Vous êtes sur la page 1sur 115

SCIENCES HUMAINES

HumaineS
Humaines
SciencesScienceS

HORS-SÉRIE

Les grands
Toqueville S P É C I A L N °2 0
les grands penseurs des sciences humaines - 50 auteurs clés

Michelet
Darwin

penseurs des
Marx
FreuD
DurkheiM
SauSSure
sciences humaines
50 auteurs
Piaget
KeyneS

clés
SchuMPeter
arenDT
BourDieu
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

FoucaulT
lévy-StrauSS
ScienceS humaineS numéro Spécial

BrauDel
choMSky
Morin
...
M 06047 - 20H - F: 8,50 E - RD

3’:HIKQKE=\U]ZU]:?k@a@m@a@f";
www.scienceshumaines.com / HORS-SÉRie SPÉciaL n° 20 - juin - juiLLeT 2015 - 8,50 e
BEL/LUX 9,35 e - SUISSE 16,10 CHF - CANADA 15 $CAN - ESP - GR - ITA - ALL - PORT (CONT) 9,90 e - DOM / S 9,40 - TOM/S 1350 F/CFP - ISBN : 978 2 36106 398 6
É ditor ial

Les sciences
humaines :
50 auteurs, 50 œuvres
Les sciences humaines sont les plus jeunes d’entre toutes

les sciences : elles n’ont que deux siècles, durant lesquels la

recherche des faits, l’observation directe, l’expérience et le


laboratoire deviennent leur marque de fabrique et les sciences

naturelles, leur boussole. Mais leur divorce d’avec la philosophie

ne les dispense pas de recouper sa route chaque fois que l’esprit

de science se heurte à la complexité du fait humain.

Le 19e siècle est celui de l’histoire et de l’évolution. Au tournant

du 20e siècle, les disciplines s’affirment : sociologie, linguistique,

psychologie, économie, anthropologie connaissent leur âge

« classique ». Le 20e siècle est celui des écoles, des courants

et des grands récits : positivisme, béhaviorisme, libéralisme,

marxisme, structuralisme, néoévolutionnisme, cognitivisme… Ils


Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

rivalisent souvent et se succèdent sur le devant de la scène, avant

de laisser la place à un grand doute : et si le progrès du savoir

sur l’homme n’était au fond qu’illusion ? à cette autocritique

les sciences humaines se sont montrées résilientes, et ont

résisté par la spécialisation. Mais tous les chercheurs ne s’y

sont pas résignés et l’ambition d’une nouvelle synthèse est

toujours présente.

Sciences Humaines a réuni pour vous dans ces pages

50 auteurs et 50 grandes œuvres qui ont jalonné cette aventure,

dont il est clair que la fin n’est pas près d’être atteinte. l

Nicolas JourNet
SCIENCES HUMAINES
38, rue Rantheaume, BP 256
89004 Auxerre Cedex
Télécopieur : 03 86 52 53 26
www.scienceshumaines.com

DIRECTEUR DE PUBLICATION
sommaire
Jean-François Dortier

Deux siècles de
SERVICE CLIENTS
VENTES ET ABONNEMENTS
03 86 72 07 00
Estelle Dieux - Magaly El Mehdi -
Mélina El Mehdi - Sylvie Rilliot
RÉDACTION
RÉDACTRICE EN CHEF
Héloïse Lhérété - 03 86 72 17 20

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT


Christophe Rymarski - 03 86 72 07 10

CONSEILLÈRE DE LA RÉDACTION
30 John Broadus Watson
Martine Fournier - 03 86 72 07 16 Une science
RÉDACTEURS du comportement
Julia Bihl - 03 86 72 07 05
Nicolas Journet - 03 86 72 07 03 32 Ludwig Wittgenstein
(chef de rubrique Lire)
Jean-François Marmion - 03 86 72 07 09 La voie du langage
Maud Navarre - 03 86 72 07 16
Chloé Rébillard -
34 Marcel Mauss
Laurent Testot - 03 86 72 17 31
Louisa Yousfi - 03 86 72 03 05
La force du don
CORRESPONDANTE SCIENTIFIQUE 36 Vere Gordon Childe
Martha Zuber La révolution néolithique
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION
ET RÉVISION 38 Carl Schmitt
Renaud Beauval - 03 86 72 17 27
Le droit du plus fort
iStock/Getty

Brigitte Ourlin

DIRECTION ARTISTIQUE 40 Karl Popper


Brigitte Devaux - 03 86 72 07 05
Qu’est-ce que la science ?
ICONOGRAPHIE
Laure Teisseyre - 03 86 72 07 12 42 Lev Vygotski
La pensée,
6 Adam Smith
DOCUMENTATION
Alexandre Lepême - 03 86 72 17 23
le langage et l’enfant
SITE INTERNET De la morale à l’économie
Éditorial : Héloïse Lhérété
heloise.lherete@scienceshumaines.com 8 Jules Michelet
Clément Quintard
clement.quintard@scienceshumaines.com L’invention de l’histoire
Webmestre : Steve Chevillard nationale

y
steve.chevillard@scienceshumaines.com

k/Gett
MARKETING - COMMUNICATION 10 Alexis de Tocqueville

iStoc
DIRECTRICE COMMERCIALE ET
MARKETING
Concilier égalité et liberté
Nadia Latreche - 03 86 72 07 08
PROMOTION - DIFFUSION
12 Charles Darwin
De l’animal à l’homme
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Patricia Ballon - 03 86 72 17 28

PUBLICITÉ
L’Autre Régie 28, rue du Sentier - 75002 Paris
14 Karl Marx
Tél. : 01 44 88 28 90 Le philosophe malgré lui
DIFFUSION
16 Charles Sanders Peirce 44 Margaret Mead
• En kiosque : Presstalis
Contact diffuseurs : À juste titres Le triangle sémiotique Le poids de la culture
Benjamin Boutonnet - 04 88 15 12 40
• En librairie : Pollen/Dif’pop - 01 40 24 21 31 18 Émile Durkheim 46 Jean Piaget
ÉDITIONS SCIENCES HUMAINES Le père de la sociologie Les stades de l’intelligence
Véronique Bedin - 03 86 72 17 34
Patricia Ballon - 03 86 72 17 28 française 48 John Maynard Keynes
SERVICES ADMINISTRATIFS
20 Sigmund Freud L’État au secours de
RESPONSABLE ADMINISTRATIF
ET FINANCIER La psychanalyse : origine, l’économie
Annick Total - 03 86 72 17 21
théorie, pratique 50 Norbert Elias
COMPTABILITÉ
Jocelyne Scotti - 03 86 72 07 02 22 MaxWeber La civilisation par les mœurs
Sandra Millet - 03 86 72 17 38
Une méthode compréhensive 52 Friedrich Hayek
FABRICATION - PHOTOGRAVURE -
PRÉPRESSE 26 William James Le renouveau libéral
Natacha Reverre - sh.reverre@wanadoo.fr

IMPRESSION
La psychologie en Amérique 54 Kurt Lewin
imprimerie SIEP à Bois le Roi
28 Ferdinand de Saussure La dynamique de groupe
CONCEPTION GRAPHIQUE ET
CONCEPTION DE LA COUVERTURE
Le tournant de la linguistique 56 Fernand Braudel
Isabelle Mouton moderne L’histore à grande échelle
Tous les portraits ont été réalisés par Clément Quintard.
Commission paritaire : 0517 K 81596
ISSN : 0996-6994
ISBN : 978 2 36106 398 6
Couverture : L’Archiviste,
François Schuiten © Casterman.
sciences humaines
58 Joseph Aloïs Schumpeter 88 Raymond Boudon
La dynamique du Logiques de l’individu
capitalisme 90 Stanley Milgram
60 Gregory Bateson Tous bourreaux ?
Une écologie de 92 Edward Osborne Wilson
la communication Le social expliqué par
62 Noam Chomsky l’évolution
À la recherche 94 Michel Foucault
d’une grammaire universelle L’histoire au service de
64 Hannah Arendt la philosophie
Penser les maux de 98 Michel Crozier
la modernité La vie des organisations
66 Erving Goffman PhiliPPe Cabin
La dramaturgie de la vie 100 Jürgen Habermas
quotidienne La communication,
68 Herbert A. Simon fondement du social
Catherine halPern
La rationalité limitée
102 Paul Ricœur
70 Claude Lévi-Strauss Expliquer plus pour
Le plus philosophe comprendre mieux
des ethnologues François Dosse
72 Konrad Lorenz 104 Antonio Damasio
Naissance de l’éthologie L’émotion,
74 Pierre Bourdieu moteur de la raison
Le maître à penser Jean-François MarMion
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

76 Paul Lazarsfeld 106 Amartya Sen


L’influence des médias Repenser les inégalités
Jean-François Dortier
78 Jean-Pierre Vernant 108 Edgar Morin
À la recherche de l’homme À l’assaut de la complexité
grec Jean-François Dortier
80 André Leroi-Gourhan
Une anthropologie de
la préhistoire
82 Peter Berger et
Thomas Luckmann
L’homme est une production
sociale
84 Georges Dumézil
La clé des mythes
www.bridgemanart.com

indo-européens
86 John Rawls
En quête d’équité
50 penseurs

Adam Smith (1723-1790)


De la morale à l’économie
Adam Smith est souvent désigné comme le
théoricien du libéralisme, qui incarnerait la foi
dans les vertus du marché. On découvre
aujourd’hui une autre facette de son œuvre :
la philosophie morale.

moraux est perçu comme l’inventeur général. Pour les « mercantilistes »,


de l’économie en tant que science indé- l’accroissement de la richesse natio-
pendante de la philosophie morale et nale passe par l’excédent de la balance
politique. Il en aurait fait une science commerciale et l’accumulation de
positive, neutre, dégagée des interro- métaux précieux. Ils sont donc favo-

E
n 1759 paraît la Théorie des gations morales qui prévalaient aupa- rables au protectionnisme, contre
sentiments moraux, le premier ravant (1). Un pas semble donc franchi lequel Smith s’inscrit. Pour lui, la seule
ouvrage du philosophe écossais avec La Richesse des nations… Com- source de création de richesse est le tra-
Adam Smith. Immédiatement, le livre ment Smith, philosophe et moraliste vail. Accroître la richesse suppose ainsi
connaît un succès international. Son de formation, est-il devenu le père de la en premier lieu d’accroître la producti-
objet : définir les principes de la morale, science économique ? vité du travail et/ou la proportion de la
saisir les vertus nécessaires au bon fonc- population occupée à des tâches pro-
Contre les mercantilistes
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

tionnement de la société et comprendre ductives. Au premier rang des moyens


d’où vient le sens moral. Le principe de Pour comprendre, il faut revenir sur la permettant d’accroître la productivité
sympathie est au cœur de la Théorie, trajectoire intellectuelle qui l’a conduit du travail vient la division du travail,
car il permet l’existence du lien social. d’un ouvrage à l’autre. Sa renommée L’enrichissement résulte donc des
Ce n’est pourtant pas cet ouvrage que vaut à Smith d’être choisi comme pré- progrès de la productivité du travail
retiendra la postérité, mais l’Enquête cepteur du jeune duc de Buccleuch. et de la part de la population occu-
sur la nature et les causes de la richesse Il démissionne alors de l’université et pée à des tâches productives. Or, c’est
des nations (1776), considéré par les entreprend de voyager en Europe. Il l’accumulation du capital qui permet
économistes comme l’œuvre fondatrice y rencontre David Hume et Voltaire, d’employer toujours plus de personnes
de leur discipline. Tel est le paradoxe : d’Alembert, d’Holbach, Claude Helvé- à des tâches productives. L’accumu-
l’auteur de la Théorie des sentiments tius, Jacques Necker, André Morellet, lation capitaliste a sa source dans la
Anne Robert Turgot, François Ques- recherche du profit par les marchands.
nay… F. Quesnay (1694-1774), méde- Le désir d’enrichissement d’une classe
Œuvres clés cin à la cour de Louis XV, est le chef de la société, les marchands, devient
de file des « physiocrates », qui font de ainsi compatible avec l’intérêt général.
l Théorie des sentiments l’agriculture la source de la richesse. C’est cette idée qu’illustre « la main
moraux (1759), rééd., 2014. Si Smith n’adhère pas à ce courant invisible (du marché) », mécanisme
l enquête sur la nature et les de pensée, il ne le voit pas non plus par lequel des actes individuels inté-
causes de la richesse des comme un danger très sérieux. Il juge ressés peuvent contribuer à la richesse
nations (1776), rééd. Puf, 1995. en revanche le « système mercantile » collective sans avoir d’intention
comme réellement nuisible à l’intérêt bienveillante.

6 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


adam smith

(1) voir Albert Hirschman, Les Passions et les Intérêts,


L’économiste reste un de la Théorie des sentiments moraux. Puf, 1980, de élie Halévy, La Formation du radicalisme
philosophe Smith n’a sans doute jamais pensé que philosophique, 3 vol., 1901-1904, rééd. Puf, 1995, de
La main invisible est souvent inter- la science économique devait tourner louis Dumont, Homo Aequalis, 2 vol., Gallimard, 1977-
prétée comme étant au fondement du le dos à toute considération morale, ni 1978, qui ont favorisé cette représentation.
(2) Michaël Biziou, Adam Smith et l’origine du libéra-
libéralisme économique : le maximum épargner aux individus le souci d’être
lisme, Puf, 2003.
de liberté accordée aux agents éco- vertueux, et n’a pas affirmé que la main
nomiques, marchands en particulier, invisible était capable à elle seule d’assu-
c’est-à-dire le minimum d’interven- rer l’équilibre et la prospérité générale Article paru dans Sciences Humaines, n° 179, février 2007.

tion de l’État dans l’économie, conduit des sociétés. Le Smith économiste ne


au maximum de bien-être pour tous, doit pas éclipser le philosophe… l
grâce à ce mécanisme qualifié alors Dorothée Picon
de « providentiel ». Mais Smith était-il

n
vraiment ce libéral attaché à défendre
le désir d’enrichissement marchand ?
« Ce n’est pas de la bienveillance du bou- la théorie
cher, du marchand de bière ou du bou-
langer que nous attendons notre dîner, du libre marché
mais bien du soin qu’ils apportent à leurs Porteur d’une double casquette d’économiste
intérêts. » Cette citation de La Richesse et de philosophe politique, Adam smith a
des nations figure dans tous les manuels.

Alexis Corvus/Dreamstime.com
donc laissé un héritage complexe, destiné à
Et la messe semble dite : non seulement être dispersé par la recherche d’une science
Smith ne voit pas d’inconvénients à économique plus autonome, capable de décrire
l’égoïsme, mais il affirme au contraire les mécanismes de la croissance industrielle.
que c’est un principe bienfaisant. On a Plus que par ses idées politiques – qui n’avaient
donc souvent fait de Smith le fondateur encore aucun aperçu sur ce qu’allaient être les
du libéralisme économique et de La démocraties libérales –, sa postérité consiste en
Richesse des nations un plaidoyer en une poignée de notions qui forment le noyau dur
faveur des propriétés autorégulatrices de la théorie économique dite « classique » .
des marchés. Avec Smith, les désirs capi-
talistes de quelques-uns étant favorables
• la « main invisible du marché » n’est qu’une
image, mais elle a fait le tour du monde. elle préfigure, selon George stigler,
à tous, il devenait possible d’étudier les
« le plus important des axiomes » du libéralisme économique, à savoir qu’en
mécanismes marchands en ignorant la
régime de concurrence, le marché – le jeu des acteurs intéressés – est
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

question morale liée à l’enrichissement,


autorégulateur, et tend à l’équilibre. cela ne représente qu’un aspect de la
et de séparer ainsi la science écono-
pensée de smith, mais il sera retenu sans condition par les économistes
mique de la philosophie morale. Cette
libéraux.
vision est aujourd’hui battue en brèche.
les économistes néoclassiques léon Walras, Alfred Marshall, puis Kenneth
Le philosophe Michaël Biziou (2) montre
Arrow et Gérard Debreu élaboreront une théorie (celle de l’« équilibre général »)
que la « main invisible » de Smith ne
qui postule qu’il existe, à l’échelle d’un système économique, un état calculable
prétend pas être l’incarnation de la pro-
des prix tel qu’il assure sa stabilité.
vidence : Smith sait que les comporte-
ments individuels ont des conséquences • la théorie de la valeur travail, qui considère que la valeur d’échange des
qui peuvent aussi bien être bénéfiques biens a son origine dans la quantité de travail consacrée à leur production.
que nuisibles à la société. L’opinion qu’il cette conception prévaudra jusqu’en 1870 chez des penseurs aussi
a des marchands est méfiante, et liée au bien libéraux comme David ricardo, Thomas Malthus et John stuart Mill,
fait que leurs agissements, s’ils ne sont qu’interventionnistes, comme Karl Marx . elle sera reléguée ensuite par la
pas encadrés par l’État, lui semblent théorie de l’utilité marginale de carl Menger et léon Walras, qui attribue la
plutôt nuisibles. Smith croit aussi au rôle formation des prix au seul rapport entre l’offre et la demande.
de vertu dans la régulation sociale, qui • la notion d’avantage absolu, avancée par smith, justifie le développement
n’est pas entièrement assurée par les des échanges commerciaux au long cours : chaque pays trouve son avantage
mécanismes marchands. Cette nouvelle en exportant ce qu’il produit à moindre coût, et en important ce que d’autres
lecture de Smith remet donc en cause la font mieux que lui. ce théorème sera repris et mathématisé par D. ricardo en
présentation habituelle de La Richesse 1817, prenant le nom d’avantage comparatif. l d.p.
des nations, qui ne devrait pas être séparé

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 7


50 penseurs

Jules Michelet (1798-1874)


L’invention de l’histoire nationale
De 1831 à 1867, soit près de quarante années
de travail, Jules Michelet rédige une monumentale
Histoire de France qui marquera les mémoires.
Elle décrit la longue avancée d’un peuple vers
sa liberté et contre la fatalité. Ce faisant, il crée
un genre d’histoire promis à un grand avenir.

depuis toujours pour s’arracher aux aux Archives nationales. En 1834, il est
poids des contraintes naturelles et des promu à la Sorbonne et en 1838, à 40 ans,
croyances fausses. est élu au Collège de France et à l’Acadé-
Vers la même époque, le philosophe mie des sciences morales et politiques.
Victor Cousin, qui avait été son profes- Les premiers volumes de son Histoire

« J’
aperçus la France. Elle avait seur, proposait dans son Cours d’histoire de France nous plongent dans les « âges
des annales et non point de la philosophie (1828) une version sombres » du Moyen Âge. C’est à Miche-
une histoire. » Au soir de simplifiée assez mal digérée de la phi- let que l’on doit l’image noire de cette
sa vie, dans une nouvelle préface à losophie de Georg Hegel. Toute l’his- période, que des médiévistes au siècle
sa monumentale Histoire de France, toire humaine y apparaît comme une suivant s’attacheront à réhabiliter. Pour
Jules Michelet affirme tout simple- marche de la pensée vers la raison uni- lui, c’est le temps des barbares, de la
ment qu’avant lui l’histoire de France verselle. Pour G. Hegel, l’histoire devait misère paysanne, des croisades, des
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

n’existait pas. Elle n’aurait été jusque- conduire vers le savoir, pour Michelet superstitions, des « rois pourris », une
là qu’une succession chronologique vers la liberté. Autre différence : Miche- « mer superbe de sottises ». Mais tout
d’événements. Or, la vraie histoire, selon let goûte assez peu la philosophie ; il n’est pas négatif dans son histoire. Il fait
Michelet, suppose une saisie globale, refuse la vision « pétrifiée » du penseur la part belle au peuple paysan, et même
une vue d’ensemble qui rassemble le allemand, l’histoire guidée par des prin- à la « pucelle de Domrémy ». L’histoire y
passé d’un peuple dans une vaste épo- cipes généraux. Il veut une histoire est vue de « bas en haut ».
pée. Dans son Introduction à l’histoire humaine, où les hommes travaillent, se Arrivé au règne de Louis XI, il inter-
universelle, écrite en 1831, il envisage battent, inventent, voyagent, s’unissent, rompt sa rédaction pour s’atteler à la
toute l’histoire humaine comme un rêvent. Une histoire vivante en somme. rédaction d’une copieuse Histoire de
combat prométhéen pour la liberté : Si l’histoire possède un sens, elle le la Révolution française. Le projet est
c’est celui que les hommes mènent fait comme le cours d’un fleuve. Il y a aussi vaste que le précédent (7 volumes
bien une pente naturelle (la route vers parus entre 1847 et 1853). La Révolution
Œuvres clés la liberté), mais le trajet n’est pas fixé n’y est pas simplement vue comme la
à l’avance. Parfois calme et sinueux, il révolte du peuple et l’abolition de la
l Histoire de France peut devenir torrentiel. monarchie. À travers elle s’est construite
(17 vol.,1831-1867), la nation française. L’unité nationale
reéd. Les Équateurs, 2013-2015. « La France est une religion » y a été célébrée comme une religion
l Histoire de la révolution Son Histoire de France sera la grande nouvelle. « La France est une religion »,
française (7 vol., 1847-1853), œuvre de sa vie. Lorsqu’il entreprend sa écrira curieusement Michelet dans son
reéd. Gallimard, coll. « Folio », 2007. rédaction, en 1831, Michelet a 33 ans. petit livre sur Le Peuple (1846). Que faut-
Il vient d’être nommé chef de section il entendre par là ? Qu’après des siècles

8 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


jules michelet

obscurs pendant lesquels les hommes place à la notion de « civilisation ».


ont été écrasés « sous la roue du char Contemporain de Michelet, il y a
des faux dieux », ils ont retrouvé avec la aussi Augustin Thierry. Karl Marx a
Révolution un nouveau dieu, un nouvel emprunté à ce dernier sa théorie de
espoir, une nouvelle légende. la lutte des classes. En effet, dans ses
En 1855, Michelet reprend le cours de Considérations sur l’histoire de France
sa grande Histoire de France. Le sep- (1840), A. Thierry propose ce schéma
tième volume (l’ensemble en comptera historique. La société française s’est
17) s’ouvre sur la période de la Renais- construite au 5e siècle par la conquête
sance. Michelet n’a pas inventé le mot, et la domination des Francs sur les
mais il lui a donné un sens original. Par Gaulois. Les deux peuples ont fait une

www.bridgemanart.com
contraste avec le Moyen Âge, il célèbre nation, les Francs formant la classe
la Renaissance comme une civilisation des seigneurs et des nobles, les Gaulois
nouvelle, un esprit collectif marqué par celle du peuple. La « lutte des races » est
l’optimisme, la foi en l’homme. Bien devenue une lutte de classes. La Révo-
entendu, la Renaissance n’est pas fran- lution française sera la « revanche des
çaise mais commence en Italie, à Venise, vaincus ». l
Florence, Rome. Michelet le reconnaît, Martine Fournier
mais affirme que c’est en France qu’elle Article publié dans Jean-François Dortier (dir.), Une histoire des sciences
humaines, éd. Sciences Humaines, 2006.
a connu son plein épanouissement et a

n
diffusé dans le monde entier. Michelet
est nationaliste : il n’hésite pas à tirer un
peu l’histoire du côté de son beau pays. Jules Michelet, historien ou mythographe ?
Michelet n’était pas seul Historien consacré, Jules Michelet a plus d’une fois été accusé d’avoir écrit
Dans la préface rédigée en 1869, un « roman national » en lieu et place d’une histoire conforme aux exigences
Michelet se pose donc en véritable scientifiques. Avant d’examiner ces reproches, il est bon de rappeler
inventeur de l’histoire. Il est vrai qu’il que Michelet est responsable d’avoir balisé l’histoire de France avec des
règne alors en maître sur son domaine. événements et des figures inscrites dans la mémoire de chaque écolier :
De son vivant, on parle de lui en disant clovis, François Ier, Henri Iv, louis XIv, Napoléon, et surtout Jeanne d’Arc,
« Michelet », comme on disait « Balzac » campée en héroïne du sentiment national, tous lui doivent beaucoup.
ou « Zola ». Son œuvre monumentale le style lyrique de Michelet a beaucoup fait pour créer leur légende.
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

ne doit pas faire oublier qu’avant lui Mais est-ce au détriment de l’histoire ? si certains, comme l’écrivain sainte-
et à la même époque d’autres histo- Beuve, l’historien louis chevalier et, plus tard, Pierre chaunu, lui ont reproché
riens avaient déjà proposé de l’histoire son manque de rigueur, d’autres, comme François Furet, lui reprochent
une vision nouvelle : une vision moins d’avoir confondu l’histoire avec une « école de morale ». Plus précisément,
romantique, moins poétique, moins il s’est avéré que, malgré son travail sur les archives, Michelet, emporté par
propre à susciter l’émoi national, mais ses convictions, avait pris des libertés avec les faits. Ainsi, le médiéviste
qui mérite justement considération. Pierre riché l’a accusé d’avoir forgé le mythe de la « terreur de l’an mil », qui
Avant Michelet, il y a eu François n’aurait pas existé sous cette forme dramatique. l’historien charles Haskins
Guizot (son aîné à la Sorbonne). lui a reproché d’avoir propagé la légende selon laquelle l’exil des savants de
L’homme politique libéral (« Enrichis- constantinople, lors de sa prise par les Turcs (1453), serait à l’origine de la
sez-vous ! »), le ministre de l’Instruction renaissance en europe. en réalité, c’est à des sources plus anciennes que
publique de 1832 à 1837 (la loi Guizot l’on doit les traductions des Anciens qui feront le bonheur des humanistes.
de 1833 généralise l’enseignement pri- la thèse de Michelet est aujourd’hui abandonnée. Mais n’est-ce pas le destin
maire), le chef d’un gouvernement des historiens que d’être corrigés par leurs successeurs ?
monarchiste renversé en 1848, est aussi Il est clair que le style littéraire et passionné de Michelet ne correspond
l’auteur d’une œuvre importante. Il est plus à la manière moderne d’écrire l’histoire. De ce point de vue, on aime
notamment l’auteur d’une Histoire de ou on n’aime pas, mais lucien Febvre, le fondateur des Annales, lui rendit
la révolution d’Angleterre, d’une Histoire hommage à plusieurs reprises, voyant en lui le créateur d’un genre inédit,
de la civilisation en Europe, et d’une l’histoire nationale. l 
Histoire de la civilisation en France. Sa Nicolas JourNet
vision de l’histoire accorde déjà toute sa

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 9


50 penseurs

Alexis de Tocqueville (1805-1859)


Concilier égalité
et liberté
En se penchant au chevet de la société
américaine, Alexis de Tocqueville entrevoit
l’avenir des démocraties et les dangers qui
les guettent.

D
ans les années 1830, un jeune des conditions est-elle compatible tente de comprendre le phénomène
aristocrate normand, Alexis de avec l’exercice de la liberté ? révolutionnaire et la situation politique
Tocqueville, fait parler de lui. française. Alors qu’aux États-Unis, l’État
Après un séjour aux États-Unis où il est L’exemple de la démocratie est né à partir de communautés libres
parti étudier le système pénitentiaire américaine et indépendantes, en France, il s’est
avec son ami Gustave de Beaumont, C’est en Amérique que Tocqueville imposé par le haut, par la volonté du
il rédige un ouvrage au succès immé- cherche la réponse à cette question. monarque. Cette histoire a laissé un État
diat : De la démocratie en Amérique. Dans son premier volume, il s’inspire centralisé et despotique en héritage à
Alors que la France n’est toujours pas de l’œuvre de Montesquieu et réperto- la Révolution française. Le fédéralisme
parvenue à se doter d’un régime stable rie les lois, les mœurs et la géographie américain, lui, s’est développé sur une
et que la monarchie anglaise perd de qui font la particularité des États-Unis. table rase. Ce parallèle permet à Toc-
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

son attrait, son livre met le doigt sur Puis dans le second, il en extrait une queville de mettre le doigt sur la tension
un dilemme né des révolutions améri- sorte « d’idéal-type » qui lui permet de entre égalité et liberté, et d’avertir ses
caine et française. Tocqueville est parti comparer le système américain avec contemporains des dangers de despo-
d’un constat : l’inexorable égalisation ce qui se passe dans la société et la tisme qui guettent la démocratie minée
des conditions qu’il a vu se développer vie politique françaises. En Amérique, par la recherche de l’égalité.
en Europe appelle selon lui une plus l’égalité ne se limite pas à la sphère Ces réflexions ont fait de Tocque-
grande liberté politique. La démocra- des droits politiques, mais imprègne ville l’un des grands penseurs poli-
tie doit donc remplacer la monarchie. tous les rapports sociaux. Ce n’est pas tiques de son temps. Élu à l’Académie
Mais un problème demeure : l’égalité une égalité économique, mais une française, député, connu pour ses posi-
norme culturelle. La démocratie amé- tions libre-échangistes et abolition-
ricaine est donc pour Tocqueville un nistes, il avait tous les atouts en main
laboratoire. Les institutions améri- pour rester dans l’histoire de la pensée.
Œuvres clés caines semblent cependant difficile- Mais à la fin du 19e siècle, face aux trans-
ment transposables en France. Le coup formations de la société, ainsi qu’à la
l De la démocratie en amérique d’État de Louis Napoléon Bonaparte en perte de crédit du modèle américain
(1835-1840), 2 t., rééd. Flammarion, 1851, après lequel Tocqueville quitte la depuis la guerre de Sécession, il som-
coll. « GF », 2006. vie politique, confirme la difficulté d’y brera dans l’oubli. Il n’est redécouvert
l L’ancien régime et concilier égalité et liberté. Pourquoi ? que dans les années 1960 par Raymond
la révolution (1856), Dans son dernier ouvrage, L’Ancien Aron (Les Étapes de la pensée sociolo-
rééd. Flammarion, coll. « GF », 2006. Régime et la Révolution, qui connut gique, 1967), qui voit en lui un précur-
un accueil mitigé en 1856, Tocqueville seur de la sociologie compréhensive.

10 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


alexis de tocqueville

Un penseur libéral ?
Mais cette réhabilitation n’eut pas
l’heur de plaire à tout le monde, cer-
années 1960 avec le développement de
la classe moyenne et le nivellement des
conditions, signalés par Henri Men-
n contre la
démission du
tains jugeant ses opinions colo- dras. À la différence de Montesquieu,
nialistes comme incompa- il a voulu dire que la démocratie n’était citoyen
tibles avec un libéralisme pas seulement un système politique,
l’enjeu d’une relecture d’Alexis
authentique. C’est d’ailleurs mais aussi un « état social » particulier
de Tocqueville tient à son
aussi pour son libéralisme et qu’il fallait des conditions spéci-
avertissement : selon lui, aucune
que Tocqueville a pu être mal fiques pour que l’égalité sociale aille de
démocratie n’est à l’abri d’un
reçu par de nombreux intel- pair avec la démocratie libérale. l
despotisme « doux et prévoyant ».
lectuels de gauche : R. Aron Solenn Carof
ce dernier surgit lorsque les
ne l’avait-il pas tiré de l’oubli
individus abandonnent leur
pour faire pièce au centralisme
liberté au profit d’une plus
marxiste, à une époque où
grande égalité garantie par un
Jean-Paul Sartre faisait l’éloge
état fort. Tocqueville en avait
du communisme ? Mais ce
vu les premiers signes en
rôle lui convenait-il ? Dans son
observant la société américaine,
Mémoire sur le paupérisme
dont le conformisme des
(1835), Tocqueville critique
opinions le frappait. Plutôt que
effectivement la charité légale
de défendre leurs idées et
et l’État providence. Mais il
leurs droits, les Américains se
cherche aussi d’autres moyens
laissaient porter par leur goût
pour lutter contre la pauvreté
du bien-être privé et laissaient à
et affirme l’utilité de l’État pour
l’état le soin d’encadrer leur vie.
réglementer la classe indus-
Pour Tocqueville, cet abandon
trielle. Certes, Tocqueville a vio-
volontaire devait mener au
lemment critiqué le socialisme
despotisme. Pour conjurer ce
dans son Discours sur le droit
danger, il suggérait de restaurer
au travail (1848). Mais il défend
les corps intermédiaires,
le rôle de l’État et considère la
comme les corporations et les
pauvreté ouvrière comme un
associations, afin de lutter contre
danger pour la démocratie. Ce
la toute-puissance de l’état.
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

qui interdit de le classer parmi


l’avertissement de Tocqueville
les chantres d’un libéralisme
hante toujours les démocraties
radical. Certes, il a soutenu la
modernes, où l’on dénonce la
colonisation de l’Algérie, comme
montée de l’individualisme,
presque tout le monde à l’époque,
de l’abstentionnisme, du
mais il a prôné l’abolition de
matérialisme et du recours
l’esclavage. Il s’est aussi opposé
systématique à l’état.
au racialisme d’Arthur de Gobi-
Tocqueville signale les dangers
neau, qui fut pourtant son ami
de la désaffection politique
et protégé. En outre, sa réflexion
et sociale des citoyens. seul
sur la démocratie est encore
l’exercice de la liberté citoyenne,
d’actualité. Il a su prévoir la
selon lui, peut empêcher la
iStock/Getty

baisse des pratiques religieuses,


démocratie de tomber malade
la massification de l’art et
de ses propres ambitions, tels
la montée de l’indivi-
que la recherche de l’égalité à
dualisme. Beaucoup
tout prix. l s.c.
de ses thèses socio-
logiques se sont
vérifiées
dans les Article paru dans Sciences Humaines, HSS n° 6, octobre-
novembre 2007..

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 11


50 penseurs

Charles Darwin (1809-1882)


De l’animal à l’homme
« Tout dans la nature est le résultat de lois
immuables », écrit Charles Darwin en 1871.
C’est donc à l’une de ces lois, celle de la
sélection sexuelle, que l’homme doit ses
qualités les plus nobles.

