Vous êtes sur la page 1sur 4

Essai Proctor

1. Introduction

L'essai Proctor, mis au point par l'ingénieur


Ralph R. Proctor (1933), est un essai
géotechnique qui permet de déterminer
la teneur en eau nécessaire pour obtenir la
densité sèche maximale d'un sol granulaire par
compactage à énergie fixe (dame de poids et
dimensions normés).
L’essai Proctor a pour but de connaître la
réaction d’un sol au compactage en fonction de
sa teneur en eau et de déterminer sa densité
sèche optimum. Il sert de référence pour les
objectifs de compactages.
il existe deux types d’essais, le Proctor Normal
réservé aux couches de forme et de remblais,
et le Proctor Modifié utilisé pour les couches
d’assise. Ralph Roscoe Proctor (1894-1962)

2. Matériel
3. Mode opératoire
 Préparation de
l’échantillon: La réalisation de la
couche nécessitera au moins 5
essais.

- Prélever une masse de 15kg de


matériau pour le Proctor Normal et
33 kg pour le Proctor Modifié.
- Tamiser pour vérifier que le refus à
20 mm est inférieur à 25%, sinon
l’essai n’est pas réalisable
(compactage hasardeux).

 Remplissage du moule
(Proctor Normal): Peser
5100 gr de matériau. (La
teneur en eau doit être < à
la teneur optimale)

- Peser le moule CBR vide sans la


rehausse.
- Diviser la prise en 3 prises de 1700
gr chacune.
- Dans le moule C.B.R compacter
une à une les prises en effectuant
pour chacune 8 cycles de 7 coups
selon le plan de compactage ci
après.

 Détermination de la masse humide


nette de l’échantillon total :

Désolidariser la rehausse du moule. Araser le


matériau à l’aide de la règle. Nettoyer le
moule au pinceau. Peser le moule plein.
Calculer la masse humide nette en effectuant.

Masse humide nette = Masse du moule plein -


Masse du moule vide

 Calcul de la teneur en eau W de


l’échantillon :

Démouler le contenu du moule CBR. Prélever


[ (Mh - Ms) : Ms ] = Teneur en eau (W%)
un échantillon partiel de matériau compacté
situé au milieu de la 2ème couche. Peser
l’échantillon partiel pour déterminer « Mh » sa
masse humide.
Cuire l’échantillon jusqu’à évaporation totale
de l’eau.
Peser l’échantillon partiel pour déterminer sa
masse sèche « Ms ». Calculer la teneur en eau
« W% » en effectuant le calcul ci contre.

 Calcul de la densité humide Dh de


l’échantillon:

On applique la formule suivante :

Dh = Masse Humide Nette : Volume intérieur du


moule. Volume du moule = 3,14 xR² x hauteur R étant
le rayon intérieur du moule.

 Calcul de la densité sèche Ds de l’échantillon:

On applique la formule suivante : Ds = Dh : [1+W]

Réitérer 5 fois le même mode opératoire en ajoutant à chaque fois 2% d’eau au matériau.
Collecter les résultats pour tracer une courbe sur laquel il est reporté la teneur en eau en abscisses et la
densité sèche correspondante en ordonnées.

La courbe obtenue a une forme de cloche. Elle indique que dans un premier temps, lorsqu'on
augmente la teneur en eau du matériau, sa densité sèche augmente, ce qui signifie que le
matériau devient plus dur, plus compact et plus portant. Puis la courbe arrive à un maximum
obtenu pour une valeur précise de la teneur en eau (W) appelée l'optimum Proctor. Pour cette
valeur de W, la densité sèche est maximale. Si on poursuit l'augmentation de la teneur en eau,
à nouveau le sol se fragilise.
Nous pouvons illustrer ce phénomène avec
une situation que nous connaissons tous
lorsque nous allons à la plage.
Loin de l'eau, le sable est totalement sec, sa
teneur en eau est nulle, il ne se tient pas et
il est difficile de marcher dessus.
Dans l'eau, le sable est détrempé, sa teneur
en eau est maximale, et il est tout aussi
difficile d'y marcher.
Mais entre les deux, là où la mer se retire,
la teneur en eau du sable est proche de
l'optimum Proctor, le sable est lisse, dur,
compacté, et il est facile d'y marcher.

Tous les sols se comportent comme le


sable, et on cherchera sur les chantiers à
approcher l'optimum Proctor pour avoir la
portance maximale du sol.