Vous êtes sur la page 1sur 5

Organisation et suivi d’une prestation toutefois être portée sur un document • le conditionnement de l'envoi avec • Différents du vendeur/acheteur/donneur

de transport national annexe qui sera alors joint au document de d'éventuelle consigne de supports de d’ordre ?
I. DOCUMENTS DU CONDUCTEUR: transport). charge. • Accès.
• Permis de conduire valide. - Le numéro ONU précédé des lettres "UN" 3ème étape : Choix du véhicule et 4. Quand ?
• Visite médicale pour deux ans. ; faisabilité du transport • Date, heure de mise à disposition.
• Carte d’identité nationale - La désignation officielle de transport, 4ème étape : Etablissement du devis • Date, heure souhaitée/impérative de
II. DOCUMENTS DU VEHICULE : complétée, le cas échéant, avec le nom 5ème étape : Envoi de la proposition par livraison.
• Récépissé de déclaration du véhicule : technique ; courrier, fax, … • Temps de chargement/déchargement
carte grise. - Le cas échéant, le groupe d'emballage 6ème étape : Planification et envoi du prévisible.
• La carte d'autorisation concernant le attribué à la matière pouvant être précédé véhicule • Horaires.
véhicule automobile de transport de des lettres "GE" (par exemple, "GE II") ou Pour comprendre, schématiser et planifier • Fréquence, régularité.
marchandises et le cas échéant, la des initiales correspondant aux mots une opération, nous allons suivre le 5. Comment ?
remorque ou la semi-remorque. "Groupe d'emballage" dans les langues déroulement d'une opération de transport • Moyens de manutention sur place.
• Visite technique de l’ensemble valide utilisées ; complète pour le cas ci-dessous. • Contraintes imposées aux véhicules.
(durée de validité un an). - Le nombre et la description des colis ; VII. METHODOLOGIE DE TRAITEMENT • Acheminements des documents.
• Certificat d’assurance. - La quantité totale de chaque marchandise DE LA DEMANDE DU CLIENT : • Livraison contre (remboursement, traite,
• Taxe à l’essieu. dangereuse caractérisée par son numéro 1. Qui (est le demandeur) ? attestation bancaire de paiement, etc.).
• Feuille d’enregistrements du chrono ONU, sa désignation officielle de transport • Secteur d’activité (industriel, agricole, • Information fournie (par qui).
tachygraphe (le disque en cours et un groupe d'emballage (exprimée en commerce, etc.). VIII. LES ACTEURS DE L’OPERATION
d’enregistrement + les disques de la volume ou en masse brut, ou en masse net • Statut (industriel, négociant, grossiste, DE TRANSPORT :
semaine en cours + le dernier disque de la selon le cas) ; détaillant, etc.). Le donneur d'ordre :
semaine précédente). - Le nom et l'adresse de l'expéditeur ou • Forme juridique, appartenance à un Le donneur d'ordre est celui qui a donné
III. DOCUMENTS DES MARCHANDISES : des expéditeurs ; groupe. les instructions de transport, il peut être
• Le manifeste de fret - Le nom et l'adresse du (des) • Taille (CA, effectifs, nombre soit l'expéditeur soit le destinataire.
• Lettre de voiture destinataire(s) ; d’établissements). L'expéditeur :
• Facture - Une déclaration conforme aux • Structure financière. L'expéditeur est celui qui s'engage à
• Bon de livraison dispositions de tout accord particulier. • Santé financière, solvabilité. confier la marchandise au transporteur.
