Vous êtes sur la page 1sur 136

Fonds de formation professionnelle de la construction

CHAUFFAGE CENTRAL7.2

INSTALLATIONS AU GAZ

COMBUSTION ET APPAREILS
édition décembre 2015
MODULE 7: VOLUME 2
AVANT-PROPOS
COMBUSTION ET APPAREILS

AVANT-PROPOS

Situation
Le secteur de la construction, pilier de notre économie, est confronté constamment à un grand nombre de
défis. Parmi ceux-ci, le secteur veille à assurer la formation continue de la main-d’œuvre en activité dans la
construction.
Pour renforcer la réserve de main-d’œuvre qualifiée, Le Fonds de Formation professionnelle de la Construction,
le fvb-ffc Constructiv, porte une attention particulière à l’enseignement et à la formation des jeunes qui
choisissent une formation dans le domaine de la construction.
La formation tout au long de la vie des adultes demeure une nécessité parce que les techniques et les
matériaux changent de manière significative; une plus grande attention sera accordée aux dispositions relatives
à la sécurité et aux exigences liées à la « Construction durable ».
Par conséquent, le ffc, avec le soutien des organisations professionnelles, charge des équipes de rédaction
de manuels modulaires de formation. Ces manuels peuvent être complémentaires aux publications du CSTC.
Les équipes de rédaction peuvent varier selon le sujet, les experts sont généralement identifiés auprès des
opérateurs de formation et d’enseignement, ainsi que des professionnels du secteur en activités ou encore des
fabricants, pour être en lien avec la réalité actuelle dans le milieu professionnel.
Le résultat est un série de manuels modulaires, utilisable comme supports de cours à adapter selon les types
de formation et selon les groupes cibles. Ces supports didactiques sont également disponible en format
téléchargeable sur notre site www.fvb.constructiv.be

Spécifique
Les chapitres des modules traitant du gaz ont été rédigés en collaboration avec l’ARGB (Association Royale des
Gaziers Belges). Notre comité de rédaction se compose de personnes motivées issues de l’enseignement, de la
formation professionnelle et d’entreprises de chauffage.
Notre ouvrage de référence est constitué de différents modules et s’inspire du profil professionnel.
Ainsi, nous retrouvons des volumes axés sur l’exécution (monteurs), alors que d’autres chapitres sont orientés vers
l’entretien (techniciens) ou le développement de l’installation (installateurs). La structure actuelle en modules et
volumes se retrouve dans le classeur. Elle s’adapte aux besoins de la formation et à l’évolution des techniques.

Autonomie vis-à-vis de la formation


Cet ouvrage de référence est développé de façon à être accessible à différents groupes cibles.
Nous sommes partisans de la formation permanente: ce manuel pourra être consulté aussi bien par un élève
d’une école secondaire que par un apprenant en formation continue, par un demandeur d’emploi en formation
ou par un monteur de chauffage central désirant rester informé.
L’installateur qui veut se rappeler certaines techniques y trouvera lui aussi son compte.

Une approche intégrée


Pour éviter les redites, nous avons choisi de consacrer, dans quelques volumes, un chapitre particulier aux
sciences appliquées.
Nous essayerons d’intégrer le plus possible des thèmes tels que la sécurité, la santé et l’environnement.
Ceux-ci pourront néanmoins être abordés séparément, si nécessaire. Les normes et les publications du CSTC
seront traitées dans la même optique. L’installation durable sera intégrée dans les différents modules.

Natacha Jérouville,
Présidente fvb-ffc Constructiv
3
Rédaction
Coordination: Patrick Uten

Groupe de travail: Paul Adriaenssens


Inge De Saedeleir
Gustaaf Flamant
René Onkelinx
Jacques Rouseu
Chris De Deyne

Textes: Paul Adriaenssens


Gustaaf Flamant
Kurt Goolaerts
Tony Kempeneers
Bart Thomas
Patrick Uten
et les autres membres du groupe
de travail CERGA sous la direction de l’ARGB.

Dessins: Thomas De Jongh + ARGB

Remarques
Vous pouvez adresser toutes vos remarques, questions et suggestions au:
fvb-ffc Constructiv
Rue Royale 132/5
1000 Bruxelles
@ Fonds de Formation professionnelle Tel.: 02 210 03 33
de la Construction, Bruxelles, 2015 Fax: 02 210 03 99
Tous droits de reproduction, de traduction et ffc.constructiv.be
d’adaptation, sous quelque forme que ce soit,
réservés pour tous les pays. Le contenu des volumes est réparti de manière bien identifiable à
l’intention de 3 groupes: monteur (M), technicien (T) et installateur (I).
D/2012/1698/13
MODULE 7: VOLUME 2
1. Table des matières
COMBUSTION ET APPAREILS

1. TABLE DES MATIÈRES

1. TABLE DES MATIÈRES������������������������������������������� 5 4. CLASSIFICATION DES APPAREILS


2. L A COMBUSTION [TI]���������������������������������������������� 9 D’UTILISATION [TI]������������������������������������������������������������� 35
 éfinition�������������������������������������������������������������������������������� 9
2.1 D 4.1 Classification suivant les gaz susceptibles
2.2 Conditions
 pour la combustion d’être utilisés - Catégories���������������������������������������������������� 35
du gaz naturel������������������������������������������������������������������� 10  lassification des gaz�������������������������������������������������������������� 35
4.1.1 C
2.2.1 1 ère Exigence: mélanger le gaz et l’air 4.1.2 C atégories�������������������������������������������������������������������������������������� 36
intimement et en proportions convenables����������� 10  atégorie I������������������������������������������������������������������������������������� 36
4.1.3 C
2.2.2 2 ème Exigence : température  atégorie II������������������������������������������������������������������������������������ 37
4.1.4 C
d’inflammation correcte������������������������������������������������������ 12  ppareils d’utilisation à gaz admis en Belgique���� 38
4.1.5 A
2.3 Brûleurs��������������������������������������������������������������������������������������������������� 12  econversion������������������������������������������������������������������������������� 38
4.1.6 R
2.3.1 le brûleur atmosphérique��������������������������������������������������� 13 4.2 C lassification des appareils d’utilisation suivant
2.3.2 le brûleur à prémélange - brûleur prémix���������������� 14 la conception de l’arrivée d’air de combustion
2.3.3 le brûleur à air soufflé������������������������������������������������������������ 15 et (ou) de l’évacuation des produits de
2.4 Réactions chimiques de la combustion������������ 17 combustion - Types������������������������������������������������������39
2.4.1 L a quantité d’air théorique�������������������������������������������������� 17 4.2.1 Généralités���������������������������������������������������������������������39
2.4.2 C oefficient d’excès d’air ou 4.2.2 1er Code à lettres����������������������������������������������������������39
facteur d’air comburant�������������������������������������������������������� 18 4.2.3 C odes à chiffre��������������������������������������������������������������40
2.4.3 C ombustion théorique��������������������������������������������������������� 18 4.2.4 2ème Code à lettres������������������������������������������������������40
2.4.4 C ombustion complète avec excès d’air��������������������� 20  ppareil type A����������������������������������������������������������������� 41
4.3 A
2.4.5 C ombustion avec défaut d’air������������������������������������������ 20  ppareil type B������������������������������������������������������������������ 41
4.4 A
2.4.6 C ombustion incomplète������������������������������������������������������ 21 4.4.1 A ppareil type B1������������������������������������������������������������42
2.4.7 D angers du “CO”������������������������������������������������������������������������ 22 4.4.2 A ppareil type B2�����������������������������������������������������������42
2.4.8 C irconstances dans lesquelles la combustion 4.4.3 A ppareil type B3�����������������������������������������������������������43
est incomplète��������������������������������������������������������������������������� 23 4.4.4 A ppareil type B4�����������������������������������������������������������43
2.5 Types de flammes������������������������������������������������������������������������ 24 4.5 A
 ppareil type C�����������������������������������������������������������������44
2.5.1 F lamme bleue����������������������������������������������������������������������������� 24 4.5.1 A ppareil type C1�����������������������������������������������������������44
2.5.2 F lamme jaune����������������������������������������������������������������������������� 25 4.5.2 A ppareil type C2�����������������������������������������������������������45
2.5.3 L ongueur de la flamme�������������������������������������������������������� 26 4.5.3 A ppareil type C3�����������������������������������������������������������46
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS 4.5.4 A ppareil type C4����������������������������������������������������������� 47
4.5.5 A ppareil type C5�����������������������������������������������������������49
DE LA COMBUSTION [TI]���������������������������������������� 27 4.5.6 A ppareil type C6�����������������������������������������������������������50
3.1 Pouvoirs calorifiques����������������������������������������������������������������� 27 4.5.7 A ppareil type C7�����������������������������������������������������������50
3.1.1 Unités de chaleur����������������������������������������������������������������������� 27 4.5.8 A ppareil type C8�����������������������������������������������������������50
3.1.2 Vapeur d’eau / condensation�������������������������������������������� 28 4.5.9 A ppareil type C9 (précédemment C3*S)������������������ 52
3.2 Deux valeurs de pouvoir calorifique 4.6 Implantation [TI]��������������������������������������������������������������� 53
différentes�������������������������������������������������������������������������������������������� 29 4.7 Résumé���������������������������������������������������������������������������������� 53
3.3 Indice de Wobbe�������������������������������������������������������������������������� 31 4.8 Conclusion���������������������������������������������������������������������������54
3.4 Débit calorifique – Puissance utile -
Rendement����������������������������������������������������������������������������������������� 32

5
MODULE 7: VOLUME 2
1. Table des matières
COMBUSTION ET APPAREILS

5. DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ POUR


LES APPAREILS OUVERTS����������������������������55
5.1 C
 ontrôle d’atmosphère������������������������������������������������55
5.2 Dispositif de contrôle d’évacuation (TTB)��������56
6. RÉSUMÉ [MTI]�����������������������������������������������������������������59
7. É
 VACUATION DES PRODUITS
DE COMBUSTION, AMENÉE D’AIR
COMBURANT ET VENTILATION
DES APPAREILS À GAZ OUVERTS�����61
7.1 Généralités et normes�������������������������������������������������������������� 61
7.2 Explication��������������������������������������������������������������������������������������������62
8. A
 MENÉE D’AIR COMBURANT
ET VENTILATION DES ESPACES
D’INSTALLATION POURVUS
D’APPAREILS À GAZ OUVERTS������������63
8.1 Amenée d’air comburant�������������������������������������������63
 énéralités [MTI]�����������������������������������������������������������63
8.1.1 G
8.1.2 E spaces d’installation à pourvoir d’un orifice
d’amenée d’air [TI]�������������������������������������������������������63
8.1.3 E mplacement des orifices d’amenée d’air [TI]������65
8.1.4 S ection minimale des orifices d’amenée d’air et
des ouvertures de transfert [TI]��������������������������������66
8.1.5 A ppareil d’utilisation installé dans une cave [TI]��� 70
8.1.6 Amenée d’air comburant par un conduit [TI]��������� 71
8.2 Ventilation des espaces d’installation des
appareils d’utilisation [TI]�����������������������������������������������������73
8.2.1 G  énéralités�����������������������������������������������������������������������������������73
8.2.2 A  menée et évacuation naturelle – système A������73
8.2.3 V  entilation basse���������������������������������������������������������������������� 74
8.2.4 V  entilation haute��������������������������������������������������������������������� 74
8.2.5 V  entilation mécanique�������������������������������������������������������� 76
8.3 Prescriptions afin d’éviter des interactions
inadmissibles entre les dispositifs de
ventilation mécanique et les appareils
d’utilisation ouverts [TI]���������������������������������������������������������77
8.3.1 G  énéralités�����������������������������������������������������������������������������������77
8.3.2 A  menée mécanique et évacuation
naturelle – système B����������������������������������������������������������� 78
8.3.3 Amenée naturelle et évacuation mécanique
ou amenée et évacuation mécaniques�������������������� 79
8.3.4 H  otte de cuisine, sèche-linge et appareils
similaires comportant des systèmes
d’extraction vers l’extérieur�����������������������������������������������83

6
MODULE 7: VOLUME 2
1. Table des matières
COMBUSTION ET APPAREILS

9. É
 VACUATION DES PRODUITS 10 C
 ONDITIONS D’UTILISATION,
DE COMBUSTION���������������������������������������������������������������85 PLACEMENT, REMPLACEMENT,
9.1 Généralités [TI]���������������������������������������������������������������������������������85 CAS PARTICULIERS ET MISE EN
9.2 Évacuation par tirage naturel des produits SERVICE DES APPAREILS
de combustion des appareils de type B��������������86 D’UTILISATION [TI]����������������������������������������������������������121
9.2.1 Exigences de matériaux pour les conduits
10.1 Conditions d’utilisation���������������������������������������������������� 121
de raccordement et d’évacuation [TI]��������������������������86
 lacement d’appareils d’utilisation de type B�� 121
10.1.1 P
9.2.2 Choix des conduits de raccordement et
 lacement d’un chauffe-eau de type A1AS��������� 121
10.1.2 P
d’évacuation���������������������������������������������������������������������������������88
 lacement d’un appareil de type A ou B
10.1.3 P
9.2.3 Choix du matériau��������������������������������������������������������������������89
dans une armoire�������������������������������������������������������������� 122
9.2.4 Conduit d’évacuation�������������������������������������������������������������90
9.2.5 Mise en œuvre du conduit d’évacuation [TI]���������� 92
10.2 Placement des appareils d’utilisation [TI]���� 122
9.2.6 Sécurité incendie���������������������������������������������������������������������� 92
 énéralités���������������������������������������������������������������������������� 122
10.2.1 G
9.2.7 Mise en œuvre du conduit d’évacuation intégré�95
10.2.2 A ppareils reprenant plusieurs indications de
types����������������������������������������������������������������������������������������� 123
9.3 C onditions particulières pour la mise en œuvre
d’un conduit d’évacuation autonome [TI]����� 101 10.3 E spaces d’installation pour chaudières de
chauffage central à circuit de combustion
9.4 C
 onditions particulières pour le tubage non étanche�����������������������������������������������������������������123
d’un conduit d’évacuation existant [TI]������������ 102  haudières de chauffage central avec une
10.3.1 C
 énéralités������������������������������������������������������������������������������� 102
9.4.1 G
puissance nominale totale installée ≤ 30 kW�� 123
9.4.2 P oser un tubage������������������������������������������������������������������� 102 10.3.2 Chaudières de chauffage central avec
9.4.3 T ubage au moyen d’un tube métallique
une puissance nominale totale installée
flexible���������������������������������������������������������������������������������������� 103
> 30 kW mais < 70 kW��������������������������������������������������� 124
9.4.4 T ubage au moyen de tubes métalliques
rigides����������������������������������������������������������������������������������������� 104
10.4 Remplacement d’un appareil dans
9.4.5 T ubage au moyen de tubes en matière
un bâtiment existant [TI]������������������������������������������������ 125
synthétique����������������������������������������������������������������������������� 105 10.5 Cas particuliers�������������������������������������������������������������������������� 126
9.4.6 C onduit de raccordement��������������������������������������������� 106 10.6 Mise enservice [TI]����������������������������������������������������������������� 126
9.4.7 E xécution du conduit de raccordement�������������� 106 10.7 Résumé [MTI]������������������������������������������������������������������������������� 127
9.4.8 R accordement au conduit d’évacuation���������������110
9.4.9 G énéralités [MTI]�������������������������������������������������������������������110 11 LES APPAREILS À GAZ ÉTANCHES:
9.4.10 A  ppareils équipés d’un conduit ÉVACUATION DES PRODUITS DE
de sortie vertical [MTI]����������������������������������������������������� 111 COMBUSTION ET AMENÉE D’AIR
9.4.11 R  accordement de plusieurs appareils de type
B11BS à un conduit d’évacuation collectif [TI]����� 112
COMBURANT������������������������������������������������������������������������ 129
9.5 Évacuation mécanique des produits de 12 V ENTILATION DES ESPACES
combustion des appareils de type B [TI]���������118 D’INSTALLATION POUR
9.5.1 É vacuation mécanique des produits de CHAUDIÈRES DE CHAUFFAGE
combustion dans un immeuble sans
ventilation mécanique contrôlée�������������������������������118
CENTRAL À CIRCUIT DE
9.5.2 Évacuation mécanique des produits de COMBUSTION ÉTANCHE [TI]�������������������131
combustion dans un immeuble avec
13 S ÉCURITÉ INCENDIE DES
ventilation mécanique contrôlée������������������������������ 120
APPAREILS ETANCHES [TI]������������������������� 133

7
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2. LA COMBUSTION [TI]

2.1 Définition

La combustion est la réaction chimique exothermique, à


haute température, des constituants d’un combustible avec
de l’oxygène, puisé généralement dans l’air atmosphérique (air
comburant).

Elle permet, comme indiqué ci-dessus, le dégagement de chaleur


qui peut être utilisée. Ce dégagement de chaleur peut être lent en
présence d’un catalyseur ou rapide avec formation d’une flamme.

Les gaz naturels sont composés en grande partie d’hydrocarbures


légers dont le méthane est l’élément prédominant (formule
chimique CH4)(1).
Les hydrocarbures sont formés des éléments carbone (symbole: C)
et hydrogène (symbole H).

Le comburant est généralement de l’air atmosphérique.

On considérera l’air sec composé uniquement d’oxygène et d’azote


avec les concentrations volumétriques de 21% pour l’oxygène et 79%
pour l’azote.
Symboles chimiques:
• oxygène O2 – 21%
• azote N2 – 79%

Ce n’est que l’oxygène qui oxyde les hydrocarbures contenus dans


les combustibles gazeux – l’oxygène s’attache au carbone et à
l’hydrogène pendant la réaction chimique en formant des nouvelles
matières, CO2 (dioxyde de carbone) et H2O (eau).

L’azote quant à lui ne participe pas à la combustion et se retrouve


intégralement dans les produits de combustion.

1 m³n air = 0,21 m³n O2+ 0,79 m³n N2

ou

→ on a besoin de 4,76 m3n d’air pour avoir 1 m3n de O2

(1) Voir aussi le manuel “Canalisations de gaz naturel” 9


MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2.2 C
 onditions pour la combustion du gaz
naturel

Deux conditions doivent être réalisées :

• un mélange le plus intime possible et en proportions


convenables entre le gaz naturel et l’oxygène (de l’air
atmosphérique);
• une température minimum d’amorçage de la combustion
appelée température d’inflammabilité.

2.2.1 1 ère Exigence: mélanger le gaz et l’air intimement


et en proportions convenables
Comme le combustible et l’air comburant sont tous les deux
gazeux, il est aisé au niveau d’un brûleur à gaz de réaliser un très
bon brassage des deux éléments et d’obtenir ainsi un contact intime
entre les molécules de gaz et celles de l’oxygène – au niveau des
orifices de sortie à la tête du brûleur (cf. § 2.3.).

Un mélange quelconque gaz/air ne s’enflammera pas forcément.

La combustion ne peut s’amorcer et s’entretenir que si la


concentration en volume de gaz combustible dans le mélange
est comprise entre deux limites appelées limites d’inflammabilité:

• la limite inférieure correspond à un mélange pauvre,


caractérisé par une faible teneur en gaz naturel, nommée LEL
(Low Explosion Limit);
• la limite supérieure correspond à un mélange riche caractérisé
par une teneur en gaz naturel plus élevée que la précédente.

10
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Mélange Mélange Mélange


trop pauvre inflammable trop riche

0% 5% 15% 100 %
gaz gaz
naturel Limites d'inflammabilité du gaz naturel naurel
(à une température ambiante de 20°C)

A une température ambiante de 20°C un mélange d’air et de gaz


naturel est inflammable si la proportion de méthane se trouve
comprise entre 5 et 15% dans ce mélange.

Les limites d’inflammabilité dépendent:


• de la nature du gaz naturel (gaz L ou gaz H);
• de la température du mélange air/gaz naturel;
• de la présence de certains gaz inertes dans le mélange (p.ex. une
augmentation des concentrations de N2 et CO2 diminuent les
limites d’inflammabilité);
• de la concentration de O2 dans l’air comburant (une
augmentation de la concentration de O2 augmente les limites).

En dehors de ces limites (mélange trop pauvre ou trop riche), le mélange


ne peut être enflammé.

ATTENTION
Dans un espace fermé les concentrations air/gaz peuvent
changer très vite et de façon inattendue par ex., une quantité
d’air peut affluer par une porte qui s’ouvre: si avant on avait un
mélange trop riche (avec une concentration plus haute que la limite
supérieure donc sans risque d’inflammation), on se trouve soudain
dans des conditions d’inflammabilité.

Le gaz naturel, étant plus léger que l’air, on peut avoir des
concentrations très variées dans un espace fermé – la concentration
au niveau du sol sera beaucoup plus faible en gaz naturel qu’au
niveau du plafond.

11
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2.2.2 2 ème Exigence : température d’inflammation


correcte
La combustion s’amorce dès qu’un point du mélange intime est
porté à une température supérieure à la température d’inflammation.

Après que les molécules du combustible et de l’air comburant ont


été activées, la réaction en chaîne démarre. Elle se poursuit jusqu’au
moment où toutes les particules air/gaz sont consommées.

L’énergie d’allumage minimale pour le gaz naturel est 0,4 mJ


(millijoule) – par ex., une étincelle, l’électricité statique, une flamme,
du matériel électrique impropre à des atmosphères explosifs (du
matériel électrique propre à des ATmosphères EXplosifs = du
matériel ATEX).

Pour la comparaison, l’énergie d’allumage minimale de:


• l’hydrogène : 0,02 mJ
• propane : 0,3 mJ

La valeur minimale de cette température est appelée température


d’inflammation.
La température d’inflammation n’est pas la même pour tous les gaz;
elle varie, dans une mesure assez large, d’un gaz à l’autre.

