Vous êtes sur la page 1sur 47

2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Contenu
I. DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE ET NOTIONS DE PROTECTION
II. COMMANDE DE CIRCUITS D’ECLAIRAGE
 Simple allumage
 Double allumage
 Va et vient
 Télérupteur
 Minuterie
III. APPAREILLAGE ELECTRIQUE

Sectionneur à fusible
 Contacteur et blocs auxiliaires
 Relais thermique
 Disjoncteur
 Disjoncteur moteur
IV. SCHEMAS DE BASE D’UN DEPART MOTEUR
 Commande d’un contacteur
 Alimentation du circuit de commande
 Notions de signalisation
 Circuit de puissance d'un moteur asynchrone monophasé
 Démarrage d’un moteur monophasé
 Démarrage manuel de deux moteurs monophasés
 Démarrage séquentiel (en cascade) de deux moteurs monophasés

V. TRAVAUX PRATIQUES
 Commande d’un Eclairage
 Commande d’un moteur monophasé

Evaluation

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 1


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Chp 1 : DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE ET NOTIONS DE PROTECTION

I. STATISTIQUES
1. Evolution des accidents d’origine électrique
Le nombre d’accidents du travail d’origine électrique est en net recul ; il en de même
pour les accidents graves.
Cette tendance traduit une plus large maîtrise du risque, mais les analyses de sévérité
nous rappelle la particulière gravité : les accidents d’origine électrique sont plus souvent
mortels que les accidents ordinaires.
2. Secteurs les plus touchés
- le secteur du bâtiment et des travaux publics
- la métallurgie
- les activités de service et du travail temporaire
- l’alimentation.
3. Principaux facteurs
Les principaux facteurs ayant entraîné l’accident sont :
- un mode opératoire inapproprié ou dangereux
- la méconnaissance des risques
- l’application incomplète des procédures
- une formation insuffisante
- l’état du matériel
- l’état du sol
4. Type de contact
Les accidents d’origine électrique sont dus à :
- des contacts directs.
- des contacts indirects.
Les statistiques de plusieurs années montrent que les pourcentages sont relativement
constants. On note que :
- plus du tiers des lésions sont de localisations multiples,
- les yeux, les membres supérieurs, les mains sont les plus touchés,
- 60 % des lésions sont des brûlures,
- 6 % des lésions sont internes.

5. Conclusion
Depuis 30 ans, le nombre d’accidents dus à l’électricité :
- diminuent régulièrement,
- restent particulièrement graves (chaque année, une dizaine de travailleurs meurent
électrocutés).
Les accidents liés à l’électricité peuvent être à l’origine d’incendies ou d’explosions.
Les secteurs du bâtiment et des travaux publics, des activités de service et de travail
temporaire ainsi que le secteur de l’alimentation sont parmi les plus touchés.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 2


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Le risque, même s’il est mieux maîtrisé reste toujours présent.

II. LES EFFETS DU COURANT ELECTRIQUE

1. Electrisation et électrocution
Le corps humain se laisse parcourir par le courant électrique.

Une personne est électrisée lorsqu’un courant électrique lui traverse le corps et
provoque des blessures plus ou moins graves.
On parle d’électrocution lorsque ce courant électrique provoque la mort de la personne.

2. Facteurs de gravité
La gravité des dommages corporels provoqués par le courant électrique résulte de la
conjugaison de plusieurs facteurs concomitants :
- l’intensité du courant circulant à travers le corps humain, valeur qui dépend elle-même
de la source d’énergie électrique (tension, puissance) et du milieu d’activité
(isolant ou très conducteur),
- la durée de passage du courant à travers le corps humain,
- la surface et la zone de contact,
- la susceptibilité particulière de la personne soumise à l’action du courant électrique.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 3


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

3. Résistance électrique du corps humain


La peau constitue la barrière la plus efficace à la pénétration du courant à l’intérieur du
corps et sa résistance électrique varie en fonction de son état de surface (peau sèche,
humide, mouillée) et de son épaisseur (peau fine ou calleuse).

Pour une peau sèche et fine, au-delà d’une tension électrique que l’on peut estimer à 40
ou 50 volts, la barrière isolante cède et le courant augmente très rapidement.

