1/5 * ΣYi = 39,2 cm

E-Évaluation des pertes : (Section corrigée)


1-Pertes instantanées
a- Pertes dues au frottement :

Ce type de perte se produit par fortement des câbles sur la gaine lors de la mise en tension.
La tension appliquée po à l’origine diminue entre le point d’application et un point donnée
d’abscisse «x », sa valeur est donnée par la relation suivante :

p(x)=po.e -(f . + . x)


Tel que :
 po : la tension à l’origine : 1487,7 MPa = 14877 Kg / cm2
 e : la base des logarithmes népériens.
 f : coefficient de frottement en courbe (rd-1 ). 0,125/rad
 : somme des déviations angulaires arithmétiques du câble sur la distance x (rd)
 : coefficient de frottement en ligne (m-1 ) : 0,002/m
 x : la distance de la section considérée (m).
-on déduit la perte des tensions des câbles (valable pour la longueur courbé :

   frotxpoxpo ef . L


 L : étant la longueur du câble à l abscisse x (En tenant compte de la courbure)
Remarque concernant les déviations parasites
-Dans les zones ou la gaine est rectiligne, il n'y a, en théorie, aucun contact entre le câble et
sa gaine, donc aucun frottement. En pratique, une gaine n'est jamais rigoureusement droite ;

93
UPF ZZ-KM TECOPY

elle présente des festonnages plus ou moins marques selon la qualité de L’exécution. Même
dans les parties courbes, le tracé du câble peut, du fait des imprécisions de construction
s’écartent du tracé théorique.
On pose : réel = théorique + ’ = th + k * s
 k*s : étant la valeur des déviations parasites, tel que : 0,005 ≤ k ≤ 0,01
Remarque : Plus la gaine est rigide plus k est petit. Pour plus de sécurité, on prend un k=0,01
vu qu’on a une gaine en plastique.
 s : étant l’abscisse de la section considérée en tenant compte de l’origine du câble.
 th étant la somme des déviations angulaires arithmétiques du câble sur la distance x(rd).
Détermination des pertes pour les diverses sections :
Section 0L :
Table 38 : Pertes dues aux frottements des câbles en x=0

Câbles L(m)  f*+*L Pertes (kg/cm2) moyenne

1 0 0 0 0

2 0 0 0 0
0
3 0 0 0 0

4 0 0 0 0

5 0 0 0 0 0

On remarque que les pertes sont nulles, et ceci est pour deux raisons :
 La longueur du câble est nulle dans la section 0L.
 la somme des déviations angulaires est nulle.

Section 0,5m :
Table 39 : Pertes dues aux frottements des câbles en x=0,5 m

Câbles L  f*+*L Pertes (kg/cm2) moyenne

1 0,505 0,005 0,001010844 24,31655669

2 0,507 0,005 0,001013611 24,35764809


22,09
3 0,510 0,005 0,001020126 24,45441699

4 0,512 0,005 0,001023885 15,22454027

5 0 0 0 0 0

94
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque 1 : La longueur L a été déterminée par la relation suivante : L = 0,5 / cos(


oùest l’angle de relevage.
Remarque 2 : la somme des déviations angulaires est nulle vu que les câbles restent
rectilignes sur la longueur 0,5 m. Cependant, il faut prendre en compte les déviations
parasites.
Section L/2 :
Table 40 : Pertes dues aux frottements des câbles en x=38/2

Câbles L rad) f*+*L Perte (kg/cm2) moyenne

1 18,81000356 0,3346 0,079445964 1136,187322

2 18,83000504 0,3520 0,081667629 1166,680912


1196,40
3 18,83000673 0,3870 0,086030955 1226,373188

4 18,84000816 0,4044 0,08823262 1256,394227

5 18,5600131 0,5166 0,101696596 1438,552699 1438,55

Remarque : Dans ce cas la valeur de L est retrouvée par :


Pour la partie rectiligne relevée :
 Câble 1 = 1m
 Câble 2 = 1,5m
 Câble 3 = 1,5m
 Câble 4 = 1,5m
 Câble 5 = 1m
Pour la partie Courbe :
La formule générale pour un Câble x => [2*Lc*a*√(1 + 4 ∗ 𝐿𝑐 2 ∗ a2 + asinh(Lc*2*a)] / (4*a)
 Câble 1 = 9,77 m
 Câble 2 = 11,16 m
 Câble 3 = 10,06 m
 Câble 4 = 10,29 m
 Câble 5 = 6,76 m
Pour la partie droite :
 Câble 1 = 8,07 m
 Câble 2 = 6,22 m
 Câble 3 = 7,33 m
95
UPF ZZ-KM TECOPY

 Câble 4 = 7,13 m
 Câble 5 = 10,92 m

Remarque 1: On retrouve la valeur de L pour chaque câble en faisant la somme des Li: L=Σ Li
Remarque 2: Pour , sa valeur correspond à l’angle de relevage en radient.

b- Pertes de tension par recul d'ancrage


Cette perte de tension résulte du glissement de l'armature par rapport à son ancrage, du
tassement ou de la déformation de l'ancrage. Son influence diminue à partir de l’ancrage
jusqu’à s’annuler à une distance «d» à partir de laquelle la tension demeure inchangée. Tel
que : d = [ g . Ea / (po ( f .  /L+ )]0,5
Où :
 Ea : limite d’élasticité d’acier 190 000 MPA
 f : coefficient de frottement en courbe (rd-1 ). 0,125/rad
 : somme des déviations angulaires arithmétiques du câble sur la distance x (rad)
 : coefficient de frottement en ligne (m-1 ). 0,002/m
 L : Longueur totale du câble (au long de la poutre)
 g : recule d’encrage estimé à 6mm
 po : la tension à l’origine 148770 t/m2
Remarque :
-Si d L/2 il faut tirer câble par les deux extrémités.
-Si d L/2 il faut tirer le câble par une seule extrémité pour obtenir des tensions plus
élevées.
On calcul ainsi la longueur d pour les différents câbles, et on présente les résultats dans le
tableau suivant : Table 41 : Distances d'influence du recul d'ancrage

Câbles L(m) rad) f*L+ d(m)

1 37.62 0,334607657 0,003111801 15,69238101

2 37.66 0,35206095 0,00316855 15,55121897


Première
famille
3 37.66 0,386967535 0,003284411 15,27446417

4 37.68 0,404420827 0,003341629 15,14312918


Deuxième
5 37.12 0,516612558 0,003739669 14,31456467
famille

96
UPF ZZ-KM TECOPY

Comme d(i) < 19m on déduit que la mise en tension se fera par les deux extrémités du câble.

Déduction des pertes dues au recul d’ancrage :


-Après avoir retrouvé d, les pertes sont estimées au voisinage de l’ancrage par le biais de la
formule suivante : 0)recul = 2 * po ( f .  /L+ d
-le calcul pour les différentes sections se fera par le théorème de Thalès tel que :
   i)recul = 0)recul * ( 1 – i / d ) ( pour i ≤ d )

Pertes dans les différentes sections :


Table 42 : Pertes dues au recul d'ancrages

  i)recul (kg/cm2)
po f*L+
Câbles 0)recul 0m 0,5m L/2
(kg/cm2)
1 14877 0,003111801 1452,934388 1452,934388 1406,640126 0

2 14877 0,00316855 1466,123012 1466,123012 1418,984489 0


Première
famille 0,003284411 1492,687386 1492,687386 1443,825201
3 14877 0

4 14877 0,003341629 1505,633329 1505,633329 1455,919914 0

Deuxième
5 14877 0,003739669 1592,783331 0 1592,783331 0
famille

Remarque :
-Pour la section L/2 le résultat trouvé est négatif (L/2> di) ce qui signifie que les pertes ne sont
plus ressenties à une telle distance. Cela explique pourquoi on a pris0.5L)recul =0

Valeurs moyenne des pertes par recul d’ancrages selon les familles des câbles :
Table 43 : Valeurs moyennes des pertes dues au recul d'ancrage

Câbles À 0 m(kg/cm2) À 0,5 m(kg/cm2) À L/2 (kg/cm2)

1
2 1479,344529 1431,342433 0
Première famille
3
4
Deuxième famille 5 0 1592,78333 0

97
UPF ZZ-KM TECOPY

c- Pertes par raccourcissement instantané du béton :


Ces pertes se décomposent en deux parties :
1-Pertes par non-simultanéité de mise en tension :
-Lorsque l’on tend plusieurs câbles successivement, la mise en tension du câble k+1 provoque
un raccourcissement élastique du béton qui, à son tour, provoque un raccourcissement des k
câbles tendus précédemment. La tension de ces k câbles va donc diminuer en proportion.
2-Pertes (ou gains) par effet élastique :
-Toute action permanente exercée sur la structure après les mises en tension provoque une
déformation simultanée du béton et des câbles de précontrainte au moment où cette action
est appliquée. Si cette action crée des tractions dans le béton, la tension des câbles augmente.
S’il s’agit d’une compression du béton, la tension des câbles diminue
La perte de tension qui résulte des déformations instantanées du béton dues à l'action des
armatures de précontrainte et aux autres actions permanentes peut être assimilée à une
perte moyenne affectant chacune des armatures et égale dans une section donnée à :
𝐄𝐚
 racc (x) =k . bx. 
𝐄𝐢

Tel que
 Ea : module d’élasticité de l’acier : 190 000 Mpa
 Ei : module de déformation longitudinale instantanée du béton : Eij = 11 000 (fcj)1/3

 b: contrainte horizontale appliquée au béton


 K coefficient multiplicateur égal à :
-1/2 pour la variation de b due à la mise en tension des câbles mêmes de la famille
et aux charges permanentes mobilisées simultanément,
-1 pour les variations de b générées par les actions permanentes appliquées
postérieurement à la mise en tension

On procède ainsi à l’évaluation des pertes pour chaque période en tenant en compte des
autres pertes instantanées calculé précédemment.

Pertes dans la première famille


Section 0L :
Mise en tension à 50 % à 7jours :
-b = P1 / Bp + P1.e2/Ip (Mg = 0 / P2extrados = 0)
98
UPF ZZ-KM TECOPY

Tel que :
 P1 = 0,5 [4.Ap. (P0 -(0)recul)]
 e = -31,5 cm (distance séparant le câble moyen avec le centre de gravité G de la section)
Donc :
 b = 2 . Ap . (14877 – 1479,34)/11238,86 + 2 . Ap . (14877-1479,34) . (31,52) / 40921115
 b = 42,91 + 11,68 = 54,59 Kg /cm2
On déduit la perte de raccourcissement : racc = ½ . ( 54,59 ) . 190 000 / Ei7
Tel que :
 fc7 = 7 x 40 /( 4,76 + 0,83 x 7 ) = 26,49 Mpa
 Ei7 = 11000 ( 26,49) 1/3 = 32853,20 Mpa
Donc :

racc(7jours) = ½ . ( 54,59 ) . 190 000 / 32853,2 = 157,85 Kg / cm2

Perte due à la mise en tension à 100 % à 21jours :


On prend en compte la même valeur de la contrainte du béton à 7jours, vu que la tension des
câble est accru de 50 % . Cependant on doit calculer Ei pour 21 jours.
Ce qui donne : racc = ½ . ( 54,59 ) . 190 000 / Ei21
Tel que :
 fc21 = 21 x 40 /( 4,76 + 0,83 x 21 ) = 3,85 Mpa
 Ei21 = 11000 (26,64) 1/3 = 36934,59 Mpa
La valeur de la perte est ainsi :

racc (21jours) = ½ . (54,59) . 190 000 /36934,59 = 140,41 kg /cm2

La perte totale de la première famille à l’about est :


racc (0.L)( total ) = racc (21jours) + racc (7jours) = 140,41 + 157,85 = 298,26 kg /cm2

Section 0,5m :
Perte due à la mise en tension à 50 % à 7jours :
-b = P1 / Bp + P1.e2/Ip - Mp.e/Ip
Tel que :
 Mp : moment issu du poids propre de la poutre tel que :
 Mp(0,5m) = PL.0,5/2 – P(0,5)2/2 = 0,23 MN.m avec P=9.945/4 =2.48 t/m (poids propre d’une poutre)

99
UPF ZZ-KM TECOPY

 P1 = 0,5 [4.Ap. (P0 -(0,5m)recul - (0.5m)frot) ]


 e = -22,14 cm ; distance séparant le câble moyen de la première famille avec le centre de
gravité G de la section considérée)
Donc :
 b = 2.Ap.(14877 - 1431 - 22,09 ) / 11238,86 + 2 .Ap. (14877 - 1431- 22,09) . (22,142) /

41039150 + 0,23.107 . 22,14 / 41039150

 b = 43 + 5,77 + 1,24 = 50 kg/cm2

-On déduit la perte de raccourcissement :

racc(7jours) = ½ . (50). 190 000 / 32853,2 = 144,61 Kg / cm2

Perte due à la mise en tension à 100 % à 21jours :


-On prend la même valeur de la contrainte du béton causé par la précontrainte, ce qui donne :
 racc (21jours) = ½ . (43 + 5,77) . 190 000 / 36934,59 = 125,44 Kg / cm2

Pertes dues à la mise en tension de la deuxième famille à 100 % à 35 jours :


La contrainte dans le béton s’ecrit :
-b = P2 / Bh+p + P2.e1.e2 / Ih+p - Mh.e2 / Ih+p
Tel que :
 Mh : moment issu du poids propre de l’hourdis (coulage à 30j) tel que :
Mh = PL.0,5/2 – P(0,5)2/2 = 0,16 MN.m avec P = 6.9/4 = 1.725 t/m

 P2 = Ap. (P0 -recul(0.5m) ) (frot = 0)


 e1 = -57,03 cm ; distance entre le câble de deuxième famille et le centre de gravité.
 e2 = 15,65 cm ; distance entre le câble moyen de la première famille et le centre de gravité.
Donc :
 b =Ap . (14877 - 1592,78) / 19108,57 + Ap . (14877 - 1592,78) . (-57,03 *. 15,65) /
80441861,68 - 0,16.107 . 15,65 / 80441861,68
 b = 12,51 - 2,65 - 0,31= 9,55 kg/cm2
-On déduit la perte de raccourcissement : racc =9,55 * 190 000 / Ei35
Tel que
 Ei35 = 11000 ( fc28 ) 1/3 = 37619,47 Mpa

100
UPF ZZ-KM TECOPY

Donc :

 racc(35jours) = (9,55) . 190 000 / 37619,47 = 48,23Kg / cm2

Pertes dues à la charge permanente à la phase de service :


Vue qu’on a déjà pris en compte la charge de la poutre et la charge d’hourdis, on prendra que
le la partie permanente qui reste (superstructure).La valeur de la contrainte est donc :
b = -Mgs.e2 / Ip+h
 Mgs est la charge de la superstructure tel que :
Pgs = ¼ . (22,657 -6,9 - 9,945-0,98) = 0,864 t/m (voir Chapitre 2 : Charges permanentes)
Ainsi : Mgs = PL*0,5/2 – P(0,52) /2 = 0,08 MN.m = 0,08 . 107 kg.cm

 b = -0,08 *107 * (15,65) / 80441861,68= -0,15 kg/cm2


Donc la perte du raccourcissement est :

racc(service) = (-0,15 ) . 190 000 / 37619,47 = -0,78 Kg / cm2

La perte totale de la première famille à 0,5m est :


(0,5m)racc ( total ) = racc (7jours)+ racc (21jours) +racc(35jours) +racc(service)
= 144,61 + 125,44 + 48,23 -0,78 = 317,5 kg/cm2

Section L/2:
Perte due à la mise en tension à 50 % à 7jours :
La contrainte sur le béton s’écrit :
- b = P1 / Bp + P1.e2 / Ip - Mp.e / Ip
Tel que :
 Mp : moment issu du poids propre de la poutre :
 Mp = P.L2/8 = 4,25 MN.m avec P=9.945/4 =2.48 t/m (poids propre d’une poutre)

 P1 = 0,5 [4.Ap. (P0 -L/2)recul - (L/2)frot) ]


 e = 72,78 cm ; distance entre le câble moyen de la première famille et le centre de gravité.
Donc :
 b = 2.Ap.(14877 - 1196,4) / 9116,57+ 2 .Ap. (14877 - 1196,4) . (72,782) / 47966167

- 4,25.107 . 72,78 / 47966167

 b = 54,01 + 54,38 – 64,48 = 43,91 kg/cm2


101
UPF ZZ-KM TECOPY

On déduit la perte de raccourcissement :

racc(7jours) = ½ . ( 41,98) . 190 000 / 32853,2 = 127 Kg / cm2

Perte du à la mise en tension à 100 % à 21jours :


-On prend la même valeur de la contrainte du béton causé par la précontrainte, ce qui donne :
racc (21jours) = ½ . ( 54,01+54,38) . 190 000 / 36934,59 = 278,8 Kg / cm2

Pertes dues à la mise en tension de la deuxième famille à 100 % à 35 jours :


La contrainte du béton s’écrit comme suit :

-b = P2 / Bh+p + P2.e1.e2 / Ih+p - Mhe2 / Ih+p


Tel que :
 Mh : moment issu du poids propre de la poutre (coulage à 30j)
 Mh = PL2/8 = 2,95 MN.m avec P = 6,9/4 = 1,725 t/m

 P2 = Ap. (P0 -recul(0.5L) )


 e1 = 86,63 cm ; distance entre le câble de deuxième famille et le centre de gravité
 e2 = 122,63 cm ; distance entre le câble moyen de la première famille et le centre de gravité
Donc :
 b = Ap . (14877 - 1438,55) / 17036,57 + Ap . (14877 - 1438,55) . (86,63. * 122,63)

/ 97062490,78 - 2,95.107 . 122,63 / 97062490,78


 b = 14,19 + 26,47 – 37,27 = 3,4 kg/cm2
On déduit la perte de raccourcissement :
racc(35jours) = (3,4) . 190 000 / 37619,47 = 17,17 Kg / cm2

Perte due à la charge permanente au service :


-Vue qu’on a déjà pris en compte la charge de la poutre et la charge d’hourdis, on prendra que
le la partie permanente qui reste (superstructure).
-b = -Mgs.e2 / Ip+h
Tel que :

 Mgs est la charge de la superstructure tel que :


Pgs = ¼ . (22,657-6,9-9,945-0,98) = 0,864 t/m
Donc : Mgs = PL2/8 = 1,48 MN.m = 1,48 . 107 kg/cm2

102
UPF ZZ-KM TECOPY

Donc :

 b = -1,48 . 107 . 122,63 / 97062490,78= -18,7 Mpa


Donc la perte due au raccourcissement est :

racc(service) = ( -18,7 ) . 190 000 / 37619,47 = - 94,44 Kg / cm2

La perte totale de la première famille à L/2 est :


(L/2)racc ( total ) = racc (7jours)+ racc (21jours) +racc(35jours) +racc(service)
= 127 + 278,8 +17,17 - 94,44 = 328,55 kg/cm2

Pertes dans la deuxième famille :


Section 0L :
racc(0) = 0 kg/cm2

Section 0,5m :
Perte due à la mise en tension à 35 jours :
La contrainte sur le béton s’écrit :
- b = P2 / Bh+p + P2.e2 / Ih+p
Tel que :
 P2 = Ap . (14877 – 1592,78 )
 e = -57,02 cm ; distance entre le câble de deuxième famille et le centre de gravité.
Donc :
 b =Ap . (14877 – 1592,78) / 19108,57 + Ap . (14877 – 1592,78) . (-57,022) / 80441861,68

 b = 12,51 + 9,67 = 22,18 MPa


On déduit ainsi la perte à 35 jours :

racc(35jours) = ½ . (12,51+9,67) . 190 000 / 37619,47 = 56,01 Kg / cm2


Perte due à la charge permanente au service :
La contrainte s’écrit :
-b = -Mgs.e / Ip+h
Tel que :
 Mgs = 0,08 . 107 kg.cm
 e = -57,02 cm ; distance entre le câble de deuxième famille et le centre de gravité
103
UPF ZZ-KM TECOPY

Donc :
 b = -0,08 . 107 . (-57,02) / 80441861,68 = 0,57 kg/cm2
On déduit les pertes :

racc(service) = (0,57 ) . 190 000 / 37619,47 = 2,88 Kg / cm2

La perte totale de la deuxième famille à 0,5m est :


(L/2)racc ( total ) = racc(35jours) + racc(service)
= 56,01 + 2,88 = 58,89 kg/cm2

Section L/2 :
Mise en tension à 35 jours :

- b = P2 / Bh+p + P2.e2 / Ih+p


 P2 = Ap . (14877 – 1438,55)
 e = 86,62 cm ; distance entre le câble de deuxième famille et le centre de gravité G
Donc :
 b = Ap . (14877 – 1438,55) / 17036,57 + Ap . (14877 – 1438,55) . (86,622) / 97062491

 b = 14,19 + 18,69 = 32,89 kg/cm2


On déduit la perte due au raccourcissement :
 racc(35jours) = ½ . ( 32,89 ) . 190 000 / 37619,47 = 83,05 Kg / cm2
Perte due à la charge permanente au service :
La contrainte s’écrit :
-b = -Mgs.e2 / Ip+h
Tel que :
 Mgs = 1,48 . 107 kg/cm2
 e = 86,62 cm ; distance entre le câble de deuxième famille et le centre de gravité G
Donc :
 b = -1,48 . 107 . (86,62) / 97062491 = -13,21 kg/cm2
Donc :

racc(service) = ( -13,21 ) . 190 000 / 37619,47 = - 66,70 Kg / cm2 ( gain )

104
UPF ZZ-KM TECOPY

La perte totale de la deuxième famille à L/2 est :


(L/2)racc ( total ) = racc(35jours) +racc(service)
   = 83,05 – 66,70 = 16,35 Kg/cm2

Tableau récapitulatif des pertes instantanées moyennes par câble :


Table 44 : Récapitulatif des pertes instantanées moyennes pour chaque famille

Câbles Section pertes totales (kg/cm2)


0 1777,6
Câble d’about 0,5m 1770,91
Lt/2 1524,94
0 -
Câble d'extrados 0,5m 1651,67
Lt/2 1454,9
0 1777,6
Moyenne totale 0,5m 1711,29
Lt/2 1489,92

2-PERTES DIFFERÉES :
Remarque 1 : Dans les calculs qui vont suivre, on se basera sur la section corrigée vu qu’on a
obtenu le nombre de câbles exact (voir annexe)
Remarque 2 : Les pertes différées totales sont calculé comme suit :
Δσd = Δσret + Δσfl + 5/6 Δσrlx.

a- Pertes dues au retrait du béton


Le béton, indépendamment de tout phénomène d’origine mécanique diminue de volume
dans le temps. C’est ce qu’on appelle le retrait. La perte finale due au retrait du béton est
donnée par :
ret =  . (1- r( j )) Ea.

 j : l’âge du béton au moment de sa mise en précontrainte.


 r(j) : fonction traduisant l’évolution du retrait en fonction du temps.
 r(j) = j / (j + 9 r(m)). Avec r (m) = Bnette / P.
 Bnette : la section nette.
 P : le périmètre de la section.
 Ea : module d’élasticité d’acier 1900000 kg/cm2
 retrait à l’infini : 0,0003
105
UPF ZZ-KM TECOPY

Pertes dans la première famille :


Section 0L :
Mise en tension à 7j ( 50% )
-t=7j
-B = 11238,86 cm2
- P = 741 cm
-r(7) = 7 / [7 + 9(11238,86 / 741)] = 0,049
- on déduit ainsi la perte due au retrait pour un câble :

ret = 0,0003 . (1- 0,049) .1900000 = 542,07 Kg/cm2

Section 0,5m :
Mise en tension à 7j ( 50% )
-t=7j
-B = 11238,86 cm2
- P = 741 cm
-r(7) = 7 / [7 + 9(11238,86 / 741)] = 0,049
- On déduit ainsi la perte due au retrait :

ret = 0,0003 . (1- 0,049) .1900000 = 542,07 Kg/cm2

Section L/2 :
Mise en tension à 7j ( 50%)
-t=7j
-B = 9116,57 cm2
- P = 674 cm
-r(7) = 7 / [7 + 9(9116,57/ 674)] = 0,054
- on déduit ainsi la perte due au retrait :

ret = 0,0003 . (1- 0,054) .1900000 = 539,22 Kg/cm2

106
UPF ZZ-KM TECOPY

Pertes dans la deuxième famille :


Section 0,5m :
Mise en tension à 35j
-t=35j
-B = 19108,57 cm2
- P = 1129 cm
-r(35) = 35 / [35 + 9(19108,57 / 1129)] = 0,186
- on déduit ainsi la perte due au retrait :
 
ret = 0,0003 . (1- 0,186) .1900000 = 559,4 Kg/cm2

Section L/2 :
Mise en tension à 35j
-t=35j
-B = 17036,57 cm2
- P = 1062 cm
-r(35) = 35 / [35 + 9(17036,57 / 1062)] = 0,195
- on déduit ainsi la perte due au retrait :

ret = 0,0003 . (1- 0,195) .1900000 = 458,85 Kg/cm2

b) Pertes dues à la relaxation des aciers


La relaxation de l’acier est un relâchement de tension à longueur constante. Elle n’apparaît
pour les aciers à haute limite élastique utilisée en béton précontraint que pour les contraintes
supérieure à 30 à 40% de leur contrainte de rupture garantie. La perte finale de tension due à

la relaxation de l'acier est donnée par : rlx = (6/100) . p1000. [ (pi(x) / fprg) - μ o ] . pi(x)
Tel que :
 pi(x) : contrainte dans les armatures de précontrainte ; après les pertes instantanées.
 1000 : valeur de relaxation à 1000 h : 2,5% (on retient la valeur en pourcentage)
 fprg : contrainte limite garantie à la rupture : 1860 Mpa.
 μ0 : Étant un coefficient pris égal à 0,43 pour les armatures à très basse relaxation (TBR).

