Vous êtes sur la page 1sur 29

Résistance des

matériaux
Cours et exercices corrigés

Jean-Claude Doubrère

Onzième édition 2010

© Groupe Eyrolles, 1969, 1972, 1974, 1977, 1979, 1983, 1998, 2001, 2010, ISBN : 978-2-212-12777-5

PDT_12777.indd 2 20/07/10 16:56


Sommaire

Intro­­duc­­tion 1

Chapitre 1. Notions de sta­­tique 3


1.1.  Forces et moments de forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.1. Forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.1.1.  Notion de forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.1.2.  Équi­­libre d’un solide sou­­mis à des forces concou­­rantes . . . . 4
1.1.1.3.  Équi­­libre d’un solide sou­­mis à des forces paral­­lèles . . . . . . . 5
1.1.1.4.  Types de forces de la résis­­tance des maté­­riaux . . . . . . . . . . . . 7
1.1.2. Moments de forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1.2.1.  Moment d’une force par rap­­port à un axe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.1.2.2.  Équi­­libre d’un solide mobile autour d’un axe . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.1.2.3.  Théo­­rème des moments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1.2.4.  Les couples de forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.2.  Actions et réac­­tions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.3. Équi­­libre d’un solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.4. Notions de sta­­tique gra­­phique : dyna­­miques et funi­­cu­­laires 13
1.5. Exer­­cices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.5.1. Poutre sur appuis simples : cal­­cul des réac­­tions d’appui . . . . . . . . . . . 22
1.5.2. Poutre avec double appui simple : cal­­cul des réac­­tions d’appui . . . . . 23

Chapitre 2. Moment sta­­tique et moment d’iner­­tie d’une sur­­face 25


2.1. Moment sta­­tique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2. Moment d’iner­­tie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.3. Module d’inertie
­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 5 7/15/10 5:30:28 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

2.4. Tableau des dif­­fé­­rents moments et modules pour les figures


simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.5. Exercices
­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.5.1.  Cal­­cul du moment et module d’iner­­tie d’un rec­­tangle évidé . . . . . . . . 33
2.5.2.  Cal­­cul du moment et module d’iner­­tie d’une cornière . . . . . . . . . . . . . 34
2.5.3.  Cal­­cul du moment et module d’iner­­tie d’un fer en té . . . . . . . . . . . . . . 35

Chapitre 3.   Géné­­ra­­li­­tés sur la résis­­tance des maté­­riaux 37


3.1. But de la résis­­tance des maté­­riaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.2. Notion de contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3. Étude expéri ­­ men
­­ ­­
tale de la relation ­­ entre contraintes et
défor ma­­ tions
­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.4. Contraintes admissibles ­­ - Notion de coeffi ­­ cient
­­ de sécurité ­­ . 43
3.5. Exercices
­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

Chapitre 4.   Les poutres 45


4.1. Défi­­ni­­tion d’une poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.2.  Forces appli­­quées aux poutres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.2.1.  Forces don­­nées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.2.2.  Réac­­tions d’appui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.2.3.  Rela­­tions entre forces don­­nées et réac­­tions d’appui . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.3. Pre­­mière hypo­­thèse fon­­da­­men­­tale de la théo­­rie des
poutres : principe
­­ de Saint-­Venant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.3.1.  Prin­­cipe de Saint-­Venant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.3.2.  Système des forces extérieures à une sec­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
4.3.3.  Appli­­ca­­tion : poutre droite sur appuis simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.4. Seconde hypo­­thèse fon­­da­­men­­tale de la théo­­rie des poutres :
­­
principe de Navier-­Bernouilli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.5. Exercice
­­  : arc symétrique
­­ à trois articu ­­ lations
­­ . . . . . . . . . . . 53

Chapitre 5.   Contraintes dues à l’effort nor­­mal et au moment Fléchissant 57


5.1. Étude de l’effort nor­­mal. Compres­­sion ou trac­­tion simple . . . 57
5.2. Étude du moment flé­­chis­­sant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
5.2.1.  Flexion pure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
5.2.2.  Flexion simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
5.2.3.  Flexion compo­­sée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
5.2.4.  Noyau cen­­tral - Résis­­tance des maçon­­ne­­ries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

VI

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 6 7/15/10 5:30:28 PM


Sommaire

5.3. Exer­­cices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
5.3.1.  Étude d’une poutre métal­­lique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
5.3.2.  Étude d’une sec­­tion cir­­cu­­laire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
5.3.3.  Étude d’une fon­­da­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

Chapitre 6.   Contraintes pro­­duites par l’effort tran­­chant 71


6.1. Géné­­ra­­li­­tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
6.2. Cal­­cul de la contrainte de cisaille­­ment . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
6.3. Étude de quelques sections ­­ parti ­­ cu
­­ lières
­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
6.3.1.  Sec­­tion rec­­tan­­gu­­laire de hau­­teur 2h et de lar­­geur b . . . . . . . . . . . . . . . 78
6.3.2.  Sec­­tion cir­­cu­­laire de rayon R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
6.3.3.  Sec­­tion en double-­té symé­­trique par rap­­port à l’axe Gz . . . . . . . . . . . 79
6.4. Exer­­cices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
6.4.1.  Étude d’une poutre de sec­­tion rec­­tan­­gu­­laire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
6.4.2.  Poutre de sec­­tion rec­­tan­­gu­­laire. Autre sec­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

Chapitre 7.   Contraintes engen­­drées par le moment de tor­­sion 83


7.1. Résul­­tats de la théo­­rie de la tor­­sion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
7.1.1.  Sec­­tion ellip­­tique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
7.1.2.  Sec­­tion cir­­cu­­laire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
7.1.3.  Sec­­tion rec­­tan­­gu­­laire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
7.2. Exer­­cices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
7.2.1.  Étude d’un bar­­reau cir­­cu­­laire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
7.2.2.  Étude d’une tôle d’acier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

