Vous êtes sur la page 1sur 84
FRANCIS CABREL SPECIAL GUITARE TABLATURES INTEGRALE VOLUME 2 CARTE POSTALE CHANDELLE.... CHAUFFARD.... COMME UNE MADONE OUBLIEE. 7O COOL PAPA COOL... = 25 LA DAME DE HAUTE-SAVOIE .. & DE L'‘AUTRE COTE DE TOL DERNIERE CHANSON... ELLE ECOUTE POUSSER LES FLEURS. ELLE S'EN VA VIVRE AILLEURS U'ENCRE DE TES YEUX... JE M'ENNUIE DE CHEZ MO! JE PENSE ENCORE A TO... MA PLACE DANS LE TRAFIC MEME SIJ'Y RESTE .... LE PETIT GARS.. PLUS PERSONNE REPONDEZMO!.. SI TU LA CROISES UN JOUR . TROP GRAND MAINTENANT TU ES TOUJOURS LA MEME... Relevés : Daniel "Pox" Pochon & Yannick Robert Gravure : Editions Connection Imprimerie Labat - 3/5, rue Labat 75018 PARIS. Tous droits réservés pour tous pays Dépét legal 3e trimestre 1992 DE L'AUTRE COTE DE TOI Paroles et musique : Francis CABREL D Cc ce SH — r EPO Oo oa po %& : 6% _— — SS SS Cc D ° - 3 TAB 3 — a | que mé- cou - tes ona) — LPL LI RL Hoo Bw que tu miat ten = des faut pas c 7 — i 5 3 — —| a cet apes KG de Tus te 6 = deo een D AB suis pres - que str quill G 3 — o ° 8 — 2 i chen AL CODA, e sat ta main 2-tou- te 3 ais -se ili Je sais O8sssh a 2-Toute l'eau qui ruisselle Au fil de tes cheveux Tai encore besoin d'elle Pour rafraichir mes yeux Est-ce qu‘au moins tu m‘entends Quand j'appelle au secours Tsui jaloux des colliers Des diamants qui tentourent See 3-Laisse-moi tendormir ‘Une nuit boréale Sur un lit de pétales Aux reflets de saphir Laisse-moi me blottir Sur ta peau quatre étoiles Dans ton corps cathédrale Et ne plus revenir [A DAME DE HAUTE SAVOIE Paroles ef musique : Francis CABREL suurrue Jd = i} _% 1. Quand je sai fas gue de sou re TL fas ti gué_ da- van - cer Aces gens__ qui mé-era - sent Quand je strai Saans les bru — mes dun re - ve Quand je sai D (©1980 by Editions 3) -6) 1e de Pontieu 75008 PARS. Tous doi sens pout us poy jours Tes m&-mes____ phrases tu marches ou tu crbves A vo-le-ront en é - clats Quand i n'y au ‘main ne map - po - te ~ ra ‘Que les cris D7 dor - mir chez in - humains dune -meute aux a - bois dor = mir chez G / ) ra plus que des murs en fa - cede mo de Hau - te Sa-voie. 2. Quand je sai de Hau = te Sa-voie, Pll Co > Ya des €- toi - les qui courent dans la neige__ au ~ tour G A LLL} LL - Et son cha-Jet de bois. G = te quand elle frap-pe des doigts SS jus te quand elle frap- pe des doigts A Bm7 D A G CODA INSTRUMENTAL ad lib... A D z 3 3 3. Quand jaurai tout éerit tout donné ‘Quand je n’aurai plus ma place ‘Au lie de me jeter sur le premier Jésus-Christ qui passe Je prendrai ma guitare avec moi Et peut-étre mon chien, sil est encore [a Et rai dormir chez la dame de Haute-Savoie L'ENCRE DE TES YEUX Paroles et musique : Francis CABREL E B Chm A E B E B Cém 3éme fois instrumental = Se |, Puis-quion ne vi-vra____ja-mais, tous les deux__ Puis- B Chm quin est fous, puis-qu’on est seuls, puis ~ quils sont si nom - breux_. A E B ——= _ —S— = (gts SSeS Se | \|" Mecme mon = ep te pure E B e 5 Ie ——— = ‘= ; 2 = ‘©1980 ty WARNER CHAPPELL MUSIC FRANCE ex LEM) 12, ne de Pentti 75008 Paris earns 8 by Editions 31-61 we de Porhiev 75008 PARIS 13 ea ee 2 a a: =e = Hae Jai -me-rais quand mé - me te dire_ ‘Tout pu é-crire_ A E _——— > tt i EN DEES 2 = SS SS= je tai puis Aten Ge de es youn B A a = 4 4 = = + = = Bee [ tS Ee 2. Je n'avais pas vu que tu portais des chaines ‘A trop vouloir tout oublier, fen oubliais "hymen Ones it de Venise et de liberté Jaimerais quand méme te dire tout ce que j'ai pu écrire ‘Cest ton sourire qui me Ua dicts ‘Tu viendras longtemps marcher dans mes réves ‘Tu viendras toujours du cOté oi le soleil se leve Et si malgré ga jartive a toublier Jaimerais quand méme te dire tout ce que j'ai pu écrire ‘Aura longtemps le parfum de tes regrets 4. Et puisqu’on ne vivra jamais tous les deux Puisqu'on est fous puisqu'on est seuls Puisquils sont si nombreux ‘Méme si la morale parle pour eux Faimerai quand méme te dire tout ce que ji pu éerire Je Vai puisé dans Venere de tes yeux. TROP GRAND MAINTENANT Paroles et musique : Francis CABREL Te TAB ————— 3 = 4 = Fc i—F LI Y v (et a =——=__= SSS =e a ——— | hommes é - tranges____ qui ve-naient pour cou-per l'eau | D A —— %—3 — = Tg = == 3 3 2 —— { { CI ? a © 280% CUANDELLE PRODUCTIONS ‘Ponce 7008 5 i —"* — SS == avs Peereeee ooo lewd ae = oitie__de Tannée__au ré-gi- me ra-me ~ nerles bou-tilles___comp-erles con-simes_etqundte A F TAB 22 2 2 — PS Sa LJ v | a Lo v ? L = =_: =! 7 h —_t eae a ee 34 croise au jourdthui___tu me re-par ~ des de haut fa aspls ie temps fas D 7 477 TAB oo 2 ———— LI 7 4 ays trop dargen__tu 6s topgnnd main-e-nant 10 1a ines beaucoup amp 16 SS trop grand main - te-nant__ — > > 3 —— + spa SS ‘Yas quel-quin_pour gé-rer___ton af faire "as quet-quiun_pour cal-mer__ta co -Iére__y‘a tou-jours_quel - qu'un_pouré-cou-ter_ tes mé ~ tho- = saa des la-teurs__Je long de. tes cou-irs_muis y's pas F D [oss — 7 3 SSS TAB L - 7 TAB Reprise ad lib. et Fade out 2. Tétais chanteur dans des boites minables, ‘Tu vidais ton coeur entre les tables Pour quelques notables Pour quelques marchands de haut-fourneau Apres tallais voir de dréles de gargons Pour quills te parlent de révolution, Quand tu les croises aujourd'hui Tu fais méme plus attention ELLE ECOUTE POUSSER LES FLEURS Paroles et musique : Francis CABREL (er == SS G c pet G [rap —o |ho ° ot 3 3 + pLEL LILI Luu . SSS 5S SS | ne G c pre G ———+ — -—o 3 1 TAB 948 $— ht +) — a re 3 5 3 | p3—f + J == — LI — Lie te pous = ser Tes fleurs| c prt G oer ——— I — 0 0 1 2 3 3 =S_ _ | FRANCE (et. L. EM) / PRODUCTIONS CHANDELLE Wo Ps =e SSS SS de Peau, de pluie et du par - fum den - cens_ elle c prt G c i ee => FEE eee eee + | 2 3 } Lo l = | LW AL CODA ° == —¥ 2 | elle + —~—0 : = I = Em 0 2 tT Bacio des o-deurs de Tauctomne a FE susd a 4 ete fs — a ; —= 4 0 f a 0-04 = Coes eee es | elle fer - me ses ivres__et FF sus4 eo oe 0 . 