L
orsque, douze ans après le suc- treuses pour l’homme de ce principe bandes, et les babouins, qui n’hésitent
cès de L’Origine des espèces, éliminatoire ? Si Darwin avait raison, pas à mettre leur vie en danger pour
Charles Darwin publie un gros les sociétés humaines étaient vouées à sauver leurs congénères, tout indique
traité de plus de six cents pages intitulé n’être, comme l’écrivait Samuel Butler, selon Darwin que l’on trouve, chez les
La Descendance de l’homme (1871), qu’un chaos d’individus en lutte les animaux, des comportements sociaux,
il s’acquitte d’une obligation qu’il a uns contre les autres. Ou bien la sélec- des sentiments et même des formes
longtemps repoussée. On ne déclare tion naturelle serait-elle le lot de toutes d’intelligence qui ne diffèrent de ceux
pas impunément que l’homme des- les espèces vivantes sauf l’humaine ? de l’homme qu’en degré, et non en
cend du singe : encore faut-il montrer La réponse que donne Darwin à ses nature. Par conséquent, les formes
en quoi les lois naturelles de l’évolu- détracteurs peut se résumer en trois de solidarité familiales, tribales, et les
tion s’appliquent non seulement à sa points. Premièrement, l’homme impératifs moraux que l’on observe
physiologie, mais aussi à ses compor- n’échappe pas aux lois naturelles de dans toutes les sociétés humaines n’ont
tements. Or, l’homme est « civilisé » : l’évolution : beaucoup de ses compor- pas besoin qu’on leur trouve une jus-
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

non seulement il n’agit pas exclusive- tements, même les plus conscients, ont tification autre que celle des lois de
ment de manière égoïste, mais il est leur source dans des instincts présents l’évolution : si elles ont rencontré le
« cultivé », c’est-à-dire qu’il porte des chez les animaux. succès, c’est qu’elles présentaient des
jugements moraux, sociaux, esthé- Deuxièmement, parmi les instincts avantages.
tiques, et enfin il exerce toutes sortes présents chez l’homme, certains ne Quelles sortes d’avantages ? Là-des-
d’activités dont on ne voit pas en quoi semblent pas favorables à la recherche sus, les considérations de Darwin
elles contribuent à rendre les individus individuelle de la survie : ce sont les ne peuvent être simples. Il lui faut
plus ou moins aptes à survivre, comme « instincts sociaux », de solidarité et rendre compte d’une contradiction
l’exige le principe de la sélection natu- d’altruisme. évidente : en quoi le fait de partager, de
relle. Combien de fois n’avait-on pas Troisièmement, s’il en va ainsi, c’est que se restreindre, de compatir voire de se
dénoncé les conséquences désas- les hommes (et certains animaux) ne sacrifier peut-il présenter un avantage
sont pas tant triés selon leur aptitude pour l’individu ? Darwin constate les
à survivre, mais selon leur succès à se faits : la « civilisation » a mené l’homme
Œuvres clés reproduire dans un contexte concur- à un degré élevé d’altruisme et de
rentiel : c’est la « sélection sexuelle ». conscience morale. Est-ce par inté-
l L’origine des espèces (1859), rêt bien compris ou par l’effet d’une
rééd. Seuil, 2013. Les instincts sociaux et véritable conscience de groupe ? Il ne
l La descendance de l’homme l’évolution tranche pas vraiment, mais livre de
et la sélection sexuelle (1871), Des fourmis, qui vivent en société, nombreuses réflexions sur l’effet de
Hachette/BnF, 2013. aux chiens, qui vivent en meutes, en l’imitation, sur celui de la coutume
passant par les corbeaux, qui vivent en (dont il pense qu’elle peut devenir

12 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


charles darwin

individus sur d’autres cendance de l’homme est un ouvrage


du même sexe et de la touffu, truffé de considérations péjo-
même espèce. Darwin ratives sur les peuples « sauvages », sur
voit dans la sélection les pauvres qui « se multiplient » et sur
sexuelle la raison du l’infériorité intellectuelle des femmes.
dimorphisme sexuel Ce sont des propos aujourd’hui difficiles
chez l’humain. Pas- à entendre. Mais ils étaient communs
sons sur l’universelle à l’époque et témoignaient de forts
division du travail préjugés ethnocentriques sur le sens
entre les sexes qui, du progrès humain. Or, attribuer une
elle, semble aller de direction à l’évolution revient à ériger
soi. Qu’est-ce qui inté- en loi de la nature ce qui n’est qu’une
resse tant Darwin dans idéologie. C’est là où le bât blesse : Karl
la sélection sexuelle ? Popper (p. 40) affirmera en 1978 que
C’est qu’elle introduit la sélection naturelle (et sexuelle) n’est
de la complexité dans pas une théorie scientifique, mais une
l’évolution : séduire conjecture métaphysique. l
n’est pas seulement Nicolas JourNet
une question de force Article publié dans Sciences Humaines, n° 202, mars 2009.
brute, mais requiert
d’autres qualités telles
que la beauté, natu-
relle ou artificielle, et
le développement de
compétences esthé-
n une anthropologie
darwiniste ?
iStock/Getty

tiques, morales, éco-


nomiques, etc. On doit à charles Darwin d’avoir
formulé une théorie robuste
de l’évolution qui, avec l’appui
héréditaire) et sur le destin des nations Le darwinisme est-il un de bien d’autres découvertes,
barbares. En fait, c’est à un autre argu- humanisme ? verra son acceptation graduelle
ment que Darwin fait porter le poids de La sélection sexuelle favorise donc des comme cadre des sciences
du vivant. Mais son ambition
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

l’explication. qualités qui relèvent de la sociabilité


La « sélection sexuelle » prend sa source, et sollicitent des aptitudes mentales d’en faire l’alpha et l’oméga
comme toujours chez Darwin, dans supérieures : intelligence, musique, lan- de l’aventure humaine est
une abondante documentation. Dans gage, arts, etc. C’est, indiscutablement, restée longtemps une chimère
de nombreuses espèces animales, on pour Darwin, l’un des plus puissants philosophique, où des penseurs
observe deux faits : l’existence d’une moteurs de la civilisation, plus que la racistes, colonialistes ou
compétition entre les mâles pour l’ac- sélection naturelle. C’est aussi, selon lui, eugénistes ont librement puisé
cès aux femelles, et des différences un des facteurs expliquant la divergence leur inspiration, déconsidérant
morphologiques importantes entre des types physiques (c’est-à-dire des l’anthropologie darwinienne.
les sexes. Les mâles sont plus grands, « races ») chez les êtres humains. On ne verra renaître de projet
plus forts, armés de cornes, mais aussi Selon l’historien Patrick Tort, loin donc de ce genre qu’au cours du
pourvus d’organes vocaux puissants de prolonger la leçon éliminationniste dernier tiers du 20e siècle, avec
ou bien encore parés de couleurs plus de L’Origine des espèces, La Descen- la sociobiologie d’edward O.
voyantes que les femelles. Ce dimor- dance de l’homme témoigne d’une Wilson et de richard Dawkins
phisme, et les comportements de vision humaniste de l’évolution qui, (p. 92), puis la psychologie
séduction qui vont avec, sont, selon tout en obéissant à des causes natu- évolutionniste fondée par leda
Darwin, les produits de la sélection relles, explique le succès des qualités cosmides et John Tooby. Plus
sexuelle : à la différence de la sélection humaines les plus élevées : solidarité d’un siècle après la mort de
naturelle (qui agit sur les deux sexes), et altruisme, traits que Darwin associe Darwin, son anthropologie reste
la sélection sexuelle résulte du suc- à ce qu’il estime être un acquis de la une ébauche. l n.j.
cès reproductif remporté par certains civilisation. Oui, mais voilà : La Des-

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 13


50 penseurs

Karl Marx (1818-1883)


Le philosophe malgré lui
L’œuvre de Karl Marx débute par une critique
sévère de la philosophie. Mais sa théorie
matérialiste de l’histoire, du capitalisme
et de ses crises restera la fille
de deux exigences
philosophiques : l’esprit de
système et l’esprit critique.
iStock

A
vant d’être révolutionnaire, tient lieu de « philosophie d’État de
Karl Marx a failli être philo- la monarchie prussienne » (Friedrich
sophe. En 1841, à l’âge de 24 Engels). Le jeune Marx appartient alors
ans, le jeune homme vient de pas- à un petit cercle de « jeunes hégéliens ».
ser son doctorat de philosophie. Sa Ce groupe réunit des disciples agités de
thèse porte sur la Différence de la phi- G. Hegel. Ils adoptent certaines idées
losophie de la nature chez Démocrite du maître : l’idéalisme (l’histoire est le
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

et Épicure. Derrière le débat érudit, il devenir progressif de la raison), la dia-


y a déjà deux conceptions de la liberté lectique (le devenir se fait par conflits
et une confrontation aux thèses de entre force contraires). Mais ils refusent Les hégéliens sont athées ? Lui va
Georg Hegel, dont la pensée à l’époque sa lecture conservatrice : l’État prussien plus loin, il récuse l’idéalisme en géné-
n’est pas la réalisation de la raison, le ral et se proclame matérialiste. Ils
christianisme n’est pas la vertu incar- croient que les idées peuvent changer
née, il est « l’opium du peuple » et le le monde ? Lui pense de plus en plus
Œuvres clés
suppôt d’un ordre social. Il faut retour- que le monde change par le bas : l’éco-
l Pour une critique de la ner « les armes de la critique », contre la nomie, le travail, les conflits de classes.
philosophie du droit de Hegel philosophie d’État et la religion.
(1843), rééd., Entremonde, 2010. Durant les années 1841-1847, Marx Le matérialisme historique
va s’émanciper de ce milieu. Il s’engage Tout tourne alors autour de l’idée
l misère de la philosophie
dans le mouvement ouvrier naissant, d’aliénation. Les hommes font leur
(1847), rééd. Payot, 2010. vient à Paris, puis en Belgique, se lance histoire mais sans savoir laquelle ils
l manifeste du Parti dans le journalisme d’idées, rencontre font. Ils ont une « conscience fausse »
communiste (avec Friedrich les révolutionnaires parisiens, se lie d’eux-mêmes et de la société. Le rôle de
engels, 1848), rééd. Flammarion, d’amitié avec F. Engels. Sa pensée se la critique était, pour les jeunes hégé-
coll.« GF », 1998. radicalise et, en quelques années, liens, de déchirer le voile d’illusion pour
l Le capital (livre i, 1867), rééd. il rompt avec ses attaches philoso- faire apparaître le monde tel qu’il est.
Gallimard, coll. « Folio », 2008. phiques et élabore une nouvelle vision Désormais, Marx a renversé la pers-
du monde. pective. Pour lui, l’aliénation prend

14 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


karl marx

ses sources dans l’exploitation. Et la


fin de l’aliénation passe d’abord par la
disparition de la société qui la produit.
n Marx après le mur de Berlin
aux frontières du marxisme, le renouveau actuel de l’anticapitalisme se
Marx, devenu révolutionnaire profes-
sionnel, s’investit sans compter dans présente comme un élargissement. les marxistes classiques s’étaient
l’étude du monde réel. Il se plonge surtout centrés sur la contradiction capital/travail dans la structuration de la
dans la lecture des économistes anglais question sociale. Ainsi le capital s’opposerait au travail à travers un rapport
(Adam Smith, Thomas Malthus et David d’exploitation, tout en développant le travail pour alimenter son processus
Ricardo, à qui il emprunte la théorie de d’accumulation, et, ce faisant, produirait « ses propres fossoyeurs » potentiels.
la valeur-travail), des historiens français
(Augustin Thierry à qui il emprunte Pour les altermondialistes, cette contradiction capital/travail garde une
l’idée de lutte de classes) ; il lira plus tard grande pertinence pour penser les inégalités sociales à l’échelle mondiale.
Charles Darwin et sera fasciné par sa Mais des auteurs écosocialistes comme l’économiste Jean-Marie Harribey
théorie de l’évolution des espèces. Sa (coprésident d’Attac) et le sociologue Michael löwy se sont penchés
critique du capitalisme veut mettre en sur la contradiction capital/nature permettant de formuler une question
évidence les contradictions internes qui écologiste. Karl Marx, ancêtre du « développement durable » ? la nature
le minent. Et cela passe par une critique serait elle aussi exploitée dans la dynamique d’accumulation du capital.
de l’économie politique de son époque. une contradiction capital/individualité travaillerait également le capitalisme,
L’objectif est donc double : critique et et encore plus le néocapitalisme, en contribuant à énoncer une question
scientifique. Critique parce que sont individualiste. Marx a posé les prémisses d’une telle critique individualiste
dénoncées les failles d’un mode de pro- du capitalisme. le capitalisme contribuerait à nourrir l’individualisme
duction, scientifique car il va en exposer contemporain. stimulant d’un côté les désirs d’épanouissement
les lois d’évolution et les contradictions. personnel, il limiterait et tronquerait cependant au final l’individualité par la
marchandisation.
Le mécanisme de
l’exploitation Pour les théoriciens de « la reconnaissance », comme le philosophe
En 1848, durant la révolution, il rédige allemand Axel Honneth, le néocapitalisme individualisateur accentuerait
en quatre jours le Manifeste du Parti également « une multitude de nouvelles souffrances sociales, tant
communiste. S’y trouvent tracées les matérielles que psychiques ». Dans Empire (2000) et Multitude (2004), deux
grandes lignes de sa vision de l’his- best-sellers altermondialistes de l’universitaire américain Michael Hardt et
toire : la lutte des classes est le moteur du philosophe italien Antonio Negri, une confrontation est recherchée entre
de l’histoire, les modes de production Marx et « le nietzschéisme français » contemporain (Gilles Deleuze et Michel
Foucault). Deux concepts principaux sont forgés :
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

se succèdent – communisme primitif,


antique, féodal, capitaliste et bien- 1) « l’empire » constituerait la forme absolue de la domination mondialisée
tôt communiste. L’histoire progresse du capitalisme, dérivée de Marx mais sous la forme d’un système plus
par bonds ; les contradictions d’une unifié que chez lui ;
époque engendrent la lutte de classes. 2) « la multitude », « une multiplicité, un ensemble d’individualités », se
La bourgeoisie a détrôné l’aristocratie. présenterait comme le nouveau sujet émancipateur, incorporant une
Bientôt le prolétariat va renverser la forte dose de pluralisme d’inspiration nietzschéenne à la différence du
bourgeoisie et instaurer un nouveau « prolétariat » chez Marx. l j.‑f.d.
monde. Extrait de Philippe Corcuff « Proudhon, Marx. Lune de miel altermondialiste », Les Grands Dossiers des sciences humaines, n° 14, mars-avril-mai 2009.
La révolution de 1848 fut un échec,
mais un échec provisoire. Les condi-
tions n’étaient pas encore mûres. Marx la surproduction de marchandises et dernier opus contre-philosophique :
a un peu de temps pour s’atteler à sa l’incapacité pour les économies de les Misère de la philosophie. Sur le fond,
grande œuvre : Le Capital. Pour lui, la absorber. L’exploitation est, sur le plan il conserve tout de même de G. Hegel
clé du capitalisme, de son dynamisme économique, le pendant de ce qu’était deux idées clés. Celle d’une « raison »
et de ses crises à répétition réside dans « l’aliénation » hégélienne sur le plan de dans l’histoire, une raison en devenir
un dispositif caché : le mécanisme de la conscience. qui épouse les lois cachées et impla-
l’exploitation. La soustraction au pro- Sur le plan des attaches, il est clair cables du capital. Et celle de dialec-
létaire d’une partie de son travail est que Marx avait rompu dès 1845 avec tique et de lutte des contraires. Même
source de profit, d’investissement mais son passé de philosophe comme reconverti en matérialiste, le fond
aussi de crise. À terme, il y a conflit entre en témoigne le titre explicite de son hégélien est encore là. l j.‑f.d.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 15


50 penseurs

Charles S. Peirce (1839-1914)


Le triangle sémiotique
Charles Sanders Peirce, penseur d’une
approche incarnée du signe, et contributeur du
pragmatisme philosophique, a laissé derrière lui
une œuvre qui participe de toutes les théories
modernes de la connaissance.

P
hilosophe et logicien né à Peirce est d’abord un logicien qui a travail commun qu’ils accomplissent,
Cambridge (États-Unis), fils de apporté des contributions notoires à et le dispose en un triangle. Tout
mathématicien et lui-même la logique algébrique. Mais ses inté- processus signifiant (langagier ou
formé dans cette spécialité, Charles rêts sont très larges, et embrassent visuel) comporte trois éléments : le
S. Peirce est reconnu comme étant tous les grands problèmes de la signe lui-même (representamen),
l’un des fondateurs, avec John Dewey connaissance, du langage, du réel l’objet singulier auquel il réfère, et
(1859-1952) et William James (1842- et des rapports qui les unissent. Il un troisième terme (l’interprétant),
1910), du pragmatisme, une tradition formule ainsi en 1867 une théorie c’est-à-dire l’angle sous lequel l’objet
philosophique influente aux États- des « catégories » ou « modes d’êtres » est saisi par le signe. Exemple : face à
Unis. Le pragmatisme est la théorie qui reprend le projet des catégories une empreinte laissée par un animal,
selon laquelle la valeur des connais- de l’esprit d’Emmanuel Kant, pour le trappeur lira la trace du renard
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

sances tient à leurs effets, aussi bien en donner une tout autre version. Il qu’il traque depuis le matin, et qui lui
intellectuels qu’expérimentaux, et pose que toute chose est connais- indique la voie à suivre.
non à leur conformité à des principes. sable sous trois aspects : en tant que Mais un naturaliste le lira autre-
Penseur prolifique et encyclopédique, chose, en tant que représentation, ment : comme la preuve que l’espèce
Peirce suivra une carrière atypique, et en tant que concept (qu’il appelle renard est présente dans la région.
travaillant d’abord comme astronome « fondement »). Cette présentation Quant à celui qui n’y voit qu’un des-
et physicien, puis se retirant à 48 ans « triadique » fixe le cadre du dévelop- sin dans le sable, c’est pour lui l’occa-
pour achever son œuvre philoso- pement de sa pensée, laquelle sera sion de prendre une jolie photo.
phique, laquelle ne sera en grande retenue comme fondatrice d’une Dans la sémiotique de Peirce,
partie éditée que bien après sa mort. science générale des signes, qu’il l’originalité réside dans la fonction
appelle « séméiotique », anticipant « interprétante » (qui ne figure pas
Œuvres clés sur les vues plus strictement lin- chez F. de Saussure). Le modèle de
guistiques de Ferdinand de Saussure Peirce rend compte du fait que le
l collected Papers, 6 vol., 1931- (p. 28). système des signes n’est pas clos,
1935. qu’il est ouvert à des interprétations
l écrits sur le signe (1885-1911), L’icône, l’indice, le symbole toujours nouvelles, ce qui entre en
trad. fr. Seuil, 1978. Tout d’abord Peirce met de l’ordre harmonie avec l’esprit même du
l À la recherche d’une
dans les différentes sortes de signes : pragmatisme, lequel s’intéresse aux
méthode (1893), rééd. Presses l’icône (représente visuellement), choses (ici, les mots) en tant que ce
universitaires de Perpignan, 1999. l’indice (montre), le symbole (signi- qu’elles font, et ne leur attribue pas
fie). Ensuite, il cherche à définir le d’essence. l n.j.

16 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


charles sanders peirce

n
une œuvre tardivement découverte
Malgré sa participation active au club de métaphysique, logique ». en épistémologie, son « faillibilisme » est à la
creuset du pragmatisme, charles s. Peirce n’a publié de source des idées de Jean Piaget et surtout de Karl Popper
son vivant qu’un petit nombre de textes en philosophie (p. 40). en philosophie pragmatique en général – courant
et en logique, plus un seul livre, Re- aujourd’hui très diversifié et ayant diffusé
cherches photométriques (1878), un re- dans toutes les branches de la philoso-
cueil d’articles d’astronomie, de géo- phie –, il a eu et continue d’avoir des ad-
physique et de mathématiques. Mais mirateurs reconnus en europe, tels Karl
les 80 000 pages qu’il laissait derrière Otto Apel, Jürgen Habermas (p. 100), et,
lui commencèrent à être redécouvertes en France, Jacques Bouveresse, claudine
et publiées en 1932, tâche aujourd’hui Tiercelin, christiane chauviré, Jean-
encore inachevée. son influence sur Pierre cometti, ainsi que des sociologues
la pensée américaine et internationale comme luc Boltanski. Aux états-unis, le
peut être distribuée en quatre volets. en néopragmatisme de richard rorty s’est
logique, où il apporta des contributions éloigné du logicisme de Peirce. enfin, ce
importantes à ernst schröder, consi- dernier est encore plus apprécié pour sa
déré comme le fondateur de la logique contribution séminale à une sémiologie
mathématique pratiquée au 20e siècle, faisant place au caractère « triangulaire »
et donc creuset des Principia mathe- du signe : parmi ses admirateurs les plus
matica de Bertrand russell et Alfred connus, umberto eco (Les Limites de l’in-
North Whitehead, et du « positivisme terprétation, 1992). l n.j.

ABONNEZ-VOUS

Conformément à la loi Informatique et Liberté, vous disposez d’un droit d’accès aux données vous concernant. Vous pouvez vous opposer à leur transmission éventuelle à d’autres sociétés en nous écrivant.
Choissisez
Comprendre l’humain et la société votre formule
ABONNEMENT 1 an SIMPLE COMPLET Abonnez-vous
Cochez la case correspondante 11 mensuels 11 mensuels + 4 GDSH
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

PARTICULIER FRANCE 48 € 65 € par téléphone !


03 86 72 07 00
ÉTUDIANT FRANCE
sur justificatif de la carte d’étudiant en cours de validité. 41 € 55 €
code PROMO
INSTITUTION ET PAYS ÉTRANGERS
(Entreprise,administration, association, bibliothèque). 58 € 82 € NS20
et recevez en
PAR AVION ajouter : NOUVEAU cadeau
7 € pour un abonnement simple Option
10 € pour un complet 2 Hors-séries/an - 9,90 €

OUI, je m’abonne 1 an et je reçois en cadeau MODES DE RÉGLEMENT


le Hors-série « Edgar Morin, l’aventure d’une pensée » à retourner avec votre règlement sous enveloppe à :
SCIENCES HUMAINES - BP 256 - 89004 Auxerre Cedex - France
Sociéte :
Nom : Je règle aujourd’hui
Mon abonnement d’un montant de €
Prénom : Option + 2 hors-séries par an €
Adresse : Par avion €
Ci-joint mon règlement de € par :
Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Sciences Humaines
CP : Ville : Carte bancaire N°
Cycle ou filière : Expire le : Date et signature obligatoires :
Profession :
Cryptogramme
Courriel : (3 derniers chiffres verso CB)
Indispensable pour recevoir la newsletter

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 17


50 penseurs

Émile Durkheim (1858-1917)


Le père de la sociologie
française
En développant une méthode d’étude des faits
sociaux, Émile Durkheim institue une nouvelle
discipline, la sociologie, dont l’un des objectifs
affirmés est de réformer la vie sociale.

«I
l faut traiter les faits sociaux consistent en « manières d’agir, de pen- au contraire, pour mieux les résoudre.» Et
comme des choses » : il n’est ser et de sentir » qui s’imposent à l’indi- les problèmes ne manquent pas : défaite
pas si arbitraire, finale- vidu, et qui ne sont réductibles ni à de 1870, avènement de la société indus-
ment, de retenir de l’œuvre d’Émile des faits de nature ni à une collection trielle, croissance des villes et des classes
Durkheim ce précepte choc, tiré de de faits individuels. Ces faits relèvent pauvres. En bon positiviste, Durkheim
son livre-manifeste Les Règles de la d’une discipline nouvelle, la sociologie, compte s’appuyer sur la science pour
méthode sociologique (1895). Il dit bien qui doit enquêter et non se limiter à réformer la société. Il diagnostique le
en effet le coup de force qu’il réalise en spéculer, et chercher à expliquer les passage de la solidarité mécanique (fon-
imposant dans le monde intellectuel faits sociaux par d’autres faits sociaux. dée, comme dans les sociétés tradition-
l’idée que nous devons être face à la Ses meilleurs outils sont la statistique nelles, sur la similitude et la proximité
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

société comme le physicien obser- et le comparatisme. Armé de ces inten- des individus) en solidarité organique
vant un phénomène inconnu. Nous tions, Durkheim n’hésite pas à se faire (fondée sur la complémentarité des
croyons connaître le monde social, remarquer en choisissant des sujets individus résultant de la division du tra-
mais nous ne savons rien du fonc- à l’occasion provocants. En 1897, il vail engendrée par l’industrialisation)…
tionnement réel des institutions, des publie Le Suicide : cet acte que tout D’où de nombreux écrits sur la morale,
origines du droit et de ce qui fait tenir le monde croit personnel, Durkheim l’individu, l’éducation, où le sociologue
les individus ensemble. L’ambition montre qu’il varie en fonction de l’inté- cherche une manière de renouveler ce
de Durkheim aura été de convaincre gration de l’individu dans la vie sociale, que l’on appellerait aujourd’hui le « lien
que les faits sociaux existent, qu’ils de la religion, des saisons… social », afin d’éviter les situations d’ano-
mie, c’est-à-dire celles où les aspirations
S’appuyer sur les sciences individuelles ne sont plus régulées par
pour réformer la société les normes sociales. L’une des forces de
Œuvres clés D’ailleurs, si Durkheim prétend fonder Durkheim par rapport à ses concurrents
la sociologie, ce n’est pas (seulement) (Gabriel Tarde, René Worms) est d’avoir
l De la division du travail social
par amour de la science : « Nous estime- perçu que la recherche est un travail
(1893), rééd. Puf, 2013.
rions que nos recherches ne méritent pas collectif. Il va donc enrôler dans son
l Les règles de la méthode une heure de peine si elles ne devaient entreprise scientifique et politique une
sociologique (1865), rééd. Puf, avoir qu’un intérêt spéculatif, écrit-il. Si brillante équipe de chercheurs qui vont
2013. nous séparons avec soin les problèmes prolonger, parfois infléchir, son projet :
l Le suicide (1897), rééd. Puf, 2013. théoriques des problèmes pratiques, ce son neveu Marcel Mauss, Henri Hubert,
n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, Paul Faconnet, Célestin Bouglé, François

18 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


émile durkheim

Simiand, Maurice Halbwachs, Marcel La sociologie pour revigorer bwachs, auteur d’une œuvre très riche,
Granet… Tous ces collaborateurs vont les sciences sociales mais surtout connu pour ses travaux sur
graviter autour de L’Année Sociologique, De ce mouvement sortiront des œuvres la mémoire collective. M. Halbwachs
l’organe dont se dote « l’école durkhei- majeures, sans cesse rééditées. Le meil- montrera en effet comment la société
mienne » qui, dès 1898, outre la publica- leur exemple est sans doute « Essai sur fournit les cadres dans lesquels opère la
tion de « mémoires » originaux, va servir le don » de M. Mauss (1923-1924) : un mémoire individuelle (mariage, anniver-
à discuter des travaux effectués dans gros article décrivant le don comme une saires…). Il étudie également la manière
d’autres disciplines et de leur intérêt du obligation sociale à partir d’exemples dont la mémoire religieuse (l’itinéraire
point de vue d’une sociologie encore cérémoniels polynésiens et américains. de Jésus en Palestine) est sans cesse
balbutiante. L’étude de ce « fait social total », conden- remaniée en fonction des intérêts du
sant toutes les dimensions de la vie moment. Si certains aspects de l’œuvre
sociale (économie, religion, politique, de cette « école française de sociologie »
droit…) incite à penser que le modèle ont incontestablement vieilli, l’aven-
de la transaction marchande si impor- ture vaut toujours d’être revisitée. Par la
tant dans les sociétés occidentales n’est confiance qu’elle a manifestée dans la
qu’une façon parmi d’autres d’envisager raison scientifique, l’ouverture dont elle
les échanges. Une analyse proche des a fait preuve en pensant ensemble socié-
iStockphoto

critiques que F. Simiand adresse préco- tés modernes et traditionnelles, par la


cement à la science économique, plus démarche pluridisciplinaire et la variété
occupée à juger qu’à décrire et expliquer des sujets abordés, elle peut revigorer les
ce qui existe. F. Simiand travaillera à sciences sociales lorsqu’elles sont prises
une sociologie économique enraci- de doute sur leur légitimité : il n’est rien
née dans l’histoire, qu’il appliquera à qui ne soit à leur portée. l
l’analyse des cycles économiques, à la Xavier Molénat
consommation ou encore à la monnaie.
Ses travaux influenceront Maurice Hal- Article paru dans Sciences Humaines, HSS n° 6, octobre-novembre 2007.

n l’héritage de Durkheim
l une méthode sociologique de ses parties, et les comportements individuels sont
socialement déterminés. cette thèse fondamentale
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

soucieux d’énoncer les règles d’une science à part


entière, émile Durkheim invite à « traiter les faits pour le développement d’une discipline sociologique
sociaux comme des choses ». Il conviendra donc autonome fera que son influence sera très grande :
aux sociologues d’écarter toutes les prénotions, les tous les courants émergeant au 20e siècle compteront
préjugés qu’ils ont à l’égard des faits à examiner, de avec Durkheim, ne serait-ce que pour le contredire.
les objectiver. Puis Durkheim les invite à n’expliquer le fonctionnaliste Alfred radcliffe-Brown puise dans
les faits sociaux que par d’autres faits sociaux, sans ses ouvrages lors de ses études sur le tabou et les
avoir recours à d’autres types de causes ou de raisons systèmes de parenté. le structuraliste claude lévi-
(physiologiques, psychologiques ou métaphysiques). strauss, pourtant grand critique de son œuvre, sera
reprises dans Le Métier de sociologue (1968) de un fervent lecteur de La Prohibition de l’inceste et
Pierre Bourdieu, Jean-claude Passeron et Jean-claude ses origines (1897) et des Formes élémentaires de
chamboredon, ces règles élémentaires sont toujours la vie religieuse (1912). erving Goffman, fondateur de
enseignées aux étudiants. l’interactionnisme symbolique, pensait comme Durkheim
les relations entre individus sur le mode du sacré
l le paradigme holiste et du rituel. Même les partisans de l’individualisme
selon Durkheim les faits sociaux résultent de la méthodologique, comme raymond Boudon, considèrent
fusion des consciences individuelles, une fusion qui son apport fondamental tout en rompant avec le
produit quelque chose de nouveau, d’irréductible à ses holisme (« Durkheim fut-il durkheimien ? », La Sociologie
éléments. en ce sens, Durkheim a conçu un paradigme durkheimienne : tradition et actualité, 2004). l
holiste selon lequel le tout est supérieur à la somme Julia Bihl

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 19


50 penseurs

Sigmund Freud (1856-1939)


La psychanalyse :
origine, théorie, pratique
La psychanalyse désigne à la fois un mode
d’exploration de l’inconscient. Elle devient
ensuite une technique thérapeutique et
une nouvelle théorie du psychisme humain,
fondée sur l’idée d’un inconscient
dominé par la pulsion sexuelle.

N
é en 1856 à Freiberg, en Mora- plexe d’Œdipe. Des concepts, comme des sen-
vie, Sigmund Freud a 3 ans ceux de refoulement, de censure, de timents
lorsque sa famille s’installe moi et d’idéal du moi, de narcissisme, d’amour
à Vienne. Malgré la pauvreté de ses ou davantage métapsychologiques envers ma
parents, cet élève brillant poursuit des comme les pulsions, la première mère et la
études supérieures. Son amitié avec topique (inconscient, conscient), jalousie
Wilhelm Fliess, sa collaboration avec l’angoisse de castration, l’amènent à envers le
Joseph Breuer, l’influence de Jean Mar- développer, remanier et complexifier père, et je
tin Charcot vont le conduire dans les sa théorie, jusqu’à la seconde topique pense main-
années 1890 à repenser les processus et (le ça, le moi et le surmoi). tenant qu’ils sont un
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

les instances psychiques, et en premier fait universel de la petite


lieu les concepts d’inconscient, de rêve Les sources de enfance. Si c’est ainsi, on comprend
et de névrose, puis à développer une la psychanalyse alors la puissance du roi Œdipe. »
thérapie, la cure analytique « par la L’invention de la psychanalyse s’est • Les observations de patients sont
parole ». Les années suivantes seront déroulée durant les années cruciales la deuxième source de la pensée
celles des grandes intuitions anthro- qui vont de 1896 à 1900. Dans l’élabo- freudienne. Freud les fait parler, tout
pologiques : sexualité infantile et com- ration de la psychanalyse, trois sources comme le faisait Joseph Breuer, mais
principales ont été mises en lumière. sans utiliser l’hypnose : il se contente
• L’autoanalyse. C’est de l’intros- du divan. À partir de tableaux cliniques
Œuvres clés
pection, revendiquée explicitement très variés (des maux de tête aux hallu-
l L’interprétation des rêves par lui, que Freud tire d’abord ses cinations olfactives en passant par les
(1900), rééd. Puf, 2003. principales intuitions. Il entreprend, jambes douloureuses), Freud remonte
à partir de 1895, l’analyse de tous ses à une origine unique : l’hystérie
l Trois essais sur la théorie
rêves, notamment celui qui suit la comme expression symptomatique de
sexuelle (1905), rééd. Payot, 2014.
mort de son père, en octobre 1896. pulsions sexuelles refoulées. Les sou-
l Totem et tabou (1913), rééd. En août 1897, il écrit ainsi à son ami venirs sexuels des patients ne sont pas
Seuil, coll. « Points », 2010. W. Fliess : « Mon principal malade, celui souvent spontanés. Mais Freud consi-
l au-delà du principe de plaisir qui m’occupe le plus, c’est moi-même. » dère qu’il s’agit là de « résistances » à la
(1920), rééd, Seuil, coll. « Points », C’est également au cours de son auto- cure, le refoulement dans l’inconscient
2014. analyse que Freud émet l’hypothèse du étant un mécanisme fondamental de
complexe d’Œdipe : « J’ai trouvé en moi la névrose.

