Vous êtes sur la page 1sur 13

LA FERTIGATION

1)INTRODUCTION :
La fertigation ou la fertilisation en irrigation localisée ,c’est une installation d’un
réseau d’irrigation localisée fixe qui peut être utilisée pour distribuer l’engrais
aux cultures ,grâce à des matériels d’injection .

a)AVANTAGE DE LA FERTIGATION :

Ainsi l’apport d’engrais bénéficie alors des avantages de la micro-irrigation :


- intervention à tout moment , ce qui permet la correction des carences ;
- localisation des apports à proximité des racines ;
- meilleur contrôle des quantité apportées ,ce qui évite les pertes par
lessivage et accroître l’efficacité ;
- automatisation possible.

b)LES CONDITION A RESPECTER :

- Le réseau d’irrigation doit être bien conçu pour assurer une répartition
homogène de sur la parcelle ;
- L’injection d’engrais dans le réseau doit toujours être faite à l’amont du
filtre à tamis.
- Le matériel d’injection doit être fiable, bien choisi ,bien utilisé.
- Les produits injectés ne doivent pas précipiter ni provoquer la corrosion
du matériel .
- La canalisation principale doit comporter un clapet anti-retour pour éviter
tout risque de pollution de la ressource en eau par les engrais.

2)LE MATÉRIEL D’INJECTION :

les matériels d’injection utilisables sont les dilueurs ,les pompes doseuses
hydrauliques, les pompes doseuses électriques.

a) dilueur

le dilueur est constitué d’une cuve étanche dans laquelle on introduit l’engrais
sous forme solide , mais soluble, la cuve est montée en dérivation sur la conduite
principale d’irrigation, à l’amont du filtre à tamis.
Le raccordement se fait de part et d’autre de la conduite pour crée une perte de
charge dans la conduite principale qui entraîne la dérivation d’une partie de
l’eau à travers le dilueur, un dispositif place à l’entrée de l’eau dans le bas de la
cuve provoque un brassage pour favoriser la dissolution de l’engrais, la
fertilisation ressort par le haut et sera injectée dans la conduite d’irrigation.

-avantages :
fonctionnement hydraulique autonome et simple, il permet d’utiliser
directement des engrais solide mais soluble.

-inconvénients et précaution d’utilisation :


- La dissolution et l’entraînement de l’engrais dans le réseau d’irrigation
sont progressif.
- Le temps de dissolution des fertilisants n’est pas toujours connu.
- La concentration de l’engrais varie entre le début et la fin du poste
d ‘irrigation.
- La durée de l’irrigation doit être longue pour que tout l’engrais soit
dissout et distribué.
- A chaque poste d’irrigation la cuve doit être rincée et rechargée.
- Le volume de la cuve est de 50 à 300 litre se qui limite l’emploi du
dilueur (1/2 hectare en culture légumière et un hectare en arboriculture)

b) Pompes doseuses hydrauliques.

Elles fonctionnent avec l’énergie hydraulique du réseau , qui déforme une


membrane ou déplace un piston donc elle aspire et refoule une quantité
constante et connue de fertilisant.

Il existe deux types :les pompe montées en dérivation ou en série.


C’est le nombre de va et vient par minute qui détermine le débit de la solution
qui peut être réglé par une vanne le débit injecté varie entre un litre et 300
litre par heure.ce réglage est lié a la pression de l’eau dans la conduite
d’irrigation.
Le démarrage et l’arrêt de la pompe se fait par une vanne volumétrique ou
une electro vanne .

- Avantages :
- Fonctionnement hydraulique autonome.
- Apport précis assuré par la pompe.
- Pas de risque de surpression ni de surdosage accidentels.

- Inconvénients :
- Le volume d’eau motrice rejetée et perdue est égal au double du volume
de solution injectée.
- Le fonctionnement du dispositif nécessite une pression minimale de 2
bars.

c) Pompes montées en série sur la conduite d’irrigation :

Elles sont mues par le passage de toute l’eau de la conduite d’irrigation dans
le corps de pompe.
Le débit d’injection est liée au débit de la conduite d’irrigation.
Le taux d’injection est de 2 à 20 litres de solution fertilisante par m²*m .
- avantages :

- Fonctionnement hydraulique autonome.

