Vous êtes sur la page 1sur 8

Soins I Certificat

Caroline Jullien1, William Bellanger1,


Catherine de Casabianca1,
Aline Ramond-Roquin1, Pierre Abraham2,
Recommandations
Laurent Connan1, Anne-Victoire Fayolle1 concernant le certificat
1. Département universitaire de médecine
générale, Université d’Angers. de non-contre-indication
2. Laboratoire d’explorations fonctionnelles
vasculaires, centre régional de médecine à la pratique du sport dans
les pays ayant un mode de vie
du sport du CHU d’Angers.
annevictoire.fayolle@univ-angers.fr
exercer 2017;132:172-9.
proche de celui de la France
Revue narrative de la littérature
Recommendations regarding sport pre-participation
certificate in countries whose populations have similar
lifestyles as France. A narrative literature review

INTRODUCTION de cardiologie (SFC) suit le consensus


de la Société européenne de cardio-
Le certificat de non-contre-indication logie  (ESC)7 et recommande depuis
à la pratique du sport (CNCIPS) en com- 2009 la réalisation d’un électrocardio-
pétition est obligatoire en France et régi gramme (ECG) tous les 2 ans pour les
par la loi n° 99-223 du 23 mars 1999 sportifs de 12 à 35 ans8. En 2014, le
relative à la protection de la santé des conseil scientifique du Collège national
sportifs et à la lutte contre le dopage1. des généralistes enseignants (CNGE) a
Toute personne doit consulter un renouvelé son avis défavorable sur la
médecin afin d’obtenir ce certificat réalisation de cet ECG, considérant que
valable un an avant une pratique en cette recommandation repose sur un
compétition2,3. Aucun texte de loi ne très faible niveau de preuve et repré-
précise ce que les médecins doivent sente un coût élevé pour la société9.
rechercher lors de leur examen. Tout La Société française de médecine de
médecin inscrit à l’Ordre et se sentant l’exercice et du sport (SFMES) propose
compétent peut pratiquer cet examen. aux médecins et sportifs des fiches
En France, on compterait chaque pratiques relatives à la consultation
année entre 500 à 1 000 décès par mort de non-contre-indication à la pratique
subite liée au sport4,5. Au-delà de 35 ans, du sport : autoquestionnaire à remplir
l’étiologie la plus fréquente des morts par le patient et contenu de l’examen
subites des sportifs est l’athérome physique recommandé10. Elle rejoint la
coronarien, alors qu’avant 35 ans on position de la SFC sur la place de l’ECG.
retrouve des pathologies congénitales On observe une hétérogénéité des
comme les cardiomyopathies6. pratiques chez les médecins généra-
Les sociétés savantes françaises ont listes français. Près d’un quart d’entre
des avis divergents quant à la perti- eux ne recherche pas les antécé-
nence et aux modalités d’un dépistage dents familiaux d’un patient de moins
des pathologies cardiaques pouvant de 20 ans et l’ECG n’est réalisé qu’en
être à l’origine d’une mort subite chez cas d’anomalie retrouvée à l’examen
le sportif. Les médecins généralistes, clinique11,12.
premiers concernés, n’ont pas émis de Le CNCIPS peut être perçu comme
Liens d’intérêts : recommandations sur le contenu de un obstacle à la pratique sportive, pour-
les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit
d’intérêts en relation avec le contenu de cet
la consultation conduisant à la rédac- tant considérée comme un objectif de
article. tion du CNCIPS. La Société française santé publique. En janvier 2014, un col-