107
UPF ZZ-KM TECOPY

Pertes dans la première famille :


Section 0L :
pi(x) = 14877 – 1777,6= 13099,4 Kg/cm2
On déduit la perte due à la relaxation :

rlx = (6/100) . 2,5 . [(13099,4/ 18600) – 0,43] . 13099,4


 rlx = 538,91 kg/cm2

Section 0,5m :
pi(x) = 14877 – 1770,91= 13106,09 Kg/cm2
On déduit la perte due à la relaxation :

rlx = (6/100) . 2,5 . [(13106,09 / 18600) – 0,43] . 13106,09


 rlx = 538 kg/cm2
Section L/2 :
pi(x) = 14877 – 1524,94= 13352,06 Kg/cm2
On déduit la perte due à la relaxation :

rlx = (6/100) . 2,5 . [(13352,06 / 18600) – 0,43] . 13352,06


 rlx = 576,51 kg/cm2

Pertes dans la deuxième famille :


Section 0,5m :
pi(x) = 14877 – 1651,67 = 13225,33 Kg/cm2
On déduit la perte due à la relaxation :

rlx = (6/100) . 2,5 . [(13225,33/ 18600) – 0,43].13225,33


rlx = 557,52 kg/cm2

Section L/2 :
pi(x) = 14877 – 1454,96 = 13422,04 Kg/cm2
On déduit la perte due à la relaxation :

rlx = (6/100) . 2,5 . [(13422,04 / 18600) – 0,43] . 13422,04


 rlx = 587,11 kg/cm2

108
UPF ZZ-KM TECOPY

c) Pertes dues au fluage :

Lorsqu'une pièce est soumise, à partir de sa mise en précontrainte, à des actions permanentes
subissant des variations dans le temps, la perte finale de tension due au fluage du béton est
prise égale à : flubmbfEa / Eij
Tel que :
 bmcontrainte maximale dans le béton ; après les pertes instantanées.
 bfcontrainte finale dans le béton ; après les pertes différées.
 : coefficient de fluage à l’infini pris égal à 2.

Section 0L :
Calcul de bm :
-bm = P1 / Bp + P1.e2/Ip ( Mg = 0 / P2 = 0 )
Tel que :
 P1 = 4.Ap. (P0 -0)inst)]
 e= 31,5 cm ; distance entre le câble moyen de la première famille et le point G.
Donc :
 m = 4 . Ap . (14877 – 1777,6)/11238,86 + 4. Ap . (14877-1777,6) . (31,52) / 40921115
 m= 83,91 + 22,87 = 106,78 Kg / cm2
Détermination de bf :
-bf = P1 / Bh+p + P1.e2/Ip+h
Tel que :
 P1 = 4 . 18 ( 14877 - inst - ret - 5/6 . rlx-fl ) = 871793,16 - 72fl
 e : 6,52 cm distance entre le câble moyen des deux familles et le point G.
Donc :
 bf = 871793,16/ 19158,86 + 871793,16.( 6,522) / 80627593,70- 72fl /Bt - 72fl.(6,522) / It
 bf = 45,96 + 0,0038fl
On déduit la perte du fluage :
 flu(total) = (106,78 + 45,96 + 0,004flu) . 190000 / 32853,2
 flu(total) = 152,74 . 5,78 + 0,004flu . 5,78
 flu(total) = 882,83 / 0,97
 flu(total) = 910,13 kg/cm2

109
UPF ZZ-KM TECOPY

Section 0,5m :
Calcul de bm : (section poutre)
Par simple réflexion, la valeur maximale est atteinte avant coulage de l’hourdis.
bm = P1 / Bp + P1.e2/Ip - Mp.e/Ip
Tel que :
 Mp : moment issu du poids propre de la poutre tel que :
 Mp(0,5m) = P.L.0,5/2 – P(0,5)2/2 = 0,23 MN.m avec P=9.945/4 =2.48 t/m (poids propre d’une poutre)
 P1 = 4.Ap. (P0 -0.5m)recul - (0.5m)frot)
Donc :
 bm = 4.Ap.(14877 – 1770,91) / 11238,86 + 4 .Ap. (14877 – 1770,91) . (22,142) / 41039150
+ 0,23.107 . 22,14 / 41039150
 bm = 83,96 + 11,27 + 1,24 = 96,47 Kg/cm2
Calcul de la contrainte finale bf (section total)
Pour la première famille :
bf1 = P1 / Bh+p + P1.e12/Ip+h+ P2 / Bh+p +P2.e1.e2 / Ip+h - Mg(total).e1 / Ip+h
Pour la deuxième famille :
bf2 = P1 / Bh+p + P1.e1.e2/Ip+h+ P2 / Bh+p +P2.e22 / Ip+h - Mg(total).e2 / Ip+h
Tel que
 e1 : 15,65 cm (pour les pertes dans la première famille)
 e2 : -57,02 cm (pour les pertes dans la deuxième famille)
 P1 = 4 . 18 ( 14877 - instantané - ret - rlx- 5/6rlx- fluage1 ) = 872274,84 -72fl1
 P2 = 18 ( 14877 - instantané - ret - rlx - 5/6rlx- fluage2 ) = 219935,88 -18fl2
 Mg = 0,23 + 0,16 + 0,08 =0,47 MN.m = 0,47 . 107 kg.cm

En simplifiant l’équation de on trouve :


 bf1 = bf1’- 72fl1/Bt - 72fl1(15,652) / It -18fl2/Bt + 18fl2(15,65*57,02)/It
 bf2 = bf2’- 72fl1/Bt + 72fl1(-57,02.15,65) / It -18fl2/Bt - 18fl2(57,022)/It
Tel que :
b1’ est la contrainte finale dans le béton au niveau du câble moyen de la première famille
sans pertes de fluage :
 bf1’ = 872274,84 / 19108,57 + 872274,84 . (15,652) / 80441861,68+ 219935,88 / 19108,57+
219935,88. ( -57,02*15,65) / 80441861,68 - 0,47 . 107 . (15,65) / 80441861,68
 bf1’ = 45,65 + 2,65 + 11,51 - 2,43 - 0,91

110
UPF ZZ-KM TECOPY

 bf1’ = 56,47 kg/cm2


b2’ est la contrainte finale dans le béton au niveau du câble de la deuxième famille sans
pertes de fluage :
 bf2’ = 872274,84 / 19108,57 + 872274,84 . (15,65*-57,02) / 80441861,68+ 219935,88 / 19108,57
+ 219935,88. ( -57,022) / 80441861,68 - 0,47 . 107 . (57,02) / 80441861,68
 bf2’ = 45,65 - 9,69 + 11,51 +8,89 +3,33
 bf2’ = 59,7 kg/cm2
L’interaction du fluage des deux familles dans bf nous ramène à opter pour un système
d’équation. Tel que : flibmibfiEa / Eij

 fl1 =(Ep/Ei7).( 96,47 + 56,47– 72fl1 / Bt – 72fl1(15,652) / It -18fl2 / Bt + 18fl2(15,65*57,02)/It )

 fl2 =(Ep/Ei35).( 96,47 + 59,7– fl1 / Bt + 72fl1(57,02.15,65) / It -18fl2 / Bt – 18fl2(57,022)/It )

 fl1 = (Ep/Ei7).( 96,47 + 56,47 - 0,004fl1 – 0,0002fl1 - 0,001fl2 + 0,0002fl2)

 fl2 = (Ep/Ei35).( 96,47 + 59,7 - 0,004fl1 + 0,0008fl1 - 0,001fl2– 0,0008fl2)

 0,17 fl1 = (96,47 + 56,47 - 0,004fl1 - 0,0002fl1 - 0,001fl2 + 0,0002fl2)

 0,198 fl2 = (96,47 + 57,37– 0,004fl1 + 0,0008fl1 - 0,001fl2 – 0,0008fl2)

 0,18fl1 + 0,0008fl2= 152,94

 0,003fl1 + 0,2fl2= 153,83

On résout le système par les déterminants de Cramer :

152,94∗0,2 – 153,83 ∗0,0008 𝟑𝟎,𝟒𝟔


fl1 = = = 847 kg/cm2
0,18∗0,2−0,0008∗0,003 𝟎,𝟎𝟑𝟔

0,18∗153,83 −152,94∗0,003 𝟐𝟕,𝟒𝟒


fl2 = = = 763 kg/cm2
0,18∗0,2−0,0008∗0,003 𝟎,𝟎𝟑𝟔

111
UPF ZZ-KM TECOPY

Section L/2 :

Calcul de σbm

Un bon raisonnement permet de conclure que m est atteint à 21jours lors de la mise en
tension de la première famille à 100%. Donc :
- m = P1 / Bp + P1.e2 / Ip - Mp.e / Ip
Tel que :
 Mp : moment issu du poids propre de la poutre :
 Mp = P.L2/8 = 4,25 MN.m avec P=9.945/4 =2.48 t/m (poids propre d’une poutre)

 P1 = [4.Ap. (P0 -(L/2)inst ]


Donc :
 m = 4.Ap.(14877 – 1524,94) / 9116,57+ 4 .Ap. (14877 – 1524,94) . (72,782) / 47966167

- 4,25.107 . 72,78 / 47966167

 m = 105,45+ 106,16 – 64,5 = 147,11 kg/ cm2

Calcul de σ bf

Pour la première famille :


bf1 = P1 / Bh+p + P1.e12/Ip+h+ P2 / Bh+p +P2.e1.e2 / Ip+h - Mg(total).e1 / Ip+h
Pour la deuxième famille :
bf2 = P1 / Bh+p + P1.e1.e2/Ip+h+ P2 / Bh+p +P2.e22 / Ip+h - Mg(total).e2 / Ip+h
Tel que
 e1 : 122,62 cm (pour les pertes dans la première famille)
 e2 : 86,62 cm (pour les pertes dans la deuxième famille)
 P1 = 4 . 18 (14877 - inst - ret – 5/6rlx- fluage1) = 887933,9-72 fluage1
 P2 = 18 ( 14877 - inst - ret – 5/6rlx- fluage2)= 224531,85-18 fluage2
 Mg = 4,25 + 2,95 + 1,48 = 8,68 MN.m = 8,68 . 107 kg.cm

En simplifiant l’équation de bf on trouve :

 bf1 =bf1’ – 72fl1/Bt – 72fl1(120,832) / It -18fl2/Bt – 18fl2(120,83.84,83)/It


 bf2 = bf2’– 72fl1/Bt – 72fl1(84,83.120,83) / It -18fl2/Bt – 18fl2(84,832)/It
Tel que :
-b1’ est la contrainte finale dans le béton au niveau du câble moyen de la première famille
sans pertes de fluage :
112
UPF ZZ-KM TECOPY

 bf1’ = 887933,9/ 17036,57 + 887933,9. (122,622) / 97062490,78 + 224531,85/ 17036,57 +


224531,85 . ( 86,62*122,62) / 97062490,78- 8,68 . 107 . (122,62) / 97062490,78
 bf1’ = 51,65 + 137,54 + 13,18 + 24,57 – 109,66
 bf1’ = 117,28 kg/ cm2
-b2’ est la contrainte finale dans le béton au niveau du câble de la deuxième famille sans
pertes de fluage :
 bf2’ = 887933,9/ 17036,57 + 887933,9. (122,62*86,62) / 97062490,78 + 224531,85/ 17036,57 +
224531,85 . ( 86,622) / 97062490,78- 8,68 . 107. (86,62) / 97062490,78
 bf2’ = 51,65 + 97,16 + 13,18 + 17,35 – 77,46
 bf2’ = 101,88 kg/ cm2
L’interaction du fluage des deux familles dans bf nous ramène à opter pour un système
d’équation. Tel que flibmibfiEa / Eij

 fl1 = (Ep/Ei7).( 147,11+117,28 - 72fl1/Bt - 72fl1(122,622) / It -18fl2/Bt - 18fl2(122,62. 86,62)/It

 fl2 = (Ep/Ei35).( 147,11+101,88 - 72fl1/Bt - 72fl1(86,62. 122,62) / It -18fl2/Bt - 18fl2(86,622)/It

 fl1 = (Ep/Ei7).( 147,11 + 117,28 - 0,004fl1 - 0,01fl1 - 0,001fl2 - 0,002fl2)

 fl2 = (Ep/Ei35).( 147,11 + 101,88 – 0,004fl1 - 0,007fl1 - 0,001fl2 - 0,001fl2)

 fl1 = (147,11 + 117,28 - 0,004fl1 - 0,01fl1 - 0,001fl2 - 0,002fl2)

 fl2 = (147,11 + 101,88 - 0,004fl1 - 0,007fl1 - 0,001fl2 - 0,001fl2)

 0,19fl1 + 0,003fl2= 264,39

 0,01fl1 + 0,2fl2= 249

On résout le système par les déterminants de Cramer :

𝟐𝟔𝟒,𝟑𝟗∗𝟎,𝟐𝟎 – 𝟐𝟒𝟗∗𝟎,𝟎𝟎𝟑 𝟓𝟐,𝟏


fl1 = = = 1305 kg/cm2
𝟎,𝟏𝟗∗𝟎,𝟐𝟎−𝟎,𝟎𝟎𝟑∗𝟎,𝟎𝟏 𝟎,𝟎𝟒

𝟐𝟒𝟗∗𝟎,𝟏𝟗−𝟐𝟔𝟒,𝟑𝟗∗𝟎,𝟎𝟏 𝟒𝟒,𝟔
fl2 = = = 1116 kg/cm2
𝟎,𝟏𝟗∗𝟎,𝟐−𝟎,𝟎𝟎𝟑∗𝟎,𝟎𝟏 𝟎,𝟎𝟒

113
UPF ZZ-KM TECOPY

Tableau récapitulatif des pertes différées :


Table 45 : Récapitulatif des pertes différées moyennes pour chaque famille de câbles

Pertes Section Câble d’about Câble d’extrados moyenne


0 542,07 - 542,07
retrait du béton 0,5m 542,07 559,4 550,74
Lt/2 539,22 458,85 499
0 538,91 - 538,91
Relaxation d’acier 0,5m 538 557,52 547,7
Lt/2 576,51 587,11 581,8
0 910,13 - 910,13
Fluage 0,5m 847 763 805
Lt/2 1305 1116 1210

Remarque :
Les pertes différées totales sont calculé comme suit : Δσd = Δσret + Δσfl + 5/6 Δσrlx.

3-Total des pertes par câble :


Table 46 : Total des pertes moyennes pour chaque famille de câble

Pertes Section Valeur (kg/cm2)


0 1901,2
Pertes différées totales 0,5m 1812,16
Lt/2 2195
0 1777,6
Pertes instantanées totales 0,5m 1770,91
Lt/2 1524
0 3679
Total pertes 0,5m 3583,07
Lt/2 3719

Calcul du pourcentage des pertes :


 Pour la section 0 :
  = 3679 / 14877 = 24 %

 Pour la section 0,5m :


  = 3583,07 / 14877 = 23%

 Pour la section L/2 :


  = 3719 / 14877 = 24 %

114
UPF ZZ-KM TECOPY

F-Vérification des contraintes normales à l’ELS


Hypothèses
-Les sections droites restent planes ;
-Les contraintes des matériaux sont proportionnelles à leurs déformations.
Remarque importante : l’estimation des pertes différé pour une période donnée se fait par la
relation diff(j) = r(j)*diff tel que r(j) une fonction traduisant l´évolution du retrait en
fonction du temps mentionnée dans le paragraphe des pertes par retrait du béton

Vérification pour les différentes phases


1-Phase de construction
Mise en tension à 7j
Données :
 P1 = 0,0018 . 4 . 0,5 . (1487,7 – 132,2) = 4,87 MN
 Bp = 0,9116 m2
 I = 0,4797 m4
 ep = 0,7278 m
 V’ = 1,0478 m
 V = 0,9522 m
 Mp = 4,25 MN.m
Pour la fibre supérieure :
 P1 / Bp –P1.ep.V / I + Mp.V/I > -3,28 MPa
 5,35 – 7,03 + 8,43 > -3,28 MPa
 6,75 MPa > -3,28 MPa (vérifié)
Pour la fibre inférieure :
 Pm / B + Pm.ep.V’ / I - Mp.V’/I < 15,89 MPa
 5,35 + 7,73 – 9,27 < 15,89 MPa
 3,81 Mpa < 15,89 MPa ( vérifié )

Mise en tension à 21j


Données :
 P1 = 0,0018 . 4 . [1487,7 – 160,12-(0,147*232,46)] = 9,31 MN
 Bp = 0,9116 m2
 I = 0,4797 m4

115
UPF ZZ-KM TECOPY

 ep = 0,7278 m
 V’ = 1,0478 m
 V = 0,9522 m
 Mp = 4,25 MN.m
Pour la fibre supérieure :
 P1 / Bp –P1.ep.V / I + Mp.V/I > -4,3 MPa
 10,20 – 13,44+ 8,43 > -4,3 MPa
 5,19 MPa > -4,3 MPa (vérifié)
Pour la fibre inférieure :
 P1 / B + P1.ep.V’ / I - Mp.V’/I < 22,71 MPa
 10,20 + 14,79 – 9,27 < 22,71 MPa
 15,72 Mpa < 22,71 MPa ( vérifié )

Coulage dalle à 28j ( on considère que la section de la poutre)


 Pertes instantané due au coulage de l’hourdi dans la première famille :
 (7,22 - 4,25) .0,7278 / I = -4,5 Mpa
 P1 = 0,0018 . 4 . [1487,7 – 155,62-(0,187.232,46)] = 9,28 MN
 Bp = 0,9116 m2
 I = 0,4797 m4
 ep = 0,7278 m
 V’ = 1,0478 m
 V = 0,9522 m
 Mp+h = 7,22 MN.m
Pour la fibre supérieure :

 P1 / Bp –P1.ep.V / I + Mp+h.V/I > -4,5 MPa


 10,16 – 13,38 + 14,33 > -4,5 MPa
 11,11 MPa > -4,5 MPa (vérifié)
Pour la fibre inférieure :
 P1 / B + P1.ep.V’ / I – Mp+h.V’/I < 24 MPa
 10,16 + 14,72 – 15,77 < 24 MPa
 9,11 Mpa < 24 MPa ( vérifié )

116
UPF ZZ-KM TECOPY

Mise en tension de la deuxième famille


Données :
 P = 0,0018 . 4 . (1487,7 – 161,8--(0,195.232,46)])+0,0018.(1487,7-152,16) = 11,63 MN
 Bp = 1,7036m2
 I = 0, 9706 m4
 ep = 1,15 m
 V’ = 1,5462 m
 V = 0,6937 m
 Mp+h = 7.22 MN.m
Pour la fibre supérieure :

 P / Bp –P.ep.V / I + Mp+h.V/I > -4,5 MPa


 6,83 – 9,55 + 5,16 > -4,5 MPa
 2,44 MPa > -4,5 MPa (vérifié)
Pour la fibre inférieure :
 P / B + P.ep.V’ / I – Mp+h.V’/I < 24 MPa
 6,83 + 21,3 – 11,5 < 24 MPa
 16,63 Mpa < 24 MPa ( vérifié )

2-Phase de service :

Vérification sous les combinaisons suivantes :


 Quasi-permanente : P+G
 Rare : P+G+1,2(Bc+St)
 Fréquente : P+G+0,72(Bc+St)

a-Sous combinaison quasi permanente

 qp = 0,5 * fc28 = 20 MPa


 ti = -3 MPa (section d’enrobage)
 ts = -3 . 1,5 = - 4,5 MPa (hors section d’enrobage)
 P = 0,0018 * 4 * (1487,7 – 152,4-232,46) + 0,0018.(1487,7-144,59-206,41) = 7,94 MN
 B = 1,7036m2
 I = 0, 9706 m4
 ep = 1,15 m
 V’ = 1,5462 m
 V = 0,6937 m
 Mg = 7,22+1,48 = 8,7 MN.m
117
UPF ZZ-KM TECOPY

Pour la fibre supérieure :

 P / B – P.ep.V / I + Mg.V/I > -4,5 MPa


 4,66 – 6,52 + 6,22 > -4,5 MPa
 4,36 MPa > -4,5 MPa (vérifié)
Pour la fibre inférieure :
 P / B + P.ep.V’ / I – Mp+h.V’/I < 24 MPa
 4,66 + 14,53 – 13,86 < 20 MPa
 5,33 Mpa < 20 MPa ( vérifié )

b-Sous combinaison rare

 r = 0,6 fc28 = 24 Mpa


 ti = -3 Mpa (section d’enrobage)
 ts = -3 *1,5 = -4,5 Mpa (hors section d’enrobage)
 P = 7,94 MN
 B = 1,7036m2
 I = 0, 9706 m4
 ep = 1,15 m
 V’ = 1,5462 m
 V = 0,6937 m
 Mg = 8,7 MN.m
 MQmax = 4,18 MN.m (Bc+St)
Pour la fibre supérieure

 P / B – P.ep.V / I + Mg.V/I + 1,2*MBc+St.V/I> -4,5 MPa


 4,66 – 6,52 + 6,22 + 3,58> -4,5 MPa
 7,94 MPa > -4,5 MPa (vérifié)
Pour la fibre inférieure :
 P / B + P.ep.V’ / I – Mp+h.V’/I - 1,2*MBc+St.V’/I < 24 MPa
 4,66 + 14,53 – 13,86 – 8 < 24 MPa
 -2,67 Mpa < 20 MPa ( vérifié )

Remarque : la vérification pour la combinaison fréquente n’est pas nécessaire vu quelle est
incluse dans la combinaison rare.

118
UPF ZZ-KM TECOPY

G-Vérification des contraintes tangentielles :


Section considéré : 0,5 m
La vérification des contraintes tangentielles s’effectue phase par phase (les phases sont les
mêmes que celles considérées pour la vérification des contraintes normales).La contrainte
tangente au niveau d’une section peut se calculer par la formule suivante :
= Vred . S / I . bn
Tel que :
 Vred : effort tranchant réduit
 S : Moment statique de la section au-dessus du point G par rapport à l’axe qui passe par
ce dernier (voir annexe)
 bn : épaisseur de l’âme nette
 I : moment quadratique de la section
La contrainte tangentielle doit vérifier les deux conditions :
 ≤ftjftj+2/3x ) = 
 ≤ftj / fcj0,6fcjx ).( ftj + 2/3x) = 
Tel que :
-x : est la contrainte normale à la section, calculée à partir de la section nette de la poutre.
-ftj : La contrainte de traction du béton au jour j.
-fcj : la contrainte de compression du béton au jour j.

