Vous êtes sur la page 1sur 84

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE M’HAMED BOUGUERRA BOUMERDES


Faculté des Hydrocarbures et de la Chimie
Département de Géophysique, Génie parasismique et Phénomènes Aléatoires

Mémoire de Magister
En géophysique
Option : Géophysique et Traitement du Signal

Présenté par : OUALI SALIMA

ETUDE GEOTHERMIQUE DU SUD DE


L’ALGERIE

Soutenu le : 08-03-2006

Devant le jury composé de :

Mr. M. Djeddi : Professeur – Président – U. Boumerdes


Mr. K. Baddari : Professeur - Rapporteur - U. Boumerdes
Mr. A. Khellaf : Directeur de recherche – Examinateur - CDER
Mr. M. Benziada : Chargé de recherche - Examinateur - CDER
Mr. K. Zellouf : Chargé de cours – Examinateur- U. Boumerdes

ANNEE 2004/2005
Je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance à tous les membres de jury :
- Mr. Djeddi Mabrouk Professeur à l’université de Boumerdes., pour avoir accepté de
présider le jury.

- Mr. Baddari Kamel Professeur à l’université de Boumerdes pour avoir accepté mon
encadrement et pour l’intérêt qu’il a porté à l’avancement de ce travail..
travail..

- Mr. Khellaf Abdellah, Directeur de recherche au CDER pour avoir proposé le sujet et
pour son suivi continuel.

- Mr. Benziada Mabrouk Docteur au CDER pour son aide et pour avoir accepté
d’examiner ce mémoire.

- Mr. Zellouf Khemissi Docteur à l’université de Boumerdes pour avoir accepté


d’examiner ce mémoire.

Il m’est agréable de remercier très respectueusement toute


toute personne qui a aidé a la
réalisation de ce travail :

- Mr. Belhamel Maïouf Directeur du CDER pour toute l’aide et les facilités qu’il m’a
procurés dans mon travail, qu’il trouve ici l’expression de ma profonde gratitude.

- Mr. Bouguern Abdelhafid


Abdelhafid,
lhafid, Docteur et chef du département de géophysique à l’université
de Boumerdes pour m’avoir toujours conseillée et orientée dans mon travail.

- Mr. Fekraoui Amor chef de division géothermie du CDER.

- Melle Kedaid Fatma Zohra et Melle Rezig Saida de la division géothermie du CDER
pour toute l’aide qu’elles m’ont apportée durant la réalisation de ce projet et pour
m’avoir fait profité de leurs connaissances.

- Mr. Ayad Abdelmalek ainsi que Mr Bouchoul Cherif du département d’hydrogéologie de


l’ANRH pour leur aide et toutes les facilités qu’ils m’ont apportés.

- Mr. Benhamroura , M.r Aitouche ,Mme Acheley , Mr. Djeddi , Mr. Baiche pour avoir
veillé à notre formation
formation.
ation.

- Melle Sid Zohra Bibliothécaire au CRAAG pour m’avoir aidée dans toutes les
circonstances.
- Melle Daoo Hafida du département Eolien du CDER pour son aide et sa grande
générosité.

- Melle Lallama Samira du Service documentation CRAAG.

- Melles : Izli Fatiha, Oukid Samia , Mekhaldi Chahra, Chaouche Yamina et Bourouis
Saliha de l’université de Boumerdes .
Sommaire

LISTE DES FIGURES ET DES TABLEAUX ................................................................................................... 6


INTRODUCTION GENERALE ......................................................................................................................... 9
1. Travaux antérieurs ........................................................................................................................................... 9
2. Présentation de l’étude .................................................................................................................................... 9
CHAPITRE I ....................................................................................................................................................... 11
GENERALITES SUR LA GEOTHERMIE .................................................................................................... 11
I.1 Introduction ............................................................................................................................................... 11
I.2 Types de gisements géothermiques .......................................................................................................... 11
I.3 Types de géothermie .................................................................................................................................. 12
I.3.1 La géothermie haute énergie............................................................................................................. 12
I.3.2 La géothermie basse énergie .............................................................................................................. 12
I.3.3 La géothermie très basse énergie....................................................................................................... 13
I.3.4 Géothermie roche chaude sèche (HDR) ............................................................................................ 13
I.5 Forage géothermique ................................................................................................................................. 13
I.6 La géothermie dans le monde ................................................................................................................... 14
I.6.1 Les applications .................................................................................................................................. 14
I.6.2 La capacité énergétique..................................................................................................................... 15
I.6.3 La géothermie en Algérie ................................................................................................................... 16
I.6.4 L’expérience tunisienne .................................................................................................................... 18
CHAPITRE II ..................................................................................................................................................... 19
GEOLOGIE......................................................................................................................................................... 19
II.1 Situation .................................................................................................................................................... 19
II.2 Relief ......................................................................................................................................................... 19
II.3 Stratigraphie ............................................................................................................................................. 21
II.3.1 Le Paléozoïque ................................................................................................................................... 21
II.3.2 Le Mésozoïque ................................................................................................................................... 21
II.3.3 Le Cénozoïque .................................................................................................................................. 22
II.3.4 Le Quaternaire .................................................................................................................................. 22
II.4 Evolution tectonique ................................................................................................................................ 24
II.4.1 La phase panafricaine ....................................................................................................................... 24
II.4.2 La phase calédonienne ...................................................................................................................... 24
II.4.3 La phase hercynienne ....................................................................................................................... 24
II.4.4 La phase post-hercynienne .............................................................................................................. 25
II.4.5 La phase Autrichienne ..................................................................................................................... 25
CHAPITRE III .................................................................................................................................................... 26
HYDROGEOLOGIE .......................................................................................................................................... 26
III.1 Climat et hydrographie ......................................................................................................................... 26
III.2 Système aquifère du Sahara septentrional ........................................................................................... 27
III.3 Ressources en eau du Sahara algérien ................................................................................................ 31
III.3.1 Le Complexe Terminal.................................................................................................................... 31
III.3.2 Le Continental Intercalaire ........................................................................................................... 32
CHAPITRE IV .................................................................................................................................................... 35
CARRACTERISTIQUES DE LA NAPPE ALBIENNE ................................................................................. 35
IV.1 Introduction ............................................................................................................................................ 35
IV.2 Analyse et traitements de données........................................................................................................ 35
IV.2.1 Le dépouillement ............................................................................................................................. 35
IV.2.2 Coordonnées de forages................................................................................................................... 36
IV.2.3 Cartographie des points d’eau ........................................................................................................ 37
IV.2.4 Fiche de forages................................................................................................................................ 38
IV.2.5 Les données ...................................................................................................................................... 38
IV.3 Caractéristiques géométriques du réservoir......................................................................................... 41
IV.3.1 Limites géographiques du réservoir ............................................................................................... 41
IV.3.2 Profondeur du réservoir.................................................................................................................. 43
IV.3.3 Epaisseur du réservoir.................................................................................................................... 46
IV.4 Caractéristiques de la nappe .................................................................................................................. 46
IV.4.1 Niveau piézometrique de la nappe.................................................................................................. 46
IV.4.2 Débit des eaux .................................................................................................................................. 46
IV.5 Caractéristiques physico-chimiques du fluide géothermique ............................................................. 48
IV.5.1 Température..................................................................................................................................... 49
IV.5.2 Résidus secs ...................................................................................................................................... 51
IV.5.3 Faciès chimique ............................................................................................................................... 53
IV.5.4 pH des eaux ..................................................................................................................................... 54
CHAPITRE V...................................................................................................................................................... 55
EXPLOITATION DES EAUX........................................................................................................................... 55
V.1 Mode d’exploitation ................................................................................................................................. 55
V.2 Les prélèvements ...................................................................................................................................... 56
V.3 Les problèmes rencontrés dans l’exploitation........................................................................................ 60
V.3.1 L’entartrage ....................................................................................................................................... 60
V.3.2 La remonte des eaux de la nappe phréatique................................................................................. 61
CHAPITRE VI .................................................................................................................................................... 63
GRADIENT GEOTHERMIQUE ...................................................................................................................... 63
VI.1 Introduction ............................................................................................................................................ 63
VI.2 Carte de gradient géothermique ............................................................................................................ 63
VI.2.1 Interprétation de la carte de gradient ............................................................................................ 64
VI.3 Graphes (Température – Profondeur) ................................................................................................. 64
VI.3.1 Interprétation des graphes .............................................................................................................. 66
CHAPITRE VII .................................................................................................................................................. 67
FLUX DE CHALEUR ........................................................................................................................................ 67
VII.1 Introduction ........................................................................................................................................... 67
VII.2 Classification des systèmes géothermiques conductifs ...................................................................... 68
VII.3 Carte de flux de chaleur....................................................................................................................... 72
VII.3.1 Description du phénomène de conduction ................................................................................... 72
VII.3.2 Réalisation...................................................................................................................................... 73
VII.3.3 Interprétation ................................................................................................................................. 76
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................................ 78
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................................. 80
ANNEXE ......................................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
LISTE DES FIGURES ET DES TABLEAUX

1) Liste des figures

- Fig. 1 : Situation géographique de la région d’étude


- Fig. 2 : Carte montrant les reliefs sahariens
- Fig. 3 : Colonne stratigraphique type du Sahara algérien Nord oriental d’après
Boudjemaa A., 1987.
- Fig. 4 : Les unités hydrogéologiques du Sahara algérien
- Fig. 5 : Extension géographique du système aquifère du Sahara septentrional
- Fig. 6 : Débit des prélèvements en A) Algérie B) Tunisie C) Libye D) Total
- Fig. 7 : Carte hydrogéologique du Sahara algérien d’après (Mehdid A., 1988).
- Fig. 8 : Distribution géographique des points d’eau consultés.
- Fig. 9 : Limites géographiques des nappes du Continental Intercalaire et du
Complexe Terminal.
- Fig. 10: Carte des profondeurs de la nappe albienne
- Fig. 11 : Courbe (Distance – Profondeur) de la nappe du Continental Intercalaire
- Fig. 12 : Carte des niveaux piezometriques de la nappe du Continental Intercalaire
- Fig. 13: Distribution géographique des débits de forages
- Fig. 14: Carte des températures des eaux de la nappe du Continental Intercalaire.
- Fig. 15 : Courbe (Température des eaux -Profondeur)
- Fig. 16 : Carte des résidus secs de la nappe albienne
- Fig. 17 : Carte des pH du fluide géothermal
- Fig. 18 : Refroidisseur d’eau de l’Albien
- Fig. 19 : Image de la foggara
- Fig. 20 : Forage albien
- Fig. 21 : Débit des prélèvements au niveau de l’Albien dans les principales villes du
Sud algérien
- Fig. 22 : A) et B) Entartrage de canalisation
- Fig. 23 : Remontée des eaux de la nappe phréatique Touggourt
- Fig. 24 : Carte de gradient géothermique du Sud algérien
- Fig. 25 : Courbes de variation (température- profondeur) au niveau des forages; ER-1,
CBM-1,HBZ-1,TO1, AM-1.
- Fig. 26 : Forage ER-1
- Fig. 27: Forage AM-1
- Fig. 28 : Systèmes géothermales type dominé par conduction
- Fig. 29 : Système géothermales type bassin sédimentaire
- Fig.30 : Systèmes géothermiques type Eau météorique à circulation profonde
- Fig. 31 : Système géothermique type eau chaude dominée
- Fig. 32: Systèmes géothermales type vapeur dominée
- Fig. 33 : Système géothermique type magmatique à haute température
- Fig. 34 : Carte du flux de chaleur du Sud algérien
2) Liste des tableaux

- Tableau 1 : Les utilisations de la géothermie à travers le monde.


- Tableau 2 : Evolution de la capacité géothermique installée dans le monde pour la
production d'électricité en MWe (EurObserv'ER, août 2003)
- Tableau 3 : Principales Caractéristiques de quelques sources thermales du Nord de
l’Algérie
- Tableau 4 : Les phases tectoniques de la plate-forme saharienne.
- Tableau 5 : Historique des prélèvements (l/s) sur l’ensemble de la nappe albienne.
- Tableau 6 : Répartition des forages du Continental Intercalaire par wilayas et la
disponibilité des fiches de forages
- Tableau 7 : Répartition des forages du Complexe Terminal par wilayas et la
disponibilité des fiches de forages
- Tableau 8 : Coordonnées géographiques et numéros de fuseau.
- Tableau 9 : Profondeur et débit de quelques forages ayant atteint l’aquifère du
Continental Intercalaire.
- Tableau 10 : Caractéristiques physiques du fluide géothermale et niveau
piézométrique de la nappe albienne
- Tableau 11 : Résultats d’analyses des éléments chimiques majeures présents dans
l’eau de quelques forages albiens
- Tableau 12 : Profondeurs de la nappe dans quelques villes du Sud algérien
- Tableau 13 : Epaisseurs de la nappe du Continental Intercalaire dans quelques villes
du Sud algérien
- Tableau 14 : Faciès chimique de la nappe albienne
- Tableau 15 : Historique des prélèvements en Algérie (1960 -1998).
- Tableau 16 : Liste des forages utilisés pour établir les graphes T=f (P)
- Tableau 17: Les conductivités thermiques des principaux constituants en Wm-1 °C-1
Tiré de Horai, K.I.1971 ; Brigaut, F. et al 1989
- Tableau 18 : Flux de chaleur au niveau de quelques forages
INTRODUCTION GENERALE

1. Travaux antérieurs

Le Sahara algérien a fait l’objet de plusieurs études hydrogéologiques et géologiques,


en vue de l’exploration de la nappe du Continental Intercalaire
En 1960, A. Cornet a achevé l’étude hydrogéologique du Sahara algérien qui est toujours
considérée comme une référence dans le domaine. Elle comporte les divers aspects
géologiques et hydrogéologiques des nappes aquifères dans le Sahara d’Algérie.
Suite à ces nombreux travaux, une autre vaste étude de la nappe est engagée en collaboration
entre l’Algérie et la Tunisie sous l’égide de l’Unesco entre 1968 et 1972. D’importants
moyens matériels et humains sont alors déployés dans le cadre du projet ERESS : Etude des
ressources en eau du Sahara septentrional.
Cette étude couvre une superficie de 800 000 km2 et concerne l’Algérie et la Tunisie.
Une actualisation de l’étude ERESS est réalisée et présentée en 1981 dans le rapport
PNUD : Actualisation de l’étude des ressources en eau du Sahara septentrional
L’objectif principal de ces dernières études est l’évaluation de la demande en eau des régions
sahariennes entre 2000 et 2010 dans le but de construire un modèle mathématique du
Continental Intercalaire dont les résultats permettront une meilleure exploitation des eaux du
Continental Intercalaire tout en minimisant l’impact sur l’environnement.

2. Présentation de l’étude

La présente étude a été réalisée au niveau de la division géothermie du CDER (Centre


de Développement des Energies Renouvelables).
Elle rentre dans le cadre de la recherche géothermique qui a pour objectif principale
l’évaluation du potentiel géothermique de l’Algérie.

L’énergie géothermique est l’une des plus importantes sources d’énergies renouvelables dans
le monde. Les utilisations de cette énergie sont multiples. Elles vont des utilisations directes
telles que la pisciculture, le chauffage des serres et la balnéothérapie aux utilisations
industrielles telle que la production d’électricité.

L’Algérie, de part sa situation géographique (zone à forte activité tectonique) est considérée
parmi les pays riches en eaux thermominérales.
Si le potentiel des ressources géothermiques du Nord de l’Algérie est bien connu, pour le Sud
algérien aucune étude détaillée n’a été encore menée.

La région de la présente étude se situe dans le Sud algérien ; plus exactement dans la partie
Nord du Sahara algérien.
Le but principal de ce travail est l’évaluation du potentiel géothermique du Sud algérien à
travers une esquisse du gradient géothermique et du flux de chaleur.

Dans cette étude, dans un premier stade, nous avons exploité surtout les données
géophysiques de forages pétroliers et hydrogéologiques.

Les principaux points qui ont été développés dans ce mémoire sont :
- Une introduction sur le domaine de la géothermie qui est principalement destinée à
présenter la géothermie pour le lecteur, à travers un historique sur la géothermie, et les
divers domaines d’intérêt de cette nouvelle science.

- Un aperçut sur la place de la géothermie dans le monde. Cette partie donnera une idée sur
les différentes réalisations dans le domaine de l’exploitation de la géothermie dans le
monde et les projets futurs pour cette science.

- Une présentation de la géothermie en Algérie. Cette partie nous illuminera sur quelques
réalisations dans le domaine de la recherche géothermique en Algérie suivie par les
applications déjà entreprises dans ce contexte.

