Vous êtes sur la page 1sur 95

MSP 49ème session 2006

Tronc Commun

ANALYSE FINANCIERE
DE L’ENTREPRISE

Document pédagogique élaboré par le CEFEB


Utilisation soumise à l’autorisation
De l’Agence Française de Développement
Cefeb 2006 – Animation Rémi FRITSCH
1
L’ANALYSE FINANCIERE

INTRODUCTION

2
LES OBJECTIFS DE L’ANALYSE FINANCIERE

L'analyse financière d'une entreprise doit permettre de :

Âconnaître sa situation financière,


Âprévoir l'évolution probable de cette situation,
Âmotiver des recommandations

L’analyse ne s’arrête pas à une suite de calcul, ni même un


diagnostic simple.

3
LES UTILISATEURS DE L’ANALYSE FINANCIERE

La conduite d’une analyse financière dépend des motivations


particulières de celui qui la réalise ou la commande.

1. Le management (décisions de gestion).

2. Les apporteurs de capitaux : actionnaires (achat ou vente de


titres) ou banquiers (accord de crédit et / ou restructuration)

3. Les partenaires de l’entreprise : l’État (contrôle des activités,


subventions, impôts), les clients (solidité des
approvisionnements), les fournisseurs (solvabilité du client),
les salariés (solidité des emplois, juste rémunération du
travail) …

4
OBJECTIFS OPERATIONNELS
La santé financière d'une entreprise est la résultante de la
structure de son patrimoine et de la qualité de sa gestion.
Ces deux visages de la vie d'une entreprise peuvent être
appréhendés au travers de trois notions :

EQUILIBRE FINANCIER

SOLVABILITE

RENTABILITE

Ces trois concepts vont former les


"objectifs opérationnels" de l'analyse
5
EQUILIBRE FINANCIER

Y-a-t-il adéquation entre les éléments de


l’Actif et leur financement ?

La Règle :

Chaque élément de l’Actif doit être financé par des


capitaux d’une durée au moins équivalente :

les Immobilisations par des fonds à long terme


supérieur à leur durée de vie dans l’entreprise,

les Stocks et le Réalisable par des fonds à plus court


terme néanmoins supérieur à leur durée de vie dans
l’entreprise.
6
SOLVABILITÉ
L’entreprise peut-elle faire face à ses engagements à
court et à long terme ?
A-t-elle de la trésorerie, des découverts ?
La solvabilité se définit comme la capacité de l’entreprise à assurer
le règlement de ses dettes lorsqu’elles viennent à échéance.

Au quotidien, la solvabilité « technique » est la capacité réelle à


régler les dettes exigibles.

La Régle :
C’est un IMPERATIF :
PERMANENT : honorer ses engagements est une contrainte
quotidienne imposant des ajustements à très court terme
ABSOLU : on ne peut, même temporairement, ne pas payer ses
dettes à échéance. C’est la condition financière de la survie.
7
RENTABILITÉ
L’activité dégage t-elle des bénéfices, une capacité
d’autofinancement ? Comment se forme le résultat ?

C’est la mesure de l’efficience de l’activité

La règle :
L’exigence d’un minimum de rentabilité n’existe que sur le long terme.
La survie d’une entreprise est liée à sa capacité à générer – sur longue
période – des bénéfices suffisants pour renouveler ses équipements,
rémunérer ses actionnaires, maintenir l’équilibre financier et
l’indépendance de l’entreprise.

8
SUPPORTS

Pour pratiquer l'analyse il est nécessaire de disposer des


comptes de l’entreprise sur trois ans au moins. Cinq ans
permettent de mieux se rendre compte de la stabilité et/ou de
l’évolution de la structure et de la gestion.

Il n’est pas interdit de se poser la question


de la qualité des comptes dont on dispose :
provisoires, définitifs, certifiés par les
commissaires aux comptes …..
Pour
mémoire :

la micro-finance, l’art de faire de l’analyse financière


sans les comptes …
9
Conseils à suivre

¾ Raisonner :
 suivant la taille de l’entreprise en milliers ou millions d’UM.
 en sommant les données comptables par grandes masses ou
agrégats afin d'arriver rapidement à une vue globale.
 sur une période suffisamment longue, mais homogène.
(3 bilans et comptes de résultats).

¾ Ne calculer des ratios que dans le but de tester une idée et non pas en
espérant découvrir un point important.

¾ Effectuer une analyse axée autour d'objectifs clairs tels que par exemple
l'analyse de la croissance, de la rentabilité, de la structure financière, des
besoins de financement, de la gestion courante, etc.

10
Erreurs à éviter
‰ Effectuer une suite de calculs sans
construire une démarche préalable.

‰ Se borner à rédiger le résumé des calculs


en décrivant les variations des ratios ou
des concepts.

‰ S'attacher à une sophistication excessive des méthodes de


redressements comptables, ce qui constitue une perte certaine
de temps et risque en outre de mener à des données financières
sans rapport avec la réalité.

‰ Suivre de trop près la présentation et la démarche de la


comptabilité, ce qui prive d'une indépendance de jugement
indispensable.

11
La suite du cours permettra d’appréhender
les outils suivants :

1. Le Bilan financier
2. Fonds de Roulement, Besoin en
Fonds de Roulement et Trésorerie
3. Les Soldes Intermédiaires de
Gestion
4. Capacité d’Autofinancement
5. Tableaux de Flux
6. Ratios
7. Effet de levier et point mort

12
L’ANALYSE FINANCIERE

1) LE BILAN FINANCIER

13
du Bilan comptable au … BILAN FINANCIER

Les principaux retraitements ou redressements sont :

L’élimination des non-valeurs (frais d’établissement,


R&D, charges à répartir, capital souscrit non-appelé …)
qui viennent en diminution des immobilisations à
l’Actif et des fonds propres au Passif.
L’intégration aux immobilisations des biens en crédit-
bail, comme s’ils appartenaient à l’entreprise, financés
par un emprunt fictif.
La prise en compte des « Effets escomptés non-
échus » qui représentent du crédit fait aux clients

14
du Bilan comptable au … BILAN FINANCIER

Les principaux reclassements sont :

La présentation en valeur brute des éléments de l’Actif


et l’intégration aux fonds propres :
ƒ des amortissements
ƒ des provisions

Le classement des postes par liquidité croissante à


l’Actif et exigibilité croissante au Passif.
ƒ dette à moins d’un an
ƒ CC associés si stables

La distinction des postes correspondant à des


activités « d’Exploitation » ou « Hors-Exploitation ».

