Vous êtes sur la page 1sur 138

VAALCO GABON (ETAME), Inc.

VAALCO GABON Inc.


BP : 1335 Port Gentil
Tél : (241) 56 55 26
Fax : (241) 56 55 32

Etude d’Impact Environnemental


Activité de développement
Construction de la Plateforme Etame

Activités de développement

BUREAU SCESIA

Bureau SCESIA
BP : 36027
Libreville – Gabon
Adresse : Montagne Sainte
@ : bureauscesia@yahoo.fr
Tél : +24107 69 55 30
Sommaire

RESUME NON TECHNIQUE ________________________________________________ 7


1 Définition du projet ____________________________________________________ 11
1.1 Le promoteur du projet __________________________________________________ 11
1.1.1 Le promoteur ________________________________________________________________ 11
1.1.2 Le bureau d’étude ____________________________________________________________ 11
1.2 Cadre juridique et institutionnel __________________________________________ 11
1.2.1 Lois et textes sur l’environnement _______________________________________________ 11
1.2.2 Les textes internationaux _______________________________________________________ 17
1.2.3 Procédures et normes concernant le secteur d’activité ________________________________ 21
1.3 Présentation détaillée du projet ___________________________________________ 21
1.3.1 Titre du projet _______________________________________________________________ 21
1.3.2 Contexte de l’étude ___________________________________________________________ 21
1.3.3 Objectifs et justification du projet ________________________________________________ 22
1.3.3.1 Objectifs du projet ______________________________________________________ 22
1.3.3.2 Justification ___________________________________________________________ 22
1.3.4 Durée et emplacement _______________________________________________________ 22
1.3.4.1 Durée du projet ________________________________________________________ 22
1.3.4.2 Localisation géographique _______________________________________________ 23
1.3.4.3 Localisation géologique _________________________________________________ 26
1.3.4.4 L’architecture du puits __________________________________________________ 28
1.3.4.5 Les caractéristiques d’une Plate-forme de forage (VAALCO Gabon) ___________ 29
1.3.4.6 Les caractéristiques de la plate forme _____________________________________ 31
1.3.4.7 Caractéristiques du pipeline sous-marin ___________________________________ 32
1.3.5 Activités principales, annexes et connexes _________________________________________ 33
1.3.5.1 Phase de mobilisation et préparation ______________________________________ 33
1.3.5.2 Construction de la plate forme ___________________________________________ 33
1.3.5.3 Phase du forage _______________________________________________________ 34
1.3.5.4 Fermeture ou abandon __________________________________________________ 37
1.3.6 Gestion prévue des déchets _____________________________________________________ 38
1.4 Lutte anti-pollution _____________________________________________________ 39
1.5 Analyse des variantes du projet ___________________________________________ 40
2 Analyse de l’état initial des sites et de leur environnement _____________________ 40
2.1 Méthode de collecte des données___________________________________________ 40
2.2 Environnement naturel __________________________________________________ 41
2.2.1 Faune et flore marine __________________________________________________________ 41
2.3 Environnement physique_________________________________________________ 49
2.3.1 Données météorologiques ______________________________________________________ 49
2.3.2 Caractéristiques océanographiques _______________________________________________ 51
2.3.3 Structure Géologique de la zone d’étude ___________________________________________ 53
2.3.4 L’environnement socio-économique ______________________________________________ 53
2.3.4.1 Habitats côtiers protégés et sensibles _____________________________________ 53
2.3.4.2 Mangrove _____________________________________________________________ 54
2.3.4.3 Population ____________________________________________________________ 56
2.3.4.4 Organisation administrative ______________________________________________ 56
2.3.4.5 Population enquêtée ____________________________________________________ 56
2.3.4.6 Activités touristiques et de loisir de la zone du projet ________________________ 57
2.3.4.7 Les activités de pêche __________________________________________________ 57
2.3.4.8 La pêche dans la Lagune________________________________________________ 57
2.3.4.9 La pêche dans l’Océan Atlantique ________________________________________ 58
2.3.4.10 Les attentes de la population ____________________________________________ 59

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 2


2.3.5 Qualité de l’air _______________________________________________________________ 59
2.3.6 Niveau sonore _______________________________________________________________ 59
2.3.7 Déchet _____________________________________________________________________ 59
2.3.8 Pollution des eaux ____________________________________________________________ 59
2.3.9 Nuisances paysagères _________________________________________________________ 59
2.3.10 Pollution du sol ____________________________________________________________ 59
3 Analyse des impacts ____________________________________________________ 60
3.1 Méthodologie __________________________________________________________ 60
3.2 Méthode de classification_________________________________________________ 60
3.3 Sources de pollution potentielles et principaux impacts appréhendés ____________ 62
3.3.1 Phase de mobilisation et de préparation ___________________________________________ 62
3.3.2 Phase de mobilisation, construction et mise en place de la plateforme ____________________ 62
3.3.3 Phase de forage ______________________________________________________________ 63
3.3.4 Phase d’abandon _____________________________________________________________ 66
3.4 Analyse des impacts et mesure d’atténuation ________________________________ 66
3.4.1 Impacts générés pendant la phase de mobilisation, construction et mise en place de la plate forme
66
3.4.1.1 Impacts générés par l’augmentation du trafic maritime ______________________ 66
3.4.1.2 Impact sur le bruit et vibration ____________________________________________ 67
3.4.1.3 Impact sur l’éclairage de la zone de construction ___________________________ 68
3.4.1.4 Impact sur les rejets des déchets en mer __________________________________ 69
3.4.1.5 L’Impact sur la Sécurité du public _________________________________________ 69
3.4.1.6 Impact sur la Sécurité et la Santé des travailleurs ___________________________ 70
3.4.1.7 Impact sur le risque de collision entre navires ______________________________ 70
3.4.2 Impacts générés pendant la phase de forage ________________________________________ 75
3.4.2.1 Impact sur le bruit et vibration ____________________________________________ 75
3.4.2.2 Perturbation du fonds marin _____________________________________________ 76
3.4.2.3 Émissions atmosphériques ______________________________________________ 76
3.4.2.4 Rejets des déchets en mer ______________________________________________ 77
3.4.2.5 Déchets liquides _______________________________________________________ 78
3.4.2.6 Les boues de forage, déblais de forage et excès de ciment __________________ 79
3.4.2.7 Impact en cas de déversement d’hydrocarbure ou des produits dans les eaux de
mer 80
3.4.2.8 Impact du à l’éruption d’hydrocarbures pouvant survenir pendant les opérations de
forage 81
3.4.2.9 L’Impact sur la Sécurité du public _________________________________________ 82
3.4.2.10 Impact sur la Sécurité et la Santé des travailleurs ___________________________ 82
3.4.2.11 Identification des impacts socio-économiques du projet ______________________ 83
3.4.3 Impacts générés lors de la phase d’exploitation _____________________________________ 94
3.4.3.1 Raccordement du puits de production au FPSO par un pipeline sous marin ____ 94
3.4.3.2 Ecoulements d’eau de production ________________________________________ 94
4 PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE et SOCIAL (PGES) ____________ 95
4.1 Surveillance environnemental _____________________________________________ 95
4.2 Phase pré-construction __________________________________________________ 95
4.3 Phase mobilisation, construction et mise en place de la plateforme ______________ 95
4.4 Phase forage ___________________________________________________________ 96
4.5 Programme préliminaire de suivi environnemental ___________________________ 96
4.6 Raison d’être du suivi environnemental ____________________________________ 96
4.7 Objectifs et composantes du programme de suivi environnemental ______________ 96
4.8 Études de suivi environnemental __________________________________________ 96
4.9 Les acteurs intervenant dans la mise en place du PGES _______________________ 97

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 3


4.9.1 Le responsable du service HSE __________________________________________________ 97
4.9.2 Le responsable de la gestion environnementale VAALCO Gabon _______________________ 97
4.9.3 Estimation des coûts liés au projet ______________________________________________ 105
Bibliographie ____________________________________________________________ 106
ANNEXES ______________________________________________________________ 107

Tableaux
Tableau 1: durée du projet ........................................................................................................ 23
Tableau 2: Prévision de gestion des déchets ............................................................................ 39
Tableau 3: Liste des espèces observées dans les eaux marines (Convention on International
Trade in endangered Spécies if willd Fauna and Lora (C.I.T.E.S)) ......................................... 42
Tableau 4: Description scientifique d'une Baleine à Bosse ...................................................... 43
Tableau 5:Description scientifique d'un Dauphin Commun .................................................... 44
Tableau 6:Description scientifique d'un Grand Dauphin ......................................................... 45
Tableau 7: Espèces de poissons rencontrées dans la zone du projet (source WSC) ................ 46
Tableau 8:Composition du phytoplancton dans le Golf de Guinée ......................................... 48
Tableau 9: Récapitulatif de l'estimation de la présence d'activités biologiques tout au long de
l'année au large du Gabon et dans la zone d'influence ............................................................. 49
Tableau 10: Répartition des hauteurs de vagues près de la côte (%) Extrait des relevés du
B.C.E.O.M., in KITSOUKOU, 1992. ...................................................................................... 51
Tableau 11: Répartition mensuelle des périodes moyennes près de la côte à Mayumba (en %)
Extrait des relevés du B.C.E.O.M. (en 1975), in KITSOUKOU, 1992 ................................... 52
Tableau 12: types de pêcherie dans la zone d'étude ................................................................. 55
Tableau 13: Guide pour l'évaluation de l’importance d’un impact .......................................... 61
Tableau 14: Récapitulatif des impacts en phase de mobilisation, construction et mise en place
de la plateforme ........................................................................................................................ 72
Tableau 15: Récapitulatif des impacts en phase de forage ....................................................... 85
Tableau 16: Programme de gestion environnemental et social ................................................ 98
Tableau 17: Estimation des coûts ........................................................................................... 105

Figures
Figure 1: localisation de la zone d'étude .................................................................................. 23
Figure 2: localisation de la plate forme Etame et autres blocs ................................................. 24
Figure 3: Sensibilité de la zone d’étude ................................................................................... 25
Figure 4: Syn-Rift de la section de transition (Pré-sel) de la zone d'étude .............................. 26
Figure 6:La colonne stratigraphique de la zone d'étude ........................................................... 28
Figure 7: Architecture du puits Etame plate forme .................................................................. 29
Figure 8: Zone de construction de la plateforme...................................................................... 32
Figure 9: exemple d’un système de forage ............................................................................... 35
Figure 10: Distribution des baleines à bosse établie à partir d'une reconnaissance aérienne
effectuée en 2001 (Source WCS) ............................................................................................. 43
Figure 11: zone de nourrissage (vert) routes de migration (jaune) Zone de reproduction
(Rouge) concernant les Baleines à Bosse en Afrique............................................................... 44
Figure 12: Parcours de la tortue luth ........................................................................................ 46
Figure 13: Données pluviométriques de Port Gentil ................................................................ 50

Photos

Photo 1: Aspects du littoral de la zone .................................................................................... 54


Photo 2: La végétation dans la mangrove (Rhizophoria) ........................................................ 54

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 4


Photo 3: Vue partielle des pêcheurs venus participer à l’échange .......................................... 56
Photo 4: Départ pour le mouillage des filets et exemple d’un fumoir .................................... 58

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 5


Nom du promoteur : VAALCO Gabon

Nom du document : Etude d’impacts environnementale pour l’installation et la pose


d’une plateforme de production dénommée Etame

Lieu de localisation : A 40km au large du littoral de Mayumba

Niveau du document : Rapport final

Auteurs du document :

- Monsieur John ESNAU : Ingénieur QSE CHEF DE PROJET

- Monsieur MEBOUROU : Ingénieur en Gestion des projets

- Monsieur Placide MBENG : Ingénieur en Gestion


Industrielle de l’environnement

- Monsieur Placide ONDO : Docteur en sociologie, maître


assistant à l’université Omar BONGO

- Mademoiselle Mirella ADZABA : Ingénieur en QHSE

- Mademoiselle Edwige EYANG EFFA : Cartographe

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 6


RESUME NON TECHNIQUE

VAALCO Gabon se propose de réaliser des activités de développement sur son permis
Etame Marin. Ces activités consistent en l’installation d’une plateforme de production
d’hydrocarbures à 40 km environ au large de la côte de Mayumba a 600 m du FPSO
Petroleo Nautipa, suivi du raccordement de la plateforme par un pipeline sous-marin au
FPSO Petroleo Nautipa.

Cette étude vise une meilleure appréciation des impacts des risques environnementaux
majeurs sur la région côtière de Mayumba, concernée lors des opérations d’installation de la
jacket, de la plateforme sur la jacket, des forages et du raccordement au FPSO.

La présente étude est une réponse aux exigences législatives et réglementaires en vigueur
au Gabon, en matière de protection de l’environnement qui exige la réalisation au préalable,
d’une étude d’impact environnemental, pour la mise en œuvre de tout projet de
développement.
Conformément à l’article 67 de la loi 16/93 du code de l’environnement et à ses décrets
d’application dont le décret n°539/PR/MEFEPEPN réglementant les études d’impacts sur
l’environnement, une étude d’impact environnemental ayant pour objet d’évaluer les
incidences directes et indirectes du projet sur l’équilibre écologique, la qualité et le cadre de
vie des populations vivants dans la zone d’implantation du forage et pour mener une enquête
socio-économique afin d’en atténuer les possibles impacts dus à ce projet.

C’est dans ce cadre que le promoteur VAALCO Gabon a confié cette étude d’impact sur
l’environnement au Bureau d’étude SCESIA pour identifier les problèmes majeurs et
l’étendue de la procédure d’évaluation de l’impact environnemental qui sera conduite lors de
la réalisation du projet de developpement de la plateforme Etame.

PRESENTATION DU PROJET

L’installation de la plateforme Etame a pour objectif de redévelopper le champ Etame. Le


plan de développement concerne l’AEE Etame Marin Nº G5-88 de Juillet 2001et qui court
jusqu’en Juillet 2016.
• Les puits proposés sous ce plan de développement phase III continueront à produire
jusqu’à la prochaine extension 5 ans plus tard.
• La mise à jour de l’interprétation structurale, la stratigraphie et les simulations
réservoirs ont montré qu’il y avait des réserves additionnelles récupérables qui
justifient un plan de développement comprenant une infrastructure/plateforme et des
puits pour permettre un meilleur soutirage du champ.
• Une plateforme de 4 piliers et 8 slots qui abritera d’abord 3 puits de développement
ET-8H, ET-9H et ET-10H. En fonction des résultats de ces puits, ensuite viendront
ET-11H et ET-12H dans une seconde campagne de forage.
• Les fluides produits seront traités sur la plateforme et envoyés au FPSO Petroleo
Nautipa via les pipelines sous-marins. Les réserves récupérables par cette
plateforme sont estimées au moins à 9 millions de barils

Les travaux d’installation de la jacket de cette plateforme devraient débuter vers février –
mars 2014 puis suivront les travaux de pose de la plateforme Etame sur la jacket et ensuite
démarrerons les travaux de forage.

Les risques environnementaux majeurs induits par le projet sont liés aux rejets en mer. Le
risque de rupture de pipeline pouvant occasionner un déversement accidentel
d’hydrocarbures est un événement exceptionnellement rare.

CONTEXTE ECONOMIQUE

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 7


Le contexte économique est caractérisé par la proximité de la ville de Mayumba et les
régions côtières du sud du Gabon. Les activités humaines sont concentrées dans cette zone
du pays, principalement la pêche artisanale et industrielle (il existe une riche biomasse
marine et de lagunes, accessibles principalement aux pécheurs locaux), l’écotourisme avec
le parc marin à Mayumba.

L’OBJECTIF DE L’ETUDE

Cette étude d’impact sur l’environnement permettra de :

- Examiner les conséquences du projet sur le milieu environnant ;


- Chercher à réduire, à atténuer ou supprimer les impacts environnementaux, s’ils se
révèlent significatifs ;
- Renoncer éventuellement à ce projet, si les inconvénients même réduits sont encore
importants par rapport aux avantages.

Pour ce faire, l’étude traitera les aspects suivants :


- Le contexte réglementaire et les conventions internationales applicables au projet ;
- L’analyse de l’état initial de la zone du projet et de son environnement naturel, socio-
économique et humain ;
- L’analyse des impacts directs et indirects du projet sur l’environnement;
- Les mesures d’atténuation et de compensation prises dans le cadre de ce projet ;
- Les mesures prises lors de l’abandon du projet ;
- Plan de Gestion Environnemental et Social.

Les différentes phases du projet

Le projet comporte trois phases de réalisation à savoir :


- Phase 1 : mobilisation, installation et mise en place de la plateforme
- Rassemblement de tous les équipements
- Organisation de la logistique ;
- Transport du matériel et équipement ;
- Mise en place des piliers ;
- Montage de la plateforme raccordement des pipelines ;
- Mise en place du RIG ;
- Forage des puits ;
- Gestion des déchets.

- Phase 2 : Forage des puits qui va consister :


- Technique de forage ;
- Construction du puits ;
- Boue de forage ;
- Production des déblais de forage et du ciment ;
- Elimination des déblais de forage ;
- Contrôle du puits et obturation anti-pollution ;
- Estimation des émissions totales ;
- Gestion des déchets de forage et ménagers ;
- Ravitaillement et approvisionnement du Rig de forage et de la plateforme
ETAME ;
- Emission et rejets des effluents liquides et gazeux.
-
- Phase de Raccordement du pipeline sous-marin
- Bardage des tubes ;

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 8


- Isolation des tubes ;
- Mise en souille du pipeline ;
- Tests en pression;
- Mise en huile du pipeline ;
- Démobilisation de chantier.

- Phase 3 : Abandon ou démobilisation


- Démantèlement des équipements et des installations
- Mise en sécurité des puits et du pipeline selon le plan d’Abandon VAALCO.

Localisation du projet

Le projet se situe à environ 40 km des côtes de la ville de Mayumba au Sud du Gabon à


600m du FPSO, à proximité du bloc Etame Fields.
Les coordonnées géographiques (WGS 84) de cette zone sont les suivants :

X = 667 584 ; Y= 9 583 805

Les principaux impacts retenus:

Transport et Installation de la plateforme

- Perturbation du fond marin et du benthos


- Risque d’accident de travail suite aux différents travaux
- Prolifération des déchets solides et liquide en cas de déversement accidentel
- Risque d’accident dû à l’augmentation du trafic maritime
- Bruit et vibration dans la zone du projet

Phase de forage des puits

- Prolifération des déchets liquides et solides


- Nuisance sonore et vibrations
- Augmentation du trafic maritime
- Impact sur la faune marine en cas de déversement accidentel
- Impacts sur la qualité de l’air, la sécurité et la santé
- Impact sur les activités socioéconomiques
- Blessure ou noyade en cas de collision des bateaux de pêche avec l’appareil
de forage
- Exposition des travailleurs à des conditions de travail dangereuses

Phase de la pose des pipelines sous-marins

- Emission des déchets lors du raccordement de la plateforme Etame au FPSO,


les rejets en mer sont susceptibles d’induire une pollution de l’eau de mer, du
fond marin ou être charriés jusqu’à la côte.

Phase d’exploitation d’hydrocarbure

- La rupture du pipeline en exploitation est un événement exceptionnel. La


gravité du déversement de brut résultant est fonction de la rapidité
d’intervention du plan d’urgence.

 Impacts lors de l’Abandon ou fermeture

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 9


Les impacts potentiels susceptibles d’être observés pendant cette phase peuvent être dus :
- Aux têtes de puits qui dépassent parfois le fond marin peuvent être dangereuses pour
les bateaux de pêches et autres navires ;
- Risque d’une fuite d’hydrocarbure en provenance des têtes de puits existe et peut
entrainer une contamination de l’eau de mer.

Les mesures d’atténuation pour ce projet :

Pour atténuer, un tant soit peu les effets néfastes liés aux dites perturbations, l’étude
propose une série de mesures et recommandations.

Ces mesures et recommandations concernent :

- Mise en place d’un plan de gestion de déchets liquides et solides ;


- Application des procédures mises en place en cas de déversement accidentel; (Oil
Spill Response Plan)
- Respect strict, par le personnel, des mesures de protection mises en place ;
- Mise en place des mécanismes de consultation avec les populations et les autorités
locales afin de s’assurer que leurs points de vue soient pris en compte dans la mise
en œuvre de ce projet ;
- Le suivi des procédures et le respect des standards de forage ;
- Formations et compétences des ouvriers, réunions quotidiennes et induction HSE ;
- Les systèmes et les moyens d’urgence en place (voir aussi procédure EVASAN) ;
- Supervision des activités 24 heures / 24 ;
- Plan de lutte anti-pollution en cas de déversement accidentel ;
- Mise en place d’un plan de gestion de déchets liquides, y compris lorsque l’on fore
avec des boues a huile. ;
- Série de précautions à prendre en présence de la faune à protéger ;
- Respecter le calendrier des travaux afin de perturber le moins possible la faune
aquatique, et les activités économiques ;
- Bonne visibilité de l’appareil de forage grâce à un éclairage approprié ;
- Application du plan HSE ;
- Mise en place d’un Plan de Gestion Environnementale et Social (PGES) ;
- Communication régulière avec les autorités locales et les villages ;
- Exigences agréées des populations locales.

Les mesures d’atténuation lors de la phase d’abandon des installations.

Les puits seront bouchés en fin de vie des champs. Le pipeline sera soit démantelé, soit mis
en eau pour une éventuelle réutilisation en cas de résurgence du puits ou d’une autre
découverte dans les environs du site du projet.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 10


1 DEFINITION DU PROJET

1.1 Le promoteur du projet


1.1.1 Le promoteur

 Raison sociale : VAALCO Gabon


 Forme juridique : Société Anonyme.
 Adresse : B.P : 1335 Port Gentil
 Téléphone : (241) 56 55 26
 Télécopie : (241) 56 55 32

 Coordinateur du projet : Monsieur Urbain BEKA

1.1.2 Le bureau d’étude

 Raison sociale : BUREAU SCESIA


 Forme juridique : SARL
 Adresse : BP Libreville, Gabon
 Téléphone : (241) 07 69 55 30
 Courriel : bureauscesia@yahoo.fr

1.2 Cadre juridique et institutionnel


1.2.1 Lois et textes sur l’environnement

Le cadre juridique et institutionnel de référence est composé des textes législatifs


réglementaires de la République Gabonaise.
Cette étude d’impact sur l’environnement repose sur les lois, décrets et articles contenus
dans le Code de l’Environnement Gabonais. Le code gabonais de l’environnement est la
finalité et le récapitulatif de toutes les lois et conventions signées par les autorités
gabonaises en matière de respect, de protection et d’amélioration de l’environnement dans
les dernières décennies.

Sur le plan Institutionnel

Dans le cadre de ce projet, six institutions publiques sont impliquées dans la protection
de l’environnement. Il s’agit :

- Le Ministère du Pétrole de l’énergie et des Ressources Hydrauliques

- Le Ministère de l’Economie de l’Emploi et du développement Durable

 Le Ministère des Eaux et Forêts

 Le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et du


Développement Rural

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 11


 Le Ministère de la promotion des Investissements, des Travaux Publics,
des transports de l’habitat et du Tourisme, chargé de l’Aménagement du
Territoire.

 De l’Agence Nationale des Parcs Nationaux

Pour cette EIE, VAALCO Gabon travaille en étroite collaboration avec les Directions
Générales suivantes :

 La Direction Générale des Hydrocarbures


 La Direction Générale de l’Environnement
 Le Centre National Anti- Pollution
 La Direction Générale des Pêches et de l’Aquaculture
 La Direction Générale de la Marine Marchande
 Le Parc Marin de Mayumba

Le Ministère du Pétrole de l’énergie et des Ressources Hydrauliques est le ministère de


tutelle du promoteur. Représenté par la DGH (Direction Générale des Hydrocarbures) qui
exerce un contrôle technique sur le promoteur. Elle a en charge la régulation des opérations
pétrolières, la tutelle administrative des activités concernées par le projet.
L’approbation technique du projet délivrée à cet effet est une pièce administrative à joindre
au dossier de demande de validation de la présente EIES adressée au Ministre en charge de
l’Environnement conformément aux dispositions de l’article 67 de la loi 16/93 du 26 août
1993, relative à la Protection et à l’Amélioration de l’Environnement.

Le Ministère de l’Economie de l’Emploi et du développement Durable dans l’article 4 du


code de l’environnement, ce ministère veille au respect des principes fondamentaux définis
dans l’article-1 du code de l’environnement :

- La préservation et l’utilisation durable des ressources naturelles


- La lutte contre les pollutions et nuisances
- L’amélioration et la protection du cadre de vie
- La promotion de nouvelles valeurs et d’activités génératrices de revenus liés à
la protection de l’environnement.
- L’harmonisation du développement avec la sauvegarde du milieu naturel.
- La gestion des besoins en ressources humaines exprimés par les acteurs
économiques.

Le Ministère des Eaux et Forêts qui détient la responsabilité de superviser des parcs
nationaux à travers l’ANPN. Vu que les activités se réaliseront près de 25 km de la zone du
parc national de Mayumba.

Le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et du Développement Rural est


concerné par le présent projet, en ce sens qu’il est chargé notamment de la gestion de la
ressource halieutique et des activités de Pêches. L’opérateur a l’obligation d’informer et de
solliciter l’appui de la Direction Générale des Pêches et de l’Aquacultures, afin de réguler les
activités de pêches dans la zone de l’implantation de la plateforme.

Le Ministère de la promotion des Investissements, des Travaux Publics, des


transports de l’habitat et du Tourisme, chargé de l’Aménagement du Territoire, est
chargé de mettre en application le code communautaire de la marine marchande dans les
eaux territoriales du Gabon, tel que défini dans le code communautaire. Il constitue ‘’
l’autorité maritime compétente’’ en République Gabonaise. En effet, une correspondance
pour information de la zone du projet lui doit être adressée afin d’informer, par voie de

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 12


communiquer, les usagers de la zone du projet. Notons tout de même que cette disposition
est d’ordre administratif et non réglementaire.

De l’Agence Nationale des Parcs Nationaux, à travers la loi 16/2001 portant code forestier
présente également entre autre, au travers de l’aménagement de la faune sauvage, les
objectifs d’un parc national, son mode de gestion suivant un plan d’aménagement.

Sur le plan législatif

La loi n° 016/93 du 26 août 1993, relative à la Protection et à l’Amélioration de


l’Environnement est la base juridique des études d’impacts environnementaux. Elle a pour
objet de déterminer les principes généraux qui doivent fonder la politique nationale
gabonaise en matière de protection et d’amélioration de l’environnement. Cette loi 016/93
couvre des dispositions sur les ressources naturelles ainsi que sur la pollution et les
nuisances.
Ses articles 8, 12, 15, 20, 25, 29, 35, 36, 37, 40, 45, 67 à 71 définissent clairement
comment :

 Gérer durablement les ressources naturelles (les mers et les océans, les eaux
continentales, le sol et le sous- sol, l’air, la flore, la faune et les aires protégées).
 Eviter les pollutions et les nuisances, c'est-à-dire tout ce qui détériorer
l’environnement et priver les populations des conditions de vie et de travail saines et
agréables (les déchets industriels et domestiques, les substances dangereuses, les
installations classées, les dégradations de l’esthétique environnementale, les bruits et
les vibrations, les odeurs, les fumées et poussières, les lumières, etc.)
 Obtenir les autorisations pour les installations classées.
 L’amélioration et la protection du cadre de vie.
 L’harmonisation du développement avec la sauvegarde du milieu naturel.
 La promotion des nouvelles valeurs et d’activités génératrices de revenues liées à la
protection de l’environnement.

Article - 8 : Cet article concerne les mers et les océans en tant que ressources naturelles.
« Des textes seront pris en application de la présente loi pour prévenir et combattre tous
actes susceptibles de porter atteinte au milieu marin et océanique et pouvant entraîner et
notamment :
 Une pollution des eaux des mers et des océans
 Des risques pour la santé humaine ou des dommages aux ressources biologiques
 A la faune et à la flore maritime et océanique
 Aux valeurs d’agrément et aux autres utilisations légitimes du milieu marin et
océanique. »

Article - 12 : Cet article concerne les eaux continentales en tant que ressources naturelles.
« Il est interdit d’évacuer, de jeter ou d’injecter dans les eaux de surface ou souterraines, aux
abords des mers ou cours d’eau, des eaux dégradées, déchets, résidus ou tout autre produit
susceptible de porter atteinte au milieu aquatique ainsi qu’à tous les éléments et partie
connexes ou d’entraîner des risques et des dommages tant pour la santé humaine que pour
les ressources biologiques et non biologiques.
Toutefois, il peut être procédé à l’évacuation ou rejet ou à l’injection des eaux dégradées,
des déchets, des résidus ou de tout autre produit dans les eaux soumises à la protection
ainsi qu’à l’exploitation des activités économiques susceptibles de modifier le régime
d’écoulement ou la qualité des eaux que si ces opérations et activités satisfont aux normes
légales et s’exécutent conformément à une autorisation ou aux prescriptions du ministre
chargé de l’environnement.
Les normes prévues à l’alinéa-2 ci-dessus seront définies par voie réglementaire. »

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 13


Article - 15 : Cet article concerne le sol et le sous-sol en tant que ressources naturelles.
« Il est interdit de déposer, jeter, déverser ou éparpiller des déchets ou résidus solides,
liquides ou gazeux, ou toute autre substance susceptible de polluer le sol, en des endroits
autres que ceux exclusivement prévus à cet effet par les textes en vigueur. »

Article - 20 : Cet article concerne l’air en tant que ressources naturelles.