-L’effort tranchant réduit est calculé par la relation suivante : Vred = Vg – P.sin()
-Tel que : Vg est l’effort tranchant résultant des charges permanentes agissant sur la section.
est l’angle de relevage du câble moyen fictif déterminé comme suit :
  = arctan [ 2 * ( Σ Yc / 5 )/ ( Σ Lci / 5 ) ] = arctan (2*(98,18) / 954) = 11,6°

Remarque 1 : La vérification est faite sur appui (abscisse 0,5m)


Remarque 2 : la contrainte normale au centre de gravité vaut x = P/B
On vérifie la contrainte tangentielle pour les étapes suivantes :
 Étape 1 : section poutre seul – 4 câbles mis en tension à 50% – pertes instantanées-
Charges : poutre
 Étape 2 : section poutre seul – 4 câbles mis en tension à 100% – pertes instantanées-
Charges : poutre
 Étape 3 : coulage dalle section complète – 4 câbles mis en tension à 100% – pertes
instantanées + pertes différées partielles
Charges : poutre + hourdis

119
UPF ZZ-KM TECOPY

 Étape 4 : section complète – 5 câbles mis en tension à 100% – pertes instantanées +


pertes différées partielles partielle pour première famille – pertes instantané pour
deuxième famille.
Charges : poutre + hourdis
 Étape 5 : mise en service –pertes totales pour les deux familles
Charges : poutre + hourdis + superstructure
Tableau des vérifications des contraintes tangentielles :
Table 47 : Vérification des contraintes tangentielles à l'ELS

Étapes Vg Pertes P Psin() Vred I S bn    


1 0,4723 159,8 4,78 0,96 -0,4889 0,4103915 0,266 0,36 -0,88 0,77 4,40 9,68
2 0,4723 196,73 9,29 1,87 -1,3967 0,4103915 0,266 0,36 -2,51 6,32 9,69 18,36
3 0,80005 203,46 9,24 1,86 -1,0592 0,80441862 0,527 0,36 -1,92 3,71 7,47 17,894
4 0,80005 211,33 11,57 2,32 -1,526 0,80441862 0,527 0,36 -2,77 7,71 8,44 18,946
5 0,96425 360,79 10,17 2,04 -1,0824 0,80441862 0,527 0,36 -1,96 3,87 7,86 18,356

Conclusion : Les deux conditions sont vérifiées


Remarque :
 Les contraintes sont calculées en MPa.
 Les forces sont calculées en MN.
 la contrainte normal au centre de gravité correspond à : =P/B tel que les valeurs de P
et B varient selon l’étape(i) de justification ( poutre seul ou avec hourdis)
 les pertes sont représentées selon le type de famille des câbles et la date de mise en
tension.
 L’évaluation des pertes tient aussi compte de la partie différée au jour j.

H-Ferraillage longitudinal par armatures passives


1-Armatures de peau :

Longitudinalement :
-La section des armatures de peau disposées parallèlement à la fibre moyenne d´une poutre
doit être d´au moins 3cm2 par mètre de longueur de parement mesuré perpendiculairement
à leur direction, sans pouvoir être inférieure à 0,10 % de la section du béton de la poutre.
Le périmètre de la poutre à 0,5 L est égal à : P= 741 cm = 7,41 m
On déduit la section d’armature de peau : Ap = 3 * 7,41 = 22,2 cm2

-Cette section est équivalente à : 20 HA 12

120
UPF ZZ-KM TECOPY

Transversalement :
La section des armatures de peau disposées parallèlement à la section transversale d´une
poutre doit être d´au moins 2 cm2 par mètre de largeur de parement mesuré
perpendiculairement à leur direction.
 La section à répartir est alors Ap’ = 2*37 = 74 cm2 (où 37 est la portée de la poutre)
 On optera pour un cadre HA 8 tous les 0,5m
2-Armatures pour les zones tendues :
Nous calculons alors les armatures pour les sections ou nous avons des zones tendues. La
valeur maximale de la contrainte de traction du béton à été obtenu à la phase de service en
combinaison fréquente. La condition de non fragilité exige une quantité d’acier longitudinale
dans les zones tendues qui vaut : As ≥ Btd/1000 + Nbt/fe * ftj / bt
Tel que : 7,94 MPa
 Btd : Section du béton tendu.
 Nbt : Résultante des efforts de traction :
 bt : Valeur absolue de la contrainte maximale de traction. h=2,24 m

 fe : Limite d’élasticité des armatures passives : 500 MPa


 ftj : Résistance caractéristique du béton : ft28 = 3MPa a
 a : hauteur de la zone tendue
2,67 MPa
Figure 61 : Diagramme de contraintes
Calcul de a : (Thalès)
a = 2,67 x 2,24 / (7,94+2,67) = 0,56 m
La section du béton tendu est :
Bt = 0,8 * 0,2 + ( 0,8+0,24+0,12/tan(45°))*0,36/2 = 0,37 m2
La contrainte de traction maximale calculée est :
tm = | -2,67| MPa = 2,67 MPa
La résultante des efforts est :
N = 2,67 * 0,37/2 = 0,5 MN
Déduction de la section d’armatures minimales :
As = (0,37 / 1000) + (0,5*3) / (500 * 2,67)= 14,9 cm2
On prendra ainsi 5 HA 20

121
UPF ZZ-KM TECOPY

I-Justification de la section à L ELU


La section est vérifiée à L'ELU si les déformations des matériaux sont inférieures aux valeurs
limites.
Hypothèse :
 On néglige l’acier passif pour simplifier le calcul
 Les sections droites restent planes,
 Les matériaux ne subissent aucun glissement relatif
Pour cela, nous supposons que les deux matériaux (acier-béton) atteignent simultanément
leur déformation ultime. L'équilibre des efforts normaux permet de connaitre quel est le
matériau de résistance insuffisante.
Si les deux matériaux atteignent simultanément leur déformation ultime, les diagrammes sont
les suivants :

Figure 62 : Diagramme de déformation ultime des matériaux

Tel que :
 εcu : étant la déformation ultime du béton 3,5 ‰.
 δ’εp : un accroissement d’allongement accompagnant le retour à zéro du béton adjacent
δ’εp = σcp/ Ecm où σcp est la contrainte du béton adjacent à la précontrainte et Ecm le
module de déformation séquent
 εpm : déformation initiale de la précontrainte sous vérin
εpm = Pm/(Ap*Ep) = 7,94/(0,0018*5*190000) = 4,64 ‰.
 εuk : étant la déformation ultime propre de l’acier précontraint limitée à 20 ‰
Remarque :
La déformation à l´état ultime d´une armature de précontrainte est la somme de trois termes :
εuk = δ’’εp + δ’εp + εpm

122
UPF ZZ-KM TECOPY

Les calculs réalises a 1'ELS (sous charges permanentes) permettent de calculer la valeur de
δ’εp :

H = 2,24 m
H – hp = 39,2 m ( hauteur du câble moyen)
σcp = 5,33 – [(5,33 – 4,36)/2,24] * 0,392 = 5,16 MPa
Ecm = 22000*(fcm/10)0,3 = 35220,46 MPa
(fcm = fck +8 Mpa = 48Mpa (pour un B40).

On obtient alors : δ’εp = σcp/ Ecm = 0,146‰.


Figure 63 : Diagramme de déformation du béton sous charges
permanentes à l'ELS
Déduction de δ’’εp
δ’’εp = εuk – εpm - δ’εp = 20-4,64-0.146 = 15,24 ‰
Calcul de la position de l’axe neutre ultime :
y = hp * εcu / (εcu + δ’’εp) = 1,848*3,5/ (3,5+15,24) = 0,345m.
Calcul des forces ultimes des matériaux
Pult = Ap*fp0,1k /s = 5*0,0018*0,9*1653/1,15 = 11,64 MN.
Fcult = fc1+fc2 = (0,85*40/1,5)*[(0,8*0,345*0,24 + (3,3 – 0,24)*0,19] = 14,67 MN.
Tel que : fp0,1k = fpeg * 0,9 / =0,85/b=1,5
Comparaison
R = P - Fc = 11,64 – 14,67 = -3,03 > 0
R < 0, cela signifie que la possibilité de résistance du béton en compression est surabondante
; la rupture a lieu par les aciers ( pivot A ). L'équilibre des efforts normaux permet de calculer
la bonne valeur de y : Pult = Fcult
 Pu = 11,64 MN
 Fcult = Fc*= Fc1+Fc2 = (0,85*40/1,5)*[(0,8*y*0,24 + (1,6 – 0,24)*0,19] = 5,85 + 4,53y
 Y = (11,64 – 5,85) / 4,53 = 1,28 m
(*): Fc1 est la force dans la table de compression et Fc2 la force dans l’âme

On déduit ainsi Mulimite : (par rapport au câble moyen)


Muimite = (0,85*40/1,5)*[((0,8*1,28*0,24*(1,848-0,4*1,28)) + ((3,3 – 0,24)*(1,848 - 0,19/2)*0,19)]
= 30,54 MN
Conclusion :
Comme Mu = 22 MN (déjà calculé précédemment) on déduit que la précontrainte est bien
vérifié à l’ELU.

123
UPF ZZ-KM TECOPY

J-Justification vis-à-vis des sollicitations tangentes à l´état limite ultime


(Section considéré : section 0,5m )
1-Angle de fissures
L’objectif est de déterminer  l´angle des fissures avec la fibre moyenne de la poutre. L’angle
doit être borné inférieurement à 30°.
Tel que : Tan ( 2) = 2 *u / u
 u étant La contrainte de cisaillement ultime : u = VuRed * S / (bn * I)
Avec :
 u : la contrainte normale de traction u = P / B = 10,17* / 1,91 = 5,32 MPa
 Vured moment ultime réduit : Vured = VuMAX – P.sin(11,6) = 2,52 – 2,04 = 0,48 MN
 S : moment statique S* = 0,527 m3
 bn : épaisseur de l’ame nette bn = 0,36 m
 I : moment quadratique I = 080441862
(* : Voir tableau .contraintes tangentielles à l’ELS)
Calcul u :
u = 0,48* 0,527 / (0,36*0,80441862) = 0,87 MPa
On déduit 
Tan ( 2) = 2 *u / u = 2*0,87/5,32 = 0,33
 = 0,5*arctan(0,33) = 9,05° < 30° (vérifié)

2-Minimum d’armatures transversales


Un minimum d´armatures d´âme est exigé dans toutes les zones de la poutre. Il est donné
par la condition que la quantité (At/bn)*St* fe /s soit au moins égal à 0,4 MPa.
Tel que :
 At : section d’armature transversale
 St : espacement entre les armatures
 bn : épaisseur d’âme réduite 0,36 m
 fe : résistance caractéristique d’acier 500 MPa
 s : coefficient pris égal à 1,15
Détermination de St
L’espacement doit vérifier :
-Pour armature d’âme passives :
St ≤ Min (0,8h ;3*b0 ;1) = 0,72m
124
UPF ZZ-KM TECOPY

Avec b0 étant l’épaisseur minimal de l’âme au long de la poutre b0 = 0,24m


On déduit la section At minimal :
At ≥ 0,4*0,36*1,15/(500*0,72)
 At ≥ 0,00046 m2
On prendra ainsi 3HA10 tous les 72 cm
En d’autre terme : un cadre HA10 tous les 24 cm

3-Justification du béton
Il faut vérifier que : u ≤ 0,85 * fcj / (3*1,5) * sin (2
 u ≤ 0,85 * 40 / (3*1,5) * sin (18,10) =2,35
 0,87 ≤ 2,33 MPa ( vérifié)

Conclusion
La force précontrainte obtenue a bien vérifié les conditions à l’ELS et à l’ELU. Cependant
quelques remarques doivent être mentionnées :
-Les pertes de tensions frôlent 25%, il est préférable d’opter pour une estimation de pertes de
30% pour plus de sécurité.
-Normalement, pour les contraintes de béton développées par les charges d’exploitation, il
faut prendre en considération la section homogène. Cependant, on s’est contenté de la
section nette vu que la différence n’est pas aussi significative.
- les vérifications à l’ELS ont été établies avec la valeur moyenne de précontrainte Pm au lieu
de P1 et P2.Il est recommandé dans ce cas de réduire les bornes de vérification par 10%.
(Cependant même en cas de réduction l’ELS reste vérifié).

125
UPF ZZ-KM TECOPY

CHAPITRE 6
Calcul du ferraillage de l’hourdis

Plan du chapitre : Objectifs :

-Introduction -Objectif principal : détermination des armatures


et de leur disposition
- Étude local du hourdis
- Étude global du hourdis
-Étude total du hourdis
-Calcul Du ferraillage de l’ Hourdis
- Conclusion

126
UPF ZZ-KM TECOPY

A-Étude de la flexion locale du hourdis


1-Introduction :
L’hourdis est une dalle en béton armé, qui sert de couverture pour le pont, Le rôle de la dalle de
couverture est de transmettre les charges d’exploitation aux poutres, il s’agit de la flexion local
ou flexion global.
Pour l’étude du hourdis, on utilise la méthode de Guyon-Massonnet. La dalle est supposée
continue. Les moments seront déduits à partir de ceux d’une dalle articulée sur ses 4 bords.

Figure 64 : Axes et dimension du hourdis étudié

Tel que :

 lx : largeur de la dalle (le petit côté) = La longueur entre nus des deux poutres successives
lx = 3,06 m.
 ly : longueur de la dalle (le grand côté) = La longueur entre nus des deux entretoises
successives lY =36,6 m
 b0 : distance entre axes des poutres principales b0 = 3,05m
 a : distance entre axes des entretoises a = 26,85 m
 bp : épaisseur de l’âme des poutres principales bp= 0,25m
 be : épaisseur des entretoises be= 0,25 m
 Mx : moment fléchissant au centre de la dalle dans la direction lx (autour de ly)
 My : moment fléchissant au centre de la dalle dans la direction ly (autour de lx)
 Tx : effort tranchant au milieu du grand côté (dans le sens XX)
 Ty : effort tranchant au milieu du petit côté (dans le sens YY)
 ρ: Paramètre qui définit le sens de travail de la dalle.

-On déduit le paramètre du sens de travail


=> ρ= lx/ly = 0,083 < 0,4

127
UPF ZZ-KM TECOPY

Le tableau suivant définit le sens de la portance selon le paramètre ρ


Table 48 : Sens du travail de la dalle

Type de charge ρ≤ 0,4 0,4 ≤ ρ ≤ 1

Charge uniformément

répartie sur toute la dalle 1 direction 2 directions

Charge concentrée 2 directions 2 directions

Donc la dalle est considérée portante dans une seule direction vis-à-vis des charges uniformément
réparties et portante dans les deux sens vis-à-vis les charges concentrées.
Le hourdis est calculé sous l’effet des :
 Charges permanentes (Poids propre du hourdis et des éléments reposant sur lui)
 Surcharges roulantes de type B (avec ses 3 systèmes Bc, Bt et Br)
 Surcharges militaires Mc120
Remarque :
La charge du type A n’est pas prépondérante puisque le hourdis n’est pas de grande largeur.
2-Détermination des sollicitations
a-Charges permanentes : ( Lx = 3,06 m)

 MOX = gper* LX 2 / 8
 TAp ,X = gper * LX / 2

Poids propres des Éléments de calcul : Pi(KN/m2)


 Hourdis = 0,24 * 25 = 6 KN / m2
 Revêtement (bitume) = 0,06 * 24 = 1,44 KN /m2
 Étanchéité =0,005*24 = 0,12KN /m2
On déduit la valeur de la charge permanente répartie ( KN/m2)

gper = ΣPi = 7,56 KN / m2

On présente les résultats dans le tableau suivant :


Table 49 : Moments et efforts tranchant agissant sur la dalle due à G

Mox(kN,m/ml) Moy (kN,m/ml) Tap,x (kN/ml) Tap,y (kN/ml)

8,84 0 11,5 0

128
UPF ZZ-KM TECOPY

b-Charges roulantes
b-1-Principe de calcul :
Pour les charges roulantes, Les charges se diffusent avec un angle variant selon le type du
matériau. Tel que :
 Pour le béton armé : 45°
 Pour le revêtement : 37°

Remarque : l’étanchéité est négligé vu son épaisseur très minime (5mm).

La charge localisée P se trouve sur un rectangle de dimensions (u0, v0).

La diffusion de la charge se fait comme illustrée dans la figure ci-dessous :

Figure 65 : Diffusion des charges localisées

Avec :
hd= 0,24m et hr = 0,06 m
Au niveau du plan moyen, la charge se répartit sur (U X V) appelé rectangle de répartition :
 U=U0 + 2 tg37° hr + hd
 V=V0 + 2 tg37° hr + hd
Désignons par U la dimension de la roue parallèle à l`axe (XX) et par V celle parallèle à l‘axe
(YY). On simplifie le calcul et on retrouve le résultat suivant :
 V= V0 + 0,34
 U= U0 + 0,34

129
UPF ZZ-KM TECOPY

b-2-Formules du moment fléchissant et d’effort tranchant

Figure 66 : Rectangle d'impact des charges localisées P placées au centre de la dalle

Moments fléchissant :
Le moment fléchissant par unité de longueur de la dalle se calcule à partir des expressions
suivantes :
 M0x = (M1 + ν * M2) * P
 M0y = (M2 + ν * M1) * P
Avec ν = 0 (pour le calcul des sollicitations à l’ELS et à l’ELU)
M1 et M2 : Moments fléchissant au centre d’une dalle sont retrouvé à partir des abaques de Pigeaud
(voir annexe du chapitre). Comme on a = 0,083, on fait une interpolation entre ρ1 =0 et ρ2 = 0,2
(abaques)

Efforts tranchants :
Les valeurs maximales de l’effort tranchant sur le bord de la dalle sont égales à:
 1er cas : U > V
-Au milieu de V (dans le sens XX) :
Tx = P/(3*U)

-Au milieu de U (dans le sens YY) :


Ty = P/(2*U+V)

 2ème cas : U < V


Au milieu de V (dans le sens XX):
Tx= P/(2*V+U)

Au milieu de U (dans le sens YY):


Ty = P/3*V

130
UPF ZZ-KM TECOPY

b-3-Sollicitations dues aux charges localisées au centre de la dalle

Charge Bc
Calcul des moments fléchissant :
Pour le calcul des moments fléchissant, on va considérer deux cas :
1er cas : un seul camion est placé sur le hourdis (il contient aussi deux cas):
 1ère disposition : L'effet de deux rectangles de répartition situés sur l’axe
longitudinal et symétriques par rapport à l’axe transversal comme indiqué sur la
figure suivante :

Figure 67 : schéma de deux rectangles symétrique

Pour la charge Bc on a : U0= 0,25 m et V0 = 0,25 m


On déduit les valeurs de U et V :
 U = 0,25 +0,34 = 0,59 m
 V =0,25 +0,34 = 0,59 m

La densité de charge est P = P/(U*V) avec U et V sont les dimensions des rectangles de
répartition : P = 0,5* 120 / (0,59×0,59) = 172,36 kN/m2

L’effet de (A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) est équivalent à l’effet de (A1, A2, B3, B4) - (A4, A3, B2,
B1).
D’après les abaques de Pigeaud, on obtient M1 et M2 pour ρ = 0,083.
Tel que : α= U(m)/lx et β = V(m)/ly
Table 50 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 1 - 1ère dispo.)

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P (kN) Mx (kN,m/ml) My (kN,m/ml)

A1A2B3B4 0,59 2,09 0,19 0,057 0,2302 0,20 212,35 48,88 42,47

A4A3B2B1 0,59 0,91 0,19 0,024 0,2298 0,191 92,54 21,26 17,67

Sollicitations 27,62 24,8

131
UPF ZZ-KM TECOPY

 2ème disposition : les deux roues 3 et 5 du camion sont placées sur l’axe
longitudinal et la roue 5 est sur l’axe transversal du panneau du hourdis comme sur
la figure suivante :

À l’effet de (A1, A2, A3, A4) et (B1, B2, B3, B4), on ajoute un impact fictif (C1, C2, C3,C4).
On aura alors :
(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = 0,5 × [(A1, A2, C3, C4) − (A4, A3, C2, C1)] + (B1, B2, B3, B4)

Tel que :

 Mx= 0,5 [Mx1- Mx2] + Mx3


 My = 0,5 [My1- My2] + My3

Table 51 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 1 - 2ème dispo.)

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P (kN) Mx(kN,m/ml) My(kN,m/ml)

A1A2C3C4 0,59 3,57 0,19 0,097 0,174 0,218 363,04 63,16 79,14
A4A3C2C1 0,59 2,39 0,19 0,065 0,22 0,176 243,04 53,46 42,77

B1B2B3B4 0,59 0,59 0,19 0,016 0,2298 0,22 59,99 13,78 13,19

Sollicitations 18,63 31,37

2èmecas : deux camions sont placés sur le hourdis :


Dans ce cas, les roues arrières (3, 4) et (5, 6) se chevauchent au niveau de leur rectangle de
répartition. Ce cas est traité comme le premier cas, donc On distingue deux dispositions :

 1ère disposition : les roues 4 et 6 du 1er camion et les roues 3 et 5 du 2ème camion
sont symétriques par rapport aux axes longitudinal et transversal.

Pour déterminer les sollicitations, on procède à la superposition des rectangles d’impacts.

132
UPF ZZ-KM TECOPY

Figure 68 : schéma de quatre rectangles placés de part et d'autres des axes

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4)
=
(A1, B2, C3, D4) − (A2, B1, C4, D3) − (A4, B3, C2, D1) + (A3, B4, C1, D2)

Cependant dans la pratique, lorsque les rectangles se chevauchent, on ne considère qu’un seul camion
avec deux rectangles d’impact : A1B2B3A4 et D1C2D4C3 ( figure de droite)
Table 52 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 2 - 1ère dispo.)

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P(kN) Mx(kN,m/ml) My(kN,m/ml)

A1B2C3D4 1,09 2,09 0,17 0,057 0,212 0,153 392,65 83,24 60,07
A4B3C2D1 1,09 0,91 0,17 0,024 0,234 0,23 170,9 39,99 39,30

Sollicitations 43,25 20,77

 2èmedisposition : les roues 4 et 6 du 1ercamion et les roues 3 et 5 du 2ème camion


sont symétriques par rapport à l’axe longitudinal et les roues 6 du 1er camion et 5
du 2ème camion sont sur l’axe transversal.

Pour déterminer les sollicitations on procède à la superposition :

Figure 69 : schéma de deux rectangles dont deux sont placé sur l'axe

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4)
=
0,5 × [(A1,B2,E3,F4) − (A2,B1,E4,F3) − (A4,B3,E2,F1) + (A3,B4,E1,F2)] + [(D1,C2,C3,D4) −
(D2,C1,C4,D3)]

133
UPF ZZ-KM TECOPY

Cependant on va considérer qu’un seul camion de trois rectangles d’impacts (A1, A2,
A3, A4),(B1, B2, B3, B4),(C1, C2, C3, C4) ( figure de droite)
Tel que : Mx= 0,5 [Mx1- Mx2] + Mx3, My = 0,5 [My1- My2] + My3

Table 53 : Moments agissant sur la dalle dues à Bc ( cas 2 - 2ème dispo.)