2 6 , 2 ms tty | 8 te at 0 0 2—4 73 — f ( l 2 Elle n'a jamais rien entendu 3. Elle s‘endort sur des tapis de laine Des chiens qui aboient dans la rue ‘Au milieu des poupées indiennes Elle fait du pain doré Sur les ailes en duvet Tous les jours & quatre heures De ses deux pigeons blanes Elle méne sa vie en couleur Jusqu’aux premiers jours du printemps pont- Elle dit qu‘elle va faire Le tour de la Terre Et quelle sera rentré pour diner ‘Mais les instants fragiles Et les mots inutiles Elle sait tout cela quand 4- Elle écoute pousser les fleurs coda- (instrumental) ‘Au milieu du bruit des moteurs Et c'est vrai que j'ai peur ‘Quand les autres s'emportent De lui faire un enfant Quand j'arrive & m'enfuir Cest chez elle que je vais dormir 22 JE PENSE ENCORE A TO! Paroles et musique : Francis CABREL D D SS i : TAB oO o 0 0: 4 0 | P| : — i © J880y CHANDELLE PRODUCTIONS Sisko de Pon 3008 Ps ¢-teint___du platre je ny ai vu 2 3 3 0 Sa personne, des sta-tues cee “Tou dots srs orton pe jepense en-core a toi 7 . === sae Je con-nais_,_unen-droit___odilryarien__ au des-sus ce que toutset- fa - ‘on mia-vait dit )| W | oa TAB hheu-reu-se-ment__que le temps___pas - se | | ‘TAB ‘mais te temps passe_heu-reu- se-ment
    = i a 32 — {aaa aaa = 5 at-ten-dant tran-quille___lar6-col-te du vin, | TAB TAB —_— Fradd9) CE (( - onan ML . | 7 2-Ces enfants qui jouent en plein air Entre la route et la voie ferrée Is vont finir par manquer d'air Oi ils vont slectrocuter Le pltit gars la-haut sur sa colline Venait les contempler en paix 3-A quoi servent leurs belles maniéres Si leurs mots sont emprisonnés A quoi servent leurs tétes figres Puisqu'ils marchent le dos courbé Le ptit gars l-haut sur sa colline ‘Venait les contempler en paix 4-Mais derritre la rivigre du pere On voyait s'agiter la cité Et tourer les ogres d'affaires Dans les tours de verre climatisées Le pltit gars 12-haut sur sa colline ‘Venait les contempler en paix PLUS PERSONNE Paroles et musique : Francis CABREL = = iy a = ’ open 9 2 est quill ne res - te plus__per-sonne__ 3 —-~— TAB enssoe Q © Joy CHANDELE PRODUCTIONS Re ge Pot T5008 Pals 35 SS z 2S Ss \* . =e et des ca- G - ; E 3 = les 9 3 = : I — SS p= a Em c c ° —s ° - 9 1 1 —_— TAB 9 — - g - 3 3 — : fr LUI Loo —_ oo war a | Em Cc = os ———_ | Ly LJ (y's) plus quemes pas qui ré-son ~ nent TAB reece TI L a | : per ~ sonne plus, ‘comme unbom ~ me (mais) il ne reste, cro-yais pou-veir__jou-er Cc 0 i 2 3 L _ gs gg gp PER eee eee | tant pis pourmoi__sil ne mes - te plus per ~ sonne que le godt__de t pear__sur Té-cho__de- ma voix G c 3 ° : ° 2 3 2-Quelques images qui reviennent 3.Joserai jamais te demander Une place avee une scéne De revenir me relever Sur des tréteaux de bois Je vais rester 1a Des milliers de gens sont 18 ‘Au milieu des papiers gras Mais j'ai da trop longtemps sourire Comme un dieu prisonnier Je ne t'ai pas vu partir Diune toile d'araignée 38 DERNIERE