« Afin de préserver la qualité de l’air contre toute forme de pollution susceptible de nuire aux
écosystèmes, à la santé et au cadre bâti, il est fait obligation :
- aux établissements industriels, aux vendeurs et utilisateurs des véhicules et
machines à moteurs, de les construire, les équiper, les exploiter, les utiliser ou les
entretenir de manière à réduire ou à éviter la pollution de l’air.
- à tout agent économique ou usager d’éviter d’émettre dans l’air au delà des seuils
réglementaires, toute substance polluante telle que la fumée, la poussière ou les gaz
toxiques. »

Article - 25 : Cet article concerne la faune et la flore en tant que ressources naturelles
« Les espèces animales et végétales rares ou menacées d’extinction, ainsi que leurs milieux
naturels, font l’objet d’une protection renforcée.
Leur exploitation, leur commercialisation ou leur exportation sont réglementées. Leur
utilisation pour les besoins de la recherche scientifique est soit interdite, soit soumise à
autorisation préalable conformément aux textes en vigueur.
Les dispositions prises en application de la présente loi et celle des textes en vigueur fixent
la liste de ces espèces animales et végétales protégées, ainsi que les modalités de leur
protection et de la préservation de leur milieu. »

Article - 29 : Cet article concerne les aires protégées en tant que ressources naturelles.
« En vue de protéger les aires et d’en sauvegarder l’intégrité, il est interdit d’entreprendre
des activités qui peuvent mener à la dégradation ou à la modification de l’aspect initial du
paysage, de la structure de la faune et de la flore ou de l’équilibre écologique, sauf
autorisation exceptionnelle de l’organisme légalement compétent. »

Article - 35 : Cet article concerne les déchets en tant que facteurs de pollutions et de
nuisances.
« Tout rejet dans le milieu naturel d’effluents susceptibles de nuire à la santé ou de porter
atteinte à la qualité de l’environnement est soit interdit, soit soumis à autorisation préalable,
dans des conditions fixées par des dispositions prises en application de la présente loi. »

Article - 36 : Cet article concerne les déchets en tant que facteurs de pollution et de
nuisance.
« Les déchets de toute sorte d’origine industrielle, agro-pastorale, artisanale, minière,
commerciale, urbaine ou autre, doivent être collectés, ramassés, traités de façon à éliminer,
ou à réduire leurs effets nocifs sur la santé, les ressources naturelles et la qualité de
l’environnement. »

Article - 37 : Cet article concerne les déchets en tant que facteurs de pollution et de
nuisance.
« La collecte, le tri, le stockage, le transport, la récupération, la réutilisation, le recyclage, ou
l’élimination des déchets doivent être assurés conformément à la législation en vigueur et
aux textes d’application de la présente loi. »

Article - 40 : Cet article concerne les substances dangereuses en tant que facteurs de
pollution et de nuisance.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 14


« Toute substance dangereuse, notamment les produits chimiques et les matières
radioactives dont la nocivité, la toxicité ou la concentration sont de nature à nuire à la santé
ou de porter atteinte à la qualité de l’environnement, est soumise au contrôle et à la
surveillance du ministre en charge de l’environnement conformément à la législation en
vigueur et aux textes d’application de la présente loi. »

Article - 45 : Cet article concerne les bruits et les vibrations en tant que facteurs de
pollutions et de nuisances.
« Les établissement, installations, édifices, immeubles, ouvrages, chantiers, engins,
véhicules et appareils publics ou privés, sont construits, équipés, exploités, utilisés et
entretenus de manière à supprimer ou à réduire les bruits et les vibrations qu’ils causent ou
qui sont susceptibles, en raison de leur intensité, d’incommoder le voisinage, de nuire à la
santé ou de porter atteinte à la qualité de l’environnement, conformément aux textes en
vigueur. »

Article - 52 : Cet article concerne les installations classées en tant que facteurs de pollutions
et de nuisances.
« Les autorisations classées soumises à autorisation préalable doivent, dans les conditions
fixées par les textes d’application de la présente loi, disposer d’un plan d’urgence destiné, en
cas d’accident, à assurer l’alerte des pouvoirs publics et des populations voisines, à faciliter
l’évacuation du personnel et à permettre la mise en œuvre des moyens propres à
circonscrire le sinistre. »

Articles - 56 / 59 / 60 : Ces articles concernent respectivement les odeurs, les fumées et


poussières et lumières en tant que facteurs de pollutions et nuisances.
- « Les odeurs nauséabondes doivent être supprimées dans toute la mesure du
possible Sont interdites, dans tout établissement, habitation, agglomération, la
production de poussière, de fumées épaisses, notamment suies, buées, et de façon
générale, toutes projections et émanations susceptibles de nuire à la santé et à la
commodité du voisinage au-delà des seuils prévus par voie réglementaire.
- Toute utilisation des sources lumineuses à rayonnement nuisibles sans respect des
conditions de protection de la santé et de l’environnement est interdite. »

Article - 67 : Cet article concerne les dispositions techniques en tant que dispositions
communes.
« Les travaux, ouvrages ou aménagements industriels, agricoles, urbains, ruraux, miniers ou
autres, entrepris par les collectivités publiques et les entreprises publiques ou privées, qui
risquent, en raison de l’importance de leur dimension ou de leur incidences écologiques, de
porter atteinte à l’environnement, doivent donner lieu à une étude d’impact préalable
soumise à l’examen du ministre chargé de l’Environnement, et ce, conformément à la
législation en vigueur et aux textes pris en application de la présente loi. »

Article - 68 : Cet article concerne les dispositions techniques en tant que dispositions
communes.
« L’Etude d’Impact est un instrument d’analyse et de prévision qui vise à identifier, évaluer et
éviter les incidences néfastes, directes et indirectes, des projets de travaux, ouvrages ou
aménagements, sur la santé, la qualité de l’environnement, les ressources naturelles et les
équilibres écologiques. »

Article - 69 : Cet article concerne les dispositions techniques en tant que dispositions
communes.
« Les textes prévus à l’article 67 ci-dessus fixent notamment :
1) La liste des catégories des travaux, ouvrages ou aménagements soumis à
l’obligation de l’étude d’impact.
2) Les modalités d’établissement, de contrôle et publicité de l’étude d’impact. »

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 15


Article - 70 : Cet article concerne les dispositions techniques en tant que dispositions
communes.
« L’Etude d’impact conditionne la délivrance de l’autorisation d’exploiter, elle n’est toutefois
pas exigible si le ministre chargé de l’Environnement juge que la porté et la durée de
l’opération, ainsi que les méthodes techniques utilisées, ne donnent pas lieu à des effets
néfastes significatifs sur l’environnement. »

Article - 71 : Ces articles concernent les dispositions techniques en tant que dispositions
communes.
« Le ministre chargé de l’Environnement exerce un contrôle régulier pour vérifier que les
prescriptions que comporte l’autorisation prévue à l’article- 70 ci-dessus sont respectées ; il
peut éventuellement suspendre ou retirer l’autorisation. »

- Loi 14/63 du 8 mai 1963 portant sur le code des Domaines fixant la composition du
domaine de l’État, renforçant la première élaboration datant de 1962. Celui-ci indique
que toute surface appartient à l’Etat

- Loi 13/74 du 21 janvier 1975 portant sur l’élimination des déchets et la


réduction des nuisances publiques.

- Loi 8/77 du 15 décembre 1977 relative à la lutte contre la pollution industrielle.

- Loi nº 1/82/PR du 22 juillet 1982 dite loi d’orientation en matière des eaux et forêts.
Elle couvre les aires protégées, les eaux, la forêt, la faune, chasse, et la pêche.

- Loi n°14/82 du 24 juillet 1983 relative à la recherche et à l’exploitation des


hydrocarbures, ce dispositif, conformément à ces articles 2 et suivants, fixe les règles
d’organisation et de procédures des activités d’exploration et d’exploitation
pétrolières. C’est à juste titre que la prise en compte de ce dispositif a orienté la
réalisation de la présente étude.

- Loi n°31/96 du 28 juin 1996 autorisant la ratification de la convention internationale


sur la préparation, la lutte et la coopération en matière de pollution par les
hydrocarbures qui est le fondement du dispositif juridique national.

- loi n°21/04 du 2 février 2004 relative aux plans d’exposition aux risques, le présent
projet, dans sa phase d’exploitation, est exposée aux risques accidentels de
déversement d’hydrocarbures et des rejets en mer des produits dangereux. Aussi,
l’identification des impacts potentielles et les mesures d’atténuation y relatives ont en
outre pour fondement ladite loi.

- La loi n°03/94 du 28 novembre 1994, portant code du travail en République


Gabonaise, modifiée par la loi n° 12/2000 du 12 octobre 2000. En matière de
législation du travail, le promoteur VAALCO Gabon est tenu de se conformer aux
dispositions de la dite loi dans les différents types de contrats à signer avec les
employés mais aussi dans le respect des conditions d’hygiène et sécurité
mentionnées au titre 5 de ce code.

En cas de non respect de ces conditions de travail, VAALCO Gabon s’expose à des
répressions définies dans le décret n° 741/PR/MTE/MEFBP du 22 septembre 2005

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 16


portant modalité de répression de toute infraction en matière de travail, d’emploi, de
sécurité et de santé ainsi que la sécurité sociale.

- La loi n° 12/75 du 22 mars 1975 sur la sécurité sociale, oblige l’ensemble des
employeurs exerçant sur le territoire national d’être affilié à un régime de sécurité
sociale.

Sur le plan réglementaire

- Décret n° 000539/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005 réglementant les Etudes


d’Impact sur l‘Environnement, modifiant le décret n° 0405/PR/MEFEPEPN du 15 Mai
2002. Ce texte définit la procédure d’application de l’EIE. L’article-3 du chapitre-1 de
ce décret précise la liste des types de projets concernés parmi lesquels les projets
liés aux activités minières, notamment les forages de grandes profondeur,
l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures, etc.

- Décret n° 00541/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005, réglementant l’élimination


des déchets. Les articles 4, 5, 6 du chapitre -1 définissent clairement comment
assurer l’élimination des déchets et les opérations associées.

- Décret n° 00542/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005, réglementant le


déversement de certains produits dans les eaux superficielles, souterraines et
marines. Les articles 6, 7, 8 du chapitre-1 définissent les catégories des huiles et
lubrifiants concernés, et leurs conditions d’application. Les articles 9 et 10 du chapitre
-2 définissent les conditions de déversement des détergents.

- Décret n° 00543/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005 fixant le régime juridique


des installations classées en référence de l’article 94 de la loi n° 16/93. Cette activité
sismique même temporaire (trois jours) fait partie intégrante de l’exploration des
hydrocarbures, est soumise à une EIE.

- Décret n° 00545/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005 relatif à la récupération


des huiles usagées en référence à l’article 94 de la loi n° 16/93. Les articles 3, 4, 7
définissent clairement les conditions de détention, de collecte et d’élimination des
huiles usagées.

- Décret n° 00653/PR/MTEPN du 21 mai 2003 relatif à la préparation et la lutte


contre les pollutions par les hydrocarbures et autres substances nuisibles, porte sur
l’organisation des activités anti- pollution en cas de déversement d’hydrocarbures.

- Décret n° 00925/PR/MEFEPEPN du 18 octobre 2005, pris en application de


l’article 51 de la Constitution, porte création, attributions, organisation et
fonctionnement de la Commission Nationale de Développement Durable. Le
développement durable comprend trois dimensions, le social, l’économie et
l’environnement. L’EIE est l’un des outils demandés dans la dimension
environnementale.

1.2.2 Les textes internationaux

Conventions Internationales en matière d’environnement et de protection de la nature ratifiées


par le Gouvernement Gabonais :

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 17


- La Convention de RAMSAR, relative aux zones humides d’importance
internationale particulièrement comme habitat des oiseaux d’eau, pour laquelle le
Gabon fait partie des pays signataires.

- La Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources


naturelles – Alger, 1968 (Loi 25/87 du 29/07/87 autorisant la ratification) et dont les
actes ont été réaffirmés au dernier Sommet de la Terre à Johannesburg en 2002. Cette
convention encourage les actions individuelles et communes pour la conservation,
l’utilisation et le développement du sol, de l’eau, de la flore et de la faune pour le
bien-être actuel et futur de l’humanité, d’un point de vue économique, nutritionnel,
scientifique, pédagogique, culturel et esthétique.

 Convention relative à la coopération en matière de protection et de mise en


valeur du milieu marin et des zones côtières de la région de l’Afrique de l’ouest
et du centre – Abidjan, 1981 (loi n°26/87 du 29 juillet 1987 portant autorisation
de la ratification)
Les objectifs de cette convention sont de protéger l’environnement marin, les zones
côtières et les eaux intérieures associées tombant sous la juridiction des états de la
région de l’Afrique occidentale et du centre. Cette protection implique entre autre la
lutte contre toute forme de pollution, notamment l’introduction directe ou indirecte de
substances dans les zones côtières et eaux intérieures
 Convention de Vienne du 23/02/1990 (loi n°13/93 du 26/08/1993 autorisant la
ratification)
Par cet instrument, les Nations Unies ont convenu de prendre des mesures appropriées pour
protéger la santé de l’homme et de l’environnement des impacts négatifs résultant, ou
pouvant provenir, des activités humaines modifiant, ou susceptibles de modifier, la couche
d’ozone.
 Convention cadre sur les changements climatiques, adoptée à Rio de Janeiro
(Brésil) en 1992 (autorisation de ratification par la loi n°30/96 du 28 juin 1996)
L’objectif de cette convention est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans
l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du
système climatique.

- Convention OPRC, la convention internationale de 1990 sur la préparation, la


lutte et la coopération en matière de pollution par les hydrocarbures.

- Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (UNCLOS) en 1982

- Convention Internationale sur la sauvegarde de la vie humaine en mer


(SOLAS 74)

- Convention sur les normes de formation des gens de mer, de délivrance des
brevets et de veille (STCW 78)

- Convention de l’O.I.T. n° 147 de 1976 sur les normes minimales applicables à


bord des navires de commerce

- Convention sur la prévention de la pollution par les navires (MARPOL 73/74)

- Conventions Internationales sur la recherche et le sauvetage maritime signé à


Hambourg le 27 Avril 1979.

 Le Code Minier

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 18


Le code minier est régit par la loi n° 15/62 du 02 juin 1962 portant institution du Code Minier
en République Gabonaise. Cette loi a été modifiée par la loi n° 005/2000 du 12 octobre
2000.Cette loi est relative à la prospection, la recherche, l’exploitation, la transformation, la
possession, la détention, le transport et la commercialisation des substances utiles.
 Le Code des pêches et de l’aquaculture

Le Code des Pêches et de l’Aquaculture est régit par la loi n° 15/2005 du 8 août 2005,
portant code des pêches et de l’aquaculture en République Gabonaise. Cette loi est relative
à la préservation et à la protection des espèces et des écosystèmes aquatiques et, à la
définition des conditions de pêches et de l’aquaculture dans les parcs et aires protégées
marines.

Les articles suivants couvrent principalement nos activités :

Article - 1 : La présente loi, prise en application des dispositions de l’article 47 de la


Constitution porte code des pêches et de l’aquaculture en République Gabonaise.

Article - 46 : L’implantation de toute unité industrielle sur le territoire national doit être
précédé d’un plan d’investissement dont le contenu est défini par arrêté du ministre chargé
des pêches et de l’aquaculture.
Ce plan comporte notamment :
- une étude d’impact environnemental,
- un programme de mise en œuvre avec chronogramme détaillé
- la nature et le niveau de l’investissement envisagés.

Article - 49 : La protection des espèces et écosystèmes aquatiques a pour objet d’assurer


leur préservation par :
- le contrôle des activités susceptibles d’affecter les intérêts de la pêche et de
l’aquaculture
- la création des milieux de conservation ex-situ,
- la création des aires protégées.

Article - 50 : En vue d’assurer la protection des espèces et des écosystèmes aquatiques,


toute activité susceptible d’affecter les intérêts de la pêche et de l’aquaculture, de détruire les
frayères ou les zones de croissance ou d’alimentation, est subordonnée à l’avis préalable de
l’administration des pêches et de l’aquaculture et, selon le cas, à une étude d’impact
environnemental.

 Le Code du Travail

Le code du travail en République Gabonaise est régi par la loi n°5/78 du 1er juin 1978. Cette
loi est relative aux relations entre travailleurs et employeurs.

 Le Code Communautaire de la Marine Marchande

Ce code de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale a été adopté le


03 Août 2001.
Ce code définit les champs d’application , les formalités d’arrivée et de départ des navires,
les règles de sécurité de la navigation y compris les inspections des navires, les événements
de mer comme les abordages, échouements, incendies, chavirement, perte de navire, et les
opérations d’assistance, de sauvetage, la prévention de la pollution de toute sorte du navire
(les articles de 264 à 273, pollution par les hydrocarbures, pollution par les substances
liquides nocives, pollution par les eaux usées, pollution par les ordures) , les plans d’urgence
et les fonctions et responsabilités des gens de mer.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 19


Ce code de la marine marchande définit aussi la qualité des communications qui doivent
exister entre la Direction de la Marine Marchande et les responsables du navire. Ici sont
quelques articles clefs.

Les articles suivants couvrent nos activités maritimes, fluviales et lagunaires:

Article - 264 : Sous réserve des dispositions de l’article 258 du présent Code, le rejet à la
mer d’hydrocarbures ou de mélange d’hydrocarbures dans les eaux maritimes est interdit à
tous les navires autres que les pétroliers, sauf lorsque les conditions suivantes sont réunies :
- le navire effectue un tel rejet en route,
- le navire effectue une navigation hors des eaux territoriales
- la teneur de l’effluent en hydrocarbures est inférieure à cent parts par millions
- le navire un dispositif de surveillance continue et de contrôle des rejets
d’hydrocarbures, un système de séparation d’eau et d’hydrocarbures, un système de
filtrage ou une autre installation prescrite à la règle 16 de l’annexe -1 de MARPOL
73/78.

Article - 269 : Sous réserve de l’article 258, tout rejet à la mer :


- de substances liquides nocives des catégories A, B, C et D, telles que définies
à la règle 3, paragraphe 1 de l’annexe-2 de MARPOL 73/78 et figurant aux
appendices 1 et 2 de ladite annexe,
- des substances provisoirement classées dans ces catégories
- des eaux de ballast
- des eaux de nettoyage de citernes ou, d’autres résidus contenant de telles
substances, est interdit.

Article - 270 : Le jet à la mer des substances nocives transportées en colis, conteneurs,
citernes mobiles, camions ou wagons- citernes est interdit.

Article - 272 : Sous réserve des dispositions de l’article 258, le rejet des eaux usées à la
mer est interdit à moins que les conditions de broyage, de désinfection et de traitement des
effluents prévues à l’annexe IV de MARPOL 73/78 ne soient remplies.

Article - 273 : Sous réserve des dispositions de l’article 258


- L’évacuation dans la mer de tous les objets en matière plastique, y compris
notamment les cordages et les filets de pêche en fibre synthétique, ainsi que les sacs
à ordures en matière plastiques, est interdite ;
- L’évacuation dans la mer de fardage et matériaux de revêtement et
d’emballage qui flotteraient est interdite à moins de 25 milles des lignes de base
servant à déterminer la mer territoriale ;
- L’évacuation dans la mer des déchets alimentaires et de toutes les autres
ordures est interdite à moins de 12 milles des lignes de base servant à déterminer la
mer territoriale, ou à moins de 3 milles s’ils ont été broyés et concassées.

Article - 275 :
- Toute immersion des déchets ou autres matières énumérées à l’annexe 1 de
la convention LDC 72 (Convention de Londres de 1972 sur la prévention de la
pollution par les immersions de déchets à partir de navires) est interdite ;
- Toute immersion de déchets ou autres matières énumérées à l’annexe 2 de la
convention LDC 72 est subordonnée à la délivrance d’un permis spécifique
d’immersion,
- Toute immersion de déchets ou autres matières, autres que ceux énumérées
aux annexes 1 et 2 de la Convention précitée, est subordonnée à la délivrance d’un
permis général d’immersion.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 20


1.2.3 Procédures et normes concernant le secteur d’activité

- Forage, les procédures et normes de forage seront internationales surtout en ce qui


concerne la qualité des boues de forage, la stratégie de lutte contre les éruptions, les
incendies, et dans l’art et la technique de forer. Les équipements seront sélectionnés
pour travailler dans des conditions extrêmes de pressions, de températures et d’H2S.

- Test de puits, les procédures et normes seront internationales qui respecteront les
conditions extrêmes de travail (pressions, températures, débits, venues de sable,
H2S). Les philosophies opérationnelles de détection automatique et d’arrêt à distance
en cas d’urgence et de situation dangereuse seront mises en application.

- Transport Maritime, le promoteur va utiliser ses sous-traitants habituels pour les


opérations de transport maritime. Ces sous-traitants sont déjà familiers avec les
procédures en matière de transport maritime du promoteur. Cependant une
inspection HSE sera organisée avant le début des activités maritimes pour s’assurer
de l’intégrité des équipements et de la compétence des marins.

1.3 Présentation détaillée du projet

1.3.1 Titre du projet

Le présent projet est d’une étude d’impact environnementale pour construire une plateforme
et à forer des puits pour une récupération optimale des hydrocarbures que la société
VAALCO Gabon a surnommée plateforme Etame.

1.3.2 Contexte de l’étude

VAALCO Gabon a chargé le bureau d’étude SCESIA de réaliser une étude d’impact sur
l’environnement du projet de développement de l’activité « Plateforme Etame »

Le plan de développement concerne l’AEE Etame Marin Nº G5-88 de Juillet 2001et qui court
jusqu’en Juillet 2016. Le mise à jour de l’interprétation structurale, la stratigraphie et les
simulations réservoirs ont montré qu’il y avait des réserves additionnelles récupérables qui
justifient un plan de développement comprenant une infrastructure/plateforme et des puits
pour permettre un meilleur soutirage du champ.
Une plateforme de 4 piliers et 8 slots qui abritera d’abord 3 puits de développement ET-8H,
ET-9H et ET-10H. En fonction des résultats de ces puits, ensuite viendront ET-11H et ET-
12H dans une seconde campagne de forage.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 21


1.3.3 Objectifs et justification du projet

1.3.3.1 Objectifs du projet

Cette étude a pour objectif de déterminer les impacts positifs ou négatifs liés au projet de
d’implantation d’une plateforme pétrolière, et d’envisager des mesures appropriées. .
Pour y parvenir, différentes actions sont entreprises telles que :
 Collecte et revue approfondies des données relatives aux conditions
environnementales et socio-économiques existantes et au cadre législatif et
administratif ;
 Evaluation de tous les effets positifs/négatifs environnementaux et sociaux, et des
difficultés technologiques associées au projet ;
 Identification et planning de mesures correctives envisagées pour atténuer ou
compenser des effets négatifs potentiels ;
 Développement d'un Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES)
comprenant les mesures d'atténuation, ainsi que des exigences de surveillance et de
suivi.

1.3.3.2 Justification
L’étude d’impact environnemental et social est réalisée en vue de se conformer à des
exigences réglementaires. En effet selon le Décret n°000539/PR/MEFEPEPN réglementant
les études d’impact. Pris en application de certaines dispositions de la loi 16/93 du 26 août
1993 relative à la protection et l’amélioration de l’environnement; notamment en ce qui
concerne la réalisation des études d’impacts sur l’environnement en République Gabonaise.
Ce décret précise en son article 3 les projets soumis à une étude d’impact environnemental.
L’analyse réglementaire s’y référera pour la réalisation de l’étude à titre indicatif en plus les
deux précitées des textes suivantes :

 Décret nº 541/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005 réglementant l’élimination des


déchets;

 Décret nº 542/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005 réglementant le déversement de


certains produits dans les eaux superficielles, souterraines et marines;

 Décret n°000543/PR/MEFEPEPN du 15 juillet 2005 fixant le régime juridique des


Installations Classées pour l’Environnement.

1.3.4 Durée et emplacement

1.3.4.1 Durée du projet

Activités Périodes
Installations de la Jacket (piliers) Mars – avril 2014

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 22


Installation de la plate forme et pose des Août –septembre 2014
pipelines
Forage du puits Décembre 2014
Tableau 1: durée du projet

1.3.4.2 Localisation géographique

Le projet est localisé dans la province de la Nyanga plus précisément dans le département
de la Basse Banio à 40 km au large de Mayumba.

La plateforme de développement qui sera installée a pour coordonnées (WGS-84):

X = 667 584 ; Y= 9 583 805 (WSG 84).

Figure 1: localisation de la zone d'étude

 Cette activité de développement aura donc lieu en offshore au nord-ouest de la


lagune de banio, sur le permis du Bloc ETAME MARIN, par une profondeur d’eau
d’environ 80 mètres. La déserte de ce permis à partir de Port-Gentil se fera par
bateaux et par hélicoptère.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 23


 Etame plateforme est à proximité du champ Etame qui est au centre du complexe
Etame avec à ses extrémités le champ Ebouri au Nord et celui d’Avouma au sud.

 Le projet et sa zone d’emprise se situent à une bonne distance du parc national de


Mayumba et la carte ci-dessous donne un aperçu de sa situation par rapports à ces
différentes zones sensibles que constituent ces parcs.
La zone de ce projet est essentiellement pétrolière, notamment par les zones d’exploitation
telles que :

- FPSO Petroleo Nautipa (à 600m du projet)


- TCHIBALA Nord Marine
- TCHIBALA Sud Marine
- EBOURI
- ETAME

Plateforme
Etame

Figure 2: localisation de la plateforme Etame et autres blocs

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 24


Figure 3: Sensibilité de la zone d’étude

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 25


1.3.4.3 Localisation géologique

Le permis marin Etame, au large du Gabon, est situé dans la partie Nord du bassin du
Congo. Ce bassin contient certaines des plus grandes accumulations d’hydrocarbure dans
l’Afrique de l’Ouest, y compris ceux du Sud du Gabon, Congo et du Nord Angola. Le bassin
du Congo s’est développé et a évolué à la suite de rifting et de la dérive ultérieure du
continent africain en provenance d’Amérique de Sud. Une série de sel Aptien (Ezanga)
divise le sédiment de la syn-rift sous-jacents et des structures tectoniques de l’affaissement
du mouvement des sédiments qui ont été dominés par le post-Albien sel tectoniques

Figure 4: Syn-Rift de la section de transition (Pré-sel) de la zone d'étude

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 26


Figure 5: Contour du permis Etame Marin

La plateforme Etame est située au Sud-ouest des champs Ebouri. Le toit des gisements la
roche-réservoir, cible des puits repose les formations du Gamba et dentale entre les
profondeurs de 1800 et 2300m sur un train horizontal de 300 à 500m en dessous du fond
marin.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 27


Figure 6:La colonne stratigraphique de la zone d'étude

1.3.4.4 L’architecture du puits

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 28


Figure 7: Architecture du puits Etame plateforme

1.3.4.5 Les caractéristiques d’une Plate-forme de forage (VAALCO Gabon)

L’appareil de forage qui sera utilisé est du même type que le RIG « SAPPHIRE Driller »
dont le propriétaire est VANTAGE (société américaine).

 Spécifications majeurs de l’appareil

- Type de RIG : Autoélévatrice à 3 jambes avec porte-à-faux.


- Conception : Baker Marine Pacific Class 375
- Numéro de coque : P2017
- Année construction : 2009
- Zone de construction : Chantier naval PPL Pte. Ltd. Singapore
- Pavillon : Panama
- Classification Société : ABS
- Date dernière inspection : Nouvellement construit en 2009
- Prochaine inspection : Aout 2014
- Profondeur d’eau conçue : 375 ft (114.30 m)
- Profondeur de forage : 30,000 ft (9,146 m)
- Portée porte-à-faux : 75 ft (22.86m) aft., 30 ft (9.15 m) transverse

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 29


Le RIG Sapphire est une plate-forme autoélévatrice de 3 jambes indépendantes, porte-à-
faux de classe pacifique 375.
Les plateformes autoélévatrices sont conçues pour supporter des vents violents et de fortes
pressions des vagues. Elles ne courent généralement aucun risque par rapport à la
dynamique marine, y compris pendant les phases de mise en place ou de forage.

Cet appareil à une coque de forme triangulaire permettant d’accommoder le quartier


d’habitation avec Héli pont à l’avant, un support frontal et 2 supports arrière.

- Les caractéristiques du RIG:

 La coque à 3 ponts :
- Un pont principal, qui soutient le porte-à-faux à rayons ;
- Un pont de machinerie, qui soutient l'équipement de forage ;
- Des réservoirs de boue, et le pont inférieur, soutenant les réservoirs de la coque,
utilisés pour stocker différents liquides.
Le porte-à-faux est coulissé à l'arrière de la structure entre les deux supports arrière.
L'Unité est conçue selon les normes du Bureau américain de navigation pour la Construction
et la Classification des unités de forage marines et classé parmi les principales classes de
notation.

- Dimensions du RIG
ft m
- La longueur des jambes : 506 154,2
- Distance Transversale entre le centre des pieds arrière : 155 47,3
- Ligne central du pied arrière à la ligne centrale du pied frontal : 145 44,3
- Longueur du pied Utilisable au dessous de la coque (environ) : 432 131,7
- Saillie en dessous de la quille : 1.97 0.6
- Diamètre quille : 55.5 16.9
- Surface de la quille : 2417 ft2 - 224 m2
- Pression roulements imposée par les caissons : 7920 lb/ft² - 38 m-ton/ m2
- Longueur coque 236.5 72.1

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 30


- Largeur 224.4 68.4
- Profondeur 27.9 8.5
- Sommet de jack-house (au-dessus de la quille) 73.5 22.4
- Sommet de héliport (au-dessus de la quille) 84 25.65
- Fond de porte-à-faux (au-dessus de la Quille) 31 9.45
- Plancher d'Exercice (au-dessus de la quille) 75 22.85

- Capacité du Bassin
- Capacité pré-chargement 70000 bbl / 11129 m³
- Eau de forage 16733 bbl / 2660 m³
- Capacité boue liquide (actif/réserve): 4150 bbl / 660 m³
- Carburant 3900 bbl / 620 m³
- Eau potable 3600 bbl / 572 m³
- Huile de base 1200 bbl / 191 m³
- Saumure 1200 bbl / 191 m³
- Eau boueux: 200 bbl / 31.8 m³
- Support drain propre 150 bbl / 23.8 m³
- Huile sale 50 bbl / 8 m³
- Bassin d’écumoire 50 bbl / 8 m³
- Réservoir: 50 bbl / 8 m³
- Masse de ciment 3 x 55m³ (3 x 1942 ft³)
- Masse de la boue 3 x 55m³ (3 x 1942 ft³)
- Stockage des sacs 5000 sacs

- Température prévue

Température ambiante minimum prévue pour la structure acier est de moins (- 10°C)

- Température d’opération: + 1°C


- Plus forte température ambiante prévue: +45°C
- Température maximale eau de mer: +35°C
- Température minimale eau de mer: +10°C

1.3.4.6 Les caractéristiques de la plate forme


Les installations prévues pour Etame Phase III comprennent

 4-piliers qui seront installés dans le fond marin

 8 puits qui abritera d’abord 3 puits de développement ET-8H, ET-9H et ET-10H.En


fonction des résultats de ces puits, ensuite viendront ET-11H et ET-12H dans une
seconde campagne de forage

 Les fluides produits seront traités sur la plate forme et seront envoyés au FPSO
Petroleo Nautipa par les pipelines sous marines..

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 31


Figure 8: Zone de construction de la plateforme

• L’huile produite sur la plate forme Etame sera envoyée au FPSO Nautipa ou elle sera
traitée avec l’ensemble de la production du CEPP Etame ;
• La plate forme Etame est conçue comme Avouma et Ebouri. C’est une structure
montée sur 4 piliers et qui va traiter un volume de 25,000 BLPD jusqu’a 90% d’eau ;
• Cette plate forme servira de premier étage de séparation en ce sens que l’eau sera
séparée traitée et rejetée à la mer puis vers le FPSO ;
• Elle sera équipée de turbines a gaz pour la génération électrique
• une torchère de sécurité pour les installations ;
• Cette plate forme sera équipé d’un helideck pouvant abriter les opérations
d’hélicoptères allant jusqu’à 16 tonnes maximum, c'est-à-dire adaptées aux appareils
Dauphins et Sirkosky en service chez HéliGabon.

1.3.4.7 Caractéristiques du pipeline sous-marin

Le puits sera raccordé au FPSO Petroleo Nautipa par un pipeline sous marin de 8’’ posé à
80m de fond sur 600m environ. Les principales caractéristiques de cette conduite sont les
suivantes :
• Profondeur de pose du pipeline : 80 m environ ;
• Diamètre des pipes : 8 pouces avec isolation thermique extérieure pour la protection
de la faune et de la flore sous marine ;
• Type d’assemblage : soudure en ligne ;
• Plan de sécurité par rapport aux courants marins : Il existe un plan de lutte
antipollution sous la tutelle de l’UPEGA. Cependant, Vaalco Gabon a un plan
d’urgence et de communication opérationnels qui sert aussi bien au FPSO et aux
plateformes satellites.

Une section flexible permettra de compenser les mouvements du bateau FPSO.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 32


Le pipeline 8’’ est conçu pour une pression de service de 1000 psi. Avant sa mise en service,
il subira une mise à l’épreuve d’une pression de 3250 psi, soit un peu plus de 3 fois sa
pression de travail, afin de donner un minimum de garantie et de sécurité. Les relevés des
pressions de départ et d’arrivée permettront rapidement de se rendre compte d’une
éventuelle rupture de pipeline. Mais si cela arrivait, le puits serait arrêté, la fuite de brut serait
circonscrite à travers des bandes gonflables prévues pour la circonstance avant usage des
dispersants pour nettoyage de l’environnement.

1.3.5 Activités principales, annexes et connexes

- Phase de mobilisation et préparation


- Phase de mobilisation, construction et mise en place de la plate forme
- Phase de forage
- Phase d’abandon ou de fermeture

1.3.5.1 Phase de mobilisation et préparation

Le point de départ pour les opérations de forage de développement de la phase III se


trouvera à Port Gentil au siège de VAALCO Gabon. Tout le personnel et équipements partira
de cette base pour la zone de projet. Elle servira de base de ravitaillement tout au long des
travaux. Les moyens de déplacement qui seront généralement utilisés pour des rotations
entre le site et cette base seront les navires et très rarement l’hélicoptère.

1.3.5.2 Phase de mobilisation, construction et mise en place de la plate forme

Cette phase consiste à l’implantation des quatre piliers suivis de la mise en place de la
plate forme
La plate-forme de forage SAPPHIRE laquelle sera acheminée en éléments simples
par bateau sur le site dédié au puits. Une fois sur le site, Les éléments de la plate-forme
seront montés.

