Vous êtes sur la page 1sur 8

Formats de modulation avancés pour les systèmes de

télécommunication optique
1. Introduction
Depuis les temps anciens, l'un des principaux besoins des gens a été de communiquer. Ce
besoin a suscité un intérêt dans la conception de systèmes de communication pour l'envoi de
messages d'un endroit à un autre. L'avènement des processeurs informatiques haute
performance a apporté de nombreux avantages pour les communications numériques par
rapport à l'analogique. Ces avantages incluent plus de fonctionnalités, un stockage facile et un
traitement plus rapide. Celles-ci ont provoqué une énorme quantité d'informations, qui
augmente de façon exponentielle chaque année, pour être transportées sur les réseaux de
communication.

Différents types de systèmes de communication sont apparus au fil des ans. Parmi les
motivations de base derrière chaque type sont d'améliorer la fidélité de la transmission,
augmenter le débit de données, et augmenter la distance de transmission entre les stations.
Toutes ces installations sont réalisables en utilisant des communications par fibres optiques.
La fibre optique offre plusieurs avantages par rapport aux supports traditionnels (par exemple
une paire de fils torsadés et un câble coaxial). Ses avantages décisifs sont une large bande
passante et une très faible atténuation et bruit (Arumugam, 2001). Le premier produit un débit
binaire plus élevé et le second une distance de transmission plus longue. Ces potentiels
peuvent être encore poussés en utilisant des formats de modulation avancés.

Une amélioration supplémentaire de la capacité du réseau WDM peut être réalisée en utilisant
des formats de modulation avancés. Parmi les différents types de formats de modulation
disponibles, la transmission différentielle différentielle quaternaire (DQPSK) est actuellement
sérieusement envisagée pour les systèmes de transmission optique longue distance à grande
vitesse en raison de sa bande passante réduite et de sa grande tolérance à la dispersion
chromatique (CD). systèmes binaires traditionnels (AF Abas, 2006; Cho, Grigoryan, Godin,
Salamon et Achiam, 2003; Christen, Nuccio, Xiaoxia et Willner, 2007; AH Gnauck, Winzer,
Dorrer et Chandrasekhar, 2006; Morita et Yoshikane, 2005; Schubert et al., 2006, Weber et
al., 2005, Weber, Ferber et al., 2006, Yoshikane et Morita, 2004). En utilisant la technique
mentionnée, la capacité de canal WDM peut être doublée en nécessitant des émetteurs-
récepteurs fonctionnant à la même vitesse de transmission. Cela améliore l'efficacité spectrale
(SE) du système WDM. En utilisant WDM et le format DQPSK à suppression de porteuse
(CS-RZ), 4 Tb / s (50 x 85,4 Gb / s) avec un espacement de 70 GHz ont été testés
expérimentalement (Yoshikane & Morita, 2004). En utilisant cette configuration, une
efficacité spectrale de 1,14 b / s / Hz (SE) a été atteinte. Ailleurs, l'utilisation de RZ-DQPSK,
5,12 Tb / s (64 × 85,4 Gb / s) avec un intervalle de canal de 50 GHz et une SE de 1,6 b / s / Hz
a été démontrée expérimentalement (Morita et Yoshikane, 2005).

Dans les sections suivantes, des détails sur les principes, le fonctionnement et la mise en
œuvre de divers formats de modulation sont présentés.
2. Formats de modulation
La modulation est un processus qui permet de former le signal en bande de base en utilisant
un signal de porteuse à haute fréquence pour devenir plus approprié à la transmission sur une
longue liaison de communication. Les formats de modulation avancés améliorent l'utilisation
et la capacité des canaux. Il existe divers types de techniques de multiplexage et de formats de
modulation couramment utilisés dans le système de communication par fibre optique, qui
seront examinés plus en détail dans les sous-sections suivantes.