20 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


sigmund freud

• Les influences théoriques. L’élabora-


tion de la psychanalyse s’alimente égale-
ment des idées qui circulent à l’époque
n
l’estuaire de la psychanalyse
sur le psychisme avec les notions d’in- Après la mort de sigmund Freud, en 1939, la psychanalyse est devenue
conscient, de névrose sexuelle, de moi un courant international protéiforme. Au procédé d’investigation
divisé. Au tournant des 19e et 20e siècles, freudien, Melanie Klein a ajouté le dessin d’enfant comme expression
l’idée d’inconscient n’est pas aussi ori- de l’inconscient. De plus en plus, les actes des patients dans le cabinet
ginale qu’il y paraît. Avec des sens diffé- sont eux aussi devenus des objets d’interprétation. les œuvres d’art
rents, le mot a fait son apparition chez ont fait l’objet d’études plongeant dans l’inconscient de leur auteur.
les philosophes allemands comme Carl Jacques lacan s’appuiera sur la linguistique pour placer les concepts
Gustav Carus (1788-1860) ou Edouard freudiens dans un autre cadre (le réel, le symbolique, l’imaginaire).
von Hartmann (1842-1906), qui a publié
une tension importante est apparue dans le développement du
en 1868 une Philosophie de l’inconscient.
mouvement psychanalytique à partir des années 1950, entre ceux
Des psychologues comme Pierre Janet
pour qui le moyen privilégié de l’inconscient, c’est l’association libre, et
(1859-1947) utilisent la notion de « sub-
ceux pour qui c’est le transfert et le contre-transfert, autrement dit la
conscient ». Theodor Lipps (1851-1914),
réponse du psychanalyste aux projections du patient. cette seconde
professeur de psychologie à Munich,
est le véritable introducteur de la notion tendance trouve son aboutissement dans le courant intersubjectiviste,
d’inconscient en psy- très fort aux états-unis. On y retrouve aussi l’ego psychology et des
chologie. courants autonomes (adlerien, reichien, jungien…), issus de schismes
Freud successifs. Aujourd’hui, certains analystes (André Green) estiment que
associe l’on ne peut plus parler de « la » psychanalyse, car elle ne représente plus
une théorie unifiée. Désormais, c’est la question de sa transformation qui
est posée face aux développements de la psychologie expérimentale.
la psychanalyse a dû faire face à différentes attaques. Des travaux
d’historiens, dont ceux de Mikkel Borch-Jacobsen, ont mis en cause
l’honnêteté scientifique des écrits de Freud. l’échec de Bruno Bettelheim
face à l’autisme a contribué à taxer la psychanalyse d’irresponsabilité.
elle ne figure plus dans le DSM depuis 1980. la pratique analytique a
donc reculé depuis les années 1960 devant l’avancée des thérapies
tty
oc
k/
Ge cognitivo-comportementales. elle souffre en effet de deux handicaps :
iSt
il est difficile de mesurer les résultats de la cure, et elle ne vise pas à la
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

l’idée suppression des symptômes, mais à une transformation générale de la


d’ i n c o n s c i e n t personnalité, but difficile à atteindre. Néanmoins, depuis les années 1990,
avec celle de névrose certains analystes (Bernard Golse, Gérard Pommier) soutiennent
sexuelle : il construit pour l’existence de passerelles entre psychanalyse et neurosciences via la
cela un modèle énergé-
« neuropsychanalyse ».
tique du psychisme, celle d’une pulsion
Parallèlement à son destin clinique, la théorie freudienne a été un outil
(Trieb) unique fondamentale, la libido,
d’interprétation et de réflexion qui a connu un immense succès au
d’origine sexuelle, inspirée comme il le
cours du 20e siècle. sociologues et ethnologues se sont intéressés au
reconnaît lui-même des travaux de Gus-
complexe d’Œdipe dès les années 1930 (Bronislaw Malinowski, Margaret
tav Fechner. En 1920, après la guerre, il
complexifiera sa théorie des pulsions Mead), parfois pour le contester. les prolongements du freudisme
en identifiant une « pulsion de mort ». ont bouleversé le traitement de l’enfant (Françoise Dolto), ainsi que la
Comme tout découvreur scientifique, morale sexuelle (Alfred Kinsey). l’appel à Freud dans la critique politique,
Freud construit donc un édifice à la fois notamment à l’école de Francfort (Theodor Adorno, Herbert Marcuse),
thérapeutique et théorique avec des a habillé la psychanalyse en philosophie antibourgeoise, voire libertaire
idées de son temps, et les travaille à sa (Wilhelm reich). le poststructuralisme (Gilles Deleuze), épaulé par
manière. Il n’y a là rien d’anormal. Tout l’antipsychiatrie (Félix Guattari, ronald laing), a quant à lui rejeté en
processus de découverte naît d’une bloc l’orthodoxie freudienne, après l’avoir fréquentée. l’analyse des
reconfiguration à partir de matériaux œuvres culturelles, littérature ou art, reste un champ ouvert aux concepts
existants. l j.‑f.d. freudiens, quoique confiné de nos jours. l n.j.
Article publié dans Sciences Humaines, HSS n° 7, septembre-octobre 2008.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 21


50 penseurs

Max Weber (1864-1920)


Une méthode
compréhensive
Max Weber a conçu une approche
compréhensive de la réalité en considérant
les choses comme des « actions sociales ».
De là résultent sa méthode des idéaux-types,
les formes de domination, la rationalisation
de la société… Autant de concepts pionniers
de la sociologie.

P
ublié en 1922, Économie et société L’étude des « actions s’imposent à la conscience comme
est le livre majeur du sociologue sociales » des données extérieures, les sciences
allemand Max Weber. Dans Le premier chapitre d’Économie et de l’esprit travaillent sur l’expérience
l’œuvre de ce dernier, il occupe pour- société est consacré aux concepts fon- vécue des individus. Produites par
tant une place singulière. Paru deux damentaux de la sociologie (l’action et et pour des êtres de conscience, les
ans après la mort de son auteur, Éco- les relations sociales, l’ordre légitime, actions sociales sont des activités char-
nomie et société est d’abord le produit la lutte, la communalisation et la socia- gées de sens, donc compréhensibles
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

d’une commande passée en 1908, tion, le groupement, la domination…). par d’autres hommes.
composé après la disparition de Weber Weber y définit la sociologie comme
par sa femme Marianne et par son une science empirique « qui se propose La sociologie
éditeur Johannes Winckelmann. Outre de comprendre par interprétation l’ac- compréhensive
les parties déjà rédigées, il intègre des tion sociale et ce faisant d’expliquer cau- Voilà pourquoi expliquer (erklären)
articles d’origines variées qui ont été salement son déroulement et ses effets ». ne va pas sans comprendre (verstehen).
ajoutés au gré des éditions allemandes Il signifie de la sorte que la tâche du Pour Weber, la compréhension peut
et de leurs multiples traductions. sociologue consiste à saisir le sens qui être soit rationnelle, soit empathique.
motive ces actions spécifiques à l’occa- La manière dont Weber aborde le droit
sion desquelles les individus prennent offre une bonne illustration de l’ori-
en considération le comportement ginalité de la démarche compréhen-
œuvres clés d’autrui. Le sociologue doit aussi sive. Le sociologue doit comprendre
expliquer la séquence des faits dans comment, en orientant l’action des
l L’éthique protestante et laquelle prennent place ces actions. individus, ces dernières contribuent à
l’esprit du capitalisme (1904- Weber fait ainsi sienne l’idée en vertu la production de régularités sociales.
1905), rééd. Agora, 1991. de laquelle, à la différence de celui de Le type idéal – tableau de pensée
l Le savant et le Politique la nature, le monde des hommes est qui, pour les besoins de la recherche,
(1919), rééd. 10x18, 2002. façonné par des valeurs, des intérêts, accentue délibérément certains
l économie et société (1922),
qui gouvernent les actions des uns traits de la réalité – est un moyen
rééd. Agora, 2003. et des autres. Alors que les sciences efficace pour appréhender les actions
naturelles ont affaire à des objets qui sociales. Afin de rendre raison, par

22 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


MAX WeBer

exemple, d’une panique à la Bourse, « une réaction sans frein à une excita- et de respecter des règles. Cela peut
Weber suggère d’établir comment tion insolite ». Suit l’action purement être, explique Weber, au nom de la
l’activité se serait déroulée si tous rationnelle en valeur : se comporte tradition, du charisme, ou enfin d’une
les individus s’étaient comportés de la sorte celui qui agit au nom de croyance rationnelle fondée soit sur
de façon rationnelle. Les « éléments convictions éthiques, esthétiques, reli- des valeurs, soit sur la légalité d’un
irrationnels » peuvent alors être ana- gieuses… sans se soucier des consé- cosmos de règles abstraites.
lysés comme autant de perturbations quences prévi-
significatives. sibles de ses actes.
Recourir à une telle méthode « ratio- L’action purement Les hommes n’ont de cesse
naliste » n’implique pas qu’il faille rationnelle en
croire « en la prédominance effective finalité est, en der- de vouloir rendre leurs actions
du rationnel dans la vie humaine ». nier lieu, le fait de
plus cohérentes et plus rationnelles
Weber distingue quatre idéaux-types ceux (chefs d’en-
d’actions sociales. Le premier se rap- treprise, savants,
porte au comportement strictement militaires…) qui
traditionnel. Cette « manière morne orientent leurs activités en ajustant Les formes de domination
de réagir à des excitations habituelles » de façon optimale les moyens dont ils À ces trois cas de figure, Weber asso-
est l’expression de l’attachement aux disposent aux fins désirées et en tenant cie à chaque fois une forme typique
coutumes et régit de fait la « masse de compte des conséquences possibles de de domination et de légitimité : tra-
toutes les activités quotidiennes fami- leurs actions. ditionnelle, charismatique et légale-
lières ». Vient ensuite le comportement Weber recourt encore à la méthode rationnelle. La bureaucratie (d’État,
strictement gouverné par les affects idéal-typique pour comprendre pour- d’Église, de parti, d’entreprise…)
(affektuel) que Weber définit comme quoi les individus acceptent d’obéir relève par exemple du dernier de ces

NUMÉRO
SPÉCIAL
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Chez votre marchand


de journaux

Sur commande page 114 ou par téléphone au


03 86 72 07 00
Sur Internet www.scienceshumaines.com

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 23


50 penseurs

Abraham de vries (1590-1655), registres. Elle est la « forme de pratique


A Double Portrait (1630). de la domination la plus rationnelle du
point de vue formel ». Recrutés pour
leurs compétences, les individus qui
œuvrent dans un tel univers organisa-
tionnel n’obéissent pas à leur supérieur
en tant que personnes, mais aux ordres
impersonnels que ce dernier peut leur
transmettre.
Le terme de rationalisation revêt de
multiples sens chez Weber. Il signifie
notamment que, au risque de déper-
sonnaliser les rapports qu’ils entre-
tiennent les uns avec les autres, les
hommes n’ont de cesse de vouloir
rendre leurs actions plus cohérentes
et plus rationnelles. Cela apparaît à
l’évidence dans le champ économique.
Weber brosse l’idéal-type de l’écono-
mie de marché : pour atteindre une
situation d’optimum, les échanges
et les calculs doivent être réalisés à
l’aide de la monnaie, outil de compte
le plus rationnel pour orienter l’action
économique.
Le marché, ensuite, doit être libre.
www/bridgemanart.com

En l’absence de concurrence, en effet,


des dépenses inutiles sont effectuées
et le calcul monétaire ne peut plus
prétendre à son plus haut degré de

n
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

une référence incontournable… et contestée


À en juger par l’utilisation fort banale aujourd’hui de prête pas moins le flanc à la critique. catherine colliot-
la notion d’idéal-type ou encore par la multiplicité des Thélène remarque par exemple que les idéaux-types
travaux qui revendiquent le parrainage de Max Weber, nul de domination décrits dans Économie et société ont
doute que la trace d’Économie et société (1922) demeure tendance à faire la part belle aux sociétés occidentales.
profonde dans le paysage des sciences sociales la notion de domination traditionnelle emporte
contemporaines. Weber a pu être présenté comme effectivement avec elle des réalités très hétérogènes
l’une des références incontournables du paradigme de et sert avant tout à marquer la rupture entre un passé
l’individualisme méthodologique, inspirer une notion divers aux origines incertaines et une modernité
aussi centrale que celle de champ dans la sociologie homogène et mieux circonscrite dans le temps comme
de Pierre Bourdieu, faire l’objet de réinterprétations dans l’espace. l’anthropologue anglais Jack Goody
au profit d’une sociologie phénoménologique, etc. estime aussi qu’il convient d’être plus attentif que le
Économie et société rayonne également par-delà les fut Weber aux mouvements pendulaires entre Orient et
spécialisations thématiques et continue d’influencer Occident. Nombre d’inventions importantes en science,
de multiples recherches en sociologie historique, en économie ou en art sont en fait le produit d’institutions
juridique, économique, politique, urbaine, du travail et des orientales. Par exemple, la « comptabilité rationnelle »,
organisations, etc. symbole de la modernisation pour Weber, a vu le jour en
s’il demeure une référence de premier ordre, Weber n’en Inde et en chine bien avant de s’imposer en europe. l m.l.

24 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


MAX WeBer

rationalité. Weber ajoute que, pour dont l’évolution n’est pas sans rap- vivre son travail comme une vocation
être entière, la rationalité économique port avec celle de l’économie. Dans (Beruf), à adopter un comportement
suppose aussi l’adoption de prin- le cas de la religion, Weber ne s’inté- ascétique, le protestantisme a été un
cipes comptables, un libre recrute- resse d’ailleurs pas tant au contenu facteur favorable au développement
ment de la main-d’œuvre, une « dis- des croyances qu’aux attitudes face du capitalisme moderne.
cipline d’entreprise », l’existence de au monde que suscitent ces dernières. Le droit participe d’un même mou-
rapports hiérarchiques, une adhésion Les doctrines religieuses offrent aux vement. Considéré comme rationnel
au taylorisme…, autant de conditions croyants toute une gamme de com- parce qu’il énonce des règles que l’on
sans lesquelles il n’est pas permis aux pensations afin de justifier les situa- déduit logiquement à partir de prin-
employeurs d’optimiser la rentabilité tions du monde d’ici-bas : engage- cipes, le droit moderne assure un cadre
de leur activité. Il s’agit bien là d’une ment en faveur d’une transformation stable dont bénéficie l’action écono-
épure idéal-typique qui permet de ultérieure de la société, promesses de mique des entrepreneurs. Autrement
comprendre la singularité de l’éco- renaissance ou assurance, enfin, d’une dit, le capitalisme a pu se dévelop-
nomie moderne, non d’en dresser rédemption dans l’au-delà. En explo- per grâce à un droit sur lequel il est
l’apologie. Comme Weber l’indique, rant les conditions d’émergence, de possible de compter comme sur une
l’efficacité formelle n’élimine pas la diffusion et les implications de ces dif- machine. L’État occidental, que Weber
lutte et la domination. Libérées dans férentes figures du religieux, Weber met définit comme un groupe de domi-
les arènes où salariés et employeurs en évidence leurs implications sur les nation qui revendique le monopole
se tiennent en présence, les forces du comportements économiques. C’est de la violence légitime, a été l’un des
marché conduisent souvent en pra- la thèse qu’il a développée quelques vecteurs permissifs de ce mouvement
tique « à une intensification qualitative années plus tôt dans L’Éthique protes- de rationalisation juridique. l
et quantitative de la coercition ». tante et l’Esprit du capitalisme. Dans MICHEL LALLEMENT
La rationalisation bouscule de mul- la mesure où la Réforme a promu des
tiples autres espaces d’actions encore, valeurs qui incitaient le puritain à Extrait d’un article paru dans Sciences Humaines, n° 147, mars 2004.

« É
Élever ne signifie
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

t-il pas d’abord


hisser vers
le haut ?

Chez votre marchand


»
de journaux

Sur commande page 114 ou par téléphone au


03 86 72 07 00
Sur Internet www.scienceshumaines.com

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 25


50 penseurs

William James (1842-1910)


La psychologie en
Amérique
Médecin, philosophe, pionnier du pragmatisme,
ce fondateur de la psychologie américaine s’est
intéressé à la mémoire comme aux émotions,
à la psychophysiologie comme au paranormal, à
la conscience ordinaire comme aux faits religieux.

W
illiam James est en proie révèle tout aussi inutile de chercher « sa James est souvent présenté comme
à une sévère dépression voie » comme si elle était écrite quelque le fondateur de la psychologie en Amé-
lorsque, tout à coup, en part. L’avenir ne se trouve pas dans la rique. « La première conférence de psycho-
avril 1870 – il a alors 28 ans –, une illu- recherche d’une quelconque destinée logie à laquelle j’ai assisté, c’est moi qui l’ai
mination éclaircit sa sombre existence. préalable, mais dans une libre déci- donnée.» Ce témoignage résume bien la
En lisant les Essais de critique générale sion, un choix libre et volontaire : une situation de la psychologie américaine
(1851-1864) de Charles Renouvier, phi- prise de possession de sa propre vie, à l’époque où il commence sa carrière.
losophe français fort connu à l’époque, qui résulte d’une sorte d’acte d’auto- Nous sommes en 1872. À 30 ans, il donne
il découvre une théorie du libre arbitre fondation. Dans son Journal, à la date ses premiers cours de psychologie à Har-
qui l’aide à sortir de sa torpeur. du 30 avril 1870, il note : « Mon premier vard, dans le cadre d’un enseignement
Voilà plus de dix ans déjà que le jeune acte de libre arbitre sera de croire dans de physiologie. Trois ans plus tard, il crée
homme erre à la recherche d’une voca- le libre arbitre. » le premier laboratoire dans le sous-sol de
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

tion. Il a d’abord choisi la peinture l’université de Cambridge.


avant de s’orienter vers les sciences : Au-delà de la démarche Durant les vingt années qui suivent,
chimie puis médecine. À 26 ans, encore expérimentale James va poursuivre ses travaux de
incertain de son avenir, ses angoisses C’est aussi une façon de sortir d’un psychologie. C’est à cette époque qu’il
personnelles se mêlent à d’insolubles dilemme qui le hante. Il a assisté en établit la distinction entre mémoire à
problèmes philosophiques. Allemagne à la naissance de la psycho- court terme et mémoire à long terme. Il
Finalement, la lecture de C. Renou- logie, fortement ancrée dans la physio- propose également sa fameuse théorie
vier le libère. Il ne sert à rien de rumi- logie. Cette vision de l’homme réduit des émotions, selon laquelle ce sont
ner sur sa nature propre, sur la façon à un organisme l’attire et l’inquiète à les états du corps (tremblement, sueur)
dont servir le mieux l’humanité. Il se la fois. Comment la concilier avec la qui déclenchent les émotions (la peur),
liberté, la conscience, le sens moral ? et non l’inverse. « C’est sourire qui rend
Si l’homme est déterminé par d’impla- heureux ! », écrit-il. En 1890, il publie les
Œuvres clés cables lois biologiques, alors la morale Principes de psychologie, manuel qui
n’est qu’une illusion. Inversement, si restera longtemps une référence (et
l Principes de psychologie l’on est capable de volonté, de choix, dans lequel on trouve des chapitres sur
(2 vol., 1890), alors le déterminisme est faux. Et la l’imagination, la volonté, la conscience,
rééd. Les Empêcheurs de penser en science qui s’en réclame avec. Voilà le moi). Il suffit de consulter le som-
rond, 2002. son défi : construire une science du maire pour constater que la psychologie
l Le Pragmatisme (1907), rééd. psychisme qui se démarque autant du d’alors dépasse largement le cadre du
Flammarion, coll. « Champs », 2011. déterminisme que de l’illusion d’une laboratoire. James évoque des expé-
âme libre et immatérielle. riences personnelles, des observations

26 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


william james

communes, l’introspection, les spécula- des modèles de conduite. Pour cer-


tions philosophiques. Quand il évoque tains enfin, la religion constitue une
le « flux de conscience », l’ensemble des thérapie et une source de bien-être. Les
images furtives qui défilent dans notre croyances religieuses ne sont pas vraies
tête, il sait que la démarche expérimen- ou fausses : elles ont des effets.
tale ne peut pas à l’appréhender. Dans La Volonté de croire (1897), James
reprend sa théorie de la volonté. L’être
La fondation de humain est certes un animal mû par
la psychologie des religions des instincts et pulsions, mais il possède
Ses préoccupations le portent ensuite aussi cette capacité d’affirmation de soi
à étudier les expériences religieuses. en s’accrochant aux idéaux qu’il a lui-
Les Formes multiples de l’expérience même créés. La religion fait partie de
religieuse (1902) fonde ainsi la psy- ces idées qui prennent consistance par
chologie des religions. James y défend une sorte de prophétie autoréalisatrice.
l’idée que la croyance religieuse ne Sur la fin de sa vie, James s’engage dans
repose pas sur la doctrine mais sur l’étude d’un sujet qui le fascine, comme
différentes expériences personnelles : bien d’autres auteurs à l’époque : le
le bigot, le mystique, le converti… ne spiritisme et les phénomènes paranor-
vivent pas la foi de la même façon. Pour maux. Un épisode important de la psy-
certains, la ferveur religieuse apporte chologie, sur laquelle les historiens sont
un réconfort moral. Pour d’autres, elle restés longtemps silencieux… l j.‑f.d.
Istock/Getty

donne sens à leur vie. D’autres encore


y trouvent, à travers la vie des saints, Article paru dans Sciences Humaines, HSS n° 7, septembre-octobre 2008.

n
le pragmatisme selon William James
De 1871 à 1876, à une époque où « les philosophes en de conceptions morales ou religieuses, il n’existe pas de
Amérique sont aussi rares que les serpents en Norvège », « vérité » ultime. les idées ne sont que des supports pour
se réunissait régulièrement à cambridge (Massachusetts), penser et agir. c’est à l’aune de leur efficacité que l’on
tout près de l’université de Harvard, un petit club doit mesurer leur valeur. James rejette donc les faiseurs
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

d’intellectuels pour y discuter de philosophie, de morale, de systèmes qui prétendent fonder une philosophie, une
de politique et de diverses questions scientifiques. Au morale ou un ordre politique parfait à partir de quelques
sein de ce petit groupe, deux personnages tenaient une principes premiers et universels.
place éminente. charles s. Peirce (1839-1914), logicien et l’une des conséquences de la doctrine de James – que l’on
physicien travaillant à l’Institut géodésique, sera l’un des a qualifiée « d’empirisme radical » – est le pluralisme. s’il
fondateurs de la sémiotique (science des signes, p. 16). n’admet pas que l’on puisse atteindre une vérité absolue,
William James était l’autre figure marquante du groupe. il n’existe pas non plus d’erreurs définitives :
Il va d’ailleurs populariser les idées de la petite secte il faut accepter qu’existent des vérités partielles, dont la
philosophique qui est à l’origine du courant intellectuel le portée ou l’utilité sont relatives, acceptables ou non selon
plus spécifiquement américain : le pragmatisme. le contexte. sous cette forme première, le pragmatisme
À travers conférences, brochures, livres, diffusés tant aux connaîtra, au 20e siècle, un certain désaveu : le logicien
états-unis qu’en europe, James a réussi à vulgariser une positiviste Bertrand russell le qualifiera de « philosophie
pensée, au départ assez disparate et encore en gestation. de commerçant », soit une doctrine de businessman
Dans Le Pragmatisme (1907), petite brochure qui connaîtra confondant vérité et intérêt. Mais, dépouillé de son
un grand succès, James offre du pragmatisme une empirisme, il renaîtra sous la plume de richard rorty
présentation simplifiée et radicale. Influencé par charles (1931-2007) qui, en 1995, écrira que « toute vérité est une
Darwin et la théorie de l’évolution, James propose une erreur en sursis » : son pragmatisme est essentiellement
vision adaptative et utilitaire de la pensée humaine. politique et moral. l j.‑f.d.
Qu’il s’agisse de sciences, de croyances populaires, Article paru dans Sciences Humaines, HS n° 30, décembre 2000/janvier-février 2001.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 27


50 penseurs

Ferdinand de Saussure (1857-1913)


Le tournant de la
linguistique moderne
Ses prédécesseurs en recherchaient
la généalogie. Ferdinand de Saussure montrera
que les langues sont des systèmes à double
articulation : celle du matériau sonore
et celle des unités de sens.

œuvres clés riens, qui soutient l’existence de lois


du langage. C’est auprès d’eux que
l cours de linguistique Saussure commence par étudier. À
générale (1916), reéd. Payot, 22 ans, il publie un mémoire sur le
2002. système des voyelles dans les langues
indo-européennes. Son approche est
l écrits de linguistique générale
radicalement nouvelle. Les voyelles
(1958), reéd. Gallimard, 2002.
d’une langue entretiennent entre
elles des relations fonctionnelles ;
elles forment un système de diffé-

E
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

n linguistique, il y a un avant rences pertinentes.


et un après Ferdinand de Saus- Ce mémoire contient déjà les prin-
sure. Au 19e siècle, l’étude cipales intuitions saussuriennes. Sa
www.istockphoto.com
des langues est dominée par une thèse en poche, il est nommé pro-
approche historique et comparative. fesseur de linguistique à Paris. Il y
Étudier une langue, c’est recher- restera de 1881 à 1891. Très influencé
cher son origine, son histoire, son par les idées du sociologue Émile
évolution en la comparant avec Durkheim, qui est en train de conce- à « l’image acoustique », c’est-à-dire
d’autres pour en trouver les filiations voir sa théorie de la société comme au son produit. Le signifié renvoie
communes. C’est ainsi que les lin- un « tout » qui dépasse les indivi- au concept, au contenu sémantique
guistes du 19e siècle ont reconstruit dus, Saussure pense qu’il en va de attribué au signe. Les relations entre
la généalogie des langues indo-euro- même pour la langue : « C’est un sys- signifiant et signifié sont arbitraires,
péennes. Saussure s’intéresse, lui, au tème organisé et doué d’une fonction c’est-à-dire conventionnelles, sauf
fondement même du système qui sociale. » Il élabore alors les grands exceptions (onomatopées par ex.).
permet, en un moment donné, à une axes de sa linguistique, dont l’objectif Une langue, selon Saussure, forme
langue d’exister et d’assurer la com- ultime est de construire une théorie un système clos, qui a une histoire
munication entre ses locuteurs. générale du langage. certes, mais qui doit pouvoir fonc-
Cette nouvelle vision du langage a Tout langage, selon Saussure, est un tionner à tout moment de son exis-
commencé à prendre corps à Leipzig, système de signes. Un signe est com- tence : on l’étudiera donc de manière
à la fin des années 1870. C’est là que posé de deux facettes : le signifiant et synchronique. D’autre part, la langue
règne le courant des néogrammai- le signifié. Le signifiant correspond n’est pas la parole, c’est-à-dire l’usage

28 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


ferdinand de saussure

que font les gens de la langue pour


se faire comprendre. Cette approche
(qualifiée par la suite de structurale,
bien que Saussure ne parle que de
système) conçoit la langue comme
un système d’éléments interdépen-
dants. Les unités (sons, mots) de la
langue prennent sens les unes par
rapport aux autres selon des règles
d’opposition distinctive.
En 1891, Saussure revient à Genève,
où il enseigne le sanskrit, la gram-
maire comparée et la linguistique
générale. Lorsqu’il meurt en 1913, il
n’a rien publié de sa théorie linguis-
tique. Trois ans plus tard, deux de
ses disciples vont éditer son Cours
de linguistique générale à partir de
notes manuscrites d’élèves. Toute
www.bridgemanart.com

la linguistique du 20e siècle en sera


l’héritière. l j.‑f.d.

Article paru dans Sciences Humaines, HS n° 30, décembre 2000/janvier-


février 2001. l’université de leipzig (Allemagne) où Ferdinand de saussure enseigna.

n Après saussure, la structure


la linguistique moderne louis Hjelmslev, débordera largement, au 20e siècle,
les départements de linguistique pour devenir une clé
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

considérée à juste titre comme fondatrice d’une


science rigoureuse des « systèmes linguistiques », de lecture de l’ensemble des productions culturelles
l’œuvre de Ferdinand de saussure a été développée en humaines : les systèmes de parenté (claude lévi-strauss),
France par des linguistes : Antoine Meillet, suivi d’émile les mythes (idem), l’histoire des religions (Georges
Benveniste, André Martinet, lucien Tesnière, Gustave Dumézil, Jean-Pierre vernant), les textes populaires et
Guillaume, Antoine culioli et d’autres. centrés au départ littéraires (Tzvetan Todorov, Algirdas Greimas), la mode
sur la grammaire et la phonologie des langues indo- (roland Barthes), l’histoire des idées philosophiques (louis
européennes, leurs travaux, tout en s’accordant aux Althusser), la psychanalyse (Jacques lacan), les normes
principes saussuriens, ont pris des orientations différentes : sociales (Michel Foucault), la géographie (roger Brunet).
l’approche fonctionnelle (A. Martinet), l’énonciation ce moment de la pensée connaît son apogée à la fin des
(é. Benveniste). Parallèlement, le développement de années 1960. Il se heurte néanmoins à la diversité de ses
la phonologie structurale est l’œuvre des membres du objets et à un usage très variable de la notion de structure.
cercle de Prague (1926-1938) : roman Jakobson, Nicolaï le structuralisme ne doit en effet pas tout à saussure : il
Troubetskoï, serge Karcevski, dont le formalisme rigoureux existe des versions différentes de la notion de structure en
fera beaucoup pour le rayonnement du structuralisme en sociologie (émile Durkheim), en psychologie (la Gestalt de
général (dont ils forgent le nom). Wolfgang Köhler), en mathématiques (Nicolas Bourbaki).
les héritiers les plus directs du programme de saussure
le moment structural se trouvent aujourd’hui parmi les sémiologues de l’image
en effet, conformément au projet de sémiologie générale et du signe visuel (Groupe « mu » en général, christian Metz
de saussure, sa théorie du langage développée par pour le cinéma, Jean-Marie Floch pour la publicité). l j.‑f.d.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 29


50 penseurs

John B. Watson (1878-1958)


Une science
du comportement
Peut-on développer une psychologie
scientifique en faisant l’impasse sur la pensée ?
À cette question, John B. Watson répond par
l’affirmative, et installe le béhaviorisme pour
plusieurs décennies.

L
es motifs et ambitions du béha- observable : le comportement, c’est-à- ment prévoir les comportements, mais
viorisme ont été énoncés par le dire les relations entre des stimuli (S) aussi les modifier et en créer de nou-
psychologue américain John B. et des réponses (R). Le terme stimu- veaux si utile. Pour cela, il lui revient de
Watson, considéré comme son fonda- lus désigne tout objet ou événement maîtriser les mécanismes de l’appren-
teur. Dans un article de 1913, il écrit : observable qui déclenche des mani- tissage, dont Watson emprunte des
« La psychologie (…) est une branche festations réactionnelles observables éléments de théorie au physiologiste
purement objective et expérimentale de l’organisme, ou réponses. russe Ivan Pavlov (1849-1936). Dans
des sciences naturelles. Son but théo- Prenons l’exemple d’une émotion les années 1900, I. Pavlov a expéri-
rique est la prédiction et le contrôle du comme la peur. Supposons un enfant menté sur des animaux la procédure
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

comportement. » âgé de quelques mois qui réagit à la d’acquisition du « réflexe condition-


La première affirmation résume sa présence d’un rat blanc en criant. Cette nel » (et non « conditionné »). L’exemple
méthode. À l’époque de Watson, une réaction observable est la réponse de le plus célèbre est le conditionnement
discipline est scientifique à la condi- l’organisme à un stimulus : la présence d’un chien à un signal sonore. Initia-
tion de produire des connaissances du rat blanc. Watson considère que lement, I. Pavlov a observé que les
basées sur la mise en relation de faits pour étudier la peur, le psychologue chiens salivent de façon réflexe dès
directement observables et publics. n’a pas besoin d’essayer de recueillir qu’ils sont en présence de nourriture.
Or, à la même époque, bien des psy- les sentiments de l’enfant. Il lui suffit L’apprentissage consiste à déclen-
chologues privilégient l’étude de la d’observer les stimuli qui causent des cher de façon répétée un signal sonore
conscience au moyen de l’introspec- réponses traduisant la peur, soit établir suivi de la présentation de la nourri-
tion qui, par définition, ne produit que les relations S-R. Le béhaviorisme de ture. En fin d’apprentissage, I. Pavlov
des faits privés. Pour faire entrer sa spé- Watson le conduit à transformer l’objet obtient que la réaction salivaire se
cialité dans le cercle des sciences posi- de la psychologie en abandonnant produise chez le chien dès le déclen-
tives, Watson assigne à la psychologie l’étude de la conscience au profit du chement du signal, et en l’absence de
un nouvel objet d’étude objectivement seul comportement. nourriture. Pour Watson, le principe
du conditionnement, tel qu’il vient
L’apprentissage est d’être présenté, est à la base de toutes
œuvre clé
un conditionnement les acquisitions comportementales,
Pour Watson, l’étude des comporte- ou habitudes. Ainsi la phobie du rat
l Le Behaviorisme (1924),
ments obéit à un objectif pratique. La blanc évoquée plus haut est-elle le
rééd. Cepi, 1972.
psychologie doit pouvoir non seule- produit d’un conditionnement induit

30 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


john broadus watson

n
Burrhus Skinner et
le conditionnement opérant
comme John Watson, Burrhus Frederic Skinner (1904-1990) est
antimentaliste : pour lui, l’organisme ne fait jamais que répondre à des
stimulations. cependant, il ne se satisfait pas d’une conception du
comportement de type stimulus-réponse, comme dans le conditionnement
classique. en 1953, il énonce que l’apprentissage d’un nouveau
comportement résulte de renforcements exercés par des stimuli externes
succédant aux réponses de l’organisme. Sur cette base, B. Skinner développe
sa théorie de l’apprentissage par « conditionnement opérant », testée sur
diverses espèces animales. Par exemple, si l’on désire conditionner un rat
ou un pigeon à appuyer sur un levier, on augmente la probabilité de bonne
réponse en la renforçant par une distribution de nourriture.