CHANSON Paroles et musique : Francis CABREL (Fe SSS = = SS] / Ba D 0. —— - J - j— == = — fa | = {= . TS oI | —3 3 t - 7 ; fe. — = = ——_—S SS eee se Cha = que fois__quion ar-rache__u - ne flea | D Em i — 2 i 1 ~~ or = = 3S 9 | TAB 0 = jo 2 2 — cha ~ que fois. quon ba = tit w= me tour, D Em 2 z I S—— — = = ae == = = | _ | 2 — 1 _ de quel - ques me - tres de plus, TAB SS 7 —_ cha ~ que fois Em 6 ¢ a = 7 = ¢ | I ‘— TABS 3 —— = = , 3 3 40 = pas de reprise * Ta ere fois 1 ] ee ——— Ger - nig - reslar - mes cest pas gm - ve —__ = (— pt ——- sri ~ ve chan son que ew = cme Stee Sam Ee, Cc rs a 1 ¢ ° TAB | — TAB TAB (mais plus Em oa —— ~— 6 1 — — 2 z sa va) Em o. 0 0. 5 o— 0 — 2 3 2 = 7 0 3-Mais plus ga va plus je vis plus j'ai peur Plus je regarde ailleurs Plus ga tremble partout Jai peur du vide au détour du sentier Jai peur d'avoir donné Le pouvoir & des fous Le pouvoir & des fous 2-Chaque fois qu’on fait une maison Qu’on met 12 trente balcons Dans les caves en-dessous Des enfants y apprennent 'odeur Des fusils mitrailleurs Et des bouches d'égout Et des bouches d'égout 4-Mais les fous sont des messieurs trés bien Qui ont des gants en satin Et des griffes en dessous Et qui s'amusent & pousser les fronti@res Et qui prennent ma terre Pour un tas de cailloux Pour un tas de cailloux 42 SITU LA CROISES UN JOUR Paroles et musique : Francis CABREL —— > a a TAB ¢ —— + SS lle lai ~ mnt pas__ =H | SINT] TAB — — % 6% oo | = a —— G c G — o— — ¢—1 — o- o toss — = o —_ : t E + j a rt LJ LJ Lt © 1980by CHANDELLE PRODUCTIONS ‘ly mete Ponies 30.8 Pas “Tous droits srs rau pps Sa ———— i situ la croises_ D — 3 3 TAB ———: 0 (dis moi un peu__) mais pro - mets moi (coda): dis ui que pour . y* ps | ie Vai ser - c | TAB at 2- Dis-moi un peu si elle porte toujours Dans les chevéux ses essences d'amour Et tous mes réves sur ses levres 3 Bille, elle a lage des voyages au long cours Des princes arabes et mariages d'amour Des esclaves libres, des histoires a suivre Moi je ne rentrais souvent qu'un soir sur deux Et mes amis étaient des gens curieux Difficiles & suivre, mais dis-lui, je réapprends a vivre 4- Elle n'aimait pas mon deux pices séjour Mais toi qui voyage si tu la croises un jour Reviens me dire, reviens me dire coda-Dis-lui que pour elle je donnerais Mon demier souffle et méme celui d'aprés MEME SI J'Y RESTE Paroles et musique : Francis CABREL TAB. LF a moi-tié re-cou-ver - tesousles her - bes go surune { -le per-due__ot Ie ciel___se_la-men Se Pe TAB regret-ier mon geste TAB [ones ounne > (OC !