Vous êtes sur la page 1sur 64

Analyse Financière Management PME-PMI S.

SOLHI

UNIVERSITE MOHAMMED V –AGDAL-


FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES, ECONOMIQUES ET SOCIALES
DEPARTEMENT DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE GESTION
AGDAL –RABAT-
PROFESSEUR : S. SOLHI

Semestre V
Licence Professionnelle : Management PME/PMI

COURS : ANALYSE FINANCIERE

Automne-Hiver
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................. 4


CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA COMPTABILITE : APPROCHE FINANCIERE ........... 5
1. Les cycles économiques de l’entreprise. ........................................................................... 5
1.1 Le cycle d’investissement. ........................................................................................... 5
1.2 Le cycle d’exploitation................................................................................................. 5
1.3 Le cycle financier. ....................................................................................................... 5
2. La notion de flux et de stock ............................................................................................. 6
3. Introduction aux documents comptables.......................................................................... 8
3.1 Le bilan ........................................................................................................................ 8
3.1.1 L’actif du bilan ..................................................................................................... 9
3.1.2 Le passif du bilan ............................................................................................... 10
3.2 Le compte de produits et charges : compte de résultats. .......................................... 11
3.2.1 Les Charges. ....................................................................................................... 12
3-2-2 Les produits. ....................................................................................................... 12
3.2.3 Le compte de résultat .......................................................................................... 12

CHAPITRE II : LA DEMARCHE DE L’ANALYSE ET DU DIAGNOSTIC FINANCIER............. 13


1. Les contraintes de rentabilité et de solvabilité. ............................................................... 13
1.1 La solvabilité. ............................................................................................................. 13
1.2 La rentabilité.............................................................................................................. 14
2. Les outils et les techniques d’analyse et du diagnostic .................................................. 14
2.1 Les outils d’analyse ................................................................................................... 14
2.2 Les Techniques d’analyse ......................................................................................... 15
3. Les points clés de l’analyse et du diagnostic financiers................................................. 15

CHAPITRE III : L’ANALYSE FINANCIERE DU BILAN ................................................. 17


1. le bilan comptable fonctionnel ........................................................................................ 17
1.1 Les retraitements du bilan fonctionnel ..................................................................... 18
1.1.1 La répartition du résultat. .................................................................................. 18
1.1.2 Les Provisions pour risque et charges. .............................................................. 18
1.2 Exercice. .................................................................................................................... 19
2. L’analyse de l’équilibre financier à partir du bilan fonctionnel ................................... 20
2.1 Fonds de roulement fonctionnel. .............................................................................. 20
2.2 Le besoin de financement global .............................................................................. 21
2.3 La trésorerie Nette. .................................................................................................... 22
2.4 Les combinaisons possibles de l’équilibre financier ................................................ 22
2.4.1 Besoin de Financement Global Positif .............................................................. 22
2.4.2 Besoin de Financement Global Négatif ............................................................ 23

1
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

2.5 Exercice ..................................................................................................................... 24


3. Le bilan financier (liquidé) condensé ............................................................................. 24
3.1 La structure du bilan financier ................................................................................. 24
3.2 Les retraitements du bilan financier......................................................................... 24
3.2.1 Les retraitements des postes de l’actif. .............................................................. 25
3.2.2 Les retraitements des postes du passif ............................................................... 25
3.2.3 Exercice .............................................................................................................. 25

CHAPITRE IV : L’ANALYSE FINANCIERE DU COMPTE DE RESULTAT (CPC) ........... 27


1. Calcul et interprétation du tableau de formation des résultats (TFR) .......................... 27
1.1 La marge brute sur ventes en l’état .......................................................................... 28
1.2 La production de l’Exercice. ..................................................................................... 29
1.3 Le chiffre d’affaires................................................................................................... 29
1.4 La consommation de l’exercice ................................................................................ 29
1.5 La valeur ajoutée ....................................................................................................... 30
1.6 L’Excédent Brut d’exploitation ................................................................................ 30
1.7 Le résultat d’exploitation .......................................................................................... 31
1.8 Le résultat courant avant impôt ................................................................................ 31
1.9 Le résultat net de l’exercice ...................................................................................... 31
2. La capacité d’autofinancement (CAF) et l’autofinancement........................................ 31
3. Excédent de trésorerie d’exploitation (E.T.E)................................................................ 32

CHAPITRE V : L’ANALYSE FINANCIERE PAR LES RATIOS. ......................................... 35


1. Les ratios de structure financière. .................................................................................. 35
1.1 Le ratio de financement des immobilisations ou d’équilibre financier................... 35
1.2 L’autonomie financière/ La structure des financements à terme. .......................... 36
1.3 Le poids de l’endettement à terme. ........................................................................... 36
1.4 La capacité de remboursement des dettes à terme. .................................................. 36
2. Les ratios de liquidité et de Gestion. ............................................................................... 37
2.1 Les ratios de liquidité. ............................................................................................... 37
2.1.1 Le ratio de liquidité générale. ............................................................................ 37
2.1.2 Le ratio de liquidité restreinte. ........................................................................... 37
2.1.3 Le ratio de liquidité immédiate. ......................................................................... 37
2.2 Les ratios de gestion. ................................................................................................. 38
2.2.1 Le délai de rotation des stocks. .......................................................................... 38
2.2.2 Le délai de rotation des créances clients. .......................................................... 38
2.2.3 Le délai de rotation des fournisseurs. ................................................................ 38
3. Les ratios de Rentabilité .................................................................................................. 39
3.1 Les ratios de rentabilité commerciale. ...................................................................... 39
3.2 Les ratios de rentabilité économique. ....................................................................... 39
3.3 Les ratios de rentabilité financière. .......................................................................... 39
4. Interprétation financière vers un diagnostic financier .................................................. 40
2
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE VI : LE TABLEAU DE FINANCEMENT : TABLEAU DES EMPLOIS ET RESSOURCES 42


1. Définition du tableau de financement ........................................................................ 42
2. Détermination des variations des postes du bilan ...................................................... 43
3. Synthèse des masses du bilan...................................................................................... 44
4. Le tableau des emplois et des ressources (TER) ........................................................ 45
4.1 Exemple : ................................................................................................................... 45
4.2 Construction du TER ................................................................................................ 46

CHAPITRE VI : ANALYSE DU RISQUE FINANCIER .......................................................... 48


1. Définition du risque financier .................................................................................... 48
1.1 Taux de rentabilité économique supérieur au coût d’endettement ......................... 49
1.2 Taux de rentabilité économique égal au coût d’endettement .................................. 49
1.3 Taux de rentabilité économique inférieur au coût d’endettement .......................... 50
1.4 Conclusion. ................................................................................................................ 50
2. Equation de l’effet de levier. ....................................................................................... 51
3. Le coefficient de levier financier (C.L.F) .................................................................. 53

CHAPITRE VII : L’ANALYSE DU RISQUE D’EXPLOITATION ........................................... 54


1. La notion du Seuil de Rentabilité ............................................................................... 54
2. La détermination du seuil de rentabilité, point mort ................................................. 54
2.1 Exercice ................................................................................................................. 55
2.2 Corrigé ................................................................................................................... 55
2.3 Représentation graphique du point mort. ............................................................ 56
3. Le coefficient de levier d’exploitation (C.L.E) ........................................................... 57

ANNEXES ....................................................................................................................... 58

3
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

INTRODUCTION GENERALE
L’entreprise a pour principal objectif la réalisation des objectifs des
actionnaires. L’objectif théorique que l’on retient est celui de maximisation de la
valeur de la firme. Le degré de réalisation de cet objectif fondamental conduit à
mesurer la capacité bénéficiaire de l’entreprise (sa rentabilité, ses flux de
trésorerie) sa pérennité dans le temps (risque économique), ainsi que le risque
financier qui peut se présenter.

L’outil le plus recommandable est l'analyse financière. Elle se repose sur un


ensemble de techniques visant à connaître la santé financière de l'entreprise. Elle
peut se résumer à apporter une réponse à quatre questions fondamentales :
L'entreprise analysée est elle équilibrée ?
Est-elle en croissance ?
Est-elle rentable ? et,
Quels sont les risques non financiers qui peuvent altérer sa santé ?

Pour cette raison, la finance consiste en une étude des états financiers de
l’entreprise afin d’analyser et de diagnostiquer la situation financière et
d’apporter une appréciation sur la situation financière et les performances de
l’entreprise, dans l’optique d’une mesure du degré d’atteinte des objectifs et
contraintes financières.
Le diagnostic consiste à:
- détecter les symptômes de dysfonctionnements,
- identifier les causes structurelles ou réversibles et les problèmes
occasionnels ou durables et, surtout,
- formuler des préconisations visant à améliorer la santé financière ou à
maintenir l'entreprise dans son état actuel.
Pour mener à bien son diagnostic, l’analyste financier doit disposer d’une
matière comptable : bilans, comptes de produits et charges, ainsi que l’état des
informations complémentaires. Il utilisera ainsi une série d’outils et de
méthodes.
4
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA
COMPTABILITE : APPROCHE FINANCIERE

L’entreprise est définie comme la combinaison d’outils de production et


de ressources humaines afin d’assurer la production de biens ou la prestation de
services. Le financier traduit cette réalité économique en des termes quelque peu
différents ; il s’agit de sélectionner et d’assurer le financement des
investissements dont l’exploitation doit générer la rentabilité de l’entreprise.

1. Les cycles économiques de l’entreprise.


On sépare traditionnellement l’activité de l’entreprise en trois cycles
principaux : le cycle d’investissement, le cycle d’exploitation et le cycle
financier.

1.1 Le cycle d’investissement.


Les investissements sont nécessaires à l’entreprise pour réaliser la
production de ses biens. Il s’agit de l’ensemble des actifs immobilisés pour cette
production, qu’ils soient corporels ou incorporels. La sélection de ces
investissements, leur utilisation et leur dépréciation constituent le cycle
d’investissement.

1.2 Le cycle d’exploitation.


Correspond à l’activité productrice de l’entreprise, c'est-à-dire la
transformation des matières achetées en produits finis vendus aux clients. Cette
exploitation nécessite la mise en œuvre des outils de production de l’entreprise
(investissements immobilisés) et des ressources humaines.

1.3 Le cycle financier.


Correspond à des opérations financières de l’entreprise liées aux
opérations de règlement, d’encaissement, de financement et de répartition des
bénéfices.

5
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Schématiquement, l’activité de l’entreprise peut être représentée sur un


graphique de ce type

2. La notion de flux et de stock


Un flux correspond à une quantité de biens, de service ou de monnaie
entrant ou sortant de l’entreprise à une date donnée. Les flux réels répondent à
des livraisons physiques de biens ou de services alors que les flux financiers à
des règlements en monnaie.

6
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

A un flux réel est souvent associé un flux financier correspondant au


règlement de la livraison des biens ou des services.

Notion de flux
ACHAT
Flux réel
FOURNISSEUR ENTREPRISE

Flux financier
(1 million de Dirhams)

PAIEMENT
Le flux réel peut être directement «consommé» par l’entreprise comme
c’est le cas pour diverses fournitures de service, l’électricité, etc. Il peut aussi
coïncider à des biens qui sont conservés par l’entreprise et viennent donc gonfler
le stock de ce produit.
De même un flux monétaire entraînera une diminution (sortie de fonds) ou
une augmentation (rentrée de fonds) du stock monnaie de l’entreprise, c'est-à-
dire de son poste caisse.