exercer
172 # 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7
loque de l’association Sport et Démo- MÉTHODES Résumés de recommandations ou
cratie a lancé des pistes de réflexion recommandations ayant fait l’objet
pour limiter ce frein13. Il a été proposé Revue narrative de la littérature d’une mise à jour (autrement dit : seule
de garder un certificat médical à des menée par un investigateur unique. la version la plus complète et la plus
moments clés (lors de la 1re licence Les bases de données suivantes ont récente a été incluse).
sportive ou lors de la reprise d’activité été interrogées entre janvier 2004 et Pour chaque pays, les données sui-
sportive après 35 ans), d’utiliser des juillet 2015 : Google scholar, CISMeF, Med- vantes ont été librement extraites des
autoquestionnaires ou encore d’ex- line, Sudoc, ScienceDirect, Web of science et références : existence ou non d’une
ploiter les visites médicales scolaires. Cairn ; en français, anglais et espagnol, législation, date de mise en œuvre,
Au niveau mondial, l’intérêt d’un avec les mots-clés suivants : « certificat population concernée, professionnels
dépistage de masse et plus spécifique- de non-contre-indication/d’aptitude » ; concernés, périodicité de l’examen, uti-
ment la place de l’ECG systématique « sport » ; « médecine générale/de famille » ; lisation ou non d’un questionnaire et
font débat. Des données italiennes font « pré-participation screening » ; « physical déroulement de l’examen.
souvent office de référence dans ce examination » ; « mass screening » ; « gene-
débat. En Italie, un dépistage associant ral practitioner/physician » ; « guidelines » ;
interrogatoire, examen physique et « reconocimientos médicos » ; « medico- RÉSULTATS
ECG de repos à 12 dérivations est obli- deportivos » ; « practica deportiva/deporte » ;
gatoire depuis 1971 pour les athlètes « aptitud ». Des recherches ont aussi Deux cent une références uniques
participant à des compétitions. Une été réalisées sur les sites internet des ont été identifiées, parmi lesquelles
étude de 1998 a suggéré l’efficacité de sociétés savantes de médecine géné- trente ont été incluses dans la revue
ce dépistage pour détecter les patients rale, cardiologie et médecine du sport (figure).
à risque de mort subite présentant de chaque pays. Ces dernières ont été Les références incluses concernaient
une cardiomyopathie hypertrophique contactées par courrier électronique, en l’ensemble des pays ciblés par la revue,
(CMH)14. Une autre étude publiée en français, anglais ou espagnol en fonction à l’exception de l’Autriche et du Portu-
2006 a estimé que ce dépistage per- du pays. Les bibliographies des articles gal. Les principaux résultats par pays
mettait de diminuer de 89 % l’incidence lus ont aussi été analysées pour identi- sont détaillés dans le tableau.
annuelle de mort subite cardiovascu- fier d’autres références. On distingue ainsi 5 pays ayant une
laire chez les sportifs15. Aucune autre législation rendant obligatoire l’exa-
étude n’a confirmé ces résultats italiens. Critères d’inclusion men médical de dépistage avant la
Au contraire, l’incidence des morts Pays : Allemagne, Belgique, Espagne, pratique du sport (Espagne, Israël, Ita-
subites liées au sport dans une région Grande-Bretagne, Italie, Luxembourg, lie, Luxembourg et Belgique), et 6 pays
américaine, comparable à la région de Suisse, Portugal, Autriche, Australie, dans lesquels, en l’absence de législa-
Veneto, et où aucun dépistage systé- Canada, États-Unis et Israël. tion spécifique, des sociétés savantes
matique n’était pratiqué, a été trouvée Types de documents : textes de de médecine du sport, de médecine
similaire à l’incidence italienne après l’in- lois et recommandations de sociétés générale et de cardiologie proposent
troduction du dépistage16. Les résultats savantes de médecine générale, de des recommandations (Allemagne, Aus-
italiens n’ont pas non plus été repro- médecine du sport et de cardiologie. tralie, Canada, États-Unis, Grande-Bre-
duits en Israël où le dépistage de masse Contenu des documents : descrip- tagne et Suisse). Parmi les recomman-
et l’ECG sont pourtant obligatoires17. tion des stratégies de dépistage mises dations des sociétés savantes, seule
Aucun essai randomisé comparant en œuvre concernant la rédaction d’un la Société de médecine du sport de
l’utilisation de l’ECG à sa non-utilisation CNCIPS, notamment en termes d’auto- Grande-Bretagne (BASEM) ne préconise
dans une même population n’a été réa- questionnaires, d’anamnèse, d’examen pas de dépistage systématique avant la
lisé, principalement pour des raisons de clinique, d’examens paracliniques et, le pratique sportive.
faisabilité (faible incidence du critère de cas échéant, les modalités d’organisa-
jugement, c’est-à-dire de la mort subite tion du dépistage, les médecins prati- Utilisation des auto-
et donc coûts majeurs)18. quant ce dépistage. questionnaires
L’objectif de ce travail était de décrire Population-cible du dépistage : Les sociétés de médecine du sport
les recommandations concernant la population générale pratiquant le sport d’Allemagne, d’Australie et du Canada
consultation conduisant à la rédaction de loisir. recommandent l’utilisation d’auto-
d’un CNCIPS en population générale questionnaires par le sportif, puis une
pratiquant le sport de loisir dans des Critères d’exclusion consultation médicale uniquement s’il
pays dont le mode de vie est proche de Documents relatifs aux athlètes de répond positivement à une des questions.
celui de la France, qu’il s’agisse de textes haut niveau ou professionnels. Un questionnaire canadien créé en
de loi ou de recommandations émises Documents très spécialisés d’un 1994 par la Société canadienne de phy-
par des sociétés savantes. point de vue cardiologique. siologie de l’exercice (SCPE) et révisé

exercer
# 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7 173
Soins I Certificat

Références trouvées sur les bases Références trouvées sur les sites Références envoyées par les sociétés
Identification

de données (n = 157) internet des sociétés savantes (n = 27) savantes (n = 28)

Retrait des doublons


(n = 11)

Références étudiées sur résumé


(n = 201)
Sélection

Hors sujet
(n = 62)

Références étudiées sur texte intégral


éligibles pour analyse (n = 139)
Ne correspondent
pas aux critères
d’inclusion (n = 109)
Inclusion

Références inclues dans l’analyse


(n = 30)

