Vous êtes sur la page 1sur 54

Royaume du Maroc

Université IBN ZOHR


Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Rapport de stage professionnel


Sous le thème :

Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et

retraitement
Cas Office National des Chemins de Fer

Stage effectué à l’ONCF « Rabat » du 28 Janvier au 28 Février 2013

Réalisé par : Mlle Fatima-ezzahra BOUIZZEM

Option : Gestion Financière et Comptable - Semestre


8-
Sous l’encadrement de :

M. Hassan BELLIHI, Professeur chercheur à l’ENCGA

M. Mohammed FERTOUTI, Chef de service comptabilité de patrimoine


à l’ONCF

 Membres du jury :

M. Hassan BELLIHI

M. Elhassan MEGDER

Année universitaire 2012-2013


Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

REMERCIEMENT

Qu’il me soit permis d’exprimer ma gratitude envers toutes les personnes qui

m’ont aidées lors du stage et dans l’élaboration du présent rapport.

Mes remerciements vont premièrement à mon encadrant de l’école M. Hassan

ELBELLIHI, enseignant chercheur à l’ENCG d’Agadir, pour sa disponibilité, sa

direction et ses conseils.

Je remercie aussi mon maître de stage M. Ahmed FARTOUTI, Chef de Service

Comptabilité du Patrimoine sous la Direction Finances et Contrôle de Gestion de

l’ONCF, qui a eu l’amabilité et la fiabilité tout au long de mon stage et qui m’a

accordé de son temps malgré son planning chargé.

J’aimerais aussi exprimer mes sincères remerciements à toute l’équipe du service

comptabilité du pole Infrastructure et Circulation de m’avoir accueillie dans leur

bureau, et de m’avoir faite travailler dans la bonne humeur. Ils m’ont ainsi aidé à

réunir les informations et les documents qui pouvaient me servir dans mon rapport

de stage. Je remercie plus précisément : Mlle Houda KHEIRAOUI, M. Abdallah

ELGHAZOUANI et M. Mohamed BENOMAR.

Enfin, je remercie M. SLIMANY RACHID et Mme Fatima BENILA qui ont eu la

gentillesse de me soutenir tout au long de la préparation de cet humble travail.

Page | 1
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

LEXIQUE DES SIGLES

ARC Accounting Regulatory Committee


CGNC Code Générale National Comptable
CPC Compte des Produits et Charges
CMO Compagnie du Maroc Oriental
CFM Compagnie des Chemins de Fer Marocains
EFRAG European Financial Reporting Advisory Group
FA Fixed Assets
GL General livrege
IAS International Accounting Standards
IFRS International Financial Reporting Standards
IASC International Accounting Standards Committee
IASB International accounting standards board
IFRIC International Financial Reporting Interpretation Committee
NCM Normes Comptables Marocaines
ONCF Office National des Chemins de Fer
OICV Organisation Internationale des Commissions de Valeurs
PIC Pole Infrastructure et Circulation
RER Réseau Express Régional
SIC Standards Interpretation Committee
SI Système d’Information
TGV Train à Grande Vitesse
VNC Valeur Nette Comptable
UGT Unité Générale de Trésorerie

Page | 2
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Historique d’élaboration des IFRS .............................................................................. 10

Tableau 2: Valeur d’entrée des IC ................................................................................................... 16

Tableau 3 : Exemple de réévaluation des IC .................................................................................. 17

Tableau 4 : Fiche d’identité de l’ONCF .......................................................................................... 21

Tableau 5 : NCM vs IAS/IFRS ......................................................................................................... 39

Tableau 7: Les formations/siménaires en IFRS déstinées au personnel de l'ONCF ................. 42

TABLE DES FIGURES

Figure 1 : Structure de l’IASB .............................................................................................................. 10

Figure 2 : Dates clés de l’ONCF ........................................................................................................... 22

Figure 3: Stratégie d’investissement ................................................................................................... 24

Figure 4: Les modules du SI Oracle .................................................................................................... 33

Figure 5: Nouveaux paramètres recommandés du module FA ..................................................... 41

Figure 6: Les phases de préparation du bilan en IFRS ..................................................................... 44

Page | 3
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

SOMMAIRE

LEXIQUE DES SIGLES ...................................................................................................................2


LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................................3
TABLE DES FIGURES ....................................................................................................................3
INTROUCTION GENERALE ........................................................................................................5
CHAPITRE I : Contexte de la normalisation internationale comptable ...............................8
I. Le contexte des normes IAS/IFRS :................................................................................9
II. Présentation de la norme IFRS1 « First Time Adoption » : .....................................13
III. Immobilisation corporelles (IAS 16) : ..........................................................................15
Chapitre II : Présentation de L’ONCF et du service de comptabilité ...................................21
I. Présentation de l’entreprise d’accueil : ........................................................................22
II. Présentation d’entité d’accueil : pole infrastructure et circulation /Service
comptabilité et gestion : ...........................................................................................................26
Chapitre III : L’étude de la transition et les retraitements comptables des
immobilisations corporelles selon les normes IFRS/IAS ......................................................32
I. Les enjeux du passage aux normes internationales comptables IAS/IFRS ..........33
II. Retraitement des immobilisations corporelles IAS16 : traduction
comptable dans le référentiel IFRS et comparaison avec les normes marocaines
actuelles. ......................................................................................................................................44
 Cas de la caténaire : ................................................................................................. 45
CONCLUSION GENERALE ........................................................................................................50
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE ....................................................................................51
TABLES DES MATIERES ............................................................................................................52
ANNEXES ........................................................................................................................................54

Page | 4
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

INTROUCTION GENERALE

L’uniformisation du langage économique constitue l’un des principaux apports de la

mondialisation. Pour se mettre au diapason de cette dernière, les entreprises sont devenues
ardues envers l’harmonisation de l’information financière fournie permettant leur
rapprochement ainsi que l’épargne du temps et de l’argent. De ce fait, et avec la croissance
des transactions sur les marchés monétaires et financiers à l’échelon international, la
transparence devient un facteur-clé de l’efficacité des marchés de capitaux.

Dans ce contexte, l’obligation d’un référentiel comptable unique a vu le jour le 1er


janvier 2005 en Europe, favorisant une nouvelle approche économique utile aux prises de
décisions stratégiques, productives de richesse et surtout plus homogènes. Cette dernière est
présentée sous l’angle des normes IAS/IFRS.

En outre, le Maroc comme étant un pilier des transactions économiques européennes ne


peut se soustraire de ce référentiel comptable universel. Ce passage entre ainsi dans la mesure
d’offrir l’opportunité à ses entreprises d’accéder à tous les marchés financiers sans avoir à
établir un jeu de comptes particuliers pour chaque place financière. Dans l’autre côté, ses
investisseurs peuvent interpellés sur l’évaluation de la performance de toute entreprise sans
avoir à connaitre les particularités de chaque comptabilité locale.

Cependant, le passage aux nouvelles normes internationales ne concerne pas seulement


les filiales marocaines des groupes internationaux mais aussi nationaux qui ont une
comptabilité consolidée. On note parmi les groupes cotés ayant adopté les normes IAS/IFRS
le groupe MAROC TELECOM, le groupe ADDOHA et le groupe OCP. Or, les rapports du
changement en IFRS publiés par ces derniers, indiquent qu’il s’agit d’un énorme projet qui
impose d’une part, une anticipation et une réflexion liée à la production et la communication
de l’information financière, et d’autre part une véritable gestion et attention de la part des
dirigeants des entreprises pour attirer les investisseurs étrangers.

L’Office National des Chemins de Fer, bientôt la Société Marocaine de Chemins de Fer
(SMCF), est ainsi concerné par cette transition, vue la grande marge de ses fournisseurs
étrangers, et afin de renforcer la qualité de son information financière et d’assurer la confiance
de ses clients dont le leader est l’OCP.
Page | 5
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

C’est en prélude de ces préparations, nous avons opté d’axer notre étude sur le projet du
passage aux normes IFRS/IAS, programmé par le chef du transport ferroviaire marocain.

Par ailleurs, le retraitement comptable constitue l’élément majeur de la conversion vers


les normes IFRS. Ainsi, vue la grande quotité présentant les immobilisations corporelles dans
l’actif du bilan du groupe ONCF (85%), il nous s’avère opportun de sélectionner quelques
thèmes liés à cette catégorie afin de présenter leurs écritures comptables retraitées en IFRS.

Nous allons donc répondre à la question centrale suivante :

Quelles sont les instructions de préparation du passage aux normes IFRS/IAS


envisagé par l’ONCF ?

Pour bien mener notre étude nous tenterons dans un premier chapitre de présenter le
contexte général des normes IFRS, tout on se focalisant sur les deux normes attachées à notre
thème à savoir IFRS 1 « First Time Adoption » et IAS 16 « Immobilisation corporelle ».Le
second chapitre sera consacré d’abord à une présentation du groupe ONCF et l’entité
d’accueil. Le chapitre ultime va traiter en premier lieu le processus du projet de conversion à
travers une proposition d’une démarche à suivre qui débutera par une analyse de l’existant à
savoir le système d’information, le référentiel marocain et le référentiel international et, et se
terminera par des apports à la structure de groupe d’accueil. En dernier lieu elle s’agira d’une
illustration des retraitements comptables avec une application pour le cas du pole
infrastructure et circulation.

Page | 6
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Premier chapitre :

Contexte de la Normalisation comptable


internationale

Page | 7
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

CHAPITRE I : Contexte de la normalisation internationale comptable

La normalisation internationale comptable constitue un dispositif présenté sous un


ensemble de recommandations visant l’harmonisation comptable internationale. Ainsi, La
première adoption représente le premier pas vers l’appartenance à cette identité
internationale. De ce fait, cette dernière n’a pas perdu de vue sur ce jalon, la transition vers
les normes IFRS devrait suivre les dispositions de la norme IFRS 1« First Time Adoption ».
Les sociétés devraient se référer, pour les aspects que cette norme n’a pas couverts au cadre
conceptuel des normes internationales, Mais avant de traiter les instructions de cette norme,
il nous fut opportun d’exposer, d’une manière succincte, le contexte générale des normes
IAS/IFRS ainsi que les apports du référentiel internationale aux immobilisations corporelles
via sa norme IAS16.