Notion de Stock
Stock Tapis
ACHAT (flux réel)
+ 1 million de DH

FOURNISSEUR ENTREPRISE
- 1 million de DH

PAIEMENT (flux financier)


Caisse
Nous allons maintenant introduire les principaux documents comptables
de l’entreprise, à savoir le bilan qui est le répertoire de tous les stocks de
l’entreprise, et le compte de produits et charges qui transcrit les flux ayant
contribué à l’enrichissement de l’entreprise.

7
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

3. Introduction aux documents comptables


Afin d’assurer la gestion de l’entreprise, il faut avoir une bonne
connaissance du patrimoine de celle-ci, c'est-à-dire des actifs qu’elle possède et
des dettes qu’elle a contractées, ainsi que des flux générés par son activité.
Puisque la fonction financière porte sur la gestion des Dirhams, il est important
d’avoir une connaissance préalable de la comptabilisation de ces dirhams dans
l’entreprise.
On adoptera ici une approche essentiellement financière de la comptabilité
générale en introduisant un minimum de notions comptables nécessaires à
l’élaboration d’un diagnostic financier de société.
Les principaux états comptables de l’entreprise, bilan et compte de produits
et charges, sont des comptes de richesse.
Le bilan : est une photographie, à un instant donné t, de tout ce que possède
l’entreprise (actifs) et tout ce qu’elle doit (passifs) avec pour solde la richesse
des propriétaires de l’entreprise (situation nette).
Le compte de produits et charges : traduit l’accroissement de la richesse de
l’entreprise durant la période t-1 à t, du fait de son exploitation normale ou du
fait d’éléments non courants.

3.1 Le bilan
Le bilan est l’inventaire à une date déterminée, généralement le 31
décembre, de l’ensemble des Emplois et des Ressources de l’entreprise et donc,
par solde de sa richesse.

8
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

3.1.1 L’actif du bilan


C’est le répertoire de l’ensemble des biens possédés par l’entreprise. Les
postes d’actif sont classés de haut en bas par ordre de liquidité croissante. Le
plan comptable marocain a regroupé ces postes en trois rubriques :
• L’actif immobilisé
• L’actif circulant
• En plus de la trésorerie-Actif.

Actif immobilisé (Immobilisations)


Il s’agit des biens de toute nature possédés par l’entreprise, non pour être
vendus ou transformés, mais pour être utilisés d’une manière durable comme
instruments de travail. Ce poste comprend :
- Immobilisations en non valeurs : c’est l’ensemble des charges dont
l’existence conditionne la création ou le développement de l’entreprise.
On trouvera les frais préliminaires (frais de constitution ; frais
d’augmentation de capital, frais de publicité …) les charges à répartir sur
plusieurs exercices...
- Immobilisations incorporelles : comprend les immobilisations en
recherche et développement, brevets, fonds de commerce.
- Immobilisations corporelles : comprend les terrains, constructions, les
installations techniques, matériel et outillage…
- Immobilisation financières : comme les prêts immobilisés, les titres de
participation …

Ces immobilisations sont comptabilisées à leur prix d’acquisition


(immobilisations brutes) déduites de la dépréciation subie au cours du temps
(amortissement) ; le solde (immobilisation nette) représente donc la valeur nette
comptable de ces immobilisations.
Les autres postes de l’actif sont des postes à court terme ou d’actif
circulant.

9
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Actif circulant (hors trésorerie)


Regroupe
- Les stocks : constitués par l’ensemble des biens et services qui
interviennent dans le cycle d’exploitation soit pour être vendus en l’état
(Produit fini) soit transformés dans un processus de production (matières
premières, produit semi-fini)
- Les créances liés ou non au cycle d’exploitation : matérialisant les dettes
des tiers envers l’entreprise (comptes clients…)
- Titres et valeurs de placements : il s’agit des titres et valeurs (actions et
obligations) acquis par l’entreprise pour la réalisation d’un gain à brève
échéance.
Trésorerie-Actif :
Cette rubrique regroupe les soldes débiteurs de trésorerie qui traduisent
les liquidités ou quasi-liquidités détenues par l’entreprise :
- Chèques et valeurs à encaisser,
- Banques, trésorerie générale et chèques postaux débiteurs,
- Caisses …

3.1.2 Le passif du bilan


Le passif est le répertoire de l’ensemble des dettes de l’entreprise, par
solde avec le total de l’actif, on obtient la richesse des actionnaires, appelée
résultat net ou situation nette.
Financement permanent
Comprend l’ensemble des ressources stables dont a disposé l’entreprise
pour une durée supérieure à un an.
- les capitaux propres : constitués essentiellement du capital apporté par les
actionnaires ainsi que des bénéfices non distribués (réserves, report à
nouveau…).

10
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

- Les capitaux propres assimilés : composés essentiellement des dons et des


subventions accordés à l’entreprise pour acquérir ou créer des
immobilisations ; et ayant un caractère durable (subventions
d’investissement).
- Dettes de financement : sont constituées par l’ensemble des emprunts
contractés par l’entreprise à plus d’un an.
- Provisions pour risques et charges durables : il s’agit de provisions
destinées à faire face à des risques ou à des charges, dont le délai de
réalisation est supérieur à un an.

Le passif circulant hors trésorerie


Regroupe les dettes dont le délai d’exigibilité est inférieur à une année. En
d’autres termes, il s’agit de ressources destinées à financer le cycle
d’exploitation (fournisseurs, crédits bancaires à CT …)

La trésorerie-passif
Constitue des ressources de financement à très court terme. Elle comporte
l’ensemble des soldes bancaires créditeurs, c'est-à-dire toutes les facilités
financières accordées par les banques à l’entreprise en plus des crédits
d’escompte et de trésorerie.

3.2 Le compte de produits et charges : compte de résultats.


Le compte de produits et charges permet de mesurer sur un exercice (en
général 1 an) l’enrichissement (ou l’appauvrissement) généré par l’entreprise. Le
mode de détermination est simple à exprimer :

opérations qui génèrent - opérations qui en


Résultat net =
de la richesse consomment

Les produits et charges font l’objet d’un classement en fonction de la


nature des opérations effectuées :

11
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Opérations d’exploitation produits et charges d’exploitation


Opérations financières produits et charges financiers
Opérations non courantes produits et charges non courants

3.2.1 Les Charges.


Les charges sont les consommations que l’entreprise a dû subir pour
réaliser les ventes de l’exercice. Elles sont de deux sortes :
Les premières se traduisent immédiatement, ou après un délai, par un
décaissement réel ; elles sont enregistrées tout au long de la période :
achats, salaires, intérêts versés…
Les secondes sont en fin de période ; et qui ne sont pas réellement
décaissables, mesurent la dépréciation des biens détenus par l’entreprise :
• dépréciation normale : dotations aux amortissements
• dépréciation accidentelle : dotations aux provisions

3-2-2 Les produits.


Les produits sont soit des ventes réalisées, soit des gains financiers
(intérêts…), soit le gain brut des opérations à caractère exceptionnel ou non
courant (cessions d’immobilisations…)
Tous ces produits cités font l’objet d’un encaissement. A ces produits
encaissables, les comptables ajoutent certains éléments correctifs du résultat qui
consistent à neutraliser certaines charges enregistrées au cours de l’exercice et
qui ne se traduisent pas par un flux d’encaissement (reprises sur provisions).

3.2.3 Le compte de résultat


Le classement des produits et charges permet de faire ressortir les résultats
liés aux trois catégories d’opérations : d’exploitations, financières et non
courantes.
Le calcul du résultat net est effectué en cascade :
Résultat d’exploitation Résultat non courant
Résultat financier Résultat avant impôt
Résultat courant Résultat Net
12
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE II : LA DEMARCHE DE L’ANALYSE ET DU


DIAGNOSTIC FINANCIER

L’objectif fondamental de toute entreprise est la maximisation de la


richesse de ses actionnaires. Cette richesse est étroitement liée à la valeur de
l’entreprise. Cette valeur peut se dégrader si les investissements réalisés ne sont
pas rentables.
L’objet de l’analyse et du diagnostic financiers est de faire le point sur la
situation financière de l’entreprise en mettant en évidence ses forces et ses
faiblesses afin de maximiser sa valeur et par conséquent la richesse des
actionnaires.
A côté de l’objectif de maximisation de la valeur de la firme, on retrouve
une préoccupation essentiellement centrée sur l’équilibre financier, la
rentabilité et la solvabilité de l’entreprise. Il s’ensuit que l’objectif financier des
actionnaires est étroitement lié à l’équilibre financier de l’entreprise. Cet
équilibre est atteint lorsque les espérances de gains dépassent les risques
encourus.

1. Les contraintes de rentabilité et de solvabilité.


Le diagnostic financier de l’entreprise commence par l’analyse des
structures financières notamment l’activité (liquidité, trésorerie et solvabilité) et
puis la rentabilité pour s’assurer de la survie de l’entreprise.

1.1 La solvabilité.
Initialement, l’analyse financière vise à apprécier la solvabilité c'est-à-dire
la capacité à assurer sur les flux de liquidités le service de la dette. Le degré de
solvabilité est donc fonction des ressources financières disponibles pour faire
face à ses dettes. L’insolvabilité se traduit par l’incapacité du débiteur à honorer
ses engagements (cessation de paiements) qui peut se traduire par une perte
d’autonomie financière de l’entreprise ou encore par sa disparition pure et
simple.
13
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

1.2 La rentabilité
A côté de la solvabilité, l’exigence d’un minimum de rentabilité est une
condition essentielle pour la survie et le développement de l’entreprise. En effet,
la croissance impose à l’entreprise des contraintes, qu’elle ne pourra lever que si
elle dégage des flux de résultats suffisants, par exemple pour assurer le maintien
du capital (amortissements) le remboursement des emprunts et la rémunération
de ses fonds propres. De plus, la rentabilité de l’entreprise conditionne
également la solvabilité future de l’entreprise.

2. Les outils et les techniques d’analyse et du diagnostic


Pour bien mener le diagnostic, on peut se référer à une série d’outils et de
méthodes capable d’interpréter la situation financière de l’entreprise.

2.1 Les outils d’analyse


On distinguera là deux approches : l’approche globale et l’approche
relative
L’approche globale : les grandes masses
Il s’agit de faire apparaître dans les documents comptables des agrégats
ayant une signification financière. Pour le bilan, il s’agira de déterminer les
principaux soldes significatifs à savoir le fonds de roulement, le besoin en
fonds de roulement et la trésorerie Nette (la synthèse des masses des bilans),
et pour le compte de produits et charges de l’Etat de soldes de gestion ESG
(TFR : tableau de formation des résultats ; et la CAF : la capacité
d’autofinancement).
L’approche relative : les ratios
Les ratios sont bâtis à partir des documents comptables. C’est le rapport
de deux grandeurs comptables cherchant à apprécier un point précis ou à
relativiser deux éléments financiers ;

14
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

2.2 Les Techniques d’analyse


A partir des outils disponibles, c’est avec des techniques spécifiques que
l’on pourra porter une appréciation sur un outil ou un indicateur.