- Une synthèse géologique et hydrogéologique qui permet de situer la région d’étude et de


lui approprier ces différentes caractéristiques géologiques et hydrogéologiques à la
lumière des anciens travaux.

- Une partie concernant l’analyse et le traitement des données utilisées pour l’élaboration
des différentes cartes.

- Cartographie détaillée qui comporte :

• Un inventaire des points d’eau.

• Les caractéristiques géométriques du réservoir géothermique à savoir : (position,


limites géographiques, profondeur, extension…etc.).

• Les caractéristiques de la nappe d’eau (niveau piézométrique, débit)

• Caractéristiques physico-chimiques du fluide géothermale telles que


(Température, résidus secs, faciès chimique, PH….etc. ).

- Mise en évidence des zones d’intérêt géothermique à travers les cartes de flux de chaleur
et de gradient géothermique.

- Cette étude se termine par une interprétation des résultats obtenus suivie d’une
conclusion.
CHAPITRE I

GENERALITES SUR LA GEOTHERMIE

I.1 Introduction

La géothermie s’intéresse à l’étude des phénomènes thermiques de la terre qui sont


liés à la formation et à la composition du globe (www.wikipidia .org).

La terre est chaude. La chaleur terrestre qui se propage à travers la croûte continentale (appelé
flux de chaleur) n’est pas homogène; le flux de chaleur varie donc d’un endroit à un autre.
En présence d’un flux de chaleur élevé les eaux souterraines se réchauffent et se transforment
en eau thermale. Les eaux deviennent chaudes et remontent en surface sous différentes
formes. Ces formes peuvent êtres :

- Geysers : Dans les pays volcaniques, l’eau bouillante jaillit à la surface


sous forme de jets atteignant jusqu’à 50 m de haut.
Exemple : Les geysers d’Islande, de Nouvelle-Zélande ou de Californie ;

- Fumerolles : Ce sont des fentes à partir desquelles des gaz volcaniques, la plupart du
temps vapeur d’eau, s’échappent vers l’atmosphère.
Exemple: Fumerolles en Italie à Larderello ;

- Sources thermales : Ce sont des émanations d'eau, de vapeur d'eau et d'anhydride


carbonique à température élevée. Elles doivent leur origine à des émanations de vapeur
d'eau provenant de zones profondes qui, lorsqu'elles atteignent les couches superficielles,
se refroidissent et se condensent, donnant naissance à des eaux de températures très
élevées. (www. http://mendeleiev.cyberscol.qc.ca/chimisterie)
Exemple : Les sources thermales du Nord de l’Algérie.

L’exploration géothermique s’intéresse essentiellement à définir et à classer, la source de


chaleur, le réservoir géothermique et le fluide géothermique.

I.2 Types de gisements géothermiques

A travers le monde, il existe trois catégories de gisements géothermiques :

- Les gisements géothermiques des zones volcaniques récentes : Ce type de gisement se


caractérise par l’existence en profondeur d’une chambre magmatique très chaude
(1300°C) (Cristopher, H., Armstead, H., 1978) qui représente la source de chaleur
naturelle. Cette chambre magmatique cède sa chaleur aux couches géologiques
superficielles. Dans ce cas, les eaux sont très chaudes; elles sont plus adaptées à la
production d’électricité.
Parmi les pays concernés par ce type de gisements, on peu nommer la Nouvelle-Zélande
et l’Islande

- Les gisements des zones de plate forme continentales stables, recouvertes de terrains
sédimentaires. Dans ce type de gisement il n’existe pas de source de chaleur particulière
en profondeur, mais la chaleur est uniquement due au gradient géothermique. Dans ce cas
les réserves sont généralement très profondes et leur exploitation nécessite la réalisation
de forages.
Ce type de gisements est rencontré en France ( les bassins parisien et aquitain) et
en Algérie ( le bassin du Sahara septentrional.)

- Les gisements géothermiques des zones continentales actives : Dans ce troisième cas, les
eaux résultent de la circulation d’eau thermale à travers les failles et les discontinuités
géologiques et arrivent en surface sous forme de sources.
On retrouve ce type de gisement en Algérie, à travers les diverses sources thermales qui
jaillissent au Nord.
Exemple : Hammam Bouhadjar

Suivant leurs thermalismes, ces gisements géothermiques sont classés en deux types
de champs géothermiques :

- Les champs hyperthermiques : Concernent la première catégorie de gisements


correspondants aux gisements géothermiques des zones volcaniques récentes.

- Les champs semi-thermiques : Concernent la deuxième et la troisième catégorie de


gisements correspondant aux gisements des zones de plate forme continentales stables,
recouvertes de terrains sédimentaires et aux gisements géothermiques des zones
continentales actives.

I.3 Types de géothermie

L’exploitation de la géothermie dépends du type de gisements et du fluide géothermique


existant, ainsi, se distingue trois types de géothermie dans le monde :

I.3.1 La géothermie haute énergie

La géothermie haute énergie, exploite les gisements de vapeur sèche ou humide (mélange
eau et vapeur). Ces gisements se caractérisent par des températures supérieures à 150°C
(BRGM, 1978).
On rencontre cette géothermie haute énergie dans les régions volcaniques (volcans) et
sismiques (frontières de plaques) ou le gradient géothermique est particulièrement élevé.
La géothermie haute énergie est destinée principalement à la production d’électricité. La
vapeur, qui est puisée dans le réservoir géothermique, est déchargée dans une turbine, reliée à
un alternateur pour la production d’électricité.
La vapeur sèche est directement utilisée alors que la vapeur humide qui est plus fréquente
nécessite l’utilisation d’un séparateur.
Un exemple de ce type de géothermie est donné par la centrale de Bouillante en Guadeloupe-
France.

I.3.2 La géothermie basse énergie

La géothermie basse énergie se caractérise par une température comprise entre 30°C et
150° C, elle est rencontrée à une profondeur moyenne de 1000 à 2500 m , dans les formations
perméables remplies d’eau situées principalement dans les bassins sédimentaires de grandes
dimensions.
Elle est destinée principalement au chauffage urbain et au chauffage de serres.

I.3.3 La géothermie très basse énergie

La géothermie très basse énergie est rencontrée à de faibles profondeurs (nappes


phréatiques) ou la température est de l’ordre de 10 à 30°C. Elle est utilisée entre autre pour
la pisciculture, l’horticulture et le séchage de produits agricoles.
(Voir L’encyclopédie Wikipidia, 2006 ).

I.3.4 Géothermie roche chaude sèche (HDR)

D’autres techniques en géothermie ont été mises, c’est la géothermie roche chaude
sèche ou Hot Dry Rock ou la géothermie HDR (www.ciel.org.).
La technique consiste d’abord à prospecter les cites géothermiques favorables qui sont les
sites renfermant des roches sèches en profondeur (moins de 6 km), tels que les granites.
De l'eau froide sous forte pression est injectée par la suite en profondeur dans des puits ou
forages d’injection. L’eau élargit les fissures dans les massifs rocheux. Elle acquiert ainsi une
forte quantité de chaleur, puis elle remonte en surface par un forage production.
Avant de re-injecter cette eau dans le forage, ses calories sont récupérées et exploitées au
niveau d’une centrale géothermique.
Le circuit ainsi formé peut produire une importante quantité d’énergie géothermique.
Depuis vingt cinq ans, plusieurs projets de recherches sont menés dans ce domaine surtout
aux Etas-Uni, au Japon et en Europe. Parmi ces projets, celui de l’union européenne, il est
destiné à la création d’une centrale géothermique à Soultz-sous-forêts (Alsace –France).
Cependant d’autres progrès dans l’exploitation restent à accomplir pour maîtriser ce type de
gisement qui peut représenter l’essentiel du potentiel géothermique dans le monde compte
tenu du fait de la grande répartition de roches chaudes en profondeur.

I.5 Forage géothermique

L’exploitation de la géothermie nécessite l’existence en profondeur de la terre de deux


paramètres importants la chaleur et l’eau. En effet c’est l’eau qui permet de véhiculer cette
chaleur profonde en surface.
L’eau contenue dans les réservoirs géothermiques est remontée à la surface grâce à un
forage ; le plus fréquent est le forage Rotary (BRGM, 1978)
Si la pression dans le gisement est insuffisance pour que le forage soit artésien, la production
peut s’établir par l’intermédiaire d’une pompe. Une fois l’eau géothermale utilisée, elle est
soit rejetée dans l’environnement si l’eau n’est pas salée. Dans le cas contraire, elle est
réinjectée dans la nappe d’origine à l’aide d’un puits de ré-injection.

Le forage rotary nécessite l'emploi d'un fluide de forage préparé sur le chantier. Dans le cas de
la circulation directe, le fluide est injecté en continu sous pression dans les tiges creuses de la
ligne de sonde, il sort par les évents de l’outil et remonte à la surface dans l'espace annulaire
(entre les tiges et les parois du trou).

(Jay F.K., Richard G.B., Ken F., Dennis G. Elliot Z., 1979).
Avantages :

- La profondeur du forage peut être très importante, pendant l’exécution de celui –ci , il n’y a
pas de perturbation par les terrains peu stables ou plastiques, sous réserve de l'utilisation d'un
fluide de forage adapté.

- Ce système permet un bon contrôle des paramètres de forage (poids de l'outil, vitesse de
rotation, qualité de la boue, débit d'injection de la boue) en fonction des terrains à traverser.

- Le forage rotary entraîne une consolidation des parois en terrains meubles par dépôt d'un
cake.

I.6 La géothermie dans le monde

I.6.1 Les applications

La plus ancienne application des sources thermales est la balnéothérapie. Elle fut
utilisée par les grecs, les turques, les romains…etc.
La plus importante exploitation de la géothermie est dans le domaine de la production
d’électricité. En 1904, le prince Piero Ginori Conti promu cette industrie pour la première fois
dans le monde à Larderello en Italie.
C’est donc grâce à l’Italie qu’un élan considérable dans le domaine de l’exploitation de
l’énergie géothermique a été accompli.
Après un demi-siècle, la nouvelle Zélande commença alors la production de l’énergie
géothermique; suivie par la suite, par les Etas Unis en Californie notamment et à Sans
Francisco en particulier.
Depuis, bien d’autres pays ont à leurs tours investis dans ce domaine, c’est le cas du Japon,
du Mexique, du Salvador, de l’Islande et de la Turquie.

Les utilisations de la géothermie dans le monde sont nombreuses. Elles sont résumées dans le
tableau 1 suivant (diagramme de Lindal ) :

Tableau 1: Les utilisations de la géothermie à travers le monde.

T(°C) Domaines d’utilisation

200
190 Réfrigération par absorption
Production
180 Préparation de pâte à papier d’électricité par la
méthode
170 Fabrication d’eau lourde
conventionnelle
160 Séchage de poisson, séchage de bois

150 Fabrication d’alumine

140 Séchage de produits agricoles


130 Evaporation
Production
120 Production d’eau douce par distillation d’électricité
par cycle binaire
110 Séchage de parpaings de ciment

100 Séchage de légumes

90 Déshydratation

80 chauffage de serres Chauffage urbain

70 Réfrigération

60 Elevage d’animaux

50 Balnéothérapie
40 Chauffage de sols

30 Piscine, fermentation

I.6.2 La capacité énergétique

La géothermie est une source d’énergie renouvelable qui produit deux types
d’énergies, l’énergie électrique et l’énergie calorifique. Sur le plan exploitation, elle
est classée troisième dans le monde après la biomasse et l’hydraulique. Aujourd’hui,
elle représente 3 % de la production énergétique mondiale dont 0.4 % dans l’énergie
électrique.

L’énergie géothermique est aujourd’hui utilisée dans plus de soixante pays, mais cependant
elle est particulièrement développée dans certains pays seulement comme les Etats-Unis, le
Japon, l'Islande, la Nouvelle-Zélande, les Antilles françaises et la Suisse.

L’Islande étant un pays volcanique, il est par conséquent très riche en eau thermale.
Aujourd'hui ce pays satisfait pratiquement la totalité de ces besoins en chaleur et en électricité
à partir de l’énergie géothermique.
Un très bon exemple est donné aussi par les philippines qui produit 21.5% de son énergie
électrique à partir de la géothermie.

Afin de rentabiliser ce type de gisements il faut surtout une bonne étude d’intérêt économique
qui concerne tous les aspects, tels que, le coût des installations géothermiques, quantité de
calorie fournie, transformation des calories en énergie…etc.
(www.wikipidia.org)
Tableau 2 : Evolution de la capacité géothermique installée dans le monde pour la
production d'électricité en MWe (EurObserv'ER, août 2003)

Pays 1995 2000 2002


Amérique du Nord 3 570 2 983 2 971
Amériques centrale et du
231 407 416
Sud
Total Amérique 3 801 3 390 3 387
Asie 1 979 3 075 3 220
Union européenne 641 805 883
Autres pays d'Europe 81 213 297
Total Europe 722 1 018 1 180
Océanie 286 437 441
Afrique 49 54 128
Total monde 6 837 7 974 8 536

I.6.3 La géothermie en Algérie

En Algérie la recherche géothermique rentre dans le cadre des activités du Centre de


Développement des Energies Renouvelables C.D.E.R. de Bouzaréah et fut aussi l’objet de
recherches à la SONATRACH (Direction Recherche et Développement, 1980)

a) L’exploration

En Algérie, Les études en géothermie ont été menées principalement sur le Nord
algérien ; parmi ces études on peu citer (Kedaid et al, 1988) ; (Rezig, 1992) ; (Rezig,
1991)…etc.
Ces études montrent que le Nord de l’Algérie compte un nombre important de sources
thermales. Près de 200 sources ont été inventoriées, elles sont reparties à travers tout le
territoire nord algérien, majoritaires au Nord-Est (voir tableau 3). Parmi les plus importantes,
nous pouvons citer Hammam Meskoutine (98°C) à Guelma ; Hammam Boutaleb (52°C) à
Setif et Hammam Bouhanifia (66°C) à Mascara. Ces nombreuses sources thermales émergent
principalement à partir des calcaires jurassiques du Nord de l’Algérie.
Trois zones à fort gradient géothermique sont mises en évidence ; au Nord-Ouest, au Nord-
Est et au Centre-Nord de l’Algérie, plus particulièrement dans les régions d’Oran, de la
Kabylie et de Constantine.

En plus des nombreuses sources thermales dans le Nord du pays, il existe dans le Sud algérien
et plus exactement dans le Sahara septentrional une importante réserve en eau thermale qui est
la nappe du Continental Intercalaire.
Tableau 3 : Principales Caractéristiques physico-chimiques de quelques sources thermales du
Nord de l’Algérie.

Sources Région Faciès chimique Résidus Température Débit


thermales Secs (mg/l) (°C) (l/s)

H. Chellala Guelma Sulfaté magnésien 1600 98 100


H. Bou Hadjar Ain- Chloruré sodique 3210 66.5
Timouchent -
H. Bouhanifia Mascara Bicarbonaté sodique 1400 66
-
H. Boutaleb Setif Chloruré sodique 3416 52 -

H. Essalihine Khenchela Chloruré sodique 2082 70 -

H. Salhine Skikda Sulfaté magnésien 2046 55 -

H. Sidi Bou Relizane Chloruré sodique 1194 51 -


Abdellah
H. Delaa M’sila Sulfaté sodique 1980 42 -

H. Rabi Saida Chloruré sodique 1524 47 -

H. Sillal Bejaia Chloruré sodique 2221 46 -

H. Ben Haroun Constantine Chloruré sodique 3762 42 10

b) L’exploitation

En Algérie, depuis fort longtemps les eaux thermales ont été utilisées pour leurs
bienfaits thérapeutiques. Les sculptures découvertes dans les régions des hammams indiquent
que bien avant l’époque romaine des établissements balnéaires existaient à ces endroits.
Mais ce sont surtout les romains qui ont le mieux développé les techniques de captation et de
canalisation des eaux thermales. Très souvent, ils ont construit leurs villes à proximité des
établissements thermaux afin de tirer le meilleur parti de ces sources thermales.

Aujourd’hui, bien que le potentiel géothermique soit très important dans notre pays, le
domaine de l’exploitation reste limité et se restreint principalement à la balnéothérapie et aux
utilisations domestiques.

Depuis 1990, une récente application de l’énergie géothermique a commencé dans le Sahara
algérien. C’est dans la région de Touggourt qu’une première installation d’équipements
destinés aux chauffages des serres est assurée par l’équipe du laboratoire Thermique du
C.D.E.R.
Bien que cette application ait donné de bons résultats, elle ne s’est pas encore généralisée et
reste très modeste en rapport avec le potentiel géothermique du Sud algérien.
Il reste cependant à noter que l’exploitation de l’énergie géothermique peut être facilitée
considérablement au Sud de l’Algérie grâce aux nombreux forages pétroliers qui traversent le
sous sol saharien.

