Vous êtes sur la page 1sur 164

Purification de l’eau dans l’industrie

Enrico Riboni
Remerciements
Ce livre est issus des cours Pratiques et économie de la purification de l’eau dans
l’industrie organisés par la Fondation Suisse pour la Recherche en Microtechnique. Ces
cours de formation continue s’adressent à des praticiens de l’industrie. Tout comme ces
cours, le présent livre ne s’adresse donc pas à des personnes ayant déjà des connaissances
approfondies en chimie de l’eau ou en traitement de l’eau, mais à des ingénieurs et
techniciens ayant des bases techniques générales mais pas de connaissances particulières
concernant l’eau : ce livre constitue une introduction à ce domaine.
Depuis 1997, je donne ces cours en coopération avec Madame Uta Moerschell, Ingénieur
Chimiste Diplômé de la Haute Ecole spécialisée de Nürenberg.
Mes remerciements vont donc tout naturellement à Madame Uta Moerschell, qui a
beaucoup contribué au développement du cours et en particuliers à ses chapitres relatifs
à la chimie de l’eau, à la déminéralisation de l’eau et les études de cas, et aussi bien sûr à la
version allemande du cours. Je tiens aussi à remercier Monsieur Fischer, responsable des
cours de formation continue à la Fondation Suisse pour la Recherche en Microtechnique,
qui nous a permis de faire ces cours et nous a encouragé à les améliorer continuellement.
Mes remerciements vont aussi à tous les participants des cours de purification de l’eau
de la Fondation Suisse pour la Recherche en Microtechnique depuis 1997, qui, par leurs
avis et propositions d’amélioration du cours nous ont permis d’améliorer le cours et ont
donc une part de mérite significative pour ce qui est de la qualité du présent ouvrage.

L’auteur
Ingénieur mécanicien diplômé de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Enrico
Riboni a acquis sont expérience de traitement de l’eau d’abord en travaillant comme
chef de projet auprès d’un grand bureau d’ingénieurs-conseils, puis comme responsable
de la filiale Europe et Moyen-Orient d’un fabriquant de matériel de traitement de l’eau
pour l’industrie (Osmonics). Enrico Riboni est actuellement gérant de ozone.ch (Boudry,
Suisse). Cette société propose des services d’ingénieurs-conseil et des produits innovants
pour le traitement de l’eau et l’utilisation de l’ozone.

Version et disponibilité
Vous avez entre vos mains la version 21.2 de ce livre. Elle a été préparée en décembre
2002 et améliorée en mars 2003. Des versions futures sont prévues. Le manuel est dis-
ponible gratuitement en téléchargement en format PDF à partir du site de ozone.ch :
http ://www.ozone.ch. La version imprimée peut être obtenue contre une participation
forfaitaire aux frais d’impression et d’envoi de CHF 100.00 (Suisse) EUR 70.00 (Union
Européenne). Format : classeur A4, noir et blanc. Conditions spéciales pour clients de
ozone.chet ceux qui ont participé à un cours FSRM sur la purification de l’eau sur
demande.

ozone.ch Sàrl i http://www.ozone.ch


Copyright
Enrico
c Riboni, Chézard-Saint-Martin, Suisse, 1997-2003. Le manuel peut être utilisé
librement pour un usage en enseignement, entreprise et en cadre privé. Il ne peut en
aucun cas être proposé à la vente, sauf par Enrico Riboni, ozone.chet la Fondation
Suisse pour la Recherche en Microtechnique.

ozone.ch Sàrl ii http://www.ozone.ch


Table des matières

I. Introduction et rappels 1
1. Introduction 2
1.1. L’eau : aussi omniprésente que méconnue . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2. Rappel historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3. Tendances actuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

2. Introduction à la chimie de l’eau 6


2.1. Qu’est-ce que l’eau ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2. Les classes de polluants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.3. Une classification alternative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3.1. Polluants primaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3.2. Polluants secondaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3.3. Polluants tertiaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3.4. Les traces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.3.5. Composants non permanents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.4. Les unités de mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4.1. Unités de mesure des substances dissoutes . . . . . . . . . . . . . 10
2.4.2. Unités de mesure des solides en suspension . . . . . . . . . . . . . 11
2.4.3. Dureté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.5. pH, acides et bases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.6. Oxydo-réduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.7. Conductivité de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.8. Dissolution et précipitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.9. L’équilibre calco-carbonique de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

3. Les polluants dans l’eau 21


3.1. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.2. Calcium – Ca++ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.3. Magnésium – Mg++ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.4. Bicarbonate – HCO− 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.5. Fer – Fe++ , Fe+++ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.6. Silice – SiO2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

iii
Table des matières

3.7. Gaz carbonique – CO2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22


3.8. Chlore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.9. Trihalométhanes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.10. Que faut-il analyser ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

II. Les technologies de la purification de l’eau 26


4. Filtration et microfiltration 27
4.1. Quelques définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2. Filtration particulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2.1. Pourquoi filtrer ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2.2. Les mécanismes de filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.2.3. Types de filtres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.2.4. Filtres à cartouches consommables . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
4.3. Microfiltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

5. Procédés membranaires 44
5.1. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
5.2. Osmose inverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
5.2.1. Principe de l’osmose inverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
5.2.2. Equations fondamentales de l’osmose inverse . . . . . . . . . . . . 47
5.2.3. Exemples d’unités d’osmose inverse . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.3. Ultrafiltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.4. Nanofiltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

6. La maintenance des osmoseurs 58


6.1. Suivi des performances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.1.1. Paramètres à enregistrer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.1.2. Paramètres à calculer sur la base des enregistrements . . . . . . . 59
6.2. Nettoyage des membranes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

7. La désinfection de l’eau 62

8. Stérilisation U.V. 63
8.1. Principe et limites de la désinfection par ultraviolets . . . . . . . . . . . . 63
8.1.1. Principe de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
8.1.2. Limites de la stérilisation par ultraviolet . . . . . . . . . . . . . . 63
8.1.3. Longueur d’onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
8.1.4. Les lampe ultraviolet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
8.2. Dimensionnement d’un stérilisateur UV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
8.2.1. Dose de rayonnement UVc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
8.3. Doses de rayonnement UV pour différentes classes de micro-organismes . 67
8.3.1. Exemples d’estimations de la dose nécessaire . . . . . . . . . . . . 69

ozone.ch Sàrl iv http://www.ozone.ch


Table des matières

8.3.2. Biodosimetrie ou calcul ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

9. Chloration 73

10.Ozonisation 74
10.1. Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
10.1.1. Désavantages de l’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
10.1.2. Avantages de l’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
10.1.3. Potentiels Rédox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
10.1.4. Matériaux résistants à l’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
10.2. Dosage d’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
10.3. Systèmes de mélange ozone - eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
10.3.1. Colonnes de contact et injecteurs Venturi . . . . . . . . . . . . . . 79
10.3.2. Transfert de masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
10.3.3. Conclusion sur la dissolution de l’ozone . . . . . . . . . . . . . . . 87
10.3.4. Destruction de l’ozone résiduel en phase liquide . . . . . . . . . . 87
10.3.5. Destruction de l’ozone résiduel en phase gazeuse . . . . . . . . . . 88
10.3.6. Ozone : dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
10.3.7. Ozone à partir de l’oxygène de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
10.4. Mesure de l’ozone dans l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
10.4.1. Colorimétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
10.4.2. Sondes électrochimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
10.4.3. Capteurs à semiconducteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
10.4.4. Analyseurs d’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
10.4.5. Comparaison des méthodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
10.4.6. Etude de cas : mesure de l’ozone dans l’air . . . . . . . . . . . . . 94
10.5. Mesure de l’ozone dans l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
10.5.1. Méthodes disponibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
10.5.2. Colorimétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
10.5.3. Mesure du potentiel Rédox . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
10.5.4. Sondes électrochimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
10.5.5. Capteurs à semiconducteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
10.5.6. Analyseurs d’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

11.Sélection d’une méthode de désinfection 98


11.1. Critères de sélection de la méthode de désinfection . . . . . . . . . . . . . 98
11.1.1. Débit de l’installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
11.1.2. Micro-organismes à éliminer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
11.1.3. Caractéristiques de l’eau en sortie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
11.1.4. Intervalle entre traitement et consommation . . . . . . . . . . . . 99
11.2. Quelques exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
11.2.1. Un système d’ozonisation compact et performant pour débits à
partir de 1 m3 /h . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

ozone.ch Sàrl v http://www.ozone.ch


Table des matières

11.2.2. Une unité de potabilisation pour maison sans raccordement au


réseau d’eau potable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
11.2.3. Un point d’eau potable dans un endroit qui n’est pas relié au
réseau électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
11.2.4. Installation de chloration de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
11.2.5. Eau ultrapure, micro-électronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

12.Les biofilms 102


12.1. Importance des biofilms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
12.2. Qu’est-ce qu’un biofilm ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
12.3. Les facteurs influençant la formation et le développement des biofilm . . 102
12.3.1. Temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
12.3.2. Vitesse d’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
12.3.3. Espaces morts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
12.3.4. Barrières antibactériennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
12.4. Contrôle des biofilms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
12.5. Désinfection d’installations lors de l’installation d’un stérilisateur U.V . . 104
12.5.1. Un cas particulier : les boucles de distribution d’eau ultrapure . . 105
12.6. Biofilms et corrosion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

13.L’eau ozonée 108


13.1. Pourquoi l’eau ozonée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
13.2. Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
13.3. Sécurité lors de l’emploi d’eau ozonée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
13.3.1. Problèmes spécifiques à l’utilisation d’eau ozonée . . . . . . . . . 109
13.3.2. Effets de l’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
13.3.3. Les mesures de précaution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

14.La distillation 112


14.1. Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
14.2. Principe de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
14.3. Qualité de l’eau distillée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
14.4. Solutions pour réduire la consommation d’énergie . . . . . . . . . . . . . 114
14.4.1. Effets multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
14.4.2. Thermocompression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
14.5. Limites de la distillation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

15.Procédés par échange d’ions 116


15.1. Introduction à l’échange d’ion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
15.2. Adoucisseurs d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
15.3. Déminéralisation par échange d’ions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
15.3.1. Equations fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
15.3.2. Régénération des échangeurs d’ions à 2 lits . . . . . . . . . . . . . 119
15.3.3. Echangeur d’ions à lit mélangé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

ozone.ch Sàrl vi http://www.ozone.ch


Table des matières

15.3.4. Pourquoi l’eau est-elle meilleure après un lit mélangé qu’après un


deux-lits ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
15.3.5. Régénération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
15.4. Calcul des échangeurs d’ions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
15.4.1. Principes généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
15.4.2. Qualité de l’eau obtenue par échange d’ions . . . . . . . . . . . . 120

16.Les antitartres électromagnétiques 121


16.1. Passions et polémique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
16.2. Principe de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
16.3. Limitations d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122

17.Electrodéionisation 124
17.1. Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
17.2. Avantages et désavantages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
17.2.1. Principaux avantages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
17.2.2. Principaux désavantages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
17.3. Problèmes résultants d’aspects commerciaux . . . . . . . . . . . . . . . . 127
17.4. Etudes de cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
17.4.1. L’osmoseur instable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
17.4.2. Cellule mystérieuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
17.5. Situation actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

18.Dégazage 129
18.1. Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
18.2. La technologie traditionelle : le décarbonateur . . . . . . . . . . . . . . . 129
18.2.1. Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
18.2.2. Le dimensionnement des décarbonateurs . . . . . . . . . . . . . . 129
18.3. Les nouvelles technologies de dégazage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
18.3.1. Principe de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
18.3.2. Calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

III. Conception et optimisation de systèmes de purification de


l’eau 133
19.Introduction 134
19.1. Déroulement du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
19.2. Délais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
19.3. Caractéristiques de l’eau d’alimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
19.3.1. Informations à obtenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
19.3.2. Etude de cas : chlore et membranes . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
19.4. Qualité d’eau nécessaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
19.5. Définition de la qualité de l’eau nécessaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

ozone.ch Sàrl vii http://www.ozone.ch


Table des matières

19.6. Quantité d’eau nécessaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138


19.7. Autres paramètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
19.8. Conception du procédé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139

20.Spécification des principaux éléments 141


20.1. Introduction aux spécifications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
20.2. Osmose inverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
20.3. Echangeurs d’ions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
20.4. Générateurs d’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
20.5. Distillateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
20.6. Electrodéionisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
20.7. Spécification des filtres et cartouches filtrantes . . . . . . . . . . . . . . . 144
20.7.1. Cartouches de péfiltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
20.7.2. Cartouches de microfiltration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
20.7.3. Débits : ordres de grandeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

21.Optimisation de systèmes existants 145


21.1. Méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
21.2. Osmoseurs : optimisation de la maintenance . . . . . . . . . . . . . . . . 145
21.3. Cartouches filtrantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
21.4. Etude de cas : cartouche de préfiltration d’un osmoseur . . . . . . . . . . 145
21.5. Osmoseur en prétraitement d’échange d’ion . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
21.6. Capacité des résines d’échangeurs d’ions . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

ozone.ch Sàrl viii http://www.ozone.ch


Table des figures

1.1. Le traitement de l’eau, un sujet à la frontière de plusieurs disciplines . . . 3


1.2. Les domaines du traitement de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

2.1. La molécule d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7


2.2. Classification des impuretés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3. Conductivité de l’eau en fonction de la concentration de solides dissous
(TDS). [12] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.4. Le gaz carbonique dans l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.5. Nomogramme de Langelier et Ryznard[12] . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.6. Interprétation de l’indice de Ryznar[12] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

3.1. Le CO2 dans l’eau, sous différentes formes en fonction du pH . . . . . . . 23

4.1. Interception directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29


4.2. Mouvement brownien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.3. Adsorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4. La formation d’un gâteau de filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.5. Principe de fonctionnement d’un filtre à poche . . . . . . . . . . . . . . . 32
4.6. Changement d’une poche. Ces poches peuvent se casser, causant des
dégâts importants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.7. Filtre autonettoyant. Principe de fonctionnement. Image : Filters Srl . . 34
4.8. Filtre autonettoyant. Photo : Filters Srl . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4.9. Montage d’un filtre autonettoyant. Photo : Filters Srl . . . . . . . . . . . 35
4.10. Filtre à sable à pression. Photo : Osmonics . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
4.11. Corps de filtres pour filtres à cartouche. Photo : Osmonics . . . . . . . . 37
4.12. Cartouche à fil bobiné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.13. Cutoff, ou netteté du seuil de filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.14. Evolution de la perte de charge au cours de la vie d’une cartouche filtrante 41
4.15. Une cartouche de microfiltration. Photo : Osmonics . . . . . . . . . . . . 42
4.16. Vue au microscope d’une membrane d’une cartouche de microfiltration
absolue. Photo : Osmonics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

5.1. Le phénomène naturel osmose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45


5.2. Un module spiralé [9] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
5.3. Fabrication d’un module d’osmose inverse . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

ix
Table des figures

5.4. Membrane d’osmose inverse : le modèle avec pores. Image : Osmonics . . 47


5.5. Membrane d’osmose inverse : le modèle sans pores . . . . . . . . . . . . . 47
5.6. Représentation schématique d’un osmoseur . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.7. Schéma d’un petit osmoseur industriel. Schéma : Osmonics . . . . . . . . 52
5.8. Exemple d’unité d’osmose inverse pour laboratoire. Photo : Electrolux . 53
5.9. Schéma de principe de l’unité montrée sur la figure 5.8 . . . . . . . . . . 53
5.10. Osmoseur industriel de taille moyenne, muni de membranes 4”. Photo :
Osmonics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.11. Exemple de grand osmoseur industriel, muni de membranes 8”. Photo :
Osmonics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.12. Exemple d’unité d’ultrafiltration au point d’utilisation [20] . . . . . . . . 55
5.13. Schéma d’une unité d’ultrafiltration au point d’utilisation [20] . . . . . . 56
5.14. Machine d’ultrafiltration pour la potabilisation de l’eau . . . . . . . . . . 56

8.1. Absorption du rayonnement ultraviolet par l’eau et par l’ADN . . . . . . 63


8.2. Comparaison des spectres d’émission d’une lampe basse pression et d’une
lampe moyenne pression [13] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
8.3. Réduction du rayonnement émis au bout de 7 jours, en fonction de la dureté 65
8.4. Dose de rayonnement U.V. nécessaire pour réduire de 99.99% divers micro-
organismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
8.5. Exemple de stérilisateur U.V. [23] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

10.1. L’ozone : un désinfectant plus puissant que le chlore [2] . . . . . . . . . . 75


10.2. Les principaux composants d’un système d’ozonisation de l’eau . . . . . . 76
10.3. Génération d’ozone par décharge Corona. Principe . . . . . . . . . . . . . 77
10.4. Exemple de système de génération d’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
10.5. principe de fonctionnement d’une colonne de contact . . . . . . . . . . . 79
10.6. Contacteur municipal : principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
10.7. Injecteur Venturi : principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
10.8. Système Venturi-Réacteur-Cyclon : pilote de démonstration. Photo : GDT
Corporation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
10.9. Ensemble injecteur – réacteur – cyclon : principe . . . . . . . . . . . . . 83
10.10.Solubilité de l’ozone dans l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
10.11.Efficacité de la dissolution de l’ozone dans l’eau . . . . . . . . . . . . . . 85
10.12.Comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
10.13.Concentration de bactéries en plusieurs points d’une chaı̂ne de potabili-
sation de l’eau [25] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
10.14.Exemple d’installation de destructeur catalytique d’ozone. Photo : ozone.ch 89
10.15.Système MembrelTM de production d’ozone à partir de l’oxygène de l’eau.
Photo : Ozonia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
10.16.Détecteur d’ozone portable [23] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
10.17.Détecteur d’ozone fixe dans armoire de protection [23] . . . . . . . . . . . 92
10.18.Analyseur d’ozone pour l’air ambiant. Photo : InUSA Corporation . . . . 94
10.19.Détecteur d’ozone dissous à capteur à semiconducteur. Photo : ozone.ch 96

ozone.ch Sàrl x http://www.ozone.ch


Table des figures

10.20.Principe de fonctionnement d’un analyseur d’ozone utilisant la loi de


Henry. Dessin : InUSA Corporation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
10.21.Analyseur d’ozone à mesure directe dans l’eau. Le capteur, à travers lequel
l’eau passe, est à droite sur la photo. Photo : InUSA Corporation . . . . 97

11.1. Système compact d’ozonisation de l’eau [23] . . . . . . . . . . . . . . . . 100


11.2. Système de potabilisation d’eau de pluie pour maison isolée [23] . . . . . 100

12.1. Un biofilm. Le biofilm est formé de micro-organismes, mais aussi par un


réseau de polymères extra-cellulaires [21] . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
12.2. Contrôle de biofilms [21] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
12.3. La corrosion favorisée par les biofilms. Principe [21] . . . . . . . . . . . . 107

13.1. Système portable de production d’eau ozonée [23] . . . . . . . . . . . . . 109


13.2. Système pour refroidissement à l’eau (Hydrocooling) de viande de poulet,
avec eau ozonée. Image : GDT Corporation [23] . . . . . . . . . . . . . . 110

14.1. Schéma de principe d’un distillateur [9] . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113


14.2. Principe de la thermocompression [2] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

15.1. Schéma de principe d’un adoucisseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

16.1. Antitartre électromagnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

17.1. Principe de l’électrodéionisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124


17.2. Principe de l’électrodéionisation(2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
17.3. Exemple d’élecrodéionisateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

18.1. Schéma de principe d’un décarbonateur [8] . . . . . . . . . . . . . . . . . 130


18.2. Principe de fonctionnement d’une installation de dégazage avec injecteur
Venturi [15] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
18.3. Efficacité d’un système de dégazage à Venturi [15] . . . . . . . . . . . . 132
18.4. Efficacité d’un système de dégazage à Venturi pour l’élimination du radon
[15] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

20.1. Petit concentrateur d’oxygène. Photo : SeQual Corporation . . . . . . . . 143

21.1. Génération d’ozone par décharge Corona. Principe . . . . . . . . . . . . . 146


21.2. Capacité d’une résine en fonction de la quantité de régénérant employé . 147

ozone.ch Sàrl xi http://www.ozone.ch


Liste des tableaux

2.1. Facteurs de conversion pour les ions les plus courants . . . . . . . . . . . 11


2.2. Conversion des degrés de dureté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

4.1. Seuils de filtration usuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

5.1. Taux de rejets de différents sels, relativement au NaCl . . . . . . . . . . . 50

6.1. Débits et volumes de solution de nettoyage recommandés . . . . . . . . . 61

8.1. Doses d’inactivation D10 pour quelques micro-organismes communs . . . 67


8.2. Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de bactéries . . . . . . . . 68
8.3. Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de moisissures et spores . . 69
8.4. Doses de rayonnement UV pour l’inactivation d’algues et protozoa . . . . 69
8.5. Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de virus . . . . . . . . . . 69
8.6. Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de levures . . . . . . . . . 70

10.1. Potentiels Rédox de quelques produits oxydants utilisés dans l’industrie . 75


10.2. Demi-vie de l’ozone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
10.3. Les méthodes de mesure de l’ozone dans l’air . . . . . . . . . . . . . . . . 93

13.1. Effets de l’ozone sur la santé humaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

xii
Première partie .

Introduction et rappels

1
1. Introduction

1.1. L’eau : aussi omniprésente que méconnue


L’eau est omniprésente dans l’industrie. Il n’y a pas de produit qui n’est pas au moins
rincé avec de l’eau au cours de sa production, et l’eau est un composant essentiel de
la production de bien des produits alimentaires et chimiques, par exemple. Les qualités
thermodynamiques de l’eau en font un fluide caloporteur de choix : elle a une enthalpie
d’évaporation très élevée et une chaleur spécifique très élevée également.
Pourtant, le praticien confronté à la conception du système de traitement de l’eau pour
l’industrie devait jusqu’à présent se tourner vers des ouvrages en anglais, par ailleurs sou-
vent excellents, ou se résoudre à utiliser des ouvrages en français destinés au traitement
de l’eau potable. Cette situation n’étant pas satisfaisante, j’ai entrepris l’écriture de cet
ouvrage, sur la base du cours qui existe depuis 1997 auprès de la FSRM et des nouveaux
cours avancés de la FSRM introduits en 2002.
Le traitement de l’eau est un domaine à la frontière de plusieurs disciplines. La chimie
joue un rôle primordial, mais aussi la mécanique et, pour les installations d’une certaine
importance, aussi le génie civil. La conception d’une nouvelle installation requiert en
principe la collaboration d’au moins un chimiste et un ingénieur en mécanique.
Lorsqu’on parle de “traitement de l’eau”, on englobe en fait une série de disciplines
très diverses. Il y a en effet peu en commun entre une installation de potabilisation d’eau
souterraine, qui est essentiellement un ouvrage de génie civil, et une petite installation
de production d’eau ultrapure pour la microélectronique, qui, si elle ne nécessite pas de
génie civil, fait appelé à des technologie de pointe, des méthodes de mesures sophistiquée
et exige une maintenance très soignée par ses opérateurs.
Le livre ne traite pas du sujet des eux usées. Le traitement des eaux usées industrielles
fait appel en partie aux mêmes technologies que la purification de l’eau, mais aussi à de
nombreuses autres techniques, comme les bioréacteurs. Les aspects légaux sont souvent
déterminants. Il en résulte qu’il est pratiquement impossible de les traiter dans le cadre
d’un ouvrage traitant de la purification de l’eau.
La grande majorité des utilisateurs d’eau dans l’industrie disposent d’eau potable. Le
sujet du livre sera donc essentiellement la purification de l’eau potable pour la rendre
utilisable dans les processus industriels.
Dans de rares cas, l’industrie doit utiliser de l’eau non potable, provenant de forages,
de la nappe phréatique ou de rivières ou de lacs. Un chapitre sera consacré au traitement
additionnels nécessaires si l’on emploie de l’eau encore à potabiliser. Dans la plupart des
cas, ces traitements sont assez simples.

2
1.1. L’EAU : AUSSI OMNIPRÉSENTE QUE MÉCONNUE

Fig. 1.1.: Le traitement de l’eau, un sujet à la frontière de plusieurs disciplines

Fig. 1.2.: Les domaines du traitement de l’eau

Comme le cours, ce livre est organisé selon les lignes directrices suivantes : les deux
premières parties sont consacrées aux connaissances de bases nécessaires : la partie 1
est une introduction à la chimie de l’eau. Il est en effet indispensable de comprendre le
produits que nous allons traiter. Ensuite, une 2e partie, très importante par le volume de
ses pages, est consacrée aux technologies qui sont à notre disposition pour le traitement

ozone.ch Sàrl 3 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 1. INTRODUCTION

de l’eau. Enfin, dans la 3e partie de l’ouvrage, nous mettrons en pratique les connais-
sances acquises pour la conception de nouvelles installation et l’analyse et l’optimisation
d’installations existantes. Comme bien des branches industrielles, la purification de l’eau
utilise des technologies parfois fort anciennes. Certaines, comme l’ozone, on connu un
développement rapide avant de retomber dans l’oubli, pour faire ensuite un retour en
force à une époque très récente. D’autres, comme l’osmose, sont récentes, étaient d’une
utilisation assez complexe mais se se sont aujourd’hui popularisées.
La 3e partie de l’ouvrages est consacrée à la conception de nouvelles installations
et l’optimisation d’installations existantes. Ces sujets sont traités du point de vue de
l’utilisateur d’installation.

1.2. Rappel historique


La sédimentation date de l’antiquité classique : des documents en grec décrivent des
techniques employées dans l’Egypte Ptolémaı̈que déjà au 2e siècle avant notre êre. La
filtration par tamisage avec un textile est encore plus ancienne : elle était connue en
Grèce au 5e siècle avant notre êre. Le filtre à sable, qui est utilisé aujourd’hui dans
toutes les piscines et dans bien des applications industrielles est d’origine incertaine,
mais il semble qu’il était déjà connu dans l’Egypte Ptolémaı̈que. En Europe, il est utilisé
dès le 17e siècle. Les filtres-presse sont un produit de la révolution industrielle : les
premiers brevets datent de l’an 1800.
Les technologies de désinfection de l’eau sont toutes beaucoup plus récentes. En effet,
il faut attendre les développement de la biologie et l’apparition de la notion de micro-
organisme dans les années 1860 pour que la nécessité de désinfecter l’eau apparaisse.
Pasteur aurait dit que nous buvons presque toutes nos maladies. Le chlore et l’ozone
sont les premières méthodes de désinfections utilisées, à la fin du 19e et à l’aube du
20e siècle. Les premiers brevets pour la stérilisation UV datent aussi du début du
20e siècles. Malheureusement, l’Europe en 1918 dispose de nombreuses grandes usines
de chlore, alors que la fin de la guerre cause un effondrement de la demande pour ce gaz.
Le chlore est désormais bon marché, et il devient le désinfectant de choix pour l’eau : la
stérilisation par rayonnement UV et l’ozonisation resteront confinée à des applications
de niche jusqu’aux années 1960.
Les techniques de déminéralisation par échanges d’ions sont plus récentes. Le premier
adoucisseur est mis en service en 1905. La première déminéralisation totale date de 1937,
en Angleterre : l’application est la production de la bière. La cartouche filtrante jetable
est aussi un produit des années 1930 . A l’époque, le grand fabriquant de cartouches je-
table est la société Sartorius, de Göttingen, en Allemagne, qui existe encore aujourd’hui.
A la fin de la guerre plusieurs ingénieurs de Sartorius seront amenés aux USA où ils
travailleront pour le département de la défense, avant de participer à la fondation de la
société Millipore, qui est aujourd’hui l’un des géants mondiaux de la cartouche filtrante
industrielle.
L’osmose inverse a un développement très lent. Bien que le phénomène de l’osmose
soit connu depuis la 2ème moitié du 19e siècle, il faut attendre les années 1950 pour que

ozone.ch Sàrl 4 http://www.ozone.ch


1.3. TENDANCES ACTUELLES

des installations d’osmose inverse soient réalisée à l’échelle du laboratoire. Les premières
installations industrielles datent des années 1960, et il faut attendre les années 1980 pour
la technologie se généralise, d’abord aux USA puis en Europe.

1.3. Tendances actuelles


Les années 1990 ont vu une baisse de prix des installations à membrane (Osmose
inverse) et des systèmes d’ozonisation de l’eau, ce qui fait que ces technologies sont de
plus en plus fréquemment utilisées. Cette période a aussi vu des fournisseurs proposer
des équipements standard, sur catalogue, à des prix très compétitifs aussi pour des débits
très importants1 .
La 2e moitié des années 1990 a aussi vu l’apparition de membranes d’osmose inverse
à pression plus faible, qui ont réduit le coût d’exploitation des osmoseurs de 20 à 30%,
favorisant ainsi encore une fois cette technologie.
Les technologies membranaires se sont imposées contre la déminéralisation par échange
d’ions. Un domaine ou l’échange d’ions se maintient actuellement est l’adoucissement
de l’eau. Il existe une technologie membranaire, la nanofiltration, qui constitue une
alternative potentielle à l’adoucisseur. La technologie peine à s’imposer au niveau des
installations domestiques2 , mais elle s’est fortement implantée dans l’industrie agro-
alimentaire3 .
La baisse des prix des membranes d’osmose inverse s’explique principalement par :
• L’augmentation du volume de production
• Le fait que longtemps les membranes en polyamides étaient l’apanage de la société
Filmtec4 sur la base d’un brevet qui a été déclaré public en 19935 : depuis 1994 déjà,
la concurrence est sévère dans le domaine des membranes.
En pratique il est devenu essentiel de négocier les prix lors d’achats de membranes.

1
A titre d’exemple, un fabricant américain, également représenté en Europe, propose sur catalogue
des osmoseurs standard, construits en série, pour des débits allant jusqu’à plus de 70 m3 /h
2
La société allemande qui avait lancé le premier appareil domestique de nanofiltration a cessé sa
production en 1998. A notre connaissance aucune société n’a encore repris le flambeau, mais cela ne
saurait tarder
3
De nombreuses usine de Coca-Cola sont munies de systèmes d’ultrafiltration pour adoucir l’eau, et
permettre à tous les habitant de la planète de boire une boisson qui a le même goût
4
Filiale de Dow Chemical
5
La motif de la suspension de la protection accordée à Filmtec par son brevet était le fait que les
membranes en polyamide avaient étés développées pendant un projet financé par l’armée US, et aux
USA une invention résultant d’un développement financé par l’argent public ne peut être protégée
par un brevet

ozone.ch Sàrl 5 http://www.ozone.ch


2. Introduction à la chimie de l’eau

2.1. Qu’est-ce que l’eau ?


Il est usuel de croire que l’eau est H2 O. En fait, une description plus précise de ce
liquide serait : l’eau, c’est H2 O plus une série d’impuretés. Le praticien du traitement
de l’eau doit connaı̂tre ces impuretés, leurs conséquences sur les propriétés de l’eau, et
aussi les unités de mesures employées pour exprimer ces impuretés afin de comprendre
les analyses d’eau.
Cet ouvrage s’adressant à des praticiens de l’industrie, nous ne traiterons pas ici des
méthodes d’analyse de l’eau, mais bien de l’interprétation des résultats d’analyses que
nous pourrons obtenir de laboratoires. Les polluants de l’eau ayant des conséquences
directes sur les caractéristiques de l’eau, l’on utilise pour l’eau de nombreuses mesures.
Nous ne décrirons pas ici les méthodes d’analyse de l’eau, qui font l’objet de nombreux
autres ouvrages, mais il est important pour pouvoir concevoir des systèmes de traitement
de l’eau et les utiliser de manière optimale de bien comprendre les analyses d’eau, et la
significations de grandeurs telles que le pH, le potentiel d’oxydo-réduction, etc.
L’eau est un fluide qui a des caractéristiques tout à fait remarquables :
• Sa densité est plus faible à l’état solide qu’à l’état liquide
• La tension de surface est très élevée
• On l’appelle parfois le solvant universel, car elle dissout plus de substances que tout
autre fluide connu.
• Sa chaleur de vaporisation élevée, ce qui en fait un fluide caloporteur de choix
Ces caractéristiques sont dues à la molécule d’eau (voir figure 2.1).
La molécule d’eau est une molécule molécule polarisée. Ces molécules tendent à rester
ensemble à l’état liquide plus que d’autres fluides, ce qui explique la chaleur de vapori-
sation élevée. Elle tend aussi à séparer les ions : il en résulte que l’eau est un excellent
solvant. Le volume de l’eau augmente lorsqu’elle passe de l’état liquide à l’état solide :
elle est l’une des 3 seules substances connues dans la nature dans ce cas.

