Vous êtes sur la page 1sur 4

Gadio ouvre le feu dans tous les sens

Extrait du lasquotidien.com

LANCEMENT DU MOUVEMENT POLITIQUE CITOYEN

Gadio ouvre le feu dans tous les sens

- Actualites -

Date de mise en ligne : dimanche 9 mai 2010

lasquotidien.com

Gadio ouvre le feu dans tous les sens

Depuis le 4 avril dernier, célébration du cinquantenaire de l'indépendance, l'ancien ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères du Sénégal a mis en place le « Mouvement politique citoyen ». « Monarchisation » du pays, « agencisation », « mal gouvernance », chantiers de

, tendre la main aux autres mouvements citoyens, à Benno, mais aussi à ces « patriotes » qui, selon lui, dorment au sein du Parti démocratique Sénégalais (Pds) et de la Cap 21. Pour l'ancien chef de la diplomatie sénégalaise, « Luy Jot Jotna ». Et c'est le slogan du mouvement citoyen qu'il a lancé à travers un manifeste pour le moins incendiaire.

l'Anoci, Vice-Présidence, Loi Ezzan

Cheikh Tidiane Gadio a fait feu de tout bois, non sans

« Le projet de dévolution dynastique du pouvoir était secret, rampant puis debout »

Après plusieurs consultations (rencontres avec l’opposition, la société civile…), l’ancien ministre des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, s’est résolu à réagir face à « l’affaissement des institutions de la gouvernance démocratique, politique et économique » et « la découverte d’un « projet » (d’abord secret et « rampant », ensuite de plus en plus assumé et « debout ») de dévolution dynastique du pouvoir dans notre République » comme lui même l’écrit dans un manifeste, en date du 4 avril dernier, endossé au nom du Mouvement Politique Citoyen (Mpc). Pour Gadio, l’heure est grave car « le Sénégal, terre africaine d’érudition, de sagesse, de paix, de tolérance et de concorde, traverse une des plus graves crises de son histoire institutionnelle, politique, économique et sociale des cinquante dernières années (…). Pays jadis envié et cité en exemple pour sa riche et belle histoire politique et intellectuelle (pluralisme politique, liberté de la presse, société civile active et dynamique, intelligentsia de pointe, avant-garde culturelle, engagement panafricaniste, armée républicaine, alternance pacifique ornée de gestes d’élégance entre vaincus et vainqueurs…), le Sénégal est aujourd’hui la risée de nos compatriotes africains », écrit l’ancien ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères.

« (…) Le 22 mars 2009, le peuple s’est opposé au projet monarchique… »

Celui s’offusque des milliards investis dans les chantiers de l’Anoci, « car les Sénégalais - s’ils avaient été consultés – auraient, à la quasi-unanimité, préféré l’achèvement ou la réhabilitation de toute infrastructure routière majeure de désenclavement des régions, ou bien la construction de grandes pistes de production pour l’écoulement des récoltes, à « la plus belle corniche d’Afrique », affirme Gadio qui dénonce aussi « la multiplication des scandales financiers et l’amplification des formes de corruption, de chantage et de racket des entrepreneurs, du refus de « rendre compte », de l’impunité (réservée à certains), de l’affaissement des institutions et de la mal-gouvernance endémique ». Face à tous ces maux, Gadio refuse de se réfugier derrière un fatalisme et préfère lancer le Mouvement politique citoyen (Mpc) car, selon lui, « Luy Jot Jotna ! » (Il est urgent d’agir !) ». Surtout que, selon l’ancien chef de la diplomatie, plusieurs repères dont « le formidable élan de dignité, de résistance et d’opposition du peuple sénégalais au « projet monarchique », brillamment exprimés lors des élections locales du 22 mars 2009 » ont indubitablement façonné notre identité politique citoyenne. « Notre identité politique marquante est donc d’être des citoyens conscients de leurs responsabilités devant l’histoire et qui refusent désormais de déléguer le pouvoir de décider et de conduire les affaires de la cité, c'est-à-dire nos affaires, à des politiciens professionnels, incarnation par excellence de la politique par représentation et par délégation, figure abhorrée de la politique qui, aujourd’hui, est historiquement en faillite », analyse le désormais consultant international.

« …Des cadres et ténors du Pds qui tous refusent, pour le moment, de soutenir publiquement ou d’endosser le « projet monarchique »

Gadio ouvre le feu dans tous les sens

Pour un changement dans la gestion du pays, le Mpc « soumettra au peuple sénégalais le projet d’une nouvelle constitution qui fera partie de ses propositions pour la renaissance démocratique et le renouveau institutionnel du Sénégal. Cette constitution diffusée en version écrite et orale dans toutes les langues du pays sera discutée sur toute l’étendue du territoire national et dans la Diaspora sénégalaise ». Même si Gadio reconnaît que l’alternance survenue en 2000 « constitue un exemple à répéter à intervalles réguliers afin d’éviter l’enlisement au pouvoir de dirigeants qui, pour se garantir une impunité, recourent de plus en plus à la « monarchisation » de nos fragiles républiques, entre autres, par une dévolution dynastique du pouvoir d’Etat, souvent par le biais d’élections massivement frauduleuses ».