15
du Bilan comptable au … BILAN FINANCIER

ACTIF PASSIF
- Frais - Frais
d’établisse- d’établisse-
ment Ressources
Ressources ment
Valeurs
Valeurs
Immobilisées Propres
Propres
Immobilisées
Brutes
+ Bien en Brutes
crédit-bail + Emprunt
Dettes
DettesààLMT
LMT fictif
Valeurs
Valeursd'Exploitation
d'Exploitation
Brutes
Brutes
Dettes
DettesààCT
CT
Valeurs
ValeursRéalisables
Réalisables
+ Effets Brutes
Brutes - -exploitation
exploitation
escomptés - -hors
horsexploitation
exploitation
non-échus - -exploitation
exploitation + Concours à
- -hors
horsexploitation
exploitation court terme
Concours
Concoursdede
Valeurs
Valeursdisponibles
disponibles Trésorerie
Trésorerie 16
du Bilan comptable au … BILAN FINANCIER
ACTIF PASSIF
- -

Capitaux permanents
Valeurs Ressources E
Propres
L Immobilisées x
Brutes
i i
q Dettes g
u à LMT i
Valeurs d'Exploitation
i b
Actif circulant

Brutes
d Dettes à CT i

Dettes exigibles
i Valeurs Réalisables l
Brutes
t Exploitation i
Hors exploitation
é Exploitation t
Hors exploitation é
Concours de
Valeurs disponibles Trésorerie
+ +
17
Fonds propres et Ressources propres

Capital Social
+

Fonds propres nets


Réserves
Situation nette = +
Reports à nouveau
+ -
Ressources Propres

Non-Valeurs
Résultat de l'exercice
+
Subventions d'équipement
+
Provisions pour pertes et charges
+
Part stable des comptes courants d'associés

+
Provisions pour dépréciation de l'actif circulant
+
Amortissements
18
L’ANALYSE FINANCIERE

2 ) Fonds de Roulement,
Besoin en Fonds de
Roulement et Trésorerie

19
Revenons au Bilan :

ACTIF PASSIF

Ressources
Ressources
Valeurs
Valeurs
Immobilisées Propres
Propres
Immobilisées
Brutes
Brutes Capitaux
permanents

Dettes
DettesààLMT
LMT
Valeurs
Valeursd'Exploitation
d'Exploitation
Brutes
Brutes
Dettes
DettesààCT
CT
Valeurs
ValeursRéalisables
Réalisables
Actif Brutes
Brutes - -exploitation
circulant exploitation Dettes
- -hors
horsexploitation
- -exploitation exploitation exigibles
exploitation
- -hors
horsexploitation
exploitation
Concours
Concoursdede
Valeurs
Valeursdisponibles
disponibles Trésorerie
Trésorerie

20
La règle déjà énoncée :

Chaque élément de l’Actif doit être financé par des


capitaux d’une durée au moins équivalente :

Il faudra donc que les immobilisations …

Valeurs Ressources
immobilisées propres
Brutes des ressources
à long terme,
des capitaux
permanents
Emprunts

Soient financées par :


21
Le FONDS DE ROULEMENT

Sera
Seradéfini
définicomme
commel’excédent
l’excédentdes
descapitaux
capitaux
permanents
permanentssur
surles
lesimmobilisations
immobilisationsbrutes
brutes

Valeurs Ressources
immobilisées propres
Brutes
Capitaux
permanents

Emprunts

Fonds de Roulement

Positif si > 0 négatif si < 0


22
Voici un Bilan dont le Fonds de
Le FONDS DE ROULEMENT : Roulement est négatif
C’est une marge de sécurité
Valeurs Capitaux
Imaginons qu’il faille régler dans un Immobilisées permanents
délai très bref les dettes à court terme. brutes
Pour cela, il faudra « liquider » :

Une partie des immobilisations Liquider Dettes


à court
ValeursLiquider terme
Les stocks d’exploitation

Le réalisable ValeursLiquider
Réalisables
Le disponible Liquider
Disponible

L’entreprise
L’entreprisene
nepeut
peutplus
plusproduire
produire!!

23
Le FONDS DE ROULEMENT :
Voici un Bilan dont le Fonds de
On s’aperçoit que, dans le Bilan, Roulement est positif
le FONDS DE ROULEMENT peut
être calculé de deux façons : Valeurs
Immobilisées
brutes Capitaux
permanents
Par
Parle
lehaut
haut::

FDR
FDR == Capitaux
Capitauxpermanents
permanents FDR FDR
-- Val.
Val.Immob.
Immob.Brutes
Brutes Dettes
Actif
circulant à court terme
Par
Parle
lebas
bas::

FDR
FDR == Actif
Actifcirculant
circulant
--Dettes
Dettesààcourt
courtterme
terme

24
Le BESOIN en FONDS DE ROULEMENT :

Dans l’Actif circulant, l’entreprise Valeurs Capitaux


a besoin, pour fonctionner : Immobilisées propres
brutes
De
De tous
tous les
les stocks
stocks qui
qui
peuvent
peuvent rester
rester plusieurs
plusieurs
mois Emprunts
moisdans
dansl’entreprise
l’entreprise::
Valeurs
d’exploitation Dettes
De
De ses
ses clients
clients et et des
des
Valeurs à court terme
divers
divers àà qui
qui ilil doit
doit faire
faire
crédit Réalisables
crédit:: Actif
circulant Disponible

Il faudra donc financer les Stocks et le Réalisable par des


capitaux d’une durée au moins équivalente
25
Le BESOIN en FONDS DE ROULEMENT :

Valeurs Capitaux
On dispose au Passif des Dettes Immobilisées propres
à court terme : brutes

Les Dettes à court terme Emprunts


Valeurs
comprennent les d’exploitation
Fournisseurs, Effets à Actif
Valeurs
Payer, l’Etat, le Personnel circulant
Réalisables Dettes
et les Divers auxquels
Disponible à court
l’entreprise demande de lui
terme
faire crédit

Le poste Fournisseurs est – à durée de crédit égale – toujours


inférieur au poste Clients. Les Dettes CT ne seront peut-être pas
suffisantes pour financer les Stocks et le Réalisable !
26
Le BESOIN en FONDS DE ROULEMENT :

Sera
Seradéfini
définicomme
commel’excédent
l’excédentde
dela
lasomme
somme
Stocks
Stocks++Réalisable
Réalisablesur
surles
lesDettes
Dettesààcourt
courtterme
terme

Valeurs Dettes
d’exploitation à court
terme
Valeurs
Réalisables
BFR

Sera
Seradéfini
définicomme
commelalapart
partdes
desbesoins
besoinsliés
liésààl’activité
l’activité
non
nonfinancée
financéepar
pardes
desressources
ressourcesnées
néesde del’activité
l’activité

27
Le FONDS DE ROULEMENT et le BESOIN en FONDS DE
ROULEMENT ne sont pas des situations figées mais le
second évolue beaucoup plus rapidement que le premier
puisque lié directement à l’exploitation.

