Vous êtes sur la page 1sur 56

ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

SOMMAIRE:
Introduction ………………………………………………………………………..5

Présentation de l’organisme d’accueil ……………………………………….…….6

1. Description……………………………………………………………….…6
2. Usages………………………………………………………………………6
3. Organisation administratives de la société…….……………………………6
4. Déroulement du travail………………………………………………….…..7

Chapitre 1 : Introduction générale ………………………………………….………8

I. Présentation du projet ……………………………………………….….…..9


II. Généralités de calcul ………………………..………………………..…….11
1. Hypothèses de calcul……………….……………………………..11
2. Caractéristiques des matériaux……..……………………………..11

Chapitre 2 : Descente de charges et dimensionnement ……………………………13


I. Pré dimensionnement …………………………………….………………..14
1. Pré dimensionnement des dalles…………………………………...14
2. Pré dimensionnement des poteaux…………………………………15
3. Pré dimensionnement des poutres………………………………….15
4. Pré dimensionnements des escaliers……………………………….16
II. Descente de charges ……………………………………………………….17
1. Introduction………………………………………………...………17
2. Plancher terrasse……………………………………………………17
3. Plancher étage courant………………………………………….…..18
4. Autres charges d’exploitation………………………………………18
5. Suite de pré dimensionnement des poteaux…….…………………..19
III. Dimensionnement ………………………………………………………….25
1. Dimensionnement des poteaux………………………….………….25
2. Dimensionnement des poutres…………………………….………..28
 Présentation de la méthode de CAQUOT…………….………31
3. Etude de la fondation……………………………………….………39

Chapitre 3 : Quelques problématiques rencontrées ………………………………45


 Fondations en pente ………………………………………………46
 Fouille de poteau très grande ………………………………….….47
 Aménagement du talus …………………………………………...49

Conclusion ……………………………………………………………………......52

Génie hydrogéotechnique Page 1 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Listes des figures


Figure 1 : Situation du projet………………………………………………………………..9

Figure 2 : Les façades principale et arrière de l’immeuble…………………………..……..9

Figure 3 : Image satellitaire montrant la situation géographique de la zone d’étude…….....10

Figure 4 : Dessin d’un plancher en corps creux. ………………………………….....……...14

Figure 5 : Illustration des dimensions d’une poutre ……………………………….………..15

Figure 6 : les caractéristiques des escaliers …………………………………………..……..16

Figure 7 : Détails des constituants du plancher terrasse……………..……………….……..17

Figure 8 : Plancher étage courant…………..…………………………………....…….……..18

Figure 9 : Poteau soumis à un effort de compression N………………………..……...……..19

Figure 10 : Section afférente du poteau sollicité H3 ……………………………….……..…20

Figure 11 : Extrait du dessin AutoCAD contenant le poteau H3 étudié ……..………...…....20

Figure 12 : Evaluation de la longueur de flambement du poteau ………..…………………..21

Figure 13 : Disposition des armatures 8 ϕ12HA pour un poteau rectangulaire 25*45….….26

Figure 14 : Extrait du dessin AutoCAD contenant la poutre continue étudiée ……………..29

Figure 15 : deux travées chargées uniformément ……….…………………………………..32

Figure 16 : poutre continue à 3 appuis………..……………………………………………..34

Figure 17 : dimensions d’une semelle ……………..………………………………………..39

Figure 18 : Classement des fondations suivant la règle D/B……………………….………..40

Figure 19 : l’action de la structure et l’action du sol sur la fondation ……….…………………..40

Figure 20 : Organigramme de calcul de la surface des semelles ………………………………..42

Figure 21 : caractéristiques d’une semelle isolée ……………………….……………………..42

Figure 22 : les longrines ..…………………………………………………………………..44

Figure 23 : différence de niveaux des fondations ……………………………………………..46

Figure 24 : règle de 2 pour 3 …………………...…………………………………………..46

Figure 25 : redans en gros béton ……………………………………………………………..47

Figure 26 : Gros béton sans prévoir de débordement…………………………………………..48

Génie hydrogéotechnique Page 2 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Figure 27 : gros béton sous semelle isolée ………..…………………………………………..48

Figure 28 : Emplacement du projet par rapport au talus …………...…………………………..49

Figure 29 : Les enrochements…………...…………………………………………………..50

Figure 30 : vue en coupe de la technique des enrochements et de la végétation….………..50


Figure 31 : exemple d’empilement en gabions ……………….………………………………..51

Figure 32 : reboisement dans un talus………………………………………………………..51

Liste des tableaux


Tableau 1 : résultats de calcul des charges ............................…………………………… 21

Tableau 2 : les dimensions du poteau étudié …….……………………………………… 25

Tableau 3 : diamètre des armatures transversales …….………………………………… 27

Tableau 4 : chargement et dimensions des travées de la poutre continue H ….………… 30

Tableau 5 : les conditions satisfaites par les méthodes .………………………………… 31

Tableau 6 : données de la poutre H nécessaire à l’application de CAQUOT ……...…… 34

Tableau 7 : résultats de calcul des moments aux appuis ……...………………………… 34

Tableau 8 : résultats de calcul des moments aux travées …………..…………………… 35

Tableau 9 : vérification des règlements ………………………………………………… 36

Tableau 10 : détermination de la position de l’axe neutre pour chaque travée……….… 37

Génie hydrogéotechnique Page 3 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Remerciement
Je tiens à exprimer mon immense gratitude et à présenter mes remerciements
les plus sincères à Mr BELLOUKI Abdelmonaim ingénieur d’état et directeur
du bureau d’étude Nord Projets de m’avoir accordé ce stage et contrôlé mon
travail attentivement.

Mes vifs remerciements s’adressent également à Mr DERA Haddou ingénieur


en génie civil pour son encadrement quotidien et son partage généreux de
connaissances, à Mr BOUKYAER Norddine ingénieur en génie civil pour son
partage si généreux d’informations et de données de projet.

Ma gratitude à l’ensemble des techniciens de la section bâtiment : Mme


CHAFIA Naziha, Mr EL HILALI Talib et EL JILALI Yassine, pour leurs
explications, disponibilité et leurs efforts pour me faire profiter de leurs
expériences.