L’effet des conséquences de l’action est au cœur de la théorie de


l’apprentissage skinnerien et des acquisitions de comportements
iStock/Getty

complexes chez l’animal et chez l’homme. Ainsi, on peut faire acquérir ou


consolider, par renforcement, un comportement souhaité ou, à l’inverse,
faire disparaître, par punition, un comportement non souhaité. Pour illustrer
ces différentes possibilités, prenons l’exemple d’un enfant, Pierre, dont
par Watson et Rosalie Rayner sur un les parents souhaitent qu’il fasse ses devoirs dès qu’il revient de l’école
enfant nommé Albert. Au départ, le à 17 heures. ce comportement peut être obtenu par un renforcement
nourrisson n’a pas peur du rat. Mais, en positif (Pierre pourra jouer au rugby, son sport favori, s’il a fait ses devoirs
associant systématiquement un bruit à l’heure prévue), ou par un renforcement négatif (Pierre évitera la corvée
effrayant à la présence de ce dernier, de vaisselle s’il a fait ses devoirs à l’heure prévue). Ainsi, l’action (faire ses
Watson et R. Rayner ont obtenu qu’il devoirs à l’heure) ou bien fournit une conséquence positive, ou bien évite
crie à la seule vue de l’animal. CQFD. une conséquence négative. À l’inverse, le comportement non souhaité (le
Si I. Pavlov a cherché une explication jeu en revenant de l’école) sera puni par la mise en œuvre d’un renforçateur
du conditionnement au niveau céré- négatif (Pierre devra faire la vaisselle), ou par la suppression d’un
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

bral, Watson, lui, se refuse à formuler renforçateur positif (Pierre sera privé de son sport favori).
des hypothèses sur le sujet. Ce faisant,
il se fixe un objectif de recherche qui sur la base de ces principes, B. Skinner établit différents programmes
exclut toute investigation de la « boîte de renforcement et différentes lois du conditionnement opérant, à partir
noire » cérébrale, programme qui a
desquels il développe des applications éducatives et thérapeutiques.
influencé toute la psychologie de la
ces domaines d’application montrent que l’ambition du béhaviorisme
première moitié du 20e siècle, en par-
skinnerien est de rendre compte de tous les comportements, y compris
ticulier aux États-Unis. Ce paradigme
les plus complexes chez l’homme, en évitant toute référence à des
est aujourd’hui obsolète, dépassé qu’il
concepts mentalistes. cette position radicale a fait l’objet de nombreuses
est par les avancées de la psychologie
cognitive et des neurosciences. Mais critiques, soulignant la nécessité d’invoquer des structures mentales
il a permis aux chercheurs de se doter (représentations, connaissances…) pour rendre compte des acquisitions
d’une méthode expérimentale. Il les chez l’animal et chez l’homme. Ainsi, la conception de l’acquisition du
a détournés d’un innéisme purement langage et de son usage fondée sur le conditionnement opérant a été
spéculatif pour faire une place royale vivement contestée par le linguiste Noam chomsky. Sur la base de
à l’apprentissage et à l’action de l’envi- renforcements, il est impossible d’expliquer à la fois la rapidité des
ronnement. Ce qui, aujourd’hui, se acquisitions langagières, et la capacité à produire et comprendre des
discute à nouveau. l énoncés non rencontrés préalablement. Des critiques similaires, produites
Claudette Mariné et Christian esCribe par des psychologues dans d’autres domaines, ouvriront la voie à un
nouveau paradigme en psychologie : le cognitivisme. l c.m et c.e
Article publié dans Sciences Humaines, HSS n° 7, septembre-octobre 2008..

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 31


50 penseurs

Ludwig Wittgenstein (1889-1951)


La voie du langage
Nous ne pouvons pas penser le monde
hors du langage. Fort de cette conviction,
Ludwig Wittgenstein entend déjouer les pièges
du langage quand il tourne à vide et montre une
nouvelle manière de pratiquer la philosophie.

L
e langage, telle est la grande ce mode, tout nom (simple) renvoie une plaisanterie (voir ainsi une liste
affaire pour Ludwig Wittgens- directement à un objet (simple), une d’exemples donnée dans les Investiga-
tein. C’est ce que montre déjà le proposition élémentaire à un état de tions philosophiques). La signification
Tractatus logico-philosophicus (1921), choses et une proposition complexe à d’un mot n’est pas à chercher dans un
premier et seul ouvrage publié du un fait. La vérité ou (la fausseté) d’une objet qu’il représenterait et que l’on
vivant de l’auteur. Le livre est étonnant, proposition dépend de la vérité (ou de pourrait pointer du doigt, elle est déter-
écrit à coup de propositions lapidaires la fausseté) des propositions élémen- minée par les règles de son usage. Le
et de formules logiques. Ambitieux, taires qui la constituent. Toute pro- langage est, comme tout jeu, guidé par
le philosophe autrichien entreprend position dotée de sens ne peut donc des règles qui déterminent ce qui fait
de tracer les frontières de ce que l’on être que factuelle. Les propositions de sens ou non et il s’inscrit dans nos pra-
peut penser en traçant les frontières la logique sont elles-mêmes du coup tiques. Pas de théorie générale du lan-
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

de ce que l’on peut dire. Il n’y a pas de vides de sens. Et Wittgenstein place gage, de la société ou de l’esprit humain,
propositions philosophiques, celles aussi hors du dicible l’éthique, l’esthé- mais bien plutôt des remarques sur
qui se disent telles sont en réalité des tique, et les tentatives d’explication du l’usage ordinaire ou possible de tel ou
pseudo-propositions. Car, écrit Wit- monde et de son sens : n’étant pas fac- tel mot (par exemple « savoir », « com-
tgenstein, « le but de la philosophie est tuelles, elles sont dépourvues de sens, prendre », etc.) ou des expériences de
la clarification logique des pensées. La elles ne peuvent que « montrer ». pensée dans lesquelles les règles du jeu
philosophie n’est pas une théorie, mais de langage seraient différentes.
une activité » (Tractatus). Le sens dépend de l’usage Wittgenstein montre ainsi que les
Dans le Tractatus, le langage est Une fois publié le Tractatus, Wittgens- processus et les contenus mentaux (les
pensé comme image de la réalité. Sur tein donne congé à la philosophie. En intentions, les sensations…) font l’ob-
Autriche, il devient tour à tour insti- jet de nombreuses confusions. Pour
tuteur, jardinier, architecte… avant lui, l’idée que le sujet a seul accès à ce
d’être repris par ses vieux démons et de qu’il pense ou à ce qu’il ressent est un
Œuvres clés revenir à Cambridge. Il donne alors une préjugé qui repose sur un malentendu
nouvelle inflexion à sa pensée. Il aban- grammatical. Il n’y a pas de langage
l Tractatus logico- donne l’analyse logique du langage au privé, pas d’acte de l’esprit qui associe
philosophicus (1921), rééd. profit d’une approche plus descriptive un signe à une expérience intérieure.
Gallimard, 2001. de ce qu’il appelle les « jeux de langage », D’où une forte critique de l’introspec-
l investigations philosophiques fictifs ou réels, comme rapporter un évé- tion si chère à René Descartes et du
(1953), rééd. Gallimard, 2005. nement, deviner des énigmes, traduire « mythe de l’intériorité » (Jacques Bou-
d’une langue dans une autre, raconter veresse). Wittgenstein dénonce égale-

32 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


LuDWIG WITTGensTeIn

directement connu par le sujet n’est pas limité par elle. Mais on ne peut
et qui serait donné quel que pas justifier ni expliquer les règles gram-
soit le contexte. maticales, on ne peut que les décrire.
Pour Wittgenstein, la règle ne fixe pas
L’autonomie de une fois pour toutes ses applications
la grammaire futures comme des rails. Elle ne donne
Le « style » du Wittgenstein pas lieu non plus à chaque fois à une
seconde manière n’est pas moins interprétation. Suivre une règle pour
déconcertant que celui du Tracta- Wittgenstein est chose pratique, et non
tus : ce sont des réflexions et l’application d’un processus mental.
des remarques principa- Comprendre une règle, c’est savoir com-
lement « grammaticales » ment l’appliquer, autrement dit savoir ce
qui semblent manquer de qui compte comme une infraction ou
ment hauteur philosophique. En une action conforme à la règle.
la conception réalité, la « grammaire », autre- – « Dis-tu donc que l’accord entre les
qui fait de l’action ment dit les règles d’un jeu de hommes décide du vrai et du faux ?
volontaire l’effet langage, la manière dont on uti- – C’est ce que les hommes disent qui
tty

d’une cause men- lise les mots, est au cœur de la est vrai et faux ; et c’est dans le lan-
k/Ge
iStoc

tale. Pour en pointer question du rapport du langage gage que les hommes s’accordent. Cet
l’absurdité, il pose la au réel. Pour Wittgenstein, il y a accord n’est pas un consensus d’opi-
question suivante : une autonomie de la grammaire au nion, mais de forme de vie » (Recherches
« Que reste-t-il donc quand je soustrais sens où les règles sont arbitraires et ne philosophiques).
le fait que mon bras se lève du fait que peuvent pas être justifiées par la réalité C’est à nos pratiques partagées qu’il
je lève le bras ? » Des réflexions que ni entrer en conflit avec elle. Cela ne nous faut sans cesse revenir pour
prolongeront Elisabeth Anscombe ou veut pas dire que tout jeu de langage déjouer les chausse-trappes que pré-
Anthony Kenny : l’intention n’est pas est possible. Si on ne peut décrire la sente le langage, quand il tourne à vide. l
un état interne du sujet ou de l’agent, manière dont le langage est contraint CATHERINE HALPERN
autrement dit quelque chose qui serait par la réalité, cela ne veut pas dire qu’il Article paru dans Sciences Humaines, HSS n° 9, mai-juin 2009.

■ De Jacques Bouveresse à Albert Ogien


Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

• contre le subjectivisme et l’apologie du mental est une référence importante dans sa double
loin d’être un récent effet de mode, l’introduction de critique du mentalisme des neurosciences et de
ludwig Wittgenstein dans les sciences humaines est fort l’hyperindividualisme de la sociologie contemporaine qui
ancienne. elle est le fait de quelques-uns de ses plus tend à ignorer le rôle des institutions.
fidèles disciples soucieux de faire bloc contre un certain
positivisme en sciences sociales. Deux noms dominent • Proche de l’ethnométhodologie
en Grande-Bretagne : Peter Winch et Georg Henrik von Mais les usages de Wittgenstein ne s’arrêtent pas là.
Wright qui visent explicitement à repenser la méthode et Albert Ogien dans Les Formes sociales de la pensée
l’épistémologie des sciences humaines. (2007) rappelle la proximité de l’ethnométhodologie
en France, outre les spécialistes de Wittgenstein avec la démarche de Wittgenstein, soucieuse de décrire
que sont Jacques Bouveresse, christiane chauviré et non d’expliquer. la sociologie de la connaissance de
ou Jean-Pierre cometti, qui par leur travail rigoureux David Bloor propose aussi un programme relativiste,
font mieux connaître sa pensée, vincent Descombes s’embarrassant assez peu du reste des préventions
apparaît comme un relais important dans l’introduction antithéoriques de Wittgenstein. Wittgenstein est mort
du philosophe autrichien dans les sciences sociales. en 1951, mais sa pensée apparaît toujours vivace. sa
sa philosophie sociale inspire en effet de nombreux réflexion atypique est souvent sollicitée par des courants
chercheurs en lutte contre le subjectivisme et l’apologie de pensée marginalisés ou minoritaires dans les
du mental, comme Irène Théry, Philippe urfalino institutions académiques. Wittgenstein dans les sciences
ou Alain ehrenberg. Pour ce dernier, Wittgenstein humaines, c’est un peu David contre Goliath… l C.H.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 33


50 penseurs

Marcel Mauss (1872-1950)


La force du don
Si je vous invite à boire un verre, pourquoi
m’en offrez-vous un autre ? Cette question
faussement naïve est à l’origine de l’un des
textes les plus lus et les plus commentés
du répertoire anthropologique français.
« Essai sur le don » de Marcel Mauss a
ouvert une discussion qui, depuis 1925,
ne s’est pas refermée.

M
arcel Mauss et avant lui Les pratiques observées : curieuse – gagnent de la valeur en pas-
des ethnographes et histo- le potlatch et le kula sant d’un détenteur à un autre.
riens du droit ont remarqué Mauss, à la manière de l’époque, bâtit
que « dans bon nombre de sociétés son sujet à partir d’exemples pris dans Donner, recevoir, rendre
archaïques (ajoutons : et exotiques), l’ethnographie et l’histoire du monde Le potlatch, le kula, le contrat ger-
les échanges et les contrats se font sous entier. Certains sont canoniques. Le manique, l’offrande en Inde, tous ces
forme de cadeaux, en théorie volon- potlatch, pratique décrite chez les exemples montrent, selon Mauss, prin-
taires, mais en réalité obligatoirement Indiens de la côte nord-ouest des États- cipalement trois choses :
faits et rendus ». Comment se fait-il Unis, est à la fois une compétition et • Le don, qui porte souvent sur des
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

que les actes de donner, de recevoir un échange. Dans ses formes les plus biens inconvertibles, n’est pas fon-
et de rendre aient une telle impor- spectaculaires, le potlatch consiste à damentalement économique et ses
tance que les collectivités entières distribuer ou détruire cérémonielle- règles ne sont pas utilitaires.
y consacrent leurs efforts, et que ment de grandes quantités de biens • Donner, recevoir, rendre sont obliga-
s’y soustraire puisse avoir de graves précieux, notamment des blasons de toires : on ne peut pas s’y soustraire.
conséquences ? cuivre. Cette dépense sauvage intrigue : Le don n’est pas une expression des
les donateurs acquièrent du prestige en sentiments de l’individu.
dilapidant leurs biens. Mauss suggère • C’est un acte public, social, qui affecte
que cela découle du fait que les acteurs la position de chacun dans la société,
mettent leurs partenaires en situa- voire dans l’au-delà. Dans certaines
tion de dette. Le don, dit-il, « oblige », sociétés, on devient chef en donnant
Œuvres clés au double sens du mot. Plus célèbre tous ses biens. Dans d’autres, en obli-
encore, le kula mélanésien, décrit par geant les autres à donner.
l essai sur le don. Forme et Bronisłav Malinowski comme une Selon Mauss, le don peut être qualifié
raison de l’échange dans les sorte de troc interinsulaire de brace- de « phénomène social total », car il
sociétés archaïques (1925), lets et de colliers est trop personnalisé présente des dimensions économiques,
rééd. Puf, coll. « Quadrige », 2007. et codifié pour être un commerce. politiques ou religieuses. Il lie les indi-
l sociologie et anthropologie Compétitif, agressif même, et source vidus aux groupes et les groupes entre
(1950), rééd. Puf, coll. « Quadrige », de prestige social, le kula ne semble eux : en langue durkheimienne, cela
2013 . pas avoir de but économique : les pourrait s’appeler une forme élémen-
objets circulent sans cesse et – chose taire du lien social. Voilà qui, déjà, va au-

34 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


marcel mauss

delà des idées d’économie primitive qui Sur la base de cette


hantent l’anthropologie évolutionniste. analyse, la théma-
Mais Mauss ne se limite pas à décrire tique du don sera
et à définir. Pourquoi, se demande-t-il, délaissée par le
le don serait-il contraignant ? Pour lui, structuralisme. La
les objets donnés ne sont pas de simples distinction entre
choses : ils sont porteurs d’une « âme » l’échange mar-
qui est aussi celle de leurs détenteurs chand et le don, à
premiers, dieux, groupes ou hommes. laquelle tenait Mauss, s’estompe
« Présenter quelque chose à quelqu’un, ou devient une question secondaire. l
c’est présenter quelque chose de soi.» Un Nicolas JourNet
exemple en particulier lui permet de
montrer que les Maoris possèdent une Article parue dans Sciences Humaines, n° 70, mars 1997.

théorie du don conforme à ce modèle.


« L’esprit de la chose donnée » trouve

n
ainsi sa place au côté du mana, notion
polynésienne désignant une force
essentielle qui, tout comme le sacré, lie les pouvoirs du don
les hommes entre eux et les contraint
d’agir, tout en proclamant qu’ils le font
en débat
librement. Malgré les critiques de claude lévi-strauss à Marcel
Mauss, c’est grâce au premier qu’« essai sur le don »
Le succès d’une œuvre franchit la Manche et l’Atlantique. l’analyse du don par
Dire que « Essai sur le don » eut un Mauss devient dans les années 1980 l’une des bases
grand retentissement dès sa publication de la réflexion non utilitariste, c’est-à-dire qui refuse
serait exagéré. Des sociologues, des l’argument de l’intérêt en économie. un groupe de
ethnologues l’ont lu et en ont fait l’éloge. sociologues emmené par Alain caillé fonde le MAuss
Mais les idées sortent peu du milieu, (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales). Ils
du moins sous leur forme première. Au entendent faire du don un concept critique de l’apparente
sein du Collège de sociologie, créé en domination de l’économie marchande. Ils y parviennent etty
iStock/G

1917 par des élèves de Mauss, Georges au prix d’une polarisation : le don est posé comme une
Bataille reprendra l’exemple du potlatch alternative radicale au marché.
en 1992, le philosophe Jacques Derrida plaide pour un
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

pour faire du don un avatar du sacrifice.


Son esthétique tragique a pu séduire usage restrictif du mot « don » : il n’a de sens que s’il est
pendant un temps le mouvement sur- absolument gratuit, et ne suppose aucune gratification, même symbolique.
réaliste. Puis c’est la guerre, d’autres le don n’a rien de social, car il exige l’ingratitude des bénéficiaires. ce qui
questions sont mises au premier plan. le rend pratiquement « impossible ». Du côté des anthropologues, certaines
La deuxième vie d’« Essai sur le don » révisions se produisent : Annette Weiner, en 1992, montre qu’aux Trobriand,
commence en 1950. En février de cette ce ne sont pas tant les échanges que la possession inaliénable de biens
année-là, Mauss s’éteint. Pour lui rendre symboliques qui fonde la position des groupes. en 1996, Maurice Godelier
hommage, Georges Gurvitch et Claude lui emboîte le pas et étend l’argument à d’autres sociétés : selon lui, le don
Lévi-Strauss rassemblent ses meilleurs dissimule un « imaginaire du pouvoir » incarné par des biens inaliénables
écrits en un volume intitulé Sociolo- (objets rituels, images d’ancêtres).
gie et Anthropologie. « Essai sur le don » Mais on doit surtout à Alain Testart le développement, à partir de 1998,
figure en bonne place et C. Lévi-Strauss d’une critique radicale du don maussien. Des articles puis un livre
le qualifie de « chef-d’œuvre ». Mais il le reprennent l’analyse des exemples canoniques. Mauss a tout fait pour
présente dans sa préface d’une manière traiter le potlatch comme un système d’échange : selon A. Testart, c’est
qui relève autant du désaveu que du faux. un acteur de potlatch cherche surtout à éviter que son destinataire
commentaire. En fait, souligne C. Lévi- puisse rendre. On ne peut donc pas dire que le don soit « l’origine et le
Strauss, donner, recevoir, rendre relèvent moteur des échanges ». c’est un instrument de domination ou de séduction,
d’une seule et même catégorie de pen- mais certainement pas une alternative au marché. l n.j.
sée collective, l’échange, qui peut être
aussi bien symbolique que marchand.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 35


50 penseurs

Vere Gordon Childe (1892-1957)


La révolution néolithique
En trente ans et une vingtaine de livres, Vere
Gordon Childe a fixé l’un des repères les plus
durables de la préhistoire et changé le regard
des archéologues sur leur façon de reconstruire
l’aventure humaine.
une révolution dont l’origine était à Écosse et en Irlande, avant de rejoindre
chercher au Proche-Orient : selon lui, le l’Institut d’archéologie de Londres.
passage à une économie sédentaire de
production était un tournant global et L’invention de la préhistoire
irréversible dans l’histoire de la société sociale
humaine. Accueilli comme une somme L’Aube de la civilisation européenne

E
n 1865, le préhistorien John Lub- d'érudition, cet ouvrage marquait pour est le premier livre de Gordon Childe :
bock qualifiait de « néolithique » Vere Gordon Childe le début d’une belle il sera suivi par plus de 20 autres, ainsi
un âge de la culture européenne carrière d’archéologue, et surtout de que par plus de 200 articles, où l’archéo-
caractérisé par de belles haches de théoricien de la dynamique des socié- logue traite de la préhistoire ouest et est
pierre, dont le polissage semblait tés inaccessibles à l’histoire : la notion européenne, mais aussi de sa vision de
marquer un progrès par rapport aux de « révolution néolithique », même si la dynamique des sociétés humaines et
outillages taillés des temps précédents. elle est aujourd’hui placée dans une de sa conception du regard du préhis-
Leur coïncidence avec des poteries temporalité différente, continue de torien qui, selon lui, ne doit pas différer
et des traces d’habitat permanent fit structurer notre vision de la protohis- radicalement de celui de l’historien.
que, graduellement, on considéra que toire humaine, comme le passage d’une Avant d’en rappeler quelques points,
ce terme couvrait une époque, encore forme de vie à une autre. précisons que Gordon Childe formait le
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

mal définie, où les balbutiements de Gordon Childe, né à Sydney, formé à projet avoué d’interpréter la préhistoire
l’agriculture et de l’élevage, l’existence Oxford, s’était d’abord essayé à une car- avec les outils du marxisme, ou du moins
de villages et de sépultures imposantes rière politique auprès des travaillistes certains : matérialisme, accumulation du
signalaient un début de civilisation. En australiens, et maîtrisait aussi bien la capital, primauté des rapports de pro-
1925, un jeune archéologue australien philosophie tutélaire du socialisme duction, importance des contradictions,
publiait à Londres une savante synthèse (Hegel, Marx et Engels) que l’archéolo- et recherche des causes du changement.
(L’Aube de la civilisation européenne) où gie classique. En raison de ses positions Tous ne lui servirent pas, notamment
il documentait cet horizon culturel en le radicales, il n’eut pas accès à l’université celui de lutte des classes, qu’il n’employa
qualifiant non pas simplement comme de Sydney, s’exila en Angleterre, où il jamais. Pour autant, il se montra extrê-
une culture singulière, mais comme trouva un milieu plus ouvert, divers mement novateur par rapport aux vues
emplois dans des institutions acadé- de son époque. Dans les années 1920, les
Œuvres clés miques et commença à visiter des sites cultures archéologiques étaient souvent
archéologiques en Europe. Ayant tiré un considérées comme l’attribut d’une
l L’aube de la civilisation trait sur sa carrière politique (il publie en race, et leur répartition comme la consé-
européenne (1925), trad. fr. 1923 une critique des travaillistes, qu’il quence d’une diffusion à partir d’une
Payot, 1949. trouve trop modérés et corrompus), il source unique par influence, conquête
l man makes Himself (1936), se consacre à la préhistoire, publie deux ou invasion. Gordon Childe leur oppose
rééd. Spokesman Books, 2003. livres, et est embauché en 1927 par l’idée qu’une culture (matérielle, la seule
l De la préhistoire à l’histoire l’université d’Édimbourg pour ensei- accessible) est un ensemble cohérent qui
(1942), trad. fr. Gallimard, 1961. gner l’archéologie : il y fera une bonne correspond à un peuple parvenu à un
partie de sa carrière, des fouilles en certain état d’organisation économique

36 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


Vere GOrDOn CHILDe

et sociale, définition qui sera retenue par


les générations suivantes. Par ailleurs,
Gordon Childe ne s’oppose pas à l’idée
■ la suite d’une grande idée
vere Gordon childe n’est pas seulement l’inventeur de la « révolution
de diffusion : il défend en 1926 et 1928
néolithique » : son approche à la fois matérialiste et sociale est considérée
l’origine proche-orientale de l’agricul-
comme fondatrice de l’archéologie « processuelle » qui allait occuper au
ture contre les « occidentalistes », qui la
moins deux générations de chercheurs après lui, emmenés aux etats-
situent en Europe du Nord. Mais il est
unis par colin renfrew et lewis Binford. en revanche, ces derniers ne
contre la théorie du foyer unique : selon
ménagèrent leurs critiques envers les aspects inachevés ou spéculatifs de
lui, les mêmes innovations peuvent
l’œuvre de Gordon childe : sa théorie des oasis (comme lieux de naissance
apparaître indépendamment au cours
de l’agriculture) fut rapidement balayée. l’idée même d’une protohistoire
de l’histoire des sociétés en divers points
spécifiquement européenne allait contre leurs convictions universalistes
du globe. L’avenir lui donnera raison.
et leur penchant au déterminisme écologique. en fait, Gordon childe ne
Enfin, il contribue à donner chair à la
disposait pas des moyens qui, peu après sa mort, allaient changer le visage
préhistoire, qui ne consiste pas seule-
de l’archéologie préhistorique : la datation au carbone 14, une profusion de
ment en une chronologie d’objets et de
faits nouveaux concernant la domestication des plantes et des animaux,
vestiges : en 1936, il remplace le terme
ainsi que la découverte de plus anciens habitats urbains en Turquie. la
« révolution néolithique » par « révolution
révolution néolithique s’en est trouvée considérablement étirée (sur 5 000
urbaine », afin de souligner la nature
ans) et a perdu certaines de ses composantes autrefois liées : on sait
sociale et économique des changements
maintenant que certains peuples ont développé la poterie (extrême-Orient),
qui accompagnent la naissance de l’agri-
ou bien se sont sédentarisés et ont développé des hiérarchies sociales
culture et de l’élevage. Malgré ses convic-
(Amérique du Nord) en l’absence d’agriculture et d’élevage animal. l N.J.
tions communistes, et plusieurs voyages
en URSS, pays dont il espérait beaucoup,
Gordon Childe ne suivit pas ses collègues science soviétiques. Deux ans après sa la vieillesse, et peut-être pour d’autres
russes dans leur programme strictement retraite, au cours d’un voyage en Aus- motifs. On ne le sut que dix ans plus
marxiste, et se montra, après 1953, de tralie, il mit fin à ses jours en se jetant tard, dans une lettre ouverte de manière
plus en plus déçu par la politique et la du haut d’une falaise afin d’échapper à posthume. l N.J.

Plus de 750 notions, lois, t

ite
bibli
ot


Pe

que de Sc

modèles, politiques
s
ne
ai

en
i
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

e s Hu m c

et théories indispensables
ire
en économie et sociologie Le dictionna
du
du développement MENT
DÉVELOPPE
DURABLE

Pierre Jacquemot

En librairie le 7 mai

En librairie, et sur commande à :


editions.scienceshumaines.com
ou par téléphone au 03 86 72 07 00
ISBN : 978-2-36106-308-5
Livraison sous 72 h en France métropolitaine
504 pages - 18,50 €

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 37


50 penseurs

Carl Schmitt (1888-1985)


Le droit du plus fort
« La nécessité n’a pas de loi » : cet adage a de
tout temps justifié la faculté pour le souverain de
s’attribuer des pouvoirs exceptionnels lors de
périodes de troubles. À partir cet état d’exception,
Carl Schmitt propose en 1922 une analyse
pénétrante des relations entre droit et pouvoir.

n Que faire de
Carl Schmitt ? S
i l’œuvre de Carl Schmitt demeure
une lecture inconfortable pour
les théoriciens de la démocratie
libérale, c’est que peu de critiques ont
toute législation nationale ou inter-
nationale. Ce décret a donné lieu à la
création du camp de Guantanamo,
où ont été détenues sans procès des
Que faire aujourd’hui de la pensée
de Carl Schmitt ? Son œuvre a relevé comme lui les failles de l’État personnes soupçonnées d’être liées à
fait l’objet de plus d’une attaque, de droit. L’ambition de la philosophie Al-Qaïda.
notamment en raison de son politique libérale est de mettre fin à Il revient à Schmitt d’avoir relevé
adhésion au nazisme après 1933, toute forme d’arbitraire. Au « rapport le paradoxe de l’état d’exception.
mais nourrit aussi nombre de de force » succède un « rapport de Que dire en effet d’un système juri-
réflexions contemporaines. De droit ». Nul ne doit être au-dessus des dique qui « prévoit sa propre suspen-
son analyse de l’état d’exception, lois, pas même le prince. Mais même sion » ? Peut-on encore considérer
elles conservent l’idée qu’au ce droit moderne comporte une zone que le droit régit les agissements du
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

cœur de l’État de droit se d’ombre : l’« état d’exception ». Elle prince ? Oui, dans la mesure où en
nichent toujours des zones figure dans toutes les constitutions proclamant l’état d’exception, celui-
d’ombre où prévaut l’arbitraire sous des noms différents. En France ci obéit à la règle. Non, puisque dès
du prince. Mais rarement pour elle s’appelle l’« état de siège » ; c’est cet instant, il s’affranchit du droit.
approuver ce dernier. En fait, l’« état d’urgence » en Allemagne ou la L’état d’exception est paradoxal. Pour
Schmitt n’a pas envisagé la « loi martiale » en Angleterre. Il s’agit nombre de juristes, comme Hans
possibilité de changements d’une disposition qui autorise le sou- Kelsen (1881-1973), adversaire attitré
pacifiques de régime. Les crises verain à suspendre l’application de de Schmitt, ce n’est qu’une bizarre-
politiques prennent à ses yeux la Constitution dans le cas où l’ordre rie, un cas limite qui ne relève plus
nécessairement le visage de la politique est menacé. Elle l’autorise à du domaine de la science juridique.
guerre civile, qui justifie les abus prendre des mesures exceptionnelles, C’est l’« exception qui confirme la
que le prince pourrait commettre passer outre l’avis du Parlement, gou- règle ». Aux yeux de Schmitt, l’état
pour préserver l’ordre. Or les verner par ordonnances. Elle lui donne d’exception appelle au contraire une
années récentes nous ont donné même le droit de mettre en suspens redéfinition du rapport entre droit et
plusieurs exemples d’alternances les libertés publiques. Exemple : après pouvoir : il faut penser la règle à partir
politiques sans guerres civiles, les attentats du 11 septembre 2001, de l’exception.
que ce soit en Amérique latine George W. Bush émet un military Théologie politique s’ouvre par une
dans les années 1980, ou avec les order qui autorise la détention sine formule lapidaire : « Est souverain celui
« révolutions de velours » des pays die d’étrangers soupçonnés d’avoir qui décide de la situation exception-
de l’Est après 1989. l x.v. attenté à la « sécurité nationale des nelle. » Cette phrase annonce la portée
États-Unis », en claire violation de de l’investigation. Elle ne concerne pas

38 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


carl schmitt

quoi il faut s’attendre dans ce cas », boîtes où le juge pourrait ranger tel ou
écrit Schmitt. Autrement dit, le droit tel acte. Pour sortir de cette difficulté,
ne fournit aucun critère pour distin- Schmitt fait intervenir la notion de
guer une situation exceptionnelle du « décision ». Forcément personnelle,
cas normal. Il revient au souverain de la décision est cet élément « neuf »,
trancher. Sans cette décision, le droit « étranger », ce « moment constitutif »
demeure indéterminé. qui vient s’ajouter à la norme juridique
et met fin à son indétermination.
L’indétermination de Or, selon lui, c’est au souverain qu’in-
la norme juridique combe de proclamer (ou non) la situa-
H. Kelsen, lui, esquive une telle tion exceptionnelle. C’est à lui de créer
question, parce qu’il s’en tient à une les conditions de validité des normes
approche formelle du droit. Qu’est- juridiques. Donc, le droit repose sur la
ce qui fonde la validité d’une norme force. L’état d’exception « révèle avec la
juridique ? Ce ne peut être qu’une plus grande clarté l’essence de l’autorité
autre norme. Ainsi la décision d’en- de l’État. C’est là (…) que l’autorité
voyer quelqu’un en prison repose démontre que, pour créer le droit, il
sur le Code pénal, lui-même adopté n’est nul besoin d’être dans son bon
de manière conforme à la Consti- droit. » Schmitt n’a en aucune manière
tution. Le droit est une hiérarchie l’intention de dénoncer l’état d’excep-
www.bridgemanart.com

de normes. La science juridique s’en tion. La critique que le juriste formule à


tient là. Voilà une vision inacceptable l’encontre du libéralisme politique est
aux yeux de Schmitt. Pour la com- celle d’un conservateur, ardent défen-
battre, il met en évidence ce que l’on seur d’un régime autoritaire. l
appelle aujourd’hui, à la suite de ses Xavier de la vega
travaux, l’« indétermination de la règle
un point de détail, mais ouvre sur une de droit ». Ce qu’il observe à propos de
théorie de la souveraineté. Il s’agit pour l’état d’exception, Schmitt l’avait déjà Article publié dans Sciences Humaines, n° 163, août-septembre 2005.

lui de montrer que le droit ne saurait établi auparavant pour toute norme
définir exhaustivement le domaine juridique, fût-elle le plus clairement
d’action du prince ; au contraire, c’est énoncée. Ainsi, est-ce que la règle « pas ŒuvrES CLÉS
la puissance du prince qui crée les de véhicule dans la cour » s’applique
Théologie politique (1922),
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

conditions d’application du droit. « Il aussi aux vélos, aux poussettes et aux l

est impossible d’établir avec une clarté trottinettes ? Il apparaît que même reéd. Gallimard, 2008.
intégrale les moments où l’on se trouve dans un cas aussi simple, la solution l La notion de politique (1932),
devant un cas de nécessité (notfall) n’est pas évidente. Car la loi ne per- rééd. Flammarion, 1992.
ni de prédire, dans son contenu, ce à met jamais d’identifier nettement des

n Carl Schmitt et le nazisme


La parution, dans les années 1920, de ses premiers écrits Écouté par la présidence du général Hindenburg, il milite
sur le droit a rapidement valu à Carl Schmitt une vive pour l’attribution de pouvoirs exceptionnels à ce dernier.
notoriété. Proche des milieux néoconservateurs allemands, En 1933, il finit par se rallier au régime nazi, occupant de
il n’en est pas moins lu et respecté par des intellectuels 1933 à 1936 les fonctions de conseiller juridique, avant
éloignés de ses positions, de Hugo Preuss, corédacteur d’être écarté à l’initiative des SS. Sa participation au
de la Constitution de Weimar, aux marxistes Otto Bauer régime lui vaut d’être mis en examen par les alliés en 1945,
et Walter Benjamin. Critique virulent de la république de puis une expulsion définitive de l’université allemande. Il
Weimar, Schmitt ne s’attache pas moins à défendre l’ordre continue néanmoins de publier par la suite (Le Nomos de
juridique contre son ennemi de l’heure : le Parti national- la Terre, 1950, Théorie du partisan, 1962) et meurt en 1985
socialiste (NSDAP), dont il recommande l’interdiction. à l’âge de 97 ans. l x.v.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 39


50 penseurs

Karl Popper (1902-1994)


Qu’est-ce que la science ?
Nous ne pouvons que débusquer l’erreur,
jamais démontrer une vérité. Le chantre du
rationalisme critique qu’est Karl Popper
applique ce principe à la démarche scientifique,
mais aussi à la réflexion politique.

