Vous êtes sur la page 1sur 3

Banque Offshore

Est considérée comme banque Offshore :

- Toute personne morale quelque soit la nationalité de ses dirigeants et les détenteurs de son
capital, et qui a son siège dans une place financière offshore et pour profession habituelle et
principale, de recevoir des dépôts en monnaies étrangères convertibles et d'effectuer en ces
mêmes monnaies pour son propre compte ou pour le compte de ses clients toutes opérations
financières, de crédit, de bourse ou de change ;

- Toute succursale créée dans une place financière offshore par une banque ayant son siège hors
de ladite place.

Conditions d'exercice des activités des banques offshore

La place financière offshore est ouverte à toutes les banques et institutions financières de
notoriété internationale.

L'installation des banques est subordonnée à l'agrément du ministre des Finances, délivré après
avis de la banque centrale, et à un apport en capital de 500.000 US$ minimum et un droit de
licence de 25.000 US$.

Pour l'inscription au Registre de Commerce, la banque offshore doit obtenir au préalable


l'autorisation du Ministère des Finances, sur présentation des statuts et d'un acte authentique
attestant la régularité de la constitution de la banque, au regard de la législation qu'elle a choisie
et qui lui est applicable.

Lorsque la banque est créée sous forme de succursale, une consultation juridique attestant que la
succursale a été légalement créée et précisant son activité, remplace les statuts et l'acte
authentique.

Mesures d'incitations :

Régime de change : Les banques offshore bénéficient d'une entière liberté de change en ce qui
concerne leurs opérations avec les non-résidents. Par ailleurs, elles peuvent effectuer librement
toutes opérations financières ou bancaires en monnaies étrangères convertibles pour leur propre
compte ou pour le compte de personnes physiques ou morales non-résidentes.

Toute opération avec les résidents est soumise à autorisation préalable de l'Office des Changes.

Les banques offshore doivent effectuer tous leurs règlements au Maroc au moyen de compte en
devises ou de comptes étrangers en dirhams convertibles ouvert auprès des banques marocaines
intermédiaires agréées.

Pour faire face à leurs dépenses de fonctionnement au Maroc, ces banques doivent détenir une
encaisse en dirhams, qui doit être alimentée par le débit de leur compte en devises ou de leurs
comptes étrangers en dirhams convertibles.

Par ailleurs, elles peuvent investir librement au Maroc et prendre des participations dans le capital
des sociétés résidentes.

Régime fiscal :

- Exonération des droits d'enregistrement et de timbre: pour la constitution et


l'augmentation du capital et pour les acquisitions d'immeubles nécessaires à
l'établissement des sièges et agences des banques offshore.

- Exonération de la TVA au titre des acquisitions locales de fournitures, matériels et


équipements neufs, nécessaires à l'exploitation. L'exonération s'applique également
pour les intérêts et commissions sur les opérations de prêt et pour les intérêts servis
sur les dépôts et placements effectués en monnaies étrangères convertibles auprés
des banques offshore.

- Exonération de la patente et de la taxe urbaine due à raison des immeubles


occupés par leur siège ou agences.

- Paiement de l'IS au taux de 10% pendant 15 ans, ou impôt forfaitaire fixé à la


contre valeur en dirhams de 25.000 US$ par an.

- Exonération de la taxe sur les produits des actions, parts sociales et revenus
assimilés, et taxes sur les intérêts des dépôts à terme et des bons de caisse.

- Retenue à la source au taux de 18% pour les rémunérations versées au


personnel salarié.

Régime douanier :

- Exonération des droits et taxes dûs à l'importation.

Dispense des formalités de contrôle du contrôle du commerce extérieur pour


le matériel, mobilier et les biens d'équipement importés directement

- Remboursement des droits de douane perçus sur le matériel, le mobilier et


les biens d'équipement d'origine étrangère acquis localement.