I. Le contexte des normes IAS/IFRS :


Jusqu’à la fin des années 80, l’activité de la normalisation comptable était strictement
nationale pour des raisons fiscales et juridiques. Cette conception ou logique fut revue au
dernier quart du vingtième siècle suite à l’intensification des échanges internationaux et la
globalisation de l’économie. En effet, la multitude des référentiels comptables poussait les
investisseurs à passer un temps énorme à les comprendre avant d’analyser la situation
économique des entités dans lesquelles ils souhaitaient investir. Plusieurs organismes furent
donc crées dans le but de mettre au point une normalisation comptable internationale, ce qu’a
donné les IAS/IFRS.

1. Objectif du référentiel unique :

L’interdépendance des marchés financiers mondiaux est l’élément essentiel qui a rendu
nécessaire une harmonisation comptable au niveau international.
En effet le constat fut le suivant :
 Manque de comparabilité des entreprises dans le temps (pour une même entreprise)
et dans l’espace (entre différentes entreprises) ;
 Un niveau de subjectivité important au niveau de l’établissement des comptes ;
 Une information financière ni admise ni comprise sur les différentes places
boursières du monde

Page | 8
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 Un langage financier très hétérogène et marque parfois par un manque de


transparence des comptes et une faible qualité de l’information fournie ;
 L’adoption des règles et méthodes comptables uniformes pose le problème des
systèmes comptables des principaux pays du monde, qui ont tous des conceptions
théoriques différentes.
Généralement on distingue entre :
 L’approche anglo-saxonne fondée sur la réalité économique ;
 L’approche européenne (et japonaise) fondée sur les textes de loi ;
Les objectifs liés au développement des normes internationales peuvent être ramenés aux
points suivants :
 Améliorer la transparence et la comparabilité des états financiers des entreprises
cotées ;
 Permettre la comparaison entre entreprises de différents pays ;
 Faciliter la cotation des entreprises sur les places du monde entier ;
 Obtenir et restaurer la confiance des investisseurs (surtout suite aux scandales
financiers tels la déroute d’ENRON) ;
 Offrir un référentiel comptable aux pays qui en sont dépourvus.
L’objectif d’un référentiel comptable unique est donc de mettre en place un langage
comptable unifie dans un cadre plus large d’unification des marchés de capitaux (notamment
en Europe). En effet, Derrière la modification des systèmes comptables propres de chaque
pays, l’enjeu principal est l’apparition d’un langage comptable universel applicable aux états
financiers de toute entreprise. Cela explique les nombreuses années de lutte d¡¦influence
(cabinets d’audit, sociétés multinationales, etc.) qui ont précède l’apparition d’un consensus
international.

2. Bref historique :

1973 Fondation de l’IASC (International Accounting Standards Committee),


grand nombre de pays (nombreuses options)
Elaboration d’un premier corps de normes visant à l’adhésion du plus
1973-1988 grand nombre de pays (nombreuses options)
Révision des normes pour aboutir à une plus grande comparabilité des
1989-1993 états financiers (réduction des options)
1994 L’OICV rejette les normes IAS, qu’elle juge trop peu contraignantes

Page | 9
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

1995 L’IASC établit conjointement avec l’OICV un programme de travail


1995-2000 Elaboration d’un dispositif complet de normes
2001 L’IASC devient l’IASB (International Accounting Standards Board)
2009-2010 Publication de la version définitive du référentiel IFRS
Tableau 1 : Historique d’élaboration des IFRS

3. Les acteurs de la normalisation comptable :

L’international Accounting Standards Board (IASB) est un organisme indépendant


chargé d’élaborer les normes IAS/IFRS. Successeur de l’International Accounting
Standards Committee (IASC) créée en
1973, il est chapoté par la fondation
Trustees qui a la responsabilité de
nommer les quatorze personnes

formant l’IASB. Ces quatorze


personnes ses composent, de leur part,
de cinq personnes du domaine de
l’audit, de trois personnes du domaine
de la préparation des états financiers,
trois des utilisateurs et un universitaire
au moins. Les Trustees ont encore un
organisme chargé de l’interprétation
des normes dénommé l’International
Financial Reporting Interpretation
Committee (IFRIC). Celui-ci,
successeur du Standards Interpretation
Figure 2 : structure de l’IASB
Committee (SIC) de l’IASC, a pour Figure 1 STRUCTURE DE L'IASB

mission d’interpréter les normes


existantes et surtout celles où des traitements divergents pourraient en faire objet. Elle
comporte douze membres nommés sur un mandat de trois ans.

Au niveau européen, l’UE dispose d’un organisme chargé de l’expertise technique liée à
l’application des normes comptables internationales IAS/IFRS dénommé l’European
Financial Reporting Advisory Group (EFRAG). Tandis que l’Accounting Regulatory
Committee (ARC), composé des représentants des Etats membres, a pour mission de rendre
Page | 10
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

les avis sur les propositions de la commission et d’élaborer le calendrier d’entrée en vigueur
des normes. Le processus suivi par l’adoption d’une norme comptable au niveau européen
est rigoureux.

Dans un premier temps, l’EFRAG étudie l’applicabilité de ladite norme à l’union


européenne et est adopté par l’ARC qui décide du calendrier et de son application. Ensuite on
entreprend la traduction de la norme dans chacune des langues officielles de la communauté
européenne pour éviter toute mésinterprétation. En dernier lieu, la norme est publiée sous
forme de journal officiel des communautés européennes (voir Figure 1: Structure de l'IASB).
On peut donc résumer ce qu’a précédé en une seule ligne par la formule suivante :
Référentiel IFRS = IAS + IFRS + SIC + IFRIC

4. Les caractéristiques de l’information financière selon les normes IFRS :

Il s’agit des attributs qui rendent utile pour les utilisateurs, l’information fournie dans
les états financiers.

 L’intelligibilité : précise que l’information fournie dans les états financiers doit être
compréhensible immédiatement par les utilisateurs. Cependant, l’information relative à
des sujets complexes, qui doit être incluse dans les états financiers du fait de sa
pertinence par rapport aux besoins de prises de décisions économiques des utilisateurs,
ne doit pas être exclue au seul motif qu’elle serait trop difficile à comprendre pour
certains utilisateurs.
 La pertinence : Pour être utile, l’information financière doit être pertinente pour les
besoins de prises de décisions des utilisateurs. La pertinence de l’information est
influencée par sa nature et son importance relative. L’information est significative si son
omission ou son inexactitude peut influencer les décisions économiques des utilisateurs
des états financiers.
 La fiabilité : L’information est fiable quand elle est exempte d’erreur et de biais
significatifs et que les utilisateurs peuvent lui faire confiance pour présenter une image
fidèle de ce qu’elle est censée représenter ou ce qu’on pourrait raisonnablement
s’attendre à la voir représenter. En effet, pour être fiable elle doit répondre aux
caractéristiques suivantes :
 une image fidèle des transactions et autres événements qu’elle vise à présenter ou
dont on s’attend raisonnablement à ce qu’elle les présente.

Page | 11
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 Prééminence de la substance sur la forme : nécessité de comptabiliser et de


présenter les transactions et événements conformément à leur réalité économique et
non pas seulement leur forme juridique.
 Neutralité : l’information doit être présentée sans parti pris. Sa présentation ne doit
pas influencer les prises de décision ou le jugement pour aboutir à un résultat
prédéterminé.
 Prudence : la prudence est la prise en compte d’un certain degré de précaution dans
l’exercice des jugements nécessaires pour préparer les estimations dans des
conditions d’incertitude, pour faire en sorte que les actifs ou les produits ne soient
pas surévalués et que les passifs ou les charges ne soient pas sous-évalués.
 Exhaustivité : l’information contenue dans les états financiers doit être exhaustive,
autant que le permettent les soucis de l’importance relative et du coût.

 La comparabilité : les utilisateurs doivent être en mesure de comparer les états


financiers d’une entité dans le temps afin d’identifier les tendances de sa situation
financière et de sa performance.

5. La logique des normes IFRS/IAS :

Les normes comptables internationales IAS/IFRS se fondent sur une philosophie propre.
Elles introduisent un véritable changement d’esprit par rapport à la tradition comptable, en
privilégiant les investisseurs comme destinataires de la comptabilité, en adoptant de nouveaux
concepts à savoir :

La prééminence de la réalité économique sur la forme juridique : le CGNC donne


la valeur à la forme juridique des opérations économiques pour leur passage dans les comptes.
Chose qui ne donne pas une information pertinente à l’analyste externe ou à l’investisseur.
Ainsi, les normes IAS/IFRS passent au-delà de l’apparence juridique limitée pour retranscrire
la réalité économique. Nous verrons donc que les biens acquis par crédit-bail, par exemple, ne
figurent pas dans le bilan d’une entreprise suivant le CGNC, ce bien ne lui appartenant pas
juridiquement ; alors que les IAS/IFRS obligent son intégration au bilan de l’entreprise
comme il fait partie du patrimoine économique.

La juste valeur : Le principe de la comptabilisation des éléments du bilan au coût


historique, sur lequel la comptabilité marocaine se fonde traditionnellement, laisse place dans

Page | 12
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

le référentiel IAS/IFRS au principe de juste valeur. C’est dans une large mesure la
conséquence de la « substance over form». Avec le temps, le coût historique (diminué des
amortissements) peut différer sensiblement de la valeur d’usage et/ou de cession d’un bien.
Un reflet fidèle de la réalité économique obligerait à évaluer les actifs et les passifs à leur
‘’juste valeur’’, c’est-à-dire à leur valeur normale de marché, celle-ci pouvant dans certains
cas être évaluée à partir de modèles économétriques ou de la valeur actualisée des flux futurs
de trésorerie que le bien est susceptible de générer. Tant en raison de difficultés pratiques que
parce que ce projet a suscité de vives critiques, ce principe n’est toutefois pas appliqué à tous
les actifs et passifs des entreprises (l’IASB ne semble plus suivre la voie du « full fair
value »). Il se traduit néanmoins, par exemple, par l’inscription, en contrepartie du compte de
résultat, des plus ou moins-values latentes liées aux titres de participation ou à des créances
ou dettes libellées en devises. Il implique également de procéder à des tests de dépréciation
pour réévaluer régulièrement la valeur des immobilisations.

II. Présentation de la norme IFRS1 « First Time Adoption » :

1. Objectif
L'objectif de la présente norme, qui vient remplacer l’interprétation SIC-8 « Première
application des IAS en tant que référentiel comptable », est de prévoir un traitement
comptable homogène et unique pour la première application de l'ensemble des normes
IAS/IFRS. Il ne sera donc plus nécessaire de se référer aux dispositions transitoires de chaque
norme en 2004.