Figure - Diagramme de flux

en 2011 fait référence dans ce cadre : Si le futur sportif répond positivement Anamnèse et examen clinique
le QAAP (questionnaire sur l’aptitude à à l’une des questions, il lui est conseillé Leur contenu est plus ou moins
l’activité physique)19. Ce questionnaire de consulter un médecin. détaillé en fonction des recommanda-
est considéré valide pour 12 mois en Les 2e et 3e parties du questionnaire tions ou législations. Le Collège amé-
l’absence d’évolution de l’état de santé sont réservées aux patients qui ne sont ricain de médecine du sport (ACSM) a
de la personne. Le sportif doit répondre pas à haut risque. L’objectif est de participé en 2010 à l’élaboration d’une
à 7 questions. S’il répond positivement à dépister des facteurs de risque à travers recommandation commune avec
l’une d’elles, il doit remplir un question- les antécédents familiaux, la consom- l’Académie américaine de médecine
naire complémentaire et consulter un mation tabagique, l’hypertension arté- de famille (AAFP) et 4 autres sociétés
médecin, ou encore remplir un dernier rielle (HTA), le diabète, le cholestérol et savantes. Il s’agit du 4th PPE Monograph24
questionnaire en ligne (le ePARmed-X+) de classer les sportifs à « bas risque » décrivant le déroulement d’un examen
à l’issue duquel des conseils sont don- ou à « risque modéré » afin d’adapter type comportant des questions sur les
nés concernant la conduite à tenir20. Ce l’intensité de leur activité physique23. antécédents personnels et familiaux,
questionnaire a été repris en Allemagne En comparant ces autoquestion- sur des symptômes cardiovasculaires
par la DGSP (Fédération allemande de naires, on retrouve 4 questions com- à l’effort et sur le système articulaire.
médecine du sport et de prévention) munes : Il comporte également un examen
dans ses recommandations de 200721. – vous a-t-on déjà dit que vous aviez clinique musculo-squelettique, une
Elle l’utilise comme première étape de un problème de cœur, une HTA ou auscultation cardiopulmonaire et la
son dépistage. Elle y a ajouté un ques- « avez-vous fait une attaque » ? recherche des pouls25.
tionnaire complémentaire regroupant – avez-vous déjà ressenti une dou-
les antécédents personnels et fami- leur thoracique au repos ou à l’effort ? Utilisation de l’ECG
liaux, les facteurs de risque, les plaintes – présentez-vous des problèmes En Australie et Grande-Bretagne, les
actuelles ainsi que l’historique sportif. osseux, articulaires ou au niveau des sociétés de cardiologie considèrent qu’il
En Australie, plusieurs organisations parties molles pouvant s’aggraver lors est nécessaire d’avoir plus de données
ont collaboré pour développer un auto- de la pratique sportive ? avant de se prononcer sur l’intérêt
questionnaire22. – voyez-vous (ou votre médecin vous d’un dépistage par ECG26,27. La Société
Une première partie du question- a-t-il déjà donné) une autre raison pour cardiologique suisse suit l’avis de la
naire comporte 7 questions visant à laquelle vous ne devriez pas être davan- Société européenne de cardiologie7 et
identifier les patients à « haut risque ». tage actif ou faire du sport ? recommande un interrogatoire familial,

