Vous êtes sur la page 1sur 11

http://www.ucadjds.

org Journal des Sciences

MODELISATION ET SIMULATION SOUS MATLAB/SIMULINK DE LA CHAINE


D’ALIMENTATION D’UNE STATION RELAIS DE TELECOMMUNICATIONS EN ENERGIE
SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE DANS UNE ZONE ISOLEE DU RESEAU ELECTRIQUE

Souleymane NDOYE+, Ibrahima LY++, Fabé Idrissa BARRO+, Ould Habiboulahi LEMRABOTT+++,
Grégoire SISSOKO+*
+
Laboratoire de Semiconducteurs et d’Energie Solaire, Département de Physique,
Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, SENEGAL
++
Département Génie Electromécanique, Ecole Polytechnique de Thiès, Sénégal
+++
Ecole Supérieure Multinationale de Télécommunications, Sénégal

Abstract: Résumé:
Theorical study of the solar cell is based on one diode L’Etude théorique de la photopile est basée sur une
representation. The temperature and irradiance effects on the représentation à une diode de la photopile. Les effets de la
solar cell are studied, particularly on the short circuit current température, de l’irradiation sur la photopile sont étudiés, en
Icc, the open circuit voltage Vco, the photovoltaic conversion particulier, sur les grandeurs telles que le courant de court circuit
efficiency η, and the fill factor FF. Icc, la tension de circuit ouvert Vco, le rendement η et le facteur
Depending on the load (a base transmitter station BTS, I=60A, de forme FF. Selon les caractéristiques de la charge à courant
V=48V)) direct current, and the operating conditions continu (3kW) , qui est une station relais de télécommunications
(temperature, irradiance), we can found a highly gap between BTS (I=60A, V=48V) et les conditions de fonctionnement
the potential peak power and the real power transferred to the (température, Irradiation), nous pouvons trouver un très fort
BTS. écart entre la puissance maximale potentielle du générateur et
A maximum power point tracker (MPPT) based on a boost celle réellement transférée à la BTS. Afin d’extraire à chaque
converter driven by a Pulse Width Modulation (PWM) is used instant le maximum de puissance disponible aux bornes du GPV
for extracting the maximum power from the solar photovoltaic et de la transférer à la BTS, on utilise un étage d’adaptation
generator. composé d’un hacheur Boost commandé par une modulation de
The modeling and simulation of the system (photovoltaic largeur d’impulsion(MLI).
generator, boost converter, Pulse Width Modulation and MPPT La modélisation puis la simulation du système (générateur
algorithm P&O) is then made with Matlab / Simulink software. photovoltaïque, hacheur Boost, Modulation de largeur
d’Impulsion de même que l’algorithme MPPT) est ensuite
effectuée grâce au logiciel Matlab/Simulink.
Keywords: Photovoltaic generator, BST, Boost converter, PWM, Mots clés: Générateur photovoltaïque, BTS, Hacheur Boost, MLI,
MPPT MPPT.

I. INTRODUCTION
Nous étudions dans cet article le meilleur moyen de transférer toute la puissance utile du générateur
photovoltaïque à une station relais de télécommunications (BTS) [1]. Sachant que sur la caractéristique
courant-tension du générateur (qui dépend des conditions d’éclairement, de température, de vieillissement),
il existe un point de fonctionnement où la puissance débitée est maximale, l’optimisation consiste à se fixer
sur ce point en permanence en agissant de façon automatique sur la charge vue par le générateur. Cette
adaptation de charge s’effectue à l’aide d’un convertisseur statique dont les pertes doivent être aussi faibles
que possible et qui peut, par ailleurs, assurer une fonction de mise en forme d’une grandeur de sortie
(conversion continu-continu avec modification de tension).
Nous avons choisi d’utiliser la technologie de recherche du point de puissance maximale MPPT [2, 3],
basée sur l’algorithme « Perturb and Observ (P&O)» [4], commandé par un signal en Modulation de largeur
d’Impulsion (MLI) [4-6].
Une modélisation sous Matlab/Simulink des différentes parties du système est proposée.