• Déclaration d’expédition en cas de traite Exemples • Historique. Le commissionnaire de transport :
directe. Chapitre 2 - DEROULEMENT D'UNE • Culture d’entreprise. Le commissionnaire est une personne
IV. DOCUMENTS SPECIAUX POUR LE OPERATION DE TRANSPORT - Organigramme, les décideurs. physique ou morale qui moyennant une
TRANSPORT DES MARCHANDISES La réalisation d'une opération de transport - Mes interlocuteurs : commercial, rémunération, s'engage à effectuer un
DANGEREUSES : n'est que l'étape finale de nombreuses technique, financier, etc. transport de marchandise et fait exécuter
- la désignation de la marchandise, sa opérations antérieures. • Son client (cas export) ou son fournisseur ce transport en son nom par de tiers.
classe, son numéro ONU, En effet, une opération de transport se (cas import) Il s'engage donc a l'exécution du transport
- le nombre et la description des colis, déroule selon six étapes, à savoir : 2. Quoi ? de A vers B et a donc une obligation de
- la masse brute ainsi que la masse nette 1ère étape : Réception de la demande, • Type de marchandise. résultat. En cas de litige, il responsable
(on entend par masse brute le poids total soit par courrier, fax ou téléphone • Particularités : dangereux, périssable, devant le client.
du colis, contenu et emballage), 2ème étape : Consultation de la fiche liquide, nécessitant des autorisations. Le transporteur :
- le nom et l'adresse de l'expéditeur, client et prise de contact pour déterminer • Valeur. Le transporteur est celui qui assure
- le nom et l'adresse du destinataire, entre autres : • Conditionnement et emballage. effectivement le transport des
- l'affirmation par le chargeur que le produit • la nature de l'envoi, • Taille de l’envoi (poids et volume). marchandises.
est autorisé au transport et que son • le poids, volume et dimension de l'envoi, 3. Où ? Le destinataire :
emballage et son étiquetage sont • Lieux d’enlèvement, de livraison, Le destinataire est celui à qui la
conformes (cette dernière mention peut interlocuteurs. marchandise doit être livrée.
Le groupeur :
Le groupeur réunit les offres dispersées transporter en un lot à destination d'un • Le chargement direct nécessite la • Le transporteur : qui collecte et
des clients (envois de détail) et les remet correspondant qui procède au dégroupage. présence des semi-remorques vides.En transporte les envois de détails par ses
au transporteur pour constituer une unité Il comporte deux grandes phases : la effet une semi remorque est chargée propres moyens de transport. Ces
de charge. Il choisi son transporteur. réception et la réexpédition. directement à partir d'arrivages qui ne se professionnels peuvent offrir plusieurs
Le transitaire : Souvent ces deux phases sont bien produisent pas tous à la même heure. services à la clientèle :
Il assure la liaison entre deux modes de différenciées, mais parfois elles peuvent a- La traction : • Les services habituels : sans délai
transport au pont de rupture de charge, aussi être fusionnées. C'est la phase du transport pur qui ne se particuliers
c'est le cas en maritime et aérien, c'est un II.2.1. Le chargement différé : distingue pas du transport des lots partiels • Les services rapides, express : délai
mandataire. Quand les camions arrivent, les ou complet. Cette traction peut être d'acheminement plus court
LA CHAINE DE marchandises sont triées et mises en assurée par l'entreprise elle-même ou par • Les services à délais garantis : 24 h,
TRANSPORT : travées pour être rechargées en bloc. un confrère. 48 h selon la destination
a- Les opérations de réception : b- Le dégroupage : Section III - L’enregistrement des
II. LES OPERATIONS : Elles consistent à faire entrer l'envoi dans Opération symétrique du groupage opérations
II.1. L'enlèvement une plate forme : consiste à décharger le véhicule de I. L’ENLEVEMENT :
L'envoi étant en principe inférieur à trois -Le véhicule est déchargé par les traction et à disposer les colis dans des Les exploitants enregistrent les
tonnes, le client remettant à deux manutentionnaires du quai, travées qui peuvent être soit des travées enlèvements à faire dans l’après-midi. Ils
possibilités: - Les colis et les récépissés sont pointés réservées à de nouvelles tractions, soit des établissent un bordereau d’enlèvement et
• Soit le remettant passe à l'agence afin de vérifier la conformité entre le colis travées réservées à des tournées de le rangent dans la case du conducteur
remettre l'envoi effectivement réceptionné et les envois pris livraison. concerné.
