Vous êtes sur la page 1sur 26

RAPPORT DE STAGE :

Encadré par :
M .BELMOKHTARE
( Chef de Service d’exploitation distribution)

M .KAMOUSSE
(Chef de l’unité commerciale)

Formateur Encadrant :
M .FEKAK
(Maitre de formation)

Réalisé par :
Ayoub MENIAR
(Stagiaire à OFPPT)
Je dédie ce travail à:
- Mes parents.
-Ma famille.

-Et les formateurs de l’institut


spécialisé de technologie appliqué Al
Massira.

2
Remerciement:
Avec tout mon respect et mon immense gratitude, je tiens
à remercier le chef de Service exploitation distribution de la
direction provinciale d’el Jadida M.BELMOKHTARE d’avoir
agrée ma demande de stage, ainsi que le chef du service unité
commercial, M.KAMOUSSE pour leur soutien et leur aide.
Je remercie également les agents de la direction provinciale
d’El Jadida de m’avoir fourni des précieuses notions qui m’ont
été d’une utilité considérable lors de l’élaboration de cet humble
rapport et qui nous ont été d’un accueil chaleureux et d’un grand
soutien pendant la période de stage.

3
Sommaire:
Introduction: ………………………………………………………………………… 05
Chapitre I: Présentation de l'ONEE
I-Présentation de L'ONEE ………………………………………………………….07
a-Historique…………………………………………………………………………..07
b-Mission………………………………………………………………………….....07
c-structure juridique de l'ONEE…………………………………………………… ..07
d-Domaines d'activité de l'ONEE………………………………………………….... 07
e-Structure d'organisation de l'entreprise……………………………………………..08
f-fiche technique de l'ONEE………………………………………………………… 09
II-Organigramme de l'ONEE………………………………………………………...10
Chpitre II : La Direction provinciale d’El-Jadida
I -Description La Direction provinciale d’el Jadida
a-présentation des services de la DPJ
c-Mission général
Chapitre III: installations des organes de coupure en réseaux (OCR)…………...…14
Première partie :………………………………………………………………………..14
I-Introduction………………………………………………………………………....14
II-La coupure des courants de surcharge et de défaut………….……………….....15
1-Principe de la coupure ............................................................................................. 15
a-définition................................................................................................................15
b-interrupteur idéal…………………………………………………………………16
c-couper avec l’arc électrique ……………………………………………………. .16
2-La coupure des courants de surcharge……………………………………………..18
a-La surcharge ..........................................................................................................18
b-caractéristique……………………………………………………………………19
c-Causes habituelles des surcharges………………………………………………. 19
3-La coupure des courants de défaut..................................................................19
a-Le court-circuit.......................................................................................................19
b- Caractéristiques………………………………………………………………….19
c- Causes habituelles des courts-circuits…………………………………………...19
III-la coupure des surtensions …………………………………………………….. 20
1-les surtensions …………………………………………………………………... 20
2- Différents type de surtension dans les réseaux électrique……………………… 20
Deuxième partie :………………………………………………………………… … 21
I- Les techniques de coupure……………………………………………………… 21
1- Le milieu de coupure……………………………………………………………..22
2- La coupure dans l’air……………………………………………………………..22
3- La coupure dans l’huile…………………………………………………..……….22
4- La coupure dans le vide………………………………………………………...…22
5- La coupure dans le SF6………………………………………………………...…23
II- les différents types disjoncteurs…………………………………. .…………….24
1- Disjoncteur divisionnaire…………………………………………………………..24
2-Disjoncteur industriel BT………………………………………………………….24
3- Disjoncteur moyen tension MT……………………………………………………24
6- Disjoncteur haut tension HT………………………………………………………24
Conclusion………………………………………………………………….25
Annexes……………………………………………………………………..26

4
Dans le cadre de notre formation à l’institut spécialisé de Technologie appliquée al Massira, j’ai
effectué un stage de huit semaines au sein de l’Office Nationale d’Electricité et de l’eau potable
afin de :
 Appliquer et d’élargir les concepts acquis durant notre formation à l’institut spécialisé de
Technologie appliquée.
 Vivre l’actualité technique.
 Découvrir le domaine professionnel.
 Respecté les horaires de travail.
 Se familiariser avec les structures de l’entreprise…

Mon rapport de projet se structure de la façon suivante :

Dans la première chapitre : Présentation de l’Office Nationale d’Electricité et de l’eau


potable.

