Vous êtes sur la page 1sur 100

Publication Académique

ISSN : 1112-6604
Fondée en 2004

Directeur de la revue
Dr. A. SLIMANI
Rédacteur en chef
Prof. Dr. M. TEHIRICHI
Comité de rédaction
Prof. Dr. A. CHERITI
Prof. Dr. B. DRAOUI

Numéro 7

Année 2010

Adresse : Direction des Annales, Université de Bechar


BP 414, 08000, Bechar, Algérie
Tél./Fax : 213 ( 0) 49 81 52 44
Web : www.univ-bechar.dz/hawliyat.html
Email : Hawliyat@mail.univ-bechar.dz
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Annales de l’Université de Bechar ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ‬

Directeur de la revue Rédacteur en chef Comité de rédaction


Dr. A. SLIMANI Pr. M. TEHIRICHI Pr. A. CHERITI
Pr. B. DRAOUI
Comité Consultatif
Sciences, Techniques et Sciences sociales

Dr. A. Ammiche Pr. F. Boussali Dr. L. Keroumi Pr. O. Rahmani


Pr. A. Belghachi Pr. B. Dadamoussa Pr. A. Khalfi Pr. A. Rahmouni
Pr. A. Benabaci Pr. D. El Abed Pr. F. Khelfaoui Pr. A. Saidane
Dr. C. Benachiba Dr. S. Ghezali Pr. A. Marouf Pr. A. Sengouga
Dr. M. Benhamou Pr. M. Habar Pr. M. T. Meftah Pr. S. Taleb
Dr. A. Berga Pr. S. Hacini Pr. A. Mortad Dr. A. Touhami
Dr. A. Bouacheria Pr. A. Halmaoui Pr. S. Larbi Dr. Y. Touhami
Dr. A. Boudi Pr. A. Hamouine Pr. M. Rahli Pr. A. Youcef
Instructions aux Auteurs
Les Annales de l’Université de Bechar publieront des contributions en sciences
fondamentales, appliquées et humaines. Les articles peuvent être rédigés en arabe, en français
ou en anglais. Ils ne devront pas avoir été publiés dans une autre revue ou proposés ailleurs
pour publication. Les textes devront être préparés conformément aux instructions qui suivent
et envoyés en trois (03) exemplaires plus une lettre d'accompagnement spécifiant le thème de
l'article à l'adresse de la revue ou par courrier électronique au : Hawliyat@mail.univ-bechar.dz

Le manuscrit doit être écrit en Word ( TNR de taille 12) en simple interligne, espace 3 cm.
L'article ne doit pas dépasser 10 pages. Les figures et les tableaux sont compris dans le nombre
de pages permis.

Après le titre de l'article (Times New Roman 14, gras, centré), doivent figurer les noms et
prénoms des auteurs, adresses postales complètes, adresse électronique, numéros de téléphone
et de télécopieur de l'auteur correspondant dont le nom doit être souligné, Suivront les résumés
(300 mots maximum) et les mots clés ( 6 maximum). Titres des chapitres : Majuscules Times
New Roman 12, gras, justifié à gauche. Sous titres : Premier niveau: Times New Roman 12,
gras justifié à gauche. Deuxième niveau: Italique, Times New Roman 12, gras, justifié à
gauche.

Equations et formules: claires et lisibles (en particulier les indices et les exposants), centrées et
numérotées successivement entre parenthèses. Unités de mesures et abréviations : doivent être
conforme au système international.

Tableaux et Figures : doivent être insérés dans le texte. Les titres doivent être en gras, Times
New Roman 10 et numérotés en chiffres arabes (Tableau 1 : , Figure 1 : ).

Références bibliographiques : Times New Roman 12, numéro de la référence entre crochets,
initiales des prénoms, noms des auteurs, revue, année de parution entre parenthèses, première
page de l'article. Pour les livres, thèses et rapport on ajoute en plus les titres et l’éditeur.

2
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Sommaire

Acacia Raddiana in Algerian Sahara Eco-boctanical data & phytochemical


screening
05
Y. Belhadjadji, N. Belboukhari & A. Cheriti

Nutrition et alimentation de Tilapia nilotica


A. Fedol, A. Cheriti, A. El Mir, A. Benmohamed & M. Benmoussa 18

Etude théorique des terpènes 18α-oleanane et A-neo-18-oleanene


H. Djeradi, A. Rahmouni & A. Cheriti 27

La formulation du béton de sable à base des matériaux locaux


I. A. Aguida & A. Hamouine 32

Emprunt bancaire et emprunt obligataire : quel choix pour l’entreprise algérienne ?


44
N. Boukhezer-Hammiche
Les sociétés de gestion des participations
M. Abbar 58

La force du NON - La pensée soufie en tant qu’engagement désintéressé


O. Galleze 66

Recurrent Mistakes in Writing among Students at the University of Béchar


T. Abbou 78

La discontinuité énonciative dans L’infante Maure de Mohamed Dib


N. Berbaoui 87

Note de toxicité : Cas d’insecticide naturel pour des termites sahariens


94
Y. Bourmita, A. Cheriti & M. D. Ould El Hadj

3
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

4
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

Acacia Raddiana in Algerian Sahara


Eco-boctanical data & phytochemical screening

Y. BELHADJADJI , N. BELBOUKHARI, A. CHERITI


Laboratoire de Phytochimie & Synthèse Organique
Université de Béchar, 08000 Béchar
Email: belhadjadjiyam@yahoo.fr

Abstract

In the aim to valued A.Raddiana subspecies with vital importance to the


conservation of the desert ecosystem ,the approach in the present study was to provide a
subjective description of ecological conditions based on the field experience and
interpretation in number of previous research , to enrich the knowledge about the long
history of this medicinal plant used for multi-purpose by nomads population commonly
used in health care for its curative proprieties and to apply a qualitative phytochemical
screening on A.Raddiana subspecies of Algerian Sahara witch revealed the presence of
common phytoconstituents including (flavonoides ,tannins, cardenolides, terpenes,
Steroids and unsaturated sterols) witch exert a significant physiological affect on the
mammalian system.

Keywords: Acacia, A.Raddiana , Ethnopharmacology, phytochemical screening

Introduction

Hundreds of medicinal plants (including A.Raddiana) have a long history of


curative properties against various diseases .However; pthytochemical of these for their
biological activity is very essential and needs greater attention to know the value of the
plants. The phytochemical screening is done on the basis of their chemotaxonomic
investigation or ethnobotanical knowledge.
Chemical Knowledge of plants is desirable, not only for the discovery of
therapeutic agents, but also because such information may be of value in disclosing new
socio-economical sources and further that to understanding much better the role of
these faint creature to keep balance ecosystem’s trough there environment co-evolution.
In desert ecosystem of Algerian Sahara A.Raddiana subspecies as keystone is a
“Relict” wet period’s witness with particular resistance to heat, drought salinity,
alkalinity, drifting and grazing and repeated cutting and multi-purpose uses by nomad’s
population.

A.Raddiana Botanical Introduction

Taxonomy

5
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

A total of 16000-19000 species belonging to legumes family are recorded


(Amadou Sarr and all, 2005; Aliou Faye and all, 2007).This very large family of the
vascular plants comprising around 750 genera is distributed around the world (Amadou
sarr and all, 2005).
Acacia genera account for a large part of this family. This legume genus,
member of the mimosoideae subfamily (Cardet and all, 1998; S,H. Mohamed and all,
2000; Leena A.Räsänem and all, 2005; Robin Duponnois and all,2008) grow mainly in
arid and semi–arid regions of the tropics and subtropics( leena A. Räsänem and all,
2001).
The genus Acacia has many complex botanical problems of nomenclature and
classification (M.Abdelmogib and all, 1996) .To developing a better understanding of
the taxonomic relationships of this genus, the contribution of morphological,
anatomical, ontogenetic and some photochemical characters has been useful. In spite of
this, there is still some controversy regarding the infragenetic taxonomy (Alicia L
Lamarque and all, 2000; D.S. Seigler, 2003).
Vassal (1972) divided Acacia genus into three subgenera: Hetero phylum
,Aculeiferum and Acacia (Y.M. Bukhari and all , 1999).As presently cladistic analyses
and data confirm that the cosmopolitan genus Acacia is an agglomeration of at least five
discrete groups: subgenus Acacia(161 species) , subgenus Phyllodineae
(=Heterophyllum)(960 species) and the subgenus Aculeiferum sensu-lato with three
groups ( subgenus Aculeiferum sensu–stricto , Series Filicinae Bentham and a group
of species related to A. coulteri) (Leena A.Räsänem and all 2001; D.S. Seigler, 2003).
The genus Acacia(tourn) Miller (Y.M bukhari and all 1999) including over 1350
species (D. S seigler , 2003 ; Aliou Faye and all ,2007) is naturally distributed
throughout the world particularly in Australia , Africa , South America and Asia ( S.H.
Mohamed and all 2000 ; leena A.Räsänem and all , 2001).
In the native Africa flora , subgenus Aculieferum and subgenus Acacia are the
only representative of the Acacia genus (P. Danthu and all,2003) The Acacia species
are of African origin , they migrated into the Mediterranean region together with other
species during the Holocene (Hagit and all ,1997). In their comprehensive research
(Quezel & Martinez ,1961) note that a wet period termed “interpluvial” prevailed in the
Central Sahara between 12.00 and 48.00 years ago. Many taxo that grew in that vicinity
before it turned on extreme desert can be regarded as relicts (Avinoam Danin, 1999).
The subgenus Acacia accounts about 161 species (D.S. seigler, 2003). The
A.Tortilis is the widespread species (D.M.W. Anderson and Philip C.Bell, 1974).
In Brenan’s opinion to A.Tortillis species four subspecies can be distinguished :
A.Tortilis (Forsk) Hayne Ssp Tortilis ; A.Tortilis (Forsk) Hayne Ssp Spirocarpa
(Hochst.ex A.Rich) Brenan; A.Tortilis (Forsk) Hayne Ssp Heteracanta (Bruch)Brenan
and A.Tortilis (Forsk) Hayne Ssp Raddiana(Savi)Brenan. This latter exists as two
varieties var.Raddiana and var.Pubescens (D.M.V. Anderson and Philip C.Bell, 1974).
A.Tortilis (Forsk) Hayne Ssp Raddiana(Savi)Brenan is often the species that
extends furthest into the desert ( Dorthe Joker , 2000).
Thus, the nomenclature of A.Torilis Ssp Raddiana can be resumed according to
table above (D.M.V. Anderson and Philip C.Bell, 1974; J.L.Guignard, 1977; Cardet and
all, 1998;Paul Ozenda,2000; S,H. Mohamed and all, 2000; D.S. Seigler, 2003; Leena
A.Räsänem and all, 2005; Robin Duponnois and all,2008).

6
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Table 1.Nomenclature of A.Raddiana


Division Species
Embranchment Spermaphyts
Sub. embranchment Angiosperms
Class Dicotyledons
Subclass Rosideae
Family Leguminoseae(= Fabaceae)
Subfamily Mimosoideae.
Genus Acacia
Subgenus Acacia
Species Tortilis
Subspecies Raddiana
Variety Radianna/Pubescens

Morphology

Acacia genus occurs in almost all habitat types with species range in size from
small shrubs to large trees (Ahmed El Abbouyi and all , 2004). About the size/age tree
relationship, the following explanation may very important:
“It is wholly unrealistic and very dangerous to assume any relation between the
size of trees and their age, other than the vague principal that the largest trees […] are
likely to be old”
Harper, 1977 (Kersti viegand and all ,2000) A.Raddiana is a medium sized (4-15 m
tall) (D.Nandwani, 1995). Trees or shrubs have a distinctive rounded spreading crow
and a grey–brown–black, rough and fissured bark (Moudjahidou Demba Diallo and all,
2004) .
A.Tortilis species (including A.Raddiana) are distinguished from other African
Acacias by the presence of two types of thorns (long straight slender spines up to 10 cm
long and short and hooked spines up to 5mm) (Dorthe Joker, 2000).
A.Tortilis ( Ssp Raddiana) can be distinguish by a numb of names:
-Systematic name: A.Tortilis (Forsk) Hayne Ssp Raddiana (Savi)Brenan
-common names: A.Raddiana or A.Raddiana (Savi)
-Vernacular names: in Arabic Talh or talha (AMD. El-Moussallamy and all,
1991; S, H. Mohamed and all, 2000) and Umbrella torn(Dorthe Joker, 2000;
Moudjahidou Demba Diallo and all,2004) .
The two varieties of A.Raddiana are distinct. The var.Raddiana exists with
young branchlets glabrous or subglabrous and the pods glabrous though the
var.Pubscens.A.Chev exists with young branchlets and rhachides of the leaves more or
less pubescent as are the pods (D.M.W Anderson and Pilip. C. Bell, 1974).
A.Raddiana leaves are smooth to densely pubescent (1-7 cm long), with 2-14
pinnae . Flowers are yellowish –white fragrant in round heads (1-2 cm diameter) (Paul
Ozenda , 1983).

A.Raddiana in Desert Ecosystem

Survival Mechanisms

7
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

A desert ecosystem was defined by Noy-Mei (1973) as a “low productivity


environment with extreme fluctuation of primary production due to lack of rain events
and nutrient availability. In this harsh environment where the water and the nutrient are
the most limiting factors, survival is a challenger for all organisms, and only the well-
adapted are able to exit (E.Mayzlish-Gati and Y.Steinberger, 2007).
Monod (1954) recognized two types of desert vegetation, namely contracted and
diffuse. Both types can accompanied by ephemeral (or annual) plant growth depending
on the amount of precipitation is a given year and Kassas (1966) added a third type
termed “accidental vegetation” when precipitation is so low and falls so secularly that
not permanent vegetation exists (Monier M.Abdelghani and Wafaa M. Amer, 2002).

The spatial distribution of Acacia species is controlled by the adequate water


supply and the temperature. Acacia trees can be restricted to channel beds forming
contracted vegetation type, or diffused vegetation type similar to the African savannah’s
where mean annual rainfall exceeds 150 mm (H.Ben David-Novar and Asher P.Sckick,
1997).
According to E.Mayzlish-Gati and Y.Steinberger (2007), A.Raddiana can be
considered as an arido–active plant. It is metabolically active during the wet as well as
during the dry seasons and has structural and ecophysiological adaptations which
conserve moisture and exploit water resources.
In arid and semi–arid regions characterized by low rainfall and high potential
evaporative demand, where water is the major limiting factor for plant and productivity
(Maik Veste and all, 2008) such as other desert perennials, A.Raddiana develops an
extensive surface root system "T-root system" enabling it to explore the soil water and
in deeper soil layers (Maik Veste and all, 2008).
This keystone species (Kestin Wiegand and all, 1999; Madan K. Sherestha and
all, 2002; Minnetise Bowie and David Ward, 2004) may act as hydraulic pumps
bringing water closer to the surface (Madan K. Sherestha and all, 2003).
Some studies in Africa have shown that Acacia roots may be a deep as 20 m
(Madan K. Sherestha and all, 2003). Jame Wo (1953) reported that in Egypt, to dig Suez
canal, they founded that A.Raddiana roots reached as deep as 30 m (Sahraoui Bensaid
an all, 1996).
Although arid desert soil exists in a severe state of dryness, during 90% at the
year (E. Mayzlish-Gati and Y. Steinberger, 2007) A.Raddiana can developed better
when annual precipitation varied between 50-1000 mm (Amadou Abou Ndiaye and all,
2002). In the hyper-arid conditions mean annual rainfall in the range of 20 to 100 mm
(H. BenDavid-Novak and Asher P. Sckick, 1997), this subspecies can withstand this
harsh environment better than other species of Acacia (D. Nandwani, 1995).
Understanding the influence of desert shrubs and trees with different
ecophysiological adaptations on soil biota is extremely important. Biogeochemical
cycles that take place in soil milieu are mainly triggered by soil biota and are therefore
responsible for nutrient availability to the plant (E. Mayzlish-Gati and Y. Steinberger,
2007).
To solve the nutrient deficiency problem, A.Raddiana has adopted different
mechanisms. This tropical tree legume (C. Detrez, 1994) produced much less leaf
biomass (< 3 kg/tree) than other A. Species (J. D. Deans, 2003).

8
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

With nitrogen-fixing symbioses, A.Raddiana can grow in soils very deficient in


nitrogen (R.Duponnois and all, 1999) and has ability to enter in association with
Rhizobia and mycorrhizal (S.H. Mohamed and all, 2000; Salif BA and all, 2002; S.
André and all, 2005).
Rhizobia are very diverse; they belong to about thirty species and seven different
genera: Sinorhizobium, Mesorhizobium, Allorhizobium, Bradyrhizobium,
Azorhizobium, and Methylobacterium (Salif BA and all, 2002).
As with many N2-fixing trees and shrubs, Acacia species are very dependent on
mycorrizal to absorb nutrients required for plant growth and for efficient N2 fixation (S.
André and all, 2003,2005; Robin Duponnois and all, 2008).
Mycorrhizal, this fungal symbiotic is considered to be a key component of
natural ecosystems because it increase plant uptake of minerals (N, Ca, Mg, K and
especially P) and improves soil structure (Robin Duponnois and all, 2008).
Two morphological types of mycorhizal can be associated with Acacia species,
Arbuscular mycorrhizal (AM) and Ectomycorrhizal (EM), each type of mycorrhizal can
dramatically increase root nodulation(S.André and all,2005; Sonia Labidi and all
,2008). A.Raddiana has ability to establish symbiosis with nitrogen fixing bacteria
allows succeeding and dominating in harsh environment (Salvador Rodriguez-Zaragoza,
2008). Available data suggest that Acacia species growing in arid and semi-arid regions
fix 6-34 kg.N2.ha-1.year-1 (Leena A. Räsänem and all, 2001).
Through their study Stanislavle-Mouratov and collaborators (2004) provide
important insight on the interaction between A.Raddiana and soil biota. This latter is the
nematode population, one of the important soil biota groups which play n a leading role
as regulators of energy flow and participate in fundamental ecological processes in soil,
such as decomposition and nutrient cycling.
In arid ecosystems where the soil temperature is a factor determining the activity
and diversity of nematode population which directly or indirectly affect the seasonal
population dynamics of nematodes in soil by altering metabolic activity and quality of
their food source. The A.Raddiana plants are the ecological factors creating niches
which moderate the environmental surrounding (Stanislavlen-Mouratov and all (2004).

The desert perennial plants form “Islands of prolonged activity by creating


heterogeneity in soil resources with high amounts of carbon, nitrogen, phosphate and
sulfur compared to the bare soil due to continued plant nutrient cycling (E. Mayzlish-
Gati and Y. Steinberger, 2007).
A.Raddiana can grow on barren soil and dry site that are not suitable for many
plant crops (S. H. Mohamed and all, 2000).
Do to its strategies for exploiting scare water and nutrient resources in
restricted conditions in harsh environment. A. Raddiana is active throughout the year
(Hagit BenDavid-Novak, 1997) and shows a wide adaptability to desert pressure as
proved by its occurrence both from the north to the south and from the east to the west
of the Sahara (C. Detrez, 1994).

Environment Co-evolution

A.Raddiana supported a great biomass of vertebrate and invertebrate (insect,


birds, camels, goats, sheep…).The Bruchid beetle “Bruchidius raddianae Anton &
Delobel” benefits from its host and develops their larvae in the seed of A.Raddiana

9
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

(Salma Derbal and all, 2007). In their interesting study Adam K.Green and collaborators
(2009) presented other co-evolution unlike those found in most relationships
A.Raddiana –host. The foraging bulbuls may be attracted to A.Raddiana trees , they
consume flowers and insects found in their canopy ,these yellow-vented Bulbuls
(Pycnonotus xanthopygos) are the sole avian dispersal of the seed from the hemi-
parasitic mistletoe (Plicosepalus acaciae) to its tree hosts A.Raddiana.
The plant root system is highly dynamic and suggests a degree of co-evolution
between rhizobacteria and their associated plants (Bolton and all, 1993).

Roles & Interests

In African desert A.Raddiana trees are of vital importance to the conservation of


this ecosystem (Madan K. Sherestha and all, 2003). Due to their nitrogen fixing ability
in association with soil biota, A.Raddiana plants act as keystone species (Minnelise
Bovie and David Ward, 2004) with positive plant interaction proved by higher plant
species diversity under their canopy then the surrounding environment (James Aronson
and all,2002).
Through this myriad bacterial and fungal microsymbiosis,this species display
desirable characteristics: preventing wind and rain erosion and controlling sand-dunes
(AMD. El-Moussallamy and all, 1991; James Aronson and all, 2002) and also it is
expected to play key roles in the jumpstarting soil fertility and biological conservation
(C. Detrez, 1994; James Aronson and all, 2002; Samia El-Sayed Saffan AMD.El-
Moussallamy, 2008). These properties make A.Raddiana a valuable and optimal
candidate for revegetation programs (R.Duponnois and all, 1999; Salma Derbel and all,
2007; A.Rincón and all, 2008).
In arid and semi-arid regions, where maximum temperature exceed 45°C,
A.Raddiana may be an important source of shade and fresh air (C. Detrez, 1994;
M.M.Ali and all, 2008; S.H. Mohamed and all, 2000; Alicia L.Lamarque, 2000;
G.L.Andersen,2006).
In harsh condition when grass becomes scarce, A.Raddiana generally represents
sole stable source to supply fodder for games and livestock (C. Detrez, 1994; S.H.
Mohamed and all, 2000; Moudjahidou Demba Diallo and all, 2004; Minnelise Bovie
and David Ward, 2004; S.André and all,2005; Salma Derbel and all, 2007).

A.Raddiana trees are socio-economically important, they are used for firewood
and tanning (Salma Derbel and all, 2007) and also they are planted along field-borders
as windbreakers-shelterbelts (Samia El-Sayed Saffan AMD.El-Moussallamy,
2008).They represent an important source of gum , timber wood and charcoal (S.H.
Mohamed and all, 2000).

A.Raddiana is a medicinal plant (M.Abdelmougib and all, 1996) used for the
treatment of various diseases e.g. diarrhoea, pulmonary, ocular ailment and jaundice
also as disinfectant (J.Bellakhdar, 1978).

Phytochemical screening

10
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Plants are considered as mixture of extraordinary chemicals, some of which act


beneficially for plant, human or animal being and other may have detrimental effects
(J.Ngbede and all, 2008).
As other Acacia species, the most evident substances in A.Raddiana are complex
phenolic compounds, which these consist primarily of condensed tannins and
polysaccharides (gums) (Colleen T.Downs and all, 2003; D.S. Seigler, 2003).
Phenolic compounds are secondary metabolites commonly found in fruit,
vegetable and legumes witch are seen to be involved in the defence of plants against
invading pathogens, insects, bacteria, fungi and viruses (Samia El-Sayed Saffan
AMD.El-Moussallamy, 2008).
Condensed tannins are considered to be important inducible defences against
mammalian herbivore (Peter Scoging and Mfundo Macanda ,2005) and known to
reduce availability of protein and other nutrients by protecting plant cell walls from
decomposition and inactivating digestive enzymes(Jason R.Schindler and all ,2004).
Plant gums consist of polysaccharides, which are exuded by many trees and
plants when the barks are wounded. They are materials of high molecular weigh, which
are soluble in water or which can be at least dispersed therein (Michael GrößI and all,
2005).
In Algerian Sahara A.Raddiana known as “Talh” provides extracts which are
used in folk medicine, but it has not be investigated phytochemically. To reveal the
presence of some secondary metabolites which attracted several researchers for their
biological activities a phytochemical screening was performed as described in previous
works (Odibiyi and Sofowara,1978; Trease and Evans ,1989;Harborne ,1989 ;Jean
Bruneton ;1993; Sofowara 1993; Faraz Mojaband all,2003 ) and a number tests was
been carried. Based on calorimetric, precipitation and complexation reactions, the
following methods were applied.

Material and Methods

Site description

In north – Western Sahara in Algerian Sahara, the “Saoura area” is a natural


habit of A.Raddiana Subspecies that grown as “Relict” with distinctive shape.
In this area “Bechar” city is a depression of about 161 .400 km2 , at an altitude of
784m.This semi-arid region is characterised with frequent and violent sand-wind, low
and irregular rainfall ( 60 mm) with summer temperature exceed (42 °C) and varied
temperature between ( 0-30 °C) in winter (Meteorological station , Bechar , 2005 ;
Planification & Development Territory Direction , Bechar , 2005). This zone is divided
into five geomorphologic landforms : High and naked Djebels ( Antar at 1953 m ,
Grouz at 1835 m and Bechar at 1206 m ), six mains oueds , sand dune up to 300m
height and the plain conscript “Hamada of Guir” (Planification & Development
Territory Direction , Bechar , 2005).

Plant material collection

A.Raddiana witch parallel’s Bechar at 31° 30' north latitude constitute its north
upper limit was identified by authors and collected at right proximity of national road
Bechar-Taghit .

11
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Chemical tests

Alkaloids
About 3g of plant material was stirred with HCl (5%,2N) at 40°C for 10min
.After cooling the mixture was filtered and the filtrate was treated with NH3 for
9<PH<10 and extracted with 20ml of CHCl3 for three times. The organic part was
evaporated and at the dryness residue 2ml of HCl (5%) was added, at the last the
solution was treated with a few drops of concentrated Mayer’s reagent.
No precipitation, flocculation or turbidity indicate the absence of alkaloids, a
score is (-) .A (±) score was recorded if the reagent indicate very slight opaqueness, a
(+) score was recorded for conspicuous opaqueness, a (++) score was recorded for
definite turbidity with not flocculation and a (+++) score was recorded when heavy
precipitate or flocculation was produced.

Saponins
About 3g of plant material was extracted with boiling water (20)ml at 40°C for
30min .After cooling ,the extract was filtered and shaken vigorously in test tube to froth
for 1 min and allowed to stand for 10min .The saponins content is classed as follows :
no froth is indicated by (-) score ,a (±) score is recorded if froth is less then 0.5cm ,(+)
score is recorded if froth is observed between 0.5-1cm and when it exists between 1-
2cm the test is positive with a (++) score .With froth greater than 2cm high ,saponins
presence is strongly positive and a(+++) scare is recorded.

Tannins
About 2g of plant material was stirred with 20ml of alcohol (C2H5OH) 50% at
about 40°C for 30min and filtered after cooling .The filtrate in a test tube was treated
with a few drops of FeCl3 . The presence of tannins was confirmed by a characteristic
colour turn between brown to green.

Terpenes and unsaturated sterols


3mg of plant material was extract with 20ml of CHCl3 at 40°C for 30min.The
filtrate after cooling in a test tube was treated with 1ml of H2SO4. Appearance of
colouring intersection distinguished two phases with colour varied between green to red
indicates presence of terpenes and Unsaturated Sterols.

Steroids and unsaturated sterols


3g of plant material was macerated with 20ml of EtOH (70%) for 48h. The
filtrate was evaporated and the residue was dissolved with 15ml of CHCl3 and divided
into two equal portions. For the first portion was added an equal volume of concentrate
H2SO4 .the red colour change indicates steroids presence. The second portion was
treated successively with 1ml of CH3COOH and 1ml of H2SO4 the presence of
unsaturated sterols was indicative with persistent green colour.

Cardenolides
3g of plant material was macerated with 20ml of distilled water for 24h.at 10ml
of the obtained filtrate was added 10ml of CHCl3 .the organic phase was evaporated and
the residue was dissolved with 3ml of CH3COOH and treated with 1-2 drops of FeCl3

12
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

and 1ml of H2SO4 .Appearance of bleu-green colour for the acetic phase indicates
cardenolides presence.

Free, heterosides and glucosides flavonoids


-The mixture of 10g of plant material and 75ml of HCl (5%) was leaved at
ambient temperature and filtered after 48h . At 10 ml of the filtrate was added 5ml of
amylic alcohol (C5H11OH), the appearance of yellow colour indicate free flavonoids
presence.
Other 10 ml of the same filtrate was alkalised with NH4OH for 9<PH<10.
Appearance of yellowish colour indicates the presence of flavonoids.
-The latter solution was evaporated and the residue was dissolved in 3ml of HCl
(5%) and boiled for few minutes .After cooling the extract was divided into two equal
portions. The first portion was treated with 2.5ml of amylic alcohol (C5H11OH), the
presence of heterosides flavonoids was indicative if colour change to yellow. At the
second portion was added 0.5mg of Mg and the presence of glucosides flavonoids was
indicative if pink, magenta-red or red colour developed within 3 min.

Results and Discussion

A.Raddiana investigation by phytochemical screening showed absence of


alkaloids in the three part’s plant. Though, a strongly presence was noted for flavonoids,
tannins and cardenolides with modest presence of terpenes and steroids and low
presence of unsaturated sterols further sponins traces.
These results can be convincing as known that Thieme and Khogali(1974, 1975) have
identified Quercetin 3-O-galactoside ,after that AMD. El-Moussallamy and and
collaborators (1991) have identified several heterosides flavonoids (Isorhamnetin-3-O-
rutinoside,Quercetin 3-O-rutinoside,Quercetin 3-O-gentiobioside,Quercetin 3-O-
glucosyl (1 → 6) – galactoside,Quercetin 3-O-glucoside and Quercetin 3-O-galactoside)
and a new hydolysable tannins(1,3-di-O-galloyl-4,6-(-)-hexahydroxydiphénol-β-
glucopyranose) with other knows(1-galloyl-β-glucospyranose,1,6-di-o-galloyl-
glucopyranose, and 1, 3,6-tri-o-galloyl -β-glucopyranose.
M.Abdelmougib and collaborators (1996) have identified knows terpenics compounds
(lupeol,betulin,betulinaldehyde,betulinic acid,aleanolic acid,β-sitosterol,stigmasterol,
protacatechuic aldehyde and a new diterpenoid 3β-11 β-dihydrxy-8(14),15-pimaradiene.
So the three secondary metabolites were confirmed in these xerophile species.
The results of this phytochemical screening performed with dry an powdered leaves
and dry stems and bark cut into pieces can be resumed in the table.2, schowed in table
2.

Conclusion

Based on the obtained results ,this study support numbers hypotheses about the
vital role of A.Raddiana in the arid and semi-arid ecosystems and folklore usage and
can qualitatively evaluate the pharmacological interest of this plant ,based on the
presence of main secondary metabolites whose potentially present biological activities
such as antimicrobial activity lies to flavonoides and tannins .Further terpenes and
steroids can be jointed by the same antimicrobial activity and the cardio-tonic activity

13
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

distinguish the cardenolides. So, to identify the active compounds a phytobiological


investigation is current.