- inconvénients :

- elle doit être protégée contre les coups de bélier.


- La dimension du corps de pompe de certains modèles limite la surface
desservie.

d) Pompes doseuses électriques :

Constituées d’un moteur électrique qui entraîne soit une pompe alternative
,une pompe rotative ou un mécanisme qui écrase périodiquement un tuyau
souple , la liaison entre le moteur et la pompe est généralement mécanique ou
magnétique.

-Avantages :

-précision et fiabilité.
-possibilité de réglage du débit .
-fonctionnement automatique ,possibilité de montage de plusieurs pompes en
parallèle ce qui permet d’injecter plusieurs solutions a la fois.

-inconvénient :
-il faut avoir de l’énergie électrique sur le lieu d’utilisation.
3)ASSERVISSEMENT DES POMPES DOSEUSES :

Il a pour but de maintenir constante la concentration en éléments fertilisants


dans l’eau d’irrigation lorsque e débit de la conduite principale d’irrigation
varie.
La pompe peut être asservie au débit de la conduite principale d’irrigation soit
directement ,soit par l’intermédiaire d’un volucompteur placé sur la conduite
principale.

L’asservissement peut se faire par la mesure automatique du pH et de la


conductivité de l’eau d’irrigation fertilisée, à l’aval du point d’injection de la
solution fertilisante.
4)LA SOLUTION NUTRITIVE :

a)quelques définition :
poids d’engrais dissout en g
-La concentration de la solution mère(g/l) =-----------------------------------------
volume d’eau de la solution - mère en l

débit de la pompe doseuse en l/h


-taux d’injection(l/m ) =-----------------------------------------------
3

débit de la conduite d’irrigation en m3/h

- salinité(g/l) = concentration de la solution mere *taux d’injection


b) les engrais injecter :
les engrais azotés et potassiques ne pose pas de problèmes d’injection .
par contre en eau calcaire ,des engrais phosphatés risquent de precipiter.il
faut :
- soit utiliser un engrais phosphaté acidifiant ;
- soit acidifier l’eau jusqu'à obtenir un pH de la solution –file (solution
fertilisante injecter) voisin de 6.
On peut aussi injecter dans le réseau :
1- des chélates de fer ;
2- de l’eau de javel ;
3- de l’acide nitrique ;
2 et 3 pour l’entretien du réseau

c) la préparation de la solution :

la solution- mère se prépare dans une cuve en PVC , les opération sont les
suivantes :
1 - remplir la cuve d’eau ;
2 - verser le(s) produit a dissoudre ;
3 – remuer pour favoriser la dissolution ;

NB : la solubilité augmentant avec la température ,dans certains cas on utilise de


l’eau tiède .

d)utilisation des substances chimiques :


- Pour la plante :engrais ,
oligo- éléments.

-soit pour le sol :désinfectent.


désherbants.

-Soit pour le matériel d’irrigation :contre obstruction chimique.


contre obstruction biologique.
lutte contre les algues..
lutte contre la corresion.
-soit pour l’eau d’irrigation :correction du pH.
5) TABLEAU DES CRITÈRES DE CHOIX DES MATÉRIELS D’ INJECTION :

DILUEUR POMPE POMPE


DOSEUSE NON DOSEUSE
ASSERVIE ASSERVIE
ADAPTATION AUX
CULTURES
Grandes cultures……………… 0 +++ +++
Arboriculture…………………… ++ +++ +++
Maraîchage…………………….. ++ +++ +++
Hors sol………………………. 0 ++ +++

ÉNERGIE DISPONIBLE
Hydraulique……………………. +++ +++ ++
Électrique………………………. + +++ +++

DÉBIT DE LA CONDUITE
D’IRRIGATION
<10m3/heure……………………. +++ +++ +++
10à20m3/h…………………..….. + +++ +++
>20m3/h………….…………….. 0 +++ +++

