Vous êtes sur la page 1sur 50

Royaume du Maroc ‫ﺍﻟﻤﻤﻠﻜﺔ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‬

Ministère de l'Intérieur ‫ﻭﺯﺍﺭﺓ ﺍﻟﺪﺍﺧﻠﻴﺔ‬


Fondation Hassan II pour les ‫ﻣﺆﺳﺴﺔ ﺍﻟﺤﺴﻦ ﺍﻟﺜﺎﻧﻲ‬
Œuvres Sociales des Agents d'Autorité ‫ﻟﺮﻋﺎﻳﺔ ﺍﻟﺸﺆﻭﻥ ﺍﻻﺟﺘﻤﺎﻋﻴﺔ ﻟﺮﺟﺎﻝ ﺍﻟﺴﻠﻄﺔ‬

MARCHE N° /2015/FH2

APPEL D’OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX


N° 03/2015/FH2

Pour

La réalisation des travaux de construction d’un centre


d’estivage à Ifrane (Lot n° 04 : Revêtement – Faux plafond).

Décembre 2015
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 2 -

ROYAUME DU MAROC
MINISTERE DE L’INTERIEUR
FONDATION HASSAN II POUR LES ŒUVRES SOCIALES
DES AGENTS D’AUTORITE

MARCHE N° /2015/FH2

APPEL D’OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX


N° 03/2015/FH2

Passé en application des dispositions de l’alinéa 2 du paragraphe 1 de l’article 16 et du paragraphe 1 de


l’article 17 et l'alinéa 3 du paragraphe 3 de l'article 17 du Décret n° 2.12.349 du 8 Joumada I 1434 (20 Mars
2013) relatif aux marchés publics.

Pour

La réalisation des travaux de construction d’un centre d’estivage à Ifrane


( Lot n° 04 : Revêtement – Faux plafond).

PASSE AVEC :

Architecte

BENABOUD Abdelilah

8, Rue Taroudant – Meknès


Tél / Fax : 05-35-52-50-39
Email : abd.benaboud@gmail.com
GSM :06 61 20 38 98
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 3 -

SOMMAIRE
CHAPITRE I : CLAUSES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES ........................................................................................ 6
ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHE ..................................................................................................................................... 6
ARTICLE 2 : DESCRIPTION SOMMAIRE DES OUVRAGES ................................................................................................. 6
ARTICLE 3 : PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE ......................................................................................................... 6
ARTICLE 4 : DOCUMENTS GENERAUX ET TEXTES SPECIAUX ......................................................................................... 6
ARTICLE 5 : VALIDITE - DELAI DE NOTIFICATION DE L’APPROBATION ............................................................................. 7
ARTICLE 6 : PIECES MISES A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR ............................................................................. 8
ARTICLE 7 : SUIVI ET CONTROLE DE L'EXECUTION DU MARCHE .................................................................................... 8
ARTICLE 8 : PRESENCE DE L'ENTREPRENEUR - DIRECTION ET ENCADREMENT DU CHANTIER ..................................... 8
ARTICLE 9 : DOCUMENTS ............................................................................................................................................... 9
ARTICLE 10 : ORDONNANCEMENT ET PLANNING D'EXECUTION DES TRAVAUX ........................................................... 10
ARTICLE 11 : QUALITE DES TRAVAUX – MATERIAUX - ECHANTILLONAGE .................................................................... 11
ARTICLE 12 : PLANS D'EXECUTION ET NOTES DE CALCULS ......................................................................................... 12
ARTICLE 13 : MATERIEL ET ENGINS DE CHANTIER ....................................................................................................... 12
ARTICLE 14 : OBLIGATIONS DIVERSES DE L'ENTREPRENEUR ...................................................................................... 12
ARTICLE 15 : ORGANISATION DU CHANTIER - MATERIEL ET PERSONNEL .................................................................... 12
ARTICLE 16 : RESTRICTION DANS L'EMPLOI DE LA MAIN D’ŒUVRES ET LUTTE CONTRE LE CHOMAGE ....................... 13
ARTICLE 17 : AUGMENTATION, DIMINUTION OU CHANGEMENT DANS LA MASSE DES TRAVAUX.................................. 13
ARTICLE 18 : TRAVAUX SANS AUTORISATION .............................................................................................................. 13
ARTICLE 19 : DOMICILE DE L'ENTREPRENEUR ............................................................................................................. 13
ARTICLE 20 : DELAI D'EXECUTION- PENALITES............................................................................................................. 13
ARTICLE 21 : REGLEMENT DES DIFFERENDS ET LITIGES ............................................................................................. 14
ARTICLE 22 : CAUTIONNEMENTS .................................................................................................................................. 14
ARTICLE 23 : ASSURANCES – RESPONSABILITÉ ........................................................................................................... 14
ARTICLE 24 : ORDRES DE SERVICE - INSTRUCTIONS – LETTRES ................................................................................. 15
ARTICLE 25 : AJOURNEMENT - CESSATION DES TRAVAUX ........................................................................................... 15
ARTICLE 26 : GARANTIE - RETENUE DE GARANTIE ....................................................................................................... 15
ARTICLE 27: RECEPTION DES TRAVAUX ....................................................................................................................... 15
ARTICLE 28 : NATURE DES PRIX ................................................................................................................................... 15
ARTICLE 29 : CARACTERE ET VARIATION DES PRIX ..................................................................................................... 16
ARTICLE 30 : MODALITES D’EVALUATION - ATTACHEMENT .......................................................................................... 16
ARTICLE 31 : MODE DE REGLEMENT DES TRAVAUX ..................................................................................................... 16
ARTICLE 32 : RETENUE A LA SOURCE .......................................................................................................................... 17
ARTICLE 33 : SOUS-TRAITANCE .................................................................................................................................... 17
ARTICLE 34 : FRAIS DE TIMBRES ET D'ENREGISTREMENT ........................................................................................... 18
ARTICLE 35 : NANTISSEMENT ....................................................................................................................................... 18
ARTICLE 36 : MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE................................................................................................... 18
ARTICLE 37 : NETTOYAGE DU CHANTIER ..................................................................................................................... 19
ARTICLE 38: CAS DE FORCE MAJEURE ......................................................................................................................... 19
ARTICLE 39 : RESILIATION DU MARCHE ........................................................................................................................ 19
ARTICLE 40: LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION ..................................................................................... 19
ARTICLE 41 : ENGAGEMENT D’UN METREUR VERIFICATEUR ....................................................................................... 19
ARTICLE 42 : COMPTE PRORATA .................................................................................................................................. 20
C H A P I T R E II : MODE D’EXÉCUTION ET D’ÉVALUATION DES OUVRAGES ................................................................ 21
ARTICLE 1 – GENERALITES ............................................................................................................................................ 21
ARTICLE 2 : - REVETEMENTS ......................................................................................................................................... 22
ARTICLE 3 : FAUX PLAFONDS EN STAFF ........................................................................................................................ 26
CHAPITRE III : DESCRIPTION DES OUVRAGES ............................................................................................................ 33
1- REVÊTEMENT INTERIEUR ......................................................................................................................................... 33
2 – REVETEMENT DE SOL EXTERIEUR .......................................................................................................................... 40
3– REVETEMENT EXTERIEUR FACADE ......................................................................................................................... 42
4 – FAUX PLAFOND ....................................................................................................................................................... 42
5 – DIVERS.................................................................................................................................................................... 45
CHAPITRE IV : BORDEREAU DES PRIX – DETAIL ESTIMATIF ....................................................................................... 47
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 4 -

Entre

La fondation Hassan II pour les Œuvres sociales des Agents d’Autorité du Ministère de l’Intérieur,
représentée par le Président Délégué de la fondation Hassan II.

Désigné ci-après par le terme "Maître d’Ouvrage",

D'une part
Et

1. Cas d’une personne morale

M. …………………………..qualité ………………………………………….
Agissant au nom et pour le compte de (Raison sociale et forme juridique)
Au capital social …………………………..
(Adresse du siège social de la société)
(Adresse du domicile élu
Affilié à la CNSS sous n° ………….…
Registre de commerce de ……………… (Localité) Sous le n°……………………………
Patente n° ………………….…..
Compte bancaire RIB (numéro)………………………………………………………………
Ouvert auprès de…………….. au nom de la société
En vertu des pouvoirs qui lui sont conférés.
D’autre part

IL A ETE ARRETE ET CONVENU CE QUI SUIT

2. Cas de personne physique

M ………………………………… qualité ……………………………………..…………….


Agissant en son nom et pour son propre compte.
Faisant élection de domicile au ……………………………………….................………………
Affilié à la CNSS sous n° ………………………………………..
Registre de commerce de …………… (Localité) …………..sous le n°……………………
Patente n° ………………….…
Compte bancaire RIB (numéro)……………….. …………………………………..
Ouvert auprès de……………………………………………………………….…….

D’autre part

IL A ETE ARRETE ET CONVENU CE QUI SUIT


ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 5 -

3. cas d’un groupement

Dans ce cas, il y a lieu de rappeler les références de la convention constitutive du groupement (article 157 du décret du
20 Mars 2013 relatif aux marchés publics) la nature du groupement, l’identité et les références de chacun des membres
du groupement.
Les membres du groupement constitué aux termes de la convention (les références de la convention) soussigné :

- Membre 1 :
M …………………………………………………qualité …………………………..…………….
Agissant au nom et pour le compte de…………………en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés.
Au capital social ………………………….. Patente n° ………………………………………….…..
Registre de commerce de …………………Sous le n°………………………………………….
Affilié à la CNSS sous n° …………………………………………………….….
Faisant élection de domicile au ………………………………………………...................
Compte bancaire RIB (24 positions)…………………………………………….
Ouvert auprès de……………………………………………………………………………………..

- Membre 2 :
(Servir les renseignements le concernant)

- Membre n° n :
- …………………………………………………………………………………………
- ……………………………………………………………………………………..

Nous nous obligeons (conjointement ou solidairement, selon la nature du groupement) ayant


M………………………………………………………………………..… (Prénom, nom et qualité) en tant que
mandataire du groupement, ayant un compte bancaire commun RIB (24
positions)………..……………………………….
Ouvert auprès de…………………………………..……………………………………….
D’autre part

IL A ETE ARRETE ET CONVENU CE QUI SUIT


ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 6 -

CHAPITRE I : CLAUSES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES

ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHE

Le présent marché a pour objet la réalisation des travaux de construction du centre d’estivage à IFRANE
lot n° 04 : Revêtement – Faux plafond.
Le présent marché a pour objet de définir les ouvrages à réaliser ou les matériels ou installation mises en
œuvre et en ordre de marche par l'Entrepreneur et les exigences fonctionnelles auxquelles ces ouvrages et
installations devront répondre, ainsi que les prescriptions auxquelles l'exécution des travaux sera
assujettie, afin de réaliser la totalité des ouvrages, objet du présent lot intitulé :
LOT n°04 : REVETEMENTS SOLS & MURS ET FAUX PLAFOND
ARTICLE 2 : DESCRIPTION SOMMAIRE DES OUVRAGES

Le projet comprend les composantes suivantes :


1 Hôtel de 20 chambres
1 Immeuble avec 12 studios
1 Immeuble avec 6 appartements
4 Chalets jumelés type villa
1 Piscine couverte avec vestiaires.

Les travaux du présent lot comprennent : fournitures, transport, mise en œuvre, et toutes sujétions pour :
- Revêtements des sols.
- Revêtements des murs.
- Revêtement de façade
- Faux plafond
- Divers

ARTICLE 3 : PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE

Les obligations de l’entrepreneur pour l’exécution des travaux objet du marché, résulteront de l’ensemble des
documents ci-dessous :
1. L’acte d’engagement
2. Le présent cahier des prescriptions spéciales
3. Les plans de repérage
4. Le bordereau des prix - détail estimatif
5. Le cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés de travaux exécutés pour
le compte de l’Etat (CCAG-T).

En cas de contradiction ou de différence entre les pièces constitutives du marché, ces pièces prévalent dans
l’ordre où elles sont énumérées ci-dessus.

ARTICLE 4 : DOCUMENTS GENERAUX ET TEXTES SPECIAUX


A - DOCUMENTS GENERAUX

Décret n° 2-12-349 du du 8 Joumada I 1434 (20 Mars 2013) relatif aux marchés publics;
Dahir du 28 Août 1948 relatif au nantissement, tel qu’il a été modifié et complété;
Dahir n° 1-56-211 du 11 Décembre 1956 relatif aux garanties pécuniaires des soumissionnaires et
adjudicataires de marchés publics;
Décret n° 2-99-1087 du 29 Moharrem 1421 (4 Mai 2000) approuvant le CCAG-T;
Dahir n° 1-03-194 du 14 Rajeb 1424 (11 Septembre 2003) portant promulgation de la loi n° 65-99
relative au code de travail;
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 7 -

Décret Royal n° 330-66 du 10 Moharrem 1387 (21 Avril 1967) portant règlement général de
comptabilité publique tel qu’il a été modifié et complété;
Décret 2-07-1235 du 05 kaada 1429 (04 Novembre 2008) relatif au contrôle des dépenses de l’Etat;
Décret n° 2-03-703 du 18 Ramadan 1424 (13 Novembre 2003) relatif aux délais de paiement et aux
intérêts moratoires en matière de marchés de l’Etat;
Circulaire n° 72/CAB du 26 Novembre 1992 d’application du Dahir n° 1-56-211 du 11 Décembre
1956 relatif aux garanties pécuniaires des soumissionnaires et adjudicataires de marchés publics.
Arrêté du chef de gouvernement n° 3-205-14 du 09/06/2014 fixant les règles et conditions de révision
des prix des marchés publics.

Tous les textes réglementaires ayant trait aux marchés de l’Etat rendus applicables à la date d’ouverture des
plis.

L’entrepreneur devra se procurer ces documents s’il ne les possède pas et ne pourra en aucun cas exciper
de l’ignorance de ceux-ci et se dérober aux obligations qui y sont contenues.

B/ TEXTES SPECIAUX :

Le devis général d’architecture (DGA) fixant les conditions que tous les travaux concernant les
bâtiments administratifs (dernière édition), ainsi que le DGA (travaux d’assainissement); approuvé le
27-02-1956 et rendu applicable par le Décret Royal 406-67 du 17-07-1967;
Le devis général pour les travaux d’assainissement (Edition 1961) D.G.T.A;
Les règles définissant les effets de la neige et du vent (NV 65);
Tous les textes législatifs et réglementaires concernant l’emploi, les salaires de la main d’œuvre
particulièrement le décret royal n° 2.73.685 du 12 Kaâda 1393 (8 Décembre 1973) portant
revalorisation du salaire minimum dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et
l’agriculture;
Les Décrets, règlements ou normalisations complétant les susvisés, qui seront publiés
postérieurement à l’élaboration du présent CPS, et connus à la date de la soumission;
Les DTU 43 et 43-1 relatifs aux travaux d’étanchéité.

En l’absence de normes marocaines, les normes françaises et en particulier les D.T.U (Documents
Techniques Unifiés) se rapportant aux travaux du bâtiment;

En cas de contradiction entre les divers textes, les derniers en date prévaudront.

La loi n° 12-90 du 15 Dihijja 1412 (17 Juin 1972) relative à l’urbanisme;


Le Décret n° 2.94.223 du 6 Moharrem 1415 (16 Juin 1994) relatif à la qualification des entreprises de
bâtiments et de travaux publics.
L’arrêté

Les règles applicables seront celles en vigueur au moment de l’ouverture des plis.

L’entrepreneur, s’il ne les possède pas, devra se procurer les textes ci-dessus énumérés. Il ne pourra en
aucun cas exciper de l’ignorance de ces documents pour se soustraire aux obligations qui en découlent.

ARTICLE 5 : VALIDITE - DELAI DE NOTIFICATION DE L’APPROBATION

Le présent marché ne sera valable et définitif qu’après son approbation par l’autorité Compétente.

Conformément à l'article 153 du Décret n° 2-12-349, l’approbation du marché doit être notifiée à l’attributaire
dans un délai maximum de 75 jours à compter de la date d’ouvertures des plis. Dans le cas où le délai de
validité des offres est prorogé conformément au deuxième alinéa de l’article 33 du décret précité, le délai
d’approbation ci-dessus est majoré d’autant de jours acceptés par l’attributaire du marché.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 8 -

Si la notification de l’approbation n’est pas intervenue dans ce délai l’attributaire est libéré de son
engagement vis-à-vis du maître d’ouvrage. Dans ce cas, main levée lui est donnée de son cautionnement
provisoire.

Toutefois, le maître d’ouvrage peut, avant l’expiration du délai, proposer à l’attributaire, par lettre
recommandée avec accusé de réception ou par fax confirmé, de maintenir son offre pour une période
supplémentaire ne dépassant 30 jours.

L’attributaire doit faire connaître sa réponse avant la date limite fixée par le maitre d’ouvrage. En cas de refus
de l’attributaire, main levée lui est donnée de son cautionnement provisoire.

Le maitre d’ouvrage établit un rapport, dûment signé par ses soins, relatant les raisons du non approbation
dans le délai imparti. Ce rapport est joint au dossier du marché

ARTICLE 6 : PIECES MISES A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR

Aussitôt après la notification de l’approbation du marché, le maître d’ouvrage remet gratuitement à


l’entrepreneur, contre décharge, les documents constitutifs du marché en l’occurrence les pièces
expressément désignées à l’article 3 ci-dessus, à l’exception du cahier des clauses administratives générales.

Le maître d’ouvrage ne peut délivrer ces documents qu’après constitution du cautionnement définitif.

ARTICLE 7 : SUIVI ET CONTROLE DE L'EXECUTION DU MARCHE

Le suivi de l’exécution du marché est confié conjointement à l’architecte chargé du projet, au Bureau d’Etudes
Techniques "BET", et aux services techniques de la Fondation Hassan 2 pour les œuvres sociales des
agents d’autorité du Ministère de l’Intérieur à Rabat.
Pendant toute la durée des travaux, les agents de contrôle auront libre accès sur le chantier et pourront
prélever aussi souvent que nécessaire les échantillons de matériaux et matériels mis en œuvre pour essais et
examens.
Ils vérifieront la conformité de l'exécution avec les plans visés BON POUR EXECUTION remis à
l'entrepreneur.
Nonobstant le contrôle et la surveillance normale des travaux par l’administration, l’entrepreneur devra laisser
libre accès du chantier, aux ingénieurs chargés du contrôle, et leur présenter, s’ils le demandent toutes
pièces du marché et leur fournir tous renseignements et explications utiles pour l’accomplissement de leur
mission.

