Vous êtes sur la page 1sur 40

N° 1-2010

Le magazine d’information de la construction métallique

Sur le terrain Dossier Développement


La nouvelle Mars 2010…
les eurocodes !
durable
École d’architecture Du Grenelle 1...
de Nantes ... au Grenelle 2
www.cticm.com
La Directive Produits de Construction 89/106/CEE instaure l’obligation de marquage CE pour les boulons utilisés dans
les assemblages en construction métallique dans l’Union Européenne.

La nouvelle norme harmonisée NF EN 15048 – parties 1 et 2, traitant de la « boulonnerie de construction métallique


non précontrainte », vient de s’ajouter à la norme NF EN 14399 – parties 1 à 10 qui couvre déjà la « boulonnerie de
construction métallique à haute résistance apte à la précontrainte ».
La norme NF EN 15048-1 a été entérinée par l’Arrêté du 6 mars 2008 en application du Décret n° 92-647 du 8 juillet 1992.

Ce corpus normatif spécifie les exigences générales permettant aux boulons de satisfaire aux règles de concep-
tion, NF EN 1993-1-8 (EUROCODE 3), et de réalisation, NF EN 1090-2, des assemblages vissés.

Il est fortement recommandé aux Maîtres d’ouvrage et aux Maîtres d’œuvre d’utiliser dès à présent les normes françaises
transposant les Eurocodes et les normes d’exécution pour les marchés publics et privés.
Le code des assurances (article 243-1) précise qu’en cas d’inobservation inexcusable des règles de l’art et de non
application des normes françaises transposées des normes européennes, l’assuré est déchu de tous ses droits et
s’expose à des poursuites.

Les réponses et apports GFD à la construction métallique

Bien adaptée aux besoins de la construction métallique, la En complément du marquage


nouvelle gamme « SB » couvre les classes de qualité 6.8 CE et fidèle à notre tradition
et 8.8, dans les diamètres allant de M12 à M24 et en fini- de Qualité et Sécurité, toute la
tions électrozingué ou galvanisé à chaud. Outre leur confor- gamme HEXA TECH®, HR, HRC et « SB », est certifiée
mité à la norme NF EN 15048 et au marquage CE associé, par la Marque et la traçabilité totale est assurée
les vis et écrous répondent aux exigences des normes jusque sur l’ouvrage final grâce au report du numéro de
NF EN ISO 4014 ou NF EN ISO 4017 et NF EN ISO 4032. lot homogène de fabrication sur la tête de chaque vis de
manière lisible et indélébile.
Tout comme les boulons HR et HRC, les boulons « SB » sont
fabriqués dans notre usine GFD de Saint Etienne. Il sont Le savoir-faire GFD, validé par la certification ISO 9000, ne
conditionnés sous forme d’ensembles (vis + écrous) dans serait pas complet sans notre laboratoire de haut niveau
leur emballage d’origine scellé. et les compétences de nos ingénieurs et techniciens.

L’obligation réglementaire de responsabilité, en tant que En accompagnement de nos produits HEXA TECH®, nous
fabricant unique de l’ensemble, impose le même sigle fa- mettons l’ensemble de nos connaissances et de notre ex-
bricant sur les vis et les écrous, accompagné du marquage périence au service des acteurs de la construction chaque
« SB » et de la classe de qualité. fois que nécessaire.

Zone Industrielle – BP 63 - 90140 BOUROGNE - Tel : 03-84-58-22-00 – FAX : 03-84-27-77-47


Édito

En marche
vers les
Eurocodes
© DR

P our la nouvelle année, votre magazine préféré se dote d’une politique


éditoriale sous forme de programmation annuelle des grandes
thématiques abordées dans chacun des six numéros de l’année.
Compte tenu de l’échéance annoncée de passage aux Eurocodes, il nous
a semblé logique et utile d’en faire le fil rouge de ce premier numéro.
Comme chacun sait, leur prise en compte se fait dans la réalité progressivement,
mais il est clair que nous arrivons aujourd’hui à la croisée des chemins. Le Centre a
depuis longtemps anticipé cette évolution majeure en l’intégrant dans ses actions de
transfert des connaissances. Tout particulièrement, le remplacement par l’Eurocode 3
des règles CM66 pour les bâtiments et du fascicule 61 pour les ouvrages d’art
fait l’objet, en 2010, de stages variés et rénovés de formation au CTICM. Notre
investissement est à votre service, qu’il concerne une approche générale permettant
d’entrer rapidement dans la démarche Eurocodes, une approche générique comme
le calcul d’un bâtiment courant ou encore des études et calculs plus spécifiques
destinés aux techniciens confirmés.
C’est ainsi que le Centre entend jouer tout son rôle de CTI* en faveur de la compétitivité
des constructeurs métalliques : à la pointe des réglementations en vigueur, à la pointe
des progrès scientifiques et des connaissances techniques.

Je vous souhaite bonne lecture de ce premier CMI 2010, dans lequel vous trouverez,
comme d’habitude, beaucoup de références concrètes pour votre pratique des
Eurocodes au quotidien.

Christophe Mathieu,
Directeur général du CTICM
*CTI : centre technique industriel

3
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
The software solution for design, detailing, manufacturing and erection

Structure

Grand'Rue 81  4560 Ocquier  BELGIUM - +32 86 34 91 91 - info@bocad.be bocad.be


Sommaire

Informations techniques 6 Portrait 22


Logiciel EBPlate

N° 1-2010
La nouvelle version v1.19
est disponible 6
Le magazine d’information de la construction métallique

© Ateliers David
Sur le terrain Dossier Développement
© DR La nouvelle Mars 2010…
durable
École d’architecture les eurocodes !
Du Grenelle 1...
de Nantes ... au Grenelle 2
www.cticm.com

Gagne : Photo de couverture :


des grandes réalisations 22 L’école d’architecture
Calcul des flux thermiques dans
de Nantes.
le cadre d’un incendie d’entrepôt :
Architectes :
la méthode Flumilog 7 Sur le terrain 26
Anne Lacaton
Ossatures acier pour entrepôts et Jean-Philippe Vassal.
à simple rez-de-chaussée : outil Charpente métallique :
de calcul pour la justification d’une Ateliers David.
stabilité au feu ¼ heure (R15) 9 Voir notre article en page 26

Normes et certification 10 Éditeur :


CTICM - Centre Technique
Marquage CE des produits Industriel de la Construction
de construction Métallique
fabricant, distributeur, mandataire, Directeur
de la publication :
importateur : tous concernés 10 Christophe Mathieu
© Philippe Ruault
directeur général du CTICM
Rédaction :
Développement durable 12 CTICM – Service publications
La nouvelle Journaliste : FL Communication,
Du Grenelle 1... École d’architecture de Nantes 26 Françoise Leroy
... au Grenelle 2 12 Contact : Isabelle Pharisier,
Tél. : 01 60 13 83 00
Publications 30 E-mail : ipharisier@cticm.com
Imprimé en France
Dossier 18 Fabrication et réalisation :
Votre bibliothèque 30 RG Solutions,
Mars 2010… Tél. : 01 53 19 82 00
les eurocodes ! 18 Assistance Technique 33 CTICM
Espace technologique
Contacts construction L’Orme des Merisiers
Bâtiment Apollo
métallique et mixte 33 91193 Saint-Aubin
Tél. : 01 60 13 83 00
Contacts incendie et certification 34 Fax : 01 60 13 13 03
CMI est diffusé gracieusement
à 8 500 exemplaires.
CMI, dans un souci de
préservation de l’environnement,
est imprimé sur papier
recyclable. La reproduction
même partielle de tout matériel
publié dans CMI est strictement
interdite. Les annonceurs
prennent l’entière responsabilité
des informations qu’ils insèrent
et déclarent être autorisés à les
utiliser.
Informations techniques

Logiciel EBPlate
La nouvelle version v1.19
est disponible
Le logiciel EBPlate est un outil développé par le CTICM
permettant le calcul des contraintes critiques de
voilement de plaques planes rectangulaires chargées
dans leur plan.

L
e CTICM a reçu un finance- •C
 ontraintes :
ment partiel du Fond européen - État plan de contraintes (sx, sy, t) quel-
de recherche pour le charbon conque dans le plan ;
et l’acier (FRCA) pour le déve- - Possibilité de définir l’état de contrainte
loppement de ce programme grâce à des schémas prédéfinis dont
informatique. les paramètres sont les contraintes
agissant en bord de plaque ;
- Possibilité de définir un état de
Domaine d’application contraintes quelconque sur un maillage
Les configurations traitées par le logiciel régulier de la plaque ;
sont les suivantes : - Possibilité d’importer des contraintes
• Plaque : depuis un autre logiciel ;
- Plaque rectangulaire d’épaisseur - Possibilité de bloquer une ou plusieurs
uniforme ; composantes de contraintes.
- Comportement isotrope ou orthotrope
(modification des rigidités axiales et
flexionnelles par la présence de raidis- Résultats
seurs tartinés). Pour la configuration définie par l’utilisateur,
• Appuis : le logiciel EBPlate recherche le facteur mi-
ct - Plaque appuyée hors plan sur ses nimal fcr, appelé facteur critique, à appliquer
σypt
σyut
quatre côtés (pas de bord libre à l’état de contraintes de la plaque pour at-
σxtl O
x Krt Jt
τu
σxtr
possible) ; teindre l’instabilité par voilement élastique.
w(x,y)
τu
y
Isx, Asx, Jsx - Condition de maintien en rotation des Le logiciel permet également de déterminer
Krl Jl Dy Krr Jr

t
bords : bord libre, encastrement ou res- tous les modes de voilement élastique et leur
treinte élastique (rigidités de flexion et facteur critique associé.
Dx
b Isy, Asy, Jsy

de torsion). Les contraintes critiques calculées par


Krb Jb
a
σxbl σxbr

σypb
σyub
• Raidissage : le logiciel correspondent aux contraintes
- Possibilité de définir un ou plusieurs de la théorie de voilement élastique li-
cb

Résultats

Pour la configuration définie par l’utilisateur, le logiciel EBPlate recherche le facteur


raidisseurs, dans les directions longi- néaire de plaques idéalement parfaites
minimal ϕcr, appelé facteur critique, à appliquer à l’état de contraintes de la plaque
pour atteindre l’instabilité par voilement élastique. Le logiciel permet également le tudinale et/ou transversale, avec des (et non aux contraintes limites des
déterminer tous les modes de voilement élastique et leur facteur critique associé.
Les contraintes critiques calculées par le logiciel correspondent aux contraintes de la théorie propriétés identiques ou différentes ; plaques réelles). Ces valeurs sont géné-
de voilement élastique linéaire de plaques idéalement parfaites (et non aux contraintes
limites des plaques réelles). Ces valeurs sont généralement utilisées pour calculer des
paramètres intermédiaires – par exemple l’élancement réduit dans l’Eurocode 3 Partie 1.5 –
- Prise en compte des rigidités axiale, ralement utilisées pour calculer des pa-
intervenant dans les formules de résistance ultime des sections concernées ou sont utilisées
directement dans des formules de résistance – par exemple pour la vérification de la stabilité flexionnelle et torsionnelle des ramètres intermédiaires – par exemple
d’un panneau d’âme dans le fascicule 81-31 relatif au calcul des ponts mixtes acier-béton.

Fonctionnalités
raidisseurs ; l’élancement réduit dans l’Eurocode 3
Le logiciel propose de nombreuses fonctionnalités, en particulier de post-traitement des - 5 types prédéfinis de sections de rai- partie 1.5 – intervenant dans les for-
résultats : visualisation tridimensionnelle de la déformée des modes propres, édition d’une
note de calcul, exportation de la fonction représentant la déformée modale, appel distant
depuis une autre application, …
disseurs, permettant une définition di- mules de résistance ultime des sections
L’interface du logiciel est disponible en français, anglais, allemand et espagnol. L’aide en
ligne n’est disponible qu’en français et anglais.
recte par les dimensions ; concernées ou sont utilisées directe-
Le logiciel EBPlate a fait l’objet d’une présentation détaillée dans le numéro 3-2007 de la
revue Construction Métallique. - Possibilité de tartiner des raidisseurs ment dans des formules de résistance
La nouvelle version identiques et régulièrement espacés – par exemple pour la vérification de la
Une nouvelle version (V1.19) du logiciel EBPlate a été développée, qui intègre la correction
de bugs mineurs et surtout permet une compatibilité totale avec les nouveaux systèmes (propriétés orthotropes de la plaque) ; stabilité d’un panneau d’âme dans le fas-
d’exploitation Windows Vista et Seven. Bien entendu, comme les précédentes versions, la
version 1.19 fonctionne aussi sur les systèmes Windows XP. - Traitement spécifique pour les raidis- cicule 81-31 relatif au calcul des ponts
seurs à section fermée, de type auget mixtes acier-béton.
à section trapézoïdale,

6 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
Fonctionnalités correction de bugs mineurs et surtout per-
Le logiciel propose de nombreuses fonction- met une compatibilité totale avec les nou-
nalités, en particulier de post-traitement des veaux systèmes d’exploitation Windows
résultats : visualisation tridimensionnelle Vista et Seven. Bien entendu, comme les
de la déformée des modes propres, édition précédentes versions, la version 1.19 fonc-
d’une note de calcul, exportation de la fonc- tionne aussi sur les systèmes Windows XP.
tion représentant la déformée modale, appel
distant depuis une autre application…
L’interface du logiciel est disponible en Téléchargement
français, anglais, allemand et espagnol. et installation
L’aide en ligne n’est disponible qu’en fran-
çais et anglais. Le logiciel EBPlate a fait La nouvelle version peut être téléchargée
l’objet d’une présentation détaillée dans le gracieusement à partir du site internet
numéro 3-2007 de la revue Construction http://www.steelbizfrance.com dans la
Métallique (disponible au CTICM). section « téléchargements ». L’utilisation
du logiciel EBPlate est gratuite.
Pierre-Olivier MARTIN
La nouvelle version Directeur de recherche
Une nouvelle version (V1.19) du logiciel Département Construction Métallique,
EBPlate a été développée, elle intègre la CTICM

