Vous êtes sur la page 1sur 36

www.agri-mag.

com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 1
Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com
2 N° 110 - Mars 2018
EDITIONS AGRICOLES
Sarl de presse
Au capital de 100 000,00 dhs
Sommaire
R.C.: 127029
FRAISE 4
I.F.: 01006251 Vers plus de
Patente N° : 35870166
diversification variétale
Autorisation :

GROUPE HASSAN DERHEM


Petits fruits rouges 8
22 bis, rue des Asphodèles Success story d’une filière qui
Résidence Zakia - Quartier Berger
20380 Casablanca n’arrête pas d’évoluer et d’innover
Tél. : 212 (0) 522 23 62 12
212 (0) 522 23 82 33
agriculturemaghreb@gmail.com
www.agri-mag.com
Secteur de la fraise 10
Locomotive d’une filière
Directeur de publication au dynamisme contagieux
Abdelhakim MOJTAHID

Rédacteur en Chef
Ingénieur Agronome Framboise et myrtille 14
Abdelhakim MOJTAHID Evolution constante
Journalistes
Ingénieurs Agronomes
Abdelmoumen Guennouni
Myrtille 22
Hind ELOUAFI Effet du type de culture
sur la qualité physicochimique
Ont participé à ce numéro :
Tabout, S du fruit
Rachidi, F
Marouane, A
Gmira, N 34 ‫توت األرض صعوبة إختيار‬
‫األصناف المناسبة‬
Kodad, O

Attachée de Direction
Khadija EL ADLI 31 ‫الفواكه الحمراء الصغيرة‬
Directeur Artistique ‫قطاع في تطور مستمر‬
NASSIF Yassine

Imprimerie
PIPO AGRimatco 21 EMCO CAL 5 Novacor 10
AGRIPHARMA 13 FIAT 35 PHYTO Loukkos 15
amAROC 32 IDAI Nature 11 SOMATREF 14
Tous droits de reproduction
autorisés avec mention impérative Bayer CS 9 klasmann 23 - 25 TECNIDEX 2
et complète du journal. BODOR 12 mamda 26 VIVEROS California 7
elephant vert 16 netpak 17 VIVEROS California 19

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 3
Spécial fruits rouges

FRAISE :
Vers plus de diversification variétale
Aujourd’hui, de nombreuses variétés sont à la disposition des producteurs marocains, le choix étant dicté
par les objectifs de production. En général, les fraisiculteurs optent pour une combinaison de plusieurs va-
riétés afin de couvrir l’ensemble du cycle et mieux répondre aux impératifs des débouchés (précocité, frais,

L
surgelé).

’offre en fraise est des segments de marché supplémen- L’approvisionnement en plants de frai-
restée longtemps do- taires. Certains producteurs ont même sier en motte et à racines nues est assu-
minée par une seule exploré d’autres voies de diversifica- ré exclusivement par l’importation. Le
variété, mais avec la tion en introduisant de nouvelles es- nombre des plants importés chaque
mondialisation des pèces fruitières à haute valeur ajoutée année est d’environ 190  000 000
échanges et le risque et très demandées sur les marchés plants, sachant que la densité de plan-
de perte de parts de européens comme les framboises, les tation est de 60.000 plants /ha.
marché, les professionnels ont senti la myrtilles et les mures. Au niveau du choix du matériel vé-
nécessité de diversifier la gamme des- gétal, on constate que pendant la
tinée à l’export. Ils ont ainsi opté pour
Diversification période allant de 1990 au début des
de nouvelles variétés de fraisier dotées variétale années 2000, les seules variétés culti-
de performances supérieures, notam- Au Maroc, la culture de la fraise est vées étaient la Tioga, la Chandler,
ment en termes de précocité, de gus- annuelle et le matériel végétal est re- l’Osogrande et la Camarosa. Ces va-
tativité et de conservation. nouvelé chaque année. Ceci permet riétés, et particulièrement la Camaro-
La stratégie adoptée dans ce domaine aux producteurs de produire un fruit sa, qui s’est progressivement imposée
a permis entre autres, de rallonger la de haute qualité et d’assurer un bon jusqu’en 2010, étaient des variétés
période d’exportation et d’accéder à contrôle phytosanitaire de la culture. homogènes, régulières et présentaient

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


4 N° 110 - Mars 2018
une bonne rentabilité aussi bien au ni-
veau productif que financier. Pour les
agriculteurs, elles ont été à la base de
l’essor de cette culture et son dévelop-
pement. Les producteurs marocains
ont adopté la Camarosa notamment
pour la surgélation, grâce à sa forme
régulière, son gros calibre, sa couleur
rouge vif et sa fermeté qui permet de
la découper en cubes ou en tranches.
Par ailleurs, l’itinéraire technique facile
de Camarosa associé à la désinfection
du sol au bromure de méthyle a per-
mis pendant cette période d’offrir des
rendements élevés assurant une ren-
tabilité élevée aux agriculteurs. Cepen-
dant, depuis 2010, on assiste au déclin
de Camarosa et son remplacement par
des nouvelles variétés qui ont connu
au cours de cette période une nette plus performantes et se sont ouverts tés.
évolution. notamment à des variétés plus gus- Cependant, malgré ce panel diversi-
En effet, sur le plan commercial, la mise tatives pour répondre à une exigence fié, certains fraisiculteurs déplorent
sur le marché d’un seul produit avec croissante des marchés. Globalement un choix variétal limité, de même que
des caractéristiques données n’est pas les variétés utilisées sont sensiblement l’absence de référentiel local sur le
la meilleure stratégie sur le long terme, les mêmes que dans la zone de Huel- comportement des variétés et leur po-
vu l’évolution des goûts et des habi- va (Espagne, notre principal concur- tentiel de production.
tudes alimentaires du consommateur rent), mais avec des proportions diffé- Ainsi, on note la difficulté des agricul-
européen. rentes : Festival, Splendor, Fortuna, San teurs et surtout des petits d’entre eux,
Les producteurs ont donc commen- Andreas, Sabrina, Ventana, Sabrossa, à faire le choix pour chaque campagne
cé à chercher de nouvelles variétés Lusa, Benicia, Marisol et d’autres varié- et à rechercher la maitrise technique

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 5
Spécial fruits rouges

Création variétale nées).


Travail de longue haleine La collaboration avec les universités
Cependant, il faut souligner que la et instituts de recherche apporte une
mise au point d’une nouvelle variété aide méthodologique sur les aspects
est un travail de longue halène. En ef- génétiques et physiologiques pour
fet, les attentes des producteurs de mettre au point de nouveaux mar-
fraises en matière d’innovation varié- queurs moléculaires en appui à la créa-
tale sont assez diffuses et complexes. tion de nouvelles variétés de fraises.
Les obtenteurs sont ainsi à l’écoute des
producteurs et des consommateurs Programmes
pour définir les critères de qualité et de recherche
de production qu’ils recherchent. L’ob- Les critères étudiés au sein des pro-
jectif étant de créer des variétés qui grammes de recherche sont souvent
apportent un plus (qualitatif ou tech- choisis sur la base de discussions avec
nologique) et qui satisfont les attentes la filière professionnelle. Certains cri-
de toute la profession. « Au-delà de l’as- tères intéressent l’ensemble des ob-
pect gustatif, il faut rechercher des varié- tenteurs, notamment la floraison, la ré-
tés capables de se démarquer du produit sistance aux maladies et la richesse en
standard tout en assurant au producteur antioxydants, etc. En effet, la maîtrise
rendement, facilité de cueillette, résis- de la floraison du fraisier permettrait
tance aux maladies,... La création varié- de mieux gérer les périodes de pro-
tale doit même en anticiper les besoins», duction. L’allongement de la période
explique un obtenteur. de production est le meilleur moyen
au niveau aussi bien cultural que de la d’augmenter le potentiel de rende-
protection sanitaire, vu que chaque va- Le processus d’obtention est long
et complexe. Il nécessite près de dix ment au niveau de la plante sans nuire
riété possède des spécificités propres à la qualité gustative du fruit.
au niveau des besoins en eau, de la années entre la conception d’un pro-
jet par le croisement initial de deux Par ailleurs, la création de variétés de
fertilisation et de la sensibilité aux ma- fraisier naturellement résistantes aux
ladies et aux ravageurs. plantes et la mise sur le marché de mil-
liers de plants d’une variété commer- maladies permettrait de limiter l’uti-
En conséquence, se pose de manière lisation des produits phytosanitaires
évidente, la problématique de la re- ciale. Mais il existe de nouveaux outils
en génétique, les biotechnologies, qui (difficulté de gérer les Délais Avant
cherche des variétés de fraise qui Récolte). Le but est de permettre la
peuvent permettre d’atteindre les ob- améliorent considérablement le pro-
cessus de création variétale. Utilisées production de fruits de qualité sans
jectifs suivants : résidus, respectueux de l’environne-
- Obtention de rendement élevé en appui à la création variétale, ces
biotechnologies permettent de mieux ment et d’en assurer le rendement
avec absence de traitement de (surtout avec la réduction du nombre
sol au bromure de méthyle et leur exploiter la diversité, de connaître
le génome, de diminuer la durée de de solutions pesticides autorisés par
adaptation aux conditions du sol les cahiers des charges imposés par les
création, de certifier et de protéger les
et au climat du Maroc. chaines de distribution).
nouvelles obtentions. Elles font inter-
- Acceptabilité des ces variétés par La qualité du fruit est aussi l’un des
venir plusieurs disciplines spécialisées,
les supermarchés et clients du principaux objectifs de sélection des
mais complémentaires telles que l’ex-
Maroc. programmes de création variétale.
périmentation (essais en conditions
- Itinéraire technique clair et acces- En particulier, la richesse en antioxy-
naturelles et notations), la culture in
sible pour l’ensemble des agricul- dants est un caractère recherché pour
vitro (multiplication des pathogènes
teurs. la haute qualité nutritionnelle qu’elle
responsables de maladies), la patho-
- Faire le bilan des connaissances et confère à la fraise. Les autres axes de
logie (tests biologiques d’infection en
sa transmission de façon continue recherche concernent généralement :
conditions contrôlées), la biochimie,
aux agriculteurs pour permettre - Productivité
la biologie moléculaire (génétique) et
le suivi permanent et le dévelop- - Bon calibre et couleur du fruit
la bio-informatique (analyse des don-
pement de la culture au Maroc sur
le terrain.

Pour la profession, une variété de fraise


idéale pour le Maroc devrait être dotée
des caractéristiques suivantes :
- Précocité : entrée en production la
première semaine de décembre
- Productivité: élevée (plus de 900 g/
plant)
- Forme des fruits : conique
- Couleur : Rouge aussi bien à l’inté-
rieur qu’à l’extérieur
- Goût et brix (taux minimum de 8)
- Fruit ferme qui permet un long shelf-
life et la coupe pour le surgelé
- Tolérance aux maladies et ravageurs

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


6 N° 110 - Mars 2018
- Homogénéité de la production et ré-
duction des écarts
- Qualité organoleptique et nutrition-
nelle
- Facilité de récolte
- Résistance aux maladies et aux varia-
tions climatiques
- Bonne vie commerciale

Adapter la conduite
à la variété
Chaque variété requiert une conduite
adéquate qui lui permettra de révéler navant, avec chaque nouvelle variété, tel centre ne saurait voir le jour sans
pleinement ses potentialités géné- des fiches techniques précisant leurs une aide de l’Etat.
tiques. Par conséquent, l’agriculteur avantages, mais aussi leurs faiblesses
devra maîtriser les techniques de et la manière de les contourner. Bref, le Conscientes de l’importance de la
culture appropriées et notamment maximum d’informations techniques
thématique du choix variétal pour le
la fertilisation (programme différent et les conditions optimales de produc-
d’une variété à l’autre) pour concilier tion permettant de valoriser au mieux secteur, les associations AMPFR  et
productivité, régularité de production le potentiel productif et qualitatif de AMCEF organisent des journées
et qualité des fruits tout au long de la chacune. d’étude au profit des producteurs,
campagne. D’ailleurs, pour éviter ce genre de en invitant les principaux fournis-
Sur ce point, les producteurs inter- problèmes dans l’avenir, l’une des so- seurs internationaux de plants de
rogés ont tenu à souligner le fait que lutions proposées par la profession fraisier au Maroc (obtenteurs et pé-
pour plusieurs des variétés actuelle- est la mise en place d’un centre de re- piniéristes). C’était le cas de la jour-
ment disponibles, ils ont du apprendre, cherche dans la région de production,
née organisée en marge de la pre-
parfois à leurs dépends, la conduite dont la mission serait de mener des es-
adéquate, ce qui prend dans certains sais sérieux sur les différentes variétés mière édition du festival des fruits
cas des années (erreurs, échecs, ta- existantes pour déterminer celles qui rouges de Larache, et qui a connu
tonnements). Ils demandent donc aux conviennent le mieux aux conditions une participation massive des pro-
fournisseurs de plants de fournir doré- de production et du marché. Mais un fessionnels concernés.

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 7
Région Loukkos - Gharb

Petits fruits rouges


Success story d’une filière qui n’arrête
pas d’évoluer et d’innover

La filière des petits fruits rouges qui englobe trois cultures principales, à savoir le fraisier, le framboisier et le myrtillier,
constitue un domaine d’excellence des périmètres du Gharb et du Loukkos qui détiennent environ 80% de la produc-
tion nationale. Le développement de cette filière est du aux avantages comparatifs dont jouit la région et notamment :
la proximité de l’Europe, les conditions pédoclimatiques favorables, la disponibilité des terres et des ressources hy-
driques, la main d’œuvre qualifiée, la maitrise des techniques de production, de conditionnement, de conservation, de
transformation et la délocalisation de la production de certaines entreprises européennes vers le Maroc, ainsi que les
incitations accordées par l’Etat à l’investissement.

