Vous êtes sur la page 1sur 11

DOSSIER

Mots clés :
MT HTA HTB,
Normes,
e traitement du point neutre dans Mise à Io terre.

les réseaux de moyenne tension

Descriptions physique et mathématique

par le Professeur Edmund HANDSCHIN et Dieter KONIG,


Universitéde Dortmund, Allemagne.

La sécurité et l'économie d'un réseau


En Allemagne, trois solutions sont généralement
moyenne tension repose en grande
adoptées,et normalisées,pour le traitementdu point
partie sur le traitement du point neutre neutresur un réseaude moyennetension.Ce sont le
du transformateur d'alimentation. neutreisolé,sa miseà la terre par une bobine, et sa
miseà la terre rigide ou à basserésistance.
Les différentes solutions applicables
Ces trois possibilités ont leurs propres consé-
sont ici décrites sur les plans physique
quences sur le comportementdu réseau: courant
et mathématique. Les circuits de réseaux de défaut, contact terrestre intermittent, arc élec-
trique en cas de défaut sur le conducteur.
équivalents sont aussi détaillés.

In Germany thereare threemain standardizedalter-


INTRODUCTION natives for connectingthe neutralpointon a medium-
Le traitement du point neutre dans les réseauxmoyenne voltage supply system
: insulated neutral,
impedance-
earthedneutral,and direct-earthedneutral.
tension a un sens fondamental du point de vue de la
conception et de la continuité de fourniture. En général,on This article discusses how the choice of neutral
a la possibilité de choisir entre les trois possibilités sui- point connection affects certain aspectsof power
vantes : system behaviour : fault current, risk of intermit-
- neutreisolé, tent earth contact, risk of arcing on power line
- neutre mis à la terre par bobine de mise à la terre failure.

(Bobine Petersen),
- mise à la terre du neutre par une basse résistance ou
mise à la terre rigide du neutre. Du point de vue des clients, les aspects suivants sont
La décision en faveur d'une de ces trois manièresd'opé- importants :
rer a un grand effet sur le service des réseauxmoyenneten- - alimentation sans interruption de chaque consomma-
sion. teur,
Vu l'importance du traitement du neutre, il existe plu- - compatibilité avec l'alimentation des procédés indus-
sieurs normes détaillées allemandes (DIN VDE 0102, triels.
0 111, 0 141, 0208-VDE : Verband Deutscher Elektro- Le congrès commun de l'ASE (Association Suisse des
techniker) et internationales (CEI n° 909, 865, 71 et 64), Electriciens), du VDE (Verband Deutscher Electro-
qui déterminentles conditions techniquesmarginaleset les tecknicher) et SEE (Société des Electriciens et des Electro-
valeurs limites pour ces différents modesd'exploitations.
niciens) intitulé " Neutre MT : quel devenir ? Mulhouse,
Le choix pour un traitement de neutre dans les réseaux novembre 95", sert à trouver une décision pour un traite-
moyenne tension doit se faire à long terme. Les critères ment sûr et économique du neutre dans les réseaux de
pour cette décision sont différents. Ils dépendentdes points moyenne tension. A partir d'expériences différentes, une
de vue des usinesd'alimentation électrique ou de celles des base commune doit être trouvée, qui peut aider le produc-
clients. Du point de vue des usines électriques les aspects teur et l'agent d'exploitation à faire un choix objectif.
suivants sont importants : L'objectif de l'exposé d'introduction est de présenter les
- évolution économiquedu réseau, basesphysico-techniques,sur lesquellesles prochains rap-
- localisation automatique et sélectif du défaut et détec- ports peuvent se baser.
tion sansmesurescomplexes de couplage, Le traitement du neutre n'a pas d'influence sur les ten-
- élimination automatiqueet rapide du défaut. sions et les courants de service dans les réseauxd'énergie
Le traitement du point neutre

avec une structure et un service symétrique. Les neutres de


tous les équipements du réseau ont un potentiel identique et
ils peuvent être combinés l'un avec l'autre. Cela peut être
favorable pour éliminer les conséquences des pannes et F,
UNE
surtout pour améliorer le mauvais fonctionnement de la
transmission de puissance. i:
En cas de défauts asymétriques ou bien de charges asy-
métriques, le comportement d'un réseau est influencé 11-
essentiellement par le mode de traitement du neutre. Les u. C =Z : F,=-Z C,== U..--
U, I
courants défectueux, les surtensions et les tensions de servi- . l,y l,. q
ce sollicitent les équipements, et leurs dimensions doivent
être prises en considération. Les courants à la terre influen-
cent, d'une part les systèmes voisins et d'autre part ils
mènent à une augmentation de potentiel qui représente un 1. Contact à la terre dans un réseau avec un neutre isolé.
danger pour les personnes. En cas de défaut unipolaire, ces
effets sont très nets. Ces défauts sont les plus fréquents
dans les réseaux moyenne tension. C'est pourquoi, les Le courant IF qui coule en cas de défaut unipolaire est
réflexions en ce qui concerne le traitement du neutre se seulement déterminé par la capacité terrestre. Les capacités
concentrent sur ces défauts. Avec l'aide des descriptions des éléments du réseau et les réactances séries sont négli-
des phénomènes des contacts à la terre et des courts-circuits geables. Par conséquent, les tensions et les courants en cas
à la terre, les exigences techniques du traitement du neutre d'un défaut unipolaire sur le conducteur Ll peuvent être
peuvent être divisées en exigences dépendantes de la ten- calculés selon les formules suivantes :
sion et en exigences dépendantes du courant. Selon le
niveau de tension, la structure de réseau, ses dimensions et i=0 1 = 0
UL il = 0
aussi son taux de défaut, ces exigences ne peuvent pas être UL2 = E, -El 12 = I (OCE (E2- El) (1)
toutes réalisées. Les réseaux à neutre isolé correspondent UL3 = E3 -El 13 = j (oC, (E3- El)
plutôt aux exigences dépendantes du courant, tandis que les UNE = - El
exigences dépendantes de la tension correspondent à ceux
En cas de contact à la terre la somme des courants qui
des réseaux mis à la terre. Ces exigences doivent donc être
s'écoule à la terre doit être zéro, et le courant de défaut
bien équilibrées pour assurer la sûreté de l'alimentation en
courant électrique, diminuer les efforts pour la protection peut donc être calculé selon les formules suivantes (l'impé-
dance au lieu de défaut est négligée dans cette étude) :
du réseau et pour les installations de mise à la terre, ainsi
que les dérangements dans les réseaux.
IF = - (Il + 12+ 13) = -./MC (- 2 El + E, + E3)