Calcul des flux thermiques


dans le cadre d’un incendie
d’entrepôt :
la méthode Flumilog
D ans le cadre d’une démarche
en faveur de la protection de
l’environnement et de la pré-
vention des risques, de nom-
breux partenaires, acteurs du secteur de
la prise en compte des conditions d’apport
de l’oxygène qui agira sur la progression
de l’incendie. À ceci s’ajoute la prise en
compte du type de structure et de maté-
riaux qui composent l’entrepôt : poteaux, Vue de l’interface graphique
la logistique (centres techniques, adminis- portiques, bardages, murs coupe-feu etc…
trations et industriels) ont mis en place le La méthode Flumilog prend en compte
projet Flumilog, mi-2005. Ce projet a eu l’effet du vent, paramètre souvent négligé
pour objectif de développer une méthode lors des scénarios d’incendie, la compo-
de référence nationale, en accord avec sition des palettes, le mode de stockage
l’administration, pour calculer le rayon- qui sera utilisé dans l’entrepôt ainsi que
nement thermique émis par un incendie la présence ou non d’écrans thermiques
d’entrepôt, particulièrement ceux classés déportés (type merlons).
sous les rubriques 1510, 1511, 1530, Ainsi, la méthode Flumilog dimensionne
2662, 2663 de la nomenclature des ICPE1. au mieux les infrastructures dédiées à
Les travaux de mise au point de cette mé- l’entreposage, optimise leur implantation
thode de calcul ont été réalisés par l’INE- sur l’assiette foncière et simplifie l’élabo-
RIS, le CTICM, le CNPP, l’IRSN et Efectis ration d’une partie des études de dangers,
France. Fondée sur des résultats expé- tout en améliorant la sécurité.
rimentaux (Cf. CMI n° 2 et 3 de 2008), Cette méthode a abouti à la mise en place
numériques et des retours de sinistres, d’un outil gratuit composé :
Figure 2. : Exemple de cartographie des flux thermiques maximum généré par un
la méthode introduit de nouvelles no- - d’un site en ligne hébergeant le code Exemple de cartographie
lors d'un incendie des
d'une cellule d’entrepôt.
tions qui n’étaient pas prises en compte de calcul Flumilog, flux thermiques maximum Pa
auparavant. - d’une interface graphique téléchargeable Ingénieur recherche , service recherc
généré par un incendie
Département lors
incendie et certificati
En effet, la méthode introduit la notion de - d’une description de la méthode. Cette d’un incendie d’une cellule
cinétique du développement du feu grâce à partie présente toutes les grandes d’entrepôt.

7
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Informations techniques
étapes du calcul réalisé pour détermi- cartographie des flux thermiques maximum
ner les distances d’effet. du scénario d’incendie souhaité.
Cet outil est disponible sur le site de l’INE- Il est à noter que des stages de formations
RIS (www.ineris.fr/flumilog). sur la maîtrise de l’outil et la compréhen-
L’interface graphique permet à l’utilisa- sion de la méthode Flumilog sont proposés
teur de créer un fichier de données d’en- cette année par certains partenaires dont
trée nécessaires au bon fonctionnement du le CTICM.
code de calcul. Le résultat du traitement Patrice Russo
est ensuite envoyé par courriel à l’utilisa- Ingénieur recherche,
1) Installations Classées pour la teur qui pourra réutiliser l’interface afin de service recherche incendie
Protection de l’Environnement créer une note de calcul représentant une Département incendie et certification, CTICM

Ossatures acier pour entrepôts


à simple rez-de-chaussée :
outil de calcul pour la justification
d’une stabilité au feu ¼ heure (R15)

P our faciliter l’application des


méthodes de calcul de la sta-
bilité au feu 15 minutes des
structures en acier, mises en
ligne sur le site www.cticm.
com, un outil convivial a été développé et
à part l’introduction des charges ap-
pliquées, que de sélectionner le profilé
pour obtenir directement la vérification
de la résistance au feu en question. En
revanche, concernant les portiques en
profilés reconstitués soudés, le moment
mis à la disposition des constructeurs et de calcul en chaque point de maintien
bureaux d’études. Ce logiciel hérite, par doit être fourni en plus des différentes
souci de clarté, de la même organisation caractéristiques géométriques des sec-
Interface de l’outil R15 que le document de justification. Il in- tions du PRS. Il en est de même pour
tègre, ainsi, outre l’interface d’accueil, les portiques avec poutres en treillis dans
deux modules agencés comme suit : la mesure où l’on doit entrer, à part la
• Module ossature principale comportant longueur de chaque élément, l’effort de
trois composantes : compression auquel il est soumis et que
- portiques constitués des profils la- l’on peut calculer par un logiciel de calcul
minés à chaud, de structures. Concernant les pannes en
- portiques constitués en profils recons- profilés minces formés à froid, dont la
titué soudés avec inertie variable, méthode de vérification comporte plus de
- portique avec poutres treillis. paramètres, les caractéristiques géomé-
• Module pour les ossatures secon- triques des pannes et des assemblages
Module de vérification
daires comportant deux composantes : sont demandées et un soin particulier
des portiques en PRS
- pannes constitués des profils lami- doit être donné à la topologie des diffé-
nés à chaud, rents assemblages ente panne-éclisse,
- pannes en profil mince formé à froid. panne-échantignole et éclisse-arbalétrier.
L’interface d’accueil permet de sélection- Une fois le calcul de vérification des diffé-
ner les composantes parmi celles évo- rentes composantes fait, il est possible de
quées pour les inclure dans le projet et générer un rapport intégrant les données, les
invite aussi l’utilisateur à définir les diffé- résultats ainsi que quelques détails de calcul.
rentes charges et paramètres de l’entre- L’outil est, désormais, disponible sur le
pôt étudié. En fonction de ceux-ci la com- site internet du CTICM (www.cticm.com, ru-
binaison des actions en situation incendie brique « actualités »).
sera calculée pour tout le projet. Mohamed Seddik Sakji
Par ailleurs, l’utilisation de l’outil est Ingénieur recherche,
Photo 3 : Première partie d’un rapport généré par l’outil
simple et intuitive. En effet, il n’est de- Service recherche incendie,
Première partie MS SAKJI mandé à l’utilisateur dans les cas met- Département incendie et certification,
d’un rapport généré par l’outil
tant en jeu les profilés laminés à chaud, CTICM

8 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
Développement durable...
...certification des produits de construction R encontres
égionales
du CTICM
la construction métallique a des réponses

Les rencontres régionales sont gratuites et sont proposées


sous forme de sessions:

Lille
2 villes à proximité
8h/10h avec petit déjeuner
2 formules d’accueil
Caen
17h/19h avec cocktail Reims
2 thèmes:

«
Dinard

Le développement durable et la Nantes


Tours

certification des produits de construction


dans vos activités et vos projets
« Clermont
Ferrand Lyon

En 2 heures, le CTICM vous invite à aborder ensemble Grenoble


Bordeaux
ces nouveaux enjeux pour la construction métallique:

s’approprier la démarche dans sa globalité Montpellier


Biarritz Toulouse
Marseille
anticiper les exigences réglementaires

accompagner les innovations

Programme 2010
Session Villes* Dates

1 Clermont-Ferrand / Lyon 23 mars 2010


2 Montpellier / Toulouse 30 mars 2010
3 Nantes / Tours 18 mai 2010
4 Dinard / Caen 8 juin 2010
5 Lille / Reims 22 septembre 2010
6 Bordeaux / Biarritz 12 octobre 2010
7 Grenoble / Marseille 16 novembre 2010
*Nous vous accueillons le matin dans la première ville mentionnée / en fin de journée dans la seconde.

Bulletin d’in s c r i p t i o n t é l é c h a r g e a b l e s u r n o t r e s i t e i n t e r n e t
w w w. c t i c m . c o m Nombre
limité de
Contacts CTICM participants

Développement durable Certification produits de construction


Stéphane Herbin 01 60 13 83 70 Yannick Le Tallec 01 60 13 83 20
rencontres.regionales@cticm.com
Normes et certification

Marquage CE
des produits
de construction
fabricant, distributeur,
mandataire, importateur :
tous concernés

L es produits de constructions
sont couverts par la Directive
89/106/CEE (DPC), à ce titre
dès lors que les spécifications
techniques (normes du CEN ou guides de
l’EOTA) sont disponibles et, en particulier,
ou déclaration de conformité telle que défi-
nie par la DPC).
Lorsque certaines tâches sont sous-trai-
tées, le fabricant doit garder la maîtrise
de l’ensemble du produit et s’assurer que
toutes les informations nécessaires pour
pour la France dès lors que les arrêtés et assumer la responsabilité du produit sont
avis d’application sont publiées, les pro- disponibles (par exemple un constructeur
duits concernés doivent être marqués CE. métallique, dont les produits seraient
Au sens de la DPC, la responsabilité de soumis au marquage CE, peut demander
la mise sur le marché de ces produits in- à un bureau d’étude extérieur de réaliser
combe au fabricant. les calculs de structures qu’il met sur le
La Commission européenne a défini dans marché). Le fabricant doit donc toujours
le « Guide bleu1 », les acteurs du marché : conserver la maîtrise de l’ensemble et
fabricants, mandataire, importateur, distri- avoir les compétences requises pour assu-
buteur, assembleur/installateur. Ce guide mer la responsabilité du produit.
décrit les implications de ces différents
acteurs.
Il est important que chaque acteur du mar- Le mandataire
ché connaisse et applique les exigences Le fabricant, qu’il soit établi dans la com-
qui le concernent en matière de responsa- munauté européenne ou en dehors de
bilité lors de la mise sur le marché. celle-ci, peut désigner un mandataire.
Celui-ci agit au nom du fabricant en effec-
tuant certaines opérations visées par la
Le fabricant2 DPC. Le mandataire doit être établi dans
Le fabricant, au sens de la DPC, est la la communauté européenne afin de pou-
personne qui assume la responsabilité voir agir au nom du fabricant. La déléga-
de la conception et de la fabrication d’un tion doit être explicite et faire l’objet d’un
produit en vue de sa mise sur le marché document écrit. Les tâches déléguées au
communautaire. Quel que soit le système mandataire sont de type administratif : par
d’attestation de conformité3, le fabricant exemple établissement de la déclaration
est tenu de garantir que le produit qu’il de conformité, mise à disposition sur de-
met sur le marché est conçu et fabriqué mande des autorités des documents tech-
conformément aux exigences essentielles niques, etc.
de la DPC auxquelles il est soumis, et d’at- Un mandataire4 ne peut pas modifier un
tester qu’il est conforme à ces exigences produit de sa propre initiative en vue de le
(certificats de conformité au marquage CE rendre conforme aux exigences de la DPC.

10 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
L’importateur De manière similaire à ce qui est décrit pour
Au sens de la Directive, on entend par les importateurs qui ont une action sur le
importateur (ou personne responsable de produit, un distributeur qui commercialise
la mise sur le marché), toute personne sous sa propre marque, assemble ou modi-
physique ou morale établie sur le marché fie le produit, est considéré au même titre
communautaire qui met sur le marché que le fabricant. À ce titre il prend la res-
un produit en provenance d’un pays tiers ponsabilité de la conformité du produit aux
(c’est-à-dire hors Europe). L’importateur exigences de la DPC. Il a alors la responsa-
doit garantir qu’il peut transmettre à l’au- bilité, par exemple des essais de type, du
torité de surveillance du marché les infor- contrôle de production et de son suivi.
mations nécessaires relatives au produit. En conclusion, tous les acteurs de la chaîne
L’importateur se doit de garantir que les de mise sur le marché des produits de
produits qu’il met sur le marché sont construction : fabricant, mandataire, impor-
conformes aux exigences essentielles et tateur, distributeur sont tenu de connaître
que la procédure d’évaluation de la confor- et d’appliquer en fonction de leur implication
mité a été appliquée. vis-à-vis du produit, les exigences de la Di-
Lorsque l’importateur assure l’assem- rective produit de Construction, en ce qui
blage, l’emballage ou le marquage du pro- concerne les produits qu’ils mettent sur le
duit en vue de la mise sur le marché en son marché (le terme de «mise sur le marché»
nom propre ou s’il modifie la destination est ici pris au sens large incluant la com-
du produit, il est alors considéré comme mercialisation par les distributeurs). Il est
fabricant au sens de la DPC. Lorsque ni le important de noter que la traçabilité du pro-
fabricant, ni son mandataire établi dans duit doit, dans tous les cas, être maintenue.
l’espace communautaire ne satisfont aux C’est donc à ce titre qu’un importateur ou
exigences pour la mise sur le marché du un distributeur qui commercialise sous sa
produit, l’importateur peut être amené à propre marque un produit doit en assumer
assurer la conformité du produit aux exi- la responsabilité vis-à-vis des exigences de
gences essentielles. la DPC. Dans ce cas, le distributeur ou l’im-
portateur, considéré comme fabricant, sera
le détenteur des certificats de conformités
Le distributeur au marquage CE (pour les produits sous
Le distributeur commercialise un produit système 1+ ou 1) et sera responsable de 1) Guide de la mise en application
des directives élaborées sur la
dont le fabricant est clairement identi- la mise à disposition de la déclaration de base des dispositions de la nou-
fiable ; il prend les mesures commerciales conformité. velle approche et de l’approche
après la mise sur le marché du produit. Il À un autre niveau, les assembleurs et ins- globale- IBNS 92-828-7501-6 –
ne doit pas avoir de liens privilégiés avec tallateurs sont impliqués dans le système Communauté Européenne, 2000
le fabricant. afin d’assurer la conformité du produit 2) Les Directives nouvelles ap-
Le distributeur a l’obligation de connaître jusqu’à son incorporation dans l’ouvrage. proche n’exigent pas que les
fabricants soient établis dans la
dans les grandes lignes les dispositions Les installateurs ont en effet une place communauté européenne. Dès
juridiques applicables au produit qu’il dis- importante dans la chaîne de garantie de lors, en vertu de ces directives,
tribue : par exemple, la signification du la conformité du produit installé car ils les responsabilités d’un fabricant
contenu de la déclaration de conformité doivent prendre l’ensemble des mesures sont les mêmes qu’il soit établi
en dehors de la communauté ou
d’un produit. À ce titre, le distributeur nécessaires pour garantir que les produits dans un état membre.
se doit donc de ne pas commercialiser installés restent conforme aux exigences
3) CMI n° 2-2009 : Les systèmes
des produits dont il sait, ou aurait du es- essentielles de la DPC. d’attestation de conformité.
timer sur la base des informations dont Yannick Le Tallec,
4) Remarque  : le mandataire
il dispose, qu’ils ne satisfont pas aux Chef du service Certification peut également occuper la fonc-
exigences de la réglementation qui les Département incendie et certification, tion de sous-traitant, ou même
concerne. CTICM d’importateur

Anticiper les
Anticiper les contraintes
contraintes
réglementaires
réglementaires
Aider àà faire
Aider faire face
face àà la
la
Réduisez vos dépendance énergétique
dépendance énergétique
émissions de gaz à Envisager
Envisager des
d’économies
d’économies
des sources
sources

effet de serre Améliorer


Améliorer la la compétitivité
compétitivité
avec le Valoriser la
Valoriser
des clients
des
la démarche
clients et
démarche auprès
et des
auprès
des fournisseurs
fournisseurs
CTICM Adapter
Adapter lele plan
plan d’actions
d’actions àà la
la
stratégie
stratégie de
de l’entreprise
l’entreprise
Contact CTICM habilité par l’Ademe: Stéphane Herbin 01 60 13 83 63

le partenaire des professionnels de la construction métallique


Développement durable

Du Grenelle 1...
... au Grenelle 2
Dans un contexte général de crise sociale et
économique, les enjeux du développement durable
n’ont pas baissé d’intensité, malgré le rejet du projet
de contribution « climat – énergie ». La mise en œuvre
progressive du Grenelle de l’environnement doit se
poursuivre avec le Grenelle 2, attendu au printemps.
Le secteur du bâtiment est particulièrement concerné.