2.2. Les classes de polluants


L’eau, de part sa nature de solvant universel, n’existe pratiquement pas sous forme
de H2 O pure. L’on trouve littéralement de tout dans l’eau. Afin de pouvoir analyser
les traitements de purification envisageables, il est indispensable dans un premier temps

6
2.2. LES CLASSES DE POLLUANTS

Fig. 2.1.: La molécule d’eau

de classifier les impuretés. Il y a plusieurs manières de classifier les impuretés. L’intérêt


d’une classification est évidemment conditionné par l’utilité de celle-ci pour définir les
traitements de purification.

Fig. 2.2.: Classification des impuretés

Les principales classes de polluants sont :

ozone.ch Sàrl 7 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 2. INTRODUCTION À LA CHIMIE DE L’EAU

• Les éléments solubles : on pourra les éliminer par osmose inverse ou échange d’ions1
• Les micro-organismes : on pourra les détruire par des méthodes de désinfection
• Les composés insolubles : il faudra précipiter ou filtrer
• Les composants organiques : ils constituent une nourriture pour d’éventuelles bactéries,
il faudra donc les éliminer, en général par oxydation ou par absorption sur charbon
actif

2.3. Une classification alternative


Une autre manière de classifier est de parler de polluants primaires ou secondaires, en
fonction de leur concentration habituelle dans l’eau.

2.3.1. Polluants primaires


Les polluants primaires, dont la concentration dans l’eau dépasse souvent les 5 ppm
sont :
• Bicarbonate HCO−3
• Calcium Ca++
• Chloride Cl−
• Magnésium Mg++
• Silice SiO2
• Sodium Na+
• Sulfate SO2−4

2.3.2. Polluants secondaires


On définit comme polluants secondaires ceux dont la concentration dépasse souvent
0.1 ppm :
• Ammoniac NH3
• Bore B+3
• Fluor F−
• Fer Fe++
• Nitrate NO−
3
• Potassium K+
• Strontium Sr++

2.3.3. Polluants tertiaires


Les polluants tertiaires sont ceux dont la concentration dépasse souvent 0.01 ppm :
• Aluminium
1
A noter que l’osmose inverse mais pas l’échange d’ions éliminera aussi des composants solubles non
ionisés, comme par exemple le sucre et d’autres substances organiques en solution

ozone.ch Sàrl 8 http://www.ozone.ch


2.3. UNE CLASSIFICATION ALTERNATIVE

• Arsenic
• Baryum
• Bromide
• Cuivre
• Plomb
• Lithium
• Manganèse
• Phosphate
• Zinc

2.3.4. Les traces


Les traces sont ces polluants dont la concentration est généralement inférieure à 0.01
ppm :
• Antimoine
• Cadmium
• Chrome
• Cobalt
• Mercure
• Nickel
• Etain Sn
• Titane Ti

2.3.5. Composants non permanents


La concentration de nombreux composants de l’eau est soumise à des changements
dûs au contact avec l’air, avec les matériaux de récipients et conduites, ou à l’activité
biologique. Il s’agit en particulier de :
Acidité et alcalinité
Produits de cycles biologiques Il s’agit en particulier des produits des cycles suivants :
Cycle du carbone CH4 , CO, CO2 , carbone organique
Cycle de l’oxygène O2 , CO2
Cycle de l’azote azote organique, NH3 , NO− 2 , NO3

Réactions rédox En résultent 2 classes de produits :


Oxydants , parmi lesquels il faut distinguer
Naturels : O2 , S
Résidus de traitement : Cl2 , CrO−24
Réducteurs : Naturels : organiques, Fe+2
Résidus de traitement : organiques, Fe+2 , SO2 , SO−23
Radionucléides : essentiellement le Radon, qui est un problème réel pour la santé hu-
maine par exemple dans certaines régions de l’arc jurassien, mais pose rarement
des problèmes pour les applications industrielles de l’eau.

ozone.ch Sàrl 9 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 2. INTRODUCTION À LA CHIMIE DE L’EAU

2.4. Les unités de mesure


L’eau est un produit complexe. il n’est donc pas étonnant que l’on utilise un nombre
important d’unités de mesure pour le décrire.
Les unités de mesure généralement utilisées sont :
Mesure de concentrations : ppm, mg/l, grains
pH : exprimé sans dimension
Potentiel rédox : exprimé en mV
Dureté : exprimée généralement en degrés
S’y ajoutent différents indices, tels que :
Indice de Langelier : formule qui indique si l’on va avoir des précipitations.ou si l’eau
sera corrosive. Si cet indice est négatif, il y a tendance à la corrosion. Si il est
positif, il y a tendance à la formation de calcaire
Turbidité : Nephtelometric turbidity units ou NTU
SDI : Indice spécialisé, souvent spécifié par les fabricants d’osmoseurs
Pénétration des UVc : un autre indice spécialisé, généralement exprimé en % sur une
lame d’eau de 1 cm.

2.4.1. Unités de mesure des substances dissoutes


Pour exprimer la concentration d’une substance dissoute dans l’eau, plusieurs unités
sont utilisées. L’unité de concentration la plus courante est le mg/l , souvent exprimée
par “ppm” (partie par million). Les indications en ppm peuvent induire en erreur : en
principe, en traitement de l’eau, l’on parle de ppm massique, qui correspondent donc à
des mg/kg, soit mg/l pour l’eau. Il faut faire attention au fait que le monde de l’envi-
ronnement exprime généralement les concentrations des polluants gazeux en ppm, mais
il s’agit cette fois de ppm volumiques (ppmv). Quand ces deux mondes se rencontrent,
comme cela est les cas par exemple dans les applications de lavage de fumées ou l’ozoni-
sation de l’eau, les erreurs dues à l’interprétation du terme “ppm” sont hélas fréquentes.
Le Grain est une unité fréquente dans la littérature anglo-saxonne :
• 1grain = 1/7000lb
• 1grain/gal US = 17.1mg/l
Les concentrations de polluants sont en général indiquées comme ion. Parfois, l’on
rencontre le terme ”Comme CaCO3 ” : utilisé dans la littérature anglo-saxonne, cette
unité qui comptabilise les charges électriques est pratique pour les calculs d’équilibre
électrique et d’échange d’ions, mais est la source d’innombrables erreurs.
L’intérêt de l’unité ppm comme CaCO3 est que la somme des concentrations des anions
doit être égale à la somme des concentrations des cations à pH neutre. Cette unité est
utile aussi le calcul de systèmes d’échange d’ions : l’on peut additionner les concentrations
des différents ions et ainsi obtenir le total de ce que une résine échangeuse d’ions doit

ozone.ch Sàrl 10 http://www.ozone.ch


2.4. LES UNITÉS DE MESURE

enlever de l’eau. Hormis ces deux cas il vaut mieux ne pas utiliser les ppm comme CaCO3
. Pour obtenir le facteur de conversion pour passer de la concentration comme ion à la
concentration comme CaCO3 , il faut diviser la masse molaire du carbonate de calcium
par la ”masse équivalente”, qui est la masse molaire divisée par la valence. Cette unité
est pratique pour exprimer la dureté, c’est plus facile ensuite pour calculer la capacité
de l’adoucisseur.
Les chimistes utilisent aussi les unités mMol/l et mVal/l, qui expriment la quantité de
molécules - respectivement la quantité de charges électriques - contenues dans l’eau. Une
Mole d’une substance a la meme masse en grammes que sa masse moléculaire relative.
Un V al est ainsi une Mole divise par le nombre de charges électriques.

Ion mMol/l mVal/l Comme CaCO3


Ca++ 40 20 2.50
Na+ 23.5 23.5 23.5
Mg++ 24.3 12.2 4.12
Cl− 35.5 35.5 1.41
SO2−
4 96 48 1.04
HCO− 3 61 61 0.82

Tab. 2.1.: Facteurs de conversion pour les ions les plus courants

2.4.2. Unités de mesure des solides en suspension


Les solides en suspension dans l’eau posent une série de problèmes importants à l’uti-
lisateur d’eau dans l’industrie. Si l’eau sert à la production d’un produit, la qualité de
celui-ci peut être affectée par les particules en suspension. D’autre par des éléments du
système de purifcation d’eau lui-mêmê doivent généralement être protégés des solides en
suspension : c’est le cas des pompes et des membranes des osmoseurs, par exemple.
Pour réduire la quantité de solides en suspension l’on peut utiliser la filtration 2 et la
clarification.
En purification de l’eau, on utilise deux mesures différentes de la quantité de solides
en suspension dans l’eau à traiter : le SDI Silt Density Index, et la turbidité.

SDI
Le SDI (Silt Density Index) est un indice de colmatage. Il est important pour les
applications de filtration tangentielle. Il est défini comme étant la réduction moyenne
sur 15 minutes, en % par minute du débit à travers un filtre 0.45 µm à une pression
constante de 2.1 bar. il s’agit d’un paramètre américain (ASTM Standard), cette origine
est due au fait que les producteurs de membranes d’osmose inverse sont presque tous
américains ou japonais. S’il est impossible de l’obtenir, la turbidité peut être utilisé,
2
Voir page 27

ozone.ch Sàrl 11 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 2. INTRODUCTION À LA CHIMIE DE L’EAU

mais c’est un paramètre moins fiable pour prédire le risque d’entartrage des membranes.
En cas de litige avec le fournisseur de membranes, cela peut être un problème. Un
laboratoire d’analyse devrait être capable de mesurer le SDI, mais ce n’est pas toujours
le cas. Par contre, l’on trouve dans le commerce des kits pour la mesure du SDI. Le SDI
doit impérativement être mesuré sur place.
Les valeurs du SDI peuvent êtres interprétées comme suit :
• Inférieur à 3 : pas à peu d’entartrage de la membrane
• Entre 3 et 5 : conditions normales d’utilisation
• Supérieur à 5 : entartrage excessif à prévoir
En pratique, il faut consulter le fournisseur des membranes lors de l’installation de
l‘osmoseur et lui demander quelle est la valeur limite acceptable du SDI pour ses mem-
branes .

Turbidité
En pratique, on peut s’attendre à un entartrage excessif des membranes si la turbidité
est supérieure à 1 NTU.

Comptage de particules
Le comptage des particules est cher et rarement nécessaire. Il est utilisé seulement
après une filtration, pour analyser ou comprendre un phénomène inexpliqué .

2.4.3. Dureté
La dureté est définie comme la somme des concentrations des ions Calcium Ca++ et
Magnésium M g ++
il faut être attentif au fait que la dureté est généralement indiquée en degrés, et qu’il
y a plusieurs degrés de dureté différents :
1◦ Français : 10 mg/l comme CaCO3
1◦ Allemand : 10 mg/l comme CaCO
1◦ Anglais : 1 mg par gallon anglais comme CaCO3
1◦ US : 1 mg/l comme CaCO3
Pour une fois, nos amis américains sont les plus logiques dans la définition des unités.
Le tableau 2.4.3 donne les facteurs de conversion entre ces différentes unités.

2.5. pH, acides et bases


Equilibre chimique de l’eau

) H+ + OH−
H2 O * (2.1)

ozone.ch Sàrl 12 http://www.ozone.ch


2.5. PH, ACIDES ET BASES

France UK Allemagne USA


1.43 1 0.8 14.3
1 0.7 0.56 10.0
1.79 1.25 1 17.9
0.1 10.07 0.056 1

Tab. 2.2.: Conversion des degrés de dureté

En fait :

) H3 O + OH−
2H2 O * (2.2)

Ke = [H3 O+ ] × [OH− ] (2.3)


Où Ke est la constante de dissociation de l’eau
Ke = 10−14 mol/l à 25◦ C

Nomenclature
H+ : ion hydrogène
OH− : ion hydroxyde
H3 O+ : ion hydronium
H+ : il s’agit d’un radical, il est peu probable qu’il existe. En fait, ce que l’on trouverait
dans l’eau serait plutôt l’ion H3 O+ , mais en pratique, on utilise toujours H+ dans les
calculs.
Ke a été nommé ainsi pour honorer Mr. Kohrlausch, qui la mesura. Ke varie en
fonction de la température.

Définitions :
Un acide est un donneur d’ions H+
Une base est un accepteur d’ionsH+
Un acide fort est complètement dissocié dans l’eau
Un acide faible est partiellement dissocié dans l’eau
De manière analogue, une bases partiellement dissociée sera dite faible, une complètement
dissociée forte.

Acides et bases faibles


Exemples d’acides :
Acides forts : HCl, HBr

ozone.ch Sàrl 13 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 2. INTRODUCTION À LA CHIMIE DE L’EAU

Acides faibles : Acide carbonique H2 CO3 , Sulfurique H2 SO4 (K2 = 0, 012)

L’acide sulfurique est un acide fort quand à son premier hydrogène. C’est le seul acide
polyprotique fort.

2.6. Oxydo-réduction
Un oxydant est une substance qui peut accepter des électrons. Les oxydant réagissent
avec les réducteurs. Pour toute oxydation, il y a une réduction. On parle donc de
réactions d’oxydo-réduction. On distingue les potentiels normaux de chaque substance
et le potentiel rédox d’une solution.

Potentiels normaux : mesurés avec une concentration de 1 mol/kg d’eau, avec électrode
du même métal, par rapport à un gaz à un bar et une électrode de platine
Potentiel d’une solution : potentiel d’une électrode de platine dans la solution par
rapport à une électrode standard

2.7. Conductivité de l’eau


L’eau théorique, sans aucune impureté, a une conductivité faible. Sa résistivité est de
18.3 MΩ × cm. La conductivité de l’eau est environ proportionnelle à la concentration
totale de solides dissous.

2.8. Dissolution et précipitation


Les différents sels minéraux se dissolvent dans l’eau. Il s’agit d’une réaction en équilibre,
comme par exemple :

) Na+ + Cl−
NaCl * (2.4)

) Ca++ + SO−−
CaSO4 * 4 (2.5)

) 2Na+ + SO−−
Na2 SO4 * 4 (2.6)

) Ca++ + 2Cl−
CaCl2 * (2.7)

Si l’on concentre une solution saturée, l’on cause donc une précipitation.

ozone.ch Sàrl 14 http://www.ozone.ch


2.9. L’ÉQUILIBRE CALCO-CARBONIQUE DE L’EAU

Fig. 2.3.: Conductivité de l’eau en fonction de la concentration de solides dissous (TDS).


[12]

2.9. L’équilibre calco-carbonique de l’eau


Un cas de réaction à l’équilibre particulièrement important en purification de l’eau
est celui de de la précipitation de calcaire, CaCO3 . La dissolution ou la précipitation du
calcaire dans l’eau est régie par une série de réactions à l’équilibre qui impliquent aussi
le gaz carbonique. C’est pourquoi l’on parle de l’équilibre calco-carbonique de l’eau.
Le gaz carbonique est en partie sous forme ionique dans l’eau :

CO2 + H2 O * ) H+ + HCO−
) H2 CO3 * 3 (2.8)
et
HCO− * + −−
3 ) H + CO3 (2.9)
Le carbonate de calcium est sous forme de ions :

) Ca++ + CO−−
CaCO3 * 3 (2.10)
Dans les conditions habituelles, le CO−−
3 réagit presque entièrement pour former du
HCO− 3 , ce qui explique que l’on trouve des quantités considérables de calcaire dissous
dasn l’eau sous forme de Ca(HCO3 )2 .

ozone.ch Sàrl 15 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 2. INTRODUCTION À LA CHIMIE DE L’EAU

Fig. 2.4.: Le gaz carbonique dans l’eau

Si l’on combine les réactions inverses on a :

Ca++ + 2HCO− *
3 ) CO2 + H2 O + CaCO3 ↓ (2.11)
Ca(HCO3 )2 précipite et entartre conduites, chaudières, etc.
Plusieurs paramètres influencent les équilibres des équations ci-dessus. Il en résulte
qu’il n’est pas trivial de déterminer si une eau est agressive, ou au contraire causera
des dépôts. Il ne faut en aucun cas accepter les affirmations simplistes que l’on entend
trop souvent - malheureusement parfois aussi prononcées par des professionnels - du
type l’eau adoucie est corrosive, ou l’eau dure cause des dépôts de tartre. Même une eau
adoucie peut causer des précipitations si on la concentre, ou si on change le pH ou la
température. De même, une eau dure mais acide peut être corrosive.
L’agressivité de l’eau, ou au contraire, sa tendance à former des dépôts de tartre, sera
fonction des paramètres suivants :
• La température
• L’alcalinité
• Le pH
• La dureté
• La concentration totale de solides dissous
Plusieurs modèles permettant de déduire l’agressivité de l’eau ont étés élaborés, et
peuvent êtres utilisés sous forme de graphiques (nomogrammes)[8] ou de programmes de
calcul[20]. Ces différents modèles donnent parfois des résultats différents. Les graphiques
des 2 pages suivantes sont extraits de [12] : l’avantage de ce nomogramme et du graphique
annexe est que il permet en un calcul de procéder à l’évaluation du caractère corrosif

ozone.ch Sàrl 16 http://www.ozone.ch


2.9. L’ÉQUILIBRE CALCO-CARBONIQUE DE L’EAU

ou non de l’eau selon 2 modèles de calcul (Ryznar et Langelier). Le nomogramme est


d’autre part relativement simple à utiliser.

ozone.ch Sàrl 17 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 2. INTRODUCTION À LA CHIMIE DE L’EAU

Fig. 2.5.: Nomogramme de Langelier et Ryznard[12]

Mode d’emploi du nomogramme de Langelier et Ryznard


1. Tracer la droite de Ts à Ca et marquer le point où elle croise la droite T-1
2. Tracer la droite de Alk (alcalinité) à t (température) et marquer le point où elle
croise la droite T-2
3. Tracer une droite de transfert T-1 à T-2 entre les deux points marqués
4. Lire la valeur sur l’échelle pHs et tirer une droite depuis cette valeur à l’échelle
pHa. Lire les valeurs sur les échelles L et R
5. Interprétation des deux indices : si L est positif, formation de tartre. R : tartre si
inférieur à 6.5, corrosion si supérieur à 6.5

Ces indices peuvent aussi êtres calculés.

ozone.ch Sàrl 18 http://www.ozone.ch


2.9. L’ÉQUILIBRE CALCO-CARBONIQUE DE L’EAU

Calcul des indices de Langelier et de Ryznar


L’indice de Langelier LSI est défini comme suit :

LSI = pH − pHs (2.12)


Avec :
• pH : pH mesuré
• pHs : pH à saturation
pHs peut être estimé par :

pHs = (9.3 + A + B) − (C + D) (2.13)


Avec :

log10 (T DS) − 1
A= (2.14)
10

B = −13.12 × log10 (T + 273) + 34.55 (2.15)

C = log10 (Durete) − 0.4 (2.16)

D = log10 (Alcalinite) (2.17)


L’indice de Ryznar est défini par :

RSI = 2 × pHs − pH (2.18)

ozone.ch Sàrl 19 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 2. INTRODUCTION À LA CHIMIE DE L’EAU

Fig. 2.6.: Interprétation de l’indice de Ryznar[12]

ozone.ch Sàrl 20 http://www.ozone.ch


3. Les polluants dans l’eau

3.1. Introduction
Nous passons ici en revue les polluants principaux, et les problèmes qu’ils posent dans
les systèmes de purification d’eau industriels.

3.2. Calcium – Ca++


Le calcium est le composant principal de la dureté. Il est le résultat de la dissolution
de roches calcaires par l’eau. Il cause des précipitations, et l’on peut l’éliminer en adou-
cissant l’eau. On en trouve généralement 2 à 200 ppm dans l’eau, plus souvent 100 ppm
ou plus. Le calcaire est le CaCO3 . En fait, il est rare que ce soit un seul composant qui
précipite.

3.3. Magnésium – Mg++


On trouve typiquement 10 à 50 ppm de magnésium dans l’eau, mais il pose moins de
problèmes que le calcium car il est plus soluble. Il représente en général environ 1/3 de
la dureté de l’eau.

3.4. Bicarbonate – HCO−


3

Le bicarbonate HCO3− est le résultat de la dissolution dans l’eau du CO2 produit par
des bactéries

3.5. Fer – Fe++, Fe+++


Le fer est présent sous forme ionique dans toutes les eaux souterraines, donc pratique-
ment toutes les eaux potables . Il cause l’entartrage de membranes d’osmose inverse, et
est donc généralement à éliminer dans les systèmes de purification d’eau industriels

21
CHAPITRE 3. LES POLLUANTS DANS L’EAU

Méthodes d’élimination
1
Oxydation au chlore avant un filtre à sable
Sable vert : les filtres contenant du sable vert (en fait un matériau granulé avec une
couche de MnO2 , oxydant) et de l’anthracite permettent d’enlever le fer de l’eau,
qui s’accumule dans le filtre sous forme d’oxyde.

3.6. Silice – SiO2


On distingue la silice neutre, la silice colloı̈dale et la silice activée.
La silice est neutre à pH neutre. A pH élevé, elle est en partie activée :

SiO2 + H2 O ←
− H+ + H SiO−
→ 3 4 (3.1)
On parle de silice colloı̈dale quand la silice se combine avec des molécules organiques.
On a souvent de la silice colloı̈dale dans l’eau qui a pour origine le squelette d’algues. La
silice pose un problème au niveau des chaudières et des turbines. La meilleure méthode
pour l’éliminer est l’osmose inverse, qui permet d’en éliminer plus du 99% le la silice
activée et de la silice colloı̈dale. L’échange d’ion n’enlève pas la silice colloı̈dale. La silice
n’étant que en partie sous fomr ionique, on ne peut pas détecteur un changement de
la concentration de silice dans l’eau sur la base de la conductivité : même une eau à
conductivité très faible peut contenir une concentration significative de silice.

3.7. Gaz carbonique – CO2


Le CO2 peut être dans l’eau sous forme de ion ou sous forme libre. La part des
différentes formes de CO2 dépend du pH de l’eau. Le CO2 libre peut poser des problèmes
dans un système de traitement de l’eau : en particulier, comme il n’est pas arrêté par
l’osmose inverse il peut épuiser rapidement la résine d’un échangeur d’ions qui serait
placé en aval d’un osmoseur. Et il peut affecter la conductivité de l’eau. La meilleure
façon de l’éliminer est de procéder à un dégazage à bas pH.
Si la chaı̂ne de traitement de l’eau inclut un osmoseur on peut, dans les limites de
la solubilité du calcaire2 , convertir le CO2 en bicarbonate en injectant de la soude en
amont de l’osmoseur. Le bicarbonate étant un ion, il ne traverse pas la membrane de
l’osmoseur.

3.8. Chlore
Sous forme Cl− (ion chloride) le chlore n’est pas dangereux3 . La limite habituelle de
250 mg/l est justifiée par des raisons de goût.
1
Voir page 73
2
En pratique cette solution n’est envisageable que si l’osmoseur est précédé d’un adoucisseur
3
Il n’a pas non plus d’effet désinfectant

ozone.ch Sàrl 22 http://www.ozone.ch


3.9. TRIHALOMÉTHANES

Fig. 3.1.: Le CO2 dans l’eau, sous différentes formes en fonction du pH

L’ion chloride est arrèté par les osmoseurs et les échangeurs d’ions. La molécule par
contre Cl2 passe à travers membranes et les échangeurs d’ions.

3.9. Trihalométhanes
• HCCl3
• HCCl2 Br
• HCClBr2
• HCBr3

Les trihalométhanes résultent de la réaction de débris organiques avec le chlore ou le


brome. ils causent des cancers. Il n’y a pas de méthode efficaces de les éliminer. Il faut
donc éliminer les précurseurs, donc éviter d’utiliser le chlore.

3.10. Que faut-il analyser ?


Lorsque l’on demande une analyse de l’eau au distributeur d’eau potable, l’on obtient
trop souvent une analyse bactériologique ainsi que des mesures de certains paramètres
tels le pH et la salinité totale, mais pas une analyse chimique composé par composé.
Que faut-il analyser, dans le cadre de la conception ou d’une optimisation d’un système
de purification de l’eau industriel ? La réponse dépend en partie du type d’équipement
que l’on prévoit d’installer, mais en pratique, il est utile de connaı̂tre :
• Cations :
• Les composants de la dureté :
• Calcium Ca++
• Magnésium Mg++

ozone.ch Sàrl 23 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 3. LES POLLUANTS DANS L’EAU

• Sodium Na+
• PotassiumK+
• Anions :
• Les composants de l’alcalinité4 :
• Bicarbonate HCO− 3
• Carbonate CO3−−
• Ion Hydroxyle OH−
• Sulfate SO−− 4
• Chloride Cl−
• Fluoride F−
• Nitrate NO− 3
• Autres paramètres :
• Température
• pH
• Salinité totale (TDS)
• Coefficient de pénétration aux UVc5
• SDI6
En outre, les ions suivants peuvent avoir un impact significatif, surtout sur les installa-
tions à membrane (les osmoseurs par exemple) :
• Cations :
• Fer Fe++ ouFe+++
• Manganèse Mn++
• Aluminium Al+3
• Baryum Ba++
• Strontium Sr++
• Cuivre Cu++
• Zinc Zn++
• Anions :
• Silice SiO2
• Sulfide S2
• Phosphate PO−24

Pour pouvoir concevoir la chaı̂ne de traitement et dimensionner approximativement un


système typique de purification de l’eau industriel il faut impérativement avoir au moins
les informations suivantes sur la qualité de l’eau disponible :
• Dureté totale
• Concentration de bicarbonate
• pH
• Salinité totale
4
Les concentrations de ces composants sont liées : si l’on connaı̂t le pH la la concentration de bicar-
bonates, l’on peut calculer la concentration de carbonate et d’ion hydroxyle
5
Si l’on songe à installer un stérilisateur U.V.
6
Si l’on songe à installer un osmoseur

ozone.ch Sàrl 24 http://www.ozone.ch


3.10. QUE FAUT-IL ANALYSER ?

• Température
• Concentration des compoés pouvant poser problèmes dans le produit fini
En pratique, ces données sont suffisantes pour concevoir et dimensionner un petit
système de traitement de l’eau. Les incertitudes seront palliées par un surdimensionne-
ment éventuel du système.Pour des systèmes de dimensions importantes7 les potentiels
d’économie justifient largement le coût d’éventuelles analyses supplémentaires.

7
Pour des investissements supérieurs à environ CHF 5’000.00

ozone.ch Sàrl 25 http://www.ozone.ch


Deuxième partie .

Les technologies de la purification de


l’eau

26
4. Filtration et microfiltration

4.1. Quelques définitions


Par filtration on entend en principe une méthode pour éliminer des impuretés de
l’eau en la faisant passer à travers un média filtrant. Aujourd’hui, la filtration regroupe
un grand nombre de technologies, dont les technologies de filtrations membranaires qui
permettent même de déminéraliser l’eau. Mais il faut prendre garde aux confusions : sou-
vent, l’on parle en langage courant de filtration particulaire en l’appelant filtration. La
filtration particulaire regroupe l’ensemble des méthodes de filtration permettant d’enle-
ver de l’eau les particules d’une taille supérieure à environ un µm, alors que la filtration
inclut l’ensemble des méthodes de traitement de l’eau où l’on fait passer l’eau à travers
un média filtrant, donc aussi par exemple l’osmose inverse, qui est une méthode physique
de déminéralisation de l’eau.

4.2. Filtration particulaire


La filtration particulaire et la microfiltration utilisent des matériels semblables et
obéissent à des règles semblables. On distingue de manière un peu artificielle la filtration
particulaire, qui concerne les seuils de filtration de 1 µm ou plus, et la microfiltration qui
concerne les seuils de filtration inférieurs au micron. un justification de cette distinction
est la différence de prix des cartouches : une cartouche de microfiltration coûte environ
10 fois plus cher qu’une cartouche de filtration.

4.2.1. Pourquoi filtrer ?


Généralement, tout système de purification de l’eau dans l’industrie comprend une
première étape de filtration particulaire. Pourquoi ? Même lorsqu’il n’y a pas d’exi-
gence quand à l’absence de particules dans le produit fini, une filtration est nécessaire
pour protéger le matériel de purification de l’eau, qu’il s’agisse de pompe, de résines
échangeuses d’ions ou de membranes d’osmose inverse.
Quel est le seuil de filtration à choisir ? Cette information fait partie des spécifications
fournies par le producteur du matériel à protéger. Des seuils typiques sont cités dans le
tableau
4.1.

27
CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

Matériel à protéger Seuils de filtration usuels


Pompe Quelques dizaines de µm
Adoucisseur, échangeur d’ions 5 à 25 µm
Membrane d’osmose inverse 5 µm
Membrane d’ultrafiltration 5 à 25 µm

Tab. 4.1.: Seuils de filtration usuels

4.2.2. Les mécanismes de filtration


Le fonctionnement d’un filtre est en partie contre-intuitif. Pour comprendre ce que
l’on observe dans la pratique, il est essentiel de savoir comment un filtre fonctionne,
autrement dit de comprendre les mécanismes de filtration .
Il y a 4 mécanismes de filtration fondamentaux :
1. L’interception directe
2. Le mouvement brownien
3. L’adsorption
4. Le Bridging ou formation de gâteau
L’interception directe est facile à comprendre intuitivement, les autres mécanismes
sont moins intuitifs. Il est important de les comprendre, car le comportement des filtres
est parfois contre-intuitif, et ne peut être compris que en connaissant les mécanismes de
filtration sous-jacents.

L’interception directe
Le mécanisme de l’interception directe est facile à comprendre intuitivement. Il est
illustré par la figure 4.1 à la page 29.

Le mouvement brownien
Même lorsque un écoulement est laminaire, les particules en suspension dans l’eau ont
un mouvement en partie aléatoire. Le mécanisme de la filtration résultant du mouvement
brownien est illustré par la figure 4.2 à la page 29.

L’adsorption
L’importance de ce phénomène est variable, en fonction du type de particules et de la
matière du média filtrant.