L
a superficie totale consacrée cette filière a démarré depuis les an- cité dans la production et ayant adop-
aux fruits rouges dans la région nées 50 avec l’introduction du fraisier té les techniques les plus innovantes
du nord atteint actuellement et son extension importante vers la fin en matière d’irrigation, de fertigation
7.106 ha répartis entre la fraise des années 80 au niveau des zones du et de lutte intégrée pour la protection
(3.300ha), la framboise (1.892 ha), la Gharb et du Loukkos. Ce secteur a été des cultures.
myrtille (1.900 ha) et la mure (16 ha). initié par la délocalisation d’entreprises A partir des années 2000 et en réponse
La production de ces différentes spé- européennes qui se sont installées à la demande mondiale en croissance
culations lors de la campagne 2016-17 dans la région et ont entrainé dans leur constante, on note une véritable ten-
a atteint 169.000 tonnes. sillage la création d’entreprises agri- dance vers la diversification de l’offre
Pour rappel, le développement de coles ayant le même niveau de techni- nationale en petits fruits rouges, no-
tamment suite à l’introduction du myr-
tillier et du framboisier.
Superficie des Aujourd’hui, sur le plan socio-écono-
mique, la filière des fruits rouges gé-
petits fruits rouges nère un chiffre d’affaires de plus de
campagne 2017 / 2018 3,44 MMDH et plus de 4,5 millions de
7106 ha journées de travail durant 9 mois dans
les exploitations agricoles et les unités
de conditionnement, contribuant ainsi
à la création d’emploi en milieu rural.
Elle induit également le développe-
ment d’activités para-agricoles dont
les retombées économiques sont no-
tables sur la région.

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


8 N° 110 - Mars 2018
www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb
N° 110 - Mars 2018 9
Spécial fruits rouges

nières années d’environ 140.000 T.


Cette superficie est répartie entre
le périmètre du Loukkos (79 %) et
celui du Gharb (21 %) et concerne
593 exploitations agricoles de 0,2 à
70 ha.
Sur le plan technique, la culture
du fraisier a connu un dévelop-
pement remarquable pendant
les 20 dernières années au Maroc.
D’une culture de plein champ,
elle est passée à une culture sous
tunnels nantais, puis sous tunnels
multi-chapelle (pour les grands
producteurs) avec des améliora-
tions au niveau de tout l’itinéraire
technique de la plantation à la ré-
colte en passant par la fertilisation,
l’irrigation et lalutte intégrée. Les
systèmes de cultures appliqués à la
fraise sont passés ainsi d’un modèle
extensif peu productif à un modèle

Le secteur de la fraise intensif très productif. Pour preuve,


les rendements moyens à l’hectare
qui sont passés en l’espace de 20
Locomotive d’une filière ans, de 17 à 45 tonnes par hectare.
Les producteurs ont développé
au dynamisme contagieux un énorme savoir-faire, et optent
désormais pour de nouvelles tech-

C
niques de production basées sur la
ette production, nouvelle croissant des marchés européens
rationalisation des facteurs de pro-
à l’époque, a démarré pour la fraise du Maroc, les super-
duction et le respect des bonnes
après l’équipement et la ficies cultivées ainsi que la pro-
pratiques agricoles.
mise en eau des secteurs duction ont connu une évolution
irrigués Drader Rive Droite en 1978 importante passant de 750 ha avec
et R’mel en 1980. Au début des 31.000 T récoltées en 1995 à 3.300 Promotion du rôle
années 90 et grâce aux bons résul- ha en 2018 (dont 50 en bio) avec de la femme
tats de la production et à l’intérêt une production moyenne ces der- D’ailleurs, ce secteur pilote assure

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


10 N° 110 - Mars 2018
même le transfert des technologies
vers d’autres cultures, notamment
l’irrigation goutte à goutte qui est
actuellement largement adoptée
par les producteurs de cultures
maraichères, pastèque, tomate in-
dustrielle, melon… Par ailleurs, la
fraise a été un véritable vecteur de
promotion du travail des femmes.
Très rares au début, elles repré-
sentent actuellement 100% de la
main d’œuvre employée dans la
récolte et dans les stations (chô-
mage pratiquement éliminé dans
la zone).
Cette filière est caractérisée par
une dualité du tissu productif en Evolution de
rassemblant de grandes exploita- la superficie
tions fortement intégrées et des
exploitations de taille réduite
de la fraise
appartenant généralement à des
petits producteurs marocains
(moins de 5 ha) et produisant
pour le marché local ou ayant
établi des relations de partena-
riat avec les opérateurs structu-
rés pour assurer l’écoulement de
Au centre M. Baioua avec messieurs Mohamed Belazar (à droite)
et Driss Sekkaoui (à gauche) de Timac Agro Maroc.

leur production sur le marché


extérieur. Ces exploitations né-
cessitent un encadrement tech-
nique intense, notamment en ce
qui concerne leur organisation
en coopératives de production et
de commercialisation et l’adop-
tion des innovations techniques
appropriées pour les mettre au
diapason des exigences des opé-
rateurs exportateurs de la filière
des fruits rouges.

Commercialisation
et marchés
Diversification sifier la gamme destinée à l’ex- Sur le plan de la commercialisation,
trois grands circuits caractérisent le
variétale port. Ils ont ainsi opté pour de
secteur de la fraise :
Au Maroc, l’offre en fraise est nouvelles variétés de fraisier
- un circuit spécifique à la fraise
restée longtemps dominée par dotées de performances supé- fraîche destinée à l’exportation,
une seule variété, mais avec la rieures, notamment en termes - un second relatif à la fraise fraîche
mondialisation des échanges destinée au marché local
de précocité, de gustativité et
et le risque de perte de parts - un troisième spécifique à la fraise
de marché, les professionnels de conservation (voir article surgelée.
ont senti la nécessité de diver- page 4).

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


12 N° 110 - Mars 2018
Les deux tiers de la production
sont exportés, 20% en frais de
novembre à mars et 45% en sur-
gelé d’avril à juillet. Les 35% res-
tants sont écoulés sur le marché
local. Ainsi, au cours de la cam-
pagne agricole 2016-17, les ex-
portations marocaines de fraise
à l’état frais ont atteint 20 234
T dont 15,25 T Bio et 52 473 T à
l’état surgelé, dont 1.582 T Bio.
Le marché local est approvision-
né par des intermédiaires qui
s’approvisionnent directement
chez les agriculteurs ou parfois
auprès des unités de condition-
nement.
Soulignons également le dyna-
misme particulier des produc-
teurs de la région en matière de
certification et de mise à niveau
dans le domaine de la traçabili-
té. La quasi-totalité des expor-
tations agricoles sont certifiées
EUREPGAP et la majorité des
stations de conditionnement et
unités de surgélation sont cer-
tifiées HACCP pour répondre
aux exigences des clients et aux
normes techniques des marchés
européens et américain notam-
ment en matière de contrôle des
résidus des produits phytosani-
taires, de protection de l’envi-
ronnement et de traçabilité pour
chaque lot exporté.
Cependant, et malgré le dyna-
misme que connait cette filière
et son essor remarquable, le
secteur subit l’effet pervers d’un
certain nombre de contraintes
majeures dont notamment :
- la prédominance des petites
exploitations de moins de 5 ha
non organisées,
- l’érosion de la rentabilité de la
culture du fraisier entrainant la
réduction de la superficie des
fraiseraies,
- une offre foncière contrai-
gnante pour promouvoir l’in-
vestissement (terres collectives,
domaine forestier… voir chapitre
problèmes du foncier),
- en plus de problèmes liés au profil
variétal. 

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 13
Spécial fruits rouges

Framboise et myrtille
Evolution constante

E
n plus de la diversification des période printanière. Et bien que plusieurs
variétés de fraise, qui a permis pays européens soient producteurs de pe-
de rallonger la période d’expor- tits fruits, leurs productions n’arrivent sur le
tation et d’accéder à des seg- marché qu’à partir de Juin-Juillet. Pendant
ments de marché supplémen- le reste de l’année, l’approvisionnement se
taires, certains producteurs ont fait à partir du Chili, du Mexique et plus ré-
exploré d’autres voies de diversification cemment de l’Espagne.
en introduisant de nouvelles espèces frui- Le Maroc peut facilement se faire une place
tières de très haute valeur ajoutée et très sur le marché européen même en présence
demandées sur les marchés européens : les de ces pays car sa proximité de l’Europe lui
petits fruits rouges, surtout la framboise et confère un avantage considérable par rap- agents de commercialisation des
la myrtille. port aux pays de l’Amérique latine qui se fraises au sein de l’UE s’occupent
Sur le plan économique, l’introduction de trouvent défavorisés par les coûts exorbi- également des framboises, des
ces nouvelles espèces dans les régions tants du transport aérien. Il est aussi com- mûres et des myrtilles. L’Union eu-
productrices de fraises a permis de donner pétitif par rapport à l’Espagne. D’ailleurs les ropéenne reste donc la première
une bouffée d’oxygène à ce secteur dans la sociétés espagnoles se sont elles mêmes destination des fruits rouges maro-
mesure où elle a permis aux producteurs implantées au Maroc pour ces mêmes rai- cains soit 95% du volume exporté.
de diversifier leurs offres sur le marché eu- sons. L’Espagne arrive en tête des dé-
ropéen. En effet, l’Europe ne peut pas sa- Par ailleurs, le Maroc est déjà l’un des prin- bouchés, suivie de la France et du
tisfaire ses besoins en petits fruits pendant cipaux fournisseurs de marché de l’UE en Royaume-Uni. Toutefois, le Maroc
la période hivernale et une partie de la fraises fraîches. Les mêmes importateurs et œuvre à la diversification des mar-

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


14 N° 110 - Mars 2018
M. Mohamed ZABT,
producteur de fruits
rouges, membre
fondateur de la
M. Mustapha, gérant de l’exploitation de M. Lahmar Ouinas coopérative IBERRY.

chés et des offres afin d’améliorer une double fin : frais et surgelé; ont introduit les premières varié-
ses exportations et remédier à cet - leur transformation exige les tés de framboise à faible besoin en
égard aux fluctuations de la de- mêmes équipements et logistique froid et qui offrent plus de chances
mande sur le marché européen. d’adaptation aux conditions clima-
Dans le Loukkos-Gharb, à partir de tiques de la région. Cette tentative
Développement 2004, certains horticulteurs instal- a été couronnée de succès puisque
des cultures lés dans le périmètre du Loukkos la surface est passée de 30 ha en
Partout dans le monde, les espèces
comme la framboise et la myrtille
sont cultivées dans les mêmes ré-
gions que le fraisier et ce, pour les Evolution de
raisons suivantes : la superficie
- elles ont pratiquement les mêmes de la Myrtille
exigences climatiques et éda-
phiques;
- elles ont aussi des exigences nu-
tritionnelles similaires et peuvent
être produites sous les mêmes
types de serres;
- elles peuvent être produites pour

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 15
Evolution de la superficie de la framboise

2005 à une superficie de 1.890 ha ac- de baies comme le fraisier ou le fram- qu’en termes d’activité économique,
tuellement pour une production de boisier et s’adapte très bien à diffé- 1.000 ha de myrtille c’est l’équivalent de
15 908 T en 2017. Les quantités expor- rents types de sol et de conditions cli- 4.000 ha de fraise soit un autre secteur
tées durant la campagne 2016-17 était matiques. C’est la raison pour laquelle dynamique dans la région.
de 14 317 T dont 13 308 T à l’état frais et les professionnels s’attendent à une Les techniques d’irrigation et de fertiga-
1.009 T à l’état surgelé. grande expansion de sa culture au tion sont identiques à celles de la fraise
cours des prochaines années. Mais ils et les serres utilisées sont de type multi
La myrtille n’a démarré qu’en 2008 avec redoutent déjà une rapide saturation chapelle ou Delta 9 qui permettent une
150 ha et s’étend actuellement sur 1.900 sur ce créneau car ils estiment que cer- certaine protection contre le gel, amé-
ha pour une production de 16 825 T tains opérateurs plantent de manière liorent les conditions de température
en 2017 (rendement moyen 10t/ha). agressive et n’utilisent pas les bonnes et de lumière en créant ainsi un micro-
Les exportations durant la campagne variétés. De ce fait, les fruits qui en ré- climat favorable. Elles permettent aussi
2016/2017 ont été de 15 984 T dont sultent ne font pas de différence sur le d’assurer une grande protection contre
15 367 T en frais et 617 T en surgelé. marché. Il est donc impératif de trou- le vent, la pluie, les insectes, les mala-
Le myrtillier a une durée de vie plus ver un équilibre entre la production de dies, et les prédateurs, tels les rongeurs
longue par rapport aux autres cultures myrtilles et la consommation. A noter et les oiseaux.
Entretien
M. Abdelouahed Agour,
Directeur commercial de Roda Maroc
Le secteur des fruits rouges connait depuis quelques années un grand essor
et son développement s’accompagne de véritables réussites et aussi de diffi-
cultés récurrentes. M. Abdelouahed Agour, Directeur commercial du Groupe
Roda Maroc, a bien voulu partager avec nous son analyse de l’évolution du
secteur ainsi que l’importance de renforcer sa compétitivité.