Le méthane dans l’air s’enflamme à environ 540 °C pour un mélange


dans lequel la quantité d’air est celle théoriquement nécessaire
pour obtenir une combustion complète; le gaz naturel à 650 °C,
l’hydrogène à 400 °C, le propane à 450 °C et le butane à 405 °C.

A une température supérieure à 800°C, le mélange s’enflamme


automatiquement quelle que soit la concentration de méthane,
l’on parle alors d’une auto-inflammation.

2.3 Brûleurs

De quelle manière peut-on obtenir un mélange gaz/air homogène


dans des proportions voulues et comment le faire brûler d’une façon
contrôlée.
Divers brûleurs existent à cet effet.

Les principaux types de brûleurs sont:


• le brûleur ATMOSPHÉRIQUE
• le brûleur A PRÉMELANGE ou BRÛLEUR PRÉMIX
• le brûleur A AIR SOUFFLE

12
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2.3.1 Le brûleur atmosphérique


Chaque rampe d’un brûleur atmosphérique est constituée:
• d’un injecteur;
• d’un tube de mélange (venturi);
• d’une prise d’air primaire;
• d’un mélangeur;
• d’une tête de brûleur avec des différentes formes d’orifices de
sortie.

Dans le venturi, l’énergie cinétique du flux gazeux qui sort de


l’injecteur aspire l’air primaire qui se mélange intimement au gaz
dans le mélangeur.
Au moment où ce mélange air/gaz passe à travers les orifices
de combustion il est enflammé; il trouve dans l’environnement
le complément d’oxygène nécessaire pour sa bonne combustion;
cet oxygène est puisé dans l’air ambiant que l’on qualifie d’air
secondaire.

Un brûleur est souvent constitué d’une nourrice de distribution de


gaz et de plusieurs rampes de brûleurs. Le nombre de rampes et
leur dimension déterminent la puissance nominale de l’appareil.

Orifice de
Injecteur combustion

Venturi Air
Mélangeur secondaire

Orifice d'aspiration d'air primaire

13
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Composition et principe d’n brûleur atmosphérique

2.3.2 Le brûleur à prémélange – brûleur prémix


L’AIR nécessaire à la combustion, est amené par un ventilateur placé
en amont de la combustion.
LE GAZ est aspiré par le ventilateur et est mélangé avec la quantité
totale d’air nécessaire pour la combustion.

→ Le brûleur est donc ‘prémélangé’.

LE MÉLANGE AIR/GAZ est ensuite soufflé à travers la surface


d’accrochage et allumé à l’aide d’une étincelle électronique. La
flamme se développe sur la surface d’accrochage. Cette surface
peut être en acier inoxydable avec des découpes adéquates, en fils
d’acier tressés ou en céramique. Dans ce dernier cas, le brûleur est
fortement rayonnant par l’incandescence de la partie céramique.

14
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS
PRINCIPE VAN EEN PREMIX- BRANDER

Schéma du principe d’un brûleur prémix

Les avantages de ce genre de brûleur sont:

• l’air total nécessaire à la combustion est pratiquement


entièrement induit par le ventilateur;
• il est possible d’obtenir une combustion complète grâce au
contrôle du rapport quasi stoechiométrique gaz/air;
• l’utilisation de la micro-électronique permet de garder un
rapport gaz/air parfait quelle que soit la charge thermique
demandée;
• une puissance spécifique de chauffe (kW/cm²) élevée;
• il est possible d’arriver à de très faibles teneurs en NOx dans les
produits de combustion grâce à une température de flamme
moins élevée.

2.3.3 Le brûleur à air soufflé


L’air comburant nécessaire est amené ici aussi par un ventilateur. A ce
moment, Il n’y a toutefois pas de mélange préalable du gaz et de
l’air comburant.
Le gaz et l’air comburant sont amenés séparément dans la
zone de combustion où un mécanisme d’allumage et de sécurité
assurent un rapport correct gaz/air et un allumage de ce mélange.
La combustion s’effectue dans un espace de combustion fermé.
L’ensemble de l’appareillage et accessoires est appelé une ligne gaz.

15
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Schéma du principe d’un brûleur à air soufflé

Photo d’une chaudière avec un brûleur à air soufflé

16
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2.4 Réactions chimiques de la combustion

Comme déjà mentionné auparavant les éléments combustibles


constituent principalement une gamme d’hydrocarbures
débutant par le méthane (= CH4, un seul atome de carbone
seulement) et s’étendant à des chaînes carbonées comprenant
plusieurs atomes de carbone (éthane = C2H6, propane = C3H8,
butane C4H10,...).

Les éléments inactifs ou inertes comme le N2 et le CO2 qui


peuvent être contenus dans les gaz naturels ne participent pas à la
combustion.

2.4.1 La quantité d’air théorique


On appelle quantité d’air théorique la quantité d’air nécessaire et
suffisante pour assurer la combustion théorique complète de l’unité
de quantité de combustible (air stoechiométrique) → la quantité
d’air exacte nécessaire pour la combustion de toutes les particules
combustibles du gaz naturel.

Une combustion réalisée dans de telles conditions est appelée


“combustion stoechiométrique”.

Pour les combustibles gazeux, l’air stoechiométrique est exprimé en


m³n air par m³n de gaz.

• Pour le gaz “L” : 8,8 m3n air/m3n de gaz naturel (valeur moyenne)
• Pour le gaz “H” : 9,7 m3n air/m3n de gaz naturel (valeur moyenne)

→ CONDITIONS OPTIMALES
Pour obtenir une combustion optimale de 1 m3n de gaz H de la mer
du Nord, il faut 9,7 m3n d’air sec et une température de 650°C.
Quelle est la quantité en % de gaz naturel dans le mélange gaz/air?

1 m3
→ % gaz = x 100 % = 9,3 %
1 m 3 + 9,7 m 3

MÉLANGE MÉLANGE MÉLANGE


TROP PAUVRE INFLAMMABLE TROP RICHE

5% 15%
0% 100 %
gaz gaz
9,3% combustion optimale

17
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

En pratique on constate qu’une combustion théorique est


impossible – des petits défauts dans la construction du brûleur
peuvent donner lieu à un défaut d’air.

En pratique on utilise une quantité d’air réelle plus grande


que la théorique; on peut définir ainsi un paramètre important : le
coefficient d’excès d’air appelé encore facteur d’air comburant.

2.4.2 Coefficient d’excès d’air ou facteur d’air comburant


On appelle COEFFICIENT D’EXCÈS D’AIR OU FACTEUR D’AIR
COMBURANT, le rapport entre la quantité d’air réellement utilisée
pour la combustion et la quantité d’air théoriquement nécessaire
pour réaliser la combustion théorique complète. Son symbole est
« λ » et sa valeur se calcule par la formule suivante :


λ= quantité d’air réellement utilisée (en m³n)
quantité d’air théoriquement nécessaire (en m³n)

Dans le cas d’une combustion stoechiométrique, λ vaut 1.

2.4.3 Combustion théorique

CH4 + 2O2 → CO2 + 2H2O + chaleur


→ Lors de la combustion théorique se produisent:

• LA CHALEUR;
• LES PRODUITS DE COMBUSTION:
H2O: l’eau sous forme de vapeur;
CO2: dioxyde de carbone.

7,7
+ mn3
chaleur azote
9,7 mn3 (N2)
1 mn3 air sec
gaz + (21% O2
naturel 79% N2) + 1 mn3
(CH4) CO2

2 mn3
+
vapeur d'eau
(H2O)

18
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

→ Produits de combustion secs


Produits de combustion secs : volume total des produits de
combustion produit lors de la combustion de 1 m3n de gaz naturel et
d’où toute la vapeur d’eau formée est extraite.

Pour comparaison, le tableau 1 reprend quelques caractéristiques des


produits de combustion secs qui se forment lors d’une combustion
stoechiométrique de 1 m3n de différents gaz combustibles.

Tableau 1 – Aperçu des produits de combustion qui sont formés lors


de la combustion de 1 m³n de gaz naturel, de propane et de butane

Gaz CO2 CO2 comme % des produits N2 Vapeur d’eau


1 m³n m³n de combustion sec m³n m³n
Gaz naturel
(type L – Slochteren) 0,96 11,9 7,09 1,83
Gaz naturel
(type H – Mer du Nord) 1,06 12,1 7,71 1,99
Gaz naturel
(type H – Qatar)
1,11 12,0 8,15 2,10
Propane
(pur)
3 13,9 18,66 3,02
Butane
(pur)
4 14,1 24,36 3,87

REMARQUE
L’unique substance polluante significative qui se dégage lors de la
combustion de gaz naturel est le NOx.

On entend par NOx, une collection de différents oxydes d’azote


(essentiellement NO – monoxyde d’azote - et NO2 – dioxyde d’azote).
Ces oxydes d’azote (combinaisons d’azote avec l’oxygène) se
forment au cours d’une combustion de tous combustibles fossiles.

Comme le gaz naturel par nature ne comprend pas d’azote, la


quantité de NOx produite est considérablement plus faible que pour
d’autres combustibles (voir aussi l’annexe au sujet des appareils HR+
et HR-TOP). Le NOx provoque la formation d’ozone (smog) au niveau
du sol et contribue à la formation «de la pluie acide».
La circulation routière est responsable pour plus de 50% de
production de NOx.

La présence de NOx dans les produits de combustion se forme


par de très hautes températures.

L’émission de NOx peut être réduite en ramenant les produits de


combustion relativement froids jusqu’à la combustion primaire ce
qui entraine le refroidissement de la flamme et une production
de NOx plus basse. Les brûleurs à rayonnement, caractérisés par la
diffusion de rayonnement de chaleur par le lit de brûleur (p.ex. les
fibres métalliques ou les matériels céramiques) sont un exemple de
brûleurs à basse production de NOx- (voir aussi § 2.5.).

19
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

En Belgique, le gaz naturel distribué comprend seulement


quelques traces de soufre, nécessaires pour lui donner une
odeur spécifique. Lors de sa combustion, ceci laisse des traces
extrêmement petites de SOx (combinaison de soufre avec l’oxygène).

2.4.4 Combustion complète avec excès d’air


Il s’agit bien de la combustion complète d’un m3n de gaz naturel
au moyen d’une quantité d’air supérieure à la quantité d’air
théoriquement nécessaire (n plus grand que 1) donc avec excès
d’air.

→ Les produits de réaction sont constitués de CO2, H2O (vapeur


d’eau), N2 (l’azote) et O2 (l’oxygène). On y observe une présence
d’oxygène qui n’a pas été consommé lors de la réaction puisque l’air
est en excès; la quantité excédentaire est un diluant.

On doit veiller à ne pas trop augmenter l’excès d’air car l’air


en surplus ne participe pas à la combustion mais est quand
même chauffé avant de partir dans le conduit d’évacuation. En
conséquence une quantité de chaleur est perdue.

En pratique, il y a lieu d’assurer une combustion complète avec


le moins possible d’air en excès.

2.4.5 Combustion avec défaut d’air


Il s’agit bien de la combustion d’un m3n de gaz naturel au moyen
d’une quantité d’air inférieure à la quantité d’air théoriquement
nécessaire donc avec défaut d’air (n plus petit que 1).

La quantité d’oxygène disponible dans l’air comburant est


insuffisante pour que la combustion de tous les hydrocarbures soit
complète.

→ Les produits de combustion contiennent du CO2, H2O (vapeur


d’eau), N2 (l’azote) mais aussi de l’H2 (l’hydrogène) et du CO (l’oxyde
de carbone), parfois même du carbone (C) et des hydrocarbures
CH4 = méthane) non brûlés.

On observe une absence totale d’oxygène dans les produits


de combustion; en effet, il a été complètement et intégralement
consommé.

20
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

ATTENTION : ce phénomène peut aussi se produire si la


concentration d’oxygène dans l’air diminue – le CO peut se former à
partir d’une teneur en oxygène de 19% (normalement 21%).

azote (N2)
+
CO2
+

chaleur 2 m3
vapeur d'eau
< 9,7 mn3 + (H2O)
1 mn3 gaz
naturel + air
(méthane (21% O2 hydrogène
CH4) + (H2)
79% N2)

+ méthane (CH4)

+ monoxyde de carbone (CO)

+ carbone / suie (C)

2.4.6 Combustion incomplète


Si les produits de combustion contiennent SIMULTANÉMENT
des hydrocarbures non brûlés, CO (l’oxyde de carbone), H2
(l’hydrogène) et O2 (l’oxygène), on a une combustion incomplète.

La combustion peut donc être incomplète, même si le gaz et l’air


(l’oxygène) sont présents en quantité suffisante pour avoir une
combustion complète.

Il suffit, à titre d’exemple, de la présence d’une paroi froide près


des réactifs pour inhiber la combustion. De manière générale, la
combustion incomplète résulte d’un mauvais fonctionnement ou
d’une mauvaise conception des brûleurs ou de l’installation.

21
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

+ azote (N2)

+ CO2

2 m3
chaleur + vapeur d'eau
(H2O)
1 mn3 gaz air
+
hydrogène
naturel + (21% O2 (H2)
(méthane 79% N2)
CH4)
+ méthane (CH4)

+ monoxyde de carbone (CO)

+
carbone / suie (C)

+ oxygène (O2)

2.4.7 Dangers du “CO”


Le monoxyde de carbone (CO) se forme en cas de combustion avec
défaut d’air ou de combustion incomplète.

Le CO est un gaz très toxique, il est inodore, incolore et sans


goût.

Il passe dans le sang en passant par les poumons, se fixe sur


l’hémoglobine à la place de l’oxygène et empêche le transport de
celui-ci jusqu’aux cellules.
Le cerveau est la première partie du corps qui réagit à ce
manque d’oxygène. Par conséquent les symptômes primaires
seront: mal de tête, vomissements et étourdissement. Une exposition
prolongée peut mener à l’évanouissement et à la mort.
Le CO, qui est dans le sang est libéré très lentement en passant par
les poumons. Des concentrations considérables doivent être libérées
le plus vite possible dans un “caisson” avec de l’oxygène sous pression
afin de limiter les conséquences de l’intoxication notamment au
niveau du cerveau.

22
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2.4.8 Circonstances dans lesquelles la combustion est


incomplète
Une combustion incomplète avec formation de CO peut être
provoquée dans un appareil à combustion ouvert par entre autres:

• pas assez d’air frais pour la combustion dans l’espace


d’installation de l’appareil;
• pas assez d’air comburant au niveau des orifices d’aspiration d’air
primaire d’un appareil atmosphérique;
• mauvaise construction ou mauvais réglage du brûleur;
• échangeur de chaleur encrassé ou obturé;
• mauvaise évacuation des produits de combustion;
• utilisation non autorisée de l’appareil (par exemple cuisinière
utilisée comme moyen de chauffage du local, chauffe-eau 5 l/
min type A utilisé pour remplir une baignoire,…);
• dépression dans l’espace causée par des moyens mécaniques
(par exemple hotte d’extraction puissante, sèche-linge avec
évacuation, …).

23
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2.5 Types de flammes

Selon la quantité d’air primaire ajouté au gaz, nous avons un


certain type de combustion - avec excès d’air, manque d’air ou
combustion incomplète. Chacun de ces types se traduit par une
couleur spécifique de la flamme.

2.5.1 Flamme bleue


Le brûleur dans lequel l’air est prémélangé (l’air primaire) au gaz en
amont de l’orifice de combustion est appelé brûleur à prémélange
ou brûleur à flamme bleue. C’est le type de brûleur que l’on
rencontre dans les applications domestiques.

La flamme brûlant à la tête du brûleur se présente sous la


forme d’un cône bleu-vert entouré d’une zone moins colorée. La
longueur et la forme de ce cône bleu-vert dépend de la quantité
d’air primaire; il représente le front des flammes. Si la quantité d’air
primaire augmente, le cône bleu se raccourcit et devient violet. La
flamme devient bruyante et a tendance à décoller du brûleur.

AIR
SECONDAIRE  

AIR
PRIMAIRE

GAZ

24
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

2.5.2 Flamme jaune


Le brûleur sans prémélange - PAS D’AIR PRIMAIRE - est aussi
connu sous le nom de brûleur à diffusion, une partie importante
de l’air de combustion entre directement dans la flamme par
diffusion.

La coloration de la flamme est due à la présence dans le panache


de particules de carbone non encore brûlées. S’il y a assez d’air
“direct” autour de la flamme, il n’y a pas de formation de CO.

Si au contraire une flamme jaune est formée dans un brûleur à


prémélange dans un appareil et qu’il y manque d’air secondaire
dans la chambre de combustion, cela indique la présence de CO
dans les produits de combustion, par ex., dans la chambre de
combustion d’un chauffe-eau dont le corps de chauffe s’est encrassé.

AIR
SECONDAIRE  

MANQUE D'AIR
PRIMAIRE

DÉPÔT DE POUSSIÈRE
GAZ

25
MODULE 7: VOLUME 2
2. LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Flammes gaz variant du jaune au bleu

1 et 2 flamme par une combustion incomplète


3 flamme par une combustion quasi complète
4 flamme par une combustion complète

2.5.3 Longueur de la flamme


La dimension de la flamme est logiquement fonction des facteurs qui
régissent la vitesse de la combustion.

→ fonction du :
• mélange d’air/gaz;
• taux d’aération primaire;
• prémélange et la perfection de ce mélange;
• postmélange avec de l’air secondaire aux orifices du brûleur.

La stabilité de la flamme aux orifices du brûleur est déterminée


par l’équilibre entre:
• la vitesse de propagation de la flamme;
• la vitesse d’écoulement du mélange air/gaz.

En cas de déséquilibre entre ces deux facteurs, la flamme peut


rentrer dans l’orifice ou décoller de l’orifice.

26
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

3. C
 HALEUR DÉGAGÉE LORS DE
LA COMBUSTION [TI]

3.1 Pouvoirs calorifiques

3.1.1 Unités de chaleur


L’unité internationale (unité SI) pour toutes les formes d’énergie
et par conséquent aussi pour “la quantité de chaleur” est le JOULE.
• Symbole : J
• Unité dérivée : Mégajoule (MJ) ou 1.000.000 J
(Ancienne unité: la calorie – symbole: cal – 1 kcal = 4,186 kJ).

Si on veut maintenant exprimer la quantité de chaleur ou d’énergie


qu’un brûleur ou un appareil peut dégager, on parle de la production
de chaleur par unité de temps ou de la PUISSANCE.
• Unité: Joule par seconde (symbole: J/s) ou WATT (symbole: W)

NOTE: sur des appareils plus anciens, la puissance est parfois encore
exprimée en kcal/h (kilocalorie par heure); 1 kW = 860 kcal/h

→ 1 W = 1 J/s unité dérivée: 1 kW = 1000 W.


→ 1 kWh = 3,6 MJ
→ 1 MJ = 0,2778 kWh

La puissance des appareils est exprimée en kW.

L’unité pour le pouvoir calorifique est (dérivée de la définition ci-


après):
MJ par m3n ou MJ/m3n (m3n = m³ normale à 0°C et 1013 mbar,
parce qu’il faut comparer les différents combustibles dans les mêmes
conditions de pression et de température )(2)

Unité dérivée: kWh/m3n

(2) Voir aussi : module 7, chapitre 1 : canalisations de gaz naturel

27
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

3.1.2 Vapeur d’eau / condensation


L’eau “chimique” produite lors de la combustion est directement
transformée en vapeur par la chaleur de cette combustion. Cette
vapeur est évacuée en même temps que les autres produits de
combustion à l’extérieur du bâtiment par le conduit d’évacuation. La
chaleur qui se trouve dans cette vapeur est ainsi perdue. On l’appelle
chaleur de condensation ou chaleur latente d’évaporation.

Seuls les appareils à condensation utilisent cette chaleur


de condensation de façon utile. Lors de l’extraction de cette
chaleur dans un échangeur, la vapeur d’eau se condensera et se
transformera en eau. La température à la laquelle ce processus
est effectué, s’appelle le point de rosée ou la température de
condensation.
La vapeur se refroidit au-dessous du point de condensation (point
de rosée) et est transformée en état liquide (de l’eau).

Par exemple: une chaudière à condensation produit environ 1,5 à 2


litres d’eau par m³n de gaz naturel consommé.

Le point de condensation est fonction:


• du combustible (p.ex. point de rosée de 59°C pour le gaz naturel,
54°C pour les gaz de pétrole liquéfiés);
• de la quantité d’air dans les produits de combustion (un
excès d’air important ou un ajout d’air de dilution au coupe-
tirage antirefouleur abaisse le point de condensation);
• la pression et la composition de l’air comburant.

28
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

3.2 Deux valeurs de pouvoir calorifique


différentes

LE POUVOIR CALORIFIQUE SUPÉRIEUR - Hs

C’est la quantité de chaleur que peut dégager la combustion


complète de l’unité de quantité de gaz sec, si les produits de
combustion sont ramenés à la température de 0°C, température
initiale des réactifs.

L’eau “chimique” formée lors de la combustion est ramené à


l’état liquide.

­
LE POUVOIR CALORIFIQUE INFÉRIEUR – Hi

C’est la quantité de chaleur que peut dégager la combustion


complète de l’unité de quantité de gaz sec, si les produits de
combustion sont ramenés à la température de 0°C, température
initiale des réactifs.
L’eau “chimique” formée lors de la combustion reste à l’état de
vapeur.
La quantité de chaleur pour maintenir l’eau à l’état de vapeur, n’est
pas utilisée.

Suivant les conditions internationales de référence, les mesures


effectuées dans les conditions réelles sont ramenées aux
conditions de référence :
• pression absolue de 1013 mbar;
• température de 273,15 K (0°C).

La différence existant entre le pouvoir calorifique supérieur et


le pouvoir calorifique inférieur est la quantité de chaleur de
condensation ou latente de vaporisation de vapeur d’eau
“chimique” formée lors de la combustion. A 273,15 K (0°C) cette
différence est de 2.501,6 kJ/kg.