Supposons la situation suivante idéale :


Valeurs Capitaux Valeurs Dettes
Immobilisées propres d’exploitation à court terme
brutes
Valeurs
Réalisables
Besoin en
Fonds de Emprunts Fonds de Rlt
Roulement

FR = BFR

28
Dans ce cas nous avons une
situation qui se traduit par le
Valeurs Capitaux
Bilan suivant : Immobilisées propres
brutes
Valeurs Capitaux
Immobilisées propres
brutes
OU Valeurs Emprunts
d’exploitation

Fonds de Emprunts Valeurs


Roulement Réalisables Dettes
à court terme
Valeurs Besoin en
d’exploitation Fonds de Rlt
Valeurs Dettes
Réalisables à court terme
Il n’y a pas de disponible

29
Supposons des Fournisseurs
généreux en crédit et donc un Besoin
Valeurs Capitaux
en Fonds de Roulement faible : Immobilisées propres
brutes
Valeurs Capitaux
Immobilisées propres
brutes
OU Disponible Emprunts
Valeurs
Fonds de Emprunts d’exploitation Dettes
Roulement Valeurs à court terme
Valeurs Réalisables
BFR
d’exploitation
Dettes
Valeurs à court terme
Réalisables Le FR n’ayant pas changé, il y a trop
de financement donc du disponible,
de la TRESORERIE positive.
30
Supposons peu de crédit de la part Valeurs Capitaux
des Fournisseurs et donc un Besoin Immobilisées propres
brutes
en Fonds de Roulement important :
Valeurs Capitaux
Immobilisées propres Valeurs Emprunts
brutes d’exploitation
OU
Valeurs Découvert
Réalisables
Fonds de Emprunts Dettes
à court terme
Roulement

Valeurs BFR
d’exploitation Le FR n’ayant pas changé, il n’y a
Valeurs pas assez de financement donc il
Réalisables faut faire appel au banquier. La
Dettes
à court terme TRESORERIE est négative.

31
La TRESORERIE naît de la différence entre le
FONDS DE ROULEMENT et le
BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT.
Elle se traduit par l’équation suivante :

FONDS
FONDSDE
DEROULEMENT
ROULEMENT –– BESOIN
BESOINEN
ENFONDS
FONDSDE
DEROULEMENT
ROULEMENT
== TRESORERIE
TRESORERIE
FR
FR -- BFR
BFR == TT

Si
Si FR
FR >> BFR
BFR la
laTrésorerie
Trésorerieest
estpositive
positive
Si
Si FR
FR << BFR
BFR la
laTrésorerie
Trésorerieest
estnégative
négative
Si
Si FR
FR == BFR
BFR ililn’y
n’yaapas
pasde
deTrésorerie
Trésorerie

32
La TRESORERIE
FR - BFR = T

Le Lien Équilibre Financier - Solvabilité

FR > BFR FR < BFR

T >0 T < 0
A priori d'équilibre DANGER

FR ~ BFR BFR < 0

T = 0
Étude nécessaire ou excellente T > 0
gestion de la trésorerie DISTRIBUTION
33
La TRESORERIE

On notera que :
Le BFR et le FR
peuvent être négatifs
L’exception – qui confirme la règle Valeurs Capitaux
du financement de l’Actif – est la Immobilisées propres
grande distribution (Auchan, brutes
Carrefour, Casino …etc …) qui fait Emprunts
payer les Clients au comptant et
Valeurs
les Fournisseurs souvent à plus
d’exploitation
de 90 jours, dégageant une
Trésorerie importante qui, bien Dettes
à court terme
entendu, est placée et rapporte.
Trésorerie

34
FR, BFR et TRESORERIE
La gestion va essayer d’augmenter le FR et diminuer le
BFR

Pour augmenter le FR

Valeurs Capitaux
Capitaux Augmenter le Capital
Ne pas investir Immobilisées propres
propres Renforcer l’autofinancement
Désinvestir brutes Augmenter les CC d’associés
Louer au lieu d’acheter bloqués

Fonds de
Roulement
Fonds de Emprunts Augmenter l’endettement
à terme
Roulement
Emprunts

35
FR, BFR et TRESORERIE
La gestion va essayer d’augmenter le FR et diminuer le
BFR

Pour diminuer le BFR


Diminuer les Stocks Valeurs BFR
d’exploitation
Valeurs
Réalisables Augmenter l’endettement à
Diminuer les Clients Dettes
à court terme court terme (Fournisseurs)

Valeurs BFR
d’exploitation
Dettes
Valeurs à court
Réalisables terme
36
FR, BFR : Valeurs Capitaux
Immobilisées propres
Que devient le BFR lorsque, brutes
grâce à une politique des
ventes très active, on double FR Emprunts
le Chiffre d’Affaires ? Valeurs BFR
d’exploitation
Valeurs Capitaux Financement
Financement??
Immobilisées propres Stocks x 2
brutes
Dettes
Valeurs à court terme
FR Emprunts Réalisables

Valeurs BFR Clients x 2


d’exploitation Fournisseurs x 2
Dettes
Valeurs à court terme
Réalisables
BFR
BFR xx 22
37
FR, BFR :
Que devient le BFR lorsque, grâce à une politique des
ventes très active, on double le Chiffre d’Affaires ? Il
double.

On vient de voir que le BFR varie généralement


de façon proportionnelle au Chiffre d’Affaires. Il
est donc nécessaire de prévoir l’augmentation du
Fonds de Roulement car il n’est pas certain du
tout que le banquier financera !

SI
SI BFR
BFR augmente,
augmente, prévoir
prévoir d’augmenter
d’augmenter FR
FR
38
L’ANALYSE FINANCIERE

3) Les SOLDES
INTERMEDIAIRES
DE GESTION

39
du Compte de Résultat aux SOLDES INTERMEDIAIRES
DE GESTION

Les principaux retraitements sont :

Les «Frais de Personnel Intérimaire» à exclure des


«Autres Services Consommés» et intégrer aux «Frais
de Personnel».
La sous-traitance en l’excluant des «Autres Services
Consommés» soit :
ƒ en l’intégrant aux «Achats» et aux «Frais de
Personnel»
ƒ en le diminuant de la Production
L’annuité de crédit-bail à éclater entre «Frais
Financiers» et «Dotation aux Amortissements».

