Vous êtes sur la page 1sur 7

 

 
 
 
 
Projet de médiation : ​la société ​Sous les Pavés 
~ Cahier des charges ~
Rick Razanadrakoto / Cassandra Chatainier

Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO)


Filière Communication et Formation Interculturelle (CFI)

I. Projet de développement de nouveaux publics 


Un premier constat peut être fait, et cela, de manière générale dans notre société
actuelle. Pour se développer, les entreprises, associations, et start-up doivent acquérir
de la visibilité. Pour se faire, elles disposent de moyens qui se diversifient de plus en
plus, qui deviennent accessibles à tous, mais surtout qui sont très efficaces. Dans le cas
de Sous les Pavés, la société se doit d’être plus visible si elle souhaite obtenir de
nouveaux publics. Dès lors, plusieurs solutions sont possibles :

- Améliorer le référencement sur Google afin d’être en tête de la première page de


recherche
- Améliorer le site internet : mise en page, contenu etc (voir le projet du premier
semestre)
- Poster des photos, vidéos live sur Facebook, Twitter, Instagram ET le site internet
: pour montrer que leurs événements existent et que cela plaît. Développer une
communication via les réseaux sociaux grâce au community management
permet une interaction avec le public constante, ainsi qu’une visibilité continue.
Éventuellement, rendre la communauté plus participative, il faut qu’il y ait un

Mars 2018
lien, une entraide entre les membres, une bonne communauté attirera toujours
plus de personnes
- Rédiger une brochure en ligne peut-être, avec une présentation générale de la
structure, ses activités etc
- Pourquoi ne pas créer une rubrique “équipe” pour voir qui se cache derrière
Sous les Pavés ? C’est une pratique qui est de plus en plus courante et appréciée
du grand public, mettre un visage sur la/les personne(s) qui gèrent la société
ainsi que les intervenants. La transparence s’applique dans tous les domaines et
est devenue quasiment incontournable.

Actuellement, la cible touchée par Sous Les Pavés est essentiellement un public
parisien, actif, entre 25 et 40 ans. Cette analyse proposera de réfléchir à l’élargissement
vers de nouveaux publics, pour chacun de ces publics, il s’agira de :
➔ Proposer une liste de personnes et organismes à contacter afin d’élargir les
publics potentiels
➔ Répondre aux problématiques posées
➔ Réfléchir éventuellement à des thèmes de visites différentes et /ou adaptées à
d’autres sensibilités afin d’enrichir l’offre

★ Les scolaires
>> De quelle façon mettre en lien les thématiques des visites proposées par Sous les
Pavés avec les programmes scolaires de collèges et lycées ? Comment adapter les visites
à un public plus jeune ?

Cette problématique reste difficile à traiter car Sous les Pavés ne vise pas les plus
jeunes, et encore moins dans un contexte scolaire. Il faudrait alors réinventer toute une
thématique plus conforme à leurs attentes. Après avoir étudié la structure, toutes les
activités ne correspondent pas et ne peuvent convenir à des collégiens par exemple
(Crimes et châtiments à Paris, Les exécutions publiques à Paris …). Pour toucher ce
public, Sous les Pavés devra sortir de ses habitudes pour proposer des activités qui
correspondent à des périodes, des événements vus dans les programmes scolaires :
qu’il s’agisse de l’Histoire de Paris et de la France, d’une recherche sur les poètes,
écrivains et dramaturges ou même de la science. Élargir son champ d’action est
nécessaire, avant de proposer des partenariats avec des établissements scolaires
publics ou privés. Il est donc souhaitable de se pencher sur le côté historique et
symbolique de certaines visites, qui seraient plus en lien avec les programmes scolaires
comme par exemple “le Louvre ésotérique”, “Au temple des templiers”, “Paris 1900” etc.

Mars 2018
Un second problème est à soulever : les horaires des activités. Avec des visites
principalement fixées en début de soirée, les possibilités de négocier une sortie
scolaire se réduisent drastiquement, une solution serait d’aménager des heures
spécifiques pour les écoles. Et bien entendu, de proposer des tarifs réduits pour les
groupes.

★ Comités d’entreprise
Séduire les comités d’entreprise demande de s’adapter aux exigences d’un groupe
d’individus hétéroclites, qui ne partagent pas forcément les mêmes centres d’intérêt.
Dans le cadre d’une activité “team building” par exemple, l’enjeu sera de proposer une
pléthore d’activités pouvant satisfaire le plus grand nombre, et construire de nouveaux
liens. L’idée est ensuite de créer une rubrique sur le site internet de Sous les Pavés,
spécialement dédiée aux comités d’entreprise qui peuvent être intéressés par leurs
offres, avec à la clé des tarifs réduits et une prise en charge des préparations.

Sous les Pavés peut tout aussi bien étendre l’offre, et faire découvrir de nouvelles villes
comme Lyon, Bordeaux … mais aussi, des petites communes historiques, pour les
entreprises parisiennes qui souhaitent se déplacer hors de Paris. La mise en place de
partenariats est également un plus indéniable.

