Vous êtes sur la page 1sur 89

Année Académique 2015-2016

Chargé de cours : BAGA D. Moustapha

Novembre 2015
TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES .............................................................................................................................. 1


BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................................ 7
Chapitre I : GENERALITES SUR LE DIAGNOSTIC ET L’ANALYSE FINANCIERE ............................................ 1
I. DEFINITION ...................................................................................................................................... 1
II. LES UTILISATEURS DE L’ANALYSE FINANCIERE ................................................................................ 2
III. LES SOURCES D’INFORMATION DE L’ANALYSE FINANCIERE ....................................................... 2
IV. LES DIFFENRENTES METHODES D’ANALYSE FINANCIERE ............................................................ 3
A. L’analyse en tendance : l’analyse dans le temps des comptes annuels ...................................... 3
B. L’analyse comparative : l’analyse dans l’espace des comptes annuels ...................................... 3
C. L’analyse normative : l’orthodoxie financière ............................................................................. 4
D. La notation financière ................................................................................................................. 4
E. La méthode des scores ................................................................................................................ 4
Chapitre II : LES ETATS FINANCIERS DU SYSCOA ..................................................................................... 6
I. PRESENTATION DU BILAN COMPTABLE .......................................................................................... 6
A. Le bilan comptable ...................................................................................................................... 6
1. L’actif immobilisé .................................................................................................................... 6
a) Les Charges Immobilisées.................................................................................................... 7
b) Les Immobilisations Incorporelles ....................................................................................... 8
c) Les Immobilisations Corporelles.......................................................................................... 8
d) Les Immobilisations Financières .......................................................................................... 8
e) Les Amortissements ............................................................................................................ 9
f) Les Provisions pour dépréciation d’immobilisations ........................................................... 9
2. L’actif circulant ........................................................................................................................ 9
a) L’actif circulant HAO ............................................................................................................ 9
b) Les stocks ............................................................................................................................. 9
c) Les créances et emplois assimilés ..................................................................................... 10
d) Les autres créances : ......................................................................................................... 10
3. La Trésorerie -actif................................................................................................................. 11
a) Les titres de placement ..................................................................................................... 11
b) Les disponibilités ............................................................................................................... 11
B. Le passif comptable ................................................................................................................... 11
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

1. Les capitaux propres et ressources assimilées ...................................................................... 11


a) Le capital social.................................................................................................................. 11
b) La prime d’émission........................................................................................................... 11
c) l’écart de réévaluation ...................................................................................................... 11
d) Les réserves ....................................................................................................................... 12
e) Le résultat de l’exercice ..................................................................................................... 12
f) Le report à nouveau .......................................................................................................... 12
g) Les subventions d’investissements ................................................................................... 12
h) Les provisions réglementées ............................................................................................. 12
2. Les dettes financières et ressources assimilées .................................................................... 12
a) Les emprunts obligataires ................................................................................................. 12
b) Les emprunts et dettes auprès des établissements de crédit........................................... 12
c) Les emprunts de crédit-bail ............................................................................................... 12
d) Les emprunts et dettes financières diverses : ................................................................... 13
e) Les comptes courant des associés..................................................................................... 13
f) Les provisions financières pour risque et charges ............................................................ 13
3. Le passif circulant .................................................................................................................. 13
a) Les dettes circulantes HAO ................................................................................................ 13
b) Les avances et acomptes reçus sur commandes en cours ................................................ 13
c) Les fournisseurs d’exploitation et comptes rattachés ...................................................... 13
d) Les dettes fiscales et sociales ............................................................................................ 14
e) Les autres dettes ............................................................................................................... 14
f) Les risques provisionnés .................................................................................................... 14
4. La trésorerie-passif ................................................................................................................ 14
C. Les écarts de conversion ........................................................................................................... 14
II. PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT .................................................................................. 15
A. Les activités d’exploitation ........................................................................................................ 15
1. Les charges d’exploitation ..................................................................................................... 15
2. Les produits d’exploitation .................................................................................................... 16
B. Les activités financières ............................................................................................................. 17
1. Les charges financières.......................................................................................................... 17
2. Les produits financiers........................................................................................................... 17
C. Les éléments hors activités ordinaires ...................................................................................... 18
1. Les charges HAO .................................................................................................................... 18
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

2. Les produits H.A.O ................................................................................................................. 18


D. La participation des travailleurs et l’impôt sur les sociétés ...................................................... 18
1. La participation des travailleurs ............................................................................................ 18
2. L’impôt sur les sociétés ......................................................................................................... 19
Chapitre III : L’ANALYSE DE L’ACTIVITE ET DES PERFORMANCES .......................................................... 20
I. LES SOLDES SIGNIFICATIFS DE GESTION (S.S.G) ............................................................................ 20
A. La Marge Brute sur marchandises (MB/marchandises) ............................................................ 20
B. La Marge Brute sur matière (MB/matière) ............................................................................... 21
C. La Valeur Ajoutée (VA) .............................................................................................................. 21
D. L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) ......................................................................................... 22
E. Le Résultat d’Exploitation (RE) .................................................................................................. 22
F. Le Résultat financier (RF)........................................................................................................... 23
G. Le Résultat des Activités Ordinaires (RAO)................................................................................ 23
H. Le Résultat Hors Activités Ordinaire (R HAO) ............................................................................ 23
I. Le Résultat Net (RN) .................................................................................................................. 23
II. LE DIAGNOSTIC FINANCIER............................................................................................................ 24
A. L’effet ciseau ............................................................................................................................. 24
B. LE POINT MORT ......................................................................................................................... 24
III. LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT GLOBALE (CAFG) ............................................................ 26
A. Le mode de calcul de la CAFG par la méthode soustractive ..................................................... 27
B. Le mode de calcul de la CAFG par la méthode additive ............................................................ 27
C. Interprétation de la CAFG.......................................................................................................... 27
IV. LES EXCEDENTS DE TRESORERIE ................................................................................................ 28
A. L’Excédent de trésorerie d’Exploitation (E.T.E.) ........................................................................ 28
B. L’Excédent de Trésorerie Global (E.T.G.) ................................................................................... 29
Chapitre VI : L’ANALYSE DE L’EQUILIBRE FINANCIER ET DE LA DYNAMIQUE DE LA SITUATION
FINANCIERE ........................................................................................................................................... 32
I. ANALYSE FONCTIONNELLE ............................................................................................................ 32
A. Le bilan fonctionnel ................................................................................................................... 32
1. Schéma général du bilan fonctionnel .................................................................................... 33
2. Retraitement du bilan comptable ......................................................................................... 33
B. Les principaux concepts de l’analyse fonctionnelle .................................................................. 36
1. Le fonds de roulement net global (F.R.N.G) .......................................................................... 37
2. Le Besoin de Financement (B.F) ou Besoin en Fonds de roulement (BFR) ........................... 37
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

a) Le besoin de financement d’exploitation (BFE)................................................................. 38


b) Le besoin de financement HAO (BFHAO) .......................................................................... 38
c) Le besoin de financement global (BFG)............................................................................. 39
3. La Trésorerie nette (T.N.) ...................................................................................................... 39
C. L’équilibre financier de l’entreprise .......................................................................................... 40
1. La relation de l’équilibre financier ........................................................................................ 40
2. Les équilibres financiers courants ......................................................................................... 41
A. Ratios d’analyse de la structure financière du bilan fonctionnel .......................................... 42
a. Les ratios d’autonomie financière ..................................................................................... 42
b. Le ratio de financement des immobilisations ................................................................... 43
c. Le ratio de couverture des capitaux investis ..................................................................... 43
d. Les ratios de rotation......................................................................................................... 44
1. Interprétation et limites de l’approche fonctionnelle............................................................... 45
A. Application sur l’analyse fonctionnelle ................................................................................. 47
II. ANALYSE LIQUIDITE ....................................................................................................................... 49
A. Le bilan financier ou bilan liquidité ........................................................................................... 49
1. Schéma général du bilan liquidité ......................................................................................... 49
2. Les retraitements .................................................................................................................. 50
a) Les retraitements de l’actif................................................................................................ 50
b) Les retraitements du passif ............................................................................................... 51
B. Outils d’analyse du bilan liquidité ............................................................................................. 54
1. Le Fonds de Roulement Liquidité (FRL) ou Fonds de Roulement Financier (FRF) ................. 54
2. L’actif Net (AN) ...................................................................................................................... 55
C. Les trois règles de l’orthodoxie financière ................................................................................ 55
D. Conclusion sur l’analyse liquidité .............................................................................................. 56
E. Application sur l’analyse liquidité ............................................................................................. 57
III. L’ANALYSE DYNAMIQUE DE LA STRUCTURE FINANCIERE DE L’ENTREPRISE ............................. 58
A. Présentation du TAFIRE ............................................................................................................. 58
1. Première partie : Présentation des soldes financiers............................................................ 58
a Détermination de la CAFG ................................................................................................. 58
b Détermination de l’autofinancement................................................................................ 59
c La variation du besoin de financement d’exploitation (BFE) ............................................ 59
d L’Excédent de Trésorerie d’Exploitation (ETE) .................................................................. 60
2. Deuxième partie du TAFIRE : le tableau proprement dit ...................................................... 60
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

3. Contrôle des soldes ............................................................................................................... 63


B. Commentaire sur le contenu du TAFIRE ................................................................................... 63
C. Application................................................................................................................................. 63
1. La CAFG.................................................................................................................................. 64
2. L’Autofinancement ................................................................................................................ 64
3. La variation du BFE ................................................................................................................ 64
4. L’ETE ...................................................................................................................................... 65
5. Le tableau proprement dit .................................................................................................... 65
Chapitre V : L’ANALYSE DE LA RENTABILITE ET DE LA CROISSANCE DE L’ENTREPRISE ......................... 68
A. LA RENTABILITE DE L’ACTIVITE .................................................................................................. 68
1. Le ratio de marge brute (MB) ................................................................................................ 68
2. Le ratio de marge brute d’exploitation (MBE) ...................................................................... 69
3. Le ratio de marge nette (MN)................................................................................................ 69
B. LA RENTABILITE ECONOMIQUE (Re) ......................................................................................... 69
1. Relation entre la rentabilité économique, la marge d’exploitation et la rotation de l’actif . 70
2. Décomposition de la rentabilité économique selon la pyramide du PONT NEMOURS ........ 70
C. LA RENTABILITE FINANCIERE (Rf) .............................................................................................. 71
1. La rentabilité des capitaux propres ....................................................................................... 71
2. Effet de levier financier ......................................................................................................... 71
D. La rentabilité des capitaux permanents (Rcper) ....................................................................... 73
Chapite VIII ANALYSE DES RISQUES ....................................................................................................... 74
I. LE RISQUE D’EXPLOITATION OU RISQUE ECONOMIQUE .............................................................. 74
A. Définition ................................................................................................................................... 74
B. Evaluation du risque ‘exploitation............................................................................................. 74
1. Evaluation par la dispersion du résultat d’exploitation ........................................................ 74
2. Evaluation par la dispersion de la rentabilité économique (Re) ........................................... 75
3. Evaluation par le levier d’exploitation (ou levier opérationnel) ........................................... 76
II. LE RISQUE FINANCIER .................................................................................................................... 77
A. Définition ................................................................................................................................... 77
B. Evaluation du risque financier ................................................................................................... 77
1. Analyse de la variation de la rentabilité financière induit par une variation de la rentabilité
économique................................................................................................................................... 77
2. Mesure de la dispersion de Rf ............................................................................................... 78
III. LE RISQUE DE FAILLITE OU RISQUE DE DEFAILLANCE ............................................................... 80
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

A. Définition ................................................................................................................................... 80
B. Evaluation du risque de faillite .................................................................................................. 80
1. L’analyse patrimoniale .......................................................................................................... 80
a) Principe .............................................................................................................................. 80
b) Evaluation du risque de faillite .......................................................................................... 80
2. La méthode des scores .......................................................................................................... 80
3. La notation (ou rating)........................................................................................................... 81
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

BIBLIOGRAPHIE

- Nacer-Eddine SADI, Analyse financière d’entreprise, l’Harmattan, 2009


- Jonathan BERK-Peter DeMARZO, Finance d’entreprise, 2 édition, Nouveaux Horizonz, 2011
- Edith GINGLINGER, gestion financière de l’entreprise, Memento Dalloz, 1991
- Elie COHEN, Analyse financière, Economica 1990
- Bernard COLASSE, La gestion financière de l’entreprise, P.U.F, 1993
- C. PEROCHON, B. GOUSSOU ET E.N’GUESSAN, Comptabilité générale selon le SYSCOA, Ed
Foucher et CEDA, 1998
- Jean BARREAU, Jacqueline DELAHAYE, Gestion financière, Manuel et application, DUNOD, 2001
- SYSCOA, Plan comptable général des entreprises. BCEAO, Foucher, 1998
- SYSCOA, Manuel d’application, BCEAO, Foucher, 1998.
Chapitre I : GENERALITES SUR LE DIAGNOSTIC
ET L’ANALYSE FINANCIERE
I. DEFINITION

L’analyse financière est une discipline qui fait partie intégrante de la fonction financière de
l’entreprise. La fonction financière a pour but essentiels de mettre à la disposition de
l’entreprise, et au moment opportun et par les procédés les plus économiques, les
capitaux nécessaires à son équipement rationnel et à son fonctionnement normal, tout en
assurant son indépendance permanente et sa liberté d’action industrielle et commerciale.
La fonction financière ainsi définie se trouve diffus dans l’entreprise. Pour mieux la cerner,
au plan académique et pédagogique, nous la décomposons en Analyse financière et
Politique financière ou gestion financière.
L’analyse financière consiste en un ensemble d’outils et de méthodes permettant de porter
une appréciation sur la situation financière et les performances d’une entreprise. Elle a
pour but d’obtenir un diagnostic sur la situation financière passée de l’entreprise :
- elle étudie les équilibres fondamentaux du bilan qui permettent d’apprécier la
solvabilité et la liquidité de l’entreprise : l’entreprise est-elle solvable et notamment sa
structure financière est-elle équilibrée ? le montant de ses ressources propres est-il
suffisant pour payer ses dettes ? etc.,
- elle confronte les résultats obtenus par l’entreprise aux moyens mis en œuvre pour
mesurer sa rentabilité, autrement dit, le bénéfice est-il suffisant par rapport aux
moyens mis en œuvre ?
La gestion financière, orientée quant à elle vers le futur, traite d’un ensemble de décisions
durables qui doivent permettre de tirer le meilleur profit des ressources pour les
actionnaires. La gestion financière traite essentiellement des décisions d’investissement et
des décisions de financement qui conditionnent la rentabilité de l’entreprise et déterminent
sa valeur :
- quels investissements semblent les plus rentables : lancement d’un nouveau
produit, achat d’un brevet, achat d’une nouvelle machine, ouverture d’un nouveau
magasin, formation de personnel etc.,
- comment financer ces investissements : une fois les projets d’investissement
sélectionnés, l’entreprise met en place les moyens de financement permettant de
les entreprendre. Il s’agit de trouver des ressources, qui sont de plus en plus rares.
La fonction financière a un champ de couverture assez large et le Directeur financier dans
une entreprise n’est plus seulement un simple collecteur de fonds, mais il devient de plus
en plus un véritable gestionnaire : analyser, planifier, contrôler sont aujourd’hui ses tâches
fondamentales.
A côté de ces grands domaines de la gestion financière, il se trouve un autre aspect qui
concerne les décisions financières quotidiennes c’est-à-dire au jour le jour : la gestion de
trésorerie. Elle a pour but d’assurer la liquidité de l’entreprise, sa capacité à faire face à
ses échéances, à tous moment, et ce au moindre coût.
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
II. LES UTILISATEURS DE L’ANALYSE FINANCIERE

Les utilisateurs de l’information de l’analyse financière sont nombreux et leurs besoins


sont aussi divers que variés, car ils sont amenés à prendre des décisions diverses.
Globalement, on peut en citer les suivants :
- Les managers (ou gestionnaires de l’entreprise) : l’analyse financière leur
permet d’apprécier les performances de leur propre gestion. Elle leur permet aussi
de prendre des décisions éclairées, de constituer la base des prévisions financières
(politique de dividendes, politique d’investissement, etc.) et d’alimenter en
information élaborées leur contrôle de gestion ;
- Les actionnaires actuels et potentiels : l’analyse financière permet aux
actionnaires d’apprécier l’efficacité des dirigeants et le rendement de leurs
investissements (ou les performances futures de l’entreprise dans la perspective
d’un investissement financier) ;
- Les salariés : l’analyse financière leur permet d’apprécier la pérennité de
l’entreprise et donc de leur emploi et la pertinence de ses politiques sociales et
financières ;
- Les prêteurs : les banques et les établissements financiers en relation d’affaires
avec l’entreprise utilisent également l’analyse financière en vue d’apprécier sa
solvabilité et sa liquidité ;
- Les intermédiaires et l’autorité de régulation des marchés : ce sont en fait
l’autorité des marchés financiers, les sociétés d’intermédiations et les analystes
financiers ;
- Les administrations publiques : l’administration fiscale, les ministères de
l’économie, des finances, et de l’industrie, etc. sont autant d’utilisateurs de l’analyse
financière notamment dans le cadre de la prévision des impôts et taxes (lois de
finance) et des politiques publiques ;
- Les entreprises concurrentes : la concurrence est un important consommateur
de l’analyse financière notamment en vue de détecter les benchmarks et les
performances des entreprises en rivalité ;
- Les partenaires de l’entreprise : les clients, les fournisseurs sont aussi intéressés
par l’analyse financière qui leur permet de disposer d’informations vitales sur la
pérennité, la solvabilité de leurs partenaires commerciaux.

III.LES SOURCES D’INFORMATION DE L’ANALYSE FINANCIERE

Une analyse financière qui doit aboutir à un diagnostic financier qui permet et incite à la
prise de décision ne peut se cantonner à l’examen des seuls états financiers. Ses
matériaux sont désormais à la fois quantitatifs et qualitatifs et de nature diverse.
Globalement, on peut les regrouper en trois grandes catégories :
- Informations de nature financière : rapport de gestion annuel, états financiers
périodiques, rapports de contrôle de gestion, prévisions financières, notation
financière, rapports périodiques sur la situation et les tendances du marché
financier publiés tant par l’autorité des marchés que par les analystes financiers…

2
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- Informations de nature économique : évolution de la conjoncture économique
propre au secteur, informations sectorielles (structure, stratégie, performances, …),
situation économique générale, perspectives économiques et financières régionales
et internationales…
- Informations diverses : réglementation sectorielle, analyse des risques, les
mouvements de restructuration dans le secteur (fusion, acquisition,…).

IV. LES DIFFENRENTES METHODES D’ANALYSE FINANCIERE

A. L’analyse en tendance : l’analyse dans le temps des comptes


annuels
Dans la pratique, il est toujours intéressant d’analyser le passer pour mieux déterminer
l’avenir : Cette approche a en effet pour objectif d’étudier le passé, pour diagnostiquer le
présent et prévoir l’avenir. L’analyse en tendance s’intéresse donc à des exercices
comptables passés et généralement (selon la disponibilité de l’information) sur une
période de trois à cinq ans.
Les précautions à prendre dans cette approches, notamment au plan de la comparabilité
de l’information financière d’un exercice à l’autre peuvent être résumées comme suit :
- les ruptures technologiques, les mutations de marchés, les politiques de
diversification…, sont autant d’évènements dans la vie des entreprises qui
modifient radicalement la structure des comptes. L’analyste devra veiller à
comparer ce qui est comparables dans le temps ;
- l’analyste devra également intégrer prendre en compte l’évolution de la
règlementation comptable dans son analyse ;
- d’autres facteurs ont également une incidence sur l’information de base, il s’agit en
particulier du changement d’activité, des conditions d’exploitation (externalisation
de certaines activités par exemple), du changement du périmètre de consolidation
des comptes dans un groupe.

B. L’analyse comparative : l’analyse dans l’espace des comptes


annuels
L’analyse comparative présente un autre avantage celui de situer l’entreprise dans
l’espace : secteur d’appartenance (confrontation des entreprises d’un même secteur).
Dans cette approche on évalue les principaux Soldes Significatifs de Gestion (SSG) et
ratios d’une entreprise afin de les comparer aux SSG et ratios caractéristiques des
entreprises du même secteur d’activité. Cette approche rend systématique les études
publiées par la Centrale des bilans de la Banque Centrale (cas de la France).
Deux écueils sont à éviter dans cette approche :
- La notion de secteur est floue et est tributaire du niveau de détail choisi.
L’information à utiliser doit être homogène et l’échantillon choisi doit être
suffisamment représentatif
- Le risque de surestimation conjoncturelle des valeurs d’un secteur. L’analyste doit
tenir compte de ce phénomène dans la conduite du diagnostic.
3
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
C. L’analyse normative : l’orthodoxie financière
Cette approche prolonge l’approche comparative au sens où elle repose sur l’utilisation
des normes (moyennes) du secteur d’appartenance de l’entreprise étudiée. Il existe en
effet des normes propres à certaines professions. C’est le cas à titre d’exemple :
- Du secteur de l’hôtellerie : le prix de la nuitée
- L’importance des travaux en cours par rapport aux capitaux propres d’une
entreprise du BTP
- Le chiffre d’affaires au m2 pour les supermarchés.
Comme également les ratios d’orthodoxie financière : les immobilisations doivent être
financées par les capitaux stables, l’endettement ne doit pas être égal au maximum à 4
fois environ l’EBE…
Le risque dans cette approche est de se convaincre qu’il existe des normes idéales, alors
qu’elles ne sont que le résultat de l’observation. Il est donc recommandé d’être prudent
dans l’utilisation des normes et ratios dits pertinents et types.
Rappelons que dans la pratique, les analystes financiers combinent ces approches en vue
d’élargir le champ de leur diagnostic et de disposer d’une masse importante d’informations
de base nécessaire à la compréhension et à l’analyse de l’entreprise étudiée.

D. La notation financière
La notation financière ou rating en anglais est l’évaluation en continu de la solvabilité d’un
emprunteur par une agence spécialisée (Standard & Poor’s, Moody’s, Fitch…), par les
banques pour leurs besoins internes de respect des ratios prudentiels, par les assureurs
crédit (Coface, Euler-Hermes…), mais également par la Banque Centrale.
La note est attribuée à l’issue d’un processus assez lourd qui vise à évaluer le risque
stratégique de l’entreprise en analysant sa position concurrentielle au sein de son secteur
(part de marché, efficacité industrielle, taille, qualité du management…) et en effectuant
une analyse financière.
Les principaux critères examinés sont les suivants : évolution de la marge d’exploitation,
évolution et pérennité de la rentabilité économique, analyse de la structure financière (et
notamment la couverture des frais financiers par le résultat d’exploitation et la couverture
de l’endettement net par les flux de trésorerie provenant de l’exploitation ou la capacité
d’autofinancement).