ARTICLE 8 : PRESENCE DE L'ENTREPRENEUR - DIRECTION ET ENCADREMENT DU CHANTIER

Les hommes de l’art auteurs du projet, sont chargés de la direction, du contrôle, de la surveillance des
travaux
L’entrepreneur est tenu de se conformer strictement aux ordres du maître d’œuvre, du BET, et du maître
d’ouvrage.
Toute décision qui comporterait des conséquences financières devra faire l’objet d’un ordre écrit préalable.
Tous les travaux faits en dehors de ceux qui sont compris dans le marché, ne seraient ni reconnus ni payés
par le maître d’ouvrage, à moins d’avoir fait l’objet d’une demande écrite.
Les rapports entre le maître d’œuvre et l’entrepreneur, sont établis par les pièces suivantes qui feront loi en
cas de contestations, notamment dans le cas où les ordres du maître d’œuvre auraient pour objet des travaux
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 9 -

ou dépenses supplémentaires, des changements dans le type ou la nature des matériaux à employer, des
modifications des projets adoptés :
Les plans;
Coupes;
Élévations;
Et descriptifs complémentaires fournis par l’administration.

Sur simple demande, le maître d’œuvre peut imposer à l’entreprise le remplacement de son représentant sur
le chantier.
Le remplacement de ce collaborateur doit être effectif dans un délai maximum de dix jours (10 jours) à
compter du jour de la demande du maître d’œuvre.
L’entrepreneur doit provoquer en temps utile les ordres de service et instructions écrites ou figurées qui lui
feraient défaut.
En aucun cas, il ne pourra invoquer l’absence d’ordres ou de renseignements pour justifier des retards ou
une exécution non conforme à la volonté de l’architecte.
Les rendez-vous de chantier auront lieu une fois par semaine, et suivant nécessité, au jour et heure fixés par
le maître d’œuvre.
Les réunions de chantier sont dirigées par l’Architecte et l’administration.
A chaque rendez-vous de chantier, l’entrepreneur doit assister ou se faire représenter par une personne
qualifiée et habilitée à prendre toute décision qui puisse engager son entreprise. Le seul fait de la présence
de ce représentant l’habilite à prendre des décisions sans qu’il puisse y être fait opposition par la suite par
l’entrepreneur dont il est l’employé.
A l’issue de chaque rendez-vous de chantier, il sera établi par l’architecte un procès verbal de réunion et
l’envoyer à tous les intervenants, sur son contenu. Faute de quoi le compte-rendu sera considéré comme
approuvé par tous les destinataires.
L’entrepreneur ne pourra faire valoir du non réception du procès-verbal ci-dessus comme justification lors de
la réunion suivante.
L’entrepreneur sera tenu d'assister personnellement aux visites de chantier et aux réunions qui lui seront
notifiées par le maître de l'ouvrage par lettre recommandée, par fax ou par courrier électronique.
La direction de ce chantier devra être effectivement assurée sans interruption.
L'entrepreneur, est tenu de fournir au maître d'ouvrage, et à sa demande, tous les renseignements
intéressant la qualification et les références de son personnel.

ARTICLE 9 : DOCUMENTS

Il est précisé que les pièces écrites primeront toujours sur les documents graphiques.
Les plans remis à l'entrepreneur restent la base d'exécution mais ne peuvent en aucune manière enlever à
l'entrepreneur l'entière responsabilité de ses ouvrages.
L'entrepreneur étant réputé homme de l'art, il lui appartient de soumettre tous détails d'exécution à partir des
plans de base, qui lui sembleront nécessaires pour la pérennité des ouvrages qu'il doit réaliser.
L'entrepreneur est tenu de vérifier les côtes et de signaler, par écrit en temps voulu, toutes erreurs matérielles
qui auraient pu se glisser dans les plans ou pièces écrites qui lui seraient notifiés.
La non observation de cette prescription entraînera la responsabilité de l'entrepreneur qui endossera les frais
nécessaires à la remise en ordre des ouvrages.
Aucune côte ne sera prise à l'échelle sur les plans, de l’administration pour l'exécution des travaux.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 10 -

L'entrepreneur devra s'assurer sur place avant toute mise en œuvre, de la possibilité de suivre les côtes et
indications des plans et dessins de détail.
Dans le cas de doute il se référera immédiatement au maître d'ouvrage par écrit.

Si les désignations du devis particulier ou des plans ne sont pas jugées suffisantes, il demeure bien entendu
que la signature du marché implique que les renseignements complémentaires ont été obtenus par
l'entrepreneur avant la remise de ses offres de prix.
L'entrepreneur sera tenu de demander les documents de base (plans et pièces écrites) par lettre
recommandée.
Il en sera de même pour tous plans modificatifs.
Il ne pourra ainsi jamais se prévaloir d'un manque de documents ou instructions pour une réclamation
quelconque.

ARTICLE 10 : ORDONNANCEMENT ET PLANNING D'EXECUTION DES TRAVAUX

L'entrepreneur est tenu de soumettre à l'agrément du maître d'ouvrage dans les quinze jours (15 jours)
suivant la notification de l'approbation de son marché, le programme des opérations, selon lequel il compte
conduire les travaux.
Ce programme d'opérations doit permettre l'étude générale d'ordonnancement et de planification du chantier.
Il sera présenté sous forme d'un planning détaillé et fera ressortir les délais d'exécution des travaux par
phase et par tâche.
Il deviendra contractuel après son approbation par le maître d'ouvrage.
Ce planning fait obligation à l'entrepreneur :
De commencer les travaux aux dates prévues;
De prendre toutes les mesures nécessaires pour réaliser ses études et approvisionnements, de telle
sorte qu'il n'en résulte pas de retard sur le déroulement des travaux;
De terminer chaque tâche aux dates portées sur ce planning.

Lorsque des circonstances extérieures imprévisibles risquent de perturber le déroulement normal des
travaux, l'entrepreneur est tenu d'en aviser sans retard l’administration.

Il en est de même lorsque les travaux relevant de l'activité de l'entrepreneur peuvent être exécutés plutôt que
prévu sans perturber les tâches précédentes.

Le planning détaillé d'exécution est établi à la diligence du maître d'ouvrage.


Ce planning doit s'inscrire dans le planning enveloppe établi par l’administration.

En vue de l'établissement du planning d'exécution l'entrepreneur est tenu de fournir, dans les quinze (15)
jours calendaires qui suivent le lendemain de la notification l’approbation du marché, les éléments
nécessaires à l'établissement de ce planning et notamment :
La décomposition en phases élémentaires d'intervention de ses propres travaux;
Le nombre et les rendements des équipes nécessaires à l'exécution du chantier;
Les délais de fabrication et d'approvisionnement des matériels et matériaux.

D'une façon générale, tous renseignements facilitant l'élaboration du planning.


Le planning détaillé d'exécution est soumis à l'approbation du maître d'ouvrage.

Après cette approbation l'entrepreneur est tenu de respecter strictement ce planning et de résorber tout
retard constaté sur les différentes tâches et notamment sur les tâches sans marge libre.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 11 -

Le planning détaillé d'exécution est affiché dans le bureau de chantier et mis à jour par l’administration qui
attirera immédiatement l'attention de l'entrepreneur en cas de retard et étudiera avec ce dernier les moyens
permettant de le résorber.

L'entrepreneur doit organiser son chantier et prévoir ses interventions suivant les plannings ou programmes
qui lui sont remis par le maître d'ouvrage.
En cas de désaccord sur les instructions qui lui sont données, il doit aviser immédiatement le maître
d‘ouvrage.

L'entrepreneur s'engage à signaler en temps utile toute circonstance ou difficulté, de quelque nature qu'elle
soit, pouvant avoir des répercutions sur le déroulement normal des travaux.

Il est en particulier tenu de vérifier à tout moment la situation de ses commandes et approvisionnements et
d'en tenir le maître d'ouvrage informé.

Il est précisé que les emplacements sur lesquels l'entrepreneur aura à exécuter successivement les travaux
pourront être quelconques.

L'entrepreneur pourra être amené à exécuter des travaux à un emplacement déterminé puis ensuite à
reporter ses équipes à un emplacement non contigu au premier, qui lui sera désigné par le maître d'ouvrage,
imposé par l'avancement des travaux d'autres corps d'Etat.

L'entrepreneur devra prévoir éventuellement le nombre d'équipes suffisant pour mener simultanément des
travaux sur plusieurs points du chantier.

Si à un moment quelconque en cas d'exécution, le maître d'ouvrage constate que les programmes ne sont
pas respectés, l'entrepreneur devra remanier l'organisation de son chantier.
Les conséquences de ce remaniement seront aux frais de l'entrepreneur.

Les difficultés que pourrait rencontrer l'entrepreneur ne pourront en aucun cas justifier une demande de
prolongation de délais, ni l'autoriser à présenter une réclamation basée sur ce chef.

ARTICLE 11 : QUALITE DES TRAVAUX – MATERIAUX - ECHANTILLONAGE


L’ouvrage doit être conforme en tous points aux règles de l’art, exempt de toutes malfaçons. S’il ne satisfait
pas à ces conditions, il sera refusé, démoli et refait aux frais de l’entreprise qui au surplus, devra couvrir le
maître d’ouvrage de tous les préjudices qui peuvent être la conséquence de ses défauts dans la réalisation
des travaux.
L’entrepreneur est responsable vis à vis du maître d’ouvrage des fautes et des malfaçons commises par ses
agents ou ouvriers dans la fourniture et l’emploi des matériaux, matériels, et appareils, ainsi que des fautes et
malfaçons commises par les entrepreneurs spécialisés dont il s’est assuré le concours, leurs agents ou leurs
ouvriers, sauf son recours éventuel contre ceux-ci.
En cas d’emploi de procédés ou d’appareils brevetés en tout ou partie, l’entrepreneur garantit le maître
d’ouvrage contre toute revendication des tiers et notamment des titulaires de brevets.

L'entrepreneur devra fournir avant approvisionnement, la liste complète comportant toute indication sur la
marque, la qualité et la provenance des matériels et matériaux qu'il compte utiliser, ainsi qu'un
échantillonnage correspondant à cette liste.

Ces échantillons seront soumis à l'agrément de la maîtrise d’œuvre avant mise en œuvre.
Tout matériel ou matériau non conforme à l'échantillon sera obligatoirement refusé.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 12 -

La demande de réception du matériel devra être présentée au moins sept(7) jours avant son emploi.

L'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions nécessaires à la vérification et l'acceptation des
matériaux par le maître d'ouvrage afin de ne pas gêner la bonne marche des travaux.

ARTICLE 12 : PLANS D'EXECUTION ET NOTES DE CALCULS

Plans d’exécution
Les plans d’exécutions seront remis à l’entreprise par le maître d’ouvrage.

L’entreprise aura à réaliser à son frais les plans d’exécution qui devraient être approuvés par l’architecte et le
maître d’ouvrage.

Documents vises
Lorsque l'entrepreneur aura reçu notification de l’approbation d'un document, il devra dans les sept (07) jours
calendaires suivants, faire parvenir au maître de l'ouvrage (8) exemplaires de ce document et des métrés et
nomenclature correspondants.

Plans d’ateliers
L’entrepreneur aura à sa charge l’établissement des plans d’ateliers, relatifs à ses installations, ces plans
devront tenir compte de la marque et des caractéristiques des équipements qu’il aurait proposés dans son
offre.

ARTICLE 13 : MATERIEL ET ENGINS DE CHANTIER

L’entrepreneur devra maintenir sur le chantier tout le matériel et tous les engins de manutention et de
transport nécessaires à la bonne marche du chantier.
Ces engins seront en nombre et de puissance suffisant pour assurer l’exécution normale de tous les
ouvrages.

ARTICLE 14 : OBLIGATIONS DIVERSES DE L'ENTREPRENEUR

L’entrepreneur sera tenu de provoquer lui même par écrit, les instructions écrites et figurées qui pourraient lui
manquer.
Dans ces conditions, il ne pourra jamais se prévaloir de manque de renseignements pour justifier une
exécution contraire à la volonté du maître d’ouvrage.
Toute demande de documents ou instructions non consignée dans le cahier de chantier ou non établie par
lettre ne sera pas prise en considération.

ARTICLE 15 : ORGANISATION DU CHANTIER - MATERIEL ET PERSONNEL

L'entrepreneur devra faire agréer par le maître d'ouvrage les dispositions détaillées qu'il compte adopter et le
matériel qu'il compte utiliser.

De même, il devra soumettre à l'approbation du maîtrise d’œuvre, l'organigramme structural du personnel


d'encadrement devant mener les diverses opérations, accompagné des C.V. et qualifications correspondants.

Le maître d'ouvrage pourra exiger que soient modifiées ou complétées ces dispositions si, à l'expérience,
elles ne donnent pas satisfaction, en particulier si l'usure du matériel est la cause d'une qualité ou d'une
cadence insuffisante dans l'exécution des travaux.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 13 -

Il est spécifié‚ que l'agrément du matériel par la maîtrise d’œuvre ne diminue en rien la responsabilité de
l'entrepreneur quand au respect des délais et aux conséquences que son utilisation pourrait avoir à l'égard
des tiers.

Si à un moment quelconque en cours d'exécution, le maître d'ouvrage constate que le programme n'est pas
respecté, l'entrepreneur devra dans un délai de huit (8) jours à partir de l'invitation qui lui en sera faite par
ordre de service, proposer un nouveau programme permettant de rattraper le retard et respecter le délai
contractuel.

L'acceptation éventuelle du nouveau programme par le maître d'ouvrage ne modifierait en rien le calcul des
pénalités stipulées à l'article 20 du présent CPS.

ARTICLE 16 : RESTRICTION DANS L'EMPLOI DE LA MAIN D’ŒUVRES ET LUTTE CONTRE LE


CHOMAGE

L'entrepreneur soumettra au bureau d’emploi, la liste des ouvriers permanents qu'il a l'intention d'employer
sur le chantier. Il recrutera parmi les ouvriers qui lui seront présentés par le bureau d’emploi, les ouvriers non
permanents nécessaires pour compléter l'effectif indispensable au fonctionnement du chantier.

Lorsque certains ouvriers seront licenciés par l'entrepreneur, il devra immédiatement les remplacer par
d'autres ouvriers présentés par le même bureau, de telle sorte que le pourcentage minimum de 70 %
(soixante dix pour cent) soit respecté en permanence.

ARTICLE 17 : AUGMENTATION, DIMINUTION OU CHANGEMENT DANS LA MASSE DES TRAVAUX

Toute augmentation, diminution ou changement dans l’importance des diverses natures d’ouvrages réalisés
seront faites conformément aux dispositions des articles 51, 52 et 53 du CCAG-T.

ARTICLE 18 : TRAVAUX SANS AUTORISATION

Si l'entrepreneur apporte sans autorisation des modifications aux travaux tels qu’ils sont définis par le
marché, le maître d’ouvrage peut, exiger les démolitions , les corrections , les reprises nécessaires à
l’exécution exacte du marché, sans préjudice d’une part, des réductions qu’il pourrait exiger sur le montant du
marché si ces démolitions ou corrections entraînent une diminution de la qualité finale des ouvrages, et
d’autre part, de toute autre incidence, notamment sur les travaux des autres entrepreneurs.
Le maître d’ouvrage ne doit aucun payement supplémentaire si les ouvrages modifiés ont entraîné pour
l’entrepreneur des dépenses supérieures à celles afférentes aux ouvrages initialement prévus.

ARTICLE 19 : DOMICILE DE L'ENTREPRENEUR

A défaut par l’entrepreneur de satisfaire aux prescriptions de l’article 17 du CCAG-T en ne faisant pas
élection de domicile au Maroc, toutes notifications relatives à l’entreprise lui seront valablement faites à
l’adresse du siège de l’entreprise indiquée dans le présent CPS.
En cas de changement de domicile, l’entrepreneur est tenu d’en aviser le maître d’ouvrage, par lettre
recommandée avec accusé de réception, dont les quinze (15) jours suivant la date d’intervention de ce
changement.

ARTICLE 20 : DELAI D'EXECUTION- PENALITES

Délai D'exécution :
L’entreprise prendra toutes les dispositions nécessaires pour terminer les travaux dans un délai de Six (06)
mois à dater du lendemain du jour de la notification, qui lui sera faite, de l’ordre de service lui prescrivant de
commencer les travaux.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 14 -

Pénalités de retard :
A défaut par l’entrepreneur, d’avoir terminé les travaux dans le délai d’exécution précité il lui sera appliqué
sans préjudice de l’application de l’art 60 du CCAG-T, une pénalité de (1 pour 1000) du montant initial du
marché par jour de calendrier de retard éventuellement modifié ou complété par les avenants.

Pénalités pour retard dans la remise des pièces qui incombent à l’entrepreneur après approbation du marché :
Faute de remettre les documents objet de l’article 10 ci-dessus, et d’avoir satisfait aux obligations qui en
découlent, l'entrepreneur est susceptible d'une pénalité de 1000,00 DH (mille Dirhams) par jour calendaire
de retard.

Pénalités pour absence aux rendez-vous de chantier :


L'entrepreneur est tenu d'assister aux réunions hebdomadaires de chantier de Maîtrise et de coordination
lorsqu'il y aura été convié par lettre, par fax, par courriel ou sur le procès-verbal de la réunion précédente.
Le Maître d'Ouvrage et la Maîtrise d'Œuvre se réserveront le droit de modifier la cadence de ces réunions.
A chaque absence il lui sera appliqué une pénalité de 1000,00 DH (mille Dirhams)

Le montant des pénalités est plafonné à 10% du montant initial du marché éventuellement modifié ou
complété par les avenants intervenus.