L a loi de programmation relative


à la mise en œuvre du Grenelle
de l’environnement – n° 2009-
967 en date du 3 août 2009,
dite Grenelle 1 – montre la volonté d’intro-
duire dans le droit français le développe-
neuves deviennent un enjeu majeur pour les
dix prochaines années.
Toutes les constructions neuves faisant l’ob-
jet d’une demande de permis de construire
à compter de la fin 2012 et, fin 2010 pour
les bâtiments publics ou affectés au secteur
ment durable. En une trentaine de pages, tertiaire, devront présenter une consomma-
ce texte passe en revue la lutte contre le tion d’énergie primaire annuelle inférieure ou
changement climatique, la préservation des égale à 50 kWh/m², sous réserves de condi-
écosystèmes, la prévention des risques tions particulières (localisation et surfaces par
pour la santé et l’environnement. Sont éga- exemple). À compter de 2020, ces mêmes
lement évoqués l’État exemplaire et les as- constructions devront présenter une consom-
pects de gouvernance et d’information. mation d’énergie inférieure à sa production is-
Les principaux axes de ce texte de loi ont sue de sources d’énergies renouvelables.
confirmé l’orientation qui doit être prise pour Pour le parc de bâtiments existants (toutes
respecter les engagements pris par la France : destinations), l’État fixe un objectif de réduction
• réduire de 20 % les émissions de gaz à ambitieux : -38 % de consommation énergé-
effet de serre d’ici à 2020 (en vue de di- tique d’ici à 2020 ! Les logements sociaux sont
viser par quatre ses émissions de GES particulièrement concernés et l’État s’engage
entre 1990 et 2050, à mettre en place les mesures avec les orga-
• atteindre une part de 23 % d’énergies nismes bailleurs pour parvenir à l’objectif.
renouvelables dans la consommation fi- Pour le déploiement d’une rénovation énergé-
nale d’’énergie en 2020, tique sur le parc résidentiel et tertiaire, l’État pré-
• concourir à l’amélioration d‘au moins voit un ensemble de dispositifs dont la mise en
20 % de l’efficacité énergétique de la place d’accords avec le secteur bancaire pour
Communauté européenne. le financement des investissements, et l’as-
De nombreuses décisions ont une consé- sujettissement des propriétaires de surfaces
quence directe sur les activités de tertiaires aux certificats d’économie d’énergie.
construction et notamment du bâtiment. Le rôle des collectivités publiques sera dé-
terminant pour accompagner un tel train de
mesures ; le droit de l’urbanisme devra ainsi
Retour sur le Grenelle 1 évoluer en conséquence. Une adaptation des
Dans la lutte contre le changement clima- règles du domaine public est envisagée pour
tique, le premier objectif est la réduction de permettre les travaux d’isolation par l’exté-
la consommation d’énergie des bâtiments. rieur : il ne s’agit que d’un des aspects du
Ainsi, la rénovation énergétique et thermique droit de l’urbanisme qu’il conviendra de faire
des bâtiments existants et l’amélioration du évoluer pour préserver les réserves foncières
comportement énergétique des constructions et limiter l’étalement urbain.

12 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
Dans l’optique du Grenelle, la politique des de gestion des déchets, ce qui pourrait consti-
transports est déterminante pour la réduc- tuer un avantage certain pour la construction
tion des émissions de gaz à effet de serre. métallique et ses entreprises.
À ce sujet, le chapitre 3 de la loi est très
conséquent et met particulièrement en
évidence la nécessité d’une évolution du Perspectives du Grenelle 2
transport du fret : de la route vers le fer. Le Grenelle 1 et ses orientations ont in-
À l’échéance 2022, la part du non-routier troduit le développement durable dans le
et du non-aérien doit ainsi progresser de droit français et confirmé les intentions
14 % à 25 % pour le transport de marchan- politiques. La prochaine étape doit propo-
dises. Les mesures porteront sur un sou- ser un ensemble de dispositifs concrets de
tien au développement du trafic maritime et mise en œuvre : c’est l’objet de la future
fluvial, accompagné de supports financiers Loi d’engagement national pour l’environ-
(fonds capitalisation, dotation budgétaire). nement (Grenelle 2).
La réduction du fret routier passera par Les lectures au Parlement et autres travaux
des incitations à l’amélioration des perfor- préliminaires témoignent de la volonté de
mances environnementales des véhicules. poursuivre dans ce sens. Des facilités au
Une « écotaxe » est prévue dès 2011 pour déploiement de procédés d’énergies renou-
financer les projets d’infrastructures de velables, des soutiens à la recherche et au
transport ; elle pourra être modulée dans développement de nouveaux produits dans
un souci de report de trafic équilibré. le domaine de la construction sont déjà évo-
Le droit de la commande publique est amené qués. Le maître d’ouvrage public et l’utilisa-
à suivre ces évolutions et prendre en compte teur devraient pouvoir bénéficier d’avantages
l’objectif de réduction des consommations et de facilités de financement, comme le cré-
d’énergie. En plus de l’incitation par l’État au- dit d’impôt ; en plus d’un élargissement de
près des collectivités territoriales, le pouvoir la formation, les entreprises, pour accompa-
adjudicateur pourra recourir à un contrat de gner ces projets, auront certainement besoin
partenariat relatif à la performance énergé- d’investissements.
tique, incluant la conception, la réalisation et En attendant le vote du texte pour analyser
la maintenance, dès lors que les améliora- ces points, l’activité générée par de tels ob-
tions sont garanties contractuellement. jectifs constituera une dynamique de projets
L’article 46 de la loi porte sur la politique de à laquelle il convient de se préparer.
réduction des déchets. Le renforcement du
tri et des filières de valorisation est mis en Stéphane Herbin
avant. Pour les chantiers de construction se Chef du service développement durable
profile l’obligation de mise en place d’un plan Département Construction métallique, CTICM

Les nouveaux tarifs de


l’électricité photovoltaïque
Le ministère de l’Écologie, de l’Énergie et du Développement
durable a communiqué les nouveaux tarifs ainsi que
les conditions de rachat de l’électricité produite par des
panneaux photovoltaïques en France pour la période 2010-
2012 dans le Journal Officiel du 14 janvier 2010.

I l existe désormais 5 tarifs


d’achat contre 3 auparavant qui
s’appliqueront de façon rétroac-
tive à tous les projets déposés
à partir du 1er novembre 2009. Ces tarifs
s’appliquent uniquement aux nouveaux
projets et pour toute la durée du contrat
d’exploitation (20 ans).
Les installations bénéficiant de la prime
« intégration au bâti », mises en place pour
sont différents selon la nature du bâtiment le résidentiel et dont la puissance est
et le niveau d’intégration des panneaux et inférieure ou égale à 3 kWc, bénéficient

13
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Développement durable
toujours d’un tarif fixé à 58 c€/kWh. Par ailleurs, le texte est encore en dis-
Les bâtiments professionnels pour les- cussion et une nouvelle version devrait
quels les installations sont le plus sou- paraître à la fin du mois de février, plus
vent supérieures à 3 kWc, les tarifs sont complète. Cette dernière devrait par
multiples. Pour les bâtiments d’ensei- exemple inclure les bâtiments agricoles
gnement ou de santé qui respectent les neufs dont l’installation intégrée est pro-
critères de « l’intégration au bâti » le tarif tifiée par l’usage profesionnel. Ce dernier
est de 58  c€/kWh. Pour les bâtiments point fait l’objet de pour-parler afin que le
de bureaux, industriels, commerciaux ou tarif de 50 c€/kWh soit applicable.
encore agricoles qui respectent des cri- Ce début d’année est donc très favorable
tères d’intégration poussés, le tarif est pour proposer ou investir dans une cen-
désormais fixé à 50 c€/kWh mais unique- trale photovoltaïque sur les bâtiments
ment pour les bâtiments existants. Pour industriels ou agricoles, avec une produc-
les autres bâtiments professionnels neufs tion d’électricité écologique, le tarif de ra-
ou ceux dont l’intégration est moins pous- chat qui demeure le plus haut du monde et
sée (« intégration simplifiée au bâti ») un des fortes incitations gouvernementales
nouveau tarif d’achat est créé et s’élève à en vigueur en 2010 (TVA à taux réduit
42 c€/kWh. « La création de ce nouveau de 5,5 %, crédit d’impôt de 50 % sur le
tarif favorisera le développement du so- matériel, aides régionales, revenus nets
laire sur les bâtiments professionnels d’impôts).
(bâtiments industriels, commerciaux, Les acteurs de la construction métal-
© Systaic agricoles…), pour lesquels des solutions lique peuvent dès aujourd’hui tirer profit
totalement intégrées au bâti ne sont pas de ces facteurs de compétitivité en inté-
toujours possibles », justifie le ministère. grant cette composante à leur activité.
Enfin les centrales solaires installées en Le CTICM peut d’ors et déjà accompagner
France métropolitaine dont la puissance est ces projets et répondre aux questions sur
inférieure ou égale à 250 kW pourront toujours ces nouvelles perspectives.
bénéficier du tarif de 31,4 c€/kWh. Pour les
centrales dont la puissance est supérieure à
250 kWc, ce tarif variera désormais en fonc- Jean Lauquin
tion de l’ensoleillement de 31,4 c€/kWh Ingénieur service développement durable
pour les départements les plus ensoleillés à Département Construction métallique,
37,7 c€/kWh. CTICM

Bientôt, les FDES


n’auront plus de
Savez-vous
où trouver secret pour vous !
ces FDES ?
La base INIES est la base de
Comme évoqué dans notre édition 1-2008, les FDES
données de référence en
matière de FDES.
illustrent les impacts environnementaux et sanitaires
Vous pouvez vous rendre sur
le site de : www.inies.fr pour
des produits de construction.

L
les consulter.
Cliquer sur « Consulter les
Fiches de Déclaration e 1er Plan National Santé et En- ont été élaborées par l’Office technique
Environnementale et vironnement annonçait déjà en de l’utilisation de l’acier (Otua) désormais
Sanitaire (FDES) des 2004 que 50 % des produits de rebaptisé ConstruirAcier et par le SNPPA.
Produits de construction ». construction devront posséder Elles portent sur les produits plats
Vous accéderez aux FDES une FDES en 2010. suivants :
souhaitées soit par le Face à un tel enjeu, le CTICM publiera pro- • bardage acier simple peau ;
« Tableau de bord de la chainement un mémo sur les FDES pour • couverture acier simple peau ;
base », soit par « Trouver un que vous puissiez tout savoir à leur sujet. • support d’étanchéité en acier ;
produit ». Rappelons que les premières FDES Acier • plateau de bardage en acier.

14 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
L’Otua et le CTICM ont également travaillé poursuivre, sera le meilleur garant de notre
à l’élaboration de la première FDES pour un concurrence face aux autres matériaux,
produit de structure en acier : la fiche « pou- déjà très avancés dans cette démarche
trelle en acier » - mise en œuvre dans un bâti- environnementale.
ment de bureaux – grâce au concours d’une Mathilde Bonnans
dizaine de constructeurs métalliques. Ingénieur service développement durable
D’autres FDES sur des produits acier se- Dpt construction métallique
ront prochainement publiées. Cet effort, à CTICM

Actualité COV
Janvier 2010
Dans le cadre de la réduction des émissions de
polluants atmosphériques, une réduction des teneurs
en COV dans les produits de peinture est entrée en
vigueur au 1er janvier 2010.

La Commission européenne a fixé des Afin de contribuer à la réduction des émis-


objectifs de réductions d’émission des sions de COV dans les peintures, présents
polluants à atteindre1 aux différents pays sous forme de solvants souvent toxiques,
membres. Rappel : l’Union européenne a imposé des réduc-
tions de teneurs en COV dans les produits2
Plafond d’émissions françaises de peinture. Depuis le 1er janvier 2010,
de polluants atmosphériques à cette teneur maximale a été réduite.
atteindre en 2010 – Directive Même si la plupart des fabricants four-
2001/81/CE nissent des produits conformes à la ré-
glementation, les constructeurs métal-
SO2 NOX COV NH3 liques devront dès à présent s’assurer
375 810 1050 780 que les produits dont ils disposent sont
en conformité avec la législation relative
Les produits de peinture employés en aux COV. Ils peuvent pour cela consulter
construction métallique pour la protection les fiches produits et les fiches de don-
contre la corrosion des aciers notamment, nées de sécurité qui présentent la teneur
contiennent des COV (Composés orga- en COV présentes dans les peintures
niques volatils). employées.