exercer
174 # 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7
personnel, un examen physique et un gique car elles ne s’appuyaient pas sur Une revue de la littérature, publiée en
ECG à 12 dérivations. Aux États-Unis, on un registre national29. Plusieurs pays 2015, a repris 15 articles et comparé les
ne retrouve pas dans les recomman- ou associations réclament la création spécificités, sensibilités et faux positifs
dations de l’ACSM la réalisation systé- d’un registre des morts subites liées induits par un dépistage utilisant l’ECG
matique de l’ECG. En 2014, l’American au sport afin de quantifier l’incidence ou uniquement l’histoire et l’examen
College of Cardiology (ACC) et l’Ameriacn de façon plus fiable. clinique. Elle a conclu que l’ECG était
Heart Association (AHA) ont mis à jour le plus efficace pour la détection des
leurs recommandations et estimé que Disparités des recommandations maladies cardiovasculaires chez les ath-
les données disponibles étaient insuf- et des pratiques lètes32. Il serait 5 fois plus sensible que
fisantes pour recommander l’utilisation Il existe une vaste hétérogénéité l’histoire clinique et 10 fois plus sensible
de l’ECG comme outil de dépistage des recommandations entre les pays, que l’examen physique.
universel. Ils défendaient l’idée d’une et parfois au sein d’un même pays. La Une étude suisse a étudié le coût
plus large diffusion des défibrillateurs Belgique se caractérise par plusieurs de l’ECG et a conclu que son utilisation
externes pour sauver des vies28. communautés ayant des législations était faisable et acceptable. Elle a insis-
différentes. Aux États-Unis, plusieurs té sur l’interprétation des ECG par un
recommandations coexistent. En spécialiste33. Une étude américaine de
DISCUSSION termes de pratiques observées, on 2010 concluait que l’utilisation de l’ECG
note également des écarts importants. pouvait être rentable. L’ajout de l’ECG
Forces et faiblesses de l’étude Une étude de 2000 a recueilli les don- permettrait de sauver 2,06 années de
En Europe, pour des raisons de fai- nées de plusieurs universités et lycées vie pour 1  000 athlètes en augmen-
sabilité, l’analyse s’est limitée aux pays des États-Unis entre 1995 et 1997 et a tant le coût de 89 $ par athlète34. Ces
limitrophes de la France, alors que comparé leurs pratiques, notamment deux études ont été réalisées en struc-
d’autres avaient sans doute un mode par rapport aux points clés de l’AHA. tures spécialisées de cardiologie ou de
de vie proche de celui de la France. L’examen était conduit par un médecin médecine du sport et pourraient ne
Pour l’Autriche et le Portugal, aucune dans 85 % des cas ; par des infirmiers pas s’appliquer en population générale.
recommandation n’a été retrouvée et ou des entraîneurs sportifs dans les Une autre étude américaine de 2015
les sociétés savantes n’ont pas répondu autres cas. Par ailleurs, seuls 26 % des concluait que l’utilisation en routine de
aux différents courriers électroniques. établissements interrogés utilisaient au l’ECG n’était pas nécessaire devant la
moins 9 items sur les 12 recommandés faible incidence des morts subites liées
Incidence des morts subites par l’AHA30. Ces différences pourraient au sport et devant le fait que les résul-
liées au sport s’expliquer par la taille et l’importance tats italiens n’ont jamais été retrouvés,
Les morts subites liées au sport, qui de la population américaine ayant de notamment en Israël35.
sont les principaux événements que multiples origines géographiques et Se pose aussi la question de l’in-
l’on cherche à réduire par un dépis- ethniques. terprétation de ces ECG. Il faut une
tage pré-participatif, sont des accidents formation particulière pour pouvoir
rares. Il y a dans le monde un débat Place de l’ECG dépister certaines anomalies ou dif-
sur leur incidence, qui diffère d’un pays La place de l’ECG dans le dépistage férencier ce qui est pathologique de
à l’autre et même parfois au sein d’un pré-participatif est un des points clés certaines adaptations physiologiques
même pays (notamment lié à des dif- du débat international. Les études ne du cœur des sportifs se traduisant par
férences entre les ethnies). Ainsi, les remettent pas en cause l’intérêt théo- des modifications ECG36. Des critères
pays n’ont pas tous les mêmes objectifs rique et le potentiel pour dépister des spécifiques ont été mis en place par les
de santé publique selon la prévalence anomalies cardiaques silencieuses. Les cardiologues en 2012 – les critères de
des décès liés au sport. Les chiffres questions se posent surtout concernant Seattle ­– afin d’aider à différencier les
donnés ne sont que des estimations le coût, la rentabilité, le taux de faux anomalies physiologiques et patholo-
car il n’existe pas, dans la plupart des positifs, les infrastructures nécessaires giques retrouvées chez les sportifs37.
pays, de registre recensant les morts et les ressources pour financer ce pro-
subites liées au sport. Dans une étude gramme de santé. Place de l’échographie
israélienne de 201117, elles ont été Une étude américaine de 2014, cardiaque
comptabilisées à partir des 2 princi- comparant les performances du PPE- Certaines anomalies structurelles
paux journaux nationaux. Il n’a pas été 4th Monograph et de l’ECG, a retrouvé cardiaques ne peuvent pas être détec-
retrouvé d’effet significatif, du fait de un faible taux de faux positifs en utili- tées par l’examen physique et l’ECG
l’introduction de l’ECG systématique, sant des critères modernes d’interpré- seuls. Certains préconisent donc la réa-
sur l’incidence des morts subites. Cette tation de l’ECG, et suggéré que l’ECG lisation d’une échographie cardiaque
étude et ses conclusions ont été criti- permettait d’améliorer la détection des au moins une fois au début de l’activité
quées d’un point de vue méthodolo- pathologies à risque de mort subite31. sportive pour améliorer l’efficacité du

exercer
# 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7 175
Soins I Certificat

Source Date
Pays Population concernée
de la recommandation de mise en œuvre

Sportifs nécessitant une surveillance médicale


périodique (football, athlétisme, natation…)

Luxembourg Législation 1980, dernière révision 2012 en
Sportifs nécessitant une surveillance médicale
unique (danse, tir à l’arc, sport équestre)
Sportifs ne nécessitant pas d’examen médical
(billard, pétanque, golf…)

Italie Législation 1982, dernière révision 2014 Sportifs participant à des compétitions pé
si p


Israël Législation 1983, dernière révision 2014 Tout sportif
en


Espagne Législation 2013 Non précisé par la loi, dépend du sport
en


Communauté flamande : 2013 Décision déléguée aux organisations sportives
en
Presque tout sportif ; dans certains cas, une
Législation, différente Mé
Belgique Communauté française : 2014 déclaration sur l’honneur de non-contre-indication
pour chaque communauté en
à la pratique du sport suffit
Communauté germanophone : Mé
Sportifs pratiquant un sport de combat et le cyclisme
2006 en

Grande-Bretagne BASEM


Allemagne DGSP Dernière révision 2007 Sportifs > 35 ans ou présentant des FDR
en

Sociétés de médecine
Australie Dernière révision 2011 Tout sportif NP
du sport australiennes