Table 2. Phytochemical constituents of A.Raddiana


Plant part remarks
Compound class Leaves Stems Bark
Flavonoids +++ +++ +++
Free Flavonoids +++ +++ ++
Flavonoids Heterosides +++ + ++
Flavonoids Glucosides +++ + ++
Steroids + +++ +++
Unsaturated sterols - + -
Cardenolides +++ +++ +++
Tannins +++ +++ ++
Saponins ± ± +
Terpenes and
+++ + ++
Unsaturated Sterols
Alkaloids - - -

References

Adam K.Green and all “Directed dispersal of Mistletoe (Plicosepalus acaciae) by


yellow-vented Bulbuls (Pycnonotus Xanthopygos)” J.Ornithol (2009 ) 150;167-173.
Ahmed El Abbouyi and all” In vitro effects of aqueous seeds extract of Acacia
cyanophylla on the opsonized zymosan-induced superoxide anions production by rat
polymorphonuclear leukocytes” Journal of Ethnopharmacology 91(2004)159-165.
Alicia L Lamarque and all “Seed components and taxonomy of some Acacia species “
Biochemical Systematics and Ecology 28(2000).53-60.
Aliou Faye and all “ Soil bio-functioning under Acacia nilotica var tomentosa
protected forest along the Senegal River “ Nutr Cycl Agroecosyst (2007) 79:35-44.
Amadou Abou Ndiaye and all “Utilisation de la technique d’électrophorèse des
protéines totales sur gel de polyacrylamide-SDS (SDS-page ) pour l’étude de la
diversité des Rhizobiums d’Acacia Tortilis (Forsk) Hayne Subsp Raddiana (Savi)
Brenan“ African journal of science and technology (AJST) science and Engineering
Series .Vol 3 ,N°1 ,PP.33-43, 2002.
Amadou Sarr and all ” Rhizobial populations in soils from natural Acacia senegal and
Acacia nilotica forests in Mauritania and the Senegal River Valley” Microbial
Ecology, 30 Sept 2005.
AMD. El-Moussallamy and all “ Polyphenols of Acacia Raddiana” , Phytochemistry,
Vol. 30, No. 11, pp. 3767- 3768, 1991.
A.Rincón and all “ Diversity of Rhizobial Bacteria isolated from nodules of the
Crypsophyte Ononis tridentate L.Growing in Spanish Soils” , Microb Ecol (2008) -
56:223-233.
Avinoam Danin “Desert Rocks as Plant Refugia in the Near “ , The Botanical Review
.Vol 65.April-June ,1999,N°2.

14
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

C.Cardet and all “ Efficiency of neem and groundnut oils protecting leguminous tree
seeds against seed beetles in the Sahel “ Agroforestry Systems 40 : 29-40, 1998.
C. Detrez “ Shoot production through cutting culture and micrografting from mature
tree explants in Acacia tortilis (Forsk.) Hayne Subsp.raddiana (Savi ) Brenan “
Agroforestry Systems ,25:171-179,1994.
Colleen T.Downs and all “Effects of Acacia Condensed tannins on Urinary parameters
, Body Mass, and Diet choice of An Acacia Specialist Rodent ,Thallomys nigricanda “
,Journal of Chemical Ecology,vol.29,N°4,April 2003.
D.M.W. Anderson and Philip C.Bell “The composition and properties of gum
exudates from Subspecies of Acacia Tortilis“ , Phytochemistry, vol.13, pp.1875-
1877, 1974.
D. Nandwani “In vitro micropropagation of a tree legume adapted to arid lands Acacia
tortilis subs raddiana” Ann Sci For (1995) 52,183-189.
Dorthe Joker “Acacia tortilis (Forssk.) Hayne » Danida Forest Seed Centre,,SEED
LEAFLET ,n°19,septembre 2000.
D.S. Seigler “ Phytochemistry of Acacia—sensu lato” ,Biochemical Systematics and
Ecology ,vol 31 (2003) 845–873.
E.Mayzlish-Gati and Y.Steinberger “ Ameba community dynamics and diversity in a
desert ecosystem “ , Biol Fertil Soils (2007) 43:357-366.
Faraz Mojab and all ” Phytochemical screening of some species of Iranian Plants “
Iranian journal of pharmaceutical Research (2003),77-82.
G.L.Andersen “How to detect desert trees using Corona images: Discovering
historical ecological data” Journal of Arid Environments 65(2006) 491-511.
Hagit.Ben David-Novar and Asher P.Sckick ” The responses of Acacia tree
populations on small alluvial fans to changes in the hydrological regime :Southern
Negev Desert “, Israel Catena 29(1997)341-351.
James Aronson and all “Agroforestrytree selection in central chile: biological nitrogen
fixation and early plant growth in six dryland species “ , Agroforestry Systems
56:155-166, 2002.
Jason R.Schindler and all “Long-term effects of roller chopping on antiherbivore
defenses in three shrub species” ,Journal of Arid Environments 56(2004) 181-192.
J.Bellakhdar “ Médecine traditionnelle et toxicologie ouest-saharienne, contribution à
l’étude de la pharmacopée marocaine” Prelude Medicinal Plants Database,Edition
techniques nord –africaines : Rabat ,1978.
J. D. Deans” Comparative growth, biomass production ,nutrient use and soil
amelioration by nitrogen 6fixing tree species in semi-arid Senegal “ , Forest Ecology
and Management 176(2003) 253-264. Jean Bruneton "Pharmacognosie phytochimie –
plantes médecinales", 2ème édition Technique et documentation Lavoisier, Paris, 1993.
J.L.Guignard ”Abrege de Botanique- à l’usage des étudiants en pharmacie ", 3eme
Edition Masson, Paris ,1977.
J.Ngbede and all ” Phytochemical screening for Active compounds in Canarium
schwein furthii(Atile) leaves from Jos North, Plateau state , Nigeria.” ,Research
Journal of Biological sciences 3(9) :1076-1078, 2008.
Kestin Wiegand and all ” Analysis of the population dynamics of Acacia trees in the
Negev desert, Israel with a spatially-explicit computer simulation model “, Ecological
Modelling 117 (1999) 203–224.
Kersti viegand and all “From snapshot information to long-term population dynamics
of Acacias by a simulation model”, Plant Ecology 150: 97–114, 2000.

15
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Leena A. Räsänem and all ”Symbiotic properties of sinorhizobia isolated from Acacia
and Prosopis nodules in Sudan and Senegal”, Plant and Soil 235: 193–210, 2001.
M.Abdelmogib and all ”Anew Pimarane .Diterpenoid from Acacia raddiana “,
JKAU:Sci ,vol8,pp89-94,1996.
Madan K. Sherestha and all ” Population genetic structure and the conservation of
isolated populations of Acacia raddiana in the Negev Desert “, Biological
Conservation108 (2002) 119-127.
Madan K. Sherestha and all “ Water Status of isolated Negev desert populations of
Acacia raddiana with different mortality levels” Plant Ecology 168:297-307,2003.
Maik Veste and all ”Spatial and temporal variability of soil water in drylands :plant
water potential as a diagnostic tool” For.Stud.China , 2008,10(2):74-80.
Michael GrößI and all “Characterisation of natural polysaccharides (plant gums) used
as binding media for artistic and historic works by capillary zone electrophoresis “
Journal of chromatography A,1077(2005),80-89.
M.M.Ali and all “Predictors of plant diversity in hyperarid desert wadi ecosystem” ,
Journal of Arid Environments(2000) 45:215-230.
Minnelise Bovie and David Ward” Water and nutrient status of the mistletoe
Plicosepalus acaciae parasitic on isolated Negev Desert populations of Acacia
raddiana differing in level of mortality” ,Journal of Arid Environments 56(2004) 487-
508.
Muhammad A.B.Mallik and Robert D.Williams”Plant Growth Promoting
Rhizobacterea and Mycorrhizal Fungi in sustainable Agriculture “,Biofertilizers.
Monier M.Abdelghani and Wafaa M. Amer “Soil –vegetation relationships in a
coastal desert plain of southern Sinai ,Egypt “ Journal of Arid Environment ,55(2003)
607-628.
Moudjahidou Demba Diallo and all “Phylogenetic Analysis of Partial Bacterial 16S
rDNA Sequencesof Tropical Grass Pasture Soilunder Acacia tortilis subsp. raddiana
in Senegal” System. Appl. Microbiol. 27, 238–252 (2004).
M.P.Ayyappa Das and all”Phytochemical screening and antibacterial Activity of
Aqueous Bacterial Pathogens”, Ethnobotanical Laeafts ,13:131-39,2009.
Paul Ozenda “Flore du sahara ”,Edition du CMRS ,Paris,1983.
Paul Ozenda “Les végétaux -Organisation et diversité biologique ”, 2eme Edition
Dunod ,Paris ,2000.
P.Danthu and all ” Impact of bush fire on germination of some west African acacias
“Forest Ecology and Mamagement 173(2003) 1-10.
Peter Scoging and Mfundo Macanda ” Acacia Karro responses to early dormant
season defoliation and debarking by goats in semi-arid substropical savanna “Plant
Ecology (2005)179:193-206.
Reuben K.D and all “.Phytochemical Sreening and in vitro Antimicrobial Ivestigation
of the Methanolic Extract of Croton Zambesicus Muell ARG.Stem Bark “ ,European
Journal of scientific Research ,vol 23 n°1 (2008)pp134-140.
R.Duponnois and all “Susceptibility of several sahelian Acacia to
Meloidogynejavanica (Treub) Chitw. “, Agroforestry Systems 46: 123–130, 1999.
Robin Duponnois and all”Soil factors influencing the growth response of Acacia
holosericea A.Cunn.ex .G.Don to ectomycorrhizal inoculation “ New Forests (2008)
35:105-117.

16
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Sahraoui Bensaid an all ” Evolution spatio-temporelle des peuplements d’Acacia


tortilis (Forsk.) Hayne raddiana (Savi) Brenan dans les monts Ougarta (Sahara nord-
occidental) ” ,Secheresse n° 3,vol 7,septembre 96.
S. André and all “Arbuscular Mycorrhizal symbiosis changes the colonization pattern
of Acacia tortilis spp Raddiana Rhizosphere by two strains of
Rhizobia”,Microbial.Ecology( 2003),45:137-144.
S. André and all “Ectomycorrhizal symbiosis enhanced the efficiency of inoculation
with two Bradyrhizobium strains and Acacia holosericea growth “, Mycorrhiza (2005)
15:357-364.
Salif BA and all “Symbiotic and Taxonomic Diversity of Rhizobia Isolated from
Acacia tortilis subsp .raddiana in Africa “ ,System.Appl.Microbiol .25,130-145(2002).
Salma Derbal and all “Life cycle of the coleopter Bruchidius raddianae and the seed
predation of the Acacia tortilis Subsp raddiana in Tunisia” ,C.R.Biologies
330(2007)49-54.
Salvador Rodriguez-Zaragoza and all” Vertical distribution of microbial
communities under the canopy of two legume bushes in the Tehuacán Desert ,Mexico
“ European Journal of soil Biology 44(2008)373-380.
Samia El-Sayed Saffan and Amani MD.El-Moussallamy “Allelopathic Effect of
Acacia Raddiana Leaf Extract on the phytochemical contents of Germinated Lupinus
termis seeds” ,Journal of Applied Sciences Research ,4(3):270-277, 2008.
S.H. Mohamed and all, ”Phenotypic characteristics of root-nodulating bacteria isolated
from Acacia spp. grown in Libya”, Plant and Soil 224: 171–183, 2000.
Sonia Labidi and all “Effects of compost addition on extra-radical growth of
arbuscular mycorrhizal fungi in Acacia tortilis Ssp raddiana Savanna in pre-saharan
area “Applied Soil Ecology 35(2007) 184-192.
Stanislavlen-Mouratov and all “Spatial distribution and trophic diversity of nematode
populations under Acacia raddiana along a temperature gradient in the Negev Desert
ecosystem”,Journal of Arid Environments 56 (2004) ,339-355.
Y.M. Bukhari and all”Phylogenetic analysis of Acacia (Mimosacea) as revealed from
chloroplast RFLP data “ , Theor.Appl.Genet (1999) 98:291-289.

17
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

Nutrition et alimentation de Tilapia nilotica

A. Fedol 1, A. Cheriti 1, A. El Mir 2, A. Benmohamed 2 & M. Benmoussa 2

1) Laboratoire de Phytochimie & Synthèse Organique


Université de Bechar, 08000
2) DPRH, Wilaya de Bechar, 0800 Bechar

Introduction :
Les poissons constituent une ressource alimentaire très importante en Afrique et
dans le reste des pays en développement [1,2]. C’est souvent la seule source de
protéines accessibles dans les zones rurales et urbaines. Toutefois, la satisfaction des
besoins en poissons des populations humaines reste encore difficile à cause de la
déficience des produits de pêche, consécutive à la surexploitation des stocks des
ressources naturelles aquatiques [3,4].
Le Tilapia nilotica est un omnivore a tendance végétarienne. Dans les systèmes
intensifs, les Tilapias ont l'avantage d’être nourris avec un aliment préparé comprenant
un pourcentage élevé de protéines végétales, donc équilibré. Les besoins en protéines et
l'équilibre en acide aminés sont les principaux facteurs affectant la croissance et posant
le plus de problèmes quant à la source de nourriture. Ce sont des poissons d'eau douce à
chair blanche et ferme et pratiquement dépourvus d’arêtes. Le Tilapia a un goût délicat
et il est riche en vitamine B, en vitamine D, en sélénium et en phosphore. C'est un
poisson maigre qui contient malgré tout deux acides gras de la famille des oméga-3,de
l’acide eicosapentaénoïque (AEP) et de l’acide docosahexaénoïque (ADH).

Fig.1 : Tilapia nilotica

Historique :
La pratique de la pisciculture est très ancienne. C’est probablement l’élevage
aquacole le plus ancien. Déjà dans l’antiquité, les Egyptiens et les Romains élevaient les
poissons. Depuis environ 2500 ans avant Jésus-Christ, les Chinois pratiquaient la
carpiculture. Ils ont ainsi « créé » le fameux poisson rouge d’aquarium par une sélection
patiente et minutieux aboutissant aux formes étranges et colorées que nous rencontrons

18
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

parfois dans des bocaux et aquariums [5]. En Europe, la pisciculture a été introduite par
des moines au Moyen Age. En Amérique du Nord, la pratique piscicole s’est
développée au début du vingtième siècle.

Fig .2 : L’élevage de Tilapia depuis l’antiquité.

En Afrique, c’est après la seconde guerre mondiale que des tentatives ont été faites pour
l’introduire et la développer. Elle connut un début spectaculaire, mais très vite, après les
indépendances, de profonds bouleversements conduisent cette activité à une forte
régression, qui s’explique également par le manque de personnel d’encadrement et la
méconnaissance des espèces utilisées [6]. Au cours de ces dernières années, grâce à des
résultats encourageants des recherches effectuées en Afrique sur certaines espèces
comme Tilapias, Chrysichtys (Poisson ministre) et Clarias (Poisson chat), certains
gouvernements prennent conscience de l’intérêt de la pisciculture.

Les exigences écologiques :

De nombreuses études de terrain et de laboratoire ont montrées que Tilapia nilotica est
une espèce thermophile, se rencontre en milieu naturel entre 13.5 et 33°C mais
l’intervalle de tolérance thermique observé au laboratoire est plus large de 7 à 41°C
pendant plusieurs heures [7].

Les Tilapias se caractérisent généralement par une large tolérance à la salinité, dont
l’euryhalinité de Tilapia nilotica est également bien connue car, on le rencontre dans
des eaux de salinité comprise entre 0.015 et 30‰. Au-delà de 20‰ l’animale subit un
stress important qui le rend sensible à une série de maladies et à partir de 15 à 18‰, la
production est inhibée .La tolérance aux variations de pH est entre 5 et 11.

Au point de vue concentration en oxygène dissous, cette espèce tolère à la fois de nets
déficits et des sursaturations importantes. C’est ainsi que jusqu’à 3ppm d’oxygène
dissous, Tilapia nilotica ne représente pas des difficultés métabolique particulier mais
en dessus de cette valeur, un stress respiratoire se manifeste bien que la mortalité ne
survienne qu’après 6h d’exposition à des teneurs de 3 ppm.il n’empêche que, grâce à
son hémoglobine particulier à haut affinité pour l’oxygène dissous (0.12ppm) cette

19
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

espèce peut supporter ,sur de courtes périodes ,des concentrations aussi faible que 0.1
ppm d’oxygène dissous [8].

Dans la plupart des cas, la tolérance de ce Tilapia est très élevée, la survie des poissons
étant observée aux valeurs extrêmes signalées [9]. La reproduction et la croissance
nécessitent par contre des conditions plus strictes. Ainsi, les eaux claires, de pH neutre
ou légèrement alcalin peu chargées en azote ammoniacal, sont les plus aptes à la
pisciculture [10].

Les exigences nutritionnelles de Tilapia :

Le taux et la nature des protéines :

La plupart des travaux concernant la nutrition des Tilapias ont tenté de déterminer les
besoins en protéines selon les différentes classes de taille. La proportion de protéines
dans le régime est en effet de première importance, d'autant plus que les besoins
protéiques des poissons sont généralement plus élevés que ceux des animaux terrestres.
L'apport en protéines animales dans l'aliment représente souvent plus de la moitié des
coûts de l'alimentation [11].

Le niveau de protéines permettant une croissance maximale diminue à mesure que la


taille des poissons augmente. Nous présentons, au tableau 1, les taux de protéines
nécessaires selon les différentes catégories de Tilapias [11]. Pour les larves et les jeunes
alevins (<1.0 g), la plupart des auteurs préconisent un régime avec une teneur en
protéines avoisinant 50% [12]. Signalent toutefois que le meilleur coefficient de
conversion (poids d'aliment distribué gain de poids) est obtenu avec un régime 30% de
protéines et un rapport protéines-énergie de 66.69 mg de protéines par kilocalorie
d'énergie brute. Des concentrations en protéines inférieures à celles mentionnées, au
tableau 1 procurent également une croissance satisfaisante [11].Ont ainsi montré que
chez des alevins de T. mossambica de 0.5 à 10 g, le taux optimal de protéines avoisinait
35 à 40%, mais qu'une croissance égale à 80% ou 64% de la croissance maximale était
obtenue avec un aliment respectivement à 24 et 16% de protéines. Ceci démontre la
possibilité d'utiliser des taux de protéines sub-optimaux pour la croissance, mais
éventuellement très intéressants sur le plan économique, en réduisant le coût de
l'alimentation.

Sources de protéines

Parmi les protéines d'origine végétale, les plus prometteuses, en tant qu'alternatives aux
farines de poisson, sont celles issues de tourteaux d'oléagineux. La plupart sont d'origine
tropicale et la concentration en protéines est relativement élevée, de l'ordre de 20 à 50%.
Ce sont les tourteaux de soja, coton, arachide, colza, tournesol, sésame, noix de coco et
palmier [11].

Chez les alevins de T. nilotica, aucune différence de performance de croissance et


d'utilisation de l'aliment n'était observée entre un régime à 40% de protéines uniquement
d'origine animale (farine de hareng) et un régime isoprotéique où 75% de la farine de
hareng étaient remplacés par du soja enrichi avec de la méthionine. La méthionine ne

20
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

doit toutefois pas être additionnée sous sa forme cristalline, mais liée au préalable à la
pâte de soja [13]. La croissance des alevins de T. nilotica n'est pas affectée, dans un
régime à 45% de protéines, par le remplacement de 11% de la farine de poisson en
farine d'arachide et 11% en farine de tournesol. Avec un régime moins riche en
protéines (30%), le remplacement des 2/3 de la farine de poisson par du tourteau
d'arachide ne permet que 60% des performances de croissance des "fingerlings" de T.
nilotica [14].

En effet, l'utilisation des protéines animales est considérée comme très onéreuse du
point de vue économique, principalement dans les pays tropicaux où il existe une
carence en protéines animales et où le prix de vente du poisson ne permet pas l'apport
d'un aliment coûteux. Idéalement, elles ne devraient contribuer à l'apport en protéines
qu'en tant que composant évitant une déficience en certains acides aminés.

Les protéines animales incluent les farines de poisson, de crustacés, de viande ainsi que
des sous-produits tels que farine d'os, de sang, de poudre de lait, etc.

Les exigences en lipides :

Les protéines constituent la source d'énergie la plus onéreuse. Le but d'un aliment pour
poissons est donc de maximiser l'utilisation des protéines pour la croissance en
fournissant une quantité adéquate d'énergie sous forme de lipides et d'hydrates de
carbone (action d'épargne des protéines) [11].

Toutefois, à des niveaux modérés de protéines, la quantité d'énergie ne peut dépasser un


certain seuil sans provoquer des dépôts de graisse et des changements indésirables dans
la composition de la chair du poisson.

Les lipides constituent la première source d'énergie, le contenu énergétique d'un g de


lipides (9.1 kcal d'énergie brute) étant deux fois plus élevé que celui d'un g de protéines
(5.5 kcal) ou d'un g d'hydrate de C. (4.1 kcal) [11]. Il semblerait toutefois que les
tilapias n'utilisent pas les taux élevés de lipides aussi efficacement que le font les
salmonidés ou les cyprins [15], mais peu d'études se sont intéressées à l'utilisation des
lipides par ce groupe.

Tableau 1. Proportions des composés alimentaires (en % de la matière sèche) pour


différentes catégories de Tilapias :

Composés <0.5g 0.5-10 g 10-35 g 35g


(%)

Protéines 50 35-40 30-35 25-30


Lipides 10 10 6-10 6
Glucides 25 25 25 25
Vitamines 2 2 2 2
Minéraux 4 4 4 4

21
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Les lipides servent également de source en certains acides gras essentiels. Afin de
satisfaire avec certitude les besoins en acides gras essentiels des Tilapias. Les besoins
semblent toutefois importants pour la famille des acides linoléiques (w -6). Des
additions d'huiles végétales (soja ou maïs) riches en 18: 2w -6 procurent des meilleurs
taux de croissance que des additions d'huiles de poisson riche en acides gras 20: 5w -3
[16]. Le niveau alimentaire optimal en acides gras w -6 a été estimé à 0.5% chez T.
nilotica [17]. La quantité de lipides à incorporer dans le régime reste relativement
constante durant la croissance du poisson jusqu'au stade de juvénile. Un enrichissement
en lipides peut éventuellement être effectué dans l'aliment destiné aux géniteurs.

Les exigences en glucides :


Les glucides sont des sources alimentaires les plus disponibles dans le monde. Sont
aussi des sources d’énergie alimentaires les moins chères pour l'homme, les poissons et
les animaux domestiques. Les Tilapias sont essentiellement herbivores et sont censés
utiliser les glucides alimentaires de manière plus efficace que les poissons carnivores
[18], et peuvent utiliser efficacement plus de 35 à 40% d'hydrate de carbone digestible
[19,20]. En outre, il existait des possibilités importantes d'épargne des protéines par
utilisation d'hydrates de carbone pour une croissance optimale. Traditionnellement, le
son de blé, de maïs et de riz sont utilisés comme sources principales des glucides
alimentaires pour le Tilapia. Un certain nombre d'autres sources non conventionnelles
ont été évaluées pour différentes espèces de Tilapia.
La consommation des Carbohydrates par le Tilapia est affectée par un certain nombre
de facteurs, y compris la source des glucides, d'autres ingrédients alimentaires, des
espèces de poissons et de la taille et la fréquence d’alimentation. Le Tilapia préfère les
sucres complexes (amidon), de manière plus efficace que les monosaccharides et
disaccharides [21-23].

Besoins en vitamines :
Les vitamines sont des composés organiques qui sont généralement nécessaires en
petites quantités dans l'alimentation animale. Ils agissent comme cofacteurs ou de
substrats dans des réactions métaboliques normaux. La carence en vitamine peut être la
raison de maladies liées à la nutrition, une mauvaise croissance ou une susceptibilité
accrue aux infections. Signalons toutefois que la vitamine B12 peut être synthétisée
dans l'intestin de T. nilotica et qu'il n'est donc pas nécessaire de l'inclure dans le régime.
Même en cas d'une alimentation artificielle, les prémix vitaminé et minéral doivent être
additionnés respectivement à raison de 2 et 4% du poids sec de l'aliment [24].

Besoins en minéraux :
Tout comme les animaux terrestre, les poissons ont besoin de minéraux qui sont des
constituants de certains tissus (formations squelettiques surtout) ou de certains
molécules, servent de cofacteurs enzymatiques et participent à l’équilibre ionique intra
et extra cellulaire ainsi de la régulation des fonctions endocrines [25].
Peu d’informations sont disponibles sur les besoins de Tilapia en minéraux. Les huit
minéraux étudiés sont : calcium, phosphore, magnésium, zinc, manganèse, potassium,
fer et le chrome. Environ de 0,7% de phosphore alimentaire était suffisante pour une
croissance optimale des adultes des Tilapias hybrides, tandis que les petits poissons

22
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

requis d'environ 1% de phosphore. La disponibilité du phosphore alimentaire de Tilapia


dépend également de source de phosphore et la taille des poissons. Le phosphore dans
les farines de poisson est plus disponible que dans les sources végétales, comme le soja,
le sorgho et le blé [26].
D’autre part a été démontré que entre 3-4 mg de cuivre / kg pour le Tilapia nilotica
[34], de 0,59 à 0,77 g de magnésium / kg a été nécessaires pour une croissance optimale
du Tilapia nilotica [27], et 12 mg de manganèse / kg a été recommandé pour le Tilapia
Nilotica [28].Par contre O. niloticus exiger que 0,03 g / kg de zinc [29]. Le besoin en
potassium de Tilapia hybrides (O. niloticus x O. aureus) est de 0.02-0.03 g / kg [30].

Tableau 3: composition de prémix vitaminé à incorporé


dans l’aliment, respectivement à 2 et 4% de la matière sèche:

Vitamines g/kg de prémix

Thiamine (B1) 2.5

Acide folique 0.75

Riboflavine 2.5

Cyanocoblamine (B12) 0.005

Pyridoxine (B6) 2.0

Choline 200.0

Acide pantothénique 5.0

Inositol 100.0

Biotine 0.3
Acide para-amino-benzoïque 2.5

Niacine 10.0

Cyanocoblamine (B12) 0.005

Rétinol palmitate (A) 100000 U.I

Conclusion :

A l'évidence, Tilapia nilotica est l’une des meilleurs, si ce n’est pas la meilleure espèce
de Cichlidae pour l'élevage en pisciculture. Sa large valence écologique et son taux de
croissance élevé lui ont permis de bien tirer parti de la production primaire d'une
multitude d'écosystèmes lacustres africains non seulement dans sa zone

23
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

biogéographique originelle mais bien au-delà, à la suite d'introduction diverses. Il n'est


donc pas étonnant que cette espèce s'adapte bien à l'étang de pisciculture dans lequel sa
croissance sera très bonne si les conditions environnementales (qualité d'eau et
alimentation) sont adéquates [31].Cependant, en conditions défavorables (sous-
alimentation, mauvaise qualité d'eau, etc.), T. nilotica s'adaptera grâce à un phénomène
de néoténie qui se traduit par une reproduction précoce et le nanisme [32]. Le résultat de
cette adaptation biologique remarquable ne fera pas l'affaire du mauvais pisciculteur qui
récoltera une très grande quantité de petits poissons à faible valeur marchande.

Références bibliographiques :

[1] :Haylor G., Young J. A., Muir J. F., Scott D.C.B., 1994. Commercial Aquaculture in Africa.
cdc, London, 105 p.

[2]:Gaye-Siessegger J., Fockena U., Abel, BeckeR H. J. K., 2005. Improving estimates of
trophic shift in Nile Tilapia, Oreochromis niloticus (L.), using measurements of lipogenic
enzyme activities in the liver. Comparative Biochemistry and Physiology140, 117– 124.

[3]:Tacon, A.G.J., 2004. Use of fish meal and fish oil in aquaculture : a global
perspective.Aquatic Resources, Culture and Development, 1, 3-14.

[4]:MARRA J., 2005. When will we tame the oceans ? Nature, 436, 175-176.

[5]:Abo L.K.P, 1989. Cours de pisciculture, Ecole Forestière de Bouaké, République de Côte
d'Ivoire, 78 p.

[6] :Ali I. et Roche P. 1990. Méthodes artisanales d'aquaculture du Tilapia en:Afrique. C.T.F.T.
(Départ. du Cirad) Ed., Nogent sur Marne : 82 p

[7]: Bardach J.E., Ryther J.H. et McLarney W.D., 1972. Aquaculture: The farming and
husbandry of freshwater and marine organisms. Wiley-Interscience, New York and London

[8]: Coche A.G., 1978. Revue des pratiques d'élevage des poissons en cages dans les eaux
continentales. Aquaculture 13: 157-189.

[9]: Coche A.G., 1979. A review of cage fish culture and its application in Africa. In T.V.R.
Pillay and W.A. Dill (Eds) Advances in aquaculture. Fishing News Books Ltd., Farnham,
Surrey, England: 428-441.

[10]: Fukusho, K., 1969. The specific difference of salinity tolerance among cichid fishes, genus
Tilapia and histological comparaison of their kidneys. Bull. Jap. Soc. Sci. Fish., 35, 2,
148.

[11] : Jauncey K. et Ross B., 1982. A guide to tilapia feeds and feeding. Institute of
Aquaculture, University of Stirling, Scotland. 111 p.

[12] : Hutabarat J. et Jauncey K., 1987. The effects of varying dietary protein level on the
growth, food conversion, protein utilization and body composition of first feeding fry of
Oreochromis niloticus (Linnaeus). In: "Abstract of paper presented at The Second

24
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

International Symposium on Tilapia in Aquaculture", 16-20 march 1987, Dept. Fish.


Bangkok, Thailand and I.c.l.a.r.m., Manila, Philippines, 68p.

[13] : Teshima S. et Kanazawa A.; 1988. Nutritive value of methionine-enriched soybean


plasteins for Tilapia nilotica fingerlings, 393-399. In: R.S.V. Pullin et al: The Second
International Symposium on tilapia in Aquaculture. ICLARM Conference Proceedings
15, 623p.

[14] : Olukunde, C.A., 1982. Partial plant substitution in dicts of first feeding stage fry of
tilapia, Oreochromis mossambicus. MSc. thesis, Univ. of Stirling.
[15] : Jauncey, K., 1979. Growth and nutrition of carp in heated effluents. Ph. D. Thesis,
University of Aston, Birmingham.

[16] : Takechi, T., Satoh, S. et Watanabe, W., 1983a. Dietary lipids suitable for practical feed of
Tilapia nilotica. Bull. Jap. Soc. Sci. Fish. 49, 9, 1361-1365.

[17] : Takechi, T., Satoh, S. et Watanabe, W., 1983b. Requirements of Tilapia nilotica for
essential fatty acids. Bull. Jap. Soc. Sci. Fish., 49, 7, 1127-1134.

[18] : Kubaryk, J.M., 1980. Effect of diet, feeding schedule and sex on food consumption,
growth and retention of protein and energy by tilapia.

[19] :Anderson, J., Jackson, A.J., Matty, A.J. and Capper, B.S.(1984) Effects of dietary
carbohydrate and fibre on the tilapia Oreochromis niloticus .Aquaculture 37, 303-314.

[20]: El-Sayed, A.-F.M. and Garling, D.L. Jr (1988)Carbohydrate-to-lipid ratio in diets for
Tilapia zillii fingerlings. Aquaculture 73, 157–163.
[21] :Shiau, S.-Y. and Lei, M.S. (1999) Feeding strategy does affect carbohydrate utilization by
hybrid tilapia, Oreochromis niloticus × O. aureus. Fisheries, Sciences 65, 553–557.
[22] :Shiau, S.-Y. and Chen, M.J. (1993) Carbohydrate utilization by tilapia (Oreochromis
niloticus ×O. aureus) as influenced by different chromium sources. Journal of Nutrition
123, 1747–1753.
[23] : Shiau, S.-Y. and Lin, S.F. (1993) Effects of supplemental dietary chromium and
vanadium on the utilization of different carbohydrates in tilapia,Oreochromis niloticus × O.
aureus. Aquaculture 110, 321–330
[24]: Lovell, R.T. and Limsuwan, T.(1982) Intestinal synthesis and dietary non essentiality of
vitamin B12 for Tilapia nilotica. Transactions of the American Fisheries Society 11, 485.
[25]: S.J.Kaushik (1999).Nutrition et alimentation des poisons et crustacés. p213
[26]: Viola, S., Zohar, G. and Arieli, Y. (1986) Phosphorus requirements and its availability
from different sources for intensive pond culture species in Israel. Part 1. Tilapia.
Bamidgeh 38, 3–12.
[27]: Watanabe, T., Satoh, S. and Takeuchi, T. (1988) Availability of minerals in fish meal to
fish. Asian Fisheries Science 1, 175–195.
[28]: Dabrowska, H., Meyer-Burgdorff, K. and Gunther, K.D.(1989) Interaction between
dietary protein and magnesium level in tilapia (Oreochromis niloticus). Aquaculture 76,
277–291.
[29]: Eid, A.E. and Ghonim, S. (1994) Dietary zinc requirement of fingerling Oreochromis
niloticus.Aquaculture 119, 259–264.
[30]:Shiau, S.-Y. and Hsieh, J.F. (2001) Quantifying the dietary potassium requirement of
juvenile hybrid tilapia, Oreochromis niloticus × O. aureus. British Journal of Nutrition 85,
213–218.

