Vous êtes sur la page 1sur 100

Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

ї UniversitéїSidiїMohamedїBenїAbdellah
Facultéїdesїlettresїetїsciencesїhumainesї
Fès-Sa sї

Mémoireїdeїfinїd étudeїduїMasterїenїgéographieї
Optionї:їAménagementїdesїzonesїfragilesї:їpréventionїetї
gestionїdesїrisquesїenvironnementaux ї
Sous thème :

Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour

Préparé par : Sous la direction de :


Qadem Abdelghani Pr. TAOUS Ali
C.N.E: 2321833078

Année universitaire
2008-2009
Résumé

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 1 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

A l’instar de nombreuses villes du Maroc, la ville de Missour est exposée au risque


d’inondations dramatiques qui peuvent provoqué des dégâts catastrophiques. La localisation de
la ville dans une zone de confluence traversée par trois oueds (Moulouya, Chouf Cherg, et
Lamrayer) pose le problème des inondations en période de fortes pluies. C’est le cas par exemple
de l’inondation du 10 octobre 2008 qui a engendré de lourdes pertes pour la population locale.
C’est principalement la crue de l’oued Chouf Cherg qui est responsable des dégâts. Après de
fortes pluies orageuses, l’écoulement était rapide et violent. La crue a atteint un débit maximum
de 1085 m³/s à la station hydrologique de Missour. Les eaux de l’inondation, ont submergé de
larges espaces et plusieurs quartiers de Missour ont été sinistrés.
Plusieurs facteurs climato-hydrologiques, géomorphologiques, géologiques et anthropiques se
combinent pour générer des crues extrêmes dans la région de Missour. La fragilité des bassins
versants l’action de l’homme et l’extension des habitats de manière non contrôlée au bord des
cours d’eau sont autant de facteurs responsables de l’accentuation du danger lié au risque des
inondations à Missour.

Le diagnostic des aménagements existants à ce jour fait apparaître leur insuffisance et


l’inefficacité des travaux réalisés. Le fait qui insiste de renforcer les efforts a fin de protéger la
ville de Missour du risque hydrologique qui peut se produire dans le futur.

Mots clés : risque d’inondation, Missour, crues torrentielles, bassin versant, dégâts,
aménagement.

‫ﻤﻠﺨﺹ‬
‫ﺤﻴﺙ ﺘﻌﺭﻀﺕ ﻤﺠﻤﻭﻋﺔ ﻤﻥ‬,‫ﺘﺯﺍﻴﺩﺕ ﻭﺘﻴﺭﺓ ﺍﻝﻤﺨﺎﻁﺭ ﺍﻝﻬﻴﺩﺭﻭﻝﻭﺠﻴﺔ ﺒﺸﻜل ﻤﺘﺴﺎﺭﻉ ﻓﻲ ﺍﻝﺴﻨﻭﺍﺕ ﺍﻷﺨﻴﺭﺓ‬
‫ ﻤﻨﻁﻘﺔ ﻤﻴﺴﻭﺭ ﻜﺎﻨﺕ ﻭﺍﺤﺩﺓ ﻤﻥ ﺒﻴﻥ ﻫﺫﻩ ﺍﻝﻤﻭﺍﻗﻊ ﺍﻝﺘﻲ ﺴﺠﻠﺕ ﺒﻬﺎ ﺨﺴﺎﺌﺭ ﻤﻬﻤﺔ ﻨﺘﻴﺠﺔ‬.‫ﺍﻝﻤﻨﺎﻁﻕ ﻷﻀﺭﺍﺭ ﺜﻘﻴﻠﺔ‬
‫ﻫﺫﻩ ﺍﻷﺨﻴﺭﺓ‬.(‫ ﺍﻝﻤﺭﺍﻴﺭ‬,‫ ﺸﻭﻑ ﺸﺭﻕ‬,‫ ﻭﺩﻝﻙ ﺭﺍﺠﻊ ﺇﻝﻰ ﺘﻤﻭﻗﻌﻬﺎ ﻓﻲ ﻤﻠﺘﻘﻰ ﺍﻷﻭﺩﻴﺔ )ﻤﻠﻭﻴﺔ‬, ‫ﺍﻝﺴﻴﻭل ﺍﻝﺠﺎﺭﻓﺔ‬
.‫ﺘﺼﺭﻑ ﻤﻴﺎﻩ ﺃﺤﻭﺍﺽ ﻤﻬﻤﺔ ﺘﻨﺘﻤﻲ ﻝﻸﻁﻠﺴﻴﻥ ﺍﻝﻤﺘﻭﺴﻁ ﻭ ﺍﻝﻜﺒﻴﺭ‬
,‫ ﻤﻥ ﺒﻴﻨﻬﺎ ﻁﺒﻴﻌﺔ ﺍﻝﻨﻅﺎﻡ ﺍﻝﻤﻨﺎﺨﻲ‬,‫ﺘﺘﺩﺍﺨل ﻤﺠﻤﻭﻋﺔ ﻤﻥ ﺍﻝﻌﻭﺍﻤل ﺍﻝﻁﺒﻴﻌﻴﺔ ﻭﺍﻝﺒﺸﺭﻴﺔ ﻓﻲ ﻨﺸﺄﺓ ﺍﻝﻔﻴﻀﺎﻨﺎﺕ ﺒﺎﻝﻤﻨﻁﻘﺔ‬
‫ ﺍﻝﻰ ﺠﺎﻨﺏ ﻁﺒﻴﻌﺔ ﻭﺘﺄﺜﻴﺭ‬,‫ ﺩﻭﻥ ﺃﻥ ﻨﻨﺴﻰ ﺘﺄﺜﻴﺭ ﺍﻝﺘﻐﻴﺭﺍﺕ ﺍﻝﻤﻨﺎﺨﻴﺔ‬,‫ ﻭ ﺍﻝﻬﺸﺎﺸﺔ ﺍﻝﺠﻴﻭﻝﻭﺠﻴﺔ‬,‫ﺍﻝﻤﻭﻗﻊ ﺍﻝﻁﺒﻭﻏﺭﺍﻓﻲ‬
‫ ﺍﻝﺘﻲ ﺘﺴﺎﻫﻡ ﺒﺸﻜل ﻜﺒﻴﺭ ﻓﻲ ﺍﻝﺭﻓﻊ ﻤﻥ‬-‫ ﻀﻌﻑ ﺍﻝﺘﺠﻬﻴﺯ‬,‫ ﺍﺴﺘﻐﻼل ﺍﻝﺘﺭﺒﺔ‬- ‫ﺍﻝﺘﺩﺨﻼﺕ ﺍﻝﺒﺸﺭﻴﺔ ﻓﻲ ﺍﻝﻤﺠﺎل‬
.‫ﺨﻁﻭﺭﺓ ﻅﺎﻫﺭﺓ ﺍﻝﻔﻴﻀﺎﻨﺎﺕ‬
‫ﻜل ﺍﻝﻌﻭﺍﻤل ﺍﻝﺴﺎﻝﻔﺔ ﺍﻝﺫﻜﺭ ﻜﺎﻥ ﻝﻬﺎ ﺩﻭﺭ ﻜﺒﻴﺭ ﻓﻲ ﺤﺩﻭﺙ ﻓﻴﻀﺎﻨﺎﺕ ﻜﺎﺭﺜﻴﺔ ﻭﺍﺴﺘﺜﻨﺎﺌﻴﺔ ﺒﺎﻝﻤﻨﻁﻘﺔ ﻓﻲ ﺍﻝﻌﺎﺸﺭ ﻤﻥ‬
‫ ﺠﻌﻠﺕ ﻤﻥ ﻤﻴﺴﻭﺭ ﻤﻨﻁﻘﺔ ﻤﻨﻜﻭﺒﺔ‬,‫ ﻤﻤﺎ ﺨﻠﻑ ﺨﺴﺎﺌﺭ ﺒﺸﺭﻴﺔ ﻭﻤﺎﺩﻴﺔ ﻤﻬﻤﺔ‬,2008 ‫ﺃﻜﺘﻭﺒﺭ‬
‫ﻫﺩﻩ ﺍﻷﺤﺩﺍﺙ ﺃﻅﻬﺭﺕ ﻤﺩﻯ ﺍﻝﻨﻘﺹ ﺍﻝﺤﺎﺼل ﻓﻲ ﻤﺠﺎل ﺍﻝﺘﻬﻴﺌﺔ ﻝﺤﻤﺎﻴﺔ ﻤﻨﻁﻘﺔ ﻤﻴﺴﻭﺭ ﻤﻥ ﺍﻷﺨﻁﺎﺭ ﺍﻝﻬﻴﺩﺭﻭﻝﻭﺠﻴﺔ‬
‫ﺍﻝﻤﺤﺘﻤﻠﺔ ﺍﻷﻤﺭ ﺍﻝﺫﻱ ﻴﺤﺘﻡ ﺍﺘﺨﺎﺫ ﺍﻝﺘﺩﺍﺒﻴﺭ ﺍﻝﻼﺯﻤﺔ ﻭﺍﻝﻔﻌﺎﻝﺔ ﻝﺘﻬﻴﺌﺔ ﺍﻝﻤﺩﻴﻨﺔ ﻤﻥ ﺍﺠل ﻤﻭﺍﺠﻬﺔ ﻤﺨﺎﻁﺭ ﺍﻝﻔﻴﻀﺎﻨﺎﺕ‬
.‫ﻤﺴﺘﻘﺒﻼ‬
‫ ﺍﻝﺘﻬﻴﺌﺔ‬,‫ ﺍﻝﺨﺴﺎﺌﺭ‬,‫ ﺤﻭﺽ ﺍﻝﺘﺼﺭﻴﻑ‬,‫ ﻋﻭﺍﻤل ﺍﻝﻨﺸﺄﺓ‬,‫ ﻤﻴﺴﻭﺭ‬,‫ ﺨﻁﺭ ﺍﻝﻔﻴﻀﺎﻥ‬:‫ﻜﻠﻤﺎﺕ ﻤﺤﻭﺭﻴﺔ‬

Sommaire

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 2 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour

Introduction…………………………………………………………………………………….5

CHAPITRE 1

Présentation de la zone d’étude :


Les conditions physiques et l’occupation humain a Missour…………………………….…8

CHAPITRE 2 :

Diagnostic et facteurs de genèse des inondations a Missour………………………..………30

CHAPITRE3 :

Etude de l’inondation du 10 octobre 2008…………………………………………………..52

CHAPITRE 4 :

La lutte contre l’inondation a Missour: Diagnostic des travaux réalisées et propositions


d’aménagements …………………………………………………………………………...69

Conclusion ……………………………………………………………………………………83

Bibliographie………………………………………………………………………………….85

Table des matières ……………………………………………………………………….. …90

ANNEXES ………………………………………………………………………………...….94

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 3 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Dédicace
Aucune expression ne peut être à la hauteur d’exprimer
la profondeur des sentiments que j’éprouve pour les
personnes qui m’ont entouré depuis toujours par leur
amour, et leur attention.
A ma mère : la femme qui m’a comblé de joie et de
bonheur.
La femme qui m’a été le symbole de patience;
La femme qui m’a donné la tendresse et la chaleur.
A toi maman.
A mon père : l’homme qui m’a toujours aidé ; l’homme
qui m’a, tout le temps, encouragé matériellement et
moralement ; l’homme dont j’en suis fier ; l’homme à qui je
dois tout.
A toi papa.
Veuillez bien trouver ici l’expression de ma très vive
reconnaissance.

A mes chères frères : Boutayeb, Zohaire, Naima,


Khadija et Wafaa.

A mon ami intime : Lasri Mohamed, Krimou Yassine

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 4 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Remerciement

Je tiens à remercier Dr. Ali TAOS, qui a très volontiers accepté de m’accompagner
comme dirigeant dans ce modeste travail. Il est de mon devoir d’avouer qu’il m’a
beaucoup aidé, grâce à sa grande connaissance, son comportement, sa sagesse, son
expérience. Que dieu le garde
Je remercie tout mes professeurs qui m’ont formé durant c’est deux ans, que je
n’oublierai jamais. Il est de mon devoir les remercier chacun par son nom : Mr le
doyen Brahim AKDIM ; Mr le coordonateur Khalid OBDA; Mr Mohamed LAAOUANE ;
Mr Abdelatif TRIBAK ; Mr Abdelghani GARTET ; Mr Mohamed CHAOUKI; Mr Mhamed
AMYAY ; Mr Hassan DAIDE ; Mr Youssef BENBRAHIM ; Mr Adbelhamid IDRISSI
JANATI ; Mme Amina ELBOUICHI.
Je tiens à remercier égaement les professeurs des autres facultés.
Mes remerciements s’adressent également à Mr MORAD AKI, Meriem
ABDELLAOUI (AUSF)
Me s sincères remerciements : Mr ARJANI (DPE), AMIN, MOUAAD,
MOHAMADIN (EF), AZIZ (DPA).
A toutes ces personnes, ainsi qu’à tous mes amis (es) et mes camarades, je ne
peut les citer tous puisqu’il sont nombreux, je dédie ce modeste travail en témoignage
d’amour le plus sincère.
Sans oublier mes chers parents pour leurs soutien et leurs encouragement, ainsi que
mes frères.
Merci pour tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin.
infinimentt
MERCI infinimen

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 5 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Introduction

Parmi les risques naturels qui menacent souvent la sécurité des sociétés humaines, il y a les
risques d’inondation. Aujourd’hui, ces phénomènes hydromorphologiques deviennent parmi les
sujets d’actualité partout dans le monde et au Maroc, en raison notamment des dommages
dramatiques et coûteux qui leurs sont associés et qui affectent la société, ses biens et
l’environnement.
Dans le passé, les crues extrêmes ont favorisé des inondations dans de nombreuses régions du
Maroc. Ce sont les cas par exemple des inondations qui ont dévasté Sefrou le 25/9/1950, ou celles
qui ont ravagé la Vallée du Ziz le 5/11/1965, ou encore celles de la Moulouya survenues le 23 mai
1963, celles de Taza 2000 et 2002, ou encore celles très récentes de Tanger, Nador, Errachidia,
Driwch et Missour.
En fait, la croissance démographique et le développement socio-économique dans diverses
régions du Maroc durant les 5 dernières décennies ont certainement favorisé une occupation
croissante de l’homme des zones fluviales vulnérables, souvent menacées par les inondations. En
plus des conditions météorologiques particulières, l’occupation d’espaces fluviaux à risque
d’inondation explique en effet grandement et dans plusieurs régions du Maroc, l’accroissement des
dégâts associés aux inondations.
A l’instar des autres régions du Maroc, la ville de Missour a connu le 10 octobre 2008 des
inondations torrentielles et dramatiques. Ces inondations ont causé des dommages très lourds, qui
ont affecté la population et ses biens. En effet, la localisation de la ville de Missour dans une zone
intra-montagneuse et traversée par des cours d’eau très importants, favorise l’exposition à des
risques hydrologiques torrentiels, souvent liés à des averses orageuses brutales. L’augmentation du
risque d’inondation à Missour s’expliquee également par l’évolution de la vulnérabilité du milieu,
alors accentuée par la croissance démographique au niveau de cet agglomération.
Dans ce travail, nous étudierons le cas des inondations du vendredi 10 octobre 2008 :
Les principaux objectifs du travail sont les suivants :
1. Comprendre et discuter les principaux facteurs généraux de la genèse des inondations dans le
secteur de Missour.
2. Définir et délimiter les zones exposées aux risques d’inondation dans le périmètre urbain de
Missour et les douars voisins.
3. Essayer d’analyser les causes et les impacts des intempéries du 10 octobre 2008.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 6 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

4. Faire une évaluation des principaux travaux d’aménagement réalisés, en réalisation et en


projet, puis proposer des solutions pour mieux protéger Missour du risque d’inondation.
Les étapes méthodologiques du travail sont les suivantes :
 Le travail bibliographique : concerne la collection d’une base de donnée s’appuyant sur les
travaux qui ont une relation avec le sujet d’étude (publications scientifiques, rapports, etc.).
 Le travail de terrain : a concerné principalement l’observation et le diagnostic des dégât
associés à l’inondation du 10 octobre 2008, l’extension spatiales des eaux de crue dans le secteur de
Missour, les effets géomorphologiques, la définition et la délimitation des zones exposées au risque,
entretien avec la population locale et responsables locaux, etc. le travail de terrain a relevé les
interventions effectuées à ce jour dans le cadre de lutte contre l’inondation à Missour.
 Le travail cartographique : a concerné principalement la délimitation et cartographie des
espaces inondés par la crue du 10 octobre 2008 ; ainsi que ceux qui seront probablement menacés
par des inondations dans le futur.
 Réalisation du mémoire et illustrations : des logiciels (Map info ; Arc view…) ont été
utilisés pour le traitement des illustrations du mémoire.

