Vous êtes sur la page 1sur 56

Module1 : Les documents de synthèse

Section1 : ETAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRE

Périodiquement il faut comparer le compte 521 Banque extrait du grand livre général tenu
par l’entreprise et le compte de l’entreprise tenu par la banque matérialisé par l’extrait de
compte (ou relevé de compte) reçu de la banque.

Les comptes 521 Banque tenu par l’entreprise et Entreprise tenu par la banque sont des
comptes réciproques :

- Ils appartiennent à deux comptabilités différentes ;


- Ils enregistrent les mêmes opérations mais avec des signes contraires c'est-à-dire
quand l’un est débité d’une somme, l’autre est crédité de la même somme ;
- Leurs soldes doivent être opposés mais égaux.

Toutefois, en raison du décalage dans les enregistrements opérés par le banquier et par
l’entreprise donc cela se traduit par des différences qui peuvent provenir soit d’erreur ou
d’omission dans le compte 521 Banque, soit de délais nécessaires à la réception et à
l’enregistrement comptable des documents : chèque, avis d’encaissement ou de
domiciliation d’effets, avis de virement, avis de débit, avis de crédit, leurs soldes ne sont
pratiquement jamais opposés et égaux.

Il est donc nécessaire de vérifier la concordance des soldes de ces deux comptes en
présentant périodiquement un Etat de rapprochement bancaire.

I Définition :

L’état de rapprochement bancaire est un document qui permet d’ajuster le solde du compte
banque tenu par l’entreprise et celui de l’entreprise tenu par la banque c'est-à-dire
récapituler les opérations effectuées par l’entreprise avec la banque non comptabilisées
chez l’un ou l’autre.

II Démarche à suivre pour faire un état de rapprochement

Elle commence par la vérification de la concordance entre les soldes de départ (soldes à
nouveaux). Autrement dit les deux soldes de départ (sur l’extrait et sur le compte 521
banque) doivent être normalement égaux.

Mais en pratique, deux cas peuvent se présenter :

1er cas : Lorsque les deux soldes à nouveaux sont égaux dans ce cas le comptable établit un
état de rapprochement en fin de période.

1
C’est le cas le plus simple. Il suffit d’entamer directement le pointage des opérations qui
concordent. Le pointage consiste à comparer les débits et les crédits de l’extrait et du
compte 521 banque, opération par opération et vice versa.

Pour établir l’état de rapprochement en fin de période, il suffit à partir des soldes finaux
dans les deux comptes, d’ajouter les opérations non pointées (manquantes) au débit et au
crédit. Enfin on trouve dans chacun des deux comptes un solde de même montant, mais de
sens contraire appelé solde rectifié.

Une fois l’état de rapprochement terminé il convient d’enregistrer dans le journal de


l’entreprise toutes les opérations qu’elle n’avait pas comptabilisées c'est-à-dire seules les
opérations apparues dans le compte Banque tenu par l’entreprise lors du rapprochement
seront enregistrées.

Exemple :

Vous travaillez au service comptable des établissements Touré. On vous confie les
documents suivants à l’analyse pour le mois de Novembre 2013.

521 Banque dans l’entreprise TOURE

Dates Libellés Débit Crédit


01/01 Solde à nouveau 581 000
02/01 Chèque n°164 Koné 631 000
03/01 Chèque n° 165 Namory 432 000
05/01 Encaissement Chèque 262 000
07/01 Encaissement Chèque 363 000
10/01 Chèque N°166 Guindo 321 000
16/01 Virement du client Diallo 250 000
Solde débiteur 72 000
Totaux 1 456 000 1 456 000

Extrait du compte BNDA de TOURE

Dates Libellés Débit Crédit


01/01 Solde à nouveau 581 000
07/01 Virement DAOU 220 000
10/01 Encaissement Chèque 262 000
11/01 Encaissement Chèque 363 000
12/01 Chèque N°164 631 000
13/01 Chèque N°166 321 000
14/01 Virement du client Diallo 250 000
15/01 Prélèvement Malitel (téléphone) (1) 100 300

Solde créditeur 623 700


Totaux 1 676 000 1 676 000

2
(1) TVA 18%

Travail à faire :

1) Présenter l’état de rapprochement au 30/11/2013.


2) Passer les écritures au journal de l’entreprise TOURE au 30/11/2013

Solution :

1) Présentons l’Etat de rapprochement au 30/11/2013

521 Banque Libellés Extrait


72 000 Soldes avant rapprochement 623 700
220 000 Virement Daou
100 300 Prélèvement Malitel
Chèque N°165 Namory 432 000

191 700 Soldes rectifiés 191 700

292 000 292 000 Totaux 623 700 623 700

2) Passons les écritures au journal de l’entreprise TOURE au 30/11/2013

30/11/13
521 Banque 220 000
411 Client 220 000
Suivant Etat de rapprochement


628 Frais de télécommunication 85 000
445 TVA récupérable 15 300
521 Banque 100 300
Suivant Etat de rapprochement

2ème cas : Lorsque les deux soldes à nouveaux sont différents dans ce cas le comptable aura
deux taches à exécuter dans un premier temps il établit un état de rapprochement
antérieur et dans un second temps un état de rapprochement en fin de période.

L’Etat de rapprochement antérieur concerne :

- d’une part les opérations non comptabilisées par le banquier au cours de la période
précédente et qui l’avaient été par l’entreprise ;

3
- d’autre part les opérations non comptabilisées par l’entreprise au cours de la période
précédente et qui l’avaient été par le banquier.

Ce sont ces décalages de comptabilisation qui sont à l’origine de la différence des deux
soldes à nouveaux.

Pour établir l’état de rapprochement antérieur il faut :

- regarder le premier numéro de chèque émis sur le compte 521 Banque et chercher
sur le relevé de compte, les chèques antérieurs à ce numéro puis les porter sur l’état
de rapprochement antérieur au débit du relevé ;
- prendre dans l’état de rapprochement antérieur au niveau du compte 521 Banque
ses premières opérations : les virements bancaires, les encaissements coupons et de
chèques généralement au débit et les domiciliations échues, les frais de tenue de
compte généralement au crédit etc.
-

NB :

Les chèques non présentés à l’encaissement par leurs bénéficiaires sont portés à la fois dans
l’état antérieur et celui de fin de période.

Les opérations figurant sur l’extrait sont toujours considérées justes.

Lorsque les montants sur le compte 521 Banque de l’entreprise et sur l’extrait concernant
les achats de titres ou les ventes de titres sont différents, la différence de ces deux montants
constitue les frais sur achats de titres ou les frais sur ventes de de titres.

En cas d’erreurs commises par le comptable de l’entreprise, la rectification est faite par
l’utilisation de la correction en négatif c’est-à-dire on annule et on rectifie l’écriture erronée.

Plusieurs lignes d’opérations inscrites sur le compte 521 Banque peuvent être regroupées en
une seule sur l’extrait par exemple remise de chèque à l’encaissement.

Exemple 1 :

La situation du compte 521 Banque de l’Entreprise TRAORE se présente ainsi pour le mois de
Décembre 2013.

4
521 Banque dans l’entreprise TRAORE

Dates Libellés Débit Crédit


01/12 Solde à nouveau 4 273 500
02/12 Virement TOURE 275 000
04/12 Chèque de vente 600 000
06/12 Chèque n°45, ordre DIALLO 1 220 000
12/12 Versement d’espèces 1 000 000
13/12 Achat d’obligations 2 270 750
15/12 Chèque n°46, ordre Ousmane 650 400
18/12 Chèque n°47, ordre Satigui 400 000
20/12 Vente de titres 1 232 500
31/12 Solde débiteur 2 839 850
Totaux 7 381 000 7 381 000

Extrait du compte BDM sa de TRAORE

Dates Libellés Débit Crédit


01/12 Solde à nouveau 5 873 500
02/12 Chèque n°43 702 000
03/12 Chèque n°44 623 000
04/12 Encaissement de Chèque 600 000
06/12 Chèque N°45 1220 000
13/12 Versement d’espèces 1 000 000
13/12 Achat d’obligations 2 270 750
15/12 Chèque n°46 605 400
20/12 Vente de titres (1) 1 226 750
25/12 Intérêt créditeur 60 000
27/12 Négociation de traite net (2) 2 850 790
31/12 Solde créditeur 6 189 890
Totaux 11 611 040 11 611 040

(1) TAF 15%


(2) Valeur nominale 2 880 000F, escompte 22 400F, commission 3000F, TAF 3 810F.

Travail à faire :

1) Présenter l’état de rapprochement antérieur.


2) Présenter l’état de rapprochement au 31/12/2013.
3) Passer les écritures au journal de l’entreprise TOURE au 31/12/2013

Solution :

1) Présentons l’état de rapprochement antérieur

5
521 Banque Libellés Extrait
4 273 500 Soldes à nouveaux 5 873 500
Chèque n°43 702 000
Chèque n°44 623 000
275 000 Virement TOURE

4 548 500 Soldes rectifiés 4 548 500

4 548 500 4 548 500 Totaux 5 873 500 5 873 500

2) L’état de rapprochement au 31/12/2013

521 Banque Libellés Extrait


2 839 850 Soldes avant rapprochement 6 189 890
- 650 400 Annulation Chèque n°46, ordre Ousmane
605 400 Rectification Chèque n°46
Chèque n° 47 400 000
5 750 Frais de vente de titre (1)
60 000 Intérêt créditeur
2 850 790 Négociation de traite net (2)
5 789 890 Soldes rectifiés 5 789 890

5 750 640 5 750 640 Totaux 6 189 890 6 189 890

3) Passons les écritures au journal de l’entreprise TOURE au 30/11/2013

31/12/2013
401 Fournisseurs -650 400
521 Banque -650 400
Suivant Etat de rapprochement

401 Fournisseurs 605 400
521 Banque 605 400
Suivant Etat de rapprochement


631 Frais bancaires 5 750
521 Banque 5 750
Suivant Etat de rapprochement


521 Banque 60 000
771 Revenus financiers 60 000
Suivant Etat de rapprochement

6

521 Banque 2 850 790
675 Escompte des effets de commerce 29 210
565 Escompte des crédits ordinaires 2 880 000
Suivant Etat de rapprochement

Exemple 2 :

Vous disposez des documents suivants :

521 Banque dans l’entreprise DOUMBIA

Dates Libellé Débit Crédit


01/03 Solde à nouveau 3 840 000
02/03 Virement SYLLA 360 000
05/03 Chèque n°27 à Ousmane 817 500
06/03 Chèque n°28 à Moussa 423 500
08/03 Chèque SANOGO 262 500
10/03 Chèque MAIGA 427 500
11/03 Chèque KEITA 424 750
20/03 Chèque n°29 à Issa 225 000
21/03 Chèque TRAORE 444 750
22/03 Chèque SANGARE 181 500
25/03 Chèque Abdoulaye 300 000
31/03 Solde débiteur 4 175 000
Totaux 5 941 000 5 941 000

7
Extrait du compte BOA de DOUMBIA

Dates Libellé Débit Crédit


01/03 Solde à nouveau 4 920 000
05/03 Chèque n°25 390 000
06/03 Chèque n°27 817 500
07/03 Encaissement de Chèques 1 114 750
13/03 Chèque n°28 432 500
23/03 Encaissement de chèques 626 250
25/03 Encaissement coupons 52 500
27/03 Domiciliation échue 375 000
28/03 Virement DIAKITE 180 000
29/03 Chèque n°29 225 000
30/03 Escompte traite n°2 net 1 187 020
31/03 Solde créditeur 5 840 520
Totaux 8 080 520 8 080 520

NB : Escompte traite n°2 : Nominal 1 200 000 F, escompte 10 000 F, commission 1 000 F,
TAF : 1 980 F.

Le chèque n°24 dont le montant est de 330 000 F n’est pas encore présenté à
l’encaissement.