Chapitre 8.   Poutres droites iso­statiques 87


8.1. Poutres sur appuis simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
8.1.1.  Défi­­ni­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
8.1.2.  Cal­­cul des efforts et des moments sous une charge concen­­trée -
Lignes d’influ­­ence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
8.1.2.1.  Cal­­cul des efforts et des moments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
8.1.2.2.  Lignes d’influ­­ence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
8.1.3.  Sys­­tèmes de charges concen­­trées : prin­­cipe de super­­po­­si­­tion des
charges - Effet d’un convoi - Théo­­rème de Barré . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
8.1.3.1.  Sys­­tèmes de charges concen­­trées : prin­­cipe de super­­po­­si­­tion
des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
8.1.3.2.  Effet d’un convoi - Théo­­rème de Barré . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

VII

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 7 7/15/10 5:30:28 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

8.1.4.  Cas de charges répar­­ties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97


8.1.5.  Lignes enve­­loppes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
8.1.6.  Cal­­cul des flèches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
8.2. Consoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
8.2.1.  Défi­­ni­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
8.2.2.  Déter­­mi­­na­­tion de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant sous
une charge concen­­trée - Ligne d’influ­­ence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
8.2.3.  Cas d’une charge uni­­for­­mé­­ment répar­­tie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
8.2.4.  Cal­­cul des flèches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
8.3. Étude des poutres consoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
8.4. Exer­­cices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
8.4.1.  Poutre sur appuis simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
8.4.2.  Cal­­cul de la flèche à l’extré­­mité d’une console . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
8.4.3.  Étude d’une poutre console . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

Chapitre 9.   Poutres droites hypers­­ta­­tiques 115


9.1. Géné­­ra­­li­­tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
9.2. For­­mules valables pour toutes les poutres hypers­­ta­­tiques . . . 116
9.3. Poutre encastrée ­­ à ses deux extrémi ­­ tés
­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
9.4. Poutre encastrée ­­ à une extrémité ­­ , sur appui simple
à l’autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
9.5. Poutres continues ­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
9.6. Cas parti
­­ cu
­­ lier
­­ des bâtiments­­ ­­
courants en béton armé . . . . . 123
9.6.1. Domaine d’appli­­ca­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
9.6.1.1.  Prin­­cipe de la méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
9.6.1.2.  Condi­­tions d’appli­­ca­­tion de la méthode - Valeurs des
coef­­fi­­cients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
9.7. Exer­­cices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
9.7.1.  Poutre encas­­trée à une extré­­mité, sur appui simple à l’autre . . . . . . . . 125
9.7.2.  Poutre conti­­nue à deux tra­­vées égales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
9.7.3.  Poutre conti­­nue à trois tra­­vées égales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
9.7.4.  Poutre conti­­nue à quatre tra­­vées égales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

Chapitre 10.   Sys­­tèmes réti­­cu­­lés isostatiques 131


10.1. Défi­­ni­­tions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
10.2. Méthode des nœuds - Épure de Crémona . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
10.3. Méthode des sections ­­ ................................. 136
10.4. Exercice
­­ : poutre trian ­­ gu
­­ lée
­­ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

VIII

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 8 7/15/10 5:30:28 PM


Sommaire

Chapitre 11.   Sta­­bi­­lité de l’équi­­libre élas­­tique 143


11.1. Intro­­duc­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
11.2. Poutre sur appuis simples, de sec­­tion constante,
­­
comprimée ­­
et fléchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
11.3.  Flambe
­­ ment
­­ des poutres droites de section ­­ constante . . . . . 145
11.3.1.  Poutre arti­­cu­­lée à ses extré­­mi­­tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
11.3.2.  Poutres sou­­mises à des condi­­tions aux limites diverses . . . . . . . . . . . 146
11.3.3.  Sécu­­rité vis-­à-vis du flam­­be­­ment - Contraintes admis­­sibles . . . . . . . 148
11.4. Pres­­crip­­tions des règle­­ments en vigueur . . . . . . . . . . . . . . . . 148
11.4.1.  Règlements rela­­tifs aux construc­­tions metalliques . . . . . . . . . . . . . . . 149
11.4.1.1.  Règles de cal­­cul des constructions en acier :
Règles CM 1966 et l’addi­­tif 80 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
11.4.1.2.  Cahier des pres­­crip­­tions communes appli­­cables aux
mar­­chés de tra­­vaux publics pas­­sés au nom de l’État,
fas­­ci­­cule 61, titre V : Concep­­tion et cal­­cul des ponts et
construc­­tions métal­­liques en acier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
11.4.2.  Règle­­ment rela­­tif au béton armé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
11.5. Exer­­cices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
11.5.1.  Barre d’acier de sec­­tion rec­­tan­­gu­­laire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
11.5.2.  Poteau comprimé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

Annexe A. Rap­­pels d’ana­­lyse mathéma­­tique 157


A.1.  Fonc­­tion déri­­vée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
A.1.1.  Exemple : fonc­­tion linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
A.1.2.  Exemple : fonc­­tion du second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
A.1.3.  Exemple : fonc­­tion de degré n . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
A.1.4.  Déri­­vées d’une somme, d’un pro­­duit, ou d’un quo­­tient de fonc­­tions
dérivables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
A.1.5.  Déri­­vée d’une fonc­­tion de fonc­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
A.1.6.  Rap­­pel de quelques déri­­vées de fonc­­tions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
A.1.7.  Déri­­vée de la fonc­­tion réci­­proque d’une fonc­­tion dérivable . . . . . . . . 159
A.2. Notion d’inté­­grale défi­­nie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
A.2.1.  Pro­­prié­­tés de l’inté­­grale défi­­nie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
A.2.2.  Fonc­­tion défi­­nie par une inté­­grale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
A.3.  Fonc­­tions pri­­mi­­tives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
A.3.1.  Défi­­ni­­tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
A.3.2.  Fonc­­tion pri­­mi­­tive de valeur don­­née en un point donné . . . . . . . . . . 161
A.3.3.  Rela­­tion entre inté­­grale défi­­nie et pri­­mi­­tive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
A.3.4.  Inté­­grale indé­­fi­­nie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