• Soit l'envoi est enlevé à domicile par le en charge, c- La livraison : Lors de l’enlèvement (ou ramasse), le
-L'envoi dûment identifié est enregistré La livraison est la phase terminale du conducteur fait établir le récépissé,
transporteur.
dans le système informatique de transport, elle consiste à acheminer les document de base du système
• Il faut constituer des tournées de envois du quai de dégroupage jusqu’à d’information de la messagerie. Les
l'entreprise,
ramasses en fonction des contraintes -Un étiquetage peut être effectué. chez le client final. Les envois étant déjà informations nécessaires à la livraison sont
horaires, du positionnement des clients et b- Les opérations de réexpédition : disposés dans les travées affectées, cette indiquées sur le récépissé.
des capacités des véhicules; -Les colis reçoivent un étiquetage opération se décompose ainsi : Le récépissé remplit plusieurs fonctions :
• Le conducteur procède lui-même au directionnel qui doit les orienter vers la -La prise des marchandises dans les 1- Le récépissé est un document légal :
plate forme de dégroupage destinatrice, travées et le chargement dans le véhicule -Il matérialise la responsabilité du
chargement physique de l'envoi, ce qui transporteur,
-Les colis sont zonés dans des travées. en fonction de l'ordre de livraison défini par
pose le problème des équipements la structure de la tournée, -Il recueille l’émargement du destinataire et
Une travée est un emplacement de forme
embarqués à bord du véhicule ; rectangulaire dans lequel seront déposés -Le pointage des envois pour vérifier la constitue la preuve de la livraison.
• C'est encore lui qui prend en charge les colis destinés à une même plate forme conformité avec les récépissés, 2- Le récépissé est un document
juridiquement l'envoi et engage la destinatrice, -La constitution de la feuille de tournée, d’information :
responsabilité contractuelle du -Les colis sont ensuite rechargés dans le -La livraison chez le client avec -Il véhicule les informations entre les divers
véhicule assurant la liaison entre les déchargement par le conducteur, intervenants de la chaîne de transport,
transporteur, il devra donc procéder -Il fournit au transporteur les éléments de
plates-formes. -La vérification des colis et émargement du
soigneusement à la reconnaissance récépissé mettant fin au contrat de la facturation.
II.2.2. Le chargement direct :
qualitative et quantitative des colis transport. Le récépissé se présente sous forme de
Au fur et à mesure que les camions
composant l'envoi. arrivent, les marchandises sont III. LA PROFESSION : liasse comportant généralement autant
II.2. Le groupage : directement transbordées dans le véhicule Cette activité peut être assurée par deux d’exemplaires que d’intervenants dans la
On peut définir le groupage comme étant de départ. types de professionnels chaîne transport, donc au minimum :
• La qualité du pointage est assez • Le commissionnaire : qui organise et - un pour l’expéditeur,
l'ensemble des opérations qui consistent à
douteuse ; fait exécuter le transport d'un lot par un - un pour le transporteur,
réunir les colis de plusieurs expéditeurs - un pour le destinataire.
transporteur routier ;
pour divers destinataires et à les II. L’ARRIVEE AU QUAI DE DEPART :
II.1. L’enregistrement des ramasses : 􀂾 Date et heure d’arrivée du véhicule ; - soit le colis n’est pas destiné à cette être livrés, comme les refusés ou les
Toutes les informations figurant sur le 􀂾 Le nom du tractionnaire ; agence, il y a mauvais adressage, on parle avisés, sont stockés dans la partie «
récépissé sont enregistrées sur le système 􀂾 L’état du chargement ; de dévoyer. souffrance » des quais où ils sont groupés.