D
ans la Vienne de l’après-Pre- il commence à soupçonner que la force L’épreuve de la réfutation
mière Guerre mondiale, les explicative apparente de ces théories Popper propose donc de soumettre
sciences nouvelles sont nom- est peut-être leur point faible. Elles toute théorie nouvelle à des expérimen-
breuses. Le jeune Karl Popper s’inté- semblent ne jamais pouvoir être mises tations dans le but explicite de la réfuter.
resse particulièrement à la théorie en défaut, car même devant des cas Est scientifique une théorie réfutable,
de la relativité d’Albert Einstein, au problématiques, il est toujours possible c’est-à-dire qui offre prise à des tests
marxisme, à la psychanalyse freudienne de faire coller les faits avec la théorie. La permettant de la réfuter éventuelle-
et à la psychologie d’Alfred Adler. Face théorie de la relativité, encore jeune à ment (de démontrer sa fausseté). N’est
à cette floraison, il se demande très tôt l’époque, apparaît très différente. Elle pas scientifique une théorie qui n’est
s’il existe un critère permettant d’affir- permet de faire des prédictions, dont pas réfutable (terme préférable en fran-
mer qu’une théorie est scientifique. Il le résultat, s’il s’avérait négatif, renver- çais à « falsifiable »). Mais pour qu’une
constate que les théories de Karl Marx, serait sans discussion la théorie. Ainsi, théorie soit valide, il faut évidemment
Sigmund Freud et A. Adler possèdent contrairement aux autres théories étu- qu’elle soit non seulement réfutable,
un très fort pouvoir explicatif apparent. diées par Popper, la théorie de la relati- mais aussi non réfutée. Seuls survivent
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Elles « semblaient aptes à rendre compte vité présentait le risque d’être infirmée, les théories ayant passé avec succès
de la quasi-totalité des phénomènes qui réfutée par l’observation. l’examen de la réfutation. Ainsi, « le pro-
se produisaient dans leurs domaines grès scientifique ne consiste pas en une
d’attribution respectifs. (...) Partout l’on accumulation d’observations mais en
apercevait des confirmations : l’univers un rejet des théories moins satisfaisantes
abondait en vérifications de la théorie » et leur remplacement par de meil-
(Conjectures et réfutations, 1963). Mais

Œuvres clés

l La Logique de la découverte
scientifique (1934), rééd. Payot,
2007.
l misère de i’historicisme
www.bridgemeart.com

(1944-1945), rééd. Pocket, 1991.


l conjectures et réfutations.
La croissance du savoir
scientifique (1963), rééd. Payot,
2006.

40 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


karl popper

leures » (La Quête inachevée, 1974). C’est a chaque génération, que la vie soit un de penser antiautoritaire. « Nos erreurs
bien ainsi selon lui que se développe la peu moins redoutable et un peu moins nous ont effectivement instruits. » Elles
connaissance scientifique : les théories inique » (Misère de I’historicisme, 1957). nous ont appris non seulement à tolérer
astronomiques de Johannes Kepler et Pour Popper, la société ouverte n’est des croyances qui diffèrent des nôtres,
de Galilée ont ainsi été supplantées par pas tant un régime politique ou un sys- mais aussi à les respecter, ainsi que les
celle d’Isaac Newton, laquelle a été à son tème de gouvernement qu’une forme hommes qui y adhèrent sincèrement.
tour dépassée par celle d’A. Einstein. de coexistence humaine où la liberté des « Nous avons appris qu’en nous écoutant
Une théorie qui a subi avec succès individus, la non-violence et la protec- et en nous critiquant mutuellement,
l’épreuve de la réfutation n’est cepen- tion des faibles sont des valeurs essen- nous avons quelque chance d’approcher
dant pas prouvée mais seulement tielles. L’origine de la société ouverte davantage de la vérité », affirme-t-il. Mais
« corroborée ». Car il se peut fort bien remonte à l’Antiquité grecque. Les phi- cette conviction poppérienne a davan-
qu’elle soit réfutée demain. On ne peut losophes présocratiques ont instauré la tage su renouveler l’épistémologie que
donc jamais affirmer qu’une théorie est libre discussion critique comme moyen la philosophie politique. l
absolument vraie, on peut seulement de progresser vers la vérité. Plus près de Jacques Lecomte
dire que l’on n’a pas encore démontré nous, les guerres de Religion ont, selon
qu’elle est fausse. On ne peut parler de Popper, contribué à modeler ce mode Article paru dans Sciences Humaines, HSS n° 9, mai-juin 2009.

vérité scientifique, mais seulement de

n
« vérisimilarité », c’est-à-dire d’approche
progressive de cette vérité. Même si
l’on se trouve face à une théorie vraie, la philosophie des sciences après
on ne peut jamais être sûr que ce soit le
cas. En résumé, adopter consciemment Karl Popper
une démarche critique est l’instrument l Thomas s. Kuhn
principal du progrès de la connaissance. Karl Popper va rapidement être critiqué par une nouvelle génération de
Popper se présente comme un ratio- philosophes des sciences. Tel Thomas Kuhn (1922-1996) qui dans La
naliste critique. Rationaliste, parce qu’il
Structure des révolutions scientifiques (1962) soutient que la science
croit au pouvoir de la raison, qui permet
n’évolue pas selon une démarche progressive et continue d’essais et
notamment à l’homme de s’approcher
erreurs, mais à l’aide de modèles dominants. la « science normale »
de la vérité. Critique, parce qu’il estime
fonctionne ainsi jusqu’à ce que ce modèle entre en crise et qu’un
que la démarche critique, qu’elle s’exerce
nouveau vienne s’y substituer.
dans l’activité scientifique ou sociale, est
le principal facteur de progrès.
l Imre lakatos
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Imre lakatos (1922-1974) conteste lui aussi les thèses poppériennes. Il


Sociétés closes et
élabore sa théorie des « programmes de recherches scientifiques » (ou Prs).
sociétés ouvertes
un Prs est un ensemble d’hypothèses qui dirige la science à un moment
Popper va, pour ainsi dire, étendre
le critère de réfutabilité à l’analyse des donné. Il est composé d’un noyau dur de thèses inviolables entouré d’une
théories sociales en établissant une dis- « ceinture protectrice » formée d’hypothèses auxiliaires, qui peuvent, elles,
tinction entre sociétés closes et sociétés être éventuellement modifiées. un programme de recherche ne résout
ouvertes. La société close est surtout, aux jamais toutes ses anomalies. car les réfutations abondent toujours. c’est
yeux de Popper, une société imaginée, sur ce point qu’I. lakatos s’oppose à son maître Popper, qui soutient que le
voire mise en place, par des hommes propre de la science est de soumettre ses énoncés à la réfutation.
qui rêvent en quelque sorte de faire des-
cendre le paradis sur Terre. C’est notam- l Paul K. Feyerabend
ment ce qu’il reproche au marxisme. l’Américain Paul Feyerabend (1924-1994) ira plus loin en soutenant que
Une politique sociale rationnelle doit, nombre de théories scientifiques (celles de Galilée, d’Isaac Newton, la
selon lui, viser à alléger les maux, non relativité) se sont imposées en dépit de certains faits expérimentaux,
à procurer le bonheur. « Laissons au parfois d’incohérences internes et de faiblesses avérées (Contre la
domaine privé, dit-il, cette recherche du méthode, 1975). De ce constat, il tire une « théorie anarchiste de la
bonheur » sous peine d’imposer aux connaissance ». si les plus grands physiciens se sont affranchis des
autres notre propre vision de l’exis- règles de la méthode, c’est donc qu’aucune méthode idéale ne saurait
tence. Au lieu de viser le paradis sur s’imposer pour authentifier les sciences. l j.‑f.d.
Terre, il faut s’efforcer « de faire en sorte,

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 41


50 penseurs

Lev Vygotski (1896-1934)


La pensée,
le langage et l’enfant
Le développement de l’enfant ne procède pas
de l’individuel vers le social, mais du social
vers l’individuel. Telle est l’une des thèses
développées par Lev Vygotski qui reste
une référence pour la recherche pédagogique.

Q uels rapports la pensée et le


langage entretiennent-ils ?
C’est à cette interrogation
majeure que le psychologue russe Lev
estime que l’on peut représenter le rap-
port entre pensée et langage par deux
cercles qui se recoupent. La zone d’inter-
section représente la « pensée verbale ».
égocentrique. L’enfant raisonne alors
avec lui-même : « Où est le crayon ? Il me
faut maintenant un crayon bleu ; ça ne
fait rien, à la place je vais dessiner avec
Vygotski s’est efforcé de répondre dans Mais une part importante de la pensée un rouge… » Selon Vygotski, ce langage
son ouvrage, Pensée et langage (1934). («la pensée technique et instrumentale») présente une grande parenté avec le
Atteint de tuberculose, c’est sur son lit n’a pas de rapport direct avec le langage. langage intérieur de l’adulte, dont il
de mort qu’il en dicte le dernier cha- Inversement, certains aspects du lan- est une ébauche. Il s’agit d’une forme
pitre. Dès 1936, le livre est interdit en gage n’ont pas de lien avec la pensée, par transitoire entre le langage social, des-
Union soviétique, notamment parce exemple lorsqu’une personne se récite tiné aux autres, et le langage intérieur,
que son auteur était trop ouvert à l’in- un poème appris par cœur. destiné à soi-même. Son rôle est d’aider
fluence des travaux occidentaux. Mais Mais Vygotski s’intéresse surtout à l’enfant à penser et à surmonter les
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

en 1956, dans un climat de déstalinisa- la manière dont pensée et langage se difficultés.


tion, Pensée et langage est republié en développent au cours de l’enfance. Jean Un autre thème longuement traité par
Union soviétique. La première traduc- Piaget et Vygotski ont deux interpré- Vygotski concerne l’opposition entre
tion (condensée) paraît aux Etats-Unis tations différentes de cette évolution. concepts scientifiques et concepts ordi-
en 1962. Aujourd’hui, ce livre reste l’un Pour le premier, le développement de naires. Il souligne le paradoxe suivant :
des plus importants ouvrages de psy- l’enfant s’effectue de l’individuel au l’enfant formule mieux ce qu’est la loi
chologie du siècle. social, tandis que le second pense au d’Archimède qu’il définit ce qu’est un
contraire qu’il procède du social vers frère. Alors qu’il a une riche expérience
Le langage intérieur l’individuel. Vygotski consacre de lon- empirique de ce qu’est un frère, il s’em-
Selon Vygotski, la psychologie scien- gues pages à l’analyse du langage « égo- brouille si on lui demande ce que signi-
tifique a hésité jusqu’à présent entre centrique » – quand le jeune enfant parle fie le mot « frère ». De fait, nous explique
deux positions extrêmes au sujet des sans s’occuper de savoir si on l’écoute et Vygotski, les concepts quotidiens ne
liens entre la pensée et le langage : soit sans attendre de réponse. Prenant le se développent pas du tout comme les
la fusion soit la complète dissociation. contre-pied de J. Piaget, il affirme que concepts scientifiques. Les premiers
Deux thèses fausses selon l’auteur, qui le langage égocentrique ne régresse sont connus par l’expérience concrète,
pas au fil des ans, mais qu’il progresse. les seconds à la suite d’une explication
œuvre clé Il montre cela expérimentalement en du maître, « dans une situation de colla-
perturbant le libre cours de l’activité boration entre le pédagogue et l’enfant ».
l Pensée et langage (1934), enfantine : ainsi, quand un enfant ne L’enfant sait manier les concepts spon-
rééd. La Dispute, 2013. trouve pas le crayon de couleur dont il tanés, mais n’en a pas de représenta-
a besoin, il utilise beaucoup le langage tion consciente. Inversement, l’enfant

42 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


lev vygotski

tissage devance toujours le développe-


ment ». Il utilise à ce propos la notion
de « zone prochaine (ou proximale) de
développement ». Prenons le cas de deux
enfants possédant un âge mental équi-
valant à 8 ans. Avec l’aide d’un adulte,
l’un résout des problèmes correspon-
dant à l’âge de 12 ans, tandis que l’autre
ne peut résoudre que des problèmes
correspondant à l’âge de 9 ans. C’est
précisément cette différence qui définit
la zone prochaine de développement.
Elle est de 4 pour le premier enfant et
de 1 pour le second. Il identifie ici un
élément déterminant pour le dévelop-
pement, car « ce que l’enfant sait faire
aujourd’hui en collaboration, il saura le
faire tout seul demain ». Tout cela n’est
qu’un échantillon des nombreuses
idées originales de Vygotski. Nul doute
que cet auteur aurait produit une œuvre
encore plus féconde s’il n’était pas mort
prématurément à 37 ans. l
iStock/Getty

Jacques Lecomte
Article publié dans Sciences Humaines, n° 81, mars 1998.

n
prend dès le début beaucoup mieux
conscience des concepts scientifiques
que des objets qu’ils représentent.
le retour en grâce
Zone proximale de l’œuvre de lev vygotski, régulièrement rééditée, continue d’inspirer les
développement psychologues de l’enfant. les années 1980 ont vu une explosion des études
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Vygotski s’oppose à deux courants


sur le langage intériorisé qui confirment ses théories. Ainsi laura Berk,
théoriques de son époque. D’une part,
professeur de psychologie à l’université de l’Illinois, affirme que « le soliloque
le béhaviorisme qui considère que le
(private speech) est essentiel pour le développement cognitif de l’enfant » car
développement mental et l’appren-
il favorise l’accomplissement de tâches. elle a montré expérimentalement
tissage ne sont rien d’autre qu’une
que les enfants utilisent plus souvent ce langage lorsqu’ils travaillent seuls
accumulation de réflexes condition-
à une tâche qui les oblige à se surpasser ou lorsque leur enseignant n’est
nés. Or, pour Vygotski, l’apprentissage
pas disponible. Quant à la thèse plus générale de vygotski selon laquelle
implique « un véritable et complexe
le développement de l’intelligence trouve son origine dans les relations
acte de la pensée ». D’autre part, il cri-
interpersonnelles, elle a donné lieu à de multiples recherches. Tout un
tique la conception de J. Piaget pour
courant, dit de « l’école genevoise », a ainsi largement soutenu que des
qui l’apprentissage procède par stades :
enfants confrontés à plusieurs à un problème améliorent leurs capacités
il constate que des enfants réussissent
cognitives si la situation les amène à formuler des réponses divergentes.
très bien dans des disciplines scolaires
ce « conflit sociocognitif » conduit les enfants à modifier leur point de vue
sans posséder la maturité cognitive
s’il s’avère erroné. De plus, ils sont ensuite plus aptes à utiliser leur nouvelle
qui devrait selon J. Piaget être requise.
compréhension lorsqu’ils sont seuls. Selon Yves clot et ses collègues, le
C’est le cas, affirme-t-il, pour l’appren-
retour à vygotski devrait aussi permettre de repenser l’unité de la psychologie,
tissage de la lecture, de l’écriture, de la
une discipline divisée aujourd’hui entre la psychologie cognitive et les
grammaire, de l’arithmétique… Alors
neurosciences d’un côté, et la psychologie clinique de l’autre (1). l j.l.
que J. Piaget considère que le dévelop-
pement doit précéder l’apprentissage, (1) Yves clot (dir.), Vygotski maintenant, La Dispute, 2012.
Vygotski affirme, lui, que « l’appren-

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 43


50 penseurs

Margaret Mead (1901-1978)


Le poids de la culture
Figure de proue du culturalisme, Margaret Mead,
dans une célèbre étude sur les îles Samoa,
décrit un exemple de société tolérante, échappant
aux affres de l’adolescence. Une controverse a
par la suite remis en cause son travail.

A
près une formation en psycho- ans, il est réimprimé cinq fois. À le lire mal aimées, rebelles, délinquantes, et
logie et anthropologie, Mar- aujourd’hui, on comprend pourquoi. rejetées.
garet Mead obtient en 1925 Il est vivant, d’un accès aisé, malgré la Après un début aussi prometteur,
de son professeur, Franz Boas, une densité de son contenu. Mead poursuit une carrière marquée
mission à Samoa pour y étudier le La conclusion à laquelle elle par- par de nombreuses publications, jalon-
comportement des jeunes. La ques- vient est celle qu’espérait F. Boas : la née d’honneurs. Elle disparaît en 1978,
tion de la « crise de l’adolescence », qui jeune Samoane est fort différente de sa avant qu’éclate une polémique : un
préoccupe tant les Américains, est au consœur américaine. Son adolescence anthropologue australien, Derek Free-
cœur de sa recherche. n’est « en aucune façon une période de man, publie en 1983 un ouvrage dans
Pour F. Boas, elle n’a rien d’anecdo- crise et de tension », mais « la meilleure lequel il critique sévèrement Adoles-
tique : il occupe une place importante période de sa vie » : elle a peu de res- cence à Samoa. La liberté sexuelle ? Les
aux États-Unis, et est engagé dans une ponsabilités et les « rencontres sous le Samoans sont l’un des peuples les plus
ardente controverse avec ses pairs palmier » entre adolescents des deux obsédés par la virginité : les frères « sur-
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

sur les rôles respectifs de la nature et sexes sont monnaie courante. Cette veillent activement les allées et venues
de la culture dans le modelage des différence est attribuée, au bout du de leurs sœurs » ; les jeunes hommes
conduites humaines. Mead passe neuf compte, à la spécificité des cultures, sont hantés par le fantasme de vio-
mois sur place à étudier la population responsables de former des person- ler une vierge. Les mœurs douces,
de trois villages, et s’intéresse, plus pré- nalités différentes. À Samoa, les senti- l’absence de passion et de violence ?
cisément, aux adolescentes. De retour ments sont peu profonds, les enfants D. Freeman cite des chiffres montrant
aux États-Unis, elle publie, en 1928, ne sont pas soumis à une pression que le taux de délinquance des ado-
Coming of age in Samoa (Adolescence pour mûrir plus vite, ils se trouvent lescents est élevé. Il conclut que Mead
à Samoa). Le livre connaît immédiate- face à des choix restreints, et la société s’est trompée, parce qu’elle connaissait
ment un succès considérable : en deux est tolérante en matière de sexualité et mal la langue de Samoa, que ses jeunes
de religion. informatrices l’ont « menée en bateau »,
et qu’elle voulait à tout prix trouver ce
Le charme de l’amour libre qu’elle cherchait.
Œuvres clés Le public a été charmé par cette Cet acte d’accusation déclenche une
société où les sentiments et la sexua- vive controverse. Les défenseurs de
l mœurs et sexualité en lité sont libres. Les aspects négatifs, Mead montent au créneau. Ils dénon-
océanie (1928-1935), reéd il ne veut pas les voir, remarque l’an- cent les négligences malhonnêtes de
Pocket, 2006. thropologue Eleanor Leacock. Pour- D. Freeman : ses statistiques sur la
l L’un et l’autre sexe (1949), tant, ces problèmes, l’auteure les a délinquance concernent une autre
rééd. Gallimard, coll. « Folio », 2005. bien abordés : elle a même consacré région de Samoa, et une autre époque.
un chapitre entier aux adolescentes Rien ne prouve que ses informateurs

44 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


margaret mead

aient été plus sincères que ceux de scène. Entre les deux, ils choisiraient jours dans ce qu’elle écrit, je me recon-
Mead. Lowell Holmes, qui a consacré plutôt Mead, parce que, déclare l’un nais encore moins en obsédé du viol ».
sa thèse à vérifier l’étude de Mead sur d’eux « si je ne me reconnais pas tou- Ultérieurement, Serge Tcherkézoff,
le terrain, écrit : « Il est révélateur lui aussi spécialiste, reprendra en détail
que, si Freeman me cite vingt-six les arguments de chacun et les ren-
fois dans son livre, c’est presque verra dos à dos (Le Mythe occidental
uniquement à propos de de la société polynésienne).
mes critiques », alors Il critiquera le parti pris
que, ajoute-t-il, « j’ai anticulturaliste de
aussi trouvé qu’une D. Freeman, tout
bonne part de sa en admettant
recherche était que Mead s’est
valable » ; il est trompée sur le
d’accord que l’ado- caractère non
lescence est infiniment moins problématique de la
chargée de tensions et d’angoisses sexualité à Samoa. l
à Samoa qu’aux États-Unis. Claudie Bert
Là-dessus, des Samoans entrent en Article paru dans Sciences Humaines, n° 69, février 1997.

n
iStock

Destins du culturalisme
en anthropologie, le culturalisme désigne un courant bien comme l’ethnopsychiatrie, fondée par Georges Devereux
défini, développé aux états-unis, à ne pas confondre avec (Ethnopsychiatrie d’un Indien des plaines, 1951) qui partage
l’anthropologie culturelle en général, qui tient pour acquise l’idée d’une construction culturelle des névroses et des
la différence des cultures. représenté par Franz Boas, nosologies. ses héritiers en France sont Tobie Nathan
ralph linton, Margaret Mead, ruth Benedict et d’autres, il et Marie-rose Moro. en linguistique, une autre forme de
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

défend une thèse précise : la culture d’une société forge culturalisme est aussi portée par les héritiers d’edward
un modèle de comportement individuel qui est celui de sapir et Benjamin lee Whorf (Language, Thought and reality,
ses membres. les sociétés présentent donc des styles de 1954), qui défendent l’idée que les langues véhiculent des
conduites dominants, des « personnalités de base ». Ainsi, visions du monde différentes. Mais la variable est d’ordre
r. Benedict distingue des sociétés « apolliniennes » et cognitif, et non comportementale.
« dionysiaques » (Patterns of Culture, 1934). Imprégnés de ensuite, dans les années 1970, l’ethnologue clifford Geertz
psychanalyse, les culturalistes s’intéressent à la manière se posera en réformateur du culturalisme américain : tout
dont des interdits sont mis en œuvre par la culture, en insistant sur la singularité des cultures, qu’il considère
induisant des névroses différentes. scientifiquement, comme ne requérant aucune explication mais juste
cette doctrine déterministe passera de mode dans les une attitude compréhensive, il se désintéresse de tout
années 1960, même si, dans le même temps, les écrits déterminisme. son culturalisme est donc différent de celui
de Mead et r. Benedict connaissent encore une grande de Mead et F. Boas, c’est un relativisme postmoderne.
popularité. leur différentialisme sert d’argument aux enfin, le mot « culturalisme » a connu des usages plus
mouvements féministes, antiracistes et libertaires de récents en philosophie politique, soit pour défendre
l’époque. un droit aux différences culturelles en démocratie
D’autres courants se développent : le structuralisme et (multiculturalisme), soit pour insister sur leur irréductibilité,
le marxisme en europe, le naturalisme aux états-unis ces deux usages ouvrant la porte à la défense de causes
(sociobiologie, écologie culturelle) déplacent le curseur vers identitaires variées (régis Meyran et valéry rasplus, Les
la recherche d’invariants culturels. l’esprit du culturalisme Pièges de l’identité culturelle, 2014). l 
survit néanmoins, et se retrouve dans une discipline Julia Bihl et Nicolas JourNet

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 45


50 penseurs

Jean Piaget (1896-1980)


Les stades
de l’intelligence
Jean Piaget a tiré sa théorie des stades de
l’intelligence de son travail expérimental avec
des enfants. Son œuvre, bien que souvent
contestée aujourd’hui, a jeté les bases
de la psychologie du développement cognitif.

J
ean Piaget, actif pendant quarante Les stades de l’intelligence de l’intelligence au réel chez l’hu-
ans au Bureau international de Dans l’entre-deux-guerres, Piaget main, sa marche vers l’exactitude et
l’éducation de l’Unesco, a forte- met au point une méthode originale l’abstraction logicomathématique,
ment influencé la pédagogie de l’enfant. qui consiste à interroger un enfant dont l’étude de l’enfant n’est qu’un
Très tôt dans le 20e siècle, ce biologiste confronté à des expériences telles que le moyen. C’est pourquoi, à partir de
de formation travaille au contact des changement de contenant d’un liquide 1950, il définit sa recherche comme
principaux courants de la psychologie donné, ou le changement de forme une « épistémologie génétique ». Elle
de l’enfant, une science alors en consti- d’une boule de pâte à modeler. Dûment vise à reconstituer la façon dont l’es-
tution. Piaget a auparavant travaillé à questionné, l’enfant révèle ou non, prit humain maîtrise progressivement
l’élaboration des tests psychologiques selon son âge, la présence de notions le raisonnement logique à partir de
au laboratoire de Théodore Simon, comme la conservation des quanti- ses expériences primordiales. On a
coinventeur de l’échelle métrique de tés ou la réversibilité d’une opération. pu se demander si ce schéma très
l’intelligence avec Alfred Binet, disparu L’enfant, pour Piaget, se développe général du développement de l’esprit
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

en 1911. Au contact des enfants, Piaget mentalement au fur et à mesure qu’il humain ne dévalorise pas des cultures
a ressenti le besoin d’une « embryologie acquiert une connaissance objective et des modes d’appropriation du réel
de l’intelligence », d’une théorie qui du réel. Cette dernière est véritablement étrangers à la science occidentale.
permette de comprendre la formation acquise avec le raisonnement abstrait Chacun à leur manière, Henri Wallon
du raisonnement. Dès 1921, il devient et la logique formelle, notamment avec (1879-1962), Lev Vygotsky (1896-1934),
assistant d’Édouard Claparède à l’insti- la maîtrise du raisonnement hypothé- Jerome Bruner ont questionné les
tut Jean-Jacques-Rousseau de Genève. tico-déductif. La définition des stades limites de la psychologie génétique.
É. Claparède est à la fois l’inventeur de l’intelligence en découle. Le premier Celle de H. Wallon, en particulier,
de la psychologie fonctionnelle, qui stade est celui de la pensée sensorimo- mettait l’accent sur l’influence de la
considère que le développement psy- trice : avant 2 ans, l’enfant fait preuve réalité sociale et le caractère indisso-
chologique s’appuie sur le besoin ou un d’une pensée pratique qui accompagne ciable du développement intellectuel
intérêt, et du mot d’ordre selon lequel ses expériences. Puis, l’activité du jeu et émotionnel. J. Bruner réévaluait
l’enfant doit être mis « au centre des révèle une pensée symbolique, non quant à lui les apports de la culture
apprentissages ». immergée dans l’expérience immédiate et du langage. Aujourd’hui, on peut
mais dépendante de gestes et d’images regretter que le modèle dominant en
œuvre clé (entre 2 et 12 ans). Enfin, la pensée for- psychologie cognitive tende à occulter
melle (préadolescence) rejoint celle de ces vieux débats aux enjeux pourtant
l La naissance de l’intelligence l’adulte en s’émancipant de l’ici et du centraux. l
chez l’enfant (1936), rééd. maintenant. Dominique ottavi
Delachaux et Niestlé, 1998. Piaget, de façon plus générale, vise
à saisir la construction du rapport Article publié dans Sciences Humaines, HSS n° 7, septembre-octobre 2008.

46 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


jean piaget

n
les compétences précoces du bébé
les recherches actuelles remettent en cause l’idée de « raison », pour que l’enfant maîtrise le concept de nombre.
« stades » de développement de l’intelligence chère à Jean Pour le prouver, Piaget plaçait l’enfant face à deux rangées
Piaget. en effet, l’intelligence se développerait de façon non de jetons en nombre égal mais de longueur différente
linéaire. selon l’écartement des jetons. Dans cette situation, le
jeune enfant considère, jusqu’à 6-7 ans, qu’il y a plus de
la conception du développement de l’intelligence de jetons là où c’est plus long. cette réponse verbale est une
l’enfant selon Jean Piaget était linéaire et cumulative erreur d’intuition perceptive (longueur égale nombre) qui
car systématiquement liée, stade après stade, à l’idée révèle, selon Piaget, que l’enfant d’école maternelle n’a
d’acquisition et de progrès. c’est ce que l’on peut appeler pas encore acquis le concept de nombre. Mais, dans les
« le modèle de l’escalier », chaque marche correspondant années 1960, Jacques Mehler et Tom Bever ont montré que
à un stade bien défini les enfants réussissent dès
dans la genèse de 2 ans cette tâche si, par
l’intelligence dite exemple, on remplace les
« logicomathématique » : jetons par des nombres
de l’intelligence sensori- inégaux de bonbons (3).
motrice du bébé (0-2 ans), Ils optent en effet pour
basée sur ses sens et ses la rangée qui contient
actions, à l’intelligence le plus de bonbons, au
conceptuelle et abstraite détriment de l’autre, plus
de l’enfant (2-12 ans), de longue. l’émotion et la
l’adolescent et de l’adulte. gourmandise rendent
la nouvelle psychologie ainsi le jeune enfant
de l’enfant remet en cause « mathématicien » et lui font
ce modèle de l’escalier en quelque sorte sauter le
iStock/Getty

ou, pour le moins, indique stade d’intuition perceptive


qu’il n’est pas le seul de Piaget. ultérieurement,
possible (1). D’une part, il la recherche sur les
existe déjà chez les bébés capacités numériques
des capacités cognitives précoces est allée plus
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

assez complexes, c’est- loin encore en découvrant


à-dire des connaissances la naissance du nombre
physiques, mathématiques, chez le bébé avant le
logiques et psychologiques langage, c’est-à-dire avant
ignorées par Piaget et l’âge de 2 ans. Par ailleurs,
non réductibles à un Piaget s’est intéressé
fonctionnement strictement aux performances des
sensori-moteur. D’autre bébés en observant leurs
part, la suite du développement de l’intelligence jusqu’à actions volontaires. Or, les gestes des bébés étant souvent
l’adolescence et l’âge adulte compris (la dernière marche) maladroits, on admet aujourd’hui qu’il n’a pas pu sonder
est jalonnée d’erreurs, de biais perceptifs, de décalages toute l’étendue de leur intelligence, qui peut se mesurer
inattendus, non prédits par la théorie de Piaget. Ainsi, plutôt aujourd’hui par des moyens détournés. l 
que de suivre une ligne ou un plan qui mène du sensori- Olivier HOudé
moteur à l’abstrait, l’intelligence avancerait de façon plutôt
(1) Olivier Houdé, La Psychologie de l’enfant, 6e éd., Puf, coll. « Que sais-je ? », 2013.
biscornue, non linéaire. (2) voir Olivier Houdé, « De la pensée du bébé à celle de l’enfant. L’exemple du
Prenons un exemple cher à Piaget et qui fait, aujourd’hui nombre », Sciences Humaines, n° 87, octobre 1998.
encore, l’objet de beaucoup de recherches : les nombres (2). (3) Jacques Mehler et Tom Bever, « Cognitive capacity of very young children »,
Selon Piaget et son modèle de l’escalier, il faut attendre Science, vol. CLVIII, n° 3797, 6 octobre 1967.

6-7 ans, c’est-à-dire l’entrée à l’école élémentaire, l’âge de Article publié dans Les Grands Dossiers de Sciences Humaines, n° 3, juin-juillet-août 2006.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 47


50 penseurs

John M. Keynes (1883-1946)


L’État au secours de
l’économie
En justifiant les interventions régulatrices
de l’État sur le marché, John M. Keynes
a profondément influé sur les politiques
économiques du monde libre de 1945 à 1980.

L
e Britannique John Maynard relancer la croissance. Il s’y montre d’une « incitation à investir », dont il
Keynes a été l’un des écono- critique vis-à-vis de l’approche clas- faut analyser les ressorts. Ce déca-
mistes les plus influents du sique de l’économie – ce courant qui, lage entre la demande effective et les
siècle dernier. Devenu très jeune pro- depuis Adam Smith, David Ricardo débouchés possibles constitue, selon
fesseur à Cambridge, Keynes parti- (1772-1823), Jean-Baptiste Say (1767- Keynes, la base d’un déséquilibre.
cipe à la Conférence pour la paix de 1832), John Stuart Mills (1806-1873)
1919, où il prend position contre les et leurs continuateurs (1), envisageait L’équilibre de sous-emploi
réparations trop fortes imposées à l’économie de marché comme un En effet, si les consommateurs pré-
l’Allemagne. Il dirige également la système tendant à l’équilibre. Pour fèrent conserver une partie de leurs
délégation britannique aux accords Keynes, le dogme de l’adéquation revenus en épargne, ou si les investis-
de Bretton Woods (1944), et ses tra- spontanée de l’offre et de la demande seurs potentiels préfèrent garder leurs
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

vaux restent associés au redressement n’est valable qu’en moyenne. Concrè- liquidités, la demande globale va fai-
économique de l’après-guerre dans tement, un entrepreneur n’augmente blir. Les entrepreneurs ne seront alors
le cadre de l’État-providence. Auteur sa production et n’embauche des pas encouragés à produire plus et à
à succès dès son jeune âge, il est tou- salariés qu’en fonction de ses pré- embaucher plus… Il en résulte une
jours resté un esprit éclectique, ouvert visions de ventes. Cette demande situation que Keynes qualifie d’« équi-
à tous les aspects de la vie intellec- escomptée par les entrepreneurs, libre de sous-emploi » où un chômage
tuelle et des arts. Keynes l’appelle « demande effective ». de masse peut survenir. Que faire
Or, cette demande ne correspond pas pour pallier cette stagnation ? Puisque
La demande effective au total des débouchés possibles. En les mécanismes du marché sont insuf-
Son œuvre majeure, la Théorie géné- effet, tous les revenus distribués ne fisants à assurer le plein-emploi, il faut
rale (1936) jette les bases de la macro- sont pas automatiquement dépensés. stimuler artificiellement la croissance.
économie et propose des solutions Le consommateur peut préférer épar- C’est ici que Keynes fait intervenir
aux déséquilibres du marché à partir gner plutôt que de tout consommer. la notion d’« effet multiplicateur »,
d’une action régulatrice destinée à De la même façon, une entreprise qui qu’il emprunte à Richard F. Kahn,
touche des revenus supplémentaires économiste de Cambridge. Un « coup
œuvre clé ne va pas forcément les réinvestir ; de pouce » initial donné par l’État
elle préférera peut-être spéculer en peut faire repartir la machine : par de
l Théorie générale de l’emploi, Bourse. La transformation des reve- grands travaux, par des commandes
de l’intérêt et de la monnaie nus en dépenses de consommation publiques, ou par la distribution de
(1936), rééd. Payot, 1998. ou en investissement dépend donc revenus aux familles… Keynes ne
d’une « propension à consommer » et réduit pas la relance aux seules poli-

48 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


JOHn MAYnArD KeYnes

tiques de dépense de l’État. D’autres des politiques


actions sont possibles : la taxation des économiques
droits de succession limite les rentes d e l’ a p r è s -
improductives, la baisse des taux guerre à
tty
d’intérêt permet aux entreprises de la fin des oc
k/
Ge
iSt
créer des emplois… Enfin, la monnaie années 1970.
tient également une place centrale. Mais il a ensuite été mis
Pour Keynes, elle n’est pas un ins- au ban du fait de l’apparition d’ef- antici-
trument « neutre » : elle peut bloquer fets pervers : déficits croissants des pations,
ou encourager la croissance selon États, inflation galopante… De plus, la et de leurs
qu’elle est abondante ou rare. Créer mondialisation des échanges et de la comporte-
de la monnaie, par l’intermédiaire finance a rendu en partie inopérantes ments. L’entrepre-
du crédit par exemple, apporte aux les techniques de relance nationale : neur qui investit, le
entrepreneurs les fonds nécessaires si l’aide à la consommation conduit consommateur qui
pour de nouvelles activités. La « réten- à l’augmentation des dépenses, dans dépense, le rentier qui spé-
tion » de liquidité au contraire freineraune économie ouverte cette consom- cule sont des forces motrices
l’activité. mation nouvelle favorise autant et de la croissance. Bien que parti-
parfois plus les produits étrangers san du marché et de la libre entre-
Hayek, l’anti-Keynes que la production nationale. Est-ce prise, Keynes a mis en avant la néces-
Tous les économistes n’ont pas pour autant la fin du keynésianisme ? sité d’une intervention régulatrice
approuvé les idées de Keynes. Tout au Non, répondent les néokeynésiens des instances politiques. En ce sens,
long des années 1930-1970, Keynes se actuels (2). Le keynésianisme a été il est le théoricien des « économies
heurte aux critiques de son principal réduit, à tort, à un petit nombre de mixtes », et, en temps de crise, il est
recettes. Or, on peut envisa- fréquemment rappelé sur le devant de
ger de nouvelles mesures, les la scène. l J.-F.D.
Keynes a mis en avant doser différemment.
Ainsi donc, Keynes a opéré
la nécessité d’une intervention une sor te de révolution (1) Arthur c. Pigou (1877-1959), Alfred Marshall (1842-

régulatrice conceptuelle en économie. 1924), Léon Walras (1834-1910).


