Vous êtes sur la page 1sur 6

Entrée messianique à Jérusalem

(Mt 21, 1-11)


Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples,
vous connaîtrez la vérité et la
vérité fera de vous des hommes libres (Jn 8, 31-32).

1 Lorsqu'ils approchèrent de Jérusalem et arrivèrent près de


Bethphagé, au mont des Oliviers, alors Jésus envoya deux Jérusalem – lieu choisi par
David comme capitale des douze
disciples tribus d’Israël où il déposa
2 en leur disant : «Allez au village qui est devant vous; l’Arche d’alliance; Salomon y
vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et un ânon avec construisit le Temple et
elle; détachez-la et amenez-les-moi. Jérusalem devint le centre
3 Et si quelqu'un vous dit quelque chose, vous répondrez : religieux des Juifs.
Dans le NT, la ville garde une
‹Le Seigneur en a besoin›, et il les laissera aller tout de place importante étant liée au
suite.» nom de Jésus (Passion,
4 Cela est arrivé pour que s'accomplisse ce qu'a dit le Crucifixion, Ascension).
prophète :
5 Dites à la fille de Sion : Voici que ton roi vient à toi, Le mont des Oliviers – lieu lié
humble et monté sur une ânesse et sur un ânon, le petit d'une à l’annonce de la destruction du
bête de somme. Temple de Jérusalem (Mt 24, 3),
6 Les disciples s'en allèrent et, comme Jésus le leur avait du reniement de Pierre (Mc 14,
26-27) et à l’Ascension de notre
prescrit, Seigneur Jésus-Christ.
7 ils amenèrent l'ânesse et l'ânon; puis ils disposèrent sur
eux leurs vêtements, et Jésus s'assit dessus.
Hosanna – en hébreu “sauve
8 Le peuple, en foule, étendit ses vêtements sur la route; donc”; acclamation religieuse
certains coupaient des branches aux arbres et en jonchaient utilisée dans les processions et
la route. les cérémonies; cri de triomphe
9 Les foules qui marchaient devant lui et celles qui le et de joie. Ici, le serment de
suivaient, criaient : «Hosanna au Fils de David! Béni soit au fidélité du peuple au seul Roi et
à l’unique Royaume, la promesse
nom du Seigneur celui qui vient! Hosanna au plus haut des d’être fidèle à la liberté, à la
cieux!» vérité et à l’amour que le Christ
10 Quand Jésus entra dans Jérusalem, toute la ville fut en a annoncées; il réaffirme et
émoi : «Qui est-ce?» disait-on; annonce la liberté divine de
11 et les foules répondaient : «C'est le prophète Jésus, de l’homme (Ps 118, 25-26).
Nazareth en Galilée.»

Le saviez-vous?

• Une semaine avant Pâques, les croyants fêtent le Dimanche des Rameaux, appelé aussi Les
Rameaux ou le Dimanche des Palmes, en commémorant l’entrée de Jésus-Christ à Jérusalem.
• C’est une entrée glorieuse, ainsi que pleine d’humilité; c’est une rencontre entre l’humilité et la
souveraineté, le pouvoir et l’amour, la gloire et la liberté.
• Le peuple l’accueille comme un Roi, avec des exclamations de joie et des palmes à la main;
“mais ce roi ne dispose d’aucun pouvoir sinon celui de l’amour, Il ne donne rien sinon la liberté
et la joie, Il n’exige rien sinon ce même amour et cette même liberté”.
• Tout l’enseignement de Jésus prouve qu’il n’y a pas de pouvoir au monde qui puisse briser de
l’intérieur et asservir celui qui connaît la vérité et qui a acquis en lui la liberté. Vient un moment
où la vérité triomphe et où le pouvoir tremble.
• L’essentiel de cette fête du Dimanche des Rameaux est cette liberté qui se constitue dès ici et
maintenant et dans ce sens le Dimanche des Rameaux est la fête de la libération.
• Le Dimanche des Rameaux est “anticipation de la Croix”, comme le proclame l’un des chants de
cette fête.
• À partir du lundi de la Semaine sainte, l’Église médite dans sa liturgie sur le mystère de la
Passion du Christ et la revit ainsi. Les tropaires du lundi, mardi et mercredi dirigent les pensées et
l’espoir du chrétien vers la Parousie : “Voici que survient l’Époux au milieu de la nuit. Heureux
le serviteur qu’il trouvera éveillé! Malheureux celui qu’il trouvera indolent! Vois donc, mon âme,
ne te laisse pas vaincre par le sommeil; à la mort tu serais livrée; hors du royaume tu serais
rejetée. Mais dégrise-toi et dis : Saint, Saint, Saint, ô Dieu! Par la Mère de Dieu, aie pitié de
nous!”