E. La méthode des scores


La méthode des scores, ou credit scoring, est une technique d’analyse destinée à
diagnostiquer préventivement les difficultés des entreprises.
L’idée de base est de déterminer, à partir des comptes des sociétés, des ratios qui soient
des indicateurs avancés (2 à 3 ans à l’avance) des difficultés des entreprises. Une fois ces
ratios établis, il suffit de calculer leurs valeurs pour une entreprise donnée et de les
comparer à la valeur des ratios des entreprises ayant connu des difficultés ou des
défaillances. La comparaison ne s’effectue pas ratio par ratio, mais globalement. En effet,

4
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
les ratios sont agrégés dans une fonction, appelée Z ou fonction score, qui permet de
donner pour chaque entreprise une note, le score.
Selon que le résultat de la fonction pour une entreprise est proche ou éloigné de valeurs
normatives déterminées sur un échantillon d’entreprises ayant connu des difficultés, on
estime que l’entreprise étudiée a une certaine probabilité de connaître, d’ici 2 à 3 ans, des
difficultés ou au contraire d’être saine.
La méthode des scores constitue un enrichissement de l’analyse traditionnelle par ratios,
qui repose sur l’utilisation isolée de certains d’entre eux. Dans la méthode des scores, le
problème du poids relatif à accorder à chaque ratio est résolu, car chaque ratio est
pondéré en fonction de son pouvoir de discriminer les « mauvaises » entreprises des «
bonnes ».
Elle présente cependant un certain nombre de limites.
Certaines tiennent à la construction statistique de la fonction score : l’échantillon de travail
doit être suffisamment vaste, les données de base précises et homogènes, la période
d’étude doit être suffisamment longue pour permettre de saisir l’évolution du
comportement des entreprises et d’en mesurer les effets.
La fonction score est nécessairement établie sur des données historiques plus ou moins
récentes et doit nécessairement évoluer. La conception des fonctions scores est très
marquée par la préoccupation de leurs auteurs : mesurer le risque de défaillance pour les
PME.
La méthode des scores, méthode synthétique, simple et rapide est attractive. Son
développement même peut entraîner un effet pervers déterministe ; la connaissance a
priori d’un risque de défaillance (objectif de la méthode des scores) peut entraîner chez les
partenaires de l’entreprise des comportements accélérant le processus de dégradation :
les fournisseurs refusent de vendre à crédit, les banquiers réduisent leurs encours, les
clients se font plus rares craignant de ne pas pouvoir être livrés ou de ne pas disposer de
service après-vente…

5
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

Chapitre II : LES ETATS FINANCIERS DU SYSCOA


Les états produits par la comptabilité en vue de donner une image fidèle du patrimoine, de
la situation et du résultat de l’entreprise sont appelés: Etats financiers ou Etats de
synthèse.
Les états financiers se composent de:
• 4 états pour le système normal: Bilan, Compte de résultat, TAFIRE et Etat annexé
• 3 états pour le système allégé: Bilan, Compte de résultat et Etat annexé
• 2 pour le système simplifié: Bilan simplifié et compte de résultat simplifié.

I. PRESENTATION DU BILAN COMPTABLE

Selon la définition générale, le bilan est un document qui fournit une représentation
du patrimoine d’une entreprise. Il représente, à un instant donné, l’ensemble des droits
et des engagements qui caractérisent la situation de l’entreprise.
Le bilan comprend trois (03) grandes masses à l’actif et quatre (4) grandes masses au
passif :

 Capital
 Charges immobilisées  Réserves
Capitaux
 Immobilisations corporelles  Résultat de l’exercice
 Immobilisations incorporelles  Report à nouveaux Propres
Actif Immobilisé  Subventions d’investissement
 Immobilisations financières
 Provisions réglementées

 Emprunts
 Provisions pour risques et Dettes
charges Financières
 Stocks
Actif Circulant
 Créances
 Fournisseurs
 Autres dettes Passif circulant

 Valeurs mobilières  Découverts bancaires


Trésorerie-Actif  Crédits de trésorerie Trésorerie-
 Disponibilités
 Crédits d’escompte Passif

 Ecarts de conversion-Actif  Ecarts de conversion-Passif

A. Le bilan comptable

1. L’actif immobilisé
Les immobilisations sont des biens achetés par l’entreprise, destiné à rester dans la
société plusieurs années. Le plan comptable SYSCOA distingue quatre catégories
d’immobilisations :
- Les chargés immobilisés,
6
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- Les immobilisations incorporelles,
- Les immobilisations corporelles,
- Les immobilisations financières,

a) Les Charges Immobilisées


Les charges immobilisées ne font pas partie, à proprement parlé, du patrimoine de
l’entreprise. Cependant, ces postes représentent de simples jeux d’écritures destinés à
faire respecter certaines règles fondamentales prônées par le plan comptable. Se sont :
 Les Frais d’établissement : dépenses effectuées lors de la création de la société ou
lors d’une augmentation de capital, tel que les frais de publication au journal officiel, les
frais d’augmentation de capital, etc.
 Les Charges à répartir sur plusieurs exercices : elles représentent des charges qui
vont s’échelonner sur plusieurs années. Une liste précise est fournie par le plan
comptable, comme les grosses réparations, les frais d’émission d’obligation.
Normalement, comme leur nom l’indique, les charges à répartir sur plusieurs exercices
constituent des charges qui devraient s’inscrire dans le compte de résultat. Or, du fait
de leur importance, on ne peut les imputer sur un seul exercice d’où leur
échelonnement dans le temps et donc leur imputation au bilan.
 Les Primes de remboursement des obligations : elles représentent la différence entre
la valeur de remboursement des obligations et leur valeur d’émission. Un emprunt
obligataire revêt en effet trois valeurs distinctes :
- la valeur d’émission (prix auquel les tiers achètent l’obligation) : V.E
- la valeur nominale (prix servant de base pour le calcul des intérêts) : V.N
- la valeur de remboursement (prix auquel l’obligation est remboursée au
souscripteur) : V.R
Ces trois valeurs respectent l’inégalité suivante : V.E <. V. N < V.R
Cette règle permet de rendre plus ou moins attractif un emprunt obligataire.
Exemple :
1er cas :
VE=200 VN + 200 VR = 200
Le souscripteur prête 200F, il reçoit des intérêts sur 200F et il est remboursé 200F.
Cette situation ne présente aucun avantage pécuniaire pour le souscripteur si ce n’est la
perception d’intérêts
2ème cas :
VE = 200 VN = 205 VR = 210
Le souscripteur prête 200F, il reçoit des intérêts sur 205F et l’entreprise lui rembourse
210F. Il perçoit des intérêts sur un montant supérieur au montant initialement prêté et on
lui rembourse une somme excédant largement le montant prêté.
L’emprunt obligataire s’inscrit au passif parmi les dettes pour sa valeur de remboursement
(VR). Quant au produit de l’émission (VE), il servira à financer un élément de l’actif (actif
immobilisé ou actif circulant). La différence VR-VE est appelée Prime de remboursement

7
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
et est enregistrée aussi à l’actif dans le compte « Prime de remboursement des
obligations » dans les charges immobilisées.
Comptabilisation du 2ème cas :
Extrait du bilan au 31/12/N
Actifs passif
Charges immobilisées Dettes
-primes de remboursement des obligations 10 -emprunt obligataire 210
Actif circulant
-banque 200
Total 210 Total 210

b) Les Immobilisations Incorporelles


On attend par « incorporelles », les immobilisations non matérialisables, c’est-à-dire non
palpables.
Parmi les immobilisations incorporelles, on peut citer principalement :
 Les frais de recherche et développement : dépenses destinées à innover dans le
processus de fabrication, dans le produit commercialisé, etc.,
 Le fonds commercial : valeurs des paramètres tels que la clientèle l’image de marque,
l’enseigne, la notoriété, etc.,
 Les concessions et droits similaires, brevets, licences, marques, procédés, droits et
valeurs similaires : dépenses du service recherche et développement ayant produit des
résultats ou acquisition d’un droit d’utilisation,
 Les avances et acomptes sur immobilisations incorporelles.

c) Les Immobilisations Corporelles


Les immobilisations corporelles sont des biens concrets et palpables tels que :
 Les terrains,
 Les bâtiments : locaux construits ou achetés par l’entreprise,
 Les installations techniques, matériels et outillages industriels : machines destinées à
transformer la matière première ou à fabriquer les produits finis,
 Le matériel de transport : voitures, camions, etc.,
 Le matériel de bureau et informatique : photocopieuses etc.,
 Le mobilier de bureau : tables, chaises, armoires, etc.,
 Les immobilisations en cours : immobilisations fabriquées par l’entreprise pour elle-
même,
 Les avances et acomptes versées sur commandes d’immobilisations corporelles.

d) Les Immobilisations Financières


Il s’agit essentiellement :

 Des titres de participations : actions ou parts de sociétés achetées dans le but de


prendre tout ou partie du contrôle de ces sociétés,
 Des créances rattachées à des participations : prêts accordés aux sociétés filiales,
 Des titre immobilisées : actions ou parts de sociétés achetées dans le but de faire
simplement un bon placement à long terme,

8
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
 Des dépôts et cautionnements versés : sommes versées comme garanties aux titres
des locations (eau, électricité, loyer),
 Des intérêts courus sur titres et prêts.

e) Les Amortissements
Les amortissements représentent la dépréciation des immobilisations due à l’usure, donc
au vieillissement des biens.
Les amortissements viennent donc en déduction des immobilisations. La présentation
retenue est la suivante :
Extrait du bilan au 31/12/N
EXERCICE N
ACTIF
Valeurs brutes Amortissements Valeurs nettes
ACTIF IMMOBILISE
-Constructions 350 000 150 000 200 000

La première colonne (valeurs brutes) enregistre obligatoirement la valeur d’achat hors


taxes des biens.
La colonne des amortissements cumule tous les amortissements du jour d’achat des biens
jusqu’au jour de clôture de l’exercice (année).
La 3ème colonne (valeurs nettes) permet de visualiser rapidement la valeur vénale du poste
étudié.
Valeurs nettes = Valeurs brutes – Amortissements.

f) Les Provisions pour dépréciation d’immobilisations


Les provisions constituent des dépréciations qui, à l’opposé des amortissements, sont
réversibles. Puisqu’il s’agit de dépréciations, les provisions sont comptabilisées comme les
amortissements, c’est-à-dire à l’actif, dans une colonne soustractive.

2. L’actif circulant
L’actif circulant s’oppose à l’actif immobilisé dans la mesure où la notion de longévité sous
entendue dans les immobilisations laisse la place au court-terme.
L’actif circulant comprend les postes suivants :

a) L’actif circulant HAO


Il se compose des stocks occasionnels, et des créances HAO (ex : les créances sur
cessions d’immobilisation, les créances sur cessions de titres de placement).
L’actif circulant HAO n’apparaît que si son montant représente au moins 5% de l’actif
circulant total (principe de l’importance significative).

b) Les stocks
Il existe cinq grandes catégories de stocks :
- Les marchandises : biens que l’entreprise achète dans le but de les revendre en
l’état,
9
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- Les matières premières et fourniture diverses : biens entrant dans la fabrication
d’un produit fini ou destinés à être consommés dans l’entreprise,
- Les produits finis : biens fabriqués par l’entreprise ayant atteint leur dernier stade
de fabrication et qu’il reste à vendre,
- Les produits en cours : biens en cours de fabrication, au sein d’un même atelier
(produits sur la chaîne de fabrication). Ils ne peuvent être vendus.
- Les produits intermédiaires ou produits semi-finis : produits en attente, entre deux
ateliers de fabrication. Ils peuvent être vendus
Remarque : si le prix de vente probable d’un stock s’avère inférieur au coût de production
(pour les produits finis) ou au prix auquel on l’a acheté (matières premières), on constitue
une provision pour dépréciation.

c) Les créances et emplois assimilés


Ils regroupent les postes suivants :
 Les avances et acomptes versés sur commandes : Il s’agit de versement effectué à un
fournisseur lors de la commande de biens ou services ou lors de la justification de
l’exécution partielle du contrat.
 Les clients et les comptes rattachés
Le compte client :
Le compte client enregistre les crédits que l’entreprise accorde à ses clients (délais de
paiement) lors de la vente de produits finis ou de marchandises. Les ventes sont
enregistrées pour leur montant TTC.
Les comptes rattachés (aux clients) concernent :
- Les effets à recevoir : il s’agit des effets de commerce, c'est-à-dire des traites
(lettres de change) ou des billets à ordre, tirés sur les clients,
- Les produits à recevoir : produits vendus ou services rendus et pour lesquels la
facture n’a pas encore établie et envoyée au client,
- Les effets escomptés et non encore échus : il s’agit des effets de commerce tirés
sur les clients que l’entreprise a porté à sa banque afin d’obtenir de la liquidité
avant l’échéance indiquée. La banque récupère l’effet et avancer la trésorerie à
l’entreprise. A l’échéance, la banque se charge donc de recouvrer le montant de
l’effet chez le client pour se faire rembourser.
- Les créances sur cession courante d’immobilisation.
Remarque : S’il existe un risque de non-paiement d’un client, par prudence, on crée
des provisions pour dépréciation.

d) Les autres créances :


Se sont :
- Les créances envers le personnel telles que : les avances et acomptes versés au
personnel, etc. ;
- Les créances envers l’Etat et les collectivités publiques telles que : la TVA
récupérable sur les achats, les crédits de TVA, etc.,
10
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- Les créances envers les associés telles que : le capital souscrit appelé et non
versé, etc.,
- Les créances diverses telles que : les charges constatées d’avance (charges
imputables à l’exercice suivant mais qui ont été comptabilisées sur l’année
clôturée).

3. La Trésorerie -actif
Elle regroupe

a) Les titres de placement


Les titres de placement sont des actions ou des parts de sociétés achetées par
l’entreprise dans le but de spéculer.

b) Les disponibilités
Il s’agit de l’argent disponible immédiatement c’est-à-dire :
- Des chèques à encaisser,
- De l’argent déposé dans les comptes courants bancaires, ou dans les comptes
courants postaux (CCP),
- Des espèces que l’on dispose en CAISSE

B. Le passif comptable
Le passif du bilan regroupe les diverses ressources dont dispose l’entreprise pour financer
ses emplois. On distingue le bilan avant répartition du résultat qui fait apparaître le résultat
de l’exercice et le bilan après répartition du résultat dans lequel le résultat a été affecté à
divers emplois. Avant la répartition du résultat, les principaux postes composant le passif
du bilan se présentent comme suit :

1. Les capitaux propres et ressources assimilées


Les capitaux propres représentent les ressources propres de l’entreprise et se
décomposent en plusieurs postes.

a) Le capital social
Le capital social représente l’ensemble des apports des actionnaires ou associés. Ces
apports se font soit en nature (apport de biens), soit en numéraires (apports d’argent).
Lors de la création d’une entreprise, la libération (paiement) totale du capital n’est pas
obligatoire, car l’entreprise peut n’appeler qu’une partie du capital. On distingue ainsi le
capital souscrit appelé et le capital souscrit non appelé.

b) La prime d’émission
Il s’agit des droits d’entrée supplémentaire par de nouveaux actionnaires pour rejoindre les
anciens propriétaires de l’entreprise lors d’une augmentation de capital.

c) l’écart de réévaluation
Il représente la différence entre les valeurs réévaluées (valeur actuelles) et les valeurs
comptables des biens de l’entreprise.
11
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
d) Les réserves
Ce sont les bénéfices que l’entreprise a conservés dans le but de s’autofinancer. Les
réserves sont de deux types : les réserves indisponibles, réserves réglementées) et les
réserves « libres » susceptibles d’être redistribuées.

e) Le résultat de l’exercice
C’est la différence entre les produits (recettes) et les charges (dépenses) de l’exercice. Il
est calculé dans le compte de résultat. Si les produits excèdent les charges, on parle de
bénéfice. Sinon, on parle de pertes qui seront inscrites avec un signe (-).
Les postes de résultat n’apparaissent que dans le bilan avant répartition.

f) Le report à nouveau
Ce poste cumule chaque année la part du bénéfice qui n’est ni distribuée, ni mise en
réserves. On y impute aussi les pertes.

g) Les subventions d’investissements


Elles représentent les sommes versées par l’Etat, les collectivités publiques, les
groupements professionnels, etc. l’objectif des subventions est l’acquisition ou la création
de valeurs immobilisées ou le financement d’activités à long terme. Les subventions
d’investissement seront progressivement reprises dans le compte de résultat en tant que
produit et seront donc soumises à l’impôt sur le bénéfice.

h) Les provisions réglementées


Il s’agit d’un ensemble de comptes crées par l’administration fiscale destinés à enregistrer
certains avantages fiscaux accordés à l’entreprise (ex : provisions pour amortissement
dérogatoire, provisions pour hausse des prix, etc.). Tout comme les subventions
d’investissement, elles seront progressivement reprises dans le compte de résultat comme
produits.

2. Les dettes financières et ressources assimilées


Les dettes financières et ressources assimilées comprennent :

a) Les emprunts obligataires


Il s’agit d’emprunts auprès d’une multitude de prêteurs (particuliers ou entreprises)
effectué généralement sur les marchés financiers. L’emprunt obligataire s’inscrit pour sa
valeur de remboursement.

b) Les emprunts et dettes auprès des établissements de crédit


Il s’agit de toutes les dettes à long et moyen terme envers les banques. Les découverts
bancaires (c’est-à-dire les dettes bancaires de court terme) sont désormais isolés dans un
autre poste en trésorerie passif.

c) Les emprunts de crédit-bail


Le contrat de crédit-bail est désormais retraité (en SYSCOA) comme une acquisition
d’immobilisation par emprunt, en faisant l’hypothèse que l’option d’achat sera levée. Il est
12
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
considéré ainsi que le bien entre dans l’actif comme s’il était acheté et corrélativement
qu’un emprunt du même montant est souscrit.

d) Les emprunts et dettes financières diverses :


Ce poste intègre principalement :
Les intérêts courus non échus : il s’agit des intérêts sur emprunt qui concernent l’année en
cours mais qui ne seront payés que l’année suivante.
Les dettes liées à des participations : il s’agit des dettes contractées auprès d’entreprises
avec lesquelles l’entreprise a un lien de participation.

e) Les comptes courant des associés


Les comptes courants d’associés constituent des dettes que l’entreprise a envers les
associés. Ces dettes portent intérêt jusqu’au remboursement total.

f) Les provisions financières pour risque et charges


Les provisions pour risques et charges sont des provisions constituées par l’entreprise
pour lui permettre de faire face à certains risques et charges bien précis que des
événements survenus ou en cours rendent probables.
Certains plans comptables les placent entre les dettes et les capitaux propres mais le
SYSCOA a décidé volontairement de les placer dans les dettes financières.
Remarque : la somme des capitaux propres et assimilés et des dettes financières et
assimilées représente les ressources durables ou ressources stables de l’entreprise

3. Le passif circulant
Le passif circulant comprend les postes suivants :

a) Les dettes circulantes HAO


Elles sont composées essentiellement des dettes envers les fournisseurs
d’investissement.

b) Les avances et acomptes reçus sur commandes en cours


Il s’agit de l’argent reçu des clients de l’entreprise avant toute livraison. Ces avances sont
classées en dettes dans la mesure où l’entreprise est redevable envers son client si elle
n’arrivait pas à honorer la commande.

c) Les fournisseurs d’exploitation et comptes rattachés


Ce poste comprend :
- Les dettes fournisseurs : il s’agit des crédits accordés à l’entreprise par ces
fournisseurs de matières et marchandises sous forme de délais de paiement.
- Les effets à payer : il s’agit des dettes fournisseurs transformées en effets de
commerce.
- Les charges à payer : il s’agit des achats pour lesquels les fournisseurs n’ont pas
encore envoyé de factures.
- Les intérêts courus sur les dettes fournisseurs.
13
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
d) Les dettes fiscales et sociales
Il s’agit :
- Des dettes envers le personnel : les rémunérations dues
- Des dettes envers les organismes sociaux : charges sociales non encore
réglées
- Des dettes envers l’Etat et les collectivités publiques : TVA facturée, TVA à
payer, Impôt sur les sociétés (IS) Taxe d’apprentissage, etc.

e) Les autres dettes


Elles sont composées essentiellement des produits constatés d’avance : il s’agit des
produits (recettes) encaissées durant l’exercice mais qui se rapporte à l’exercice suivant.
Ils peuvent concernés les activités ordinaires ou les HAO.

f) Les risques provisionnés


Ils correspondent à des provisions pour risques et charges dont l’échéance est éminente
(c’est-à-dire à moins d’un an) et donc susceptibles d’être immédiatement utilisées.

4. La trésorerie-passif
Elle regroupe l’ensemble des dettes financières à court terme que sont :
- Les découverts bancaires,
- Les crédits de trésorerie,
- Les crédits d’escompte.

C. Les écarts de conversion


A la clôture de l’exercice, toutes les dettes et toutes les créances de l’entreprise ne sont
pas réglées. Parmi celles-ci peuvent se trouver des transactions avec l’étranger, en
devises. Or, il n’ y a rien de plus variable que les cours de change de monnaies. C’est la
raison pour laquelle le plan comptable a créé le compte d’écart de conversion (actif ou
passif) pour permettre d’enregistrer l’impact des éventuels gains ou pertes de change à la
date de l’inventaire c’est-à-dire à la fin de l’année comptable.
L’écart de conversion représente la différence (positive ou négative) entre la valeur des
créances ou des dettes en monnaie étrangère convertie en monnaie locale sur la base du
dernier cours de change connu à la date de clôture du bilan et le dernier montant
comptabilisé.
Les écarts de conversion figurent à l’actif s’il s’agit de pertes de change latentes, et au
passif s’il s’agit de gains de change latents.
Ecart de conversion -actif Ecart de conversion-passif
(pertes de change latentes) (gains de change latents)

-augmentation des dettes converties -diminution des dettes converties


-diminution des créances converties -augmentation des dettes converties

14
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Exemple :
Au 1er avril N, on a les créances et dettes suivantes :
- créances sur des clients étrangers = 100S
- Dettes envers fournisseurs étrangers = 250S
A cette date, le taux de change est de 1 S = 500 FCFA
A l’enregistrement dès cette date :
Les créances figureront dans le bilan pour 50 000 FCFA (monnaie locale)
Les dettes fournisseurs figureront pour 125 000 FCFA (monnaie locale)
Au 31 décembre N, supposons que le cours a changé
1èr Hypothèse 1$ = 450 FCFA
La nouvelle valeur des créances en monnaie locale au bilan sera maintenant de 45 000
FCFA soit donc une perte de chaque de 5 000 FCFA (=écart de conversion-actif).
La nouvelle valeur des dettes fournisseurs on monnaie locale sera quant à elle de 112 500
FCFA soit un gain de change de 12 500 FCFA (=écart de conversion-passif).
2ème Hypothèse : 1 $ = 600 FCFA
La valeur des créances en monnaie locale au bilan sera de 60 000 FCFA soit un gain de
change de 10 000 FCFA (= écart de conversion-passif)
La valeur des dettes fournisseurs en monnaie locale au bilan sera de 150 000 FCFA soit
une perte de change de 25 000 FCFA (= écart de conversion-actif).

II. PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT

La structure du compte de résultat comprend 4 niveau successifs : le niveau des activités


d’exploitation, le niveau des activités financières, le niveau hors activités ordinaires et
enfin le niveau global (participation des travailleurs et impôt sur les sociétés).
Le compte de résultat occupe une place privilégiée dans l’analyse financière, car elle
permet d’apprécier ce que l’entreprise produit et ce qu’elle vaut.

A. Les activités d’exploitation


Les différents éléments du compte de résultat relevant de l’activité d’exploitation se
répartissent en produits d’exploitation et en charges d’exploitation. La différence entre
produits et charges de l’exploitation donne le résultat d’exploitation de l’entreprise.