Dans la deuxième chapitre: La Direction Provinciale d’el Jadida

Dans la troisième chapitre : installations des organes de coupure en réseaux (OCR)

5
6
I- Présentation générale de l'ONEE:
a- Historique :
Après l'indépendance, le Maroc a décidé de prendre lui-même en main le secteur
électrique pour l'organiser, le soutenir et garantir le service public. L'office est créé en 1963 selon
le dahir n°1-63-225 du 5 août 1963.

b- Mission:
L'Office National de l'Electricité et de l’eau potable a comme mission:
 Satisfaire la demande en électricité du pays en énergie électrique dans les meilleures
conditions de coût et de qualité de service.

 Gérer et développer le réseau de transport ;

 Planifier, intensifier et généraliser l'extension de l'électrification rurale ;

 Œuvrer pour la promotion et le développement des énergies renouvelables ;

 Et d'une façon générale, gérer la demande globale d'énergie électrique du Royaume.

c-Structure Juridique de l'ONEE :


L'ONEE est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la
tutelle administrative et technique du Ministère de l'Energie et des Mines et doté d'une
personnalité civile et d'une autonomie financière et a été investi à sa création de l'exclusivité de
la production et le transport. Il assure également la distribution de l'énergie électrique à travers
tout le territoire marocain.
d- Domaine d'activité de l'ONEE :

7
 La production :
En tant que producteur national, l'ONEE a la responsabilité de fournir sur tout le territoire
marocain et à tout instant une énergie de qualité.
Cette fourniture est assurée par des moyens de production exploités directement par
l'ONEE ou par des ouvrages confiés à des producteurs concessionnels.

 Le transports :
Ayant pour mission d'assurer le transport de l'énergie électrique et la sécurité
d'alimentation de la clientèle, l'ONEE développe et renforce son réseau de transport qui couvre
Aujourd’hui presque la quasi-totalité du territoire national et est constitué de lignes de 400 kV,
225 kV, 150 kV et 60 kV,22 kV.

 La distribution :
La satisfaction de la clientèle et le service public constituent deux axes prioritaires de
l'ONEE.
Il œuvre de manière permanente pour l'amélioration de la qualité de service tant sur le
plan technique que commercial:
L'ONEE c'est :
 10 directions régionales qui couvrent l'ensemble du territoire,
 L'ensemble du monde rural et quelques agglomérations urbaines. Les sont gérées
par les régies de distributions publiques ou des distributeurs privés.
 La satisfaction de plus de 3,5 millions de clients,
 Un réseau en croissance permanente de plus de 300 agences commerciales et près
de 200 points de services externes,
 Près de 52 000 km de lignes MT et 145 000 km de lignes BT,

e- structure d'organisation de l'entreprise:


L'ONEE opte pour une structure dans laquelle sont repartis plusieurs service liés à
l'administration générale qui assume la coordination entre eux, et à la tête de chaque service est
désigné un responsable gestionnaire spécialisé dans le domaine.
En générale la structure de l'ONEE regroupe les divers organes (Direction, division
Service et Unité …), et les relations fonctionnelles ou opérationnelles qui relient entre eux.Elle

8
illustre la répartition des responsabilités, des pouvoirs et des tâches selon l'activité de chacune
d'elles.
Cette structure permet à l'ONEE de bien gérer son patrimoine humain et matériel et
d'améliorer ses performances.
f-Fiche technique de l ONEE:
*Raison sociale : Office National de l’Electricité et de l’eau potable(branche électricité) .
*Objet social : Production, Transport et Distribution de l’énergie électrique.
*Adresse : 65,rue Othman Ben Afan.
*B.P : 13498/20000 Casablanca.
*Tel. : 022-26-55-53/022-22-23-30
*Fax : 022-22-00-38
*Forme juridique: Entreprise public

9
II- Organigramme de l’ONEE :

Direction Générale

Comité de Direction Direction de Projet

Direction Direction Commercial Direction


Approvisionnement Et Et Marketing Production
Marché

Direction Stratégie Et Direction Direction


Développement Communication Et Transport
Coopération

Direction Direction Planification Direction


Financière Distribution

Direction Direction
Ressources Humaines Audit Et Organisation

Direction Electrification Direction


Rurale Technique Et
Ingénierie
10
L’office National de l’Electricité et de l’eau potable est structuré en direction
d’appuis, fonctionnelles et opérationnelles.