Le Bridging ou formation de gâteau


La formation du gâteau de filtration joue un rôle très important dans le fonctionnement
des filtres à sable.

ozone.ch Sàrl 28 http://www.ozone.ch


4.2. FILTRATION PARTICULAIRE

Fig. 4.1.: Interception directe

Fig. 4.2.: Mouvement brownien

Conclusions sur les mécanismes de filtration


Les mécanismes de filtration autres que l’interception directe nous permettent de
comprendre des aspects observés du comportement de filtres, en particuliers, pour ce
qui est des filtres que l’on utilise en purification de l’eau :

ozone.ch Sàrl 29 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

Fig. 4.3.: Adsorption

Fig. 4.4.: La formation d’un gâteau de filtration

• La qualité de la filtration évolue au cours de la vie d’un filtre : par exemple les filtres
à sables filtrent assez mal pendant leurs premières heures de fonctionnement, mais
la qualité de la filtration s’améliore grâce à la formation du gâteau
• Le filtre arrêtera des particules aussi de dimensions inférieures à son micronage.

ozone.ch Sàrl 30 http://www.ozone.ch


4.2. FILTRATION PARTICULAIRE

Cela grâce aux mécanismes de formation de gâteau, au mouvement brownien, et à


l’adsorption
• Les performances d’un filtre sont difficiles à prévoir, car elles dépendent d’un grand
nombre de facteurs qui affectent ces différents mécanismes de filtration

4.2.3. Types de filtres


Il existe d’innombrables technologies pour séparer les particules solides d’une taille de
1 mm ou plus de l’eau. Or, dans plus de 90% des cas, un filtre à cartouche, éventuellement
précédé d’un filtre à sable, est la solution optimale dans les applications de purification
de l’eau. Il est toutefois important de connaı̂tre l’existence et les principaux avantages
et inconvénients des autres solutions existantes.
Face aux grand nombre de technologies de filtration qui sont à la disposition du
praticien, il est utile de tenter de les classifier. On distingue ainsi :
• La filtration de surface par opposition à la filtration de profondeur. Dans la filtration
de surface, les particules sont arrêtées lorsque l’eau entre dans le média filtrant, alors
que dans la filtration de profondeur toute l’épaisseur du média est utilisée.
• La filtration par éléments consommables, par opposition aux éléments non consom-
mables. Jusqu’aux années 1980, l’essentiel de la filtration industrielle était le fait
d’éléments filtrants non consommables. Aujourd’hui, environ 80% de l’ensemble de
l’eau filtrée l’est par des des systèmes à cartouches consommables, essentiellement
car le prix des cartouches a baissé alors que le les coûts de main d’œuvre augmentent.
• Classification par objectif de filtration, en distinguant filtration de prétraitement et
filtration de finition
Dans les paragraphes qui suivent, nous passerons en revue les différents types de filtres
employés en purification industrielle de l’eau.

Filtres-presses
Les filtres-presses assuraient le gros de la filtration industrielle jusqu’aux années ’80.
Leur avantage principal était le coût d’investissement réduit. Le désavantage était par
contre un coût de maintenance relativement élevée en particulier pour enlever les gâteaux
de filtration. Ce travail était non seulement coûteux en temps de main d’œuvre, mais
aussi il s’agit d’un travail très sale : il est difficile de trouver le personnel acceptant de
faire ce travail. Ce problème est résolu par les filtres-presses automatiques, mais ceux-ci
sont chers à l’achat, ce qui annule l’avantage No. 1 de cette technologie.
Aujourd’hui, les filtres-presses ne sont pratiquement plus utilisés pour la filtration de
l’eau en entrée. Il sont par contre encore fréquents dans le traitement des eaux usées et
la filtration dans des procédés chimiques. Leur utilisation est justifiée par le fait que ces
filtres produisent des “gâteaux” de filtration assez secs : la quantité de déchets produits
est faible, ce qui est économiquement intéressant lorsque le système de filtration produit
des déchets à traiter comme déchets spéciaux : cela est assez souvent le cas dans les eaux
usées industrielles très chargées : les filtres peuvent retenir des substances toxiques. Si

ozone.ch Sàrl 31 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

l’on emploie pour une telle application un système de filtration à éléments consommables,
l’on augmente bien entendu le volume de déchets spéciaux, coûteux à éliminer.

Les filtres à poche ou à panier


Ils sont économiquement intéressants pour les eaux très chargées en particules. Ils
posent par contre un problème sérieux de fiabilité : il arrive qu’une poche ou un panier
cède sous l’effet de la pression qui augmente lorsque le gâteau de filtration se développe,
et l’on a donc un relachâge massif et soudain de particules dans l’eau traité, ce qui peut
avoir des conséquences catastrophiques sur le matériel que le filtre est sensé protéger.

Fig. 4.5.: Principe de fonctionnement d’un filtre à poche

Etude de cas : conséquences de l’utilisation d’un filtre à poche


Une usine chimique avait la possibilité d’utiliser de l’eau provenant d’un puits situé
dans l’usine pour préparer de l’eau de procédé. L’eau était partiellement déminéralisée
par une machine à nanofiltration (voir page57). Pour protéger les membranes, cette
machine était munie de cartouches filtrantes (voir page 37). Or l’eau du puits était
sablonneuse : il fallait donc changer souvent les cartouches : environ une fois toutes
les deux semaines. Le coût était assez modéré, puisque cette entreprise achetait les
cartouches directement chez un producteur en quantités importantes, mais par contre le
personnel chargé de ce travail s’était plaint de cette tâche supplémentaire. Le responsable
du projet se laissa convaincre par un vendeur de filtres à poche que l’utilisation de
cette technologie permettrait un changement de filtres tous les 6 mois environ. Au bout

ozone.ch Sàrl 32 http://www.ozone.ch


4.2. FILTRATION PARTICULAIRE

Fig. 4.6.: Changement d’une poche. Ces poches peuvent se casser, causant des dégâts
importants.

de environ 4 semaines, la poche se cassa. Le sable fut distribué dans les membranes
d’ultrafiltration, qui durent êtres remplacées pour un coût de environ 30’000.00 EUR.

Filtres à cartouches lavables et filtres autonettoyants


Sous ces noms l’on trouve une très grande variété de technologies, et souvent des
nouveaux filtres autonettoyants sont présentées comme la solution à tous les problèmes
de filtration. Si ils présentent un avantage en termes de coûts de fonctionnement, il faut
être conscient de leurs désavantages, qui limitent leurs applications :
1. Le coût d’investissement est généralement élevé
2. Les filtres autonettoyants ont un seuil de filtration de quelques dizaines de mm,
ce qui est insuffisant pour certaines applications, comme la préfiltration pour un
osmoseur
3. L’installation est relativement complexe
4. Lors du nettoyage périodique, ces filtres rejettent une eau fortement chargée en
particules, qu’il est souvent impossible de conduire à l’égout sans un traitement
particulier : cela complique encore l’installation
L’image 4.8 montre assez bien à quoi un filtre autonettoyant typique ressemble : il
est beaucoup plus complexe, lourd, coûteux qu’un filtre à cartouche parce que il a en
principe au moins un moteur électrique1 qui actionne le dispositif de nettoyage, et un
1
Souvent 2 ou 3 moteurs

ozone.ch Sàrl 33 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

Fig. 4.7.: Filtre autonettoyant. Principe de fonctionnement. Image : Filters Srl

Fig. 4.8.: Filtre autonettoyant. Photo : Filters Srl

système pour l’eau de lavage. L’installation est donc beaucoup plus complexe que pour
un filtre à cartouche.

ozone.ch Sàrl 34 http://www.ozone.ch


4.2. FILTRATION PARTICULAIRE

Fig. 4.9.: Montage d’un filtre autonettoyant. Photo : Filters Srl

Filtres à sable

On parle génériquement de filtres à sable même si le média filtrant n’est pas forcément
du sable. Il peut aussi s’agir d’anthracyte ou de sable vert2 . L’antracyte est plus léger
que le sable proprement dit et fournit une couche de préfiltration. Le sable vert est un
sable qui est recouvert d’une couche d’oxyde de manganèse et a la propriété d’oxyder le
fer dissous dans l’eau, et aussi le manganèse et l’hydrogène sulfureux. Une fois que ces
impuretés ont étés oxydées, elles tendent à rester, par adsorption, dans ne sable vert.
Les filtres avec une couche de sable vert permettent de réduire les concentrations de fer
dissous, de manganèse dissous et d’hydrogène sulfuré à moins de 0.01 ppm.
Les filtres à sable contiennent aussi souvent du gravier. Celui-ci n’est en général pas
un média filtrant, mais sert à former une couche poreuse au fond du filtre.
Les filtres à sable sont généralement économiquement intéressants pour des débits de
au moins quelques m3 /h. D’autres points importants à connaı̂tre sur les filtres à sable
sont :
• Le(s) média(s) choisi(s) détermine(nt) un débit surfacique maximum. Ce débit est
déterminé par le producteur du média, pas par le fabricant du filtre. Il est raison-
nable de demander au fabricant du filtre les spécifications du média employé, et
vérifier que le débit surfacique spécifié par le fabricant du média a été respecté
• Le gâteau de filtration joue un rôle important : au début, le filtre à sable filtre
assez mal, et au bout de quelques heures de fonctionnement l’efficacité de filtration
s’améliore
2
Galuconite

ozone.ch Sàrl 35 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

Fig. 4.10.: Filtre à sable à pression. Photo : Osmonics

• Un rétrolavage périodique est nécessaire. C’est une procédure automatique, qui dure
environ 20 minutes. Le débit est important, largement supérieur au débit nominal
du filtre. Il peut être fait avec de l’eau non filtrée. Le débit de rétrolavage est fixé par
les spécifications du producteur du média filtrant. Ici aussi, il est donc raisonnable de
vérifier que le constructeur du filtre a bien prévu un débit de rétrolavage conforme
aux spécifications du producteur de média filtrant3 . Il faut prévoir au moins un
rétrolavage par semaine
• Lorsque l’on achète un filtre à sable, on reçoit le filtre, avec les sacs de médias
filtrants à côte : il faut alors mettre les différents médias filtrants dans le bon ordre
dans le filtre : cela peut durer plusieurs heures
• Lorsque le filtre à sable est en matériau composite, et qu’il faut mettre du gravier,
l’on risque de l’endommager si l’on ne met pas de l’eau avant de mettre le gravier

Variantes des filtres à sables Un filtre à sable peut être construit de 2 façons :

Filtres à gravité : peu utilisés en applications industrielles, à l’exception du cas de la


filtration des eaux de surfaces. Leur débit surfacique est plus faible
Filtres à pression : ce sont généralement ceux que l’on trouve dans l’industrie. La photo 4.10
montre un tel filtre.

3
Notre expérience est que souvent cela n’est pas le cas

ozone.ch Sàrl 36 http://www.ozone.ch


4.2. FILTRATION PARTICULAIRE

Etude de cas : filtres à sables, rétrolavage


Un client utilisait des filtres à sable pour de l’eau de lavage de pièces métallique.
L’installateur des filtres avait monté le système de telle sorte que le débit de rétrolavage
était indentique au débit de service des filtres. Margré des nettoyages hebdomadaires,
la perte de charge des filtre restait supérieure ou égale à environ 2.0 bar, alors qu’elle
aurait dû être de l’ordre de 0.5 bar. Nous avons conseillé au client d’augmenter le débit
de rétrolavage4 , et de procéder aussi à une injection d’air comprimé pour casse le gâteau
de filtration qui s’était formé au fil des mois. La perte de charge retomba en-dessous de
0.5 bar. Ensuite, les lavages réguliers avec un débit de rétrolavage de l’ordre de 160 %
du débit de service de filtres suffirent à maintenir cette perte de charge aux alentours de
0.5 bar.

4.2.4. Filtres à cartouches consommables


Les filtres à cartouche représentent le gros de la filtration en purification de l’eau dans
l’industrie.

Fig. 4.11.: Corps de filtres pour filtres à cartouche. Photo : Osmonics

On distingue 2 types de filtres à cartouche :


Filtration absolue : enlève ”toutes” les particules de dimension supérieures au micro-
nage
Filtration nominale : enlève ”la plupart” des particules de dimension supérieures au
micronage
4
Ce qui était possible sur cette installation, fort heureusement. Souvent une modification du débit de
rétrolavage peut exiger des modifications de tuyauterie

ozone.ch Sàrl 37 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

La définition de l’expression ”toutes les particules” varie selon les fabricants. Cer-
tains considèrent que une cartouche qui enlève plus de 99% des particules de dimension
supérieures au micronage est absolue, alors que d’autres limitent ce terme aux cartouches
qui enlèvent plus de 99.98% des particules de dimension supérieure au micronage de la
cartouche. Les cartouches absolue sont toujours beaucoup plus chères à l’achat que les
cartouches nominales.
Un type de cartouche à éviter sont les cartouches à fil bobiné, comme celle visible sur
la figure 4.12 : constituées d’un fil enroulé autour d’une cage en plastique ou en métal,
elles ont toutes des chenaux de passage entre les fils largement supérieurs au micronnage
indiqué. Elles ont tout de même un certain effet filtrant en raison des phénomènes
d’adsorption, mais ont une efficacité de filtration faible si on les compare aux cartouches
de fibres thermosoudées. En outre, elles contiennent souvent des lubrifiants. On trouve
souvent ces cartouches dans l’industrie. Leurs coûts de production sont négligeables, ce
qui pousse certains fournisseurs à continuer à les vendre. Il va sans dire que l’utilisateur
paye cher, en termes de matériel non protégé par la cartouche, les économies réalisées
avec ces cartouches.

Fig. 4.12.: Cartouche à fil bobiné

ozone.ch Sàrl 38 http://www.ozone.ch


4.2. FILTRATION PARTICULAIRE

Efficacité d’un filtre à cartouche


L’efficacité d’un filtre est définie par :

N1 − N2
ε= (4.1)
N1
Avec :
• ε : efficacité du filtre
• N1 : nombre de particules de taille égale au seuil de filtration du filtre que l’on
trouve dans un volume d’eau donné avant le filtre
• N2 : nombre de particules de taille égale au seuil de filtration du filtre que l’on
trouve dans un volume d’eau donné après le filtre
Certains fabricants ont choisi de modifier la définition de N1 et de N2 , en décidant que
ces chiffres se rapportaient au nombre de particules de taille égale ou supérieure au seuil
de filtration du filtre. Bien sûr cette définition leur permet d’annoncer des efficacités
plus élevées.
Il n’y a pas de standard international reconnu concernant la méthode à employer
pour mesurer cette efficacité. Des normes sont en préparation ou en consultation dans
différents pays, mais il n’y a pas de consensus prévisible à court terme au niveau inter-
national.

Facteur Beta Le facteurβ a été crée par un fabricant de filtre, pour faire plus scien-
tifique. Il est difficile de voir un quelconque intérêt de ce facteur. Comme il est souvent
utilisé, il faut tut de même connaı̂tre sa définition :

N1
β= (4.2)
N2
Ce qui est équivalent à écrire :
1−ε
β= (4.3)
ε
D’autres fabricants l’utilisent aussi. La société qui a introduit ce facteur β vend des
filtres à prix élevés.

Cutoff Un autre aspect qui définit en partie la qualité d’une cartouche filtrante est le
Cutoff ou netteté du seuil de filtration.
Les courbes de la figure 4.13 sont purement qualitatives.
On peut se demander si il y a un avantage à avoir un filtre qui n’arrête pas les particules
plus petites que son seuil de filtration. Pour la plupart des applications oui, parce que la
durée de vie de la cartouche est déterminée par la capacité de rétention de celle-ci. La
capacité de rétention est le volume de particules que la cartouche peut arrêter avant de
devoir être changée. Il est clair que l’on filtre par exemple de l’eau à 5 µm, pour protéger
par exemple une pompe, et que l’eau filtrée contient un grand nombre de particules d’un

ozone.ch Sàrl 39 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

Fig. 4.13.: Cutoff, ou netteté du seuil de filtration

diamètre inférieur à 5 µm, une cartouche avec un seuil de filtration peu net aura — à
capacité de rétention égale — une durée de vie plus courte qu’une cartouche à seuil de
filtration net.

La vie d’une cartouche filtrante


La figure 4.14 montre l’évolution de la perte de charge d’une cartouche filtrante au
cours de sa vie opérationnelle :
1. Mise en service de la cartouche
2. La différence de pression maximum spécifiée par le fabricant est atteinte
3. Chute brutale de la différence de pression
Entre les points 1 et 2, la courbe est approximativement linéaire. Si on laisse la car-
touche en service après que la différence de pression maximale prescrite par le fabricant
a été atteinte, la différence de pression augmente rapidement, jusqu’au point où elle
est suffisante pour détruire la cartouche : la matière est forcée à travers les pores, le
média filtrant est irrémédiablement abı̂mé l’on observe alors une chute de la différence
de pression. On notera que la différence de pression au point 1, donc à l’installation
de la cartouche, influence beaucoup la durée de vie de la cartouche. Si par exemple la
différence de pression maximum est de 2 bar, et l’on met la cartouche en service avec
une différence de pression initiale de 1 bar, la durée de vie de la cartouche sera environ
56% plus faible que si l’on avait commencé à utiliser la cartouche avec une différence
de pression de 0.2 bar. Un sous-dimensionnement d’une installation de filtration se paye
donc en coûts de cartouches de remplacement.

ozone.ch Sàrl 40 http://www.ozone.ch


4.2. FILTRATION PARTICULAIRE

Fig. 4.14.: Evolution de la perte de charge au cours de la vie d’une cartouche filtrante

Facteurs influençant la performance d’un filtre


De nombreux facteurs liés au fluide et aux particules en suspension dans le fluide in-
fluencent les performances d’un filtre, ce qui rend les comparaisons difficiles. Les facteurs
suivants influencent la durée de vie d’un filtre :
• Caractéristique des particules
• Forme
• Déformabilité : les particules déformables peuvent bien sûr passer à travers des
pores de diamètre inférieur à leur taille
• Densité : un densité très différente de celle du fluide tend à améliorer la qualité
de la filtration
• Quantité : si il y a beaucoup de particules, il y a bien sûr formation rapide d’un
gâteau de filtration
• Caractéristiques du fluide
• Viscosité : une viscosité différente implique une perte de charge différente
• Tension superficielle, qui affecte l’adsorption
• Température : elle peut avoir un effet sur le média, surtout sur les plastique, et a
un effet sur la viscosité du liquide.
• Débit vitesse d’écoulement
Ce nombre assez important de facteurs justifie un peu l’absence de standards reconnus
par tous.
Différents fabricants effectuent donc les tests de durée de vie et d’efficacité de leurs
cartouches avec des particules différentes, qui correspondent à différents standards.Pour
lé’efficacité, le test le plus employé et le AC Fine Test Dust (USA) . Il prescrit l’emploi

ozone.ch Sàrl 41 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 4. FILTRATION ET MICROFILTRATION

de sable ramassé dans une région définie d’un désert californien. Un grand fabricant de
cartouches européen utilise pour ses essais de durée de vie de l’OvomaltineTM , alors qu’il
mesure l’efficacité de ses filtres avec des particules de Latex calibrées.

4.3. Microfiltration
On parle de microfiltration quand on utilise des cartouches au micronage inférieur au
micron. En pratique, les micronnages utilisés en purification de l’eau sont :
• 0.2 µm : suffisant pour arrêter les bactéries
• 0.05 à 0.1 µm : souvent employés en microélectronique
La microfiltration se fait pratiquement toujours avec des filtres à cartouches consom-
mables

Fig. 4.15.: Une cartouche de microfiltration. Photo : Osmonics

Il s’agit de filtration de surface avec des membranes plissées.


On distingue le cartouches de microfiltration pour filtration nominale et celles pour
filtration absolue. En général les cartouches de filtration absolues utilisent des membranes
avec des pores.
On peut tester l’intégrité de certaines cartouches de microfiltration. cela est utile pour
des applications où la qualité de la filtration doit être démontrée et documentée, comme
par exemple dans l’industrie pharmaceutique.

ozone.ch Sàrl 42 http://www.ozone.ch


4.3. MICROFILTRATION

Fig. 4.16.: Vue au microscope d’une membrane d’une cartouche de microfiltration ab-
solue. Photo : Osmonics

ozone.ch Sàrl 43 http://www.ozone.ch


5. Procédés membranaires

5.1. Introduction
Les procédés membranaires, ou de filtration par membrane, aussi appellés de filtration
tangentielle diffèrent de la filtration classique essentiellement par la présence d’une sortie
de concentrat : seulement une partie de l’eau passe à travers le média filtrant, une partie,
appellée le concentrat, ne passe pas à travers le média filtrant et sert à évacuer les
impuretés qui, en filtration classique, restent sur le média filtrant.

5.2. Osmose inverse


5.2.1. Principe de l’osmose inverse
Le phénomène de l’osmose est connu depuis l’aube de la biologie : il existe dans la
nature des membranes, qui ont la propriété de laisser passer seulement l’eau, sans les
sels qui y sont dissous.
Lorsque une solution aqueuse est séparée de l’eau déminéralisée par une telle mem-
brane, comme dans la figure 5.1, il se produit un flux osmotique : de l’eau purifiée passe
à travers la membrane jusqu’à ce que la différence de pression à travers la membrane
atteigne une pression dite pression osmotique, fonction des sels dissous dans l’eau, et
qu’il est possible de calculer. Il est clair que si l’on applique à la solution aqueuse une
pression supérieure à sa pression osmotique, le flux osmotique sera inversé et l’on pro-
duira de l’eau déminéralisée : c’est l’osmose inverse. Les premières membranes d’osmose
inverse étaient en acétate de cellulose. Par la suite, l’on développa des membranes en
plastique1 .
On notera aussi que l’on ne peut imaginer faire passer la totalité de la solution aqueuse
à travers la membrane. En effet, les sels dissous ne passant pas à travers la membrane, ils
sont de plus en plus concentrés et la pression osmotique augmente. D’autre part, si l’on
continuait à concentrer, tôt ou tard la limite de solubilité des différents sels présents dans
l’eau serait atteinte et il y aurait des précipitations sur la membrane. Il en résulte que
toutes les machines d’osmose inverse ont non seulement une entrée d’eau d’alimentation
et une sortie d’eau déminéralisée (dite aussi perméat), mais aussi une sortie d’eau qui
n’est pas passée à travers la membrane (on parle souvent de concentrat). Ce concentrat
1
Les membranes d’osmose inverse en plastique sont généralement en polyamide

44
5.2. OSMOSE INVERSE

Fig. 5.1.: Le phénomène naturel osmose

s’écoule tangentiellement à la membrane, sans la traverser, et c’est cela qui donne le nom
de filtration tangentielle aux technologies comme l’osmose inverse.
Une fois le concept d’osmose inverse connu, il faut, pour réaliser des machines indus-
trielles, placer une surface importante de membrane dans un volume aussi restreint que
possible. De nombreuses configurations de modules d’osmose inverse ont étés commer-
cialisés, mais actuellement la quasi-totalité du marché est représentée par les modules
spiralés.
Comment fonctionne, au niveau microscopique, une membrane d’osmose inverse ? Cela
n’est pas connu à l’heure actuelle avec certitude. L’on sait que ces membranes existent
dans la nature. L’on arrive à produire ces membranes en plastique. mais leur fonction-
nement exact est inconnu. Y a-t-il des pores ? Ce n’est pas certain. Une école de pensée
affirme qu’il n’y a pas de pore, et que la pression au niveau de la membrane force
l’eau à passer en changeant de phase : l’on parle d’eau interstitielle. Une autre école de
pensée affirme qu’il y des pores, mais cette école doit expliquer pourquoi l’on sait que
les membranes d’osmose inverses sont perméables non seulement à l’eau, mais aussi aux
petites molécules organiques. Pour expliquer ce phénomène, des modèles incluant des
effets électrostatiques au niveau de la surface de la membrane ont étés développés.
La question de la présence ou de l’absence des pores est la question qui agite les
milieux scientifiques qui travaillent sur les membranes depuis des décennies. La question
pourrait sembler futile, mais il n’en est rien. Elle montre que le phénomène de l’osmose
inverse reste mal compris. Si on comprendrait mieux le mécanisme, il serait plus facile
de prévoir les taux de rejet des différents ions, et surtout, dans d’autres domaines de la
technique, une compréhension des phénomènes au niveau physique a en règle générale
apporté des avancées importantes au niveau des performance des produits industriels.

ozone.ch Sàrl 45 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 5. PROCÉDÉS MEMBRANAIRES

Fig. 5.2.: Un module spiralé [9]

Fig. 5.3.: La fabrication d’un module d’osmose inverse. Photo : Osmonics

On peut donc se risquer à faire le pronostic que les performances des membranes vont
s’améliorer beaucoup dans les années ou décennies à venir.

ozone.ch Sàrl 46 http://www.ozone.ch


5.2. OSMOSE INVERSE

Fig. 5.4.: Membrane d’osmose inverse : le modèle avec pores. Image : Osmonics

Fig. 5.5.: Membrane d’osmose inverse : le modèle sans pores

5.2.2. Equations fondamentales de l’osmose inverse


Comme utilisateur ou concepteur d’installation, on n’a en principe jamais besoin de
calculer un osmoseur. Toutefois il est important de connaı̂tre les équations qui régissent
le fonctionnement des osmoseurs : cela nous permettra de mieux juger les offres et

ozone.ch Sàrl 47 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 5. PROCÉDÉS MEMBRANAIRES

affirmations de fabricants, et aussi d’évaluer le fonctionnement d’un osmoseur : les écarts


de débits et de conductivité seront incompréhensibles si l’on ne connaı̂t pas les lois qui
les régissent.

Quelques définitions
Il est usuel de représenter un osmoseur dans un schéma sous la forme d’un rectangle
avec une diagonale qui représente la membrane, comme dans la figure 5.6.

Fig. 5.6.: Représentation schématique d’un osmoseur ou d’une membrane d’osmose in-
verse

Qe : débit d’eau entrant dans l’osmoseur


Qp : débit perméat, ou débit d’eau passant à travers la membrane
Qc : débit de concentrat
ce : concentration de solides dissous dans l’eau entrant dans l’osmoseur
cp : concentration de solides dissous dans le perméat de l’osmoseur
cc : concentration de solides dissous dans le concentrat de l’osmoseur

Débit en fonction des pressions

Qe = KT × [(P1m − P2m ) − (Posm1 − Posm2 )] (5.1)


Avec :
• Qe : débit à travers la membrane
• KT : constante donnée par le fabricant de la membrane. La valeur de cette constante
varie avec la température.
• P1m : pression moyenne en amont de la membrane
• P2m :pression moyenne en aval de la membrane
• Posm1 :pression osmotique moyenne en amont de la membrane
• Posm2 : pression osmotique moyenne en aval de la membrane

ozone.ch Sàrl 48 http://www.ozone.ch


5.2. OSMOSE INVERSE

En pratique on admet les approximations suivantes :


1
P1m = × (Pe + Pc ) (5.2)
2

P2m = Pp (5.3)
Pe étant la pression à l’entrée de la membrane, Pc la pression du concentrat et Pp la
pression du perméat. De la même façon, on admet que :
1
Posm1 = × (Posme + Posmc ) (5.4)
2

Posm2 = Posmp (5.5)


Posme étant la pression osmotique de l’eau d’alimentation de l’osmoseur, Posmc la pres-
sion osmotique du concentrat et Posmp la pression osmotique du perméat.
En pratique, Posmp  Posme , donc Posm2  Posm1 , donc
(Posm1 − Posm2 ) ≈ Posm1
L’on calcule donc en général en utilisant Posm1 en lieu et place de (Posm1 − Posm2 ). Il
faut par contre prendre garde à ne pas confondre Posm1 avec Posme : la différence peut
être importante et conduire à des erreurs importantes.

Estimation de la pression osmotique


La pression osmotique est une fonction des solides dissous dans l’eau. En pratique l’on
peut utiliser l’approximation suivante :

Posm = T DS × 0.0008 (5.6)


TDS étant le total des solides dissous dans l’eau. Les unités utilisées étant :

• [Posm ] = bar
• [T DS] = ppm

Rejet et recouvrement
Pour l’utilisateur, un ”bon” osmoseur est un osmoseur qui réduira le plus possible
la minéralisation de l’eau et consommera le moins d’eau possible. Ces deux paramètres
sont mesurés par le taux de recouvrement et le taux de rejet :

Définitions :
Qp
Taux de recouvrement : R = Qe
Cp
Taux de rejet (rejet) : Rej = 1 − Cec
1
avec Cec = 2
× (Ce + Cc )

ozone.ch Sàrl 49 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 5. PROCÉDÉS MEMBRANAIRES

Effet de la température

Corr(T ) = 1.03(T −25) (5.7)


où T est la température de l’eau en degrés Celcius. Le débit d’une membrane ayant
un débit nominal QN à 25◦ C sera à une température T quelconque :

Q(T ) = Corr(T ) × QN (5.8)

Bilans
Il est important de rappeler que les bilans de masse de l’eau et des solides dissous
s’appliquent :

Qe = Qc + Qp (5.9)

Qe × Ce = [Qc × Cc ] + [Qp × Cp ] (5.10)


L’ensemble des équations permettent de faire les calculs courant concernant la per-
formance de votre osmoseur, comme par exemple la qualité de l’eau à la sortie, en
connaissant le taux de rejet et la qualité de l’eau en entrée, ou bien les variations de
performances à attendre d’une variation de la qualité de l’eau, du taux de recouvrement,
etc. D’autre part, il est essentiel de connaı̂tre ces équations pour évaluer l’efficacité de
la maintenance d’un osmoseur.

Taux de rejet de différents sels


Le taux de rejet d’une membrane ou d’un osmoseur est toujours donné par les fabri-
cants pour du NaCl. Bien sûr l’eau comporte aussi d’autres sels dissous, et les taux de
rejet peuvent varier fortement d’un sel à l’autre. [4] donne à la page 88 une liste complète
des taux de rejet des différents sels. Nous citons ici quelques exemples dans le tableau
5.2.2 à la page 50.
Sel Taux de passage (relativement au NaCl)
CaSO4 30%
MgCL2 60%
Ca(NO3 )2 500%
Mg(NO3 )2 500%

Tab. 5.1.: Taux de rejets de différents sels, relativement au NaCl

Les fabricants de membranes fournissent des programmes de calculs qui, utilisant ces
taux de passage différents pour chaque sel, calculent la concentration ion par ion dans
le perméat pour une eau d’alimentation donnée. Au moins un fabricant [20] permet à
tout un chacun de télécharger ce programme depuis son site Web.

ozone.ch Sàrl 50 http://www.ozone.ch


5.2. OSMOSE INVERSE

Ordres de grandeur
Taux de rejet, pour NaCl :
Polyamide : 98 à 99.7 %
Acétate de cellulose : 93 à 98 %

Taux de recouvrement :
Pour une membrane : 13 à 20 %
Pour une unité : 33 à 75 %

Dans une machine d’osmose inverse, l’on combine plusieurs membranes, et l’on peut
aussi recycler une partie du concentrat, pour obtenir des taux de recouvrement beaucoup
plus élevés que les 13 à 20% . Bien sûr cela a pour corollaire que le taux de rejet d’une
machine d’osmose inverse sera toujours plus bas que le taux de rejet d’une membrane
seule. En pratique, les taux de rejet pour le NaCl d’un osmoseur seront de l’ordre de 95
à 99%.

Débits par membrane (à environ 16 bar) :

Matériau Diamètre Débit


Polyamide 4” 0.25 m3 /h
Polyamide 8” 1 m3 /h
Acétate de cellulose 4” 0.15 m/3 h
Acétate de cellulose 8” 0.60 m/3 h

Les dimensions des membranes pour les osmoseurs industriels sont plus ou moins
standardisés : pratiquement tous les fabricants proposent des modules de diamètre de
4” et de 8”, et d’une longueur de 40” (environ un mètre). Par contre, pour les petits
osmoseurs commerciaux ou de laboratoire, il existe un très grand nombre de diamètres
de membranes (1.8”, 2”, 2.5”, etc.) et un choix presque infini de longueurs de modules.
Pour les membranes en acétate de cellulose, le débit varie avec le taux de passage : les
membranes avec un taux de rejet élevé ont un débit plus faible.