40
Les principaux reclassements regroupent différemment les :
Charges et Produits
Coût
Coûtd’achat
d’achatdes Ventes
des
marchandises
marchandisesvendues
vendues
Ventesde
deMarchandises
Marchandises
Consommations
Consommationsen en
provenance
provenancedesdestiers
tiers
Frais
Fraisde
dePersonnel
Personnel
++Production
Productionvendue
vendue
Impôts
Impôts etTaxes
et Taxes
++Production
Productionstockée
stockée
Dotations
DotationsAmortissements
Amortissements
Autres
AutresCharges
Charges ++Production
Productionimmobilisée
immobilisée
Charges
ChargesFinancières
Financières
++Produits
Produitsd’Exploitation
d’Exploitation
Charges
ChargesExceptionnelles
Exceptionnelles
++Produits
ProduitsFinanciers
Financiers
Impôt
Impôtsur
surles
lesBénéfices
Bénéfices
++Produits
ProduitsExceptionnels
Exceptionnels
Résultat
Résultat net
net (dont
(dontcessions
cessionsd’Immo.)
d’Immo.)
41
Ventes
Ventesdede
Marchand.
Marchand.

-C-CAchat
Définition des SIG :
Achat
March.
March.
Vendues
Vendues

Marge
Marge Valeur
Valeur EEBBEE Résultat
Résultat Résultat
Résultat Résultat
Résultat
Comerc.
Comerc. Ajoutée
Ajoutée d’Exploit
d’Exploit Courant
Courant avant
avant
Impôt
Impôt
Production +/-
Production
Vendue +/-PCh
PChExc
Exc - -I ISS
Vendue +/-
Stockée
Stockée +/-PPCh
ChFin
Fin
Immob. - -Dot
Immob. DotAmt+/-
Amt+/-
Autres
AutresPPCh
Ch
- -Frais
Fraisdede
Personnel
Personnel
- -Impôts Résultat
Résultat
Impôts Net
etetTaxes
Taxes Net
- -Consom.
Consom.
enenprov.
prov.
des
des tiers
tiers

42
Le Compte de Résultat et les Soldes Intermédiaires de
Gestion font apparaître des agrégats très utiles à l’analyse
que l’on retrouvera dans le calcul des ratios.

Le
LeCHIFFRE
CHIFFRED’AFFAIRES
D’AFFAIRES ==

Ventes de marchandises
+ Production vendue de biens
+ Production vendue de services
+ Ventes de produits annexes

43
Le
LeCHIFFRE
CHIFFRED’AFFAIRES
D’AFFAIRES
QUESTIONS

. quelle est son évolution en valeur ?


. quelle est l'évolution des volumes vendus ?
. quelle est l'évolution du Mix C.A. ?
- l'évolution par activité
- l'évolution par produits
- l'évolution par marchés
- l'évolution par clientèles
- etc..
. quelle est l'évolution par rapport aux concurrents ?
. quelle est l'évolution de la part de marché ?
. quel est l'impact de son évolution sur la rentabilité et sur la trésorerie ?

Rmq : Pour une Entreprise Commerciale, CA = Vente de Marchandises.

44
La
LaPRODUCTION
PRODUCTION==

Production vendue de biens


Vente de Produits
+ Vente de Travaux
+ Vente de Services
+ Vente de Produits des activités annexes
- Rabais, Remises, ristournes accordés
+/- Variation de la Production stockée
Stock final – Stock initial
+ Production immobilisée (généralement faite par
l’entreprise pour elle-même)

La PRODUCTION GLOBALE est égale à :


Production + Marge Commerciale

45
La
LaPRODUCTION
PRODUCTION

QUESTIONS

. Evolution en valeur ? (prix de vente, remise sur ventes)


. Evolution en volume ?
. Evolution du Mix Production ?
• répartition entre production vendue, stockée, immobilisée.
• répartition par activités, par produits, par marchés.
. Influence de la variation des stocks ? Comparaison avec le CA.
. Liaison
• évolution de la production
• et évolution de la rentabilité et de la trésorerie ?
• ou des autres SIG, exprimé en % de la production.
. Evolution du positionnement concurrentiel ?

Ex : Que penser d’une Production >> CA ?


46
La
LaVALEUR
VALEURAJOUTEE
AJOUTEE==

Production Globale
Marge Commerciale
+ Production

- Consommations en provenance des Tiers


Achats d’approvisionnements +/- Variation de stock
+ Services extérieurs

Première définition :
Définition ci-dessus.
PIB = Somme des Valeurs Ajoutées des Entreprises

47
La
LaVALEUR
VALEURAJOUTEE
AJOUTEE
Deuxième définition :
C’est la somme des rémunérations des facteurs de production

Frais de Personnel
Le TRAVAIL
Impôts, Taxes, versements
L’ETAT assimilés

Charges Financières
Les PRETEURS
Amortissements
Les INVESTISSEMENTS
Résultat net
Les CAPITAUX PROPRES

48
Marge
Marge Valeur
Valeur EEBBEE Résultat
Résultat Résultat
Résultat Résultat
Résultat
Comerc.
Comerc. Ajoutée
Ajoutée d’Exploit
d’Exploit Courant
Courant avant
avantImpôt
Impôt
Production - -I ISS
Production +/-
+/-PPCCExc
Exc
+/-
+/- PPCCFin
Fin
- -Dot
DotAmt
Amt
+/- Autres
+/- Autres
- -Frais PPCC
Fraisdede
Personnel
Personnel
- -Impôts Résultat
Résultat
Impôts Net
etetTaxes
Taxes Net
- -Consom.
Consom.
enenprov.
prov.
des
des tiers
tiers

Le TRAVAIL
Les CAPITAUX
L’ETAT Les PRETEURS PROPRES

Les INVESTISSEMENTS Autres transferts de revenus

49
La
LaVALEUR
VALEURAJOUTEE
AJOUTEE

QUESTIONS

. Evolution du taux de Valeur Ajoutée (VA/


(VA Production en %)
. Politique de sous-traitance ou à l’inverse d’intégration ?
. Amélioration des processus de fabrication ?
. Forte VA : Entreprise de main d’œuvre (service?) ou industrie lourde ?
. Faible VA : Entreprise commerciale.

50
L’EXCEDENT
L’EXCEDENTBRUT
BRUTD’EXPLOITATION
D’EXPLOITATIONou
ouEBE
EBE==

Valeur Ajoutée
+ Subventions d’exploitation
- Frais de Personnel
- Impôts et Taxes

Ce premier résultat a l’avantage d’exclure :


• la politique d’amortissement de l’entreprise,
• sa politique financière
• les éléments exceptionnels
et de la rendre ainsi comparable aux autres
entreprises du même secteur et de la même taille.