2.1 Modulation par déplacement d'amplitude

Dans les systèmes de communication à fibres optiques, les signaux en bande de base sont
modulés sur des porteuses optiques à haute fréquence. Différents types de modulation peuvent
être utilisés à cette fin. La modulation d'amplitude (AM) ou l'amplitude-shift (ASK) ou la
modulation tout ou rien (OOK) est la technique la plus simple et la plus couramment utilisée
dans les systèmes de communication à fibre optique, AM étant référencé aux signaux
analogiques et ASK et OOK . Dans cette technique, le signal en bande de base est multiplié
par une fréquence porteuse, donc (en supposant une signalisation binaire), le 0 binaire est
transmis avec 0 W et 1 binaire avec A W. Au récepteur, la démodulation peut être facilement
réalisée à l'aide d'un photodétecteur, qui convertit le signal optique en signal électrique,
résultant en le modèle transmis original. La figure 1 montre un exemple de format de
modulation ASK.

Fig. 1. Exemple de format de modulation ASK, (a) signal binaire et (b) signal modulé ASK

Dans les systèmes de communication avancés, au lieu de transmettre un seul bit par symbole,
en utilisant deux signaux binaires de niveau, il est possible d'obtenir plus d'un bit par symbole,
ce qui entraîne une capacité de transmission plus élevée. Cette technique est appelée
signalisation multiniveau. Le nombre de niveau de signal M suit la règle de M 2b où b est le
nombre de bits par symbole, ainsi appelé signalisation M-aire. Dans ASK, la valeur de M = 4
(ASK 4-ary) est principalement utilisée pour doubler la capacité de transmission tout en
maintenant la largeur spectrale (Avlonitis, Yeatman, Jones et Hadjifotiou, 2006, Cimini &
Foschini, 1993, Muoi & Hullett, 1975, Walklin et Conradi, 1999). L'ASK 8-ary est également
étudié sur la communication par fibre optique pour tripler la capacité de transmission
(Walklin & Conradi, 1999). L'amélioration de la capacité du canal a été obtenue au prix de la
pénalité de puissance dans l'OSNR et de la sensibilité du récepteur du système.
Par exemple, la sensibilité du récepteur de l'ASK 4-ary codée avec la signalisation NRZ et RZ
a connu une pénalité d'environ 3,8 dB et 6,6 dB par rapport aux NRZ et RZ binaires
respectivement (Avlonitis et al., 2006). Ceci est dû à la fragmentation de l'œil principal en
plusieurs petits yeux pour l'ASK 4-aire.

2.2 Modulation par déplacement de phase

En modulation de phase, les données binaires sont modulées sur la porteuse optique en se
référant à la différence de phase entre binaire 0 et 1. Cette technique est appelée modulation
par déplacement de phase (PSK) ou BPSK pour PSK binaire. L'exemple de modulation BPSK
est représenté sur la figure 2. Dans cet exemple, binary 1 est signé sin (ωt) et binary 0 est
signé sin (ωt + π) ou -sin (ωt).

Fig. 2. Exemple de format de modulation BPSK, (a) signal binaire et (b) signal modulé BPSK

Dans les premiers temps, PSK n'a pas reçu beaucoup d'intérêt en raison de la complexité de
son démodulateur. Au lieu de cela, le PSK différentiel (DPSK) avait reçu plus d'intérêts (Ho,
2005). En DPSK, les données sont d'abord codées différentiellement en tant que codeur
différentiel représenté sur la figure 3 (a). Les données codées sont ensuite modulées sur une
porteuse optique en utilisant un modulateur de phase (PM) ou un modulateur Mach-Zehnder
(MZM), qui modifie de manière externe la phase optique de sa phase d'origine à un déphasage
de relativement n. En réponse au signal en bande de base (Ho, 2005), MZM est préférable à
PM en raison d'une meilleure tolérance à la dispersion chromatique. La figure 4 montre un
exemple de DPSK, lequel figure 4 (a) montre le signal binaire et 4 (b) est le signal modulé
DPSK.