25
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

[31]:Haylor, G.S., Beveridge, M.C.M. and Jauncey, K.(1988) Phosphorus nutrition of juvenile
Oreochromis niloticus. In: Pullin, R.S.V., Bhukaswan,T., Tonguthai, K. and Maclean, J.L.
(eds) Proceedings of the Second International Symposium on Tilapia in Aquaculture.
Iclarm Conference Proceedings No. 15, Department of Fisheries,Bangkok, Thailand, and
ICLARM, Manila,Philippines, pp. 341–345.
[32]:do Carmo e Sá, M.V., Pezzato, L.E., Lima, M.M.B.and Padilha, P.M. (2004) Optimum
zinc supplementation level in Nile tilapia Oreochromis niloticus juveniles diets.
Aquaculture 238,385–401.

26
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

Etude théorique des terpènes 18α-oleanane et A-neo-18-oleanene

H. DJERADI (1) , A. RAHMOUNI (2) , A. CHERITI (1)

1)-Laboratoire de Phytochimie et Synthèse Organique LPSO, Université de Bechar


2)-Laboratoire de Modélisation et Méthodes de Calcul, Université de Saida

Résumé :
La structure cristalline de , 18α-oleanane et A-neo-18-oleanene a été
déterminée à l'aide de rayons X pour établir la configuration et la stéréochimie des deux
molécules. Le premier composé C32H52O3 se cristallise dans le groupe espace C2, avec
a = 13.3520(2), b = 6.54000(10), c = 32.4439(5) Å, V = 2798.13(7) Å3 et Z = 4. La
structure a été raffiné à un R final = 0,027 pour les facteurs de structure observée avec I
≥ 3σ (I). La deuxième molécule C30 H46 O2 se cristallise dans le groupe espace
monoclinique, avec a = 13.2214(4), b = 6.4962(2), c = 29.8420(9) Å, V =
2558.00(13) Å3 et Z = 4. La structure a été raffiné à un R Final = 0,061 pour les
facteurs de structure observée avec I ≥ 2σ (I).
Une étude comparative, en utilisant des calculs abinitio (HF/6-31G** ) semi-empirique
(pm3) et DFT(B3LYP/6-31G**) montre un très bonne accord géométrique avec les
données de diffraction R-X. L’écart entre les valeurs calculées et les valeurs
expérimentales est très significatif.

Mots-clés: Diffraction des rayons X, Calcul Ab initio , Terpènes

Introduction
Les structures des terpènes et leur réarrangement on été largement étudiés à
partir des données expérimentales de diffraction des rayons X [1]. Des progrès
considérables ont été accomplis en matière de la structure des terpènes avec leur activité
biologique, mais l'amélioration de ces concepts nécessite des informations fiables sur la
forme de la molécule (configuration, longueurs de liaison et les angles de
conformation). Salvador et coll. [2] ont déterminé les structures cristallines de , 18-
oleanane et A-neo-18-oleanene à l'aide de rayons X. La synthèse de ces deux
composés a été obtenue à l’aide de réarrangement de Wagner-Meerwein qui est basé sur
l’utilisation de Bismuth III comme catalyseur. Ce processus a été étendu à d’autres
terpènes tels que sesquiterpène et l’oxydecaryophyllène . L'étude de la conformation
de ces deux molécules fournira des informations sur le mécanisme de son activité
biologique. Dans ce travail , nous proposons une étude comparative entre le R-X des
données expérimentales et la géométrie optimisée prédite à partir de calculs abinitio ,
HF avec la base 6-31G*, semi-empirique PM3, et DFT avec la fonctionnelle B3LYP et
la base 6-31G*

27
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Méthode de calcul :
La géométrie des deux molécules C32 H52 O3 et C30 H46 O2 ont été optimisée
avec les méthodes de calcul DFT,HF et PM3 , utilisant la série Gaussien(03)[3]. En
employant pour la méthode DFT [4]des fonctions hybrides d’échange de corrélation
B3LYP[5], associées aux bases de fonction atomique de type Gaussien double-zeta
contenant des orbitales de polarisation pour une approche incluant des hydrogènes . La
6-31 G* a été ainsi choisi.
Résultats et discussions
1- description de la structure cristalline
La figure 1 et 2 montre une vue en perspective du cristal C32 H52 O3 dans une unité de
cellule.

Figure 1 : vue perspective du composé C32 H52 O3

Figure 2 : vue perspective du cristal dans une unité de cellule

2-optimisation de la géométrie

Les énergies de stabilisation de la molécule C32 H52 O3 sont

HF/ 6-31G*= -1466.6541409


B3LYP/6-31G *=-1476.4119457
pm3 =-0.3190409

Comparant les résultats obtenue la B3LYP/6-31G * donne une bonne stabilitée


énergétique

28
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Les paramètres géométrique calculé par HF/ 6-31G* , B3LYP/6-31G * et pm3 sont
affichées dans les tableaux 1 ,2 et 3 .

Tableau 1 : les distances expérimentales et celle trouvé par nos calculs en angström
ainsi que la différence entre valeurs expérimentales et théoriques

Distance RX- HF/6- ∆ B3LYP/6- ∆ Pm3 ∆


(Å) (exp) 31G** (exp/theo) 31G** (exp/theo) (exp/theo)
C1 C2 1.533(3) 1.53923 0.006 1.54497 0.011 1.52028 0.013
C1 C10 1.543(3) 1.56644 0.023 1.57339 0.03 1.54964 0.006
C2 C3 1.505(3) 1.51787 0.012 1.52339 0.018 1.52884 0.023
C3 O3A 1.463(2) 1.43316 0.03 1.45685 0.007 1.43618 0.027
C3 C4 1.531(3) 1.54763 0.016 1.55399 0.022 1.55843 0.027
O3A 1.330(3) 1.32472 0.006 1.35278 0.022 1.36392 0.033
C3A
C3A O3B 1.197(3) 1.18924 0.008 1.21246 0.015 1.21566 0.018
C3A C3B 1.496(3) 1.50564 0.009 1.51240 0.016 1.50410 0.008
C4 C23 1.536(3) 1.53933 0.003 1.54343 0.007 1.53075 0.006
C4 C24 1.541(3) 1.54276 0.001 1.54719 0.0006 1.53373 0.008
C4 C5. 1.556(3) 1.57289 0.016 1.58009 0.024 1.56104 0.005
C5 C6 1.534(3) 1.53326 0.001 1.53729 0.003 1.52682 0.008

Tableau 2 : les angles alpha expérimental et celle trouvé par nos calculs ainsi
que la différence entre valeurs expérimentales et théoriques

Angle alpha RX- HF/6- ∆ B3LYP/6- ∆ Pm3 ∆


en degré (exp) 31G** (exp/th 31G** (exp/theo) (exp/theo
eo) )
C2 C1 C10 113.04(15) 114.80238 1.76 114.79050 1.75 114.13789 1.09
C3 C2 C1 110.15(15) 111.44136 1.29 111.16779 1.01 110.24283 0.09
O3A C3 C2 109.77(15) 110.34115 0.57 110.31085 0.54 109.82303 0.05
O3A C3 C4 107.14(14) 108.36009 1.22 108.34788 1.2 108.18828 1.04
C2 C3 C4 115.10(18) 112.23618 2.87 112.46980 2.64 110.87060 4.23
O3A C3 H3 108.2 106.50818 1.7 106.06730 2.14 110.79983 2.59
C3A O3A C3 118.74(16) 119.03819 0.29 117.29798 1.45 119.73376 0.99
O3B C3A 123.89(19) 124.27387 0.38 124.38376 0.49 120.77923 3.12
O3A
O3B C3A 124.5(2) 124.56385 0.04 125.06575 0.54 127.11534 2.61
C3B
O3A C3A 111.6(2) 111.16220 0.46 110.55029 1.07 112.10540 0.5
C3B
C3 C4 C23 111.56(17) 108.45380 3.11 108.58032 2.98 107.93416 3.63
C3 C4 C24 107.24(19) 110.12836 2.88 110.10256 2.86 111.65349 4.41
C23 C4 C24 108.49(17) 107.69763 0.8 108.02409 0.47 107.66242 0.83

29
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Tableau 3 : les angles de torsion expérimentaux et celle trouvé par nos calculs

les angles de torsion RX- HF/6-31G* B3LYP/6-31G* Pm3


(exp)
C10 C1 C2 C3 -58.0(2) 34.09641 33.50563 33.50563
C1 C2 C3 O3A 178.98(17) 173.07274 173.07274 171.64423
C1 C2 C3 C4 58.0(2) -65.96376 -65.96376 -68.84801
C2 C3 O3A C3A 92.0(2) -84.43068 -84.43068 -91.88713
C4 C3 O3A C3A -142.38(19) 152.32034 152.32034 146.97816
C3 O3A C3A O3B -4.9(3) 0.09978 0.09978 0.78507
C3 O3A C3A C3B 174.8(2) -179.80263 -179.80263 -179.27348
O3A C3 C4 C23 -49.5(2) -80.93094 -80.93094 -80.03047
C2 C3 C4 C23 72.9(2) 156.97152 156.97152 159.48629
O3A C3 C4 C24 69.2(2) 36.69019 36.73713 38.10826
C2 C3 C4 C24 -168.48(17) -85.40735 -85.46563 -82.37499
O3A C3 C4 C5 -174.95(16) 154.32524 154.18889 156.52201
C2 C3 C4 C5 -52.6(2) 32.22770 31.98613 36.03876
C3 C4 C5 C6 -177.24(18) 161.19010 161.57602 153.58025
C23 C4 C5 C6 59.0(2) 39.82059 40.29231 33.51917
C24 C4 C5 C6 -62.1(2) -79.49363 -79.25809 -85.42658
C3 C4 C5 C10 51.1(2) 29.40388 29.88014 26.52692
C23 C4 C5 C10 -72.7(2) -91.96564 -91.40358 -93.53416
C24 C4 C5 C10 166.29(18) . 148.72015 149.04603 147.52008
C4 C5 C6 C7 162.17(18 164.48302 165.01507 166.55107
C10 C5 C6 C7 -62.7(2) -61.12469 -60.84138 -63.47422

Conclusion:

-La plupart des longueurs de liaison optimisée sont légèrement plus grande que
les valeurs expérimentales, en raison du fait que les calculs théoriques impliquent des
molécules isolées en phase gazeuse alors que l'état des résultats expérimentaux se
référer à des molécules dans l'état solide. La différence est estimée de 0.002Å à 0.01
- Même remarque pour les angles alpha une légère différence entre les valeurs
expérimentales et théorique elle est estimée de 0.02 à 2.88 degrés.

On concluant ce travail on remarquera que les Paramètres géométriques calculés


représentent une bonne approximation et peuvent fournir un point de départ pour
calculer les autres paramètres, tels que les ondes de vibration

Bibliographies :

[1] J. F. King and P. Mayo, Terpenoid Rearrangements, in Molecular Rearrangements,


ed. P. Mayo, Interscience Publishers, John Wiley & Sons, New York, 1968, pp. 771–
840.

[2 ]J. F. King and P. Mayo, Terpenoid Rearrangements, in Molecular Rearrangements,


ed. P. Mayo, Interscience Publishers, John Wiley & Sons, New York, 1968, pp. 771–
840.

30
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

[3] Gaussian 03 Revision C.02, M.J. Frisch, G.W. Trucks, H.B. Schlegel, G.E. Scuseria,
M.A. Robb, Jr., Cheeseman, J.A. Montgomery Jr., T. Vreven, K.N. Kudin, J.C. Burant,
J.M. Millam, S.S. Lyengar, J.Tomasi, V. Barone, B. Menucci, M. Cossi, G. Scalmani,
N. Rega,G.A. Peterson, H. Nakatsuji, M. Hada, M. Ehara, K. Toyota, R.Fukuda, J.
Hasegawa, M. Ishida, T. Nakajima, Y. Honda, O. Kitao,
H. Nakai, M. Klene, X. Li, J.E. Knox, H.P. Hratchian, J.B. Cross, C.Adamo, J.
Jaramillo, R. Gomperts, R.E. Startman, O. Yazyev, A.J.Austin, R. Cammi, C. Pomelli,
J.W. Ochterski, P.Y. Ayala, K.Morokuma, G.A. Voth, P. Salvador, J.J. Dannenberg,
V.G. Zakrzewski,S. Dapprich, A.D. Daniels, M.C. Strain, O. Farkas, D.K.malick, A.D.
rabuck, K. Raghavachari, J.B. Foresman, J.V. Ortiz, Q.
Cui, A.G. Baboul, S. Clifford, J. Cioslowski, B.B. Stefano, G. Liu, A.Liashenko, P.
Piskorz, I. Komaromi, R.L. Martin, D.J. Fox, T.Keith, M.A. Al-Laham, C.Y. Peng, A.
Nanayakkara, M. Challacombe,P.M.W. Gill, B. Johnson, W. Chen, M.W. Wong,
C.Gonzalez, J.A. Pople, Gaussian, Inc., Wallingford CT, 2004.

[4] (a) R.G. Parr, W. Yang, in: Density Functional Theory of Atoms and
Molecules,Oxford University Press, New York, 1989; (b) T. Ziegler, Chem. Rev. 91
(1991) 651.

[5] (a) A.D. Becke, J. Chem. Phys. 98 (1993) 5648; (b) C. Lee, W. Yang, R.G. Parr,
Phys. Rev. B 37 (1998) 785.

31
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

La formulation du béton de sable à base des matériaux locaux

Bella Ilham Aguida et Hamouine Abd El Madjid

Université de Bechar, BP N°417 BECHAR


E-mail : ilham_aguida@yahoo.fr
Université de Bechar

Résumé

Actuellement, le matériau béton est devenu un matériau très cher à cause du prix élevé
des granulats constituant les trois quarts du volume d’un béton. Le prix élevé des
graviers est la cause de son coût important de transport dans les régions ou ceux-ci sont
rares, alors que le sable est un matériau abondant. Pour cette raison les chercheurs ont
pensé à confectionner du béton seulement à base de sable appelé le béton de sable.
Alors que dans le sud algérien et précisément dans la wilaya de Béchar, on trouve
plusieurs genres de sable que ce soit de dune, de rivière ou de concassage. La
découverte du béton de sable a permis de réaliser un matériau moins cher que le béton
ordinaire et plus performant en matière : - maniabilité ; absence de ségrégation et bel
aspect de surface. Le principal aspect qui a guidé cette étude est la tendance actuelle à
réaliser du béton en se basant seulement sur un matériau très abondant en qualité et
quantité dans notre région qui est principalement le sable.

Mots clés : Béton de sable – sable - formulation - addition calcaire – adjuvant.

INTRODUCTION

Selon la norme NF P 18-500 (équivalent à NA 5014) le béton de sable est un


béton fin constitué par mélange : de sable, de ciment, d’additions et d’eau ; outre ces
composants, le béton de sable comporte habituellement un ou plusieurs adjuvant. Les
ajouts (fibres, colorants, etc.) utilisés dans le béton traditionnel peuvent également être
incorporé au mélange, l’incorporation de gravillon d/D autorise l’appellation << béton
de sable >> tant que le rapport G/S reste inférieur a 0.7 (G = gravillon ; S = sable) : on
parle alors de béton chargé [3].
Le béton de sable se distingue des mortiers par un plus faible dosage en ciment
et surtout par sa destination, comme matériau de construction a l’instar du béton
traditionnel. L’emploi de béton de sable, en remplaçant les bétons traditionnels, peut
constituer une variante de structure rigide intéressante sur le plan économique, dans le
cas d’une situation d’excédents de sables (naturels ou de carrière) accessibles à des
coûts moindres que les granulats courants. Par rapport au béton traditionnel, la mise en
œuvre du béton de sable ne présente pas de difficultés particulières [4].

32
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Donc il est évident qu’une étude consacrée sur le béton de sable à base de
matériaux locaux a une grande importance dans le but de diriger et de contrôler
l’exploitation du matériau sable par conséquence protéger notre milieu environnant.

MATERIAU D'ETUDE

Le comportement du béton est le résultat d’une interaction complexe entre ces


divers constituants, c’est la raison pour laquelle nous commençons ce chapitre par une
présentation des matériaux mis en œuvre pour confectionner le mélange et la proportion
avec laquelle ils entrent dans la composition. Le béton de sable est constitué de ciment,
d’eau, de granulat (sable et gravier (S/G<0.7)) et éventuellement d’adjuvant ou d’ajouts.
Les caractéristiques chimiques et physiques de ces matériaux d’étude sont également
présentées pour analyser et justifier ultérieurement les résultats d’essais[1].

Ciment

Le ciment utilisé dans cette étude est le CPJ CEM II/A 42.5, ou sa composition
chimique et les proportions des principaux constituant ainsi les propriétés physiques et
mécaniques de ce ciment font l’objet de maitrise et de contrôle par nos propres soins. Il
est composé essentiellement de clinker 81%, de calcaire de haute qualité 8%,
pouzzolane 6% et de gypse (régulateur de prise) 5%.

Tableau 1: analyse chimique

C3S C2S C3A C4AF


60 14 6 10

Tableau 2 : compositions hypothétiques du clincker

Perte au feu insolubles SO3 MgO Chlorure Alcalis


5.50-6.50 0.70-1.50 1.80-2.30 1.60-1.80 0.01-0.02 0.40-0.50

Filler calcaire

Le filler calcaire utilisé est un calcaire finement divisé, obtenu par broyage de roche
calcaire provenant du gisement de BELANGIR, région d’AIN SEFRA à 250 Km de la
wilaya de BECHAR. L’addition calcaire est un produit sec blanc tendre a mi-tendre
essentiellement composé de carbonate (83.64 %). Les tableaux 3 et 4 résument les
résultats des analyses physiques et chimiques faits sur l’addition calcaire.

Tableau 3 : Analyse physique de l’addition calcaire.

Valeur
3
Masse volumique absolue [t/m ] 2.65
Masse volumique apparente [t/m3] 1.60

33
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Tableau 4 : Analyse chimique de l’addition calcaire.

Valeur
Les carbonates [%] 83.64
La chaux [%] 46.62
Les magnésies [%] 0.21
Les sulfates [%] Nul
Les chlorures [%] Nul
La matière organique [%] Nul
La valeur de bleu (gramme de bleu pour 100 g
0.43
de fines)

Adjuvant

Pour la confection de notre béton de sable nous avons fait des expérimentations pour
faire le choix entre un plastifiant PLASTIMENT VB 40 Sika et un superplastifiant
MEDAPLAST SP GRANITEX dont les principales propriétés sont dans le tableau 5.

Tableau 5 : Caractéristiques des adjuvants.

PLASTIMENT VB 40 MEDAPLAST SP

Masse volumique 1.185 ± 0.015 1.18 ± 0.01

Ph 4.5 ± 1 7.0 – 8.0

Teneur en ions chlorures < 0.1% < 1g/l


/
Teneur en Na2O équivalent ≤ 2.0%

Teneur en extrait sec 36.6 à 40.0 % /

Le sable

La région de Béchar bénéfice d’un important nombre de matériaux de construction, dont


le choix principal est la bonne qualité des sables de rivière tel que la rivière de
MANOUARAR.

Tableau 6 : Caractéristiques physiques.

Masse Masse
Module de
Sable volumique volumique
finesse
ES Vb Nature
absolue apparente
SS 01 2.63 1.72 4.5 82.76 0.35 siliceux

L'ETUDE DE FORMULATION DU BETON DE SABLE

L’objectif recherché par n’importe quelle composition c’est la bonne résistance à la


compression et la bonne ouvrabilité. Chercher une bonne résistance c'est-à-dire faire des
ajustements sans que par exemple un gain d’ouvrabilité provoque une chute de

34
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

résistance [1,6, 7].

Vu l’insuffisance des informations concernant l’étude de la composition du béton de


sable, ce qui nous a conduit à confectionner plusieurs gâchés de béton de sable suivant
la formulation du béton de sable selon SABLOCRETE [2] puis suivre les indications de
la norme NF 18-305 béton prêt à l’emploi [3,5].

1. Composition suivant SABLOCRETE :

Dans son ouvrage SABLOCRETE propose deux types d’approche : une qui constitue
une base de formulation de béton de sable et une approche expérimentale basée sur la
réalisation de plusieurs gâchées successives.

a) Approche théorique de la formulation de béton de sable :

Les granulats de sable en cas de béton de sable jouent un rôle d’ossature dans laquelle
la pâte assure dans un premier temps un rôle rhéologique puis un rôle de colle
permettant de développer les propriétés mécaniques et de durabilité du béton [2,1].

- estimation du dosage en fines :

Par un simple principe, dans une composition de béton, on trouve que les éléments les
plus fins se logent dans les vides des éléments les plus gros, pour cette raison
SABLOCRETE commence sa formulation par l’estimation du dosage en fine, qui
s’inspire principalement de la formule de CAQUOT :

[ fines] = 0.38(0.008 D )
15
……………..……………………………..(1)

A.N) on D = 5 mm donc [ fines ] = 166 l/m 3

- estimation du dosage en eau :

Étant donné que la porosité d’un squelette granulaire se décompose en la somme d’un
volume d’eau [e] et d’un volume de vides piégés [v], la porosité minimale théorique du
béton d’après CAQUOT [2] :

[e + v]min = 0.8[d D]0.2 …….……………..……………………… (2)

d/D : l’étendue granulaire y compris les fines (borne supérieur et inférieur)

L’estimation de la valeur d (borne inférieure) est délicate et ne peut se calculer que dans
le cas d’un mélange totalement défloculé, elle est assimilée à une sphère et donnée par
la formule suivante [2]:

60
d= mm …………………………………………..……… (3)
f ⋅ρ

f : Finesse Blaine en [m²/g]

35
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

ρ : Densité en [g/m3]

Pour estimer le dosage en eau, il faut préalablement évaluer la quantité d’air piégée, un
ordre de grandeur peut être obtenu selon la formule suivante qui conduit à une teneur en
air comprise entre 3 à 5 % [2]:

[v] = k[e] (l/m3) ………………………………………..…… (4)

k : compris entre 2 et 2.5

A/N) ρ = 3.1 ; f = 3.32 ⇒ d= 0..62 mm

[e+v] = 209 (l/m3) ; admettant que [v] = 3.5 % ⇒ [v] = 35 (l/m3) ;

[e] = 175 (l/m3)

- estimation du dosage en sable :

Il suffit de compléter au mètre cube la somme des dosages des constituants fines, eau et
vides [2]:

[ sable] = 1000 − [ fines] − [e] − [v] ………………………….................... (5)

A.N) [ sable ] = 625 (l/m 3 )

- optimisation du dosage en filler et en ciment :

Enfin le dosage en fines a pu être estimé en terme de compacité et donc imposé vis-à-vis
de la résistance. Ces fines regroupent principalement le ciment, l’addition (filler
calcaire) et la fraction du sable inférieur à 80µm souvent mineur pour les sables
traditionnels. Ainsi, l’optimum de résistance serait atteint pour des dosages en ciment et
en addition, solution du système suivant [2] :

ciment + addition = [ fines]


…………………………………… (6)
addition ciment = optimum d' activité

Dans le cas d’un ciment CPJ nous serons alors amenés à partitionner le ciment entre le
clinker et les fines. Nous faisons également l’hypothèse que les fines incorporées dans
le ciment sont de même nature que les fillers d’addition de la formulation proprement
dite.

A.N) [c] = 335 ( Kg / m 3 ) [ f c ] = 154 ( Kg / m 3 )

b) Approche expérimentale de la formulation de béton de sable :

L’objectif de la méthode expérimentale n’est pas d’expliquer ou de formuler les


phénomènes qui entrent en jeu dans la formulation du béton, pour cette raison on a
utilisé cette méthode pour ajuster notre dosage en différents éléments comme suit [2] :

36
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

- dosage en ciment :

Nous avons choisi un dosage fixé qui ne variera pas tout le long de l’étude :

[c ] = 350 Kg / m 3

- dosage en eau :

Il peut être évalué par une autre formule théorique en fonction de la porosité
du squelette granulaire :
1

800 ⎛ d⎞ 5

[e] = ×⎜ ⎟ ……………………………………….… (7)


1+α D
⎝ ⎠
α : compris entre 0.1 et 0.15 ;

d : borne inférieure de la phase solide du béton (mm) ;

D : borne supérieur de l’étendue granulaire du sable.

A.N) [e] = 180 l / m 3

- dosage en fines d’addition :

on suit la même démarche que celle de la formule (2.6)

[c] = 350 Kg / m 3 ⇒ [ f c ] = 140 Kg / m 3

- dosage en sable :

Il suffit de compléter au mètre cube la somme des dosages des constituant fines, eau
et vides, soit :
Constituants Dosage massique Dosage volumique

Ciment 350 Kg Soit 350 : 3.1 113 [l]

Fines 140 Kg // 140 : 2.65 52.83 [l]

Sable X Kg X : 2.6 [l]

Adjuvant 3.5 Kg // 3.5 : 1.185 2.95 [l]

Eau 180 Kg // 180 : 1 180 [l]

Air 35 [l]

Masse théorique 378.95 Kg + x

Volume théorique 1000 [l]

37
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Donc 1000 = 673 – (x ÷2.6)

X = (1000-673)2.6 c'est-à-dire → 1615 Kg/m3 de sable

c) Ajustement de la maniabilité :

Nous avons réalisé une gâchée à partir de la formulation de SABLOCRETE, cette


gâchée est caractérisée par mesure de l’affaissement au cône d’Abrams, le béton de
sable est ferme, il faut ajouter de l’eau pour avoir un béton maniable (tableau 7).

Tableau 7 : Réglage de la maniabilité de la première composition

Référence Composition d’essai Composition corrigée

Sable [Kg/m3] 1516 1433

Ciment [Kg/m3] 350 350


Formule

Addition [Kg/m3] 140 140

Adjuvant [%] 1* 1*

Eau [Kg/m3] 180 210

Masse totale [Kg/m3] 2288.5 2176.5

Volume total [l/m3] 1000 1000


Calcule

e/C+k.A 0.5 0.67

A/A+C 0.29 0.29

Affaissement [cm] 3.9 5

* pourcentage du poids du liant équivalent

2 Formulation selon les conditions de la norme P 18-305

Suivant la norme P 18-500 présentant les spécifications relatives au béton de sable, où


on exige que l’association des additions au ciment constitue le liant équivalent dans les
conditions définies dans la norme P 18-305. D’après cette norme <<le liant équivalent
est constitué de ciment et d’une addition normalisée, pour tenir compte des rapports
respectifs des constituants vis-à-vis de la durabilité, la quantité de liant équivalent est
définie par un rapport précisé pour les différentes classe d’environnement [1]>>. Ce
rapport permet d’avoir le dosage maximal en addition en fonction de la classe de
l’environnement, selon la formule suivante (tableau 8) :

A
< 0.25 ……………………………………….… (8)
A + k ⋅C

38
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Si on admet comme classe d’environnement : 1

Avec : k : est un coefficient qui prend en compte la nature de l’addition ;

A : est la quantité d’addition ;

C : quantité en poids de ciment par mètre cube de béton.

Tableau 8 : Réglage du dosage en addition suivant le norme P 18-305

Référence BS 01 BS 02

Sable [Kg/m3] 1433 1560

Ciment [Kg/m3] 350 350


Formule

Addition [Kg/m3] 140 117

Adjuvant [%] 1* 1*

Eau [Kg/m3] 210 210

Masse totale [Kg/m3] 2176.5 2240.5

Volume total [l/m3] 1000 1000


Calcule

e/C+k.A 0.67 0.55

A/A+C 0.29 0.25

Affaissement [cm] 5 5.6


Résultat

Résistance Rc28 [Mpa] 21.22 24.31

* pourcentage du poids du liant équivalent

39
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

3 Influence du dosage en addition sur la résistance à la compression

L’étude de la composition d’un béton consiste à définir le mélange optimal des


différents granulats dont on dispose, ainsi que le dosage en ciment et en eau, afin de
réaliser un béton [6, 11, 12]. Si on suit le cheminement de G. Dreux dans sa définition,
dans le cas de béton de sable les seuls granulats dont on dispose sont le sable. Chercher
le mélange optimal c'est-à-dire chercher le dosage optimal en fines dans une première
étape où il est nécessaire de réaliser plusieurs gâchées avec différents dosages en
addition calcaire.

On remarque que la courbe dosage en addition calcaire / (résistance à la compression)


prend en premier lieu une allure ascendante, où l’augmentation du dosage en addition
est relative à une augmentation de la résistance à la compression, à cause de
l’augmentation de la compacité. Jusqu’à arriver à un dosage optimale en addition, c'est-
à-dire un optimum de compacité. Après avoir atteint le dosage optimale en addition
calcaire, la courbe prend une allure descendante en augmentant le dosage en addition
qui s’explique avec l’augmentation des vides entre fines, après avoir dépassé le dosage
optimal en addition[1, 10].

4 Influence des adjuvants sur l’ouvrabilité du béton de sable

Chercher le dosage optimal en addition (d’environ 75 Kg/m3) n’est pas le seul problème
que pose la formulation d’un béton de sable, car cette résistance peut chuter en
cherchant l’ouvrabilité désirée. La surface spécifique d’une composition de béton de
sable est très importante ; ce qui augmente la demande en eau considérablement ; sans
la présence d’un élément défloculant.

Réussir la formulation d’un béton adjuvanté repose beaucoup sur le choix judicieux du
couple ciment - adjuvant. Pour minimiser les coûts, il est souvent nécessaire de passer
par une étude en laboratoire qui doit permettre d’identifier les couples ciment -
adjuvants les plus performants [8, 9, 12]. Afin de sélectionner l’adjuvant avec minimum
d’essais, il est nécessaire de connaître un minimum de caractéristiques sur les produits
testés. La première caractéristique qu’évaluera le formulateur de béton sera le pouvoir
réducteur d’eau ou fluidifiant des différents adjuvants retenus. Cette évaluation pourra
se faire en laboratoire directement sur le béton étudié par mesure de l’affaissement au
cône d’Abrams [9].

Malgré la présence de l’adjuvant, l’ouvrabilité désirée n’est atteinte que par un ajout
d’eau en quantité importante, pour cette raison des essais ont été faits pour faire le choix
entre l’utilisation d’un adjuvant plastifiant ou superplastifiant (figure 1)

40
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

4,8

4,6

A f f a is s e m e n t [ c
4,4

4,2

3,8

3,6

3,4
plastifiant superplastifiant

Figure 1 : L’effet du type de l’adjuvant sur l’ouvrabilité du béton de sable.

0,52 12

0,5
10

0,48
8
affaissement (cm)
rapport e/c+k.a

0,46
6
0,44

4
0,42

0,4 2

0,38 0
1 2,5 1 2,5
adjuvant (%) adjuvant (%)

a) b)

Figure 2 : L’effet de l’adjuvant sur l’ouvrabilité du béton de sable : a) variation du rapport e/c+k.a
en fonction du pourcentage de l’adjuvant ; b) variation de l’affaissement en fonction du
pourcentage de l’adjuvant.