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P(kN) Mx(kN,m/ml) My(kN,m/ml)

A1B2E3F4 1,09 3,57 0,35 0,097 0,1768 0,122 670,7 118,57 81,82

A4B3E2F1 1,09 2,39 0,35 0,065 0,176 0,15 449 79,02 67,35

D1C2C3D4 1,09 0,59 0,35 0,016 0,187 0,176 110,8 20,71 19,5

Sollicitations 40,48 26,73

Calcul de l’effort tranchant


Les valeurs maximales de l’effort tranchant sur le bord du panneau de la dalle, par unité de
longueur sont :
Au milieu de V (dans le sens XX) :

Tx = P/(3*U) = 60/3*0,59 = 33,89 KN/ml

Au milieu de U (dans le sens YY) :

Ty = P/(2*U+V) = 33,89 KN/ml

Tel que U = V = 0,6 m et P = 60kN,

On présente le résultat dans le tableau suivant


Table 54 : Sollicitations de calcul de Bc

M0x (KN,m/ml) M0y (KN,m/ml) Tap,x(KN/ml) Tap,y(KN/ml)


43,25 31,37 33,89 33,89

Charge Bt
Calcul du moment fléchissant
1er cas : Un seul camion sur le hourdis :
On distingue deux cas de dispositions :

 1ère disposition : les roues 1 et 3 sont placées sur l’axe longitudinal de la dalle et
sont symétriques par rapport à l’axe transversal.
La densité de charge est P = P/ (u*v) avec U et V sont les dimensions des rectangles de
répartition, On a ainsi U0 =0,6 m, V0 =0,25 m et P = 80kN.

134
UPF ZZ-KM TECOPY

 U=0,6+0,34= 0,94 m
 V=0,25+0,34= 0,59 m
La densité de charge est : P=80/(0,59*0,94) = 144,2 KN/m2
Pour déterminer les sollicitations on procède à la superposition :

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = (A1, A2, B3, B4) − (B1, B2, A3, A4)

Figure 70 : Disposition du cas d'un seul camion bt placé sur le hourdis

L’expression des moments fléchissant est donnée par :


 Mx = Mx1 - Mx2
 My = My1 - My2

Les valeurs sont données dans le tableau suivant :


Table 55 : Moments agissant sur la dalle dues à Bt (cas 1 - 1ère dispo.)

Rectangle U(m) V1(m) α β M1 M2 P(kN) Mx(kN,m/ml) My(kN,m/ml)

A1A2B3B4 0,94 1,94 0,30 0,053 0,186 0,147 262,9 48,89 38,64

A4A3B2B1 0,94 0,76 0,30 0,020 0,193 0,186 103,01 19,88 19,15

Sollicitations 29,01 19,49

 2ème disposition : les roues 3 et 5 sont placées sur l’axe longitudinal de la dalle ;
de plus la roue 3 est placée au centre de la dalle.
Pour déterminer les sollicitations, on procède à la superposition :

(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) = 0,5× [(A1, A2, C3, C4) − (C1, C2, A3, A4)] + (B1, B2, B3, B4)

135
UPF ZZ-KM TECOPY

Figure 71 : 2 eme disposition du cas d'un système Bt placé sur le hourdis

 Mx =0,5*( Mx1 –Mx2) + MX3


 My =0,5*( My1 – My2 ) + My3
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :
Table 56 : Moments agissant sur la dalle dues à Bt (cas 1 - 2ème dispo.)

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P(kN) Mx(kN,m/ml) My(kN,m/ml)

A1A2C3C4 0,94 3,29 0,30 0,09 0,18 0,151 445,9 80,26 67,33

A4A3C2C1 0,94 2,11 0,30 0,057 0,197 0,174 286 56,34 49,76

B1B2B3B4 0,94 0,59 0,30 0,016 0,192 0,185 79,9 15,34 14,78

Sollicitations 27,3 23,56

2ème cas : deux camions sur le hourdis :


On distingue deux cas de dispositions :

 1ère disposition : les roues 2 et 4 du premier camion et les roues 1 et 3 du


deuxième camion sont symétriques par rapport aux axes transversal et longitudinal :

Figure 72 : Position des camions selon le 2 eme cas ; 1er disposition de Bt

Pour Déterminé les sollicitations, nous procédons à la superposition :


(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4)
=
(A1, B2, C3, D4) − (A2, B1, C4, D3) − (A4, B3, C2, D1) + (A3, B4, C1, D2)
 Mx= Mx1− Mx2− Mx3+Mx4
 My = My1− My2− My3+ My4
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant.
136
UPF ZZ-KM TECOPY

Table 57 : Moments agissant sur la dalle due à Bt (cas 2 - 1ère dispo.)

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P(kN) Mx(kN,m/ml) My(kN,m/ml)

A1B2C3D4 1,94 1,94 0,32 0,053 0,181 0,155 542,7 98,22 84,11

A2B1C4D3 0,06 1,94 0 0,053 0,295 0,226 16,78 4,95 3,97

A4B3C2D1 1,94 0,76 0,32 0,02 0,187 0,175 212,6 39,75 37,2

A3B4C1D2 0,06 0,76 0 0,02 0,30 0,27 6,75 2,02 1,82

Sollicitations 51,5 41,12

 2ème disposition : les roues 4 du premier camion et 3 du deuxième camion sont


sur l’axe transversal et sont symétriques par rapport à l’axe longitudinal :

Figure 73 : Position des camions selon les 2 cas ; 2eme disposition de Bt

Pour Déterminer les sollicitations, nous procédons à par la superposition :


(A1, A2, A3, A4) + (B1, B2, B3, B4) + (C1, C2, C3, C4) + (D1, D2, D3, D4)
=
0,5×[(A1, B2, E3, F4)−(A2, B1, E4, F3) − (A4, B3, E2, F1)+(A3, B4, E1, F2)] + [(D1, C2, C3, D4) − (D2,
C1,C4, D3)]
 Mx= 0,5 × [Mx1 − Mx2 − Mx3 + Mx4] + Mx5 − Mx6
 My = 0,5 × [My1 − My2 − My3 + My4] + My5 – My6
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :
Table 58 : Moments agissant sur la dalle due à Bt (cas 2 - 2ème dispo.)

Mx(kN,m/ml) My(kN,m/ml)

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P(kN)


ELS ELU ELS ELU
A1B2E3F4 1,94 3,29 0,32 0,09 0,176 0,136 920,37 161,98 125,17

A2B1E4F3 0,06 3,29 0 0,09 0,279 0,166 28,46 7,94 4,72

A4B3E2F1 1,94 2,11 0,32 0,057 0,187 0,153 590,26 110,37 90,30

A3B4E1F2 0,05 2,11 0 0,057 0,058 0,227 15,21 0,88 3,45

D1C2C3D4 1,94 0,59 0,32 0,01 0,19 0,19 165,05 31,35 31,35

D2C1C4D3 0,05 0,59 0 0,01 0,30 0,30 4,25 1,27 1,27

Sollicitations 52,35 46,88

137
UPF ZZ-KM TECOPY

Calcul de l’effort tranchant :


Les valeurs maximales de l’effort tranchant sur le bord du panneau de la dalle, par unité de
longueur sont :
Au milieu de V (dans le sens XX) :

Tx = P/3*U = 80/3*0,59 = 28,36 KN/ml

Au milieu de U (dans le sens YY) :

Ty = P/2*U+V = 32,38 KN/ml

Avec :

U = 0,94 m, V = 0,59 m et P = 80 kN,


Table 59 : Sollicitations de Bt

M0x (KN,m/ml) M0y (KN,m/ml) Tap,x(KN/ml) Tap,y(KN/ml)

52,35 46,88 28,36 32,38

Charge Br
La charge Br est une charge localisée considérée centrée sur le panneau de la dalle, Les
dimensions du rectangle d’impact sont U0 = 0,6 m et V0 = 0,3 m et Les dimensions du rectangle
de répartition sont :
 U=0,6+0,34=0,94 m
 V=0,3+0,34=0,64 m
La densité de charge est P = P/U*V avec U et V sont les dimensions des rectangles de
répartition

P = 100 / 0,94×0,64 = 166,2 kN/m2

Figure 74 : rectangle d'impact pour la charge Br

Calcul des moments fléchissant :


Les valeurs sont données dans le tableau suivant :
Table 60 : Moments agissant sur la dalle dues à Br

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P(kN) Mx (kN,m/ml) My (kN,m/ml)

A1A2B3B4 0,94 0,64 0,15 0,017 0,24 0,235 99,98 23,99 23,49

Sollicitations 23,99 23,49

138
UPF ZZ-KM TECOPY

Calcul de l’effort tranchant :


Au milieu de V (dans le sens XX) :
Tx = P/3*U = 100/3*0,94 = 35,46 KN/ml
Au milieu de U (dans le sens YY) :
Ty = P/2*U+V = 39,68 KN/ml
Tel que : U = 0,94 m , V = 0,64 m et P = 100 KN.

Charge Mc120
La charge militaire Mc120 est une charge localisée considérée comme centrée sur le
panneau de dalle. Les dimensions du rectangle d’impact sont U0 = 1m et V0 = 6,1m.
Les dimensions du rectangle de répartition sont :
 U=1+0,34=1,34 m
 V=6,1+0,34=6,44 m
La densité de charge est P = P/U*V avec U et V sont les dimensions des rectangles de
répartition.
P = 550* / 1,34×6,44 = 63,73 kN/m2 (* la charge de Mc120)

Calcul du moment fléchissant :


Les valeurs sont données dans le tableau suivant :
Table 61 : Moments fléchissant agissant sur la dalle dues à Mc120

Rectangle U(m) V(m) α β M1 M2 P (kN) Mx (kN,m/ml) My (kN,m/ml)

A1A2B3B4 1,34 6,44 0,22 0,17 0,18 0,10 549,9 103,38 57,18
8 4
Sollicitations 103,38 57,18

Calcul de l’effort tranchant :


Au milieu de V (dans le sens XX):
Tx= P/2*V+U = 550/2*6,44+1,34 = 38,67 KN/ml
Au milieu de U (dans le sens YY):
Ty = P/3*V= 550/3*6,45 = 28,49 KN/ml
Avec : U = 1,34 m ; V = 6,44 m et P = 550 kN.
Le tableau suivant résume les différentes sollicitations dans les deux sens pour la dalle
supposée articulée.

139
UPF ZZ-KM TECOPY

Table 62 : Récapitulatif des différentes sollicitations agissant sur ma dalle

Surcharges Mx (kN,m/ml) My (kN,m/ml) Tx (kN/ml) Ty (kN/ml)

Gper 8,84 0 11,5 0

Bc 43,25 31,37 33,89 33,89

Bt 52,35 46,88 28,36 32,38

Br 23,99 23,44 35,46 39,68

Mc120 103,38 57,18 38,67 28,49

3-Sollicitations résultantes dans la dalle continue

Les moments dans le hourdis se calculent forfaitairement à partir des moments M ox et


Moy obtenus pour une dalle articulée
La distribution des moments est comme suit :

Figure 75 : répartition des moments sur la dalle continue

a - Moments fléchissant dans la dalle continue


Dans les travées
Dans la direction lx :
 Travée de rive Mxtr = 0,8 × M0x
 Travée intermédiaire Mxtr = 0,75 × M0x
Dans la direction ly :
 Travée de rive Mytr = 0,8 × M0y
Sur les appuis

Dans la direction lx :

 Appui intermédiaire M xap = - 0,5 × M0x


 Appui de rive M xap = - Sup (0,5 × M0x ;|Me|)

Me = −γG *gper*Lcs/2- γQTr * Sup (qtr*Ltr*(Lcs – Ltr/2) ; Ptr/Lc *Lcs )

140
UPF ZZ-KM TECOPY

Tel que : -Lcs : longueur de la console

-Ltr : longueur du trottoir

Dans la direction ly :
 M yap = - 0,5 × M 0x = M xap
Table 63 : Résultats des moments fléchissant agissant sur la dalle continue

b - Efforts tranchants dans la dalle continue


Les efforts tranchants dans la dalle continue sont les mêmes que dans la dalle articulée :
Table 64 : Résultats des efforts tranchant agissant sur la dalle continue

Surcharges Tx (kN/ml) Ty (kN/ml)


Gper 11,5 0
Bc 33,89 33,89
Bt 28,36 32,38
Br 35,46 39,68
Mc120 38,67 28,49

B-Étude de la flexion globale du hourdis


1-Introduction
L’étude de la flexion transversale se base sur la méthode de Guyon Massonnet qui
donne la valeur du moment fléchissant dans l’entretoise par la formule suivante :

Avec :
 b : demi-largeur active du pont b = LT/2 = 11,5/2 = 5,75
 qn : charge appliquée en forme de Lame de couteau
 µn : Coefficient de Guyon-Massonnet
 lc : longueur de calcul ; lc = 36,6 m
Nous supposons que le moment maximum est au centre de la dalle x = L C/2 = 18,3 m ,
141
UPF ZZ-KM TECOPY

De plus, dans notre calcul, nous nous limitons aux deux premiers termes (n = 1 et n = 3),
Nous obtenons alors :
My = b/8×(µ1×q1−µ3×q3)

2- Détermination des charges


a - Charges à considérer
Pour le calcul de la flexion globale (transversale) du hourdis d’un pont à poutres, et
comme les charges de type A sont moins défavorables que celles du type B. les
charges à caractère normal sont réduites à la charge de type B, Ainsi, pour l’étude
de la flexion globale, on a à considérer les mêmes charges prévues pour la flexion
locale,
On doit donc déterminer les charges q1 et q3 tout en considérant l’effet des charges :

Charge permanente : G

Charges de type B : Bc, Bt et Br

Charge militaire : Mc120

b - Équivalence des charges

Ces charges doivent être développées en série de Fourrier en forme de lame de couteau
comme le montre cette figure.

Figure 76 : Transformation d'une charge en forme de lame de couteau

L'équivalence des charges usuelles est présentée, pour trois cas, comme suit :
Charge uniformément répartie sur toute la longueur
La charge uniformément répartie d’intensité q sur toute la longueur lc (la charge
Permanente gper) est déterminée comme suit :

Figure 77 : Charge uniformément repartie d'intensité q sur toute longueur

142
UPF ZZ-KM TECOPY

 qk = 4*q/k*π si k impair
 qk = 0 si k pair
En particulier ici :
 q1 = 4*q/*π pour k=1
 q3 = 4*q/3*π pour
Charge uniformément répartie sur une longueur donnée
La charge uniformément répartie sur une longueur 2c centrée sur le point d'abscisse
d (les Charges militaires Mc120) est calculée comme suit :

Figure 78 : Charge uniformément repartie sur une longueur 2c

Charge concentrée :
Une charge concentrée P au point d'abscisse d (cas de Bc, Bt et Br) est déterminée comme
suit :

Dans le cas de plusieurs charges concentrées Pi distants de di comme abscisse.

En particulier :

143
UPF ZZ-KM TECOPY

Dans le cas de plusieurs charges concentrées Pi distants de di comme abscisse on effectue une
sommation :

c - Détermination du coefficient µn
Le coefficient µn dépend :
 du paramètre de torsion α
 du paramètre d’entretoisement θ
 de l’ordonnée de la fibre considérée du hourdis : y
 de la position de la charge : e
µn = f (α,θ, y,e)est déterminé à partir des tables ou des formules de Guyon-Massonnet,
Celles-ci sont analogues aux tables de K = f (α,θ, y,e) employées pour le calcul du
CRT et le calcul du coefficient correspondant se fait de la même manière, Cette fois,
nous chercherons les moments dans la fibre centrale (y = 0) de chaque table, C’est
pourquoi les tables à employer (et les courbes obtenues par la suite) sont toujours
symétriques par rapport à e = 0.
Paramètre de torsion α

Le paramètre de torsion déjà calculé pour la détermination du CRT est :


α = γp + γe / 2 sqrt ( ρp+ρe )
Paramètre d'entretoisement θ
 Pour le calcul de µ1 θ1 = b / lc = 5,75 / 37 = 0,15

 Pour le calcul de µ3 , n = 3 ; θ3 = 3*b / lc = 3*5,75 / 37 = 0,46

Courbes de µ1 et µ3 en fonction de e

 Interpolation sur α
Le paramètre de torsion α = 0,13

K = K0 + (K1 - K0) α (1-eθo)

pour θ = 0,15 µα =0,218×µ0 + 0,782 ×µ1

pour θ = 0,45 µα =0,594 ×µ0 + 0,406 ×µ1

144
UPF ZZ-KM TECOPY

 Interpolation sur θ
Pour θ1 = 0,15 , une interpolation linéaire est nécessaire entre θ = 0,1 et θ = 0,2
µ 1 (θ = 0,15 ) = 0,5 × µ 1 (θ = 0,1) + 0,5 × µ 1 (θ = 0,2)
Pour θ3 =0,45, une interpolation linéaire est nécessaire entre θ = 0,4 et θ = 0,5
µ 3 (θ = 0,45) = 0,5 × µ 3 (θ = 0,4) + 0,5 × µ 3 (θ = 0,5)
Détermination de µ1 :
µ 1 (θ = 0,15 ) = 0,5 × µ 1 (θ = 0,1) + 0,5 × µ 1 (θ = 0,2)
Table 65 : Table de µ1

Détermination de µ3 :

µ 3 (θ = 0,45) = 0,5 × µ 3 (θ = 0,4) + 0,5 × µ 3 (θ = 0,5)


Table 66 : Table de µ3

La courbe de µ1et µ3 en fonction de e :


nous représentons la variation de µ1 et µ3 en fonction de e dans le tableau suivant :
Table 67 : Valeurs de µ1 et µ3 à prendre en compte
e -b -3/4 b -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3/4 b b

µ1× 10- -2197,6 -1115,73 -31,53 1099,6 2303,8 1099,6 -31,5 -1115,7 -2197,6
4

µ3× 10- -1640,8 -880,4 -75,4 840,16 1954,6 840,1 -22,07 -880,4 -1640,8
4

145
UPF ZZ-KM TECOPY

Ainsi, nous traçons les courbes µ1= f(e) et µ3 = f(e) sur la même figure avec la même échelle :

e - Détermination des moments globaux µn


Charge permanente :
 Transversalement
Nous chargeons toute la largeur transversale puisque cette charge existe toujours, Vu que
cette charge est uniformément répartie, nous déterminons les coefficients µ1 et µ3 en prenant
les différentes surfaces positives et négatives, Nous prenons l’avantage de la symétrie en
traitant deux fois la moitié.

µ1 = 2*{1/2* µ1(e = -b)+µ1 (e = -3b/4) +µ1 (e = -b/2 ) + µ1 ( e=-b/4 ) + ½ µ1 (e =0)}*b/4*10-4


= 0,0015
µ3 = 2*{1/2* µ3(e = -b)+µ3 (e =-3b/4) +µ3 (e = -b/2 ) + µ3 ( e=-b/4 ) + ½ µ3 (e = 0)}*b/4*10-4
= - 0,011
 Longitudinalement

Figure 79: Chargement de Gper dans le sens longitudinal

146
UPF ZZ-KM TECOPY

Enfin, on obtient le moment de la flexion globale sous l’effet de la charge permanente :

My = b/8×(µ1 ×q1 -µ3 ×q3) =5,75/8×(0,0015×9,63-0,011×3,21) = -0,015 kN,m/ml

Charge Bc
 Transversalement
La charge Bc est placée sur les courbes µ1 et µ3 de la manière la plus défavorable
- 1er cas : 1 file de Bc
La position est symétrique :

µi,j =1/2 ∑µj,i ; j = 1,,,3

µ1 = ×µ1,i = 0,122 ; µ ×µ3, j = 0,152

µ1 = 0,122 ; µ3 = 0,152
- 2ème cas : 2 files de Bc
la position est symétrique :

µ1,1 = 0,0450 ; µ1,2 = 0,225


µ3,1 = 0,0325 ; µ3,2 = 0,190

µ ×µ1,i = 0, ; µ ×µ3, j = 0,22

µ1 = 0 ; µ3 = 0,152

- 3ème cas : 3 files de Bc

la position est symétrique :

µ1,1 = - 0,050 ; µ1,2 = 0,1050 ; µ1,3 = 0,1150


µ3,1 = - 0,040 ; µ3,2 = 0,080 ; µ3,3 = 0,120

µ ×µ1,i = 0,17 ; µ ×µ3, j = 0,16

µ1 = 0,122 ; µ3 = 0,152
La comparaison entre ces positions ne peut se faire qu’au niveau des résultats de My après le
calcul longitudinal.
 Longitudinalement
La position la plus défavorable est déterminée par le théorème de Barré.
Nous avons : lc = 36,6 m > 18,38 m, d’où : δ = 0,525 m,

147
UPF ZZ-KM TECOPY

Figure 80 : la position de Bc sur le hourdis

La position la plus défavorable est obtenue comme suit :


d3 = lc/2 – δ = 36,6/2 – 0,525 =17,77 m P3 = 120 KN
d2 = d3-1,5 = 16,27 m P2 = 120 KN
d1 = d2 – 4,5 = 16,27 – 4,5 = 11,77 m P1 = 60 KN
d4 = D3 +4,5 = 22,27 m P4 = 60 KN
d5 = D4+4,5 = 26,77 m P5 = 120 KN
d6 = D5+ 1,5 = 28,27 m P6 = 120 KN
q1 = ∑𝑛𝑖=1 2 ∗ 𝑝𝑖/𝑙𝑐 *sin (π*di / lc)

q3 = ∑𝑛𝑖=1 2 ∗ 𝑝𝑖/𝑙𝑐 *sin (3 π*di / lc)

q1 = 2,77 + 6,45 + 6,54 + 3,08 + 4,89 + 4,29 = 28,02 KN/m2

q3 =0,36-5,67-6,48-1,7 +3,75 +5,49 = - 4,25 KN/m2

Enfin, les moments fléchissant sont obtenus et comparés pour en tirer la valeur maximale,
Comme les coefficients µ sont multipliés par les charges q, la comparaison entre les différents
cas doit se faire à ce niveau, C’est là aussi qu’on tient compte des coefficients bc pour
comparer les différents cas (la comparaison se fait avec bc*My).
Avec : My = b/8 × ( µ1×q1 − µ3×q3 )

148
UPF ZZ-KM TECOPY

- 1er cas : 1 file de Bc , bc = 1,2


Position symétrique :
My = 5,75/8 * (0,122*28,02) – ( 0,152 * - 4,25 ) = 2,92 kN , m /ml
D’où bc* My = 3,50 KN,m / ml
- 2ème cas : 2 files de Bc, bc = 1,1
Position symétrique :
My = 5,75/8 * (0,27*28,02) – ( 0,22 * - 4,25 ) = 5,08 kN , m / ml
D’où bc* My = 5,95 KN,m / ml
- 3ème cas : 3 files de Bc, bc = 0,95
Position symétrique :
My = 5,75/8 * (0,17*28,02) – ( 0,16 * - 4,25 ) = 3,91 kN , m / ml

D’où bc* My = 3,71 KN,m / ml

Donc le deuxième cas (deux files) avec une position symétrique représente le cas le plus
défavorable, Nous retiendrons alors :
Bc = 1,1 ; My bc = 5,95 KN,m / ml

Charge Bt
 Transversalement
La charge Bt est placée sur les courbes µ1 et µ3 de la manière la plus défavorable.
- 1er cas : 1 file de Bt
Position symétrique :

µi,j =1/2 ∑µj,i j = 1,,,3

µ1 = ×µ1,i = 0,122 ; µ ×µ3, j = 0,152

µ1 = 0,122 ; µ3 = 0,152

- 2ème cas : 2 files de Bt


Position symétrique :

µ1,1 = 0,025 et µ1,2 = 0,205

µ3,1 = 0,020 et µ3,2 = 0,173

µ ×µ1,i = 0,23 ; µ ×µ3, j = 0,193

µ1 = 0,23 ; µ3 = 0,193

149
UPF ZZ-KM TECOPY

 Longitudinalement
On place la charge Bt de la manière la plus défavorable pour un moment central.
La position la plus défavorable est déterminée par le théorème de Barré.