Travail à faire :

1) Présenter l’état de rapprochement antérieur.


2) Présenter l’état de rapprochement au 31/03/2014 puis les écritures qui en
découlent.

Solution :

1) Présentons l’état de rapprochement antérieur

521 Banque Libellés Extrait


3 840 000 Soldes à nouveaux 4 920 000
Chèque n°24 330 000
Chèque n°25 390 000
360 000 Virement SYLLA

4 200 000 Soldes rectifiés 4 200 000

4 200 000 4 200 000 Totaux 4 920 000 4 920 000

2) Présentons l’état de rapprochement au 31/03/2014

8
521 Banque Libellés Extrait
4 175 000 Soldes à rectifier 5 840 520
Chèque n°24 330 000
-423 500 Annulation Chèque n°28
432 500 Rectification Chèque n° 28
Chèque n°30 à Abdoulaye 300 000
52 500 Encaissement coupons
375 000 Domiciliation échue
180 000 Virement DIAKITE
1 187 020 Escompte traite n°2 net
5 210 520 Soldes rectifiés 5 210 520

5 594 520 5 594 520 Totaux 5 840 520 5 840 520

Les écritures au journal de l’Etat de rapprochement au 31/03/2014

31/03/2014
401 Fournisseurs -423 500
521 Banque -423 500
Suivant Etat de rapprochement

401 Fournisseurs 432 500
521 Banque 432 500
Suivant Etat de rapprochement


521 Banque 52 500
77 Revenus financiers 52 500
Suivant Etat de rapprochement

521 Banque 180 000

411 Client 180 000


Suivant Etat de rapprochement

521 Banque 1 187 020
675 Escompte des effets de commerce 12 980
565 Escompte des crédits ordinaires 1 200 000
Suivant Etat de rapprochement

9

402 Fournisseur Effet à payer 375 000
521 Banque 375 000
Suivant Etat de rapprochement

Tableau récapitulatif de l’état de rapprochement antérieur

521banque Libellés Extrait

SD SC Solde à nouveau SD SC

Chèque antérieur au 1er N° de chèque banque X

Chèque non encore présenté à l’encaissement X

Encaissement de chèque (n’existant pas au débit de 521) X

Versement d’espèce (n’existant pas au débit de 521) X

X Virement client (n’existant pas au crédit de l’extrait)

X Encaissement coupon (n’existant pas au crédit de l’extrait)

X Versement d’espèces (n’existant pas au crédit de l’extrait)

X Avis de crédit

X Domiciliation échue (n’existant pas au débit de l’extrait)

X Frais bancaires/ Frais de tenue de compte/ commissions

X Chèques impayés

X Avis de débit

SOLDES RECTIFIES

X X TOTAUX Y Y

10
Opérations N° de compte
Débit Crédit
Bordereau d’escompte (trait effet) net 521 (Net) Banque 565 (Nominal) Escompte des
675 (Nominal – Net) Escompte crédits ordinaires
des effets de commerce (total des
agios)
Bordereau d’encaissement (effet) net 521 (Net) Banque 512 (Nominal) Effets à
631 (Nominal – Net) Frais l’encaissement
bancaires
Effet Impayé (l’effet avait été remis à l’escompte) 565 (Nominal) Escompte des 521 (Net) Banque
crédits ordinaires
631 (Net – Nominale) Frais
bancaires
411 Clients 415 Clients, Effets escomptés
non échus
707 Produits accessoires
Effet impayé (l’effet avait été remis à 631 Frais bancaires 521 Banque
l’encaissement)
411 Clients 707 Produits accessoires
512 Effet à l’encaissement
Domiciliation échue 402 Fournisseur Effet à payer 521 Banque
Domiciliation téléphone (TTC) 628 (HT) Frais de 521 (TTC) Banque
SOTELMA/MALITEL/ORANGE télécommunication
445 (TVA) TVA récupérable
Domiciliation EDM/SOMAGEP (TTC) Electricité et 605 (HT) Autres achats 521 (TTC) Banque
eau 445 (TVA) TVA récupérable
Encaissement de chèque 521 Banque 514 Chèques à l’encaissement
Virement client 521 Banque 411 Client
Annulation virement client 411 Client 521 Banque
Encaissement coupon 521 Banque 77 Revenus financiers
Intérêt créditeur (débit de 521) 521 Banque 77 Revenus financiers
Intérêt débiteur (crédit de 521) 67 Frais financiers 521 Banque
Encaissement dividende 521 Banque 77 Revenus financiers
Frais d’achat de titres (participation) 26 Titres de participation 521 Banque
Frais d’achat de titre (Immobilisé) 274 Titres immobilisés 521 Banque
Frais d’achat de titre (Placement) 631 Frais bancaires 521 Banque
Achat de titre (participation) 26 Titres de participation 521 Banque
Achat de titre (Immobilisé) 274 Titres immobilisés 521 Banque
Achat de titre (Placement) 50 (Prix d’achat) Titres de 521 Banque
placement
631 Frais bancaires
Frais de tenue de compte 631 Frais bancaires 521 Banque
Frais de garde des titres 631 Frais bancaires 521 Banque
Frais de vente des titres 631 Frais bancaires 521 Banque
Remboursement d’emprunt (dont intérêt) 16 Emprunts 521 Banque
671 Intérêts des emprunts
Erreur de chèque : Annulation 401 Frs (Montant signe -) 521 Banque
Rectification 401 Frs (Montant signe +)
Chèque (débit de 521) 521 Banque 411 Clients
Chèque (crédit de 521) 401 Fournisseurs 521 Banque

11
Section2 : Les Dotations aux Amortissements et aux Provisions
Partie I : Les amortissements

I Entrée des actifs amortissables :

Les actifs amortissables sont les charges immobilisées, les immobilisations incorporelles et
corporelles. Cependant toutes les immobilisations incorporelles et corporelles ne sont pas
amortissables par exemple le fonds de commerce, le terrain nu etc.

L’entrée des immobilisations amortissables est évaluée à leur coût d’achat ou à leur coût de
production.

Coût d’Achat = Prix d’achat HT après déduction des rabais, remises et ristournes obtenus + TVA
non récupérable + Frais accessoires liés à l’acquisition (Droit de douane, Frais de transport, Frais de
transit, Frais d’assurance, Frais d’installation et de montage, Honoraire de l’architecte).

Coût d’Achat = Prix d’achat HT après déduction des rabais, remises et ristournes obtenus + TVA
non récupérable + Droit de douane + Frais de transport + Frais de transit + Frais d’assurance + Frais
d’installation et de montage + Honoraire de l’architecte.

Certains éléments sont exclus du coût d’acquisition (coût d’achat) : les frais à caractère juridique
(honoraire du notaire, frais d’actes…), les frais à caractère fiscal (Droit d’enregistrement : vignette,
droit de mutation, droit de timbre, carte grise ; TVA récupérable) et les autres achats (carburant,
papier etc.).

NB :

- Les véhicules de tourisme entrent dans le patrimoine de l’entreprise avec leur coût réel
d’achat TTC car la TVA est non récupérable.
- Lorsqu’une avance figure sur la facture de doit, elle doit être déduite du net à payer.

Coût de production = Coût d’achat des matières et fournitures consommées + Charges de


production (Main d’œuvre, énergie etc.)

Exemple :

Le 20/06/2014, la société UCEMA a acquis par chèque un immeuble auprès de SOMIBAT dans les
conditions suivantes : Immeuble = 35 000 000 ; Honoraire de l’architecte = 650 000 ; Honoraire du
notaire = 425 000 ; Droit de mutation = 175 000 ; Droit de timbre = 12 500 ; TVA 18%.

TAF :

Calculer le coût d’acquisition de l’immeuble puis enregistrer dans le journal d’UCEMA.

Solution :

Calculons le coût d’acquisition

Coût d’acquisition (CA HT) = 35 000 000 + 650 000 = 35 650 000

12
Enregistrement dans le journal

20/06/2014
231 Bâtiments 35 650 000
632 Rémunération d’intermédiaires 425 000
445 TVA récupérable (35 650 000 + 425 000) x 18% 6 493 500
646 Droits d’enregistrement (175 000 + 12 500) 187 500
521 Banque 42 756 000
Suivant acquisition

II Notion d’amortissement :

1) Définition :

Selon le SYSCOA, l’amortissement pour dépréciation se définit comme <<l’amoindrissement de la


valeur d’une immobilisation qui se déprécie de façon certaine et irréversible avec le temps, l’usage
ou en raison du changement de techniques, de l’évolution des marchés ou de tout autre cause>>.

L’amortissement est la constatation comptable de la perte de valeur d’une immobilisation dont les
causes sont jugées irréversibles.

Cette perte de valeur appelée dépréciation peut être due à l’usage intensif, au changement
technologique, au temps…etc.

2) Le plan d’amortissement :

Le plan d’amortissement d’une immobilisation est un tableau prévisionnel de réduction des valeurs
inscrites au bilan sur une période déterminée et par tranches successives c'est-à-dire à répartir le
coût du bien sur sa durée probable d’utilisation.

Désignation : Durée probable :


Valeur d’origine : Taux :
Date d’acquisition : Système :
Date de mise en service : Prorata :
Période Base Annuité ∑Amorti VCN

Plan d’amortissement = Tableau d’amortissement

Désignation = Intitulé du bien amortissable

Valeur d’origine = Coût d’acquisition

13
Le Prorata : Lorsque le point de départ du calcul d’amortissement est au cours de l’année ou d’un
mois (après le 03), la première annuité est calculée proportionnellement au temps écoulé entre ce
point et le premier inventaire (31/12). Cette dotation est appelée Prorata. Il convient de renseigner
la zone par ‘’Oui’’ ou ‘’Non’’ ; s’il existe, inscrire entre parenthèses le nombre de mois ou de jours
devant la mention ‘’Oui’’.

3) Terminologie :
 Valeur d’origine (Vo) : Valeur d’entrée

La valeur d’origine correspond au coût d’acquisition hors taxe récupérable de l’immobilisation.

Elle se calcule différemment suivant que l’immobilisation a été achetée, fabriquée, apportée ou
acquise à titre gratuit.

 Durée probable de vie (D) : Durée d’utilisation

La durée probable de vie de l’immobilisation est la durée fixée par le chef d’entreprise en conformité
avec l’expérience et les usages de la profession ; elle tient compte du degré d’utilisation des
éléments à amortir (usure), des conditions d’utilisation (usage) et des évolutions technologiques.

 Taux d’amortissement (t) :

Le taux d’amortissement dépend de la durée probable de vie (D) t = 100/D.

Il est souvent exprimé sous forme de fraction ou de pourcentage.

 Date d’acquisition, Date de mise en service :

La date d’acquisition est la date de facturation ou de livraison ; elle ne coïncide pas nécessairement
avec la date de mise en service.

La date de mise en service est celle à partir de laquelle l’immobilisation entre dans le processus
d’exploitation.

La date de mise en service est la date à partir de laquelle le bien est effectivement utilisé. Elle est
souvent la date portée sur le rapport de mise en service du technicien.

 Annuité d’amortissement (a) :

L’annuité d’amortissement d’une immobilisation est le montant de l’amortissement pratiqué à la fin


d’un exercice donné.

L’annuité d’amortissement représente la fraction des amortissements à enregistrer chaque année et


calculée par application du taux sur la valeur d’origine.

Elle peut être complète ou incomplète.

Annuité complète : A = Vo x t/100 ou A = Vo/D

Annuité incomplète : A = Vo x t x n/100

14
 Valeur comptable nette (VCN) ou valeur résiduelle :

La valeur comptable nette est constituée par la différence entre la valeur d’origine (Vo) d’une
immobilisation et le montant des amortissements pratiqués depuis l’acquisition.

C’est la différence, à une date donnée, entre la valeur d’entrée et la somme des annuités
d’amortissement pratiqués à cette date.