IX

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 9 7/15/10 5:30:28 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

A.3.5. Recherche des fonc­­tions pri­­mi­­tives d’une fonc­­tion don­­née . . . . . . . . 162


A.3.5.1.  Fonc­­tions pri­­mi­­tives usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
A.3.5.2.  Inté­­gra­­tion par par­­ties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
A.3.6.  Aire d’une sur­­face plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
A.4. Équa­­tions dif­­fé­­ren­­tielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
A.4.1.  Équa­­tions du pre­­mier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
A.4.2.  Exemples d’équa­­tions dif­­fé­­ren­­tielles du second ordre . . . . . . . . . . . . . 166

Annexe B. Sym­­boles et nota­­tions 169

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 10 7/15/10 5:30:28 PM


Notions
de sta­­tique
1
1.1. Forces et moments de forces
1.1.1. forces
1.1.1.1. Notion de forces
Quelle que soit leur nature, et quelle que soit la façon dont elles se mani­­festent (à
dis­­tance ou au contact de deux corps), les forces (par exemple le poids d’un corps),
sont, en résis­­tance des maté­­riaux comme en phy­­sique tra­­di­­tion­­nelle, des gran­­deurs
vec­­to­­rielles.
Il faut donc, chaque fois que l’on consi­­dère une force, recher­­cher :
–– la droite d’action (la direc­­tion),
–– le sens,
–– le point d’appli­­ca­­tion,
–– l’inten­­sité.
• La droite d’action
Si une force s’exerce, par exemple, par l’inter­­mé­­diaire d’un fil tendu, la droite
d’action de la force est celle que maté­­ria­­lise le fil. De même, si une force est trans­­
mise par une tige rigide, cette tige maté­­ria­­lise la droite d’action de la force.
• Le sens
Le sens d’une force est celui du mou­­ve­­ment qu’elle tend à pro­­duire ; si force et
mou­­ve­­ment sont dans le même sens la force est dite motrice ; dans le cas contraire,
la force est dite résis­­tante. Par exemple, les forces de frot­­te­­ment sont des forces
résis­­tantes.

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 3 7/15/10 5:30:30 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

• Le point d’appli­­ca­­tion
Si un solide est tiré par un fil ou poussé par une tige rigide, le point d’appli­­ca­­tion est
le point d’attache du fil ou le point de contact de la tige.
Dans le cas du poids d’un corps, le point d’appli­­ca­­tion est le centre de gra­­vité de ce
corps.
• L’inten­­sité
L’inten­­sité mesure la gran­­deur de la force. Elle s’exprime en Newton (N).

1.1.1.2. Équi­­libre d’un solide sou­­mis à des forces concou­­rantes


Nous consi­­dé­­re­­rons suc­­ces­­si­­ve­­ment des forces oppo­­sées (sup­­por­­tées par le même axe),
et des forces concou­­rantes (dont les lignes d’action passent par un même point).
Deux forces égales mais oppo­­sées s’équi­­librent.

En effet, les vec­­teurs qui les repré­­sentent sont des vec­­teurs glis­­sants oppo­­sés, dont
la somme est nulle.
L’équi­­libre des appuis ou des fixa­­tions amène ainsi à envi­­sa­­ger l’exis­­tence de forces
de liai­­son (ou de réac­­tion) oppo­­sées aux forces de sol­­li­­ci­­ta­­tion.
Par exemple, dans le cas du point d’attache B de la figure 1.1, sol­­li­­cité par la trac­­tion
du fil, l’équi­­libre du sys­­tème n’est pos­­sible que s’il existe, au point B, une réac­­tion
R égale, mais oppo­­sée, à la force de sol­­li­­ci­­ta­­tion F.

Figure 1.1. Forces oppo­­sées.

De la même façon, consi­­dé­­rons un fil non pesant tendu grâce à l’action de deux
forces F et Fl, égales et oppo­­sées, appli­­quées res­­pec­­ti­­ve­­ment en C et D ; l’équi­­libre
des points C et D jus­­ti­­fie l’exis­­tence, en ces points, de forces de liai­­son T et Tl,
égales et oppo­­sées à F et Fl.
L’inten­­sité égale de ces forces T et Tl mesure la ten­­sion du fil.

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 4 7/15/10 5:30:34 PM


Notions de sta­­tique

• Forces concou­­rantes
Ce sont des forces dont les droites d’action passent par le même point.
La résul­­tante R de forces concou­­rantes est repré­­sen­­tée vectoriellement par la dia­­go­­
nale du paral­­lé­­lo­­gramme construit sur les vec­­teurs figu­­rant ces forces.
L’abs­­cisse du vec­­teur résul­­tant est égale à la somme des abs­­cisses des vec­­teurs
compo­­sants. Il en est de même en ce qui concerne les ordon­­nées (figure 1.2).

Figure 1.2. Forces concou­­rantes.

Inver­­se­­ment, on peut décom­­po­­ser une force F en deux forces compo­­santes concou­­


rantes por­­tées par deux axes OX et OY, en reconsti­­tuant le paral­­lé­­lo­­gramme
pré­­cé­­dent.
Si un solide est sou­­mis à plu­­sieurs forces concou­­rantes, on déter­­mine la résul­­tante
de l’ensemble en construi­­sant le poly­­gone des forces. Par exemple, dans le cas de
la figure 1.2, à par­­tir de l’extré­­mité A1 du vec­­teur F1, on porte un vec­­teur A1A 2 ,
équi­­pollent (2) à F2 . À par­­tir de A2, on porte un vec­­teur équi­­pollent à F3 , etc. Le
vec­­teur OA 4 ainsi obtenu est la résul­­tante des quatre forces F1, F2, F3, F4 .