Nous avons : L = 36,6 D’où δ = 0,3375

Ainsi la position la plus défavorable est déduite comme suit :

Figure 81 : La position de la charge Bt

d1 = lc / 2 – δ = 17,96 m P=160 KN
d2 = d1 + 1 ,35 = 19,31 m P = 160 kN

= 17,36 KN / m2

= - 1,71 KN/ m2

Enfin, les moments fléchissant sont obtenus et comparés pour en tirer la valeur maximale,
Comme les coefficients µ sont multipliés par les charges q, la comparaison entre les
différents cas doit se faire à ce niveau, C’est là aussi qu’on tient compte des coefficients b t
pour comparer les différents cas (la comparaison se fait avec b t×My).
Avec : My =b/8×(µ1×q1−µ3×q3)

- 1er cas : 1 file de Bt ;bt = 1 :


Position symétrique :

My = 5,75/8 * (0,122*17,36) – ( 0,152 * - 1,71 ) = 1,70 kN , m / ml

150
UPF ZZ-KM TECOPY

- 2ème cas : 2 files de Bt ;bt = 1 :


Position symétrique :
My = 5,75/8 * (0,23*17,36) – (0,193 * - 1,71) = 3,10 KN.m / ml

Donc le deuxième cas (deux files) avec une position symétrique représente le cas le plus
défavorable.

Bt =1 MBt = 3,10 KN. M /ml

Charge Br

 Transversalement
La charge Br est placée sur les courbes de la manière la plus défavorable
µ1= 0,2304 µ3 =0,1955
 Longitudinalement
La position la plus défavorable est pour lc/2 avec P = 100 kN

Figure 82 : La position de la charge Br

q1 = 5,46 KN/ m2

q3 = - 5,46 KN/ m2

My = 5,75/8 * (0,2304*5,46) – (0,1955 * - 5,46 ) = 1,67 kN. m/ ml

Charge Mc120

 Transversalement
La charge Mc120 est placée sur les courbes de la manière la plus défavorable
avec :

- 1er cas : deux chenilles symétriques :

151
UPF ZZ-KM TECOPY

µ11 = 0,040 ; µ12 = 0,1015


µ31 = 0,050 ; µ32 = 0,135

µ1 = 0,035 ; µ3 = 0,046
 Longitudinalement
La position la plus défavorable est déduite comme suit :

Figure 83 : La position la plus défavorable pour Mc120 dans le sens longitudinal

D = lc/2 = 18,3
C= 6,1/2 = 3,05
qMc = 1100 / 6,1*1 = 180,33 KN/ml

q1 = 57,42 KN/m2

q3 = -53,60 KN/m2
- 1ercas: deux chenilles symétriques
My = 5,75/8 * (0,035*57,42) – (0,046 * - 53,60) = 3,21 kN.m / ml
Charges du trottoir

µ1 = - 0,05
µ3= - 0,070

152
UPF ZZ-KM TECOPY

 Longitudinalement
Qtr = 8,19

q1 = 4*QTr / π = 10,4 KN / m2

q3 = 4*QTr / 3*π = 3,4 KN/ m2


Ainsi, le moment global sous l’effet du trottoir est :
My = b/8 ( µ1 * q1 - µ3 * q3 ) = 5,75 / 8 ( -0,05*10,4) – (-0,070*3,4) = - 0,544 KN.m/ml
On obtient finalement le tableau récapitulatif suivant :
Table 68 : Résultat des moments fléchissant agissant sur la dalle (flexion globale)

Charge gper Bc Bt Br Mc120 Tr

My (kN,m/m) -0,015 5,95 3,10 1,67 3,21 -0,544

C - Étude de la flexion totale du hourdis


1-Moment fléchissant total
Pour chaque charge, la flexion totale est obtenue de la manière suivante :

Dans le sens X-X


En travée : Mxtot =Mxloc +Myglob
Sur appui : Mxtot =Mxloc

Dans le sens Y-Y


En travée : Mtoty =Mloc y
Sur appui : Mtoty =Mloc y

Table 69 : Résultats des moments fléchissant totaux bruts

Sens de X-X (kN,m/ml) Sens de Y-Y (kN,m/ml)


Système de En travée Sur appui
charge En travée Sur appui
De rive Intermédiaire De rive Intermédiaire

Gper 7,057 6,61 -4,42 -4,42 0 -4,42

Bc 40,55 38,38 -21,62 -21,62 25,09 -21,62

Bt 44,98 42,36 -26,17 -26,17 37,5 -26,17

Br 20,86 19,66 -11,99 -11,99 18,75 -11,99

Mc120 85,91 80,74 -51,69 -51,69 45,74 -51,69

153
UPF ZZ-KM TECOPY

a - Coefficient de majoration dynamique


Système B (δB)
Pour tenir compte des effets dynamiques des charges roulantes, les charges de type B (Bc, Bt,
Br) sont à multiplier par le coefficient de majoration dynamique δB.
Avec : L : inf [sup (Lr ; Lrive) ; lc]
 Lr : largeur roulable = 8.95 m
 Lrive: distance entre poutres de rive = 9.9 m
 lc : longueur de calcul = 36.6 m
d’où L = 9,9 m

On va tenir compte juste des charges permanents suivant :

G = 4290 KN ( on ne tient pas compte que du poids des poutres et d’entretoises)


S= Sup ( Sbc ; Sbt ; Sbr )

Sbc=bc*Nf²*plong = 1,1*2*600 = 1320 KN

Sbt=bt*Nf*plong = 1,1*2*320 = 640 KN

Sbr=bbr*plong= 100 KN

S= Sup ( Sbc ; Sbt ; Sbr ) = sup ( 1320 ;640 ; 100) = 1320 Kn

= 1,176
Système Mc120 (δMc120)
En tenant compte des effets dynamiques des charges roulantes, nous multiplions les charges
militaires par le coefficient de majoration dynamique δMc120,

Avec :
S : poids de la charge militaire Mc120 (S = 1100 kN)

= 1,169

Nous aurons donc:

δB = 1,176 ; δMc = 1,169


154
UPF ZZ-KM TECOPY

b - Coefficient de pondération (γQ)

Les valeurs du coefficient de pondération γQ sont données par le tableau suivant :


Table 70 : Coefficients de pondération des charges

Type de la charge ELS ELU


Gper 1 1,35
B (Bc,Bt,Br) 1,2 1,6
Mc120 1 1,35

Pour la dalle articulée, il faut pondérer les moments et les efforts tranchants ainsi trouvés par
des coefficients de pondération des charges γQ et par des coefficients de majoration
dynamique δ.
L’expression du moment résultant de la combinaison de la flexion locale et de la flexion
globale est:

Ainsi, nous présentons le tableau des moments totaux résultants :


Table 71 : Résultats des moments fléchissant pondérés (flexion totale)

X-X (kN,m/ml) Y-Y (kN,m/ml)


Sens
En travée Sur appui En travée Sur appui

ELS 107,48 -21,97 54,9 -21,97

ELU 144,87 -29,34 73,12 -29,34

2-Effort tranchant

Les efforts tranchants ne présentent pas d’étude globale, La combinaison de l’effort


tranchant est la suivante :

Au milieu du grand côté (dans le sens de lx)

Au milieu du petit côté (dans le sens de ly )

155
UPF ZZ-KM TECOPY

L’effort tranchant résultant est :


Table 72 : Résultats des efforts tranchant pondérés (flexion totale)

Sollicitations Tx(kN/ml) Ty (kN/ml)

ELS 61,5 55,99

ELU 82,18 74,59

D-Calcul de ferraillage du hourdis


Il est à noter que le calcul des armatures du hourdis sera conduit à l’ELS,
Les données de calculs sont :
 Hauteur du hourdis hd=0,24 m
 Enrobage inférieur (d1) égal à l’enrobage supérieur (d2) égal à 3cm (FP),
 Entraxe des poutres = 3,30 m
 Caractère d’adhérence des aciers :
 Coefficient de fissuration = 1,6 pour barres HA
 État limite d’ouvertures des fissures

Pour une fissuration préjudiciable on a comme contrainte limite de traction des aciers à l’ELS

= 241 MPa

La contrainte maximale du béton est limitée à : σbc = 0,6×fc28 = 24 MPa

Moment résistant du béton Mrb :

C’est le moment où on atteint l’état limite de service pour compression du béton lorsque la
contrainte d`acier tendu σs est invariable et égale à sa valeur à l’état limite d’ouverture des
fissures.

= 0,60
156
UPF ZZ-KM TECOPY

 b =1m (par ml du hourdis)


 hd = 0,24 m
 d = 0,216 m
Donc :

Mrb = 1/2×0,60×(1-0,60/3)×1×0,2162 ×24

Mrb = 268,73 kN,m / ml

1-Calcul des armatures


Sens Transversal (x-x) :
- En travée
Sollicitation : Mser = 107,48 kN.m/ml

Mrb >Mser ⇒ A's =0

µs = 40*Mser / (b*d2*σs) = 40*0,1074/(1*0,2162*241) =0,382

α = 1,25 ( 1 - √1 − 2µ𝑠 ) = 0,642


y = α * d = 0,642 * 0,216 = 0,139 m
Zbl = d – y /3 = 0,216 - 0,139/3 = 0,170 m
Ast = Mser /Zbl * σs = 0,1074/(0,170*241) = 26,12 cm2
On prend alors : 9 HA 20 = 28.27 cm2/ml

- Sur appui
Sollicitation : Mser = -21,97 kN,m/ml = -0,02197 MN,m/ml

Mrb >Mser ⇒ A's =0

µs = 40*Mser / b*d2*σs = 40*0,02197/1*0,2162*241 =0,078

α = 1,25 ( 1 - √1 − 2µ𝑠 ) = 0,112


y = α * d = 0,112 * 0,216 = 0,024 m
Zbl = d – y /3 = 0,216 - 0,024/3 = 0,208 m
Ast = Mser /Zbl * σs = 0,060/0,208*241 = 11,9 cm2
On prend alors : 8 HA 14 = 12,32 cm2/ml

Sens longitudinal (y-y) :


- En travée
Sollicitation : Mser = 54,9 kN,m/ml = 0,0549 MN,m/ml

157
UPF ZZ-KM TECOPY

Mrb > Mser ⇒ A's = 0

µs = 40*Mser / (b*d2*σs ) = 40*0,0549/(1*0,2162*241) =0,19

α = 1,25 ( 1 - √1 − 2µ𝑠 ) = 0,275


y = α * d = 0,275 * 0,216 = 0,059 m
Zbl = d – y /3 = 0,216 - (0,059/3) = 0,196 m
Ast = Mser /Zbl * σs = 0,0549/(0,196*241) = 11,62 cm2
On prend alors : 4 HA 20 = 12.57 cm2/ml
- Sur appui
Le ferraillage est identique à celui du ferraillage sur appui au sens X-X

On opte pour : 8 HA14 = 13,85 cm2/ml

2-Particularité du ferraillage du hourdis


a - Condition relative au poinçonnement sous charge localisée
Pour ne pas utiliser des armatures transversales, il faut que l’épaisseur du hourdis
vérifie la condition suivante :

Ainsi : QuB =γQB × δB × P avec P = {60 kN ; 80 kN ; 100 kN} ;


δB = 1,176 ; γQB =1,6 à l’ELU ; uc =2 × (u+v)
Avec : u, v : dimensions du rectangle de répartition.
Table 73 : Particularités de ferraillage pour le system B

Charge hd (m) Qu (kN) ui(m) vi (m) uc (m) h’d (m) Vérification

Bc 112,8 0,6 0,6 2,4 0,034 < 0,2


Bt 0,24 150,5 0,95 0,6 3,1 0,041 Vérifié
Br 188,1 0,95 0,65 3,2 0,050
b - Condition relative au non emploi d’armatures d’effort tranchant

Aucune armature d’effort tranchant n’est nécessaire si la dalle est bétonnée sans reprise de
bétonnage sur toute son épaisseur et si la contrainte tangente est telle que :

Avec : T la valeur de l’effort tranchant à l’ELU ; T = 82,18 kN/ml


τu = 0,08218/(1*0,216) ≤ 0,07*40/1,15

158
UPF ZZ-KM TECOPY

 0,3805 ≤ 2,43 MPa ( vérifié)

c - Valeurs minimales des armatures : condition de non fragilité


Dalle Appuyée sur ses 4 bords et d’épaisseur : hd = 0,24 m.

Ax = 28,27 cm2 > ½*ρ0*(3- ρ)*b*hd = 2,93 cm2

Tel que pour les Barres HA on a : ρ0 = 0,8×10−3 / ρ= 0,07

3 - Disposition des armatures dans le hourdis

La fissuration est considérée préjudiciable, le calcul sera conduit à l’ELS.

 Diamètre ϕ des armatures :


Diamètre maximal : ϕd =hd/10 = 25 mm
Diamètre minimal :ϕ≥ 6mm (fissuration préjudiciable)
⇒ 6mm ≤ϕ≤ 25mm
 Espacement maximal :
S = in f (2 h d ; 25cm) = 25cm
 Enrobage minimal des armatures
Pour la face supérieure et inférieure et en vue de risque d’infiltration d’eau de ruissellement à
travers le revêtement nous adoptons comme enrobage égal à c = 3cm.
 Arrêt des armatures au centre des dalles
Notons que les aciers armant à la flexion dans la région centrale de la dalle sont prolongés jusqu’aux
appuis dans leur totalité puisque le hourdis est soumis à des charges concentrées mobiles.
 Arrêt des armatures de chapeaux sur appui
Les armatures en chapeaux sur appuis doivent avoir une longueur à partir des
appuis au moins égale au 1/5ème de la portée de la dalle si l’appui n’est pas de rive
et au 1/4ème de la portée de la dalle pour appui intermédiaire voisin d’un appui de rive.
4-Tableaux récapitulatifs du ferraillage
Table 74 : Récapitulatif des sections d'acier par mètre linéaire de l'hourdis

En travée Sur appui


Sens X- X Sens Y- Y Sens X- X Sens Y -Y
Nappe supérieure - - 8 HA 14 8 HA 14
Nappe inférieure 9 HA 20 4 HA 20 - -

159
UPF ZZ-KM TECOPY

Disposition :

Figure 84 : Disposition du ferraillage du hourdis

Conclusion :
Malgré que Les abaques de Pigeaud ont un rôle important en dimensionnement de la dalle
mais leur utilisation reste limité juste au calcul des moments fléchissant au centre d’une dalle
appuyée sur ses quatre cotés et soumise à une charge uniformément repartie sur un
rectangle, lorsque les conditions de bord sont différentes on recourt plus fréquemment aux
abaques de Pucher.

160
UPF ZZ-KM TECOPY

CHAPITRE 7 :

Analyse sismique du premier module du tablier

Plan du chapitre : Objectifs :

-Hypothèse de calcul -Objectif principal : calcul des actions sismiques


horizontales et verticales agissant sur les piles du
-justification de la méthode monomodale premier module du viaduc.
-Calcul de l’action sismique par l’EC8
-Objectif secondaire : Comparaison du résultat du
- Calcul de l’action sismique par l’AFPS 92 calcul entre le guide EC8 et l’AFPS 92.
-Comparatif et conclusion
.

161
UPF ZZ-KM TECOPY

Introduction :
L’AFPS92 a été élaboré, sous l’égide de l’Association Française pour le Génie Parasismique
(AFPS), par un groupe d’experts représentant l’AFPS, le Conseil Général des Ponts et
Chaussées (CGPC), le Service d’ Études Techniques des Routes et Autoroutes du Ministère de
l'Équipement (SETRA), la Société Nationale des Chemins de Fer (SNCF) et SCETAUROUTE. Il a
été approuvé lors de la réunion du 5 décembre 1994 du Conseil Scientifique et Technique de
l'AFPS.
La réglementation parasismique en France s'est toujours consacrée exclusivement aux
bâtiments et, à ce jour, aucun texte ne donne des règles propres aux ponts. Ce n'est que par
extrapolation des règles du bâtiment (PS 69, PS 92) et en s'inspirant des Recommandations
AFPS 90 que l'on peut traiter les ouvrages d'art, bien que leur comportement sous séisme soit
notablement différent de celui des bâtiments.
Pourtant, la plupart des Eurocodes (calcul du béton, du bois, du métal) ont été rédigées il y a
déjà plusieurs années. Mais dans les zones sismiques, ces Eurocodes n'étaient pas
'compatibles' avec la norme parasismique PS92 : il fallait impérativement attendre la
promulgation de l'Eurocode parasismique, l'Eurocode 8.

Or cette nouvelle norme est une évolution majeure car elle inclut 20 années de progrès,
d'amélioration de notre compréhension des phénomènes sismiques. Il a donc fallu du temps
pour finaliser le texte définitif de l'Eurocode 8.

Ainsi le but de ce chapitre est de mettre en évidence les différences majeures qui existent
entre l’AFPS92 et l’EC8 dans l’évaluation de l’action sismique sur le premier module du viaduc.
La comparaison est faite en se basant sur des hypothèses identiques pour les deux guides pour
mieux saisir la divergence du résultat final.
Illustration du premier module :

C1 38m P1 38m P2

Remarque : Les calculs sont basées les deux guides de Setra : Guide méthodologique des
Ponts courants en zone sismique selon l’EC8 (édition2012), et selon l’AFPS 92 (édition 2000).

162
UPF ZZ-KM TECOPY

A-Hypothèses de calcul
Perspective de conception :
On adoptera une méthode de conception élastique (coefficient de comportement q= 1) de
sorte que les matériaux constitutifs de la structure ne puissent pas frôler le palier plastique
des déformations. L’intérêt de cette méthode réside dans le fait qu’aucune réparation post
sismique n’est à prévoir vu que le dimensionnement se fait avec des sollicitations bien plus
importantes que celles de la méthode ductile. À noter que le recours à la méthode élastique
n’est idéal que dans les zones à sismicité faible à moyenne.

Méthode d’analyse
Analyse monomodale
On opte pour ce type d’analyse qui consiste à décomposer les mouvements de la structure
non amortie à partir de modes de vibration privilégiée de cette structure afin de réduire le
nombre de degrés de liberté. Le mouvement de tablier est alors assimiler au mouvement d’un
oscillateur libre avec un degré de liberté.

Sous méthode d’analyse :


On admet le modèle du tablier rigide .C’est à dire que les déformations horizontales sont
négligeables par rapport à celles des appuis.
Nature du risque de l’ouvrage : Tous les ouvrages hormis des ponts canaux sont considérés à
risque normal.
Conditions de validité de la méthode monomodale

Masse modale
La masse mise en mouvement (ou masse modale du mode fondamental) est supérieure à 90%
de la masse totale de la structure (masse du tablier et masse des appuis en élévation) ; il est
toutefois possible si on n'arrive pas à mobiliser 90% de la masse totale, de se contenter de
vérifier que la masse totale mise en mouvement est supérieure à 70% de la masse totale de la
structure sous réserve de multiplier les valeurs finales des effets de l'action sismique par
M/(Mi).
 Pour le séisme latéral, la condition est vérifiée a posteriori.
 Pour le séisme vertical, cette condition n’a pas vraiment de sens.
Remarque
Pour l’AFPS 92, il suffit de vérifier que la masse mis en mouvement (tablier) est supérieur à
70% de la masse totale de la structure

163
UPF ZZ-KM TECOPY

Courbure
Le tablier doit être à peu près rectiligne.
Biais
Le guide AFPS 92 prescrit en particulier que l'angle de biais doit être supérieur à 67 grades.
L'Euro code 8 ne fournit pas de valeurs limites d'utilisation de la méthode mais impose la prise
en compte d'un moment de torsion additionnel forfaitaire Lorsque l’angle de biais est inférieur
à une valeur de l’ordre de 78 grades
Symétrie transversale
La distance entre le centre de masse du tablier et le centre élastique des appuis ne doit pas
excéder 5 % de la distance entre extrémités du tablier pour l'étude du séisme transversal ou
longitudinal.
B-Justification de l’application de la méthode monomodale

 Masse modale :
-Éléments en élévations : ( pile + chevêtre )
Table 75: Masses des piles et chevêtres du premier module

Chevêtre pile total


P1 140,15 57,93 198,08
P2 140,25 96,55 236,8
Total 280,40 154,48 434,9

-Élément mis en mouvement : masse du tablier


Comme le premier module comporte deux travée, la masse du tablier sera égale à :
MTablier = 22,66 * 76 = 1722,16 t

On calcule le rapport Mt / Mtotal


Mt / Mtotal = 1722,16 / (1722,16 + 439,9) = 79,6 %

D’après l’AFPS92 la condition est vérifiée vu que le résultat est supérieur à 70 %


Pour l’euro code 8, il faut multiplier les actions sismiques finales par M total / M P+Ch

 Courbure
Le tablier du viaduc ne présente aucune courbure.

 Biais
Le biais est égal à 100 grade, donc vérifie les conditions de l’AFPS 92 et de L’EC8

 Symétrie transversale
L’ouvrage présente une symétrie.

Conclusion :
Les 4 conditions sont vérifiées. Donc, l’application de la méthode monomodale est justifiée.
164
UPF ZZ-KM TECOPY

C- Analyse sismique du tablier basé sur l’EC 8 :


Tous les ouvrages hormis des ponts canaux sont considérés à risque normal
Zone de sismicité : on définit 5 zones de sismicité pour les ouvrages à risque normal
Figure 85 : Zones de sismicité au maroc

L’eurocode 8 présente les accélérations de références pour les zones sismiques comme suit :
Table 76 : Zones de sismicité (EC8)
Zones Accélérations ( m/s2)
2 (faible) 0,7
3 (modérée) 1,1
4 (moyenne) 1,6
5 (forte) 3,0

Le projet du Viaduc se situe sur L’oued de Bouregreg (zone 2) qui correspond à une
accélération de : agr = 0,7 m/s2
Classe d’importance  
Table 77 : Coefficients d'importance (EC8)

Classe d’importance Coefficient


II 1
III 1.2
IV 1.4

165
UPF ZZ-KM TECOPY

Le choix du coefficient d’importance  est le résultat d’un compromis entre le cout total du
projet et l’intérêt qu’il porte vis-à-vis les répercussions économiques.
Le projet du viaduc rentre dans le cadre d’une route express .Dès lors la classe d’importance
est III impliquant un coefficient de 1,2 : ag = agr * 1,2

Classe et paramètre du sol


La compagne géotechnique a montré qu’on a affaire avec un sol de résistance mécanique
plutôt faible de cohésion nul, constitué principalement de sable vaseux et de marnes. Le type
de sol est alors classé dans la catégorie D. D’où le coefficient correspondant est 1,6.
Table 78 : Classes du sol (EC8)

Classe du sol Description du profil stratigraphique

Rocher ou autre formation géologique de ce type comportant une


A couche superficielle d’au plus 5 m de matériau moins résistant.

Dépôts raides de sables, de gravier ou d’argile sur-consolidée, d’au


moins plusieurs dizaines de mètres
B d’épaisseurs, caractérisées par une augmentation progressive des
caractéristiques mécaniques avec la profondeur

Dépôts profonds de sables de densité moyenne, de gravier ou


d’argile moyennement raide, ayant des épaisseurs de quelques
C dizaines de mètres à plusieurs centaines de mètres.

Dépôts de sols sans cohésion de densité faible à moyenne (avec ou


sans couches cohérentes molles) ou comprenant en majorité des
D sols cohérents mous à fermes.

Profil de sol comprenant une couche superficielle d’alluvions avec


des valeurs de vs de classe C ou D et une épaisseur comprise entre
E 5 m environ et 20 reposant sur un matériau plus raide avec vs > 800
m/s.( vitesse d’onde de cisaillement )

Table 79 : Valeurs des paramètres des sols

166
UPF ZZ-KM TECOPY

Coefficient topographique
Une majoration de l’action sismique de calcul doit être introduite par le biais d’un coefficient
d’amplification topographique ST dans le cas des ouvrages implantés sur des sites au relief
particulièrement marqué. On optera pour un coefficient égal à 1 vu que les hauteurs de pentes
ne dépassent pas les 30m, avec une inclinaison acceptable.