Lorsque le plafond des pénalités est atteint, l’autorité compétente est en droit de résilier le marché après mise
en demeure préalable et sans préjudice de l’application des autres mesures coercitives prévues par l’article
70 du CCAG-T.

Le montant de ces pénalités sera déduit d’office des décomptes des sommes dues à l’entrepreneur.

ARTICLE 21 : REGLEMENT DES DIFFERENDS ET LITIGES


Si en cours de la réalisation du marché, des différends et litiges surviennent avec l’entrepreneur, les parties
s’engagent à régler celles-ci dans le cadre des stipulations des articles 71 et 72 du CCAG-T.
Tout litige ou contestation entre le maître d’ouvrage et l’entrepreneur sera soumis au tribunal administratif de
Rabat.

ARTICLE 22 : CAUTIONNEMENTS
Le montant du cautionnement provisoire est fixé à Soixante mille (60 000,00) Dirhams.
Le cautionnement définitif est fixé à trois pour cent (3%) du montant initial du marché.
Le montant du cautionnement provisoire fixé ci-dessus reste acquis à l’Etat dans le cas où l’entrepreneur ne
réalise pas son cautionnement définitif dans un délai de 30 jours suivant la date de la notification de
l’approbation du marché.
Le cautionnement définitif sera restitué ou la caution qui le remplace est libérée à la suite d’une mainlevée
délivrée par le maître d’ouvrage dans un délai maximum de trois mois suivant la date de la réception
définitive des travaux.

ARTICLE 23 : ASSURANCES – RESPONSABILITÉ


L’entrepreneur doit adresser au maître d’ouvrage, avant tout commencement des travaux, les originaux des
attestations des polices d’assurance qu’il doit souscrire et qui doivent couvrir les risques inhérents à
l’exécution du marché et ce, conformément aux dispositions de l’article 24 du CCAG-T tel qu’il a été modifié
et complété.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 15 -

ARTICLE 24 : ORDRES DE SERVICE - INSTRUCTIONS – LETTRES


L'entrepreneur se conformera strictement aux ordres de service, lettres et instructions qui lui seront adressés
par le maître d'ouvrage conformément à l’article 9 du CCGA-T.
Il sera tenu d'adresser toutes correspondances ou lettres recommandées concernant son marché au maître
d'ouvrage.
Il sera tenu d'adresser copie de ses correspondances avec la maîtrise d'œuvre, au maître d’ouvrage.

ARTICLE 25 : AJOURNEMENT - CESSATION DES TRAVAUX

En cas d’ajournement ou cessation des travaux, il devra se conformer aux prescriptions des articles 44 et 45
du CCAG-T.

ARTICLE 26 : GARANTIE - RETENUE DE GARANTIE

Le délai de garantie est fixé à douze (12) mois à compter de la date de la réception provisoire.
La retenue de garantie à prélever sur les décomptes mensuels de l’entreprise est de 10%. Elle cessera de
croître quand elle atteindra 7% du montant initial du marché augmenté du montant total des avenants s’il y a
lieu.
La retenue de garantie peut être remplacée à la demande de l’entrepreneur par une caution personnelle et
solidaire constituée dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur.
La retenue de garantie est acquise de plein droit au maître d’ouvrage dans la limite de la valeur des reprises
des malfaçons, des négligences, des manquements de l’entrepreneur à ses obligations.
Les montants retenus seront versés à l’entrepreneur à l’expiration du délai de garantie réservé à l’exécution
des travaux qui pourraient être demandés par l’Administration, lors de ses visites préliminaires à la réception
définitive.
La retenue de garantie sera remboursée, ou les cautions qui la remplacent seront libérées, à la suite d’une
main levée délivrée par le maître d’ouvrage, dans les trois mois qui suivant la date de la réception définitive.

ARTICLE 27: RECEPTION DES TRAVAUX

Les réceptions provisoire et définitive se feront conjointement par l’architecte chargé du projet, par le Bureau
d’Etudes Techniques "B.E.T", et par les services techniques de la Fondation Hassan II du Ministère de
l’Intérieur à Rabat., conformément aux dispositions des articles 65 et 68 du CCAGT.

Réception provisoire :
La réception provisoire consistera à vérifier la conformité des travaux exécutés, avec les prescriptions du
marché. Elle sera prononcée à l'issue de l’exécution totale du marché.

Réception définitive :
La réception définitive sera prononcée, après expiration du délai de garantie et application des dispositions
de l’article 26 ci-dessus.

ARTICLE 28 : NATURE DES PRIX

Le présent marché est à prix unitaires.


Les sommes dues au titre du marché sont calculées par application des prix unitaires aux quantités
réellement exécutées conformément au marché.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 16 -

ARTICLE 29 : CARACTERE ET VARIATION DES PRIX

Conformément aux dispositions du (§) 2 de l’article 49 du CCAG-T les prix du marché comprennent le
bénéfice ainsi que tous droits, impôts, taxes, frais généraux, faux frais et d'une façon générale toutes les
dépenses qui sont la conséquence nécessaire et directe des travaux.

En application de l'article 50 du CCAG-T au cas où postérieurement à l'époque de base définie ci-dessous,


des variations viennent à l'être constatées dans les couts de la main d'œuvre, des matériaux des fournitures
et des prestations, le montant des travaux exécutés sera révisé par l'application de la formule ci-après :

P = Po x [0.40 + 0.60 x (BAT1/BAT1o)]

P: Le prix HT révisé de la prestation considérée;


Po : Le prix initial HT de cette même prestation;
La valeur de l’index global gros œuvre –revêtement-étanchéité du mois de la date limite de remise des
BAT1o :
offres;
La valeur de l’index global gros œuvre –revêtement-étanchéité du mois de la date d’exigibilité de la
BAT1 :
révision.

ARTICLE 30 : MODALITES D’EVALUATION - ATTACHEMENT

Les attachements des travaux seront pris contradictoirement en présence des représentants de
l'entrepreneur, de la maîtrise d’œuvre et du BET, et seront établis et signés en trois exemplaires; chacun des
signataires conservera une copie dûment signée.
Les attachements seront pris au fur et à mesure de l'avancement des travaux, pour déterminer tous les faits
matériels utiles au règlement et qui ne pourraient être constatés ultérieurement.
L'entrepreneur doit avertir le maître d'ouvrage au moins sept (07) jours avant la date de prise d'attachements
qu'il propose.
Les situations seront présentées à l’administration pour approbation, après vérification de la maitrise d’œuvre.
Au cas ou l'entrepreneur n'assiste pas aux prises d'attachements ou ne les signe pas, ils lui seront transmis
sous plis recommandé par le maître d'ouvrage et lui sera accordé un délai de dix (10) jours pour formuler par
écrit ses observations.
Passé ce délai, les attachements sont censés être acceptés par lui, comme s'ils étaient signés sans aucune
réserve.
Le paragraphe ci-dessus s'applique aussi au cas où des rectifications seront apportées par le maître
d'ouvrage sur les situations et métrés présentés par l'entreprise.

ARTICLE 31 : MODE DE REGLEMENT DES TRAVAUX

L'ensemble des travaux sera réglé à l'entrepreneur suivant la méthode du "métré après exécution".

Le règlement des ouvrages du présent marché se fera en appliquant dans les décomptes provisoires et
décompte définitif les prix du bordereau des prix aux quantités réellement exécutées, et conformément aux
dispositions des articles 55, 56, 57 et 62 du CCAG-T.

Travaux :
Les travaux seront réglés sur situations mensuelles arrêtées en fin de chaque mois. Ces situations seront
présentées, à l’administration après vérification de l’architecte, par l'entrepreneur sous forme cumulative
accompagnée obligatoirement des métrés d'exécution correspondants.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 17 -

Chaque situation fera apparaître la totalité des travaux exécutés depuis l'ouverture du chantier jusqu'à la fin
du mois auquel elle est établie. Le montant des travaux réalisés, au cours du mois considéré, sera la
différence entre cette situation et celle du mois précédent.

Toutes les situations seront présentées en sept exemplaires avec trois exemplaires du métré d'exécution.

L’administration, disposera d'un délai de dix (10) jours pour approuver, ou formuler ses remarques sur les
situations présentées par l'entrepreneur.

Le règlement des travaux en plus ou en moins ordonnés par la voie d'ordres de service du maître d'ouvrage
est effectué à l'aide de nouveaux prix calculés dans les conditions du marché.

Paiement des décomptes :


1. Décomptes provisoires :
Les décomptes provisoires mensuels seront établis par l’administration assistée de l’architecte en tenant
compte des situations des travaux exécutés sur le chantier comme suit :

Le règlement des travaux se fera par application, dans les situations provisoires, des prix unitaires du
bordereau de prix aux quantités découlant des situations arrêtées chaque fin du mois.

Le règlement de ces décomptes sera effectué par le maître d'ouvrage après :


Vérification et approbation des situations;
Déduction des pénalités et retenues de retard visées à l'article 20 du présent CPS;
Déduction de divers frais incombant à l'entrepreneur et qui n'ont pas été réglés par ses soins (frais de
laboratoire pour les essais non payés, frais d'assurances, etc...).

Le maître d'ouvrage se libérera des sommes dues par lui en faisant donner crédit au compte bancaire de
l'entrepreneur indiqué sur acte d’engagement.

2. Décompte définitif :
Le décompte définitif des travaux sera établi par l’administration assistée de l’architecte dès l’achèvement
complet des ouvrages et leur réception provisoire par le maître d'ouvrage.
Il tiendra compte :
des métrés d'exécution définitifs;
des travaux modifiés en plus ou en moins ordonnés par le maître d'ouvrage;
du total des pénalités et amendes prévues dans le présent CPS;
des divers règlements effectués par le maître d'ouvrage en lieu et place de l'entrepreneur.

ARTICLE 32 : RETENUE A LA SOURCE

Pour le titulaire étranger non résident au Maroc, une retenue à la source au titre de l’impôt sur les sociétés ou
de l’impôt sur le revenu, le cas échéant, fixée au taux de dix pour cent (10 %), sera prélevée sur le montant
hors taxe sur la valeur ajoutée des prestations réalisées au Maroc dans le cadre du présent CPS.

Elle constitue, en outre, un avoir fiscal que la société intéressée peut faire valoir dans l'Etat de son domicile
lorsque cet Etat est lié avec le Royaume du Maroc par une convention.

ARTICLE 33 : SOUS-TRAITANCE
Le titulaire peut confier l’exécution de certaines parties de son marché à des tiers conformément aux
dispositions de l’article 158 du Décret n° 2-12-349 du 8 Joumada I 1434 (20 Mars2013), à l’exception des
travaux relatifs au revêtement sol et murs
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 18 -

Le titulaire du marché est tenu, lorsqu’il envisage de sous traiter une partie du marché, de la confier à des
prestataires installés au Maroc.

Le titulaire choisit librement ses sous traitants sous réserve, qu’il notifie au maître d’ouvrage :
La nature des prestations qu’il envisage de sous se traiter;
L’identité, la raison ou la dénomination sociale et l'adresse des sous-traitants proposés;
Une copie certifiée conforme du contrat de sous-traitance.

Les sous-traitants doivent satisfaire aux conditions requises des concurrents prévues à l’article 24 du Décret
n° 2-12-349 du 8 Joumada I 1434 (20 Mars2013).
Le maître d'ouvrage peut exercer un droit de récusation par lettre motivée, dans un délai de quinze (15) jours
à compter de la date de l'accusé de réception, notamment lorsque les sous-traitants ne remplissent pas les
conditions prévues à l'article 24 du décret précité.
Le titulaire demeure personnellement responsable de toutes les obligations résultant du marché tant envers
le maître d'ouvrage que vis-à-vis des ouvriers et des tiers.
Le maître d'ouvrage ne se reconnait aucun lien juridique avec les sous-traitants.
La sous-traitance ne peut ni dépasser cinquante pour cent (50%) du montant du marché ni porter sur les
travaux de revêtement sols et murs.

ARTICLE 34 : FRAIS DE TIMBRES ET D'ENREGISTREMENT

Conformément à l’article 6 du CCAG-T, l’entrepreneur doit acquitter les droits auxquels peuvent donner lieu le
timbre et l'enregistrement du marché, tels que ces droits résultent des lois et règlements en vigueur.

ARTICLE 35 : NANTISSEMENT

Dans l’éventualité d’une affectation en nantissement du marché, il sera fait application des dispositions du
Dahir n° 1.15.05 du 29 Rabia II 1436 (19 février 2015) relatif au nantissement des marchés publics, étant
précisé que :

1. La liquidation des sommes dues par le Ministère de l’Intérieur en exécution du marché sera opérée
par les soins de la Fondation Hassan II pour les Œuvres Sociales des agents d’autorité;
2. Le fonctionnaire chargé de fournir au titulaire du marché ainsi qu’aux bénéficiaires des nantissements
ou subrogations les renseignements et états prévus à l’article 8 du Dahir n°.15.05 du 29 Rabia II
1436 (19 février 2015), est Monsieur le Président Délégué de la Fondation Hassan II pour les Œuvres
Sociales des agents d’autorité du Ministère de l’Intérieur à Rabat.;
3. Les paiements prévus au marché seront effectués par la Fondation Hassan II, seule qualifiée pour
recevoir les significations des créanciers du titulaire du présent marché;
4. En cas de nantissement du marché, le maître d’ouvrage délivrera, sans frais, à l’entrepreneur, sur sa
demande, contre récépissé, un exemplaire spécial du marché portant la mention « exemplaire
unique » et destiné à former titre conformément aux dispositions du dahir n°.15.05 du 29 Rabia II
1436 (19 février 2015).

ARTICLE 36 : MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE


L’entrepreneur s’engage à respecter les mesures de sécurité et d’hygiène conformément aux dispositions de
l’article 30 du CCAG-T.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 19 -

ARTICLE 37 : NETTOYAGE DU CHANTIER


En application de l’article 40 du CCAG-T, le délai fixé pour le dégagement, le nettoiement et la remise en état
des emplacements mis à la disposition de l’entrepreneur est de Quinze (15) jours de calendrier à compter de
la date de la réception provisoire. Une pénalité particulière de mille (1.000) DH par jour de calendrier de
retard sera appliquée à compter de la date d’expiration du délai indiqué plus haut. Cette pénalité sera retenue
d’office sur les sommes encore dues à l’entrepreneur.

ARTICLE 38: CAS DE FORCE MAJEURE

Conformément aux prescriptions de l’article 43 du CCAG-T, les seuils des intempéries qui sont réputés
constituer un événement de force majeure sont définis comme suit :

La neige : 50 cm
La pluie : 70 mm
Le vent : 70 km/h
Le séisme : 5 degré sur l’échelle de Richter

ARTICLE 39 : RESILIATION DU MARCHE

La résiliation du marché peut être prononcée conformément aux dispositions prévues par le décret n° 2-12-
349 du 20 Mars 2013 relatifs aux marchés publics et celles prévues par le CCAG-T.

La résiliation du marché ne fera pas obstacle à la mise en œuvre de l’action civile ou pénale qui pourrait être
intentée au titulaire du marché en raison de ses fautes ou infractions.

ARTICLE 40: LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION

Si des actes frauduleux, des infractions réitérées aux conditions de travail ou des manquements graves aux
engagements pris ont été relevés à la charge de l’entrepreneur, le Ministère, sans préjudice des poursuites
judiciaires et des sanctions dont l’entrepreneur est passible, peut par décision motivée, prise après avis de la
Commission des Marchés, l'exclure temporairement ou définitivement de la participation aux marchés de son
administration.

L’entrepreneur ne doit pas recourir par lui-même ou par personne interposée à des actes de corruption, à des
manœuvres frauduleuses, et à des pratiques collusoires, à quelque titre que ce soit, dans les différentes
procédures de passation, de gestion et d’exécution du marché.

L’entrepreneur ne doit pas faire, par lui-même ou par personne interposée, des promesses, des dons ou des
présents en vue d'influer sur les différentes procédures de conclusion d'un marché et lors des étapes de son
exécution.

Les dispositions du présent article s’appliquent à l’ensemble des intervenants dans la réalisation du présent
marché.

ARTICLE 41 : ENGAGEMENT D’UN METREUR VERIFICATEUR

L’entrepreneur aura à sa charge, un métreur vérificateur agréé. Ce dernier devra procéder à la vérification
des quantités réellement exécutées et à la certification de l’ensemble des décomptes, en vue de les
présenter à la maitrise d’œuvre pour leur validation.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 20 -

ARTICLE 42 : COMPTE PRORATA


Objet :
Lorsque plusieurs entrepreneurs ayant entre eux la réalisation d'un même ouvrage, il est tenu un compte des
dépenses d'intérêt commun et des produits éventuels du chantier.
Les dépenses d'intérêt commun sont celles qui, effectuées par un ou plusieurs entrepreneurs

Montant et trésorerie du compte prorata


Il est précisé que le montant du compte prorata est fixé forfaitairement à la somme de 1,5 % hors taxe du
montant des travaux réellement exécutés.
Un acompte sera versé à l'entreprise qui a la tenue de ce compte prorata (entreprise GO) de 0,5 % hors taxe
du montant du marché. A la fin des travaux, le reliquat sera versé suivant le taux fixé de 1,5 % hors taxe du
montant des travaux réellement exécutés et versé à l'entreprise contre factures.
Dans le cas de refus d'une entreprise à participer à l'alimentation de ce compte, le maître d'ouvrage se
réserve le droit de procéder au prélèvement des sommes dues par lui, de la quote-part de l'entreprise en
question.
La réception provisoire objet de l’article 27 ci-dessus ne sera prononcée qu’après présentation d’un quitus
attestant que l’entreprise a réglé toute les sommes dues par elle à l’entreprise GO dans le cadre du compte
prorata.