VCN = Vo - ∑amorti

4) La méthode de l’amortissement linéaire (ou constant) :


a) Définition :

L’amortissement linéaire (ou constant) consiste à repartir de manière égale les dépréciations sur la
durée probable de vie du bien. Il constitue sur le plan fiscal, le mode normal des amortissements.

b) Modalité de calcul :
- La base de calcul est la valeur d’origine (Vo) qui correspond au coût d’acquisition hors taxe
récupérable de l’immobilisation ;
- Le calcul de l’amortissement linéaire commence à partir de la date de mise en service du
bien ;
- Le point de départ du calcul d’amortissement est ramené au 1er du mois pour tout bien ayant
été mis en service avant le 04 de ce mois ;
- Lorsqu’un bien est mis en service le 15 d’un mois, le prorata est exprimé en mois (15 jours =
0,5 mois) ;
- Tous les mois sont arrondis à 30 jours y compris le mois de février ;
- Taux d’amortissement : t = 100/D (avec D la durée d’utilisation probable) ;
- Lorsqu’un bien est mis en service le 01/01/N d’une année en conséquence toutes les
annuités sont constantes ;
- En linéaire, le prorata lorsqu’il existe, les annuités qui sont la première et la dernière sont
complémentaires c'est-à-dire forment une année ;
- La Valeur Comptable Nette : VCN = Vo - ∑Amorti
∑Amorti = Vo x t/100 x n = Vo x t x n/100 si n est en années
∑Amorti = Vo x t/100 x n/12 = Vo x t x n/1200 si n est en mois
∑Amorti = Vo x t/100 x n/360 = Vo x t x n/ 36 000 si n est en Jours
Où n désigne la durée qui sépare la date de mise en service et la date de l’inventaire.

Exemple 1 :

L’entreprise SYLLA a acquis le 17 juin 2010 à Wacom informatique un micro-ordinateur TOSHIBA pour
un prix hors taxe de 1 800 000F, TVA 18%, facture n°189. Le technicien a mis en service le matériel le
20 juin 2010. L’entreprise décide d’amortir sur une durée de 4 ans le matériel selon le mode linéaire.

TAF :

1) Enregistrer l’acquisition dans le journal de l’entreprise SYLLA.


2) Présenter le plan d’amortissement du micro-ordinateur TOSHIBA.

Solution :

15
Désignation : Matériel informatique Durée probable : 4 ans
Valeur d’origine : 1 800 000 Taux : 25%
Date d’acquisition : 17/06/2010 Système : Linéaire
Date de mise en service : 20/06/2010 Prorata : Oui (191 jours)

Période Base Annuité ∑Amorti VCN


31 /12/2010 1 800 000 1 800 000 x 25 x 191/36 000 = 238 750 (1) 238 750 1 561 250
31/12/2011 1 800 000 1 800 000 x 25 /100 = 450 000 688 750 1 111 250
31/12/2012 1 800 000 1 800 000 x 25 /100 = 450 000 1 138 750 661 250
31/12/2013 1 800 000 1 800 000 x 25 /100 = 450 000 1 588 750 211 250
31/12/2014 1 800 000 1 800 000 x 25 x 169/36000 = 211 250 (2) 1 800 000 0

Le plan d’amortissement est reparti sur 5 exercices comptables

191 jours en 2010 ; 3 années complètes 2011, 2012, 2013 ; 169 jours en 2014.

(1) Du 20 juin au 31 décembre : (30 – 20 + 1) + 30 x 6 = 11 + 180 = 191 jours


(2) 360 – 191 = 169 jours en 2014

NB :

Lorsque la durée de vie est exprimée en mois, taux = 1200/D

Exemple : Pour D = 6 ans 8 mois → Taux = 1200/ (12x6 + 8) = 1200/80

Lorsque vous disposez de deux VCN consécutives : A n = VCN n-1 – VCN n = Vot/100 ou Vo/D

Lorsque vous disposez de deux cumuls d’amortissement consécutifs : A n = ∑Amorti n - ∑Amorti n-1
= Vot/100 ou Vo/D

Exemple 2 :

L’entreprise Konaté a acquis un véhicule TOYOTA le 10 mars et mis en service le 01/04/2012 pour
6 000 000 F HT, Durée de vie 5 ans.

Présentez le plan d’amortissement du véhicule TOYOTA.

Solution :

Désignation : Matériel de Transport Durée probable : 5 ans


Valeur d’origine : 6 000 000 Taux : 20%
Date d’acquisition : 10/03/2012 Système : Linéaire
Date de mise en service : 01/04/2012 Prorata : Oui (9 mois)

Période Base Annuité ∑Amorti VCN


31 /12/2012 6 000 000 6 000 000 x 20 x 9/1 200 = 900 000 900 000 5 100 000
31/12/2013 6 000 000 6 000 000 x 20 / 100 = 1 200 000 2 100 000 3 900 000
31/12/2014 6 000 000 6 000 000 x 20 /100 = 1 200 000 3 300 000 2 700 000
31/12/2015 6 000 000 6 000 000 x 20 /100 = 1 200 000 4 500 000 1 500 000
31/12/2016 6 000 000 6 000 000 x 20 /100 = 1 200 000 5 700 000 300 000
31/12/2017 6 000 000 6 000 000 x 20 x 3 / 1 200 = 300 000 6 000 000 0

16
Cas 1 :

Extrait de la balance avant inventaire au 31 décembre 2016 :

245 Matériel de transport ………………………………….. 6 000 000

2845 Amortissement matériel de transport …………… 4 500 000

Information complémentaire : Le véhicule TOYOTA est amorti en linéaire sur une durée de vie de 5
ans.

Travail à faire :

Trouver la date de mise en service du véhicule TOYOTA.

Cas 2 :

Extrait de la balance avant inventaire au 31 décembre 2016 :

245 Matériel de transport ………………………………….. 6 000 000

2845 Amortissement matériel de transport …………… 4 500 000

Information complémentaire : Le véhicule TOYOTA a été mis en service le 01/04/2012.

Travail à faire :

Calculer le taux d’amortissement.

Cas 3 :

Extrait de la balance avant inventaire au 31 décembre 2016 :

245 Matériel de transport ………………………………….. ?

2845 Amortissement matériel de transport …………… 4 500 000

Information complémentaire : Le véhicule TOYOTA a été mis en service le 01/04/2012, durée de vie
5 ans.

Travail à faire :

Calculer la valeur d’origine du véhicule TOYOTA.

Cas 4 :

Un véhicule acheté à 6 000 000 F HT présente ses deux valeurs comptables nettes : VCN2013 =
3 900 000 ; VCN2014 = 2 700 000.

Trouver sa durée et son taux.

Cas 5 :

17
Un véhicule acheté à 6 000 000 F HT présente ses cumuls d’amortissement : ∑A2013 = 2 100 000 ;
∑A2014 = 3 300 000.

Trouver sa durée et son taux.

Cas 6 :

Extrait de la balance avant inventaire au 31 décembre 2016 :

245 Matériel de transport ………………………………….. 6 000 000

2845 Amortissement matériel de transport …………… 4 500 000

Information complémentaire : Le véhicule TOYOTA est mis en service il y a 4 ans 9 mois.

Travail à faire :

1) Calculer le taux d’amortissement.


2) Calculer la dotation aux amortissements puis enregistrer au 31/12/2016.

Exemple 3 :

Désignation : Matériel de bureau Durée probable : 6 ans 8 mois


Valeur d’origine : 390 000 Taux : 15 %
Date d’acquisition : 20/09/2012 Système : Linéaire
Date de mise en service : 01/10/2012 Prorata : Oui (3 mois)

Période Base Annuité ∑Amorti VCN


31 /12/2012 390 000 390 000 x 15 x 3/1 200 = 14 625 14 625 375 375
31/12/2013 390 000 390 000 x 15 % = 58 500 73 125 316 875
31/12/2014 390 000 390 000 x 15 % = 58 500 131 625 258 375
31/12/2015 390 000 390 000 x 15 % = 58 500 190 125 199 875
31/12/2016 390 000 390 000 x 15 % =58 500 248 625 141 375
31/12/2017 390 000 390 000 x 15 % = 58 500 307 125 82 875
31/12/2018 390 000 390 000 x 15 % = 58 500 365 625 24 375
31/12/2019 390 000 390 000 x 15 x 5 /1 200 = 24 375 390 000 0

t = 1200 / (6 x 12 + 8) = 1200/80 = 15 → t = 15%

5) Comptabilisation des amortissements :


a) Amortissement indirect :

Les annuités d’amortissement sont normalement enregistrées selon la méthode dite de


l’amortissement indirect, c'est-à-dire l’enregistrement au crédit des comptes d’amortissements
(amortissement indirect veut dire utilisation des comptes 28) comme suit :

31/12/N
681 Dotations aux amortissements d’exploitation
28… Amortissement
Suivant dotation de l’exercice

18
b) Amortissement direct :

Les charges immobilisées font l’objet d’un amortissement direct c'est-à-dire que les dotations
annuelles sont comptabilisées au crédit des comptes d’actifs concernés (comptes 20). La valeur
d’entrée est uniformément étalée sur la durée de vie probable de l’immobilisation en conséquence
pas de prorata.

31/12/N
681 Dotations aux amortissements d’exploitation
201 Frais d’établissement
202 Charges à répartir sur plusieurs exercices
Suivant dotation de l’exercice

31/12/N
687 Dotations aux amortissements à caractère financier
206 Prime de remboursement des obligations
Suivant dotation de l’exercice

Cas particulier des frais d’établissement

Exemple 1 :

Extrait de la balance avant inventaire au 31/12/2014

201 Frais d’établissement ………………………………………………….. 90 000

Les frais d’établissement d’une valeur de 450 000 F ont été engagés à la création de l’entreprise, ils
sont amortis au taux de 20%.

TAF :

Retrouver la date de création de cette entreprise.

Solution :

Retrouvons la date de création de cette entreprise.

VCN2013 = 90 000 et Vo = 450 000 or VCN2013 = Vo - ∑A2013 → ∑A2013 = Vo – VCN2013 = 450 000
– 90 000

∑A2013 = 360 000 or ∑A2013 = Vo*t*n/100 → n = ∑A2013*100 /Vo*t

n = 360 000*100 / 450 000*20 → n = 4 ans

4 ans séparent la date de création et la date du 31/12/2013.

2013 – 4 + 1 = 2010

La date de création est le 01/01/2010.

19
Exemple 2 :

Extrait de la balance avant inventaire au 31/12/2014

201 Frais d’établissement ………………………………………………….. 640 000

Les frais d’établissement acquis à la création de l’entreprise sont amortissables sur 5 ans. Ils seront
totalement amortis au 31/12/2015. (ou ils seront totalement amortis dans 1 an).

Solution :

VCN2013 = 640 000 ; Vo = ?; t = 100/5 = 20%

Nous allons utiliser la formule A = VCN/ nombre d’année restante pour que les frais d’établissement
soient complètement amortis.

Entre le 31/12/2013 et le 31/12/2015 nous distinguons 2 années restantes à courir.

A = VCN2013/2 = 640 000 / 2 = 320 000 or A = Vo/D →Vo = A*D = 320 000*5

Vo = 1 600 000 or VCN2013 = Vo - ∑A2013 → ∑A2013 = Vo – VCN2013 = 1 600 000 – 640 000

∑A2013 = 960 000 or ∑A2013 = Vo*t*n/100 → n = ∑A2013*100 /Vo*t

n = 960 000*100 / 1 600 000 * 20

n = 3 ans.

3 ans séparent la date de création et la date du 31/12/2013.

2013 – 3 + 1 = 2011

La date de création est le 01/01/2011.

20
Partie 2 : Les Provisions
En respect des principes de la prudence et de la spécialisation des exercices, les provisions sont
constituées à la fin de chaque exercice comptable pour corriger la valeur des postes de bilan.

