Vous êtes sur la page 1sur 11

Formats de modulation

2.3.1 Clavier on / off sans retour à zéro

Le OOK (NRZ-OOK) sans retour à zéro est le format de modulation le plus utilisé

réseaux de fibre optique d'aujourd'hui.

La raison principale de ceci est que sa simplicité le rend rentable. Alors que des formats de
modulation avancés sont adoptés pour les applications à longue distance, NRZ-OOK sera
toujours utilisé dans les réseaux MAN et d'accès dans un avenir prévisible. Dans NRZ-OOK,
l'information est codée dans l'intensité du signal optique et récupérée par détection directe au
niveau du récepteur.

Dans le cas le plus simple, la logique «1» est transmise par la lumière d'intensité P 1 et la
logique «0» est transmise par l'absence de lumière. Dans des réalisations pratiques lors de la
transmission de la logique "0", un niveau de lumière faible d'intensité P 0 est toujours
transmis. Le taux d'extinction décrit l'efficacité de la modulation et est défini par le rapport de
P 1 & P 0, mesuré en décibels:

Ratio d'extinction = 10 × log (P 1 / P 0) (dB) (2.1)

Le format peut être généré par modulation directe du courant du laser ou par moduler une
source laser à onde continue en utilisant un modulateur externe.

La méthode utilisée est déterminée par la spécification de l'application finale.

2.3.1.1 Modulation directe

L'intensité de la lumière émise par une diode laser est linéairement proportionnelle au courant
de polarisation lorsqu'elle est utilisée au-dessus du seuil.

En modulant le courant, le signal de modulation électrique peut être transféré à la sortie de


lumière du laser.

La Fig. 2.3 montre la caractéristique du courant lumineux pour un laser et le comportement


idéal où un train d'impulsions de courant avec des niveaux de polarisation I off et Ion sont
convertis en un train d'impulsions optiques avec respectivement des niveaux P 0 et P 1 [30].

Les lasers à modulation directe fournissent un émetteur optique rentable pour les
communications optiques.

Par comparaison, les solutions de modulation externes utilisant des lasers à ondes continues
suivies de modulateurs électro-optiques ou des modulateurs d'électro-absorption intégrés sont
des dispositifs relativement complexes.

Cependant, la modulation d'intensité d'un laser directement modulé est toujours accompagnée
d'une modulation de fréquence qui élargit la largeur de raie spectrale.
Cet élargissement est appelé chirp et limite le produit de longueur de débit [30]. Dans les
applications sensibles aux coûts telles que l'accès, qui couvrent des distances courtes à
moyennes, les lasers à modulation directe sont l'émetteur optique de choix et, aux vitesses
actuelles, le chirp ne limite pas les performances de manière significative.

Cependant, comme les débits binaires de ces systèmes passent de 2,5 Gbit / s à 10 Gbit / s,
leur application risque d'être limitée aux émetteurs dans la fenêtre de 1310 nm, tandis que les
structures de transmetteur plus avancées avec chirp inférieur seront probablement l'option
préférée pour 1550 nm, où la dispersion dans la fibre monomode standard (SSMF) est plus
élevée.

Fig. 2.3. Courant lumineux caractéristique d'un laser, montrant la conversion idéalisée d'un train d'impulsions de
courant en un train d'impulsions optiques sous modulation directe.
2.3.1.2 Modulation externe

Dans la structure, un modulateur d'électroabsorption (EAM) est assez similaire à un laser.

Le dispositif a une structure de guide d'ondes et est fabriqué à partir de matériaux semi-
conducteurs PIN.

Il est conçu pour être transparent à la lumière laser à une longueur d'onde particulière,

avec le niveau de transparence contrôlé par l'application d'un champ électrique.

Lorsqu'aucune tension n'est appliquée, le bandgap est conçu pour être suffisamment large
pour être transparent à la lumière laser.

L'application d'une tension de polarisation inverse diminue la bande interdite, provoquant


l'absorption de la lumière laser.

La polarisation inverse est typiquement de l'ordre de 2 V et des taux d'extinction de ≈ 10 dB


peuvent être atteints. Les dispositifs discrets ne sont normalement pas utilisés, mais les MAE
sont intégrés de manière monolithique avec un laser monomode pour former un dispositif
appelé laser à modulation externe (EML).