Canada SCPE Dernière révision 2011 NP
en
ACSM + Académie de
médecine de famille 2010
+ 4 autres sociétés savantes

États-Unis Recommandations Tout sportif
2013 en
complémentaires ACSM

AHA Dernière révision 2014


Suisse SSMS Sportifs > 14 ans si compétition
en
Tableau - Recommandations concernant la non-contre-indication à la pratique du sport par pays étudié
ACSM : Collège américain de médecine du sport ; AHA : Association de cardiologie américaine ; BASEM : Association britannique du sport et de la médecine ; SCPE
DGSP : Fédération allemande de médecine du sport et prévention ; EAL : exploration d’une anomalie lipidique ; FDR : facteur de risque ; FEMEDE : Fédération espagnole de médecine comp
du sport ; FRCV : facteur de risque cardiovasculaire ; IMC : indice de masse corporelle ; NP : non précisé ; QAAP : questionnaire sur l’aptitude à l’activité physique (Canada) ; comp

exercer
176 # 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7
Professionnels Utilisation Contenu
Périodicité
concernés d’un questionnaire de la consultation

Examen à des âges précis


(à partir de 7 ans puis à 12,
15, 18, 22, 30, 35, 40, 45
Médecin habilité Anamnèse ; examen clinique ; albuminémie ;
et 50 ans) Non
en médecine du sport glycosurie ; ECG de repos ; épreuve d’effort conseillée
pour homme > 40 ans ou femme > 45 ans
avec FDRCV

Médecin généraliste, Examen clinique annuel


Anamnèse ; examen clinique dont la tension artérielle ;
pédiatre ou spécialiste ECG de repos au moins Non
ECG selon les cas ; épreuve d’effort si examen positif
si pathologie spécifique une fois dans la vie

Oui : antécédents
Médecin habilité Examen clinique cardiaques, traitements, Examen clinique ; ECG de repos ± épreuve d’effort
en médecine du sport et ECG annuels symptômes à l’effort et en fonction de l’âge et du sport
antécédents familiaux

Non précisé par la loi, proposition de la FEMEDE :


Médecin habilité Dépend du sport ;
Oui anamnèse ; examen clinique cardiovasculaire et
en médecine du sport recommandé tous les 2 ans
locomoteur ; anthropométrie et ECG de repos

Médecin habilité Décision déléguée aux Décision déléguée aux


Décision déléguée aux organisations sportives
en médecine du sport organisations sportives organisations sportives

Médecin habilité
n NP Non Examen clinique et examens complémentaires si besoin
en médecine du sport

Médecin habilité
me NP Non NP
en médecine du sport

Pas de dépistage systématique avant pratique sportive

Uniquement si « oui » à une question


2 à 3 ans si < 35 ans Oui, autoquestionnaires
Médecin qualifié de l’autoquestionnaire ; IMC ; TA ; examen articulaire
et 1 à 2 ans si > 35 ans (QAAP ± questionnaire
en médecine du sport et cardiovasculaire ; ECG de repos, si > 35 ans : EAL
ou FDR complémentaire)
et glycémie à jeun

Oui, autoquestionnaire
classant les sportifs Uniquement si sportif classé à « haut » risque,
NP NP
en « bas », « modéré » contenu NP
ou « haut » risque

Médecin habilité Annuel, sauf si évolution Oui, autoquestionnaires Uniquement si « oui » à une question
en médecine du sport de l’état de santé (QAAP) de l’autoquestionnaire

Examen suivant les recommandations


Oui
de la 4th PPE Monograph

Médecin qualifié Oui autoquestionnaires


NP
en médecine du sport (QAAP + questionnaire
réalisé avec AHA)
Oui, en particulier pour Anamnèse ; examen clinique : ECG et échographie
sportifs des universités cardiaque si anomalie
Médecin habilité Anamnèse ; examen clinique ; ECG de repos
Annuel Non
en médecine du sport tous les 1-2 ans

SCPE : Société canadienne de physiologie de l’exercice physique ; SSMS : Société suisse de médecine du sport ; TA : tension artérielle ; 4th PPE Monograph : examen pré-participatif
comportant des questions concernant les antécédents personnels et familiaux du patient, l’histoire personnelle de symptômes cardiovasculaires à l’effort et le système articulaire,
comporte également un examen musculosquelettique, une auscultation cardiopulmonaire et la recherche des pouls.

exercer
# 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7 177
Soins I Certificat

