Vous êtes sur la page 1sur 12

TP2

Sensibilisation a la CEM

Karim CHEMEK et Sofiane BOUMENDIL

Master 1 EEEA / Energie


Introduction :
Dans ce TP, on va estimer des niveaux de couplages pour deux grandes classes de problèmes :

Couplage entre une onde extérieure (onde plane) et une ligne de transmission au-dessus d’un plan de
masse.

1. Couplage d’une onde plane avec une ligne de transmission :


1.1 Modélisation de la ligne de transmission : simulation avec Matlab

Figure 1. Dispositif expérimental représentatif du cas à modéliser

Ce modèle a permis d’extraire une formule permettant d’estimer le courant (son module par exemple)
sur la terminaison (ZL) d’une ligne illuminée par une onde plane dont les caractéristiques (incidence,
polarisation, amplitude du champs électrique E notamment) sont définies arbitrairement.

1
Modèle CST et comparaison avec Matlab :
Création d’un modèle pour l’appliquer aux exemples d’après.

Démarches de la simulation :
Dans cette étape on choisit la géométrie du modèle (brick).

Figure 2. Réalisation du modèle

Introduire de l'énergie dans notre simulation avec une source de type « onde plane ».

Figure 3. Définition des composantes de notre onde plane

2
Définir les conditions aux limites qui seront appliquer autour du notre modèle, « Espace libre » dans
toutes les directions.

Figure 4. Les Condition aux limites

Définir deux charges terminales sur la ligne (Z0 et ZL) : position et hauteur. (Voir figure 5 (a) et (b))

(a) (b)
Figure 5. Panneau de définition des deux charges

3
Construire un cylindre qui permet à avoir une bonne connexion électrique et mécanique entre les deux
charges qu’on a créé précédemment.

Figure 6. Construction du cylindre de connexion entre les deux charges

Différentes simulations :
Pour réaliser ces différentes simulations on va utiliser le modèle sous CST qu’on a créé précédemment et
changer quelques paramètres comme il est indiqué pour chaque exercice. Après on va comparer ces
résultats de simulation numérique sous CST avec les résultats analytiques qu’on a déjà eu avec Matlab.

Exercice 1 :
Définir les dimensions du brick pour la première simulation.

4
Figure 7. Dimensions du brick

Définir une gamme de fréquence entre 100kHz a 400MHz.

Figure 8. Bande de fréquence

Changement de la position et de la hauteur deux charges terminales sur la ligne (Z0 et ZL) :

5
Figure 9. Panneau de définition des deux charges

Lancer la simulation.

Figure 10. Domaine du solveur

6
Résultat de la première simulation :

Figure 11. Résultat sur courant en fonction de la fréquence (CST)

Figure 12. Résultat sur courant en fonction de la fréquence (CST)

7
Code sur Matlab :
X=load('colt01.txt')
Y = X(:,1).*1e6;
frequence=[0.1e6:0.1e6:400e6];
TT=couplageOLT(0,0,0,1,20e-3,0.001,2,50,1000,0.001, frequence);
figure(1);
hold on;
plot(Y,X(:,2));
plot(freq,20*log10(TT));

Résultat obtenu avec Matlab :

Figure 13. Comparaison résultats simulation avec Matlab avec CST

8
Figure 14. Comparaison resultats simulation avec Matlab avec CST

Résultat de la simulation : (comparaison avec Matlab)


Commentaires sur les figures 13 et 14 :
Avant le premier pique et dans une bande de fréquence [10−1 MHz, 35 MHz] on remarque
que les courbes des résultats numérique et analytiques sont confondues.
On voit que les résultats numériques ont attient toujours les piques des résultats
analytiques un courant de 35 [dB, A].
Après la deuxième pique et avec un pas deux pique par deux le courant presque s’annule
et ça dus à des fréquences de coupure.
Pour les autres piques et après 35MHz le courant pour résultats numériques oscille entre
10 et 35 [dB, A], et le courant pour résultats analytiques numériques oscille entre 5 et 35 [dB, A].
Alors on remarque qu’il y a une marge d’erreur de 5 [dB, A] entre les résultats numérique et
analytiques pour les piques. Cette marge d’erreur explique que les simulations numériques sont
pas trop précises.

9
Exercice 2 :
Dans cette partie on va changer lambda/30

Partie changer sur CST :

Figure 15. lambda = 30

Code sur Matlab :


X=load('colt01.txt')
Y = X(:,1).*1e6;
frequence=[0.1e6:0.1e6:400e6];
TT=couplageOLT(0,0,0,1,20e-3,0.001,2,50,1000,0.001, frequence);
figure(1);
hold on;
plot(Y,X(:,2));
plot(freq,20*log10(TT));

10
Résultat obtenu avec Matlab :

Figure 16. Comparaison résultats simulation avec Matlab avec CST

Résultat de la simulation : (comparaison avec Matlab)


Commentaires : figure (16)
Avant le premier pique et dans une bande de fréquence [7x10−2 MHz, 35 MHz] on
remarque que les courbes des résultats numérique et analytiques sont confondues.
On voit que les résultats numériques ont attient toujours les piques des résultats
analytiques un courant de 40 [dB, A].
Après la deuxième pique et avec un pas deux pique par deux le courant presque s’annule
et ça dus à des fréquences de coupure.
Pour les autres piques et après 35MHz le courant pour résultats numérique oscille entre
17 et 40 [dB, A], et le courant pour résultats analytiques numériques oscille entre 8 et 40 [dB, A].
Alors on remarque qu’il y a une marge d’erreur de 9 [dB, A] entre les résultats numérique et
analytiques pour les piques. Cette marge d’erreur explique que les simulations numériques sont
pas trop précises.

Conclusion :
Plus qu’on augmente le maillage et les pas de calcul plus que les résultats de la simulation
numérique se rapprochent des résultats analytiques, mais si on augmente le maillage et les de
calcul la simulation peut prendre plus du temps. Donc on doit bien choisir un maillage idéal en
s’appuyant sur la précision du calcul et le temps du calcul.

11

Vous aimerez peut-être aussi