Le mémoire est présenté en quatre chapitres ;


1) le premier portera sur les aspects physiques et humains de la zone d’étude ;
2) le deuxième présentera les facteurs de la genèse des crues dans la région de Missour ;
3) le troisième chapitre est consacré à l’étude de l’inondation du 10 octobre 2008 ;
4) dans le chapitre 4 nous allons présenter les aménagements réalisés et en cours de réalisation,
pour la protection contre le risque des inondations, sans oublier de présenter quelques solutions
d’aménagement pour le même but.
Le schéma suivant résume les principales étapes méthodologiques sur lesquelles on s’est basées
pour réaliser ce travail.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 7 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Organigramme méthodologique pour la réalisation du présent travail

Première étape

Choix de l’espace Problématique et objectifs Méthodologie


géographique de l’étude de l’étude,

Deuxième étapes

Documentation et collecte des données :

Bibliographie générale en
relation avec le sujet :

Ouvrages, publications Données des


scientifiques, rapports administrations
divers, sites internet concernées, etc.

Troisième étape

Travail de Observations Prise de Entretient Relevé des


terrain des faits photos au avec la intervention
cartographie géomorpholog moment et population s effectuées
iques, après locale et les pour lutter
diagnostic des l’inondation, responsables, contre les
dégâts, inondations

Quatrième étape

Rédaction du mémoire

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 8 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Chapitre 1

Présentation de la zone d’étude :


Les conditions physiques et l’occupation humaine à la ville de
Missour

Introduction

Ce chapitre est consacré à la présentation des aspects physiques et humains de la ville de


Missour. Il traitera plus particulièrement les contextes géomorphologique et géologique, les facteurs
climatiques et les aspects de la société humaine de la ville.

1. Situation géographique

La ville de Missour se situe dans la vallée de la Moyenne Moulouya, entre les longitudes 3ْ50’ et
4ْ4’et et les latitudes 33ْ et 33ْ 10’ (Fig.1.1). Elle se trouve à environ 200 km de la ville de Fès, sur
la route nationale RN 15 et à environ 100 Km à vol d’oiseau au Sud –Est de la ville de Boulemane.
Missour est le chef- lieu de la province de Boulemane depuis 1975. On peut accéder à la ville
de Missour depuis :

- La ville de Gurcif par la route nationale RN 15 sur 158 Km ;

- La ville de Boulemane par les routes RR 502 et RN 15 sur 145 Km ;

- La ville de Midelt par les routes nationales RN 13 et RN 15 sur 145 Km.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 9 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure. 1.1. Carte de situation de la ville de Missour(extrait de la carte topographique 1/100000,Missour)

2. Le milieu naturel

2.1. Les caractéristiques topographiques

Sur le plan topographique, la ville se situe dans la vallée de la Moyenne Moulouya. Il s’agit
d’une dépression qui se présente sous forme de la lettre V et qui est ouverte largement vers l’Est.
Cette dépression intra -montagneuse est située entre les deux branches de la chaîne atlasique qui
sont le Moyen Atlas et le Haut Atlas. La ville est bâtie sur une plaine sillonnée par l’oued Moulouya
et ses principaux affluents de rive gauche : l’oued Chouf cherg et l’oued Lamrayer (Fig. 1).
Au niveau local, la zone urbanisée est installée sur des unités topographiques diverses grâce à
l’existence des oueds qui traversent la ville de Missour où on distingue les plaines alluviales de ces
oueds, les versants dominant ces oueds, et des petits plateaux locaux.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 10 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Le tableau suivant donne les superficies des différentes unités topographiques sur lesquelles est
plantée la zone urbaine de Missour :

L'unité topographique vallée ou cuvette plaine plateau


Sup. /Ha 276 438 1086
% 15,3 24,3 60,3

Tableau 1.1. Les unités topographiques de la commune urbaine de Missour.


(D’après DPA de Missour, 2009).

Figure 1.2. Coupe topographique N-O, S-E, à travers le bassin de Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 11 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure. 1.3. Localisation de Missour d’après la photo satellite (extrait de Google earth 2006).

2.2. La géologie des terrains


Du point de vue géologique, la ville de Missour est bâtie sur une entité géologique dite « de la
Moyenne Moulouya ». Cette dernière se divise en trois domaines géologiques, à savoir :
• A l’Est : le domaine secondaire des Hauts Plateaux du Rekham à structure calme.
• Au centre : le domaine subsident à remplissage tertiaire et quaternaire de la vallée. Il est à
signaler que la ville de Missour se situe dans ce domaine.
• A l’ouest : il y a le domaine triasique et jurassique de la bordure orientale du Moyen Atlas
plissé et faillé.
Dans le secteur de Missour affleurents différents types de roches :
• Les formations liasiques affleurent au nord de la région d’étude et sont constitués
essentiellement du calcaire notamment sur les sommets des montagnes.
• Les formations du Dogger affleurent à l’Oust et Sud-Ouest de la région, ils sont constitués
de marno-calcaires et grès.
• Les formations du Tertiaire sont bien marqués dans le secteur d’étude ; ils sont représentés
essentiellement par les marnes et les grès.
• Les formations du Quaternaire sont représentées principalement par des terrasses fluviatiles.
ils affleurent sous forme de séries emboîtées et recouvertes de dépôts essentiellement limoneux.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 12 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure 1.4. Carte géologique simplifiée de la région de Missour


(inspirée de la carte géologique de la zone d’étude 1/500000)

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 13 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure 1.5. Colonne stratigraphique résumant les terrains géologiques de la région


(d’après Amrani A et al. 2006).

Du point de vue tectonique, la plaine de Moulouya est une cuvette de subsidence ayant subi le
contre-coup des mouvements orogéniques alpins en les amortissant. L’existence des dolomies de
l’aléno-bajocien qui constitue un substratum résistant affleurant dans le Moyen Atlas et le Rekham,
de part et d’autre de la vallée. Ce substratum se présente comme un vaste synclinal dissymétrique
plongeant très lentement du Rekham vers le Moyen Atlas qu’il rejoint par une remontée brutale.
L’anticlinal de la bordure atlasique peut être déversé et faillé sur le flanc redressé du synclinal de la
plaine.
Le substratum et les terrains secondaires qui le recouvrent sont affectés d’accidents de direction
atlasique (WSW-ENE) dont le principal semble correspondre au tracé du lit de la Moulouya.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 14 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

2.3. Les sols et la couverture végétale

2.3.1. Les sols


Parmi les facteurs qui influencent la rapidité des crues et leurs volumes, il faut prendre en
compte la nature du sol. Il s’agit d’un facteur élément qui contrôle le taux de l’infiltration et la
répartition de la couverture végétale. En effet, le taux d’infiltration, le taux d’humidité, la capacité
de rétention et les pertes initiales, sont tous fonction du type de sol et de son épaisseur dans les
bassins versants (A. Taous, 2005).
D’autre part, il est tout à fait normal que la répartition des formations des sols dépend
étroitement de la nature de la roche mère, de la topographie et des conditions climatiques et
biogéographiques (précipitations, couverture végétale).
La dégradation de la couverture végétale, les longues périodes de la sécheresse et la dominance
des vents chauds et secs sont autant de facteurs qui favorisent la pauvreté des sols et leur dégradation
dans le secteur d’étude. Généralement, on distingue trois classes de sols dominants : le Tirs, le
Harch et le Hamri (tab.1.2).

Types de sols Superficie (en ha) Répartition ( %)


Hamri 20 6.06
Tirs 160 48.48
Harch 150 45.45

Tableau 1.2. Répartition des principales classes de sols dans le secteur d’étude
(D’après DPA de Missour 2009).

D’après le tableau, nous remarquons que le Tirs et le Hamri occupent des superficies très
importantes ; environ (310 ha) ce qui représente 92% de la superficie totale de la commune urbaine
de Missour.

2.3.2. La couverture végétale

La couverture végétale joue un rôle primordial dans le ralentissement du ruissellement dans les
bassins versants et l’atténuation de la gravité des crues dans les lits des oueds. Aussi, Il est admis
que les bassins de dimension modeste, boisés, connaissent des débits de crues plus faibles que ceux
non boisés, en raison notamment de l’effet pondérateur des forêts et des sols humifères (A. Taous,

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 15 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

2005). Il s’agit donc d’un facteur qui influence directement l’écoulement dans le réseau
hydrographique.
Dans la région de Missour, la répartition des végétations est contrôlée par les conditions
climatiques, par la lithologie, l’altitude, l’exposition des versants et l’action de la population locale.
Dans le cas de la zone de Missour, les conditions climatiques locales, arides, ne favorisent pas
la mise en place d’une couverture végétale capable d’intervenir d’une façon efficace pour diminuer
la rapidité des crues : l’alfa reste largement la formation végétale qui domine dans les bassins
versants qui s’étendent dans la province de Boulemane et qui drainent vers la dépression de Missour
(fig. 1.6).
Pour la province de Boulemane, la forêt constitue en effet la seconde activité importante de la
population, avec une superficie de 840 864 hectares. Globalement, la végétation naturelle est
composée d’Alfa et d’Armoise. L’Alfa représente plus de 80% de la surface forestière (service eau
et forêt, 2002).
Signalons aussi que les hauts massifs du Moyen Atlas où s’étend le bassin de Chouf Cherg,
soustraient la région à l’influence océanique, tandis que l’influence méditerranéenne est très faible à
cause de l’éloignement de la cote et donc c’est l’influence saharienne qui marque les formations
végétales.

Figure 1.6. Diagramme de la répartition des surfaces forestières par essence


dans la province de Boulemane.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 16 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Malheureusement, la couverture forestière a connu une régression alarmante ces dernières


décennies. Le tableau ci-dessous illustre la régression alarmante de la superficie forestière depuis les
années 90 ; cette régression est de l’ordre de 19,57%. La succession des années sèches et la
surexploitation par la population constituent les causes principales de cette dégradation.

Essence Superficie en % Superficie en %


1996 (ha) 2008 (ha)

Cèdre 11987 1,42 8714 1,28


Chéne-vert 65732 7,81 58666 8,65
Pin d'Alep 1600 0,19 2800 0,4
Genévrier 14940 1,77 19685 2,9
Thuya 7500 0,8 7585 1,1
Autres 19605 2,3 45851 6,7
Alfa 719500 85,5 533000 7 8,8
Total 840864 676299

Tableau 1.3. Répartition des surfaces forestières par essence dans la province
de Boulemane (D’après l’administration des eaux et forêts 2009.)

Photo1.1. l’alfa, espèce végétale


largement dominante sur les versant de la
vallée de la Moulouya à Missour (photo du
bassin Chouf cherg 2009)

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 17 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos 1.1. L’état de la couverture végétale dans la région de Missour. Les deux photos illustrent la
dégradation de la couverture végétale dans le bassin de Chouf Cherg , facteur qui augmente la gravité des crues et
accentue l’érosion hydrique. (Photos de. 2009).

2.4 Les conditions climatiques

Les conditions climatiques sont un générateur des risques hydrologiques menaçant la stabilité de
la population, leurs biens, et leurs activités. De plus le climat intervient indirectement par le biais de
la végétation et les caractéristiques des sols qui entrent également en jeu pour la détermination des
caractéristiques hydrographiques des bassins versants (A. Taous, 2005). Pour cela l’étude de ces
conditions est très importante pour bien comprendre la genèse et le mécanisme des inondations.
A l’échelle régionale, le climat du bassin de la Moulouya est largement influencé par
l’orographie atlasique. En effet, le dispositif qui l’entoure est le facteur principal de son aridité. Il
faut noter aussi que son régime thermique est extrêmement contrasté avec des étés très chauds et
orageux. La région est dotée d’une atmosphère sèche et d’un climat purement continental sec, mais
relativement frais lorsque les vents occidentaux dominent.
Et puisque la ville de Missour fait partie de ce bassin et se compose de plaines et de plateaux
arides ; Son climat lui aussi est caractérisé par un été très chaud et un hiver froid et sec.
Aussi, la ville de Missour, comme il a été signalé auparavant, est bâtie sur une plaine sillonnée
par l’oued Moulouya et ses affluents qui sont Chouf cherg et Lamrayer, sur une altitude moyenne
d’environ 890 m, cette position influence directement sur son climat, qui présente les mêmes
caractéristiques des régions sahariennes et sub-sahariennes, ceci grâce aux facteurs suivants :
- La continentalité ;
- Les influences sahariennes, venant du sud ;

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 18 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

- La position topographique : qui se traduit par la localisation de Missour dans une dépression,
entourée par des chaînes montagneuses qui empêchent l’arrivé des influences méditerranéennes et
atlasiques (Tag B, 2003).

2.4.1 La température

Le secteur d’étude se caractérise par une température très élevée surtout en été, les températures
maximales varient entre 30° et 36°C , tandis que la température minimale peut descendre sous 0 à
1° C, pour le mois le plus froid.

Mois J f M A M J J A S O N D Moyenne

annuelle

Temp. max 16,8 14,7 21,6 26 26 33,5 38,1 38,6 30,7 25,2 20,7 15,5 25,65
Temp. mini 4 6 7,2 11 13 17,4 22,1 21,1 17,1 12,8 7,7 3,1 11,8
MOYENNE 10,.3 10,4 14,1 18 19 25 29,3 29,2 22,9 18,4 13,4 8,4 18,90

Tableau 1.4. Température mensuelle de l’année (2008) en c° à la station de Missour .


(d’après DPA de Missour , 2009)

45
40
35
30
Temp. max
25
Temp. mini
20
MOYENNE
15
10
5
0
J f M A M J J A S O N D
mois

Figure 1.7. Diagramme de la température mensuelle en °C dans la station de Missour (2008).

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 19 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

A partir du tableau et du diagramme ci-dessus, on constate que les valeurs de la température


varient d’une saison à l’autre, le mois de juillet et d’août sont les plus chauds, tandis que les mois
de décembre et de janvier sont les plus froids.

2.4.2. Les précipitations


Le régime pluviométrique est marqué par des faibles précipitations conjuguées à une extrême
variabilité et irrégularité. Signalons que les chaînes montagneuses qui entourent la ville de Missour
sont caractérisées par des précipitations neigeuses qui tiennent au sol plusieurs jours voire quelques
semaines et elles constituent une importante source d’infiltration des eaux souterraines et de
ruissellement superficiel. Il est à mentionner aussi que l’été est marqué par des précipitations très
faibles et généralement sous forme d’orages, mais souvent elles engendrent des crues surtout sur
oued Chouf cherg.
Les données du tableau suivant donnent une idée sur les caractéristiques des précipitations à la
station de Missour.

année Jan fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sept Oct Nov Dec Cumul
2003 3,33 9,95 30,48 7,37 14,22 0,76 5,08 4,83 1,02 29,7 5,08 3,56 115,39
2004 1,78 0,51 10,41 9,19 52,65 11,7 1,76 2,54 0,76 7,62 10,9 13,46 123,32
2005 0,76 10,2 3,3 0 0,76 7,37 2,29 12,2 14 23,9 6,35 4,32 85,35
2006 37,08 0,51 12,19 10,7 21,84 14,22 3,56 1,52 9,65 22,9 18,5 0,76 153,41
2007 2,54 8,89 7,11 56,1 22,35 0 9,91 1,02 17,8 - 134 5,08 265,19
2008 39,12 88,9 40,89 0 99,31 6,86 13,5 12,7 134 277 59,4 5,84 777,24
Moyenne 14,1 19,8 17,4 13,9 35,19 6,818 6,01 5,8 29,6 72,1 39,1 5,503 253,32

Tableau 1.5. Précipitation moyenne mensuelle de (2003-2008) à la station de Missour.


D’apres DPA de Missour (2009)

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 20 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

300

250
2003
200 2004
p/mm

2005
150
2006
100 2007
2008
50

0
Jan fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sept Oct Nov Dec
mois

Figure 1.8 : Diagramme des précipitations mensuelles (03-08) en mm à Missour.

A partir de ce diagramme, on peut constater que les valeurs des précipitations varient aussi bien
d’une année à l’autre et dans la même année. L’année 2008 a enregistré une exception par rapport
aux années précédentes avec une valeur de 777,24 mm. Ce sont plus particulièrement les
précipitations enregistrées pendant le mois d’octobre qui ont atteint à elles seules 276 mm; ce qui a
causé des dégâts matériels et humains importants soit par la grêle soit par les crues.

