Vous êtes sur la page 1sur 32

Intervention de crise suicidaire :

vers un brevet de secourisme psychique

Professeur Jean-Louis Terra


Université Claude Bernard Lyon 1
EAM 4128 Santé – Individu - Société
Centre hospitalier Le Vinatier Bron

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 1


Contexte
 Avoir un travail n’est pas un facteur de
risque de suicide reconnu sur le plan
épidémiologique
 Certaines professions ont des taux plus
élevés : il est inutile de les stigmatiser
 Le mieux est d’examiner si des facteurs
de risque de suicide prévalent

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 2


Contexte
 Il est utile de connaître les dimensions
protectrices du travail et les conditions qui
neutralisent cette protection voire l’inversent
 La prévention des risques psychosociaux
demande de porter intérêt au travail
 La prévention du suicide demande de porter
intérêt à la personne dans son entièreté

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 3


DEFINITIONS

 Idéation suicidaire : penser que le suicide comme le moyen de sa


propre mort
 Tentative de suicide interrompue : comportement potentiellement
auto-agressant mais a stoppé avant un dommage corporel
 Tentative de suicide : comportement auto-agressant avec une
issue non fatale
 Suicide : mort auto-infligée

 Automutilation : s’infliger de pleine volonté des actes douloureux,


destructifs et préjudiciables sans l’intention de se donner la mort
 Reste la question de la mise en danger intentionnelle sans
intention de se donner la mort, ou sans intention de se donner la
mort à coup sûr

American Journal of Psychiatry, 2004


APA : Practice Guideline for the Assessment and Treatment of Patients With Suicidal Behaviors

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 4


Crise suicidaire

 Période où, pour un sujet donné, le


suicide devient une solution pour mettre
fin à sa souffrance actuelle
 Elle ne veut pas mourir, elle veut
arrêter de souffrir
 Cette période marquée par la souffrance
et la tension dure souvent de 6 à 8
semaines

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 5


Reconnaître l’état de crise

 La personne est submergée par les émotions


 La tension émotive provoque un épuisement des
ressources cognitives
 La perception de la réalité est embrouillée
 Elle n’arrive plus à trouver des solutions à ses difficultés
 Elle peut se tourner vers des solutions inadaptées, tant
elle est démunie ou empressée à trouver un apaisement

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 6


Rapport entre la prévalence annuelle de suicide,
de tentative de suicide et d’idéation suicidaire
(d’après A Lesage et INPES)

 Facteurs de risque/protection
 Idéation : 5900 pour 100 000 personnes
 Facteurs de risque/protection
 Tentative : 300 pour 100 000 personnes
 Facteurs de risque/protection
 Suicide : 16 pour 100 000 personnes

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 7


Souffrances durables
LE POTENTIEL et insoutenables
SUICIDAIRE
URGENCE
Idées de suicide

Facteur de risque Intention


Facteur de protection
Programmation Pensées Velcro®
RISQUE retardant ou bloquant
Mise en la crise suicidaire
œuvre

Moyen de suicide :
Tentative de suicide
létalité X accessibilité
DANGEROSITE

Décès

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 8


8
Etapes-clé de l’intervention

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 9


Intervenir à la croisée des chemins

AU
DEBUT Suicide

?
APRES Suicide

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 10


Enjeux
 Un humain tâche de comprendre un autre humain
 Explorer une pièce d’une vieille maison familiale avec, pour
seule lueur, une bougie portée par la parole du patient
 Comment ne pas perturber le décor en allant trop vite
 En explorant les ombres, un souffle peut éteindre la flamme
 Mais avec patience, on commence à voir plus clair
 Les portraits de la famille se dessinent, les caractéristiques
de celui qui les éclaire, le patient, émergent

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 11


1. Établissement d’un lien de confiance entre
l’intervenant et la personne suicidaire

 Une question d’attitude


 La voix douce et grave
 Suivre le rythme de la personne
 Poser des questions ouvertes et éviter les
pourquoi
 Ne pas penser aux solutions trop tôt pour
être réellement à l’écoute

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 12


Peurs et craintes
 L’intervenant veut-il me faire faire des choses que je
ne veux pas faire ?
 Est-ce qu’il va me dire des choses que je ne suis pas
encore prêt à entendre ?
 De quel côté est-il ?
 Est-il capable de supporter ce que j’ai à lui
confier ?
 Se montre-t-il bien intentionné pour m’aider ?
 Sera-t-il capable de m’aider ?

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 13


Ouverture
 Soutenir la parole utiliser les adverbes
 Ne pas généraliser ni banaliser
 Ne pas utiliser de la fausse réassurance
 Evitez les : « Je comprends » vifs et
secs
 Ne pas penser aux solutions trop tôt
pour être réellement à l’écoute

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 14


Ouverture
 Identifier les sphères de vie touchées
 Mettre un dénominateur précis à vos questions :
investiguer la dernière semaine, les dernières
24h, la dernière nuit
 Identifier la nature des souffrances
 Eviter les « un petit peu », « croyez-vous que ? »
 Travailler avec le pire, les sommets (au cœur de
l’insomnie, de la colère, de la jalousie, du
désespoir…)

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 15


Les souffrances fondamentales
 Peur de la solitude
 Peur d’être sans valeur
 Peur d’un rejet imminent, d’un abandon
 Peur de l’échec
 Peur de perte du contrôle externe : impuissance face
aux événements
 Peur de perte du contrôle interne : peur face aux
pensées, hallucinations, impulsions
 Peur de l’inconnu

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 16


3. Évaluation rapide et efficace du risque, de l’urgence
et de la dangerosité du scénario suicidaire

