Vous êtes sur la page 1sur 6

BESOINS DECELES SUITE AUX VISITES DE

LA ZONE INDUSTRIELLE D’AIT MELLOUL -


INVENTAIRE NON EXHAUSTIF
Repérer les visiteurs :
• Installer une pré-signalisation ;
• Prévoir des panneaux publicitaires collectifs visibles de nuit comme de jour ;
• Mettre en place un système de cartographie sous forme de point d’information.

Rendre la zone sécurisée :


• Implanter des barrières, des potelets pour séparer les flux piétons des espaces de circulation ;
• Mettre en place des éléments ralentisseurs de vitesse : coussins berlinois, ronds-points, limita-
tion de vitesse …
• Renforcer le réseau d’éclairage ;
• Mise en place d’un système de voie d’évacuation d’urgence ;
• Installer un centre de premiers soins ;
• Prévoir une annexe de commissariat.
Rendre la zone agréable aux travailleurs et aux populations voisines :
• Équiper la zone d’espaces ombragés ;
• Aménager des aires de repos, tables de pique-nique, bancs, élément de fleurissement …
• Concevoir des murs végétaux permettant des températures tempérées dans les lieux de travail
s;
• Créer une zone tampon acoustique entre la ZI et la zone d’habitat.

Requalifier le réseau routier :


• Hiérarchiser les voies : voies structurantes en double sens, voies internes en sens unique ;
• Aménager des parkings de stationnement des poids lourds :
- Installer des panneaux d’interdiction de stationnement des véhicules lourds dans la ZI ;
- Assurer les mesures de sécurité : gardiennage, surveillance, limitation d’accès …
• Etablir un diagnostic de la chaussée existante (voir annexe 1) ;
• Prévoir un système de renforcement adéquat à l’état de chaussée existante (étude géotech-
nique) ;
• Évaluer les différentes contraintes pour l’élargissement :
- Les éléments à déplacer : candélabre, regard borgne, regard de visite, grille, arbre ….
• - Libérer la voie publique de tout autre obstacle : kiosque, parking privé, panneau publici-
taire….
• Prévoir des TPC végétalisés ;
• Elaborer un diagnostic du réseau d’assainissement:
- Identifier l’état actuel des grilles ;
- Réaliser une étude topographique pour déterminer les points bas ; .
- Exiger le curage régulier des réseaux d’assainissements.
• Rendre la zone accessible :
- Prévoir un réseau de transport en commun au sein de ZI ;
- Aménager des points d’arrêts et des stations d’attentes ;
- Concevoir des parkings ;
- prendre en compte les accès pour les PMR.
Repenser le réseau d’eclairage :
• Etablir un diagnostic du réseau existant ;
• Privilégier l’éclairage à l’énergie solaire ;
• Mettre en place un éclairage d’ambiance sur les zones stratégiques de la ZI.

Reviser l’environnement & le paysage :


Préservation de la qualité de l’air :
• Accompagner les voiries de plantations d’agrément paysager qui constitueront une mesure
réductrice vis-à-vis de la pollution de l’air ambiant ;
• Limiter la vitesse de circulation à 50 Km/h, afin de réduire les rejets de gaz polluant dans l’air ;
• Privilégier les circulations douces : cheminements piétons et vélos ;
• Aménager des espaces verts permettant le refroidissement de l’air ;
• Installer des points d’eau permettant le refroidissement de l’air (fontaine murale).

Gestion raisonnée des eaux pluviales :


• Aménager des toitures vertes qui consomment une partie de la pluie et isolent les bâtiments
des températures extérieurs ;
• Favoriser les éléments drainants facilitant l’infiltration des eaux de pluie dans les zones gou-
dronnées ou bétonnées : graviers, pavés alvéolés, gazon …etc ;
• Créer des noues paysagères, fossés herbeux, qui sont des zones tampons pour les eaux de
ruissellement ;
• Aménager des bassins de rétention permettant de stocker les eaux pluviales en vue de leur
réutilisation.
Bâti et équipements :
• Harmoniser les formes bâties, les volumes, les alignements et les choix des matériaux et des
couleurs ;
• Equiper la zone de mobilier urbain : panneaux signalétiques, bancs, abribus, luminaires…

Mise en valeur et préservation de la biodiversité :


• Créer une zone tampon entre la ZI et la forêt d’Admin ;
• Préférer les espèces indigènes et non invasives, adaptées aux conditions climatiques et pédo-
logiques du site ;
• Orienter la conception du projet dans le sens d’une gestion durable visant à limiter l’entretien
des espaces, cela passes par la mise en place d’une gestion différenciée à l’échelle de la ZI
: un entretien soigné au niveau des boulevards et des centres stratégiques, et un entretien
moyen dans les espaces boisés et les voies secondaires.

Assainissement liquide et solide :


• Exiger un traitement des eaux usées des usines selon leurs activités ;
• Engager les entreprises à éliminer leurs déchets par des filières adaptées et agrées.
Annexe 1 :
Pour le renforcement de la chaussée existante, il faut prévoir un diagnostic en bonne et due
forme :
Recueil des données :
Données générales sur :
• Le trafic des différentes voies ;
• Le climat : données sur la pluviométrie annuelle (mm/an) … ;
• Le régime hydraulique : niveau de la nappe phréatique.
Historique de la chaussée existante :
• Réaliser des sondages afin de prélever les différents profils types qu’on a, les différents maté-
riaux et épaisseurs utilisés pour les différentes couches (type de revêtement, couche de Base
et Fondation, couche de forme en cas de besoin) ;
• Évaluer la fréquence d’entretien déjà réalisé.
Données géotechniques :
• Environnement : évaluer le degré de stabilité géotechnique en relevant les différentes dégrada-
tions (les déformations, les fissurations, les arrachements, et la remontée des matériaux.) ;
• Type de profils en travers : s’il s’agit (des élargissements et des pistes cyclables ou pas) ;
• Évaluation du revêtement superficiel (type de revêtement, son épaisseur) ;
• Qualité de la couche de base : réalisation des essais (LA, MDE, Ic ) sur les matériaux de
couche de base afin d’évaluer leur convenance avec le trafic.
Tout cela permet d’avoir un descriptif complet sur l’état de la chaussée existante en procédant au
découpage des zones qui ont les mêmes caractéristiques.
Choix d’action :
À ce point, pour chaque zone déjà évaluer ci-dessus on doit choisir l’action convenable :
• Renouvellement des couches de surface : R.C.S ;
• Renouvellement des couches de base : R.C.B ;
• Renforcement de structures : R.F.S.
Toujours dans le cas où la stabilité géotechnique est assurée sinon il faut tout refaire ((chaussée
neuve)).
Le choix de l’action dépend essentiellement à l’évaluation de la couche de base pour cela :
• Dans le cas où l’évaluation de la couche de base est jugée insatisfaisante, on procède au re-
nouvellement de la couche de base (des fois on sera dans l’obligation de renforcer la structure
toute entière) ;
• Dans le cas où l’évaluation de la couche de base est jugée satisfaisante, on procède au repro-
filage de la structure.