- On ne peut pas toujours vivre les vieilles et mémes choses {1 faudra bien qu'un jour mon appareil s'y pose Les ailes déchirées par les vents du parcours ‘Ne me permettront pas le voyage retour 3- A force de dormir sous les brises marines Ine restera rien de mes anciennes racines Je n‘aurai que ma peau pour unique raison Trois ou quatre photos et la moitié d'un crayon 4- Jy vivrai tout le temps qu’on voudra que j'y vive | ‘Mes histoires d'amour belles et définitives | Pour les arbres, les fleurs et les caméiéons Pour les vagues qui viennent et celles qui s'en vont 5- (orchestre) 6- Juste en face la mer sur des blocs de granit Un jour jiirai graver les raisons de ma fuite Avec les reflets blancs du regard des sirénes, : Javais peur des chemins qu’on voulait que je prenne CARTE POSTALE Paroles et musique : Francis CABREL AL = lu-més les pos - tes de 6-16 - Bri-sées les Iu-mi -@res des ruel-les en 51 ges Ou - bli- és les dames et les jeux Em-por-tés les mots, des ser-veuses. Bm = [ [ [IF fF | =e 1 gt SS = SSS J Dis - pa - rus les chiens jou - ant sous les Fém En -dor-mies les fermes_ quand les jeu-nes par ten ta [ Dies, ee to | A des fe ~ nétres___ sa - les__ ctr et —— a = = = 5 et sur le vieux buf - fet sous la pous - sigre grise. Fem A/E D EN — + EB 7 Loe LJ % fe + tale il reste u-ne car - te pos ==] 5 eae Ss En-vo-Iées les ro bes des belles___pro- mises_ =a aS SSS les ai les des gril-lons les pa-niers de ce - rises, OTE ee "in . LIU WY __ SSS SSS . _ Ou bli-és les rires__ des nuits de__ mois -son__ Bm T Bo LE et al-lu-més les pos -tes de té-16é- vi D fe ce pet ep po = Pr See Al-lu-més les pos -tes de 1-16 - vi-sion e E ings les nappes des soirées de noces ‘bigs les fables cu sommeil des gosses “Artétées les valses des derniers jupons |Btles fausses notes des accordéons Goudronnées les picrres des chemins tranquilles | Relevées les herbes des endrits frags, . | Desertées les places des belesforaines ‘Oubies les phrases saerées des grands peres AAssechées les traces de Teau des fontaines AUX Stes des grandes cheminées de pier Envolés les rires des nuits de moisson Ev allumés les postes de télévision (Refrain) 54 ELLE S'EN VA VIVRE AILLEURS Paroles et musique : Francis CABREL aa =S=S=S=SSSS=S Ey ae | Ce soir son (A addy) Jaisser sonner FHm7/B —sisser somner = === (Seme fois orcheste adi et Fade out) % — - SS SS 7S ss - Pee see eer SSS A. —— == ——— sr =e G <——— =— —= | ve a re;joint_~_Je dernier wa-gon dun train_elle sen va. vivre sillewrs__Join des murs___ | Em B7 Dm7 1 — — s— = — <3 = = — — = = | TAB 3 = SS SS me — 9 — i ais, oitelle pleure elle co quel-quiun_qui va croire Se ona hopesismoooen fRODUCTIONS orn il | | |) | AAAS 1.4. (pour Tad ib. mesure 8 2) 31] & aane > & | ee | | [ | [ L E L [ L +S ————s == = = SS ee adver 7" oupea-€ - teat a U - SSS =—— = x = a =e SS =a s= oi pourquil__ta d6-lve (el = Je pan) | Bb c A i 3 5 | 3 aR} : — E $—— | i 3 —t i - _ — = = _ —$— LL 2. Il fera brdler des mots Pour lui réchauffer Ia peau Et pour la couvrir de fleurs Elle s'en va vivre ailleurs Au bras d'une étoile bizarre Diune star d'un modéle de chanteur 3+ Ble part pour qu'l la sauve Quiil lui dise des phrases mauves Pour qu'il l'emporte ailleurs Loin des murs gris oi elle pleure Tn'y aurait que ui sur sa route Elle vivra toutes ses folies