4. Les effets du courant électrique

4.1. Effet thermique


On admet généralement que les brûlures électriques provoquées par le passage du
courant peuvent se manifester pour des intensités relativement faibles, de l’ordre de
10 mA, si le contact est maintenu quelques minutes.

4.2. Effets tétanisant


Lorsque la tension est alternative, les muscles intéressés par le trajet du courant se
contractent ; les mains par exemple se crispent invinciblement sur les conducteurs et
empêchent ainsi tout dégagement volontaire du sujet soumis à la tension du générateur.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 4


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

4.3.Effets respiratoires et circulatoires


Si l’intensité du courant qui traverse le corps humain atteint 20 mA, 60 secondes
suffisent pour bloquer la respiration par contraction du diaphragme et des muscles
respiratoires. C’est l’asphyxie ou syncope bleue.

Une fibrillation ventriculaire apparaît pour des intensités de même ordre de grandeur :
elle résulte de la contraction anarchique des fibrilles du muscle cardiaque. Les
battements du cœur rapides et désordonnés, ne permettent plus d’assurer la circulation
sanguine. C’est la syncope cardiaque ou syncope blanche.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 5


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 6


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

5. Loi d’ohm
La loi d’ohm est considérée comme l’équation du risque électrique :

I : intensité du courant en ampères (A)


U : tension du générateur en volts (V)
R : résistance du récepteur en ohms ()
Plus l’intensité du courant qui traverse le corps est importante, plus le choc électrique
est dangereux.
Il faut donc rechercher à diminuer la valeur du courant I pour éviter ce choc ou le
supprimer.

III. LES TYPES DE CONTACT


1. Le contact direct
C’est le contact d’une personne avec les parties actives des matériels normalement sous
tension.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 7


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

2. Le contact indirect
C’est le contact d’une personne avec une masse mise accidentellement sous tension suite
à un défaut d’isolement et dont le potentiel serait susceptible de dépasser :
- 25 V dans les locaux ou sur des emplacements de travail mouillés,
- 50 V pour les autres locaux ou emplacement de travail.

IV. PROTECTION CONTRE LES CONTACTS DIRECTS


1. Principe
Lorsqu’il n’est pas possible de réaliser la consignation ou la mise hors de tension, la mise
hors de portée des pièces nues sous tension accessibles aux travailleurs doit être
assurée par :
- éloignement,
- obstacles,
- isolation.

2. Mise hors de portée des pièces nues sous tension


2.1. L’éloignement
L’éloignement consiste à prévoir une distance entre les parties actives et les personnes
de telle sorte qu’un contact fortuit soit impossible directement ou indirectement par
l’intermédiaire d’un objet conducteur (perches, tubes métalliques…).

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 8


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

2.2. L’interposition d’obstacles


L’interposition d’obstacles consiste à disposer des obstacles entre les personnes et les
parties sous tension. L’obstacle est utilisé lorsque l’éloignement ne peut être assuré

L’interposition d’obstacle consiste également en l’utilisation d’enveloppes (boîtiers,


coffrets, armoires, etc.) permettant de protéger les personnes contre les contacts directs.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 9


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

2.3. L’isolation
L’isolation consiste à recouvrir les parties actives par une isolation appropriée.
L’isolation intervient lorsque l’éloignement et les obstacles ne peuvent être utilisés.

V. PROTECTION CONTRE LES CONTACTS INDIRECTS


1. Par coupure automatique de l’alimentation
Le principe repose sur l’association de la mise à la terre des masses et d’un dispositif
différentiel. Ce dernier coupe automatiquement l’alimentation lorsqu’une masse
métallique est mise accidentellement sous tension.
Le principe d’un dispositif à courant résiduel est de comparer l’intensité circulant dans
le conducteur de phase (l’aller) et celle du conducteur de neutre (le retour).

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 10


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

2. Sans coupure automatique de l’alimentation


Ce type d’alimentation est utilisé localement au niveau de certains récepteurs ou de
certaines parties limitées de l’installation. On emploie :
- le matériel de classe II,
- la séparation des circuits,
- la très basse tension.

2.1. Protection par matériel de classe II


En plus de l’isolation principale, ce matériel comporte une double isolation.