 Les directions opérationnelles sont :


- La direction de production : sa mission consiste à assurer une gestion optimale du
parc de production ONEE et veiller à la satisfaction de la demande en énergie
électrique exprimé par le Dispatching national dans les meilleures conditions de
sécurité, de rendement, de disponibilité et de coût à court, moyen et long terme.
Le dispositif de production dont dispose l’ONEE se compose : d’usines
hydrauliques, de centrales thermique, de centrales à turbine à gaz, de centrales
diesel, et un parc éolien.

- La direction de transport : le transport de l’énergie électrique s’effectue par un


réseau de la haute tension sur le territoire national .Ce réseau est lié au réseau
international via les connexions MAROC-Espagne et MAROC-ALGERIE.

- La direction de distribution : responsable de la distribution d’énergie en MT et BT


dans un territoire donné.
La direction de la distribution de l’ONEE est représentée à travers le MAROC part
sept divisions régionales qui sont réparties comme suit :

 DR de CASA. ;
 DR de MARRAKECH;
 DR d’AGADIR ;
 DR de KENITRA ;
 DR de MEKNES;
 DR de FES;
 DR d’OUJDA

11
12
13
Chapitre III: installations des organes de coupure
en réseaux (OCR)

Première partie:
I-Introduction

Depuis les centrales de production, l’énergie électrique est acheminée jusqu’aux points de
consommation par un réseau électrique schématisé sur la figure 1 .

400-225 kv 225-60 kv 60-22 kv 22kv-220 V

Est indispensable de pouvoir couper le courant en tout point du réseau pour des raisons
d’exploitation et de maintenance ou pour protéger réseau lorsqu’il y a un défaut. Il faut
également pouvoir le rétablir dans diverses situations normales ou de défaut.

Pour cela on emploie des appareils de déconnexion dont le choix dépend de la nature
des courants à couper et du domaine d’application (cf. fig. 2 ).

Fonction

Sectionneur Appareil mécanique de connexion qui assure, en position d’ouverture une


distance de sectionnement satisfaisant à des conditions spécifiées.
Destiné à assurer l’isolement de sécurit d’un circuit, il est souvent associé
à un sectionneur de terre.
Sectionneur Sectionneur spécial conçu pour raccorder des conducteurs de phase
de mise à la à la terre.
terre Destiné à la sécurité en cas d’intervention sur les circuits, il relie les
conducteurs actifs hors tension à la terre.

14
Interrupteur Appareil mécanique de connexion capable d’établir, de supporter et
d’interrompre des courants dans les conditions normales du circuit y
compris éventuellement les courants de surcharge en service.
Destiné à la commande (ouverture et fermeture) des circuits, il est souvent
prévu pour assurer la fonction sectionnement. Sur les réseaux de
distribution publique et privée il est fréquemment associé à des fusibles.
Contacteur Appareil mécanique de connexion ayant une seule position de repos,
commandé autrement qu’à la main, capable d’établir, de supporter et
d’interrompre des courants dans les conditions normales du circuit y
compris les conditions de surcharge de service.
Prévu pour fonctionner très fréquemment, il est principalement destiné à la
commande de moteurs.
Disjoncteur Appareil mécanique de connexion capable d’établir, de supporter et
d’interrompre des courants dans les conditions normales du circuit et dans
les conditions anormales spécifiées du circuit telles que celles du court-
circuit.
Appareil de connexion d’usage général. Outre la commande de circuits il
assure leur protection contre les défauts électriques. Il remplace les
contacteurs pour la commande des gros moteurs .
Ces courants peuvent être classés en trois catégories :

 Courants de charge : par principe inférieurs ou égaux au courant assigné Ir. Le courant
assigné Ir est la valeur efficace du courant que le matériel doit être capable de supporter
indéfiniment dans des conditions prescrites d’emploi et de fonctionnement.

 Courant de surcharge : lorsque le courant dépasse sa valeur assignée.

 Courant de court-circuit : lors d’un défaut sur le réseau, dont la valeur dépend de la
puissance de la source, du type de défaut et des impédances amont du circuit.