 Le risque : le poids des facteurs de risque


(risque de décès dans les 2 ans) atténué par
les facteurs de protection
 La connaissance des facteurs de risque de la
personne de permet d’identifier les sphères
de souffrance
 Indispensable pour connaître la personne
 Ne pas oublier que le suicide est relationnel
(conflits, pertes, menaces…)

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 17


Les facteurs de risque

 L’enfance
 Relation d’attachement
 Evénements de vie
 La violence subie : morale, physique, sexuelle
 La psychopathologie
 Dépression, abus de substance, schizophrénie,
trouble de la personnalité…
 Les événements de vie durant la dernière
année

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 18


Normalisation
 Faire en sorte que le patient ne se
sente pas seul à vivre cette situation
 Il n’est pas rare que les hommes, à un
moment de leur vie, aient des troubles
… ; avez-vous vécu ce type de
difficulté ?
 Valable pour les accès de colère, les
idées de suicide …

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 19


Facteurs de risque liés aux troubles mentaux
(RR = risque relatif)

Abus d’alcool x 20

Dépression x 20

Trouble bipolaire x 28

Schizophrénie x8

Trouble de la personnalité x7

Antécédents de tentative de suicide x 30

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 20


Les facteurs de protection
 Bien moins connus
 Les enfants en bas âge pour une femme
 La présence d’un confident
 Les capacités de coping
 Les capacité de réflexion et de recul
 La capacité de demander de l’aide
 Un entourage qui soutient

 Le travail est un facteur de protection : quelles sont les


composantes de la protection ?
 Comment ce rôle protecteur peut être neutralisé ou encore
inversé ?
14-10-2011 GIT Paris JL Terra 21
3. Évaluation de l’urgence

Degré de progression du processus suicidaire : idées,


intention, programmation, mise en œuvre
 Aborder directement les intentions suicidaires
« Est-ce que vous souffrez au point de vouloir vous tuer ? »
« Est-ce que vous avez pensé à la manière dont vous
pourriez vous suicider ? »
Si oui : explorer le « couloir de la mort » et rechercher les
« pensées Velcro® »
« Avez-vous pensé quand le faire ? »

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 22


Atténuation de la honte
 Utile pour accéder à des informations qui
représentent un « échec » pour le patient et
peuvent induire de la honte
 Veiller à ne pas se ranger du côté du patient
(utiliser : il se peut que, certaines personnes en
arrivent à …)
 Il faut que le patient puisse exprimer sa propre
vision du monde sans que le clinicien ne
transmette un jugement moral inexact
14-10-2011 GIT Paris JL Terra 23
Amplification des symptômes

 Vise à éviter la sous-déclaration pour des domaines


comme les idées de suicide, d’homicide, l’alcool, le
jeu, les bagarres …
 Donner une amplitude chiffrée et crédible
 Le seuil inférieur proposé est à un niveau
pathologique

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 24


Points de repères pour évaluer l’urgence

URGENCE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 N
E
CONTENU Idées Idées Idées Seule Projet Projet Pro Tenta Décès
diffuses fréqu Fréqu ou > 48h < 48h jet tive en
entes entes principa immé cours
et le solu diat ou
quotidi tion stoppée
ennes

T1

T2

T3

T4

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 25


3. Évaluation de la dangerosité

Létalité du moyen de suicide couplée à


l’accessibilité
 Un exemple trop fréquent : les armes à feu
 Une arme tue les personnes du foyer
 Multiplie par 5 le risque de suicide
 Ce risque est réduit à 2.7 si elle est bien entreposée
 La létalité est considérable, supérieure à 90% et les
séquelles considérables
 Chaque année, en France, les armes donnent
environ la mort à : 1600 personnes par suicide

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 26


4. Évaluation du facteur précipitant

 Identifier les dernier événement qui a


augmenté la détresse
 L’intervention va consister à atténuer
cet événement pour obtenir une petite
diminution de la souffrance : gagner du
temps

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 27


Stratégies et séquences d’intervention
5. Formulation de la crise
Il s’agit d’une réelle compréhension empathique et évolutive de la
crise en incluant tous ses déterminants

6. Briser l’isolement, soutenir la famille et les proches, et mettre en


place des structures de protection auprès de la personne suicidaire
L’intervention vise à mobiliser l’ensemble des personnes qui
peuvent donner le goût de la protection ou protéger la personne.
Le dispositif de psychiatrie et de santé mentale est un parmi les
autres. Orienter sans abandonner.

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 28


Stratégies et séquences d’intervention
7. Arrêt du processus autodestructeur et établissement
d’ententes avec la personne suicidaire afin d’assurer
un suivi, du moins à court ou à moyen terme
Limiter l’accès aux moyens du suicide, ne pas laisser
la personne seule, favoriser son engagement,
organiser la protection sur 6 à 8 semaines
8. L’après-crise
Le temps des soins en cas de psychopathologie

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 29


Plan personnalisé de protection

Facteurs
de risque

de
Contexte Facteurs
de
protection

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 30


Plan personnalisé de protection
Facteurs de Actions Souffrances Seuil Actions Facteurs
risque insoutenable de
protection
Dépression Ttt Tristesse

Désespoir Epuisement

Evénements Impuissance
de vie
Solitude Présence Entourage
Visite Ami
Rejet
14-10-2011 GIT Paris JL Terra 31
CONCLUSIONS
 Détecter, détecter, détecter
 Poser les questions quant au suicide en
articulant avec la souffrance mise au
jour
 Etre un témoin de la souffrance est déjà
beaucoup
 Orienter si nécessaire sans abandonner

14-10-2011 GIT Paris JL Terra 32