2. Champ d’application :
Une entité applique ladite norme dans :
 Ses premiers états financiers IFRS ; et
 Chaque rapport financier intermédiaire qu’elle présente le cas échéant selon IAS 34
Information financière intermédiaire relatif à une partie de l’exercice couvert par
ses premiers états financiers IFRS .
Elle ne s’applique pas aux changements de méthodes comptables pratiquées par une
entité qui applique déjà les IFRS.

3. Principes disposition :

La norme IFRS 1 s’applique lorsqu’une entité applique les IFRS pour la première fois
par une déclaration explicite et sans réserve de conformité aux IFRS.

Page | 13
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

De façon générale, la présente norme exige qu’une entité applique chaque IFRS en vigueur à
la date de reporting de ses premiers états financiers IFRS. En particulier, selon la présente
Norme, lors de la préparation de son premier bilan d’ouverture en IFRS, destiné à être le point
de départ de sa comptabilité selon les IFRS, l’entité doit :
a) Comptabiliser tous les actifs et passifs dont les IFRS imposent la comptabilisation
b) Ne pas comptabiliser des éléments en tant qu’actifs ou passifs si les IFRS n’autorisent
pas une telle comptabilisation ;
c) Reclasser les éléments qu’elle a comptabilisés selon le référentiel comptable antérieur
comme un certain type d’actif, de passif ou de composante des capitaux propres, mais qui
relèvent d’un type différent d’actif, de passif ou de composante des capitaux propres
selon les IFRS ; et
d) Appliquer les IFRS pour évaluer tous les actifs et passifs comptabilisés.

4. Explication de la transition aux IFRS :

L’entité doit expliquer l‘impact de la transition du référentiel comptable antérieur aux


IFRS sur sa situation financière, sa performance financière et ses flux de trésorerie publiés.
Pour ce faire, les premiers états financiers doivent comprendre :
a) Les rapprochements entre ses capitaux propres présentés selon le référentiel comptable
antérieur et ses capitaux propres présentés selon les IFRS, aux deux dates suivantes :
- la date de transition aux IFRS ; et
- la clôture du dernier exercice présenté dans les derniers états financiers annuels de
l’entité selon le référentiel comptable antérieur ;
b) Un rapprochement entre le résultat présenté selon le référentiel comptable antérieur au
titre du dernier exercice et le résultat présenté selon les IFRS pour le même exercice ; et
c) Si l’entité a comptabilisé ou repris des pertes de valeur pour la première fois lors de la
préparation de son premier bilan d’ouverture en IFRS, les informations à fournir
qu’aurait imposées IAS 36.
III. Immobilisation corporelles (IAS 16) :
1. Définition :
Une immobilisation corporelle est un actif par nature durable détenu par une entreprise,
soit pour être utilisé dans la production ou la fourniture de biens et services, soit pour être
loué à des tiers, soit à des fins administratives et, dont on s’attend à ce qu’il soit utilisé sur
plus d’un exercice. (cf. durée d’utilité)

Page | 14
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

2. Comptabilisation des immobilisations corporelles :


Un élément d’immobilisation corporelle doit être comptabilisé en tant qu’actif lorsque :
- il est probable que les avantages économiques futurs iront à l’entreprise,
- le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable
NB : Les pièces de rechange principales et le stock de pièces de sécurité constituent des
immobilisations (et non des charges) si l’entreprise compte les utiliser sur plus d’un exercice.
Les immobilisations corporelles acquises pour des raisons de sécurité ou liées à
l’environnement doivent être comptabilisées.

3. Evaluation initiale des immobilisations corporelles

L’évaluation initiale doit être réalisée au coût initial. Les composantes du coût sont les
suivantes :
- Prix d’achat
- Droits de douanes + taxes
- Frais directement attribuables engagés pour mettre l’actif en état de marche (frais
d’installation)
- Déduction des remises et rabais
- Coût de préparation du site
- Frais de livraison et manutention Honoraires professionnels
-Coût de démantèlement et transport d’actifs
A leur date d’entrée les immobilisations corporelles sont comptabilisées pour les
montants suivants :

Elément Valeur retenue


Eléments acquis dans le cadre d’un Juste valeur
regroupement d’entreprise
Eléments acquis séparément Coût de revient
Eléments produits en interne Séparation entre la phase de recherche
(charges) et phase de développement
(éventuellement immobilisation)
Immobilisation acquise à titre onéreux Coût d’acquisition
Immobilisation acquise par voie d’échange la juste valeur de l’actif donné, sinon celle
de l’actif reçu, ou encore sa valeur comptable
Tableau 2: Valeur d’entrée des IC

Page | 15
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

4. Acquisition par paiement différé :


Si le fournisseur d’une immobilisation a consenti des conditions de paiement au-delà
des conditions habituelles de règlement, il convient de comptabiliser la valeur actuelle du
paiement futur et non la valeur nominale de la facture.
L’évaluation du prix d’acquisition est constatée à la valeur actualisée du prix comptant.
L’écart entre la valeur actualisée et le montant du paiement est constaté en frais financiers

5. Evaluation postérieure à la comptabilisation initiale :


L’évaluation des immobilisations au coût historique est le traitement de référence. La
réévaluation des immobilisations corporelles est cependant autorisée.
L’immobilisation doit être réévaluée à sa juste valeur qui correspond à la valeur du marché.
En l’absence de valeur de marché, on peut prendre comme critère le coût de remplacement
du bien net d’amortissement.
Selon L’IAS 16, la réévaluation est possible mais elle doit être régulière (périodicité de3 à 5
ans) et concerner toute une classe d’immobilisations de la même catégorie. L’écart de
réévaluation peut être transféré en réserve au lieu de transiter par le compte de CPC.
Il existe deux options :
 Traitement de référence : Après une comptabilisation initiale en tant qu’actif, une
immobilisation corporelle doit être comptabilisée à son coût diminué du cumul des
amortissements et du cumul des pertes de valeur.
 Traitement alternatif (option « fair value ») : En cas de réévaluation, le cumul
des amortissements à la date de réévaluation est :
- soit ajusté proportionnellement à la modification de la valeur brute comptable de
l’actif, de sorte que la valeur comptable de cet actif à l’issue de la réévaluation soit
égale au montant réévalué.
- soit éliminé de la valeur comptable brute de l’actif ; le montant net est porté au
montant réévalué de cet actif. (Exemple : constructions)
Toutefois cette réévaluation entraine soit une augmentation de la valeur comptable
(plus-value) de l’actif soit une diminution (moins-value) :

Page | 16
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 Plus-value :

 Moins-value :

 Exemple :

période Juste Plus/moins- Enregistrement des variations


valeur value Capitaux propre produit charge
N 130
N+1 165 +35 +35
N+2 125 -40 -35 -5
N+3 115 -10 -10
N+4 135 +20 +5 +15

Tableau 3 : exemple de réévaluation des IC

6. Approche par composante :


Chaque élément significatif d’une immobilisation corporelle doit être comptabilisé
séparément en tant que composant, et amorti de façon systématique sur sa durée d’utilité
propre (cf. rythme selon lequel les avantages économiques futurs liés à l’actif sont
consommés par l’entreprise). L’IAS 16 cite l’exemple d’un avion et de ses moteurs qui
doivent être traités comme des actifs amortissables distincts s’ils ont des durées d’utilité
différentes. Pour cela, la base amortissable doit tenir compte de la valeur résiduelle. Les

Page | 17
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

dotations aux amortissements doivent être comptabilisées en charges, à moins qu’elles ne


soient incorporées dans la valeur comptable d’un autre actif (exemple stock)
Un réexamen de la durée d’utilité est effectué périodiquement si les prévisions sont
sensiblement différentes des estimations antérieures, ainsi qu’un réexamen du mode
d’amortissement en cas de modification importante du rythme attendu des avantages
économiques découlant de ces actifs. Ces changements d’estimation comptables font ainsi
l’objet d’ajustements des dotations, et auront des incidences sur la gestion des
immobilisations. Les impacts sur les montants immobilisés varieront en fonction des
caractéristiques de l’activité et des actifs de l’entreprise.
7. Amortissement :

Toute immobilisation est amortissable si sa durée d’utilité est limitée, les dotations aux
amortissements sont inscrites en charges, et ce sur la base amortissable obtenue en
retranchant la valeur résiduelle du coût de l’actif et sont réparties sur la durée d'utilité.
Le montant annuel de dotation aux amortissements doit refléter le rythme de la
consommation des avantages économiques attendus de l’investissement. En conséquence,
l'amortissement doit être le reflet de l'utilisation de l'actif combiné de l'effet éventuel de
l'obsolescence technique, des limites juridiques, de l'usure physique et d'autres paramètres
pouvant apparaître.

8. Les dépenses ultérieures :


Les dépenses ultérieures relatives à une immobilisation déjà comptabilisée doivent être
ajoutées à la valeur comptable de l’actif lorsqu’il est probable que des avantages économiques
futurs iront à l’entreprise.
Toutes les autres dépenses ultérieures doivent être comptabilisées en charges de l’exercice
au cours duquel elles sont encourues.

Page | 18
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Conclusion

La mise en place des IFRS est le fruit de La mondialisation comptable visant

l’unification du langage de la communication financière. En effet, Depuis la fondation de

l’IACB en 2001 l’obligation de l’application des normes internationales comptables n’a cessé

de se désespérer dans le monde économique. Ainsi, vue la modernisation des apports des

normes de ce nouveau référentiel, les entreprises internationales ont également accueillit ce

changement par une grande curiosité et préparation afin de réussir l’inhérente transition vers

ce dispositif international.

Cependant, la majorité des analyses de l’application des IFRS sont accentuées sur

l’impact financier, dont les entreprises vont faire face notamment les instructions de passage

abordé par l’IFRS, et l’évaluation des actifs financiers et des immobilisations à leur juste

valeur traité par l’IAS16 Il s’agit d’un ensemble de recommandations ayant pour objet une

harmonisation au niveau international de l’information financière dans tous ses aspects, y

compris comptable, pour une meilleure comparabilité et une meilleure transparence des états

financiers publiés par les Entreprises et les Groupes. Les IAS/IFRS concernent la

comptabilité, mais aussi toutes les fonctions de l’entreprise, de la société mère aux filiales.