On appelle provision, la constatation comptable de la perte de valeur d’un élément du bilan


résultant des causes dont les effets ne sont pas jugés irréversibles.

I Dépréciation des stocks :

Lorsque l’entreprise pratique l’inventaire intermittent, elle solde les stocks initiaux et les
remplace par les stocks finals. Il arrive fréquemment que la valeur actuelle des stocks finals
soit inférieure à leur valeur d’entrée : l’entreprise doit alors constituer une dépréciation des
stocks.

1) Calcul du montant de la dépréciation :

Le montant de la dépréciation à constater en comptabilité est égal à la différence entre la


valeur d’entrée du stock et sa valeur actuelle.

NB : On compare la valeur d’entrée avec la nouvelle valeur actuelle afin de déterminer la


nouvelle dépréciation probable ou provision nécessaire.

2) Constitution des dépréciations des stocks :

Le traitement comptable des stocks à l’inventaire se déroule en 4 étapes :

1ére étape : Annulation des stocks initiaux

31/12/N
6031 Variation des stocks de marchandises
6032 Variation des stocks de matières premières
6033 Variation des stocks d’autres approvisionnements
736 Variation des stocks de produits finis
31 Stocks de marchandises
32 Stocks de matières premières
33 Stocks d’autres approvisionnements
36 Stocks de produits finis
Suivant annulation des stocks initiaux

21
2ème étape : Annulation des provisions sur les stocks initiaux

31/12/N
391 Dépréciation des stocks de marchandises
392 Dépréciation des stocks de matières premières
393 Dépréciation des stocks d’autres approvisionnements
396 Dépréciation des stocks de produits finis
7593 Reprise de charges provisionnées d’exploitation sur stocks
Suivant annulation des provisions sur stocks initiaux

3éme étape : Constatation des stocks finals

31/12/N
31 Stocks de marchandises
32 Stocks de matières premières
33 Stocks d’autres approvisionnements
36 Stocks de produits finis
6031 Variation de stock de marchandises
6032 Variation de stock de matières premières
6033 Variation des stocks d’autres approvisionnements
736 Variation de stock de produits finis
Suivant constatation des stocks finals

4ème étape : Constatation des provisions sur les stocks finals

31/12/N
6593 Charges provisionnées d’exploitation sur stocks
391 Dépréciation des stocks de marchandises
392 Dépréciation des stocks de matières premières
393 Dépréciation des stocks d’autres approvisionnements
396 Dépréciation des stocks de produits finis
Suivant constatation de provision sur stocks finals

Application 1 :

L’extrait de la balance avant inventaire au 31/12/2008 de la société Konaté vous fournit les
informations suivantes :

32 Stocks de matières premières 1 800 000


36 Stocks de produits finis 2 400 000
392 Dépréciation des stocks de matières premières 250 000
396 Dépréciation des stocks de produits finis 180 000

L’état des stocks au 31/12/2008 après inventaire est le suivant :

22
Matières premières : 2 000 000 Dépréciation : 400 000

Produits finis : 3 000 000 Dépréciation : 200 000

TAF : Régulariser les comptes de stocks et de dépréciation des stocks au 31/12/2008 dans le
journal de la société Konaté.

Solution :

31/12/2008
6032 Variation des stocks de matières premières 1 800 000
736 Variation des stocks de produits finis 2 400 000
32 Stocks de matières premières 1 800 000
36 Stocks de produits finis 2 400 000
Suivant annulation des stocks initiaux

392 Dépréciation des stocks de matières premières 250 000
396 Dépréciation des stocks de produits finis 180 000
7593 Reprise de charges provisionnées d’exploitation sur stocks 430 000

Suivant annulation des provisions sur stocks initiaux



32 Stocks de matières premières 2 000 000
36 Stocks de produits finis 3 000 000
6032 Variation de stock de matières premières 2 000 000
736 Variation de stock de produits finis 3 000 000
Suivant constatation des stocks finals

6593 Charges provisionnées d’exploitation sur stocks 600 000
392 Dépréciation des stocks de matières premières 400 000
396 Dépréciation des stocks de produits finis 200 000
Suivant constatation des provisions sur stocks finals

Application 2 :

L’extrait de la balance avant inventaire au 31/12/2010 de la société Cissé vous fournit les
informations suivantes :

31 Stocks de marchandises 1 480 000


32 Stocks de matières premières 6 345 000
36 Stocks de produits finis 5 850 000
391 Dépréciation des stocks de marchandises 518 000
392 Dépréciation des stocks de matières premières 493 500
396 Dépréciation des stocks de produits finis 357 500

L’état des stocks au 31/12/2010 après inventaire est le suivant :

23
Marchandises : 1 200 000 Dépréciation : 20%

Matières premières : 7 000 000 Dépréciation : 350 000

Produits finis : 4 300 000 Dépréciation : 8%

TAF :

Régulariser les comptes de stocks et de dépréciation des stocks dans le journal de la société
Cissé.

Application 3 :

Au 31/12/2012, l’état des stocks de l’entreprise <<le NID>> est le suivant :

Matières premières : 8 450 000 Dépréciation : 3%

Produits finis : 11 020 000 Dépréciation : 2%

Il n’y avait pas de stocks au début de l’exercice.

TAF :

Régulariser les comptes de stocks et de dépréciation des stocks dans le journal de


l’entreprise <<le NID>>.

II Dépréciation des créances clients :

1) Calcul de la provision :

La dépréciation des créances clients correspond au montant des créances que l’on risque de ne pas
recouvrir sur des clients en état de cessation de paiement ou mis en faillite.

Cette perte probable est généralement exprimée en pourcentage et se calcule toujours sur le
montant HT de la créance.

Provision = Créances HT x taux de provision

NB :

Ratio de solvabilité = Taux de recouvrement = Taux de Taux de récupération

Taux de provision = 100% – Taux de recouvrement

2) L’état des créances douteuses et irrécouvrables :

Etat au 31/12/N

24
Clients Créances au PA PN Créances irrécouvrables Réajustement
31/12/N
TTC HT Taux Montant HT TVA (+) (-)
N’Tio
Dramane
Amadou
Totaux

 Créances TTC N = Créances TTC N-1 – Règlement TTC N


 La provision antérieure (PA) est calculée sur le montant HT de la créance N-1 :
PA = Créances HT N-1 x taux de provision N-1
 La provision nécessaire (PN) est calculée sur le montant HT de la créance N :
PN = Créances HT N x taux de provision N
 Réajustement = PN – PA
 Avec le taux de la TVA = 18% → Créances HT = Créances TTC / 1,18 ; Créances TTC =
Créances HT x 1,18.

Quelques observations :

 Perte probable de 20% = Porter la provision à 20% → Taux de provision = 20%


 Récupération probable 20% = Règlement probable 20% = Recouvrement probable 20% →
Taux de provision = 100% - 20% = 80%
 Porté disparu = adresse inconnue = client insolvable = client irrécouvrable
 Payer pour solde de tout compte → Client irrécouvrable.

3) Constitution des dépréciations des créances :


- Transfert des anciens clients douteux redevenus ordinaires :

31/12/N
411 Clients
416 Clients douteux
Suivant reclassement de

- Les nouvelles créances douteuses (Constatation de la créance douteuse) :

31/12/N
416 Clients douteux
411 Clients
Suivant reclassement de

- Annulation de toutes les créances irrécouvrables :

25
31/12/N
6511 Pertes sur créances clients
443 TVA facturée
416 Clients douteux
411 Clients
Suivant perte de

- Constitution des charges provisionnées (Augmentation) :

31/12/N
6594 Charges provisionnées d’exploitation sur créances

491 Dépréciation des comptes clients


Suivant augmentation

- Constitution des reprises (Diminution) :

31/12/N
491 Dépréciation des comptes clients

7594 Reprise de charges provisionnées d’exploitation sur créances


Suivant diminution

Application :

L’extrait de la balance avant inventaire de l’entreprise KALA au 31/12/2010

Clients Créances TTC au Provisions au Règlement Taux de provision


31/12/2009 31/12/2009 courant 2010 au 31/12/2010
SOLO 248 980 30 000 67 260 20%
DOLO 407 100 320 000 Néant 0%
KOLO 720 980 100 000 143 960 30%

Etat des nouveaux clients :

KAGA : qui doit 420 000 F HT ne paiera probablement que 60%.

BABA : débiteur de 550 000 F HT est totalement insolvable.

Travail à faire :

Présenter l’état des créances douteuses et irrécouvrables au 31/12/2010 puis passer les écritures qui
en découlent.

Solution :

Présentons l’état des créances douteuses et irrécouvrables au 31/12/2010

26
Clients Créances au PA PN Créances irrécouvrables Réajustement
31/12/N
TTC HT Taux Montant HT TVA (+) (-)
SOLO 181 720 154 000 30 000 20% 30 800 - - 800 -
DOLO 407 100 345 000 320 000 0% - - - - 320 000
KOLO 577 020 489 000 100 000 30% 146 700 - - 46 700 -
KAGA 495 600 420 000 - 40% 168 000 - - 168 000 -
BABA 649 000 550 000 - - - 550 000 99 000 - -
Totaux 550 000 99 000 215 500 320 000

Journal

31/12/2010
411 Clients 407 100
416 Clients douteux 407 100
Suivant état

416 Clients douteux 495 600
411 Clients 495 600
Suivant état

651 Perte sur créance client 550 000
443 TVA facturée 99 000
411 Clients 649 000
Suivant état

6594 Charges provisionnées d’exploitation sur créances 215 500
491 Dépréciation des comptes clients 215 500
Suivant état

491 Dépréciation des comptes clients 320 000
7594 Reprise de charges provisionnées d’expl/créances 320 000
Suivant état

III Provision pour dépréciation des titres :

1) Définition :

On appelle titre une valeur qui représente la propriété d’une fraction du patrimoine d’une
société ou d’une créance sur la société qui émet des emprunts.

Il est important de distinguer d’une part les titres de participations (26) et immobilisés (274)
qui constituent des immobilisations financières et d’autre part les titres de placement qui
constituent les éléments de trésorerie actif.

2) Acquisitions (immobilisations financières)/ Achat (titres de placement)

27
Les titres de participation et immobilisés sont comptabilisés à leur coût d’achat TTC :
CA TTC = Prix d’Achat + Commissions + TAF/commissions.

Par contre les titres de placement sont comptabilisés à leur prix d’achat et les frais
accessoires d’achat sont enregistrés au débit de <<6311 Frais sur titres>>.

 Titres de participation et immobilisés

Date
26/274 Titres de participation ou immobilisés CA TTC
521 Banque CA TTC
Suivant acquisition

 Titres de placement

Date
50 Titres de placement PA
6311 Frais sur titres Commis TTC
521 Banque Coût d’achat TTC
Suivant achat

Exemple :

L’entreprise Traoré a réalisés les opérations suivantes :

Le 08/02/2013 : Acquisition de 300 titres de participations à 10 000 F l’unité, Frais


d’acquisition 50 F par titre, TAF 15%.

Le 10/02/2013 : Acquisition de 40 Titres immobilisés à 9050 F l’unité, commission 8%, TAF


15%.

Le 15/02/2013 : Achat de 20 Titres de placement à 5 000 F l’unité, frais 600 F par titres, TAF
15%.

Travail à faire :

Enregistrer ces opérations dans le journal de l’entreprise Traoré.

Solution :

Titre de participation :

CA TTC = Prix d’Achat + Commission + TAF/commission.

Prix d’achat = 300 x 10 000 = 3 000 000

Frais (commission) = 50 x 300 = 15 000

28
TAF/commission = 15 000 x 0,15 = 2 250

CATTC = 3 000 000 + 15 000 + 2 250

CATTC = 3 017 250

Titres immobilisés

CA TTC = Prix d’Achat + Commission + TAF/commission.