1.1.1.3. Équi­­libre d’un solide sou­­mis à des forces paral­­lèles


• Forces de même sens
La résul­­tante de deux forces FA et FB paral­­lèles et de même sens est une force paral­­
lèle à ces deux forces, de même sens qu’elles, et d’inten­­sité égale à la somme de
leurs inten­­si­­tés (figure 1.3, page sui­­vante) :

R = FA + FB . (1.1)

2. Un vec­­teur équi­­pollent à un autre vec­­teur est un vec­­teur de même inten­­sité et de même sens, placé sur
la même droite d’action ou sur une droite d’action paral­­lèle.

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 5 7/15/10 5:30:41 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 1.3. Forces paral­­lèles de même sens (à gauche) et de sens contraires (à droite).

D’autre part, le point d’appli­­ca­­tion de la résul­­tante R est un point C situé sur le


seg­­ment AB, entre A et B, tel que :

FA # CA = FB # CB

• Forces paral­­lèles et de sens contraires


Deux forces FA et FB paral­­lèles et de sens contraires (figure 1.3) admettent une
résul­­tante R paral­­lèle à ces forces, du sens de la plus grande, et d’inten­­sité égale à
la dif­­fé­­rence de leurs inten­­si­­tés :

R = FB - FA (1.2)
D’autre part, le point d’appli­­ca­­tion de la résul­­tante R est un point C situé sur la droite
AB, à l’exté­­rieur du seg­­ment AB, du côté de la plus grande compo­­sante, et tel que :

FA # CA = FB # CB

• Compo­­si­­tion de forces paral­­lèles


Pour compo­­ser un nombre quel­­conque de forces paral­­lèles, il faut d’abord consi­­dé­­
rer toutes les forces de même sens, et on les compose deux par deux jus­­qu’à trou­­ver
leur résul­­tante en appli­­quant la règle (1.1).
Puis il faut réité­­rer la même opé­­ra­­tion pour toutes les forces de l’autre sens en appli­­
quant éga­­le­­ment la règle (1.1).
On obtient ainsi deux résul­­tantes par­­tielles, paral­­lèles et de sens contraires, aux­­quelles
on applique la règle (1.2). La résul­­tante géné­­rale passe par un point appelé centre
des forces paral­­lèles.
Si les deux résul­­tantes par­­tielles ont la même inten­­sité, elles consti­­tuent un couple
de forces.

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 6 7/15/10 5:30:44 PM


Notions de sta­­tique

• Pro­­prié­­tés d’un centre de gra­­vité


Le centre de gra­­vité G d’un solide, point d’appli­­ca­­tion de son poids, a les pro­­prié­­tés
d’un centre de forces paral­­lèles.

1.1.1.4. Types de forces de la résis­­tance des maté­­riaux


Nous ne consi­­dé­­re­­rons dans la suite de l’ouvrage, que des forces situées dans un
plan, ce plan étant en géné­­ral un plan de symé­­trie ver­­ti­­cal de l’ouvrage étu­­dié, (par
exemple, le plan de symé­­trie d’une poutre de sec­­tion en forme de té, comme indi­­qué
sur la figure 1.4).

Figure 1.4. Forces appli­­quées à une poutre à plan moyen.

Les forces appli­­quées aux ouvrages peuvent être :

Figure 1.5. Charges concen­­trées.

–– soit des forces dites concen­­trées (par exemple, la réac­­tion don­­née par une arti­­cu­­
lation, ou encore l’action d’une roue d’un véhi­­cule). Ces forces sont appli­­quées en

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 7 7/15/10 5:30:45 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

réa­­lité sur une petite sur­­face, mais sont assi­­mi­­lées, le plus sou­­vent pour le cal­­cul,
à des forces ponc­­tuelles ;

Figure 1.6. Charges répar­­ties.

–– soit des forces dites répar­­ties (par exemple, le poids propre d’une poutre ou la
sur­­charge cor­­res­­pon­­dant à une couche de neige).
Les forces, repré­­sen­­tées par des vec­­teurs, sont comp­­tées posi­­ti­­ve­­ment si elles sont
diri­­gées du bas vers le haut, et néga­­ti­­ve­­ment dans le cas contraire.

1.1.2. Moments de forces

1.1.2.1. Moment d’une force par rap­­port à un axe


Fai­­sons l’expé­­rience sui­­vante :

Figure 1.7. Moment d’une force par rap­­port à un axe.

Une roue à gorge de centre O et de rayon R (figure 1.7) est pla­­cée de manière à
tour­­ner libre­­ment autour de l’axe hori­­zon­­tal perpen­­di­­cu­­laire en O au plan de la
figure.

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 8 7/15/10 5:30:46 PM


Notions de sta­­tique

Un fil entouré autour de la gorge et fixé à celle-­ci par l’une de ses extré­­mi­­tés, sup­­
porte à son autre extré­­mité un poids P.
Sous l’action de ce poids, la roue a ten­­dance à tour­­ner dans le sens de rota­­tion
des aiguilles d’une montre. Pour l’empê­­cher de tour­­ner, il faut atta­­cher en un point
quel­­conque A, par l’inter­­mé­­diaire d’un autre fil, un poids Pl d’inten­­sité suf­­fi­­sante.
On obtient ainsi un équi­­libre stable. En effet si l’on écarte la roue de cette posi­­tion
d’équi­­libre, en la fai­­sant tour­­ner légè­­re­­ment dans un sens ou dans l’autre, elle y
revient d’elle-­même après quelques oscil­­la­­tions.
Si l’on trans­­porte le point d’attache du poids Pl en un autre point B ou C, situé sur
la ver­­ti­­cale de A, l’équi­­libre sub­­siste.
D’autre part, on constate que le pro­­duit Pl # d est égal au pro­­duit P # R. Les pro­­
duits Pl # d et P # R repré­­sentent les moments des poids Pl et P par rap­­port à l’axe
de rota­­tion.