Hs = Hi + chaleur de condensation (chaleur latente d’évaporation)

Exemples:
Le tableau 2 donne les valeurs moyennes de Hs et Hi pour différents
gaz combustible, les valeurs étant ramenées aux conditions de
référence (0°C, 1013mbar).

29
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Tableau 2 - Pouvoirs calorifiques supérieurs et inférieurs de quelques


gaz (valeurs moyennes de 2006)

GAZ POUVOIR CALORIFIQUE SUPERIEUR (H ) POUVOIR CALORIFIQUE INFERIEUR (H )


s i
kWh/m³ kWh/m³
n n

Labo –gaz G20


11,07 9,97
(méthane pur)

Gaz L (Slochteren) 10,32 9,32

Gaz H (Mer du Nord) 11,53 10,41

Propane 28,11 26,00

Butane 37,14 34,34

Exercice:

Quelle est la différence exprimée en pourcentage entre le


pouvoir calorifique supérieur et inférieur?

Prenons le pouvoir calorifique inférieur comme 100 %. Le pouvoir


calorique supérieur est alors:

100 x 10,32
pour le gaz L = = 110, 73 %
9,32

100 x 11,53
pour le gaz H = = 110, 76 %
10,41

→ Le pouvoir calorifique supérieur est presque 11 % supérieur au


pouvoir calorifique inférieur.

30
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

3.3 Indice de Wobbe

L’indice de Wobbe est une mesure de la quantité d’énergie


qui peut être fournie à l’injecteur d’un brûleur par le gaz
combustible.

Les gaz naturels distribués en Belgique proviennent de plusieurs


sources; ils ont de ce fait des compositions, densités et pouvoirs
calorifiques différents.
La quantité d’énergie qui est fournie au brûleur d’un appareil varie
donc pour les différents gaz combustibles. Le mélange de ces gaz
varie en plus dans le temps.
Le débit calorifique, étant la quantité d’énergie fournie par
unité de temps, doit rester la plus constante possible et les
brûleurs doivent être conçus de telle façon qu’ils aient encore une
combustion hygiénique lors des fluctuations du débit calorifique.

→ Le fournisseur de gaz doit maintenir l’indice de Wobbe du gaz


livré dans des limites établies contractuellement – limites pour
le gaz L et H.

14,96 kWh/mn3

gaz "H" (Mer du Nord)


gaz naturel "riche"
INDICE DE 12,94 kWh/mn3
WOBBE

12,35 kWh/mn3

gaz "L" (Pays-Bas)


gaz naturel "pauvre"
11,56 kWh/mn3

31
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

3.4 Débit calorifique – Puissance utile


- Rendement

Le DÉBIT CALORIFIQUE (INPUT) est la quantité d’énergie fournie par


le gaz par unité de temps au brûleur de l’appareil d’utilisation.
• symbole : Qn
• Unité: débit gaz (m3n/h x Hi (kW/m3n) = kW

Ci-dessus une autre unité a déjà été donnée pour cette quantité
d’énergie fournie, à savoir l’indice de Wobbe.
Quel est le lien entre débit calorifique et l’indice de Wobbe?

• débit calorifique (kW) = débit du volume (m3n /h) x Pouvoir


calorifique (kWh/m3)

• étant donné que le débit du volume est proportionnel à la racine


carrée de la pression relative du gaz et que l’indice de Wobbe est
proportionnel au pouvoir calorifique, on peut écrire :
débit calorifique = constante x indice de Wobbe x √pression
relative

Application : comparaison du débit calorifique d’un gaz déterminé


à différentes pressions relatives par ex. à 20 mbar et 25 mbar; la
constante et l’indice de Wobbe sont dans les deux cas les mêmes
(nous ne changeons rien à l’injecteur du brûleur et c’est le même
gaz):
→ débit calorifique (à 20 mbar) = constante x indice de Wobbe x √20
→ débit calorifique (à 25 mbar) = constante x indice de Wobbe x √25
√20
→ débit calorifique (à 20 mbar) = débit calorifique (par 25 mbar) x
√25

ou

débit calorifique (à 20 mbar) = débit calorifique (par 25 mbar) x 0,89


0,89 = 1 – 0,11
→ le débit calorifique à 20 mbar est 11% inférieur que par 25 mbar.

La PUISSANCE UTILE d’un appareil (OUTPUT) est la quantité de


chaleur (énergie) transmise au fluide caloporteur (de l’eau ou de l’air)
par unité de temps.
• Symbole: Pn
• Unité: kilowatt = kW

Le RENDEMENT est le rapport entre ce qui sort du système –


OUTPUT – et ce qui est fourni au système – INPUT.
• Symbole : η
• Unité : sans unité – le plus souvent exprimé en %
32
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

PERTES:
- DE RAYONNEMENT
- D'ÉVAPORATION

Pn Qn
APPREIL
OUTPUT INPUT
D'UTILISATION

Quantité d'énergie transmise


= PUISSANCE UTILE (kW) Quantité d'énergie fournie
= DÉBIT CALORIFIQUE (kW)

Pour les applications de chauffage, on considère le débit calorifique


comme INPUT et la puissance utile comme OUTPUT.

On utilise toujours le débit calorifique sur base de valeur


calorifique inférieur Hi comme INPUT – donc sans tenir compte de
la chaleur de condensation.

De cette façon on obtient toujours des valeurs plus petites que 1 ou


de 100% pour le rendement des appareils sans condensation.

PERTES 5%
11% 11%
D’ÉVAPORATION

RENDEMENT
CHAUDIÈRE

(SUR POUVOIR 88% 104%


92%
CALORIFIQUE
INFÉRIEUR)

PERTES
SENSIBLES 12%
8% 2%
HR HR+ HR TOP

33
MODULE 7: VOLUME 2
3. CHALEUR DÉGAGÉE LORS DE LA COMBUSTION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

ATTENTION
Si on calcule le rendement d’un appareil à condensation en
utilisant comme INPUT le débit calorifique basé sur le pouvoir
calorifique inférieur Hi, on obtient un rendement de plus de 100 %.
Le rendement et la puissance de l’appareil sont déterminés par
le fabricant en utilisant du gaz de référence G20, afin de pouvoir
comparer les performances des appareils malgré les différentes
sortes de gaz.

Exemple 1
Il est indiqué sur la plaque signalétique de l’appareil que : débit gaz
G20 = 6 m³/h et Pn= 50 kW. Calculez le rendement.
→ le PCI (3) Hi du G20 est 9,97 kWh/m3n (tableau 2)
→ débit calorifique : 6 m3n/h x 9,97 kWh/m3n = 59,82 kW

Exemple 2
Chaudière à condensation: G20 avec Pn= 62 kW et débit gaz 6 m³/h.
Calculez le rendement.

Règle pratique pour la transformation de la puissance nominale Pn


(kW) au débit Q (m³/h) d’un appareil:
Q (gaz naturel L) = 0,13 x Pn (kW); Q (gaz naturel H) = 0,11 x Pn (kW)

(dérivé de: Pn (kW) = Q (m³n/h) x Hi (kW.h / m³n) x η (%)/100)

ATTENTION
La valeur de η (rendement) est la valeur moyenne d’un appareil
HR+. Pour les appareils d’un rendement inférieur (p. ex. un radiateur
décoratif avec un rendement de 30%) on peut dériver la valeur de Q
en remplissant la valeur réelle de η dans la formule ci-devant.
Exemple: un appareil avec une puissance utile de 7 kW et un
rendement de 30%
→ 7 = Q x 9,97 x 0,30 % → Q = 2,34 m³/h
ou si le fabricant donne le débit calorifique (23,3 kW):
Q x 9,97 = 23,3 → Q = 2,34 m³/h

(3) Voir tableau 2


34
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4. CLASSIFICATION DES APPAREILS


D’UTILISATION [TI]
[NBN D51-003 Annexe E]

4.1 Classification suivant les gaz susceptibles


d’être utilisés - Catégories

4.1.1 Classification des gaz


Dans la norme européenne NBN EN 437 les combustibles gazeux
sont classés en trois familles de gaz (éventuellement divisées en
groupes) dont les caractéristiques de combustion ont servi de
critères de classement.
En ce qui concerne la composition de ces gaz nous référons au
tableau 1.

PREMIÈRE FAMILLE
Il n’y a plus de distribution publique de gaz de la première famille en
Belgique.
Elle groupe tous les gaz communément appelés “GAZ DE VILLE”.
Ils ont des pouvoirs calorifiques supérieurs s’échelonnant de 14
à 18 MJ/m³n (3,9 et 5 kWh/m³n).

DEUXIÈME FAMILLE
Cette famille groupe les différents “GAZ NATURELS”.
Ils ont un pouvoir calorifique supérieur évoluant de 33 à 47 MJ/m³n
(10,48 et 11,3 kWh/m³n).

Comme ces gaz ont des caractéristiques de combustion différentes,


on les classe en groupes:
• GROUPE L
L ou “Low” – le groupe des gaz naturels à bas pouvoir
calorifique, p.ex. le gaz de Slochteren (Pays-Bas) qui est distribué
à 25 mbar.
• GROUPE H
H ou “High” – le groupe des gaz naturels à haut pouvoir
calorifique, nommés “gaz riches”, p.ex. le gaz de la Mer du Nord
ou d’Algérie qui est distribué à 20 mbar.
• GROUPE E
Ce groupe couvre presque l’ensemble des groupes L et H
(groupe des gaz naturels Européens).
35
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

TROISIÈME FAMILLE
Il s’agit de gaz de pétrole liquéfiés – les pouvoirs calorifiques sont
plus élevés que ceux des gaz naturels – le butane a la valeur la plus
élevée. Ces gaz sont commercialisés sous le nom Butane et Propane.
Ils sont distribués en bonbonnes ou en camion-citerne (citerne
domestique); il n’existe pas de distribution publique par canalisations.

4.1.2 Catégories
Les appareils se classent en catégories définies d’après les gaz et les
pressions pour lesquels ils sont conçus et agréés - marquage CE.

La définition des différentes catégories est donnée dans la norme


européenne NBN EN 437.
Dans chaque pays de l’UE, seules quelques-unes des catégories
définies sont commercialisées, compte tenu des conditions
locales de distribution de gaz (composition des gaz et pressions
d’alimentation).

4.1.3 Catégorie I
Les appareils de la catégorie I sont conçus exclusivement pour
l’utilisation des gaz d’une seule famille ou d’un seul groupe.
L’indice indique la famille ou le groupe des gaz pour lesquels les
appareils sont conçus.

Catégorie I2E+
Appareils utilisant uniquement les gaz du groupe E de la deuxième
famille, les gaz naturels (indice 2E), et fonctionnant sans
intervention sur l’appareil (indice +) avec un couple de pressions
(20 mbar ou 25 mbar).
Le dispositif de régulation de pression de gaz de l’appareil, s’il existe,
n’est pas opérationnel entre les deux pressions normales du couple
de pressions.
C’est la raison pour laquelle, si des dispositifs de réglage du débit
de gaz ou de l’arrivée d’air existent, ils doivent impérativement être
réglés et scellés par le fabricant en usine.
Il est formellement interdit de briser ces scellés.

Catégorie I2E(S) B
Appareils susceptibles d’utiliser uniquement les gaz du groupe E de
la deuxième famille dans les mêmes conditions que les appareils de
la catégorie I2E+.
Toutefois, les appareils sont munis d’un dispositif de régulation
de pression de gaz, qui est réglé et scellé par le fabricant dans la
position correspondant à l’utilisation du G20 à 20 mbar.
Ceci implique que l’appareil porte sur sa plaque signalétique deux
puissances nominales : une lors de l’utilisation du gaz L à 25 mbar et
une autre (plus élevée) correspondant à l’utilisation des gaz H à 20
mbar.
36
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

­Catégorie I2E(R) B
Appareils susceptibles d’utiliser uniquement les gaz du groupe E de
la deuxième famille dans les mêmes conditions que les appareils de
la catégorie I2E+.
Toutefois, les appareils sont munis d’un dispositif de régulation
de pression de gaz, qui est réglé par le fabricant dans la position
correspondant à l’utilisation du G20 à 20 mbar.
Néanmoins un réglage spécifique pour le G25 à 25 mbar peut
être effectué “in situ” par l’installateur, si les appareils sont installés
à demeure sur un réseau alimenté en permanence en gaz L (ceci
implique que lors de l’adaptation du réseau L aux gaz H, cet appareil
devra à nouveau être réglé à sa puissance nominale au G20 à 20
mbar).

­Catégorie I2N.
Ce sont des appareils utilisant uniquement les gaz de la deuxième
famille, aux pressions d’alimentation fixées et S’ADAPTANT
AUTOMATIQUEMENT à tous les gaz de la deuxième famille. La
combustion s’adapte automatiquement au Wobbe du gaz utilisé.

EN BELGIQUE SEULS DES APPAREILS DE CAT I2E+ OU D’UN DES


VARIANTES PEUVENT ÊTRE PLACÉS SUR LE RÉSEAU DE GAZ
NATUREL.

4.1.4 Catégorie II
Les appareils de catégorie II sont conçus pour l’utilisation de gaz de
deux familles.

­Catégorie II 2E+3+
Appareils susceptibles d’utiliser deux familles de gaz:
• les gaz du groupe E de la deuxième famille – dans les
mêmes conditions que pour la catégorie I2E+;
• les gaz de la troisième famille (propane et butane) –
fonctionnant sans intervention sur l’appareil (indice “+”)
avec un couple de pressions (une certaine pression pour
le butane et une autre pour le propane) – toutefois, pour
certains types d’appareils, un réglage d’air primaire peut
être autorisé pour le passage du butane au propane et
inversément – aucun dispositif de régulation de pression
de gaz n’est admis sur l’appareil.
­
Catégorie II 2E+3B
Appareils susceptibles d’utiliser deux familles de gaz:
• le gaz du groupe E de la deuxième famille – dans les
mêmes conditions que pour la catégorie I 2E+;
• les gaz du groupe B de la troisième famille (butane) à la
pression d’alimentation fixée.

­
37
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Catégorie II 2E+3P
Appareils susceptibles d’utiliser deux familles de gaz:
• le gaz du groupe E de la deuxième famille – dans les
mêmes conditions que pour la catégorie I 2E+;
• les gaz du groupe P de la troisième famille (propane) à la
pression d’alimentation fixée.

4.1.5 Appareils d’utilisation à gaz admis en Belgique

• Catégorie I 2E+: tous les appareils;


• Catégorie I 2E(S)B: appareils avec assistance mécanique pour
l’arrivée d’air de combustion et/ou l’évacuation des produits de
combustion (p.ex. brûleurs à prémélange ou brûleurs prémix);
• Catégorie I 2E(R)B : brûleurs à air soufflé; appareils munis d’un
brûleur à induction atmosphérique destinés à usage non
domestique professionnel dont la puissance est supérieure
à 70 kW;
• Catégorie I2N : tous les appareils;
• Catégorie II 2E+3+ , II2E+3B et II 2E+3P : appareils de cuisson;
appareils de chauffage individuel (radiateurs).

4.1.6 Reconversion
Seuls les cuisinières, réchauds et radiateurs de ces catégories
peuvent être reconvertis du gaz butane/propane au gaz naturel ou
inversément par l’installateur à l’aide d’un ensemble de reconversion
fourni par le fabricant de l’appareil.

Tous les autres appareils doivent être reconvertis par le fabricant


ou par son représentant dûment mandaté.
La plaque signalétique de l’appareil doit être modifiée.

LA CATÉGORIE DE L’APPAREIL DOIT TOUJOURS ÊTRE INDIQUÉE


SUR LA PLAQUE SIGNALÉTIQUE DE L’APPAREIL

38
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.2 Classification des appareils d’utilisation


suivant la conception de l’arrivée d’air de
combustion et (ou) de l’évacuation des produits
de combustion - Types

4.2.1 Généralités
La classification est conforme à la norme NBN CR 1749.

La codification de cette classification consiste en:


• un 1er code à lettres - A, B ou C;
• en indice - 1 ou 2 codes à chiffre;
• en indice - suite aux codes à chiffre: un 2ème code à lettres.

4.2.2 1er Code à lettres


• A Appareil non raccordé à un conduit d’évacuation ou à un
dispositif spécial d’évacuation des produits de combustion
jusqu’à l’extérieur de l’espace d’installation.
• B Appareil destiné à être raccordé à un conduit d’évacuation,
l’air comburant étant prélevé directement dans l’espace
d’installation.
• C Appareil à circuit de combustion étanche dans lequel le circuit
des produits de combustion est parfaitement étanche par
rapport à l’espace d’installation.

Type A Type B Type C


type  A  
•  type  B   •  type  C  

39
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.2.3 Codes à chiffre


1er code à chiffre: est basé sur les circonstances d’installation de
l’appareil suivant la conception de l’arrivée d’air de combustion
et de l’évacuation des produits de combustion – voir classification
des appareils type B et type C;

2ème code à chiffre: est basé sur la présence et la position d’un


ventilateur:

1 sans ventilateur dans le circuit des produits de combustion ou


d’amenée d’air;
2 avec ventilateur en aval de la chambre de combustion (et en
amont du coupe-tirage antirefouleur - pour les appareils du type
B);
3 avec ventilateur en amont de la chambre de combustion;
4 avec ventilateur en aval du coupe-tirage antirefouleur (pour les
appareils du type B).

4.2.4 2ème Code à lettres


Voir “appareil type B” – indice AS, BS ou CS – sécurités
supplémentaires à l’usage de l’appareil.

Exemple: B11BS

• 1er code à lettres = B = appareil type B: appareil qui doit être


raccordé à un conduit d’évacuation, l’air comburant étant prélevé
directement dans l’espace d’installation de l’appareil – voir aussi
en dessous;
• indice – code à chiffre = 11
- 1er code à chiffre = 1: appareil du type B équipé d’un coupe-
tirage antirefouleur – voir aussi en dessous;
- 2ème code à chiffre = 1 : appareil sans ventilateur – à tirage
naturel;
- 2ème code à lettres = BS : appareil du type B11 muni d’un
dispositif de contrôle d’évacuation (p.ex. un TTB – voir aussi ci-
dessous).

Les Chapitres IV et V indiquent les différents types d’appareils admis


en Belgique pour les gaz naturels en ce moment.

40
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.3 Appareil type A

Appareil non raccordé à un conduit d’évacuation ou à un


dispositif spécial d’évacuation des produits de combustion.

L’appareil de type A, le plus connu est la cuisinière (appareils de


cuisson).
Les chauffe-eau de type A équipés d’un dispositif destiné à
empêcher le fonctionnement prolongé en atmosphère viciée -
dispositif de contrôle d’atmosphère - sont identifiés par un indice
complémentaire “AS” (p.ex. appareil type A1AS).
Le chauffe-eau 5 l/min doit être du type A1AS (ou B11BS).
Les machines à laver, les sèche-linges et les réfrigérateurs non
raccordés à un conduit d’évacuation doivent être du type A1AS.

Appareil type A1
Ce type n’est admis qu’en
version A1AS.
(Ce type correspond à
l’ancienne dénomination AAS.)

L’emplacement des appareils type A est traité en Chapitre 2.

4.4 Appareil type B

Appareil destiné à être raccordé à un conduit d’évacuation,


l’air comburant étant prélevé directement dans l’espace
d’installation.

Les appareils type B sont nommés aussi “appareils à circuit de


combustion non étanche” ou tout court “appareils ouverts”.

L’emplacement des appareils type B est traité au Chapitre 8.

41
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.4.1 Appareil type B1


Appareil du type B équipé d’un coupe-tirage antirefouleur dans le
circuit des produits de combustion.

Les appareils du type B1, munis d’un dispositif


destiné à empêcher le fonctionnement prolongé en atmosphère
viciée - dispositif de contrôle d’atmosphère - sont identifiés par un
indice complémentaire “AS” (p.ex. appareil type B11AS).

Les appareils type B1, munis d’un dispositif de contrôle de


l’évacuation des produits de combustion – dispositif de contrôle de
vacuité – sont identifiés par un indice complémentaire “BS” (p.ex.
appareil type B11BS).
Ce contrôle peut être réalisé par un TTB (dispositif de contrôle
d’évacuation) – voir aussi 5.2.

Les appareils du type B1, destinés à être raccordés à une


installation VMC-gaz et munis d’un dispositif de sécurité
adéquat de contrôle de l’évacuation des produits de
combustion, sont identifiés par un indice complémentaire “CS” (p.
ex. appareil type B11CS).

4.4.2 Appareil type B2


Appareil du type B ne comportant pas de coupe-tirage antirefouleur
dans le circuit des produits de combustion.

42


MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.4.3 Appareil type B3


Appareil de type B sans coupe-tirage dans le circuit des produits de
combustion.
Les types B32 et B33 ne peuvent être utilisés que s’ils sont raccordés
à un conduit d’évacuation des produits de combustion individuel
étanche fonctionnant en tirage naturel.
Toutes les parties sous pression de l’appareil contenant des produits
de combustion sont entièrement entourées par les parties de
l’appareil l’alimentant en air comburant.

L’air comburant est prélevé directement de l’espace d’installation


au moyen d’un conduit concentrique qui entoure le conduit
d’évacuation; l’air entre par des orifices spécifiques situés sur la
surface du conduit.

4.4.4 Appareil type B4


Appareil de type B, comprenant un coupe-tirage dans le circuit des
produits de combustion, qui est destiné à être raccordé au travers de
son conduit d’évacuation des produits de combustion à son terminal
d’évacuation des produits de combustion.

Le système d’évacuation doit être conforme à celui décrit par le


fabricant dans les notices techniques d’installation et comporte le
conduit d’évacuation des produits de combustion et le terminal –
l’ensemble faisant partie du marquage CE.