M. Abdelouahed Agour : « Les conditions tions nouvelles et innovantes. Son installa- gamme de machine de conditionnement avec
climatiques, les changements variétaux, tion dans la région de Moulay Bousselham une nouveauté fabriquée par MAF RODA qui
les bouleversements des habitudes de et à Agadir depuis de longues années est la est l’un des leaders mondiaux dans la concep-
consommation, les demandes de plus en plus parfaite illustration de son implication totale tion et la fabrication de calibreurs pour les
pointues des marchés receveurs, tous ces élé- dans le secteur des fruits rouges. fruits et légumes. La nouveauté de cette année
ments obligent les opérateurs agissant dans le La gamme de produits proposés par notre est un calibreur spécialement conçu pour le
secteur des fruits rouges au Maroc à s’adapter groupe concerne l’ensemble des activités conditionnement des myrtilles.
mais surtout à anticiper car la viabilité de leur liées à la production et au conditionnement.
En fin, NETPAK est particulièrement connue
activité reste tributaire de l’ensemble de ces Cela commence par la désinfection des sols,
dans les régions de Moulay Bousselham et
facteurs connus et parfois maitrisés et aussi les engrais et les biostimulants proposés par
Agadir pour être le leader dans la distribution
de la concurrence grandissante de nouveau la société Agripharma qui vient de mettre sur
producteurs disposant de conditions spéciales le marché une excellente solution pour la dé- des barquettes en PET et PP pour l’emballage
leur conférant compétitivité et agressivité sur sinfection des sols (FLASHSOL FE). Ce produit des fruits rouges et d’autres produits tels que
les marchés porteurs. a fait l’objet en 2017 d’une journée de présen- la tomate cerise, les raisins, etc. La gamme de
Le groupe Roda MAROC, à travers de NETPAK, tation à Moulay Bousselham par un éminent produits proposés par NETPAK est très large
a depuis longtemps compris l’importance de chercheur de l’université agronomique de Va- et s’enrichit en permanence de nouvelles so-
ces enjeux et s’est inscrit dans une démarche lence en Espagne. lutions adaptées aux besoins de nos parte-
prospective basée sur la recherche de solu- Roda Maroc propose quant à elle, une large naires ».

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 17
Spécial fruits rouges

Depuis 2008, le myrtillier et le Complémentarité


framboisier ont enregistré une entre fruits rouges
forte expansion dans les deux ré- Contrairement à ce que l’on pour-
gions. Cette activité est réalisée rait penser, ces cultures ne sont pas
essentiellement par les grandes concurrentes de la fraise, mais plutôt
exploitations et des investisseurs complémentaires. Au niveau d’une
étrangers dotés des moyens logis- exploitation, ces différentes activi-
tiques nécessaires pour la produc- tés permettent de mieux optimiser
tion, la valorisation et l’exportation le temps de travail. De plus, il s’agit
de la production en adoptant les pratiquement des mêmes moyens
techniques les plus innovantes. et process que pour la fraise (même
« Pour ces espèces nous sommes type de serres tunnels, station de
pratiquement au même niveau que conditionnement, frigos… qui sont
les espagnols. Pour cela nous avons mieux valorisés). Cependant, les in- filière s’est dotée d’un contrat pro-
beaucoup travaillé avec les obten- vestissements sont tellement impor- gramme ambitieux pour la zone
teurs originaux des variétés cultivées, tants qu’on ne peut pas se permettre Loukkos-Gharb, couvrant la période
sans passer par des intermédiaires la moindre erreur : 2014-2020 et dont l’objectif est de
espagnols comme c’est le cas pour la - Dans le cas de la myrtille le coût booster la production :
fraise. Par ailleurs, en impliquant les d’installation de la culture est es- - Fraise : 5.000 ha avec une produc-
fournisseurs en tant que partenaires, timé à environ 800.000 Dh/ha, et tion de 200.000 T
nous sommes certains de pouvoir les charges annuelles moyennes - Framboise : 3.500 ha avec une pro-
bénéficier de chaque nouvelle inno- s’élèvent à 200.000 Dh/ha. duction de 35.000 T
vation variétale immédiatement et - Pour la framboise, le coût d’instal- - Myrtille : 3.500 ha avec une produc-
surtout de pouvoir maitriser les diffé- lation est estimé à 714.000 Dh/ha, tion de 35.000 T
rents aspects relatifs à la conduite et et les charges annuelles moyennes Rappelons que les petits fruits
la commercialisation », explique un s’élèvent à 350.000 Dh/ha. rouges marocains sont exportés au
grand producteur de la région. Rappelons qu’à partir de 2014, la niveau de 41 pays dans les 5 conti-

San Rafael, ce qui est moins évident pour les


variétés remontantes.
San Rafael se distingue également
que San Rafael, de par ses nom-
breuses qualités et son système
d’ouverture, fera une vraie révolu-
la nouvelle variété de framboise par sa vigueur et l’émission de ra-
meaux latéraux qui permettent un
tion dans le secteur. Les producteurs

de VIVEROS CALIFORNIA
peuvent en effet accéder de façon
meilleur ensoleillement et une meil- libre à la variété et aussi commer-
leure mise à fruit. Elle se distingue en cialiser librement leur production.
Il y a 10 ans, Viveros California et 2015. Durant la saison 2016, outre par sa forte productivité, avec
Viveros California prend toutes les
s’est décidée à mettre en marche mais surtout la saison 2017, San plus de 15 fleurs par bouquet émis,
mesures nécessaires pour assurer un
son premier programme d’amé- Rafael a connu une grande expan- un calibre de fruit de gros à moyen
développement soutenu, tout en ga-
lioration de nouvelles variétés de sion dans toute la zone méditerra- et un poids moyen de 5 à 6 g/fruit. La
mise à fruit se fait de façon groupée, rantissant les intérêts de chacun de
framboise. Son pari fut de répondre née, principalement en Espagne, producteurs qui cultivent la variété
aux besoins de producteurs qui au Maroc, en Italie et au Portugal ce qui génère de meilleurs rende-
ments durant la récolte tout en rédui- San Rafael.
réclamaient une meilleure diversi- et a été très bien accueillie par les
sant les frais de la main d’ouvre. Par Viveros California et son équipe ap-
fication des cultures afin de pou- principaux pays consommateurs,
ailleurs, les fruits se distinguent par portent aux producteurs les options
voir répondre aux demandes du comme l’Angleterre, l’Allemagne
une forme longue et conique, un bon les plus efficaces pour une produc-
secteur des petits fruits rouges. et la France. Parmi les caractéris-
Le challenge fut de trouver de tiques remarquables de San Ra- Shelf life, sans apparition de moisi ni tion d’hiver encore plus précoce
nouvelles variétés qui apportent fael, le fait qu’il s’agit d’une variété de jus. Le haut niveau en ºBRIX, avec en leur fournissant des cannes en
unevaleur ajoutée par rapport aux non remontante, qui permet aux des valeurs moyennes de 9.8 à 10, fait mottes et des cannes à racines nue.
variétés prédominantes, avec une producteurs de choisir la fenêtre que San Rafael se distingue claire- L’objectif étant de leur permettre de
amélioration quantitative et quali- de production en fonction de la ment du reste des variétés du point couvrir le creux de production en
tative des fruits. date de plantation, permettant de vue qualité gustative. hiver et bénéficier ainsi de meilleurs
une récolte d’hiver et printemps, Viveros California est convaincue prix à l’export.
Le programme d’amélioration a
été lancé à Huelva (Espagne), où
Viveros California a mis en essai
les différentes sélections avan-
cées obtenues et qui prenaient
en considération les paramètres
recherchés face aux variétés pré-
dominantes. En 2013, la pépinière
a fait le point sur la sélection E-701,
qui ultérieurement, a porté le nom
de San Rafael, et qui a été mise en
essai durant les années 2013, 2014
Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com
18 N° 110 - Mars 2018
Le marché local
Des quantités limitées de framboises et de mûres
sont écoulées sur le marché marocain de vente au
détail où les consommateurs les découvrent pro-
kées et transportées ensemble en
gressivement à l’instar d’autres fruits exotiques. Bien
charge mixte.
qu’il s’agisse d’un petit débouché, comparé à celui
La progression des exportations ma-
de l’UE, il doit néanmoins être développé. Mêmes
rocaines le long de ces dernières an-
nées, surtout en fraises surgelées, est les petites opportunités de marché devraient être
due essentiellement à l’implantation prises en considération, car toutes ont leur impor-
au Maroc de grandes firmes euro- tance dans la perspective de la future croissance du
péennes qui ont réalisé d’importants secteur marocain des baies et de sa viabilité.
investissements dans les 23 unités
industrielles de conditionnement et tantes étapes. Il est à préciser que
surgélation et en installant des struc- l’ensemble des employés des unités
tures d’encadrement en faveur des industrielles sont régis par les dispo-
groupes de producteurs. sitions de notre code de travail à sa-
Ces unités industrielles sont homo- voir : ils sont majeurs, touchent leur
nents mais la destination principale salaire réglementaire, bénéficient de
reste l’Union Européenne. loguées par les deux établissements
publics compétents à savoir l’ONSSA la couverture sociale, et travaillent
et l’EACCE. dans des bonnes conditions du
Stockage et transport transport, d’hygiène et de sécurité.
L’infrastructure de réfrigération après Sur le plan du contrôle des normes
techniques de qualité des petits Concernant la logistique, les exporta-
récolte, qui est adéquate au Maroc
fruits rouges, l’EACCE assure, au teurs marocains de baies bénéficient
pour l’industrie d’exportation des
fraises, peut également être utilisée niveau des unités de conditionne- d’un avantage en termes de coûts de
pour le créneau des framboises et ment, le contrôle de leur conformité fret vers les marchés de l’UE compa-
des myrtilles. Les soins post récolte, y aux exigences techniques, régle- rativement à leurs concurrents en Is-
compris la réfrigération et le contrôle mentaires en conformité avec les raël, en Égypte, et dans d’autres pays
de la température et de l’humidité, normes des marchés de destination. plus éloignés, qui sont tous obligés
sont les mêmes pour tous les types Par ailleurs, et s’agissant des normes de recourir au fret aérien, ce qui est
de baies qui peuvent donc être stoc- sociales, le secteur a franchi d’impor- plus coûteux.

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 19
Relation producteur-station : leur activité et améliorer les condi-
tions de commercialisation de leur

des hauts et des bas production, certains producteurs


sont animés par une tendance hau-

P
tement positive à se regrouper entre
our rappel, la plupart des fraisi- campagne et aussi en ce qui concerne eux dans des structures leur assurant
culteurs travaillent en partena- le taux d’écarts de triage qui seraient autonomie, meilleures visibilité et
riat avec des groupes étrangers gonflés pour justifier les rémunérations rentabilité de leur activité, au lieu de
d’exportation installés au Maroc réduites accordées en fin de campagne rester apporteurs chez des groupes
qui leur fournissent les plants au dé- au producteur. Pour ce dernier, ceci est exportateurs.
part et s’occupent de la commercialisa- d’autant plus incompréhensible que, Ainsi, des producteurs déjà instal-
tion de la production sous leur nom et lors de la cueillette, il procède à un tri lés ou jeunes nouvellement arrivés
marques. Les producteurs affiliés à ces minutieux sur place à la parcelle, pour (cadres, techniciens, etc.) qui se
stations doivent suivre les consignes de éliminer les fruits qui ne répondent pas lancent dans la profession avec de
production, de récolte et de condition- aux normes fixées par la station. petites superficies, mutualisent leurs
nement en respectant les cahiers des Le fruit est manipulé délicatement en moyens et se regroupent en coopéra-
charges des certifications. une seule fois, récolté par le pédoncule tives. Ces dernières leur permettent
Des contrôles sont effectués par les et placé directement dans la barquette. un meilleur avenir suite à l’union de
stations qui assurent l’encadrement Ce qui en principe devrait réduire consi- leurs forces en estimant que l’avenir
par des conseillers espagnols qui s’oc- dérablement les écarts au niveau de la est dans le regroupement.
cupent du suivi de la conduite, du choix station qui n’a plus à effectuer qu’un Ils ont suivi l’exemple de quelques
des produits phytosanitaires à utiliser dernier contrôle avant l’expédition. coopératives qui se sont créées ces
(les plus soft possible), de la fertilisation, Pour leur part, les stations qui peuvent dernières années et qui ont connu
de la rationalisation des coûts, etc. Les compter jusqu’à 120 apporteurs, un grand succès de leur activité
procédures de traçabilité imposent au dont certains avec moins de 1ha, se avec une diversification des pro-
producteur de distinguer entre variétés, plaignent du manque de sérieux de duits (fraise puis framboise ensuite
certains producteurs qui ne respectent myrtille), des régions de production
dates de plantation, détails de toutes les
pas leurs engagements et qui préfèrent (certains se sont installés également
opérations entreprises sur leurs fraises
parfois écouler leur marchandise sur le dans le Souss pour profiter des avan-
(traitements, etc.). Lorsqu’une exploi-
marché local quand les prix sont élevés tages de la région) et des marchés en
tation entre en production, les agents
ce qui présente l’avantage de paiement frais et surgelé (UE, Angleterre,…).
de la station passent chez le producteur
en liquide (pour renflouer leur trésore- Ces coopératives ne se limitent pas
afin de prélever des échantillons pour
rie), outre la vente du tout-venant et à la production des membres fonda-
analyse (résidus) avant de lui accorder
sans aucun frais lié à l’emballage… teurs mais peuvent avoir des appor-
l’autorisation de récolter.
Une meilleure organisation des pro- teurs externes dont ils assurent l’en-
D’ailleurs pour réduire le recours aux
ducteurs leur offrirait un poids et un cadrement et le suivi pour veiller à
produits chimiques, la lutte biologique
plus grand pouvoir de négociation face la qualité et au respect des normes.
est largement utilisée par les produc-
aux unités d’exportation, mais aussi A noter que des coopératives à l’an-
teurs contre un certain nombre de
face aux pépinières. cienne existaient déjà mais n’ont
ravageurs tels que les acariens, les pu-
Le regroupement au sein de coopéra- malheureusement pas pu continuer
cerons, thrips et cochenilles sur petits
tives leur permettrait même de mettre à cause du manque de maitrise
fruits. Cette collaboration, ajoutée aux technique et commerciale, aux-
en place leur propre structure d’expor-
normes imposées pour l’export, entre quels s’ajoutent les litiges fréquents
tation.
autres, ont permis l’élévation progres- D’ailleurs, l’AMPFR qui œuvre égale- entre les membres et le manque de
sive du niveau de maîtrise du processus ment pour l’amélioration du niveau confiance.
et de la technicité des producteurs. technique et organisationnel des en-
Cependant, la relation entre les pro- treprises agricoles encourage les pro-
ducteurs et les stations n’est pas tou- Organisation
ducteurs à aller dans ce sens.
jours un long fleuve tranquille. Les professionnelle
producteurs se plaignent notamment Jusqu’en fin 2017, et sur le plan or-
du manque de transparence en ce qui Tendance au ganisationnel, la filière des fruits
concerne les prix de vente qui ne leur regroupement rouges était encadrée par deux as-
sont jamais communiqués en cours de Aujourd’hui, pour mieux organiser sociations : l’Association marocaine