*
Auteur correspondant : Email : gsissoko@yahoo.com
S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 45 -
http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

II. MODELISATION DU SYSTEME


Le système étudié est constitué par le générateur PV, le convertisseur DC-DC (hacheur de type survolteur) et la
BTS, de puissance égale à 3kW. Le convertisseur DC-DC est commandé par un signal à modulation de largeur
d’impulsion avec une stratégie de recherche du point de puissance maximale MPPT.
La figure ci-dessous présente le synoptique de l’ensemble du système :

Figure 1 : Schéma synoptique du système PV contrôlé par


MPPT

La commande MPPT délivre l’action de contrôle appropriée afin de suivre le point de puissance maximale en
chaque instant. Ce contrôle, dans le cas d’un transformateur DC, agit directement sur le rapport cyclique du
convertisseur DC-DC.
II.1 Modèle du module photovoltaïque
Dans le cas idéal, la jonction PN soumise à l’éclairement photovoltaïque connectée à une charge peut être
schématisée par un générateur de courant Icc en parallèle avec une diode. Sous obscurité, l’équation de la
diode est donnée par [7, 8]:
𝑞𝑉
𝐼𝑑 = 𝐼𝑠 [ exp 𝑛𝑘𝑇
− 1] (1)
Sous éclairement, on aura :
𝑞𝑉
𝐼 = 𝐼𝑐𝑐 − 𝐼𝑠 [exp 𝑛𝑘𝑇
− 1] (2)

Avec : Is, courant de saturation inverse de la diode ; q, la charge de l’électron (1.6 10-19C) ; k, la
constante de Boltzmann (1.38 10-23J/K) ; n, le facteur de non idéalité de la photopile (1< n <2) ; T, la
température de la jonction en K ; i, le courant circulant dans la diode ; I, le courant de sortie, et V la tension de
sortie.
En circuit ouvert, la charge tend vers l’infini et V tend vers Vco, qui est la tension en circuit ouvert.
Lorsque les résistances de contacts et les pertes ohmiques sont prises en compte comme dans le cas réel,
nous devons associer au schéma équivalent une résistance série (Rs) et une résistance parallèle (Rp), le
modèle de la cellule devient :

Figure 2 : Modèle d’une cellule réelle


Ainsi l’équation (2) devient :

𝑞 𝑉+𝑅𝑠𝐼 𝑉+𝑅𝑠𝐼
𝐼 = 𝐼𝑐𝑐 − 𝐼𝑠 exp 𝑛𝑘𝑇
− 1 − 𝐼𝑝 (3) avec 𝐼𝑝 = 𝑅𝑝

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 46 -


http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

Dans le cas idéal, on a Rs qui tend vers 0 et Rp qui tend vers l’infini.
Ces résistances (Rs et Rp) donnent dans le cas réel une évaluation des imperfections de la diode ; en
considérant que Rs présente une valeur faible et que Rs<<Rp, les pentes de la caractéristique I(V) sous
illumination, calculées en I=0 (circuit ouvert) et V=0 (court circuit), donnent respectivement les valeurs
inverses des résistances série et shunt.
II.1.1 Influence de la température
L’équation de Boltzmann donne : Is = Io exp (eVo/kT). L’expérience montre que la tension de circuit ouvert
d’une cellule solaire diminue avec l’augmentation de la température de la cellule. Un ordre de grandeur
courant de la perte est de 2.3mV/°C/cellule [8]. Nous présentons ci-dessous la caractéristique I-V d’un module
photovoltaïque pour un niveau d’ensoleillement G donné et pour différentes températures :
Courbe I-V du module à G constant pour diverses températures
5
PPM
4.5