L’action dispersant du superplastifiant augmente la maniabilité du béton en augmentant


de façon habituelle l’affaissement [1, 10] de 49 à 100 mm du béton de sable (figure 2).
La seconde utilisation du superplastifiant est la confection d’un béton de maniabilité
normale, mais ayant une très grande résistance en raison d’une réduction importante du
rapport E/Liant Equivalent.

41
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

5 Choix de la composition optimale

Pendant l’étude de composition ou la formulation du béton de sable deux problèmes


sont posés :
- le dosage en addition : après réalisation de plusieurs gâchées avec différents
dosages en addition, le dosage optimal trouvé c’est celui de 75 Kg/m3.
- Le type et le dosage en adjuvant : pour avoir un béton de sable ouvrable on a
choisi un adjuvant superplastifiant, avec un dosage d’environ 2.5% du poids du
liant équivalent. Cette augmentation a fait diminuer considérablement le
rapport eau/liant équivalent, sachant que l’affaissement était d’environ 10 cm.

Par ailleurs, il y a deux paramètres sur lesquels nous nous sommes basés pour faire
le choix entre les différentes compositions :
9 la bonne ouvrabilité : qui permet la mise en place facile du béton de sable, sans
augmenter l’apport en eau, diminuer la densité, et par conséquent la résistance.
9 La bonne résistance mécanique à la compression : dans ce cas il ne faut pas que
le béton de sable donne de meilleur résistance mécanique et une mauvaise
ouvrabilité.

CONCLUSION
Dans notre travail expérimental, on a utilisé l’approche théorique pour le calcul des
dosages et ajusté par l’approche expérimentale, puis réglé notre dosage selon les
spécifications de la norme en vigueur, qui offre à notre mélange un certificat de
durabilité. En général, le but recherché par n’importe quelle méthode de formulation, est
le dosage optimal en constituants. A ce propos, dans le cas de béton de sable, on doit
chercher l’optimum en addition calcaire qui assure le comblement des vides de sable et
l’optimum en adjuvant qui assure la défloculation totale du mélange. Il faut noter que
l’optimum ne doit pas être un minimum insuffisant ou un maximum nuisant.
Enfin, cette expérimentation nous a permis d’acquérir une bonne base de données sur
un des matériaux locaux et la possibilité de les employer pour la confection d’un béton à
base d’un matériau très abondant dans notre région, cela à l'instar du béton ordinaire et
avec de bonne caractéristique mécanique.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE
[1] B. ILHAM AGUIDA,<<Béton de sable, composition optimale et effet hygrothermique sur
sa résistance à la compression>>, Mémoire de magister université de Bechar Algérie, 2007
[2] SABLOCRETE Projet national de recherche / développement, << BETON DE SABLE >>,
édition presses de l’école nationale des ponts et chaussées, 1998
[3] AFNOR, << béton et constituants du béton >>, tome 1 et 2 AFNOR 4ème édition, 1995

42
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

[4] LCPC service technique des bases aériennes, << chaussées aéronautique en béton en béton
hydraulique guide technique >>, édition LCPC, Février 2000
[5] AFNOR, << béton et constituants de béton (méthodes d’essai du béton) >>, Tome 2
AFNOR 5ème édition, 2002
[6] GEORGES DREUX, << Nouveau Guide du béton >>, huitième édition Eyrolles, 1999
‫[ ﺑﻠﺔ ﻧﺒﻴﻞ – اﻟﻤﻌﺎﻟﺠﺔ اﻟﺤﺮارﻳﺔ ﻟﺨﺮﺳﺎﻧﺔ اﻟﺮﻣﻞ – ﻣﺬآﺮة ﻣﺎﺟﺴﺘﻴﺮ ﺟﺎﻣﻌﺔ اﻟﻌﻠﻮم و اﻟﺘﻜﻨﻮﻟﻮﺟﻴﺎ ﻣﺤﻤﺪ ﺑﻮﺿﻴﺎف وهﺮان‬7]
2004
[8] PIERRE CLAUDE AITCIN, SHIPPING JIANG, BYUNG-GI KIM, PIERRE-CLAVER
NKINAMUBANZI et N. PÉTROV, << L’interaction ciment/superplastifiant >>, Bulletin
des laboratoires des ponts et chaussées, juillet – août 2001
[9] P. LAPLANTE, C. CATHERINE et D. GERMAIN, << Démarche et conseils pratiques
quant au choix des plastifiants et des superplastifiants >>, édition Eyrolles, 1996
[10] ROBERT J. FLATT, NICOS S. MARTYS et LENNART BERGSTRÖM, << La
rhéologie des matériaux cimentaires – CIMENTS, BETONS, PLATRES, CHAUX, N°
867, PP. 48-55 NIST, juin-juillet 2004
[11] Z. GUEMMADI, G. ESCADEILLAS, B. TOUMI, H. HOUARI et P. CLASTRES, <<
Influence des fillers calcaires sur les performances mécaniques des pates de ciments >>,
1er congres international sur la technologie et la durabilité du béton CITEDUB 1, mai
2004
[12] ANDRE LECOMTE, FRANCOIS de LARRARD et JEAN-MICHEL MECHLING, <<
Résistance à la compression de bétons hydrauliques du squelette granulaire non optimisé
>>, Bulletin des laboratoires des ponts et chaussées, septembre – octobre 2001

43
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

EMPRUNT BANCAIRE ET EMPRUNT OBLIGATAIRE: QUEL CHOIX POUR


L’ENTREPRISE ALGERIENNE?
Mme Nacira BOUKHEZER-HAMMICHE
Faculté de Droit et des Sciences Economiques. Campus d’Aboudaou.
Université Abderrahmane MIRA. Béjaia
E-Mail : nacira_bz@yahoo.fr
Résumé
Pour qu’une entreprise puisse réaliser son investissement sans rompre son
équilibre financier, elle doit obtenir des financements d’une durée égale à celle de
l’investissement, et dans cet objectif, elle a le choix entre deux ou plusieurs modes de
financement, dont l’augmentation du capital, l’emprunt obligataire, l’emprunt bancaire
et le crédits bail…et puisque chaque mode présente des avantages et des inconvénients,
elle doit choisir celui qui convient le mieux à ses besoins, sa taille et sa catégorie.
L’économie de marché qui se propage à l’ensemble de la planète, impose de nouvelles
exigences aux entreprises de production et de financement. Ces exigences font que le
système financier soit appelé à jouer un rôle primordial et plus actif dans l’activité
économique, en se donnant les moyens d’affronter la concurrence internationale et
garantir sa place dans un marché ouvert à la circulation des facteurs de production sous
toutes leurs formes. Notre article se veut une contribution à l’analyse du système de
financement des entreprises algériennes pour voir si elles ont réellement le choix en
cette matière.
INTRODUCTION
Investir est une nécessité pour les entreprises qui souhaitent survivre et rester
compétitives, mais aujourd’hui, l’accès au financement constitue une préoccupation
majeure pour les opérateurs économiques, au moment où la modernisation de leur outil
de production est devenue primordiale. Pour qu’une entreprise puisse réaliser son
investissement sans rompre son équilibre financier, elle doit obtenir des financements
d’une durée égale à celle de l’investissement, et dans cet objectif, elle a le choix entre
deux ou plusieurs modes de financement, dont l’augmentation du capital, l’emprunt
obligataire, l’emprunt bancaire et le crédits bail…et puisque chaque mode présente des
avantages et des inconvénients, elle doit choisir celui qui convient le mieux à ses
besoins, sa taille et sa catégorie. Par ailleurs, l’emprunt bancaire considéré comme
l’activité principale des banques, demeure, dans les pays à économie d’endettement, la
seule source de financement. En Algérie, l’économie est principalement basée sur ce
type de financement depuis l’indépendance, et la création d’une bourse des valeurs
mobilières n’a été entreprise qu’en 1991, alors qu’elle remonte à 1963, en Tunisie et
1969 au Maroc. L’économie de marché qui se propage à l’ensemble de la planète,
impose de nouvelles exigences aux entreprises de production et de financement. Ces
exigences font que le système financier soit appelé à jouer un rôle primordial et plus
actif dans l’activité économique, en assurant la transformation de l’épargne en
investissement, de manière plus efficace, tout en se donnant les moyens d’affronter la

44
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

concurrence internationale et garantir sa place dans un marché ouvert à la circulation


des facteurs de production sous toutes leurs formes. Ainsi, parmi les différents modes de
financement offerts à l’entreprise, deux types suscitent l’intérêt. Le premier, est
l’emprunt classique qui se fait auprès d’une banque ou un organisme financier, et le
second, l’emprunt obligataire qui se contracte par l’entreprise, auprès du public par
émission d’obligations. Par l’analyse de ces deux types de financement, notre article se
veut une contribution à l’étude du système de financement des entreprises algériennes,
pour situer leur place en matière de choix de mode de financement.
Pour ce faire, notre travail sera scindé en trois parties, qui présenteront, pour la
première, des généralités sur l’entreprise et l’investissement. Pour la deuxième, le
système bancaire, dans laquelle se trouvent tous les éléments liés aux mécanismes
d’endettement, et pour la troisième, le financement par le marché financier, pour
essayer d’évaluer l’état actuel de la Bourse d’Alger, et sa contribution au financement
de l’économie nationale.

LE FINANCEMENT PAR EMPRUNT OBLIGATAIRE

D’un point de vue chronologique, la bourse a précédé le marché financier, et le


terme Bourse désigne un marché réglementé. L’Encyclopédie de Diderot définit la
bourse comme un «endroit public dans la plupart des grandes villes, ou les banquiers,
négociants, agents, courtiers, interprètes et autres personnes intéressées dans le
commerce s’assemblent en certains jours et à une heure marquée, pour traiter ensemble
d’affaires de commerce, de change, de remises, de paiements, d’assurances, de fret et
d’autres choses de cette nature qui regardent les intérêts de leur commerce tant sur terre
que sur mer. »

1. Structure et organisation du marché financier

Le fonctionnement du marché financier repose sur l’activité de deux


compartiments, dont les fonctions sont, à la fois, différentes et complémentaires. Il
s’agit du marché primaire « marché du neuf » et du marché secondaire « marché
d’occasion ». La distinction entre ces deux marchés est fondamentale en finance. Le
marché primaire « du neuf » est le marché où sont émis les titres financiers pour la
première fois. Une augmentation de capital, le placement d’un emprunt obligataire et,
plus généralement, l’émission de tout nouveau titre financier, relèvent du marché
primaire, marché de création. Dans le marché secondaire, on achète et on vend des titres
déjà crées, qui changent simplement de propriétaire, sans création de nouveaux titres.
Le premier permet aux entreprises, banques, établissements financiers, collectivités
locales et à l’Etat de se procurer des ressources par l’émission de titres financiers, qui
sont, ensuite, côtés et négociés sur le marché secondaire. Ce dernier a pour fonction de
permettre la cotation d’un titre financier et assurer la liquidité de celui-ci. La liquidité
résulte alors, du fait que ce titre peut être acheté ou vendu. Il faut savoir que ces deux
marchés ne sont pas cloisonnés; un investisseur financier peut acheter tout aussi bien
des actions existantes que de nouvelles actions émises lors d’une augmentation de
capital. Quant à l’introduction sur le marché, elle peut se faire à prix déterminé ou alors
sur négociation.

45
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Ces titres financiers peuvent prendre la forme soit de titres de dette, dont
l’exemple le plus simple, est le contrat qui lie le prêteur à l’emprunteur sous forme d’un
engagement, d’une part, de remboursement et, d’autre part, de rémunération, tel les
obligations et les billets de trésorerie, de titres à revenu variable tels les actions, ou
alors, d’autre titres.

Il existe trois types d’acteurs dans le marché financier, qui fonctionnent sous la
surveillance des autorités du marché. Il s’agit des émetteurs de titres comme agents
à besoins de financement, des investisseurs ou demandeurs de titres comme agents
économiques à capacité de financement, qui vont acheter les titres émis sur le marché
pour fructifier leurs argents, et enfin, les intermédiaires, dont l’intervention sur le
marché financier demeure nécessaire, car ils ont pour rôle la collecte et la transmission
des ordres, placement, gestion de portefeuille, soit pour le compte de tiers soit pour leur
propre compte. Ces derniers ont pour rôle, la régulation et la surveillance des marchés et
les opérations qui s’y déroulent. Quant aux autorités du marché, elles sont considérées
comme un support essentiel pour favoriser la transparence, l’efficience et la régularité
des transactions en évitant toute manipulation des cours. L’activité des bourses est ainsi
contrôlée par des organismes dont la nature et l’étendue des attributions sont variables
selon les pays.

2. Contexte de création et évolution de la bourse d’Alger

Le passage d’une économie de financement administrée à une économie de


marché est devenu ces dernières décennie une démarche à suivre et plus que nécessaire
pour les pays dits à économie d’endettement. L’Algérie faisant partie de ces pays, s’est
vue contrainte de recourir à ce mode de financement direct, au début des années 90 avec
la création de la bourse d’Alger qui a constitué l’événement majeur de la réforme dans
le cadre de l’engagement dans l’économie de marché en Algérie. Ainsi, deux périodes
ont caractérisé l’évolution, dans ce domaine. De l’indépendance jusqu’au début des
années 90, l’économie algérienne était une économie d’endettement avec un système
financier fortement encadré et planifié et la principale source de financement des
investissements était l’endettement extérieur. Ainsi la distribution des crédits était
orientée par des procédures administratives en dehors des critères de rentabilité
financière, et les principaux bénéficiaires de ces crédits étaient les entreprises publiques
nationales et locales, alors que le secteur privé productif ne tenait qu’une place
marginale dans l’économie. Devant l’insuffisance des ressources, les banques et le
trésor avaient recours au refinancement auprès de la banque centrale, ce qui n’était pas
sans engendrer des tensions inflationnistes, importantes, et à partir de là, les limites de
l’économie d’endettement commençaient à peser lourd sur l’économie algérienne.
D’autant plus que l’existence d’une bourse était superflue du moment que tous les
investissements étaient planifiés à l’avance et leurs financements assurés par l’Etat. Au
début des années 90, l’Algérie a connu la première tentative d’application d’une
stratégie de redressement économique, dans le cadre d’un programme de type
monétaire, mis en œuvre pour faciliter la transition vers l’économie de marché. En effet,
c’est durant cette époque, que fut promulguée, une série de lois portant, entre autre, sur
le désengagement du trésor du financement des investissements, le passage à
l’autonomie des entreprises publiques, ainsi que la création d’institutions nouvelles
telles les fonds de participation ayant pour mission la gestion des intérêts de l’Etat, de

46
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

façon exclusive, au sein de ces entreprises. Sur cette base, le capital social des
entreprises publiques, fut divisé en un certain nombre d’actions réparties entre les fonds
de participation, ainsi créées par conséquent, les entreprises publiques concernées
changèrent de statut juridique pour devenir des sociétés par actions (SPA). Le nouveau
statut de ces sociétés ne serait, envisagés sans penser à la création, en parallèle, d’un
marché spécifique où s’échangeraient ces actions (en tant que produits financiers) à
l’instar de tout autre marché pour les diverses marchandises.

En effet, avec la promulgation de la LMC en 1990 et la volonté de faire passer


notre économie à un système d’économie de marché et de rentabilité, à cause d’un
environnement qui a commencé à se détériorer sur tous les plans, des efforts ont été
fournis, visant dans leur globalité à introduire une nouvelle forme de financement des
investissements en réduisant le financement par endettement au profit
d’autofinancement et d’augmentation de capital par émission de titres. Ainsi, pour
accompagner cette transition, il a été nécessaire de créer une institution financière pour
compléter et diversifier les sources de financement. Il s’agissait de la Bourse d’Alger
dont l’inauguration, était sensée annoncer la fin d’une véritable étape et le début d’une
autre. Or depuis octobre 1990 que le gouvernement a pris la décision de créer la société
des valeurs mobilières (SVM), jusqu’en 1992, elle avait souffert de nombreuses
difficultés, notamment, l’insuffisance du capital social, ambiguïté de sa mission,
etc.…Ce n’est qu’en 1992, que, pour lever ces contraintes, une assemblée générale
extraordinaire de la société avait pris, une résolution modifiant ses statuts,
particulièrement, les articles portants sur sa dénomination et son objet. Par conséquent,
la société a pris officiellement la dénomination de « bourse des valeurs mobilières »
(BVM), dont l’objet social a été complété en donnant toutes les précisions nécessaires
pour faire apparaître clairement son caractère de bourse des valeurs, conformément aux
missions des autres bourses étrangères. Aux réalisations effectuées par la BVM, s’ajoute
la promulgation, au cours de l’année 1993, de deux textes se rapportant au marché des
valeurs, il s’agit des décrets législatifs no 93-10 du 23 mai 1993 relatif à la BVM
apportant ainsi une nouvelle configuration du marché boursier, qui sur le plan
constitutionnel comprend: la commission d’organisation et de surveillance des
opérations de bourse, la société de gestion de la bourse des valeurs et les intermédiaire
en opérations de bourse, et no 93-08 du 25 avril 1993, complétant le code de commerce
en vigueur. L’ordonnance N°96-10 relative à la bourse des valeurs mobilières complètes
de décret législatif N° 93-10 du 23 Mai 1993, en renforçant les pouvoirs et les fonctions
de la COSOB et de la SGBV et en redéfinissant la place des IOB. Cependant, cette
BVM n’entre en fonction qu’en 1997, pour jouer le rôle classique d’une bourse, offrant
ainsi la possibilité, aux entreprises et administrations algériennes, de faire appel public à
l’épargne et aux possesseurs de titres, de les négocier librement à travers des opérations
d’achat et de vente.

3. Organisation de la bourse des valeurs mobilières


La bourse des valeurs mobilières est un marché réglementé où se déroule la
négociation sur les valeurs mobilières cotées. La bourse d’Alger est dotée de trois
organismes suivants:
a. La commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse
(COSOB)

47
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

C’est l’autorité de régulation indépendante, jouissant de la personnalité morale et


de l’autonomie financière, instituée par le décret législatif N° 93-10 du 23 mai 1993,
modifiée et complétée en 1996, relative à la bourse des valeurs mobilières. Elle a pour
mission l’organisation et la surveillance du marché des valeurs mobilières en veillant,
notamment, à la protection de l’épargne investie en valeurs mobilières ou tout autre
produit financier donnant lieu à un appel public à l’épargne, par la délivrance d’un visa
sur la notice d’information établie par tout émetteur qui fait appel public à l’épargne, et
veille au bon fonctionnement et à la transparence du marché.
b. Les intermédiaires en opération de bourse (IOB)
Le décret législatif N°93-10, modifié et complété définit le statut des
intermédiaires en opérations en bourse auxquels il a confié le monopole de la
négociation des valeurs mobilières sur la place financière. Afin de garantir la sécurité de
la transaction et protéger les épargnants, l’activité des IOB est règlementée, surveillée et
contrôlée par la COSOB. Leur activité est soumise à l’agrément de la COSOB. Pour
être agrées, les intermédiaires en opérations de bourse doivent présenter les garanties
suffisantes: un capital minimum défini par la COSOB, une organisation et des moyens
techniques en adéquation avec leur activité et un personnel qui présente l’honorabilité et
les qualifications nécessaires. Ils peuvent exercer essentiellement les activités de
placement et négociation de produits financiers, pour leur propre compte ou le compte
de tiers, de conseil en placements des valeurs mobilières, de gestion individuelle de
portefeuille ou de portefeuille des organismes de placement en valeurs mobilières, de
garantie de bon financement et d’émission de titres, de négociation pour leur propre
compte, et enfin, la conservation des entreprises en matières de structure de capital, de
fusion et de rachat d’entreprise. Ces activités peuvent être exercées par les banques et
les établissements financiers, ou alors des sociétés commerciales constituées, à cet effet.
A ce jour, la place financière d’Alger compte six (06) IOB, tous établissements
bancaires, à savoir la : BNA, la BADR, la BDL, la CNEP banque, la BEA, et le CPA.
c. La société de gestion de la bourse des valeurs (SGBV)
Elle revêt la forme d’une société par actions, et assure le déroulement de
transactions sur les valeurs mobilières admises en bourse. Les actionnaires de la société
sont les intermédiaires en opérations de bourse agrées. Ses missions se résument en
organisation pratique de l’introduction en bourse des valeurs mobilières admises;
organisation matérielle des séances de négociation; organisation des opérations de
compensation des transactions sur les valeurs mobilières; publication d’informations
relatives aux transactions, et édition d’un bulletin officiel de la cote. Elle exerce ses
missions sous le contrôle de la COSOB. Elle fournit aussi un certain service de qualité
afin de faciliter les transaction entre les IOB, et cela par l’établissement des règles et
normes régissant leurs déroulement, par la mise en place d’un système d’arbitrage et de
résolution de conflits, et par l’instauration d’un ordre et d’une discipline au marché.
d. Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM)
Se sont les organismes ayant pour objet de constituer et de gérer un portefeuille de
valeurs mobilières pour le compte de tiers. Ils sont habilités à collecter l’épargne en vue
d’être investie en bourse selon une politique de placement bien définie. Ils constituent

48
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

un instrument de gestion collective destiné aux épargnants qui ne souhaitent pas investir
directement leur argent en bourse.
Ces organismes peuvent être des Sociétés d’Investissement à Capital Variable
(SICAV) qui émettent des actions au fur et à mesure des demandes de souscription, ou
alors des Fonds Communs de Placement (FCP) qui sont des copropriété des valeurs
mobilières dépourvues de la personnalité morale qui émettent des parts et dont la
gestion est assurée par une société de gestion, qui agit au nom des porteurs et dans leurs
intérêt exclusif. Le seul OPCVM qui existe en Algérie est la société à capital variable
dénommée SELIM Charicat el istithmar el mali, constituée par la SAA, la BNA et la
BADR.
4. Déroulement de l’introduction en bourse
Une société qui souhaite lever des fonds par appel public à l’épargne en recourant
à une émission obligataire doit remplir les conditions fixées par les dispositions des
articles 715 bis 81 et 715 bis 82 du code du commerce, consistant à avoir le statut de
société par actions, avoir deux années d’existence, avoir établi deux bilans
régulièrement approuvés par l’assemblée générale des actionnaires, et le capital
intégralement libéré. Elle doit désigner un ou plusieurs intermédiaires en opérations de
bourse pour l'assister dans la préparation du dossier d’admission. Elle entamera, par la
suite, une action de publicité et de marketing axée sur la publication des communiqués
dans des journaux à diffusion nationale, la confection des dépliants et des affiches, la
réalisation des spots publicitaires, en plus du dossier d'admission comportant les
documents juridiques, économiques, financiers et comptables de la société. Les critères
d'admission arrêtés par le règlement général de la COSOB, se résument, pour
l’entreprise, à:
- La publication des états financiers certifiés des trois derniers exercices ;
- La présentation d’un rapport d'évaluation des actifs, établi par un expert comptable
indépendant;
- La libération entière des actions et;
- La réalisation d’un résultat bénéficière pour le dernier exercice.
Pour l’admission d'actions, la société doit avoir un capital minimum de
100.000.000 DA, diffuser au moins 20% du capital dans le public et avoir un minimum
de 300 actionnaires, le jour de l'introduction. Quant aux obligations, l'encours de
l'emprunt doit être au moins égal à 100.000.000 DA, le nombre de détenteurs
d'obligations doit être de 100 au moins, le jour de l'introduction, et la société doit, en
outre, mettre en place une structure d'audit interne et assurer un service convenable de
transfert de titres. L'admission de valeurs mobilières aux négociations en bourse est
soumise à une décision de la COSOB qui dispose d'un pouvoir discrétionnaire pour
rejeter une demande d'admission si elle estime qu'elle peut porter préjudice au bon
fonctionnement du marché. Par contre, les obligations émises par l'Etat ou les
collectivités locales sont dispensées des formalités d'admission, conformément aux
dispositions de la loi relative à la bourse des valeurs mobilières. Après avoir obtenu
l'accord de la COSOB, la société et les intermédiaires agissant pour son compte, arrêtent
avec la SGBV, la procédure d'introduction en bourse et qui peut être soit une procédure
ordinaire, appliquée pour les titres assimilables à des titres déjà cotés ainsi que pour les

49
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

obligations et qui permet à la SGBV, lorsque le capital de la société concernée est


suffisamment diffusé dans le public, de procéder à l'inscription directe de la valeur, à la
cote pour y être négociée dans les conditions de cotation pratiquées sur le marché, à
partir d'un cours d'introduction validé par la SGBV, sur la base des conditions de
marché, soit, une procédure d'offre publique de vente à prix fixe consistant à mettre
à la disposition du public, le jour de l'introduction, un nombre déterminé de titres à un
prix ferme prédéterminé, ou alors, une procédure d'offre publique de vente à prix
minimal qui consiste à mettre à la disposition du public, le jour de l'introduction, un
nombre déterminé de titres à un prix minimal auquel les introducteurs sont disposés à
les céder.
5. L’activité du marché des valeurs mobilières
Depuis sa naissance à ce jour, la bourse d’Alger n’a connu que six (06) valeurs
cotées, dont on distingue trois titres de capitaux et trois titres de créance. Du faite que ce
système est inconnu pour la plupart des agents économiques, on va essayer de donner
une idée sur son fonctionnement à travers une analyse simple des marchés existant, et
qui sont le marché des actions et le marché des obligations. Le premier concerne les
trois valeurs cotées qui sont : Les titres de capital d’ERIAD Setif (secteur
agroalimentaire); de l’EGH El AURASSI (en hôtellerie); et de SAIDAL (en pharmacie),
et le second concerne les valeurs de la SONATRACH, SONELGAZ et d’AIR
ALGERIE.
a. Le marché des actions
- L’action d’ERIAD SETIF
L’entreprise des industries alimentaires céréalière et dérivée de Sétif
(ERIAD/SPA) est considérée l’une des plus performantes entreprises algériennes, et
dans l’objectif de développer et réaliser des investissements destinés essentiellement à
l’acquisition et à la modernisation de l’outil de production, elle a été la première société
à avoir entrepris une privatisation partielle de son capital social. Elle a obtenu son visa
d’admission à la bourse par la COSOB en 1998, pour une augmentation de capital de
25% pour un montant de 2,3 milliards dinars algériens, réparti en un million d’actions
d’un prix unitaire de 2300 DA, introduites à la cote en septembre 1999, et souscrites à
46% par le secteur privé et 54% par les institutionnels.
Tableau 5: Evolution de la situation financière d’ERIAD Sétif
Exercice 2002 2003 2004
Chiffre d’affaire 8 181 748 655 6 443 996 999 4 682 384 333
Valeur ajoutée 1381 459 386 327 285 219 390 869 310
Cash flow 951 658 589 -823 923 239 -348 353 980
Résultat net de l’exercice - 812 872 738 -1394 556 002 -897 744 445
Dividende par Action 115 80,5 -
Rendement Dividende/Action 11,76% 8,05% -
Bénéfice net par Action - - -
Source : http://www.cosob.com.dz/sociétés cotées
ERIAD a émis le nombre de souscripteurs qui ont pu bénéficier des actions
d’ERIAD Sétif est de 5180 souscripteurs dont 74 personnes morales et 5106 personnes
physiques. Les banques détiennent 541074 actions (9800 par la BDL, 22909 par la

50
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

CNEP, 123855 par la BNA, 136115par la CPA, 163524par la BEA et 84871 par
CNMA ; mais la BEA ne détient aucune part pour la simple raison de chef de file de
syndicat bancaire et elle épuisé son quota de vente qui a été de 265718 actions.
- L’action de SAIDAL
La pharmacie centrale algérienne a été créée en 1969 par une ordonnance
présidentielle lui confiant le monopole de l’Etat sur l’importation, la fabrication et la
commercialisation des produits pharmaceutiques. En 1998, la société se constitue en
Groupe pharmaceutique dénommé SAIDAL, avec un capital social divisé en dix (10)
millions d’actions de valeur nominale de 250 DA, dont deux (02) millions représentant
20% du capital du groupe SAIDAL, sont mise en vente, avec un prix de 800 DA, tous
frais, commissions, et courtage compris.

Tableau 6: Evolution de la situation financière de SAIDAL


Exercice 2002 2003 2003
Chiffre d’affaire 5 820 808 044 6 129 511 715 6 578 621 558
Valeur ajoutée 283702250056 3 339 164 435 3 979 032 396
Cash flow 590 0050894 884 957 554 842 144 878
Résultat net de l’exercice 187 339 238 482 290 897 456 321 457
Dividende par action 9DA 24DA 20DA
Rendement 2,12% 6,96% 5,8%
Dividende/Action 19DA 48DA 46DA
Bénéfice net par Action
Source : http://www.cosob.com.dz/sociétés cotées

- L’action d’EL AURASSI

Entreprise de gestion de l’hôtel EL AURASSI a été inaugurée et ouverte à la


clientèle le 02 Mai 1975. En février 1991, l’hôtel change de statut juridique pour
prendre la forme d’entreprise publique économique, dotée d’un capital social de
1500000000,00 DA, divisé en six (06) millions d’actions de valeur nominale de
250.00DA, dont un million deux cent (1,2) mis en vente, représentant 20%du capital
social, avec le prix de 400.00DA tout frais, commissions, courtage et taxes compris.

Tableau 7: Evolution de la situation financière d’EL AURASSI


Exercice 2002 2003 2004

Chiffre d’affaire 1.134.090.204 1.200.788.520 1.431.664.408


Valeur ajoutée 863.070.640 884.810.182 1.086.616.644
Cash flow 449.111.991 501.099.519 503.277.171
Résultat net de l’exercice 249.881880 249.881.880 356.494.088
Dividende par action 25 DA 30 DA 12,96 DA
Rendement 9,65 % 11,11 % 0.03 %
Dividende/Action 42 DA 50 DA 59 DA
Bénéfice net par Action
Source : http://www.cosob.com.dz/sociétés cotées

51
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Le flottant mis sur le marché représente 20% du capital de ces sociétés cotées, et
la capitalisation boursière, au 31/12/2004, à été de 10.100.000.000 DA. Les ordres
présentés sur le marché, durant l’année 2004, ont été estimés à 820 ordres au total, dont
82% (soit 676 ordres) concernent des ordres de vente, il s’agit d’un marché plutôt
vendeur qu’acheteur, (144 ordres d’achat)
b. Le marché des obligations
- L’obligation de SONATRACH
L’emprunt obligataire de SONATRACH a connu un succès important à
l’émission auprès du large public et qui semble être déterminé par un taux d’intérêt
attractif de 13%, la garantie de remboursement et de paiement de coupons par
SONATRACH et la possibilité de récupérer l’argent par la vente du titre au marché
secondaire. Il a porté sur
Octobre 1999 est marqué essentiellement par l’introduction à la cote des
obligations du groupe SONATRACH, il s’agit d’une catégorie de valeur inédite que les
IOB ont eu à traiter pour la première fois à la BVM d’Alger. Elles sont généralement
cotées en pourcentage du nominal, et au pied du comptant et ont été émises le 04 janvier
1998 à une valeur nominale de 10.000DA et 50.000DA et 100.000DA, date d’échéance
le 04 janvier 2003.
L’obligation d’Air Algérie
La compagnie Air Algérie a procédé à l’émission de deux emprunts
obligataires, l’un en mars 2004 et l’autre, en novembre 2004, dans l’objectif de financer
l’acquisition de nouveaux avoirs dans le cadre de renouvellement de la flotte de la
compagnie. Le premier portait un sur montant de 4,4 milliards de dinars, destiné
exclusivement aux banques et aux investisseurs institutionnels, quant au second, il
portait sur un montant de 28,86 milliards de dinars, auprès du public. Cette compagnie
s’est dirigée une troisième fois, en mai 2005 pour lever 13.3 milliards pour financer
trois Boeing et un Airbus avec leurs pièces de rechange, les titres ont une valeur
nominale de 10000 dinars et un taux nominale croissant de 3% puis de 3.75%.
L’obligation de SONELGAZ
SONELGAZ a émis un emprunt obligataire de 20 milliards de dinars destiné à
financer des projets d’investissement portant sur l’extension de ses capacités de
production. Les titres correspondant aux emprunts obligataires ont été émis sous forme
dématérialisée par inscription en comptes au près des intermédiaires habilités par la
COSOB.
c. Evolution des cours et les transactions réalisées
L’analyse de l’évolution des cours est basée sur l’observation du niveau des cours
(par rapport au cours d’introduction), ou la volatilité des cours qui se mesure par
l’amplitude de la fourchette des cours cotés, et nous renseigne sur la stabilité du marché,
en terme d’équilibre et de convergence des prix offerts et demandés. En effet, plus la
volatilité est grande plus le marché est instable. Les cours des titres cotées ont fluctué à
l’intérieur des fourchettes suivantes :

52
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Tableau 8 : Niveau des cours en DA des différentes sociétés cotées


2003 2004
ERIAD Sétif 945-1050 1000-1050
SAIDAL 380-470 345-365
El AURASSI 250-270 260-280
Source : http://www.cosob.com.dz/sociétés cotées

Durant l’année 2004, les fourchettes des coûts enregistrés fait ressortir des
amplitudes suivantes: 50 DA pour l’action ERIAD Setif, contre 105 DA en 2003; 20
DA pour l’action SAIDAL, contre 90 DA en 2003 ; et 20DA pour l’action El Aurassi en
2003 et 2004. Le volume des titres échangés durant l’année 2004, est faible par rapport
au volume de titres présentés sur le marché. Sur un volume total de 104.481 titres
offerts, seuls 22.183 titres ont été échangés, ce qui correspond à un taux d’exécution de
21% contre 39.693 en 2003 soit une diminution de 44%.