Dépenses communes du chantier


Les dépenses communes du chantier, à porter au compte prorata, sont énumérées ci-après :
• L'amenée de l'eau pour les travaux, l'eau potable pour les ouvriers et l'énergie électrique nécessaire
pour l'exécution des travaux, quels que soient les frais à ce sujet (frais de permission, d'installation,
de transport, d'acquisition, etc …).
• Les dispositions légales et réglementaires relatives à l'hygiène et à la sécurité dans la mesure où ces
dispositions intéressent plusieurs entreprises.
• L'éclairage, le nettoyage, l'entretien et le gardiennage général du chantier (les baraques de chantier
propres à chaque entreprise restent sous leur surveillance et leur gardiennage).
• Les frais ou dépenses découlant de :
o Réparations nécessitées par les dégâts et dommages dont l'auteur est resté inconnu.
o Manutentions et enlèvement des gravois d'origine inconnue
o Fourniture des jeux de photos couleurs, format 18/24 cm du chantier, soit 6 photos prises
tous les 15 jours aux emplacements définis par la maîtrise d'œuvre en 4 exemplaires.
o Installation, repliement, location et fonctionnement du téléphone et du dispositif d'appel à
l'intérieur du chantier.
En outre, en fin de chantier, les entreprises prendront à leur charge le démontage et l'évacuation de toutes
les installations ainsi que la remise en état des emplacements prévus à cet effet.
Seront portés aussi à ce compte tenu par l'entrepreneur pilote, sous la surveillance du Maître d'œuvres, les
dépenses non imputables à un entrepreneur déterminé, concernant les frais de branchement du chantier, des
consommations d'eau, d'électricité, ….etc. de nettoyage, d'éclairage, de clôture et de gardiennage et les frais
d'une police d'assurance "Tous risque chantier" couvrant l'ouvrage au titre des garanties biennales et
décennales pour les prestations réalisées par l'ensemble des participants.
A défaut de règlement amiable entre les entrepreneurs, la ventilation des dépenses portées au compte
prorata sera effectuée par le Maître d'œuvre proportionnellement aux montants des travaux effectués par
chacun d'entre eux, le règlement en sera fait lors de l'établissement des décomptes définitifs par retenues ou
déductions faites sur lesdits décomptes.

Dépenses exclues du compte prorata

Les dépenses suivantes incombant à chaque entreprise ne sont pas imputables au compte prorata :
• Dégâts et vol imputables à un responsable bien déterminé ou couverts par les assurances.
• Gardiennage du chantier et consommation de l'eau potable et de l'électricité pendant les travaux de
béton armé et jusqu'à l'intervention de la 1ère entreprise des lots secondaires.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 21 -

C H A P I T R E II : MODE D’EXÉCUTION ET D’ÉVALUATION DES OUVRAGES

Article 1 – GENERALITES

1.1 CONNAISSANCE DES LIEUX


Les prix comprendront toutes sujétions d'exécution, notamment échafaudages, étaiements, chargements,
transports et déchargements des gravois aux décharges publiques, le nettoyage général des débris de
constructions, aucun supplément ne sera admis dans ces prix, ni payé pour omission ou imprévision
quelconque.
L'Entrepreneur sera tenu pour responsable de toutes les dégradations qu'il pourrait occasionner aux
bâtiments existants ou à conserver lors de l'exécution de ses travaux.
L'entrepreneur est réputé, avant la remise de son offre, avoir pleine connaissance des lieux, les avoir
examinés et s'être rendu compte de toutes les sujétions particulières au chantier, et avoir contrôlé toutes
les indications qui lui sont nécessaires auprès des services intéressés

1.2 – PRESTATION GENERALE DE L’ENTREPRISE

Pour l’ensemble des ouvrages prévus, la prestation comprend :

- La présentation d’échantillons et de prototypes


- La mise en œuvre complète des ouvrages
- Les fixations de toutes natures, les scellements et calfeutrements ciment si nécessaire
- Les protections primaires et les traitements de finition
- Les protections de chantier
- Les aménagements spécifiques de chantier nécessaires à l’exécution des travaux (stockage des
matériaux, moyens de montage, protections, etc.)
- Les nettoyages de tous ouvrages réalisés avant la réception ; dallages, etc.
- D’une manière générale, les ouvrages seront livrés complets et finis et ne nécessiteront l’intervention
d’aucune autre entreprise.
1.3 – COORDINATION AVEC LES AUTRES CORPS D’ETAT

L’entrepreneur établira les détails d’exécution nécessaires à la réalisation de ses ouvrages et participera
à la coordination technique avec les autres entreprises concernées.
Il devra fournir tous les renseignements concernant ses propres travaux afin que tous les autres
ouvrages soient étudiés et exécutés en fonction de ceux qu’il réalisera et en harmonie avec eux.
Ces mises au point qui ont pour but d’obtenir une réalisation conforme aux normes en vigueur ne
peuvent en aucun cas donner lieu à un supplément au prix unitaire de chaque ouvrage, l’entrepreneur étant
réputé en avoir prévu l’incidence dans son offre.
L’entrepreneur prendra toutes dispositions afin de respecter les règlements, propres au bâtiment, tant
pour les matériaux utilisés que pour leur mise en œuvre.
1.4 – CONFORMITE DES FOURNITURES ET TRAVAUX

1.4.1 – Normes

Il sera fait application des normes marocaines en vigueur pour chaque spécialité, sauf dérogation portée
par les documents particuliers du marché.
L'exécution des travaux est soumise aux dispositions du Devis Général d’Architecture (D.G.A.) et des
Documents Techniques Unifiés (D.T.U.) élaborés par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment en
France (C.S.T.B.).
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 22 -

Les ouvrages doivent être d'excellente qualité, conformes en tous points aux règles de l'art et aux
dessins et plans visés "Bon pour exécution", exempts de toute malfaçon et présenter toute la perfection dont
ils sont susceptibles. S'ils ne satisfont pas à ces conditions, ils sont refusés, démolis et remplacés aux frais
de l'entrepreneur.

1.4..2 - Choix et qualité des fournitures

L'entrepreneur est responsable de la fourniture des matériaux et leur mise en œuvre.


Dans chaque espèce, catégorie ou choix, les fournitures doivent être de la meilleure qualité, travaillées
et mises en œuvre conformément aux règles de l’art.
Elles ne peuvent être employées qu’après avoir été vérifiées et acceptées par le maître d’œuvre, à la
diligence de l’entrepreneur.

Nonobstant cette acceptation et jusqu’à la réception des travaux, elles peuvent, en cas de défauts de
qualité ou de malfaçons, être refusées par le maître d’œuvre et être remplacées par l’entrepreneur et à ses
frais.

L'entrepreneur doit justifier de la provenance des matériaux par la production des factures, certificats
d'origine, fiche d'homologation, etc.
Toutefois, les documents spéciaux du marché peuvent prévoir la fourniture de matériaux d’objets
et appareils particuliers. Dans ce cas, l’entrepreneur doit demander ou requérir en temps utile, à toutes les
instructions nécessaires pour leur commande.

1.4.3 – Contrôle et essais des matériaux

L'Entrepreneur est tenu de produire toutes justifications de provenance et de qualité pour les matériaux
mis en œuvre et de fournir tous les échantillons qui lui seraient demandés.
La fourniture de ces échantillons, ainsi qu'éventuellement les frais d'essais au laboratoire, seront à la
charge de l'entrepreneur.
Les matériaux refusés doivent être mis de coté et signalés de manière apparente en attendant leur
enlèvement du chantier.

1.4.4 - Echantillons - Analyses

L'entrepreneur devra obligatoirement déposer au local affecté des bureaux de chantier, tous les
échantillons, modèles ou spécimens de tous les matériaux, appareils ou éléments devant être utilisés pour
l'exécution de son marché.
L'entrepreneur fournira sur tous les articles déposés tous les renseignements qui seront demandés par le
maître d’œuvre.
Ces échantillons acceptés serviront de référence d'appréciation lors des approvisionnements de chantier
et pour la réception.
Le maître d’œuvre se réserve le droit de faire procéder aux frais de l'entrepreneur à tous essais et
analyses en laboratoire de tous les matériaux entrant dans la construction et plus spécialement des mortiers
et plâtre, bois, peintures.

Article 2 : - REVETEMENTS
2.1 – MODE D’EXECUTION DES REVETEMENTS

2.1.1 - Consistance des travaux

Les travaux de revêtements durs scellés comprennent :


- Le nettoyage du support existant et la démolition desenrobages de protection sur tubage électrique et
plomberie en prenant toutes les précautions nécessaires pour éviter leur dégradation.et évacuation des
gravas a la décharge
- L’exécution des formes de pose de toute épaisseur.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 23 -

- La fourniture et la pose des revêtements prévus.


- La fourniture et la mise en œuvre du matériau de remplissage des joints de fractionnement.
- Les dispositifs d'interdiction d'accès des pièces pendant la durée des travaux de revêtements et les
délais subséquents de protection de ces revêtements.
- Le balayage et le nettoyage des revêtements et plinthes.
- L'épandage d'une couche de sciure de bois blanc en protection des revêtements qui le nécessitent.
- L'enlèvement hors chantier de tous déchets et gravats résultant des travaux de revêtements.
- L'enlèvement de tous dépôts de matériaux sur les supports ou formes.
- La fourniture et pose des accessoires tels que cornières de seuil, cadre de tapis brosse, de trappe de
visite, de caniveau etc., ainsi qu'éventuellement l'habillage de leurs couvercles.
- La protection des revêtements en marbre par un film plastique et une couche épaisse de plâtre.
- La fourniture et la pose de cornières de rive des joints, respectant les joints du gros oeuvre et
éventuellement de leur couvre-joint ou du matériau de remplissage, dont la nature sera à définir.
- Les raccords de revêtements au droit des canalisations, fourreaux, conduits, appareils sanitaires ou
autres accessoires.
- Les raccords de revêtements en attente d'exécution ou de modification d'ouvrages d'autres corps d'état.
Les fourreaux ou entailles dans le carrelage avec appareil soécial pour sortie de plomberie et
d’électricité.
2.1.2 - Forme de pose

Tous les revêtements de sols, sauf cas particulier, reposeront sur une forme de pose de toute épaisseur,
réalisée au mortier de ciment dosé à 250 KG de ciment CM 25 pour 1 m3 de sable.
Cette forme de pose sera parfaitement damée, dressée puis surfacée, et devra avoir au minimum deux jours
de prise avant de recevoir le revêtement. y/c nettoyage des supports.
L’épaisseur de la forme pourra varier en fonction du trait de niveau qui sera tracé par l’entreprise de
revêtement sur l’ensemble des bâtiments.
2.1.3 - Mode de pose des revêtements

On distingue deux modes de pose :


- à la bande, au cordeau et au pilon ;
- à la règle et à la batte ou au pilon.
Pose à la bande
La pose à la bande est effectuée au cordeau et au pilon, à bain soufflant de mortier.
Alignés par bande entre règles ou cordeaux, les carreaux sont fixés au pilon et à la batte au fur et à mesure
de l'avancement avant le début de prise du mortier.
Pose à la règle
Pour la pose à la règle le mortier est étalé, tiré à la règle, compacté et taloché. Puis, une barbotine de ciment
pur est répandue à la surface du mortier.
L'épandage de barbotine peut être remplacé par un saupoudrage de ciment pur, suivi ou non d'un lissage à la
truelle.
Ces opérations ne sont pas faites par grandes surfaces, mais par travées, de telle façon que le battage ait
lieu sur le mortier encore plastique.
Le mortier doit refluer partiellement dans les joints.

2.1.4 - Passage de canalisations et conduits

Les tuyauteries de chauffage à eau chaude et de plomberie ne doivent traverser les supports formes
et carrelages que sous fourreaux.
L'enrobage dans le mortier de pose est interdit.
L'enrobage est toléré dans certaines formes à condition de respecter les prescriptions des DTU relatifs aux
canalisations considérées.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 24 -

Les fourreaux des tuyauteries et les conduits ayant été posés préalablement, le carrelage est exécuté en
tenant compte des pénétrations par des découpes et des raccords.
La protection des canalisations, notamment contre la corrosion, n'est pas du ressort de l'entrepreneur de
carrelages.
Elle doit être traitée conformément aux prescriptions des DTU concernant les canalisations.
2.1.5 - Mortier de pose

Le sable utilisé est du sable de rivière ou de carrière, lavé (ESV minimum 75), de classe 0,8/5 mm.
L'emploi de sable de dune non lavé est interdit.
D'une manière générale, les liants admis sont :
- des ciments CPA gris ou blancs, conformes à la norme NF P 15-301 de classe de résistance 45, 45 R,
55 et 55 R ;
- des chaux hydrauliques conformes aux normes NF P 15-310 et NF P 15-312.
A défaut d'approvisionnement sur un plan local de ces liants, il peut être fait recours à des ciments CPJ,
conformes à la norme NF P 15-301 , de classes de résistance 45, 45 R, 55 et 55 R.

Pour la pose de pierres naturelles, ou de marbre sensibles aux taches, n'utiliser que des ciments blancs ou
des mortiers spéciaux ou des ciments gris recommandés par le fabricant pour cet usage.

Pour les divers types de mortiers utilisés, les compositions sont les suivantes :
- mortier de ciment : 250 kg à 400 kg de liant par mètre cube de sable sec ;
- mortier bâtard : 300 kg à 400 kg de liant par mètre cube de sable sec ;
- mortier de chaux : 400 kg de liant par mètre cube de sable sec.
Les mortiers prêts à gâcher de fabrication industrielle et de composition conformes aux présentes
prescriptions peuvent être utilisés.

2.1.6 – Divers joints

Joints de dilatation
Les joints de dilatation doivent être respectés dans la forme, dans le mortier de pose et dans le revêtement.
Joints de fractionnement du revêtement
Les surfaces supérieures à 60 m² sont fractionnées.
Les couloirs sont fractionnés par tranches de l'ordre de 8 m de longueur.
Ces fractionnements sont exécutés dans la totalité de l'épaisseur du mortier de pose et du revêtement.
Confection des joints
Dans tous les cas précités, les joints de fractionnement doivent avoir, en général, au moins 5 mm de largeur
(3 mm dans le cas de joints sciés), et être garnis d'une matière résiliente.
Pour les joints périphériques, à défaut d'un relevé en matériaux résilients, un vide d'au moins 3 mm doit être
réservé entre la dernière rangée de carreaux et les parois verticales de murs ou cloisons ainsi qu'autour des
poteaux. Ce vide doit exister dans le mortier de pose et la forme.
Ce joint peut être supprimé pour les surfaces inférieures ou égales à 7 m².
Le vide des joints périphériques est débarrassé de tous dépôts, déchets, mortiers ou plâtres, il peut être
laissé libre ou garni d'un matériau compressible, non pulvérulent, imputrescible dans les conditions normales
d'utilisation.

Joints entre carreaux


La largeur des joints entre carreaux est fonction de la nature et du format des carreaux.
On distingue :
- joint réduit : jusqu'à 2 mm de largeur ;
- joint large : de 2 mm à 10 mm de largeur ;
- joint très large : largeur supérieure à 10 mm.
La pose jointive est interdite sauf pour certains travaux de marbrerie, sur prescription spéciale.
Les joints sont remplis après durcissement suffisant du mortier de pose et au plus tôt 24 h après la pose.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 25 -

Il sera utilisé des joint spéciaux le « + » en plastique


2.1.7 - Prescriptions de pose propres à certaines natures de revêtements

Carreaux de grés

Avant pose, les carreaux doivent être immergés jusqu'à saturation puis laissés se ressuyer sur chant.
Dans le cas de carreaux nuancés, il est conseillé de réaliser un mélange.
Les mortiers de pose ont les dosages par mètre cube de sable sec de :
- 250 kg à 350 kg de ciment ;
- 320 kg à 400 kg de liant en mortier bâtard.
Produits de terre cuite

Le carrelage doit être désolidarisé du support et comporter, dans tous les cas, un joint périphérique.
Avant la pose, les carreaux doivent être trempés dans l'eau puis être mis à « ressuyer » en évitant un
séchage trop rapide.
Dans le cas de carreaux nuancés, il est conseillé de réaliser un mélange.
Dans le cas des carrelages minces collés sur papier, les conditions de pose sont celles définies ci-dessus,
concernant la pose des éléments minces de grès cérame.

Afin de faire disparaître les efflorescences blanches pouvant apparaître pendant la période de séchage, le
carrelage sera, après durcissement des joints, nettoyé à l'aide d'une solution à 10 ou 15 % d'acide
chlorhydrique ou muriatique, en lavant à grande eau immédiatement après.
Il est également possible d'employer des produits spéciaux en vente dans le commerce.
Les mortiers ont des dosages, par mètre cube de sable sec, de :
- 300 kg à 350 kg de ciment ;
- 320 kg à 400 kg de liant en mortier bâtard.
La pose à joint large ou très large est seule admise.

Marbre – Pierres marbrières - Granit


Pour les éléments de surface inférieure ou égale à 450 cm², les prescriptions sont celles des carreaux de
grès cérame.
Pour les éléments de surface supérieure à 450 cm², les dalles de forme géométrique régulière sont posées
avec un joint minimal de 1 mm à 1,5 mm.
Le joint dit « marbrier » a une largeur d'environ 1 mm ; la pose à joint nul est interdite, sauf pour certains
travaux de marbrerie dont les surfaces n'excèdent pas 25 m².
Le désaffleurement doit être inférieur à 1 mm.
Les mortiers ont les dosages par mètre cube de sable sec suivants :
- 350 kg à 400 kg de ciment ;
- 320 kg à 400 kg de liant en mortier bâtard ;
- 400 kg de chaux hydraulique.
Les mortiers à 350 kg de ciment et à 400 kg de chaux hydraulique conviennent pour la pose désolidarisée ou
sur isolant.
L'entrepreneur doit respecter l'appareillage et la largeur des joints, prévus par les documents particuliers du
marché, compte tenu de la difficulté de taille des éléments. En l'absence d'indication sur la largeur des joints,
celle-ci sera prise à l'initiative de l'entrepreneur.
Revêtements complémentaires ; plinthes, seuils, marches

Les plinthes sont droites, à gorge ou à talon.