I.6.4 L’expérience tunisienne

La Tunisie qui exploite la même nappe du Continental Intercalaire que l’Algérie est
très avancée dans le domaine du chauffage de serres.
En effet au Sud de la Tunisie plus exactement dans la région de Kebili, plus de 104 ha de
serres agricoles sont chauffées par la chaleur d’origine géothermique.
Des bénéfices importants sont réalisés à travers cette exploitation qui permet de cultiver hors
saison toutes sortes de fruits et légumes qui sont principalement destinés à l’exportation.
CHAPITRE II

GEOLOGIE

II.1 Situation

L’Algérie est l’un des plus vastes pays d’Afrique et le plus vaste du Nord du continent.
La partie Sud où les formations tabulaires prédominent est comprise dans le domaine saharien
dont elle occupe un vaste territoire.
La région d’étude se situe dans le Sahara algérien, elle est limitée au Nord par la flexure sud
atlasique, à l’Est par les frontières algero-tunisienne et algero-libyenne, à l’Ouest par les
frontières algero-marocaine et algero-mauritanienne et enfin au Sud par les deux boucliers
Reguibat et Targui. (Voir Fig.1)

II.2 Relief

Le Sahara algérien s’étend sur une superficie de deux millions de km2. Il couvre 84
% de la surface de l’Algérie et ¼ de la totalité du désert saharien . (Voir Fig.2)
Trois reliefs distincts caractérisent ce vaste territoire :

- Les Ergs, formés par d’immenses zones couvertes de dunes.


- Les Regs qui sont des étendues caillouteuses formés de graviers et de galets.
- Les Hamadas qui sont recouvertes de plates formes rocheuses,

Le grand Erg occidental est une immense étendue de sables en forme de croissant de
80 000 km2. Le grand Erg oriental deux fois plus grand que le grand Erg occidental, formé sur
sa majeure partie de dunes de sable se trouve à l’Est de l’Erg occidental, dont il est séparé par
un haut plateau pierreux
A l’extrême Sud un espace rigide ou s’élève deux massifs ; les Tassili (2154 m dans l’Adrar)
et le Hoggar (3000 m dans l’Atakor).
Le massif du Hoggar a émergé du socle saharien suite aux violentes éruptions volcaniques du
tertiaire. Il présente un paysage composé de dômes basaltiques et de coulées de laves figées
de couleur jaune flamboyant au violet noir. Autour de ce noyau se trouvent des plates-formes
gréseuses formées de sables et de roches (Tassili)
La partie centrale du Sahara est occupée par un plateau élevé ; le Tademait (900 m) à partir
duquel les altitudes s’abaissent vers le Sud-Ouest et vers le Nord –Est.
Fig. 2 : Carte montrant les reliefs sahariens

Fig. 1 : Situation géographique de la région d’étude


II.3 Stratigraphie

Sur le plan géologique, le substratum saharien est formé de terrains sédimentaires et


éruptifs très anciens affleurant dans les larges boucliers Reguibat à l’Ouest et Targui au Sud.
Un soulèvement récent tertiaire et quaternaire a porté à plus de 1000 ou 2000 m d’altitude la
surface de ce socle. Autour de ces affleurements du socle s’étagent des couches sédimentaires
déposées dans des mers peu profondes qui ont momentanément envahi le bouclier africain.

La stratigraphie de la région d’étude (voir Fig. 3) comprends principalement deux ensembles


sédimentaires (Le Paléozoïque et le Mésozoïque ) séparés par une importante lacune
(discordance hercynienne) ; le tout reposant sur un socle précambrien métamorphique.

II.3.1 Le Paléozoïque

Formé principalement de dépôts d’âge cambrien à carbonifère à dominance de grès et


d’argile. Il est développée principalement à l’Ouest de la plate forme saharienne et affleure
sur le pourtour de la cuvette de Tindouf, au Nord du Hoggar, au Sud – Ouest, sur les bordures
orientales du bassin de Taoudenni, et au Nord–Ouest, dans les bassins de la Saoura et de
Bechar. La lithologie du Paléozoïque est bien montrée dans la colonne stratigraphique (Fig.3).

II.3.2 Le Mésozoïque

Discordant sur le Paléozoïque, il est représenté par les dépôts salifères du Trias et
argilo-greseux du Crétacé. Le Mésozoïque est développé dans les zones les plus déprimées
des bassins sahariens, principalement dans le Sahara septentrional.

Une attention particulière est donnée au Mésozoïque, en effet celui- ci nous intéresse
particulièrement car il contient la série sédimentaire du Continental Intercalaire, sa lithologie
a été par conséquent bien détaillée.

- Le Trias : Il est subdivisé en trois unités principales, le Trias éruptif, le Trias gréseux et le
Trias salifère.

- Le Jurassique : Son épaisseur moyenne est de 844 m, c’est un ensemble argilo gréseux à
intercalations de calcaires, de faciès lagunaire et marin formé par le Lias et le Dogger.

- Le Crétacé : Il est épais de 1620 m de la base au sommet on distingue :

- Le Néocomien : Il contient deux niveaux distincts. A la base, un niveau gréseux, constitué


de grès à passées argileuses. Au sommet, un niveau argileux représenté par des argiles à
intercalations calcaires et dolomitiques.
- Le Barrémien : Son épaisseur moyenne est de 276 m. il est constitué de grès fins à moyens,
carbonatés, intercalés de niveaux d’argiles gréseuses et dolomitiques.

- L’Aptien : Son épaisseur moyenne de 24 m, L’Aptien est constitué de deux bancs


dolomitiques encadrant un niveau argileux.

- L’Albien : constitué d’une épaisse série détritique de l’ordre de 362 m environ,


correspond à un important horizon aquifère, de haut en bas on distingue :

•Des grès argileux, des marnes dolomitiques, des argiles et des dolomies
•Des argiles plastiques parfois silteuses à fines intercalations gréseuses.
•Des grès argileux et marnes dolomitiques brunes, grises et blanches.
•Des alternances d’argiles bariolées, souvent silteuses et anhydritiques et des grès
fins ou silstones argileux.
•Des grès fin friables, généralement grisâtres, alternant avec des argiles bariolées
indurées ou plastiques et silteuses.

La série sédimentaire du Crétacé inférieur constituée de haut en bas en par l’Albien,


l’Aptien et le Barremien forme le Continental Intercalaire qui a fait l’objet de notre étude.

- Le Cénomanien : On y remarque une alternance d’anhydrites et d’argiles brun rouge ; de


marnes et de dolomies. Le Cénomanien constitue la couverture sédimentaire du
continental intercalaire.

- Le Turonien : D’épaisseur variant de 70 à120 m, il est formé d’alternance de calcaires


dolomitiques et crayeux.

- Le Sénonien : Epais de 465 m, la partie inférieur est formée de bans de sels à intercalations
d’argiles et marnes. La partie supérieure est formée d’une succession de bancs de calcaires
avec des passées de dolomies gypseuses.

II.3.3 Le Cénozoïque

On le retrouve dans les parties les plus déprimées du Sahara septentrional, il est
constitué par :

- L’Eocène : D’une épaisseur moyenne de 122 m, il est constitué de calcaires dolomitiques


blanc à beige intercalés de dolomies beiges à rares passées d’argiles grises.

- Le Mio-Pliocene : D’une épaisseur de 239 m, le Miopliocène affleure sur la majeure partie


de la région. Il est formé de bas en haut par une alternance de sables grossiers et de calcaires
dolomitiques , d’une série de sables moyens à intercalations d’argiles sableuses, d’une série
argileuse avec intercalations de calcaires gréseux et d’une croûte calcaire plus ou moins
gréseuse et gypseuse .

II.3.4 Le Quaternaire

Les dépôts du Quaternaire sont formés de couches de sables d’épaisseurs de 0 à 20 m


et plus.
Fig.3 : Colonne stratigratigraphique type du Sahara
Nord oriental (d’après Boudjemaa A., 1987)
II.4 Evolution tectonique

L’architecture actuelle de la plate forme saharienne est le résultat de plusieurs phases


tectoniques intenses qui ont affecté la région au cours des temps géologiques.

Dans le Sahara occidental, les mouvements de l’orogenèse hercynienne sont les principaux
responsables de la déformation et de la structuration.
Dans le Sahara central et Nord oriental les mouvements hercyniens et les mouvements de
l’époque mésozoïque sont tout les deux responsables de la structuration.
Les principales phases tectoniques qui ont structuré la plate forme saharienne sont :

II.4.1 La phase panafricaine

Au cours de cette période des accidents profonds sub-méridiens sont provoqués par une
collision continentale entre le craton Ouest –africain et le bloc Est –africain.
Les grandes failles sub-méridiennes ont joué un rôle important dans la structuration et la
sédimentation de la plate forme saharienne. Cette phase prend fin au cours du Cambrien et
elle sera suivie d’une érosion intense.

II.4.2 La phase calédonienne

1) La phase distensive du Cambro-Ordovicien

Cette phase est matérialisée par une variation d’épaisseur et de faciès des séries cambro-
ordoviciennes et la venue importante de roches volcaniques à la faveur d’une distension
importante. Celle-ci est à l’origine de l’étirement de la croûte continentale elle est
accompagnée d’une subsidence tectonique et thermique.
A la fin de cette phase et après avoir hérité des phases précédentes les grandes lignes des
futurs bassins de la plate forme saharienne sont bien mises en évidence.

2) Phase de compression taconique (Caradoc)


On assiste dans cette phase à un changement de contraintes qui sont à l’origine de
nouveaux mouvements compressifs, cette situation se matérialise par la formation de plis à
axes Nord-Sud le long des accidents majeurs qui sont accompagné par des soulèvements
régionaux.

3) Phase calédonienne tardive


Vers la fin du Silurien et le début du Dévonien, l’équilibre est à nouveau rompu par un
important apport de matériel détritique provenant du Sud-Est , cette phase est caractérisée par
des variations d’épaisseurs et de faciès le long des axes structuraux majeurs .

II.4.3 La phase hercynienne

La phase hercynienne semble avoir engendré les plus importants mouvements qu’a connut
la plate forme saharienne. Elle est à l’origine des principales déformations (failles, flexures,
grabens et horsts).
Le cycle orogénique hercynien est caractérisé par deux principales phases ;
1) La phase précoce

Les mouvements précoces d’âge visèens semblent êtres responsables des bombements de
type compressifs de l’Ougarta, ils se sont manifestés par les plis allongés de direction (NW-
SE) accompagnés par des failles inverses de même direction.

2) La phase tardive

Ils sont survenus à la fin du Carbonifère, ils ont provoqué l’arrêt de la sédimentation.
Après des déformations intenses, une importante érosion des séries paléozoïques qui se
trouvaient dans les zones hautes a eu lieu à la fin de la phase hercynienne.
La discordance hercynienne est matérialisée par une surface d’érosion qui sépare les séries
paléozoïques des séries mésozoïques.

II.4.4 La phase post-hercynienne

A la fin du Trias et vers le début du Jurassique d’autres phases de plissements plus limités
sont marquées par une tectonique distensive matérialisée par une variation d’épaisseur et de
faciès de part et d’autre des accidents NW-SE, NE-SW et des manifestations volcaniques le
long de ces failles.

II.4.5 La phase Autrichienne

Au Crétacé inférieur, la phase autrichienne est caractérisé par une tectonique compressive
qui est à l’origine d’une reprise des failles inverses préexistantes et la création d’autres failles
inverses de direction Nord-Sud.
Au Tertiaire, durant le Cenonien et l’Eocène, les failles de direction NE-SW se sont réactivées
par la phase de compression pyrénéenne.

Tableau 4 : Les phases tectoniques de la plate-forme saharienne

Phases Epoque Types de Failles Influence sur la


tectoniques d’intervention Sédimentation
maximale
Autrichienne - Failles normales -
N-S
Hercynienne Carbonifère Terminal Failles inverses Erosion sur les axes NE-
majeur NE-SW SW
Hercynienne Viséen Failles inverses -
Précoce NW- SE
Calédonienne Seluro-Devonien Failles inverses Erosion sur les moles
N-S sub-méridien
Taconique Caradoc-Asghilien Failles inverses N-S -

Cambro- Cambro-Ordovicien Failles normales Variation d’épaisseur et


Ordovicien N-S volcanisme
Panafricaine Cambrien Tectonique cassante Cratonisation du Sahara
NE-SW et NW-SE central
CHAPITRE III

HYDROGEOLOGIE

III.1 Climat et hydrographie

Le Sahara algérien se caractérise par un climat chaud et aride, donc une intense
sécheresse avec un taux d’humidité très faible.
La température moyenne annuelle est de l’ordre de 36°C, avec des étés chauds et des hivers
rigoureux. Les températures extrêmes sont de -10°C en hiver et de +50°C en été.
Le domaine saharien est soumis à des vents fréquents dont le souffle est souvent très secs
(sirocco). Les pluies deviennent alors très peu abondantes, elles enregistrent annuellement
près de 200 mm au Nord et 20 mm au Sud; mais sont inférieurs à 100 mm /an sur la plus
grande partie du Sahara. Elles se caractérisent par leurs grandes variabilités. Dans le Sahara
septentrionale elles sont fines alors qu’elles sont diluviennes au Centre.
Face à ces précipitations faibles, l’évaporation est très forte (plusieurs mètres par an). Elle est
particulièrement développée dans les dépressions du bas Sahara, ou les chotts représentent de
véritables appareils évaporatoires.
Cette évaporation intense entraîne une augmentation de la salinité des eaux souterraines, ce
qui constitue un des problèmes majeurs des régions sahariennes.

Ces différentes caractéristiques climatiques se répercutent sur l’hydrographie saharienne. En


effet , Il n’existe pas de cours d’eau permanent dans les régions sahariennes, l’écoulement des
Oueds descendant des massifs montagneux est temporaire, il se perd dans les dépressions
fermées (réseau endoeriques).
Des espaces d’eau recouvrent les dépressions du bas Sahara, elles résultent principalement de
l’ascension des eaux souterraines à partir de la nappe phréatique ,du Complexe Terminal et
de l’Albien , elles constituent en surface des chotts temporaires. Ce cas est rencontré dans les
villes d’El Oued et Touggourt..
Lorsque les vallées n’ont pas d’écoulements superficiels, elles ont souvent un écoulement
souterrain, lequel prend beaucoup d’importance vue la rareté des eaux superficielles.

Le Sahara algérien est subdivisé en quatre unités hydrogéologiques (Fig.4) qui sont :

- L’unité de Saoura-Tindouf.
- L’unité du Chott Melrhir
- L’unité du Sahara septentrional
- L’unité du Hoggar-Tassili.

La région d’étude comporte toutes ces unités à l’exception de l’unité hydrogéologique du


Hoggar-Tassili. La nappe albienne est contenue dans l’unité hydrogéologique du Sahara
septentrional et du chott Melghir.
Fig.4 : Les unités hydrogéologiques du Sahara algérien

III.2 Système aquifère du Sahara septentrional

Les besoins en eau sont en continuel augmentation afin d’assurer la survie et le


développement des peuples ; par conséquent, l’eau devient avec le temps de plus en plus
précieuse.
La prospection pétrolière au XX ème siècle est à l’origine de la découverte d’un gigantesque
appareil hydraulique au Sahara qui est le système aquifère du Sahara septentrionale (SASS),
(Voir Fig.5). Ce système aquifère formé par les nappes aquifères du Continental Intercalaire
et du Complexe Terminal s’étend dans sa plus grande partie dans le territoire saharien
algérien.
Fig.5 : Extension géographique du système aquifère du
Sahara septentrional
Le système aquifère du Sahara septentrional est partagé entre l’Algérie la Tunisie et la Libye.
Sa superficie tel qu’elle est déterminée par l’agence de bassin hydrographique Sahara ABHS,
est de l’ordre de 1 million de Km2, repartie entre les trois pays comme suit :

- 650.000 km2 en Algérie


- 250.000 km2 en Tunisie
- 100.000 km2 en Libye

Le nombre de points d’eau totale qui captent ces deux nappes est de 8 800. Dont :

- 3500 captant la nappe du Continental Intercalaire


- 5300 captent la nappe du complexe Terminal.

Soit par pays :

- Algérie : 6500.
- Tunisie : 1200.
- Libye : 1100.

Le volume total de ce système aquifère est évalué à 60.000 milliards de m3, Il


correspond à un débit fictif de 100 m3/s pendant 2000 ans.
Cependant son exploitation pose un certain nombre de problèmes comme :

- Difficultés d’exploitation dans les milieux désertiques (Ergs, plateaux chotts et sebkhas,
représentent plus de 300 000 km2.
- Profondeur élevée induit un coût élevé du forage.
- Une forte température de l’eau nécessite un équipement pour refroidir.
- Problèmes de la Corrosion et de l’entartrage du tubage.