Les matériaux de membranes d’osmose inverse :

Matériaux Polyamide Acétate de cellulose


Rejet NaCl 98 à 99.7 % 93 à 98 %
pH 3 à 10 4 à 8
Rejet composés organiques > 150 masse mol. > 200 à 250 masse mol.
Chlore Cl2 libre < 0.1 ppm > 0.2 ppm et < 2.0 ppm

Température < 40 C < 40◦ C

ozone.ch Sàrl 51 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 5. PROCÉDÉS MEMBRANAIRES

Il existe des modules pour hautes températures avec des membranes en polyamide :
pour la membrane elle-même, une température de l’eau jusqu’à 90◦ C ne pose pas réellement
un problème, mais par contre le problème est au niveau de la colle et des autres éléments
en plastique (tubes, grilles, joints) employés pour la construction des modules.

5.2.3. Exemples d’unités d’osmose inverse

Fig. 5.7.: Schéma d’un petit osmoseur industriel. Schéma : Osmonics

Le schéma de la figure 5.7 est typique d’un petit osmoseur industriel. On remarque
en particulier :
Le préfiltre : il protège les membranes des particules en suspension
La pompe
Les membranes : le concentrat sortant de 2 membranes alimente la 3e membrane. Le
concentrat de cette dernière est en partie recyclé
Vannes de réglage concentrat et recyclage : en ajustant ces deux vannes, l’on peut
ajuster le taux de recouvrement de la machine

ozone.ch Sàrl 52 http://www.ozone.ch


5.2. OSMOSE INVERSE

Fig. 5.8.: Exemple d’unité d’osmose inverse pour laboratoire. Photo : Electrolux

Fig. 5.9.: Schéma de principe de l’unité montrée sur la figure 5.8

ozone.ch Sàrl 53 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 5. PROCÉDÉS MEMBRANAIRES

Fig. 5.10.: Osmoseur industriel de taille moyenne, muni de membranes 4”. Photo : Os-
monics

Fig. 5.11.: Exemple de grand osmoseur industriel, muni de membranes 8”. Photo : Os-
monics

ozone.ch Sàrl 54 http://www.ozone.ch


5.3. ULTRAFILTRATION

5.3. Ultrafiltration
Comme l’osmose inverse, l’ultrafiltration est une technique de filtration tangentielle.
Contrairement aux membranes d’osmose inverse, les membranes d’ultrafiltration n’enlèvent
aucun ion de l’eau. Les membranes d’ultrafiltration ont des pores : c’est incontestable,
ils sont observables au microscope. il s’agit d’une technologie assez mûre. Il y a un grand
choix de matériaux de membrane : polysulphone, polypropylène, polyamide, acétate de
cellulose, etc.
L’utilisation principale de l’ultrafiltration est la filtration au point d’utilisation dans les
systèmes de production d’eau ultrapure, surtout en pharmaceutique et en microélectronique.
depuis quelques années, l’on voit aussi des machines d’ultrafiltration destinées à la pota-
bilisation de l’eau. Les taux de recouvrement sont beaucoup plus élevés en ultrafiltration
que en osmose inverse : l’on parle de 80 à 90% avec de l’eau de ville ou en potabilisation
de l’eau, et plus de 95% en filtration de finition d’eau ultrapure.

Fig. 5.12.: Exemple d’unité d’ultrafiltration au point d’utilisation [20]

ozone.ch Sàrl 55 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 5. PROCÉDÉS MEMBRANAIRES

Fig. 5.13.: Schéma d’une unité d’ultrafiltration au point d’utilisation [20]

Fig. 5.14.: Machine d’ultrafiltration pour la potabilisation de l’eau. Photo : Membratec

ozone.ch Sàrl 56 http://www.ozone.ch


5.4. NANOFILTRATION

5.4. Nanofiltration
La nanofiltration enlève 30 à 50 % des ions monovalents et plus de 90% des ions di-
valents. Cette caractéristique fait de la nanofiltration une alternative intéressante à la
déminéralisation partielle et à l’adoucissement par échange d’ions. Il s’agit d’une techno-
logie relativement jeune. Les écarts de performances entre membranes non négligeables.
Les membranes sont faites dans les mêmes matériaux que les membranes d’osmose in-
verse (polyamide et acétate de cellulose), et sont utilisées à des pressions un peu plus
basses que les membranes d’osmose inverse : des pressions de 8 à 10 bar sont typiques.
En tout cas au début, certains fabricants proposaient comme membranes de nanofil-
tration les écarts de production de membranes d’osmose inverse. Depuis, la nanofiltration
s’est imposée comme méthode de traitement de l’eau dans l’industrie, surtout comme
alternative aux adoucisseurs pour des applications en agro-alimentaire, et des fabricants
ont donc développé des membranes spécifiques à la nanofiltration.
Jusqu’à présent, les facteurs suivants ont limité le développement de la nanofiltration
comme remplacement des adoucisseurs :
• Le coût de l’eau rejetée (concentrat)2
• Les coûts d’investissement, beaucoup plus élevés à l’heure actuelle que pour un
adoucisseur à échange d’ions
La nanofiltration n’est donc utilisée que dans les situations où le fait que elle enlève aussi
des bactéries et des substances organiques et qu’il n’y a pas de saumure à éliminer est
un avantage.

2
L’on peut souvent augmenter le taux de recouvrement des machines à nanofiltrations en injectant de
l’acide dans l’eau d’alimentation. Cela réduit bien sûr les coûts d’eau rejetée, mais l’installation et
sa maintenance deviennent alors plus complexes.

ozone.ch Sàrl 57 http://www.ozone.ch


6. La maintenance des osmoseurs

Notre expérience est que la maintenance des osmoseurs est trop souvent négligée. Il
en résulte une production d’eau de qualité inférieure à celle que l’on pourrait obtenir, et
une durée de vie réduite des membranes. C’est pourquoi nous consacrons ici un chapitre
séparé à ce sujet.
Bien que ce chapitre se réfère spécifiquement aux osmoseurs, tout ce qui y est dit est
applicable aussi aux machines à nanofiltration, et dans une certaine mesure aux machines
à ultrafiltration.

6.1. Suivi des performances


La maintenance d’un osmoseur est plus simple que celle d’un échangeur d’ion par
exemple. L’essentiel du travail de maintenance, à l’exception d’opérations assez spécialisées
mais peu fréquentes comme le changement des membranes par exemple, peut être fait
par le personnel de maintenance sans faire appel à des fournisseurs extérieurs.

6.1.1. Paramètres à enregistrer


[36] donne une liste des paramètres à enregistrer – manuellement ou automatiquement
– quotidiennement sur un osmoseur :
• Pressions :
• Pression avant le préfiltre
• Pression après le préfiltre et avant la pompe haute pression
• Pression après la pompe
• Pression en sortie des membranes, côté concentrat
• Pression du perméat (si celle-ci est différente de la pression atmosphérique)
• Débits :
• Perméat
• Concentrat
• Conductivité :
• Alimentation
• Perméat Cp
• Concentrat Cc
• Température de l’eau d’alimentation

58
6.1. SUIVI DES PERFORMANCES

Ces paramètres ne sont pas en eux-mêmes une mesure directe des performance de
l’osmoseur. Comme nous l’avons vu au paragraphe 5.2.2, le débit varie en fonction de la
température par exemple et la qualité de l’eau produite varie en fonction de la la qualité
de l’eau d’alimentation : or ces paramètres varient au cours du temps dans pratiquement
toutes les installations. Il est donc essentiel de procéder à quelques calculs à partir des
valeurs enregistrées.

6.1.2. Paramètres à calculer sur la base des enregistrements


Taux de recouvrement en % : En principe ce taux ne devrait pas varier. Il peut varier
au cours de l’année si la température de l’eau d’alimentation varie. Il faudrait alors
utiliser les vannes permettant d’ajuster les débits de concentrat et de recyclage
Débit de perméat à T= 25◦ C et Pmoy = Pnominale : on parle souvent de normalisa-
tion du débit. Comme nous l’avons vu plus haut, le débit varie en fonction de
la température de l’eau et de la différence de pression à travers la membrane. On
ne peut donc comparer directement les débits mesurés. Si le débit de perméat est
resté constant alors que la température de l’eau a augmenté de 8◦ C par exemple,
alors les performances se son dégradés d’avantage que si à température égale et à
une différence de pression à travers la membrane qui aurait légèrement augmenté
le débit de perméat était resté constant. Il faut donc calculer, avec les équations
du paragraphe 5.2.2, de combien serait le débit de perméat si la température
Calim+Cc
Conductivité moyenne : Cmoy = 2
Cp
Taux de rejet : Rej = 1 − Cmoy
Perte de charge, côté concentrat, à débit constant : la différence entre la pression
en aval de la pompe haute pression et la sortie du concentrat des membranes
donne la perte de charge à travers les membranes, côté concentrat. Ce paramètre
est important, car il peut indiquer si il y a un entartrage important des membranes.
Comme les débits peuvent varier au cours du temps, il faut calculer la perte de
charge à débit nominal. L’approximation suivante est utilisable en pratique [4] :

2 × Qcnom + Qpnom
∆Pnorm = ∆Pmesuree × (6.1)
2 × Qc + Qp
Qcnom et Qpnom étant les débits de concentrat et respectivement de perméat nomi-
naux et ∆Pmesuree étant la différence de pression effectivement mesurée. Pour les
débits on peut aussi prendre les valeurs des débits lors de la mise en service pour
Qcnom et Qpnom .
Nous avons maintenant 2 valeurs : le débit de perméat à 25◦ C (et Pmoy = Pnominale )
et le taux de rejet des membranes qui reflètent les performances de l’osmoseur, et une
3e valeur, ∆Pnorm , qui est une mesure de l’état des membranes. Le taux de recouvrement
doit être contrôlé pour vérifier qu’il ne varie pas plus que quelques % au cours de l’année.
Sur la base d’un tableau de chiffres, il est difficile de déterminer si l’on assiste à une
évolution ou si les différences de valeurs sont dues à la précision des mesures. Il est

ozone.ch Sàrl 59 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 6. LA MAINTENANCE DES OSMOSEURS

donc conseillé de tracer des graphiques donnant le débit de perméat à 25◦ C (et Pmoy =
Pnominale ) , le taux de rejet des membranes et ∆Pnorm .

6.2. Nettoyage des membranes


Il est inévitable que après un certain temps les performance d’un osmoseur diminuent.
Il faut alors nettoyer les membranes. de combien faut-il que les performances se dégradent
pour qu’un nettoyage soit justifié ? L’ensemble de la littérature et plusieurs fabricants1
conseillent de nettoyer lorsque les performances se sont dégradées comme suit :
1. Le débit de perméat à 25◦ C et Pmoy = Pnominale a baissé de 10 à 15%
2. ∆Pnorm a augmenté de 10 à 15%
3. Le taux de rejet a baissé de 1 à 2 %
Les produits à employer pour le nettoyage sont fonction de la nature du dépôt que
l’on trouve sur la membrane. [4] affirme qu’il faut procéder à une analyse de la nature
du tartre que l’on trouve sur la surface de la membrane avant de choisir le produit
nettoyant. Cette méthode implique que l’on extrait une membrane de la machine avant
de procéder au premier nettoyage et qu’on la détruit pour effectuer un prélèvement :
elle n’est donc économiquement défendable que si l’on utilise un osmoseur avec un grand
nombre de membranes2 , ce qui est rarement le cas des osmoseurs utilisés dans l’industrie.
En pratique, il est donc généralement préférable de procéder par essais successifs.
On trouve différents type de dépôts sur les membranes des osmoseurs :

Dépôts inorganique : ils résultent de la concentration des différents sels dissous dans
l’eau et du changement de l’équilibre calco-carbonique de l’eau. La meilleure façon de
l’enlever est d’utiliser une solution de nettoyage acide.

Dépôts organiques : ils sont mieux enlevés par des solutions basiques contenant un
surfactant.

Sulfates : si des traces de baryum, de strontium ou de calcium sont présentes dans


l’eau et l’on utilise une injection d’acide sulfurique pour l’ajustement du pH en amont
de l’osmoseur, des dépôts de sulfates (de baryum, de strontium, de calcium) peuvent se
former. Un nettoyage avec de l’EDTA peut être tenté, mais il faut en général changer
les membranes.

Biofilms : ils sont mieux enlevés par des solutions basiques, avec un pH de au moins
11, contenant un surfactant.
1
Pas tous les fabricants. Il faut être conscients que certains fabricants d’osmoseurs ignorent
complètement la problématique du nettoyage des membranes
2
Plus de 20 membranes environ

ozone.ch Sàrl 60 http://www.ozone.ch


6.2. NETTOYAGE DES MEMBRANES

Diamètre Débit max. Vol. solution par élément


4” 40 l/min 20 litres
8” 120 l/min 80 litres

Tab. 6.1.: Débits et volumes de solution de nettoyage recommandés

Spécification des produits de nettoyage


Les fabricants de membranes donnent des spécifications des produits à employer pour
les différents types de nettoyages (acide, croissance biologique, etc.). Ces spécifications
font généralement appels à des produits que l’on trouve facilement en droguerie ou auprès
d’un distributeur de produits chimiques, comme l’acide nitrique, l’EDTA, etc. Il arrive
que des fournisseurs d’installations d’osmose inverse proposent des produits nettoyant
prêts, généralement à des prix prohibitifs. Notre expérience est que en général il n’est pas
économique de les utiliser. Il existe aussi des cartouches que l’on place à la place de la
cartouche filtrante de l’osmoseur, et qui relarguent une solution nettoyante lorsque l’eau
les traverse. Cette solution est très pratique et économique pour les petits osmoseurs
(jusqu’à environ 3 m3 /h).

Quel produit utiliser ?


En pratique, dans environ 80% des cas, la baisse des performances est due essentielle-
ment à des dépôts inorganiques. Il est donc préférable de commencer par un nettoyage
acide. Si les résultats sont insuffisants, procéder alors à un nettoyage avec une solution
basique, puis à un 2e nettoyage acide, car si il y a un biofilm, il et probable que sous
celui-ci se trouve un dépôt de substances inorganiques.

Procédure de nettoyage
Si l’on utilise pas une cartouche de nettoyage, il faut laisser la solution nettoyante
recirculer dans la machine pendant au moins 30 minutes [4]. Il faut impérativement
ouvrir la vanne de concentrat pour éviter une montée excessive de la pression en amont
de la membrane. Le tableau 6.1 donne les débits maximums à prévoir et les volumes
minimums de solution nettoyante nécessaires pour la procédure.

ozone.ch Sàrl 61 http://www.ozone.ch


7. La désinfection de l’eau

Il existe actuellement 5 méthodes courantes pour la désinfection de l’eau dans l’indus-


trie :
1. La chloration de l’eau
2. La stérilisation par les rayons U.V.
3. L’ozonisation
4. La microfiltration
5. L’ultrafiltration
La distillation n’est plus utilisée que dans des cas exceptionnels, comme l’industrie
pharmaceutique. Elle sera tout de même traitée séparément, dans le chapitre 14 à la
page 112. La chloration et la stérilisation par UVc sont des méthodes très simples à
mettre en œuvre, alors que l’ozonisation est plus complexe, mais aussi plus intéressante.
La microfiltration est intéressante uniquement dans des cas très particuliers en raison
des ses coûts élevés de fonctionnement. L’ultrafiltration est utilisée depuis longtemps en
microélectronique pour la stérilisation finale au point d’utilisation et est utilisée aussi
en eau potable.
La destruction des biofilms est traitée dans le chapitre 12 à la page 102.

62
8. Stérilisation U.V.

8.1. Principe et limites de la désinfection par ultraviolets


8.1.1. Principe de fonctionnement
Le principe de la stérilisation de l’eau par ultraviolet est très simple : on éclaire l’eau
avec des rayons UVc, qui ont un effet germicide par destruction des molécules d’ADN.

Fig. 8.1.: Absorption du rayonnement ultraviolet par l’eau (traitillé) et par l’ADN (trait
continu) [13]

8.1.2. Limites de la stérilisation par ultraviolet


Par sa simplicité et son efficacité, la stérilisation par ultraviolet est une solution très
attrayante. Il faut toutefois aussi être conscients des limites de cette technologie :
La stérilisation par ultraviolet inactive mais n’élimine pas physiquement les bactéries :
les bactéries restent dans l’eau sous forme de particules inactives. Dans beaucoup

63
CHAPITRE 8. STÉRILISATION U.V.

d’applications, cela ne pose pas de problèmes, mais dans certains cas, comme en
micro-électronique, par exemple, il faut combiner la stérilisation par ultraviolet
avec la microfiltration ou l’ultrafiltration pour éliminer les particules que sont de-
venues les bactéries inactivées par le stérilisateur U.V. de l’eau utilisée pour laver
les Wafers par exemple.
Pas d’effet rémanent : si des bactéries sont déjà présentent en aval du stérilisateur
UV, elles resterons actives. La stérilisation U.V. n’a donc absolument aucun effet
sur les biofilms

8.1.3. Longueur d’onde


Longueur d’onde utilisée pour stériliser l’eau est de : 254 nm. A 185 nm l’ultraviolet
produit de l’ozone, dans l’eau et dans l’air : méthode pour produire l’ozone, de moins
en moins utilisée, sauf pour des très petits générateurs d’ozone. Par contre, à 254 nm, le
rayonnement ultraviolet détruit l’ozone : il s’agit de la seule méthode fiable pour détruire
l’ozone. Elle est décrite en détail à la page 87.

8.1.4. Les lampe ultraviolet


Il existe plusieurs types de lampes ultraviolet. Pour le traitement de l’eau, on distingue
les lampes basse pression et moyenne pression.

Fig. 8.2.: Comparaison des spectres d’émission d’une lampe basse pression et d’une
lampe moyenne pression [13]

La lampe est généralement au centre de l’écoulement. Il faut être attentif à ne pas


acheter stérilisateurs qui utilisent des lampes faites spécialement sur mesure pour le

ozone.ch Sàrl 64 http://www.ozone.ch


8.2. DIMENSIONNEMENT D’UN STÉRILISATEUR UV

Fig. 8.3.: Réduction du rayonnement émis au bout de 7 jours, en fonction de la dureté


[24]. Ce graphique confirme que l’entartrage du quartz est un désavantage
important en cas d’utilisation de lampes moyenne pression

stérilisateur : après quoi, l’on est otage de l’installateur qui ne se prive pas, souvent de
vendre très cher les lampes de remplacement.

8.2. Dimensionnement d’un stérilisateur UV


8.2.1. Dose de rayonnement UVc
En pratique, le dimensionnement se fait en général sur la base des normes applicables
pour la stérilisation de l’eau potable. Celles-ci prescrivent une dose de rayonnement
germicide, dose qui varie d’un pays à l’autre :
1
Plusieurs pays européens : 25 mJ/cm2
Suisse : 40 à 25 mJ/cm2

Il faut donc toujours préciser la dose de rayonnement germicide demandée lors d’un
appel d’offre.
Les stérilisateurs U.V. sont aussi souvent utilisés comme destructeurs d’ozone résiduel
dans l’eau. Pour détruire l’ozone, il faut un dosage de rayonnement germicide beaucoup
plus élevé que pour l’inactivation de bactéries2 .
1
Dont la France et l’Italie. La Belgique elle prescrit 30 mJ/cm2
2
Voir le point 10.3.4 à la page 87

ozone.ch Sàrl 65 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 8. STÉRILISATION U.V.

Fig. 8.4.: Dose de rayonnement U.V. nécessaire pour réduire de 99.99% divers micro-
organismes. Les barres claires montrent la dose en présence de lumière
réactivant les micro-organismes, les barres pleines montrent la dose en l’ab-
sence de lumière réactivant les micro-organismes [24]

L’eau peut être plus ou moins perméable aux rayons UVc. Pour dimensionner un
stérilisateur UV, le fabricant aura donc besoin, en plus du débit d’eau à traiter, du
coefficient de transmission aux UVc de XX% sur une lame d’eau de 1 cm .
Les doses mentionnées dans les normes pour la potabilisation de l’eau sont adaptées
pour la grande majorité des cas, mais pas tous. Il faut des doses beaucoup plus élevées
pour éliminer des cellules d’algues et des moisissure, et aussi pour certains virus rares.
Le coefficient de transmission admis par les fabricants qui donnent un débit dans
leurs catalogues sont généralement de l’ordre de 80 à 98%, selon les fabricants. Cette
différence fait que des stérilisateurs U.V. standard peuvent sembler être moins chers que
un modèle prévu pour le même débit d’une autre marque, alors que en fait le débit est
tout simplement donné pour un coefficient de pénétration des UVc différent. il est donc
important de comparer des offres calculées sur la base de coefficients de transmission
aux UVc de XX% sur une lame d’eau de 1 cm et non des chiffres tirés de catalogues.

ozone.ch Sàrl 66 http://www.ozone.ch


8.3. DOSES DE RAYONNEMENT UV POUR DIFFÉRENTES CLASSES DE
MICRO-ORGANISMES

Micro-organisme D10 en mJ/cm2


Escherichia Coli 3.0
Pseudomonas Auroginosas 5.0
Staphyllococcus Aureus 2.18
Moisissures 30 à 300
Algues 300 à 600
Tab. 8.1.: Doses d’inactivation D10 pour quelques micro-organismes communs

La dose de rayonnement UVc nécessaire est fonction du micro-organisme à éliminer.


L’on trouve dans la littérature des tableaux donnant les Doses D10 pour divers micro-
organismes. Cette dose est définie comme suit :

Dose D10 : dose de rayonnement UVc qui permet d’inactiver 90.0% des micro-organismes
présents

Une fois D10 connue, l’on peut calculer facilement la dose nécessaire pour inactiver
des pourcentages plus élevés de micro-organismes :

• Pour 99.0% : 2 × D10


• Pour 99.9% :3 × D10
• Pour 99.99% (=100%) :4 × D10

Le tableau 8.1 donne des valeurs de D10 pour les micro-organismes les plus communs :
L’on trouve dans la littérature des valeurs de D10 différentes d’une publication à
l’autre. Des laboratoires ayant affecté les mêmes mesures ont trouvés des résultats par-
fois assez différents. En pratique, cela signifie qu’il faut considérer ces valeurs comme
indicatives, et en aucun cas dimensionner une installation sans un coefficient de sécurité
significatif par rapport aux valeurs de D10 3 trouvées dans la littérature.
Les tableaux qui suivent donnent les valeurs deD1000 pour un grand nombre de micro-
organismes[8].

8.3. Doses de rayonnement UV pour différentes classes


de micro-organismes
Les algues sont un problème fréquent en Suisse. Une part non négligeable de notre eau
potable provient d’eau de surface, en particuliers des lacs. Les cellules d’algues sont plus
résistantes que les bactérie aux aux traitements de désinfection, ce qui fait que les doses
D1000 sont généralement beaucoup plus élevées pour les algues que pour les bactéries et
les virus.
3
Ou de D100 ou D1000 ,d’ailleurs

ozone.ch Sàrl 67 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 8. STÉRILISATION U.V.

Micro-organisme Dose D1000 en mJ/cm2


Bacillus anthracis 8,700
B. enteritidis 7,600
B. Megatherium sp. (vegatative) 2,500
B. Megatherium sp. (spores) 52,000
B. paratyphosus 6,100
B. subtilis (vegatative) 11,000
B. subtilis (spores) 58,000
Clostridium tetani 22,000
Corynebacterium diphtheria 6,500
Eberthella typhosa 4,100
Escherichia coli 7,000
Leptospira interrogans 6,000
Micrococcus candidus 12,300
Micrococcus sphaeroides 15,400
Mycobacterium tuberculosis 10,000
Neisseria catarrhalis 8,500
Phytomonas tumefaciens 8,500
Proteus vulgaris 6,600
Pseudomonas aeruginosa 10,500
Pseudomonas fluorescens 6,600
Salmonella enteritidis 7,600
Salmonella paratyphi 6,100
Salmonella typhimurium 15,200
Salmonella typhosa (Typhoide) 6,000
Sarcina lutea 26,400
Serratia marcescens 6,200
Shigella dysenteriae (Dysenterie) 4,200
Shigella paradysenteriae 3,400
Spirillum rubrum 6,160
Staphylococcus albus 5,720
Staphylococcus aureus 6,600
Streptococcus hemolyticus 5,500
Streptococcus lactis 8,800
Streptococcus viridans 3,800
Vibrio cholerae 6,500
Tab. 8.2.: Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de bactéries

ozone.ch Sàrl 68 http://www.ozone.ch


8.3. DOSES DE RAYONNEMENT UV POUR DIFFÉRENTES CLASSES DE
MICRO-ORGANISMES

Micro-organisme Dose D1000 en mJ/cm2


Aspergillus flavus 99,000
Aspergillus glaucus 88,000
Aspergillus niger 330,000
Mucor racemosus A 35,200
Mucor racemosus B 35,200
Oospora lactis 11,000
Penicillium digitatum 88,000
Penicillium expansum 22,000
Penicillium roqueforti 26,400
Rhizopus nigricans 220,000
Tab. 8.3.: Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de moisissures et spores

Micro-organisme Dose D1000 en mJ/cm2


Chlorella vulgaris (algue) 22,000
Oeufs de Nematodes 92,000
Paramecium 200,000
Tab. 8.4.: Doses de rayonnement UV pour l’inactivation d’algues et protozoa

Micro-organisme Dose D1000 en mJ/cm2


Virus :
Bacteriophage (E. coli) 6,600
Virus Hepatitis 8,000
Virus Influenza 6,600
Virus Polio 6,000
Rotavirus (diarhées) 24,000
Tobacco mosaic 440,000
Tab. 8.5.: Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de virus

8.3.1. Exemples d’estimations de la dose nécessaire


Escherichia Coli

L’on veut assurer l’absence de bactéries fécales (Escherichia Coli) de l’eau. Quelle dose
faut-il prévoir ?
Réponse : Il faut une dose suffisant pour réduire le nombre d’UFC de 99.99%, ce qui
est considéré en pratique comme une réduction de 100%. Il faut une dose égale à 4 fois
D10 , ou 2 fois D1000 soit :

Dose = 6 × 2 = 12 mJ/cm2 (8.1)

ozone.ch Sàrl 69 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 8. STÉRILISATION U.V.

Micro-organisme Dose D1000 en mJ/cm2


Virus :
Baker’s yeast 8,800
Brewer’s yeast 6,600
Common yeast cake 13,200
Saccharomyces cerevisiae 13,200
Saccharomyces ellipsoideus 13,200
Saccharomyces sp. 17,600
Tab. 8.6.: Doses de rayonnement UV pour l’inactivation de levures

Un cas particulier : les lampes plongeantes dans les réservoirs


L’on rencontre assez souvent dans l’industrie des lampes U.V. plongeantes dans des
réservoir : il s’agit de lampes monoculot dont une partie plonge dans du liquide stocké.
A priori l’idée semble séduisante : l’on insère pour un coût très limité une lampe à
ultraviolet dans un réservoir existant, ou de toute façon prévu dans l’installation, et
l’on obtiendrait un stérilisateur UV bon marché. Hélas, ces lampes en général favorisent
plus qu’elles n’empêchent la croissance de bactéries. Le motif en est le coefficient de
pénétration des UVc discuté précédemment. Ce coefficient est généralement inférieur
à celui de la lumière visible. Il en résulte que dès que l’on s’éloigne de la lampe de
plus de quelques dizaines de centimètres dans le réservoir, l’on ne trouve plus que un
rayonnement négligeable d’UVc, alors que un rayonnement significatif de lumière dans le
spectre visible est mesurable. Cette lumière favorise la croissance des bactéries. D’autre
part, les lampes U.V. plongeantes amènent de l’énergie thermique au réservoir, autrement
dit chauffent l’eau, rendant ainsi le milieu plus propice à la croissance de bactéries.

8.3.2. Biodosimetrie ou calcul ?


Une difficulté supplémentaire pour le praticien qui doit acquérir un stérilisateur U.V.
et qui doit évaluer les offres de divers fournisseur est donnée par le fait que les divers
fabricant dimensionnent leurs systèmes de manière différente. Nous avons vu que la
réduction de la concentration de micro-organismes est fonction de la dose de rayonne-
ment germicide. Or, il est clair que les particules d’eau qui traversent un stérilisateur
ne reçoivent pas toutes la même dose de rayonnement. La question se pose donc de
savoir comment le fabricant détermine la dose de rayonnement fournie par son appareil
pour le débit et le coefficient de pénétration aux UVc qui lui auront étés indiqués. Les
fournisseurs de stérilisateurs procèdent selon 3 méthodes différentes :
Calcul de la dose moyenne : c’est la méthode traditionnelle, encore trop souvent em-
ployée : on mesure la dose sur la base du rayonnement moyen calculé à l’intérieur
du stérilisateur et on la multiplie par le temps de résidence moyen d’une particule
d’eau, qui est tout simplement le volume du stérilisateur divisé par le débit. La
méthode est simple, mais discutable, dans la mesure où l’on peut imaginer que les

ozone.ch Sàrl 70 http://www.ozone.ch


8.3. DOSES DE RAYONNEMENT UV POUR DIFFÉRENTES CLASSES DE
MICRO-ORGANISMES

Fig. 8.5.: Exemple de stérilisateur U.V. [23]

bactéries ne sont pas forcément distribués de manière uniforme dans l’eau, et donc
le calcul donnera des résultats différents de mesures sur l’installation.
Mesure pas biodosimétrie : l’on mesure le taux de survie de bactéries dont les valeurs
D10 , D100 etc. sont connues : sur cette base l’on calcule la dose de rayonnement
effective fournie par la stérilisateur. Cette méthode a un immense désavantage :
son coût4 . Il s’agit en effet d’essais complexes, et il y a peu d’installations dans
le monde pouvant les réaliser.[13] décrit en détail la procédure de la mesure par
biodosimétrie.
Calcul de la dose minimum : Avec les moyens de calculs actuels, ils est possible de
déterminer le parcours la plus défavorable du point de vue de la dose de rayon-
nement à travers un stérilisateur U.V. Le fabricant qui emploi cette méthode in-
diquera dans ses spécifications que l’appareil a été calculé sur la base d’un rayon-
nement germicide de (par exemple) 40 mJ/cm2 au point le plus défavorable de
l’appareil. Cette méthode conduit à un surdimensionnement de l’appareil, mais
évite les coûts élevés de la biodosimétrie, ce qui permet d’avoir des stérilisateurs
U.V. plus économiques que ceux dimensionnés par biodosimétrie.
4
La SSIGE affirme que ces essais ne peuvent êtres effectués que en Autriche si ils doivent êtres reconnus
par la SSIGE (Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux), et que l’essai d’un appareil coûte
entre 40’000.00 et 60’000.00 Francs Suisses

ozone.ch Sàrl 71 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 8. STÉRILISATION U.V.

Il est donc important lors des comparaison d’offres de plusieurs fournisseurs de savoir
comment chaque stérilisateur proposé est calculé. Les stérilisateurs calculés par biodo-
simétrie seront toujours plus chers à performances égales, puisque le coût de cette mesure
très coûteuse doit être amorti par la vente des appareils.

ozone.ch Sàrl 72 http://www.ozone.ch


9. Chloration

Principe
Le principe de fonctionnement de la chloration est d’une extrême simplicité : l’on
injecte du chlore dans l’eau avec une pompe pour injection ou un injecteur Venturi, et
l’on attend que le chlore agisse. La chloration est très peu employée en purification de
l’eau dans l’industrie, essentiellement en raison du problème insoluble posé par le résidu
de chlore et de dérivés chlorés présents dans l’eau désinfectée.

