Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre I.

Calcul d’incendie
Introduction :
L’incendie, dans un bâtiment, présente un risque majeur pour les usagers et les biens matériels. Cependant,
préserver la vie humaine est prioritaire. Pour diminuer le risque de pertes sévères, il faut agir dans deux domaines
complémentaires :

 La prévention : ensemble de dispositions ayant pour objectif la diminution du risque de déclenchement


d’un incendie.

 La protection : ensemble de dispositions ayant pour objectif la limitation des conséquences et des dégât
d’un incendie.
Pour assurer la sécurité contre les risques d’incendie, on doit prendre en compte les mesures nécessaires pour
que ces actions de prévention et de protection soient efficaces.
Concernant la protection, il faut combiner 2 types de protection en fonction de l’importance de l’incendie et la
vulnérabilité de la structure :

 La protection active : qui consiste à mettre en place des dispositifs qui se déclenchent lorsqu’ils détectent
une élévation de la température ou la présence de fumée et contribuent soit à éteindre l’incendie, soit à
alerter les personnes présentes.

 La protection passive : par un revêtement approprié appliqué sur ou contre les structures à protéger
(plâtre, béton, peinture intumescente), et des dispositions constructives (paroi coupe-feu
compartimentage, etc…) qui servent à ralentir la propagation des flammes et empêcher
l’endommagement de la structure avant d’évacuer complètement les lieux.

I. Vérification d’un poteau vis-à-vis le feu :

Soit le poteau du RDC suivant :

Figure 75: Ferraillage du poteau P30


Fe= 400 MPa ; Fc28= 25 MPa ; SF=2 h ; G = 1199 KN et Q= 256 KN
=> Nu= 1.35G + 1.5Q = 2002.65 KN

Nser= G + Q = 1455 KN

On désigne par :

θmb : température moyenne de béton


θms : température moyenne de l’acier
ɸ b : Coefficient d’affaiblissement de béton

θsi : La température d’un acier quelconque qui est représenté par sa section Ai

ɸ si : Coefficient d’affaiblissement de l’aire d’acier Ai

1) Vérification à la température ambiante:


1
Nulim= *[(Br*fbu) +0,85*A*fed]
þ 0.9

A=8,04cm² ; r =0,1849 m²
β=1+0,2*(² puisque    
1 14.17
Nulim= *[(0.1849* ) +0.85*8.04 10-4*348]= 2.9 MN
0.9
1.087

Alors Nu = 2 MN < Nulim= 2.9 MN => Alors le poteau est stable à la température ambiante.

2) Vérification à chaux:

a. Contrainte dans le béton :


θmb : température moyenne de béton
P (45 x 45) ; SF=2 h ;
U : périmètre ; B : section de poteau ;
U 2∗(45+45)
= = 0.089 cm-1 => θmb = 430°C
B 45∗ 45

f = ɸ * fc90
buθ b
1.3

Coefficient d’affaiblissement de béton :


8 = 0.72
250 ≤ θmb ≤ 600 => ɸ b= 1.393 -
636

fc28 27.78
f = = 25 = 27.78 MPa ; f = 0.72* = 15.38 MPa
c90 0.9 0.9 buθ 1.3

b. Contrainte dans l’acier :


θms : température moyenne de l’acier
SF=2h, a=45 cm, u=3.3 cm
Après interpolation, on obtient : θms= 608°C
Les contraintes :
 Acier des angles
θs1= 1.2 θms = 1.2*608 = 730°C
8c1
θs1 > 580°C => ɸ = 1.85 - = 0.05
s
1 405

σs1= ɸ s1* fe = 20 MPa


 Acier des faces
θs2= 0.9 θms= 0.9* 608 = 547°C
8c2
θs2 < 580°C => ɸ = 1.305 - = 0.47
s
2 655

σs2= ɸ s2* fe = 188 MPa

c. Effort normal à chaux :


1

Nθ= *[(Br*fbuθ) + fe*Ʃ ɸ si Ai]


þ
1
= *[(0.1849*15.38) + 400*(0.05*8,04.10-4+ 0.47*8,04.10-4)]
1.087

Nθ= 2.77 MN

d. Vérification de stabilité au feu:


On travaille à l’ELS : Nser= 1.46 MN
N8 = 2.77 = 1.9 > 1 vérifiée
Ncer 1.46

=> Le poteau est stable au feu de 2h

II. Vérification de la stabilité au feu d’une dalle :

La dalle étudiée fait partie du plancher du parking (sous sol) ou le risque d’incendie est très
probable, donc il faut tenir compte de la sécurité incendie.
Figure 76: Schéma représentative de la dalle
Pour assurer la stabilité de la dalle au feu ( SF= 2H) :
α × ∆ ×(SF +SF ) ∆ 2×N

8 8 w e
hmin= => 8 = R
2NR hmin α8×(SF +SF )

w e

Avec :

α8 = 10–5 °C : Coefficient de dilatation thermique du béton

l′w = 0,8 x lx : travée courante => l′w= 0,8 x 2,66= 2,128 m

lx : travée de rive

l′e = 0,8 x ly : travée courante => l′e= 0,8 x 3,51 = 2,808 m

Ly : travée de rive

GR : Angle de déformation maximal tels que

GR = 0,25 Rond lisse

0,1 Haute adhérence => GR = 0,1

0,08 Treillis soudée

∆8 2 × 0,1 = 4052 °C/m = 40.52 °C/cm


=
hmin 10—5 ×(2,128+2,808)
Tableau 53: Epaisseur de dalle et gradient thermique

Gradient thermique ∆8/M en °C/cm


Epaisseur h de la Durée de stabilité au feu requise
dalle (cm) 1h 1h1/2 2h 3h
8 5.4 62.9 63.6 57
10 49.2 53.9 55.9 53
12 41.3 46 48.8 49.2
14 34.6 39.1 42.4 45.3
16 29.1 33.3 36.7 41.6
18 24.4 28.2 31.6 37.8
20 20.5 23.9 27.2 34.2
22 17.3 20.2 23.2 30.6
24 14.7 17.2 19.9 27.1

Pour une durée de stabilité requise de 2h, on a : hmin = 14.66 cm


Ainsi, nous avons pris h= 20 cm > hmin => La dalle est stable au feu de 2H