La comparaison
La comparaison d’un indicateur permettra sa juste appréciation. Un
ratio (ou plus précisément tout indicateur d’analyse) n’a pas de
signification que si il est comparé dans le temps et dans l’espace.
• Dans le temps : l’évolution pluriannuelle des indicateurs permet de
déterminer des tendances et des valeurs types spécifiques à l’entreprise
en raison de son métier ou de ses grands choix politiques.
• Dans l’espace : on compare les ratios à ceux des autres entreprises du
même secteur d’activité.

La décomposition
Egalement appelée analyse pyramidale des ratios, cette technique
cherche à décomposer un ratio afin de pouvoir en examiner les
composantes ainsi que les déterminants de son évolution

Actif à court terme Stocks + Clients + Disponibilités


Exemple : Passif à court terme ou
Actif à court terme

3. Les points clés de l’analyse et du diagnostic financiers


L’analyse financière historique permet de comprendre l’évolution passée
de l’entreprise, à travers l’étude des ratios et des flux financiers et d’éclairer
certaines décisions financières futures (octroi de crédit …).
En effet, l’élaboration des prévisions financières suppose non seulement
des données historiques, mais également le recours à la réflexion stratégique
dégagée du diagnostic d’ensemble de l’entreprise. Par conséquent ; on trouve
que le diagnostic financier est indissociable du diagnostic d’ensemble de
l’entreprise, dans la mesure où il aide à comprendre l’évolution passée de

15
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

l’entreprise et de juger de son potentiel de développement futur. A cet égard,


une démarche d’analyse peut être proposée :
Définition des objectifs de l’analyse financière : L’analyse financière a
pour objet d’étudier d’une part les moyens de l’entreprise (structure
financière et la trésorerie), d’autre part le fonctionnement de l’entreprise
(activité, rentabilité)
Préparation des différentes sources d’information financière : en
élaborant les états financiers, les indicateurs de performances et le tableau
de bord.
Sélection des outils d’analyse financière les mieux adaptés aux objectifs
poursuivis : équilibre financier, la solvabilité, la capacité de
remboursement, croissance autonomie financière….
Diagnostic financier : avoir une idée sur la situation réelle de l’entreprise
c'est-à-dire dégage-t-elle une rentabilité élevée, une bonne liquidité, une
forte croissance…Ou au contraire, une dégradation de la situation de
trésorerie, un surendettement, une baisse des résultats…
Pronostic et recommandations : perspectives d’évolution et des
recommandations.

16
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE III : L’ANALYSE FINANCIERE DU


BILAN

Le bilan reflète la situation de l’entreprise à une date précise et renseigne,


par la rubrique «Résultat de l’exercice» sur son degré de profitabilité. C’est un
document très utile, dont l’étude permet au chef d’entreprise et aux tiers
intéressés de porter un jugement sur la situation actuelle et passée, et de les aider
à prendre les décisions qui engagent l’avenir.
Il constitue un document essentiel pour l’appréciation de la solvabilité et
l’équilibre financier de l’entreprise. Son analyse ne peut être conduite qu’après
avoir regroupé les grandes rubriques et effectué, le cas échéant et selon les
objectifs poursuivis, certaines modifications. On obtient alors :
Le bilan comptable fonctionnel condensé
Le bilan financier (liquidé) condensé.

1. le bilan comptable fonctionnel


Le bilan comptable fonctionnel permet de visualiser l’état des ressources
et des emplois de l’entreprise à un moment donné, c'est-à-dire ce qu’elle détient
et ce qu’elle doit. Il est dressé à partir du bilan comptable proposé par le plan
comptable général
Emplois (Actif) Valeur % Ressources (Passif) Valeur %
ACTIF IMMOBILISE FINANCEMENT PERMANENT
- Immobilisations en non- - Capitaux propres
valeurs - Capitaux propres assimilés
- Immobilisations incorporelles - Dettes de financement
- Immobilisations corporelles - PPRC durables
- Immobilisations financières
ACTIF CIRCULANT (HT) PASSIF CIRCULANT (HT)
- Stocks - Fournisseurs
- Créances de l’actif circulant - Etat et organismes sociaux
- Titres et valeurs de placement ( - Comptes d’associés
- PPRC non durables
TRESORERIE ACTIF TRESORERIE PASSIF
- Chèques - Crédits d’escompte
- Banques - Crédits de trésorerie
- Caisse - Banques (soldes créditeurs)

17
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

1.1 Les retraitements du bilan fonctionnel

1.1.1 La répartition du résultat.


Le bilan comptable fonctionnel est un bilan comptable après inventaire et
après affectation du résultat de l’exercice. Le bénéfice réalisé n’est pas
totalement distribué aux associés. Cette distribution doit obéir à des contraintes :
- Légales : affectation de 5% du bénéfice à la réserve légale dans la limite de
10% du capital :
- Statutaires : versement d’un intérêt statutaire ou d’un premier dividende aux
actionnaires, représentant le plus souvent 5% à 6% du nominal de l’action.
Après avoir satisfait ces deux contraintes, l’assemblée générale des
actionnaires décidera de l’affectation du résultat résiduel en :
• Réserves statutaires et/ou facultatives ;
• Super dividende ou second dividende
• Report à nouveau : c’est la fraction des bénéfices non affectée et peut
donc être utilisée les années suivantes pour verser un dividende ou
être intégrée aux réserves.
En conclusion, le résultat de l’exercice doit être répartit entre :
- La part qui revient aux associés comptes associés (Passif circulant)
- La réserve légale ;
- Les autres réserves ; des comptes de capitaux propres
- Report à nouveau

1.1.2 Les Provisions pour risque et charges.


Il faut distinguer entre la partie des provisions dont le délai de réalisation
est supérieur à un an (PPRC durables) et qui rejoindront les éléments du
financement permanent. D’un autre côté, les provisions dont le délai est
inférieur à un an (PPRC non durables) qui sont des éléments de passif circulant
hors trésorerie.

18
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

1.2 Exercice.
A partir du bilan comptable et des informations en annexes ;
1- Procédez à la répartition du résultat ;
2- Etablissez le bilan comptable fonctionnel condensé (en valeur et en
pourcentage) ;
Informations complémentaires :
Tableau de répartition du résultat Montant
Réserve légale 355
ANNEXE 1

Intérêt statutaire 674


Réserves facultatives 205
Super dividende 250
Report à nouveau 216
Résultat Net 1700
ACTIF Montant PASSIF Montant
Net Net
IMMOBILISATIONS EN NON-VALEURS CAPITAUX PROPRES
Frais préliminaires 116 Capital social ou personnel 5000
Réserve légale 145
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Autre réserves 280
Fonds commercial 500 Report à nouveau 850
Résultat net de l'exercice 1700
IMMOBILISATIONS CORPORELLES
Terrains 2550 DETTES DE FINANCEMENT 3611
Installations techniques, matériel et outillage 4828 Autres dettes de Financement
Mobilier, matériel de bureau et aménagements 603 82
Divers PROVISIONS DURABLES POUR
a
RISQUES ET CHARGES
IMMOBILISATIONS FINANCIERES 80
Prêts immobilisés 430
Titres de participation autres titres
immobilisés
STOCKS DETTES DU PASSIF
Matières et fournitures consommables 2400 CIRCULANT Clients créditeurs, 4944
Produits en cours 666 avances et acomptes
Produits finis 704 Etat 2118
CREANCES DE L’ACTIF CIRCULANT Comptes d'associés
Clients et comptes rattachés 5750
TITRES ET VALEURS DE PLACEMENT 50
TRESORERIE ACTIF TRESORERIE PASSIF
Banques 53
TOTAL ACTIF 18730 TOTAL PASSIF 18730
a: dont 4 sont des éléments à court terme

19
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

2. L’analyse de l’équilibre financier à partir du bilan fonctionnel


La présentation fonctionnelle du bilan permet de calculer :
- un fonds de roulement fonctionnel (net global) : FDRF
- un besoin de financement global (BFG)/ besoin en fonds de roulement
- Trésorerie nette.

2.1 Fonds de roulement fonctionnel.


Le FDRF est la différence entre le financement permanent et l’actif immobilisé.
FDRF = Financement permanent – Actif Immobilisé
Ressources stables – Emplois durables

Il correspond au montant des ressources longues qui, après financement


des emplois durables, demeure pour couvrir les besoins du cycle d’exploitation
(actifs circulants HT) ou besoin de financement global (BFG)

ACTIF PASSIF
ACTIF IMMOBILISE FINANCEMENT PERMANENT
Immobilisations en non valeurs Capitaux propres
Immobilisations incorp Capitaux propres assimilés
Immobilisations corp Dettes de financement
Immobilisations financières PPRC durables
FDRF = Part du financement
permanent permettant de couvrir
une partie du besoin de financement
global –BFG)

Le fonds de roulement fonctionnel est soit :


Positif : il correspond à un excédent des ressources stables sur les emplois
stables mis à la disposition de l’entreprise pour financer ses autres
besoins : il s’agit alors d’une ressource structurelle de financement.

20
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Négatif : c’est une insuffisance des ressources durables sur les emplois
durables. Cette situation se traduit par un besoin structurel de
financement : dans ce cas les besoins structurels sont financés par des
ressources non durables ; ce qui peut constituer un risque sérieux pour
l’entreprise. Celle-ci deviendrait très dépendante de ces créanciers
(fournisseurs, banques etc.)
En d’autres termes, il permet d’apprécier la situation d’équilibre, en
calculant le degré de couverture réel du BFG par le FDRF.

2.2 Le besoin de financement global


Le BFG se calcule par la différence entre l’actif circulant hors trésorerie et
le passif circulant hors trésorerie.
BFG = Actif circulant (HT) – Passif circulant (HT)
Il correspond aux besoins nés du cycle d’exploitation (même de hors
exploitation). Il est dû aux décalages entre les encaissements et les
décaissements d’exploitations. Cette différence est soit :
Positive : cela signifie que les emplois non durables sont supérieurs
aux ressources non durables, ce qui traduit un besoin de
financement global qui doit être comblé. D’ailleurs, le FDR sert à
combler ce BFR.

Actif Circulant (hors trésorerie) BFG

Passif Circulant (hors trésorerie)

Négative : il s’agit alors d’une ressource de financement. C’est un


indicateur de surendettement.

Ressource de financement Passif Circulant (hors trésorerie)


Actif Circulant (hors trésorerie)

21
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

2.3 La trésorerie Nette.


Elle représente la différence entre la trésorerie-actif (banques, caisse…) et
la trésorerie-passif (concours bancaires à très court terme)

Trésorerie Nette = Trésorerie-Actif – Trésorerie-Passif

La trésorerie nette peut également être calculée par la différence entre le


FDR et BFG :

Trésorerie Nette =FDR fonctionnel – BFG

Cette dernière formule découle de l’égalité fondamentale entre l’actif et le


passif du bilan. Cette égalité montre le lien entre la trésorerie nette et les
opérations qui affectent à la fois :
L’actif immobilisé et le financement permanent
L’actif et le passif circulants hors trésorerie.

2.4 Les combinaisons possibles de l’équilibre financier


Plusieurs situations peuvent se présenter selon que le BFG est positif ou
négatif.

