Vous êtes sur la page 1sur 70

étape 1 1.

Employer un verbe
RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

pour construire une phrase

S’exercer *
→ Construire une phrase verbale
1 Dans chacune des phrases du texte, soulignez le sujet et entourez le verbe.

La nuit n’était pas encore tombée. Bientôt, Tom s’arrêta de siffler. Un inconnu lui faisait
JE RETIENS
face, un garçon guère plus grand que lui. Dans le pauvre petit village de Saint-Petersburg,
Le verbe est le tout visage nouveau excitait une profonde curiosité. De plus, ce garçon était bien habillé,
mot qui exprime
l’action du sujet, très bien habillé même pour un jour de semaine.
ou un état. D’après Mark Twain, Les Aventures de Tom Sawyer.

2 Complétez chacune des phrases suivantes par un verbe de votre choix.


Attention aux accords.

a. Tom était un enfant malicieux. – b. Huck dormait dans une grange. –

c. Les deux amis ont vécu toutes sortes d’aventures. – d. Je connais cette

histoire. – e. Une violente dispute éclata .

3 Ajoutez à chaque sujet un verbe et ses compléments (COD, compléments


circonstanciels…) pour faire une phrase complète. N’oubliez pas la ponctuation.

a. Le dragon regarda le chevalier d’un air féroce.

b. Votre professeur principal est votre professeur de Français.

c. Les employés de l’usine ont accueilli la nouvelle avec soulagement.

d. Marie et toi allez à la piscine cet après-midi.

e. Le bâtiment que vous voyez abrite un cinéma.

4 Faites une phrase avec chacun des mots suivants et un verbe de votre choix.
Entourez le verbe utilisé.
a. Dans sa chambre – Julie – pour faire ses devoirs.

Julie s’enferme dans sa chambre pour faire ses devoirs.


b. À l’école – à neuf heures – mon frère.

Mon frère arrive à l’école à neuf heures.


c. Son chapeau – à Huck – Tom.

Tom donne son chapeau à Huck.

8 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 1 RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

5 Complétez les phrases par un sujet qui convient. Variez les groupes de mots utilisés
et faites attention à l’accord avec le verbe.

a. Le paquebot s’enfonçait lentement dans la mer.

b. Le chamois, surpris par notre présence, fit quelques bonds agiles et disparut.

c. Les voitures de course filaient à toute vitesse.

d. Une belle et mystérieuse inconnue s’est assise auprès de lui.

e. Cet homme que vous voyez là-bas est mon père.

6 Tom et le jeune inconnu se défient et se battent. Racontez cette bagarre au présent,


en complétant les débuts de phrases suivants. Vous exprimerez une seule action
dans chaque phrase.

1. Le jeune inconnu bouscule violemment Tom.

2. Tom, furieux, se jette sur lui de toutes ses forces.

3. Aussitôt, les deux garçons s’empoignent.

4. Les deux corps emmêlés roulent dans la poussière.

5. Tom n’a pas le dessus.

6. Heureusement, Mary, la sœur de Tom, arrive à temps pour les séparer.

Rédiger un paragraphe **
→ Écrire une succession de phrases simples
7 Complétez le texte avec les verbes suivants. Vous les accorderez comme il convient,
au présent : avoir lieu, commencer, durer, entrer, être, gagner, s’interposer, s’empresser,
échanger.

La classe a lieu de neuf heures à dix heures et demie et est suivie du service

religieux. Tom échange une paire de billes blanches contre trois bons points rouges

et quelques autres bagatelles contre deux bons points bleus. Son manège dure en

tout un bon quart d’heure. Lorsqu’il a terminé, il entre dans l’église en même

temps qu’une nuée de garçons et de filles bien lavés et fort bruyants. Il gagne sa

place et aussitôt commence à se chamailler avec son voisin. Le maître,

un homme grave, d’âge respectable, s’interpose immédiatement, mais

Tom s’empresse de tirer les cheveux d’un garçon assis sur le banc voisin dès qu’il

lui a tourné le dos. Quand il se retourne, Tom est plongé dans son livre de prières.
D’après Mark Twain, Les Aventures de Tom Sawyer.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 9


8 Racontez l’histoire représentée sur cette bande dessinée en écrivant une à deux phrases
par image : ne faites pas de dialogue, expliquez la situation.

Bill Waterson, Calvin et Hobbes, Elle est pas belle, la vie ?, © Hors collection, 1994, © Bill Watterson, 1987.

C’est la nuit, mais au lieu de dormir, Calvin a décidé de s’offrir une expédition originale.

Il a noué ses draps pour sortir par la fenêtre de sa chambre.

Il se retrouve en pyjama, dans le jardin silencieux.

Il marche sous la lune et les étoiles.

Il se rend dans une cabine téléphonique au bout de la rue.

Souriant, il compose le numéro de téléphone de sa maison.

Il explique alors d’un air joyeux à ses parents son exploit nocturne.

Enrichir son style ***


→ Employer phrases verbales et non verbales
9 Lisez les deux textes ci-dessous.

TEXTE ATom rencontra Becky par hasard un soir au retour de l’école. Il en tomba aussitôt
JE RETIENS
amoureux. Toutefois la petite ne lui adressa même pas un regard. Il se mit à faire le pitre
pour attirer son attention. Mais elle rentra chez elle sans faire mine de le voir. Tom se
• Une phrase
verbale est remit en chemin, fort dépité.
construite
autour d’un verbe TEXTE B […] Huck apparut. C’était un garnement de l’âge de Tom. Plutôt grand, les
conjugué.
• Une phrase
cheveux hirsutes, les yeux vifs. Sur la tête, un vieux chapeau déformé. Sur le dos, des
non verbale ne vêtements rapiécés. Les pieds nus. Toujours par les rues, jamais à l’école. C’était un
contient pas de
verbe conjugué.
orphelin à moitié vagabond. C’était le meilleur ami de Tom.

a. Lequel de ces textes est constitué uniquement de phrases verbales ?


Lequel est composé surtout de phrases non verbales ?

Le texte A est constitué uniquement de phrases verbales. Le texte B contient surtout des phrases

non verbales.

10 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 1 RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

b. Quel est l’effet produit par l’emploi des phrases non verbales ?
Les phrases non verbales donnent un aperçu rapide.

10 Complétez le texte ci-dessous par quatre phrases verbales.

Mais Tom ne se découragea pas. Dès le lendemain, il retourna voir Becky.

Il lui adressa la parole gentiment, en souriant.

La petite fille lui répondit du bout des lèvres.

Elle n’était pas à l’aise.

Alors, Tom lui raconta la dernière farce qu’il avait faite.

Cette fois, Becky ne put s’empêcher de rire.

11 Sur le modèle du texte B (exercice 9), complétez ce texte par un portrait de Becky
en trois ou quatre phrases. Utilisez des phrases non verbales pour donner un aperçu
rapide du personnage.

C’est alors qu’il l’aperçut.

Un sourire timide.

Des yeux clairs, francs.

De longs cheveux blonds nattés avec soin.

C’était la plus jolie fille que Tom eût jamais vue.

12 En se promenant dans la forêt, Tom tombe nez à nez avec un ours.


Racontez la scène en une dizaine de phrases :
• 4 ou 5 phrases verbales
pour raconter la progression
de Tom dans la forêt
et sa rencontre avec l’animal.
• 3 ou 4 phrases non verbales
pour décrire brièvement l’animal.
• 1 ou 2 phrases verbales pour
raconter la réaction de Tom
et clore l’épisode.

Un trappeur attaqué par un grizzli,


dans une forêt d’Amérique du Nord,
lithographie, vers 1870, © Mary Evans/
Scala, Florence.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 11


étape 1 2. Maîtriser
RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

la ponctuation forte
S’exercer *
→ Séparer les phrases par des points

1 Lisez à voix haute le texte suivant. Est-ce facile ? Pourquoi ?


a. La lecture est rendue difficile par l’absence de points.

Le petit Poucet grimpa au haut d’un arbre pour voir s’il ne découvrirait rien. ayant tourné
la tête de tous côtés, il vit une petite lueur comme d’une chandelle, mais qui était bien loin
par delà la forêt. il descendit de l’arbre et lorsqu’il fut à terre, il ne vit plus rien. cela le désola
cependant, ayant marché quelque temps avec ses frères, du côté qu’il avait vu la lumière,
il la revit en sortant du bois. ils arrivèrent enfin à la maison où était cette chandelle.
Charles Perrault, Le Petit Poucet.

b. Corrigez le texte en rétablissant les points et les majuscules


qui manquent. Les mots nécessitant une majuscule sont ici barrés.

2 Séparez les phrases de ce texte par des points.


Rétablissez les majuscules qui manquent. Les mots nécessitant une majuscule sont ici barrés.

Conseil Ils heurtèrent à la porte, et une bonne femme vint leur ouvrir. elle leur demanda ce qu’ils
À l’oral, les points sont
marqués par une pause voulaient. le petit Poucet lui dit qu’ils étaient de pauvres enfants qui s’étaient perdus
et une intonation dans la forêt et qui demandaient à coucher par charité. cette femme, les voyant tous si
descendante. En cas de
difficultés, lisez votre jolis, se mit à pleurer.
texte à voix haute pour Charles Perrault, Le Petit Poucet.
repérer les points.

3 Lisez le texte suivant.

Il y avait une fois un prince qui voulait épouser une princesse véritable un soir il faisait
JE RETIENS
un temps horrible les éclairs se croisaient le tonnerre grondait la pluie tombait à torrent
On utilise c’était épouvantable quelqu’un frappa à la porte du château et le vieux roi s’empressa
plutôt la virgule
pour séparer d’ouvrir.
les éléments Andersen, La Princesse sur un pois.
d’une liste.

a. Où faut-il obligatoirement mettre un point ? Pourquoi ?


Il faut mettre un point après « véritable », pour séparer deux moments distincts dans l’histoire, et

après « épouvantable » car on cesse de décrire le temps qu’il fait pour revenir à l’action.

b. Où peut-on hésiter entre point et virgule ? Pourquoi ?


On peut hésiter après « horrible », « se croisaient », « grondait » et « à torrent » car toutes ces phrases

12 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 1 RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

décrivent la même chose : la tempête qui fait rage. On peut donc considérer chacune d’elle comme un

élément d’un tableau brossé en une seule phrase.

4 Lisez le texte suivant.

juste au moment où Vassilissa approchait de la maison de Baba-Yaga, celle-ci arriva.


c’était une vieille sorcière laide et bossue. ses yeux avaient une lueur cruelle, ses dents
démesurées émettaient en permanence des claquements menaçants. elle emprisonna
Vassilissa et en fit sa servante. pendant des mois, Vassillissa accomplit pour elle les
tâches les plus dures. elle se levait avant l’aube, elle nettoyait la maison, elle préparait les
repas, elle cousait ses habits. un jour la sorcière appela Vassilissa.

a. Corrigez le texte en replaçant les majuscules et les points. À quels endroits sont-ils
indispensables ? Pourquoi ? Les mots nécessitant une majuscule sont ici barrés.

Les points sont indispensables après « arriva », « bossue », « menaçants », « servante », « dures »,

« habits » et « Vassilissa » : ils séparent les différents moments de l’histoire, mais aussi les descrip-

tions et les actions.

b. À quels endroits les virgules sont-elles préférables ? Pourquoi ?


Les virgules sont préférables après « cruelle », « aube », « maison », « repas » pour séparer les éléments

d’une énumération.

5 Mettez les points et les virgules qui manquent à ce texte. Rétablissez les majuscules
en conséquence. Les mots nécessitant une majuscule sont ici barrés.

Puis sans rien dire la reine entra dans la chambre à coucher, ôta toute la literie et mit un
pois au fond du lit. ensuite elle prit vingt matelas qu’elle étendit sur le pois, et encore
vingt édredons qu’elle entassa par-dessus les matelas. c’était la couche1 destinée à la
princesse. le lendemain matin, on lui demanda comment elle avait passé la nuit.
Andersen, La Princesse sur un pois.
1. Lit.

Rédiger un paragraphe **
→ Utiliser les différents types de point
6 Mettez le point qui convient aux endroits indiqués : .   ?   !   :

Baba-Yaga s’attabla pour dîner . Vassilissa la servait en silence et la sorcière grommela  :


« Pourquoi ne dis-tu rien  ? Tu es là, comme une muette !
– C’est que je n’osais pas, grand-mère . Mais si tu le permets, je voudrais bien te
demander quelque chose .
– Demande ! Mais toute question n’est pas bonne à poser .

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 13


– En venant chez toi, un cavalier blanc m’a croisée  . Qui est-il  ?
– C’est mon jour clair, répondit Baba-Yaga .
– Et puis j’ai vu un cavalier tout noir, qui est-ce  ?
– C’est ma sombre nuit, répondit Baba-Yaga . Eh bien, tu ne me poses plus de questions  ?
– J’en sais bien suffisamment pour moi, grand-mère .
– C’est bien, approuva Baba-Yaga . J’entends laver mon linge en famille, et les trop
curieux, je les mange .  »
D’après Vassilissa la Très-Belle, conte russe.

7 a. Complétez le dialogue suivant en mettant la ponctuation qui convient.


b. Ajoutez à ce dialogue des répliques exprimant les idées suivantes : le meunier se plaint
de sa misère. Le diable lui propose de le rendre riche à une condition.
Imaginez cette condition ainsi que la réaction du meunier.

LE MEUNIER. – Je sens que je ne suis plus seul . Qui est là ? Qui est derrière mon dos ?
(Il se retourne.) Personne .
LE DIABLE. – Je suis là .
LE MEUNIER. – Où ?
LE DIABLE. – Ici .
LE MEUNIER. – Où ?
LE DIABLE. – Toujours derrière toi .
LE MEUNIER. – Qui êtes-vous ?
LE DIABLE. – On m’a donné bien des noms .

LE MEUNIER. – Comme ma vie est dure ! Je suis si pauvre ! Je n’ai rien à espérer.

LE DIABLE. – Je peux te rendre riche, si tu le souhaites.


LE MEUNIER. – Vraiment ? Tu ferais ça pour moi ?
LE DIABLE. – Bien sûr. Je ne te demanderai en échange que ta fille.
LE MEUNIER. – Ma fille ? Mais ce n’est pas un objet ! Je ne peux pas te la donner !
D’après Olivier Py, La Jeune Fille, le diable et le moulin, © L’École des loisirs, 1995.

Enrichir son style ***


→ Utiliser la ponctuation expressive
8 a. Lisez ce texte, soulignez les phrases exclamatives et entourez la phrase interrogative.

La fête battait son plein lorsque l’on vit entrer dans la salle une princesse inconnue. Tous
les regards se tournèrent aussitôt vers elle. Quelle splendeur ! Comme elle était belle dans
sa somptueuse robe de velours brodée d’or et de pierreries ! Comme elle était gracieuse !
Qui donc était cette délicate personne ? Un murmure parcourut la salle de bal.

b. Quels sentiments ces phrases expriment-elles ? Les phrases exclamatives expriment


l’admiration du narrateur et la phrase interrogative sa curiosité.

14 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 1 RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

9 Transformez les phrases suivantes en phrases exclamatives introduites par « comme » ou


« que ». Exemple : Son visage était ridé. → Comme son visage était ridé !

1. Elle était hideuse. → Comme elle était hideuse ! ou Qu’elle était hideuse !

2. Ses cheveux brillaient. → Comme ses cheveux brillaient !

3. Ses yeux étaient doux. → Comme ses yeux étaient doux ! ou Que ses yeux étaient doux !

10 Transformez les phrases selon le modèle suivant :


C’était une ravissante personne. → Quelle ravissante personne c’était !

1. C’était une créature repoussante. → Quelle créature repoussante c’était !

2. C’était une merveilleuse apparition. → Quelle merveilleuse apparition c’était !

3. C’était un spectacle cauchemardesque. → Quel spectacle cauchemardesque c’était !

11 Écrivez quatre phrases pour décrire


un des deux personnages de cette image.
Vous utiliserez au moins une phrase exclamative
et une phrase interrogative.

Devant la vieille se tenait très droite sur sa chaise une

jeune fille à la chevelure d’or. Comme elle était belle !

Comme elle rayonnait ! Mais qui était-elle ?

Que faisait-elle ici, chez cette effrayante vieille ?

Dessin de Kinuko Y. pour Vassilissa,


© Morrow Junior Books, 1994.

12 Recopiez le texte ci-dessous et complétez-le selon les indications suivantes :


a. Passage 1 : décrivez la vieille en quelques phrases.
b. Passage 2 : complétez la réplique de la vieille en utilisant au moins deux phrases
exclamatives décrivant la princesse.
c. Passage 3 : ajoutez à ce texte cinq phrases de récit dont vous soignerez la ponctuation.
(Le dialogue est terminé : vous racontez les actions des personnages.)

Incapable de contenir davantage sa curiosité, la princesse poussa la porte et entra dans


la chambre interdite. Elle tomba nez à nez avec une étrange vieille.
PASSAGE À COMPLÉTER N° 1
– Enfin ! Te voilà, s’exclama la vieille ! Cela fait des années que je t’attends !
Elle s’approcha de la princesse en ricanant et saisit sa longue tresse.
– Mais que tu es belle ! Que PASSAGE À COMPLÉTER N° 2
Écoute. Tu veux échapper à la malédiction, n’est-ce pas ? Tu veux sortir d’ici ? Alors j’ai
un marché à te proposer. Prends mon apparence, je prendrai la tienne. Je continuerai de
vivre ici, et tu seras libre comme avant.
PASSAGE À COMPLÉTER N° 3

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 15


étape 1 3. Rédiger
RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

une phrase complète

S’exercer *
→ S’assurer qu’une phrase est complète

1 Les phrases suivantes sont-elles correctes ? Cochez la bonne réponse.


À l’oral, justifiez votre choix.
JE RETIENS 1. Une rivière transparente au pied des montagnes. Oui ✗ Non
• Une phrase 2. Le jeune homme fit face à la créature. ✗ Oui Non
commence par
une majuscule 3. Parce qu’il était malade. Oui ✗ Non
et se termine 4. Un homme qui venait d’arriver au village. Oui ✗ Non
par un point.
• Elle renseigne 5. à cet endroit, le fleuve était très dangereux Oui ✗ Non
sur un sujet, elle
dit quelque chose
6. Sur la bruyère souffle le vent. ✗ Oui Non
de complet sur 7. L’homme, fatigué par sa longue marche. Oui ✗ Non
ce sujet.

2 Faites une phrase complète avec chacun des verbes suivants :


s’endormir, attacher, supplier, devenir, emmener.