Les plates-formes autoélévatrices consistent en une coque de ponton fond plat comportant
trois ou quatre colonnes verticales passant à travers des ouvertures ménagées dans la paroi
extérieure de la coque.
Les colonnes comportent des crans gravés à la surface et il est possible de les faire
descendre et de les remonter grâce à un mécanisme à cric de levage du type à crémaillère
et pignon hydraulique ou électrique installé sur le pont.
Avant le forage, on fait descendre les colonnes jusqu’au fond de la mer, la coque
reposant sur celle-ci et étant hors de l’eau où elle fournit une plate-forme stable. Toute
pénétration excessive se trouve évitée grâce aux colonnes verticales dotées de grands pieds
que l’on appelle des « bidons » ou des « réservoirs » de dégagement et qui les empêchent
de s’enfoncer excessivement dans les fonds marins meubles.

Pendant cette phase, il est prévu une rotation des hélicoptères de Port Gentil au lieu du
site qui transporteront du personnel et certains équipements.
Par ailleurs, le transport des équipements de forage servant à la mise en place tout d’abord
des quatre piliers et se transport se fera par bateau de Port-Gentil au site du projet.
Un navire de secours pendant les opérations sera toujours posté à moins d’un kilomètre de
l’emplacement du projet et sera attaché à une bouée.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 33


La mobilisation de la plateforme de forage en cas définitif de Jack up se fera par
remorquage à l’aide d’un navire spécialisé. Elle sera ainsi amenée jusqu’au lieu
d’implantation du puits où elle y sera installée.

Les pipes et tout autre matériel nécessaire à la pose du pipeline sera acheminé sur site par
bateau.
La longueur d’une pipe étant de 12 m environ et la distance d’évacuation du brut entre le
puits de production et le FPSO étant de 600m environ, il sera donc nécessaire d’acheminer
des pipes sur leurs sites d’assemblage.

1.3.5.3 Phase du forage

Cette phase est le forage successif des différentes couches de la terre, ceci jusqu’à
atteindre l’objectif géologique. La descente des tubages, la cimentation des tubages, jusqu’à
la descente de la complétion du puits / de la colonne de production et de ses accessoires.
Pendant la phase de forage les ingénieurs vérifient les terrains traversés, la qualité et la
quantité de la boue de forage, la qualité et la quantité des effluents qui sont remontés. C’est
dans cette activité que le contrôle des éruptions est très strict et suivi de près.

Cette phase apportera des informations de type :


- Niveau de contact d’huile et de gaz à travers la structure ;
- Délimitation de la structure ;
- Degré de défaut, les propriétés du réservoir et la productivité ;
- L’étape 1 inclue des études et interprétations nécessaires pour le
développement de l’étape 2.

1.3.5.3.1 Technique de forage

Le puits sera foré suivant le système de forage rotary (voir figure 7) . Ce système comprend
un train de tige de forage suspendu au Derrick et vissées les unes aux autres. Quand le
forage commence, on attache un trépan pour forage rotary à l’extrémité inférieure du train de
tiges et on le fait descendre au moyen du treuil de forage à travers une table de rotation
montée sur le plancher de forage. L’entraînement supérieur produit le mouvement de
rotation nécessaire au trépan.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 34


Figure 9: exemple d’un système de forage

1.3.5.3.2 Construction du puits

Le puits sera foré en sections de diamètres décroissants avec l’augmentation de la


profondeur du puits. Durant le forage des sections supérieures du puits, le train de tiges de
forage et le trépan sont généralement laissés en contact avec l’eau de mer. Avant le forage
des sections inférieures des puits, on fait passer le tubage entre la plate-forme et le fond
marin, tandis que le train de tiges passe au centre du tubage afin de permettre les
remontées de boue de forage sur la plate-forme de forage par l’espace annulaire entre la
tige de forage et le tubage. Les longueurs et les diamètres des différentes sections du puits
sont déterminés avant le forage, par l’architecture proposée pour le puits en tenant compte
des caractéristiques géologiques des formations à traverser. Une fois que la section
concernée du puits est achevée, on relève le train de tiges et le tubage (tuyau d’acier de
protection descendu et ayant permis de cimenter la section ou « casing »). Ce tubage sert à

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 35


maintenir la stabilité du trou et aide aussi à réduire les pertes de boue en provenance de
l’alésage des formations rocheuses voisines.
Les différents diamètres des trous qui se succèderont sont respectivement : 36’’, 17-1/2’’, 12-
1/4’’ et 8-1/2’’ et leurs casings respectifs correspondants sont : 30’’, 13-5/8’’, 9-5/8’’ et 4-1/2’’.

1.3.5.3.3 Boue de forage

D’après les informations fournies par VAALCO Gabon, les boues de forage seront des boues
à base d’eau (bentonites).
.
La boue de forage joue un rôle essentiel dans le forage d’un puits. Elle remplit les fonctions
suivantes :

 La boue enlève les déblais de roche du fond du trou et les achemine jusqu’à la surface et,
si la circulation se trouve interrompue, la boue garde les déblais de forage en attente dans
le trou,

 La boue lubrifie et refroidit le trépan et le train de tiges,

 La boue dépose un cake imperméable sur les parois du puits, ce qui a pour effet
d’assurer l’étanchéité et la stabilisation des formations que l’on fore.

La boue est recyclée et maintenue en bon état durant l’opération de forage. La boue et les
déblais en suspension son traités sur la plate-forme au moyen de tamis vibrants. Ces
équipements enlèvent les gros éclats de roches et les fines particules colloïdales pour éviter
de rendre la boue de forage excessivement dense et visqueuse.
La boue de forage est basée sur un gel visqueux. On ajoute différents produits chimiques à
la boue afin de servir les fonctions suivantes :

Lutter contre les pertes de fluide : La couche de boue (cake) sur les parois du puits
retarde le passage du liquide dans la formation de roche voisine. La bentonite est la
principale substance employée pour lutter contre la perte de fluide.

Perte en circulation : Lors du forage à travers les formations poreuses ou fracturées, la


boue risque de se perdre à travers les fissures rencontrées. Ces pertes éventuelles sont
évitées par l’usage de substances fibreuses, filamenteuses, granulaires ou lamellaires.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 36


Lubrification : La boue de forage suffit normalement à lubrifier et à refroidir le trépan. Dans
des conditions de charge extrêmes, on ajoute d’autres lubrifiants pour éviter que le train de
tiges ne se coince.

Contrôle du pH : On utilise la plupart du temps de la soude caustique et de la chaux pour


réguler l’alcalinité de la boue de manière à obtenir un pH compris entre 9 et10. Ce niveau
d’alcalinité assure la performance optimale des polymères que contient la boue tout en
luttant contre l’activité bactérienne.

Régulation de pression : On utilise le plus souvent de la barytine comme agent pondérant


pour contrôler la pression au fond du puits
Les deux principaux types de boues couramment employées dans le forage offshore sont les
suivants :

La boue à eau – dans lesquelles l’eau constitue la principale composante (jusqu’à 90%),
cette boue est inerte vis-à-vis de l’environnement.

Les boues à huile – dans lesquelles les huiles de base issues du raffinage du pétrole brut
constituent la phase continue de la boue.

1.3.5.3.4 Déblais de forage

Pendant le forage, les fluides et les débris seront séparés et remontés sur la plate forme. Le
fluide épuré sera réutilisé tandis que les déblais de roche seront traités sur place suivant un
équipement avant d’être rejetés en mer.

1.3.5.4 Fermeture ou abandon

Pendant cette phase, lorsque le puits sera à sec, le puits sera bouché et le pipeline
d’évacuation du brut sera mis en sécurité. Les travaux et opérations mis en oeuvre au cours
de cette phase sont consignés:

 Démantèlement des équipements et des installations de production


o A la fin de la période de production, lorsque le puits sera sec,
les installations et les équipements de production seront
démobilisés à l’aide de bateaux, pour un autre site où la
production aurait été préalablement confirmée.

 Mise en sécurité du puits et du pipeline


o Le puits sera bouché à la fin de la production et le pipeline sera
soit démantelé, soit mis en eau pour une éventuelle réutilisation
en cas de résurgence du puits ou d’une autre découverte dans
les environs du site du projet

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 37


1.3.6 Gestion prévue des déchets

La gestion des déchets pour se projet va répondre :

 Aux exigences de la loi 16/93 du code de l’environnement en République


Gabonaise
 Les exigences MARPOL (moins de 15 ppm d’huile dans l’eau)
 Les plans de gestion des déchets de tous les sous-traitants intervenant sur la
plateforme de forage seront exigé par VAALCO GABON

- Les déchets de cuisine (domestiques) seront traités et broyés avant


leur évacuation en mer. De même l’eau de nettoyage et de
ruissellement de la plateforme et tout autre condensat le seront de
sorte que le niveau résiduel de chlore soit aussi près de 1mg/l
- Les eaux pluviales seront collectées et transiteront par un (ou
plusieurs) déshuileur débourbeur avant leur rejet dans le milieu
naturel.
- Les déchets domestiques et les déchets de la plateforme (emballages
divers plus ou moins souillés, filtres divers, chiffons plus ou
huileux,…), seront stockés dans des containeurs et acheminés sur
Port Gentil. A Port Gentil ils seront mis au rebus par l’entremise de la
société IEG.
-
-
- La boue de forage et les déblais de forage seront analysés aux
substances nocives avant leur décharge. Le traitement des boues est
effectué par une société spécialisée (CKS).
- Traitement des boues de forage : Le traitement des boues sera
effectué par la société CKS Environnemental Gabon. Il se fera en
même temps que le forage. En fonction des types de boue de forage,
le traitement comprendra une ou plusieurs des étapes suivantes :
 Déshydratation par traitement physico-chimique
 Stabilisation par mélange avec ciment et chaux.
- Les boues à eau subiront le traitement physico-chimique. Ce
traitement consiste en une déshydratation des boues, autrement dit
une séparation des boues en déchets solides (appelés déblais de
forage) d’une part et des eaux résiduelles d’autre part. Grâce à cette
méthode de traitement, le volume des boues sera minimisé du fait de
l’amélioration du taux de réutilisation des boues.
- Les déblais issus du traitement des boues décrit ci-dessus seront
stabilisés en les mélangeant avec du ciment et de la chaux. Le
mélange ainsi formé (80% de déblais, 10% de ciment et 10% de
chaux) sera homogénéisé au moyen d’une pelle mécanique. Des tests
de lixiviation seront effectués par CKS sur ces déblais stabilisés afin
de contrôler leur innocuité et éventuellement de les revaloriser. Un
certificat de traitement sera remis par CKS à VAALCO Gabon

- Les déchets d’hydrocarbures seront collectés dans des fûts spéciaux


et soit réintégrés dans le processus, soit envoyés pour traitement à
Port Gentil
- La plate-forme sera équipée d’un système de drainage pour les eaux
de pluie et pour d’autres liquides non dangereux. Ces eaux pourront
être dirigées vers le milieu naturel (dans la mer). En cas de constat de

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 38


pollution sur le pont de la plate-forme, ces eaux seront collectées et
traitées avant d’être rejetées dans la mer.
- Les déchets métalliques et les déchets plastiques seront triés et
stockés séparément dans des conteneurs appropriés avant d’être
évacués périodiquement à terre pour valorisation ou élimination par les
structures spécialisées.
- Ces déchets seront ramenés hors de la plate forme et collectés par les
sous-traitants

Les différents Etapes de processus de traitement ou Sous-traitant


types de d’élimination totale
déchets
Déchets - Broyés avant décharge en mer SATRAM (transporteur à
Alimentaires - Inscription du volume à terre) et IEG
décharger au journal déchets
- Inscription du volume et position
de la décharge au journal
déchets
Autres - Ramassage ensuite compaction SATRAM (transporteur à
Déchets - Stockage pour transport à terre terre) et IEG
pour incinération
- Inscription du volume estimé au
journal déchets
Déchets - Ramassage, stockage pour SATRAM (transporteur à
métalliques transport à terre terre) et IEG
- Inscription du volume au journal
déchets avant transport à terre
Huile usagées - Notification au contrôle SATRAM (transporteur à
technique, organisation de la terre) et IEG
régénération
- Stockage pour transport à terre
pour incinération
- Inscription du volume et
provenance des huiles à
incinérer journal Huiles
Déchets - Transférer à la citerne désignée SATRAM (transporteur à
peinture - Stocker en attente du transport à terre) et IEG
terre
- Inscription du volume des
déchets huileux au journal Huiles
avant transport à terre
Déchets huileux - Transférer au fût désigné SATRAM (transporteur à
- Stocker en attente du transport à terre) et IEG
terre
- Inscription au journal déchets
avant transport à terre
Tableau 2: Prévision de gestion des déchets

1.4 Lutte anti-pollution


Les plans de prévention de pollution sont celles d’UPGA (voir annexe)

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 39


1.5 Analyse des variantes du projet

Aucune variante n’a été envisagée par la société VAALCO Gabon dans le cadre de ce projet
de la construction de la plateforme et le développement de la phase III plateforme Etame du
permis Etame Marin.

2 Analyse de l’état initial des sites et de leur environnement

L’état initial du site du projet ou milieu récepteur représente une situation de référence qui
subit ultérieurement l’impact du projet. Il est caractérisé essentiellement par sa sensibilité qui
se définit par rapport à la nature même de ses composantes, mais aussi par rapport à la
nature du projet.
La description de l’état initial du site du projet a pour objectif de fournir une connaissance
adéquate des composantes des écosystèmes du site qui risquent d’être dégradées par les
activités du projet. La description de l’état initial de l’environnement se fonde, d’une part, sur
les données documentaires et bibliographiques, et d’autre part, sur les relevés de terrain et
de mesures in situ pendant les visites du site. La zone d’étude est la zone géographique
potentiellement soumise aux effets temporaires et permanents, directs et indirects du projet.

La délimitation de la zone d’étude couvre l’ensemble de la zone susceptible d’être influencée


par les activités du projet, incluant les activités connexes. Pour ce qui suit, la description de
l’état initial de l’environnement du projet tient compte des aspects suivants :

 Environnement physique (sol, eau et air) ;


 Environnement biologique (faune et flore) ;
 Environnement socio-économiques et culturel (économie, société,
infrastructures et culture).

2.1 Méthode de collecte des données

L’étude a été réalisée en s’appuyant sur les informations obtenues à l’issue des
investigations suivantes:

 sortie de terrain qui a permis d’identifier la zone d’influence du projet ;


 recherches bibliographiques (climatologie, géologie, pédologie, faune, flore, pluviométrie,
hydrologie, hydrogéologie, hydrodynamique etc..) ;
 données de confidentielles de VAALCO Gabon ;
 recherche sur le net ;
 outils d’étude d’impact des TDR d’EIES du projet.

Toutes ces informations recueillies ont aidé à la rédaction du rapport final provisoire de
l’Etude d’Impact Environnemental et Social du Projet de la construction de la plateforme
Etame plateforme pour le développement de la phase III.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 40


2.2 Environnement naturel
2.2.1 Faune et flore marine

Faune marine

 Les oiseaux marins

Le Golfe de Guinée se trouve sur une des principales voies de migration des oiseaux entre
zones de nidification et zones d’hivernage.
Les principaux lieux de reproduction des oiseaux dans le golf de Guinée, sont les îles
TINHOSAS situées près de la République de Sao Tomé et Principe, où des milliers de
sternes et de fous font leurs nids.
Les sternes sont les oiseaux marins les plus communs de la côte gabonaise. Seules
quelques espèces de sternes se reproduisent sur les côtes gabonaises.
Sur les côtes on a entre une centaine et un millier de couples reproducteurs pour chaque
espèce. Ces couples se cantonnent principalement au sud de l’île Mandji et dans le sud du
delta de l’Ogooué.
Plusieurs de ces espèces, sont des espèces migratrices, en provenance de l’Europe du
nord : la sterne commune (Sterna hirundo), la sterne arctique (Sterna paradisea), la sterne
caugek (Sterna sandvicensis), la sterne caspienne (Sterna caspia) et la guifette noir
(Chlidonias niger).
La guifette noire est la plus abondante. Elle est présente sur les côtes, de septembre à avril.
Aucune de ces espèces n’est menacée d’extinction.
Par contre, la côte se révèle d’une importance internationale pour deux espèces de sternes
migratrices : la sterne Royale d’Afrique, Sterna maxima et la sterne des baleiniers, Sterna
balaenarum :
 La première espèce, la sterne Royale d’Afrique, Sterna maxima se reproduit le long des
côtes de Mauritanie et du Sénégal. 15% de leur population passe l’hiver sur les côtes du
Gabon
 La seconde espèce, la sterne des Baleiniers, Sterna balaenarum est menacée
d’extinction. Ces petits oiseaux se reproduisent sur les côtes de la République Sud
Africaine et de Namibie et migrent vers le nord le long de la côte Atlantique jusqu’au
Nigeria de juin à novembre. Des centaines d’oiseaux restent sur les côtes gabonaises
durant cette période.

 Les mammifères marins

Il existe approximativement 27 espèces de mammifères marins vivant dans les eaux au large
de l’Afrique de l’Ouest. Le groupe le plus important appartient à l’ordre des Cétacés. Le seul
non Cétacés de la liste est le Lamantin de l’Afrique de l’Ouest (Trichechus senegalensis) qui
peut être trouvé sur la côte, ainsi que dans les eaux et lagunes du Gabon. Une publication
récente faite par la National Geographic Society et la WCS (« Parcs nationaux du Gabon »,
publiée en 2002) établit que « les eaux au large des côtes gabonaises présentent la plus
grande concentration de baleines et de dauphins en Afrique, après l’Afrique du sud ». Les
baleines à bosse et même les orques sont fréquemment observés.

 Les baleines
Pendant la première moitié du vingtième siècle, la pêche à la baleine, en particulier le rorqual
à bosse, était une activité économique importante à partir du Cap Lopez, près de Port-Gentil
La chasse à la baleine s’est arrêtée au Gabon en 1959, en partie en raison du faible nombre
de prises annuelles (160 baleines en 1959, comparé à plus de 1.000 baleines 10 ans
auparavant). Pendant les saisons les plus productives, les captures pouvaient atteindre

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 41


1.250 baleines, avec un maximum de 1.600 au début du siècle, en 1912. La chasse à la
baleine constituait une activité saisonnière partant de Juin à Octobre.
Ces espèces de gros Cétacés font l’objet d’une politique de conservation mise en place par
la commission Baleinière Internationale (International Whaling Commission : IWC). Un
moratoire international sur l’exploitation commerciale des grandes espèces de baleines a été
signé en 1962.

Tableau 3: Liste des espèces observées dans les eaux marines (Convention on International
Trade in endangered Spécies if willd Fauna and Lora (C.I.T.E.S))
Baleines
Nom scientifique Nom vernaculaire
Balaenoptera acurostrata Petit rorqual
Balaenoptera borealis Rorqual boréal
Balaenoptera edeni Baleine de Bryde
Balaenoptera musculus Baleine bleue
Balaenoptera physalus Rorqual commun
Eubalaena australis Baleine franche australe
Eubalaena glacialis Baleine noire de l’Atlantique Nord
Feresa attetuata Epaulard nain
Globicephala macrorhynchus Globicéphale tropical
Megaptera novaeangliae Baleine à bosse
Mesoplodon densirostris Baleine à bec de Blainville
Kogia breviceps Cachalot pygmée
Orcinus orca Orque
Peponocephala electra Dauphin d’Électre
Phocoena phocoena Marsouin
Physeter macrocephalus Cachalot
Pseudorca crassidens Pseudorque
Ziphius cavirostris Baleine à bec de Cuvier
Dauphins
Delphinus capensis Dauphin commun à long bec
Delphinus dephis Dauphin commun
Grampus griseus Dauphin de Risso
Lagenodelphis hosei Dauphin de Bornéo
Sousa teuszii Dauphin à bosse de l’Atlantique
Stenella attenuata Dauphin tacheté pantropical
Stenella clymene Dauphin Clymène
Stenella coeruleoalba Dauphin bleu
Stenella frontalis Dauphin tacheté de l’Atlantique
Stenella longirostris Dauphin à long bec
Steno bredanensis Sténo rostré
Tursiops truncatus Grand dauphin
Mammifère non cétacé
Trichechus senegalensis Lamantin africain

Les baleines ne vivent pas toutes l’année dans le Golf de Guinée. Elles migrent de la partie
sud de l’océan Atlantique à la fin de l’été austral, et atteignent les régions équatoriales pour
se reproduire et élever leurs progénitures. Sur la côte gabonaise, les baleines à bosse ont
leur nombre le plus élevé de juillet à septembre, avec une période d’abondance entre Juillet
et Août. une études récente des Russes (Clapham et al. 2009) montre que les baleines à
bosse trouvées sur le littoral gabonais font partie de celles qui passe l’été austral dans le
bassin d’alimentation situé autour du méridien de Greenwich à la latitude 60°S

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 42


Figure 10: Distribution des baleines à bosse établie à partir d'une reconnaissance aérienne
effectuée en 2001 (Source WCS)

Les voies (couloirs) de migration et les zones de reproduction sont des zones sensibles. Les
baleines ne se nourrissent généralement que de façon opportuniste lors des migrations, et
sur les zones d’alimentation. Par conséquent, elles sont énergétiquement limitées pendant la
période de reproduction
On estime le nombre de baleines à bosse sur les côtes gabonaises à environ un millier.

Tableau 4: Description scientifique d'une Baleine à Bosse


BALEINE A BOSSE
ordre Mysticètes
famille Balénoptéridés
autres noms mégaptère, rorqual à bosse, humpback whale
nom latin megaptera novaeangliae
Longueur 12 à 16 mètres
poids 25 à 35 tonnes
Nourriture krill, petits poissons
habitat au Nord et au Sud, on en trouve souvent près des côtes et dans
des estuaires
signes le dessous de la nageoire caudale possède une coloration propre
particuliers à chaque individu. Les chants des baleines à bosse ont été très
étudiés. Les nageoires pectorales font le tiers de la longueur
totale.
Pour sonder, le mégaptère arque fortement son dos et lève sa
nageoire caudale à la verticale au dessus de l’eau. Souffle jusqu’à
3 mètres, aussi haut que large

Des études récentes ont montré que le plus grand nombre de baleines à bosse est observé
dans des zones productives, c’est-à-dire des zones adjacentes aux embouchures, aux
lagons, notamment au voisinage du cap Lopez. La raison première de cette présence dans

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 43


ces endroits est d’ordre écologique : les baleines viennent se nourrir au point de rencontre
des eaux tièdes provenant des rivières et des lagons, avec les eaux plus froides de l’océan
atlantique.

Figure 11: zone de nourrissage (vert) routes de migration (jaune) Zone de reproduction (Rouge)
concernant les Baleines à Bosse en Afrique

 Les dauphins
Les études dénombrent 11 espèces de cétacés de taille inférieure, sont présents dans les
eaux du Gabon, principalement des dauphins. Certaines espèces pélagiques n’approchent
pas les côtes gabonaises et leur inclusion dans la liste des mammifères du Gabon n’est que
provisoire, selon la distribution mondiale connue des espèces.
Cette partie de la faune marine du Gabon est assez méconnue. Les dauphins et les autres
petits cétacés ne sont pas soumis à la pêche commerciale.
Des groupes de dauphins communs, allant jusqu’à 10 individus, sont régulièrement aperçus
à l’embouchure et au sud de la baie du Cap Lopez. Les espèces les plus fréquemment
rencontrées sont les dauphins communs et le grand dauphin.

Tableau 5:Description scientifique d'un Dauphin Commun


DAUPHIN COMMUN
ordre Odontocètes
famille delphinoïdes – delphinidés – delphininés
autres noms dauphin des anciens, crisscross dolphin
nom latin delphinus delphis
Longueur 1,7 à 2,4 mètres
poids 70 à 110 kg
Nourriture anchois, harengs et calmars
habitat dans toutes les mers du monde dont la température ne descend
pas en dessous de 10°.
Signes très coloré : le dos est brun foncé ou noir, sur les côtés 2 lignes se

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 44


particuliers croisent pour former un dessin de sablier, la partie antérieure est
fauve ou jaunâtre, la partie arrière gris clair
Espèce grégaire, la cohésion du groupe est maintenue par
l’émission de nombreux sifflements et gémissements à fonction
sociale.
Des clics sont utilisés pour l’écholocation.
Probablement l’un des cétacés les plus abondants.
Il vit parfois en troupeaux de plusieurs centaines de milliers
d’individus.

Tableau 6:Description scientifique d'un Grand Dauphin


GRAND DAUPHIN
ordre Odontocètes
famille delphinoïdes – delphinidés – delphininés
autres noms souffleur, tursiops, tursion, dauphin à nez en bouteille
nom latin tursiops truncatus
Longueur 2,70 à 4 mètres
poids 200 à 650 kg
Nourriture nourriture très variée : poissons de fond et de surface, crustacés,
calmars, etc.
habitat toutes les mers tempérées et tropicales ; il préfère les eaux
côtières et s’aventure rarement au large
signes Doué d’un vocabulaire très riche, le grand dauphin semble très
particuliers intelligent.
Les « dauphins ambassadeurs », des dauphins solitaires qui
cherchent le contact de l’homme, sont la plupart du temps des
grands dauphins.

 Les tortues marines


Les tortues marines sont intégrées dans l’annexe 3 de la convention sur le commerce
International des espèces de la faune et de la flore sauvage menacées d’extinction
(Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora CITES)
Il existe huit espèces de tortues marines qui ont comme caractéristiques communes une
grande longévité (qui peut dépasser 80 ans), une maturité sexuelle tardive (de 8 à 40 ans),
une diversité d’habitats au cours de leur cycle de vie qui les amène à effectuer d’importantes
migrations.
Quatre espèces de tortues sont présentes dans les eaux gabonaises :
- la tortue verte (Chelonia mydas)
- la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea)
- la tortue luth (Dermochelys coriacea)
- la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata)

La tortue verte est principalement observée dans les zones chaudes et riches en nourriture
autour de l’île et de la baie de Corisco, entre le nord du Gabon et la Guinée Equatoriale.
Les plages sableuses du Gabon, dans le sud en particulier, constituent des zones de
reproduction et de nidification des tortues Luth.
La tortue olivâtre est moins observée que la tortue Luth sur les côtes du Gabon, mais elle est
néanmoins présente en nombre élevé au sud de Port-Gentil. La tortue imbriquée est
relativement rare dans la zone.

De récents recensements aériens et le décompte de nids suggèrent que la côte gabonaise


est la première zone de nidification du monde des tortues Luth, après la presque extinction
de l’espèce dans l’océan Pacifique et du déclin de certains sites de nidification sur la côte
américaine.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 45


Figure 12: Parcours de la tortue luth

En 1982, la population des femelles ayant atteint la maturité était estimée à 115.000. Ce
chiffre était réduit à 34500 traces de tortues sur la plage en 1996. Le dernier recensement
(2005) au sud de Port-Gentil donne une estimation de 33,8 tonnes pour les tortues luth.
Les tortues luth sont présentes au large des côtes du Gabon d’octobre à mars, durant la
période de reproduction, et débarquent sur les plages pour pondre de décembre à janvier.

Les industries de pêche semblent être en partie responsables de la raréfaction des tortues
marines, notamment la tortue Luth qui est souvent accidentellement emmêlée dans les filets
ou accrochée par des lignes. Localement, le regroupement excessif d’œufs à certains
endroits, l’engouement pour la viande de tortue, la destruction des zones de nidification,
ainsi que le dragage illégal du sable, sont autant de menaces pour la croissance des
populations de tortues.
La loi gabonaise donne un statut de protection partielle à la tortue Luth, mais toutes les
tortues marines sont inclues dans la classe A (espèces totalement protégées) de la
convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles
(Convention d’Alger, 15 Septembre 1968), ratifiée par le Gabon en Juillet 1987.

 Les poissons marins


Plus de 1500 espèces de poissons vivent dans l’océan Atlantique. Au niveau de l’Afrique
Equatoriale, la diversité des poissons marins trouvés dans la zone équatoriale de l’océan
atlantique est très importante. Partant du plus grand poisson au monde le requin baleine, à
une variété de requins plus petits et de raies. (ENSR, 2000).
On recense environ 495 espèces de poisson dans les eaux gabonaises, certaines d’entre
elles ne sont pas commercialisées.

Tableau 7: Espèces de poissons rencontrées dans la zone du projet (source WSC)


Nom commun Nom scientifique
Bar a grosse tête Pseudotolithus senegalensis
Bar a tête allongée P. typus
Bar noir / Maigre commun Argyrosomus regius
Bossu / Otolithe bobo P. elongatus
Dorade Sp. Umbrina ronchus
Dorade grise / Carpe blanche Pomadasys jubelini
Dorade rose / Pagre a pointe bleue Pardus caeruleosticus
Dorade rouge / Pageau a tache rouge Pagellus bellottii

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 46


Grand capitaine Galeoides decadactylus
Petit capitaine Pentanemus quinquarius
Sardine Ethmalosa fimbriata
Sardine / Alose rasoir Ilisha africana
Sardinelle Sardinella aurita
Sardinelle Sardinella maderensis
Aiguille Tylosurus acus rafale
Petit thon / Palomine Trachinotus ovatus
Fiatola Stromateus fiattola
Barracuda Sphyraena guachancho
Maquereau / Thazard blanc Scombreromorus tritor cuvier
Thon / Bonite à dos raye Sarda sarda
Rouge barbet du Sénégal Pseudupeneus prayensis
Otolithe camerounais Pseudotolithus moorii
Turbot épineux tacheté Psettodes belcheri
Sole langue Cynoglossus senegalensis
Crocro a gros yeux Parakuhlia macrophthalmus
Poisson globe (ventre blanc jaune) Lagocephalus laevigatus
Poisson blobe 2 (tacheté sur le dos) Ephippion guttiger
Demi-bec brésilien Hemiramphus brasiliensis
Faux mulet Elops lacerta
Petit rouge allonge Chelidonichthys gabonensis
Chèvre de mer Chaetodipterus goreensis
Carange (ressemble à l'Akpala) Caranx rhonchus
Carange / Grande carangue Caranx hippos
Lippu Pelon Brachydeuterus auratus
Pourceau dos noir Bodianus speciosus
Cordonnier bossu Alectis alexandrines
Voilier d'Atlantique Istiphorus albicans
Requin borde Carcharhinus limbarus
Milandre jaune Paragaleus pectoralis
Requin marteau aile blanche Sphyrna couardi
Requin a museau pointu Rhizoprionodon actus
Emissole lisse Mustelus mustelus
Etrille lisse (crabe de mer) Portunus validus
Cigale rouge Scyllarides herklotsii
Langouste royale Panulirus regius
Migraine maculée Calappa rubroguttata
Grand rouge / Vivaleau africain rouge Lutjanus agennes
Machoiron de mer Arius latiscutatus
Bernard l'Hermitte / Pagure Pagurus bernhardus
Tarpon Megalops atlanticus

Cependant les ressources en poissons benthiques sont classées en trois groupes


principaux :
 la faune des otolithes. Ce groupe vit généralement sur la boue et les dépôts boueux et
pénètre rarement les eaux froides en dessous de la thermocline. Ce groupe comprend
les espèces suivantes : les otolithes (Pseudotolithus senegalensis, P. typus, P.
elongatus, P. brachygnathus), les polynémidés (Galeoides decactylus, pollydactylus
quadrifillis), les machoirons (Arius gambiens, A. keudeloti), les soles (Cynoglossus ssp)
et le forgeron ailé ou poisson spatule (Drepane africana). Les autres sont l’Illisha
africana et Ephippus spp.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 47


 La faune des vivaneaux : ces poissons sont principalement présents dans des zones à
sable claires avec fonds rocailleux et un récif corallien. Ils vivent au-dessus de la
thermocline. Ce groupe comprend les sébastes ou les brèmes (Pagrus sp), les
vivaneaux (Lutjanus sp), les mérous (Epinephelus sp) et les grondins (Trigla sp).
La faune des vivaneaux est une faune semi abyssale. Elle est présente entre 100 et
400mètres de profondeur. Cette faune est constituée de poissons rouges et noirs tels que
Antionia sp, Capros Sp, Arioma melanum, A.bondi.