Page | 19
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Deuxième Chapitre :

Présentation de L’ONCF et du service de


comptabilité

Page | 20
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Chapitre II : Présentation de L’ONCF et du service de comptabilité

Le présent chapitre a pour but de familiariser le lecteur avec la structure d’accueil et du


champ d’application du projet de stage. Parce qu’on ne peut comprendre l’image sans deviner
le peintre, nous présenterons donc en premier lieu, de manière brève, l’ONCF, ses missions,
ses métiers et tout ce qui a trait à son activité opérationnelle et organisation.

I. Présentation de l’entreprise d’accueil :


Le transport ferroviaire participe par une grande part à l’évolution du tissu économique. Il
s'agit en fait d'un facteur essentiel de rapprochement des distances qui assure le trafic des
voyageurs et des marchandises entre les grandes villes dans de meilleures conditions, ainsi en
matière de redynamisation des activités industrielles en reliant leurs sites aux différents
principaux ports à l’échelon national.

L’ONCF est l’Établissement au quel est confié le développement et la promotion du


secteur ferroviaire au Royaume du Maroc. Il a un caractère industriel et commercial doté de la
personnalité civile et de l'autonomie financière, et placé sous la tutelle du Ministère du
Transport et de la Marine Marchande.
1. Fiche d’identité de l’ONCF :

Raison sociale Office National des chemins de fer


Siège social 8 bis, rueAbderhmenElGhafikiAgdal – Rabat
Téléphone/Téléfax 05 37 77 47 47/05 37 77 78 50
Forme juridique Etablissement semi-public

Date de création 1963

Registre de commerce 10754


Patente 18460050
Effectif employé 9216
Filiale Hôtel Mamounia, Hôtel Michlifen, SBM, Supratours
SA , Supratours travel, SMTR-CARRE, LPEE,SCIF
Objet Trafic voyageurs, Trafic marchandises (Phosphates,
Fret)
Directeur général Mohammed Rabie KHLIE
Site web www.oncf.ma
Tableau 4 : Fiche d’identité de l’ONCF

Page | 21
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

2. Historique de l’ONCF :
Les chemins de fer au Maroc ont fait leur apparition sous le Protectorat français à partir
de 1911.Trois compagnies concessionnaires françaises se partageaient, à l’époque,
l’exploitation du chemin de fer marocain: la Compagnie des Chemins de Fer Marocains
(CCFM) sur le réseau de Marrakech à Oujda, le Tanger Fès (TF) concernant la ligne du même
nom et la Compagnie du Maroc Oriental (CMO) pour la ligne Oujda-Bouarfa.
Après la déclaration de l’indépendance, le gouvernement marocain a décidé le rachat des
concessions et la création par Dahir du 05 août 1963 l’Office National des Chemins de Fer
Marocain (ONCFM).Ce dernier a pu conclure plusieurs projets de création des lignes
ferroviaires.

Figure 3 : Dates clés de l’ONCF

3. Activité de l’ONCF :
L’ONCF opère sur trois marchés stratégiquement indépendants, à savoir :
 Le transport des voyageurs,
 Le transport des marchandises diverses
 Le transport des phosphates
Page | 22
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

4. Organisation de l’ONCF :
En effet, la gestion de ces trois marchés est assurée par la réorganisation de l’ONCF
amenée en 1er Juillet 2009 qui repose principalement sur une structure composée de six pôles
soutenus dans leurs missions par quatre directions supports :

 Pôle Voyageurs : Ce pôle devra accompagner le développement du transport


classique voyageurs et d'introduire le transport nouveau à grande vitesse. Il permettra
également d'accroître notre activité pour le transport de proximité et d'introduire le
transport du type RER

 Pôle Fret & Logistique : Il sera, en charge du développement commercial sur les
marchés traditionnels ONCF, Fret et Phosphates, ainsi que de positionner le groupe
ONCF dans la logistique.
Ces deux Pôles développeront des synergies avec les filiales de l'ONCF: Supratours
pour le Pôle Voyageurs, Carré pour le Pôle Fret & Logistique.
 Pôle Maintenance Matériel : Ce pôle assurera la maintenance du matériel roulant et
interviendra vis-à-vis des Pôles Voyageurs et Fret & Logistique comme un
prestataire interne. Il définit la politique de maintenance et élabore ses règles, sa
consistance, sa périodicité et décide de l'aptitude du matériel à circuler.
 Pôle Infrastructure et Circulation: Ce pôle sera chargé des activités d'infrastructure
et de circulation dans la continuité par rapport à l'existant tout en veillant à garantir la
disponibilité, la sécurité et la qualité de l'infrastructure ferroviaire.
 Pôle Développement : Ce Pôle aura en charge la concrétisation du méga projet
«Ligne à Grande Vitesse» et aura en charge également la valorisation du patrimoine
de l'ONCF de manière à en faire un axe de développement et de profit pour l'office.

 Pôle Sécurité et Contrôle : Ce Pôle veillera sur l’animation du management de la


sécurité et sureté ainsi que les aspects de contrôle. Il pilotera également les
démarches transverses qualité, environnement, et les fonctions d’audit et
d’inspection.

 Direction supports : ces directions se chargeront de mettre à la disposition des pôles


les moyens nécessaires à l’exercice de leurs missions : ressources humaines, système
d’information, moyens financiers, conseil juridique, stratégie et communication. Il

Page | 23
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

s’agit des directions Ressources Humaines et juridique ; Finance et contrôle de


gestion, stratégie, sourcing et communication, Système d’information.
Ces différents pôles réunissent leurs efforts afin d’accomplir les principaux missions de
l’office, à savoir :
L’exploitation du réseau ferroviaire national, Les études, la construction et
l’exploitation des lignes nouvelles des chemins de fer.
L’exploitation de toutes les entreprises se rattachant directement ou indirectement à
l’objet des missions de l’Office.
5. Stratégie de l’ONCF :
 Stratégie voyageur : repose sur une segmentation du marché selon le motif du voyage :
Loisirs, Pendulaires, Tourisme et Affaires. , cinq leviers de croissance ont été
identifiés comme pertinents : le plan de transport, les produits, les tarifs, la qualité de
service et la communication, les projets d’infrastructure
 Stratégie fret :
Développement des stratégies sectorielles
Développement des plates – formes logistiques
Facilitation de l’accès au rail
 Stratégie Phosphates : L’ONCF suit attentivement l’évolution des besoins de l’OCP en
transport de phosphates, plusieurs projets d’accompagnement ont été consentis : Le
doublement de la voie ferrée entre Nouasser et JorfLasfar, l’acquisition de 340 wagons de
phosphates, l’acquisition de 21 citernes de transport d’acide phosphorique.
 Stratégie d’investissement : il s’agit d’un ensemble de projets visant l’extension et
l’amélioration des conditions d’exploitation du réseau fret, la mise en place d’un
programme ambitieux d’aménagement et d’équipement des gares, l’acquisition d’un
nouveau matériel de transport et la réhabilitation du parc actuel

Figure 4: Stratégie d’investissement

Page | 24
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

6. Vision de l’ONCF :
L'organisation actuelle leur a permis de réaliser de grands succès ces dernières années,
toutefois elle n'est plus en mesure de leur donner la latitude et la dynamique nécessaires pour
répondre aux défis qu’ils se sont fixés. L’ONCF a en effet l'ambition de développer ses parts
de marché dans les produits classiques de transport ferroviaire, mais également d'introduire et
développer des nouveaux produits, notamment:
 Train à grande vitesse et le RER pour l'activité voyageurs;
 Introduction sur le marché d'une offre logistique intégrée pour l'activité fret;
 Création d'espaces de vie et d'espaces d'affaires permettant de mieux valoriser
leur patrimoine.
Par ailleurs, la poursuite du développement du réseau ferroviaire et du processus
d’amélioration des produits du transport de personnel met en évidence le lancement du projet
de la grande vitesse. Le Train à Grande Vitesse au Maroc sera une grande opportunité afin
d’accompagner le développement du pays, faire face à une mobilité croissante, s’aligner sur la
dynamique des grands projets nationaux, et d’être au service des ambitions du secteur
touristique. Toutefois, les objectifs avenirs de l’ONCF ne se restreignent pas au TGV, ils sont
divers, notamment :
 Apporter une solution convenable et durable à une demande en croissance continue
et régulière de l’activité Voyageurs :+70% entre 2002 et 2009
 Accompagner le développement du nouveau pôle économique de Tanger
 Fluidifier le trafic ferroviaire fret sur l’axe Tanger - Casablanca
 Etre en phase avec le développement des corridors européen et maghrébin

7. Chiffres clés :
 Un chiffre d’affaires : +4 milliards de dirhams
 Capacité d’autofinancement : 1,3 milliard de dirhams.
 Client voyageurs : 34 millions
 Le trafic Fret : 37 millions tonnes

Page | 25
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

II. Présentation d’entité d’accueil : pole infrastructure et circulation /Service


comptabilité et gestion :

1. Pole infrastructure et circulation

Le service comptabilité et gestion est l’un des quatre services du pole infrastructure et
circulation. En fait ce dernier est composé de trois directions :
 Maintenance Infrastructure: assure le contrôle de la qualité de l’infrastructure ainsi
que l’organisation et pilotage des mises en service des infrastructures nouvelles ou
renouvelées.
 Ingénierie : Réaliser les études des projets de doublement, renouvellement /
remaniement / rénovation ou de création de lignes nouvelles.
 Circulation : Assurer l’étude et l’élaboration des graphiques des sillions en fonction
des besoins des Pôles. Assurer la circulation des trains, ainsi que l’élaboration et la
mise à jour des consignes.
Et quatre services :
 Comptabilité : tenir la comptabilité, Tenir les inventaires, suivre le recouvrement.
 Contrôle de gestion : Assurer le contrôle de gestion, assurer un suivi des budgets,
établir les rapports d’activité périodiques.
 Achats : assurer les achats, élaborer les cahiers des charges, gérer le budget des
achats.
 GRH-formation ŔSI : Gérer le personnel, assurer la veille sociale, élaborer les
tableaux de bord.
2. Service comptabilité :

En effet, plusieurs missions sont assurées au sein du service de la comptabilité,


notamment :
 Le recouvrement

Il s'agit du recouvrement des clients prestataires des services de l'ONCF


(l'embranchement particulier, travaux de maintenance des voies, gardiennage des passages à
niveau, dégâts causé par les tiers aux installations de l'ONCF etc.), la procédure consiste à la
vérification des documents fournis par les entités concernés et le suivi des recouvrements

Page | 26
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

ainsi que les classements des clients. Les établissements de la direction centrale sont appelés à
effectuer certaines prestations pour le compte des tiers à savoir :

 Traversée de la voie ferrée ;


 Remise en état des embranchements ;
 Construction de ponts ;
 Gardiennage lié aux passages à niveau ;
 Eau et électricité ;
 Dégâts par le tiers aux installations de l’O.N.C.F…

Pour les prestations effectuées par le PIC sur la demande et pour le compte d’un tiers,
l’établissement dresse un projet de facture qui est communiqué au service comptabilité pour
vérification, une fois celui-ci est approuvée, il est communiqué à la société en réclament le
règlement des 11/12 du montant du projet avant d’entamer les travaux.