1. Le chat s’endort auprès du feu.

2. Il attacha soigneusement la corde.

3. Je te supplie de lui rendre sa liberté.

4. Le vilain petit canard était devenu un cygne magnifique.

5. Ma voisine emmène son fils au parc.

3 Les phrases suivantes sont incorrectes : corrigez-les en les complétant.

1. Pour affronter le monstre.

Il s’avança pour affronter le monstre.

2. alors il poussa un cri de joie

Alors il poussa un cri de joie.

3. Le jeune homme à cheval dans la forêt.

Le jeune homme galopait à cheval dans la forêt.

4. Je redoute les pièges que renferme cette forêt

Je redoute les pièges que renferme cette forêt.

5. Parce qu’ils étaient terrifiés.

Ils n’osaient rien dire parce qu’ils étaient terrifiés.

16 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 1 RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

6. Notre héros, se tournant vaillamment vers le danger.

Notre héros, se tournant vaillamment vers le danger, dégaina son épée.

7. Marc ramassa une pierre et lança de toutes ses forces.

Marc ramassa une pierre et la lança de toutes ses forces.

4 Ajoutez aux sujets suivants un verbe exprimant une action pour que les phrases
deviennent correctes.

1. Le vent qui soufflait cette nuit-là faisait un bruit terrible.

2. La femme qu’il aime est partie.

3. Le monstre qui habite cette grotte terrorise toute la région.

4. L’homme qui vient d’arriver est mon professeur de mathématiques.

5. Un garçon qui a à peine 8 ans a gagné le concours de skate-board.

Rédiger un paragraphe **
→ Écrire une suite de phrases
5 À partir de la frise biographique suivante, rédigez un petit paragraphe racontant la vie
de Molière. Vous commencerez la première phrase par Molière et les suivantes par la date :
En 1643…

1622 1643 1658 1666 1673


Naissance Création Première Écriture du Mort sur scène
de Molière de la troupe représentation Médecin malgré lui pendant
à Paris de l’« Illustre devant le roi la représentation
Théâtre » du Malade
imaginaire

Molière est né à Paris en 1622. En 1643, il fonde sa troupe de théâtre, « L’Illustre Théâtre ».

En 1658, il donne sa première représentation devant le roi Louis XIV.

En 1666, il écrit Le Médecin malgré lui.

En 1673, il meurt sur scène pendant une représentation du Malade imaginaire.

6 Voici la liste des métiers exercés par Mark Twain : imprimeur, pilote de bateau à vapeur,
journaliste, écrivain.
Transformez cette liste en un paragraphe rédigé en utilisant dans l’ordre les mots
suivants : d’abord, apprendre le métier de, puis, être, ensuite, finalement, devenir.

Mark Twain fut d’abord imprimeur. Puis, il apprit le métier de pilote de bateau à vapeur. Il fut ensuite

journaliste. Finalement, il devint écrivain.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 17


7 Rédigez un paragraphe d’une dizaine de phrases racontant au présent l’histoire
représentée sur la planche ci-dessous. Aidez-vous des différentes vignettes
pour découper votre récit en actions précises. Vous rédigerez une phrase par case environ.
Vous emploierez au moins cinq des verbes suivants : jaillir, hurler, se mettre en marche,
s’échapper, saluer, se précipiter, se lancer à la poursuite de, se ruer.

Taniguchi et Morvan, Mon année, tome 1 : Printemps, © Dargaud, 2009.

18 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 1 RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER

Enrichir son style ***


→ Déplacer le sujet pour mieux enchaîner les phrases
8 a. Lisez les deux textes ci-dessous.

TEXTE 1 Une haute tour se dressait au sommet de la montagne. Une princesse solitaire
vivait dans cette tour. Une terrible malédiction pesait sur cette princesse. Un jeune
prince du voisinage vint un jour à passer par là.

TEXTE 2L’homme fit halte à Salt Lake city. Au nord de la ville passait une rivière aux eaux
tumultueuses. Pourtant, dans l’eau de cette rivière se dressaient continuellement deux
ou trois silhouettes courbées. Ces silhouettes étaient celles de chercheurs d’or.

b. Dans chaque phrase, entourez les verbes conjugués, soulignez les sujets.
c. Dans quel texte les phrases s’enchaînent-elles le mieux ?
C’est dans le texte 2.
d. À votre avis, quel est l’intérêt d’inverser le sujet et le verbe ?
L’inversion du sujet permet un meilleur enchaînement des phrases.

9 Sur le même modèle, recopiez le texte 1 de l’exercice 8 en inversant le sujet et le verbe


afin que les phrases s’enchaînent mieux.

Au sommet de la montagne se dressait une haute tour. Dans cette tour vivait une princesse solitaire.

Sur cette princesse pesait une terrible malédiction. Un jour vint à passer par là un jeune prince du voisi-

nage.

10 En une dizaine de phrases, inventez le début d’un conte en utilisant les éléments suivants :
une forêt maudite – un lutin bougon – un enfant abandonné – un médaillon magique –
une plante empoisonnée. Veillez au bon enchaînement de vos phrases : inversez le sujet
et le verbe, si nécessaire.

Il était une fois un enfant que ses parents avaient abandonné dans une forêt maudite. Dans cette forêt

vivait un lutin fort bougon. Ce lutin découvrit l’enfant caché dans des buissons, au pied du grand arbre

qui lui servait de demeure. Hélas ! ces buissons étaient empoisonnés, et l’enfant en avait déjà porté

des feuilles à sa bouche. Son teint pâlissait et ses cris se faisaient plus faibles. Pris de pitié, le lutin

s’approcha – en bougonnant – et, se penchant sur l’enfant, il découvrit à son cou un étrange médaillon.

Sur ce médaillon était inscrite une formule étrange.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 19


{édaction
Conte
sujet 1 Écrire une histoire courte à partir d’une image

a. Observez l’image suivante


pour en comprendre l’histoire :
quels sont les personnages
présents ? Où sont-ils ?
Que font-ils ? À votre avis,
pourquoi ?
b. Racontez cette histoire
en une dizaine de phrases.
Vous pouvez commencer
par « Il était une fois ».

Benjamin Rabier, illustration pour


la fable « L’Âne et le petit chien »
de Jean de La Fontaine,
© J. Vigne/Kharbine-Tapabor.

Écriture personnelle
sujet 2 Inventer un règlement fantaisiste

Imaginez les dix commandements du parfait cancre. Vous ferez une phrase par
commandement. Vous pouvez rédiger ces commandements au futur et à la deuxième
personne, comme dans la Bible (exemple : « Le soir, en rentrant de l’école, tu rangeras
soigneusement ton cartable jusqu’au lendemain ») ou au présent et à la première personne
(exemple : « Le soir, en rentrant de l’école, je range soigneusement mon cartable jusqu’au
lendemain »).

20 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 1 RÉDIGER UNE PHRASE COMPLÈTE, PONCTUER
Théâtre
sujet 3 Écrire une suite de dialogue théâtral

Ajoutez à cette scène Cette courte pièce met en scène l’écrivain Charles Perrault. Il a passé une
une dizaine de répliques : annonce dans un journal pour embaucher un personnage de loup pour un
Charles Perrault explique de ses contes. Un loup se présente pour le rôle.
au loup ce qu’il devra LE LOUP. – Qu’est-ce que j’aurai à faire ?
faire et le loup fait
PERRAULT. – Je vais vous le dire. Avez-vous bon appétit ?
ses commentaires.
LE LOUP. – Oh ! ça, oui ! En ce moment, surtout !
Le dialogue prend fin
lorsque l’affaire est PERRAULT (se frottant les mains). – Eh bien, ça tombe on ne peut mieux ! Que

conclue. diriez-vous d’une grand-mère et d’une petite fille ?


LE LOUP. – Vous voulez dire que je les mangerais ?
PERRAULT.– Bien sûr. Ce serait votre travail et, en même temps, votre
salaire, votre rétribution.
LE LOUP. – Ah, bien ! Quel âge a-t-elle, cette petite fille ?
PERRAULT.– Eh bien, je ne sais pas encore, mais elle aura, je suppose…
entre huit et dix ans ! Elle aura sur la tête un petit chaperon rouge.
D’après Pierre Gripari, « Pour l’annonce », Huit Farces pour collégiens, © Grasset jeunesse, 1989.

Poésie
Pourquoi suis-je si seul, mon chat,
sujet 4 Écrire un petit poème Si seul lorsque tu n’es pas là ?
évoquant un animal familier Tu ne fais pourtant aucun bruit.
Tu dors, fermé comme la nuit.
À l’imitation de ce poème, adressez quelques vers
Tu ne tiens guère plus de place
à un animal que vous aimez.
Que mon plus gros livre de classe.
Vous ferez une ou deux phrases complètes
par strophe. Et qui croirait que tu respires
Bercé comme un petit navire ?
Alors pourquoi, pourquoi, mon chat,
Suis-je tout autre quand je vois,
Sur mon papier blanc, le soleil
Tailler l’ombre de tes oreilles ?
Maurice Carême, À Cloche-pied, 1968,
© Fondation Maurice Carême.

J’apprends à me relire
fait la vérification demandée.
Cochez la case quand vous avez
andé.
J’ai rédigé le nombre de phrases dem
ce par une majuscule.
Chacune de mes phrases commen
J’ai utilisé une ponctuation variée.
phrase
une par une, pour vérifier que chaque
Je relis mes phrases à voix haute,
est complète.
sujet grâce à mon manuel.
Je vérifie l’accord du verbe avec le

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 21


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

4. Répondre à une question

S’exercer *
→ Écrire des réponses complètes
1 a. Observez cette image et répondez aux questions suivantes.

Robert Doisneau
(1912-1994), La Pendule,
XXe arrondissement, Paris,
photographie de 1956,
© R. Doisneau/Rapho.

Combien y a-t-il d’enfants sur cette photographie ?

Sur la photographie figurent trois enfants.

Où se trouvent-ils ? Ils se trouvent dans une salle de classe.

Quelle heure est-il ? Il est 11 h 25.

Que font les deux élèves à gauche de la photographie ?

Ils regardent devant eux : ils écoutent vraisemblablement le professeur.

Pourquoi l’élève de droite lève-t-il la tête ? Qu’attend-il ?

Il lève la tête pour regarder la pendule. Il attend la fin du cours.


b. Quels sont les mots de la question que vous devez reprendre dans votre réponse ?
Il faut reprendre le sujet et le verbe de la question.

22 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

2 a. Lisez le texte suivant.

Sébastien vivait en Martinique. Il vient d’arriver en France et découvre sa nouvelle école.


L’étude du soir tirait à sa fin. Assis au premier rang entre Gustave et Casimir, deux
frères jumeaux, Sébastien se morfondait. Ah ! Quelle journée ! Pas de récréation à cause
de la neige. Du matin au soir, dictées, problèmes, leçons… Non, jamais Sébastien ne
s’habituerait à ces coutumes barbares !
Sébastien jeta un regard morne sur la pendule.
« 5 heures et demi. Chic alors ! murmura Sébastien. Dans un quart d’heure la sortie. »
Marcel Lerme-Walter, Les Voyageurs sans souci, Bibliothèque internationale, © Nathan, 1970.

b. Les réponses en jaune aux questions suivantes sont incomplètes. Corrigez-les.


1. À quel moment se déroule cette histoire ?

Le soir → Cette histoire se déroule le soir.

2. Où Sébastien se trouve-t-il ?

À l’école → Sébastien se trouve à l’école.

3. Qu’éprouve Sébastien à ce moment de la journée ?

De l’ennui → Sébastien éprouve de l’ennui.

4. Pourquoi la journée lui paraît-elle longue ?

Parce qu’ils n’ont pas eu de récréation → La journée lui paraît longue, parce que les élèves n’ont pas

eu de récréation, à cause de la neige.

5. Quelle sorte de regard Sébastien jette-t-il sur la pendule ?

Un regard morne → Sébastien jette un regard morne sur la pendule.

6. Qu’est-ce qui le rassure ?

Il ne reste qu’un quart d’heure avant la sortie. → Ce qui le rassure, c’est qu’il ne reste plus qu’à

patienter un quart d’heure avant la sortie.

3 a. Relisez le texte de l’exercice précédent.


b. Répondez aux questions suivantes en soulignant le premier mot de la réponse
et en reprenant l’ensemble de la question.

1. Sébastien n’est-il pas assis entre Gustave et Casimir ?

Si, Sébastien est assis entre Gustave et Casimir.

2. Gustave et Casimir sont-ils des frères jumeaux ?

Oui, Gustave et Casimir sont des frères jumeaux.

3. Gustave et Casimir ne sont-ils pas des frères jumeaux ?

Si, Gustave et Casimir sont des frères jumeaux.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 23


4. N’est-il pas déçu de n’avoir pas eu de récréation ?

Si, il est déçu de n’avoir pas eu de récréation.

5. Sébastien s’habituera-t-il un jour à ces longues journées de cours ?

Non, il ne s’habituera jamais à ces longues journées de cours.

4 Rédigez votre réponse en reprenant les éléments de la question.


Aidez-vous d’un dictionnaire.

1. Que signifie le verbe « se morfondre » ?

Le verbe « se morfondre » signifie : « s’ennuyer ».

2. Quel est le genre du nom « journée » ?

Le genre du nom « journée » est féminin.

3. Quel est le sens de l’adjectif « morne » ?

Le sens de l’adjectif « morne » est : « triste, sombre ».

Rédiger un paragraphe **
→ S’aider de questions pour rédiger un texte cohérent
5 Voici le début d’un dialogue entre un vieil homme, Vitalis, et le narrateur, un enfant
qui souhaite apprendre à lire. Complétez le texte par des répliques de votre choix
tout en veillant à bien rédiger les réponses aux questions.

– C’est difficile de lire ? demandai-je à Vitalis après avoir marché assez longtemps en
réfléchissant.
– C’est difficile pour ceux qui ont la tête dure, et plus difficile encore pour ceux qui ont
mauvaise volonté. As-tu la tête dure ?
– Je ne sais pas, mais il me semble que si vous vouliez m’apprendre à lire, je n’aurais pas
mauvaise volonté. Accepteriez-vous ?
– Bien sûr , répondit Vitalis avec entrain. Prends ce bâton et accroupis-
toi à l’endroit où la terre est découverte.
– Un bâton, mais pourquoi ? interrogeai-je interloqué.
– Tu utiliseras ce bâton comme crayon, pour apprendre à dessiner les lettres.
– Combien de lettres devrai-je savoir dessiner ?
– L’alphabet comporte vingt-six lettres.
– Mais c’est énorme ! Pensez-vous que j’y parviendrai ?
– Avec un peu de persévérance, je pense que tu en seras parfaitement capable.
– Et vous, Vitalis, qui vous a appris à lire ?
– C’est mon père.
D’après Hector Malot, Sans famille.

24 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

6 En répondant aux questions suivantes, imaginez la vie de Sébastien (exercice 2, p. 23)


avant qu’il n’arrive en France. Soyez très précis dans vos réponses.
1. Dans quel environnement Sébastien vivait-il auparavant ?
2. Pourquoi n’allait-il pas à l’école ?
3. Qui se chargeait de son instruction ?
4. Pourquoi aimait-il se lever à l’aube ?
5. Où passait-il ses journées ?
6. Qu’apprenait-il ?
7. Qui l’attendait lorsqu’il rentrait à la nuit tombante ?

Enrichir son style ***


→ Justifier la réponse à une question
7 Répondez aux questions suivantes en justifiant vos réponses.
Soulignez le mot employé pour introduire la justification.

1. À l’école, quelle est votre matière préférée ? À l’école, c’est l’anglais que je préfère parce que je

découvre un pays et une langue différents des miens.

2. À quelle époque auriez-vous aimé vivre ? J’aurais aimé vivre au Moyen Âge, d’abord parce que les

chevaliers combattaient en joutes, puis parce que celui qui sortait victorieux remportait le cœur de la

dame.

8 Relisez le texte l’exercice 2, p. 23. Répondez aux questions en justifiant votre réponse
par des citations tirées du texte.

1. Sébastien est-il heureux à l’école ? Non, Sébastien n’est pas heureux à l’école, comme le montrent

les termes « se morfondait », « regards mornes ».

2. Sébastien est-il habitué à ces journées de travail ? Non, Sébastien n’est pas habitué à ces journées

de travail comme le montre l’expression : « Non, jamais Sébastien ne s’habituerait à ces coutumes

barbares ».

9 Complétez le paragraphe suivant en répondant à ces questions : quelle est l’heure du jour
que vous préférez ? Pourquoi ? Donnez des précisions sur la lumière, l’ombre, les teintes
du ciel, les parfums, les bruits divers.

J’aime la tombée du jour non seulement parce que la lumière du couchant

est belle mais aussi parce que le monde s’apaise . C’est à cette heure que

tous les membres de la famille rentrent à la maison et j’apprécie particulièrement lorsque

nous sommes tous réunis pour échanger sur la journée qui s’achève.

10 Quelle est votre saison préférée ? Expliquez pourquoi en employant les mots suivants :
non seulement… parce que..., mais aussi… parce que…, de plus, c’est pourquoi.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 25


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

5. Poser une question

S’exercer *
→ Écrire une phrase interrogative
1 Lisez le texte suivant.

Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d’un nouvel ami, elles
JE RETIENS
ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. Elles ne vous disent jamais : «  Quel est le son
• Dans le langage
courant et de sa voix ? Quels sont les jeux qu’il préfère ? Est-ce qu’il collectionne les papillons ? »
surtout à l’oral, Elles vous demandent : « Quel âge a-t-il ? Combien a-t-il de frères ? Combien pèse-t-il ?
l’interrogation
se marque par Combien gagne son père ? » Alors seulement elles croient le connaître.
l’intonation sans A. de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, © Gallimard.
inversion du sujet.
→ Tu viendras
demain ? Est-ce
que tu viendras a. Relevez les phrases interrogatives de ce texte. Qu’est-ce qui vous permet
demain ? de les repérer ?
• Dans un langage
plus soutenu Ce sont les points d’interrogation.
et notamment
à l’écrit, b. Quelle remarque pouvez-vous faire sur l’ordre des mots de ces phrases ?
l’interrogation
se marque par Le sujet est placé derrière le verbe.
l’inversion du
sujet. c. Reformulez la dernière question dans un langage plus soutenu.
→ Viendras-tu
demain ?
Combien son père gagne-t-il ?

2 Formulez les questions dont les réponses sont les suivantes.

1. J’ai rencontré pour la première fois mon ami Yvan l’année dernière, durant les vacances d’été.

Quand avez-vous/as-tu rencontré votre/ton ami Yvan pour la première fois ?

2. Nous passions nos vacances dans la maison de nos grands-parents qui se situe dans la Drôme.

Où passiez-vous vos vacances ?

3. Oui, Yvan est de la région.

Est-ce qu’Yvan est de la région ?