TRAITEMENT DU NEUTRE (2)


IF = -j 3 E, ù) CE
Réseaux avec neutre isolé En appelant Ulf la tension nominale au point du défaut
Dans ces réseaux, il n'existe aucune connexion conduc- avant l'apparition de ce défaut, il résulte pour le courant de
trice entre le neutre du transformateur et la terre. Les effets terre :
sur le fonctionnement du réseau sont illustrés dans la figure
1, pour le cas d'un contact unipolaire à la terre. IF =jwc E-, U, ;;F (3)

Ttibleaii 1. - E-,cigei7ces techniques tiu traiteiiieiit optiméil tic neutre [Il

petits ampèrages
Exigences dépendantes petits effets des arcs électriques avec, éventuellement, une extinction automatique de l'arc
du courant petites influences sur les autres réseaux, par exemple sur les réseaux ferrés et lignes
de télécommunication
petites tensions de pas et de contact tout près du lieu du défaut
seulement un petit renforcement des tensions du service sur les conducteurs sans défaut
utilisation des parafoudres avec une tension nominale plus faible
éviter les défauts consécutifs par un isolement parfait des phases
Exigences dépendantes éviter les surtensions suite à l'allumage et l'extinction de l'arc électriquc et aux mesures
de la tension de couplage
éviter les tensions déplacées en service sans défauts même pour les conducteurs multiples
éviter les ferrorésonances après l'élimination du défaut à la terre et pendant les mesures
de couplage
LE RÉGIME DU NEUTRE EN MOYENNE TENSION

La réactance capacitive de terre admet seulement un petit lement à un point faible de l'isolation peut se produire et
courant de défaut, qui se superpose avec le courant nomi- conduire à une terre accidentelle sur deux phases.
nal en courant réactif. Ce courant de défaut augmente avec Avec l'augmentation rapide de la tension après)'extinc-
la dimension du réseau, vu qu'en négligeant les réactances tion de l'arc électrique (fig, 3), des retours d'arc peuvent
séries, les capacités étoilées de tout les conducteurs s'addi- survenir au point de défaut et ils peuvent mener à des
tionnent pour donner une capacité totale. Avec les dimen- contacts terrestres intermitants. C'est le cas dans des
sions du réseau, le courant de perte à la terre IF. augmente réseaux à lignes aériennes avec un courant de défaut de
aussi. Ceci est spécialement le cas pour les réseaux à moins de 10 A. Même le contact terrestre intermittent peut
câbles, parce que leur capacité linéique (C E 30 flS/km) mener, vu ses surtensions importantes, à une terre acciden-
est plus grande que celle des lignes aériennes (C E > telle sur deux phases.
3 flS/km) en vertu de plus grandes constantes diélectriques
des matières isolantes et d'une plus petite distance entre
conducteur et enveloppe.
Dans les réseaux aériens, plusieurs contacts à la terre
u/U, Contact Extinction Retour de contact
peuvent se former sur les isolateurs en vertu des ponts de
2.0
crasse et d'humidité. Si le courant de défaut n'atteint pas la -/3
valeur nécessaire minimale, des arcs électriques perma- 1.5
nents ne peuvent pas se développer. La norme DIN UL1 ut2
1.0 u
VDE 0228 donne une limite de 20 A aux courants des
- U,'L2
réseaux fonctionnant à 20 kV. Les contacts à la terre ont
souvent un effet à régénération, parce que le courant à
court terme peut éliminer ces arcs. Les contacts à la terre -0 UL3 UL3
U
UL3
dans les câbles deviennent des défauts tripolaires en vertu iCEI_
uLz
U12
des petites distances entre les conducteurs. Cette extension
peut être retardée, si le courant de défaut reste petit. Pour
-2.Q t---- - - - -)'
cette raison, il n'est pas nécessaire d'éliminer le défaut
avec déconnexion temporaire, pourvu que le courant de -2.5
défaut reste petit en suivant les conditions d'extinction. Le 'CE4
contact permanent à la terre doit être éliminé le plus rapi- t
dement possible, parce que cela conduit à une surtension
importante sur le réseau. Le diagramme vectoriel qui résul- 3. Tensions de trois conducteurs dans un réseau triphasé à
te de la figure 1 peut servir comme justification. La figure iietitre isolé eii cas de dfiibit siti- le coiiductetit- LI [2].
2 montre que la tension étoilée des phases sans défaut aug-
mente et devient une tension composée.
Simultanément à cette augmentation, les neutres de
transformateurs montent à tension simple. Cela a pour Une terre accidentelle sur deux phases est générale-
conséquence une contrainte sur l'isolement en cas de ment combinée avec des grands courants de court-circuit
défaut. Les convertisseurs sont spécialement en danger, car qui doivent être déconnectés par le système de protection
suite aux ferrorésonances ces convertisseurs sont soumis à du réseau. Le système de protection du réseau utilisé
des surtensions. Dû aux surtensions, un autre défaut d'iso- peut généralement déconnecter seulement un des deux
contacts à la terre. L'autre contact terrestre peut mener à
une rupture en un autre point du réseau. Il y a déplace-
ment de panne qui, en déconnectant les lignes suivantes,
_,=E,-E
-1 -1 -.
" peut mener à)'écrou) ement du réseau. C'est pourquoi il
\ '3 *- " " est très important que la ligne défectueuse soit déconnec-
" " "
tée du réseau le plus rapidement possible.
Le service avec un neutre isolé est seulement propre aux
" réseaux moyenne tension de faible étendue. Dans des
"
.1 réseaux à lignes aériennes on peut compter sur une extinc-
X " tion spontanée en raison des petits courants capacitifs de