1.1.2.2. Équi­­libre d’un solide mobile autour d’un axe

Figure 1.8. Posi­­tions d’équi­­libre.

Un solide mobile autour d’un axe hori­­zon­­tal est en équi­­libre lorsque son centre de
gra­­vité est situé dans le plan ver­­ti­­cal pas­­sant par l’axe. Géné­­ra­­le­­ment, on obtient
ainsi deux posi­­tions d’équi­­libre (figure 1.8) :
–– une pour laquelle le centre de gra­­vité est situé au-­dessus de l’axe : l’équi­­libre
cor­­res­­pon­­dant est instable ;
–– une pour laquelle le centre de gra­­vité est situé au-­dessous de l’axe : l’équi­­libre
cor­­res­­pon­­dant est stable.

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 9 7/15/10 5:30:51 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

1.1.2.3. Théo­­rème des moments


Un solide mobile autour d’un axe est en équi­­libre quand la somme des moments, pris
par rap­­port à cet axe, des forces qui tendent à le faire tour­­ner dans un sens est égale à
la somme des moments des forces qui tendent à le faire tour­­ner en sens contraire.
On trouve une appli­­ca­­tion de ce théo­­rème dans l’équi­­libre des balances, mais éga­­le­­
ment dans l’équi­­libre de cer­­taines poutres.

1.1.2.4. Les couples de forces


Comme nous l’avons indi­­qué ci-­dessus au para­­graphe 1.1.1.3 un couple est un
ensemble de deux forces paral­­lèles, de sens contraire et de même inten­­sité. Le plan qui
contient les droites d’action des deux forces du couple est appelé plan du couple.
Consi­­dé­­rons un solide mobile autour d’un axe O (figure 1.9). Appli­­quons à ce mobile
un couple de forces dont le plan est perpen­­di­­cu­­laire à l’axe de rota­­tion du solide.

Figure 1.9. Couples de forces.

Diverses expé­­riences montrent que l’effet du couple sur le solide est indé­­pen­­dant de
la posi­­tion des droites d’action des forces du couple par rap­­port à l’axe de rota­­tion,
pourvu que la dis­­tance d de ces droites d’action ne change pas.
On retrouve aisé­­ment ce résul­­tat par le cal­­cul. En effet :
–– s’agis­­sant d’un couple, la résul­­tante géné­­rale des forces est nulle,
–– quant au moment, il est égal à d1 # F + d 2 # F = (d1 + d 2) # F = d #, Fquelles
que soient les valeurs res­­pec­­tives de d1 ou de d2.
On constate donc que le moment d’un couple de forces est le pro­­duit de la dis­­tance
des droites d’action des deux forces (3) par leur inten­­sité commune.
D’autre part, si l’on fait varier simul­­ta­­né­­ment la force F et la dis­­tance d, de telle
façon que le pro­­duit d # F reste constant, l’effet du couple reste le même ; il en
résulte que la gran­­deur carac­­té­­ris­­tique d’un couple est son moment.
L’unité de moment est le mètre # Newton (mN).

3. Dis­­tance appe­­lée sou­­vent « bras de levier du couple ».

10

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 10 7/15/10 5:30:52 PM


Notions de sta­­tique

Le moment d’une force est posi­­tif si la force est diri­­gée vers la droite pour un obser­­
va­­teur situé au point par rap­­port auquel est pris le moment, néga­­tif si elle est diri­­gée
vers la gauche (4).

1.2. Actions et réac­­tions


Consi­­dé­­rons une masse ponc­­tuelle quel­­conque ; celle-­ci est en équi­­libre :
–– soit si elle n’est sou­­mise à aucune action (ou force) ;
–– soit si la somme des actions (ou forces) qui lui sont appli­­quées est nulle.
Ainsi, une petite boule pla­­cée sur un sol hori­­zon­­tal reste en équi­­libre parce que le sol
exerce sur la petite sur­­face de contact qu’il a avec cette boule une réac­­tion R égale
et oppo­­sée au poids de la boule (schéma de gauche de la figure 1.10).

Figure 1.10. Action et réac­­tion.

De même, une boule A atta­­chée en B par un fil, exerce sur le point d’attache B une
action diri­­gée vers le bas, égale au poids P de la boule (si l’on néglige le poids du
fil). Il y aura équi­­libre si l’attache B main­­tient une réac­­tion R égale et oppo­­sée au
poids P de la boule (schéma de droite de la figure 1.10).
Remar­­quez au pas­­sage que l’éga­­lité s’éta­­blit bien ici entre vec­­teurs glis­­sants, les
ori­­gines étant dif­­fé­­rentes, mais le sup­­port étant évi­­dem­­ment le même.

1.3. Équi­­libre d’un solide


Si, pour une masse ponc­­tuelle, comme pré­­cé­­dem­­ment, toutes les forces appli­­quées
à cette masse peuvent se rame­­ner à une seule force pas­­sant par le point repré­­sen­­ta­­tif
de la masse, et appe­­lée résul­­tante, il n’en est pas de même pour un corps solide. En

4. Signa­­lons que le signe ainsi défini pour les moments est, en résis­­tance des maté­­riaux, l’opposé de
celui adopté habi­­tuel­­le­­ment en méca­­nique ration­­nelle.