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


20 N° 110 - Mars 2018
Spécial fruits rouges

des producteurs de fruits rouges concernant les produits de la filière ;


(AMPFR) et l’Association marocaine - La contribution à la formation
des conditionneurs et exportateurs technique et à l’encadrement des
de la fraise (AMCEF). Depuis le 06 professionnels de la filière ;
Décembre 2018, les professionnels - La promotion, auprès des pro-
de la filière ont mis en place la Fé- fessionnels de la filière, des bonnes
dération Interprofessionnelle Maro- pratiques en matière de protection
caine des Fruits Rouges INTERPRO- et de préservation de l’environne-
BERRIES MAROC (IPBM). Présidée
ment ;
par Monsieur Mohamed ALAMOURI,
- L’encouragement de l’agrégation
cette interprofession est constituée
comme mode d’organisation privi-
des organisations professionnelles
suivantes : légié des professionnels conformé-
ment à la législation en vigueur ; l’amiable des différends entre les
• Collège production agricole : L’As-
- La contribution au règlement à professionnels de la filière.
sociation Marocaines des Produc-
teurs des Fruits Rouges (AMPFR) ;
• Collège valorisation  : L’Associa-
tion Marocaine des Conditionneurs
Exportateurs des Fruits Rouges (AM-
CEFR) 

L’IPBM a pour objectifs le dévelop-


pement et la promotion de la filière
et la défense des intérêts profession-
nels communs de ses membres.
A cet effet, l’interprofession entre-
prend toute action visant :
- La promotion des produits de la
filière des fruits rouges sur les mar-
chés intérieur et extérieur ;
- La prospection de nouveaux mar-
chés et l’accompagnement des pro-
fessionnels de la filière dans la com-
mercialisation de leurs produits ;
- La participation à l’organisation
de la commercialisation interne ;
- La diffusion des informations re-
latives aux produits et aux marchés
et les faire connaître ;
- L’adaptation de la production et
de la logistique à la demande inté-
rieure et extérieure, en conformité
avec les lois et règlements en vi-
gueurs et les règles du marché ;
- La proposition et l’établissement
de programmes de recherche appli-
quée et le développement des pro-
duits de la filière ;
- La vulgarisation des règles et
des normes relatives à la qualité, au
conditionnement, à l’emballage, à la
transformation et à la commerciali-
sation des produits de la filière ;
- La promotion et le développe-
ment des signes distinctifs d’origine
et de qualité et des productions bio-
logiques des produits de la filière ;
- L’accompagnement des profes-
sionnels dans la mise en œuvre des
règles sanitaires, phytosanitaires

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 21
Conduite

Myrtille
Effet du type de culture
sur la qualité physicochimique du fruit
Tabout, S1.2., Rachidi, F2., Marouane, A3., Gmira, N1. et Kodad, O2,*
1
Laboratoire de Santé, Nutrition et Environnement. Département de Biologie, Université Ibn Tofail, Kenitra

A
2
Ecole Nationale
d’Agriculture, u Maroc, la filière des pe- de ces espèces vers les marchés ces dernières année, passant de
Meknès, Maroc. tits fruits rouges consti- étrangers, la proximité de l’Eu- 8% en 2001 à 28% en 2016.
3
Association
Marocaine des tue un nouveau secteur rope et la disponibilité d’une
Producteurs des dans le système de pro- main d’œuvre qualifiée. En plus, Depuis leur introduction, les myr-
Petits Fruits Rouges.
Maroc.
duction fruitier national. Récem- l’entrée précoce en production de tilles ont été plantées en plein
* E-mail : osama. ment introduites, ces espèces ont ces espèces sous les conditions champs sur des sols légers bien
kodad@yahoo.es connu un développement soute- marocaines par apport à celle des drainés et sur des billons et sous
nu grâce à plusieurs facteurs fa- autres des autres pays produc- abri-serres. Sur un billon de dimen-
vorables pour leur installation teurs, font que le Maroc possède sions de 1 à 1,20 m de largeur et de
au Maroc à savoir: l’existence des un grand avantage économique 50 cm de hauteur, les plants sont
zones agro-climatiques favorables et concurrentiel dans la produc- espacés de 75 à 80 cm, et entre les
au développement des petits tion des petits fruits rouges, no- billons de 1,80 à 2,50 m. Par contre,
fruits rouges, la disponibilité des tamment celle de la myrtille. Les sous le système de conduite sur
ressources hydriques, l’existence exportations marocaines des pe- sol, il limite le nombre de plants
d’une importante infrastructure tits fruits rouges, notamment la par hectare, avec un maximum de
pour la culture et l’exportation myrtille, ont progressé fortement 3200 plants. En plus, le contrôle du
pH (qui doit être entre 4,5 et 5,5)
et la salinité du sol (≤ à 0,8 ds/m)
est plus difficile est couteux sous
ce système de production. Pour
ces raisons, les producteurs de la
myrtille ont commencé ces der-
nières années à adopter un nou-
veau système de production en
pot (hors sol) permettant d’aug-
menter le nombre de plants/ha
(approximativement 4000 plants)
et par conséquent les rendements,
avec une entrée en production
plus précoce d’environ 30 jours par
apport à celle enregistrée en plein
sol (sur billon). Sur le plan conduite
culturale, la culture en hors sol
permettra une meilleur maitrise
et contrôle du pH, de la salinité
du substrat et aussi une économie
d’eau de l’ordre de 70% par apport
à celle sur billon. Au sens strict, la
culture hors sol désigne la culture
dans un milieu racinaire qui n’est
pas le sol. Généralement, deux
types de substrats sont utilisés, soit
Culture en pot Culture sur billon la un substrat liquide (hydroponie)
soit un substrat solide d’origine mi-

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


22 N° 110 - Mars 2018
Rendement et qualité physique du fruit
Le rendement obtenu en plein sol (sur billon) était
de l’ordre de 18 tonnes/ha, alors qu’en pot le ren-
dement obtenu est de 20 tonnes/ha, soit une
augmentation de 10%. Quant aux propriétés phy-
siques du fruit, les analyses statistiques ont montré
que l’effet du mode de conduite est hautement si-
gnificatif sur tous les caractères étudiés (Tableau 1).
Les résultats obtenus ont montré que les valeurs du
poids, la longueur et la circonférence des fruits ont
été plus élevées chez ceux obtenus en pot en com-
Culture sur billon

nérale ou organique. Les supports qui sont souvent


utilisés par les producteurs marocains en culture de
myrtille hors sol sont essentiellement composés de
tourbe, de fibre de coco et de perlite.
Au Maroc, rares sont les études et les recherches en-
treprises pour évaluer l’effet du mode de conduite en
pot (hors sol) et sur le billon (plein sol) sur la qualité
physico-chimique des fruits de myrtille produits. Dans
se sens, le présent travail vise à évaluer et comparer la
qualité, les caractéristiques physiques et les attributs
chimiques des fruits produits en pot par apport à ceux
issus des plants cultivés sur billon dans la région de
Gharb.

Conditions de l’essai
Pour ce faire, des échantillons de fruits ont été collec-
tés au hasard, au stade de maturité à partir des plants
cultivés en hors sol et pleine terre (60 fruits /mode de
conduite). Immédiatement après la récolte, les fruits
ont été transportés au laboratoire afin d’étudier cer-
taines propriétés physico-chimiques telles que le
poids, la longueur et la largeur des fruits, la teneur en
solides solubles totaux (TSS), acidité titrable et le pH.

Tableau 1 : Résultats du test de Duncan


sur les caractéristiques physiques des fruits.
Caractéris- Mode de conduite
tiques Sur billon En pot
Poids du fuit 2.39b 2.60a
(g)
Longueur du 12.21b 12.91a
fruit (mm)
Circonférence 51.90b 54.35a
(mm)
Fermeté du 5.46a 4.53b
fruit (kg/cm2)
Les valeurs suivies de la même lettre ne présentent pas une
différence significative par le test de Duncan a une probabilité >0.05.

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 23
Tableau 2 : Comparaison des moyennes des variables de la qualité chimique des fruits.
Mode de conduite
Qualités
Plein sol Hors sol
Teneur en solides solubles (Brix) 12.21b 12.91a
Acidité titrable (g d’acide citrique/l) 5.46a 4.53b
pH 2.39b 2.60a

Les valeurs suivies par la même lettre ne représentent


pas une différence significative par le test de Duncan a une probabilité>0.05.

paraison avec ceux issus des plants male de l’eau et des éléments nu- fruit. Dans la présente étude, l’ana-
cultivés sur billon. Ces résultats in- tritifs apportés par goutte à goutte. lyse de la variance a révélé un effet
diquent que la culture en pot de Quant à la fermeté du fruit, Les va- hautement significatif du mode
la myrtille sous les conditions du leurs les plus élevées de la fermeté de conduite sur la teneur en sucre,
Gharb permettra d’augmenter les des fruits ont été enregistrés sur les l’acidité titrable et le pH du fruit de
rendements et la qualité physique fruits issus des plants cultivées sur la Myrtille.
du fruit. Généralement, les fruits is- billon. Sur le plan physiologique, Les résultats du test de Duncan
sus des plants cultivés en pot sont les plus petites baies sont généra- montrent que les fruits issus de
de poids plus élevé et de gros ca- lement plus fermes que celles de l’hors sol ont des teneurs en sucre
libre. Ces résultats sont dus à l’aug- gros calibre. et un pH élevé par rapport à ceux
mentation du nombre de plants issus de culture en pleine terre.
par hectare en culture en pot et à la Caractères Alors que, les valeurs les plus éle-
vées de l’acidité ont été enregis-
maîtrise des conditions du substrat chimiques du fruit
(pH et salinité du substrat) et l’iti- trées sur les fruits de culture en
La qualité chimique du fruit a été
néraire cultural. En plus, la culture pleine terre.
évaluée en étudiant les trois prin-
en pot permet au système raci- cipales composantes  : l’acidité
En guise de conclusion, les fruits
naire de la plante une croissance titrable (AT), la teneur en solide
issus de l’hors sol ont une meil-
adéquate et une absorption opti- solubles (°Brix) et le pH du jus du
leure qualité physicochimique que
ceux d’une production normale
(en plein sol). De même, ce mode
de conduite a d’autres avantages,
et se caractérise par une taille ré-
duite des supports de plantation. Il
permet donc un meilleur contrôle
de la nutrition. Seuls les éléments
introduits dans l’eau sont présents
dans la zone racinaire. Ce mode
de culture permet de conserver
l’eau si l’on compare avec la culture
en terre. De la même façon, la
presque totalité de l’engrais utilisé
est absorbée par la plante. Rien ne
se perd dans le sol, ce qui écarte
le danger de polluer les nappes
phréatiques et de réduire la vie
microbienne dans le sol. Dans ce
mode, la masse racinaire n’a pas
besoin de s’étendre autant qu’en
pleine terre. Les plantes reçoivent
toute la nutrition dont elles ont be-
soin sur une surface réduite, sans
qu’il y ait de réelle compétition
entre elles. En conséquence, elles
Culture en pot Culture en pot peuvent pousser bien plus près les
unes des autres qu’en terre.
Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com
24 N° 110 - Mars 2018
Publi-Reportage

Klasmann-Deilmann
Des solutions adaptées à vos conditions de culture
En production de myrtilles et de fruits rouges, tout comme en production de plants ma-
raîchers, le groupe Klasmann-Deilmann et Casem vous accompagnent. Vous trouverez
dans la gamme K Substrats des solutions en tourbes et substrats adaptées à vos condi-
tions de culture.

Le groupe Klasmann-Deilmann a une longue expérience de culture de myrtilles, pour en produire en


Allemagne en lisière des tourbières exploitées, puis depuis plus de 10 ans livrer des tourbes et substrats
sur les 5 continents.
Basé sur une étude approfondie des besoins de la plante et des méthodes culturales, les services tech-
niques de Klasmann-Deilmann ont mis au point une gamme de substrats pour Myrtilles en cultures en
pots. Cette gamme a été validée par de nombreux essais en conditions réelles, puis a été depuis adoptée
par les producteurs de myrtilles. Capacité de rétention en air et en eau, stabilité dans le temps, pH acide
et stable, sont les caractéristiques essentielles et indispensables d’un support de culture pour myrtille.

Pour chaque méthode de culture une solution K substrat


Culture sous plastique, culture sous ombrière, eau douce, eau un peu chargée, risque de manque ou
d’excès d’eau : l’étude des conditions de production permet de proposer la composition de substrat la
mieux adaptée aux objectifs de culture.
En associant les meilleures qualités de tourbe de sphaigne acides extraites en blocs et de fibres longues
de tourbe, à des matériaux aérateurs et drainants que sont la perlite, la fibre de bois GreenFibre ou la
coco, la gamme est composée de substrats stables dans le temps. Des analyses physiques au cours du
temps permettent d’observer la constance des capacités de rétention en air et en eau et du drainage.
L’absence de particules fines dans la composition du substrat est un critère essentiel, une garantie de
bonne stabilité structurale.