Fig. 3. Émetteur-récepteur DPSK, (a) Emetteur DPSK, (b) Récepteur DPSK équilibré et (c) Transmetteur
DQPSK
Fig. 4. Exemple de format de modulation DPSK, (a) signal binaire et (b) signal modulé DPSK

Au niveau du récepteur, étant donné que le DPSK ne peut pas être directement démodulé, un
interféromètre à retard (DI) est inséré dans le trajet optique au niveau du récepteur pour
convertir la modulation de phase différentielle en modulation d'intensité. Comme le montre la
figure 3 (b), un DI divise les signaux reçus en deux chemins, qui subissent un retard d'un bit
pour laisser deux bits voisins interférer à la sortie DI. Au port a (le port destructif), les deux
champs optiques interfèrent de manière destructive chaque fois qu'il n'y a pas de changement
de phase, et de manière constructive chaque fois qu'il y a un changement de phase entre les
bits suivants (Winzer & Essiambre, 2006).

Le maintien d'une bonne interférence est l'aspect le plus critique dans la conception des
récepteurs DPSK (Ho, 2005, Winzer & Essiambre, 2006, Winzer & Hoon, 2003). En raison
de la conservation de l'énergie dans le DI, le deuxième port de sortie DI b (le port de
construction) produit le modèle de données logiquement inversé. En principe, l'un des deux
ports de sortie DI est suffisant pour détecter le signal DPSK (détection asymétrique).
Cependant, l'avantage de sensibilité à 3 dB de la DPSK n'est observé que pour des détections
équilibrées (Ho, 2005, Winzer & Essiambre, 2006). Une détection équilibrée (comme le
montre la figure 3 (b) réalisée avec deux photodétecteurs) considère que la différence entre les
signaux des ports a et b fournit un signal plus important que celui d'un récepteur à
branchement unique (Ho, 2005).

Dans les systèmes de communication avancés, similaires au M-ary ASK, les DPSK M-ary
sont utilisés à la place du DPSK binaire. Le plus de rapports sont sur M = 4, qui appelle 4-ary
DPSK ou différentiel en quadrature PSK (DQPSK). DQPSK est le seul véritable format de
modulation multiniveau (plus d'un bit par symbole) qui a reçu jusqu'à présent une attention
appréciable dans les communications optiques (AF Abas, 2006, Cho et al., 2003, Christen et
al., 2007, AH Gnauck et al. 2006, Kawanishi et al., 2007, Morita et Yoshikane, 2005, Nasu et
al., 2008, Schubert et al., 2006, van den Borne et al., 2008, Weber et al., 2005, Weber, Ferber.
et al., 2006; Yoshikane et Morita, 2004). Il subit quatre déphasages, 0, + π / 2, -π / 2 et π (sin
(ωt), sin (ωt + π / 2), sin (ωt - π / 2) et sin (ωt + π )), pour la modulation de données, et
fonctionne à un débit de symbole de la moitié du débit global. La figure 3 (c) montre un
schéma de DQPSK basé sur (Winzer & Essiambre, 2006), constitué d'une source laser en
fonctionnement continu, d'un diviseur pour diviser la lumière en deux voies d'intensité égale,
de deux MZM imbriqués déphaseur π / 2 dans l'un des chemins, et un combineur pour
produire un signal à sortie unique.
La figure 5 montre un exemple d'un signal modulé QPSK / DQPSK. Dans cet exemple, les
binaires 00, 01, 10 et 11 sont signés avec 0 °, 90 °, 270 ° et 180 ° respectivement. Les signaux
modulés QPSK et DQPSK sont les mêmes. Le différent est référé au codeur avant le
modulateur. Si le codeur est un codeur différentiel, alors le signal modulé est DQPSK, sinon
c'est QPSK.

Fig. 5. Exemple de signal modulé QPSK / DQPSK

Au niveau du récepteur, le signal DQPSK se divise d'abord en deux parties égales, et détecté
par deux récepteurs équilibrés de la forme représentée sur la figure 3 (b). Les deux récepteurs
symétriques sont utilisés en parallèle pour démoduler simultanément les deux flux de données
binaires contenus dans le signal DQPSK. Notez que le retard produit par DI doit être égal à la
durée du symbole pour la démodulation DQPSK, qui est deux fois la durée du bit. En général,
un réglage DI commandé par rétroaction dans le récepteur est nécessaire à la fois pour le
DPSK et le DQPSK (Winzer & Essiambre, 2006). En DQPSK, la réduction de la bande
passante est bénéfique pour atteindre une haute SE dans les systèmes WDM, ainsi que pour
augmenter la tolérance aux CD.