2.2. Protection par séparation des circuits


Les transformateurs de séparation sont utilisés pour des raisons de sécurité pour créer
localement une nouvelle installation du domaine BT, de faible étendue, entièrement
isolée de la terre et des masses ainsi que la source d’énergie primaire du domaine BT
Le transformateur de séparation interrompt la liaison entre le conducteur neutre et la
terre.
Suite à cette séparation, le conducteur de phase et le conducteur neutre ne présentent
plus de différence de potentiel par rapport à la terre; aucun courant ne circule si l’on
entre en contact avec un conducteur (les charges portées par A ne peuvent rejoindre
celles portées par D que par le conducteur CD.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 11


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

2.3. Protection par l’utilisation de la très basse tension (TBT)


La très basse tension (TBT) est la classe des tensions électriques qui ne peuvent
produire dans le corps humain des courants électriques dangereux pour l’homme.

La réglementation prévoit trois catégories de très basse tension (suivant l’usage qui
en est fait, le type de matériel utilisé et le mode de liaison à le terre des circuits actifs) :
- la TBTS : très basse tension de sécurité,
- la TBTP : très basse tension de protection,
- la TBTF : très basse tension fonctionnelle.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 12


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Tensions maximales à mettre en œuvre en TBTS :

L’alimentation des installations en TBT est obligatoire :


- dans les locaux et sur les emplacement de travail où la poussière, l’humidité,
l’imprégnation par des liquides conducteurs, les contraintes mécaniques, le dégagement
de vapeurs corrosives, etc., exercent habituellement leurs effets, chaque fois qu’il n’est
pas possible de maintenir ces installations à un bon niveau d’isolement,
- pour les travaux effectués à l’aide d’appareil portatifs à mains à l’intérieur d’enceintes
conductrices exiguës où la résistance de contact entre utilisateur et parois est très faible
(cuves, réservoirs, les véhicules en cours de réparation, silos, …)

VI. CLASSIFICATION DU MATERIEL


1. Matériel de classe 0
Protection contre les chocs électriques : l’isolation principale.
Aucune disposition n’est prévue pour le raccordement des parties conductrices
accessibles (masses) à un conducteur faisant partie du câblage fixe de l’installation.
L’utilisation de matériel de classe 0 est INTERDITE.

2. Matériel de classe I
Protection contre les chocs électriques : l’isolation principale est moyen de
raccordement des parties conductrices accessibles (masses) à un conducteur de
protection.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 13


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

3. Matériel de classe II
Protection contre les chocs électriques : l’isolation principale et la double isolation
ou l’isolation renforcée.
Ce matériel ne comporte pas comme moyen de protection de mise à la terre.

4. Matériel de classe III


Protection contre les chocs électriques : alimentation sous très basse tension de
sécurité (TBTS) ou la très basse tension de protection (TBTP).

Symbolisation

VII. DEGRES DE PROTECTION DU MATERIEL


Le degré de protection procuré par les enveloppes est symbolisé par les lettres IP
suivies de deux chiffres.
- 1er chiffre : protection du matériel contre la pénétration de corps solides,
- 2ème chiffre : protection du matériel contre la pénétration des liquides.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 14


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Lorsqu’il est requis d’indiquer un degré de protection au moyen seulement d’un chiffre
caractéristique, le chiffre non précisé sera remplacé par la lettre X.
Exemple : IP 2X ou IP 5X
Une ou deux lettres optionnelles peuvent compléter ces chiffres caractéristiques.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 15


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Tableau des indices de protection :

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 16


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

VIII. LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION ET DE SECURITE

1. Les EPI
1.1. Définition
Les équipements de protection individuelle (EPI) font partie intégrante de la sécurité
électrique. Ils sont définis par le code du travail comme des « dispositifs ou moyens
portés par une personne en vue de la protéger contre les risques susceptibles de
menacer sa santé et sa sécurité ».

1.2. Conditions d’utilisation


Les EPI doivent :
- être conformes aux prescriptions de la réglementation et aux normes quand elles
existent,
- faire l’objet du marquage de conformité CE.
Tout utilisateur doit vérifier son bon état à chaque utilisation.
Les EPI détériorés sont remplacés et mis au rebut.

1.3. Equipement d’un électricien


L’équipement d’un électricien est composé :
- d’un casque isolant et antichoc,
- d’une paire de gants isolants,
- d’un écran facial anti-UV
- des chaussures ou bottes isolantes de sécurité,
- d’une combinaison de travail en coton ignifugé ou en matériau similaire.