Tableau récapitulatif
Table 80 : Récapitulatif des paramètres d'accélération (EC8)
Accélération du sol agr 0,7 zone 2
coefficient d'importance 1,2 Classe III
Accélération de calcul ag 0,84
Paramètre du sol 1,6 Classe D
Coefficient d’amplification topographique St 1
Amortissement  5%
coefficient de correction de l’amortissement η 1

-Remarque 1 : L’amortissement des piles en béton armé égal à 5%


-Remarque 2 : le coefficient de correction égal à 1 pour un amortissement de 5%

Évaluation du séisme Horizontal :


On pourra considérer que le tablier est un bloc rigide si ses déformations horizontales sont
négligeables par rapport à celles des appuis. En longitudinal, cela est généralement valable si
le pont est à peu près rectiligne et à tablier continu.
Les effets sismiques doivent être déterminés en appliquant au tablier une force horizontale
statique équivalente F donnée par l'expression :
F = M * Se(T)
Tel que :
 M est la masse du tablier seul (Pour un tablier reposant sur des élastomères frettés)
Dans notre cas M = 1722,16 t (Voir annexe du chapitre)
Se(T) est l'accélération spectrale du spectre de réponse élastique correspondant à la
période propre du tablier : T
La période propre est calculée par la formule de l’oscillateur libre d’un seul degré de liberté :

T = 2 * √𝑴/𝑲
Tel que :
 K étant la raideur du system en série (appareils d’appui + pile )
Remarque : Le calcul de la raideur et de la période propre figure dans l’annexe du chapitre

167
UPF ZZ-KM TECOPY

On retrouve ainsi les résultats suivants :


 Période propre longitudinale : T =1,38 s
 Période propre transversale : T= 1,38 s

Remarque :

-L’évaluation du séisme transversal a été basé sur le principe de tablier rigide vue que la
condition L/B < 4 est vérifiée. ( L étant la longueur du tablier continu et B sa largeur )
=> 38/11.5 =3.3 < 4
-Dans le cas d’une approche à tablier souple la méthode utilisée sera celle de Rayleigh.

Calcul du Spectre de réponse élastique horizontal (pour = 5% )


Figure 86 : Spectre de réponse élastique horizontal (EC8)

Tb Tc

Schématiquement les branches du spectre élastique sont données par les formules ci-dessous

 0 ≤T ≤ Tb : Se (T) =ag . S . St .[ 1 + T.(2,5. η – 1 )/Tb ]


 Tb ≤ T ≤ Tc : Se (T) =ag . S . St . 2,5 . η
 Tc ≤ T≤ Td : Se (T) = ag . S . St . 2,5 . η.[Tc/T]
 Td ≤ T ≤ 4s : Se (T) = ag . S . St . 2,5 . η.[Tc . Td/T2]
Remarque : η étant : coefficient de correction de l’amortissement (x) avec la valeur de référence η =
1 pour 5 % d’amortissement visqueux.

Les valeurs de TB – TC – TD sont données dans le tableau suivant pour les zones de sismicité
2à4:
Table 81 : Valeurs de TB-TC-TD (EC8)

Classes du sol Tb(s) Tc(s) Td(s)


A 0,03 0,2 2,5
B 0,05 0,25 2,5
C 0,06 0,4 2
D 0,1 0,6 1,5
E 0,08 0,45 1,25

168
UPF ZZ-KM TECOPY

On déduit les valeurs du spectre de réponse élastique :


a/Séisme longitudinal : T = 1,38 s
On a : Tc = 0,6s et Td = 1,5s ce qui implique que Tc ≤ T ≤ Td .Ainsi la valeur du spectre
de réponse élastique est :
Se(t)LONG = 0,84 . 1 . 1,6 . 2,5 . 1 .[0,6/1,38] = 1,46 m/s2

b/Séisme transversal : T = 1,38 s


On a : Tc = 0,6s et Td = 1,5s donc Tc ≤ T ≤ Td .Ainsi la valeur du spectre de réponse
élastique est :
Se(t)TRAN = 0,84 . 1 . 1,6 . 2,5 . 1 .[0,6/1,38] = 1,46 m/s2

Ayant trouvé les valeurs de Se(T), on peut calculer l’action sismique horizontale :
Action sismique longitudinale :
FLONG = M * Se(T) = 1722,16 * 1,46 = 2514,35 KN
Action sismique Transversale :
FTRAN = M * Se(T) = 1722,16 * 1,46 = 2514,35 KN

Cependant, vu que la masse mis en mouvement reste inférieur à 90 % de la masse totale, on

doit multiplier les valeurs finales de l’action sismique par M / ΣMi.

Tel que :
M : La masse total
ΣMi : masse mise en mouvement (79%)

On déduit les nouvelles valeurs de l’action sismique :

 Longitudinalement : FLONG = 2514,35 * 100 / 79 = 3182,72 KN


 Transversalement : FTRAN = 2514,35 * 100 / 79 = 3182,72 KN

La répartition des efforts sur les appuis sera en fonction de leurs raideurs tel que :
Fi = F* Ki/K
Répartition longitudinale : 34806,3
Table 82 : Répartition longitudinale de la force sismique (EC8)

Raideurs (KN/m) Actions sismiques (KN)


C1 4413,79 395,66
P1 20569,81 1844
P2 10521,07 943,13
Total 35504,67 3182,72

169
UPF ZZ-KM TECOPY

Répartition transversale :
Table 83 : Répartition transversale de la force sismique (EC8)

Raideurs (KN/m) Actions sismiques (KN)


C1 4413,79 396,35
P1 21206,56 1904,31
P2 9822,68 882,06
Total 35443,03 3182,72

Évaluation du séisme verticale


Spectre de réponse élastique vertical
Figure 87 : Spectre de réponse élastique vertical (EC8)

L’accélération verticale de calcul est en fonction de la zone sismique du projet. Pour une zone
de sismicité 2 ( faible sismicité), la valeur de l’accélération est :
avg = ag * 0.9 = 0,84 * 0,9 = 0,76 m /s2
Le viaduc est un ouvrage courant, régulier, et le tablier repose simplement sur ses appuis (pas
d'encastrement), les réactions d'appui Ri peuvent être calculées simplement à l'aide de la
relation suivante :
Ri = a * b * u * L

 L est la longueur de la travée principale : L = 38m
 u est la masse linéique du tablier comprenant les équipements : u = 22,66 t/ml
170
UPF ZZ-KM TECOPY

Le paramètre a caractérise l'accélération du sol en fonction de la classe de l'ouvrage et de la


zone sismique du projet : tel que la période est comprise entre Tb et Tc.
a = avg* η * 3 = 0,76 * 1 * 3 = 2,28 m/s2
Remarque : Le nombre 3 est déduit du plateau du spectre élastique vertical compris entre (Tc
et Tb)

Le paramètre b quantifie la réaction d'appui pour un ouvrage « normalisé » : travée centrale,


masse linéique et spectre unitaires (L=1, u=1, Se(T)=1 pour toute période T). Les valeurs
obtenues sont présentées dans le tableau suivant en se basant sur le nombre de travées et le
rapport de longueur entre travée principales et travées de rives.( valeurs extraite de l’EC8 )
Dans notre cas, les travées ont les mêmes longueurs, donc ᴪ = 1.
Table 84 : Valeurs du paramètre b

Valeurs dans le cas de deux travées


ᴪ C1 P1 P2
1 0,31 0,89 0,31

Tableau récapitulatif :
Table 85 : Récapitulatif des paramètres d'accélération verticale (EC8)

Accélération vertical de calcul avg 0,76 m/s2


Répartition massique u 22,66 t/ml
Longueur de travée 38 m
Nombre de travée 2,00
Rapport de longueur ᴪ 1,00
(C1) 0,31
Valeurs de b (P1) 0,89
(P2) 0,31
Valeur de a 2,28 m/s2

On déduit ainsi, les valeurs de Ri en appliquant la formule mentionnée précédemment :

Ri = a * b * u * L
Répartition des efforts
Table 86 : Répartition de force sismique verticale

Valeurs des réactions


R1 (C1) 608,61 KN

R2 (P1) 1747,3 KN

R3 (P2) 608,61 KN

Total 2964,52 KN

171
UPF ZZ-KM TECOPY

D-Analyse sismique (Conformément aux règles de l’AFPS92)


Hypothèses :
On se basera sur les mêmes principes utilisés EN 8 :
 Méthode de conception : Méthode élastique
 Méthode d’analyse : analyse monomodale
Détermination de la nature du risque :
L’AFPS 92 classe les ouvrages en deux catégories :
 Ouvrage à risque normal
 Ouvrage à risque spécial

Selon le guide, l'ensemble des ouvrages d'art, hormis les ponts-canaux, relève du risque
normal. Comme le viaduc porte une voie routière, on déduit qu’il s’agit d’un ouvrage à
risque normal
Zone de sismicité
On adopte la même carte de sismicité que celle illustrée précédemment.

Selon l’AFPS 92, il existe cinq zones sismiques valables pour la catégorie d’ouvrage à risque
normal :
 zone 0 : sismicité nulle ou négligeable
172
UPF ZZ-KM TECOPY

 zone la : sismicité très faible


 zone Ib : sismicité faible
 zone II : sismicité moyenne
 zone III : sismicité forte
Le viaduc se situe en zone de très faible sismicité ( zone Ia ), L’accélération adoptée reste
alors aN = 0,7 m/s2

Classe du pont :
les ponts de la catégorie dite «à risque normal» sont classés comme suit : A,B,C,D.
 En classe A :
Les ponts qui n'appartiennent pas au domaine public et ne desservant pas d'établissement recevant du
public.
 En classe B :
Les ponts qui n'appartiennent pas au domaine public mais qui desservent un établissement recevant
du public, ainsi que les ponts qui appartiennent au domaine public et ne sont rangés ni en classe C ni
en classe D.
 En classe C :
Les ponts qui appartiennent au domaine public et qui portent, franchissent ou longent au moins une
des voies terrestres ci-après : (extrait)
 autoroutes
 routes express
 liaisons assurant la continuité du réseau autoroutier.
 grandes liaisons d'aménagement du territoire (G.L.A. T.) mentionnées au même schéma ;
 voies à grande circulation
(…)
 En classe D
Les ponts dont l'utilisation est primordiale pour les besoins de la sécurité civile, de la défense nationale
ainsi que pour le maintien de l'ordre public

Le Viaduc étudié appartient à la catégorie C vue qu’il s’agit d’un pont du domaine public et
qui portent une voie express.
Cependant l’ AFPS92 exige des valeurs minimales de l’accélération nominale, qui dépendent
de la classe du pont et du zonage sismique. Ces valeurs sont présentées dans le tableau
suivant :
Table 87 : Valeurs d'accélération nominale (AFPS92)

Catégories
Zones A B C D
0 - - - -
IA - 1 1,5 2
IB - 1,5 2 2,5
II - 2,5 3 3,5
III - 3,5 4 4,5

173
UPF ZZ-KM TECOPY

Vu que l’accélération nominal est de 0,7 m/s2 , on déduit que la valeur d’accélération à
prendre en compte est aN =1,5 m/s2

Classe du site :
Le classement du site dépend des catégories des sols présentés dans le tableau suivant :
Table 88 : Catégories des sols (AFPS92)

Table 89 : Classes des sites (AFPS92)

Sites rocheux (site de référence).


Sites SO
Sols de groupe a en épaisseur inférieure à 15 m.
Sols de groupe a en épaisseur supérieure à 15 m.
Sites S1
Sols de groupe b en épaisseur inférieure à 15 m.
Sols de groupe b en épaisseur comprise entre 15 et 50
Sites S2 m.
Sols de groupe c en épaisseur inférieure à 10 m..
Sols de groupe b en épaisseur supérieure à 50 m.
Sites S3 Sols de groupe c en épaisseur comprise entre 10 et 100
m.

D’après les sondages géotechniques la nature du substratum est une Marne d’épaisseur
>10m. Vu que c’est un matériau à faible résistance, on déduit le type du site : S3
L’identification du type de site n’est utilisée que pour déterminer le spectre de réponse
correspondant. Aucun paramètre de sol n’est à prévoir selon le l’AFPS92.
174
UPF ZZ-KM TECOPY

Évaluation du séisme horizontal :


La méthode de calcul se basera sur l’hypothèse du tablier rigide (à l’instar de l’EC8)
Les effets sismiques seront évalués par la même formule :
F = M * Re(T) *aN
Tel que :
 M est la masse du tablier seul (Pour un tablier reposant sur des élastomères frettés)
Dans notre cas M = 1722,16 t (Voir annexe du chapitre)
Re(T) est l'accélération spectrale du spectre de réponse élastique correspondant à la
période propre du tablier : T
La période propre est calculée par la même formule mentionnée dans la partie EC8 (oscillateur
libre avec un seul degré de liberté)

T = 2 * √𝑴/𝑲
Seulement, on notera une différence dans le résultat des raideurs vu que le module de
cisaillement dynamique sera pris égal à 1,2 MPa (voir annexe).

On retrouve ainsi les résultats suivants :


 Période propre longitudinale : T =1,26 s
 Période propre transversale : T= 1,26 s

Calcul du Spectre de réponse élastique horizontal (pour = 5% )


S3

Tb Tc

Pour le site S3: Tb = 0,45 s Tc= 0,9 s Td = 4,44 s ( extraits du guide )


Vu que TLONG et TTRAN est comprise Entre Tc et Td, RE sera calculé par la formule suivante :
RE (LONG) = 1,8 / T = 1,8 / 1,26 = 1,43
RE (TRAN) = 1,8 / T = 1,8 / 1,26 = 1,43

175
UPF ZZ-KM TECOPY

Déduction de l’effort longitudinal :


FLONG = M * RE(LONG) * aN = 1722,16 * 1,43 * 1,5 = 3694,03 KN
Déduction de l’effort transversal :
FTRAN = M * RE(TRAN) * aN = 1722,16 * 1,43 * 1,5 = 3694,03 KN
La répartition des efforts sur les appuis sera en fonction de leurs raideurs comme mentionné
dans la partie de l’EC8 : Fi = F * Ki/K
Répartition longitudinale :
Table 90 : Répartition longitudinale de la force sismique (AFPS92)

Raideurs (KN/m) Actions sismiques (KN)


C1 5296,55 461,5
P1 24508,34 2135,45
P2 12591 1097,07
Total 42396 3694,03

Répartition transversale :
Table 91 : Répartition transversale de la force sismique (AFPS92)

Raideurs (KN/m) Actions sismiques (KN)


C1 5296,55 462,35
P1 25417,66 2218,77
P2 11603 ,6 1012,91
Total 42317,81 3694,03

Évaluation du séisme vertical :


Le Guide AFPS 92 précise que, lorsque la méthode monomodale est applicable, le séisme
vertical peut être négligé. Les sollicitations provoquées par le séisme vertical sont dans la très
grande majorité des cas couvertes par les charges d'exploitation à l'E.L.U. On ne tiendra donc
pas compte des efforts dans le tablier dus au séisme vertical.
Toutefois, il est important de calculer les réactions d'appui sous séisme vertical pour vérifier
les appareils d'appui et, en particulier, se prémunir contre des risques de soulèvement ou plus
couramment contre le risque de cheminement d'un appareil en élastomère fretté.
La valeur de l’accélération vertical de calcul égal à avg = 0,7*aN
Les réactions d'appui R. peuvent être calculées simplement à l'aide de la relation suivante
(Même formule figurant dans la partie euro code 8)
Ri = a b u. L

176
UPF ZZ-KM TECOPY

 Les paramètres L , u et b sont remplacer par les même valeurs utilisées dans la partie
eurocode 8
 Pour l’AFPS92 la formule du paramètre a est : a = 0,7 * aN * R’E

R’E correspond au plateau du spectre élastique vertical du site 3 (compris entre Tc et Tb)
Spectre de réponse vertical :
S3
Figure 88 : Spectre de réponse vertical

Donc : R’E= 2
On déduit le paramètre a : a = 0,7 * 1,5 * 2 = 2,1/s
Tableau récapitulatif :
Table 92 : Récapitulatif des paramètres de l'accélération verticale (AFPS92)

Accélération vertical de calcul avg 1,05 m/s2


Répartition massique u 22,66 t/ml
Longueur de travée 38 m
Nombre de travée 2,00
Rapport de longueur ᴪ 1,00
(C1) 0,31
Valeurs de b (P1) 0,89
(P2) 0,31
Valeur de a 2,1 m/s2

On déduit les réaction dues au seismes : (Ri = a b u. L)

C1 = 0,31 * 2,1 * 38 * 22,66 = 560,56 KN


R2 = 0,89 * 2,1 * 38 *22 ,66 = 1609,36 KN
R3 = 0,31 * 2,1 *38 *22,66 = 560,56 KN
Total des réactions : 2730,48 KN

177
UPF ZZ-KM TECOPY

Comparatif entre l’EC8 et l’AFPS92


Sur la base du calcul sismique élaboré en se référant aux deux guide EC8 et PS92 on déduit
le comparatif suivant :
Table 93 : Comparatif entre l'EC8 et l'AFPS92

Éléments de comparaison EC8 AFPS92

- > 90 %
Masse mise en mouvement pour - > 70 % à condition de multiplier
> 70 %
la Méthode monomodale l’action sismique horizontal par
M (total) /M (en mouvement)

Notation zonage sismique 1-2-3-4-5 0-Ia-Ib-II-III


Notation classes d’importance
II – III - IV A-B-C-D
du pont
Multiplication par un coefficient
de classe d’importance
-

Dépend du zonage sismique et


Valeur minimal d’accélération Dépend du zonage sismique de la classe d’importance du
pont
Notation de l’accélération de
calcul (séisme horizontal)
ag aN

Classe du sol /catégorie du sol) Classes : A-B-C-D-E Catégories : a-b-c


Classe du site 0 S0 – S1 – S2 – S3
Multiplication par un coefficient
de type de sol
-
Multiplication par un coefficient
topographique
-
Valeur du spectre de réponse Se(t)LONG = 1,38 RE (LONG) = 1,26
élastique Se(t)TRAN = 1,38 RE (TRAN) = 1,26
FLONG= 3182,72 KN FLONG = 3694,03 KN
Action sismique horizontale
FTRAN = 3182 ,72 KN FTRAN = 3694,03 KN
Accélération verticale de calcul 0,9 * ag 0,7 * aN
Plateau du spectre de réponse
vertical
3 2
Action sismique vertical 2964,52 KN 2730,48 KN
Conclusion du chapitre :
On remarque bien que l’action sismique horizontale calculée par l’EC8 est inférieure à celle
calculée par l’AFPS92, et inversement pour l’action verticale. Cela s’explique par l’évolution
de la maitrise du phénomène sismique, désormais plus profonde, permettant ainsi une
meilleure optimisation des coûts liées à une perspective pessimiste vis-à-vis le risque
sismique.
178
UPF ZZ-KM TECOPY

Conclusion

Le domaine du génie civil n’est guère limité, ce qui impose l’acquisition d’une vision étalée
s’ouvrant sur toute information de grande importance.

Il est vrai qu’on a pu rédiger un mémoire cohérent concernant le tablier d’un pont, mais de
point de vue personnel, ceci reste insuffisant pour combler notre volonté d’acquérir plus
d’expérience. D’ailleurs, c’est cette volonté même, qui nous a aidés à surmonter tous les
entraves rencontrées durant la période d’étude.

Notre détermination intense à ne pas s’agenouiller devant le manque de documentation, nous


a permis de faire preuve de persévérance. Ainsi, au terme de ce mémoire, nous ne pouvons
être plus fières du résultat final qui reste à nos yeux une preuve de maitrise et de savoir-faire.

Enfin, nous avons tout l’espoir que ce mémoire modeste puisse prendre l’aspect d’une
référence crédible. D’ailleurs, tout au long de la rédaction, nous avons essayé de présenter un
contenu bien tissé, mettant en lumière un raisonnement simplifié, facile à collecter de la part
de tout étudiant ou tout curieux désirant étaler ses connaissances.

179
UPF ZZ-KM TECOPY

Annexe du chapitre 1
A-Étapes d’analyse par le programme Expert Choice
Étape 1 : On lance le programme est on choisit un répertoire d’enregistrement

Étape 2 : On insère une description de la finalité de l’analyse. Par ex détermination de la


variante optimale

On se retrouve avec la vue suivante :

180
UPF ZZ-KM TECOPY

Étape 3 : on saisit les critères d’analyse en cliquant sur l’icône illustrée dans la figure suivante :

Insertion critères

Étape 4 : on remplit la liste des critères en cliquant sur le bouton objectifs

Objectifs

Étape 5 : Après avoir insérer tous les critères, on ajoute les variantes en question ; On clique
sur ajouter critères puis on remplit le champ de la table.

Ajouter variante

Étape 6 : Après avoir ajouté les variantes, on entame la comparaison soit en se basant sur
échelle numérique ou verbale. Dans notre cas on a opté pour une échelle verbale « ABC »

Échelles : (3:1) ou (ABC)

181
UPF ZZ-KM TECOPY

Étape 7 On procède à la comparaison deux par deux des variantes, selon les critères adoptés
par le biais d’un bouton déroulant ( à droite de la figure).

Étape 8 Après avoir achevé la comparaison des variantes, on compare les critères deux par
deux en cliquant d’abord sur la description de l’objectif (Goal détermination de la variante
optimale) puis sur l’échelle ABC.

Étape 9 : Enfin on obtient le résultat de l’analyse multicritères en cliquant sur le menu


« Synthesize ».Le programme calcul le résultat final en se basant sur la comparaison des
critère et celle des variantes.