Afin d'obtenir des rapports d'extinction élevés, la longueur d'onde de crête du laser doit être
désaccordée avec le matériau modulateur afin de concevoir la séparation optimale de la bande
interdite.

Cela peut être réalisé grâce à des stades de croissance séparés pour les deux dispositifs [31].
En comparaison avec les lasers à modulation directe, les EML peuvent atteindre des distances
de transmission beaucoup plus longues en raison d'un chirp plus faible, au détriment d'une
structure de dispositif plus complexe. À 1550 nm, des EML fonctionnant à 10 Gbit / s sont
disponibles pour des distances allant jusqu'à 80 km.

Des appareils fonctionnant à 40 Gbit / s sont disponibles pour des applications de courte
portée jusqu'à 2 km, avec des appareils de recherche fonctionnant jusqu'à 80 Gbit / s [8].

La Fig. 2.4 (a) montre une structure de modulateur Mach-Zehnder (MZM) pouvant être
utilisée pour la modulation d'amplitude. Il consiste en un interféromètre de Mach-Zehnder
(MZI) où le signal d'entrée est divisé en deux et l'un, ou les deux, des voies est équipé d'un
modulateur de phase.

La modification du champ électrique appliqué aux modulateurs de phase contrôle si les deux
faisceaux interfèrent de manière constructive ou destructive en sortie.

La Fig. 2.4 (b) montre la caractéristique de transmission de puissance sinusoïdale pour un


MZM.

Pour passer de l'extinction minimale à l'extinction maximale, il faut un déphasage de π entre


les bras du MZM, la tension différentielle requise pour générer ce déphasage est appelée la
tension de commutation V π.
Les MZM sont utilisés dans les applications NRZ-OOK à longue distance car ils peuvent être
utilisés pour un fonctionnement sans chirp [8].

Les dispositifs sont fabriqués à partir de niobate de lithium (LiNbO 3) ou de semi-conducteurs


à base de InP.

Les dispositifs basés sur InP peuvent être utilisés comme un bloc de construction dans des
circuits intégrés photoniques plus complexes (PIC) [32].

Fig. 2.4. MZM (a) structure de modulateur et (b) caractéristique de transmission.

2.3.2 Clavier on / off de retour à zéro

En NRZ-OOK, lors de la transmission de la lumière logique '1' avec la puissance P 1 est


transmise pendant la durée de la période de symbole.

En retour à zéro OOK (RZ-OOK), la modulation P1 est transmise pour une fraction (telle que
⅓ ou ½) de la période de symbole et la puissance optique passe à P 0 pendant chaque période
de symbole.

Les impulsions RZ peuvent être générées soit électriquement, soit dans le domaine optique,
grâce à l'utilisation d'un modulateur supplémentaire appelé pulseur.

Le premier est réalisable jusqu'à 10 Gbit / s alors que le second doit être utilisé à des débits
binaires plus élevés allant jusqu'à 40 Gbit / s et au-delà.

La durée d'impulsion plus courte réduit l'impact de l'interférence entre symboles (ISI),
conduisant à une réduction de 1 à 3dB du rapport signal sur bruit (OSNR) requis pour
atteindre un taux d'erreur binaire (BER) donné par rapport à NRZ.

Cela a rendu les formats RZ attrayants pour les liaisons sous-marines longue distance 10
Gbit / s.
Cependant, l'introduction de la correction d'erreur directe FEC a revitalisé l'intérêt pour NRZ
en tant que BER inférieur pourrait être toléré.

La largeur spectrale plus étroite de NRZ permet également le remplissage plus dense des
canaux et donc une capacité accrue [8].

2.3.3 Formats de modulation avancés

Les nouveaux déploiements de réseau peuvent être conçus pour des performances optimales
en utilisant spectralement des formats de modulation efficaces et des liaisons par fibres
optimales.

En raison des dépenses en capital impliquées dans le déploiement de liaisons par fibre
optique, l'objectif principal est de développer des technologies qui peuvent être déployées lors
de la mise à niveau de l'infrastructure existante.

