Vous êtes sur la page 1sur 3

Débriefing à chaud de l’examen du 25 Juin 2014, au groupe de révisions de Paris

« Bonjour à tous,

Mis à part l'impression de revivre, une nuit de sommeil sans me réveiller en sursaut à cause d'une occurrence mal
repérée, et le sentiment de plénitude en regardant cours et méthodes que je n'ouvrirai plus avant plusieurs mois, voici
mes souvenirs de l'exigeante journée d'hier !

Ca va être long ce mail, et ça ne va pas vous servir tout de suite, mais si je ne l'écris pas en entier aujourd'hui j'aurai
tout oublié dans 2 jours avec la décompression. Avis à tout le monde pour compléter ou rectifier dans le but d'être le
plus utile à notre chère promo déc 2014 !

T1 : le sujet était tiré de la première unité de Version Originale 2, un doc de début niveau A2 qu'on nous demandait
d'utiliser au niveau fin A1 (en gros, c'est pareil). L'objectif grammatical était donné : morphologie et formation du passé
composé. C'était très différent de celle qu'on a fait en examen blanc, mais assez proche de celle de déc dernier.
Qui était aussi tirée de VO, nouvelle méthode de référence de l’AF... je ne peux que suggérer fortement de passer le
mois précédant l'épreuve à lire des méthodes A1 A2 (merci les bibliothèques de la Ville de Paris) pour se familiariser
avec leur fonctionnement; c'est hyper efficace pour repérer vite les contenus, les occurrences...
Il y avait énormément de questions : les objectifs pragmatiques classiques + 2 lexicaux, 2 socio-culturels, de mémoire
c'était sur 8
une sensiblisation avec documents extérieurs si on le souhaitait (ça, j'ai compris du coup qu'il valait mieux en mettre);
dans cette sensibilisation on nous demandait de traiter l'un de nos objectifs socio-culturels; je ne sais plus le barême
(je vous le précise quand je m'en souviens, si d'autres peuvent compléter...)
ensuite, CG, CF, conceptualisation lexicale (sur 4), et conceptualisation du passé composé sur 6 points (sachant qu'il
y avait des masses d'occurrences avec avoir, assez peu avec être, dont 1 vb pronominal, et en plus une négation).
Production finale bien sûr aussi.
Pour info il y a une T1 fictive qui avait été faite sur ce document par un groupe précédent...
La phonétique était "classique", sur [e] et le "e" prononcé "e" comme dans "je" (pas de clavier phonétique sous la
main, dsl !) à faire repérer, puis une correction, tout ça sur 10 points.

Heureusement qu'on avait fait l'examen blanc... ça m'a été drôlement utile pour gérer le temps. J'ai d'abord tout lu,
puis fait la phonétique, ensuite au brouillon les occurrences, puis les questions plus ou moins dans l'ordre. Un truc
utile : dès que je me suis sentie à peu près au point sur le contenu du document déclencheur, j'ai fait la prod finale car
ça rapporte bien et ce n'est pas très long. J'ai gardé les ccp° pour la fin, je me suis un peu embrouillée dans la
lexicale, et pour la grammaticale j'ai bien rédigé les premières phrases, comme ça le correcteur a pu voir que je
savais faire le guidage, mais ensuite j'ai écrit en abrégé, fait des renvois avec mes feutres de couleur etc, car j'ai
préféré en dire le maximum même pas rédigé que d'en mettre moins et que ce soit nickel. C’est très long de rédiger
complètement le guidage comme dans le cours, ne faire que les premières phrases doit suffire : une fois que le
correcteur a vu qu’on sait faire, place au contenu du document. Les idées sont là comme ça. On verra bien si ça
paye... (NB en fait, ça a payé, j’ai eu 53.5/60 à cette T1… !)

Pour la place, on avait 16 pages ! dont des pages vierges à la fin pour éventuellement continuer une rédaction si on
manquait de place sur la copie. Aucune difficulté pour avoir des brouillons en quantité suffisante (ils sont récupérés et
détruits à la fin à cause du décalage horaire, certains dans le monde ne sont pas encore passés). Deux choses m'ont
gênée, et encore plus l'aprèm pour l'option FAPPS : les tables sont petites donc on ne peut pas étaler tous les docts,
et la copie étant agrafée, on ne peut pas mettre devant soi le texte quand on rédige puisqu'il est en début de copie.
J'ai perdu au moins 5 minutes à tourner les pages pour noter mes relevés de corpus, c'est agaçant !

Pour l'option - FAPPS - d'ailleurs j'ai tout soigneusement dégrafé, et les docts (on en avait 7 !) étant recto verso c'était
quand même pas top; si j'avais su j'aurais pris une agrafeuse pour tout raccrocher à la fin, j'ai quand même réussi à
remettre l'agrafe à la main...