A l’achèvement des travaux, une facture est établie au nom de la société. Ce document
est saisi dans l’application ORACLE.

 Le règlement :
Cette unité se charge - dès la réception du marché approuvé, d’une copie de la lettre de
notification et de la fiche d’imputation- de l’établissement d’un dossier du marché sur lequel
on renseigne le numéro du marché, la désignation des travaux, le montant et la date
d’approbation, l’adresse, le délai d’exécution, retenue de garantie et d’autres prescriptions et
qui sera classer jusqu’à réception du premier décompte provisoire.

Au cas où les prestations font l’objet du marché, le chef de district établi, à la fin de
chaque mois, les attachements des travaux sur la base des quantités pris par le surveillant des
travaux sur le rapport journalier. Ces attachements seront présentés ensuite à l’acceptation de
l’entreprise accompagnée de l’état récapitulatif des attachements admis pour le règlement au
titre du mois, à base duquel un décompte provisoire est établi mensuellement qui est adressé
au service comptabilité en 3 exemplaires originaux lorsqu’il s’agit d’un marché autofinancé et
en 5 exemplaires originaux lorsqu’il s’agit d’un marché financé par un bailleur de fonds. Ce
décompte provisoire est accompagné des pièces ci-après :

 Fiche de suivi des règlements ;


 Fiche de suivi de marché ;
 Fiche d’imputation ;
Page | 27
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 Les attachements acceptés ;


 L’état des attachements ;
 Le décompte de droits constatés si le marché est nanti au profit d’une banque.

Dès réception de la facture correspondante au décompte provisoire et après certaines


vérifications, l’unité Règlement procède à la saisie du décompte provisoire et de la facture sur
l’application ORACLE et génère la fiche de mandatement correspondante qui représente un
document comptable permettant d’assurer le mandatement des factures fournisseurs. Elle est
utilisée pour la prise en charge des prestations.
Après la génération de la fiche de mandatement, un dossier se composant de certains
documents (facture, décompte provisoire…) est adressé à la direction des Finances dans le but
de payer l’entrepreneur. Les copies de l’ensemble des documents sont conservées dans le
dossier du marché qui est renseigné par la situation correspondante et sera classé jusqu’à
réception du décompte provisoire suivant.

La réception définitive des travaux n’est réalisée qu’après l’expiration du délai de


garantie. Lorsqu’elle est prononcée sans réserves, l’unité Règlement adresse à la D.F le
décompte définitif pour liquidation qui est accompagné d’une demande de remboursement de
la retenue de garantie et de restitution du cautionnement définitif et enfin le dossier du marché
sera classé et archivé en conséquence.

 L’inventaire :

L’unité Inventaire se charge du suivi des inventaires des matériels de transport, des
matériels et mobiliers de bureau et l’outillage du PIC, la procédure consiste à la vérification
des documents fournis par les entités concernés et le suivi des augmentations des inventaires
ainsi que les diminutions.

Les établissements relevant du PIC établissent sur la base de leurs besoins et par ordre
de priorité, une liste globale des prévisions concernant l’augmentation des inventaires qui est
adressée au service comptabilité réunissant pour être soumise à la décision de directeur
central.
Cette cellule reçoit un état de ces demandes d’augmentation d’inventaire qui englobe
l’ensemble des demandes satisfaites de la direction précitée. L’agent de la comptabilité
procède à la vérification et au pointage de ce document avec la liste des
engagées.
Page | 28
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

La réception du matériel dans les établissements concernés est matérialisée par le bon
d’expédition servant à la prise en charge des articles dans les comptes de l’inventaire de
l’établissement. Cette opération de prise en charge dans l’application informatique mise en
place est matérialisée par les opérations suivantes : Code d’établissement ; Code locale : un
numéro d’ordre du local ; Code article : une catégorie d’article ; N du document
d’acquisition : marchés ; Désignation de l’article ; La quantité de l’article ; L’imputation
analytique ; Date d’acquisition et la date de mise en service de l’immobilisation ; Prix
d’acquisition : le coût d’acquisition.

Une fois la prise en charge affectée, l’application indique le N° d’ordre à affecter à


l’article en question devant permettre son identification. Des journaux d’inventaire sont édités
annuellement par établissement permettant d’effectuer l’inventaire de fin d’exercice.

Page | 29
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Conclusion

L’Office National des Chemins de Fer est le groupe leader du secteur ferroviaire au
Royaume du Maroc, il opère dans plusieurs activités qui lui permettent de mieux se
positionner sur l’échelon international. L’ONCF est représenté sous diverses administrations
qui s’harmonisent entre elles afin de répondre aux besoins de ses clients qui deviennent de
plus en plus exigeants. De ce fait, l’implication de la totalité de son personnel s’avère
indispensable pour bien mener ses stratégies futures.

Le groupe se trouve actuellement face à un grand projet qui influencera forcement la


structure financière de ce dernier, il s’agit notamment de sa conversion en société anonyme
dont le capital sera détenu 100% par l’Etat. Cette intense transition sera accompagner par
l’application des normes internationales comptables, cela sollicitera l’engagement des
services comptables et financiers particulièrement de l’administration centrale du groupe
dont toutes les informations sont regroupées

D’ailleurs, l’étude de la mise en place de ce projet au sein de l’ONCF constitue une


forte initiative d’intégration élargie à l’égard de secteur ferroviaire mondiale. C’est dans
cette perspective que le choix de la thématique de mon stage a été motivé. Nous analyserons
dans ce qui suit les principaux changements qui allaient affecter le système comptable,
accompagné par l’ensemble des recommandations cruciales à la mise en pratique de cette
nouvelle stratégie.

Page | 30
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Troisième Chapitre :
L’étude de la transition et les retraitements
comptables des immobilisations corporelles selon
les normes IFRS/IAS

Page | 31
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Chapitre III : L’étude de la transition et les retraitements comptables des


immobilisations corporelles selon les normes IFRS/IAS

La compétitivité économique représente le véritable challenge à relever par tout


Etat en développement. En effet, la Royaume Maroc a tracée une stratégie visant la
transformation du lourd fardeau administratif en un système flexible et efficace, permettant de
faire face à la concurrence accrue sur le marché mondiale. Par ailleurs, la modernisation des
offices est l’un des occupations majeures de notre pays, cela par le biais de leurs
transformations en sociétés anonymes, leurs cotations en bourse ainsi que l’application des
normes internationales comptables. Ceci entre dans le cadre du « New Public Management »
qui consiste à l’assimilation de la gestion des entreprises privées à celle des entreprises
publiques.
En effet, un ensemble d’instructions se déterminent selon les principes apportés par
chacune des normes IAS cités en premier chapitre. Le présent chapitre sera consacré aux
différents enjeux du projet d’adoption des normes internationales ainsi qu’une illustration des
retraitements: cas des immobilisations corporelles
I. Les enjeux du passage aux normes internationales comptables IAS/IFRS
Le processus de transition aux normes IFRS dure sur plus d’un exercice. En effet, il
nécessite une planification des revues des divergences identifiées et des contrôles préparés,
ainsi que la vérification de la validation de 3 clôtures de comptes : le bilan d’ouverture, les
comptes comparatifs et les premiers comptes selon les normes IFRS. La démarche de mise en
œuvre des normes IAS / IFRS à l’ONCF couvre trois étapes classiques : un diagnostic
consistant à une analyse des divergences avec le référentiel existant, l’identification de
l’impact éventuel sur le système d’information et définition des chemins de passage vers la
cible. À ce stade, l’implémentation de ces nouvelles règles peut s’illustrer.
Voici ainsi quelques enjeux de l’adoption des normes internationales IAS/IFRS :
· Garantir un degré élevé de transparence et de comparabilité de l’information financière
dans la communauté ;
 Achever et accélérer la mise en place d’un marché européen des capitaux ;
 Assurer la comparabilité des états financiers des sociétés qui sont cotées sur
les marchés communautaires et celles qui seront cotées sur le futur marché
 Faciliter le bon fonctionnement des marchés communautaires et de ce futur
marché

Page | 32
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

1. Diagnostic de rapprochement :
1.1 Analyse du système d’information Oracle
Le système d'information est un ensemble structuré de ressources humaines, matériels et
logiciels, de données, de procédures et de réseaux de communication qui recueille,
transforme, stocke et diffuse l'information au sein d'une organisation (définition selon O.
BRIEN1).
Dans le cadre d’un projet de loi portant organisation du transport ferroviaire envisageant
la transformation de l’ONCF en Société anonyme, dont le capital sera détenu par l’Etat,
l’ONCF s’engage en matière d’investissement en système d’information. Le projet de mise en
œuvre de la solution Oracle FA est le résultat de la refonte du son SI (annexe 2). Cela permet
ainsi de renforcer le dispositif des applications informatiques à travers la mise à la disposition
de l’Office d’une solution efficace et optimale de gestion de l’actif immobilisé intégrant la
gestion comptable et financière à la gestion Physique des immobilisations.
 le périmètre Finance / comptabilité du système d’information Oracle :
Afin de répondre aux besoins du domaine comptabilité-finance, ils ont paramétré les
modules GL, AP, AR et FA. Ces modules sont interfacés entre eux et avec les applications
existantes comme le montre le schéma suivant :

AR AP

GL FA

Figure 5: Les modules du SI Oracle

GL (General Ledger) : Permet de centraliser les écritures comptables, analytiques et


budgétaires. Il constitue le réceptacle qui reçoit des écritures synthétiques des autres
modules dits auxiliaires, qui eux contiennent le détail des opérations.
AR (Account Receivable): Permet de gérer les clients, comptabiliser les opérations de
ventes ainsi que les encaissements.
AP (Account Payables) : Permet de gérer les fournisseurs, comptabiliser les opérations
d’achat et de règlement.