Merci pour tout le personnel de Nord Projets pour leur soutien et


collaboration.

J’adresse par la même occasion, mes sincères remerciements au corps


professoral du département des sciences de la terre de l’Ecole Nationale
Supérieure des Mines de Rabat pour leurs efforts qu’ils n’ont essayé de déployer
fidèlement pour assurer une meilleure formation.

Génie hydrogéotechnique Page 4 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

introduction

Dans le cadre d’une stratégie de formation se basant sur deux axes, l’un théorique
et l’autre pratique, l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat (EX ENIM)
donne l’opportunité aux élèves ingénieurs dans leur deuxième année de découvrir et
d’explorer le milieu professionnel à travers un stage de formation dans lequel l’élève
ingénieur approfondit ses connaissances et ses acquis théoriques en les confrontant à
la pratique.

Ce stage s’est déroulé au sein du bureau d’études Nord Projets et s’est étalé sur une
durée de 2mois. Ma mission était de concevoir et de dimensionner un bâtiment R+3
d’un projet des logements sociaux.

Le présent document est une synthèse des travaux effectués. Il détaillera la


démarche du calcul utilisé et donnera, si nécessaire, les références sur lesquelles je
me suis appuyée.

Génie hydrogéotechnique Page 5 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Présentation de l’organisme d’accueil


1. Description :
Le bureau d’étude Nord Projets est une société d’ingénieurs-conseils, crée en 1993 à Al
Hoceima par son Directeur l’Ingénieur d’Etat Mr BELLOUKI Abdelmonaim diplômé de l’EMI
(Ecole Mohammadia d’Ingénieurs).

Ce BET est composé d’un groupe d’ingénieurs et de techniciens très expérimentés et hautement
qualifiés de diverses spécialités et équipé en logiciels et en moyens matériels très importants.

2. Usages :
C’est une société qui travaille sur plusieurs activités, on cite : 1) Etude de structures : Béton
Arm - Charpente métallique - Charpente en bois. 2) Lots Techniques : Electricité - Plomberie -
Chauffage – climatisation -Protection incendie. 3) Etude des aménagements et de réhabilitations
des bâtiments existants. 4) Etablissement des métrés et des cahiers de charges. 5)
Infrastructure : Etude des routes - Etude des ouvrages d’art et des ponts. 6) Etude de
lotissement : Voirie – Assainissement - Eau potable –Téléphone –Électricité. 7) Mise à niveau et
Restructuration. 8) Hydraulique : Etude d’alimentation en eau potable - Conception et calcul des
ouvrages hydrauliques. 9) Environnement : Etude d’assainissement et d’épuration - Etude
d’impact sur l’environnement - Déchets solides - Gestion de l’environnement. 10) Contrôle des
travaux et gestion des projets. 11) Assistance technique au maitre d´ouvrage. 12)
Ordonnancement, pilotage et coordination (OPC). 13) Etude de faisabilité et étude socio-
économique.

Ce bureau d’étude se charge de plusieurs projets dans le cadre local, provincial et parfois
national. Il s’est occupé des plus grands projets au niveau provincial dont on trouve :

 Etudes techniques et suivi des travaux de construction d’un complexe résidentiel ALKHOZAMA à
la ville d’Al-Hoceima.
 Mise à niveau de la ville d’Imzouren.
 Etudes techniques et suivi des travaux de construction du centre commercial Mirador à Al-
Hoceima.
 Aménagement et extension du stage Municipale à la ville d’Al-Hoceima.
 Conception, étude et suivi de voirie et assainissement du lotissement ALMARSSA à la ville d’Al-
Hoceima.

3. Organisation administrative de la société :


Chaque société nécessite un cerveau qui gère, qui dirige, qui oriente le personnel et qui veille sur
le bon déroulement du travail afin d’assurer la satisfaction du client.

Nord projet, étant l’une des grandes sociétés à Al-Hoceima, a comme leader M.Abdelmonaim
BELLOUKI, ingénieur génie civil en béton armé.

Génie hydrogéotechnique Page 6 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Le personnel est constitué d’une secrétaire et cinq techniciens spécialisés en différents domaines
et deux ingénieurs en génie civil.

L’organisation administrative de cette société peut être représentée comme suit :

Directeur

Techniciens Ingénieurs Secrétaire

Interne Externe Interne Externe

4. Déroulement du travail :

 Dès le dépôt d’un projet par un client qui détermine un délai précis et un pourcentage limité, le
directeur distribue les tâches à ses ingénieurs et à ses techniciens et leur explique les détails et la
méthode à suivre dans la réalisation du projet pour atteindre de bons résultats.
 Les ingénieurs et les techniciens se basent sur le plan d’architecte qu’ils transforment en un plan
béton armé en mettant toutes les modifications nécessaires et leurs tâches exigées par le directeur.
Ce travail nécessite l’utilisation de certains logiciels, comme AUTOCAD et Arche GRAITEC.
 Après la réalisation du travail, les ingénieurs et les techniciens le mettent à la disposition du
directeur qui prend la responsabilité de le vérifier et le signer.
 Bien entendu, le suivi du chantier est indispensable afin de veiller sur le déroulement des travaux
correctement.

Génie hydrogéotechnique Page 7 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Chapitre 1 : Introduction générale

Génie hydrogéotechnique Page 8 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

I. Présentation du projet :
 Le projet étudié est un bâtiment R+3 localisé au quartier BOUJIBAR près de l’établissement
scolaire Al Irfane de la ville d’AL HOCEIMA.
C’est un terrain fortement dénivelé vers le nord et limité par un ravin dans la même direction.

Figure 1: Situation du projet

On a choisi le type le plus courant pour les projets de construction de logements sociaux : un
bâtiment constitué de Rez-de-chaussée plus trois étages (R+3) avec ossature en béton armé.

Le RDC et les étages courants sont à usage d’habitation, avec quatre appartements dans chaque
étage.

Figure 2: Les façades principale et arrière de l’immeuble.