informatique central du messager. Une fois 􀂾 Le n° de plombs ; I.1.1. Les colis en excédent bien adressés : LES COLIS LITIGIEUX :
enregistrés, les récépissés sont classés 􀂾 Les réserves éventuellement prises ; Si des colis signalés dans le transfert II.1. Les colis manquant à l’arrivée de la
par plate-forme de destination. 􀂾 Les avis de manquants ; informatique arrivent sans leur récépissé, traction :
II.2. L’étiquette d’acheminement : 􀂾 Les avis d’excédents. le service crée des récépissés de Si le transfert informatique signale que des
L’étiquette, apposée par l’expéditeur sur IV. LE QUAI DE DEPART : régularisation appelés « Régul » à partir de colis dont l’arrivée n’a pas été enregistrés,
chaque colis, identifie le colis et surtout sa IV.1. Le départ de la traction : l’étiquette. un avis est immédiatement transmis à
destination. Au déchargement de colis sur Lorsque l’agence de départ est en Cette « Régul » reprendra la date, le code l’agence expéditrice.
le quai de départ, l’étiquette permet possession des récépissés correspondant du centre d’expédition, le n° de récépissé, II.2. Les colis manquants au chargement
d’affecter les colis à la travée aux enlèvements réalisés aux domiciles le nom de l’expéditeur et du destinataire, le de la livraison :
correspondant à la destination. des expéditeurs : nombre et le poids des colis. Elle sera Si un colis n’est pas présent lors de
Le transporteur peut opter pour plusieurs 􀂾 les récépissés sont triés et classé par « jointe aux récépissés originaux que le l’opération de prise sur travée alors qu’il a
systèmes : ligne » de destination, livreur devra rapprocher des colis chargés été enregistré à l’entrée au quai, on peut
-Il procède lui-même à un second 􀂾 les récépissés sont affectés ainsi à un lors de l’opération de livraison. légitimement en déduire, soit qu’il y’a eu un
étiquetage, opération longue et onéreuse ; véhicule de traction, I.1.2. Les colis en excèdent dévoyés : mauvais adressage de travée, soit « vol »
- Il utilise le code postale de la ville de 􀂾 un bordereau récapitulatif est émis par Si le dévoyé est constaté à l’arrivée à quai, pendant son séjour à quai.
destination ce qui évite une deuxième véhicule en plusieurs. l’exploitant informe immédiatement II.3. Les colis manquants à la livraison :
codification ; IV.2. Le départ des livraisons : l’agence expéditrice (par Fax, EDI…) et le Si un colis a été saisi au moment du
-Il demande à l’expéditeur d’inclure dans Une fois le chargement du véhicule est colis est remis dans la travée départ chargement, il y’a eu
son propre étiquetage le code terminé, l’exploitant : correspondante. incontestablementdisparition pendant les
d’acheminement ; 􀂾 Crée la tournée du conducteur avec son I.2. Les colis en excèdent après le opérations de livraison, le transporteur est
-Il utilise le système « à code barres ». n° en précisant les avaries s’il y en a ; départ des livraisons : donc pleinement
II.3. Le traitement de la traction d’arrivée 􀂾 Edite le listing de la tournée et le remet Les manutentionnaires terminent de « responsable. À lui de rechercher si il y a
II.3.1. Les opérations de mise à quai : au conducteur qui le garde à bord du zoner » les colis qui n’ont pas été fraude, imprudence, ou erreur
Le messager réceptionnaire doit : véhicule avec les récépissés. embarqués par les conducteurs pour les d’enregistrement.
􀂾 enregistrer l’heure d’arrivée du véhicule ; IV.3. Le retour des véhicules : raisons suivantes : II.4. Les colis avariés :
􀂾 vérifier le bon calage du véhicule lors de Le personnel de l’exploitation saisit le 􀂾 Soit le véhicule était plein, donc la On appelle avarie caractérisée une avarie
son positionnement à quai ; retour des tournées qui se font pour livraison est différée au lendemain ; visible lors du déchargement du véhicule
􀂾 déplomber le véhicule ; certains conducteurs en cours de matinée 􀂾 Soit il y a mauvais adressage. ou bien une avarie survenue au quai de
􀂾 enregistrer le n° de plomb ; ou l’après-midi selon l’importance de la Ils pointent à l’aide de pistolet électronique manutention.