Dosage du chlore
On considère qu’il y a désinfection de l’eau si la concentration fois le temps de contact
respecte les valeurs suivantes :
• 0.5 ppm × 30 minutes pour chlore libre
• 0.2 ppm × 15 minutes pour le dioxyde de chlore
Certaines industries peuvent avoir des exigences particulières. Ainsi, l’industrie des
boissons utilise un dosage résiduel de 10 ppm, avec un temps de contact de 2 heures au
minimum.
Combien de chlore faut-il donc injecter ? Le dosage sera :

DT ot = DRes + DCons (9.1)


Avec :
• DT ot : dosage total
• DRes : concentration résiduelle
• DCons : consommation immédiate de chlore par l’eau [ppm]
La consommation sera déterminée par l’oxydation des matières organiques et des com-
posants dissous que le chlore oxydera, c’est à dire essentiellement le fer et le manganèse.
La quantité de chlore nécessaire à l’oxydation du fer et du manganèse est simplement
le dosage stoechiométrique pour l’oxydation du fer et du manganèse présents dans l’eau.
Par contre, la consommation pour l’oxydation de la matière organique ne peut qu’être
estimée : elle sera de l’ordre de 3 à 5 fois la DCO. On ne peut pas prévoir quelle portion
de la matière organique sera effectivement oxydée. Il est donc judicieux de dimensionner
les installations en prévoyant une injection de chlore calculée sur la base de 4 à 5 fois la
DCO, tout en sachant que la consommation effective pourrait être nettement plus faible.

73
10. Ozonisation

10.1. Principe
L’ozone O3 est une variété allotropique de l’oxygène O2 .L’ozone est généralement perçu
comme une intéressante alternative au chlore. Par rapport au chlore, l’ozone présente
des désavantages mais aussi et surtout des avantages décisifs pour l’utilisation dans
l’industrie.

10.1.1. Désavantages de l’ozone


Investissement plus élevé : l’expression usine à gaz est certainement appropriée dans
le cas de l’ozonisation, puisque ce gaz est produit sur place : il en résulte que
le coût d’exploitation est réduit par rapport à des systèmes où l’on doit acheter
le désinfectant, par contre l’installation est inévitablement plus complexe et plus
coûteuse.
Système plus complexe : L’ozone doit être produit, puis dissous dans l’eau, le gaz
résiduel doit être extrait de l’eau, etc. Le système résultant est inévitablement
plus complexe à installer et à utiliser qu’une pompe à injection de chlore, par
exemple.
Il n’y a pas de membranes résistantes à l’ozone : cela pose un problème à certaines
industries particulières, comme l’agro-alimentaire, qui veulent en général désinfecter
l’ensemble de la chaı̂ne de traitement : si un osmoseur est prévu, cela est possible
avec le chlore en choisissant une membrane en acétate de cellulose par exemple,
alors que c’est effectivement impossible avec l’ozone.
Consommation en énergie plus élevée, puisque l’ozone est produit par décharge électrique

10.1.2. Avantages de l’ozone


Ces désavantages sont compensés par une série d’avantages qui rendent l’ozone très
intéressant dans nombre d’applications industrielles :
Pas de dérivés dangereux, contrairement au chlore
Ne reste pas dans l’eau, redevient de l’oxygène : il est donc utilisable par exemple
pour le traitement d’eau ultrapure, ce qui n’est pas le cas du chlore
Pas de stockage de produits dangereux

74
10.1. PRINCIPE

Oxydation très complète


Se décompose ou s’enlève facilement

10.1.3. Potentiels Rédox


L’ozone est le plus puissant des oxydants utilisables en traitement de l’eau. Le tableau
10.1 montre les potentiels Rédox de produits oxydants employés dans l’industrie : il
montre que l’ozone est l’oxydant le plus fort.

Réactif Potentiel Rédox


Ozone 2.07
Peroxyde d’hydrogène 1.17
Chlore (gaz) 1.36
Oxygène 1.23

Tab. 10.1.: Potentiels Rédox de quelques produits oxydants utilisés dans l’industrie

En pratique, cela signifie que des composés qui ne sont pas oxydés par le chlore le seront
par l’ozone, et ceux qui sont oxydés par le chlore et l’ozone seront oxydés beaucoup plus
rapidement par l’ozone. Les micro-organismes sont détruits par oxydation, ce qui fait
que l’ozone est un désinfectant beaucoup plus puissant que le chlore. Cela se traduit par
des temps de contact plus courts pour obtenir le même résultat, comme cela est visible
dans la figure 10.1.

Fig. 10.1.: L’ozone : un désinfectant plus puissant que le chlore [2]

ozone.ch Sàrl 75 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

Milieu Demi-vie
Gaz Env. 20 minutes
Eau, pH = 6.0 Env. 20 minutes
Eau, pH = 7.0 Env. 15 minutes
Eau, pH = 8.0 Env. 20 minutes
Tab. 10.2.: Demi-vie de l’ozone

Fig. 10.2.: Les principaux composants d’un système d’ozonisation de l’eau

Instabilité de l’ozone
Demi-vie : période pendant laquelle la concentration d’ozone diminue de moitié.

Systèmes d’ozonisation
En général, l’attention se concentre sur le générateur, qui n’est qu’une partie du
système et moins que le 50% des investissements. Les autres composants principaux
d’un système d’ozonisation sont visibles sur la figure 10.1.3. Nous examinerons dans les
pages qui suivent les différents composants mentionnés à la figure 10.1.3.

Principe de la production d’ozone : La foudre a inspiré les générateurs d’ozone. Ce


principe est utilisé dans les générateurs d’ozone dit à décharge corona, qui représentent
la quasi-totalité des générateurs d’ozone utilisés en purification de l’eau. Ce principe est
illustré par la figure 10.3

ozone.ch Sàrl 76 http://www.ozone.ch


10.1. PRINCIPE

Fig. 10.3.: Génération d’ozone par décharge Corona. Principe

Plus la fréquence des décharges électriques entre les électrodes est élevées, plus la
concentration d’ozone produit sera élevée. Les générateurs d’ozone à fréquence standard
(50 Hz) peuvent atteindre des concentrations d’ozone de 1.5 à 2.5 % avec de l’air et
de 3 à 4 % avec de l’oxygène. Les générateurs d’ozone à moyenne fréquence (200 - 400
Hz) peuvent eux atteindre 4 à 6 % d’ozone avec de l’air, 6 à 12 % avec de l’oxygène.
Aujourd’hui, en traitement de l’eau, l’on emploie pratiquement plus que des générateurs
à fréquences moyenne.

10.1.4. Matériaux résistants à l’ozone


Il faut êtres attentifs au fait que l’ozone est très agressif et il y a donc peu de matériaux
résistants à l’ozone :

Matériaux résistants à l’ozone en phase gazeuse


• Verre
• Téflon (PTFE, PFA, PVDF)
• Aciers Inox
• Problème potentiel : soudures

Matériaux résistants à l’ozone en phase liquide


• Aciers inox
• PVC

ozone.ch Sàrl 77 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

Fig. 10.4.: Exemple de système de génération d’ozone

• Béton
• Plexiglas
• Téflon (PTFE, PFA, PVDF)
• Verre

Etanchéité (joints)

Le choix de matériaux pour les joints d’étanchéité et aussi restreint :


• KalrezTM
• KynarTM
• Téflon (PTFE, PFA, PVDF)
• VitonTM

10.2. Dosage d’ozone


Comme pour le chlore, il faut respecter une valeur minimum de concentration fois
temps de contact pour désinfecter l’eau. Avec l’ozone , il est admis que cette valeur est
de : 0.4 ppm au bout de 4 minutes. Cela signifie que l’on peut aussi utiliser une dose
plus faible mais un temps de contact plus important (par exemple 0.2 ppm au bout de
2 minutes) ou inversement augmenter la concentration : il faut que le produit du temps
de contact par la concentration reste constant.

ozone.ch Sàrl 78 http://www.ozone.ch


10.3. SYSTÈMES DE MÉLANGE OZONE - EAU

10.3. Systèmes de mélange ozone - eau


10.3.1. Colonnes de contact et injecteurs Venturi
Alors que la technologie des générateurs d’ozone a fait des progrès remarquables au
cours de la dernière décennie, l’on est parfois surpris de constater que les technologies
employées pour transférer l’ozone de la phase gazeuse à la phase liquide ont peu évolué.
Pourtant, comme nous l’avons rappelé plus haut, ce système est important, au point que
des auteurs définissent le système de mélange de l’ozone avec l’eau ”La partie la plus
importante dans une installation d’ozonisation de l’eau”.
La plupart des systèmes actuellement installés fonctionnent selon le principe de ”Dif-
fusion de bulles” : l’on diffuse, par des éléments poreux, des bulles de mélange ozone plus
air dans un flux d’eau. Pendant que les bulles montent vers la surface, le transfert de
masse de l’ozone s’opère. Les systèmes selon ce principe prennent la forme de colonnes
de contact ou de contacteurs.

Fig. 10.5.: principe de fonctionnement d’une colonne de contact

La figure 10.5 montre le principe de fonctionnement d’une colonne de contact. L’eau

ozone.ch Sàrl 79 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

coule à contre-courant des bulles d’air et ozone qui s’élèvent dans le liquide. L’efficacité
de transfert de masse (ETM= masse d’ozone dissous dans l’eau au cours du transfert
divisée par la masse d’ozone introduite dans la colonne) augmente avec la hauteur de
la colonne. Si l’on augmente la hauteur de la colonne, l’efficacité du transfert augmente,
donc le débit d’ozone à produire devient plus faible. Il y a donc une hauteur utile
économiquement optimale, qui est en général d’environ 4,5 à 4,7 m, et correspond à une
efficacité de transfert de masse de l’ordre de 67 à 70%.
Le diamètre de la colonne est donné par la vitesse maximale d’écoulement d’eau, à
respecter si l’on veut éviter l’entraı̂nement de bulles d’air en aval. Celle-ci est de l’ordre
de 0,24 à 0,25 m/s. L’ozone est dispersé dans le bas de la colonne par des diffuseurs
poreux.

Fig. 10.6.: Contacteur municipal : principe

La figure 10.6 illustre le principe de fonctionnement d’un contacteur, typique pour


les applications de traitement d’eau potable. Les plus volumineuses de ces unités per-
mettent d’atteindre une efficacité de transfert de masse de l’ozone de l’ordre de 80% à
90%. Elles ont le désavantage de représenter des investissements importants. L’on trouve
parfois dans la pratique des contacteurs sous-dimensionnés par rapport au débit d’eau
à traiter. Ce sous-dimensionnement résulte en un entraı̂nement de bulles de gaz à l’aval
du contacteur, ce qui peut poser des problèmes à des clients industriels utilisant l’eau
pour des procédés, et peut aussi susciter la méfiance des consommateurs d’eau potable.
La figure 10.7 illustre le principe de fonctionnement du mélangeur à tube Venturi. Le
tube Venturi prend son nom de l’”Effet Venturi”, qui dit que, si la section d’écoulement
diminue, alors la pression diminue aussi. Cela s’explique aisément par les équations de
Bernoulli et l’équation de continuité :

ozone.ch Sàrl 80 http://www.ozone.ch


10.3. SYSTÈMES DE MÉLANGE OZONE - EAU

Fig. 10.7.: Injecteur Venturi : principe

Equation de Bernoulli : si l’on néglige les pertes de charge entre les points 1 et 2 :

v12 v22
% + P1 = % + P2 (10.1)
2 2
Avec :
• % : masse volumique de l’eau
• vi : vitesse d’écoulement au point i
• Pi :pression au point i

Equation de continuité :
v 1 S1 = v 2 S 2 (10.2)
Avec : Si : section de la conduite au point i
Des deux équations ci-dessus, on déduit que la pression au point le plus étroit du
Venturi (point 2) sera inférieure à la pression à l’entrée du Venturi (point 1) de :

v12 S1
∆P = P2 − P1 = (% ) × [( )2 − 1] (10.3)
2 S2
On peut donc aisément dimensionner le Venturi (en particulier le rapport SS21 ) pour
obtenir un pression au point 2 qui soit inférieure à la pression atmosphérique, donc avoir
un effet d’aspiration sur une entrée gaz, que l’on place au point le plus étroit du Venturi.
Ceci permet d’aspirer et mélanger avec l’eau le mélange d’ozone et d’air.
Le mélangeur à tube Venturi est bien sûr de la solution la plus compacte pour le
mélange proprement dit. La totalité du gaz injecté est entraı̂née à l’aval du mélangeur.
Le transfert de l’ozone de la phase gazeuse à la phase liquide se fait en aval du mélangeur,
dans un réservoir (réacteur) prévu à cet effet. Un temps de contact de l’ordre de 12 à15
secondes est suffisant pour obtenir une efficacité de transfert de masse de l’ozone de 90%

ozone.ch Sàrl 81 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

ou plus. Les dimensions d’un réacteur sont donc toujours très inférieures à celles d’une
colonne de contact ou d’un contacteur conventionnel.
L’on peut se demander dès lors pourquoi les mélangeurs à tube Venturi n’ont pas
encore remplacé les autres systèmes dans toutes les applications. La principale raison qui
pousse encore aujourd’hui des concepteurs d’installations à ne pas choisir des injecteurs
Venturi est le problème des gas entraı̂nés. Alors que, au sortir d’une colonne de contact,
l’eau contiendra bien de l’ozone dissous, mais pas de bulles de gaz, les bulles de gaz sont
tout naturellement entraı̂nées à l’aval après le réacteur, et un système de dégazage doit
être conçu et dimensionné séparément. Le résultat est souvent un système de dégazage
non-optimisé, du point de vue coût et encombrement, ou alors des bulles de gaz dans
l’eau qui atteignent les consommateurs.
Les concepteurs d’installations sont depuis longtemps à la recherche d’une solution
économique pour l’élimination des gaz entraı̂nés. L’on trouve aujourd’hui dans le com-
merce d’unités de dégazage fonctionnant selon le principe du cyclon (Voir figure 10.8).
L’idée de combiner ces dégazeurs avec un ensemble mélangeur Venturi plus réacteur est
donc assez logique. Nous nommerons dans la suite de cet article une telle combinaison
”Unité de gazage – réaction – dégazage” ou ”Combinaison Venturi – Réacteur – Cyclon”.

Fig. 10.8.: Système Venturi-Réacteur-Cyclon : pilote de démonstration. Photo : GDT


Corporation

Des essais pilotes sur des applications fréquentes de l’ozone en traitement de l’eau
potable ont étés effectués dans plusieurs villes des USA. Les essais et leurs résultats sont
décrits plus loin dans l’article. La figure 10.9 montre le principe de fonctionnement des
unités de gazage-réaction-dégazage utilisées pour ces essais pilotes.

ozone.ch Sàrl 82 http://www.ozone.ch


10.3. SYSTÈMES DE MÉLANGE OZONE - EAU

Fig. 10.9.: Ensemble injecteur – réacteur – cyclon : principe

10.3.2. Transfert de masse


Comme expliqué plus haut, l’efficacité de transfert de masse (ET M ) est le paramètre
qui décrit l’efficacité d’un système de mélange eau-ozone. Cette efficacité est définie
comme suit :

Mdissous
ET M = (10.4)
Mgaz
Mdissous étant la masse d’ozone dissous dans l’eau et Mgaz étant la masse d’ozone dasn
le flux gazeux provenant du générateur d’ozone pendant une unité de temps donnée
Le principe de fonctionnement d’un ensemble Venturi - Réacteur - Cyclon pour l’ozo-
nation de l’eau a été décrit plus haut. La question est maintenant de savoir quels pa-
ramètres affectent ET M dans un tel système, et quelles doivent être les valeurs de ces
paramètres pour obtenir des valeurs suffisantes d’ET M .
Intuitivement, l’on comprend que le transfert de masse augmentera lorsque le temps
où les deux phases sont en contact augmentera. Nous nommerons le temps de contact

ozone.ch Sàrl 83 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

des deux phases T c, qui sera :

Veau + Vmelange
Tc = (10.5)
Vreacteur
Avec :
• Veau : débit d’eau
• Vgaz : débit de gaz mélangé avec l’eau
• Vreacteur : volume du réacteur
Le transfert de masse de l’ozone de la phase gazeuse à la phase liquide résulte de
la différence entre la solubilité de l’ozone dans l’eau et la concentration d’ozone déjà
présente dans l’eau [2]. Or, la solubilité d’un gaz dans l’eau augmente avec la pression.
Ceci résulte directement de la Loi de Henry, qui dit que la solubilité d’un gaz dans un
liquide est proportionnelle à la pression partielle PA de ce gaz dans la phase gazeuse :
Loi de Henry :

PA = H × CA (10.6)

Avec :
• PA : Pression partielle du gaz A dans la phase gazeuse
• H : Constante de Henry pour le gaz A
• CA : Concentration du gaz A dans la phase liquide
Il est donc clair que, en augmentant la pression, on augmente la solubilité, donc par
là même le transfert de masse.

Fig. 10.10.: Solubilité de l’ozone dans l’eau

ozone.ch Sàrl 84 http://www.ozone.ch


10.3. SYSTÈMES DE MÉLANGE OZONE - EAU

La figure 10.10 montre l’effet de la pression partielle et totale sur la solubilité de


l’ozone (calculée à partir de la loi de Henry). La figure 10.3.2 montre le résultats de
mesures de l’efficacité du transfert de masse obtenues avec les valeurs suivantes :
• Pression relative à la sortie de l’injecteur : 1,7 à 2,3 bar
• Concentration massique d’ozone en phase gazeuse : 10
• Temps de contact : 12 s
• Ratio débit volumique de la phase gazeuse divisé par le débit volumique de la phase
liquide : VV gl = 0, 1
• Température de l’eau : 8◦ C
La courbe montre que l’efficacité ETM varie entre 87% et 95%.

Fig. 10.11.: Efficacité de la dissolution de l’ozone dans l’eau

Ces résultats ont étés obtenus avec un Venturi fourni par la société Mazzei Corpora-
tion, USA. Des Venturi d’autres fabricants devraient donner des résultats semblables,
mais pas forcément égaux. Le Venturi est un élément peu coûteux d’un système de
mélange eau-ozone, et pour cette raison, l’on investit généralement peu de temps dans le
choix du Venturi. Or il se peut que le transfert de masse soit plus ou moins bon avec un
Venturi d’une marque donnée. Nous ne pouvons donc que recommander aux concepteurs
d’installations de demander à leur fournisseurs de mélangeurs Venturi des données sur
l’efficacité de transfert de masse à attendre de leur produit, et les paramètres nécessaires
pour atteindre cette efficacité.
Il est possible d’obtenir des efficacités beaucoup plus élevées en augmentant le temps
de rétention ou en réduisant la concentration d’ozone. Par exemple, l’on a obtenu des
efficacités ET M de plus de 99% lorsque, les autres paramètres restant inchangés, on a

ozone.ch Sàrl 85 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

utilisé des concentrations massiques d’ozone dans la phase gazeuse comprises entre 3%
et 5
Le ratio VV gl a également un impact important. On a constaté que ET M augmentait
lorsque l’on diminue VV gl . Ceci s’explique par le fait que des rations VV gl faibles résultent
en des bulles de gaz plus petites, donc la surface séparant les deux phases est plus
importante, proportionnellement au volume de la phase gazeuse
La figure 10.12 montre la différence de dimensions entre une unité de mélange tradi-
tionnelle fonctionnant sur le principe de la diffusion de bulles (une colonne de contact)
et une unité de gazage - réaction - dégazage.

Fig. 10.12.: Comparaison

Le dessin 10.12 montre, à la même échelle, deux installations hypothétiques qui ont
étés dimensionnées sur les hypothèses suivantes :
• Débit d’eau : 30 m3 /h
• Hauteur utile de la colonne de contact : 4,7 m
• Hauteur totale de la colonne de contact = Hauteur utile plus 60 cm
• Diamètre de la colonne : déterminé par la vitesse d’écoulement de l’eau qui ne doit
pas dépasser 0,24 m/s
La section de la colonne sera donc d’environ 1.17 m2 ,son diamètre intérieur sera donc
d’environ 122 cm, nous admettrons un diamètre extérieur d’environ 132 cm.
• Ratio V g/V l pour l’unité de gazage - réaction - dégazage : 10
• Temps de contact dans le réacteur de l’unité de gazage - réaction - dégazage : 12 s,
le volume du réacteur est donc de 110 litres.
• Pour les dimensions du Venturi et du séparateur à cyclon, nous nous référons aux
données de fournisseurs de ces unités, et obtenons :

ozone.ch Sàrl 86 http://www.ozone.ch


10.3. SYSTÈMES DE MÉLANGE OZONE - EAU

• Pour le Venturi : diamètres d’entrée et sortie de l’eau : 110 mm, longueur environ
66 cm (Source : catalogue Mazzei)
• Pour le séparateur cyclon : diamètre 44 cm, hauteur 109 cm (Source : catalogue
GDT)
La différence de dimensions est assez spectaculaire. La différence en coûts d’investis-
sements est aussi importante. Nous ne ferons pas ici une comparaison des coûts d’inves-
tissements, car il y a bien sûr une différence importante d’un fournisseur à l’autre. Les
coûts de maintenance mériteraient également une étude détaillée. Ils sont beaucoup plus
faibles pour un ensemble Venturi - Réacteur - Cyclon que pour un système à diffusion de
bulles. Le motif en est le caractère turbulent de l’écoulement dans un ensemble Venturi
- Réacteur - Cyclon, qui évite la formation de tartre, qu’ils soient de nature minérale ou
organique. Ceci n’est pas le cas des systèmes à diffusion de bulles, où l’écoulement lami-
naire de l’eau, nécessaire pour éviter l’entraı̂nement de bulles, est propice à la formation
de tartre.

10.3.3. Conclusion sur la dissolution de l’ozone


A notre avis il n’y a aucune raison de ne pas utiliser un système autre d’un injecteur
Venturi pour dissoudre l’ozone dans l’eau. Il n’y a aucune raison technique ou économique
de continuer à utiliser des systèmes avec une colonne de contact et des diffuseurs poreux.

10.3.4. Destruction de l’ozone résiduel en phase liquide


Sauf exceptions1 il faut éliminer l’ozone dans la phase liquide avant d’utiliser l’eau
désinfectée.
Charbon actif : il se consomme peu à peu et en fin de vie relâche des particules.
Anthracyte : utilisé essentiellement dans les piscines et les parcs zoologiques
UV : la méthode la plus chère, mais aussi la plus sûre. C’est de loin la méthode plus
utilisées dans l’industrie
Réaction avec iodide ou bromide : la réaction avec des iodides et bromide produit
du iode ou brome libre, qui agit comme désinfectant résiduel à la place du chlore.
Cette méthode employées pour les piscines, mais est pratiquement inutilisable pour
les applications industrielles
Le filtre à charbon actif est très souvent employé pour l’élimination de l’ozone résiduel
en potabilisation de l’eau. Hélas, le charbon actif, outre à être très efficace pour l’élimination
de l’ozone, fournit aussi un milieu poreux très favorable à la croissance de bactéries. Ce
phénomène est trop souvent ignoré en potabilisation de l’eau, mais est bien démontré
par plusieurs études. La figure 10.13 montre bien ce phénomène. du point de vue de
la microbiologie : une installation coûteuse d’ozonisation et charbon actif aboutit à un
maintient du nombre de bactéries, ce qui n’est bien sûr pas l’objectif de ce traitement.
1
Comme par exemple le lavage de Wafers à l’eau ozonée dans l’industrie microélectronique, où l’on
veut avoir de l’ozone résiduel dans l’eau pour son effet désinfectant

ozone.ch Sàrl 87 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

Fig. 10.13.: Concentration de bactéries en plusieurs points d’une chaı̂ne de potabilisa-


tion de l’eau [25]

10.3.5. Destruction de l’ozone résiduel en phase gazeuse


Il existe 3 types de destructeurs couramment employés dans l’industrie :

Filtres à charbon actifs : Autrefois souvent utilisés, il présentent le défaut majeur de


chauffer et peuvent s’enflammer. Ils sont à proscrire.
Destructeurs Thermiques : Au-dessus de 350◦ C, la demi-vie de l’ozone est réduite à
environ 5 ms.
Destructeurs thermocatalytiques : Il existe des catalytes qui permettent de détruire
l’ozone lorsque la température est portée au-dessus de environ 150◦ C. Les des-
tructeurs fonctionnant selon ce principe sont obsolètes depuis l’apparition de ca-
talytes détruisant l’ozone à température ambiante, mais ils sont pourtant encore
fréquemment utilisés et bon marché à à l’achat
Destructeurs catalytiques : Ce sont aujourd’hui les plus économiques lorsque l’on
tient compte des frais de fonctionnement. Ils fonctionnent avec des mélanges d’oxydes
métalliques (en général MnO2 et CuO). Ils sont en général chauffés à environ 60◦ C
pour prévenir l’accumulation d’eau condensée dans le catalyte.

ozone.ch Sàrl 88 http://www.ozone.ch


10.3. SYSTÈMES DE MÉLANGE OZONE - EAU

Fig. 10.14.: Exemple d’installation de destructeur catalytique d’ozone. Photo :


ozone.ch

10.3.6. Ozone : dimensionnement


Le dimensionnement d’un système d’ozonisation est assez simple. De manière analogue
au chlore, on a :

DT ot = DRes + DCons (10.7)


Avec :
• DT ot : dosage total
• DRes : concentration résiduelle
• DCons : Consommation immédiate d’ozone par l’eau [ppm]
Il faut impérativement tenir compte de l’efficacité de transfert de masse (ET M ) pour
ensuite choisir le générateur d’ozone.

10.3.7. Ozone à partir de l’oxygène de l’eau


La production d’ozone directement à partir de l’oxygène de l’eau est une solution
séduisante mais pas économique. Le motif en est l’enthalpie de réaction élevée pour
passer de l’eau à l’ozone :

3H2 O −→ O3 : ∆H = 249 kcal/mol (10.8)

3
O2 −→ O3 : ∆H = 34 kcal/mol (10.9)
2
Il en résulte une consommation d’énergie très importante pour la production d’ozone :

• 10 à 20 kWh/kg d’ozone à partir de l’oxygène

ozone.ch Sàrl 89 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

Fig. 10.15.: Système MembrelTM de production d’ozone à partir de l’oxygène de l’eau.


Photo : Ozonia

• 20 à 50 kWh/kg d’ozone à partir de l’air2


• environ 60 kWh/kg à partir de l’eau !
On trouve tout de même des appareils produisant l’ozone à partir de l’oxygène de l’eau
dans des installations de l’industrie pharmaceutique. Ceux qui les emploient justifient
leur choix avec l’argument que c’est la seule méthode pour s’assurer que des micro-
organismes ne sont pas introduits dans l’eau à partir de l’air. L’argument ne survit pas
à une analyse : le gaz que l’on mélange dans l’eau est passé à travers un générateur
d’ozone, c’est à dire dans une zone occupée par des décharges électriques dans l’air :
aucun micro-organisme ne survit dans cet environnement.

10.4. Mesure de l’ozone dans l’air


L’ozone étant un gaz agressif, les appareils de mesure de l’ozone sont relativement
coûteux. L’instrumentation d’une installation d’ozonisation peut représenter une part
importante de l’investissement total, donc il est important de la choisir en étant in-
formé des options disponibles. Souvent la mesure de l’ozone dans l’air est négligée lors
de la conception d’une installation, alors que les conséquences d’une exposition à des
concentrations d’ozone élevées sont importantes (voir page 110).
Il existe 4 méthodes couramment employées pour la mesure de l’ozone dans l’air.
• Colorimétrie
• Sondes électrochimiques
• Capteurs à semiconducteur
• Analyseurs d’ozone

2
Fourchette de valeur assez large, car couvre beaucoup de technologies

ozone.ch Sàrl 90 http://www.ozone.ch


10.4. MESURE DE L’OZONE DANS L’AIR

10.4.1. Colorimétrie
Pour la mesure de l’ozone dans l’air, ce type de mesure a pris la forme de tubes
contenant un réactif. Il faut faire passer dans le tube un volume d’air spécifié, après quoi
l’on peut lire sur une échelle la concentration d’ozone. En pratique, l’on trouve sur le
marché des tubes à utiliser avec des pompes volumétriques manuelles ou électriques. Si
l’on utilise déjà une telle pompe pour mesurer d’autres gaz, alors l’investissement pour
pouvoir mesurer aussi l’ozone est faible. Par contre, chaque mesure est chère. D’autres
limitations de cette méthode sont :
Le manque de précision : il est difficile de faire mieux que environ +/- 30%
Le temps : une mesure prend quelques minutes. Si la concentration d’ozone a atteint
un niveau dangereux, l’opérateur peut déjà avoir souffert des conséquences de la
concentration élevée avant d’avoir pu la mesurer
La difficulté : les opérateurs font souvent des erreurs de manipulation du tube, qui
conduisent à des mesures erronées

10.4.2. Sondes électrochimiques


Les sondes électrochimiques contiennent un électrolyte, séparé de l’air par une mem-
brane sélective. Ces détecteurs dominaient le marché de la détection de l’ozone dans l’air
ambiant avant l’apparition des capteurs à semiconducteurs. Ils sont aujourd’hui encore
utilisés, bien qu’ils présentent des désavantages importants par rapports aux nouveaux
capteurs à semiconducteurs, qui sont aussi plus économiques :
Sensibilité à d’autres gaz : leur principe de fonctionnement fait qu’ils mesurent en fait
la concentration de tous les gaz oxydants. En purification de l’eau, le gaz qui pose
problème est le chlore. Les détecteurs à sonde électrochimique sont souvent plus
sensibles a chlore que à l’ozone3 .
Nécessité de remplacer le catalyte : Le catalyte peut être sous forme de solution aqueuse
(donc liquide) ou de gel. Dans ce dernier cas, il faut en général remplacer la sonde
tous les 1 à 2 ans. Une sonde électrochimique a un coût de l’ordre de 5 à 10 fois
supérieur à celui d’un capteur à semiconducteur. Lorsque le catalyte est une solu-
tion aqueuse, ce qui est généralement le cas, le coût est essentiellement causé par
la main d’œuvre nécessaire pour remplacer le catalyte.

10.4.3. Capteurs à semiconducteurs


Les capteurs à semiconducteurs utilisent une pièce de matériau semiconducteur dont
les caractéristiques électriques (en pratique : la résistance électrique) varient en fonc-
tion de la concentration d’ozone dans l’air. Initialement, au début des années 1990, ces
détecteurs étaient aussi sensibles aux autres gaz oxydants. Les capteurs actuels sont
3
Autrement dit, la présence de par exemple 0.1 ppm de chlore gazeux dans l’air ambiant donnera une
mesure d’ozone supérieure à 0.1 ppm, même si il n’y a pas du tout d’ozone dans l’air

ozone.ch Sàrl 91 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

munis de couches protectrices sélectives qui diminuent cette sensibilité, ce qui les rend
aujourd’hui très supérieur aux sondes électrochimiques.