★ Touristes
>> Comment rendre les visites populaires auprès de publics étant de passage à Paris ?

Les touristes sont un public incontournable mais pourtant assez difficile à attirer pour
plusieurs raisons :
La première est le manque de visibilité dû au référencement et à l’absence de
partenariat avec les offices de tourisme (principalement celles de Paris). Par
conséquent, les touristes qui vont vouloir organiser leur séjour sur Paris ont peu de
chance de trouver Sous les Pavés durant leur recherche. L’idée serait de se faire
référencer sur des sites internet (touristiques) connus, comme “l’Office du Tourisme et
des Congrès de Paris”, “Que faire à Paris ?” etc, cela apportera confiance et crédibilité
auprès des différents publics. Éventuellement, améliorer le site internet peut
contribuer à l’évolution d’un public touristique, n’oublions pas que le site internet est
la première vitrine pour les internautes.
La deuxième est que les touristes représentent un ensemble d’individus très différents,
et il est primordial d’en tenir compte. D’où l’utilité d’un partenariat avec des offices de
tourisme local, voire national (selon la zone visée) qui pourra aboutir à des échanges et
à la mise en place d’activités dédiées aux offices de tourisme qui proposeront par la
suite, les activités selon le profil du client.

Mars 2018
Pourquoi ne pas privilégier des visites originales autour d’un monument
historique/touristique tout en gardant leur côté atypique ? Comme avec le Louvre par
exemple, ou encore le Cimetière du Père Lachaise etc.

Éventuellement, apparaître dans les Wonderbox ou Smartbox permettra d’acquérir de


la visibilité auprès des touristes en échange d’un renouvellement des activités de ces
organismes, et peut-être bien une nouvelle clientèle. C’est tout un processus
gagnant-gagnant.

Enfin, n’oublions pas non plus les guides touristiques (print & online). Tout comme les
Wonderbox & Smartbox, l’idée est de se faire référencer dans des guides touristiques
(bonnes adresses, activités particulières …) afin de profiter de leur visibilité, car c’est
leur domaine de prédilection :

- Le guide du Routard
- Le petit Futé
- Lonely Planet
- D’autres petits ouvrages touristiques à Paris (Week-end, une semaine à Paris ….)

Sous les Pavés pourrait les contacter pour les inviter à quelques visites gratuites en
échange d'apparaître directement dans leurs guides.

★ Offices de tourisme
Les offices de tourisme sont des partenaires incontournables permettant d’attirer de
nouveaux clients. Pour cela, il faut attirer l’attention des offices, principalement celles
situées en Ile de France, privilégier le local le temps que la structure se développe, les
démarcher et mettre en avant les projets de Sous les Pavés. La mise en avant de leurs
activités, de leur professionnalisme et de leur savoir-faire seront des arguments chocs,
mais il faudra surtout appuyer sur l’intérêt qu’en tireront les agences : à savoir plus
d’activités à proposer, et donc une meilleure offre + visibilité.

★ Public âgé (public autonome ou maison de retraite)


Les retraités constituent une cible idéale pour Sous Les Pavés. Parmi les différents
public, c‘est une cible généralement aisée qui a du temps et la volonté de découvrir. Les
activités proposées suffisent, toutefois il faudra communiquer plus en détail sur
l’aspect “physique” de ces visites (les personnes âgées ont parfois des difficultés à se
déplacer par exemple). Il est à noter également qu’elles n’ont pas la même utilisation
d’internet par rapport aux plus jeunes. Certes, elles utilisent ce média, mais très peu les
réseaux sociaux, ni les autres moyens de communication des publics plus jeunes. Bien
que les personnes âgées s’adonnent de plus en plus aux outils numériques

Mars 2018
(applications ...), elles n’en restent pas moins plus facilement attirées par ce qu’elles
voient sur du print comme les journaux, magazines etc.

Il faut donc passer par différents canaux, améliorer les référencements et créer un
partenariat avec la ou les villes concernées ainsi que les offices de tourisme afin de
réaliser des supports qui touchent cette part de population. Les partenariats avec les
offices de tourisme vont permettrent de toucher plus facilement ce public.

★ Secteur du handicap
Le secteur du handicap n’est pas le public le plus facile à démarcher par rapport aux
activités que proposent Sous les Pavés. Il serait judicieux de définir et restreindre
certaines visites, de revoir une partie des activités, en privilégiant des sorties adaptées
et adéquates, voire des ateliers. Il serait peut-être envisageable d’aller démarcher
différentes associations, puisqu’elles demandent une préparation et des
aménagements particuliers. ​Les plus importantes assurent les deux fonctions comme :

➢ APF (Association des paralysés de France) pour le handicap moteur


➢ Unapei (Union nationale des Associations de Parents et Amis des personnes
handicapées mentales) pour la déficience intellectuelle

★ Visites hors de Paris ?