2.4.3. L’hydrologie
Du point de vue hydrologique le secteur d’étude est traversé par plusieurs oueds qui sont oued
Moulouya qui est considéré comme la rivière principale de la région et de ses affluents qui sont
Chouf cherg et Lamrayer (figures 1.10 et 1.11) . La ville de Missour est située à la confluence de ces
oueds, ce qui expose les quartiers riverains de ces cours d’eau à des problèmes des inondations en
périodes des crues.
L’Oued Moulouya draine les deux parties de bassin versant de Haute et de Moyenne Moulouya,
il prend sa source à Alemsid à la jonction du haut et du moyen Atlas, son écoulement est caractérisé
par une forte variabilité.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 21 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure 1.9. La situation des oueds traversant la ville de Missour

Concernant l’oued Chouf cherg, il constitue l’affluent principal de la Moyenne oued Moulouya,
et draine les eaux de ruissellement des massifs montagneux du Moyen Atlas avant de s’écouler vers
la périphérie Sud-est de la ville de Missour, puis il rejoint oued Lamrayer et converge vers oued
Moulouya. Signalons que c’est principalement l’oued Chouf Cherg qui a engendré en octobre 2008
des inondations qui ont causés des dégâts très lourds à Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 22 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

N
2133 #
t
nt our 1778
ra 1558
#
T af g #

k J
amo
t T O
rir Ch

O
u

La
o ou
Ta f

m
2088 1084
#
che

ra
#
rg

ye
s
Missour

la

r
#

hi
r
sou

uc
is 868
JM

O
a
ouy

J
ul
Mo
1490 Oued 1029

OO
# #

0A

ui zr
go
ait

ue

et
O Tazd

t
P
o
i
n
t
s
d
'
a
l
t
i
t
u
d
e
.
s
h
p
C
o
u
r
d
'
e
a
u
p
e
r
m
a
n
e
n
t
.
s
h
p

#
2073
#
C
o
u
r
d
'
e
a
u
t
e
m
p
o
r
a
i
r
e
.
s
h
p
T
i
s
s
u
u
r
b
a
i
n
.
s
h
p

J Azroual
1884#
0

3
0

6
0
K
i
l
o
m
e
t
e
r
s
Figure 1.10. L’Oued Moulouya et ses principaux affluents en amont de Missour.

Figure 1.11. Réseau hydrographique de la zone étudiée.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 23 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure 1.12. Les sous bassins versants de la Haute et la Moyenne Moulouya.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 24 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Douar Igli
1 Nord-Est
1 : Oued Moulouya : qui est le principal cour
d’eau dans la région, il constitue une séparation
naturelle qui subdivise le douar Igli en deux parties, à
savoir Igli Nord-Ouest et Igli Nord-Est.

Quartier
2 ERAC 2. Oued Chouf Cherg. Affluent de Moulouya, il
draine un sous bassin versant d’une superficie de
1194 Km² et d’une longueur d’environ 108Km, il
traverse la périphérie Sud-est de la ville de Missour

Quartier EL Massira Hay AL Quods


3
3. Oued Lamrayer. D’une longueur de 18Km, il
draine un sous bassin versant de 61km², et constitue
l’un des plus importants cours d’eau temporaire qui
traversent la ville de Missour.

Planche photos 1.2. Les oueds traversant la ville de Missour

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 25 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

3. Evolution de la population humaine et extension de l’espace urbanisé à Missour

3 .1. L’historique de Missour


La ville de Missour (commune) a été créée lors du découpage communal de 1959, son
appellation a pour origine le mot « YOUSSR » : « aisance », en raison de sa situation dans une zone
agricole réputée par la richesse de ses parcours naturels et ses cultures vivrières.
En 1992, la commune a été érigée en Municipalité et se détacha ainsi de la commune rurale Sidi
Boutayeb et de celle de Ouizeght. Elle est le chef-lieu de la province de Boulemane depuis la
création de cette dernière en 1975.
La commune voisine dite sidi Boutayeb, constitue le premier noyau de l’installation humaine
depuis plusieurs siècles, tandis que le centre urbain actuel, il est apparu avant la période coloniale.
De ce fait cette époque est remarquée par l’installation des entités de colonisateurs. Le processus
d'urbanisation a continué ensuite en raison principale de l’exode rurale.

3.2. Les caractéristiques démographiques


En 1971, le nombre d’habitants à Missour était de 1635. La population comptait en 1982 à peine
5055 habitants, selon le recensement général de la population et de l’habitat de 1982. Ce chiffre
passe à 12777 habitants en 1994, soit une augmentation de 153 %. Actuellement le nombre
d’habitants dépasse 20332 habitants (recensement 2004). La figure ci-après relate l’évolution de la
population de la ville de Missour entre 1971 et 2004.

l'évolution de la population de Missour

25000
ha

20332
20000

15000 12777

10000 N de la
population
5055
5000
1635

0
1971 1982 1994 2004
recensem ent

Figure.1.13. L’évolution de la population de la ville de Missour entre 1971 et 2004.


(D’après les données de la Province de Missour, 2009).

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 26 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

D’après ces données, la population du centre de Missour s’est multipliée par 12 entre 1971 à
2004. En effet, la municipalité de Missour n’était qu’un petit village en 1971 et sa promotion au
rang de province et l’effort fourni en matière d’équipement ont entraîné un afflux des populations de
la province et d’autres villes marocaines. Il est à signaler que l’année 1977 correspond à la date de la
création de la province de Missour-Boulemane, dont la ville de Missour est le chef - lieu.

Dans le tableau ci-après nous présentant les données relatives à l’évolution de la population entre
1994 et 2004 à Missour et les communes rurales voisines. Les données indiquent que le taux
d’accroissement démographique de la commune urbaine de Missour entre les années précitées est
de l’ordre de 5,1%, ce qui dépasse de loin les taux enregistrés dans les autres communes rurales
voisines, à savoir les communes rurales Ouizret (1 ,1%) et Sidi boutayeb (0,7%).

Le taux
Recensement 1994 2004
d’accroissement
N d’habitants N de familles N d’habitants N de familles annuel
commune
Missour 12778 2470 20987 4286 5.1
Sidi boutayeb 8924 1457 9522 1705 0.7
Ouizghet 4928 856 5509 936 1.1

Tableau 1.6. L’évolution de la population des communes de Missour selon le recensement 1994-2004.
(D’après la province de Missour (2009)

Cette augmentation est liée principalement à l’exode rurale vers le centre urbain de la ville pour
des considérations socio-économiques (scolarisation, emploi, impact de la sécheresse…..).
Soulignons aussi que parmi les effets de cette exode, l’apparition des quartiers d’habitat insalubre,
souvent sous équipés et installés aux bords des oueds ce qui augmente la vulnérabilité au risque des
inondations. C’est le cas par exemple du douar Lamrayer (Planche photos1.2.).

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 27 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Les photos 1 et 2 : Douar Lamrayer


est le résultat de l’évolution anarchique,
on voit ici son installation dans le lit
moyen et majeur de l’oued Lamrayer
2

3
Photo 3 : Installation des douars non
réglementaires dans des zones sensibles aux risques
d’inondations ; cas du douar Hourya

Planche photos. 1.2. Exemples de l’extension urbaine non contrôlée dans la ville de Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 28 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

3.3. L’urbanisation et l’extension dans l’espace fluvial

La situation de la ville de Missour dans un site de confluence d’oueds constitue un facteur


déterminant dans l’évolution du premier noyau de la ville, qui s’est développé le long de la route
nationale N°15, entre oued Lamrayer et les jardins actuels du siège de la province. Les premiers
quartiers de la ville se sont développés du côté Nord, notamment le quartier Sidi Boutayeb, jusqu’au
talweg naturel limitant le développement urbain et au sud vers la Moulouya jusqu’au lycée de
Missour (figure.1.10).
Comme on a signalé précédemment, la population du centre de Missour s’est multipliée par 12
de 1971 à 2004, le fait qui favorise des extensions importantes sur la rive Ouest de Oued Lamrayer
et toujours le long de la route nationale traversant Missour. Ces extensions constituent actuellement
les terrains urbanisables les plus importants.
Parmi les effets directs de l’orientation de cette extension urbaine, l’installation de plusieurs
quartiers non loin des cours d’eau ; les plus graves occupations non réglementaires sont situées le
long des deux rives de l’oued Lamrayer, entre autres le quartier administratif, ce qui aggrave la
situation et expose les dits quartiers au risque d’inondation.

Figure 1.14. L’extension de la zone urbaine de Missour dans un site de confluence de cours d’eau
(d’après le PDA de Missour, 2002)

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 29 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Conclusion

Après la présentation des aspects physiques et humains, et plus particulièrement le contexte


géomorphologique, géologique, climatique et humain de la ville de Missour, nous retenons les
remarques suivantes :
1/ La ville de Missour se situe dans une dépression intra - montagneuse dominée par les deux
branches atlasiques, cette situation et sensible au risque des crues venant des eaux de ruissellement
de ces massifs montagneux.
2/ La ville se situe aussi au niveau de la confluence des oueds drainant les sous bassins versants
de la Haute et la Moyenne Moulouya ; ces oueds constituent un risque majeur en matière des
inondations qui menacent les quartiers riverains.
3/ Sur le plan climatique, la zone est influencée par l’orographique qui l’entoure, le régime
pluviométrique est marqué par une extrême variabilité et irrégularité ; souvent sous forme des orages
surtout en été ; le fait qui engendre des crues menaçant la population et leur biens.
4/ Concernant la couverture végétale elle est très dégradée en raison des conditions climatiques,
anthropiques, et géologiques n’ont favorables. Cette situation influençant la résistance des sols au
problème d’érosion hydrique ; et notamment la diminution des taux de l’infiltration et
l’augmentation des volumes des ruissellements avec des apports solides importants en cas de pluies
intenses.
5/ Actuellement le centre urbain de Missour représente un pole attractif, pour les populations de
plusieurs villes et centres ruraux voisins. Cette dynamique d’immigration et d’attraction influence
l’évolution du tissu urbain qui contribue à l’apparition des quartiers d’habitat insalubre, souvent
sous équipés, et installés au bord des oueds à fort risque d’inondation.

°°°°°°°°°

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 30 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Chapitre 2

Diagnostic et facteurs de genèse des inondations à Missour

Introduction

La localisation de la ville de Missour au niveau de la confluence de trois cours d’eau pose le


problème des inondations en période de fortes pluies. Soulignons que le régime pluviométrique de la
région de Missour se caractérise par des précipitations liées aux orages engendrant de fortes crues.
Ces dernières favorisent des inondations impliquant parfois des dégâts dramatiques. La gravité de
ces inondations est contrôlée par plusieurs facteurs, liés aux caractéristiques du bassin versant et à
l’intervention anthropique.

Dans ce chapitre nous allons essayer de faire en premier temps un diagnostic de la situation des
inondations à Missour, en déterminant et présentant les zones inondables. En deuxième temps, nous
discuterons les facteurs de la genèse des crues à l’échelle des bassins versants.

1. Quelques définitions

1. 1. La crue et l’inondation fluviale

Dans un cours d’eau, la crue correspond à l'augmentation significative de la quantité d'eau qui
s'écoule dans la rivière par unité de temps (augmentation du débit). Une crue peut favoriser le
débordement des eaux qui sortent du lit ordinaire de l’écoulement pour submerger un espace fluvial
habituellement hors d’eau et engendrer l’inondation. Cette dernière peut être rapide, ou lente, et peut
concerner une partie ou l'ensemble du lit majeur de la rivière. L'importance de l'inondation dépend
de trois paramètres hydrologique essentiels : la hauteur d'eau, la vitesse du courant et la durée de la
crue.

1.2. Les crues torrentielles

Lorsque des précipitations intenses, telles des averses violentes, tombent sur un bassin versant,
les eaux ruissellent et se concentrent rapidement dans le cours d'eau, engendrant des crues
torrentielles brutales et violentes. Le cours d'eau transporte de grandes quantités de sédiments et de

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 31 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

flottants (bois morts, etc.), ce qui se traduit par une forte érosion du lit et un dépôt des matières
transportées. Ces dernières peuvent former des barrages (appelés embâcles), qui, s'ils viennent à
céder, libèrent une énorme vague pouvant être très destructrice et dangereuse (débâcles).

1.2. Le risque d'inondation


Le risque d'inondation est la conséquence de deux composantes essentielles : l'écoulement
fluvial comme étant un phénomène naturel et qui peut sortir de son lit habituel et l'homme qui
s'installe dans l'espace fluvial pour y implanter toutes sortes de constructions, d'équipements et
d'activités (enjeux).

2. Les inondations à Missour : oueds impliqués, historique et zones menacées

2.1. Les oueds menaçants la zone urbaine de Missour

La ville de Missour se situe dans un secteur de confluence de trois oueds importants : Oued
Moulouya, Oued Chouf Cherg et Oued Lamrayer (fig.2.1). Les inondations des dernières décennies
(de 1963, 1993, et plus particulièrement l’inondation de 2008) ont montré que les zones riverains de
ces oueds sont menacées par des inondations en périodes de pluies exceptionnelles.

1) Oued Moulouya

La Moulouya longe la partie Est de la ville, et constitue une séparation naturelle qui subdivise le
douar Igli en deux parties, à savoir Igli Nord-Ouest et Igli Nord-Est. A Missour, le lit majeur de la
Moulouya est étroit (100 m en moyenne) avec un chenal sinueux et une pente de l'ordre de 0,02%.
L’écoulement est caractérisé par une forte variabilité. Le régime de l’oued Moulouya se
caractérise par des hautes eaux en automne et au printemps grâce à la fonte de la neige qui couvre
les sommets de Haut Atlas, alors que l’étiage se situe aux mois de Juillet Aoùt. Signalons que le
débit de Moulouya est contrôlé en amont par le barrage de Sidi Saïd à la proximité de Midelt. (A.
Bouabdli, et al. 2005)
Rappelons que la Moulouya draine les deux parties du bassin versant de la Haute et Moyenne
Moulouya, il prend sa source à Alemsid à la jonction du Haut et du Moyen Atlas.
Son bassin est caractérisé par un climat aride à semi-aride. La pluviométrie moyenne
interannuelle au niveau du bassin Moulouya est d'environ 245mm, elle varie globalement entre
110mm et plus de 515mm, les valeurs les plus basses sont enregistrées au niveau de la Moyenne
Moulouya, où se situe la ville de Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 32 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

2) Oued Chouf Cherg

Il constitue l’affluent principal de oued Moulouya dans la zone d’étude. Il longe la partie sud
du périmètre urbain de Missour. Ce cours d’eau draine les eaux de ruissellement des massifs
montagneux du Moyen Atlas avant de s’écouler vers la périphérie Sud-est de la ville de Missour,
puis il rejoint oued Lamrayer et converge en aval vers oued Moulouya (photo2.1).

Le régime de l’oued Chouf Cherg et même que celui de l’oued Moulouya, il se caractérise par
un régime permanent grâce à l’alimentation karstique des massifs atlasiques.

3) Oued Lamrayer

Ce cours d’eau a un régime épisodique et prend naissance à partir des collines sud-est de Jbel
Arhlal et s’écoule dans la partie Sud-Ouest de la ville de Missour à travers plusieurs quartiers
avant de se jeter dans l’oued Chouf Cherg.

Photo.2.1. Confluence de
l’Oued Moulouya et l’Oued Chouf
Cherg au sud ouest de la ville de
Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 33 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

2.2. L’historique des inondations à Missour au cours des dernières décennies

A partir des données climatiques et des archives des services concernés (DPE de Boulemane,
ABHM), il nous apparaît que la ville de Missour a connu quelques événements hydrologiques
inondants entre 1963 et 2008. Il s’agit de crues violentes, engendrées par des précipitations
orageuses exceptionnelles et très intenses. Généralement on retient cinq ou six crues dont trois sont
inondantes : celle du 1963 (Q max instantané =1040 m³/s) ; celle du 1993 (Q max instantané
=1080m³/s) et celle du 10 0ctobre 2008, dont le débit horaire est atteint 1085m³/s. Cette crue est
considérée la plus importante, selon les archives des services e t les témoignages des populations.

année débit m3/s année débit m3/s année débit m3/s


1962-1963 1040 1978-1979 237 1993-1994 42
1963-1964 430 1979-1980 144 1994-1995 1080
1964-1965 434 1980-1981 750 1995-1996 133
1965-1967 435 1981-1982 138 1996-1997 536
1967-1968 180 1982-1983 147 1997-1998 265
1968-1969 218 1983-1984 132 1998-1999 373
199-1970 232 1984-1985 63 1999-2000 167
1970-1971 300 1985-1986 100 2000-2001 148
1971-1972 165 1986-1987 132 2001-2002 394
1972-1973 112 1987-1988 160 2002-2003
1973-1974 241 1988-1989 109 2003-2004
1974-1975 308 1989-1990 407 2004-2005
1975-1976 660 199-1991 776 2005-2006
1976-1977 277 1991-1992 308 2006-2007
1977-1978 110 1992-1993 262 2007-2008 1085

Tableau 2.1. Débits maximums instantanés (m3/s) à la station de Missour (D’après DPE).

Ces crues inondantes ont souvent provoqué la destruction de l’infrastructure hydraulique ou


quelque fois le bouchage et le colmatage de cette infrastructure par les sédiments et les déchets
transportés. Ces crues ont provoqués aussi la dégradation des cultures existantes tout au long des
lits majeurs des oueds.