Génie hydrogéotechnique Page 9 2015/2016
ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Contexte géologique : le quartier BOUJIBAR qui fait partie de la ville d’AL HOCEIMA, est
situé sur la chaîne de Bokoya qui appartient aux zones internes du Rif.
D’un point de vu géologique, le massif de Bokoya est subdivisé classiquement en trois grands
domaines structuraux :
- Les Ghomarides représentées par la nappe d’AL HOCEIMA.
- Les Sebtides représentées par l’unité de Federico-Ain el Hajar.
- La Dorsale calcaire subdivisée elle-même en trois sous domaines : la nappe du Jbel Amekran, la
nappe du Jbel Bouscour et la nappe Eo-Oligocène ou d’Ajdir-Tizi Ali.

Dans la zone du site on distingue les formations suivantes :

- Des calcaires à silex.


- Des marnes jaunâtres et grès de la nappe éo-oligocène.
- Des terrains récents du Quaternaire.
 Les sondages effectués n’ont détecté aucun niveau d’eau.

Figure 3 : Image satellitaire montrant la situation géographique de la zone d’étude.

Génie hydrogéotechnique Page 10 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

II. Généralités de calcul :


1. Hypothèses de calcul :

 Rappel :
 Etat limite ultime (E.L.U) : correspond à la valeur maximale de la capacité portante dont le
dépassement entraînerait la ruine de l’ouvrage.
 Etat limite service (E.L.S) : c’est fonction des indices d’utilisation normale ou de durabilité. Le
non-respect compromet la durabilité souhaitée pour l’ouvrage et les conditions d’exploitation
habituelles.

Dans notre étude, les hypothèses de calcul adoptées sont :

 La fissuration est peu préjudiciable  le calcul se fait à l’état limite ultime (E.L.U).
 Action variable de durée d’application supérieure à 24h  Ө=1.
 Pas de reprise de bétonnage  K=1.
 La résistance à la compression du béton à 28 jours : fc28= 25MPa.
 La résistance à la traction du béton : ft28=0.6+0.06*fc28 = 2.1MPa.

2. Caractéristiques des matériaux :

Le béton armé se compose de béton et d’armature. En effet, le béton présente une faible
résistance à la traction ou au cisaillement, d’où l’utilisation de l’acier qui offre une bonne résistance
aux efforts de traction. Cet accouplement de ces deux matériaux nous offre une meilleure réponse
aux sollicitations subies.

 Béton :
Le béton utilisé est un béton courant dosé à 350 kg/m3 de ciment. Sa composition courante
pour 1 m3 est comme suit:

 Ciment : 350kg de CPJ45.


 Gravier : 800 litres de Dg≤25mm.
 Sable : 400 litres de Dg≤5mm.
 Eau : 175 litres d’eau de gâchage.

 Acier :
Les armatures en acier ont pour objectif de supporter les efforts de traction dans les pièces
fléchies et tendues et de renforcer les sections des pièces comprimées, elles sont fabriquées en
barres laminées à chaud et en fils étirés a froids. La quantité des armatures est calculée de façon à
assurer la résistance aux charges déterminées.

Génie hydrogéotechnique Page 11 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris à : Es =200 000MPa.


 coefficient de sécurité en situation courant : ϒs =1,15.
 Limite élastique du l’acier à haute adhérence : fe = 500Mpa.
 Dans notre cas, la fissuration sera considérée comme peu préjudiciable. Nous aurons donc la
contrainte de calcul pour acier : s = fe/ ϒs =500/1,15=435MPa.

 Règlements utilisés :
L’étude du bâtiment qu’on va présenter ultérieurement sera menée en utilisant les codes de
calcul suivants :

 Règlement parasismiques marocain RP2000/ révisé en 2002.


 Règles de conception et de calcul aux états limites des structures en béton armé BAEL 91 .
 Document technique réglementaire NF P 06-001 : charges d’exploitations des bâtiments.
 Règlement parasismique PS 92.
 Règlement de construction en béton arme CBA 93

Génie hydrogéotechnique Page 12 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Chapitre 2 : Descente de charges et


dimensionnement

Génie hydrogéotechnique Page 13 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

NB : Les calculs sont effectués selon les règles de BAEL91.


I. Pré dimensionnement :
1. Pré dimensionnement des dalles :
Les dalles sont des plaques minces dont l’épaisseur est faible par rapport aux autres dimensions
et qui peuvent reposer sur 2,3ou 4 appuis.
Ce type d’élément travaille essentiellement en flexion (ainsi que des poutres, poutrelles ou
murs.) L’épaisseur des dalles dépend aussi bien des conditions d’utilisation que des vérifications
de résistance.
Dans notre cas, on utilisera des dalles à corps creux en raison de plusieurs avantages tels que :
 Gain important du temps de réalisation.
 Facilité de stockage, de transport et de mise en œuvre.
 Economie importante en béton.
 Légèreté par rapport à la dalle pleine.
 Meilleure isolation thermique et acoustique.
En effet, l’emploi des dalles à corps creux permet aux ingénieurs d’éliminer une partie
dépourvue de fonction structurale des dalles de plancher en béton et ainsi réduire
considérablement (jusqu’à 35%) le poids propre de la dalle.

 L’épaisseur du plancher est déterminée à partir de la condition de flèche : e ≥ L/22.5


avec : L la portée maximale entre nus d’appuis.
Après calcul on a obtenu la même valeur (e=20cm) pour toutes les dalles sauf deux (une 30cm et
l’autre 25cm), et donc on optera pour la valeur e=20cm.

c/c : La plupart des valeurs indique une épaisseur de 20cm, d’où on optera pour des dalles
de 20cm (15cm de corps creux + 5cm de la dalle de compression)

Figure 4: Dessin d’un plancher en corps creux.

Génie hydrogéotechnique Page 14 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

2. Pré dimensionnement des poteaux :


Le poteau est un élément essentiel de la structure, généralement vertical, dont la longueur est
grande par rapport aux autres dimensions transversales.

Du point de vue de la mécanique des structures, les poteaux sont des éléments verticaux soumis
principalement à de la compression. Leur résistance est notamment limitée par le risque
de flambage.