1.4. Conditions d’utilisation


. Le casque isolant et antichoc
Il doit être utilisé chaque fois qu’il y a risque de chute d’objets ou de heurt, ou risque de
contact électrique au niveau de la tête.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 17


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Exemples :
- travaux lors d’opérations électriques aériennes,
- les conditions de travail (locaux exigus, tranchées) entraînent des risques de heurts.

. Les gants isolants


Les gants isolants ont pour but de protéger les mains contre les risques de contact direct
avec des pièces nues sous tension.

Si les travaux à effectuer entraînent des risques d’écorchure, de déchirure ou de


perforation, il est nécessaire de les recouvrir de gants de protection mécaniques.

. L’écran facial anti-UV


L’écran facial a pour but de protéger les yeux et la face :
- des projections de particules solides,
- des arcs électriques, des courts-circuits,
- des émissions d’ultra-violet (UV)
Il est obligatoire pour toutes les opérations comportant un risque d’accident oculaire
(travaux au voisinage, étapes sous tension, mesurages, MALT et en CC).

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 18


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Remarque : les lunettes, tout en protégeant l’œil, ne remplissent pas les exigences
essentielles de sécurité pour les électriciens.

. Les chaussures ou les bottes isolantes de sécurité


Ces chaussures ont pour but d’isoler l’opérateur du sol afin qu’il ne soit pas traversé
par un courant électrique venant d’un retour à la terre par les pieds, en cas de contact
direct ou indirect.

. Le vêtement de protection isolant


Ce vêtement a pour but d’isoler l’opérateur en cas de contact direct ou indirect.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 19


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

2. Les EIS
2.1. Composition
Les EIS sont les équipements individuels de sécurité. Ce sont :
- des tapis isolants,
- des tabourets isolants,
- des échelles isolantes pour les travaux en élévation,
- des perches isolantes,
- des outils isolés,
- de cadenas et d’étiquettes de consignation,
- d’un vérificateur d’absence de tension (VAT),
- des dispositifs de mise à la terre et en court-circuit.

2.2. Utilisation
. Le tapis isolant
Le tapis isolant est le complément indispensable aux chaussures à semelles isolantes
lorsqu’il est nécessaire de s’isoler de la terre.

. Le tabouret et l’échelle isolants


Un tabouret isolant a pour but d’isoler l’opérateur du sol afin qu’il ne soit pas traversé
par un courant électrique venant d’un retour à la terre par les pieds, en cas de contact
direct ou indirect.

. Les perches isolantes


Elles sont conçues pour isoler l’opérateur des pièces nues sous tension. Elles permettent
à l’opérateur de respecter une distance de sécurité par rapport à l’ouvrage sur lequel il
opère.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 20


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

. Les outils isolants et isolés


Un outil isolant à main est conçu pour ne pas mettre son utilisateur en contact avec une
partie conductrice et pour empêcher la formation d’arc électrique.
Un outil isolé à main est conçu pour ne pas mettre son utilisateur en contact avec une
partie conductrice et pour limiter la formation d’arc électrique.

. Les cadenas et étiquettes de consignation

. Le vérificateur d’absence de tension (VAT)


C’est un détecteur de tension conçu spécifiquement pour vérifier l’absence de tension.
Il est obligatoire de vérifier son bon fonctionnement.
Il faut vérifier son bon fonctionnement immédiatement avant et après chaque opération.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 21


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Il est interdit d’utiliser un appareil de mesurage pour réaliser une vérification d’absence
de tension.

. L’équipement de mise à la terre et en court-circuit


Il protège l’opérateur contre :
- un éventuel retour de la tension (exemple : source de secours),
- l’électrisation par courants capacitifs ou inductifs.

Les opérations doivent être réalisées dans l’ordre suivant :


- connecter le câble de terre du dispositif :
* de préférence à la terre des masses existant dans les postes,
* ou à un piquet métallique enfoncé correctement dans le sol.
- dérouler complètement le conducteur du dispositif s’il est placé sur un touret, pour
éviter les effets électromagnétiques dus à un court-circuit éventuel.
- fixer les pinces sur chacun des conducteurs, en commençant par le conducteur le
plus rapproché et en utilisant des outils isolants adaptés (perches isolantes).