Un historique des prélèvements soustraits sur l’ensemble de la nappe albienne par pays
est représenté dans le tableau 5.

Tableau 5 : Historique des prélèvements (l/s) sur l’ensemble de la nappe albienne.


(tiré du rapport BNEDER, 1999).

Pays 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 1998

Algérie 2966 3296 3059 4581 5358 8910 15940 17248 16497

Tunisie 160 330 395 440 499 1469 1923 2040 2070

Libye 0 0 15 15 180 250 285 325 345

Total 3126 3626 3469 5036 6037 10629 18148 19613 18912
A partir des données sur l’historique des prélèvement sur l’ensemble de la nappe albienne par
pays (Tableau 5) nous avons établit les graphes des débits (Fig. 6 )

prélèvements en Algérie

20000
15000
10000
débit l/s
5000
0
1960 1970 1980 1990 1998

A) Algérie
prelevements en Tunisie

2500
2000
1500
1000 debit l/s
500
0
1960 1970 1980 1990 1998

B) Tunisie

Prélèvements en Libye

400
300
200
debit l/s
100
0
1960 1970 1980 1990 1998

C) Libye
Total des prélèvements

20000
15000
10000
débit l/s
5000
0
1960 1970 1980 1990 1998

D) Total

Fig. 6: Débit des prélèvements en :


A) Algérie B) Tunisie C) Libye D) Total.

A partir de 1985, les prélèvements dans la nappe albienne ont sérieusement augmenté par
rapport
port aux prélèvements antécédents.
L’Algérie est de loin le principale exploitant, elle représente 87 % du débit total
d’exploitation, alors que la Tunisie et la Libye à deux sont à seulement 13 %.

En conclusion on peut dire que le système aquifère du Sahara


Sahara septentrional représente une
ressource en eau inestimable. En effet l’exploitation d’un tel réservoir nous permettra de
résoudre les problèmes d’eau, et de contribuer considérablement au développement des zones
désertiques ; cependant cette exploitation
exploitation doit d’être bien étudiée et maîtrisée afin d’éviter
tout risque de déséquilibre dans la nappe.

III.3 Ressources en eau du Sahara algérien

Les nappes du Complexe Terminal et du Continental Intercalaire constituent les deux


principaux ensembles aquifères du Sahara algérien (Fig. 7).
7

III.3.1 Le Complexe Terminal

La nappe du Complexe Terminal est contenue dans les divers horizons perméables du
Crétacé supérieur et du Tertiaire. Elle s’étend en Algérie sur un vaste territoire allant de la
dorsale du M’zab à l’Ouest jusqu’à la hamada du Tinhert au Sud.

• Lithologie
Le Complexe Terminal est formé par un ensemble de couches carbonatées sableuses.
Il est essentiellement constitué par le Sénonien supérieur carbonaté (surtout le Maestrichtien),
l’Eocène inférieur carbonaté et le Mio-Pliocène
Mio sableux.
Dans le bassinin occidental, la nappe du Complexe Terminal est en relation sous une grande
partie de l’Erg avec celle du Continental Intercalaire. Dans le bassin oriental par contre, les
deux systèmes aquifères sont séparés.
La nappe s’étend sur une superficie de l’ordre
l’or de 350 000 km².

• Alimentation - Ecoulement
Pour la nappe du Complexe Terminal, le remplissage le plus important du réservoir
s’est fait essentiellement pendant les périodes pluvieuses du Quaternaire. Actuellement la
recharge de la nappe se continue à travers des quantités d’eaux non négligeables :

- Soit par infiltration du ruissellement des Oueds descendant des massifs montagneux. Ces
derniers traversent les formations perméables affleurantes, notamment au pied de l’atlas
saharien, du M’zab et du Dahar.

- Soit par infiltrations des pluies exceptionnelles dans les sables du grand Erg oriental
reposant en partie sur des horizons perméables du Complexe Terminal.

Dans le bassin occidental, la majeure partie des eaux rejoint la nappe sous-jacente du
Continental Intercalaire, tandis qu’à l’extrême Ouest, les eaux du Complexe Terminal vont
rejoindre linferoflux de l’Oued Saoura.
Dans le bassin oriental, le trait marquant est la convergence de l’écoulement vers les chotts (
Merouane et Melrhir en Algérie, Rharsa et Djerid en Tunisie).

La nappe du Complexe Terminal s’étend sur une superficie de 350 000 km², la profondeur de
la nappe est relativement faible allant de 100 à 400 mètres (Megdoud M., 2003).
Elle est artésienne dans la plus grande partie de son étendue, elle est captive dans le centre du
bassin et libre sur les bordures.
L’eau de la nappe est de température peu élevée, sa qualité chimique est bonne sur les
bordures et moyenne dans le centre du bassin.
Elle est très exploitée surtout dans le bas Sahara, son captage alimente les oasis de Oued Rhir
et de Ouargla et de Touggourt.

III.3.2 Le Continental Intercalaire

En géologie, le Continental Intercalaire désigne les formations continentales qui se


sont déposées entre le cycle marin du Paléozoïque clôt par l’orogenèse hercynienne et la
transgression marine du Cenomanien. Elle couvre une large période du Trias à l’Albien.
En hydrogéologie la nappe du Continental Intercalaire, plus souvent dite nappe albienne
corresponds à un niveau plus réduit. Elle est définie par les formations continentales du
Crétacé inférieur comprises entre le Neocomien et le Cenomanien qui sont constituées de
sables, de grès avec des intercalations d’argiles.
La base est constituée de terrains primaires du Paléozoïque, très accidentée par l’orogenèse
hercynienne. Le toit est formé le plus souvent par les dépôts du Crétacé supérieur à savoir le
Cénomanien argileux et le Turonien et parfois par les terrains tertiaires ou quaternaires.
• Lithologie
Le Continental Intercalaire est une série monotone de bancs gréseux, de sables fins et
de niveaux argileux. Les grès sont de faciès très différents, grès friables et tendres, dont le
grain est variable, parfois assez fin et souvent grossier (grès à dragées de quartz).
Le caractère particulier de ces grès est leur grande porosité qui est nettement plus importante
que les autres séries gréseuses du Jurassique ou du Crétacé. Elle est évaluée au minimum à
10 %.
Les ciments sont le plus souvent calcaires, ils sont parfois siliceux ou argileux. Les niveaux
parfaitement cimentés sont rares et souvent liés aux affleurements.

•Alimentation - Ecoulement
La nappe du Continental Intercalaire est une nappe fossile c'est-à-dire qu’elle est
faiblement alimentée par rapport à son volume. Les conditions d’alimentation restent toujours
mal connues vu son extension importante et l’accès difficile dans certaines régions.
La recharge actuelle de la nappe du Continental Intercalaire s’effectue principalement par
infiltration des eaux de ruissellement des oueds qui descendent des massifs montagneux de
l’Atlas saharien au Nord, des monts du Dahar à l’Est de la Tunisie et des Oueds de
l’extrémité occidentale du Tademait. Pendant les années exceptionnellement humides, une
alimentation faible s’effectue directement par infiltration des précipitations sur les zones
d’affleurement du réservoir et dans le grand Erg occidental. En 1961 A. Cornet estimait cette
alimentation à 25 m3/s.

La continuité des formations perméables du Crétacé inférieur a permis le transport et la


régularisation des eaux infiltrées des régions hautes vers les régions basses. L’écoulement des
eaux provenant de l’Atlas saharien se divise selon deux principales directions d’écoulements :

Une parie s’écoule vers le Sud et le Sud-Ouest vers les exutoires qui jalonnent les régions du
Touat-Gourara et du Tidikelt et vers les zones évaporatoires du grand Erg occidental.

Une autre partie s’écoule vers le Nord–Est (Zone côtière tunisienne) par l’intermédiaire des
failles d’El Hamma et de Medenine.
Fig.7 : Carte Hydrogeologique du Sahara algérien d’après ( Mehdid A. , 1988. )
CHAPITRE IV

CARRACTERISTIQUES DE LA NAPPE ALBIENNE

IV.1 Introduction

Les nappes du Continental Intercalaire et du Complexe Terminal étant deux nappes


d’eau plus ou moins chaudes selon leur profondeur, elles représentent par conséquence les
principales ressources géothermiques du Sahara algérien.
La nappe du Continental Intercalaire étant la plus chaude et la plus vaste elle a fait l’objet
d’une étude plus détaillée. Le chapitre suivant permet de mieux la définir.

IV.2 Analyse et traitements de données

Cette première phase est la plus importante dans l’élaboration des différentes cartes,
elle concerne la collecte et de classement de données recueillis au département
d’hydrogéologie de L’ANRH.

IV.2.1 Le dépouillement

D’après le fichier DRS (Direction Régionale Sud) de L’ANRH, Le domaine saharien


est divisé en six unités hydrographiques à savoir :

- Le bassin de Tindouf
- Le basin de Tamanrasset
- Le bassin de Bechar
- Le bassin d’Illizi
- Le Continental Intercalaire
- Le Complexe Terminal

Pour chaque unité hydrogéologique, l’inventaire des forages sud algériens est classé en
fichiers, chaque fichier regroupe les forages d’une même wilaya.
Ainsi le Continentale Intercalaire comprend 8 fichiers correspondant au wilayas suivantes
(Adrar – Laghouat – Biskra – Ouargla – Illizi -Tamanrasset - El Oued- Ghardaia ) Voir
tableau 6.
Le Complexe Terminal comprend sept fichiers correspondant aux wilayas suivantes : (Biskra-
Bechar-Ouargla-Illizi -Tindouf-El Oued-Ghardaia.) Voir tableau7.

Tableau 6 : Répartition des forages du Continental Intercalaire par wilayas avec la


disponibilité des fiches de forages.

Willayas Nombre de Logs Logs non


forages disponibles disponibles
Adrar 510 41 469
Laghouat 1 1 0
Biskra 35 21 14
Tamanrasset 3 0 3
Ouargla 112 57 55
Illizi 78 60 18
EL Oued 21 10 11
Ghardaia 252 92 160
Total 1012 282 730

Tableau 7: Répartition des forages du Continental Intercalaire par wilayas et la disponibilité


des fiches de forages.

Willayas Nombre de Logs Logs non


forages disponibles disponibles
Biskra 411 291 117
Ouargla 784 527 257
Illizi 16 13 3
EL-Oued 568 299 339
Ghardaia 4 2 2
Tindouf 3 3 0
Bechar 22 17 4
Total 1808 1142 722

IV.2.2 Coordonnées de forages

Les coordonnées de forages sont exprimées en Lambert, UTM et géographiques


(degrés et grades). Le système de coordonnées utilisé étant le système géographique (degré),
les logiciels coord4.exe, geodata.exe sont utilisés pour uniformiser toutes les coordonnées de
forages.
L’utilisation de ces programmes a nécessité la connaissance des différents systèmes de
projection pour l’Algérie.

• La projection UTM
L’Algérie possède quatre fuseaux pour la projection UTM qui sont donnés dans le
tableau 8 suivant:

Tableau 8: Coordonnées géographiques et numéros de fuseau

Coordonnées
géographiques 12° 6°W 0° 6°E 12° E
Numéro de fuseau UTM 29 30 31 32

• La projection Lambert
L’Algérie présente deux systèmes de projection Lambert :

- La projection Lambert Nord Algérie


- La projection Lambert Sud Algérie
Il est considéré que tous les points situés au Nord de la parallèle 38G50 comme appartenant à
la zone Lambert Nord Algérie et ceux situés au Sud de la parallèle 38G50 comme appartenant
à la zone Lambert Sud Algérie.

IV.2.3 Cartographie des points d’eau

Nous avons procédé à la cartographie des points d’eau existant dans la région d’étude
(Fig.8) grâce aux logiciels (mapInfo et Surfer) selon le type de carte désirée. la representation
géographique des points d’eaux thermales de la région d’etude est montrée dans la figure 8.

Fig. 8 : Distribution géographique des points d’eau consultés

Fig. 8 : Distribution géographique des points d’eau consultés.


IV.2.4 Fiche de forages

Cette phase consiste à consulter les fiches de tous les forages albiens,
Les données (débit, niveau, profondeurs, pH …) sont reportées au fur et à mesure et classés.

IV.2.5 Les données

Les données utilisées sont principalement ceux recueillies au niveau des forages
hydrauliques de certaines foggaras de l’ANRH, et ceux des forages pétroliers reconvertis en
puits d’eau de la SONATRACH.
La distribution géographique des points (Fig.8) montre les principaux forages qui atteignent
l’aquifère de l’albien (Pétrolier et hydrauliques).

Le nombre total des forages hydrauliques consultés est de 118, ils ont été réalisés pendant la
période allant de 1953 à 1987. Les profondeurs traversées vont de 100 m à 2900 m, la
profondeur maximale est de 2937, atteinte par le forage ABS-1, réalisé en 1970 dans la région
de Nefta.

Le nombre de forages pétroliers convertis en puits d’eau consultés est de 38, ils sont réalisés
entre 1960 et 1986.
Ces derniers ont atteint des profondeurs beaucoup plus importantes que les forages
hydrauliques, elles varient entre 1000 et 5000 m.
La profondeur maximale est de 5337 m, atteinte par le forage Ras el Djar-1 (RDJ-1) qui est
réalisé en 1982.
Les tableaux 9, 10, 11 montrent quelques données de forages consultés. La totalité des
données sont montrés en annexe.

Tableau 9: Profondeur et débit de quelques forages ayant atteint l’aquifère du Continental


Intercalaire (données de L’ ANRH département d’hydrogéologie).

Forage Région Année Profondeur Débit


(m) (l/s)
H012-37 El Oued - 2301 15
H011-541 El Oued 1981 1615 100
H010-67 El Oued 1974 1575 150
H011-408 El Oued 1956 1482 -
H012-83 El Oued 1987 1 480 230
J010-681 Ouargla 1987 1 120 120
J008-79 Ouargla 1962 500 25
J010-621 Ouargla 1977 1985 120
J011-37 Ouargla 1958 1 160 150
L011-12 Ouargla 1967 1660 110
H007-130 Laghouat 1963 45 7
H006-64 Laghouat 1974 31 10
H006-59 Laghouat 1968 210 0,7
H008-49 Laghouat 1963 585 1,66
H008-59 Laghouat 1984 420 12
G009-109 Biskra 1956 1944 100
G010-252 Biskra 1953 327 540
G010-484 Biskra 1979 192 4
G010-541 Biskra 1984 1750 200
G010-548 Biskra 1986 2100 150
I008-145 Ghardaia 1979 500 50
I009-55 Ghardaia 1973 640 160
I009-59 Ghardaia 1973 920 90
J008-22 Ghardaia 1983 284 40
L007-60 Ghardaia 1962 169 7
M004-289 Adrar 1983 150 11
N004-175 Adrar 1973 221 20
004-432 Adrar 1 973 153 26
P004-100 Adrar 1981 120 3
P004-22 Adrar 1957 103,3 28

Tableau 10 : Caractéristiques physiques du fluide géothermique et niveau piézométrique de


la nappe albienne (données de L’ ANRH département d’hydrogéologie).

Forage Région Année Residus Temp (°C) Niv-Piezo. (m)


(mg/l)
H011-541 El Oued 1981 1562 - 230
H011-516 El Oued 1973 1970 65 260
H011-408 El Oued 1956 1992 - 358
H012-37 El Oued 1970 3440 - 268
H012-85 El Oued 1987 2748 70 -
J010-583 Ouargla 1974 1620 51 244
J011-94 Ouargla 1963 1760 60 367
J011-8 Ouargla 1957 1829 63 379,3
L011-11 Ouargla 1962 3333 48 350
L011-12 Ouargla 1967 2831 - 109
H007-212 Laghouat 1976 3090 - 20
H006-64 Laghouat 1974 435 - 63
H006-59 Laghouat 1968 1666 - 134
H006-50 Laghouat 1956 1706 - 848
H008-59 Laghouat 1984 2300 34 309,8
G009-109 Biskra 1956 2822 53 381
G009-122 Biskra 1982 2200 57 110
G010-252 Biskra 1953 3365 43,3 -
G010-484 Biskra 1979 909 - 27,5
G010-541 Biskra 1984 2220 54 170
I009-55 Ghardaia 1973 1569 40,75 403
I009-59 Ghardaia 1973 1588 - -
J008-22 Ghardaia 1983 1135 - -
J008-78 Ghardaia - 1750 - 136,4
L007-60 Ghardaia 1962 480 - -
N004-175 Adrar 1973 20 - -
004-417 Adrar 1 973 845 - -
004-432 Adrar 1 973 1388 - -

Tableau 11: Résultats d’analyses des éléments chimiques majeures présents dans l’eau de
quelques forages albiens (données de L’ ANRH département d’hydrogéologie).