1
O’Brien (2003), page 11

Page | 33
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

FA (Fixed Assets) : Permet de gérer les immobilisations du groupe, et de centraliser sur GL.
 Présentation du module FA :
La solution Oracle FA est une application de gestion comptable et physique des
immobilisations dans l’entreprise à travers plusieurs fonctionnalités permettant de traduire
l’ensemble des étapes du cycle de vie d’une immobilisation;
A l’ONCF, afin d’éviter la complexité de déclarer différentes origines de mouvements
d’acquisitions d’immobilisations et donc la contrainte de gérer plusieurs interfaces, il a été
décidé de ne retenir qu’un point d’entrée unique de ces mouvements vers Oracle FA; à
savoir les mouvements de comptabilité à importer depuis l’entité ONCF2 d’Oracle GL.
Une fois créée dans Oracle FA, l’immobilisation sera affectée à un livre comptable et
son cycle de vie entamé. Dans ce qui suit Les principaux paramètres de la mise en œuvre
d’Oracle FA
 Les Livres d’immobilisations :
Ils permettent le découpage de la structure globale en plusieurs domaines de gestion des
immobilisations restreints dans FA et facilitent la mise en place d’un cloisonnement entre les
différents Livres par responsabilités FA. Les livres d’immobilisations sont de 3 (trois) types:
-Livre Comptable : traduit les flux réels des immobilisations dans la comptabilité.
-Livre de gestion ou fiscal : à chaque livre comptable sont associés trois livres de
gestion : des valeurs Actuelles, Valeurs de Remplacement, Amortissements de
caducité
-Livre budgétaire : Il peut être utilisé pour la saisie des budgets des investissements
par catégories d’immobilisations.
 Clé catégorie immobilisation :
Les clés catégorie immobilisation sont utilisées pour regrouper des immobilisations
ayant des caractéristiques comptables et financières communes et similaires; Elles permettent
de définir des informations communes à toutes les immobilisations d’une catégorie dans un
Livre d’immobilisations, principalement les Comptes comptables GL et les Règles
d’amortissement (Méthode d’amortissement, durée d’amortissement et règles de prorata)

Page | 34
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 Clé Lieu d’immobilisation :

Le système vous laisse définir les informations que vous souhaitez conserver sur les
lieux que vous utilisez. La clé flexible Lieu permet d'indiquer et d'effectuer le suivi du lieu
exact où se trouve une immobilisation.
Pour l’ONCF elle permet d’effectuer un rapprochement permanent et fiable entre la
situation comptable et les positions physiques des matériels et infrastructures déployés
géographiquement sur des emplacements fixes ou mobiles.

 Clé flexible immobilisation :

La clé flexible immobilisation permet de nommer et de grouper les immobilisations


selon des critères de recherche additionnels des fiches d’immobilisations dans le système
autres que le numéro d’immobilisation sans impact financier.
Pour l’ONCF cette clé sera utilisée afin établir un niveau de regroupement des
immobilisations supérieur ou égal à celui par la Nature d’immobilisations, tels les critères,
Code Projet, Activité, etc.

Page | 35
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 Calendriers d’amortissement :
Oracle FA utilise deux types de calendriers :
-Calendrier Amortissement
-Calendrier Prorata
A partir de la mise en œuvre d’Oracle FA, Les périodes de calcul des annuités
d’amortissements doivent être identiques aux périodes du calendrier de l’entité Comptable
ONCF1 que l’ONCF a décidé d’utiliser pour la comptabilité des immobilisations;

 Acquisition d’immobilisation :

Oracle FA gère trois types d’immobilisations :


-Capitalisées : Immobilisations incluses dans le bilan de la société. En général, les
immobilisations capitalisées sont amorties.
-Production à soi-même (PAS) : Immobilisation en cours de construction, pas encore
utilisée ni amortie. Une fois une immobilisation de ce type est capitalisée, Oracle FA
commence à l'amortir.
-Charges : Articles qui ne s'amortissent pas; la totalité du coût est imputée sur une seule
période sur un compte de Charges. Oracle FA effectue le suivi des charges, mais ne crée pas
de pièces correspondantes. Oracle FA n'amortit pas ces immobilisations,
Dans Oracle FA, chaque Bien acquis donne lieu à la création de la fiche immobilisation
correspondante et qui récapitule l’ensemble des informations descriptives, financières et
d’affectation relatif à l’immobilisation traitée.

Page | 36
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 Comptabilité des immobilisations :

Oracle FA déverse des écritures comptables dans Oracle GL, considéré comme le
réceptacle central des flux comptables auxiliaires des différentes opérations réalisées dans les
modules Oracle applications.

Avec la mise en œuvre d’Oracle FA, les flux comptables des mouvements
d’immobilisations à L’ONCF seront directement générés suivant la structure de clé comptable
intégrée de l’entité ONCF1 (AP/AR), soit intégration des valeurs de comptabilité générale et
analytique en une seule combinaison de compte GL.

1.2 Analyse des divergences avec le référentiel existant

La vérification de l’exhaustivité des divergences identifiées entre le référentiel marocain


et le référentiel IFRS, devient une étape primordiale dans la phase de préparation des premiers
comptes en conformité avec les normes IFRS. le tableau ci-dessus présente un rapprochement
globale entre les normes marocaines et les normes IFRS à considérer lors de la mise en œuvre
du projet de passage aux IFRS :

Page | 37
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

NCM IAS/IFRS
Présentation du bilan Les éléments du IAS1 :l’entreprise a le choix
patrimoine sont classés entre distinguer les éléments
à l’actif et au passif courants des éléments non
suivant leur destination courants ou bien présenter les
et leur provenance. actifs et les passifs en fonction de
les actifs sont classés leur liquidité.
selon une liquidité
croissante et les passifs
sur le long et court
terme
. Classement par nature Classement par nature des
Présentation du CPC de charges ou par charges.
fonction.
Immobilisation corporelle (IAS 16) :
 les frais financiers engagés La propriété de Peut être hors de la propriété de
pour l’acquisition l’entreprise l’entreprise (le contrat leasing)
Exclus du coût Soit :
d’acquisition si le délai - Exclus du coût d’acquisition
d’acquisition <1an -Affectées à un compte de
charges de l’exercice en cours.
 Date de départ des Date à partir de laquelle Date de mise en service.
Amortissements l’immobilisation est
prête à fonctionner.
 Base amortissable Coût d’entrée. Coût d’acquisition ou de
production diminué de la valeur
résiduelle du même actif.
 Durée d’amortissement La durée d’utilisation La durée d’utilité peut être :
peut être :
-La durée de vie -La période d’utilisation
probable appréciée en probable
fonction des facteurs -Le nombre probable d’unités de
économiques ou production produites par l’actif
physiques.
-La durée d’utilisation
propre à l’entreprise
inférieure à sa durée de
vie
 Destinées à la cession Interruption des Continuation des
amortissements à la date amortissements jusqu’à la date
de leur classement dans de cession.
cette catégorie.

Page | 38
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

 La sortie de l’IC En cas de retrait ou de Le profit ou la perte réalisée


cession, la valeur suite à une cession constitue un
d’entrée et le cumul des produit ou une charge de
amortissements sont l’exercice en cours.
retirés du bilan
 Approche par composante Pas très systématique Une immobilisation complexe,
ayant des durées de vie
différentes que l’immobilisation
principale, doivent être
immobilisées séparément et
amorties selon leurs propres
durées.
Les immobilisations incorporelles (IAS 38)
 Amortissement Obligatoire Facultatif pour certains
 Réévaluation Impossible Possible si :(pour s’assurer que
la VNC des unités génératrices
de trésorerie (UGT) est justifiée
au regard de leurs valeurs
recouvrables2.)
- marché actif ;
- tous les autres actifs de la
même catégorie sont réévalués.
 Goodwill ou écart Suppression de Amortissement selon un plan
d’acquisition l’amortissement du linéaire sur une durée max de 20
goodwill. ans

 Frais d’établissement et Interdit leur Comptabilisés en actif et amortis


frais à étaler comptabilisation en actif sur une durée maximum de 5 ans

 Tests de dépréciation -Test de dépréciation Amortissements exceptionnels


du goodwill (IAS 36) l’exercice de lors de changements défavorables
l’acquisition
-Tests de dépréciation
annuels
- Tests plus fréquents si
indicateurs de pertes de
valeur.
Ecart de conversion comptabilisés au bilan comptabilisés directement dans
dans des comptes le résultat comptable
d’écart de conversion.
Impôt différé (IAS 12) Comptabilisé dans les Comptabilisé dans les comptes
comptes consolidés sociaux et consolidé
Tableau 5 NCM vs IAS/IFRS

2
Valeur recouvrable = sup (juste valeur; valeur d’utilité)
Page | 39
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

2. La refonte du système d’information :

Outre l’aspect purement comptable, l’adoption des normes IFRS repose sur la qualité de
système d’information des entreprises. De nombreuse adaptations, voire changements, de
logiciels sont nécessaires du fait de la plus grande complexité et technicité des règles
d’amortissement et de dépréciations d’actifs, du traitement des instruments financiers et de
reconnaissance des immobilisations corporelles, dont la définition est élargie en normes IFRS.
À cet effet, la mise en œuvre d’outils informatiques est une nécessitée qui permettent
l’extraction de données plus nombreuses et souvent issues de bases de données disparates.
Dans ce qui suit une présentation d’un ensemble de structure d’adaptation nécessaire du
catégorie immobilisation corporelle, en tant que spécimen de ce projet, du module FA du
système de gestion Oracle pré-détailler en premier chapitre.