11

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 11 7/15/10 5:30:53 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

effet celui-­ci est composé d’un grand nombre de masses quasi ponc­­tuelles, à cha­­
cune des­­quelles est appli­­quée une force unique.
On démontre que l’ensemble de ces forces peut se rame­­ner à :
–– une force unique (résul­­tante géné­­rale) ;
–– et un couple (dont le moment est appelé moment résul­­tant).
On démontre éga­­le­­ment que les condi­­tions néces­­saires et suf­­fi­­santes d’équi­­libre
d’un solide indé­­for­­mable (5) sont expri­­mées par les deux condi­­tions sui­­vantes :
–– la résul­­tante géné­­rale des forces (actions et réac­­tions) appli­­quées à ce solide est
nulle.
–– le moment résul­­tant de toutes ces forces (actions et réac­­tions), pris par rap­­port à
un point quel­­conque, est nul.
Dans le cas par­­ti­­cu­­lier de forces situées dans un même plan ver­­ti­­cal, ces deux condi­­
tions s’expriment par trois équa­­tions :
–– la somme des pro­­jec­­tions des forces sur un axe hori­­zon­­tal Ox du plan est nulle.
–– la somme des pro­­jec­­tions des forces sur axe ver­­ti­­cal Oy du plan est nulle.
–– la somme des moments pris par rap­­port à un point quel­­conque du plan est nulle.

Figure 1.11. Forces en équi­­libre dans un plan ver­­ti­­cal.

Lorsque le nombre d’inconnues est égal au nombre d’équa­­tions d’équi­­libre, le sys­­


tème est iso­statique. Dans le cas où le nombre d’inconnues est supé­­rieur à ce nombre
d’équa­­tions, il n’est pas pos­­sible de résoudre le pro­­blème par les seules équa­­tions de
la sta­­tique : le sys­­tème est hypers­­ta­­tique (6).
☞ Remarque
1° Dans le cas où les forces sont toutes hori­­zon­­tales il n’y a plus que deux équa­­tions.
2° Il n’y a qu’une seule équa­­tion des moments ; tou­­te­­fois il peut être inté­­res­­sant, pour le cal­­cul, de
déter­­mi­­ner l’équi­­libre des moments suc­­ces­­si­­ve­­ment par rap­­port à deux points dif­­fé­­rents. Il ne s’agit
pas alors d’une équa­­tion sup­­plé­­men­­taire, mais d’une combi­­nai­­son des équa­­tions rela­­tives à l’équi­­libre
des moments et à l’équi­­libre des forces.

5. La qua­­lité d’indéformabilité du solide est indis­­pen­­sable, tout au moins pen­­dant la durée de l’équi­­
libre consi­­déré, sinon le point d’appli­­ca­­tion des dif­­fé­­rentes forces se dépla­­ce­­rait et la valeur du moment
résul­­tant varie­­rait.
6. Pour­­tant nous ver­­rons par la suite qu’il est pos­­sible de résoudre les pro­­blèmes en uti­­li­­sant la notion
de défor­­ma­­tion infi­­ni­­té­­si­­male des ouvrages consi­­dé­­rés.

12

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 12 7/15/10 5:30:54 PM


Notions de sta­­tique

3° De la même façon qu’il y a des réac­­tions d’appui, il peut exis­­ter des moments d’appui (appe­­lés aussi
moments d’encas­­tre­­ment).
Par exemple, dans le cas d’une console encas­­trée en A dans un mur (figure 1.12), l’équi­­libre ne peut
être obtenu que s’il existe, à la fois :

Figure 1.12. Console encas­­trée dans un mur.

–– une réac­­tion R A diri­­gée vers le haut, s’oppo­­sant à la chute de la console ;


–– un moment d’encas­­tre­­ment M A , néga­­tif, s’oppo­­sant à la rota­­tion de la console vers la droite, sous
l’effet des forces qui lui sont appli­­quées.

1.4. Notions de sta­­tique gra­­phique : dyna­­miques et


­­ laires
funicu ­­
Nous allons exa­­mi­­ner une méthode gra­­phique de compo­­si­­tion des forces selon plu­­
sieurs cas de figure dis­­tincts.
Poly­­gone de VARIGNON
Rap­­pe­­lons qu’un tel poly­­gone (appelé aussi poly­­gone dyna­­mique ou, plus sim­­ple­­
ment, dyna­­mique) se construit en ajou­­tant les vec­­teurs repré­­sen­­ta­­tifs des dif­­fé­­rentes
forces, à par­­tir d’un point de départ A.
a) Pre­­nons le cas de forces issues d’un même point :

13

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 13 7/15/10 5:30:56 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

F2

F’3

F’2
F1

F’4

F3 F4 F’1
A

Figure 1.13.

Dans le cas ci-­dessus, le dyna­­mique est fermé  : la résul­­tante des forces est donc
nulle ce qui indique que le sys­­tème des 4 forces est en équi­­libre. Nous retrou­­verons
ce cas un peu plus loin dans l’étude des sys­­tèmes réti­­cu­­lés plans.
Forces concou­­rantes
En géné­­ral le sys­­tème n’est pas en équi­­libre et les forces admettent une résul­­tante.

F3
R R’ B
F4 F’4

F2
0 A

F’3
F1 F’1 F’2

Figure 1.14.

Consi­­dé­­rons les 4 forces du des­­sin de gauche de la figure 1.14 et construi­­sons le


dyna­­mique (des­­sin de droite).
Ce dyna­­mique démarre au point A et se ter­­mine au point B : il est donc ouvert, ce
qui est nor­­mal, puisque les forces admettent une résul­­tante.
Si l’on consi­­dère le vec­­teur qui ferme le dyna­­mique, nous avons alors un sys­­tème en
équi­­libre et l’on peut écrire :
++++= 0

14

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 14 7/15/10 5:30:57 PM


Notions de sta­­tique

Il en résulte que le vec­­teur est égal et opposé à la résul­­tante des forces.


On a donc =
Forces non concou­­rantes

F’4
F2
F3 F’3 R’
F1

F’2 A

F’1
F4

Figure 1.15.