4 0°C
25°C
3.5 50°C
Courant Module en A

75°C
3

2.5

1.5

0.5

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension Module en V

Figure 3 : Caractéristique courant-tension pour différentes


valeurs de la température
Le courant de court circuit, par contre, augmente légèrement avec la température de la cellule (environ 0.05%
par degré Celsius).
II.1.2 Influence du rayonnement
Nous avons fait varier le niveau d’ensoleillement G et tracé les caractéristiques I-V associées :
Courbe I-V du module à T constante pour divers ensoleillements
5
1000W/m2
4.5

4 800W/m2

3.5
Courant Module en A

3 600W/m2

2.5

2 400W/m2

1.5

1 200W/m2

0.5

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension Module en V

Figure 4 : Caractéristique courant-tension pour différentes valeurs


du rayonnement

II.2 Modélisation du générateur photovoltaïque

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 47 -


http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

La puissance délivrée par une cellule ne suffit par pour alimenter une charge DC de la taille d’une station
relais de télécommunications (BTS). Il va falloir interconnecter plusieurs cellules en série et en parallèle pour
former un module photovoltaïque et atteindre la puissance désirée.
A leur tour, l’interconnexion de modules entre eux en série et en parallèle, pour obtenir une puissance
encore plus grande, définit la notion de générateur photovoltaïque (GPV).
Pour chaque module, le constructeur, le constructeur donne le courant de court-circuit (Icc) et la tension de
circuit couvert (Vco) aux conditions standards (T=25°C et Es=1000W/m2).
Si on pose Ns, le nombre de modules connectés en série dans une branche et Np, le nombre de
branches connectées en parallèle.
Le schéma équivalent du générateur photovoltaïque devient :

Figure 5 : Modèle du générateur


photovoltaïque
L’équation régissant ce modèle de générateur photovoltaïque est obtenue à partir de l’équation (3) :
𝑁𝑠
𝑞 𝑉𝑝𝑣 + 𝑅𝑠𝐼𝑝𝑣
𝑁𝑝
𝐼𝑝𝑣 = 𝑁𝑝𝐼𝑐𝑐 − 𝑁𝑝𝐼𝑠 exp 𝑁𝑠𝑛𝑘𝑇
−1 (4)
Ce qui donne
𝑁𝑠
𝑞 𝑉𝑝𝑣 + 𝑁𝑝 𝑅𝑠𝐼𝑝𝑣
𝑁𝑝𝐼𝑠 exp − 1 = 𝑁𝑝𝐼𝑐𝑐 − 𝐼𝑝𝑣
𝑁𝑠𝑛𝑘𝑇
𝑁𝑠
𝑞(𝑉𝑝𝑣 + 𝑅𝑠𝐼𝑝𝑣 ) 𝑁𝑝𝐼𝑐𝑐 −𝐼𝑝𝑣
𝑁𝑝
et : exp( )= +1
𝑁𝑠𝑛𝑘𝑇 𝑁𝑝𝐼𝑠
puis :
𝑁𝑠 𝑁𝑠𝑛𝑘𝑇 𝑁𝑝𝐼𝑐𝑐 −𝐼𝑝𝑣
𝑉𝑝𝑣 + 𝑅𝑠𝐼𝑝𝑣 = ln +1
𝑁𝑝 𝑞 𝑁𝑝𝐼𝑠
d’où :
𝐼𝑝𝑣
𝑁𝑠𝑛𝑘𝑇 𝐼𝑐𝑐 − 𝑁𝑠
𝑁𝑝
𝑉𝑝𝑣 = ln +1 − 𝑅𝑠𝐼𝑝𝑣 (5)
𝑞 𝐼𝑠 𝑁𝑝
A partir de l’équation (5), nous établissons le modèle Simulink du générateur photovoltaïque donné par la
figure suivante :

-K-
25
Beta
Tref

0.7 11/2
Vref
1 Rs Ns/Np 35 1
Product3
del V Vnew
T Ns

2
-K- 4 2
G del I
Iref Product1 Inew
Product alpha Np

1000

Subsystem Gref
1 Product2

1 2.41

Isc

Figure 6: Modèle Simulink du générateur photovoltaïque

II.3 Modélisation du hacheur boost


S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 48 -
http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