par coeur 4- Tant pis si c'est un mirage Liautre cdté de l'image Ne lui fait méme pas peur Elle sien va vivre ailleurs Méme si le chanteur vit dans une autre histoire Et méme si son regard n'est qu'un miroir Qu'un miroir, qu’'un miroir 5- (orchestre ad libitum) MA PLACE DANS LE TRAFIC Paroles et musique : Francis CABREL ee CAPO 22me CASE Fém Et dé-ja je pro-méne_ u-ne dar - me sur__ D7maj mes joues__ Ya le ca-f€ qui fume_ Las - cen ~ Fém (21981 by Eon 3) 51 o de Poin 75008 PAS rl résens pour Tous pays seur qui mat tend at le moteur que j'al-tume___ mai - de D?maj ‘A pren-dre ma place__ dans E A. prendre ma place dans letra - fie (e ey SF ao = } Fém E D SSS sy | e-qvin vos meses eel gie ves de cm arm dn ree! ele! LL heel WWW a See PSS Sasa oe ie - — juste as-sez pour sou-rire et trop peu pour_mien-fuir et reste 59 = = Se al == 7? Se tp = pri-son-nier de mes__ pro-messes_ Fém Ket Ld = a — ‘A tous ces mar - chands de ta pis__qui me font E 3eme fois al CODA ==-= SS — fee 7S SS See SES ddor~ mir sur de la laine €-passe et qui mvo D7maj = Dligent au bout de cha - que nuit__ E ea SSS =] SSS A. pren-dre_ma place dans Te ua - fic SS Set Quand jai te blues | Leg L4 | vais dé-cro - cher mon i - Ié Ey Ler = = pai = : = 5 8 SS pe SSS ) quoi -que je dise, et quoi -que je fasse. Tl faut que pas - sent les Fém E D = pes = J Fn Do 3 t o 3s EE = ° Cy SSS copa 1 add fib. demitre fois A prendre ma place Fim E D yo i Je suis un mutant, un nouvel homme Je suis un mutant, un nouvel homme Jene posside méme pas mes désirs Je ne posséde méme pas ses désirs Je me parfume aux oxydes de carbone Je me parfume aux oxydes de carbone Et jai peur de savoir comment je vais finir Ex jai peur de savoir comment je vais fini Je tegarde sloigner les rebelles Ly a tellement de choses graves Je me sens & étoit dans ma peau Qui se passent dans mes vues Mais jai juré sur la Joi des échelles Que deja mes enfants savent Si un jour je veux mourir et en haut Quill faudra quils sthabituent Faut que je prenne ma place dans le trafic (bis) A prendre ma place dans le trafic REPONDEZ MO! Paroles et musique : Francis CABREL ‘CAPO 62me CASE Fe Dém Démsus4 61981 by og 31-61 Tous droits reser bal - con____ sans toi - ture ob ya mé-me pas dia-beilles_ sur ques mots sur le mur__ du cou-loir qui des- cend_—— au—par- Fe Dim Dém/sus4 pots de con - fi-ture Ya _mé- me pas__doi-seaux king des voi = ta res quel = que mots pour_les grands Dém Dém7sus4 ct ——_—=—_ a ee L_ Jana ture cest méme —pas___une-mai - son__ des in = jures— quel - quun_— les en- ter a SSE GemefoisAlCoda@ [135 stSt~ == a a or cha - cun, de ses silences est mor- tel trans - pa - rent court pour que ton corps soit Em aa + 4 + —+ + - + = te porte au ciel ton temps cha-cun__ de ses mots Toi qui_pleures que ta vie te prends tout chan - delle est ma chan -son___ Em Dsus4 @ CODA 2. Chandelle, je suis fe premier qui fappelte 3. Chandelle, c'est