 Le plancton
Dans la mesure où peu de recherches ont été réalisées sur le plancton dans la zone du
projet, nous nous referons à la documentation existante sur le golf de guinée. Le plancton
est composé de minuscules animaux (zooplancton) ou des algues (phytoplancton) qui se
déplacent au gré des courants marins.
D’importantes variations existent dans les populations du plancton, car cela dépend du flux
prédominant des courants. Ces variations dépendent des effets physico-chimiques, des
courants d’eau, et de la saison en cours. Pendant la saison sèche, des remontées d’eau
froide surviennent sur la côte et le long de l’équateur. Les eaux froides remontent les
nutriments minéraux à la surface, ce qui augmente la croissance du phytoplancton. Le
phytoplancton est le premier maillon de la chaîne alimentaire marine : le phytoplancton
nourrit le zooplancton, qui lui-même nourrit les plus gros animaux ainsi de suite.

Tableau 8:Composition du phytoplancton dans le Golf de Guinée


Groupe Espèces
Diatomées Chaetoceros sp, Rhizosolenia sp, Nitzschia sp,
Coscinodiscus sp, Leptocilindros sp, Eucampia
sp, Guinarda sp, Bactriastrum sp
Cocolithofords Helicosphera carterai, Cycloccolithus
leptoporus, Umbilicosphaera sibogae,
Coccolithus pelagicus, Calytroshaera
spharoidea, Emiliana huxeyi, Acanthoica
lithostratus, Perhyllophora sp, syracosphaera
sp
!Dinoflagellates Gymnodium sp, Amphidinim sp
Silicoflagelletes Dyctiocha sp
Ciliae Mesodinium sp, Cyclotricnium mernieri

 Faune benthique
Les organismes benthiques vivent et développent leurs activités dans les sédiments des
fonds marins. En général, la densité et la biomasse de ces organismes diminuent avec
l’augmentation de la profondeur. De plus, la quantité des organismes varie d’un endroit à un
autre, c’est relativement indépendant de la productivité de surface. La distribution de ces
organismes benthiques dépend du type de sédiments, de la salinité, de la matière organique,
de la profondeur, de la turbidité de l’eau et à un moindre degré de la teneur en oxygène.

Le plus important des taxons de la communauté benthique dans la zone du projet sont les
oligochètes (oligochaeta) et les Crustacées. Ensuite viennent les Mollusques, les némertes
(vers marins), les échinodermes (étoiles de mer, oursins, concombres de mer), les
Sipunculidés (vers de mer), et les Chordés (Ascidiens).
Parmi les Crustacés, les crevettes sont importantes dans la zone. Les deux espèces les plus
importantes que l’on retrouve à l’embouchure des rivières et les lagons sont : Penaeus
(crevette blanche), et Palaemon et Palaemonectes.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 48


Tableau 9: Récapitulatif de l'estimation de la présence d'activités biologiques tout au long de
l'année au large du Gabon et dans la zone d'influence
Jan Fev Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Dec
Période de
reproduction des
baleines
Abondance
saisonnière des
baleines
Migration de la
sterne des
baleiniers
Reproduction
des tortues
Activité des
tortues
Pêche
industrielle et
artisanale
Repos
biologique

2.3 Environnement physique


2.3.1 Données météorologiques

 Climat
 En raison de son positionnement près de l’équateur, le Gabon reçoit un grand volume
du rayonnement solaire, ce qui fait qu’au Gabon et dans la zone d’étude
particulièrement, nous avons un climat chaud et humide. La météorologie dans la zone
d’étude reste sous l’influence du phénomène de la haute pression des açores de
l’océan atlantique Nord et celle de la St Hélène de l’atlantique sud. Entre ces deux
houes de pression nord et sud, il se créée une zone de basse pression atmosphérique
d’origine thermique.
 Ce climat correspond selon la classification de Trewartha à un climat de catégorie Aw,
avec des averses tropicales importantes et se caractérise par une succession de
périodes sèches et humides. (Modification de Trewartha de la classification des climats
de Koppen, Money, 1982).
 La grande saison sèche se déroule pendant l’hiver austral (Juin-Septembre). Lors de
cette période, le système de gyre de l’océan Atlantique sud se déplace vers le nord.
L’interaction des courants provoque des zones de divergences au niveau de la marge
continentale et le long de l’équateur. Cette interaction des courants provoque aussi des
remontées des eaux froides des fonds océaniques. ce qui baisse la température des
eaux de surface.
 Pendant la même période, la zone intertropicale de convergence (ZIC) se déplace vers
le nord, dans une zone comprise entre 20° et 25°N. Les alizés du sud-ouest soufflent
sur les eaux froides de l’océan qui reste donc frais. Ces alizés transportent moins
d’humidité, cela crée une atmosphère plus stable et plus froide. Au cours de cette
période de saison sèche il n’y a pas ou peu de précipitations.
 Le système de courants océaniques de l’atlantique sud se déplace vers le sud en
septembre en réchauffant les eaux de surface. L’augmentation de la température des
eaux de surface, entraîne un déplacement de la ZIC d’environ 5°S. Lors de leur
passage au-dessus des eaux océaniques, les alizés se réchauffent et se chargent

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 49


d’humidité. Au même moment l’air chaud et humide provenant de l’océan Indien atteint
la zone. Toutes ces actions combinées provoquent une augmentation de la
température et de l’humidité : c’est le début de la saison des pluies.

 Précipitations
La période des pluies comprend une période plus sèche pendant les mois de décembre et
de janvier. Cette période appelée la petite saison sèche est de durée et d’intensité variables,
allant d’une simple baisse dans les précipitations, jusqu’à une période d’un mois à un mois et
demi sans pluies.
Les deux périodes de fortes précipitations s’étalent d’octobre à la fin décembre et de février
en mai. Les précipitations moyennes annuelles dans la zone de Mayumba sont d’environ
2000 à 2200mm par an.
Cependant, les précipitations annuelles peuvent sensiblement varier d’une année sur une
autre.

Histogramme de la pluviométrie de la zone


d’étude Alombié
Hauteur

40
035
30
0
025
020
15
0
010
05
00 Jan fe Mar Avril Ma Jui Jui Août Sep Oc No Dé
v s i n l t v c
Mois

Figure 13: Données pluviométriques de Port Gentil

 Orages et averses
Les pluies les plus violentes sont associées aux orages. Les orages qui sont généralement
localisées, se développent et disparaissent in situ. Ces pluies atteignent rarement un rayon
supérieur à 10 Km et durent en moyenne 1 à 2 heures.
Les mois de mars et d’avril sont les mois les plus propices aux averses soudaines et
intenses. Ces averses ont tendance à se former sur les lignes au-dessus de l’océan et
causent des pluies intenses de courtes durées qui dépassent rarement une heure. Elles
n’atteignent pas toujours la côte.
Les orages dans les zones côtières surviennent principalement durant la nuit. Lors de fortes
pluies, la visibilité peut être réduite de 100 à 200 mètres.

 Les températures
La zone d’étude étant située près de l’équateur, l’air y est fortement chaud et humide. Il
n’existe pas de données de températures de l’air au-dessus de l’océan sur le permis ETAME
MARIN. Par contre, il existe des données de températures fiables sur la région côtière de
Port Gentil.
La température moyenne annuelle pour Port-Gentil est de 23°C. Le mois le plus chaud est
avril avec 26°C. Le mois le plus froid c’est juillet avec 23.3°C.
L’amplitude thermique au cours de la journée pour la région côtière est d’environ 6°C. Les
températures les plus faibles sont enregistrées entre 4 et 6 heures du matin. Les
températures les plus chaudes entre midi et 15 heures.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 50


2.3.2 Caractéristiques océanographiques

 Vagues
Tout comme pour l’ensemble du littoral gabonais, il se produit ici une violente agitation
désignée sous le terme de "barre". Liée aux effets d’une houle engendrée par les vents
d’ouest des quarantièmes degrés de l’Atlantique sud, cette houle qui se manifeste toute
l’année avec une intensité maximale en saison sèche se caractérise aussi par une grande
régularité dans sa direction et dans son amplitude.

Les directions dominantes des houles (sud et sud-ouest) présentent une exceptionnelle
pérennité. En effet, la houle arrive suivant deux directions dominantes : sud-sud-ouest et
ouest-sud-ouest (VENNETIER, 1968). L’amplitude la plus significative est comprise entre 1
et 1,5 mètre. Elle tombe, par très beau temps, autour de 50 cm, mais ne disparaît jamais
complètement.
Pendant la grande saison sèche de juin à septembre, l’amplitude courante est voisine de
2m. Par temps orageux, l’amplitude assez couramment observée est de l’ordre de 3 m. Les
enregistrements de houles supérieures à 3 mètres ne représentent que 0,4 à 0,5 %. Le
maximum absolu observé n’a jamais dépassé les 5 mètres. Sa période varie entre 9 et 15
secondes pour une amplitude moyenne qui se situe entre un et trois mètres. De janvier à
avril, la houle du large est très faible ; elle oscille autour de 1,5 mètre. Les houles fortes
n’apparaissent que de juin à octobre. Elles peuvent atteindre, et parfois dépasser 3,5 mètres.
Au large, l’agitation provient, dans la plus grande partie des cas, du secteur sud à sud-
ouest (SSW). Les fortes agitations apparaissent essentiellement pendant la saison sèche
(entre mai et octobre). Les agitations supérieures à deux mètres représentent 6 à 14 % des
cas, alors qu’en saison des pluies (entre octobre et mai), elles n’apparaissent qu’entre 2 à 6
% du temps.
Selon les directions, les hauteurs de houle et les agitations au large de la plage de
Mayumba peuvent sensiblement différer.
L'agitation la plus faible (inférieure à 2 m) provient des secteurs sud et sud-ouest ;
l'agitation moyenne (entre 2 et 2,5 m) est orientée elle aussi vers le sud-sud-ouest, avec une
direction occasionnelle orientée vers l’ouest ; au-dessus de 3 mètres, l'agitation provient du
secteur sud-ouest et du sud-sud-ouest.
Près de la côte, les houles viennent surtout de deux directions : elles proviennent du sud-
ouest pour 56 % des cas, et de l'ouest-sud-ouest dans environ 35 % des cas. (B.C.E.O.M)
La direction de propagation de la houle sur la côte varie très peu d’un jour à l’autre et
d’une saison sur l’autre ; elle reste presque toujours voisine du sud-ouest. La direction
moyenne déduite des observations est de 206°, les directions extrêmes étant comprises
entre 193° et le 220°.

Tableau 10: Répartition des hauteurs de vagues près de la côte (%) Extrait des relevés du
B.C.E.O.M., in KITSOUKOU, 1992.
Classe des hauteurs < 0,5 m 0,5 à 1 m 1 à 1,5 m 1,5 à 2 m 2 à 2,5 m > 2,5 m
Mayumba (1974) 0 22 45 21 8 4

Les périodes moyennes seraient voisines de 14 secondes alors que les périodes extrêmes
observées sont de 10 secondes pour les petites et 17 secondes pour les grandes. La
période médiane quant à elle est proche de 13,5 secondes.
Le mois des plus longues périodes est le mois d’août, et celui des plus courtes périodes
est février. Les houles courtes, avec des minima de 11 secondes, sont observées en début
d’année, en février et mars notamment, et les houles longues, avec des maxima de 20
secondes, entre juin et septembre. Dans ce milieu, près de 90 % des houles ont une période
moyenne comprise entre 12 et 15 secondes.
Le tableau 11 suivant, extrait des mesures effectuées par le B.C.E.O.M., donne une idée
des variations mensuelles des périodes de houles sur une année.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 51


Tableau 11: Répartition mensuelle des périodes moyennes près de la côte à Mayumba (en %)
Extrait des relevés du B.C.E.O.M. (en 1975), in KITSOUKOU, 1992
Mois 11s 12s 13s 14s 15s 16s 17s 18s 19s 20s Période moyenne

Février 3,6 66 3,6 16,1 8,9 1,8 0 0 0 0 12,6 secs


Mars 1,6 83,9 8,1 3,2 3,2 0 0 0 0 0 12,2 secs
Avril 5 58,3 15 11,7 10 0 0 0 0 0 12,5 secs
Mai 1,6 38,7 22,6 9,7 24,2 3,2 0 0 0 0 13,3 secs
Juin 0 3,3 11,6 10 53,4 13,4 5 3,3 0 0 14,9 secs
Juillet 0 8,1 3,2 17,7 48,4 6,5 3,2 6,5 0 6,4 15,2 secs
Août 0 3,2 9,7 37,1 30,7 16,1 3,2 0 0 0 14,8 secs
Septembre 0 0 21,7 36,6 26,7 8,3 0 1,7 3,3 1,7 14,5 secs
Octobre 0 0 16,1 40,4 41,9 1,6 0 0 0 0 14,2 secs
Novembre 0 0 13,3 31,7 43,3 11,7 0 0 0 0 14,5 secs
Décembre 0 0 8 50 32,3 9,7 0 0 0 0 14,4 secs
Janvier 0 0 6,4 32,3 46,8 14,5 0 0 0 0 14,7 secs

La houle, telle que décrite, avec son caractère de permanence et de direction quasi
constante, constitue l’élément prépondérant qui détermine le transit sédimentaire le long des
côtes, sous l'effet du jet de rive, favorisant le transfert latéral couramment appelé dérive
littorale. Sur la base d’expériences et d’observation, MOUNGANGA (2006) met en évidence
l’existence d’une direction générale de migration des sédiments conforme à la morphologie
des flèches et des cordons sableux. Dans le même ordre d’idées, il reconnaît les scénarios
de la dérive littorale de part et d'autre des embouchures et aux alentours des passes. En
effet, pour lui, les principaux trains de houles sont ceux qui proviennent du sud-ouest, mais il
faut aussi noter l'existence d'un certain nombre de variantes, en fonction du tracé et de la
morphologie de la côte.
En somme, il ressort des travaux de MOUNGANGA que la principale dérive littorale est celle
qui porte vers le nord. C’est l’importance des houles dominantes de secteur sud-ouest qui
provoque ainsi une dérive littorale dirigée vers le nord-ouest pendant une grande partie de
l’année.
 Courants
Le Golf de Guinée présente des structures de circulation complexes d’interaction entre les
courants de surface et les courants de profondeur, avec des zones de convergence et de
divergence.
D’une manière générale le courant marin au large des côtes de Mayumba a une
orientation NNW avec des vitesses comprises entre 0,2 et 0,5 m/s. Ce courant est très
influencé par le vent, les vagues, les flux de marées et l’écoulement des rivières du continent
à la mer.
Ce courant marin peut s’inverser en moyenne 1 jour sur 10 (rapport prévention
hydrocarbure de Shell Gabon et celui de Total). Ce document indique également que les
vitesses du courant marin sont, en général, de moins de 1.0 m/s avec des pics de vitesse
dépassant 2.0 m/s.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 52


2.3.3 Structure Géologique de la zone d’étude

Le projet s’inscrit dans le cadre général de la plus récente des trois unités géotectoniques
qui constituent le contexte géologique du Gabon. Il correspond aux temps dits fossilifères au
cours duquel s’est mise en place la couverture sédimentaire phanérozoïque, il y a environ
600 millions d’années. Contrairement au socle archéen et à la couverture sédimentaire
protérozoïque qui couvrent 85 % de la superficie du pays, celui-ci ne s’étendant que sur 15
% du territoire gabonais. Les dépôts des séries post-salifères à dominante marine s’étendent
du Crétacé moyen au quaternaire. Ils associent des roches poreuses et perméables (grès) à
des roches imperméables avec des argiles parfois riches en matière organique
(carbonates). Outre le sel, le soufre et le phosphate que l’on retrouve localement, elle se
caractérise par une diagenèse ayant permis la formation du pétrole.

Sur le plan géomorphologique, la côte se compose d’une succession d’accumulations


sableuses en forme de dunes. Une végétation de savane assez dense est observée au
niveau des zones de marécageuses

2.3.4 L’environnement socio-économique

Cette étude socio-économique de l’étude d’impact du projet vise la connaissance des


populations riveraines localisées dans la ville de Mayumba qui fait l’objet de la réalisation
d’un forage d’exploration par la société VAALCO Gabon.
La ville de Mayumba relève administrativement du Département de la Basse Banio dont
le Chef-lieu est Tchibanga province de la Nyanga. Elle est caractérisée par un
environnement où prédomine la savane, lagune et de mangrove qui contraste très fortement
avec celui du Département de la Haute Banio.

2.3.4.1 Habitats côtiers protégés et sensibles

Les habitats côtiers proches du projet sur lequel auront lieu les activités du projet de la
plateforme Etame et ses forages de développement, sont constitués par les écosystèmes ci-
après mentionnés :
- Un couloir de migration des baleines à bosse
- Une plage de sable
- La lagune Banio
- Le Parc Marin de Mayumba

Couloir de migration des baleines à bosse

Le projet est situé à environ 40 km au Sud-Ouest de l’embouchure de la lagune Banio, et


entre 10 et 20 km environ à l’Ouest du couloir de migration des baleines à bosse, lequel
couloir longe tout le littoral du Gabon sur les 800 km de la côte Gabonaise
Les études du WCS montrent que les populations de baleines à bosse sont plus importantes
de juillet à septembre. Les baleines à bosse semblent ne pas éviter les plateformes de
forages dans les eaux marines Gabonaises (WCSG MPR F 008), cependant la distance de
séparation de 10 à 20 km environ, entre la zone du projet et le couloir de migration de ces
cétacés est une sécurité suffisante limitant les perturbations éventuelles sur le biotope et la
dynamique des populations des baleines à bosse. Cependant, les migrations de ces
espèces ne suivant pas une dynamique absolue, il n’est pas exclu que ces cétacés se
retrouvent dans la zone du projet.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 53


Le littoral

Ce littoral est caractérisé par les plages de sable à l’Est de la zone du projet entre Mayumba
et la frontière du Congo sont des zones privilégiées de nidification des tortus luths, car cette
zone reçoit la seconde population mondiale de cette espèce de tortue marine. On estime en
moyenne à 30 000, le nombre de nids de luths par saison de ponte.
On retrouve des mangroves et de la lagune Banio. On peut y noter un type de végétation
composé d’arbres, d’arbustes et quelques palétuviers Rhizophora et des espèces végétales
graminées et des fougères. Le long de la côté est envahie par des déchets flottants apportés
par les courants du sud ou des navires.

Photo 1: Aspects du littoral de la zone

2.3.4.2 Mangrove
Les mangroves bordent environ 20 km de la lagune Banio depuis son embouchure. C’est un
milieu composé d’arbres et d’arbustes. Trois espèces de « Rhizophora » y poussent,
Rhizophora racemosa et le Rhizophora harrisonil étant les plus communs.
D’autres espèces herbacées caractérisent aussi la mangrove telles que : une Graminée
« Paspalum vaginatum » et une fougère « Acrostichum aureum ».

Photo 2: La végétation dans la mangrove (Rhizophoria)

Les mangroves constituent un habitat capital pour le développement de plusieurs espèces


de poissons (crevettes, des crabes et les huitres) et sont importantes pour plusieurs espèces
d'oiseaux.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 54


Lagune Banio

Cet habitat renferme des mangroves dont la flore caractéristique est constituée des espèces
Rhizophora racemosa, R harrisonii, Avicennia africana, Languncularia racemosa. Les
mangroves sont des marais d’eau saumâtres, inondées par les mouvements des marées.
Les mangroves par leurs racines fixent les sédiments, et offrent un abri idéal aux petits
organismes, ce qui en fait des pouponnières importantes pour la faune marine (frai,
nourrissage, croissance, etc). La végétation des mangroves constitue une ressource
alimentaire pour une grande variété d’espèces, par conséquent, les mangroves représentent
une grande importance sur le plan environnemental et économique du fait de leur rôle de
conservation de la biodiversité et de renouvellement de la ressource marine.

Parc Marin de Mayumba

Les principales caractéristiques du Parc National de Mayumba sont la présence de la faune


marine protégées (baleines, tortues marines, dauphins….) et de biotopes sensibles :
- Au large (voies de migration et zones d’accouplement des baleines et des tortues)
- Sur la côte (présence de baleines en saison sèche, zone de ponte des tortues marines
entre octobre et avril)
- A l’entrée de la lagune Banio (zone de frai et de croissance de plusieurs espèces de
poissons de mer, d’huîtres et de crevettes, zone de fourrage des oiseaux de mer et des
oiseaux migrateurs, végétation de mangroves).

Pêcheries commerciales

Les opérations de construction et de développement sur la plateforme Etame sont


susceptibles d’induire le déplacement des zones de pêche et par conséquent d’affecter les
activités des pêcheries. Cependant, le volume des activités de pêche commerciales dans la
région est relativement faible et la loi prévoit une zone d’exclusion de 500 m autour du
permis d’exploitation pétrolière, cependant, cette restriction n’est pas toujours respectée.
Le Gabon, avec 800 km de côte représente une importante zone pour la ressource
halieutique. Le décret N°062 de 1994 définit cinq zones de pêche (Tableau ci-dessous). Au
regard de ces délimitations, seule la pêche industrielle mise en œuvre au-delà de 12 miles
pourrait être perturbée.

Tableau 12: types de pêcherie dans la zone d'étude

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 55


2.3.4.3 Population

La population de cette région est évaluée à 42 260 habitants pour la Province de la


NYANGA. Il y a environ 7 038 habitants dans le Département de la Basse - Banio et 3 800
habitants pour la Commune de Mayumba1.

2.3.4.4 Organisation administrative

Sur le plan administratif, la République du Gabon est découpée en Départements, Districts,


Communes, et Villages. A la tête de chaque Département et District se trouvent
respectivement un préfet et un sous-préfet et à la tête de chaque Commune un maire.
Le Département de la Basse-Banio où est située le projet (50 km au large) objet de la
présente étude d’impact, compte un chef-lieu qui est la ville de Mayumba.
La zone du projet est administrée par la Préfecture de la Basse-Banio, qui dépend
hiérarchiquement du Gouvernorat de la NYANGA.
Cette autorité est relayée et assurée localement par le Conseil communal de Mayumba et le
Conseil départemental de la Basse-Banio.

2.3.4.5 Population enquêtée

L’étude a été réalisée à Mayumba, avec les acteurs suivants :

 Le Préfet du Département de la Basse-Banio


 Le Maire de Mayumba ;
 Le Président de l’Assemblée départementale de la Basse-Banio.
 La communauté des pêcheurs
 Les commerçants
 Les populations de la ville

Photo 3: Vue partielle des pêcheurs venus participer à l’échange

1
Source : Décision n°3/CC du 17 février 2005 de la cour constitutionnelle.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 56


2.3.4.6 Activités touristiques et de loisir de la zone du projet

Les activités de tourisme et de loisir sont quasi nulles dans la zone du projet. On
relèvera des potentialités :
 plages de sable blanc sans fin, site idéal pour le tourisme balnéaire ;
 observation des tortus luths et des baleines à bosse ;
 possibilité d’une pêche sportive, notamment à l’embouchure de la lagune Banio ;
 la possibilité d’un écotourisme dans le parc de Mayumba.

2.3.4.7 Les activités de pêche

La pêche est une activité très pratiquée dans la zone du projet. On distingue deux lieux de
pêche : Lagune Banio et l’Océan Atlantique.
La pêche y est pratiquée conformément au décret N°062 de 1994 définissant 5 zones de
pêche.
 La première concerne les eaux continentales, lagunes et estuaires. La pêche est
artisanale et réservée uniquement au Gabonais ;
 La deuxième se situe à 5,5 Km environ de la côte. Cette zone est réservée à la
pêche artisanale et à la pêche sportive. Elle concerne uniquement les Gabonais et
exige un permis ;
 La troisième se situe entre 5,5 et 11 km. Elle est réservée à la pêche industrielle et à
la pêche artisanale. Cette zone est réservée uniquement au Gabonais ;
 La quatrième se situe entre 11 et 22 km. C’est la zone de la pêche industrielle
ouverte à toutes les nationalités ;
 La cinquième se situe au-delà des 22km.

2.3.4.8 La pêche dans la Lagune

La Lagune Banio prend sa source près de la frontière internationale avec le Congo. Elle
s’étire sur près de 71 km, du village Ndindi dans le Sud-est à la ville de Mayumba dans le
Nord-Ouest. Elle renferme des mangroves dont les racines, plongées dans les eaux
saumâtres et inondées par les mouvements des marées, fixent des sédiments et offrent un
habitat aux petits organismes vivants.
Les mangroves constituent de ce fait une ressource alimentaire importante pour une grande
variété d’espèces. Selon le rapport du WCS sur l’évolution des associations de pêcheurs
artisanaux dans les zones de pêche communautaire à Mayumba, « Pour Mayumba, la
lagune Banio, plus que la mer, est la grande source de produits halieutiques. Elle revêt un
intérêt économique important puisque les populations riveraines en sont presque totalement
dépendantes 2».
La pêche dans la Lagune Banio est exclusivement réservée aux populations autochtones,
conformément au décret n°062 de 1994 fixant les zones de pêche. Cinq types de pêche sont
pratiqués dans la lagune, certains sont saisonniers et d’autres continus.

 La pêche des huîtres. Elle est pratiquée en saison sèche, entre juillet et octobre. Elle
se fait aujourd’hui dans le cadre d’une association des pêcheurs et des revendeurs
d’huîtres (APRHM), une association qui a vu le jour le 11 décembre 2008 à
Mayumba. Cette association a été créée à partir des observations techniques du
WCS depuis 2004, lesquelles font état d’une surexploitation et d’un épuisement de
cette ressource.

2
WCS, Rapport sur l’évolution des associations de pêcheurs artisanaux dans les zones de pêche communautaire
à Mayumba, inédit.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 57


 La pêche des moules. Elle est pratiquée entre juillet et octobre et se fait au bord de la
mer, sur les rochers situés à quelques centaines de mètres du rivage.
 La pêche des crevettes d’eau douce. Elle débute en fin novembre et dure toute la
grande saison des pluies qui s’achève vers février-mars.
 La pêche des palourdes, mollusques bivalves très prisées servant aussi d’appât pour
la pêche aux poissons.
 La pêche aux poissons. Elle est pratiquée en continu et vise des espèces variées.

2.3.4.9 La pêche dans l’Océan Atlantique

La pêche, dans les eaux de la côte atlantique de Mayumba, est industrielle et artisanale.

 La pêche industrielle
Elle concerne la pêche au moyen de grands bateaux. La flotte de chalutiers opérant dans
les eaux gabonaises comprend des navires gabonais, asiatiques et européens, car le Gabon
a signé deux conventions d’exploitation des produits de pêche, lesquelles autorisent les
navires étrangers à pêcher dans les eaux marines du Gabon : une convention avec l’Union
européenne signée le 3 décembre 1998, et une autre avec le Japon le 2 avril 2000.

 La pêche artisanale
Elle est pratiquée à l’aide de véhicules motorisée (hors-bord ; pirogue en bois ou en
plastique) et des filets. Le mouillage des filets se fait la veille et le retrait le lendemain. Une
grande variété d’espèces est attrapée (voir annexe 1).
La pêche artisanale est pratiquée à près de 80% par des étrangers. Il y a moins de 10 ans
cette communauté de pêcheurs regroupait des ressortissants du Bénin, du Ghana, de
Guinée Equatoriale, du Nigeria, de Sao Tomé, du Sénégal et du Togo. Des entretiens
réalisés avec la communauté des pêcheurs du village « Office », il ressort que ces pêcheurs
ne sont plus que d’origine béninoise. On dénombre actuellement 83 pêcheurs.
L’organisation de la pêche ne se fait pas dans le cadre d’une association. Les pêcheurs
(exclusivement des hommes) se regroupent en fonction des appartenances familiale,
villageoise ou religieuse autour des propriétaires de pirogues, qui deviennent des « patrons
pêcheurs ». On compte ainsi 24 patrons pécheurs, certains disposants de deux pirogues.
L’équipage d’une pirogue varie de 1 à 8 personnes.

Photo 4: Départ pour le mouillage des filets et exemple d’un fumoir

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 58


2.3.4.10 Les attentes de la population

La réalisation de l’exploitation du pétrole suscite des attentes chez les populations, que les
responsables locaux ont fait connaître. Il s’agit notamment pour ce qui est des attentes
générales :

 L’ouverture des bretelles reliant les villages à la route principale;


 L’embauche des jeunes ;
 La réfection des écoles ;
 La construction des centres de santé ;
 L’amélioration de l’habitat par le don.

2.3.5 Qualité de l’air

Des émissions de dioxyde de carbone (CO2), de monoxyde de carbone (CO), de méthane


(CH4), d’oxydes d’azote (NO2) de soufre (SO2) et de composés organiques volatils (COVs)
résulteront de la production d’électricité.
Les émissions carboniques sont des gaz à effet de serre qui participent au réchauffement de
l’atmosphère. Les oxydes de soufre et d’azote participent à la pollution atmosphérique. De
plus les oxydes d’azote et les COVs sont liés à la formation d’ozone à basse altitude.
Dans la zone du projet, on ne dispose pas de données sur les paramètres atmosphériques
ci-dessus énumérés et par conséquent aucun diagnostic initial sur la qualité de l’air n’est
possible.

2.3.6 Niveau sonore

Dans la zone de la construction de la plateforme considérée, il n’a été noté aucune de


pollution sonore. Le site est situé dans une zone relativement calme, sans circulation intense
ou activité industrielle pouvant générer de telles nuisances.

2.3.7 Déchet

Il n’existe pas des déchets dangereux ou banals abandonnés au niveau de la côté de


Mayumba ou dans les eaux proches du projet pour favoriser les nuisances sur
l’environnement. Les seules déchets observés sur la plage et sur le long du littoral sont
parfois les bouteilles plastiques, des sachets, des morceaux de bois…

2.3.8 Pollution des eaux

Aucune pollution des réseaux d’eau environnants n’a été signalée.

2.3.9 Nuisances paysagères

L’intégration paysagère du site est correcte et semble être en parfaite adéquation avec les
règles du l’urbanisme en vigueur.

2.3.10 Pollution du sol

Aucune pollution de sol n’a été observée.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 59


3 Analyse des impacts

3.1 Méthodologie

L’analyse des effets environnementaux s’effectue en deux étapes, à savoir leur


identification et leur évaluation. Pour le classement des effets sur l’environnement, c’est la
méthode de la banque mondiale qui est appliquée. Elle repose essentiellement sur
l’appréciation de la valeur des composantes environnementales ainsi que l’intensité, de
l’étendue et de la durée des effets appréhendés (positif ou négatif) sur chacune de ses
composantes. Ces trois caractéristiques sont agrégées en un indicateur synthèse,
l’importance de l’effet environnemental, qui permet de porter un jugement sur l’ensemble des
effets prévisibles du projet sur une composante donnée de l’environnement.
Le processus d’évaluation des effets environnementaux est schématisé comme suit :
Valeur écosystémique

Valeur de la composante Degré de la perturbation

Étendue de l’effet Intensité de l’effet Durée de l’effet

Importance de l’effet Mesure d’atténuation

Figure 15: Processus d’évaluation des impacts

3.2 Méthode de classification


La méthode standardisée que nous suggérons consiste à déterminer, d’une part
l’importance absolue de l’impact par la combinaison des critères étendue, durée et intensité
de l’impact et d’autre part, la valeur environnementale de l’élément touché.

Dans le cadre de cette étude, une appréciation globale des divers impacts a été établie à
partir de la corrélation entre les descripteurs de durée, d’étendue et d’intensité, tels que
définis ci-dessous :
- Durée de l’impact

Un impact peut être qualifié de temporaire ou de permanent. Un impact temporaire ou à


court terme peut s’échelonner sur quelques jours, quelques semaines ou quelques mois,

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 60


mais il doit lui être associé la notion de réversibilité. Par contre, un impact permanent à un
caractère d’irréversibilité et est observé de manière définitive ou sur un très long terme.

- Étendue de l’impact

L’étendue de l’impact correspond à l’ampleur spatiale de la modification de l’élément affecté.