Teneurs maximales en COV pour certains Vernis


et Peintures – 2004/42/CE
01/01/2007 g/l

01/01/2010 g/l

Catégories
A partir du

A partir du

1) Directive 2001/81/CE du Par-


selon Sous-catégorie de produits Type lement Européen et du Conseil
Phase II
Phase I

2004/42/CE du 23 octobre 2001 fixant des


plafonds d’émission nationaux
pour certains polluants atmos-
phériques
PA 150 130
D Peinture intérieur/extérieur pour finition et bardage bois ou métal
PS 400 300 2) Directive n° 2004-42/CE du
21/04/04 relative à la réduction
PA 140 140 des émissions de composés orga-
I Revêtements monocomposants à fonction spéciale
PS 600 500 niques volatils dues à l’utilisation
de solvants organiques dans cer-
Revêtement bicomposants à fonction spéciale pour utilisation PA 140 140 tains vernis et peintures et dans
J les produits de retouche de véhi-
finale spécifique, sur sols par exemple PS 550 500
cules, et modifiant la directive n°
g/l de produit prêt à l’emploi – PA : phase aqueuse – PS : phase solide 1999/13/CE

15
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Boulonnerie de construction métallique
à haute résistance apte à la
précontrainte et conforme
à la NF EN 14399

Fiche technique n°7


Les boulons HRC
Un boulon « à précontrainte calibrée », appelé filetages du boulon par sur-serrage mais, cepen-
boulon HRC, ressemble à un boulon type HR à dant, elle doit être suffisante pour obtenir une
l’exception prête qu’il possède un embout spé- précontrainte adéquate dans les boulons. Les
cial en prolongement de la vis. Le produit selon la boulons HRC doivent donc recevoir une lubrifica-
norme EN 14399-10 remplace celui couvert par tion maîtrisée, mise en œuvre par le fabricant,
la norme française NF E 25-812. qu’ils soient déclarés de classe de serrage K2
ou non, de plus, ils doivent être bien protégés,
Deux variantes du produit sont admises :
avant et pendant la pose, des salissures et des
Première variante
actions climatiques extrêmes.
La tête la vis est ronde, ce qui en fait un boulon
relativement semblable au produit homologue L’outil de serrage électrique possède deux
décrit par les normes japonaises et américaines douilles coaxiales, l’une extérieure qui s’adapte
(« Tension Control Bolts » ou « Torque Control sur l’écrou et l’autre intérieure qui s’engage sur
Bolts »); l’embout cannelé. Pendant la phase de serrage,
Deuxième variante la douille en prise sur l’embout empêche la vis
Le lot d’ensemble (vis + écrous + rondelles) de tourner ce qui, par réaction-contre-réaction,
n’est pas déclaré de classe de serrage K2. Il faut entraîne que la douille extérieure serre le boulon
utiliser alors un écrou d’une hauteur de 1,0 d au par la rotation de l’écrou. Lorsque le couple de
lieu de 0,9 d (d : diamètre nominal du boulon). serrage appliqué par l’outil approche la valeur
cible, la douille extérieure s’arrête de tourner et
La définition d’un lot d’ensemble de type HRC
la douille intérieure commence à tourner en sens
est la même que pour les boulons classiques
inverse jusqu’à la rupture en torsion de l’embout
aptes à la précontrainte. Cependant, outre les
à la section de la gorge calibrée. L’outil de ser-
essais usuels d’aptitude à l’emploi pour la mise
rage retient l’embout jusqu’à ce que l’opérateur
en précontrainte, des essais d’aptitude à l’em-
déclenche par un bouton spécial son relâche-
ploi pour la précontrainte calibrée sont requis par
ment et sa dépose dans un conteneur, et ce en
lot d’ensemble. Ces derniers doivent démontrer
toute sécurité sur le chantier.
qu’après le serrage par un outil automatique spé-
Afin de permette une phase de pré-serrage de
cial les efforts de précontrainte sont adéquats
tous les boulons suivi du serrage définitif, il faut
et peu dispersés dans les ensembles « boulons
interrompre le serrage avant que la douille ex-
HRC ».
térieure ne devienne immobile, c’est-à-dire avant
L’embout qui prolonge la vis présente des can-
Février 2010 - CMI 1-2010

que l’écrou arrête de tourner et surtout avant


nelures qui permettent un engagement male dans
que la gorge de rupture commence à se défor-
la douille de serrage. Une gorge s’intercale entre
mer significativement sous l’action du couple de
l’embout et l’extrémité de la vis afin de créer une
torsion. Une fois tous les boulons de l’assem-
section réduite qui agit comme « fusible » lors du
blage pré-serrés on reprend le serrage pour le
serrage. En effet, la résistance à la torsion de
compléter, boulon par boulon, dans l’ordre
la section est calibrée pour rompre à une valeur
souhaité, jusqu’à la rupture de l’embout de
cible du couple de serrage. Cette valeur cible ne
chacun d’entre eux.
doit pas trop élevée pour ne pas endommager les
Boulonnerie de construction métallique à
haute résistance apte à la précontrainte
et conforme à la NF EN 14399
Les boulons HRC
Les boulons HRC présentent par rapport aux qu’une faible proportion du nombre total de bou-
autres types de boulons aptes à la précontrainte, lons à installer dans une charpente et peut être
un certain nombre d’avantages non négligeables. résolue par l’utilisation d’une des méthodes
La précontrainte est fiable. Leur pose est ra- usuelles de serrage convenant à la classe de ser-
pide et facile. Hormis pour le changement de la rage du lot de boulons concerné. Avec un lot de
douille, il n’est pas nécessaire de régler l’outil boulons de la classe de serrage K2 il est possible
lorsque l’on change de diamètre de boulon. Bien d’effectuer le serrage par la méthode de couple,
que l’outil de pose pèse 13kg, il a été constaté tandis qu’avec un lot de classe K0 il faudra soit
que les monteurs s’habituaient rapidement à ce- utiliser des rondelles indicatrices soit faire un ca-
lui-ci. Lors du serrage, une seule personne est librage d’une méthode de serrage selon l’annexe
nécessaire, l’accès ne se faisant que d’un seul H de la norme NF EN 1090-2. Après la pose du
coté de l’assemblage. boulon HRC il est conseillé d’appliquer assez rapi-
Si le seul contrôle visuel constatant l’absence dement une protection anti- corrosion sur la face
de rupture de l’embout ne suffit pas, alors il est de rupture à l’extrémité de la vis.
possible de pratiquer un contrôle de serrage iden-
Note : au moment de la rédaction de cette fiche,
tique à celui qui est fait pour un produit HR clas-
et en attendant une mise à jour de la norme NF EN
sique, mais à condition que le lot d’ensemble soit
14399-1, les produits des normes NF EN 14399
de classe de serrage K2.
partie 7 (boulons ajustés), partie 8 (boulons à tête
Un inconvénient potentiel : ne pas avoir la pos- fraisée), partie 9 (rondelles indicatrices de précon-
sibilité pour certains assemblages d’avoir accès trainte) et partie 10 (boulons HRC) n’entrent pas
à l’extrémité, coté écrou, pour engager l’outil de encore dans le champ d’application du marquage
serrage. Cependant, cette difficulté ne concerne CE.

Boulon HRC à tête hexagonale Boulon HRC à tête ronde Outil de serrage électrique pour les boulons HRC
Février 2010 - CMI 1-2010

➊ Ecrou ➋ Embout cannelé


Mantien de la vis par l’embout Bloquage de l’écrou et
Rupture en torsion à la gorge et
pendant le serrage du boulon mise en rotation inverse de
dégagement éventuel de l’embout
par la rotation de l’écrou l’embout
Phases de serrage définitif d’un boulon HRC avec l’outil automatique spécial Face de la rupture
Boulons HRC et leur mise en œuvre par un outil de serrage automatique
Première mondiale : unité de perçage métal
Développement durable

avec avance de perçage entièrement automatique


FEIN présente deux nouvelles unités de perçage magnétique
pour les diamètres atteignant 80 millimètres

La FEIN KBM 80 U avec entraînement manuel et la La FEIN KBM 80 auto est la première unité de
FEIN KBM 80 auto avec la toute première avance perçage avec avance de perçage entièrement
de perçage entièrement automatique garantissant automatique. Le système électronique régule
une constance des temps de perçage et permettant automatiquement la vitesse de rotation du moteur
une réduction du temps et des coûts de perçage. et la vitesse d’avance, en fonction du matériel, du
Les nouvelles unités de perçage FEIN couvrent diamètre de perçage et de l’étape de travail. Une
l’ensemble des champs d’application, que ce soit le fois le matériau percé, le mécanisme de marche
perçage, le perçage au foret hélicoïdal, le taraudage, arrière est automatiquement activé, le moteur
le chanfreinage ou l’alésage, et sont utilisées dans remonte et la machine s’arrête automatiquement.
la construction métallique, la construction de L’élément de commande „Viseo Touch Pad“
ponts, la construction mécanique, la construction développé et breveté par FEIN, dont sont équipées
navale et la fabrication de réservoirs. les unités de perçage FEIN KBM 80 est d’une
aide précieuse pour l’utilisateur. Les éléments
Contrairement au perçage au foret hélicoïdal, le de commande bien visibles par l’utilisateur sont

L
perçage magnétique permet de gagner jusqu’à disposés sur la partie supérieure du moteur et
40 % de temps, ce qui en fait une technique de réduisent ainsi le risque d’erreur. Le système
perçage extrêmement économique. sans outil QuickIN MAX permet un changement

La qualité s’inscrit dans la durée :


115 années d’expérience inégalées.
Les perceuses BOP FEIN - La puissance et la qualité sans compromis.

La confiance doit être méritée. Et c’est ce que nous faisons depuis 1895.

L’invention, en 1895, de la première perceuse électrique Les perceuses BOP FEIN sauront vous convaincre par
portative par FEIN révolutionna le monde du travail. Et le système de blocage de broche intégré et le mandrin à
jusqu’à ce jour, les perceuses FEIN n’ont rien perdu de serrage rapide à une main, un carter d’engrenage mécani-
leur caractère innovant. Chaque composant est parfaite- que, un moteur puissant de 500 watts et une construction
ment adapté à la construction sophistiquée et assemblé facile à entretenir. Vous trouverez de plus amples infor-
pour offrir le meilleur des perceuses FEIN « Made in mations chez votre spécialiste et sous www.fein.com.
Germany ».

16 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
rapide et sans clé des fraises. En cas de surcharge L’entreprise :
ou de blocage, un mécanisme de débrayage par Wilhelm Emil Fein fonda l’entreprise en 1867. En
accouplement à glissement intégré prévient du 1895, FEIN inventa la perceuse électrique portative,
risque. le tout premier outil électroportatif. Aujourd’hui,
Les deux unités de perçage sont équipées d’une cette entreprise aux valeurs traditionnelles est un
arrivée automatique (pompe à liquide intégrée ) fabricant d’outils électroportatifs jouissant d’une
de lubrifiant de refroidissement. renommée mondiale. Basée en Allemagne, elle
Les nouvelles unités de perçage FEIN KBM 80 U met au point et produit des solutions destinées
et KBM 80 auto sont équipées d’un moteur haute aux segments de marché métal, second œuvre et
performance de 2 000 watts et d’un réducteur automobile et est spécialisée dans la fabrication
mécanique à trois rapports. Les unités de perçage d’outils professionnels et fiables pour l’industrie
sont équipées d’un double guidage en queue et l’artisanat. FEIN possède plus de 800 droits de
d’aronde avec course de levage particulièrement propriété industrielle actifs, dont environ 500
importante. brevets ou demandes de brevet. Depuis plus de
Un coffret de transport avec roues pour une 140 ans, la marque FEIN est synonyme de solutions
utilisation mobile est compris dans la livraison. haut de gamme.
La famille d’unités de perçage FEIN compte 6
modèles : 3 machines de chantier et 3 machines
d’atelier conçues pour des applications, des tâches
et des méthodes de travail spécifiques.
Elles sont complétées par des fraises et des www.fein.fr
accessoires. La gamme comporte des fraises à
concrétion carbure particulièrement durables et
performantes, des fraises HSS exceptionnellement
résistantes aux chocs et des accessoires de
taraudage.

Découvrez les spé-


cialistes universels.
Unités de perçage magnétique FEIN KBM 80 U
et KBM 80 auto.

U
NOUVE A

Percer, tarauder, chanfreiner et aléser avec une seule machine !

Le perçage magnétique jusqu’à un diamètre de 80 mm, que, adaptateur QuickIN et CM3 pour un changement
le perçage au foret hélicoїdal, le taraudage, le chan- d’outils rapide et une précision de rotation élevée …
freinage ou l’alésage peuvent désormais être effectués Les FEIN KBM 80 établissent de nouveaux critères en
à l’aide d’une seule et même machine, à savoir la FEIN termes de fl exibilité, de rentabilité et de productivité.
KBM 80 U ou la FEIN KBM 80 auto entièrement auto- Découvrez par vous-même ! Auprès de votre distri-
matique ! Moteur haute performance de 2 000 watts, buteur spécialiste ou bien sur notre site :
rotation droite/gauche, affichage de l’effort magnéti- www.fein.fr

17
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Liste des eurocodes pour les bâtiments à ossature acier - 02/2010
État des publications afnor normes françaises homologuées eurocodes,
annexes nationales et règles d’exécution pour la construction métallique.