Activités

I. Essayez!

• Mettez en roumain le tropaire du jour qui dit :


“Ensevelis avec toi par le baptême,
Christ notre Dieu, nous avons été rendus,
par Ta Résurrection,
dignes de la vie immortelle.
Avec des hymnes nous te chantons :
Hosanna au plus haut des cieux!
Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur”.

• Consultez le calendrier orthodoxe et nommez les dimanches qui forment le Grand Carême.

3. Que pensez-vous de l’affirmation : “Et c’est précisément dans cette rencontre entre l’humilité et la
souveraineté, le pouvoir et l’amour, la gloire et la liberté que réside le sens éternel de cet
événement évangélique, ainsi que de cette fête que l’Église appelle l’Entrée du Seigneur à
Jérusalem”?

II. Méditez sur :

Hilaire de Poitiers

Sur Matthieu

1. Il convient que maintenant deux disciples soient dépêchés pour détacher une ânesse et son ânon,
parce qu’une double vocation de la foule devait provenir des païens. Il y avait en effet et il y a des
Samaritains qui avaient jadis quitté la Loi à la suite d’une sécession et qui vivaient dans la dépendance, en
pratiquant la soumission; il y avaient aussi les païens rebelles et farouches. Ainsi deux disciples sont
envoyés pour détacher ceux qui sont retenus et entravés par les liens de l’erreur et l’ignorance et ils sont
envoyés hors de Jérusalem, car c’est en dehors de cette ville qu’il y avait ces deux vocations […] Le fait
que les disciples sont instruits à répondre, si on les interroge, que les deux bêtes sont nécessaires au
Seigneur et doivent être relâchées bientôt après veut dire que, prédicateurs de la foi évangéliques, à leur
tour doivent être donnés eux-mêmes à leur nation particulière. Ainsi est accomplie la prophétie qui
annonçait que le Seigneur viendrait à Jérusalem monté sur une ânesse et un ânon tout jeune. Mais la
prophétie est donnée par les faits réels, car l’ânesse est détachée du bourg et est présentée : c’est-à-dire
que la Samarie investie par la domination étrangère d’autrui, est détachée par les apôtres et rendue à son
seigneur. Le Seigneur également monte sur l’ânon, tout jeune, rebelle et dur, et voilà que tous ces défauts
de l’ignorance païenne reçoivent un maître et que l’arrogance de tant d’esprits est devenu un véhicule de
Dieu […]

2. Dans les vêtements il y a l’idée que les patriarches étendront leur gloire sous le Seigneur, – par leur
naissance en effet, par leur nom, par leur persécution ils L’ont prophétisé – et, se dessaisissant pour lui de
tout l’appareil de leur prestige, en se couchant sous son siège, ils enseigneront que toute leur gloire s’est
couchée pour préparer la venue du Seigneur. Pour l’homme, les habits qui encore s’étendent sur le chemin
de Celui qui s’avance sont ceux des prophètes : ils ont annoncé en effet cette route comme celle des
païens qui transporteraient Dieu et celle des hommes qui, sacrifiant l’amour du siècle en s’offrant à la
mort et aux lapidations, se sont dépouillés en quelque sorte de leurs propres corps offerts dans l’intention
que l’on marche sur cette sorte de chemin. Les apôtres, à leur tour, étendent, après les vêtements, des
branches d’arbres coupés, mais il n’y avait pas dans ce geste l’accomplissement respectueux d’un devoir
humain, car les rameaux pouvaient gêner celui qui avançait et embarrasser le chemin de celui qui se hâtait
pour entrer, mais tout un plan prophétique se déploie et l’image de l’avenir est sauvegardée. Ainsi, ce sont
les branches des païens stériles, c’est-à-dire les fruits des païens naguère incroyants qui sont étendus par
les apôtres sur la route du Seigneur et qui sont rendus justes par les pas du Sauveur. Sa marche se déroule
grâce à eux et, pour Dieu qui s’avance, c’est un hommage très agréable qui est rendu par les branches
d’une tige stérile.

3. […] hosanna en hébreu veut dire : rédemption de la maison de David. Ensuite l’appellation Fils de
David s’applique à celui en qui l’on pouvait reconnaître l’héritage du royaume éternel. Enfin il y a cette
confession : Béni au nom du Seigneur. Et pourtant ils devaient s’écrier en blasphémant : Crucifie-le! Mais
les faits présents réalisent l’image de l’avenir, et même si les sentiments des hommes qui participaient à
ces événements se contredisent, et quelque opposés que dussent être ensuite leurs effets, ce que des
hommes font même involontairement prépare à croire aux réalités célestes.

Jésus n’est plus au tombeau


(Matthieu 28, 1-15)
“Je suis la Résurrection et
la Vie : celui qui croit en Moi,
même s’il meurt, vivra” (Jn 11, 25).