Forage Région Année pH Ca Mg K Na Cl So4 Co3


(mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l)

H011-541 El Oued 1981 7,4 132 65 50 230 450 434 220


H011-516 El Oued 1973 7,7 226 97 36 190 440 570 185
H011-408 El Oued 1956 - 258 84 - 200 476 662 78
H012-36 El Oued 1971 7,5 316 44 80 275 440 920 73
H012-37 El Oued 1970 7,72 176 14 38 750 462 1280 171
J010-583 Ouargla 1974 79 156 68 30 250 417 550 188
J008-79 Ouargla 1962 - 125 48 176 176 370 190 -
L011-11 Ouargla 1962 7,9 350 87 74 640 1292 800 40
L011-12 Ouargla 1967 7,4 280 48 - 390 689 938 56
H006-64 Laghouat 1974 7,1 75 17 - 30 50 108 185
H006-59 Laghouat 1968 7,4 186 64 - 205 351 655 148
H006-50 Laghouat 1956 - 258 66 - 165 192 711 158
H007-209 Laghouat 1978 7,7 173 74 - 98 140 625 126
H007-205 Laghouat 1975 - 173 74 - 98 140 625 126
G010-14 Biskra 1929 7,4 272 125 - 347 994 1400 225
G009-122 Biskra 1982 8 216 139 60 416 580 1200 116
G010-484 Biskra 1979 7,9 118 83 11 76 75 412 256
G010-487 Biskra 1979 7,9 256 113 26 346 688 815 275
G010-488 Biskra 1980 7,9 216 28 720 30 900 1225 268
I009-55 Ghardaia 1973 - 226 76 - 220 355 750 177
J008-22 Ghardaia 1983 - 114 43 - 150 220 376 72
J008-78 Ghardaia - - 94 31 12 312 387 399 115

IV.3 Caractéristiques géométriques du réservoir

Dans le cadre des études réalisées par l’Unesco pour la promotion des régions arides,
la géométrie du réservoir (profondeur, extension, épaisseur, limites géographiques) est
déterminée par la méthode sismique.
L’étude concernée s’intitule (Etude des ressources en eau du Sahara septentrional, 1972). Les
cartes réalisées dans cette étude constituent le document de base dans les recherches actuelles
sur la nappe du Continental Intercalaire.

IV.3.1 Limites géographiques du réservoir

La carte (Fig. 9) représente les limite géographiques des nappes du Continental


Intercalaire et du Complexe Terminal en Algérie. Les contours de ces nappes sont obtenus
par digitalisation d’une carte hydrogéologique de la région d’étude grâce au logiciel
MapInfo.

La nappe albienne se situe dans le bassin du Sahara septentrional. Elle s’étend sur une
superficie de 650 km2. Les grès du Continental Intercalaire existent sur presque la totalité de
l’aire ainsi définie soit en affleurement soit en profondeur.

Les limites géographiques de la nappe telles qu’elles sont mises en évidence sur la carte sont :

- Au Nord la ligne de Crète de l’Atlas saharien ( passant de Biskra à Bechar)


- A l’Ouest, la ligne (Bechar- Adrar -Reggane).
- Au Sud la ligne (In Salah - In Amenas).
- A l’Est les frontières algero-tunisienne et algero-libyenne.

Le volume d’eau totale contenu dans cette nappe est de 35 000 milliards de m3 (BNEDER,
1999).
Fig. 9 : Limites géographiques des nappes
du Continental Intercalaire et du Complexe Terminal.
IV.3.2 Profondeur du réservoir

Avant d’entamer l’interprétation de la carte des profondeurs réservoirs les définitions


suivantes sont introduites à titre de rappels.

- Aquifère: formation géologique poreuse ou fracturée (réservoir) susceptible de contenir


une nappe d’eau.
- Nappe d’eau: masse d’eau contenue dans une formation géologique.
Le niveau d’eau de la nappe varie en fonction du remplissage de la nappe.
Le niveau piezometrique désigne le niveau le plus haut atteint par l’eau d’une nappe montant
dans un conduit de forage atteignant cette nappe.
- Nappe aquifère : désigne l’ensemble formé par le réservoir et la nappe d’eau.
Le réservoir doit être suffisamment perméable pour capter cette eau (par source ou forage).

Suivant la profondeur de la nappe on distingue trois types de nappes :

- Nappe phréatique: nappe atteinte par les forages de puits (entre 0 à 50 m).
- Nappe de subsurface: nappe atteinte par les forages de puits (entre 50 à 250m).
- Nappe profonde: nappe atteinte par les forages de puits (Au delà de 250 m).

La nappe aquifère peut être désignée de libre ou captive ;

- Nappe libre: est une nappe aquifère en affleurement (En communication directe avec l’air
libre) dans ce cas elle est directement alimentée par infiltration des eaux de pluie .

- Nappe captive : est une nappe aquifère profonde située dans un réservoir recouvert par
une formation imperméable. Elle n’est pas donc directement alimentée à partir du sol. La
nappe captive peu être artésienne (Dans le forage qui la capte l’eau jailli au sol).

• Carte des profondeurs


L’analyse de près de 150 forages (pétroliers et hydrauliques) a permis de dresser une
cartographie de la profondeur du réservoir (Fig. 10) dans la région d’étude. Ces profondeurs
sont par rapport au niveau de la mer.

A travers cette carte il apparaît bien que la nappe est libre à l’extrême Ouest (zone
d’affleurement de la nappe à Adrar et In Salah) et elle est captive à l’Est.
La nappe du Continental Intercalaire s’enfonce à plus de 500 m dans la partie centrale du
bassin, à partir de la, elle devient de plus en plus profonde vers le Nord-Est ou elle forme un
bassin subsident à la limite de la flexure sud atlasique.
Les profondeurs maximales enregistrées sont à plus de 2000 m, ce cas est rencontré à
Touggourt et à Biskra.
Toute la zone Est de la nappe, limitée par la courbe d’iso-profondeur (500 m) et qui s’étend
sur plus de 40% de la surface totale da la nappe semble être la partie de la nappe la plus
intéressante du point de vue géothermiques puisque elle est assez profonde pour procurer la
chaleur aux eaux.
Fig. 10 : Carte des profondeurs de la nappe albienne
A partir de la carte des profondeurs sont déduits les résultats du tableau 12.Tableau 12 :
Profondeurs de la nappe dans quelques villes du Sud algérien.
Tableau 12 : Profondeurs de la nappe du Continental Intercalaire dans quelques villes du
Sud algérien

Région Profondeur (m)


Touggourt 1600
EL Oued 2000
Ouargla 1000
Ghardaia 500
El Golea 200
Timimoune 0 affleure
Adrar 0 Affleure
In Salah 0 Affleure

La courbe (Fig.11) est déduite à partir de la carte des profondeurs suivant un profile de
direction (NE-SW). On y voit bien l’augmentation de la profondeur du SW vers le NE.

Fig. 11 : Courbe (Distance – Profondeur) de la nappe


du Continental Intercalaire
IV.3.3 Epaisseur du réservoir

Les nombreux forages hydrauliques qui ont traversé la totalité des formations
secondaires nous ont permis d’établir le tableau 13 des épaisseurs moyennes de la nappe
albienne sur différentes régions du territoire saharien.

Tableau 13 : Epaisseurs de la nappe du Continental Intercalaire dans quelques villes du Sud


algérien.
Régions Epaisseurs (m)
Touggourt 500
El Oued 500
Ouargla 700
Ghardaia 800
El Golea 600
Adrar 200
In Salah 300

Il semble à travers les forages consultés que les épaisseurs les plus importantes sont
enregistrées à l’Est de la nappe albienne. Elles sont de l’ordre de 700 m, alors que les
bordures ouest présentent des épaisseurs qui sont moyennes, de l’ordre de 300 m.

IV.4 Caractéristiques de la nappe

L’établissement de la carte piézometrique (Fig.12) a nécessité l’utilisation de données


recueillies sur 120 forages repartis sur la région d’étude.

IV.4.1 Niveau piézometrique de la nappe

La carte piézometrique présente trois zones d’anomalies distinctes, l’une au piedmont


de l’atlas saharien ( niveau piézo 200 m ), la seconde au Nord-Est, le bassin du bas Sahara
(niveau piezo 300), la troisième à l’Est de la nappe (niveau piezo 300) ; ces anomalies
correspondent à des zones d’accumulation des eaux dans la nappe.
Les trois directions d’écoulements cités précédemment (voir page 27 ) sont bien définies à
travers la carte :

- La direction Sud-Ouest.
- La direction Sud.
- La direction Nord-Est.

IV.4.2 Débit des eaux

Le débit d’une eau représente la quantité d’eau écoulée par unité de temps, il donne
une idée sur la vitesse d’écoulement.
Les prélèvements de débit au niveau des forages (Pétroliers – hydrauliques) nous ont permis
d’établir une carte schématique de la distribution géographique des débits de forages (Voir
Fig.13). Les débits reportés représentent les débits de maximum de pompage.
Les débits enregistrés varient de 10 l/s à 300 l/s, le débit moyen de près de 100 l/s.
Les débits les plus forts sont concentrés au Nord-Est, cette partie de la nappe est artésienne
(jaillissante au sol), d’après (Etude des ressources en eau du Sahara septentrional, 1972), la
partie du territoire saharien concerné par l’artesianisme est de 300.000 km2 en Algérie et 50.
000km2 en Tunisie.
Les débits les plus faibles sont localisés à la périphérie Ouest de la nappe qui correspond à la
zone d’affleurement.

Fig. 12 : Carte des niveaux piezometriques de la nappe du Continental Intercalaire


IV.5 Caractéristiques physico-chimiques du fluide géothermique

La connaissance des caractéristiques physico-chimiques du fluide géothermique est


une mesure préventive essentielle pour l’application de la géothermie. En effet, des salinités
trop élevées sont à l’origine de la corrosion du tubage.

Fig. 13 : Distribution géographique des débits de forages


La qualité chimique de l’eau de l’albien est définie principalement à partir de la composition
chimique des terrains traversés par cette eau lors de son écoulement en profondeur.
Les eaux souterraines profondes ont une minéralisation plus stable et plus importante que les
eaux peu profondes. Les eaux hydrothermales sont souvent fortement minéralisées.

IV.5.1 Température

La température d’une eau souterraine est celle du lieu ou elle s’est infiltrée elle
augmente de 1° C par 30 mètres lorsque le gradient géothermique est normale.
Les températures utilisées pour l’établissement de la carte des températures (Fig.14) sont
celles mesurées au niveau des points d’eau dans la région d’étude.

On remarque à travers la carte des températures (Fig.14) que la température varie avec la
profondeur, les eaux les plus profondes qui sont influencées par le gradient géothermique
sont les plus chaudes.
Les températures sont croissantes de l’ouest vers l’est de la nappe. Ainsi dans les régions de
Touggourt, Hassi Messaoud et Ouargla la température des eaux du Continental Intercalaire
dépassent les 60°C.
La température moyenne est de 40°C se trouve au Centre de la nappe.
Le minimum de la température se trouve à la périphérie Ouest qui correspond aux régions
d’affleurements de la nappe (Adrar, Timimoune et In Salah), ou la température est en dessous
de 30°C.

Le nombre de forages appartenant à la région d’étude et présentant des mesures de


températures est de 122 forages. La valeur maximale atteinte est de 84°C dans la région de
Touggourt, La valeur minimale mesurée est de 19°C dans la région d’Adrar.
Les températures mesurés sont classés comme suit :

- 36 forages dont les eaux sont mésothermales 22°C <T<37°C.

- 17 forages dont les eaux sont orthothermales 37°C <T<45°C.

- 68 forages dont les eaux sont hyperthermales T > 45°C.


Fig. 14 : Carte des températures des eaux de la nappe du Continental
Intercalaire

• Loi de variation (Température-Profondeur)

Le graphe (Fig.15) ci-dessous représente la variation de la température avec la


profondeur. A travers ce graphe il apparaît bien que la loi de variation de la température des
eaux de l’Albien par rapport à la profondeur est une loi linéaire de la forme :

T= 0.024 p+22.2

- 22.2 désigne la température moyenne de l'eau au niveau zéro,


- 0.024 désigne le gradient de température des eaux de la nappe albienne qui est presque
constant à travers toute la profondeur.

Cette loi nous permettra de réaliser une interpolation à travers tout le territoire de la nappe
et ainsi retrouver la valeur de la température de la nappe albienne dans des points ou il n’y a
pas de mesures de température.
Fig.15 : Courbe (Température des eaux - Profondeur)

IV.5.2 Résidus secs

Il représente la totalité des sels dissous contenue dans l’eau après évaporation à 110°C, il
renseigne sur la minéralisation globale de l’eau.

• Classification des eaux souterraines suivant


Les concentrations en résidus secs :

- Eau très peu minéralisée (résidus secs inférieur à 250mg/l) : utile pour la fabrication de la
vapeur, mais ne pouvant convenir à la distribution public sans un apport de sels dissous.

- Eau peu minéralisée (résidus secs entre 250-5000mg/l) : utilisable pour l’industrie et
pouvant servir à la distribution public d’eau potable.

- Eau normalement minéralisé (résidus secs entre 500– 1000mg/l) : correspond aux normes
d’eau potables.

- Eau non conforme aux normes de potabilité (résidus secs entre 1000-1500mg/l) : mais
pouvant être utilisée pour l’irrigation et abreuver les animaux.

- Eau très salée (résidus secs supérieur 1500 mg/l) : impropre en dehors d’un usage
balnéaire.
La carte des résidus secs (Fig. 16) montre que dans le centre du bassin les eaux sont
moins chargées par rapport à la périphérie.
La salinité de l’eau de l’albien dans la région de Touggourt par exemple est comprise inférieur
à 1000 mg/l, elle est considérée dans cette zone comme une eau normalement minéralisée,
qui correspond aux normes d’eau potable.
A la périphérie de la région de Touggourt particulièrement dans la région de Ouargla, la
salinité est comprise entre 1500 et 2000 mg/l qui correspond à une eau très salée, impropre à
la consommation et à l’agriculture.
Dans la périphérie nord du bassin, la minéralisation est plus importante supérieur à 2000, mg/l
comme c’est le cas à Biskra et à El Oued.

La salinité de l’eau est comprise est plus importante à la periferie Ouest de la nappe , où elle
varie entre 2000 et 6000 mg/l (Megdoud M., 2003).

IV.5.3 Faciès chimique

Représente les minéraux (Anions et Cations) les plus abondant dans l’eau. Donc il
renseigne sur la tendance minéralogique.

Dans le tableau14 sont résumés les principaux faciès chimiques de la nappe albienne sur
différentes villes du Sud algérien.

Fig. 16 : Carte des résidus secs de la nappe albienne.


Tableau 14 : Faciès chimique de la nappe albienne ( Khedraoui A.,2003)

Région Potabilité des Faciès


eaux Chimique
Biskra Médiocre Sulfaté
magnésien
Laghouat Passable Sulfaté Sodique

Oued Ghir Médiocre Sulfaté


magnésien
Oued Souf Passable Sulfaté
magnésien
Ouargla Médiocre Sulfaté
magnésien
M’Zab Passable Chloruré Sodique

Touat Gourara- Passable Sulfaté Sodique


Tidikelt
Menaa Bonne Bicarbonaté
Calcique
Il apparaît sur le tableau 14 que l’eau de l’Albien est plutôt sulfatée magnésien à
sulphaté sodique sur presque l’ensemble de la nappe.
Elle est caractérisée dans sa partie centrale (Ouargla) par une très mauvaise qualité chimique
(teneurs en sulfates et magnésium supérieur aux normes prescrites de qualité (Megdoud M.,
2003)

IV.5.4 pH des eaux

C’est le cologarithme de la concentration en hydrogène cad le pH d’une solution, il varie


en fonction de la concentration en H3o+.

Les mesures de pH obtenues sur le terrain d’après la carte des pH du fluide géothermique
(Fig. 17) présente une variation de 7 à 9. Le pH est croissant vers l’Est de la nappe albienne.
Les eaux ont un caractère général basique sur toute la nappe. Ce caractère s’accentue en allant
vers l’Est dans la région Nord–Est ou les valeurs de pH sont supérieures à 8.

Fig.17 : Carte des pH du fluide géothermique.


CHAPITRE V

EXPLOITATION DES EAUX

V.1 Mode d’exploitation

La nappe du Continental Intercalaire est exploitée depuis 1956, les eaux de la nappe
sont utilisées pour :

- L’alimentation en eau potable


- L’irrigation. qui représente la majeure partie de l’eau utilisée.
- L’alimentation en eau industrielle.