Appareil type B4
Ce type ne peut être utilisé que
dans la version avec sécurité
supplémentaire AS, BS ou CS

43
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.5 Appareil type C


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Appareil à circuit de combustion étanche dans lequel le circuit


des produits de combustion de l’appareil est PARFAITEMENT
ETANCHE vis-à-vis de l’espace d’installation.
Les appareils type C sont nommés aussi “appareils étanches”.

4.5.1 Appareil de type C1

Un appareil de type C est un appareil étanche dont l’arrivée d’air


comburant et l’évacuation des produits de combustion sont
raccordées à un terminal installé horizontalement et situé hors
du bâtiment.

Ce terminal est soit concentrique soit parallèle. Dans le cas d’un


terminal parallèle, les orifices des conduits d’arrivée d’air comburant
et d’évacuation des gaz de combustion sont suffisamment proches
l’un de l’autre pour être exposés à des conditions de vent similaires. A
cet effet, les orifices des conduits d’aération et d’évacuation des gaz
de combustion devront se trouver dans un carré de 50 x 50 cm.

Les conduits d’arrivée d’air comburant et d’évacuation des gaz de


combustion peuvent être installés de manière concentrique ou
parallèle. Les raccords parallèles ne sont autorisés que lorsque le
conduit d’évacuation est étanche.

Terminal concentrique d’un appareil C1*


44
Of  gebruik  a,eeldingen  van  hfst  14,  pag  
125  
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Appareil de type C11 Appareil de type C12 Appareil de type C13


Appareil de type C1 à tirage naturel Appareil de type C1 avec un Appareil de type C1 avec un
ventilateur situé en aval de la ventilateur situé en amont de la
chambre de combustion/échangeur chambre de combustion/échangeur
de chaleur de chaleur

Appareil C1 avec conduit d’évacuation et


terminal concentriques

4.5.2 Appareil de type C2


Le conduit d’amenée d’air comburant et le conduit d’évacuation des
produits de combustion sont raccordés horizontalement à un seul
conduit vertical collectif.

Ce type d’appareil n’est pas admis en Belgique.

45
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.5.3 Appareil de type C3

Appareil de type C pourvu d’un terminal vertical. Les conduits


d’arrivée d’air comburant et d’évacuation des produits de
combustion sont installés à la verticale, et branchés à un terminal
vertical au-dessus d’une toiture plate ou en pente.

Ce terminal est soit concentrique soit parallèle. Dans le cas d’un


terminal parallèle, les orifices des conduits d’arrivée d’air comburant
et d’évacuation des gaz de combustion sont suffisamment proches
l’un de l’autre pour être exposés à des conditions de vent similaires.
A cet effet, les orifices des conduits d’arrivée d’air comburant et
d’évacuation des gaz de combustion devront se trouver dans un
carré de 50 x 50 cm.

Les conduits peuvent être installés de manière concentrique ou


parallèle. Les raccords parallèles ne sont autorisés que lorsque le
Terminal concentrique d’un appareil C3* conduit d’évacuation est étanche.

Appareil de type C31 Appareil de type C32 Appareil de type C33


Appareil de type C3 à tirage naturel Appareil de type C3 de la chambre Appareil de type C3 avec un
de combustion/échangeur de ventilateur situé en amont de la
chaleur chambre de combustion/échangeur
de chaleur

46
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.5.4 Appareil de type C4

Appareil de type C relié à un système vertical collectif qui


débouche en saillie au-dessus de la toiture.

En Belgique, seuls les appareils C42 et C43 sont autorisés.


Les appareils de type C41 sont interdits en Belgique.

Ce système collectif pour appareils étanches doit être agréé en


Belgique ou dans un État membre de l’Union européenne. Le
système collectif doit être installé selon les prescriptions de son
fabricant.

Il convient de s’assurer que seuls des appareils adaptés soient


installés sur le conduit d’évacuation C4 (type et caractéristiques de
l’appareil, appareil à condensation ou non, diamètre du conduit
d’arrivée d’air comburant et du conduit d’évacuation des produits de
Dubbelwandige buis combustion, conduits de raccordement concentriques ou parallèles,
nombre d’appareils pouvant être raccordés, ...).

Le raccordement de chaque appareil au système collectif doit être


étanche à l’air.

La base du conduit collectif sera équipée d’un siphon et d’une trappe


d’inspection.

Les illustrations suivantes d’appareils C4* comportent toutes un


conduit collectif, indiquant la manière dont chaque variante est
raccordée (C42 et C43); il ne s’agit pas d’une méthode d’installation
autorisée, tous les appareils raccordés seront soit de type C42 soit de
type C43.

Les systèmes les plus courants à l’heure actuelle sont les suivants :

CLV: Combinatie Luchttoevoer Verbrandingsproductenafvoer


Le système CLV se compose de deux conduits métalliques
concentriques. A chaque étage, les appareils sont raccordés au
moyen de deux conduits parallèles, dont la différence de hauteur
entre les axes et les diamètres sont normalisés.

CLV: Combinatie Luchttoevoer Verbrandingsproductenafvoer

47
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

3CE : Conduit Collectif pour Chaudières Étanches


A l’instar du CLV, ce système se compose de deux conduits
métalliques concentriques. Le raccordement des appareils s’effectue
cependant à l’aide de deux conduits concentriques d’un diamètre
normalisé.

3CE : Conduit Collectif pour Chaudières Étanches Illustration d’un conduit C4 (type 3CE).

LAS: Luft Abgas Schornstein


Ce système ne recourt pas à des conduits métalliques mais à des
éléments de construction « traditionnels », tels que le béton. Le
système est intégré à la construction et doit être, dans chaque cas,
agréé (marque de l’appareil, puissance, modèle - HR+, condensation
-, nombre, ...).

LAS: Luft Abgas Schornstein


48
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.5.5 Appareil de type C5

Un appareil de type C avec des conduits pour l’arrivée d’air


comburant et l’évacuation des produits de combustion, qui
débouchent en saillie dans plusieurs zones de pression.

Seuls les appareils de type C52 et C53 sont autorisés en Belgique.


Un appareil type C51 est interdit en Belgique.

La Figure III/63 montre les orientations autorisées et interdites des


conduits d’arrivée d’air comburant et d’évacuation des produits de
combustion. Le débouché du conduit d’arrivée d’air comburant et
du conduit d’évacuation des produits de combustion peut se trouver
dans le même plan ou dans des plans avoisinants.

Appareil de type C52 Appareil de type C53


Appareil de type C5 avec un Appareil de type C5 avec un
ventilateur situé en aval de ventilateur situé en amont de
la chambre de combustion/ la chambre de combustion/
échangeur de chaleur échangeur de chaleur

Orientations autorisées et interdites des conduits d’arrivée d’air


comburant et d’évacuation des produits de combustion.

49
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.5.6 Appareil de type C6


Les appareils étanches C6 sans conduits d’amenée d’air comburant
et d’évacuation des produits de combustion, sans dispositifs de
raccordement de l’appareil à ces conduits et sans terminal, spécifiés
par le fabricant, ne sont pas admis en Belgique.

4.5.7 Appareil de type C7


Type d’appareil comportant des conduits verticaux d’alimentation en
air et d’évacuation des produits de combustion.
L’air comburant est prélevé d’un espace sous les toits et les produits
de combustion sont rejetés au-dessus du toit.
Un coupe-tirage est incorporé dans le conduit d’évacuation des
produits d’évacuation à un emplacement situé au-dessus des orifices
d’admission de l’air comburant.
Les appareils de type C7 ne sont pas admis en Belgique.

4.5.8 Appareil de type C8

Appareil de type C raccordé à un système collectif.


Ce système collectif vertical d’évacuation des gaz de combustion
débouche en toiture. Chaque appareil C8 est raccordé à un
conduit individuel qui achemine l’air comburant depuis l’extérieur
du bâtiment.

En Belgique, seuls les appareils C82 et C83 sont autorisés.


Les appareils de type C81 sont interdits en Belgique.

Ce système collectif pour appareil étanches doit être agréé en


Belgique ou dans un État membre de l’Union européenne. Le
système collectif doit être installé selon les prescriptions de son
fabricant.

Il convient de s’assurer que seuls des appareils C8 adaptés soient


installés sur un conduit d’évacuation C8 (type et caractéristiques
de l’appareil, appareil à condensation ou non, diamètre du
conduit d’arrivée d’air et du conduit d’évacuation des produits de
combustion, conduits de raccordement concentriques ou parallèles,
nombre d’appareils pouvant être raccordés, ...).

Le raccordement de chaque appareil au système collectif doit être


étanche à l’air.

La base du conduit d’évacuation collectif sera équipée d’un siphon. Si


le conduit collectif est installé contre le mur extérieur, le siphon sera
protégé contre le gel.

50
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

Appareil de type C82 Appareil de type C83


Appareil de type C8 avec un Appareil de type C8 avec
ventilateur situé en aval de un ventilateur situé en
la chambre de combustion/ amont de la chambre de
échangeur de chaleur combustion/échangeur
de chaleur

51
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.5.9 Appareil de type C9 (précédemment C3*S)

Appareil de type C raccordé à un système collectif semblable à


un appareil de type C3. Ce système collectif vertical d’évacuation
des gaz de combustion débouche en toiture. Chaque appareil C8
est raccordé à un conduit individuel qui achemine l’air comburant
depuis l’extérieur du bâtiment. Un appareil C9 est un appareil au
gaz étanche équivalent à un appareil de type C3.

Le conduit d’évacuation des produits de combustion d’un appareil


de type C9 est installé dans un conduit d’évacuation étanche à l’air
faisant partie du bâtiment. L’air comburant est aspiré via l’espace
qui entoure le conduit d’évacuation des gaz de combustion. Le
conduit n’aura au préalable pas été utilisé comme cheminée d’un
appareil de combustion à carburant solide ou liquide. Si tel était le
cas, de la suie serait aspirée en même temps que l’air comburant
par l’appareil au gaz et l’endommagerait.

Système d’évacuation C93

Appareil de type C91 Appareil de type C92 Appareil de type C93


Appareil de type C9 à tirage Appareil de type C9 avec un Appareil de type C9 avec
naturel ventilateur situé en aval de un ventilateur situé en
la chambre de combustion/ aval de la chambre de
échangeur de chaleur combustion/échangeur
de chaleur

52
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.6 Implantation [TI]

[NBN B61-002 ]

Les chaudières de chauffage central peuvent être installées dans des


espaces qui ont des fonctions autres que celle d’espace d’installation
pour chaudières de chauffage central pour autant que, par leur
placement, le niveau du bruit dans ces espaces ne dépasse pas la
valeur maximale admise par la norme NBN S 01-401.
Les appareils de type C peuvent être installés dans tous les types
d’espaces quel qu’en soit le volume, sans nécessiter un apport d’air
comburant complémentaire dans l’espace d’installation.
Ils peuvent donc être installés dans un bâtiment avec ventilation
mécanique.

4.7 Résumé

• Seuls les très petits espaces, dans lesquels un appareil de type C


est placé, doivent être ventilés;
• Les appareils de type C peuvent être placés dans tous types
d’espace sans dispositifs complémentaires pour l’amenée de l’air
comburant;
• Sécurité : installer le conduit d’amenée d’air comburant et le
conduit d’évacuation pour les produits de combustion, toujours
de façon rigoureuse conformément aux prescriptions de
placement du fabricant; en ce qui concerne l’emplacement de
l’orifice d’évacuation des produits de combustion par rapport à
l’orifice d’une amenée d’air, il est conseillé, en cas de doute, de
calculer le facteur de dilution.

53
MODULE 7: VOLUME 2
4. CLASSIFICATION DES APPAREILS D’UTILISATION [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

4.8 Conclusion

Tout appareil nouvellement installé doit être destiné au réseau


de distribution belge (c’est-à-dire porter l’indication “Pays de
destination: BE” sur la plaquette signalétique), être porteur du
marquage CE et être approprié:
• au gaz distribué et à la pression correspondante, c’est à dire
que l’appareil est conçu pour l’utilisation des gaz de la deuxième
famille (gaz naturel) admis en Belgique;
• à l’arrivée d’air comburant;
• au conduit d’évacuation des produits de combustion.

Synthèse du classement-type
des appareils au gaz

54
MODULE 7: VOLUME 2
5. LES APPAREILS OUVERTS: DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ
COMBUSTION ET APPAREILS

5. L ES APPAREILS OUVERTS: DISPOSITIFS


DE SÉCURITÉ

5.1 Contrôle d’atmosphère

Type: indice supplémentaire AS;

Exemple:
• chauffe-eau 5 l/min type A1AS;
• poêle à gaz décoratif type B11AS

Rappel:
Les appareils de type A1AS évacuent les produits de combustion dans
l’espace d’installation.
Ils ne sont pas raccordés à un conduit d’évacuation.

En vue de limiter les conséquences d’accidents résultant de


conditions d’installation non adéquates, les constructeurs ont
étudié des appareils dont le fonctionnement est interrompu
automatiquement en cas d’atmosphère polluée et/ou
d’encrassement du corps de chauffe. Cette sécurité est appelée
“contrôle d’atmosphère” (CDA) et elle doit éviter la formation de CO.

La sécurité d’atmosphère évite des situations dangereuses pour


l’utilisateur, prévient ce dernier et l’oblige soit à ventiler l’espace
d’installation soit de nettoyer l’échangeur de chaleur avant de
remettre l’appareil en service.

55
MODULE 7: VOLUME 2
5. LES APPAREILS OUVERTS: DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ
COMBUSTION ET APPAREILS

5.2 Dispositif de contrôle d’évacuation (TTB)

Type: indice supplémentaire BS;

Exemple:
• chaudière de chauffage central type B11BS ;
• radiateur type B11BS
Ce type d’appareil contrôle l’évacuation correcte des produits
de combustion par le conduit d’évacuation.

• Pour éviter que des produits de combustion ne puissent


se répandre dans l’espace d’installation par le coupe-tirage
antirefouleur, la température à l’entrée d’air tertiaire du coupe-
tirage antirefouleur est contrôlée par un dispositif thermique
approprié (Klixon, bulbe, NTC, ...).

• En fonctionnement normal l’air tertiaire du coupe-tirage


antirefouleur est aspiré pour se mélanger aux produits de
combustion. La température y est donc voisine de la température
ambiante.
• En cas d’anomalie dans l’évacuation des produits de
combustion, il y aura refoulement et au lieu de mesurer la
température de l’air ambiant aspiré, le dispositif thermique
détectera une brusque montée de la température par la présence
des produits de combustion refoulés (du nom TTB: Thermische
Terugstroombeveiliging). Le thermocouple étant mis en série
avec le dispositif thermique, coupe l’arrivée du gaz et l’appareil
est mis en sécurité.
• Après quelques minutes d’attente l’utilisateur pourra réenclencher
l’appareil MAIS si la cause de l’anomalie n’a pas été levée (p.ex.
conduit d’évacuation obturé), l’appareil se remettra de nouveau en
sécurité. En cas d’interventions répétées du dispositif il est donc
indispensable d’en rechercher la cause et d’y remédier.

56
MODULE 7: VOLUME 2
5. LES APPAREILS OUVERTS: DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ
COMBUSTION ET APPAREILS

Il est STRICTEMENT INTERDIT de mettre cette sécurité (comme


d’ailleurs toute autre sécurité de l’appareil) hors d’usage.

Un bon conseil: AVANT d’installer un appareil type B11BS vérifiez


que l’amenée d’air comburant et l’évacuation des produits de
combustion sont parfaitement en ordre. Il faut comparer les frais
d’amélioration du conduit d’évacuation avec le coût supplémentaire
pour un appareil étanche type C (après avoir vérifié les circonstances
dans lesquelles un tel appareil peut être placé).

57
MODULE 7: VOLUME 2
6. RÉSUMÉ [MTI]
COMBUSTION ET APPAREILS

6. RÉSUMÉ [MTI]
­

• Afin de démarrer la réaction de combustion et d’en contrôler


le maintien, il faut que simultanément:
• le gaz et l’air comburant soient mélangés de façon
homogène dans des proportions voulues;
• ce mélange soit porté à la bonne température d’allumage.

• la quantité d’air comburant ajouté est déterminante pour le


type de combustion: combustion théorique, combustion avec
excès d’air ou manque d’air, combustion incomplète. La flamme
dépend également de la quantité d’air comburant (flamme bleue
ou jaune);

• la chaleur libérée par la combustion a deux pouvoirs


calorifiques différents selon que la vapeur d’eau présente dans les
gaz de combustion est phase vapeur ou en phase liquide.

• Les appareils d’utilisation sont répartis selon les types de


gaz qu’ils utilisent (catégorie) ou suivant l’amenée d’air
comburant/ évacuation des produits de combustion (type).

• AS et BS sont des sécurités complémentaires.

• Sécurité: la combustion doit s’effectuer dans des circonstances


excluant la formation de gaz toxique CO.

59
7. DES APPAREILS À GAZ OUVERTS: ÉVACUATION DES PRODUITS MODULE 7: VOLUME 2
DE COMBUSTION, AMENÉE D’AIR COMBURANT ET VENTILATION COMBUSTION ET APPAREILS

7. D
 ES APPAREILS À GAZ OUVERTS: ÉVACUATION
DES PRODUITS DE COMBUSTION, AMENÉE
D’AIR COMBURANT ET VENTILATION

7.1 Généralités et normes

Les suivantes chapitres traites de l’évacuation des produits de


combustion des appareils à circuit de combustion non étanche
alimentés en gaz naturel, ainsi que de l’alimentation en air
nécessaire au bon fonctionnement de tels appareils installés
dans des bâtiments neufs, des bâtiments rénovés avec modification
de l’installation de gaz et/ou du système d’évacuation des produits
de combustion et des bâtiments existants et ce, lors du placement
d’un appareil additionnel ou du remplacement d’un appareil existant.

Lorsque la puissance nominale du ou des générateur(s) de


chaleur qui est (sont) installé(s) dans un local de chauffe est égale
ou supérieure à 70 kW, ce local de chauffe doit répondre aux
prescriptions de la norme NBN B61-001 sauf si ce(s) générateur(s)
est (sont) destiné(s) uniquement à chauffer cet espace.

Lorsque la puissance nominale du ou des générateur(s) de chaleur


qui est (sont) installé(s) dans un local de chauffe est inférieure à
70 kW mais supérieure à 30 kW, ce local de chauffe est considéré
comme un local technique et doit répondre aux prescriptions de la
norme NBN B61-002 sauf si:
• soit ce(s) générateur(s) est (sont) destiné(s) uniquement à
chauffer cet espace;
• soit tous les appareils sont de type C;
• soit il s’agit d’une maison unifamiliale.

61
MODULE 7: VOLUME 2 7. DES APPAREILS À GAZ OUVERTS: ÉVACUATION DES PRODUITS
COMBUSTION ET APPAREILS DE COMBUSTION, AMENÉE D’AIR COMBURANT ET VENTILATION

7.2 Explication

Local de chauffe
Tout espace d’installation comprenant un ou plusieurs générateurs
de chaleur.

Générateur de chaleur
Appareil à combustion qui produit de la chaleur pour le chauffage
de bâtiments et/ou la production d’eau chaude sanitaire. Les fluides
produits par le générateur sont l’air chaud, l’eau chaude ou tout autre
fluide porteur de la chaleur.

Local technique
Local de chauffe contenant des installations fixes liées au bâtiment
ou des appareils dont la puissance nominale est supérieure à 30 kW
et inférieure à 70 kW, où ne peuvent pénétrer que les personnes
chargées de la manœuvre, de la surveillance, de l’entretien ou de la
réparation de ces appareils ou installations et qui est conforme à la
norme NBN B61-002.

Chaufferie
Local de chauffe contenant des installations fixes liées au bâtiment
ou des appareils dont la puissance nominale est supérieure ou égale
à 70 kW et qui est conforme à la norme NBN B61-001.

NBN D51-003

Conditions techniques et de sécurité pour des appareils à gaz ouverts et


des appareils à gaz étanches en ce qui concerne:
- l'amenée d'air comburant;
- l'évacuation des produits de combustion;
- la ventilation de l'espace d'installation.

NBN B61-001
Chaufferies et cheminées.
Amenée d'air et évacuation des produits de combustion.
Exigences constructives.

NBN B61-002
Chaudières de chauffage central dont la puissance
nominale est inférieure à 70 kW. Prescriptions concernant
leur espace d'installation, leur amenée d'air et leur
évacuation de fumée.

62
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE


D’AIR COMBURANT ET VENTILATION DES
ESPACES D’INSTALLATION

8.1 Amenée d’air comburant

8.1.1 Généralités [MTI]


[NBN D51-003]
Pour la combustion du gaz naturel il faut de l’oxygène et donc de
l’air. L’arrivée d’une quantité suffisante d’air, destiné à remplacer
celui absorbé par la combustion, doit être assurée de façon
continue.
En plus, les appareils ouverts munis d’un coupe-tirage antirefouleur,
ont besoin d’air de dilution (air tertiaire). Un manque d’amenée
d’air peut être la cause d’une évacuation incomplète avec
refoulement des produits de combustion comme conséquence.

→ L’amenée d’air doit être suffisante et permanente (non


obturable).
→ Un même orifice ne peut servir à la fois d’amenée d’air et
d’évacuation d’air, sauf si l’espace d’installation est un local
dans une cave avec un soupirail.(4)

8.1.2 Espaces d’installation à pourvoir d’un orifice


d’amenée d’air [TI]
Un orifice d’amenée d’air extérieur est prévu dans chaque espace
d’installation d’un appareil à circuit de combustion non étanche.

Règle générale
L’amenée d’air comburant est réalisée:
• directement de l’extérieur par un orifice d’amenée;
• par un conduit d’amenée d’air(5)

(4) Voir aussi 8.1.5


(5) Voir aussi 8.1.6

63
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

Exception
Si la puissance nominale installée est au maximum 30 kW et s’il
s’agit d’un bâtiment existant, l’amenée d’air peut se faire:
• directement de l’extérieur par un orifice d’amenée;
• par un orifice d’amenée directement à l’extérieur + une
ouverture de transfert;
• par un orifice d’amenée directement à l’extérieur + deux
ouvertures de transfert en série.