Les systèmes existants sont principalement basés sur la détection directe par modulation
d'intensité WDM (IM-DD) et fonctionnent à 10 Gbit / s par canal; il n'est pas possible
d'augmenter simplement le débit de ces systèmes en tant que dégradations de transmission,

tels que la dispersion et les effets non linéaires, ont plus d'impact à des débits plus élevés.

Au lieu de cela, la solution adoptée par l'industrie est de migrer vers des formats de
modulation avancés qui ont une tolérance plus élevée aux dégradations de transmission. Les
systèmes IM-DD classiques n'utilisent que l'amplitude pour transmettre les informations,
tandis que les formats de modulation avancés utilisent principalement la phase pour moduler
la porteuse optique permettant de transmettre plusieurs bits par symbole [33]. En conjonction
avec la phase, l'amplitude et / ou la polarisation peuvent être exploitées pour une modulation
permettant des rendements spectraux encore plus élevés.

Bien qu'il soit possible de transmettre plusieurs bits par symbole à l'aide de la modulation
ASK (multi-level amplitude shift keying), les exigences OSNR rendent cela peu pratique, sauf
pour les applications à liaisons courtes [33].

L'augmentation du nombre de bits transmis par symbole augmente l'efficacité spectrale pour
un débit donné, elle réduit également le débit en bauds à des niveaux qui permettent
l'utilisation d'électro-optiques à faible coût et facilement accessibles et d'électronique à grande
vitesse [18, 19].

Dans les formats de modulation d'ordre supérieur, le nombre de bits transmis par symbole, m,
est lié au nombre de symboles M de:

Lors de la réception de signaux optiques, le BER est utilisé comme facteur de mérite pour la
qualité d'un signal reçu.
En caractérisant un signal optique reçu, le BER est mesuré en fonction d'un paramètre de
système qui décrit le signal reçu. Le signal peut être caractérisé en mesurant la puissance
optique ou en mesurant le rapport entre la puissance du signal et la puissance du bruit.

Deux paramètres couramment utilisés sont le rapport signal sur bruit (SNR) et l'OSNR.

Le SNR est un paramètre électrique et représente le rapport entre la puissance du signal reçu
et la puissance du bruit électrique, et le rapport OSNR est le rapport entre la puissance du
signal optique et la puissance du bruit optique. Le SNR est lié à OSNR par [33]:

Où Es,avg est l'énergie par symbole, N0 est la densité spectrale de puissance de bruit, Δf est une
bande passante de référence optique et rs est le taux de symbole.

Pratiquement, une valeur de 12,5 GHz est normalement utilisée pour Δf sauf si une valeur
spécifique est spécifiée [34]. Le SNR peut également être cité comme SNR par bit (SNRb) et
est défini comme [35]:

2.3.3.1 Clavier différentiel binaire différentiel

La modulation par déplacement de phase différentiel binaire (DBPSK) est un format de


modulation binaire dans lequel la phase de bits adjacents est utilisée pour coder l'information;
la logique '1' est représentée par un changement de phase π dans la porteuse optique et la
logique '0' est représentée par l'absence de changement de phase [36].

La phase du support optique est modulée en utilisant un modulateur de phase électro-optique


ou, de préférence en termes de performance, un MZM.

Les avantages du format comprennent une plus grande tolérance aux effets non linéaires dans
la transmission par fibre optique et jusqu'à 3 dB d'amélioration de la sensibilité du récepteur,
par rapport à OOK.

Outre les avantages de performance, un facteur contribuant à son déploiement dans les
systèmes commerciaux était qu'il pouvait être mis en œuvre avec une augmentation
relativement faible de la complexité du système, par rapport aux systèmes OOK existants
[33].

En plaçant un interféromètre optique, avec un retard d'un bit dans l'un de ses bras, devant la
photodiode, les variations de phase sont converties en variations d'amplitude directement
détectables.

Le format de modulation est un candidat fort pour les systèmes à 40 Gbit / s, en particulier les
liaisons longue distance [7].
Une distance de 9420 km par rapport aux fibres sous-marines héritées a été rapportée en
utilisant une BPSK à double polarisation et une détection cohérente [37].

2.3.3.2 Clavier à décalage de phase en quadrature

Les formats de modulation multiniveaux peuvent atteindre une efficacité spectrale supérieure
à celle des formats binaires. QPSK est un format multiniveau qui a été largement étudié et
choisi pour être utilisé dans les systèmes 100 G commerciaux de pointe [18, 19].