E, " perte à la terre. Dans les petits réseaux de câbles, le service


avec un neutre isolé est préférable, parce qu'on ne peut pas
= E, E, compter sur l'extinction spontanée, et en raison de petits
courants de perte à la terre (environ 10 A), les tensions de
2. Diagriiiiiiie vectoriel Éles tensions d'bat r (,seaii trilh (,isé en terre et les tensions de contact peuvent, en cas de panne,
cas de défaut sur le cor2ducteur Ll. être facilement contrôlés.
Le traitement du point neutre

Réseaux à fonctionnement compensé

Au point du défaut en cas de contact à la terre dans un O)

réseau à courant triphasé, une tension Uvr peut être mesu-


Système
rée entre terre et le neutre du transformateur (fig. 4). Si on direct C, 1 Ig')
relie une inductance LD entre le neutre et la terre, le courant l
inductif de la bobine I. passe à travers cette dernière et

peut compenser le courant capacitif de perte à la terre. Les


réseaux, dans lesquels les neutres de transformateur sont 1f1
Système T
inverse : U4)
combinés avec la terre par des bobines d'extinction d'arc
(bobine Petersen) sont appelés réseaux compensés de Y
contact à la terre.
-1 A

Système
ID C, )
homopolaire 3x -JY G,,

5. Circuit équivalent simplifié en composantes symétriques


JE. d'un réseau compensé pour la sitaation du réseau de la
,figure 4 [4].

---F7
ULI UL2 ul.

Si on néglige
c CI les impédances séries, qui comparées aux
l,
y y réactances des capacités étoilées et de la bobine d'extinc-
//////
tion d'arc sont très petites, la valeur du courant de perte à
la terre est seulement déterminée par le circuit oscillant
4. Contact à la terre sar le conducteur LI dans un réseau parallèle dans le système homopolaire, La réactance du cir-
avec coinpeiistitioii du contact à la terre. cuit oscillant est calculée de la manière suivante :

3 XD
F
Comme illustré dans la figure 4, les relations pour les ten- x (o) = ï
. - 3 XD (7)
sions et les courants en cas de défaut, comparées aux réseaux
à fonctionnement isolé doivent être complétées par le courant h

ID'Les conducteurs et bobines sont supposés sans perte. Si on nomme Ubi la tension nominale au point du défaut
avant l'apparition du défaut, il résulte pour le courant de
El
ID= - - (4) perte à la terre au lieu du défaut :
} XD

Il s'ensuit pour le courant au point de défaut : ,-


F-
ixo (8)

f E,
En synchronisant la résonance du circuit oscillant parallè-
IF
rF==--(Il
(Il++Il-
I, + 4
3++ID)
ID)==-j-j1wC£,
wCr, (-(-22ElEl++E2
E2++E3)
E- + -
XDI
le, X (o) tend vers l'infini ; le courant de défaut devient nul.
(5) La bobine de compensation est parcourue par le courant :
IF = Ic + ID = -j 3 E, 1 coç
3 X,
Ill= 3'UbF'WCE (9)

Ces relations qui résultent du circuit idéalisé (fig.c 4)


montrent que le courant de défaut est égal à zéro, quand la
Le neutre du transformateur est aussi parcouru par ce
bobine d'extinction d'arc est exactement égale à :
courant en cas d'un contact permanent à la terre, Les trans-
formateurs combinés aux bobines d'extinction d'arc doi-
3XD= - (6)
WC, vent être dimensionnés par ce courant.
Dans les grands réseaux, en vertu des réactances de
capacités étoilées, des courants de perte à la terre d'environ
Ceci est justifié par la figure 5, qui représente un circuit 100 A peuvent se superposer avec le courant nominal. Ce
schématique en composantes symétriques et qui est utilisé courant peut mener à une impulsion de courant s'il n'y a
dans l'analyse des procédés pour les structures asymé- qu'une bobine de compensation dans le réseau. Pour éviter
triques ou pour le fonctionnement d'un réseau triphasé. cet effet, plusieurs bobines de compensation doivent être
LE RÉGIME DU NEUTRE EN MOYENNE TENSION

installées dans le réseau, ce qui mène à une répartition du


courant de compensation. Cet effet a pour conséquence une
plus grande liberté pour les couplages entre réseaux.
ULl/l
Jusqu'à présent, il a été supposé que les équipements
sont sans pertes. Mais le courant de défaut contient un cou-
rant résiduel actif déterminé par les pertes ohmiques de la
bobine et les dérivations transversales des circuits du UL2
réseau. Il peut être modelé selon la figure 5 comme
conductance dans le système homopolaire [1], [5]. La
UL3 ffl
conductance est déterminée par la formule :

rû-)
cEC-,,-
Gf = d (10)
V 3 X,, UL1 vvvwv

ou d est désigné comme facteur de pertes.


