Vous êtes sur la page 1sur 2

 Notions du futur et du conditionnel

A. Schooling (Collège Vendôme, Lyon © 2009)

1) Notions et formation du futur


 En anglais, le futur n’existe pas en tant que temps grammatical ; on a recours soit à un opérateur
modal, soit à « BE going to + BV », soit à la forme continue du présent
 « BE going to + BV » s’emploie quand l’énonciateur (celui qui parle) pense que, d’après les
éléments au présent (d’où « be » conjugué au présent), les choses sont en bonne voie de réalisation ;
il y a dans cette construction l’idée du mouvement (go) vers l’avenir ; en français on parle souvent
du futur proche car normalement les actions en voie de réalisation se concrétisent dans un laps de
temps réduit
 Pour que la forme continue du Présent (BE + BV-ing) indique une idée future et non une
action en déroulement au présent, le moment de réalisation future doit être précisé ; il indique ainsi
un futur d’intention : je pars ce soir = j’ai l’intention de partir ce soir
 L’opérateur modal « WILL » est invariable et il précède la BV du verbe ; c’est un futur simple que
l’énonciateur utilise pour prédire ou imaginer une situation future ; la forme contractée est
« ’LL » surtout après les pronoms personnels sujets ; la forme négative (contractée) est
« WON’T »
 L’opérateur modal « SHALL » peut également indiquer une idée future, mais d’habitude, cet
opérateur se limite à la 1ère personne (I et we) et s’emploie surtout en anglais britannique ; la forme
négative (contractée) est « SHAN’T »

2) Indicateurs de temps qui annoncent le futur


 Certains mots indiquent le moment de réalisation future, tels que « tomorrow » (demain),
« tonight » (ce soir), « next week » (la semaine prochaine), « in a few hours » (dans quelques heures),
« later » (plus tard), « on + date future »…

3) If + présent simple suivi de WILL dans la proposition principale


 Comme en français, après une hypothèse présente, la proposition principale est au future :
If she is late, I will (ou I’ll) be angry. (Si elle est en retard, je serai en colère.)
4) If + prétérit simple suivi de WOULD dans la proposition
principale
 Comme en français, après une hypothèse passée, la proposition principale est au conditionnel :
If they were kinder, we would be happier. (S’ils étaient plus gentils, nous serions plus heureux.)
 L’exception à cette règle : dans un style soigné, « BE » qui prend une forme dite subjonctive au
singulier :
If I were you, I wouldn’t say that. (Si j’étais toi, je ne dirais pas ça.)
If I / he / she was you… : après « if » la forme « was » reste possible avec le singulier, mais
s’écrit moins que « were » (qui est presque une expression figée)
5) La notion du conditionnel : WOULD, SHOULD, OUGHT TO,
COULD, MIGHT
 Comme pour la notion du futur, l’anglais n’a pas de temps grammatical qui correspond au
conditionnel ; en anglais, on doit utiliser l’un des opérateurs modaux ci-dessus
 Notions du futur et du conditionnel

 WOULD : c’est l’opérateur que l’on place devant un verbe à la BV pour donner l’équivalent de sa
forme conditionnelle ; I would come (Je viendrais), she would love (elle adorerait), etc. Attention ! A
l’origine, « would » était la forme passée de « will », le verbe de volonté ; « would » s’emploie assez
souvent avec un sens passé pour indiquer des actions habituelles passées : When she was young, she
would often go and see her grandmother. (Quand elle était petite, elle allait souvent voir sa grand-mère.)
 SHOULD : C’est l’opérateur qui indique que l’énonciateur donne un conseil ; You should be more
careful! (Tu devrais faire plus attention !) En français, on le traduirait plus spontanément par l’auxiliaire
modal devoir.
 OUGHT TO : Contrairement à « should », « ought to » n’exprime pas ce que pense l’énonciateur
mais ce que l’on conseille généralement : You ought to stop smoking! (Il faudrait arrêter de fumer !)
En français, on le traduirait plus spontanément par l’auxiliaire modal falloir.
 COULD : Comme avec « would », « could » peut être traduire l’idée conditionnelle ou passée ;
tou dépend du contexte ; à l’origine, c’est la forme passée de « can » et traduit l’idée de possibilité ;
comparons :
Could you speak more slowly, please? (Pourriez-vous / Pouvez-vous parler plus lentement, s’il vout
plaît ? ; à noter que l’anglais utilise une idée de conditionnel pour être poli)
I can hear you now, but I couldn’t hear you properly before. (Je vous entends maintenant, mais
avant, je ne vous entendais pas bien ; « can » et « could » s’emploient avec les verbes de sens pour
indiquer les actions sans effort particulier)
 MIGHT : Cet opérateur modal traduit la notion de probabilité ; à l’origine, c’est la forme passée de
« may » et comme nom, « might » signifie le pouvoir ou la puissance ; comparons :
I might do it tomorrow. (Il se pourrait que je le fasse demain ; l’action reste une probabilité, mais
je me suis pas totalement décidé)
I could do it tomorrow. (Il me serait possible de le faire demain : c’est le domaine du possible, pas
de la probabilité)

Page 2 / 2 © A.Schooling (2009)