4. Ses parents sont agriculteurs.

Quel métier exercent ses parents ?

5. Nous aimions particulièrement escalader les grandes roches qui surplombaient le champ de

son oncle.

Qu’aimiez-vous particulièrement faire ?

26 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

6. Lorsqu’il pleuvait, nous nous enfermions dans la grange et nous nous divertissions en jouant

aux cartes.

Comment vous divertissiez-vous lorsqu’il pleuvait ?

7. Oui, nous nous reverrons l’été prochain.

Est-ce que vous vous reverrez l’été prochain ?

3 Lisez les réponses des questions suivantes et trouvez les mots interrogatifs
qui conviennent.

1. Combien de temps es-tu resté à m’attendre dans le froid ?

Je t’ai attendu pendant une heure et demie.

2. Lequel des deux sculpteurs a-t-il le plus de talent ?

C’est sans aucun doute Michel Ange qui a le plus de talent.

3. Qu’ as-tu admiré au musée ?

J’y ai admiré La Joconde.

4. Pour quelle raison avez-vous renoncé à ce projet ?

Nous y avons renoncé faute d’argent.

4 Reformulez les questions suivantes dans un langage plus soutenu, en inversant le sujet
et le verbe.

JE RETIENS 1. Depuis quand il se passionne pour l’aviation ?

• Lorsqu’un pronom Depuis quand se passionne-t-il pour l’aviation ?


sujet se trouve
derrière le verbe,
il est relié à celui-ci 2. Pourquoi ce problème te contrarie ? Comment tu comptes le résoudre ?
par un trait
d’union. Pourquoi ce problème te contrarie-t-il ?
→ Prend-il l’avion ?

• Avec les pronoms Comment comptes-tu le résoudre ?


de la 3e personne,
il faut ajouter 3. Combien de sculptures cet artiste a réalisées cette année-là ?
un -t de liaison
lorsque le verbe se Combien de sculptures cet artiste a-t-il réalisées cette année-là ?
termine par -e.
→ À quelle heure
rentre-t-il ? 4. Quand tu penses avoir achevé cette œuvre ?

Quand penses-tu avoir achevé cette œuvre ?

5. De quelle manière vous vous distrayez, une fois votre tâche achevée ?

De quelle manière vous distrayez-vous, une fois votre tâche achevée ?

6. Pourquoi ta sœur ne s’investit pas davantage dans l’apprentissage du chant ?

Pourquoi ta sœur ne s’investit-elle pas davantage dans l’apprentissage du chant ?

7. Comment tu vois ton avenir ?

Comment vois-tu ton avenir ?

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 27


5 Pour chaque phrase, posez une question qui portera sur le groupe de mots surligné.

1. Nous sommes arrivés en train.

Comment sommes-nous arrivés ? ou Par quel moyen de transport sommes-nous arrivés ?

2. Il a réalisé cette peinture avec beaucoup d’habileté.

Comment a-t-il réalisé cette peinture ?

3. Un ancien mineur nous a présenté son métier.

Qui nous a présenté son métier ?

4. Il nous a fait visiter la mine.

Que nous a-t-il fait visiter ?

5. Le puits de la mine s’enfonce à plus de trois cents mètres sous terre.

À quelle profondeur s’enfonce le puits de la mine ?

6. Lorsqu’on est tout en bas, on a l’impression de suffoquer.

Quelle impression a-t-on lorsqu’on est tout en bas ?

Rédiger un paragraphe **
→ Écrire un questionnaire
6 Votre classe se prépare à rencontrer un metteur en scène. Rédigez un questionnaire
à partir des pistes suivantes : qu’est-ce qu’un metteur en scène ? Pourquoi a-t-il choisi
d’exercer cette profession ? Comment l’idée lui en est-elle venue ? Quel genre de pièce
aime-t-il mettre en scène ? Quels sont ses auteurs préférés ? Comment choisit-il
les costumes, les décors ? Comment travaille-il avec les comédiens ?

7 À partir de ces notes biographiques, imaginez les questions que vous auriez pu poser
à Antoine de Saint-Exupéry si vous l’aviez rencontré.

– Je suis né le 29 juin 1900, à Lyon.


ce militaire.
– En 1921, je deviens pilote lors de mon servi
ie pour transporter
– En 1927, je suis engagé par une compagn
le courrier de Toulouse au Sénégal.
– En 1931, j’écris mes premiers romans : Cour
rier Sud et Vol de nuit.
alisme.
– En 1932, je me consacre à l’écriture et au journ
mobilisé dans l’armée
Pendant la Seconde Guerre mondiale, je suis
de l’air et engagé dans la Résistance.
et je l’illustre avec
– En 1943, j’écris Le Petit Prince à New York
des dessins à l’aquarelle.

28 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

Enrichir son style ***


→ Employer la phrase interrogative pour créer du suspense
8 Lisez le texte suivant.

L’enfant avance lentement sur le chemin envahi par les ronces. Quelque chose fuit, roule
devant ses pas. Est-ce une feuille morte déplacée par le vent ? Il poursuit sa route, l’œil
aux aguets.

a. À quoi sert la phrase interrogative dans ce récit ?


La phrase interrogative permet de susciter la curiosité du lecteur.


b. Complétez les récits suivants par une ou deux phrases interrogatives qui relanceront
l’intérêt du lecteur.

1. Un voyageur entra, le visage dissimulé sous sa capuche. Qui était cette sombre apparition ? Que

venait-elle faire à l’auberge du village ?

Il posa en silence un sac de toile sur la table.

2. Nous entendîmes, là-haut, dans le grenier, un bruit de pas feutré. Qui pouvait marcher là-haut

alors que la maison était vide ? À quelle apparition serions-nous confrontés ?

Main dans la main, nous nous mîmes à gravir l’escalier.

3. Poucet et ses frères entrèrent dans la maison. Ils furent saisis par l’odeur de chair fraîche qui y

régnait. Qui vivait dans cette demeure ? Qu’est-ce qui était à l’origine d’une telle odeur ?

9 Complétez le texte suivant par une série de phrases interrogatives qui permettront
de piquer la curiosité du lecteur.

Le narrateur, un jeune garçon, assiste par mégarde à un congrès de sorcières.


La femme sur l’estrade portait une longue robe noire, très élégante, qui lui arrivait
jusqu’aux pieds, et des gants noirs qui lui remontaient jusqu’aux coudes. Contrairement
aux autres, elle n’avait pas de chapeau.
D’après moi, elle ne ressemblait pas du tout à une sorcière, pourtant, elle l’était à coup
sûr. Sinon, que fabriquait-elle sur cette estrade ?
D’après Roald Dahl, Sacrées sorcières.

D’où lui venait cette froide lueur que je lisais dans ses yeux ? Que révélait cette voix mielleuse ?

Et pourquoi diable les autres sorcières la regardaient-elles avec ce mélange d’admiration et de

crainte ?

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 29


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

6. Utiliser la négation

S’exercer *
→ Écrire une phrase négative
1 a. Soulignez toutes les phrases à la forme négative.
b. Encadrez les mots qui expriment la négation.

Je t’ai appris toute la Loi de la Jungle pour tous les peuples de la Jungle… sauf le Peuple
Singe, qui vit dans les arbres. Ils n’ont pas de loi. Ils n’ont pas de patrie. Ils n’ont pas de
langage à eux, […] Leur chemin n’est pas le nôtre. Ils n’ont pas de chef. Ils n’ont pas de
mémoire. […] Nous autres, de la jungle, nous n’avons aucun rapport avec eux.
D’après Rudyard Kipling, Le Livre de la jungle.

2 Mettez les phrases suivantes à la forme négative en employant ne… pas.

1. J’ai appris cette leçon par cœur. Je n’ai pas appris cette leçon par cœur.

2. Il y a du vent aujourd’hui sur la mer. Il n’y a pas de vent aujourd’hui sur la mer.

3. Tes amis ont oublié de te prévenir. Tes amis n’ont pas oublié de te prévenir.

4. On a assisté au concert donné par la fanfare.

On n’a assisté pas au concert donné par la fanfare.

5. Tu as envoyé une lettre à ton correspondant.

Tu n’as pas envoyé de lettre à ton correspondant.

6. As-tu retrouvé ton journal intime ? N’as-tu pas retrouvé ton journal intime ?

3 Mettez les phrases à la forme négative en employant ne… aucun, ne… rien, ne… jamais,
personne… ne, ne… plus.

1. Il me reste encore un peu de temps pour terminer ce travail.

Il ne me reste plus de temps pour terminer ce travail.

2. Il a toujours eu la conscience tranquille. Il n’a jamais eu la conscience tranquille.

3. Au souvenir de ce premier mensonge, vous éprouvez bien du remords.

Au souvenir de ce premier mensonge, vous n’éprouvez aucun remords.

4. Je connais toutes les histoires de ce recueil.

Je ne connais aucune des histoires de ce recueil.

5. Il m’a tout donné. Il ne m’a rien donné.

30 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

6. Tout le monde se moque de lui. Personne ne se moque de lui.

4 Répondez aux questions suivantes par une phrase négative.

1. Mowgli connaît-il toutes les lois de la jungle ?

Non, Mowgli ne connaît pas toutes les lois de la jungle.

2. Les singes respectent-ils certaines règles ?

Non, les singes ne respectent aucune règle.

3. Vous sentez-vous parfois coupable d’avoir manqué au règlement ?

Non, je ne me sens jamais coupable d’avoir manqué au règlement.

4. Quelqu’un parmi vous a-t-il commis ce méfait ?

Non, personne parmi nous n’a commis ce méfait.

5. Es-tu encore irrité contre lui ?

Non, je ne suis plus irrité contre lui.

6. Quelqu’un dans la classe a-t-il déjà lu ce livre ?

Non, personne dans la classe n’a encore lu ce livre.

5 Transformez les phrases suivantes en phrases interrogatives à la forme négative.


Exemple : Nous devons rendre notre rédaction jeudi prochain.
JE RETIENS → Ne devons-nous pas rendre notre rédaction jeudi prochain ?

• Aux temps 1. Tu penses qu’il vaudrait mieux oublier toute cette affaire.
composés,
la négation → Ne penses-tu pas qu’il vaudrait mieux oublier toute cette affaire ?
encadre l’auxiliaire.
→ Le jeune garçon
n’a pas encore 2. Mowgli avait été enlevé par le peuple des singes.
essayé.
• Dans la phrase → Mowgli n’avait-il pas été enlevé par le peuple des singes ?
interrogative,
la négation 3. Baloo a déjà souvent condamné leur attitude.
encadre le verbe
et le pronom. → Baloo n’a-t-il pas déjà souvent condamné leur attitude ?
→ N’essaye-t-il
pas? N’a-t-il pas
essayé ?
4. Vous vous êtes montré bien susceptible lors de notre dernière conversation.
• À l’infinitif,
→ Ne vous êtes-vous pas montré bien susceptible lors de notre dernière conversation ?
l’adverbe se trouve
devant le verbe.
→ Ne pas entrer.

6 Mettez à la forme négative les ordres suivants.

1. Fumer. → Ne pas fumer.

2. Reproche-lui son manque de courage. → Ne lui reproche pas son manque de courage.

3. Prends-en encore. → N’en prends plus.

4. Allez-y avant la nuit. → N’y allez pas avant la nuit.

5. Donne-le lui. → Ne le lui donne pas.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 31


Rédiger un paragraphe **
→ Utiliser la négation dans un texte
7 Lisez le portrait suivant.

Je connais une planète où il y a un Monsieur cramoisi. Il n’a presque jamais respiré une
fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a rien fait d’autre
que des additions. Et toute la journée, il répète : « Je suis un homme sérieux ! Je suis un
homme sérieux ! » et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un
champignon !
Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, © Gallimard.

En un paragraphe, rédigez successivement le portrait d’un homme qui s’ennuie,


puis celui d’un homme étourdi. Vous emploierez la phrase négative pour dire
ce que ce personnage est incapable de faire.

8 Lisez le début de ce conte.

En ce temps-là, sur terre, il n’y avait pas de forêts ni de savanes, il n’y avait pas d’animaux,
ni d’hommes, ni de femmes. En ce temps-là, la terre était un vaste désert de boue lisse.
Sur ce désert, aucun pied n’avait encore gravé son emprunte. Dieu seul vivait dans le ciel
noir et il s’ennuyait beaucoup.
Henri Gougaud, L’Arbre à soleils, © Seuil.

À votre tour, rédigez en un paragraphe le début d’un conte de la création : vous décrirez,
par exemple, le monde tel qu’il existait avant l’apparition des couleurs, ou encore la terre
avant l’apparition des montagnes.… Employez plusieurs phrases négatives.

Enrichir son style ***


→ Utiliser la négation pour atténuer ou exagérer
9 Atténuez les affirmations suivantes en employant la phrase interro-négative.

1. Vous voudriez reformuler votre question d’une manière plus polie.

Ne voudriez-vous pas reformuler votre question d’une manière plus polie ?

2. C’est un véritable prodige.

N’est-ce pas un véritable prodige ?

3. Tu devrais revenir sur ta décision.

Ne devrais-tu pas revenir sur ta décision ?

4. Tu penses que nous devons être indulgents avec lui.

Ne penses-tu pas que nous devons être indulgents avec lui ?

5. Vous voyez qu’il est innocent.

Ne voyez-vous pas qu’il est innocent ?

32 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES

10 a. Lisez les phrases suivantes et expliquez à quoi sert la négation.


Il n’y a pas un seul des loups qui oserait affronter le tigre Shere Khan.

Il n’y a personne dans la jungle qui sache que je porte cette marque.

La négation permet ici d’insister, de mettre en relief un élément de la phrase.

b. Employez ces tournures pour évoquer les éléments suivants :


1. L’absence de bruit dans un château.

Il n’y a pas un seul bruit dans ce château.

2. L’absence d’élèves assez courageux pour venir en aide à un élève humilié.

Il n’y a donc aucun élève assez courageux pour venir en aide à cet élève ?

3. L’absence d’élèves ayant progressé en orthographe au cours du trimestre.

Il n’y a pas un seul élève qui ait progressé en orthographe au cours de ce trimestre.

4. L’absence de preuves pour mettre en accusation le présumé coupable.

Il n’y a aucune preuve pour mettre en accusation le présumé coupable.

11 Lisez le texte suivant.

Le détective entra dans le salon afin d’examiner en détail la pièce et de faire un état des
lieux.
Rien n’avait bougé depuis la dernière fois. Les bibelots étaient à leur place, la pendule
reposait toujours sur le marbre de la cheminée entre les statuettes de bronze. Pas le
moindre indice, pas la moindre trace de main sur la poussière des meubles, pas un objet
qui ne fût à sa place, ni même un bouquet qui ne fût dérangé.

a. Relevez les phrases négatives. Que remarquez-vous ?


Certaines sont des phrases nominales, des phrases sans verbes, ce qui est une manière d’insister :

« Pas le moindre indice, pas la moindre trace de main sur la poussière des meubles, pas un objet qui ne

fût à sa place, ni même un bouquet qui ne fût dérangé. »

b. À votre tour, rédigez un paragraphe dans lequel vous emploierez ces tournures
négatives pour décrire, au choix :
– l’absence de vie dans un désert ;
– l’absence de bruit dans une ruelle.

Dans le désert, aucune plante ne pousse ou presque. La chaleur est trop intense pour les organismes

vivants. Pas d’arbre, pas de fleurs…

Pas un animal, à l’exception d’une faune très spéciale, ne se hasarde sur ce terrain inhospitalier, où la

chaleur tue si facilement. Et pourtant…

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 33


{édaction
Théâtre
sujet 1 Écrire une suite de dialogue
LE MAÎTRE. – Peux-tu nous expliquer
théâtral
les raisons de ton retard ?
Complétez la scène de théâtre suivante : Sébastien SÉBASTIEN. – Je pourrai le faire,
arrive en retard à l’école, sans avoir fait son travail. si vous me laissez le temps de
Son maître lui demande des explications. Sébastien vous raconter les mystérieux
invente toutes sortes d’excuses invraisemblables événements survenus hier soir à
pour se justifier, et il répond au maître en reprenant notre domicile.
les éléments de la question.

Conte
sujet 2 Écrire une interview imaginaire

Vous ouvrez votre livre de contes et vous vous apercevez que toutes les fées ont disparu
des histoires. Il vous faut mener l’enquête. Imaginez les questions que vous poserez
aux différents personnages pour tenter d’élucider ce mystère. Rédigez ces interviews
en veillant particulièrement à la précision des questions et des réponses.

Poésie
sujet 3 Écrire un poème Conseils donnés par un
e sorcière
en employant l’ordre À voix basse, avec un air
épouvanté,
et la défense à l’oreille du lecteur.
Retenez-vous de rire
Lisez ce poème de Jean Tardieu. dans le petit matin !
Sur le même modèle, rédigez un poème
N’écoutez pas les arbres
qui s’intitulera « Conseils donnés par…. ».
qui gardent les chem
• Sélectionnez un personnage parmi ins.
les suivants et imaginez les conseils Ne dites votre nom
qu’il pourrait donner au lecteur : à la terre endormie
une fée, un ogre, le loup, une princesse… qu’après minuit sonn
é.
• Employez des verbes à l’impératif À la neige, à la pluie
et à la forme négative.
ne tendez pas la mai
• Rédigez ce poème en sept strophes. n.
N’ouvrez votre fenêtre
qu’aux petites planèt
es
que vous connaissez
bien.
Confidence pour confidenc
e
vous qui venez me co
nsulter,
méfiance, méfiance !
On ne sait pas ce qui peut
arriver.
Jean Tardieu, Le Fleuve
caché © Gallimard.

34 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 2 RÉDIGER DES QUESTIONS ET DES RÉPONSES
Récit
sujet 4 Écrire un récit

Observez cette image. Rédigez au brouillon toutes les questions que vous vous posez
à propos de cette ombre. Rédigez ensuite un court récit que cette image peut illustrer.
Vous emploierez volontiers la phrase interrogative pour donner du suspense à votre histoire.
Vous commencerez par ces mots : « C’était par une nuit d’orage. Tout le monde dormait.
Soudain… »

Photogramme du film
Nosferatu de F. W. Murnau,1922,
© collection Christophel.

J’apprends à me relire
fait la vérification demandée.
Cochez la case quand vous avez
la fin de chaque question.
J’ai mis un point d’interrogation à
sujet,
phrases interrogatives : inversion du
J’ai veillé à la construction de mes
emplois de mots interrogatifs variés.
e.
J’ai utilisé la phrase interro-négativ
les éléments de la question.
J’ai rédigé la réponse en reprenant

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 35


étape 3 7. Utiliser les pronoms
RELIER LES PHRASES ENTRE ELLES

personnels

S’exercer *
→ Savoir employer les pronoms personnels
1 Lisez le texte suivant.