Le support doit être propre et débarrassé de tous déchets et matériaux de quelque nature que ce soit,
susceptibles de gonfler ou de provoquer des réactions sur le mortier de pose (plâtre, bois, isolants, etc.).
En outre, il doit, avant pose du revêtement, satisfaire aux conditions de planéité, d'aplomb et d'équerrage
prescrites (Référence DTU 55).
La mise en oeuvre doit assurer, sauf cas particulier, la planéité des faces vues des plinthes ainsi que
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 26 -

l'alignement continu des bords supérieurs.


Le mortier de pose doit avoir une épaisseur d'environ 1 cm.
Lorsque le carrelage est désolidarisé du support ou posé sur isolant de classe de compressibilité I, le joint
périphérique doit être respecté et la plinthe scellée uniquement sur le support vertical.

2.1.8 - Echantillons

L'entrepreneur devra réaliser tous les panneaux échantillons que le Maître d'Oeuvre jugera utile de lui
demander, dans la limite de trois échantillons par nature d'ouvrage. Cette sujétion est censée être comprise
dans les prix remis par l'entrepreneur, et ne pourra donner lieu à plus-value ou indemnité.

2.2 - RECEPTION DES SUPPORTS

Avant tous travaux, l'entrepreneur doit procéder à l'examen et à la réception des supports, voir s'ils sont
conformes aux dispositions prises en commun, s'ils sont propres et débarrassés de toutes traces de plâtre,
mortier ou autre, si les niveaux sont respectés et, le cas échéant informer la Maîtrise de chantier, des
corrections à faire. Faute d'avoir satisfait à cette obligation, les sujétions à ces travaux en découlant seront à
sa seule charge.

L'absence d'observation prouve qu'il accepte les différents supports et de ce fait, aucune réserve concernant
ceux-ci ne sera admise par la suite.

2.3 - STOCKAGE DE MATERIAUX

L'entrepreneur doit aménager un emplacement pour entreposer d'une façon rationnelle et à l'abri tous les
matériaux fragiles dont la qualité risquerait d'être affectée par l'eau, le gel et les chocs afin que leur qualité
soit intacte au moment de leur mise en œuvre. Il restera responsable de ses ouvrages pendant la période de
stockage sur le chantier.
Le non respect de cette instruction conduirait au refus des éléments endommagés jusqu'à leur
remplacement.

Article 3 : FAUX PLAFONDS EN STAFF

3.1 – REFERENCE AUX REGLES TECHNIQUES

Les travaux seront réalisés conformément aux règles techniques en vigueur dont notamment:
- D.G.A. Articles 24 à 29 : Qualité des matériaux
- D.G.A. Articles 123 & 124 : Mise en œuvre des matériaux
- DTU 25.51 Mise en œuvre des plafonds en staff
- DTU 25.1 Enduits intérieurs en plâtre
- DTU 25.41 Ouvrages en plaques de parement en plâtre
- DTU 25.232 Plafonds suspendus, plaques de plâtre à enduire
3.2 – CONSISTANCE DES TRAVAUX

Les travaux de plafonds en staff dus par l'entreprise comprennent :


- la fourniture et la pose de plaques en staff, y compris toutes façons et fournitures diverses ;
- la fourniture et la mise en oeuvre des accessoires de pose à écartement, y compris les ossatures
intermédiaires en cas de grand écartement ;
- l'application des dispositions relatives à la stabilité au feu des accessoires de pose à écartement dans
les locaux classés.
- le respect des contraintes relatives à la résistance au feu.
- l'application des prescriptions concernant les joints de dilatation et la désolidarisation des pénétrations ou
encastrements, y compris la fourniture des couvre-joints, fourreaux et caches métalliques ou autres ;
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 27 -

- l'installation des échafaudages nécessaires à l’exécution des plafonds à toute hauteur ainsi que leur
démontage.
- l'exécution de dispositifs de renfort destinés à supporter des charges ponctuelles supérieures à 10kg ;
- la fourniture et la pose de trappes de visite ;
- les bâchages et protections des ouvrages des autres corps d'état si nécessaire ;
- les percements, coupes, trous, saignées réalisés après coup dans le staff ainsi que tous rebouchages et
raccords consécutifs.
- les enduits au plâtre sur plafonds.
- les revêtements traditionnels et les motifs décoratifs en plâtre
- le repliement et l'enlèvement du matériel d'exécution ;
- le nettoyage et l'enlèvement des gravois et emballages.
3.3 - CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE

Les travaux ne doivent être entrepris que dans des locaux dont l'état d'avancement met les ouvrages en staff
à l'abri d'un risque d'humidification par apport accidentel d'eau.
Les précautions concernent principalement la mise en place préalable de l’étanchéité, et l'obturation des
trémies exposées.
Les alimentations électriques sont exécutées avant mise en oeuvre du staff et des autres ouvrages en plâtre.
Les conduits de ventilation et autres sont exécutés avant mise en oeuvre du staff et sont fixés au support
indépendamment des ossatures intermédiaires éventuelles du staff.
On admet que les travaux de pose de staff peuvent être effectués lorsque la température du local est égale
ou supérieure à 2 °C.

3.4 – CHARGES TECHNIQUES CONCERNANT LE STAFF

3.4..1 – Caractéristiques des supports

Les supports susceptibles de recevoir les plafonds en staff, sont en général les ouvrages de la structure en
béton armé : planchers hourdis, dalles pleines, poutres, etc.
L'utilisation comme support des équipements techniques et de leurs dispositifs de maintien n'est pas admise,
sauf accord préalable du Maître d’œuvre mandaté et des corps d'état impliqués.
3.4.2 – Mise en œuvre des accessoires de pose

Contraintes de charge

Les accessoires de pose à écartement doivent être aptes à absorber sans déformation susceptible de mettre
en cause les caractéristiques de l'ouvrage achevé, les contraintes suivantes :
- le poids propre des plaques et desdits accessoires ;
- une surcharge de 10 kg/m² qui tient compte du poids d'une isolation éventuellement rapportée et des
effets de pression et dépression dus au vent ;
- en cas d'ossature intermédiaire en métal : une charge maximale ponctuelle de 10 kg, correspondant à la
suspension éventuelle d'objets à l'ossature, à espacement d'au moins 1,50 m.
Il sera tenu compte d'un coefficient de sécurité de 3 au minimum.
Dans l'éventualité de charges ponctuelles supérieures à celle indiquée à l'alinéa précédent, des dispositifs de
renforts sont effectués lors de la mise en oeuvre, tels que :
- suspentes supplémentaires ;
- suspentes et ancrages renforcés ;
- lattes ou profilés d'ossatures intermédiaires renforcés ;
- traverses de répartition.

Sélection des accessoires de pose en fonction des écartements :

* Faible écartement : jusqu’à 0,40 m


Pour cet écartement les accessoires utilisés sont :
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 28 -

- les suspentes en polochon;


- les suspentes en fil de fer polochonné;
- les suspentes en fer rond;
- les suspentes en tige filetée.
Tous ces types de suspentes peuvent être utilisés conjointement dans un même ouvrage.

* Ecartement moyen : entre 0,40 et 0,60 m

Pour cet écartement, les accessoires utilisés sont :


- les suspentes en fil de fer polochonné ;
- les suspentes en fer rond ;
- les suspentes en tige filetée ;
Les trois types de suspentes peuvent être utilisés conjointement dans un même ouvrage.
* Grand écartement : supérieur à 0,60 m

Pour cet écartement, les accessoires utilisés sont :


- les ossatures intermédiaires en bois ;
- les ossatures intermédiaires en métal.
Les ossatures intermédiaires peuvent être utilisées pour les écartements faibles ou moyens selon les
besoins, tels que :
- franchissement de parties de support inaptes à fixation ;
- enjambement de gaines, d'appareillages, etc.
Implantation des accessoires de pose à écartements

Les alignements d'accessoires de pose à écartement sont implantés en fonction des dimensions et de
l'épaisseur des plaques en staff utilisées.
L'espacement maximal des alignements de scellements dans les deux sens sur le staff est fonction de
l'épaisseur des plaques ; soit pour les plaques qui ont 15 mm d’épaisseur un espacement maximal des
alignements de scellement de 0,55 m dans les deux sens.

3.4.3 – Mise en œuvre des plaques

Gâchage du plâtre

Le dosage du plâtre utilisé, pour les plaques de staff en plâtre fin à mouler armé de filasse et pour les
suspentes, sera le suivant :
- pour les cordons polochonnés et remplissage de joints : 77 litres à 83 litres d'eau pour 100 kg de plâtre ;
- pour le lissage des joints : 95 litres à 105 litres d'eau pour 100 kg de plâtre.

Pose des plaques

Les plaques sont mises en place à joints transversaux alternés.


Lorsque l'implantation des supports le permet, les joints longitudinaux sont orientés vers la source de lumière
la plus frisante ou la plus vive.
Après avoir eu leurs chants griffés à l'outil, les plaques sont placées sur un système de réglage
préalablement établi, comportant des règles « porteuses » et des règles mobiles, ces dernières calées de
niveau en hauteur.
Les règles mobiles sont placées obligatoirement à l'aplomb des alignements des emprises de scellements sur
les plaques ; l'espacement des règles étant fonction de l'épaisseur des plaques est donné ci-dessus.
Les plaques entre elles sont espacées d'au moins 5 mm et scellées par un cordon polochonné large,
appliqué et pénétrant le joint, puis reliées par les accessoires adéquats aux points de fixation ou d'ancrage,
au pied des suspentes ou aux ossatures intermédiaires, suivant le cas.
Pour obtenir la planéité requise, il est nécessaire que les plaques soient appliquées soigneusement sur les
règles et que le désaffleurement éventuel de deux plaques adjacentes soit inférieur à 0,5 mm.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 29 -

Jointoiement

Les joints entre plaques sont remplis en plâtre à mouler pour staff, puis lissés au même plâtre.
3.4.4 – Dissociation des ouvrages

Joints de dilatation

Les joints de dilatation de la construction, gros œuvre ou autre, sont respectés et reproduits dans leurs
caractéristiques de possibilité d'amplitude sur les plafonds en staff, ainsi que sur leurs accessoires de pose à
écartement.
Les types de joints de dilatation usuels sur le staff sont soit à chicane en staff, soit à couvre-joint en bois,
métal ou autre. Ils sont à sélectionner en fonction de leur situation et des considérations esthétiques.
- à chicane en staff ;
- à couvre-joint en bois, métal ou autre.

Désolidarisation en rives, des pénétrations ou encastrements

Les désolidarisations en rives, les pénétrations ou les encastrements de gaines, canalisations, luminaires,
éléments de structure sur les plafonds en staff sont désolidarisés selon l’un des procédés rappelés ci-
dessous ou selon un procédé équivalent. Ils sont à sélectionner en fonction de leur situation ou de
considérations esthétiques.
- fourreau ;
- matériau résilient ;
- jeu libre ;
- interposition d'un film plastique ou d'une lisière en carton, fixé à la paroi ;
- interposition d'un matériau résilient fixé à la paroi ;
- façon d'un jeu libre de largeur adaptée à la situation rencontrée.
Ces procédés intéressent aussi bien les rives périphériques que les emprises, trémies, reliefs et autres ; ils
sont à sélectionner en fonction de la situation et des conditions esthétiques :

Fractionnement des ouvrages

Lorsque le fractionnement est prescrit, il est réalisé à l'aide des procédés usuels par joints définis ci-après.
Ces procédés sont à sélectionner en fonction de la situation et des conditions esthétiques :
- bord à bord ;
- à chicane en staff ;
- à couvre-joint en bois, métal ou autres.
3.4.5 – Caractéristiques des ouvrages achevés

Aspect de la surface

L'état de surface du parement doit être tel qu'il permettra l'appréciation des revêtements de finition sans
autres travaux préparatoires que ceux normalement admis pour le type de finition considéré.
En particulier, le parement de l'ouvrage ne doit présenter ni efflorescence, ni bulles d'air d'un diamètre
supérieur à 3 mm, ni manque, s'ils ne peuvent être circonscrits dans un carré de 3 mm de côté.

Planéité

La planéité locale est vérifiée avec une règle à plots de 20 cm de longueur, les plots ayant une hauteur de
0,6 mm. La planéité générale avec une règle à plots de 2 m de longueur et des plots de 3 mm de hauteur.
On doit pouvoir mettre en contact simultanément les deux plots d'extrémités avec la surface de l'ouvrage et
l'on doit pouvoir observer un basculement de la règle, le contact du plot central étant recherché.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 30 -

3.4.6 – Travaux annexes

Incorporations diverses

Les alimentations électriques sont exécutées avant mise en oeuvre du staff.


Les appareillages électriques doivent être fixés au support indépendamment des ossatures intermédiaires
éventuelles du staff.
Les conduits de ventilation et autres sont exécutés avant mise en oeuvre du staff et sont fixés au support
indépendamment des ossatures intermédiaires éventuelles du staff.

Percements, coupes, saignées

Les interventions pour percements, coupes, saignées sur les plafonds en staff sont exécutés au foret, à la
scie cloche, à la scie.
Les interventions par percussion sont interdites.
Aucune intervention ne sera effectuée sur les plafonds en staff sans l'accord de l'entreprise de staff.

Fixations après coup

Si aucun dispositif de renfort n'a été prévu à la mise en oeuvre du plafond en staff, les prescriptions suivantes
sont respectées :
- des charges ponctuelles jusqu'à 10 kg peuvent être suspendues à l'éventuelle ossature intermédiaire en
métal du plafond, à espacement d'au moins 1,50 m ;
- au-delà de 10 kg, les charges sont fixées au support.

Séchage des ouvrages en staff

Le séchage des ouvrages en staff est effectué par ventilation naturelle, déshumidification ou chauffage
progressif en évitant les chocs thermiques.

3.5 – CHARGES TECHNIQUES CONCERNANT LA PLATRERIE

3.5.1 – Caractéristiques des supports

Nature des supports

Les travaux de plâtrerie ne sont effectués que sur les supports ci-après :
- maçonnerie traditionnelle brute de pierre ;
- briques en terre cuite ;
- dalles en béton ;
- agglomérés en ciment.

Etat des supports

L'état des supports doit satisfaire aux prescriptions des Cahiers des Charges DTU les concernant, et aux
indications explicitées dans la suite du présent texte.
La plâtrerie ne doit être appliquée que sur des supports rugueux secs, propres, exempts de suie, bistre,
efflorescence, poussière, huile de démoulage.
Les aspérités des joints ou balèvres ne doivent pas dépasser le tiers de l'épaisseur de l'enduit.
Toutes les parties métalliques en contact avec le plâtre doivent être protégées contre la corrosion par une
peinture compatible avec celui-ci.
La protection par barbotine de ciment n'est autorisée que pour certains types d'armatures dont les fils ne
peuvent être galvanisés ou pour des protections localisées par exemple d'armatures de béton armé
accidentellement apparentes.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 31 -

Supports présentant des inégalités de surface importantes

Lorsque le support présente des creux ou inégalités locales importantes, ces défauts seront rattrapés
préalablement avec des surcharges locales exécutées au mortier bâtard.
Si les surcharges locales sont exécutées au plâtre ou au mortier de plâtre, la qualité du plâtre utilisé doit être
celle prévue pour l'enduit proprement dit ou une qualité conférant aux surcharges des performances
mécaniques supérieures à celles de l'enduit prévu.
Lorsque le support présente soit du fait de sa nature : maçonnerie de moellon, béton caverneux..., soit du fait
d'erreur d'exécution, des faux aplombs, faux équerre, manque de planitude ou autres défauts qui ne puissent
être rattrapés par l'enduit lui-même, il est procédé avant application de l'enduit à l'exécution d'une première
couche générale de rattrapage ou « dégrossi »
Le dégrossi est exécuté au mortier bâtard, au mortier de plâtre ou au plâtre seul.
Les dégrossis sur maçonnerie de plâtre doivent être exécutés au plâtre ou au mortier de plâtre.
Le dégrossi peut être éventuellement armé au moyen de grillage céramique, métal déployé ou grillage
métallique.
S'il est exécuté au plâtre ou au mortier de plâtre, le métal déployé et le grillage céramique doit recevoir après
pose, une barbotine de ciment.

Supports en béton

Lorsque la surface est lisse, il est procédé à un bouchardage suivi d'un dépoussiérage, ou encore à
l'application d'une barbotine de ciment et sable ou de plâtre et sable additionné d'un adjuvant destiné à
assurer son adhérence au support.

3.5.2 – Exécution des travaux

Humidification
Il peut être nécessaire d'humidifier le support avant exécution de l'enduit.
L'humidification avant exécution de l'enduit est variable selon la nature, la porosité et l'épaisseur du support.
Elle dépend également des conditions climatiques et de l'état hygrométrique de l'air ambiant.

Réemploi du plâtre
La pratique de rebattre des plâtres ayant fait prise avec ou sans apport de plâtre frais est interdite.

Composition des enduits


Le plâtre employé est :
- pour l'enduit en une couche, du plâtre fin de construction ;
- pour l'enduit en deux couches, une première couche au plâtre gros ou au plâtre fin, une deuxième
couche au plâtre fin ;
Quel que soit le nombre de couches, et la nature du support, le gâchage s'effectue dans le rapport d'au
moins 100 kg de plâtre pour 100 litres d'eau.
Les caractéristiques actuelles de certains plâtres exigent une proportion d'eau de gâchage différente ; cette
proportion fait dans ce cas l'objet d'une prescription explicite du fabricant portée sur les sacs (ou emballages).
Si l'enduit est exécuté en 2 couches, la première couche doit être gâchée plus serrée que la seconde.

Exécution des enduits


Les enduits en plâtre seront exécutés manuellement :
- soit à la volée sans nu, ni repère, en une ou deux couches ;
- soit avec nus et repères, en une ou deux couches avec les plâtres PFC, obligatoirement en deux couches
s'il est fait emploi de plâtre PGC, une ou deux couches avec le plâtre THD.
Après repérage de la surface au moyen de la règle cordeau, fil à plomb ou niveau, les repères en plâtre sont
déterminés et fixés.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 32 -

Ces repères sont en nombre suffisant pour servir de base à la construction des nus et cueillies d'angles.
Ces nus et cueillies d'angle sont réalisés en plâtre serré sous les règles posées sur les repères.
En plafond les nus sont exécutés parallèlement à la paroi la plus éclairée.
La finition est exécutée :
- par coupage de l'enduit à la berthelée à dents puis à la berthelée côté uni pour les enduits en plâtre coupé ;
- par serrage à la truelle grosse sans aucun apport de matière pour les enduits en plâtre ferré ;
- par lissage à la truelle lisseuse pour les enduits en plâtre lissé.