Le convertisseur continu-continu est un hacheur à transistor de type parallèle donc élévateur de tension.
Il est dimensionné pour une puissance de 3kW correspondant aux valeurs nominales I=60A, V=48V, coté BTS,
et I=172A et V=17.4V, coté générateur. Son rapport de transformation est, en appelant α le rapport cyclique
(rapport du temps pendant lequel le transistor est fermé, à la période de hachage) :
𝑉𝑠 1
𝑉
= 1−𝛼
avec α < 1
Pour une puissance incidente, la puissance optimale transférée à la charge ne pourrait être maximale que
pour un rapport cyclique bien défini.
Ce modèle de hacheur Boost ou Hacheur survolteur, est utilisé pour augmenter la tension de sortie, par
rapport à la source. Sa forme la plus simple est présentée comme suit [9]:

Figure 7: Forme simple du hacheur Boost

Ce hacheur comporte trois composants :


Une inductance L, une capacité C et un interrupteur qui peut prendre deux états, u=1 et u=0.
Son principe peut être expliqué de la manière suivante :
Quand l’interrupteur est en position 1, le circuit est séparé en deux parties : à gauche, la source charge
l’inductance, pendant ce temps, la capacité à droite maintient la tension de sortie utilisant l’énergie
précédemment stockée. Quand l’interrupteur change de position vers 0, la source DC et l’énergie stockée
dans l’inductance vont ensemble alimenter le circuit à droite, d’où une augmentation de la tension de sortie.
Dans les conditions idéales, c’est à dire : interrupteur idéal, capacité idéale et inductance idéale, le hacheur
Boost peut être modélisé en utilisant les équations différentielles ordinaires suivantes :
𝑑𝑉𝑐 𝑉𝑐 𝑑𝑖𝐿
𝐶 𝑑𝑡
= 1 − 𝑢 𝑖𝐿 − 𝑅
− 𝑖𝑜 (6) 𝐿 𝑑𝑡
= 𝑉𝑖𝑛 − 1 − 𝑢 𝑉𝑐 (7)
V0 = Ri (8)

Le modèle Simulink du hacheur idéal est alors le suivant :


IL
V0,iL

1
-K -
s
Subtract 1/C Integrator 2
MOSFET IL
1/R
1
1/6 V0
V0

1
-K-
s
1/L Integrator 1

MOSFET 1

0 Masse 5 Vin

1 MLI

Figure 8 : Modèle Simulink du hacheur idéal


Dans le cas général, une résistance interne à l’inductance, RL et une résistance interne à la capacité RC,
peuvent être ajoutées au modèle précédent.
Les équations (6) et (7) deviennent :
𝑑𝑉𝑐 𝑉0 𝑑𝑖𝐿
𝐶 𝑑𝑡
= 1−𝑢 − 𝑅
− 𝑖𝑜 (9) 𝐿 𝑑𝑡
= 𝑉𝑖𝑛 − 1 − 𝑢 𝑉𝑜 − 𝑅𝐿𝑖𝐿 (10)

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 49 -


http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

𝑑𝑉𝑐
𝑉𝑜 = 𝑉𝑐 + 𝑅𝑐𝐶 𝑑𝑡
(11)
En insérant (11) dans (6) :
𝑑𝑉𝑐 𝑉𝑐 𝑅𝑐 𝑅𝑐 𝑑𝑉𝑐
𝐶 = 1 − 𝑢 𝑖𝐿 − − − 𝐶 − 𝑖𝑜
𝑑𝑡 𝑅 𝑅 𝑅 𝑑𝑡
Ce qui donne :
𝑅𝑐 𝑑𝑉𝑐 𝑉𝑐
(1 + 𝑅
)C 𝑑𝑡
= 1 − 𝑢 𝑖𝐿 − 𝑅
𝑖𝑜
et,
𝑅 + 𝑅𝑐 𝑑𝑉𝑐 𝑉𝑐
𝐶 = 1 − 𝑢 𝑖𝐿 − − 𝑖𝑜
𝑅 𝑑𝑡 𝑅
d’où
𝑑𝑉𝑐 𝑅 𝑉𝑐 𝑅𝑖0
𝐶 𝑑𝑡
= 𝑅+𝑅𝑐
1 − 𝑢 𝑖𝐿 − 𝑅+𝑅𝑐
− 𝑅+𝑅𝑐
(12)
L’expression (11) devient :
𝑅𝑅𝑐 𝑅𝑐 𝑅𝑅𝑐
𝑉𝑜 = 𝑉𝑐 + 1 − 𝑢 𝑖𝐿 − 𝑉𝑐 − 𝑖𝑜
𝑅 + 𝑅𝑐 𝑅 + 𝑅𝑐 𝑅 + 𝑅𝑐