On distingue trois niveaux d’étendue : régionale, locale et ponctuelle.
 L’étendue est régionale si un impact sur une composante est ressenti dans un grand
territoire (ensemble de la ville, du pays) ou affecte une grande proportion de sa
population.
 L’étendue est locale si l’impact est ressenti sur une portion limitée de la zone d’étude
ou par un groupe restreint de sa population.
 L’étendue est ponctuelle si l’impact est ressenti dans un espace réduit et circonscrit
ou ressenti par quelques individus.

- Intensité de l’impact
L’intensité de l’impact est fonction de l’ampleur des modifications sur la composante du
milieu touché par une activité du projet ou encore des perturbations qui en découleront.
Ainsi une forte intensité est associée à un impact qui résulte des modifications importantes
de la composante du milieu, modifications qui se traduisent par des différences également
importantes au niveau de l’utilisation des caractéristiques ou de la qualité de la composante.
Un impact de moyenne intensité engendre des perturbations de la composante du milieu
touchée qui modifient modérément son utilisation, ses caractéristiques ou sa qualité.
Enfin, une faible intensité est associée à un impact qui ne provoque que de faibles
modifications à la composante visée, qui ne remet pas en cause son utilisation, ses
caractéristiques, sa qualité.

- Importance de l’impact

La synthèse entre les descripteurs de durée, d’étendue et d’intensité permet d’établir une
appréciation globale des divers impacts et qualifie son importance. A cet effet, le Tableau ci-
dessous sert de guide pour évaluer l’importance d’un impact, mais il revient à l’évaluateur de
porter un jugement global sur l’impact en fonction des spécificités du milieu. L’appréciation
globale est classée selon les quatre catégories suivantes :
 Impact majeur : les répercussions sur le milieu sont très fortes et peuvent difficilement
être atténuées
 Impact moyen : les répercussions sur le milieu sont appréciables mais peuvent être
atténuées par des mesures spécifiques.
 Impact mineur : les répercussions sur le milieu sont significatives mais réduites et
exigent ou non l’application de mesures d’atténuation
 Impact négligeable : les répercussions sont hypothétiques et sans conséquences
notables. Cette catégorie d’importance n’apparaît donc pas toujours dans les
tableaux car il peut arriver des cas où il n’est pas possible d’apprécier l’impact,
surtout s’il s’agit d’un risque hypothétique ou si les connaissances du milieu sont
insuffisantes pour porter un jugement. S’il y a lieu, ces cas sont décrits :

Tableau 13: Guide pour l'évaluation de l’importance d’un impact


Importance de l’impact
Intensité Étendue Durée
Majeure Moyenne Mineure
Permanente X
Régionale
Temporaire X
Forte
Permanente X
Locale
Temporaire X

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 61


Permanente X
Ponctuelle
Temporaire X
Permanente X
Régionale
Temporaire X
Permanente X
Moyenne Locale
Temporaire X
Permanente X
Ponctuelle
Temporaire X
Permanente X
Régionale
Temporaire X
Permanente X
Faible Locale
Temporaire X
Permanente X
Ponctuelle
Temporaire X

3.3 Sources de pollution potentielles et principaux impacts


appréhendés
3.3.1 Phase de mobilisation et de préparation

Pour la réalisation des opérations de la plateforme Etame, le point de départ se trouvera à


Port Gentil au siège de VAALCO Gabon. Tout le personnel et équipements partira de cette
base pour la zone de projet. Elle servira de base de ravitaillement tout au long des travaux.
Les moyens de déplacement qui seront généralement utilisés pour des rotations entre le site
et cette base seront les navires et très rarement l’hélicoptère.
On retrouvera un certain nombre d’impacts environnementaux liés à l’ensemble des activités
qui y sera développées. Par rapport à la sensibilité des composantes environnementales de
cette zone. Les impacts potentiels susceptibles d’apparaître sont les suivants :

 Dégagement de poussière dues aux activités de manutention (pollution de l’air);


 Utilisation des engins (nuisance sonore) ;
 Prolifération des déchets (pollution du sol) ;
 Les risques liés à la sécurité et à la santé des travailleurs

3.3.2 Phase de mobilisation et mise en place de la plateforme Etame

Cette mobilisation du matériel, du personnel et l’installation de la plateforme s’accompagne


d’un certain nombre d’impacts environnementaux. Les principaux impacts potentiels sont :

Les principales sources de pollution et les nuisances générées par les activités suivantes
seront :

- Impact sonore lié non seulement au transport du personnel par les hélicoptères et les
bateaux, mouvement des hélicoptères, transport du matériel, bruit et vibrations
(mouvement des hélicoptères, les activités maritime ou de pêche, la présence des
employés), au fonctionnement des moteurs des navires, d’hélicoptères et aux
opérations d’installation de la plateforme, les nuisances lors de l’implantation des
piliers. Cependant cet impact sera faible au regard de la zone géographique ou se
déroulent ces activités.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 62


- L’impact visuel lié à la présence des navires et du Rig de forage. Cet impact est de
faible importance au regard du volume de l’appareil de forage.
- Les rejets atmosphériques des gaz d’échappement des navires et d’hélicoptères
- Les vibrations et la turbidité dues à la pose de la jacket de la plateforme ou de la
pose des pieds du rig. Mais l’impact reste néanmoins de faible importance à cause
de de la faible durée de ces activités (quelques heures)
- Le projet créera des contraintes de navigation nouvelles dans une zone jusqu’alors
où il n’y avait que le FPSO. Impact faible car le FPSO existe déjà dans les cartes de
navigation maritimes depuis 2002.
- Rejet des effluents liquides dans la mer. L’impact sur l’eau est presque nul, car cette
eau n’est pas contaminée, donc n’apporte aucun polluant dans la mer.
- Rejet des effluents liquides dans l’atmosphère par la circulation des navires de
ravitaillement et hélicoptères lors des rotations
- Impacts liés à la pollution marine par des rejets des déchets organiques en mer lors
de l’exploitation de la plateforme par le personnel et Rejets de toutes sortent tels que
(des plastiques, métaux, huiles usées, métalliques, lubrifiants… utilisés lors du forage
des puits de la plateforme par le RIG de forage.
- Impacts liés aux risques d’accident pendant les opérations de transport et
d’installation de la plateforme. Au regard des dispositions mises en place et les
procédures de travail, la probabilité d’apparition d’un accident est très faible

3.3.3 Phase de forage

Les principaux impacts engendrés lors de cette phase porteront essentiellement sur :

 Perturbation de la navigation maritime par le flux des navires dans la zone du projet

 Nuisances sonores
 Le bruit sous-marin est susceptible de perturber le système auditif des
mammifères marins ou des tortues de mer en créant des interférences dans leur
capacité à détecter les appels et à localiser les échos ;
 Le bruit des machines en fonctionnement normal ;
 Le bruit produit par l’homme dans la zone du projet (travail de manutention,
conversation peut perturber le comportement des mammifères marins) ;
 Le bruit lors des rotations d’hélicoptères et de navires ou des travaux de
construction de la plateforme pourrait perturber ou créer des interférences dans la
capacité de détection des appels et de localisation des échos, mais aussi induire
un changement de comportement des mammifères marins.

 Pollution accidentelle (cas d’un déversement d’hydrocarbures, rupture du pipeline


sous-marin)

Les hydrocarbures peuvent avoir des effets toxiques et/ou physiques (asphyxie) sur les
organismes marins. Ils peuvent aussi affecter des éléments non biologiques du fait de leur
présence physique. Les effets toxiques sont souvent provoqués par les fractions
d’hydrocarbures aromatiques plus légères, tandis que les effets physiques sont dus aux
fractions plus lourdes et plus tenaces.
Les effets toxiques seront ressentis par les organismes du fait de l’exposition aux
hydrocarbures dans la colonne d’eau et dans les sédiments (organismes aquatiques), ou
l’absorption durant l’alimentation, le nettoyage des espèces (mammifères marins, animaux
terrestre). Les effets sur les organismes varient en fonction des doses auxquelles ils sont
exposés et de leur capacité à métaboliser les hydrocarbures

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 63


Ce sont les espèces marines qui sont les plus vulnérables face aux effets toxiques des
déversements. Des effets mortels peuvent se produire chez des adultes avec des doses
d’hydrocarbures supérieures à une partie par million. Les larves ont tendance à être très
sensible et des effets mortels peuvent se produire à des doses de 0,1 partie par million.

 L’éclairage des installations


 L’éclairage des installations de forage peut perturber les animaux nocturnes (les
oiseaux pélagiques).
 Pollution atmosphérique
 Consommation en carburants des navires et hélicoptères lors des rotations de
ravitaillement du matériel ;
 Consommation en carburants pour le fonctionnement des machines.

 Pollution des eaux de marine. Une attention particulière sera portée sur les points
suivants :
 Pollution des eaux par des déchets organiques produites par le personnel ;
 Pollution des eaux de mer en cas de déversement accidentel d’hydrocarbure ;
 Pollution des eaux par des déchets tels que : plastiques, métaux de rebus, huiles
usées, lubrifiants, les fluides de produits chimiques ;
 Pollution des eaux de mer par les eaux de drainage et eaux usées produites lors
du lavage de la plateforme ;
 Pollution des eaux de mer dus aux effets d’une éruption d’hydrocarbure.
 Pollution des eaux de mer pendant les égouttures de carburant lors des
opérations d’approvisionnement ;
 Pollution des eaux de mer pendant l’épandage de produits chimiques pendant
l’exploitation ;
 Pollution des eaux de mer lors de la prolifération des déchets solides et liquides
sur la plateforme ;
 Pollution des eaux mer par l’entreposage du diesel dans les barges pour raisons
opérationnelles ;
 Pollution des eaux de mer par la manipulation des produits chimiques
 Pollution des eaux de mer par des déchets liquides des sanitaires ;
 Pollution des eaux de mer par le rejet de déblais de roche et ciment ;
 Pollution des eaux de mer rejet des huiles usées des opérations de maintenance.

 Sensibilité côtière
 Pollution de la côte en cas d’une éruption d’hydrocarbure.
 Risque de collision des navires dans le périmètre de l’étude.

 Perturbation des fonds marins


Les sédiments et les communautés du fond marin seront perturbés dans le périmètre de
l’installation de forage

Déblais de forage et rejets de ciments


 Les déblais de roches constituent les rejets les plus importants des opérations de
forage, ces déblais renferment de petites quantités de fluides. Les déblais et un
faible volume de ciment rejetés sur le fond marin s’entasseront au voisinage
immédiat des puits. Les impacts du rejet des déblais de forage et des fluides
accessoires se manifesteront sur le fond marin. Les effets sur la faune benthique
pourront provenir de la toxicité du fluide et des produits chimiques accessoires ou
de l’étouffement occasionné par les débris eux-mêmes.
Rejets de fluides de forage
 Les boues utilisées seront uniquement des boues à eau sur toute la colonne de
forage.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 64


 Les boues à eau ne présentent aucune toxicité, cependant ces boues peuvent
recevoir de nombreux additifs tels qu’alourdissant, agents visqueux, contrôleurs
de gonflement, contrôleurs de pH, biocides, lubrifiants de forage et anti-mousses
susceptibles d’induire des toxicités vis-à-vis de l’environnement.

 Eaux de drainage et eaux usées

L’eau produite par l’arrosage de l’installation de forage peut contenir des traces infimes de
fluides de forage, des lubrifiants et des produits chimiques résiduels résultant des fuites et
des égouttures et véhiculés pars le ruissellement des eaux de pluie.

Les produits utilisés lors du drainage sont particulièrement très toxiques pour
l’environnement marin. La faune et la flore marine sont les principales composantes
environnementales impactées. Cet impact dépend de la sensibilité de chaque espèce.
L’impact sur l’environnement sera limité du fait de la rareté de cette opération, de plus au
regard des faibles quantités d’eaux de drainage envoyée dans la mer et des quantités
infimes de produits d’hydrocarbures contenues dans cette eau.
Le volume de ces rejets dépendra de la fréquence d’arrosage et des précipitations.

 Déchets solides

Plusieurs types de déchets solides sont susceptibles d’être produits sur la plateforme de
forage :
- Déchets domestiques ;
- chiffons huileux ;
- Filtres usés ;
- Piles usées ;
- Chiffons de peintures ;
- Batterie au lithium ;
- Boues huileuses ;
- Piles sèches ;
- Bidons de peinture ;
- Boues de décantation

 Rejets liquides opérationnels

En dehors des fractions liquides des boues de forages, des eaux usées et des eaux de
drainage déjà énumérées, plusieurs autres déchets liquides seront générés au cours des
travaux de forage notamment :

- Peintures et solvants ;
- Huiles usées ;
- Produits chimiques ;
- Lubrifiant. ;
- Carburant ;
- Etc.

 Accident de travail et risque incendie

Lors de la phase de l’exploitation, plusieurs accidents de travail et incendie pourraient


occasionner des blessures graves, perte de vie humaine et matérielle.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 65


3.3.4 Phase d’abandon

A la fin des activités d’exploitation, les puits seront bouchés et abandonnés.


Il est recommandé de réduire l’emprunte des installations pétrolières sur l’environnement.
Le démantèlement d’un site de production survient lorsqu’il n’est plus viable
économiquement. Il consiste en le retrait, la cession ou la réutilisation des infrastructures.
La démobilisation des installations pétrolières pourrait nécessiter l’emploi d’explosifs sous-
marins et les ondes de pression dues aux explosions sous-marines peuvent provoquer
d’importants traumatismes aux animaux marins, les dégâts sur les organes étant étroitement
corrélés aux impulsions acoustiques.
Il est possible que le pipeline sous-marin soit laissé en place, par une mise en eau, après
une purge des hydrocarbures résiduels et nettoyage avec des produits appropriés. Cette
mise en eau présente l’avantage d’une réutilisation du pipeline en cas d’autres découvertes
dans le voisinage.
La mise en sécurité du site a pour principal objectif le retour à l’état initial.

Les impacts potentiels susceptibles d’être observés pendant cette phase peuvent être dus :
- Aux têtes de puits qui dépassent parfois le fond marin peuvent être dangereuses pour
les bateaux de pêches et autres navires ;
- Risque d’une fuite d’hydrocarbure en provenance des têtes de puits existe et peut
entrainer une contamination de l’eau de mer.

Les mesures suivantes sont prises à la fin des opérations d’exploitation des champs de
production des hydrocarbures:

- Les puits sont refermés (obturer avec du ciment pour éviter les remontées et
les fuites d’hydrocarbures).
- Les pipelines sont nettoyés pour enlever toutes traces d’hydrocarbures,
découpés en morceaux et laissés sur place.
- Les jackets sont coupes a l’explosif et laisses sous 27-30 m sous l’eau pour
ne pas perturber la navigation maritime
- Les plateformes sont démontées et ramenées a terre.

L’impact est très négligeable car l’opération de démantèlement ou d’Abandon applique


rigoureusement ses procédures opérationnelles. VAALCO a présenté un plan d’Abandon au
ministère des hydrocarbures et dispose d’un fond d’Abandon sur le permis Etame.

3.4 Analyse des impacts et mesure d’atténuation


3.4.1 Impacts générés pendant la phase de mobilisation, construction et mise en
place de la plateforme

3.4.1.1 Impacts générés par l’augmentation du trafic maritime

Les navires de transport et de ravitaillement et de soutien seront en nombre important dans


la zone du projet et pourra perturber les activités de pêches. L’intensité de cette activité sera
moyenne dans le temps et l’importance de l’impact est jugée de mineur car l’impact est limité
dans le temps.

Elément : Importante flotte maritime


Intensité : moyenne
Durée : Temporaire
Etendue : Locale
Importance de l’impact : Mineur

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 66


1) Mesures d’atténuation

 Informer l’Administration de la Marine Marchande de la zone du projet et de la


période d’exécution.
 Baliser la zone du projet par une signalisation verticale lumineuse et prévoir une
surveillance permanente et le périmètre de sécurité qui est imposé par l’AEE (500m à
la ronde).

3.4.1.2 Impact sur le bruit et vibration


Les travaux de mobilisations, de transport et de construction de la plateforme vont générer
les nuisances sonores et seront aussi ressentis par le personnel opérant sur site et
provoquera des perturbations ou déstabilisation des mammifères marins et des tortues
vivant dans le secteur et ceci favorise l’éloignement des espèces marins du à la perturbation
de leur mode de vie :
 Le bruit des machines engendré par les travaux de construction de la
plateforme ;
 Augmentation du trafic maritime dans la zone du projet
 Le bruit produit par l’homme dans la zone du projet (travail de
manutention, conversation peut perturber le comportement des
mammifères marins) ;
 Les activités maritimes ou de pêches dans le périmètre ;
 Installation de la plateforme ;
 Le bruit lors des rotations d’hélicoptères et des navires ou lors des
travaux de construction de la plateforme et de la pose du RIG pourrait
perturber ou créer des interférences dans la capacité de détection des
appels et de localisation des échos, mais aussi induire un changement
de comportement des mammifères marins.
 Le bruit lors de l’implantation des quatre piliers.
 Le bruit généré lors de la mise en place du RIG de forage.

Les effets des nuisances sonores seront ressentis par le personnel opérant sur le
site, par la faune marine vivant dans le secteur d’étude et les pêcheurs travaillant dans la
zone d’étude. Ils s’arrêteront pour certains et continueront pendant la phase de forage pour
d’autres.
Pour contrôler le niveau des nuisances, un observateur de mammifères marins sera à bord
de la plateforme uniquement pendant les opérations de forage. La zone du projet se trouve
sur une zone de nidification ou de migration des tortues marines, mais la période de mise en
œuvre du projet est en dehors de la période d’activités biologiques des tortus luths.
Au vu des nuisances sonores que cette phase peut générer, et du fait qu’il soit limité
dans le temps, son effet est jugé mineur.

Elément : Bruit et vibrations


Intensité : moyenne
Durée : Temporaire
Etendue : Locale
Importance de l’impact : Mineur

2) Mesures d’atténuation

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 67


 L’observation des cétacés à proximité des navires en stationnement et des
installations de forage suppose que ces installations industrielles produisent un bruit
continu provoquant de la part des cétacés des réactions moins importantes que les
sources sonores en mouvement comme les navires. Les baleines à bosses et
plusieurs autres petits cétacés ne semblent pas éviter les appareils de forages dans
les eaux marines Gabonaises.
 Vérifier que le bruit des navires de secours n’est pas plus important que celui des
autres navires dans la région. Le CEPP interdit toute activité maritime ou de pêche
dans un périmètre de 500 mètres des installations pétrolières offshore. La distance
de la zone des forages à la côte (environ 40 km) montre que ce sont principalement
les navires de pêche en haute mer (en majorité étrangers) qui pourraient se trouver
dans le voisinage.

 Vérifier que les sons émis par les opérations de forage en mer soient situés entre (7
et 4000 Hertz) et les tortues de mer entendent bien à basses fréquences.

 Informer tous les pilotes pour qu’ils évitent les trajets les plus sensibles.

 Le projet va se situer à plus de 40km de la côte et à cette distance, les oiseaux


marins sont rares nous pouvons estimer que l’impact est négligeable sur la faune
aviaire.

 Mettre à la disposition des travailleurs Les équipements de protection individuelle


(casques anti-bruit) pendant toute la phase de mobilisation et de construction.

3.4.1.3 Impact sur l’éclairage de la zone de construction

L’éclairage de la plateforme pendant la nuit est susceptible d’attirer les oiseaux marins et
poissons.
Cet éclairage nécessaire au travail de nuit pourrait déranger et désorienter les oiseaux
pélagiques se nourrissant dans la région proche de la zone du projet.
L’éclairage de la plateforme durera pendant toute la période de mobilisation, de forage et de
l’exploitation. Cet impact va générer des nuisances sonores qui seront ressentis par la faune
vivant dans le secteur d’étude (les oiseaux pélagiques et les mammifères marins).

L‘impact de l’effet lumineux est négligeable et son importance sur


l’environnement est considéré de mineur

Elément : Effets lumineux


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue : locale
Importance de l’impact : Mineur

3) Mesures d’atténuation

 L’éloignement de la côte et la rareté des oiseaux marins dans la zone laisse présager
un impact négligeable du projet sur la faune aviaire.
 Orienter l’éclairage uniquement au niveau des installations et des unités de
traitements de façon à minimiser les installations hors plateforme.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 68


3.4.1.4 Impact sur les rejets des déchets en mer

L’exploitant dispose d’un plan de gestion de ses déchets et d’une procédure déchet.
En cas de non-respect des procédures mise en place par l’exploitant (ex sous-traitant), ou
rejet sauvage de déchets.
Les rejets suivants génèrent la pollution des eaux de mer :
 Déchets organiques (ordures ménagers, boîtes de conserves)
en mer lors de la construction de la plateforme par le
personnel ;
 Déchets des plastiques, métaux, huiles usées, métalliques,
lubrifiants… utilisés lors de l’implantation du RIG et de la
plateforme.
Tenant compte de toutes les précautions mises en place par l’opérateur et du nombre du
personnel qui exercera sur la plateforme, il ressort un classement mineur.

Elément : Rejets des déchets en mer


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineur

4) Mesures d’atténuation

 Mettre un accent sur la sensibilisation de tous les sous-traitants à l’engagement


environnemental de VAALCO Gabon en recevant la politique environnementale, et
les instructions concernant un déversement accidentel.

 Les déchets biodégradables tels que les déchets alimentaires seront macérés et
broyés pour être évacués en mer à une distance minimale de 3 miles marins, soit 5,5
km environ de la terre.

 Les chiffons huileux, les chiffons de peinture, les débris de papier, toiles métalliques,
les bidons de peinture, les débris métalliques, etc. seront collectés et transférés à
terre pour élimination.

3.4.1.5 L’Impact sur la Sécurité du public

Les différentes rotations des bateaux et d’hélicoptères dans la zone du projet est
susceptible d’occasionner des gênes de la navigation de la population locale (pêcheurs,
villageois et les autres entreprises), voir même des accidents.
Afin d’éviter tout incident. Les populations riveraines seront averties du lancement de
l’opération. De plus le comportement préventif acquis par des pêcheurs lors des croisements
des embarcations navales contribue à réduire le risque d’incident. L’importance de l’impact
est jugée de mineure et sera à court terme.

Elément : sécurité publique


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineure

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 69


5) Mesures d’atténuation

 Afin d’éviter tout incident, les populations riveraines (pêcheurs) seront averties du
lancement de l’opération.

3.4.1.6 Impact sur la Sécurité et la Santé des travailleurs

Les activités de forage construction de la plateforme exposent de façon inévitable les


employés aux risques liés à l’hygiène et la sécurité du travail. Ces accidents pourraient
occasionner des blessures graves, des pertes en vie humaines ou encore la détérioration
des équipements.
Les activités suivantes méritent une attention particulière:
 travail avec des équipements lourds ;
 stockage, manipulation et utilisation de substances et déchets dangereux ;
 travail dans un environnement bruyant ;
 soulèvement de charges lourdes ;
 travail en hauteur ;
 émissions de gaz ;

La mise en place de la politique HSE de VAALCO Gabon permettrait de diminuer cet impact.
L’intensité des activités de cette phase de mobilisation, l’importance de l’impact est jugée
de moyenne.

Elément : sécurité des travailleurs


Intensité : moyenne
Durée : temporaire
Etendue : locale
Importance absolue : Moyenne

6) Mesures d’atténuation

 Des services médicaux, ainsi que des équipements de premier secours seront en
permanence disponibles sur la plate forme et sur les navires d’astreinte. Le port
d’équipements de sécurité sera obligatoire.

 Un plan d’évacuation des blessés et des malades graves est prévu par des rotations
d’hélicoptères vers les centres de soins de Port-Gentil.

 Un plan de communication alerte permet de réduire les délais d’évacuation en cas


d’urgence maladie.

3.4.1.7 Impact sur le risque de collision entre navires

L’appareil de forage et les navires de soutient seront équipés d’instruments de


communication permettant une gestion harmonieuse de la navigation maritime et une
réduction des risques de collision.
Les mesures de sécurité en vue de minimiser les risques de collision des navires avec la
plateforme exigent qu’une zone d’exclusion d’un rayon d’au moins 500m autour de
l’installation du forage soit mise en vigueur pendant que les opérations de forage et ceci sera
effectué lors de cette opération.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 70


Tenant compte de toutes les précautions mises en place, il ressort un classement mineur.

Elément : risque de collision entre navires


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineur

7) Mesures d’atténuation

 L’Administration de la Marine Marchande sera informée de la zone du projet. Il y aura


un balisage de la zone du projet par une signalisation verticale lumineuse,
surveillance permanente de périmètre de sécurité imposé par l’AEE (500m à la
ronde).

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 71


RECAPITULATIF DES IMPACTS EN PHASE DE MOBILISATION, CONSTRUCTION ET MISE EN PLACE DE LA PLATE FORME
Tableau 14: Récapitulatif des impacts en phase de mobilisation, construction et mise en place de la plateforme

PHASE DU PROJET PRINCIPAUX IMPACTS MESURES D’ATTENUATION IMPORTANCE DE


L’IMPACT
Impacts générés par une augmentation du trafic : Les navires  Informer l’Administration de la Marine Marchande
de transport et de ravitaillement et de soutien seront en de la zone du projet et de la période d’exécution.
nombre important dans la zone du projet et pourra perturber  Baliser la zone du projet par une signalisation
les activités de pêches. L’intensité de cette activité sera verticale lumineuse et prévoir une surveillance
permanente et le périmètre de sécurité qui est
moyenne dans le temps et l’importance de l’impact est jugée imposé par l’AEE (500m à la ronde). Mineure
de mineure car l’impact est limité dans le temps.

 L’observation des cétacés à proximité des navires en


Les travaux de mobilisations et de construction de la plateforme vont stationnement et des installations de forage suppose
générer les nuisances sonores et seront aussi ressentis par le que ces installations industrielles produisent un bruit
personnel opérant sur site et provoquera des perturbations ou continu provoquant de la part des cétacés des réactions
déstabilisation des mammifères marins et des tortues vivant dans le moins importantes que les sources sonores en
mouvement comme les navires. Les baleines à bosses
secteur et ceci favorise l’éloignement des espèces marins dues à la et plusieurs autres petits cétacés ne semblent pas
perturbation de leur mode de vie : éviter les appareils de forages dans les eaux marines
Gabonaises.
Le bruit des machines et lors de l’implantation des piliers  Vérifier que le bruit des navires de secours n’est pas
plus important que celui des autres navires dans la
Mobilisation, Le bruit du trafic maritime dans la zone du projet région. Le CEPP interdit toute activité maritime ou de
Installation et mise pêche dans un périmètre de 500 mètres des
en place de la Le bruit produit par l’homme dans la zone du projet (travail installations pétrolières offshore. La distance de la zone
de manutention, conversation peut perturber le comportement des des forages à la côte (environ 40 km) montre que ce
plateforme Mineure
mammifères marins) ; sont principalement les navires de pêche en haute mer
(en majorité étrangers) qui pourraient se trouver dans le
voisinage.
Les activités maritimes ou de pêches dans le périmètre ;
 Vérifier que les sons émis par les opérations de forage
en mer soient situés entre (7 et 4000 Hertz) et les
Installation de l’appareil de forage sur le fond marin en vue tortues de mer entendent bien à basses fréquences.
de la stabilisation ;  Informer tous les pilotes pour qu’ils évitent les trajets les
plus sensibles.
Le bruit lors des rotations d’hélicoptères et des navires ou  Le projet va se situer à plus de 50km de la côte et à
lors des travaux de construction de la plateforme et de la pose de cette distance, les oiseaux marins sont rares nous
l’appareil de forage pourrait perturber ou créer des interférences pouvons estimer que l’impact est négligeable sur la
dans la capacité de détection des appels et de localisation des faune aviaire.
 Mettre à la disposition des travailleurs Les équipements
échos, mais aussi induire un changement de comportement des
de protection individuelle (casques anti-bruits) pendant
mammifères marins toute la phase de mobilisation et de construction.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 72


Impact sur l’éclairage de la zone de construction
 L’éclairage de la plateforme pendant la nuit est susceptible  L’éloignement de la côte et la rareté des oiseaux
d’attirer les oiseaux marins et poissons marins dans la zone laisse présager un impact
négligeable du projet sur la faune aviaire.
 Cet éclairage nécessaire au travail de nuit pourrait déranger
 L’installation d’un écran de protection pour réduire
et désorienter les oiseaux pélagiques se nourrissant dans la
le nombre d’ampoule qui éclairent la zone du projet Mineure
région proche de la zone du projet
 Orienter l’éclairage uniquement au niveau des
 L’éclairage de la plateforme durera pendant toute la période installations et des unités de traitements de façon à
de mobilisation, de forage et de l’exploration si le puits est minimiser les installations hors plateforme
positif. Cet impact va générer des nuisances sonores qui
seront ressentis par la faune vivant dans le secteur d’étude
(les oiseaux pélagiques et les mammifères marins)
Mobilisation, Impact les rejets des déchets en mer  Mettre un accent sur la sensibilisation de tous les
Installation et sous-traitants à l’engagement environnemental de
 Déchets organiques (ordures ménagers, les boîtes de VAALCO Gabon en recevant la politique
mise en place de conserves) en mer lors de la construction de la plateforme environnementale, et les instructions concernant
la plateforme par le personnel ; un déversement accidentel.

 Des plastiques, métaux, huiles usées, métalliques,
 Les déchets biodégradables tels que les déchets
lubrifiants… utilisés lors de l’implantation de la plateforme.
alimentaires seront macérés et broyés pour être
Mineure
évacués en mer à une distance minimale de 3
miles marins, soit 5,5 km environ de la terre.

 Les chiffons huileux, les chiffons de peintures, les


filtres, les débris de papier, de verre, déchets
médicaux, toiles métalliques, matériaux de rinçage
bobinés seront incinérés sur les installations de la
plateforme.
Impact sur la Sécurité et la Santé des travailleurs  Des services médicaux, ainsi que des équipements
de premier secours seront en permanence
disponibles sur la plateforme et sur les navires
Les activités de forage construction de la plateforme exposent de
d’astreinte. Le port d’équipements de sécurité sera
façon inévitable les employés aux risques liés à l’hygiène et la obligatoire.
sécurité du travail. Ces accidents pourraient occasionner des
blessures graves, des pertes en vie humaines ou encore la  Un plan d’évacuation des blessés et des malades
Moyenne
détérioration des équipements. graves est prévu par des rotations d’hélicoptères
Les activités suivantes méritent une attention particulière: vers les centres de soins de Port-Gentil.
 travail avec des équipements lourds ;
 Un plan de communication alerte permet de réduire
 stockage, manipulation et utilisation de substances et déchets les délais d’évacuation en cas d’urgence maladie.
dangereux ;
 travail dans un environnement bruyant ;

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 73


 soulèvement de charges lourdes ;
 travail en hauteur ;
 émissions de gaz ;
 La mise en place de la politique HSE de VAALCO Gabon
permettrait de diminuer cet impact.

L’Impact sur la Sécurité du public Afin d’éviter tout incident. Les populations riveraines seront
averties du lancement de l’opération. De plus le
Les différentes rotations des bateaux et d’hélicoptères dans comportement préventif acquis par des pêcheurs lors des
croisements des embarcations navales contribue à réduire
Mineure
la zone du projet est susceptible d’occasionner des gênes de la
navigation de la population locale (pêcheurs, villageois et les autres le risque d’incident. L’importance de l’impact est jugée de
entreprises), voir même des accidents. mineure et sera à court terme
La plateforme et les navires de soutient seront équipés d’instruments L’Administration de la Marine Marchande sera informée de
de communication permettant une gestion harmonieuse de la la zone du projet. Il y aura un balisage de la zone du projet
navigation maritime et une réduction des risques de collision. par une signalisation verticale lumineuse, surveillance
Les mesures de sécurité en vue de minimiser les risques de collision permanente de périmètre de sécurité imposé par l’AEE
des navires avec la plateforme exigent qu’une zone d’exclusion d’un (500m à la ronde) Mineure
rayon d’au moins 500m autour de l’installation du forage soit mise en
vigueur pendant que les opérations de forage et ceci sera effectué
lors de cette opération

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 74


3.4.2 Impacts générés pendant la phase de forage

Les principaux impacts engendrés lors de cette phase porteront essentiellement sur

3.4.2.1 Impact sur le bruit et vibration

Le bruit sous-marin est susceptible de perturber le système auditif des mammifères marins
ou des tortues de mer en créant des interférences dans leur capacité à détecter les appels et
à localiser les échos. L’origine de cette nuisance sonore proviendra :

 Trafic maritime dans la zone du projet ;


 Rotations d’hélicoptères ;
 La présence du personnel sur le site (travail de manutention,
conversation peut perturber le comportement des mammifères
marins) ;
 Installation de l’appareil de forage.