Ouvrages divers
Lorsque l'enduit est exécuté sur nus et repères, des cueillies sont exécutées avant façonnage des angles.
Elles sont construites avec du plâtre gâché serré, « battu » à la règle jusqu'à obtention de filets analogues
aux nus déjà exécutés. Les angles sont ensuite façonnés et dressés à la règle comme en partie courante.
Les gorges sont façonnées après l'exécution de l'enduit. Celui-ci est « haché » pour assurer l'adhérence
d'une couche supplémentaire appliquée et traînée au calibre simple.
Les corniches et moulures sont exécutées au moyen de calibres en bois tôlés ou zingués découpés suivant le
profil à réaliser.

Caractéristiques de l’enduit fini


Les enduits doivent satisfaire aux spécifications énoncées ci-après.
Les épaisseurs théoriques sont :
- enduit sans nu ni repère : 8 mm
- enduit avec nus et repères : 12 mm.
- enduit traditionnel ciselé : 30 à 40 mm.
Lorsque les bâtis dormants doivent être affleurés par l'enduit, l'épaisseur est déterminée par la valeur de la
saillie du bâti sur le support.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 33 -

CHAPITRE III : DESCRIPTION DES OUVRAGES

1- REVÊTEMENT INTERIEUR

A - CARREAUX DE SOL

PRIX N°1 - REVETEMENT DE SOL EN CARREAUX TYPE PARQUET LOCAL

LOCALISATION : Immeuble studio – Immeuble appartement – vestiaires piscine – cambre hôtel.


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports et évacuation.
- Forme de sol de toute épaisseur, parfaitement damée et dressée, dosée à 250 Kg de ciment CM 25 pour un mètre
cube de sable.

- Carrelage en carreaux de grés local imitation parquet 60*20 ou 60*15 1er choix, marque Multicerame ou
Cristalcerame ou similaire. Couleur et modèle au choix de l’architecte.
- Pose au ciment colle type TRADEX ou SICATOP ou similaire ou à bain de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25
pour un mètre cube de sable fin.
- Joints remplis par un coulis de ciment blanc ou teinté à la demande y/c joint.
Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions pose droite ou en diagonale sans découpe au niveau des seuils de
porte.
Payé au mètre carré sans plus value pour découpe diverse ou chute.

PRIX N°2 - REVETEMENT DE SOL EN CARREAUX LOCAL 33*33cm

LOCALISATION : Sous sol piscine- Sous sol et locaux de service hôtel – Terrasses et balcon -
Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports et évacuation.
- Forme de sol de toute épaisseur, parfaitement damée et dressée, dosée à 250 Kg de ciment CM 25 pour un mètre
cube de sable.
- Carrelage en carreaux de grés local 33*33cm, d’aspect lisse ou rustique suivant emplacement et désignation de
l’architecte, 1er choix, marque MULTICERAME ou CRISTALCERAME ou similaire. Couleur et modèle au choix de
l’architecte.
- Il pourra être fait plusieurs choix suivant les endroits appropriés.
- Pose au ciment colle type TRADEX ou SICATOP ou similaire ou à bain de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25
pour un mètre cube de sable fin.
- Joints remplis par un coulis de ciment blanc ou teinté à la demande y/c joint.
Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions pose droite ou en diagonale sans découpe au niveau des seuils de
porte.
Payé au mètre carré sans plus value pour découpe diverse ou chute.

PRIX N°3 - REVETEMENT DE SOL DES TERRASSES EN CARREAUX RUSTIQUE 60*60 TYPE PARQUET
D’IMPORTATION

LOCALISATION : Terrasses rez de chaussée hôtel et plage piscine


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports et évacuation.
- Forme de sol de toute épaisseur, parfaitement damée et dressée, dosée à 250 Kg de ciment CM 25 pour un mètre
cube de sable.
- Carrelage en carreaux de pate blanche d’importation 1er choix de 60*60cm type imitation parquet de 1cm d’épaisseur
de marque PAMESA MOCA ou similaire. Couleur et modèle au choix de l’architecte.
- Pose au ciment colle type TRADEX ou SICATOP ou similaire ou à bain de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25
pour un mètre cube de sable fin.
- Joints remplis par un coulis de ciment blanc ou teinté à la demande y/c joint.
Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions pose droite ou en diagonale sans découpe au niveau des seuils de
porte.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 34 -

Payé au mètre carré sans plus value pour découpe diverse ou chute.

PRIX N°4 - CARREAUX TYPE PARQUET ANTIDERAPANT D’IMPORTATION

LOCALISATION : Plage de la piscine


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports et évacuation.
- Forme de sol de toute épaisseur, parfaitement damée et dressée, dosée à 250 Kg de ciment CM 25 pour un mètre
cube de sable.
- Carrelage en carreaux d’importation 1er choix de 20.5*61cm ou 20*60 type imitation parquet de marque PAMESA
FRONDA ou similaire. Couleur et modèle au choix de l’architecte.
- Pose au ciment colle type TRADEX ou SICATOP ou similaire ou à bain de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25
pour un mètre cube de sable fin.
- Joints remplis par un coulis de ciment blanc ou teinté à la demande y/c joint.
Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions pose droite ou en diagonale sans découpe au niveau des seuils de
porte.
Payé au mètre carré sans plus value pour découpe diverse ou chute.

PRIX N°5 – PLINTHE DROITE EN CARREAUX DECOUPE TYPE PARQUET LOCAL

Plinthes droites d’environ 7.5 cm à 10 cm de hauteur, réalisées en carreaux de grés à découpe dans les carreaux de la
même gamme que les sols, posées au ciment colle ou au mortier dosé à 450 Kg de ciment pour un mètre cube de
sable fin.
Compris coupes, ajustage d'onglet, joints au ciment blanc ou teinté à la demande, nettoyage, arête supérieure
parfaitement rectiligne, parties courbes, piquage des enduits existants pour encastrement des plinthes et raccord
d'enduits au dessus de la plinthe après pose de la plinthe et finition au mortier et toute sujétion.
L’entreprise sera responsable de la réception du support en béton et en agglos livré par l’entreprise de gros œuvre pour
exécuter des ouvrages dans les règles de l’art et elle doit signaler par écrit toute anomalie en temps utile avant le
commencement de ces travaux.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°6 – PLINTHE DROITE EN CARREAUX DECOUPE TYPE PARQUET D IMPORTATION

Plinthe à réaliser suivant même description que l’article N°5 en carreaux d’importation.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°7 – PLINTHE DROITE EN CARREAUX DECOUPE LOCAL 33*10

Plinthe à réaliser suivant même description que l’article N°5 en carreaux local.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°8 – PLINTHE DROITE OU A CREMAILLERE EN CARREAUX 33*10


Plinthe à réaliser suivant même description que l’article N°5 mais en crémaillère pour marche et contre marche.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°9 – MARCHE ET CONTRE MARCHE EN CARREAUX STRIE LOCAL

LOCALISATION : Escalier service hôtel- escalier sous sol piscine


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage et préparation des supports.
- Forme de sol de toute épaisseur, parfaitement damée et dressée, réalisée au mortier dosé à 250 Kg de ciment CM 25
pour un mètre cube de sable.
Revêtement de marche et contre marche en carreaux antidérapant et strié pour les nez de marche de fabrication locale
de 1er choix couleur et modèle au choix de l’architecte.
Pose des marches antidérapantes striées et débord de nez de marche suivant détail architecte, les contre- marches en
carreaux de même type mais non dérapant,
Payé au mètre linéaire,
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 35 -

PRIX N°10 - COUVRE JOINT DILATATION

Couvre joint de dilatation de tout type de finition, dalle, Chappe, carrelage de marque VEDA France ou similaire. Pour
extérieur et intérieur constitué de 2 cornières en aluminium et d’un insert souple interchangeable en caoutchouc
fabriqué de matière première spécifique autorisant le passage de charge lourde Réf. FB série 446.
La fourniture et pose payée au mètre linéaire

PRIX N°11 - CHAPPE DE LISSAGE

LOCALISATION : Salle de sport et étage chalet


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports et évacuation des gravois.
- Forme de pose d'épaisseur variable, parfaitement damée et dressée, réalisée au mortier dosé à 250 Kg de ciment
CPJ 35 pour un mètre cube de sable.
- Talochage soigné avant prise du ciment.
- La forme sera légèrement armée par incorporation d’un grillage dit « poulailler »
- Compris toutes sujétions.
Payé au mètre carré.

B – REVETEMENT EN MARBRE

PRIX N°12 –REVETEMENT DE SOL EN MARBRE LOCAL VOLUBILIS

LOCALISATION : Sol RDC chalet et RDC hôtel


Fourniture et pose de revêtement sol en marbre Volubilis clair , pose a la romaine ,avec une épaisseur de 2 cm, largeur
40- 20 ou 10 cm, longueur libre 100 à 60 cm.
Qualité 1er choix, calpinage suivant plans de détails Architecte.
Echantillon à présenter avant exécution pour approbation.
Couleur et aspect au choix de la maîtrise d’œuvre.
- Le revêtement sera posé au mortier de ciment sur forme de 5 cm d'épaisseur au minimum constituée de lit de sable
de classe 0,5, stabilité pour 350 kg de ciment CPJ 45 par m3 de sable.
- Toutes les coupes devront être franches sans bavures et sans écailles des carreaux et seront situées aux angles
rentrants des murs.
- L’ensemble exécuté conformément aux plans de repérage et de calpinage Architecte, aux règles de l’art, aux
règlements en vigueur, et aux instructions de la Maîtrise d’œuvre.
-Masticage et remplissage à la résine et poudre de marbre.
Le prix comprendra le ponçage et lustrage nécessaires pour une finition "Poli brillant".
Ouvrage payé au mètre carré, sans plus-value pour petites parties, faible largeur, seuils ou assimilés, retombées,
bandes droites de tous dessins ou dimensions, etc., déduction faite des vides et parties non revêtues y compris
fourniture, pose, réservations pour le passage des réseaux, les reprises et finitions après passages des réseaux
coupes, chutes et toutes sujétions de mise en œuvre et de protection des ouvrages en cours des travaux et jusqu'à la
réception sans réserves.
Payé au mètre carré.

PRIX N°13 –REVETEMENT DE SOL EN MARBRE LOCAL GRIS

LOCALISATION : Entrée des immeubles et paliers des escaliers immeuble et paliers vestiaires piscine
Fourniture et pose de revêtement sol en marbre local gris ou violet, avec une épaisseur de 2 cm
Qualité 1er choix, calpinage suivant plans de détails Architecte.
Echantillon à présenter avant exécution pour approbation.
Couleur et aspect au choix de la maîtrise d’œuvre.
- Le revêtement sera posé au mortier de ciment sur forme de 5 cm d'épaisseur au minimum constituée de lit de sable
de classe 0,5, stabilité pour 350 kg de ciment CPJ 45 par m3 de sable.
- Toutes les coupes devront être franches sans bavures et sans écailles des carreaux et seront situées aux angles
rentrants des murs.
- L’ensemble exécuté conformément aux plans de repérage et de calpinage Architecte, aux règles de l’art, aux
règlements en vigueur, et aux instructions de la Maîtrise d’œuvre.
Le prix comprendra le ponçage et lustrage nécessaires pour une finition "Poli brillant".
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 36 -

sans plus-value pour petites parties, faible largeur, seuils ou assimilés, retombées, bandes droites de tous dessins ou
dimensions, etc., déduction faite des vides et parties non revêtues y compris fourniture, pose, réservations pour le
passage des réseaux, les reprises et finitions après passages des réseaux coupes, chutes et toutes sujétions de mise
en œuvre et de protection des ouvrages en cours des travaux et jusqu'à la réception sans réserves.
Payé au mètre carré.

PRIX N°14 – PLINTHE DROITE EN MARBRE VOLUBILIS

Plinthes droites d’environ 7.5 cm à 10 cm de hauteur, et 2 cm d’épaisseur, réalisées en marbre à découpe dans les
marbres de la même gamme que les sols, posées au ciment colle ou au mortier dosé à 450 Kg de ciment pour un
mètre cube de sable fin.
Compris coupes, ajustage d'onglet, joints au ciment blanc ou teinté à la demande, nettoyage, arête supérieure
parfaitement rectiligne, parties courbes, piquage des enduits existants pour encastrement des plinthes et raccord
d'enduits au dessus de la plinthe après pose de la plinthe et finition au mortier et toute sujétion.
L’entreprise sera responsable de la réception du support en béton et en agglos livré par l’entreprise de gros œuvre pour
exécuter des ouvrages dans les règles de l’art et elle doit signaler par écrit toute anomalie en temps utile avant le
commencement de ces travaux.

Payé au mètre linéaire

PRIX N°15 – PLINTHE DROITE EN MARBRE GRIS

Plinthe à réaliser suivant même description que l’article N°13 en marbre gris.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°16 – PLINTHE A CREMAILLERE EN MARBRE VOLUBILIS

Plinthe à réaliser suivant même description que l’article N°12 mais en crémaillère pour marche et contre marche.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°17 – PLINTHE A CREMAILLERE EN MARBRE GRIS

Plinthe à réaliser suivant même description que l’article N°13 mais en crémaillère pour marche et contre marche.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°18 – MARCHE ET CONTRE MARCHE EN MARBRE VOLUBILIS

LOCALISATION : Escalier principal hôtel, escalier chalet


Exécution du support du revêtement, de 6 à 10cm d’épaisseur et plus si nécessaire.
Marches a découper sur les tranches de marbre de 2cm poncé et poli avec double nez de marche de 4cm et pour
avoir des marches et contre marches de largeur et hauteur uniformes, pose au mortier dosé à 250 Kg de ciment CPJ
45 par mètre cube, à bain soufflant de mortier. Les nez de marche comporteront des rainures pour antidérapant. La
largeur des marches sera de 30 cm approximativement et hauteur 17 a 18 cm.
Ces tranches seront réalisées avec un gabarit pris sur chantier et découpés à l’usine.
Posé à bain de mortier, suivant toute sujétion de fourniture, coupe, pose et polissage.
Au fur et à mesure de l’avancement du travail, il sera procédé au nettoyage du revêtement afin d’éviter le film de
ciment. En fin de chantier, il sera procédé à un lustrage pour obtenir un « fini poli brillant ».
L’entreprise sera responsable de la réception du support en béton et en agglos livré par l’entreprise de gros œuvre pour
exécuter des ouvrages dans les règles de l’art et elle doit signaler par écrit toute anomalie en temps utile avant le
commencement de ces travaux.
Les hauteurs et largeurs des marches doit être parfaitement uniforme pour l ensemble des escaliers.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°19 – MARCHE ET CONTRE MARCHE EN MARBRE GRIS

LOCALISATION : Escalier immeubles, vestiaires piscine.


A réaliser suivant même description que l’article N°18, mais en marbre gris
Payé au mètre linéaire

PRIX N°20 – MARCHE ET CONTRE MARCHE EN MARBRE BOUCHARDE


ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 37 -

LOCALISATION : Escalier extérieur à l’entrée de l’hôtel, immeuble et chalets.


A réaliser suivant même description que l’article N°18, mais en marbre bouchardé gris.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°21 – SEUIL D’ENTREE EN MARBRE

Seuil de 30 cm en marbre de même ne type que les marches posé suivant même prescription que les marches
Payé au mètre linéaire

PRIX N°22 – BORDURE EN MARBRE


Bordure en marbre en vertical ou horizontal de 10 a 15 cm pour mur de douche, arrêt de carrelage et pour seuil de
douche avec retombée de 5 a 7 cm a réaliser en marbre ép. 2cm PERLATO y/c pose scellement accrochage en fer
galvanisé et polissage et finition de bord arrondis
Payé au mètre linéaire

PRIX N°23 – REVÊTEMENT DES TABLETTES EN GRANIT

Revêtement de paillasses de cuisines ou de tablettes de lavabos en plaques de granit (au choix de l’architecte) de 20
mm d'épaisseur. Pose au mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 45 pour un mètre cube de sable fin.
Les angles saillants seront soit assemblés en onglet, soit chanfreinés, soit arrondis.
Compris forme de pose, découpes pour éviers et lavabos et plan de travail cuisine, ajustage, joints coulés au ciment
blanc, chutes, lustrage, et toutes sujétions. Sans plus-value pour retombées, plinthes, ou ouvrages de petites
dimensions.
Payé au mètre carré développé.

PRIX N°24– REVÊTEMENT DE PAILLASSE SALLE DE BAIN EN MARBRE

Revêtement de paillasses de lavabos en plaques de marbre Perlato (a valider par l’architecte) de 20 mm d'épaisseur.
Pose au mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 45 pour un mètre cube de sable fin.
Les angles saillants seront soit assemblés en onglet, soit chanfreinés, soit arrondis.
Compris forme de pose, découpes pour éviers et lavabos, ajustage, joints coulés au ciment blanc, chutes, lustrage, et
toutes sujétions. Sans plus-value pour retombées, plinthes, ou ouvrages de petites dimensions.
Payé au mètre carré développé.

PRIX N°25 – MAIN COURANTE EN MARBRE

Les mains courantes pour escalier, seront réalisées comme les marches et contre marches de même nature, et avec
les mêmes prescriptions.
Ces mains courantes comprennent le revêtement du dessus des murs de toute largeur et des retombées de part et
d’autre de 5 cm de hauteur. Le prix comprendra le ponçage et lustrage nécessaires pour une finition "Poli brillant".
Payé au mètre linéaire.