Agrégat central du Compte de Résultat, premier


indicateur de la rentabilité.
51
Le
LeRESULTAT
RESULTATD’EXPLOITATION
D’EXPLOITATION==
Excédent Brut d’Exploitation
- Dotations aux Amortissements et Provisions
+ Autres Produits
- Autres Charges

Ce résultat a l’avantage :
• de se limiter à l’exploitation de l’entreprise,
• d’exclure sa politique financière
• d’exclure les éléments exceptionnels
et de la rendre ainsi comparable aux autres entreprises
du même secteur et de la même taille (mais attention
aux immobilisations, on a retraité le crédit-bail).

Question : Excédent ou Insuffisance Brut d’Exploitation ? Si


EBE est < 0 , pas très encourageant …
52
Le
LeRESULTAT
RESULTATCOURANT
COURANT

Le
LeRESULTAT
RESULTATAVANT
AVANTIMPOT
IMPOT

Le
LeRESULTAT
RESULTATAPRES
APRESIMPOT
IMPOT

La définition de ces résultats et leur compréhension ne


présente aucune difficulté. Leur évolution s’explique par :
• la politique financière de l’entreprise,
• les opérations exceptionnelles,
• l’impôt sur les bénéfices, lié par nature aux
bénéfices dégagés.

53
Ventes de marchandises
- Coût d’achat des marchandises vendues
= MARGE COMMERCIALE

production vendue
+ production stockée (variation + ou -)
+ production immobilisée
= PRODUCTION DE L’EXERCICE

PRODUCTION DE L’EXERCICE
+ MARGE COMMERCIALE
- Consommations en provenance des tiers
= VALEUR AJOUTEE
- Frais de personnel
- Impôts et taxes
+ Subventions d’exploitation
= EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION
54
EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION
- Dotation aux amortissements
- Dotations aux provisions d’exploitation
- Autres charges d’exploitation
+ Reprises sur provis. et amortissements et
transferts de charges non affectés
+ Autres produits d’exploitation
= RESULTAT D’EXPLOITATION
- Frais financiers
+ Produits financiers sur immob. fin.
+ Produits financiers de trésorerie
+/- Solde des autres produits et charges financiers
+/- Quote-part sur opérations faites en commun
= RESULTAT COURANT
+/- Solde des opérations de cession
+/- Solde des autres opér. exceptionnelles
- Participation des salariés
= RESULTAT AVANT IMPOT
- Impôts sur les bénéfices
= RESULTAT NET 55
L’ANALYSE FINANCIERE

4) La CAPACITE
D’AUTOFINANCEMENT
ou CAF

56
La CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT
La
La Capacité
Capacité d’Autofinancement
d’Autofinancement est est lele
flux
flux potentiel
potentiel de de trésorerie
trésorerie qui qui
resterait
resterait dans
dans l’entreprise
l’entreprise sisi tous
tous lesles
produits
produits encaissables
encaissables dus
dus àà l’activité
l’activité
étaient
étaient encaissés
encaissés et et sisi toutes
toutes les les
charges
charges décaissables
décaissables dues
dues àà l’activité
l’activité
étaient
étaientdécaissées.
décaissées.
Attention,
Attention, ce
ce n’est
n’est pas
pas lala Trésorerie
Trésorerie
d’exploitation.
d’exploitation.

On
On en
en exclut
exclut les
les résultats
résultats sur
sur les
les
cessions
cessions d’Actif
d’Actif qui
qui sont
sont réellement
réellement
hors-gestion
hors-gestion et
et représentent
représentent parfois
parfois
des
desmontants
montantstrès
trèsimportants.
importants.
57
La CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT
Charges Produits
décaissables Encaissables
Produits
Produitsencaissables
encaissables
-- Charges
Chargesdécaissables
décaissables
== CCAAFF

dont IS
OU
CAF

++ Résultat Charges non CAF


Résultatnet
net
++Charges
Chargesnonnondécaissables
décaissables décaissables
-- Produits
Produitsnon
nonencaissables
encaissables Rés. Cession
-- Résultat
Résultatdes
descessions
cessions Résultat Produits non
== CCAAFF Net encaissables

58
La CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT
Excédent
ExcédentBrut
Brutd’Exploitation
d’Exploitation

Toutes
Toutescharges
chargesdécaissées
décaissées Tous
Tousproduits
produitsencaissés
encaissésou
ouàà
ou
ouààdécaisser
décaisser encaisser
encaisser
sauf
saufvaleur
valeurcomptable
comptablenette
nette sauf
saufproduits
produitsde
decession
cession
des
deséléments
élémentscédés
cédés d’éléments
d’élémentsd’Actif
d’Actif

Capacité
Capacitéd’Autofinancement
d’Autofinancement

Toutes
Toutescharges
chargescalculées
calculéesetet Reprises
Reprisessur
surcharges
charges
valeur
valeurcomptable
comptablenette
nettedes
des calculées
calculéeset
etproduits
produitsdedecession
cession
éléments
élémentsd’Actif
d’Actifcédés
cédés d’éléments
d’élémentsd’Actif
d’Actifcédés
cédés

Résultat
Résultatde
del’exercice
l’exercice 59
La CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT

En allant plus dans le détail, en


partant de l’EBE :

Excédent Brut d'Exploitation (ou Insuffisance brute d'Exploitation)


+ Autres produits d'exploitation
- Autres charges d'exploitation
± Produits financiers (sauf reprises sur provisions)
- Charges financières (sauf dotation aux provisions)
+ Produits exceptionnels (sauf produits de cession des éléments d'Actif cédés)
(sauf quote-part des subventions d'équipement virées au R)
- Charges exceptionnelles (sauf valeur comptable des éléments d'Actif cédés)
(sauf dotation aux provisions)
- Participation des salariés
- Impôts sur bénéfices
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
--
= CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT

60
La CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT
En faisant maintenant le chemin
inverse :

RESULTAT NET
+ Dotations aux amortissements
+ Dotations aux provisions
- Reprises sur provisions
- Quote-part des subventions d'équipement virée au résultat
- Résultat sur cession d'actif immobilisé
-----------------------------------------------------------------------------------------------
= CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT

Cette approche est plus simple que la précédente mais, bien


entendu, n’en suit pas la logique.
61
La CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT …
et L’AUTOFINANCEMENT

La Capacité d’autofinancement est la trésorerie potentielle


qui pourrait rester dans l’entreprise du fait de son activité.