dépistage38. Là encore, le débat se situe ralistes. Pourtant, cette consultation des éléments personnels ou familiaux
sur la faisabilité et le coût de cet exa- présente un intérêt pour ces derniers, et d’un examen physique centré sur
men dans la pratique courante. Comme qui voient ainsi en consultation une l’appareil locomoteur et cardiovascu-
pour l’ECG, outre la disponibilité d’un partie de la population qui consulte laire avec prise de la tension artérielle.
personnel qualifié pour réaliser cet rarement. Cela permet d’aborder L’ECG est souvent recommandé. Il n’y
examen opérateur-dépendant et l’in- des mesures de prévention, de santé a pas de périodicité commune à tous
terpréter, la question du coût se pose. publique, de vérifier les vaccinations les pays, mais beaucoup s’accordent à
ou de suivre la croissance des jeunes dire que cet examen devrait être réali-
Utilisation des défibrillateurs patients. Ces derniers n’iraient sans sé par un médecin ayant des qualifica-
externes doute pas voir leur médecin traitant si tions spécifiques. Les médecins géné-
Les défibrillateurs sont un moyen de cette consultation était confiée à des ralistes ne sont pas souvent cités au
lutter contre les morts subites. Outre médecins spécialisés dans le sport niveau international comme ayant un
la prévention et le dépistage, il a été ou à des cardiologues. Cet aspect a rôle actif dans la consultation en vue
montré que le seul facteur jouant sur la été retrouvé notamment dans une de l’obtention du CNCIPS. Les médecins
survie dans le cas d’un arrêt cardiaque étude de pratique des médecins du sport semblent favoriser l’utilisation
sur un terrain de sport était le délai généralistes de 2010. 60,3 % des d’autoquestionnaires.
entre l’arrêt cardiaque et l’utilisation médecins interrogés déclaraient que Ce travail a permis de faire un état
du défibrillateur39. Plusieurs articles cette consultation était l’occasion de des lieux des recommandations dans
insistent sur le fait qu’il faut combiner voir une partie de la population qui divers pays du monde ayant un mode
la prévention primaire visant à identi- consulte peu11. de vie proche de celui de la France.
fier les sportifs à risque de mort subite Ces données peuvent utilement
à une prise en charge curative sur les contribuer à la réflexion visant à uni-
terrains de sports via l’utilisation des CONCLUSION formiser la consultation en vue de l’ob-
défibrillateurs40,41. tention d’un CNCIPS en France. Cette
Il n’y a pas de consensus internatio- réflexion doit intégrer à la fois la faisa-
Une consultation importante nal sur le contenu de la consultation bilité de ce dépistage, en termes d’or-
pour les médecins généralistes pré-participative à la pratique du sport, ganisation pratique et de coût, et sa
français ni sur sa périodicité ou sur la qualifica- finalité, à savoir préserver la santé de
Dans les pays où l’organisation du tion du médecin consulté. Toutefois, la population, tout en l’encourageant
dépistage est la plus claire, la consul- on note la recommandation quasi à pratiquer une activité physique
tation échappe aux médecins géné- constante d’une anamnèse portant sur régulière.

Résumé Summary
Introduction. En France, malgré l’obligation légale d’un certificat de Introduction. Despite the legal obligation in France for sport pre-parti-
non-contre-indication à la pratique du sport en compétition, il n’y a pas cipation evaluation, there is no consensus on the content of the medical
de consensus sur le contenu de la consultation conduisant à la rédaction consultation related to this evaluation. This work aimed at describing
du certificat. L’objectif de ce travail était de décrire les recommandations the recommendations related to this consultation in countries whose
liées à cette consultation dans des pays dont le mode de vie est proche population have similar lifestyle as France.
de celui de la France. Methods. A narrative literature review was conducted exploring biomedi-
Méthode. Une revue narrative de la littérature a été réalisée en explo- cal databases, scientific societies websites and using e-mails exchanges
rant des bases de données biomédicales, les sites internet des sociétés with them. The legislations and the scientific societies recommendations
savantes et en échangeant avec ces dernières. Ont été sélectionnés related to 13 countries with a western lifestyle have been selected.
les textes de loi et les recommandations de sociétés savantes relatifs à Results. 30 references were included in the review. Five countries legis-
13 pays à mode de vie occidental. lated and made sport pre-participation evaluation mandatory, based
Résultats. Trente références ont été incluses dans la revue. Cinq pays on a medical history, a physical examination and an electrocardiogram
ont légiféré et rendu obligatoire une consultation comprenant une made by qualified doctors. In the other countries, general practice
anamnèse, un examen clinique et un électrocardiogramme par des societies don’t recommend any specific procedure. Sport physicians
médecins qualifiés. Dans les autres pays, les sociétés savantes de méde- recommend either a self-administered questionnaire followed by a phy-
cine générale n’ont pas de recommandation spécifique ; les médecins sical examination in the case of abnormality, or a history and a physical
du sport recommandent soit un autoquestionnaire suivi d’un examen examination. In the USA, cardiologists recommend clinical screening
médical en cas d’anomalie, soit un interrogatoire et un examen clinique. based on 14 specific elements.
Aux États-Unis, les cardiologues recommandent un dépistage clinique Conclusion. There is no international consensus on the content of the
ciblant 14 éléments spécifiques. consultation related to the sport pre-participation certificate.
Conclusion. Il n’y a pas de consensus international concernant la consul-
➜ Key words: sports; practice guideline; records as topic; review;
tation conduisant à la rédaction d’un certificat de non-contre-indication
cardiac sudden death.
à la pratique du sport.
➜ Mots-clés : sport ; recommandations de bonne pratique ; certificat
médical ; revue de la littérature ; mort subite cardiaque.

