Vous êtes sur la page 1sur 3

MagnElecPro Electromagnétisme - Corrigé de Chapitre 6 Exercice 7 - 1 -

Corrigé de : Chapitre6. Exercice 7


« Transformateur monophasé usuel en régime alternatif sinusoïdal »

Informations concernant le transformateur:


i1
i2
Section droite du circuit magnétique: S = 30 cm2.
N1 N2 u2 Nombre de spires primaire: N1 = 276.
u1
Conditions nominales:

Tension primaire U1n = 220 V, 50 Hz (1).


Courant secondaire I2n = 16 A.

Résultats d'un essai à vide:

Tension primaire U1v = U1n = 220 V, 50 Hz. Courant primaire I1v = 0,32 A.
Tension secondaire U2v = 33,5 V. Puissance primaire P1v = 29 W.

Résultats d'un essai en court-circuit (sous tension primaire réduite):

Tension primaire U1cc = 20 V, 50 Hz. Courant secondaire I2cc = I2n = 16 A.


Puissance primaire P1cc = 43 W.

En régime alternatif sinusoïdal, on peut retenir le modèle suivant :


i1
m.i2 L fs r2
i1 r1 m i2
m

u1 RF LH 1 e1 e2 = m.e1 u2

a) Par définition, le courant secondaire est nul « à vide », donc u 2 (t ) = m.e1 (t ) . Le courant primaire à vide est
faible par rapport au courant nominal (en charge « nominale »), donc pour un transformateur industriel usuel :
à vide : u1 ( t ) = r1 .i1 ( t ) − e1 ( t ) ≈ − e1 ( t ) .

u 2 (t ) m.e1 (t ) N
En conclusion : à vide : = = −m =− 2
u1 (t ) − e1 (t ) N1

U 2 eff
à vide N 2 33,5 N
⇒ =m= = = 0,152 = 2
U1eff N1 220 276
à vide

Donc N 2 = 42 spires

(1) Si rien n'est spécifié, il s'agit des valeurs efficaces.


MagnElecPro Electromagnétisme - Corrigé de Chapitre 6 Exercice 7 - 2 -

b) Avec l’hypothèse de Kapp, on modifie légèrement le modèle du transformateur (voir le cours)

i1
m.i2 L fs r2
i1 r1 m i2
m

LH 1
u1 RF e1 e2 = m.e1 u2

On peut ensuite établir un « modèle équivalent ramené au secondaire » (voir le cours) :

I1
r1 .m 2 j .L fs .ω r I2
m 2
Ce modèle est représenté en complexe car le
Zs régime est alternatif sinusoïdal.

m .U1 E 2 = m.E1 U2 charge

Si on établit un court-circuit au secondaire :

(
U 2 = 0 ⇔ m.U 1 = r1 .m 2 + j .L fs .ω + r2 . I 2 = Z s . I 2 )
m. U1 0,152 . 20
⇒ En court-circuit : Z s = . On en déduit : Z s = = 0,19 Ω
I2 16

c) Z s = (r1 .m 2 + r2 )2 + (L fs .ω )2 = 0 ,19 Ω > (r1 .m 2 )2 = m 2 . (r1 )2


0 ,19 0 ,19 0,19 0,19
⇒ (r1 )2 < = = 8 ,22 Ω ⇒ (r1 )2 = r1 < = = 8,22 Ω
m2 0 ,152 2 m2 0,152 2

Donc lors de l’essai à vide r1 .I 1eff 2 < 8 ,22 . 0 ,32 2 = 0 ,84 W et r2 .I 2 eff 2 = 0 . Les pertes Joule sont donc
v
inférieures à 0,84 W.

La puissance absorbée par le transformateur (Pertes fer + pertes Joule) est de 29 W, donc lors de l’essai à vide
les pertes Joules sont négligeables devant les pertes fer.

Donc lors de cet essai : P fer ≈ 29 W

d) Cette question reprend la démonstration de la « formule de Boucherot » :


Si B (t ) = Bmax sin(ω .t ) :

dφ1 (t ) d (ϕ (t ) ) d (B(t ).S ) d (S .Bmax sin(ω.t ) )


⇒ u1 (t ) = r1.i1 (t ) + ≈ N1 . = N1. = N1 . = N1.S .Bmax .ω. cos(ω.t )
dt dt dt dt
MagnElecPro Electromagnétisme - Corrigé de Chapitre 6 Exercice 7 - 3 -

⇒ U1max = N1.S .Bmax .ω = N1.S .Bmax .2π . f

U1max N1.S .Bmax .2π . f


⇒ U1eff = = ⇔ U1eff = 4,44.N1. f .S .Bmax
2 2

U1eff 220
Bmax = = = 1,2 T
4,44.N1. f .S 4,44.276.50.30.10 − 4

29 . 20 2
e) Lors de l’essai en court-circuit: P fer ≈ = 0,24 W << P1cc = 43 W .
220 2
On en déduit que lors de l’essai en court-circuit les pertes fer sont négligeables devant les pertes Joule:

PJoule ≈ 43 W

(r1 .m 2 + r2 + j.L fs .ω ) = Z s = rs + j.L fs .ω


Sachant que I 1eff ≈ m.I 2eff :

( )
PJoule = r1.I1eff 2 + r2 .I 2 eff 2 = r1m 2 + r2 .I 2 eff 2 = rs .I 2cceff 2 = rs .16 2 ≈ 43 W .

43
On en déduit : rs ≈ = 0,168 Ω
16 2
( ) ( )
Z s = 0 ,19 = r1 .m 2 + r2 + j . L fs .ω = rs + j .L fs .ω = rs 2 + L fs .ω 2( )

L fs .ω = 0 ,19 2 − 0 ,168 2 = 0 ,089 Ω

f) En fonctionnement nominal :

U1eff = 220 V ⇒ P fer = P1v = 29 W ; I 2 eff = 16 A ⇒ PJoule = P1cc = 43 W

La chute de tension en charge obtenue par la formule approchée du cours est :


∆U 2 = m.U1eff − U 2 eff = Rs .I 2 eff . cos(ϕ 2 ) + X s .I 2 eff . sin(ϕ 2 ) = 0,168 . 16 . 1 + 0,089 . 16 . 0 = 2,69 V

Donc U 2 eff = m.U1eff − ∆U 2 = 0,152.220 − 2,69 = 30,75 V en charge nominale résistive.

Le rendement du transformateur vaut donc :


Psec ondaire U 2 eff .I 2 eff . cos(ϕ 2 )
η= =
Psec ondaire + PJoule + P fer U 2 eff .I 2 eff . cos(ϕ 2 ) + PJoule + P fer

30,75 . 16 . 1
η= = 0,872 = 87,2 %
30,75 . 16 . 1 + 43 + 29

Rappelons que le rendement des transformateurs de forte puissance apparente (quelques 100 kVA à quelques
100 MVA) est plutôt de l’ordre de 97% à 99%.