2.3. Localisation des sites inondables à Missour et douars voisins

En se basant sur le travail du terrain, les témoignages de la population dans différents quartiers
riverains des cours d’eau, et surtout sur la dernière inondation de 2008, nous avons pu localiser les
différents sites inondables à Missour. Ces sites sont les suivants (figure 2.1et planche photos 2.1) :

● Les quartiers riverains de l’oued Lamrayer et plus particulièrement douar Lamrayer Tahtani
(habitats insalubres), Hay AL Quods et le quartier EL Massira.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 34 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

● Le quartier ERAC et les lotissements qui occupent une plaine inondable en rive gauche de
l’oued Chouf Cherg.

● Les quartiers situés à l’extrême ouest de la ville, qui sont les lotissements projetés Nahda et
Hay Essalam.

● Les habitats et les parcelles agricoles situent en rive gauche de l’oued Moulouya, et
occupantes le lit majeur de ce dernier.

● La partie Nord de douar Igli, situé dans une bande active, plus quelques parcelles agricoles en
rive gauche de l’oued Moulouya.

Figure 2.1. Les zones menacées par les inondations à Missour et les douars voisins.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 35 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Quartier AL
Massira

O Lamrayer

O Lamrayer

A- Quartier AL Massira occupant la rive gauche de l’oued Lamrayer, pas loin de la confluence avec l’oued Chouf
Cherg.

Douar Lamrayer

O Lamrayer O Lamrayer

B-. Hay ERAC situé dans une plaine inondable, en rive gauche de l’oued Chouf Cherg

Quartier ERAC

O Chouf
cherg

C- Douar Lamrayer, installe dans le lit moyenne et majeur en rive droit de l’Oued Lamrayer
Planche photos 2.1. Zones menacées par le risque d’inondation situent en rives de l’oued Lamrayer et Chouf Cherg.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 36 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Dour Igli
Nord-Ouest

O Moulouya

O Moulouya

D- Les deux parties du douar Igli occupant les deux rives de oued Moulouya.

O Moulouya

O Moulouya

E- Les parcelles agricoles occupant le lit majeur de l’oued Moulouya.

Planche photos 2.2. Zones menacées par le risque d’inondation situent en rives de l’oued Moulouya.

3. Les facteurs de genèse des crues et des inondations à Missour

Les facteurs générateurs des inondations sont multiples. Plusieurs facteurs naturels et
anthropiques se combinent pour générer des crues extrêmes. Ils sont d’ordre climato-hydrologique,
géomorphologique, géologique et anthropique. Cependant, le facteur climato-hydrologique est
fondamental ; les extrêmes pluviométriques interviennent en fait directement dans les mécanismes
d’inondation et accentuent, par conséquent, l’effet de la torrentialité des eaux. Il reste un facteur
initial dans le déclenchement des crues exceptionnelles.

3.1. L’intensité des averses orageuses

Les crues résultent de l’intensité des averses et encore plus du relief (M. Pardé, 1968). Au
Maroc, comme dans tous les pays du pourtour Méditerrané, le contexte climatique, malgré son

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 37 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

caractère semi-aride ou aride, est favorable à la genèse de crues importantes et torrentielles qui
peuvent être très dommageables et catastrophiques aussi bien pour les infrastructures publiques ou
privées que pour l’agriculture, et même causer de nombreuses victimes parmi la population.
Dans la région de Missour, les précipitations se caractérisent par une extrême variabilité,
irrégularité, et une concentration dans le temps et dans l’espace. Il s’agit souvent des orages violents,
surtout à la fin d’été et au début d’automne. Malheureusement, il n’existe pas des données précises
et des études sur ces averses orageuses exceptionnelles. Mais généralement elles engendrent des
crues d’importance variable, ce qui cause des inondations très fortes. Ces crues induisent souvent la
submersion des champs de culture et l’arrachage des arbres fruitiers, ainsi que la destruction ou le
colmatage des seguias d’irrigation, comme par exemple les cas des inondations de septembre 98 et
d’octobre 2008 qui ont causé des dégâts humains et matériels très lourds à Missour.

Figure 2.2. Précipitations moyennes annuelles à Missour, entre 1996 et 2008. (D’après le DPA de Missour)

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 38 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure.2.3. Carte de la répartition des précipitations dans le bassin de la Moulouya en amont Missour.

A partir de la carte ci-dessus, on peut constater que la répartition spatiale des


précipitations dans l’ensemble des bassins qui drainent vers la ville de Missour est influencée par les
altitudes des reliefs. En effet, les hautes altitudes et les zones montagnardes reçoivent des quantités
très importantes, tandis que les zones basses reçoivent des précipitations moins importantes à cause
de l’orographie qui ceinture ces aires et qui accentue le facteur de Fohen. (B. Tag, 2005).

3.2. Les caractéristiques des bassins versants

Il est tout à fait normal que les caractéristiques des bassins versants interviennent dans
l’évolution rapide des crues. La taille des bassins, les fortes pentes des versants et des cours d’eau,
associées à la lithologie imperméable des sous- bassins de la moyenne Moulouya sont des facteurs
qui influencent la propagation rapide des crues et son extension spatiale dans les lits des oueds.

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 39 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

3-2 .1. La lithologie des bassins versants

Il est indéniable que la lithologie joue un rôle fondamental dans le déclenchement du


ruissellement, et l’accentuation de l’intensité des crues. La lithologie des terrains influence non
seulement l’écoulement souterrain, mais aussi le ruissellement de surface. Le degré de perméabilité
des roches est décisif, car il intervient sur la vitesse de montée des crues, et sur leur volume (A.
Taous , 2005).
En amont de Missour, les bassins versants se caractérisent par l’abondance de roches
principalement peu à moyen résistantes et qui sont généralement peu ou pas perméables. Ce sont
essentiellement les marnes et grès du Tertiaire ainsi que les formations alluvionnaires (limons avec
galets) quaternaires. De plus, ces roches sont facilement soumises à l’action de l’érosion qui
alimente les écoulements torrentiels par de gros volumes de matériaux détritiques ; ces derniers
accentuent le phénomène d’inondation.
Il faut signaler que les berges de l’oued Chouf Cherg sont très sensibles à l’érosion grâce à la
nature lithologique friable, ce qui induit directement à l’augmentation des volumes de la crue par les
apports solides.

Planche photo.2.3. l’activité de l’érosion dans


les berges friables de l’oued Chouf Cherg

Mémoire de fin d’étude du Maser ---------------------- - 40 - ---------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

3.2.2. La topographie des bassins versants

Parmi les facteurs qui accentuent le risque d’inondation, la topographie soit de bassin versant soit
sur la quelle est installée les agglomérations et leur biens. Il s’agit d’un élément naturel qui contrôle
la direction et la vitesse des eaux et des apports solides. C’est un facteur qui influence ou aggrave
par l’altitude et la pente le phénomène d’inondation. D’autre part, l'énergie du relief, avec des
dénivelés dépassant les 1 500 m en amont des bassins drainant vers Missour, des pentes fortes entre
40 et 80 %, constituent des facteurs favorables à la genèse de crues violentes.

1/ Le facteur du relief
L’influence du relief sur le comportement hydrologique d’un bassin se conçoit aisément, puisque
de nombreux facteurs météorologiques et hydrologiques (précipitations, température, débit
spécifiques, etc.) varient avec l’altitude et la morphologie du bassin (A. Taous, 2005).
La situation topographique de la ville de Missour, dans une cuvette intra montagneuse, entourée
par l’orographie atlasique, où les sommets du Moyen et du Haut Atlas Atlas, peuvent dépasser
3000m, favorise le déclenchement des inondations (fig. 2.4) : les hautes altitudes qui entourent la
dépression de Missour influencent les conditions climatiques locales et la répartition de la
végétation.
Il est lieu de signaler aussi que les sommets atlasiques sont caractérisés par des précipitations
neigeuses qui tiennent au sol plusieurs jours voire quelques semaines et elles constituent une
importante source d’infiltration des eaux souterraines et de ruissellement superficiel, le fait qui
augment le degré de la saturation du sols (l’humidité) et diminue la perméabilité quand il y a des
averses, ce qui provoque le gonflement rapides des débits. La carte de la figure 2. 4 ci-après illustre
les tranches des altitudes des bassins drainant vers la ville de Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 41 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure 2.4. Carte des altitudes (en m) du bassin de la Moulouya en amont de Missour.

2/ Le facteur de la pente

Le facteur de la pente joue un rôle primordial dans la genèse et l’évolution des crues. Il influence la
vitesse de l’écoulement, le temps de concentration, le transport des apports solides, et les creusements
verticaux et latéraux dans les lits des oueds. (Y.El khaliky et al, 2005).
D’autre part, les pentes sont liées avec les altitudes. Notons que l’existence des altitudes maximales,
peuvent atteindre (3500m), en amont du bassin de la Moulouya, de Chouf Cherg et de Lamrayer dans
les chaînes atlasiques, et l’existence des altitudes minimales en aval de ces bassins, notamment à leurs
exécutoires où se localise la ville de Missour (900m). La carte de la figure 2.5 met en évidence les
classes des pentes des bassins drainant vers la ville de Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 42 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure.2.5 .Carte des pentes dans le bassin versant en amont de Missour.

D’après la carte ci-dessus, on constate que les fortes pentes dominent l’amont des bassins, et
correspondent aux montagnes qui entourent la région de Missour. Il s’agit des aires qui sont
considérées comme étant des zones de réception des averses, le fait qui favorise le déclenchement
des crues vers l’aval.
Non seulement les pentes des versants qui influencent l’évolution des crues, mais aussi les pentes
longitudinales des cours d’eau. Ces dernières jouent le rôle primordial dans le processus de transport
liquide ou solide. Le tableau suivant donne les pentes des principaux oueds traversants la ville de
Missour.

Bassin versant Pente (%)

Moulouya 0.56
Chouf Cherg 1.6
Lamrayer 3.01
Tableau 2.2. Pentes des oueds de la région (d’après ABH de la Moulouya, 2004)

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 43 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure.2. 6. Profils longitudinaux des oueds traversant la ville de Missour.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 44 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

D’après les figures ci-dessus on constate que les pentes des oueds traversant la ville de Missour se
varient d’un oued a l’autre, de ce fait la pente l’oued Moulouya est considéré le plus faible par
apport les autres oueds, tandis que la pente de l’oued Chouf Cherg est moins que celui de l’oued
Lamrayer, le fait qui favorise le transport solide et la réduction du temps de concentration de
l’écoulement en aval.

3.2.3. L’influence de la couverture végétale

Il est tout à fait normal que la couverture végétale du bassin versant, joue un rôle fondamental
dans le ralentissement et la régularisation de l’écoulement, l’augmentation de la capacité de rétention
du sol, et la lutte contre la dégradation des ressources en sols. Il s’agit d’un amortisseur du
ruissellement ; et un régulateur qui atténue la vitesse de l’écoulement et augment la capacité de
rétention à l’échelle du bassin versant. (B. Akdim, et al. 2003).
Dans le cas de Missour, généralement le rôle de la végétation comme régulateur
hydrologique est très réduit, puisque les versants sont globalement dénudés et le végétation reste très
dégradée en raison notamment de la succession des années sèches et une surexploitation par
l’homme.
Par ailleurs, dans le secteur de Missour se développent des formations végétales surtout le long
des oueds. Cette végétation a un rôle essentiel dans la protection des berges contre l’érosion et le
sapement par l’écoulement. Mais, malheureusement quand il s’agit de crues exceptionnelles, l’action
de cette végétation n’est pas efficace, car la violence des crues peut détruire cette végétation, surtout
celle qui existe au bord des cours d’eau ; comme c’est le cas de la crue de 10 octobre 2008 (Planche
photos.2.3.).

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 45 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos 2.4 : La destruction de la couverture végétale par la violence des crues.

3.2.4. Morphométrie et forme des bassins versants

Il est bien entendu que la forme du bassin versant peut intervenir dans le processus de la genèse et
l’évolution des crues. Elle influence sur le débit de la crue, le temps de réponse de l’écoulement, et la
durée du temps de concentration. Le bassin versant influence par sa forme, sa taille, et la longueur de
ses cours d’eau. Théoriquement, plus le bassin est moins allongé, plus l'eau des crues est arrivée à
l'exutoire plus vite. Par contre, dans les bassins allongés, l'eau arrive progressivement, même si les
pluies sont relativement violentes sur ces bassins (Taous, 2005).

On calcule l'indice de forme par le coefficient de compacité K et n se basant sur l’indice de


compacité de Gravelius KG, qui est défini comme le rapport du périmètre du bassin au périmètre du
cercle ayant la même surface :

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 46 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

K = 0.28*P/√A ; P = le périmètre du bassin ; A = la surface du bassin

Plus le bassin est allongé (plus de 1), plus le temps de réponse hydrologique est long.

Concernant le temps de concentration des eaux, il représente la duré nécessaire pour qu'une
goutte d'eau ayant le plus long chemin hydraulique à parcourir parvienne jusqu'à l'exutoire (Christian
Lefèvre et Jean-luc Schneider., 2003). On calcule le temps de concentration (Tc) par la formule de
Giondotti :

Tc = 4*√SBV+1.5*L/0.8*√H

Où : Tc : est le temps de concentration en heures. Sbv : est la surface du bassin versant en km2.

H : est la dénivelée du BV en m.

Dans la région d’étude la forme des bassins qui drainent vers Missour se différencie, d’un bassin
à l’autre ; le tableau suivant montre les caractéristiques de chaque bassin.

Cours d’eau Surface B.v (km2) Longueur du Dénivelée (m) Pente Longitudinale
cours d’eau (%)
(km)

Moulouya 10323 206.4 1155 0.56

Chouf Cherg 1194 108 1713 1.6

Lamrayer 61 18 3.01 542

Tableau 2.3. Caractéristiques morphométriques des oueds traversant la ville de Missour

(ABHM, et travail personnel)

3.2.7. L’influence des facteurs anthropiques.

L’action de l’homme, ainsi que ses activités dans l’espace, peuvent influencer le degré de
perméabilité du sol au niveau du bassin versant. D’autre part, le type d’aménagement adopté par les
différents acteurs de l’espace urbain et péri-urbainm, peut amplifier l’extension spatiale de la crue et
augmenter la vulnérabilité grâce à l’intervention aux bords des oueds. (H. Driss, et al. 2004).
Au total, il faut bien retenir que les influences de la population peuvent être en amont (défrichement,
bûcheronnage, charbonnage, élevage des caprins, etc.….) et en aval (urbanisation, aménagement,
etc.….). Toutes ces actions participent à l’aggravation du phénomène, en favorisant le ruissellement et

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 47 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

l’érosion grâce à la dénudation des sols. Donc le rôle de l’homme se manifeste en évidence quand il
s’agit d’une inondation.

1 / Urbanisation non contrôlée et aménagements non adaptés

La ville de Missour, véritable capitale de la province de Boulemane, a connu une extension


importante au cours des dernières années. La multiplication de la population par 12 de 1971 à 2004,
constitue un facteur de l’extension anarchique et l’apparition des agglomérations non règlementaires,
plus l’existence des activités surtout agricoles non loin des cours d’eau. En effet plusieurs quartiers
sont installés sur les rives des oueds traversant la ville de Missour, à titre d’exemple, le douar
Lamrayer qui est installé dans le lit moyen et majeur de l’oued Lamrayer ; ce qui l’expose au risque
d’inondation. Non seulement les extensions non réglementaires qui posent le problème, mais aussi les
quartiers aménagés par les décideurs, comme le cas de Hay ERAC qui existe dans une plaine
inondable.
D’autre part, la non prise en compte de la réalité du risque d'inondation dans certains
aménagements réalisés dans la ville de Missour est un facteur favorisant les inondations, comme, par
exemple, la construction de certains ponts ou radiers à buses non adaptés aux débits liquide ou solide
des oueds. Dans la ville de Missour lors la dernière inondation, l’influence des ponts et radiers à buses
a bien été mise en évidence comme un facteur aggravant le risque d’inondation. En effet la ponte qui
existe sur oued Chouf Cherg à proximité de Hay ERAC (planche photo 2.5) a causé l’engorgement du
lit du cours d’eau et le débordement vers le quartier. Ce bouchage est résulté de la charge solide qui est
constituée essentiellement des grands arbres.

O C .Cherg

Planche photo 2.5. Pont menant à l ancien Missour à proximité de la ville. On voit ici l’engorgement par
les arbres importés de l’amont

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 48 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos 2.6. Pont sous dimensionnés, colmatse par la charge solide.