Fig. 10.16.: Détecteur d’ozone portable [23]

Fig. 10.17.: Détecteur d’ozone fixe dans armoire de protection [23]

10.4.4. Analyseurs d’ozone


Les analyseurs d’ozone mesurent la concentration d’ozone en utilisant la loi de Beer-
Lambert, qui permet de déterminer la concentration d’ozone en fonction de l’absorption
de rayonnement ultraviolet sur une distance connue :

ozone.ch Sàrl 92 http://www.ozone.ch


10.4. MESURE DE L’OZONE DANS L’AIR

Méthode Colorimétrie Electrochimie Capteurs Absorption U.V.


Investissement Faible Moyen Modéré Elevé
Coûts maintenance Elevés Moyens Très faibles Limités
Précision Env. 30% Env. 30% Env. 15% 1%
Interférences Elevées Elevées Faibles Inexistantes
Tab. 10.3.: Les méthodes de mesure de l’ozone dans l’air

ln ( lloi )
C=
X ×L
Avec :
• C : Concentration d’ozone
• lo : Intensité du rayonnement UV avant l’absorption
• li : Intensité du rayonnement UV après l’absorption
• X : Constante : coefficient d’absorption de l’ozone
• L : Longueur sur laquelle il y a absorption
L’utilisation de l’absorption de rayonnement ultraviolet présente de nombreux avan-
tages :
Pas de consommables : Seule la lampe UV doit être remplacée une fois toute les
quelques années
Pas d’étalonnage : dans l’équation de Beer-Lambert, la seule inconnue est la concen-
tration d’ozone. Dès sa mise en servie l’instrument mesure la concentration d’ozone
correctement
Pas d’interférences des autres polluants
Temps de réponse inférieur à une seconde : la réponse immédiate est un avantage
important pour les applications concernant la sécurité ou le réglage d’installations

Les analyseurs d’ozone ont un seul défaut qui peut en limiter l’utilisation : le prix. Un
analyseur d’ozone a un prix d’achat environ 10 à 12 fois supérieur à celui d’un détecteur
à capteur à semiconducteur. Les analyseurs haut de gamme peuvent êtres équipés de
systèmes pour la mesure en plusieurs points, ce qui peut réduire la différence de prix avec
une mesure par capteur à semiconducteur à environ un facteur de 3 à 4. Ce supplément
de prix par rapport aux autres systèmes de mesure se comprend aisément : l’appareil est
beaucoup plus précis, mais aussi beaucoup plus complexe à construire.

10.4.5. Comparaison des méthodes


Au vu de cette comparaison, il semble évident que sauf exception, il faut préférer
l’utilisation d’analyseurs à absorption d’U.V. si le budget le permet, et sinon utiliser des
capteurs à semiconducteurs. Les sondes électrochimiques et les tubes ne devraient plus
êtres utilisés.

ozone.ch Sàrl 93 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

Fig. 10.18.: Analyseur d’ozone pour l’air ambiant. Photo : InUSA Corporation

10.4.6. Etude de cas : mesure de l’ozone dans l’air


Un distributeur d’eau a continué à utiliser des tubes pour la mesure colorimétrique de
l’ozone jusqu’en 2001.
Ce distributeur avait plusieurs stations d’ozonisation de l’eau. Chacune était équipée
de détecteurs fixes. En cas d’alarme donné par un détecteur fixe, une équipe d’interven-
tion pénétrait dans le bâtiment munie de ”tubes”. Etant donné le temps nécessaire pour
réaliser une mesure avec les tubes, les employés du groupe d’intervention revêtaient des
respirateurs avant d’entrer dans le bâtiment, et ensuite mesuraient périodiquement la
concentration d’ozone
En 2001, ce distributeur a équipé ses équipes d’intervention de détecteurs portables
du type illustré à la figure 10.16. Le prix d’achat de ces détecteurs a été amorti en
quelques semaines, car ils ont permis des économies à deux niveau :

Gains de temps : L’équipe d’intervention ne doit plus revêtir les respirateurs avant
d’entrer dans le bâtiment : les interventions étant plus rapide, les pertes de pro-
duction dues à des fuites d’ozone sont plus faibles et les coûts de main d’œuvre
sont réduits puisque l’équipe peut travailler plus vite.
Economies de tubes : chaque mesure avec les tubes coûte. Ces coûts ont bien sûr dis-
paru lors de la mise en service des détecteurs à capteur à semiconducteurs

En outre, bien sûr, la satisfaction au travail du personnel des équipes d’intervention


s’est améliorée, puisque le port de respirateurs est très déplaisant.

ozone.ch Sàrl 94 http://www.ozone.ch


10.5. MESURE DE L’OZONE DANS L’EAU

10.5. Mesure de l’ozone dans l’eau


10.5.1. Méthodes disponibles
Pour la mesure de l’ozone dans l’eau, les méthodes à disposition sont :
• Colorimétrie
• Mesure du potentiel Rédox
• Sonde électrochimique
• Capteurs à semiconducteurs
• Analyseurs d’ozone (absorption d’U.V.)

10.5.2. Colorimétrie
La méthodes est connue sous le nom de méthode indigo et a été développée en Suisse
(EAWAG). En pratique, l’on utilise des kits disponibles auprès des fournisseurs de
matériel de laboratoire. Le résultat est obtenu soit par un photomètre, soit en comparant
la couleur de la solution avec des couleurs de référence sur un disque. La méthode est
précise, et sert de référence aux autres méthodes de mesure. Par contre, elle n’est pas
simple à mettre en œuvre pour des personnes qui n’ont pas une formation de laborantin
ou de chimiste. L’utilisation de la méthode par comparaison visuelle des couleurs est
aussi limitée par la qualité de la vue de l’opérateur et donc inutilisable par environ 20%
de la population. En outre les mesures sont assez coûteuse, puisque l’on consomme du
réactif.

10.5.3. Mesure du potentiel Rédox


L’ozone étant un oxydant puissant, le potentiel Rédox de l’eau varie en fonction de la
concentration de celui-ci. Comme il existe sur le marché un grand choix d’appareils de
mesure du potentiel rédox, il est envisageable de les utiliser pour la mesure de l’ozone.
Le défaut principal de la méthodes est que des variations de la qualité de l’eau faussent
la mesure : la méthode n’est donc applicable que si la qualité de l’eau reste constante. En
outre, à la mise en servie de l’installation il fut étalonner la mesure rédox : en pratique, il
faut procéder à une série de mesures avec une autre méthode (analyseur ou colorimétrie,
par exemple) pour tracer une courbe donnant la concentration d’ozone en fonction du
potentiel rédox pour l’eau que l’on traite.

10.5.4. Sondes électrochimiques


Les sondes électrochimiques contiennent un électrolyte, séparé de l’eau par une mem-
brane sélective. L’on mesure un courant électrique entre deux électrodes placées de part
et d’autre de la membrane. La mesure est beaucoup plus précise que avec une sonde
Rédox, mais la durée de vie de la membrane est limitée, et en général la plage de mesure
de ces sondes est limitée.

ozone.ch Sàrl 95 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 10. OZONISATION

10.5.5. Capteurs à semiconducteurs


Un premier détecteur d’ozone dissous utilisant un capteur à semiconducteur pour la
mesure de l’ozone dissous est arrivé sur le marché fin 2001. Cet appareil ne permet de
mesurer que l’ozone contenu dans un échantillon et ne permet pas des mesures en ligne
[29].

Fig. 10.19.: Détecteur d’ozone dissous à capteur à semiconducteur. Photo : ozone.ch

10.5.6. Analyseurs d’ozone


Les analyseurs d’ozone utilisent l’absorption du rayonnement U.V. selon la loi de Beer-
Lambert, expliquée à la page 92, pour mesurer la concentration d’ozone dans l’eau. Il
existe deux type d’analyseurs pour la mesure de l’ozone dissous dans l’eau :
Analyseurs à mesure directe dans l’eau : Un tel analyseur est visible sur la figure
10.21. Dans ces appareils, un rayon U.V. traverse une longueur connue d’eau conte-
nant de l’ozone. L’absorption du rayonnement U.V. donne la concentration d’ozone.
Analyseurs utilisant la loi de Henry : ces analyseurs utilisent une colonne de dégazage
pour extraire l’ozone de l’eau. La concentration d’ozone est mesurée dans l’air,
et on en déduit la concentration d’ozone dans l’eau par la loi de Henry (voir
paragraphe 10.3.2). Le principe de fonctionnement d’un tel analyseur est visible
sur la figure 10.20. L’avantage des analyseurs utilisant la loi de Henry est qu’ils
peuvent être utilisé aussi si l’eau est sale, alors que les appareils à mesure directe
dans l’eau sont en principe réservés à des applications sur de l’eau déjà traitée.

ozone.ch Sàrl 96 http://www.ozone.ch


10.5. MESURE DE L’OZONE DANS L’EAU

Fig. 10.20.: Principe de fonctionnement d’un analyseur d’ozone utilisant la loi de Henry.
Dessin : InUSA Corporation

Fig. 10.21.: Analyseur d’ozone à mesure directe dans l’eau. Le capteur, à travers lequel
l’eau passe, est à droite sur la photo. Photo : InUSA Corporation

ozone.ch Sàrl 97 http://www.ozone.ch


11. Sélection d’une méthode de
désinfection

11.1. Critères de sélection de la méthode de


désinfection
On choisit un type de désinfection en tenant compte de plusieurs critères :

11.1.1. Débit de l’installation


Pour de petites installations, l’investissement nécessaire pour la chloration ou l’ozo-
nisation rend ces méthodes peu rentables. De plus, chloration et ozonisation nécessitent
des connaissances techniques car on travaille avec des produits dangereux. On choisira
donc, pour des petites installations de préférence la stérilisation U.V., qui est simple à
mettre en œuvre et économique. La microfiltration est économique pour les très petits
débits. Ils conviennent pour un usage irrégulier. La microfiltration peut être combinée à
la stérilisation U.V..

11.1.2. Micro-organismes à éliminer


L’ozone est un oxydant puissant qui possède la plus large gamme d’application. Il
possède une forte activité virulicide. De plus, il est aussi efficace contre les protozoaires,
contrairement aux composés chlorés. Les U.V. sont très efficaces mais certaines algues
et moisissures nécessitent des doses d’exposition très importantes. La microfiltration est
inefficace contre les virus, car leur taille est plus petite que les pores du filtre.

11.1.3. Caractéristiques de l’eau en sortie


La microfiltration et la stérilisation U.V. n’ajoute aucun élément extérieur à l’eau.
Dans le cas des U.V., les produits issus de la lyse des bactéries changent légèrement la
composition de l’eau. L’ozone ajouté à l’eau change temporairement ses caractéristiques
mais il se décompose peu à peu en oxygène moléculaire. Le chlore laisse des dérivés dans
l’eau, dont certains présentent un toxicité que l’on connaı̂t encore mal.

98
11.2. QUELQUES EXEMPLES

11.1.4. Intervalle entre traitement et consommation


Lorsque l’eau est traitée au niveau du consommateur, toutes les méthodes sont appli-
cables. Si l’eau doit par contre attendre avant d’être consommée (réseau de distribution
ou réservoir), il faut que l’eau reste potable durant un certain temps. Dans ce cas, il faut
éviter d’utiliser les U.V. car les bactéries peuvent redevenir actives dans certaines condi-
tions, même sans contamination extérieure. L’ozone et la microfiltration sont utilisables,
pour autant qu’il n’y ait pas de contamination après traitement. Le chlore possède un
effet rémanent qui garantit une désinfection dans le réseau, jusqu’au point de consom-
mation. C’est pourquoi le chlore est employé dans pratiquement tous les réseaux de
distribution d’eau potable.

11.2. Quelques exemples


11.2.1. Un système d’ozonisation compact et performant pour
débits à partir de 1 m3 /h
L’ozone est produit à l’état gazeux à partir d’air ou d’oxygène. Il faut ensuite le
dissoudre dans l’eau, ce qui se fait traditionnellement en injectant des bulles dans le
fond d’un bassin. Ce système est peu efficace et nécessite beaucoup de place.
Il existe actuellement des systèmes beaucoup plus petites et performants. Un système
complet d’ozonisation GDT tient par exemple sur une surface de 60 × 60 cm. Il est
composé d’une pompe, d’un injecteur Venturi, d’un réacteur, et du séparateur cyclon.
Il permet de dissoudre un grande quantité d’ozone dans l’eau en utilisant un mini-
mum de place. La pression régnant dans le réacteur permet d’augmenter le transfert
de l’ozone dans l’eau, par rapport à un système traditionnel qui fonctionne à pression
atmosphérique. Il est ainsi possible de produire de l’eau avec une grande concentration
d’ozone, qui peut servir à désinfecter des canalisations, à nettoyer et désinfecter des
denrées alimentaires.

11.2.2. Une unité de potabilisation pour maison sans raccordement


au réseau d’eau potable
Le système idéal consiste à associer un filtre combiné particulaire (5 µm), qui élimine
les particules de l’eau. On ajoute aussi un filtre à charbon actif , qui permet d’éliminer
de l’eau les matières organiques responsables du mauvais goût et des odeurs, Ensuite,
on prévoit un stérilisateur U.V., qui élimine virus, bactéries et champignons. On obtient
ainsi un petite unité complète, avantageuse et simple d’utilisation qui garantit une eau
de bonne qualité au consommateur.
Il est ainsi possible de potabiliser une eau de citerne, dans les endroits qui ne sont
pas relié au réseau d’eau potable. Les eaux de citerne contiennent fréquemment des
poussières, des bactéries fécales, des matières organiques, issus du passage de l’eau de
pluie sur le toit et les chenaux.

ozone.ch Sàrl 99 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 11. SÉLECTION D’UNE MÉTHODE DE DÉSINFECTION

Fig. 11.1.: Système compact d’ozonisation de l’eau [23]

Fig. 11.2.: Système de potabilisation d’eau de pluie pour maison isolée [23]

ozone.ch Sàrl 100 http://www.ozone.ch


11.2. QUELQUES EXEMPLES

11.2.3. Un point d’eau potable dans un endroit qui n’est pas relié
au réseau électrique
En associant des filtres successifs, on obtient un petit système de potabilisation qui
nécessite peu d’investissement. On prévoit un filtre particulaire (5 µm), un filtre à char-
bon actif, et finalement un microfiltre en céramique (0.2 µm) pour éliminer les bactéries
de l’eau.

11.2.4. Installation de chloration de l’eau


Le chlore est principalement utilisé pour traiter l’eau potable municipale. Ces qualités
de rémanence en font une très bonne solution lorsque l’eau est acheminé dans un système
de distribution, où il existe des sources de contamination. En prévoyant une dose de
chlore assez grande, on garantit une eau de qualité jusque chez le consommateur. En
prévoyant une désinfection initiale par l’ozone ou les U.V, puis en ajoutant une petite
dose de chlore pour protéger l’eau dans le réseau de distribution, on arrive à diminuer
les désavantages liés au chlore (mauvais goût, présence de dérivés chlorés).

11.2.5. Eau ultrapure, micro-électronique


L’eau ultrapure est bactériologiquement instable. Il faut donc impérativement la stériliser.
De plus, les bactéries ont une taille suffisamment importante pour causer des taches sur
les Wafers. Pour l’eau ultrapure, l’on place donc généralement sur la boucle de dis-
tribution un stérilisateur U.V. suivi d’un microfiltre à 0.2 µm. En outre, l’on procède
à des stérilisations périodiques avec de l’eau ozonée. Souvent, l’on ajoute en plus une
stérilisation au point d’utilisation par ultrafiltration ou microfiltration.

ozone.ch Sàrl 101 http://www.ozone.ch


12. Les biofilms

12.1. Importance des biofilms


Plus de 99% des bactéries présentes dans un systèmes de distribution d’eau sont
dans des biofilms et ne flottent pas librement dans l’eau. Quand on fait un analyse
bactériologique de l’eau d’eau, on détecte que du moins de 1% des bactéries présentes
dans la conduite ou le système. Ces bactéries peuvent provenir de relargages du biofilm.

12.2. Qu’est-ce qu’un biofilm ?


On imagine en général les biofilms comme étant un simple entassement de bactéries sur
une surface. En fait, il s’agit de structures complexes dans lesquelles les micro-organismes
sont intégrés, et qui les protègent de la pénétration de désinfectants [21].

Fig. 12.1.: Un biofilm. Le biofilm est formé de micro-organismes, mais aussi par un
réseau de polymères extra-cellulaires [21]

12.3. Les facteurs influençant la formation et le


développement des biofilm
12.3.1. Temps
Les biofilms peuvent se former très rapidement. Des expériences ont montré que des
bactéries communes dans l’eau comme les pseudomonas aeruginosa peuvent adhérer à

102
12.4. CONTRÔLE DES BIOFILMS

une surface d’acier inoxydable électropolie au bout de 30 secondes [21]. Toutefois, les
temps typiques de formation de biofilms sont plutôt de l’ordre de quelques heures à
quelques semaines. On en déduit qu’il est nécessaire de mettre en place les barrières
antibactériennes dès la mise en service d’une installation. Il est illusoire de penser que
l’on peut mettre en eau un système en espérant que au cours de quelques heures il n’y
aura pas assez de passage de bactéries pour qu’un biofilm se forme.

12.3.2. Vitesse d’écoulement


Même si l’écoulement est turbulent, il y a toujours une sous-couche laminaire dans la
couche limite de l’écoulement, sous-couche dont l’épaisseur varie de quelques dizaines à
quelques centaines de microns. Un rinçage n’élimine pas le biofilm dans cette épaisseur.
L’épaisseur de la sous-couche limite est en principe l’épaisseur maximum d’un biofilm
classique (formé essentiellement de bactéries). Les couches d’algues peuvent par contre
atteindre des épaisseurs de plusieurs dizaines de cm. Il n’est pas inhabituel, en Suisse, où
une part importante de l’eau provient des lacs, de trouver des conduites de distribution
d’eau déminéralisée ou ultrapure complètement obstruées par les algues. Si l’écoulement
dans une conduite est laminaire, rien n’empêche aussi un biofilm classique d’occuper à
terme l’ensemble de la section dune conduite.
Il faut donc impérativement dimensionner les réseaux de distribution d’eau ultrapure
sur la base d’un écoulement turbulent. En première approximation, on planifie le système
en prévoyant une vitesse d’écoulement de à 1.7 à 2.3 m/s.

12.3.3. Espaces morts


Souvent l’on trouve des boucles de distribution avec une vitesse d’écoulement élevées,
mais des espaces morts : des Tés, des brusques changements de diamètre, etc. Il est
évident que ce genre d’espaces sans écoulement turbulent seront le lieux où se développeront
des biofilms.

12.3.4. Barrières antibactériennes


Il est clair que le biofilm ne peut commencer à se développer que si des bactéries
arrivent dans le système. La présence d’une barrière antibactérienne comme un osmoseur,
ou un stérilisateur U.V. peut fortement retarder l’apparition, puis le développement du
biofilm. Les réseaux d’eau déminéralisée alimentés par de l’eau déminéralisée uniquement
par échange d’ions ne sont pas munis de barrière contre les bactéries : le développement
de biofilms est donc favorisé.

12.4. Contrôle des biofilms


La figure 12.2 montre que la vitesse de pénétration du chlore dans un biofilm est lente :
dans l’expérience à laquelle cette image se réfère, le chlore avait pénétré seulement de

ozone.ch Sàrl 103 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 12. LES BIOFILMS

100 µm à l’intérieur du biofilm. ces expériences confirment ce qui avait été observé dans
la pratique : la destruction de biofilms avec du chlore (en pratique de l’eau de javel) prend
au moins 8 heures, et généralement plus. C’est ce qui se pratique lors de l’installation de
stérilisateurs U.V. comme barrières contre les Légionelles. Il semble aussi, d’après l’état
actuel des connaissances, le temps de contact a plus d’importance pour la destruction
de biofilms que la concentration, et les temps de contact doivent être très longs.

Fig. 12.2.: Contrôle de biofilms [21]

Le processus de destruction de biofilm devrait être beaucoup plus rapide avec l’ozone :
cela semble logique, puisque les temps de contact pour la désinfection de l’eau sont
aussi beaucoup plus courts avec l’ozone. Cette observation est confirmée par la pratique
industrielle, mais doit être confirmée par la recherche.

12.5. Désinfection d’installations lors de l’installation


d’un stérilisateur U.V
La procédure de désinfection ci-dessous est tiré de [35]. Elle n’est pas démontrée scien-
tifiquement, c’est à dire qu’elle ne s’appuie pas sur une recherche systématique avec
analyses des biofilms, mais est basée sur des expériences pratiques et sur la littérature
publiée concernant les biofilms. On ne peut pas surestimer l’importance du temps de
contact, autrement du temps de résidence de l’eau chlorée dans les conduites.

ozone.ch Sàrl 104 http://www.ozone.ch


12.5. DÉSINFECTION D’INSTALLATIONS LORS DE L’INSTALLATION D’UN
STÉRILISATEUR U.V

Procédure à suivre
Si une installation est désinfectée pour la première fois, et a 10 ans ou plus, l’on
conseille de répéter l’opération après environ 48 heures. Le risque qu’une odeur apparaisse
et persiste plusieurs jours est plus élevé avec une installation ancienne.
Il est possible, dans des cas rares et surtout dans les installations anciennes, que
après la désinfection une odeur désagréable persiste dans l’eau pendant quelques jours
à environ 2 semaines. Cette odeur n’est pas dangereuse pour la santé.
1. Eteindre le stérilisateur U.V.
2. Fermer la vanne du corps de l’un des préfiltres (ou du préfiltre).
3. Ouvrir le (ou un) préfiltre. Enlever la cartouche. Remplir la coupe d’eau de javel
puis la remonter et ouvrir la vanne du préfiltre1
4. Faire couler de l’eau à chaque robinet et douche jusqu’à ce que l’odeur de chlore
soit perceptible à chaque robinet. Répéter les points 2 et 3 si nécessaire, jusqu’à
environ 4-5 fois.
5. Laisser reposer 10 heures (minimum 8 heures) sans consommer d’eau2
6. Remonter la cartouche filtrante (fermer la vanne du corps de filtre, ouvrir le corps
de filtre, insérer la cartouche filtrante, refermer le corps de filtre, ouvrir la vanne
du corps de filtre
7. Remettre en marche le stérilisateur U.V.
8. Rincer l’installation (ouvrir les robinets) jusqu’à ce que l’odeur de chlore disparaisse
L’eau est maintenant potable.

12.5.1. Un cas particulier : les boucles de distribution d’eau


ultrapure
Les boucles de distributions habituellement employées dans l’industrie pharmaceu-
tique et en microélectronique constituent un cas particulier car d’une part la qualité
d’eau requise interdit l’utilisation du chlore et d’autre part les exigence en matière de
microbiologie sont particulièrement élevées.
D’après les paragraphes précédents, il apparaı̂t qu’il est pratiquement impossible de
se débarrasser complètement des biofilms dans les conduites. On peut tout de même
réduire fortement leur relargage des bactéries, donc réduire leur étendue, leur volume,
leur épaisseur, avec des mesures pratiques. Il n’y a pas de normes particulières pour
les boucles de distribution d’eau ultrapure. Les directives suivantes sont utilisables en
pratique [34] :
1
Cette procédure est citée telle quelle de [35]. Elle aboutit à un surdosage de chlore, ce qui n’est
généralement pas un problème pour les petites installations. Pour une grande installation (plusieurs
m3 de conduites), il est bien sûr préférable d’utiliser une pompe à injection pour doser le chlore
2
Certains recommandent plutôt 24 à 48 heures

ozone.ch Sàrl 105 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 12. LES BIOFILMS

Fréquence :
Il est habituel de désinfecter les boucles de distribution d’eau ultrapure au moins
une fois par an avec de l’eau oxygénée ou de l’ozone, et plus souvent si des bactéries
sont détectées dans l’eau. Le chlore n’est pratiquement plus employé, essentiellement
en raison de son pouvoir désinfectant trop faible face aux biofilms, et de ses produits
dérivés. Quel que soit le produit utilisé, il faut purger la boucle après désinfection.

Concentrations et durées :
Avec l’eau oxygénée, il est usuel d’utiliser des concentrations très élevées, de l’ordre
de 5%, et de faire circuler l’eau contenant le peroxyde d’hydrogène pendant 12 heures.
Il faut donc diluer d’un facteur 6 l’eau oxygénée commerciale
L’ozone étant un désinfectant beaucoup plus puissant, il est usuel d’utiliser une concen-
tration entre 0.4 et 2.0 ppm, et de faire circuler l’eau ozonée pendant 2 à 6 heures
Il faut impérativement vérifier que les matériaux des conduites de votre boucle sont
résistants au désinfectant que vous voulez employer. Un problème fréquent est celui posé
par l’ABS : les fournisseurs de systèmes de tuyauteries et les installateurs sanitaires
tendent à promouvoir l’ABS comme alternative au PVC. L’ABS présente l’avantage
d’une plus grande résistance aux chocs, et l’avantage théorique3 de ne pas dégager du
chlore en cas d’incendie, mais il n’est pas résistant à l’ozone. Choisir l’ABS, c’est donc
renoncer au plus puissant des moyens de contrôle des biofilms.

Matériel à utiliser
Eau oxygénée : en général on peut employer le réservoir-tampon de la boucle pour
préparer la solution. Si ce n’est pas le cas, ou si l’on ne veut désinfecter que une
partie de la boucle, utiliser une unité de désincrustation
Ozone : Utilisez une unité de production d’eau ozonée mobile ou fixe

Précautions à prendre :
Prévoir des by-pass pour tout élément de la boucle ne supportant pas le désinfectant
employé. Les résines échangeuses d’ions doivent toujours être by-passées.

12.6. Biofilms et corrosion


La figure 12.3 montre comment le biofilm, grâce à la diversité des bactéries qu’il
contient, peut constituer une véritable pile électrochimique et causer la corrosion de
conduites. L’augmentation de la rugosité des conduites par la corrosion aboutit à des
3
Avantage purement théorique, parce que en pratique l’on trouve des matériaux en plastiques contenant
du chlore dans les constructions dans des éléments tels que isolations, cadres de fenêtres, etc. qui
représentent des quantités de plastique généralement beaucoup plus importantes que l’ensemble des
conduites d’eau

ozone.ch Sàrl 106 http://www.ozone.ch


12.6. BIOFILMS ET CORROSION

couches limites laminaires plus épaisses, ce qui favorise encore la croissance des biofilms.
L’utilisation de conduites en matériaux autres que plastiques ou acier inoxydable est
donc à proscrire.

Fig. 12.3.: La corrosion favorisée par les biofilms. Principe [21]

ozone.ch Sàrl 107 http://www.ozone.ch


13. L’eau ozonée

13.1. Pourquoi l’eau ozonée ?


L’eau ozonée est un désinfectant trop peu connu, mais qui gagne en popularité dans
l’industrie depuis quelques années. Les motifs de ces gains en popularité sont essentiel-
lement :
La possibilité technique donnée par les générateurs à haute concentration
La recherche de substituts du chlore , le chlore restant un produit dangereux à sto-
cker et à manipuler

Avantages :
Les avantages de l’ozone comme substitut du chlore ont étés discutés au chapitre 10.
• Désinfectant puissant
• Ne laisse pas de résidus
• Pas de stockage
Lorsque l’on parle d’eau ozonée, l’on parle de concentrations d’ozone beaucoup plus
élevées que lors d’applications de désinfection de l’eau : alors que pour la désinfection
de l’eau on emploie des dosages pouvant atteindre dosage 2 à 3 g/m3 , on parle d’eau
ozonée pour des concentrations d’ozone de l’ordre de 10 à 15 g/m3 , voire 20 g/m3 . L’eau
ozonée est un désinfectant puissant, produit sur place à coût réduit, et, étant donné que
l’ozone est instable, elle ne pose pas de problèmes pour son élimination après utilisation.
Elle est donc la solution pour toutes les situations où l’on veut désinfecter sans laisser
de traces.

13.2. Applications
Ozonisation de l’eau Flux partiel : on utilise une partie de l’eau pour produire un
désinfectant qu’on mélange avec le reste de l’eau
Lavage de pièces métalliques
Lavage de Wafers : en microélectronique : important car une bactérie est une particule
Lavage de réservoirs, conduites : contrôle des biofilms (voir page 102)

108
13.3. SÉCURITÉ LORS DE L’EMPLOI D’EAU OZONÉE

Lavage de bouteilles, fûts, murs et sols de caves : ces applications gagnent de l’im-
portance dans l’industrie du vin, qui a pouratnt une réputation de conservatisme.
Ceux qui visitent les caveaux à Napa, en Californie, sont généralement surpris ne
ne pas voir de champignons sur les murs des caves, caves où l’on ne sent pas du
tout l’odeur caractétistiques de ces pièces humides en sous-sol : le motif en est que
à Napa l’utilisation de l’eau ozonée pour le nettoyage des caves s’est généralisé
déjà à la fin des annéess 1990. Les résultats sont des caves plus propres, et des
économies importantes, en particulier au niveau des fûts : avant l’introduction de
l’eau ozonée, l’on jetait 14 à 13 des fûts chaque annéee : on peut désormais en
sauver le 100% grâce au lavage avec l’eau ozonée
Lavage de légumes, fruits, poissons
Production de glace ozonée employée pour la conservation d’aliments

Fig. 13.1.: Système portable de production d’eau ozonée [23]

13.3. Sécurité lors de l’emploi d’eau ozonée


13.3.1. Problèmes spécifiques à l’utilisation d’eau ozonée
Par rapport à une installation classique d’ozonisation de l’eau, une installation de
production d’eau ozone pose des problèmes spécifiques :
• Il y a inévitablement des personnes à proximité de l’eau ozonée
• On utilise des concentrations d’ozone élevées
Les effets de l’ozone sur l’organisme humain sont décrits dans la section suivante.

ozone.ch Sàrl 109 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 13. L’EAU OZONÉE

Fig. 13.2.: Système pour refroidissement à l’eau (Hydrocooling) de viande de poulet,


avec eau ozonée. Image : GDT Corporation [23]

13.3.2. Effets de l’ozone


L’ozone est moins dangereux que le chlore, puisque on ne le stocke pas. Il reste
néanmoins un gaz irritant et toxique, donc il faut être conscient des risques d’une expo-
sition à l’ozone. Ceux-ci sont décrits dans le tableau 13.3.2.

13.3.3. Les mesures de précaution


Pour utiliser l’eau ozonée sans danger, il faut prendre des précautions :
Matériaux résistants à l’ozone : cet aspect semble évident, mais est souvent négligé.
Il est critique surtout pour la phase gazeuse1
Détecteur d’ozone contrôlant l’air en continu : de tels détecteurs sont aujourd’hui
bon marché2
1
Voir page 77 pour une liste de matériaux résistants à l’ozone
2
L’on recontre souvent des installations industrielles sans détecteurs d’ozone surveillant l’air ambiant :

ozone.ch Sàrl 110 http://www.ozone.ch


13.3. SÉCURITÉ LORS DE L’EMPLOI D’EAU OZONÉE

Concentration Effet
0.01 à 0.04 ppm Odeur
en-dessous de 0.05 ppm Aucun danger (consensus)
0.1 ppm Légères irritations
plus de 0.1 ppm, exposition prolongée Maux de tête,
fonction pulmonaire affectée
si activité physique (réversible)
< 0.6 ppm, 2 heures Fonction pulmonaire affectée
1.5 ppm, 2 heures Toux sèche, douleurs dans la cage thoracique
9 ppm, intermittent Faculté de discernement affectée
dès 10 ppm Pneumonie grave, danger de mort,
perte de conscience dès env. 15 min.