U, WWMVVWWVMM
Le degré
c du désaccord de la bobine d'extinction d'arc
peut être déterminé par v :

UL3
MNVVVWVVVWMW
i = il) - 1 = 1 -- - 1 (11)
Ic'- 3 XD - (ûCr

La formule 8 pour le courant de perte à la terre au lieu du 6. Evolertion des tensions des conducteurs extérieurs en cas
d'apparition et de dislaritioii d'tin coiita (,t à la tei-re. Eii
défaut peut donc être remplacée par la formule suivante : hciiit, eii cas tle laiiiie sui- le (-otidit (@tetir LI, eii bas eii cas de
surcompensation.
VIbF (12)
IR,,, = 3 - Io = 3 ü) CE (d + jv) - " -
-3

Cela montre que même si on synchronise la bobine la limite d'extinction). Dans des réseaux de câbles le cou-
d'extinction d'arc à v = 0, il y a un courant résiduel à rant de perte à la terre se produit jusqu'à la rupture du
l'endroit du défaut ; dans les réseaux aériens, il reste le contact. Cependant les courants de perte à la terre sont plus

plus souvent en dessous de 10 % du courant capacitif de petits, car du fait de leur meilleure symétrie les réseaux à
câbles peuvent être accordés plus exactement. En cas de
perte à la terre. Ici une synchronisation à zéro doit être évi-
tée, vu les asymétries capacitives de lignes aériennes, sinon contact à la terre permanent, un tel réseau peut fonctionner
une tension permanente élevée sur le neutre peut se former un certain temps tant que les tensions de contact et les ten-
même en cas d'un fonctionnement correct. Dans les sions d'influence se limitent à des valeurs admissibles.
réseaux de câbles, grâce aux symétries de mise à la terre et
Réseaux à mise à terre étoilée à basse
malgré les hauts courants de perte à la terre, un plus haut
degré de compensation est possible. résistance ou à mise à terre étoilée rigide (fixe)

Comme dans les réseaux avec neutre isolés en cas de Dans des réseaux à basse résistance ou à mise à la terre
contact à la terre, la tension étoilée des phases sans défaut rigide, un ou plusieurs neutres de transformateurs sont
s'élève à la valeur composée. Ici aussi existe le danger reliés à la terre sans impédance ou avec une impédance de
d'un défaut double. La partie supérieure de la figurée faible valeur. La mise à la terre sans impédance est appli-
montre les tensions des conducteurs en cas de défaut sur quée surtout dans les systèmes de transmission à haute
le conducteur Ll dans un réseau aérien. L'extinction en tension pour limiter les élévations de tension en cas de
cas de surcompensation (3 Xp < t/C) est illustrée dans la panne et de cette manière minimiser le danger de terre
partie supérieure de la fi (ure 6. accidentelle sur deux phases. Dans les réseaux à tension
Comme on peut le voir, la tension sur le conducteur moyenne et dans les câbles urbains on se sert des mises à
défectueux s'élève très lentement, il est donc peu probable la terre à basse résistance pour réduire en cas de panne le
courant de court-circuit de mise à la terre. La figure 7
qu'un retour d'arc ait lieu. Le degré de désaccord v et
l'amortissement d déterminent le retour de la tension. Les montre le circuit d'un réseau de mise à la terre rigide.
c
avantages d'un fonctionnement à compensation est particu- En cas de contact terrestre, il se forme un cgrand courant
lièrement visible dans les réseaux aériens, vu qu'ici les arcs de défaut. La figure 8 représente le schéma équivalent d'un
électriques de contact à la terre s'éteignent automatique- réseau à mise à terre rigide avec des composantes symé-
ment (le courant de perte à la terre doit rester au dessous de triques.
Le traitement du point neutre

mination du défaut est déterminée par la stabilité du réseau


et la capacité thermique d'équipements. La durée minimale
-il
- de l'interruption est déterminée dans des réseaux aériens

4 par la rapidité de régénération (la désionisation) du diélec-


trique, qui doit empêcher les retours d'arc électrique après
4i
les interruptions de courtes durées. De la figure 8 résulte la
formule pour le courant du neutre en cas de défaut (U.

(CE): étant la tension au lieu du défaut avant l'apparition de la


panne) :
VItF Xr( ()) (14)
X (l) + X (2) +x, , (0)

7. Réseait de iiiise ii Iti terre rigide. Si on suppose, que les réactances séries du système
direct et inverse sont, après apparition du défaut, égaux,
c il
en résulte :

VI X « J)/X (l)
(15)
/3 2 + X « »/X (l)
Système Z (l)
direct E (ij lu,,, Cela montre que la tension étoilée ne dépend pas seule-
ment du niveau de tension, mais aussi de la relation entre
- - 42, l'impédance homopolaire et l'impédance directe du réseau.
L'impédance homopolaire est elle-même déterminée par
Système Z (2) l'impédance des neutres du transformateur. Donc elle
inverse
représente une grandeur de réglage pour les courants et les
1
9 tensions en cas de contact à la terre. Cette impédance doit
1
, 1 (0) 1 être ajustée pour qu'en cas de défaut un fonctionnement de
1 1 U (,, -.i la protection du réseau soit garanti et que le courant de
Système z,.,
homopolaire to ii court-circuit terrestre et la tension étoilée restent faibles,
Dans les grands systèmes de transmissions aériens X (,,/X (,,
--<&gt;-
- - - -
est entre 2 et 5. De cette manière la valeur de la tension
étoilée est limitée entre 0,3 UN et 0,5 UN et le courant de
8. Circitit éliiii,iileizt eii cotiipostiiites s,iiiétriqties eii (- (iY de
panne unipolaire dans les réseaux de mise à la terre rigide. perte à la terre se limite entre 25 % et 75 % du courant de
défaut tripolaire. En cas de mise à terre par des impédances

qui limitent le courant, XIO/X (l) est au-dessus de 20. Le


Si on prend en considération que, comparées aux réac- courant de défaut à la terre est limité au dessous de 10 %

tances, les résistances sont négligeables, le courant de du courant à défaut tripolaire.


défaut en cas de défaut unipolaire se formule ainsi : Pour les réseaux de mise à la terre rigide, l'élévation de
tension des phases sans défaut décrite par le facteur du

