Vous êtes sur la page 1sur 3

Texte I ; Dictature conservatrice et dictature révolutionnaire

Les dictatures conservatrices visent, face à des transformations économiques et


sociales, à défendre l’ordre établi. Dans le Portugal de Salazar ou l’Espagne de
Miguel Primo de Rivera y Orbaneja et de Francisco Franco, l’alliance entre
armée, classes dirigeantes et Église, exprime cette volonté. Les dictatures
révolutionnaires portent en revanche un projet modernisateur et s’appuient sur
le peuple, contre les classes dirigeantes, pour transformer le système social en
vigueur. On peut citer l’exemple de Mustapha Kemal en Turquie, après 1919, et
de Gamal Abdel Nasser en Égypte, de 1952 à 1970.
MASSIMO MASSARD, Les dictatures, Paris Fayard, 1998, p. 113

Texte II ; Le totalitarisme

Le totalitarisme est apparu en Europe entre les deux guerres mondiales : les
dictatures instaurées par Adolf Hitler (nazisme), Joseph Staline (stalinisme) ou
Benito Mussolini (fascisme) sont totalitaires.

Dans un État totalitaire, l’État cherche à contrôler tous les aspects de la vie du
pays et de ses habitants : la vie politique, mais aussi la vie sociale, culturelle ou
économique. Le totalitarisme se caractérise par la volonté de modeler la société
tout entière par l’utilisation de la terreur et l’endoctrinement de la
population.

MASSIMO MASSARD, Les dictatures, Paris Fayard, 1998, p. 113


-les dictatures conservatrices

Les dictatures révolutionnaires

Les dictatures totalitaires

Les dictatures africaines

Dans de nombreux pays, et notamment en Afrique noire, un pouvoir central fort peut
apparaître nécessaire pour maintenir l’unité de l’État. En effet, ces pays ont souvent été
créés artificiellement par les anciens colonisateurs, sans que la population ait le sentiment
d’appartenir à une nation, sans qu’il y ait de cohésion nationale.

Enfin, dans les anciens pays colonisés, le recours au gouvernement dictatorial s’explique en
grande partie par l’inexpérience politique et l’absence de traditions démocratiques.

Le fascisme italien et le national-socialisme ont en commun l’exaltation mystique de la


nation, le rejet de la démocratie libérale et leur anti-individualisme. L’individu ne trouve sa
raison d’être que dans la subordination à la communauté. Le totalitarisme se caractérise par
sa volonté de modeler la société tout entière selon une idéologie très structurée par
l’utilisation de la terreur et l’encadrement de toute une population. En ce sens, l’Allemagne
nazie et l’Union des républiques soviétiques socialistes ont été l’une et l’autre des régimes
totalitaires, même si les historiens répugnent parfois à les confondre dans une même catégorie
en raison de leurs différences fondamentales.

L’histoire des pays d’Amérique du Sud et d’Afrique noire est jalonnée de coups d’État et de
dictatures. L’inexpérience politique et l’absence de traditions démocratiques expliquent en
grande partie le recours au gouvernement dictatorial. Les conditions économiques,
concentration des richesses dans les mains de quelques-uns et faible développement du pays,
contribuent également à l’émergence de pouvoirs autoritaires, qui semblent seuls capables de
redistribuer les richesses et de planifier le développement économique. Lorsque l’État est une
création artificielle de l’ancien colonisateur, comme en Afrique noire, les citoyens ont moins
le sentiment d’appartenance à une nation qu’à un groupe, ethnique ou religieux. L’allégeance
au pouvoir central est difficile. Pour maintenir l’État, en l’absence de cohésion nationale
préexistante, un pouvoir fort peut apparaître nécessaire.

Les dictatures, dans ces pays, ont pris les formes les plus diverses : juntes militaires en
Amérique du Sud, régimes de parti unique dans les pays d’Afrique noire ayant copié le
modèle socialiste aux lendemains de la décolonisation, ou coexistence d’un pouvoir
autoritaire et d’institutions démocratiques modernes (Parlement, élections).

Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.