6. Bourse d’Alger: Situation et contraintes

Lorsqu’une entreprise décide d’entrer en bourse, ce choix peut être motivé par
plusieurs raisons, notamment, la satisfaction des besoins de financement, l’amélioration
du dynamisme de l’entreprise, l’accroissement de la possibilité de financement,
l’amélioration de la situation financière et du pouvoir de négociation. Cependant, il faut
savoir que ce mode de financement présente des inconvénients, dans n’importe quelle
marché financier, car il est réservé en pratique aux grandes entreprises, et porte un coût
élevé. En Algérie, vue la nouveauté du marché financier, les entreprises font face à des
contraintes particulières se résumant d’abord dans, les valeurs nominales et boursières
jugées élevées et ne permettant pas l’accessibilité du grand public, l’obligation
d’émettre des titres nominatifs, la fréquence des cotations réduites ( une seule séance
par semaine), la limitation des blocs d’action à 1500 par séance, l’absence de la culture
boursière et de dynamisme, compte tenu du nombre limité des entreprises cotées, la
lenteur du système de cotation, et le niveau élevés des commissions et prélèvements des
transactions boursière, ce qui décourage les investisseurs et absence d’animation et de
structures décentralisées des intermédiaires en opérations de bourse.

Comme il a déjà été souligné précédemment, la bourse d’Alger n’est pas tout à
fait opérationnelle, malgré qu’au niveau des réformes, tout à été mis en place, afin de
permettre un bon fonctionnement de la bourse.

Sur le plan juridique, à la mesure qui a fait la révision, en 1993, du code de


commerce, introduisant de nouveaux instruments financiers ainsi que, de nouvelles
règles d’organisation et de fonctionnement des société par actions, s’ajoute la
promulgation dans la même année le décret législatif n°93-10 du 23/05/1993 relatif à la
bourse de valeur mobilière, avec la mise en place des organismes nécessaires au bon
fonctionnement du marché ( COSOB, SGVB, IOB, et la SICAV) en définissant à
chacun ses tâches respectives. Sur le plan fiscal, et afin d’encourager l’épargne à
s’investir en bourse, les valeurs mobilières bénéficient de l’exonération fiscale.

En fin, sur le plan de la formation, la COSOB et avec l’appui du ministère des


finances, a organisé une formation pilote destinée à former une première promotion de

53
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

professionnels du marché. Cette formation a été organisée en Algérie et complétée par


des stages à l’étranger. Les faits montrent que le marché des valeurs mobilières
enregistre une évolution très lente dans le processus de démarrage, voire une stagnation,
ce qui se répercute négativement sur la perception, par les investisseurs, des
perspectives de développement de ce marché. Le secteur privé, bien que montrant des
signes d’intérêt pour la bourse, reste toujours hésitant tant que le système financier est
toujours marqué par des lenteurs dans son fonctionnement.

Il faut noter que le marché financier algérien est à ses débuts et il évolue dans un
environnement où la culture boursière est encore très insuffisante, donc même les
grandes entreprises n’osent pas se diriger vers ce mode de financement, car elles
préfèrent l’endettement bancaire plus facilement accessible. Par ailleurs, l’existence
d’investisseurs institutionnels est quasiment nulle,car, depuis l’agrément de la SICAV
Célim en 1998, la COSOB n’a enregistré aucun nouveau dossier d’agrément, bien que
des déclarations d’intention aurait été exprimées par certaines institutions financières.
Cette situation peut s’expliquer par le nombre réduit des titres sur le marché, il faut
savoir aussi que, SICAV Célim n’est toujours pas ouverte au public. D’autre part, la
publication de la communication et l’information à l’adresse des actionnaires et publics
est peu développée, car elle se réduit à l’insertion de communiqués de presse, dont le
support de diffusion est un quotidien et le nombre de parution est limité, cela ne permet
pas une diffusion assez large et effective de l’information. La publication financière
spécialisée et les analyses permettent aux petits porteurs de mieux comprendre
l’évolution des résultats des sociétés et leur situation financière.

En conclusion, en Algérie, le marché financier est récent, contrairement aux pays


voisins tel que la Tunisie et du Maroc où les places financières ont été créées à la fin des
années soixante, donc il y a la nécessité de redéfinir la place de ce marché, avec tout les
éléments qui lui permettent de fonctionner dans un environnement sain et conforme aux
regèles pour assurer une transition vers le financement de l’économie par le marché,
procurant ainsi, aux opérateurs économiques des ressources, aussi bien internes
qu’externes, nécessaires à leur développement, surtout au moment où l’Algérie est
appelée à s’ouvrir d’avantage sur l’extérieure dans un contexte marqué par de profondes
mutations dans l’économie mondiale.

CONCLUSION

L’analyse de l’évolution du système bancaire et financier algérien depuis


l’accession du pays à l’indépendance, a montré que ce système, dans sa globalité, avait
un rôle plutôt passif dans l’intermédiation financière, durant des décennies, vu sa
soumission au contrôle et aux injonctions de l’administration centrale dans le cadre de
la planification, érigée en mode de gestion de l’économie nationale. Cette dernière a,
pendant plus de vingt ans, fonctionné dans un schéma d’économie d’endettement, où le
financement de la sphère productive a été assuré par voie de crédit à travers l’épargne
budgétaire et l’endettement interne et externe. Ce n’est qu’en 1990, avec la
promulgation de la LMC, qu’un effort sérieux a été constaté, faisant des banques des
entités autonomes et responsables en les confrontant aux règles de la commercialité et
l’obligation de résultat, et dont les dispositions ont été renforcées après la signature par
l’Algérie, de l’accord portant rééchelonnement de la dette extérieure accompagné de

54
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

l’adoption d’un programme d’ajustement structurel dont l’un des axes principaux était
justement, la réforme du système bancaire et la libéralisation des divers marchés.

En effet, c’est essentiellement, à partir de 1996-97, qu’une certaine efficience a


commencé à s’instaurer et des équilibres généraux à se rétablir. Les indicateurs font état
d’une intensification appréciable de l’intermédiation financière dont l’efficacité s’est
améliorée, malgré les problèmes qui restent encore à surmonter comme l’instabilité
remarquée dans un mouvement d’apparition et de disparition des banques privées.
Pourtant, en matière de financement des besoins d’investissements des entreprises, les
banques commerciales, à travers la LMC, sont obligées de respecter les règles
prudentielles et sont soumises à des contrôles stricts, notamment, après la promulgation
de l’ordonnance de 2003, renforçant les mécanismes de contrôle et d’alerte, suite aux
faillites des différents groupes privés en 2001-2003. D’autre part, les différentes
réformes entreprises dans ce secteur ont introduit une amélioration de la relation de la
banque avec l’investissement privé, qui bénéficie de plus en plus d’intérêt et qui
constitue le nouveau domaine de concurrence entre les différentes institutions bancaires.

Cependant, à l’ère de l’ouverture sectorielle à la concurrence et aux innovations


monétaires et financière, le devenir du système bancaire est incertain dans la mesure où
il ne dispose, ni d’une infrastructure institutionnelle de collecte ni même d’une
logistique de distribution de services. Le système bancaire dans sa globalité ne constitue
pas encore des instruments d’appui à l’appareil productif, les logiques d’administrations
ne cessent de s’étendre sur les logiques d’organisations et de marché. Par conséquent, la
sphère réelle ne trouve pas de continuité sur la sphère financière pour diversifier son
système d’offre et le centrer sur ses activités d’exportations ou de substitution à
l’importation. Et inversement, la sphère financière ne trouve pas dans la sphère réelle
une clientèle viable, bancable et génératrice d’épargne.

Malgré une prise de conscience, par les autorités qu’il n’est plus question que les
banques continent à fonctionner dans ce système archaïque, car la lenteur dans les
opérations d’octrois de crédits et les traitement des dossiers, découragent souvent les
investisseurs et parfois les poussent à abandonner leurs projets. En outre, l’ouverture du
système bancaire et la création des banques privées à capitaux nationaux et étrangers,
n’ont pas atteint les résultats et le dynamisme attendus quant à l’intermédiation
financière bancaire et nationale. Ce qui nécessite la poursuite des réformes notamment,
la généralisation des nouvelles technologies et l’amélioration du service que stimulera
l’implantation des banques étrangères et l’achèvement de la libéralisation du système.
Par ailleurs, la constitution d’un marché financier qui devait assurer le financement de
l’investissement des entreprises, n’a fait que végéter, ce qui bloquait, par ce fait
l’investissement productif. Pour que l’économie nationale entame le chemin de la
croissance, il est primordial que son système monétaire et financier soit complètement
revu dans son fonctionnement, son organisation et sa régulation. Cela permettra de
dynamiser sa transition et d’amorcer une économie de marché plus diversifiée. Les
contraintes qui entravent le bon fonctionnement du système bancaire doivent être
éliminées, celles-ci se situent au niveau des relations banque-Etat dans son triple statut
(Etat autorité, Etat entrepreneur et Etat agent économique) et banque-Banque d’Algérie
en tant qu’autorité de régulation et de surveillance, en plus des contraintes directement
liées à l’activité de la banque elle-même.

55
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

La politique future qui devra conduire à la mutation de l’intermédiation


financière, nécessitera de prendre en considération un environnement plus global qui
touchera aussi bien le système juridique, que le système fiscal et la privatisation des
entreprises publiques, et ce fondera d’avantage sur des instruments en cohérence avec
une économie de marché moderne. Ainsi, malgré les réformes, le financement des
besoins d’investissements est toujours limité pour l’entreprise algérienne, qui n’a de
choix qu’à un seul moyen, qui est l’endettement bancaire. Le financement bancaire est
le mécanisme prédominant dans le financement de l’économie, celui ci à été toujours
présenté comme un obstacle au développement et à la croissance, à cause de ses règles,
souvent, qualifiées d’inadéquates. En revanche, seul ce mode de financement n’est pas
suffisant pour répondre à la demande massive des investisseurs, d’où, la nécessité de
dynamiser et activer la bourse des valeurs mobilière, qui complètera la tâche des
banques. Avec la mise en place du marché des capitaux, il est nécessaire de faire
évoluer les banques vers la création de filiales spécialisées, centrées sur la gestion
d’instruments d’intermédiations bancaire et des produits financiers attractifs.

A l’état actuel des choses, l’activité de la bourse d’Alger est très marginale, et elle
enregistre un rythme lent dans son développement. Ainsi, sa mise à niveau est une
obligation, mais avec la contribution de tout les concernés dans son développement, à
savoir; les pouvoirs, les investisseurs, les banques et les agents économiques en général.
Les mentalités devront changer, pour que les algériens puissent s’adapter à ce nouveau
mode de financement, mais avec l’aide de l’Etat à travers les conférences de
sensibilisation et le recours à la publicité, car le manque de l’information et de
communication à été toujours une entrave pour les agents économiques. Les entreprises
algériennes, ont aussi une grande part de responsabilité, elles doivent se débarrasser de
leur appréhension envers ce mode de financement. Eventuellement, ne pas négliger les
petites et moyennes entreprises, source de croissance pour le pays, l’Etat pourra créer un
espace propre à elles en leur facilitant l’accès à la bourse, faire baisser les taxes et autre
mesures, pour qu’elles puissent s’épanouir. D’autre part, la redynamisation de
l’opération de privatisation, pourrait, aussi, permettre le développement du marché
financier et déclencher le processus dynamisant l’économie algérienne.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

- Ouvrages

1) -Abdeladim.L. « Les privatisations d’entreprises publiques dans les pays du


Maghreb Maroc-Algérie-Tunisie ». Les éditions internationales, Paris,1998.
2) -Ben halima.A. « Système bancaire algérien, enjeux et réalités ». OPU, Alger,
1995.
3) -Benbitour.A. « L'Algérie au troisième millénaire ». Marinoor, Alger,1998.
4) -Benissad H. « Algérie restructurations et réformes économiques, 1979-1993 »
OPU. Alger.1994.
5) - Caudamine.G et J. Montier.J. « Banque et marchés financiers » Economica. Paris,
1998.
6) -Debboub. R. « Le nouveau mécanisme économique en Algérie ». OPU, Alger,
2000.
7) M. et Simon.Y. « Bourse et marchés financiers ».ECOMICA.2003

56
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

8) -Goux.J.F « Economie monétaire et financière, théories, institutions et politiques ».


Economica, Paris, 1998.
9) -Ghernaout.M « Crises financières et faillites des banques algériennes. » GAL.
Alger.2004
10) -Hachimi. H. « L'entreprise et l'économe algérienne, quel avenir ? ».Laphomic,
1988.
11) -Masson. J. « Pratique des techniques bancaires. » Centre de formation
professionnelle des banques, Paris.
12) -M'hansadji N. « 5 essais sur l'ouverture de l'économie algérienne ». ENAG, Alger,
1998.
13) -Mourgues. N. « « Le choix des investissements dans l’entreprise », Dunod, Paris,
1994

14) -Naas.A « le système bancaire algérien de la décolonisation à l’économie de


marché » Inas. Paris. 2003.
15) -Ouvrage collectif "Algérie; stabilisation et transition à l'économie de marché",
FMI, Washington, 1998.
- Revues et autres documents

1) -" Media BANK" revue interne de la Banque d'Algérie. Divers numéros.


2) -"Les cahiers du CREAD" publication trimestrielle du CREAD. Divers
numéros.
3) -"Région et développement" N° 02. Paris1995.
4) -"Finances et développement au Maghreb" numéros 29-30.
5) -" Problèmes économiques" Divers numéros.
6) - Dictionnaire de l’économie, Larousse /HER 2000.
- Sites internet

1- Banque Mondiale.
2- FMI.
3- CNES.
4- ONS.
5- Femise.
6- Banque d’Algérie.
7- Bourse d’Alger.

57
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

LES SOCIETES DE GESTION DES PARTICIPATIONS

Abbar Mohammed

Université de Béchar
BP 417, Route de Kenadsa, Béchar, Algérie
e-mail : abbar_mohamed@yahoo.fr

Les Holdings Régionaux ont été dissous par anticipation et remplacés par les Sociétés
de Gestion des Participations à compter du 13 décembre 2001 conformément aux
dispositions de l’article 40 de l’ordonnance 01-04 du 20 août 2001 relative à
l’organisation, la gestion et la privatisation des EPE et Conformément à la résolution du
CNPE n° 01-06-01 du 06 janvier 2001 constituant l’assemblée générale des holdings
publics.

Le rôle des Sociétés de Gestion des Participations (SGP) est de détenir et gérer pour le
compte de l’Etat un patrimoine composé d’un portefeuille d’actions et autres valeurs
mobilières émises en représentation du capital social des entreprises publiques
économiques souscrit directement par l’Etat, de créances détenues sur elles par l’Etat et
d’autres actifs de diverses natures, telles que les liquidités de trésorerie et autres
créances liquides provenant soit de concours de l’Etat actionnaire, soit des revenus
générés par la détention pour compte de l’Etat de ce patrimoine.

La mise en place de ce nouveau dispositif de gestion des participations de l’Etat a été


parachevée avec l’adoption des principaux textes réglementaires, l’adaptation des
attributions, prérogatives et missions du Ministre de tutelle.

Les principes directeurs fondamentaux qui sont à la base de la nouvelle stratégie de


gestion des participations de l'Etat et de privatisation des entreprises publiques sont :

- Le premier principe se rapporte à l'articulation des exigences d'harmonisation et


de complémentarité des stratégies de gestion des participations de l'Etat et de
privatisation des entreprises publiques.

- Le second principe concerne la structuration des responsabilités institutionnelles,


de collégialité dans l’adoption des stratégies de gestion et d'unicité dans
l'exécution.

- Le troisième principe porte sur la réorganisation des portefeuilles par filière


d'activité, organisées en Société de Gestion des Participations ayant pour objectif
la rationalisation des actions et le développement des synergies dans la mise en
œuvre des programmes de restructuration, de partenariat et de privatisation.

- Le quatrième principe a trait à la création de conditions d'une gestion de


proximité, et le développement de relation contractuelle entre les différents

58
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

niveaux de l'édifice chargés de la gestion des participations de l'Etat et de la


privatisation.

- Le cinquième principe concerne la relance de l'investissement, intégrant dans


son champ d'action les opérations de privatisation- partenariat et la remise à
niveau des entreprises,

- Enfin, on intègre la dynamisation du processus de privatisation – partenariat et la


remise à niveau des entreprises conçue comme modalité de développement,
priorisant le maintien ou l'essor des activités et de l'emploi

Missions des SGP


Les SGP constituent un des instruments à travers lequel l’Etat entend exercer son droit
de propriété sur les EPE en leur déléguant un certain nombre de ses prérogatives de
façon concise, opératoire et contractualisée en la forme d’un mandat de gestion. Ainsi,
et conformément à la stratégie et politique de participation et de privatisation arrêtée par
le Conseil des Participations de l'Etat, la SGP en tant que sociétés par actions gérant les
actions et autres valeurs mobilières détenues directement par l'Etat sur les EPE, a pour
missions essentielles :

- de traduire et de mettre en œuvre les programmes de plans de redressement, de


restructuration, de réhabilitation et de développement des EPE.

- d'assurer la gestion et la surveillance stratégique et opérationnelle des


portefeuilles d'actions dans les normes d'efficience et de rentabilité requises.

- d’exercer les prérogatives d’assemblée générale des EPE dans les limités fixées
dans le mandat de gestion et les résolutions de l’assemblée générale.

Le mandat de gestion définit la nature des rapports entre la SGP et les EPE faisant partie
de son portefeuille en conformité avec les dispositions du code de commerce. Dans ce
mandat de gestion sont intégrés et codifiés les éléments suivants :

- L’identification des prérogatives des l’Etat propriétaire déléguées aux SGP ainsi
que les conditions de leur délégation,
- Les conditions de transfert, de détention, et de gestion des actions et autres
valeurs mobilières que détient l’Etat sur les EPE ;
- Les conditions de contractualisation des rapports entre les organes sociaux quant
à l’exercice des prérogatives déléguées, la mesure des performances réalisées et
le mode d’information de l’actionnaire.

Tous les trois mois, obligation est faite aux SGP d’élaborer et de proposer un plan
d’activité global s’étalant sur deux exercices, organisant l’évolution des EPE, lequel
plan comprend les objectifs de partenariat et de privatisation (après l’avis des organes
sociaux des EPE concernées), la gestion du portefeuille de titres et l’organisation et le
management de la SGP.

59
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Dans le cadre de l’information de l’actionnaire, les SGP doivent présenter au Ministre


de tutelle un rapport trimestriel détaillé sur l’Etat d’exécution des missions qui leur sont
conférées au titre du mandat de gestion et des résolutions du CPE. Ces rapports
serviront de base à l’évaluation périodique des SGP, tant en ce qui concerne le travail
accompli que la manière de l’accomplir.

Fonctionnement de la SGP

La SGP est régie au plan de son organisation, de son fonctionnement et de ses


attributions par :
- Les dispositions du code de commerce ;
- Les dispositions de l’ordonnance n°01-04 ;
- Les dispositions du Décret n°01-283 du 24 septembre 2001 portant
forme particulière d’organe d’administration et de gestion des EPE ;
- Les résolutions du CPE ;
- Les dispositions des statuts constitutifs de la SGP ;
- Les dispositions du mandat de gestion.

La SGP est gérée par un directoire qui est un organe de direction collégiale. Cette
collégialité doit signifier une symétrie de l’information, une concertation préalable et
des délibérations sous forme de résolutions.
Le Président du Directoire est tenu d’animer régulièrement des séances de conseil de
directoire et d’assurera la coordination dans le cadre d’un système de règles de gestion
conformément aux dispositions du code de commerce et notamment les articles 648,649
et 653.
La concertation est le principe de base de l’action du directoire, ainsi les membres du
Directoire doivent œuvrer pour garantir leur efficacité et la convergence des actions vers
les objectifs définis dans le plan d’activité global de la SGP.

Les décisions prises par voie de résolution en conseil de directoire sont inhérentes aux
domaines suivants:

Pour le portefeuille :
Le schéma de restructuration et de mise à niveau des entreprises du portefeuille,
l’utilisation des dividendes aux fins de réhabilitation ou de restructuration,
l’opération de privatisation (protocole d’accord pacte des actionnaires, cahier
des charges, appels d’offres, validation des études d’évaluation), la désignation
des organes sociaux, la proposition des cadres dirigeants principaux, la
désignation des commissaires aux comptes, le cadrage des négociations
salariales, l’adoption des résolutions des AG des EPE affiliées, l’évaluation des
tableaux de bords.

Pour l’EPE/SGP :
Le schéma d’organisation et les effectifs, le budget de fonctionnement, les
dépenses d’investissement, la désignation de cadres dirigeants, le choix des
experts et le mode de gestion des consultants, la détermination des qualifications
internes, l’arrêté des comptes sociaux, l’adoption du manuel d’élaboration des
comptes consolidés et l’adoption du règlement intérieur.

60
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Le management des portefeuilles de titres

Les rapports de la SGP avec les EPE dont les titres sont détenus et gérés pour compte
doivent être formalisés par des contrats définissant clairement les objectifs fixés, les
délais de leur réalisation et les moyens pour y parvenir, et ce, conformément au plan
d’activité global. Dans ce cadre, il faudrait :
- Exercer le suivi opérationnel du portefeuille ;
- Accompagner les entreprises dans leur modernisation et leur adaptation
à l’environnement concurrentiel ;
- Fixer les objectifs de croissance réalisables, mesurables et vérifiables ;
- Organiser l’attractivité des EPE du portefeuille ;
- Appliquer des contraintes budgétaires en rapport avec la solvabilité des
entreprises ;
- Développer un cadre de gestion incitant à la discipline de marché.

Ces paramètres seront définis de manière spécifique pour chaque entreprise, et font
l’objet de contrats de performance des cadres dirigeants des entreprises. Ces contrats
devront, impérativement fixer les objectifs et obligations de résultats assignés aux
organes de gestion des EPE.

Dans ce cadre global, les organes sociaux et les gestionnaires des SGP et des
entreprises publiques sont appelés à rénover leurs systèmes de responsabilité pour faire
conserver au secteur public toutes ses chances de partenariat, voire ses valeurs
privatisables.
La situation du secteur public commande en effet de dépasser les réflexes dictés par le
simple commandement fondé sur l’exercice de prérogatives : l’entreprise doit être au
centre d’un dispositif de gestion qui lui sera dédié et non qui incite à l’assujettir, voire à
l’asservir. Pour ce faire, il y a lieu de :

- Favoriser la mise en place des directoires et conseils de surveillance


(définissant leurs droits et leurs devoirs) dans les entreprises qui
détiennent des participations ou qui ont recours régulièrement aux
marchés extérieurs.
- Recourir à la désignation d’administrateurs indépendants, en faisant
appel aux compétences de la communauté universitaire et à celui des
ministères sectoriels.
- Limiter le cumul des mandats des administrateurs ou des membres des
conseils de surveillance.
- Supprimer les mandats réciproques.
- Organiser la communication interne.

Le processus de partenariat- privatisation

Le processus de partenariat - privatisation, engageant totalement les organes sociaux des


EPE concernées, doit être mis en œuvre conformément aux résolutions du CPE. Les
organes sociaux et gestionnaires des EPE doivent prendre conscience que les actes de
gestion stratégique ne sont pas séparables de la recherche soutenue des actions de

61
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

partenariat – privatisation et de la préparation des conditions d’allégement de


l’endettement de leurs entreprises.
Cette démarche de partenariat – privatisation qui constituera l’acte d’investissement,
destiné à pérenniser l’entreprise, ne se résume pas à une simple opération de transfert
partiel ou total de la propriété, mais consiste fondamentalement en une adaptation à
l’économie concurrentielle avec la préservation de l’emploi comme priorité.
Les modalités de mise en œuvre de la privatisation sont par ailleurs déterminées, aux
termes de l’application des dispositions des articles 21 et 22 de l’ordonnance n° 01-04,
par le CPE. Aussi, les SGP sont-elles appelées à déployer leurs énergies pour
concrétiser les programmes de privatisation arrêtés dans ce cadre.

En vue de garantir les conditions d’efficacité de cette démarche, il est impératif qu’elle
soit fondée sur une structuration transparente des responsabilités, en conformité avec les
prérogatives institutionnelles énoncées dans l’ordonnance 01-04.
Dans ce cadre, les SGP sont pour le CPE, non seulement un levier de gestion
opérationnelle du portefeuille constitué d’entreprises publiques, mais également de
véritables « agences de privatisation » mobilisables dans le cadre de la réalisation des
programmes adoptés par le CPE. A ce titre, et en liaison avec le Ministère, celles-ci
doivent participer à la préparation du dossier technique relatif aux privatisations,
comprenant notamment : l’évaluation, le mémorandum d’information, le rapport
d’information, le rapport circonstancié, le dossier sur la communication etc ..

A l’issue du travail d’évaluation de la situation des portefeuilles, les SGP :

o donnent une impulsion à la recherche systématique des


possibilités de partenariat avec le secteur privé national.
o favorisent les formules de partenariat fondées sur des prises de
participation dans le capital des EPE existantes.
o évitent le recours systématique aux formules de « joint-
venture » sauf dans les cas de préservation de l’emploi et de
conquête des marchés extérieurs.

L’action sur l’endettement des entreprises déstructurées

L’objectif fondamental, qu’il faut placer au centre de l’action des SGP, est de remplacer
la dépendance de l’entreprise publique à l’égard du trésor public par une dépendance à
l’égard des mécanismes économiques. Cet objectif est contrarié par l’importance de
l’endettement des entreprises publiques, qui fait peser des risques aux banques
publiques, et par suite, au potentiel national d’accumulation.
La première alternative de désendettement peut être consacrée par la cession de valeurs
mobilières dans le cadre des programmes de partenariat - privatisation adoptés par le
CPE.
D’autre part, l’entreprise publique a la faculté légale de choisir les modalités d’assurer
sa pérennité, y compris de s’ouvrir à des alliances. Pour cela, elle doit privilégier les
approches simplifiées, rapides et moins coûteuses.

62
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Cependant, la reprise de l’entreprise par ses salariés s’avère-t-elle un mode de


privatisation porteur dans le cas des petites et moyennes entreprises tant du point de vue
de la taille que du point de vue technologique et dont les collectifs de salariés, cadres
dirigeants y compris, acceptent de prendre en charge les dettes de l’entreprise.
La cession peut porter sur les actions de l’entreprise ou sur des actifs concernant les
unités d’exploitation non dotées de la personne morale.

Les salariés intéressés par la reprise de leur entreprise dans les conditions citées ci-
dessus, formulent aux institutions concernées leur intention d’achat accompagnée d’une
offre technique et financière conséquente.
La décision finale de reprises d’une entreprise par ses salariés doit cependant être prise
par le CPE sur rapport circonstancié du Ministre chargé des privatisations

Une fois la reprise engagée, les salariés concernés doivent s’organiser en société
commerciale dans l’une des formes prévues par le code de commerce.

En ce qui concerne le traitement des créances douteuses dont le volume est important, et
dans le cas des EPE en difficultés, celles-ci doivent se plier aux règles de solvabilité et
d’orthodoxie économique en :

- Procédant à la conversion des créances, par voie de négociation entre


les banques et les EPE, en prises de participation,
- En mettant mise en œuvre des dispositions de l’article 71 de la loi de
finances 2003, aux fins d’améliorer l’actif net,
- En négociant au niveau des entreprises déstructurées un pacte salarial
avec le partenaire social subordonnant toute augmentation des charges
salariales au rétablissement de la solvabilité de l’entreprise.
- En traitant le problème des arriérés de salaires de dans le cadre d’une
démarche négociée en recourant au concept de « comptes courants
associés », constitués à partir des créances détenues par les salariés sur
l’entreprise.
- En cédant ou en déployant les actifs immobiliers non utilisés, devenus
excédentaires suite à une perte de marché totale ou partielle, et ce, dans
le cadre d’une démarche de valorisation des dits actifs excédentaires.
- en exploitant la faisabilité de toutes les alternatives susceptibles de
réduire l’endettement, y compris la possibilité de contracter des crédits
fournisseurs convertibles en prises de participation.

Dans le cadre des opérations de restructuration des EPE, en vue de leur préparation à
des opérations de partenariat ou de privatisation totale, l’AG de la SGP peut décider de
faire apport d’un bien d’une EPE à une autre EPE relevant d’un même portefeuille sans
recourir à la transaction commerciale.

Les cessions d’actifs

63
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Dans le cadre des opérations de privatisation par la cession des actifs, l’appel à la
concurrence constitue une règle générale, la valeur domaniale demeurant une référence
en la matière. Toutefois, la cession de gré à gré d’actifs entre les EPE et/ou au profit
d’EPIC est autorisée après accord des organes sociaux des entreprises concernées et du
CPE.
Pour les opérations entre les EPE d’un même portefeuille l’AG de la SGP peut autoriser
le transfert à la valeur bilancielle.
Le produit de la cession doit être destiné à financer un désendettement, un
investissement, ou à prendre en charge le coût du volet social dans le cadre d’une
opération de restructuration.

En revanche, la privatisation d’actifs constituant une unité d’exploitation autonome est


traitée conformément à l’ordonnance n° 01-04 et aux décisions prises en la matière au
niveau des organes des SGP en relation avec les EPE propriétaires des actifs concernés.
Quant aux cessions d’actifs pris séparément, elles sont du ressort des AG des EPE
concernées.

La Gestion des Ressources Humaines

Pour les SGP, la désignation des Membres du Directoire s’effectue selon les modalités
fixées par le décret n° 01-283 du 24 septembre 2001.