182
UPF ZZ-KM TECOPY

B-Explication de l’algorithme du programme par Excel


Expert choice se base sur la méthode de Saaty & Vargas développée en 1991. On peut la
résumer en cinq étapes distinctes :
1-On présente la matrice de comparaison (X) (échelles de comparaison 2vs2) tel que
Xij = 1/Xji
2-On calcule la somme des colonnes de la matrice (Somme1)
3-On calcul le rapport Xij/Somme1(i)
4-On calcul la somme des lignes Xij/S1i (Somme2)
5-On retrouve le score de chaque élément (variantes ou critères) en divisant S2 par quatre
(nombre d’éléments)
6-On obtient le résultat final en sommant le produit du score de chaque variante pour
chaque critère avec le score de ce dernier.
Application :
1-Score des variantes selon les quatre critères
Ent/Ouv V P M D
Xij Xij / S1i Somme 2 Score (S2/4)
V 1,00 3,00 7,00 2,00 0,51 0,48 0,39 0,54 1,92 48%
P 0,33 1,00 5,00 0,50 0,17 0,16 0,28 0,14 0,74 19%
M 0,14 0,20 1,00 0,20 0,07 0,03 0,06 0,05 0,21 5%
D 0,50 2,00 5,00 1,00 0,25 0,32 0,28 0,27 1,12 28%
somme 1 1,98 6,20 18,00 3,70

Couts V P M D
Xij Xij / S1i Somme 2 Score (S2/4)
V 1,00 3,00 0,33 5,00 0,22 0,29 0,20 0,33 1,04 26%
P 0,33 1,00 0,17 2,00 0,07 0,10 0,10 0,13 0,40 10%
M 3,00 6,00 1,00 7,00 0,66 0,57 0,61 0,47 2,31 58%
D 0,20 0,50 0,14 1,00 0,04 0,05 0,09 0,07 0,25 6%
somme 1 4,53 10,50 1,64 15,00

Esthétique V P M D
Xij Xij / S1i Somme 2 Score (S2/4)
V 1,00 3,00 0,50 0,20 0,12 0,21 0,10 0,12 0,56 14%
P 0,33 1,00 0,33 0,14 0,04 0,07 0,07 0,09 0,27 7%
M 2,00 3,00 1,00 0,33 0,24 0,21 0,21 0,20 0,86 22%
D 5,00 7,00 3,00 1,00 0,60 0,50 0,62 0,60 2,32 58%
somme 1 8,33 14,00 4,83 1,68

Execuction V P M D
Xij Xij / S1i Somme 2 Score (S2/4)
V 1,00 3,00 0,25 2,00 0,17 0,25 0,15 0,24 0,81 20%
P 0,33 1,00 0,17 0,50 0,06 0,08 0,10 0,06 0,30 8%
M 4,00 6,00 1,00 5,00 0,69 0,50 0,62 0,59 2,39 60%
D 0,50 2,00 0,20 1,00 0,09 0,17 0,12 0,12 0,49 12%
somme 1 5,83 12,00 1,62 8,50

183
UPF ZZ-KM TECOPY

2-Scores des critères selon leur importance

Cout Esthétique E/O Execution


Xij Xij / S1i Somme 2 Score (S2/4)
Cout 1,00 2,00 0,20 3,00 0,15 0,24 0,13 0,23 0,74 19%
Esthétique 0,50 1,00 0,20 3,00 0,07 0,12 0,13 0,23 0,55 14%
E/O 5,00 5,00 1,00 6,00 0,73 0,60 0,64 0,46 2,43 61%
Execution 0,33 0,33 0,17 1,00 0,05 0,04 0,11 0,08 0,27 7%
somme 1 6,83 8,33 1,57 13,00

3-Déduction du score final (étape 6)


On retrouve ainsi le score global de chaque variante en calculant l’expression suivante :

Score du VIPP : 26*19 + 14*14 + 48*61 +24*7 = 39 %

Score du PRAD : 10*19 + 7*14 + 19*61 +8*7 = 15 %

Score du Mixte : 58*19 + 22*14 + 5*61 +60*7 = 19 %

Score du Pont dalle : 6*19 + 58*14 + 28*61 +12*7 = 27 %

184
UPF ZZ-KM TECOPY

Annexe du chapitre 3
Détails de calcul du moment fléchissant et de l’effort tranchant
1-Application de la méthode des coupures :
a-Pour le moment fléchissant maximal :
Pour l’évaluation du moment fléchissant maximal pour les charges réparties G,Tr et A(L), le
calcul se fait à l’aide de la méthode des coupures :

L=37m

Coupures : vue qu’il s’agit de charges réparties au long de la travée, on entamera deux
coupures :
Pour 0 ≤ X ≤ L/2 :
M(X) = P.L.x/2 – Px2/2 P(x) G
R1 X M(x)

Pour L/2 ≤ X ≤L :
M(x) = P.L.(L-x)/2 – P.(L-x)2/2 G P(x)
M(x) L-X R2

Remarque 1 : le point G désigne le plan de coupure


Remarque 2 : R1 et R2 sont les réactions d’appuis (appuis simples)

b-Pour l’effort tranchant maximal :


Pour l’évaluation de l’effort tranchant maximal pour G, Tr et A(L),le calcul se fait aussi à l’aide
de la méthode des coupures :

0,5m 0,5m
R1 L=38m R2

185
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque 1 : Pour l’effort tranchant on tient compte des parties débordante de la poutre
(saillie) de chaque côté (0,5 m).

Remarque 2 : En vérité, seulement la section au droit de l’appui qui sera influencée par la
partie débordante de la poutre (saillie). Pour le calcul, Il suffit d’additionner l’effort tranchant
à droite et à gauche. (Attention il faut prendre la valeur absolue).

Vue qu’il s’agit de charges réparties au long de la travée, on devra entamer quatre coupures.
Cependant, vue la symétrie, on va se contenter de seulement deux.

Pour 0 ≤ X ≤ 0,5:

T(X) = -P.X P(x) G


X T(x)
Pour 0,5 ≤ X ≤ L/2:
T(X) = P.L/2 – P.X P(x) G
R1 T(x)

Remarque 3 : P(x) désigne la charge répartie correspondante : soit à G ou à Tr ou à A(L).

2-Application de la méthode de ligne d’influence :


Définition :

186
UPF ZZ-KM TECOPY

Ligne de d’influence du moment fléchissant dans une section d’abscisse x

Ligne de d’influence de l’effort tranchant dans une section d’abscisse x

187
UPF ZZ-KM TECOPY

Application :

a-Pour le moment fléchissant maximal :


1-Pour charges concentrées : Bc, Bt, Me120

Le principe est le suivant : on trace les lignes d’influences de la charge concernée, et on calcul
les Yi (générés par une force de 1t) par l’intermédiaire du théorème de Thalès.
Remarque : Yi étant le moment fléchissant, en Xi, de la force unité (1t) placée en Xi
Illustration :
Pour des charges concentrées semblables, la disposition qui provoque l’effet le plus
défavorable pour une section d’abscisse X est la suivante : On remarque bien que les forces
sont positionnées à droite de la section (raisonnement inversé pour L-x) .tel que :
Y0 : désigne le moment fléchissant maximal causé par une force unitaire positionnée au-
dessus de la section d’abscisse X. Y0 = X.(L-X)/L

X Xi L

Y0 Yi

Le calcul de Yi se fait par application du théorème de Thales :


On a : Yi / Yo = L-Xi / (L-X)
 Yi = Yo.(L-Xi) / (L-X) ( Yi = Yo.Xi/X cas pour Xi<X )
Le moment ainsi est calculé en faisant la somme de Y0 et Yi multipliés par leurs charges réelles.
Application pour une section d’abscisse X dans le cas de Bc :
Pour Bc deux dispositions sont possible, soit on place le dernier essieu sur l’abscisse x
concernée, soit l’avant dernier. Donc on sera obligé de comparer les deux dispositions
possibles pour déterminer le cas le plus défavorable.

Pour x=3.7
1er cas : 12t 12t 6t 12t 12t 6t

X
1.5 4.5 4.5 1.5 4.5

Y1 Y0 y2 y3 y4 y5
188
UPF ZZ-KM TECOPY

Valeurs des Yi :

Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5
3,33 1,98 2,88 2,43 2,28 1,83

∑ PiYi = 12 * (3.33) + 12* (1.98) + 6*(2.88) + 12*(2.43) + 12*(2.28) +6*(1.83)


= 148,5 t.m
2eme cas : 12t 12t 6t 12t 12t 6t

X=3.7

1.5 4.5 4.5 1.5 4.5

Y0 Y1 y2 y3 y4 y5

Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5
3.33 3.18 2.73 2.28 2.13 1.68

∑ PiYi = 12 * (3.33+3.18) + 6*(2.73+1.68) + 12*(2.28+2.13)


= 157,5 t.m
Donc on va prendre la valeur maximale ∑ PiYi = 157,5 t.m
Remarque : on déduit que le cas le plus défavorable pour le moment est Lorsque le dernier
essieu se dispose sur L’ordonnée maximale

Détermination des Yi
Disposition :
X 1.5 4.5 4.5 1.5 4.5

Y0 Y1 y2 y3 y4 y5

 Y0 = X.(L-X)/L
 Y1 = Yo.(L-X-1,5) / (L-X)
 Y2 = Yo.(L-X-6) / (L-X)
 Y3 = Yo.(L-X-10,5) / (L-X)
 Y4 = Yo.(L-X-12) / (L-X)
 Y5 = Yo.(L-X-16,5) / (L-X)
189
UPF ZZ-KM TECOPY

La valeur du moment maximal pour la section d’abscisse X est alors :


M(x) = (12*Y0 +12* Y1 + 6*Y2 + 12*Y3 + 12*Y4 + 6*Y5)
Application pour une section d’abscisse X dans le cas de Bt :
On place les forces à droite de la section considérée tel que :
X 1,35 m L

Y0 Y1

 Y0 = X.(L-X)/L
 Y1 = Yo.(L-X-1,35) / (L-X)
La valeur du moment maximal pour la section d’abscisse X est alors : M(X) = (Y0 +Y1) * 16

Remarque : pour une section donnée il suffit de remplacer son abscisse dans les formules de
calcules et obtenir ainsi la valeur du moment maximal correspondant.

Application pour une section d’abscisse X dans le cas de Me :


On place les forces à droite de la section considérée tel que :
X 1.8 m

Yo Y1

 Y0 = X.(L-X)/L
 Y1 = Yo.(L-X-1,8) / (L-X)

La valeur du moment maximal pour la section d’abscisse X est alors :


M(X) = (Y0 +Y1) * 33

2-Pour charges réparties : Mc120, D, E


Dans le cas des charges réparties et à l’aide des lignes d’influence, l’objectif est de trouver le
positionnement du convoi à l’issu du quel on obtient l’aire maximale. Les sollicitations sont
ainsi calculées en multipliant la charge par l'aire correspondante.
Le positionnement du convoi est représenté par une distance t (varie de 0 à 37), dont la valeur
optimale sera calculée en égalisant la dérivée de la fonction A(t) (l’aire) à 0.

190
UPF ZZ-KM TECOPY

Application pour Mc120 (cas général pour une section d’abscisse x)


Illustration : t
6,1 m
Sens de circulation

X A(t)

Y1
Y0 Y2
 Y0 = X.(L-X) / L
 Y1 = (L-X)(t-6,1)/L
 Y2 = X.(37-t)/L
On considère la fonction A(t) :
Calcul de l’aire des lignes d’influence :
A = (Y0 + Y1) * (X+6,1-t)/2 + (Y0 + Y2) *(t-X) / 2
A = [X.(L-X)/L + (L-X)(t-6,1)/L] * (X+6,1-t)/2 + [X.(L-X)/L + X.(37-t)/L ]*(t-X) / 2
A = [(XL –X2 +Lt -6,1L - Xt +6,1X) /L] *(X+6,1-t)/2 + [ (XL - X2 + 37X – Xt) / L]*(t-X)/2
Trouver l’aire A(t) maximal implique la résolution de l’équation suivante : dA(t) / dt = 0
On calcul d’abord dA(t) / dt :
dA(t)/dt = (XL-X2 +6,1L -6,1X -2Lt +2Xt - XL +X2 +6,1L -6,1X) /2L +( XL - X2 + 37X- 2Xt +X2) /2L
= (12,2L – 12,2X - 2Lt + 2Xt + XL - X2 + 37X - 2Xt +X2) / 2L
= (12,2L – 12,2X - 2Lt + XL + 37X) / 2L
dA(t) / dt = 0 implique que :
 12,2L – 12,2X - 2Lt + XL + 37X = 0
 t = (12,2L – 12,2X +XL +37X) / 2L
On remplace L par sa valeur : L=37m
Donc :
 t = (451,4 + 61,8X)/74

Ainsi pour toute abscisse X connu on peut trouver la valeur de t qui reflète la position optimale
du convoi ou le moment fléchissant M(X) est maximal. Ce dernier est trouvé en calculant l’aire
A avec la valeur t optimal tel que : M(X) = A(t) * 110/6,1

191
UPF ZZ-KM TECOPY

Remarque : pour tout valeur de t tel que dA(t)/dt = 0, A(t) est croissante sur [0,t] est
décroissante sur [t,37] . Ceci explique pourquoi on a considéré t comme étant un extremum
maximum.
Application pour charge exceptionnelle D (cas général pour une section d’abscisse x)
Illustration : t
11 m 8m 11m
Sens de circulation

X L

Y1 Y3 Y4
Y0 Y2
 Y0 = X.(L-X) / L A(t)
 Y1 = (L-X)(t-11)/L
 Y2 = X.(37-t)/L
 Y3 = X.(29-t)/L
 Y4 = X.(18-t)/L
On considère la fonction A(t) :
Calcul de l’aire de la ligne d’influence :
A = (Y0 + Y1) * (X+11-t)/2 + (Y0 + Y2) *(t-X) / 2 + (Y3 +Y4) * 11/2
A = [X.(L-X)/L + (L-X)(t-11)/L] * (X+11-t)/2 + [X.(L-X)/L + X.(37-t)/L ]*(t-X) / 2 + [X.(29-t)/L + X.(18-t)/L]*11/2
A = [(XL –X2 +Lt -11L - Xt +11X) /L] *(X+11-t)/2 + [ (XL - X2 + 37X – Xt) / L]*(t-X)/2 + [(29X - Xt +18X - Xt)/L]
*11/2
Trouver l’aire A(t) maximal implique la résolution de l’équation suivante : dA(t) / dt = 0
On calcul d’abord dA(t) / dt :
dA(t)/dt = (XL-X2 +11L -11X -2Lt +2Xt - XL +X2 +11L -11X) /2L +( XL - X2 + 37X- 2Xt +X2) /2L – (22X /2L)
= (22L - 22X - 2Lt + 2Xt + XL - X2 + 37X - 2Xt +X2 -22X) / 2L
= (22L - 44X - 2Lt + XL + 37X) / 2L
dA(t) / dt = 0 implique que :
 22L - 44X - 2Lt + XL + 37X = 0
 t = (22L - 44X +XL +37X) / 2L
On remplace L par sa valeur : L=37m
Donc :
 t = (814 + 30X)/74

192
UPF ZZ-KM TECOPY

Ainsi pour toute abscisse X connu on peut trouver la valeur de t qui reflète la position optimale
du convoi ou le moment fléchissant M(X) est maximal. Ce dernier est trouvé en calculant l’aire
A avec la valeur t optimal tel que : M(X) = A(t) * 140/11
Remarque : pour tout valeur de t tel que dA(t)/dt = 0, A(t) est croissante sur [0,t] est
décroissante sur [t,37] . Ceci explique pourquoi on a considéré t comme étant un extremum
maximum.
Application pour charge exceptionnelle E (cas général pour une section d’abscisse x)
Illustration : t
15 m 18m 15m
Sens de circulation

X L

Y1 Y3 Y4
Y0 Y2
 Y0 = X.(L-X) / L A(t)
 Y1 = (L-X)(t-15)/L
 Y2 = X.(37-t)/L
 Y3 = X.(19-t)/L
 Y4 = X.(4-t)/L
On considère la fonction A(t) :
Calcul de l’aire de la ligne d’influence :
A = (Y0 + Y1) * (X+15-t)/2 + (Y0 + Y2) *(t-X) / 2 + (Y3 +Y4) * (19-t)/2
A = [X.(L-X)/L + (L-X)(t-15)/L] * (X+15-t)/2 + [X.(L-X)/L + X.(37-t)/L ]*(t-X) / 2 + [X.(19-t)/L + X.(4-t)/L]*15/2
A = [(XL –X2 +Lt -15L - Xt +15X) /L] *(X+15-t)/2 + [ (XL - X2 + 37X – Xt) / L]*(t-X)/2 + [(19X - Xt +4X -
Xt)/L]*15/2
Trouver l’aire A(t) maximal implique la résolution de l’équation suivante : dA(t) / dt = 0
On calcul d’abord dA(t) / dt :
dA(t)/dt = (XL-X2 +15L -15X -2Lt +2Xt - XL +X2 +15L -15X) /2L +( XL - X2 + 37X- 2Xt +X2) /2L – (30X /2L)
= (30L - 30X - 2Lt + 2Xt + XL - X2 + 37X - 2Xt +X2 -30X) / 2L
= (30L - 60X - 2Lt + XL + 37X) / 2L
dA(t) / dt = 0 implique que :
 30L - 60X - 2Lt + XL + 37X = 0
 t = (30L - 60X +XL +37X) / 2L
On remplace L par sa valeur : L=37m
Donc : t = (1110+14X)/74
193
UPF ZZ-KM TECOPY

Ainsi pour toute abscisse X connu on peut trouver la valeur de t qui reflète la position optimale
du convoi ou le moment fléchissant M(X) est maximal. Ce dernier est trouvé en calculant l’aire
A avec la valeur t optimal tel que : M(X) = A(t) * 200/15
Remarque 1 : pour tout valeur de t tel que dA(t)/dt = 0 , A(t) est croissante sur [0,t] est
décroissante sur [t,37] . Ceci explique pourquoi on a considéré t comme étant un extremum
maximum.
Remarque 2 : Dans le cas du system E, Il faut faire attention lors du calcul de l’aire maximal aux
valeurs négatives de Yi, qui signifient que la surface est en dehors du segment [0,37].( par ex si
Y4 < 0 on prend en compte que la partie du convoi 2 agissant sur segment ce qui se traduit par
le calcul de l’aire d’un triangle et non un trapèze).En négligeant cet effet l’air calculé pourrait
être sous-estimé

b-Pour l’effort tranchant maximal :


1-Pour charges concentrées : Bc, Bt, Me120
Généralement, l’effet le plus défavorable est atteint lorsque les charges sont disposées à
droite de la section considérée d’abscisse X. (vice versa pour L-X)
Application pour BC :
Sens de circulation
1.5 4.5 4.5 1.5 4.5

x Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5

 Y0 = (L-X)/L
 Y1 = Y0.(L-X-1,5) / (L-X)
 Y2 = Y0.(L-X-6) / (L-X)
 Y3 = Y0.(L-X-10,5) / (L-X)
 Y4 = Y0.(L-X-12) / (L-X)
 Y5 = Y0.(L-X-16,5) / (L-X)

La valeur de l’effort tranchant pour la section d’abscisse X est alors :


T(x) = (12*Y0 +12* Y1 + 6*Y2 + 12*Y3 + 12*Y4 + 6*Y5)

194
UPF ZZ-KM TECOPY

Cas particulier : Pour x=25,9 la disposition la plus défavorable est la suivante

Illustration :

12t 12t 6t 12t 12t 6t Sens de circulation

1.5 4.5 4.5 1.5 4.5

Y4 Y3 Y2 Y1 Y0 X=11.1

Y5
Y5 = 11,1-4,5/L

Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5
0,7 0,65 0,53 0,41 0,37 - 0,17
Remarque : Y5 est pris pour une valeur négative.
On calcul ainsi l’effort tranchant :
∑ PiYi = 12 * (0,7) + 12* (0,65) + 6*(0,53) + 12*(0,41) + 12*(0,37) - 6*(0,17)
∑ PiYi = 27,72 t.m

Application pour Bt
Illustration 1,35 m
Sens de circulation
16t 16t

Y0
X Y1

 Y0 = (L-X)/L
 Y1 = Y0.(L-X-1,35) / (L-X)

La valeur de l’effort tranchant pour la section d’abscisse X est alors :


T(x) = (Y0 +Y1) * 16
Application pour Me :
Illustration 1,8 m
Sens de circulation
33t 33t

Y0
X Y1

195
UPF ZZ-KM TECOPY

 Y0 = (L-X)/L
 Y1 = Yo.(L-X-1.8) / (L-X)

La valeur de l’effort tranchant pour la section d’abscisse X est alors : T(x) = (Y0 +Y1) * 33

2-Pour charges réparties : Mc120, D, E


Le calcul de l’effort tranchant maximal reste moins complexe que celui du moment. Il suffit de
placer les charges à droite du point considéré x pour obtenir l’effet le plus défavorable
(raisonnement inversé pour L-x). Les sollicitations sont déterminées en multipliant la charge
par l'aire correspondante.
Application pour MC120 :
Illustration 6,1 m
Sens de circulation
110t

Y0
X Y1

A(t)

 Y0 = (L-X)/L
 Y1 = (L-X-6,1)/L
On déduit la valeur de l’effort tranchant à partir de l’aire du trapèze :
T = [(Y0 +Y1)*6,1/2]*110/6,1

Application pour la charge D et E :


Pour la charge D :
Illustration 11 m 8m 11m
Sens de circulation
140t 140t

Y0
X Y1
Y2 Y3
A(t)

 Y0 = (L-X) / L
 Y1 = (L-X-11)/L
 Y2 = (L-X-11-8)/L = (L-X-19)/L
 Y3 = (L-X- 11-8-11)/L = (L-X-30)/L

196
UPF ZZ-KM TECOPY

Pour la charge E
Illustration 15 m 18m 15m
Sens de circulation
200t 200t

Y0
X Y1
Y2 Y3
A(t)

 Y0 = (L-X) / L
 Y1 = (L-X-15)/L
 Y2 = (L-X-15-18)/L = (L-X-19)/L
 Y3 = (L-X- 15-18-15)/L = (L-X-30)/L

L’effort tranchant maximal pour une section d’abscisse X est alors :


Pour la charge D :
T D = [(Y0+Y1)*11/2 + (Y2+Y3)*11/2] * 140/11
Pour la charge E :
T E = [(Y0+Y1)*11/2 + (Y2+Y3)*11/2] * 200/15

Remarque 1 : Il suffit de remplacer X par sa valeur et trouver ainsi l’effort tranchant maximal
correspondant.
Remarque 2 : Il ne faut prendre en compte que de l’aire délimité par la longueur de la travée
En cas contraire des valeurs négatives vont apparaitre ce qui falsifiera le résultat.
Remarque 3 : on a multiplié la formule T par 140/11 pour D et 200/15 pour E, pour prendre en
compte les valeurs réelles des charges.