􀂾 examiner le chargement pour déceler les tournée. les colis restant à quai, et répercutent On appelle avarie occulte une avarie non
avaries ; LES COLIS EN EXCEDENT : l’information dans l’ordinateur de décelable lors de la manutention ou de la
􀂾 formuler éventuellement les réserves ; I.1. Les colis en excèdent à l’arrivée de l’exploitation. livraison.
􀂾 scanner les colis au déchargement ; la traction : I.3. Les colis en excédent au retour des 􀂾 Colis non livrés pour cause d’avarie : le
􀂾 établir un état de déchargement. Lors de l’arrivée de la traction, un tractions : conducteur constate avant le chargement
II.3.2. Le rapport d’arrivage : rapprochement est fait entre les colis Si un colis n’a pas pu être livré, le qu’un colis n’est présentable ; il le laisse à
L’agence d’arrivée signale à l’agence de déchargés et le transfert informatique, il conducteur le signale à l’aide d’autocollant quai et prévient le chef de quai ;
départ les anomalies constatées lors du peut y avoir discordance entre les colis « avis de passage » ou « empêchement à 􀂾 Colis non livrés car manquement partiel :
pointage à l’arrivée de colis. arrivant et ceux qui sont indiqués dans le la livraison » qu’il colle sur le colis et sur le le conducteur constate avant le
Le rapport d’arrivage contient les transfert. Deux cas se présentent : récépissé. chargement qu’un envoi est incomplet, il
informations suivantes : - soit le colis est bien destiné à cette Les avis de passage sont gardés à part prévient le chef de quai car le destinataire
􀂾 Correspondant expéditeur ; agence et il faut régulariser la situation ; jusqu'à ce que le destinataire se manifeste veut réceptionner globalement son envoi ;
􀂾 Correspondant destinataire ; auprès de l’agence. Les colis qui n’on pu
􀂾 Enlèvement non effectué : causes - Après la mise à quai, et après que le - Pour le contrôle quantitatif, il faudra engins motorisés, de type chariot élévateur
diverses (oubli, erreur sur le bordereau conducteur ait ouvert les portes de son pointer sur le document transport ou portique ou pont roulant.
d’enlèvement…) véhicule, et immobilisé celui-ci, s’assurer l’exactitude des réceptions, et inscrire Dans ce cas, l’opération se fera par :
􀂾 Envoi livré à tort : le destinataire n’a pas du verrouillage du pont avant de chaque entrant sur des listings spécifiques 􀂾 l’arrière après ouverture des portes,
constaté l’erreur et a pris livraison des colis commencer le déchargement. aux différentes zones où cette 􀂾 le côté sur les véhicules équipés de
qui ne lui sont pas destinéS - Contrôler l’état du plancher du véhicule, marchandise va être stockée Parois Latérales Souples et Coulissantes,
Chapitre 4 - LE CHARGEMENT ET afin de vous assurer de sa résistance au II.3. La procédure de fin de 􀂾 le dessus si le véhicule est débâchable.
LE DECHARGEMENT poids des engins de manutention mis en déchargement : Dans tous ces cas prévoyez des temps
II. LES TECHNIQUES DE oeuvre, par la même vous assurez que ces - Si des avaries ont été constatées au beaucoup plus longs pour l’immobilisation
DECHARGEMENT : engins ont une hauteur sous plafond moment de la livraison après les avoir fait du véhicule. Le transporteur routier est
Là, aussi cette opération se décompose en suffisante pour ne pas occasionner de constater au conducteur, il conviendra de présumé responsable des dommages
plusieurs étapes : égâts au véhicule. les matérialiser en émettant des réserves occasionnés à la marchandise durant son
II.1. La préparation : II.2. L’exécution : sur le titre de transport d’une façon claire, transport, même si la faute incombe au
- Prise de connaissance du titre de - Pour la réception de ces marchandises, précise et sans ambiguïté. Puis après les conducteur. Le calage et l’arrimage sont
transport (détail qualitatif et quantitatif de et avant le déchargement, vous devez avoir signées les faire contresigner par le aussi de la responsabilité du transporteur
l’envoi). Si l’envoi est prévu d’avance par le avoir en votre possession un document conducteur. même s’il a été effectué par le conducteur.