Dans ce rapport de stage, nous traiterons donc principalement de la coupure du courant


Alternatif par disjoncteur.

Le domaine de tension existe le plus grand nombre de techniques de coupure.

la première partie : L’étude des phénomènes apparaissant lors de la coupure et de la


fermeture

La deuxième partie : présente les quatre types de techniques de coupure actuellement les
plus répandues, à savoir les techniques de coupure dans l’air, l’huile, le vide et le SF6.

II-La coupure des courants de sucharge et de défaut :

1-Principe de la coupure :
a-définition :
Couper le courant est une action indispensable à réaliser sur un circuit électrique, afin d’assurer
la sécurité des personnes et des biens en cas de défaut mais aussi pour contrôler la distribution et
l’utilisation de l’énergie électrique.

15
b-interrupteur idéal :
Est’un appareil de coupure idéal serait un appareil capable d’interrompre le courant
instantanément, En théorie, pouvoir interrompre instantanément un courant c’est être capable de
passer directement de l’état conducteur à l’état isolant .
La résistance d’un tel interrupteur « idéal » doit donc passer immédiatement de zéro à l’infini,
( fig. 3 ).

Cet appareil devrait être capable :


D’absorber toute l’énergie électromagnétique accumulée dans le circuit avant la coupure, soit,
en cas de court-circuit, (1 /2 Li) du fait de la nature selfique des réseaux ;

c de supporter la surtension (Ldi/dt) qui apparaît à ses bornes et aurait une valeur infinie si le
passage isolant-conducteur se faisait en un temps infiniment petit, ce qui conduirait
inévitablement au claquage diélectrique.

c-couper avec l’arc électrique :

Définition :
Un arc électrique est un courant électrique correspond à une décharge lumineuse qui
accompagne le passage de l'électricité entre deux conducteurs présentant une différence de
potentiel convenable dans un milieu isolant (gaz, air, huil ,vide ,...)
L'arc se crée par une ionisation ( ;;)du milieu isolant, cette ionisation a lieu d'autant plus
facilement que les surfaces conductrices sont proches.

Examinons le processus de coupure avec un arc électrique. Il est constituée de trois périodes :
 la période d’attente,
 la période d’extinction,
 la période post-arc.

16
La période d’attente :
Période entre l’ouverture des contacts et le zéro du courant où l’arc électrique est constitué
D’une colonne de plasma composée d’ions et d’électrons. Cette colonne est conductrice sous
l’effet d’une température élevée due à l’énergie dissipée par l’arc. La tension entre les deux
contacts s’appelle la tension d’arc et c’est une composante très importante dans le choix du
milieu de coupure, car elle définit la valeur de l’énergie dissipée.

La période d’extinction :
Au moment de passage par zéro du courant, l’arc est éteint, le canal des molécules ionisées est
Cassé, le milieu redevient isolant et le courant est interrompu.
La résistance de l’arc doit augmenter au voisinage du zéro du courant, et dépend de la constante
D’ionisation du milieu. Aussi, la puissance de refroidissement de l’appareil doit être supérieure
à l’énergie de l’arc dissipée par effet joule.

La période post-arc :
Pour que la coupure soit réussie, il faut également que la vitesse de régénération
diélectrique soit plus rapide que celle de la TTR (cf. fig. ) . sinon un claquage diélectrique
apparaît.

A l’instant où se produit la rupture diélectrique, le milieu redevient conducteur, ce qui génère


des phénomènes transitoires qui seront exposés plus en détail plus loin. Ces échecs diélectriques
post-coupure sont appelés :
 Rallumages : s’ils ont lieu dans le quart de période qui suit le zéro de courant,
 réamorçages : s’ils se produisent après.