RÉFÉRENCE TITRE SIMPLIFIÉ NORME NF EN ANNEXE NATIONALE


Eurocode Bases de calcul des structures
EN 1990 Bases de calcul (et pondérations) Mars 2003 Juin 2004
Amendement A1 : charges sur les ponts routiers, ferroviaires, Juillet 2006 Décembre 2007
EN 1990/A1
et les passerelles
Eurocode 1 Actions sur les structures
EN 1991-1-1 Poids propres et charges d’exploitation Mars 2003 Juin 2004
EN 1991-1-2 Actions sur les structures exposées au feu Juillet 2003 Février 2007
EN 1991-1-3 Charges de neige Avril 2004 Mai 2007
EN 1991-1-4 Actions du vent Novembre 2005 Mars 2008
EN 1991-1-5 Actions thermiques Novembre 2004 Février 2008
EN 1991-1-6 Actions en cours d’exécution Novembre 2005 Mars 2009
EN 1991-1-7 Actions accidentelles Février 2007 Septembre 2008
EN 1991-2 Actions sur les ponts, dues au trafic Mars 2004 Mars 2008
EN 1991-3 Actions induites par les appareils de levage Avril 2007 Janvier 2010
EN 1991-4 Actions dans les silos et réservoirs Mai 2007 Novembre 2007
Eurocode 3 Calcul des structures en acier
EN 1993-1-1 Règles générales et règles bâtiments Octobre 2005 Mai 2007
EN 1993-1-2 Calcul du comportement au feu Novembre 2005 Avril 2007
EN 1993-1-3 Règles supplémentaires pour les éléments minces Avril 2007 Octobre 2007
EN 1993-1-4 Règles supplémentaires pour l’inox Février 2007 Mars 2008
EN 1993-1-5 Voilement des plaques Mars 2007 Octobre 2007
EN 1993-1-6 Coques Juillet 2007 1*
EN 1993-1-7 Flexion des plaques Septembre 2007 Août 2008
EN 1993-1-8 Calcul des assemblages Décembre 2005 Juillet 2007
EN 1993-1-9 Fatigue Décembre 2005 Avril 2007
EN 1993-1-10 Choix des aciers Décembre 2005 Avril 2007
EN 1993-1-11 Structures à câbles Avril 2007 Décembre 2007
EN 1993-1-12 Extension aux aciers jusqu’à S700 Août 2007 Août 2008
EN 1993-2 Ponts Mars 2007 Décembre 2007
EN 1993-3-1 Tours et mâts Mars 2007 Juillet 2008
EN 1993-3-2 Cheminées Avril 2007 Juillet 2008
EN 1993-4-1 Silos Novembre 2007 1*
EN 1993-4-2 Réservoirs Juillet 2007 2*
EN 1993-4-3 Canalisations Juillet 2007 2*
EN 1993-5 Pieux et palplanches Août 2007 Août 2008
EN 1993-6 Chemins de roulement Septembre 2007 3*
Eurocode 4 Calcul des structures mixtes acier-béton
EN 1994-1-1 Règles générales Juin 2005 Avril 2007
EN 1994-1-2 Calcul du comportement au feu Février 2006 Octobre 2007
EN 1994-2 Ponts mixtes Février 2006 Mai 2007
Eurocode 8 Calcul des structures pour leur résistance aux séismes
EN 1998-1 Règles générales, actions sismiques et règles bâtiments Septembre 2005 Décembre 2007
EN 1998-2 Règles pour les ponts Décembre 2006 Octobre 2007
EN 1998-3 Évaluation et renforcements des bâtiments Décembre 2005 Janvier 2008
EN 1998-4 Règles pour les silos, réservoirs et canalisations Mars 2007 Janvier 2008

Les Eurocodes sont publiés sous la forme NF EN 199X. Les annexes nationales le sont sous la forme NF EN 199X/NA à l’exception de
celles relatives aux EN 1990 et EN 1991-1-1 qui sont respectivement intitulées NF P06-100-2 et NF P06-111-2.

RÈGLES D’EXÉCUTION
Février 2010 - CMI 1-2010

DTU 32-1 Travaux de bâtiment - Charpente en acier


Partie 1 : cahier des clauses techniques types (CCT) Octobre 2009
Partie 2 : cahier des clauses administratives spéciales types (CCS)
Exécution des structures en acier et des structures en aluminium
EN 1090-2 Février 2009
Partie 2 : exigences techniques pour les structures en acier
Exécutions des structures en acier et des structures en aluminium
P22-101-2/CN Partie 2 : exigences techniques pour les structures en acier Juillet 2009
Complément national à la NF EN 1090-2 : 2009
Nota : les textes sont en vente à l’Afnor
1* En cours de publication – 2* Il n’est pas prévu d’annexe nationale – 3* annexe nationale en cours d’enquête publique
Dossier

MARS 2010…
LES EUROCODES !
Mars 2010, c’est la date de mise en application
des eurocodes. Il nous a semblé indispensable de
consacrer un dossier spécial à cette question, dans le
but d’apporter des réponses concrètes aux questions
que peuvent se poser les uns et les autres.

L es eurocodes structuraux et
leurs annexes nationales sont
publiés en France par l’AFNOR
sous formes de normes NF.
Cette publication est à ce jour pratiquement
Jusqu’à présent les textes réglemen-
taires font références aux règles PS 92 et
PS-MI pour le séisme, aux DTU P 92-702,
P 92-701 et aux ENV 1991-2-2, 1993-1-2 et
1994-1-2 pour le feu.
achevée (voir en « fiche détachable » la liste Des textes (décrets et arrêtés) vont rem-
des eurocodes concernant la construction placer ces références par les eurocodes
métallique.) appropriés (NF EN 1998 pour le séisme,
Pourquoi parle-t-on de mars 2010 ? Parce parties feu des eurocodes pour l’incendie,
que les états-membres de l’Union euro- les DTU restant utilisables pendant un cer-
péenne se sont engagés à retirer à cette tain temps, qui reste à préciser). Cepen-
date les normes nationales concurrentes. dant, ces décrets et arrêtés ne sont pas
Cela signifie que l’AFNOR annule, et ne encore publiés, ce qui risque dans un pre-
présente plus dans son catalogue, les mier temps de rendre l’utilisation des eu-
normes de la série P 06 et P 22 utilisées rocodes un peu délicate pour des raisons
en construction métallique, de même que de cohérence.
les ENV eurocodes (la version expérimen- Enfin, un aspect important à prendre
tale des eurocodes). Elles restent cepen- en considération est la position des
dant disponibles à la vente. assureurs.
En ce qui concerne les règles de calcul Alors, appliquer les eurocodes, ou « conti-
DTU (CM 66, NV 65), la situation est nuer comme avant » ? À chacun de déci-
différente dans la mesure où ces textes der, en fonction des contraintes légales
ne sont pas gérés par l’AFNOR. Ils ne se- ou contractuelles. En tout état de cause,
ront donc pas annulés, ou du moins pas on ne peut donc que recommander de
immédiatement. vérifier soigneusement la rédaction des
Distinguons maintenant entre marchés pu- documents du marché concernant le ré-
Ont participé à la rédaction :
blics et marchés privés. férentiel de calcul, et de se rapprocher
Alain Bureau, En ce qui concerne les marchés publics, de son assureur pour valider avec lui les
Directeur de recherche, l’état a publié en juillet 2009 une recomman- conditions de garantie en fonction du
Département construction
dation invitant les pouvoirs adjudicateurs de référentiel.
métallique, CTICM.
Bruno Chabrolin,
marchés de travaux et de maîtrise d’œuvre La suite de ce dossier dresse un panorama
Directeur du Département à établir leurs spécifications techniques par des ressources disponibles pour faciliter
scientifique et du transfert des référence aux normes eurocodes. l’application des eurocodes, guides papier
connaissances, CTICM. Pour les marchés privés, c’est le contrat ou sites internet, outils de calcul et logi-
Joël Kruppa, entre les parties qui définit les références ciels, formation et services spécifiques
Directeur du Département techniques. proposés par le CTICM.
incendie et certification, CTICM
On voit donc que dans les deux cas l’utili- Enfin, n’oubliez pas non plus que les ingé-
Patrick Lechaffotec,
Directeur du Département sation des eurocodes n’est pas en théorie nieurs du CTICM sont disponibles pour ré-
construction métallique, CTICM. une obligation systématique. Évoquons pondre à toutes vos questions (se reporter
Jean-Pierre Pescatore, maintenant les aspects d’ordre réglemen- à la rubrique « Assistance technique » en fin
Directeur du BNCM taire, c’est-à-dire l’incendie et le séisme. de magazine).

18 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
Les « Outils » Eurocode
En vue de l’entrée en application des eu- du commerce, etc, sur des sujets tels que
rocodes, plusieurs projets de recherche l’analyse des structures, la résistance des
français et européens ont permis, depuis barres et des assemblages, le calcul du
quelques années, de préparer des ou- comportement au feu et le séisme. Ces
tils destinés à faciliter l’utilisation des guides sont diffusés par le CSTB (informa-
nouvelles règles dans le domaine de la tions sur le site http://boutique.cstb.fr/).
construction métallique. Au niveau européen, le CTICM participe
Le CTICM s’est profondément impliqué dans actuellement à un projet financé par plu-
de nombreuses actions pour développer sieurs sidérurgistes dont l’objet est es-
et distribuer des outils destinés à faciliter sentiellement de rédiger deux ouvrages,
le passage des anciennes règles (NV65 et l’un traitant de la conception et du calcul
CM66) aux nouvelles normes (eurocodes). des bâtiments multi-étagés, l’autre de la
Il s’agit principalement de guides pratiques, conception et du calcul des bâtiments à
de logiciels en accès libre et de sites inter- niveau unique à usage industriel ou com-
net. En voici un aperçu non exhaustif car ne mercial. L’objectif est de favoriser l’utili-
citant que les actions les plus significatives. sation de l’acier dans ces types d’ouvrage
par une application éclairée des nouvelles
règles. En ce qui concerne leur publica-
Publications tion, l’information sera donnée dans ce
La revue Construction Métallique est le même magazine le moment venu.
principal support pour publier des notes
techniques d’application des eurocodes,
sur des sujets très variés : actions clima- Logiciels en accès libre
tiques, analyse des structures, stabilité des Le CTICM bénéficie d’une longue expé-
barres, assemblages, etc. Un répertoire rience dans le développement de logi-
des articles est accessible sur le site www. ciels de calcul. Depuis plusieurs années,
cticm.com. cette expérience est mise à profit pour
Par ailleurs, nous nous sommes engagés développer des logiciels au service de la
dans la rédaction de nombreux guides. Ain- profession :
si, parmi les prochaines publications, un ou- • LTBeam pour le calcul du moment cri-
vrage sera entièrement consacré au calcul tique de déversement des poutres,
d’un bâtiment simple de type industriel, sui- • EBPlate pour le calcul des contraintes
vant l’Eurocode 3. Il permettra de suivre le critiques de voilement,
déroulement complet d’une note de calculs • Portal pour le dimensionnement rapide
conformément à ces nouvelles règles. de portiques simples,
Dans la collection des guides ASCAP, deux • PotFire pour la justification de la résis-
volumes ont été publiés portant sur le tance au feu de poteaux mixtes,
calcul des assemblages par platine d’about • R15 pour la résistance au feu d’éléments
selon l’EN 1993-1-8, l’un pour les assem- de structure.
blages « poutre sur poteau », l’autre pour les Ces logiciels sont disponibles en télécharge-
assemblages de continuité de poutre. Ces ment libre sur le site www.steelbizfrance.com.
guides contiennent des tables de capacité Prochainement un nouvel utilitaire de calcul,
pour les configurations les plus courantes. A3C, sera mis à la disposition des utilisa-
Un CD contenant un plus large choix de teurs pour la vérification des barres compri-
configurations est fourni avec le guide. Le mées et fléchies conformément aux normes
troisième volume de la collection portera EN 1993-1-1 et EN 1993-1-5, ainsi qu’à leur
sur les assemblages simples de type ar- Annexe Nationale française respective. Ce
ticulé, et sera publié au cours de l’année nouvel outil sera présenté plus en détails
2010. dans un prochain numéro de CMI.
De nombreux autres ouvrages doivent voir
le jour prochainement, notamment celle
d’un guide spécialement consacré à la Sites internet
détermination de l’action du vent sur les Au fil des années, le site internet
bâtiments en acier. www.steelbizfrance.com, est devenu une
Dans le cadre du Plan Europe – volet eu- source importante de documentation :
rocodes, des guides ont été conçus pour • articles de la Revue Construction Métal-
une utilisation pratique par un ingénieur lique téléchargeables au format PDF, 
de bureau d’études. Ils contiennent des • outils de calcul utilisables en ligne :
méthodes simplifiées, des organigrammes, - PlatineX pour le calcul d’assem-
des exemples d’application, des tables de blages par platine d’about selon l’EN
capacité de résistance pour les profilés 1993-1-8,

19
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Dossier
-P  omiX pour le calcul des poteaux métallique ayant développé un logiciel
mixtes selon l’EN 1994-1-1, dédié pour démontrer les performances
- SoliveX pour le calcul de solives se- de leurs produits par référence aux
lon l’EN 1993-1-1, eurocodes.
• logiciels téléchargeables.
Par ailleurs, le site www.access-steel.com
a été développé dans le cadre d’un pro- Formation
jet européen, partiellement financé par le Des stages de formation continue sur les
programme eContent et par la sidérurgie. eurocodes sont proposés par plusieurs
250  documents sont maintenant dispo- organismes de formation. En matière de
nibles en français sur ce site : construction métallique, c’est, bien nor-
• compléments d’information aux eurocodes ; malement, le CTICM qui présente l’offre
• organigrammes des méthodes de calcul ; la plus complète sur les eurocodes 1 (ac-
• exemples d’application des eurocodes ; tions), 3 (acier), 4 (mixte acier-béton) et
•… 8 (séisme).
Ces documents peuvent être librement té- Le cycle traditionnel de présentation des
léchargés sous forme de fichier au format eurocodes a été progressivement com-
PDF. plété et couvre désormais tout ce qui
concerne le calcul d’un bâtiment
Il y a quelques années, ce cycle a été com-
Évaluation de la fiabilité plété par le cycle « étude d’un bâtiment
des logiciels d’analyse de industriel selon les Eurocodes », d’une pé-
structure dagogie différente puisque les stagiaires,
calculateurs familiers des règles CM66, y
Publications, logiciels téléchargeables réalisent concrètement la note de calcul
gracieusement, sites internet d’informa- d’un bâtiment industriel ou de stockage.
tions ne sont pas les seuls domaines dé- La boucle sera bouclée en fin d’année,
veloppés. Outre son implication dans la puisque le cycle « calculer simplement une
création et la mise à disposition d’outils structure en acier » destiné à des calcula-
eurocodes, le CTICM s’est, bien entendu, teurs moins confirmés intégrera désormais
intéressé à ce que d’autres acteurs prépa- les eurocodes, mais dans une approche
raient dans le même domaine. aussi simplifiée que possible (voir ci-des-
Les éditeurs de codes d’analyse de struc- sous la présentation d’Europratic).
tures ont développé, en post-processeurs Ces offres sur catalogue sont bien enten-
de l’analyse globale des structures mé- du déclinables et personnalisables sous
talliques, des modules de vérification de forme de formations intra-entreprise.
la résistance des éléments et des assem- En plus des cycles de formation déjà ex-
blages par référence à l’Eurocode 3 (voire périmentés les années précédentes, le
à l’Eurocode 4). CTICM a déclenché en 2009 les actions
Le CTICM a mis au point une procédure préparatoires à deux nouvelles offres de
d’évaluation de ces modules d’application formations ciblées sur l’appropriation
de l’Eurocode 3 et propose aux éditeurs des eurocodes par les praticiens de la
de réaliser pour leur compte des missions construction métallique qui seront mises
d’évaluation la mettant en œuvre. à disposition courant 2010 .
L’évaluation consiste à rechercher si l’in-
terprétation que le développeur a faite des
clauses utilisées de l’Eurocode est cor- Europratic : simplifier
recte et conforme à celle que le CTICM l’utilisation des eurocodes
juge adaptée, et si l’application automa-
tisée de ces clauses donne un résultat Constat est fait que confronté au corpus
fiable, dans le domaine d’évaluation défini. des eurocodes, l’utilisateur souhaitant l’ap-
Elle s’inscrit dans une démarche de progrès pliquer au calcul de la structure métallique
au bénéfice des développeurs et des utili- d’un bâtiment simple peut être déconcerté
sateurs de logiciels. par le volume des informations contenues
Certificat d’évaluation de logiciel
Le module de vérification de la résistance et la multitude des choix offerts. La ri-
d’analyse de structure
des éléments « barres » du code SCIA Engi- chesse même du document, sans rapport
neer a été le premier dont l’évaluation a été d’ailleurs avec le besoin de l’utilisateur
menée à son terme. visé, en rend l’accès difficile.
L’évaluation du module de vérification de L’objet du projet Europratic est la création
la résistance des éléments « barres » du d’un cycle de formation donnant les clefs
code ROBOT est en cours de finalisation. d’une utilisation simplifiée des eurocodes,
Une démarche identique est proposée aux adaptée au calcul d’une structure de bâti-
fabricants de produits de la construction ments courants.