Cette dérogation à la règle générale n’est valable que dans un des


cas suivants:
• soit un appareil de type A est remplacé par un appareil de
type A ou B;
• soit un appareil de type B est remplacé par un appareil de
même type;
• soit il s’agit de l’installation d’un appareil additionnel
autre qu’une chaudière de chauffage central et dont
l’espace d’installation n’est ni une chambre à coucher, ni
une salle de bain, ni une salle de douche, ni un cabinet
de toilette.

NOTE: Pour le calcul de la puissance nominale installée il est tenu compte


de chacun des appareils installés dans l’espace d’installation et dans les
espaces munis d’une ouverture de transfert, à l’exclusion des appareils de
cuisson.

Ouverture de transfert
Orifice non obturable permanent permettant le passage libre d’air
d’un espace intérieur vers un autre espace intérieur, sans dispositif
de fermeture. L’ouverture de transfert est prévue exclusivement soit
dans les parois intérieures soit dans les portes intérieures ou autour
d’elles.

→ Donc, entre l’espace d’installation de l’appareil et l’espace qui a


un orifice d’arrivée d’air directement de l’extérieur, on ne peut avoir
qu’un autre local.

La dérogation n’est PAS valable:


• si la puissance nominale est > 30 kW;
• lors du placement d’une nouvelle installation dans un
bâtiment existant ou neuf;
• s’il s’agit d’un autre remplacement ou placement additionnel
que ceux mentionnés ci-avant.

MAIS!
Lors du remplacement d’une chaudière de chauffage central
dans une installation existante il est permis d’utiliser des
ouvertures de transfert.

64
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

1
orifice d’amenée directement
vers l’extérieur

2 en 3
ouvertures de transfert

L’AMENÉ D’AIR COMBURANT


PAR UNE OUVERTURE DE
Orifice d’amenée d’air et
TRANSFERT EST INTERDIT
ouvertures de transfert POUR UNE CHAUDIÈRE
DE CHAUFFAGE CENTRAL
INSTALLÉE DANS UN
NOUVEAU BÂTIMENT OU
LORS D’UNE RÉNOVATION

8.1.3 Emplacement des orifices d’amenée d’air [TI]


[NBN D51-003]
Les orifices d’amenée d’air NE PEUVENT ÊTRE OBTURABLES.

Pour un appareil de type A, l’orifice d’amenée d’air doit déboucher à


la partie inférieure de l’espace d’installation (p.ex. 10 cm au-dessus du
niveau du plancher).

Pour un appareil de type B l’orifice d’amenée d’air peut déboucher


à la partie supérieure aussi bien qu’à la partie inférieure de l’espace
d’installation.

Les orifices d’amenée d’air sont disposés de manière à éviter toute


gêne pour les occupants (bruits et courant d’air).

65
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

8.1.4 Section minimale des orifices d’amenée d’air et


des ouvertures de transfert [TI]
[NBN D51-003 + NBN B61-002]
La section de l’amenée d’air prélevé directement à l’extérieur est
identique à celle des ouvertures de transfert éventuelles (une ou
deux). Elle est déterminée sur la base du Tableau 3 et est dans tous
les cas d’au moins 50 cm2.
En cas d’amenée d’air via une ou deux ouvertures de transfert, l’orifice
d’amenée d’air et les ouvertures de transfert présentent la section
minimale de la colonne correspondante du Tableau 3.

Si l’espace d’installation est à usage industriel et a un volume


d’au moins 1.000 m³, l’amenée d’air comburant peut être assuré
par des orifices permanents (p.ex. des ouvertures dans des panneaux
ajourés) d’une section équivalente à minimum 6 cm² par kW de
puissance nominale installée, tant dans des bâtiments neufs que
dans des bâtiments existants.

Tableau 3 – Sections des orifices d’amenée d’air par type de


ventilation

Section de chaque orifice par type d’amenée d’air cm²/ kW

Bâtiment existant (a) Bâtiment neuf


ou rénové (a)
Type Orifice Orifice Orifice Orifice
d’appareil d'amenée d'air d'amenée d'air d'amenée d'air d'amenée d'air
provenant et une ouverture et deux ouvertu- provenant
directement de de transfert (soit res de transfert directement de
l'extérieur au total deux (soit au total l'extérieur
ouvertures) trois ouvertures)
A 13 18 23 13

B1 6 8 10 6

B2 3 4 5 3

(a) Les conditions du 8.1.2 s’appliquent

66
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

Quelques exemples de calcul:

afbeelding 32

67
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

68
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

La puissance nominale totale installée est supérieure à 30 kW. Il est


donc interdit d’utiliser des ouvertures de transfert.

Exceptions
A défaut d’orifice non obturable, l’air peut être amené par une
découpe permanente pratiquée au bas d’une porte d’accès à
condition que cette découpe ait une hauteur d’au moins 2,5 cm et
une section d’au moins 150 cm².

L’orifice d’amenée d’air présente une section d’au moins 150 cm²
dans les deux cas suivants:
• il s’agit d’un appareil de type A1AS;
• il s’agit d’un appareil de type B installé dans une chambre à
coucher, une salle de bain, une salle de douche ou un cabinet de
toilette et qui est remplacé par un appareil de même type.

Ils ne sont plus appliqués à partir de septembre 2015 pour un


nouveau placement ou pour remplacer un appareil existant.
(voir aussi 10.1.1 en 10.1.2)

69
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

8.1.5 Appareil d’utilisation installé dans une cave [TI]


[NBN D51-003]
Un même orifice peut servir à la fois d’amenée d’air et
d’évacuation d’air pour un même espace si cette ouverture est
un soupirail unique situé dans la partie supérieure d’un espace
d’installation en sous-sol et pour autant que les deux conditions
suivantes soient remplies:

• la profondeur de l’espace d’installation à partir de la paroi


extérieure dans laquelle est ménagé le soupirail ne dépasse
pas 5 m;
• la section libre du soupirail atteint au moins 5 fois celle
déterminée au § 8.1.4 et au Tableau 3.

Appareil d’utilisation dans une cave


(At = la section minimale prévue dans le tableau IV/1)

70
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

8.1.6 Amenée d’air comburant par un conduit [TI]


L’amenée d’air comburant peut être réalisée par un conduit. Ce
conduit peut être horizontal ou vertical et passer par un ou
plusieurs locaux.
Pour un conduit vertical, l’air comburant doit être amené du côté
inférieur du bâtiment.

L’orifice d’amenée d’air doit être situé à l’extérieur et dans un pan de


façade qui est adjacent au pan de toiture dans lequel débouche
le conduit d’évacuation des produits de combustion.

Des pans de toiture et


de façade adjacents

L’air comburant peut être amené par la toiture (dans la zone de


surpression) à condition que le conduit est muni d’un “terminal prise
d’air” et que le côté inférieur du conduit est rallongé jusqu’à 30 à 50
cm du sol de l’espace d’installation.

terminal prise d’air

71
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

CONDUIT D’AMENÉE D’AIR


COMBURANT VERTICAL PAR
UNE TOITURE EN PENTE OU PLATE –
INTERDIT

Le conduit utilisé:

• est non obturable, c.-à-d. qu’il ne peut pas avoir des


dispositifs d’obturation, p.ex. une grille avec des parties
mobiles;
• est étanche à l’air par rapport aux espaces qu’il
traverse(6);
• a des parois lisses.

La section minimale est fonction de la longueur et du nombre de


courbes du conduit et de la puissance nominale installée. Elle est
calculée conformément à la norme NBN B61-001 ou à la norme NBN
B61-002. Pour les chaudières à tirage naturel la perte de pression ne
dépasse pas 3 Pa (cf. Annexe C). Pour les autres chaudières, le calcul
est fait en tenant compte des caractéristiques du ventilateur.

Ces prescriptions sont aussi valables pour un conduit d’amenée


horizontal.

(6) Classe de pression N1 – Voir NBN B61-002 §.7.2.1.2 et tableau 3


72
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

8.2 Ventilation des espaces d’installation des


appareils d’utilisation [TI]

8.2.1 Généralités
[NBN D51-003]
Tout espace dans lequel est installé un appareil d’utilisation doit être
ventilé sauf s’il s’agit d’un des appareils suivants:
• un appareil de type C autre qu’une chaudière de chauffage
central(7);
• une cuisinière;
• une taque de cuisson;
• un four domestique ou artisanal;
• un réchaud ou un brûleur artisanal, notamment un bec
Bunsen.

8.2.2 Amenée et évacuation naturelle – système A


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

1. ouverture d’alimentation
2. ouverture de transfert
3. ouverture d’évacuation
4. débouché en toiture de l’évacuation

(7) Voir chapitre 12

73
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

8.2.3 Ventilation basse


[NBN B61-002]
Pour les appareils à circuit de combustion non étanche un orifice
d’amenée d’air comburant doit toujours être prévu. Cet orifice peut
également servir pour l’arrivée d’air de ventilation; dans ce cas, il
ne faut pas prévoir d’orifice supplémentaire.

8.2.4 Ventilation haute


[NBN B61-002]
La ventilation haute (l’évacuation de l’air vicié) doit répondre aux
exigences suivantes:

La section est au moins 1/3 de la section de la ventilation basse


avec un minimum de 50 cm².

a) Lorsque la ventilation haute est UN ORIFICE


• celui-ci se trouve dans la partie la plus élevée possible
de l’espace d’installation et débouche directement à
l’extérieur;
• cet orifice doit toujours être situé au-dessus du niveau de
sortie des appareils de type A;
• l’orifice d’amenée de la ventilation basse, l’orifice de sortie de
la ventilation haute et le débouché du conduit d’évacuation
des produits de combustion doivent se situer dans des pans
de toiture et de façade adjacents.

La ventilation haute est un orifice

74
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

b) Lorsque la ventilation haute est UN CONDUIT


• le départ de ce conduit se trouve au-dessus du niveau de
sortie des appareils de type A – au moins plus haut que
1,80 m au-dessus du sol de l’espace d’installation;
• le parcours du conduit est ascendant et rectiligne sur
toute sa longueur – le plus vertical et rectiligne possible;
• la section de passage minimale du conduit est égale à la
section de l’amenée d’air comburant;
• le débouché au-dessus du toit est situé à un niveau
inférieur à celui du débouché du conduit d’évacuation
des produits de combustion et dans un endroit en
dehors de la zone de surpression statique;
• les matériaux utilisés et leurs modes d’assemblage sont tels
que l’étanchéité est assurée et qu’ils résistent aux sollicitations
auxquelles ils sont soumis;
• le conduit ne peut pas servir comme ventilation d’autres
espaces que l’espace d’installation.

L’orifice d’amenée et les débouchés des conduits de ventilation et d’évacuation des


produits de combustion doivent être situés dans des pans de toiture et de façade
adjacents.

75
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

c) Lorsque la ventilation haute est UN CONDUIT D’ÉVACUATION


DES PRODUITS DE COMBUSTION
• uniquement une seule chaudière de chauffage central à gaz
munie d’un coupe-tirage antirefouleur y est raccordée;
• le conduit d’évacuation des produits de combustion a été
conçu pour exécuter les deux fonctions en même temps;
• l’orifice d’amenée de la ventilation basse et le débouché
du conduit d’évacuation des produits de combustion
doivent être situés dans des pans de toiture et de façade
adjacents.

CHAUDIÈRE DE CHAUFFAGE CENTRAL


Le bord inférieur du coupe-tirage antirefouleur est situé à au moins 2/3 de la hauteur
de l’espace d’installation au-dessus du plancher

8.2.5 Ventilation mécanique


[NBN B61-002]
Si la ventilation de l’espace d’installation est réalisée mécaniquement
le débit de ventilation doit être d’au minimum 7 ℓ/s (25,2 m³/h).

76
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

8.3 Prescriptions afin d’éviter des interactions


inadmissibles entre les dispositifs de ventilation
mécanique et les appareils d’utilisation
ouverts [TI]

8.3.1 Généralités

Un appareil de type B sans ventilateur peut être placé dans un local


de chauffe pour autant qu’il n’existe pas de communication directe
entre cet espace d’installation et la partie du bâtiment qui est ventilé
mécaniquement.

Après l’installation de l’appareil il est impératif d’en vérifier le bon


fonctionnement, le système de ventilation étant utilisé dans les
conditions les plus défavorables, p.ex. à pleine charge.

Dans le cas où le bâtiment est ventilé mécaniquement, il y a lieu


de respecter les exigences particulières suivantes.

77
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

8.3.2 Amenée mécanique et évacuation naturelle –


système B
[NBN B61-002]

1: ouverture d’alimentation
2: ouverture de transfert
3: ouverture d’évacuation
4: débouché en toiture de l’évacuation
5: ventilateur
6: débouché en toiture pour l’alimentation

Bien que la norme NBN D51-003 ne stipule pas de restrictions pour


les appareils domestiques de type A et B, autres que des chaudières
de chauffage central, en pratique on peut uniquement placer des
cuisinières gaz de type A1 et des appareils gaz de type B22 (p.ex. un
chauffe-eau) dans de tels espaces. Les autres appareils de type A et B
sont à déconseiller.

Une chaudière de chauffage central placée dans un espace ventilé


ne peut être que de type B2* .

78
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

8.3.3 Amenée naturelle et évacuation mécanique


(système C) ou amenée et évacuation mécaniques
(système D)
[NBN B61-002]

Système C
Amenée naturelle et évacuation mécanique

1: ouverture d’alimentation
2: ouverture de transfert
3: ouverture d’évacuation
4: ventilateur
5: débouché en toiture de l’évacuation

79
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

Système D
Amenée et évacuation mécaniques

1: ouverture d’alimentation
2: ouverture de transfert
3: conduit
4: ventilateur
5: débouché en toiture pour l’évacuation
6: grille d’alimentation
7: bouche d’évacuation

80
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

SEULS LES QUATRE CAS SUIVANTS SONT PERMIS.

a) Appareils de type A:
• recommandation: SEULE une cuisinière de type A1;
• ce type d’appareil peut être installé pour autant qu’il y ait
une bouche d’évacuation de la ventilation mécanique
présente dans l’espace d’installation;
• l’installation doit être conforme à § 9.2.

b) Appareils de type B avec ventilateur pour l’évacuation des produits


de combustion ou pour l’amenée d’air comburant:
• des appareils d’utilisation domestiques autres que des
chaudières de chauffage central: B14BS, B22P ou B23P;
• les chaudières de chauffage central doivent être du type
B2*;
• l’installation doit être conforme aux prescriptions spécifiques
des types;
• le conduit de raccordement doit être de type étanche à
l’air – classe de pression P1 – et être raccordé à un conduit
d’évacuation individuel étanche à l’air;
• le fonctionnement du brûleur doit être subordonné au
débit d’air du ventilateur (8).

Exemple d’une chaudière de


chauffage central dans les
conditions b)

(8) Voir aussi 9.5.1

81
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

c) Appareil avec évacuation mécanique des produits de combustion


dans un immeuble avec ventilation mécanique:
• l’installation doit être conforme à § 9.5.1.

Exemple d’une chaudière de


chauffage central dans les
conditions c)

d) Appareil avec évacuation des produits de combustion combinée à


la ventilation collective mécanique du bâtiment (VMC – gaz)
• l’installation doit être conforme à § 9.5.2.

Exemple d’une chaudière de


chauffage central dans les
conditions d)

82
8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT MODULE 7: VOLUME 2
ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION COMBUSTION ET APPAREILS

8.3.4 Hotte de cuisine, sèche-linge et appareils similaires


comportant des systèmes d’extraction vers l’extérieur
[NBN D51-003 + NBN B61-002]
En cas de possibilité de mise en dépression des espaces d’installation
suite à la mise en œuvre de hottes de cuisine, sèche-linge ou autres
dispositifs comportant des systèmes d’extraction similaires vers
l’extérieur, seuls les quatre cas sous § 8.3 sont autorisés à la condition
supplémentaire de l’aménagement d’une ouverture d’amenée d’air
extérieur présentant une section libre de minimum 160 cm² par
100 m³/h d’extraction d’air.

Dans la pratique cela signifie:


• une hotte de 60 cm a un débit d’environ 350 m³/h d’air
→ amenée d’air supplémentaire nécessaire de 350 m³/h x
160 cm²/ 100 m³/h = 560 cm²;
• une hotte de 90 cm a un débit d’environ 500 m³/h d’air
→ amenée d’air supplémentaire nécessaire de 500 m³/h x
160 cm²/ 100 m³/h = 800 cm².

→ CECI N’EST VRAIMENT PAS UNE SOLUTION PRATIQUE.

83
MODULE 7: VOLUME 2 8. LES APPAREILS À GAZ OUVERTS : AMENÉE D’AIR COMBURANT
8.LesAPPAREILSÀGAZOUVERTS:AMENÉED’AIRCOMBURANTETVENTILATIONDESESPACESD’INSTALLATION
COMBUSTION ET APPAREILS ET VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION

Interaction entre une hotte de cuisine et le conduit


d’évacuation d’un appareil ouvert

84
MODULE 7: VOLUME 2
9. LES APPAREILS OUVERTS: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

9. L ES APPAREILS OUVERTS: ÉVACUATION


DES PRODUITS DE COMBUSTION

9.1 Généralités [TI]

[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Tous les appareils sont obligatoirement raccordés à un conduit


d’évacuation des produits de combustion.

Exceptions:
a. Cuisinière, taque de cuisson, four domestique et artisanal, réchaud
et brûleur artisanal, notamment bec Bunsen.
b. Machine à laver et sèche-linge domestique de type A1AS d’une
puissance nominale maximale de 10 kW ainsi que réfrigérateur.
c. Appareils A3 installés en plein air à l’extérieur d’un bâtiment,
comme les appareils de cuisson et appareils pour le chauffage
central et/ou la préparation d’eau chaude sanitaire.
d. Aérothermes au gaz de type A3 utilisés dans des serres ou en tant
que chauffage complémentaire de locaux.
e. Séchoirs de type B22D ou B23D
f. Appareils de chauffage par rayonnement sombre ou lumineux de
type A

L’évacuation des produits de combustion des appareils repris aux


points b à d doit satisfaire aux prescriptions § 9.2.

Toutes les chaudières de chauffage central à circuit de combustion


non étanche sont raccordées à un conduit d’évacuation.
Cette exigence n’est pas applicable aux chaudières à circuit de
combustion étanche pour lesquels le système d’évacuation des
produits de combustion fait partie inhérente de la chaudière.

L’évacuation des produits de combustion comprend deux parties:


• un conduit de raccordement;
• un conduit d’évacuation.

La continuité électrique des parties métalliques des systèmes


d’évacuation des produits de combustion doit être assurée. Les
parties métalliques doivent à cet effet être rapportées au même
potentiel électrique que toutes les autres structures du bâtiment, à
l’exclusion de celles qui sont isolées ou protégées électriquement.
L’installation ne peut jamais servir de prise de terre pour une autre
installation ou un appareil électrique.

85
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

9.2 É vacuation par tirage naturel des produits de


combustion des appareils de type B

[NBN D51-003]

9.2.1 Exigences de matériaux pour les conduits de


raccordement et d’évacuation [TI]

Avant de traiter les exigences concernant la mise en œuvre et le


placement des conduits de raccordement et d’évacuation, il y a lieu
d’examiner les matériaux qui doivent être utilisés.

Les caractéristiques des produits de combustion des appareils


d’utilisation déterminent le choix du conduit de raccordement
et d’évacuation: température, pression, composition chimique,
formation de condensation, présence de suie.

Les normes NBN EN 1443 et NBN EN 1856-1 prévoient la classification


des conduits de raccordement et d’évacuation suivant leur résistance
à ces éléments par des marquages de classe différente.

On distingue notamment:
­
CLASSES DE TEMPÉRATURE:
Le caractère T suivi de la limite supérieure de la température de
service nominale admis des produits de combustion évacués par le
conduit, p.ex. T100.

CLASSES DE PRESSION:
Résistance à la pression d’évacuation des produits de combustion
→ pression = pression relative à la pression atmosphérique:
• dépression par rapport à la pression atmosphérique:
classe-N – sous-classes N1 et N2;
• surpression: classe-P avec sous-classes P1 et P2;
• surpression élevée: classe-H avec sous-classes H1 et H2.
Chaque classe de pression a des débits de fuites maximales admises
(cf. NBN B61-002 § 7.2.1.2 – Tableau 3).

CLASSES DE RÉSISTANCE AUX CONDENSATS:


Deux classes, la classe sèche (D = Dry = sèche) et la classe humide
(W = Wet = humide); en fonction du matériau utilisé, l’épaisseur de
paroi des conduits de raccordement et d’évacuation varient pour les
deux classes de résistance aux condensats(9).

(9) Voir tableau 5


86
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

CLASSES DE RÉSISTANCE À LA CORROSION:


Trois classes, numérotées de 1 à 3 pour les conduits en béton ou en
terre cuite (1 = les moins résistants à la corrosion) et de V1 à V3 pour
les conduites métalliques (V1 = les combustibles gazeux).

Conduit qui, suivant le marquage, doit avoir une résistance à la


corrosion de V2 (approprié pour tous les appareils à gaz)

CLASSE DE RÉSISTANCE AU FEU DE CHEMINÉE:


les conduits de la classe O ne résistent pas, les autres sont classés
dans la classe G et ils résistent au feu de cheminée; cette classe
de résistance est complétée par la désignation xx qui représente la
distance minimale (exprimée en mm) séparant la paroi externe du
conduit d’évacuation des matières combustibles.

Conduit d’évacuation SANS résistance


au feu de cheminée

Ces classes offrent la possibilité de faire le choix parfait pour les


conduits de raccordement et d’évacuation à utiliser.