2.4.1 Besoin de Financement Global Positif


Cas 1 : FDR > 0, BFG > 0 et Tr N > 0
Cette situation est favorable, le FDR couvre largement le BFG et dégage
même des liquidités qui sont placées en trésorerie-Actif.
Cas 2 : FDR > 0, BFG > 0 et Tr N < 0
Le BFG est financé à la fois par le financement permanent et par la
trésorerie-passif. C’est le cas de plusieurs PME qui financent leurs besoins
d’exploitation par des concours bancaires à court terme faute de garanties ou
d’un niveau de rentabilité non satisfaisant.
Cette situation de déséquilibre doit s’apprécier en relation avec le risque
bancaire couru et la rentabilité de l’entreprise.

22
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Cas 3 : FDR < 0, BFG > 0 et Tr N < 0


Cette situation déséquilibrée est extrêmement dangereuse car la trésoreire-
passif couvre non seulement le BFG mais aussi une partie de l’actif
immobilisé.

2.4.2 Besoin de Financement Global Négatif


Cas 1 : FDR > 0, BFG < 0 et Tr N > 0
Certes cette situation est favorable, car les ressources de financement
dégagées du cycle d’exploitation, ainsi que les excédents du financement
permanent (le FDR) permettent de dégager une trésorerie positive.
Cependant, cette situation est un signe de mauvaise gestion des ressources
d’exploitation. Dans ce cas, l’entreprise doit revoir
• Soit les type et objet des crédits demandés (LT ou CT, de
financement ou d’exploitation…).
• Les délais fournisseurs ;
• Procéder, les cas échéant, à des remboursements anticipés.

Cas 2 : FDR < 0, BFG < 0 et Tr N > 0


Cette situation est déséquilibrée car les ressources de financement du
cycle d’exploitation couvrent la trésorerie nette et une partie de l’actif
immobilisé. Un renforcement du financement permanent et à envisager.

Cas 3 : FDR < 0, BFG < 0 et Tr N < 0


Cette situation est totalement déséquilibrée dans la mesure où le
financement permanent ne couvre qu’une partie de l’actif immobilisé
(FDR<0), cette insuffisance étant compensée par le passif circulant et par la
trésorerie-Passif : absence total d’équilibre financier

23
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

2.5 Exercice

A partir du bilan fourni en Section I :


1- Calculer le fonds de roulement fonctionnel, le besoin de financement global,
la trésorerie nette
2- commentez vos résultats.

3. Le bilan financier (liquidé) condensé


Le bilan financier est dressé à partir du bilan comptable fonctionnel et de
l’état des échéances des créances et des dettes à la clôture de l’exercice. Il s’agit
de reclasser les actifs et les passifs en fonction de leur terme de réalisation ou
d’exigibilité à plus ou moins d’un an, afin d’apprécier la solvabilité probable au
terme d’une année.

3.1 La structure du bilan financier


ACTIF PASSIF
Immobilisations incorporelles Capitaux propres
Financement
Immobilisé

Permanent

Immobilisations corporelles + PPRC durables


Actif

Immobilisations financières Dettes à plus d’un an

Les stocks
Circulant

Les créances à moins d’un an Dettes à moins d’un an


Passif
Circulant

Titres et valeurs de placements


Actif

disponibilité
TOTAL TOTAL

3.2 Les retraitements du bilan financier


Le bilan financier ne peut être établi qu’après retraitements des postes de
l’actif et du passif. Pour faciliter la tâche, il est préférable de partir du bilan
comptable fonctionnel

24
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

3.2.1 Les retraitements des postes de l’actif.


Actif immobilisé net : c’est l’ensemble des valeurs immobilisées nettes
• en diminution des immobilisations en non valeurs (actifs fictifs) et
des immobilisations financières réalisables à moins d’un an
• en augmentation d’une partie des stocks considérée comme
immobilisations appelé : Stock-Outil
Les stocks : c’est le montant net des stocks réduit éventuellement du
stock-outil
Les créances à moins d’un an : regroupent les valeurs réalisables à
moins d’un an majoré de la partie des immobilisations financières
réalisables à moins d’un an.
Les titres et Valeurs de Placements (T.V.P)
La disponibilité : c’est la trésorerie-actif moins les soldes créditeurs
banque et caisse. Alors que les crédits d’escompte et de trésorerie
rejoignent les dettes à moins d’un an (Passif circulant).

3.2.2 Les retraitements des postes du passif


Les capitaux propres : le montant du bilan comptable fonctionnel plus les
PPRC durables sans objet réel (réserves occultes), en diminution des
immobilisations en non valeurs
les dettes à plus d’un an : dont l’échéance est mentionnée ultérieurement
les dettes à moins d’un an : l’ensemble des dettes dont la durée est
inférieur à un an,
+ plus les PPRC lorsqu’ils sont justifiés pour la partie à moins d’un an,
+ la partie Trésorerie-Passif composé de : crédits d’escompte et crédits
de trésorerie.

3.2.3 Exercice
A partir du bilan précédent, il s’agit de présenter le bilan financier condensé
au 31 décembre sachant que

25
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

o 10% de la valeur des stocks doivent être considérés comme immobilisés


(Stock-outil)
o L’état des échéances des créances et des dettes à la clôture de l’exercice
est donné en annexes
DETTES Total Plus d’un an Moins d’un an
DETTES DE FINANCEMENT
Autres dettes de financement 3611 2800 811
DETTES DU PASSIF CIRCULANT
Fournisseurs et comptes rattachés 4944 970 3974
CREANCES
Prêts immobilisés 80 70 10

Une fois, le bilan financier établi, l’analyse de la solvabilité repose quant à elle
sur l’approche relative : méthode des ratios (Chapitre V)

26
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE IV : L’ANALYSE FINANCIERE DU


COMPTE DE RESULTAT (CPC)

Le C.P.C met en évidence la formation du résultat par le classement des


comptes de gestion (les charges et les produits) selon les critères d’exploitation,
financier, courant et non courant. Chaque critère renvoie à un niveau de
rentabilité déterminé. Il permet d’analyser et d’apprécier l’activité et le résultat
de l’entreprise à travers notamment l’état de solde de gestion (ESG) prévu par le
CGNC. L’ESG est composé de deux tableaux :
- le tableau de formation de résultat (TFR),
- le tableau de la Capacité d’autofinancement (CAF).

1. Calcul et interprétation du tableau de formation des résultats (TFR)


L’ESG permet de visualiser, à travers des indicateurs de gestion, comment
l’entreprise a généré son bénéfice et sa capacité d’autofinancement. Il décrit, en
deux tableaux, la formation du résultat net et celle de l’autofinancement. Le
premier tableau (TFR) fait apparaître des soldes intermédiaires de gestion issus
des comptes de gestion.

27
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Tableau de Formation des Résultats A1 A2


1 Ventes de marchandises (en l’état)
2 - Achats revendus de marchandises
I = MARGE BRUTE SUR VENTES EN L’ETAT
II + PRODUCTION DE L’EXERCICE (3+4+5)
3 Ventes de biens et services produits
4 Variation de stock et de produit
5 Immobilisations produites par l’entreprise pr elle-
même.
III - CONSOMMATION DE L’EXERCICE
6 Achats consommés de matières t fournitures
7 Autres charges externes
IV = VALEUR AJOUTEE (I+II-III)
8 + Subventions d’exploitation
9 - Impôts et taxes
10 - Charges de personnel
V = EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION (EBE)
INSUFFISANCE BRUTE D’EXPLOITATION (IBE)
11 + Autres produits d’exploitation
12 - Autres charges d’exploitation
13 + Reprises d’exploitations
- Dotations d’exploitation
VI = RESULTAT D’EXPLOITATION (+ ou -)
VII + RESULTAT FINANCIER (+ ou -)
(Produits financiers –Charges financières)
VIII = RESULTAT COURANT
XI + RESULTAT NON COURANT (+ ou -)
(Produits non courants –Charges non courantes)
- Impôt sur les résultats
X = RESULTAT DE L’EXERCICE (+ ou -)

1.1 La marge brute sur ventes en l’état


Elle ne concerne que les entreprises commerciales qui revendent en l’état
la marchandise achetée. La marge commerciale est le supplément de valeur
apportée par l’entreprise au coût des marchandises vendues de l’exercice. Elle
est calculée par la différence entre :

28
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Marge brute sur = Ventes de marchandises – [Achats revendus de marchandises


ventes en l’état ± ∆ de stocks1]
Toute augmentation de la marge brute est favorable à l’entreprise
puisqu’elle engendre un renforcement de la rentabilité

1.2 La production de l’Exercice.


La production de l’exercice se compose de biens et services produits par
une entreprise industrielle et commerciale durant un exercice et destinés soit, à
la vente, soit au stockage ou à l’immobilisation (les éléments acquis sont exclus)
Production de l’exercice = Product° Vendue + Product° Stockée + Product°Immobilisé
(Ventes de biens (∆ des stocks) (Immobilisations produites
Et services produits) par l’E/se pr elle-même)
La production de l’exercice ne doit pas être confondue avec le chiffre
d’affaires qui traduit la dynamique commerciale de l’entreprise.

1.3 Le chiffre d’affaires


C’est le montant des affaires réalisées avec les tiers dans l’exercice de
l’activité normale et courante de l’entreprise. Il est calculé (HT) comme suit :
C.A = Ventes de marchandises + Ventes de biens et services produits
(compte 711) (compte 712)
Il comprend non seulement les ventes des marchandises de biens finis,
mais également les ventes de produits accessoires avec une décomposition des
ventes au Maroc et à l’étranger.

1.4 La consommation de l’exercice


Se sont toutes les charges nécessaires à l’activité de production de
l’exercice. Il s’agit essentiellement des achats consommés de matières et
fournitures et les autres charges externes
Consommation de = Achats consommés de mat et frs + Autres charges externes
l'exercice (achats ± ∆ des stocks) (Personnel externe + redevance C-B
+ autres services externes)

1
- Variation de stocks = Stocks final – Stocks initial

29
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

1.5 La valeur ajoutée


Elle mesure la richesse brute créée par l’entreprise au travers l’ensemble
de ses activités. Cette richesse servira à la rémunération des différents facteurs
de production. La VA représente aussi le risque prit par l’entreprise ; plus cette
valeur est élevée plus l’entreprise prend des risques en cas de réduction de son
activité et pas de certaines charges (ex. : salaires, amortissements …)
VA = Marge brute + Production de l’exercice – Consommation de l’exercice
C’est un indicateur d’efficacité économique à la fois
sur le plan micro-économique : la valeur ajoutée constitue un
instrument pertinent d’analyse et un outil de gestion qui mesure la taille
de l’entreprise mieux que le chiffre d’affaires, sa capacité à assurer elle-
même un certain nombre de phase de production. Elle permet par ailleurs
d’apprécier les structures et les méthodes d’exploitation de l’entreprise
(ex : ratios d’analyse)
sur le plan macro-économique : la VA mesure l’apport de l’entreprise à
l’économie nationale. La somme des valeurs ajoutées de toutes les
entreprises est égale au PIB (comptabilité Nationale). Elle permet donc
d’apprécier la taille et la contribution de l’entreprise à la richesse
nationale.

1.6 L’Excédent Brut d’exploitation


E.B.E (ou insuffisance brute d’exploitation) est un surplus monétaire ou
flux de trésorerie potentiel généré par l’exploitation. C’est le premier solde
significatif, car il mesure la rentabilité provenant du cycle d’exploitation en
intégrant que les charges qui sont réellement décaissables et les produits
réellement encaissables, c’est à dire sa capacité à se développer
indépendamment de la politique d’amortissement, des frais financiers et de l’IS.

