Vous êtes sur la page 1sur 3

Analyse instrumentale II Niels Lion

Semestre été 2004

Série 1: Généralités de chromatographie

Exercice 1

Evaluer les proportions d’un soluté dans la phase mobile et dans la phase stationnaire
si tm=1 min, tR,1=3 min. Effectuer le même calcul pour un second soluté, avec tR,2=6
min.

Exercice 2

Deux substances A et B ont des temps de rétention respectivement de 16.40 min et


17.63 min sur une colonne de 30 cm de long. Le temps mort de la colonne est de 1.30
min. Les largeurs de pic à la base sont respectivement 1.11 et 1.21 min.
a) Calculer la résolution de la colonne, le nombre de plateaux théoriques et la
hauteur de plateau théorique équivalente.
b) Pour améliorer les performances de la séparation, on peut allonger la colonne
ou améliorer le pouvoir de rétention de la phase stationnaire. Afin de
quantifier ces deux approches, effectuer les calculs suivants :
• La longueur de colonne qu’il faudrait utiliser pour avoir une
résolution de 1.5
• Le temps de rétention qu’aurait B sur cette nouvelle
colonne
• La HETP nécessaire pour obtenir une résolution de 1.5 avec
une colonne de 30 cm et les temps de rétention donnés ci-
dessus

Exercice 3

Les chromatogrammes suivants ont été mesurés en chromatographie gaz/liquide avec


une colonne de 2m.

Chromatogramme A : Néon (insoluble dans la phase stationnaire)


Chromatogramme B : n-alcools C4-C8
Déterminer le temps de séjour (temps de rétention net) de chaque alcool dans la phase
stationnaire, ainsi que les valeurs de R et q.

1/3
Analyse instrumentale II Niels Lion
Semestre été 2004

Données : Chromatogramme a) RT=4.177 min Area/height=0.527


Chromatogramme b)

tR Area% Area/height

7.125 13.681 0.584

9.374 14.670 0.724

13.124 22.35 0.973

19.419 20.954 1.368

29.946 28.346 2.01

Exercice 4

Quand une séparation n’est pas satisfaisante (hauteur de plateau théorique trop faible
pour la substance analysée), on peut jouer sur plusieurs paramètres expérimentaux :
1. la nature de la phase stationnaire (changement de colonne)
2. la longueur de la colonne (cf exercice 2)
3. la nature de la phase mobile (phase plus ou moins polaire par exemple), et le
mode d’élution (isocratique ou gradient et pente du gradient)
4. le débit de la phase mobile

Ici, on cherche à analyser le propranolol (médicament β-bloquant servant dans les


troubles du rythme cardiaque), sur une colonne C18 (interactions hydrophobes) de 15
cm, avec une phase mobile constituée d’eau acidifiée (avec 0.12% d’acide
trichloracétique : TFA) et d’acétonitrile (ACN). L’élution se fait en mode gradient
(linéaire) de la façon suivante :

2/3
Analyse instrumentale II Niels Lion
Semestre été 2004

Temps (min) % (H2O + 0.12% TFA) % ACN

0 100 0

1 100 0

11 0 100

12 0 100

13 100 0

En répétant l’analyse du propranolol (50 µL injectés à une concentration de 0.6


mg/ml, mesure de l’absorbtion à 290 nm en sortie de colonne) à plusieurs débits, on
obtient les résultats suivants :

Débit de phase Temps de rétention Intensité du pic Aire du pic


mobile (mL/min) (min) (UA) (UA×sec)

0.25 13.932 670928 1.01054e+07

0.4 11.4 614024 6.9134e+06

0.6 10.124 715452 6.02142e+06

1 8.287 618548 4.10206e+06

1.25 9.293 520217 4.25033e+06

1.5 8.733 578001 4.75557e+06

1.75 10.071 1.16294e+06 1.1834e+07

1. Tracer la composition de la phase mobile en fonction du temps (% ACN)


2. Tracer le diagramme de van Deemter (cf cours) : H=f(débit)
3. Proposer une fonction H=f(débit)
4. En admettant que cette fonction décrit la variation de la hauteur de plateau
théorique avec le débit, calculer le débit optimal (H minimal)

3/3