Vous êtes sur la page 1sur 1

20 LUNDI 5 MARS 2018

LA FEUILLE DE MATCH ET POURTANT, LES JOVINIENS TENAIENT LES PARISIENS EN RESPECT


TONNERRE (gymnase Abel-Minard). Match arrêté à la 23e minu-
te sur le score de 4-0 en faveur du Sporting Club de Paris (D1) face LE MATCH. Une première période disputée. La rencontre
à l’US Joigny (District). Mi-temps : 2-0. Arbitres : MM. Babula et a été arrêtée alors que les joueurs de l’USJ se diri­
Maataoui.
geaient vers une élimination avec les honneurs. Issus
Buts. Sporting Club Paris : Dulac (4e, c.s.c.), Hamadi (17e), Camara du foot à 11, les Joviniens ont tenu en respect le Spor­
(22e), Hurtado (23e). ting Club de Paris, le club le plus titré de France, au
Avertissements. US Joigny : Azaiez (13e), Dulac (22e, 22e). cours de la première période. Menés 0­2 à la pause, les
Exclusions. US Joigny : Azaiez (22e), Dulac (22e, deuxième avertisse- Maillotins n’avaient cédé que sur un but contre son
ment) ; Sporting Club Paris : Teixeira (22e). camp de Jordan Dulac (4 e ) et une combinaison sur
US Joigny. Devilaine - Bentarhlia, Azaiez (cap.), Dulac - O. Atrar ; phase arrêtée (17e) face aux pensionnaires de D1. Jim­
Serrano, Pierron, Deghal, A. Atrar. Entr. : Z. Atrar et P. Hutin. my Deghal (photo B. J.) et ses coéquipiers avaient eu
Sporting Club de Paris. Cavalheiro - Mendes, Ndukuta, Camara - de belles opportunités avec notamment un poteau
Hurtado ; Hamadi, Chaulet, Teixeira, Schusterman. Entr. : J. Miguel d’Ilyas Bentarhlia (16 e ). Le jeu n’a eu ensuite plus
Garcia. beaucoup de place pour s’exprimer… ■

Sports Futsal
COUPE NATIONALE / 16ES DE FINALE ■ Le match US Joigny ­ Sporting Club de Paris arrêté à la 23e minute, à 0­4

Insultes, crachats et match arrêté…


Le 16e de finale de Coupe
nationale entre l’US Joigny è RÉACTIONS
et le Sporting Club de
Paris n’a pas pu aller à
son terme, arrêté à la
23e minute en raison de
débordements en tribune,
au gymnase Abel-Minard
de Tonnerre, hier.
PATRICK SABATIER
Président de l’US Joigny Football
Benoît Jacquelin « C’est du dégoût… On avait fait
benoit.jacquelin@centrefrance.com

T
de ce 16e de finale une fête
rois coups de sifflet stri­ pour le club, elle est gâchée. Le
dents résonnent dans le public s’est senti lésé par
gymnase Abel­Minard. On certaines décisions d’arbitrage
ne joue que la 23e minute que je ne commenterai pas.
mais l’arbitre Sébastien Babula Bonnes ou pas bonnes, elles
met fin à la partie, perturbée sont là. Le feu qui a été mis
par les incivilités d’une vingtai­ dans la tribune, ce n’est pas
ne de spectateurs. Les crachats forcément bon pour le club, avec
sur l’entraîneur parisien Juan IMPUISSANT. L’entraîneur Zakariya Atrar a tenté de calmer la vingtaine de spectateurs en furie. En vain… PHOTO B. J. déjà des craintes sportives car
Miguel Garcia auront été le dé­ j’ai deux joueurs qui prennent
bordement de trop. un rouge. On se sent
marque le but du 3­0 (22e). tiaires en attendant un retour testée mais confirmée après complètement démunis, on ne
Tout est parti d’un but Le ton monte alors sur le ter­ au calme. quelques minutes d’échanges peut rien faire ! On ne va pas
parisien contesté rain. L’ailier de l’USJ Jordan Du­ Les dirigeants joviniens, l’en­ entre le corps arbitral, le délé­ mettre le football à huis clos, ce
Le match venait à peine de re­ lac est averti pour contestation, traîneur Zakariya Atrar en tête, gué de la rencontre et le staff jo­ n’est pas possible… On avait fait
prendre, après avoir déjà été in­ et les capitaines Sabri Azaiez tentent d’apaiser des supporters vinien. Le jeu reprend, Paris le nécessaire : ouvrir les sacs, il
t e r r o m p u d u ra n t u n q u a r t ( Joigny) et Jonathan Teixeira de l’USJ, excédés par ce qu’ils marque un quatrième but et des n’y a pas eu d’objets lancés. J’ai
d’heure. À l’origine, une action (SC Paris) directement exclus, estiment être une erreur d’arbi­ crachats tombent alors des tri­ essayé de m’interposer dans la
qui a fait basculer la rencontre au milieu de la cohue. Tandis trage en leur défaveur. Après un bunes en direction de l’entraî­ tribune, avec les deux personnes
vers des contestations en cas­ que les joueurs sont séparés quart d’heure de discussions, le neur parisien. Fin de la partie. de la sécurité que j’avais mises
cade : au milieu de terrain, le tant bien que mal, une poignée jeu finit par reprendre dans une Le sort de la rencontre, défini­ en place, c’était obligatoire dans
capitaine jovinien Sabri Azaiez, de spectateurs s’en mêle et ten­ atmosphère encore très tendue. tivement arrêtée à la 23e minute l’organisation du match, mais on
p r i s e n t re d e u x Pa r i s i e n s , te de passer par­dessus le gar­ Dès la première action, Jordan à 0­4, sera tranché désormais a affaire à des fous furieux ! Je
s’écroule et reste au sol. Aucune de­corps afin de pénétrer sur le Dulac reçoit un deuxième car­ par la FFF, après lecture du rap­ déplore vraiment ce qui s’est
faute n’est signalée, le jeu se terrain. Sébastien Babula ren­ ton jaune après un contact avec port de l’arbitre. L’US Joigny ris­ passé. J’ai pris un gros coup
poursuit et Jonathan Camara voie les deux équipes aux ves­ le gardien. La sanction est con­ que de lourdes sanctions. ■ derrière la tête. »