En développant cette expression de V0 on obtient :


𝑅𝑉𝑐 + 𝑅𝑐𝑉𝑐 − 𝑅𝑐𝑉𝑐 𝑅𝑅𝑐
𝑉𝑜 = + ( )[ 1 − 𝑢 𝑖𝐿 − 𝑖𝑜]
𝑅 + 𝑅𝑐 𝑅 + 𝑅𝑐

et donc,
𝑅𝑉𝑐 𝑅𝑅𝑐
𝑉𝑜 = 𝑅+𝑅𝑐
+ 𝑅+𝑅𝑐
[ 1 − 𝑢 𝑖𝐿 − 𝑖𝑜] (13)
L’expression (10) devient :
1
𝑖𝐿 = 𝐿 𝑉𝑖𝑛 − 1 − 𝑢 𝑉0 − 𝑅𝐿𝑖𝐿 𝑑𝑡 (14)
A partir des équations (13) et (14), on définit le modèle Simulink du hacheur Boost DC-DC réel.
Integrator 1/C
1
-K -
s

0.7
1/5
Rc Product
Divide 1/R
1
5 V0
R 1

Product 1 Rc1

IL
V0,iL

2
MOSFET IL
5 i0

V0

1
s
-K -
Integrator 1
1/L

MOSFET 1 RL

0.7

0 Masse 5 Vin

1 MLI

Figure 9 : Modèle Simulink du Hacheur Boost réel

II.4 Modélisation de l’algorithme de commande

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 50 -


http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

Si plus généralement, on désire suivre le point de puissance maximale en s’affranchissant de la


connaissance des paramètres qui modifient sa position, on doit recourir aux techniques d’asservissement, en
utilisant la plus souple, celle de perturbation et observation, PαO [10].
C’est l’algorithme de poursuite du point de puissance maximale (PPM) le plus utilisé, et comme son nom
l’indique il est basé sur la perturbation du système par l’augmentation ou la diminution de Vref ou en agissant
directement sur le rapport cyclique du convertisseur DC-DC, puis l’observation de l’effet sur la puissance de
sortie en vue d’une éventuelle correction de ce rapport cyclique.
Si la valeur de la puissance actuelle P(k) du générateur est supérieure à la valeur précédente P(k-1) alors on
garde la même direction de perturbation précédente sinon on inverse la perturbation du cycle précédent. La
figure suivante donne l’organigramme de cet algorithme.

Figure 11: Organigramme de l’algorithme Perturbation et Observation (P and O).


Cette figure montre l'organigramme de l'algorithme de P&O tel qu'il doit être implémenté dans le
microprocesseur de contrôle ; Son modèle Simulink est donné par la figure ci-dessous :
1
[P]
i
Product Goto

2
u
>0
1 Add 2
z Compare
Unit Delay Add To Zero 1

Constant 1

-1 1
incr
Constant 2
Multiport
[P ] Switch Product 1
>0 2
1
From
Compare Gain
z
To Zero
Unit Delay 1
Add 1 2
1