1,1 -/3- - UN défaut terrestre


lki ==30- "1(0)
lklp ( = X (l) + X (2) + x (o) (13)

-= F3. 1 + 1+Xo>Xu+XconXuo
3 =,/3 x (o)/x (l) + (X (O)/X (l » 2 (16)
,.
2+ v/V
X (16)
(o)/X (l)
Ce courant est déterminé par les réactances séries des

systèmes directs, inverses et homopolaires (l'impédance au arrive, en maintenant les conditions susdites, a une valeur
lieu du défaut est négligeable). La tension 1,1 - 3 - U N de moins de 1,4. L'élévation de tension des phases sans
représente la tension au lieu du défaut, qui est admise pour défaut est donc plus petite que dans les réseaux à fonction-
l'estimation du courant de défaut maximal après la simpli- nement isolé ou composé, où le facteur du défaut terrestre
fication de la méthode de superposition [7]. De cette égali- atteint une valeur supérieure à -3.
té résulte le courant de défaut même en cas de défauts uni-

polaires. Ce courant peut atteindre, en cas de mauvaises


ASPECTS TECHNIQUES ET DE SERVICE
circonstances, la valeur d'un courant à défaut tripolaire.
Contrairement aux réseaux à fonctionnement isolé ou à DES INSTALLATIONS
fonctionnement éteint. un service sans intemuption en cas
La conception des installations de mise
de défaut n'est guère possible. La protection du réseau doit
à la terre
être tripolaire pour garantir un déclenchement protecteur
certain et sélectif. Pour maintenir la fourniture, on utilise Les courants de défaut à la terre dans les installations
des interruptions à temps cowts. La durée maximale d'éh- créent une tension UE sur la résistance de mise à la terre
LE RÉGIME DU NEUTRE EN MOYENNE TENSION

Dans les réseaux à mise à la terre à neutre rigide, les ins-


UE. Le potentiel cp aux environs de ces installations suit la
répartition illustrée dans la figure 9, et se présente comme tallations de mise à la terre, vues leur charges
c thermiques

une tension de pas US ou de contact Uo. Pour éviter tout sont dimensionnées à l'aide du courant de court-circuit à la

danger pour les être humains, la tension de contact ne doit terre. Le courant court-circuit de mise à terre, moins le

pas, selon sa durée d'apparition, dépasser une valeur bien courant du transformateur pour la partie de l'installation,

déterminée (figure 10).

Les différents courants dépendant des différentes

manières de traitement du neutre sont donc essentiels pour

dimensionner les installations de mise à la terre.

V,'--=-- - j
-"

ï- 7à 1 -' ---

lool
", "
", "

y 1 1

Terre
de référence h 4 44

1 111 1 1//1 , "/, Il ' Il


(assez loi n) ..i'
E 2 S3 0.1 0.2 0.5 12s5
Avec commande de potentiel Sous commande de potentiel t,

9. Définition (les tensions à la tet-t-e (le pas et de coiiici (1 et la 10. Vtilelir iiiaxiinale atliîiissible de la tension de contact
répartition du potentiel selon la norrne VDE 0141 [8]. dc'petitlliiite de la durée Iiitiite selon la noriiie VI) E 0141 [8].

Tableau 2. - Les courants et les tensioiis à la tei-i-e lotir le dinieiisioiiiieiîieiit des installatioiis terrestres seloii DIN VDE 0141 [8]

Mise à la terre
Traitement du neutre dans le réseau Neutre isolé Neutre compensé
de basse résistance

Tension de contact avec bobine :

V És,, + Iesl

sans bobine :
Il,...,

Charge thermique :
- de la prise de terre

- des conducteurs de terre avec bobine

1 Iis,, + I,

sans bobine

Montee en potentiel U E B
U, : 65 V, U, : 5 130 V : aucune mesure n'est nécessaire
et tetision des coiitacts UB à respecte] - UL > 130 V alors U, 65 V
U. > 130 V alors UB 5 65 V UE > 130 V alors U, selon la fig.
ou des mesures de substitution ou mise hors tension rapide
et mesures de substitution

I< : courant capacitif de perte à la terre.


IR,,i : courant résiduel de perte à la terre.
iE,,,I, : somme des intensités nominales des bobines mise à la terre en parallèle.
lkEF : courant de terre accidentelle sur deux phases.
I11, : courant alternatif de court-circuit initial en cas de contact à la terre unipolaire.
IF : Courant de terre.

REE
N= 2
N
26 F% i 19) (
Le traitement du point neutre

dimensionne la tension à contact. Dans les réseaux com- teurs avec un enroulement equipotentiel ne peuvent être

pensés, le courant de terre accidentel sur deux phases est chargés que par le 1/3 de ce courant, si les enroulements
essentiel pour le dimensionnement aussi thermique des triangulaires
c sont dimensionnés pour 1/3 de la puissance
conducteurs de terre. Essentiels aussi pour le dimensionne- traversante.
ment de la tension de contact sont le courant résiduel pour
Pour un transformateur à enroulement Zig-Zag, son
les installations sans bobines, l'addition géométrique du
neutre peut être chargé par la totalité du courant du trans-
courant de bobine et du courant résiduel pour les installa-
formateur. Ce genre de transformateur possède la plus peti-
tions avec bobines. Cela montre que les exigences sur les
te réactance homopolaire (X (,) Ix =(,)
0,1-0,5), ce qui mène
installations de terre en cas de mise à la terre rigide sont
dans le fonctionnement asymétrique à une augmentation
plus grandes que dans des réseaux à fonctionnement isolé minime de la tension. Il est donc convenable pour la
ou compensé.
connexion d'une bobine d'extinction d'arc.

