Vous êtes sur la page 1sur 4

CPK = Créatine PhosphoKinase 

 
3 isoenzymes: 
­ CPK MM (95%): Origine musculaire 
­ CPK MB (5%): Origine cardiaque 
­ CPK BB (non circulante): Origine cérébrale, digestive, pulmonaire, génitale 
 
 
Élévation des CPK = Atteinte musculaire 
 
 
CAUSES PHYSIOLOGIQUES 
 
­ Athlètes / Sujets à forte masse musculaire 
­ Sujets noirs 
­ Effort physique 
­ Après chirurgie, crâniotomie, accouchement 
­ Injections IM (surtout si AINS; pic à 12 Heures) 
­ Post EMG 
 
 
ÉTIOLOGIES dans le contexte de l’URGENCE 
 
1 ­  Toute lésion du muscle cardiaque : 
 
­ IdM : mais dans ce cadre: CPK supplantées par la Troponine 
­ Myocardite, tachycardie ventriculaire prolongée, geste endocardiaque… 
 
2 ­  Rhabdomyolyse aigüe :  CPK > 5N 
 
Causes: 
­ Crush Syndrome  (médecine de catastrophe ou chute personne âgée) 
­ Alcoolisation aiguë  (cause la + fqte de rhabdomyolyse) 
­ Toxiques : cocaïne, opioïdes, champignons, toxiques industriels 
­ Hypokaliémie prolongée 
­ Certaines Myopathies métaboliques (post­effort ou exposition au froid) 
 
Cliniquement: 
­ Myalgies / Faiblesse musculaire / Douleurs à la pression des muscles 
­ Urines sombres (myoglobinurie) 
 
Complications: 
­ État de choc 
­ Insuffisance rénale aiguë 
­ Acidose métabolique 
­ Hyperkaliémie grave 
3 ­  Infections : 
 
­ Virales: Grippe, Cocksackie (M.de Bornholm), ... 
­ Bactériennes: Fasciites myonécrosantes, Pyomyosites 
­ Parasitaire: Trichinellose 
 
4 ­  Hyperthermie maligne anesthésique : Déclenchée par halothanes, curarisants... 
 
5 ­  Hyperthermie maligne d’effort : Marathon sous le soleil 
 
6 ­  Épilepsie généralisée : 
 
Dosage après crise =  Valeur diagnostique  quand PC sans témoin (Sp = 94%,se = 80%) (1) 
 
 
ÉTIOLOGIES HORS du contexte d’URGENCE 
 
1 ­  Myopathies : 
 
­ Myopathies  inflammatoires: CPK  souvent 10 à 50N 
● Polymyosites/Dermatopolymyosites: Faiblesse musculaire +/­ Signes cutanés 
● Myosites aiguës nécrosantes 
● Myosites à inclusion 
 
­ Myopathies métaboliques: CPK très élevées  après effort 
 
­ Myopathies dégénératives: CPK élevées  en permanence 
 
2 ­  Autres Maladies auto­immunes : 
 
­ Sd Anti synthétases 
­ Sclérodermie 
­ PAN, ... 
 
3 ­  Cancers (poumon, colon) et hémopathies 
 
4 ­  Hypothyroïdie : CPK = 5 à 6N 
 
5 ­  Étiologies neurologiques :  
 
­ SLA 
­ Atrophie musculaire progressive spinale 
­ Sd de Kennedy 
 
6 ­  Syndrome Apnée du sommeil : 30% d’augmentation CPK (régresse sous C­PAP) (2) 
 
7 ­  Médicaments : 
 
Très nombreux responsables possibles: Antirétroviraux, antimitotiques, antirhumatismaux, 
psychotropes,... 
 
Le plus fréquent:  Statines  (et fibrates)  
 
=> faire dosage avant et faire suivi: 
­ Augmentation modérée: changer statine 
­ Augmentation  > 5N: Arrêt  statines (3) 
 
CPK peuvent restées élevées  2 à 3 mois après l’arrêt  du traitement. 
 
 
ÉLÉVATION ISOLÉE DES CPK 
 
1 ­  Cas familiaux : mutation gène cavéoline 3 
 
2 ­  Macro­enzymes (macro­CPK) : 
 
Liaison entre CPK et macromolécule sérique => élévation artéfactuelle de l’activité 
enzymatique 
 
 
EXAMENS COMPLEMENTAIRES 
 
1 ­  EMG : 
 
­ Si myalgies et/ou CPK élevées persistantes sans explications 
­ Peu invasif 
­ Permet de justifier une biopsie 
­ Rarement suffisant au diag étiologique 
 
2 ­  IRM musculaire : Pas d'intérêt démontré. 
 
3 ­  Biopsie musculaire : 
 
Invasif mais seul examen à valeur de  diagnostic de certitude 
D’autant plus intéressant que: 
­ CPK sont élevées 
­ Âge jeune 
 
 
 
 
 
EN PRATIQUE, AU CABINET 
 
Confirmer  l’élévation des CPK: 
­ Plusieurs dosages 
­ A distance d’activité physique (>1 à 2 semaines après arrêt (4)) et IM 
­ A distance de l’arrêt (>3 mois) des hypolipémiants 
 
Éliminer : 
­ Alcoolisme 
­ Hypothyroïdie 
­ Causes physiologiques 
 
Rechercher : 
­ Myalgies 
­ Déficit moteur discret 
­ Symptomatologie d’effort 
­ Signes associés: peau, articulations, neuro, AEG, ... 
 
Dosage : Marqueurs inflammation +/­ Anticorps (FAN, PMi, SRP, Scl70, ...) 
 
 
 
Si strictement isolé et stable: penser aux Macro­CPK 
 
 
Si présence: 
­ Signes cliniques 
­ CPK > 5N et/ou taux croissants 
­ Sd inflammatoire 
­ Histoire familiale 
­ Enfant ... 
 
=> Proposer EMG 
=> Envisager Biopsie 
 
 
 
Sources: 
(1) Libbman MD,J Gen Intern Med 1991 
(2) Lentini S,Chest 2006 
(3) Guis S Rev Rhum 2013 
(4) Nosaka K,Int J Sports Med 1992 
 
 
 
Les STAFFs Saint Camille