Quatre états de phase, chacun séparé de 90˚, sont utilisés pour coder les données sur le
support optique. Deux bits par symbole sont transmis atteignant le double de l'efficacité
spectrale des formats binaires.

QPSK est normalement généré en utilisant un modulateur en quadrature (IQ) en phase.

Le modulateur IQ est une structure MZM imbriquée avec un second modulateur de phase sur
l'un des bras, ou sur les deux, pour introduire un déphasage de π / 2 comme indiqué sur la
figure 2.5 (a).

QPSK peut également être généré en utilisant deux modulateurs de phase en série, où le
premier introduit un déphasage de 0 ou π et le second 0 ou π / 2 [33]. La figure 2.5 (b) montre
la constellation d'un signal QPSK. L'efficacité spectrale peut être augmentée davantage en
utilisant plus de niveaux de phase avec 8PSK et 16PSK étant les prochaines étapes logiques.

L'augmentation du nombre d'états de phase diminue la séparation entre les points de la


constellation et, par conséquent, augmente le besoin en SNR pour ces formats.

Fig. 2.5 (a) Structure du modulateur IQ et (b) Diagramme de la constellation QPSK.


2.3.3.3 Modulation d'amplitude en quadrature 16-ary

La modulation d'amplitude en quadrature (QAM) utilise à la fois l'amplitude et la phase pour


moduler le porteur optique.

Dans les formats d'ordre supérieur, employant la modulation de phase avec une amplitude
constante, augmenter le nombre de symboles diminue la séparation entre les points de la
constellation.

La séparation entre les points de la constellation peut être augmentée en utilisant l'amplitude
en combinaison avec la phase pour cartographier chaque point.

L'augmentation de la distance entre les points de constellation adjacents facilite


l'identification du symbole correct au niveau du récepteur et réduit ainsi le besoin en SNR.

Le BER par rapport à OSNR peut être estimé pour M-ary PSK et M-ary QAM de (2.5) et
(2.6), respectivement [33, 38].

Fig. 2.6 tracés BER par rapport OSNR obtenu en utilisant (2.5) et (2.6) à un débit de

40 Gbit / s. Pour atteindre un BER de 1 × 10 -3, un OSNR de 17 dB est requis pour le 16-
PSK, contre 12,6 dB pour le 16-QAM.

L'exigence OSNR pour les formats QAM de niveau supérieur est également affichée.

Les exigences OSNR plus élevées de 16-QAM, comparées à QPSK, rendront difficile la
réalisation de distances de transmission ultra-longues.

Des distances de transmission de 1000 km sont possibles dans les systèmes utilisant la MAQ-
16 fonctionnant à un débit de 200 Gbit / s, ce qui se compare aux distances de 2500 km dans
les systèmes à 100 Gbit / s où QPSK est utilisé [39].

Pour les modèles 32-QAM, 64-QAM et supérieurs, l'augmentation de l'OSNR requis limitera
encore la distance de transmission réalisable en utilisant ces formats. Par conséquent, la
conception des futurs systèmes peut comprendre la capacité et la distance, les formats de
modulation d'ordre supérieur étant préférés pour des distances plus courtes.

L'amélioration de la performance globale du bruit des liaisons optiques peut étendre la


distance de transmission.

Une option possible consiste à réduire l'espacement entre les amplificateurs optiques dans la
liaison optique afin de réduire le bruit global du système [19].
Fig. 2.6 BER théorique par rapport à OSNR pour les formats de modulation de phase.

16-QAM peut être généré en utilisant un modulateur IQ où les signaux multi-niveaux

(quaternaire) sont appliqués aux entrées I et Q. Les exigences électriques pour les signaux de
commande peuvent être simplifiées à des niveaux binaires au détriment de l'augmentation de
la complexité du modulateur optique [33].

2.3.3.4 Détection des formats de modulation de phase

Lorsqu'un signal optique modulé en phase est appliqué à un détecteur de loi carré
conventionnel, les informations de phase sont perdues.

Afin de détecter le signal, l'information de phase optique doit être convertie en une intensité
optique qui peut ensuite être détectée en utilisant des détecteurs classiques.