E.B.E = Valeur ajoutée + Subventions d’exploitation – Impôts et Taxes – Charges Personnel

C’est une grandeur qui permet d’apprécier les performances économiques


de l’entreprise. Plus particulièrement, les potentiels bénéficiaires dégagés de son

30
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

activité courante et qui doivent permettre de maintenir et développer l’outil de


production et rémunérer les différentes catégories de capitaux investis (capitaux
empruntés et capitaux propres)

1.7 Le résultat d’exploitation


Il diffère du solde précédent par l’imputation d’éléments non monétaires,
en particulier, les dotations et les reprises.
Il constitue une bonne mesure des performances industrielles et
commerciales de l’entreprise, puisqu’il découle de l’activité normale et courante
abstraction faite des opérations financières et non courantes.
Résultat = E.B.E + Reprises d’exploitation + Transferts d’exploitation
D’exploitation - Autres charges d’exploitat° – Dotations d’exploitat°

1.8 Le résultat courant avant impôt


Il découle des opérations normales et habituelles de l’entreprise sur le plan
commercial, industriel et financier à l’exclusion des opérations non courantes et
l’incidence de l’IS

Résultat courant = Résultat d’exploitat° + (prdts financiers – chges financières)


Résultat financier

1.9 Le résultat net de l’exercice


C’est la mesure comptable de l’enrichissement et de l’appauvrissement de
l’entreprise. Ce résultat (si c’est positif) contribuera d’une part à la rémunération
des associés (dividendes) et de renforcer la capacité d’autofinancement d’autre
part.
R.N = Résultat courant + Résultat non courant – Impôt sur les résultats (IS)
(Produits non courants – charges non courantes)

2. La capacité d’autofinancement (CAF) et l’autofinancement


Cette grandeur est donnée par le deuxième tableau des ESG.
La Capacité d’Autofinancement représente l’aptitude de l’entreprise à secréter
par ses activités des ressources de financement internes destinées pour une

31
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

partie aux associés (dividendes) et pour l’autre pour elle-même


(autofinancement).
L’autofinancement correspond aux ressources secrétées par l’exploitation et
conservées par l’entreprise après distribution des bénéfices aux associés. C’est un
enrichissement et un moyen de financement pour renforcer sa structure financière.
Cependant, l’entreprise peut avoir un autofinancement insuffisant et donc une CAF
insuffisante se qui se traduit par un appel aux capitaux empruntés.

CAF / AF
1 Résultat net
• Bénéfice +
• Perte -
2 + Dotations d’exploitation (1)
3 + Dotations financières (1)
4 + Dotations non courantes (1)
5 - Reprises d’exploitation (2)
6 - Reprises financières (2)
7 - Reprises non courantes (2) (3)
8 + VNA
9 - Produit de cession
I Capacité d’Autofinancement
10 - Bénéfices distribués
II Autofinancement
(1) L’exclusion des dotations relatifs aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie
(2) L’exclusion des reprises relatifs aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie
(3) Y compris reprises aux subventions d’investissement.

3. Excédent de trésorerie d’exploitation (E.T.E)


La CAF est un flux de fond potentiels dégagés par les activités de
l’entreprise et non un flux de trésorerie. Car celle-ci ne prend pas en compte les
décalages financiers et les variations de stocks.

32
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

L’E.T.E permet de distinguer les éléments d’exploitation des éléments


financiers et non courants. L’E.B.E est le point de départ de cette démarche. Il
représente le premier Cash flou brut d’exploitation et le pivot de l’analyse des
soldes de gestion.

Devant les limites de la C.A.F, les créanciers ont de la même façon


souhaité disposer d’un indicateur pertinent et synthétique de la variation de la
trésorerie lié strictement à l’exploitation, pour apprécier la capacité théorique de
l’entreprise à rembourser ses dettes à court terme : Excédent de Trésorerie
d’Exploitation (E.T.E).
E.T.E = Encaissements - Décaissements
d’exploitation d’exploitation

Charges d’exploitation -

E.T.E = Chiffre d’affaires - - Augmentation de la dette


Augmentation du crédit clients fournisseur - Augmentation des
autres crédits d’exploitation
Ou
ETE = E.B.E - Augmentation du Besoin en fonds de roulement
d’exploitation (∆ BFRE)
L’E.T.E traduit l’excédent des liquidités secrétées par l’exploitation. Il ne
signifie en aucun cas les disponibilités de l’entreprise. Il permet de bien
appréhender les différences entre les notions de résultat et de trésorerie. En effet,
il n’y a pas de correspondance entre un résultat bénéfique et une trésorerie
positive. Ainsi une entreprise bénéficiaire peut être en cessation de paiement,
alors qu’un résultat déficitaire peut s’accompagner d’une trésorerie positive,
toutes choses étant égales par ailleurs.

Application
A partir des informations suivantes calculer E.T.E de cette entreprise pour
les trois années suivantes :

33
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Données N N+1 N+2


Ventes de marchandises 500 550 635
Stocks de marchandises 150 160 190
Créances d’exploitation 200 230 275
Dettes d’exploitation 200 375 275
E.B.E 75 75 100

Corrigé :
Calcul du BFRE
Données N N+1 N+2
Stocks de marchandises 150 160 190
Créances d’exploitation 200 230 275
Dettes d’exploitation 200 375 275
BFRE 150 15 190
∆ BFRE -135 +175

Calcul du E.T.E
Données N+1 N+2
E.B.E 75 100
Variation du BFRE +135 -175
E.T.E 210 75

34
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE V : L’ANALYSE FINANCIERE PAR LES


RATIOS.

L’analyse financière d’une entreprise consiste en l’étude et l’interprétation


de sa situation financière. Une bonne gestion financière a comme préalable une
meilleure compréhension de l’état de l’entreprise et la détection rapide des
problèmes éventuels.

L’analyste financier se propose d’étudier les comptes d’une entreprise


pour porter un diagnostic financier. Dans l’énorme masse d’informations
comptables, il va opérer une sélection et effectuer des rapprochements entre
différents postes afin de calculer des ratios financiers qui mettent en évidence
les caractéristiques économiques et financières de l’entreprise étudiée.
Cependant, il convient de comparer les ratios de l’entreprise à ceux de son
secteur (espace) et d’en étudier l’évolution au cours du temps.

L’objectif de l’entreprise est la recherche de la rentabilité. Pour cela elle


doit suivre de près le financement de ses investissements (structure financière)
et limiter son risque d’illiquidité. Pour cette raison, on va étudier
successivement les trois principales dimensions financières de l’entreprise :
rentabilité, liquidité et sa structure financière.

1. Les ratios de structure financière.


La structure financière est étudiée à partir d’un certain nombre de ratios
d’endettement permettant une appréhension simple et normative de
l’endettement. Ils constituent également une partie de l’analyse d’ensemble de
l’entreprise.

1.1 Le ratio de financement des immobilisations ou d’équilibre financier.


capitaux propres Financement Permanent
R1 = ou R2 =
Actif immobilisé Actif immobilisé

35
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

- R1 traduit l’autonomie acquise par l’entreprise dans le financement de ses


investissements
- R2 appelé également le ratio de Fonds de roulement, permet d’apprécier le
mode de financement des emplois longs. Il doit être supérieur à 1.

1.2 L’autonomie financière/ La structure des financements à terme.


Le rôle de la fonction financière est d’aménager cette contrainte tout en
maintenant la solvabilité
capitaux propres Dettes totales
R3 = ou R4 =
Passif Passif
Ces ratios mesurent le niveau d’autonomie financière ou d’indépendance
financière de l’entreprise vis à vis de ses créanciers et reflètent les choix de sa
politique financière. Ils permettent de mesurer le risque qui pèse sur les
créanciers de l’entreprise, qui ont pour intérêt à voir les fonds propres
prédominer dans la structure de financement.

1.3 Le poids de l’endettement à terme.


L’endettement dans ce cas peut être comparé aux financements
permanents, comme il peut être comparé au passif.
Dettes à L .T capitaux Pr opres
R5 = R6 =
Financement Permanent ou Financement Permanent

Ces ratios traduisent soit une capacité d’endettement, soit la saturation de


cette capacité et la nécessité de recourir aux capitaux propres.

Total Dettes Dettes à L .T Dettes à L .T


R7 = R8 = R9 =
Passif Passif Financement Permanent

1.4 La capacité de remboursement des dettes à terme.


On peut également calculer la capacité de remboursement de
l’endettement accumulé.

Dettes à L .T
R10 = ≤ 4 ans
C .A .F

36
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

R10 Mesure le nombre d’années nécessaires à l’entreprise, grâce à sa propre


substance (CAF), pour rembourser la dette à terme accumulée (≤ 4 ans). Si ce
ratio est supérieure à la durée moyenne des emprunts (4 ans), cela signifie que
l’entreprise n’a pas les moyens futurs pour rembourses ses engagements actuels.
Résultat d' exp loitation
R11 =
Ch arg es financières

R11 Indique le degré de couverture des charges financières par le résultat


d’exploitation

2. Les ratios de liquidité et de Gestion.


2.1 Les ratios de liquidité.
La liquidité est une contrainte de la gestion financière et même de la
survie de l’entreprise. Un certain nombre de dettes sont exigibles à très court
terme, et il convient d’être en mesure de faire face à ses engagements. Les ratios
suivants comparent le degré de liquidité des actifs au degré d’exigibilité des
dettes du passif.

2.1.1 Le ratio de liquidité générale.


Il détermine la dépendance de l’entreprise vis à vis des rentrées de trésorerie.
Actif Circulant
R1 =
Dettes à CT

2.1.2 Le ratio de liquidité restreinte.


Il indique la situation de la trésorerie de l’entreprise
Actif circulant − Stocks Créances + TVP + Disponibilités
R2 = R3 =
Dettes à CT Dettes à CT

2.1.3 Le ratio de liquidité immédiate.

TVP + Disponibilités
R4 =
Dettes à CT

37
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

R4 mesure la part des dettes à CT qui pourrait être instantanément remboursé par
les Disponibilités.

2.2 Les ratios de gestion.


Ces ratios complètent l’analyse de l’équilibre financier de l’entreprise, et
en particulier, celle de la liquidité. Ils offrent l’avantage supplémentaire :
- D’introduire une dimension dynamique en permettant de préciser les
conditions qui assurent cette liquidité ;
- D’analyser les éléments principaux qui constituent le Besoin en fonds de
roulement.

2.2.1 Le délai de rotation des stocks.


On cherche à évaluer le montant des stocks en nombre de jours de flux qui
entrent (les achats) ou de ceux qui sortent (les ventes)
Stocks Moyen Stocks Moyen
D SA = × 360 J DSV = × 360 J
Achats ( HT ) Ventes ( HT )

Stock initial + stock final


Stocks Moyen =
2

2.2.2 Le délai de rotation des créances clients.


Le délai moyen de recouvrement des créances est calculé par
Comptes clients et rattachés
D3 = × 360 J
Chiffre d' Affaires ( TTC )

2.2.3 Le délai de rotation des fournisseurs.


Le délai moyen de règlement accordé par les fournisseurs est :
Comptes Fournisseu rs et rattachés
D4 = × 360 J
Achats ( TTC )

38
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

3. Les ratios de Rentabilité


La rentabilité est complémentaire à la solvabilité. C’est la capacité d’une
entreprise à dégager des résultats régulièrement et suffisamment. Ce critère est
une condition nécessaire, bien que pas toujours suffisante, pour le maintien de
l’équilibre financier.
La rentabilité s’appréhende à trois niveaux selon les objectifs de
l’analyse : il s’agit de la rentabilité commerciale ; de la rentabilité économique
et de la rentabilité financière.