Tab. 13.1.: Effets de l’ozone sur la santé humaine

Transfert de masse efficace : avec un système Venturi-Réacteur-Cyclon, l’on dissous


facilement plus de 95% d’ozone. Il ne faut donc pas accepter des systèmes avec des
efficacités de transfert de masse plus faible.
Séparation des phases avant utilisation : si l’on ne fait pas cette séparation, l’on
aura des bulles de gaz au niveau du bac ou de l’appareil de lavage. Cela posera des
problèmes de sécurité pour le personnel. Bulles d’ozone dans l’eau et humains sont
tout simplement incompatibles. Dans les contacteurs municipaux, personne n’est
à côté du bassin, l’on peut donc avoir des bulles d’ozone dans l’eau. Lorsque l’on
produit de l’eau ozonée pour le lavage, il est essentiel de prévoir un cyclon pour
l’extraction des bulles de gaz
Contrôle de la phase gazeuse : le gaz contenant l’ozone résiduel doit être conduit à
travers un destructeur catalytique d’ozone résiduel
Destruction de l’ozone résiduel en phase liquide : impératif, sinon on détruit les conduites
d’eau usée, qui en général ne sont pas résistantes à l’ozone. Cette destruction peut
se faire avec un simple filtre au charbon actif.
Sortie azote du concentrateur d’oxygène dans la même pièce : une erreur aussi clas-
sique que dangereuse consiste à placer le concentrateur d’oxygène dans une pièce
séparée de celle où a lieu le lavage. Avec le temps, la concentration d’oxygène dans
l’air augmente dans le local de lavage. Cela augmente le risque d’incendie, et peut
causer des symptômes semblables à l’ivresse chez les opérateurs
Aération appropriée de la pièce : c’est à dire avec une sortie en bas, puisque l’ozone
est plus lourd que l’air.

le fait qu’une entreprise ou une collectivité préfère mettre en danger la vie de ces collaborateurs qu’in-
vestir une somme de l’ordre du millier de francs suisses pour les protéger est d’autant plus difficile à
comprendre que le prix de tels détecteurs ne représente qu’un pourcentage faible de l’investissement
total.

ozone.ch Sàrl 111 http://www.ozone.ch


14. La distillation

14.1. Applications
La distillation de l’eau est une très vieille méthode de traitement de l’eau, qui remonte
à l’antiquité. De nos jours, elle est de moins en moins utilisée, essentiellement pour pour
des raisons de coût. La consommation électrique est élevée, ce qui signifie que les coûts de
fonctionnement sont très élevés. Et l’investissement est important pour les installations
de taille significative. Aujourd’hui, cette méthode n’est plus utilisée que dans l’industrie
pharmaceutique et les laboratoires. La distillation reste la méthode pour la production
des injectables : les normes européennes exigent que lors de la production d’eau pour
injectables la dernière étape de traitement soit la distillation.
Hors industrie pharmaceutique, l’on trouve des distillateurs dans les laboratoires : un
petit distillateur alimenté en eau potable représente un investissement limité — moins
de 5’000.00 Francs suisses en général . La maintenance de ces appareil est simple, ce qui
fait qu’ils sont intéressants si l’on consomme peu d’eau.

14.2. Principe de fonctionnement


Le principe de fonctionnement de la distillation est très simple : l’on fait évaporer
l’eau, puis on la condense. L’eau est en même temps déminéralisée et désinfectée.
Généralement les distillateurs sont des appareils assez fragiles, employés pratiquement
uniquement en laboratoire et dans l’industrie pharmaceutique.

14.3. Qualité de l’eau distillée


Souvent l’on imagine que l’eau distillée représente le nec plus ultra de l’eau purifiée.
Cela n’est pas le cas. Une série de facteurs influencent la qualité de l’eau distillée :
Chicanes, éléments de coalescence : ces éléments permettent de réduire la quantité
de gouttelettes entraı̂nées avec la vapeur. Les distillateurs ne donnent pas tous la
même qualité d’eau.
La vitesse verticale de la vapeur est déterminante pour la qualité de l’eau produite :
une vitesse basse réduit la quantité de particules et autres impuretés entraı̂nées
par la vapeur, ce qui permet d’obtenir de l’eau de meilleure qualité.

112
14.3. QUALITÉ DE L’EAU DISTILLÉE

Fig. 14.1.: Schéma de principe d’un distillateur [9]

Matériaux de construction : les verre est employé pour les distillateur en laboratoire
laboratoire. La production d’eau pour injectables présuppose l’emploi d’acier in-
oxydable.

La distillation est populaire dans l’industrie pharmaceutique car elle reste le meilleur
moyen d’éliminer les pyrogènes.

Qualités d’eau atteignables

Eau d’alimentation Vitesse Résistivité distillat MΩ/cm


Potable Basse 0.5 à 1.0
Potable Elevée A éviter
Déminéralisée Basse 4 à 18.3
Déminéralisée Elevée 2 à 18.3

ozone.ch Sàrl 113 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 14. LA DISTILLATION

Les distillateurs à basse vitesse permettent d’obtenir l’eau distillée sans déminéraliser
avant. Les qualités d’eau produites restent assez loin de l’eau à 18 MΩ/cm (max théorique
18.3 MΩ/cm) requise par l’industrie microélectronique.

14.4. Solutions pour réduire la consommation d’énergie


Il y a deux technologies pour réduire la consommation d’énergie des distillateurs :
• La thermocompression
• L’utilisation d’effets multiples

14.4.1. Effets multiples


L’énerge consommée par un distillateur diminue lorsque le nombre d’effets augmente
selon l’équation suivante :
K
Energie = (14.1)
N
Dans laquelle :
• L’Energie : souvent donnée en kg de vapeur par kg de condensat
• K est une constante qui dépend du distillateur, dont la valeur est de l’ordre de 1.1
à 1.2.
• N est nombre d’effets du distillateur

Economie d’énergie :

Nombre d’effets Energie


1 100%
2 55%
3 39%
4 32%

14.4.2. Thermocompression
Cette méthode n’est pratiquement plus employée que pour les applications de distil-
lation de l’eau de mer. Elle n’est économique que pour de très grands débits. Nous ne
l’étudierons donc pas en détail ici.

14.5. Limites de la distillation


L’eau pure étant très corrosive, le choix de matériaux de construction est limité. En
pratique, l’on trouve des distillateurs en acier inoxydable et en titane. Dans l’industrie

ozone.ch Sàrl 114 http://www.ozone.ch


14.5. LIMITES DE LA DISTILLATION

Fig. 14.2.: Principe de la thermocompression [2]

pharmaceutique, où le souci primordial est la croissance des bactéries, l’on emploie l’acier
inoxydable. La nécessité d’employer du métal limite l’emploi de la distillation. En effet,
il est impossible de produire de l’eau destinée à l’industrie microélectronique en utilisant
des appareils en métal. Il faudrait utiliser du plastique inerte come le Téflon, ce qui
en pratique n’est pas possible. Cela explique que l’on n’utilise pas la distillation en
microélectronique.

ozone.ch Sàrl 115 http://www.ozone.ch


15. Procédés par échange d’ions

15.1. Introduction à l’échange d’ion


Le terme échange d’ions regroupe un ensemble de technologie assez diverses, qui ont
pour point commun d’utiliser des résines qui ont la propriété d’avoir des adhésions
préférentielles connues : un ion adhère plus ou moins à la résine : cette propriété permet
de construire des systèmes où l’on échange des ions contre d’autres de manière ciblée afin
de changer la propriété de l’eau. Les ions que l’on veut relarguer dans l’eau sont apportés
à la résine lors de la régénération de celle-ci. Selon la résine et le produit régénérant
choisi, l’on obtient des systèmes aux propriétés différentes :

Les adoucisseurs permettent d’enlever le calcium et le magnésium de l’eau

Les échangeurs d’ions proprement dits permettent de remplacer les ions présent dans
l’eau avec des ions H+ et OH− , ce qui permet de déminéraliser l’eau.

Adhésion préférentielle à la résine échangeuse d’ions :

Cations Anions
Fer Fe3+ Phosphate PO3−
4
Aluminium Al+ 3 Sulfate SO2−
4
Calcium Ca2+ Nitrate NO− 3
Magnésium Mg2+ Nitrite NO− 2
Potassium K+ Chlorure Cl−
Sodium Na+ Bicarbonate HCO− 3
Protons H+ Silice SiO2
Hydroxyde OH−

Les ions au début de chaque liste adhèrent le plus à la résine. C’est cette adhésion
préférentielle qui permet aux échangeurs d’ions de déminéraliser l’eau.

116
15.2. ADOUCISSEURS D’EAU

15.2. Adoucisseurs d’eau


Equations fondamentales
Adoucissement

2RNa + MgSO4 → R2 Mg + Na2 SO4 (15.1)

2RNa + Ca(HCO3 )2 → R2 Ca + 2NaHCO3 (15.2)

Régénération
De l’eau salée (saumure) est amenée au contact de la résine échangeuse d’ions :

R2Ca + 2NaCl → 2RNa + CaCl2 (15.3)


C’est la vanne multivoies (ou tête) de l’adoucisseur qui se charge des régénérations
périodiques de la résine en aspirant de la saumure.

15.3. Déminéralisation par échange d’ions


15.3.1. Equations fondamentales
Pour déminéraliser l’eau, les échangeurs d’ions emploient 2 types de résine : anionique
et cationique.

Cations
Déminéralisation : la neutralité électrique doit être respectée : les cations (+ ) sont rem-
placés par des ions hydrogène, alors que les anions (− ) remplacés par des ions hydroxyde.
Les ions hydrogène et hydroxyde réagissent et donnent de l’eau.
Dans la première étape de la déminéralisation, les cations sont remplacés par des ions
hydrogène : le ph de l’eau baisse.

RH + NaCl → RNa + HCl (15.4)

2RH + CaSO4 → R2Ca + H2SO4 (15.5)

Régénération : se fait avec de l’acide :

2X + H2 SO4 → 2RH + X2 SO4 (15.6)

ozone.ch Sàrl 117 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 15. PROCÉDÉS PAR ÉCHANGE D’IONS

Fig. 15.1.: Schéma de principe d’un adoucisseur

Anions
Déminéralisation
ROH + HCl → RCl + H2O (15.7)

2ROH + H2 SO4 → RSO2 + 2H2 O (15.8)

Régénération
RCl + NaOH → ROH + NaCl (15.9)

ozone.ch Sàrl 118 http://www.ozone.ch


15.3. DÉMINÉRALISATION PAR ÉCHANGE D’IONS

15.3.2. Régénération des échangeurs d’ions à 2 lits


La régénération peut se faire à co-courant ou à contre-courant. La régénération à
contre-courant donne une meilleure qualité d’eau et permet d’économiser jusqu’à 10%
de régénérant (à dosage élevé).

15.3.3. Echangeur d’ions à lit mélangé


Dans un échanger d’ions à lit mélangé, les 2 résines sont mélangées dans une seule
colonne. Le système de régénération de la résine est plus complexe. Par contre, la qualité
de l’eau obtenue est meilleure.

15.3.4. Pourquoi l’eau est-elle meilleure après un lit mélangé


qu’après un deux-lits ?
Les réactions d’échange d’ions sont des réactions à équilibre. Les substances ne réagissent
pas complètement, mais seulement jusqu’au point d’équilibre entre la déionisation et la
régénération. Durant la déionisation, la résine échangeuse de cations libère de l’acide.
Dans un échangeur à 2 lits, cet acide est à disposition pour la réaction en sens inverse
(régénération). Dans un lit mélangé, l’acide libérée est tout de suite neutralisé et enlevé
par une boule de résine échangeuse d’anions à proximité. De même, la soude produite
par la résine anionique est tout de suite neutralisée et enlevée par une boule de résine
cationique à proximité. Donc, dans un lit mélangé, la contre-réaction ne se produit pas, à
défaut de réactants. L’équilibre n’est pas atteint avant la déionisation presque complète
de l’eau. Du point de vue conceptuel, un lit mélangé peut aussi être décrit comme une
série infinie d’échangeurs à deux lits.

15.3.5. Régénération
Etant donné que deux résines l’une devant être régéénérée avec de la soude et l’autre
avec de l’acide sont mélangées, la régénération d’un échangeur d’ions à lit mélangé est
une opération plus délicates que la régénération d’échangeurs à 2 lits. La durée d’une
séquence de régénération et aussi plus longue : de l’ordre de 4 heures, contre environ 2
pour un échangeur à 2 lits et moins de 2 heures pour un adoucisseur.

Phases de la régénération d’un lit mélangé


1. Rétrolavage : enlève les particules et permet la stratification des résines
2. Adjonction de soude sur toute la résine : cette opération augmente la différence de
densité entre les deux résines
3. Rétrolavage : permet de peaufiner la stratification des résines
4. Adjonction de soude et d’acide, avec sortie à mi hauteur, à la limite entre les deux
résines

ozone.ch Sàrl 119 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 15. PROCÉDÉS PAR ÉCHANGE D’IONS

5. Lavage, avec sortie à mi hauteur, à la limite entre les deux résines


6. Mélange de la résine avec de l’air comprimé
7. Lavage co-courant pour stabiliser la résine
8. Remise en service
Certains fabricants proposent des variantes de ce cycle.

15.4. Calcul des échangeurs d’ions


15.4.1. Principes généraux
Le calcul d’un échangeur d’ions se base sur 2 paramètres :
• Le débit maximum
• La capacité nécessaire entre deux régénérations
Le débit détermine une section ou un volume minimum de résine, alors que la capacité
détermine le volume minimum de la résine. La capacité de la résine et les débits sur-
faciques maximum admissibles sont donnés par fabricants de résine. Il est raisonnable
de demander aux fournisseurs la fiche de spécification du fabricant de la résine, et de
vérifier que l’échangeur d’ions a été dimensionné en conformité avec les spécifications du
fournisseur de résine.

15.4.2. Qualité de l’eau obtenue par échange d’ions


La qualité de l’eau que l’on peut obtenir en aval d’un échangeur d’ions dépend du
type d’échangeur :
Adoucisseur : 0 à 5 ppm de calcium comme CaCO3
Echangeur d’ions, 2 lits : 1% de salinité résiduelle pour co-courant. Contre-courant
jusqu’à 1 MΩ
Echangeur d’ions, lits mélagé : un échangeur permet d’atteindre une résistivité de
l’eau de 1 à 15 MΩ. L’emploi d’un deuxième échangeur à lit mélangé en aval
permet de dépasser les 18 MΩ.

ozone.ch Sàrl 120 http://www.ozone.ch


16. Les antitartres électromagnétiques

16.1. Passions et polémique


Il est impossible de mentionner les antitartres électromagnétiques à un praticien du
traitement de l’eau sans déclencher les passions les plus vives. Alors que certains lancent
des regards incrédules à celui qui explique qu’il utilise un adoucisseur — Vous utilisez
encore les adoucisseurs ? m’a lancé une fois un entousiaste des antitartres alors que
nous discutions de l’alimentation d’une chaudière à vapeur — alors que les détracteurs
de ces appareils aiment se lancer dans de longues diatribes sur l’impossibilité physique
du fonctionnement des antitartres. Le nombre d’études publiées sur ces appareils est
beaucoup moins important que pour d’autres technologies de traitement de l’eau. D’après
[17], cela peut s’expliquer en partie par le fait que cette technologie fut initialement
dévveloppée surtout en Russie, et en Occident l’on tend à être sceptique concernant
toute technologie provenant de l’Est. Pourtant plusieurs études ont montré l’efficacité
de ces appareils depuis les années 1950 [31] [32]. Plusieurs études ont étés publiées au
cours des années 1990 concernant l’utilisation des antitratres électromagnétiques pour
les eaux usées [17] [30]. D’autre part il y a aussi des études réalisées sur des bancs d’essai
qui ont montré que les antitartres testés n’avaient aucun effet sur l’eau, comme par
exemple [33].

16.2. Principe de fonctionnement


Ces appareils permettent la stabilisation du calcium dans l’eau, du moins d’après ceux
qui les proposent. L’explication ci-dessous est tirée de la documentation d’un fabricant1
Sous l’effet d’un champs électromagnétique induit, des microcristaux de car-
bonate de calcium sont formés et restes en suspension dans l’eau.
Les appareils antitartres électroniques, procédé RIMEAU, provoquent, sous
l’effet d’un champ électrique impulsionnel induit, la collision des ions Ca+ 2
et CO− 3 présents dans les eaux calcifiantes, la formation de microcristaux de
carbonate de calcium CaCO3 . Ceux-ci ainsi formés, restent en suspension
dans la veine d’eau et se comportent en ”germes de cristallisation” fixant
d’autres ions encore libres. Ainsi ces germes grossissent en aval de l’appareil
1
RIME SA, Chabeuil, France

121
CHAPITRE 16. LES ANTITARTRES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

durant leur séjour dans les canalisations. Ils n’ont aucune tendance à s’in-
cruster ni dans les canalisations, ni dans les installations ni dans les appareils
à protéger.
1. Une fois l’eau traitée, les ions Ca++ et HCO−3 se fixent préférentiellement
sur les germes de CaCO3 générés par l’appareil, au lieu de former de
nouveaux cristaux sur les parois des canalisations (où des phénomènes
électrochimiques peuvent conduire à une élévation locale de pH de l’eau,
la rendant ainsi très fortement entartrante). Les installations sont donc
protégées contre de nouveaux dépôts de calcaire incrustant, et les mi-
crocristaux seront véhiculés à travers l’installation jusqu’à leur sortie
lors de soutirages
2. Un détartrage général de toutes les parois métalliques est induit par ces
appareils qui détachent le calcaire incrusté sur les vieilles installations
n’ayant pas été protégées. Cette action est progressive ; il demeure ce-
pendant un fin voile blanchâtre protecteur constitué d’ions positifs natu-
rellement attirés par les parois métalliques (à caractère électronégatif).
Ce voile isole et rend électropositive la paroi en contact avec l’eau. Ceci
contribue à la longévité de l’installation en limitant les effets de la cor-
rosion.

Description

Une série de bobinages moulés autour de la chambre de traitement dans la-


quelle circule l’eau à traiter reçoit en permanence des impulsions électriques
délivrées par le générateur électronique, à une tension et une fréquence
déterminées. Un champ impulsionnel se trouve ainsi transmis par induction
dans la veine d’eau à traiter.
Ce traitement agit sans électrolyse puisqu’il n’y a pas de courant dans la veine
d’eau. Une énergie optimale est ainsi transmise aux particules dissoutes qui
sont porteuses d’une charge électrique à l’état naturel (Ca++ , CO−−
3 ).
A chaque impulsion de traitement est opposée une impulsion d’autonettoyage
qui garantie l’absence de tout dépôt dans la chambre de traitement, ce qui
assure le fonctionnement sans entretien et sans visite périodique.

16.3. Limitations d’emploi


Le principal défaut des antitartres électromagnétiques est l’impossibilité de vérifier de
manière sûre et simple si ils fonctionnent réellement : on ne peut pas simplement mesurer
la dureté de l’eau sortant de l’appareil, comme avec un adoucisseur. On ne peut que les
employer dans les situations où une précipitation de calcaire n’aura pas de conséquences
catastrophiques.

ozone.ch Sàrl 122 http://www.ozone.ch


16.3. LIMITATIONS D’EMPLOI

Fig. 16.1.: Antitartre électromagnétique. Image : RIME SA

ozone.ch Sàrl 123 http://www.ozone.ch


17. Electrodéionisation

17.1. Principe
L’électrodéionisation est pratiquement l’inverse de l’osmose inverse. Des électrodes
attirent les ions à travers des membranes. Il y aussi un concentrat, comme pour l’osmose
inverse, mais peu (5-10%). La qualité d’eau obtenue est excellente : meilleure que celle
obtenue avec un échangeur à deux lits, mais pas tout à fait aussi bonne que avec un lit
mélangé.

Fig. 17.1.: Principe de l’électrodéionisation. Image : E-Cell Corporation

La figure 17.1 illustre le fonctionnement de l’électrodéionisation :

1. L’eau d’alimentation est distribuée dans les différentes cellules


2. Une différence de potentiel électrique est appliquée à travers la cellule. Des molécules
d’eau présentes dans la chambre ”D” sont séparée en ions hydrogène et ions hy-
droxyle

124
17.2. AVANTAGES ET DÉSAVANTAGES

3. Les ions hydrogène et hydroxyle sont amenés par force électrostatique dans la
chambre ”C”. La production continuelle de ces ions régénère en continu les lits de
résine échangeuse
4. Les ions présents dans l’eau sont absorbés par la résine échangeuse d’ions et migrent
dans la chambre ”C”.
5. Dans la chambre ”C”, les ions hydrogène et hydroxyle se combinent pour former
de l’eau
6. 90% à 95% de l’eau entrant dans la cellule sort de la cellule à travers la chambre
”D” sous forme d’eau déminéralisée
7. Le concentrat est recirculé, comme souvent dans les osmoseurs
8. le concentrat peut être réinjecté en début de chaı̂ne de traitement

Fig. 17.2.: Principe de l’électrodéionisation expliqué par un client de E-Cell. Image :


Osmonics

17.2. Avantages et désavantages


17.2.1. Principaux avantages
Comparé à un système d’échange d’ions, l’électrodéionisation apporte les avantages
suivants :
Elimine le besoin d’acide et soude : il n’y a pas à regénérer de résines comme avec un
échangeur d’ions
Fonctionnement continu : pas d’interruptions pour les régénérations

ozone.ch Sàrl 125 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 17. ELECTRODÉIONISATION

Fig. 17.3.: Exemple d’élecrodéionisateur pour 6 m3 /h. Dimensions 117 × 134 × 214
cm. Puissance électrique maximum 68 kW. Image : E-Cell Corporation

17.2.2. Principaux désavantages


Consomme de l’eau en continu, environ 5 à 10% de l’eau d’alimentation. Cela est tou-
jours beaucoup plus que la consommation d’eau lors de la régénération de résines
d’un échangeur à lit mélangé.

N’arrête pas : silice, particules, bactéries, molécules organiques

Prix d’achat : à débit égal, un élecrodéionisateur coûte environ 2 fois plus qu’un échangeur
d’ions à lit mélangé

Remplacement des modules : il faut échanger les modules au bout de 3 à 5 ans. Part
importante du prix de l’appareil (variable)

Réchauffement de l’eau : un élecrodéionisateur chauffe l’eau de environ 2 à 3◦ C. Cela


peut constituer un problème dans les installations sur des boucles de distribution :
l’eau devient plus chaude, donc plus propice aux bactéries

Nécessité de régler la conductivité : le principe de l’élecrodéionisateur fait qu’il faut


que l’eau ait une certaine conductivité. Si l’on emploie de l’eau trop déminéralisée,
donc isolante, l’élecrodéionisateur ne peut fonctionner. Il faut donc régler la conduc-
tivité de l’eau à une valeur donnée par le fournisseur des cellules1

1
Le principal fabricant de cellules spécifie une conductivité de l’eau en entrée de environ 20 µS/cm

ozone.ch Sàrl 126 http://www.ozone.ch


17.3. PROBLÈMES RÉSULTANTS D’ASPECTS COMMERCIAUX

17.3. Problèmes résultants d’aspects commerciaux


L’électrodéionisation fut longtemps un brevet de la société US-Filter (Aujourd’hui
intégrée dans Vivendi Waters). Lorsque le brevet est tombé dans le domaine public au
début des années 1990, plusieurs sociétés ont commencé à produire des électrodéionisateurs.
La technologie étant difficile à maı̂triser, une seule société a acquis une part de marché
importante : il s’agit de E-Cell, filiale de General Electrics.
E-Cell produit essentiellement les cellules, laissant à des intégrateurs le soin de construire
la machine complète. Pour pouvoir proposer une machine avec une cellule E-Cell, l’intégrateur
doit d’abord acheter une licence E-Cell et suivre une formation assez coûteuse. Les
intégrateurs avec licence E-Cell sont donc très motivés à vendre un grande nombre
d’électrodéionisateurs, Cette situation cause aussi un autre problème, que peu de clients
remarquent : l’életronique de puissance d’un électrodéionisateur est très complexe : la
plupart des clients d’E-Cell achètent donc leur électronique de puissance aux USA, chez
E-Cell. Cela peut poser un problème en cas de pannes, puisque ces électrodéionisateurs
sont équipés de de composants d’électronique de puissance américains aux normes NEMA,
que l’on ne trouve pas ou difficilement en Europe : la panne peut donc être prolongée
par manque de pièces de rechange.

17.4. Etudes de cas


17.4.1. L’osmoseur instable
Convaincue par un fournisseur d’électrodéionisateurs, une société qui alimentait sa
chaudière à vapeur avec une chaı̂ne de traitement qui comprenait un osmoseur suivi
d’un échangeur d’ions à lit mélangé a remplacé ce dernier par un élecrodéionisateur. Au
bout de quelques jours la qualité de l’eau a empiré : la conductivité de l’eau augmen-
tait, puis périodiquement s’améliorait pour ensuite empirer. Sommé de l’expliquer, le
fournisseur de l’élecrodéionisateur a commencé à noter la qualité de l’eau provenant de
l’osmoseur, et, constatant que la valeur de conductivité de l’eau mesurée variait entre 11
et 13 µS/cm, le fournisseur a expliqué au client que le problème était dû à l’osmoseur
qui serait ”instable”. Il en suivi des échanges de correspondance assez houleux entre le
fournisseur de l’osmoseur et l’utilisateur, puisque le fournisseur de l’osmoseur prétendait
que l’osmoseur fonctionnait et que d’une part les variations de conductivité étaient im-
putables à la précision du conductivimètre et que d’autre part aucune spécification ne
mentionnait que l’osmoseur devait produire une eau dont les variations de conductivité
devaient êtres inférieures au µS/cm.
Finalement, après plusieurs mois, le fournisseur de l’élecrodéionisateur obtint du client
qu’il enlève l’osmoseur de l’autre fournisseur et le remplace par un osmoseur livré par
le fournisseur de l’élecrodéionisateur. Cette opération représenta un investissement de
plusieurs dizaines de milliers de francs.
la qualité de l’eau produite par l’élecrodéionisateur continua à varier. Finalement, pour
pouvoir continuer à faire fonctionner la chaudière, le client changea la valeur de seuil

ozone.ch Sàrl 127 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 17. ELECTRODÉIONISATION

de conductivité déclenchant l’alarme ”conductivité” de l’alimentation de la chaudière de


1 µS/cm à 3 µS/cm.

17.4.2. Cellule mystérieuse


Une société de microélectronique avait choisi l’électrodéionisation sur la base du coût
d’investissement. Un fournisseur de matériel de traitement d’eau proposait un nou-
vel élecrodéionisateur, avec des cellules d’électrodéionisation de fabrication propre. Au
bout de 6 mois de fonctionnement, les cellules d’électrodéionisation se bloquèrent. Au
démontage, l’on constata qu’il s’agissait de dépôts organiques : la cellule fut remplacée.
L’épisode se répéta 4 fois à distance de 6 mois, après quoi le fournisseur accusa l’utilisa-
teur d’utiliser une eau ”spéciale”2 . Finalement, des mesures furent prises pour empêcher
que des bactéries pénètrent dans l’élecrodéionisateur : un filtre 0.2 µm fut placé à l’entrée
de l’appareil, qui pourtant était placé directement en aval d’un osmoseur. Environ 6 mois
après, la cellule dut à nouveau être changée. Cette fois une cellule différente fut employée,
et le problème n’est plus réapparu depuis.

17.5. Situation actuelle


En l’état actuel du marché et de la technologie, l’electrodéionisation est une solution
intéressante si
Le fournisseur de l’élecrodéionisateur fournit l’ensemble de l’installation : pour éviter
les conflits entre fournisseurs du type de ceux décrits dans les études de cas ci-dessus
Il est impossible ou difficile de stocker des produits toxiques
Manque de place : l’élecrodéionisateur est moins encombrant en général qu’un échangeur
d’ions équivalent, et en plus il n’est pas nécessaire de prévoir un système de neu-
tralisation des eaux de régénération

2
Il ne pouvait pas lui reprocher le dysfonctionnement de l’osmoseur, puisque c’est lui qui l’avait fourni
aussi

ozone.ch Sàrl 128 http://www.ozone.ch


18. Dégazage

18.1. Applications
Il peut être nécessaire d’enlever de l’eau un ou plusieurs des gaz suivants :

• Gaz carbonique CO2


• Radon
• Hydrogène sulfuré H2 S
• Oxygène O2

En pratique, plus de 90% des applications de dégazage dans l’industrie concernent le


CO2 .

18.2. La technologie traditionelle : le décarbonateur


18.2.1. Principe
Les décarbonateurs sont généralement de véritables zoos de bactéries.

18.2.2. Le dimensionnement des décarbonateurs


L’efficacité d’un décarbonateur est fonction de sa hauteur.

H
log c1 − log c2 = K (18.1)
Q
Avec :

• c1 : concentration de CO2 à l’entrée


• c2 : concentration de CO2 à la sortie
• H : hauteur
• Q : débit d’eau
• K : constante, dépend de la construction de la colonne

En pratique, il s’agit généralement de colonnes de 3 à 4 m de hauteur.

129
CHAPITRE 18. DÉGAZAGE

Fig. 18.1.: Schéma de principe d’un décarbonateur [8]

18.3. Les nouvelles technologies de dégazage


18.3.1. Principe de fonctionnement
L’utilisation de systèmes d’aération et de dégazage basés sur les injecteurs Venturi se
généralise depuis la fin des années 1990 [15].
Le principe de fonctionnement d’une combinaison Venturi - Réacteur - Cyclon utilisée
pour le dégazage est le suivant :
• Le Venturi mélange les phases gazeuses et liquides en dispersant des bulles d’air
dans un écoulement d’eau fortement turbulent
• Dans le réacteur, a lieu le transfert de masse des gaz ou produits volatiles indésirables
de la phase liquide (eau) à la phase gazeuse (bulles d’air). Le caractère turbulent
de l’écoulement de l’eau assure une répartition assez uniforme des gaz et produits
volatiles indésirables dans chacune des deux phases, accélérant ainsi le transfert de
masse
• Le séparateur cyclon sépare les deux phases.
Ce principe est illustré par la figure 18.2.
Les avantages de la combinaison Venturi - Cyclon par rapport au systèmes tradition-
nels sont fondamentalement les mêmes que ceux illustrés pour l’ozonisation : encom-
brement réduit, investissement moins élevé, coûts de maintenance plus faibles. L’aspect
maintenance est encore plus important pour les colonnes de dégazage que pour l’ozonisa-
tion. En effet, les problèmes de croissances bactérielles sont relativement fréquents dans
les colonnes de dégazage, alors qu’ils sont absents des combinaisons Venturi - Cyclon,

ozone.ch Sàrl 130 http://www.ozone.ch


18.3. LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE DÉGAZAGE

Fig. 18.2.: Principe de fonctionnement d’une installation de dégazage avec injecteur


Venturi [15]

en raison du caractère turbulent de l’écoulement.