La T2, le sujet était bizarre et la consigne libellée ainsi si je me souviens bien : décrivez votre projet en 5 étapes
(tâches) ; je me suis du coup demandée si on était limité à une tâche par étape... mais bon j'ai essayé de faire comme
d'hab alors que le sujet était alambiqué : pour la semaine de la francophonie, votre école a décidé d'organiser le
dernier jour le concours de la meilleure chanson française 2014, et votre classe a été choisie pour être le jury. Il fallait
mettre dans le projet une ou plusieurs tâches de production dont au moins une écrite. Donc ça sur 12 pts; niveau : B1.
Et en question 2 (8 pts), on nous demandait de faire le barême pour un article écrit par la classe pour le journal de
l'école sur ce projet.
Donc au final, on pouvait faire le projet sur le concours et le jury, mais il fallait caser l'article quelque part, qui aurait pu
être un projet en soi, sur la chanson francophone par exemple, et ça bousculait un peu les déroulés appris par coeur
j'ai trouvé. Mais bon... finalement à mon avis quand on a bien en tête les fameuses 5 étapes, on s'en sort quand
même à peu près, même si ma copie n'était pas très claire... et c'est une épreuve où le manque de temps est moins
paniquant. Il faut apprendre les barêmes-type par niveau et les recracher par cœur pour la question 2, ce n'est pas
très long et c'est toujours 7 ou 8 points d'assurés.

Pour le FAPPS, c'était rock aussi, heureusement qu'on avait eu les conseils de la tutrice qui nous avait dit d'élaguer
au max, ne pas essayer de raconter toute la démarche de cours mais seulement répondre aux questions posées. Et
du coup, elle a raison, ça rentrait dans les petites cases et (presque) dans le temps imparti, mais super frustrant par
rapport à ce qu'on aurait aimé faire comme "vrai" cours avec de tels documents. Le sujet était : quand on a perdu sa
carte de séjour, les démarches à faire et docts à fournir pour faire refaire un duplicata. Utile ! »

Conseils de révisions :
A la suite de tout ça, comme j’ai (très) bien réussi l’examen, je pense que ça vaut le coup de partager la façon dont j’ai
révisé. Mais on est tous différents avec des points forts et faibles différents aussi, donc chacun sa méthode. J’ai eu la
chance de pouvoir travailler avec d’autres étudiants, étant à Paris on pouvait se rencontrer pour comparer nos
propositions et nous améliorer. Nous nous sommes même organisé un examen blanc, on était 8 à plancher sur la T1
de déc 2012, en temps réel (3h pas une minute de plus), et l’aprèm on a fait le débriefing tous ensemble, en
comparant tout ce qu’on avait trouvé, on a fini par faire une proposition « idéale » - d’après nous !!! - compilant toutes
nos bonnes idées, nos trucs de rédaction qui plaisent… je crois que cette proposition est sur les fichiers d’un des
groupes daefle 2013 ou 2013-2014.

Il faut absolument s’entraîner sur les annales pour la T1.


J'avais récupéré une quantité d'annales fictives sur les groupes fb et la BND, car il y en a moins d'une dizaine dans
les réelles, je les ai partagées, avec des propositions de réponse faites par des étudiants. Parfois, elles sont assez
nulles, mais ça exerce notre esprit critique !
Avec les annales, je dirais de commencer par en faire 2 ou 3 en prenant son temps, en se reportant au cours, en
rédigeant tout bien etc pour se familiariser avec le type de questions, la façon dont l’épreuve est construite. Dans la
mesure du possible, comparer ses propositions à plusieurs (rendez-vous sur skype) si vous n’avez pas de collègue à
proximité. « De la discussion jaillit la lumière »…
Ensuite, passer à l’étape « temps limité » : prendre un sujet et se donner 2h30 pour répondre au max de questions, ça
permet de voir où on est trop lent, où on est à l’aise… ainsi, pour la phonétique si on passe 1/2h c’est bcp trop par
rapport aux nbs de points, mais si on connait bien ses tableaux on doit pouvoir la boucler en 15 à 20 minutes. Et ce
sont des points ASSURES avec un minimum d’entraînement, car c’est juste technique et pas du tout créatif. De
même, quand on a bien identifié la finalité de la séquence on peut facilement rédiger la prod finale, là encore des
points aisément gagnés. Bien prendre les habitudes de rédaction qui plaisent (voir dans les propositions de réponse,
les petites phrases de rédaction et de transition)