Au vu des nuisances sonores que cette phase peut générer, et du fait que les machines et
les outils utilisés pour forer le puits seront contrôlés, l’intensité sera moyenne et l’importance
de l’impact est jugée de mineure.

Elément : Bruits et vibrations


Intensité : moyenne
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineur

1) Mesures d’atténuation

 La présence des mammifères marins tels que (les cétacés, les tortus de mer) à
proximité des navires en stationnement et des installations de forage suppose que
ces installations industrielles produisent un bruit continu provoquant de la part des
cétacés des réactions moins importantes que les sources sonores en mouvement
comme les navires.

 Les zones d’installation de la plateforme sont des zones où la présence des


mammifères est importante et le bruit est moins important.
 Les tortues de mer entendent bien à basses fréquences comparables aux sons émis
par les opérations de forage en mer (entre 7 et 4000 Hertz).

 Les pilotes d’hélicoptères seront avertis pour éviter les trajets sensibles. L’impact du
bruit des hélicoptères est estimé négligeable. Le bruit des navires d’assistance ne
devrait pas être plus important que celui des autres navires dans la région et est jugé
mineur.

 La limite acceptable du bruit est fixée à 85 dB (A), toutes les zones bruyantes seront
marquées et des casques anti-bruit seront disponibles en plusieurs endroits pour le
personnel à bord.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 75


3.4.2.2 Perturbation du fonds marin

Lors de cette phase de forage, les sédiments et les communautés du fond marin seront perturbés
dans le périmètre de l’installation de forage
Les déblais de roches constituent les rejets les plus importants des opérations de forage, ces déblais
renferment de petites quantités de fluides. Les déblais et un faible volume de ciment rejetés sur le
fond marin s’entasseront au voisinage immédiat du puits. Les impacts du rejet des déblais de forage
et des fluides accessoires se manifesteront sur le fond marin. Les effets sur la faune benthique
pourront provenir de la toxicité du fluide et des produits chimiques accessoires ou de l’étouffement
occasionné par les débris eux-mêmes.
Les rejets de fluides de forage tels que les boues utilisées seront uniquement des boues à eau sur
toute la colonne de forage.

Elément : Perturbation du fond marin


Intensité : moyenne
Durée : Temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Moyen

2) Les mesures d’atténuation

- La perturbation du fond marin due à l’installation de forage sera limité à la zone


comprise entre les pieds de la plateforme, c’est une surface pas très importante de
l’ordre de 240 m2 La recolonisation devrait être rapide, étant donné que les
communautés benthiques au voisinage du puits projeté sont similaires à celles des
zones de forage.

- Plus de 95% des déblais de roches seront remontés sur l’installation de forage (5%
restant lié aux pertes lors de la remontée) pour y être traités. Le traitement consiste à
neutraliser la toxicité liée aux fluide et produits chimiques accessoires, avant le rejet
de ces déblais sur le fond marin.

- Les impacts du dépôt des déblais sur le fond marin sont ainsi minimisés, bien qu’une
perturbation temporaire se manifeste, suite à la dynamique des rejets. A la fin du
forage, le recolonisation de la zone peut se produire de plusieurs manières
différentes, par exemple, les espèces mobiles peuvent migrer des bordures vers le
centre de la zone, le plancton peut se repeupler naturellement grâce aux larves
déposées sur le fond marin Près de 98% des additifs du ciment utilisés pour le puits
ne créeront que peu ou pas de risque pour l’environnement marin.

- Après usage, les déchets ultimes des boues de forage sont traités par un ensemble
d’équipements dans le but de neutraliser leur toxicité. Ces déchets ultimes seront
ensuite rejetés en mer tout comme les déblais de roches. Les eaux de procédés
seront tout aussi neutralisées avant leur rejet en mer et leur dilution sera rapide, étant
donné que ces fluides ne seront plus toxiques. Aucun impact résiduel ne pourra être
détecté.

3.4.2.3 Émissions atmosphériques

Les émissions atmosphériques résulteront des sources multiples:

- Le gasoil consommé par l’appareil de forage pour les besoins énergétiques,


- Consommation en carburant des navires (astreinte, ravitaillement, secours/sécurité),
- Rotation d’hélicoptères

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 76


Aucune émission de H2S n’est envisagée.

Les générateurs seront bien entretenus et contrôlé. L’effet sur la pollution atmosphérique
sera de courte durée et l’importance de l’impact sur la qualité de l’air sera mineure.

Elément : Emissions atmosphériques


Intensité : moyenne
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineure

2) Les mesures d’atténuation

 Mettre des mesures à bord des installations de forage et des navires d’astreinte afin
de limiter les émissions atmosphériques durant toutes les opérations de forage, de
production et celles-ci seront adoptées durant le programme de forage ;
 Bien entretenir les systèmes d’échappement des générateurs et vérifier le système
d’échappement des groupes électrogènes pour s’assurer qu’il ne comporte pas
d’étranglement ni n’émet de matières particulières ou de gaz visibles ;
 S’il y a trop d’émissions atmosphériques voir la qualité du carburant et de l’entretien
de l’équipement ;
 Etablir un programme d’entretien des équipements suivi ;
 Les limites des normes européennes (2005) pour les rejets/émissions gazeuses dans
l’atmosphère seront respectées ;
 Contrôler de façon continue et régulière la consommation de carburant et mettre les
générateurs en régime normal.

3.4.2.4 Rejets des déchets en mer

 Déchets solides
Plusieurs types de déchets solides sont susceptibles d’être produits sur la plateforme de
forage :
- Piles usées,
- Filtre,
- Déchets domestiques,
- chiffons souillés,
- chiffons de peintures,
- batteries,
- boues huileuses,
- bidons vides de peinture,
- boues de décantation

Les ordures ménagères seront traitées dans un compacteur et stockées dans un secteur
approprié de la plateforme de production. Tous les déchets biodégradables seront triés et
broyés avant d’être rejetés à la mer.

Les déchets métalliques et les déchets plastiques seront triés et stockés séparément dans
des conteneurs appropriés avant d’être évacués périodiquement à terre pour valorisation ou
élimination par les structures spécialisées.

Ces déchets seront ramenés hors de la plateforme et collectés par les sous-traitants.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 77


L’intensité de l’impact est faible et limité dans le temps (temps du forage), l’importance de
l’impact est considérée de mineure.

Elément : Rejets des déchets solides


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineur

3) Mesures d’atténuation

- Récupérer tous les déchets produits sur le site pendant la phase de forage

- L’entreprise des travaux doit veiller que les matières polluantes ne soient pas rejetées
dans la nature
- Respecter le plan de gestion des déchets issus des activités de forage de l’opérateur

o Les déchets biodégradables tels que les déchets alimentaires et les boues de
décantation seront macérés et broyés pour être évacués en mer à une
distance minimale de 3 miles marins, soit 5,5 km environ de la terre.

o Les chiffons huileux, les chiffons de peintures, les filtres, les débris de papier,
de verre, déchets médicaux, toiles métalliques, matériaux de rinçage bobinés
seront incinérés sur les installations de la plateforme.

o Collecter les piles, les batteries, les bidons de peinture, les débris métalliques,
et les transférer à terre pour élimination.

o Les déchets métalliques et les déchets plastiques seront triés et stockés


séparément dans des conteneurs appropriés avant d’être évacués
périodiquement à terre pour valorisation ou élimination par les structures
spécialisées.

3.4.2.5 Déchets liquides

Pendant les travaux de forage les principaux impacts liquides que pourra avoir les rejets
liquides sur les eaux de mer proviendront :

 Les eaux de drainage ;


 Les eaux sanitaires ;
 Les eaux d’égout ;
 Les eaux d’arrosage de la plateforme ;
 Les huiles usées et des fluides des produits chimiques ;
Vu les faibles volumes qui pourront être déversé en mer et grâce aux mesures d’atténuation
qui seront mise en place, l’importance des impacts seront mineures.

Elément : Rejets des déchets liquides


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineure

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 78


4) Mesures d’atténuation

- Les seuls effluents liquides spécifiques à l’activité de forage qui vont être utilisés sont
des boues mélangées à l’eau de mer jusqu’à l’achèvement des forages. L’eau de mer
sera restituée au milieu directement, les boues à base d’eau (WBM) seront recyclées
pour une réutilisation. A terme les boues à eau seront rejetées à la mer.

- Les eaux de lessivage de pont, les eaux d’égout, les vidanges de sanitaires seront
traitées sur la plateforme par des installations d’assainissement suivant les
procédures rigoureuses de VAALCO Gabon. Ces eaux usées seront rejetées à la mer
après traitement. Les règlements pour la prévention de la pollution par les eaux usées
provenant des navires, ainsi que les déversements additionnels de liquides par-
dessus bord, seront contrôlées et enregistrées sur une fiche d’observation visuelle
journalière.

- Vérifier que l’appareil de forage est équipé d’une unité de traitement des eaux noires
et des eaux grises lesquelles pourront être évacuées en mer (à une distance
supérieure à 4 miles marins de la terre, soit 7,4 km environ tel qu’établi par l’annexe
IV de la convention de Marpol 73/78.

- L’opérateur de forage s’assurera de la bonne tenue des équipements de traitement


des eaux usées et des eaux de drainage afin de minimiser les quantités
d’hydrocarbures et autres contaminants entraînés par ces eaux.

3.4.2.6 Les boues de forage, déblais de forage et excès de ciment

Les boues de forage, les déblais de forage et l’excès de ciment rejetés dans les eaux
marines, induisent un étouffement, turbidité élevée et une toxicité sur les communautés
benthiques dans le voisinage immédiat du puits.
Les effets de la faune benthique pourront provenir de la toxicité du fluide et des
produits chimiques accessoires ou de l’étouffement occasionné par les débris de roche eux-
mêmes.

Les boues utilisées seront uniquement des boues à eau sur toute la colonne de forage. Les
boues à eau ne présentent aucune toxicité, cependant ces boues peuvent recevoir de
nombreux additifs tels que des alourdissant, agents visqueux, lubrifiants de forage et anti
mousses susceptible d’induire des toxicités vis-à-vis de l’environnement.

Après usage, les boues de forage seront traitées par un ensemble d’équipements dans le
but de neutraliser leur toxicité. Ces déchets ultimes seront ensuite rejetés en mer tout
comme les déblais de roches. Les eaux de procédés seront tous aussi neutralisées avant
leur rejet en mer et leur dilution sera rapide, étant donné que ces fluides ne seront plus
toxiques.
Les effets néfastes dans la zone de projet seront à court terme et avec une absence
d’éléments toxiques persistants. L’importance de l’impact dans la zone de projet est mineure

Elément : les boues de forage, déblais de forage et l’excès de ciment


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineure

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 79


5) Mesures d’atténuation

 Pour éviter la toxicité du milieu, l’usage des boues à eaux pour le forage non
toxiques pour l’environnement est important.
 Compartimenter les zones de stockage des fluides et des produits chimiques
sur le pont et isolés du drainage des eaux usées des plateformes. Les eaux
usées seront traitées tout comme les eaux de drainage avant leur rejet en
mer.
 Remonter sur la plateforme Les « cuttings » et séparés mécaniquement des
boues par centrifugation ; la boue est réinjectée dans le forage une fois
contrôlée, la teneur en particules solides et la densité du liquide.

 Les boues ayant une teneur en hydrocarbure non négligeable seront


évacuée à terre et stockée jusqu’à une utilisation ultérieure.

 Les boues à base d’eau seront rejetées à la mer après centrifugation visant à
réduire la teneur en produits chimique utilisés (Bentonite, Baryte, Bromure de
sodium, CaCl2, KCI).

3.4.2.7 Impact en cas de déversement d’hydrocarbure ou des produits dans les eaux
de mer

L’utilisation des générateurs à moteur nécessite un apport de carburant. A cet effet un stock
de fuel, contenu dans une cuve étanche sera présente sur la plateforme et assurera le
ravitaillement de ces machines.
 Le déversement d’hydrocarbures lors des vidanges et du remplissage des réservoirs
des machines dans la zone du projet.
 Déversement de la peinture ;
 Ruissellement de la peinture lors d’un déversement accidentel

Bien qu’aucune composante du projet ne soit identifiée comme une source d’émission de
contaminants vers les eaux de mer, il convient de s’assurer qu’aucun déversement
accidentel ou épandage de produits potentiellement contaminants sur le site des installations
ne viendra compromettre la qualité d’eau vu la localisation du projet nous pouvons dans ce
cas dire que l’impact en cas de déversement accidentel est mineure.

Elément : déversement d’hydrocarbure ou des produits dans les eaux de mer


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineure

6) Mesures d’atténuation

 En cas de pollution accidentelle due à des fuites d’huile de vidange ou hydraulique,


des kits de lutte contre la pollution seront utilisés ;
 En cas de déversement accidentel des hydrocarbures ou tout autre accident et cas

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 80


d’urgence, la procédure d’urgence de la société VAALCO Gabon sera déclenchée.
 La société VAALCO Gabon emploie des sociétés sous-traitantes internationales,
compétentes. Avant tout les activités de forage seront conduites selon les règles de
l’art.
 En cas de déversement accidentel d’hydrocarbure les barrières flottantes, absorbant
seront mises. Des navires secours/sécurité entièrement équipés pour la circonstance,
seront mis à contribution pour le nettoyage des eaux affectées par le déversement de
brut.
Le plan d’urgence décrira la ou les actions correctives à entreprendre en cas de
déversement accidentel. Celui-ci inclura notamment les mesures suivantes :
 Contenir et nettoyer immédiatement toute matière déversée ;
 Informer immédiatement le Responsable HSE;
 Récupérer les eaux contaminées et les stocker dans des containers ; les traiter ou les
Eliminer dans des centres de traitements appropriés;
 Déplacer les produits chimiques dans des aires d’entreposage munies de rétention
appropriées ou approuvées.

3.4.2.8 Impact du à l’éruption d’hydrocarbures pouvant survenir pendant les


opérations de forage

Les éruptions qui sont des déversements continus peuvent durer des heures, des
jours ou des semaines s’ils ne sont pas bien maîtrisés par le personnel opérant ou si la
réaction en situation d’urgence n’est pas adaptée.
Ces éruptions peuvent entraîner le rejet de volumes importants de pétrole brut dans
les eaux des cours d’eau environnants leur causant ainsi des dégâts importants et affectant
considérablement leurs utilisations. Un tel accident est pris en compte dans le plan
d’urgence de la société VAALCO Gabon et tous les moyens sont mis en œuvre pour y
remédier.
Selon la grille d’évaluation et en tenant compte des moyens mis en place et sachant
que :
- en cas d’éruption non maîtrisée ou accidentelle, les dégâts seront importants ;
Le forage est situé dans une zone à 40km de la côte de Mayumba, l’importance de l’impact
sera Majeure.

Elément : Eruption d’hydrocarbures


Intensité : moyenne
Durée : longue (phénomène irréversible)
Etendue : locale
Importance absolue : Majeur

7) Mesures d’atténuation

 En cas de déversement accidentel d’hydrocarbures lors du dégorgement du puits,


selon la gravité, des kits et/ou d’autres équipements de lutte contre la pollution seront
utilisés ;
 Mettre un obturateur (Blow Out Preventer - BOP) sera mis en place sur le forage afin
d’éviter les éruptions d’hydrocarbure lors du forage ;
 En cas de déversement accidentel d’hydrocarbure mettre des barrières flottantes,
absorbant et un navire secours/sécurité entièrement équipé pour la circonstance,
seront mis à contribution pour le nettoyage des eaux affectées par le déversement de

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 81


brut ;
 Prévoir sur site un plan d’urgence pourra être déclenché en cas de déversement
important.

3.4.2.9 L’Impact sur la Sécurité du public

Les différentes rotations des bateaux et d’hélicoptères dans la zone du projet est
susceptible d’occasionner des gênes de la navigation de la population locale (pêcheurs,
villageois et les autres entreprises), voir même des accidents.
Afin d’éviter tout incident. Les populations riveraines seront averties du lancement de
l’opération. De plus le comportement préventif acquis par des pêcheurs lors des croisements
des embarcations navales contribue à réduire le risque d’incident. L’importance de l’impact
est jugée de mineure et sera à court terme.

Elément : sécurité publique


Intensité : faible
Durée : temporaire
Etendue: locale
Importance de l’impact: Mineure

8) Mesures d’atténuation

 Informer les populations riveraines (pêcheurs) de la période du lancement des


opérations.
 Communiquer tous les problèmes liés au forage aux autorités compétentes

3.4.2.10 Impact sur la Sécurité et la Santé des travailleurs

Les activités de forage construction de la plateforme exposent de façon inévitable les


employés aux risques liés à l’hygiène et la sécurité du travail. Ces accidents pourraient
occasionner des blessures graves, des pertes en vie humaines ou encore la détérioration
des équipements.
Les activités suivantes méritent une attention particulière:
 travail avec des équipements lourds ;
 stockage, manipulation et utilisation de substances et déchets dangereux ;
 travail dans un environnement bruyant ;
 soulèvement de charges lourdes ;
 travail en hauteur ;
 émissions de gaz ;
 La mise en place de la politique HSE de VAALCO Gabon permettrait de diminuer cet
impact.
L’intensité des activités de cette phase de mobilisation, l’importance de l’impact est jugée
de moyenne.

Elément : sécurité des travailleurs


Intensité : moyenne
Durée : temporaire
Etendue : locale
Importance absolue : Moyenne

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 82


9) Mesures d’atténuation

 Des services médicaux, ainsi que des équipements de premier secours seront en
permanence disponibles sur la plateforme et sur les navires d’astreinte. Le port
d’équipements de sécurité sera obligatoire ;

 Mettre à disposition du personnel le plan un plan d’évacuation sanitaire en cas de


blessés et de maladies ;

 Mettre à la disposition un moyen d’évacuation en cas d’accident (par exemple une


rotation d’hélicoptères dans la zone du projet ;

 Mettre sur le site un plan d’intervention ou d’alerte qui permettra de réduire les délais
d’évacuation en cas d’urgence maladie.

3.4.2.11 Identification des impacts socio-économiques du projet

Le projet présente à la fois des avantages socio-économiques mais aussi sur des risques
sur l’environnement.

 Les impacts positifs

 L’offre d’emplois.
Le projet est créateur d’emplois dans les phases de mobilisation de forage et de
démobilisation. La demande de main d’œuvre que suscite ce projet permet, sur le plan local
(Mayumba), d’offrir aux populations désœuvrées de trouver un emploi.

Cette création d’emplois dans la région va augmenter le pouvoir d’achat des populations et
relancer la consommation, ce qui aura pour effet de redynamiser l’économie locale.

Ainsi les effets suivant peuvent découler de la mise en œuvre du projet :

 Effet positif du projet par la création de nouveaux emplois


 Effet positif du projet en augmentant les revenus au niveau des ménages par la vente
de produit frais (ex : poissons, fruits et légumes) au personnel de VAALCO Gabon
 La réhabilitation des infrastructures
Le meilleur accès à Mayumba, ville côtière de la zone de forage du puits, est la voie
aérienne. L’intensité du trafic que suppose le projet, nécessite la réhabilitation de l’aéroport
de Mayumba aujourd’hui non opérationnel pour les avions.

 Le tourisme

La réhabilitation de l’aéroport de Mayumba facilite l’accès de la région et offre des


opportunités de tourisme et de loisirs.

L’importance de l’impact sera mineure

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 83


 Les impacts négatifs

Les impacts négatifs apparaissent comme des risques que le projet peut avoir sur certaines
activités et surtout sur le milieu naturel.

 Effets négatifs du projet en cas d’abandon des activités d’agriculture et de pêche par
les villageois au profit des activités du projet, ce qui entraînera une baisse de
l’approvisionnement de la population locale en produits agricoles et piscicoles. Effet
très peu probable du à la faible demande du projet en main-d’œuvre non qualifiée.

 Sur la navigation

La plateforme de forage constituera un obstacle potentiel à la navigation maritime pendant


les opérations de forage.

 Sur les ressources halieutiques

La plateforme de forage constitue un récif pour les ressources halieutiques. Elle peut de ce
fait causer des perturbations dans le repeuplement naturel des espèces, et provoquer des
modifications dans la distribution spatiale de cette ressource dont la concentration serait plus
forte autour de la plateforme et susciterait la pêche illégale avec des risques d’accident.

 Sur le social

 Risque de rejet social du projet par la population en cas de pollution avérée, de


dégradation de la nature, etc.
 Augmentations des risques de transmission de maladies.
 Risque d’apparition de la prostitution, et de prévalence des maladies transmissibles.
 Risques sanitaires en cas d’atteintes graves à l’environnement.
Le risque social du projet sera classer de faible car le projet ne va pas influencer un nombre
important de la pollution et ne va pas recruter un nombre important de travailleurs.

Elément : social du projet


Intensité : moyenne
Durée : moyenne
Etendue : locale
Importance absolue : Moyenne

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 84


RECAPITULATIF DES IMPACTS EN PHASE DE FORAGE

Tableau 15: Récapitulatif des impacts en phase de forage

PHASE DU PROJET PRINCIPAUX IMPACTS MESURES D’ATTENUATION IMPORTANCE DE


L’IMPACT
Impact sur le bruit et vibration  La présence des mammifères marins tels que (les
cétacés, les tortus de mer) à proximité des navires
Le bruit sous marin est susceptible de perturber le système auditif en stationnement et des installations de forage
suppose que ces installations industrielles
des mammifères marins ou des tortues de mer en créant des
produisent un bruit continu provoquant de la part
interférences dans leur capacité à détecter les appels et à localiser des cétacés des réactions moins importantes que
les échos. L’origine de cette nuisance sonore proviendra : les sources sonores en mouvement comme les
navires.
 Trafic maritime dans la zone du projet ;  Les zones d’installation des plateformes sont des
 Rotations d’hélicoptères ; zones où la présence des mammifères est
 La présence du personnel sur le site importante et le bruit est moins important.
(travail de manutention, conversation peut  Les tortues de mer entendent bien à basses
perturber le comportement des fréquences comparables aux sons émis par les
Phase de forage mammifères marins) ; MINEURE
opérations de forage en mer (entre 7 et 4000
 Installation de l’appareil de forage ; Hertz).
Au vu des nuisances sonores que cette phase peut générer, et du fait  Les pilotes d’hélicoptères seront avertis pour éviter
que les machines et les outils utilisés pour forer le puits seront les trajets sensibles. L’impact du bruit des
contrôlés, l’intensité sera moyenne et l’importance de l’impact est hélicoptères est estimé négligeable. Le bruit des
jugée de mineure. navires d’assistance ne devrait pas être plus
important que celui des autres navires dans la
région et est jugé mineur.
 La limite acceptable du bruit est fixée à 85 dB (A),
toutes les zones bruyantes seront marquées et des
casques anti-bruits seront disponibles en plusieurs
endroits pour le personnel à bord.

Émissions atmosphériques  Mettre des mesures à bord des installations de


forage et des navires d’astreinte afin de limiter les
émissions atmosphériques durant toutes les
Les émissions atmosphériques résulteront des sources multiples:
opérations de forage, de production et celles-ci
seront adoptées durant le programme de forage ;
- Le gasoil consommé par l’appareil de forage pour les
 Bien entretenir les systèmes d’échappement des MINEURE
Phase de forage besoins énergétiques,
générateurs et vérifier le système d’échappement
- Consommation en carburant des navires (astreinte,
des groupes électrogènes pour s’assurer qu’il ne
ravitaillement, secours/sécurité),
comporte pas d’étranglement ni n’émet de matières
- Rotation d’hélicoptères
particulières ou de gaz visibles ;
Aucune émission de H2S n’est envisagée.
 Etablir un programme d’entretien des équipements;

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 85


 Les limites des normes européennes (2005) pour
Les générateurs seront bien entretenus et contrôlé. L’effet sur la les rejets/émissions gazeuses dans l’atmosphère
pollution atmosphérique sera de courte durée et l’importance de seront respectées ;
l’impact sur la qualité de l’air sera mineure.  Contrôler de façon continue et régulière la
consommation de carburant et mettre les
générateurs en régime normal.

Les rejets de déchets en mer - Récupérer tous les déchets produits sur le site
pendant la phase de forage
 Déchets solides
Plusieurs types de déchets solides sont susceptibles d’être produits - L’entreprise des travaux doit veiller que les matières
sur la plateforme de forage : polluantes ne soient pas rejetées dans la nature
- Piles usées, -
- Filtre, - Respecter le plan de gestion des déchets issus des
- Déchets domestiques, activités de forage de l’opérateur
- chiffons souillés, -
- chiffons de peintures, o Les déchets biodégradables tels que les
- batteries, déchets alimentaires et les boues de
- boues huileuses, décantation seront macérés et broyés pour
- bidons vides de peinture, être évacués en mer à une distance
- boues de décantation minimale de 3 miles marins, soit 5,5 km
Les ordures ménagères seront traitées dans un compacteur et environ de la terre.
stockées dans un secteur approprié du RIG de forage et sur la
plateforme de production. Tous les déchets biodégradables seront o Les chiffons huileux, les chiffons de MINEURE
Phase de forage triés et broyés avant d’être rejetés à la mer. peintures, les filtres, les débris de papier,
de verre, déchets médicaux, toiles
métalliques, matériaux de rinçage bobinés
Les déchets métalliques et les déchets plastiques seront triés et
seront incinérés sur les installations de la
stockés séparément dans des conteneurs appropriés avant d’être plateforme.
évacués périodiquement à terre pour valorisation ou élimination par
les structures spécialisées. o Les piles, les batteries, les bidons de
peinture, les débris métalliques, etc. seront
Ces déchets seront ramenés hors de la plateforme et collectés par collectés et transférés à terre pour
les sous-traitants. élimination.
L’intensité de l’impact est faible et limité dans le temps (environ 4 o Les déchets métalliques et les déchets
mois), l’importance de l’impact est considérée de mineure. plastiques seront triés et stockés
séparément dans des conteneurs
appropriés avant d’être évacués
périodiquement à terre pour valorisation ou
élimination par les structures spécialisées.
Phase de forage  Déchets liquides - Les fluides qui vont être utilisés sont de l’eau de MINEURE
Pendant les travaux de forage les principaux impacts liquides que mer jusqu’à l’achèvement des forages. L’eau de

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 86


pourra avoir les rejets liquides sur les eaux de mer proviendront : mer sera restituée au milieu directement, les boues
à base d’eau (WBM) seront recyclées pour une
 Les eaux de drainage ; réutilisation. A terme les boues à eau seront
 Les eaux sanitaires ; rejetées à la mer.
 Les eaux d’égout ;
 Les eaux d’arrosage de la plateforme ; - Les eaux de lessivage de pont, les eaux d’égout,
 Les huiles usées et des fluides des produits chimiques ; les vidanges de sanitaires seront traitées sur la
Vu les faibles volumes qui pourront être déversé en mer et grâce aux plateforme par des installations d’assainissement
mesures d’atténuation qui seront mise en place, l’importance des suivant les procédures rigoureuses de VAALCO
impacts seront mineures. Gabon. Ces eaux usées seront rejetées à la mer
Phase de après traitement. Les règlements pour la prévention
de la pollution par les eaux usées provenant des
forage navires, ainsi que les déversements additionnels de
liquides par-dessus bord, seront contrôlées et
enregistrées sur une fiche d’observation visuelle
journalière.

- L’appareil de forage sera équipé d’une unité de


traitement des eaux noires et des eaux grises
lesquelles pourront être évacuées en mer (à une
distance supérieure à 4000 marins de la terre, soit
7,4 km environ tel qu’établi par l’annexe IV de la
convention de Marpol.

- L’opérateur s’assurera de la bonne tenue des


équipements de traitement des eaux usées et des
eaux de drainage afin de minimiser les quantités
d’hydrocarbures et autres contaminants entraînés
par ces eaux.

Les boues de forage, déblais de forage et excès de


- Pour éviter la toxicité du milieu, l’usage des boues à
ciment eaux pour le forage non toxiques pour
l’environnement est important.
Les boues de forage, les déblais de forage et l’excès de ciment - Compartimenter les zones de stockage des fluides
rejetés dans les eaux marines, induisent un étouffement, turbidité et des produits chimiques sur le pont et isolés du
Phase de forage élevée et une toxicité sur les communautés benthiques dans le drainage des eaux usées des plateformes. Les MINEURE
voisinage immédiat du puits. Les effets de la faune benthique eaux usées seront traitées tout comme les eaux de
pourront provenir de la toxicité du fluide et des produits chimiques drainage avant leur rejet en mer.
accessoires ou de l’étouffement occasionné par les débris de roche - Remonter sur la plateforme les « cuttings et
eux-mêmes. séparés mécaniquement des boues par
centrifugation ; la boue est réinjectée dans le forage
Les boues utilisées seront uniquement des boues à eau sur toute la une fois contrôlée, la teneur en particules solides et

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 87


colonne de forage. Les boues à eau ne présentent aucune toxicité, la densité du liquide.
cependant ces boues peuvent recevoir de nombreux additifs tels que - La boue ayant une teneur en hydrocarbure non
des alourdissant, agents visqueux, lubrifiants de forage et anti négligeable est évacuée à terre et stockée jusqu’à
mousses susceptible d’induire des toxicités vis-à-vis de une utilisation ultérieure. Les boues à base d’eau
l’environnement. seront rejetées à la mer après centrifugation visant
à réduire la teneur en produits chimique utilisés
Après usage, les boues de forage seront traitées par un ensemble (Bentonite, Baryte, Bromure de sodium, CaCl2,
d’équipements dans le but de neutraliser leur toxicité. Ces déchets KCI).
ultimes seront ensuite rejetés en mer tout comme les déblais de
roches.
Les eaux de procédés seront tous aussi neutralisées avant leur rejet
en mer et leur dilution sera rapide, étant donné que ces fluides ne
seront plus toxiques.
Les effets néfastes dans la zone de projet seront à court terme et
avec une absence d’éléments toxiques persistants. L’importance de
l’impact dans la zone de projet est mineure

Impact en cas de déversement d’hydrocarbure ou  En cas de pollution accidentelle due à des fuites
des produits dans les eaux de mer d’huile de vidange ou hydraulique, des kits de lutte
contre la pollution seront utilisés
 Pour faire face à un déversement, des
L’utilisation des générateurs à moteur nécessite un apport de
équipements de lutte anti-pollution (barrières
carburant. A cet effet un stock de fuel, contenu dans une cuve
flottantes, absorbant, conteneurs de brut déversé,
étanche sera présente sur la plateforme et assurera le ravitaillement
etc.) et un navire secours/sécurité entièrement
de ces machines.
équipé pour la circonstance, seront mis à
 Le déversement d’hydrocarbures lors des vidanges et du
contribution pour le nettoyage des eaux affectées
remplissage des réservoirs des machines dans la zone du
par le déversement de brut.
projet.
Le plan d’urgence décrira la ou les actions correctives à
Phase de forage  Déversement de la peinture ; MINEURE
entreprendre en cas de déversement accidentel. Celui-ci
 Ruissellement de la peinture lors d’un déversement inclura notamment les mesures suivantes :
accidentel
 Contenir et nettoyer immédiatement toute matière
Bien qu’aucune composante du projet ne soit identifiée comme une déversée ;
source d’émission de contaminants vers les eaux de mer, il convient  Informer immédiatement le Responsable HSE;
de s’assurer qu’aucun déversement accidentel ou épandage de  Récupérer les eaux contaminées et les stocker
produits potentiellement contaminants sur le site des installations ne dans des containers ; les traiter ou les Eliminer
viendra compromettre la qualité d’eau vu la localisation du projet dans des centres de traitements appropriés;
nous pouvons dans ce cas dire que l’impact en cas de
déversement accidentel est mineure.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 88


En cas d’éruption d’hydrocarbures pouvant survenir  En cas de déversement accidentel d’hydrocarbures
pendant les opérations de forage lors du dégorgement du puits, selon la gravité, des
kits et/ou d’autres équipements de lutte contre la
Les éruptions qui sont des déversements continus peuvent pollution seront utilisés ;
durer des heures, des jours ou des semaines s’ils ne sont pas bien  Un obturateur (Blow Out Preventer - BOP) sera mis
maîtrisés par le personnel opérant ou si la réaction en situation en place sur le forage afin d’éviter les éruptions
d’urgence n’est pas adaptée. d’hydrocarbure lors du forage ;
Ces éruptions peuvent entraîner le rejet de volumes  Pour faire face à un déversement, des
importants de pétrole brut dans les eaux des cours d’eau
équipements de lutte anti-pollution (barrières
environnants leur causant ainsi des dégâts importants et affectant
considérablement leurs utilisations. Un tel accident est pris en flottantes, absorbant, conteneurs de brut déversé,
Phase de forage MAJEUR
compte dans le plan d’urgence de la société VAALCO Gabon et tous etc.) et un navire secours/sécurité entièrement
les moyens sont mis en œuvre pour y remédier. équipé pour la circonstance, seront mis à
Selon la grille d’évaluation et en tenant compte des moyens contribution pour le nettoyage des eaux affectées
mis en place et sachant que : par le déversement de brut ;
- en cas d’éruption non maîtrisée ou accidentelle, les dégâts
 Un plan d’urgence pourra être déclenché en cas de
seront importants ;
déversement important.
Le forage est situé dans une zone à 50km de la côte de Mayumba,
l’importance de l’impact sera Majeure.