1 Après le sabbat, au commencement du premier


jour de la semaine, Marie de Magdala et l'autre
Marie vinrent voir le sépulcre. Résurrection – du latin
2 Et voilà qu'il se fit un grand tremblement de terre resurrectio = action de se
: l'ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la redresser, d’où le sens de
pierre et s'assit dessus. s’éveiller de la mort, de se
3 Il avait l'aspect de l'éclair et son vêtement était redresser vivant.
blanc comme neige.
4 Dans la crainte qu'ils en eurent, les gardes furent
Marie de Magdala = Sainte
bouleversés et devinrent comme morts. myrrophore Marie-Madeleine,
5 Mais l'ange prit la parole et dit aux femmes : célébrée le 22 juillet, guérie et
«Soyez sans crainte, vous. Je sais que vous cherchez renouvelée en et par le Christ; la
Jésus, le crucifié. première, selon Saint Jean (Jn
6 Il n'est pas ici, car il est ressuscité comme il 20, 11-18), à avoir vu Jésus
ressuscité.
l'avait dit; venez voir l'endroit où il gisait.
7 Puis, vite, allez dire à ses disciples : ‹Il est
ressuscité des morts, et voici qu'il vous précède en
Galilée; c'est là que vous le verrez.› Voilà, je vous Blanc – couleur de lumière et
l'ai dit.» de vie, couleur céleste du Christ
8 Quittant vite le tombeau, avec crainte et grande (Mc 9, 3); marque des êtres
joie, elles coururent porter la nouvelle à ses associés à la gloire de Dieu :
êtres célestes ou transfigurés,
disciples. saints (Ap 7, 14).
9 Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit
: «Je vous salue.» Elles s'approchèrent de lui et lui
Frère – Jésus inaugure une
saisirent les pieds en se prosternant devant lui. nouvelle filiation, les liens de
10 Alors Jésus leur dit : «Soyez sans crainte. Allez parenté sanguine étant remplacés
annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en par la parenté spirituelle. La
Galilée : c'est là qu'ils me verront.» nouvelle communauté fraternelle
11 Comme elles étaient en chemin, voici que est ouverte à tous (Mt 5, 43-47).
quelques hommes de la garde vinrent à la ville
informer les grands prêtres de tout ce qui était
arrivé.
12 Ceux-ci, après s'être assemblés avec les anciens
et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une
Disciple – terme peu
employé dans l’AT (disciples
bonne somme d'argent,
d’Ésaïe, par exemple), il y a 13 avec cette consigne : «Vous direz ceci : ‹Ses
plusieurs catégories de disciples disciples sont venus de nuit et l'ont dérobé pendant
dans le NT : disciples de Moïse
(Jn 9, 28), du Baptiste (Mc 2, que nous dormions.›
18; Jn 1, 35), des Pharisiens (Mt 14 Et si l'affaire vient aux oreilles du gouverneur,
22, 16) et spécialement ceux qui
c'est nous qui l'apaiserons, et nous ferons en sorte
ont reconnu Jésus pour leur
maître. que vous ne soyez pas inquiétés.»
15 Ils prirent l'argent et se conformèrent à la leçon
qu'on leur avait apprise. Ce récit s'est propagé chez
les Juifs jusqu'à ce jour.

Le saviez-vous ?

• La Résurrection de Jésus accomplit les promesses prophétiques, tout se passant selon le


plan de Dieu (Ac 2, 22-24). Seigneur de la Gloire (1 Co 2, 8), Jésus est le Sauveur des
hommes.
• Jésus Lui-même annonce plusieurs fois Sa Passion et Sa Résurrection (Mt 16, 21; 20, 17-
19; Mc 10, 32-34; Lc 18, 31-34). Le corp et le sang du Seigneur apportent le salut du
monde, Christ étant “l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde” (Jn 1, 29).
• La Résurrection du Christ, “premier-né d’entre les morts” (Col 1, 18) a été réelle, Celui-
ci s’étant montré plusieurs fois aux femmes myrrophores et aux disciples (Mc 16, 1-16;
Lc 24 13-32, 36; Jn 20, 17-23); Thomas fait personnellement l’expérience de la
Résurrection du Christ, en enfonçant son doigt à la place des clous et dans le côté frappé
par la lance (Jn 20, 27-28). Les Évangiles canoniques ne parlent pas sur la manière dont
Jésus est sorti de la tombe, gardant le Mystère de la Résurrection.
• La résurrection de l’être humain, conséquence de l’Incarnation et de la Résurrection du
Christ (1 P 1, 3), est anticipée par les miracles de Celui-ci: la résurrection de Lazare (Jn
11, 17-44), de la fille de Jaïre (Mc 5, 21-43) ou du fils de la veuve de Naïn (Lc 7, 11-17).
Jésus est le maître de la vie et de la mort.
• Les chrétiens commémorent la Résurrection du Christ, Son passage de la mort à la vie, le
jour de Pâques et chaque dimanche, par la célébration de la sainte Eucharistie. La foi
dans la Résurrection du Christ est notre salut (Rm 10, 9; 1 Co 6, 4).
• La doctrine sur la Résurrection a été introduite dans le Symbole de foi.
• La Résurrection ne peut être détachée de la Parousie (Ac 1, 11).
Activités