3.1 Les ratios de rentabilité commerciale.


La rentabilité commerciale a trait à la politique de prix de l’entreprise et à
la marge brute qu’elle prélève sur le prix de revient des marchandises vendues
E.B.E
Taux de marge brute =
Ventes (HT)
On peut également étudier la marge nette prélevée par l’entreprise
Résultat Net
Taux de marge Nette =
C.A (HT)
On peut calculer aussi le taux de marge d’autofinancement, qui mesure le
surplus de ressources dont dispose l’entreprise par assurer son développement.
C.A.F
Taux de marge d' Autofinanc ement =
C.A (HT)

3.2 Les ratios de rentabilité économique.


Ces ratios mesurent la rentabilité qu’elle génère sur ses investissements réalisés.

Résultat d ' exp loitation E.B.E


R1 = R2 =
Actif Economique Actif Economique
3.3 Les ratios de rentabilité financière.
La finalité de l’entreprise est d’offrir une bonne rentabilité, à ses
actionnaires, par rapport aux capitaux propres investis
Résultat Net
R1 =
Capitaux Pr opres

39
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

4. Interprétation financière vers un diagnostic financier


L’ensemble des informations rassemblées sur la situation financière doit
faire l’objet d’une interprétation et d’une synthèse. Selon ses objectifs, l’analyste
financier étudiera certains aspects de la situation financière de la société.
- Un banquier qui prête à long terme, se préoccupera de la capacité
bénéficiaire de l’entreprise, de la part des charges financières dans les
résultats de l’entreprise et de sa structure financière.
- S’il prête à court terme, il étudiera la liquidité de l’entreprise, la saisonnalité
de son activité et sa sensibilité aux fluctuations conjoncturelles.
- L’approche sera encore différente pour le fournisseur qui va accorder un
crédit-fournisseurs important ou le groupe qui désire négocier
l’acquisition de cette entreprise.

40
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Les Ratios de structure financière Les Ratios de liquidité Les Ratios de Gestion Les Ratios de Rentabilité
* Le ratio d’équilibre financier * Le ratio de liquidité * Le délai de rotation * Les ratios de rentabilité
R1 = Capitaux propres générale des stocks commerciale.
Actif immobilisé R1 = Actif circulant R1=Stocks moyen × 360 j Taux de marge = E.B.E E
R2 = Financement Permanent Dettes à CT Achats (HT) brute Ventes (HT)
Actif immobilisé R2=Stock moyen× 360 j
* Le ratio de liquidité Ventes (HT) Taux de marge = Résultat Net
* L’autonomie financière restreinte * Le délai de rotation Nette C.A (HT)
R3 = Capitaux propres R2=Créances +TVP+Disponibi des créances clients.
Passif Dettes à CT R3=Comptes clients ×360 j Taux de marge = C.A.F
R4 = Dettes totales CA (TTC) D’autofinancement C.A (HT)
Passif * Le ratio de liquidité *Le délai de rotation des
*Le poids de l’endettement à terme immédiate comptes fournisseurs. * Les ratios de rentabilité
R5 = Dettes à L.T R3= TVP +Disponibilité R3= cpt fournisseurs ×360 j économique.
Financement permanent Dettes à CT Achats (TTC)
R6 = Capitaux propres R1 = Résultat d’exploitation
Financement permanent Actif Economique
R2= E.B.E
R7 = Dettes totales Actif Economique
Passif
R8 = Dettes à L.T Les ratios de rentabilité financière.
Passif
R9= Dettes à L.T R1 = Résultat Net
Financement permanent Capitaux propres

* La capacité de remboursement des


dettes à terme
R10 = Dettes à L.T
C.A.F
R11 = Résultat d’exploitation
Charges financières

41
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE VI : LE TABLEAU DE FINANCEMENT :


TABLEAU DES EMPLOIS ET RESSOURCES (TER)

Le tableau de financement est défini comme un état des emplois et des


ressources d'un exercice, établi de façon à permettre l'analyse des flux financiers
affectant le patrimoine de l'établissement. Il précise donc comment les ressources
dont a disposé l'établissement ont permis de faire face à ses besoins au cours d’une
seule année.
Il présente ainsi les variations poste par poste durant l'exercice et assure la
liaison entre le bilan d'ouverture et le bilan de clôture avant répartition. Pour cela, il
étudie la variation du FDR par le haut du bilan et par le bas du bilan (BFR et TrN).

1. Définition du tableau de financement


C'est l'état de synthèse qui met en évidence l'évolution financière de l'entreprise
au cours de l'exercice, en décrivant les ressources dont elle a disposé et les emplois
qu'elle en a effectué. Il s'agit des :
- ressources de financement de caractère stable (tels que l'autofinancement et les
nouveaux emprunts) ou de caractère cyclique ou fortuit (tels l'accroissement du
passif circulant ou la réduction de l'actif circulant) ;
- emplois financiers de caractère stable et définitif (tels les investissements
réalisés, les remboursements d'emprunts, ou les distributions de dividendes) ou
de caractère cyclique ou fortuit (tels que l'accroissement de l'actif circulant ou
la réduction du passif circulant).
Le TF est généré directement par la comptabilité à partir :
- de la capacité d'autofinancement déterminée au niveau de l'ESG ; cette capacité
diminuée des dividendes distribués de l'exercice forme l'autofinancement de
l'exercice ;
- des mouvements bruts de valeur (ou flux) de ressources ou d'emplois stables
figurant dans les comptes de financement permanent et d'actif immobilisé à la fin de
l'exercice ;
42
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

- des variations des soldes des comptes d'actif et passif circulants et de trésorerie
(synthèse des masses du bilan).

Le tableau de financement est construit donc en deux parties :


- la synthèse des masses de bilan ;
- le tableau des emplois et ressources (TER).

SYNTHESE DES MASSES


DU BILAN

2. Détermination des variations des postes du bilan


Afin d’étudier les flux financiers ayant eu lieu entre les périodes t et t+1, il
convient de faire l’inventaire des investissements (les emplois) et de leurs
financements (les ressources). Le plus simple est de comparer les bilans redressés de
début et de fin de période en apportant un certain nombre de corrections pour obtenir
une meilleure interprétation économique des informations comptables.

En règle générale, sera considéré comme Emploi toute augmentation d’un


poste d’actif (ou diminution d’un poste de passif) et comme une Ressource toute
augmentation d’un poste de passif (ou diminution d’un poste d’actif).

43
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

E MPLOIS R ESSOURCES
Augmentation d’un poste d’Actif Augmentation d’un poste de passif
Diminution d’un poste de passif Diminution d’un poste d’Actif

Il est clair que toute augmentation d’un poste d’actif est un investissement dont
le montant, égal à la variation de ce poste, a dû être financé par une ressource
équivalente. Partant des bilans redressés, un tableau des emplois et des ressources
(TER) pourra être établi simplement en répertoriant l’ensemble des variations de
poste de bilan. De par cette méthode, il est clair que la somme des emplois doit être
égale à la somme des ressources.

3. Synthèse des masses du bilan


La synthèse des masses du bilan met en relief la variation du Fonds de Roulement
Fonctionnel (FRF) et celle du Besoin de Financement Global (BFG). Elle a pour
objet d’expliquer l’évolution de la situation financière à court terme. Il est exprimé en
termes de Besoins – Ressources.

T T-1 T-2 ∆=a–b ∆=b–c


Masse du bilan
a b c E R E R
Financement Permanent
(-) Actif Immobilisé
= FONDS DE ROULEMENT
Actif circulant
(-) Passif circulant
= BESOIN DE FINANCEMENT
TRESORERIE NETTE

Ce tableau met en valeur les variations constatées entre deux exercices qui
correspondent soit à des emplois financiers, soit à des ressources de financement :

interprétation de la variation du fonds de roulement ∆FDR


- si la ∆ Financement Permanent > ∆ Actif Immobilisé ∆ FDR = Ressource
Nette ;
- si la ∆ Financement Permanent < ∆ Actif Immobilisé ∆ FDR = Emploi Net.

interprétation de la variation du besoin en de fonds de roulement ∆ BFR


44
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

- si la ∆ Actif circulant (HT) > ∆ Passif circulant (HT) ∆ BFR = Emploi


Net;
- si la ∆ Actif circulant (HT) < ∆ Passif circulant (HT) ∆ BFR =. Ressource
Nette.

4. Le tableau des emplois et des ressources (TER)


Le TER est l’état de synthèse qui met en évidence l’évolution financière de
l’entreprise au cours de l’exercice, en décrivant les ressources durables dont elle a
disposé et les emplois stables qu’elle en a effectués.

Pour établir le tableau des emplois et des ressources (TER) sur une année, il est
commode de remplir un tableau de type de celui-ci.

En Bilan Bilan Variation des Postes Redressements Flux financiers


DH Initial Final Emplois Ressources E R E R
Actif
Passif

4.1 Exemple :
L’entreprise «X» réalise en T un chiffre d’affaires de 5.000.000 DH, un
bénéfice net de 100.000 DH avec une dotation aux amortissements de 200.000 DH.
Par ailleurs, l’entreprise ne distribue pas de dividendes à ses actionnaires. Les bilans
redressés sont reproduits ci-dessous :

Actif T T+1 Passif T T+1


- Immob Nettes 1000 1500 - Cap prop 1200 1300
- Stocks 500 600 - Dettes de fin - 600
- Clients 200 300 - Fournisseurs 200 300
- Crédits de Trés 300 200
Total 1700 2400 1700 2400

45
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Corrigé
Variation des Redressements Flux
Actif T T+1 Postes Financiers
E R E R E R
-Immob Nettes 1000 1500 500 200 700
- Stocks 500 600 100 100
- Clients 200 300 100 100
Total 1700 2400
Passif
- Cap prop 1200 1300 100 200 300
-Dettes de fin - 600 600 600
- Fournisseurs 200 300 100 100
- Crédits de Très 300 200 100 100
1700 2400 800 800 200 200 1000 1000

- L’entreprise a investi 700.000DH en immobilisations qui se retrouvent dans la


variation des immobilisations (500.000DH) plus la dotation aux amortissements
pour T+1 (200.000 DH) qui ne correspond pas à une sortie de fonds
- L’autofinancement est égal à l’augmentation des capitaux propres (100.000 DH)
plus la dotation. On peut aussi le calculer à partir de la CAF (100.000 du bénéfice
net + 200.000 DH de la dotation aux amortissements) et en soustrayant les
dividendes éventuels.
- Le total des emplois, y compris le remboursement d’une partie des crédits de
trésorerie, se monte à 1.000.000 DH. Ces emplois sont financés par
l’autofinancement (300.000 DH), du crédit fournisseurs (100.000 DH) et surtout
un emprunt à terme (600.000 DH)

4.2 Construction du TER


Ce tableau regroupe les flux permanents de l’exercice dont les soldes figurent
en «haut» du bilan

46
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Exercice Exercice précédent


Emplois Ressources Emplois Ressources
I- RESSOURCES STABLES DE L’EXERCICE
Autofinancement
CESSION ET REDUCTION DES IMMOB
- Cession des Immob incorp
- Cession des Immob corp
- Cession des Immob finan
- Récupération sur créances immob
AUGMENTATION DES CAPITAUX PROPRES
Augmentation du capital
Augmentation des dettes de financement
TOTAL I : RESSOURCES STABLES
II EMPLOIS STABLES DE L’EXERCICE
ACQUISITION ET AUGMENTATION D’IMMOB
(INCORP, CORP ET FIN)
Augmentation des créances immobilières
Remboursement des Dettes de Financement
Emplois en non valeurs
TOTAL II : EMPLOIS STABLES
III VARIATION DU BFDR
IV VARIATION DE TRESORERIE
TOTAL GENERAL

Le tableau de financement constitue pour l’analyste financier un document


essentiel, en particulier quand il est pluriannuel. Il permet tout d’abord d’apprécier la
politique d’investissement et de financement de l’entreprise, et de s’assurer que
l’équilibre financier de l’entreprise est satisfaisant, en vérifiant que le fonds de
roulement permet de faire face au besoin de financement global de l’entreprise.