L’Autofinancement est la trésorerie potentielle qui restera


dans l’entreprise du fait de son activité.

La différence : les dividendes distribués aux actionnaires

Capacité
Capacitéd’autofinancement
d’autofinancement
-- Dividendes
Dividendesdistribués
distribués
== Autofinancement
Autofinancement

62
L’AUTOFINANCEMENT, où va-t-il ?

Valeurs Ressources
Si on reprend toujours la Immobilisées propres
brutes
présentation du Bilan Financier :

Résultat
Résultat conservé : conservé
Réserves et Report à Nouveau Amortissements
nouveaux
Provisions
Dotations aux nouvelles
Amortissements
Nettes des reprises
Emprunts
Dotations aux Provisions
Nettes des reprises

Il va augmenter les Ressources Propres


et conforter le FONDS DE ROULEMENT de l’entreprise
63
La CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT

• La Capacité d’Autofinancement a pour vocation


(au delà du paiement des dividendes) de couvrir
les Besoins de Financement de l’entreprise, par
exemple :
– Nouveaux investissements payés Cash
– Remboursement en K de DLT relative aux
investissements
– Augmentation de BFR ..
• Très suivie par le Banquier, car mesure la capacité
à rembourser un emprunt (ie CAF importante =
bon client potentiel)

64
L’ANALYSE FINANCIERE

5 ) Les TABLEAUX DE
FINANCEMENT

65
Les TABLEAUX DE FINANCEMENT

Le BILAN est une situation à l’instant “ t ”. Rien, en comptabilité, ne montre


comment s’est fait le passage d’un Bilan à l’autre.
Pour cela, on va, au travers des tableaux de financement, essayer de voir
comment les décisions prises (investissements, remboursements
d’emprunts, nouveaux emprunts … ) ainsi que les flux générés par
l’exploitation ont influé sur les comptes au cours de l’exercice.

TABLEAU
TABLEAUDE
DEFINANCEMENT
FINANCEMENTFONCTIONNEL
FONCTIONNEL
Ou
Ouencore
encore
TABLEAU
TABLEAUEMPLOIS
EMPLOISRESSOURCES
RESSOURCES

66
Le TABLEAU EMPLOIS RESSOURCES :

La Capacité d’Autofinancement en est l’élément central

On
Onpart
partde
del’équation
l’équation:: FR
FR -- BFR
BFR == TT
Entre
Entreles
lesdeux
deuxBilans
Bilans:: ΔΔ FR
FR -- ΔΔ BFR
BFR == ΔΔ TT

On va donc intégrer dans le tableau TOUS les éléments


qui concourent à modifier les trois agrégats :
• FONDS de ROULEMENT
• BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT
• TRESORERIE

67
Le TABLEAU EMPLOIS RESSOURCES

Variation du Fonds de Roulement :

Flux ou Mouvements Flux ou Mouvements de


d’Emplois stables Ressources stables

Dividendes versés Capacité d’Autofinancement

Investissements nouveaux (corp.)


Immob. cédée (prix de cession)

Remb. d’Emprunts MT Augmentation de Capital (numér.)

ΔFR
Apports des associés (stables)

Emprunts nouveaux

68
Le TABLEAU EMPLOIS RESSOURCES

Variation du Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation :

Flux ou Mouvements Flux ou Mouvements de


d’Emplois Ressources

Variation des Stocks Variation des Dettes Fournisseurs

Variation Dettes Etat et Divers Ex.


Variation des Clients et du
Réalisable d’Exploitation
ΔBFR

69
Le TABLEAU EMPLOIS RESSOURCES

Variation de la Trésorerie :

Flux ou Mouvements Flux ou Mouvements de


d’Emplois Ressources

Variation du Disponible Variation des Concours Bques


ΔT

70
En résumé, Δ FR - Δ BFR = Δ T devient

Emplois Ressources

Dividendes versés Capacité d’Autofinancement

Investissements nouveaux (corp.)

Remboursements d’Emprunts MT Immob. cédée (prix de cession)

Augmentation de Capital (numér.)


Variation des Stocks
Apports des associés (stables)

Emprunts nouveaux
Variation des Clients et du Réalisable
Variation des Dettes Fournisseurs
d’Exploitation

Variation du Disponible Variation Dettes Etat et Divers Ex.

Variation des Concours Bques

Le TABLEAU EMPLOIS RESSOURCES


71
L’ANALYSE FINANCIERE

6) Les RATIOS

72
Les RATIOS

Un
Unratio
ratioest
estun
unrapport
rapportétabli
établientre
entredeux
deuxvaleurs
valeurstirées
tiréesdes
des
comptes
comptesde del’entreprise
l’entrepriseafin
afind’en
d’en mettre
mettreen
enévidence
évidence
certains
certainsaspects
aspects… …

Comme : La structure
L’activité
La rentabilité
L’endettement
La liquidité

73
Quelques RATIOS de structure

Liés au Financement de l’entreprise:


Ressources
RessourcesPropres Propres
-------------------------------
------------------------------- Ratio d’indépendance financière
Dettes
DettesààLLet etMT
MT ( normalement R > 1)

Ressources
RessourcesPropres Propres
-------------------------------
------------------------------- Ratio de solvabilité (autour de
Total
Totaldu duBILAN
BILAN 20% à 25% selon activité)

Dettes
DettesLMT LMT
-------------------------------
------------------------------- Ratio donnant le nombre d’années
CAF
CAF nécessaires à leur remboursement

74
Quelques RATIOS de structure

Liés au Fonds de Roulement, au BFR et à la Trésorerie:


Capitaux
CapitauxPermanents
Permanents
---------------------------------x
---------------------------------x100
100 Taux de couverture des
Immobilisations
Immobilisations nettes nettes immobilisations ( R > 100 %)
FR
FR
-------------
-------------xx100
100 Taux de couverture des Stocks
Stocks
Stocks par le FR (bien si R > 50%)

FR
FR Les trois ratios calculés en jours de
-------------
-------------xx360
360
CA HT CA HT permettent une comparaison
CA HT
immédiate entre eux mais aussi
BFR
BFR
------------- avec d’autres entreprises ayant la
-------------xx360
360
CA HT
CA HT même activité.
Trésorerie
Trésorerie
------------------
------------------xx360
360
CA HT
CA HT 75
Quelques RATIOS de structure

Liés aux composantes du Besoin en Fonds de Roulement:


Stocks
StocksMP MP
-------------------------------
-------------------------------xx360
360
Achats
Achats HT HT
Délai de détention
Stocks
StocksPF PF des Stocks
---------------------------------------------
---------------------------------------------xx360
360
Production Vendue –
Production Vendue – Rés. Expl.Rés. Expl.