Impacts sur le développement économique

Ainsi les effets suivant peuvent découler de la mise en œuvre du


projet :
 Effet positif du projet par la création de nouveaux emplois
 Effet positif du projet en augmentant les revenus au niveau
Phase de des ménages par la vente de produit frais (ex : poissons,
d’exploitation et de fruits et légumes) au personnel de VAALCO Gabon MINEURE
forage de la  Effets positifs par l’amélioration de l’état de santé dans la
plateforme zone
 Effets négatifs du projet en cas d’abandon des activités
d’agriculture et de pêche par les villageois au profit des
activités du projet, ce qui entraînera une baisse de
l’approvisionnement de la population locale en produits
agricoles et piscicoles. Effet très peu probable du à la faible
demande du projet en main-d’œuvre non qualifiée.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 89


Impact social du projet
 Risque de rejet social du projet par la population en cas de
pollution avérée, de dégradation de la nature, etc.
 Augmentations des risques de transmission de maladies.
 Risque d’apparition de la prostitution, et de prévalence des
maladies transmissibles.
Phase de forage MINEURE
 Risques sanitaires en cas d’atteintes graves à
l’environnement.
Le risque social du projet sera classer de faible car le projet ne va
pas influencer un nombre important de la pollution et ne va pas
regrouper un nombre important de travailleurs.

L’Impact sur la Sécurité du public  Informer les populations riveraines (pêcheurs) de la


période du lancement des opérations.
Les différentes rotations des bateaux et d’hélicoptères dans
la zone du projet est susceptible d’occasionner des gênes de la
navigation de la population locale (pêcheurs, villageois et les autres
Phase de forage et entreprises), voir même des accidents.
d’exploitation Afin d’éviter tout incident. Les populations riveraines seront Mineure
plateforme averties du lancement de l’opération. De plus le comportement
préventif acquis par des pêcheurs lors des croisements des
embarcations navales contribue à réduire le risque d’incident.
L’importance de l’impact est jugée de mineure et sera à court terme.

Impact sur la Sécurité et la Santé des travailleurs  Des services médicaux, ainsi que des
équipements de premier secours seront en
Phase de forage et permanence disponibles sur la plateforme et
Les activités de forage et d’exploitation de la plateforme exposent de
d’exploitatation
façon inévitable les employés aux risques liés à l’hygiène et la
sur les navires d’astreinte. Le port MOYENNE
plateforme d’équipements de sécurité sera obligatoire.
sécurité du travail. Ces accidents pourraient occasionner des
blessures graves, des pertes en vie humaines ou encore la
 Un plan d’évacuation des blessés et des

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 90


détérioration des équipements. malades graves est prévu par des rotations
Les activités suivantes méritent une attention particulière: d’hélicoptères vers les centres de soins de
 travail avec des équipements lourds ; Port-Gentil.
 stockage, manipulation et utilisation de substances et déchets
dangereux ; Un plan de communication alerte permet de réduire
 travail dans un environnement bruyant ; les délais d’évacuation en cas d’urgence maladie
 soulèvement de charges lourdes ;
 travail en hauteur ;
Phase  émissions de gaz ;
d’installation  La mise en place de la politique HSE de VAALCO Gabon
et de forage permettrait de diminuer cet impact.
L’intensité des activités de cette phase de mobilisation, l’importance
de l’impact est jugée de moyenne.

Impacts socio-économiques du projet


Sur la navigation CEPP interdit toute activité maritime ou
Le projet présente à la fois des avantages socio-économiques mais de pêche dans un périmètre de 500 mètres des installations
aussi sur des risques sur l’environnement. pétrolières offshore. La distance de la zone des forages à la
côte (environ 40 km) montre que ce sont principalement les
 Les impacts positifs navires de pêche en haute mer (en majorité étrangers) qui
pourraient se trouver à cet endroit
 L’offre d’emplois.
Le projet est créateur d’emplois dans les phases de mobilisation de
forage et de démobilisation. La demande de main d’œuvre que
suscite ce projet permet, sur le plan local (Mayumba), d’offrir aux
Phase d’installation
populations désœuvrées de trouver un emploi. MINEURE
et de forage
Cette création d’emplois dans la région va augmenter le pouvoir
d’achat des populations et relancer la consommation, ce qui aura
pour effet de redynamiser l’économie locale.

Ainsi les effets suivant peuvent découler de la mise en œuvre du


projet :

 Effet positif du projet par la création de nouveaux emplois


 Effet positif du projet en augmentant les revenus au niveau
des ménages par la vente de produit frais (ex : poissons,

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 91


fruits et légumes) au personnel de VAALCO Gabon
 La réhabilitation des infrastructures
Le meilleur accès à Mayumba, ville côtière de la zone de forage du
puits, est la voie aérienne. L’intensité du trafique que suppose le
projet, nécessite la réhabilitation de l’aéroport de Mayumba
aujourd’hui non opérationnel pour les avions.

 Le tourisme

La réhabilitation de l’aéroport de Mayumba facilite l’accès de la


région et offre des opportunités de tourisme et de loisirs.

L’importance de l’impact sera mineure

 Les impacts négatifs


Phase
d’installation Les impacts négatifs apparaissent comme des risques que le projet
peut avoir sur certaines activités et surtout sur le milieu naturel.
et de forage
 Effets négatifs du projet en cas d’abandon des activités
d’agriculture et de pêche par les villageois au profit des
activités du projet, ce qui entraînera une baisse de
l’approvisionnement de la population locale en produits
agricoles et piscicoles. Effet très peu probable du à la faible
demande du projet en main-d’œuvre non qualifiée.

 Sur la navigation

La plateforme de forage constituera un obstacle potentiel à la


navigation maritime pendant les opérations de forage.

 Sur les ressources halieutiques

La plateforme de forage constitue un récif pour les ressources


halieutiques. Elle peut de ce fait causer des perturbations dans le
repeuplement naturel des espèces, et provoquer des modifications
dans la distribution spatiale de cette ressource dont la concentration
serait plus forte autour de la plateforme et susciterait la pêche illégale
avec des risques d’accident.

 Sur la faune marine

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 92


La période de forage (Août) correspond à celle de la migration des
baleines de juillet à septembre (voir tableau en annexe « les
espèces recensées dans la zone du projet »). Il est alors attendu des
perturbations dans le déplacement de ces cétacés.

 Sur le social

 Risque de rejet social du projet par la population en cas de


pollution avérée, de dégradation de la nature, etc.
 Augmentations des risques de transmission de maladies.
Phase  Risque d’apparition de la prostitution, et de prévalence des
d’exploitation maladies transmissibles.
et de forage de  Risques sanitaires en cas d’atteintes graves à
la plateforme l’environnement.
Le risque social du projet sera classer de faible car le projet ne va
pas influencer un nombre important de la pollution et ne va pas
recruter un nombre important de travailleurs.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 93


3.4.3 Impacts générés lors de la phase d’exploitation

3.4.3.1 Raccordement du puits de production au FPSO par un pipeline sous-marin

Le FPSO reçoit déjà le brut de plusieurs puits satellites de production par le biais d’une série de
conduites et de collecteurs sous-marins, le puits foré sera une connexion supplémentaire de
production
Le pétrole extrait du champ de production sera exporté à partir du FPSO par pipeline. Chacune des
opérations de collecte de brut, de prétraitement et d’exportation de brut peut être source d’accident et
provoquer des marées noires.
Les réservoirs de pétrole ont une couche d’eau naturelle (eau de formation) qui, étant plus dense, est
en dessous des hydrocarbures. La pression diminuant dans le réservoir lorsque le volume de
production, on peut injecter de l’eau pour aider à faire sortit les hydrocarbures vers la surface en
augmentant la pression. L’eau de formation et l’eau injectée arrivent finalement à la surface avec les
hydrocarbures.
Le volume d’eau produit lors des activités d’extraction d’hydrocarbures est important. Cette eau
produite contient des taux élevés en produits chimiques et peut avoir des éléments radioactifs
naturels.

Elément : Raccordement du puits de production au FPSO par un pipeline sous marin


Intensité : forte
Durée : moyenne
Etendue : locale à régionale
Importance absolue : majeure

1) Les mesures d’atténuation

- Les infrastructures de production comprennent la plateforme, le FPSO ainsi que toutes les
infrastructures de surface ou sous-marine.
- Les trois objectifs du site de production devant produire le brut du puits foré sont la remontée
du pétrole par pipeline dans des conditions sures et contrôlées, la séparation de l’eau du brut
par déshydratation et l’exportation du brut.

3.4.3.2 Ecoulements d’eau de production

Les impacts identifiés sur l’environnement marin sont :


- L’accumulation d’hydrocarbures dans les sédiments ;

- Une diminution de la diversité faunistique benthique dans un rayon de 150-200 m autour de la


plateforme ;

- La présence de marqueurs dans les espèces exposées ;

- Des effets sur l’écosystème par l’augmentation des concentrations d’hydrocarbures


polycycliques aromatiques chez les poissons se nourrissant à proximité de la plateforme ;

- Une croissance réduite et une maturité sexuelle retardée

Elément : Ecoulement d’eau de production


Intensité : forte
Durée : moyenne
Etendue : locale à régionale
Importance absolue : majeure

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 94


2) Les mesures d’atténuation

- Les rejets en mer d’eau produite selon les normes internationales seront réduites.
- Un contrôle des points de rejets afin d’établir les volumes et les concentrations en
hydrocarbures et en additifs contenus dans ces rejets sera réalisé.

4 PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIAL (PGES)

Le projet de la construction de la plateforme Etame inclut un plan de Gestion


Environnementale et Social (PGES) -dont le but est d’assurer le respect des dispositions
prévues à l’égard de l’environnement à chacune des phases du projet, soit aux phases
Mobilisation, de forage et d’abandon. Il prévoit également la gestion des incertitudes ou les
éléments impondérables qui pourraient survenir et affecter l’environnement.
Pour des fins de présentation, le plan est structuré en deux sections :

 Surveillance environnementale;
 Programme préliminaire de suivi environnemental.

4.1 Surveillance environnemental

Un programme de surveillance environnementale sera mis en place afin de s’assurer du bon


déroulement des travaux lors des phases mobilisation, construction de la plateforme, forage
et d’abandon ou suspension du puits. Il vise principalement à s’assurer du respect des
éléments suivants :

 Lois et règlements pertinents;


 Conditions fixées par les autorités réglementaires;
 Engagements du promoteur prévus aux autorisations;
 Mesure proposées dans l’étude d’impact sur l’environnement, notamment les
mesures d’atténuation.

4.2 Phase pré-construction

La première étape de la surveillance environnementale consistera à former, avant le début


des activités de construction, une équipe d’inspection expérimentée dans la surveillance
technique et environnementale de ce type de projet, afin de surveiller l’exécution des travaux
par l’entrepreneur choisi.

4.3 Phase mobilisation, construction et mise en place de la plateforme

Lorsque les activités de construction débuteront, une surveillance quotidienne sera


effectuée par des membres de l’équipe inspection afin de s’assurer du respect des
conditions liées aux autorisations, notamment les mesures d’atténuations. Les mesures
générales pour les milieux environnants du projet.
Les principaux éléments faisant l’objet de la surveillance environnementale sont les
suivants :

 La sécurité des travailleurs exerçants sur le site;


 Les de contrôle et d’atténuation du bruit et vibration
 Mesures de la gestion des déchets
 L’éclairage de la plateforme

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 95


Chaque partie de la réalisation du projet préparera quotidiennement un rapport d’activités qui
sera consigné au dossier du projet. Présenté sous la forme d’un formulaire standard, celui-ci
pourra comprendre les renseignements suivants :

 Conditions météorologiques de la journée


 Conditions du terrain (ex. humidité)
 Travaux réalisés ;
 Problèmes rencontrés ;
 Accidents ;
 Personnes rencontrées.

Dans l’éventualité où pour une raison ou une autre, une mesure prévue ne pouvait être
appliquée, l’équipe d’inspection du promoteur verra en collaboration avec l’entrepreneur, à
prendre les moyens raisonnables pour protéger le milieu.

4.4 Phase forage

Tout au long des activités de forage, le promoteur prévoit des inspections régulières.
Également, une inspection annuelle sera réalisée; elle consistera à détecter toute anomalie
aux installations ou modification du milieu environnant. Dans de telles circonstances, le
promoteur pourra faire appel aux spécialistes appropriés qui détermineront les mesures
correctives à prendre, le cas échéant. Si tel était le cas, une inspection spécifique serait
effectuée l’année suivante afin de s’assurer de l’efficacité des mesures correctives. Il en sera
ainsi tout au cours de l’exploitation et de l’entretien de ce nouveau projet.

4.5 Programme préliminaire de suivi environnemental

Le programme de suivi environnemental décrit les mesures prises afin de vérifier, par
l’expérience sur le terrain, la justesse de l’évaluation de certains impacts et l’efficacité de
certaines mesures d’atténuation prévues dans l’étude d’impact et pour lesquelles
persisteraient des incertitudes.

4.6 Raison d’être du suivi environnemental

Pour les forages, un programme de suivi environnemental est prévu afin de valider
l’évaluation des impacts de certaines composantes identifiées dans l’étude, de même que
l’efficacité des mesures d’atténuations préconisées. Un tel programme permet de prendre
action rapidement lorsque requis, au fur et à mesure que les résultats du suivi montrent cette
nécessité et de gérer ainsi des événements prévisibles.
Par ailleurs, les impacts environnementaux relatifs au forage d’exploration sont bien connus.
Le suivi environnemental permet de confirmer une fois de plus l’efficacité des mesures
d’atténuation et le peu d’impacts résiduels qu’occasionne ce type de projets.

4.7 Objectifs et composantes du programme de suivi environnemental

Le principal objectif du suivi consiste à démontrer l’efficacité des mesures d’atténuation


prévues après qu’elles auront été adéquatement mises en application. Après le forage
d’exploration, il est prévu que la majorité des impacts anticipés seront déjà atténués. Le suivi
environnemental portera alors sur les composantes de l’environnement pour lesquelles
l’impact résiduel n’aurait pas été atténué jusqu’au niveau anticipé.

4.8 Études de suivi environnemental

Le programme de suivi environnemental comprendra une étude pour chaque composante


qui présente un impact résiduel supérieur à celui anticipé suite au forage du puits.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 96


La zone visée pour chaque étude dépendra de l’étendue de l’impact mais sera en principe
limité.
La procédure générale adoptée dans le cadre du programme de suivi consiste à comparer
les composantes pour lesquelles des impacts sont anticipés, avant et après les activités de
forage.

Après les travaux de forage du puits, une inspection est effectuée dans la zone du projet afin
de documenter les conditions prévalant à la fermeture du puits.

4.9 Les acteurs intervenant dans la mise en place du PGES

4.9.1 Le responsable du service HSE

C’est la personne ayant la principale responsabilité du projet, incluant les problématiques


environnementales, santé et sécurité. Elle fournira toutes les ressources et tout le soutien
nécessaire pour s’assurer que les engagements environnementaux sont respectés.

4.9.2 Le responsable de la gestion environnementale VAALCO Gabon

C’est la personne ayant pour principale responsabilité la gestion environnementale de


l’entreprise. Tout au long du projet, elle travaillera avec le représentant du sous-traitant afin
de s’assurer que le PGES est suivi et que les travaux sont menés de manière à respecter le
PGES. Ses responsabilités comprendront :

 L’organisation de l’accueil et de la formation des travailleurs pour les informer des


enjeux environnementaux et des procédures en place ;

 L’identification avec le représentant des sous-traitants, des enjeux


environnementaux de l’activité ;

 La révision périodique du PGES.

Cette personne sera également présente sur le site du projet au début et à la fin de chacune
des trois phases du projet telles que décrite dans les phases (préparation et aménagement,
exploitation et réhabilitation). Elle s’occupera notamment de la formation des nouveaux
travailleurs.et suivra la mise en place du PGES sur le site.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 97


PROGRAMME DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL
Tableau 16: Programme de gestion environnemental et social

Phase du projet Principaux impacts Mesures d’atténuation Indicateurs de Fréquence de


suivi surveillance Responsable

Augmentation du trafic : Les navires de transport et  Informer l’Administration de la Marine


Marchande de la zone du projet et de la
de ravitaillement et de soutien seront en nombre période d’exécution. Nombre Continu et VAALCO
important dans la zone du projet et pourra perturber  Baliser la zone du projet par une
les activités de pêches. signalisation verticale lumineuse et prévoir
d’incident permanente Gabon
une surveillance permanente et le périmètre
Mobilisation, de sécurité qui est imposé par l’AEE (500m à
Installation et mise la ronde).
en place de la
plateforme Pollution en cas de rejets des déchets en mer  Les déchets biodégradables tels que les
déchets alimentaires seront macérés et
Types de
 Déchets organiques (ordures ménagers, les broyés pour être évacués en mer à une
boîtes de conserves) en mer lors de la distance minimale de 3 miles marins, soit 5,5 déchets
construction de la plateforme par le personnel ; km environ de la terre. Continue et
permanente VAALCO
 Des plastiques, métaux, huiles usées,  Les chiffons huileux, les chiffons de Gabon
métalliques, lubrifiants… utilisés lors de peintures, les filtres, les débris de papier, de
verre, déchets médicaux, toiles métalliques, Bordereau
l’implantation de la plateforme.
matériaux de rinçage bobinés seront d’enlèvement
incinérés sur les installations de la des résidus/
plateforme et ramenés sur terre.
volume des A la fin des
déchets
travaux
Sécurité et la Santé des travailleurs  Des services médicaux, ainsi que des
équipements de premier secours seront en
permanence disponibles sur la plateforme et
Les activités de forage construction de la plateforme sur les navires d’astreinte. Le port
exposent de façon inévitable les employés aux risques d’équipements de sécurité sera obligatoire.
liés à l’hygiène et la sécurité du travail. Ces accidents
 Un plan d’évacuation des blessés et des VAALCO
pourraient occasionner des blessures graves, des pertes malades graves est prévu par des rotations Gabon
Nombre Continu et
en vie humaines ou encore la détérioration des d’hélicoptères vers les centres de soins de
Port-Gentil. d’incident permanente
équipements.
Les activités suivantes méritent une attention particulière:  Un plan de communication alerte permet de
 travail avec des équipements lourds ; réduire les délais d’évacuation en cas
d’urgence maladie.
 stockage, manipulation et utilisation de substances
et déchets dangereux ;
 travail dans un environnement bruyant ;

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 98


 soulèvement de charges lourdes ;
 travail en hauteur ;
 émissions de gaz ;
 La mise en place de la politique HSE de VAALCO
Gabon permettrait de diminuer cet impact.
Mobilisation,
Installation,
Sécurité du public Informer Les populations riveraines de la période du
forage et lancement des opérations.
Exploitation
la plateforme Les différentes rotations des bateaux et VAALCO
Nombre des Continu et
d’hélicoptères dans la zone du projet est susceptible Gabon
plaintes permanente
d’occasionner des gênes de la navigation de la population
locale (pêcheurs, villageois et les autres entreprises), voir
même des accidents.
Pollution en cas d’émissions  Mettre des mesures à bord des installations VAALCO
de forage et des navires d’astreinte afin de La qualité de l’air Gabon
atmosphériques limiter les émissions atmosphériques durant
toutes les opérations de forage, de sortant des
production et celles-ci seront adoptées installations Permanente
Les émissions atmosphériques résulteront des sources
durant le programme de forage ;
multiples:  Bien entretenir les systèmes d’échappement
Mobilisation, des générateurs et vérifier le système
- Le gasoil consommé par l’appareil de forage pour d’échappement des groupes électrogènes
Installation, les besoins énergétiques, pour s’assurer qu’il ne comporte pas
forage et - Consommation en carburant des navires d’étranglement ni n’émet de matières
Nombre
Exploitation (astreinte, ravitaillement, secours/sécurité), particulières ou de gaz visibles ;
 S’il y a trop d’émissions atmosphériques voir d’inspection des
la plateforme - Rotation d’hélicoptères
la qualité du carburant et de l’entretien de générateurs VAALCO
Aucune émission de H2S n’est envisagée.
l’équipement ; Gabon
 Etablir un programme d’entretien des Continu et
Les générateurs seront bien entretenus et contrôlé. équipements ;
 Les limites des normes européennes (2005) permanente
pour les rejets/émissions gazeuses dans Nombre
l’atmosphère seront respectées ; Continu et
d’incident /la
 Contrôler de façon continue et régulière la permanente
consommation de carburant et mettre les qualité de
VAALCO
générateurs en régime normal. carburant
Gabon

Pollution en cas de rejets de déchets en mer - Récupérer tous les déchets produits sur le
site pendant la phase de forage
Mobilisation,
Installation,  Déchets solides - L’entreprise des travaux doit veiller que les Bordereau Continu et VAALCO
forage et Plusieurs types de déchets solides sont susceptibles matières polluantes ne soient pas rejetées d’enlèvement permanente Gabon
Exploitation la d’être produits sur la plateforme de forage : dans la nature Volume de
- Piles usées, - décharge

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 99


plateforme - Filtre, - Respecter le plan de gestion des déchets
- Déchets alimentaires, issus des activités de forage de l’opérateur
- chiffons souillés, o Les déchets biodégradables tels que les
déchets alimentaires et les boues de
- chiffons de peintures,
décantation seront macérés et broyés pour Bordereau
- batteries au lithium, être évacués en mer à une distance d’enlèvement Continu et
- boues huileuses, minimale de 3 miles marins, soit 5,5 km Volume de permanente
- bidons vides de peinture, environ de la terre. décharge
- boues de décantation VAALCO
Les ordures ménagères seront traitées dans un o Les chiffons huileux, les chiffons de Gabon
compacteur et stockées dans un secteur approprié du peintures, les filtres, les débris de papier, de
Mobilisation, verre, déchets médicaux, toiles métalliques,
Installation, RIG de forage et sur la plateforme de production. Tous les
matériaux de rinçage bobinés seront
forage et déchets biodégradables seront triés et broyés avant d’être
incinérés sur les installations de la Continu et
rejetés à la mer. plateforme. Bordereau
Exploitation permanente
d’enlèvement
la plateforme o Les piles, les batteries, les bidons de Volume de
Les déchets métalliques et les déchets plastiques seront
triés et stockés séparément dans des conteneurs peinture, les débris métalliques, etc. seront décharge
collectés et transférés à terre pour VAALCO
appropriés avant d’être évacués périodiquement à terre
élimination.
pour valorisation ou élimination par les structures Gabon
spécialisées. o Les déchets métalliques et les déchets
plastiques seront triés et stockés séparément Continu et
Ces déchets seront ramenés hors de la plateforme et dans des conteneurs appropriés avant d’être Bordereau permanente
évacués périodiquement à terre pour
collectés par les sous-traitants. d’enlèvement
valorisation ou élimination par les structures
spécialisées. Volume de VAALCO
décharge
Gabon
 Pollution en cas de rejets des déchets - Les fluides qui vont être utilisés sont de l’eau
liquides de mer jusqu’à l’achèvement des forages.
Pendant les travaux de forage les principaux impacts L’eau de mer sera restituée au milieu
directement, les boues à base d’eau (WBM)
liquides que pourra avoir les rejets liquides sur les eaux
Mobilisation, de mer proviendront :
seront recyclées pour une réutilisation. A
Installation, terme les boues à eau seront rejetées à la Toxicité des
mer. rejets
forage et  Les eaux de drainage ; Contenu dans les Continu et
Exploitation la  Les eaux sanitaires ; - Les eaux de lessivage de pont, les eaux eaux usées
plateforme d’égout, les vidanges de sanitaires seront permanente
 Les eaux d’égout ; VAALCO
traitées sur la plateforme par des installations
 Les eaux d’arrosage de la plateforme ; Gabon
d’assainissement suivant les procédures
 Les huiles usées et des fluides des produits rigoureuses de VAALCO Gabon. Ces eaux
chimiques ; usées seront rejetées à la mer après
 Epandage des produits chimiques. traitement. Les règlements pour la prévention
de la pollution par les eaux usées provenant
des navires, ainsi que les déversements
additionnels de liquides par-dessus bord,
seront contrôlées et enregistrées sur une
fiche d’observation visuelle journalière.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 100


- L’opérateur de forage s’assurera de la bonne
tenue des équipements de traitement des
eaux usées et des eaux de drainage afin de
minimiser les quantités d’hydrocarbures et
autres contaminants entraînés par ces eaux.
Phase de
forage

- Pour éviter la toxicité du milieu, l’usage des


Pollution en cas de rejets des boues de boues à eaux pour le forage non toxiques
forage, déblais de forage et excès de pour l’environnement est important.
Phase de - Compartimenter les zones de stockage des
ciment fluides et des produits chimiques sur le pont
forage et isolés du drainage des eaux usées des
Les boues de forage, les déblais de forage et l’excès de plateformes. Les eaux usées seront traitées
tout comme les eaux de drainage avant leur
ciment rejetés dans les eaux marines, induisent un rejet en mer.
étouffement, turbidité élevée et une toxicité sur les - Remonter sur la plateforme les « cuttings » et
communautés benthiques dans le voisinage immédiat du séparés mécaniquement des boues par Toxicité des
puits. Les effets de la faune benthique pourront provenir centrifugation ; la boue est réinjectée dans le rejets
de la toxicité du fluide et des produits chimiques forage une fois contrôlée, la teneur en Contenu dans les Continu et VAALCO
accessoires ou de l’étouffement occasionné par les débris particules solides et la densité du liquide. boues et déblais
- La boue ayant une teneur en hydrocarbure permanente Gabon
de roche eux-mêmes. de forage
non négligeable est évacuée à terre et
stockée jusqu’à une utilisation ultérieure. Les
Les boues utilisées seront uniquement des boues à eau boues à base d’eau seront rejetées à la mer
sur toute la colonne de forage. Les boues à eau ne après centrifugation visant à réduire la teneur
présentent aucune toxicité, cependant ces boues peuvent en produits chimique utilisés (Bentonite,
recevoir de nombreux additifs tels que des alourdissant, Baryte, Bromure de sodium, CaCl2, KCI).
agents visqueux, lubrifiants de forage et anti mousses
susceptible d’induire des toxicités vis-à-vis de
l’environnement.

Après usage, les boues de forage seront traitées par un


ensemble d’équipements dans le but de neutraliser leur

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 101


toxicité. Ces déchets ultimes seront ensuite rejetés en
mer tout comme les déblais de roches.
Les eaux de procédés seront tous aussi neutralisées
avant leur rejet en mer et leur dilution sera rapide, étant
donné que ces fluides ne seront plus toxiques.
Les effets néfastes dans la zone de projet seront à court
terme et avec une absence d’éléments toxiques
persistants.

Pollution en cas de déversement  En cas de pollution accidentelle due à des


fuites d’huile de vidange ou hydraulique, des
d’hydrocarbure ou des produits dans les kits de lutte contre la pollution seront utilisés
eaux de mer  Pour faire face à un déversement, des
équipements de lutte anti-pollution (barrières
Mobilisation, flottantes, absorbant, conteneurs de brut
Installation, L’utilisation des générateurs à moteur nécessite un apport
déversé, etc.) et un navire secours/sécurité
forage et de carburant. A cet effet un stock de fuel, contenu dans
entièrement équipé pour la circonstance,
Exploitation la une cuve étanche sera présente sur la plateforme et
seront mis à contribution pour le nettoyage
plateforme assurera le ravitaillement de ces machines. des eaux affectées par le déversement de
 Le déversement d’hydrocarbures lors des brut.
vidanges et du remplissage des réservoirs des Le plan d’urgence décrira la ou les actions correctives
Nombre VAALCO
machines dans la zone du projet. à entreprendre en cas de déversement accidentel. Continu et
Celui-ci inclura notamment les mesures suivantes : Gabon
 Déversement de la peinture ; d’incident permanente
 Ruissellement de la peinture lors d’un  Contenir et nettoyer immédiatement toute
déversement accidentel matière déversée ;
 Informer immédiatement le Responsable
Bien qu’aucune composante du projet ne soit identifiée HSE;
comme une source d’émission de contaminants vers les  Récupérer les eaux contaminées et les
eaux de mer, il convient de s’assurer qu’aucun stocker dans des containers ; les traiter ou
déversement accidentel ou épandage de produits
les Eliminer dans des centres de traitements
potentiellement contaminants sur le site des installations
appropriés;
ne viendra compromettre la qualité d’eau vu la localisation
du projet.