C – REVETEMENT DE MUR

PRIX N°26 – REVETEMENT SDB EN CARREAUX 60*20

LOCALISATION : SDB et cuisine chalet et vestiaire piscine


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports.
- enduit de dressage.
- Revêtement mural en carreaux de grés de fabrication locale de 60*20 cm marque MULTICERAME ou similaire.
Couleur et modèle au choix de l’architecte avec motif décoratif. Pose au ciment colle ou à bain de mortier dosé à 450
Kg de ciment CM 25 pour un mètre cube de sable fin. Joints remplis par un coulis de ciment blanc ou teinté à la
demande.
- Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions. Les angles seront exclusivement en carreaux biseautés, sans
baguette en plastique.
Payé au mètre carré.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 38 -

PRIX N°27 – REVETEMENT CUISINE et SDB EN CARREAUX 50*25 COULEUR

LOCALISATION : SDB et cuisine des immeubles et SDB hôtel


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports.
- enduit de dressage.
- Revêtement mural en carreaux de grés de fabrication locale de 50*25 cm marque MULTICERAME Gamme FOREST
TECK CARAVISTA ou similaire. Couleur et modèle au choix de l’architecte avec motif décoratif. Pose au ciment colle
ou à bain de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25 pour un mètre cube de sable fin. Joints remplis par un coulis de
ciment blanc ou teinté à la demande.
- Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions. Les angles seront exclusivement en carreaux biseautés, sans
baguette en plastique.
Payé au mètre carré.

PRIX N°28 – REVETEMENT CUISINE et SDB EN CARREAUX 50*25 BLANC

LOCALISATION : Cuisine, buanderie, vestiaires hôtel


à réaliser suivant même description que l’article précédent N°27 en carreaux 25*50 blanc..
Payé au mètre carré.

PRIX N°29 – REVETEMENT PISCINE EN CARREAU MOSAIQUE 2*2 cm

LOCALISATION : bassin piscine


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports.
- Revêtement pour sol et mur en carreaux de pate de verre type mosaïque de 2*2 cm d importations de marque
VIDREPUR ou similaire. Couleur et modèle au choix de l’architecte. Pose au ciment colle spécial piscine. Joints remplis
par un coulis de ciment blanc.
- Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions. Tous les angles seront arrondis à la bouteille.
Payé au mètre carré développé. Sans plus value pour bordure ou angle arrondis

PRIX N°30 – REVETEMENT CANIVEAU EN CARREAUX 20*20

LOCALISATION : piscine
Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports.
- enduit de dressage.
- Revêtement des 3 parois du caniveau en carreaux de grés de fabrication locale de 20*20 cm. Couleur et modèle au
choix de l’architecte. Pose au ciment colle ou à bain de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25 pour un mètre cube de
sable fin. Joints remplis par un coulis de ciment blanc ou teinté à la demande.
- Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions. Y/c entaille pour pose de caillebottis
Payé au mètre linéaire.

PRIX N°31 – REVETEMENT DE BACHE EN CARREAU 20*20 BLANC

LOCALISATION : bâche piscine


Ouvrage comprenant :
- Nettoyage des supports.
- enduit de dressage.
- Revêtement mural en carreaux de grés de fabrication locale de 20*20 cm Couleur et modèle au choix de l’architecte
avec motif décoratif. Pose au ciment colle ou à bain de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25 pour un mètre cube de
sable fin. Joints remplis par un coulis de ciment blanc ou teinté à la demande.
- Compris coupes, ajustages, et toutes sujétions.
Payé au mètre carré.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 39 -

PRIX N°32 – CUVELAGE ÉTANCHE DE PISCINE ET BACHE

LOCALISATION : bâche piscine


Ouvrage comprenant la réalisation d'un revêtement d'imperméabilisation de cuvelage à l'aide d'enduits au mortier de
ciment hydrofugés, exécutés conformément au D.T.U. n°14-1 et au cahier des charges "SIKA", comme suit :
1) Enduit de dressage au mortier pour régularisation des parois.
2) Jeté clair de 2 mm d'épaisseur dosé à 700 kg de ciment par m3 de sable.
3) Première couche de 8 à 10 mm d'épaisseur dosée à 600 kg de ciment par m3 de sable. Jeté à la truelle sans
retouche.
4) Deuxième couche de 5 à 8 mm d'épaisseur dosée à 700 kg de ciment par m3 de sable, fortement serrée et lissée à
la truelle. Exécutée dès le début de prise de la 1ère couche et avant durcissement complet.
5) Après le début de prise de la 2ème couche et avant durcissement complet, application d'un léger mouchetis dosé à
700 kg de ciment par m3 de sable, pour assurer d'adhérence de la dernière couche.
6) Troisième couche de 8 à 10 mm d'épaisseur dosée à 500 kg de ciment par m3 de sable, soigneusement surfacée à
la taloche.
Tous les mélanges de mortiers seront gachés avec une solution de SIKA-1 au 1/10e ou avec de la SIKALITE (2% du
poids du ciment) y/c façon d’angle parfaitement arrondi avec un rayon de 20 à 30 cm sur tout les angles et bord
supérieur de débordement arrondi.
Payé au mètre carré.

PRIX N°33 –PAVES DE VERRE 20x20 VERTICAL

Fourniture et pose de panneaux en pavés de verre, double 7cm, de couleur claire de 20/20 cm, type “Vetroarredo”
d’importation.
La pose devra être réalisée avec du mortier au ciment blanc comportant des armatures, verticales et horizontales, en
acier tors de 6 et finition des joints par un masticage composé de ciment blanc mélangé avec de la poudre de marbre.
Les écarteurs seront en plastique pour une pose à joint régulier.
Ouvrage payé au mètre carré y compris toutes sujétions de fourniture, pose, de mise en œuvre et de bonne finition,
reprise des jambages linteau et appuis:
Payé au mètre carré.

D - REVETEMENT EN PARQUET ET GERFLEX

PRIX N°34 – REVETEMENT EN PARQUET STRATIFIE

LOCALISATION : Etage chalet


Fourniture et pose d’un parquet flottant stratifié, imitation bois.
Nettoyage du support (chape lisse) Le parquet sera posé sur une chape parfaitement sèche. L’entreprise devra
procéder à la réception du support.
Référence teinte au choix de l’architecte
Pose d’une sous couche acoustique épaisseur 3mm
Mise en œuvre suivant préconisation du fabricant
Pose d’un parquet flottant 1er choix épaisseur 8mm qualité grand trafic, vitrifié en usine sur sous couche de mousse.
Nettoyage et protection du revêtement jusqu’à la réception du chantier
Seuil assortis au droit des changements de nature de revêtements
Payé au mètre carré.

PRIX N°35 – PLINTHE EN PARQUET

Fourniture et pose de plinthe de 7cm en MDF plaqué de même nature que le parquet du sol.
Bord supérieur arrondis fixé par clou invisible et colle. y/c toute sujétion de pose finition..
Payé au mètre linéaire.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 40 -

PRIX N°36 – REVETEMENT EN GERFLEX

LOCALISATION : Salle de sport piscine


Fourniture et pose d’un Gerflex sol souple en pvc en rouleau.
Nettoyage du support (chape lisse) L entreprise devra procéder à la réception du support.
Référence teinte au choix de l’architecte
Mise en œuvre suivant préconisation du fabricant
Pose d’un parquet flottant 1er choix épaisseur 8mm qualité grand trafic, vitrifié en usine sur sous couche de mousse.
Nettoyage et protection du revêtement jusqu'à la réception du chantier
Seuil assortis au droit des changements de nature de revêtements
Payé au mètre carré.

2 – REVETEMENT DE SOL EXTERIEUR

PRIX N°37 – REVETEMENT DE SOL EN CARREAUX DE GRANITO RUSTIQUE 33*33

LOCALISATION : Trottoir extérieur


Revêtement de sols en carreaux rustiques bouchardé ou lisse 1er choix de 33*33 cm, type REVSOL ou similaire,
format et modèle au choix de l’architecte type bouchardé beige ou gris.
Carreaux posés à bain soufflant de mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25 pour un mètre cube de sable fin, compris
forme de pose de 5 cm d'épaisseur. Les joints seront remplis par un coulis de ciment blanc, ou teintés à la demande, et
devront respecter le plan de calpinage de l'Architecte.
Compris coupes au disque et toutes sujétions.
Payé au mètre carré.

PRIX N°38– PLINTHE EN GRAVILLON LAVE

Plinthes droites, rampantes, ou à crémaillère en gravillons lavés, de 10 cm de hauteur, réalisés comme le dallage de
même nature.
Compris éventuellement gorge de raccordement arrondie entre la plinthe et le dallage, arête supérieure parfaitement
rectiligne, y compris toutes sujétions pour parties courbes, piquage et raccord d'enduit.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°39 – REVETEMENT EN BETON LISSE POUR TERRAIN DE SPORT

Ouvrage comprenant :
- Nivellement et compactage du fond de forme.
- Couche de tout venant GNA de 20cm compactee
- Mise en place d’une feuille polyane 0,2 mm, avec recouvrement de 20 cm entre feuilles et collage à l’aide
d’une colle spéciale polyane.
- Coulage d’une forme de sol en béton B2 de 15 cm d'épaisseur, soigneusement réglée et vibrée et finition
par un lissage du béton frais à la truelle mécanique coloré dans la masse de teinte rouge et bordures
périphériques en gris (hélicoptère).
- Découpage au disque des joints de dilatation en panneaux d’environ 2.00 x 2.00 mètres et sur une
profondeur minimale de 4 cm.
- Remplissage des joints avec une résine siliconée type Sika ou similaire.
- Toutes sujétions de fournitures et mise en œuvre
- Armature avec une nappe quadrillage en T8 espacé de 20cm.
- TRACAGE DES LIGNES DE JEUX POUR TERRAIN DE BASKET
Exécution d’un traçage conformément aux normes des terrains de sport:
- Le nettoyage, le brossage et le séchage des terrains
- L’application d’une sous-couche de peinture type CONCENTRADO 2000 ou similaire.
- 24 heures après, application d’une couche de peinture type PENTALINE ou similaire.
(Teinte au choix du maitre de l’ouvrage).

Payé au mètre carré.

PRIX N°40 – REVETEMENT DE SOL EN BETON COLORE


ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 41 -

Ouvrage réalisé comme suit :


- Couche de tout venant GNA de 20cm compactee
- Fourniture et pose de Revêtement extérieur à réalisé avec damier suivant plan calpinage de l’architecte
avec bordure en bandeaux lissé de 10 cm formant un quadrillage à réaliser avec une forme en béton coloré
type B3 dans la masse strié reflué à la règle d’épaisseur 12 cm avec façon de pente de 1% et découpe à la
scie le quadrillage des parties bétonnés seront de 2mx2m.
Le revêtement pour sol ou pour marches et contre marche de toute dimension et toute largeur et hauteur au
mètre carre développé
Le béton coloré sera de type près à l’emploi coloré dans la masse strie ou avec empreinte avec produit
décoffrant couleur au choix de l’architecte. En une ou deux couches au choix de l’architecte
Payé au mètre carré développé.

Les bétons d’une épaisseur de 12 cm devront être colorés avec une couleur au choix du maître d’ouvrage et devront
être conformes à la norme marocaine 10.03.f.009. Ils seront obligatoirement fabriqués par des moyens mécaniques et
prêts à l’emploi. Y compris façonnage des joints de dilatation tous les 1.5m². Le béton devra être lissé à l’hélicoptère et
les joints scillés au disque en carreaux 2 x 2 mm. Le tatouage sera en 1 ou 2 couleurs en bandes ou en damier aux
choix de l’architecte.

Les quantités d’agrégats et les dosages entrant dans la composition des bétons sont donnés ci-dessous à titre indicatif
pour permettre à l’entreprise d’établir des prix. Ils n’ont aucune valeur contractuelle. Les quantités réelles et la teneur
en eau seront déterminées par un laboratoire agréé après les essais granulométriques, et de formulation du béton.

BETON B3 : Béton pour ouvrages non armés ou légèrement armés.

Ciment Portland CPJ 45 300 KG


Gravette 8/15 1000 Litres
Sable 450 Litres
Colorant à atteindre la couleur choisie
Résistance nominale exigée à 28 jours : Compression 230 bars

PRIX N°41 – REVETEMENT DE SOL ET DE MARCHE EN PIERRE PLATE

Revêtement en pierre plate de la région à réaliser sur le tout venant compacté ou sur forme en béton.
Ouvrage réalisé comme suit :
- Couche de tout venant GNA de 20cm compactee
- Fourniture et mise en place des dalles de pierre plates de la région Boulmane ou Boulajoule
L’entreprise devra présenter les divers échantillons de pierre pour approbation.
Pose à l’aide d’un lit de pose de 4 à 5 cm d’épaisseur au mortier bâtard dosé à 150 kg de ciment et 150 kg
de chaux pour 1 m3 de sable. Les pierres seront posées sous différents formats en petites ou grandes tailles
posées à joint sec avec une couche de mortier avec rejointoyage, à réaliser suivant forme géométrique ou
organique et plan d’architecte.
- Remplissage des joints avec un mélange bâtard de chaux et de ciment avec un peu de sable fin, ou avec
un traitement de surface au mortier hydrofuge.
- Compris coupes au disque, ajustages, façon de pente (2%) et toutes sujétions.
Payé au mètre carré.

PRIX N°42 – PAVE EN AUTOBLOQUANT

Ouvrage réalisé comme suit :


- Nivellement et compactage du fond de forme.
- Mise en place d’un tout venant compacté sur une hauteur de 30 cm.
- Mise en place d’une feuille polyane 0,2 mm, avec recouvrement de 20 cm entre feuilles et collage à l’aide d’une colle
spéciale polyane.
- Mise en place et nivellement d’un lit de pose de 25 mm d’épaisseur en sable à béton non compacté.
- Fourniture et pose des pavés autobloquants de type « Comarev »de 10cm ou équivalent d’un modèle et de couleurs
au choix du maître d’œuvre, sans plus-value pour façon de dessin décoratif.
- Egalisation des pavés à l’aide d’une plaque vibrante, réalisée en deux passages.
- Remplissage des joints à refus avec du sable sec et balayage du surplus.
- Nouvelle égalisation des pavés à l’aide de la plaque vibrante, réalisée en deux passages.
- Compris coupes au disque, ajustages, façon de pente et toutes sujétions, et traçage du parking avec un pavé de
couleur rouge
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 42 -

Payé au mètre carré.

PRIX N°43 - ALLEE EN TERRE BATTUE

Allee, d’une épaisseur de 20 cm, sera réalisée en sable renforcé avec des limons argileux. Ces matériaux
seront choisis parmi les sables propres ou limoneux agréés par la maîtrise d’œuvre. La composition
approximative sera la suivante :
- 15 à 20 % de sable grossier de 0,5 à 2 mm
- 65 à 73% de sable fin de 0,1 à 0,4 mm
- 12 à 15% d’argile et limon inférieurs à 0,1 mm
Cette composition sera à ajuster en fonction des sables existants dans la région pour obtenir en présence
d’imbibition naturelle (pluie) ou artificielle (arrosage).
Compris transport, épandage, arrosage, roulage, et toutes sujétions avec lègère pente en dos d’ane.
Payé au mètre carré.

BORDURES DE TROTTOIRS
Les bordures de trottoir en béton préfabriqué doivent avoir les qualités physiques et mécaniques définies par les
normes marocaines 10.01.F.008 et 10.03.F.009.et seront scellées sur un béton de propreté en béton B4 d'une
épaisseur de 0,10 m et de 40 cm de largeur. Elles devront former un alignement rigoureux.
Les joints auront une épaisseur maximale de 10 mm. Ils seront serrés et lissés au fer.
Des éléments préfabriqués, d'une longueur de 0,25 ou 0,50 m seront utilisés dans les courbes. Toute bordure cassée
ou fissurée sera refusée. La tolérance pour faux alignement sera au maximum de 1 cm par rapport à la ligne de pose.

PRIX N°44 - BORDURE DE TROTTOIR TYPE T3

Fourniture et pose de bordures de trottoirs type T3 classe B2 en béton préfabriqué vibré.


Eléments de 1,00 m pour parties droites, et éléments de 0,50 m maximum pour parties courbes. Les joints auront une
épaisseur de 1 cm au maximum, ils seront serrés et lissés au fer. Toute bordure, cassée ou fissurée sera refusée.
Compris semelle de pose en béton B3 de 10 cm d'épaisseur.
La tolérance en plan ou en hauteur sera de 1 cm maximum par rapport à la ligne de pose.
Payé au mètre linéaire.

PRIX N°45 - BORDURE DE JARDIN TYPE T2

Fourniture et pose, avec les mêmes prescriptions que le prix 44 ci-dessus, de bordures pour jardin type T2.
Payé au mètre linéaire.

3– REVETEMENT EXTERIEUR FACADE

PRIX N°46 – REVETEMENT DE FACADE EN PIERRE DE TAILLE DE BOULEMANE

Revêtement sur façade ou sur autres ouvrages en pierre grise de Bouleman à bossage à exécuter de 50 à 70 mm
d'épaisseur. Pose au mortier dosé à 450 Kg de ciment CM 25 pour un mètre cube de sable fin.
Pose en opus incertain à joint sec ou à joint régulier au mortier lissé et suivant échantillon à soumettre à l’approbation
de l’architecte.
Compris mise en place d’agrafes galvanisées, façon de joints en retrait, encastrement, nez arrondi, façon d’angle avec
coupe à 45° appuis, coupes et toutes sujétions.
Payé au mètre carré.

4 – FAUX PLAFOND
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 43 -

NOTA 1 :
Quel que soit le type de détails joint au présent dossier, l'entreprise devra prendre en compte pour la surface de
plafond à mettre en œuvre la totalité de la surface comprise de murs à murs pour toutes hauteurs plénums y compris
les retombées, remontées et les plafonds inclinés seront comptés au mètre carré développé.

PRIX N°47 - FAUX PLAFOND EN STAFF LISSE 1,5 cm AVEC ARRETE

LOCALISATION : suivant plan repérage architecte au rez de chaussée et à l’étage.