toujours le soir de No8l Le premier qui ui ouve les bras Quand ele revient chez moi Comme sicher nous elle exstit pas (instrumental) Et delle je regois quelques nouvelles Et méme je ne suis pas sir qt fait nuit Par les oiseaux quelle mienvoie Ente hier et aujourdhui Je suis loin mais ne tinquiéte pas. (ALCODA) Etsielle a peur. 70 COMME UNE MADONE OUBLIEE EE MAEUINE CUDLIEE Paroles et musique : Francis CABREL G Am7 c 3 ° 3 o—3- C 3 ——— i ITAB 6 SS 9 — ; = ia 3 mJ Lt LI a So _— = oa oe ( | la me - mele _avteng—— | Bm7 ~ Emme et 38me fois) Em —2 9. ° = {—$— 3 $ — ‘TAB io g= 3 = I 3 3 i = | 1981 by CHANDELLE PRODUCTIONS brat de Phin 5008 Pas D at 3: 6 fh aS commeu-ne madone —ov- bli-6e__ c D 0 — = ’ 3 7 TAB 7S —— 3 — 3 — bo — —— ' i = = 4 croi-sées AB 4 _— 2 = —3 2 — y ——— st oa =: 5 z 5 = | ele voyage a mistien des masons Em Bm7 Em D. | io 2 8 8 — $ § a 3 5 3 Ee 3 3 ° 3 3 4 | — =p fe + = —_— —— (on ditquelle a —deschambresen ville fumée AJB ~ B (2eme et 3eme fois) D ¢—— — = — — = refrain —— —s =] cee eee = oe ace z aman = on dit__quielle dort__sur le 08 -té Lt ww SS eS. —— quelle est plu tt u-meur___facile__ G —— a = — 3 3 — — 9 $s — — 3 ar uil y'ades tas dechats — quidorment SS Vee ae _ en wa-vers___surses_0-reil-lers c c D 6 22-0 or 0-3 22 F o e345 oF TAB 2— 0-0 | 3-3: 2-0" — 0-9 : 4 t 3 = 3 a Ld = reprise pour finir seulement et ad libitum % c —— ° ot 4 4 —}: TAB. 2 2 2t 5 — 2. Au milieu des feuilles et des brindilles : On dit qu'elle est l'amie fidéle Elle fait son show sur talons aiguilles De ceux qui n‘osent pas parler Elle joue son cinéma muet Quelle connait le chant des sirenes Elle tend ses filets Quielle peut aussi le murmurer Et sur les allées du square s'imprime Quil y a des tas de gens qui I'aiment Le pas de ses futures victimes Et qui ne lui sourient jamais Qui viendront s'incendier le coeur Que ce ne sont jamais les mémes Aux étranges lueurs Et méme si tout ca c'était vrai 3+ Quels que soient les murs qui te protégent Un soir tu te prendras & son pigge Le soir od tu seras devenu Une ombre de plus Car tous les soirs la méme fille attend Sur le méme square et sur le méme bane Comme une madone oubliée Les jambes croisées 74 TU ES TOUJOURS LA MEME «a prérnesse eirane) Paroles de Francis CABREL / Musique de G, Augier de Moussac aS TAB. TAB x foe SSS s — geek gw hose FIA o*}| oe | _2 — —— [ oT [ a [ [ toi 3 juste IL! | UII ir iil. ae : 1 Ns Ts OE IE en yo Ooi, W/O We |)0 wl g | lame = me toa jours__ Bhic F G - - =i 3 — 7 — 3 | _ i fe fo — = B ——3 | i 2 est peut - ete, b | =k = 3) — = _ i — LS es 2 Tues toujours la méme A croire que le temps s'éternise Tues toujours mon plus beau posme Celui que je n'veux pas qu’on lise Et méme si ces mots sont morts Queique chose y brille encore 3+ Méme les autres s Cette vie qu'on vivait tout droit I suffit quils en parlent & peine Fai des gouttes de pluie sur les bras Cet orage est passé si fort Que les éclairs