La porte se rouvrit, l’homme reparut, il portait dans ses deux mains la poupée fabuleuse
et il la posa debout devant Cosette en disant :
« Tiens, c’est pour toi ».
Cosette leva les yeux, elle le regarda, elle regarda la poupée. Tout à coup, elle la saisit avec
emportement.
« Je l’appellerai Catherine », dit-elle.
D’après Victor Hugo, Les Misérables.

a. Observez les pronoms personnels en orange :


– Qui est désigné par le pronom « il » ? L’homme

– Dans la suite du texte, quel autre pronom désigne le même personnage ?

Le pronom « le ».

– Quel pronom est employé pour désigner la poupée ? Combien de fois ?

« la (l’) » est employé trois fois.


b. Quel personnage les pronoms personnels en vert désignent-ils ?
Ils désignent tous Cosette.

2 a. Soulignez les pronoms personnels qui représentent le roi et entourez ceux qui
représentent sa fille.

Un roi a promis à sa femme mourante de ne se remarier qu’avec une femme aussi belle qu’elle.
Les années ont passé.
Quand sa fille fut en âge, le roi la regarda et, s’apercevant qu’elle ressemblait en tout à sa
mère, il conçut pour elle un violent amour. Alors il dit à ses conseillers :
– Je veux épouser ma fille, car elle est le vivant portrait de ma femme morte.
Ces paroles effrayèrent les conseillers.
– Dieu, dirent-ils, a défendu que le père épouse sa fille.
D’après J. et W. Grimm, Peau de toutes bêtes.

b. Quel pronom n’avez-vous pas souligné ? Précisez qui il désigne.


Le pronom « ils », qui désigne les conseillers.

36 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 3 RELIER LES PHRASE ENTRE ELLES

3 Remplacez les groupes en couleur par les pronoms personnels qui conviennent.

1. Connaissez-vous mon amie Anne ? La connaissez-vous ?


JE RETIENS
Généralement, 2. Attendez vos parents devant la porte. Attendez-les devant la porte.
les pronoms sont
placés avant 3. Peux-tu me prêter tes feutres ? Peux-tu me les prêter ?
le verbe, sauf à
l’impératif. 4. Rends son livre à ton frère. Rends-le lui.
→ Tu le donnes.
Donne-le.
5. Souhaitez-vous offrir ce magnifique collier à votre mère ? Souhaitez-vous le lui offrir ?

4 Complétez les phrases suivantes avec les pronoms personnels qui conviennent.

1. Reprenez ce plat, il vous appartient.

2. Albert a perdu ses billes : il les avait laissées dans le jardin et elles ont

disparu.

3. Cher papa, chère maman, ne vous inquiétez pas pour nous  : Sarah et moi sommes

bien arrivées à Londres. Nous vous embrassons.

4. Mes enfants ne connaissent pas cette histoire : je vais la leur raconter.

5 Réécrivez les phrases suivantes en remplaçant le pronom en gras par un groupe nominal
de votre choix. Exemple : Marie te le donnera tout à l’heure. → Marie te donnera l’appareil
photo tout à l’heure.

1. Georges et Jeanne les invitent chaque été.

Georges et Jeanne invitent leurs cousins chaque été.

2. Pio le ramena à l’écurie. Pio ramena le magnifique pur-sang à l’écurie.

3. Je l’ai retrouvée sous ton lit. J’ai retrouvé ta trousse sous ton lit.

4. Marchant aussi silencieusement que possible, Arthur avança vers lui.

Marchant aussi silencieusement que possible, Arthur avança vers le dragon endormi.

6 Réécrivez ces phrases de manière à éviter les répétitions.

1. La voiture de Sylvie est en panne, Sylvie doit donc faire réparer sa voiture.

La voiture de Sylvie est en panne, elle doit donc la faire réparer.

2. Soraya a donné sa peluche à son frère, puis Soraya a changé d’avis et son frère a dû rendre la

peluche à Soraya. Soraya a donné sa peluche à son frère, puis elle a changé d’avis et il a dû la lui rendre.

3. Yann et Émilie ont déposé les cadeaux des enfants au pied du sapin pour que les enfants

trouvent les cadeaux à leur réveil. Yann et Émilie ont déposé les cadeaux des enfants au pied du

sapin pour qu’ils les trouvent à leur réveil.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 37


Rédiger un paragraphe **
→ Alterner pronoms personnels et groupes nominaux
7 Lisez attentivement le texte suivant.

Un jour que monsieur Pierre était assis à une table, en compagnie de son éternel café
crème, les enfants près de monsieur Pierre, voici que, de lui-même, monsieur Pierre
se mit à raconter aux enfants une histoire. Le lendemain, sur leur demande, monsieur
Pierre raconta une autre histoire. Plus monsieur Pierre racontait d’histoires, plus les
enfants demandaient des histoires à monsieur Pierre. Au bout d’un an et demi, n’ayant
plus rien à raconter, monsieur Pierre fit une proposition aux enfants : on se réunirait,
tous les jeudi après-midi, et l’on inventerait ensemble des histoires toutes neuves. Et si
l’on trouvait assez d’histoires, on ferait un livre de ces histoires.
D’après Pierre Gripari, La Sorcière de la rue Mouffetard, © Gallimard-Jeunesse, 2012.

a. Soulignez les groupes nominaux qui sont répétés.


b. À chaque fois que cela vous paraît préférable, remplacez ces groupes nominaux
par des pronoms personnels. Attention à la place des pronoms !

8 Lisez attentivement le texte suivant.

Un propriétaire eut son cheval volé. Le lendemain paraissait dans tous les journaux

l’annonce suivante : « Si mon cheval ne m’est pas rendu, la nécessité m’obligera à recourir
un propriétaire
aux mesures extrêmes auxquelles mon père eut recours jadis en pareil cas. » Elle fit effet.
l’annonce
Le voleur, ignorant ce qu’il risquait, mais supposant quelque chose d’extraordinaire et
le voleur
d’horrible, prit peur et le rendit. Tout réjoui d’une telle issue, il leur avoua qu’il était fort
le cheval un propriétaire / ??? un propriétaire
heureux de ne pas s’être trouvé dans la nécessité de suivre l’exemple de son père.

– Mais qu’avait-il donc fait ? lui demandèrent-ils.


mon père un propriétaire ???
– Vous me demandez ce qu’il avait fait ? Je vais vous le dire…
un propriétaire / ??? mon père un propriétaire / ??? / ce qu’il avait fait
Quand on le lui eut volé dans une auberge, il la mit sur son dos et rentra à la maison à
le cheval / mon père mon père / ???
pied.

Je jure que j’aurais fait la même chose s’il n’avait été bon et obligeant !
un propriétaire le voleur
D’après Anton Tchekhov, « La Menace », Œuvres (1885), © Les É́diteurs français réunis.

a. Soulignez les pronoms personnels et indiquez les groupes nominaux


qu’ils représentent. Est-ce possible pour tous les pronoms ? Pourquoi ?

Cela n’est pas toujours possible car certains pronoms ne représentent aucun groupe nominal cité dans

le texte.
b. Retrouvez le texte d’origine en remplaçant chaque pronom qui pose problème
par l’un des groupes nominaux suivants : la menace, à ses amis, votre père, mon père,
le propriétaire, le voleur, le cheval, son cheval, sa selle.

38 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 3 RELIER LES PHRASE ENTRE ELLES

Enrichir son style ***


→ Utiliser le pronom pour créer un effet d’insistance
9 a. Lisez ces trois phrases.
PHRASE 1 Mathilde promène le chien.
PHRASE 2 Mathilde, elle promène le chien.
PHRASE 3 C’est Mathilde qui promène le chien.

b. Vrai ou faux ?
• Les trois phrases donnent la même information. ✗ Vrai Faux
• Dans la phrase 1, l’attention est particulièrement portée sur le sujet. Vrai ✗ Faux
• Dans la phrase 2, le sujet est représenté deux fois. ✗ Vrai Faux
• Dans la phrase 3, le sujet est encadré par « c’est… que ». ✗ Vrai Faux

10 Réécrivez les phrases suivantes en mettant en relief le sujet de deux manières différentes.

1. J’ai aperçu le Père Noël. Moi, j’ai aperçu le Père Noël.

C’est moi qui ai aperçu le Père Noël

2. Ce soldat est le plus valeureux de la troupe. C’est ce soldat qui est le plus valeureux de la troupe.

Ce soldat, il est le plus valeureux de la troupe.

3. Vous deviez apporter le dessert. C’est vous qui deviez apporter le dessert.

Vous, vous deviez apporter le dessert.

4. Ils ont réalisé cette machine incroyable. Ce sont eux qui ont réalisé cette machine incroyable.

Eux, ils ont réalisé cette machine incroyable.

11 Mettez en relief les mots ou groupes en gras en les reprenant par un pronom
selon le modèle suivant : Nous lisons cette histoire → Cette histoire, nous la lisons.

1. Personne ne comprend cet homme. → Cet homme, personne ne le comprend.

2. Il devient raisonnable en grandissant. → Raisonnable, il le devient en grandissant.

3. Elle ne porte jamais sa robe rouge. → Sa robe rouge, elle ne la porte jamais.

12 Lisez le texte suivant.

Ils étaient six enfants : cinq garçons et une fille. La fille, elle s’appelait Calia. Bien que la
plus jeune, c’était elle qui, de loin, était la plus maligne, et c’était donc elle qui dirigeait
ce petit monde. Les décisions, Calia les prenaient pour tous. Les ordres, elle les donnait
sans qu’il y ait contestation. S’ils jouaient un bon tour, c’était elle qui en avait eu l’idée.
Et des idées, Calia en avait à revendre.

a. Soulignez les mots ou groupes de mots qui sont mis en relief.


b. Selon vous, quel serait le grand frère idéal ? Décrivez-le en huit à dix phrases.
Vous utiliserez les procédés de mise en relief vus précédemment.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 39


étape 3 8. Employer les mots
RELIER LES PHRASES ENTRE ELLES

de reprise

S’exercer *
→ Savoir employer des pronoms variés
1 a. Pour chaque phrase, soulignez le nom du personnage qui sort son épée.
b. Pour quelle phrase rencontrez-vous une difficulté ? Pourquoi ?
1. Le géant s’avance vers le petit homme qui sort son épée.
2. Le géant s’avance vers le petit homme et sort son épée.
3. Le géant s’avance vers le petit homme, il sort son épée.

Dans la phrase 3, le pronom il est ambigu.

2 Transformez les phrases suivantes de manière à signaler sans ambiguïté que c’est
le personnage dont le nom est en vert qui fait la seconde action. Exemple : La sorcière
se tourna vers la jeune fille. Elle recula. → La sorcière se tourna vers la jeune fille qui recula.

1. Le roi accueillit le jeune homme. Il lui fit un profond salut.

Le roi accueillit le jeune homme qui lui fit un profond salut.

2. La princesse embrassa la grenouille. Elle lui adressa un large sourire.

La princesse embrassa la grenouille et lui adressa un large sourire.

3. Le dragon se précipita sur le chevalier. Il s’écroula.

Le dragon se précipita sur le chevalier qui s’écroula.

4. Le vieillard, fou de colère, maudit son fils. Il quitta la pièce en claquant la porte.

Le vieillard, fou de colère, maudit son fils et quitta la pièce en claquant la porte.

5. Jean serra la main de son frère. Il prononça ces mots.

Jean serra la main de son frère et prononça ces mots.

3 Complétez les phrases par celui-ci, celle-ci ou ceux-ci et soulignez le nom du personnage
ainsi désigné.

1. Lorsque le prince annonça ses projets à la reine, celle-ci entra dans une grande colère.

2. La mauvaise sœur cherchait de l’or partout, maugréant et bousculant les vieillards, au point

que ceux-ci décidèrent de la punir.

3. Comme convenu, le tailleur rapporta au roi la peau de l’ours, mais celui-ci refusa de

tenir sa promesse.

40 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 3 RELIER LES PHRASE ENTRE ELLES

4 Complétez le texte avec les pronoms suivants : l’autre, celui-ci, qui, l’un.

Les trois chevreaux ouvrirent la porte au loup qui se jeta aussitôt sur eux. Les

chevreaux prirent peur et voulurent se cacher. L’un sauta sous la table, l’autre

dans le lit. Mais le loup les trouva et les dévora, sauf le petit dernier. En effet, celui-ci

était bien caché.

5 Corrigez les phrases suivantes en remplaçant les pronoms il, ils et elle ambigus
par un pronom mieux choisi.

1. Le roi et la reine appelèrent les gardes. Ils s’emparèrent du jeune garçon.

Le roi et la reine appelèrent les gardes qui s’emparèrent du jeune garçon.

2. Un roi avait deux fils. Il était beau et intelligent. Il était laid et borné.

Un roi avait deux fils. L’un était beau et intelligent. L’autre était laid et borné.

3. Le roi avait interdit à son fils de toucher à l’épée magique. Mais il voulait à tout prix tenter

l’aventure. Le roi avait interdit à son fils de toucher à l’épée magique, mais celui-ci voulait à tout prix…

tenter l’aventure.

4. Jeannette poussa sa sœur sans la rivière. Quand elle se réveilla, elle ne savait plus où elle était,

ni qui elle était. Jeannette poussa sa sœur dans la rivière. Quand celle-ci se réveilla, elle ne savait plus

où elle était, ni qui elle était.…

5. Yasmine enfonça la clé magique dans la serrure. Elle s’ouvrit comme par enchantement.

Yasmine enfonça la clé magique dans la serrure qui s’ouvrit comme par enchantement.

Rédiger un paragraphe **
→ Alterner reprises nominales et pronominales
6 Complétez le texte avec les pronoms suivants : celui-ci, l’autre, les, le premier, qui,
tous deux, l’un.

Un roi avait deux fils jumeaux. L’un était blond comme le soleil, l’autre était

brun comme la nuit. Mais tous deux étaient forts, habiles et intelligents. Le roi

voulut les mettre à l’épreuve pour savoir auquel des deux il laisserait son royaume.

Il fit venir le premier , celui qui était blond comme le soleil, et lui demanda ce qui lui

semblait juste. Celui-ci répondit qu’il s’en remettait à la sagesse de son père. Le

roi fit alors venir son second fils, qui lui fit la même réponse.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 41


7 Supprimez, dans le texte suivant, les répétitions inutiles en remplaçant, quand c’est
possible, les noms en gras par des pronoms bien choisis.
Conseil
Parfois, pour éviter
Le petit tailleur s’enfonça dans la forêt. Soudain, le petit tailleur aperçut les deux géants.
toute ambiguïté, il
il n’y a pas d’autre Les deux géants dormaient sous un arbre. Le petit tailleur ramassa une grosse pierre
choix que de répéter Ceux-ci
le nom. et grimpa dans l’arbre. Alors, le petit tailleur laissa tomber la pierre sur la tête de l’un
il
des géants. Le géant se réveilla. Le géant bondit comme un fou et frappa à son tour son
Celui-ci Il
compagnon. Son compagnon lui rendit la monnaie de sa pièce et ils se mirent à se battre
Celui-ci
pour de bon.

Enrichir son style ***


→ Employer des reprises évocatrices
8 a. Corrigez l’emploi des pronoms dans le texte suivant.

En pleurant, Oriette remit la clé à la sorcière. Elle s’en alla aussitôt avec la clé, sur une
Celle-ci
dragonne ailée. Elle crachait des flammes et répandait une odeur pestilentielle. Dès
, qui
que la sorcière fut partie, Oriette fit venir les deux meilleurs chevaliers du royaume

et les supplia de récupérer la clé. Il était d’une force incroyable et possédait une épée
L’un
tranchante. Il n’avait qu’une simple fronde, mais il était réputé pour son intelligence.
L’autre
Aussitôt, les deux jeunes hommes se mirent en route.

b. Ajoutez à ce texte quatre phrases de votre invention.


Au bout de peu de temps, ils arrivèrent à une bifurcation. Le premier décida de prendre le chemin le plus

court, mais le plus dangereux. Le second emprunta la route la plus longue. Chacun avança sans encombre

trois jours durant.

9 Relevez, dans le texte suivant, les différents groupes nominaux qui désignent Ulysse :
quelle précision chacun d’eux apporte-t-il ?

Après un difficile voyage qui a duré dix années, Ulysse, roi d’Ithaque, arrive enfin chez lui.
L’illustre Ulysse, modèle de patience, était rentré chez lui, mais il ne pouvait encore
profiter de ce retour. Il lui fallait préparer sa vengeance. Et c’est vêtu en mendiant que
le roi d’Ithaque devait observer son palais. Les seigneurs du royaume l’insultaient et le
frappaient. Mais le héros aux mille ruses allait leur donner une leçon. La fidèle Pénélope
réunit tout le monde dans la grande salle. Alors, le divin Ulysse révéla son identité.

42 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 3 RELIER LES PHRASE ENTRE ELLES

« L’illustre Ulysse, modèle de patience » : énonce une des qualités d’Ulysse.

« le roi d’Ithaque » : rappelle le statut d’Ulysse et contraste avec « en mendiant ».

« le héros aux mille ruses » : énonce la principale qualité d’Ulysse.

« le divin Ulysse » : rend compte de la valeur du héros.

10 Complétez le texte avec les GN suivants : l’affreux personnage, le bossu, notre héros,
un malheureux jeune homme, le valeureux jeune homme.

Quasimodo, un malheureux jeune homme au corps difforme et au visage

épouvantable, était le sonneur de Notre-Dame. Lorsqu’il quittait la cathédrale, souvent,

la foule s’en prenait à lui, l’insultant, le frappant même parfois. Le bossu

rentrait alors plus malheureux encore que jamais. Ce jour-là, du haut de sa tour, notre

héros vit un garde royal malmener une gitane. Personne n’osait intervenir.
Le valeureux jeune homme n’hésita pas : il s’élança sur le parvis et marcha droit

vers le garde. Celui-ci, lorsqu’il vit arriver l’affreux personnage , recula.

11 À votre tour, rédigez un petit texte en utilisant, pour désigner le personnage féminin
de l’exercice 10, les groupes nominaux suivants :
Esméralda, la danseuse, la malheureuse jeune fille, la divine créature.

Le garde royal resta interdit, pétrifié tant par la brusque apparition de Quasimodo que par son appa-

rence. La danseuse était stupéfaite. Son regard de braise exprimait la peur mais aussi la reconnais-

sance. Quasimodo, qui n’avait pas hésité à défier un soldat, restait sans voix devant la divine créature.

Esméralda – c’était son nom – fut la première à rompre le silence. Elle posa sa jolie petite main sur celle

de Quasimodo en disant : « Partons ». Mais avant qu’elle eut fait un pas, le garde, reprenant ses esprits,

avait pointé son arme sur la malheureuse jeune fille.