Le règlement parasismique marocain impose une valeur minimale de 25cm. Les dimensions à
retenir seront obtenues par la descente de charges. (Voir partie descente de charges)

3. Pré dimensionnement des poutres :

Figure 5: Illustration des dimensions d’une poutre

D’après le BAEL 91, les dimensions d’une section rectangulaire isostatique sont :

 La hauteur h :
L/15 ≤ h ≤ L/10
1- Pour les poutres principales, on fixe la valeur de h à L/10 arrondie à 5cm près pour plus de sécurité.
Après calcul, nous constatons que les valeurs varient de 30cm à 55cm.
2- Pour les poutres secondaires, on fixe la valeur de h à L/12 ce qui donne des valeurs ≤30cm. On
prend généralement h=25cm ou 30cm si nécessaire.

NB : En ce qui concerne les poutres continues, la hauteur h de la poutre doit vérifier la condition de
la flèche suivante : Lmax/16 ≤ h ≤ Lmax/12

 La largeur :
0.4*h ≤ b ≤ 0.7*h
On a fixé une valeur de b=25cm qui est la valeur minimale des dimensions des poteaux (c’est
principalement une raison d’ordre architecturale).

Génie hydrogéotechnique Page 15 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 b et h doivent satisfaire les conditions exigées par le RPS 2000 :


 La condition sur le rapport largeur/hauteur : b/h ≥ 0.25
 La condition sur la largeur b de la poutre : b ≥ 200mm

Les deux conditions sont vérifiées.

4. Pré dimensionnement des escaliers :

Figure 6: les caractéristiques des escaliers

 Escalier de l’étage courant


 La hauteur : H= 1.24m (deux volées)
 Giron : g= 30cm
 Hauteur de la marche à partir de la formule de BLONDEL : 59 ≤ 2h+g ≤ 66 => 14.5 ≤ h ≤ 18 on
prendra la hauteur maximale h=18cm
 Le nombre de contremarches : Nc= H/h = 7contremarches par volée
 Le nombre des marches : N= Nc-1 = 6marches par volée
 Inclinaison de la paillasse : tgα = hauteur de l’escalier / longueur de l’escalier
La longueur de l’escalier = N*g = 1.8m => tgα = 0.68 => α = 34°
 Longueur de volée L = (1.82+1.242)1/2 = 2.2m
 Condition de résistance

Soit e l’épaisseur de la paillasse : la condition implique que L/30 ≤ e ≤ L/20

On prend la valeur maximale : e = 11cm pour tous les volées.

Génie hydrogéotechnique Page 16 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

II. Descente de charges :


1. Introduction :
La descente de charges a pour but de déterminer les charges et les surcharges revenant à chaque
élément porteur au niveau de chaque plancher.

Les charges réglementaires sont :

 G : les charges permanentes ce sont les charges qui ne varient pas dans le temps, par exemple le
poids d’un mur. Pour des raisons de sécurité les charges fixes sont majorées d’un coefficient de
1.35 lors d’un calcul de descente de charges.
 Q : les charges d’exploitation, par contre, sont des charges qui varient dans le temps, par exemple la
neige pendant l’hiver. Ces charges sont également majorées d’un coefficient de 1.5 lors d’un calcul
de descente de charges, évidemment pour des raisons de sécurité.

2. Plancher terrasse :

Figure 7: Détails des constituants du plancher terrasse

Génie hydrogéotechnique Page 17 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Les charges permanentes :


 Etanchéité : 20 Kg/m2
 Protection d’étanchéité : 120 Kg/m2
 Forme de pente en terrasse : 200 Kg/m2
 Dalle (15+5) : 280 Kg/m2
 Enduit sous plafond : 30 Kg/m2

Total : 650 Kg/m2

 Les charges d’exploitation :


 Terrasse accessible : 150 Kg/m2

3. Plancher étage courant :

Figure 8: plancher étage courant


 Les charges permanentes :
 Revêtement du sol : 140 Kg/m2
 Cloisons légères : 75 Kg/m2
 Enduit sous plafond : 30 Kg/m2
 Dalle (15+5) : 280 Kg/m2

Total : 525 Kg/m2

 Les charges d’exploitation :


 Logement : 150 Kg/m2

4. Autres charges d’exploitation :

 Escaliers et circulation : 250 Kg/m2


 Balcons : 350 Kg/m2

Génie hydrogéotechnique Page 18 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

5. Suite de pré dimensionnement des poteaux :


Il y a deux méthodes de calcul, on utilisera dans notre cas la deuxième méthode.

1- Par les efforts tranchants :

Pour la méthode des efforts tranchants, le poteau est considéré soumis à un effort N de
compression appliqué au centre de gravité G de la section en béton du poteau. Cet effort est égal à
la somme des efforts exercés par les poutres (pour lesquelles il sert d’appui) et des charges
acheminées par le poteau supérieur.

Figure 9: poteau soumis à un effort de compression N

2- Par la surface d’influence :

Le calcul dans ce cas est basé sur la section résultante de la moitié des panneaux entourant le
poteau.

Génie hydrogéotechnique Page 19 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Figure 10: Section afférente du poteau sollicité H3

 On étudiera l’exemple du poteau H3 :

Figure 11: Extrait du dessin AutoCAD contenant le poteau H3 étudié

La section afférente du plancher est : Saff = 36.12m2

Génie hydrogéotechnique Page 20 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 La charge permanente transmise au poteau :

G= Gp* Saff + PPpoteau+∑PPpoutre*(L/2)


 La charge d’exploitation transmise au poteau :

Q=Qp*Saff

Avec : - Gp : charge permanente sur les planchers supportés par le poteau.

- Qp : charge d’exploitation sur les planchers supportés par le poteau.

- L : portée entre axes de la poutre appuyant sur le poteau.

-PPpoutre : poids propre de la poutre (section de la poutre * la densité du


béton qui est égale à 25KN/m3).

- PPpoteau : poids propre du poteau.