Consi­­dé­­rons les quatre forces du des­­sin de gauche de la figure 1.15.


Le dyna­­mique (des­­sin de droite) per­­met de déter­­mi­­ner un vec­­teur équi­­pollent à
la résul­­tante des forces, comme nous l’avons vu pré­­cé­­dem­­ment pour les forces
concou­­rantes.
Pour autant, on ne connaît pas la posi­­tion de la droite sup­­port de la résul­­tante.
Pour la déter­­mi­­ner, nous allons éta­­blir une construc­­tion appe­­lée poly­­gone funi­­cu­­
laire (du latin funiculus : cor­­de­­lette).
D’un point O quel­­conque du plan, on joint les extré­­mi­­tés du poly­­gone des forces de
la figure 1.15.
On obtient ainsi des seg­­ments de droite : Oa1, Oa2, …Oa5 que l’on appelle rayons
vec­­teurs.
La figure 1.16 consti­­tuée par le dyna­­mique, le pôle O et les rayons vec­­teurs s’appelle
la figure réci­­proque.

15

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 15 7/15/10 5:30:58 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

F’4
a4 a5

F’3
f’4
a3
f3
f4 R
f’3

f’2

f1 a1

F’2
0

F’1
f’1
f2

a2

Figure 1.16.

Pour construire le funi­­cu­­laire, on consi­­dère un point quel­­conque A du plan, à par­­tir


duquel on mène une paral­­lèle AA1 au rayon vec­­teur Oa1 que l’on arrête au point A1
d’intersection avec la droite sup­­port de la force.
À par­­tir de A1, on mène une paral­­lèle A1 A2 au rayon vec­­teur Oa2 que l’on arrête à
son inter­­sec­­tion A2 avec la droite sup­­port de la force, et ainsi de suite.
De la même manière qu’il existe une infi­­nité de figures réci­­proques, puisque le choix
du point O est libre, il existe une infi­­nité de funi­­cu­­laires (et même une double infi­­
nité, puisque le choix du point de départ A est aussi libre).

R
F2
F3 C
F1
A1 A3
A

A2

F4 A4

Figure 1.17.

16

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 16 7/15/10 5:31:00 PM


Notions de sta­­tique

Déter­­mi­­na­­tion de la résul­­tante du sys­­tème de forces

Sur la figure 1.16, la résul­­tante des forces est repré­­sen­­tée par le vec­­teur qui ferme le
dyna­­mique. Si nous arri­­vons à déter­­mi­­ner un point de la droite sup­­port, nous aurons
déter­­miné la posi­­tion de la résul­­tante.
Repre­­nons la figure réci­­proque (fig. 1.16) : si nous sup­­po­­sons que les vec­­teurs et
repré­­sentent des forces et, nous voyons immé­­dia­­te­­ment que la résul­­tante de ces deux
forces est la force repré­­sen­­tée sur le dyna­­mique par le vec­­teur (fig. 1.18).

a1
f1

F’1
f’1

a2

Figure 1.18.

De même pour les forces et, dont la résul­­tante est la force, etc.
Si nous reve­­nons au poly­­gone funi­­cu­­laire, nous ne chan­­ge­­rons pas les condi­­tions
d’équilibre du sys­­tème, si nous rem­­pla­­çons la force par les deux forces et, l’une por­­
tée par le sup­­port A A1 et l’autre par le sup­­port A A2 ; et ainsi de suite.

F1

A1
f1

f’1
A

f2

Figure 1.19.

Il y a donc équi­­va­­lence entre les sys­­tèmes de forces :


{,, et } et {,,,, etc.}

17

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 17 7/15/10 5:31:02 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Mais les forces et sont égales (elles ont la même gran­­deur Oa2) et oppo­­sées. Elles
s’annulent donc l’une l’autre, et de même pour les forces et, etc.
Fina­­le­­ment, il ne reste plus sur le funi­­cu­­laire que 2 forces : et, sys­­tème équi­­va­­lent au
sys­­tème des 4 forces ini­­tiales {,, et}.
On retrouve bien ce résul­­tat en consi­­dé­­rant le tri­­angle Oa1a5 de la figure réci­­proque :

f’4
R

f1

Figure 1.20.

De ce fait, la résul­­tante du sys­­tème pré­­cé­­dent passe par l’intersection des forces et,
c’est-à-dire par le point de concours des côtés extrêmes du funi­­cu­­laire.

R
F1 F2
F3
C

f1 A1
A A3

A2

F4 A4

B f’4

Figure 1.21.

On peut résu­­mer la démons­­tra­­tion pré­­cé­­dente de la façon sui­­vante :


Si l’on construit un dyna­­mique, puis un funi­­cu­­laire d’un sys­­tème de forces, la résul­­
tante de ce sys­­tème passe par le point d’intersection des côtés extrêmes du funi­­

18

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 18 7/15/10 5:31:03 PM


Notions de sta­­tique

cu­­laire, et elle est égale, paral­­lèle et de même sens que la force repré­­sen­­tée par la
fer­­me­­ture du dyna­­mique.
Dif­­fé­­rents cas de figure sont pos­­sibles :
1er cas : le dynamique est ouvert ainsi que le funiculaire : c’est le cas général ; le
système admet une résultante.
2ème cas : le dynamique est fermé ainsi que le funiculaire : la résultante est nulle et
le système est en équilibre.
3ème cas : le dynamique est fermé et le funiculaire est ouvert.
Nous allons prendre un exemple :
On consi­­dère le sys­­tème de 3 forces ci-­dessous :

F2

F3

F1

Figure 1.22.

Nous allons construire le dyna­­mique et le funi­­cu­­laire des ces trois forces.


Tout d’abord, le dyna­­mique.
Nous consta­­tons qu’il est fermé.

19

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 19 7/15/10 5:31:04 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

F2

F3

F1

Figure 1.23.