Prix d’achat = 40 x 9 050 = 362 000

Frais (commission) = 362 000 x 0,08 = 28 960

TAF/commission = 28 960 x 0,15 = 4 344

CATTC = 362 000 + 28 960 + 4 344

CATTC = 395 304

Titres de placement

Prix d’achat = 20 x 5 000 = 100 000

Frais (commission) = 600 x 20 = 12 000

TAF/commission = 12 000 x 0,15 = 1 800

12 000 + 1 800 = 13 800, ce montant sera enregistré au débit dans le compte <<6311 Frais
sur titres>>.

08/02/2013
26 Titres de participations 3 017 250
521 Banque 3 017 250
Suivant acquisition
10/02/2013
274 Titres immobilisés 395 304
521 Banque 395 304
Suivant acquisition
10/02/2013
50 Titres de placement 100 000
6311 Frais sur titres 13 800
521 Banque 113 800
Suivant achat

3) Evaluation des titres à l’inventaire :

Il suffit de comparer la valeur d’entrée à la valeur à l’inventaire. Ainsi la provision n’existe


que lorsque la valeur d’entrée est supérieure à la valeur à l’inventaire.

29
La valeur à l’inventaire est fonction de la nature du titre :

Nature Valeur d’entrée Valeur à l’inventaire


Titres de participation (26) Coût Valeur d’usage
Titres immobilisés (274) d’acquisition - Titres cotés : cours moyen du dernier mois
Titres de placement (50) Prix d’achat - Titres non cotés : valeur probable de réalisation

4) L’état des titres à l’inventaire :


- Le tracé

Désignation Qtés Valeurs Valeurs estimées PA PN Réajustement


d’acquisition
PU Montant PU Montant (+) (-)
Titres de
participation

Titres
immobilisés

Titres de
placement

Quantité = Quantité initiale + Quantité acquise (ou achetée) – Quantité cédée

Valeur d’acquisition = Q* Valeur d’entrée unitaire

Valeur estimée = Q * Cours (au 31/12/N)

Provision antérieure = Q * (Ve unitaire – Cours du 31/12/N-1)

Provision nécessaire = Q* (Ve unitaire – Cours du 31/12/N)

Réajustement = PN – PA (Augmentation si le signe est (+) et Diminution si le signe (-))

- Constitution de la provision :
 Titres de participation et immobilisés

Augmentation

Date
6972 Dotation aux prov finan pour dépréciation des immob financières
296/2974 Prov pour dépr des TPart/Prov pour dépr des Timmob
Suivant augmentation

30
Date
6972 Dotation aux provisions financières pour dépréciation des immobilisations financières
296 Provision pour dépréciation des titres de participation
2974 Provision pour dépréciation des titres immobilisés
Suivant augmentation

Diminution

Date
296/2974 Prov pour dépr des TPart/Prov pour dépr des Timmob
7972 Reprise de prov fin pour dépréciation des immob financières
Suivant diminution

Date
296 Provision pour dépréciation des titres de participation
2974 Provision pour dépréciation des titres immobilisés
7972 Reprise de provisions financières pour dépréciation des immobilisations financières
Suivant diminution

 Titres de placement

Augmentation

Date
6795 Charges prov financières sur Titre de Placement
590 Dépréciation des Titres de Placement
Suivant augmentation

Date
6795 Charges provisionnées financières sur Titre de Placement
590 Dépréciation des Titres de Placement
Suivant augmentation

Diminution

Date
590 Dépréciation des Titres de Placement
7795 Reprise de charges prov financières sur Titres de Placement
Suivant diminution

Date
590 Dépréciation des Titres de Placement
7795 Reprise de charges provisionnées financières sur Titres de Placement
Suivant diminution

31
Application :

Le portefeuille des titres de la société Camara au 31/12/2010 est le suivant :

Descriptions Quantités Valeur d’entrée Cours au Cours au


unitaire 31/12/2009 31/12/2010
Titres de participation :
CAM 12 54 000 53 700 53 820
Titres immobilisés :
BRAMALI 60 68 000 65 000 68 720
Titres de placement :
Obligation TAM 16 21 000 19 800 21 400
Action SOFITEL 8 22 000 21 000 19 200
Obligation TOYOTA 80 55 000 55 200 52 000

Au cours de l’exercice 2010, la société a effectué les acquisitions suivantes :

21/02 : 38 titres ORANGE (participation) à 61 826 F l’unité, commission 500 F par titre, TAF
15%.

15/05 : 45 titres NBB (immobilisé) à 60 000 F l’unité, commission 3 300 F l’unité, TAF 15%.

01/09 : 12 actions SOFITEL (placement) à 21 500 F l’unité, commission 5%, TAF 15%.

Cours des nouveaux titres au 31/12/2010 :

ORANGE : Valeur d’usage 63 000 F ; NBB : cours moyen 62 800 F.

Travail à faire :

1) Enregistrer les opérations d’acquisition de titres suivant les différentes dates.


2) Présenter l’état des titres au 31/12/2010 puis les écritures qui en découlent.

Solution :

1) Enregistrons les opérations d’acquisition de titre

Titres de participation (ORANGE)

PA = 38 x 61 826 = 2 349 388

CTTC = 38 x 500 x 1,15 = 21 850 Coût d’acquisition = 2 371 238

Titres immobilisés (NBB)

PA = 45 x 60 000 = 2 700 000

CTTC = 45 x 3 300 x 1,15 = 170 775 Coût d’acquisition = 2 870 775

32
Titres de placement (SOFITEL)

PA = 12 x 21 500 = 258 000

CTTC = PA x 5% x 1,15 = 14 835 Coût d’achat = 272 835

21/02/2010
26 Titres de participations 2 371 238
521 Banque 2 371 238
Suivant acquisition
15/05/2010
274 Titres immobilisés 2 870 775
521 Banque 2 870 775
Suivant acquisition
01/09/2010
50 Titres de placement 258 000
6311 Frais sur titres 14 835
521 Banque 272 835
Suivant achat

2) Présentons l’état des titres au 31/12/2010

Désignation Qtés Valeurs Valeurs estimées PA PN Réajustement


d’acquisition
PU Montant PU Montant (+) (-)
Titres de
participation
CAM 12 54 000 648 000 53 820 645 840 3 600 2 160 - 1 440
ORANGE 38 62 401 2 371 238 63 000 2 394 000 - - - -
Titres
immobilisés
BRAMALI 60 68 000 4 080 000 68 720 4 123 200 180 000 - - 180 000
NBB 45 63 795 2 870 775 62 800 2 826 000 - 44 775 44 775 -
Titres de
placement
TAM 16 21 000 336 000 21 400 342 400 19 200 - - 19 200
SOFITEL 20 21 700 434 000 19 200 384 000 8 000 50 000 42 000 -
TOYOTA 80 55 000 4 400 000 52 000 4 160 000 - 240 000 240 000 -
SOFITEL :

Quantité = Quantité initiale + Quantité acquise (ou achetée) = 8 + 12 = 20

Valeurs d’acquisition = 8 x 22 000 + 12 x 21 500 = 176 000 + 258 000 = 434 000

PU = Valeurs d’acquisition/Quantité = 434 000/20 = 21 700

PA = 8* (22 000 – 21 000) = 8 000

33
PN = 8* (22 000 – 19 200) + 12 (21 500 – 19 200) = 22 400 + 27 600 = 50 000

Journal :

31/12/2010
296 Prov pour dépr des T Participation 1 440
2974 Prov pour dépr des T immob 180 000
7972 Reprise de prov fin pour dépréciation des immob financières 181 440
Suivant diminution

590 Dépréciation des Titres de Placement 19 200
7795 Reprise de charges prov financières sur Titres de Placement 19 200
Suivant diminution

6795 Charges prov financières sur Titre de Placement 282 000
590 Dépréciation des Titres de Placement 282 000
Suivant augmentation

6972 Dotation aux prov finan pour dépréciation des immob financières 44 775
2974 Provision pour dépr des T immobilisés 44 775
Suivant augmentation

34
Section 4 : Les documents de fin d’exercice
I Le compte de résultat :

1) Structure :

Le compte de résultat présente les charges (à gauche) et les produits (à droite) d’un exercice
comptable. Ces derniers sont reclassés en deux grandes catégories :

a) Les charges et les produits des Activités Ordinaires :

Activités d’exploitation : charges et produits non financiers directement liés à l’exploitation


« achats, transports, services extérieurs, charges de personnel, impôts, dotations aux
amortissements et provisions, ventes de biens et de services, subvention… »

Activités financières : charges et produits ayant trait aux opérations financières : « frais et
revenus financiers, pertes et gains de change, dotations aux amortissements et aux
provisions à caractère financier ») ;

b) Les charges et les produits Hors Activités Ordinaires (HAO) :

« Charges et produits relatifs à des changements de structure ou stratégie significatifs où à


des événements naturels imprévisibles (tremblements de terre, inondations, cyclone…) ».

2) Méthodes de détermination :

Le compte de résultat permet de déterminer le résultat net de l’exercice par annulation des
comptes de charges et de produits. L’entreprise a le choix entre deux méthodes de
détermination : la détermination globale et celle en cascade.

2.1 La détermination globale : Elle consiste à :


- Solder les comptes de charges (regroupement des charges au débit du compte 13) ;
- Solder les comptes de produits (regroupement des produits au crédit du compte 13) ;
- Solder les comptes 13 précédents, soit par le crédit du compte 131 Bénéfice, soit par
le débit du compte 139 Perte.
a) Solde des comptes de charges :

31/12/N
13 Résultat de l’exercice (charges)
6… Charges des Activités Ordinaires
81
83 Charges H A O
85
87
89
Suivant solde des comptes de charges

35
b) Solde des comptes de produits :

31/12/N
7… Produits des Activités Ordinaires
82
84
86 Produits H A 0
88
13 Résultat de l’exercice (produits)

Suivant solde des comptes de produits

c) Détermination du résultat de l’exercice :


 Si Résultat Produit > Résultat Charge → le Résultat net est un Bénéfice

31/12/N
13 Résultat de l’exercice (produits)
13 Résultat de l’exercice (charges)
131 Résultat net (Bénéfice)
Suivant résultat net

 Si Résultat Produit < Résultat Charge → le Résultat net est une Perte

31/12/N
13 Résultat de l’exercice (produits)
139 Résultat net (Perte)
13 Résultat de l’exercice (charges)
Suivant résultat net

2.2 La détermination en cascade :

Le résultat net de l’exercice peut aussi être obtenu par succession de 9 soldes significatifs de
gestion.

Marge brute sur marchandises = (Ventes de marchandises) – (Achats de marchandises ±


Variations des stocks de marchandises).

Marge brute sur matière = (Production de l’exercice) – (Achats de matières premières et


fournitures liées ± Variation des stocks de matières premières et fournitures liées).

Marge brute sur matière = (Ventes de produits fabriqués + Travaux et services vendus ±
Production stockée + Production immobilisée) – (Achats de matières premières et fournitures liées
± Variation des stocks de matières premières et fournitures liées).

Valeur ajoutée = (Marge brute sur marchandises + Marge brute sur matières + Produits accessoires
+ Subventions d’exploitation + Autres produits) – (Autres achats ± Variation des stocks des autres
achats + Transports + Services extérieurs + Impôts et taxes + Autres charges).

36
Excédent brut d’exploitation = (Valeur ajoutée) – (Charges de personnel)

Résultat d’Exploitation = (Produits d’exploitation) – (Charges d’exploitation)

Résultat d’exploitation = (Excédent brut d’exploitation + Reprises de provisions d’exploitation +


Transferts de charges d’exploitation) – (Dotations aux amortissements et aux provisions
d’exploitation).