1. Les charges d’exploitation


Elles regroupent :
 Les achats :
- les achats de marchandises et la variation des stocks de marchandises,
- les achats de matières premières et fournitures liées et la variation des stocks,

15
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- les autres achats (matières consommables, produits d’entretien, fournitures de
bureaux, etc.)
- et la variation des stocks.
NB : La variation des stocks s’obtient par la formule : stock initial (SI) – Stock final (SF)
Connaissant la variation des stocks, on peut déterminer le coût des marchandises
vendues ou celui des matières premières consommées.
Exemple :
Coût des marchandises vendues = achats des marchandises + variation des stocks
Application
SI de marchandises = 40 000 F
SF de marchandises = 50 000 F
Marchandises achetées durant l’exercice = 300 000F
Coût des marchandises vendues = 300 000 + (40 000-50 000)
= 300 000-10 000 = 290 000 F
 Les frais de transport : transport sur achat, transport de personnel, etc.
 Les services extérieurs : ils incluent notamment les loyers (de terrains ou bâtiments),
les travaux d’entretien et de réparation, les primes d’assurances, les frais d’honoraires
(avocat, expert-comptable, etc.), les frais de télécoms, les redevances (pour brevets,
licences, ou logiciels utilisés), les frais bancaires (sur effets, sur titres, commissions), les
redevances de crédit-bail, la rémunération du personnel extérieur (intérimaire).
 Les impôts, taxes et versements assimilés autres que la TVA et l’impôt sur les
bénéfices. Exemples : taxes d’apprentissage, pénalités et amendes fiscales, vignettes,
timbres, etc.
 Les autres charges telles que : les pertes sur clients et autres débiteurs, la valeur
comptable des cessions courantes d’immobilisation, les charges provisionnées, la quote-
part de résultat sur opérations faites en commun.
 Les charges de personnel : les salaires et charges sociales
 Les dotations aux amortissements et provisions d’exploitation
NB : En fin d’exercice, les redevances de crédit-bail et les rémunérations de personnel
extérieur sont retranchées des services extérieurs pour être portées respectivement en
remboursement des emprunts et intérêts (pour les redevances de crédit-bail) et dans les
charges de personnel (pour la rémunération du personnel extérieur).

2. Les produits d’exploitation


Ce sont les recettes générées par l’activité d’exploitation. Ils regroupent :
 Les ventes
- Les ventes de marchandises
- Les ventes de produits fabriqués (finis et semi-finis)
- Les travaux et services vendus
16
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- Les ventes de produits accessoires
La somme de ces quatre éléments représente le chiffre d’affaires de l’entreprise
 La production stockée
- Si S.F>S.I stockage
- Si S.F< S.I déstockage
 La production immobilisée
Elle représente les travaux effectués par l’entreprise pour elle-même.
La production de l’exercice = production vendue (coût de production)
+ Production stockée
+ Production immobilisée
 Les subventions d’exploitation
 Les autres produits
Ils se composent des produits des cessions courantes d’immobilisation, quote-part de
résultat sur opérations faites en commun, redevances reçues (sur brevet, licence ou
logiciel), les reprises de charges provisionnées d’exploitation.
 Les reprises de provisions d’exploitation : concernent les provisions de long terme des
éléments de l’actif.
 Les transferts de charges
Total produits d’exploitation – Total charges d’exploitation = Résultat d’exploitation

B. Les activités financières


Les produits et les charges générés par l’activité financière se présentent somme suit :

1. Les charges financières


Elles comprennent :
- Les frais financiers : ce sont les intérêts des emprunts, les intérêts dans les loyers de
crédit-bail, ainsi que les escomptes financiers accordés.
- Les pertes de change : pertes enregistrées sur opérations effectuées en devises
- Les pertes sur cession de titres de placement
- Les charges provisionnées financières
- Les dotations aux amortissements et aux provisions à caractère financier.

2. Les produits financiers


Ils comprennent :
- Les revenus financiers : produits financiers des prêts accordés, des participations,
des titres de placement et les escomptes obtenus.
- Les gains de change : enregistrés sur opérations effectuées en divises
- Les gains sur cession de titre de placement
- Les reprises de charges provisionnées financières
- Les reprises de provisions à caractère financier
17
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- Les transferts de charges financières.
Total produits financiers-Total charges financières = Résultat financier

Résultat d’exploitation + Résultat financier = Résultat des activités ordinaires

C. Les éléments hors activités ordinaires


Ce sont les charges et les produits résultant d’opérations qui ne se rapportent pas à
l’activité ordinaire de l’entreprise. Il s’agit donc des produits et des charges issus
d’événements exceptionnels et peu fréquentes (ex : changement de structure, modification
de stratégie, etc.).

1. Les charges HAO


Les charges HAO comportent :
- La valeur comptable des cessions d’immobilisations
- Les charges provisionnées H.A.O.
- Les autres charges H.A.O : pertes sur créances H.A.O, dons et libéralités accordés,
etc.
- Les dotations aux amortissements H.A.O et provisions réglementées.

2. Les produits H.A.O


- Les produits des cessions d’immobilisations
- Les transferts de charges H.A.O
- Les reprises de charges provisionnées H.A.O
- Les autres produits H.A.O : dons et libéralités obtenus, abandon de créances obtenu,
etc.
- Les reprises d’amortissement et de provisions
- Les autres reprises : subventions d’investissement.
Total produits H.A.O – Total charges H.A.O. = Résultat H.A.O.

D. La participation des travailleurs et l’impôt sur les sociétés

1. La participation des travailleurs


La participation des travailleurs au bénéfice est obligatoire pour les entreprises à partir
d’un effectif donné (généralement 50 salariés). C’est la part du bénéfice qui est distribuée
aux salariés pour les récompenser. Le montant est déterminé par la formule suivante :
P = ½ (B-5/100*C) * S/VA
B = Bénéfice net fiscal (exercice antérieur)
C = Capitaux propres avant répartition du résultat
S = Sommes des salaires brutes
VA = Valeur ajoutée de l’exercice.

18
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
2. L’impôt sur les sociétés
L’impôt sur les sociétés est la part du bénéfice réalisé par l’entreprise qui doit être versé à
l’Etat. Il s’exprime généralement en pourcentage. Il est exigible à la fin de chaque
exercice.
Résultat net de l’exercice = Résultat d’exploitation
+ Résultat financier
+ Résultat H.A.O.
- Participation des travailleurs
- Impôt sur les sociétés

19
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

Chapitre III : L’ANALYSE DE L’ACTIVITE ET DES


PERFORMANCES
L’activité (et les performances) de l’entreprise peut être appréciée à l’aide de trois outils
fondamentaux :
- Les soldes significatifs de gestion (SSG)
- La capacité d’autofinancement global (CAFG)
- Les excédents de trésorerie (ETE et ETG).

I. LES SOLDES SIGNIFICATIFS DE GESTION (S.S.G)

Avant la détermination du résultat net de l’exercice, le SYSCOA fait apparaître hui (08)
soldes intermédiaires appelés « soldes significatifs de gestion ». Ces soldes présentent un
grand intérêt pour l’analyse des performances de l’entreprise. Ils sont déterminés en
cascades afin d’aboutir au résultat net.
L’analyse des marges d’une entreprise est la première étape de toute analyse financière.
C’est une étape essentielle car il est clair qu’une entreprise qui n’arrive pas à vendre ses
produits ou ses services à un prix supérieur à leurs coûts de production est
inévitablement condamnée à disparaître.
Le résultat net est un résidu issu de l’ensemble des charges et produits figurant dans le
compte de résultat. L’analyse du résultat net est très marginale dans notre approche, en
effet, la performance d’une entreprise est avant tout issue de sa performance
opérationnelle, ce qui explique que le résultat d’exploitation soit au centre des
préoccupations des analystes financiers. Le résultat financier ou le résultat non récurrent
présentent un caractère « mécanique » sans grand intérêt, notamment dans une
perspective prévisionnelle.
L’analyse des marges nécessite une analyse en tendance qui consiste à comprendre
l’évolution du résultat d’exploitation à partir de celle des charges et des produits dont il est
le solde. Elle n’a d’intérêt que si elle permet de comprendre le passé pour extrapoler
l’avenir. Aussi est-elle historique et s’étend-elle sur plusieurs exercices. Elle présuppose,
bien entendu, que l’activité de la société n’ait pas été substantiellement modifiée sur la
période considérée.
En fait, ces évolutions sont la matérialisation :
- d’une position stratégique plus ou moins forte à travers le mécanisme de l’Effet
Ciseau ;
- d’un niveau de risque plus ou moins élevé à travers le mécanisme de l’effet Point Mort
que nous verrons.

A. La Marge Brute sur marchandises (MB/marchandises)


-Achat de marchandises + ventes de marchandises
-Variation des stocks de marchandises
= MB sur marchandises
20
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
La marge brute sur marchandises est calculée à partir du prix d’achat des marchandises
et non à partir du coût d’achat. Elle est calculée pour les entreprises commerciales ou les
branches de négoce des entreprises industrielles et représente le revenu économique de
base.
Pour effectuer des comparaisons avec la concurrence, on peut calculer les ratios
suivants :
𝑴𝒂𝒓𝒈𝒆 𝒃𝒓𝒖𝒕𝒆 𝒔𝒖𝒓 𝒎𝒂𝒓𝒄𝒉𝒂𝒏𝒅𝒊𝒔𝒆𝒔
𝑻𝒂𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒎𝒂𝒓𝒈𝒆 𝒃𝒓𝒖𝒕𝒆 =
𝑷𝒓𝒊𝒙 𝒅’𝒂𝒄𝒉𝒂𝒕 𝒅𝒆𝒔 𝒎𝒂𝒓𝒄𝒉𝒂𝒏𝒅𝒊𝒔𝒆𝒔 𝒗𝒆𝒏𝒅𝒖𝒆𝒔

Ce ratio permet de mesurer le pouvoir de négociation de l’entreprise face aux fournisseurs.


𝑴𝒂𝒓𝒈𝒆 𝒃𝒓𝒖𝒕𝒆 𝒔𝒖𝒓 𝒎𝒂𝒓𝒄𝒉𝒂𝒏𝒅𝒊𝒔𝒆𝒔
𝑻𝒂𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒎𝒂𝒓𝒒𝒖𝒆 =
𝑷𝒓𝒊𝒙 𝒅𝒆 𝒗𝒆𝒏𝒕𝒆 𝒅𝒆𝒔 𝒎𝒂𝒓𝒄𝒉𝒂𝒏𝒅𝒊𝒔𝒆𝒔 𝒗𝒆𝒏𝒅𝒖𝒆𝒔

Ce ratio permet quant à lui d’apprécier la politique de prix de l’entreprise.

B. La Marge Brute sur matière (MB/matière)


-Achats de matières premières et fournitures liées + Ventes de produits fabriqués
-Variation des stocks de matières + Travaux, services vendus
= MB sur matières + Production stockée (+/-)
+ Production immobilisée

C’est un nouveau solde élaboré par le SYSCOA et qui s’applique aux entreprises
industrielles. Elle permet d’apprécier la performance des entreprises opérant dans le
même secteur. Cependant, elle est peu significative lorsque le montant des productions
stockées et immobilisées est important.

C. La Valeur Ajoutée (VA)


-Autres achats + MB sur marchandises
-Variation des stocks des autres achats +MB sur matières
-Transport +Produits accessoire
-Services extérieurs +Subventions d’exploitation
-Impôts et taxes +Autres produits d’exploitation
-Autres charges d’exploitation
= VALEUR AJOUTEE

La valeur ajoutée est une grandeur significative de gestion qui mesure la richesse créée
par l’entreprise. Elle permet d’apprécier les choix politiques et stratégiques de l’entreprise
(voir les ratios ci-dessous).
La valeur ajoutée du SYSCOA est différente de la valeur ajoutée OCAM :
-le SYSCOA inclut parmi les charges, les « impôts et taxes » et parmi les produits « les
subventions d’exploitation »,
- les dotations aux provisions d’éléments de l’actif circulant et les provisions pour risque de
court terme sont considérées comme des charges d’exploitation (charge provisionnées) et

21
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
sont donc inclues dans « autres charges d’exploitation ». Les reprises sur ces provisions
figurent dans « autres produits d’exploitation »,
-les produits de cessions courantes d’immobilisations et les valeurs nettes comptables de
ces cessions courantes sont respectivement incluses dans « autres produit d’exploitation »
et « autres charges d’exploitation ».
NB : Le calcul de la V.A n’intègre pas les rémunérations du personnel extérieur et les
redevances du crédit-bail qui sont retranchées des services extérieurs pour être portées
dans les charges financières (pour le crédit-bail) et les charges de personnel (pour les
rémunérations du personnel extérieur) à la fin de chaque exercice.
Le ratio valeur ajoutée/chiffre d’affaires renseigne sur la structure économique et
technique de l’entreprise : ce que l’entreprise décide de faire elle-même et ce qu’elle fait
faire par l’extérieur.
Ex : une entreprise qui a un ratio de 0,6 soustraite moins qu’une entreprise qui a un ratio
de 0,3.
Les ratios Charges de personnel/valeur ajoutée et Amortissements/valeur ajoutée
renseignent sur l’organisation interne de l’entreprise : ses options d’investir ou de recourir
à la main d’œuvre. Un important investissement sera par exemple générateur d’une
baisse des charges de personnel et d’un accroissement des amortissements.

D. L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE)


- Charges de personnel* + Valeur ajoutée
= Excédent Brut d’Exploitation (EBE)
(*) y compris personnel extérieur

Il indique la performance économique réelle de l’entreprise. Il est indépendant du système


d’amortissement, des opérations financières et des opérations HAO car il est calculé avant
les dotations aux amortissements et les reprises, les charges et les produits financiers, les
charges et les produits HAO. Tous les produits et toutes les charges qui interviennent
dans son calcul correspondent à des mouvements de trésorerie (immédiats ou à terme).
C’est donc un premier indicateur du flux de trésorerie généré durant l’exercice qui peut
servir à l’autofinancement de l’entreprise.

E. Le Résultat d’Exploitation (RE)


-Dotations aux amortissements et aux + Excédent brut d’exploitation
provisions d’exploitation +Reprises de provisions d’exploitation
= Résultat d’exploitation (RE) +Transfert de charges d’exploitation

Il représente la ressource tirée de l’activité d’exploitation avant la prise en compte des


éléments financiers et HAO. C’est un résultat indépendant des politiques financières et
fiscales.
Il permet de rémunérer les capitaux propres et empruntés et d’assurer le paiement de
l’impôt et de la participation des travailleurs. Il permet la comparaison inter-entreprise.

22
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
F. Le Résultat financier (RF)
-Frais financiers + Revenus financiers
-Pertes de change +Gains de change
-Dotations aux amortissements et aux +Reprises de provisions financières
provisions financières + Transferts de charges financières
= Résultat financier (RF)

Il renseigne sur la politique de financement de l’entreprise. Il constate la différence entre


produits financiers et charges financières. Il est le plus souvent négatif dans les
entreprises industrielles et commerciales sauf dans les banques et les établissements
financiers.

G. Le Résultat des Activités Ordinaires (RAO)


+ Résultat d’exploitation (R.E)
+ Résultat financier (R.F.)
= Résultat des activités ordinaire (R.A.O.)

C’est un résultat récurrent qui est égal à la somme du résultat d’exploitation et du résultat
financier. C’est le résultat de l’entreprise en dehors des charges et des produits HAO. Il
permet d’apprécier les performances de l’entreprise indépendamment des activités HAO.
Sa comparaison avec le résultat d’exploitation montre l’incidence de la politique financière
de l’entreprise.

H. Le Résultat Hors Activités Ordinaire (R HAO)


-Valeurs comptables des cessions +Produits des cessions d’immobilisations
d’immobilisations + Produits HAO
-Charges HAO + Reprises HAO
-Dotations HAO + Transferts de charges HAO
= Résultat HAO (RHAO)
Il représente le résultat sur les activités non récurrentes de l’entreprise et renseigne sur les
changements de structure et de stratégie de l’entreprise.
Dans le RHAO, on peut aussi mettre en évidence le résultat sur les cessions
d’immobilisations en faisant la différence entre les produits des cessions d’immobilisations
et les valeurs nettes comptables des immobilisations cédées.
Le RHAO peut être positif ou négatif selon les cas. En cas de pertes considérables,
l’entreprise peut allouer des subventions pour les compenser (subventions d’équilibre).
A la fin de ces huit (08) soldes, on obtient enfin le résultat net.

I. Le Résultat Net (RN)


+ Résultat des activités ordinaires (R.A.O)
+ Résultat HAO (R.H.A.O)
- Participation des travailleurs
- Impôt sur résultat
= Résultat net
23
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
C’est le résultat net de l’exercice, solde final du compte de résultat. Il apparaît au bilan.
Son montant conditionne l’importance des dividendes versés aux actionnaires dans les
sociétés de capitaux.

II. LE DIAGNOSTIC FINANCIER

A. L’effet ciseau
L’effet ciseau est d’abord un simple mécanisme mathématique. Si les produits croissent de
5 % par an et que certaines charges croissent plus vite, le résultat, différence entre les
produits et les charges, diminue fatalement. Si cette tendance se poursuit, la baisse du
résultat va s’amplifier chaque année avec, à terme, des pertes. Tel est le mécanisme
baptisé du nom d’« effet ciseau ».
La constatation de l’effet ciseau importe peu ; ce qu’il est important de découvrir, ce sont
les causes de cet effet ciseau. En effet, l’effet ciseau est aussi un mécanisme
économique : c’est l’évolution divergente des produits, d’une part, et du coût des
facteurs de production au sens large, d’autre part. L’effet ciseau peut être observé pour
toute une série de raisons (fait du prince, concurrence exacerbée, mauvaise gestion du
secteur…) qui traduisent la plus ou moins grande qualité de la position stratégique de
l’entreprise sur son marché. Si sa position est forte, elle pourra répercuter toute hausse de
ses coûts à ses clients par une hausse de ses prix de vente, elle pourra progressivement
augmenter ses marges.
Lorsqu’il joue à la baisse du résultat, l’effet ciseau peut s’expliquer :
o par un degré de concurrence élevé qui peut empêcher une entreprise de reporter sur
ses prix de vente une forte augmentation du prix des matières premières utilisées ;
o par un blocage institutionnel des prix de vente sur lesquels il est donc
impossible de répercuter les hausses des facteurs de production ;
o par un blocage psychologique qui empêche l’entreprise d’augmenter son prix de
vente au-delà d’un certain seuil, ce qui l’amène pour un temps à prendre à sa
charge la hausse des cours des matières premières ;
o ou par une mauvaise gestion des coûts : l’évolution des charges est mal maîtrisée et
ne peut, en raison de la concurrence, être répercutée totalement sur les prix de
vente.
L’analyste devra s’attacher à estimer la durée probable d’un retard d’ajustement sur les
prix. Celui-ci dépend essentiellement du comportement de l’entreprise, de celui de la
concurrence, et de sa position de force par rapport au marché.

B. LE POINT MORT
Le décalage entre la croissance du bénéfice et l’évolution du chiffre d’affaires peut
venir :
- d’une modification structurelle de la production ;
- de l’effet ciseau ;
- ou tout simplement d’un effet conjoncturel amplifié par la structure des coûts de
l’entreprise : le Point Mort.
24
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Le point mort est le niveau d’activité pour lequel l’ensemble des produits couvre
l’ensemble des charges. À ce niveau d’activité, le résultat est donc nul.
L’étape préalable et indispensable au calcul du point mort est la répartition des coûts
entre coûts fixes et coûts variables. La distinction ainsi opérée dépend de la période
considérée :
- à long terme, tous les coûts sont variables, quelle que soit leur nature : il n’y a plus
d’entreprise si elle ne peut agir sur ses coûts ;
- à très court terme (moins d’un trimestre), quasiment tous les coûts sont fixes, à
l’exception sans doute de quelques coûts directs (certaines matières premières ou
marchandises) ;
- sur une période intermédiaire, certains coûts deviennent variables : frais de
personnel.
Le point mort peut être représenté ainsi :

Ce graphique est assez simpliste : en effet, les frais fixes ne sont pas fixes quel que soit
le niveau d’activité, ils le sont plutôt par plages d’activité et croissent ou décroissent par
paliers.
Le point mort est le montant de chiffre d’affaires pour lequel le montant des frais fixes
est égal à la marge sur coûts variables, celle-ci étant égale à la différence entre le chiffre
d’affaires et les frais variables. Il se calcule ainsi :
Point mort = coûts fixes / taux de marge sur coûts variables
où le taux de marge sur coûts variables correspond à la marge sur coûts variables en
pourcentage du chiffre d’affaires.
Si une entreprise réalise un chiffre d’affaires de 150 et supporte 90 de frais fixes et
50 de frais variables, la marge sur coûts variables est de 150 – 50 = 100, soit en
pourcentage du chiffre d’affaires : 100/150 = 66,67 %.
Le point mort est donc de 90/66,7% = 135. L’entreprise se situe à 10 % au-dessus de son
point mort.
Le point mort peut être calculé au niveau du résultat d’exploitation (point mort
opérationnel) ou au niveau du résultat net (point mort financier).
Dans la pratique, une entreprise était en situation instable dès lors que son chiffre
d’affaires se situe à moins de 10 % au-dessus de son point mort financier ; un chiffre
d’affaires de 20 % au-dessus du point mort financier traduisait une situation relativement
25
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
stable ; enfin, être distant du point mort de plus de 20 % pour une structure d’activité
donnée constituait une situation exceptionnelle et « confortable ».
La crise économique commencée fin 2008 a montré que ces chiffres étaient insuffisants
dans certains secteurs compte tenu de la violence des chutes d’activité enregistrées en
2009 (entre 10% et 30%)

III.LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT GLOBALE (CAFG)

Le solde du compte de résultat (résultat net) représente la variation du patrimoine


résultant de l’activité de l’entreprise au cours d’un exercice. Mais cette variation ne traduit
qu’imparfaitement le véritable enrichissement monétaire de l’entreprise pendant la période
observée. En effet, le résultat de l’exercice est égal à la différence entre l’ensemble des
produits (ou considérés comme tels) et l’ensemble des charges (ou considérées comme
telles). Or, certaines charges ne correspondent pas à des décaissements ou sorties
d’argent (même à terme). On les appelle « charges calculées » ou « charges non
décaissables ». C’est le cas par exemple des dotations aux amortissements et aux
provisions. De même, il existe aussi certains produits du compte de résultat qui ne
correspondent pas à des encaissements (ou entrées d’argent). On les appelle « produits
calculés » ou « produits Non encaissables ». Exemple : les reprises sur provisions.
Par conséquent, si l’on veut déterminer le surplus monétaire généré par l’activité de
l’entreprise durant l’exercice, il faut rajouter au résultat net toutes les charges calculées
(qu’on n’aurait pas dû soustraire) et retrancher tous les produits calculés (qu’on n’aurait
pas dû inclure parmi les produits).
Le solde ainsi obtenu représente la capacité d’autofinancement globale (CAFG) de
l’entreprise encore appelée cash flow. La CAFG indique la capacité de l’entreprise à
autofinancer ses activités.

CAFG = RESULTAT NET + CHARGES CALCULEES – PRODUITS CALCULES

-Dotations aux amortissements et aux provisions


Charges non
(exploitation, financiers et HAO)
décaissables
-Valeur comptable des cessions d’immobilisations
-Reprises d’amortissements* et de provisions
Produits non (exploitation, financiers et HAO)
encaissables -Produits des cessions d’immobilisations
-Reprises de subventions d’investissement
(*) Les reprises d’amortissements n’interviennent que très rarement (en cas de révision du
plan d’amortissement initial).
Les charges calculées et les produits calculés interviennent surtout après le calcul de
l’EBE lors de la détermination du résultat net. On peut donc déterminer aussi la CAFG en
partant de l’EBE et en ne prenant en compte que les produits seulement encaissables et
les charges seulement décaissables. On obtient alors :

CAFG = EBE + PRODUITS ENCAISSABLES –CHARGES DECAISSABLES

26
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
On dispose ainsi de deux méthodes pour calculer la CAFG :
-celle qui consiste à calculer la CAFG à partir du résultat net : c’est la méthode dite
additive
-et celle qui part de l’EBE pour calculer la CAFG : c’est la méthode dite soustractive.