(2) richard Arena, Keynes et les nouveaux keynésiens,
La notion de « demande effec-
des instances politiques. tive » fait dépendre la dyna-
Puf, 1993.

mique économique des stra-


Article publié dans Les Grands Dossiers de Sciences Humaines, n° 30,
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

tégies des acteurs, de leurs mars-avril-mai 2013.

rival, l’Autrichien Friedrich Hayek


(p. 52). Pour ce dernier, défenseur d’un


libéralisme pur et dur, les crises éco-
nomiques s’expliquent par l’absence
d’épargne et les mauvais ajustements le krach de 2008 et le retour à Keynes
des politiques monétaires. F. Hayek est
un adversaire acharné de l’économie Après une longue période où le néolibéralisme incarnait l’avenir, il a suffi
planifiée. Selon lui, l’encadrement de de quelques semaines, de la fin août au début du mois d’octobre 2008,
l’économie par des « lois préétablies » pour que le monde entier redevienne keynésien. la crise financière a en
conduit à ignorer les besoins réels de effet redonné toute son actualité à la mise en garde de John M. Keynes :
chacun. Le marché concurrentiel, la une économie de marché fonctionnant sans entraves peut parfaitement
décentralisation et l’expression des s’établir dans un état durable de récession et de chômage. Dans ce cas,
droits de l’individu permettent de seule une politique ambitieuse de dépenses publiques peut la tirer de ce
gérer au mieux l’économie, car le libé- mauvais pas. Parce qu’il a théorisé la fragilité des économies financières
ralisme est le seul système capable de et contesté radicalement l’autorégulation du marché, Keynes méritait d’être
corriger ses propres défauts et de gérer relu attentivement. Pour cette raison, de nombreux économistes (comme
la complexité des sociétés modernes. Joseph Stiglitz et, en France, Bernard Maris, Bernard Gazier, Paul Jorion…)
Dans le combat entre Keynes et se sont réclamés récemment de lui. l
F. Hayek, le keynésianisme l’a long- XAVIER DE LA VEGA
temps emporté, inspirant la plupart

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 49


50 penseurs

Norbert Elias (1897-1990)


La civilisation
par les mœurs
Les gestes de pudeur et la pacification
des mœurs sont, selon Norbert Elias,
les signes visibles du processus de civilisation
qui affecte l’Europe depuis la Renaissance.
Une thèse qui a traversé tout le 20e siècle.

J
usqu’au 16e siècle, dans les villes règles qui pèsent sur l’usage du corps, la 12e au 18e siècle, en effet, en France du
allemandes, on pouvait, paraît-il, satisfaction des besoins, des instincts et moins, on assiste à la montée du pouvoir
assister au spectacle hebdomadaire des désirs humains. Or, cette dimension royal et à la transformation des classes
de familles entières traversant la ville nus de la morale a connu une évolution très féodales en noblesse de cour. Le prince
comme des vers pour se rendre au bain marquée en Europe à partir de la Renais- y impose sa marque sur tous les aspects
public. Dans le même ordre d’idées, il sance : l’homme médiéval vivait dans de la vie de ses courtisans : amours,
semble qu’au 14e siècle, les usages du une sorte de barbarie plus ou moins guerres, manières de table, politesse et
corps et les manières de table étaient innocente, une liberté réelle d’exprimer règlement des conflits. En même temps,
beaucoup moins policés que les nôtres. violemment ses émotions, ses désirs et la société s’enrichit et se complexifie :
Érasme, en 1530, conseillait aux jeunes de satisfaire ses besoins les plus brutaux les hommes deviennent de plus en plus
gens de cacher le bruit de leurs pets en sans souci du regard d’autrui. À partir du dépendants les uns des autres : ils sont
toussant, et de se servir de trois doigts 16e siècle, tout cela – politesse, manières « organiquement » liés par la division du
pour puiser la viande dans les plats, de tables, comportements – commence travail. Ils ne peuvent plus vivre en com-
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

sans les essuyer sur la manche de leur à être codifié par les nobles de cour. munautés fermées. Ce sont là, estime
voisin… De telles recommandations Au 18e siècle ce sont les bourgeois qui Elias, les deux causes profondes pour
relèveraient aujourd’hui de l’ironie. s’emparent de ces bonnes manières. Au lesquelles se développe, dans les classes
C’est avec de tels faits savoureux que 19e siècle, le mouvement se démocra- dominantes, noble puis bourgeoise, une
Norbert Elias a introduit dans l’analyse tise encore : l’ère est à une morale qui morale fondée sur la maîtrise croissante
sociohistorique de l’Occident la notion s’appelle « hygiène ». Y sommes-nous des pulsions physiques et émotion-
de « civilisation des mœurs ». L’idée, encore aujourd’hui ? C’est une autre nelles. Il ne s’agit plus seulement de faire
développée en trois tomes, se résume question. Selon Elias, ce mouvement appliquer des règles, mais de parvenir
aisément : la « civilisation », explique inachevé dessine toute l’histoire poli- à un autocontrôle de chacun par lui-
Elias, est une question de mœurs, en tique, sociale et culturelle de l’Occident. même en ce qui concerne les contacts
particulier de ces petites et grandes Car l’évolution de ces manières du corps corporels, la sexualité et la violence en
est le produit de la généralisation d’un général.
modèle de personnage : celui du noble
œuvres clés courtisan. La civilité est intériorisée
Ce mouvement aboutit, au 19e siècle,
l Le Processus de civilisation Le pouvoir d’État, par exemple, à la conception puritaine
(2 vol., 1939), rééd Pocket, 2006 moteur de la civilisation qui veut que l’on ne parle plus du tout
et 2003. La révolution des mœurs, explique de sexualité devant des enfants, et
l La société de cour (1969), rééd. Elias, n’aurait jamais eu lieu sans la que la moindre nudité soit un objet
Flammarion, coll. « J’ai lu », 2008. « domestication » des guerriers, leur de scandale. Michel Foucault, lui, par-
transformation en noblesse de cour : du tira à peu près des mêmes présup-

50 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


norbert elias

posés, pour parvenir à une définition


plus répressive de ce qu’est le mouve-
ment de rationalisation des sociétés
modernes, à travers l’univers psychia-
trique et carcéral.
La « civilité » dans sa plus grande géné-
ralité ne se confond donc pas avec la
pure et simple multiplication des inter-
dits touchant au sexe, à la propreté, à la
politesse et à l’usage de la violence. Ce
n’est pas un simple code : c’est aussi une
culture. L’évolution des mœurs, dans sa
partie moderne, est surtout caractérisée,
écrit Elias, par une intériorisation crois-
www.bridgemanart.com

sante des normes qui rend de plus en


plus superflus les mécanismes sociaux
de répression. La civilisation n’est pas
seulement une affaire d’étiquette : il sait
Jan Mandyn (v. 1500-v. 1560), Festin burlesque (v. 1550).
bien que des tabous et des rites compli-
qués existent chez des peuples consi-
dérés comme barbares. Le mouvement
de civilisation, lui, atteint la conscience
même de l’individu. Il agit sur les sen-
n les refus de l’idée de guerre
la thèse de Norbert elias a été doublement attaquée depuis la fin des
timents intimes des gens, qui génèrent
années 1980. D’abord par l’historien allemand Hans-Peter Duerr (1) qui, dans
culpabilité et regrets et ressemblent au
les années 1990, réfute l’idée d’une société féodale archaïque ne connaissant
refoulement freudien.
ni pudeur ni autocontrôle. Plus récemment, c’est un autre historien, stéphane
Elias, dans une interview donnée en
Audoin-rouzeau, qui voit dans l’œuvre d’elias une tentative presque
1974, en donnera un exemple contem-
désespérée de refuser de penser la violence : « Reste ainsi absolument hors-
porain : le quasi-nudisme sur les plages,
champ toute allusion à la question du combat et de son extrême violence
en plein essor, ne marquait-il pas un
entre 1914 et 1918, dont on ne peut nier pourtant qu’elle ait constitué une
renversement dans le processus de civi-
rupture spectaculaire du processus de civilisation », affirme-t-il dans un texte
lisation ? Pas du tout, explique-t-il : le
de 2011 (2). comment peut-on prétendre étudier les processus de sortie de la
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

bikini exprime avant tout la libération


violence, alors que celle-ci est minimisée, refoulée voire niée ?
de la femme, c’est-à-dire l’égalisation
la violence est pourtant centrale chez elias. Mais elle est étudiée dans ce
des conditions. Par ailleurs, il suppose,
qu’il appelle son « interdépendance réciproque » avec la construction des
de la part de tout un chacun, un contrôle
espaces politiques et sociaux de la sortie de la violence. en même temps que
accru de ses émotions et de ses compor-
l’acceptation de la violence de masse de la Grande Guerre – et lié à elle –,
tements, ainsi que de nouvelles habi-
elias repère un mouvement de plus longue durée de refus progressif de cette
tudes de conduite : une femme se dénu-
violence et de mise en place de stratégies individuelles et collectives (comme
dera la poitrine à la plage, mais jamais
les compétitions sportives par exemple qui permettent de transposer et de
chez le coiffeur.
changer la nature de la violence) permettant la stabilisation de ce refus et sa
L’œuvre d’Elias sur le processus de
lente implantation dans la société. l
civilisation, publiée dès 1939, mais redé-
René-éRic DagoRn
couverte à la fin des années 1960, a été
(1) Hans-Peter Duerr, Nudité et Pudeur. Le mythe du processus de civilisation, MSH, 1999.
accueillie en France avec enthousiasme (2) stéphane Audoin-rouz, « Norbert Elias et l’expérience oubliée de la Première Guerre mondiale », in Quentin
par des historiens comme François Deluermoz, Norbert Elias et le XXe siècle. Le processus de civilisation à l’épreuve, Perrin, 2012.
Furet, André Burguière et Emmanuel Extrait d’un article publié dans Les Grands Dossiers des sciences humaines, n° 30, mars-avril-mai 2013.
Le Roy Ladurie. Elle venait à l’appui de
leur propre effort pour faire de l’histoire
une science des mentalités. Elle incar- a fait école (Georges Vigarello, Alain Cor- moins critique que la psychanalyse, le
nait aussi une sociologie historique à bin, Maurice Daumas). Enfin, tout en marxisme et leurs avatars. l n.j.
visée théorique élevée et inaugurait une restant distancié, il brossait un tableau
forme d’histoire des mœurs qui, depuis, de la civilisation occidentale beaucoup Article publié dans Sciences Humaines, n° 102, février 2000.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 51


50 penseurs

Friedrich Hayek (1899-1992)


Le renouveau libéral
D’adversaire isolé de toute forme d’économie
planifiée, l’économiste Friedrich Hayek
deviendra, après 1974, le théoricien le plus
écouté du nouveau libéralisme.

F
riedrich August von Hayek (qui peut pas être démocratique, pis encore, leur comportement au coup par coup
prendra le nom plus simple il conduit inéluctablement à la « ser- et au fur et à mesure. Selon Hayek, le
de Friedrich Hayek) est né en vitude », qu’elle soit communiste ou planisme ne possède ni la réactivité ni
Autriche, et a étudié le droit, les sciences fasciste. Comme Alexis de Tocqueville, la malléabilité du marché.
politiques et l’économie à Vienne et à Hayek est convaincu que la démocratie
New York, puis travaille pour le gouver- est « essentiellement individualiste » et Le déclin de la liberté
nement autrichien sur des questions que, par conséquent, le socialisme ne De plus, il affirme que la socialisation
purement économiques. En 1931, il est peut pas aller de pair avec la liberté, de l’économie conduit inéluctablement
invité par la London School of Econo- que ce soit sur un plan économique ou à la restriction des libertés individuelles.
mics à donner des conférences : il y fera politique. Du contrôle de la production découle
carrière une partie de sa vie, devenant La plupart des économistes et spé- celui des prix, de la consommation, des
sujet britannique lors de l’annexion de cialement les keynésiens, cible favo- salaires, des préférences individuelles…
l’Autriche par l’Allemagne nazie (1938), rite de Hayek depuis
puis rejoindra l’université de Chicago, les années 1930, voient
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

en 1950. d’un bon œil l’interven-


Au sortir de la Seconde Guerre mon- tion de l’État. Ils sont
diale, à l’heure où les Anglais et les convaincus que l’État
Américains savourent leur victoire, il sauvera le capitalisme
publie son livre le plus lu, La Route de la en socialisant une par-
servitude. Ce n’est pas du tout un traité tie de la production
d’économie mais un essai dont l’inten- et en redistribuant les
tion est explicitement de remettre les revenus. Pour Hayek, ce
gouvernants et leurs administrés sur la « planisme » (économie
bonne voie : celle du libéralisme poli- planifiée) n’est pas aussi
tique et économique. efficace que la concur-
Selon Hayek, c’est à partir de la fin du rence parce que la divi-
19e siècle que l’on s’est mis à croire en sion du travail ne peut
une « grande utopie » : le « socialisme pas être parfaitement
démocratique ». Or, le socialisme ne coordonnée à un niveau
de centralisation élevé :
Œuvre clé il y a trop d’éléments
non maîtrisables. Il faut
l La route de la servitude (1944), donc selon lui laisser les
iStock/Getty

trad. fr. 1945, rééd. Puf, 2013. individus se coordon-


ner librement et ajuster

52 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


friedrich hayek

Le libre arbitre des agents économiques


disparaît avec le planisme. Or, « il est
nécessaire avant tout que, sur le marché,
n
les hauts et les bas du néolibéralisme
Le néolibéralisme de Friedrich Hayek, que le prix Nobel d’économie
les parties soient libres d’acheter ou de Joseph Stiglitz appelle le « fondamentalisme de marché », tient
vendre au prix, quel qu’il soit, auquel elles essentiellement à la croyance dans la capacité qu’aurait l’économie de
peuvent trouver une contrepartie, et que marché à s’autoréguler. une telle vision a connu diverses déclinaisons qui
chacun soit libre de produire, de vendre et continuent de coexister dans le camp libéral. Milton Friedman, collègue
d’acheter tout ce qui est susceptible d’être
de Hayek, théorisait des économies de marché convergeant tôt ou tard
produit ou vendu ». Bref, qu’il soit soft ou
vers un équilibre où toutes les personnes désirant travailler trouvent à
ferme, le planisme économique est une
s’employer : toute tentative gouvernementale de réduire le chômage en
aberration car le système du marché
dessous de son « taux naturel » serait vouée à l’échec. Hayek considérait
veut qu’on laisse les agents s’autoorga-
quant à lui le marché comme un « ordre spontané », capable d’engendrer les
niser. Hayek, tout comme Adam Smith
règles et les institutions qui lui sont nécessaires, d’une manière que l’action
(1723-1790), croit en un « ordre spon-
consciente des gouvernements ne saurait ni remplacer ni même améliorer.
tané » du marché, qui est le produit des
Plus tard, des théoriciens de la finance comme eugene Fama affirment de
actions individuelles des acteurs et non
leur côté l’« efficience » des marchés financiers et l’impossibilité de bulles
de leurs intentions et de leur volonté.
spéculatives durables : l’action vigilante des spéculateurs, toujours à l’affût
Il s’insurge contre le fait qu’au nom du
d’une transaction profitable, ferait en sorte que les cours boursiers offrent
« bien-être social » ou du « salut de la
toujours la meilleure évaluation possible du capital d’une entreprise ou d’un
communauté », on impose une redistri-
titre de dette.
bution des revenus qui, pour Hayek, ne
correspond pas à un idéal de justice car
À partir des années 1980, en Angleterre et dans d’autres pays, l’heure est à
ce sont les plus forts qui font entendre
l’exaltation du marché, qu’il faut libérer des « entraves » et des « distorsions »
leur voix et sont capables d’exercer une
pression sur l’appareil étatique. induites par l’action des gouvernements. Il est indéniable que ces idées
D’un point de vue politique, il est ont, si ce n’est inspiré, tout au moins cautionné les politiques des états
extrêmement critique vis-à-vis des gou- les plus puissants de la planète, états-unis en tête, tout comme l’action
vernants. Il soutient qu’en dépit des du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Incarnation
apparences, leur objectif n’est pas de par excellence de ce credo, le consensus de Washington, cocktail
servir la communauté, mais de plaire d’austérité monétaire et budgétaire, de privatisations, de libre-échange et
à leur hiérarchie. De fait, ils doivent de libéralisation des flux de capitaux, a été froidement recommandé aux
entretenir l’illusion de leur dévouement pays en développement afin de les mettre sur la voie d’une croissance
durable. Autre traduction exemplaire, la déréglementation de la finance
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

en usant d’une propagande vantant ce


qu’ils piétinent tous les jours : la liberté, qui, notamment à partir de la fin des années 1990, a permis aux états-
la justice, la vérité… unis et ailleurs la prolifération de produits financiers, tels que les crédits
En 1944, ces idées étaient à contre- immobiliers subprimes et la titrisation de ces derniers.
courant du courant dominant, celui de
la théorie keynésienne (p. 48), et Hayek Les échecs partiels des politiques d’ajustement dans les pays pauvres,
paiera provisoirement son anticon- la réussite chinoise pour le moins « planiste », et surtout les « bulles
formisme par un faible succès. C’est à financières » répétées des années 2000, ont sérieusement remis en doute
la fin des années 1960 qu’il sortira de les certitudes des penseurs néolibéraux. Si de nombreux observateurs,
l’ombre en même temps que ses col- économistes universitaires ou experts plus ou moins autorisés, ont
lègues « monétaristes » de Chicago. Sa initialement voulu voir dans le krach de la fin 2008 une turbulence sévère
véritable reconnaissance viendra avec mais qui n’affectait pas les « fondamentaux » des économies, la perception
l’obtention du prix Nobel d’économie dominante se range progressivement à l’idée d’une crise majeure qui remet
en 1974, avec Gunnar Myrdal, pour ses en cause le modèle de développement des trois dernières décennies. l’un
travaux sur la fluctuation de la monnaie, des signes de ce revirement a été le retour aux idées de John M. Keynes et
mais aussi pour « son analyse pénétrante à des politiques de relance budgétaire en temps de récession économique.
de l’interdépendance des phénomènes les commentateurs n’ont par ailleurs qu’un mot à la bouche, la nécessité
économique, social et institutionnel ». l d’une réglementation plus stricte de la finance. l
Évelyne Jardin Xavier de la vega
Extrait d’un article publié dans Sciences Humaines, n° 222, janvier 2011.
Extrait d’un article paru dans Sciences Humaines, HS n° 42, septembre-
octobre-novembre 2003.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 53


50 penseurs

Kurt Lewin (1890-1947)


La dynamique
de groupe
Au cours des années 1940, le psychologue
Kurt Lewin inaugure l’étude expérimentale de
la dynamique des groupes. Des recherches qui
ouvrent la voie aux sciences du management.

A
près un doctorat et plusieurs à plusieurs enfants de 11 ans de mener le groupe était en pleine activité, de
années à l’Institut de psycho- ensemble une activité sous la super- façon efficace. À l’inverse, les groupes
logie de Berlin, Kurt Lewin vision d’un adulte. Certains groupes placés auprès d’un leader autoritaire
émigre en 1933 vers les États-Unis. Juif, fonctionnent avec un leader adulte ont réclamé plus souvent l’attention de
il est en effet menacé par la montée du « démocratique », d’autres avec un lea- celui-ci et montré plus de dépendance
nazisme. S’inspirant de la physique des der « autoritaire », d’autres enfin avec à son égard que les autres. Ces groupes
champs, Lewin considère que la dyna- un leader « laisser-faire ». se caractérisaient soit par l’apathie et
mique d’un groupe est régie par des Le leader autoritaire prend toutes l’abandon des responsabilités au lea-
forces qui exercent parallèlement leur les décisions d’ordre général concer- der autoritaire, soit par une forte frus-
influence : rôles, moyens de commu- nant les activités et l’organisation du tration et de la rébellion à l’égard de
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

nication, type de leadership, normes et groupe. Par ailleurs, il se tient plutôt l’adulte. Lorsque le leader s’absentait,
valeurs collectives, buts que le groupe à l’écart des activités du groupe, sauf aucune initiative collective n’émergeait.
se donne et actions qu’il mène, etc. pour faire des démonstrations. Enfin, c’est dans les groupes accompa-
Le leader démocratique fait des gnés par un leader de type laisser-faire
Leadership autoritaire ou propositions, mais les décisions sont que la performance était la plus mau-
démocratique ? prises d’un commun accord avec les vaise. Les enfants étaient actifs, mais
Dans les années 1930, Lewin lance enfants. L’adulte s’efforce dans ce cas improductifs.
avec Ronald Lipitt, élève-assistant en d’être un véritable membre du groupe, Cette expérience a évidemment
psychologie expérimentale, une étude mais sans trop participer aux activités. connu un retentissement considérable
sur l’impact que des styles différents Le leader laisser-faire se contente de en psychologie et dans l’univers du
de leadership exercent sur un groupe répondre aux demandes des enfants management. Par ailleurs, réalisée au
d’enfants. Les chercheurs demandent en fournissant du matériel et des infor- début de la Seconde Guerre mondiale,
mations. Il laisse aux enfants une totale elle représentait aux yeux de beaucoup
liberté pour décider des activités et de une « démonstration » de la supériorité
l’organisation du groupe. des nations démocratiques sur les États
Les réactions des groupes confirment totalitaires.
Œuvre clé
les attentes des chercheurs. C’est avec
l Psychologie dynamique. un leader démocratique que les enfants Conférence vs. discussion
ont manifesté le plus de satisfaction Une autre étude menée quelques
Les relations humaines (1948),
et atteint la meilleure performance. années plus tard par l’équipe de Lewin
rééd. Puf, 1972.
D’ailleurs, lorsque l’adulte s’absentait, va assurer une notoriété définitive à

54 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


kurt lewin

la notion de dynamique de groupe. bébés, pain de seigle) ont toutes abouti une petite ville du Maine, des sémi-
En 1942, le gouvernement américain à la même conclusion. Cette étude naires de formation à la dynamique
en guerre souhaite inciter ses admi- démontrait donc avec force l’influence de groupe, pour cadres, leaders d’opi-
nistrés à manger des abats de viande que peut exercer un groupe sur les nions et personnes soucieuses de
(rognons, cœur, museau), générale- comportements individuels. développement social. L’expérience
ment boudés par les consommateurs. suscite un grand écho et augmente
Lewin tente alors de savoir quelle est Deux visions divergentes de encore l’intérêt porté à la dynamique
la meilleure procédure pour arriver la dynamique de groupe de groupe au sein d’entreprises ou de
à cette fin. Il organise des groupes La rencontre avec le public va suivre services publics.
de ménagères, qu’il répartit en deux deux voies très différentes aux États- Par ailleurs, à Esalen, sur la côte Paci-
catégories. Dans certains groupes, ces Unis après la Seconde Guerre mon- fique, sur l’ancien cimetière d’une tribu
femmes assistent à une conférence diale. D’une part, à partir de 1947, les indienne, une ferme aménagée devient
expliquant l’intérêt de consommer des élèves de Lewin organisent à Bethel, un autre centre de séminaires, mais
abats en raison de leur valeur nutri- dont le public est surtout constitué de
tive et de la situation économique personnes en quête d’épanouissement
du pays. Des recettes sont éga- personnel. Esalen est ainsi, dans les
lement présentées aux audi- années 1960-1970, le lieu de nom-
trices. Dans d’autres groupes, breuses sessions sur les thérapies
des ménagères sont invitées à de groupe, l’expérience mystique,
discuter librement entre elles l’hypnose, l’alimentation, etc. Se
après un bref exposé sur le sujet. répand alors l’usage groupal de
Un contrôle effectué une semaine diverses méthodes de dévelop-
plus tard au domicile des femmes pement personnel : cri primal,
montre l’incontestable supériorité Gestalt-Therapie, rolfing, etc.
de la deuxième méthode : 32 % de Mais cette approche de la dyna-
ces ménagères utilisent des abats mique de groupe suscite des opposi-
contre seulement 3 % des femmes tions, plusieurs enseignants de Bethel
ayant simplement assisté à une estimant que l’expérience d’Esalen
conférence. Des expériences simi- constitue une initiative dangereuse. l
etty

laires portant sur des aliments divers Jacques Lecomte


iStock/G

(lait, huile de foie de morue pour les Article paru dans Sciences Humaines, n° 73, juin 1997.

n
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Du leadership à la psychologie de groupe


l’étude de Kurt lewin sur l’impact du leadership a appelé on évite le conflit en coupant la poire en deux. ce mode
de nombreuses autres recherches, dont une synthèse consensuel de fonctionnement, qui tend à la conservation
récente a fait le bilan (John Gastil, « A meta-analytic du statu quo, est favorisé par deux facteurs : la présence
review of the productivity and satisfaction of democratic d’une hiérarchie et/ou l’existence de relations formelles
and autocratic leadership », 1994). en laboratoire, on dans le groupe. l’autre mécanisme est : l’« effet de
observe qu’avec le leadership démocratique les sujets polarisation » : le groupe a tendance à adopter des
sont légèrement moins productifs lorsqu’il s’agit de solutions plus risquées que les solutions choisies par les
tâches simples. Mais la productivité est meilleure lorsqu’il individus qui le composent.
s’agit de tâches plus complexes. Depuis les années 1990, le développement de la
Mais les psychosociologues ne se sont pas contentés de psychologie cognitive a recentré les recherches sur les
réévaluer ces travaux. D’autres thèmes de recherche ont différences individuelles qui apparaissent en situation
progressivement émergé. c’est en particulier le cas de la de groupe : repérer, par exemple, dans quel contexte
décision de groupe, sur laquelle de nombreuses études de travail une personne se montre particulièrement
expérimentales ont été menées. elles ont notamment mis motivée. la psychologie des groupes est surtout devenue
en évidence deux types de processus. Dans certaines aujourd’hui la psychologie des individus au sein d’un
circonstances, on constate un effet de « normalisation » : groupe. l j.l.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 55


50 penseurs

Fernand Braudel (1902-1985)


L’histore à
grande échelle
En choisissant de faire l’histoire d’un lieu plutôt que
celle d’un prince, Fernand Braudel inaugure en
1949 un nouveau style de récit pluridisciplinaire,
embrassant largement le temps et l’espace.

A
grégé d’histoire en 1923, Fer- sillage de Lucien Febvre, son directeur tion de la revue Annales (1956-1968).
nand Braudel enseigne pen- de thèse. Il fonde ensuite la VIe section Élu au Collège de France (1949), puis
dant dix ans en Algérie puis à de l’EPHE (qui deviendra en 1975 à Académie française (1984), il orga-
São Paulo. Dès 1937, il entre à l’École l’École des hautes études en sciences nisera, autour de l’histoire, un travail
pratique des hautes études dans le sociales, EHESS), et reprend la direc- pluridisciplinaire de recherches cen-
tré sur les idées de « longue durée » et
d’« économie-monde ». Son œuvre est

n Vers l’histoire globale


Aujourd’hui, que reste-t-il de l’œuvre ambitieuse de Fernand Braudel ?
marquée par deux grands livres : La
Méditerranée et le monde méditerra-
néen à l’époque de Philippe II (1949)
et Civilisation matérielle, économie et
capitalisme (1979).
Après lui, l’histoire des mentalités a connu son heure de gloire, avec les
travaux de Pierre Nora et Jacques Le Goff. Mais, quelques décennies après,
changement d’époque : « Faut-il brûler Fernand Braudel ? », titre la revue
Des temporalités multiples
et hétérogènes
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

L’Histoire en 1995. Non seulement Braudel est accusé d’avoir été « un prince
La Méditerranée renouvelle radica-
de la Renaissance » qui aurait égorgé intellectuellement ses ennemis, mais
lement les liens entre l’histoire et les
on considère que ses ouvrages les plus brillants ont vieilli. Jacques Revel
sciences humaines. Braudel y déve-
écrit que l’horizon braudélien d’une histoire totale appartient au passé : le
loppe l’idée de temporalités mul-
temps est désormais à la microstoria et non aux grandes synthèses. Alors
tiples et hétérogènes emboîtées sur
qu’avec Braudel l’histoire apparaissait comme une science impériale, voire
la longue durée. Le « temps long »
impérialiste, dans les années 1990, François Dosse constate l’éclatement de
des sociétés va devenir l’une de ses
l’école des Annales et la fin de la prédominance des sciences historiques
marques de fabrique Dans La Médi-
dans les sciences sociales. Sur le terrain même de la longue durée, là où
terranée, le personnage central n’est
il semblait pourtant le moins attaquable, Braudel est aujourd’hui contredit.
pas le fils de Charles Quint, mais un
Ainsi l’économiste américain Angus Maddison montre que le décollage
lieu, appréhendé dans ses dimen-
économique de l’Europe commence dès le 11e siècle.
sions géographique, économique et
Cela n’a pas empêché que, dans les années 2000, Braudel revienne sur le
sociale. Braudel s’inscrit ainsi dans
devant de la scène. Pour les tenants d’une histoire globale, comme Olivier
le projet des Annales, tel que défini
Pétré-Grenouilleau, Braudel a contribué, avec son « économie-monde », à
par ses fondateurs Marc Bloch et L.
décloisonner les histoires nationales et à orienter la recherche vers la world
Febvre : contre une histoire des grands
history, une histoire insistant sur la longue durée, mettant l’accent sur les
hommes et des événements poli-
rapports entre lieux éloignés, et jouant sur les échelles allant du local au
tiques, La Méditerranée se tourne vers
global. l
ces lents processus qui témoignent
Régis MeyRan
des transformations des sociétés.

56 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


fernand braudel

n
Le jeu des économies-mondes
Vingt ans après La Méditerranée, Fernand Braudel développe
dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme une
explication historienne de l’avènement du capitalisme et du
monde moderne. Dans les années 1960-1970, le structuralisme
est engagé dans un dialogue assez inamical avec l’histoire.
Claude Lévi-Strauss s’en prend durement à la prétention
d’une histoire totale : dans La Pensée sauvage, après s’être
ironiquement « incliné devant la puissance et l’inanité de
l’événement », il conclut que « l’histoire mène à tout à condition
d’en sortir ». Braudel prend ces critiques au sérieux et propose
« la longue durée comme structure », inscrite inconsciemment
dans le quotidien des individus.

comme son confrère et disciple américain Immanuel

www.bridgemanart.com
Wallerstein, Braudel propose de voir dans le monde
du 15e siècle non pas une simple juxtaposition d’aires
civilisationnelles, mais un ensemble d’économies-mondes. Une
économie-monde peut se définir comme une triple réalité : a)
elle occupe un espace géographique donné qui ne varie que Carte de l’Europe du 16e siècle.
sur la très longue durée ; b) elle a toujours un centre qui est une
ville dominante (Venise, puis Anvers, Amsterdam et Londres
pour l’économie-monde européenne) ; c) enfin toute économie-
monde se partage en zones successives : le centre dominant, L’histoire événementielle, « poussière
les zones intermédiaires, et enfin, les marges subordonnées. de fait divers », ne décrit selon lui que
« les vagues que les marées soulèvent
ce livre est aussi une réflexion nouvelle sur la genèse sur leur puissant mouvement » – là
du capitalisme : là où Max Weber insistait sur l’idéologie où l’objet de l’histoire devait être de
protestante, Braudel met en avant le jeu du commerce mondial remonter des vagues aux marées qui
et se tourne vers les analyses matérialistes de Karl Marx, les les produisent. Retenant la leçon
travaux de Werner Sombart et ceux de Joseph Schumpeter.
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

de L. Febvre selon laquelle les his-


Aux historiens qui ont l’habitude d’en appeler aux différences toriens ne devaient pas étudier un
culturelles, il réplique que le monde n’a jamais été aussi objet mais un problème, Braudel tente
homogène qu’en 1500 dans la tête des acteurs. Braudel moins d’écrire une histoire de la mer
considère en effet que le marché et le capitalisme ne sont intérieure que d’analyser quand et
pas de même nature, car « les jeux de l’échange » marchand comment s’est produit le déclin de la
couvrent un champ allant du « troc le plus élémentaire (…) Méditerranée au profit de l’Atlantique.
jusqu’au capitalisme le plus sophistiqué ». Selon lui, seule Il observe cette évolution sur trois
l’Europe a développé aussi fortement un capitalisme fondé échelles de temps : d’abord, le temps
sur la circulation : l’objectif des marchands a été de créer géographique – la longue durée –,
des situations d’oligopole, voire de monopole. Cette forme relaterait « une histoire quasi immo-
de capitalisme s’appuyait non sur la transparence, mais bile, celle de l’homme dans ses rapports
au contraire sur un contrôle de l’information permettant avec le milieu qui l’entoure ». Ensuite
la spéculation. Pour Braudel, ce capitalisme, par essence le temps social, qui est celui de l’his-
cosmopolite, est ce qui va permettre à l’Europe de bâtir sa toire des sociétés. Enfin, le temps des
suprématie mondiale à partir du 15e siècle et de transformer acteurs rejoint l’histoire traditionnelle
une économie-monde restreinte en économie mondiale. l avec son cortège d’événements, de
René-éRic DagoRn guerres et de paix. l
Thomas LepeLTier
Article publié dans Sciences Humaines, n° 153, octobre 2004.
Article publié dans Sciences Humaines, HS n° 42, septembre-octobre-
novembre 2003.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 57


50 penseurs

Joseph A. Schumpeter (1883-1950)


La dynamique
du capitalisme
Joseph A. Schumpeter reste surtout l’homme
d’une idée : celle de la capacité des crises
économiques à créer du neuf en détruisant de
l’ancien. Mais son goût pour l’innovation ne lui
soufflera pas toujours des prédictions exactes.