En ce qui concerne les EPE, le choix des dirigeants répond à l’instruction du 18


novembre 1996, la procédure devant prévaloir étant la suivante :

La sélection s’effectue sur la base de trois postulants par fonction à pouvoir aux fins
d’engager les procédures de réhabilitation.
Aux termes de cette procédure, les directoires des SGP auront à procéder en objectivité,
au choix du candidat dont le profil répond aux qualités professionnelles, paraissent
correspondre aux exigences du poste à pouvoir. Les candidatures retenues sont
signifiées par écrit à la SGP concernée, ampliation faite au Ministre de tutelle.

Les pouvoirs de nomination et de révocation des cadres dirigeants principaux des EPE
dans les SGP sont exercés exclusivement par les organes compétents de celle-ci dans les
conditions fixées par la présente note.

Les missions à l’étranger

Les missions à l’étranger sont subordonnées au respect de la procédure suivante :

Pour les membres des directoires des SGP et des entreprises non affiliées, les ordres de
missions à l’étranger sont établis par les services du Chef du Gouvernement, après
transmission des demandes y afférentes sous couvert du Ministre de tutelle.

Pour les dirigeants principaux des EPE, les ordres de missions sont établis et signés par
le Président du Directoire de la SGP, le Ministre de tutelle étant informé.

64
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Pour les cadres des entreprises, les ordres de missions sont établis et signé par le
dirigeant principal de l’entreprise dont ils relèvent, après avis et accord préalable du
Président du directoire de la SGP concernée.

Les missions doivent être sanctionnées par des rapports de missions à adresser à
l’autorité ayant délivré l’ordre de mission et au Ministre de tutelle dans un délai
maximal de huit (8) jours après la fin de ladite mission. Ces rapports doivent contenir
une évaluation circonstanciée de la mission et des résultats obtenus.

65
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

La force du NON
La pensée soufie en tant qu’engagement désintéressé

Ouiza GALLEZE
Centre de Recherche en Anthropologie, Alger

« J'ai triplement divorcé d'avec le monde, et seul je suis allé vers le


Seul. J'étais devant la présence et j'ai crié : "Seigneur Dieu, je ne
désire rien d'autre que Toi! Si je Te possède, je possède tout »

Abu Yazid al-Bistami dit Bayazid

Introduction

Le soufisme est une réinterprétation du Coran, une lecture nouvelle à la lumière de


données propres à une catégorie d’individus. C’est la présentation populaire de la
religion, celle que nous constatons dès le premier contact d’une société, à travers les
fêtes religieuses folkloriques, les pèlerinages dans des villages à peine accessibles qui
drainent pourtant d’énormes groupes de tous bords et parfois des pratiques particulières
qui donnent la spécificité à la région. Le soufisme est la mystique de l’Islam, un
mouvement spirituel né dans le monde musulman à peine quelques décennies après
l’arrivée de l’Islam. Ayant pris ses racines initiales dans l'orthodoxie religieuse, il se
développe comme une doctrine ésotérique.
Mais il évolue rapidement vers des courants divergents. Cette divergence peut être une
simple apparence ou suite à l’évolution historique. Certes, certains ont eu une existence
éphémères, d’autres sont encore là de nos jours alors qu’ils font prévaloir une histoire
ancestrale qui remonterait jusqu’à l’époque du Prophète. D’autres enfin sont tout récents
mais revendiquent aussi cette antériorité par une filiation spirituelle. Le soufisme a
profité de savoirs de grands penseurs comme Ibn Arabi, Jalal Eddine ar-Rumi ou plus
récemment Mohamed Iqbal, mais c’est surtout par des pratiques confrériques
populaires qu’il fait le plus parler de lui, un soufisme populaire qui se développe dans
des milieux pauvres.

Origine du mot
Soufisme, soufi (sufi/ sufiyya) est l’équivalent de mystique. Ces mots se rattachent au
substantif souf (sûf) -laine- ou, comme disait Louis Massignon, « la robe de laine dans
l’expression labisa as-souf (il se vêtit de laine). Il s’agit à l’origine d’une robe blanche
ensuite, d’une robe noire ou rayée1 ». Cette tenue est justifiée par le fait que les
prophètes s’habillaient de laine. Mais c’est aussi un signe extérieur de celui qui professe
ou pratique une doctrine mystique.

1
- Louis Massignon : la passion de Hallaj, V. I, p.143.

66
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Certains avancent l'hypothèse que le mot soufisme vient de l'arabe "suffa", "banc" et
ferait référence au banc sur lequel le prophète s'asseyait pour prêcher dans la mosquée
de Yathrib (Médine).

D’autres interprétations sont possibles : on attribue l’origine de ce terme à safa’ (la


pureté) -comme Ikhwan as-Safa’ ou encore au terme grec sophos (sage). Mais cette
dernière possibilité est peu probable car d’une part le transfert de la philosophie grecque
vers l’arabe est postérieure à la parution du soufisme, d’autre part la sagesse a été
traduite par hikma et le sage par hakim. Certains font remarquer même qu'à part la
première dérivation, toutes les autres sont incorrectes du point de vue de la grammaire
arabe.

Rajoutons à cela le fait qu’en langue arabe les lettres correspondent à des nombres où le
sens véritable du mot ne peut être donné que par « l'addition des valeurs numériques des
lettres dont il est formé ». A ce sujet René Guénon dit : « le mot soufi a la même valeur
numérique que « Al-Hikma el-Ilahiya », (la sagesse divine). Le soufi véritable est donc
celui qui possède cette sagesse ou al-ârif bi'llah, c'est-à-dire « celui qui connaît par
Dieu 2». Dans un langage francisé et beaucoup plus récent, le soufi est appelé marabout.
Il existe en effet dans les pays du Maghreb le terme M’rabet ou Murabit, qui signifiait à
l’origine « celui qui tient la garnison dans une forteresse frontalière ». C’est en rapport
avec ces postes de gardes des frontières éloignés des villes et du trafic urbain où
quelques reclus -hommes de croyance ascétique- s’y rendaient et effectuaient des
séjours en solitaires. Le mot aurait au fil du temps perdu toute connotation militaire
mais il resta porteur du sens de « lieu d’accueil », ou « ilot de paix ». La zaouia très
répandue dans les pays du Maghreb reçoit des malades, des ascètes et des disciples qui
désirent approfondir leurs connaissances mystiques. C’est là que se développent
aujourd’hui les pratiques soufies.

Le fakir ou le derwiche qui signifient « pauvre, au sens de pauvreté en esprit » est le


terme approprié dans l’Islam de l’Est, notamment l’Irak, l’Égypte et l’Iran. Parmi eux
certains se livrent publiquement à des jongleries et à des danses d’un genre particulier.
Ce qui leur donnera ce sens folklorique répandu en Europe.

Histoire du soufisme
La mystique islamique a commencé historiquement au IIè/VIIIè. Le terme soufi n’était
pas encore répandu. Il était utilisé en Irak, Syrie, un peu en Égypte pas du tout en Iran
plus tardivement islamisé.
L’idée la plus répandue est que l’individu renonce au monde (az-zuhd fi ad-dunya). En
réalité, même si les livres d’histoire parlent de personnes issues de classes sociales
riches ou moyennes (comme Farid Dine ‘Attar) qui ont renoncé aux bienfaits de ce
monde pour se suffire à une robe en laine, il est sûr que le nombre de soufis à travers le
temps est nettement plus important que ces quelques cas. Cependant, il faut dire que
cette première catégorie de gens, les plus radicaux, apparus surtout au début du
mouvement, prônaient une attitude symptomatique de rupture. Leur mot d’ordre était al-
ghurba ou gharib, ils se déclaraient étrangers à un monde corrompu et égaré tenu par de

2
- Ésotérisme islamique et Taoïsme, René Guenon, p. 21

67
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

mauvais guides3 et s’opposaient au pouvoir en place qui ont instrumentalisé la religion.


Ils vivaient généralement retirés du monde. Ils prônaient le célibat (relativement), ils
encourageaient l’errance, l’absence d’activités régulières, le végétarisme, l’habillement
excentrique (soit plus luxueux que les courtisans ou plus misérables que les mendiants)
voire le rejet des obligations cultuelles (la prière du vendredi) qui est le symbole de la
communauté. Mais la majorité a préféré rester dans son milieu social pour essayer
d’agir de l’intérieur afin d’assouplir ou de changer les normes sociales, tout en affichant
une révolte avérée contre le pouvoir en place. D’ailleurs, jusqu’au début du IIIè/IXè
siècle, ces insoumis étaient considérés comme fous pour ne pas susciter le jugement
prévu pour les opposants –apostats-. Mais en 922, lorsque le premier jugement
(condamnation à mort) est prononcé contre Hallaj4, les bouffonneries vont vite cesser, le
sérieux reprendra dans les rangs soufis. C’est là que le soufisme devient doctrine,
s’enseigne de façon plutôt cachée en constituant des écoles autour de quelques maitres
et la notion du secret ésotérique prend forme.
A ce niveau le soufisme n’est plus une révolte excentrique, mais il n’est pas encore
spiritualisme ésotérique à la recherche du nom caché. C’est un acte d’existence où
l’individu s’implique activement dans sa vie, à ne plus distinguer ce qui le concerne de
ce qui concerne sa société ou son environnement. Il s’engage dans une conduite, un acte
et un rapport à l’avenir réfléchi et décidé. Par son rejet du rigorisme politico-religieux, il
s’engage concrètement dans une histoire qui peut s’avérer universelle avec un impact
sur le futur même de l’humanité. C’est un acte à caractère émancipateur et anticipateur.
L’attitude de l’engagé est d’assumer activement une situation ou une action en cours et
dans le futur.
Le soufisme a toujours su s'adapter aux hommes qu'il rencontrait afin de toucher leur
être profond, par-delà les formes culturelles et cultuelles qui sont les leurs. Car la vérité
est une, mais les paroles sont multiples.
Des premiers opposants errants, ils restent très peu d’écrits (comme les poèmes de
Rabi’a (m. 185/801), ou Hasan al-Basri (m. 110/728) le piétiste, car leur soufisme était
surtout d’ordre pratique.

Souvent critiqués par leurs contemporains, les soufis essaient de démontrer l'orthodoxie
de leurs comportements, citant en exemple les générations passées, parmi lesquelles un
même personnage aurait été à la fois un savant reconnu et un adepte du soufisme, et
cherchant les sources justifiant leurs façon de faire dans le Coran comme le verset :
« Reste en compagnie de ceux qui, matin et soir, invoquent leur Seigneur ne désirant
que Son agrément » (Coran XVIII ; 28). Certes, un hadith très explicite atteste « pas de
monachisme en Islam », mais certains comme Ibn Ararbi relèvent un verset coranique
(reconnu fort complexe) qui souligne l'intention positive de l’idée : « Nous lui avons
donné (à Jésus) l'Évangile. Nous avons établi dans les cœurs de ceux qui l'ont suivi la
mansuétude, la compassion et la vie monastique qu'ils ont instaurée - Nous ne leur
avions pas prescrite - uniquement poussés par le désir de plaire à Dieu. Mais ils ne l'ont
pas observée comme ils auraient dû le faire » (Coran LVII ; 27).

3
- L. Massignon : essai …, p.247.
4
- Il y eut aussi A'd Din Mahmud Shabestari, brûlé sur un bûcher, Abdeslam Ben Mchich Alami,
Baba ould Cheikhna Ahamada Hamahoullah et Cheikh Sid Mohamed ould Cheikhna tous assassinés ou
persécutés au non d’un Islam fondamentaliste.

68
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Les orientalistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle mais aussi des auteurs plus
anciens ont souvent voulu voir dans le soufisme un courant attestant d'une origine
extérieure à l'Islam. Ainsi, la question des influences met en exergue les ressemblances
avec la mystique chrétienne ou l'ascétisme monastique chrétien, la religion
zoroastrienne, le bouddhisme l’hindouisme et même les idées platoniciennes.

La différence cependant est que ces modèles n’ont jamais marqué une rupture grave,
importante et significative avec leur société. Seuls les soufis se sont érigés en opposants
révoltés, rejetant tout d’un État qui utilisait la religion pour appliquer un rigorisme
conservateur et fondamentaliste dénué de la dimension spirituelle et humaine à laquelle
le Prophète destinait l’Islam. Ainsi le soufisme surtout à ses débuts, n’était pas qu’un
courant mystique, c’était d’abord -dans les termes contemporains- un mouvement
politique qui se battait pour une société juste et un Islam au-delà des aspirations
politique. Plusieurs siècles de lutte dans un environnement sociopolitique difficile : se
faire connaitre, se faire admettre, s’imposer, asseoir ses pratiques, avoir des adeptes,
sans attirer les regards en restant dans la limite de l’acceptable. Aujourd’hui encore
quelques réactions de rejets subsistent.
Il se démarque ainsi dans la forme et dans le fonds des tendances purement
immatérielles, tout en faisant du Coran la base même de sa méditation et de ses
pratiques. Les anciennes tariqa (pluriel –turuq- voies soufies /écoles) soufies ont
d’ailleurs été d'un enseignement très orthodoxe. Mais le soufisme cultive
volontairement le mystère que Mohamed aurait reçu en même temps que le Coran des
révélations ésotériques qu'il n'aurait fait partager qu'à quelques uns de ses compagnons.
Malgré cette relation intime au Coran et au Prophète, des interprétations tardives le
mettent en opposition avec l'Islam traditionnel.

Toutes les tariqa fondées par des shaykh (maîtres spirituels) veulent remonter leur arbre
généalogique jusqu’au Prophète Muhammad (considéré comme le premier maitre soufi)
qui leur aurait transmis ces secrets révélés. Et chaque soufi -à quelques exceptions près-
est individuellement rattaché à une « chaîne initiatique» (silsilah) qui représente sa
généalogie spirituelle, grâce à laquelle il est relié par différents intermédiaires au
Prophète.

Ibn ata Allah décrit la fonction du Guide spirituel en disant : « Ton Guide n'est pas celui
duquel tu entends des discours, mais celui dont la présence te transforme; Il n'est pas
celui dont l'expression te guide, mais celui dont l'allusion spirituelle te pénètre; Il n'est
pas celui qui t'invite à la porte, mais celui qui soulève le voile qui te sépare de Lui; Il
n'est pas celui qui te dirige par des paroles, mais celui qui te transforme par son état
spirituel; Il est celui qui te délivre de la prison de tes passions pour t'introduire chez le
Maître des Mondes; Il est celui qui ne cesse de polir le miroir de ton coeur jusqu'à ce
que s'y irradient les lumières de ton Seigneur; Il t'élève vers Allah et lorsque tu t'es
élevé, il te transporte vers Lui; Il ne cesse pourtant de te garder jusqu'à ce qu'il te dépose
entre Ses mains; Il t'introduit dans la lumière de la Présence Divine, et te dit : « Te
voilà, et ton Seigneur » ».

69
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Dans les villes-phares de la civilisation musulmane comme Basra et Baghdad5, creuset


d’influences diverses, des centres intellectuels mystiques prirent naissance rendant
évident et réel le soufisme historique. Apparaissent ainsi les premiers maitres, entourés
de disciples qui lancent les premières écoles soufies : Djunayd (m. 298/910), Sahl al-
Tustari (m. 283/896).

La doctrine soufie

Du point de vue des idées, le soufisme est un courant ésotérique qui professe une
doctrine affirmant que toute réalité comporte un aspect extérieur apparent (exotérique
ou zahir) et un aspect intérieur caché (ésotérique6 ou batin). Il se caractérise par la
recherche d'un état spirituel qui permet d'accéder à cette connaissance cachée. Cette
importance accordée aux secrets a même mené jusqu'à l'invention des langues
particulières.

Dans la pratique de la doctrine, la première phase est celle du rejet de la conscience


habituelle, celle des cinq sens, par la recherche d'un état d'"ivresse" spirituelle, parfois
assimilé à tort à une sorte d’extase. Les soufis eux-mêmes parlent plutôt d'« extinction »
ou d’« annihilation de l'ego» (al-fana'), afin de parvenir à la conscience de la présence
de l'action de Dieu.

Cette première étape réalisée, le soufi doit revenir au monde extérieur qu'il avait rejeté.
Cette deuxième étape est désignée dans le lexique soufi par différents termes qui
correspondent à autant d'aspects de ce second voyage : la « subsistance ou la
permanence » (baqâ), la lucidité (sahw), le retour vers les créatures (rujû'). Cette étape
qui est plus cyclique que linéaire est par nature ésotérique. Ahmad Al Alawi dit : « Que
de fois on a employé ces expressions, alors que les gens ignorent ce qu’on entend par
là ! Tout ce qu'ils peuvent affirmer à ce sujet dépend de leur capacité à imaginer, par des
constructions conceptuelles (wahm), ce à quoi se réfèrent ces expressions, puisqu'il est
impossible de le savoir tant que l'on n'a pas rejoint Dieu ».

La terminologie coranique aussi présente le même processus qui consiste à décrire les
différents degrés de réalisation spirituelle.

Les maîtres soufis distinguent trois phases dans l'élévation de l'âme vers la connaissance
de Dieu :

- l'âme est gouvernée par ses passions : le postulant est appelé murīd (novice;
nouvel adepte; disciple).
- l'âme se blâme elle-même : le postulant appelé itinérant salîk (voyageur) -
allusion au « voyage intérieur » cherche à se corriger intérieurement.
- le troisième et dernier niveau est celui de l'âme apaisée (nafs mutma’inna).

Comment se rapprocher du divin ?

5
- capitale abbasside fondée en 145/762.
6
- L’ésotérisme est d'origine grecque. Il désignait habituellement des enseignements réservés à un petit
nombre d'initiés, notamment les Mystères d'Éleusis.

70
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

« Le Coran est un livre sur lequel il faut se tenir pour s’envoler dans les airs »

(Jalal Dine Rumi)

L'adhésion au Coran reste un préalable nécessaire à la compréhension du monde. Les


rites sont inutiles s'ils ne sont pas accomplis avec sincérité. Mais les cinq piliers ne sont
que le point de départ qui peuvent être multipliés autant de fois que possible pour se
rapprocher du divin.

Mais Ahmad al-Alawi ne partage pas cet avis et pense que même si la pratique de
l'Islam est l'un des principaux pré-requis du tassawwuf , elle doit se faire sans
supplément en matière de prières et de jeûne, car « il se situe uniquement au niveau de
l'orientation intérieure et ne vise ni à rajouter des rites ni à en retrancher ».

Le soufisme prône l'existence d'une connaissance cachée ('ilm al-Bâtin) et un idéal de


non-attachement aux choses de ce monde et de combat intérieur contre le vice. Il se
caractérise parfois par des pratiques ascétiques visant à purifier l'ego, mais l'élément
commun à tous les soufis sans exception est le dhikr, qu'on pourrait traduire par
« mention », « invocation » ou « rappel ». Cet exercice spirituel qui consiste à se
remémorer Dieu en répétant de manière rythmée les noms divins ou des formules
traditionnelles tirées du Coran telles que la shahâda (témoignage de foi). Le dikhr est
considéré comme une pratique purificatrice de l'âme, car on juge que le nom d'Allah
possède une sorte de valeur théurgique qui agit sur l'âme.

Une autre pratique régulière est la récitation de poèmes à caractère spirituel, notamment
la louange du Prophète Muhammad.

Dans le soufisme, l'Être suprême est Dieu auquel on accède « accéder à Son agrément -
par l'Amour de Lui ». le dhikr étant une des voies d’accès.

Le tassawwuf a pour but de conduire au degré de l'excellence de la foi et du


comportement (al-ihsân) qui, par la purification du cœur, conduirait à la sincérité
spirituelle (ikhlâs) , celle par laquelle "on connaît" et par laquelle "on voit" (ru’ya).
Celui qui parvient à ce but, après avoir mené le grand combat, dépouillé de son
individualité (ego) - ou plutôt l'ayant domestiqué - et délivré de toutes les visions
partielles et illusoires qui y sont attachées, accède au degré recherché de la connaissance
de Dieu, et n'agit que par adoration de Lui ainsi le dit-Il: « Mon Serviteur ne s'approche
de Moi par rien que J'aime plus que les actes que Je lui ai prescrits ; puis Il ne cesse de
s'approcher de Moi par les œuvres surérogatoires jusqu'à ce que Je l'aime. Et lorsque Je
l'aime, Je suis l'ouïe par laquelle il entend, la vue par laquelle il voit, la main par
laquelle il saisit…7».

Les soufis prétendent que leur voie est reconnue par les quatre écoles juridiques
sunnites (madhahib), et les quatre fondateurs sont eux-mêmes classés comme des
soufis, au sens véritable du mot, c'est-à-dire des saints. Les chiites eux verraient le
soufisme comme une expression de la foi islamique. Al-Ghazâlî rappelle que « Shâfi‘î

7
- Hadith qudsî rapporté par Al-Boukharî.

71
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

s'asseyait devant Shaybân al-Râ‘î (un soufi), comme un enfant s'accroupit à l'école
coranique, et lui demandait comment il devait faire en telle et telle affaire8». Ibn
Khaldûn serait du même avis.

Organisation des tariqa

Chaque maître soufi s'entoure d'un groupe de disciples et anime une tariqa. Il s’inspire
en cela d’enseignements d’un grand maître des siècles passés. Il détient le secret divin,
il est en relation avec son maitre spirituel malgré l’écart de plusieurs siècles9, il possède
une méthode pour l'accession à l'unité divine et nul ne peut remettre en cause la validité
de son enseignement du moment qu'il se réfère à l'Islam.

L'ascension vers Dieu passe par des exercices et des modes de pratique de la religion :
veilles (sahar), jeûnes (siyâm), danses cosmiques (sama’), mentions ou litanies (dhikr),
contrôle respiratoire (nafas)…

Les thèmes du soufisme


L’expérience mystique est transcrite sur des traités par des thèmes spécifiques :
l’éducation de l’âme, l’amour de Dieu, l’ascension vers Dieu, les maqam
(niveaux/positions), les états (hal/ahwal). Mais le thème principal du soufisme est le
fana’ (anéantissement) qui va répondre à tout désir de fondre en Dieu et se confondre
avec Lui, car on ne peut prétendre dans une société monothéiste rigoureuse à un état
d’union consubstantiel (ittihad) ni d’infusion (hulul), ni de panthéisme.
Le soufisme a son propre langage. Quelques termes prépondérants propres à la pensée
soufie peuvent nous mettre sur la voix du sens véritable de la pensée soufie.
Ru’ya t-allah
Hasan al-Basri était contemporain de Rabca-l-cAdawiyya. Ils sont contemporains de
Ibrahim Ibn al-Adham qui a renoncé à la royauté pour gouter au plaisir de
l’anéantissement afin de voir Dieu. Leur passion à tous en effet était la vue (ru’ya) de la
face de Dieu.
Le langage et la vérité suprême
Pour Ibn Arabi, le langage est l’expression du bien par al-Ruh, mais il peut être aussi
l’expression du mal par al-Nafs. Parler est un phénomène magique. Alors est–ce que le
courage est l’expression de Nafs ou de Ruh ? Le soufi parvient à envahir par le Ruh tout
le domaine du Nafs, il devient pur. « « (Ils) ont proposé à Adam de revêtir le corps de
chaire et naïvement il a accepté».
Le langage représente la phase intermédiaire entre le UN et le multiple (le passage de la
phase essence à la phase paraitre). A ce moment, Il (Dieu) instaure l’intellect universel
en nommant les lettres (il apprit à Adam tous les noms)10. Chaque lettre a une force et
une qualité : le alif est le plus noble et le plus équilibré, il contient 5 forces : intellect

8
- Al-Ghazali : Ihya', I, Livre 1, bâb 2, bayân
9
- Dans Kitab al-Mawaqif l’Emir Abdelkader raconte avoir eu plusieurs visions du Shaykh al-Akbar
Muhyaddine Ibn Arabi, non comme des visions furtives mais des séances de discussion avec de longs
débats l’instruisant de certaines choses ou le félicitant pour d’autres.
10
- Coran, sourate 2, verset 31.

72
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

(caql), mention (dhikr), compréhension (fahm), réflexion (fikr), imagination


(takhayyul)…
Les 28 lettres constituent 28 forces de formes spirituelles, 14 sont naturelles, et 14 sont
subtiles, ou encore 14 lumineuses (lettres de lumières) et 14 obscures. Ibn Arabi compte
29 lettres, le « lam-alif » est une lettre. Le ya est la force naturelle.

Les shatahat ou le paradoxe du langage chez Ba-Yazid


Abu Yazid al-Bastami (800/874) est un remarquable personnage isolé, qui ne cherchait
ni maitre ni disciple et remettait en cause la mesure de toutes choses. Avec les shatahat,
où il parle comme si Dieu parlait à sa place, il passe maitre dans le paradoxe du langage.
Sa mère lui a raconté que lorsqu’elle était enceinte de lui, quand elle mangeait une
nourriture douteuse, il bougeait dans son ventre.
Pour lui, tout fait débat : par exemple, des fervents parleurs il dit : au lieu d’apprendre la
grammaire, ils feraient mieux d’apprendre le silence. Ou encore, l’ascétisme est aussi
un moyen de s’attacher au monde. Ramasser la science du hadith c’est ce qui vous
empêche de rencontrer Dieu.
Pour lui, le fait de se priver n’a rien à voir avec l’amour de Dieu. Il mangeait à satiété, il
était obèse et ne se privait de rien. Mais il dit aussi :
« J’ai accompli l’ascète en 4 jours et j’ai renoncé :
- Le premier jour au monde,
- Le deuxième jour à l’au-delà,
- Le troisième jour à tout ce qui n’est pas Dieu,
- Le quatrième jour, j’ai entendu une voix me dire : donc tu n’as pas la force de
m’atteindre. Puis Elle continue : tu as trouvé, tu as trouvé (açabta, açabta).

Sur la volonté de rencontrer Dieu, il dit :


« Dieu a tout créé. Au début de mon invocation, je me suis trompé sur 4 points :
- J’imaginais que je l’invoquais,
- J’imaginais que je l’aimais,
- J’imaginais que je le cherchais,
- J’imaginais que je l’ai rencontré,
Mais je réalisais qu’il m’avait cherché avant ma propre recherche ».

Il dit enfin dans le paradoxe du baqa’ et du fana’ : « Je suis Dieu en tant que je suis
moi, Je suis Dieu en tant qu’il est lui-même ».
Le pouvoir
La notion de pouvoir très présente dans le langage soufi prend un autre sens et un
contenu différent. Elle découle des déterminants même de Dieu : al-carsh wa al-kursi.

73
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Quand Dieu a dressé le monde, il s’est placé dans le kursi et autour de lui al-carsh qui
contient tout ce qui est apparent.
De ce fait, on peut attester qu’il y a Ibtida’ (un début de la création ou du monde crée).
Et que le pouvoir, équivalent de la volonté est aussi dans la structure de la création.
L’amour divin
L’amour divin est le maitre mot du monde soufi. Les recherches et révélations à ce sujet
sont innombrables, les plus spectaculaires étant les déclarations de Rabca al-cadawiya,
Hasan al-Basri et Ibrahim b. al-Adham.
L’amour efface toute trace et n’est relié à aucun état. L’amoureux est celui dont
l’essence est absorbée par l’amour divin et ses attributs sont anéantis. On parle à propos
du Prophète d’un amour passion, chaste, non divulgué… cet amour laisse chez
l’amoureux les traces de la chasteté et de la pudeur. L’amour divin anéantit les sens.
C’est pourquoi le Prophète dit : l’amour de quelque chose rend sourd et aveugle ».
Certains thèmes constituent la controverse de la pensée soufie tant les avis à leur sujet
sont partagés entre philosophes, hommes de culte et maitres soufis. C’est le cas de
wihdat al-wudjud (unicité de l’être), la notion de « Trésor caché » été la problématique
de l’homme parfait ou l’homme universel (insan kamil).
Le Trésor caché
La notion de « Trésor caché » qui fait exprimer Dieu à la première personne, renvoie
au hadith selon lequel Dieu a dit : "J’étais un trésor caché et J’ai aimé [ou voulu]
(aradtu) à être connu. Alors j’ai créé les créatures afin d’être connu par elles11". Dans ce
hadith la volonté de Dieu d’être connu est véhiculée par le désir et l’amour : "lorsque
Dieu S’est connu Lui-même et a connu le monde par Lui-même, Il l’a créé selon Sa
forme. Le monde fut donc un miroir dans lequel Il contemple Son image. Il n’a aimé, en
réalité, que Lui-même". Ce rapport de soi à soi se comprend par le fait que le monde
tout entier, connu par Dieu dans Sa science éternelle, n’est que formes épiphaniques
pour Sa manifestation (tajallî). En Se manifestant dans ces formes, Il Se connaît et Se
contemple et aime la créature en S’aimant Lui-même12. "Ainsi, l’objet de l’amour, sous
tous ses aspects, est Dieu. L’Être Vrai en se connaissant Soi-même connaît le monde de
Soi-même qu’Il manifeste selon Sa forme. Partant de là, le monde se trouve être un
miroir dans lequel Dieu voit Sa forme".
Wihdat al Wujûd
La question de « Wihdat al Wujûd » (on prononce aussi wahdat) « Unicité de l'Être »
attribuée à Ibn Arabi de façon exclusive a été employée pour la première fois par son
disciple et beau-fils Sadr al-Dîn al-Qûnawî. En effet, Ibn 'Arabi l’a juste laissée
entendre dans plusieurs textes de son œuvre, notamment "al-Futûhât al-makkiya" et
"Fusûs al-Hikam" en disant que "la réalité de l'Être est unique" (Haqîqat al-Wujûd
wâhida), que Dieu est l'Être au sens absolu, le véritable Être, ce qu’on appelle en
philosophie « l'Être nécessaire », qui conditionne tous les êtres subordonnés et
contingents, et n'est conditionné par aucun autre être. La notion de "Wihdat al-Wujûd"
est l'interprétation exagérée d’un pilier de l'islam « l'unicité » (tawhîd).

11
- Futuhat d'Ibn 'Arabi, II, p. 322, chap. 178.
12
- Ibn 'Arabi, Traité de l’amour, p. 60.