système d’échange de données reprenant le détail de la livraison. Ceci afin - S’il y a des palettes vides à rendre : Le transporteur doit respecter le contenu
informatique, il conviendra d’anticiper de vous permettre de vérifier la conformité 􀂾 aller les faire prendre au lieu de du contrat établi avec le donneur d’ordre,
l’arrivée du véhicule en programmant les de cette livraison tant sur le plan quantitatif stockage et remettre au conducteur les en particulier prendre en charge la totalité
moyens en hommes et matériels à mettre que qualitatif. remplaçantes après contrôle de l’état des de l’envoi convenu et le transporter dans
en oeuvre. - Le document sera le titre de transport (le palettes prises en compte, des conditions adaptées et normales.
- Distribuer les affectations de travail aux manifeste) du transporteur venant 􀂾 lui faire signer ou mentionner sur le titre III. LES REGLES ESSENTIELLES
différents intervenants. décharger dans votre entrepôt. de transport la restitution des dites CONCERNANT LE CHARGEMENT :
- Définir le choix du matériel de - Il est à noter que très souvent en palettes. - Les charges doivent être réparties sur
manutention nécessaire, veiller à son bon messagerie, grâce à l’échange de données - Remettre au conducteur les documents tout le plateau.
fonctionnement et au respect des informatique (EDI), vous pouvez déjà être d’accompagnement de la marchandise. - Elles doivent être réparties de telle façon
conditions de sécurité avant son utilisation. en possession de cet état avant l’arrivée - Après l’avancée du véhicule et la que leur centre de gravité soit le plus bas
- Repérer les endroits ou la marchandise du véhicule. Quelque soit le cas, le chef de fermeture des portes AR, relever le pont de possible.
sera entreposée. quai, devra traiter ces “informations”, soit chargement. - Elles doivent être disposées de façon à
- Si la zone de rangement n’est disponible, par : - Attribuer une nouvelle tâche aux avoir le plus grand contact possible avec le
prévoir une zone tampon proche du quai 􀂾 des annotations, personnes chargées de la manutention. bouclier ou hayon avant,
pour ne pas ralentir les opérations de 􀂾 des émargements, - Dans cette partie du cours, l’hypothèse a - Une charge unique et pondéreuse doit
déchargement et partant de là 􀂾 système informatique, été prise d’une réception de véhicule sur être placée à mi-largeur du plancher et
désorganiser votre planning. - Avant le déchargement, le conducteur des quai de chargement ou de plutôt vers l’avant, la pression sur le
- S’assurer que le véhicule à vider est le doit indiquer en cas de livraison partielle, le déchargement, il faut savoir que dans plancher doit être répartie par
bon, qu’il est sur le bon quai, et au vu du détail des envois à décharger. certains cas cette pratique n’est pas l’intermédiaire d’éléments tels que
titre de transport s’assurer que l’envoi est - Il conviendra de contrôler l’état et la possible, et dès lors chaque type traverses, longerons, berceaux, etc.
bien celui prévu. qualité des envois déchargés que vous d’opération va entraîner l’obligation de - Si les essieux ne sont pas pareillement
- Faire mettre le véhicule à quai par le allez prendre en compte. Cette phase de procédure spécifique en cas de chargés, il est conseillé de ne pas
conducteur, au besoin le guider. transfert de marchandises correspond chargement ou de livraison, ainsi : dépasser les rapports suivants :
- Abaisser le pont de chargement qui aussi au transfert de la responsabilité de la 􀂾 Chez un particulier : la manutention sera 􀂾 rapport de poids entre l’essieu le plus
assure la liaison véhicule/quai, s’assurer marchandise transportée. Après cette manuelle, chargé et le moins chargé : 2/1,
de sa stabilité et de son niveau s’il n’est étape vous aurez beaucoup de mal à vous 􀂾 Sur un chantier, zones portuaires ou 􀂾 rapport de poids entre les roues d’un
pas automatique. dégager de ce risque. zones industrielles, le transfert de même essieu: 1,25/1.