Ensuite, le funi­­cu­­laire :
Nous consta­­tons que les deux droites extrêmes du funi­­cu­­laire sont paral­­lèles.

F2

F3

F1

Figure 1.24.

Nous avons donc un sys­­tème pour lequel la somme des forces est nulle, mais pour
lequel le moment résul­­tant n’est pas nul. Nous avons affaire à un couple.

20

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 20 7/15/10 5:31:05 PM


Notions de sta­­tique

Nous pou­­vons le véri­­fier rapi­­de­­ment en compo­­sant les forces F1 et F2. Nous voyons
que leur résul­­tante est une force F4 égale et oppo­­sée à F3.

F2

F4 F3

F1

Figure 1.25.

Cas de forces paral­­lèles


La méthode pré­­cé­­dente de déter­­mi­­na­­tion de la résul­­tante s’applique inté­­gra­­le­­ment,
avec une sim­­pli­­fi­­ca­­tion pour le dyna­­mique, car les vec­­teurs repré­­sen­­tant les forces
ont même sup­­port.
Nous don­­ne­­rons sim­­ple­­ment l’exemple sui­­vant, sans expli­­ca­­tion sup­­plé­­men­­taire.

R
F1

F2
F3
F2 0
F1

F3

Figure 1.26.

21

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 21 7/15/10 5:31:07 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

1.5. Exer­­cices
1.5.1. Poutre sur appuis simples : cal­­cul des réac­­tions d’appui
➜  Énoncé
Consi­­dé­­rons une poutre AB posée sur deux appuis simples dis­­po­­sés sur une même
ligne hori­­zon­­tale. On sup­­pose que cette poutre a un poids négli­­geable, mais qu’elle
est sou­­mise à l’action d’une force concen­­trée au point C et égale à P newtons
(figure 1.13, page sui­­vante).
Cal­­cu­­ler les réac­­tions d’appui.
➜  Solu­­tion
Nous ver­­rons (para­­graphe 4.2.2) que les réac­­tions d’appui sont des forces ver­­ti­­cales.
Il est alors pos­­sible de cal­­cu­­ler ces réac­­tions d’appui en appli­­quant les équa­­tions de
la sta­­tique. Elles sont au nombre de deux, aucune des forces n’ayant de compo­­sante
diri­­gée selon l’axe hori­­zon­­tal Ox ; le nombre d’inconnues étant éga­­le­­ment de deux :
les réac­­tions R A et R B , le sys­­tème est bien iso­statique.

Figure 1.13. Poutre sur appuis simples.

Les deux équa­­tions d’équi­­libre s’écrivent :


1. résul­­tante géné­­rale nulle :

RA + RB - P = 0 (1.3)

22

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 22 7/15/10 5:31:09 PM


Notions de sta­­tique

Dans le cas simple consi­­déré, il est évident, du point de vue phy­­sique, que R A et
R B sont diri­­gées vers le haut, dans la mesure où le poids P est dirigé vers le bas,
mais nous allons le démon­­trer.
2. moment résul­­tant nul :
ce moment peut être déter­­miné par rap­­port à tout point du plan. Tou­­te­­fois, il est
astu­­cieux de le choi­­sir par rap­­port à un point de pas­­sage du sup­­port d’une réac­­
tion à déter­­mi­­ner : le moment par rap­­port à un point d’une force pas­­sant par ce
point étant nul, on se libère de cette inconnue.
Cal­­cu­­lons, par exemple, le moment par rap­­port au point B :
Le moment de la réac­­tion R A vaut R A #  .
Le moment du poids P est égal à −P # b (selon la conven­­tion de signe pré­­ci­­sée ci-
­dessus).
Le moment de la réac­­tion R B est nul.
On obtient donc l’équa­­tion : R A #  - P # b = 0 .
D’où :
RA = P # b (1.4)

Ce qui néces­­site que RA soit posi­­tif, donc la réac­­tion est diri­­gée vers le haut.
En repor­­tant dans (1.3), on trouve :
RB = P # a

ce qui donne une valeur posi­­tive, comme prévu.

☞ Remarque
Après avoir trouvé la valeur de RA, il aurait été pos­­sible de cal­­cu­­ler RB en déter­­mi­­nant son moment par
rap­­port à A pour obte­­nir le même résul­­tat. Il est conseillé d’uti­­li­­ser cette deuxième méthode et de véri­­
fier ensuite que la résul­­tante géné­­rale est nulle. En effet, si l’on s’est trompé dans la pre­­mière équa­­tion,
donc sur le cal­­cul de la valeur de RA, on trou­­vera for­­cé­­ment une valeur fausse de RB alors que l’on se
croira ras­­suré par la véri­­fi­­ca­­tion de l’équa­­tion (1.3).

1.5.2. Poutre avec double appui simple :


­­
calcul ­­
des réactions d’appui

➜  Énoncé
Consi­­dé­­rons le sys­­tème ci-­après (figure 1.14), dans lequel B est un appui simple
(réac­­tion ver­­ti­­cale obli­­ga­­toi­­re­­ment diri­­gée vers le haut), A est un double appui
simple (réac­­tion ver­­ti­­cale, mais pou­­vant être diri­­gée indif­­fé­­rem­­ment vers le bas ou
vers le haut).

23

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 23 7/15/10 5:31:13 PM


RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 1.14. Poutre avec double appui simple.

Cal­­cu­­ler les réac­­tions d’appui RA et RB :


1. dans le cas où P = −1 000 N ; λ = 5 m ; a = 3 m
2. dans le cas où P = −25 000 N ; λ = 8 m ; a = 4 m
➜  Solu­­tion
1. P = −1 000 N/RA = −600 N ; RB = +1 600 N
2. P = −25 000 N/RA = −12 500 N ; RB = +37 500 N

24

00V-024_Binder_RDM_chapter 1.indd 24 7/15/10 5:31:14 PM