CARACTÉRISTIQUES
TECHNIQUES
Apport continu……..……….. + +++ +++
Apport fractionné…………….. 0 + +++
Régularité de la concentration…. + ++ +++
Précision du réglage……………. + +++ +++

COÛT
Hydraulique……………………. +++ +++ +++
Électrique………………………. + ++ +++

0 non utilisable
+ peu favorable
++ favorable
+++ très favorable
LA FERTIGATION EN GOUTTE A GOUTTE

LA FERTIGATION EN GOUTTE A GOUTTE


LA POMPE DOSEUSE HYDRAULIQUE A PISTON

REGLAGE DES POMPES DOSEUSES


Ces pompes peuvent être ou non asservies au débit principal.
Pompes doseuses non asservies au débit principal
Le débit d'injection est fixé en début d'injection et reste constant pendant
toute la durée de l'opération quelles que soient les variations du débit principal.

Pompes doseuses asservies au débit principal

Le débit de la solution injectée est asservi au débit principal. La liaison


d'asservissement entre le débit principal et la pompe doseuse peut être de nature
électrique ou mécanique.

Le réglage d'une pompe doseuse peut donc se refaire à 2 niveaux

- au niveau de la quantité de produit injecté dans la veine d'eau


principale pour un cycle de fonctionnement de la pompe (un aller-
retour de la membrane ou piston). Ce type de réglage est manuel.

- au niveau de la constance du taux de concentration de la solution


fertilisante dans la veine d'eau principale. Dans ce cas il y a asservis
-sement du débit d'injection de la solution fertilisante au débit
principal.

Toute variation en plus ou en moins du débit d'eau principal, modifie


proportionnellement en plus ou en moins l'apport de solution mère. Le taux de
concentration final est donc constant Ce type de réglage est automatique.

REGLAGE MANUEL
- En augmentant ou en diminuant la course de la membrane ou du piston
moteur de la pompe doseuse, on modifie le volume de solution injectée. On
peut donc pour un volume d'eau principal donné avoir un taux de concentration
constant.

- Par prédétermination numérique, on compte et on compare a un chiffre


prédéterminé le nombre de coups de piston émis par un repère codé porté par
l'axe du piston.
Inconvénient

Le volume injecté étant indépendant du débit principal, le taux de


concentration peut varier lorsque le débit principal varie et entraîner des risques
importants d'accidents.

REGLAGE AUTOMATIQUE
Il y a régulation du débit d'injection de la solution fertilisante dans la
veine' d'eau principale en vue de stabiliser le taux de concentration.

Ceci peut se faire :


- soit par l'intermédiaire d'un compteur d'eau à tête émétrice
d’impulsion électrique (cas des pompes hydrauliques à commande électrique)
soit à tête émettrice d'impulsion hydraulique (cas des pompes doseuses
hydrauliques)

- soit en envoyant des impulsions électriques directement sur la por


Ira (cas des pompes magnétiques)

soit par réglage de la vitesse du moteur (cas des pompes à moteur à vitesse variable) d'un
débitmètre placé sur la canalisation principale et relié à une armoire de commande

- soit par contrôle des propriétés physiques ou chimiques de la


solution (mesure de la conductivité, du ph ou des deux)

- soit en additionnant un certain nombre d'impulsions et en


déclenchait la pompe doseuse au bout d'un certain nombre d'impulsions.

Remarque I

Le contrôle des débits se fera à l'aspiration en pesant la quantité d’eau


aspirée pour un nombre d'impulsions ou un temps donné ou un débit principal
donné.

On peut également mesurer la résistivité de la solution ou son ph


(papier ph)

Remarque II
Afin de garantir la meilleure précision, la mise en place du co doit se
faire sur un tronçon rectiligne de canalisation dont la longueur doit être au moins
égale a cinq fois son diamètre en amont et 10 fois le diamètre en aval du
compteur.

Centres d'intérêt liés