Vous êtes sur la page 1sur 5

Ecoulement à travers un orifice

Écoulementà traversun orifice


1. BUT :
Le but de cette manipulation est d'étudier la réduction du débit et la contraction
de l’écoulement à travers un orifice à mince paroi placé à la sortie d'un réservoir
débitant dans l'air.

2. MODE OPÉRATOIRE :
Notre manipulation consiste à faire l'étude sur un type d'orifice à paroi mince,
pour ce cas on doit :
Varie le débit de l'eau (on va commencer par un débit maximale et finir par un
débit minimale) toute en notant le hauteur H 0 indiqué par le manomètre. Les
résultats sont menés sur un tableau.

Remarque :
La mesure de diamètre dc de la section d'eau a été fait par une lame fixée au tube
de pitot.

3. DESCRIPTION DE L'APPAREIL :
Il est composé d'un réservoir et d'une conduite verticale de longueur réglable.
Le réservoir est alimenté par le banc hydraulique. Un tube de trop-plein permet de
maintenir un niveau constant dans le réservoir, en renvoyant l'eau en ès vers le bac
du banc par l’intermédiaire de sa plaque supérieur. L’eau sort du réservoir par un
orifice à mince paroi monté sans créer d’irrégularité sur la face interne du fond du
réservoir. Le jet ainsi formé passe à travers la plaque supérieure du bac pour être
recueilli dans le réservoir de mesure de débit. Une prise de pression dans le fond du
réservoi r, reliée par un tuyau souple à un tube manométrique, permet de mesurer le
niveau de liquide dans le plan de l'orifice, un second tube manométrique est
branchée par un tuyau plastique sur un tube de Pitot, et permet de mesurer la charge
totale en un point du jet. Le tube de Pitot peut se déplacer suiv ant un axe
perpendiculaire à 1’écoulement. Le déplacement de tube de Pitot se commande par
un système vis écrou d’un pas de 1 mm.

4. THÉORIE :
Le réservoir est supposé de dimensions assez importantes pour que les vitesses
soient faibles, ailleurs que dans l’orifice. Dans le voisinage de l’orifice, le jet se
contracte sous l'effet de la courbure des lignes de courants. La réduction de section
due à la courbure locale est la plus importante à une distance de l’orifice égale à
environ la moitié du diamètre de l'ouverture. La réduction de section a entraîné la
création de concept de veine contractée et de section contractée. La pression sur la
surface du jet est en tout point égale à la pression atmosphérique. A l’intérieur du
jet, ce n’est qu’après la section contractée que la pression devient égale à la
pression atmosphérique.

1
Ecoulement à travers un orifice

Soient M et N appartiennent à un ligne de courant.


M étant à la surface libre du réservoir.
N étant dans la section contractée
V M = 0 ; PM = PN= Patm
V 0: vitesse théorique au point N.
En appliquant la loi de Bernoulli entre M et N :
PM + ½ ρ V M2 + ρ VN2 + ρg ZN
g ZM = P N + ½ ρ
V 0 = 2g (ZN - ZM ) ½ = (2gH0) ½
Le débit théorique Q0 est donc : Q0 = ρ a0 (2gH0) ½
a0V0 = ρ
a0 : section de l'orifice
(d0 =13mm)  a0 = 132.73 mm2
ρ= 1000 Kg / m3
On note VN  2gH 0 : vitesse réelle dans la veine contractée.
d c2
a c  : la section contractée.
4
Q = masse/temps : débit correspond à V N
V H
Cu  c  c : coefficient de vitesse
V0 H0
a
Cc  c : coefficient de contraction
a0
Q
Cd  Cu .Cc : rapport de débit
.a0 2 gH 0
4. RÉSULTAT EXPÉRIMENTAL :
Les résultats déterminés à la manipulation sont :

Masse Temps H0 Hc
7,5 96 0,36 0,35

7,5 106 0,339 0,337

7,5 123 0,308 0,306

7,5 137 0,266 0,264

7,5 146 0,229 0,228

7,5 165 0,2 0,197

7,5 250 0,115 0,113

2
Ecoulement à travers un orifice

1 ère partie :
Déterminant Cd , Cc et Cu pour une hauteur H0 constante.
On H 0 = 360 mm, Hc = 350 mm, t = 96 s, masse = 7,5 Kg, dc = 12,7 mm.
Donc Q = 0,078 Kg/s
Cu = 0,986
Cc = 0,954
D’ou Cd =0,940

2 ème partie :
Déterminant les coefficients Cd à partir des mesures du débit pour des différentes
hauteurs d’eau dans le réservoirs :
Pour cela on trace la courbe expérimen tale de Q = f ( H 0 )
En trouve le tableau suivant :

H0 Q
0,6 0,078125

0,582237065 0,070754717

0,554977477 0,06097561

0,515751878 0,054744526

0,478539445 0,051369863

0,447213595 0,045454545

0,339116499 0,03

3
Ecoulement à travers un orifice

La courbe de Q = f ( H 0 )

0,09
0,08
le débit experimental

0,07
0,06
0,05
0,04
0,03
0,02
0,01
0,00
0,339

0,447

0,479

0,516

0,555

0,582

0,6
La racine de H0

La première courbe représente les valeurs expérimen tales qui ne présenten t pas
une droite linéaire comme prévue, alors on va prendre la droite moyenne passant
par l’origine , on détermine par la suite la ponte de cette droite pour finir à Cd .
0,053 0
La pente de la droite est p  0,106
0,501 0

On a C d = Q / .a 2 gH 0
0

D’où Q C ..a  d 0
2g H 0 p H 0

p 0,106
Par la suite Cd   3 6
0,18
.a0 2 g 10 .132,73.10 . 19,62

Cette valeur est très petite devant la valeur calculer dans la 1ère partie ceci peut
être dû au perte de charge à travers l’orifice aussi bien les défauts de montage
vont causé cette inégalité.

4
Ecoulement à travers un orifice

METHODE POUR AMÉLIORER LA MANIPULAT ION :


On remarque que la dénivella tion H est faible à détecter, pour améliorer cette
variation on peut accéder de la manière suivante :
utiliser un manomètre dont la bras ou on lue H est incliné d'un angle θau lieu
de manomètre en U. par cette méthode on augmente la précision .
changer le fluide utilisé (l’eau) par un fluide plus léger.
ρ< ρeau : cette méthode est difficile à appliquer car on utilise une très grande
quantité de fluide (exp: alcool...) .
I1 est préférabl e d’utilise r un orifice dont l’ouverture est très petite.