 Immobilisation corporelle(IAS16)

L’application de la norme IAS 16 « Immobilisations Corporelles » impose un suivi fin


et une organisation stricte des données relatives à la vie économique des immobilisations.
Celle-ci, qui impose l’évaluation ou la réévaluation des actifs corporels à leur « juste valeur »,
pourrait, outre l’effet pervers de supprimer la règle de prudence présente dans notre référentiel
marocain et dans presque la majorité des référentiels nationaux, inciter à la vente ou
l’externalisation d’actifs, comme les immeubles ou les usines, et donc augmenter la
vulnérabilité des actifs et des processus industriels.
De ce fait, la création d’un module à côté du FA s’avère nécessaire dont les données
suivantes seront prévues :

Page | 40
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Les événements de L’identification


gestion qui affectent de l’immo. et ses
l’immobilisation et rattachements (à
chacun de ses un secteur, une
composants ; UGT...)

L’évaluation et la La description de
comptabilisation de l’immobilisation
l’immobilisation tout et de ses
au long de sa durée de composants,
vie.
FA synergie

Figure 6: Nouveaux paramètres recommandés du module FA

L’ONCF doit ainsi prévu au niveau de son système d’information des fonctionnalités
permettant de gérer les divergences avec le référentiel comptable marocain mais aussi avec le
référentiel fiscal.
Le module de gestion des immobilisations devrait assurer :
- le stockage des informations sur les immobilisations sur différents référentiels ;
-diverses fonctions de calculs (génération des plans d’amortissements, répartition des
Immobilisations sur les sous-ensembles testés…)
- la génération comptable, conformément aux règles de chacun des référentiels du
groupe.

3. Les actes du chemin de passage :

3.1 Besoin en formation dans un contexte d’un environnement changeant des


IFRS :

La technicité et les particularités des normes IFRS impliquent un besoin accru en


formation pour toutes les professions de la finance d’une manière générale et pour les agents
comptables tout particulièrement. En effet, Les formations aux IFRS devraient être proposées
par l’Ordre des Experts Comptables, ils ont pour objectif d’aider le de l’ONCF à s’initier aux
normes internationales.
L’objectif d’une telle mesure est de former le personnel qui sera chargé du reportions
IFRS propre au cas de son entreprise, économisant ainsi temps et argent pour la mise en
place du référentiel.

Page | 41
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Dans ce qui suit des exemples inspirés de formations et séminaires proposés aux Experts
Comptables en France.
Intitulé de formation / séminaire objectif
 L'essentiel des IFRS : - Maîtriser les normes IFRS et apprécier les
divergences avec le CGNC.
- S'initier à la lecture des états financiers en
normes IFRS.
-Traiter les opérations courantes en
application du référentiel IFRS.
-Maîtriser les principes et méthodes
d'évaluation en normes IFRS.

 Les états financiers IFRS et leurs liens -Présenter les états financiers IFRS et
avec les comptes annuels marocains: comprendre leur signification.
-Constater leurs liens avec les comptes
annuels marocains.
- Mettre en évidence les points délicats
nécessitant des formations
complémentaires.
 Première application des IFRS : Comprendre la méthodologie de passage
aux IFRS
-maitriser les étapes définies par la norme
IFRS1
-Savoir anticiper les conséquences pratiques
de la transition en IFRS
-Illustration par des projets similaires
nationaux (Maroc Telecom, la Caisse de
Dépôt et de Gestion, Office chérifien des
Phosphates)

Tableau 6:les formations/siménaires en IFRS déstinées au personnel de l'ONCF

 L’administration générale :
En outre, la réussite du cette transition requiert une implication indispensable de la
direction générale. Le rôle de cette dernière sera principalement centré dans les missions
suivantes :
-L'engagement de la Direction Générale pour communiquer l'importance du projet au
sein de l'ensemble du Groupe et susciter l'adhésion de toutes les parties prenantes au
projet
- L'implication de l'ensemble des directions concernées (comptable, contrôle de gestion,
finance, RH, communication, systèmes d'information...) afin d’allouer des ressources

Page | 42
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

suffisantes et de s'impliquer dans toutes les étapes du projet pour assumer la


responsabilité des décisions.
- Le suivi par la Direction Générale du projet de conversion aux normes IFRS, et ce, par
le suivi du planning, la formation des équipes et la validation des résultats des
divergences entre les normes locales et les normes IFRS.

- L’implication de l’ensemble des directions pour les options à suivre, les modifications
des systèmes d’information et des procédures

3.2 Simuler les comptes en IAS en cours de période de transition :

La réussite de la conversion requiert le déploiement d’un ensemble de facteurs


permettant la réduction de l’ampleur des impacts liés à l’application du nouveau référentiel.
De ce fait, la simulation des comptes en IAS sera plus opportune au groupe ONCF et qui va
consistera ainsi à préparer le bilan de clôture pour l’exercice qui précède celui de la
publication du document du passage. Ceci lui permit de faire face aux différentes difficultés
liées à la conversion en amont et de préparer les ressources à la fois humaines et financières
nécessaires pour réussir la conversion.
En effet, au tant que premier adoptant, l’ONCF doit établir un bilan d’ouverture IFRS à
la date de transition aux IFRS (IFRS 1.6), c’est-à-dire à la date d’ouverture de l’exercice le
plus ancien présenté en comparatif dans ses premiers états financiers IFRS et dont les comptes
sont établis (ou retraités) conformément à l’intégralité des IFRS (IFRS 1, premier chapitre).
Concrètement, à titre d’exemple l’établissement de ses premiers états financiers IFRS en
2014, il s’agira du bilan au 1/01/13.
Illustration :
Le schéma ci-dessous présente 3 périodes :
- Période A : avant le bilan d’ouverture IFRS au 1/01/13,
- Période B : l’exercice 2013,
- Période C : l’exercice 2014.

Page | 43
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

1er 1er 31
janvier janvier Décembre
2013 2014 2014

Préparation Comparatif Année de passage

Bilan Passage en Clôture du 1er


d’ouverture IFRS Bilan en IFRS
en IFRS

Figure 7: Les phases de préparation du bilan en IFRS

L’application rétrospective de la version des IFRS en vigueur au 31/12/14 implique que


cette version soit utilisée pour les trois périodes : A, B et C, soit pour le bilan d’ouverture
IFRS, les comptes 2013retraités en IFRS et les comptes 2014 établis en IFRS.
3.3 Cellule de veille :
Ce projet aura un grand besoin de créer une cellule de veille pour les nouveautés des
normes IFRS. En effet, ce domaine connaît des changements fréquents tant au niveau des
normes publiées qu’au niveau des interprétations et des recommandations des organismes
régulateurs. Pour suivre ce processus d’une manière continue, un seul cabinet devra dépenser
beaucoup de ressources humaines et matérielles.

II. Retraitement des immobilisations corporelles IAS16 : traduction comptable dans le


référentiel IFRS et comparaison avec les normes marocaines actuelles.

Le référentiel international impose plusieurs retraitements possibles à effectuer sur le


référentiel marocain lors du la transition aux IFRS en ce qui concerne les immobilisations
corporelles. De ce fait, la norme IAS 16 présente les principaux changements à considérés, ils
s’agissent de :
 Coût de démantèlement et remise en état des sites
 Coût d’emprunt capitalisé
 Perte de change sur emprunt en devise capitalisé dans le coût des actifs
 Amortissements
 Dépréciations (lorsque la valeur recouvrable est inférieure à la valeur nette comptable)
L’ONCF doit prévoir les différents retraitements a effectué sur la grande partie
constituant son actif, à savoir les immobilisations corporelles. De ce fait, nous allons

Page | 44
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

présenter, comme cas pratique, des écritures comptables de retraitement en IFRS liées aux
caténaires acquis par le groupe et dont les dossiers sont traité par le service comptabilité du
PIC.
 Cas de la caténaire :
Soit une caténaire acquise par l’Office National des Chemins de Fer en 1999 dans les
conditions suivantes : (Extrait d’Oracle FA.)

 Prix d’achat : 45 168 794,19 dhs


 Frais de transport : 70.000 dhs
 Frais de douane : 5.146.200,15 dhs
 Autres frais accessoires : 500.000 dhs

Le matériel est mis en service le 1er Janvier 1999, il est amorti en 40 ans selon la méthode
linéaire, sa valeur résiduelle en cas de revente est estimée à 80.231,44 dhs.
 Acquisition de la caténaire au 01/01/1991 :
Selon les NCM :
Les Frais supportées par l’ONCF à l’occasion de l’acquisition de ce matériel seront
comptabilisées comme frais d’acquisition des immobilisations, donc l’écriture comptable
sera la suivante :

01/01/1999
61425 Transport sur achats 70.000
…… Frais de douane 5.146.200,15
….. Autres Frais accessoires 500.000
Banque
5141 5.716.215,15
Règlement des frais auxiliaire
2121 Frais d’acquisition des immobilisations 5.716.215,15
7197 Transfert de charges 5.716.215,15
Règlement des frais d’acquisition

Selon les IFRS :


Le total des frais sera imputé au prix d’acquisition du matériel, il ne constituera pas
une charge. L’actif sera enregistré avec :
45.168.794,19 +70.000+5.146.200,15+500.000= 50.884.994,34dhs

Page | 45
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

01/01/1999
233111 caténaire électriques 50.884.994,34
44112 Frs. Etrangers 50.884.994,34
Acquisition pour la ligne de kénitra
médina / sidi ichou
44112 Frs. Etrangers 50.884.994,34
5141 Banque 50.884.994,34
Règlement du fournisseur
 Amortissement :
Selon les NCM :
Le matériel est amorti sur 40 ans suivant la méthode linéaire, le tableau ci-dessus
présentera les premières lignes du tableau d’amortissement :

Année valeur taux dotation Cumul valeur


d'origine d'amortissement d'amortissement d'amortissement nette
comptable
1999 45 168 794,19 2,50% 1 129 219,85 1 129 219,85 44039574,34
2000 45 168 794,19 2,50% 1 129 219,85 2 258 439,71 42910354,48
2001 45 168 794,19 2,50% 1 129 219,85 3 387 659,56 41781134,63

Par ailleurs l’écriture comptable sera comme suit

31/12/2012
619331 DEA des caténaires 1 129 219,85

2833111 Amrt. des caténaires 1 129 219,85


Dotation d’amortissement

Selon les IFRS :

L’écriture selon la norme IAS16 est la même que celle présentée par les NCM, sauf que
l’annuité sera calculée sur le montant de l’annuité est diminué de l valeur résiduelle :
50.884.994,34-80.231,44=50804762,9dhs
Les premières lignes du tableau d’amortissement et l’enregistrement comptable seront
présentées comme suit :