Pollution en cas d’éruption d’hydrocarbures  En cas de déversement accidentel


d’hydrocarbures lors du dégorgement du
pouvant survenir pendant les opérations de puits, selon la gravité, des kits et/ou d’autres
Phase forage forage Nombre Continu et VAALCO
équipements de lutte contre la pollution
seront utilisés ;
d’incident permanente Gabon
Les éruptions qui sont des déversements  Un obturateur (Blow Out Preventer - BOP)
continus peuvent durer des heures, des jours ou des sera mis en place sur le forage afin d’éviter

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 102


semaines s’ils ne sont pas bien maîtrisés par le personnel les éruptions d’hydrocarbure lors du forage ;
opérant ou si la réaction en situation d’urgence n’est pas  Pour faire face à un déversement, des
adaptée. équipements de lutte anti-pollution (barrières
Ces éruptions peuvent entraîner le rejet de flottantes, absorbant, conteneurs de brut
volumes importants de pétrole brut dans les eaux des déversé, etc.) et un navire secours/sécurité
cours d’eau environnants leur causant ainsi des dégâts entièrement équipé pour la circonstance,
importants et affectant considérablement leurs utilisations. seront mis à contribution pour le nettoyage
Un tel accident est pris en compte dans le plan d’urgence des eaux affectées par le déversement de
de la société VAALCO Gabon et tous les moyens sont brut ;
mis en œuvre pour y remédier.  Un plan d’urgence pourra être déclenché en
Selon la grille d’évaluation et en tenant compte cas de déversement important.
des moyens mis en place et sachant que :
- en cas d’éruption non maîtrisée ou accidentelle,
les dégâts seront importants ;

Mobilisation, Sécurité du public  Afin d’éviter tout incident, les populations


riveraines (pêcheurs) seront averties du
Installation,
lancement de l’opération.
forage et Les différentes rotations des bateaux et Nombre Continu et VAALCO
Exploitation la d’hélicoptères dans la zone du projet est susceptible d’incident permanente Gabon
plateforme d’occasionner des gênes de la navigation de la population
locale (pêcheurs, villageois et les autres entreprises), voir
même des accidents.
Afin d’éviter tout incident. Les populations
riveraines seront averties du lancement de l’opération. De
plus le comportement préventif acquis par des pêcheurs
lors des croisements des embarcations navales contribue
à réduire le risque d’incident.
Sécurité et la Santé des travailleurs  Des services médicaux, ainsi que des
équipements de premier secours seront en
Les activités de forage construction de la plateforme permanence disponibles sur la plateforme et
exposent de façon inévitable les employés aux risques sur les navires d’astreinte. Le port
Mobilisation, liés à l’hygiène et la sécurité du travail. Ces accidents d’équipements de sécurité sera obligatoire.
Installation,  Mettre à disposition du site un plan Nombre
pourraient occasionner des blessures graves, des pertes
d’évacuation des blessés et des malades
forage et en vie humaines ou encore la détérioration des graves qui détermine les moyens mis en d’incident et VAALCO
Exploitation la Permanente
équipements. œuvre. d’accident Gabon
plateforme Les activités suivantes méritent une attention particulière:  Mettre sur site un plan de communication enregistré
alerte permet de réduire les délais
 travail avec des équipements lourds ; d’évacuation en cas d’urgence maladie
 stockage, manipulation et utilisation de substances
et déchets dangereux ;
 travail dans un environnement bruyant ;

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 103


 soulèvement de charges lourdes ;
 travail en hauteur ;
 émissions de gaz ;
 La mise en place de la politique HSE de VAALCO
Gabon
Mobilisation, Impacts socio-économiques du projet Appliquer les mesures sur la navigation de la
Installation, « CEPP » qui interdit toute activité maritime ou de
pêche dans un périmètre de 500 mètres des
forage et  Sur la navigation
installations pétrolières offshore. La distance de la
Exploitation la Nombre
zone des forages à la côte (environ 40 km) montre que Continu et VAALCO
plateforme La plateforme de forage constituera un obstacle potentiel
d’incident
ce sont principalement les navires de pêche en haute permanente Gabon
à la navigation maritime pendant les opérations de forage.
mer (en majorité étrangers) qui pourraient se trouver à
cet endroit

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 104


4.9.3 Estimation des coûts liés au projet

Tableau 17: Estimation des coûts

IMPACTS LIES AU PROJET SOUS-TRAITANTS COUTS MENSUELS COUTS


ANNUELS
DECHETS ORGANIQUES ET SOLIDES SATRAM 2 000 000 24 000 000
(Piles usées, Filtre, Déchets alimentaires, chiffons souillés, chiffons de
peintures, batteries au lithium, boues huileuses, bidons vides de
peinture, boues de décantation)

DECHETS LIQUIDES /SANITAIRE MARPOL 73/78


(Les eaux de drainage, les eaux sanitaires, les eaux d’égout, les eaux
d’arrosage de la plateforme, les huiles usées et des fluides des produits
chimiques, épandage des produits chimiques)

Déversement d’hydrocarbure en mer VAALCO - UPGA


(Eruption non maîtrisée ou accidentelle d’hydrocarbure)

DECHETS DES BOUES DE FORAGE A EAU CKS


(Boues de forage, les déblais de forage et l’excès de ciment rejetés ENVIRONNEMENT
dans les eaux marines) GABON

Déchets d’hydrocarbure (Le déversement d’hydrocarbures lors des IEG 3 500 000 42 000 000
vidanges et du remplissage des réservoirs des machines dans la zone
du projet.
Les émissions atmosphériques résulteront des sources multiples VAALCO GABON

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 105


BIBLIOGRAPHIE

- Rapports des EIEs DE VAALCO Gabon du permis Etame Marin

- Documents internes de VAALCO Gabon

- Chapoulie JM., « Le travail de terrain, l’observation des actions et des interactions, et


la sociologie », Sociétés contemporaines, n°40, 2000, pp.138-155.

- Décision n°3/CC du 17 février 2005 in Hebdo informations n°505 du 16-30 juillet 2005,
pp.126-128.

- Loi n°015/2005 du 8 août 2005 portant Code des pêches et de l’aquaculture en


République gabonaise.

- Ondo P., « Rhétorique et pratique du terrain. Récit des conditions d’enquête à


Libreville au Gabon », Cahiers d’études africaines, n°183, 2006, pp.597-613.

- Posso J C., « Importance et diversité des écosystèmes des côtes gabonaises »,


Revue Scientifique gabonaise, n°11, 2006.

- WCS, La pêche des huitres dans la Lagune Banio, Gabon : stratégie de reconstitution
des récifs et gestion durable des activités de pêche, Année 2008.

- WCS, Rapport sur l’évolution des associations de pêcheurs artisanaux dans les zones
de pêche communautaire à Mayumba

- Loi nº 015/2005 du 8 aout 2005 portant Code des Pêches et de l’Aquaculture en


République Gabonaise.
- Synthèse des rapports d’activité du Point Focal Pêche artisanale DGPA / WCS. Année
2008-2009.
- DGSEE (1993) Recensement Général de la population et de l’habitat : Résultats
détaillés Ogooué Maritime. République Gabonaise, Ministère de la Planification et de
l’Aménagement du Territoire. 112 pages.

- DGSEE (1993) Recensement Général de la population et de l’habitat : Répertoire des


regroupements et villages. République Gabonaise, Ministère de la Planification et de
l’Aménagement du Territoire. 42 pages.

- République Gabonaise (2003) Recensement de la population.

- Atlas illustré « Géographie et Cartographie du Gabon »

- DERRUAU, M. (1988) Précis de géomorphologie. Ed. Masson, 7 e édition, Paris, 533


pages.

- THOMAS R.J., MAKANGA J.F. et CHEVALLIER L. (2001) Carte géologique de la


République gabonaise au 1 :1 000 000, Ed. Council for Géoscience, Afrique du Sud.

- INC, Cartes topographiques du Gabon, Feuille de Port-Gentil au 1 : 200 000. Ed. IGN

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 106


ANNEXES

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 107


ANNEXE 1

POLITIQUE HSE DE VAALCO Gabon

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 108


Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 109
ANNEXE 2

PLAN DE GESTION DES DECHETS A VAALCO

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 110


PLAN DE GESTION DES DECHETS DE VAALCO

GESTION DES
DECHETS

Déchets Autres Déchets Déchets Déchets Déchets


Alimentaires Déchets Métalliques Usagés Huileux Peinture etc.

Broyés Ramassage, Ramassage, Notification au Transféré à Transféré


avant ensuite stockage pour contrôle la citerne au fût
décharge compaction transport à technique, désignée désigné
en mer terre organisation
de la
régénération

Inscription du Stockage
volume à pour Stockage pour Stocker en Stocker en
décharger au transport à transport à attente du attente du
journal terre pour terre pour transport à transport à
déchets incinération. incinération terre terre

Inscription Inscription Inscription


Inscription Inscription Inscription
du volume du volume du volume
du volume du volume au journal
et position estimé au au journal
et des déchets déchets
de la journal déchets
provenance huileux au avant
décharge déchets avant
des huiles à journal transport à
au journal avant transport à
incinérer au Huiles terre
déchets transport à terre
journal avant
terre
Huiles transport à
terre

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 111


ANNEXE 3

PLAN D’EVACUATION D’URGENCE


DE VAALCO GABON

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 112


VAALCO Gabon (Etame), Inc.

Emergency Evacuation Plan

(Offshore Medical Emergency)

ETAME FIELD

------------------------

F. P. S. O. PETROLEO NAUTIPA

Revision 9
25/09/2013 Rev. 9

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 113


VAALCO Gabon (Etame), Inc
Emergency Evacuation Plan

F. P. S. O. : PETROLEO NAUTIPA
03 45’ 19” South
10 31’ 28” East
Shorebase : Port-Gentil

OFFSHORE RESPONSE

1. The F.P.S.O. Medic and/or designated First Aid Responder will immediately
attend to the individual(s). The individuals condition(s) will be reported both to
the OIM and the onboard VAALCO Production Superintendent as soon as
possible.
2. On behalf of VAALCO, the OIM (as Incident Commander) will, as soon as
practical upon receiving notification of a medical emergency, contact the
VAALCO HSE Manager and if necessary, the TINWORTH Representative.
The OIM will provide the following information;
a. Name(s) of individual(s) requiring assistance
b. Details of injuries/illnesses
c. Methods of transportation required, i.e helicopter or boat
d. Type of medical support required, is Doctor required offshore?
3. The onboard VAALCO Production Superintendent will arrange for
transportation
as requested by OIM.
4. The OIM will establish communications with the designated shorebase
medical
facility. (Clinic Mandji). Refer to attached contact details in EMERGENCY
INFORMATION.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 114


5. The F.P.S.O. Medic and / or First Aid Responder will, as soon as practical,
liaise
with the on-duty doctor at the designated shorebase medical facility.

SHOREBASE RESPONSE
1. The designated shorebase Doctor or Medical Advisor will;
a. Consult with the offshore F.P.S.O. Medic or First Aid Responder
b. Determine the nature of the injury(s) or illness
c. Advise the F.P.S.O. Medic or First Aid Responder as to what medical
treatment is advised.
d. Determine whether it will be necessary for a Doctor or team of Doctors to
meet and assist the inbound patient(s) at the designated arrival point, or for
a Doctor or team of Doctors to go out to the F.P.S.O. to provide treatment.
e. Communicate plan of action as established with the OIM / F.P.S.O. Medic
to the VAALCO HSE Manager and the Tinworth Representative in POG
as soon as practical.
2. The shorebase VAALCO HSE Manager will:
a. Notify immediately the VAALCO Operations / General Manager as well
as the TINWORTH Representative in Town (if needs be) or other relevant
support personnel (such as the Logistics Manager) about the incident. The
VAALCO Operations / General Manager will in due course advise
VAALCO’s Houston office.
b. Ensure that all key response elements such as the doctor, helicopter, and
ambulance are all advised of the situation and that action is being taken.
c. Maintain communication with the OIM until patient(s) have departed the
F.P.S.O.
d. Make sure communication is established with the helicopter/boat while
enroute to Port Gentil. Radios are located at the HeliUnion base.
e. In the event that the patient is a third party, ensure that the patient(s)
employer is advised. Ensure that the patients next of kin is notified.
f. Meet patient(s) upon arrival. Ensure that someone capable of speaking the
patient(s) language is present.
4 of 9 25/09/2013 Rev. 9
g. Ensure that the incident is fully and accurately documented. Prepare and
distribute copies of the report documenting the incident.
Note

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 115


If patient is released, ensure that appropriate release is in
place and a work release is in place if returning to work.
Ensure patient(s) receive drug screening
If patient(s) is not released, ensure patient is visited on a
regular basis and provide assistance as required.

EMERGENCY CONTACTS
VAALCO Gabon (Etame), Inc.
VAALCO GENERAL MANAGER
Rodney James MACALISTER
Office Phone +241 01 56 55 26 Ext. 6001
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 17 07 79
Email rmacalister@vaalco.com

VAALCO DEPUTY GENERAL MANAGER


Clotaire KONDJA
Office Phone +241 01 56 55 26 Ext. 6002
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 14 00 49
Email ckondja@vaalco.com

VAALCO Operations Manager


Ewan ANDERSON
Office Phone + 241 01 56 55 26 Ext. 6028
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 42 37 34
Email eanderson@vaalco.com

VAALCO HSE MANAGER


Gabriel MAKAYA Ikapi
Office Phone +241 01 56 55 30 Ext. 6029
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 94 83 89
Email gikapi@vaalco.com
6 of 9 25/09/2013 Rev. 9

VAALCO PRODUCTION MANAGER

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 116


Urbain BEKA
Office Phone +241 01 56 55 26 Ext. 6003
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 76 51 20
Email ubeka@vaalco.com

VAALCO LOGISTICS MANAGER


Tarek BEJAOUI
Office Phone +241 01 56 55 30 Ext. 6013
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 52 02 63
Email tbejaoui@vaalco.com

VAALCO PRODUCTION SUPERINTENDENT ABOARD THE FPSO


Guy-Francis NDONG ALLOGO / Nicaise EKOMIE
Office Phone +241 01 56 55 27 – 01 56 55 26 Ext. 6305
+1 713 499 1482(Ext 6305) / +881641429735
Office Fax +241 01 56 55 32
Email fieldsupervisor@vaalco.com

F. P. S. O. “PETROLEO NAUTIPA” – Call sign EML8


RADIO:
VHF working Channels 72 and 16
Email master.nautipa@vsl.foms.no

F.P.S.O. OIM TINWORTH


Konrad WALAS / KHALED HAMZAOUI
Office Phone + 47 22 62 76 10
+871 764 444 136
Office Fax +871 764 444 137
Email oim@pna.foms.no (3.0MB msg size limit)

TINWORTH REPRESENTATIVE (TOWN)


Pedro MARTINS
Cell Phone +241 07 84 41 48
Email pedro.martins@gabon.fredolsen.com

VAALCO Gabon (Etame), Inc

VAALCO Drilling

VAALCO DRILLING MANAGER

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 117


Gordon MUTCH / Roy SPIERS
Office Phone +241 01 56 55 26 -01 56 55 27 Ext. 6005
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 75 55 66
Email gmutch@vaalco.com
rspiers@vaalco.com

VAALCO DRILLING SUPERINTENDENT


Ian POTGIETER / Ian GRANT
Office Phone +241 01 56 55 26 – 01 56 55 27 Ext. 6006
Office Fax +241 01 56 55 32
Cell Phone +241 07 73 47 07
Email ipotgieter@vaalco.com
igrant2@vaalco.com

VAALCO Drilling Engineer


Andre Beck/ Brian SLOVENSKY
Office Phone + 241 01 56 55 26 Ext.6007
Cell Phone +241 04 87 95 33
Email abeck@vaalco.com
bslovensky@vaalco.com

VAALCO COMPLETION ENGINEER


TBA
Office Phone + 241 0156 55 26 Ext. 6008
Cell Phone +241 07067196
Email TBA

VAALCO DRLLING LOGISTICS


Jamel AYADI / Mike BATTOCK
Office Phone + 241 01 56 55 27 Ext. 6009
Cell Phone +241 07 06 71 93
Email jayadi@vaalco.com
mbattock@vaalco.com

VAALCO COMPANY MAN ABOARD THE RIG


Ken HILDEBRAND b/b TBA
Cell Phone + 241 07 34 37 89
Email khildebrand@vaalco.com

DOCTOR MEDICAL ASSISTANCE – PORT GENTIL


SOS INTERNATIONAL REPRESENTATIVE

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 118


*Cabinet Medical MANDJI CLINIC (Dr MARTI)
Office Phone +241 0155 35 56 / +241 07 38 83 03
Dr Marco MARTI +241 07 53 87 24
Dr Karim MOULAI (Cell) +241 07 36 94 78

*VAALCO’s Approved Clinic and Doctors

Paul Igamba Hospital (CNSS)


Office Phone +241 01 55 33 58
+241 01 56 35 38
Office Fax +241 01 55 31 80
+241 01 55 15 41
Dr Dragan. MILOVANOVIC
Cell Phone +241 06 26 67 31
Home Phone +241 01 55 67 76
After Hours Apt +241 01 55 60 36

HELIUNION HELICOPTERS – PORT-GENTIL


Office Phone +241 07 91 54 52
Office Fax +241 01 55 59 31
E-mail heligabon@gmail.com

Base Manager: Patrick PINCE


- Cell +241 07 92 56 09
- Office +241 01 56 29 23
E-mail: cm.heligabon@laposte.net / heligabon@heli-union.eu

Chief Mechanic: José TROUILLE/ Xavier RONS


- Cell +241 07 39 41 91
- Office +241 56 40 43

Operations Manager: Fred GHESTIN / Tristan SCHLOESING


- Cell +241 07 92 56 10
- E-mail ops.heligabon@gmail.com
- Office +241 01 56 29 23
- Fax +241 01 55 59 31

Radio Operator
- Cell +241 07 92 70 14
+241 07 91 54 52
- E-mail radio.heligabon@gmail.com

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 119


ANNEXE 4

PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE


VAALCO

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 120


Politique environnementale de VAALCO Gabon Inc.

La protection de l’environnement est une composante essentielle dans les objectifs


professionnels de VAALCO Gabon (Etame) Inc. La société assume ses responsabilités et
s’engage à promouvoir la sécurité du personnel, conserver les ressources naturelles et
protéger l’environnement conformément à la réglementation et aux directives nationales en
vigueur.
VAALCO Gabon (Etame), Inc. S’engage à assurer ses activités en accord avec les normes
internationales du secteur pétrolier acceptées au plan international et de s’efforcer
d’améliorer ses performances au niveau de l’environnement. VAALCO Gabon (Etame),Inc.
Etablira et maintiendra des normes qui répondent ou excèdent toutes les législations et
réglementations en vigueur. Toutes les normes seront établies selon les réalités pratiques et
économiques de chaque zone opérationnelle et après consultation avec les autorités
compétentes du pays hôte.
Les entreprises sélectionnées par VAALCO Gabon (Etame), Inc. dans le cadre des travaux
de développement sur la plateforme Etame, seront celles qui adhèrent aux mêmes principes
que VAALCO Gabon sur la qualité du travail, la gestion des risques sur la santé et sur
l’environnement. Ces entreprises doivent avoir fait leurs preuves dans leur engagement à la
poursuite de l’excellence dans leurs prestations. VAALCO demande à chaque sous-traitant
de développer un plan de gestion de l’environnement spécifique.
VAALCO supervisera la gestion HSE de l’entrepreneur pendant l’exécution de son travail
pour pouvoir vérifier son application adaptée. En cas de non-conformité, VAALCO
interviendra pour pouvoir garantir une application correcte.
En fonction du genre d’activités de l’entreprise, des plans de gestion de l’environnement
seront nécessaires pour :
- L’organisation de la gestion de l’environnement
- La surveillance de la performance sur l’environnement
- La gestion des substances à risques
- La gestion des déchets dangereux (solides et liquides)
- La gestion du bien-être du personnel
- La préparation et l’intervention dans la lutte contre les déversements

Tous les plans de gestion doivent se soumettre aux lois et réglementations locales et
régionales ainsi qu’aux protocoles et conventions internationaux.

2 Gestion de l’environnement pendant le forage

C’est un plan de gestion environnemental opérationnel qui englobe :

- Les responsabilités
- Les identifications et la caractérisation des déchets

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 121


- Un inventaire chimique
- Les fiches de données sécurité des produits
- La tenue des cahiers des déchets
- L’étiquetage des produits et des instructions de manutention/utilisation
- Un système d’information et d’action pour la gestion des risques chimiques
- Un inventaire des sources de déchets et de leur composition
- Les déchets opérationnels ou des tiers
- Le tri des déchets, le stockage, l’évacuation à terre ou l’élimination des produits
dangereux
- La minimisation des déchets
- Le traitement des effluents suivant Marpol 73/78 indiquant que les niveaux de chlore
résiduel doivent être en dessous de 1 ppm et ceux des huiles et graisses limités à 30
ppm au maximum.
- Matériaux interdits
- Les rapports

3 Plan d’intervention en cas de déversements accidentels

Le plan d’intervention d’urgence en vigueur doit assurer une intervention efficace en cas
d’accident, tel qu’un déversement accidentel de pétrole. Plus spécifiquement, le plan
d’intervention d’urgence doit garantir que :

- Le personnel de VAALCO Gabon Inc. dans son ensemble et les autres sous-traitants
associés aux travaux sont conscients de leurs responsabilités dans le cadre du plan.
- Les opérations sont menées de manière à minimiser la risque de déversement de
pétrole et autre pollution
- Un matériel et des équipements adéquats sont utilisés par le personnel qui applique
les procédures correctement
- Tous les incidents de déversement et de pollution doivent être enregistrées et dûment
datées et signées. Dans le cadre de l’Union Pétrolière Gabonaise (UPEGA), un
accord d’assistance entre opérateurs en cas de pollution de la mer ou des lagunes par
les hydrocarbures, a été établi, et la société VAALCO Gabon Inc. en fait partie.

4 Surveillance environnementale

La surveillance comprend des mesures quantitatives des émissions et des déchets et une
évaluation de la qualité de l’environnement initial, afin de prendre des engagements
environnementaux à mettre en œuvre dans la protection de l’environnement lors de la mise
en œuvre de ce projet.
Si des impacts résiduels lors de la mise en œuvre de ce projet, produisent des effets à long
terme (ce qui les rendra difficiles à évaluer), un programme de surveillance de
l’environnement sera mis en place dans le cadre du Plan de Gestion Environnemental et
Social (PGES) en prenant soin de définir les indicateurs initiaux de ces effets à long terme.
Ce plan sera soumis aux règlements locaux, régionaux et internationaux.

5 Inspections de l’environnement et rapport

Le rapport sur l’environnement sera conçu pour évaluer l’observation opérationnelle des
procédés de sécurité de l’environnement, les règlements et les objectifs du PGES. Ceci
comprendra la gestion générale de l’environnement et les aspects techniques spécifiques et
il sera revu régulièrement.

6 Programme de surveillance

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 122


VAALCO Gabon (Etame) Inc. établira un programme de surveillance de l’environnement
pour les activités de développement du permis Etame. Dans l’éventualité d’une rupture du
pipeline conduisant à un déversement d’hydrocarbures, ou encore de fuites, VAALCO
Gabon Inc. devra immédiatement mettre en œuvre les actions correctives prévues dans le
PGES.

7 Audit environnemental

VAALCO Gabon(Etame), Inc. a établi un système de gestion de la qualité basé sur des
rapports réguliers. En cas de besoin, l’application des procédures et leur efficacité peut être
vérifiée, afin d’assurer un progrès continu des concepts et des procédures de gestion.
Le rapport doit contenir les points suivants :

- La conformité avec tous les codes, les standards et les procédures applicables
- La revue du système de gestion, des procédures de surveillance, etc.
- L’identification des problèmes potentiels de l’environnement, spécialement pendant la
phase opérationnelle du projet
- Evaluation des mesures d’atténuation de l’EIE et l’assurance de la mise en oeuvre et
l’application stricte des procédures recommandées
- Des recommandations pour l’amélioration du système de gestion des opérations.

A la fin du projet, un rapport d’audit de site sera soumis à VAALCO Gabon (Etame) Inc. et
l’ensemble de ses sous-traitants.

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 123


ANNEXE 5

Les espèces activités biologiques dans la zone du projet


Sources du WCS

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 124


Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 125
Activités biologiques/mois J F M A M J J A S O N D
Migration des baleines vers la côte de Mayumba

Migration des baleines vers le Sud

Migration et présence des tortues au large de la côte de


Mayumba

Période de présence des tortus luths au large de Mayumba

Période de ponte des tortues sur la côte de Mayumba

Dauphins 3 espèces (dauphin à bosse, grand dauphin, dauphin


Commun)
Période d’éclosion des œufs de tortus luths

Période de reproduction des Raies Manta à la côte de Mayumba

Période de reproduction des baleines à bosses

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 126


ANNEXE 6

ESPECES DE POISSONS COMMUNEMENT PECHEES A


MAYUMBA (EN MER) EN 2009

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 127


LES ESPECES DE POISSONS COMMUNEMENT PECHEES A MAYUMBA (EN
MER) EN 2009

NOM COMMUN NOM SCIENTIFIQUE


Bar a grosse tête Pseudotolithus senegalensis
Bar a tête allongée P. typus
Bar noir / Courbine/ Maigre commun Argyrosomus regius
Bossu / Otolithe bobo P. elongatus
Dorade sp Umbrina ronchus
Dorade grise / Carpe blanche Pomadasys jubelini
Dorade rose / Pagre a pointe bleue Pardus caeruleosticus
Dorade rouge / Pageau a tache rouge Pagellus bellottii
Grand capitaine Galeoides decadactylus
Petit capitaine Pentanemus quinquarius
Sardine Ethmalosa fimbriata
Sardine / Alose rasoir Ilisha africana
Sardinelle Sardinella aurita
Sardinelle Sardinella maderensis
Aiguille Tylosurus acus rafale
Petit thon / Palomine Trachinotus ovatus
Fiatola Stromateus fiattola
Barracuda Sphyraena guachancho
Maquereau / Thazard blanc Scombreromorus tritor cuvier
Thon / Bonite a dos raye Sarda sarda
Rouger barbet du Sénégal Pseudupeneus prayensis
Otolithe camerounais Pseudotolithus moorii
Turbot épineux tacheté Psettodes belcheri
Sole langue Cynoglossus senegalensis
Crocro a gros yeux Parakuhlia macrophthalmus
Poisson globe (ventre blanc jaune) Lagocephalus laevigatus
Poisson blobe 2 (tacheté sur le dos) Ephippion guttiger
Demi-bec brésilien Hemiramphus brasiliensis
Faux mulet Elops lacerta
Petit rouge allonge Chelidonichthys gabonensis
Chèvre de mer Chaetodipterus goreensis
Carange (ressemble à l'Akpala) Caranx rhonchus
Carange / Grande carangue Caranx hippos
Lippu Pelon Brachydeuterus auratus
Pourceau dos noir Bodianus speciosus
Cordonnier bossu Alectis alexandrines
Voilier d'Atlantique Istiphorus albicans
Requin borde Carcharhinus limbarus
Milandre jaune Paragaleus pectoralis
Requin marteau aile blanche Sphyrna couardi
Requin a museau pointu Rhizoprionodon actus
Emissole lisse Mustelus mustelus
Etrille lisse (crabe de mer) Portunus validus
Cigale rouge Scyllarides herklotsii
Langouste royale Panulirus regius
Migraine maculée Calappa rubroguttata
Grand rouge / Vivaleau africain rouge Lutjanus agennes

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 128


Mâchoiron de mer Arius latiscutatus
Bernard l'Hermitte / Pagure Pagurus bernhardus
Tarpon Megalops atlanticus
Source : WCS

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 129


ANNEXE 7

Les grands mammifères terrestres recensés dans le Parc


National de Mayumba, suivant les observations directes et
indirectes (source WSC).

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 130


Les grands mammifères terrestres recensés dans le Parc National de Mayumba,
suivant les observations directes et indirectes.

Noms scientifique Noms français


Galago demidovii Galago demidoff
Cercopithecus cephus Moustac
Cercopithecus nictitans Hocheur (nez blanc)
Cercopithecus pogonias Cercopithèque pogognias
Cercopithecus torquatus Cercocèbe a collier blanc
Lophocebus albigena Cercocèbe a joues grises
Colobus satanas Colobe satan
Mandrillus sphinx Mandrill
Gorilla Gorilla Gorille
Pan troglodytes Chimpanzé
Atherurus africanus Porc-épic
Thryonomys swinderii Aulacode
Panthera pardus Panthère
Civettictis civetta Civette
Genetta sp. Genette
Atilax paludinosus Mangouste de marais
Dendrohyrax dorsalis Daman des arbres
Loxodonta africana Eléphant d'Afrique
Potamochoerus porcus Potamochère
Hyemoschus aquaticus Chevrotain aquatique
Tragelaphus spekei Sitatunga
Tragelaphus scriptus Guibe harnaché
Cephalophus dorsalis Céphalophe bai
Cephalophus monticola Céphalophe bleu
Cephalophus leucogaster Céphalophe a ventre blanc
Cephalophus ogilbyi Céphalophe d'ogilby
Cephalophus silvicultor Céphalophe a dos jaune
Cephalophus calliyigus Céphalophe de Peters
Syncerus caffer nanus Buffle de forêt

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 131


ANNEXE 9

CONSULTATION PUBLIQUE AVEC LES AUTORITEES


LOCALES DE MAYUMBA

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 132


Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 133
Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 134
Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 135
ANNEXE 10

LISTE DES PECHEURS PECHANT DANS LA ZONE DU


PROJET

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 136


RECENSEMENT DES PATRONS PECHEURS ET DE LEURS ENGINS
Patron Pêcheur Nombre. Type Moteur Matricule Compagnie
engins CV
AMOUSSOU Augustin 2 BOIS 40 MYB 056/02
PLASTIQUE 40 MYB 083/06
AMOUSSOU 2 BOIS 40 MYB 090/07
LEANDRE PLASTIQUE 40 MYB 094/07
AMOUSSOU MARTIN 2 BOIS 40 MYB 045/01 Santé et vie
PLASTIQUE 40 MYB 036/00 avant tout
ATCHAGLI Michel 1 BOIS 40 MYB 060/02 Djibouti
BAKOUDOU Dissou 1 BOIS 40 MYB 07/04
BAKOUDOU 2 BOIS 40 MYB 033/00 Qui vit sans
VICTORIEN défauts ?
PLASTIQUE 40 MYB 073/04
DANGBO Damien 2 BOIS 40 MYB 052/01 Petit à petit
PLASTIQUE 40 MYB 067/02
DANGBO Gonzague 2 BOIS 40 MYB 001/00 Mandela
PLASTIQUE 40 MYB 040/01
DEKON François 2 BOIS 40 MYB 064/02 Hounsi hounsa
PLASTIQUE 40 MYB 088/06
FOLLY Ekoue Issac 1 BOIS 40 MYB 080/05 Parti
KAKPO Kangni 2 BOIS 40 MYB 092/97 La patience
Fréderic PLASTIQUE 40 MYB 091/07
KASSA Valentin
KOUASSI Pepe 2 BOIS 40 MYB 004/00 Le Caméléon
PLASTIQUE 40 MYB 082/06
KPADONOU Zingan 1 BOIS 40 MYB 058/02 Elavagnon
Cosme
KPANHOUN Antonin 2 BOIS 40 MYB 078/04 Mangali 1
PLASTIQUE 40 MYB 087/06 Mangali 2
KPANHOUN Nicolas 1 BOIS 40 Dieu est grand
KPODO Mawupemon
KPOGNON Bernard 2 Bois 40 MYB 022/95
Plastique 40 MYB 008/05
LOKO Folly 2 Bois 40 MYB 026/95 Alafia
Plastique 40 MYB 050/02
TCHETCHOU Emile 2 Bois 40 MYB 072/04
Plastique 40 MYB 081/05
TOHOUEGNON Anani 1 Bois 40 MYB 007/00 En réparation
N.
VIVO Coffi Christophe 1 Bois 40 MYB 095/08
ZONYIGBE Remy 1 Bois 40 MYB 069/03
ZOTONGLO Boniface 2 Bois 40 MYB 091/97 Agbeko
Plastique 40 MYB 084/06

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 137


LISTING DES PATRONS ET EQUIPAGES
Patrons des Equipage Total
pêcheurs
AMOUSSOU Norbert Emile 3
Augustin
AMOUSSOU Amoussou Tossou 3
Léandre Gue Komlan Kouletsio
AMOUSSOU Tassou Romain 3
Martin
ATCHAGLI Atchagli 2
Michel Tata
BAKOUDOU Mendoza Kouassi Yao 4
Dissou
BAKOUDOU Firmin Brad 3
Victorien
DANGBO Kokou Date 3
Damien
DANGBO Calixte Julien Dati Francis 5
Gonzague
DEKON Joseph Adresse Komlan Bamenou 5
François
FOLLY Ekoue 1
Isaac
KAKPO Kangni Martin Thomas Zingan 4
Fréderic
KASSA Kouletsio Kouassi 2
Valentin
KOUASSI Julien Boris Dossou Paul 5
Pepe
KPADONOU Bertin Kpadonou Sévi Sossou Koffi 4
Zingan Cosme
KPANHOUN joseph Damien Samoli Gilbert Koffi 6
Antonin
KPANHOUN Ngoma Mboumba Axel 4
Nicolas
KPODO 1
Mawupemon
KPOGNON Jean Ya kaye Django Bernard 5
Bernard
LOKO Folly Antoine Antonin Messa Comblanvi Djobe Benoît Codjo 8
Patrice n
TCHETCHOU Claude Marcel Dossou 4
Emile
TOHOUEGNO 1
N Anani N.
VIVO Coffi Kouassi Yeye Bernard 3
Christophe
ZONYIGBE 1
Rémy
ZOTONGLO Kokou Houessou 3
Boniface

Rapport de l’étude d’impacts sur l’environnement – Projet de la plateforme Etame 138