Constant Constant 3

~= 0

Compare
To Zero 2

Figure 12 : Modèle Simulink de l’algorithme P&O

II.5 Modélisation de la commande MLI

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 51 -


http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

L’électronique de régulation et commande détermine, à partir des consignes imposées de l’extérieur et des
mesures prélevées sur le générateur et la charge, la séquence de conduction et de blocage de l’interrupteur et
élabore les signaux logiques nécessaires à sa commande en fonction du type de convertisseur utilisé.
Dans le cas de la commande MLI [11], on fait varier l’état de l’interrupteur à une cadence qui ne
dépend pas de la manière dont évoluent les grandeurs relatives aux systèmes interconnectés par le
convertisseur électronique de puissance, cette cadence étant fixée essentiellement en fonction de la vitesse
de commutation de l’interrupteur.
Comme toute commutation revient à modifier le potentiel d’une borne d’accès du système à caractère
de source de courant en la connectant d’une borne à une autre du système à caractère de source de tension,
la commande par modulation en largeur d’impulsions ou commande MLI consiste à choisir une fréquence de
commutation pour l’interrupteur et à fixer à l’intérieur de la période de commutation les intervalles de
conduction des interrupteurs connectées à une borne de la « source de courant » en fonction d’un signal de
référence qui correspond au potentiel souhaité pour cette borne.
Sous forme numérique ce type de commande est réalisé en fixant à l’aide de « timers » les intervalles
de conduction des différents interrupteurs sur chaque période ou chaque demi-période de modulation,
comme le montre la figure suivante.

Figure 13 : Génération d’un signal carré à la sortie


du comparateur
Le comparateur permet de générer à sa sortie une tension rectangulaire modulée en largeur (rapport cyclique
variable: signal MLI). Ceci est le résultat de la comparaison entre le signal à la sortie de l’intégrateur ( Vref ) et
celui généré par un générateur triangulaire, ou en dent de scie, de fréquence fixée par le fonctionnement du
convertisseur .
Lorsque la tension Vref augmente (diminue), le rapport cyclique α augmente (diminue). Les variations de la
tension Vref induisent, pour un éclairement et une température donnés, le déplacement du point de
fonctionnement sur la caractéristique puissance – tension.
Un driver est inséré entre la sortie du comparateur et le convertisseur DC-DC, et son rôle est de transmettre,
sans déformation, le signal modulé en largeur à l’interrupteur (transistor Mosfet) commandant le
convertisseur d’énergie.
Ceci nous permet de modéliser la commande MLI sous Matlab/Simulink, de la manière suivante :
0.5

Constant
<=

5
Signal Relational
Constant 1 1
Generator Operator 1
MLI
0 Switch

Constant 2

Scope

Figure 14 : Modèle Simulink de la commande MLI

II.3 RESULTATS
S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 52 -
http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

La simulation a été réalisée en considérant la station de relais de télécommunications comme une charge
résistive.
La figure 15 montre l’évolution du point de fonctionnement dans la caractéristique Puissance-Tension pour
différents niveaux d’ensoleillement.
(a) Courbe de Puissance en fonction de la tension
160

140

120
Puissance de sortie Module(W)

100

80

60

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension Module (V)

Figure 15 : Caractéristique Puissance - tension pour différents


ensoleillements
Nous présentons maintenant la caractéristique Puissance-Tension pour différentes températures. Elle est
donnée par la figure suivante :
Courbe P-V du module à G constant pour diverses températures
5

4.5

4

3.5
Puissance Module en W

25°
3

50°
2.5

2 75°

1.5

0.5

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension Module en V

Figure 16 : Caractéristique Puissance - tension pour différentes


températures

Les relevés d’irradiation et de température sur notre site de test , nous ont permis de tracer les courbes
(figures 17- a et b) suivantes de la température et de l’ensoleillement en fonction du temps. Nous avons
obtenu 1492 mesures effectuées sur une journée ensoleillée, de 00h00 à 23h59.