D
e prime abord, l’œuvre de
l’économiste autr ichien
Joseph Aloïs Schumpeter
déconcerte par son caractère hétéro-
clite : diversité des thèmes abordés,
constante oscillation dans le choix
des méthodes... Si l’ensemble paraît

iStock/Getty
dépourvu de cohérence, elle existe
toutefois : les transformations du
système économique et la source
des innovations techniques sont des
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

thèmes qui n’ont cessé de poursuivre ministre des


Schumpeter durant toute sa carrière Finances
intellectuelle. dans un gou-
Élevé par un officier de haut rang, il vernement
est d’emblée bien introduit au sein de composé de
l’élite de son pays. Diplômé en droit en socialistes et de
1908, il commence par enseigner l’éco- chrétiens sociaux. En 1921,
nomie politique dans diverses univer- il prend la tête d’une banque
sités autrichiennes. Après la Première privée qui ne tarde pas à faire faillite. l’offre. Ce ne sont pas les besoins des
Guerre mondiale, il est brièvement Après ces échecs successifs, il revient consommateurs qui dictent leur loi à
au monde académique. Il enseigne à l’appareil de production, mais les pro-
Œuvres clés l’université de Bonn de 1925 à 1932, ducteurs qui orientent les besoins des
puis s’exile à Harvard jusqu’à la fin de consommateurs. Mais pas n’importe
l Théorie de l’évolution sa vie. quels producteurs : uniquement un
économique (1912), rééd. Dalloz, tout petit nombre d’entre eux, les
1999. Troupe d’entrepreneurs entrepreneurs. Ce qui fait l’entrepre-
l Les cycles d’affaires (1939). L’exposé de ses idées personnelles neur, c’est sa capacité à mettre en
l capitalisme, socialisme et commence par une Théorie de l’évolu- œuvre de nouvelles combinaisons
démocratie (1942), rééd. Payot, tion économique (1912). Schumpeter productives, que cela concerne les
2004. y affirme que le ressort de l’évolution biens, les méthodes de production, les
économique se situe au niveau de débouchés, les matières premières ou

58 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


joseph aloïs schumpeter

les organisations. Pour Schumpeter,


on n’est pas entrepreneur comme
on est pharmacien ou professeur :
n Qu’est-ce que
la « destruction créatrice » ?
ce n’est pas une profession. Certains
chefs d’entreprise sont des entrepre- Dans Capitalisme, socialisme et démocratie (1942), Joseph schumpeter
neurs, d’autres pas. Certains l’ont avance une idée appelée à un grand succès : toute crise serait une
été mais ne le sont plus. D’autres le « destruction créatrice ». la formule sonne comme un oxymore. Mais
deviennent. Henry Ford, par exemple, que signifie-t-elle au juste ? la voiture a éliminé le cheval et le cocher,
n’est pas encore entrepreneur au sens le tracteur a détruit des emplois agricoles, l’ordinateur a supprimé les
de Schumpeter quand, en 1906, il
dactylos… Mais au final, les innovations ont été source de grandes
n’est qu’un chef d’entreprise parmi
phases de croissance : nouveaux produits, nouveaux débouchés,
d’autres. Il le devient trois ans plus
nouveaux emplois. loi de l’évolution du capitalisme, la destruction
tard, lorsqu’il conçoit sa fameuse
créatrice serait donc un « ouragan », qui détruit sur son passage mais
Ford T. Il est encore entrepreneur
qui se trouve aussi à la source des grandes révolutions industrielles.
quand il introduit la division du travail
cette idée, longtemps restée marginale, a connu ces dernières années
dans l’industrie automobile, quand il
un regain de vigueur. elle inspire même les politiques de l’OcDe et la
décide d’une politique de baisse pro-
stratégie de lisbonne, qui voient dans l’innovation le facteur clé de la
gressive des prix, ou lorsqu’il multiplie
par deux les salaires de ses ouvriers. croissance. Dans cette perspective, la crise de la fin des années 2000
Être entrepreneur, c’est donc, à un pourrait préfigurer un nouveau régime de croissance.
moment donné, se faire l’agent du Mais est-ce bien toujours le cas ? en 2012, la revue Current History
changement. C’est rompre avec la publiait « la création destructive et le nouveau désordre mondial ». les
routine, bousculer les habitudes. auteurs s’en prenaient au leitmotiv, entendu depuis des années, qui
Schumpeter observe que l’entrepre- associe croissance et innovation. certes, toutes les grandes phases
neur est rarement isolé ; il parle de « de croissance ont été portées par des innovations – de techniques,
troupe des entrepreneurs ». Comment de produits, de modes d’organisation. Mais l’innovation n’est pas
expliquer que les changements les forcément vertueuse. elle prend parfois un visage dévastateur : celui de
plus considérables ont presque tou- la catastrophe de Fukushima, ou celui des nouveaux produits financiers
jours eu lieu en un espace de temps des années 1990, à l’origine du krach de 2008. Face à une innovation,
extrêmement resserré ? Si l’évolution nul ne sait dire quel sera, à long terme, le solde entre effets positifs et
économique présente un caractère effets négatifs : la destruction créatrice peut donc aussi être une arme de
haché, alternant essors et dépressions, destruction massive et précipiter le monde dans le chaos. l j.‑f.d.
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

c’est parce que certaines époques plus


que d’autres bénéficient des efforts
conjugués d’hommes brillant par
leurs qualités d’entrepreneurs. l’entrepreneur est encore plus mar- par ses contemporains, Schumpe-
quée dans Capitalisme, socialisme ter connaît aujourd’hui un regain de
Grappes d’innovation et démocratie (1942). Son diagnostic faveur. Reconnaissance un peu para-
Mais, avec les années, la pensée de est bien connu : le capitalisme est doxale : personne, y compris parmi
Schumpeter évolue. De publication en appelé à disparaître ; l’avenir est au ceux qui se réclament de son héritage,
publication, le rôle de l’entrepreneur socialisme, qui instaurera la propriété ne songe à nier que sur certains sujets,
est revu à la baisse. Parallèlement, collective des moyens de production, Schumpeter a commis des erreurs. Il
l’environnement politique et insti- la planification centrale, et ce sans a beau avoir prédit que les jours du
tutionnel, les structures sociales, la menacer sérieusement la démocra- capitalisme étaient comptés et pro-
culture deviennent des objets d’ana- tie. Quelles sont les raisons de cette mis un bel avenir au socialisme, son
lyse à part entière. Ainsi, dans Les prophétie ? Schumpeter dénonce prestige demeure intact. Sa vision de
Cycles d’affaires (1939), ce n’est plus la la désaffection politique de la bour- l’histoire économique comme une
troupe des entrepreneurs qui est pré- geoisie, l’influence croissante des succession. l
sentée comme la variable principale intellectuels, ennemis de l’économie EmmanuEl FourniEr
du changement, mais des « grappes marchande, l’effacement des pro-
d’innovations » : selon lui, le progrès priétaires au profit des managers, la
technique est décisif, pas les hommes multiplication des bureaucraties...
qui l’appliquent. La désacralisation de Boudé, parfois même méprisé Article publié dans Sciences Humaines, n° 119, août-septembre 2001.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 59


50 penseurs

Gregory Bateson (1904-1980)


Une écologie
de la communication
Gregory Bateson est le fondateur de l’école de
Palo Alto (Californie), creuset d’une intense
réflexion sur les interactions sociales,
la communication et les thérapies familiales.

L
es essais rassemblés par Gre- processus concrets d’interactions. dant échouer à contenir l’emballe-
gory Bateson en 1972 (Vers une C’est donc sur ce niveau que porte ment symétrique. La société est alors
écologie de l’esprit) abordent l’analyse. Bateson s’attache, dans son condamnée à se réorganiser ou à
tour à tour l’anthropologie, la théorie ethnographie des Iatmuls, peuple de mourir. En ce sens, la schismogenèse
de l’apprentissage, la schizophrénie, Nouvelle-Guinée, à décrire les inte- gouverne autant les facteurs d’écla-
l’évolution des espèces ou encore ractions entre les individus, et met tement à l’œuvre dans la société que
la dynamique des écosystèmes. Ils en évidence un « système de gestes », ceux du changement social.
illustrent l’ambition de l’auteur de une expression codifiée des émotions
faire de l’analyse systémique une et des attitudes, qu’il appelle « ethos », Des systèmes en boucles
pince universelle pour saisir aussi qu’il oppose à l’« eidos » (processus La singularité de Bateson tient à son
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

bien la structure que la dynamique cognitifs). Il observe au sein du peuple approche cybernétique : il conçoit les
des relations interindividuelles et iatmul l’existence d’une intense riva- comportements individuels comme
sociales. lité entre les clans. Elle donne lieu à les unités élémentaires d’un système
Dans un premier ouvrage, La Céré- des interactions symétriques, c’est- qui assure la régulation de l’ordre
monie du Naven (1936), Bateson défi- à-dire des séquences de provoca- social. Cela apparaît clairement dans
nissait l’individu comme l’ensemble tions qui peuvent mener à l’affronte- l’analyse qu’il offre de la société bali-
des relations qui le lient à son envi- ment. C’est ce que Bateson appelle naise (Balinese Character, avec Mar-
ronnement, ce que traduit la notion la « schismogenèse ». Existe-t-il des garet Mead, 1942). La stabilité de cette
d’« écologie de l’esprit ». Pour Bateson, mécanismes régulateurs susceptibles dernière se manifeste, selon lui, en
les conduites individuelles n’ont pas de freiner ces emballements symé- tout endroit du système, dans cha-
de sens en dehors du contexte et des triques ? C’est ici qu’interviennent cune des interactions élémentaires
les cérémonies du Naven. Celles-ci qui le composent. Dans une fameuse
mettent en scène des individus, un séquence de photographies, Bateson
oncle maternel (wau) et son neveu représente le jeu d’une mère bali-
Œuvres clés
(laua), appartenant à des clans diffé- naise avec son fils. On la voit stimuler
l La cérémonie du naven rents. Dans ces rituels, lorsque le laua sexuellement son enfant jusqu’à ce
(1936), rééd. Minuit, 1971. se vante, le wau répond en mimant que ce dernier, parvenant à un état de
l Vers une écologie de l’esprit
grossièrement l’attitude d’une femme grande excitation, se jette à son cou.
(1972), 2 t., rééd. Seuil, coll. soumise. Cela contribue, selon Bate- La mère se détourne alors et adopte
« Points », 2008. Seuil, 1993. son, à désamorcer la rivalité entre la position d’un spectateur observant
les clans. Ces rites peuvent cepen- complaisamment le courroux de l’en-

60 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


gregory bateson

fant. Cela a pour effet de « diminuer la de jouer. » Comment comprendre un appeler « un jeu sans fin ». Le message
tendance de l’enfant à un comporte- tel message ? Dans un sens littéral « je veux arrêter de jouer » ne peut
ment compétitif ou de rivalité ». ou selon la règle d’inversion du sens : mettre un terme à la partie parce qu’il
Analyse structurale, en ce qu’elle « Je veux continuer à jouer » ? Difficile introduit une confusion des niveaux
analyse les relations entre les par- à dire. Si l’enfant dit au contraire : logiques. Arrêter le jeu exige de reca-
ties de la totalité sociale, la pensée « Continuons à jouer », le message drer ce qui est dit : c’est l’outil prin-
de Bateson est aussi une pensée du apparaît tout aussi indécidable. cipal de la thérapie systémique, qui
changement. Changer, cela veut dire C’est ce que l’on peut sera développée par le psychiatre Don
modifier les règles qui régissent les Jackson, avec lequel il écrit Vers une
interactions au sein du système. Le théorie de la schizophrénie (1956).
problème se pose pour Bateson de Les difficultés du changement se
manière analogue, qu’il s’agisse de la posent de la même manière pour les
transformation d’une société, du pro- sociétés. L’invention de nouvelles
cessus de rémission d’un alcoolique règles du jeu s’avère particulière-
ou d’une psychothérapie. ment ardue parce que leurs membres
doivent créer ensemble de nou-
Changer les règles du jeu veaux repères, alors que leurs actions
Selon Bateson, deux personnes demeurent encadrées par les anciens.
ne peuvent communiquer que si Les sociétés sont pourtant condam-
elles partagent un code qui permet nées à s’autoinstituer, à la manière du
de décrypter les messages échan- baron de Münchhausen qui se sort de
gés. Ainsi, les attitudes corporelles l’eau en se tirant par les cheveux… l
indiquent comment les mots pro- Xavier de la vega
kr

noncés doivent être compris. Le


Flic

Article paru dans Sciences Humaines, n° 151, juillet 2004.


contexte, le cadre de la communi-
cation, définit « dans quel jeu on se
trouve ». Changer les règles du jeu Masque Iatmul
constitue donc une tâche complexe
justement parce qu’elle ne relève pas
du même type logique que les interac-
une postérité dispersée
tions qui constituent le jeu. Bateson les idées développées par Gregory Bateson et son équipe ont eu une
a emprunté cette idée au logicien postérité un peu dispersée auprès d’anthropologues et de sociologues.
l’indianiste louis Dumont (Essais sur l’individualisme, 1983) a rendu
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Bertrand Russell, et en fera grand


usage pour analyser aussi bien les hommage à l’analyse par types logiques, carlo severi et Michael Houseman
interactions familiales que sociales. ont repris et appliqué le concept de « schismogenèse » pour l’analyse des
Tout message (y compris les raison- rituels (Naven ou le donner à voir, 1994). le vaste programme d’analyse
nements que se tient un individu à complexe entrepris par edgar Morin (La Méthode I et II) s’inscrit dans
lui-même) est susceptible de jouer l’esprit de la systémique de Bateson. cependant, ses héritiers les plus
le rôle de cadre pour un message de directs sont des chercheurs en communication et des psychothérapeutes,
niveau inférieur. Cela permet à Bate- tels Paul Watzlawick, John Weakland, Jay Haley et richard Fisch, qui ont
son d’aborder aussi bien le sens d’un rejoint Don Jackson au Mental research Institute en 1962. Ils exemplifient,
rituel que les processus familiaux de entre autres, le mécanisme de la « double contrainte » et la notion
renforcement mutuel, ou encore celui thérapeutique de recadrage. leur apport a été très important en théorie
de « double contrainte » qui mène à la de la communication (La Logique de la communication, P. Watzlawick et al.,
schizophrénie. 1967), et pour le succès du constructivisme social (L’Invention de la réalité,
Supposons que deux enfants déci- 1981). Ils ont aussi mis au point les thérapies familiales et les thérapies
dent de jouer à un jeu consistant à systémiques qui ne doivent plus grand-chose à l’analyse freudienne. Il
parler en obéissant à une règle d’in- existe trois instituts Gregory-Bateson en europe (liège, Paris, lausanne),
version du sens. Si un enfant dit : « J’ai fondés en 1987, qui offrent des formations en psychothérapies brèves.
faim », cela signifie : « Je n’ai pas faim » cependant, l’essor de la psychologie cognitive et des neurosciences est
et ainsi de suite. Imaginons mainte- venu depuis concurrencer le paradigme interactif qui soutient l’ensemble
nant qu’un des enfants en a assez de de l’entreprise de Bateson et de ses collègues de Palo Alto. l n.j.
ce jeu stupide et dit : « Je veux arrêter

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 61


50 penseurs

Noam Chomsky
À la recherche de
la grammaire universelle
En 1957, Noam Chomsky révolutionnait
la linguistique avec son programme
de grammaire générative.
Qu’en reste-t-il soixante ans plus tard ?

L
a petite histoire veut que ce soit propres à chaque langue, des règles Quelques années après avoir énoncé
sur un bateau, en 1955, que le syntaxiques communes à toutes les les principes de sa méthode, Chomsky
jeune Noam Chomsky, 27 ans, langues du monde ; et génératif, car ces aboutit à la construction d’un premier
terrassé par le mal de mer, décida de règles permettent d’engendrer tous les modèle, connu sous le nom de « théorie
« rompre presque entièrement avec ce énoncés d’une langue, des phrases les standard » (Aspects de la théorie syn-
qui se faisait dans le domaine » (de plus simples aux plus complexes. taxique, 1965). Sa théorie repose sur
la linguistique structurale), à savoir l’idée de « règles de production » et le
la description des langues dans ce L’arbre syntaxique principe d’une totale autonomie de la
qu’elles ont de particulier. Le projet de La grammaire générative est un peu grammaire par rapport à la sémantique.
Chomsky est formulé pour la première à l’image du code génétique qui pro- Mais cette première théorie stan-
fois dans Structures syntaxiques (1957) duit un nombre infini de formes par dard se heurtera bientôt à des diffi-
et consiste à établir les procédures combinaison d’un nombre limité de cultés internes et Chomsky se verra
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

fondamentales qui permettraient de protéines. Pour construire son modèle, contraint de remanier et d’étendre son
former des phrases dans toutes les Chomsky part donc à la recherche de modèle pour faire entrer les exemples
langues du monde. L’ambition du lin- « constituants » fondamentaux et de de plus en plus nombreux qui résistent
guiste est de fournir un modèle de règles de syntaxe qui permettent de à sa théorie. Par exemple, la phrase
grammaire qui soit à la fois « universel » produire des énoncés. « Le boulanger a été fait par le pain »
et « génératif ». Universel car il existerait Soit la phrase « Le boulanger fait du est correcte grammaticalement mais
au-delà des grammaires de surface pain ». Elle peut être décomposée en n’a aucun sens. Cela oblige Chomsky à
deux éléments : un « syntagme nomi- envisager de façon différente les liens
nal » (le boulanger) et un « syntagme entre sémantique et grammaire ; de
verbal » (fait du pain). La structure de même il doit abandonner la théorie des
cette phrase peut se réduire à une for- « phrases noyaux » (le genre de P, voir
Œuvres clés mule algébrique simple : P = SN + SV plus haut). La nouvelle mouture de sa
Il est facile de transformer la phrase théorie est nommée « théorie standard
l structures syntaxiques (1957), en « le pain est fait par le boulanger » étendue » (TSE) et formulée dans Ques-
trad. fr. Seuil, coll. « Points », 1979. en permutant les termes (règles de tions de sémantique (1970), Réflexions
l réflexions sur le langage réécriture et de transformation). Sur sur le langage (1975).
(1975), trad. fr. Flammarion, 1997. la même structure, on peut décrire la
l Le Langage et la Pensée phrase : « La femme du géomètre est Audience et fortune
(1993), trad. fr. 2001, nouv. éd, partie au Japon » ou « Toutes les fleurs d’une théorie
Payot, 2011. du monde ne suffiraient à éponger ses Au fil du temps, la théorie de
larmes ». Chomsky, professeur au MIT, gagne

62 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


noam chomsky

tentative pour construire une gram-


maire générale des langues humaines.
La grammaire de Richard Montague
(1930-1971), qui visait à décrire l’an-
glais à partir d’une armature logique
élémentaire, relève de cette approche.
À la même époque, la « syntaxe structu-
rale » forgée par Lucien Tesnière (1893-
1954) visait à décrire l’organisation
générale de la phrase (dans de nom-
breuses langues du monde) à partir
de grands blocs (les constituants de la
phrase) unis entre eux par des relations
DR

de connexion ou de translation. Plus


une grande audience dans la com- sous le nom de « théorie des principes tard, dans les années 1980 vont appa-
munauté linguistique et bien au-delà. et des paramètres » et centrée sur la raître des « grammaires d’unification »,
Mais en même temps, les contra- notion de grammaire universelle (La dont l’objectif est d’unifier syntaxe et
dictions et impasses s’accumulent. Nouvelle Syntaxe, 1982). Puis, au début sémantique.
Les remaniements successifs de son des années 1990, un nouveau « pro- Après des décennies de recherche,
modèle ont eu lieu sur fond de crise gramme minimaliste » est ébauché aucun de ces modèles n’a vraiment
ouverte avec certains de ses anciens (The Minimalist Program, 1995). Au réussi à s’imposer et l’espoir de trouver
élèves, notamment les tenants de la total, Chomsky aura donc formulé un modèle simple et généralisable per-
« sémantique générative » (George plusieurs versions de sa théorie, sans mettant d’expliquer le fonctionnement
Lakoff ). À son tour, le modèle de la être parvenu à fournir un modèle satis- profond des langues n’a pas abouti à ce
théorie standard étendue fait l’objet de faisant permettant de « réécrire » toutes jour. l j.‑f.d.
critiques. Ce qui conduira Chomsky à les langues dans une seule. Si elle fut
une reconstruction totale de sa théo- la plus connue, la grammaire géné-
rie, présentée dans les années 1980 rative de Chomsky ne fut pas la seule Article publié dans Sciences Humaines, n° 90, janvier 1999.

n le rebelle américain
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Noam chomsky est aujourd’hui plus connu du et politiques des états-unis. la liberté d’expression
grand public pour sa posture d’intellectuel libertaire, des journalistes ne serait qu’une illusion masquant un
dénonciateur de la politique et de la société américaines. consensus plus ou moins conscient, dictée par une
Il faut dire que depuis le milieu des années 1960, moment ligne éditoriale, par les sources d’informations et les
où il décide de s’opposer publiquement à la guerre du canaux de diffusion, et visant à garder les citoyens sous
viêtnam, le linguiste ne cesse de produire des analyses contrôle. un engagement critique parmi tant d’autres que
historiques, politiques et sociales extrêmement critiques. chomsky développe pour des raisons éthiques. selon
Il participe à de nombreuses conférences à travers le lui, « la responsabilité d’un auteur, parce qu’il exerce une
monde, écrit une trentaine d’ouvrages et signe une influence morale, est de s’efforcer de révéler la vérité sur
multitude d’articles où il condamne surtout la politique des sujets humainement significatifs à un public capable
étrangère des états-unis et l’endoctrinement par les de s’en saisir ». Ainsi, si il s’attaque à un monde dont il fait
médias de masse. La Fabrication du consentement partie lorsqu’il critique les états-unis et les démocraties
constitue sans doute sa prise de position la plus occidentales, c’est parce qu’il estime devoir se concentrer
marquante. écrit en collaboration avec l’économiste sur les comportements qu’il peut influencer. « Dire la vérité
edward Herman, l’ouvrage, paru en 1988, dénonce au pouvoir n’est pas une vocation honorable, on devrait
un « modèle de propagande » véhiculé par les grands plutôt chercher à atteindre un public qui compte. (…) C’est
médias américains. Dépendant des groupes financiers et une seconde nature chez tout bon enseignant, et devrait
publicitaires, ces derniers diffuseraient une information l’être autant chez n’importe quel auteur ou intellectuel. » l
biaisée servant les intérêts des élites économiques TiTus Holliday

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 63


50 penseurs

Hannah Arendt (1906-1975)


Penser les maux
de la modernité
« Passagère du 20 e siècle », la philosophe
allemande Hannah Arendt a caractérisé
l’essence des totalitarismes, mis le doigt sur
les défauts de la société de consommation et
cherché l’origine du mal absolu.
Dreamstime.com

D
ifficile de trouver un fil rouge 1951 Les Origines Les régimes totalitaires
à la pensée de Hannah Arendt du totalitarisme. invoquent aussi les
– entre sa monumentale Pour elle, le totali- « lois de l’histoire »,
conceptualisation du totalitarisme, tarisme désigne à déploient des idéo-
sa critique du sionisme et son ana- la fois les régimes logies englo-
lyse controversée de la « banalité du nazi et stalinien, bantes qui
mal » –, sauf peut-être à considérer qui ont des subjuguent les
qu’elle a mené tout au long de sa traits com- masses. Lutte
vie une réflexion sur l’originalité, le muns en dépit des races ou
caractère inédit de son époque. Exi- de leur rivalité lutte des classes
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

lée en France, puis aux États-Unis à pendant la guerre. relèvent de la même logique
cause du nazisme, Arendt publie en Dans son œuvre, Arendt traite pour Arendt : sacrifier les « humains »,
de ce qu’elle nomme des « éléments » la pluralité humaine – le simple fait
du totalitarisme, à savoir l’antisémi- que tous les humains sont différents
Œuvres clés
tisme, l’impérialisme, le racisme. Les les uns des autres – à l’accomplisse-
l Les origines du totalitarisme formes dans lesquelles ont cristallisé ment d’un « homme nouveau ». Le
(3 vol., 1951), trad. fr. 1972, rééd. ces éléments sont les régimes tota- camp de concentration est l’institu-
Seuil, 2010. litaires, formes de gouvernement tion centrale du régime totalitaire,
inédites dans l’histoire de l’humanité. car c’est dans les camps, lieux où la
l condition de l’homme
Car, à l’inverse des tyrannies ou des terreur est institutionnalisée, que leur
moderne (1958), trad. fr., 1961, régimes autoritaires traditionnels, humanité est arrachée aux hommes.
rééd. Pocket, 2007. analyse Arendt, « le totalitarisme ne C’est dans les camps que l’impossible,
l La crise de la culture. Huit tend pas à soumettre les hommes à l’impensable se produit, souligne
exercices de pensée des règles despotiques, mais à un sys- Arendt.
politiques (1961), trad. fr., 1972, tème dans lequel les hommes sont
rééd. Gallimard, coll. « Folio », 2003. superflus ». C’est, selon Arendt, l’un Imaginer un monde où
l eichmann à Jérusalem. des traits des régimes totalitaires : l’humain n’est pas de trop
rapport sur la banalité du les humains y deviennent « de trop ». L’expérience inédite du totalitarisme
mal (1963), trad. fr.,1966, rééd. L’idéologie nazie vise l’élimination au 20e siècle, au cours de laquelle l’im-
Gallimard, coll.« Folio », 2006. des « races inférieures » pour le déve- pensable s’est produit, pose une ques-
loppement de la « race supérieure ». tion centrale à Arendt : à quelle condi-

64 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


hannah arendt

tion un monde non totalitaire – un tion. Arendt s’interroge sur les liens tique, dans laquelle les hommes n’ont
monde où l’humain n’est pas de trop – entre ces trois types d’activités dans en commun que leurs intérêts privés.
est-il possible ? Car le totalitarisme le monde moderne où le travail a
n’est pas le seul régime à étouffer la pris une importance essentielle. Elle Le mal est banal
vie humaine. Dans ses ouvrages sui- s’inquiète du fait que le cycle produc- La réflexion sur le mal qu’Arendt
vants, Arendt marque un certain pes- tion-consommation prenne le pas avait entamée dans Les Origines du
simisme face à la vie moderne dans sur l’œuvre et sur l’action politique. totalitarisme rejaillit dans le contexte
son ensemble : la technique, le travail Dans le même essai, elle revient sur du procès Eichmann. En 1961, Adolf
mécanisé et la société de consom- la division établie dans l’Antiquité Eichmann, ancien fonctionnaire du
mation ne sont-ils pas aussi d’autres entre le domaine privé (le domaine IIIe Reich, est jugé à Jérusalem. Arendt
formes de puissances asservissantes familial, qui est celui du travail, de couvre le procès pour la revue amé-
qui dégradent la vie humaine ? Dans la nécessité) et le domaine public ricaine The New Yorker. De cette
Condition de l’homme moderne (celui du politique, de la liberté). expérience elle tire un livre, Eich-
(1958), la philosophe dresse le por- Arendt diagnostique l’avène- mann à Jérusalem, dont le sous-
trait de l’homme moderne comme un ment d’une société marquée titre, « Rapport sur la bana-
être agissant, ayant une vita activa. par une lité du mal »,
Cette vita activa prend trois formes résorption deviendra
principales : le travail, l’œuvre et l’ac- du poli- une for-
mule large-

n la banalité du mal revisitée


comment des hommes ordinaires peuvent-
m e n t re p r i s e
et débattue. Elle
décrit « l’adminis-
trateur de trans-
port » comme
ils devenir des bourreaux ? simplement en se
un homme
soumettant aveuglément aux ordres, soutenait
ordinaire,
Hannah Arendt en 1963. une série d’études www.bridgemanart.com
dépourvu
postérieures remet en cause cette conclusion.
d’antisémitisme, qui, en fonc-
les historiens David cesarani (Becoming Eichmann. Rethinking
tionnaire zélé, a exécuté les
the life, crimes, and trial of a « desk killer », 2006) et laurence rees
ordres, et cessé de voir comme des
(Auschwitz. The nazis and the « final solution », BBc, 2005) ont montré
humains ceux qu’il envoyait vers les
que les responsables du génocide nazi ont été plus que des exécutants
camps de la mort.
serviles, prenant des initiatives et faisant preuve d’engagement pour
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

Ce portrait a été révisé par la suite


atteindre les buts fixés. l’obéissance ne suffirait donc pas à expliquer
(encadré). Mais sa description du cri-
le crime : l’idéologie compte, de même que les dispositions morales. en
minel « de bureau », homme ordinaire
effet, il s’avère que les auteurs de génocides – en Allemagne comme au
qui commet le mal absolu, a permis à
rwanda – n’étaient pas des psychopathes, ni des exécutants aveugles.
Arendt d’asseoir la thèse de la « bana-
selon Alexander Haslam et stephen reicher (« Questioning the banality
lité du mal ». À la fin des années 1960,
of evil », The Psychologist, janvier 2008), ils trouvaient des justifications
après la controverse née de la publica-
morales à leurs actes. les meurtriers de masse n’ignoreraient donc pas la
tion de Eichmann à Jérusalem, Arendt
morale commune, mais ils en déplacent les limites, celles entre « eux » et
donnera des cours de philosophie
« nous ». Dès lors qu’un groupe n’est plus inclus dans l’humanité commune,
politique à la New School for Social
tout devient possible. Telle est la thèse développée par le psychologue
Research de New York. Elle poursuit,
Harald Welzer, dans son livre Les Exécuteurs (2007), qui passe en revue
jusqu’à son décès en 1975, une intense
des témoignages de massacres au viêtnam, en Yougoslavie ou au rwanda.
activité de recherche et d’écriture, tou-
enfin, le sentiment de menace est un élément important, souligné tant
jours dans le souci de comprendre le
par A. Haslam et s. reicher que par H. Welzer. les gens qui commettent
monde contemporain. l
des massacres le font dans des périodes de guerre ou de guerre civile. Ils
Justine Canonne et Céline Bagault
ont parfaitement conscience de vivre une situation exceptionnelle et de
devoir agir selon des normes inhabituelles. ce sont des hommes certes
ordinaires, mais vivant dans un contexte extraordinaire et menaçant. l
Achille Weinberg

Article paru dans Sciences Humaines, n° 239, juillet 2012.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 65


50 penseurs

Erving Goffman (1922-1982)


La dramaturgie
de la vie quotidienne
Pour le sociologue canadien, la vie sociale est
comme une scène où nous sommes en
représentation et où nos interactions sont
gouvernées par des rituels.

N
é en 1922 à Mannville (Alberta), l’on doit feindre de prendre au sérieux rôle et dramatiser celui-ci, c’est-à-dire
Erving Goffman est l’auteur les rôles des autres. incorporer à son activité des signes
d’une œuvre originale, qui qui donneront de l’éclat et du relief à
représente le « chaînon manquant » Faire bonne figure certains de ses comportements. C’est
entre l’approche communicationnelle Goffman est un adepte de l’immer- le cas, par exemple, au football, d’un
de l’école de Palo Alto et l’approche sion dans le milieu étudié plutôt qu’un arbitre qui décide toujours très vite
sociologique de Chicago. Pour lui, ce adepte du laboratoire. Il observe que, pour paraître infaillible.
sont les échanges en face à face qui dans une rencontre, chaque acteur Filant la métaphore, Goffman divise
font la trame et l’essence du social. Or cherche à donner une image valo- les lieux sociaux en plusieurs régions.
le processus d’interaction entre deux risée de lui-même, ce qu’il nomme Les « régions antérieures » (la scène)
personnes est fragile. C’est pourquoi il la « face » ou « valeur sociale positive sont celles où se déroulent les repré-
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

est régulé par des « rituels d’interaction » qu’une personne revendique ». L’un sentations : les acteurs y sont confron-
(règles de politesse, prise de parole…), des enjeux essentiels de l’interaction tés au public et doivent y tenir leurs
qui permettent aux individus de « faire est de faire bonne figure (donc, de rôles (comme le professeur dans sa
bonne figure ». La vie sociale, soutient ne pas perdre la face). Pour cela, il classe ou le boute-en-train dans une
Goffman, est une sorte de théâtre, où convient que tout le monde coopère soirée). Les « régions postérieures »
l’on est tenu d’adopter des rôles, et où dans une sorte d’« accord de surface » (les coulisses) sont fermées au public
et selon un mode de conduite tacite et l’acteur peut donc y relâcher son
(les « règles cérémonielles »). contrôle ou préparer sa future pres-
La Présentation de soi (1956) est le tation (le professeur avoue son igno-
Œuvres clés premier ouvrage de Goffman où il rance en révisant son cours, le boute-
développe sa métaphore théâtrale. en-train laisse percer sa tristesse…).
l La mise en scène de la vie Il y compare le monde à une scène De la même façon qu’il classe les
quotidienne (1956-1959), 2 vol., où les individus tiennent des rôles, « régions », Goffman dresse un inven-
rééd. Minuit, 2000. et où les relations sociales sont des taire des rôles que l’on peut tenir : les
l asiles. études sur la condition performances soumises à des règles rôles francs (comme ceux d’« acteur »
sociale des malades mentaux précises. L’une des questions essen- ou de « public ») mais aussi d’autres
(1961), (1961), rééd. Minuit, 2003. tielles qui se posent à l’acteur (dans plus subtils (qu’il appelle « contradic-
l stigmate. Les usages sociaux la vie comme au théâtre) est de créer toires ») comme celui du « comparse »
des handicaps (1963), rééd. chez autrui une impression de réalité. qui appartient à l’équipe des acteurs
Minuit, 1996. Pour cela, il doit adapter sa présenta- mais fait semblant de faire partie
tion (sa « façade personnelle ») à son du public (la femme qui s’esclaffe

66 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


erving goffman

quand son mari raconte dans rieure », médicale et « psycholo-


une soirée une histoire drôle gisante », qui interprète l’attitude
qu’elle a déjà entendue vingt des patients comme des symp-
fois) ou la « non-personne » qui tômes d’inadaptation à la société
est présente pendant l’interac- et à la vie normale ; une lecture
tion mais considérée comme « intérieure », montrant que ces
absente et vers laquelle la mêmes attitudes résultent d’une
représentation n’est pas diri- adaptation tout à fait rationnelle
gée (le chauffeur de taxi dont au contexte hospitalier et à ses
la présence n’empêche pas la contraintes. Dans le même esprit,
femme de se remaquiller ou un il décrira la manière dont les han-
couple de se disputer). dicaps psychiques ou physiques
faussent les interactions entre
Reclus et stigmatisés « normaux » et « stigmatisés »

iStock/Getty
Dans Asiles (1961), l’un de ses (Stigmates, 1963).
plus célèbres ouvrages, Goff- En France, il a fallu attendre
man a caractérisé ce qu’il appelle la traduction d’Asiles en 1968
les « institutions totales », celles aborder particulièrement la question de pour qu’il atteigne une cer-
où des individus coupés du monde la maladie mentale. Il décrit méticuleu- taine notoriété. Ceux qui le lurent
« mènent ensemble une vie recluse dont sement la vie quotidienne des « reclus » alors reçurent une sorte de choc tant
les modalités sont explicitement et minu- (soignés et soignants) et cherche à com- la force et l’originalité de l’ouvrage
tieusement réglées ». Il a vécu un an à prendre la cohérence des comporte- s’imposaient. L’ouvrage est devenu un
l’hôpital Saint-Elizabeth de Washington, ments à partir des contraintes organi- classique que tout étudiant en socio-
en se mêlant aux malades. Il traite de sationnelles. Il adopte pour cela le point logie doit connaître. l
l’hôpital psychiatrique comme d’un de vue des internés, montrant ainsi que Dominique PicarD
établissement social spécialisé dans les comportements peuvent être soumis
Article publié dans Les Grands Dossiers des sciences humaines, n° 30,
le « gardiennage » des hommes, sans à plusieurs lectures : une lecture « exté- mars-avril-mai 2013.

n Qu’est-ce que l’école de chicago ?


Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

l’école de chicago désigne un ensemble de chercheurs des divergences de point de vue, c. Dubar souligne ain-
rattachés à l’université du même nom et ayant travail- si le hiatus entre la grounded theory (la théorie enracinée)
lé à partir des années 1920, sous la houlette de robert prônée par Anselm strauss (et couramment associée à
e. Park puis, dans les années 1940-1950, de everett c. l’école de chicago) et le souci exprimé par e. Hughes de
Hughes. erving Goffman est considéré comme l’une des maintenir ouverte la théorie.
principales figures de cette école, où il a introduit l’inte- Olivier schwartz, sociologue, rappelle que l’approche
ractionnisme. Malgré une perte d’influence aux états-unis ethnographique, caractéristique de la démarche de
après les années 1950, la tradition s’est maintenue, grâce la première école de chicago, peut masquer des
aux recherches d’Howard Becker sur la déviance, d’eliot orientations différentes : l’une de nature pragmatique et
Freidson sur les professions, et celles d’autres héritiers consistant à dégager les dynamiques propres au groupe
de la seconde école de chicago, comme l’ethnologue étudié ; l’autre à visée plus holiste, cherchant à confirmer
Helena Z. lopata, la fille de Florian Znaniecki. l’existence d’entités sociales (classes, cultures…)
la question a été de savoir si, compte tenu de l’extrême déterminant le comportement des individus. Bien
diversité de ces travaux, en France comme aux états- que divergentes sur le fond, l’une et l’autre approches
unis, on peut parler d’une nouvelle école de chicago. se- ont inspiré des travaux qui se réclament de la même
lon claude Dubar, si un dénominateur commun existe, il tradition. Depuis ses débuts, l’école de chicago s’est
réside dans le souci d’articuler l’effort de théorisation et le donc largement diversifiée. l
travail sur le terrain. Mais une telle posture n’empêche pas Sylvain allemand

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 67


50 penseurs

Herbert A. Simon (1916-2001)


La rationalité limitée
Nos choix sont moins rationnels
que raisonnables, dit Herbert A. Simon.
Il pose ainsi les jalons d’une nouvelle science
de la décision.

L
es économistes le connaissent (1943), à la fondation d’une nouvelle la psychologie des agents décideurs
pour avoir décroché le prix science : la science de la décision. au sein des grandes organisations.
Nobel d’économie (1978), les Comment prendre une décision dans Il cherche pour cela à construire un
sociologues des organisations le un univers incertain ? Quelle stratégie modèle du raisonnement « heuris-
connaissent comme le théoricien de mentale adopter pour résoudre un tique », explique J.-L. Le Moigne :
la « rationalité limitée », les spécialistes problème ? L’épistémologue Jean- « D’abord il faut remettre en cause
de sciences cognitives le considèrent Louis Le Moigne, spécialiste de la l’idée selon laquelle la décision est
comme le créateur, avec Allan Newell, systémique, a bien connu Simon. Il une réponse précise à un problème
du premier programme d’intelligence raconte que dans son étude, Simon donné, prédéfini. La décision est un
artificielle. Une même problématique partait d’un constat : « Pour élaborer processus où problème et réponse se
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

unit tous ces domaines de recherche : leurs décisions, les administrateurs ne construisent en même temps. Simon
comment comprendre les raisons de se conformaient absolument pas aux ne parle pas de la décision mais de
nos choix en situation vécue ? schémas appris à l’université et fondés “decision making process” (élabora-
sur le calcul des utilités marginales. tion de la décision). La première phase
Les décisions en situation Leurs comportements observés, bien de la décision consiste à identifier la
Herbert A. Simon s’est attaqué, que “raisonnés”, en général de façon nature de la question à traiter. Parfois
depuis sa thèse de science politique satisfaisante, ne sont manifestement la décision peut conduire à changer les
pas ceux décrits dans les manuels ! Les données du problème. »
recherches de Simon portent donc sur Le modèle de Simon se démarque
le raisonnement humain en situation. ainsi de l’idéal de l’Homo œconomi-
Œuvres clés Il se démarque ainsi des modèles for- cus. Lorsqu’il doit faire un choix, le
mels utilisés par les économistes ». décideur ne connaît pas toutes les
l Les organisations. Problèmes données du problème, le nombre de
psychologiques (avec James La psychologie des agents paramètres en jeu rendant impos-
march, 1958), trad. fr. 1960, rééd. décideurs sible un calcul exact de la solution
Dunod, 1993. C’est en 1960 qu’apparaît pour la optimale. Sa rationalité est dite « limi-
l models of Bounded première fois l’expression « science de tée ». Pour résoudre les problèmes,
rationality. empirically la décision ». Simon l’introduit dans le sujet n’explore donc pas toutes les
Grounded economic reason, une conférence. La « nouvelle science solutions possibles jusqu’à trouver
2 vol., MIT Press, 1982. de la décision », telle que la conçoit la meilleure, il s’en tient à quelques
Simon, suppose la connaissance de heuristiques habituelles, des solutions

68 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


herbert simon

raisonnables plutôt que pleinement


rationnelles.
L’exemple qu’il cite souvent est celui
des joueurs d’échecs : « Aux échecs, il
est impossible à un cerveau humain,
ni même à un ordinateur d’envisa-
ger toutes les combinaisons possibles.
Celles-ci sont au nombre de plusieurs
milliards !, dit J.-L. Le Moigne. Les
joueurs utilisent donc des heuristiques,
stratégies habiles, raisonnées, et non
pas une procédure algorithmique qui
consisterait à passer en revue la liste
complète des solutions. » Pour la plu-
part des problèmes de la vie quoti-
dienne nous mettons en œuvre de
telles heuristiques, c’est-à-dire des
raisonnements plausibles mais non
certains (des inférences plutôt que des
déductions).

De la rationalité

iStock/Getty
substantive à la rationalité
procédurale
Simon a longuement écrit sur le
concept de rationalité. À partir des
années 1970, son concept de « rationa-
lité limitée », qui renvoie à l’idée d’une
connaissance imparfaite ou bornée
que le sujet a de son environnement,
n
vers l’économie comportementale
aboutit à une nouvelle conception du la « science de la décision » et plus particulièrement la conception d’une
raisonnement humain : « Depuis les décision basée sur une rationalité limitée a eu un large impact sur les
sciences de gestion, particulièrement dans les champs du marketing, des
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

années 1970, et précisément à partir


de 1973, développe J.-L. Le Moigne, ressources humaines et de la théorie des organisations. elle influence
Simon préfère opposer le concept également encore les sciences cognitives. Par exemple, le chercheur à
de rationalité substantive, qui est le l’eHess Frédéric laville montre comment les ressources cognitives de
raisonnement formel, analytique et l’environnement complètent systématiquement les capacités cognitives des
déductif, à la rationalité procédurale agents dans le processus décisionnel (« la cognition située, une nouvelle
qui correspond à la façon dont l’être approche de la rationalité limitée », 2000).
humain conduit fort correctement sa Mais Herbert simon a surtout été à l’origine de la rencontre entre économie
raison en reliant sans cesse ses inten- et psychologie sur le terrain de l’économie comportementale. À partir de la
tions et ses perceptions du contexte psychologie de la décision, les psychologues Daniel Kahneman et Amos
dans lequel il raisonne. » En introdui- Tversky vont fonder l’économie expérimentale (ou comportementale)
sant le concept de rationalité limitée, au cours des années 1970. Nobélisée il y a cinq ans, cette discipline, qui
Simon aura invité à repenser les liens montre la pluralité des normes guidant nos choix, a récemment reçu l’appui
entre l’économie, les sciences cogni- de l’imagerie cérébrale. Ainsi, le développement d’une « neuroéconomie »,
tives et d’autres volets des sciences par l’étude de l’activité neuronale durant la prise de décision, prolonge
humaines. l j.‑f.d. et enrichit l’œuvre de simon. l’économie cognitive participe de ce
mouvement en prenant en compte l’influence des croyances, anticipations
et hypothèses des agents sur leurs comportements (Bernard Walliser,
L’Économie cognitive, 2000). l
julia Bihl
Les propos de Jean-Louis Le Moigne sont extraits d’un entretien accordé à
Sciences Humaines, HS n° 2, mai-juin 1993.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 69


50 penseurs

Claude Lévi-Strauss (1908-2009)


Le plus philosophe
des ethnologues
Claude Lévi-Strauss rencontre en 1942
le linguiste Roman Jakobson qui provoque chez
lui une « illumination » dont il a tiré depuis
une œuvre, une méthode, une vision des cultures
humaines, en même temps qu’il introduisait
le structuralisme dans les sciences sociales.

N
é en 1908 dans une famille américaine. C’est là, au contact de langue, est un système clos : on doit en
cultivée, Claude Lévi-Strauss Roman Jakobson, qu’il entreprend considérer l’état présent et non l’his-
est, en 1934, un jeune agrégé d’acclimater la notion linguistique de toire de ses composants. Telles sont les
de philosophie. L’occasion lui est structure à son propre champ d’étude : idées qui érigent le structuralisme en
offerte d’aller enseigner la sociolo- l’anthropologie sociale et culturelle. méthode d’investigation d’avant-garde
gie à São Paulo, Brésil : il la saisit. Il y Son premier ouvrage, Les Structures pour toute question qu’on voudra lui
restera presque cinq ans, profitant élémentaires de la parenté, qui paraît soumettre : histoire, culture, psycho-
des vacances pour visiter les villages en 1949 à Paris est un événement logie, littérature, sociologie. « Avant-
indiens du Matto Grosso. L’ethno- salué. Dans ce gros livre, Lévi-Strauss garde » veut dire « intéressant », mais
graphie est sa nouvelle vocation. En développe une thèse : les systèmes pas forcément apprécié : Lévi-Strauss,
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

1940, il est en France libre et, pour de parenté remplissent une fonction deux fois retoqué, attendra neuf ans
fuir les persécutions antisémites, tra- primordiale qui consiste à codifier pour entrer au Collège de France, alors
verse l’Atlantique où, en compagnie les règles du mariage entre familles. qu’il est l’anthropologue le plus brillant
d’autres exilés européens, il enseigne Certaines sociétés les conçoivent de et le plus lu de sa génération, grâce à un
à la New School for Social Research façon contraignante : on parle alors de récit philosophique, Tristes tropiques
(New York), écrit sur les Nambikwaras « systèmes élémentaires ». Lévi-Strauss (1955), qui dénonce l’extinction des
du Brésil et se spécialise en ethnologie montre que les formes d’échange qui cultures amérindiennes.
en résultent suivent un petit nombre
de modèles, restreints ou généralisés. Perplexité et admiration
Œuvres clés En quoi cela fonde-t-il le « structura- Quand enfin il entre au Collège de
lisme » ? La notion existait en anthropo- France, il y installe en 1961 un grand
l Les structures élémentaires
logie : on parlait de « structure sociale » laboratoire d’anthropologie sociale, et
de la parenté (1949), rééd.
pour désigner ce que dans les sociétés lance une revue, L’Homme, rapidement
Mouton de Gruyter, 2002.
lettrées on appelle les « institutions ». la plus en vue dans la spécialité.
l Tristes tropiques (1955), rééd. Mais dans l’usage de Lévi-Strauss, une Pour Lévi-Strauss vient le temps de
Plon, 2002. structure est autre chose : c’est un dis- consolider son œuvre. Après Anthro-
l La Pensée sauvage (1962), positif intellectuel sous-jacent à toute pologie structurale (1958), La Pensée
rééd. Plon, 1993. forme de culture, comme peuvent sauvage (1962) programme l’analyse
l mythologiques (4 vol., 1964- l’être dans le cas de la langue les règles structurale des savoirs naturalistes, des
1971), rééd. Plon, 2009. de formation des mots et des phrases. rites et des mythes. Puis Lévi-Strauss se
D’autre part, une culture, comme une plonge dans la réalisation : mettre en

70 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


claude lévi-strauss

forme et publier les tra- Depuis les années 1960, en


vaux qu’il mène depuis effet, les idées de Lévi-Strauss
1950 sur les mythes suscitent des commentaires
amérindiens. Ce sera son critiques, comme ceux de Jean-
chef-d’œuvre : plus de 4 000 Paul Sartre, d’Edmund Leach en
pages serrées montrant com- Angleterre, de Marvin Harris aux
ment, du Nord au Sud du Nou- États-Unis.
veau Monde, les mythes, ramenés à Au tournant des années 1980, alors
une série d’oppositions distinctives, que Lévi-Strauss se retire de l’ensei-
se répondent les uns aux autres, et gnement avec les honneurs, la ten-
constituent ce que des mathémati- dance est, en France, à la critique de
ciens appellent un « groupe de trans- son œuvre : taxé d’ignorer le sujet
formations ». Lévi-Strauss s’avance humain, le structuralisme est fustigé
iStock/Getty
à en formuler l’équation algébrique par les nouveaux philosophes. Il est
générative (appelée « formule cano- aussi égratigné sur le plan de la rigu-
nique »). Encensées, pas toujours mythes ne signifient « rien ». De là, sans eur par des critiques (Dan Sperber,
lues, ces Mythologiques (1964-1971), doute, la perplexité mêlée d’admira- Le Savoir des anthropologues, 1983).
sont un aboutissement du projet de tion avec laquelle son œuvre est parfois Il n’empêche : la marque laissée par
Lévi-Strauss : montrer que les mythes accueillie. Lévi-Strauss sur l’anthropologie et, par
obéissent à une logique binaire et En 1973, Lévi-Strauss accepte volon- son influence intellectuelle, sur bien
structurale, celle de l’esprit humain tiers un siège d’académicien. Son d’autres régions du savoir est indélé-
au travail. Et cela, indépendamment œuvre est à cette date loin d’être ache- bile. On discute encore aujourd’hui des
de toute fonction axiologique. Dans vée : bien d’autres travaux sur les arts, Structures élémentaires de la parenté et
un texte resté célèbre, le « finale » de la parenté, les mythes encore vien- de sa « formule canonique » appliquée
L’Homme nu (Mythologiques, t. IV), il dront s’ajouter et, parfois, répondre aux mythes. l n.j.
conclut crânement que, peut-être, les à des objections qui lui sont faites. Article paru dans Sciences Humaines, HSS n° 6, octobre-novembre 2007.

n Héritage et dépassement du structuralisme


Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

sans en être l’unique source, le travail de claude lévi- strauss n’a pas cherché à faire de ses disciples de
strauss a joué un rôle central dans le déclenchement fidèles continuateurs de sa manière de faire. Au milieu
de la « vague structurale » qui a balayé le champ des années 1970, le structuralisme sembla avoir atteint
intellectuel européen entre 1960 et 1975. comme le les limites de son développement théorique : il se
remarquait Jean Piaget en 1964 (Le Structuralisme), la heurtait à un désaveu de ses ambitions au profit d’un
notion de « structure » a reçu des définitions et servi à poststructuralisme qui mettait en doute le caractère
des usages multiples selon les sources où elle puisait, objectif et intemporel des structures (Michel Foucault,
et le champ auquel on l’appliquait. en s’inspirant des Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Jean-François lyotard).
linguistes (Ferdinand de saussure, roman Jacobson) Pour autant, le structuralisme a imprégné durablement
et de la mathématique des groupes, lévi-strauss l’anthropologie, en France du moins, et maintenu les yeux
conçut un type particulier d’analyse structurale : analyse des chercheurs fixés sur des objets que lévi-strauss
synchronique, logique binaire, arbitraire du signe, avait su mettre en valeur : les systèmes de parenté et les
centralité de l’opposition nature-culture. Il a influencé catégories de sexe (Françoise Héritier, laurent Barry),
des contemporains comme roland Barthes, Jacques les mythes (emmanuel Désveaux, Pierre Maranda), les
lacan, Jean-Pierre vernant, tandis que louis Althusser formations sociales (Maurice Godelier). Philippe Descola,
s’employait à rendre ce structuralisme compatible actuel directeur du laboratoire d’anthropologie fondé
avec le marxisme. les structures présentaient des par lévi-strauss, a développé une analyse contrastive
visages différents chez le linguiste Georges Dumézil des modes de socialisation de la nature produits par les
(structure = institution), ou chez l’anthropologue louis différentes cultures du monde (Par-delà nature et culture,
Dumont (structure = configuration de valeurs). lévi- 2005). l n.j.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 71


50 penseurs

Konrad Lorenz (1903-1989)


Naissance de l’éthologie
Fin observateur des conduites animales,
Konrad Lorenz théorise les comportements
instinctifs. Il tentera ensuite d’appliquer
ses découvertes à l’être humain,
ce qui suscitera de vifs débats.

E
n 1973, les Autrichiens Karl von chez les oiseaux, à une période pré- ginaires en réalisant toute la séquence
Frisch (1886-1982), Konrad coce du développement, le moment de conduite de son espèce : poursuite
Lorenz et le Hollandais Nikolaas où le nouveau-né fixe ses préférences au vol, saisie du bec, déglutition.
Tinbergen (1907-1988) reçoivent le à l’égard de ses congénères ou de sa
prix Nobel de médecine et de physio- mère. Lorenz avait démontré, en rem- L’instinct, un programme
logie pour leurs travaux sur la biologie plaçant la mère des jeunes oiseaux inné
du comportement animal. Tous trois par un leurre, un autre animal (chat Au cours des années suivantes, les
sont considérés comme les fondateurs ou poule) ou même un humain, que travaux de Lorenz sont consacrés aux
d’une nouvelle discipline, l’éthologie, les jeunes tout juste éclos considèrent instincts. Chez la plupart des espèces
dont les premières recherches remon- ce substitut comme leur mère. Ils s’at- animales, il repère des comportements
tent à l’entre-deux-guerres. Lorenz tachent durablement à lui et le suivent stéréotypés, invariables et caractéris-
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

est le plus connu des trois : ce biolo- partout, comme ils le feraient avec leur tiques : posture d’agression, parade
giste et zoologiste reste, pour le public mère biologique. L’oisillon n’a donc pas amoureuse, cris de reconnaissance,
« l’homme aux oies cendrées ». une connaissance innée de l’image de toilettage… qui correspondent à des
ses parents, mais il l’acquiert au cours instincts. Par exemple, le merle qui
Le phénomène de d’une période précoce. Ce lien entre picore le sol pour dénicher des vers agit
l’empreinte instinct et comportement sera le thème par instinct, tout comme l’araignée qui
En effet, c’est à partir de ses observa- dominant de l’œuvre de Lorenz, déve- fait sa toile. N. Tinbergen avait étudié le
tions sur les oies, dans les années 1930, loppé notamment dans ses Trois essais mécanisme du déclencheur chez l’épi-
qu’il définit le phénomène de l’em- sur le comportement animal et humain noche. Chez ce poisson, les mâles pos-
preinte. Ce mécanisme correspond, (1937 à 1954). Comme Charles Darwin sèdent un ventre rouge. Au printemps,
l’avait soutenu, les comportements lorsque les mâles se battent entre
complexes (fabrication d’un nid, migra- eux, la présence d’un ventre rouge ou
Œuvres clés tion) sont des produits de la sélection de tout autre objet comportant une
naturelle transmis héréditairement, au tache rouge va provoquer l’attaque
l Trois essais sur le même titre que la forme d’un organe. de l’épinoche. Lorenz et N. Tinbergen
comportement animal et La réalité de l’instinct est attestée par s’opposent ainsi aux béhavioristes qui
humain (1937-1954), Seuil, 1977. l’existence d’une « réaction à vide », où soutiennent que les comportements
l L’agression. une histoire l’animal réalise une séquence d’actes sont modelés par l’apprentissage : les
naturelle du mal (1966), rééd. indépendamment de support réel. Ainsi deux éthologues conçoivent l’instinct
Flammarion, coll.« J’ai lu », 2010. l’étourneau, élevé par Lorenz dans son comme un programme inné, qui évo-
appartement, chassait des insectes ima- lue par maturation.

72 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


konrad lorenz

En 1940, Lorenz devient professeur à prétendants). Il existe cependant des émerger, des rituels de menace et de
l’université de Königsberg, où il occupe mécanismes de régulation et d’inhi- pacification auraient tôt fait de le désa-
la chaire d’Emmanuel Kant. Eugéniste, bition de l’agressivité. Pour Lorenz, morcer. Chez les humains, ce disposi-
il est également membre du « dépar- un grand nombre d’animaux sociaux tif d’inhibition est levé dans
tement de politique raciale » du parti ont adopté, au cours de l’évolution, certaines
nazi, avant de prendre ses distances des stratégies permettant d’éviter
avec le régime. Après-guerre, il devient l’escalade de la violence. Des rituels
directeur de l’institut Max-Planck, un prennent ainsi la place des combats
centre suisse d’étude de la physiolo- réels : chez les cerfs, par exemple,
gie et du comportement. C’est à cette le combat entre mâles est ritualisé
époque qu’il va tenter d’appliquer les et n’est jamais très violent. La lutte
principes de l’éthologie aux conduites prend la forme d’un « étalage tapa-
iStock/Getty
humaines. Lorenz soutient que, chez geur » : aux coups réels, les com-
l’homme, les instincts ont tendance à battants semblent préférer les
perdre de leur spécialisation. Ce qui gestes de menace. Par ailleurs, conditions.
fait de l’homme un « être inachevé », la hiérarchie entre animaux devient C’est le cas de la
un « spécialiste de la non-spécialisa- une convention qui permet d’éviter les guerre, où la violence perd toute limite.
tion ». Dans un livre célèbre, L’Agres- combats autour des ressources. Ainsi, Ce livre sera le plus controversé des
sion (1966), il soutient que l’agressivité à l’issue de la chasse, chez les lions, le écrits de Lorenz. l j.‑f.d.
est une conduite naturelle, indispen- mâle dominant peut se servir avant les
sable à la survie de toute espèce ani- autres, sans que son geste fasse l’objet
male (pour défendre ou conquérir un d’une contestation ou d’un conflit. Et si
Article publié dans Sciences Humaines, HS n° 30, décembre 2000/janvier-
territoire, pour combattre les autres ce dernier semblait néanmoins devoir février 2001.

n Agression, attachement, empathie : un héritage contesté


Quelle postérité pour les travaux de Konrad lorenz ? Tout donc des facultés de représentation, de mémoire, voire
d’abord, une « éthologie humaine » va se développer : de conscience.
Irenäus eibl-eibesfeld, élève de lorenz, étudiera les la primatologie, enfin, a passablement corrigé les vues
postures et les mimiques (de joie, de soumission, de de lorenz. Franz de Waal, spécialiste des chimpanzés,
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

domination, de séduction) des humains et des animaux. a souligné à quel point les gestes de coopération et
Desmond Morris comparera les comportements de réparation ont une importance stratégique chez
sexuels chez les humains et les autres espèces. Par nos cousins simiens. contre l’idée de lorenz selon
ailleurs, ses travaux sur l’empreinte seront prolongés laquelle l’agressivité, la domination et la soumission
par les recherches sur l’« attachement » – c’est-à-dire sont les principaux ressorts de la vie sociale animale
le lien affectif profond qui unit, chez les oiseaux et les adulte, F. de Waal participe, dans les années 1990, à la
mammifères (dont les humains), la mère à ses enfants. fondation d’une nouvelle primatologie. cumulant les
la notion d’attachement, élaborée par le psychiatre recherches sur la réconciliation, le rôle pacificateur de
anglais John Bowlby en 1959, et reprise ultérieurement la sexualité, la consolation et le sens de l’équité chez
par Mary D.s. Ainsworth, Hubert Montagner et Boris les chimpanzés et les bonobos, il explique leurs actes
cyrulnik, traduit un besoin primaire de communication, d’altruisme par l’empathie, c’est-à-dire la capacité d’un
de liens affectif qui ne dériveraient pas – contrairement individu – animal ou humain – à percevoir et ressentir
à ce que soutiennent les psychanalystes – de l’apport les émotions d’autrui. Mais F. de Waal franchit un
de nourriture ou de la libido focalisée sur la sphère pas supplémentaire : contre la vision agressive des
orale. les réflexions de lorenz seront aussi reprises en sociétés humaines de lorenz, il admet aussi que c’est
éthologie cognitive : fondée par l’Américain Donald r. l’empathie qui a favorisé le progrès moral et social
Griffin dans les années 1980, cette discipline s’intéresse des communautés humaines, et non pas seulement
aux comportements animaux en tant qu’ils traduisent des l’interdit ou la peur du châtiment (L’Âge de l’empathie,
intentions, des choix, des stratégies ; elle leur attribue 2010). l j.‑f.d.

Juin-juillet 2015 Hors-série n° 20 sciences Humaines 73


50 penseurs

Pierre Bourdieu (1930-2002)


Le maître à penser
Personnage majeur de la sociologie,
Pierre Bourdieu a initié une œuvre qui irrigue
toutes les sciences sociales. Car si la culture
et les inégalités sont ses thèmes fondamentaux,
il a su étendre sa réflexion dans de multiples
directions.

O
n l’a aimé ou on l’a détesté, concepts clés : habitus, champ, capi- tal culturel (titres scolaires, posses-
mais le sociologue Pierre tal) une synthèse des apports respec- sion d’objets culturels, érudition…)
Bourdieu a rarement laissé tifs de Karl Marx, Max Weber et Émile ont les plus grandes chances de satis-
indifférent. Il faut dire qu’il y a Durkheim. Mais au-delà, c’est avec faire ces exigences sociales. Pour les
matière à discussion avec la quaran- tout un pan des sciences humaines autres, plus ou moins dépourvus de
taine d’ouvrages et sans doute les que Bourdieu a construit sa théorie : ces atouts, la tâche est évidemment
quelques centaines d’articles qu’il a Claude Lévi-Strauss et le structura- nettement plus ardue ; pourtant, ils
publiés sur les sujets les plus divers. lisme, Maurice Merleau-Ponty et sa seront jugés à la même aune… Une
Disciple ou adversaire, on lui accorde philosophie anti-intellectualiste, le perspective qui aura un grand écho dans
le mérite d’avoir tenté d’intégrer dans linguiste Noam Chomsky, Ludwig une société française alors en pleine
sa théorie (articulée autour de trois Wittgenstein, Erwin Panofsky, Ernst révolution culturelle (Mai-1968 n’est
Cassirer… pas loin), et dont La Distinction (1979)
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

fournira l’expression la plus achevée.


Pratiques culturelles et Capitale, cette exploration de la dimen-
Œuvres clés origine sociale sion symbolique de la domination
La dimension la plus connue de son n’est pourtant qu’une des nombreuses
l Les Héritiers. Les étudiants œuvre reste celle où il met en évidence facettes de l’œuvre de Bourdieu. On
et la culture (1964), avec Jean- le fonctionnement subtil des inégalités semble aujourd’hui redécouvrir le
Claude Passeron, rééd. Minuit, 1994. face à la culture. Qu’il s’agisse d’ensei- Bourdieu anthropologue, celui qui, frais
l La reproduction (1970), avec
gnement supérieur (Les Héritiers, 1966 ; émoulu de Normale Sup, part étudier
Jean-Claude Passeron, rééd. La Reproduction, 1970), de fréquenta- les paysans d’une Algérie alors en pleine
Minuit, 1993. tion des musées (L’Amour de l’art, 1969) décolonisation et en transition vers
ou de photographie (Un art moyen, l’économie capitaliste (Le Déracine-
l La Distinction. critique sociale
1965), tout n’est censé être que ques- ment, 1964 ; Travail et travailleurs en
du jugement (1979), rééd. Minuit, tion de talent ou de goût personnel. Algérie, 1963). Puis qui fait son « Tristes
1996. Or, l’enquête montre que la réussite tropiques à l’envers » en étudiant le
l Les règles de l’art. Genèse et scolaire ou l’inclination à adopter les désarroi des paysans béarnais de son
structure du champ littéraire pratiques culturelles les plus légitimes, village natal confrontés au célibat. Ces
(1992), nouv. éd., Seuil, coll. c’est-à-dire celles universellement enquêtes fourniront la matière à deux
« Points essais », 1998. reconnues comme bonnes, sont for- livres, Esquisse d’une théorie de la pra-
l La misère du monde, collectif, tement corrélées à l’origine sociale. tique (1972) et Le Sens pratique (1980),
Seuil, 1993. Les classes supérieures qui possèdent qui exposeront une théorie de l’action
plus de capital économique et de capi- nettement anti-intellectualiste. Pour

74 Hors-série n° 20 sciences Humaines Juin-juillet 2015


pierre bourdieu

Bourdieu, nous agissons le plus souvent patronat… Au cours des années 1990, vend comme des petits pains, alors
de manière ajustée au monde, sans pour Bourdieu accédera à une visibilité que les critiques de la posture bour-
autant avoir à réfléchir à notre action. médiatique nouvelle. Tout d’abord avec dieusienne se multiplient (populisme,
Pourquoi ? Parce que nous avons incor- La Misère du monde, grande enquête démagogie, sectarisme, mélange des
poré les régularités du monde social collective qu’il dirige sur la souffrance genres entre science et militantisme).
sous forme de dispositions durables à dans la société française, qui deviendra Mort en 2002, le sociologue laisse
agir, penser et sentir, autrement dit un un best-seller. Puis surtout à partir de notamment inachevées une tentative
habitus, ajustées à ce monde. Les situa- 1995, où son engagement politique d’autoanalyse (Esquisse pour une auto-
tions de décalage (l’ouvrier se retrouvant se fait plus franc, au sein du mouve- analyse, 2004), ainsi qu’une étude sur
dans le « beau monde ») font ressortir ment contre le plan Juppé de réforme Édouard Manet (non publiée). L’œuvre
la force de cet ajustement entre notre des retraites et, ultérieurement, dans de Bourdieu continue d’irriguer large-
position et nos dispositions. la mouvance altermondialiste. Il lance ment les débats et la recherche empi-
également, avec plusieurs collègues, rique dans la sociologie française et
Un véritable entrepreneur une collection de livres d’intervention, internationale. Qu’il s’agisse des grands
scientifique « Raisons d’agir ». Il l’inaugure avec Sur domaines de son œuvre (éducation,
Mais ce ne sont là que deux aspects la télévision, reprise d’un cours télévisé culture, « biens symboliques ») ou non, il
d’une œuvre foisonnante, œuvre d’un au collège de France, où il dénonce la est désormais possible de penser avec
esprit touche-à-tout qui a livré des ana- menace qu’un journalisme de plus en et contre Bourdieu. l
lyses empiriques sur la haute couture, plus soumis aux lois du marché fait Xavier Molénat
sur la religion, sur Martin Heidegger et peser sur l’autonomie des champs
Gustave Flaubert, sur la science, sur le scientifiques et culturels. L’ouvrage se Article paru dans Sciences Humaines, HSS n° 6, octobre-novembre 2007.

n Influence (ou postérité)


• l’auteur le plus cité au monde sociales, les éditions raisons d’agir et la collection « liber »
sur la scène internationale, d’abord : les livres de Pierre (au seuil). les théories de Bourdieu figurent aujourd’hui
Bourdieu sont aujourd’hui traduits en 34 langues et se dans les manuels des lycéens et des étudiants.
vendent dans 42 pays, sur tout le continent américain,
• Des clés de lecture du monde social
au Japon, en chine, en corée, au viêtnam, en Inde ou
Quelques concepts clés continuent d’être utilisés :
en slovénie… et même si les comptages des bases de
l’« habitus », manière d’être et de penser intégrée jusque
Ce document est la propriété exclusive de Stella Azevedo (stellazevedo@gmail.com) - 12-10-2015

données sont toujours sujets à caution, Bourdieu fait


dans nos corps par l’éducation et le milieu social,
partie des auteurs les plus cités dans les publications
productrice de routines mentales. le « champ » (académique,
internationales, les références à ses travaux ont doublé