Le choix du traitement du neutre est limité non seule-


Exigences sur les transformateurs.
Traitement du neutre ment par la capacité de charge du neutre mais aussi par la

possible transmission de la tension homopolaire. Pour les


Le mode et le lieu de mise à la terre du neutre sont
neutres mis à la terre des deux côtés du transformateur, une
influencés par les transformateurs utilisés.Le transforma-
partie de la tension homopolaire peut, en cas de défaut, être
teur triphasé doit avoir une capacité suffisante du neutre,
transmise à travers le transformateur à une autre partie du
si son neutre est combiné à une bobine d'extinction d'arc
réseau. La dimension de la tension couplée dépend du trai-
ou s'il y a une mise à la terre directe. Autre chose impor-
tement du neutre. Vu les résonances en série des réseaux
tante qui influence le traitement du neutre : les réactances
compensés, la tension couplée mène a une grande suréleva-
homopolaires du transformateur, qui sont influencées en tion de la résonance de la tension homopolaire et peut
substance par sa conception et son couplage.
simuler dans une partie du réseau compensé une fausse
Le premier groupe contient des transformateurs en cou- mise à la terre. S'il n'y a pas de transformateur idéal pour

plage Y-y sans enroulement triangle. Si un neutre n'est la connexion de la bobine d'extinction d'arc, il est possible

pas raccordé, il n'y a pas possibilité de compenser le flux de créer un point de neutre artificielauquel on connecte la
de courant magnétique, qui est causé par le courant bobine de compensation. De cette manière, il est sûr

homopolaire du côté de l'enroulement mis à la terre, par qu'aucune transmission de la tension homopolaire suite à
un contre-flux dans l'autre côté de l'enroulement. Ces une mise à la terre ou à un court-circuit à la terre du côté
courants homopolaires causent des flux magnétiques en haute tension sur le côté basse tension du transformateur ne

phase dans les noyaux magnétiques des trois colonnes peut avoir lieu.
d'enroulement, qui peuvent se fermer dans le fer en cas
de transformateur cuirassé, de transformateur à 4 ou
L'accord des bobines d'extinction d'arc
5 colonnes et de groupe de trois transformateurs unipo-

laires. Pour les courants homopolaires, ces transforma- Les réseaux compensés fonctionnent normalement dans

teurs agissent comme des inductances avec une grande la zone de surcompensation pour éviter, en cas d'arrêt

réactance homopolaire (Xo./., > 5) et il s'ensuit une d'alimentation, le point de résonance. Pour le réglage du

grande tension étoilée déplacée. En cas de défaut, ces degrés de désaccord de la bobine on peut utiliser dans la
transformateurs ne sont donc pas convenables pour la pratique plusieurs procédés. Le procédé le plus facile est de
connexion des bobines de compensation. Si le transfor- mesurer la tension du neutre, dans un fonctionnement hors

mateur est à 3 colonnes, les flux magnétiques se ferment défaut, automatiquement ou manuellement. Pour cela il

en partie par le milieu environnant et en partie par l'air. faut ajuster la position de la bobine jusqu'à atteindre la ten-

Dans les murs de chaudière ils produisent des courants sion maximale. Puis il est possible qu'un décalage soit fait

parasites avec des pertes correspondantes, qui doivent pour arriver à un point de fonctionnement surcompensé.
être considéré dans le bilan thermique du transformateur. L'inconvénient de ce procédé est que le point de résonance

Pour cette raison, le neutre ne doit être chargé que par un peut être difficileà trouver. Il existe, de plus, le danger que
courant permanent de 10 % du courant de dimensionne- dans les réseaux asymétriques, apparaissent des surtensions

ment du transformateur. sur le neutre.

Dans des transformateurs à enroulement triangulaire, qui Une évaluation plus précise de l'accord peut se faire à

constituent un deuxième groupe, le contre-flux de cet l'aide d'une évaluation de l'amortissement de la tension

enroulement compense le flux provoqué par le courant déplacée, enregistrée après une panne ou une action de

homopolaire. La structure du noyau ne joue aucun rôle. couplage. Ici on peut calculer l'amortissement d, le degré

L'impédance homopolaire de ces transformateurs est de désaccord v et les tensions à la terre des phases [11, 12].

presque égale à la réactance directe. Les transformateurs Ce procédé a comme avantage que le réseau dans sa zone

des groupes de couplage Dyn peuvent être sur leur neutre de fonctionnement peut être bien accordé sans qu'on passe

chargé par le courant de dimensionnement ; les transforma- par le point de résonance.


LE RÉGIME DU NEUTRE EN MOYENNE TENSION

CRITÈRES POUR LE CHOIX nances. Avec une très petite valeur X,,) IX (1,1 le facteur 8
diminue pour atteindre la valeur 3. Un réseau est considé-
DU TRAITEMENT DU NEUTRE
ré mis à la terre efficacement si 8 ne dépasse pas 1,4. Ceci
La relation entre l'impédance du système direct et est le cas dans la zone 0 < X (O) IX (l)< 4 pour R,,,IX,,, < 1. La
l'impédance du système homopolaire est importante pour zone X (O) IX (l)> 4 représente la relation en cas de mise à la
la classification des réseaux selon la manière de traitement terre inductive ou de contact à la terre compensé dans les
du neutre. L'impédance directe à chaque point du réseau cas surcompensés. Le facteur de faute terrestre est plus
est déterminée par les câbles, les charges et l'alimentation. grand que 1,4 et tend vers -3 pour X (0) ---> -.
Dans des réseaux à petite extension, l'impédance homopo-
Comme le facteur de défaut à la terre, la relation entre le
laire est influencée par les transformateurs et les équipe-
courant de court-circuit unipolaire et le courant de court-
ments pour la mise à la terre du neutre comme les induc-
circuit tripolaire est donnée en fonction de la mise à la terre
tances et les résistances. L'importance des impédances
du neutre :
homopolaires et les capacités à la terre des câbles et des
lignes aériennes augmente avec la grandeur du réseau.
Iij, - 3 - Z,I)/Z (O
Dans les réseaux moyenne tension, les charges n'ont pas (18)
I-3p 11 + -2 (1)
'k3p -Z1 (l)/Z
-,o«
d'influences sur les impédances homopolaires.
Les surtensions sont décrites par le facteur de défaut à la Avec la simplification R1(,,
(1)=- 0, il s'ensuit :