Résultat financier = (Produits financiers) – (Charges financières)

Résultat financier = (Revenus financiers + Gains de change + Reprise de provision financière


+Transfert de charges financières) – (Frais financiers + Perte de change + Dotations aux
amortissements et aux provisions à caractères financiers)

Résultat des activités ordinaires = Résultat d’exploitation + Résultat financier

Résultat Hors Activités Ordinaires = (Produits HAO) – (Charges HAO)

Résultat Hors Activités Ordinaires = (Produits des cessions d’immobilisation + Produits HAO +
Reprise HAO + Transfert de charges HAO + Subvention d’équilibre) – (Valeur comptable de cessions
d’immobilisation + Charges HAO + Dotations HAO)

II Le Bilan :

1) Définition :

Le bilan est l’état financier qui décrit la situation patrimoniale de l’entreprise à une date
donnée.

2) Structure :

Il présente deux parties :

La partie gauche (Actif) regroupe les biens dont l’entreprise dispose sous son contrôle ;

La partie droite (Passif) correspond aux dettes contractées en vue de réaliser l’exploitation.

La différence entre les biens et les dettes constitue les capitaux propres inscrits au passif du
bilan.

Exercice : Vous disposez de la balance après inventaire au 31/12/2013 de la société Kané.

N° Intitulés des comptes Soldes


Débiteurs Créditeurs

37
101 Capital 17 000 000
111 Réserve légale 700 000
112 Réserves statuaires ou contractuelles 450 000
121 Report à nouveau 120 000
162 Emprunt et dettes auprès des établissements de crédits 2 600 000
1662 Intérêts courus sur emprunts 250 000
231 Bâtiments 10 000 000
244 Matériel et Mobilier 1 500 000
245 Matériel de Transport 8 000 000
2761 Intérêts courus sur prêts 200 000
2831 Amortissement des bâtiments 1 500 000
2844 Amortissement du matériel et mobilier 900 000
2845 Amortissement du matériel de transport 6 272 000
31 Stock de marchandises 5 000 000
391 Dépréciation des stocks de marchandises 100 000
401 Fournisseurs et dettes en comptes 850 000
402 Fournisseurs, effet à payer 750 000
411 Clients 950 400
412 Clients, effets à recevoir 600 000
416 Clients, créances litigieuses ou douteuses 849 600
443 Etat, TVA facturée 140 000
445 Etat, TVA récupérable 180 000
481 Fournisseur d’investissement 1 000 000
485 Créances sur cession d’immobilisations 1 300 000
491 Dépréciation des comptes clients 432 000
521 Banque 4 500 000
571 Caisse 240 000
601 Achats de marchandises 6 250 000
6019 R.R.R obtenus sur achats de marchandises 250 000
6031 Variation de stock de marchandise 700 000
605 Autres achats 210 000
622 Locations et charges locatives 430 000
624 Entretien, Réparation et maintenance 160 000
6281 Frais de téléphone 220 000
64 Impôts et taxes 90 000
659 Charges provisionnées d’exploitation 532 000
661 Rémunération du personnel 1 620 000
664 Charges sociales 260 000
671 Intérêts des emprunts 250 000
681 Dotations aux amortissements d’exploitation 1 952 000
701 Ventes de marchandises 12 410 000
771 Intérêts des prêts 200 000
812 Valeur comptable des cessions d’immobilisations 330 000
822 Produits des cessions d’immobilisations 900 000
89 Impôts sur le résultat 500 000
Totaux 46 824 000 46 824 000
TAF :

1) Passer les écritures de détermination du résultat.


2) Compléter le Bilan et le Compte de Résultat.

Solution :

38
1) Passons les écritures de détermination du résultat.

31/12/2013
13 Résultat charges 13 254 000
601 Achats de marchandises 6 250 000
6019 RRR obtenus sur achats de marchandises -250 000
6031 Variation de stock de marchandise 700 000
605 Autres achats 210 000
622 Locations et charges locatives 430 000
624 Entretien, Réparation et Maintenance 160 000
6281 Frais de téléphone 220 000
64 Impôts et taxes 90 000
659 Charges provisionnées d’exploitation 532 000
671 Intérêts des emprunts 250 000
661 Rémunération du personnel 1 620 000
664 Charges sociales 260 000
681 Dotation aux amortissements d’exploitation 1 952 000
812 VCCI 330 000
89 Impôts sur le résultat 500 000
Suivant solde des comptes de charges

701 Ventes de marchandises 12 410 000
771 Intérêts des prêts 200 000
822 PCI 900 000
13 Résultat produits 13 510 000
Suivant solde des comptes de produits

13 Résultat produits 13 510 000
13 Résultat charges 13 254 000
131 Résultat net (Bénéfice) 256 000
Suivant résultat net

2) Complétons le bilan et le compte de résultat

Exercice 2014
Réf. ACTIF
Brut Amort./Prov. Net Net

39
AA Charges immobilisées
AB Frais d’établissement et autres charges à
répartir
AC Primes de remboursement des obligations
AD Immobilisations incorporelles
AE Frais de recherche et de développement
AF Brevets, licences, logiciels
AG Fonds commercial
AH Autres immobilisations incorporelles
AI Immobilisations corporelles
AJ Terrains
AK Bâtiments 10 000 000 1 500 000 8 500 000
AL Installations et agencements
AM Matériel 1 500 000 900 000 600 000
AN Matériel de transport 8 000 000 6 272 000 1 728 000
AP Avances et acomptes versés sur immo.
AQ Immobilisations financières
AR Titres de participation
AS Autres immobilisations financières 200 000 - 200 000

AZ TOTAL ACTIF IMMOBILISÉ 19 700 000 8 672 000 11 028 000

BA Actif circulant H.A.O. 1 300 000 - 1 300 000


BB Stocks
5 000 000 100 000 4 900 000
BC Marchandises
BD Matières premières et autres appro.
BE En-cours
BF Produits fabriqués
BG Créances et emplois assimilés
BH Fournisseurs, avances versées
BI Clients 2 400 000 432 000 1 968 000
BJ Autres créances 180 000 - 180 000

BK TOTAL ACTIF CIRCULANT 8 880 000 532 000 8 348 000

BQ Titres de placement
BR Valeurs à encaisser
4 740 000 4 740 000
BS Banques, chèques postaux, caisse

BT TOTAL TRÉSORERIE – ACTIF 4 740 000 4 740 000

BU Ecarts de conversion-Actif
(perte probable de change)
BZ TOTAL GÉNÉRAL (AZ+BK+BT+BU) 33 320 000 9 204 000 24 116 000

Réf. PASSIF Exercice Exercice

40
(avant répartition) 2014 N–1
CAPITAUX PROPRES ET RESSOURCES ASSIMILÉES
17 000 000
CA Capital
CB Actionnaires capital non appelé -
CC Primes et Réserves
CD Primes d’apport, d’émission, de fusion
CE Ecarts de réévaluation
CF Réserves indisponibles 1 150 000
CG Réserves libres
CH Report à nouveau + ou – 120 000
CI Résultat net de l’exercice (bénéfice + ou perte -) 256 000
CK Autres capitaux propres
CL Subventions d’investissement
CM Provisions réglementées et fonds assimilés

CP TOTAL CAPITAUX PROPRES 18 526 000

DETTES FINANCIÈRES ET RESSOURCES ASSIMILÉES


DA Emprunts 2 850 000
DB Dettes de crédit-bail et contrats assimilés
DC Dettes financières diverses
DD Provisions financières pour risques et charges

DF TOTAL DETTES FINANCIÈRES 2 850 000

DG TOTAL RESSOURCES STABLES (CP + DF) 21 376 000

1 000 000
DH Dettes circulantes et ressources assimilées H.A.O.
DI Clients, avances reçues
1 600 000
DJ Fournisseurs d’exploitation
140 000
DK Dettes fiscales
DL Dettes sociales
DM Autres dettes
DN Risques provisionnés

DP TOTAL PASSIF CIRCULANT 2 740 000

DQ Banques, crédits d’escompte


DR Banques, crédits de trésorerie
DS Banques, découverts

DT TOTAL TRÉSORERIE – PASSIF

DU Ecarts de conversion – Passif


(gain probable de change)
DZ TOTAL GÉNÉRAL (DG + DP + DT + DU) 24 116 000

41
Exercice Exercice
Réf. CHARGES (Débit)
N N–1
RA Achats de marchandises 6 000 000
RB – Variation de stocks (- ou + ) 700 000
(Marge brute sur marchandises voir TB)
RC Achats de matières et fournitures liées
RD – Variation de stocks
(Marge brute sur matières voir TG)
RE Autres achats 210 000
RH - Variation de stocks (- ou + )
RI Transports
RJ Services extérieurs 810 000
RK Impôts et taxes 90 000
RL Autres charges 532 000
(Valeur ajoutée voir TN)
RP Charges de personnel
1 880 000
dont personnel extérieur………./……
RQ (Excédent brut d’exploitation voir TQ)
RS Dotations aux amortissements et aux provisions 1 952 000
RW Total des charges d’exploitation 12 174 000
(Résultat d’exploitation voir TX)
250 000
SA Frais financiers
SC Pertes de change
SD Dotations aux amortissements et aux provisions
SF Total des charges financières 250 000
(Résultat financier voir UG)
SH Total des charges des activités ordinaires 12 424 000
(Résultat des activités ordinaires voir UI)
HORS ACTIVITÉS ORDINAIRES (H.A.O.)
330 000
SK Valeurs comptables des cessions d’immobilisation
SL Charges H.A.O.
SM Dotations H.A.O.
SO Total des charges H.A.O. 330 000
(Résultat H.A.O. voir UP)
SQ Participation des travailleurs
SR Impôts sur le résultat 500 000
SS Total des participations et impôts 500 000
ST TOTAL GÉNÉRAL DES CHARGES (SH + SO + SS) 13 254 000
(Résultat net voir UZ)

42
Exercice Exercice
Réf. PRODUITS (Crédit)
N N–1
TA Ventes de marchandises 12 410 000
TB MARGE BRUTE SUR MARCHANDISES 5 710 000 →
TC Ventes de produits fabriqués
TD Travaux, services vendus
TE Production stockée (ou déstockage) (+ ou -)
TF Production immobilisée
TG MARGE BRUTE SUR MATIÈRES
TH Produits accessoires

TI CHIFFRE D’AFFAIRES (1) (TA + TC + TD + TH) 12 410 000 →

TK Subventions d’exploitation
TL Autres produits
TN VALEUR AJOUTÉE 4 068 000 →
TQ
EXCÉDENT BRUT D’EXPLOITATION 2 188 000 →
TS Reprises de provisions
TT Transferts de charges
TW Total des produits d’exploitation 12 410 000
TX RESULTAT D’EXPLOITATION (+ ou -) + 236 000 →
UA Revenus financiers 200 000
UC Gains de change
UD Reprises de provisions
UE Transferts de charges
UF Total des produits financiers 200 000
UG RESULTAT FINANCIER (+ ou -) - 50 000 →
UH Total des produits des activités ordinaires 12 610 000
UI RESULTAT ACTIVITES ORDINAIRES (+ ou -) 186 000 →
HORS ACTIVITÉS ORDINAIRES (H.A.O.)
UK Produits des cessions d’immobilisations 900 000
UL Produits H.A.O.
UM Reprises H.A.O
UN Transferts de charges
UO Total des produits H.A.O. 900 000
UP RÉSULTAT H.A.O. (+ ou -) 570 000 →
UT TOTAL GÉNÉRAL DES PRODUITS (UH + UO) 13 510 000
UZ RÉSULTAT NET (UT – ST) (+ ou -) 256 000 →

43
Module 2 : La Comptabilité analytique
Introduction :

Contrairement à la comptabilité générale, la tenue d’une comptabilité analytique n’est pas exigée par
la loi c’est à dire que sa tenue n’est pas obligatoire.

Cependant les entreprises gagneraient à mettre en place une comptabilité analytique pour les
raisons suivantes : le suivi de la rentabilité des produits, la comptabilité analytique est un outil de
gestion et la fixation du prix de vente.