3. Les EPC
3.1. Définition
Par mesures de protection collective, on entend toute mesure destinée à mettre hors de
portée par éloignement, par obstacle ou par isolation.

3.2. Composition
Cet équipement comprend :
- l’utilisation d’écran de protection (nappe isolante, tôle épaisse mise à la terre…)
- la délimitation de l’emplacement de travail par un balisage et une pancarte
d’avertissement de travaux,
- l’utilisation de baladeuses spécialement conçues à cet effet.

3.2. Utilisation
. Nappes isolantes

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 22


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

. Balisage de la zone de travail

IX. UTILISATION D’APPAREILS DE MESURAGE PORTATIFS


Les appareils de mesurage portatifs :
- doivent avoir une enveloppe isolante,
- ne doivent pas faire courir de risque à l’utilisateur même en cas d’erreur de
branchement ou de mauvais choix de gamme de mesurage.

Les cordons de mesurage : les parties conductrices des pointes de touches doivent
lorsqu’elles ne sont pas utilisées, avoir un indice de protection IP 2X

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 23


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

CHAPITRE 2 : Commande des circuits d’éclairage


I. Schéma général de distribution
Toute installation électrique domestique doit être décomposée en plusieurs
circuits de distribution via un compteur d'énergie active. L'intérêt du divisionnaire
est de limiter les conséquences d'un défaut ainsi que pour faciliter l'exploitation et la
maintenance.
Une installation domestique doit être sélective, comportant principalement de :
 un circuit d'éclairage ;
 un circuit de prises courantes ;
 un circuit de chauffage.

Exemple de répartition des circuits d'une installation domestique


II. Equipements électriques
II.1. Compteur d'énergie
C'est un appareil destiné au comptage de l'énergie électrique active consommée par
l'installation.
II.2. Les disjoncteurs
Un disjoncteur est un appareil de commande et de protection, qui en cas d'anomalie
de l'une des grandeurs électriques permet d'interrompre le circuit à protéger.
II.3. Le fusible
Un fusible (coupe-circuit à fusion) est un appareil de connexion dont la fonction est
'assurer par la fusion d'un ou de plusieurs circuits électriques

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 24


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

II.4. Le sectionneur
C'est un appareil destiné à ouvrir ou à fermer un circuit électrique à vide. Il ne
possède pas de pouvoir de coupure. Le sélectionneur est utilisé pour effectuer les
manœuvres d'isolement des lignes ou des réseaux pour assurer l'entretien, la visite
ou la réparation.

II.5. L'interrupteur
C'est un appareil destiné à établir ou couper le courant électrique dans une
installation électrique. Il possède un pouvoir de coupure.
III. Les sections des conducteurs à usage domestique
Tous les conducteurs d'un même circuit (phase, neutre, conducteur de protection)
doivent être capable de supporter le courant maximal, voici ci-dessous les sections
normalisées pour chaque type de charges.
 1,5 mm2 pour les circuits de lumière et les prises de courant commandées ;
 2,5 mm2 pour les circuits des prises de courant 16A ;
 2,5 mm2 pour les circuits des lave-linge et lave-vaisselle ;
 6 mm2 (4 mm2 en triphasé) pour les appareils de cuisson.
Les conducteurs de protection doivent avoir une section minimale de 2,5 mm2.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 25


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

IV. Tableau des symboles de quelques appareils de commande et de


signalisation.

V. Les schémas d'éclairage


V.1. Montage simple allumage
Ce montage permet de commander une ou plusieurs lampes d'un seul endroit. Il peut
être schématisé de manières différentes selon le mode d'utilisation.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 26


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V.1.1. Schéma développé

Montage simple allumage à deux foyers lumineux

Ph : Phase
N : Neutre
F : Fusible
Q1 : Interrupteur "simple allumage".
H1, H2 : Deux lampes à incandescence
V.1.2. Schéma unifilaire

Schéma unifilaire simple allumage à deux foyers lumineux

V.1.3. Schéma multifilaire

Schéma multifilaire simple allumage à deux foyers lumineux

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 27


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V.1.3. Schéma architectural

Schéma architectural

V.2. Montage double allumage


Il consiste à établir ou interrompre, ensemble ou séparément, et d’un seul endroit, deux
circuits différents.
V.2.1.Schéma développé du montage :

F1 : Coupe circuit bipolaire du circuit d’éclairage ; Q1 : interrupteur double allumage.