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 53 -


http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

Température en fonction du temps journée ensoleillée Ensoleillement en fonction du temps journée ensoleillée
34 900

33 800

700
32

Ensoleillement en W/m 2
600
Température en °C

31

500
30
400
29
300
28
200

27
100

26 0
0 500 1000 1500 0 500 1000 1500
1428 mesures de temps de 00h00 à 23h59 1428 mesures de temps de 00h00 à 23h59

Figure 17- a : Courbe de Température en fonction du Figure 17- b : Courbe d’ensoleillement en fonction du
temps temps

La figure 18 montre la relation entre la puissance de sortie du convertisseur et son rapport cyclique. Nous
avons la puissance maximale pour un rapport cyclique égal à 0,5.
(c) Puissance de sortie en fonction du rapport cyclique
160

140

120
Puissance de sortie(W)

100

80

60

40

20

0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1
Rapport cyclique

Figure 18 : Courbe de Puissance en fonction du rapport


cyclique
La figure 19 montre la relation entre le courant et la tension de sortie du convertisseur qui est égale à la
charge de la BTS.
(d) Courant de sortie en fonction de la tension
6

4
Courant de sortie (A)

0
0 5 10 15 20 25 30 35
Tension de sortie(V)

Figure 19 : Caractéristique I-V à la sortie du


convertisseur

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 54 -


http://www.ucadjds.org Journal des Sciences

III. CONCLUSION
Pour avoir le meilleur transfert de puissance entre le générateur photovoltaïque ‘GPV’ et la charge, nous
avons modélisé l’ensemble de la chaine de conversion sous Matlab et l’algorithme de recherche du point de
puissance maximale (MPPT) a été conçu puis simulé. Il force le générateur GPV à travailler à son Maximum
Power Point (MPP), induisant une amélioration globale du rendement du système de conversion électrique.
Bien que satisfaisante par rapport à une connexion directe GPV-BTS, une amélioration de l’algorithme P&O
peut s’avérer nécessaire dans le cas de brusques changements de température et d’ensoleillements.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
[1] Gerard Barué, « Télécommunications et Infrastructures : liaisons hertziennes, spatiales, optiques »,
Ellipses, 2003
[2] Dezso Sera, Remus Teodorescu, Tamas Kerekes, « Teaching Maximum Power Point Trackers Using a
Photovoltaic Array Model with Graphical User Interface, Institute of Energy Technology, Aalborg University,
Denmark, December 2008
[3] Vikrant. A. Chaudhari, « Automatic Peak Power Tracker for Solar Pv Modules using Dspace Software »,
Thesis, Energ Centre Deemed University, BHOPAL, 2005
[4] Angel Cid Pastor, « Conception et Réalisation de Modules Photovoltaïques électroniques », Thèse de
Doctorat, INSA Toulouse, 2006
[5] K. Kassmi, M. Hamdaoui, et F. Olivié, « Conception et Modélisation d’un système photovoltaïque adapté
par une commande MPPT », revue des Energies Renouvelables, Vol10.N°4 (2007) pp. 451-462
[6] C. Boisvineau, M. Nougaret et J Terard, « Optimisation du fonctionnement d’un générateur
photovoltaïque : Asservissement extrémal de la puissance », Revue de Physique Appliquée 17 (1982) pp329-
336
[7] Kalogirou, Soteris, « Solar energy engineering: processes and systems » / 1st ed., Academic Press 2009.
[8] Antonio Luque, Steven Hegedus, « Handbook of Photovoltaic Science and Engineering », 2003, John Wiley
& Sons Ltd
[9] Guang Yi Cao, « Mathematical Models of Dc-Dc Converters », Journal of Zhejiang University, pp263-270,
China, 2009
[10] H. Buhler, « Convertisseur Statique », Presses Polytechniques Romandes, Lausanne, 1991
[11] Michel Pinard, « Convertisseurs et Electronique de Puissance », Dunod, 2007.

S. Ndoye et al / J. Sci.Vol. 9, N° 2 (2009) 45 – 55 - 55 -

Vous aimerez peut-être aussi