17
2-La coupure des courants de charge :

a- la surcharge :
Le courant de surcharge est en général une faible surintensité se produisant dans un circuit
Électrique sain. L’exemple type en est le circuit alimentant des prises de courant sur lesquelles
on a raccordé un trop grand nombre d’appareil.

b-caractéristique :
Le terme “surcharge” est utilisé pour un courant excessif circulant dans un circuit en bon état
Électriquement. Les surcharges sont en général inférieures à 10 fois le courant nominal du
circuit.
Les surcharges de courant ne sont pas beaucoup plus élevées que le courant maximum
permanent d’une installation, mais si elles se maintiennent trop longtemps elles peuvent faire
des dégâts. Les dégâts, plus particulièrement aux matières isolantes en contact avec les
conducteurs de courant, sont la conséquence de l’effet thermique du courant. La durée de cet
effet thermique est relativement longue (de quelques secondes à quelques heures), et la
surcharge peut donc être caractérisée par la valeur efficace du courant. La protection contre une
surcharge est réalisée par un dispositif de protection capable de diminuer la durée de la
surcharge.

c- Causes habituelles des surcharges :

Manque de maintenance Accumulation de poussières, salissures,


particules étrangères
Vieillissement des équipements Pièces usées, lubrification insuffisante

Problème thermique Isolement dégradé, composants défaillants

Mauvaise utilisation Capacité insuffisante, usage excessif

Qualité de l’énergie Surtensions et sous tensions transitoires

Défauts de terre de faible amplitude Particules métalliques, dégâts des eaux

3-La coupure des courants de défaut :

a-Le court-circuit :
Le courant de court-circuit est en général une forte intensité produite par un défaut de résistance
négligeable entre des points présentant une différence de potentiel en service normal.

18
b- Caractéristiques :
Le court circuit est souvent dû à une défaillance électrique importante comme la rupture d’un
isolant, la chute d’un objet métallique sur des barres ou la défaillance d’un semi conducteur. Il
en résulte un courant de défaut dont la valeur efficace est très élevée (typiquement supérieure à
10 fois la valeur du courant nominal de l’installation).

L’effet thermique est tellement rapide que les dégâts dans l’installation se produisent en
quelques millisecondes. Cet effet thermique extrêmement rapide ne peut pas être caractérisé par
la valeur efficace du courant présumé de défaut comme c’est le cas dans les surcharges, car il
dépend de la forme de l’onde de courant.

Dans ce cas la protection doit limiter l’énergie associée au défaut ; cette énergie est liée à la
grandeur suivante I²t. Cette grandeur est une mesure de l’énergie thermique fournie à chaque
ohm du circuit par le courant de court circuit pendant le temps t.

Cependant la protection contre les court-circuit impose souvent une condition supplémentaire
qui est la limitation du courant crête autorisé dans l’installation. En effet les forces
électromagnétiques sont proportionnelles au carré de la valeur instantanée du courant et
peuvent produire des dégâts mécaniques aux équipements si les courants de court circuit ne sont
pas « limités » très rapidement.

Les contacts de sectionneurs, contacteurs et même de disjoncteurs peuvent se souder si le courant


crête passant dans le circuit de défaut n’est pas limité à une valeur suffisamment basse.

Si la fusion de certains conducteurs et de certaines parties de composants se produit, un arc


entre les particules fondues peut s’amorcer, déclencher des incendies et créer des situations
dangereuses pour le personnel. Une installation électrique peut même être complètement
détruite.

Les fusibles ultra-rapides pour la protection des semi conducteurs fournissent une excellente
protection en cas de court circuit.

c- Causes habituelles des courts-circuits :

Elément étranger Boulons, tournevis autres objets conducteurs

Défaillances de composants Claquage de semi conducteur

Surtensions Foudre, commutations, interruptions

Défauts de terre de grande amplitude Court–circuit à la terre

Influences externes Inondations, incendies, vibrations

19
III-la coupure des surtensions :

1-les surtensions :
En électrocinétique, la surtension désigne le fait pour un élément particulier d'un dipôle
électrique d'avoir à ses bornes une tension supérieure à celle aux bornes du dipôle complet. C'est
le cas par exemple de la tension aux bornes d'un condensateur dans un dipôle RLC série en
résonance.

D'autre part, un réseau électrique possède en générale une tension normale : on parle aussi de
tension nominale. En basse tension, cette tension nominale peut être par exemple de 230V entre
phase et neutre. En moyenne tension, celle-ci est normalisée à 20kV (entre phase) et 11.5kV
(entre phase et terre). Le réseau peut se trouver accidentellement porté à une tension supérieure
de sa tension nominale : on parle alors de surtension. Les surtensions sont une des causes
possibles de défaillances d'équipements électriques ou électroniques, bien que ceux-ci soient de
mieux en mieux protégés contre ce type d'incident.