NOTE: Ces exigences de matériaux sont valables pour tous les appareils
d’utilisation et pour tous les gaz combustibles (gaz naturel, butane et
propane commercial).

87
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

9.2.2 Choix des conduits de raccordement et


d’évacuation
Les conduits de raccordement et d’évacuation sont choisis en
fonction de l’appareil à gaz sur lequel ces conduits sont raccordés.

Choix de la classe de température en fonction de l’application à gaz


Type d'appareil à gaz Classe de température
Condensation T80 ou T160 en fonction de l’appareil OU classe supérieure
Haut rendement T200 ou supérieure
Poêles, moteurs à gaz, turbines à gaz T400 ou supérieure

Choix de la classe de pression en fonction de l’application à gaz


Type d'appareil à gaz Classe de pression
Appareil fonctionnant avec un tirage naturel et
avec un conduit d’évacuation en dépression N1 ou une classe supérieure P1 ou H1
type B11, B12, B13, B41
Appareil fonctionnant avec un conduit d’évacuation
en faible surpression P1 ou une classe supérieure H1
type B14, B22, B23, B32, B33
Appareil fonctionnant avec un conduit d’évacuation
en forte surpression H1
type B22P, B23P, moteurs à gaz, turbines à gaz
La classe 1 a une meilleure étanchéité aux fuites que la classe 2.

Choix de la classe de résistance contre les condensats en fonction de l’application à gaz


Type d'appareil à gaz Classe de résistance contre les condensats
Appareil à condensation
W
mais avec risque de formation de condensation
Autres appareils à gaz D ou la classe W, plus sévère

Choix de la classe de résistance contre la corrosion


Carburant Classe de résistance contre la corrosion
Gaz naturel, butane, propane Vm, V1 ou les classes V2 ou V3, plus sévères
Le gaz naturel, le butane et le propane sont des carburants purs contenant seulement une très faible quantité
de soufre; c’est la raison pour laquelle ces carburants n’exigent rien de particulier en matière de résistance
contre la corrosion.

Choix de la qualité du métal et de l’épaisseur des parois des conduits en métal


Comme dans le tableau IV/3

Choix de la classe de résistance contre le feu de cheminée


Carburant Classe de résistance contre le feu de cheminée
Gaz naturel, butane, propane O ou la classe G, plus sévère
Le gaz naturel, le butane et le propane sont des carburants purs; c’est la raison pour laquelle ces carburants
n’exigent rien de particulier en matière de résistance contre le feu de cheminée. Il n’y a pas de formation de
suie dans le conduit d’évacuation (par utilisation normale) qui pourrait causer un feu de cheminée.
88
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

9.2.3 Choix du matériau


Tableau 4 - Matériaux pour les conduits
de raccordement et d’évacuation [NBN B61-002]

Type de chaudière
Indication de matériau
de chauffage central
CONDUITS MÉTALLIQUES
Acier inoxydable Gaz
Espèce de matériau Aluminium numéro Gaz
conforme à conforme à numéro condensation
conforme à
EN 1856-1 EN 573-3 conforme à
ANSI
EN10088-1
10 EN AW-4047A admis admis
11 EN AW-1200A admis admis
13 EN AW-6060 admis admis
20 1.4301 304 admis interdit
30 1.4307 304L admis interdit
40 1.4401 316 admis admis
1.4404 316L
50 admis admis
1.4571 316Ti
60 1.4432 316L (*) admis admis
70 1.4539 904L admis admis

CONDUITS EN D’AUTRES MATÉRIAUX


Béton (4) admis (2) interdit (1)
Terre cuite (5) admis (2) interdit (1)
Matière synthétique (3) interdit admis (3)

* L’acier inoxydable de type 14432 – ANSI 316L* - est une nuance du


type 316L qui a une teneur élevée en molybdène (2,5 à 3 % au lieu
de 2 à 2,5 %); il est ainsi moins sensible à la corrosion par piqûres et à
la corrosion caverneuse.

(1) sauf si le système peut démontrer qu’il a une classe de résistance


aux condensats de W et une classe de résistance à la corrosion de 1;
(2) sauf si un calcul suivant la norme NBN EN 13384-1 démontre qu’il
ne peut se produire de condensation;
(3) des conduits d’évacuation en matière synthétique peuvent être
utilisés pour autant que les conditions du 3.9.8.C soient remplies;
(4) les conduits d’évacuation en béton répondent aux prescriptions
des normes NBN EN 1857; NBN EN 1858; NBN EN 12446 et prEN
13359;
(5) les conduits d’évacuation en terre cuite répondent aux
prescriptions des normes NBN EN 1457; NBN EN 1806; prEN
13063-1/-2; prEN13069.

89
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Exemple de marquage d’un conduit en inoxydable isolé


et à paroi double

9.2.4 Conduit d’évacuation


[NBN D51-003]

Généralités (“Appareils d’utilisation admis en Belgique”(10) [TI]

CONDITION GÉNÉRALE
Chaque appareil de type B est raccordé à un conduit d’évacuation
intégré ou autonome individuel.

Exception: Si les dispositions locales ne permettent pas de raccorder


chaque appareil à un conduit d’évacuation individuel, les appareils
équipés de brûleurs atmosphériques dont la puissance nominale
totale est inférieure à 70 kW par espace d’installation peuvent
être raccordés à un conduit d’évacuation collectif, à condition de
respecter les prescriptions § 3.9.9.

Conduit d’évacuation
Conduit qui mène les produits de combustion à l’extérieur du
bâtiment.

a) Un appareil alimenté en gaz naturel ne peut être raccordé


au même conduit d’évacuation collectif polyvalent qu’un
appareil utilisant un autre combustible que si et seulement si leur
fonctionnement simultané est rendu impossible.

(10) Voir aussi module 7 livre 3 : annexes

90
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

b) Les appareils de type B11 marqués CE doivent être de types B11AS,


B11BS ou B11CS à l’exception des appareils installés en plein air qui
peuvent être de type B11 (sans dispositif de contrôle supplémentaire).
NOTE: cela signifie qu’un vieil appareil de type B11, sans dispositif de
contrôle BS (p.ex. un appareil d’occasion) ne peut pas être installé dans un
bâtiment.

c) Les appareils de type B14BS doivent être raccordés à un conduit


d’évacuation individuel qui répond simultanément aux exigences
suivantes:
• le conduit de raccordement est de type étanche;
• le conduit d’évacuation individuel est du type étanche(11).
A défaut, il y a lieu de prévoir un tubage étanche(12) – de la sortie de
l’appareil jusqu’au débouché en toiture.

Un appareil de type B14 est muni d’un ventilateur intégré en aval à la


fois de la chambre de combustion/de l’échangeur de chaleur et du
coupe-tirage.

Il est interdit de raccorder des appareils de type B14BS à un conduit


d’évacuation collectif.

d) Les appareils de types B22 en B23 qui présentent au bord externe


de leur conduit de sortie:

• une surpression, doivent être de types B22P / B23P et installés


comme tels;
NOTE: Il est donc interdit de raccorder un appareil de type
B22 /B23 à une ventouse comme ça se fait avec certains appareils
de type C.

• une dépression, doivent être installés comme des appareils


de type B11BS.

Il est interdit de raccorder des appareils de type B22P et B23P à un


conduit d’évacuation collectif.

e) Les appareils de type B3 doivent être installés comme des


appareils B11BS.

f ) Les appareils de type B4 doivent être installés comme des appareils


B1 mais avec un système d’évacuation(13) conforme à celui décrit par le
fabricant dans les notices techniques d’installation.

(11) Voir aussi 9.2.4


(12) Voir aussi 9.4
(13) Le système d’évacuation pour les appareils de types B4 est l’ensemble du conduit
d’évacuation des produits de combustion et du terminal. Cet ensemble est à installer
conformément aux instructions du fabricant telles qu’indiquées dans la notice technique
d’installation faisant partie du marquage CE.

91
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

9.2.5 Mise en œuvre du conduit d’évacuation [TI]


[NBN B61-002]

Généralités
Les conduits d’évacuation de la cheminée doivent être
indépendants de la structure et des parois du bâtiment c.-à-d.
qu’en fonctionnement normal, le conduit ne peut exercer aucune
influence négative sur la structure du bâtiment (parois et planchers).

Lors de la conception du conduit d’évacuation il faut limiter les


nuisances acoustiques liées au fonctionnement de la chaudière
et transmises par le conduit d’évacuation, en prêtant attention aux
points suivants:

• dans les locaux adjacents au conduit, le niveau de bruit ne


peut dépasser la valeur maximale prévue par la norme NBN S
01-401(14);
• le choix de l’emplacement du débouché du conduit
d’évacuation se fait également en vue de respecter les
exigences de la norme NBN S 01-401;
• au cas où plusieurs conduits d’évacuation sont repris dans
une même enceinte, il faut prêter attention:
• à la transmission du bruit entre les conduits; une bonne
solution est de prévoir une paroi maçonnée entre les
différents conduits;
• au choix d’une éventuelle protection contre la pluie: afin
d’éviter une réflexion du bruit, il est recommandé d’opter
pour des protections individuelles par conduit.

9.2.6 Sécurité incendie


[NBN B61-002]

a) Conduit d’évacuation placé dans une partie séparée d’une


gaine technique

Un conduit d’évacuation peut être placé dans une gaine technique,


mais uniquement à condition qu’il soit isolé de tous côtés par une
cloison ayant une résistance au feu EI30. La figure ci-dessous illustre
ce principe.

NOTE: EI remplace le concept “Rf”, qui était utilisé auparavant pour définir
les critères de résistance au feu des constructions, des parois et des portes.

(14) NBN S 01-401, Acoustique – Valeurs limites des niveaux de bruit en vue d’éviter l’inconfort
dans les bâtiments.
92
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

EI se présente comme suit:


• la classe E = étanchéité à une exposition au feu d’un élément
de construction ayant une fonction de compartimentage;
• la classe I = isolation thermique – elle complète la classe E et
n’est jamais utilisée seule.

S’il s’agit d’un élément d’un bâtiment, ayant une fonction portante,
celui-ci sera de la classe R qui spécifie sa résistance ou sa stabilité au
feu.

L’indication de la classe est suivie d’un chiffre qui indique le nombre


de minutes pendant lequel le critère est satisfait. Le nombre de
minutes indiqué après la classe est valable pour toutes les classes qui
la composent.

Exemple: EI 30 = classes E et I pendant 30 minutes.

Gaine technique avec conduit d’évacuation


des produits de combustion

1: gaine technique munie d'une trappe 4: cloison (4 parois): EI 30


de visite 5: appareils et conduits – autres que
2: conduit d'évacuation des produits de ceux pour l'évacuation des produits
combustion de combustion
3: vide entre 2 et 4 6: l'air

L’espace (6) doit être aéré de façon que la température dans cet
espace ne puisse jamais s’élever à plus de 40°C. L’aération se fait par
des ouvertures non obturables d’une section d’au moins 50 cm².

NOTE: La température ne peut jamais s’élever à plus de 40°C parce qu’au-


delà de cette température, les composantes électroniques des appareils
risquent de ne plus fonctionner correctement.

Si la gaine technique forme un compartiment anti-feu vertical,


chacun des espaces (3) en (6) est aéré séparément.

93
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

• L’espace (3), c.-à-d. le vide entre le conduit d’évacuation et la


cloison, est aéré par un orifice non obturable dans le bas qui
aboutit à l’extérieur du bâtiment et par un orifice dans le haut
qui aboutit à l’extérieur.
• L’espace (6), c.-à-d. l’espace dans le cloisonnement de la
gaine technique, est aéré par des orifices non obturables en
bas et en haut de la gaine technique. Ces orifices aboutissent
soit à l’extérieur, soit à l’intérieur du bâtiment dans un espace
aéré.

b) Conduit d’évacuation placé dans une gaine technique


uniquement utilisé à cette fin
[NBN B61-002]

Une gaine qui est exclusivement réservée à un conduit d’évacuation:


• doit avoir une résistance au feu d’au moins 60 minutes;
• ne peut contenir aucun autre conduit ou tuyau tels
que des conduites d’eau, des caniveaux d’eau, des câbles
électriques ou de télécommunication, des conduites de gaz,
etc.;
• doit être aérée par une aération basse et haute de façon à
ce que la température dans la gaine ne dépasse jamais 40°C.

c) Conduit d’évacuation en matière synthétique


[NBN B61-002]

Conditions générales pour un conduit en matière synthétique:


• la chaudière de chauffage central est agréée et protégée de
façon à ne pas pouvoir produire, à sa sortie, des produits de
combustion dépassant 80°C;
• le conduit d’évacuation appartient à la classe de température
T120 suivant la norme NBN EN 1443 et porte le marquage CE.

NOTE: certaines qualités de matières synthétiques telles que le PVDF, le PP


et le PPS, satisfont à cette exigence.

Les conduites de raccordement et d’évacuation synthétiques doivent


toujours être protégées contre l’incendie par une enveloppe anti-feu.

Un conduit d’évacuation en matière synthétique peut être placé


dans une gaine à condition que:
• ce conduit est entouré sur toute sa longueur par la gaine;
• la gaine a une résistance au feu de EI30;
• dans cette gaine ne se trouve aucun autre conduit ou
tuyau.

Une dérogation à cette exigence est admise dans le cas de


chaudières à gaz à circuit de combustion étanche agréés comme
une unité avec leur système d’évacuation.

94
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Dans ce cas, le conduit d’évacuation en matière synthétique peut


être placé concentriquement à l’intérieur d’un conduit métallique
pour autant que l’amenée d’air comburant de la chaudière se fasse
par l’espace libre entre le conduit métallique enveloppant et le
conduit d’évacuation(15).

Le raccordement d’un conduit de raccordement à un conduit


d’évacuation en matière synthétique qui se trouve dans une gaine
à résistance à feu peut être effectué comme suit:
• pour un conduit de raccordement métallique: la transition
du métal à la matière synthétique se fait toujours à l’intérieur
de la gaine;
• pour un conduit de raccordement en matière
synthétique: dans ce cas, ce conduit doit être enveloppé
concentriquement par un conduit métallique jusqu’à
l’intérieur de la gaine.

9.2.7 Mise en œuvre du conduit d’évacuation intégré


a) Section du conduit d’évacuation [I]
[NBN D51-003 + NBN B61-002]

La section doit être telle que le tirage s’amorce naturellement quel


que soit le régime de fonctionnement de l’appareil raccordé. La
section des conduits d’évacuation doit être calculée à l’aide de
la norme NBN EN 13384-1.

Pour les conduits d’évacuation ne desservant qu’une seule


chaudière de chauffage central, on peut utiliser la méthode et les
tableaux.

Pour les conduits d’évacuation desservant plusieurs chaudières


de chauffage central, la section doit être calculée à l’aide de la
norme NBN EN 13384-2.

b) Etanchéité du conduit d’évacuation [TI]


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

L’étanchéité est telle qu’aucun dégagement des produits de


combustion ne puisse se produire si ce n’est par l’(les) orifice(s)
prévu(s) à cet effet.

L’étanchéité est obtenue par l’utilisation de conduits d’évacuation


présentant un débit de fuite d’air inférieur à 2 ℓ/s.m² lors d’un essai
sous une pression de 40 Pa. La méthode d’essai est conforme à la
norme NBN EN 1443 → classe de pression N1 conforme à la norme
NBN B61-002.

(15) Dérogation admise par le Conseil de la sécurité contre l’incendie et l’explosion à l’AR du 19
décembre 1997.
95
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

c) Parcours du conduit d’évacuation [TI]


[NBN D51-003]

Le parcours suivi se rapproche autant que possible de la verticale


à partir de la sortie de l’appareil. Les changements brusques de
direction et de section sont à éviter.

d) Débouché du conduit d’évacuation [TI]


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Pour les conduits d’évacuation à tirage naturel, la hauteur de


tirage doit être suffisante pour assurer l’évacuation des produits de
combustion et l’amenée d’air comburant frais.

Autour d’un bâtiment, différentes zones de dépression et de


surpression peuvent se produire à certains moments à cause des
effets du vent sur la toiture et sur les obstacles avoisinants.

Un conduit d’évacuation à tirage naturel doit toujours


déboucher dans la zone I ou II(16).

(16) Voir aussi module 7, livre 3 : annexes


96
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Dans la zone II, le conduit d’évacuation doit être surmonté d’un


aspirateur statique. Dans la zone I, un tel aspirateur statique peut
être placé comme protection contre la pluie.

Seuls les appareils à gaz


avec brûleur atmosphérique
peuvent avoir une hauteur de
tirage réduite à un minimum
de 2,50 m au-dessus de la
sortie de l’appareil.
Ceci à condition que le
conduit reste vertical sur
toute la longueur et que le
débouché ne se trouve pas
dans une zone en surpression
statique.

97
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

e) Protection pluie [TI]


[NBN D51-003]

Au cas où il faut s’attendre à des entrées pluviales, il est nécessaire


de prévoir le raccordement du bas du conduit d’évacuation des
produits de combustion aux égouts au moyen d’un coupe-air.

Lorsqu’une protection pluie est utilisée, la section libre entre


cette protection et le débouché du conduit d’évacuation doit
au moins être égale à deux fois la section de ce conduit et ne
peut pas comporter des parties mobiles ni présenter des ouvertures
réglables.

f) Aspirateur statique sur le conduit d’évacuation [TI]


[NBN D51-003]

Le placement de tout aspirateur statique sur le conduit d’évacuation


doit favoriser le tirage quelles que soient les conditions climatiques.
Son placement est obligatoire pour un débouché de conduit
d’évacuation dans la zone II. Les aspirateurs statiques doivent être du
type 1 suivant la norme NBN EN 13502.

Lorsque la cheminée comporte plusieurs conduits, chaque


conduit doit être muni d’un aspirateur. L’aspirateur statique ne
peut comporter ni parties mobiles ni ouvertures réglables.

Aspirateur statique

98
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

g) Isolation du conduit d’évacuation(17)


[NBN D51-003 + NBN B61-002] [TI]

Afin de réaliser le tirage nécessaire et d’éviter des condensations


inadmissibles, il y a lieu de limiter le refroidissement du conduit
d’évacuation. Ceci peut être obtenu en isolant thermiquement le
conduit d’évacuation.

Les tableaux de dimensionnement(18) ont été établis sur


l’hypothèse de base que sur toute la longueur, la résistance
thermique – de surface à surface – des parois du conduit
d’évacuation est au moins égale à 0,4 m².K/W.

Si on veut déroger à ce niveau d’isolation, le mode de calcul est


celui de la norme NBN EN 13384-1. Dans ce cas on ne peut pas
utiliser les tableaux(19).

Les matériaux sont choisis et mis en œuvre de manière à garantir le


tirage quelles que soient les conditions climatiques.

Les matériaux utilisés doivent satisfaire aux exigences suivantes:


• ils doivent résister aux températures d’essai conformément à
la norme NBN EN 1443;
• ils doivent être durables;
• les matériaux susceptibles de subir un tassement (p.ex. des
grains d’argile) sont interdits aussi bien lors du placement
d’un nouveau conduit d’évacuation que pour améliorer un
conduit existant; des billes en verre sont admises.

L’emploi des matériaux isolants se fait suivant les prescriptions du


fabricant.

h) Vacuité du conduit d’évacuation [TI]


[NBN D51-003]

Avant le raccordement d’un appareil, le conduit d’évacuation doit


être propre et libre de toute obstruction.

Tout conduit ayant été utilisé pour d’autres combustibles doit


être ramoné avant la mise en service de l’installation au gaz naturel.

(17) Voir aussi module 7, livre 3 : annexes, Conduits d’évacuation à tirage naturel
(18) Voir aussi module 7, livre 3 : annexes
(19) Voir aussi module 7, livre 3 : annexes

99
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

i) Collecteur de dépôts [TI]


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Au bas de chaque conduit d’évacuation il y a lieu de prévoir un


collecteur de dépôts éventuels avec une ouverture d’entretien et
d’inspection aisément accessible pour exécuter ces opérations.

Ouverture d’inspection

j) Évacuation de l’eau par le conduit d’évacuation [TI]


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Si l’appareil d’utilisation est à condensation, le conduit d’évacuation


est pourvu d’un tuyau résistant à la corrosion des condensats
raccordé à la cavité se trouvant au point bas du conduit d’évacuation.
Ce tuyau comporte un coupe-odeur et l’écoulement des condensats
doit être visible.
Les matériaux qui sont en contact avec les condensats sont
résistants à la corrosion.
Les condensats sont de préférence mélangés aux eaux usées
domestiques avant d’être évacués à l’égout.

100
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Évacuation d’eau de condensation


d’un conduit d’évacuation

9.3 Conditions particulières pour la mise en œuvre


d’un conduit d’évacuation autonome [TI]

a) Fixation
[NBN D51-003]

Un conduit d’évacuation autonome réalisé en éléments emboîtés


comporte des supports adéquats.

b) Protection des matériaux environnants


[NBN D51-003]

Lorsque les matériaux environnants l’exigent, une protection


efficace de l’environnement du conduit d’évacuation autonome
est réalisée en vue d’éviter tout risque d’incendie.

Aucun matériau combustible non protégé ne peut être utilisé


à moins de 0,15 m du conduit d’évacuation autonome. Une
dérogation est possible si le marquage CE du conduit d’évacuation
donne une autre indication.

101
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

c) Placement
[NBN D51-003]

Le conduit d’évacuation présente un minimum de résistance


au passage des produits de combustion. Les changements de
direction sont à éviter. Lorsqu’il est impossible de les éviter, ceux-ci
sont réalisés au moyen de courbes.

Le conduit d’évacuation autonome est réalisé de façon qu’aucun


dépôt ne puisse l’obstruer.

d) Isolation thermique
[NBN D51-003]

Le conduit d’évacuation autonome est protégé contre le


refroidissement néfaste à son bon fonctionnement.