74
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

A tort ou à raison, cette pensée de l’Unique (al-wahid) a souvent été rapprochée du


Panthéisme philosophique de Spinoza. Mais ce rapprochement ne peut être fondé, car le
panthéisme suppose que Dieu fait Un avec la Nature (Dieu est (dans) la Nature), alors
que par la notion du « tawhid » dans le soufisme en général et chez Ibn 'Arabi en
particulier, Dieu est connu par le biais de Ses noms (divins), multiples et opposés, qui
gèrent l'univers depuis sa création et jusqu'à sa déchéance. Donc les noms divins se
reflètent dans la création, ils ne s'y incorporent pas.
Cette thématique du miroir de la création où Dieu se reflète par l'intermédiaire de Ses
noms divins n'est pas le fruit du hasard, elle intervient pour interdire toute assimilation
de l'essence divine avec la substance de la création. Henry Corbin13 parle à ce propos de
théomonisme. On pourrait dire que, contrairement au panthéisme qui naturalise Dieu et
l'absorbe dans l'immanence, le théomonisme d'Ibn Arabi divinise la nature tout en
préservant la transcendance de Dieu et son unicité.
l'Homme parfait
Il y a enfin le concept de l'Homme parfait qui représente chez Ibn Arabi l’image parfaite
de la création accomplie. "Qui t’a créé, puis modelé et constitué harmonieusement ? Il
t’a façonné dans la forme qu’Il a voulue14". L’image extérieure de l’homme ressemble
dans une certaine mesure au monde et à ses dimensions macrocosmiques. Ses facultés
intérieures (l’intellect, l’imagination, etc.) ont une similitude avec les sphères
supérieures. Cette ressemblance extérieure et intérieure est constamment évoquée dans
plusieurs chapitres des Futûhât, ainsi que Mawâqi' al-Nujûm (le Couchant des étoiles)
et Tadbîrât al-Ilâhiyya (Les dispositions divines).
Mais d’autres penseurs avant Ibn ‘Arabi, comme les Ikhwan al-Safa et Ibn Sînâ ont
systématisé dans leur métaphysique la face humaine de l’univers et l’aspect
cosmologique de l’homme.
Pour Ibn ‘Arabi, la perfection humaine est liée à l’image divine qui procure les secrets
ésotériques pour agir sur la créature. En outre, la présence de l’homme dans la créature
contribue à la perfection de son image. Ibn ‘Arabi distingue l’homme parfait de
l'homme ordinaire (qu’il appelle l'homme-animal, du fait de la ressemblance
anatomique et physiologique) par l’appropriation des Noms divins en ayant la volonté
créatrice et le commandement du monde. Cet homme parfait possède en outre une
énergie spirituelle (himma) ou aspiration qui est son instrument de création. Dans
l’homme ordinaire, elle se limite à son côté manuel visible dans ses fabrications. C’est
cet homme parfait que Dieu a désigné comme son khalîfa (vicaire). Il est son successeur
(nâ'ib) par le fait qu’il maîtrise la totalité des noms et en étant une copie abrégée de la
réalité cosmique et métaphysique: « Il apprit à Adam tous les noms15 ».
Ésotérisme et exotérisme
L'ésotérisme signifie la connaissance occulte réservée aux initiés par un enseignement
caché, il se comprend par rapport à son contraire, « l'exotérisme ». L'exotérisme
correspond aux croyances, rites et enseignements véhiculés par les religions et traditions
qui s'adressent indifféremment à tous les membres d'une communauté.

13
- Henri Corbin : de l’imagination créatrice dans le soufisme d'Ibn Arabi.
14
- Coran, Sourate 82, verset 7-8.
15
- Coran, sourate 2, verset 31.

75
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

René Guénon (1886-1951), considéré comme un connaissance de l’ésotérisme, définit


les points de vues respectifs de l'ésotérisme et de l'exotérisme. Selon lui, l’ésotérisme
est du domaine de l’intérieur pour un public restreint, l’exotérisme est du domaine de
l’extérieur pour un public ouvert et il insiste sur la prédominance, à l'origine, de
l'enseignement oral dans l'ésotérisme.
Parvenir à l’enseignement ésotérique comporte le passage par la partie exotérique. En
principe, la partie de l'enseignement « cachée » ne contredit pas l'enseignement public.
Elle apporte un complément, un « deuxième sens », ouvre sur des états de conscience
supérieurs et des perspectives métaphysiques. Guénon présente une image significative
pour séparer le second enseignement du premier : c’est l’image de « l’écorce et du
noyau » (El-Qishr wa el-Lobb)16, soit séparer l'enveloppe d'un fruit de sa pulpe. Ainsi,
l'écorce serait la sharî'a, c'est-à-dire la loi religieuse extérieure, qui s'adresse à tous, le
noyau (el-lobb), c'est la haqîqa, c'est-à-dire la vérité ou la réalité essentielle. Par
ailleurs, les termes sharî'a et haqîqa sont aussi attribués au « corps » (el jism) et à la
« moelle » (el-mukh), dont les rapports sont exactement les mêmes que ceux de l'écorce
et du noyau. La symbolique ne s’arrête pas là : on peut aussi parler du kathif (grossier)
et du latif (subtile) ou du zâhir (extérieur /apparent) et du bâtin (l'intérieur/ caché).
L’ascèse
L'ascèse est une discipline volontaire du corps et de l'esprit cherchant à tendre vers la
perfection. Elle vise à atteindre un idéal élevé, comme la santé, le bonheur suprême, la
sagesse, le salut. C’est renoncer à la vie ici bas, se défaire de l'ego pour accéder à plus
de compassion et d'amour. Elle permet d’approcher la réalisation suprême de l’humain
dans son essence par une égalité parfaite entre les hommes dans la pauvreté extrême et
la privation la plus totale de tous les plaisirs de la vie terrestre.
Mais tous les soufis n’en fond pas une loi divine : Bayazid raconte qu’il est resté 16 ans
dans l’ascèse. Et un jour, il dit : « j’ai pris conscience que j’ai passé 16 ans dans
l’impureté ». D’après lui, l’ascétisme n’est pas une obligation pour atteindre la
perfection ou parvenir à l’amour divin, les exercices de piété sont savoureux. L’amour
c’est s’installer dans la piété comme être présent en Dieu par le dhikr et non répéter le
dhikr pour s’en rapprocher.
L’essence de l’expérience mystique n’est pas de se prosterner ou de jeuner mais d’être
continuellement en présence de Dieu.
Atteindre Dieu, se fondre en lui, n’en faire qu’un au-delà de la dualité, de la rationalité
de la réalité, toutes les religions ont connu dans leur rang à un moments ou un autres,
des personnes ou des groupes qui voudraient aller au-delà du texte sacré/ déclaré, pour
une vérité plus profonde, plus subtile, sans contredire ce qui est pour le commun la
finalité en Dieu, mais en y accédant autrement.

« L'ascèse consiste à s'alléger de trois fardeaux : les passions, les biens matériels
et les relations. Au delà des passions on trouve la sérénité. Dans le détachement,
on devient riche. Ne pas compter sur ses relations les fait se mettre à notre
service. » Dhul-Nun Al Misri

16
- Ce titre est attribué à un traité de Muhyiddîn Ibn ‘arabi.

76
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

BIBLIOGRAPHIE

Eva de Vitray Meyerovitch : Anthologie du soufisme, Islam, Sindbad, Paris, 1978.

Eva de Vitray Meyerovitch : Islam, l’autre visage, Seuil, Paris, 1994.

Muhyadine Ibn Arabi : Al-Futuhat al-Mekkiya, Dar sadir, Beirut.

Muhyadine Ibn Arabi : fusus al-hikam, Dar al-Ma’arif, Beirut

77
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

Recurrent Mistakes in Writing among Students

at the University of Béchar


Tahar ABBOU
Faculty of Arts and Human Sciences, Department of English
University of Béchar
Email: abboutahar@yahoo.fr

Abstract

The aim of this research work is to deal with “recurrent mistakes” since writing is
one of the four skills in learning any language. For this purpose, a study has been done
on the students of the fourth year English degree at the university of Béchar. The first
step is based on gathering the common mistakes made by students in the exams of
African Civilization syllabus over the years 2007, 2008 and 2009. The second step is
devoted to classify these mistakes into five main groups as illustrated in the recurrent
mistakes diagram on page 4. Then, there is an attempt to spot the reason of each
mistake, and to propose suggestions that may help to overcome these deficiencies.
Finally, some suggestions that may help improving the writing skill among students,
which concern the English graduation programme, are discussed.
Résumé
Le niveau des langues étrangères est généralement faible au sud algérien,
notamment chez les apprenants. Et les causes de cette déficience s’expliquent par des
raisons historiques car la présence de l’occupant français était relativement courte par
rapport au nord. En effet, le colonialisme ne s’est établi au sud qu’à partir du début du
20e siècle. C'est-à-dire environ 70 ans après les régions du nord. Cette période courte,
d’une part, et la fréquentation limitée avec les français, d’autre part, n’ont pas contribué
à répandre la langue française.Un autre avis explique le phénomène religieusement : on
discrimine les personnes utilisant la langue du colon – il est considéré comme non
conservateur des valeurs arabo musulmanes, cette attitude a défavorisée l’apprentissage
de la langue française. Quelques soient les causes, l’objectif de cette étude n’est pas de
déterminer les causes réelles de cet état de fait mais de diagnostiquer les défaillances
enregistrées parmi les étudiants, à l’écrit, de la 4e année filière anglais, à l’université de
Béchar. L’étude comporte dans sa première étape le recensement des erreurs
enregistrées lors de la correction des copies d’examens sur la période des trois années
précédentes concernant le module de l’ « African Civilisation ». La deuxième étape de
l’étude représente la classification de ces erreurs selon des catégories différentes. Et la
troisième étape comprend des propositions pour y remédier à ses erreurs. A la fin, des
suggestions ont été énumérées dans le but de combler ces lacunes accumulées lors de
leur scolarisation.
Introduction
The poor level in foreign languages among the inhabitants of the south of Algeria
is a general fact that no one deny. Different hypotheses tried to point out the reasons

78
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

that could explain this phenomenon. Some advocate political reasons that go far back in
history, that is, to the colonial period. It is known that the south of Algeria, particularly,
the regions of Saoura, Gourara, Touat and Tiddikelt had not been put under the French
colonial rule until 1900, about seventy years after the French conquest of the north of
Algeria. The relatively short period of time of the French presence in the South, on the
one hand, and the nature of this presence did not help the spread of the French language.

Form & content

methodolog Detecting key words

English sentence pattern


Structure

Capitalisation

The use of full stop


Punctuatio
n mistakes

The use of comma

Matching the British


spelling with American
Recurrent mistakes in writing

‘e’ or no ‘e’ in Movement vs


Spelling

Government

Doubling the last letter

The passive

Determiners and nouns


Correlation
Subjects & verbs
The ‘S’ of the third person
Grammatica
l mistakes

singular
Word order

Nouns

Articles

Prepositions

79
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

That is, there were only few settlers, and the contact between these settlers and
the local people was quite limited. Others advocate religious reasons; speaking the
colonizer’s language was seen a less conservative behaviour, and sometimes as a sin
that should be banned. Whatever the reasons, I think we have now to deal with the
consequences of given circumstances. The aim of this research work is to deal with a
part of the problem, “the recurrent mistakes”. For this purpose, a study has been done
on the students of the fourth year English degree at the university of Béchar. The first
step is based on gathering the common mistakes made by students in the exams of
African Civilization syllabus over the years 2007, 2008 and 2009. The second step
consists on classifying these mistakes into groups sharing features related to specific
themes as illustrated in the recurrent mistakes’ diagram on page 4. Then, there is an
attempt to determine the reason of each mistake, and to propose suggestions that may
help to overcome these deficiencies. Finally, some suggestions that may help improving
the writing skill among students, which concern the English graduation programme, are
discussed.
The first group of mistakes concerns grammar. The common mistakes made by
the students are related to: prepositions, articles, nouns, word order, the‘s’ of the third
person singular and the passive. The second group deals with the spelling mistakes
under which ‘doubling the final consonant of some words’ to get the past, past
participle and the 'ing' forms of a verb, or the comparative and superlative forms of
some adjectives, in addition to the ‘e’ in movement versus no ‘e’ in government are
stressed. Besides, matching the British spelling with the American spelling is an issue
that will be tackled. Punctuation mistakes concerning the use of commas, full stops and
capitalization are dealt with under the third group. The fourth group discusses the
mistakes relevant to grammatical structures. The last group is devoted to deficiencies in
methodology.

I-Grammatical mistakes: The most common grammatical mistakes made by the


students object of this research work are classified as follows:
A- The use of prepositions: the two main problems that students meet when
dealing with prepositions are; first, whether the structure requires a preposition or not.
Second, which preposition is appropriate. Unfortunately, there are no rules to learn by
heart for a suitable use of prepositions. The only way to master this subject lies in more
practice of English language. As the British proverb says: ‘Practice makes perfect’.
However, there are some verbs that always go with some prepositions. For example,
verb ‘to depend’ always matches with the preposition ‘on’. Other verbs accept more
than one preposition but in different contexts. For example, a verb can refer to different
meanings by adding different prepositions.
1- look at act of looking at somebody or something
2- look on expression on face or eyes
3- look about / to appearance style
4- look for act of searching
5- look at act of thinking

Matching verbs with prepositions is another deficiency among the students, they
cannot distinguish between a phrasal verb and a prepositional verb. The former is
composed of a verb plus a particle, that is, generally an adverb. The latter is a
combination of a verb plus preposition. Most of the students find difficulties in the

80
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

distinction between the two grammatical items. In fact, there are two tests that may help
in this respect. First, if the particle added to the verb changes its original meaning, it is a
phrasal verb. Second, if the object when substituted by a pronoun can be removed, it is
a phrasal verb.

Example:

a phrasal verb a prepositional verb

I looked up the word in a dictionary. I looked at the painting.

I looked the word up… ( correct ) I looked at it. ( correct )

I looked it up… ( correct ) I looked it at. (incorrect )

The particle ‘up’ can be removed The particle ‘at’ can’t be removed

B- The use of articles: though articles are not crucial as far as meaning is
concerned, that is, the meaning of a sentence can be understood if the articles are
crossed out.
Example: Would you lend me a book of grammar till the end of the week.

Would you lend me book of grammar till end of week.

Students still have difficulties to decide whether the structure requires an article or
not, and which article is appropriate. Generally, troubles with articles are less serious
than with prepositions. The rules that govern the right use of articles exist, and the
students can learn them to improve their writing skill.

Here are some mistakes concerning the misuse of articles:

a easy an easy, the Europe Europe,

an obstacles obstacles a great skills great skills

C-Troubles with nouns: The topic of nouns is the widest and most difficult subject
among the four classes included in the open class words in the parts of speech. The
difficulty lies in the different approaches through which nouns can be deal with
(countable Vs uncountable, proper Vs common, abstract Vs concrete, etc). For instance,
students are sometimes confused whether to consider the subject singular or plural so as
to choose the right form of the verb. Example:
1-The orchestra plays every day at noon. (sing. form of the verb)
2-The orchestra are unable to work well together today. (pl. form of the verb)

In examples 1 and 2, the subject is the same, but the singular form of the verb is
used in example 1 and the plural form of the verb is used in example 2. The context in
the two examples determines which form of the verb is suitable. Sometimes they are

81
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

mixed up whether the noun is countable, uncountable or both (in two different
contexts). For instance, the word ‘hair’ is uncountable when it refers to the mass of thin
thread-like structures on the head of a person but it is countable when it refers to a
single piece of hair.

Examples: 1- I must get my hair cut _ it is getting too long. (uncountable)

2- He’s starting to get a few grey hairs now. (countable) The


different approaches through which one can deal with nouns, each may help to improve
the writing skill. For instance, studying nouns as common versus proper helps in
capitalization. Research in countable versus uncountable nouns helps in the accurate use
of articles and to recognize the appropriate form of the verb, etc.

D-Problems with word order: generally, the common mistakes made by students
under this topic are classified into: (1) the position of adverbs, (2) the correct order
of adjectives.
(1) The position of adverbs: some adverbs can occur at the beginning of the
sentence, in the middle, or at the end. These include adverbs of manner, instance, etc.
Other adverbs, particularly of frequency (always, usually, never, etc) are directed by a
grammatical rule.
a- If there is a verb "to be" in the sentence, the adverb comes after the verb.
E.g. She is never late.
b- Sentences with a one word verb, the adverb occurs before the verb. E.g. She
never comes late.
c- Sentences with a more than one word verb, the adverb falls after the first
word of the verb. E.g. My car has probably been stolen.
(2) The correct order of adjectives: When a noun is described by more than one
adjective, students find troubles to put them in the right order. There are rules that help
to find the right order. Grammarians classified adjectives into two main categories;
opinion adjectives, and factual adjectives. The former refers to a description based on
one’s opinion about someone or something. The latter as their name suggests are
descriptions based on facts. As to the right order, opinion adjectives always occur first,
and the factual ones come second. All the factual adjectives that exist are classified into
seven main classes. They are put in the following order: size, shape, condition, age,
colour, origin, and material, respectively. For example to describe a board using five
adjectives as follows:

an opinion adjective good

four factual adjectives: colour white, shape rectangular,

material plastic, origin China,

The right order of adjectives to describe the board is: a


good, rectangular, white, plastic, Chinese board.

E- The ‘s’ of the third person singular: Omitting the ‘s’ of the third person
singular is the most common mistake among students, all levels taken together. It is
more frequent when the subject is not a pronoun, and this is due to a lack of

82
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

concentration. Thus, students can overcome this defect through language practice and
more attentiveness when writing.

F- Mistakes of correlation between subjects and verbs, on the one hand, and
determiners and nouns, on the other are common among the average students. Here are
some examples taken from students' exam sheets.

this contacts - an important questions - an enormous consequences - a high


prices - this colonies - a direct contacts - this events – the government take - the
economics were

G-The use of the passive: Some students use the passive when it is not necessary
and don’t use it when it is. Grammatical rules about this subject are clear and easy to
learn. It’s obvious that when the subject receives the action, the passive is required and
when it performs the action the active is necessary. It is also important to mention that
sentences with intransitive verbs don’t have a passive form because they don’t need an
object which is the subject of the sentence in the passive. Finally, it is worthy to note
that sentences with state verbs don’t have a passive.
II-Spelling mistakes: The most common spelling mistakes are classified into: (a)
doubling the last consonant of some words with specific endings, (b) the ‘e’ in the
formation of some nouns from verbs, (c) matching the British spelling with the
American spelling.

a- There are rules about doubling the final consonant of some words. Two
conditions must be gathered in the word to double the final consonant when forming the
past, ‘ing’, comparative, and superlative forms (see table below). First, the last syllable
of the word should obey the following pattern: C-V-C (consonant – vowel – consonant).
Second, the primary stress should be on the last syllable. For instance, in the past form
of verb to ‘benefit’, the final letter is not doubled though it obeys the pattern C –V – C
because the primary stress falls on the first syllable. Benefit benefited, develop
developed. However, the last consonant in all the one syllable words is doubled with the
exception of words ending in: w, x, y

Examples: borrow borrowed, fix fixed, play played

verbs& ‘ing’ form past form comparatives super


adjectives latives

Stop stopping Stopped

Overlap overlapping overlapped

Begin beginning

Hot Hotter hottest

83
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

b- The ‘e’ in the formation of some nouns from verbs is another common mistake
among students. They are confused between:

movement or movment to move

government or governement to govern

involvement or involvment to involve

development or developement to develop

achievement or achievment to achieve

To get rid of this problem, students have to refer back to the infinitive form of the
verb. The derived noun is written with an ‘e’, only if the verb ends with an ‘e’. Other
words that are not formed from verbs like: environment, etc, are to be learned through
language practice.

c- Matching the British spelling with the American spelling: This attitude is
becoming more common among students because they rely on sources written in
American spelling. Nevertheless, students should avoid this attitude. The most common
words that have different spellings can be grouped in: words ending in ‘our’, words
ending in ‘led’, and words ending in ‘re’.

Examples:

British spelling American spelling

harbour, neighbour, colour, etc. harbor, neighbor, color, etc.

travelled, quarrelled, etc. traveled, quarreled, etc.

centre, centimetre, etc. center, centimeter, etc.

There are other words that are completely different in spelling but they refer to the
same thing. E.g. A lift in British English is called an elevator in American English.

III-Punctuation: punctuation is not given much importance by students though it


could sometimes change the meaning of the sentence. It is said that commas are like
spices, you can use them as pepper and salt. Thus don’t use too much, they make of
your meal sour. Generally, the comma and the full stop are the punctuation symbols the
most used in writing. The former is used in four main cases. First, it is used to separate
items in lists of words, phrases or clauses. E.g. If you keep calm, concentrate and think
ahead, you’ll pass your driving test. Second, a comma is required to separate an
introductory or transitional word or phrase from the rest of the sentence. E.g.

84
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

however,…_ therefore,… _ for instance,… _ on the contrary,… _ etc. Third, we use a


comma before a dependent clause that interrupts the sentence. E.g. The fire, although it
had been burning for several days, was still blazing fiercely. Fourth, sometimes a
comma is used to separate long clauses linked by a conjunction (and, but, as, or, etc.).
E.g. He had been looking forward to our camping holiday all year, but unfortunately it
rained every day.

The latter is used in two main cases; to make the end of the sentence, and
in abbreviations. What is striking is that students often omit capitalization after a full
stop. Furthermore, they don’t capitalize when it is necessary, and this is due to a defect
in studying nouns as proper versus common. In other words, if the student is able to
distinguish proper nouns the task becomes easier.

IV- Structure (sentence pattern): Grammar of a language tells which order is


permitted. Mistakes related to the right structures are common among students very
often they are due to linguistic interference. When a student thinks in his mother tongue,
and writes in English, he may produce ungrammatical sentences. Each language has its
own rules, and they are not necessary the same. For instance: The boy ate the bread.
This sentence follows the order: NP / VP / NP

In Arabic the sentence can take the form: Ate the boy the bread. VP /NP / NP this
order is permitted in Arabic, but it is not in English. In other words, the sentence written
in italic is grammatical in Arabic, but ungrammatical in English.

Another example where the grammatical rules are not the same; in Arabic, for
instance, the noun occurs before the adjective, whereas in English it comes after. These
differences explain the structure mistakes due to linguistic interference.

V- Deficiencies related to methodology: Methodology is a set of methods


used in doing something. Troubles with methodology are familiar among students
because, unfortunately, this subject is not taught as an independent syllabus in the
programme. Students are left to their own initiatives when writing their research papers,
or even when discussing topics in ordinary exams. The notions taught in written
expression in the first and second years about how to write a sentence, a paragraph, an
essay, etc, are not enough. The problem remains in how to tackle a topic, how to spot
the key words in the question, how to deal with the subject; chronologically or
thematically. These are the troubles met by student in methodology.

Conclusion

Besides the suggestions developed above, I think reforms at the level of the
programme are necessary and urgent. In order to improve the level of students in
English, and in writing particularly a number of points are suggested:

- Extending grammar over the whole period of graduation. Adding other


subjects that are not included in the programme such as “the reported speech”, the
conditional, etc.
-Increasing the units of time allocated to teaching grammar.
-Introducing methodology as an independent syllabus.

85
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

-Introducing a new syllabus that concerns matters of formal versus informal,


spoken versus written, British spelling versus American spelling, British vocabulary
versus American vocabulary, etc.

This research work didn’t deal with an important factor relevant to the
poor level of foreign languages in the south of Algeria, that is the lack of qualified
teaching staff, or sometimes it doesn’t exist at all. You won’t be astonished if you meet
students at university who had never been taught French or English. This is common
among students coming from remote areas.

I personally see that an evaluation test, or an admission exam is necessary


to enroll for a graduation in English, so as only students who are well prepared are
accepted.

86
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

La discontinuité énonciative dans L’infante Maure de Mohamed Dib

Berbaoui Nacer

Université de Bechar, Algérie


E Mail : Berbaoui_n@yahoo.fr

Résumé
Nous présentons dans cet article la discontinuité dans l’ Infante Maure de Mohamed
Dib. Cette technique d’écriture comprend deux facettes : la continuité indiquée dans la première
partie de cette œuvre et la séparation dans la seconde partie. Une rupture et une continuité dans
l’histoire du roman. Ces deux procédés représentent la partie la plus importante de notre
recherche dans la mesure où nous tenterons de porter quelques éléments de réponses à nos
interrogations. C’est pourquoi il a fallu du temps pour saisir le sens de cette écriture peu
différente de cette œuvre. A première vue, il paraît simple de donner la définition de la
continuité et de la séparation. Ce sont des antonymes mais dans notre cas, séparation veut dire
essayer de trouver les nouveautés d’écriture de ce roman. Et continuité aura le sens de trouver
toutes les marques et traces appartenant aux œuvres précédentes de l’auteur.
Mots clés : Rupture, continuité, discontinuité, dualisme, tradition littéraire

Cadre général et problématique

Notre corpus d’étude porte sur l’œuvre romanesque de Mohammed Dib, dont
l’intitulé est L’Infante Maure, paru en 1994. Mohammed DIB, né en 1920 à Tlemcen
(Algérie). Ses premiers romans, « La Grande Maison » (1952), « L’incendie » (1954) et
« Le Métier à Tisser » (1957) décrivent l’univers traditionnel, aussi bien citadin que
campagnard. Il s’agit d’une lente prise de conscience politique du peuple algérien
devant les colons.
Dans le roman choisi l’Infante Maure, nous essayons de cerner chez Mohammed
Dib, la notion de discontinuité dans la production romanesque et artistique de l’auteur.
Notre premier objectif consiste à analyser le titre. Il est unique peut-être, mythique et
surtout, énigmatique. À partir de ces considérations, quel est le mot qui pourrait jouer le
rôle de l’adjectif ?
En effet, ce roman suscite un intérêt particulier par (i) la diversité des voix
énonciatives incarnées par le narrateur (ii), la nouveauté du parcours narratif (continuité
vs discontinuité). C’est pourquoi, l’auteur, tout en restant ancré dans la tradition
littéraire et la nostalgie des écrivains maghrebins d’expression française, tend vers la
modernité qui se fonde sur l’origine, la langue et la réalité du contexte algérien. Cette
vision historique du texte dibien d’avant l’indépendance a une relation avec le sens de la
notion : terre-patrie.
Discontinuité aussi dans les personnages, qui sont présents, mais différents dans
plusieurs œuvres. Ainsi « Lilly Belle » est présente dans ce roman mais aussi « Lily »
dans l’œuvre de « La Danse du Roi ».

87
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Nous poserons la problématique suivante : peut-on parler de la tradition littéraire


lorsque l’on sait que l’écrivain algérien est, par excellence, l’écrivain de la dualité
(Langue/ Réalité) tout comme l’Histoire est celle de la discontinuité ?
L’Histoire a changé de position à l’égard du document sa tâche première n’est
pas un travail d’interprétation, mais un travail de l’intérieur de construction du sens à
travers le document et grâce à l’écriture.
L’histoire de la pensée, de la philosophie et surtout de la littérature, tente de
reconstituer ce que les hommes ont fait, ou dit. Elle analyse les ruptures et recherche
toutes les manifestations de la discontinuité. L’histoire, au contraire, met d’abord en
évidence la continuité des événements et ensuite analyse ces ruptures.
Le discontinu est à la fois le donné et l’impensable, ce qui s’offre sous l’espace
des événements dispersés, et ce qui devrait être par l’analyse, contourné, réduit, effacé
pour qu’apparaisse cette histoire fermée immobile qui selon Ibn Khaldoun (1978) ne
demande aucun effort, aucun discours » (17).
Tels qu’on peut les entendre, tels qu’on peut les lire dans leur forme de texte,
« les discours » ne sont pas des ensembles de signes, d’éléments renvoyant à des
contenus ou à des représentations. Certes, ils sont faits de signes, mais ils sont
considérés comme des pratiques qui forment systématiquement les objets dont ils
parlent. « Ce n’est pas une mince surface de contact entre une réalité et une langue
(l’intrication d’un lexique et d’une expérience), mais l’existence muette d’une réalité »
(Foucault, 1970).
Pour comprendre cette histoire, il faut donc saisir le temps dans sa discontinuité
« qui selon Kassoul (1988) nous donne « l’ordre véritable du récit poétique, c’est-à-dire
la discontinuité » (p. 46). Cette discontinuité signale les jours d’exception, les fractures
dans la chronologie du texte, moment du bonheur suprême ou du désespoir ; c’est le
moment des sensations intenses.

Mohammed DIB, « fondateur du roman algérien »18 et père de la célèbre trilogie,


œuvre remarquable et prestigieuse qui reste une référence pour la postérité a été un
homme de lettres de talent, un symbole fort de résistance. Résistance à l’injustice à
l’hermétisme, à l’intolérance, aux certitudes. Cette résistance s’est répercutée dans ses
poèmes, ses tableaux, ses essais, ses romans, car Mohammed DIB était sur tous les
fronts de l’écriture.
Humaniste, il a exploré l’âme humaine dans toutes ses dimensions et
explorations et a donné naissance à une écriture déchirante, surréaliste, pleine de
paraboles où le mythe s’incruste d’avantage. Lui-même se reconnaissait dans cette
littérature mystique qui ose chercher partout en l’homme les vertus qui le relient à
l’humanité. C’est un écrivain qui a choisi de s’exiler lors de l’indépendance de son pays
pour, disait-il, mieux l’aimer.
De France, terre d’exil, il part à travers le monde, surtout, l’Europe, et à travers
de nouvelles découvertes et émotions qui donneront de la dimension à ses écrits, tout en
accentuant la rupture. Le passage d’un lieu de résidence à un autre, ainsi que
l’éloignement ont eu un effet libérateur sur DIB qui passe vers une littérature moderne
et universelle mais changent variablement aussi les certitudes de l’écrivain. Avec ce
changement, il marque également avec les autres écrivains maghrébins car il reste le

18
Rachid BOUJEDRA, le matin, 3 mai 2003

88
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

seul à avoir une écriture évolutive dans un univers où la quête du soi, l’amour fou, la
fascination tissent continuellement sur la tête des personnages de DIB, des parcours
sinueux.
À la fin des années quatre vingt, DIB choisit d’installer ses personnages dans un
Nord que l’on suppose scandinave. Cet éloignement lui donne une plus grande latitude
et une vision plus large du monde. Les terrasses d’Orsol, Le sommeil d’Eve, Neige de
marbre et L’infante maure constituent ainsi une étape nordique dans laquelle DIB
semble en quête de l’impossible conciliation entre le Nord et le Sud.
Les textes publiés entre 1994 et 2003 révèlent une nouvelle pratique de l’essai
qui mêle étroitement document, poésie, réflexion et fiction. Cet emmêlement affecte
également ce qui s’annonce au commencement comme un roman rendant aléatoire
l’identification générique. Ces transformations imposées aux genres, qui vont parfois
jusqu à la contorsion, manifestent une volonté d’inscrire la discontinuité dans l’œuvre
littéraire. En déstabilisant le genre, Mohamed Dib nous initie à un nouvel imaginaire qui
correspond à une autre vision de l’Histoire. En brisant les codes de la représentation
générique, il conteste les « solutions de continuité logique » qui prétendent expliquer les
évènements contemporains : le récit, par exemple, ne suffit plus à contenir la diversité
des langages créés par l’auteur. C’est pourquoi dans ses derniers écrits, il abolit
complètement la « continuité » pour mettre en lumière les non-dits.
L’infante maure publié en 1994 porte un tel projet ; Il incarne un nouveau genre
capable de dire la diversité des visions. C’est ainsi que les discours narratifs et poétiques
se disputent l’espace textuel et entraînent de manière ostentatoire l’éclatement de la
forme : c’est-à-dire une écriture fragmentée, véritable défi à la patience du lecteur.
Notre étude portera donc sur la recherche des manifestations de cette discontinuité à
travers le titre, les personnages, l’histoire et la narration, mais également à travers tous
les dualismes relevés dans le roman l’infante maure.

L’infante maure

Présentation de l’œuvre

Les œuvres de Mohammed DIB ont pour la plupart un point commun,


l’indication d’un lieu dans le titre, par exemple, La grande maison, Cours sur la rive
sauvage, Un été africain, Les terrasses d’Orsol, Qui se souvient de la mer
et, pour terminer, L’infante maure. Cet écrivain accorde ainsi une grande importance au
lieu de ses sujets, de ses récits et de ses personnages.
Dans L’infante maure, on observe une profusion de lieux : l’arbre, la foret, le
jardin, le désert, la maison … Une maison, dans un lieu qui assemble deux pôles
différents, un père maghrébin et une mère polonaise, lesquels vont générer un être
unificateur : Lyyli belle, une fille qui cherche un sens à sa vie.
Donc, ces indications des l ieux, d’un livre à un autre peut traduire une sorte de
continuité dans le récit dibien, mais à l’intérieur des œuvres, comme
dans « L’infante maure », on remarque des failles dans la composition du texte. On a
l’impression que DIB monte une pièce avec des fragments mal placés pour, finalement,
aboutir à quelque chose de parfait. Donc, ce roman écrit en deux parties, l’héritière
dans les arbres, c'est-à-dire, la quête de soi. Et L’infante maure n’est, en fait, qu’un
voyage identitaire d’une petite fille à l’intérieur de trois univers : la réalité, la fiction et
l’enfance.