A. Le mode de calcul de la CAFG par la méthode soustractive


Cette méthode part du montant de l’EBE, on lui ajoute l’ensemble des produits
encaissables qui n’ont pas encore été pris en compte (c’est-à-dire qui viennent après
l’EBE) et on soustrait l’ensemble des charges décaissables qui n’ont pas encore été prises
en compte également.

Cette méthode est la plus recommandée par le plan comptable.

- Charges financières (1) E.B.E.


-Charges HAO (2) +Transferts de charges d’exploitation
-Participation des travailleurs +Produits financiers (3)
-Impôt sur résultat +Produits HAO (4)
= Capacité d’autofinancement globale
(C.A.F.G)
(1)
sauf dotations aux amortissements et aux provisions financiers
(2)
sauf dotations aux amortissements et aux provisions HAO, et valeur nette comptable des
cessions d’immobilisation
(3)
sauf reprises de provisions financières
(4)
sauf reprises d’amortissements et de provisions HAO, produit des cessions
d’immobilisations et reprises des subventions d’investissements.

B. Le mode de calcul de la CAFG par la méthode additive


Cette méthode utilise le résultat net de l’exercice, retranche les produits calculés (non
encaissables) et ajoute les charges calculées (non décaissables). Il s’agit essentiellement
d’une méthode de vérification.

-Reprises de provisions +Résultat net


(exploitation, financières et HAO) +Dotations aux amortissements et aux
-Reprises des subventions d’investissements provisions (exploitation, financiers et HAO)
-Produits des cessions d’immobilisations +Valeurs comptables des cessions
= Capacité d’autofinancement globale d’immobilisations
(C.A.F.G)

C. Interprétation de la CAFG
La CAFG mesure le volume des ressources internes que l’entreprise peut affecter au
financement du maintien et du développement de son potentiel économique.
Mais il faut distinguer la CAFG de l’Autofinancement : une partie du résultat va être
distribuée et sera donc détournée de sa destination.

AUTOFINANCEMENT = CAFG – DIVIDENDES VERSES

27
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
IV. LES EXCEDENTS DE TRESORERIE

Si la CAFG mesure plus ou moins précisément le surplus monétaire dégagé par l’activité
de l’entreprise, elle ne traduit pas directement les conséquences de celle-ci sur la
trésorerie. En effet, un produit encaissable n’est pas un produit encaissé ; de même, une
charge décaissable ne doit pas être confondue avec une charge décaissée. Or, il est
évident que l’encaisse (argent liquide disponible en caisse) est un élément
particulièrement important pour la gestion de l’entreprise, particulièrement son activité
d’exploitation la plus régulière. C’est l’objet des notions d’excédent de trésorerie
d’exploitation et d’excédent de trésorerie global.

A. L’Excédent de trésorerie d’Exploitation (E.T.E.)


L’ETE se rapporte uniquement à l’activité courante d’exploitation de l’entreprise et mesure
la trésorerie réellement disponible au moment du calcul des résultats bruts dégagés par
les opérations d’exploitation. Pour déterminer l’ETE, on va retrancher de l’EBE les produits
d’exploitation qui n’ont pas encore été encaissés et lui rajouter les achats qui n’ont pas
encore été réglés à la clôture de l’exercice.

ETE = EBE – Produits d’exploitation non encore encaissés + Achats non encore décaissés.

ETE = Produits d’exploitation réellement encaissés – Charges d’exploitation réellement


décaissées

Les produits d’exploitation de l’exercice non encaissés se composent :


Des ventes à crédit : elles entraîneront une augmentation des créances clients au cours
de l’exercice et sont donc égales à :
𝑪𝒓é𝒂𝒏𝒄𝒆𝒔 𝒄𝒍𝒊𝒆𝒏𝒕𝒔 (𝑵) − 𝑪𝒓é𝒂𝒏𝒄𝒆𝒔 𝒄𝒍𝒊𝒆𝒏𝒕𝒔 (𝑵 − 𝟏) = ∆𝑪𝒓é𝒂𝒏𝒄𝒆𝒔 𝒄𝒍𝒊𝒆𝒏𝒕𝒔
De la production non encore vendue : il s’agit de la production stockée (variation stocks de
produits finis) et des augmentations de stocks de matières premières ou de marchandises.
De la production immobilisée.
Les charges d’exploitation de l’exercice non encore réglés concernent essentiellement les
achats à crédits effectués durant l’exercice. Ces derniers se traduiront par une
augmentation des dettes d’exploitation au cours de l’exercice et sont donc égal à :
𝑫𝒆𝒕𝒕𝒆𝒔 𝒅′ 𝒆𝒙𝒑𝒍𝒐𝒊𝒕𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏(𝑵) − 𝑫𝒆𝒕𝒕𝒆𝒔 𝒅′ 𝒆𝒙𝒑𝒍𝒐𝒊𝒕𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏(𝑵 − 𝟏) = ∆𝑫𝒆𝒕𝒕𝒆𝒔 𝒅′𝒆𝒙𝒑𝒍𝒐𝒊𝒕𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏
𝐸𝑇𝐸 = 𝐸𝐵𝐸 − ∆𝐶𝑟é𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑐𝑙𝑖𝑒𝑛𝑡𝑠 − ∆𝑆𝑡𝑜𝑐𝑘𝑠 − 𝑃𝑟𝑜𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝐼𝑚𝑚𝑜𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠é𝑒
+ ∆𝐷𝑒𝑡𝑡𝑒 𝑑′𝑒𝑥𝑝𝑙𝑜𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
Or : ∆𝐶𝑟é𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑐𝑙𝑖𝑒𝑛𝑡𝑠 + ∆𝑆𝑡𝑜𝑐𝑘𝑠 − ∆𝐷𝑒𝑡𝑡𝑒𝑠 𝑑 ′ 𝑒𝑥𝑝𝑙𝑜𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 = ∆𝐵𝐹𝐸
D’où :
𝐄𝐓𝐄 = 𝐄𝐁𝐄 − ∆𝐁𝐅𝐄 − 𝐏𝐫𝐨𝐝𝐮𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐢𝐦𝐦𝐨𝐛𝐢𝐥𝐢𝐬é𝐞
Exemple : Soit le compte de résultat simplifié d’une entreprise commerciale :
Achat de marchandises : 70 000, Ventes de marchandises : 125 000
Variation de stocks de marchandises : - 8 000, Production immobilisée : 2 000
28
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Les extraits des bilans N et N-1 présentent les comptes suivants :
Stocks de marchandises : N-1= 6 000 ; N= 14 000
Créances clients : N-1 = 25 000 ; N = 30 000
Dettes fournisseurs : N-1 = 17 000 ; N = 19 000
EBE = 125 000 – (70 000-8 000) = 63 000
Stocks = 14 000- 6 000 = 8 000
Créances = 30 000 – 25 000 = 5 000
Dettes fournisseurs = 19 000 – 17 000 = 2 000
BFE = 8 000 + 5 000 – 2 000 = 11 000
ETE = 63 000 – 11 000 – 2 000 = 50 000
Un ETE négatif traduit soit des difficultés pour l’entreprise à écouler ses produits, soit des
difficultés à recouvrer les créances client. Il faut donc rechercher les causes de cette
situation et entreprendre des actions l’améliorer.

B. L’Excédent de Trésorerie Global (E.T.G.)


Avec l’ETE, on se limite uniquement aux seules opérations relevant de l’exploitation de
l’entreprise en prenant le résultat qu’elle dégage qui est l’EBE.
Si l’on raisonne au niveau du compte de résultat tout entier et non plus sur sa seule partie
« exploitation », l’excédent de trésorerie qui est calculé s’appelle excédent de trésorerie
global (ETG).
Dans son calcul :
 Au lieu de l’EBE, on considère la CAFG,
 Le BFE est remplacé par le BFG.
D’où :
𝐄𝐓𝐆 = 𝐂𝐀𝐅𝐆 − ∆𝐁𝐅𝐆 − 𝐏𝐫𝐨𝐝𝐮𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐢𝐦𝐦𝐨𝐛𝐢𝐥𝐢𝐬é𝐞

SYNTHESE SUR LA FORMATION DES FLUX DE TRESORERIE

Produits pris en Charges prises en


Soldes Commentaires
compte compte
Résultat de Les SSG permettent de voir comment
Tous les produits Toutes les charges
l’exercice le résultat se forme progressivement
Les produits Les charges Correspond à l’autofinancement
CAFG
encaissables décaissables potentiel de l’entreprise
Les produits Les charges Ils permettent de mesurer la formation
ETE et ETG encaissés durant décaissées durant des flux de liquidités
l’exercice l’exercice C’est l’ETE qui est surtout utilisé

29
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
APPLICATION

CHARGES MONTANTS PRODUITS MONTANTS


Achats de marchandises 71 100 Ventes de marchandises 100 000
Variation de stocks m/ses (+/-) - 2 000 Ventes de produits finis 2 460 000
Achat de mat 1ère & four liées 1 118 800 Travaux, services vendus 5 500
Variation stocks mat 1ères (+/-) 27 000 Produits accessoires 40 000
Autres achats 115 000 Subvention d'exploitation 900
Variation stocks autres achats (+/-) - 5 000 Production immobilisée 288 000
Transports 298 900 Variation de stocks de produits (+/-) 76 000
Services extérieurs 307 000 Autres produits 19 000
Impôts et taxes 97 800 Revenus financiers 93 000
Autres charges 14 600 Gains de change 500
Reprises de charges provisionnées
Charges de personnel 657 000 d’expl 100 800
Frais financiers 106 300 Transferts de charges d'exploitation 45 000
Pertes de changes 6 400 Transferts de charges financières 3 000
Dotation aux amts et provisions expl 179 600 Reprises de provisions financières 4 700
Dotation aux amts et provisions fciers 30 000 Produits de cessions d'immobilisations 60 000
Val cptables des cessions d'immob 47 000 Produits HAO 8 400
Charges HAO 7 000 Reprises HAO 10 000
Dotation HAO 34 200 Transferts de charges HAO 1 000
Participation des travailleurs 27 000
Impôts sur le résultat 83 000
TOTAL CHARGES 3 220 700 TOTAL PRODUITS 3 315 800
Bénéfice 95 100 Perte -
TOTAL GENERAL 3 315 800 TOTAL GENERAL 3 315 800

Travail à Faire :

- Calculer les Soldes Significatifs de Gestion


- Calculer la CAFG, l’autofinancement (dividendes = 50 000 F),
- Calculer l’ETE et l’ETG sachant que :
ACTIF Montant N Montant N-1 PASSIF Montant N Montant N-1
Stocks 400 000 500 000 Dettes 700 000 650 000
Créance clients 1 200 000 900 000 d’exploitation

- Calculer les ratios de valeur ajoutée

30
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
SOLUTION DE L’APPLICATION

31
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

Chapitre VI : L’ANALYSE DE L’EQUILIBRE


FINANCIER ET DE LA DYNAMIQUE DE LA
SITUATION FINANCIERE
Deux notions sont fondamentales pour apprécier la structure financière d’une entreprise :
la solvabilité et la liquidité.
La solvabilité est la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes. Elle mesure
l’autonomie, l’indépendance financière de l’entreprise. La solvabilité constitue une
anticipation de la liquidité.
La liquidité correspond à une disponibilité immédiate de fonds. L’entreprise peut être
solvable tout en ayant des difficultés à honorer ses dettes immédiatement exigibles, parce
que la liquidité est insuffisante.
L’analyste financier va tenter d’apprécier si le degré de liquidité des actifs de l’entreprise
est suffisamment élevé pour lui permettre de faire face à ses engagements financiers à
tout moment c’est-à-dire pour assurer sa solvabilité.
L’analyse de la structure financière s’effectue principalement à partir du bilan comptable.
Il existe deux approches dans l’étude de la structure financière : l’approche fonctionnelle et
l’approche financière (ou approche liquidité).

I. ANALYSE FONCTIONNELLE

L’analyse fonctionnelle est basée sur l’optique économique et de gestion et sur


l’hypothèse de la continuité d’exploitation.
L’analyse fonctionnelle s’appuie sur un bilan appelé bilan fonctionnel qui est issu du bilan
comptable après des retraitements de certains postes.
Nous verrons dans un premier temps la composition du bilan fonctionnel et dans un
second temps, nous verrons les indicateurs de l’analyse fonctionnelle.

A. Le bilan fonctionnel
L’objectif poursuivi par le bilan fonctionnel est de regrouper les éléments du bilan
comptable suivant des critères fonctionnels c’est-à-dire suivant leur fonction lors leur
apparition dans l’entreprise.
L’on distingue ainsi trois fonctions ou cycles d’opérations dans l’entreprise :
- Fonction d’investissement ou opérations d’investissement
- Fonction de financement ou opérations de financement
- Fonction d’exploitation ou opérations d’exploitation.
Toutes ces fonctions ou opération ont des incidences sur la situation de trésorerie qui se
traduisent notamment par des entrées ou des sorties d’argent. Certains auteurs ajoutent
de ce fait une quatrième fonction, la fonction de trésorerie, qui est la résultante de
l’ensemble des autres opérations.
32
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
1. Schéma général du bilan fonctionnel
Le bilan fonctionnel comprend trois masses à l’actif et trois au passif et se présente
comme suit :
ACTIF PASSIF
ACTIF IMMOBILISE OU EMPLOI STABLES RESSOURCES STABLES
- Charges immobilisées - Capitaux
- Immobilisations incorporelles - Dettes financières et R.A
- Immobilisations corporelles
- Immobilisations financières
ACTIF CIRCULANT HAO DETTES CIRCULANT HAO
ACTIF CIRCULANT DETTES CIRCULANTES
D’EXPLOITATION D’EXPLOITATION
TRESORERIE-ACTIF TRESORERIE-PASSIF

- Les emplois stables regroupent les postes liés aux opérations d’investissement,
- Les ressources stables regroupent les postes liés aux opérations de financement,
- L’actif et les dettes circulants d’exploitation regroupent les postes liés aux
opérations d’exploitation c’est-à-dire à l’activité courante de l’entreprise,
- L’actif et les dettes circulants HAO regroupent les postes liés aux opérations HAO
c’est-à-dire aux opérations non récurrentes de l’entreprise,
- La trésorerie (actif et passif) enregistre les mouvements de l’ensemble des
opérations sur la trésorerie.
Pour passer du bilan comptable au bilan fonctionnel, des retraitements seront effectués
sur certains éléments du bilan comptable avant de passer au regroupement. L’ampleur
des retraitements varie selon les plans comptables. Avec le SYSCOA, le bilan comptable
est déjà presque bâti selon les critères fonctionnels ce qui nécessitera donc peu de
retraitements contrairement à certains bilans (comme le bilan OCAM ou le bilan du plan
comptable général français).

2. Retraitement du bilan comptable


Le passage du bilan comptable SYSCOA au bilan fonctionnel nécessite comme
précédemment indiqué, peu de retraitements à cause de sa nature déjà fonctionnelle.
Le périmètre du bilan comptable du SYSCOA ainsi que ses grandes rubriques sont les
même que dans le cas d’un bilan fonctionnel.
Les principaux retraitements à effectuer pour passer du bilan comptable au bilan
fonctionnel sont les suivant :
 Les amortissements et les provisions pour dépréciation
Les amortissements et les provisions pour dépréciation des éléments de l’actif sont à
inscrire dans les ressources stables puisque ce sont des sommes qui resteront à la
disposition de l’entreprise pour financer son activité. L’actif ne comprendra donc que des
valeurs brutes qui correspondent au coût réel d’acquisition ou de production supporté par
l’entreprise.

33
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
 Actionnaires, capital souscrit non appelé
Ce poste est à soustraire des capitaux propres
 Intérêts courus non échus sur titres de participations ou créances
immobilisés
Ils sont à soustraire des immobilisations financières et à inscrire dans l’actif circulant HAO.
En les soustrayant des immobilisations, l’on retrouve la valeur d’acquisition des
immobilisations financières qu’il a fallu financer.
 Primes de remboursement des obligations
Normalement, elles sont à soustraire des charges immobilisées à l’actif et des dettes
financières (emprunt obligataire) au passif. Nous avons vu que les emprunts obligataires
sont inscrites au passif à leur valeur de remboursement (qui est généralement supérieure
au prix d’émission). En imputant les primes de remboursement des emprunts obligataires,
le bilan fonctionnel indique la somme réellement perçue avec laquelle l’entreprise a pu
réellement se financer.
Mais avec le SYSCOA, les primes de remboursement ne sont pas retraitées (elles sont
maintenues) afin d’avoir une image fidèle des engagements de l’entreprise c’est-à-dire des
dettes qu’elle doit réellement rembourser.
 Intérêts courus non échus sur emprunts ou sur dettes rattachées à des
participations
Comme les intérêts courus sur les titres de participations, ils sont à soustraire des
emprunts ou des dettes et à rattacher au passif circulant HAO. Ceci permet d’avoir la
valeur du capital restant à rembourser des emprunts ou des dettes.
 Actionnaire, capital souscrit appelé et non versé (CSANV)
Il représente une créance envers les actionnaires et sera à inscrire dans l’actif circulant
HAO.
 Etat/impôt sur les sociétés
Il est souvent recommandé de soustraire ce poste des dettes sociales et fiscales et de
l’inscrire parmi les dettes circulantes HAO.
Mais selon le SYSCOA, le paiement des impôts sur le bénéfice étant lié à l’activité
récurrente de l’entreprise, il doit rester parmi les dettes fiscales et sociales dans le passif
circulant d’exploitation.
 Les titres de placement
Contrairement aux autres plans, qui les placent dans l’actif circulant hors exploitation, le
SYSCOA place les titres de placement encore appelés valeurs mobilières de placement
en Trésorerie-actif car ils sont rapidement négociables. Si c’est pas le cas, ils sont classés
en autres immobilisations financières en HAO.
 Les écarts de conversion
Les écarts de conversion concernent les créances et les dettes que l’entreprise détient en
monnaie étrangère dans ses livres

34
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Le poste enregistre les pertes de change ou les gains de change latents qui pèsent sur
ces créances ou ces dettes du fait de la variation des cours des monnaies. Le bilan
fonctionnel annule ces écarts (c’est-à-dire les pertes ou les gains de change latents) et
valorise les créances et les dettes selon le taux de change le jour de l’opération.

Retraitement de l’écart de conversion actif


* Si l’écart de conversion actif concerne un poste de créance de l’actif, on rajoute la valeur
de l’écart au montant de ce poste,
* Si l’écart de conversion actif concerne un poste de dette du passif, on retranche le
montant de l’écart du montant de ce poste.
Retraitement de l’écart de conversion passif
*Si l’écart de conversion passif concerne un poste de dette du passif, on rajoute la valeur
de l’écart au montant de ce poste,
*Si l’écart de conversion passif concerne un poste de créance de l’actif, on retranche le
montant de l’écart du montant de ce poste
ACTIF (Créances) PASSIF (Dettes)
Ecart de conversion actif + -
Ecart de conversion passif - +

 Impôts latents sur provisions règlementées et subventions d’investissement


Les provisions réglementées et les subventions d’investissement comme on l’a déjà
indiqué seront progressivement reprises dans le compte de résultat comme produit et
devront supporter l’impôt sur les sociétés.
Les impôts latents résultant donc de la reprise de ces subventions ou provisions ne sont
pas comptabilisés par le SYSCOA, sauf si leur montant est significatif. Dans ce cas, on
ramène la partie à court terme dans le passif circulant HAO.
Après ces retraitements, le contenu des différentes masses du bilan fonctionnel se
présente comme suit :

35
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
CONTENU DES GRANDES MASSES DU BILAN FONCTIONNEL

Principaux postes du bilan comptable


MASSES DU BILAN FONCTIONNEL
concernés
Charges immobilisées
EMPLOIS STABLES + Immobilisations incorporelle
(valeurs brutes) + Immobilisations corporelle
+ Immobilisations financières* (-intérêt courus)
Stocks
+ Créances HAO (créances sur cessions
ACTIF CIRCULANT HAO d’immobilisation ou de titres de placement)*
(valeurs brutes) + Capital souscrit appelé non versé
+ Intérêt courus sur titres de participations et
autres*
Stocks
ACTIF CIRCULANT D’EXPLOITATION
+ Créance-client et comptes rattachés-
(valeurs brutes)
+ Autre créances d’exploitation-
Titres de placement*
TRESORERIE-ACTIF
+ Valeurs à encaisser*
(valeurs brutes)
+ Banques, chèques postaux, caisse
Capitaux propres et ressources assimilées
+ Dotations aux amortissement et provisions de
RESSOURCES PERMANENTES l’actif
+ Dettes financières et ressources assimilées*
- Intérêts courus sur dettes financières
Fournisseur d’investissement*
DETTES CIRCULANTES HAO + Intérêts courus sur dettes financières
+ Autres dettes HAO*
Clients, avances reçues
+ Fournisseurs d’exploitation
+ Dettes fiscales
DETTES CIRCULANTES D’EXPLOITATION
+ Dettes sociales
+ Autres dettes d’exploitation
+ Risques provisionnés (CT)
Banques, crédits d’escompte
TRESORERIE-PASSIF + Banques, crédits de trésorerie
+ Banque, découverts
(*) Valeurs à corriger des écarts de conversion éventuels.

NB : Le bilan fonctionnel est un bilan avant répartition du résultat net de l’exercice qui est
alors inclus dans les capitaux propres de l’entreprise.

B. Les principaux concepts de l’analyse fonctionnelle


L’analyse de l’équilibre du bilan fonctionnel s’effectue grâce à trois (3) grandeurs ou
concepts fondamentaux :
- Le fonds de roulement net global,
- Le besoin de financement autrefois appelé besoin en fonds de roulement, et enfin
- La trésorerie nette.

36
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
1. Le fonds de roulement net global (F.R.N.G)
Les ressources durables doivent financer en priorité les emplois stables : c’est le principe
fondamental de l’équilibre financier.
Si les ressources durables sont supérieures aux emplois stables (immobilisations),
l’excédent servira alors à financer les opérations d’exploitations. C’est cet excédent qui
représente le fonds de roulement net global
Mode de calcul
F.R.N.G. = RESSOURCES PERMANENTES – EMPLOIS STABLES

EMPLOIS STABLES
RESSOURCES PERMANENTES
F.R.N.G

Le fond de roulement net global correspond à l’excédent des ressources stables sur les
emplois stables. Il permet de répondre à la question suivant : les immobilisations de
l’entreprise sont-elles financées par des ressources stables et sûres (telles que les
capitaux et/ou les emprunts de la société) ?
Un fond de roulement positif (FRNG >0) signifie que l’entreprise dégage un surplus de
ressources permanentes par rapport à l’actif stable, qui pourra être utilisé pour financer
d’autres besoins de l’entreprise (notamment de l’exploitation).
Un fonds de roulement négatif (FRNG<0) signifie qu’il manque des fonds stables pour
financer toutes les immobilisations de l’entreprise et que, par conséquent, certaines
immobilisations auraient été financées par des ressources instables à court terme.
Lorsque le fonds de roulement est négatif, on parle d’insuffisance en fonds de roulement
(I.F.R).
Dans les normes, le fonds de roulement net global doit présenter un solde positif pour que
la situation financière soit considérée comme saine. Si en revanche le fonds de roulement
net global est négatif, cette situation se révèle plus délicate et plus risquée. En effet, le
financement des immobilisations est aléatoire et par conséquent plus dangereux.
Toutefois, il ne suffit pas de posséder seulement un fonds de roulement positif pour avoir
une situation financière saine. Encore faut-il assurer le financement des capitaux
immobilisés dans le cycle d’exploitation (stocks, créances-client).
Pour apprécier définitivement le niveau du fonds de roulement, il faut comparer son
montant aux besoins de fonds qui existent au niveau des opérations d’exploitation. Ces
besoins sont appelés besoins de financement.
Ainsi, une partie des ressources permanentes sert aussi au financement des activités
d’exploitation.