Cependant il faut signaler qu’aujourd’hui les utilisations de cette eau dans le domaine agricole
et urbain nécessite l’utilisation d’un refroidisseur. (Voir Fig.18)
Un tel refroidisseur est construit à Ain Sahra près du forage albien pour l’alimentation en eau
potable de la ville de Touggourt.

Fig. 18: Refroidisseur d’eau de l’Albien

L’exploitation se fait grâce aux foggaras (Fig.19) et aux forages hydrauliques (Fig.20 ).

Fig.19 : Image de la foggara. Fig.20 : Forage albien


• Les foggaras
Il y a plusieurs siècles, l’exploitation a commencé par l’utilisation directe des eaux au
niveau des sources qui existaient nombreuses au Sud-Ouest, plus particulièrement dans les
régions du Tidikelt et du Touat – Gourara.
Actuellement, ces sources n’existent plus, mais une nouvelle technique de captage a été mise
au point à leurs places qui est la foggara. Plus de 1000 foggaras sont situées au Sud-Ouest de
la nappe albienne.
Il s’agit d’une galerie souterraine permettant de drainer l’eau du sous sol et de l’amener par
gravite jusqu’à la surface d’une dépression ou d’une Oasis. L’eau est captée ainsi en amont et
transférée en aval vers la palmeraie.
Cette galerie dont la hauteur est de 2 m, s’étend sur plusieurs kilomètres de long, elle est
jalonnée de puits d’aération. Son entretient permanent est nécessaire pour enlever les débris
qui tombent des parois et qui gênent la circulation de l’eau.
Cependant cette technique tend à disparaître vu la complexité de sa réalisation et de son
entretient.

• Les forages

Les premiers forages dans le Sahara algérien ont été forés en 1890 dans la région d’El
Goléa. Depuis cette date ils sont très nombreux les forages qui sont réalisés dans le cadre de la
recherche pétrolière. Ces forages étant profonds, ont permit de réaliser des études sur la
nappe albienne ces dernières années.

V.2 Les prélèvements

Un historique des débits couvrant les années 1957-1998 a été établi dans le cadre des
projets (BNEDER, 1999). Le tableau 15 suivant résume les résultats de cette étude.

Tableau 15: Historique des prélèvements en Algérie (1960 -1998).

Régions 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 1998
Illizi 80 84 84 84 84 100 100 100 100

Biskra 115 109 100 181 154 550 905 790 760

Ouargla 160 385 728 1098 1270 2006 2472 2191 2131

M’zab 983 1149 1049 1423 1844 2569 2820 3103 3103

Oued Rhir 1505 1340 752 1319 1450 2627 3360 3660 3135

Touat- 123 229 346 476 556 1058 5983 7404 7268
Gourara-
Tidikelt
Total 2966 3296 3059 4581 5358 8910 15940 17248 16497

Nous avons établis les graphes (Fig.21) suivants à partir des données du tableau 16
Prélèvements à Biskra

1000
800
600
400 débit l/s
200
0
1960 1970 1980 1990 1998
A)

Prélèvements à Illizi

100
80
60
40 débit l/s
20
0
1960 1970 1980 1990 1998

B)
Prélèvements au M'zab

4000
3000
2000
débit l/s
1000
0
1960 1970 1980 1990 1998

C)

Prélèvements à Oued Rhir

8000
6000
4000
débit l/s
2000
0
1960 1970 1980 1990 1998

D)
Prélèvements au Touat Gourara

8000
6000
4000
débit l/s
2000
0
1960 1970 1980 1990 1998

Prélèvements à Ouargla

2500
2000
1500
1000 débit l/s
500
0
1960 1970 1980 1990 1998
E)
F)

L’exploitation des eaux de l’albien est en continuelle augmentation depuis 1960, on remarque
aussi que l’année 1990 marque le début d’une régression dans les débits de prélèvements.
Celle-ci pourrait être une indication des problèmes survenus dans la nappe suite à la
surexploitation comme le rabattement du niveau d’eau …etc.
Les régions du Touat – Gourrara et Tidikelt sont les principaux utilisateurs de ces eaux, ils
représentent 44 % de l’exploitation totale.

V.3 Les problèmes rencontrés dans l’exploitation

Fig.21: A-B-C-D-E-F. Débit des prélèvements au niveau de l’Albien


Dans les principales villes du Sud algérien.

Si l’eau de l’Albien est abondante, toutefois, son exploitation reste difficile.

V.3.1 L’entartrage

La température élevée des eaux entraîne des problèmes de tartres au niveau des
conduites, (voir Fig. 22).
L’eau chaude de la nappe albienne, sous l’effet de la température dissous les minéraux se
trouvant dans les couches géologiques traversées en profondeur. Lorsqu’il y a détente (baisse
de pression) ou refroidissement de l’eau, les minéraux (sulfates de calcium ou carbonates de
calcium) précipitent et forment des dépôts adhérents aux parois.
Les problèmes d’entartrage entraînent l’augmentation de la dépense énergétique ainsi que
l’inefficacité des appareils de canalisation de l’eau chaude avec le temps. Sur le plan
économique le prix de revient de cette eau est assez élevé.

Fig.22 : A Entartrage de canalisation

Pour lutter contre l’entartrage, il existe divers moyens. Parmi lesquels les moyen
électromagnétiques, moyens chimiques par utilisation d’inhibiteurs d’entartrage…etc.
Il semblerait à travers les études réalisées à ce sujet que les moyens chimiques sont les plus
commodes. Ils consistent à l’addition des polyphosphates dans l’eau.

V.3.2 La remonte des eaux de la nappe phréatique

Suite à la mauvaise gestion des eaux souterraines dans le Sud algérien, sont survenus
plusieurs problèmes reliés surtout au manque de planification et le suivi dans plusieurs
régions saharienne comme :

- L’assèchement des zones humides


- Disparition et réduction des sources
- Subsidence des terrains, contamination des nappes
- Remonté eaux de la nappe phréatique

Le phénomène de la remontée des eaux de la nappe phréatique constitue un sérieux


problème vécu dans plusieurs régions du Sahara algérien. En effet celui-ci prend de plus en
plus d’ampleur dans certaines régions comme El Oued, et touche aussi d’autres localités de la
région comme Ouargla et Ghardaia et Touggourt.
Le territoire concerné par ce phénomène est située dans le Sahara septentrional, elle s’étends
sur une surface 3000 km² , limité au Nord par les chotts Melhir, Merouane , au Sud par le
grand Erg oriental, à l’Ouest l’Oued Rhir Et à l’Est les frontières tunisiennes. Le phénomène
de la remontée des eaux de la nappe phréatique a fait l’objet d’une étude détaillée élaborée par
le bureau national d’études pour le développement rural BNEDER en association avec la BRL
Ingénierie-Nimes-France pour le compte du ministre de l’agriculture et de la pèche.
Dans cette région du Souf , les habitants vivent essentiellement d’élevage et de la culture des
dattes. Cette dernière se trouve aujourd’hui menacé par le problème de la remontée des eaux.
En effet des milliers de palmiers meurent chaque année par asphyxie. (Voir Fig.23)

Fig.23: Remontée des eaux de la nappe

Ce phénomène est principalement du à la surexploitation des eaux souterraines du


Sahara. En effet depuis les 25 dernières années l’explosion démographique et le
développement urbain ont augmenté les besoins en eau. De très grandes quantités d’eau sont
prélevées de la nappe phréatique et des nappes plus profondes du Complexe Terminal et du
Continental Intercalaire. Après leurs utilisations, ces eaux réaboutissent dans la nappe
phréatique à cause du manque sérieux de réseaux d’assainissement et des conduites des
eaux usées.
La nappe phréatique deviens ainsi suralimentée, elle déborde en surface sous forme de marres
d’eau permanentes.
Cette situation a engendré de graves conséquences pour l’environnement comme :

- L’asphyxie d’un grand nombre de palmier.


- Contamination de la nappe phréatique.
- L’émanation d’odeurs nauséabondes.
- Menace d’effondrements de terrains.
- Pollution atmosphérique et prolifération de moustiques.

A travers les diverses études qui ont été réalisées à ce sujet dans le but de remédier à ce
néfaste problème, les solutions suivantes ont été proposées :

- Amélioration de la collecte et du traitement des eaux usées.


- Elaboration de projets pour la réutilisation des eaux usées et drainées comme pour
l’irrigation.
- Elargir et développer les réseaux d’assainissements et de drainage existants.
- Bouchage de forages et puis abandonnés.
- Arrêt de réalisation de forages dans les régions surexploitée
- Suivit continuel qualitatif et quantitatif des ressources en eau.
CHAPITRE VI

GRADIENT GEOTHERMIQUE

VI.1 Introduction

La température des roches augmente avec la profondeur, c’est ce qu’on appelle le


gradient géothermique. Il varie selon les couches traversées.
Les valeurs moyennes sont respectivement pour la croûte continentale de 3°C/100 m et pour
le manteau de 1°C/100 m ( Muffler L.J.P. , Costain J. K . , foley d., Sammel E.A.,
Youngquist W. 1979 )

Le gradient géothermique observé dans la croûte continentale varie largement d’un endroit à
un autre, bien que la valeur normale soit de l’ordre de 3°C/100 m , néanmoins certaines
régions enregistrent plus de 100°C/100m comme à Larderello en Italie ; alors que d’autres
ne dépassent pas 1°C /100 m comme à Padoue.

VI.2 Carte de gradient géothermique

Les forages pétroliers étant les plus profonds, ils rendent le mieux compte du gradient
géothermique.
De nombreux forages pétroliers couvrent le Sahara algérien d’Est en Ouest. Comme le montre
la carte de gradient (Fig.24). La majorité de ces forages sont localisés dans la partie Est du
Sahara algérien vue que cette dernière est plus intéressante du point de vue pétrolier.

La carte de gradient géothermique (Fig.24) est une étape importante en géothermie . Elle
montre la de la température en fonction de la profondeur en chaque point de la région
d ‘étude.

Les données utilisées pour l’établissement de la carte de gradient et du flux de chaleur sont les
données de forages pétroliers.
Le gradient géothermique est estimé pour chaque forage pétrolier en utilisant les températures
de boue de forage en font de trou Tbht grâce à la formule suivante :

G = DT/DZ (°C/100m).

T : Température (°C)
Z : Profondeur (m)

Dans le cas général, les valeurs de Tbht sont corrigés ; en effet plusieurs méthodes de
corrections existent. La correction utilisant les températures des fluides recueillis lords des
testes de formation ( Tdst ) comme référence est la plus utilisée.
Néanmoins cette correction est négligée par certains auteurs. Dans notre cas cette correction
n’est pas utilisée en raison de l’absence des valeurs de Tdst pour un grand nombre de forages.
VI.2.1 Interprétation de la carte de gradient

Le Sahara algérien présente dans son ensemble un gradient géothermique moyen de


l’ordre de 4°C/100 m.
Dans la partie septentrionale du Sahara, le gradient géothermique moyen est de 3°C/100 m.
Ce dernier semble être du à l’effet de la profondeur.
Une forte anomalie géothermique est bien mise en évidence dans la partie occidentale du
Sahara dans les régions de Bechar, Beni Abbas et Timimoune. Le gradient qui y est de
plus de 6°C/100m, il est probablement due à la tectonique intense qu’a connu la partie
occidental de plate forme saharienne durant l’orogenèse hercynienne.

Du point de vue pétrolier, la prospection pétrolière révèle que la province occidentale du


Sahara algérien est pauvre en hydraucarbures liquide et ce, malgré que la condition majeure
de leurs l’existence soit réunie en profondeur (la roche mère).
Par contre la province orientale est très riche sur ce plan.
Le gradient géothermique élevé dans le Sahara occidental pourrait être l’un des facteurs
responsables de cette pauvreté en hydrocarbures liquide dans cette region .
En effet le pétrole atteint le degré de maturité dans des conditions de température et de
pression bien défini. Au delà il perds sa maturité, soit il passe à la phase gazeuse, ou bien,
dans des conditions extrêmes, il brûle carrément, on parle alors de « pétrole cramé ».
Les résultats obtenus à partir de la carte géothermique seraient donc en concordance avec les
résultats de la prospection pétrolière

VI.3 Graphes (Température – Profondeur)

Afin d’avoir une idée sur la variation de la température en fonction de la profondeur,


sur le plan vertical, les graphes de la (Fig.25) sont réalisés.

Les données recueillies au niveau de cinq forages pétroliers sont illustrés dans Le tableau 16.
Tableau 16: Liste des forages utilisés pour établir les graphes T=f (P) :

Forage Longitude Latitude G


E-W N-S (°C/100)

ER-1 01°42’54’’W 31°32’58’’N 3.1

CBM-1 2°22’46’’ W 31°27’56’’N 3.4

AM-1 0°29’00’’W 27°18’10’’N 6.63

T0-1 6°27’32’’E 30° 04’18’’N 3.7

HBZ-1 1°07'44"W 30°07'44"N 8


Fig.25 : Courbes de variation (Température- Profondeur)
Au niveau des forages; ER-1, CBM-1,HBZ-1,TO1,AM-1.

200
Temperature (°C)

150

100

ER_1
CBM_1
50 HBZ1
T01
AM1

0
-750 0 750 1500 2250 3000 3750 4500 5250

Profondeur (m)

Fig. 24: Carte de gradient géothermique du Sud algérien


100 70

80 60
Temperature (°C)

Temperature (°C)
60 50

40
40

AM1
ER_1 30
20

20
0 0 200 400 600 800 1000
0 750 1500 2250

Profondeur (m) Profondeur (m)

Fig. 26: Forage ER-1 Fig. 27 : Forage AM-1

VI.3.1 Interprétation des graphes

Tous les graphes ci-dessus montrent clairement l’augmentation de la température avec


la profondeur indiquant que la profondeur est l’un des facteurs du gradient de température.
Il apparaît bien à travers les graphes, que sur une même couche sédimentaire, la température
varie linéairement avec la profondeur.
La variation (Température - Profondeur) peut être linéaire sur toute la profondeur du forage,
ce cas est rencontré au niveau des forages : TO1 ; ER-1 ce qui indique que les couches
sédimentaires traversées sont presque homogènes les unes par rapport aux autres ; ou bien la
variation (Température - Profondeur) est non linéaire, on retrouve ce cas au niveau des
forages CBM-1, AM-1. Dans ce cas, les couches sédimentaires traversées sont hétérogènes
les unes par rapport aux autres.

Le gradient de température est représenté par les pentes des courbes T=f (P). Il varie
latéralement d’un forage par rapport à un autre, et parfois verticalement le long d’un même
forage. Les forages de la zone saharienne Ouest tel que, CBM-1, présentent les pentes les
plus élevées, donc les gradients les plus forts.
Les graphes ci-dessus illustrent d’une façon générale le caractère non homogène du sous sol
saharien.
CHAPITRE VII

FLUX DE CHALEUR

VII.1 Introduction

Le flux de chaleur est défini comme la quantité de chaleur qui s'écoule pendant l'unité
de temps, il traduit la vitesse avec laquelle la terre perd sa chaleur.

La densité de flux est le flux de chaleur par unité de surface W/m2. En générale le
Flux de chaleur est assimilé à la densité de flux.

L'unité de mesure légale du flux de chaleur est le Watt (W).

Le flux moyen est de 60 MW/m2. Il varie avec :

- L’épaisseur de la plaque : quand la plaque est mince le flux augmente.


- L’âge de la lithosphère : plus la lithosphère est jeune, plus le flux sera élevé.
- La production de chaleur dans la croûte : Le flux augmente avec la concentration en
radioéléments.

Une partie de la chaleur au niveau de la croûte terrestre provient de l’intérieur de la terre. Une
forte quantité de chaleur est stockée dans le noyau et le manteau du globe. Une infime partie
de cette chaleur est dissipée vers la surface surtout dans les régions volcaniques et sismiques.
Par contre la plus grande partie de la chaleur dans la croûte provient de la radioactivité de
certaines roches qui la compose.
La désintégration des éléments radioactifs représente à elle seule plus de 90% du flux de
chaleur terrestre; les 10% du flux de chaleur restant semble être du à :

- La chaleur dégagée par réaction chimique exothermique à l’intérieur de la croûte.

- La friction au niveau des failles causées par les tensions tectoniques.

- La chaleur dégagée par cristallisation ou solidification des roches en fusion au cours du


refroidissement.