E1, E2 et E3 : Lampes d’éclairage.
V.2.2. Fonctionnement
Commande d’un premier circuit comprenant une lampe d’éclairage (E1) et d’un
deuxième circuit comprenant deux lampes d’éclairage (E2, E3).
La lampe E1 est éteinte si le premier interrupteur est ouvert et allumée lorsqu’il est
fermé.
Les lampes E2 et E3 sont éteintes si le deuxième interrupteur est ouvert et allumées
dans le cas contraire.
Remarque : Les deux circuits sont indépendants l’un de l’autre ce qui permet d’obtenir
le fonctionnement des deux circuits ensemble ou séparément.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 28


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V.3. Montage va et vient


Ce montage permet de commander un circuit d'éclairage de deux endroits différents.
Dès l'appui sur l'un des deux commutateurs, le circuit sera fermé et les lampes H1 et H2
seront allumées. Un second appui le circuit sera ouvert et les deux foyers lumineux
seront éteints.
V.3.1. Schéma développé

Montage va et vient à foyers lumineux

Ph : Phase ; N : Neutre ;
F : Fusible ;
Q1, Q2 : Deux interrupteurs "VA ET VIENT".
H1, H2 : Deux lampes à incandescence.

V.3.2. Schéma unifilaire

Schéma unifilaire d'un montage va et vient

V.3.3. Schéma multifilaire

Schéma multifilaire d'un montage va et vient

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 29


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V.3.4. Schéma architectural

Schéma architectural

V.4. Montage télérupteur


Ce montage permet de commander un circuit d'éclairage d'un nombre quelconque
d'endroits.
Lorsque la bobine est alimentée par action sur un bouton poussoir, le contact se ferme et
les lampes s'allument. Il faudra réexciter la bobine une deuxième fois pour que le contact
s'ouvre et les lampes s'éteignent.

V.4.1. Schéma développé

Montage télérupteur à plusieurs endroits de commande

Ph : Phase. ;
N : Neutre ;
F : Fusible ; K: Télérupteur ;
S1, ..., S4 : Boutons poussoirs. ;
H1,…, H4 : Quatre lampes à incandescence.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 30


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V.4.2. Schéma unifilaire

Schéma unifilaire d'un montage télérupteur

V.4.3. Schéma multifilaire

Schéma multifilaire d'un montage télérupteur

V.4.4. Schéma architectural

Schéma architectural

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 31


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V.5. Montage minuterie


Ce montage permet de commander un circuit d'éclairage d'un nombre quelconque
d'endroits.
Lorsque la bobine est alimentée par action sur un bouton poussoir, le contact se ferme et
les lampes s'allument. Au bout d'un temps, prédéfini par le temporisateur, le contact
s'ouvre et les lames s'éteignent.

V.5.1. Schéma développé

Montage minuterie à plusieurs endroits de commande


Ph : Phase ; N : Neutre ; F : Fusible ; K: Minuterie ; S1, ..., S4 : Boutons poussoirs.
H1,…, H4 : Quatre lampes à incandescence.

IV.5.2. Schéma unifilaire

Schéma unifilaire d'un montage minuterie

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 32


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V.5.3. Schéma multifilaire

Schéma multifilaire d'un montage minuterie

IV.5.4. Schéma architectural

Schéma architectural

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 33


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

CHP III : APPAREILLAGE ELECTRIQUE


L’appareillage électrique se compose d’appareils qui permettent d’assurer les
connexions, la commande des circuits ainsi que le protection des biens et des personnes.
I. Sectionneur à fusibles
Fonction : séparation entre la partie amont sous tension et la partie aval d'un circuit.
Réalisation : sectionnement du circuit à vide par coupure de tous les conducteurs de
phase et du conducteur de neutre s'il existe (mais PAS du conducteur de protection PE).

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 34


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

II. LE CONTACTEUR
Fonction : Le contacteur est un appareil de connexion à commande électrique
actionnée à distance et automatiquement.