18.3.2. Calcul
D’après [15], l’efficacité d’un système de dégazage utilisant un venturi est essentiel-
lement une fonction du rapport entre le débit de gaz et le débit d’eau : plus celui-ci
est élevé, plus l’efficacité est élevée. La courbe 18.3 permet de calculer l’efficacité de
l’enlèvement du CO2 d’un tel système.
La température a aussi une influence sur l’efficacité des systèmes de dégazage, comme
cela est illustré par la courbe à la figure 18.4.
En pratique, lors de la spécification d’un système de dégazage, il faudra donc indiquer
aux fournisseurs :
• Quel est le gaz dont il faut réduire la concentration
• La concentration initiale du gaz
• La concentration à atteindre
• La température de l’eau à traiter

ozone.ch Sàrl 131 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 18. DÉGAZAGE

Fig. 18.3.: Efficacité d’un système de dégazage à Venturi [15]

Fig. 18.4.: Efficacité d’un système de dégazage à Venturi pour l’élimination du radon
[15]

ozone.ch Sàrl 132 http://www.ozone.ch


Troisième partie .

Conception et optimisation de
systèmes de purification de l’eau

133
19. Introduction

Cette partie traite des aspects pratiques concernant la conception d’installation et


l’optimisation d’installations existantes. Nous aborderons les aspects suivants :
Méthodologie : comment procéder pour la conception d’une installation
Déroulement d’un projet typique
Spécifications : les points dont il faut tenir compte pour les différents éléments du
système
Les possibilités d’optimisation d’une installation existante seront traités dans chapitre
séparé.

19.1. Déroulement du projet

La conception d’un système de traitement de l’eau est une démarche de conception


de procédé. Nous n’étudierons pas ici le détail de la conception de chaque élément du
système de traitement d’eau – de l’osmoseur, par exemple – car ce travail sera fait par
le fournisseur de l’appareil. Nous examinerons le processus de conception de la chaı̂ne
de traitement du point de vue de l’utilisateur ou de l’intégrateur de système. La plupart
des éléments du systèmes seront disponibles sur le marché, souvent comme produits
standard sur catalogue.

134
19.2. DÉLAIS

19.2. Délais
Il est importants d’être conscients de délais nécessaires à la mise en place d’un système
de traitement de l’eau. Un tel système ne s’improvise pas. Mon expérience est que ces
délais sont généralement sous-évalué : il en résulte des achats erratiques d’équipements,
qui conduisent à la mise en service d’un système ne correspondant pas pleinement aux
besoins des utilisateurs.

Délais typiques :
Obtention des données de base : 4 à 8 semaines
Conception du procédé : 2 à 3 semaines, y compris quelques itérations
Etablissement des spécifications : quelques jours
Recherche des fournisseurs : 2 à 4 semaines
Obtention des offres : 2 à 4 semaines
Examen des offres, discussion des offres avec les fournisseurs : 2 à 4 semaines
Processus de décision interne à l’entreprise : variable
Délais de livraison 2 à 16 semaines
Mise en service : 1 semaine max., sauf pharmacie et microélectronique
En pratique, le délai total de mise en place d’un système de purification de l’eau est
de l’ordre de 15 à 40 semaines. Notre expérience est que le plus grand facteur de retards
est le processus de décision interne.
Nous avons aussi trop souvent fait l’expérience d’utilisateurs qui imposent des délais
trop courts aux fournisseurs pour les offres : le résultat est que le client obtint trop peu
d’offres, ou des prix peu avantageux.

Recherche de fournisseurs : il ne faut pas craindre d’acheter du matériel étranger. La


plupart des fabricants de matériel ne sont pas en Suisse, et tous les fabricants suisses se
fournissent de composants à l’étranger. Notre avis est que cela ne vaut pas la peine de
payer un prix supplémentaire pour le Made in Switzerland pour ce qui est du traitement
de l’eau. Cela d’autant plus que le matériel proposé comme Made in Switzerland souvent
n’est que un Private Label 1 .
Il y a une grande différence de délais selon que l’on achète du matériel standard ou
sur mesure. En pratique, l’on trouve sur le marché du matériel standard jusqu’à environ
70 m3 /h, et beaucoup de choix jusqu’à environ 40 m3 /h
1
Dans toutes les branches industrielles l’on trouve des produits venus par un ”fabricant” qui en fait
ne fait que coller son étiquette sur un produit acheté ailleurs. Dans le cas particulier du traitement
de l’eau cela est très fréquent : le marché est petit, et il y a peu de fournisseurs des composants
fondamentaux comme les membranes ou les lampes U.V. par exemple

ozone.ch Sàrl 135 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 19. INTRODUCTION

19.3. Caractéristiques de l’eau d’alimentation


19.3.1. Informations à obtenir
Le principe de base est de concevoir le système en fonction de la ”pire” eau possible.
En pratique, cela signifie qu’il faut avoir :
Eaux souterraines : demander une analyse et l’avis d’un hydrogéologue. De telles ex-
pertises on un coût, mais elles sont essentielles. Par exemple pour un projet où
une usine devait pomper de l’eau souterraine à relativement faible distance près
d’un fleuve, l’hydrogéologue avait dit que dureté et salinité diminueraient, mais
charge en bactéries augmenterait. Cela a permis de concevoir une installation as-
sez différente de celle qui aurait été prévue sur la base de la seule analyse de l’eau
Eaux de surface : analyse et avis d’un hydrologue sur les variations saisonnières
Eau potable : obtenir les analyses du service des eaux (commune) l’eau communale :
un réseau, des réservoirs, plusieurs sources, souvent mélange eau surface / eau
souterraine.
Eau de puits : les utiliser affecte les écoulement souterrains, donc la qualité de l’eau.

Eau potable : quelques recommandations :


• Demander les analyse de chaque source - station - point d’alimentation
• Se méfier d’affirmations telles que :
• ”Notre eau est conforme à l’OSEC” (Ordonnance sur les substances étrangères
et les composants)
• ”Il n’y a pas de chlore dans l’eau, puisque nous utilisons l’ozone” . Il y a bien sûr
toujours du chlore dans l’eau potable.
• ”Toute l’eau qui arrive chez vous vient de la source X”
• ”Votre eau contient 34% d’eau de la source 1 et 66% de la source 2”
• ”Radon ? Il n’y a pas de radon dans notre eau”
• Insister !
• Obtenir une lettre si possible

19.3.2. Etude de cas : chlore et membranes


Dans une ville de l’arc jurassien, une société avait installé deux petits osmoseurs en
série pour produire environ 1 m3 /h d’eau pour des bains de traitement de surface. Ils
disent avoir obtenu l’assurance par téléphone que l’eau potable fournie par la ville ne
contient pas de chlore. Il décida donc d’économiser Au bout de 6 mois, la conductivité
de l’eau en aval du premier osmoseur avait doublé. Au bout de 2 ans, la conductivité en
aval du premier osmoseur avait tellement augmenté que l’eau fournie par le 2e osmoseur
était d’une qualité qui n’était plus suffisante pour l’utilisation prévue, et les membranes
du premier osmoseur ont dû être changées. Des analyses faite par l’entreprise de l’eau
reçue de la ville ont montré que l’eau contenait 0.1 à 0.2 ppm de chlore libre, ce qui est
suffisant pour fortement accélérer le vieillissement des membranes.

ozone.ch Sàrl 136 http://www.ozone.ch


19.4. QUALITÉ D’EAU NÉCESSAIRE

Eau potable : autres informations Outre l’analyse chimique, il faudrait savoir aussi :

• Pression : peut varier de manière importante


• Température
• Débit disponible. ce paramètre est rarement un problème, mais il vaut mieux le
découvrir avant de réaliser l’investissement.
• SDI (rarement fourni), si l’on prévoit d’utiliser un osmoseur
• Pénétration des UVc si l’on envisage l’installation d’un stérilisateur U.V.

19.4. Qualité d’eau nécessaire


La qualité de l’eau nécessaire dépend évidemment de l’usage. Il s’agit souvent d’un
problème difficile, car le praticien se trouve souvent confronté à des utilisateurs de l’eau
qui réclament la meilleure qualité possible ou encore l’eau comme elle a toujours été,
sans préciser leurs demandes. il est essentiel de mettre en question les affirmations des
utilisateurs de l’eau sur la qualité qu’ils réclament, et aussi de refuser les spécifications
impossibles ou impossibles à mesurer.
• Si le but du traitement de l’eau est la protection d’équipements, la qualité de
l’eau sera spécifié par le fabricant du matériel à protéger. C’est le cas le plus simple
que l’on puisse rencontrer.
• Si la purification de l’eau est nécessaire pour assurer la qualité du produit fini,
comme c’est souvent le cas dans l’industrie chimique et l’agro-alimentaire, alors la
qualité de l’eau est à définir par les concepteurs du procédé et le responsables de la
qualité. il n’y a pas de recette simple pour déterminer la qualité de l’eau à fournir.
• Pour les eaux de rinçages, en règle générale des essais sont nécessaires. On peut
toutefois citer quelques points de repère :
• Eau de lave-vaisselle ménager : eau adoucie
• Eau de rinçage en fin de tunnel de lavage de voiture : eau osmosée, max. 40 ppm
de salinité totale
• Eau de lavage de Wafers en microéléctronique : eau 18 MΩ × cm
• Eaux de rinçage de pièces en traitement de surface : cela peut être de l’eau osmosée
ou de l’eau non traitée, selon la pièce et le procédé employé. Il n’y a pas de règle
générale
• Certaines industries ont des normes, ce qui simplifie bien sûr le choix de la qualité
d’eau à produire. C’est notamment le cas de la microélectronique et de l’industrie
pharmaceutique

19.5. Définition de la qualité de l’eau nécessaire


En pratique on peut procéder par étapes comme suit pour définir la qualité d’eau
nécessaire :

ozone.ch Sàrl 137 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 19. INTRODUCTION

1. Est-ce que le but du traitement est de protéger un appareil ou machine ? Si oui,


se référer aux spécifications du fournisseur
2. Est-ce que il existe une norme pour notre industrie ? Parmi les branches pour
lesquelles il y a des normes, il faut citer la microélectronique et la pharmaceutique
3. Est-ce que l’eau doit être employée pour un procédé de lavage ? Si oui, des essais
sont recommandés
4. Est-ce que l’eau fera partie du produit fini ? Dans ce cas, les concepteurs de procédé
du produit, et les responsables de la qualité doivent définir les spécifications de
l’ingrédient ”eau”.

Etude de cas : spécifications invérifiables


Extraits d’une spécification réelle d’un système pour la microélectronique :
1. ”Les échangeurs d’ions devront êtres conçus de manière à ce qu’il soit impossible
qu’il y ait une croissance de bactéries”
2. ”Zéro particules de plus de 0.05 microns après la filtration finale”
Le point 1 est techniquement impossible à réaliser : l’échangeur d’ions est un milieux
poreux, donc à priori propice aux croissances de bactéries. C’est pourquoi l’on prévoit,
en microélectronique, des systèmes de désinfection en aval des échangeurs d’ions. Le
point 2 est quand à lui réalisable, mais impossible à vérifier avec du matériel industriel
disponible dans le commerce. On s’expose donc à des conflits insolubles.

19.6. Quantité d’eau nécessaire


Il est important de définir les différents paramètres :
• Consommation moyenne
• Consommation maximum, durée
• Heures par jour – jours par semaine
La question n’est pas triviale ! Mais elle est souvent sous-estimée. On arrive souvent
à la conclusion qu’il faut prévoir un stockage de l’eau purifiée. L’eau stockée sert aussi,
pendant des phases d’arrêt éventuelles dus au lavage ou la régénération d’un filtre à
sable ou d’un adoucisseur, ou au lavage de l’osmoseur. La régénération d’un échangeur
d’ions nécessite une grande quantité d’eau. S’il n’y a pas une configuration duplex (1 en
fonctionnement, 1 en régénération ou standby), il faut toujours prévoir un assez grand
stockage d’eau déminéralisée ou osmosée. Si un osmoseur est utilisé, en général, il faut
un petit stockage, car le débit n’est pas variable.

19.7. Autres paramètres


D’autres paramètres importants ont souvent négligés : voici une brève checklist pour
vérifier que aucun paramètre n’est oublié :

ozone.ch Sàrl 138 http://www.ozone.ch


19.8. CONCEPTION DU PROCÉDÉ

Place disponible : souvent un critère majeur


Accessibilité : essentiel pour la maintenance. Vérifier la place nécessaire pour le rem-
placement des membranes des osmoseurs et des lampes U.V. des stérilisateurs par
exemple
Charge admissible du sol
Eaux usées : capacité disponible : cela peut interdire certaines solutions. C’est un problème
surtout dans les zones industrielles
Exigences concernant instrumentation et contrôle à distance
Stocks de matières dangereuses (Chlore) : dans certaines entreprises, le fait de de-
voir stocker des matières dangereuses comme le chlore, ou bien les acides et soude
nécessaires pour la régénération d’échangeurs d’ions pose un problème insoluble.
Dans d’autres entreprises, comme par exemple la microélectronique, qui stocke
généralement ces matières pour ses procédés de production, ce stockage ne pose
aucun problème
Conception intégrée : souvent plusieurs niveaux de qualité d’eau sont requis à l’intérieur
d’une même usine : la méthodologie de conception de tels systèmes pourrait faire
l’objet d’une séminaire ou d’un livre entier. Voir [37].

19.8. Conception du procédé


Méthodologie
Un procédé de traitement de l’eau comprendra généralement :
• Prétraitement
• Procédé de traitement ou purification principal
• Finition
En pratique, la chronologie de la conception sera :
1. Traitement principal
2. Prétraitement
3. Finition
Le présent manuel devrait vous permettre de choisir les procédés appropriés. Les listes
ci-dessous permettent un premier choix des procédés à employer.

Procédés de prétraitement
Filtre à sable : enlever les particules de taille importante
Charbon actif : élimination du chlore et des composés organiques
Adoucisseur : enlever les ions divalents, prévenir le tartre
Injection d’acide ou de base : réglage du pH

ozone.ch Sàrl 139 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 19. INTRODUCTION

Injection de métabisulfite de sodium : élimination du chlore


Filtre à cartouche : élimination de particules en suspension
Ultrafiltration : élimination de certaines substances organiques et de silice colloı̈dale
Chlore : précipitation du fer, désinfection

Choix du procédé principal


Osmose inverse : élimine particules, bactéries, pyrogènes, composés organiques, ions
Nanofiltration : élimine particules, bactéries, ions divalents, réduit la concentration
d’ions monovalents
Echange d’ions : élimine ions, silice activée, CO2
U.V : inactive les bactéries
Ozone : élimine bactéries, précipite le fer

Procédés de finition
Echangeur d’ions à lit mélangé : Diminue les solides dissous, silice et CO2 résiduels
Microfiltration : élimine particules et bactéries
Ultrafiltration : élimination de bactéries, pyrogènes, particules, colloı̈des, certains com-
posés organiques
Electrodéionisation : diminue les solides dissous, silice et CO2 résiduels

ozone.ch Sàrl 140 http://www.ozone.ch


20. Spécification des principaux
éléments

20.1. Introduction aux spécifications


Dans ce chapitre nous nous proposons de fournir des checklists de points desquels il
faut ternir compte lors de la spécification de différents éléments de systèmes de traitement
de l’eau.

20.2. Osmose inverse


• Unités testées avec eau en usine, membranes montées
• Demander calcul de la qualité d’eau obtenue
• Pompe centrifuge1
• Examiner la disposition des membranes proposée par le fournisseur. Le débit par
membrane ne devrait pas excéder 90% du débit nominal de la membrane
• Place : ne pas oublier la place pour sortir les membranes !
• Prévoir une unité de nettoyage2 , eventuellement rinçage automatique à l’eau à
chaque arrêt de l’osmoseur
• Cartouches : demander prix des cartouches de remplacement ! Le micronnage conseillé
est de 5 µm nominal
• Demander une offre pour un set de membranes de rechange
• Matériaux :
• Membranes : polyamide, sauf nécessité absolue d’utiliser l’acétate de cellulose
• Ne pas utiliser les membranes basse pression comme membrane ”haut débit”
• Cartouches filtrantes : polypropylène, à densité progressive
• Corps de membrane : en acier inox3
1
Sauf pour les petites installations de moins de de environ 500 l/h. Des entreprises sérieuses vendent
des systèmes avec pompes volumétriques : cette solution est à éviter en raison des pulsations de
pression qui abiment les membranes rapidement
2
Cette unité de doit pas forcément pas forcément être fournie par le fabricant de l’unité d’osmose
inverse.Il est fréquent de trouver des osmoseurs sans système de nettoyage. Dans ces cas, les four-
nisseurs proposent généralement un service coûteux de nettoyage par leurs soins.
3
Il faut éviter les corps de membrane en plastique, qui d’après notre expérience commencent vite à
avoir des fuites. Les corps de membrane en fibre de verre tendent à se déformer avec le temps, ce qui

141
CHAPITRE 20. SPÉCIFICATION DES PRINCIPAUX ÉLÉMENTS

• Conduites : inox pour conduites haute pression. Plastique inerte (PVC ou tuyaux
flexibles) pour conduites basse pression, sauf cas particulier (industrie pharma-
ceutique ou microélectronique, qui utilisent inox, propylène ou PVDF pour le
perméat)

Instrumentation reccomandée
Au minimum :
• Alarme température
• Alarme basse pression à l’entrée
• Débit concentrat et perméat
• Pression perméat
• Pression différentielle du préfiltre
• Electrovanne en entrée, fermeture si la machine n’est pas en service
• Conductibilité du perméat (sauf petites unités)
Les instruments et accessoires suivants sont utiles mais généralement pas indispen-
sables
• Vannes d’échantillonnage du perméat
• Indication du pH de l’eau d’alimentation, de préférence avec alarme

20.3. Echangeurs d’ions


• Régénération automatique
• Conduites et vannes en PVC
• Capacité suffisante pour que la régénération n’interrompe pas la production !
• Lits mélangés : demandez à savoir les pourcentages en volume des résines anionique
et cationique
• Instrumentation :
• Pression amont/aval
• Débit
• Résistivité aval

20.4. Générateurs d’ozone


Notre expérience est que la solution la plus économique est généralement :
• Générateur d’ozone à fréquence moyenne
• Alimenté avec un concentrateur d’oxygène4
• Concentration d’ozone. de l’ordre de 6 à 10%
peut poser des problèmes lors de remplacement de membranes, surtout si il y a plusieurs membranes
dans un seul corps de membrane
4
Par exemple SeQualTM

ozone.ch Sàrl 142 http://www.ozone.ch


20.5. DISTILLATEURS

• Mélange eau-ozone par Venturi, séparation des phases par cyclon et réaction dans
la conduite
• Réglage : en fonction du débit
• Prévoir une détection des fuites avec alarme

Fig. 20.1.: Petit concentrateur d’oxygène. Photo : SeQual Corporation

20.5. Distillateurs
Il est important de spécifier au fournisseur la qualité d’eau disponible.

Matériaux :
Verre : très fragiles, on le les trouve que dans les laboratoires
Acier inoxydable : standard pharmaceutique
Cuivre avec couche d’étain : économiques, mais adaptésseulement à l’usage en labo-
ratoire.
Titane : imbattable du point de vue de la résistance à la corrosion
• Filtre à air côté distillat, avec système de vannes pour eau pharmaceutique
• Réglage du niveau de l’eau par vanne ou overflow
• Instrumentation nécessaire :
• Conductivité distillat
• Alarme niveau d’eau (distillateurs électriques)

20.6. Electrodéionisation
L’électrodéionisation a longtemps été le monopole d’une entreprise, US Filter5 , qui
avait brévetté le procédé. Suite à l’expiration du brevet, la 2è moitié des années 1990’
a vu la prolifération de nouveaux fournisseurs de systèpmes d’électrodéionisation, dont
certains sont proposés à des prix inférieurs à ceux d’un échangeur à lit mélangé. Notre
5
Aujourd’hui filiale du groupe Vivendi

ozone.ch Sàrl 143 http://www.ozone.ch


CHAPITRE 20. SPÉCIFICATION DES PRINCIPAUX ÉLÉMENTS

expérience est que certains de ces fournisseurs ne maı̂trisent pas réellement la technologie
et livrent des installations très peu fiables. Nous avons ainsi vécu le cas d’une installation
où les cellules d’électrodéionisation ont été remplacées 4 fois pendant l’année de garantie.
Actuellement, il nous semble que les deux fournisseurs dignes de confiance pour les
cellules d’électrodéionisation sont US Filter et E-Cell. E-Cell fournit ses cellules à un
grand nombre de fabricants. Il nous paraı̂t donc raisonnable en l’état actuel du marché
de n’utiliser que des électrodéionisateurs muni de cellules de l’une de ces deux marques.

20.7. Spécification des filtres et cartouches filtrantes


20.7.1. Cartouches de péfiltration
• Préférer corps de filtre en acier inox, sauf pour les corps de filtre monocartouche
• Cartouches : 5 µm, en polypropylène à densité progressive
• Débit : pour avoir une perte de charge initiale de 0.1 à 0.2 bar

20.7.2. Cartouches de microfiltration


• Utiliser de préférence des cartouches dont on peut tester l’intégrité
• 0.2 µm : suffit pour arrèter les bactéries
• Corps de filtre en plastique inerte ou acier inox

20.7.3. Débits : ordres de grandeur


• 1 m3 /h par cartouche 10” pour préfiltration
• 0.5 m3 /h pour microfiltration

ozone.ch Sàrl 144 http://www.ozone.ch


21. Optimisation de systèmes existants

21.1. Méthode
Alors qu’il est assez simple de définir une méthode générale de conception de systèmes
de traitement de l’eau, il est plus difficile de définir une méthodologie générale pour les
systèmes existants, tant la variété de systèmes rencontrés est grande. Nous donnons ici
quelques exemples de cas d’optimisation économique de systèmes industriels existants,
espérant qu’ils pourront stimuler l’imagination des lecteurs.

21.2. Osmoseurs : optimisation de la maintenance


Notre expérience est que souvent la maintenance es osmoseurs est négligée. Il en
résulte un surcoût en terme de performances non optimales de l’osmoseur et en terme
de durée de vie des membranes. Nous recommandons donc de réaliser la maintenance
des osmoseurs selon les directives du chapitre 6 à la page 58.

21.3. Cartouches filtrantes


Lors de la construction d’une installation, le prix des cartouches filtrantes ne représente
qu’une part négligeable de l’investissement total. Par contre, lors du fonctionnement du
système, les cartouches peuvent représenter une part importante des coûts de consom-
mables de l’installation. Il faut surveiller de près deux aspects : la fréquence de chan-
gement des cartouches filtrantes, et le prix des cartouches. Il est très fréquent qu’il soit
avantageux économiquement de protéger une cartouche ”chère” — comme par exemple
une cartouche de microfiltration — avec une cartouche plus économique de filtration
nominale à par exemple 1 ou 5 µm.

21.4. Etude de cas : cartouche de préfiltration d’un


osmoseur
Une société de microélectronique utilisait un petit osmoseur produisant environ 0.2 m3 /h
alimenté directement avec l’eau du réseau. Initialement cet osmoseur ne fonctionnait que
occasionnellement. Par la suite, la production de la société passa du stade de prototypes

145
CHAPITRE 21. OPTIMISATION DE SYSTÈMES EXISTANTS

et préséries au stade de production normale, et l’osmoseur devait fonctionner en per-


manence. Il apparut qu’il fallait changer la cartouche filtrante toutes les deux semaines,
pour un prix de plus de CHF 200.00 par cartouche. Un bref calcul de la capacité du
charbon actif compris dans la cartouche montra que l’on pouvait, du point de vue de la
capacité du charbon actif, garder une cartouche pendant environ 2 mois. Une cartouche
nominale de 5 µm fut installée en amont de l’osmoseur, pour un investissement total de
environ CHF 250.00. Maintenant, l’on procède a un remplacement de la cartouche 5 µm
environ 2 fois par an, pour un prix unitaire de environ CHF 10.00, alors que la cartouche
combinée au charbon actif n’est plus changée que une fois tous les deux mois.

21.5. Osmoseur en prétraitement d’échange d’ion


L’on trouve fréquemment dans l’industrie et dans les laboratoires les bouteilles échangeuses
d’ions, utilisées pour déminéraliser de l’eau provenant directement du réseau. Il s’agit
d’échangeurs d’ions à lit mélangé qui n’ont pas de système de régénération des résines :
la régénération se fait alors en externe, chez un fournisseur. Ou bien l’on remplace
périodiquement les résines. Dans un cas particulier, le laboratoire d’une usine dépensait
environ CHF 500.00 par mois en remplacement de résines. En investissant CHF 5000.00
dans un petit osmoseur de laboratoire, ces frais ont étés divisé par 20.

Fig. 21.1.: Génération d’ozone par décharge Corona. Principe

ozone.ch Sàrl 146 http://www.ozone.ch


21.6. CAPACITÉ DES RÉSINES D’ÉCHANGEURS D’IONS

21.6. Capacité des résines d’échangeurs d’ions


Les échangeurs d’ions sont souvent surdimensionnés. Il en résulte des potentiels d’économie
important, d’autant plus que la capacité d’une résine régénérée n’est pas linéaire en fonc-
tion de la quantité de régénérant employé.

Fig. 21.2.: Capacité d’une résine en fonction de la quantité de régénérant employé

ozone.ch Sàrl 147 http://www.ozone.ch


Bibliographie

[1] Les traitements de l’eau, Claude Cardot, Ellipses Edition, Paris, 1999, ISBN 2-7298-
5981-0. Ce livre donne de bonnes connaissances de base, surtout sur les technologies
employées en potabilisation de l’eau et pour le traitement des eaux usées.
[2] Handbook of water purification ed. Walter Lorch, Ellis Horwood Ltd. Passe les
technologie en revue, et présente les particularités du traitement de l’eau dans
plusieurs industries. Un classique. Plus informatif que pratique.
[3] Wasseraufbereitung , Prof. Dr. Ing. Klaus Hancke, VDI Verlag, 1994. Très complet
en ce qui concerne la chimie de l’eau et l’échange d’ions. Ne contient pratiquement
aucune information concernant la désinfection et les technologies membranaires, ce
qui est assez décevant.
[4] Reverse Osmosis - A Practical Guide for Industrial Users, Wes Byrne, Tall Oaks
Publishing, 1995. Répond pratiquement à toute question que l’on peut avoir sur
l’osmose inverse.
[5] Ozone in Water Treatment, Bruno Langlais, David A. Reckhow, Deborah R. Brink,
Lewis Publishers, 1991, ISBN 0-87371-474-1 : la référence sur l’ozone
[6] Les applications innovantes des techniques membranaires dans l’industrie, Réseau
NOVELEC (EDF), 1993
[7] Les traitement de l’eau, Claude Cardot, Ellipses Edition, Paris, 1999, ISBN 2-7298-
5981-0
[8] Mémento technique de l’eau, Degrémont, éd. Lavoisier, Paris. Connu comme ”la
bible de Degrémont”. Complet, traite aussi de la potabilisation de l’eau et des
eaux usées. Surtout utile pour ses formules et graphiques sur la chimie de l’eau et
l’hydraulique. Disponible Online à http ://www.degremont.com
[9] Osmonics Pure Water Handbook Bonne introduction aux différentes technologies
de purification de l’eau.
[10] Le manuel de l’eau édité par NALCO. Une alternative à la ”bible” de Degrémont
[11] Water, the Universal Solvent . Edité par NALCO. Bonne introduction à la chimie
de l’eau
[12] Permutit Water and Waste Water Treatment Handbook. L’éditeur (Permutit USA)
ayant disparu, cet excellent recueuil de chiffres est devenu dificile à trouver.
[13] Ultraviolet Applications Handbook, Bolton, James R., Ph.D, Bolton Photosciences
Inc.,Ayr, Canada, 2001. Web : http ://www.boltonuv.com. Malgré son titre, il s’agit

148
Bibliographie

essentiellement d’un manuel sur les bases théoriques de la stérilisation par ultravio-
let.
[14] La filtrazione dei fluidi, édité par FILTERS srl, Scalenghe, Italie. En italien
[15] Nouvelles technologies pour l’ozonisation et le dégazage, Riboni, Enrico, Overbeck,
Paul, Gaz Eau Eaux usées, mai 1997
[16] Eaux de process. Quand la désinfection est nécessaire, Riboni, Enrico, Environne-
ment et Technique, octobre 2002
[17] Elektromagnetische Wasserbehandlung — Falstudien in Abwasseranlagen und
Trinkwasser-Anwendungen. Bundesamt für Umwelt, Wald und Landschaft (BU-
WAL), 1999. Cette publication disponible auprès de l’administration fédérale suisse
résulte d’une thèse faite à l’Ecole Polytechnique de Zurich et représente l’étude la
plus extensive sur des essais d’antitartres électromagnétiques réalisés en conditions
réelles à ce jours.
[18] La Page de l’Eau : http ://www.ozone.ch/gasandwater/pageeau/ . Page de liens
maintenue à jour par l’auteur.
[19] http ://www.degremont.com avec ”Le mémento technique de l’eau” en ligne.
[20] http ://www.osmonics.com : grande quantité d’articles sur différentes applications
des technologies membranaires
[21] Biofilms Online : http ://www.biofilmsonline.com/ : informations et liens sur les
biofilms
[22] Center for Biofilm Engineering : http ://www.erc.montana.edu/ : informations et
liens sur les biofilms
[23] Site Web de ozone.ch : http ://www.ozone.ch : informations, liens, catalogue en
ligne, publications à télécharger en format PDF
[24] Ultraviolet (UV) Disinfection in Drinking Water Treatment in North America Mal-
ley, James P. Jr, Ph.D, WaterTECH Conference, Sydney, Australia, Avril 2000.
Disponible sur le site http ://www.iuva.org
[25] Survival of Bacteria After Ozonation, Lee, JiYoung et Deininger, Rolf A., Ozone
Science and Engineering, Volume 22, Number 1, 2000
[26] High Efficiency In-Line Pressurized Ozone Contacting With The GDTTM Process
Mazzei, Angelo, Overbeck, Paul, présenté à International Ozone Association Annual
Conference, Berlin, avril1997
[27] Mass Transfer of High Concentration Ozone With High Efficiency Injectors and De-
gassing Separators, Mazzei, Angelo L., présenté à International Ozone Association
Annual Conference, Cambridge, Massachusetts, novembre 1995
[28] Battling Biofilms : Costerton, J.W. and P.S. Stewart, Scientific American,
285(1) :74-81 (2001)
[29] Measurement of Dissolved Ozone, Kilham, Larry B., Water Conditioning and Pu-
rification, January 2002, pages 34-35

ozone.ch Sàrl 149 http://www.ozone.ch


Bibliographie

[30] Blockage of Piggery Effluents Pipes — A Magneto-Hydrodynamic Solution, dans


Water, février 1991.
[31] Le traitement magnétique des liquides contre la corrosion et l’incrustation, Vermei-
ren, T., Cebelcor, 1957
[32] Magnetic Treatment of Liquids for Scale and Corrosion Prevention, Vermeiren, T.,
Corrosion Technology, 5, 1958
[33] Physikalische Wasserbehandlungsgeräte. Versuche und Stellungnahme der EMP,
Theiler, F., Gas — Wasser — Abwasser, 11, 1988.
[34] Désinfection de boucles de distribution, Riboni, Enrico, Note Technique ozone.ch,
2002
[35] Désinfection d’installations domestiques, Riboni, Enrico, Note Technique ozone.ch,
2001
[36] Paramètres à enregistrer quotidiennement sur un osmoseur, Riboni, Enrico, Note
Technique ozone.ch, 2002
[37] Practical Techniques and Methods to Develop an Efficient Water Management Stra-
tegy,Tainsh, R.A. and Rudman A. R.,IQPC conference “Water Recycling and Ef-
fluent Re-Use”, 26-27 April 1999

ozone.ch Sàrl 150 http://www.ozone.ch