47
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE VI : ANALYSE DU RISQUE FINANCIER

Les décisions financières (c’est à dire de financement d’investissement et de


l’activité de l’entreprise) affectent essentiellement les capitaux permanents de
l’entreprise dans la détermination de leur montant et de leur répartition entre fonds
propres (F.P) et endettement. Cette répartition est fonction des objectifs de rentabilité,
de croissance et de risque.
La sélection des moyens sera réalisée en tenant compte des coûts et des
économies engendrées par les différentes possibilités financières pour ne retenir que
le moins coûteux par rapport au taux de rentabilité des capitaux propres.

1. Définition du risque financier


En effet, le poids de l’endettement sur la structure financière de l’entreprise est
appelée : effet d’endettement ou effet de levier financier.

L’effet de levier financier est le phénomène qui amplifie la rentabilité des


fonds propres (en sens + ou -), en raison du recours à l’endettement. Ce phénomène
s’explique par la déductibilité fiscale des charges financières et par le différentiel
E.B.E
existant entre le taux de rentabilité économique ( ) et le taux
Actif Economique

d’intérêt.

Exemple.
Prenons le cas de trois (03) entreprises de taille identique, opérant dans le
même secteur d’activité, et dont le taux de rentabilité économique est de 15% du total
de l’actif, mais ayant des structures financières différents. Envisageons trois
hypothèses :
- Taux de rentabilité économique supérieur au coût d’endettement ;
- Taux de rentabilité économique égal au coût d’endettement ;
- Taux de rentabilité économique inférieur au coût d’endettement.

48
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

X Y Z
Actif = 10.000 F.P = 10.000 Actif = 10.000 Actif= 10.000 F.P= 2.000
F.P= 5.000
Dettes=8.000
Dettes=5.000
10.000 10.000 10.000 10.000 10.000 10.000

1.1 Taux de rentabilité économique supérieur au coût d’endettement

X Y Z
RESULTAT ECONOMIQUE 15% DE L’ACTIF 1.500 1500 1500
Frais financier (i=12% des Dettes) 0 -600 -960
Résultat Imposable 1500 900 540
Taux d’Impôt (IS=30%) -450 -270 -162
Résultat Net (R.N) 1050 630 378
Taux de Rentabilité Financière (RN/FP) 10,05% 12,26% 18,9%

Remarque :
• Le recours à l’endettement accroît la rentabilité financière :
Ratios X Y Z
Taux d’endettement (Dettes/Passif) 0% 50% 80%
TAUX DE RENTABILITE FINANCIERE 10,05% 12,26% 18,9%

• L’effet de levier financier joue dans un sens favorable


• Le coût des dettes est inférieur aux taux de rentabilité Economique.

1.2 Taux de rentabilité économique égal au coût d’endettement


X Y Z
RESULTAT ECONOMIQUE 15% DE L’ACTIF 1.500 1500 1500
Frais financier (i=15% des Dettes) 0 -750 -1200
Résultat Imposable 1500 750 300
Taux d’Impôt (IS=35%) -450 -225 -90
Résultat Net (R.N) 1050 525 210
Taux de Rentabilité Financière (RN/FP) 10,05% 10,05% 10,05%
49
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Remarques :
• quelle que soit la politique choisie (taux d’endettement pour «X» = 0%; «Y» =
50% ; «Z» = 80%) le taux de rentabilité financière est le même 10,05%
• 2ème remarque qui explique la 1ère ; le taux de rentabilité économique est égal
au coût d’endettement (15%)

1.3 Taux de rentabilité économique inférieur au coût d’endettement

X Y Z
RESULTAT ECONOMIQUE 15% DE L’ACTIF 1.500 1500 1500
Frais financier (i=18% des Dettes) 0 -900 -1440
Résultat Imposable 1500 600 60
Taux d’Impôt (IS=35%) -450 -180 -18
Résultat Net (R.N) 1050 420 42
Taux de Rentabilité Financière (RN/FP) 10,05% 8,4% 2,1%

Remarques :
• Le recours à l’endettement pénalise la rentabilité des fonds propres (F.P) ;
celle-ci est d’autant plus faible que l’endettement est important : pour un coût
des dettes de 20%, la rentabilité financière restera identique pour «X»
(10,05%) mais se dégradera dangereusement pour «Y» (350/5000=7%) et pour
«Z» (perte de –100).
• Le coût de l’endettement est supérieur au taux de rentabilité économique et
l’effet de levier joue dans un sens défavorable (effet de massue)

1.4 Conclusion.

- Le recours à l’endettement a un impact décisif sur la rentabilité financière ou


rentabilité des fonds propres ; lorsque cet impact se traduit par le renforcement de
cette rentabilité, on dit que l’effet de levier joue dans un sens favorable ; c’est le
cas où le taux de rentabilité économique est supérieur au coût d’endettement.

50
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

- Dans le cas contraire, c’est-à-dire quand le coût des dettes est supérieur au taux de
rentabilité économique, l’effet de levier joue dans un sens défavorable qui
pénalise la rentabilité financière des F.P : on parle ici « d’effet de massue ».
- Lorsque le taux de rentabilité économique et celui de l’intérêt sont égaux, l’effet
de levier est neutre. Ce dernier est par conséquent à envisager avec prudence : il
peut amplifier les bénéfices ou les pertes. L’effet d’amplification est dû aussi bien

au rapport 
D 
 qu’à l’écart entre le coût des dettes et le taux de rentabilité
 F .P 
économique.

2. Equation de l’effet de levier.


On pose
C = Fonds Propres
D = Dettes
A = Actif = C + D
D
L= (Ratio de levier)
C
i = Coût moyen apparent des dettes
K =Taux de rentabilité économique de
l’Actif
R = Résultat Net
R
r = taux de rentabilité financière soit
C
T = taux d’imposition (IS)

51
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Ainsi, la formule de l’effet de levier sera


+ Résultat économique K. A

- Frais financier D.i

= Résultat imposable K . A − D.i

- I MPOT T ( K . A − D.i )

= R ESULTAT N ET R = (K .A − D.i ) (1 − T )

et comme A = C + D
R = (K . A − D.i ) ( 1 − T )
R = (K (C + D ) − D.i ) ( 1 − T )
R = (K .C + K .D − D.i ) (1 − T )
R = [(K .C + ( K − i ) D ) ( 1 − T )

Le taux de rentabilité financière sera formulé ainsi:

r =
R
=
[K .C + ( K − i) D ] (1 − T )
C C
 D
r =  K + ( K − i )  (1 − T )
 C

r = [K + ( K − i) L ] (1 − T )

L : Ratio de levier (poids de la dette par rapport aux fonds propres)


(K – i) : levier financier (écart entre taux de rentabilité économique et le coût des dettes)
• Si K – i > 0 : c’est-à-dire le taux de rentabilité économique est supérieur au taux de
l’emprunt (K > i), l’effet de levier joue dans un sens favorable, d’autant plus que le
coefficient « L » est élevé (coefficient d’endettement).
• Si K – i = 0 (K = i) :le recours ou non à l’endettement n’a pas d’influence sur la
rentabilité des fonds propres.
• Si K – i < 0 (K < i) : c’est-à-dire le taux de rentabilité économique est inférieur au
taux de l’emprunt, l’effet de levier joue dans un sens défavorable, d’autant plus que
le coefficient « L » est élevé.
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

3. Le coefficient de levier financier (C.L.F)


Le C.L.F exprime le degré de sensibilité du résultat, après charges financières et
avant impôt, au résultat avant charges financières et avant impôt.
K.A
C.L.F =
K . A − D.i

On peut calculer le C.L.F pour le niveau de K.A choisi 1500 pour les trois (03)
hypothèses :
Hypothèse 1 : Hypothèse 2 : Hypothèse 3 :
Le Ratio
DETTES =0% Dettes =50% Dettes =80%
1500 1500 1500
C.L.F =1 = 1,6 = 2,7
1500 900 540

On voit que l’effet de levier joue seulement si l’entreprise est endettée et le C.L.F
D
est d’autant plus grand que le rapport est élevé.
C

53
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

CHAPITRE VII : L’ANALYSE DU RISQUE


D’EXPLOITATION

Alors que le risque financier est lié au recours plus ou moins important à
l’endettement et à l’impact de celui-ci dans la rentabilité des fonds propres, le risque
d’exploitation est au contraire indépendant du mode de financement ; il est lié à la nature
des relations existant entre les bénéfices, les charges fixes et les charges variables.

1. La notion du Seuil de Rentabilité


Dans toute entreprise, quelque soit son domaine d’activité, il existe des charges
fixes qu’elle supporte quelque soit le volume de son chiffre d’affaires (C.A) ; et des
charges variables qui sont liées au niveau de son activité.
Cette répartition des charges en charges variables et charges fixes permet de calculer
le seuil de rentabilité ; c’est à dire parvenir à une situation d’équilibre où le chiffre
d’affaires couvre l’ensemble des charges fixes et charges variables ; en d’autre terme
déterminer le C.A pour lequel le résultat est nul.

2. La détermination du seuil de rentabilité, point mort


Le seuil de rentabilité, appelé également point mort, point critique ou chiffre
d’affaires critique, représente le C.A minimum qui assure la couverture de l’ensemble des
charges variables et fixes de l’entreprise qui donne un résultat nul.

Chiffre d’affaire
- Charges variables
= Marges sur charges variables (MCV)
- Charges fixes
= Résultat Nul
* En d’autres termes, le seuil de rentabilité est atteint lorsque la MCV est égale aux
charges fixes.
* La MCV, dont le montant est directement lié à l’activité de l’entreprise, est un
indicateur très utile sur l’aptitude à la couverture des charges fixes.
54
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

2.1 Exercice
L’entreprise décide de réaliser un projet d’investissement pour fabriquer et vendre
un article X. les données d ‘exploitation prévisionnelles sont :
- Frais fixes annuels : 1.500.000 DH
- Prix de vente unitaire : 50 DH
- Coût variable unitaire : 35 DH
Déterminer les résultats de l’entreprise en fonction des quantités produites.