2-Différents type de surtension dans les réseaux électriques :

Surtension permanente : d'une durée de plusieurs heures (l'effet Ferranti peut être une cause de
urtension permanente).

Surtension temporaire : d'une durée d'une ou de plusieurs secondes. Un court-circuit d'une des
phases d'un réseau triphasé à la terre (défaut d'isolement d'un câble HT par exemple) peut
produire une surtension temporaire sur les autres phases (phénomène non négligeable en haute
tension). Les systèmes de régulation de tension des alternateurs peuvent aussi créer des
surtensions temporaires lors de phénomènes transitoires. La ferrorésonance est une surtension
transitoire ou temporaire.

Surtension de manœuvre : liée à la manœuvre d'un disjoncteur ou d'un sectionneur, d'une durée
de quelques dizaines microsecondes à quelques millisecondes. La manœuvre d'un sectionneur
dans un poste électrique à isolation gazeuse engendre en particulier des surtensions à fronts très
raides.

Surtension de foudre : due au foudroiement d'une ligne à haute tension.

Deuxième partie :

20
I- Les techniques de coupure :

1- Le milieu de coupure :
Depuis des années, les constructeurs ont cherché, développé, expérimenté et mis en œuvre des
appareils de coupure à base de milieux aussi variés que : l’air, l’huile, le SF6 et enfin le vide.
Pour une coupure réussie, le milieu doit avoir les caractéristiques suivantes :

 Avoir une conductivité thermique importante pour pouvoir évacuer l’énergie thermique
engendrée par l’arc électrique ;
 Avoir une vitesse de désionisation importante pour éviter des réamorçages du milieu ;
 Avoir une résistivité électrique faible lorsque la température est élevée pour minimiser
l’énergie dissipée pour l’arc ;

 Avoir une résistivité électrique grande lorsque la


température est faible pour minimiser le délai de
rétablissement de la tension ;

 L’espace intercontacts doit offrir une tenue


diélectique suffisante.

La tenue diélectrique du milieu dépend de


la distance entre les électrodes et de la pression du
milieu. Pour l'air, la courbe de Paschen donne l'évolution de la rigidité diélectrique en fonction
de la pression du milieu.
Les courbes suivantes donnent l'évolution de la rigidité diélectrique en fonction de la distance
inter contacts.

21
Rigidité diélectrique en fonction de Domaine d’utilisation des différents milieux
La distance entre les électrodes de coupure

Plusieurs milieux de coupure ont été développés à ce jour :


 La coupure dans l’air (jusqu’à 24 kV), mais aujourd’hui limitée à des utilisations en basse
tension;
 La coupure dans l’huile (jusqu’à 200 kV) ;
 La coupure dans le SF6 (jusqu’à quelques centaines de kV) ;
 La coupure dans le vide (jusqu’à 36 kV)

2-coupure dans l’aire :


L’air à pression atmosphérique présente une rigidité diélectrique faible et une constante de
disionisation élevée (10ms).
La technique utilisée consiste à garder l’arc électrique court pour limiter l’énergie thermique
dissipée, et l’allonger par le biais de plaque une fois le courant passe par zéro.

Pour des tensions supérieures à 24 kV, l’air comprimé est utilisé pour améliorer la tenue
diélectrique, la vitesse de refroidissement et la constante de temps de désionisation. L’arc est
refroidi par des systèmes de soufflage haute pression.

La coupure n’est pas très utilisée en moyenne tension pour des raisons d’encombrement et de
coût. Toutefois la coupure dans l’air reste la solution la plus utilisée en basse tension grâce à sa
simplicité et son endurance.

3-coupure dans l’huile :


Cette technique de coupure consiste à immerger les contacts dans l’huile. Au moment de la
coupure, l’huile se décompose et dégage de l’hydrogène et du méthane principalement. Ces gaz
forment une bulle qui est soumise à une grande pression pendant la coupure. Au passage du
courant par zéro, l’arc s’éteint du fait de la présence de l’hydrogène.

Les disjoncteurs à coupure dans l’huile ont cédé la place à d’autres types de technologies tel
que le SF6 et le vide pour les inconvénients suivants :

22
 Niveau de sécurité et de maintenance élevé pour contrôler la dégradation des propriétés
diélectriques de l’huile et l’usure des contacts ;
 La décomposition de l’huile à chaque coupure est un phénomène irréversible ;
 Risque d’explosion et d’inflammation.