20 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
La méthodologie simplifiée ne fera appel détaillées et identification systématique
qu’à des notions déjà familières pour les des clauses eurocodes appliquées, de fa-
utilisateurs des règles et normes natio- çon à constituer un canevas aisément re-
nales notamment en termes d’analyse productible pour le calcul d’autres ouvrages
globale et de prise en compte des insta- similaires.
bilités. Elle devra être compatible avec le Les ouvrages visés sont de toutes natures
temps disponible en bureau d’études pour (dès lors que leur structure est métal-
la réalisation d’une note de calculs. lique ou mixte) : bâtiments ou parties de
La découverte et l’appropriation des euro- bâtiments (par exemple : chemins de rou-
codes au moyen de la méthodologie simpli- lement, planchers mixtes,…), ponts, py-
fiée donneront en outre à l’utilisateur qui en lônes, cheminées, silos ou réservoirs…
aurait le besoin, un point de départ solide La note de calculs type réalisée peut faire
pour l’exploration et l’exploitation d’alter- l’objet d’une présentation au sein de l’en-
natives plus complexes proposées par les treprise, pour favoriser une assimilation
eurocodes. plus rapide, et pour insister sur les modes
d’adaptation du canevas de calcul, sur les
pièges éventuels liés à ces adaptations,
Note de calculs et sur les interprétations des clauses eu-
pédagogique  rocodes qui ont été retenues.

Outre Europratic, la note de calcul pédago-


gique est également un mode de décou- Et maintenant,
verte et d’appropriation des eurocodes pro- retroussons nos manches
posé par le CTICM.
L’objectif : réaliser, pour le compte d’une en- Beaucoup de soutien a donc été mis en
treprise de construction métallique ou d’un place pour faciliter la mise en application
bureau d’études, la note de calculs d’un ou- des eurocodes. Nous espérons que les utili-
vrage représentatif de sa production, sur un sateurs nous feront part de leurs premières
mode dit « pédagogique » avec explications expériences. N’hésitez pas à nous solliciter.

REVUE
CONSTRUCTION MÉTALLIQUE

La référence depuis plus de 40 ans


Tarifs de l’abonnement annuel 2010 (4 numéros) :
France 149 € TTC
Étranger 185 € TTC

Pour vous abonner : 01 60 13 83 00

Centre technique industriel de la construction métallique


Espace Technologique - L’orme des merisiers - Immeuble Apollo - 91193 Saint-Aubin
Tél.: 01 60 13 83 00 Fax: 01 60 13 13 03
Portrait

Gagne :
des grandes réalisations
Pas tout à fait cinquantenaire mais déjà un beau palmarès
la société Gagne a contribué à la réalisation d’ouvrages aussi
commercial des 4 Temps à La Défense…
Pierre Raymond, son directeur général, nous explique son

Passerelle de Brunstatt
© DR

Pierre Raymond,
Directeur général de Gagne CMI : Quelle est l’origine c’est la société Montauroux qui succède au
de la société Gagne ? groupe Crométal. Ce changement d’action-
Quelle est l’histoire de son nariat contribue encore au développement
développement ? de la société, avec l’agrandissement des lo-
caux du site de Taulhac et notamment une
Pierre Raymond : C’est en 1963 qu’a été unité dédiée à la protection anticorrosion.
fondée la société Gagne, à l’initiative de L’entreprise poursuit son développement
Paul et Roger Gagne. Lors de sa création, avec 210 personnes.
la société avait été dénommée « Construc- Enfin, en 2004, l’entreprise renoue avec un
tions Métalliques du Velay » et s’était im- statut juridique familial, suite à la prise de
plantée sur la commune de Costaros, dans contrôle de la société Montauroux par Phi-
la Haute-Loire. lippe Bolea.
En 1967, les bâtiments devenus trop Un projet de développement ambitieux
exigus et le manque de main-d’œuvre permet d’obtenir successivement les qua-
poussent les frères fondateurs à s’ins- lifications Qualibat bâtiment 2414 « Techni-
*Groupe Montauroux taller proche du Puy-en-Velay. C’est la cité exceptionnelle » et ouvrage d’art 2513
Le groupe Montauroux est naissance du site des Baraques, qui est « Technicité supérieure » et de positionner
désormais constitué de 4 d’ailleurs le siège social actuel. La so- l’entreprise sur des marchés de plus en
entités complémentaires : ciété compte alors 50 salariés et devient plus techniques.
• Gagne : construction Gagne Frères.
métallique en bâtiments et Puis, en 1992, les fondateurs cèdent l’en-
ouvrages d’art treprise qui emploie alors 150 collabora- CMI : Comment l’entreprise
• GagnePark : ingénierie teurs au groupe Crométal. Pierre Estival Gagne est-elle organisée
en parking et solutions prend alors la présidence du Directoire et aujourd’hui ? Ou est-elle
photovoltaïques déclenche la construction d’une nouvelle implantée ?
• France Montage : montage de unité de fabrication à Taulhac, opération-
structures métalliques nelle dès septembre 1996. Pierre Raymond : La société Gagne est
•R SF : serrurerie industrielle. En 2000, l’entreprise change d’actionnaires, détenue par le Groupe Montauroux* qui

22 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
dans l’histoire de la construction métallique,
emblématiques que le Stade de France ou le centre

positionnement et sa stratégie…
Propos recueillis par Françoise Leroy

© DR

est présidé par Philippe Bolea. Depuis CMI : Quels sont vos
juillet 2009, Philippe Bolea m’a confié marchés ? Êtes-vous
la direction générale. Nous avons mis présent sur les marchés
en place une organisation par projets. étrangers ?
Chaque projet est donc confié à un res-
ponsable qui s’appuie sur les services Pierre Raymond : Notre activité commerciale
bureau d’études, achat/logistique, fabri- est organisée selon trois grands axes :
cation et montage pour la réalisation des • la construction métallique : bâti-
commandes. ments industriels, commerciaux,
C’est en Haute-Loire, au Puy-en-Velay, que fonctionnels, © DR
se trouve notre siège social, notre bureau • les ouvrages d’art : ponts et équipe- Pont François Mitterrand
d’étude (département étude conception et ments portuaires et fluviaux,
département dessin) et nos deux usines de • le verre-métal pour une offre globale
production (Les Baraques et Taulhac) alors du support métallique et des produits
que l’activité commerciale et la gestion de verriers.
projet s’appuient également sur nos trois Pour ce qui concerne notre présence à
agences qui sont basées à Paris, Lyon et l’étranger, notre activité à l’export se limite
Aix-en-Provence. au suivi de clients récurrents.
D’une surface totale de 20 000 m2 et pou-
vant atteindre une capacité de production
de 18 000 tonnes par an, nos usines de CMI : Quelle est
production sont dotées des technologies votre stratégie de
les plus récentes en matière de produc- développement ? © DR
tion et d’usinage de pièces métalliques. Turboméca à Pau
L’unité de peinture est totalement inté- Pierre Raymond : Notre stratégie de dé-
grée à notre processus de production per- veloppement s’appuie sur les synergies
mettant la réalisation de nos projets du existantes au sein du groupe Montauroux
début jusqu’à la fin. et qui s’articulent autour des métiers de la

23
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Portrait
Quelques construction métallique avec 3 axes straté- des salariés par l’animation de groupes de
références : giques majeurs : progrès.
• la maîtrise interne de nos métiers, en ac-
cord avec les attentes de nos clients,
• l’apport de valeur ajoutée aux produits de CMI : Quelles sont les
Combigolfe
la construction métallique, réalisations de votre
Nature du projet : Centrale
• les hommes au centre de notre projet de entreprise de nature à
électrique à cycle combiné, développement. marquer son histoire ?
turbine gaz 450 MW Nous développons et diversifions nos acti-
Lieu : Fos-sur-Mer vités dans des domaines de plus en plus Pierre Raymond : Je retiens 4 projets par-
Maître d’ouvrage : Electrabel techniques en conservant nos valeurs fon- ticulièrement emblématiques qui ont et
Maître d’œuvre : Alstom damentales que sont la proximité, la techni- vont marquer tout particulièrement la vie de
Date de réalisation : cité et la qualité/sécurité. notre entreprise. C’est d’abord, en 1996, la
2008 / 2009 Ainsi, la proximité  est assurée par nos réalisation des tribunes mobiles du Stade
Tonnage : 1 250 tonnes agences qui nous permettent de nous rappro- de France. Ce fut, pour Gagne, le premier
cher des centres de décisions et de réalisa- défi national d’envergure que nous avons su
tions. Quant à la technicité, nous pouvons la relever, tant sur le plan technique que pour
garantir en maîtrisant en interne l’ensemble le respect des délais. Ce grand ouvrage a
des étapes de la construction, des études au d’ailleurs scellé notre positionnement sur
montage… grâce à 35 collaborateurs pour la le marché national.
fonction études-dessin, 100 pour la fabrica- Puis en 2003, nous avons réalisé notre
tion et 45 au service travaux. Enfin, concer- premier Zénith, celui de Clermont-Ferrand.
nant la qualité/sécurité, nous avons fait le Il sera suivi deux ans plus tard par la réali-
choix de placer les objectifs zéro défaut / sation de celui de Dijon.
zéro accidents au cœur de notre projet. Des En 2005, nous sommes intervenus sur le
objectifs qui sont partagés avec l’ensemble centre commercial des 4 Temps à Paris
© DR
© DR

Genzyme
Nature du projet : Unité de
production biotechnologique
Lieu : Lyon
Maître d’ouvrage : Genzyme
Maître d’œuvre :
SNC Lavallin / Patriache
Date de réalisation :
2008 / 2009
Tonnage : 1 000 tonnes

Les 4 Temps 
Nature du projet : Extension
d’un centre commercial 
Lieu : Paris-La-Défense 
Maître d’ouvrage :
Espace Expansion/Unibail
Maître d’œuvre :
SRA Architectes / Terrell Rooke  
Date de réalisation : 2005
Tonnage : 750 tonnes

© DR

Genzyme, Lyon

24 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
la Défense. Ce fut pour nous un véritable •p  rospection des outils informatiques de Georges Besse II
Nature du projet : Centre
défi technique du fait de l’exiguïté du site calcul,
d’enrichissement d’uranium
et des multiples contraintes liées à son • rédaction de fascicules d’aide et de
Lieu : site de Tricastin (26)
implantation et à sa fréquentation. Ce fut synthèse,
Maître d’ouvrage : SET / Areva
aussi une prouesse esthétique à l’origine • comparatifs chiffrés par rapport aux mé- Maître d‘œuvre : SGN
de notre développement dans l’activité thodes NV et CM66, Date de réalisation :
verre métal. • formation et accompagnement des ingé- 2008 / 2011
Enfin, tout récemment en décembre 2009, nieurs d’études. Tonnage : 6 000 tonnes
nous avons été retenus pour la réalisation En quelques mots, nous sommes prêts
du viaduc de Taulhac, un ouvrage d’ampleur alors que les projets restent en grande ma- Siège social BNP
d’une longueur de 420 m, avec à la clef une jorité dimensionnés avec les règlements NV Assurances
qualification 2514 en point de mire. et CM66. Nature du projet :
Atrium + Verrières
Lieu : Nanterre
CMI : Quel est votre point CMI : Quelle analyse faites- Maître d’ouvrage : BNP Paribas
de vue sur la mise en vous du marché de la Immobilier
place des eurocodes ? construction métallique ?  Maître d’œuvre :
Ateliers 234 / Terrel Brochet
Pierre Raymond : Nous avons mis en Pierre Raymond : Le marché de la construc- Date de réalisation :
place une organisation au sein du bureau tion métallique français subit d’une part 2009 à 2010
d’études nous permettant d’envisager une une prédominance de la culture « béton » et, Tonnage : 80 tonnes
transition aux Eurocodes dans la sérénité. d’autre part un éclatement et une disparité
Pour ce faire, un ingénieur se consacre à trop importante de l’offre. Dès lors, la valo-
plein temps à l’animation du sujet depuis risation de notre métier passe par l’asso-
plusieurs années : ciation d’une forte maîtrise technique à un
• recueil des documents de référence, souci permanent d’y apporter de la valeur
ajoutée avec un système d’assurance qua-
lité performant, une maîtrise de la sécurité
et une offre de produits connexes.
Les instances représentatives de la
construction métallique : le SCMF, le
CTICM et ConstruirAcier doivent donc © DR

poursuivre les efforts engagés en termes


de structuration du métier, de dévelop- Passerelle de Brunstatt
pements techniques et de communica- Nature du projet :
tion. L’exemple réussi de l’évolution de Passerelle piétons cycles 
la règlementation incendie des parkings Lieu : Brunstatt (68)
aériens nous a permis de créer Gagne- Maître d’ouvrage :
Park et de prendre des parts de marché Conseil Général du Haut-Rhin
significatives au « tout béton ». Maître d’œuvre : Arcadis Région
Est
Date de réalisation : 2006
Répartition des effectifs Tonnage : 85 tonnes
Commercial et Direction de projet 125
Conception – études – dessin 35 Pont François Mitterrand
Fabrication 105 Nature du projet : Pont routier
Direction administrative et financière – 15 de franchissement de la Saône 
Qualité & sécurité Lieu : Mâcon
Travaux logistique 45 Maître d’ouvrage et d’œuvre :
Total 220 Conseil Général de l’Ain
Date de réalisation :
2007/2008
Évolution du chiffre d’affaires Tonnage : 940 tonnes
de Gagne (en millier d’euros)
50000 Turboméca
Nature du projet : Construction
40000 usine de turbines d’hélicoptères 
Lieu : Pau
30000 Maître d’ouvrage : Turbomeca
20000 Maître d’œuvre :
Brunerie et Irissou / Ingerop 
10000 Date de réalisation :
2008 / 2009
0 Tonnage : 3 000 tonnes
2004 2005 2006 2007 2008