Réduction des consommations en eau


L’optimisation de la consommation en eau a été particulièrement soignée. Il a été observé au Maroc
qu’une écono- mie d’au moins
25% est possible. Si la qualité de
l’eau le permet, l’augmentation
de la proportion de tourbe de
sphaigne et de fibres de tourbe
associée à une bonne maîtrise
de l’irrigation et du drainage per-
met une réduc- tion significative
de la consomma- tion en eau, pour
des résultats en culture équiva-
lents.
La myrtille est une plante de condi-
tions humides : il a été constaté
qu’un substrat très drainant et
peu rétenteur en eau pouvait
engendrer des conditions stres-
santes pour les racines, néfastes
au rendement. L’ a u g m e n t a -
tion de fraction de tourbe de
sphaigne assure une stabilité de
l’humidité auprès des racines très
favorable aux plantes.

www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb


N° 110 - Mars 2018 25
Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com
26 N° 110 - Mars 2018
‫عدم إحترامهم إللتزاماتهم و تفضيلهم‪ ،‬أحيانا‪،‬‬ ‫لها بتضخيم نسبة الكميات ال ُمسْتب َعدَة أثناء‬ ‫العالقة بين المنتج و محطة‬
‫تسويق منتوجهم في السوق المحلي و من‬ ‫الفَرْ ز و ذلك من أجل تقليص مستحقاتهم التي‬ ‫التعبئة‪( ،‬أخد و رد)‬
‫غير أي فرز أو تعبئة عند إرتفاع األسعار و‬ ‫يتوصلون بها في نهاية الموسم؛ علما أنهم‪،‬‬ ‫للتذكير فإن أغلبية مزارعي توت األرض‬
‫الحصول على مستحقاتهم في الحال‪.‬‬ ‫حسب قول الفالحين‪ ،‬يحرصون أثناء جني‬ ‫(الفراولة) يشتغلون بشراكة مع مجموعات‬
‫إن التنظيم الجيد للفالحين يمنحهم وزنا و‬ ‫المحصول على إزالة الثمار غير الصالحة‬ ‫أجنبية للتصدير تقيم بالمغرب‪ ،‬بحيث تمدهم‬
‫و التي ال تستجيب للمعايير الموضوعة من‬ ‫بالشتائل و تتكفل بتسويق المنتوج تحت‬
‫قدرة كبيرة على التفاوض في مواجهة كل‬
‫طرف المحطات‪ ،‬كما أن عملية قطف الثمرة‬ ‫أسمائها و عالماتها التجارية‪ ،‬مقابل إحترام‬
‫من وحدات التصدير و المشاتل‪ ،‬بل أن‬
‫تتم من جهة الساق و بشكل دقيق‪ ،‬ثم توضع‬ ‫الفالحين للتعليمات على مستوى اإلنتاج و‬
‫تأسيسهم لتعاونيات يتيح لهم إمكانية إحداث‬
‫مباشرة في الصناديق‪ ،‬مما يفترض معه‬ ‫التعبئة و مختلف شروط دفاتر التحمالت‬
‫مجموعاتهم الخاصة للتصدير‪ ،‬خاصة و أن‬ ‫بالضرورة تقليص نسبة اإلستبعاد خالل الفرز‬ ‫المتعلقة بشهادات التصديق‪ .‬و تقوم محطات‬
‫الجمعية المغربية لمنتجي الفواكه الحمراء‬ ‫في المحطات بشكل كبير‪.‬‬ ‫التعبئة بعمليات المراقبة و التأطير عن طريق‬
‫تشجع الفالحين للسير في هذا اإلتجاه‪ ،‬إضافة‬ ‫هذا في حين تشتكي المحطات‪ ،‬التي قد يصل‬ ‫تقنيين إسبان و ذلك من خالل تتبع عمليات‬
‫إلى عملها على تحسين المستوى التقني و‬ ‫عدد مورديها إلى ‪ 120‬موردا بعضهم بأقل‬ ‫الخدمة الزراعية‪ ،‬و نوعية المواد الكيماوية‬
‫التنظيمي للمقاوالت الفالحية‪.‬‬ ‫من هكتار‪ ،‬من عدم جدية بعض الفالحين و‬ ‫المستخدمة و التي يجب أن تكون األقل تأثيرا‬
‫على الزراعة‪ ،‬و نوع األسمدة‪ ،‬و عقلنة تكاليف‬
‫اإلنتاج‪...‬الخ‪ .‬كما تلزم إجراءات التتبع الفالح‬
‫التوجه نحو التعاضد‬ ‫بضرورة التمييز بين األصناف و مواعيد‬
‫اليوم‪ ،‬و من أجل تنظيم نشاطهم بشكل أفضل و تحسين ظروف‬ ‫الغرس و جميع العمليات المرتبطة بزراعتهم‬
‫تسويق منتجاتهم‪ ،‬فإن بعض الفالحين يغمرهم ميل كبير إلى تجميع‬ ‫لتوت األرض –الفراولة‪( -‬معالجة‪ .)...،‬و عند‬
‫جهودهم في تنظيمات تحقق إستقالليتهم و تنير طريقهم و ترفع‬ ‫وصول الزراعة مرحلة اإلنتاج‪ ،‬فإن محطات‬
‫مردودية أنشطتهم‪ ،‬عوض تَ َفرٌّد مجموعات التصدير بهم‪ .‬و هكذا‬ ‫التعبئة تقوم بزيارات ميدانية لمواقع اإلنتاج‬
‫شرع بعض الفالحين القدامى أو الشباب الجدد (أطر‪ ،‬تقنيين‪...،‬الخ)‬ ‫من أجل أخد عينات لتحليلها بهدف تحديد نسبة‬
‫الذين دخلوا للقطاع بمساحات صغيرة‪ ،‬في تجميع إمكانياتهم داخل‬ ‫بقايا المبيدات في المحصول‪ ،‬قبل الترخيص‬
‫تعاونيات من أجل ضمان مستقبل أفضل ألعمالهم‪ ،‬و ذلك تشبها‬ ‫للفالح بالشروع في جني المنتوج‪.‬‬
‫ببعض التعاونيات التي أنشئت خالل السنوات األخيرة و التي حققت‬ ‫و عالوة على ذلك‪ ،‬و للحد ما أمكن من‬
‫نجاحات كبيرة من خالل تنويع منتجاتها‪ ،‬و مواقع اإلنتاج‪ ،‬إذ توسع نشاط‬ ‫إستخدام المواد الكيماوية‪ ،‬فإنه يتم اللجوء إلى‬
‫بعضها بجهة سوس أيضا لإلستفادة من مزاياها بدورها‪ ،‬و أيضا بتنويع‬ ‫المكافحة البيولوجية بشكل واسع ضد العديد‬
‫منافذ منتجاتها الطازجة و المجمدة (االتحاد األوروبي‪ ،‬إنجلترا‪)...،‬؛ بل‬ ‫من اآلفات في زراعة الفواكه الحمراء‪.‬‬
‫هذا التعاون‪ ،‬إضافة إلى المعايير المتعلقة‬
‫أن هذه التعاونيات لم تكتف فقط بأعضاءها و إنما تستقطب منتجين‬
‫بالتصدير و غيرها‪ ،‬ساعدت كثيرا في رفع‬
‫مستقلين تقوم هذه التعاونيات نفسها بتأطريهم و تَتَبٌّع أعمالهم‬
‫خبرة و مهارة الفالحين‪ ،‬غير أنه بالرغم من‬
‫حرصا منها على جودة المنتوج و إحترام المعايير‪.‬‬
‫ذلك‪ ،‬فإن العالقة بين هؤالء و محطات التعبئة‬
‫و هنا ال بد من اإلشارة إلى وجود تعاونيات بشكلها القديم لم تستطع‬ ‫ليست دائما على ما يرام‪ ،‬إذ يشتكي الفالحون‬
‫اإلستمرار نظرا لضعفها على المستوى التقني و التجاري‪ ،‬إضافة إلى‬ ‫بالخصوص من عدم شفافية هذه المحطات‬
‫النزاعات التي ال تنتهي بين أعضاءها و إنعدام الثقة بينهم‪.‬‬ ‫فيما يخص أسعار البيع و إمتناعهاعن‬
‫إخبارهم بها خالل الموسم‪ ،‬إضافة إلى إتهامهم‬
‫‪www.agri-mag.com‬‬ ‫‪Agriculture du Maghreb‬‬
‫‪N° 110 - Mars 2018‬‬ ‫‪27‬‬
‫مقارنة مع المنافسين اآلخرين مثل مصر و‬ ‫‪ -‬التوت األزرق‪ 3500 :‬هكتار إلنتاج ‪35‬‬
‫غيره‪ ،‬الملزمين باللجوء إلى النقل الجوي‬ ‫ألف طن‪.‬‬
‫األكبر كلفة‪.‬‬ ‫و يتم توجيه صادرات المغرب من الفواكه‬
‫الحمراء الصغيرة إلى ‪ 41‬دولة في القارات‬
‫السوق الوطني‬ ‫الخمس‪ ،‬و بصفة خاصة إلى أسواق دول‬
‫ال يتم تصريف إال كميات محدودة من توت‬ ‫االتحاد األروبي‪.‬‬
‫العليق و التوت األزرق بالسوق المغربي‪،‬‬
‫حيث بدأ المستهلكون يتعرفون على هذين‬ ‫التخرين و النقل‬
‫النوعين بشكل تدريجي شأنها شأن فواكه‬ ‫تعتبر وحدات التبريد ذات المستوى الجيد‬
‫دخيلة أخرى‪ .‬لكن رغم ذلك يجب عدم‬ ‫التي يتوفر عليها المغرب لخدمة صادراته‬
‫اإلستهانة باألمر و العمل على تطوير‬ ‫من توت األرض صالحة أيضا لتوت العليق‬
‫السوق و إستغالل جميع الفرص مهما‬ ‫و التوت األزرق‪ ،‬ذلك أنها تتطلب نفس‬
‫ص ُغ َرت نظرا ألهميتها في إطار اآلفاق‬
‫َ‬ ‫المعاملة لمرحلة ما بعد الجني على مستوى‬
‫المستقبلية لتطور قطاع الفواكه الحمراء‬ ‫التخزين و مراقبة الحرارة و الرطوبة و‬
‫الصغيرة بالمغرب‪.‬‬ ‫النقل و بشكل مختلط حتى‪.‬‬
‫و يعود سبب اإلرتفاع الذي عرفته الصادرات‬
‫«منذ تاريخ إحداث شركة فيطو لوكوس سنة ‪،1987‬‬
‫الذي صادف انطالق زراعة توت اﻷرض بالمنطقة‪،‬‬ ‫موسم ‪2018/2017‬‬ ‫المغربية في السنوات األخيرة‪ ،‬و باألخص‬
‫ظل المبدأ الذي يوجه نشاطنا هو تقديم جميع‬ ‫في السنوات الماضية‪ ،‬و حرصا من المنتجين‬ ‫منها صادرات توت األرض المجمد‪ ،‬إلى‬
‫المنتجات الضرورية لعموم الفالحين‪ ،‬في الوقت‬ ‫على التبكير ما أمكن‪ ،‬كانوا يشرعون في‬ ‫المقاوالت الفالحية األروبية التي ستقرت‬
‫المناسب و بالسعر اﻻفضل‪ ،‬من أجل تمكين زراعاتهم‬ ‫الزراعة بشكل ٌمبَ ِّكر أكثر فأكثر (إبتداء من‬ ‫بالمغرب و التي وظفت إستثمارات‬
‫من إبراز أقصى إمكانياتها)‪ ،‬يوضح السيد محمد أمين‬ ‫منتصف غشت بالنسبة للبعض)‪ ،‬غير أن‬ ‫مهمة في ‪ 23‬وحدة للتعبئة و التوضيب و‬
‫بناني‪ ،‬مدير الشركة‪ .‬و يضيف قائال ً‪ « :‬إن هدفنا هو‬
‫هذه الفترة تتصادف بشكل منتظم مع موجات‬ ‫التجميد و في وضع بنيات للتأطير لمصلحة‬
‫دعم القطاع باﻻبتكار عبر إقتراح حلول جديدة تستجيب‬
‫ﻹنتظارات الفالحين ‪ ،‬و مساعدتهم على مواجهة‬ ‫حرارة جد مرتفعة و مضرة بالزراعة (نسبة‬ ‫مجموعات من الفالحين‪ .‬و قد حصلت تلك‬
‫التحديات الجديدة التي فرضتها العولمة و المحافظة‬ ‫موت النباتات الفتية مرتفعة)‪ ،‬و بالتالي‪ ،‬فقد‬ ‫الوحدات الصناعية على مصادقة المؤسسين‬
‫على البيئة و سالمة المستهلك‪ .‬كما توفر الشركة‬ ‫قرر بعض الفالحين‪ ،‬هذه السنة‪ ،‬الرجوع‬ ‫العموميتين المختصتين‪ ،‬المكتب الوطني‬
‫بالموازاة مع ذلك‪ ،‬اﻹستشارة و التتبع و المواكبة‬ ‫إلى المواعيد العادية للزراعة كما هو حال‬ ‫للسالمة الصحية للمواد الغذائية و المؤسسة‬
‫التقنية للفالحين من بداية الزراعة إلى التصدير«‪. ‬‬ ‫سنوات سابقة‪.‬‬ ‫المستقلة لمراقبة و تنسيق الصادرات‪.‬‬
‫و بصفة عامة‪ ،‬يميل المنتجون إلى المزاوجة‬ ‫و في ما يتعلق بمراقبة المعايير التقنية لجودة‬
‫إلى توزيع كل شحنة على كثير من المنتجين‬
‫بين الكثير من األصناف لتغطية مجموع‬ ‫الفواكه الحمراء الصغيرة‪ ،‬فإن المؤسسة‬
‫الدورة الفالحية و اإلستجابة لمتطلبات للحد ما أمكن من المخاطر و تفادي تسليم‬ ‫المستقلة المشار إليها هي التي تتكلف بمراقبة‬
‫مآالت المنتوج (تبكير‪ ،‬طازج‪ ،‬مجمد)‪ .‬كما الشحنة الضعيفة حصريا لفالح واحد مما‬ ‫مدى إحترام وحدات التوضيب‪ ،‬للمتطلبات‬
‫يعملون على اإلنفتاح على أصناف أخرى يؤدي إلى القضاء على زراعته لذلك الموسم‪.‬‬ ‫التقنية المطابقة لمعايير األسواق الخارجية‪.‬‬
‫أكثر مذاقية لمواجهة المتطلبات المتزايدة و من المحتمل أن الفالحين ال يعلمون أن‬ ‫أما بالنسبة للمعايير اإلجتماعية‪ ،‬فإن القطاع‬
‫لألسواق‪ .‬و عموما‪ ،‬فإن األصناف المستعملة من حقهم رفض الشحنة التي ال تستجيب‬ ‫قد خطى خطوات مهمة ذلك أن عموم‬
‫هي غالبا نفس األصناف المنتشرة في منطقة إلنتظاراتهم‪ ،‬غير أنهم سيكونون مضطرين‬ ‫مستخدمي الوحدات الصناعية يخضعون‬
‫إلنتظار الشحنة الموالية التي قد تتأخر كثيرأ‪،‬‬ ‫«هويلفا» بإسبانيا‪ ،‬لكن بنسب مختلفة‪.‬‬ ‫ألحكام قانون الشغل‪ ،‬فهم جميعا بالغون و‬
‫و قد الحظ بعض الفالحين أنه‪ ،‬بالنسبة لنفس مما يجعلهم يخضعون لالمر الواقع لإلنتهاء‬ ‫يتوصلون بأجورهم بشكل منتظم و يتمتعون‬
‫الصنف‪ ،‬فإن الشتالت التي يتم تسلمها ال من عملية الغرس و تفادي التأخر عن بقية‬ ‫بالحماية اإلجتماعية (الضمان اإلجتماعي)‬
‫تكون بنفس الجودة‪ ،‬و ال تنمو بنفس الطريقة‪ ،‬المنتجين في التبكير‪.‬‬ ‫و يؤدون أعمالهم في ظروف جيدة على‬
‫بالرغم من وصولها في نفس الموعد و تلقيها و وعيا منهم بهذه القضية‪ ،‬يلجأ بعض كبار‬ ‫مستوى النقل و الصحة و السالمة‪.‬‬
‫لنفس الخدمة الزراعية و في نفس الظروف المنتجين المغاربة إلى إرسال مبعوثين لعين‬ ‫أما في ما يخص الجانب اللوجستي‪ ،‬فإن‬