Christophe Cailliet: «C’est vraiment navrant»


Présent au gymnase Abel-Minard que cela se passerait comme ça.
de Tonnerre, le président du Dis- J’étais au 32e de finale au gym­
trict de l’Yonne condamne les dé- nase René­Yves­Aubin d’Auxerre
bordements qui ont mis fin à la où cela s’est magnifiquement
rencontre et décrit une forme bien passé avec une très belle ZAKARIYA ATRAR
ambiance. Je condamne très sé­ Entraîneur de l’équipe de futsal
d’impuissance à les juguler.
vèrement les agissements de ces « Ils ont gâché la fête… On est
■ Comment réagissez-vous à ces imbéciles qui en réalité ne sont tous déçus, pour tous les gens
événements ? Je suis forcément pas des supporters de Joigny. du club. Malheureusement, on
très déçu. C’est rare dans notre Là, ils vont plomber le club. Je ne peut pas gérer les
District d’accueillir un 16e de fi­ pense que la FFF va assez peu spectateurs. Dans tous les clubs,
nale de Coupe de France futsal. goûter que le match ait été arrê­ il y en a des bons et des
Je suis navré de l’image qui a pu té et qu’il y ait eu des déborde­ mauvais. Aujourd’hui je crois
être donnée du Distr ict de ments. C’est vraiment navrant. qu’à Joigny il y avait plus de
l’Yonne de football. C’était chez mauvais que de bons. On n’a
nous, nous avions la charge de ■ Ce genre d’événement reste-t-il pas pu défendre nos qualités
cette organisation, une organi­ ÉCŒURÉ. Le président du District l’était hier. PHOTO D’ARCHIVES J. FULLERINGER
rare dans l’Yonne ? Le District or­ jusqu’au bout : on ne sait même
sation défaillante il faut le croi­ ganise environ 80 matches tous pas si ce match-là on aurait pu
re. Le travail a été gâché par une les week­ends, rien qu’en se­ le gagner, le perdre ou faire
bande de crétins, on ne peut les services de sécurité que l’on prévoir qu’une demi­douzaine niors. Nous avons fait les comp­ match nul. Ça laisse
que les appeler comme ça. Ça veut, quelqu’un qui a envie de d’imbéciles puisse venir gâcher tes récemment pour la Préfec­ énormément de regrets. Ils ont
dépasse largement le cadre du créer un climat délétère autour une fête. Je comprends tout à ture : il y a 1 % de matches avec gâché nos chances de pouvoir
football, c’est sociétal, et on se d’une rencontre amateur, pour fait la réaction de l’arbitre, il fal­ des incidents comme des bous­ faire quelque chose jusqu’au
retrouve relativement démunis. lui, c’est facile. Joigny avait mis lait arrêter le match. culades à la fin du match, des bout, un match se joue jusqu’à
les mesures de sécurité néces­ insultes, etc. C’est toujours trop la dernière minute. J’espère que
■ Avez-vous le sentiment d’être saires, Tonnerre avait mis une ■ Qu’est-ce qui aurait pu être fait mais la grande majorité des ren­ ça ne touchera pas l’image du
otage de ce type de déborde- super­organisation en place. On de plus ? Dans l’absolu, le huis contres se déroulent dans un club, qu’on ne sera pas encore
ments ? Complètement. Malheu­ va dire qu’on a été défaillant : clos, mais c’était improbable. bon climat. ■ montré du doigt. »
reusement, on peut mettre tous oui, mais c’est très difficile de On ne pouvait pas se douter Propos recueillis par B. J.