 Résultats de calcul :

Charges permanentes Apportées par la terrasse 17.42T


Apportées par étage courant 14.72T
Charges d’exploitation Apportées par la terrasse 3.24T
Apportées par étage courant 3.24T
Tableau 1 : résultats de calcul des charges

 Pré dimensionnement de la section de béton :


A priori a= 25cm et b= 25cm
1- On doit calculer l’élancement λ : λ = lf / i
Avec : - lf (longueur de flambement) = k *l0 avec l0= 3.00m (voir figure)

Figure 121: Evaluation de la longueur de flambement du poteau


On prend k=0,7 => lf= 0,7*l0

Génie hydrogéotechnique Page 21 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

- i= (I/B) 1/2 : rayon de giration

I : moment d’inertie de la section du béton par rapport à son centre de gravité et

perpendiculaire au plan de flambement I= .

B : aire total de la section du poteau.


a : petite dimension de la section du béton du poteau.
b : grande dimension de la section du béton du poteau.

A.N : I= bh3/12= 3.25*10-4 m4


B= a*b= 0.06m2
lf= 2.1m
D’où λ=29.17 ≤ 05

2- Calculer le coefficient de flambage α :


0,85


 λ ≤ 50 =>  
 2
1  0,2
35
 α= 0.746

3- Calculer la section réduite de béton avec Ath(section d’acier)=0 à partir de la relation suivante :

Nu  α ( +Ath* )

Avec Ath=0 on aura: Br ≥ 0.9 b Nu /  fc28 (*)

On a fc28= 25MPa

b = 1.50 : combinaison durable

Br = (a-0.02)*(b-0.02)

a=25cm, c’est fixé pour des raisons architecturales (c’est l’épaisseur des murs), reste à
déterminer la valeur de b :

D’après la formule (*) et en remplaçant Br on obtient la relation suivante :

b≥ + 0.02 en m

Nu=1.35G+1.5Q

Génie hydrogéotechnique Page 22 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Avec si b < a => b= a= 25cm suite aux exigences du règlement parasismique de construction
RPS2000 qui exige un section minimale du poteau de 25*25.

C’est grâce à ce couple de relations que nous allons calculer la dimension b des poteaux de
chaque étage.

NB : Les charges portées comprennent les charges du plancher terrasse + les charges d’étage
courant + la charge des poteaux supérieurs :

1- Plancher terrasse :

Charges Charges Valeur de b≥


permanentes d’exploitation Nu
17.42 T 3.24 T 28.38 T 10.93 cm

Les valeurs adoptées : poteau carré 25*25 (cm)

2- Plancher 3ème étage :

Charges Charges Valeur de b≥


permanentes d’exploitation Nu
32.61 T 6.48 T 53.74 T 19 cm

Les valeurs adoptées : poteau carré 25*25 (cm)

3- Plancher 2ème étage :

Charges Charges Valeur de b≥


permanentes d’exploitation Nu
47.79 T 9.72 T 79.10 T 26.90 cm

Les valeurs adoptées : poteau carré 25*30 (cm)

4- Plancher 1er étage :

Charges Charges Valeur de b≥


permanentes d’exploitation Nu
63.07 T 12.96 T 104.60 T 34.92 cm

Les valeurs adoptées : poteau carré 25*35 (cm)

Génie hydrogéotechnique Page 23 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

5- Plancher RDC :

Charges Charges Valeur de b≥


permanentes d’exploitation Nu
78.44 T 16.20 T 130.21 T 42.89 cm

Les valeurs adoptées : poteau carré 25*45 (cm)

Total des charges au pied du poteau :

 G= 79.29 T
 Q= 16.20 T
 Nu= 131.35 T

Génie hydrogéotechnique Page 24 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

III. Dimensionnement :
1. Dimensionnement des poteaux :
Les dimensions du poteau étudié ont été déterminées dans la partie pré dimensionnement, le tableau
suivant résume les résultats :

Plancher porté par le Dimensions (cm) Section droite B (cm2) Section réduite du BA :
poteau Br (cm2)
Plancher terrasse 25*25 625 529
Plancher 3ème étage 25*25 625 529
Plancher 2ème étage 25*30 750 644
Plancher 1er étage 25*35 875 759
Plancher RDC 25*45 1 125 989
Tableau 2 : les dimensions du poteau étudié

1.1. Calcul des armatures longitudinales :

 Vérification de la condition du non flambement :


Pour les poteaux, le dimensionnement se base sur la limitation de l’élancement mécanique λ. En
effet, pour limiter le risque de flambement, l’élancement doit être inférieur à 70. Cette
caractéristique mécanique est définie comme le rapport de la longueur de flambement lf au rayon de
giration imin de la section droite du béton seul B, calculé dans le plan de flambement (généralement,
le plan dans lequel le moment d’inertie de la section est le plus faible) :
lf
λ= avec i I/B
i
I= = 5.86 . 10-4 m4 et B= 1125cm2 => i=0.072

D’où λ= 29.17 ≤ 70 => Condition vérifiée.

 Calcul de la section d’acier minimale

Amin= max 4cm2/m de périmètre


0 .2 B
100
= max 5.60cm2
2.25cm2 D’où Amin= 5.60cm2
 Calcul de la section d’acier en fonction de l’effort normal Nu:
La section du béton et la section d’acier doivent pouvoir équilibrer l’effort normal ultime Nu :
Nu  α( +Ath ) => Ath ≥ )

Génie hydrogéotechnique Page 25 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Données :
- Nu=130.21 T : charge sur le poteau du RDC de dimensions 25*45
- fc28= 25MPa
- fe= 500MPa
- γb= 1.50 Pour les combinaisons durables (qui est notre cas)
1.15 Pour les combinaisons accidentelles
- Br= (a-0.02)*(b-0.02)= 989m2 : section réduite du béton
0,85


-   =0,75 car λ ≤ 50
 2
1  0,2
35
- γs= 1.15 Pour les situations durables (notre cas)
1 Pour les situations accidentelles
 A.N :
Ath≥ - 42.12m2

 Calculer la section d’acier maximale

Amax= = 56.25cm2
 Choix de la section finale et des aciers :

On prendra Amin comme section théorique, donc : Ath= 5.60cm2

NB : le diamètre des armatures longitudinales doit être ≥ 12mm avec S12=1.13cm2.

- La petite dimension du poteau a= 25cm => 2 armatures par côté a


- La grande dimension du poteau b= 45cm => 4 armatures par côté b
 On aura 8 armatures longitudinales en total.
 La section minimale offerte par 8 armatures en respectant la condition sur le diamètre est :
Smin= 8* 1.13= 9.04cm2.
 Amin≤ Smin ≤ Amax ce qui nous permet de choisir Aréelle = 9.04cm2 en utilisant 8 armatures de
diamètre 12mm.