Page | 46
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Année Valeur Taux Dotation Cumul Valeur nette


d'origine d'amortissement d'amortissement d'amortissement comptable
1999 50 804 762,90 2,50% 1 270 119,07 1 270 119,07 49534643,83
2000 50 804 762,90 2,50% 1 270 119,07 2 540 238,15 48264524,76
2001 50 804 762,90 2,50% 1 270 119,07 3 810 357,22 46994405,68

31/12/2012

DEA des caténaires 1 270 119,07


619331 283311 Amrt. des caténaires 1 270 119,07

 Réévaluation de l’actif :
 La réévaluation de la caténaire se fait conformément aux normes IAS/IFRS :
 La valeur actuelle (juste valeur) au 31/12/2012 est évaluée à: 45 268 800,19 dhs

Valeurs avant Valeurs Ecart


Réévaluation Réévaluées
Caténaire 50.884.994,34 45.268.800,19 -5 535 962,71
Cumul D'amort. de la caténaire 17.781.667,02 17 781 667,02
VNC 33.02.3095,89 45.268.800,19 12 245 704,30

 La durée de vie économique est encore de 26 ans. Ce qui veut dire que la caténaire
sera totalement amortie en 2038.
Les écritures au 31/12/2007 seront alors les suivantes :

64 .. Ecart de réévaluation 12245 704,30


233111 caténaire 12 45 704,30
Enregistrement des écarts de
réévaluation

 Opérations de cessions-bails (sale &lease-back) :


Les opérations de cessions-bails qualifient de location-financement, doivent être
capitalisées au coût historique. Le gain ou la perte constaté(e) sur la transaction doit être
étalé(e) sur la durée du contrat de location.
L’ONCF n’a jamais eu recours à ce type de financement dans le passé, aucune écriture de
retraitement n’est à comptabiliser.

Page | 47
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

Conclusion

Le passage des normes nationales à celles internationales constitue pour L’ONCF une
véritable mutation du fait des divergences entre le référentiel marocain (CGNC) et les normes
IFRS. Ce projet revêt un caractère éminemment stratégique pour le groupe, puisque sa
communication stratégique s’en trouvera affectée et modifiée. C’est à cet effet que
l’implication de toutes ses fonctions est évidente et en tout premier lieu la direction générale.
Cependant, l’application des IAS à l’ONCF fait craindre aux membres de son conseil
d’administration une volatilité financière de ses capitaux propre en raison de la volatilité
potentielle des comptes évalués en juste valeur. Ceci dit, l’implication d’un expert comptable
s’impose afin de surveiller l’approche méthodologique de la normalisation de l’information
comptable et financière.
En outre, la structure de l’ONCF doit se réorganiser et renforcer son pouvoir afin de
réfléchir sur la réussite de cet engagement avec le minimum des couts. Toutefois des frais
seront nécessaires pour l’adaptation des systèmes informatiques, la formation du personnel,
et la poursuite de l’évolution des normes IFRS

Page | 48
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

CONCLUSION GENERALE

L’adoption des normes internationales comptables est certifié le meilleur ressort pour
assurer à la profession de suivre les grandes mutations que connait l’information financière à
l’échelle international. Les entreprises marocaines doivent impérativement s’inscrire dans
cette perspective, afin de bénéficier de la fluidité de la communication financière dont
profitent déjà les sociétés européennes cotées et leurs filiales.

La majorité des entreprises gagneront de la transparence du fait, par exemple de la


présentation de l’information par segment recommandée par la norme de l’information
sectorielle, et la reconnaissance des produits dérivés à leur juste valeur dans le bilan.

La normalisation comptable est un véritable enjeu qui incombera un changement


d’habitude du personnel comptable, une grande rigueur lors de l’accompagnement des
transitions particulièrement vers les nouveaux apports pour l’évaluation de certains actifs.

L’ONCF doit se concerter à cette harmonisation en proposant des scénarios de


conversion. De ce fait notre étude s’insère dans un cadre pertinent et permettrait au leader
marocain d’avoir une vision claire par rapport à la lecture des états financiers par les
stockholders .Ce qui va lui permet de mieux se positionner sur les marchés financiers
internationaux notamment lors de la prochaine privatisation envisagée.

Toutefois, le basculement vers les normes IFRS va provoquer des difficultés


particulièrement en termes de coûts d’où la nécessité pour l’ONCF, au tant qu’un nouveau
référencier, de réaliser une anticipation des coûts de passage, une simulation et workshops,
et enfin la formation des ressources humaines concernées. Ceci dit, le recours à la politique
du benchmark reste un pas non négligeable à ce niveau. De même, la phase de simulation
doit ainsi considérer l’impact du passage sur le système d’information Oracle, comme étant
le compilateur de l’information dès son entrée à l’entreprise.

Notre approche proposée au cours de ce rapport, se focalise ainsi sur les


immobilisations corporelles afin de présumera au groupe ONCF de se trouver en bonne
posture à la date de transition envers cette grande tranche de son actif. Ainsi, avec le cas
pratique ici présenté, il est certain de conclure que les retraitements en IFRS produiront un
véritable impact sur la présentation des états financiers à savoir le bilan et le compte des
produits et charges.

La question reste finalement ouverte est seul la transition concrète au référentiel


international présumée apte de se faire une idée juste à ce projet.

Page | 49
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE

Ouvrage :
Eric Ducasse, Anne Jallet-Auguste, Stephane Ouvrard et Christian Prat Di Hauret, Les
normes comptables internationales IAS/IFRS, édition 2005 DE BOECK ;
Pratique des normes IAS/IFRS : comparaison avec les règles françaises et US GAAP
Robert OBERT, Editions DUNOD
Article :
Maryline BENYAKHLEF, Vers le passage aux nouvelles normes IAS/IFRS, dimanche 28
mars 2004
Point d'actualité : transition vers les normes IFRS, Revue Mensuelle de l’Autorité des
Marchés Financiers - n°10 - janvier 2005
Mémoire :
Med Ali BAYOUSSEF, Le passage aux normes IAS/IFRS et leur impact sur l’information
financière des groupes marocains cas CDG (ENCGT), 2011-2012
Hafsa LAMRANI, L’application des IFRS à l’ONCF, (Université AL-akhawyane),
2007-2008
Abdenbi Dahri , La tendance à l’internationalisation comptables : normes
IAS/IFRS,(FSJSE) 2004-2005
Document interne :
Manuel d’organisation et procédures comptables.
Rapport annuel :
Maroc Telecom
BNP Paribas
Renault
Vidéo :
IAS16 Property Plant and Equipment– summary:
http://www.youtube.com/watch?v=VgP1kakxmB4
WEB :
http://www.focusifrs.com

http://www.finyear.com

http://www.ifrs.org/

Page | 50
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

TABLE DE MATIERE

INTROUCTION GENERALE ........................................................................................................................................ 0

CHAPITRE I : Contexte de la normalisation internationale comptable ..................................................................... 8

I. Le contexte des normes IAS/IFRS : ............................................................................................... 8


1. Objectif du référentiel unique : ....................................................................................................... 8
2. Bref historique : ................................................................................................................................ 9
3. Les acteurs de la normalisation comptable :..................................................................................... 10
4. Les caractéristiques de l’information financière selon les normes IFRS : ................................ 11
5. La logique des normes IFRS/IAS :................................................................................................ 12
II. Présentation de la norme IFRS1 « First Time Adoption » : ....................................................... 13
1. Objectif ............................................................................................................................................ 13
2. Champ d’application : ................................................................................................................... 13
3. Principes disposition : .................................................................................................................... 13
4. Explication de la transition aux IFRS : ........................................................................................ 14
III. Immobilisation corporelles (IAS 16) :........................................................................................... 14
1. Définition : ....................................................................................................................................... 14
2. Comptabilisation des immobilisations corporelles : .................................................................... 15
3. Evaluation initiale des immobilisations corporelles .................................................................... 15
4. Acquisition par paiement différé : ................................................................................................ 16
5. Evaluation postérieure à la comptabilisation initiale :................................................................ 16
6. Approche par composante :........................................................................................................... 17
7. Amortissement :.............................................................................................................................. 18
8. Les dépenses ultérieures : .............................................................................................................. 18
Chapitre II : Présentation de L’ONCF et du service de comptabilité .................................................................. 21

I. Présentation de l’entreprise d’accueil : ........................................................................................ 21


1. Fiche d’identité de l’ONCF : ....................................................................................................... 21
2. Historique de l’ONCF : .................................................................................................................. 22
3. Activité de l’ONCF :....................................................................................................................... 22
4. Organisation de l’ONCF : ............................................................................................................. 23

Page | 51
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

5. Stratégie de l’ONCF :..................................................................................................................... 24


6. Vision de l’ONCF : ......................................................................................................................... 25
7. Chiffres clés : .................................................................................................................................. 25
II. Présentation d’entité d’accueil : pole infrastructure et circulation /Service comptabilité
et gestion : .................................................................................................................................................. 26
1. Pole infrastructure et circulation .................................................................................................. 26
2. Service comptabilité : ..................................................................................................................... 26
Chapitre III : L’étude de la transition et les retraitements comptables des immobilisations
corporelles selon les normes IFRS/IAS .................................................................................................................... 32

I. Les enjeux du passage aux normes internationales comptables IAS/IFRS ............................... 32

1. Diagnostic de rapprochement : ..................................................................................................... 33


 Clé Lieu d’immobilisation : ............................................................................................................. 35
 Comptabilité des immobilisations : .................................................................................................. 37
2. La refonte du système d’information : ....................................................................................... 40
3. Les actes du chemin de passage : ............................................................................................... 41
II. Retraitement des immobilisations corporelles IAS16 : traduction comptable dans le
référentiel IFRS et comparaison avec les normes marocaines actuelles. ............................................. 44
 Cas de la caténaire :........................................................................................................................ 45
CONCLUSION GENERALE ........................................................................................................................................ 49

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE ................................................................................................................... 50

TABLE DE MATIERES……………………………………..……………………………………………………………………………………….51

ANNEXES ....................................................................................................................................................................... 53

Page | 52
Le passage aux normes IAS/IFRS: Etude et retraitement

ANNEXES

Annexe1 : Liste des normes IAS et IFRS émises par l’IASB et approuvées par l’union

Européenne au 30 décembre 2005.

Annexe2 : L’organigramme de l’ONCF.

Annexe 3 : La structure du SI de l’ONCF.

Page | 53