‫(خطوط متجاورة)‪ ،‬فبعضها يكون أكثر المكان بإسبانيا إلختيار الشتائل المناسبة لهم‬ ‫صدِّرين المغاربة للفواكه الحمراء‬ ‫ال ُم َ‬
‫حيوية من غيره‪ .‬و يؤكد الفالحون على أن و متابعة المراحل حتى شحنها و ذلك ضمانا‬ ‫يتمتعون بميزة مهمة تخص تكاليف النقل‬
‫صدِّرة تدرك هذا األمر لهذا تلجأ لجودتها و سالمتها‪.‬‬ ‫المشاتل ال ٌم َ‬ ‫تجاه األسواق األروبية و ذلك بحكم القرب‪،‬‬
‫‪Agriculture du Maghreb‬‬ ‫‪www.agri-mag.com‬‬
‫‪28‬‬ ‫‪N° 110 - Mars 2018‬‬
‫الرياح و األمطار و الحشرات و األمراض و‬
‫مختلف األعداء كالقوارض و الطيور‪.‬‬
‫و منذ ‪ ،2008‬عرفت زراعة التوت األزرق و‬
‫توت العليق توسعا كبيرا بكل من منطقة الغرب‬
‫و اللوكوس‪ ،‬خاصة من طرف المنتجين الكبار‬
‫و منتجين أجانب بفضل إمكانياتهم التقنية‬
‫و اللوجستية المهمة على مستوى االنتاج و‬
‫التثمين و التصدير ‪ .‬و كما يقول أحد كبار‬
‫المنتجين بالمنطقة‪>> ،‬عمليا‪ ،‬نحن في نفس‬
‫مستوى المنتجين اإلسبان في ما يتعلق بهذه‬
‫األنواع من الزراعة‪ .‬لقد إشتغلنا كثيرا من‬
‫أجل ذلك مع ُم ْبتً ِك ِري األصناف المزروعة‬
‫األصليين من دون المرور عبر الوسطاء‬
‫اإلسبان كما هو الحال مع توت األرض‪.‬‬ ‫و قد عرف المغرب‪ ،‬و بالذات منطقة اللكوس‪-‬‬ ‫‪ 10‬طن‪ /‬هكتار)‪ ،‬و قدرت الصادرات خالل‬
‫بالمقابل‪ ،‬و من خالل إعتبارنا للمزودين‬ ‫الغرب‪ ،‬زراعة توت العليق (فرومبواز) منذ‬ ‫موسم ‪ 2016/2017‬بحوالي ‪ 15984‬طن‪،‬‬
‫شركاء لنا‪ ،‬فنحن على يقين من إستفادتنا من‬ ‫‪ ،2004‬و قد عرفت مساحتها توسعا كبيرا من‬ ‫منها ‪ 15367‬طن طازج و ‪ 617‬طن مجمد‪.‬‬
‫كل جديد على مستوى األصناف في الحال و‬ ‫‪ 30‬هكتار في البداية إلى ‪ 1890‬هكتار حاليا‪.‬‬ ‫و عكس ما يمكن أن يذهب إليه التفكير‪ ،‬فإن‬
‫بدون تأخير‪ ،‬بل و اإللمام بمختلف األوجه‬ ‫بالمقابل‪ ،‬لم تبدأ زراعة التوت األزرق إال‬ ‫هذه األنواع من الفاكهة ال تشكل أبدا أي‬
‫المرتبطة بالخدمة الزراعية و التسويق<<‪.‬‬ ‫سنة ‪ ،2008‬لتنتقل مساحتها من ‪ 150‬هكتار‬ ‫منافسة لتوت األرض (الفراولة)‪ ،‬بل أنها‬
‫إلى ما يناهز ‪ 1900‬هكتار‪ ،‬مع ما يعنيه ذلك‬ ‫تكمل بعضها البعض؛ كما أنها تشترك في‬
‫التكامل بين مختلف‬ ‫من إرتفاع في اإلنتاج بالنسبة لكال النوعين‪،‬‬ ‫نفس التدابير المتعلقة بزراعة توت األرض‬
‫أنواع الفواكه الحمراء‬ ‫و بالتالي إرتفاع الكميات المصدرة للخارج‬ ‫–الفراولة‪( -‬نفس نوعية األنفاق البالستيكية‪،‬‬
‫ال تشكل الفواكه الحمراء الصغيرة أي منافسة‬ ‫سواء في شكلها الطري أو المجمد‪.‬‬ ‫محطات التعبئة‪ ،‬ثالجات‪ ...‬التي يتم تثمينها‬
‫و يتميز التوت األزرق بطول عمره مقارنة في ما بينها‪ ،‬بل بالعكس من ذلك تتكامل مع‬ ‫بشكل جيد) غير أنه و بالنظر لإلستثمارات‬
‫بالفواكه الحمراء الصغيرة األخرى‪ ،‬و بقدرته توت األرض سواء على مستوى الخدمة أو‬ ‫المهمة التي تتطلبها هذه الزراعات‪ ،‬فإنه ليس‬
‫على التأقلم مع جميع أنواع التربة و المناخ‪ ،‬وسائل العمل و التثمين‪ ،‬غير أن اإلستثمار‬ ‫مسموحا إرتكاب أدنى خطأ‪.‬‬
‫لهذا يتنبأ له المهنيون بتوسع كبير خالل في هذه الزراعات يتطلب إمكانيات مهمة ال‬ ‫و لإلشارة‪ ،‬فإنه يتم تصدير الفواكه الحمراء‬
‫السنوات المقبلة؛ غير أنهم ال يخفون تخوفهم تسمح أبدا بأبسط األخطاء‪:‬‬ ‫الصغيرة إلى ‪ 41‬دولة في القارات الخمس‪،‬‬
‫‪ -‬بالنسبة للتوت األزرق فإن كلفة الهكتار‬ ‫من تهافت الفالحين على زراعة هذا النوع‬ ‫إال أن الوجهة الرئيسية تظل هي دول اإلتحاد‬
‫بشكل مفرط و بأصناف غير جيدة‪ ،‬و بالتالي الواحد تقدر بحوالي ‪ 800‬ألف درهم تضاف‬ ‫األروبي‪.‬‬
‫لن يستطيع إنتاجها التميز عما هو موجود إليها ‪ 200‬ألف درهم كمصاريف سنوية‬
‫حاليا في األسواق من حيث الجودة و القيم للهكتار‪.‬‬ ‫تطور الزراعات‬
‫‪ -‬بالنسبة لتوت العليق (فرومبواز)‪ ،‬تقدر‬ ‫المضافة‪ ،‬األمر الذي يستدعي بالضرورة‬ ‫في عموم مناطق العالم‪ ،‬يتم زراعة أنواع مثل‬
‫خلق توازن بين إنتاج التوت األزرق و الكلفة بـ ‪ 714‬ألف درهم للهكتار و متوسط‬ ‫توت العليق (فرومبواز) و التوت األزرق‪ ،‬في‬
‫اإلستهالك‪ .‬و لالشارة فإنه على مستوى المصاريف السنوية بـ ‪ 350‬ألف درهم ‪/‬‬ ‫نفس المنطقة التي يزرع فيها توت األرض‪ ،‬و‬
‫األهمية االقتصادية‪ ،‬فإن ‪ 1000‬هكتار من هكتار‪.‬‬ ‫ذلك لألسباب التالية‪:‬‬
‫التوت األزرق يعادل ‪ 4000‬هكتار من توت و للتذكير‪ ،‬فإنه إبتداء من ‪ ،2014‬بدأ القطاع‬ ‫‪ -‬إشتراكها في نفس المتطلبات المناخية‬
‫األرض‪ ،‬مما يجعل منه (التوت األزرق) يستفيد من عقد‪ -‬برنامج طموح خاص بمنطقة‬ ‫و التُّ َربِيَّة (من تُربة‪ ،‬المقصود الظروف‬
‫اللوكوس‪ -‬المغرب يغطي الفترة ‪2014-‬‬ ‫قطاعا حيويا آخر بالمنطقة‪.‬‬ ‫الفيزيائية و الكيميائية للتربة)‪.‬‬
‫بالنسبة لتقنيات الري و التسميد بالري فهي ‪ ،2020‬و الذي يهدف إلى الرفع من مستوى‬ ‫‪ -‬تشابهها في المتطلبات الغذائية‪ ،‬و قابليتها‬
‫نفسها المطبقة في زراعة توت األرض‪ ،‬اإلنتاج على النحو التالي‪:‬‬ ‫للزراعة تحت نفس النوعية البالستيكية‪.‬‬
‫‪ -‬توت األرض‪ 5000 :‬هكتار من أجل‬ ‫و نفس األمر بالنسبة لنوعية المحميات‬ ‫‪ -‬قابليتها لإلنتاج لنفس األغراض‪ :‬الطري‬
‫البالستيكية التي توفر حماية من الصقيع و إنتاج ‪ 200‬ألف طن‪.‬‬ ‫و المجمد‪.‬‬
‫‪ -‬توت العليق‪ 3500 :‬هكتار ألنتاج ‪35‬‬ ‫تحسن من عوامل الحرارة و الضوء مما يوفر‬ ‫‪ -‬إشتراكها في نفس التجهيزات و الوسائل‬
‫مناخا مناسبا للزراعة‪ ،‬إلى جانب حمايتها من ألف طن‪.‬‬ ‫الالزمة من أجل التحويل الصناعي‪.‬‬
‫‪www.agri-mag.com‬‬ ‫‪Agriculture du Maghreb‬‬
‫‪N° 110 - Mars 2018‬‬ ‫‪29‬‬
‫زيارة مهندسي شركة تيماك اكرو إلحدى ضيعات إنتاج‬
‫الفواكه الحمراء بمنطقة العوامرة‬
‫العالمية من أجل اإلستجابة لمتطلبات السوق‬
‫األمريكية و األوروبية على مستوى الجودة‬
‫و السالمة الصحية و المحافظة على البيئة و‬
‫تتبع المنتوج‪.‬‬
‫غير أنه ‪ ،‬و بالرغم من الدينامية التي يعرفها‬
‫القطاع و تطوره الواضح‪ ،‬فإنه مع ذلك يعاني‬
‫من عدد من اإلكراهات الكبيرة مثل‪:‬‬
‫‪َ -‬غلَبَةُ اإلستغالليات الصغيرة الغير منظمة‬
‫(أقل من ‪ 5‬هكتارات)‬
‫‪ -‬تراجع المردودية المادية لزراعة توت‬
‫األرض مما أدى إلى تقلص مساحتها‪.‬‬
‫‪ -‬المشاكل العقارية‪.‬‬
‫‪ -‬مشاكل ذات عالقة باألصناف‪.‬‬
‫أنه و بسبب إرتفاع تكاليف اإلنتاج‪ ،‬فإن من‬ ‫زراعة بيولوجية) بمعدل إنتاج خالل السنوات‬
‫األفضل للفالح تسويق أقصى ما يمكن من‬ ‫األخيرة يناهز ‪ 140‬ألف طن‪ .‬و تتوزع هذه‬ ‫قطاع توت األرض‬
‫محصوله طازجا و ذلك نظرا لضعف أسعار‬ ‫المساحات على كل من اللوكوس (‪ ،)79%‬و‬ ‫(الفراولة)‬
‫المنتوج ال ٌم َج َّمد‪.‬‬ ‫الغرب (‪ )21%‬و تَهُ ٌم ‪ 593‬إستغاللية زراعية‬
‫يتراوح حجمها ما بين ‪ 0.2‬و ‪ 70‬هكتار‪.‬‬ ‫إنطلقت زراعة توت األرض بالمغرب بعد‬
‫توت العليق (فرمبواز)‬ ‫و يتم تصدير ‪ 3/2‬اإلنتاج إلى الخارج‪20% ،‬‬ ‫تجهيز الدوائر المسقية بكل من الضفة اليمنى‬
‫و التوت األزرق (المرتي)‬ ‫منها طازجة‪ ،‬ما بين نونبر و مارس‪ ،‬و‬ ‫لمنطقة الدرادر سنة ‪ 1978‬و منطقة الرمل‬
‫‪ٌ 45%‬م َجمدة‪ ،‬من أبريل إلى يوليوز؛ بينما‬ ‫سنة ‪ 1980‬بالمنشئات المائية‪ .‬و منذ بداية‬
‫إضافة إلى تنويع أصناف توت األرض‬ ‫يتم تصريف ‪ 35%‬الباقية في السوق الوطني‪.‬‬ ‫التسعينات‪ ،‬و بفضل النتائج الجيدة على صعيد‬
‫(الفراولة) الذي سمح بتمديد فترة التصدير لمدة‬ ‫و هكذا‪ ،‬فقد بلغت صادرات توت األرض‬ ‫اإلنتاج و الطلب المتزايد لألسواق األروبية‬
‫أطول‪ ،‬و الولوج إلى شرائح جديدة في السوق‪،‬‬ ‫(الفراولة) الطازجة خالل الموسم الفالحي‬ ‫على توت األرض (الفراولة) المغربي‪ ،‬عرفت‬
‫فقد عمل بعض المنتجين على إستكشاف طرق‬ ‫‪ 2016/2017‬حوالي ‪ 20234.25‬طن‬ ‫كل من المساحات المزروعة و مستويات‬
‫أخرى للتنويع من خالل إدخال أنواع جديدة من‬ ‫منها ‪ 15.25‬طن توت األرض (الفراولة)‬ ‫اإلنتاج إرتفاعا ُم ِهما من ‪ 750‬هكتار و ‪31‬‬
‫الفواكه ذات قيمة مضافة عالية جدا‪ ،‬و تعرف‬ ‫البيولوجية‪ ،‬و ‪ 52473.30‬طن من توت‬ ‫ألف طن سنة ‪ ،1995‬إلى ‪ 3300‬هكتار‬
‫إقباال كبيرا من طرف األسواق األروبية‪ ،‬و‬ ‫األرض المجمد‪ ،‬منها ‪ 1582.30‬طن‬ ‫في موسم ‪( 2017/2018‬منها ‪ 50‬هكتار‬
‫هي الفواكه الحمراء الصغيرة‪ ،‬و باألخص‬ ‫بيولوجية‪ .‬و يتم تموين السوق الوطني من‬
‫السيد محمد بعيوة منتج توت‬
‫منها توت العليق و التوت األزرق‪.‬‬ ‫طرف وسطاء يتعاملون مباشرة مع الفالحين‬ ‫األرض بمنطقة العوامرة‪.‬‬
‫فقد شرع بعض الفالحين بمنطقة اللوكوس‪،‬‬ ‫أو أحيانا مع محطات التعبئة‪.‬‬
‫مند ‪ ،2004‬في زراعة األصناف األولى‬ ‫و يتميز هدا القطاع بثنائية النسيج اإلنتاجي‪،‬‬
‫لتوت العليق(فرومبواز) و التي ال تتطلب‬ ‫حيث يشتمل من جهة على ضيعات كبيرة‬
‫الكثير من البرودة‪ ،‬و لديها قابلية كبيرة للتأقلم‬ ‫متجدرة ‪ ،‬و من جهة أخرى على إستغالليات‬
‫مع الظروف المناخية للمنطقة‪ .‬وقد تكللت هذه‬ ‫محدودة الحجم يمتلكها في الغالب األعم‬
‫المحاوالت بالنجاح بحيث توسعت المساحة‬ ‫فالحون مغاربة صغار (أقل من ‪ 5‬هكتارات)‬
‫من ‪ 30‬هكتار سنة ‪ 2005‬إلى ‪ 1890‬هكتار‬ ‫يوجه معظم إنتاجها للسوق الوطني‪ ،‬في حين‬
‫حاليا‪ ،‬بإنتاج بلغ سنة ‪ 2017‬حوالي ‪15908‬‬ ‫يتم تصدير بعض اإلنتاج من خالل الفاعلين‬
‫طن‪ ،‬تم تصدير ‪ 14317‬طن منها (‪13308‬‬ ‫الكبار‪ .‬و الواقع أن هذه اإلستغالليات الصغيرة‬
‫طن منتوج طازج و ‪ 1009‬طن مجمد)‪.‬‬ ‫تحتاج إلى تأطير تقني مكثف خاصة فيما‬
‫أما التوت األسود فلم تبدأ زراعته بالمنطقة إال‬ ‫يتعلق بالتنظيم في إطار تعاونيات لإلنتاج و‬
‫سنة ‪ 2008‬على مساحة ‪ 150‬هكتار‪ ،‬إرتفعت‬ ‫التسويق‪ ،‬و تَبَنِّي التقنيات الجديدة المناسبة‬
‫حاليا إلى ‪ 1900‬هكتار‪ ،‬بإنتاج بلغ حوالي‬ ‫صدِّرين في‬‫لإلستجابة لمتطلبات كبار ال ٌم َ‬
‫‪ 16825‬طن سنة ‪( 2017‬متوسط المردودية‬ ‫قطاع الفواكه الحمراء‪ .‬و يجب اإلشارة إلى‬
‫‪Agriculture du Maghreb‬‬ ‫‪www.agri-mag.com‬‬
‫‪30‬‬ ‫‪N° 110 - Mars 2018‬‬
‫الفواكه احلمراء الصغيرة‬
‫قطاع يف تطور مستمر‬
‫يشكل قطاع الفواكه الحمراء الصغيرة‪ ،‬الذي يضم ثالث زراعات رئيسية هي توت األرض (الفراولة) و توت العليق و‬
‫التوت األزرق‪ ،‬مجاال متميزا بمنطقة الغرب و اللكوس التي تنتج حوالي ‪ 80%‬من إجمالي اإلنتاج الوطني‪ .‬و تبلغ المساحة‬
‫الكلية المخصصة للفواكه الحمراء بمنطقة الشمال‪،‬حاليا‪ 7 ،‬ألف و ‪ 108‬هكتار تتوزع كالتالي‪ 3300 :‬هكتار لتوت األرض‬
‫(الفراولة)‪ ،‬و ‪ 1892‬هكتار لتوت العليق‪ ،‬و ‪ 1900‬هكتار للتوت األزرق و ‪ 16‬هكتار للتوت الشوكي‪ .‬و وصل إنتاج‬
‫مجموع هذه األنواع لسنة ‪ 2017/ 2016‬ما يناهز ‪ 169‬ألف طن‪.‬‬