La chaleur se déplace du corps le plus chaud au corps le plus froid jusqu'à ce que la
température se stabilise. Tous les corps (solide, liquide ou gazeux) subissent ce phénomène
d'échange de chaleur.
La chaleur se transmet par conduction, convection et rayonnement. Ces modes d'échange
sont bien souvent "cumulés" :
1) La conduction :

C’est le transfert de chaleur d’un milieu solide à haute température vers un milieu solide à
faible température. La chaleur se transmet sans déplacement de matière, par contact
moléculaire entre un ou plusieurs corps qui se touchent. Il suffit de chauffer l'extrémité de
morceaux de métal pour que la chaleureur s'y propage.

3) La convection :

Transmission de chaleur dans un milieu fluide (liquide ou gaz) par déplacement des
particules (molécules ou amas de molécules).
Contrairement aux principes de la conduction et du rayonnement, la convection induit un
déplacement de la matière. L’échange de chaleur se produit entre un corps liquide ou gazeux
en mouvement et un corps solide. Si la convection est naturelle, les parties les plus chaudes du
fluide montent et créent des moments de convection dans ce dernier. C’est le principe du
radiateur dans une pièce , au contact du radiateur , l’air de la pièce s’échauffe et s’élève.

4) Le rayonnement :

Transmission directe de la chaleur par envoi de radiations d'un corps chaud sur un corps
froid. Tous les corps émettent de l'énergie sous forme d'ondes électromagnétiques. Lorsque
deux corps sont en présence, cette énergie rayonnante devient chaleur : chaque corps absorbe
une partie de l'énergie rayonnée par l'autre, une partie est réfléchie et une troisième peut
traverser le corps si celui-ci est transparent. Aucun transport de matière n'est nécessaire pour
ce transfert d'énergie du corps le plus chaud au plus froid.

VII.2 Classification des systèmes géothermiques conductifs

Sur presque la totalité de la surface de la terre, il y a un flux de chaleur de la croûte et


du manteau vers la surface. Dans la partie supérieure de la croûte terrestre, le transfert de
l'énergie thermique est assuré principalement par la conduction qui représente le processus
dominant. En effet dans les zones imperméables caractérisées par une forte anomalie
géothermique, le flux la chaleur est assuré par conduction seulement. Cependant, dans
certains cas, le flux de chaleur est affecté par des effets convecteurs.

Les caractéristiques des systèmes géothermiques sont très diverses et pour les décrire, il est
nécessaire d’introduire quelques classifications. Les systèmes géothermiques conductifs sont
les plus répandus à l’échelle de la croûte continentale, on distingue deux classifications qui
sont les plus appropriées .
• Classification 1 : Elle est basée sur l’environnement géologique et le système de
transfert de chaleur

(a) Les aquiferes à basse température / basse enthalpie dans des séquences sédimentaires de
forte porosité / perméabilité, dans des régions à flux de chaleur normal ou légèrement
élevé: Sont formés par une nappe d’eau qui se trouve dans des couches aquifères
suffisamment profondes pour que la température de l’eau soit augmentée par le gradient
géothermique normal. Dans ce cas des canaux de failles et de systèmes de rupture
forment des connecteurs entre la surface et les eaux souterraines.

(b) Roche chaude sèche à haute température / environnement à basse perméabilité : Dans
quelques endroits existent des roches pratiquement imperméables qui ont été chauffées
par une source de chaleur peut être un gradient géothermique anormalement élevé ou un
volcanisme. Contrairement à tout autre système, celui-ci ne contient ni canaux perméable
ni fluide mais contiennent de la chaleur. L’exploitation d’un tel système dépend de la
création de la perméabilité dans la roche de sorte que le fluide puisse entrer dans la roche
et extraire la chaleur.

• Classification 2 : Elle est basée sur les caractéristiques thermiques (source de chaleur et
état physique de l’eau) et l’origine de l’eau.

(a) Systèmes géothermique type dominé par conduction :


La chaleur est transférée principalement par conduction.
Exemple : Roche chaude sèche : Colline de Fenton au USA
Roche chaude sèche : Kurobe au japon.

Fig. 28: Systèmes géothermique type dominé par conduction :


on note l’absence d’un liquide qui véhicule la chaleur

(b) Système géothermique type bassin sédimentaire :


Dans les roches sédimentaires à forte porosité, l’eau est chauffée par le flux de chaleur
conductif du dessous. Ce type montre un réservoir à très haute pression appelé geopressured
system. Les réservoirs géothermique géopressures sont étroitement analogues aux réservoirs
geopressures pétroliers ou gaziers
Exemple : Bassin au Nord du golf de Mexique (plaines alluviales quaternaires).
Albien dans le Sahara septentrional en Algérie.
Fig.29: Système géothermique type bassin sédimentaire : l’eau dans les bassins est réchauffée
par le flux de chaleur conductif.

(c) Systèmes géothermiques type eau météorique à circulation profonde :


Système à fractures profondes et à flux de chaleur conductif normal ou légèrement élevé.
Exemple : Sources chaudes dans les zones non volcaniques.

Fig.30: Systèmes géothermiques type eau météorique à circulation profonde : l’eau de pluie
est réchauffée par conduction et remonte à travers les failles pour alimenter les sources

(d) Système géothermique type eau chaude dominante


Flux très conductif approvisionné à partir d’un magma et la convection d’eau liquide.
On les retrouve dans les zones volcaniques quaternaires,
Exemple : Wairakei, Nouvelle-Zélande - Hatchobaru, Japon.

Fig.31 : Système géothermique type eau chaude dominante : très fort flux de chaleur ,
l’eau météorique est réchauffée devient à deux phases (eau + vapeur ), la phase liquide
dominante et remonte en surface sous forme de fumerolles ou de sources.
(e) Systèmes géothermique type vapeur dominante
Flux très conductif approvisionné à partir d’un magma avec réservoir à deux phases.
Ils sont retrouvés dans les zones volcaniques quaternaires (rare).
Exemple : Les geysers, USA - Larderello, Italie - Kamodjang, Indonésie - Matsukawa, Japon.

(f) Système géothermique type magmatique à haute température


Approvisionné par eau magmatique avec réservoir à deux phases et fumerolles à haute
température. On retrouve ce type dans la partie central de volcans.
Exemple : Island - Nouvelle-Zélande - Volcan de Kuju au Japon.

Fig.32 : Systèmes géothermiques type vapeur dominante : Flux de chaleur


conductif très fort avec réservoir à deux phases (Eau + vapeur) la vapeur
d’eau dominante.

Fig.33: Système géothermique type magmatique à haute température : Eau d’origine


magmatique et météorique avec création d’un réservoir à deux phases (eau + vapeur)
VII.3 Carte de flux de chaleur

Lorsqu’il y a un gradient de température, le flux de chaleur se propage par conduction.


C’est le produit du gradient géothermique et de la conductivité thermique selon la loie de
Fourier :

→ →

Q = - λ grad T

Q : Flux de chaleur exprimé en (M W m-²)

λ : Conductivité thermique du milieu , l’unité est W m-1 °C-1.


grad T : Gradient de température (° C m-1)

Ainsi un flux de chaleur élevé peu être assimilé à un gradient géothermique faible si la
conductivité thermique de la roche est faible.

VII.3.1 Description du phénomène de conduction

D’après (Grolier J., Fernandez A., Hucher M., Riss, J., 1991),on appelle conduction
thermique le phénomène de propagation de la chaleur à travers un milieu dont toutes les
parties sont immobiles à l’échelle de l’échantillon en particulier un solide , depuis une zone
ou la température est T2 jusqu’à une autre ou la température est T1 (T2< T1) ,

Une situation très simple est celle d’un bloc parralepipedique homogène et isotrope dont une
des grandes faces est à la température T1, l’autre à la température T2, s’il n’y a pas de perte ni
de dégagement de chaleur entre les deux faces , la quantité de chaleur qui s’écoule durant un
certain temps que nous prendrons comme unité – autrement dit le flux de chaleur - est
proportionnel à l’aire S et à la différence de température, et inversement proportionnel à
l’épaisseur l :

S
Q = −λ (T2 − T1 )
L

La constante de proportionnalité λ dépend de la matière constituant le bloc et s’appelle la


conductivité thermique. Elle exprime l’aptitude de la matière à transférer la chaleur. C’est
parce que les métaux ont une forte conductivité thermique qu’ils paraissent froids quand on
les touchent.
Si le bloc est petit, l’aire ∆S normal au flux de chaleur , d’épaisseur ∆ l .
La quantité de chaleur transférée est : posons T2 − T1 = ∆T

∆S
∆Q = −λ∆T
∆L
∆Q
Posant = q (densité de flux thermique), on a
∆S
∆T
q=−
∆L

Soit pour une tranche infiniment mince ( ∆l → 0 )

Q = −λ .grad .T

Le signe moins est nécessaire, car l’écoulement de chaleur se fait en sens inverse de
l’accroissement de la température. On voit en outre que la conductivité est un coefficient de
proportionnalité entre une densité de flux thermique et un gradient (de température)

VII.3.2 Réalisation

La réalisation de la carte de flux de chaleur (Fig.34) a nécessité les étapes suivantes :

- Détermination de la conductivité thermique

La conductivité thermique est le paramètre le plus important à définir dans le calcul du


flux de chaleur. Il caractérise l’aptitude d’une roche à conduire de la chaleur.
La conductivité thermique d’une roche est variable de 1 à 10 W/m°C, soit 100 à 1000 fois
plus faible que celle des métaux.
La conductivité thermique peu être mesurée à l’aide d’appareils de mesures de la
conductivité thermique ou bien calculée grâce aux formules empiriques.
D’après les études expérimentales de (Brigaud et Vasseur, 1989) Il apparaît que la
conductivité thermique d’une roche dépend essentiellement de la composition minéralogique
voir tableau 17, du fluide constituant la roche, de la porosité de cette dernière et enfin de la
température.
Ainsi les grès et les quartzites sont plus conducteurs que les argiles et les calcaires.
Plus la porosité de la roche est grande plus la conductivité diminue.

1) La minéralogie

Au laboratoire ceci se traduit par un changement dans les proportions minéralogiques,


ainsi dans une roche à m éléments la conductivité de la matrice obéit à la loi suivante :
m
pi
λm= ∏i =1
λ i

L’indice i: [1,2,3,….m] représente le nombre de constituants de la roche.

λ m : conductivité thermique de la matrice.


λ i : Conductivité thermique des constituants de la roche (le i ème constituant).
pi : proportion volumique des constituants de la roche (le i ème constituant).

Tableau 17: Les conductivités thermiques des principaux constituants en Wm-1 °C-1 Tiré de
(Brigaut, F. et al 1989).
Constituants Conductivité
Wm-1 °C-1

Quartz 7.7 +-1.2


Calcite 3.4+-0.3
Argile 2.7+-0.7
Dolomie 5.5+-0.5
Anhydrite 6.0+-0.4
Sel (halite) 6.6+-0.6
Gypse 3.0+-0.1
Eau 0.6
Air 0.03

2) La porosité

La porosité d’une roche est le rapport entre le volume du vide dans la roche et le volume
total de celle-ci, il désigne le pourcentage du vide dans une roche.
La porosité d’une roche influe fortement sur la conductivité thermique suivant la relation
suivante :

λ i = λ m 1-θ . λ f θ

λ i : conductivité de l’eléctrofaciès (In situ).


λ f : conductivité thermique du fluide (En générale celle de l’eau 0.6 W m-1 °C-1).
θ : Porosité exprimée en %.

La porosité est déterminée grâce aux diagraphies (Neutron, Sonic, Densité) suivant les
relations (Serra, 1979).

∆t − ∆tm
θ Sonic =
∆tf − ∆tm

ρ − ρm
θ Densité =
ρf − ρm

θ Neutron = θ IH - θ IHa*Pa

∆t : Temps de trajet dans la roche en ( µ ft/s).


∆ tmq : Temps de trajet dans la matrice en ( µ ft/s).
∆ tf : Temps de trajet dans le fluide en ( µ ft/s).
ρ : Densité apparente de la roche en (g/cm3).
ρ m : Densité de la matrice en (g/cm3).
ρ f : Densité du fluide en (g/cm3).
θ IH : Index d’hydrogène dans la roche (%).
θ IHa : Index d’hydrogène dans l’argile (%).
Pa : Proportion d’argile dans la roche (%).
3) La Température

La conductivité thermique décroît avec la température, cette décroissance est rapide


lorsque la température est élevée.
Par conséquent la conductivité croit avec la pression.

A la base des formules précédentes la conductivité thermique est estimée pour chaque colonne
stratigraphique d’un forage pétrolier.
La colonne stratigraphique est d’abord subdivisée en unité lithologique homogène dz.
Pour chaque unité lithologique est déterminé la conductivité d’eléctrofaciès.
Au niveau de toute la colonne stratigraphique la conductivité totale est la moyenne statistique
de toutes les conductivités au niveau des unités lithologiques suivant la moyenne suivante :

λT =
∑ dzi
K
dzi
∑ λi
I =1

λ T : conductibilité thermique de la formation.


dzi : épaisseur du i ème constituant de la roche (calcaires, grès, argiles) sur l’ensemble
de la formation traversée par le forage pétrolier. Elle est calculée à partir du log
hecto du forage.
λ i: conductivité de l’electrofaciès.

Tableau 18: Flux de chaleur au niveau de quelques forages pétroliers

Forage Longitude Latitude Flux de chaleur


E/W N/S en MW/m2
KE-1 1°33’E 29°40’N 78

AK-101 9°02’27’’E 28°42’42’’N 69

DF-1A 4°22’08’’E 28°57’12’’N 54

IR-1 7°48’24’’E 27°29’26’’N 113

AR-1 6°19’42’’E 29°44’30’’N 89


VII.3.3 Interprétation

La carte de flux de chaleur du Sud algérien montre que les valeurs de flux de chaleur
varient entre (60 MWm-2 et 100 MWm-2). Donc le flux de chaleur enregistré au Sud de
l’Algérie est élevé par rapport à la moyenne mondiale qui est de 60 MWm-2.
Le flux de chaleur moyen est de 80 MWm-2. L’arc Bechar-Adrar- In Salah-Illizi est
caractérisé par un flux élevé de 100 MWm-2. De part et d’autre de cet axe les valeurs
décroissent graduellement. On remarque aussi quelques petites anomalies locales positives au
Nord-Est

La carte de flux de chaleur met en évidence deux zones d’anomalies distinctes :

- La zone ouest qui présente un flux élevé de 90 MWm-2 à 110 MWm-2.

- La zone est qui présente un flux moyen de 60 MWm-2 à 80 MWm-2.

Il est constaté :

- Une concordance entre la carte de flux et la topographie de la région, en effet on retrouve


les dépressions du grand erg occidental et oriental bien définies à travers les zones d’
anomalie faibles. Les zones hautes comme les chaînes de l’Ougarta et les affleurements
du bouclier Targui au Sud se retrouvent dans les zones d’anomalies élevées.

- Une concordance entre la structuration et le flux de chaleur, La direction des anomalies


suit relativement la direction de la structuration du Sahara algérien. Les directions NW-SE
et N-S misent en évidence respectivement dans la partie occidentale et la partie
orientale de la carte sont en concordance avec la direction de la structuration dans ces
régions. La partie orientale est un bassin crétacé récent qui est doté d’aquifères en
profondeur. La structure de l’aquifère est en concordance avec l’anomalie mise en
évidence dans cette partie.

- Une concordance entre la tectonique et le flux de chaleur, en effet la partie occidentale du


Sahara algérien était le siège des principales déformations qui ont eu lieu durant la phase
de compression hercynienne. Ceci se manifeste sur la carte de flux de chaleur par un état
thermique actuel anormalement chaud par rapport à la partie orientale dont l’état
thermique actuel est plutot modéré.
Fig.34 : Carte du flux de chaleur du Sud algérien.
(D’après Takherist, D., 1986)
CONCLUSION GENERALE

La région d’étude se situe dans le Sahara algérien ou les formations tabulaires


prédominent.
Le substratum saharien est formé de terrain sédimentaires et éruptifs très anciens affleurant
dans les boucliers Reguibat à l’Ouest et Targui au Sud.
Sur ce substratum se sont déposées les couches sédimentaires allant du Cambrien au Crétacé.
La série sédimentaire est formée par :

- Une Série Paléozoïque inférieur formée de dépôts cambriens à carboniferes à dominance


grès et argiles.

- Une Série Mésozoïque supérieure discordante sur le Paléozoïque allant du Trias salifère
au Crétacé argilo gréseux et carbonaté.

En plus des nombreuses sources thermales dans le Nord du pays, il existe dans le Sud algérien
et plus exactement dans le Sahara septentrional une importante réserve en eau thermale qui est
la nappe du Continental Intercalaire.