La réduction de bande passante supérieure ou la capacité de canal plus élevée peut être
obtenue en augmentant la valeur de M. Ceci est obtenu en combinant la modulation
d'amplitude et de phase appelée modulation d'amplitude M-ary-quadrature (QAM). En fait, le
QAM (ou QAM 4-ary) est produit par deux signaux PSK / DPSK, donc, il est le même que
QPSK / DQPSK. Une valeur plus élevée de M, par exemple M = 16, qui signifie 4 bits par
symbole, est produite en utilisant 4 niveaux d'amplitude différents combinés à 8 niveaux de
phase différents. En théorie, cela conduira à 32 états, ce qui nous permettra de coder 5 bits par
symboles (25 = 32). Cependant, seuls 16 de ces états sont utilisés pour encoder 4 bits (log2
(16) = 4) par symbole (Lathi, 1998; Zahedi, 2002). En utilisant la technique QAM, 20-
Msymbol / s utilisant 128-QAM avec transmission cohérente sur 500 km (Nakazawa,
Yoshida, Kasai et Hongou, 2006), et 1-Gsymbol / s utilisant la transmission cohérente 64-
QAM sur fibre optique de 150 km a ont été signalés (Jumpei, Kasai, Yoshida et Nakazawa,
2007, Yoshida, Goto, Kasai et Nakazawa, 2008). Dans la signalisation M -ary, puisqu'il y a b
nombre d'informations binaires par symbole, par conséquent, une erreur de symbole a produit
b nombre d'erreurs. C'est ce qu'on appelle la propagation d'erreur, ce qui est plus grave à une
valeur plus élevée de b et M.
2.3 Duobinaire

Duobinary optique (DB) a attiré beaucoup d'attention ces dernières années. Les deux
principaux avantages attribués à ce format de modulation sont la tolérance accrue aux effets
de la MC et l'amélioration du SE (Ibrahim, Bhandare et Noe, 2006, Lender, 1964, Said, Sitch
et Elmasry, 2005, Wei et al., 2002; Yonenaga et Kuwano, 1997, Yonenaga, Kuwano,
Norimatsu et Shibata, 1995). L'idée fondamentale de la modulation DB (électrique ou
optique) qui a été décrite pour la première fois par Lender (Lender, 1964) est d'introduire
délibérément une interférence intersymbole (ISI) en superposant des données provenant de
bits adjacents. Cette corrélation entre des bits successifs dans un signal binaire conduit le
spectre du signal à être plus concentré autour du support optique (Said et al., 2005). Ceci est
accompli en ajoutant une séquence de données à une version retardée de 1 bit de lui-même,
qui peut être obtenue en passant le signal binaire à travers le filtre de retard et d'ajout comme
indiqué sur la figure 6 (a) (Said et al., 2005 ). Par exemple, si la séquence de données (entrée)
est x (nT) = (0, 0, 1, 0, 1, 0, 0, 1, 1, 0), nous transmettrons à la place la séquence de données
(de sortie) y ( nT) = (0, 0, 1, 0, 1, 0, 0, 1, 1, 0) + (*, 0, 0, 1, 0, 1, 0, 0, 1, 1) = (0, 0, 1, 1, 1, 1, 0,
1, 2, 1). Ici le signe * désigne la valeur initiale (z (nT)) de la séquence d'entrée, supposée
nulle. Notez que, bien que la séquence d'entrée soit binaire et se compose de 0 et 1, la
séquence de sortie est une séquence ternaire composée de 0, 1 et 2 s. Mathématiquement, DB
aboutit à y (nT) = x (nT) + x (nT - T), où T est la période de bit et n dans le nombre de
séquences de bits (dans l'exemple ci-dessus n vaut 10). Au récepteur, la séquence d'entrée x
(nT) peut être récupérée à partir du y reçu (nT) basé sur z (nT) = y (nT) - z (nT - T) (détail se
référer à (Ramaswami & Sivarajan, 2002) ).