Clients
Clients
----------------------
----------------------xx360
360
CA TTC
CA TTC Crédit Clients

Fournisseurs
Fournisseurs
-----------------------------
-----------------------------xx360
Achats TTC
360 Crédit
Achats TTC
Fournisseurs
76
Quelques RATIOS de structure

Liés aux Immobilisations :

Amortissements
Amortissementscumulés cumulés
--------------------------------------------
--------------------------------------------xx100
100 Indique le taux de vétusté des
Immobilisations amortissables
Immobilisations amortissables immobilisations ( R < 75%)

Investissements
Investissementsnets nets Intensité de l’investissement :
------------------------------------------
------------------------------------------ Renouvellements si R < 1
Dotation
Dotationaux auxamortissements
amortissements Croissance si R > 1

Equipement
EquipementProductif
Productif Ratio montrant le caractère
----------------------------------
---------------------------------- plus ou moins capitalistique
Effectif
Effectifmoyen
moyen de l’entreprise

77
Quelques RATIOS d’activité

En fonction de la Production :
Valeur
Valeurajoutée
ajoutée
---------------------------
---------------------------xx100
100 Taux d’intégration
Production
Production économique

Frais
Fraisde dePersonnel
Personnel Taux d’efficacité de la main
-------------------------------
-------------------------------xx100
100 d’oeuvre
Production
Production

Production
Production Ratio montrant le caractère
-------------------------
------------------------- plus ou moins capitalistique
Effectif
Effectifmoyen
moyen de l’entreprise

78
Quelques RATIOS d’activité

La répartition de la Valeur Ajoutée : Σ = 100%


Frais
Fraisde dePersonnel
Personnel
-----------------------------
-----------------------------xx100
100 Taux souvent très important
Valeur Ajoutée
Valeur Ajoutée dans les services
Impôts
Impôtset etTaxes
Taxes
-----------------------------
-----------------------------xx100
100 Indique la part de l’Etat
Valeur Ajoutée
Valeur Ajoutée
Frais
FraisFinanciers
Financiers
-----------------------------
-----------------------------xx100
100 Varie en fonction de la politique
Valeur Ajoutée
Valeur Ajoutée financière de l’entreprise
Dotations
DotationsAm. Am.Prov.
Prov.
-----------------------------
-----------------------------xx100
100 Ce qui reste dans l’entreprise
Valeur Ajoutée
Valeur Ajoutée
Résultat
Résultatd’Exploit.
d’Exploit.
-----------------------------
-----------------------------xx100
100 Part des actionnaires
Valeur Ajoutée
Valeur Ajoutée
79
Quelques RATIOS de rentabilité

De l’activité :
EBE
EBE
---------------------------
---------------------------xx100
100
Production
Production C’est la rentabilité brute
d’exploitation, indépendante
EBE
EBE des différentes politiques de
-------------------------------
-------------------------------xx100
100 l’entreprise
Chiffre d’Affaires
Chiffre d’Affaires
CAF
CAF Ce que génère l’entreprise qui
----------------------------
----------------------------xx100
100 lui permet de se maintenir ou de
Chiffre d’Affaires
Chiffre d’Affaires financer sa propre croissance
Résultat
Résultatnet net
----------------------------
----------------------------xx100
100 Le dernier est plus intéressant
Chiffre d’Affaires
Chiffre d’Affaires car il exclut les éléments
Résultat exceptionnels et la politique
Résultatd’Exploitation
d’Exploitation financière de l’entreprise
---------------------------------
---------------------------------xx100
100
Chiffre d’Affaires
Chiffre d’Affaires 80
Quelques RATIOS de rentabilité
Rentabilité économique :
EBE
EBE Rentabilité économique brute
------------------------------
------------------------------xx100
100
Capital économique
Capital économique

Résultat
Résultatd’Exploitation
d’Exploitation Rentabilité économique nette
---------------------------------
---------------------------------xx100
100
Capital économique
Capital économique

Résultat
Résultatd’Exploit.
d’Exploit. Résultat
Résultatd’Exploit.
d’Exploit. Chiffre
Chiffred’Affaires
d’Affaires
---------------------------- = ---------------------------- x ------------------------------
---------------------------- = ---------------------------- x ------------------------------
Capital
Capitaléconomique
économique Chiffre Chiffred’Affaires
d’Affaires Capital
Capitaléconomique
économique
Rentabilité
Rentabilité == Rentabilité
Rentabilité xx Rotation
Rotation
économique
économique de l’activité
de l’activité du
du CapitalÉconomique
Capital Économique
Capital économique ou Capital engagé (BDF) =
Valeurs immobilisées
brutes
+ BFR
+ Valeurs disponibles 81
Quelques RATIOS de rentabilité
Rentabilité financière :
CAF
CAF Rentabilité financière brute
------------------------------
------------------------------xx100
100
Fonds Propres
Fonds Propres Nets Nets

Résultat
RésultatNet Net Rentabilité financière nette
---------------------------------
---------------------------------xx100
100
Fonds Propres
Fonds Propres Nets Nets

Résultat
RésultatNet Net Résultat
RésultatNet Net Capital
CapitalÉconomique
Économique
---------------------------- = ---------------------------- x ------------------------------
---------------------------- = ---------------------------- x ------------------------------
Fonds
FondsPropres
PropresNets Nets Capital
CapitalÉconomique
Économique Fonds FondsPropres
PropresNets Nets
Rentabilité
Rentabilité == Rentabilité
Rentabilité xx Coefficient
Coefficientd’endettement
d’endettement
financière
financière économique
économique (ou
(ou « LevierFinancier
« Levier Financier») »)

L’excédent du Capital économique ou Capital engagé


(BDF) sur les Fonds Propres Nets représente
l’endettement de l’entreprise.

82
Quelques RATIOS relatifs à l’endettement

Endettement et remboursement :

Dettes
DettesLLet etMTMT Point de vue de la banque :
--------------------------
-------------------------- R<3
CAF
CAF

CAF
CAF Capacité de remboursement :
-----------------------------------------
----------------------------------------- Point de vue de la banque :
Frais
FraisFinancier
Financier
++annuité R>3
annuité deremboursement
de remboursement

C’est grâce à la CAF que l’entreprise peut rembourser ses emprunts

83
Quelques RATIOS de liquidité

Endettement et remboursement :

Actif
Actifcirculant
circulantnet net(hors
(horsProv.)
Prov.)
--------------------------------------------------
-------------------------------------------------- C’est le Ratio de
Dettes
DettesCT CTet etconcours
concoursTrésorerie
Trésorerie Liquidité Générale

Valeurs
ValeursRéalisables
Réalisableset etDisponible
Disponible Liquidité relative ou réduite
-------------------------------------------------
------------------------------------------------- Capacité immédiate de
Dettes
DettesCT CTet etconcours
concoursTrésorerie
Trésorerie l’entreprise à régler ses dettes
Valeurs
Valeursdisponibles
disponibles Liquidité immédiate. Mais si
--------------------------------------
-------------------------------------- on a à la fois des concours et
Concours
Concoursde deTrésorerie
Trésorerie du disponible !!!