La nappe du Continental Intercalaire est située dans la partie Nord du Sahara septentrional.
Elle est constituée par les formations du Crétacé inférieur comprises entre l’Albien et le
Néocomien, la couverture sédimentaire est assurée par les formations argileuses du Crétacé
supérieur à savoir le Cénomanien.
La nappe s’étend en Algérie sur une superficie 650 000 km2, son épaisseur moyenne est de
plusieurs centaines de mètres soit 700 m environ. Elle s’est remplie pendant les périodes
pluvieuses du Quaternaire, le volume totale de l’eau connue dans le réservoir est de 35 000
milliards de m3.

L’alimentation de la nappe albienne est faible environ 268 Mm3/an grâce aux épandages des
Oueds descendant de l’Atlas saharien et à l’infiltration des pluies dans le grand Erg occidental
et les zones d’affleurements.
Les eaux s’écoulent principalement selon trois directions d’écoulements, vers le Sud et le Sud
-Ouest de la nappe ou se trouvent les zones évaporatoires du Touat du Gourarra et du Tidikelt,
et vers le Nord-Est de la nappe (zone côtière tunisienne).

La nappe du Continental Intercalaire est de plus en plus profonde vers le Nord-Est ou le toit
de la nappe se trouve à plus de 2500 m. Vers l’Ouest, la nappe est ascendante peu profonde,
elle affleure dans les régions d’Adrar et de In Salah.
L’artésianisme est plus fort au Centre et maximum dans la région de l’Oued Rhir.

La température augmente en allant vers l’Est de la nappe, ainsi à Touggourt Hassi Messaoud
et Ouargla la température des eaux du Continental Intercalaire dépassent les 60°C. Le
minimum de la température se trouve à la périphérie Ouest qui correspond aux régions
d’affleurement de la nappe.
Ainsi, la température de l’eau varie avec la profondeur, les eaux les plus profondes qui sont
influencées par le gradient géothermique sont les plus chaudes.

L’eau de l’albien est de salinité assez élevée, elle est basique sur presque la totalité de la
nappe. Le faciès chimique dominant est sulfaté magnésien, dans la partie centrale de la nappe
les teneurs sont supérieur aux normes prescrites.
Donc du point de vue chimique l’eau de l’albien est de mauvaise qualité chimique. Elle sera
donc plus utile à des fins industriels.

La carte de gradient géothermique montre que le Sud algérien est caractérisé dans son
ensemble par un gradient géothermique moyen 3°C/100.
La partie Est montre une anomalie thermique qui est de 3 à 4°C/100m. Le bassin de Bechar
est anormalement chaud avec un gradient dépassant les 7°C/100m.

D’après la carte de flux de chaleur, le Sahara septentrionale présente un flux moyen, compris
entre 80 et 100 Mw/m2, on remarque sur la carte quelques anomalies locales entre positives et
négatives.
La partie occidentale présente un flux élevé compris entre 90 et 110 Mw/m2.
Les mouvements hercyniens semblent êtres les principaux responsables du flux élevé dans le
Sahara occidental.
Il convient de conclure que les conditions thermiques sont réunies dans le Sud algérien pour
avoir un important potentiel géothermique.

Sur la base des résultats précédents et afin d’assurer une meilleur exploitation possible des
ressources géothermiques du Sahara oriental algérien, il est suggéré l’utilisation de la
géothermie moyenne énergie a travers la nappe du Continental Intercalaire. En effet la
température de cette nappe étant de 60°C et plus, sera mieux exploitée dans le domaine du
chauffage de serres, le chauffage urbain étant inintéressant dans les régions sahariennes.

Dans la partie occidentale, il est recommandé une meilleure prospection des roches sèches
en profondeur. Si leur existence est confirmée, cette partie pourrait être destinée dans l’avenir
à la géothermie roche chaude sèche (HDR).
BIBLIOGRAPHIE

- Al Haba O., 1975 : Synthèse diagénetique et géothermique du bassin de Timimoun.


Rapport interne SH/Exploration/ District 4.

- Anonyme, 1967 : La nappe du Continental Intercalaire, Sahara, Sud Algérie. Bull.


BRGM, Section 3: hydro. Géolog. Ing. Vol.3, Num. 11, pp. 97,101.

- Anonyme, 1979 : 1er Rapport final – Prospection géothermique- province occidental du


N-E algérien –Hammam Meskoutine Oued Chenieour, petit. SH/Exploration /District-1.

- Anonyme, 1979 : Rapport d’interprétation définitif concernant la prospection


géothermique effectuée dans la province orientale du Nord-Est algérien. Rapport
SH/Exploration, 39p.

- Anonyme, 1992 : Etude de reconnaissance géothermique de constantinois oriental :


Rapport général. Rapport SH/Exploration / District-1.

- Askri H., Belmechri A., Benrabah B. Boudjema A., Gullati K., Khennous M.,
Lounici R., Naili H., Takherist D., Terkmani M., : Géologie de l’Algérie- article
retrouvé sur le site : http://www.mem-algeria.org/fr/hydrocarbures/w1_0.pdf

- Beghoul M. S., Brahmi F., Guellati N., 1996: Analyse géothermique dans le bassin de
Oued Mya : Essai d’interprétation des résultats. Rapport interne SH/Exploration
/District4.

- Belkhodja M., Benseradj M., 1990 : Mise au point des connaissances géologiques et
problèmes pétroliers. Bassin de Tindouf. Rapport interne SH/Exploration/ District-7.

- Benziada, M., 1994 : Etude hydrogéologique et hydrologique de la plaine de la Mitidja


Est. Application d’un modèle mathématique ASM au bassin côtier Algérois, Algérie.
Thèse de doctorat, Université des sciences et des techniques du Languedoc (Montpellier).

- BNEDER, 1999 : Etude du plan directeur général de développement des régions


sahariennes, lot 1 : étude de base – Phase A3 : Modélisation spécialisée des ressources
naturelles. Ressources en eau - Volume 2 : Modélisation du Continental Intercalaire.
Rapport interne.

- Boudjemaa A. , 1987 : Evolution structurale du bassin pétrolier triasique du Sahara


algérien Nord oriental. Thèse de l’université de Paris – Sud , centre d’Orsay, 290p.

- BRGM, 1978 : La géothermie en France.

- Brigaut, F. 1985 : Etude méthodologique de la conductivité thermique des roches


sédimentaires. Rapport final, C.G.G., U.S.T.L. Monpellier, pp.55.

- Brigaut, F., Vasseur, G., 1989 : Mineralogy , porosity and fluid control on thermal
conductivity of sedimentary rocks. Geophysis. J. 98, 525-542.
- Castany, C., 1982 : Principes et méthodes de l’hydrogéologie. Ouvrage -édition Dunod
Université.

- Centre d'Information sur l'Energie et l’Environnement, 2005 : Les énergies


renouvelables, la géothermie. Rapport d’activité 2005. www.ciel.org.

- Coffinier A., 1975: The geothermal gradient in the CPA permits. Rapport interne SH /
Exploration.

- Conrad, C., Kassir, A., 1982 : Le réservoir aquifère libre du grand Erg occidental
Sahara Algérie : dynamique de l’écoulement depuis le Quaternaire supérieur, importance
de la recharge actuelle, qualité eaux. Doc. du BRGM, Vol. 0, Num. 43, pp.683, 692.

- Cornet, A., 1964 : Introduction a l’hydrogéologie du Sahara, Algérie. Revue géographie


physique et de géologie dynamique, Vol. 6, Num-1, pp. 5,72.

- Cornet, A., Gouskov, N., 1952: Les eaux du Crétacé Inférieur Continental dans le Sahara
algérien (nappe dite albienne). XIX Cong. Géol. Inter. La géologie et les problèmes de
l’eau en Algérie. Tome II. Données sur l’hydrogéologie algérienne. pp.144 ,169.

- Cristopher, H., Armstead, H., 1978 : La Géothermie, Exploration – Forage


Exploitation. Edition du Moniteur - Paris.

- Coque, R., 1991 : A propos des lacs quaternaires du bas Sahara algéro-tunisien. Bulletin
de la société géologique de France, Vol.3, Num.2, pp. 9, 15.

- Degallier R. 1963 : Géophysique et hydrogéologie. Bull. du BRGM, Section 3 : Hydro.


Géol. Ing. Vol.3, Num.2, pp. 9, 15.

- D.G.R.S.T, 1976 : La géothermie – chauffage des logements.

- Dob M.E A., 2003 : Utilisation de l’Albien, avantages et inconvénients. Recueil


des communications des journées techniques et scientifiques sur la qualité des eaux
du Sud –El Oued, 2003.

- Dontsov V., 1988 : Régime géothermique de la partie centrale du Sahara algérien.


Rapport interne SH/Exploration / DES.

- Duminil M., 1976 : La géothermie. Revue générale du froid, Mars, Avril et Mai 1976.

- Echikh K., 1973 : Géologie des provinces pétrolifères de l’Algérie. Rapport, INH-
Boumerdes.

- Fabre J., 1976 : Introduction à la géologie du Sahara algérien et des regions voisines.
Ouvrage, Edition SNED, Alger.

- Facca G., Muse L, 1978 : Le potentiel géothermique dans le bassin de Tindouf-


Programme d’exploration géophysique. Rapport interne SH/Exploration.

- Gable R., 1980 : Le flux de chaleur en France. Rapport du BRGM.


- Grolier J., Fernandez A., Hucher M., Riss, J., 1991: Les propriétés physiques des
roches. Théories et modèles. Edition Masson – Paris.

- Goguel J., 1975 : La géothermie. Ouvrage – Edition DOIN – Paris.

- Inouraine M., Sid Ahmed L.., 2002 : Etude hydrogéologique et Hydrochimique de


l’ensemble des aquifères de la région de Ouargla. Mém. Ing., USTHB.

- Jay F.K., Richard G.B., Ken F., Dennis G. Elliot Z., 1979: Reservoir developement and
managment . revue Geothermal Ressources Counsil - special repport N° 7, pp 3-1,3-36.

- Kedaid, FZ. , Rezig, M., 1990 : Etude de reconnaissance du Sud de l’Algérie. Rapport
interne, CDER.

- - Kedaid, FZ. , 1996 : Modélisation de la composition chimique des eaux thermales et


du transfert de chaleur région Bouhadjar (NE de l’Algérie). Thèse de Magister- Université
des sciences et de la technologie Houari Boumedienne -USTHB.

- Khairi S., 1983 : Le gradient géothermique et ses variations à Oued Mya. Un moyen pour
la découverte de l’huile. SH/Exploration.

- Klett T.R., 2000 : Total Petroleum Systems of the Illizi Province, Algeria and Libya—
Tanezzuft-Illizi. Bulletin U.S. Geological Survey 2202–A (2000), 79 p.:
http://greenwood.cr.usgs.gov/pub/bulletins/b2202–a/.

- Klett T.R., 2000 : Total Petroleum Systems of the Grand Erg/Ahnet Province, Algeria
and Morocco—The Tanezzuft-Timimoun, Tanezzuft-Ahnet, Tanezzuft-Sbaa, Tanezzuft-
Mouydir, Tanezzuft-Benoud, and Tanezzuft-Béchar/Abadla. Bulletin U.S. Geological
Survey 2202-B (2000), 144 p. :
http://greenwood.cr.usgs.gov/pub/bulletins/b2202-b/.

- Klett T.R., 2000 : Total Petroleum Systems of the Trias/Ghadames Province,


Algeria, Tunisia, and Libya—The Tanezzuft-Oued Mya, Tanezzuft-Melrhir, and
Tanezzuft-Ghadames. Bulletin U.S. Geological Survey 2202-C (2000), 118 p.:
http://greenwood.cr.usgs.gov/pub/bulletins/b2202-c/

- Khedraoui A., 2003 : Qualité des eaux et phénomène de leurs dégradation dans les oasis
algériens « «étude de cas ». Recueil des communications des journées techniques et
scientifiques sur la qualité des eaux du Sud – El Oued, 2003.

- Larbes A., 2003 : Le système aquifère du Sahara septentrional. Recueil des


Communications des journées techniques et scientifiques sur la qualité des
Eaux du Sud – Séminaire d’El Oued, 2003.

- Larbes A., 2003 : Le système aquifère du Sahara septentrional. Recueil des


Communications des journées techniques et scientifiques sur la qualité des
Eaux du Sud – El Oued, 2003.
- La vigne J., 1978 : La ressource géothermique France. Annales des mines.

- La vigne J. Marinelli, G., 1971 : L’énergie géothermique. Anales des mines, Vol. 0,
Num. 5, pp. 17, 24.

- Le Jeune J. M., 1980 : Faisabilité technique et économique de la géothermie basse


énergie en Europe. Rapport BRGM 80 SGN 826 et 227 GTH.

- L’encyclopédie Wikipidia, 2006 : Géothermie, retrouvé sur le site www.wikipidia.org

- Malla M. S., 1990 : Le gradient géothermique du bassin de Ghadamès. Rapport interne


SH/Exploration.

- Megdoud M., 2003 : Qualité des eaux du Sahara septentrional. Recueil des
Communications des journées techniques et scientifiques sur la qualité des
Eaux du Sud – El Oued, 2003.

- Mehdid A., 1988 : Les ressources en eau du Sahara algérien. Ministère de


l’hydraulique et des forets . Eau et sols d’Algérie N°1 1988, ANRH,.

- Garneau M. et Fauteux M. , 2006 : Geysers et sources thermales. Voir


(http://mendeleiev.cyberscol.qc.ca/chimisteri)

- Muffler L.J.P., Costain J. K. , foley d., Sammel E.A., Youngquist W. 1979: Nature
and distribution of geothermal energy. Revue Geothermal Ressources Counsil - Special
repport N° 7. pp. 1-3,1-13.

- Munk, F. 1963 : Méthodes géophysiques appliquées aux recherches hydrogéologiques.


Bull. BRGM, section 3 : Hydro. géolog. Ing.,Vol.3, Num 2, pp. 17, 22.

- Muse L., 1978 : Conditions économiques utilisation énergie géothermique


caractéristiques définissant potentiel géothermique Algérie Nord-Est, mise en œuvre
programme exploration. SH/Exploration / Dist-1.

- Thirriot, Cl., Gaudu R., 1975 : Le doublet hydrothermique dans les nappes souterraines.
Bull. BRGM, section 3: Hydro. géol. Ing., Vol. 3, Num 1, pp19, 24.

- Nations Unies, 1987 : Les eaux souterraines de l’Algérie Septentrional et


Occidental. Rapport.

- Oeltzschner H., 2003 : quelques remarques sur le phénomène de la remontée des


eaux dans le Souf. Recueil des Communications des journées techniques et
scientifiques sur la qualité des eaux du Sud – Séminaire d’El Oued, 2003.

- Olivet J. et al, 1976: Le chauffage géothermique. Les édit. de l’Ingénierie, 122 p.

- Ouali S., Bensbaa N., 1996 : Interprétation et évolution paléostructurale de la région de


Kerzaz. Mém. Ing., USTHB.
- Rezig, M., 1992 : Etude géothermique de l’extrémité Est de l’atlas saharien. Rapport
interne, CDER.

- Rezig, M., 1991 : Etude géothermique du Nord-Est de l’Algérie. DEA, Université des
sciences et des techniques du Languedoc (Montpellier).

- PNUD-UNESCO, 1972 : Etude des ressources en eau du Sahara Septentrional. Rapport

- PNUD- 1983 : Actualisation de l’étude des ressources en eau du Sahara Septentrional.


Rapport.

- Sai T, 1988 : Mise au point sur les possibilités géothermiques du Nord Est constantinois-
Synthèse bibliographique. Rapport SH/Exploration/Dist.2.

- Sai T, 1988 : Contribution à l’étude géothermique du nord est constantinois. Rapport


SH/Exploration/Dist-1.

- Symbiose – Communication - Environnement, 2002 : Atlas de l’environnement de


l’Algérie.

- Takherist, D., 1986 : Etude géothermique et gravimétrique dans les bassins sédimentaires
de l’Ahnet, du Mouydir et d’Illizi. DEA - Université des sciences et des techniques du
Languedoc (Montpellier)

- Takherist, D., 1990 : Structure crustale, subsidence mésozoïque et flux de chaleur dans
les bassins nord sahariens (Algérie) apport de la gravimétrie et des données de puits.
Thèse de doctorat- Académie de Montpellier.

- Taleb-Hacine, S., Smael Belkhedouma, F., 2000 : Etude hydrogéologique et


Hydrochimique de la région de Hassi Messaoud (Synthèse et vulnérabilité des nappes).
Mém. Ing., USTHB.

- Varet J., 1980 : Energie géothermique. Stockage de calories. Bull. BRGM, Section 3 :
Hydro. géol. Ing. Vol. 3, Num. 2, pp135,138

- Varet J., 1982 : Géothermie basse énergie. Usage direct de la chaleur. édition Masson.