Il est important aussi de savoir qu’il y a un autre facteur lié à l’aménagement, et peut causer des
inondations urbaines, il s’agit du bouchage des ouvertures d’évacuation des eaux pluviales des rues
de la ville. Signalons que la ville de Missour est dotée d’un réseau d’assainissement unitaire qui
compte environ 25 km et qui couvre une superficie urbanisée de 191ha environ. L’essentiel du
réseau se rejette dans un bassin de décantation de 2400m3 qui, par manque d’entretien ne joue pas
son rôle de prétraitement, et d’évacuation des eaux de pluies intenses. A titre d’exemple, les pluies
intenses qui du 20 septembre 2009, et qui se sont caractérisées par une concentration temporelle et
spatiale (28 mm en une durée qui n’a pas dépassé 5 minutes). Ces pluies ont occasionné un très fort
ruissellement (peu d'infiltration à cause des aires goudronnées), le fait qui a saturé les capacités du
réseau d'évacuation des eaux pluviales et conduit à des inondations aux points bas (Planche
photos.2.7).

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 49 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos .2.7 . Exemple de crues urbaines à Missour (cas du 20/09/08).

2/ L’exploitation des carrières

Un autre facteur, il ne faut pas l’oublier, il s’agit de l’exploitation des carrières, ainsi que les
entailles des vallées, en effet, ces actions perturbent la dynamique naturelle du cours d’eau, et
accentuent l’incision profonde et latérale de son lit ; le fait qui active les processus d’érosion,
automatiquement, l’augmentation de la charge solide qui favorise le débordement des eaux de crue.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 50 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos 2.8 : Carrières utilisées pour l’exploitation des sables dans le lit de l’oued Chouf Cherg.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 51 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Conclusion

Ce deuxième chapitre nous a permis de faire un diagnostic des zones menacées par le risque des
inondations dans la ville de Missour. Il nous a permis aussi d’analyser les différents facteurs de la
genèse des inondations. Les quartiers et les activités qui se localisent au bord des oueds et par fois
dans les lits moyen et majeur sont les plus exposés aux inondations.
Ces sites vulnérables résultent dans la majorité des cas de l’extension urbaine non maîtrisée ; le
douar Lamrayer est un bon exemple. Parfois la vulnérabilité résulte de l’aménagement non adapté,
comme le cas deu quartier Hay ERAC.
D’autre part, on a met l’accent dans ce chapitre sur les facteurs favorisent le déclenchement,
l’accentuation, et l’extension spatiale des inondations. Il s’agit en premier lieu des facteurs d’origine
naturelle (climatiques, géomorphologiques, géologiques…), ou d’origine anthropique liés à
l’intervention de l’homme dans l’espace des cours d’eau et l’adoption d’aménagements sans prendre
en compte le risque qui peut se produire.
En effet, On peut dire que ces facteurs naturels et ces actions anthropiques dans les bassins drainant
vers la ville de Missour ont été capables de favoriser le déclenchement de fortes crues inondantes
comme l’inondation torrentielle du 10 octobre 2008 qui a causé des dommages catastrophiques.

°°°°°°°°°

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 52 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Chapitre 3

Etude de l’inondation du 10 octobre 2008

Introduction

A Missour, personne ne peut oublier l’inondation catastrophique du vendredi 10 octobre 2008. Ce


jour a fait la une de la presse nationale, s'ajoutant aux autres villes du Maroc qui ont vécu le désastre
des inondations dans la même période (Tanger, Er Rachidia, Driwch, la région d’El Gharb, etc.).
Après une nuit entière de pluie torrentielle sur les montagnes avoisinantes et sur les plateaux de
Midelt, la Moulouya et l'oued Chouf Cherg se sont débordés et ont submergé les terres cultivées et les
villages habités. Mais, en réalité, ce sont les débordements de l’oued Chouf Cherg qui ont occasionné
le plus de dégâts.

D’après les archives et les témoignages locaux auparavant, la région n’a vu aucune crue inondante
comme celle du vendredi 10 octobre ; les dégâts étaient dramatiques au niveau humain et surtout au
niveau matériel.

Dans ce chapitre on va étudier le cas de l’inondation du 10 octobre 2008 ; on va discuter les


facteurs générateurs cette inondation et les dégâts qu’elle a provoqués. On va insister surtout sur le cas
de l’oued Chouf Cherg qui est le vrai responsable de cette inondation catastrophique.

1. Les facteurs de la genèse de l’inondation du vendredi 10 octobre 2008

Concernant les paramètres favorisant le déclenchement de cette crue, on peut les résumer dans
trois éléments fondamentaux, qui sont d’abord les précipitations torrentielles exceptionnelles, qu’a
connu la région, ensuit la forte érosion en amont de l’oued Chouf Cherg ,et enfin l’engorgement du
pont menant à l’ancien Misssour. Les autres facteurs (la géologie, la pente, la couverture végétale,
etc. …) sont aussi essentiels dans le déclenchement et l’aggravation de la crue. En effet, ils
conditionnent le degré de concentration et la durée d’évolution des crues et, par conséquent,
l’importance de la propagation en chaque milieu hydrodynamique (A .Gartet.2003).

1.1. Les précipitations journalières exceptionnelles du 9 et du 10 octobre 2008

Parmi les caractéristiques du climat méditerranéen, on trouve de grandes irrégularités annuelle,


saisonnière et mensuelle des pluies. Ces dernières sont à la fois concentrées dans le temps et violentes,
le fait qui engendre des inondations catastrophiques.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 53 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

En effet, les causes directes des inondations au Maroc sont le plus souvent attribuées soit à des
facteurs locaux, particulièrement orographiques donc convectifs, comme c’est le cas d’Elhajeb
(Moyen Atlas) en 1997, ou à l’Ourika (Haut Atlas) en 1994, soit à des perturbations spécifiques dites
méditerranéennes qui ont provoquées les inondations à Taza en septembre 2000 par exemple
(Benbrahim, Y (2005).

A l’instar des autres régions du Maroc, la région de Missour a connu une situation météorologique
inhabituelle, notamment le 9 et 10 octobre. Cette situation est caractérisée par le passage d’une
perturbation orageuse très localisée, qui a engendré des orages violents et des pluies torrentielles
(fig3.1). Ce jour, des pluies intenses se sont alors abattues sur les montagnes de tous les sous - bassins
de la Moulouya dans la région de Missour.

Figure 3.1. Précipitations journalières à Missour, octobre 2008.

A partir des données ci-dessus, nous pouvons constater que les quantités qui ont été enregistrées en
octobre sont très importantes (123,4mm), les valeurs enregistrées sont liés aux perturbations que l’on a
signalées, on observe aussi que le 10 octobre a enregistré une valeur exceptionnelle (32mm). Dans les
cours d’eau, les quantités d’eau du ruissellement ont augmenté rapidement et ont engendré des
inondations inhabituelles et désastreux surtout sur l’oued Chouf Cherg où l’eau débordante s’est
acheminée vers les agglomérations riveraines et causait des dégâts humains et matériels très lourds.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 54 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

En effet, selon Karrouk M.S. (2008), les précipitations que le Maroc a connues durant tout le mois
d’octobre, sont dues essentiellement à une situation atmosphérique ou océano-atmosphérique
dominante au niveau de l’espace géo-climatique marocain. Cette situation se caractérise par un
passage de la situation estivale marquée par un bilan énergétique excédentaire vers la situation
d’hiver qui est dominée par un bilan énergétique déficitaire. Et le passage de l’excédent au déficit, se
manifeste par des phénomènes climatiques qui pourraient être brutaux. Ces précipitations sont dues
localement à une atmosphère qui est saturée puisque riche en humidité atmosphérique héritée de
l’été.Dans ce contexte les précipitations qu’a connues la région de Missour et surtout le bassin de
Chouf Cherg ont résulté des perturbations qui ont provoqués des épisodes pluvieux en de brèves
périodes, le fait qui a provoqué des inondations désastreux.

1.2. La forte érosion dans le bassin versant de l’Oued Choug Cherg

Le bassin versant de l’Oued Chouf Cherg est un espace très vulnérable devant l’action de
l’érosion hydrique (contexte climatique aride, lithologie marneuse essentiellement, végétation très
dégradée…). Ce bassin développe un réseau hydrographique très dense (fig 3.2) ; il est le siège
d’une érosion intense et d’un apport détritique énorme au moment des pluies torrentielles.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 55 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Densit2 de drqaaaaa

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 56 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Par ailleurs, la forte vitesse de l’écoulement de l’Oued Chouf Cherg au moment de la crue, a
engendré une énergie cinétique très forte, le fait qui a provoqué des phénomènes excessifs d’érosion
le long du lit de l’oued : creusements, sapements de berges, détachements des matériaux et
arrachements des arbres de manière dramatique…En effet, la crue a érodé des parcelles
complètement et a arraché des centaines d’arbres fruitiers ( Planche photos 3.1 et Fig 3.3.) , ce qui a
permis d’augmenter les apports solides du cours d’eau, et en conséquence, directement,
l’augmentation du volume de la crue dans son lit.

Planche photos. 3.1. Illustrations d’exemples d’arbres arrachés par la crue du 10 octobre 2008.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 57 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Exemples des parcelles


emportées complètement

21/12/07 01/04/09

Figure. 3. 3. Quelques parties de l’oued Chouf Cherg qui ont connu une érosion abusive, il s’agit essentiellement de
berges friables et des parcelles d’arboriculture.

1.3. L’engorgement du pont menant à Missour

L’augmentation du volume liquide et solide de la crue a causé le débordement des eaux vers les
agglomérations et les activités riveraines. En effet, ce débordement surtout vers le quartier ERAC a
résulté essentiellement de l’engorgement des buses du pont menant à l’ancien Missour par les apports
solides charriés de l’amont. Signalons que ces arbres arrachés sont essentiellement des arbres fruitiers.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 58 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

11/10/08 12/10/08

Planche photos. 3.2. Apports solides charriés par l’écoulement en période de crue puis piégés par les piliers et buses des
ponts.

2. Intensité, évolution de la crue et espaces inondés

Les événements météorologiques, qu’on a décrits précédemment, ont provoqué des écoulements
rapides et érosifs dans le réseau hydrographique des principaux affluents et chaabats du bassin Chouf
Cherg. D’après les données des services concernés (service de l’eau, DPE) et les témoignages des
populations locales, le niveau d’eau de l’oued Chouf Cherg a commencé à augmenter d’abord en
amont (Douira) vers 11h, tandis qu’en aval (ville de Missour), la crue est arrivé vers 13h, pour
atteindre son maximum à 15h, avec un débit maximum de 1085 m³/s à la station hydrologique de
Missour. Cette station (photo.2.11) a été submergée par la crue, après elle a été détruite
complètement grâce a la violence de la crue, le fait qui n’a pas permis de suivre l’évolution de cette
dernière.

Concernant l’extension spatiale des eaux de l’inondation, les travaux du terrain juste après
l’inondation nous ont permis de tracer les laisses de la crue. Il s’agit des espaces qui ont été
submergés par les eaux qui ont sorti du lit mineur pour occuper le lit majeur. Malheureusement,
plusieurs centres ruraux ont été touchés, ainsi quelques quartiers urbains, le fait qui a provoqué des
dommages. La carte de la figure 3.4 montre les aires submergées par les eaux.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 59 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Photo. 3.1 .La station hydrologique de Missour, qui a été détruit par la crue de 10 oct.

Figure. 3.4. L’extension spatiale des eaux de la


crue du 10 octobre 2008

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 60 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos. 3.3. Exemples des espaces inondés dans le secteur de Missour par la crue du 10 octobre.

3. L’hydrogramme de la crue du 10 octobre

D’après Réméniéiras. G (1986), l’hydrogramme de crue est une représentation graphique de


l’évolution du débit (Q) en fonction du temps (T) obtenue à une section donnée du cours d’eau
considéré. Rappelons ici que la station de Missour a été détruite par la violence de la crue, ce qui n’a
pas permis d’obtenir un hydrogramme pour la crue de l’Oued Chouf Cherg.

Pour avoir une idée sur l’ampleur hydrologique de l’inondation, on présente ci-dessous
l’hydrogramme de la station de Tandit qui existe à l’aval de la ville de Missour, sur le cours de la
Moulouya (la station contrôle donc la crue de la Moulouya y compris celle de l’oued Chouf Cherg).

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 61 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure. 3.5. Hydrogramme de la crue exceptionnelle du 10 octobre 2008 à la station de Tandit

(DPE, Boulemane. 2008).

Le diagramme ci-dessus montre que la réponse de l’écoulement aux précipitations de l’averse qu’a
connu la région de Missour, les précipitations cumulées en 10 octobre représentent 32 mm. Grâce a la
soudaineté et la concentration spatiale et temporelle, les ruissellements ont déclenché une crue qui a
abordé les lits des oueds traversant le secteur d’étude. Le débit horaire de pointe de cette crue a atteint
2400 m³/s et la crue s’étale sur 61 h.

On peut remarquer ici deux éléments :

- La vitesse de la crue (tempe de monté tm): est la durée qui s’écoule entre l’arrivée de la crue et le
maximum de l’hydrogramme ; dans ce cas, cette durée correspond à 19 h. cela s’explique par la
longueur des oueds et l’importante distance entre la station de jaugeage et l’amont des bassins versants.

- l’intensité (débit de pointe Qmax) : qui a atteint 2400 m³/s.

4. La fréquence de la crue

L'analyse des crues historiques (dates, secteurs concernés, débits, laisses...), permet de classifier les
crues en fonction de leur fréquence, et elle permet aussi de mettre en évidence la période de retour des
crues de fortes amplitudes. A titre d’exemple, la crue centennale est une crue qui, chaque année, a une

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 62 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

probabilité sur cent de se produire (crue dont le débit atteint le niveau 1 sur la figure 3.6) ; la crue
cinquantenale est une crue qui a une probabilité sur cinquante de se produire (les crues dont le débit
atteint le niveau 2 sur la figure ci-après).

Figure. 3.6. Fréquences des crues

A partir des archives des services concernés et surtout les témoignages des populations vieillardes,
on peut dire que la crue étudiée se classe parmi les crues centennales. Signalons que la population de
la région de Missour n’a jamais vu une crue pareille.

5. L’impact socio -spatial et les dégâts occasionnés

La propagation de la crue de l’amont vers l’aval dans la vallée de l’oued Chouf Cherg et
Moulouya a provoqué des inondations destructrices et sans précédent au niveau de plusieurs
sections. En effet, plusieurs centres ruraux relèvent de la commune de Sidi Boutayeb (Doiura, Oulad
Bouzazya, Oulad Boutaher, El harcha, Gabdour, Tchabet,), ainsi que quelques quartiers urbains
périphériques de Missour installés sur la plaine alluviale de l’oued Chouf Cherg et Moulouya ; c’est
le cas de Hay ERAC et de douar Igli. Les terres agricoles situées aux bords des oueds on été
submergées en quasi-totalité. On présente ci-dessous les dégâts occasionnés selon les types et les
secteurs.

5.1. Les dégâts humains


Les inondations du 10 octobre 2008 ont causé la mort de quatre personnes, et trois personnes
portées disparues. Cependant, plusieurs hospitalisations ont été également notées. D’un autre coté,
des centaines de familles étaient devenues sinistrées, soit environ 3707 sans abris.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 63 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

5.2. Les dégâts matériels


Les inondations du 10 octobre ont causé la destruction de 313 logements, tandis que 72 sont
endommagés par la submersion des eaux.

Trace de la crue

Planche photos. 3.4. Les Photos montrent les effets de l'inondation de 10/10/2008 sur les infrastructures de la ville de
Missour.
1 : l’évacuation des eaux submergeant le sous sol des maisons.
2 : logements complètement déstructurés.
A. Secteur de l’agriculture
Ce secteur, principale activité de la région, est considéré comme le plus profondément touché. Les
dégâts sont récapitulés dans le tableau 3.1. Plusieurs infrastructures hydro-agricoles ont été
endommagées et un grand nombre de têtes de cheptel a été emporté par les eaux. Nefs barrages de
dérivations ont été détruits complètement, et d’autres ont été endommagées.

Type de dégâts Les superficies endommagées


Terres cultivées ont submergées par les eaux 1310 ha
Arbres fruitiers 112.656 ha
Maraîchages 1124 ha
Céréales 119 ha
Fourrages 64 ha
Moulins d’olivier 8 unités
station de pompage 300
Moulins hydrauliques 11

Tableau. 3.1. Dégâts concernant le secteur agricole (D’après la province de Boulemane , 2008)

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 64 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Des dizaines de kilomètres des canaux d’irrigation ont été endommagées. D’autres part, au niveau
de production agricole, on a enregistré l’enterrement d’une dizaine d’hectares de cultures,
l’envahissement de terrains agricoles par les dépôts de crues, et l’arrachage de plusieurs centaines
d’arbres d’oliviers.

1 2

Planche photos. 3.5. Les effets des intempéries sur le secteur agricole.

1 : l’enterrement des cultures.