Figure 13: Disposition des armatures 8 ϕ12HA pour un poteau rectangulaire 25*45

Génie hydrogéotechnique Page 26 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

1.2. Calcul des armatures transversales :

Leur rôle principal est d’empêcher le flambage des aciers longitudinaux, leur diamètre est
déterminé à partir de la formule : ϕt=1/3ϕlmax

Avec : - ϕt : le diamètre des armatures transversales.

- ϕlmax : Le diamètre maximal des armatures longitudinales.

Ou bien on peut le déterminer à partir du tableau suivant :

ϕlmax (mm) ≤20 25 32 40


ϕt (mm) 6 8 10 14
Tableau 3 : diamètre des armatures transversales

 ϕlmax = 12mm => ϕt= 6mm

 Espacement en zone courante :

40cm

St ≤ min a+10cm

15ϕlmin pour A≥ Amin

40cm

St ≤ min 35cm => St ≤ 18cm

18cm

 On optera pour St= 15cm.

 En zone de recouvrement :

0.6Ls pour les cas courants


La longueur de recouvrement : Lr= Ls pour les pièces soumises à des chocs

Pour Ls on adopte les valeurs forfaitaires suivantes lorsqu’on a fc28 ≤ 25MPa :


 Ls= 40ϕ pour les barres HA en FeE400
 Ls= 50ϕ pour les barres HA en FeE500
 Ls= 50ϕ pour les ronds lisses
 On a fc28= 25MPa et fe= 500MPa => Ls= 50ϕ = 50*1.2 = 60cm
 Lr= 0.6*60 = 36cm
Une valeur qui est jugée très petite, ceci est dû au fait que la sismicité de la région n’est pas
prise en compte. Afin de corriger cela on a intérêt à prendre Lr= Ls = 60cm.

Génie hydrogéotechnique Page 27 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Espacement en zone critique :

Généralement ce sont les zones où le poteau coïncide avec la poutre où le pied du poteau.
La longueur critique est déterminée afin de confiner le béton pour augmenter sa résistance
d’adhésion et de résister aux forces de cisaillement.

La plus grande dimension de la section du poteau


Lc= max 1/6 de la hauteur nette du poteau
45cm

45cm
= max 50cm
45cm

Lc = 50cm

2. Dimensionnement des poutres :


Le calcul des poutres est effectué pour chaque axe en fonction des moments maximums en travée et
en appui, les calculs seront donc faits en flexion simple à partir du règlement B.A.E.L 91.

Fissuration peu préjudiciable => la détermination de l’armature tendue est obtenue par un seul
calcul effectué à l’E.L.U. La vérification des contraintes à l’E.L.S n’est pas nécessaire, mais peut
servir à contrôler les résultats obtenus si l’on veut.

Combinaison de calcul : E.L.U : 1 ,35 G +1,5 Q


E.L.S : G + Q

On va étudier un exemple d’une poutre continue (deux travées) H du plancher étage courant, les
deux travées sont chargées.

Génie hydrogéotechnique Page 28 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Figure 14: Extrait du dessin AutoCAD contenant la poutre continue étudiée

 Les étapes de calcul à l’E.L.U :

Il faut déterminer la section d’armatures Au en utilisant les paramètres de calcul : µ, α et β.

Données :

- Section utile de béton : b et d= 0.9h


- Contraintes de calcul : Béton : fbc= 0.85 = 14.17MPa
Acier : =fe/γs = 434.8MPa
- Moment agissant ultime : Mu

Etapes :

1- Calcul du moment réduit µ=


2- Position relative de la fibre neutre : α= 1.25( √ )
3- Bras de levier réduit : β= 1 - 0.4α
4- Section d’armatures : Au=

 Calcul des charges :


On a une dalle en corps creux, donc chaque poutre supporte les charges de la moitié de la
dalle supportée par elle de chaque côté :

La surface d’influence est donc : Sp= (4.55+4.25)/2 = 4.4 m*m linéaire

Génie hydrogéotechnique Page 29 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Aux charges permanentes et d’exploitation transmises par le plancher étage courant, il faut ajouter
le poids propre de la poutre.

 G= Gétage * Sp = 2.31 T/m linéaire


 Q= Qétage * Sp = 0.66 T/m linéaire
 PPtravée1= 2.5 * 0.55 * 0.25 = 0.34 T/m linéaire
 PPtravée2= 2.5 * 0.45 * 0.25 = 0.28 T/m linéaire

 Le tableau suivant résume les charges et les dimensions :

Travées Travée 1 Travée 2


Charges (T/m L) G 2.65 2.59
Q 0.66 0.66
Dimensions (m) L 5.39 4.41
b 0.25 0.25
h 0.55 0.45
Tableau 4 : chargement et dimensions des travées de la poutre continue H

Génie hydrogéotechnique Page 30 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Méthode de CAQUOT (Annexe E.2 des règles B.A.E.L.)

i. Domaine de validité :
La méthode due à Albert CAQUOT s’applique à tous les cas contrairement aux autres méthodes, ce
qui fait de cette méthode une des plus réalistes. Le tableau suivant présente les domaines de validité
des différentes méthodes de calcul :

Conditions à satisfaire Conditions Méthode à utiliser


satisfaites CAQUOT CAQUOT Forfaitair
minoré e
[1] Q ≤ 2G
[2] Q ≤ 5 kN/m2 Toutes Oui Oui Oui
[3] Charges localisées ≤ Max
{2kN ; 0.25Qt*} Toutes sauf [4]
[4] Inertie constante le long de [5] [6] Oui Oui Non
chaque travée.
[5] Rapport des portées
successives compris entre 0.80 et Autres cas Oui Non Non
1.25.
[6] Fissuration peu préjudiciable.
*Qt : Charge d’exploitation totale applicable sur l’élément

Tableau 5 : les conditions satisfaites par les méthodes

ii. Principe de la méthode :

La méthode de calcul proposée par Albert Caquot par du postulat que les moments sur appuis
sont provoqués par les charges se trouvant sur les travées adjacentes à l’appui considéré.

iii. Portées de calcul :

 Les moments aux des appuis sont calculés en tenant compte uniquement des charges appliquées sur
les travées voisines à gauche (w) et à droite (e).
 On détache de chaque côté des appuis des travées fictives de longueur L’w et L’e
- L’w ou L’e = 0.8*Li Pour les travées intermédiaires.
- L’w ou L’e = Li Pour les travées de rives sans console
iv. Cas des charges uniformément réparties :

a. Moments sur appuis :

Cas général : On considère les deux travées fictives de portées L’w et L’e de part et d’autre de
l’appui Gi soumises à des charges uniformément réparties (pw et pe).