Lorsque deux signaux optiques sont combinés dans un coupleur de 3 dB, en fonction de la
différence de phase, ils interfèrent de manière constructive ou destructive en sortie.

Pour démoduler le signal reçu, une référence de phase est requise au niveau du récepteur.

Ceci peut être généré en utilisant une version retardée du signal reçu ou en utilisant une
seconde source optique pour agir en tant que référence de phase; ces configurations sont
appelées auto-cohérentes et cohérentes, respectivement.

Dans DBPSK, un MZI avec un retard d'un bit sur un bras est placé devant le photodétecteur.
Lorsque les trajets sont recombinés au coupleur de sortie de l'interféromètre, deux bits
adjacents interfèrent de manière constructive ou destructive en fonction de la différence de
phase entre eux, qui est 0 ou π. Pour atteindre l'amélioration de sensibilité de 3 dB possible en
utilisant DBPSK les ports constructifs et destructifs de l'interféromètre sont appliqués à un
détecteur équilibré. Cette configuration peut être étendue pour une utilisation avec des formats
de modulation d'ordre supérieur.
Cependant, au fur et à mesure que l'ordre augmente, la complexité de l'optique requise
augmente également. Pour M-ary PSK lorsque la valeur de M augmente, la pénalité de SNR
augmente également, la détection différentielle subit également une pénalité supplémentaire
en augmentant M, appelée pénalité de détection différentielle.

A partir des valeurs d'environ 0,4 dB et 2 dB pour DBPSK et DQPSK, respectivement, la


pénalité de détection différentielle se rapproche de 3 dB lorsque M augmente davantage; pour
M ≥ 8 cela limite son application aux systèmes avec un rapport signal / bruit suffisamment
élevé [8].

La détection cohérente peut être utilisée pour extraire toutes les informations relatives à un
signal optique (amplitude, fréquence, phase et polarisation) en prenant le produit de la champs
électriques de la porteuse optique modulée et CW LO.

Pour détecter les composants en phase et en quadrature, une extrémité avant en quadrature
optique est utilisée comme indiqué sur la figure 2.7 [33].

L'extrémité avant se compose d'un hybride 90˚ et d'une paire de détecteurs équilibrés.

L'hybride 90˚ se compose de deux répartiteurs optiques, l'un sépare le signal optique reçu et
l'autre divise le LO.

Un déphaseur de 90˚ est inséré dans l'une des branches du séparateur LO.

La structure de l'hybride 90˚ permet de mélanger le signal entrant avec les quatre états
quadratiques associés au signal de référence dans l'espace du champ complexe.

Les quatre sorties sont ensuite appliquées à deux paires de détecteurs équilibrés [40].

Les détecteurs équilibrés donnent en phase, I I (t), et en quadrature, I Q (t), sorties courantes
qui peuvent ensuite être utilisées pour récupérer la constellation complète.

Avant que le signal transmis puisse être récupéré, un traitement supplémentaire des signaux
obtenus à partir des sorties du détecteur est nécessaire.

Les signaux sont numérisés en utilisant des convertisseurs analogique-numérique à grande


vitesse et le traitement numérique du signal (DSP) de ces signaux est effectué.

Dans la réception des signaux modulés en phase, le DSP est responsable de tâches majeures
telles que la synchronisation des symboles, la correction du décalage de fréquence entre le
signal reçu et LO, et la résolution, la correction et le suivi de l'erreur de phase entre le signal
reçu et le LO [8].
Fig. 2.7 Front optique en quadrature.

Similaire à OOK, FEC peut être réalisé en DSP mais parce que les récepteurs cohérents
récupèrent l'information complète relative au champ optique, il permet d'effectuer d'autres
fonctions en utilisant DSP incluant la compensation de la dispersion chromatique et la
dispersion en mode polarisation.

La compensation de la dispersion dans le DSP par opposition à l'utilisation de la fibre de


compensation de dispersion (DCF) réduit la latence du réseau, ce qui serait bénéfique pour les
applications sensibles au retard [41].

Il améliore également l'OSNR reçu car DCF introduit une perte au lien. Il y a aussi la
possibilité de compenser les effets non linéaires de la fibre dans le DSP, cependant, les
algorithmes sont assez complexes et nécessitent beaucoup de puissance de traitement, ce qui a
des implications sur la consommation d'énergie.