197
UPF ZZ-KM TECOPY

Annexe du chapitre 4
Illustration des courbes K(b,e) de chaque poutre pour chaque type de charge
Charge A
comparaison
n
K
Aire
A(L) 1voie
1,25
0,42
1,68
5,01
2 voies
1,63
0,27
1,09
6,50
3 voies
1,34
0,17
0,67
5,96

198
TECOPY
ZZ-KM

199
A(L) 1voie 2 voies 3 voies
Aire 4,30 10,08 11,35
Charge A
K 1,44 1,69 1,27
n 0,36 0,42 0,32
UPF

comparaison 1,07 2,52 2,55


UPF ZZ-KM TECOPY

Charge A

200
TECOPY
ZZ-KM

201
A(L) 1 voie 2 voies 3 voie
Aire 7,46 10,41 10,61
K 2,50 1,74 1,06
Charge A
n 0,62 0,44 0,26
UPF

comparaison 1,87 2,61 2,13


UPF ZZ-KM TECOPY

St : trottoir

202
UPF ZZ-KM TECOPY

St : trottoir

Tr P1'

Aire 2,62

K 1,31

n 0,33

203
UPF ZZ-KM TECOPY

St : trottoir

204
UPF ZZ-KM TECOPY

St : trottoir

Tr P2
Tr P2
Aire Aire 0,00 0,00
K 0,00
K 0,00
n 0,00
n 0,00
n
K
Aire
Tr P2
0,00
0,00
0,00

205
TECOPY
ZZ-KM

206
Système Bc :

bc 1voie 2 voies 3 voies


K 1,75 1,21 0,81
n 0,44 0,40 0,20
UPF

comparaison 0,53 0,89 0,58


UPF ZZ-KM TECOPY

Système Bc :

207
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Bc :

208
TECOPY
ZZ-KM

209
Système Bc :

Bc 1voie 2 voies 3 voies


K 2,64 1,95 1,41
n 0,66 0,49 0,35
UPF

comparaison 0,79 1,07 1,00


TECOPY
ZZ-KM

210
Bt 1voie 2 voies
K 1,63 1,03
Système Bt :

n 0,41 0,26
UPF
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Bt :

211
TECOPY
ZZ-KM

212
bt 1voie 2 voies
Système Bt :

K 1,43 1,20
n 0,36 0,30
UPF
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Bt :

213
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Me120 :
n
K
Aire
Me120 1voie
0,37
1,49
5,96

214
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Me120 :

n
K
Aire
Me120
1voie
5,5625
0,35
1,39

215
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Me120 :

216
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Me120 :

217
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Mc120 :

218
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Mc120 :

219
UPF ZZ-KM TECOPY

Système Mc120 :

n
K
Mc120 1voie
0,35
1,40

220
UPF ZZ-KM TECOPY

Mc120 :

221
UPF ZZ-KM TECOPY

Charges Exceptionnelles :

n
K
Aire
Excep 1voie
0,23
0,94
3,09

222
TECOPY
ZZ-KM

223
Excep 1voie
Aire 4,24
K 1,29
n 0,32
UPF
TECOPY
ZZ-KM

224
Excep 1voie
Aire 4,64
K 1,40
n 0,35
UPF
TECOPY
ZZ-KM

225
Excep 1voie
Aire 4,72
K 1,43
n 0,36
UPF
UPF ZZ-KM TECOPY

Annexe du chapitre 5
Hypothèses :
Les contraintes de béton dans une section considérée, sont déterminées sans tenir en compte
les câbles de précontraintes vu qu’ils ne participent pas à la résistance. Dans les premières
phases du calcul, le nombre des câbles de précontraintes reste inconnu. Ainsi, afin de ne
mettre en évidence que la section nette (sans câbles), on opte pour une réduction forfaitaire
de la section brute comme suit :
 Pour la section : BNette = Bbrute* 95/100
 Pour le moment statique : S/ Net = S/ brut* 92/100
 Pour le moment quadratique : I/Net = I/brut*90/100

Après avoir déterminé le nombre exact des câbles de précontraintes on remplace les valeurs
nettes par leurs valeurs réelles et on calcule le reste des paramètres géométriques. On
notera ainsi une légère modification Les valeurs de v’, v et 
Tel que :
 V’ : la distance entre le centre de gravité de
la section et la fibre inférieur.
 V : La distance entre le centre de gravité de
la section et la fibre supérieur.
 Le rendement de la section.
Remarque : L’axe Delta passe par la fibre
inférieure de la section
Données :

La section du câble est égal à : Bcable= 50,286 cm2

Le moment quadratique du câble est : IG0 = d/ 64 = 201,14 cm4

Le moment statique par rapport à un axe égale à : S/ = B*Z (où Z est le bras de levier)

Le moment quadratique par rapport à un axe égale à : I/ = IG0 + S*Z2

Le moment quadratique d’une section rectangulaire est : IG0 = b*h3/12

Le moment quadratique d’une section triangulaire est : IG0 = b*h3/36

Le moment quadratique de la section globale est : IG =Σ I/ – V’* ΣS/

226
UPF ZZ-KM TECOPY

A-Paramètres géométriques approximatives des sections :


1-Section 0L
a-Poutre seule



Moment Moment
Dimensions (cm) Moment
Section Bras de statique quadratique
Désignation quadratique
brute (cm2) levier brute / Δ / brute
X Y IGi cm4
cm3 cm4
1 40 198 7920 99 784080 51749280 129373200
2 (x2) 20 20 800 10 8000 26666,6667 106666,667
3 (x2) 20 30 600 30 18000 30000 570000
4 (x2) 15 15 225 178 40050 2812,5 7131712,5
5 (x2) 15 15 450 190,5 85725 8437,5 16339050
6 (x2) 45 5 225 186,33 41924,25 312,5 7812058
7 (x2) 45 10 900 193 173700 7500 33531600
8 160 4 320 199,33 63785,6 284,444444 12714668,1
Total 11440 1379100,4 207578955

 BNette = 11440*95/100 = 1,0868 m2


 S/ Δ Net = 1379100,4*92/100 = 1,2687 m3
 I/Net = 207578955*90/100 = 1,8682 m4
 V’ = SNet / BNet = 1,1674 m
 V = h - V’ = 0,83 m
 IG = I/Net – V’* SNet = 0,39 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 38 %

227
UPF ZZ-KM TECOPY

b-Section avec hourdis :





Moment Moment
Dimensions (cm) Moment
Section Bras de statique quadratique
Désignation quadratique
brute (cm2) levier brute / Δ / Δ brute
X Y 3 IGi (cm4)
(cm ) ( cm4)
Poutre 11440 117,896668 1348737,89 - 207578955
Hourdis 330 24 7920 212 1679040 380160 356336640
Total 19360 3027777,89 563915595

 BNette = 19360*95/100 = 1,839 m2


 S/ Δ Net = 3027777,89*92/100 = 2,785 m3
 I/Net = 563915595*90/100 = 5,075 m4
 V’ = SNet / BNet = 1,515 m
 V = h - V’ = 0,725 m
 IG = I/Net – V’* SNet = 0,86
 = 43 %

228
UPF ZZ-KM TECOPY

2-Section en travée L/2


a-Poutre seule



Dimensions(cm) Moment Moment


Moment
Section Bras de statique quadratique
Désignation quadratique
brute (cm2) levier brute / Δ / Δ brute
X Y IGi
(cm3) (cm4)
1 24 198 4752 99 470448 15524784 62099136
2 (x2) 28 20 1120 10 11200 37333,33333 149333,3333
3 (x2) 28 42 1176 34 39984 115248 1474704
4 (x2) 15 15 225 178 40050 2812,5 7131712,5
5 (x2) 15 15 450 190,5 85725 8437,5 16339050
6 (x2) 53 5 265 186,33 49377,45 368,0555556 9200868,314
7 (x2) 53 10 1060 193 204580 8833,333333 39492773,33
8 160 4 320 199,33 63785,6 284,4444444 12714668,09
Total 9368 965150,05 148602245,6

 BNette = 9368*95/100 = 0,89 m2


 S/ Δ Net = 965150,05*92/100 = 0,887 m3
 I/Net = 148602245,6*90/100 = 1,34 m4
 V’ = SNet / BNet = 0,9977 m
 V = h - V’ = 1,0023 m
 IG = I/Net – V’* SNet = 0,4514 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 50 %

229
UPF ZZ-KM TECOPY

b-Section avec hourdis :



Moment Moment
Dimensions (cm) Moment
Section Bras de statique quadratique
Désignation quadratique
brute (cm2) levier (cm) brute/ Δ / Δ brute
X Y IGi
(cm3) (cm4)
Poutre 9368 103,0262649 965150,05 - 148602245,6
Hourdis 330 24 7920 212 1679040 380160 356336640
Total 17288 2644190,05 504938885,6

 BNet = 17288*95/100 = 1,64 m2


 S/ Δ Net = 2644190,05*92/100 = 2,432654 m3
 I/Net = 50493885,6*90/100 = 0,454445 m4
 V’ = SNet / BNet = 1,48 m
 V = h - V’ = 0,76 m
 IG = I/Net - V’* SNet = 0,94 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 51%

230
UPF ZZ-KM TECOPY

B-Paramètres géométriques corrigés des sections :

1-Section 0L :

On note 4 câbles précontraints passants par cette section donc


La somme des sections des câbles :
Bcables = 4*50,286 = 201,14 cm2
La somme des moments statiques des câbles :
Scâbles/ = (106,5 + 136,5 +166,5+196,5)*50,286 = 30472,71 cm3
La somme des moments quadratiques des câbles :
I câbles/ = 201,14*4 + (106,52 + 136,52 +166,52+196,52)*50,286 = 4843972,57 cm4

On déduit ainsi les paramètres géométriques corrigés


a-Poutre seule
 Bnette = Bbrute - B câbles = 1,1238 m2
 S/Net = Sbrut - S câbles = 1,348627 m3
 I/Net = I/brut - I/câbles = 2,02734982 m4
 V’ = SNet / BNet = 119,99 cm
 V = h - V’ = 80,01 cm
 IG = I/Net - V’* SNet = 0, 40921115 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 38 %

b-section complète (poutre + hourdis)

 Bnette = Bbrute - B câbles = 1,9158 m2


 S/Net = Sbrut - S câbles = 3,027667 m3
 I/Net = I/brut - I/câbles = 5,59071622m4
 V’ = SNet / BNet = 158,02 cm
 V = h - V’ = 65,98 cm
 IG = I/Net - V’* SNet = 0,80627594 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 40 %

231
UPF ZZ-KM TECOPY

2-Section 0,5 m :

a-Poutre seule
On note 4 câbles précontraints passants par cette section.
La somme des sections des câbles :
Bcables = 4*50,286 = 201,14 cm2
La somme des moments statiques des câbles :
Scâbles/ = (99,11 + 128,22 +156,41+185,5)*50,286 = 28624,64 cm3
La somme des moments quadratiques des câbles :
I câbles/ = 201,14*4 + (99,112 + 128,222 +156,412+185,52)*50,286 = 4282205,644 cm4

 Bnette = Bbrute - B câbles = 1,1238 m2


 S/Net = Sbrut - S câbles = 1,350475 m3
 I/Net = I/brut - I/câbles = 2,0329695 m4
 V’ = SNet / BNet = 120,16 cm
 V = h - V’ = 79,83 cm
 IG = I/Net - V’* SNet = 0,41039150 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 38 %

b-section complète ( poutre + hourdis)


On note 5 câbles précontraints passants par cette section.
La somme des sections des câbles :
Bcables = 5*50,286 = 251,43 cm2
La somme des moments statiques des câbles :
Scâbles/ = (99,11 + 128,22 +156,41+185,5+215)*50,286 = 39436,06 cm3
La somme des moments quadratiques des câbles :
I câbles/ = 201,14*5 + (99,112 + 128,222 +156,412+185,52+2152)*50,286 = 6606662,79 cm4

 Bnette = Bbrute - B câbles = 1,9108 m2


 S/Net = Sbrut - S câbles = 3,018704 5m3
 I/Net = I/brut - I/câbles = 5,57308932 m4
 V’ = SNet / BNet = 157,97cm
 V = h - V’ = 66,03 cm
 IG = I/Net - V’* SNet = 0,80441862 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 39 %

232
UPF ZZ-KM TECOPY

3-Section L/2 :
On note 5 câbles précontraints passants par cette section.
La somme des sections des câbles :
Bcables = 5*50,286 = 251,43 cm2
La somme des moments statiques des câbles :
Scâbles/ = (99,11 + 128,22 +156,41+185,5+215)*50,286 = 9856 cm3
La somme des moments quadratiques des câbles :
I câbles/ = 201,14*5 + (20 2 + 202 +362+522+682)*50,286 = 474898,28 cm4

a-Poutre seule

 Bnette = Bbrute - B câbles = 0,9116 m2


 S/Net = Sbrut - S câbles = 0,955294 m3
 I/Net = I/brut - I/câbles = 1,481273 m4
 V’ = SNet / BNet = 104,78 cm
 V = h - V’ = 95,21 cm
 IG = I/Net - V’* SNet = 0,48025381 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 52 %

b-section complète ( poutre + hourdis)

 Bnette = Bbrute - B câbles = 1,7036 m2


 S/Net = Sbrut - S câbles = 2,634335 m3
 I/Net = I/brut - I/câbles = 5,04463987 m4
 V’ = SNet / BNet = 1,5462 m
 V = h - V’ = 0,6937 m
 IG = I/Net - V’* SNet = 0,97062490 m4
 = IG / ( Bnet*V*V’) = 53 %

233
UPF ZZ-KM TECOPY

C-excentricité des câbles selon les familles de précontraintes

 e = V’ - Ymoyenne

a- Excentricité du câble moyen de la première famille du centre de gravité G (valeurs en


cm ) :

P1 P2 P3 P4 e e
câbles Ymoyenne V’p V’(p+h) section section
Yi poutre complète
0 106,5 136,5 166,5 196,5 151,5 119,99 158,02 -31,5 6,52
Sections 0,5 99,11 128,22 156,41 185,5 142,31 120,16 157,97 -22,14 15,65
L/2 20 20 36 52 32 104,78 154,62 72,78 122,62

b-Excentricité du câble de la deuxième famille du centre de gravité G (valeurs en cm)

P5 V’ section e poutre
câbles
Yi complète +hourdis

0 - 158,02 -

Sections 0,5 215 157,97 -57,02

L/2 68 154,62 86,62

c-Excentricité du câble moyen des deux familles du centre de gravité G (valeurs en cm)
(Section L/2 pour vérification ELS)

P1 P2 P3 P4 P5 V’ e
câbles Ymoyenne section section
Yi(cm) complète complète
Sections L/2 20 20 36 52 68 39,2 154,62 115,42

234
UPF ZZ-KM TECOPY

D-Enrobage et entraxe des câbles à l’about :


Extrait du document de Freyssinet
Les ancrages doivent être disposés à une distance suffisante de la paroi et être séparés entre
eux d’une valeur d’entraxe minimum. Ces distances sont obtenues à partir des dimensions a
et b des montages d’essais. On considère dans ce qui suit que les ancrages sont disposés selon
deux directions normales : x et y, avec le petit côté de la tromplaque orienté selon l’axe y.
Notations:
 A, B dimensions en plan de la tromplaque .
 a, b côtés du spécimen d’essai .
 x, y la distance d’axe en axe des ancrages de la structure dans les directions x et y.
 d’, y’ la distance de l’ancrage au parement le plus proche dans les directions x et y.
 fcm,o la résistance moyenne à la compression mesurée sur cylindre avant tension.
L’enrobage est pris égal à 5cm.
Les dimensions x et y doivent satisfaire les conditions suivantes :
 x ≥ A + 30 (mm)
 x.y≥a.b
 x ≥ 0,85 a
 y ≥0,85 b
 d’ ≥ 0,5 x + enrobage de béton – 10 (mm)

Les valeurs a et b ( a=b) sont données dans le tableau ci-après, pour


deux différentes résistances de béton dans le cas du modèle C.
Résistance du béton 24 MPA 44 MPA
12C15 430 320

On déduit par interpolation : a = b = 340 pour (fcm = 40 MPA)

Extrait du fascicule 62
er = 5cm

235
UPF ZZ-KM TECOPY

E-Détail du model d’ancrage A nc15

Valeur de l’épaisseur du cachetage des blocs nC15 :

236
UPF ZZ-KM TECOPY

F-Détail du calcul du moment statique pour les justifications tangentielles à l’ELS :


On recalcule le moment statique brut en ne tenant en compte que de la section au-dessus du
point G à l’abscisse 0,5 m :
Section poutre seul ( V’ = 120,16 cm )
Dimensions (cm) Moment
Désignation Section Bras de levier
statique
X Y
1 40 77,84 3113,6 38,92 121181,312
4 (x2) 15 15 225 58,84 13239
5 (x2) 15 15 450 70,34 31653
6 (x2) 45 5 225 66,17 14888,25
7 (x2) 45 10 900 72,84 65556
8 160 4 320 79,17 25334,4
Total 5233,6 271851,962

On calcule le moment statique final en retranchant le moment statique des câbles de


précontraintes (3 câbles dont l’abscisse > 120,16) par rapport à l’axe passant par G.
Moment cinétique des câbles :
SP2 + SP3 + SP4 = (128,22-120,16) * 50,28 + (156,41-120,16) * 50,28 + (185,5-120,16) * 50,28
= 5447,45 cm3
On déduit ainsi, la valeur du moment statique de calcul :
S = 271851,96 - 5447,45 = 0,266 m3

Section complète ( V’ = 157,97 cm)


Dimensions (cm) Moment
Désignation Section Bras de levier
statique
X Y
1 40 40,08 1603,2 20,04 32128,128
4 (x2) 15 15 225 21,03 4731,75
5 (x2) 15 15 450 32,53 14638,5
6 (x2) 45 5 225 28,36 6381
7 (x2) 45 10 900 35,03 31527
8 160 4 320 41,36 13235,2
Hourdis 330 24 7920 54,08 428313,6
Total 11641,2 530955,178

On calcule le moment statique final en retranchant le moment statique des câbles de


précontraintes (2 câbles dont l’abscisse > 157,97 cm) par rapport à l’axe passant par G.
Moment cinétique des câbles :
SP4 + SP5 = (185,5-120,16) * 50,28 + (215-120,16) * 50,28
= 4252,16 cm3
On déduit ainsi, la valeur du moment statique de calcul :
S = 530955,178 - 4252,16 = 0,5267 m3

237
UPF ZZ-KM TECOPY

Annexe du chapitre 6

Les abaques de Pigeaud :

Dans ρ = 0 et ρ = 0,2

 ρ=0 M1

238
UPF ZZ-KM TECOPY

 ρ=0 M2

239
UPF ZZ-KM TECOPY

 ρ = 0,2 M1

240
UPF ZZ-KM TECOPY

 ρ = 0,2 M2

241
UPF ZZ-KM TECOPY

La détermination du coefficient µn : se fait par les tableaux de Guyon Massonnet spécifié pour
le hourdis

Tableau de Ɵ = 0,10

Pour Ɵ = 0,20

242
UPF ZZ-KM TECOPY

pour Ɵ = 0,40

Pour Ɵ = 0,50

243
UPF ZZ-KM TECOPY

Schéma de ferraillage poutre-Hourdis :

Figure 89 : Ferraillage poutre-hourdis

Remarque :
Selon la fascicule 62,il est loisible de ne pas opter pour des armatures de peau transversales
dans les pièces dont l’épaisseur est inférieur à 40 cm , à l’instar de l’âme de poutre.

244
UPF ZZ-KM TECOPY

Annexe du chapitre 7
Calcul de la période propre du tablier
La période est évaluée par : T = 2.. √𝑴/𝑲

 M est la masse du premier module contenant deux travées : M = 2*38*22,66 = 1722,16 t


 22,66 étant la valeur de la charge permanente répartie figurant dans le chapitre 3
 38 étant la longueur d’une travée ( et non la portée )
Calcul de la raideur su system (pile / appareils d’appui) :
𝟏
Pour chaque pile on a : Ki =
𝐡𝟑
𝐩𝐢𝐥𝐞 𝐞
+
𝟑∗𝐄𝐛é𝐭𝐨𝐧 ∗𝐈𝐩𝐢𝐥𝐞 𝐧∗𝐆∗𝐚∗𝐛

Remarque 1 : L’expression ci-dessus est valable pour une system de raideur en série ( pile + appuis)
Remarque 2 : La raideur globale est la somme des Ki : K = Σ Ki

Les valeurs des paramètres à utiliser sont présentées dans le tableau suivant :
G : Module a: b:
Ebéton : Inertie Inertie n : Nombre
hi : Hauteurs cisaillement Largeur Longueur
Module suivant suivant e : Épaisseur de d’appareils
des piles de de de
instantané x y l’appareil d’appui d’appui sur
(m) l’élastomère l’appareil l’appareil
(MPA) (m4) (m4) chaque pile
(MPA) d’appui d’appui
Pi Pi Pi C1* P1 P2 Pi C1 P1 P2 Pi Pi C1 P1 P2

37619 1,1 6,83 _ 6 10 1 (1,2**) 0,145 0,06 0,06 0,4 0,4 4 8 8

Remarque :
(*) Vu que la culée est enterrée, on prendra en compte que de la raideur des appareils d’appui.
(**) Le module de cisaillement dynamique est pris égal à 1 pour l’EC8 et à 1,2 pour l’AFPS 92

A / Calcul selon l’EC8 :


Application pour séisme longitudinal

 KP1 = 1 / [ ( 63/(3*37619*6,83) ) + ( 0,06/(1*8*0,4*0,4) ) ] = 20569,81 KN/m


 KP2 = 1 / [ ( 103/(3*37619*6,83) ) + ( 0,06/(1*4*0,4*0,4) ) ] = 10521,07 KN/m
 KC1 = 1 / [ ( 0,145/(1*4*0,4*0,4) ) ] = 4413,79 KN/m

On déduit la raideur longitudinale des piles et appareils d’appui :

K long = KP1 + KP2 + KC1 = 35504,67 KN/m

Application pour séisme transversal :

 KP1 = 1 / [ ( 63/(3*37619*1,1) ) + ( 0,06/(1*8*0,4*0,4) ) ] = 21206,56 KN/m


 KP2 = 1 / [ ( 103/(3*37619*1,1) ) + ( 0,06/(1*4*0,4*0,4) ) ] = 9822,68 KN/m
 KC1 = 1 / [ ( 0,145/(1*4*0,4*0,4) ) ] = 4413,79 KN/m

On déduit la raideur transversale des piles et appareils d’appui :

K trans = KP1 + KP2 + KC1 = 35443,03 KN/m

245
UPF ZZ-KM TECOPY

Détermination de la période propre :

 Séisme longitudinale : T = 2*pi*√𝟏𝟕𝟐𝟐, 𝟏𝟔/𝟑𝟓𝟓𝟎𝟒, 𝟔𝟕 = 1,38 s

 Séisme transversal : T = 2*pi*√𝟏𝟕𝟐𝟐, 𝟏𝟔/𝟑𝟓𝟒𝟒𝟑, 𝟎𝟑 = 1,38 s

B / Calcul selon l’AFPS92 :


Application pour séisme longitudinal

 KP1 = 1 / [ ( 63/(3*37619*6,83) ) + ( 0,06/(1,2*8*0,4*0,4) ) ] = 24508,34 KN/m


 KP2 = 1 / [ ( 103/(3*37619*6,83) ) + ( 0,06/(1,2*4*0,4*0,4) ) ] = 12591 KN/m
 KC1 = 1 / [ ( 0,145/(1,2*4*0,4*0,4) ) ] = 5296,55 KN/m

On déduit la raideur longitudinale des piles et appareils d’appui :

K long = KP1 + KP2 + KC1 = 42396 KN/m

Application pour séisme transversal :

 KP1 = 1 / [ ( 63/(3*37619*1,1) ) + ( 0,06/(1,2*8*0,4*0,4) ) ] = 25417,66 KN/m


 KP2 = 1 / [ ( 103/(3*37619*1,1) ) + ( 0,06/(1,2*4*0,4*0,4) ) ] = 11603 ,6 KN/m
 KC1 = 1 / [ ( 0,145/(1,2*4*0,4*0,4) ) ] = 5296,55 KN/m

On déduit la raideur transversale des piles et appareils d’appui :

K trans = KP1 + KP2 + KC1 = 42317,81 KN/m

Détermination de la période propre :

 Séisme longitudinale : T = 2*pi*√𝟏𝟕𝟐𝟐, 𝟏𝟔/𝟒𝟐𝟑𝟗𝟔 = 1,26 s

 Séisme transversal : T = 2*pi*√𝟏𝟕𝟐𝟐, 𝟏𝟔/𝟒𝟐𝟑𝟏𝟕, 𝟖𝟏 = 1,26 s

246
UPF ZZ-KM TECOPY

Dimensions des chevêtres (pile 2)(en mm)

Dimensions des chevêtres (pile 1)(en mm)

Section des piles :

Hauteurs des piles


Pile 1 : H = 6m
Pile 2 : H = 10m

Dimensions des appuis en élastomère (en mm)


Culée (4 appuis) Piles 1 et 2 (8 appui

247
UPF ZZ-KM TECOPY

Bibliographie

 A.YAZID. (2005/2006). Béton précontraint (cours et exercices).

 CALGARO, J. (1991). Calcul pratique des dalles minces.

 CALGARO, J.-A. (2006). Projet et construction des ponts.

 CID. (2013). Note d'hypothèses-Projet d'aménagement de la vallée de bouregreg.

 COTITA OUEST. (2013). La conception parasismique des ponts.

 Delliou, P. L. (2003). Béton précontraint aux eurocodes.

 DTRF. (1971). Fascicule 61 titre II.

 DTRF. (1999). Fascicule 62-titre I-Section 2.

 ENPC. (s.d.). Pertes de précontrraintes.

 G.CAUSSE-P.Charles. (2007). Béton précontraint.

 J.P.DEVEAUD. (2011). Comparaison entre l'EC8 et l'AFPS92.

 KLE Ingénierie. (2015). Etude d'execution-pile3-Projet d'aménagement de la vallée de


bouregreg.

 M.B.OUEZDOU. (s.d.). Calcul des poutres principal-Cours des ponts.

 M.OUSMANE-M.YOBO. (2004). Conception du pont de Diaroume.

 Office des asphaltes. (2012). fascicule 10 .

 Ouézdou, M. (s.d.). Etude de la repartition transversale des charges sur les ponts.

 R.CHAUSSIN. (s.d.). béton précontraint.

 R.PAUL. (2007). Contribution à la réalisation du pont sur le projet d'extension du by-pass.

 RDMESTP. (2011). Ligne d'influence de poutres isostatiques. Récupéré sur rdmestp.voila.net:


http://rdmestp.voila.net/presentation/09%20LIGNES%20D'INFLUENCE.pdf

 S.ALEXANDRE. (2013). Ecriture d'un logiciel de calcul de dalle suivant la méthode de Guyon-
Massonet.

 Setra. (1996). Dt400-Guide de conception des ponts VIPP.

 SETRA. (2000). Ponts courants en zone sismique -Guide de conception.

 SETRA. (2012). Agrément technique européen-System Freyssinet.

 SETRA. (2012). Guide méthodologique-Ponts en zones sismiques selon l'eurocode 8.

248