12 a. En vous appuyant sur le tableau ci-contre,


imaginez des expressions désignant Pénélope,
la femme d’Ulysse.
b. Rédigez ensuite les retrouvailles
des deux époux.
Votre texte comportera six à huit phrases.
Vous veillerez à varier les groupes nominaux.

Le Retour d’Ulysse, illustration


de William Russell Flint
tirée d’une édition de
l’Odyssée, 1924, © Lebrecht
Music & Arts/Corbis.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 43


étape 3 9. Employer les mots
RELIER LES PHRASES ENTRE ELLES

de liaison

S’exercer *
→ Utiliser les principaux mots de liaison : et, mais, alors, soudain, puis
1 Lisez le texte suivant.

Le roi passait dans la forêt. Soudain, il aperçut la princesse et fut si charmé par sa beauté
qu’il lui demanda si elle voulait l’épouser. Elle ne répondit point, mais fit un signe de la
tête. Alors le roi la prit sur son cheval, et retourna avec elle dans son palais.

a. Soulignez le mot en gras qui introduit une action inattendue.


b. Entourez le mot en gras qui permet de relier deux actions qui se suivent immédiatement.
c. Soulignez en rouge le mot en gras qui exprime la suite logique de la phrase précédente.
d. Entourez en vert celui qui relie deux idées contraires. Ici, le mot est surligné.

2 Lisez le texte suivant et répondez aux questions.

La jeune fille enveloppa le bijou dans un mouchoir, le glissa dans un sac et cacha le sac
sous son lit. Puis elle reprit ses occupations comme si de rien n’était.

a. Quel mot en gras permet de relier une suite d’actions continue ? « et »
b. À votre avis, pourquoi la dernière action est-elle séparée des autres ?
Quel mot de liaison l’introduit ?

Dans la première phrase, la jeune fille accomplit plusieurs gestes pour réaliser une seule et même action :

cacher le bijou. Dans la seconde phrase, elle fait autre chose, c’est une autre séquence, introduite par

« puis ».
c. Avec lequel de ces deux mots de liaison le sujet n’est-il généralement pas répété ?
À votre avis, pourquoi ?

Avec et, le sujet n’est pas répété pour marquer l’enchaînement rapide des actions.

3 Reliez les phrases suivantes avec le mot de liaison approprié : et (deux fois), mais, puis,
alors (deux fois) ou soudain.

1. Il était parvenu au lieu de rendez-vous mais il n’y avait personne.

2. Il eut beau chercher, il ne vit aucune issue. Alors , il comprit qu’il était prisonnier.

3. Martin avançait aussi prudemment que possible. Soudain surgit un monstre redoutable.

4. La jeune femme s’agenouilla devant le roi et délivra son message sans un regard pour

44 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 3 RELIER LES PHRASE ENTRE ELLES

la foule. Puis , elle repartit comme elle était venue.

5. Martin se trouva face à face avec le dragon. Alors , il saisit son épée et se prépara au combat.

4 Remplacez puis par un mot de liaison mieux choisi.

1. Il prit son élan puis et se jeta sur le monstre.

2. Martin avança aussi prudemment que possible. Puis Mais il trébucha sur une pierre

et le dragon s’éveilla.

3. Martin sortit la plume de sa poche puis et devint invisible.

4. Puis Mais le jeune homme n’écouta pas les conseils de son père. Il entra dans la

chambre interdite puis et découvrit le portrait enchanteur. Puis Alors il tomba

éperdument amoureux de la jeune femme qu’il voyait sur ce portait.

5. Le dragon poussa un hurlement terrible puis et s’écroula. Puis Alors Kob

s’empara de la clé.

5 Complétez les phrases par et ou par puis. À l’oral, justifiez votre choix.

1. Il tira son épée et abattit son adversaire. Puis , il rejoignit ses compagnons

et leur dit : « Le travail est fait. »

2. L’oiseau descendit comme une flèche et s’empara du diamant. Puis , il se

posa sur le toit et se mit à chanter.

3. Cendrillon avait prestement sauté du pigeonnier et couru jusqu’au noisetier ; là, elle

avait retiré ses beaux habits ; puis elle était allée avec son vilain tablier gris se mettre

dans les cendres de la cuisine.

Rédiger un paragraphe **
→ Enchaîner des phrases
6 Complétez le texte avec les mots de liaison qui conviennent, choisis dans la liste suivante :
alors (2 fois), et, mais (2 fois), puis.

Le fils du roi dit qu’il fallait faire venir Cendrillon, mais la mère refusa.

Cependant il y tenait absolument, alors on dut appeler Cendrillon. D’abord elle se

lava les mains et le visage, puis elle vint s’incliner devant le fils du roi, qui lui tendit le

soulier d’or. Elle s’assit sur un escabeau, retira son pied du lourd sabot de bois et le

mit dans la pantoufle qui lui allait comme un gant. Alors le prince la reconnut.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 45


7 Rédigez le début d’une histoire. Pour cela, utilisez les phrases suivantes en les complétant.

1. Il était une fois un roi et une reine qui avaient un fils, le plus bel enfant qu’on ait jamais vu.

2. Ils lui avaient formellement interdit de quitter le parc du château.

3. Un jour que le jeune garçon jouait dans le jardin, il aperçut un faon et voulut le caresser.

4. Il se rappela les paroles de ses parents mais, comme le faon se glissait par une porte entrouverte,

il décida de le suivre.

5. Il poursuivit l’animal pendant de longues minutes, puis le perdit de vue.

6. Alors il s’aperçut qu’il s’était enfoncé dans une forêt touffue.

7. Soudain il entendit une voix.

8 En vous appuyant sur la bande dessinée ci-contre, rédigez en huit à dix phrases le début
d’une histoire. Vous utiliserez les mots de liaison suivants : un jour, mais, et, soudain, alors.

Enrichir son style ***


→ Rythmer le récit grâce aux mots de liaison

9 Comparez les phrases suivantes en remplaçant l’indice de temps surligné en vert par celui
proposé. Quelle est la nuance apportée ?

1. Quand elle fut partie, le nain appela son serviteur.

Aussitôt qu’elle fut partie, le nain appela son serviteur.

Nuance : « Aussitôt qu’ » indique la rapidité de l’action.

2. Au moment où la nuit tombait, ils cherchèrent un refuge.

Comme la nuit tombait, ils cherchèrent un refuge.

Nuance : « Comme » indique à la fois le moment et la cause.

3. Au moment où il toucha la rose, celle-ci disparut.

À peine eut-il touché la rose que celle-ci disparut.

Nuance : « À peine » insiste sur le caractère rapide et soudain de l’action.

4. Pendant qu’ils mangeaient, la maison semblait se transformer.

À mesure qu’ils mangeaient, la maison semblait se transformer.

Nuance : « À mesure que » ajoute l’idée de progression.

46 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 3 RELIER LES PHRASE ENTRE ELLES

Patricia Lyfoung, La Rose écarlate, tome 1, © Delcourt.

10 En utilisant les débuts de phrases suivants, racontez l’avancée d’un prince dans une forêt
enchantée.
1. À peine eut-il franchi l’orée de la forêt…
2. À mesure qu’il avançait…
3. Soudain…
4. Comme il approchait de la maison…
5. Alors…

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 47


{édaction
Conte
sujet 1 Écrire une suite de conte

Lisez le début de ce conte et écrivez-en la suite en imaginant ce que feront


tour à tour le chien, le lapin, l’âne et le cochon.
Faites ensuite une ou deux phrases pour terminer l’histoire.

A ussi incroyable que cela puisse paraître, il fut un temps où les animaux n’avaient pas de queue.
Vous avez bien entendu : pas de queue. Ni le renard, ni l’âne, ni le lapin, ni le chien, ni les autres.
Et cela les rendait fort tristes. […]
Imaginez la surprise de tout ce petit monde lorsqu’on annonça qu’une grande foire allait avoir
lieu, et qu’on allait y vendre, devinez quoi : des queues !
– Il faut que j’y sois le premier, pensa le renard.
Et il partit ventre à terre, courant plus vite qu’il ne l’avait jamais fait. Il arriva bon premier à la foire.
Des queues, il y en avait, oui, et de toutes sortes  : des grandes, des minces, des courtes, des
longues. Sans parler des queues en forme de feuille, de pompon ou de ficelle, des queues lisses
comme le verre ou aussi râpeuses que le bois.
C’était merveille de voir cela, et le renard eut tout loisir de choisir la plus rousse, la plus touffue,
en un mot la plus belle.
Sur le chemin du retour, il rencontra le chien qui loucha sur le panache roux.
R. Kipling, Histoires comme ça, « Pourquoi les animaux ont une queue », © Delagrave.

Récit mythologique
sujet 2 Écrire une histoire à partir d’un résumé

Voici un résumé de l’histoire de Philémon et Baucis.

Zeus et Hermès, qui voyagent à travers la Grèce sous l’apparence de deux vagabonds,
cherchent une demeure pour la nuit. Partout, on leur refuse l’hospitalité. Seul un couple de
vieilles personnes très pauvres, Philémon et sa femme Baucis, acceptent de les loger et de les
nourrir. En partant, Zeus et Hermès récompensent les deux vieillards.

À partir de ce résumé, rédigez l’histoire détaillée, en soignant l’utilisation des pronoms


et des mots de liaison. Vous utiliserez en particulier les mots de liaison suivants :
un jour, mais, enfin, au petit matin.
CONSEIL Vous pouvez vous aider des questions suivantes pour inventer les détails de votre récit :
– Où Zeus et Hermès frappent-ils d’abord ? Comment sont-ils accueillis ?
– Où frappent-ils ensuite ?
– À quel moment arrivent-ils chez les deux vieillards ?
– À quoi leur maison ressemble-t-elle ? Vous pouvez la décrire en deux ou trois phrases.
– Comment les deux vieillards accueillent-ils les voyageurs ? Que leur servent-ils à manger ?
Où les font-ils dormir ? Où dorment-ils eux-mêmes ?
– Comment Zeus et Hermès les récompensent-ils ?

48 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 3 RELIER LES PHRASE ENTRE ELLES
Récit biblique
sujet 3 Écrire un récit épique à partir d’une image

La Bible raconte comment le berger David a vaincu en combat singulier le géant


Goliath, après que celui-ci l’eut défié. Racontez ce combat en une douzaine
de phrases, au présent de narration. Utilisez des verbes d’action aussi précis
que possible pour donner de la force à la scène.
Vous commencerez par la phrase suivante : « Ayant entendu les paroles du géant,
David s’avance sans crainte. »
Votre récit s’achèvera avec la mort du géant.

Daniele da Volterra, Combat de David et Goliath, vers 1555,


huile sur ardoise, à double face (1,33 x 1,77 m), musée du Louvre,
Paris, © RMN/Grand Palais (musée du Louvre)/F. Raux.

Écriture personnelle
sujet 4 Écrire à partir de son expérience personnelle

Vous êtes témoin d’un incident (bagarre, accident…) entre deux élèves. Vous racontez
la scène à une autre personne. Soyez attentif à la façon dont vous désignez les deux élèves
en question, afin d’éviter toute ambiguïté. Votre récit fera une quinzaine de lignes.

J’apprends à me relire
fait la vérification demandée.
Cochez la case quand vous avez
précis que possible.
au moins un verbe conjugué, aussi
Chacune de mes phrases contient
du récit.
pour séparer nettement les actions
J’ai utilisé des points et des virgules
J’ai employé des pronoms variés.
s par des mots de liaison.
Mes phrases sont reliées entre elle

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 49


étape 4 10. Chasser les verbes
ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

passe-partout

S’exercer *
→ Employer des verbes de sens précis
1 Observez les phrases.
1. Il y a une voiture le long du trottoir.
2. Une voiture stationne le long du trottoir.
JE RETIENS
3. Il y avait de la brume au sommet.
Certains verbes 4. Le sommet se noyait dans la brume.
(être, avoir, faire,
partir...) ont a. Lesquelles de ces phrases vous paraissent les plus précises ?
un sens trop
général : pour
donner de la Ce sont les phrases 2 et 4 qui sont les plus précises.
vivacité au récit,
il faut penser à b. Qu’est-ce qui a changé entre la phrase 1 et la phrase 2 ? et entre la phrase 3
les remplacer par et la phrase 4 ?
des verbes de
sens plus précis. La seule différence entre les phrase 1 et 2 et les phrases 3 et 4, c’est le choix du verbe.

2 Remplacez le verbe être par l’un des verbes suivants : se terrer, habiter, se cacher,
se trouver, former, passer, attendre.

1. Corentin était dans le placard. → Corentin se cachait dans le placard.

2. Dans la classe, nous sommes un groupe de bons camarades.

→ Dans la classe, nous formons un groupe de bons camarades.

3. Le renard était au fond de sa tanière. → Le renard se terrait au fond de sa tanière.

4. L’enfant est tout seul devant l’école. → L’enfant attend tout seul devant l’école.

5. Lætitia est dans mon quartier, sa maison est à côté de la mienne et nous sommes souvent

ensemble le mercredi après-midi. → Lætitia habite dans mon quartier, sa maison se trouve à côté

de la mienne et nous passons souvent ensemble le mercredi après-midi.

3 Remplacez le verbe avoir par l’un des verbes suivants : porter, posséder, renfermer, tenir,
contenir. Pensez à vous aider d’un dictionnaire.

1. Cette armoire a de nombreux secrets. → Cette armoire renferme de nombreux secrets.

2. Anatole a des lunettes. → Anatole porte des lunettes.

3. La carafe a un litre d’eau. → La carafe contient un litre d’eau.

4. Prêts pour la dictée, les élèves ont tous leur stylo à la main.

→ Prêts pour la dictée, les élèves tiennent tous leur stylo à la main.

50 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 4 ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

5. Le roi a un splendide château. → Le roi possède un splendide château.

4 Modifiez les phrases suivantes de manière à remplacer « Il y a » par un verbe de sens
plus précis : dormir, enjamber, se dresser, couler, garder.
Exemple : Il y avait un millier d’étoiles dans le ciel. → Un millier d’étoiles illuminaient le ciel.

1. Il y avait un grand arbre devant moi. → Un grand arbre se dressait devant moi.

2. Il y avait un chien derrière la grille. → Un chien se tenait derrière la grille.

3. Il y a un petit pont sur la rivière. → Un petit pont enjambe la rivière.

4. Il y a un chaton dans la corbeille. → Un chaton dort dans la corbeille.

5. Il y a une rivière au fond de la vallée. → Une rivière coule au fond de la vallée.

5 Remplacez le verbe faire par l’un des verbes suivants : fabriquer, accomplir, causer,
commettre, effectuer, préparer. Pensez à vous aider d’un dictionnaire.

1. Ulysse a fait un long voyage. Ulysse a accompli un long voyage.

2. La tempête a fait de nombreux dégâts. La tempête a causé de nombreux dégâts.

3. Aujourd’hui, ce sont les enfants qui font le repas.

Aujourd’hui, ce sont les enfants qui préparent le repas.

4. Cet homme sera jugé pour le crime qu’il a fait.

Cet homme sera jugé pour le crime qu’il a commis.

5. Timothée a fait son problème de mathématiques sans erreur.

Timothée a effectué son problème de mathématiques sans erreur.

6. Le cordonnier fait de très belles chaussures.

Le cordonnier fabrique de très belles chaussures.

6 Réécrivez les phrases en remplaçant les verbes en vert par des verbes de sens plus précis.

1. Un avion fait de longues traînées blanches dans le ciel.

Un avion laisse de longues traînées blanches dans le ciel.

2. Grand-Mère est au coin du feu. Grand-Mère se réchauffe au coin du feu.

3. Le vieillard avait un étrange habit. Le vieillard portait un étrange habit.

4. Le clown fait une dernière pirouette puis salue le public.

Le clown exécute une dernière pirouette puis salue le public.

5. Les champignons sont sous la mousse.

Les champignons poussent sous la mousse.

6. Profitant de l’absence du berger, les moutons sont partis.

Profitant de l’absence du berger, les moutons se sont échappés.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 51


7. Ingrid est partie à Lyon il y a à peine deux semaines.

Ingrid a déménagé à Lyon il y a à peine deux semaines.

8. L’arbitre a son sifflet à la main pendant toute la durée du match.

L’arbitre tient son sifflet à la main pendant toute la durée du match.

Rédiger un paragraphe **
→ Varier les verbes pour éviter les répétitions
7 Réécrivez le texte de manière à remplacer chaque élément en rouge par un verbe plus
expressif : se situer, se cacher, régner, s’aligner, se dresser, décorer.

L’école de mon quartier est au fond d’une rue étroite. Dans la cour, on voit de magnifiques
tilleuls sous lesquels nous nous asseyons l’été. Ma classe est au premier étage. À l’intérieur,
on voit les rangées de tables. Sur les murs, on voit des dessins d’élèves. Partout, il y a la
plus grande propreté.

8 Réécrivez ce texte de manière à supprimer les répétitions.

Tous les matins, dès qu’il est réveillé, Yann a les mêmes gestes. Il fait taire son réveil qui
est sur la table de nuit et fait quelques mouvements de gymnastique. Une fois qu’il est
levé, il part vers la salle de bain pour faire sa toilette. Comme il fait très attention à son
apparence, il a toujours de beaux vêtements. Il a un dernier regard vers le miroir, puis il
part dans la cuisine où il avale avec plaisir le petit-déjeuner que lui a fait son grand frère.
Rassasié, il a un soupir de satisfaction. Enfin, il sort de la maison.

Enrichir son style ***


→ Décrire de manière vivante
9 Réécrivez les phrases en supprimant les verbes être et avoir selon le modèle suivant :
Il entra dans la classe, il était essoufflé. → Essoufflé, il entra dans la classe.

1. Coralie sursauta, elle était surprise. → Surprise, Coralie sursauta.

2. Marc courait à en perdre haleine, il avait les cheveux tout ébouriffés.

→ Les cheveux tout ébouriffés, Marc courait à en perdre haleine.

3. Le curieux personnage restait là, sans bouger, il avait le regard perdu.

→ Le regard perdu, le curieux personnage restait là, sans bouger.

4. Victor était affolé, il s’enfuit sur le champ. → Affolé, Victor s’enfuit sur le champ.

5. Elle était très convaincante, elle obtint de lui tout ce qu’elle souhaitait.

→ Très convaincante, elle obtint de lui tout ce qu’elle souhaitait.