9.4 Conditions particulières pour le tubage d’un


conduit d’évacuation existant [TI]
[NBN D51-003]

9.4.1 Généralités
• La cheminée doit être bien ramonée avant d’effectuer le tubage.
• Laisser une fente pour le passage de l’air entre le tubage et
la cheminée lorsque celle-ci est humide et détériorée par la
condensation.
• L’espace entre le tubage et la cheminée peut être rempli avec
une matière non comprimable (p.ex.: de la perlite – petites
billes en verre) lorsque la cheminée est sèche. L’utilisation
de vermiculite ou d’une autre matière comprimable ou
hygroscopique (qui absorbe l’eau) est défendue.
• La section nette du tubage est telle que l’évacuation correcte
des produits de combustion soit garantie.

9.4.2 Poser un tubage


La pose d’un tubage commence en général par le “grenaillage” du
conduit existant (“grenaillage” = laisser descendre dans le conduit
d’évacuation une bille d’un diamètre égal à celui du débouché – ce
traitement est répété avec des billes d’un diamètre toujours plus
petit). Ce traitement permet de découvrir rapidement si le conduit
comprend de forts rétrécissements.

102
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Le tubage peut être introduit après avoir nettoyé le conduit. Afin de


faciliter l’introduction de ce tubage, un cône est soit placé sur le
tubage, soit l’extrémité de ce tubage est pliée de telle sorte à
former un cône. Le tubage est introduit du haut vers le bas SANS
AUCUNE INTERRUPTION.

Le tube est suspendu à la partie supérieure du conduit en


utilisant une patte de fixation maçonnée dans le conduit ou une
pièce de suspension placée au-dessus du conduit.

La fixation du tubage à ces accessoires dépend de la matière


du tube. La pièce de suspension sert aussi à éviter que la pluie ne
s’infiltre entre la paroi du conduit et le tubage. Il est conseillé de
laisser un espace suffisant autour du système dans le conduit pour
favoriser une ventilation naturelle.

Raccorder, pour terminer, le tubage à l’appareil. Un raccord est


nécessaire pour effectuer ce raccordement.

9.4.3 Tubage au moyen d’un tube métallique flexible


• Veiller à ce que le tubage ne soit pas en contact avec d’autres
métaux étant donné que l’oxydation de ces autres métaux peut
causer l’oxydation du tubage et, de plus, un couple galvanique
peut détériorer le tubage par électrolyse; p.ex.: la hotte en acier
galvanisé ou peint, un fer à béton, une pièce en aluminium en
contact avec le tubage en inox.
• Le tubage métallique flexible doit être conforme à la norme NBN
EN 1856-2.
• N’utiliser que les matières du tableau avec une épaisseur de
paroi en fonction de la classe de résistance aux condensats
conforme au Tableau 5.

Tableau 5 Épaisseur de paroi minimale (mm) (1)


Classe de condensation Acier inoxydable Aluminium
D 0.4 0.7
Gaz
W 0.6 1.5
D: pas de condensation, W: condensation
(1): toujours soit à joint conique soit à joint torique

• Réaliser le tubage en une pièce; un manchon de raccord dans


un tube métallique flexible est un maillon faible.
• Fixer le tubage avec des brides appropriées placées à des
distances régulières dans le conduit d’évacuation.

103
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Pièce de suspension
pour un tube métallique flexible

• Un flexible à paroi intérieure annelée a une perte de pression


d’environ 3 fois la perte dans un flexible à paroi intérieure lisse. À
cause de cela, il faut choisir un tube à paroi intérieure annelé qui
a un diamètre le plus près de la valeur Dmax du diamètre calculé.
L’utilisation de flexibles à paroi intérieure lisse est préférable.

9.4.4 Tubage au moyen de tubes métalliques rigides

• Veiller aussi ici à ce que le tubage ne soit pas en contact avec


d’autres métaux étant donné que l’oxydation de ces métaux peut
causer l’oxydation du tubage et, de plus, un couple galvanique
peut détériorer le tubage par électrolyse.
• N’utiliser que les matières du tableau(20) avec une épaisseur
de paroi en fonction de la classe de résistance aux
condensats(21).
• Placer des entretoises à des distances régulières pour éviter
le contact entre le tubage et la paroi intérieure du conduit
d’évacuation.

(20) Voir aussi tableau 4


(21) Voir aussi tableau 5
104
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Suspension pour des tubes


métalliques rigides

9.4.5 Tubage au moyen de tubes en matière


synthétique

• Utiliser uniquement un tubage en matière synthétique dans


les conditions décrites dans le tableau 4;
• La sécurité incendie dicte que le passage du conduit
de raccordement métallique vers le tubage en matière
synthétique soit toujours réalisé à l’intérieur du conduit
d’évacuation maçonné existant;
• Il est défendu qu’un conduit d’évacuation en matière
synthétique sans une protection au moyen d’une enveloppe
ignifuge se trouve dans un bâtiment.

Les tubes en matière synthétique utilisés comme conduit


d’évacuation ne résistent pas aux rayons UV. Utiliser donc toujours
la plaquette de couverture et la pièce de suspension prescrites par le
fabricant.

105
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Suspension pour des tubes


en matière synthétique
1. joint en élastomère
2. plaquette de couverture
3. collier de serrage pour la
fixation à la cheminée

9.4.6 Conduit de raccordement


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Conduit de raccordement
Conduit qui raccorde le bord externe du conduit de sortie ou du
coupe-tirage de l’appareil d’utilisation au conduit d’évacuation des
produits de combustion.

9.4.7 Exécution du conduit de raccordement

a) Assemblage [MTI]
[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Le conduit de raccordement est de construction homogène.


Si celui-ci est en tôle métallique agrafé, soudé par points ou riveté
longitudinalement, le joint n’est pas placé à la génératrice
inférieure du raccordement.

La partie femelle emboitante des tuyaux est toujours dirigée dans


le sens de l’évacuation des gaz de combustion.

b) Matériaux [TI]
[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Le conduit de raccordement est réalisé en métal: l’aluminium ou


l’acier inoxydable, dont la qualité est conforme aux matériaux du
tableau 4. D’autres matériaux peuvent être utilisés pour autant qu’ils
répondent à des normes européennes de produits (marquage CE).

106
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

c) Conduits métalliques flexibles [MTI]


[NBN B61-002]

L’utilisation de conduits métalliques flexibles est admise pour


le raccordement des appareils à gaz au conduit d’évacuation
pour autant que les conditions suivantes soient respectées
simultanément:
• l’appareil est de type atmosphérique (type B1*) et n’est pas une
chaudière à condensation;
• la longueur du conduit ne dépasse pas 1 m;
• le raccordement est constitué d’une seule pièce;
• le raccordement présente une pente montante continue formant
un angle de ≤ 30° par rapport à l’axe vertical;
• le matériau correspond au tableau 4;
• le sertissage spiralé continu a une épaisseur de paroi de:
• soit pour l’aluminium d’une seule couche d’au moins 0,15 mm
ou au moins 2 couches de chacune 0,07 mm;
• soit l’acier inoxydable d’au moins une couche de 0,1 mm;
• le conduit correspond à la norme NBN EN 1856-2.

d) Isolation thermique du conduit de raccordement [TI]


[NBN B61-002]

Le conduit de raccordement doit être isolé thermiquement si:

• un refroidissement exagéré des produits de combustion est


prévisible par lequel le bon tirage du conduit d’évacuation n’est
plus garanti ou une condensation inadmissible peut apparaître;
• la sécurité d’emploi est mise en cause par une température
de surface trop élevée des parties accessibles; les températures
maximales admissibles sont (NBN EN 563, pour un temps de
contact d’une seconde):
• pour les métaux nus: 65°C;
• pour des matériaux céramiques: 80°C.

107
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

e) Protection des matériaux environnants [TI]


[NBN D51-003]

Lorsque les matériaux environnants l’exigent, une protection efficace


de l’environnement du conduit de raccordement est réalisée en vue
d’éviter tout risque d’incendie.

Aucun matériau combustible non protégé ne peut se trouver à


moins de 150 mm de la paroi extérieure du conduit de raccordement
ou d’évacuation.

On peut déroger à cette exigence dans le cas:


• d’une chaudière de chauffage central avec des conduits de la
classe de température T80: dans ce cas, il n’y a pas de restrictions;
• d’une chaudière de chauffage central avec des conduits de la
classe de température T100: dans ce cas, la distance doit être au
moins 50 mm;
• des conduits de raccordement et d’évacuation qui répondent
à des normes européennes de produits relatives aux conduits
d’évacuation (marquage CE): dans ce cas, la classe de résistance
au feu de cheminée est complétée par la désignation xx qui
représente la distance séparant la paroi externe du conduit
d’évacuation des matières combustibles, exprimée en millimètres.

Exemple: Dans l’indication d’un conduit d’évacuation “EN


1856-1-T600-N1-W-V2-L50050-G50” le nombre “50” dans l’indication
“G50” signifie: une distance de 50 mm pour les matériaux
combustibles.

f) Section du conduit de raccordement [TI]


[NBN B61-002 + NBN D51-003]

La section du conduit de raccordement est au moins équivalente


à celle de la sortie de l’appareil. Elle est régulière et constante.

En cas de tirage naturel elle ne peut, sauf le cas prévu sous le point
suivant g), être modifiée par un dispositif fixe ou mobile.

g) Clapet stabilisateur de tirage [TI]


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

La dépression des gaz de combustion à la sortie de la chaudière


est fonction de plusieurs facteurs, notamment le type d’appareil
à combustion, la hauteur et le diamètre du conduit d’évacuation,
la différence de température entre les produits de combustion et
l’extérieur et l’influence du vent.

108
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

En plaçant un clapet stabilisateur de tirage la dépression à


l’entrée du conduit d’évacuation peut rester constante.
• Un clapet stabilisateur de tirage est toujours recommandé
pour les chaudières à gaz à air soufflé;
• Un clapet stabilisateur de tirage par admission d’air dans le
conduit de raccordement n’est admissible que si l’appareil
est de type B22/B23 ou B32/B33 (les mêmes exigences que
pour les appareils B22/B23 mais toujours avec des conduits
concentriques intérieurs et extérieurs métalliques) ou B52/B53 et
un conduit d’évacuation en dépression; dans ce cas, le clapet est
installé dans le même espace d’installation que l’appareil.
• Il est interdit pour les chaudières au gaz à coupe-tirage
antirefouleur.

Clapet stabilisateur de tirage

Fonctionnement:
Le clapet stabilisateur de tirage ou le régulateur de tirage est un
clapet rond ou carré, monté sur un axe excentrique. Un contrepoids
réglable ouvre le clapet en fonction de la dépression.
Le régulateur de tirage est réglé au démarrage de la chaudière pour
obtenir la dépression souhaitée à l’ouverture de mesure à hauteur de
la sortie de la chaudière.
Le régulateur de tirage mélange l’air de l’espace d’installation aux gaz
de combustion dès que le tirage augmente, pour maintenir ainsi une
pression constante à la sortie de la chaudière.
Chaque type de régulateur de tirage a ses caractéristiques avec
une zone de fonctionnement et une courbe de fonctionnement.

109
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

h) Prise de mesure [MTI]


[NBN B61-002]

Pour autant qu’elle ne soit pas prévue sur la chaudière,


tout conduit de raccordement doit comporter au moins
une ouverture obturable, conforme aux instructions du
fabricant de la chaudière, permettant de réaliser les mesures
nécessaires afin d’évaluer le fonctionnement de la chaudière.
Cette ouverture doit se trouver à un endroit apparent,
facilement accessible.

Si le fabricant ne donne pas d’informations sur l’endroit


où l’ouverture doit être prévu, il y a lieu de le réaliser à une
distance de deux à trois fois le diamètre extérieur du
conduit, mesurée à partir du bord du conduit de sortie.

Accessoire avec deux prises


de mesure obturables

9.4.8 Raccordement au conduit d’évacuation

9.4.9 Généralités [MTI]


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Le conduit de raccordement est aussi court que possible, ne peut


jamais présenter de contre-pente et, si sa longueur excède 0,50 m,
doit au contraire présenter une pente montante vers le conduit
d’évacuation.

Il présente un minimum de résistance au passage des produits de


combustion.

110
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Les changements de direction sont à éviter. Lorsqu’il est impossible


de les éviter, ceux-ci sont réalisés au moyen de courbes.

Afin que des dépôts solides d’un conduit d’évacuation maçonné


ne puissent pénétrer dans l’appareil, l’extrémité d’un conduit de
raccordement métallique est coupée en biais et placé de façon à
dépasser la paroi intérieure du conduit maçonné sur 20 mm en
haut et 5 mm en bas.

Raccordement d’un conduit de


raccordement dans un conduit
d’évacuation maçonné

Le conduit de raccordement ne peut comporter d’autre dispositif


coupe-tirage que celui qui est prévu d’origine sur l’appareil.

9.4.10 Appareils équipés d’un conduit de sortie vertical


[MTI]
[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Les appareils de type B11BS qui ont une puissance nominale inférieure
à 70 kW, ont un conduit de raccordement qui présente un tronçon
vertical d’au moins 0,50 m.

Au-delà, du tronçon vertical, le raccordement au conduit


d’évacuation est effectué par un coude d’au moins 90°.

Lorsqu’un tronçon supplémentaire est nécessaire entre ce coude


et le conduit d’évacuation, la longueur totale du conduit de
raccordement ne peut excéder le quart de la hauteur de tirage du
conduit d’évacuation. Si la hauteur de tirage est inférieure à 8 m,
la longueur totale ne peut excéder 2 m.

La longueur totale du conduit de raccordement est mesurée


entre le bord externe du conduit de sortie ou du coupe-tirage
de l’appareil et l’entrée du conduit d’évacuation; un coude
supplémentaire est compté pour une longueur de 0,50 m.
111
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

NOTE: ces prescriptions spécifiques pour les chaudières B11* ne sont pas
d’application pour:
• les chaudières B11CS dans un système d’évacuation gaz VMC(22)
• les chaudières B22, B23, B22P, et B23P
• les chaudières B32 et B33
• les chaudières B41 (qui doivent toujours être placées selon les
prescriptions du fabricant).

Raccordement d’un appareil équipé d’un Appareil B11BS équipé d’un conduit de sortie vertical
conduit de sortie vertical de 0,5 m

9.4.11 Raccordement de plusieurs appareils de type B11BS


à un conduit d’évacuation collectif [TI]
[NBN D51-003 + NBN B61-002]
­
• Prescriptions générales
Seuls les appareils type B11BS peuvent être raccordés à un conduit
d’évacuation collectif pour autant que toutes les conditions ci-
après soient respectées:

a) le fonctionnement d’un des appareils ne peut gêner celui des


autres;
b) si les appareils fonctionnent simultanément, aucune perturbation
de tirage ne peut apparaître;
c) lorsqu’un appareil est à l’arrêt, aucun refoulement des produits de
combustion ne peut être provoqué à son coupe-tirage antirefouleur
par suite du fonctionnement des autres.

(22) Voir aussi 9.5.2


112
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

• Les appareils sont placés au même niveau du bâtiment


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Deux appareils placés au même niveau du bâtiment peuvent


être raccordés à un conduit d’évacuation collectif pour autant
qu’ils soient placés dans le même espace d’installation.

Le raccordement est réalisé:

• directement: la différence de hauteur entre les centres des


conduits de raccordement doit alors être égale ou supérieure
à deux fois le plus grand diamètre mis en oeuvre avec un
minimum de 0,50 m;

Raccordement direct à un conduit d’évacuation collectif

113
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

• par l’intermédiaire d’un raccordement collecteur dont la


section est au moins égale à 80 % de la somme des sections des
raccordements mis en oeuvre.

Raccordement collecteur à un conduit d’évacuation


collectif de deux appareils – aucun des deux est
une chaudière de chauffage central.

Seul le raccordement direct est admis pour


les chaudières de chauffage central.

Si non, des chaudières de chauffage central montées


en batterie doivent être installées.

114
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

• Les appareils sont placés à des niveaux différents du bâtiment


[NBN D51-003 + NBN B61-002]

Plusieurs appareils situés à des niveaux différents du bâtiment


peuvent être raccordés à un conduit d’évacuation collectif lorsque
le raccordement est réalisé de manière à respecter l’une des deux
conditions suivantes:

Raccordement réalisé sur un conduit d’évacuation collectif


intégré ou autonome unique
Dans le cas où les raccordements ne peuvent s’exécuter qu’à trois
niveaux différents et où la dénivellation entre l’axe du conduit de
raccordement le plus élevé et le débouché du conduit d’évacuation
est de 4 m au moins;

Conduit d’évacuation collectif intégré unique Conduit d’évacuation collectif autonome unique

115
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

Raccordement réalisé sur un conduit d’évacuation collectif


intégré multiple ou sur un conduit d’évacuation autonome
collectif combiné
Dans ce cas, chaque tronçon individuel présente une hauteur
minimale de 2,50 m et la dénivellation entre l’axe du conduit de
raccordement le plus élevé et le débouché du conduit d’évacuation
est de 4 m au moins; de plus, le nombre d’appareils raccordés au
conduit d’évacuation collectif principal en construction neuve est
limité à trois et à cinq s’il s’agit d’un conduit Shunt existant.

Raccordement à un conduit collectif multiple

Conduit d’évacuation collectif Conduit d’évacuation autonome


intégré multiple – shunt collectif combiné

116
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

REMARQUE
Si dans un bâtiment existant, trois appareils sont déjà raccordés à un
conduit d’évacuation collectif, il est possible éventuellement de placer un
quatrième appareil en faisant passer le conduit d’évacuation de l’appareil
le plus élevé dans le conduit commun collectif. Ceci n’est possible que si la
section restante dans le conduit collectif est suffisante pour l’évacuation
des trois autres appareils.

117
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

9.5 Évacuation mécanique des produits de


combustion des appareils de type B [TI]

Si une évacuation mécanique des produits de combustion s’avère


nécessaire, p.ex. parce que le tirage naturel du conduit est insuffisant,
il est toujours recommandé de placer un appareil de type C.

9.5.1 Évacuation mécanique des produits de


combustion dans un immeuble sans ventilation
mécanique contrôlée
[NBN D51-003 + NBN B61-002]

L’utilisation d’un extracteur sur un conduit d’évacuation auquel


sont raccordés des appareils avec brûleur atmosphérique est
en principe inappropriée. Cette solution n’est admise que pour
résoudre des problèmes d’évacuation dans des immeubles existants
et ne doit pas être utilisée dans une construction neuve.

Un extracteur est un dispositif à tirage mécanique externe à l’appareil


qui met le conduit d’évacuation en dépression sur toute sa longueur.

Lors de l’utilisation d’un extracteur sur un conduit d’évacuation il


est indispensable de placer dans chaque conduit de raccordement
des appareils aux différents étages, un diaphragme approprié
pour assurer au niveau de chaque raccordement le même débit
d’extraction.

Le fonctionnement des appareils doit être subordonné à la


dépression dans le conduit d’évacuation.

Un appareil de type B11CS répond à cette exigence.

Un appareil de type B11BS répond à cette exigence à condition que :

• l’appareil soit muni d’un dispositif de contrôle de tirage


thermique (TTB),
• un verrouillage subordonné à la dépression soit installé; ceci
peut être réalisé par:
• soit un pressiostat différentiel ou un contacteur à
drapeau placé juste avant l’extracteur; le contact de cet
interrupteur est doublé par un relais et chaque appareil est
verrouillé individuellement par un contact différent de ce
relais;

118
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

• soit un diaphragme avec pressiostat différentiel ou


contacteur à drapeau placé dans le raccordement de
chaque appareil individuel; le contact de cet interrupteur
verrouille l’appareil.

Le verrouillage peut être réalisé selon une des façons suivantes:


• via le circuit du thermostat d’ambiance pour une chaudière de
chauffage central;
• par interruption de l’alimentation électrique de l’appareil à gaz;
• par interruption de l’alimentation de gaz de l’appareil à gaz
au moyen d’une vanne électromagnétique placée en aval du
robinet d’arrêt de l’appareil.

Il est interdit de réaliser le verrouillage par une interruption


du circuit électrique interne de l’appareil, p. ex. en plaçant le
contact en série avec le dispositif de contrôle de l’évacuation (TTB)
ou le thermocouple. Ceci modifie l’appareil de base et la garantie du
fabricant de l’appareil tomberait.

Ventilateur avec interrupteur à clapet

Tant le calcul que l’exécution d’une telle installation est du domaine


d’un spécialiste.

Le tirage mécanique ne peut ni perturber le bon fonctionnement des


appareils ni être source de nuisance acoustique ou vibratoire.

119
MODULE 7: VOLUME 2
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS

9.5.2 Évacuation mécanique des produits de


combustion dans un immeuble avec ventilation
mécanique contrôlée
[NBN D51-003]

Dans un immeuble équipé d’une ventilation mécanique


contrôlée (VMC) on privilégie les appareils de type C. A défaut,
les appareils de type B11CS peuvent être utilisés aux conditions
suivantes:

a) la VMC a été conçue (sections, débits, pressions, arrivée d’air) pour


évacuer également les produits de combustion des appareils
d’utilisation raccordés (VMC-gaz)(23): dans ce cas le raccordement
des appareils au conduit d’évacuation collectif peut être direct; le
nombre maximum d’appareils pouvant être raccordés au même
conduit d’évacuation collectif dépend du calcul;

b) la VMC-gaz doit comporter un dispositif de sécurité collective


détectant une insuffisance de l’extraction et provoquant la
mise à l’arrêt de tous les appareils d’utilisation raccordés par
l’intermédiaire d’un relais électrique propre à chaque appareil;

c) les matériaux du conduit d’évacuation des systèmes VMC-gaz


doivent répondre aux mêmes exigences que ceux admis pour les
conduits d’évacuation des produits de combustion.