‫على نقل التكنولوجيا الحديثة إلى الزراعات‬ ‫السوسيو إقتصادي‪ ،‬رقم أعمال يتجاوز‬ ‫و يرجع التطور الذي عرفه هذا القطاع إلى‬
‫األخرى‪ ،‬خاصة السقي بالتنقيط الذي أصبح‬ ‫‪ 3.44‬مليار درهم‪ ،‬و أكثر من ‪ 4.5‬مليون‬ ‫األفضلية النسبية التي تتمتع بها هذه الجهة‬
‫اليوم مستخدما بشكل واسع في زراعة‬ ‫يوم عمل داخل الضيعات و وحدات التعبئة‬ ‫مقارنة بغيرها‪ ،‬خاصة على مستوى القرب‬
‫الخضروات و الدالح و الطماطم الصناعية‬ ‫لمدة ‪ 9‬أشهر؛ مساهما بذلك في خلق مناصب‬ ‫من أروبا و الظروف البيئية المالئمة‪ ،‬و وفرة‬
‫و البطيخ‪...‬الخ‪ .‬بالمقابل شكلت زراعة توت‬ ‫شغل بالعالم القروي بشكل مباشر‪ ،‬و دعم‬ ‫األراضي و الموارد المائية‪ ،‬و اليد العاملة‬
‫األرض مجاال لتعزيز عمل المرأة التي إنتقل‬ ‫أنشطة أخرى شبه فالحية تنعكس أثارها‬ ‫المؤهلة و التحكم الجيد في تقنيات اإلنتاج و‬
‫نصيب مشاركتها من نسبة طفيفة في البدايات‬ ‫اإلقتصادية اإليجابية المهمة على المنطقة‬ ‫التعبئة و التخزين‪ ،‬و التحويل الصناعي و‬
‫إلى ‪ 100%‬حاليا من اليد العاملة الموظفة‬ ‫بشكل عام‪.‬‬ ‫هجرة بعض مقاوالت اإلنتاج األروبية إلى‬
‫في جني المحاصل و في محطات التعبئة و‬ ‫المغرب إضافة إلى التحفيزات التي تقدمها‬
‫التوضيب (غياب تام للبطالة في النطقة)‪.‬‬ ‫تعزيز دور المرأة‬ ‫الدولة لإلستثمار في القطاع‪.‬‬
‫إضافة إلى ذلك‪ ،‬يعمل هذا القطاع الطليعي‬ ‫و يحقق هدا القطاع اليوم‪ ،‬على الصعيد‬
‫التسويق التجاري و األسواق‬
‫على مستوى تسويق اإلنتاج‪ ،‬يتميز القطاع‬
‫بوجود ‪ 3‬قنوات لتسويق توت األرض‪:‬‬
‫‪ -‬قناة أولى لتسويق توت األرض الطازج‬
‫الموجه للتصدير‪.‬‬
‫‪ -‬قناة ثانية خاصة بالمنتوج الموجه للسوق‬
‫الوطني‪.‬‬
‫‪ -‬قناة ثالثة خاصة بتوت األرض المجمد‪.‬‬
‫و كما سبق اإلشارة إليه‪ ،‬فإن ما يعادل ثلثي‬
‫اإلنتاج المغربي يوجه إلى الخارج‪ 20% ،‬منها‬
‫طريا و ‪ 45%‬مجمدا‪ ،‬مع نسبة بسيطة من‬
‫كليهما بيولوجية‪ ،‬في حين يتم تسويق الباقي‬
‫في السوق الوطني‪.‬‬
‫و هنا البد من اإلشارة إلى المجهودات التي‬
‫يبذلها فالحو المنطقة و محطات التعبئة و‬
‫التوضيب للحصول على شهادات التصديق‬