terre 8. Un défaut avec contact à la terre est défini de la


manière suivante : 'p
(19)
2 + X (O)/x (l) - jR (o)/X (l
UL2 _ 1 3 z (o)/z (l) + j 3
uL2 (17)
UL 1/-3 - 2 12 + Z (o)/Z (li Sa valeur en fonction de X (O) IX (l)est pour les différents
UL3 11 3 z (o)/z (l) paramètres Reo/X représentée dans la figure 12. Dans la
uL3 - +j3 zone de mise à la terre rigide, il est possible que pour
UL,/3 2 12 + Z 2(o)/Z
2+Zo/Zm+J
(l)
X (O)/X (I) < 1 le courant de court-circuit à la terre devienne
La valeur la plus grande
C> sera toujours utilisée. Sous la plus grand que le courant court-circuit tripolaire. Ceci est
condition R/X < R/X (- »' R (,, ' (1) F,
peut
1.1 -1
être
, négligé. Le fac- valable pour un défaut à côté des transformateurs à la terre.
teur 8 peut s'appliquer sur la relation X (OlX (I) (fig, II), Pour les valeurs X,,),IX,,) > l, les courants de court-circuits

L'évolution caractérise l'augmentation de la tension dans terrestres et éventuellement les courants de contact à la

les différentes manières d'opérer et représente ainsi les terre se comportent inversement au facteur de défaut à la

bases de dimensionnement pour l'isolation des équipements terre. Dans les réseaux isolés et les réseaux de mise à la

des réseaux et surtout des dispositifs de protection contre terre compensés, il n'existe que des petits courants de

les surtensions, D'après la figure 11, il est préférable d'évi- défaut à la terre.

ter la zone de mise à la terre à résistance capacitive basse vu Les critères pour le choix du traitement du neutre déri-
le danger de contact à la terre intermittent et les ferroréso- vent des figures 11 et 12.

----------
t isolô basse résista,
baee, lësle

n
3
C-.
Mi àa
Mrse
laterre
te- ngrde
rigide
I 1.
i inadapté Miseà à
Mnse L
adptë
. la
Il terrengnde,, ; 0
i 511
madaple I --
" adapte u
0,5 1- - - -------- ------
-100 10 -5 0 5 10 100
o/Xm -+ -100 -10 -5 0 5 10 100
) Çx,,, -

II. Facteur de défait à la terre 8 en fonction de X (01 ",,,l


avec R (l, = R (2) = 0 [7, 131. 12. en foizetioiz de X (oX (,, avec R (,) = R (2) = 0 [7].

REE
N'1
28 191) (,
Le traitement du point neutre

Pour assurer une alimentation continue en énergie de possibles pour la mise à la terre à basse résistance. Les
tous les clients, le fonctionnement avec un neutre isolé ou seuls inconvénients sont les installations compliquées de
extinction du contact à la terre semble être idéal. Le fonc- mise à la terre, dues aux hauts courants de défaut et éven-
tionnement à neutre isolé, pour des réseaux à grandeur tuellement les mesures de limitation des problèmes de
limitée, et vu le danger de contact à la terre intennittent, est t'influence.
malheureusement très limité. Dans les régions à grande Le changement inverse peut avoir lieu si les problèmes
densité de puissance et dans des réseaux de câble, le fonc- d'influence et de danger ne sont plus contrôlables ou que
tionnement avec une mise à la terre du neutre à basse résis- l'alimentation continue ne soit plus sûre. Il faut prendre en
tance est plus raisonnable. Si dans le réseau il n'existe pas considération que ce changement peut provoquer un
de transformateur pour connecter les bobines d'extinction contact à la terre sur deux phases.
d'arc ou qu'un changement est trop coûteux, on est obligé
d'utiliser ce genre de fonctionnement. CONCLUSION
Les raisons ultérieures pour changer la compensation à
Dans les réseaux moyenne tension, les effets d'un défaut
la mise à la terre à résistance basse sont :
- une augmentation rapide du câble sur le réseau qui monophasé sont influencés par la manière de traitement du
neutre. La comparaison des réseaux à neutre isolé ou com-
entraîne l'augmentation du courant terrestre en cas de
pensé avec les réseaux à mise à la terre à résistance basse
panne, met en évidence deux points contradictoires. D'une part,
- une augmentation incompensable du courant terrestre,
une alimentation continue en énergie pour le client même
qui empêche l'extinction des arcs. en cas de contact à la terre, d'autre part une technique
Une localisation rapide et sélective du défaut, de sa simple de protection des faibles contraintes d'isolation
déconnexion et la facilité de la séparation du réseau sont avec une meilleure localisation des défauts.