-Fourniture et pose des faux plafonds en plaques de staff blanc unies de 15mm d’épaisseur, composées de deux
couches de plâtre à mouler avec interposition d’une couche de filasse et de toile (à l’exclusion de fiches en bois) en
plus d’une couche de taloche de finition de 5mm d’épaisseur minimum, la filasse sera du type non propagateur
jaillissement de teinte et de couleur jaunâtre ou autre sur la peinture, pour tout ouvrage plafond ou gaine de toute
section.
-Plaques lissées et préfabriquées en atelier destinées à recevoir une peinture après ratissage général de 5mm
d’épaisseur y compris toute fourniture, accessoires nécessaires à la fabrication, la pose et suspentes (fil de fer
galvanisé, taquet, tringle bois, intermédiaire en bois).
-Pose par scellement sur la dalle en fil de fer galvanisé ou tringle en fer rond galvanisé spittés en sous face de la dalle
de plancher B.A et polochon nés sur les plaques en staff compte tenu le cas échant des piochages nécessaires à la
bonne adhérence. Aucun scellement ne se fera sur les canalisations gaines ou chemins de câble.
-Calfeutrement de finition au plâtre blanc entre plaques parfaitement invisibles.
-La pose comprend également toutes arrêtes (cueillies, bords, joints périphériques ainsi que les entailles) à jours,
découpes pour spots, luminaires, grilles, suivant détails architecte, échafaudage et toutes sujétions de fourniture et
pose suivant plan de calpinage, repérage et détails architecture.
-Découpe pour pose d’appareils et réservations nécessaires aux lots techniques, fourniture et pose de cadre en bois
pour la pose des luminaires, grilles de climatisation et ouvrages divers, les cadres des trappes font parties de ces
dernières y compris leurs pose, les découpes et cadres pour les équipements font partie du prix au mètre carré de faux
plafond vide pour plein.
-Les cadres en bois sapin rouge exempt de nœud seront scellées ou suspendus aux plafonds B.A par tige en acier
galvanisé et pattes à scellement sur plâtre.
-Ratissage de l’ensemble du faux plafond après assemblage des plaques et finitions, en une couche de plâtre fin
d’épaisseur 5mm, les faces lisses seront repiquées pour assurer l’adhésion de la couche de ratissage. Il sera prévu
une arrête périphérique avec joint creux suivant plan de détail architecte.
Y compris les joints creux périphérique de toutes dimension et toutes découpes et raccords divers nécessaires, la
niche en bois pour cache rideaux, et pour arrêt des angles, gorges lumineuses et les retombées inférieures, façon des
angles et arêtes, fixation pour toutes hauteurs y compris structure de renforcement, façon de raccordement des parties
horizontales, verticales, et obliques, raccordements aux maçonneries adjacentes.

L'ensemble payé au mètre carré, y compris toutes sujétions de pose, de fixations de cales etc.. Conformément aux
directives de la Maîtrise d’Œuvre.

PRIX N°48 - FAUX PLAFOND EN STAFF LISSE 2cm AVEC SUSPENTE

LOCALISATION : suivant plan repérage architecte au 2de étage, sous comble.


Ce prix concerne la fourniture et pose de faux plafond en staff lisse horizontal, vertical, incliné et courbe formant des
surfaces unies sans joints apparents ces faux plafonds auront une épaisseur de 20 mm. Ces plaques seront posées et
fixées conformément aux généralités du devis descriptif ci-avant et aux instructions de la Maîtrise d'Œuvre.
L'ensemble payé au mètre carré sans majoration de surface pour faux plafond en staff lisse de toutes formes selon
plans de détails de l’architecte et ses directives.
Y compris toutes sujétions de mise en œuvre et de finition conformément aux règles de l'art, aux D.T.U., aux Directives
de la Maîtrise d'œuvre.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 44 -

Vu la hauteur importante du grenier ou 2eme étage sous comble , le plafond sera fixé par fil galvanisé sur une structure
composée de tube de 70*40 en acier galvanisé posé par scellement entre les 2 murs de refan des différentes pièces et
disposé tous les 1 mètres.
Faux plafond en staff lisse taloché y/c arrêtes et cache rideau compris dans le prix au m².
L'ensemble payé au mètre carré développé, y compris toutes sujétions de pose, de fixations de cales etc.
Conformément aux directives de la Maîtrise d’Œuvre.

PRIX N°49 – CORNICHE

LOCALISATION : suivant plan repérage architecte séjour appartement studio chalet et réception hôtel
Ce prix rémunère la fourniture et la pose d’une moulure périphérique en plâtre, dimensions, formes reliefs, courbes
avec ou sans angles, cette moulure sera exécutée suivant plans et détails architecte et sera posée et fixée
conformément aux généralités et aux instructions et directives de la Maîtrise d'œuvre.
L'ensemble payé au mètre linéaire, y compris toutes sujétions de fourniture, de pose et de fixations, etc.….
Conformément aux instructions de la Maîtrise d’Œuvre.

PRIX N°50 – FAUX PLAFOND DECORATIF AVEC POUTRELLES EN STAFF 7*7CM

LOCALISATION : suivant plan repérage architecte : réception hôtel


Faux plafond à réaliser suivant même description que faux plafond en staff de 1.5 cm mais avec une corniche
périphérique et des poutrelles type plafond traditionnel de 7*7 cm en staff espacé tous les 20 cm
Payé au mètre carré

PRIX N°51 - TRAPPE DE VISITE EN ALUMINIUM

Trappe de visite pour accès aux ventilo convecteurs et gaines techniques à réaliser avec éléments préfabriqué de 60
*60 cm avec cadre et contre cadre en aluminium et plaque en BA13, fermeture étanche par clip.
Payé à l’unité

PRIX N°52- PLAFOND EN BA13

LOCALISATION : suivant plan repérage architecte : couloir hôtel et locaux techniques


Fourniture et pose de faux plafond horizontal ou rampant, suspendu à joints non apparents, en plaque de plâtre 120 x
250 cm épaisseur 13mm, vissées sur une ossature métallique suspendues par pattes à la structure support.
Cette structure métallique comprend fourrures, suspentes galvanisées à pivot, et tiges filetées diam 6. La longueur des
suspentes sera fonction de la hauteur des faux plafonds suivants plans et directifs de l’Architecte.
Les ferrures seront posées tous les 50cm et les suspentes tous les 120cm.
Type de faux plafond PREGYMETAL STANDARD avec plaque BA13 de chez LAFARGE ou similaire.
Les plaques seront posées à joint vif avec talon et couvre-joint par bandes spéciales collées avec enduit spécifique.
L’ensemble du faux-plafond sera recouvert d’un enduit spécial, type prégylys 45PN ou similaire, pour une finition
parfaitement plane.
Les arêtes au droit des cloisons devront être parfaitement rectilignes.
Le prix remis par l’entrepreneur devra comprendre toutes les sujétions d’exécution nécessaires telles que coupes,
angles, façon d’arêtes, petites surfaces, fixations, façons de raccordements des parties horizontales, à 45° et
verticales, raccordements aux maçonneries adjacentes, retombées, retours, gorges arrondies ou joints en retrait
éventuel etc.
Fourni et posé pour hauteurs différentes en grandes ou petites parties, compris toutes fournitures nécessaires et toutes
sujétions d’exécution. Le tout exécuté suivant dessins et détails de l’Architecte.
Le prix comprend la réalisation des réservations pour appareils d’éclairage.
Payé au mètre carré

PRIX N°53 – ENDUIT EN PLATRE TALOCHE

LOCALISATION : suivant plan repérage architecte :

L’enduit au plâtre fin d’une épaisseur totale de 2 cm environ sera réalisé en deux couches, la dernière couche de 5mm
d’épaisseur minimale, à la truelle et au bouclier.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 45 -

Les surfaces seront parfaitement planes et lisses. Les arrêtes devront être parfaitement rectilignes.
Le tout sera parfaitement dressé, compris arrêtes, cueillies, arrondis, arrêts, angles saillants ou rentrants, fillasse et
toutes sujétions.
Ouvrage payé à la surface réelle, tous vides et ouvrages divers déduits, sans plus-value pour petites parties et faibles
largueurs, parties planes et courbes.
y/ compris fourniture, préparations, finitions, protections et toutes sujétions.
Payé au mètre carré développé.

5 – DIVERS

PRIX N°54 – CONDUIT DE FUMEE EN PLATRE

LOCALISATION : suivant plan repérage architecte : immeuble appartement et studio


Mise en œuvre de réservation Cheminée de toutes hauteurs comprenant :
- un conduit intérieur de 20x20cm en carreaux de plâtre de 6cm d’épaisseur parfaitement rejointoyé et lissé à
l’intérieur et taloché à l’extérieur y/c séparation entre les conduit parfaitement taloché.
L’ensemble exécuté conformément aux plans, y compris réservations percement des dalles et raccordement à la
souche en toiture en coordination avec l’entreprise de gros œuvre et toutes sujétions de mise en œuvre et de finition.
Payé au mètre linéaire

PRIX N°55 - CONDUIT DE FUMEE EN BOISSEAUX

LOCALISATION : Cheminée, chaudière Hôtel, Chalets et Appartements

Conduit de fumée, exécuté en boisseaux céramique 20x20 intérieur hourdés au plâtre ou au mortier réfractaire.
Compris isolement en laine de verre 4cm et habillage en briques, scellement de registre et toutes sujétions.
Payé au mètre linéaire.

PRIX N°56 – CONSTRUCTION DE CHEMINEE DROITE

LOCALISATION : Chalet et Appartement L= de 120 cm à 140 cm


Construction de cheminée de forme droite pour chalet de style rustique à réaliser suivant plan détail architecte de toute
hauteur y compris souches en terrasse et conduits, et comprenant :

· Construction en brique et des bandeaux cotés de l’âtre foyer cœur et contre avaloir et gorge avec
raccordement au conduit de cheminée.
· Habillage du foyer âtre, cote de l’âtre, cœur et contre cœur en brique réfractaire 20/5/5 ou 20/5/2,5 de
couleur rouge ou jaunâtre au choix de l’architecte.
· Habillage de l’appui du foyer en marbre local.
· Encadrement du bandeau en brique réfractaire.
· Tablette haute de cheminée en bois chêne de 20x7cm.
· Habillage extérieur du conduit et cône de l’avaloir en plaque de staff de 4 cm taloché ou en béton

L’ensemble exécuté conformément aux plans et détail de l’Architecte, y compris réservations et toutes sujétions de
mise en œuvre et de finition
Payé à l’unité

PRIX N°57 – CONSTRUCTION DE CHEMINEE D’ANGLE

LOCALISATION : Hôtel cheminée L= 200 cm


Construction de cheminée pour hôtel sur angle de style rustique à réaliser suivant plan détail architecte de toute
hauteur y compris souches en terrasse et conduits, et comprenant :

· Construction en brique et des bandeaux cotés de l’âtre foyer cœur et contre avaloir et gorge avec raccordement
au conduit de cheminée.

· Habillage du foyer âtre, cote de l’âtre, cœur et contre cœur en brique réfractaire 20/5/5 ou 20/5/2,5 de
couleur rouge ou jaunâtre au choix de l’architecte.
· Habillage de l’appui du foyer en marbre local.
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 46 -

· Encadrement du bandeau en brique réfractaire.


·Tablette haute de cheminée en bois chêne de 20x7cm.
· Habillage extérieur du conduit et cône de l’avaloir en plaque de staff de 4 cm taloché.

L’ensemble exécuté conformément aux plans et détail de l’Architecte, y compris réservations et toutes sujétions de
mise en œuvre et de finition
Payé à l’unité
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 47 -

CHAPITRE IV : BORDEREAU DES PRIX – DETAIL ESTIMATIF


PRIX UNITAIRE
N° UNITE DE MONTANT
DESIGNATION QUANTITE
PRIX MESURE en chiffre (DH HT) (DH HT)

REVETEMENT INTERIEUR
A - CARREAUX SOL
REVETEMENT DE SOL EN CARREAUX TYPE PARQUET
1 M² 1 650,00
LOCAL

2 REVETEMENT DE SOL EN CARREAUX LOCAL 33*33 M² 820,00

REVETEMENT DE SOL DES TERRASSES EN CARREAUX


3 M² 300,00
RUSTIQUE 60*60 TYPE PARQUET D IMPORTATION
CARREAUX TYPE PARQUET ANTIDERAPANT
4 M² 192,00
IMPORTATION
PLINTHE DROITE EN CARREAUX DECOUPE TYPE
5 ML 1 350,00
PARQUET LOCAL
PLINTHE DROITE EN CARREAUX DECOUPE TYPE
6 ML 256,00
PARQUET D IMPORTATION
PLINTHE DROITE EN CARREAUX DECOUPE LOCAL
7 M² 311,00
33*10
PLINTHE DROITE OU A CREMAILLERE EN CARREAUX
8 ML 291,00
33*10
MARCHE ET CONTRE MARCHE EN CARREAUX STRIE
9 ML 154,00
LOCAL
10 COUVRE JOINT DE DILATATION ML 15,00

11 CHAPPE LISSE M² 315,00


B - MARBRE
12 REVETEMENT DE SOL EN MARBRE LOCAL VOLUBILIS M² 614,00

13 REVETEMENT DE SOL EN MARBRE LOCAL GRIS M² 66,30

14 PLINTHE DROITE EN MARBRE VOLUBILIS ML 531,00


15 PLINTHE DROITE EN MARBRE GRIS ML 62,00
16 PLINTHE A CREMAILLERE EN MARBRE VOLUBILIS ML 196,00

17 PLINTHE A CREMAILLERE EN MARBRE GRIS ML 142,00


MARCHE ET CONTRE MARCHE EN MARBRE LOCAL
18 ML 180,00
VOLUBILIS
MARCHE ET CONTRE MARCHE EN MARBRE LOCAL GRIS
19 ML 110,00
LARGEUR
MARCHE ET CONTRE MARCHE EN MARBRE
20 ML 32,00
BOUCHARDE EXT
21 SEUIL D'ENTREE EN MARBRE ML 91,00
22 BORDURE EN MARBRE ML 152,00
23 REVETEMENT PAILLASSE CUISINE EN GRANIT M² 38,00

24 REVETEMENT PAILLASSE SDB EN MARBRE M² 52,00

25 MAIN COURANTE EN MARBRE ML 72,00


ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 48 -

N° UNITE DE PRIX UNITAIRE MONTANT


DESIGNATION QUANTITE
PRIX MESURE en chiffre (DH HT) (DH HT)

C - REVETEMENT DE MUR
26 REVETEMENT SDB EN CARREAUX 60*20 M² 800,00
REVETEMENT CUISINE et SDB EN CARREAUX 50*25
27 M² 1 330,00
COULEUR
28 REVETEMENT CUISINE EN CARREAUX 50*25 BLANC M² 167,00
29 REVETEMENT PISCINE EN CARREAU MOZAIQUE 2*2 cm M² 230,00
30 REVETEMENT CANIVEAU EN CARREAUX 20*20 ML 52,00
31 REVETEMENT DE BACHE EN CARREAU 20*20 BLANC M² 52,00
32 CUVELAGE ETANCHE DE PISCINE ET BACHE M² 280,00
33 REVETEMENT EN PAVE DE VERRE M² 28,00
D - REVETEMENT EN PARQUET ET GERFLEX
34 REVETEMENT EN PARQUET STRATIFIE M² 170,00
35 PLINTHE EN PARQUET ML 160,00
36 REVETEMENT EN GERFLEX M² 82,00
REVETEMENT EXTERIEUR SOL
REVETEMENT SOL CARREAUX REV SOL RUSTIQUE
37 M² 960,00
33*33 trottoir périphérique
38 PLINTHE EN GRANITO LAVE H 10 CM ML 383,00
REVETEMENT EN BETON LISSE POUR TERRAIN DE
39 M² 623,00
SPORT
40 REVETEMENT EN BETON STRIE OU IMPRIME COLORE M² 1 410,00
41 REVETEMENT DE SOL ET DE MARCHE EN PIERRE PLATE M² 1 410,00
42 PAVE EN AUTOBLOQUANT M² 1 360,00
43 TERRE BATTUE M² 355,00
44 FOURNITURE ET POSE BORDURE T3 ML 410,00
45 FOURNITURE ET POSE BORDURE DE JARDIN T2 Ml 1 150,00
REVETEMENT EXTERIEUR FACADE
REVETEMENT DE FACADE EN PIERRE DE TAILLE DE
46 M² 630,00
BOULEMANE
FAUX PLAFOND
47 FAUX PLAFOND 1,5 cm AVEC ARRETE M² 640,00
48 FAUX PLAFOND 2cm AVEC SUSPENTE M² 1 498,00
49 CORNICHE ML 610,00
FAUX PLAFOND DECORATIF AVEC POUTRELLE EN STAFF
50 M² 38,00
7*7
51 TRAPPE DE VISITE EN ALU U 30,00
52 PLAFOND EN BA13 M² 195,00
53 ENDUIT EN PLATRE TALOCHE M² 420,00
DIVERS
54 CONDUIT DE FUMEE EN PLATRE ML 78,00
55 CONDUIT DE FUMEE EN BOISSEAUX ML 92,00
56 CONSTRUCTION DE CHEMINEE DROITE U 10,00
57 CONSTRUCTION DE CHEMINEE D ANGLE U 1,00
TOTAUX
TOTAL HTVA 0,00
TVA (20 %) 0,00
TOTAL TTC 0,00
ARRETE LE PRESENT DEVIS ESTIMATIF A LA SOMME TTC DE :…………………………………………………………………….
ENTRE D’ESTIVAGE A IFRANE – LOT REVETEMENT FAUX PLAFOND - 49 -

Royaume du Maroc
Marché n° ………/ FHII/2015
Ministère de l’Intérieur
FONDATION HASSAN II
Appel d’offres ouvert sur offres de prix
Pour les œuvres Sociales
n° 03/2015/FHII
Des Agents d’Autorité

Travaux de construction du centre d’estivage à IFRANE


(Lot n°04 : Revêtement sols & murs – Faux plafonds)

Architecte

Rabat, le ………………………………………….

L’Entrepreneur, Lu et accepté

Rabat, le
Arrêté le présent bordereau des prix-détail estimatif à la somme TTC de :

FONDATION HASSAN II

Rabat, le………………………………