Si dans des circonstances locales particulières il n’est pas possible


d’assurer la dépression du conduit, le conduit d’évacuation doit être
de type étanche.

Lorsque le conduit d’évacuation collectif de l’immeuble est


équipé d’un extracteur mécanique externe destiné à évacuer
les produits de combustion, les appareils d’utilisation peuvent être
raccordés au conduit d’évacuation collectif, à condition de respecter
les prescriptions de sécurité susmentionnées pour la VMC-gaz,
le débit d’extraction étant calculé pour évacuer uniquement les
produits de combustion des appareils d’utilisation raccordés.

(23) Les notes d’information technique du CSTC “Code de bonne pratique – ventilation
mécanique contrôlée” NIT 106 et 109 peuvent servir pour le calcul des installations VMC-gaz.
120
10. CONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT, REMPLACEMENT, MODULE 7: VOLUME 2
10.Conditionsd’utilisationplacement
, remplacement
, cas
, particuliersetmiseenservicedesappareilsd’utilisation
CAS PARTICULIERS ET MISE EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION COMBUSTION ET APPAREILS

10. C
 ONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT,
REMPLACEMENT, CAS PARTICULIERS ET MISE
EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION

10.1 Conditions d’utilisation

[NBN D51-003]

10.1.1 Placement d’appareils d’utilisation de type B


Jusqu’au 1er septembre 2015, un appareil de type B installé dans
une chambre à coucher, salle de bain, salle de douche ou cabinet de
toilette, peut être remplacé par un appareil de type B si le remplace-
ment par un appareil de type C ne peut se faire normalement.

Dans le cas d’une chaudière de chauffage central de type B installée


dans une chambre à coucher, celle-ci peut uniquement être rempla-
cée par une chaudière de type C.

(Les appareils de type B existants installés dans une chambre à


coucher, salle de bain, salle de douche ou cabinet de toilette peuvent
rester en service pour autant que leur amenée d’air et leur évacuation
des produits de combustion répondent aux exigences imposées)

10.1.2 Placement d’un chauffe-eau de type A1AS


Un chauffe-eau de type A1AS ne peut pas être installé ni
remplacé

Jusqu’au 1er septembre 2015, un chauffe-eau de type A1AS pour-


rait être remplacé par un chauffe-eau de type A1AS sous certaines
conditions.

Les chauffe-eaux existants peuvent rester en service pour autant que


l’amenée d’air et l’évacuation des produits de combustion répondent
aux exigences imposées.

121
MODULE 7: VOLUME 2 10. CONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT, REMPLACEMENT,
9. Les appareils ouverts: ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
COMBUSTION ET APPAREILS CAS PARTICULIERS ET MISE EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION

10.1.3 Placement d’un appareil de type A ou B


dans une armoire
• Lorsqu’un appareil d’utilisation est installé dans une armoire,
un placard, un débarras ou un espace équivalent, cet espace
ainsi que celui dans lequel il se trouve, doit répondre à
toutes les règles relatives à l’aménagement des locaux
découlant de l’installation des appareils d’utilisation.
NOTE: Cela signifie que l’amenée d’air doit répondre aux prescriptions
du § 2 de ce chapitre.

• Si l’espace d’installation (armoire, placard ou similaire) n’est pas


en communication avec l’espace dans lequel il est installé (p.ex.
armoire étanche dans laquelle est placé le conduit d’évacuation
et dans laquelle l’arrivée d’air est assurée de l’extérieur p.ex. au
moyen d’un conduit) il n’y a pas lieu de prendre des dispositions
spéciales pour l’espace dans lequel est placé l’armoire ou le
placard.
NOTE: Ce placement n’est qu’une solution alternative. Supposons
qu’après le remplacement d’un appareil de type B11BS, on constate
que l’appareil se met toujours en sécurité à cause d’une hotte de
cuisine. Une des solutions est alors de mettre un caisson étanche
autour de l’appareil et d’amener l’air comburant directement de
l’extérieur.

10.2 Placement des appareils d’utilisation [TI]

10.2.1 Généralités
[NBN D51-003]

Le placement de l’appareil comprend:


• le raccordement à l’installation intérieure;
• le raccordement au conduit d’évacuation des produits de
combustion lorsque celui-ci est exigé;
• la réalisation de l’amenée d’air comburant.

L’installation doit être réalisée conformément aux notices


d’installation et d’emploi obligatoirement fournies avec l’appareil.

Lors du placement ou du remplacement d’un appareil, même sans


modification ou extension de l’installation intérieure, les règles
concernant les arrivées d’air comburant et l’évacuation des produits
de combustion relatives aux installations neuves sont d’application.

NOTE IMPORTANTE: lors du replacement d’un appareil existant on


constate souvent qu’il n’y a pas d’amenée d’air ou qu’il n’est pas conforme.
Avant la mise en service du nouvel appareil, l’installateur doit s’assurer
que l’amenée d’air réglementaire est présente..
122
10. CONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT, REMPLACEMENT, MODULE 7: VOLUME 2
CAS PARTICULIERS ET MISE EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION COMBUSTION ET APPAREILS

10.2.2 Appareils reprenant plusieurs indications de types


Les appareils reprenant plusieurs indications de types sur la
plaque signalétique (p.ex.: B23, C13, C33,…) sont approuvés pour
tous les types indiqués. Le raccordement de ces appareils au
système d’évacuation des produits de combustion doit cependant
être réalisé conformément aux exigences propres au type d’appareil.
Si un appareil est raccordé selon le type B, les exigences propres
aux appareils du type B doivent être respectées. Si un appareil est
raccordé selon le type C, les exigences propres aux appareils du type
C doivent être respectées.

10.3 Espaces d’installation pour chaudières de


chauffage central à circuit de combustion non
étanche

10.3.1 Chaudières de chauffage central avec une


puissance nominale totale installée ≤ 30 kW
[NBN B61-002]

• Ces chaudières sont installées de préférence dans un espace


qui n’est pas desservi par le système de ventilation du
bâtiment – en aucun cas dans une chambre à coucher, une salle
de bain ou une salle de douche.
• Si une chaudière est installée dans un espace desservi par le
système de ventilation du bâtiment:
• les prescriptions du § 2.2 doivent être respectées;
• la conception du système de ventilation doit être adaptée
à la norme NBN EN 12792 sauf si la chaudière est placée dans
une armoire fermée dans laquelle sont également prévues
les ouvertures d’amenée d’air permanentes;
• le niveau de bruit dans l’espace d’installation ne peut
dépasser la valeur maximale admise par la norme NBN S 01-
401.

123
MODULE 7: VOLUME 2 10. CONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT, REMPLACEMENT,
COMBUSTION ET APPAREILS CAS PARTICULIERS ET MISE EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION

10.3.2 Chaudières de chauffage central avec une puissance


nominale totale installée > 30 kW mais < 70 kW
[NBN B61-002]

Maisons unifamiliales
Ces chaudières ne peuvent pas être installées dans un espace
qui a une fonction d’habitation ou un cabinet de toilette / WC.
L’installation d’une chaudière est donc autorisée dans p.ex., un garage
ou un débarras.
Il est recommandé d’utiliser un espace qui n’a d’autre fonction que
d’espace d’installation pour chaudière de chauffage central.

Autres bâtiments
P.ex. dans des immeubles à appartements (aussi bien équipés d’une
installation de chauffage collectif que des installations individuelles),
des bureaux et des magasins.
Les chaudières de chauffage central doivent alors être installées dans
un espace technique.

• Espace technique
Espace d’installation contenant des installations fixes liées
au bâtiment ou des chaudières de chauffage central dont la
puissance nominale est supérieure à 30 kW et inférieure à 70 kW.
Dans un espace technique ne peuvent pénétrer que les
personnes chargées de la manœuvre, de la surveillance, de
l’entretien ou de la réparation des chaudières installées.
Des prescriptions relatives à la construction de tels espaces
techniques sont conformes à l’AR du 19/12/1997 concernant la
prévention contre l’incendie.

124
10. CONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT, REMPLACEMENT, MODULE 7: VOLUME 2
CAS PARTICULIERS ET MISE EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION COMBUSTION ET APPAREILS

10.4 Remplacement d’un appareil dans un


bâtiment existant [TI]

Le tableau 6 donne les dispositions qui doivent être respectées lors


Tableau 6 : Type d’appareil en fonction du remplacement ou du placement d’un chauffe-bain, chauffage
de l’application et de la nature de individuel ou chaudière de chauffage central supplémentaire dans
l’espace d’installation (voir aussi 8.12) un bâtiment existant.

Application Nature de l’espace Bâtiment existant


d’installation (maison unifamiliale, appartement, studio, …)
Appareil additionnel Remplacement d'appareil
Alimentation en Salle de bain, salle de Type C Type C
eau chaude pour douche, cabinet de toilette
bain, sabot ou chambre à coucher

Autres espaces d'installation Type C Type C


Type B- dispositions: (2) Type B- dispositions: (2)

Alimentation en Salle de bain, salle de Type C Type C


eau chaude pour douche, cabinet de toilette
douche ou chambre à coucher
Autres espaces d'installation Type C Type C
Type B- dispositions: (2) Type B- dispositions: (2)

Alimentation en Salle de bain, salle de Type C Type C


eau chaude pour douche, cabinet de toilette Type B- dispositions: (2)
lavabo, évier ou chambre à coucher
Autres espaces d'installation Type C Type C
Type B- dispositions: (2) Type B- dispositions: (2)

Chauffage Salle de bain, salle de Type C Type C


individuel douche, cabinet de toilette Type B- dispositions: (1)
ou chambre à coucher

Autres espaces d'installation Type C Type C


Type B- dispositions: (2) Type B- dispositions: (2)

Chaudière de Chambre à coucher Type C Type C


chauffage central
Salle de bain, salle de Type C Type C
douche, cabinet de toilette Type B- dispositions: (1)

Autres espaces d'installation Type C Type C


Type B- dispositions: (2)

Les dispositions à prendre ne sont valables que pour des installations avec une puissance nominale ≤ 30 kW
cf. les conditions d’application d’ouvertures de transfert en § 2.1.2.

125
MODULE 7: VOLUME 2 10. CONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT, REMPLACEMENT,
COMBUSTION ET APPAREILS CAS PARTICULIERS ET MISE EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION

(1): amenée d’air: maximum 2 orifices de transfert – minimum 150 cm²


évacuation des produits de combustion: conduit d’évacuation qui
fonctionne correctement
(2): amenée d’air: maximum 2 orifices de transfert
évacuation des produits de combustion: conduit d’évacuation qui
fonctionne correctement
(4): amenée d’air: maximum 2 orifices de transfert – minimum 150 cm²
évacuation des produits de combustion: orifice ou conduit de ventilation
haute - minimum 150 cm² - direct à l’extérieur
(*): cf. § 4.1.2

Lors du placement d’un appareil d’occasion il faut faire attention en


particulier à:
• la conformité de l’appareil en ce qui concerne la catégorie de
l’appareil (p.ex. gaz naturel Cat I2E+);
• la présence des dispositifs de contrôle prévus dans la norme –
type AS, BS ou CS;
• la présence des dispositions prévues dans le tableau IV/4 et
leurs placement correctes.

10.5 Cas particuliers

Pour:
• Les appareils de chauffage par rayonnement lumineux de type A
• Les aérothermes au gaz de type A3
• Les appareils de chauffage par rayonnement sombre de type A
ou de type B
• Les séchoirs de type B22D et B23D
• les normes spécifiques sont à chaque fois d’application.

10.6 Mise en service [TI]

[NBN D51-003]

Conformément à l’article 48 de l’AR du 28 juin 1971, l’installateur


doit toujours, à l’achèvement de l’installation intérieure neuve ou
partie neuve d’installation, transmettre une “attestation”.
Par ce document, l’installateur déclare que l’installation est réalisée
conformément aux normes NBN en vigueur.
Cette attestation doit être transmise au gestionnaire du réseau de
distribution local.

Après l’ouverture du compteur par le gestionnaire du réseau


l’installateur met l’installation en service.

126
10. CONDITIONS D’UTILISATION, PLACEMENT, REMPLACEMENT, MODULE 7: VOLUME 2
CAS PARTICULIERS ET MISE EN SERVICE DES APPAREILS D’UTILISATION COMBUSTION ET APPAREILS

La première mise en service de chaque appareil comporte:


• la vérification de l’étanchéité du raccordement de l’appareil par
badigeonnage, à la pression de fonctionnement;
• la vérification de l’exécution correcte de l’installation, notamment
l’amenée d’air et l’évacuation des produits de combustion;
• la vérification du fonctionnement de l’appareil;
• l’explication du fonctionnement et la remise de la notice
d’emploi et d’entretien à l’usager.

10.7 Résumé [MTI]

• L’espace dans lequel les appareils de combustion sont installés,


ainsi que chaque local d’une habitation, doit être ventilé. Cette
ventilation peut influencer le bon fonctionnement des appareils
d’utilisation.
• Tous les appareils d’utilisation ont besoin d’air comburant.
L’amenée de cet air doit pouvoir s’effectuer sans entraves et sa
section doit être suffisamment grande.
• Tous les appareils d’utilisation doivent être pourvus d’une
évacuation correcte des gaz de combustion. Celle-ci peut
s’effectuer par tirage naturel ou mécanique au moyen d’un
ventilateur.
• L’évacuation des appareils de type B peut être raccordée sur un
conduit d’évacuation collectif moyennant le respect de certaines
prescriptions.
• L’espace d’installation dépend du type et de l’application d’un
appareil d’utilisation.
• Sécurité : une amenée d’air comburant et une évacuation des
produits de combustion correctes permettent une sécurité
de fonctionnement de l’appareil d’utilisation – pas de produit
de combustion ou éventuellement de CO dans l’espace
d’installation.

Quelles sont les propriétés d’une ‘BONNE cheminée’ ?


• ventilée en permanence – même durant l’arrêt de l’appareil
d’utilisation ou de la chaudière,
• faible inertie – rapidement chaude sur toute sa longueur ;
• est bien isolée(24);
• est verticale, linéaire et ne présente pas de rétrécissements;
• ne comprend PAS de parties horizontales ou descendantes;
• ne provoque aucune pollution ;
• ne débouche PAS dans une zone de surpression statique ;
• est pourvue à son extrémité d’un chapeau-aspirateur la
protégeant contre la pluie ;
• l’espace d’installation de l’appareil raccordé à la cheminée n’est
pas en dépression.

(24) Voir module 7, volume 3: Annexes


127
11. LES APPAREILS À GAZ ÉTANCHES: ÉVACUATION DES PRODUITS MODULE 7: VOLUME 2
DE COMBUSTION ET AMENÉE D’AIR COMBURANT COMBUSTION ET APPAREILS

11. L ES APPAREILS À GAZ ÉTANCHES:


ÉVACUATION DES PRODUITS DE
COMBUSTION ET AMENÉE D’AIR COMBURANT

Les conduits d’amenée d’air comburant et d’évacuation des produits


de combustion, les dispositifs de raccordement de l’appareil à ces
conduits et le terminal des appareils de type C DOIVENT ÊTRE
RÉALISÉS AVEC DU MATÉRIEL PRESCRIT PAR LE FABRICANT DE
L’APPAREIL ET INSTALLÉS CONFORMÉMENT AUX INSTRUCTIONS
INDIQUÉES DANS LA NOTICE TECHNIQUE D’INSTALLATION QUI
FAIT PARTIE DU MARQUAGE CE DE L’ENSEMBLE.
Les appareils admis en Belgique doivent être agréés comme un
ensemble total (appareil + conduits + terminal).

Comme déjà mentionné dans le § 4.2.1 du chapitre III, le 2ème code


à chiffre de l’indice signifie:

5 sans ventilateur dans le circuit des produits de combustion ou


d’amenée d’air;
6 avec ventilateur en aval de la chambre de combustion (et en
amont du coupe-tirage antirefouleur - pour les appareils du
type B);
7 avec ventilateur en amont de la chambre de combustion.

Un volume libre suffisant est aménagé devant et à proximité du


débouché du terminal de telle sorte que les produits de combustion
puissent se disperser librement dans l’atmosphère sans entrer en
contact avec une paroi ou un obstacle et sans qu’ils pénètrent dans
une construction quelconque.

Les distances minimales entre le débouché du conduit


d’évacuation d’une chaudière de chauffage central et une
ouverture dans une paroi (p.ex. porte, fenêtre) ou un orifice
de ventilation sont déterminés sur base du facteur de dilution
des produits de combustion. Cette méthode est expliquée dans
l’annexe A.

L’annexe B illustre comment on peut éviter la recirculation des


produits de combustion pour les appareils de type C et donne les
distances à respecter pour éviter les nuisances de la pluie ou de la
neige.

129
12. VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION POUR CHAUDIÈRES MODULE 7: VOLUME 2
DE CHAUFFAGE CENTRAL À CIRCUIT DE COMBUSTION ÉTANCHE COMBUSTION ET APPAREILS

12. VENTILATION DES ESPACES D’INSTALLATION


POUR CHAUDIÈRES DE CHAUFFAGE CENTRAL
À CIRCUIT DE COMBUSTION ÉTANCHE [TI]

[NBN B61-002]

Les espaces d’installation pour chaudières de chauffage central


doivent être ventilés afin d’évacuer la chaleur dégagée par les
chaudières et les tuyauteries. De cette façon la température
ambiante doit être limitée à 40°C.

SI LE RAPPORT

Puissance nominale des appareils installés (kW)


≤ 35
Volume de l’espace d’installation

il n’est pas nécessaire de prendre des dispositions spéciales pour


évacuer les pertes de chaleur.

Exemple: une chaudière avec une puissance nominale de 60 kW est


placée dans un espace d’installation avec un volume de 2 m³.

60
= 30; ≤ 35  en ordre
2

SI LE RAPPORT

Puissance nominale des appareils installés (kW)


> 35
Volume de l’espace d’installation

• la section, tant pour l’orifice d’amenée que pour l’orifice


d’évacuation, est de 1 cm²/kW de puissance nominale
installée, avec un minimum de 50 cm²;
• ces orifices permanents, non obturables, doivent déboucher dans
un espace bien ventilé ou directement à l’air libre – les fentes
en bas et en haut de la porte peuvent servir comme orifice de
ventilation.

Exemple: une chaudiere avec une puissance nominale de 60 kW est


placee dans un espace d’installation avec un volume de 1 m3.

60
= 60; > 35  ventilation haute et basse de 60 cm3 chacun
1

131
MODULE 7: VOLUME 2
13.13. SÉCURITÉ
SÉCURITÉ INCENDIE
INCENDIE desDES APPAREILS
APPAREILS ÉTANCHES
ÉTANCHES [TI]
COMBUSTION ET APPAREILS

13. SÉCURITÉ INCENDIE DES APPAREILS


ÉTANCHES [TI]

[NBN B61-002]

Le conduit d’évacuation en matière synthétique d’une


chaudière à gaz à circuit de combustion étanche agréé comme
une unité avec le système d’évacuation, ne doit PAS être placé
dans une gaine. Dans ce cas, le conduit d’évacuation en matière
synthétique peut être placé concentriquement à l’intérieur d’un
conduit métallique pour autant que l’amenée d’air comburant
de la chaudière se fasse par l’espace libre entre le conduit
métallique enveloppant et le conduit d’évacuation.

Exemple d’une installation d’appareils du type C4*

Si le conduit extérieur d’un système de conduites d’amenée et


d’évacuation d’appareils C3* ou C4* est métallique, il n’y a pas de
conditions supplémentaires en ce qui concerne l’aération des
espaces dans lesquels se trouvent ces conduits.

NOTE: L’A.R. de 12/1997 concernant la sécurité incendie, reste toujours


en vigueur, p. ex. en ce qui concerne le compartimentage d’un bâtiment
et les exigences spécifiques lors du passage entre deux compartiments
comme le placement de manchons résistants au feu.

133
MODULE 7: VOLUME 2
COMBUSTION ET APPAREILS

NOTES

134
Les manuels ont été réalisés grâce à la contribution des organisations suivantes :

fvb•ffc Constructiv
rue Royale 132/5, 1000 Bruxelles
t +32 2 210 03 33 • f +32 2 210 03 99
ffc.constructiv.be • ffc@constructiv.be

© fvb•ffc Constructiv, Bruxelles, 2015.


Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation, sous quelque forme que ce soit, réservés pour tous les pays.
CHAUFFAGE CENTRAL

1. Générale
1.1 Chauffage central: généralités et dessins techniques d’installations
1.2 Tuyaux: matériaux, façonnage, joints et fixations

2. Transport de chaleur et emission thermique


2.1 Transport de chaleur: pose de canalisations
2.2 Transport de chaleur: principe, protection et entretien de l’installation
2.3 Emission thermique: corps de chauffe et accessoires

3. Production de chaleur
3.1 Production de chaleur: chaudières de chauffage
3.2 Production de chaleur: accessoires d’installation et instructions de montage

4. Calcul des déperditions thermiques


4.1A Calcul des déperditions thermiques: élaboration théorique *
4.1B Calcul des déperditions thermiques: mise en oeuvre pratique *

5. Technologie de brûleur
5.3A Technologie de brûleur - Brûleurs à mazout: Le mazout: Caractéristiques et stockage
5.3B Technologie de brûleur - Brûleurs à mazout: Fonctionnement et éléments
5.3C Technologie de brûleur - Brûleurs à mazout: Le contrôle et l’entretien de combustion

7. Installations au gaz
7.1 Installations au gaz: canalisations de gaz naturel
7.2 Installations au gaz: combustion et appareils
7.3 Installations au gaz: annexes

* les feuilles de calcul sont disponible sur le site web

BUILDING your LEARNING


la bibliothèque numérique
Fonds de Formation professionnelle de la Construction
F263CC
Le mazout : caractéristiques et stockage

9000000000512