‫‪www.agri-mag.com‬‬ ‫‪Agriculture du Maghreb‬‬


‫‪N° 110 - Mars 2018‬‬ ‫‪31‬‬
Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com
32 N° 110 - Mars 2018
‫صالحة للتصدير‬ ‫التنوع بشكل أفضل و التعرف على الجينوم‬ ‫التالية‪:‬‬
‫‪ -‬الجودة الحسية و الغذائية‬ ‫‪ -‬التبكير‪ :‬الدخول في مرحلة اإلنتاج إبتداء من (المحتوى الوراثي) و تقليص المدة الالزمة‬
‫‪ -‬سهولة الجني‬ ‫للحصول على صنف جديد و التصديق عليه و‬ ‫األسبوع األول من شهر دجنبر‬
‫‪ -‬مقاومة األمراض و التغيرات المناخية‬ ‫حمايته؛ و هي التكنولوجيا التي تستدعي تدخل‬ ‫‪ -‬اإلنتاجية‪ :‬مرتفعة (أكثر من ‪900‬غ للنبتة)‬
‫‪ -‬دورة تجارية جيدة‬ ‫العديد من التخصصات العلمية التي تتكامل في‬ ‫‪ -‬شكل الثمار‪ :‬مخروطية‬
‫ما بينها‪ ،‬مثل التجريب و اإلختبار (تجارب‬ ‫‪ -‬اللون‪ :‬أحمر من الداخل و الخارج‬
‫الخدمة التقنية‬ ‫‪ -‬المذاق و درجة البريكس (مستوى السكاروز) في الظروف الطبيعية و تقييمها)‪ ،‬و الزراعة‬
‫مسألة حاسمة‬ ‫في أنابيب اإلختبار (إكثار ُمسببات األمراض‬ ‫ال تقل عن ‪8‬‬
‫‪ -‬ثمار صلبة تسمح بصالحية أطول لإلستهالك الفطرية)‪ ،‬و الباثولوجيا (علم األمراض)‪،‬‬
‫من أجل إبراز كامل قدراته الجينية‪ ،‬يتطلب كل‬ ‫و بإمكانية تقطيعها إلى أجزاء من أجل التجميد و الكيمياء الحيوية‪ ،‬و البيولوجيا الجزيئية و‬
‫صنف على حدة خدمة مناسبة له؛ مما يستدعي‬ ‫المعلوميات الحيوية (تحليل المعطيات)؛ هذا‬ ‫‪ -‬القدرة على تحمل األمراض و اآلفات‬
‫أن يكون الفالح على دراية كبيرة بالتقنيات‬ ‫إلى جانب التعاون مع الجامعات و معاهد البحث‬
‫الزراعية الالزمة‪ ،‬خاصة على مستوى التسميد‬
‫(برنامج مختلف لكل صنف)‪ ،‬و ذلك من أجل‬
‫العلمي في هدا المجال‪.‬‬ ‫إيجاد أصناف جديدة‬
‫التمكن من المزاوجة بين كل من اإلنتاجية و‬
‫إنتظام اإلنتاج و جودة الثمار طيلة الموسم‪.‬‬ ‫محاور البحث العلمي‬ ‫و هنا‪ ،‬تجدر اإلشارة إلى أن إيجاد صنف جديد‬
‫يتطلب مجهودا كبيرا و نَفَسا طويال‪ .‬و الواقع‬
‫و حول هده النقطة‪ ،‬يجمع الفالحون الذين تم‬ ‫أن إنتظارات الفالحين في ما يتعلق بالتجديد و إن المعايير التي تتم دراستها في إطار برنامج‬
‫إستجوابهم‪ ،‬على أنهم إستطاعوا تعلم الخدمة‬ ‫اإلبتكار على مستوى أصناف التوت البري‪ ،‬هي البحث العلمي‪ ،‬يتم إختيارها في معظم األحوال‬
‫المناسبة لكثير من األصناف المنتشرة حاليا‪،‬‬ ‫جد متنوعة و معقدة؛ لهذا يظل المختصون دائما على أساس النقاش المتبادل مع المهنيين‪ ،‬خاصة‬
‫أحيانا بمجهودهم الخاص‪ ،‬األمر الذي تطلب‬ ‫في حالة إنصات لمتطلبات ك ّل من المنتجين و ما يتعلق باإلزهار و مقاومة األمراض و الغنى‬
‫سنوات طويلة في بعض الحاالت نتيجة طريقة‬ ‫المستهلكين من أجل تحديد معايير الجودة و بمضادات األكسدة ‪...‬الخ‪ .‬و بالفعل فإن التحكم‬
‫المحاولة و الخطأ‪ .‬بسبب ذلك‪ ،‬فقد بدأوا يلتمسون‬ ‫اإلنتاجية التي يبحثون عنها‪ ،‬و ذلك بهدف إيجاد في عملية إزهار توت األرض يسمح بتدبير‬
‫من أصحاب الشتائل تزويدهم من اآلن فصاعدا‬ ‫أصناف ذات قيمة نوعية و تكنلوجية مضاعفة أفضل لمراحل اإلنتاج‪ ،‬ذلك أن تمديد هذه‬
‫بالبطائق التقنية لكل صنف جديد توضح بشكل‬ ‫و تستجيب إلنتظارات القطاع بصفة عامة‪ .‬و المرحلة هي الوسيلة األحسن للرفع من مستوى‬
‫دقيق مزاياه و نقط ضعفه مع طريقة التعامل‬ ‫كما يقول أحد المختصين‪ ،‬فإنه‪>> ،‬إضافة إلى المردودية من دون التأثير سلبا على جودة مذاق‬
‫معها؛ و بصفة عامة‪ ،‬بأقصى المعطيات و‬ ‫الجانب المذاقي ‪ ،‬يجب البحث عن أصناف قادرة الثمار‪.‬‬
‫المعلومات التقنية و الشروط المثلى لإلنتاج التي‬ ‫على التَّ َميٌّز عن المنتوج الشائع‪ ،‬مع ضمان و من جهة أخرى‪ ،‬فإن إيجاد أصناف جديدة من‬
‫تساعد على تثمين القدرات اإلنتاجية و النوعية‬ ‫المردودية و سهولة الجني و مقاومة األمراض‪ .‬توت األرض مقاومة طبيعيا لألمراض‪ ،‬يسمح‬
‫لكل صنف بشكل أفضل‪.‬‬ ‫بل إن عملية إبتكار صنف جديد يجب أن تستبق بالحد من اللجوء إلى المبيدات‪ ،‬و ذلك بغرض‬
‫من جهة أخرى و من أجل تجنب هذه المشاكل‬ ‫إنتاج ثمار ذات جودة عالية من غير ُم َخلَّفات‬ ‫الحاجيات حتى<<‪.‬‬
‫مستقبال‪ ،‬يقترح المهنيون إحداث مركز للبحث‬ ‫إن عملية الحصول على صنف جديد‪ ،‬طريق كيماوية‪ ،‬تحترم البيئة و ذات مردودية مرتفعة‪.‬‬
‫العلمي بمنطقة اإلنتاج تكون مهمته الرئيسية‬ ‫طويل و معقد‪ .‬فهي تحتاج إلى حوالي ‪ 10‬تعتبر جودة الثمار واحدا من األهداف األساسية‬
‫هي القيام بتجارب جدية على مختلف األصناف‬ ‫سنوات إنطالقا من التهجين األولي لِنَ ْبتَتَيْن‪ ،‬لبرامج البحث عن أصناف جديدة خاصة على‬
‫الموجودة‪ ،‬بهدف تحديد األصلح منها لظروف‬ ‫وصوال إلى طرح اآلف الشتالت من الصنف مستوى المحتوى من مضادات األكسدة‪ .‬و نشير‬
‫اإلنتاج المحلية و للسوق؛ غير أن مشروعا مثل‬ ‫الجديد في األسواق‪.‬غير أن هناك أدوات جديدة في ما يلي لمحاور البحث األخرى‪:‬‬
‫هذا يحتاج إلى دعم الدولة حتى يتم تجسيده في‬ ‫‪ -‬اإلنتاجية‬ ‫في ميدان الجينات‪ ،‬هي التكنولوجيا الحيوية‪،‬‬
‫الواقع‪.‬‬ ‫‪ -‬الحجم و اللون‬ ‫قادرة على تحسين عملية الحصول على أصناف‬
‫و وعيا منها بأهمية موضوع إختيار األصناف‬ ‫‪ -‬تجانس اإلنتاج و ضعف نسبة الثمار الغير‬ ‫جديدة‪ ،‬و ذلك لكونها تتيح إمكانية اإلستفادة من‬
‫المناسبة بالنسبة للقطاع‪ ،‬فإن الجمعية المغربية‬
‫لمنتجي الفواكه الحمراء و الجمعية المغربية‬
‫صدِّري توت األرض‪ ،‬تقومان‬ ‫ل ُم َوضِّبي و ُم َ‬
‫بتنظيم أيام دراسية لمصلحة الفالحين‪ ،‬و دعوة‬
‫المزودين العالميين األساسيين لشتائل توت‬
‫األرض‪ ،‬كما هو حال اليوم الدراسي المنظم‬
‫مؤخرا على هامش الدورة األولى لمهرجان‬
‫الفواكه الحمراء بالعرائش‪ ،‬و الذي عرف‬
‫مشاركة كثيفة من طرف المهنيين المعنيين‪.‬‬

‫‪www.agri-mag.com‬‬ ‫‪Agriculture du Maghreb‬‬


‫‪N° 110 - Mars 2018‬‬ ‫‪33‬‬
‫توت األرض‬
‫صعوبة إختيار‬
‫األصناف المناسبة‬
‫يشكل إختيار الصنف المناسب وجودة الشتلة األم أول خطوة لتحقيق إنتاج جيد من توت األرض‪ .‬و يوفر السوق اليوم للفالحين المغاربة‪،‬‬
‫العديد من األصناف لتلبية حاجاتهم حسب الهدف من اإلنتاج؛ غير أنه ‪ ،‬و بصفة عامة‪ ،‬يعمد الفالحون إلى المزاوجة بين الكثير من هذه‬
‫األصناف و ذلك من أجل تغطية كامل الدورة الزراعية و لإلستجابة بشكل أفضل لألوجه المختلفة للطلب على المنتوج (مبكر‪ ،‬طازج‪،‬مجمد)‪.‬‬
‫و هكذا‪ ،‬يمكن مالحظة مدى الصعوبة التي‬ ‫و المردودية اإلنتاجية و المالية الجيدة‪ ،‬و إليها‬ ‫و قد ظل العرض في السوق المغربي‬
‫تعترض الفالحين‪ ،‬خاصة الصغار منهم‪ ،‬في‬ ‫يعود التطور الذي عرفته هده الزراعة‪ ،‬حسب‬ ‫محصورا‪ ،‬و لزمن طويل في صنف وحيد‪،‬‬
‫إختيار الصنف المناسب لكل موسم و بكل ما‬ ‫رأي الفالحين‪ .‬و يعود تفضيل المنتجين لصنف‬ ‫غير أنه بسبب العولمة التي عرفتها المبادالت‬
‫يتعلق بالتحكم التقني على المستوى النباتي و‬ ‫كاماروزا خاصة بهدف التجميد شكله المنتظم‪،‬‬ ‫التجارية و الخوف من فقدان أجزاء من السوق‪،‬‬
‫الوقائي لكل صنف‪ ،‬بحكم اإلختالفات النوعية‬ ‫و حجمه الكبير و لونه األحمر الفاقع و صالبته‬ ‫إقتنع المنتجون بضرورة تنويع المنتوج الموجه‬
‫بين األصناف و متطلباتها المتباينة سواء من‬ ‫التي تسمح بتقطيعه إلى مكعبات أو شرائح‪ .‬و‬ ‫لألسواق الخارجية‪ ،‬الشيئ الذي دفعهم إلى‬
‫حيث المياه أو التسميد أو مدى حساسيتها‬ ‫من جهة أخرى ساعد المسار التقني البسيط‬ ‫إعتماد أصناف جديدة من توت األرض ذات‬
‫لألمراض و اآلفات‪..‬‬ ‫لهذا الصنف إلى جانب عمليات تطهير التربة‬ ‫كفاءة عالية خاصة على مستوى التبكير و‬
‫و بالتالي من الطبيعي أن تطرح إشكالية البحث‬ ‫من اآلفات عن طريق التبخير بغاز بروميد‬ ‫المذاق و القابلية للتخزين‪.‬‬
‫عن أصناف لتوت األرض بإمكانها تحقيق‬ ‫الميثيل خالل تلك الفترة‪ ،‬على تحقيق أرباح‬ ‫و قد سمحت اإلستراتيجية التي تم تبنيها في‬
‫األهداف التالية‪:‬‬ ‫جيدة من طرف الفالحين‪ .‬لكنه‪ ،‬و منذ ‪،2010‬‬ ‫هذا المجال بتمديد فترة التصدير و الولوج‬
‫‪ -‬الحصول على مردودية مرتفعة من غير‬ ‫بدأت كاماروزا تعرف تراجعا كبيرا لمصلحة‬ ‫إلى شرائح إضافية من السوق‪ ،‬بل أن بعض‬
‫معالجة التربة بغاز بروميد الميثيل‪ ،‬و التكيف‬ ‫أصناف أخرى‪.‬‬ ‫المنتجين عملوا على إستكشاف أساليب أخرى‬
‫مع تربة و مناخ المغرب‪.‬‬ ‫و الواقع أنه‪ ،‬و من منظور تجاري‪ ،‬يعتبر طرح‬ ‫لتنويع صادراتهم من خالل إدخال أنواع جديدة‬
‫‪ -‬تَقَبُّل هده األصناف من طرف األسواق‬ ‫صنف واحد في السوق مهما كانت خصائصه‪،‬‬ ‫من الفواكه الحمراء ذات القيمة المضافة‬
‫الممتازة و المستهلكين المغاربة‪.‬‬ ‫إستراتيجية خاطئة على المدى الطويل‪ ،‬وذلك‬ ‫العالية‪ ،‬و التي تعرف إقباال كبيرا في األسواق‬
‫‪ -‬مسار تقني واضح و في متناول الفالح‬ ‫نظرا للتطور المتواصل الذي تعرفه األذواق و‬ ‫األروبية‪ ،‬مثل توت العليق (فرومبواز) و‬
‫المغربي‪.‬‬ ‫العادات الغذائية للمستهلك األروبي‪.‬‬ ‫التوت األزرق و التوت الشوكي‪.‬‬
‫‪ -‬اإلحاطة بالمعارف و الخبرات و إنتقالها إلى‬ ‫لهذا‪ ،‬شرع المهنيون و المنتجون في البحث‬
‫الفالحين بشكل متواصل من أجل السماح بالتتبع‬ ‫عن أصناف جديدة أكثر كفاءة و االنفتاح‬
‫على أصناف أفضل مذاقا من أجل مواجهة‬
‫تنويع األصناف‬
‫المستمر لتطور الزراعة بالمغرب ميدانيا‪.‬‬
‫و بالنسبة للمهنيين‪ ،‬فإن صنف توت األرض‬ ‫اإلكراهات المتزايدة لألسواق‪ .‬و إجماال‪ ،‬فإن‬ ‫تتميز زراعة توت األرض بالمغرب بكونها‬
‫األفضل للمغرب يجب أن تتوفر فيه الخصائص‬ ‫األصناف المستخدمة في المغرب هي تقريبا‬ ‫حولية‪ ،‬بمعنى أنها تتجدد سنويا‪ ،‬مما يساعد‬
‫نفسها المنتشرة في منطقة هوليفا بإسبانيا‬ ‫على إنتاج ثمار ذات جودة عالية و ضمان و‬
‫(المنافس الرئيسي للمغرب) لكن بتناسب‬ ‫قاية نباتية جيدة للزراعة‪ .‬و يتم إستيراد مجموع‬
‫مختلف‪ ،‬و التي هي‪ :‬فيستفال‪ ،‬سبالندور‪ ،‬صان‬ ‫حاجيات الفالحين من أنواع الشتائل من‬
‫أندرياس‪ ،‬صابرينا‪ ،‬قونطانا‪ ،‬صابروصا‪،‬‬ ‫الخارج‪ ،‬و التي تقدر بحوالي ‪ 190‬مليون شتلة‬
‫لوسا‪ ،‬بينيصيا‪ ،‬و غيرها‪.‬‬ ‫سنويا (معدل الكثافة ‪ 60‬ألف شتلة \هكتار)‪.‬‬
‫غير أنه‪ ،‬و بالرغم من هذه الالئحة المتنوعة‪،‬‬ ‫و في ما يخص األصناف‪ ،‬فالمالحظ أنه طيلة‬
‫يشتكي بعض الفالحين من محدودية الخيارات‪،‬‬ ‫الفترة الممتدة بين ‪ 1990‬و ‪ ،2010‬ظلت‬
‫إضافة إلى غياب مرجعية محلية حول تفاعل‬ ‫«تيو َكا» و «شاندلر» و «أوزو َكراندي» و‬
‫مختلف األصناف في الظروف المحلية و‬ ‫«كاماروزا»‪ ،‬األصناف الوحيدة التي تزرع‬
‫إمكانيتها اإلنتاجية‪ ،‬إضافة إلى اإلرتهان الكبير‬ ‫في المغرب‪ .‬و تتميز هده األصناف‪ ،‬خاصة‬
‫للمزودين األجانب للحصول على الشتائل و‬ ‫منها كاماروزا التي فرضت نفسها بالتدريج‬
‫الوصول إلى األصناف األكثر كفاءة‪.‬‬ ‫حتى ‪ ،2010‬بالتجانس و اإلنتظام في اإلنتاج‬
‫‪Agriculture du Maghreb‬‬ ‫‪www.agri-mag.com‬‬
‫‪34‬‬ ‫‪N° 110 - Mars 2018‬‬
www.agri-mag.com Agriculture du Maghreb
N° 110 - Mars 2018 35
110 ‫ملحق العدد‬
2018 ‫مارس‬
‫با خاص‬
‫ح‬ ‫ل‬ ‫ا‬ ‫ه‬ ‫ك‬ ‫ا‬ ‫و‬ ‫ف‬ ‫ل‬
‫مراء‬

Agriculture du Maghreb www.agri-mag.com


36 N° 110 - Mars 2018