Génie hydrogéotechnique Page 31 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Figure 15: deux travées chargées uniformément

En se servant du théorème des trois moments, on obtient :

En posant :

Le coefficient 8.5 (au lieu de 8) dans l’expression des moments de référence traduit l’effet de
variation des inerties des sections de béton fissurées le long des travées.

Cas particulier : Si les travées ont le même moment d’inertie I, on obtient :

b. Moments en travées :
Les valeurs des moments sur appuis sont obtenues en appliquant les formules indiquées ci-dessus.
Les moments en travée sont calculés en considérant les travées réelles (de portée L et non pas L’)
chargées ou non suivant les cas étudiés.

Génie hydrogéotechnique Page 32 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Les étapes de calcul seront comme suit :


1- Par application de la méthode de CAQUOT, on calcule les moments aux appuis Mi et Mi+1
correspondant au même cas de charge considéré pour les travées adjacentes de chaque appui Gi et
Gi+1 (et non pas pour le cas de charge conduisant au moment maximum en appui).
2- On détermine pour le même cas de charge considéré le moment en travée de référence supposée
isostatique : Mt0(x).
3- On déduit pour le même cas de charge considéré le moment en travée continue :

4- On détermine x0 correspondant à :

5- On obtient :

c. Evaluation des efforts tranchants :

Les efforts tranchants sont calculés en tenant compte des moments sur appuis évalués par la
méthode de CAQUOT.

V(x) = T(x) +

Avec :

- T(x) : l’effort tranchant isostatique.


- Mw et Me les moments aux appuis calculés par la méthode de CAQUOT.
- L : portée de la travée.
-
 Calcul des moments :
Pour cela, on va utiliser la méthode de CAQUOT :

 Application directe de cette méthode sur la poutre H (données : tableau 4) :

 Calcul des moments aux appuis :

Données :
- Moment d’inertie : I =
- Moment isostatique : M =

Génie hydrogéotechnique Page 33 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Travées N=1.35G+1.5Q Portée L’ (m) Moment Moment


(T/ m linéaire) d’inertie I (m4) isostatique M
(T.m)
Travée 1 : travée w Nw = 4.57 5.39 3.47 10-3 16.6

Travée 2 : travée e Ne = 4.49 4.41 1.90 10-3 10.92


Tableau 6 : données de la poutre H nécessaire à l’application de CAQUOT

=> Les deux travées n’ont pas le même moment d’inertie donc on utilisera la formule (*) pour
calculer les moments aux appuis :

Figure 16: poutre continue à 3 appuis

Moments aux appuis Appui P1 Appui P2 Appui P3


en valeur absolue 0 12.41 0
(T.m)
Tableau 7 : résultats de calcul des moments aux appuis

 Calcul du moment maximal en travée :

Encore une fois, c’est une application directe de la méthode déjà présentée :

o En travée 1 :
On considère la travée 1 est chargée et la travée 2 déchargée
- Chargement : Nw = 1.35 G + 1.5 Q = 4.57 T/m linéaire et Ne = 1.35 G = 3.5 T/m linéaire
- Moments aux appuis : Mw = 0 et |Me| = 11.05 T.m (en utilisant CAQUOT)
- Moment en travée (application directe de la formule mentionnée dans la présentation de la
méthode) : Mt(x) = 10.27 x – 2.29 x2
- =0 => x = 2.24m
- Mt,max = 11.51 T.m

o En travée 2 :
On considère la travée 1 est déchargée et la travée 2 chargée
- Chargement : Nw = 1.35 G = 3.58 T/m linéaire et Ne = 1.35 G + 1.5 Q = 4.49 T/m linéaire
- Moments aux appuis : Me = 0 et |Mw| = 11.06 T.m (en utilisant CAQUOT)
- Moment en travée (application directe de la formule mentionnée dans la présentation de la
méthode) : Mt(x) = 12.41 x – 2.25 x2 – 11.06

Génie hydrogéotechnique Page 34 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

- =0 => x = 2.76m
- Mt,max = 6.05 T.m

Moment max en travée Travée 1 Travée 2


(T.m) 11.51 6.05
Tableau 8 : résultats de calcul des moments aux travées

 Calcul des efforts tranchants :

On va appliquer la formule de calcul de l’effort tranchant mentionnée dans la partie de


présentation de la méthode de CAQUOT :

o En travée 1 :
. T(x) = N ( – x) = 12.32 - 4.57 x => Tmax = P = 12.32 T
. V(x) = 14.37 – 4.57 x => Vmax = 14.37 T

o En travée 2 :
. T(x) = N ( – x) = 9.9 – 4.49 x => Tmax = P = 9.9 T
. V(x) = 7.4 – 4.49 x => Vmax = 7.4 T

 Calcul des armatures :

-
εsl = = 2.17 10-3
-
αlim = = 0.62
-
µlim = 0.8 αlim (1 – 0.4 αlim) = 0.37

o En travée 1 :
- Le moment réduit : µ =
Avec : Mu = Mt,max = 11.51 T.m
b = 0.25m => µ = 0.14
d = 0.9 h = 0.49m
fbc = 14.17 MPa
- αu = 1.25 ( √ ) = 0.19
- Zb = d (1 – 0.4 αu) = 0.45

 µ ≤ µlim => Section rectangulaire sans acier comprimé => A’u =0


 Section d’aciers tendus (pour Fe E500 HA)

Au = = 5.88cm2

Génie hydrogéotechnique Page 35 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Condition de non fragilité :