89
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Le résumé
L’histoire se situe dans un pays de l’extrême nord. Lyyli belle, jeune fille sans
âge, née d’un père maghrébin et d’une mère européenne brise les miroirs du quotidien et
s’invente un pays de merveilles recréant un autre monde, son monde à elle. Depuis son
arbre refuge et dans une sorte de récit mêlant à la fois réalité quotidienne et fables, Lyyli
belle entreprend un étonnant dialogue avec les siens : son père, sa mère, son grand-
père. Elle cherche, en fait, à renouer avec son père, avec ses origines maghrébines pour
découvrir, une partie d’elle qu’elle ne connait pas ; elle essaye, ainsi, de remonter à la
source. Son voyage est donc « une interrogation en quête d’une issue »19. Elle refuse de
« tomber entre deux lieux »20. Elle veut être dans l’un ou dans l’autre, mais pas entre,
car une fois son identité retrouvée, partout ou elle ira, elle sera chez elle et « aucun lieu
ne refusera de lui appartenir »21.

Continuité – séparation

Mohammed Dib n’a pas écrit L’infante maure, mais il l’a tissée. Les séquences
du récit, comme des fils, s’entrecroisent, s’enroulent, puis vient le moment ou on doit
couper le fil pour ensuite reprendre le tissage. Donc, ce sont ces opérations de
construction et de destruction qui font la singularité de ce roman : une destruction du
réel pour une reconstruction dans l’imaginaire, selon la voie narrative de la narratrice.
La continuité discursive dans « L’infante maure » se caractérise par la
construction du sens. Mais le sens chez Dib n’est donné que dans l’éclatement et la
fracture de l’être comme du langage.

Le titre

À la lecture de ce titre, une interrogation s’impose : Comment l’appréhender ?


Plusieurs hypothèses s’offrent au lecteur, la plus évidente est en étroite relation avec
l’auteur lui- même. En effet, Mohammed DIB, pétri des deux cultures arabo-française,
imprégné des mythologies d’orient et d’occident et des pensées judéo-chrétiennes et
islamiques, a voulu peut-être, avec cet assemblage suggérer tous ses liens du passé avec
la culture d’une autre époque. Un titre passerelle en quelque sorte, car le mot infante, à
l’origine était un « titre des enfants puînés des rois d’Espagne »22 et maure était un nom
donné aux » musulmans arabo- berbères du nord de l’Afrique, ceux qui envahirent
l’Espagne au73 siècle »23.
Donc relier ces deux mots nécessite un mariage de deux lieux pour n’en faire
qu’un : celui de Lyyli Belle, la reine du royaume des rêves, car « les enfants qui sont
riches de deux cultures sont également riches d’un imaginaire et même de deux
imaginaires qui se confondent »24.

19
L’infante maure p.77
20
L’infante maure p.170
21
L’infante maure p.174
22
Dictionnaire français (1992), Paris : Hachette
23
Ibidem, Dictionnaire français
24
Mohamed Dib (1988), Entretien réalisé par Mohamed Zaoui, In Algérie, « Des voies dans la
tourmente », Ed. Le temps des cerises.

90
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Personnages

Le roman s’articule autour de trois personnages à savoir Lyyli Belle, son père et
sa mère formant une même famille, mais dont les lieux de naissance sont différents.
Lyyli Belle se trouve au centre, c’est le point par lequel ses parents s’accordent. Elle est
la protagoniste
et la narratrice principale de l’histoire, et c’est à partir d’elle et vers elle que se centre la
réflexion du roman. Un enfant qui essaye de rassembler ses morceaux et, pour ce faire,
elle va du réalisme au fantastique en passant par le poétique. Tout cela, au rythme de ses
pas de danse qui la font osciller d’un coté à l’autre.
Son père, dont on ignore le nom et qui n’existe qu’à travers sa fille, est un
personnage qui n’arrive pas à faire un choix entre ici et là-bas, deux lieux différents que
sa fille va essayer de relier après sa rencontre avec son grand-père dans son monde
imaginaire.
Sa mère, une femme enfermée dans son cocon, toujours ailleurs, est une autre source de
questionnement, pour Lyyli Belle qui cherche à transpercer son secret et à la ramener
sur terre. Son grand-père, personnage imaginé par Lyyli Belle, est celui qui l’aide à
retrouver ses origines, mais aussi à aimer tous les autres lieux, car en fait, ce qui fait le
lieu est bien l’Homme.

Dualisme

Toute une série d’oppositions fragilise ce trio familial. Tout d’abord, opposition
de pays d’origine entre les deux parents qui s’étend plus largement à l’opposition
présence/absence, (p. 40) : « là-bas c’est la maison maternelle, ici la maison
paternelle ». Différence physiques; aussi (p .103): « maman, tes cheveux sont blonds,
les miens sont noirs, comme ceux de papa », qui s’élargit dans la confrontation des
notions de près et de loin. Oppositions également entre deux pays, l’Extrême Nord et le
Maghreb, chacun ancré dans son climat, dans sa culture, (p.11): « paysages d’eau ou
paysages de feu ». « La chaleur et le sable rivalisent ainsi avec la fraîcheur et la
neige », (p.71): « je sens la chaleur de sa peau, chaleur de ce désert aussi la fraîcheur
de ma peau qui est celle de nos neiges ».
De même la végétation et les traditions des deux pays se définissent à travers
leurs différences, ainsi : « les bouleaux, les pins, les champignons » (p.13) s’opposent
au « thym »
(p.25) au « thé vert et à la menthe (p.130) aux « dattes » (p.155). Néanmoins tous ces
dualismes semblent vouloir s’annuler autour des symboles que sont le sable et la neige
pour donner peut-être un sentiment d’espoir.

L’histoire

Perchée sur un arbre, Lyyli belle, construit son propre royaume où elle sera la
seule « reine », rêvant d’un monde différent de celui où elle vit. Un rêve continu dans
son unité et interrompu par les appels de sa mère la ramenant dans un réel qu’elle
observe et auquel elle cherche à trouver un sens en retournant dans l’imaginaire.
Lyyli belle se situe donc au cœur des relations familiales avec un père qui
s’absente régulièrement et une mère qui vit au rythme de ses va et vient. Lyyli belle
étant l’élément central sur lequel se replient les deux autres ; c’est sur elle que repose

91
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

toute l’homogénéité de la famille, elle le dit d’ailleurs clairement ( p. 18 ) « je suis la


gardienne de ma mère et de mon père », deux êtres dispersés, mais rassemblés par la
présence de Lyyli belle qui symbolise le milieu et en est consciente, car elle dit « pour
l’instant, je suis au milieu de cette neige de sable toute chaude » (p .147 ). Donc, une
discontinuité représentée par ses va et vient entre rêves et réalités.

La narration
Lyyli Belle prend un rôle important, car elle se charge de la narration sur la
quasi-totalité de l’œuvre. De plus, elle se charge en quelque sorte d’un rôle de metteur
en scène ; en effet, c’est elle qui passe à tour de rôle la parole à son père, à sa mère à un
grand-père qu’elle a inventé pour pouvoir communiquer avec lui.
Dans la première partie du roman, L’héritière dans les arbres, la narratrice Lyyli
Belle, du chapitre un au chapitre quatre rêve, parle aux choses, à son père absent, se
pose des questions sur son être, son pays « que nous reste-il à savoir de plus, ou avoir ?
Qu’on est soi et entre soi ? »25.
Dans le chapitre suivant, c’est le père qui prend en charge la narration pour
raconter ce moment d’échange entre lui et elle à travers la danse « elle balaie le sol des
mains puis se redresse, amorce de nouvelles pirouettes qui la portent au cœur même de
la danse, ou ce qu’il en a l’air…Par un report, un transfert inexplicable, la magie se
referme aussi sur moi. »26.
Dans le chapitre six, Lyyli Belle reprend la parole pour dire que l’arbre et elle ne font
qu’un : « non, elle ne peut pas savoir. Parce que je change d’arbre… Je suis cet
arbre »27.
Dans le chapitre sept, Lyyli Belle cède la parole à sa mère qui devient la
narratrice afin qu’elle raconte l’épisode de son voyage à Paris. Mais cette narration de
la mère est entrecoupée par celle de Lyyli Belle qui observe sa mère et cherche à
comprendre. Dans le chapitre neuf, le père redevient narrateur pour parler du « jeu du
cercle » que représente et le Machrek et le Maghreb : « si tu veux toujours voir la
lumière et jamais l’obscurité, cours sans cesse loin vers le couchant parce que loin à
l’ouest, le soleil ne descend que pour relever la tête. Loin à l’ouest, c’est l’est »28.
Dans le chapitre dix, la jeune fille revient à la narration pour parler d’un certain
kiki dont on ne connait rien. Dans la seconde partie, intitulée L’infante maure, la
narratrice, Lyyli Belle, rêve toujours au pays de son père où elle rencontre son grand-
père, dans ses rêves. Elle est en face d’une recherche d’identité. Elle comprend que son
père est le lieu entre deux lieux, celui des neiges représenté par elle et celui du sable
représenté par son grand-père. En fait, comme elle le dit en (p 181) « je n’ai plus besoin
de me lancer dans de lointaines expéditions pour le retrouve. Le lien ne s’est jamais
dénoué ». C’est à ce moment qu’elle se sent tout à fait reconstruite.

Conclusion
Superbement écrite dans une langue poétique qui se joue du mot juste, l’œuvre
de Mohamed Dib refuse au lecteur le confort de l’évidence pour lui offrir les subtilités
et les zones d’ombre symboliques qui ne sombrent jamais dans l’hermétisme. Une
œuvre riche et exigeante thématiquement et esthétiquement, inscrit dans la durée. Une

25
L’infante maure p.23
26
Ibidem, p.35
27
Ibidem, p.39
28
Ibidem, p.58

92
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

œuvre en accord avec sa conception de la littérature qu’il envisage comme le lieu


privilégié du doute et de l’interrogation, comme il le dit lui-même « un écrivain
n’enseigne pas il « désenseigne », il n’apporte pas des réponses mais des questions. ».
L’écriture de Dib nous met en face de tous les questionnements possibles, car
ses « parataxes ne sont jamais faciles, la réflexion s’impose dès l’ouverture du texte. Il
nous invite à trouver les secrets de son jeu littéraire »29. Et « L’infante maure » en est la
parfaite illustration : un texte écrit dans une langue qui essaye de rassembler les
fragments des êtres et de leur histoire et qui essaye aussi, à travers la voix d’une petite
fille, de ressouder la continuité d’une famille dispersée par les différences et par les
absences. Mais tout cela n’en est qu’une lecture qui reste à compléter par d’autres
études et d’autres réflexions.
‫ــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ‬

Références bibliographique

Bonn, C. (1989). Lecture présente de Mohamed DIB. Alger : édition l’E.N.L


Foucault, M. 1970). L’Archéologie du savoir. Paris : Gallimard 1970
Ibn Khaldoun (1978). Discours sur l’histoire universelle. Paris : Sindibad
Kassoul, A 1988). Pouvoir d’écriture. Ed . O.P.U

29
Wassini, L. (9 mars 2006). El Watan

93
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

‫ﺣﻮﻟﻴﺎت ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺑﺸﺎر‬


Annales de l’Université de Bechar
N° 7, 2010, 7 ‫ﺍﻟﻌﺩﺩ‬
ISSN : 1112-6604

Note de toxicité : Cas d’insecticide naturel pour des termites sahariens

Younes Bourmita 1, Abdelkrim Cheriti 1 & Mohamed Didi Ould El Hadj 2


1)
Laboratoire de Phytochimie et Synthèse Organique
Université de Béchar 08000 Béchar
2)
Laboratoire de Protection des Ecosystèmes en Zones Arides et Semi-Arides
Université Kasdi Merbah, Ouargla

Introduction:
Dans plusieurs régions d'Afrique et d'Asie, la production agricole est
sérieusement éprouvée par les sécheresses périodiques, l'érosion des sols et par la
désertification. Elle est également fortement endommagée depuis longtemps par les
xylophages, en l’occurrence les termines. Les termites sont des fléaux anciens, causant
de graves dommages dans certaines régions du globe. Face à ce fléau, l'homme a
l'ingéniosité de recourir à plusieurs méthodes de luttes, physiques, biologiques et
chimiques. Depuis quelques décennies, une prise au sérieux des problèmes
environnementaux a incité les organismes et les institutions de recherche à développer
beaucoup plus les méthodes biologiques, sous ses diverses formes en vue de limiter
l’usage des pesticides chimiques. L'une de ses formes est l'exploitation des composés
secondaires, provenant des plantes dans la lutte contres les insectes nuisibles. De
nombreuses espèces végétales ont été testées afin d’étudier leurs propriétés insecticides
et leur toxicité. Le Sahara dispose d'une biodiversité floristique exceptionnelle,
plusieurs espèces sont connues par leurs propriétés thérapeutiques ou toxiques
remarquables. Au vu de ce constat, et pour mieux caractériser les potentialités de la
flore saharienne et de la valoriser, dans le cadre de la recherche des molécules
bioactives, d'origine végétale, efficaces dans la lutte contre les ravageurs, la présente
étude se propose de s’orienter sur les activités biologiques des extraits d’espèces
végétales du Sahara septentrional Ouest algérien, sur des fourmis de type saharien, dans
le but de rechercher leurs effets sur quelques paramètres biologiques et physiologiques
de ce ravageur.

Généralités.

Extraits de plantes et les ravageurs


Plusieurs travaux sur la manipulation individuelle des insectes en vue de la
détermination des effets insecticides ont été élaborés mais le problème de la toxicité
reste toujours mal contrôlé [17]. Les premiers travaux réalisés ont utilisé les plantes et
leurs parties ou leurs extraits [15, 16].

Effets sur le comportement

94
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Des effets anti-appétants ont été observés : des extraits d’ail perturbent la prise
alimentaire du coléoptère Epilachna varivestis (coccinelle mexicaine du haricot). Le
comportement de ponte chez deux lépidoptères, Pieris brassica la piéride du chou, et P.
napi la piéride du navet, est inhibé par des extraits d’oignon. Des extraits d’ail réduisent
significativement le taux de ponte des femelles de psylle du poirier, Cocopsylla
pyricola. Des extraits d’ail et d’oignon perturbent également l’établissement du puceron
vert du pêcher Myzus persicae sur sa plante hôte et empêchent l’alimentation de
l’insecte, entraînant le cas échéant la mort de celui-ci [1, 2].
Effets insecticides
Divers ordres d’insectes sont sensibles aux effets insecticides des Alliacées. Ainsi
les extraits d’ailse révèlent toxiques pour le puceron des céréales Sitobion avenae, le
puceron bicolore des céréales Rhopalosiphum padi, le criquet pèlerin Schistocerca
gregaria, la teigne de la pomme de terre Phthorimaea operculella, les larves de
doryphore Leptinotarsa decemlineata et de piéride du chou P. brassicae, cinq espèces
de moustiques des genres Culex et Aedes, les puces, la mouche domestique Musca
domestica et le dermeste des grains Trogoderma granarium. Chez la mouche blanche
des serres Bemisia argentifolii, les oeufs, nymphes et adultes sont sensibles à la
présence de divers extraits d’ail. De même les oeufs, larves et adultes des coléoptères
des stocks, Tribolium castaneum le petit ver de la farine et Sitophilus zeamais le
charançon du maïs, présentent une mortalité qui dépend de la concentration de l’extrait
d’ail utilisé. Une action ovicide de l’ail frais a été mise en évidence sur la punaise
Dysdercus koenigii et les noctuelles Earias vitella, Spodoptera litura le ver du
cotonnier, et Helicoverpa armigera la noctuelle de la tomate. Les individus parvenant à
éclore ne terminent leur développement qu’en très faible proportion. Le poireau s’est
révélé toxique pour Drosophila melanogaster, la mouche du vinaigre. [1].

Les insectes xylophages

Les xylophages (au sens large) consomment de la matière ligneuse au cours de


tout ou partie de leur cycle de développement et regroupent les insectes sous-corticaux,
qui se limitent aux assises génératrices et au liber sans pénétrer dans l'aubier, et les
insectes xylophages stricts qui forent une galerie plus ou moins profonde à l'intérieur du
bois dès le début du processus de colonisation ou après une phase sous-corticale. Le
terme « xylophages » désigne uniquement les insectes xylophages stricts à l'exclusion
des insectes sous-corticaux.

Les termites souterrains


Les termites souterrains commettent tous les ans, dans le monde entier, des
millions de dollars de dégâts dans les bâtiments et les collections, construisent leur nid
dans le sol ou dans le bois ou les matières végétales en contact avec le sol [1, 2]. Ils sont
capables d'atteindre le bois et les matières cellulosiques situés au-dessus du sol en se
déplaçant à l'intérieur de tunnels protecteurs de terre édifiés par les ouvriers. Ils sont
presque toujours reliés ainsi à la colonie On connaît de rares cas où ils se sont installés
durablement dans du bois mouillé en zone humide sans aucun raccordement au sol. Les
ouvriers maçonnent de la terre et du bois triturés avec de la salive et des excréments
liquides pour constituer une espèce de ciment boueux. La construction de tunnels est
caractéristique des termites souterrains et facilite le repérage des dégâts qu'ils causent.
Les ouvriers sont la seule caste du système social capable d'ingérer les matières

95
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

cellulosiques et de les digérer. Ils les régurgitent après digestion pour nourrir les
nymphes ouvrières, les soldats, les rois et les reines, les sexués de remplacement et les
individus ailés. Si une section de la colonie se trouve, pour une raison ou une autre,
isolée du reste, les sexués de remplacement assument la fonction de ponte dans la
nouvelle colonie. Les mesures de lutte contre les termites visent à séparer la colonie de
sa source de nourriture par des barrières chimiques placées dans le sol [14].

Choix du model physiologique.

Définition
L'ORDRE DES ISOPTÈRES (Termites)
TERMITE, nom masculin, du latin Termes, Termitis, ver rongeur.

Classification
Les termites sont des insectes primitifs du super ordre des Blattoptéroïdes et de l'ordre
des Isoptères. Ce sont donc de relativement proches parents des Blattes.
Morphologie
Ce sont des insectes à développement direct (amétaboles), à appareil buccal de type
broyeur, à deux paires d'ailes membraneuses. Au repos, les ailes se superposent à plat,
sur la face dorsale de l'animal. A la base des ailes, existe une suture basilaire, ligne de
moindre résistance, suivant laquelle l'aile se brise après l'essaimage.
Nutrition
Insecte xylophage, la cellulose est le principal aliment énergétique des termites. Elle est
digérée à l'aide de symbiotes : bactéries, zooflagellés, champignons basidiomycètes.
Vie sociale
De point de vue sociobiologique tous les termites mènent une vie sociale d'une
grande complexité et leur société comprend à côté des sexués fonctionnels, des castes
neutres aptères : soldats et ouvriers. Les sexués essaimants sont des insectes typiques de
la population, pigmentés et ailés. Ils perdent leurs ailes au cours de la parade nuptiale
(période spécifique). Les sexués imaginaux peuvent être remplacés par des sexués
néoténiques ou sexués de remplacement.
Rôle écologique
De part leur mode de nutrition, les termites contribuent à la formation de l'humus
et à la dissémination des graines et spores de différents végétaux, ils mènent à la
dégradation des substances et formation des éléments de la pédologie de sol.

Le peuplement en termites
La composition et la répartition de la faune en termites est largement conditionnée
par le facteur eau. Les espèces doivent avoir la possibilité de se soustraire à la
sécheresse qui sévit pendant la majeure partie de l'année. Les adaptations à ces
conditions extrêmes sont variées : L'architecture des nids peut permettre la création d'un
microclimat spécial (murailles massives du nid de Bellicosiiermes qui atteignent 0,5 à 1
m d'épaisseur). Les populations des nids peuvent entreprendre des déplacements
journaliers ou saisonniers en profondeur (Trineruilermes), Les termites peuvent amener
de l'eau sur les parois du nid, ou rechercher des microbiotopes favorables (souches
d'arbres morts, nids complexes d'autres espèces) [14].

96
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Ce que dit la bibliographie :


Selon la bibliographie nous avons pu distinguer trois catégories des termites comme
suit :
-Termites de bois sec
.Cryptotermes brevis, urbain, commun et nombreux dégats dans les maisons,
Caraïbes
.Cryptotermes dudleyi, rare à La Réunion, nuisible en Afrique, Madagascar, iles
Maurice, etc
.Cryptotermes pallidus, ville/campagne, attaque le bois mort, peu dangereux,
Mascareignes
.Procryptotermes falcifer, commun, ravageur des arbres en milieu naturel,
Mascareignes
.Neotermes reunionensis, relativement rare, en forêt humide.
.Postelectrotermes howa, travaux en cours, en forêt humide.
-Termites souterrains
.Coptotermes havilandi, très commun, ville et campagne, très nuisible aux
habitations
.Prorhinotermes canalifrons, assez rare, nuisible aux manguiers, présent à
Madagascar
-Termite arboricole
.Microcerotermes subtilis, rare, dans les troncs creux, nuisible à Madagascar et
Seychelles

PLANTES SPONTANES TOXIQUES ET EFFET INSECTICIDE.

1/ Matériel végétal
Le projet portera essentiellement sur plusieurs volets que nous jugeons très
favorables :
• L'inventaire et l’identification ethnobotanique des individus toxique que
constituent la population naturelle de nos zones arides [4, 5, 6, 7,8 ,9 ].
• Une enquête ethnobotanique à travers un questionnaire sur les utilisations des
plantes médicinales à intérêt (antimite et antiseptique).

Un choix préliminaire s’articule sur :

• Calotropis procera Asclepiadaceae


Nom français : Pommier de Sodomme Nom vernaculaire :kranka plante toxique.
Nous avons choisi comme matériel biologique les feuilles de Calotropis procera à l’état
végétatif, récoltée au sud-ouest algérien (Béchar),
Situation : Commun dans le Sahara central et méridional. Espèce saharo-arabique. De
taile de : 2 à 3 m
Description botanique : Petit arbre à écorce donnant un liège épais, grandes feuilles
ovales. Grandes fleurs pourpres de 3 cm à pétales étalés. Gros fruits ovoïdes de 5 à 10
cm [10, 11, 13, 14].

• Hyoscyamus muticus Solanaceae


Nom français : Jusquiame Nom vernaculaire : elbtima
Situation : Dans tout le sahara. Espèce saharo-arabique. De taille entre 40 et 60 cm

97
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Description botanique : Plante herbacée vivace, en touffes.


Feuilles dentées à la base, oblongues dans le haut, visqueuses et couvertes de poils
courts.
Fleurs en cymes avec un grand calice veiné à corolle blanche et violet noir dans le haut
du tube. Elles produisent des capsules.
Cette plante est très toxique, elle provoque des hallucinations, elle contient des
alcaloïdes.
Nous avons choisi comme matériel biologique les feuilles de Jusquiame à l’état
végétatif, récoltée au sud-ouest algérien (Béchar) [10, 11, 13, 14].

• Datura stramonium Solanaceae Nom français : Trompette du diable herbe du


diable, stramoine plante toxique Plante très toxique car contenant des alcaloïdes.
Situation : Dans les oasis, espèce originaire du Mexique. Taille : 40 à 150 cm
Description botanique : Plante annuelle, aux branches étalées. Grandes feuilles
simples, entières, veloutées de couleur bleu-gris. Grandes fleurs blanches en trompette,
tournées vers le ciel. Les fruits sont des capsules globuleuses garnies de piquants. A
maturité, les capsules s'ouvrent en quatre. Les graines sont noires.

• Nerium oleander Apocynaceae Nom français : Laurier-rose Nom


vernaculaire Edefla
Situation : Espèce méditerranéenne présente dans tout le Sahara, dans les lits d'oueds et
près des points d'eau. Taille : 1 à 4 mètres [10, 11, 13, 14].
Description botanique : Arbre ou arbuste à longues feuilles lancéolées, persistantes,
glabres, verticillées par 3, avec une nervure médiane très saillante en
dessous.Inflorescence en cyme. Fleur avec une grande corolle, rose ou plus rarement
blanche.
Le fruit est une longue capsule libérant des graines couvertes de nombreux poils roux.
La plante est nommée defla en arabe.
Cette plante est également toxique par contact des parties coupées sur la peau. De plus,
ses rameaux ne doivent pas être utilisés comme combustible pour faire griller de la
viande ou un produit alimentaire.

OBJECTIF
L’objectif général était d’étudier les propriétés insecticides-chimiques et biochimiques
des tiges et feuilles de trois plantes Récoltées au sud ouest algérien.

D’une manière spécifique, l’étude devrait permettre de :


- Déterminer les principaux groupes chimiques et toxiques présents dans les
extraits des tiges et feuilles des plantes [4, 5, 6].
- Nos essais seront surtout fondés sur la teneur en C de l'appareil
photosynthétisant et résumé par le classique rapport C/N des plantes utilisées et
leurs extraits. À déterminisme à la fois endogène (capacités génétiques et
systématiques) et exogène relient composition biochimique et contraintes
écologiques. L'antagonisme C/N appuie le concept antérieur des tactiques
phytochimiques opposent plantes riches en tanins (donc en C) et plantes riches
en alcaloïdes (donc en N). Cette structuration phytochimique illustre la
concurrence évolutive entre habitus ligneux et herbacé dans le cadre des

98
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

stratégies adaptatives. Loin d'être livrée au hasard, il existe donc une logique
organisatrice des communautés végétales au niveau biochimique.

Protocole Expérimental et Méthodologie.

1. Première partie.
1/ Mise au point bibliographique sur les nuisances des insectes les plus fréquents et
leurs modes d’installation dans un système vital tels qu’une denrée végétale ou
substance organique et les méthodes actuelles de mise en évidence du degré de
dégradation et de nuisance.
2/ Choix du model et l’échantillon dépend des capacités et fréquence des insectes.
3/ Analyse macroscopique (utilisation des loupes) et recensement des ravageurs. Avec
élaboration d’une carte de distribution géographique.
4/ Comparaison entre les points contaminés par les ravageurs les plus fréquents. A
l’aide des macro-analyses des constituants biochimique (C/N). Ceci conduit déterminer
l’équilibre dynamique entre ces insectes phytophages et leurs hôtes [12, 15, 16].
5/ Préparation des extrait sous forme de marcs de plante (feuilles, tiges). Dans l’eau
chaude.
6/ Les feuilles sont séchées à l’ombre, broyées en poudre, puis soumises à l’extraction
par l’eau chaude.

2. Deuxième partie
1. inventaire des zones attaquées.
2. essai de l’identification de l’insecte ravageur.
3. essai de comprendre le mode de vie et de reproduction ainsi que la nutrition.
4. récolte des plantes choisies
5. études de la toxicité comparée des extraits de plante sur la physiologie des insectes
6. Déterminer la toxicité et le toxidrome des extraits des tiges et feuilles des plantes. En
se basant sur l'analyse phytochimique des plantes et parties utilisées [12]. Apres
trempage des tranches en bois pendant 24H en vue des essais de la toxicité comparée
sur l’activité des termites.
1. Installation des piquets en bois près des termitières en cour de développement.
2. Contrôle de développement de l’enrobage des piquets par les grains de sable et
substrat des secrétions.
3. contrôle in vitro de la CL50 (24h) sur les spécimens biologiques

Conclusion.

Les résultats bien que préliminaires, témoignent prochainement la bonne activité


insecticide des extraits aqueux des poudres végétales. Parmi plusieurs extraits testés,
ceux du bois des tiges et des feuilles des plantes spontanées des zones arides constituent
des biocicides prometteurs pour la lutte contre les ravageurs nuisibles. Ils sont en effet
plus efficaces sur les générations du deuxième stade (L2) que sur celles du quatrième
stade (L4), avec des CL50 (24 h) plus faibles, et par conséquent plus efficaces. Les
extraits de la phase aqueuse brute de ces plantes devront être soumis à une séparation de
manière à isoler et concentrer les substances actives, qui certainement pourront
présenter des CL50 beaucoup plus faibles et devraient pouvoir être valorisés en tant
qu'insecticides biologique de remplacement.

99
Annales de l’Université de Bechar N° 7 2010 7 ‫ﺤﻭﻟﻴﺎﺕ ﺠﺎﻤﻌﺔ ﺒﺸﺎﺭ ﺍﻟﻌﺩﺩ‬

Références bibliographiques

[1] Arnault I. André I. , Diwo-Allain S., . Auger J et Vey F. Propriétés pesticides des alliacées
Biodésinfection des sols maraîchers au moyen d’oignon et poireau ed. PHYTOMA • La
Défense des Végétaux - N°578 Janvier 2005. pp.40-43.
[2] Al-Yahyaa M.A, AL-Farhanb A.H., Adam S.E.I., Preliminary toxicity study on the
individual and combined effects of Citrullus colocynthis and Neriumoleander in rats.
Fitoterapia 2000, 71 p 385-391
[3] Bagnères A.G. & al., J. Economic entomology, 2009, 99(1), 1
[4] Belboukhari N.& Cheriti A., Elec. J. Env., Agron. Food Chem. 2008, 7(14) 2749.
[5] Cheriti A.& al., Chem. Nat. Pak. J. Biol.Sci.,2005, 42(3),360.
[6] Cheriti A., Apport de la recherche sur les plantes médicinales du Sud Ouest Algérien,
CRSTRA, 2002.
[7] Cheriti A., Belboukhari N., Sekkoum Hacini S., Plants of Algerian semi-arid regions used
for the treatment of gastro-intestinal disorders. J alg. des régions arides 2006; (05) 06-10
[8] Cheriti A., Saad A., Belboukhari N., Hacini S., Flav. Frag. Jour. 2007, 22, 286.
[9] Gonzalez-tejero et al., Medicinal plants in the Mediterranean areab : synthesis of the results
of the project rubia. l of Ethnopharm 2007; (116) 341-357.
[10] Hammiche V., Maiza K., Traditional medicine in Central Sahara: Pharmacopoeia of Tassili
N’ajjer J of Ethnopharm. 2006; (105).358-367
[11] Maiza, K., Brac de la Perriere, R.A., Hammiche, V. Récents apports a
l’ethnopharmacologie du Sahara algérien: Actes du 2eme Colloque Européen
d’Ethnopharmacologie & 11eme Conférence Internationale d’Ethnomédecine. Heidelberg
1993; 169-171.
[12] Mengistu Gemech Chemical study of anti-termite extract of saw dust of hagenia
abyssinica, Master of science in chemistry addis ababa university school of graduate
studies, 2007, PP,47.
[13] Oueld el hadj M. didi et al., Courrier du savoir, 2003. (03). Pp.47-51.
[14] Ozenda P., Flore et végétation du sahara C.N.R.S Paris 1991-2004; p. 663.
[15] Leplage L., Recherches écologiques sur une savane sahélienne du Ferlo septentrional
Sénégal : données préliminaires sur l'écologie des termites Extrait de LA TERRE ET LA
VIE Revue d'écologie appliquée office de la recherche scientifique et technique vo1.26,
1972, p.325-472
[16] Philogene B.J.R .L’utilisation des produits naturels dans la lutte contre les insectes :
problèmes et perspectives La lutte anti-acridienne. Ed. AUPELF-UREF, John Libbey
Eurotext, Paris 1991, pp. 269-278.
[17] Pichon. G. et al. Note technique: Confection de tubes grillagés pour la manipulation
individuelle de moustiques adultes. Cah. O.R.S.T.O.M., sér. Ent.méd., et Parasitol., vol.X,
no 4, 1972 : 327-330.

100