Première partie : La saisie des charges

I Les charges incorporables :

Les charges prises en considération par la comptabilité analytique sont appelées charges
incorporables. Elles comprennent les charges de la comptabilité générale auxquelles on retranche les
charges non incorporables et on ajoute les charges supplétives :

Charges incorporables = Charges de la comptabilité générale – charges non incorporables + charges


supplétives.

1) Les charges de la comptabilité générale : (voir classe 6 du SYSCOA)


2) Les charges non incorporables :

Ce sont les charges de la comptabilité générale qui ne sont pas reconduites en comptabilité
analytique par exemple les charges Hors activités Ordinaires, l’amortissement des charges
immobilisées, les provisions pour certains risques, les impôts et taxes récupérables…..

3) Les charges supplétives :

Dans les calculs des coûts, la comptabilité analytique peut prendre en compte des charges non
enregistrées en comptabilité générale. Ces charges fictives sont appelées charges supplétives par
exemple la rémunération conventionnelle des capitaux propres pour les sociétés ou du compte de
l’exploitant pour les entreprises individuelles (la rémunération du travail de l’entrepreneur individuel
non salarié).

Les charges incorporables sont classées en deux grandes catégories :

- Charges directes : ce sont des charges affectées directement aux coûts, pour leur saisie on
parle d’affectation ;
- Charges indirectes : ce sont des charges qui doivent subir une analyse avant leur imputation
aux coûts.

II La répartition des charges indirectes :

L’imputation des charges indirectes se fait selon la méthode des sections homogènes. Cette
méthode suppose que l’entreprise est organisée en centres d’analyse : les centres auxiliaires et les
centres principaux.

44
Les sections auxiliaires : ce sont des sections qui travaillent pour d’autres sections. Exemple :
Administration, Entretien, Comptabilité.

Les sections principales : ce sont des sections qui assurent l’exécution des taches concourant
directement à la réalisation des objectifs de l’entreprise. Chaque produit qui traverse une section
principale supporte une partie de ses charges. Exemple : Approvisionnement, Production,
Distribution. L’Administration est considérée comme section principale si elle a une nature d’unité
d’œuvre.

La répartition des charges indirectes entre les sections :

- La répartition primaire : Elle consiste à une répartition des charges indirectes entre les
différents centres du tableau (centres auxiliaires et centres principaux).
- La répartition secondaire : elle consiste à répartir entre les centres principaux le coût des
centres auxiliaires. Cette répartition peut se dérouler sans ou avec prestation réciproque
(c’est la méthode des transferts en escalier ou prestation normale : dans ce cas le centre
auxiliaire cède aux autres sections, mais ne reçoit pas et la méthode des transferts croisés ou
prestations réciproques : c’est lorsque deux ou plusieurs centres se fournissent
réciproquement des prestations).

La répartition est réalisée à partir des clés de répartition qui sont des unités d’œuvre ou des
assiettes de frais. L’unité d’œuvre est une unité permettant de mesurer et d’imputer à chacun des
coûts la part des charges indirectes leur incombant. Cette imputation se réalise à travers le coût
d’unité d’œuvre qui est le rapport entre le coût du centre et le nombre d’unité d’œuvre. Lorsqu’une
unité physique ne permet pas de bien caractériser un centre d’analyse, on utilise l’assiette de frais
c’est à dire une base monétaire de mesure et d’imputation. Cette imputation se réalise à travers le
taux de frais qui est le rapport entre le coût du centre et le montant de l’assiette de frais.

Deuxième partie : Les coûts complets :

Les étapes de calcul des coûts :

Exemple : Une entreprise utilise la matière première A et la matière première B pour produire un
produit E et un produit F. Supposons qu’Il existe des stocks initiaux et des stocks finals de la matière
première A, de la matière première B, du produit E et du produit F.

 Le coût d’achat des matières :


Le coût d’achat des matières achetées représente tout ce qu’elles ont coûté jusqu’au moment où
leur mise en stock est réalisée.

Eléments de calcul Matière A Matière B


Quantité Coût Montant Quantité Coût Montant
unitaire unitaire
Charges directes
Prix d’achat net QA PU Montant QA PU Montant
Frais directs Montant Montant
Charges indirectes
Centre Approvisionnement Nbre d’UO CUO Montant Nbre d’UO CUO Montant
Coût d’achat QA Montant CA QA Montant CA

45
QA : quantité achetée

 Inventaire permanent (IP) des matières :


Libellés Matière A Matière B
Quantité Coût Montant Quantité Coût Montant
unitaire unitaire
Stock initial (SI) Q SI Montant SI Q SI Montant SI
Entrées QA Montant CA QA Montant CA
Total 1 (T1) ∑ Quantité CUMP ∑ Montant ∑ Quantité CUMP ∑ Montant
Sorties (consommations)
Pour le produit E QC CUMP Montant QC CUMP Montant
Pour le produit F QC CUMP Montant QC CUMP Montant
Différence d’inventaire T1 – Sorties - SFR CUMP Montant T1 – Sorties – SFR CUMP Montant
Stock final réel (SFR) QSFR CUMP Montant SFR QSFR CUMP Montant SFR
Total 2 ∑ Quantité ∑ Montant ∑ Quantité ∑ Montant
QC : quantité consommée ; CUMP : Coût unitaire moyen pondéré

CUMP = ∑ Montant / ∑ Quantité

 Le coût de Production des produits finis :


Le coût de production est un coût obtenu après les opérations de transformation.

Eléments de calcul Produit E Produit F


Quantité Coût Montant Quantité Coût Montant
unitaire unitaire
Charges directes
Consommation de M A QC CUMP Montant QC CUMP Montant
Consommation de M B QC CUMP Montant QC CUMP Montant
Main d’œuvre directe Nbre Taux horaire Montant Nbre Taux Montant
(MOD) d’heures d’heures horaire
Charges indirectes
Centre de Production Nombre CUO Montant Nombre CUO Montant
d’UO d’UO
Coût de production QP Montant CP QP Montant CP
QP : quantité produite

 Inventaire permanent (IP) des produits finis :


Libellés Produit E Produit F
Quantité Coût Montant Quantité Coût Montant
unitaire unitaire
Stock initial (SI) QSI Montant SI QSI Montant SI
Entrées QP Montant CP QP Montant CP
Total 1 ∑ Quantité CUMP ∑ Montant ∑ Quantité CUMP ∑ Montant
Sorties (Ventes) QV CUMP Montant QV CUMP Montant
Différence T1 – Sorties - SFR CUMP Montant T1 – Sorties – SFR CUMP Montant
d’inventaire
Stock final réel (SFR) QSFR CUMP Montant SFR QSFR CUMP Montant SFR
Total 2 ∑ Quantité CUMP ∑ Montant ∑ Quantité CUMP ∑ Montant
QV : quantité vendue

 Le coût de revient des produits finis vendus

46
Le coût de revient d’un bien représente tout ce qu’il a coûté du début jusqu’à la fin du cycle
d’exploitation y compris le stade de la distribution.

Eléments de calcul Produit E Produit F


Quantité Coût Montant Quantité Coût Montant
unitaire unitaire
Charges directes
Coût de production des QV CUMP Montant QV CUMP Montant
produis finis vendus
(CPPFV)
Commissions Montant Montant
Charges indirectes
Centre de Distribution Nombre CUO Montant Nombre CUO Montant
d’UO d’UO
Centre Nombre CUO Montant Nombre CUO Montant
d’Administration d’UO d’UO
Coût de revient QV Montant CR QV Montant CR

 Le résultat analytique des produits finis vendus


La confrontation des montants de vente et des coûts de revient permet de dégager les résultats par
produit ou par commande. Donc le résultat de la comptabilité analytique global sera la somme des
résultats réalisés sur chaque produit ou sur chaque commande.

Eléments de calcul Produit E Produit F


Quantité Coût unitaire Montant Quantité Coût Montant
unitaire
Chiffre d’affaires (CA) QV PV unitaire Montant QV PV unitaire Montant
- -
Coût de revient QV Montant CR QV Montant CR
Résultat analytique QV RE QV RF

Résultat analytique global (RAG) = RE + RF

47
TP N°1
Vous disposez ci-dessous du tableau de répartition des charges indirectes après répartition primaire
pour le mois de novembre.

Eléments Centres auxiliaires Centres principaux


Entretien Administration Approvisionnement Assemblage Finition Distribution
Totaux Primaires 25 800 16 500 28 000 144 000 225 000 98 000

Dans ce tableau, la rémunération de l’exploitant n’a pas été prise en compte. Cette dernière, calculée
au taux annuel de 15% sur la base d’un montant de 120 000 F, est à affecter en totalité dans le centre
administration.

La répartition secondaire s’effectuera comme suit :

Centres Entretien Administration Approvision Assemblage Finition Distribution


Répartition centre
Entretien…………… - 10% 30% 30% 20% 10%
Répartition centre
Administration……… 20% - 20% 20% 20% 20%

Nature des unités d’œuvre :

- Centre approvisionnement : 100 F de matières premières achetées ;


- Centre assemblage : 1 produit assemblé ;
- Centre finition : 1 produit fini ;
- Centre distribution : 100 F de ventes.

Autres éléments :

Achats de la période :

 1 000 kg de matières X à 50 F le kg ;
 800 kg de matières Y à 35 F le kg.

Fabrication de la période :

 2 000 produits finis. Tous les produits assemblés sont passés dans le centre finition.

Ventes de la période :

 1 300 produits A à 200 F ; 730 produits B à 180 F

Travail à faire :

1) Affectez les charges supplétives.


2) Présentez les calculs permettant de déterminer les résultats des prestations réciproques.
3) Présentez le tableau de répartition des charges indirectes. Pour les coûts des unités d’œuvre,
prendre trois décimales après la virgule.

48
Solution
1) Affectons les charges supplétives

Charges supplétives = (120 000 x 0,15)/12 = 1 500

Total Primaire Administration = 16 500 + 1 500 = 18 000

2) Présentons les calculs permettant de déterminer les résultats des prestations


réciproques

Soient x et y les coûts respectifs des charges indirectes des centres Entretien et
Administration

x = 25 800 + 0,2y →1

y = 18 000 + 0,1x →2

Remplaçons x dans 2 → y = 18 000 + 0,1(25 800 + 0,2y) = 18 000 + 2 580 + 0,02y

0,98y = 20 580 → y = 21 000

x = 25 800 + 0,2(21 000) → x = 30 000

3) Présentons le tableau de répartition des charges indirectes.

Eléments Sommes Centres auxiliaires Centres principaux


Entretien Administ Approv Assembl Finition Distribut
T R Primaire 538 800 25 800 18 000 28 000 144 000 225 000 98 000
Entretien (30 000) 3 000 9 000 9 000 6 000 3 000
Administration 4 200 (21 000) 4 200 4 200 4 200 4 200
T R Secondaire 538 800 0 0 41 200 157 200 235 200 105 200
Nature d’UO 100 F de m-1 1 produit 1 produit 100 F de
achetées assemblé fini ventes
Nombre d’UO 780 2 000 2 000 3 914
CUO 52,82 78,6 117,6 26,877

Détails des calculs des nombre d’UO

100 F de m-1 achetées : (1 000 x 50 + 800 x35)/100 = 78 000/100 = 780

100 F de ventes : (1 300 x 200 + 730 x 180)/100 = 391 400/100 = 3 914

49
TP N°2
L’entreprise CISSE fabrique deux produits P1 et P2, obtenus à partir d’une matière première unique
M dans un seul atelier de production A ; (les produits P1 et P2 sont stockés avant la vente).

Pour le mois de mai le tableau de répartition des charges indirectes se présente ainsi :

Eléments Sommes Centres auxiliaires Centres Principaux


Administr Entretien Approvision Atelier A Distribution
Répartition Primaire 22 200 000 2 600 000 1 700 000 1 200 000 14 400 000 2 300 000
Répartition Secondaire
Administration 10% 20% 40% 30%
Entretien 20% 60% 20%
Nature de l’unité d’œuvre Kg de matière 1 heure de 100 F de CA
achetée MOD
Données comptables relatives au mois de mai :

Stocks au 1er mai

 Matière première M : 8 000 kg à 340 F le kg ;


 Produit fini P1 : 500 produits à 8 600 F l’unité.