2 : dégradation des sols par l’érosion.
3 : destruction des seguias.
4 : Envahissement de terrains agricoles par les dépôts de crues de ravins
5 : l’endommagement des moulins d’oliviers.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 65 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

6 : les effets de la grêle.

B. Secteur d’équipement

A l’instar des autres secteurs, l’infrastructure routière de la région a été bien endommagée par ces
perturbations. Plusieurs axes routièrs ont été coupés, il s’agit de l’effondrement ou la détérioration de
plusieurs ponts (pont d’Igli, Ouizret) et murs de protections, ainsi que l’emportement ou la dégradation
d’accotements et de chaussées. Les axes routiers endommagés sont :
-R N Nº 15: reliant Melilia-Midelt
-R R Nº 503: reliant Fès-Midelt passant par Boulemane.
- R R Nº : reliant Missour-Talssint
-R P Nº 5105, 5109 ,5117

Planche photos. 3.6. L’endommagement de l’infrastructure routière.


1, 2 : détérioration du pont d’Igli sur oued Moulouya.
3,4: dégradation d’accotements et de chaussées.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 66 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

C. Secteur d’eau potable, d’électricité, d’éducation nationale et de la santé


Suite aux inondations, plusieurs établissements scolaires on été affectés. Il s’agit notamment de
l’école de Sidi Boutayeb et d’autres écoles dans les régions voisines. D’un autre coté, l’hôpital
rural de Oulad Seguir a été aussi endommagé par les inondations.
Les endommagements ont affectés aussi le secteur d’eau potable et d’électricité. De ce fait, la
station ONEP a été endommagée a cause de la submersion et le remblaiement des puit (arrêt de
fonctionnement) et l’emportement des clôtures. D’autre part, des centaines de mètres de canaux de
distributions, alimentant les douars de la commune de Sidi Boutayeb et douar Igli, ainsi le quartier
AL Qouds, ont été détruites. On note aussi l’endommagement de branchement individuel de 300
clients.
Concernant le secteur d’électricité, l’inondation a endommagé l’infrastructure électrique ; ce qui
a provoqué la coupure d’électricité dans la commune et les quartiers relevant de la zone urbaine.

1 2

Planche photos. 3.7. Exemple d’endommagement ayant affecté l’infrastructure électrique (1) et l’école de Sidi Boutayeb
(2).

5.3. L’impact des inondations sur l’environnement

Parmi les conséquences négatifs des inondations il y a l’endommagement de l’environnement,


comme par exemples : destruction de la flore et de la faune, pollutions diverses (poissons morts,
déchets toxiques…). Dans notre cas, plusieurs composantes de l’environnement ont été affectées, à
titre d’exemple la nappe phréatique et les puit ont été pollués par les matières solides et liquides
utilisées par la population, ainsi l’arrachage de centaines d’arbres, et la mort des milliers d’animaux,
etc.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 67 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

5.4. L’impact morphologique sur le tracé du cours d’eau de l’oued Chouf Cherg
L’espace fluviatile a subit des modifications morphologiques importante après le passage de la
crue du 10 octobre. Les changements morphologiques qui demandent normalement plusieurs années
peuvent se produire en effet en quelques heures seulement par les crues exceptionnelles. Au niveau
du cours de Chouf Cherg, les travaux de terrain nous ont permis de remarquer des changements qui
ont affecté l’oued. Il s’agit de la migration du cours d’eau et son extension latérale dans l’espace de
mobilité (fig. 3.7).

Figure. 3.7. Exemples de changement morphologique subits par le cours d’eau de l’oued Chouf Cherg.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 68 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Conclusion
A partir de l’étude du cas de l’inondation du 10 octobre 2008 qui a affecté la région de Missour,
nous soulignons le fort degré de danger qui menace la ville de Missour et les espaces voisins, ces
inondations torrentielles qui ont affectés la région sont accentués principalement par les écoulements
torrentiels de l’Oued Chouf Cherg qui ont provoqués des dégâts humains et matériels très lourds.
En effet, tous les secteurs sont endommagés, ce qui a perturbé la vie normale de la population :
des centaines d’habitations effondrées, rupture de plusieurs axes routiers, destruction de plusieurs
infrastructures hydro agricoles, et des centaines de familles étaient devenues sinistrées, soit environ
3707 sans abris.
L’importance des dégâts enregistrés confirme en premier lieu l’absence de la notion de risque
chez les habitants (constructions fragiles, installation aux bords des oueds). En deuxième lieu, elle
montre le manque d’une politique préventif dans les travaux d’aménagement à Missour.
Cette catastrophe a appelé sérieusement de diagnostiquer les travaux existants à Missour pour la
lutte contre les inondations, il est aussi question pour tout le monde de tenir compte dans les
programmes d’aménagement des menaces réelles qui peuvent affecter la région.

°°°°°°°°°

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 69 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Chapitre 4

La lutte contre les risques des inondations dans la ville de Missour :


diagnostic des travaux réalisés et propositions d’aménagements

Introduction

Les récentes inondations d’octobre 2008 à Missour ont appelé la nécessité de relancer des projets
de lutte contre le risque d’inondation dans les espaces menacés par ce risque hydrologique. Il s’agit
des interventions qui visent la protection contre ces phénomènes et l’atténuation des dégâts qui
peuvent affecter l’homme et ses biens.
A Missour, aujourd’hui, les aménagements qui concernent la protection contre ce phénomène restent
insuffisants et souvent inefficaces, parfois absents ; le fait qui insiste sur la nécessité d’intervenir pour
lutter contre le risque d’inondations dans ce site très vulnérable.
A ce jour, les interventions effectuées pour protéger Missour des inondations ont concerné
principalement certains sites sur les oueds Chouf Cherg et Lamrayer et une grande Chaabat qui draine
une partie du secteur situé à l’Ouest de Missour (fig.4.1).
Dans ce dernier chapitre, nous allons essayer de faire le diagnostic des travaux de lutte et prévention
existants, et ceux qui sont encor en projet. On va essayer aussi de proposer quelques solutions de lutte
contre l’inondation dans l’avenir.

1.Les aménagements réalisés

Avant d’aborder les aménagements réalisés, il est utile de signaler qu’il n’existe aucune intervention
au niveau des bassins drainant vers la ville de Missour. A titre d’exemple, le bassin versant de Chouf
Cherg qui constitue un affluent très important de la Moulouya et qui menace Missour, n’a connu
aucune action, ni de reboisement ni de correction torrentielle. On note l’absence du reboisement des
versants comme une technique d’intervention biologique. Les conditions climatiques arides ne
favorisent pas en effet la mise en place de projets de reboisement capable de résister à la sécheresse.
Cependant les aménagements réalisés concernent essentiellement les lits des cours d’eau qui traversent
les quartiers de la ville.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 70 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Sites d4inter

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 71 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

1.1. Aménagements sur l’oued Chouf Cherg


Concernant le quartier ERAC, un mur de protection en maçonnerie a été construit pour se protéger
des débordements de l’oued Chouf Cherg, et des eaux acheminés par un grand ravin, affluent de
l’oued (Chaabat). Ce dernier occupe une terrasse à un niveau relativement bas. Toutefois, il a connu
une extension remarquable au-delà du mur vers la route menant à l’ancien Missour ; le fait qui expose
le quartier au risque d’inondation engendré par l’oued Chouf Cherg ou par la Chaabat. Il faut signaler
qu’il existe plusieurs Chaabats convergeant vers le périmètre urbain, mais elles ne posent pas de
danger réel.
Lors du travail du terrain, on a constaté que l’aménagement réalisé reste sans efficacité, puisque sa
hauteur ne dépasse pas un mètre et reste donc insuffisante.

Photo 4.1. Mur de maçonnerie pour


protéger le quartier ERAC contre le
débordement de l’oued Chouf Cherg et de la
chaâbat voisine.

1.2. Aménagements sur oued Lamrayer


En ce qui concerne l’oued Lamrayer, il existe deux ouvrages hydrauliques : il s’agit du pont de
l’ancienne ferré et l’autre pont à quelques dizaines de mètre en aval, sur la route nationale N15. Les
berges des deux rives entre ces deux ouvrages sont revêtues par la maçonnerie en rive gauche et en
béton en rive droit. Un mur en béton assure la protection de la mosquée de Cheikh Zaied, situé sur le
talus. Cette mosquée est menacée, mais cette fois par le risque d’effondrement, car elle est installée

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 72 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

sur un substrat constitué de dépôts friables, le fait qui provoque des fissures dans quelques parties de
la mosquée.
A l’aval du pont de la RN 15, l’oued dessine un brusque virage vers la gauche. Les premières
dizaines de mètres sont caractérisées par l’existence d’un mur de protection en maçonnerie construit
sur la rive gauche de l’oued et protége la route nationale N 15 et les berges contre le sapement, tout
en obligeant les eaux à suivre le lit naturel de l’oued. Malheureusement on a observé que la taille
réduite de ce mur ne favorise pas la protection des crues de forte intensité.
L’oued Lamrayer est bien encaissé en amont et, à l’entrée du périmètre urbain, il présente un talus
à pente assez douce sur sa rive droite, de plus les hauteurs des rives se réduisent en aval et présentent
des aplatissements ponctuels. De ce fait le quartier Administratif, quartier Al Massira, et la partie
aval du quartier Al Quods qui occupent le lit majeur, sont vulnérables aux inondations au passage
des crues.
Pour amortir la vitesse de l’écoulement et atténuer la violence des crues, des seuils en gabion ont
été mis en place. Il s’agit d’un ensemble de cages de fil en fer remplies de pierres sèches et déposées
les unes sur les autres. Cette technique permet de garder la stabilité des terres en dépit de l’action de
l’eau, et de lutter par conséquent contre l’incision longitudinale du chenal.
En outre, il existe des seuils latéraux ayant pour but la protection des berges et maintenir leurs
stabilités afin de protéger le quartier Al Quods. Ces berges ont été souvent attaquées par des
courants générés par les crues. Malheureusement, certains échecs ont été constatés lors du travail du
terrain ; ils sont dus essentiellement à la dégradation et la déformation de ces seuils (photo3 de la
planche photos 4.2).
Il faut noter que cette opération est aisément réalisable par les ressources locales en main-
d’œuvre et en matériaux. D’autre part, l’efficacité de cette technique demande l’application des
normes proposé par les ingénieurs et les techniciens en matière de l'importance des fondations qui
doivent être assez profondes, et des ancrages latéraux qui doivent être bien ancrés dans les berges du
lit, pour avoir des ailes bien fixées. Les photos ci-après illustrent des exemples de cette technique.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 73 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos 4. 1. Murs de protection en maçonnerie sur l’oued Lamrayer,

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 74 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos 4.2. Les photos montrent les seuils


en gabion installés pour protéger les berges et
atténuer la vitesse de l’écoulement de l’oued
Lamrayer.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 75 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure 4.2. Coupe schématique illustrant les


dimensions appliquées dans la construction d’un mur
de protection en maçonnerie.

1.3. Ouvrage de dérivation et chenal d’évacuation des crues de la Chaabat ouest


Au niveau de Hay Essalam, il existe un ouvrage de dérivation qui intercepte les eaux de la Chaabat
venant de l’ouest. Cette dernière draine un bassin versant de 2.2 km², et génère un débit de pointe
pour la crue centennale de 14.05m³/s. L’ouvrage de protection permet de dériver les eaux vers un
chenal d’évacuation vers l’oued Lamrayer. Les résultats de cet ouvrage au niveau de la chaaba sont
positifs ; puisqu’ils contribuent à la protection de Hay Essalam. Signalons que le lit de la chaabat
concernée est occupé localement par quelques habitations non réglementaires, ce qui fait augmenter
la vulnérabilité du site. D’autre part, il faut signaler que l’ouvrage de dérivation porte des fissures,
tandis que le chenal d’évacuation associé a cet ouvrage présente des sections insuffisantes pour
transiter les crues exceptionnelles.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 76 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Photo 4.2. Ouvrage de dérivation et chenal d’évacuation des crues de la chaabat Ouest.

2. Les aménagements en réalisation et en projet

Afin d’assurer la protection du quartier Al Massira qui occupe le lit majeur a l’aval de l’oued
Lamrayer dont plusieurs ensembles d’habitations se trouvent dans une zone trop rapprochée de
l’écoulement, un projet est en réalisation. Il s’agit d’un mur de protection en maçonnerie sur la rive
gauche de l’oued Lamrayer, notamment entre le pont et la confluence de cet oued avec l’oued
Chouf Cherg. Rappelons, que les vitesses d’écoulement dans L’oued Lamrayer à l’aval du pont de
la RN 15 et au niveau de sa confluence avec Chouf Cherg peuvent dépasser les 6 m/s . Le tableau
suivant récapitule les paramètres de ce projet.

Largeur 705 ml
Largeur en crête 40 cm
Hauteur maximale sur terrain 3m
Ancrage sous terrain 1.50 m
Coût global 1541714.00 DH
Délai de réalisation 6 mois

Tableau 4.1. Fiche technique du mur de protection en réalisation sur l’oued Lamrayer afin de protéger

le quartier Al Massira.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 77 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche photos 4.3. Mur de protection en phase de construction pour protéger quartier Al Massira.

Actuellement, un projet d’aménagement contre l’inondation est en phase d’étude, dans le cadre du
projet PDR (programme financé par FIDA). Il s’agit de réalisation d’ouvrages d’arts et
l’aménagement de certains bassins versants drainant vers la ville de Missour. Ce projet a pour objet
essentiel le reboisement de 200 ha par le pin d’Alep et la correction mécanique des versants à travers
la correction en gabion.

Notons enfin que ces projets restent insuffisants par apport la vaste superficie des bassins et le
degré de menace qui peut affecter les agglomérations existant en aval. Donc il faut adopter des
projets globaux s’adaptant aux besoins du milieu a fin de protéger Missour contre tous les risques
qui peuvent la toucher (inondation, dégradation du sols, désertification,…...).

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 78 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

3. Recommandations et propositions pour la lutte et la prévention contre le risque


d’inondation à Missour

La lutte contre les inondations à Missour passe par la prise en compte de toutes les composantes,
naturelles et anthropiques qui peuvent participer à l’aggravation du risque. Il n’y a aucun doute que
la solution existe, son coût est certes élevé, mais il l’est beaucoup moins que celui des dégâts que
causerait une crue centennale qui pourrait arriver dans l’avenir.
Diverses solutions techniques peuvent être envisagées pour réduire la violence des écoulements
en amont et en aval (aménager l’amont pour protéger l’aval). Ces solutions consistent en plusieurs
actions directes ou indirectes, voire le reboisement de certains versants en pente forte et de manière
plus globale la protection des bassins versants contre les eaux de pluie et de ruissellement.
L’édification des terrasses avec murs en pierres sèches dans les secteurs cultivés ou la mise en
place des gabions ou des barrages en pierres sèches dans les talwegs. Tandis que les berges des
oueds pourraient être localement protégées par exemple par des enrochements.

La lutte contre les inondations consiste deux types de protection : protection direct et indirect :

1) La protection indirecte consiste à intervenir plus loin des sites menacés, comme l’action du
reboisement et la correction torrentielle sur les versants, la construction des barrages, la mise en
place d’ouvrages de dérivations des oueds et des chaabats responsables des inondations vers
d’autres bassins situés à l’extérieur des zones à protéger.

2) S’agissant la protection directe, il consiste à intervenir directement sur les sites menacés par
des techniques différentes, qui sont entre autres : endiguement, calibrage, canalisations des oueds,
ouvrages d’assainissements adaptés, la maîtrise d’extension urbain, déplacement des habitats très
menacés par l’inondation.

Dans ce qui va suivre on va essayer de proposer quelques solutions, en matière de protection


directe et indirecte pour la lutte contre les inondations à Missour.

3.1. Au niveau de la protection indirecte

1) Parmi les actions qui peuvent mettre oeuvre, d’abord il y a des méthodes biologiques voire le
reboisement des bassins versant pour diminuer l’imperméabilisation et lutter contre la dégradation
des sols, signalons, qu’il faut choisir des espèces capables de s’adapter avec les conditions
climatiques locales et la pédologie de la région.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 79 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

2) Ensuit, il faut intervenir par la construction des seuils en gabions transversaux le long de la
section amont de l’oued ; cela qui permettra la réduction des vitesses d’écoulement et le dépôt des
sédiments en amont.

3) En fin, la construction d’un barrage sur l’oued Chouf Cherg qui est le plus dangereux. Ce
barrage permettra d’écrêter les crues intenses, et au même temps, contribuera à l’évolution de la
production agricole. Car le secteur agricole constitue la principale activité pour la totalité des douars
occupant les bordures de l’oued.

3.2. Au niveau de la protection directe

Ce type de protection consiste à intervenir mécaniquement dans les sites exposés aux risques des
inondations. Il s’agit des sites qu’on a déjà indiqués dans le deuxième chapitre. Plusieurs techniques
peuvent être adoptées : murs, digues, seuils en gabion, ouvrages de dérivation….La mise en place de
ces techniques nécessite de prendre en considération les normes techniques pour renforcer leur
efficacité au moment des crues.