84
Les RATIOS
N
TIO
EN
T
AT
Essayer
Essayer dede couvrir
couvrir les
les différentes
différentes FONCTIONS
FONCTIONS et
et ACTIVITES
ACTIVITES de
de
l’entreprise
l’entreprise(production,
(production,services,
services,commerce
commerce…)
…)

Bien
Bienreplacer
replacerles
lesratios
ratiosdans
dansle
lecontexte
contextede
del’entreprise.
l’entreprise.

Harmonisation
Harmonisation pas
pas toujours
toujours réalisée
réalisée dudu numérateur
numérateur et
et
dénominateur
dénominateur::HT
HTet
etTTC,
TTC,Production
Productionet
etChiffre
Chiffred’Affaires
d’Affaires…

Une
Une inflation
inflation importante
importante peut
peut jouer
jouer des
des tours
tours :: Résultat
Résultat
d’aujourd’hui
d’aujourd’huietetImmobilisations
Immobilisationsd’hier
d’hierau
aucoût
coûthistorique.
historique.

… etc …
85
L’ANALYSE FINANCIERE

7) D’autres instruments :

L’EFFET de LEVIER

Le POINT MORT

86
L’EFFET de LEVIER

Définition :
… est supérieure au coût de
Si la Rentabilité économique l’emprunt qui sert à le financer,
d’un projet ou d’un alors il y a un effet de levier qui
investissement … fera croître les bénéfices futurs.
87
L’EFFET de LEVIER

Un industriel investit 100 dans une entreprise qui rapporte un


bénéfice de 20 par an.

Immobilisations Capital 100 Charges Chiffre


d’exploitation D’Affaires

Bénéfice 20

Si au lieu d’investir 100, il avait investi 50 et emprunté 50 à 10%, il


aurait un nouveau bénéfice de 15 après paiement des intérêts.
Immobilisations Capital 50 Charges Chiffre
D’Affaires
d’exploitation
Emprunt 50
Bénéfice 15

Son
Sonrendement
rendementfinancier
financiern’est
n’estplus
plusde
de20%
20%mais
maisdede30%.
30%.
IlIla,
a,en
eneffet,
effet,un
unbénéfice
bénéficede
de15
15pour
pour50
50investis.
investis.
88
L’EFFET de LEVIER

Le rendement financier de l’entreprise est lié au rendement


économique et au coût du financement par la formule suivante :

DD
Rf
Rf == Re
Re ++ ---
--- (Re-
(Re- ii ))
RR

R = Ressources Propres
D = Dettes LT + concours de trésorerie
Re = Taux de rendement économique
(Bénéfices / Capitaux Engagés)
i = Taux d’intérêt des Dettes

89
L’EFFET de LEVIER … ou de MASSUE

Si le Rendement économique devient inférieur au taux « i » des


Dettes (retournement de conjoncture, récession … ), c’est alors
l’inverse qui se produit. L’expression « (Re – i) » devient négative
accélérant les pertes !!!

DD
Rf
Rf == Re
Re ++ ---
--- (Re-
(Re- ii ))
RR

IlIl faut
faut donc
donc rester
rester excessivement
excessivement prudent
prudent en en
s’assurant
s’assurant d’une
d’une marge
marge confortable
confortable entre
entre «« Re
Re »» et
et
«« ii »,
», d’autant
d’autant que
que le
le banquier
banquier n’acceptera
n’acceptera paspas de
de
prêter
prêterau-delà
au-delàdedeses
sesratios
ratioshabituels.
habituels.
90
Le POINT MORT ou SEUIL de RENTABILITE

Le
LePOINT
POINTMORT
MORTest estle
leniveau
niveaudedeChiffre
Chiffred’Affaires
d’Affairesatteint
atteint
au
aucours
coursde
del’exercice
l’exercicepour
pourlequel
lequella
laMarge
Margesur surCharges
Charges
variables
variablescouvre
couvrel’intégralité
l’intégralitédes
desCharges
Chargesfixes
fixes

Charges = Charges fixes de l’exercice


et Charges variables (ie = k*CA)

91
Le POINT MORT ou SEUIL de RENTABILITE

Au Point Mort lui-même, Charges Point


il n’y a ni Bénéfice ni mort
Perte.
Total des
Zone de Pertes, Charges
avant le Point Mort
Charges Fixes
Zone de Bénéfices,
après le Point Mort Charges variables

CA

On
Onpeut
peutexprimer
exprimerle lePOINT
POINTMORT
MORT::
¾
¾ soit
soiten
enniveau
niveaude deChiffre
Chiffred’Affaires,
d’Affaires,
¾
¾ soit
soiten
endate
datedans
dansl’exercice
l’exercice((CA
((CAPM / CA) x 360) :
PM / CA) x 360) :
on
onatteint
atteintle
lePoint
PointMort
Mortle
le15
15octobre
octobre(par
(par
exemple).
exemple). 92
Le POINT MORT ou SEUIL de RENTABILITE

Le POINT MORT peut être affiné en le


calculant par produit ou par activité à la
condition de disposer d’une Comptabilité
Analytique d’exploitation.

Le POINT MORT suppose également que l’on puisse


distinguer de façon assez précise les Charges Fixes et les
Charges Variables.

93
L’ANALYSE FINANCIERE

LA SYNTHESE

94
LA SYNTHESE
A partir de l’ensemble des éléments tirés des comptes
mais aussi de toutes les données qui sont disponibles
dans l’entreprise ou dans son environnement, il
faudra essayer de répondre aux questions de départ :

Comment
Commentest estla
lastructure
structurefinancière
financièrede
del’entreprise
l’entreprise??
L’entreprise
L’entrepriseest-elle
est-ellesolvable
solvable??
L’entreprise
L’entrepriseest-elle
est-ellerentable
rentable??
L’Analyse Financière part des comptes de l’entreprise
qui sont du passé. Il faut alors préjuger l’avenir !
Quelles sont les perspectives de l’entreprise ? Quelles
sont ses probabilités de développement ? A quelles
conditions ?

95