Intervenir en dehors de Paris, à commencer par l’Ile de France par exemple, peut
amener à conquérir un public plus large, car Sous les Pavés sera plus facilement
accessible. Cependant il faut également prendre conscience des coûts (plus onéreux)
qu'entraînent cette solution : il s’agit de s’étendre, ce qui implique des déplacements,
du personnel, (et possiblement des locaux). Il faut tout aussi bien connaître d’autres
régions, qui refoulent des histoires et des anecdotes comme la Normandie,
Rhône-Alpes ...

De plus, le public parisien est assez spécifique sur les attentes, peut-être faudra t-il
s’adapter à un nouveau public ?

Mars 2018
★ Influenceurs
Besoin d'accroître sa notoriété, de développer ses communautés sur les réseaux sociaux
…. Selon ​cet article​, à chaque fois qu'un contenu est posté sur Instagram, YouTube,
Facebook, à propos d'une marque/structure en particulier, les sites marchands
constatent un pic d'audience. Pourquoi avoir recours aux influenceurs ? Ils peuvent
influencer le comportement d'achat de leur communauté. Et notamment en s'adressant
à une cible bien particulière, celle des 15-35 ans (cible idéale pour Sous Les Pavés).
L'essor des réseaux sociaux, qui a amplifié cette influence, représente un véritable
levier de croissance pour les marques. Une photo sur Instagram, la mention d'une
marque sur YouTube, une apparition publique... tout est monnayable. C'est de la
publicité sous une forme différente, qui doit être néanmoins mentionnée clairement
auprès de l'audience des influenceurs.

Notre proposition est d’organiser des visites gratuites pour certains influenceurs afin
qu’ils puissent en échange, avoir du contenu à publier sur leur chaîne Youtube, blogs
etc. Les youtubers pourront donc proposer du contenu nouveau pour renouveler et
surprendre l’audimat. Dès lors, on entrerait dans une relation gagnant-gagnant, et ces
visites ne représentent pas un investissement financier pour Sous les Pavés.

Concernant les youtubers : l’objectif est de rechercher un influenceur qui puisse être
intéressé par le fait de diffuser du contenu en rapport avec Sous les Pavés. Il serait
judicieux de contacter ceux qui parlent d’Histoire en général, comme les chaînes ”Nota
Bene”, “On va faire cours”, “C’est une autre histoire” ... afin de découvrir l’histoire
autrement. A titre d’exemple, des visites comme “Le Louvre ésotérique”, “Paris 1900” ou
encore “Les exécutions publiques à Paris” etc pourraient parfaitement leur convenir.
Les youtubers “historiens” ont certes, moins de notoriété par rapport à Squeezie,
Norman, Cyprien, Le joueur du grenier, Salut les geeks etc, mais cela touche quand
même un large public et optimisera les chances pour Sous les Pavés de se faire
connaître.

Bien entendu, rien n’empêche de cibler ces youtubers cités plus haut. Toutefois, il sera
plus difficile de négocier une visite gratuite contre un compte rendu de leur visite avec
Sous les Pavés sur leur chaîne Youtube. Cela pourrait même avoir l’effet inverse. Ce qui
plait aux internautes est du contenu imaginé par le youtuber en question et non un
partenariat pour de la publicité. L’astuce est d’être discret et assez subtil. Par exemple,
les youtubers avec une plus grande communauté peuvent tout aussi bien partager du
contenu sur Instagram, expliquant leur visite avec Sous les Pavés avec un texte assez
bref.

Mars 2018
Quant aux blogueurs, le processus est le même que celui des youtubers, l’idéal est de se
faire référencer sur des blogs à caractère historique ou touristique tels que :

- My Little Paris
- Le Bonbon
- Le blog de la méchante
- Il était Paris (​mine d’anecdotes insolites sur la capitale)
- The Parisienne
- Un petit pois sur dix

Bien sûr, il existe bien d’autres blogs mais nous avons sélectionné ceux qui semblaient
être le plus en adéquat pour Sous les Pavés, avec une quantité de followers qui diffèrent
selon les blogs. D’autres blogs sur le thème du “Paris insolite” par exemple ne sont plus
maintenus à jour et ont perdu un nombre d’audimat important.

Résumé synthétique
Pour conclure, nous pouvons affirmer que les différentes possibilités de Sous les
Pavés s’acquièrent avec un marché de ”gagnant-gagnant”, grâce à des partenaires
souhaitant également obtenir une certaine visibilité. Il s’agit de la solution la plus
économique à défaut de pouvoir payer des agences ou des influenceurs afin
d’apparaître dans leurs différents contenus.

Aujourd’hui, le bouche à oreille est la méthode de prédilection pour faire grandir une
structure. D’autant plus qu’internet est un lieu dans lequel les internautes vont très
facilement donner leur avis et le publier au monde entier. Le secret est de profiter des
réseaux sociaux et de la connectivité d’un public qui s’élargit de plus en plus.

Mars 2018

Vous aimerez peut-être aussi