Signalons que les ouvrages existants ne couvrent pas tous les sites menacés. De plus, la plupart de
ces ouvrages sont inefficaces, grâce à leur hauteur et/ou leur longueur non suffisantes. C’est le cas
par exemple du mur existant pour protéger le quartier ERAC, où il est nécessaire de le prolonger
vers la route qui mène vers douar Oulad Seghir.

D’autre part, l‘organisation régulière des compagnes de curage et d’entretien des réseaux
d’évacuation en milieu urbain, pourrait constituer un moyen efficace pour éviter le déclenchement
des inondations à Missour.

3.3. Actions ayant un caractère juridique et institutionnel.

 Le renforcement du cadre juridique et institutionnel à travers la mise en application de la loi

10/95 sur l’eau en particulier les articles 12 et 20 ci-dessous :

Article 12 - "Il est interdit d’anticiper de quelque manière que ce soit, notamment par des
constructions, sur les limites des francs-bords des cours d’eau temporaires ou permanents, des
seguias, des lacs, des sources ainsi que sur les limites d’emprises des aqueducs, des conduites d’eau,
des canaux de navigation, d’irrigation ou d’assainissement faisant partie du domaine public
hydraulique."

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 80 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Article 20 - "Il est créé, au niveau de chaque bassin hydraulique ou ensemble de bassins
hydrauliques, sous la dénomination de “agence de bassin ,“un établissement public, doté de la
personnalité morale et de l’autonomie financière. L’agence du bassin est chargée, entre autre, de
réaliser les infrastructures nécessaires à la prévention et à la lutte contre les inondations. (A.
Gourari. 2008).

 L'élaboration d’un plan de prévention des risques naturels (PPR) et un plan d’occupation des
sols (POS), afin de maîtriser l’extension urbaine dans le futur, et de prise en compte des risques
dans les différents modes d'utilisation du sol, ces outils consistent les applications suivantes :

1) La mise en œuvre d’un système de réduction de la vulnérabilité dans les zones fréquemment
inondées. Ces zones doivent être déclarées zones non constructibles et tout habitation se trouvant à
l’intérieur doit être reclassée ailleurs. Donc l’effort de l’Etat doit porter essentiellement -mais pas
seulement- sur la prévention réglementaire ; c’est-à-dire la mise en place des documents
réglementaires visant à maîtriser l’occupation du sol dans les zones à risque. Dans ce contexte les
récentes inondations ont rappelé la nécessitée d’actualiser le plan d’aménagement de Missour et
prendre en considération que l’aléa existe toujours ; et pour cela il faut atténuer la vulnérabilité
pour éviter le risque.

2) L’interdiction des dépôts des ordures ménagères dans les lits des cours d’eau et qui constituent
un obstacle à l’écoulement et influencent négativement sur les hauteurs d’eau et les vitesses des
écoulements et les débordements.

Ces actions doivent être prises dans une perspective de développement durable, en sauvegardant
l'équilibre et la qualité des milieux.

4. Installation d'un système de prévision des crues

D’après (Bost. F et al. 2003), pour les phénomènes les plus dangereux c'est-à-dire les plus
rapides et les plus brutaux, la prévision est très difficiles. En effet, la prévision des crues est une
action qui nécessite la mise en place de systèmes de surveillance, d’observation et d’alerte. il s’agit
d’installation des nouvelles stations d’observation hydrologique, stations pluviométriques, et de
stations de mesure des niveaux d’eau, tout en améliorant les instruments des prévisions
météorologiques. Ces dispositions nous semblent importantes pour la ville de Missour, même si la
rapidité et la soudaineté des orages ne favorisent pas toujours la certitude des prévisions de ces
aléas hydrologiques. De toute façon, la surveillance est la continuité de l’observation dans l’espace

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 81 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

et dans le temps, restant des actions nécessaires pour éviter les dommages néfastes qui peuvent se
produire un jour.

D’autre part, la prévention contre le risque des inondations consiste d’autres formes
d’intervention : l’information, la communication et la sensibilisation au risque d’inondation. Il
s’agit d’abord d’informer les habitats sur les causes du risque, ses conséquences et ses impacts à
court et à moyen terme et enfin sur les moyens de lutte et les mesures de précaution à prendre pour
se défendre contre les agressions de cette catastrophe. Ensuite, la sensibilisation des décideurs à la
problématique du risque inondation et ses impacts sur l’environnement est une action à envisager,
notamment par les spécialistes de la communauté scientifique.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 82 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Conclusion

Ce dernier chapitre nous a permis de faire un rappel sur les principaux travaux réalisés pour la lutte
contre les inondations à Missour. A ce jour, il nous apparaît que les interventions entreprises sont
limitées dans l’espace et non efficaces pour les fortes crues exceptionnelle comme celle du 10
octobre 2008. Elles non concerné en effet que quelques sites sur les oueds (Lamrayer et Chaabat
Ouest). Les récentes inondations qui ont frappé la région on montré l’absence des actions en amont
des bassins ou en aval, soit de reboisement ou de correction torrentiel.
D’autre part, il est possible d’atténuer les effets néfastes et diminuer le risque en priorité au
niveau des zones les plus sensibles et les plus exposées. Plusieurs actions sont possibles,
malgré que le coût d’aménagement contre les inondations est élevé, mais il permet d’éviter des
dégâts lourds et trop élevés. Dans ce contexte les solutions favorables à la protection contre les
inondations à Missour sont diverses à titre d’exemple :
La canalisation et le calibrage des oueds au niveau des sites menacés et la maintenance des réseaux
d’assainissement de la ville.
L’intervention au niveau de l’amont des bassins versants pour lutter contre la dégradation de la
couverture végétale et les sols.
La mise en application des lois en vigueur qui interdisent l’installation dans les zones fluviales
menacées, pour atténuer la vulnérabilité.
Espérons donc que les derniers événements dramatiques liés à l’inondation du 10 octobre 2008
permettent de tirer les leçons et de renforcer les efforts en matière de protection et prévention contre
les risques hydrologiques par la mise en place de solutions réalisables et adaptées aux spécificités
locales de la ville de Missour.

°°°°°°°°°

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 83 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Conclusion générale

Le présent travail de recherche, réalisé dans le cadre du Master « Aménagement des zones
fragiles : Prévention et Gestion des risques environnementaux », avait pour objectif essentiel
l’étude du risque d’inondation dans le secteur de Missour. Le travail s’est basé principalement sur
les observations de terrain. En se basant sur l’étude de l’inondation du 10 octobre 2008 nous
retenons les conclusions suivantes :
1/ L’inondation du 10 octobre 2008 est un événement hydromorphologique majeur et
exceptionnel dans le secteur de Missour. Les dégâts sociaux et matériels sont importants et sont
engendrés principalement par les crues de l’oued Chouf Cherg. Les écoulements étaient énormes
dépassant le débit de 1000 m3/s à la station de Missour. Les événements météorologiques orageux
sont les principaux responsables de déclenchement des crues destructrices.
2/ La situation de la ville de Missour dans une zone de confluence de trois cours d’eau (Oued
Moulouya et ses affluents, oueds Chouf Cherg et Lamrayer) est favorable au débordement des
eaux et peut être considérée comme un facteur essentiel du risque d’inondation au moment des
crues torrentielles ; notamment celles de l’Oued Chouf Cherg. Dans ce contexte plusieurs quartiers
relevant du périmètre urbain de Missour, à coté des douars voisins et des parcelles agricoles le long
des vallées, sont exposés au risque d’inondation. Ces sites sont souvent installés au bord des fonds
de vallées et quelques fois dans les lits moyens et majeurs des oueds.
3/ Plusieurs facteurs naturels et anthropiques se combinent pour provoquer des crues torrentielles
et des inondations capables d’engendrer des dégâts lourds dans certains quartiers de la ville de
Missour et les communes voisines. Parmi ces facteurs il y a d’abord le régime pluviométrique qui
se caractérise par des averses orageuses intenses (concentration spatiale et temporelle). Ensuite, les
caractéristiques des bassins versants qui jouent un rôle primordial en matière de déclenchement des
crues, de ce fait,la taille des bassins, les fortes pentes des versants et des cours d’eau associés à la
lithologie imperméable des sous-bassins sont des facteurs de genèses de crues inondantes. Enfin, la
dégradation de la couverture végétale dans les bassins de la région de Missour augment
l’imperméabilité des sols et favorise l’érosion hydrique qui augment automatiquement le débit
solide lors de fortes crues en chargeant les lits et permettant des débordements des eaux.
4/ A coté de ces facteurs naturels, les facteurs d’origine anthropique accentuant le degré de
vulnérabilité de certains sites. L’action de l’homme dans le bassin versant implique la dégradation

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 84 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

de la couverture végétale et le sol, ce qui accentue le phénomène des inondations en aval à


Missour. L’occupation de zone en bordures des oueds et à risque d’inondation augmente la
vulnérabilité de l’espace concerné. Certains aménagement, comme par exemple la construction de
certains ponts ou radiers à buses non adaptés aux débits liquides et solides des oueds, accentue
d’avantage le risque d’inondation.
5 / Les travaux de protection réalisés à ce jour, pour la protection de Missour contre les
inondations restent à notre avis insuffisants et peu efficaces. Il est par conséquent nécessaire
d'adopter des mesures supplémentaires et plus efficaces telles que :
- La prise en compte du risque d’inondation dans les documents d’urbanisme et surtout le plan
d’aménagement, dont il faut définir les zones à risque.
- La mise en place d’ouvrages de correction dans les bassins versants, en amont et en aval, pour
éviter la violence des crues torrentielles, notamment sur l’Oued Chouf Cherg.
- renforcer l’intervention biologique dans les bassins versants, par la reforestation et lutter contre
la dégradation des sols.
- L’information, la communication et la sensibilisation (au niveau de Missour) au risque
d’inondations sur les causes du risque, ses conséquences et ses impacts et dangers potentiels.
- En fin, il faut confirmer que la gestion des risques d’inondations à Missour doit dépasser le
cadre de compétence de la commune et des autorités locales concernées, elle doit être prise en
charge plutôt dans le cadre de la politique de l’état en matière de gestion des ressources en eau et
d’aménagement des bassins versants hydrologiques à l’échelle régionale.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 85 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Bibliographie

Références en français

AKDIM. B, LAAOUANE. M, TAOUS .A, OBDA. K. (2003).Risques hydrologiques dans la


région de Taza (Maroc), genèse, conséquences, et problèmes d’aménagement.Geomaghreb n˚ 1
.PP 47-60.
AKDIM B., AMYAY M., OBDA K., TAOUS A., LAAOUANE. M. Réflexions sur la
cartographie du risque hydrologique dans le bassins versant de l’oued Larbaa, en amont de Taza
(Maroc) : spatialisation et valeurs des données ponctuelles .
AKDIM. B, AMYAY. M, OBDA. K, TRIBAK. A, LAAOUANE. M. Agglomérations et risques
d'inondation au Maroc: cas des villes du Dir. (moyen Atlas)".

AMRANI A., El WARTITI M., MARINI A., ZAHRAOUI M .et NAITZA. L (2006).
Analyse du dynamisme morphogénétique du bassin de la Haute et la Moyen Moulouya (Maroc)
par couplage d’imagerie Land sat et du module numérique de terrain. Revue de Télédétection
2006, vol. 5, n°4, p. 379-391.
BEN BRAHIM Y. (2005). Genèse météorologique des inondations de Mars 2004, au N.E du
Maroc Oriental.Geomaghreb. n° 3, pp 47-57.
BOST F., CAMBREZY L., DONZE J. GLEMARECY., HEUDE J., JANIN MESCHINETN.,
RICHEMOND D., PELLETIER P., THOURETJ., VIELLARD-BARON. (2003).Les risques.
Edition SEDES, Paris, 253p.

BOUABDLIA., SAIDI N., MRABET S., ESCARRE J., LEBLANC M.,


(2005) .Oued Moulouya : vecteur de transport des métaux lourds (Maroc).Rrevue des sciences de
l’eau.
BEAUCHAMP W., BARAZANGI M., DEMNATI A., and El ALJI.A (1996). Iintercontinental
Rifting and Inversion: Missour Basin and Atlas Mountains, Morocco". Office National de
Recherches et d’exploitations Pétrolières, Rabat, Morocco.PP1459 1482.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 86 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

CUDENNEC C., CALVEZ R, POUGET. J, KINGUMB. A, GOULVEN P. (2004)


Constitution et structuration territoriales des Ressources, des impacts et des risques hydrologiques
au sein du bassin du Merguellil, Montpellier, france.
DEGARDIN F. (2002).Urbanisation et inondation de l'opposition à la réconciliation. Bulletin de
l'association des géographes Français. Pp 91-93.

DRISS H., GILLE E., BRAHIM A. (2004). Echelle spatiale et genèse des risques hydrologiques
en milieu urbain et péri-urbain : cas de la ville de Oujda (Maroc).Geomaghreb, n˚ 4, pp 1-10.
EL FELLAH B. (1992). A propose des risques naturels au Maroc. Bulletin de l’Institut
Scientifique 16, PP : 40-56, Rabat.
EL MOSTAFAM. (2007) .La gestion des ressources en eau dans la région oriental, cas du bassin
de la Moulouya. Revue de l’économie et la société, n° 9 .pp 1216-138.

EL KHALKI Y, TAÏBI. A, BENYOUCEF A, EL HANNANI M., HAFID A, MAYOUSSI M.,


ZMOU A., RAGALR. GEROYANNIS.H. (2007). La gestion des crues et inondations dans la
région Tadla-Azilal (Maroc): cas de Beni Mellal. Actes des JSIRAUF, Hanoi, 6-9 novembre.
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, département de Géographie, Beni Mellal.
FEDDAN B. (1984). Les formations carbonatées liasiques du plateau de Dwira –Anjil (Moyen
Atlas) évolution sedimentologique et paléogéographique. Bulletin de l’Institut Scientifique, Rabat,
n 8, pp : 51-65.
EL KHALKI Y., BENYOUCEF A., (2005). Crues et inondations de l’oued El Handak : genèse,
impact et propositions d’aménagement, Etudes de géographie physique, XXXII : 47-61.

FARÈS A. (1994). Essai méthodologique de la cartographie des risques naturels liés au


mouvement de Terrain. Application a l’aménagement de la ville de Taounate (Rif, Maroc). Thèse
de Doctorat, Université Franche-Comté, Besançon, 177 p.

GARTET A. (1999) .Violence des crues de L’Oued Lebène et évolution des lits fluviaux (Prérif
Central, Maroc). In « Risque Naturels ». Publications du Comité des Travaux Historiques et
Scientifiques (CTHS). Pp : 67-85, Paris.
GARTET A (2007). Risques naturels, anthropiques et technologiques dans l’agglomération de
Fès et son arrière pays : aménagement, gestion et prévention. Thèse Doct. D’Etat, FLSH Saïs-Fès,
454 p, Fès.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 87 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

GARTET A, et GARTET J., (2003). Crues et inondations de l'Oued Leben (pré rif central).
Revue AL Misbahia, N° 6, Publié par FLSH Sais-fés.pp37-63.
GARTET A, GARTET J, CONESA GARSIA C. (2005). Dégradation spécifique et
transport solide dans le bassin de l’oued Lében (Pré Rif Central Maroc
Sseptentrional .papeles de geografia. enero-diciembre, n 42-41, univercidad de
murcia, Espagne, pp 85-100.
GARTET. A (1999). Hydrodynamisme de l’oued Lebene et évolution des lits fluviaux (Pré rif
central Marocain.). Revue AL Misbahia, N° 3 Publié par FLSH Sais-fés.pp77-104.