Il y a cependant un problème avec ce système; une seule erreur de transmission provoquera


l'erreur sur tous les autres bits, jusqu'à ce qu'une autre erreur de transmission se produise pour
corriger la première! Ce phénomène est connu sous le nom de propagation d'erreur
(Ramaswami & Sivarajan, 2002). La solution au problème de propagation d'erreur consiste à
coder les données réelles à transmettre sous une forme différentielle. Par exemple, le x (nT)
est codé en d (nT) = (0, 0, 1, 1, 1, 1, 0, 1, 0, 1). Pour voir comment le codage différentiel
résout le problème, observez que si les séquences de bits consécutifs sont toutes erronées,
leurs différences seront toujours correctes. Cependant, une telle approche éliminerait
l'avantage de la bande passante de la signalisation DB (Ramaswami & Sivarajan, 2002).
L'avantage de la bande passante de la signalisation DB ne peut être exploité qu'en utilisant un
schéma de signalisation ternaire.
Fig. 6. Génération du signal DB, (a) filtre numérique pour signal DB électrique, (b) MZM à double entraînement
et (c) MZM bias et conditions de dérivation pour le signal DB optique

La version primaire de DB, qui utilise un signal à trois niveaux, augmente la pénalité de
sensibilité (Said et al., 2005). Pour éviter la pénalité, les signaux DB à trois niveaux doivent
être codés à la fois dans l'amplitude et dans la phase du support optique (Yonenaga &
Kuwano, 1997, Yonenaga et al., 1995). Un tel schéma est appelé optique AM-PSK
(Ramaswami & Sivarajan, 2002) et la plupart des études de la signalisation de la DB optique
aujourd'hui sont basées sur AM-PSK. Si les données sont codées différentiellement avant le
filtre DB, les informations de phase de la porteuse deviennent redondantes et, par conséquent,
les données reçues peuvent être décodées en utilisant un récepteur de détection directe binaire
classique (Yonenaga et Kuwano, 1997; Yonenaga et al. Ce signal DB peut être généré en
appliquant un signal DB électrique à trois niveaux en bande de base à un MZM à double
entraînement (Figure 6 (c)) qui est polarisé au taux d'extinction maximal, comme indiqué sur
la Figure 6 (b) (Yonenaga & Kuwano 1997, Yonenaga et al., 1995). Conceptuellement, le
porteur est un signal d'onde continue, une sinusoïde notée cos (ωt). Les trois niveaux du
signal ternaire correspondent à -a cos (ωt) = a cos (ωt + π), 0 = 0 cos (ωt), et cos (ωt), qui est
noté -1, 0 et +1 , respectivement. Ce sont les trois niveaux de signal correspondant à 0, 1 et 2,
respectivement, en y (nT). Le signal AM-PSK conserve l'avantage de la bande passante de la
signalisation DB.
3. Conclusion
L'objectif principal dans les systèmes de communication est de transmettre autant
d'informations que possible avec une bande passante et un coût aussi bas que possible.
Différents formats de modulation tels que M-ary ASK, QPSK / DQPSK, QAM et DB sont
proposés pour améliorer la capacité des canaux WDM. M-ary ASK améliore la capacité du
canal en transmettant plus d'un bit par élément de signal en utilisant différents niveaux de
signaux ou signaux multiniveaux. QPSK / DQPSK utilise plusieurs phases pour transmettre
plus d'un bit par élément de signal. Les MAQ améliorent la capacité des canaux en
transmettant plus d'un bit par élément de signal en utilisant différentes phases et différentes
amplitudes. DB utilise trois niveaux d'amplitude ou deux amplitudes (comme les signaux
binaires) et un élément de phase redondant au lieu du troisième niveau. Tous les schémas de
modulation avancés sont limités au double ou au triple de l'utilisation des canaux, mais tous
améliorent la capacité du canal ou l'efficacité spectrale. Parmi tous ces schémas de
modulation, QPSK / DQPSK ou des combinaisons d'entre eux ont obtenu le plus d'attention
dans les systèmes de communication.