25
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Sur le terrain

La nouvelle
École d’architecture
Pour un architecte, concevoir une école d’architecture est
Souhaitée car il n’est pas fréquent qu’un homme de l’art
lieu d’apprentissage de son propre métier. Redoutée, car
examiné, évalué, disséqué voire critiqué par ses pairs,
Les architectes Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal n’ont
car ils furent non seulement les lauréats du concours pour la
Mais aussi, ils reçurent le grand Prix de l’Architecture

© DR

L ’école nationale supérieure d’ar-


chitecture de Nantes est un éta-
blissement public d’enseigne-
ment supérieur et de recherche du Minis-
tère de la culture et de la communication.
450 étudiants, elle en recevait 900.
Située dans l’île de Nantes, à proximité du
nouveau palais de justice construit par Jean
Nouvel, la nouvelle école s’intègre dans le
projet de réaménagement urbain de l’en-
Elle est une des 20 écoles françaises qui semble de l’île.
préparent les étudiants au diplôme d’État C’est en mars 2003 que le jury a confié
d’architecte et assure également d’autres le projet aux architectes Anne Lacaton et
formations de 3e cycle dans les domaines Jean-Philippe Vassal, car, selon le commu-
de l’architecture. niqué du ministère, « Leur projet s’inscrit
Implantée à Nantes, au cœur de la Région parfaitement dans les contraintes fixées par
des Pays de la Loire, elle bénéficie de la le cahier des charges du concours tant du
dynamique culturelle, économique et uni- point de vue de l’inscription urbaine que de
versitaire de son territoire régional et mé- la nécessité d’offrir à l’école des locaux sus-
tropolitain d’implantation. ceptibles d’être adaptés aux évolutions de
l’enseignement de l’architecture. »
C’est donc l’Établissement public de
Pourquoi une nouvelle école ? maîtrise d’ouvrage des travaux culturels
(EMOC), mandataire de la direction régio-
À l’évidence, l’école de Nantes, construite nale des affaires culturelles des Pays de la
il y a une trentaine d’années à l’écart du Loire, qui a assuré la maîtrise d’ouvrage de
centre ville, souffrait de son isolement et l’opération dont le montant s’élève à 24 mil-
connaissait des problèmes de fonctionna- lions d’euros. Les collectivités territoriales
© Philippe Ruault
lité et de sécurité. Conçue pour accueillir ont participé également au financement des

26 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
de Nantes
sans doute une œuvre souhaitée autant que redoutée. © Philippe Ruault

puisse avoir l’opportunité dans sa carrière de créer le


son savoir-faire sera plus que toute autre réalisation
expérimentés ou en devenir…
pourtant pas hésité à relever ce défi. Et victorieusement
réalisation de la nouvelle école d’architecture de Nantes.
2008. Une multiplicité
par Françoise Leroy d’espaces
. Rez-de-chaussée : espace
de plain-pied avec la rue,
mettant en relation directe les
activités de l’école et le tissu

.
urbain.
Niveau 1 : niveau de
référence à 9,80 m du sol
avec des vues vers la Loire au

.
nord
Niveau 2 : niveau de
référence à 16,40 m du sol
avec des vues dégagées à
360° au niveau des toits de
l’Ile de Nantes. Ce niveau
se caractérise par de larges
terrasses accessibles à l’ouest
travaux à hauteur de 6,10 millions d’euros
dont 1,905 million d’euros proviennent
du Conseil régional des Pays de la Loire,
« Le projet offre un potentiel de configura-
tions spatiales, d’ambiances climatiques et
lumineuses variées, permettant les occu-
.
et au sud-ouest.
Niveau 3 : niveau de
référence entièrement
1,905 million d’euros du Conseil général pations et usages multiples et favorisant le extérieur à 23,24 m du
de Loire-Atlantique et 2,29 millions d’euros dialogue avec les usagers et les échanges sol : terrasse panoramique
de la communauté urbaine de Nantes. avec la ville. À tout moment, l’adaptation de extérieure à 360° sur la Loire
l’école à de nouveaux enjeux et sa reconver- et la ville.
sion sont possibles. Tel un outil pédagogique,
La vision des architectes le projet questionne le programme et les pra-
tiques de l’école d’architecture autant que Le programme
Pour Anne Lacaton, en construisant une struc-
ture de grande capacité, « Nous avons voulu
avec Jean-Philippe Vassal inventer un dispositif
les normes, les technologies ainsi que son
propre processus d’élaboration.
Au travers des parois translucides, les ap-
. Une surface de 26 837 m2
surface hors œuvre brute
capable de créer un ensemble de situations ports solaires sont captés et restitués au comprenant :
riches et diverses, intéressant l’école d’archi- sein d’un climat intermédiaire, qui participe - 19 580 m2 surface hors
tecture, la ville et le paysage. » de la conception bioclimatique du lieu. » œuvre nette (15 150 m2
correspondant au
Aux espaces du programme sont associés
programme de base
d’amples volumes volontairement non affec-
+ 4 430 m2 d’espace
tés, dont les façades transparentes captent Une réalisation attendue… supplémentaire
les apports solaires et assurent le climat depuis 1996 appropriable),
intérieur. À l’initiative des étudiants, des - 5 305 m2 de terrasses
professeurs ou des invités, ces espaces
deviennent le lieu d’appropriations, d’évé-
nements et de programmations possibles.
C’est en mars 2009 que les étudiants en
architecture de Nantes ont pris possession
de leurs nouveaux locaux, initiés en 1996…
. extérieures accessibles.
Une capacité d’accueil de
1 000 étudiants

27
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Sur le terrain
En effet, le projet d’une nouvelle École d’Ar- manifestations ou événements artistico-cultu-
chitecture fut lancé en 1996, suivi de la rels. Des halles intérieures peuvent recevoir
mise en place, en 1997, d’un groupe de des « banquets républicains »…
pilotage en tant que maître d’usage. Ce En réalité l’école est composée de deux
riche travail de réflexion aboutit en 2002 à bâtiments réunis par une passerelle. L’en-
la validation, par le maître d’ouvrage, d’un semble est construit autour de trois dalles
cahier d’intention exprimant les orienta- successives, à 9, 16 et 22 mètres de hau-
tions centrales du projet qui fut transmis teur, qui laissent beaucoup de liberté dans
aux dix équipes sélectionnées par le jury du les usages intérieurs du bâtiment. C’est
concours car il était l’expression incontour- ainsi qu’un niveau, prévu comme parking, a
nable des attentions et des attentes expri- été réaffecté pour des espaces d’ateliers.
mées par les destinataires du projet. L’espace est très dégagé et l’ouverture sur
Mars 2007 marque le début des travaux la ville et le fleuve, avec d’immenses sur-
hors-sol, car au préalable il a fallu réaliser faces vitrées et différents niveaux intérieurs
d’importants travaux de terrassement et de ouvrent d’innombrables perspectives.
fondations en remplaçant 2,50 mètres de C’est une école ouverte sur la ville et ou-
remblais par du sable compacté et en im- verte au public, sans pour autant oublier
Les intervenants plantant 216 pieux qui fondent le bâtiment qu’il s’agit d’un espace de travail. Un grand
sur le schiste à 25 mètres de profondeur. amphi de 270 places avec fond ouvrant, un
Maître d’ouvrage : autre de 150 places et un troisième, sans
Ministère de la Culture et de la gradins de 100 places, pour les cours,
Communication Un équipement riche conférences, interventions diverses, col-
Direction de l’architecture et
du patrimoine
de potentialités loques… La bibliothèque médiathèque
de 900 m2 reste ouverte aux usagers du
DRAC Pays de la Loire
Cette vaste construction exploite la totalité grand public, y compris pour l’emprunt d’ou-
Mandataire du maître
de la parcelle (5 000 m2) et le maximum de vrages. Autre élément remarquable, les sur-
d’ouvrage : ÉMOC
Etablissement public de volume constructible autorisé. « On a démul- faces consacrées aux studios de projet.
maîtrise d’ouvrage des travaux tiplié les potentialités du site » expliquent les
culturels architectes qui, face aux 10 000 m2 exigés
Maîtrise d’œuvre : par le programme, ont proposé d’en réali- Bâtiment Loire :
désignation concours 2003 ser 26 000 (12 500 m2 pour la vie scolaire, du tout métallique
Anne Lacaton et Jean-Philippe 5 500 m2 appropriables et 8 000 m2 d’es-
Vassal paces extérieurs accessibles). Et ce, à l’in- Le bâtiment côté Loire (R +3) est réalisé
Bureau d’études térieur de la même enveloppe budgétaire entièrement en structure métallique clas-
techniques : SETEC d’environ 18 millions d’euros ! Manière sique, poteaux, poutres, planchers sur bacs
Structure métallique : Cesma pour « la vie publique de pouvoir se glisser collaborant. Ce bâtiment dispose d’une
dans l’espace et dans la vie de l’école ». protection au feu par flocage ou peinture
Entreprises « Il y faut de la liberté, de la souplesse, de la intumescente avec comble galvanisé, cou-
potentialité » expliquent encore les architectes. verture en plateaux perforés et tôles alumi-
VRD : Eurovia / Heulin Ainsi l’immense toit terrasse peut accueillir nium grandes ondes.
Fondations spéciales : Spie
fondations
Gros oeuvre : Savoie Frères
Structure métallique : Ateliers
David
Etanchéité : Smac
Menuiseries aluminium :
Miroiterie Lafosse
Couverture bardage : Ateliers
David
Garde corps routier : Rousseau
Cloisons isolation : Jugeur
Faux plafonds : Plafisol
Menuiseries bois : Guillot
Agencement et mobilier
d’amphithéâtre : Mussidan
Stores occultations : AMT
Peinture – sols : Debuschère
CVC : Seitha
Plomberie : Oger Rousseau
Electricité : Marquet / Juret
Ascenseurs : Thyssen
Mécanisme d’aération
© Philippe Ruault
horticole : Gilloots

28 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
Ce bâtiment recherche une certaine finesse
et une transparence. Chaque niveau est
pourvu de coursives caillebotis avec garde-
corps verre en périphérie.
Aux niveaux supérieurs la structure est
en portique suivant les files est-ouest et
contreventée suivant les files nord-sud en
façade pour limiter l’impact des hauteurs
de poutraison en rive.
Au rez-de-chaussée, étant donnée la hau-
teur importante de l’espace d’exposition,
la structure est contreventée dans les deux
axes en façade, limitant ainsi le dimension-
nement des poteaux.
Le contreventement vertical est assuré par
des butons soudés en remplacement de
croix de montage provisoires tandis que le
contreventement horizontal est assuré par
les planchers en bac collaborant.
Pour le bâtiment Loire, le poids total de
la structure est de 153 tonnes  et la sur-
charge admissible des planchers est de
400 kg/m2. La structure a été traitée pour
une stabilité au feu de 1h.

Une passerelle de 11 mètres


Le bâtiment Loire est relié au bâtiment princi-
pal par une passerelle longue de 11 mètres.
La structure métallique de cette passerelle
de liaison est composée d’une poutre triangu-
lée, dans la hauteur du niveau 1a, qui porte 2
planchers collaborants (niveau 1a et 1b) ainsi
que la couverture. L’escalier de secours vers
le niveau 0C est suspendu à cette poutre.
La structure de cette passerelle est en
acier, peinte en intumescent avec une cou-
© DR
verture aluminium et une sous face alumi-
nium. La façade ouest est en polycarbonate
et la façade est en menuiserie aluminium. planchers intermédiaires portant sur cette
structure ont une capacité de 400 kg/m2 et
sont de 3 types suivant les contraintes spé-
Des amphithéâtres ouverts cifiques de chaque plancher :
sur la ville - Pour les planchers mixtes, qui sont au
niveau 0, ils sont constitués de poteaux
Dans le bâtiment principal (R +7), la cage tubulaires mixtes acier/béton, de poutre
d’escalier sud intègre également un esca- PRS dans la hauteur du complexe de plan-
lier métallique au niveau 0. Elle est cou- cher et de bacs cofradal 200 sur ossature
verte par un édicule métallique (charpente SFB. La stabilité au feu est de 2h par fer-
galvanisée, couverture + bardage polycar- raillage intégré au béton (niveau parking).
bonate petites ondes). - Dans les niveaux supérieurs (1B et 2B)
Le bâtiment intègre deux amphithéâtres la structure métallique s’insère dans la
avec des gradins béton sur ossature acier. structure béton en s’appuyant à la fois
Ils offrent une façade entièrement vitrée ou- sur les poteaux primaires et sur les plan-
verte vers la ville. chers bétons par le biais d’une trame
La structure primaire du bâtiment principal secondaire.
est réalisée en béton armé avec planchers in- Le bâtiment principal comporte :
termédiaires en structure acier. La structure - 2 800 m2 de planchers bois,
secondaire s’insère à l’intérieur de la struc- - 960 m2 de bacs collaborant au niveau des
ture béton correspondant au programme amphis,
de l’école, est composée d’éléments mé- - 370 tonnes de charpente pour les niveaux
talliques (poteaux, poutres et solives) qui 0B et 0C,
s’appuient sur la structure primaire. Les - 42 tonnes de pannes Sadev.

29
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
Publications

Revue Construction
Métallique
LIQUE
REVUE

TION MÉTAL
CONSTRUC
CONST RUCTI

Sommaire du numéro 4-2009
ON MÉTA
LLIQU
E N° 4/200

• Articles
9

M. Couchaux, M. Hjiaj, I. Ryan et A. Bureau


Analyse de l’effet de levier dans les assemblages boulonnés par platines ou brides.
Partie II : Comparaison a des simulations numériques.
• Technique et application
P. Mangin
N° 4/2009
Calcul de la rigidité en rotation d’un assemblage de continuité par couvre-joints
boulonnés selon l’en1993-1-8.
ISSN 0045-
8198
4 21/01/10
15:28

• Normes
Documents normatifs et recommandations en construction métallique et mixte de
bâtiments.