exercer
178 # 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7
Références 22. Norton K, Norton L. Guide to the australian adult pre-exercise screening
1. Loi n°99-223 du 23 mars 1999 relative à la protection de la santé des spor- system. Exercise and sports science Australia. Guide Aust Adult Pre-Exerc
tifs et à la lutte contre le dopage. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv. Screen Syst Exerc Sports Sci Aust Internet 2011. Disponible sur : http://fitnes-
fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000758636 [consulté le 17 mars 2017]. saustralia.s3.amazonaws.com/uploads/uploaded_file/file/195/Australian-
Adult-Pre-Exercise-Screening-Textbook.pdf [consulté le 17 mars 2017].
2. Code du sport. Article L231-2. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.
fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006071318 [consulté le 17 mars 2017]. 23. Norton K, Norton L. Pre-exercise Screening tool. Guide Aust Adult Pre-
Exerc Screen Syst Exerc Sports Sci Aust Internet 2011. Disponible sur : http://
3. Code de la santé publique L3622-1 : projet de loi relatif à la lutte contre fitnessaustralia.s3.amazonaws.com/uploads/uploaded_file/file/195/Austra-
le dopage et à la protection de la santé des sportifs. Disponible sur : https:// lian-Adult-Pre-Exercise-Screening-Textbook.pdf [consulté le 17 mars 2017].
www.senat.fr/rap/l05-012/l05-0127.html [consulté le 17 mars 2017].
24. American Academy of Family Physicians, American Academy of Pedia-
4. Jaffry M, Jabre P, Ichay Y, Lamhaut L, Carli P, Vivien B. Mort subite chez le trics, American College of Sports Medicine and American Medical Society
sportif. Annales françaises de médecine d’urgence 2012;2:97-107.
for Sports Medicine. Preparticipation Physical Evaluation, 4th Edition. 2010.
5. Marijon E, Tafflet M, Celermajer DS, et al. Sports-related sudden death in
25. American Academy of Family Physicians, American Academy of Pediatrics,
the general population. Circulation 2011;124:672-81.
American College of Sports Medicine, American Osteopathic Academy of
6. Brion R. La mort subite des sportifs. Congrès national d’anesthésie et de Sports Medicine. Preparticipation Physical Evaluation/History form. 2010. Dispo-
réanimation 2007. Paris : Elsevier Masson, 2007. nible sur : http://c.ymcdn.com/sites/www.iadms.org/resource/resmgr/imported/
Standard_Measures_Appendix_A_PPE.pdf [consulté le 17 mars 2017].
7. Corrado D, Pelliccia A, Bjørnstad HH, et al. Cardiovascular pre-participa-
tion screening of young competitive athletes for prevention of sudden death: 26. La Gerche A, MacIsaac AI, Prior DL. Should pre-participation cardiovas-
proposal for a common European protocol Consensus Statement of the Study cular screening for competitive athletes be introduced in Australia? A timely
Group of Sport Cardiology of the Working Group of Cardiac Rehabilitation debate in a sport-loving nation. Heart Lung Circ 2011;20:629-33.
and Exercise Physiology and the Working Group of Myocardial and Pericardial
Diseases of the European Society of Cardiology. Eur Heart J 2005;26:516-24. 27. Taylor R. Pre-participation screening for athletes in the UK. British Cardiovas-
cular Society Internet 2012. Disponible sur : http://www.bcs.com/pages/news_
8. Carré F, Brion R, Douard H, et al. Recommandations concernant le contenu full.asp?NewsID=19792061 [consulté le 17 mars 2017].
du bilan cardiovasculaire de la visite de non-contre-indication à la pratique
du sport en compétition entre 12 et 35 ans. Paris, SFC : 2009. Disponible sur : 28. Maron BJ, Friedman RA, Kligfield P, et al. Assessment of the 12-Lead ECG
http://medicale.alpc.free.fr/documents/articles/cardio_sport.pdf [consulté le as a screening test for detection of cardiovascular disease in healthy general
17 mars 2017]. populations of young people (12-25 years of age). Circulation 2014;130:1303-
34.
9. Renard V, Mercier A. Visite de non-contre-indication à la pratique du sport
en compétition chez les sujets âgés de 12 à 35 ans: rien de nouveau depuis 29. Pelliccia A, Corrado D. The Israel screening failure analyzing the data to
septembre 2012. Montreuil, CNGE : 2014. Disponible sur : http://www.cnge. understand the results. J Am Coll Cardiol 2011;58:989-90.
fr/conseil_scientifique/productions_du_conseil_scientifique/visite_de_non_
30. Pfister GC, Puffer JC, Maron BJ. Preparticipation cardiovascular scree-
contre_indication_la_pratique_du_spo/ [consulté le 17 mars 2017].
ning for US collegiate student-athletes. JAMA 2000;283:1597-9.
10. Société française de médecine du sport. Fiche d’examen médical de non-