52 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 4 ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

10 Sur le modèle de l’exercice 9, complétez les phrases suivantes.

1. Magnifiquement vêtue, la jeune fille attirait tous les regards.

2. L’air bien décidé, Rémi enfila sa veste et sortit de chez lui.

3. Le regard effrayé, Poucette s’avança lentement vers l’homme.

4. Prêts à tout, les quatre amis défiaient le redoutable monstre.

5. Rayonnant de bonheur, Télémaque se précipita dans les bras de son père.

11 Transformez les phrases selon le modèle suivant :


Ils étaient aveuglés par une formidable lueur. → Une formidable lueur les aveuglait.

1. Toute la montagne était enveloppée de brume. → La brume enveloppait toute la montagne.

2. Le vieux manoir était encerclé par une forêt magique. → Une forêt magique encerclait le vieux

manoir.

3. Sa somptueuse chevelure était ornée d’une simple fleur. → Une simple fleur ornait sa somp-

tueuse chevelure.

4. Ce triste jardin abandonné était envahi de ronces. → Les ronces envahissaient ce triste jardin

abandonné.

5. La lueur de ses yeux était ternie par la souffrance. → La souffrance ternissait la lueur de ses

yeux.

12 En une dizaine phrases, décrivez l’image ci-contre.


Vous éviterez d’employer les verbes être, avoir,
faire et partir.

Deux hommes de dos regardent par la fenêtre de leur

appartement, au premier étage. Ils portent tous les deux

une robe de chambre. L’un se tient debout près de l’autre,

assis dans un fauteuil.

Ils surveillent trois personnages qui sortent dans la

rue.

L’homme assis reconnaît parmi eux une femme, qui s’éloigne

de l’immeuble. Comme elle leur tourne le dos, on ne voit

pas son visage, mais on la distingue à son manteau vert.


Jacques Tardi, Le Démon de la tour Eiffel,
Celle-ci semble représenter manifestement © Casterman.

un danger, une menace pour eux.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 53


étape 4 11. Enrichir le nom
ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

avec des adjectifs

S’exercer *
→ Savoir qualifier un nom
1 Lisez le texte suivant.

Dans le ciel de velours violet, les étoiles brillaient, innombrables. Ce n’étaient plus les
JE RETIENS
douces étoiles de l’été. Elles scintillaient durement, claires, froides, cristallisées par le
Le participe passé gel de la nuit.
d’un verbe peut Marcel Pagnol, Le Château de ma mère, © éd. de la Treille.
être employé
comme adjectif.
→ En hiver, l’eau du
lac gèle. a. Que décrit l’auteur ?
gèle = verbe
→ La surface gelée L’auteur décrit le ciel d’une nuit d’hiver.
du lac brille au soleil.
gelée = adjectif b. Relevez tous les adjectifs qui qualifient les étoiles.
« Innombrables », « douces », « claires », « froides », « cristallisées ».

2 Complétez par un adjectif qualificatif.

1. Nous avancions sur une route sinueuse bordée de grands marronniers.

2. Dès les premiers pas dehors, je me sentis libre .

3. Une fumée blanchâtre s’élevait des toits du village.

4. Respire la douce odeur du pain sortant du four !

5. Un brouillard épais envahit les rues de la ville.

3 Réécrivez ces phrases en complétant le mot surligné en vert par l’un des adjectifs
suivants : aveuglant, riant, doux, lourd, torrentiel, large.
Vous veillerez à bien placer vos adjectifs et à les accorder.

1. Un éclair transperce les ténèbres.

Un éclair aveuglant transperce les ténèbres.

2. La clarté de la lune éclaire ma chambre.

La douce clarté de la lune éclaire ma chambre.

3. Une pluie se déverse sur les champs.

Une pluie torrentielle se déverse sur les champs.

4. Des nuages s’amoncèlent à l’horizon.

Des nuages lourds s’amoncèlent à l’horizon.

54 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 4 ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

5. Un ruisseau serpente dans une vallée.

Un ruisseau riant serpente dans une large vallée.

4 Encadrez chaque nom par les adjectifs proposés entre parenthèses. Veillez à l’ordre
des mots. Exemple : une robe : blanche, longue → une longue robe blanche.

1. un garçon (maladroit, grand). → un grand garçon maladroit

2. une eau (belle, pure). → une belle eau pure

3. un mot (doux, petit). → un petit mot doux

4. un arbre (grand, majestueux) → un grand arbre majestueux

5. une nuit (pluvieuse, sombre). → une sombre nuit pluvieuse

6. une route (sinueuse, longue) → une longue route sinueuse.

5 Complétez chaque phrase par deux adjectifs qui qualifient le nom en gras et que vous
choisirez dans la liste suivante :
épaisse ; bleue ; minuscule ; sombre ; rapide ; souple ; immobile ; rouge ; colorée ; mordoré ;
étincelant ; agile ; spectaculaire ; scintillante.
Pensez à vous aider d’un dictionnaire !

1. La mer s’étalait sous le soleil, scintillante et bleue .

2. Une forêt se dressait face à nous, épaisse et sombre .

3. L’enfant sauta la barrière, agile et souple .

4. Une maison se distinguait au loin, minuscule et colorée .

5. L’éclair apparut soudain, étincelant et spectaculaire .

Rédiger un paragraphe **
→ Décrire de manière positive ou négative
6 Complétez ce texte par des adjectifs de votre choix, en imaginant le paysage par beau
temps. Comparez avec vos camarades.

Par un matin lumineux , Victor se rendit au village voisin, à une journée de

marche de chez lui. L’air était parfumé , le ciel bleu et le voyage

s’annonçait agréable . Il parcourut la plaine fleurie jusqu’à l’étang bordé

de peupliers verdoyants . L’ombre des nuages lumineux glissait

sur l’eau claire . Il arriva bientôt à l’orée d’une forêt accueillante et

suivit le chemin qui serpentait entre les arbres couverts de mousse fraîche .

Sous la voûte des branchages, la lumière se faisait de plus en plus tamisée .

Il déboucha bientôt dans une clairière ensoleillée .

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 55


7 Lisez ce texte.

Jamais je n’avais vu visage si terrifiant, ni si effrayant  ! Le regarder me donnait des


frissons de la tête au pied. Fané, fripé, ridé, ratatiné. On aurait dit qu’il avait mariné
dans du vinaigre. Affreux, abominable spectacle. Face immonde, putride et décatie. Elle
pourrissait de partout, dans ses narines, autour de la bouche et des joues. Je voyais la
peau pelée, versicotée par les vers, asticotée par les asticots… Et ses yeux qui balayaient
l’assistance… ils avaient un regard de serpent !
Parfois, quand quelque chose est trop terrifiant, on se sent fasciné et l’on ne peut en
détacher le regard. J’étais subjugué, anéanti, réduit.
Roald Dahl, Sacrées sorcières, © Gallimard.

a. Soulignez les adjectifs.


b. Comment l’auteur s’y prend-il pour les mettre en valeur ?
L’auteur les accumule dans des énumérations qu’il isole parfois en phrases nominales : « Fané, fripé,

ridé, ratatiné »


c. Réécrivez ce texte de manière à décrire une belle fée.

Enrichir son style ***


→ Enrichir une description

8 Pour évitez le verbe être, recopiez ces phrases en détachant les adjectifs en tête de phrase.
Exemple : Les barques étaient lentes et silencieuses et passaient sur l’eau morte. → Lentes et
silencieuses, les barques passaient sur l’eau morte.

1. La lumière du couchant était brune et dorée et embrasait la campagne.

→ Brune et dorée, la lumière du couchant embrasait la campagne.

2. Hector est immense et fier et il s’empare de son javelot.

→ Immense et fier, Hector s’empare de son javelot.

3. Achille est revêtu d’une armure étincelante et il s’élance vers son ennemi.

→ Revêtu d’une armure étincelante, Achille s’élance vers son ennemi.

4. Hector au casque d’or est mourant et il regarde Achille droit dans les yeux.

→ Mourant, Hector au casque d’or regarde Achille droit dans les yeux.

5. Achille était furieux contre les Troyens et il se couvrit des armes qu’Héphaïstos lui avait faites.

→ Furieux contre les Troyens, Achille se couvrit des armes qu’Héphaïstos lui avait faites.

6. La campagne était paisible et silencieuse et embaumait la lavande.

→ Paisible et silencieuse, la campagne embaumait la lavande.

56 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 4 ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

9 a. Lisez ce texte, entourez les adjectifs qui précisent la couleur des noms en rouge.
b. Soulignez les différentes comparaisons qui précisent cette couleur.

Au large dans la mer, l’eau est bleue comme les pétales du plus beau bleuet et transparente
comme le plus pur cristal ; mais elle est si profonde qu’on ne peut y jeter l’ancre.
À l’endroit le plus profond s’élève le château du Roi de la Mer.
Le château était entouré d’un grand jardin avec des fruits rayonnants comme de l’or, les
fleurs semblaient de feu, car leurs tiges et leurs pétales pourpres ondulaient comme des
flammes. Le sol était fait du sable le plus fin, mais bleu comme le soufre en flammes.
D’après Andersen, La Petite Sirène.

10 Complétez les phrases suivantes par un adjectif et une comparaison évocatrice.


Exemple : La rivière coulait… → La rivière coulait, scintillante comme un long ruban d’argent.

1. Ses yeux brillaient, pétillants comme des braises.

2. Les eaux du lac dormaient, bleues et froides comme un miroir.

3. Le soleil apparut à l’horizon, flamboyant comme un fruit mûr.

4. La lune passait derrière les nuages, livide comme un visage malade.

6. La neige recouvrait les collines, douce comme un immense manteau d’hermine.

11 a. Insistez sur la beauté des lieux en remplaçant les adjectifs en vert par l’un
des synonymes suivants : tendre, limpides, nacrées, azuré, doré, chamarrées, riantes.
Aidez-vous d’un dictionnaire.

Lors de son voyage au pays des morts, Énée visite les Champs-Élysées.

Il arriva dans de belles riantes vallées aux pelouses vert clair tendre ,
parsemées de fleurs multicolores chamarrées . Un ruisseau aux eaux transparentes
limpides et bordé de pierres brillantes nacrées berçait les Ombres
de son chant. Dans le ciel bleu azuré , un éternel soleil resplendissait. Sur les
plages de sable jaune doré , les héros s’exerçaient au maniement des armes.

b. Insistez sur l’aspect effrayant des lieux en remplaçant les adjectifs en rouge
par l’un des synonymes suivants : vertigineuses, livide, dévasté, obscure, ténébreux,
muettes, hideuse, accablée.

Énée parvient au royaume de Pluton.

Ils allaient, à pas lents, dans la nuit noire obscure , à travers l’ombre, à
travers les demeures silencieuses muettes du royaume de Pluton. Ils emprun-
tèrent un chemin sombre ténébreux avant de parvenir à l’entrée de gorges
immenses vertigineuses . Là habitaient les Maladies pâles livides ,
la Vieillesse triste accablée , la pauvreté si laide hideuse et la Mort
au visage désolé dévasté .

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 57


étape 4 12. Enrichir la phrase
ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

avec des compléments


circonstanciels
S’exercer *
→ Savoir utiliser les compléments circonstanciels
1 Lisez le texte suivant.

Il était tombé de la neige toute la nuit ; dans notre cour, il y en avait deux pieds d’épaisseur.
Du côté de la forêt, la lande n’était plus qu’une large plaine blanche. Sur les coteaux, les
maisons grisâtres fumaient lentement.
D’après Eugène Le Roy, Jacquou le Croquant.

a. Observez les mots et groupes de mots en vert. Lequel répond à la question :


– Où ? « Du côté de la forêt » – Quand ? « toute la nuit »

– Comment ? « lentement »
b. Relevez deux autres groupes qui précisent le lieu où se déroule l’action.
« dans notre cour » – « Sur les coteaux »

2 Inventez des phrases qui répondent aux questions suivantes.

1. Pendant combien de temps Noémie a-t-elle dessiné ? Noémie a dessiné tout l’après-midi.

2. Où Rémi a-t-il perdu son gilet ? Rémi a perdu son gilet au gymnase.

3. Pourquoi Jasper s’est-il mis en colère ? Jasper s’est mis en colère parce que personne ne le croyait.

4. Où s’en vont tous ces oiseaux ? Tous ces oiseaux s’en vont en Afrique.

5. Comment est-il venu ? Il est venu en bus.

3 Complétez les phrases en répondant aux questions posées.

1. Œdipe va consulter l’oracle de Delphes (pourquoi ?) .

Œdipe va consulter l’oracle de Delphes parce qu’il souhaite connaître son avenir.

2. (Quand ?) , Pénélope défait sa tapisserie (dans quel but ?) .

La nuit, Pénélope défait sa tapisserie pour gagner du temps.

3. Soudain, le monstre sort (d’où ?) (comment ?) .

Soudain, le monstre sort de sa grotte en hurlant.

58 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 4 ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

4. Ulysse frappe (comment ?) le cyclope (avec quel objet ?) .

Ulysse frappe violemment le cyclope avec un pieu.

5. Œdipe rencontre le sphinx (où ?) et le vainc (comment ?) .

Œdipe rencontre le sphinx à Thèbes et le vainc en répondant à son énigme.

4 Complétez les phrases en ajoutant deux compléments circonstanciels de votre choix.


Précisez à chaque fois à quelle question ils répondent (où ? quand ? comment ? pourquoi ?).

1. Stéphane pêche sur son bateau chaque été. Questions : où ? quand ?

2. Agnès marche avec précaution pour ne pas glisser. Questions : comment ? pourquoi ?

3. Gabrielle apprend ses leçons sérieusement tous les soirs. Questions : comment ? quand ?

4. Léonard va au cinéma chaque samedi. Questions : où ? quand ?

5 Détachez en tête de phrase les compléments circonstanciels selon le modèle suivant :


Coralie prépare le café tous les matins. → Tous les matins, Coralie prépare le café.

JE RETIENS 1. Jean nourrit le chat chaque jour. → Chaque jour, Jean nourrit le chat.
Lorsqu’ils sont 2. La neige est éternelle au sommet des montagnes.
placés en tête
de phrase,
les compléments
→ Au sommet des montagnes, la neige est éternelle.
circonstanciels
sont isolés 3. Un vieillard m’adressa soudain la parole. → Soudain, un vieillard m’adressa la parole.
par une virgule.
4. Le groupe se remit tout à coup en marche. → Tout à coup, le groupe se remit en marche.

5. Il enfila en toute hâte ses vêtements. → En toute hâte, il enfila ses vêtements.

6 Détachez en tête de phrase les compléments circonstanciels en inversant le sujet selon le


modèle suivant : Mille boules étincelaient sur le sapin. → Sur le sapin étincelaient mille boules.

1. Une sculpture ridicule trônait au milieu du parc.

→ Au milieu du parc trônait une sculpture ridicule.

2. Les pâtisseries les plus alléchantes se trouvaient derrière la vitrine de la boulangerie.

→ Derrière la vitrine de la boulangerie se trouvaient les pâtisseries les plus alléchantes.

3. Le printemps reviendra bientôt. → Bientôt reviendra le printemps.

4. Le Père Noël apparaît chaque année à la même époque.

→ Chaque année à la même époque apparaît le Père Noël.

7 Ajoutez un sujet aux phrases suivantes en veillant à l’accord du verbe.

1. Au milieu de la nuit retentit un hurlement effrayant.

2. Devant nous se trouvaient trois hommes richement vêtus.

3. Sous chaque assiette était cachée une clé en or.

4. À midi entra la sorcière affamée.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 59


Rédiger un paragraphe **
→ Préciser les circonstances de l’action
8 Enrichissez ce texte en ajoutant des compléments circonstanciels qui répondent
aux questions en jaune.
(Quand ?) , ce fut le grand jour de la remise des diplômes. (Quand ?) , les étudiants
commencèrent à affluer (d’où ?) . Certains venaient (comment ?) , d’autres (comment ?) .
(Où ?) , il y eut bientôt un grand rassemblement de jeunes gens qui attendaient (comment ?)
le discours du président. (Quand ?) , (comment ?) , l’éminent personnage fit enfin son entrée.

9 Enrichissez ce texte en remplaçant chaque astérisque par un complément circonstanciel.


Jason et ses compagnons approchèrent * de la grotte. Jason s’avança le premier * . * Surgit
un aigle géant * . Les compagnons de Jason se cachèrent * .
* Jason fit face à l’oiseau et le frappa * * . L’oiseau tomba * .

Jason et ses compagnons approchèrent furtivement de la grotte. Jason s’avança le premier avec

prudence. Soudain surgit un aigle géant juste au-dessus d’eux. Les compagnons de Jason se cachèrent

aussitôt.

Avec courage, Jason fit face à l’oiseau et le frappa plusieurs fois avec son épée. L’oiseau tomba lourde-

ment.

10 Observez les deux vignettes suivantes.

Franquin, Gaston 12, © Dupuis.

VIGNETTE 1 De quelle manière le personnage entre-t-il ? Quand ? Où ? Dans quel but ?
Dans un premier paragraphe, racontez la scène en vous aidant des indications suivantes.
• Employez les verbes enjamba, semblait, se trouvait.
• Répondez aux questions posées ci-dessus par des compléments circonstanciels, dont deux
détachés en tête de phrase.

VIGNETTE 2 Où se trouve le personnage ? Comment réagit-il ? Pourquoi ? Racontez la scène


dans un second paragraphe en employant les expressions suivantes :
avec précaution – D’un pas silencieux – Soudain – sur le sol – de manière inquiétante.

60 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 4 ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES

Enrichir son style ***


→ Mettre en valeur en créant un effet d’attente
11 Transformez les phrases de manière à mettre en valeur le sujet, selon le modèle suivant :
Un cri lugubre retentit quand les douze coups de minuit sonnèrent.
→ Au douzième coup de minuit retentit un cri lugubre.

JE RETIENS 1. Une mixture répugnante bouillonnait au fond d’une marmite suspendue à la cheminée.
Lorsqu’un
complément
→ Au fond d’une marmite suspendue à la cheminée bouillonnait une mixture répugnante.
circonstanciel est
placé en tête de 2. Une belle princesse était emprisonnée tout en haut de la plus haute tour.
phrase, le sujet
est parfois → Tout en haut de la plus haute tour était emprisonnée une belle princesse.
inversé, sil s’agit
d’un GN. Dans ce 3. La plus belle âme qui fût se cachait sous cette horrible et effrayante apparence.
cas, on ne met pas
de virgule.
→ Sous cette horrible et effrayante apparence se cachait la plus belle âme qui fût.

12 Transformez les phrases de manière à mettre en valeur le COD, selon le modèle suivant :
Il saisit le précieux bijou d’une main assurée, lentement, sans faire de bruit.
→ Il saisit d’une main assurée, lentement, sans faire de bruit, le précieux bijou.

1. On avait déposé un bien curieux paquet sur le pas de la porte, sans que personne n’eût rien

remarqué. → On avait déposé, sur le pas de la porte, sans que personne n’eût rien remarqué, un bien

curieux paquet.