1. Bloc auxiliaire temporisé (ou temporisateur)


Les blocs auxiliaires temporisés servent à retarder l'action d'un contacteur (lors de
la mise sous tension ou lors de son arrêt). Il contient deux contacts 1NC et 1NO: le
premier est normalement ouvert et le second et normalement fermé. Dans ce type de
temporisateur, le basculement des contacts est retardé par rapport à la mise sous
tension de la bobine. La retombée des contacts est instantanée par rapport à la mise
hors tension de la bobine.

Il existe d'autres types de temporisateurs dans ses derniers le basculement des contacts
est instantanée par rapport à la mise hors tension de la bobine.
Cette définition est valable pour les blocs additifs temporisateur de types LA3-D22
(Télémécanique) qui est mécanique, ne s'applique pas pour les relais temporisés au
repos électronique de type RHR. En effet, l'électronique nécessite une alimentation
permanente.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 35


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

2. Bloc de contacts auxiliaires


Le bloc de contact auxiliaire est un appareil mécanique de connexion qui s'adapte sur
les contacteurs. Il permet d'ajouter de 2 à 4 contacts supplémentaires ou contacteur.
Les contacts sont prévus pour être utilisés dans la partie commande des circuits. Ils
ont la même désignation et repérage dans les schémas que le contacteur sur lequel
ils sont installés (KA,
KM...).

Différentes configurations de Contacts auxiliaires en voici quelques exemples:


- 4 Contacts NO: 13-14; 23-24; 33-34; 43-44.
- 4 Contacts NC: 11-12; 21-22; 31-32; 41-42.
- 3 Contacts NO et 1 contact NC: 13-14; 21-22, 33-34; 43-44
- 2 Contacts NO et 2 contacts NC 13-14; 21-22; 31-32; 41-42

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 36


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

3. Contacteur auxiliaire
C'est un relais ayant le même principe de fonctionnement que le contacteur mais ne
permettant d'alimenter que des circuits de commande.
Il est utilisé pour relayer les capteurs (plus de contacts), permettre de réaliser des
commandes plus complexes. On peut lui ajouter des blocs de contacts auxiliaires
temporisés ou non. Il est repéré dans les schémas par KA, (KA1, KAA...) aussi bien
pour la bobine et les contacts.

III. LE RELAIS THERMIQUE


Les relais thermiques protègent les moteurs électriques contre les surintensités.
Le relais thermique est un appareil qui protège le récepteur placé en aval contre les
surcharges et les coupures de phase. Pour cela, il surveille en permanence le courant
dans le récepteur.
En cas de surcharge, le relais thermique n’agit pas directement sur le circuit de
puissance. Un contact du relais thermique ouvre le circuit de commande d'un contacteur
est le contacteur qui coupe le courant dans le récepteur.
1. Symbole
Le relais thermique n'a pas de pouvoir de coupure, il est toujours associé à un
contacteur.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 37


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Le relais thermique coupera par le biais d'un contact auxiliaire l'alimentation du


contacteur dans la partie commande.

IV. LE DISJONCTEUR.

1. Définition.
Un disjoncteur est un appareil de connexion électrique capable d'établir, de supporter et
d'interrompre des courants dans les conditions normales du circuit, ainsi que d'établir,
de supporter pendant une durée spécifiée et d'interrompre des courants dans des
conditions anormales spécifiées telles que celles du court-circuit ou de la surcharge.
2. Symboles.

Disj oncteurs Disj oncteur


magnétique Pôles ou contacts principaux
magnéto-thermique
Disp ositif d'accrochage
mécanique
Liaison mécanique
Q1 Q2 Q3
Déclencheur thermique
Déclencheur magnétique

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 38


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V. DISJONCTEUR MOTEUR
Une chaîne départ moteur est constituée des éléments suivants :
- un sectionneur (éventuellement cadenassable).
- une protection contre les courts-circuits (dispositif magnétique ou fusibles).
- une protection thermique (relais thermique).
- un contacteur assurant la mise en marche et l’arrêt du moteur.
Pour simplifier cette chaîne les constructeurs proposent des appareils rassemblant en
un seul module plusieurs de ces fonctions.

1. LE DISJONCTEUR MOTEUR MAGNETIQUE.


Cet appareil regroupe un sectionneur cadenassable avec possibilité de commande sur
porte et un disjoncteur magnétique.
Le déclenchement magnétique a un réglage fixe à 14 In pour accepter le courant de
démarrage du moteur.