2.2 Corrigé
Chiffre Charges
Quantité d’affaire : Charges fixes variables : Résultat
- - =
Q ×PU Q× CU
40.000 2.000.000 1.500.000 1.400.000 -900.000
60.000 3.000.000 1.500.000 2.100.000 -600.000
80.000 4.000.000 1.500.000 2.800.000 -300.000
- - =
100.000 5.000.000 1.500.000 3.500.000 0
120.000 6.000.000 1.500.000 4.200.000 +300.000
140.000 7.000.000 1.500.000 4.9000.000 +600.000
160.000 8.000.000 1.500.000 5.600.000 +900.000

Pour Q = 40.000 R = -900.000


Pour Q = 100.000 R=0 Seuil de Rentabilité
Pour Q = 160.000 R = +900.000

Le point mort est atteint quand


Q× PU = [ (Q × FV) + FF]
Q0 = Quantité qui annule le résultat
PU = Prix unitaire
FV = Frais variables (ou charges variables) Q0 = F.F
FF = frais fixes (ou charges fixes) PU - FV

55
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Dans notre exemple ; Q correspondant au point mort est :



= = =

Autre méthode
Le seuil de rentabilité est atteint quand :
Marge sur charges variables = Charges fixes
(MCV) = FF
C.A × Taux de marge /CV = FF

Le seuil de Rentabilité = = /
= /

Appliquant ce résultat à l’exemple



= = =
− ,

2.3 Représentation graphique du point mort.

56
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

3. Le coefficient de levier d’exploitation (C.L.E)


Reprenons les résultats de l’exercice précédent et calculons les variations des
quantités et celles du résultat
V ARIATION (∆Q) Q UANTI TE R ESULTAT V ARIATION (∆R)
-33% 40.000 -900.000 +50%
-25% 60.000 P ERTE -600.000 +100%
-20% 80.000 -300.000
100.000 P OINT MORT 0
+20% 120.000 +300.000
+17% 140.000 B ENEFICE +600.000 +100%
+14% 160.000 +900.000 +50%

On peut observer qu’en deçà ou au-delà du point mort :


- Quand les quantités diminuent de 25%, la perte augmente de 100%, lorsqu’elles
baissent de 33%, la perte augmente de 50%
- Quand les quantités augmentent de 17% et de 14%, les bénéfices augmentent
respectivement de 100% et de 50% .
Autrement dit, les résultats augmentent ou diminuent plus que proportionnellement par
rapport aux quantités. Ce phénomène est d’autant plus sensible que l’on se situe
immédiatement avant et après le point mort ; il exprime l’effet de levier d’exploitation
(E.L.E)
Le C.L.E2 peut être défini comme le taux de variation des bénéfices consécutifs à un
certain taux de variation du volume d’activité (quantités vendues)
∆ é!é"#$
% é!é"#$

=
∆ !&#&é
!&#&é

Dans notre exemple, au niveau de 120.000 unités , le C.L.E. est


(( )
= ( * + ) = =(
,(((
+

2
- On l’appelle aussi l’élasticité d’exploitation.
57
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Annexes

58
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Modèle normal du bilan


Exercice clos_________
Exercice Exercice
Actif précédent
Brut Amt et prov Net Net
IMMOBILISATIONS EN NON-VALEURS (A)
Frais préliminaires
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Primes de remboursement des obligations
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES (B)
Immobilisations en recherche et développement
Brevets, marques droits et valeurs similaires
Fonds commercial
ACTIF IMMOBILISE

Autres immobilisations incorporelles


IMMOBILISATIONS CORPORELLES (C)
Terrains
Constructions
Installations techniques, matériel et outillage
Matériel de transport
Mobilier, matériel de bureau et aménagements
Divers
Autres immobilisations corporelles
Immobilisations corporelles en cours
IMMOBILISATIONS FINANCIERES (D)
Prêts immobilisés
Autres créances financières
Titres de participation autres titres immobilisés
ECARTS DE CONVERSION-ACTIF (E)
Diminution des créances immobilisées
Augmentation des dettes de financement
Total I (A+B+C+D+E)
STOCKS (F)
ACTIF CIRCULANT (hors trésorerie)

Marchandises
Matières et fournitures consommables
Produits en cours
Produits intermédiaires et produits résiduels
Produits finis
CREANCES DE L’ACTIF CIRCULANT (G)
Fournisseurs débiteurs, avances et acomptes
Clients et comptes rattachés
Personnel
Etat
Comptes associés
Autres débiteurs
Comptes de régularisation Actif
TITRES ET VALEURS DE PLACEMENT (H)
ECARTS DE CONVERSION ACTIF
(éléments circulants)
TRESORERIE ACTIF
TRÉSO
RERIE

Chèques et valeurs à encaisser


Banques
Caisse, régies d’avances et accréditifs

59
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

Exercice clos le
Passif Exercice Exercice
précédent
CAPITAUX PROPRES
Capital social ou personnel
Moins : actionnaires, capital souscrit non appelé
Capital appelé dont versé…
Prime d'émission, de fusion, d'apport
Ecarts de réévaluation
Réserve légale
Autre réserves
FINANCEMENT PERMANENT

Report à nouveau
Résultats nets en instance d'affectation
Résultat net de l'exercice

TOTAL DES CAPITAUX PROPRES (A)


CAPITAUX PROPRES ASSIMILES (B)
Subventions d'investissement
Provisions réglementées
DETTES DE FINANCEMENT (C)
Emprunts obligatoires
Autres dettes de Financement
PROVISIONS DURABLES POUR RISQUES ET CHARGES
(D)
Provisions pour risques
Provisions pour charges
ECARTS DE CONVERSION PASSIF (E)
Augmentation des créances immobilisées
Diminution des dettes de financement

Total I (A+B+C+D+E)
DETTES DU PASSIF CIRCULANT (F)
Fournisseurs et comptes rattachés
PASSIF CIRCULANT (HT)

Clients créditeurs, avances et acomptes


Personnel
Organismes sociaux
Etat
Comptes d'associés
Autres créanciers
Comptes de régularisation -passif

AUTRES PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES (G)


ECARTS DE CONVERSION PASSIF
(éléments circulants) (H)
Total II (F+G+H)
TRESORERIE PASSIF
TRESOR

Crédits d’escompte
ERIE

Crédits de trésorerie
Banques (soldes créditeurs)
Total III
TOTAL GENERAL I + II + III

60
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES


CHARGES Exercice PRODUITS Exercice

CHARGES D’EXPLOITATION PRODUITS D’EXPLOITATION


Achats revendus de marchandises Ventes de marchandises (en l’état)
Achats consommés de matières et fournitures Ventes de biens et services produits
Autres charges externes Chiffre d’affaires
Impôts et taxes Variation de stocks de produits (±)
Charges de personnel Immobilisations produites par l’entreprise
Autres charges d’exploitation pour elle-même
Dotations d’exploitation Subventions d’investissement
Autres produits d’exploitation autres
produits d’exploitation
Reprises d’exploitation ; transferts de charges
TOTAL II TOTAL I
III- RESULTAT D’EXPLOITATION (I - II)
CHARGES FINANCIERES PRODUITS FINANCIERS
Charges d’intérêts Produits des titres de participation et autres
Pertes de change titres immobilisés
Autres charges financières Gains de change
Dotations financières Intérêts et autres produits financiers
Reprises financières ; transferts de charges
TOTAL V TOTAL IV
VI- RESULTAT FINANCIER (IV - V)
VII- RESULTAT COURANT (III + VI))
CHARGES NON COURANTES PRODUITS NON COURANTS
Valeurs nettes d’amortissement des Produits des cessions d’immobilisations
immobilisations cédées Subventions d’équilibre
Subventions accordées Reprises sur subventions d’investissement
Autres charges non courantes Autres produits non courants
Dotations non courantes aux amortissements Reprises non courantes ; transferts de
et aux provisions charges
TOTAL IX TOTAL VIII
X- RESULTAT NON COURANT
XI- RESULTAT AVANT IMPOT (VII +X)
XII- IMPOT SUR LES RESULTATS (IS)
RESULTAT NET (XI – XII)
XV- TOTAL DES CHARGES (II+V+IX+XII) XIV- TOTAL DES PRODUITS (I+IV+VIII)
RESULTAT NET (XI – XII)

61
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

ETATS DE SOLDE DE GESTION


1. Tableau de Formation des Résultats A1 A2
1 Ventes de marchandises (en l’état)
2 - Achats revendus de marchandises
I = MARGE BRUTE SUR VENTES EN L’ETAT
II + PRODUCTION DE L’EXERCICE (3+4+5)
3 Ventes de biens et services produits
4 Variation de stock et de produit
5 Immobilisations produites par l’entreprise pr elle-même.
III - CONSOMMATION DE L’EXERCICE
6 Achats consommés de matières t fournitures
7 Autres charges externes
IV = VALEUR AJOUTEE (I+II-III)
8 + Subventions d’exploitation
9 - Impôts et taxes
10 - Charges de personnel
V = EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION (EBE)
INSUFFISANCE BRUTE D’EXPLOITATION (IBE)
11 + Autres produits d’exploitation
12 + Reprises d’exploitation
13 - Autres charges d’exploitation
- Dotations d’exploitation
VI = RESULTAT D’EXPLOITATION (+ ou -)
VII + RESULTAT FINANCIER (+ ou -)
VIII = RESULTAT COURANT
XI + RESULTAT NON COURANT (+ ou -)
15 - Impôt sur les résultats
X = RESULTAT DE L’EXERCICE (+ ou -)

2. Tableau de la Capacité d’autofinancement CAF / AF


1 Résultat net
• Bénéfice +
• Perte -
2 + Dotations d’exploitation (1)
3 + Dotations financières (1)
4 + Dotations non courantes (1)
5 - Reprises d’exploitation (2)
6 - Reprises financières (2)
7 - Reprises non courantes (2) (3)
8 + VNA
9 - Produit de cession
I Capacité d’Autofinancement
10 - Bénéfices distribués
II Autofinancement
(1) À l’exception des dotations de l’actif circulant et trésorerie-Actif
(2) À l’exception des reprises du passif circulant et trésorerie-Passif
(3) Y compris les subventions d’investissement.

62
Analyse Financière Management PME-PMI S.SOLHI

TABLEAU DE FINANCEMENT
1. Synthèse des masses de bilan

Masse du bilan T T-1 T-2 ∆=a–b ∆=b–c


a b c E R E R
Financement Permanent
(-) Actif Immobilisé
= FONDS DE ROULEMENT
Actif circulant
(-) Passif circulant
= BESOIN DE FINANCEMENT
Trésorerie Nette

2. Tableau des emplois et Ressources (T.E.R)


Exercice Exercice précédent
Emplois Ressources Emplois Ressources
I- RESSOURCES STABLES DE L’EXERCICE
Autofinancement
CESSION ET REDUCTION DES IMMOB
Cession des Immob incorp
Cession des Immob corp
Cession des Immob finan
Récupération sur créances immob
AUGMENTATION DES CAPITAUX PROPRES
Augmentation du capital
Augmentation des dettes de financement
TOTAL I : RESSOURCES STABLES
II EMPLOIS STABLES DE L’EXERCICE
ACQUISITION ET AUGMENTATION D’IMMOB
(INCORP, CORP ET FIN)
Augmentation des créances immobilières
Remboursement des Dettes de Financement
Emplois en non valeurs
TOTAL II : EMPLOIS STABLES
III VARIATION DU BFDR
IV VARIATION DE TRESORERIE
TOTAL GENERAL

63