brillent encore 4- Au fond des ruelles secrétes Les pierres ont gardé nos murmures Entre les mendiants qui regrettent Et les chiens qui rasent les murs Chaque fois qu'un mot's'évapore Ten revient d'autres plus forts JE M'ENNUIE DE CHEZ MO! Paroles de Francis CABREL / Musique de Jean-Pierre BUCOLO = gles dos tits E FF B Fie ——_ — OS — 4 2————] —- 3 EE — ——} = FE =i = 0 | 7 —— { a ee “ous doits réservés ourtou pase refrain = = Ss) = —= — Se = =| 4 ce bout__de terrain B 4 4 ] TAB 4 = — — | = = — — S55 = ce ye-tt point sar legnnd E FE i 1 — — 3 a 4 3 ~—— o> a ; JE SSS quun grand-pére i = choi-si __par ha-sard vt phat L [. Ui.) | (1.2 a — eS a ya long - temps dé. jk = =e a quand. jemenwie de chez moi w BT | 2- Quand je sens que l'automne Se consume la-bas Quand je sais que le feu dévore Les berges de Garonne it les arbres flamboient Je m’ennuie de chez moi 3- Quand l'homme au tambourin Ne chantait que pour moi Quand je me cachais pour l'entendre La cabane du jardin La clef du cadenas Yialongtemps deja Refrain- Lorsque j'y pense trop Lorsque mes yeux se froissent Puisque je sais qu'il existe sans moi Je mets mon coeur en haut des pilotis de glace Je continue comme ga Te continue comme ga 4+ (orchestre) Refrain- Lorsque jy pense trop Lorsque mes yeux se froissent Puisque je sais quil existe sans moi Je mets mon coeur en haut des pilotis de glace Je continue comme ¢a Quand je mlennuie de chez, moi CHAUFFARD Paroles et musique : Francis CABREL = = - sa ee SSS] ban ~ des blanches qui dé - filent et la “Tous sere 1 1981 by CHANDELLE PRODUCTIONS Stored Pow 7008 Pas 83 pik 2 Ey a tu es dans la vie ‘quis'ac-croche & son fil “AB —_ = — ote J zo - ne rou - ge du comp - teur mais ty ne tooeu > CS ee ee ee es —— PEE] pas quetesmains em - blenty’a les tones des ar - bres qui fat - tendent___mé-me dans (=o les pai-sa - ges dif-fi-ciles ere et 28me fois : sans repr 3eme fois : reprise ad libitum SSS ou, Y'a le vent qui siffle sous les tles 3+ Tu pousses la musique jusqu’au plus fort Bt les cris des pneus quand tu décolles Pour pas sentir les doigts de la mort Bt derriére toi la nuit qui retombe Et ni les chiens qui aboient dans leur sommeil Sur le sillage étroit de ta tombe Ni les hommes de lois que tu réveillent Est-ce que c'est ton cceur qui fait hurler la machine ‘Tu vois quelques taches claires sur le dos des camions Ou bien Je moteur qui bat dans ta poitrine Quelques mots de travers sur des panneaux bidons Et qui propulse ton projectile Et ton sang fait monter les aiguilles Entre les bandes blanches qui défilent Jusqu’au rouge des feux que tu grilles 4- Tu dis qu'tu connais ton nom par coeur Et que tu préferes le son de ton moteur Que si jamais personne ne tarréte Tu iras te crasher sur le pont de la planéte Que tu vibres quand les virages s‘avancent Et que la vitesse te laisse ta chance Et que t'es jamais aussi tranquille Que quand les bandes blanches défilent