2. Le Besoin de Financement (B.F) ou Besoin en Fonds de roulement


(BFR)
Il est composé du besoin de financement d’exploitation (BFE) et du besoin de financement
HAO (BF.HAO).
37
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
a) Le besoin de financement d’exploitation (BFE)
Il comprend au déficit de ressources financières au niveau des activités liées à
l’exploitation. C’est l’excédent des emplois circulants d’exploitation sur les ressources
circulantes d’exploitation.
BFE = EMPLOIS D’EXPLOITATION – RESSOURCES D’EXPLOITATION

Les emplois circulants d’exploitation englobent : les stocks, les créances-clients et


comptes rattachés, les avances versés, les autres créances. Il s’agit en d’autres termes
des postes de l’actif circulant d’exploitation.
Quant aux ressources circulantes d’exploitation, elles concernent : les avances reçues, les
dettes fournisseurs, les dettes fiscales, les dettes sociales, les provisions pour risques, les
autres dettes d’exploitation. Il s’agit donc des postes des dettes circulantes d’exploitation.
B.F.E = ACTIF CIRCULANT D’EXPLOITATION – DETTES CIRCULANTES D’EXPLOITATION

Avances versées Avances reçues


Créances clients et comptes Dettes fournisseurs
rattachés Dettes fiscales
Autres créances Dettes sociales
Autres dettes
Risques provisionnées
B.F.E

Le BFE représente le déficit des ressources d’exploitation (les dettes) pour finances les
emplois de l’actif circulant (stocks + créances).
Si le BFE est négatif <0), on parle de ressources de financement d’exploitation (RFE) car
les ressources d’exploitation sont supérieures aux emplois d’exploitation.
C’est lorsque le BFE est positif (BFE>0) qu’on parle de besoins de financement
d’exploitation.
Le BFE peut connaître des fluctuations importantes pendant le déroulement du cycle
d’exploitation pour des raisons diverses (ex : activités saisonnières). Dans ce cas, comme
l’indique le schéma ci-après, il comporte une composante variable (avec un niveau
maximum et un niveau minimum) et une composante stable. Le BFE minimum pourrait
être négatif dans certaines activités.
On peut aussi calculer le besoin de financement normatif pour un secteur d’activité qui
servira de référence pour apprécier le niveau des besoins de financement des entreprises
de ce secteur.

b) Le besoin de financement HAO (BFHAO)


Le besoin de financement HAO correspond à l’excédent des emplois sur les ressources
au niveau des opérations hors activités ordinaires.
B.F.HAO = ACTIT CIRCULANT HAO – DETTES CIRCULANTES HAO

DETTES CIRCULANTES HAO


ACTIF CIRCULANT HAO
B.F.H.A.O
38
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Très souvent, au niveau des activités HAO, les dettes circulantes sont supérieures à l’actif
circulant d’où l’existence de ressources de financement HAO (RFHAO).

c) Le besoin de financement global (BFG)


Le BFG représente la somme du BFE et du BF HAO.
B.F.G. = B.F.E + B.F.H.A.O

Il mesure le déficit en ressources financières à combler pour permettre à l’entreprise de


poursuivre ses activités courantes mais aussi ses activités non courantes.
C’est le fonds de roulement qui servira alors au financement de ce déficit autrement dit du
besoin de financement global.
Si le fonds de roulement est insuffisant pour financer le besoin de financement, l’entreprise
pourrait être amenée à utiliser les ressources de sa trésorerie pour combler le déficit de
financement de l’exploitation.
NB : Pour la construction du TAFIRE, le SYSCOA préconise de prendre les éléments de
l’actif circulant en valeurs nettes dans le calcul du BF en raison de la comptabilisation des
provisions sur actifs circulants en charges provisionnées (et donc exclues de la CAFG).

3. La Trésorerie nette (T.N.)


La trésorerie nette correspond au solde de la situation de trésorerie c’est-à-dire à la
différence entre les disponibilités (liquidités) de l’entreprise et ses dettes bancaires à court
terme.
T.N = TRESORERIE-ACTIF - TRESORERIE-PASSIF

Titres de placement Découverts


Valeur à encaisser Crédits de trésorerie
Banques Crédits d’escompte
Chèques postaux
Trésorerie nette
Caisse
Si T.N > 0 ===> la situation de trésorerie de l’entreprise est excédentaire
Si T.N < 0 ===> la situation de trésorerie de l’entreprise est déficitaire (au rouge).
Le niveau de la trésorerie nette permet de constater si l’équilibre financier de l’entreprise
est bon ou mauvais.
La situation de trésorerie étant, comme nous l’avons déjà indiqué, la résultante de
l’ensemble des opérations (investissement-financement-exploitation) de l’entreprise, il
existe donc une relation entre cette situation de trésorerie (à savoir T.N.) et les autres
indicateurs que sont le fonds de roulement (FRNG) et le besoin de financement (BF).
Cette relation s’appelle la relation fondamentale de l’équilibre financier du bilan
fonctionnel.

39
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
C. L’équilibre financier de l’entreprise

1. La relation de l’équilibre financier


RESSOURCES
EMPLOIS STABLES PERMANENTES
FRNG
ACTIF CIRCULANT DETTES CIRCULANTES
TRESORERIE ACTIF TRESORERIE PASIF

Comme défini précédemment : FRNG = Ressources permanentes – Emplois stables


Ce mode de calcul du fonds de roulement est considéré comme un calcul par le haut du
bilan.
On peut aussi calculer le fonds de roulement par le bas du bilan. Dans ce cas, et au nom
de l’égalité du bilan, on a :
FRNG = (Actif circulant + Trésorerie actif) – (dettes circulantes + Trésorerie passif)
FRNG = (Actif circulant – Dettes circulantes) + (Trésorerie actif – Trésorerie passif
FRNG = BFG + TN
L’équation FRNG = BFG + TN représente la relation qui permet d’apprécier
l’équilibre financier.
Essayons de comprendre cette équation par un exemple : le bilan fonctionnel de
l’entreprise RABY a donné par exemple les grandeurs suivantes :
FRNG = 300
BFG = 200
TN = 100
Les ressources permanentes de l’entreprise Raby présente un excédent de 300 par
rapport aux immobilisations.
En même temps, elle a un besoin de liquidité de 200 pour financer certains emplois
d’exploitation.
L’entreprise a donc utilisé une partie de son fonds de roulement pour financer entièrement
son besoin de financement.
Quant à la partie du fonds de roulement qui reste c’est-à-dire les 100 (300-200), elle a été
gardée en trésorerie en attendant une éventuelle affectation.
Nous comprenons dès lors pourquoi la trésorerie est considérée comme une résultante du
fonds de roulement et du besoin de financement.
TN = FRNG – BFG
TN = 300-200 = 100
On peut représenter l’équation FRNG = BFG + TN sous forme de graphique qui permet de
visualiser, en un coup d’œil, l’équilibre de l’entreprise.

40
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
B.F.G
F.R.N.G (+)
T.N (+)
L’analyse de la trésorerie, du fonds de roulement et du besoin de financement permet
d’obtenir une première impression quant à la santé financière de l’entreprise en
notamment de l’équilibre financier. L’équilibre financier serait atteint si le fonds de
roulement couvre la totalité du besoin de financement.
En effet :
Si TN = 0 FRNG = BFG : Le fonds de roulement de l’entreprise couvre entièrement
ses besoins de financement si bien qu’il n’y a aucune incidence sur la trésorerie qui est
nulle.
Dans ce cas, on dit que l’équilibre financier est atteint.
Si TN > 0 FRNG > BFG : Le fonds de roulement dégagé par l’entreprise est supérieur
à ses besoins de financement. Si bien que celle-ci dispose de liquidités supplémentaires
qui sont placées en trésorerie d’où un solde positif. Dans cette situation, l’équilibre
financier est également atteint.
Si TN < 0 FRNG < BFG : Le fonds de roulement de l’entreprise n’arrive pas à courir
tout son besoin de financement. Celle-ci fera donc appel aux découverts bancaires pour
combler le déficit rendant ainsi le solde de la trésorerie négatif. Dans ce cas, on dit que
l’équilibre financier n’est pas atteint. Cette situation peut paraître risquée si elle perdure.
La situation de l’équilibre financier d’une entreprise n’est pas constante. Elle évolue avec
le temps et varie selon les entreprises et les activités. Plusieurs cas d’équilibres financiers
peuvent ainsi se présenter.

2. Les équilibres financiers courants


Les cas ci-dessous présentés concernant les équilibres financiers couramment rencontré.
Il convient de les apprécier avec prudence en raison des fluctuations saisonnières,
conjoncturelles ou exceptionnelles. Les cas présentés ne sont pas exhaustifs.
Cas n°1 :
B.F.G
F.R.N.G (+)
T.N (+)

Les besoins de financement sont entièrement financés par des ressources permanentes
(FRNG+) dont l’importance permet de dégager des disponibilités dont il convient
cependant de recherche si elles ne recouvrent pas un sous-emploi de capitaux.
Cas n°2 :
F.R.N.G (+)
B.F.G
T.N (+)

Les besoins de financement sont financés, en partie par des ressources permanentes
(FRNG+), et en partie par un excédent des concours bancaires courants sur les
disponibilités TN+). Il convient d’apprécier l’importance du risque bancaire courant.

41
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Cas n°3 :
F.R.N.G (+)
T.N (+)
B.F.G(-)
R.F.G= ressource de financement globale (dettes circulantes > actif circulants)
Les ressources induites par le cycle d’exploitation (RFG) s’ajoutent à un excédent de
ressources permanentes (FRNG+) pour dégager un excédent de liquidités important dont il
est utile de juger s’il ne recouvre pas un sous-emploi de capitaux.
Cas n°4 :
F.R.N.G (-)
T.N (-)
B.F.G(+)
FRNG (-) = insuffisance de fonds de roulement (ressources permanentes <emplois stables)
Les concours bancaires courants couvrent une partie des emplois fixes et les besoins de
financements. Cette situation est mauvaise si elle n’est pas occasionnelle et exige de
reconsidérer les structures de financement
Cas n°5 :
F.R.N.G (-)
R.F.G(-)
T.N (+)

Les ressources issues du cycle d’exploitation, éventuellement excessives, financent une


partie de l’actif immobilisé (FRNG-) et renforcent aussi la trésorerie. Les fournisseurs et
les avances de la clientèle financent le cycle d’exploitation mais une partie des
immobilisations. Un renforcement des ressources stables est à examiner.
Cas n°6 :
B.F.G
F.R.N.G (-)
T.N (+)
Les ressources permanentes ne couvrent qu’une partie de l’actif immobilisé (FRNG-) et
leur insuffisance est compensée par les fournisseurs, les avances de la clientèle et les
concours bancaires courants. La dépendance financière externe de l’entreprise est grande
et la structure des financements est à revoir.

A. Ratios d’analyse de la structure financière du bilan fonctionnel


En plus des indicateurs de l’équilibre financier que sont le fonds de roulement, le besoin de
financement et la trésorerie, certains ratios sont également calculés à partir du bilan fonctionnel
pour compléter l’étude de la structure financière.

a. Les ratios d’autonomie financière


Ressources propres
L’autonomie financière =
Dettes financières

NB : Les ressources propres = capitaux propres + amortissements et provisions d’actif

42
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Ce ratio permet de déterminer si l’entreprise est oui ou non dépendante des banques. Il permet de
répondre à la question : l’entreprise n’a-t-elle pas contractée trop d’emprunts ?
Plus ce ratio est élevé, moins l’entreprise est endettée.
Selon les normes généralement admises, le ratio doit être supérieur à 100%. L’endettement d’une
entreprise ne doit pas excéder le montant de ses ressources propres. Dans le cas contraire, elle
représente une source de danger aussi bien pour les banques que pour les entreprises.
Si on rajoute la trésorerie passif aux dettes financières, on obtient le ratio d’autonomie financière
globale.
Ressources propres
L’autonomie financière globale =
Dettes financières + trésorerie passif

Le SYSCOA préconise souvent de prendre la trésorerie passif net (trésorerie passif – trésorerie
actif) plus les dettes financières.
Ce ratio permet de répondre à la question : l’entreprise est-elle dépendante du système bancaire
en général (emprunts et concours bancaires courants) ?
Le calcul de ce ratio s’avère utile car la dépendance vis-à-vis du système bancaire ne signifie pas
uniquement emprunts, mais aussi découverts bancaires (principal poste de la trésorerie passif).
En raison du coût élevé des concours bancaires courants, il est intéressant de compléter le ratio
d’autonomie financière par l’étude de l’autonomie financière globale.
L’autonomie financière peut se mesurer aussi par le ratio suivant :
Ressources propres
L’autonomie financière =
Ressources permanentes
Il permet également de mesurer le degré de dépendance de l’entreprise vis-à-vis des banques. Ici,
on considère qu’il doit être supérieur à 50%

b. Le ratio de financement des immobilisations


Il permet de répondre à la question suivante : les immobilisations sont-elles financées par des
ressources permanentes ?
Ressources permanentes
Financement des immobilisations =
Emplois stables

L’analyse de ce ratio s’effectue de façon similaire à celle du fond de roulement. Si ce ratio est
supérieur à 100%, cela signifie que les ressources permanentes sont supérieures aux emplois
stables et par conséquent le fonds de roulement est positif.
Le calcul de ce ratio est souvent inutile quand le fonds de roulement est déjà calculé car les
interprétations sont les mêmes.

c. Le ratio de couverture des capitaux investis


Il permet de répondre à la question suivante : les ressources permanentes suffisent-elles à
financer non seulement les immobilisations, mais également les besoins de financement
d’exploitation ?
43
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Ressources permanentes
couverture des capitaux investis =
Emplois stables +BFE

Capitaux investis = Emplois stables + BFE


Dans les entreprises industrielles, le BFE est souvent très lourd à financer (stocks et créances-
client élevés), il est conseillé de le financer par des capitaux stables tels que les ressources
permanentes. C’est pourquoi les ressources permanentes seront comparées aux emplois stables
et au BFE dont la somme représente les capitaux investis.
Ce ratio n’est à calculer que si le fonds de roulement est positif ou si le ratio précédent est
supérieur à 100%. De plus, il n’est intéressant que dans les entreprises industrielles comme on
vient de le voir. Pour ces entreprises, il doit être le plus proche de 100%. S’il baisse, l’entreprise
s’expose à des risques de découverts bancaires.

d. Les ratios de rotation


Ils concernent essentiellement le cycle des opérations d’exploitation (approvisionnement –
stockage – production – stockage – vente – encaissement) et les besoins de financement qui en
découlent.
 Le ratio de rotation des stocks de marchandises ou de matières premières
Il permet de mesurer la durée de détention en stock des marchandises ou des matières premières
(en nombre de jours) depuis l’achat jusqu’à leur vente ou leur consommation. Il doit être comparé
dans le temps et par rapport aux autres entreprises de même secteur.
Stock moyen

R1 = x360
Coût d’achat

Stock final + Stock initial

La formule du stock moyen =

 Le ratio de rotation des stocks de produits finis ou semi-finis


Il permet de mesurer la durée de détention en stock des produits finis ou semi-finis (en nombre de
jours) depuis la production jusqu’à leur vente. Il est indispensable de comparer ce ratio dans le
temps. Une augmentation très nette de la durée de stockage peut être le signe d’une difficulté à
écouler les stocks de produits finis ou semi-finis de l’entreprise. Il faut alors en chercher l’origine :
récession du secteur, client mécontents, concurrence agressive, etc.
Stock moyen

R2 = x 360

Coût de revient des produits vendus

 Le délai de rotation des créances clients

44
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Il permet de calculer la durée moyenne (en jours) des crédits accordés aux clients. Il est
intéressant de comparer ce ratio dans le temps : voir s’il augmente ou s’il diminue. En règle
générale, il est préférable qu’il tende à la baisse puisque le temps d’attente des encaissements
sera plus court à ce moment, ce qui signifie que le BFE va diminuer.
Créance clients et comptes rattachés

R3 = x360

CATTC

 Le délai de rotation des dettes fournisseurs


Ce ratio permet de répondre à la question suivant : en combien de jours, en moyenne, l’entreprise
règle-t-elle ses fournisseurs ?
Les entreprises s’efforcent en général d’obtenir des délais de plus en plus longs, afin de pouvoir
diminuer leurs besoins de financement.
Fournisseur d’exploitation et comptes rattachés

R4 = x360

Achats TTC + Services extérieurs TTC

A partir de ces quatre ratios, on peut déterminer le besoin de financement normatif de l’entreprise.
Il est exprimé en jours de chiffre d’affaires, le besoin de financement étant proportionnel au chiffre
d’affaires de l’entreprise.
 Le BFE en jours de d’activité à l’issue duquel le chiffre d’affaires de l’entreprise couvre
le besoin de financement de l’exploitation
B.F.E

R5 = x360

CAHT

1. Interprétation et limites de l’approche fonctionnelle


L’analyse fonctionnelle suppose une hypothèse de continuité d’exploitation ce qui correspond au
contexte de la grande majorité des entreprises.
Dans un tel contexte et d’un point de vue économique et de gestion, c’est le financement du
besoin de financement qui devient le problème central car c’est ce qui conditionne la poursuite de
l’activité de l’entreprise.
A partir de cette notion fondamentale, il est possible d’apprécier la situation financière de
l’entreprise grâce à une confrontation entre le niveau du besoin de financement et celui du fonds
de roulement.
Cependant. Dès que l’entreprise est en instance de liquidation ou de cessation d’activité,
l’approche fonctionnelle est inadéquate pour apprécier la situation financière. On a recours dans
ce cas, à une autre approche plus appropriée : l’approche financière ou approche liquidité.

45
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

46
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
A. Application sur l’analyse fonctionnelle

Bilan de l’entreprise PILABRE au 31/12/N

EXERCICE N EXERCICE
ACTIF PASSIF
Brut Ats/prov. Net Net
Frais d’établis et charges à 68.000 68 000 Capital social 800 000
repartir
Prime de rembours. des 1.000 1 000 Actionnaire capital non -100 000
obligations appelé
Frais de recherche et de 22.000 4 000 18 000 Prime d’apport, démission 100 000
développement
Brevet, licence, logiciels 17.800 800 17 000 Ecart de réévaluation 210 000
Fonds commercial 65.000 65 000 Réserves indispensables 143 400
Terrains 40.000 40 000 Réserves libres 1 600
Bâtiments 152.000 35 000 117 000 Report à nouveau (+ ou -) 2 000
Installations et agencements 102.000 102 000 Résultat de l’exo 44 000
Matériel 889.000 342 000 547 000 Subventions 42 000
d’investissement
Matériel de transport 180.000 89 000 91 000 Provisions règlementées 35 000
Avance et acomp. versés sur 27.000 27 000 Emprunts 323 000
immob
Titres de participation 210.500 28 500 182 000 Dettes financières diverses. 95 000
Autres immobilisations 238.100 2 100 236 000 Prov. Fcière risques & 83 600
financières charg
Marchandises 53.900 53 900 Dettes circulantes HAO 21 000
Matières premières et autres 214.700 1 700 213 000 Clients : avances reçues 107 000
appro
Produits en–cours 61.190 190 61 000 Dettes fournisseurs 367 000
d’exploit
Produits finis 67.800 1 400 56 400 Dettes fiscales 94 000
Fournisseur : avances versées 97.000 97 000 Dettes sociales 40 000
Créances-clients 360.000 19 400 340 600 Fournisseurs 53 000
d’investissement
Charges constatées d’avances 142.000 142 000 Crédits de trésorerie 445 400
Titres de placement 30.900 2 800 28 100 Ecart de conversion 11 000
Banques, ccp, caisse 403.000 403 000
Ecart de conversion actif 2.000 2 000
TOTAL 3 444 890 526 890 2 918 000 TOTAL 2 918 000

Informations complémentaires :
- Ecart de conversion actif : 60% résultent des créances client et le reste des dettes
circulantes
- Ecart de conversion passif : 50% résultent des dettes circulantes et le reste des créances
clients
- Les charges constatées d’avances concernent des opérations liées aux immobilisations ;
- Les titres de participation englobent des intérêts non échus de 18 000 F ;

47
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
- les emprunts contiennent des intérêts non échus de 19 000F ;
- Les titres de placement sont rapidement négociables.
- Stock Initial de marchandises 46 100 F
- Achats nets de marchandises HT 300 000 F
- Stock Initial de matières premières 185 300 F
- Achats nets de matières premières HT 1 800 000 F
- Chiffre d’affaires HT 3 398 400 F
- Services extérieurs HT 1 620 000 F
Travail à faire :
1) Etablir le bilan fonctionnel
2) Calculer le FRNG, BFG, la TN et expliquer comment est financé le BFG
3) Calculer et interpréter les ratios suivants : Ratio d’autonomie financière, Ratios de
rotation des « stocks de marchandises » et des « matières premières et autres
approvisionnement », Ratios de rotation des « créances clients » et des « dettes
fournisseurs ».

48
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
II. ANALYSE LIQUIDITE

L’analyse liquidité est relativement la plus ancienne et elle a été développée surtout par
les banques. Elle repose sur une conception patrimoniale de l’entreprise et sur des
critères de classement des postes du bilan : exigibilité croissante pour le passif et
liquidité croissante pour l’actif. Cette analyse s’appuie sur un bilan que l’on qualifie de
bilan financier ou bilan liquidité. C’est à partir de ce bilan que sera analysée la situation
financière de l’entreprise et précisément sa solvabilité.

A. Le bilan financier ou bilan liquidité


Le bilan financier est le bilan comptable retraité en fonction de critères qui intéressent
particulièrement les banques.
En effet, le bilan financier est établi par les banques qui cherchent à apprécier la
solvabilité d’une entreprise avant de s’engager vis-à-vis d’elle.
Le bilan financier est donc une analyse externe réalisée principalement par les banques et
les fournisseurs de l’entreprise tandis que le bilan fonctionnel est une analyse interne à
l’entreprise réalisée par les dirigeants.
Par ailleurs, le bilan financier est réalisé dans une perspective de cessation d’activité
(optique liquidative) c’est-à-dire qu’il est réalisé afin de répondre à la question suivante : si
l’entreprise déposait son bilan aujourd’hui, serait-elle à même de régler l’ensemble de ses
dettes ?
La situation n’est pas la même pour le bilan fonctionnel qui, comme nous l’avons déjà
souligné, est établi dans une optique de continuation d’activité.
NB : Les analyses de la situation financière de l’entreprise effectuées à travers les
deux bilans (bilan fonctionnel et bilan liquidité) sont tout à fait complémentaires et
non contradictoires.