2. Le jeune homme chercha celle qui avait pris son cœur dans tous les recoins du royaume, une

année durant. → Le jeune homme chercha, une année durant, dans tous les recoins du royaume, celle

qui avait pris son cœur.

3. Il découvrit la plus belle princesse qu’on eût jamais vue dans la dernière salle du palais, sur un

lit d’or et d’ivoire incrusté de pierreries. → Il découvrit, dans la dernière salle du palais, sur un lit d’or

et d’ivoire incrusté de pierreries, la plus belle princesse qu’on eût jamais vue.

13 Complétez les phrases suivantes avec les compléments circonstanciels (CC) donnés
en gras et un COD de votre choix.

1. Le marin retrouva CC temps , CC temps , … → Le marin retrouva bien longtemps après son

départ, après avoir parcouru les mers et les océans, son port d’attache.

2. Elle guettait CC temps , CC manière , … → Elle guettait tous les jours, sans jamais perdre

espoir, le retour de son cher époux.

3. CC temps , CC lieu , CC lieu , le jeune homme aperçut … → Un jour, sur le quai, au bout de la

jetée, le jeune homme aperçut un bateau.

14 Racontez l’arrivée d’un prince dans un château fabuleux et ce qu’il y découvre.


Vous créerez du suspens à l’aide de compléments circonstanciels variés que vous
accumulerez tantôt en début de phrase tantôt en milieu de phrase.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 61


{édaction
Conte
sujet 1 Étoffer un conte

a. Lisez le conte suivant.

I l y a bien longtemps, très, très loin en Chine, un vieux cultivateur nommé


Yukong vivait parmi ses enfants et ses petits-enfants. Ils travaillaient sur des terres
qui n’étaient pas à eux. Les cultures s’étendaient en sillons réguliers autour des
collines. Le soir, après une longue journée de labeur, ils se retrouvaient avec joie.
Mais Yukong pensait toujours à la terre que son père lui avait laissée au pied des
montagnes du sud. Ses fils étaient grands et forts, et ses petits-fils nombreux. Il les
rassembla un jour et ils décidèrent d’aller cultiver la terre qui était à eux.
À l’aube, ils partirent.
Enfin ils arrivèrent, heureux de retrouver leur terre et leurs cabanes.
D’après Contes chinois, adapt. M. Michel-Lansac, © Sélection du père Castor, Flammarion.

b. Imaginez le voyage que font Yukong et sa famille pour retrouver leur terre « au pied
des montagnes du sud » : combien de temps dure-t-il ? Quels paysages traversent-ils ?
Le trajet est-il pénible ?
Racontez en trois paragraphes introduits à chaque fois par un indice de temps différent :
d’abord, plus tard, après des heures et des heures de marche, le matin suivant, la nuit venue,
au bout de trois jours...
CONSEIL Pour donner du rythme à votre récit, organisez chaque paragraphe de la manière
suivante :
• dans un premier temps, racontez la progression du groupe en employant des verbes d’action :
traverser, parvenir, atteindre, se mettre en marche, peiner, déboucher sur, parcourir, presser le pas,
se diriger vers... ;
• dans un second temps, décrivez le paysage qui environne les personnages.

Récit biblique
sujet 2 Imaginer un épisode de la Bible

Qu’arrive-t-il à Adam et Ève après que Dieu les a chassés du Paradis ?


Racontez en trois paragraphes :
• Premier paragraphe : dans une brève introduction, rappelez dans quelles circonstances
Adam et Ève ont été chassés du Paradis. Pensez, si vous ne le savez pas, à faire une recherche.
• Deuxième paragraphe : c’est l’hiver. Décrivez comment est la nature, ce que ressentent
Adam et Ève, l’endroit où ils se réfugient...
• Troisième paragraphe : le printemps arrive...

62 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 4 ENRICHIR LE RÉCIT : DESCRIPTION ET CIRCONSTANCES
Récit mythologique
sujet 3 Écrire à partir d’une image

a. Observez ce tableau.
b. Imaginez l’arrivée d’Énée sur les rives du Tartare, le fleuve des Enfers, et décrivez ce qu’il
y voit. Vous emploierez les adjectifs suivants : sombre, ténébreux, incertain, blême, pourpre,
aveuglant, transperçant.
CONSEIL Pour bien organiser votre description, utilisez des expressions choisies parmi
les suivantes : devant lui, à sa gauche, au milieu, le long de, tout au fond, à ses pieds, au-dessus
de sa tête, plus loin, à l’horizon...

Jan Brueghel (1568-1625), Énée et la Sibylle aux Enfers (1598),


huile sur cuivre, 26,4 x 35,3 cm, coll. privée, © Bridgeman Art Library.

J’apprends à me relire
fait la vérification demandée.
Cochez la case quand vous avez
cela est nécessaire.
J’ai mis une virgule chaque fois que
ectement accordés.
J’ai vérifié que les adjectifs sont corr
que cela est possible.
J’ai évité les répétitions chaque fois
ectement conjugués.
J’ai vérifié que les verbes sont corr

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 63


étape 5 13. Faire parler
ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

des personnages
S’exercer *
→ Présenter un dialogue
1 Lisez le texte suivant.

Perrine entra chez un boulanger : « Voulez-vous me vendre une livre de pain ? »


Elle mit sur le comptoir sa pièce de cent francs : « Voici cent francs, je vous prie de me
rendre la monnaie. »
La boulangère prit la pièce de cent francs et l’examina.
« Qu’est-ce que c’est que ça ? demanda-t-elle en l’examinant.
– Vous voyez bien, c’est cent francs.
– Qui est-ce qui t’a dit d’essayer de me passer cette pièce ?
– Personne », balbutia Perrine.
D’après H. Malot, En famille.

a. Soulignez de deux couleurs différentes les paroles de Perrine et de la boulangère (l. 1-3).
Quel signe de ponctuation les encadre ? Les guillemets encadrent les paroles.
b. Quel signe de ponctuation apparaît lorsque les deux personnages dialoguent ? Où ?
Lorsque les personnages dialoguent, le tiret en début de ligne signale le changement
d’interlocuteur.
c. Quel signe de ponctuation introduit les paroles de Perrine au début du texte ?
Les deux-points.
d. À quoi servent les deux verbes en rouge ?
Ce sont des verbes de parole : ils indiquent que les personnages prennent la parole.
Où se trouvent les sujets de ces verbes ? Les sujets sont inversés.
e. Quel groupe de mots précise ce que fait la boulangère en parlant ? « en l’examinant »

2 Lisez attentivement ce texte.

C’est alors qu’apparut le renard : Bonjour, dit le renard. Bonjour, répondit poliment le
petit prince, qui se retourna mais ne vit rien. Je suis là, dit la voix, sous le pommier… Qui
es-tu ? dit le Petit Prince. Tu es bien joli… Je suis un renard, dit le renard. Viens jouer avec
moi, lui proposa le Petit Prince.
D’après Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, © Gallimard.

a. Soulignez de deux couleurs différentes ce que dit le narrateur et ce que disent


les personnages.
b. Recopiez le texte en rétablissant la présentation du dialogue.

64 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 5 ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

3 Complétez ces phrases en imaginant les paroles prononcées par les personnages.
Attention à bien tenir compte du verbe de parole.

1. Avant de sortir, Tristan appelle son chien : « Médor !  »

2. « Avez-vous terminé cet exercice ?  » interroge le professeur.

3. Jeanne s’exclame en voyant les poupées dans la vitrine : « Qu’elles sont belles !  »

4. Pirlouit examina le ciel puis affirma : « La nuit sera froide.  »

5. Clara confie à sa cousine : « Je rêve de devenir vétérinaire.  »

6. « S’il te plaît, Grand-mère, raconte-nous encore une histoire  », supplièrent les enfants.

4 Recopiez ces phrases en remplaçant le verbe dire par l’un des verbes de parole
suivants : conseiller, demander, s’exclamer, s’écrier, répondre.
Pensez à vous aider d’un dictionnaire.

1. « Quelle heure est-il ? dit Hervé. → « Quelle heure est-il ? demande Hervé.

– Il est 15h30, dit la passante. » → – Il est 15h30, répond la passante. »

2. « Lisez bien la consigne », dit le professeur. → « Lisez bien la consigne », conseille le professeur.

3. « Quelle horreur ! » dit la coiffeuse. → « Quelle horreur ! » s’écrie la coiffeuse.

4. « Que c’est beau ! » dit-il. → « Que c’est beau ! » s’exclame-t-il.

5 Complétez ces phrases par une proposition incise en utilisant pour chacune l’un
des verbes de parole suivants : s’excuser, avouer, protester, s’étonner, souffler, murmurer.

1. « Non, non et non ! Je n’irai pas au cinéma ! » proteste mon voisin.


JE RETIENS
2. « Ne faites surtout pas de bruit, murmure le lutin , sinon, ils vont nous entendre. »
La proposition
incise, au milieu ou 3. « Je suis désolé, mais je l’ignore », s’excuse l’enquêteur.
à la fin des paroles
rapportée, indique
qui parle. On y 4. « Comment ?! s’étonne le directeur , tu n’es pas encore partie ? »
trouve un verbe de
parole et le sujet 5. « C’est moi, avoue le footballeur maladroit , c’est moi qui ai cassé la vitre. »
est inversé.
6. « La bonne réponse, c’est le b », souffle un camarade.

6 Réécrivez ces phrases en employant le discours direct. Attention à la ponctuation !


Exemple : Igor annonce à ses invités que le repas est servi. → « Le repas est servi ! » annonce
Igor à ses invités.

1. Irène avoue à son professeur qu’elle n’a pas fait ses exercices.
JE RETIENS
Irène avoue à son professeur : « Je n’ai pas fait mes exercices. »
Au discours
direct, les paroles 2. Gabriel raconte à ses amis que sa petite sœur lui a mangé tous ses bonbons.
des personnages
sont rapportées
exactement Gabriel raconte à ses amis : « Ma petite sœur a mangé tous mes bonbons ».
comme ceux-ci les
ont prononcées. 3. Flore promet à sa sœur qu’elle ira se promener avec elle tout à l’heure.

« J’irai me promener avec toi tout à l’heure », promet Flore à sa sœur.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 65


Rédiger un paragraphe **
→ Animer le récit par un dialogue
7 Complétez ce dialogue.

Alors que Roland roule en scooter sans son casque, un policier l’arrête.
« Eh là ! jeune homme ! Où est votre casque ?
– Mon casque ? balbutie Roland , je l’ai oublié.
– Vous ne savez donc pas que c’est dangereux et que le port du casque est obligatoire ?
– Si, bien sûr.
– Comment vous appelez-vous ?
– Je m’appelle Roland Dupont.
– Présentez-moi vos papiers. »
Roland cherche vainement dans sa sacoche. Il se décide à avouer, embarrassé :
« Je suis désolé, mais je les ai oubliés à la maison.
– Très bien, puisque c’est comme ça, vous allez me suivre au commissariat.
– S’il vous plaît, monsieur l’agent, je ne recommencerai pas , supplie le jeune étourdi.

– Bon, ça passe pour cette fois, mais que je ne vous y reprenne pas ! »

8 Réécrivez ce texte sous forme de dialogue.

Ignace entend la sonnette et s’étonne. Il demande à Ophélie si elle attend une visite.
Celle-ci lui répond que non et lui dit d’aller ouvrir, qu’ils verront bien qui c’est. Mais
Ignace déclare qu’il n’a pas envie de se lever et qu’elle n’a qu’à y aller elle-même. Ophélie
proteste parce que c’est toujours à elle de tout faire dans la maison. Elle ajoute qu’elle en
a vraiment assez et que, cette fois, elle ne bougera pas.

9 Lisez la fable suivante.

L’aigle et la tortue
Une tortue demandait à un aigle de lui apprendre à voler. Il avait beau lui représenter
que cela n’était pas dans sa nature, la tortue n’en mettait dans sa demande que plus
d’insistance. Il la prit donc entre ses serres, l’enleva dans les airs, puis la lâcha. La tortue
tomba sur les rochers et se brisa.
Ésope, Fables, trad. anonyme.

a. Que demande la tortue à l’aigle ?


La tortue demande à l’aigle de lui apprendre à voler.
b. Pourquoi l’aigle commence-t-il par refuser ?
L’aigle commence par refuser car voler n’est pas dans la nature de la tortue.

66 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 5 ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

c. Pourquoi accepte-t-il finalement ?
L’aigle finit par accepter parce que la tortue insiste.
d. Réécrivez la fable en insérant un dialogue entre les deux animaux.

Enrichir son style ***


→ Préciser l’attitude de celui qui parle
10 Lisez le texte suivant.

– Et que dira papa  ? demanda Fortunato en ricanant, s’il sait qu’on est entré dans sa
maison ?
– Vaurien ! dit l’adjudant1 Gamba en le prenant par l’oreille, peut-être qu’en te donnant
une vingtaine de coups tu parleras enfin.
Et Fortunato ricanait toujours.
« Mon père est Mateo Falcone ! » dit-il avec emphase2.
D’après P. Mérimée, Mateo Falcone.
1. Grade militaire. – 2. Énergie, exagération.

a. Soulignez les propositions incises.


b. Relevez les groupes de mots qui précisent les attitudes des personnages qui parlent.
Quelle est leur fonction ? « En ricanant », « en le prenant par l’oreille », « avec emphase » sont des
compléments circonstanciels.

11 Ajoutez des propositions incises précisant l’attitude du personnage qui parle.

1. « Ivre, demanda l’homme en titubant , qui dit que je suis ivre ? »

2. « Je m’en vais tout droit le dire à maman », déclara Violaine alors qu’elle quittait la pièce.

3. « Je n’en peux plus ! Aidez-moi ! » s’écria le naufragé.

4. « Eh bien, insista Tante Hortense en me montrant fièrement le plat , le prendras-tu, ce gâteau ? »

5. « Cachez-moi, je vous en prie, ou ils me trouveront », supplia le prisonnier évadé.

6. « Voilà tout ce que vous avez commandé », annonça le livreur en déposant le paquet.

12 Ajoutez à ce texte des propositions incises précisant les émotions des personnages.

Soudain, Bénin s’arrêta : « Ne semons pas les derniers ! Ça serait affreux. Tout le monde
est là ? » Les traînards se rapprochèrent.
« Quatre, cinq, six. Et Martin ? Où est Martin ?
– Tiens, c’est vrai ?
– Toi, Omer, tu étais l’avant-dernier, qu’est-ce que tu as fait de Martin ?
– Ma foi, il marchait encore derrière moi il y a trois minutes. Je pensais qu’il me suivait.
– Oh ! le pauvre diable ! Il est peut-être tombé ou il nous a perdus... »
Tous se mirent à crier : « Martin ! Martin ! »
D’après J. Romains, Les Copains.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 67


étape 5 14. Utiliser les indices
ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

de temps

S’exercer *
→ Savoir employer les indices de temps
1 Lisez le texte suivant qui décrit une femme du XIXe siècle s’apprêtant à faire le pain.

D’abord, elle arrangea son mouchoir de tête de manière à cacher ses cheveux, puis elle
releva ses manches jusqu’à l’épaule et se savonna bien les bras et les mains à l’eau tiède,
et, après, les rinça à l’eau froide. Ensuite, s’étant bien nettoyé les ongles, elle prépara le
levain1, vida de la farine, puis de l’eau chaude et commença à pétrir.
Eugène Le Roy, Jacquou le Croquant.
1. Le levain sert à faire lever la pâte.

a. Soulignez les mots qui indiquent la succession des actions.


b. Rédigez un court paragraphe sur ce même modèle en employant les mots de liaison
soulignés pour décrire au choix un garagiste se préparant à une réparation, un peintre
qui s’apprête à peindre, un coureur cycliste qui se prépare au départ.

2 a. Voici la recette des crêpes : remettez les actions dans l’ordre


a. Verser un demi-litre de lait et mélanger pour obtenir une pâte bien lisse.
b. Faire chauffer une poêle et la graisser.
c. Faire un puits dans la farine et y ajouter deux œufs entiers.
d. Verser une petite couche de pâte à l’aide d’une louche et faire cuite à feu vif des deux côtés.
e. Mettre dans un saladier 200 g. de farine et y ajouter une pincée de sel.

Ordre des actions : e – c – a – b – d.


b. Réécrivez cette recette en transposant les verbes à l’impératif et en employant les mots
suivants : dans un premier temps, puis, alors, enfin, une fois la poêle bien chaude.

3 a. Dans le texte suivant, soulignez les indices de temps.


b. Remettez les paragraphes de ce texte dans l’ordre.

a. Quand la pâte fut délayée, mère Barberin posa la terrine sur les cendres chaudes, et il
n’y eut plus qu’à attendre le soir, car c’était à notre souper que nous devions manger les
crêpes et les beignets.
b. Pendant que je coupais les pommes en tranches, elle cassa les œufs dans la farine et se
mit à battre le tout, en versant de temps en temps, une cuillérée de lait.
c. Sitôt le soleil couché, mère Barberin décrocha de la muraille la poêle à frire et la posa
au-dessus de la muraille.
« Donne-moi le beurre ».

68 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 5 ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

Elle en prit, au bout de son couteau, un morceau gros comme une petite noix, et le mit
dans la poêle, où il fondit en grésillant.
d. Ce jour-là, mère Barberin m’avait fait une surprise. Elle avait demandé une tasse de
lait à l’une de nos voisines, un morceau de beurre à une autre, et, quand j’étais rentré
vers midi, je l’avais trouvée en train de verser de la farine dans un grand poêlon en terre.
– Donne-moi les œufs, me dit-elle, et, pendant que je les casse, pèle les pommes.
D’après Hector Malot, Sans famille.

Ordre des paragraphes : d – b – a – c.

Rédiger un paragraphe **
→ Utiliser les indices de temps pour organiser un paragraphe
4 Complétez ce texte par les indices de temps suivants : un matin au clair de lune ; autrefois,
un moment après ; quand le pêcheur eut raccommodé ses filets que la carcasse de l’âne avait
rompus ; d’abord.
JE RETIENS
Il y avait autrefois un pêcheur fort âgé et si pauvre qu’à peine pouvait-il gagner de
Varier les indices
de temps permet
d’organiser un
quoi faire subsister sa femme. Il partit un matin au clair de lune , et se rendit au bord
texte et donc de
faire progresser de la mer. Il jeta ses filets et, comme il les tirait vers le rivage, il sentit d’abord de
le récit.
la résistance ; il crut avoir fait une bonne pêche et il s’en réjouissait déjà en lui-même.
Mais, un moment après , il s’aperçut qu’au lieu de poisson, il n’y avait dans ses filets
que la carcasse d’un âne.
Quand le pêcheur eut raccommodé ses filets que la carcasse de l’âne avait rompus ,
il les jeta une seconde fois.
D’après Sinbad le marin.