marchandises pourra être effectué par des IV. LES TECHNIQUES D’ARRIMAGE :
IV.1. Définition : Un planning doit inclure les éléments 10. Analyse des résultats et mise en place
L’arrimage est le positionnement judicieux suivants : des actions correctives
des charges et leur maintien contre le • La date demandée d’exécution du III. LE TABLEAU DE BORD
plateau et les parois par des moyens transport. D’EXPLOITATION
appropriés. Si cet arrimage est réalisé par • Les lieux de chargement/déchargement. III.1. Définition du tableau de bord
des moyens élastiques ou flexibles • Le/les produits et la quantité. d’exploitation :
(câbles, sangles), on parle alors • Les conditions particulières du C’est un document comportant les
d’amarrage. S’il est réalisé par des moyens transport. indicateurs indispensables au contrôle
fixes et rigides (boulons, cales) on parle Chapitre 9 - CONCEPTION ET périodique du bon fonctionnement et de la
alors de calage ouverrouillage. METHODE DE MISE EN rentabilité du (ou des) secteur(s)
IV.2. Les règles d’arrimage : PLACE D’UN TABLEAU DE BORD technique(s) de l’entreprise selon son (ou
On doit respecter les règles suivantes : I. Tableau de bord d'une entreprise : ses) activité(s) propre(s).
- Bâches, parois et ridelles ne sont pas des C’est l’ensemble des statistiques Le tableau de bord d’exploitation est lié
moyens d’arrimage. graphiques et renseignements de tout spécialement au véhicule, puisqu’il montre
- Dans le cas d’objets multiples, il faut se genre permettant à la Direction de vérifier :
méfier des balancements et de la bonne marche des différents services. - Le nombre de voyages réalisés pendant
déplacements latéraux par déformation de Une définition plus dynamique pourrait être le mois, en tenant compte s’il était chargé,
la carrosserie dans les dévers, surtout si le : ou le voyage à été effectué à vide.
chargement est fait avec empilage en « Outil de synthèse disposant d'un - Les jours d’immobilisation, et les causes
hauteur. certain nombre d'alarmes destinées à de ces immobilisations, soient pannes ou
- Il faut amarrer séparément ou caler les informer autres…
objets lourds comme s’ils étaient chargés le dirigeant d'une anomalie et l'incitant à - Les litiges possibles, à savoir des retards
isolément. Ils doivent être arrimés à rechercher au moyen d'autres outils de livraison, des dommages au niveau de
hauteur du centre de gravité pour perfectionnés les causes des anomalies la marchandise transportée.
empêcher leur déplacement ou leur et à y remédier dans le plus brefs délais - Le tonnage transporté par chaque
basculement. ». véhicule, à chaque voyage que celui là
- Les moyens d’arrimage doivent être Tableau de bord = synthèse des effectue et le total du mois entier.
resserrés au bout de 50 Km et après un informations essentielles à la prise de - Le chiffre d’affaires réalisé, par voyage et
coup de frein brutal ou un virage négocié à décisions rapides dans le court terme par mois.
vitesse limite. I.II. LA METHODOLOGIE DE
- Lieu de chargement précis. CONCEPTION D’UN TABLEAU DE
IV.3. Les moyens d’arrimage : BORD :
- Cales fixes au plancher. 0. Choix de la périodicité
- Chaînes, câble. 1. Choix des objectifs
- Cordes. 2. Identification des indicateurs possibles
- Sangles avec dispositifs de tension, on 3. Validation des indicateurs
peut y adjoindre des cornières de 4. Sélection des indicateurs nécessaires et
protection afin de protéger les angles des suffisants
colis, les produits transportés et la sangle 5. Choix de la forme de présentation des
elle-même. indicateurs
- Tapis anti-glissage. 6. Détermination des bases de référence
- Sac intercalaire gonflable. 7. Mise en forme du Tableau de bord
II. LA PLANIFICATIN D’UN TRANSPORT 8. Validation
: 9. Mise en place
II.1. Généralités :