GEANAH M., (2008). Les inondations entre systèmes de prévision et infrastructure adéquate.
Direction de la météorologie nationale au Service chargé de l’Eau et de l’Environnement, Rabat.
GOURARI A. (2008). Initiation au droit de l’eau et d’environnement. Faculté des Sciences
Juridiques Economiques et Sociales, Université Sidi Mohamed Ben Fès.
IMOUEN A. (2000). Aléas hydrologiques et aménagement à Sefrou .Mosella n˚ 3-4.
LAHLOU. A (1994). Envasement des barrages au Maroc. Editions WALLADA, Casablanca,
286p.
LATATIA., (1985). Thoughts on karst water resources in the Middle Atlas Mountains,
Morocco. Water Research and Planification Hydraulic Administration, Rabat;
Morocco. LAHS Pub. No. 161. p 632-644.
MUYL J M. (2004). L’urbanisation et les risques d’inondation.
OUALLA. M. (2008) Etude des risques géomorphologiques dans la dépression de
Boulemane, mémoire de Master. Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Sidi
Mohamed Ben Abdellah, Fes-Sais.
POTTIER. N (2002). Gestion du risque d'inondation et maîtrise de l'urbanisation dans le val de
Saon. Presse universitaires de Lyon.pp197-213.
REMALD. (2005). Le code de l’eau publications de la REMALD, série Textes et documents,
n˚131,2005.
SNOUSSI. M; BENSARI. D. Villes méditerranéennes et risques naturels -cas du Maroc-.
Université Mohamed V, RABAT.
SOUAD R., MANIA J., BOUCHAOU .H (2004). Analyse hydrologique et caractéristiques
physiques de quelques bassins versants en zone semi-aride (Maroc) .Geomaghreb, n˚ 2,
pp83- 89.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 88 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

TRIBAKA., Facteurs climatiques de l'érosion hydrique dans quelques bassins du Rif Marocain:
cas de la province de Taza. Faculté des lettres et sciences humaines, université Sidi Mohamed Ben
Abdellah, Fes-sais.
TAOUS A., (2005). Géométrodynamique fluviale; processus morpho sédimentaires,
ajustements spatio-temporels, paléo environnements et mutations des espaces
fluviaux. Pub; FLSH Sais Fès, série: thèses et monographies, n° 11, 425p.
TAG B. (2005). Espace et Société Agro-pastorale en Mutation Dans le Maroc Oriental
Steppique. Publication de la Faculté du Lettres et de Science Humains, 375 p.
ZAHOUR G. (2008). Les inondations au Maroc"publications de la Faculté des Sciences Ben
M’Sik ,Casablanca.

Les rapports et les études administratives

ABHM : Etude de protection de la ville de Missour contre les inondations, mission I


et II.
Agence urbaine de Fès (1998): Plan d'aménagement du centre de Missour. Rapport
justificatif.

Ministère de l'Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l'Environnement


Département de l’Environnement (2005) ; Rapport national sur la prévention des
désastres. Conférence de Kobe-Hyogo.
Province de Boulemane (2008): dégâts causés par les pluies torrentielles qui se sont
abattues le 10/10/2008 sur la ville de Missour et ses régions.

Références en Arabe:

*1&2) *+,- .‫ * ر‬:"#‫ب ا‬%‫ !ت وت  ا ا )('&ب ا‬.2000 ‫ ﻤﺤﻤﺩ ﺃﺯﻫﺎﺭ‬-

.:;‫ ا>=د ا‬.)%‫ ا‬67‫ وا‬8‫ا‬%7‫ل ا‬7‫* ا‬27 . (3,4&‫ا‬

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 89 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

.- FG) -3,4&‫* ا‬1&2-@A&) ‫=ي‬4 *7) *C‫=) ا&ارد ا‬D.2001-2000 ‫ ﺍﻝﺤﺴﻨﺎﻭﻱ ﻓﺎﻁﻤﺔ‬-

.‫س‬8– :14 -*(Q‫&م ا‬2>‫داب وا‬H‫* ا‬2‫ك آ‬,‫@ ا‬A&) ‫ذ‬4L‫ا‬، *8‫ا‬%7‫ ا‬8 ‫زة‬PQ‫ا‬

.4‫و‬L‫ ا‬U1‫=* ا‬+ ‫ي )=ن واآ‬WG‫ ا‬,;‫* ا‬X‫>* وإ‬Z,‫ر ا‬,[L‫ ا‬:2002 ‫
ار‬ -

.‫ ص‬138 :14 ‫س‬8 *(Q‫&م ا‬2>‫داب وا‬H‫* ا‬2‫ع آ‬.‫د‬.‫ د‬.*#1 \‫(* و‬D ،‫وت‬D ‫]ت‬

*8‫ا‬%7‫ ا‬8 ‫زة‬PQ‫ ا‬.- FG) " G‫* "&ذج واد ا‬1WG‫ت ا‬Wb‫ا‬.1999-1998‫ﺒﻭﻜﺭﻴﻥ‬ ‫ﺭﺸﻴﺩﺓ‬-

.‫س‬8– :14 -*(Q‫&م ا‬2>‫داب وا‬H‫* ا‬2‫ آ‬.A‫ آ‬-%‫= ا‬Z ‫ذ‬4L‫ا‬،

.- FG) ‫* و ا]آاهت‬g'‫س )\ ا‬8 *-1=) *1WG‫ت ا‬Wb‫ا‬ .2007-2006 ‫ﺍﻝﺴﻌﺩﻴﺔ ﺯﻴﻥ ﺍﻝﻌﺎﺒﺩﻴﻥ‬-

.‫س‬8– :14 -*(Q‫&م ا‬2>‫داب وا‬H‫* ا‬2‫ آ‬.A‫ آ‬-%‫= ا‬Z ‫ذ‬4L‫ا‬، *8‫ا‬%7‫ ا‬8 ‫زة‬PQ‫ا‬

*8‫ا‬%7‫ ا‬8 ‫زة‬PQ‫ ا‬.- FG) "'- =G‫ق ا‬A‫س و‬8 *-1=) *1WG‫ت ا‬Wb‫ا‬1999 -1998‫ ا  ازهي‬

.‫س‬8– :14 -*(Q‫&م ا‬2>‫داب وا‬H‫* ا‬2‫ آ‬.i1="‫ أ‬i‫ذ إ)اه‬4L‫ا‬،

Les cartes et les plans:


- Carte topographique de Missour 1/100000.
- Photos satellitaires de la zone d’étude (2006).
- Plan d'aménagement de Missour 2002.

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 90 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Table de matière

Introduction générale 5

Chapitre 1 : Présentation de la zone d’étude : 8


Les conditions physiques et l’occupation humaine
à Missour

Introduction 8

1. Situation géographique 8
2. Le milieu naturel 9
2.1. Les caractéristiques topographiques 9
2.2. La géologie des terrains 11
2.3. Les sols et la couverture végétale 14
2.3.1. Les sols 14
2.3.2. La couverture végétale 14
2.4. Les conditions climatiques 17
2.4.1La température. 17
2.4.2. Les précipitations : 18
2.4.3. L’hydrologie 20
2. Evolution de la population humaine et extension de l’espace urbanisé à Missour 25
3 .1. La nomination et l’historique de Missour 25
3.2. Les caractéristiques démographiques 25

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 91 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

3.3. L’urbanisation et l’extension dans l’espace fluvial 28


Conclusion 29
Chapitre 2 : Diagnostic et facteurs de genèse des inondations 30
à Missour
Introduction
1. Quelques définitions 30
1. 1. La crue et l’inondation fluviale 30
1.2. Les crues torrentielles 30
1.2. Le risque d'inondation 31
2. Les inondations à Missour : oueds impliqués, historique et zones menacées 31
2.1.Les oueds menaçants la zone urbaine de Missour 51
1) Oued Moulouya 31
2) Oued Chouf Cherg 32
3) Oued Lamrayer 32
2.2. L’historique des inondations à Missour au cours des dernières 33
décennies.
2.3. Localisation des sites inondables à Missour et douars voisins 33
3. Les facteurs de genèse des crues et des inondations à Missour 36
3.1. L’intensité des averses orageuses 36
3.2. Les caractéristiques des bassins versants 38
3-2 .1. La lithologie des bassins versants 39
3.2.2. La topographie des bassins versants 40
1/ Le facteur du relief. 40
2/ Le facteur de la pente 41
3.2.3. L’influence de la couverture végétale 44

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 92 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

3.2.4. Morphométrie et forme des bassins versants 45


3.2.5. L’influence des facteurs anthropiques. 46
1 / Urbanisation non contrôlée et aménagements non adaptés 47
2/ L’exploitation des carrières 49
Conclusion 51
Chapitre 3 : Etude de l’inondation du 10 octobre 2008 52

52
Introduction
1. Les facteurs de la genèse de l’inondation du vendredi 10 octobre 2008 52
1.1. Les précipitations journalières exceptionnelles du 9 et du 10 octobre 2008 52
1.2. La forte érosion dans le bassin versant de l’Oued Choug Cherg 54
1.3. L’engorgement du pont menant à Missour 57
2. Intensité et évolution de la crue, espaces inondés 58
3. L’hydrogramme de la crue du 10 octobre 60
4. La fréquence de la crue 61

5. L’impact socio -spatial et les dégâts occasionnés 62

5.1. Les dégâts humains 62


5.2. Les dégâts matériels 63
A. Secteur de l’agriculture 63
A. Secteur d’équipement 65
C. Secteur d’eau potable, d’électricité, d’éducation nationale et de la santé 66
5.3. L’impact des inondations sur l’environnement 66
5.4. L’impact morphologique sur le tracé du cours d’eau de l’oued Chouf Cherg 67

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 93 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Conclusion 68

69
Chapitre 4 : La lutte contre les risques des inondations dans la
ville de Missour : diagnostic des travaux réalisés et
propositions d’aménagements

Introduction 69

1. Les aménagements réalisés 69


1.1. Aménagements sur l’oued Chouf Cherg 71
1.2. Aménagements sur oued Lamrayer 71
1.3 Ouvrage de dérivation et chenal d’évacuation des crues de la Chaabat ouest 75
2. Les aménagements en réalisation et en projet 76
3. Recommandations et propositions pour la lutte et la prévention contre le risque 77
d’inondation à Missour

3.1.Au niveau de la protection indirecte 78

3.2. Au niveau de la protection directe 79

3.3. Actions ayant un caractère juridique et institutionnel. 79

3. Installation d'un système de prévision des crues 80

Conclusion 82
Conclusion générale 83

Table de matière 85
Annexe 94

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 94 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 95 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Liste des figures

Figure.1.1 Carte de situation 9


Figure.1.2 Coupe topographique N-O, S-E, à travers le bassin de Missour 10

Figure.1.3 Localisation de Missour d’après la photo satellite extrait de 11


google earth 2006.
Figure.1.4 Carte géologique simplifiée de la région de Missour (inspirée de 12
carte géologique, de la zone d’étude 1/500000)
Figure. 1.5 Colonne stratigraphique montrant résumant les terrains 13
géologique de la région (d’après Amrani A et al. 2006).
Figure.1.6 Diagramme de la répartition des surfaces forestières par essence. 15

Figure.1.7 Diagramme de la température mensuelle en °C dans la station de 18


Missour (2008).
Figure.1.8 Diagramme des précipitations mensuelles (03-08) en mm à 20
Missour.
Figure.1.9 La situation des oueds traversant la ville de Missour 21

Figure.1.10 Réseau hydrographique de la zone étudié. 22

Figure. 1.11 L’Oued Moulouya et ses principaux affluents 22

Figure.1.12 Les sous bassins versants de la Haute et la Moyenne Moulouya. 23

Figure.1.13 L’évolution de la population de la ville de Missour entre 1971 et 25


2004.
Figure.1.14 L’extension de la ville de Missour 28

Figure.2.1 Les zones menacées par les inondations à Missour et les douars 34
voisins.
Figure.2.2 Précipitations moyennes annuelles à Missour, entre 1996 et 2008. 37
(D’après le DPA de Missour)
Figure.2.3 Carte de la répartition des précipitations dans le bassin de la 38
Moulouya en amont Missour
Figure.2.4 Carte des altitudes (en m) du bassin de la Moulouya en amont de 41
Missour.
Figure.2.5 carte des pentes 42

Figure.2.6 Profils longitudinaux des oueds traversant la ville de Missour. 43

Figure.3.1 Précipitations journalières à Missour, octobre 2008. 53

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 96 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Figure.3.2 Réseau hydrographique du bassin du Chouf Cherg, illustrant la 55


densité de drainage.
Figure.3.3 Quelques parties de l’oued Chouf Cherg qui ont connu une 57
érosion abusive, il s’agit essentiellement de berges friables et des
parcelles d’arboriculture.
Figure.3.4 L’extension spatiale des eaux de la crue du 10 octobre 2008 59

Figure.3.5 Hydrogramme de la crue exceptionnelle du 10 octobre 2008 à la 61


station de Tandit (DPE, Boulemane. 2008).
Figure.3.6 Fréquences des crues 62

Figure.3.7 Exemples de changement morphologique subits par le cours 67


d’eau de l’oued Chouf Cherg.
Figure.4.1 Les sites concernées par l’intervention 70

Figure.4.2 Coupe schématique illustrant les dimensions appliquées dans la 75


construction d’un mur de protection en maçonnerie.

Liste des tableaux


Tableau.1. Les unités topographiques de la commune urbaine de Missour . 10
(D’après DPA de Missour, 2009)

Tableau.1. Répartition des principales classes de sols dans le secteur d’étude 14


(D’après DPA de Missour 2009).

Tableau.1. Répartition des surfaces forestières par essence dans la province 16


de Boulemane (D’après l’administration des eaux et forêts 2009.)

Tableau.1. Température mensuelle de l’année (2008) en c° à la station de 18


Missour .d’après DPA de Missour (2009)

Tableau.1. Précipitation moyenne mensuelle de (2003-2008) à la station de 19


Missour. d’après DPA de Missour (2009)

Tableau.1. L’évolution de la population des communes de Missour selon le 26


recensement 1994-2004. (D’après la province de Missour (2009)

Tableau.2. Débits maximums instantanés (m3/s) à la station de Missour (D’après 33


DPE).

Tableau.2. Pentes des oueds de la région (d’après ABH de la Moulouya, 2004) 42

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 97 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Tableau.2. Caractéristiques morphométriques des oueds traversant la ville de 46


Missour (ABHM, et travail personnel)

Tableau.3. Dégâts concernant le secteur agricole. D’après la province de 63


Boulemane (2008)

Tableau.4. Fiche technique du mur de protection en réalisation sur l’oued 76


Lamrayer afin de protéger le quartier Al Massira.

Liste des photos

Photo.1.1 l’alfa, espèce végétale largement dominante sur les versant de la vallée 16
de la Moulouya à Missour (photo du bassin Chouf cherg 2009)

Photo.2.1 Confluence de l’oued Moulouya et l’oued Chouf Cherg au sud ouest de 32


la ville de Missour.
Photo.3.1 La station hydrologique de Missour, qui a été détruit par la crue de 10 59
oct.
Photo.4.1 Mur de maçonnerie pour protéger le quartier ERAC contre le 71
débordement de l’oued Chouf Cherg et de la chaâbat voisine.

Photo.4.2 Ouvrage de dérivation et chenal d’évacuation des crues de la chaabat 76


Ouest.

Liste des planches photos

Planche Phlotos.1.1 L’état de la couverture végétale dans la région de Missour 17

Planche Phlotos.1.2 Les oueds traversant la ville de Missour 24

Planche Phlotos.1.3 Exemples de l’extension urbaine non contrôlé. 27

Planche Phlotos. 2.1 . Zones menacées par le risque d’inondation situent en rives de l’oued 35
Lamrayer et Chouf Cherg

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 98 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Planche Phlotos. 2.2 Zones menacées par le risque d’inondation situent en rives de l’oued 36
Moulouyq.

Planche Phlotos.2.3 l’activité de l’érosion dans 39


les berges friables de l’oued Chouf Cherg
Planche Phlotos.2.4 La destruction de la couverture végétale par la violence crue. 45

Planche Phlotos.2.5 Pont menant à ancien Misour à la proximité de la ville. 47

Planche Phlotos.2.6 Pont sous dimensionné, colmatée par la charge solide. 48

Planche Phlotos.2.7 un exemple des crues urbains (20/09/08). 49

Planche Phlotos.2.8 carrières utilisées pour l’exploitation des sables (oued Chouf 50
Cherg)
56

Planche Phlotos.3.1 Illustrations d’exemples d’arbres arrachés par la crue du 10 58


octobre 2008.
Planche Phlotos.3.2 Apports solides charriés par l’écoulement en période de crue 60
puis piégés par les piliers et buses des ponts.
Planche Phlotos.3.3 Exemples des espaces inondés dans le secteur de Missour par 63
la crue du 10 octobre.

Planche Phlotos.3.4 Les Photos montrent les effets de l'inondation de 10/10/2008 64


sur les infrastructures de la ville de Missour.
Planche Phlotos.3.5 Les effets des intempéries sur le secteur agricole. 65

Planche Phlotos.3.6 L’endommagement de l’infrastructure routière 65

Planche Phlotos.3.7 Exemple d’endommagement ayant affecté l’infrastructure 66


électrique (1) et l’école de Sidi Boutayeb (2).

Planche Phlotos.4.1 les seuils en gabion installés pour protéger les berges et 73
atténuer la vitesse de l’écoulement de l’oued Lamrayer.
Planche Phlotos.4.2 Murs de protection en maçonnerie sur l’oued Lamrayer, 74

Planche Phlotos.4.3 Mur de protection en phase de construction pour protéger 77


quartier Al Massira

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 99 - --------------------------------------------------QADEM


Etude de l’inondation du 10 Octobre 2008 à Missour -----------------------------------

Mémoire de fin d’étude du Maser ------------------------ - 100 - --------------------------------------------------QADEM