T (ibleait 3. - Estiiiiatioiz des ti- (iiieiiieiits de iieiitre

Avantage
c Inconvénients
Faible courant à la terre dans les petits réseaux Possible seulement dans les réseaux de faible étendue et en
maintenant les conditions d'extinction
Maintien continu du fonctionnement du réseau en cas Augmentation de la tension dans les phases saines
de contact à la terre d'un facteur V. Donc charge plus grande
c sur les isolations
Protection du réseau sur deux phases Déplacement du neutre
Peu d'influence sur les réseaux avoisinants, donc Difficile localisation de la panne
z
installations de mises à la terre plus simple
Elimination du défaut automatique, si on maintient les Possibilités très limitées pour le développement des réseaux
conditions d'extinction

Peu de courant résiduel de contact à la terre, si on Augmentation de la tension dans les phases saines
accorde la bobine d'extinction d'arc d'un facteur fi Donc charge plus cgrande sur les isolations
Maintien continu du fonctionnement du réseau en cas Déplacement du neutre
de contact à la terre
Protection du réseau sur deux phases Difficile localisation de la panne
Ô Peu d'influence sur les réseaux avoisinants, donc Possibilité limitée pour le développement des réseaux
i installations de mises à la terre plus simple
Elimination du défaut automatique, si on maintient les Coordination continue des bobines avec l'état des réseaux
conditions d'extinction
Réseaux plus étendus que les réseaux à neutre isolés Coûts des bobines et des installations de réglages
z
Peu d'augmentation de la tension dans les phases saines Pas de maintien continu du fonctionnement du réseau en cas de
défaut
Faible tension du neutre en cas de contact à la terre Les hauts courants de défaut obligent une déconnexion rapide
du réseau
Tous types de réseaux Installations de mises à la terre compliquées
Le défaut est rapidement localisé grâce au Protection tripolaire du réseau
déclenchement automatique de la protection
I:i Durée courte de la panne

REE
LE RÉGIME DU NEUTRE EN MOYENNE TENSION

Un choix optimal et unique pour un traitement du neutre [8] DIN 5714]/VDE 0141 ; Erdungen für Starkstromanlagen
n'est pas possible, car plusieurs facteurs, comme la structu- mit Nennsponnungen über 1 kV.
re du réseau, ses dimensions, sa défaillance, la continuité [9] BALZER (G.) ; Beidseitige Erdung von Transformatoren. ETG-
de son alimentation, sa protection et aussi les installations Fachbericht 24 : Sternpunktbehandlung, Berlin : VDE-Ver ! ag,
1988.
de mise à la terre, jouent un rôle prépondérant dans l'analy-
se des avantages et des inconvénients des différents traite- [10] DIN 57532/VDE 0532 ; Teil 10 : Transformatoren und
Drosselspulen. Anwendung von Transformatoren
ments [15]. Les inconvénients liés à un choix peuvent être
[11] POLL (J.) ; Auswertung der Storschreiber-Aufzeichnungen
minimisés avec l'aide de plusieurs mesures comme la mise
von kurzzeitigen Erdschlüssen in kompensierten Netzen.
à la terre temporaire des réseaux compensés pour une plus Elektrizitâtswirtschaft 82 (1983), S. 3 11-3 17.
rapide localisation des défauts ou l'amélioration des instal- [12] STACHORRA (E.) ; Entwicklung eines MeRsystems zur
lations de mise à la terre.
Bestimmung des Abstimmzustandes erdschlu8kompensierter
Le changement des installations, dû à des problèmes de Netze. Zentrum für innov. Energieumwandlung u.-speicherung
sécurité ou de qualité de l'alimentation, entraîne de fortes GmbH, Gelsenkirchen, Technischer Bericht 1995.

dépenses. Un des points les plus importants dans l'analyse [13] SCHNEIDER (K.-H.), STIMPER (K.) ; Isolationsbean-
des inconvénients et des avantages reste toujours une ali- spruchung und -bemessung. In Hütte : Elektrische Netze, Bd. 3
Netze, Berlin : Springer, 1988.
mentation économique et sûre des deux points de vue diffé-
[14] DIN 571 1 1/VDE 01 1 1 : Isolation skoord i nation für
rents, celle des clients et celle des transporteurs/distribu-
Betriebsmittel in Drehstromnetzen über 1 kV.
teurs.
[15] KLOCKHAUS (H.), POLL (J.), SAUERBACH (F.-J./ ;
Sternpunktbehandlung und ErdschluSfehlerortsuche im
Bibliographie Mittelspannungsnetz. Elektrizitatswirtschaft 80 (1981), S. 797-
803.
[1] HOSEMANN (G.) ; Sternpunktbehandlung in Deutschland
und im internationalen Vergleich. ETG-Fachbericht 24 :
Sternpunktbehandlung, Berlin : VDE-Verbg, 1988.
[2] BAATZ (H.) ; Uberspannungen in Energieversorgungsnetzen. Prof. Dr.-Ing. Edmund HANDSCHIN a effectué
Berlin : Springer 1956. sesétudesil l'Institutfédéral suisse de Technologiede
Zurich, et ili, Inipeiial College of Science and
[3] F ! ERNKRANZ (K.) ; Mittelspannungsnetze mit isoliertem
Technology >. de Londres.Il a fait une première partie
Sternpunkt oder Erdsch ! uBkompensation. ETG-Fachbericht 24 : de sa carrièreau seinde la sociétéBrown-Boverie a
Sternpunktbehandlung, Berlin : VDE-Verbg, 1988. Bâle. [) epliis 1974. il est professeur et Chef du
[4] HOSEMANN (G.), BOECK (W.) ; Grundlagen der département Energie électrique à l'université de
à Dortmund.
elektrischen Energietechnik. Berlin : Springer, 1987.
[5] HOCHRAINER (A.) ; Symmetrische Komponenten in
Drehstromsystemen. Berlin : Springer, 1957.
Dipl.-Ing. Dieter KONIG a effectué ses étudesau
[6] Studiengesellschaft für Hochspannungsanlagen ; seinde la Facultéde génieélectriquede l'universitéde
Aufzeichnungen von Storungen in Hochspannungsnetzen mit Dortmund.Depuis 1981, il fait partiedu département
dem Magnetbandstôrschreiber. Technischer Bericht 205, Energieélectriquede cetteuniversité.
Mannheim, 1963.
[7] HAPPOLD (H.), OEDING (D.) ; Elektrische Kraftwerke und
Netze. Berlin : Springer, 1978. 4e9w,',

lE