1. Schéma général du bilan liquidité


Le bilan liquidité comprend deux (02) grandes rubriques à l’actif et trois (03) grandes
rubriques au passif.
Les éléments de l’actif sont classés selon leur degré de liquidité croissante à partir du haut
du bilan. Ainsi, on distinguera :
L’actif à plus d’un an : il est constitué des éléments de l’actif les moins liquides
(immobilisations à plus d’un an et actif circulant à long terme)
L’actif à moins d’un an : il s’agit des éléments de l’actif de court terme (actif circulant à
moins d’un an, trésorerie actif, et immobilisations de court terme).
Les éléments du passif sont classés selon leur exigibilité croissante à partir du haut du
bilan. On distinguera :
- Les capitaux propres : il s’agit des ressources propres nettes,
- Les dettes à plus d’un an : elles concernent l’ensemble des dettes de long terme,
- Les dettes à moins d’un an : elles regroupent les éléments du passif circulant de
court terme ainsi que les dettes de la trésorerie passif.
49
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Le bilan liquidité se présente donc comme suit :
ACTIF PASSIF
CAPITAUX PROPRES
ACTIF A PLUS D’UN AN Capitaux
DETTES A PLUS D’UN AN permanents
ACTIF A MOINS D’UN AN
DETTES A MOINS D’UN AN

La somme des capitaux propres et des dettes à plus d’un an constituent les capitaux
permanents.
Le bilan financier est un bilan après répartition du résultat de l’exercice (la part du résultat
qui doit être distribuée aux actionnaires sera retranchée et portée dans les dettes à moins
d’un an).
Pour passer du bilan comptable au bilan liquidité, certains retraitements et reclassements
des postes comptables sont nécessaires.

2. Les retraitements
Pour faciliter le passage du bilan comptable au bilan financier, on utilise un tableau qui
peut se présenter comme suit :
Tableau de retraitement de l’Actif
Val comptable Virement de
Plus- Moins-
Rubrique et poste nette (bilan Valeur réelle poste à
value value
cptable) poste

Tableau de retraitement du Passif


Val comptable nette Virement de poste
Rubrique et poste Valeur réelle
(bilan cptable) à poste

a) Les retraitements de l’actif


 Les charges immobilisées : les charges à repartir, les frais d’établissements, les
primes de remboursement des obligations sont considérés comme des postes d’actif sans
valeur vénale (actifs fictifs). Leur présence à l’actif du bilan comptable est due à un artifice
comptable. Par conséquent, dans le bilan liquidité, ils sont éliminés de l’actif, et soustraites
des capitaux propres en contrepartie.
 Le fonds commercial : par prudence, le fonds commercial est souvent retiré de l’actif
et des capitaux propres en contrepartie, sa valeur n’étant qu’une valeur estimée.
 Les biens acquis en crédit-bail : le bilan liquidité étant établi dans l’optique
patrimoniale, il n’y a donc pas lieu d’intégrer les biens acquis en crédit-bail vu que
l’entreprise n’est pas propriétaire des biens utilisés. Ces biens doivent être soustraits de
l’actif et en contrepartie, dans le passif, les dettes de crédit-bail doivent être éliminées.
50
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
 Les immobilisations financières : elles sont à classer dans l’actif à plus d’un an,
mais si elles contiennent des éléments à court terme (exemples : prêts à moins d’un an,
intérêts courus non échus) ils doivent être placés dans l’actif à moins d’un an.
 L’actif circulant : les postes de l’actif circulant sont classées dans l’actif à moins d’un
an.
Si certains postes contiennent des éléments à plus d’un an comme les créances à long
terme (clients douteux durables, charges constatées d’avance de long terme), il faut les
remonter dans l’actif à plus d’un an.
Remarque : Le stock de sécurité ou stock outil peut être considéré comme un actif
immobilisé et dans ce cas il sera inscrit dans l’Actif à plus d’un an.
 Les écarts de conversion-actif : les écarts de conversion-actif sont éliminés de l’actif
et déduits des capitaux propres au passif.

b) Les retraitements du passif


 Les capitaux propres et ressources assimilées : les principaux retraitements à
effectuer sur ce poste sont les suivants :
Capital souscrit non appelé : il est à soustraire des capitaux propres ;
Le résultat de l’exercice : la partie du résultat mise en distribution est à exclure des
capitaux propres et à placer dans les dettes à court terme ;
L’impôt latent sur les subventions d’investissement et les provisions réglementées : l’impôt
latent qui frappe les subventions d’investissement et les provisions réglementées (au fur et
à mesure de leur réintégration dans le compte de résultat comme produits) sera reclassé
en dettes à court terme ou en dettes à long terme selon que son échéance sera inférieure
ou supérieur à un an ;
Les actif fictifs : il faut déduire des capitaux propres les non-valeurs éliminés de l’actif (frais
d’établissement, charges à repartir, primes de remboursement des obligations, fonds
commercial) ;
Les plus-values et moins-values latentes sur les immobilisations : les éléments de l’actif
immobilisé sont pris à leur valeur actuelle (ou valeur vénale) qui peut être différente de la
valeur nette comptable. Dans ce cas :
Si valeur actuelle > valeur nette comptable : Plus-value à ajouter aux capitaux
propres
Si valeur actuelle < valeur nette comptable : Moins-value à soustraire des capitaux
propres.
Les provisions financières pour risques et charges : elles sont inscrites, soit dans les
dettes à plus d’un an, soit dans les dettes à moins d’un an (on les appelle risques
provisionnés dans le SYSCOA). Toutefois, lorsque des provisions apparaissent sans objet
réel, elles peuvent être considérées comme des capitaux propres.
Les dettes financières : elles sont inscrites dans les dettes à plus d’un an. Mais si elles
contiennent des fractions à court terme (exemples : partie remboursable à moins d’un an,

51
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
intérêt courus non échus, etc.), il faut les ramener dans les dettes à moins d’un an. Les
contrats de crédit-bail sont à éliminer également des dettes financières.
Concernant les comptes courant d’associés, il en existe certains qui sont bloqués, c’est-à-
dire qu’ils sont assimilables non plus à des dettes à long terme mais à des capitaux
propres. Ils seront donc retranchés des dettes à long terme et portés dans les capitaux
propres.
 Les dettes circulantes : elles sont classées dans les dettes à moins d’un an.
Cependant, si elles contiennent des dettes à long terme (exemple : les produits constatés
d’avance relatives à un exercice ultérieur), elles doivent être placées en dettes à plus d’un
an.
 Les écarts de conversion-passif : ils correspondent à des gains latents. Si ces gains
sont probables, ils sont à reclasser dans les capitaux propres pour leur montant hors impôt
latent (l’impôt latent sera à inscrire dans les dettes à court ou à long terme selon son
échéance).
Après ces retraitements, le contenu des différentes masses du bilan liquidité se présente
comme suit :

52
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
SYNTHESE DES RETRAITEMENT DU BILAN FINANCIER
Masses du bilan liquidité Contenu
Actif immobilisé net
- charges immobilisées (frais d’établissement, charges à
repartir, primes de remboursement)
ACTIF A PLUS D’UN AN
- fonds commercial
(valeurs nettes)
- biens acquis en crédit-bail
- part des immobilisations financières à moins d’un an
+ part de l’actif circulant à plus d’un an
Actif circulant
+ trésorerie actif
ACTIF A MOINS D’UN AN
+ part des immobilisations financières à moins d’un an
(valeurs nettes)
- part de l’actif circulant à plus d’un an
- écarts de conversion actif
Capitaux propres et ressources assimilées
- capital souscrit non appelé
- charges immobilisées (frais d’établissement, charges à
repartir, primes de remboursement)
- fonds commercial
- part de résultat de l’exercice à distribuer
- impôt latent sur subventions d’investissement et
provisions réglementées
- écarts de conversion actif
CAPITAUX PERMANENTS
+ écarts de conversion passif nets d’impôt
+ plus value (ou-moins value) sur l’actif immobilisé net
+ Dettes financières et ressources assimilées
- part des dettes financières à moins d’un an
+ part du passif circulant à plus d’un an
- dettes de crédit-bail
+ impôt latent à plus d’un an sur subventions
d’investissement, provisions réglementées et écarts de
conversion passif
Passif circulant
+ trésorerie passif
+ part des dettes financières à moins d’un an
+ part de résultat de l’exercice à distribuer
DETTES A MOINS D’UN AN
+ impôt latent à moins d’un an sur subventions
d’investissement, provisions réglementées et écarts de
conversion passif
- part du passif circulant à plus d’un an

53
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

B. Outils d’analyse du bilan liquidité

1. Le Fonds de Roulement Liquidité (FRL) ou Fonds de Roulement


Financier (FRF)
Le fonds de roulement calculé à partir du bilan liquidité s’appelle fonds de roulement
liquidité ou fonds de roulement financier. Il représente l’excédent des capitaux permanents
sur les actifs à plus d’un an. Il permet de mesurer la liquidité de l’entreprise et il constitue
une marge de sécurité et une garantie contre le risque de faillite.
Le fonds de roulement liquidité peut se calculer de deux manières :
Mode de calcul par le haut du bilan liquidité

FRL = CAPITAUX PERMANENTS – ACTIF A PLUS D’UN AN

Mode de calcul par le haut du bilan liquidité

F.R.L = ACTIF A MOINS D’UN AN – DETTES A MOINS D’UN AN

ACTIF A PLUS D’UN AN


CAPITAUX PERMANENTS

ACTIF A MOINS D’UN AN F.R.L


DETTES A MOINS D’UN AN

Si le fonds de roulement liquidité est positif, l’entreprise est présumée pouvoir faire face à
ses engagements et disposer d’une certaine aisance de trésorerie.
L’analyse de la liquidité par le fonds de roulement liquidité est souvent complétée par le
calcul des ratios suivants :
Le ratio de liquidité générale
𝑨𝒄𝒕𝒊𝒇 à 𝒎𝒐𝒊𝒏𝒔 𝒅′ 𝒖𝒏 𝒂𝒏
𝑹𝑳𝑮 =
𝑫𝒆𝒕𝒕𝒆𝒔 à 𝒎𝒐𝒊𝒏𝒔 𝒅′ 𝒖𝒏𝒂𝒏
Il doit être supérieur à 1 et traduit l’existence d’un fonds de roulement liquidité positif.
Le ratio de liquidité réduite
𝑨𝒄𝒕𝒊𝒇 à 𝒎𝒐𝒊𝒏𝒔 𝒅′ 𝒖𝒏 𝒂𝒏 − 𝑺𝒕𝒐𝒄𝒌𝒔
𝑹𝑳𝑹 =
𝑫𝒆𝒕𝒕𝒆𝒔 à 𝒎𝒐𝒊𝒏𝒔 𝒅′ 𝒖𝒏𝒂𝒏
Il exprime la capacité de l’entreprise à payer ses dettes à court terme sur la base de ces
créances et de ses disponibilités.
Le ratio de liquidité immédiate
𝑨𝒄𝒕𝒊𝒇 à 𝒎𝒐𝒊𝒏𝒔 𝒅′ 𝒖𝒏 𝒂𝒏 − 𝑺𝒕𝒐𝒄𝒌𝒔
𝑹𝑳𝑰 =
𝑫𝒆𝒕𝒕𝒆𝒔 à 𝒎𝒐𝒊𝒏𝒔 𝒅′ 𝒖𝒏𝒂𝒏
Les disponibilités = Titres de placement + Valeurs à encaisser + Banque/ CCP/Caisse
Il mesure la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes à court terme sur la base de ses
disponibilités immédiates. C’est une mesure partielle dont l’interprétation doit être prudente.
54
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
2. L’actif Net (AN)
L’actif net est un indicateur de la solvabilité de l’entreprise. Il représente la valeur
patrimoniale de l’entreprise. Son mode de calcul est le suivant :

ACTIF NET = TOTAL ACTIF DU BILAN LIQUIDITE - TOTAL DETTES (+ et - d’un an)

L’actif net sert à apprécier le risque d’insolvabilité de l’entreprise. C’est une approche
globale de la solvabilité. Une entreprise est solvable si l’ensemble des dettes est couvert
par l’actif. La solvabilité dépend surtout de l’importance de l’endettement à long et moyen
terme. Les ratios suivants permettent d’analyser l’endettement.
Le taux d’endettement à long terme
𝐷𝑒𝑡𝑡𝑒𝑠 à 𝐿𝑜𝑛𝑔 𝑇𝑒𝑟𝑚𝑒 (+1𝑎𝑛)
𝑅𝑇𝐸𝐿𝑇 =
𝐶𝑎𝑝𝑖𝑡𝑎𝑢𝑥 𝑝𝑟𝑜𝑝𝑟𝑒𝑠
Il mesure le degré de dépendance de l’entreprise vis-à-vis des créanciers à long terme.
C’est un indicateur de risque. On considère qu’il doit être inférieur à 50%

La capacité de remboursement
𝑬𝒎𝒑𝒓𝒖𝒏𝒕𝒔 à 𝑳𝒐𝒏𝒈 𝑻𝒆𝒓𝒎𝒆 (+𝟏𝒂𝒏)
𝑹𝑪𝑹 =
𝑪𝒂𝒑𝒂𝒄𝒊𝒕é 𝒅′𝒂𝒖𝒕𝒐𝒇𝒊𝒏𝒂𝒏𝒄𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕

Il mesure le délai théorique minimal nécessaire pour rembourser la totalité des emprunts à
long terme à partir de la capacité d’autofinancement dégagée par l’entreprise. La norme
admise est de 3 ou 4ans.
Le ratio d’autonomie financière

𝑪𝒂𝒑𝒊𝒕𝒂𝒖𝒙 𝑷𝒓𝒐𝒑𝒓𝒆𝒔
𝑹𝑨𝑭 =
𝑪𝒂𝒑𝒊𝒕𝒂𝒖𝒙 𝑷𝒆𝒓𝒎𝒂𝒏𝒆𝒏𝒕𝒔
Il mesure la capacité d’endettement de l’entreprise. Il est généralement considéré comme
bon s’il est supérieur à 50%. Une valeur inférieure à 50 traduit des possibilités
d’endettement très faibles.

C. Les trois règles de l’orthodoxie financière


Elles sont fondées sur l’analyse liquidité. Elles visent à énoncer les règles d’une gestion
financière saine :
 La règle de l’équilibre financier minimum : selon cette règle, le fonds de roulement
liquidité de l’entreprise doit être positif (F.R.L >O). Les ressources utilisées pour financer
les actifs doivent rester à la disposition de l’entreprise pendant une durée qui doit
correspondre, au minimum, à celle de l’immobilisation.
 La règle de l’endettement maximum : cette règle concerne l’endettement à moyen et
long terme :
 Le ratio Dettes à plus d’un an/ Capitaux permanents doit être inférieur à 50%,

55
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
 Le ratio Dettes à plus d’un an/ Capacité d’autofinancement ne doit pas dépasser
trois ou quatre ans.
 La règle du financement minimum : selon cette règle, pour chaque projet
d’investissement décidé, le recours à l’endettement à terme ne doit pas dépasser un
certain pourcentage du montant de l’investissement prévu. Selon les pratiques, il varie de
50 à 70% du montant de l’investissement. On l’appelle aussi part de l’autofinancement.
Ces différentes règles qui visent toutes à assurer la solvabilité et la liquidité de l’entreprise,
sont aujourd’hui de plus en plus contestées voire remises en cause par de nombreux
auteurs pour qui il ne doit pas y avoir de normes à imposer, chaque entreprise ayant ses
spécificités. Le débat est donc ouvert.

D. Conclusion sur l’analyse liquidité


L’analyse liquidité se situe essentiellement dans une optique liquidative. Cette approche
revient en effet, à se demander ce qui se passerait si l’entreprise cessait son exploitation :
la liquidation de ces actifs permettrait-elle de faire face à ses engagements ?
L’objectif est de vérifier la solvabilité de l’entreprise. L’analyse liquidité l’examine surtout
par rapport à la règle dite de « l’équilibre financier minimum » selon laquelle le Fonds de
roulement liquidité (FRL) doit être positif. Il représente alors une marge de sécurité devant
permettre à l’entreprise d’honorer ses engagements envers les tiers préservant ainsi sa
solvabilité. Un FRL positif serait aussi une présomption de trésorerie aisée.
L’analyse liquidité perd son intérêt en dehors du contexte de cessation d’activité d’où sa
complémentarité avec l’analyse fonctionnelle.

56
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

E. Application sur l’analyse liquidité


Soit le bilan de la société BOUDA & Fils établi à la date 31-12-2003

Intitulés MB A&P MN Intitulés MN


Frais immobilisés 3 000 500 2 500 Capital 43 000
Terrains 10 000 0 10 000 Réserves 25 000
Bâtiments 60 000 15000 45 000 RAN 12 000
Matériel et outillage 30 000 5000 25 000 Résultat 30 000
Matériel de transport 15 000 7500 7 500 Provi pr risque et chges 9 000
Mobilier de bureau 7 000 1500 5 500 Dettes financières 25 000
Dépôt et cautionnement 5 000 5 000 Fournisseurs 40 000
Prêt à long terme 2 000 2 000 Etat 3 000
Titres à long terme 4 000 500 3 500 Compte de régularisation 5 000
Stocks de marchandises 25 000 25 000 Effet à Payer 10 000
Stocks de produits finis 32 000 32 000
Clients 16 000 500 15 500
Compte de régularisation 1 500 1 500
Titres à court terme 6 000 6 000
Effets à recevoir 5 000 5 000
Banque et CCP 10 000 10 000
Caisse 1 000 1 000
Total 232 500 30500 202 000 Total 202 000

Renseignements complémentaires
 La valeur réelle des terrains, du matériel et outillage et du matériel de transport est
respectivement de 12 000 000 F, 19 000 000 F et de 8 000 000 F.
 Une partie du prêt à long terme de 250 000 F est encaissable dans deux mois.
 La provision totale sur les titres à long terme n’est plus nécessaire
 Parmi les clients, une créance de 3 000 000 F est d’un recouvrement difficile et lointain
 1 000 000 de titres à court terme sont facilement vendables en bourse
 2 000 000 F d’effet à recevoir sont immédiatement escomptables
 Une provision pour risque et charges de 1 000 000 F est sans objet
 2 500 000 F de dettes financières sont exigibles dans moins de trois mois
 Parmi les fournisseurs, un montant de 10 000 000 F représente une dette envers un
fournisseur d’immobilisation exigible à long terme
 Le bénéfice est réparti en raison de 80% aux associés et 20% aux réserves.
Travail à Faire :
1. Dresser le bilan financier
2. Calculer le FRL et l’Actif Net
3. Calculer les 3 ratios de liquidité.

57
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
III.L’ANALYSE DYNAMIQUE DE LA STRUCTURE FINANCIERE DE
L’ENTREPRISE
L’analyse statique du bilan s’avère très insuffisante pour traduire la qualité de l’équilibre du bilan.
L’équation FRNG = BFG + TN nous fournit un indicateur de la qualité de la structure financière
mais l’analyse n’est valable que pour une date donnée T.
Il faut donc avoir une vision dynamique de la structure financière de l’entreprise c’est-à-dire suivre
essentiellement l’évolution de l’équilibre des masses du bilan fonctionnel d’un exercice à l’autre ou
mieux encore sur plusieurs exercice.
Tel est le rôle des tableaux de financement et plus particulièrement du tableau financier des
ressources et des emplois (TAFIRE) mis au point par le SYSCOA.
Le TAFIRE est un état de synthèse qui nous renseigne sur la manière dont l’entreprise s’est
procurée les ressources nécessaires pour faire face à ses besoins de financement durant période
données.
Le TAFIRE repose sur l’équation bilancielle FRNG = BFG + TN qui en termes dynamiques
devient :
FRNG = BFG + TN
Le BFG sera décomposé en BFE et en BF HAO. D’où l’équation du TAFRIRE :
FRNG = BFE + BF HAO + TN
Haut du bilan bas du bilan
analyse dans le analyse dans le TAFIRE en simples
TAFIRE en variations bilantielles
termes de flux (montant N – montant N-1)

Le TAFIRE est établi à partir :


- des bilans fonctionnels des exercices N-1 et N,
- du tableau des immobilisations,
- du tableau des amortissements,
- du tableau des provisions,
- du compte de résultat.

A. Présentation du TAFIRE
Il comprend deux grandes parties :
Une première partie pour le calcul des soldes financiers,
Une deuxième partie consacrée au tableau financier proprement dit.

1. Première partie : Présentation des soldes financiers


a Détermination de la CAFG
CAFG = E.B.E
- Charges décaissables (après l’EBE)
+ Produits encaissables (après l’EBE)

58
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
E.B.E.
Frais financiers Transferts de charges d’exploitation
Pertes de change Revenus financiers
Charges HAO Gains de change
Participation des travailleurs Transferts de charges financières
Impôts sur le résultat Produits HAO
Transferts de charges HAO
Total (I) Total (II)

CAFG = TOTAL (II) – TOTAL (I)

b Détermination de l’autofinancement

Autofinancement = CAFG – Dividendes (*) distribués dans l’exercice N-1

(*) Il s’agit des dividendes de l’exercice précédent N-1, mais aussi des acomptes sur dividendes de
l’exercice N qui ont été mis en paiement Durant l’exercice N.

c La variation du besoin de financement d’exploitation (BFE)


Elle repose sur la variation des éléments constitutifs dans le bilan. Ces variations reposent sur les
principes suivants :
- Toute augmentation d’un poste de l’actif = emploi supplémentaire
- Toute diminution d’un poste de l’actif = dégagement de ressources
- Toute augmentation d’un poste de passif = ressources supplémentaires
- Toute diminution d’un poste de passif = emploi supplémentaire
BFE = Stocks + Créances - Dette circulantes
(à l’exclusion des éléments HAO)
Emplois Ressources
VARIATION DES STOCKS N- (N-1)
augmentation (+) diminution (-)

Marchandises ……………………… ou ……………………


Matières premières ……………………… ou ……………………
En-cours ……………………… ou ………………….
Produits finis ……………………… ou ……………………

A-Variation globale nette des stocks ………………………. ou ……………………

Emplois Ressources
VARIATION DES CREANCES N- (N-1) diminution (-)
augmentation (+)
Fournisseurs/avances versées ……………………… ou ………………...
Créances clients et comptes rattachés ……………………… ou ………………...
Autres créances ……………………… ou …………………
ou
B- Variation globale nette des créances ………………………. …………………
ou

59
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
VARIATION DES DETTES CIRCULANTES N- Emplois Ressources diminution
(N-1) (-)
augmentation (+)
Client, avances versées ……………………… ou ……………………..
Fournisseurs d’exploitation ……………………… ou ……………………..
Dettes fiscales ……………………… ou …………………….
Dettes sociales ……………………… ou …………………….
Risques provisionnés ………………………. ou
C- Variation globale nette des dettes ou
………………………. ……………………..
circulantes

Variation du BFE = (A) + (B) – (C) ……………………… ou ……………………

d L’Excédent de Trésorerie d’Exploitation (ETE)


ETE = EBE + BFE – Production immobilisée
N N-1
E.B.E ……………………... ……………………
- BFE (-si emplois ; + si ressources) ……………………... ……………………
-Production immobilisée (-/+) ……………………... ……………………

Excédent de Trésorerie d’exploitation …………………….. …………………….

L’ETE n’intervient pas dans la deuxième partie du TAFIRE contrairement aux autres indicateurs ci-
dessus calculés (CAFG, BFE).