Surtout, surtout, surtout, il faut travailler à partir des méthodes : Alter Ego par exemple : on prend le 1er document de
la séquence, et sans regarder le reste on essaie d'identifier la finalité de la séquence (qui va nous donner la prod
finale), puis les objectifs pragmatiques (actes de paroles) et ensuite les contenus langagiers (grammaticaux &
lexicaux); les uns découlent des autres. Rond point n'est pas adapté pour ça, ni scénario (à mon avis) mais j'ai bossé
avec alter ego, version originale, saison, totem... niveaux A1 et A2 selon ce que j'arrivais à récupérer en bibli. Pour
corriger ce qu’on a trouvé, regarder le guide pédagogique (la plupart sont gratuits sur les sites des éditeurs) et la suite
du chapitre (les exercices de réemploi indiquent la grammaire par exemple, et il y a aussi des prod finales souvent)
C'est hyper efficace puisque le jour de l'exam on a ce type de document, tiré d'une vraie méthode. Donc on prend les
réflexes et les automatismes. J'ai passé des heures sur les sites des éditeurs (il y a des chapitres en ligne souvent, en
plus des guides pédago)
En fait travailler comme ça permet de trier dans les cours ce qui est utile, surtout en didactique.

Pour la T2, il faut apprendre "par coeur" un canevas en 5 étapes qu’on adapte au sujet proposé le jour de l'exam, et
les barêmes d'évaluation B1 et B2, idem par coeur et hop, rien qu'avec les barêmes c'est 8 points sur 20. Là aussi on
a travaillé à plusieurs. Il faut aussi faire attention, en novembre vous n’aurez plus accès au tutorat du Cned, donc
essayez de poser les questions avant la fermeture du site, ou bien arrangez-vous avec des étudiants de juillet – avril
2015 pour faire passer les questions qui se poseront pendant les dernières semaines de révisions (heureusement
qu’on avait ce relais, dans notre groupe, avec ceux qui passent en décembre, et qui ont interrogé leur tutorat pour
nous…les questions arrivent au fur et à mesure qu’on s’approprie le contenu et qu’on se frotte aux sujets ! et c’est
vraiment ennuyeux que le cned nous supprime le tutorat à ce moment-là !)

Pour l’option, c’est très conforme à la MT, donc récupérer l’autre MT sur la BND (il y en a deux qui tournent selon les
cessions, sauf en FAPPS car c’est une option récente) et travailler dessus. Mais priorité à la T1.

En termes de méthodo le jour de l'exam


Pour la T1 : lire le document, puis toutes les questions posées (parfois ils donnent une partie des objectifs !).
Faire la phonétique (10 points de gagnés si on a appris ses tableaux, en 15 minutes chrono)
Ensuite, souligner les occurences, répondre aux questions sur les objectifs divers et variés, faire la sensibilisation si
elle est demandée, puis la compréhension globale, la finalisée et dès qu'on est à l'aise avec le doc, la production
finale, ça rapporte beaucoup et c'est tout à la fin, si on traite les questions dans l'ordre on n’aura pas le temps de la
soigner. Relever et classer les champs lexicaux ou selon le sujet la chronologie des faits dans le document au
brouillon aide bien à mon avis pour trouver les consignes sémantiques à donner en CF.

Terminer par les conceptualisations, d'abord la lexicale, puis la grammaticale en essayant de voir toutes les
déclinaisons possibles du doc, selon le temps. Je m'explique : en juin on a eu le passé composé, bon on sait à peu
près le conceptualiser, mais il fallait bien sûr séparer les verbes avec avoir et avec être. Donc d'abord j'ai traité
construction avec avoir, et ensuite les exceptions avec être, mais il y avait aussi un verbe pronominal, et une négation
: je les ai mentionnés comme étant à voir au cours suivant sans trop m'étaler, mais je pense que ça a plu que j'ai
relevé tout ce qu'on pouvait faire à partir du doc sans me limiter au coeur de la leçon demandée. Cela dit, c'était pas
bien écrit, il y avait des renvois de couleur dans tous les sens... mais j'ai préféré écrire un max au détriment de la
présentation, plutôt que de faire nickel avec moins d'infos. Donc j'ai clairement bâclé la rédaction de la
conceptualisation pour gagner le temps de dire tout ce que j'avais relevé.
Pour les tableaux de conceptualisation, j'ai employé des couleurs : sur le même tableau, j'ai indiqué et souligné toutes
mes étapes de couleurs différentes, en expliquant la progression au-dessous. J'ai usé et abusé des stylos de couleur
"friction" effaçables, quel gain de temps ! Mais il paraît que ça ne marche pas bien en milieu tropical (l’encre s’efface
toute seule ? c’est embêtant !)

Bon courage à toutes et à tous…