Votre bibliothèque
ASCAP - CAPACITÉS D’ASSEMBLAGES
Collection « les guides Ascap » - CTICM – 2007
• volume 1 - Assemblages de continuité de poutres réalisés par platines d’about est le
premier ouvrage de la collection « les guides Ascap » présenté par le CTICM. Les dif-
férents volumes de cette collection traitent de la justification des assemblages selon
les normes Eurocodes (EN 1993-1-8). Le lecteur y trouvera un recueil succinct mais
précis des principes de calcul, suivi d’un ensemble de tables de dimensionnement très
détaillées. Le CD-Rom permet de retrouver les résultats des tables et de les compléter
par d’autres configurations moins usuelles. ISBN 978-2-902720-30-9.
• volume 2 - Encastrements de poutres sur poteaux réalisés par platines d’about –
Prix de vente au volume : 60 e/TTC ISBN 978-2-902720-32-3.
Prix de vente volume 1 + 2 : Titres à paraître :
100 e/TTC • volume 3 - Assemblages articulés de poutres réalisés par double cornière (2010).
Frais de port : 4 e/TTC

Réglementation thermique des bâtiments neufs


(guide construction métallique)
Collection FFB
Ce guide, destiné aux professionnels du bâtiment qui interviennent sur les constructions
neuves, résidentielles et tertiaires, est un document d’étape ; il reprend les exigences de
la réglementation thermique en vigueur (RT 2005) qui visent à améliorer la performance
énergétique des bâtiments neufs. Les informations données doivent être considérées
Prix de
comme la base minimale de réalisation des ouvrages dans la mesure où ces exigences
vente :
seront considérablement renforcées par les décisions résultant du Grenelle de l’Environ-
13 e/TTC
nement et dont la première date emblématique est 2012.
Frais de
Cet ouvrage est réalisé dans le cadre du programme Recherche Développement Métier de la
port :
FFB, avec le soutien de l’ADEME. Il résulte de la collaboration entre la Fédération Française
4 e/TTC
du Bâtiment (FFB) et le Centre Technique de la Construction Métallique (CTICM).

30 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
La galvanisation – conseils pratiques.
Collection recherche développement métier- Union des Métalliers, Galvazinc- Edition
SEBTP ; 42 pages, novembre 2008
Ce carnet d’atelier recense les exigences à respecter pour la conception et la fabrication
d’ouvrages en acier galvanisé à chaud.
La galvanisation est un revêtement de surface métallique qui a pour objectif de protéger Prix de vente :
l’acier de la corrosion. 6,63 e/HT
L’aspect obtenu est également recherché comme finition par les architectes.
Du choix des aciers à la retouche des pièces après galvanisation, les bonnes pratiques Disponible auprès
sont présentées de manière chronologique et s’organisent en 13 fiches thématiques. de la FFB ou de
Chacune d’entre elles rappelle l’origine des défauts constatés, les règles de base à Galvazinc
respecter et la (ou les) solution(s) préconisée(s) en bureau d’études ou en atelier.
ISBN 978-2-915162-94-3

Frais de port :
COMBRI – Guide de conception 8 e/TTC
Ce guide traite de la conception et du calcul des ponts métalliques et mixtes suivant les nou-
velles normes Eurocodes. Résultat du projet de recherche européen COMBRI et du projet de
valorisation COMBRI+ associé, tous deux partiellement financés par le Fonds de Recherche
pour le Charbon et l’Acier de la Communauté Européenne, il présente l’état de connaissance
actuel et propose des voies d’amélioration de la compétitivité des ponts métalliques et
mixtes. Il est constitué en deux parties : la première montre l’application des Eurocodes aux
cas de deux ponts mixtes et la seconde dresse un panorama des pratiques en cours dans
différents pays européens et propose des améliorations possibles de la conception.
Ce guide est gratuit (hors frais de port). Il est aussi disponible sous forme de fichier
« pdf » sur le site internet www.cticm.com.

L’acier et le développement durable dans les bâtiments résidentiels


La notion de construction durable n’est pas uniquement associée au choix des matériaux. Elle
tient en grande partie aux progrès des méthodes de construction, à l’amélioration de la perfor-
mance des bâtiments en service, et inclut les aspects liés à la rénovation et à la fin de vie. Frais de port :
Cette publication illustre les réponses de la construction métallique aux exigences du 4 e/TTC
développement durable, appliquées au secteur du résidentiel. À travers un panorama euro-
péen de projets récents, elle présente des exemples d’évaluations environnementales de
constructions faisant appel à l’acier. L’acier et le dév
dans les bâtimen
eloppement dura
ts résidentiels
ble

Ce guide est gratuit (hors frais de port : 4 € TTC). Il est également téléchargeable gracieus-
Une perspectiv
e européenne

ment sur le site www.cticm.com.

Nouveau guide de conception et de mise en œuvre des garde-corps


édité par l’Union des Métalliers et ConstruirAcier
Plus qu’une mise à jour du précédent guide édité en 2001, cet ouvrage prend en compte l’en-
semble des évolutions du contexte normatif et règlementaire applicable aux garde-corps. Il four- Prix de vente :
nit les informations nécessaires à leur conception, leur dimensionnement et leur mise en œuvre 28 e/TTC
dans trois parties distinctes selon la destination des ouvrages : garde-corps accessibles au
public (bâtiments d’habitation, bureaux, commerces, ERP…), garde-corps industriels et garde- À commander à
corps installés sur les tribunes et les stades. En annexe, le guide aborde aussi les rambardes ConstruirAcier
des ponts et ouvrages d’art, ainsi que les barrières de protection des piscines.

Structures métalliques – Ouvrages simples


Capeb, CTICM, Otua – ISBN 2-7258-0006-4
La CAPEB, le CTICM et l’OTUA se sont associés pour présenter cette seconde édition
de « Structures Métalliques – Ouvrages simples ». Par rapport à l’édition de 1991, cette
version a été entièrement transposée en fonction des normes européennes (normes de
produits, Eurocodes). De plus, la présentation aborde, au-delà des éléments individuels, la
conception et le prédimensionnement de petits ouvrages de bâtiment, en alternant explica- Prix de vente :
tions et exemples. Des tables de prédimensionnement d’éléments comprimés ou fléchis 35 e/TTC
figurent en annexe. D’une présentation aérée, illustré de nombreux schémas, cet ouvrage Frais de port :
de 100 pages est en vente au CTICM. 4 e/TTC

31
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
REVUE
CONSTRUCTION MÉTALLIQUE
La référence depuis
plus de 45 ans
Recherche, calcul et conception,
ingénierie incendie,
réglementation et normalisation,
descriptions d’ouvrages

VOTRE COMMANDE

Volume quantité prix unitaire prix total


ABONNEZ-VOUS! Abonnement 2010 France* 149 € TTC
Tarifs de l’abonnement
annuel 2010 (4 numéros) : Abonnement 2010 Étranger* 185 € TTC

France 149 € TTC


Total TTC de votre commande
Étranger 185 € TTC

*Lorsque vous vous abonnez en cours d’année nous vous envoyons les numéros
déjà parus.

VOS COORDONNÉES Nom :...........................................Prénom : ..................................................


Raison sociale de votre société :....................................................................
À retourner accompagné de votre Adresse :........................................................................................................
règlement par chèque à l’ordre
.......................................................................................................................
du CTICM:
.......................................................................................................................
CTICM .......................................................................................................................
service publications Code Postal :.......................Ville :..................................................................
Espace technologique
Pays :.............................................................................................................
L’orme des merisiers
Immeuble Apollo E-mail: ...........................................................................................................
91193 Saint-Aubin Adresse de facturation (si différente) :...........................................................
.......................................................................................................................
.......................................................................................................................

Conditions générales de ventes disponibles sur le site www.cticm.com ou sur simple


demande à publication@cticm.com
Assistance technique
Assistance téléphonique
L’assistance technique contribue à faciliter et encourager le choix des solutions métalliques,
et permet aux praticiens d’obtenir des réponses concrètes à leurs interrogations au quotidien.
Elle est délivrée aux constructeurs métalliques mais également à l’ensemble des acteurs
du secteur de la construction métallique.
Il s’agit généralement de conseils ou renseignements ne nécessitant pas d’études appro-
fondies, et qui sont donc donnés à titre gratuit.
Dans le cas où la demande d’assistance nécessite une étude particulière de plus longue
durée, un devis est alors proposé dans le cadre des prestations d’ingénierie et de conseil.

Contacts construction
métallique et mixte
Thèmes Contacts Téléphone Courriel
NORMALISATION
Eurocodes : statut, avancement Jean-Pierre Pescatore 01 60 13 83 40 jpescatore@cticm.com
Réglementation et normalisation française Jean-Pierre Pescatore 01 60 13 83 40 jpescatore@cticm.com
CONSTRUCTION MÉTALLIQUE - GÉNÉRALITÉS
Analyse globale des structures Yvan Galéa 01 60 13 83 72 ygalea@cticm.com
Assemblages Ivor Ryan 01 60 13 83 58 iryan@cticm.com
Dynamique des structures. Comportement
Bruno Chabrolin 01 60 13 83 05 bchabrolin@cticm.com
des structures soumises au séisme
Exécution des structures métalliques : fabri-
Jean-Pierre Pescatore 01 60 13 83 40 jpescatore@cticm.com
cation, montage, tolérances
Fatigue Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com
Justification du comportement (à froid) des
Daniel Bitar 01 60 13 83 38 dbitar@cticm.com
structures par l’expérimentation
Logiciels utilisés en CM Jean-Claude Delongueville 01 60 13 83 42 jcdelongueville@cticm.com
Rupture fragile Bruno Chabrolin 01 60 13 83 05 bchabrolin@cticm.com
Vérification des sections et éléments.
Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com
Flambement, déversement, voilement
CONSTRUCTION MIXTE
Construction mixte acier-béton Daniel Bitar 01 60 13 83 38 dbitar@cticm.com
MATÉRIAUX
Aciers de construction et matériaux anciens Jean-Pierre Pescatore 01 60 13 83 40 jpescatore@cticm.com
Aciers inoxydables et EC3-1.4 Ivor Ryan 01 60 13 83 58 iryan@cticm.com
Boulonnerie – Fixations Ivor Ryan 01 60 13 83 58 iryan@cticm.com
Soudage Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com
Produits d’enveloppe en acier Stéphane Herbin 01 60 13 83 63 sherbin@cticm.com
ÉLÉMENTS DE STRUCTURE ET OUVRAGES PARTICULIERS
Cheminées et EC3-3.2 Jean-Claude Delongueville 01 60 13 83 42 jcdelongueville@cticm.com
Chemins de roulement et EC1-3/EC3-6 Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com
Conception des structures de bâtiment Philippe Beguin 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm.com
Constructions tubulaires Ivor Ryan 01 60 13 83 58 iryan@cticm.com
Éléments minces formés à froid et EC3-1.3 Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com
Performances thermiques et énergétiques de
Amor Ben Larbi 01 60 13 83 61 abenlarbi@cticm.com
bâtiments à ossature métallique

33
CMI N°1 – 2010
Construction Métallique Informations
??????
Assistance technique

ÉLÉMENTS DE STRUCTURE ET OUVRAGES PARTICULIERS (suite)


Physique du bâtiment Philippe Beguin 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm.com
Ponts métalliques et mixtes EC3-2 et EC4-2 Daniel Bitar 01 60 13 83 38 dbitar@cticm.com
Poutres alvéolaires Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com
Pylônes et pylônes haubanés et EC3-3.1 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.com
Silos et réservoirs et EC1-4/EC3-4 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.com
Stabilisation d’un bâtiment par les parois -
Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com
Effet diaphragme
ACTIONS
Actions climatiques : neige et vent - Règles
Danielle Clavaud 01 60 13 83 36 dclavaud@cticm.com
NV et EC1
Actions sismiques PS92 et EC8 Danielle Clavaud 01 60 13 83 36 dclavaud@cticm.com
DÉVELOPPEMENT DURABLE
Construction métallique et développement
Stéphane Herbin 01 60 13 83 63 sherbin@cticm.com
durable
Protection anticorrosion des structures
Nour Ghandour 01 60 13 83 64 nghandour@cticm.com
métalliques

Contacts incendie
et certification
Thèmes Contacts Téléphone Courriel
Calcul du comportement au feu des éléments
Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com
de second œuvre à ossature métallique
Calcul du comportement au feu des
Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com
structures mixtes. Application de l’EC4-1.2
Calcul du comportement au feu des
structures en acier et aluminium – Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com
Application des EC3-1.2 et EC9-1.2
Comportement au feu
Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com
des entrepôts et bâtiments industriels
Comportement au feu des parcs de
Bin Zhao 01 60 13 83 16 bzhao@cticm.com
stationnement
Ingénierie de la sécurité
Joël Kruppa 01 60 13 83 20 jkruppa@cticm.com
incendie – Généralités
Ingénierie de la sécurité
Joël Kruppa 01 60 13 83 20 jkruppa@cticm.com
incendie – Normalisation
Marquage CE des produits métalliques Yannick le Tallec 01 60 13 83 17 yletallec@cticm.com
Produits de protection des structures contre
Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com
l'incendie
Réglementation
Sylvain Leduc 01 60 13 83 23 sleduc@cticm.com
« sécurité incendie »

34 Construction Métallique Informations


CMI N°1 – 2010
france
Les Experts Européens de la Sécurité Incendie

Les experts européens de la sécurité incendie

L aboratoire agréé en résistance au feu et en ingénie-


rie du désenfumage par le ministère de l’Intérieur.

Centre d’ingénierie et d’essais pour l’évaluation en


sécurité incendie de tous vos produits ou systèmes,
et ce quel que soit l’ouvrage :

Tunnel - Marine - Bâtiment -


Ferroviaire - Industriel - Nucléaire

Siège : Laboratoire :
Espace technologique
Orme des merisiers Voie romaine
Immeuble Apollo 57280 Maizières - lès -Metz
91193 Saint - Aubin
Tél. : 01 60 13 83 80 Tél. : 03 87 51 11 11
Fax : 01 60 13 70 80 www.efectis.com Fax : 03 87 51 10 58