31. Fudge J, Harmon KG, Owens DS, et al. Cardiovascular screening in ado-
contre-indication apparente à la pratique d’un sport. Paris : SFMS. Disponible
lescents and young adults: a prospective study comparing the pre-participa-
sur : http://www.sfmes.org/images/sfmes/pdf/Visite_NCI.pdf.
tion physical evaluation monograph 4th edition and ECG. Br J Sports Med 2014;
11. Roussel A. Le certificat de non-contre-indication à la pratique sportive : 48:1172-8.
modalités pratiques et intérêts. Enquête auprès des médecins généralistes
d’Ille-et-Vilaine. Thèse de médecine : Université de Rennes, 2010. 32. Harmon KG, Zigman M, Drezner JA. The effectiveness of screening his-
tory, physical exam, and ECG to detect potentially lethal cardiac disorders in
12. Redon C, Coudreuse J-M, Pruvost J, Viton J-M, Delarque A, Gentile G. Le athletes: a systematic review/meta-analysis. J Electrocardiol 2015;48:329-38.
médecin généraliste face au certificat médical de non-contre-indication à la pra-
tique sportive : à propos d’une enquête de pratique. Sci Sports 2013;28:65-74. 33. Menafoglio A, Di Valentino M, Segatto J-M, et al. Costs and yield of
a 15-month preparticipation cardiovascular examination with ECG in 1070
13. Bacquaert P. Le certificat médical préalable à la pratique du sport. Dispo- young athletes in Switzerland: implications for routine ECG screening. Br J
nible sur : http://www.irbms.com/certificat-medical-obligatoire. Paris : IRBMS. Sports Med 2014;48:1157-61.
2016. [consulté le 17 mars 2017].
34. Wheeler MT. Cost-effectiveness of pre-participation screening for preven-
14. Corrado D, Basso C, Schiavon M, Thiene G. Screening for hypertrophic tion of sudden cardiac death in young athletes. Ann Intern Med 2010;152:276.
cardiomyopathy in young athletes. N Engl J Med 1998;339:364-9.
35. Roberts WO, Asplund CA, O’Connor FG, Stovitz SD. Cardiac preparti-
15. Corrado D, Basso C, Pavei A, Michieli P, Schiavon M, Thiene G. Trends in
cipation screening for the young athlete: why the routine use of ECG is not
sudden cardiovascular death in young competitive athletes after implementa-
necessary. J Electrocardiol 2015;48:311-5.
tion of a preparticipation screening program. JAMA 2006;296:1593-601.
36. Zorzi A, ElMaghawry M, Corrado D. Evolving interpretation of the ath-
16. Maron BJ, Haas TS, Doerer JJ, Thompson PD, Hodges JS. Comparison of
lete’s electrocardiogram: from European Society of Cardiology and Stanford
U.S. and Italian Experiences With Sudden Cardiac Deaths in Young Competi-
criteria, to Seattle criteria and beyond. J Electrocardiol 2015;48:283-91.
tive Athletes and Implications for Preparticipation Screening Strategies. Am J
Cardiol 2009;104:276-80. 37. Drezner JA, Ackerman MJ, Anderson J, et al. Electrocardiographic inter-
17. Steinvil A, Chundadze T, Zeltser D, et al. Mandatory electrocardiographic pretation in athletes: the « Seattle criteria ». Br J Sports Med 2013;47:122-4.
screening of athletes to reduce their risk for sudden death proven fact or wi- 38. Grazioli G, Merino B, Montserrat S, et al. Usefulness of echocardiography
shful thinking? J Am Coll Cardiol 2011;57:1291-6. in preparticipation screening of competitive athletes. Rev Espanola Cardiol
18. Perez M, Fonda H, Le V-V, et al. Adding an electrocardiogram to the Engl Ed 2014;67:701-5.
pre-participation examination in competitive athletes: a systematic review. 39. Toresdahl B, Courson R, Börjesson M, Sharma S, Drezner J. Emergency
Curr Probl Cardiol 2009;34:586-662. cardiac care in the athletic setting: from schools to the Olympics. Br J Sports
19. The New PAR-Q+ and ePARmed-X+: Official website. Disponible sur : Med 2012;46 Suppl 1:i85-9.
http://eparmedx.com/?p=382. [consulté le 17 mars 2017]. 40. Corrado D, Drezner J, Basso C, Pelliccia A, Thiene G. Strategies for the
20. The electronic Physical Activity Readiness Medical Examination (ePAR- prevention of sudden cardiac death during sports. Eur J Cardiovasc Prev Re-
med-X+). Disponible sur : http://eparmed-x.appspot.com/?locale=en#pub/ habil Off J Eur Soc Cardiol Work Groups Epidemiol Prev Card Rehabil Exerc
parmedx [consulté le 17 mars 2017]. Physiol 2011;18:197-208.
21. Berbalk A, Boldt F, Hansel J, et al. Leitlinie Vorsorgeuntersuchung im Sport. 41. Lampert R, Myerburg RJ. The true incremental cost of ECG screening: the
2007. Disponible sur : http://www.bayerischersportaerzteverband.de/fileadmin/ price is not right, but the cost appears effective. J Am Coll Cardiol 2013;61:
user_upload/html/Download/S1_Leitlinie_DGSP.pdf [consulté le 17 mars 2017]. 1553-4.

exercer
# 1 3 2 - Av r i l 2 0 1 7 179