2. Deuxième partie du TAFIRE : le tableau proprement dit


Exercice N Exercice N-1
Emplois Ressources (E- ;R+)
I- Investissement et désinvestissement

Charges immobilisées
FA (augmentations dans l’exercice) ………………. ………………...
Croissance interne
Acquisitions/cessions d’immobilisations
incorporelles
FB
Acquisitions/cessions d’immobilisations
………………. ………………. ………………...
corporelles
FC
Croissance externe
………………. ………………. ………………...
Acquisitions/cessions d’immobilisations
financières
FD
………………. ………………. ………………..
FF INVESTISSEMENTS TOTAUX ………………. ………………. ………………..

II- Variation du besoin de financement


FG
d’exploitation (BFE) ………… ou ………… ou …………… ou
FH A-EMPLOIS ECONOMIQUES
60
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
A FINANCER (FF + FG)) ……………. ……………. …………….
FI III- Emplois/Ressources HAO
(Variation B.F HAO) ………… ou ………… ou …………… ou

(1)
FJ IV-Emplois financiers contraints …………….. …………….. ……………..
Remboursement (selon échéancier)
des emprunts et dettes financières
FK B- EMPLOIS TOTAUX A FINANCER
………………. ………………. ………………..
(A + FI + FJ)

Cette partie du TAFIRE montre quels sont les emplois qui ont été effectués par l’entreprise au
cours de l’exercice N. on distingue :
Les acquisitions d’éléments de l’actif immobilisé : ces postes représentent les investissements
réalisés au cours de l’exercice N. Le montant des acquisitions se trouve dans le tableau de
mouvement des immobilisations. On peut aussi le déterminer par la formule suivante à partir des
bilans N et N-1 :
Acquisitions = Immobilisations brutes N – (Immobilisation N-1-Cessions).
Les cessions concernent les trois catégories d’immobilisations (incorporelles, corporelles et
financières) et c’est le prix de cession qui doit être retenu. Concernant les immobilisations
financières, il s’agit plutôt de réductions dont le montant figure dans le tableau des immobilisations
(colonne « diminutions » pour leur valeur d’origine).
Concernant les charges immobilisées, les emplois sont équivalents aux montants bruts de charges
transférées au cours de l’exercice.
Les besoins de financement d’exploitation financés : il s’agit des variations successives du
BFE (déjà calculée dans la première partie) et du BF HAO. Pour les calculs, à ce niveau, le
SYSCOA préconise de prendre les postes du bilan à leur valeur nettes.
Les remboursements d’emprunts effectués : il s’agit des remboursements d’emprunts effectués
selon les tableaux d’échéances.
(Suite du TAFIRE)
Exercice N Exercice N-1
Emplois Ressources (E - ; R +)

61
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
V- Financement interne
FL Dividendes (emplois)/CAFG (ressources) ………... ………………. ………………...

VI- Financement par les capitaux propres


FM Augmentation de capital par apports nouveaux ................... ......................
FN Subventions d’investissement ………………. ………………...
FP Prélèvements sur le capital (y compris retraits de
l’exploitant)
………………. ………………...

VII- Financement par de nouveaux emprunts


FQ Emprunt (2)
…………… ………………. ………………..
FR Autres dettes financières (2)

FS C- RESSOURCES NETTES DE FINANCEMENT …………… ………………. ………………...


FT D- EXCEDENT OU INSUFFISANCE DE ………… ou ………… ou
RESSOURCES DE FINANCEMENT (C-B)
VIII- Variation de la trésorerie
Trésorerie nette :
FU A la clôture de l’exercice
(+ ou -) …………………..
FV A l’ouverture de l’exercice
(+ ou -) ……………………
FW VARIATION TRESORERIE :
(+ si emploi ; - si ressource) ………… ou ………… ou ………………..
Contrôle : D = VIII avec signe opposé
NB : (I), (IV), (V), (VI), (VII) = flux de l’exercice
(II), (III), (VIII) = différences « bilantielles ».
(1) à l’exclusion des remboursements anticipés portés en (VII)
(2) remboursements anticipés inscrits séparément en emplois
Cette seconde partie du tableau montre la nature des financements qui ont été utilisés par
l’entreprise pour financer ses emplois de l’exercice. Il s’agit :
De la capacité d’autofinancement de l’exercice : calculée dans la première partie du TAFIRE.
Les dividendes versés viennent en diminution (emplois).
De l’augmentation de capital par apports en numéraires : Les augmentations de capital par
incorporations de réserves qui sont de simples virements internes sont exclues.
De l’augmentation des dettes financières : il s’agit des nouvelles dettes financières contractées
par l’entreprise. L’augmentation des dettes peut être calculée à partir des bilans N et N-1 :
Augmentation des dettes financières = Dettes N - (Dettes N-1- Remboursements).
Si ces ressources se révèlent insuffisantes ou excédentaires par rapport aux emplois totaux, le
solde est mis en évidence dans le TAFIRE (référence FT). En cas d’excédents, l’entreprise va les
placer dans sa trésorerie (solde positif) et en cas de déficits, elle va puiser dans sa trésorerie
(solde négatif). Référence FW).

62
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
3. Contrôle des soldes
Ce Contrôle, facultatif, permet de vérifier les résultats trouvés dans le TAFIRE.
Contrôle (à partir des masses des bilans N et N-1)
FRNG : FRNG (N) – FRNG (N-1) ...................... Ou .......................

BFG: BFG (N) – BFG (N-1) ...................... Ou ........................

TN: TN (N) – TN (N-1) ...................... Ou .......................


TOTAL

B. Commentaire sur le contenu du TAFIRE


1- Les rubriques V, VI, VII (concernant les ressources de financement que l’entreprise a mises
en œuvre durant l’exercice) éclairent sur la politique de financement de l’entreprise.
2- Les investissements de croissance interne concernent les investissements effectués dans
l’entreprise elle-même tandis que les investissements de croissance externe concernent les
investissements effectués dans d’autres entreprises (achats de titres de participation,
rachats d’entreprises, etc.).
3- Le total des « Ressources nettes de financement » (poste FS) est rarement égal à celui
des « Emplois totaux à financer » (poste FK), d’où le recours à la trésorerie pour les
ajustements (poste FT).
La comparaison des postes FS et FK équivaut à la confrontation entre la FRNG et la BFG. Or :
FRNG - BFG = TN FS – FK = TN
L’ajustement entre les ressources nettes de financement (FS) et les emplois totaux à financer (FK)
s’effectue grâce à la trésorerie.
Le résultat de la comparaison entre les ressources de financement et les emplois totaux à financer
est indiqué sur la ligne FT du TAFIRE.
L’ajustement entre ces ressources et ces emplois s’effectue grâce à la variation de la trésorerie
(FW).
Si Ressources nettes de financement < Emplois totaux Insuffisance de financement.
Pour combler cet insuffisance de ressources de financement, l’entreprise va puiser dans sa
trésorerie disponible ou recourir aux concours bancaires courants ce qui aura comme
conséquence une variation négative de la trésorerie : TN < 0 (la trésorerie a joué en tant que
ressource).
Si Ressources nettes de financement > Emplois totaux Excédents de financement.
L’entreprise placera cet excédent de ressources de financement dans sa trésorerie ce qui
entraînera une variation positive de la trésorerie : TN > 0 (la trésorerie a joué en tant que emploi
car les excédents ont été utilisés comme placement en trésorerie).

C. Application
On vous donne le TAFIRE suivant d’une entreprise à commenter.

63
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
1. La CAFG
EBE 251
Frais financiers 42 Transferts de charges d’exploitation 3
Pertes de change 13 Revenus financiers 16
Charges HAO 24 Gains de change 5
Participation des travail 15 Transferts de charges financières 2
Impôts sur le résultat 45 Produits HAO 12
Transferts de charges HAO 0
TOTAL (I) 139 TOTAL (II) 289

CAFG = 289 – 139= 150

2. L’Autofinancement
Autofinancement = 150 – 0 = 150

3. La variation du BFE
Emplois Ressources
VARIATION DES STOCKS N- (N-1)
augmentation (+) diminution (-)

Marchandises 35. ou
Matières premières - ou 60
En-cours 8 ou
Produits finis 25 ou
A- Variation globale nette des stocks 8 ou ………………

VARIATION DES CREANCES N- (N-1) Emplois Ressources


diminution (-)
augmentation (+)
Fournisseurs/avances versées 50 ou
Créances clients et comptes rattachés ou 36
Autres créances 28 ou
B- Variation globale nette des créances
42 ou …………………
Emplois Ressources
VARIATION DES DETTES CIRCULANTES N - (N-1)
augmentation (+) diminution (-)
Clients, avances versées ou 10
Fournisseurs d’exploitation 76 ou
Dettes fiscales ou 13
Dettes sociales 7 ou
Autres dettes ou 25
Risques provisionnés ou 70
C- Variation globale nette des dettes circulantes …………………… 35

Variation du BFE = (A) + (B) – (C) 15 ou …………………

64
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
4. L’ETE
ETE = EBE - BFE – Production immobilisée
N N-1
E.B.E 251 207
- BFE (-si emplois ; + si ressources) -25 - 250
-Production immobilisée (-/+) -34 - 20
Excédent de Trésorerie d’exploitation + 192 - 63

5. Le tableau proprement dit

Exercice N Exercice N-1

Emplois Ressources (E- ; R+)


I-Investissement et désinvestissement

FA Charges immobilisées 18
(augmentations dans l’exercice)

FB Croissance interne
Acquisitions / Cessions d’immobilisations 26 20
FC incorporelles
Acquisitions / Cessions d’immobilisations 256 95 291
corporelles
FD
Croissance externe
Acquisitions / Cessions d’immobilisations 34 23 45
financières
FF Investissements totaux 198 ………….. 374
FG II- Variation du besoin de financement
d’exploitation (BFE) 25 216
FH A- EMPLOIS ECONOMIQUES
A FINANCER (FF + FG) 223 …………. 590
FI III- Emplois / Ressources HAO ……… 10 ………….
(Variation B.F HAO)

FJ IV- Emplois financiers contraints(1) 50 …………..


Remboursement (selon échéancier)
Des emprunts et dettes financières

FK B- EMPLOIS TOTAUX A FINANCER


(A + FI + FJ) 263 ………… 590
Suite

Exercice N Exercice N-1

Emplois Ressources (E- ; R+)

65
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
V- Financement interne
FL Dividendes (emplois) / CAFG (ressources) 0 150 160

VI- Financement par les capitaux propres


FM Augmentation de capital par apports nouveaux 150 90
FN Subventions d’investissement 48 50
FP Prélèvements sur le capital (y compris retraits de …………..
l’exploitant)
………….

VII- Financement par de nouveaux emprunts ……………. 105


FQ Emprunts(2) ………… 90 45
FR Autres dettes financières(2) …………
FS C- RESSOURCES NETTES DE FINANCEMENT ………… 438 450
FT D- EXCEDENT OU INSUFFISANCE DE ………ou 175 - 140
RESSOURCES DE FINANCEMENT (C-B)
VIII- Variation de la trésorerie
Trésorerie nette :
FU A la clôture de l’exercice
(+ ou -) ………… + 35
FV A l’ouverture de l’exercice
(+ ou -) ………… - 140
FW Variation trésorerie : + 175 + 175 ………….. – 140
(+ si emploi, - si ressource)
Contrôle : D = VIII avec signe opposé

CONTROLE (à partir des masses des Bilans Emplois Ressources


N et N-1)
Δ FRNG : FRNG (N) – FRNG (N-1) …………………… ou …………….190

Δ BFG: BFG (N) – BFG (N-1) ……………….15 ou ………………….

Δ TN: TN (N) – TN (N-1) ……………….175 ou ……………………


TOTAL ……………….190 = ……………190

a) Dans la 1ère partie, nous constatons:


- une augmentation globale des stocks de 18,
- une augmentation globale des créances d’exploitation de 42,
- une augmentation des dettes circulantes d’exploitation de 35.
Le BFE a ainsi augmenté de 18 + 42 – 35 = 25 au cours de l’exercice écoulé.
La CAFG du même exercice est de 150 et l’ETE est de 192. Il n’y a pas eu de distribution de
dividendes.
La CAFG figure dans les ressources de financement tandis que la variation du BFE augmente les
emplois de l’exercice.
66
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
ème
b) Dans la 2 partie du TAFIRE, on constate que :
- L’entreprise a acquis ou crée des immobilisations pour un montant global net de 198,
différence entre des acquisitions de 282 (256 + 26) d’immobilisations directement
productives chez elle (croissance « interne » par des investissements corporels et
incorporels), et des achats de titres 34 d’une part (soit 282 + 34 = 316), et des reventes
d’immobilisations corporelles et de titres (soit 95 + 23 = 118).
- Son BFE s’est accru de 25,
- Elle a eu à rembourser certains emprunts pour 50,
- Mais elle a bénéficié d’une ressource de financement HAO de 10.
Au total, l’entreprise a eu à faire face à des emplois durables ou stables d’un montant de 263 (198
+ 25 + 50 – 10).

Comment a – t – elle financé ces emplois ?


Pour financer ces emplois durables, l’entreprise a bénéficié :
- D’un autofinancement qui s’élève à 150,
- D’une augmentation de capital par apports en numéraires de 150,
- D’une subvention d’équipement de 48,
- Et enfin de nouveaux emprunts accordés d’un montant de 90.
Au total, l’entreprise a bénéficié de ressources financières d’un montant de 438.

Incidence sur la trésorerie


L’entreprise a ainsi dégagé 438 de ressources stables et n’a eu que 263 d’emplois stables à
financer ; d’où un excédent de ressources de 175 (438-263) qui ont alimenté la trésorerie qui verra
ainsi son solde s’amélioré : négatif de 140 à l’ouverture de l’exercice, celui-ci est devenu positif de
35 (grâce à l’apport des 175).

67
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

Chapitre V : L’ANALYSE DE LA RENTABILITE ET


DE LA CROISSANCE DE L’ENTREPRISE
La rentabilité conditionne la croissance et la pérennité de l’entreprise et est largement
dépendante de sa compétitivité, de sa position concurrentielle sur le marché et du niveau
de compétitivité du secteur d’appartenance. Il existe en effet une étroite relation (relation
de cause à effet) entre la rentabilité et la croissance.
Une entreprise qui génère une rentabilité égale au moins au coût du capital (exigence de
ses actionnaires) et de la dette (exigence des créanciers), n’aura pas de problème
structurel (ou durable) de financement, car elle arrivera à rembourser ses dettes et à créer
de la valeur pour ses actionnaires.
Le management de toute entreprise devrait donc viser «l’obtention d’une meilleure
performance des titres (actions) détenus par les actionnaires, une optimisation de la valeur
de l’action à long terme et une maximisation de la valeur actionnariale».
Pour bien appréhender cette importante variable qui conditionne la pérennité et la
croissance de l’entreprise, nous optons pour une démarche d’analyse structurée autour
des aspects suivants :
- L’analyse de la rentabilité de l’activité ;
- L’analyse de la rentabilité économique ;
- L’analyse de la rentabilité financière.

A. LA RENTABILITE DE L’ACTIVITE
La rentabilité de l’activité s’apprécie à l’aide de deux indicateurs : le résultat et le chiffre
d’affaires hors taxe. L’activité de l’entreprise doit en effet générer suffisamment de
bénéfices pour couvrir ses coûts opérationnels et dégager une marge.
On utilise souvent trois ratios pour apprécier la rentabilité de l’activité : le ratio de marge
brute, le ratio de marge brute d’exploitation et le ratio de marge nette.

1. Le ratio de marge brute (MB)


Ce ratio est particulièrement utilisé dans les entreprise de négoces (ou commerciales) :
entreprises qui font de la revente en l’état au sens où elles n’apportent aucune
transformation substantielle et apparente aux produits destinés à la revente : c’est le cas
des grandes surfaces.
𝐂𝐀𝐇𝐓 − 𝐂𝐨û𝐭 𝐝𝐞 𝐫𝐞𝐯𝐢𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞𝐬 𝐦𝐚𝐫𝐜𝐡𝐚𝐧𝐝𝐢𝐬𝐞𝐬 𝐯𝐞𝐧𝐝𝐮𝐞𝐬
𝐑𝐚𝐭𝐢𝐨 𝐝𝐞 𝐌𝐚𝐫𝐠𝐞 𝐁𝐫𝐮𝐭𝐞 𝐬𝐮𝐫 𝐦𝐚𝐫𝐜𝐡𝐚𝐧𝐝𝐢𝐬𝐞 =
𝐂𝐀𝐇𝐓
Ce ratio, indépendant de la politique financière de l’entreprise, permet également
d’apprécier la stratégie commerciale de l’entreprise. La marge bénéficiaire (CAHT –
CRMV) est en effet une variable stratégique dans les entreprises de négoce.

68
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
2. Le ratio de marge brute d’exploitation (MBE)
Ce ratio permet de mesurer la performance de l’entreprise sur le plan industriel et
commercial et d’apprécier son aptitude à générer des ressources de trésorerie. Il se
calcule comme suit :
𝐄𝐱𝐜é𝐝𝐞𝐧𝐭 𝐛𝐫𝐮𝐭 𝐝′𝐞𝐱𝐩𝐥𝐨𝐢𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧
𝐑𝐚𝐭𝐢𝐨 𝐝𝐞 𝐦𝐚𝐫𝐠𝐞 𝐛𝐫𝐢𝐮𝐭𝐞 𝐝′ 𝐞𝐱𝐩𝐥𝐨𝐢𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 =
𝐂𝐀𝐇𝐓
Cette marge est généralement élevée dans les secteurs très capitalistiques
(investissements lourds, notamment dans l’industrie). Toute diminution de la MBE
signifierait que la rentabilité a également diminuée. Toute baisse importante traduit en
effet une dégradation possible de la situation financière de l’entreprise.

3. Le ratio de marge nette (MN)


Ce ratio, utilisé surtout dans les comparaisons interentreprises, permet d’apprécier le
niveau de résultat dans l’activité de l’entreprise (la part de richesse créée qui revient à
l’entreprise).
𝐑é𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭 𝐧𝐞𝐭
𝐑𝐚𝐭𝐢𝐨 𝐝𝐞 𝐦𝐚𝐫𝐠𝐞 𝐧𝐞𝐭𝐭𝐞 =
𝐂𝐀𝐇𝐓
Ce ratio a une relation de cause à effet avec les prix et les coûts. En effet, si dans le
secteur les prix baissent (sous l’effet de la conjoncture ou de stratégie concurrentielles), la
marge nette doit être suffisante pour permettre à l’entreprise de baisser ses prix tout en
maintenant un certain niveau de résultat positif au moins égal au coût moyen du capital
(rémunération des actionnaires et des créanciers). La marge nette est également un
indicateur de sécurité pour l’entreprise au sens où elle lui permet de faire face à des
conjonctures défavorables.
Il existe une autre variante de ce ratio qui permet d’éliminer l’incidence des charges et des
produits exceptionnels. On remplace dans cette variante le résultat net par le résultat
courant avant impôt (RCAI).

B. LA RENTABILITE ECONOMIQUE (Re)


La rentabilité économique (Re) est le rapport entre le résultat économique de l’entreprise
et l’ensemble des moyens économiques mis en œuvre pour obtenir ce résultat.
𝐑é𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭 é𝐜𝐨𝐧𝐨𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞
𝐑𝐞 =
𝐌𝐨𝐲𝐞𝐧𝐬
Le résultat économique est souvent représenté par le résultat d’exploitation (Re nette).
Mais il peut être aussi représenté par l’EBE (Re Brute). En ce qui concerne les moyens
mis en œuvre, la mesure retenue est généralement l’Actif économique de l’entreprise. Il
arrive aussi qu’on utilise l’actif total.
L’actif économique correspond à l’actif stable de l’entreprise c’est-à-dire aux emplois
stables.
Les emplois stables représentent également les capitaux investis par l’entreprise c’est-à-
dire les ressources stables ou permanentes.
Actif économique ou capital investi = Actif immobilisé + BFE ou = Ressources Permanentes
69
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
𝐑é𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭 é𝐜𝐨𝐧𝐨𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐑é𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭 𝐝′𝐞𝐱𝐩𝐥𝐨𝐢𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐑é𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭 𝐝′𝐞𝐱𝐩𝐥𝐨𝐢𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧
𝐑𝐞 = = =
𝐀𝐜𝐭𝐢𝐟 é𝐜𝐨𝐧𝐨𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐀𝐜𝐭𝐢𝐟 𝐢𝐦𝐦𝐨𝐛𝐢𝐥𝐢𝐬é + 𝐁𝐅𝐄 𝐑𝐞𝐬𝐬𝐨𝐮𝐫𝐜𝐞𝐬 𝐩𝐞𝐫𝐦𝐚𝐧𝐞𝐧𝐭𝐞
Ce ratio est aussi appelé rentabilité des investissements. Il permet de répondre à la
question suivante : « Si l’entreprise investit 100F, combien cela lui rapporte-t-il ? ».
La rentabilité économique est un indicateur synthétique qui exprime l’efficience du
processus d’exploitation. Aussi est-il nécessaire de la raccorder à d’autres indicateurs de
mesure et de suivi des résultats, et notamment à la marge (rapport du profit au chiffre
d’affaires).

1. Relation entre la rentabilité économique, la marge d’exploitation et


la rotation de l’actif
La décomposition du ratio de rentabilité économique permet d’expliquer ses portées
opérationnelles.
Soient : RE = résultat d’exploitation ; AE = actif économique ; CA = chiffre d’affaires HT
𝐑𝐄 𝐑𝐄 𝐂𝐀
𝐑𝐞 = = 𝐗
𝐀𝐄 𝐂𝐀 𝐀𝐄
𝑹𝑬
= Ratio de marge nette. Il mesure l’aptitude de l’entreprise à générer un résultat positif.
𝑪𝑨
𝑪𝑨
= Ratio de rotation des actifs par rapport au chiffre d’affaires.
𝑨𝑬

La rentabilité économique dépend de la politique de prix (marge faible ou marge forte) et


de la productivité des investissements.

2. Décomposition de la rentabilité économique selon la pyramide du


PONT NEMOURS
Du Pont Nemours (Etats-Unis 1920) a introduit en effet un système dans lequel ils
démontrent des relations de causalité entre la rentabilité des capitaux investis, la marge
nette et la rotation des actifs comme s’est décomposé ci-dessus.
Pyramide des ratios Du Pont Nemours

Chiffre
Marge sur
d’affaires
Coût variable
Résultat Coût variable
Ratio
D’exploitation -
Charges
de marge fixes
nette Chiffre
Prix
D’affaires
Rentabilité
X
économique
Chiffre
D’affaires Volume
Ratio de
Rotation des Besoins de Stocks
Financement Créances
actifs
Actif
économique +
Immobilisations

70
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Ce schéma présente l’avantage de fournir une vue globale de l’articulation entre les
diverses variables explicatives de la rentabilité économique.

C. LA RENTABILITE FINANCIERE (Rf)


La rentabilité financière de toute entreprise s’apprécie soit par rapport aux capitaux
propres, soit par rapport aux capitaux permanents.