4-La coupure dans le SF6 :


Depuis plusieurs années, les constructeurs de disjoncteurs se sont orientés vers le SF6
(hexafluore de soufre) comme milieu de coupure, vu ses qualités chimiques et diélectriques.

Sous l’effet de la température, la molécule SF6 se décompose, mais dès que le courant retrouve
des valeurs faibles, la molécule se compose à nouveau.

Le SF6 présente une conductivité thermique équivalente à celle de l’air, une rigidité diélectrique
élevée, et une constante de désionisation faible.

L’arc électrique est composé d’un plasma de SF6 dissocié, de forme cylindrique. Ce plasma
comporte un noyau à température très élevée, entouré d’une gaine de gaz plus froid. La totalité
du courant est transportée par le noyau. La gaine extérieure reste isolante.

6-La coupure dans le vide :


D’après la courbe de Paschen (Fig.), le vide présente des performances très intéressantes: à
partir d’une pression de 10-5 bars, la rigidité diélectrique est de 200 kV pour une distance entre
électrodes de seulement 12 mm.

En l’absence de milieu de coupure, l’arc électrique, dans la coupure sous vide, est composé de
vapeurs métalliques et d’électrons provenant des matériaux composant les contacts. Cet arc peut
être diffus ou concentré.

Les constructeurs de disjoncteurs avec ampoule sous vide ont porté leur recherche au niveau des
matériaux des contacts, leur forme et les mécanismes de coupure. La coupure dans le vide est
très employée aujourd’hui en moyenne tension, très peu utilisée en basse tension pour des
raisons de coût, et reste dans le domaine prospectif pour la haute tension (> 50 kV).

Grâce à sa grande endurance électrique avec des TTR à front de montée très raides, la coupure
sous vide est aujourd’hui largement utilisée en MT pour l’alimentation des moteurs, câble, lignes
aériennes, transformateurs, condensateurs, fours à arc...

23
II- les différents types disjoncteurs :

1-Disjoncteur divisionnaire :
La tendance est au remplacement des fusibles sur les tableaux de distribution d’abonnés par des
disjoncteurs magnéto-thermiques qui assurent la protection des lignes et des appareils
d’utilisation.

Caractéristiques :
 Réseau 220-380 V, pouvoir de coupure : 6000 A.
 calibres : 10-15-20-25-32 A.

2-Disjoncteur industriel BT :
Pour la commande de la protection des circuits de moteurs et de distribution, il existe deux
types de construction de disjoncteurs :

a- Les disjoncteurs sous boîtier moulé de 32 à 1250 A :


La commande de ces disjoncteurs est en général manuelle, ils sont équipés de relais thermiques
magnétiques ou magnéto-thermiques.

b- Les disjoncteurs sur châssis métallique :


La commande de ces disjoncteurs peut être manuelle ou électrique. Les déclencheurs peuvent
être magnétiques, thermiques ou magnéto-thermiques.

Caractéristiques :
 Courant nominal thermique : 800 à 6300 A.
 Pouvoir de coupure sous 500 V : 70000 A.
 Pouvoir de fermeture : 175000 A.
 Déclencheurs magnéto-thermiques réglés de 8 à 9 In.

3- Disjoncteur moyenne tension MT :


Ils sont destinés à la protection des réseaux de distribution, et des postes de transformation, ils
vont de 3 à 36 kV, il sont réalisés soit avec coupure dans l’air, soit ils utilisent le gaz
hexafluorure de soufre (SF6) pour l’isolement et la coupure.

3- Disjoncteur haute tension HT :

Après la construction des disjoncteurs à gros puits à faible volume d’huile, et le disjoncteur à air
comprimé, la nouvelle génération des disjoncteurs HT utilisent SF6. Selon la tension un pôle
de disjoncteur est constitué d’une ou plusieurs chambres de coupure.

24
A travers le stage que j'ai effectué au sein de ABDELMAJID CHOHUB , j'ai

Pu avoirs une idée générale sur L'ONEE.

Ce stage était une expérience qui ma permis d’appliquer à terre réel les concepts

que nous avons appris à l’institut spécialisé de Technologie appliqué al Massira et

améliorer notre savoir faire et affronter le domaine professionnel.

25
26

Vous aimerez peut-être aussi