5 Complétez le paragraphe suivant par des indices de temps variés.


Employez des propositions commençant par lorsque, au moment où, dès que…

Alors Thésée entra seul, le fil d’Ariane en main et avança en silence dans les couloirs
obscurs du labyrinthe. Il entendait à intervalles réguliers un cri rauque résonner
sur les parois de pierre. Bientôt , il aboutit à une place circulaire semblable à une
arène. Là se tenait un monstre effroyable, un géant à tête de taureau, aux bras et aux
jambes épais comme des troncs de chêne. Dès qu’il vit Thésée , il poussa un
cri de satisfaction gourmande et s’élança vers sa future victime. Au moment où l’ignoble
créature allait se jeter sur lui , Thésée brandit sa massue et lui asséna un coup
sur le mufle. Le monstre hurla de douleur. À cet instant précis , Thésée agrippa
les deux cornes à pleines mains pour mieux bondir sur les épaules poilues.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 69


6 À votre tour, rédigez en un paragraphe le début d’un conte en employant les indices
de temps suivants : lorsque la reine mourut ; naguère ; peu de temps après ; sitôt la marâtre
installée au château.

Enrichir son style ***


→ Donner de la vivacité au récit
7 Indiquez que des actions se succèdent. Comme dans l’exemple, réécrivez les phrases
de deux manières différentes. Exemple : Après avoir terminé son travail, il partit jouer.
→ Une fois son travail terminé, il partit jouer.
Lorsque son travail fut terminé, il partit jouer.

1. Après être parvenu au milieu du fleuve, il crut entendre son compagnon.

Une fois parvenu au milieu du fleuve, il crut entendre son compagnon.

Lorsqu’il fut parvenu au milieu du fleuve, il crut entendre son compagnon.

2. Après t’être calmé, tu pourras m’expliquer ton problème.

Une fois calmé, tu pourras m’expliquer ton problème.

Lorsque tu seras calmé, tu pourras m’expliquer ton problème.

8 Indiquez que des actions se déroulent au même moment. Réécrivez les phrases suivantes
selon le modèle suivant :
Tandis que le professeur corrige ses copies, il surveille les élèves du coin de l’œil.
→ Tout en corrigeant ses copies, le professeur surveille ses élèves du coin de l’œil.

1. Pendant qu’elle jouait avec sa sœur, Delphine aperçut le loup frapper au carreau.

Tout en jouant avec sa sœur, Delphine aperçut le loup frapper au carreau.

2. Alors que les compagnons d’Ulysse buvaient à pleine gorgée, ils se transformaient en cochons.

Tout en buvant à pleine gorgée, les compagnons d’Ulysse se transformaient en cochons.

3. Alors qu’Orphée se retournait, il vit Eurydice s’éloigner à tout jamais.

Tout en se retournant, Orphée vit Eurydice s’éloigner à tout jamais.

9 Indiquez la succession rapide d’actions, en réécrivant les phrases suivantes selon


le modèle suivant : Il parvint en haut de l’arbre, puis appela ses compagnons.
→ Sitôt parvenu en haut de l’arbre, il appela ses compagnons.

1. Tom Sawyer entra dans la grotte et alluma une bougie.

Sitôt entré dans la grotte, Tom Sawyer alluma une bougie.

2. Les parois furent éclairées et ils aperçurent des centaines de chauves-souris.

Sitôt les parois éclairées, ils aperçurent des centaines de chauves-souris.

3. Les enfants sortirent de la grotte et ils éclatèrent de rire.

Sitôt sortis de la grotte, les enfants éclatèrent de rire.

70 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 5 ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

10 Indiquez que des actions se succèdent immédiatement. Réécrivez les phrases


selon le modèle suivant : Dès que le rideau se lève, les spectateurs applaudissent.
→ À peine le rideau se lève-t-il que les spectateurs applaudissent.

1. Dès qu’Ulysse entendit les sirènes, il fut subjugué.

À peine Ulysse entendit-il les sirènes qu’il fut subjugué.

2. Dès que les enfants se mirent à manger, ils entendirent une petite voix.

À peine les enfants se mirent-ils à manger qu’ils entendirent une petite voix.

3. Dès que vous êtes rentrés, le téléphone a sonné.

À peine êtes-vous rentrés que le téléphone a sonné.

11 Complétez le texte par les expressions suivantes : Et voici qu’, à peine… que ; sitôt ; alors.

Sitôt débarqués sur l’île, nous découvrons, au sein d’un vallon, les palais de Circé

bâtis en pierres polies. Autour de cette demeure étaient des loups sauvages et des lions

que la déesse avait domptés en leur donnant de funestes breuvages.

À peine nous a-t-elle aperçus que Circé accourt, ouvre ses portes brillantes,

nous invite à la suivre, et tous mes guerriers entrent imprudemment dans le palais. Elle

les introduit alors , et les fait asseoir sur des trônes et sur des sièges ; puis elle prépare

un breuvage qu’ils boivent avec avidité. Et voici qu’ ils se transforment en cochons

les uns après les autres.


D’après Homère, L’Odyssée.

12 a. Relisez le texte de l’exercice précédent. Circé prépare un breuvage magique


qui transforme les compagnons d’Ulysse en cochons.
b. Racontez la préparation de ce breuvage. Vous rédigerez un paragraphe dans lequel
vous insisterez sur la succession des actions. Aidez-vous du tableau ci-dessous.

J. W. Waterhouse
(1849-1917),
Circé, la Sorcière
(1911), huile sur toile,
photo © Peter Nahum/
Bridgeman Art Library.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 71


étape 5 15. Organiser son texte
ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

en paragraphes

S’exercer *
→ Savoir délimiter les paragraphes d’un texte
1 Lisez le texte suivant.

Un riche et puissant prince, aimé de son peuple, refusait de se marier car il considérait
JE RETIENS
que les femmes étaient toutes trompeuses. Mais son peuple voulait qu’il pense à sa
Dans un récit, succession et le suppliait de prendre femme.
chaque paragraphe
expose les actions Un jour qu’il s’était égaré dans la forêt, il rencontra une jeune bergère dont il tomba
qui s’enchaînent follement amoureux. Il décida de l’épouser et l’emmena avec lui.
pendant une
étape du récit :
c’est ce qui fait
son unité. a. De combien de paragraphes ce texte est-il constitué ? À quoi le voyez-vous ?
Il y a deux paragraphes, qui sont marqués par un retour à la ligne.
b. Trouvez un titre pour chaque paragraphe exprimant l’idée principale qu’il contient.
Premier paragraphe : Un prince sans princesse

Second paragraphe : Une belle rencontre

2 Lisez le texte suivant.

Il était une fois un vieux château au cœur d’une forêt épaisse où vivait une vieille femme
qui était magicienne. Si quelqu’un approchait du château à plus de cent pas, il était forcé
de s’arrêter et ne pouvait plus bouger de là tant qu’elle ne l’avait pas délivré. Or, il était
une fois une jeune fille qui s’appelait Jorinde ; elle était plus belle que toutes les autres
filles. Et puis il y avait un très beau jeune homme nommé Joringel : ils s’étaient promis
l’un à l’autre. Un jour, ils allèrent se promener dans la forêt. C’était une belle soirée, le
soleil brillait entre les troncs d’arbres, clair sur le vert sombre de la forêt.
D’après J. et W. Grimm, Contes merveilleux.

Délimitez les trois paragraphes de ce texte en vous aidant des titres proposés.

• PREMIER PARAGRAPHE : « Le château »

De : « Il était une fois » À : « ne l’avait pas délivré »

• DEUXIÈME PARAGRAPHE : « Jorinde et Joringel »

De : « Or, il était une fois » À : « l’un à l’autre »

• TROISIÈME PARAGRAPHE : « La promenade »

De : « Un jour » À : « de la forêt »

72 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 5 ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

3 Découpez ce texte en trois paragraphes auxquels vous donnerez un titre.

Cendrillon se présenta au bal vêtue de sa robe d’or. Ni ses sœurs, ni sa marâtre ne la


reconnurent. Elles pensèrent que c’était la fille d’un roi étranger, tant elle était belle.
Soudain, le fils du roi l’aperçut. Il vint à sa rencontre, la prit par la main et dansa avec
elle. Ne voulant danser avec nulle autre, il ne lui lâcha plus la main. Et ils dansèrent
ainsi jusqu’au soir. Enfin, le moment de rentrer arriva. Son cavalier lui proposa de la
raccompagner. Mais elle refusa et s’éclipsa discrètement.

• PREMIER PARAGRAPHE

De : « Cendrillon » À : « tant elle était belle »

Titre : L’arrivée au bal

• DEUXIÈME PARAGRAPHE

De : « Soudain, le fils du roi » À : « jusqu’au soir »

Titre : Le fils du roi subjugué

• TROISIÈME PARAGRAPHE

De : « Enfin » À : « discrètement »

Titre : Un départ discret

4 Remettez dans l’ordre ces quatre phrases de manière à construire un paragraphe


cohérent.
a. Il provoque alors une pluie interminable et sauve les fillettes.
b. Leurs parents décident de les punir en les envoyant chez la vieille et méchante Tante Mélina,
mais seulement s’il ne pleut pas.
c. Delphine et Marinette ont cassé un précieux plat.
d. Heureusement, Alphonse, le chat de la ferme, a le pouvoir de faire pleuvoir en se passant la
patte derrière l’oreille.

Ordre des phrases : c – b – d – a

5 Remettez dans l’ordre les quatre paragraphes de ce texte.


a. Un jour qu’elle se perdit en forêt, elle aperçut une jolie maison, où vivait une famille ours, le père,
la mère et leur petit ours. Partis en promenade, les trois ours avaient laissé la porte entrouverte.
b. De retour, les trois ours furent bien étonnés de trouver leur maison en désordre et une fillette
endormie. Boucle d’or ouvrit alors les yeux et les vit penchés sur elle. Effrayée, elle s’enfuit en
courant. Et la famille ours ne la revit plus jamais.
c. Curieuse, Boucle d’or entra dans la maison. Elle goûta aux trois bols de gruau posés sur la table
et finit celui de l’ourson. Elle essaya les trois chaises et cassa celle de l’ourson. Elle monta à l’étage,
se glissa dans les trois lits et s’endormit dans celui de l’ourson.
d. Tout près de la forêt vivait une petite fille qu’on appelait Boucle d’or.

Ordre des paragraphes : d – a – c – b

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 73


Rédiger un paragraphe **
→ Enchaîner des paragraphes de manière cohérente
6 Lisez le paragraphe suivant.

Lorsqu’il vit les parents bien loin au dernier tournant du sentier, le loup fit le tour de
la maison en boitant d’une patte, mais les portes étaient bien fermées. Du côté des
cochons et des vaches, il n’avait rien à espérer. Ces espèces n’ont pas assez d’esprit pour
qu’on puisse les persuader de se laisser manger. Alors le loup s’arrêta devant la cuisine,
posa ses pattes sur le rebord de la fenêtre et regarda à l’intérieur du logis.
Marcel Aymé, Les Contes du chat perché, © Gallimard.

a. Donnez-lui un titre. Un rôdeur affamé.


b. Rédigez un second paragraphe ayant pour titre « À l’intérieur du logis ».
Delphine et Marinette jouaient aux osselets devant le fourneau. [...] Comme les petites tournaient le

dos, le loup donna un coup de nez sur le carreau pour faire entendre qu’il était là. Laissant leurs jeux,

elles vinrent à la fenêtre en se tenant par la main. [...] La plus blonde se mit à rire, parce qu’elle le

trouvait drôle avec ses oreilles pointues et ce pinceau de poils hérissés sur le haut de la tête.

7 Lisez attentivement ce texte.

Arachné, une jeune fille de Lydie, qui excellait dans l’art du tissage, se vantait de
surpasser en talent Athéna elle-même. Les gens, éblouis par son magnifique travail,
pensaient qu’elle était l’élève de la déesse. Arachné, ne pouvant souffrir qu’on lui donne
pour maîtresse une immortelle, la défia.
La déesse, irritée, se déguisa en vieille femme et rendit visite à Arachné. Elle tenta de la
convaincre de se montrer moins orgueilleuse et de reconnaître la supériorité du talent
d’Athéna. …
Le concours commença. La déesse représenta le désaccord qu’elle avait eu avec Poséidon.
Arachné tissa Zeus et ses amantes. Chacune s’activa à surpasser l’autre, mais la déesse
dut bien reconnaître la supériorité du talent de la jeune mortelle.

a. Le deuxième paragraphe est incomplet : complétez-le.


Mais la jeune fille était trop fière pour accepter. Alors Athéna se révéla sous sa véritable apparence et

releva le défi qu’Arachné lui avait lancé.

b. Racontez dans un quatrième paragraphe la fin de l’histoire.

74 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 5 ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES

Enrichir son style ***


→ Mettre un événement en valeur
8 Lisez le texte suivant.

Les flammes avaient envahi tout le bâtiment. Les vitres se fêlaient et tombaient avec
bruit. La charpente cédait. Encore un moment et tout allait s’abîmer. On n’attendait plus
que la catastrophe. On entendait les petites voix répéter : « Maman ! Maman ! » On était
au comble de l’effroi.
Tout à coup, à la fenêtre voisine de celle où étaient les enfants, une haute figure apparut.
Toutes les têtes se levèrent, tous les yeux devinrent fixes. Un homme était là-haut, un
homme était dans la fournaise. Cette figure se découpait en noir sur la flamme, mais elle
avait des cheveux blancs. On reconnut le marquis de Lantenac.
Il disparut, puis il reparut.
D’après Victor Hugo, Quatrevingt-treize.

a. Quels sont les différents événements de ce passage ?


Les événements de ce passage sont : un bâtiment en feu sur le point de s’effondrer avec des enfants à

l’intérieur sous le regard impuissant de la foule, la survenue d’un sauveur, ses allées et venues.


b. Observez la disposition en paragraphes : que met-elle en valeur ?
La disposition en paragraphes met en valeur les apparitions du marquis de Lantenac.


c. Quelle remarque pouvez-vous faire sur la longueur du dernier paragraphe ?
Quel effet cela produit-il ?

Le dernier paragraphe, très court, souligne la fulgurance de l’action du marquis de Lantenac et met en

valeur le caractère providentiel de son arrivée.

9 À votre tour, racontez les exploits


d’un personnage.
Aidez-vous de l’illustration ci-contre.
Vous veillerez à la disposition en paragraphes
pour mettre en valeur ses actions.

Orr Constant Soldier,


illustration tirée
d’un conte d’Andersen,
© Mary Evans Picture Library.

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 75


{édaction
Récit
sujet 1 Écrire un récit à partir d’une image

Observez la photographie
suivante.
Imaginez un récit dans lequel
vous insérerez un dialogue
entre ces trois garçons.
CONSEIL Pour préparer
ce travail, répondez
aux questions suivantes :
– Où sont ces enfants ?
– Qui sont-ils ? Comment se
nomment-ils ? Que s’est-il passé
entre eux ? Pourquoi rient-ils ?
– Quelles sont les étapes de
votre récit ?
Vous veillerez à varier
les verbes de parole et
à respecter la ponctuation.

Robert Doisneau (1912-1994),


L’Irréparable Gâchis, les écoliers,
photographie, 1956,
© R. Doisneau/Rapho.

Conte
sujet 2 Mettre en place la progression d’un conte

Voici le début et la fin d’un conte. À vous d’écrire les étapes intermédiaires.

DÉBUT Il était une fois un roi qui avait trois fils  ; deux d’entre eux étaient intelligents et
avisés ; le troisième quant à lui ne parlait pas beaucoup, il était simple d’esprit et s’appelait
simplement l’Idiot. Quand le roi se fit vieux et faible, et qu’il se mit à penser à sa mort, il ne
sut pas lequel de ses fils devrait hériter de son royaume. Il leur parla ainsi : « Partez, et c’est
celui d’entre vous qui me rapportera le tapis le plus délicat qui sera roi à ma mort »
FIN L’Idiot hérita donc de la couronne et il régna pendant longtemps et avec sagesse.
Grimm, Les Trois Plumes, Contes pour les enfants et la maison, trad N. Rimasson Fertin, © José Corti.

Imaginez en trois étapes successives comment l’Idiot s’y prend pour trouver le tapis
et pour quelles raisons les deux autres frères échouent.

76 © Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.


étape 5 ORGANISER LE RÉCIT : DIALOGUES ET PARAGRAPHES
Conte
sujet 3 Enchaîner les étapes d’un conte

i l était une fois un vieux et une vieille qui avaient une fille.
Voici le début d’un conte.
Imaginez la suite de
ce conte en veillant
Devenu veuf, le vieux se remaria. La méchante marâtre prit la
à faire un paragraphe
pour chaque étape fillette en haine, ne cessant de la battre et ne rêvant qu’à s’en
de votre récit. débarrasser. Un jour que le père était absent, elle dit à sa belle-
fille : « Va chez ma sœur, ta tante, et demande-lui une aiguille et
CONSEIL Vous utiliserez
du fil pour te coudre une chemise ! »
au début de chaque
Or, cette tante n’était autre que la Baba Yaga en personne.
paragraphe les indices
D’après Afanassiev, Contes populaires russes.
de temps suivants :
Sitôt arrivée – Elle n’avait
pas plus tôt commencé que… – De nouveau – À peine avait-elle commencé que… –
Alors – Enfin.
Vous veillerez à insérer du dialogue en respectant la ponctuation.

Récit
sujet 4 Animer un récit

Voici le début d’un poème de René-Guy Cadou.


Vous visitez la demeure
du poète : l’un des meubles
prend la parole pour vous
Celui qui entre par hasard dans la demeure d’un poète
Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui,
raconter son histoire, depuis
Que chaque nœud du bois renferme davantage
le temps où il était encore arbre
jusqu’au jour où il est arrivé
Des cris d’oiseaux que le cœur de la forêt.
dans cette maison. René-Guy Cadou, Les Biens de ce monde, © Seghers, 1951.

CONSEIL Faites un récit à l’intérieur duquel vous donnerez la parole au meuble pour qu’il conte
sa vie. Insistez sur les différentes étapes de cette vie en employant de nombreux indices de
temps. Rendez ce récit émouvant en variant les tournures de phrases : phrases exclamatives
et interrogatives.

J’apprends à me relire
J’apprends à me relire
es en veillant aux étapes du récit.
J’ai divisé mon texte en paragraph
r situer les actions dans le temps.
J’ai employé des mots de liaison pou
és.
J’ai introduit des passages dialogu
ogue et varié les verbes de parole.
J’ai respecté la ponctuation du dial

© Éditions Nathan 2014 – Photocopie non autorisée. 77