1. La rentabilité des capitaux propres


La rentabilité des capitaux propres (ou rentabilité financière) permet d’apprécier le
rendement des capitaux apportés par les actionnaires. La rentabilité des capitaux propres
est obtenue à l’aide du ratio suivant :
𝐑é𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭 𝐧𝐞𝐭
𝐑𝐚𝐭𝐢𝐨 𝐝𝐞 𝐫𝐞𝐧𝐭𝐚𝐛𝐢𝐥𝐢𝐭é 𝐝𝐞𝐬 𝐜𝐚𝐩𝐢𝐭𝐚𝐮𝐱 𝐩𝐫𝐨𝐩𝐫𝐞𝐬 (𝐨𝐮 𝐟𝐢𝐧𝐚𝐧𝐜𝐢è𝐫𝐞) =
𝐂𝐚𝐩𝐢𝐭𝐚𝐮𝐱 𝐩𝐫𝐨𝐩𝐫𝐞𝐬
Un taux élevé permet à l’entreprise de financer sa croissance grâce à une forte
mobilisation de capitaux sur le marché financier. Si ce taux est faible et inférieur à celui du
marché financier, l’entreprise aura des difficultés à lever des capitaux sur le marché pour
financer sa croissance (c'est-à-dire son développement).
La rentabilité financière varie selon les secteurs. Dans les secteurs fortement
capitalistiques (l’industrie par exemple), la rentabilité financière est faible au sens où le
poids des amortissements pèse lourdement sur les bénéfices de l’entreprise.
A l’image de la rentabilité économique, on peut aussi décomposer la rentabilité financière.
Soient :
RN = résultat net ; CP = capitaux propres ; D= dettes financières ; AE = actif économique ;
CA = chiffre d’affaires.
𝑅𝑁 𝐶𝐴
𝑅𝑎𝑡𝑖𝑜 𝑑𝑒 𝑟𝑒𝑛𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑡é 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑎𝑝𝑖𝑡𝑎𝑢𝑥 𝑝𝑟𝑜𝑝𝑟𝑒𝑠 = 𝑋
𝐶𝐴 𝐶𝑃

2. Effet de levier financier


La relation entre le rentabilité économique (Re), le coût de la dette (i) et la rentabilité
financière (Rf) peut être formalisée comme suit:
Soit:
FF = Frais financier
D = Dettes financières
t = Taux d’impôt sur les bénéfices
On a
i = coût de la dette (taux d’intérêt)
𝑅𝐸 𝐹𝐹
On a: 𝑅𝑒 = 𝐴𝐸; 𝑖 = ce qui implique que FF = i*D
𝐷
𝑅𝑁 = (𝑅𝐸 − 𝐹𝐹)(1 − 𝑡) = (𝑅𝐸 − 𝐷 ∗ 𝑖)
En remplaçant RN par sa formule on obtient Rf égal :
(𝑅𝐸 − 𝐷 ∗ 𝑖)
𝑅𝑓 =
𝐶𝑃

71
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Sachant que AE = D + CP
𝑅𝐸
𝑅𝑒 = ⟹ 𝑅𝐸 = 𝑅𝑒 (𝐷 + 𝐶𝑃)
𝐴𝐸
[(𝑅𝑒 (𝐷+𝐶𝑃)−𝐷∗𝑖)](1−𝑡)
On en déduit : 𝑅𝑓 = 𝐶𝑃

𝑫
𝑹𝒇 = [𝑹𝒆 + (𝑹𝒆 − 𝒊) ](𝟏 − 𝒕)
𝑪𝑷

En conclusion, on constate donc que la rentabilité financière de l’entreprise est fonction


d’une part de la rentabilité économique et d’autre et part, du niveau d’endettement.
L’endettement de l’entreprise exerce donc un effet sur la rentabilité financière. C’est ce
qu’on appelle effet de levier.
L’effet de levier financier désigne l’incidence qu’exerce l’endettement sur la rentabilité
financière de l’entreprise. Cet effet ne dépend que de la structure financière de l’entreprise
et est indépendant du risque économique.
Dans cette relation :
𝑫
- Le terme s’appelle le «le levier financier ou bras du levier» et représente la
𝑪𝑷
structure financière de l’entreprise
- le terme (𝑹𝒆 − 𝒊) représente le levier proprement dit.
L’influence de l’endettement sur la rentabilité financière dépend de ce second terme.
Le sens de l’effet de levier dépend du signe de la différence entre la rentabilité
économique et le taux d’intérêt des emprunts(𝑅𝑒 − 𝑖). En l’absence d’endettement, la
rentabilité financière est égale à la rentabilité économique nette d’impôt. De façon
générale, trois cas de figures peuvent se présenter :
1er Cas : (𝑹𝒆 = 𝒊) ⇒ L’endettement est sans influence sur la rentabilité financière. L’effet
de levier ne joue pas. La rentabilité financière est égale à la rentabilité économique nette
d’impôt positif. 𝑹𝒇 = 𝑹𝒆 (𝟏 − 𝒕)
2ème Cas : (𝑹𝒆 > 𝑖) ⇒ l’augmentation de l’endettement accroît la rentabilité financière :
effet de levier positif ou effet de levier.
3ème Cas : (𝑹𝒆 < 𝑖) ⇒ l’augmentation de l’endettement diminue la rentabilité financière :
effet de levier négatif ou effet de massue.
Exemple
Pour l’illustrer, considérons deux entreprises A et B qui ont le même montant de
ressources permanentes (100 000). Considérons que :
L’entreprise B a un financement mixte : capitaux propres = 60 000 ; dettes = 40 000
Supposons que B décide d’augmenter son endettement de 15 000 et de diminuer ses
capitaux propres du même montant. Sa structure financière deviendra : capitaux propres =
45 000 ; dettes = 55 000.
Le taux d’intérêt est fixé à 10% (Hypothèse n°1) et à 20% (Hypothèse n°2).
Le taux de l’impôt sur les sociétés (IS) est de 20%.
Enfin, le résultat d’exploitation est le même pour les deux entreprises et est de 15 000.
72
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
D. La rentabilité des capitaux permanents (Rcper)
Ce ratio donne des indications sur la rentabilité des capitaux longs (capitaux propres et
dettes à long terme) engagés dans l’entreprises. Il se calcul comme suit:

𝑹é𝒔𝒖𝒍𝒕𝒂𝒕 𝒏𝒆𝒕 + 𝑰𝒏𝒕é𝒓ê𝒕𝒔 𝒅𝒆𝒔 𝒆𝒎𝒑𝒓𝒖𝒏𝒕𝒔 à 𝑳𝑻


𝑹𝒄𝒑𝒆𝒓 =
𝑪𝒂𝒑𝒊𝒕𝒂𝒖𝒙 𝒑𝒆𝒓𝒎𝒂𝒏𝒆𝒏𝒕𝒔

On ajoute au résultat net les intérêts pour cerner en fait le rémunération potentielle des
apporteurs de capitaux.

73
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

Chapite VIII ANALYSE DES RISQUES


D’une manière générale, on appelle risque la possibilité que survienne un fait
préjudiciable.
L’entreprise affronte des risques multiples. A travers ce chapitre nous examinerons le
risque d’exploitation (ou risque économique), le risque financier et le risque de défaillance
(ou risque de faillite).

I. LE RISQUE D’EXPLOITATION OU RISQUE ECONOMIQUE

Le CAHT d’une entreprise ne peut être totalement maîtrisé. Il est lié à l’évolution de
l’environnement et à la qualité de la gestion. Il est donc sujet à des variations aléatoires
qui se répercutent mécaniquement sur le résultat d’exploitation, la rentabilité économique,
la rentabilité financière…

A. Définition
On appelle risque d’exploitation (ou risque économique) les variations aléatoires du CAHT
qui affectent les prévisions relatives aux différents critères de gestion (résultat
d’exploitation, rentabilité économique, rentabilité financière…).

B. Evaluation du risque ‘exploitation

1. Evaluation par la dispersion du résultat d’exploitation


Nous rappelons que plus la dispersion du résultat procuré par une activité est grande, plus
grand est le risque associé à cette activité. La mesure classique de la dispersion est l’écart
type (σ).
Exemple
Le CAHT, X, réalisé par une entreprise est caractérisé par : E (X) = 1 000, σx= 200. Les
charges variables représentent 70% du CAHT et les charges fixes d’exploitation s’élèvent
à 250.
Déterminez l’écart type du résultat d’exploitation.
Solution
CAHT X
Charges variables 0,7 X
Charges fixes 250
Résultat d’exploitation (RE) 0,3x-250

V (RE) = 0,32 V(X) σRE = 60


et σRE = 0,3x200 = 60
Interprétation du résultat
Dans l’hypothèse où le CAHT suit une loi normale, σRE = 60 signifie qu’il y’a 68% de
chances que le résultat d’exploitation soit compris entre :
E(RE)-60 et E(RE) +60
74
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
et 95% de chances qu’il soit compris entre :
E (RE)-2x60 et E(RE) +2x60
En l’occurrence, E(ER) = 0,3 E (X) – 250 = 0,3 x 1 000 – 250 = 50
On a donc :

𝑃(−10 < 𝑅𝐸 < 110) = 68%


𝑃(−70 < 𝑅𝐸 < 170) = 95%
Généralisation
La généralisation de l’exemple précédent donne :
Marge sur coûts variables αX
Charges fixes d’exploitation CFe
Résultat d’exploitation (RE) αX - CFe
D’où V(RE) = α2V(X)
Et

σRE = α*σx
La dispersion du résultat d’exploitation est d’autant plus grande que le taux de marge sur coût
variables est grand.

2. Evaluation par la dispersion de la rentabilité économique (Re)


La rentabilité économique (Re) est donnée par le rapport :
Résultat d’exploitation

𝑅𝐸
Re =
𝐶𝑃 + 𝐷

Capitaux propres Dette

1
Soit ∶ 𝑅𝑒 = 𝑅𝐸
𝐶𝑃 + 𝐷
1
D’où : 𝑉(𝑅𝑒 ) = 𝐶𝑃+𝐷 𝑉(𝑅𝐸) et

𝟏
𝛔𝐑𝐞 = 𝝈
𝑪𝑷 + 𝑫 𝑹𝑬
Exemple
Soit une entreprise dont le CAHT est une variable aléatoire X obéissant à la loi N (1 200, 400) ;
- Le taux de marge sur coût variables est de 0,3 ;
- Les charges fixes d’exploitation s’élèvent à 150 ;
- CP + D = 1 000 (égal, par hypothèse, à l’actif économique).
Calculez l’écart type du taux de rentabilité économique.
Solution
Marge sur coût variables (MCV) 0,3X
Charges fixes d’exploitation 150
Résultat d’exploitation (RE) 0,3X-150
σRE = 0,3σX = 0,3 x 400 = 120
75
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
RE
te = d’où
K+D σte = 0,12
1 1
σte = σRE = x 120 = 0,12
K+D 1000

INTERPRETATION DU RESULTAT
On a :
1 1
E(Re)= E (RE) = 0,3 x E (X) – 150 = 0,12
K+D 1000
σRe = 0,12 P (0,21 – 0,12 < Re < 0,21 + 0,12) P (0,09 < Re < 0,33) = 68%
etc.

3. Evaluation par le levier d’exploitation (ou levier opérationnel)


Définition
Le levier d’exploitation (LE) exprime la sensibilité du résultat d’exploitation (RE) aux
variations du CAHT.
Plus le levier d’exploitation est élevé plus le risque est grand.
En effet, un levier élevé signifie qu’une variation donné du CAHT, exprimée en valeur
relative induit une variation beaucoup plus forte du résultat d’exploitation (exprimée
toujours en valeur relative).
Par exemple, si le levier est de 3 et si le CAHT varie de 10%, le résultat d’exploitation
variera de 10x3 = 30%
Calcul du levier d’exploitation (LE)
 A partir des variations du résultat d’exploitation (RE) et des variations du
CAHT (∆𝑪𝑨𝑯𝑻)
∆𝑅𝐸⁄
𝑅𝐸
𝐿𝐸 = ∆𝐶𝐴𝐻𝑇 (1)
⁄𝐶𝐴𝐻𝑇

C’est la relation qui correspond strictement à la définition puisqu’il s’agit de la formule de


l’élasticité du RE par rapport au CAHT.
Remarque
Le levier d’exploitation est indépendant de la fiscalité. Par conséquent le résultat
d’exploitation peut être pris indifféremment, avant ou après impôt.

 A parti de la marge sur coût variables et (MCV) et du résultat d’exploitation


(RE)
α étant le taux de marge sur coût variables et CFe les charges fixes d’exploitation, on a :
RE = α x CAHT – CFe
∆RE = α x ∆CAHT
∝∆𝐶𝐴𝐻𝑇 𝐶𝐴𝐻𝑇 ∝𝐶𝐴𝐻𝑇 𝑀𝐶𝑉
La relation (1) s’écrit : 𝐿𝐸 = × ∆𝐶𝐴𝐻𝑇 = =
𝑅𝐸 𝑅𝐸 𝑅𝐸

𝑴𝑪𝑽
𝑳𝑬 = (2)
𝑹𝑬
76
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
 A partir du CAHT et du seuil de rentabilité d’exploitation
La relation (2) peut être transformée comme suit :
∝ 𝐶𝐴𝐻𝑇 𝐶𝐴𝐻𝑇 𝐶𝐴𝐻𝑇
𝐿𝐸 = = =
∝ 𝐶𝐴𝐻𝑇 − 𝐶𝐹𝑒 𝐶𝐴𝐻𝑇 − 𝐶𝐹𝑒 𝐶𝐴𝐻𝑇 − 𝑆𝑅(𝑑 ′ 𝑒𝑥𝑝𝑙𝑜𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛)

𝑪𝑨𝑯𝑻
𝑳𝑬 =
𝑪𝑨𝑯𝑻 − 𝑺𝑹(𝒅′ 𝒆𝒙𝒑𝒍𝒐𝒊𝒕𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏)
On en déduit que :
Le risque d’exploitation est d’autant plus grand que le CAHT est voisin du seuil de
rentabilité.
Exemple
Seuil de rentabilité d’exploitation 700
CAHT réalisé 800 1 000 1 200 1 400
LE 8 3,33 2,4 2

Remarque
Pour retrouve le levier d’exploitation, il faut déterminer le seuil de rentabilité en ne tenant
compte que des seules charges d’exploitation. La cohérence du calcul exige donc de ne
pas considérer dans les charges fixes les charges financières.

II. LE RISQUE FINANCIER

A. Définition
On appelle risque financier l’accroissement du risque d’exploitation dû à l’endettement de
l’entreprise.

B. Evaluation du risque financier


Le risque financier est essentiellement évalué au niveau de la rentabilité des capitaux
propres (rentabilité financières).
Cette évaluation peut prendre deux formes :

1. Analyse de la variation de la rentabilité financière induit par une


variation de la rentabilité économique
Pour procéder à cette évaluation nous utilisons les enseignements obtenus dans l’étude
de l’effet de levier.
Cette étude nous a permis de trouver une relation entre la rentabilité financière (R f) et la
rentabilité économique (Re) :
- Si l’entreprise n’est pas endettée, la relation est :
𝑹𝒇 = (𝟏 − 𝒕)𝑹𝒆 (1)
- Si l’entreprise est endettée, on a alors :
𝑫 𝑫
𝑹𝒇 = [𝑹𝒆 + (𝑹𝒆 − 𝒊) ] (𝟏 − 𝒕) = (𝟏 − 𝒕)𝑹𝒆 + (𝟏 − 𝒕) (𝑹 − 𝒊)
𝑪𝑷 𝑪𝑷 𝒆
Ce qui peut aussi s’écrire :
𝐷 𝐷
𝑅𝑓 = (1 − 𝑡) (1 + ) 𝑅𝑒 − (1 − 𝑡) 𝑖 (2)
𝐶𝑃 𝐶𝑃
77
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
Evaluation maintenant la variation ∆Rf de Rf induit par une variation ∆Re de Re :
 Cas de l’entreprise non endettée
D’après la relation (1), on a :
𝑅𝑓 + ∆𝑅𝑓 = (1 − 𝑡)(𝑅𝑒 + ∆𝑅𝑒 ) = (1 − 𝑡)𝑅𝑒 + (1 − 𝑡)∆𝑅𝑒 d’où ∆𝑹𝒇 = (𝟏 − 𝒕)∆𝑹𝒆
 Cas de l’entreprise endettée
On utilise la relation (2)
𝐷 𝐷
𝑅𝑓 + ∆𝑅𝑓 = (1 − 𝑡) (1 + ) (𝑅𝑒 + ∆𝑅𝑒 ) − (1 − 𝑡) 𝑖
𝐶𝑃 𝐶𝑃
𝐷 𝐷 𝐷
= (1 − 𝑡) (1 + ) 𝑅𝑒 − (1 − 𝑡) 𝑖 + (1 − 𝑡)(1 + )∆𝑅𝑒
𝐶𝑃 𝐶𝑃 𝐶𝑃
D’où :
𝑫
∆𝑹𝒇 = (𝟏 − 𝒕)(𝟏 + )∆𝑹𝒆
𝑪𝑷
Ce qui s’écrit aussi :
𝑫
∆𝑹𝒇 = (𝟏 − 𝒕)∆𝑹𝒆 + (𝟏 − 𝒕) 𝑪𝑷 ∆𝑹𝒆

Variation de Rf Variation de Rf liée à


Variation
indépendante de l’endettement
globale de Rf l’endettement (risque financier)
(risque d’exploitation)

Ainsi, l’effet de l’endettement sur la variation de la rentabilité financière a été isolé et l’on
voit que cet effet est d’autant plus grand que l’endettement est plus important.
Exemple
Variation de Rf en fonction de pour ∆Re = -10% et t = 1/3
D/CP 0 1 1,5
Chute de Rf indépendant de - 6,67% - 6,67% - 6,67%
l’endettement : 2/3 Re
Chute de Rf liée à l’endettement : - 0 - 6,67% - 10%
2/3 x 10% x (D/CP)
Chute total de tf - 6,67% - 13,3% - 16,67%

Remarque
Le phénomène joue aussi en sens inverse : si Re augmente, l’endettement amplifie
l’augmentation correspondante de Rf.

2. Mesure de la dispersion de Rf
A partir de la formule de l’effet de levier :
𝐷 𝐷
𝑅𝑓 = (1 − 𝑡) (1 + ) 𝑅𝑒 − (1 − 𝑡) 𝑖
𝐶𝑃 𝐶𝑃
on peut écrire :
𝑫
𝑹𝒇 = (𝟏 − 𝒕) (𝟏 + )𝝈
𝑪𝑷 𝑹𝒆
Cette relation montre que l’endettement de l’entreprise accroît la dispersion de la
rentabilité des capitaux propres. Elle peut aussi s’écrire :
78
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE

𝑫
∆𝑹𝒇 = (𝟏 − 𝒕)𝝈𝑹𝒆 + (𝟏 − 𝒕) 𝝈
𝑪𝑷 𝑹𝒆

Variation Variation de Rf Variation de Rf liée à


globale de Rf indépendante de l’endettement
l’endettement (risque financier)
(risque d’exploitation)

Exemple
𝐷
Variation de 𝜎𝑅𝑓 en fonction de 𝐶𝑃
Hypothèses : t = 33 1/3% et = 𝜎𝑅𝑒 = 8%
D/CP 0 1 1,5
Dispersion indépendant de 5,33% 5,33% 5,33%
l’endettement : 2/3 x 8%
Dispersion due à l’endettement : 0 5,33% 8%
2/3 x D/CP x 8%
Dispersion total 5,33% 10,66% 13,33%
Le risque supporté par les associés croît avec l’endettement de l’entreprise.
1. Schéma récapitulatif

Entreprise
Variation du CAHT Risque d’exploitation
non endettée

Risque
Risque d’exploitation
Entreprise
+
endettée Risque financier

Exemple
Soit le compte de résultat prévisionnel suivant (exercice N) :
Achats………………………………… 200 CAHT…………………. 700
Autres achat et charges externes… 80
Charges de personnel…………… 260
Dotations………………………………… 80
Charges d’intérêts………….. 32
Impôt/bénéfices…………………… 16
Résultat…………………………….. 32
Total 700 Total 700

On sait d’autre part que :


- Le CAHT suit une loi N (700, 120)
- Les charges de personnel sont fixes et relatives à l’exploitation
- CP + D = 400 + 400 = 800
Calculer :
1) Le risque d’exploitation par la méthode du levier opérationnel (ou levier
d’exploitation) (on prendra ∆CAHT = -10%),
2) Le risque financier selon la méthode de la variation de la rentabilité financière induite
par une variation de la rentabilité économique.
79
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
III.LE RISQUE DE FAILLITE OU RISQUE DE DEFAILLANCE

A. Définition
Il s’agit du risque de non-remboursement des dettes financières.
Un niveau de risque jugé excessif conduira les créanciers à refuser de nouveaux crédits, à
en limiter le montant ou à exiger une rémunération et des garanties plus importantes.
Il existe plusieurs méthodes pour appréhender le risque de faillite relatif à une entreprise.

B. Evaluation du risque de faillite

1. L’analyse patrimoniale
a) Principe
Elle est développée à partir du bilan financier (ou patrimonial). Ce dernier est obtenu à
partir du bilan comptable après certaines corrections. Il se présente sous la forme
(simplifiée) suivante :
Actif Passif
Actif réel à plus d’1 an Actif net (comptable ou corrige)
ou Capitaux propres
Endettement à plus d’1 an
Actif réel à moins d’1 an
Endettement à moins d’1 an
L’approche patrimoniale consiste à se placer dans l’hypothèse d’une liquidation de
l’entreprise. Les postes de l’actif (immobilisations, stocks, VMP, etc) évalués à leur valeur
réelle (ou vénale) sont classés en fonction de leur liquidité, les postes du passif étant
classés en fonction de leur exigibilité.
L’actif net (excédent de l’actif total par rapport à l’endettement) revient aux associés ou
actionnaires de l’entreprise.

b) Evaluation du risque de faillite


La valeur réelle des actifs doit être supérieure au total de l’endettement et dégager un
ratio : actif net/passif >20%.
Les ratios de liquidité (générale, réduite et immédiate) doivent présenter des niveaux
satisfaisants.
L’analyse patrimoniale présente de nombreuses limites (difficulté d’obtention des
informations nécessaires, caractère statique, etc) et tend à laisser la place à d’autres
types d’analyse, comme celles qui sont décrites ci-après.

2. La méthode des scores


La méthode des scores consiste à combiner un certain nombre de ratios significatifs, en
vue d’obtenir un résultat (score) prédictif de la vulnérabilité é de l’entreprise.
Exemple :

80
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha
COURS DE DIAGNOSTIC ET ANALYSE FINANCIERE
En 1983, la Banque de France a mis au point une fonction faisant intervenir huit ratios et
permettant de calculer un score dit « score Z ». Par la suite ce score à été remplacé par le
score BDFI.
Le score BDFI est le résultat de la combinaison de sept ratios et se présente comme suit :
S = α1R1 + α2R2 + … + α7R7 + β.
Où α1, α2,…, sont les coefficients et β la constante.
Il est applicable aux sociétés de l’industrie.
Ratios Thèmes du score BDFI
R1 Rentabilité 1
R2 Rentabilité2
R3 Importance des dettes fiscales et sociales
R4 Délai crédit fournisseur
R5 Importance de l’endettement financier
R6 Structure de l’endettement financier
R7 Coût de l’endettement financier

Il n’est pas possible de donner plus de précisions sur ces ratios en raison du secret qui
entoure la formule.

3. La notation (ou rating)


La notation constitue l’un des instruments d’appréciation du risque de défaillance des
entreprises.
Il est difficile et coûteux pour les investisseurs d’évaluer eux-mêmes le risque de défaut de
chaque emprunteur. Pour réduire le coût de cette collecte d’informations et améliorer
l’évaluation du risque, il existe des entreprises spécialisées dans cette évaluation du
risque de défaut : les agences de notation (ou agence rating). Cette information est
communiquée au marché sous forme de note. Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch sont
les trois principales agences de notation au niveau mondial.

81
Chargé de cours : BAGA D. Moustapha