Achats du mois de mai

 Matière première M : 24 000 kg à 345 F le kg.

Consommation de matière première M

 12 000 kg pour le produit P1 ;


 10 000 kg pour le produit P2.

Main d’œuvre directe utilisée par l’atelier A

 3 150 h pour le produit P1 (3 200 F l’heure) ;


 2 850 h pour le produit P2 (3 200 F l’heure).

Production du mois

 3 000 produits P1 ; 2 000 produits P2.

Ventes du mois

 2 500 produits P1 à 10 000 F l’un ; 1 200 produits P2 à 12 500 F l’un

Stocks réels au 31 mai

 Matière première M : 9 000 kg ; Produits P1 : 1 000 unités ; Produits P2 : 800 unités

Travail à faire :

1) Terminer le tableau de répartition des charges indirectes.


2) Déterminer les différents coûts et les résultats analytiques sur les produits P1 et P2.

50
Solution :
1) Terminons le tableau de répartition des charges indirectes

Soient x et y les coûts respectifs des charges indirectes des centres Administration et
Entretien

x = 2 600 000 + 0,2y →1

y = 1 700 000 + 0,1x →2

Remplaçons x dans 2 → y = 1 700 000 + 0,1(2 600 000 + 0,2y) = 1 700 000 + 260 000 + 0,02y

y = 2 000 000

x = 2 600 000 + 0,2(2 000 000)

x = 3 000 000

Eléments Sommes Centres auxiliaires Centres principaux


Administ Entretien Approv Atelier A Finition
T R Primaire 22 200 000 2 600 000 1 700 000 1 200 000 14 400 000 2 300 000
Administration (3 000 000) 300 000 600 000 1 200 000 900 000
Entretien 400 000 (2 000 000) - 1 200 000 400 000
T R Secondaire 22 200 000 0 0 1 800 000 16 800 000 3 600 000
Nature d’UO kg de m-1 1 heure de 100 F de chiffre
achetées MOD d’affaires
Nombre d’UO 24 000 6 000 400 000
CUO 75 2 800 9

2) Déterminons les différents coûts et les résultats analytiques sur les produits P1 et P2.

 Le coût d’achat de la matière M


Eléments de calcul Matière M
Quantité Coût unitaire Montant
Charges directes
Prix d’achat net 24 000 345 8 280 000
Charges indirectes
Centre Approvisionnement 24 000 75 1 800 000
Coût d’achat 24 000 10 080 000
 Inventaire permanent (IP) de la matière M

51
Libellés Matière M
Quantité Coût unitaire Montant
Stock initial (SI) 8 000 340 2 720 000
Entrées 24 000 10 080 000
Total 1 32 000 400 12 800 000
Sorties
Produit P1 12 000 400 4 800 000
Produit P2 10 000 400 4 000 000
Différence d’inventaire 1 000 400 400 000
Stock final réel (SFR) 9 000 400 3 600 000
Total 2 32 000 12 800 000
 Le coût de Production des produits P1 et P2
Eléments de calcul Produit P1 Produit P2
Q CU Montant Q CU Montant
Charges directes
Consommation de M 12 000 400 4 800 000 10 000 400 4 000 000
MOD 3 150 3 200 10 080 000 2 850 3 200 9 120 000
Charges indirectes
Centre Atelier A 3 150 2 800 8 820 000 2 850 2 800 7 980 000
Coût de production 3 000 23 700 000 2 000 21 100 000
 Inventaire permanent (IP) des produits P1 et P2
Libellés Produit P1 Produit P2
Q CU Montant Q CU Montant
Stock initial (SI) 500 8 600 4 300 000 - - -
Entrées 3 000 23 700 000 2 000 21 100 000
Total 1 3 500 8 000 28 000 000 2 000 10 550 21 100 000
Sorties 2 500 8 000 20 000 000 1 200 10 550 12 660 000
Différence d’inventaire - - - - - -
Stock final réel (SFR) 1 000 8 000 8 000 000 800 10 550 8 440 000
Total 2 3 500 28 000 000 2 000 21 100 000
 Le coût de revient des produits P1 et P2
Eléments de calcul Produit P1 Produit P2
Q CU Montant Q CU Montant
Charges directes
CPPFV 2 500 8 000 20 000 000 1 200 10 550 12 660 000
Charges indirectes
Centre de Distribution 250 000 9 2 250 000 150 000 9 1 350 000
Coût de revient 2 500 22 250 000 1 200 14 010 000

 Le résultat analytique des produits P1 et P2

Eléments de calcul Produit P1 Produit P2


Q CU Montant Q CU Montant
Chiffre d’affaires 2 500 10 000 25 000 000 1 200 12 500 15 000 000
Coût de revient 2 500 22 250 000 1 200 14 010 000
Résultat analytique 2 500 2 750 000 1 200 990 000

RAG = 2 750 000 + 990 000


RAG = 3 740 000

52
TP N°3
L’entreprise DIAKITE au capital de 60 000 000 F, fabrique dans deux ateliers deux produits finis à
partir de deux matières premières.

Les matières premières M1 et M2 sont traitées respectivement dans les ateliers A1 et A2 pour
obtenir les produits finis P1 et P2. Les produits sont stockés avant leur distribution.

Pour le mois de janvier, le tableau des charges indirectes se présente ainsi :

Libellés Centres auxiliaires Centres principaux


Gestion Force Approvision Atelier A1 Atelier A2 Distribution
Moyen Motrice
Répartition Primaire 3 800 000 5 250 000 110 000 1 910 000 2 450 000 159 000
Gestion Moyen -100 15 5 35 35 10
Force Motrice 20 -100 10 35 30 5
Nature U O 1 kg de 1 h. MOD Unité de P2 Coût de production
matière vendue des produits finis
achetée vendus
Nombre d’U O 576 15 000

Renseignements compléments complémentaires concernant le mois :

Eléments Stocks au 1er janvier Stocks au 31 janvier Achats du mois


M1 5 475 kg pour 533 250 F 4 475 kg 35 000 kg à 50 F le kg
M2 8 650 kg pour 1 029 000 F 9 560 kg 61 000 kg à 40 F le kg
P1 2 000 unités pour 1 741 600 F 3 000 unités -
P2 1 000 unités pour 1 060 000 F 1 500 unités -

Charges directes de la période :

- Charges directes de production : l’atelier A2 a utilisé 600 heures de main d’œuvre directe à
900 F l’heure (même prix unitaire que l’atelier A1) ;
- Charges directes d’approvisionnement et de distribution :
 M1 : 200 000 F ; M2 : 100 000 F ;
 P1 : 486 000 F ; P2 : 475 000 F.

Productions et ventes de la période :

- L’atelier A1 a obtenu 15 000 unités de P1 et en a vendu 14 000 à 900 F l’unité ;


- L’atelier A2 a vendu toute sa production au même prix unitaire que P1.

Travail à faire :

Déterminez les résultats analytiques sur les produits P1 et P2 puis le résultat global.

NB : La consommation globale de M1 et de M2 est de 96 000 kg. La consommation de M1 représente


les 3/5 de celle de M2. Toutes les sorties de stocks sont évalués au coût moyen pondéré.

53
Solution :

Soient x et y les coûts respectifs des charges indirectes des centres Gestion Moyen et Force
Motrice

x = 3 800 000 + 0,2y →1

y = 5 250 000 + 0,15x →2

Remplaçons x dans 2 → y = 5 250 000 + 0,15(3 800 000 + 0,2y) = 5 250 000 + 570 000 + 0,03y

0,97y = 5 820 000 → y = 6 000 000

x = 3 800 000 + 0,2(6 000 000) → x = 5 000 000

Eléments Sommes Centres auxiliaires Centres principaux


GM FM Approv Atelier A1 Atelier A2 Distribution
T R Primaire 13 679 000 3 800 000 5 250 000 110 000 1 910 000 2 450 000 159 000
Gestion Moy (5 000 000) 750 000 250 000 1 750 000 1 750 000 500 000
Force Motrice 1 200 000 (6 000 000) 600 000 2 100 000 1 800 000 300 000
T R Secondaire 13 679 000 0 0 960 000 5 760 000 6 000 000 959 000
Nature d’UO 1 kg de m-1 1 heure de Unité de CPPFV
achetées MOD P2 vendue
Nombre d’UO 96 000 576 15 000 19 180 000
CUO 10 10 000 400 0,05

 Le coût d’achat des matières M1 et M2


Eléments de calcul Matière M1 Matière M2
Q CU Montant Q CU Montant
Charges directes
Prix d’achat net 35 000 50 1 750 000 61 000 40 2 440 000
Frais direct - - 200 000 - - 100 000
Charges indirectes
Centre Approvisionnement 35 000 10 350 000 61 000 10 610 000
Coût d’achat 35 000 2 300 000 61 000 3 150 000
 Inventaire permanent (IP) des matières M1 et M2

54
Libellés Matière M1 Matière M2
Q CU Montant Q CU Montant
Stock initial (SI) 5 475 533 250 8 650 1 029 000
Entrées 35 000 2 300 000 61 000 3 150 000
Total 1 40 475 70 2 833 250 69 650 60 4 179 000
Sorties 36 000 70 2 520 000 60 000 60 3 600 000
Différence - - - 90 60 5 400
d’inventaire
Stock final réel (SFR) 4 475 70 313 250 9 560 60 573 600
Total 2 40 475 2 833 250 69 650 4 179 000

M1 + M2 = 96 000 or M1 = 3/5M2
3/5M2 + M2 = 96 000 → M2 = 60 000 et M1 = 3/5 x 60 000 → M1 = 36 000
 Le coût de Production des produits P1 et P2
Eléments de calcul Produit P1 Produit P2
Q CU Montant Q CU Montant
Charges directes
Consommation de Mat 36 000 70 2 520 000 60 000 60 3 600 000
MOD 576 900 518 400 600 900 540 000
Charges indirectes
Centre Atelier A1 576 10 000 5 760 000 - - -
Centre Atelier A2 - - - 15 000 400 6 000 000
Coût de production 15 000 8 798 400 15 000 10 140 000
 Inventaire permanent (IP) des produits P1 et P2
Libellés Produit P1 Produit P2
Q CU Montant Q CU Montant
Stock initial (SI) 2 000 1 741 600 1 000 1 060 000
Entrées 15 000 8 798 400 15 000 10 140 000
Total 1 17 000 620 10 540 000 16 000 700 11 200 000
Sorties 14 000 620 8 680 000 15 000 700 10 500 000
Différence d’inventaire - - - -500 700 -350 000
Stock final réel (SFR) 3 000 620 1 860 000 1 500 700 1 050 000
Total 2 17 000 10 540 000 16 000 11 200 000
 Le coût de revient des produits P1 et P2
Eléments de calcul Produit P1 Produit P2
Q CU Montant Q CU Montant
Charges directes
CPPFV 14 000 620 8 680 000 15 000 700 10 500 000
Frais direct 486 000 475 000
Charges indirectes
Centre de Distribution 8 680 000 0,05 434 000 10 500 000 0,05 525 000
Coût de revient 14 000 9 600 000 15 000 11 500 000

 Le résultat analytique des produits P1 et P2

Eléments de calcul Produit P1 Produit P2


Q CU Montant Q CU Montant
Chiffre d’affaires 14 000 900 12 600 000 15 000 900 13 500 000
Coût de revient 14 000 9 600 000 15 000 11 500 000
Résultat analytique 14 000 3 000 000 15 000 2 000 000

55
RAG = 3 000 000 + 2 000 000
RAG = 5 000 000

56