I. Essayez!

1. Mettez en roumain :

“Ce n’est pas un délégué ni un messager,


C’est Lui, en personne, qui les sauva :
Dans son amour et dans sa compassion,
C’est Lui-même qui les racheta.
Il les souleva, il les porta
Tous les jours d’autrefois.” (Es 63, 9)

Ratachez ce texte à la personne de Jésus Christ notre Seigneur et Rédempteur.

2. Expliquez le sens des mots suivants : rédemption, Rédempteur, déification, Parousie, salut.
Associez-les à la Résurrection du Christ.

3. Trouvez dans le Guide de peinture de Denys de Fourna les indications concernat les icônes La
Crucifixion, La mise au tombeau, l’Ascension. Regardez ces images et identifiez les personages et
leur rôle dans l’économie du salut.
II. Méditez sur :

Saint Jean Chrysostome

Homélie à Pâques

Que tout homme pieux et aimant Dieu jouisse de cette belle et lumineuse solennité. Que tout
serviteur fidèle entre joyeux dans la joie de son maître. Que celui qui s’est donné la peine de jeûner
reçoive maintenant de denier qui lui revient. Que celui qui a travaillé dès la première heure reçoive à
présent son juste salaire. Si quelqu’un est venu après la troisième heure, qu’il célèbre cette fête, dans la
reconnaissance. Si quelqu’un a tardé jusqu’après la sixième, qu’il n’ait aucune hésitation, car il ne perdra
rien. S’il en est un qui a remis jusqu’à la neuvième, qu’il approche sans hésitation, sans crainte. Et s’il en
est un qui a traîné jusqu’à la onzième, qu’il ne craigne pas son nonchaloir. Le Seigneur est généreux et Il
reçoit le dernier comme le premier; Il admet au repos celui qui vient à la onzième heure comme le
travailleur de la première. Du dernier, Il a pitié; et Il prend soin du premier. À celui-ci Il donne; à l’autre
Il fait grâce. Il reçoit l’œuvre et Il accueille avec amour la bonne volonté. Il honore l’action, Il loue la
bonne disposition. Ainsi donc, entrez tous dans la joie de votre Maître, et les premiers et les seconds, vous
recevrez la récompense. Riches et pauvres ensemble, soyez en fête. Abstinents et paresseux, honorez ce
jour. Vous qui avez jeûné et vous qui ne l’avez pas fait, réjouissez-vous aujourd’hui. La table est chargée,
goûtez-en tous. Le veau gras ne manque pas : que personne ne s’en retourne avec faim. Tous, goûtez au
banquet de la foi. Tous, recueillez les richesses de la miséricorde. Que personne ne se lamente sur sa
pauvreté : car le Royaume commun est apparu. Que personne ne se plaigne de ses péchés car le pardon a
jailli du tombeau. Que personne ne craigne la mort, car la mort du Sauveur nous a délivrés. Il l’a éteinte,
après avoir été retenu par elle. Celui qui est descendu aux enfers a dépouillé l’Enfer. Il l’a rendu amer
pour avoir goûté à la chair. Et cela Ésaïe l’avait prédit : l’Enfer, dit-il, a été rendu amer t’ayant rencontré
sous terre. Il est devenu amer parce qu’il a été anéanti; il est devenu amer parce qu’il a été humilié; il est
devenu amer parce qu’il a été mis à mort; il est devenu amer parce qu’il a été terrassé; il est devenu amer
parce qu’il a été enchaîné. Il avait pris un corps, et il s’est trouvé devant un Dieu; il avait pris de la terre et
il a rencontré le ciel; il avait pris ce qu’il avait vu et il est tombé à cause de ce qu’il n’avait pas vu : O
mort, où est ton aiguillon? Enfer, où est ta victoire? Le Christ est ressuscité et tu as été précipité. Le
Christ est ressuscité et les démons sont tombés. Le Christ est ressuscité et les anges sont dans la joie. Le
Christ est ressuscité et la vie règne. Le Christ est ressuscité et il n’y a plus un mort au tombeau. Car le
Christ ressuscité des morts est devenu prémices des défunts. À Lui gloire et puissance dans les siècles des
siècles. Amen.