Saluant le travail de Benno qu’il considère comme un partenaire, l’ancien chef de la diplomatie pense que « les conclusions des Assises constituent une précieuse contribution versée dans la corbeille plus large des multiples initiatives en cours, partout dans le pays et dans la Diaspora, et visant à épargner au Sénégal l’aventurisme destructeur d’individus dénués de valeurs et de principes qui complotent au quotidien le passage en force du projet de « succession dynastique » dans notre pays, projet désormais démasqué et voué à un échec certain et inéluctable ! ». Dans Benno mais aussi dans la Cap 21, selon Gadio, de « nombreux patriotes (…), discrètement ou ouvertement, s’opposent au démantèlement des institutions de notre pays de même qu’au complot contre notre peuple, que symbolise le « projet » de dévolution dynastique du pouvoir. Ces nombreux patriotes au sein de la Cap 21 ne cachent pas leur révulsion et leur embarras devant les lois dites du reniement comme le retour au septennat, la remise sur pied du Sénat, la création autoritaire du poste de vice-président, l’humiliation de l’Assemblée nationale et sa neutralisation, la fameuse et fort embarrassante « Loi Ezzan ». Mais aussi, Gadio « reconnaît et salue le combat courageux des cadres et ténors du Pds qui tous refusent, pour le moment, de soutenir publiquement ou d’endosser le « projet monarchique » et avouent même en privé leur profonde détestation et leur ferme opposition à ce projet de succession dynastique. Ceci est réconfortant et fait du fameux « projet » une affaire privée, totalement isolée et strictement familiale ».

Main tendue à Bara Tall, Youssou Ndour, Mamadou Lamine Diallo, Mansour Sy Djamil…

Pour réussir sa mission, le Mpc « tend une main fraternelle à toutes les nouvelles forces émergeantes, entre autres, le mouvement Tekki de Mamadou Lamine Diallo, Demain le Sénégal de Mansour Sy Djamil, le Mouvement citoyen de Bara Tall et Fekke Maci Boole de Youssou Ndour et à bien d’autres leaders de formations politiques, de mouvements citoyens, d’organisations de la société civile, de mouvements de Femmes, d’associations du monde rural, d’organisations de Jeunes et d’étudiants, de groupements intellectuels, d’organisations professionnelles et de Chefs d’Entreprises, d’organisations de la famille des Arts, de la culture, de la musique, en somme de tous les créateurs de beauté (avec une insistance sur le mouvement citoyen par excellence qu’est le Mouvement Hip-Hop), sans oublier les cadres indépendants et le secteur informel… ».

« Pourquoi les projets de succession »

Pour l’ancien chef de la diplomatie, « le pouvoir actuel doit admettre que la vérité précède le pardon et non l’inverse ; et que l’opposition à son tour reconnaisse qu’une véritable culture démocratique de l’alternance pacifique, périodique et normale, doit exclure la propension à menacer et à promettre l’enfer aux dirigeants en place, ce qui installe souvent ces derniers dans la peur et le recours aux projets de succession dynastique comme boucliers de protection post-magistère ». Aussi, le Mpc compte proposer aux Sénégalais dix mesures « essentielles et prioritaires ». Parmi lesquelles la restauration de « l’Etat de droit et ses institutions fondamentales, le « patriotisme constitutionnel » et le sacerdoce du service public pour une République vertueuse, tout en plaçant le citoyen au début et à la fin de notre système politique et institutionnel ; dans ce cadre il s’agit de rendre l’Administration aux professionnels de l’Administration, en mettant fin à « l’Agencisation » tous azimuts », en luttant contre la mal gouvernance… Le premier acte citoyen du mouvement, selon Gadio, « sera une campagne nationale et internationale soutenue contre les velléités de

Gadio ouvre le feu dans tous les sens

suppression du 2e tour de l’élection présidentielle ». De même, « nous participerons aussi à toute campagne ou initiative contre la rétention des cartes d’identité et pour l’inscription massive des citoyens (les jeunes en particulier) sur les listes électorales. Nous nous associerons aussi et immédiatement à la bataille pour un fichier électoral dûment audité et comprenant tous les citoyens qui satisfont les critères et qui le souhaitent. Les vraies démocraties n’ont pas peur d’une participation massive des citoyens au jeu politique et le Sénégal se targue d’en être une ! ».

Cheikh Mbacké GUISSE