2. LE DISJONCTEUR MOTEUR MAGNETO-THERMIQUE.


Cet appareil regroupe les mêmes fonctions que le disjoncteur moteur magnétique plus
une protection thermique.

Le déclencheur magnétique assure la protection contre la marche en monophasé.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 39


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

VI. LES CAPTEURS DE FIN DE COURSE (OU BUTEE DE FIN DE COURSE)


Le capteur de fin de course est un capteur qui possède un dispositif mécanique et
deux contacts 1NO et 1NC. Il permet de couper ou établir un circuit lorsqu’il est
actionné par un mobile.

VII. FUSIBLES
Il comporte un fil conducteur grâce à sa fusion.il interrompe le circuit électrique lorsqu'il
est soumis à une intensité du courant qui dépasse la valeur maximale supportée par le
fil.

Il existe plusieurs types de fusibles:


 aM: ce sont des cartouches à usage industriel, pour l'accompagnement moteur,
commence à réagir à partir de 4*In (In est le courant prescrit sur le fusible), protège
uniquement contre les courts- circuits. Il est souvent utilisé pour les moteurs, les
transformateurs...
 gG: ce sont des fusibles à usage industriel protège contre les faibles et les fortes
surcharges et les courts circuits. Il est utilisé pour l'éclairage, les fours, la ligne
d'alimentation...
 gF: ce sont des fusibles à usage domestique, il assure la protection contre les
surcharges et les courts circuits.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 40


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

VIII. BOUTONS POUSSOIRS


Il en existe deux types: Les boutons poussoirs à fermeture et les boutons poussoirs à
ouverture. Ils servent à ouvrir ou fermer un circuit électrique. Dès qu'on relâche ils
reviennent dans leur position initiale.
Le bouton poussoir est composé de deux parties différentes le corps et la tête. La tête
s'emboite dans le corps grâce à un clip.
Le corps qui par sa référence indiquera si c'est un bouton poussoir NO ou NC.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 41


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

CHP 4 : SCHEMAS DE BASE D’UN DEPART MOTEUR


I. INTRODUCTION
La majorité des installations industrielles sont constituées par deux types de circuits: le
circuit de commande et le circuit de puissance.

II. CIRCUIT DE COMMANDE


Il comporte l'appareillage nécessaire à la commande des récepteurs de puissance.
On trouve:
- La source d'alimentation
- Un appareil d'isolement (sectionneur)
- Une protection du circuit
- Un appareil de commande ou de contrôle (bouton poussoir, détecteur de grandeur
physique)
- Organes de commande (bobine du contacteur)
La source d'alimentation et l'appareillage du circuit de commande ne sont pas
nécessairement celle du circuit de puissance, elle dépend des caractéristiques de la
bobine.

La commande peut être réalisée :


- directement par l’opérateur sur le disjoncteur (disjoncteur-moteur seul) -> la
commande est dite manuelle,
- à partir de boutons poussoirs (disjoncteur-moteur associé à un contacteur) ->
la commande est dite automatique.
- Le sectionnement entre le moteur et le réseau pour établir un isolement de
sécurité et autoriser des interventions sur la mécanique.

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 42


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

III. NOTIONS DE SIGNALISATION


Ce sont des lampes de signalisation ou voyants. Elles servent à donner une information
sur l'état du système.

IV. CIRCUIT DE PUISSANCE D’UNN MOTEUR ASYCHRONE MONOPHASE

Il comporte l'appareillage nécessaire au fonctionnement des récepteurs de puissance


suivant un automatisme bien défini.
On trouve:
- Une source de puissance (généralement réseau triphasé).
- Un appareil d'isolement (sectionneur).
- Un appareil de protection (fusible, relais thermique).
- Appareil de commande (les contacts de puissance du contacteur).
- Des récepteurs de puissance (moteurs).

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 43


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

IV. DEMARRAGE D’UN MOTEUR MONOPHASE

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 44


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

V. DEMARRAGE D’UN MOTEUR TRIPHASE (un sens de marche)

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 45


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

VI. DEMARRAGE D’UN MOTEUR TRIPHASE (deux sens de marche)

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 46


2IE/ S5D-GEE Electricité appliquée Novembre 2017

Enseignant : Ing PASCAL SANOUIDI Page 47