La section d’acier minimale suivant cette condition est :
Amin ≥ 0.23 b d ft28/fe = 1.18cm2
Condition vérifiée.
o En travée 2 :
- Le moment réduit : µ =
Avec : Mu = Mt,max = 6.05 T.m
b = 0.25m => µ = 0.104
d = 0.9 h = 0.40m
fbc = 14.17 MPa
- αu = 1.25 ( √ ) = 0.14
- Zb = d (1 – 0.4 αu) = 0.38

 µ ≤ µlim => Section rectangulaire sans acier comprimé => A’u =0


 Section d’aciers tendus (pour Fe E500 HA)

Au = = 3.66cm2

 Condition de non fragilité :


La section d’acier minimale suivant cette condition est :
Amin ≥ 0.23 b d ft28/fe = 1cm2
Condition vérifiée.

o Choix des aciers :


Travée 1 : Au = 5.88cm2 => 4ϕ14 => Au, réelle = 4 * 1.13 = 6.15 cm2
Travée 2 : Au = 3.66cm2 => 4ϕ12 => Au, réelle = 4 * 0.79 = 4.52cm2

 Vérification des règlements :


 Vérification de la flèche :
D’après le règlement BAEL91, on peut admettre qu’il n’est pas nécessaire de justifier l’état limite
de déformation des poutres par un calcul de flèche si les conditions suivantes sont vérifiées :
1- h/L ≥ 1.16
2- Au/bd ≤ 4.2/fe
3- h/L ≥ Mt/10M0
 Vérification :

Conditions à vérifier
Travées h/L ≥ 1.16 = 0.0625 Au/bd ≤ 4.2/fe = 8,4 10-3 h/L ≥ Mt/10M0

Travée 1 h/L = 0.102 Au/bd =4.97 10-3 0.102 ≥ 0.069


vérifiée vérifiée
Travée 2 h/L = 0.102 Au/bd =4.46 10-3 0.102 ≥ 0.055
vérifiée vérifiée
Tableau 9 : vérification des règlements

Génie hydrogéotechnique Page 36 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Puisque toutes les conditions sont vérifiées, il n’est pas nécessaire de calculer la flèche pour
justifier l’état limite de déformation.

 Acier tendu :

Vérification de la règle de millième et de la condition de non fragilité :

On a Amin = max Il faut vérifier que Au ≥ Amin

0.23bd

- Travée 1 :
= 1.375
Amin = max => Amin = 1.375cm2

0.23bd = 1.183

Or Au = 6.15cm2 D’où la condition est vérifiée.

- Travée 2 :
= 1.125
Amin = max => Amin = 1.125cm2

0.23bd = 0.978

Or Au = 4.52cm2 D’où la condition est vérifiée.

 Traction simple

Il faut vérifier que Au ≥ Amin Avec Amin =

- Bt = (h-y) b : section du béton tendu.


- y : position de l’axe neutre, c’est la solution de l’équation suivante :
by2+30(Au +Au’) y-30(Au’c’+Aud)=0
 Pour les deux travées : A’ = 0 => by2+30Auy-30Aud=0

Travées b (cm) Au (cm2) d=0.9h (cm) y (cm) Bt (cm2) Amin (cm2)


Travée 1 25 6.15 49 16.31 967.25 4.06

Travée 2 25 4.52 40 12.50 812.5 3.41

Tableau 10 : détermination de la position de l’axe neutre pour chaque travée

 Les deux travées respectent la condition.

Génie hydrogéotechnique Page 37 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Adhérence entre le béton et l’acier :


 Longueur de scellement :

La longueur de scellement droit, notée Ls, est la longueur sur laquelle il faut associer l'acier et le
béton pour qu'à la sortie de l'ancrage, l'acier puisse travailler en traction à sa limite élastique fe.
Soit : Ls = ϕ fe / 4τsu
Avec : τsu = 0,6* s²*ftj est la contrainte d’adhérence.
s = 1,5 pour les armatures H.A.
A.N : τsu = 2,835 MPa
 Travée 1 :
Ls = 61.73cm
 Travée 2 :
Ls = 52.91cm

 Longueur de recouvrement :

Pour les barres tendues la longueur de recouvrement Lr est :

61.73cm pour la 1ère travée.


Lr = Ls =
52.91cm pour la 2ème travée

En pratique pour les barre de fe = 500MPa

70cm pour la 1ère travée


Lr = 50 ϕ = 60cm pour la 2ème travée

Génie hydrogéotechnique Page 38 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

3. Etude de la fondation :
 Introduction :
Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrages qui sont en
contact avec le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure, elles constituent donc
la partie essentielle de l’ouvrage, puisque de leurs bonne conception et réalisation découle la bonne
tenue de l’ensemble.
Elles sont des ouvrages qui servent à transmettre au sol support les charges provenant de
la superstructure à savoir : Le poids propre ou charges permanentes et les surcharges
d’exploitation.
Le calcul de la fondation est un calcul à la rupture.
 Type de fondation :
Fondation superficielle, semi-profonde ou profonde ? Le choix dépend de la qualité du sol, de la
sismicité de la zone de construction, de l’hétérogénéité du sol... En effet, lorsqu’on a un sol de
bonne qualité, on peut utiliser les fondations superficielles. Par contre, lorsqu’on a un sol de
mauvaise qualité, il faut utiliser des fondations profondes afin de pouvoir atteindre le substratum.
Les fondations superficielles sont déconseillées en zone sismique, sauf en prenant les
mesures nécessaires (dimensionnement nécessaire, voiles parasismiques.. etc.)
 En général, on suit la règle suivante :

Figure 17: dimensions d’une semelle


- D : La profondeur de la fondation prise par rapport au niveau du sol extérieur.
- B : La dimension transversale de la fondation.
La valeur du rapport D/B permet de classer les fondations en trois grandes catégories :
Lorsque D/B ≤ 4 on dit que la fondation est superficielle (semelle isolée, semelle filante, radier...)
Lorsque 4 < D/B ≤ 10 on dit que la fondation est semi-profonde (semelles sur puits).
Lorsque D/B > 10 on dit que la fondation est profonde (pieux, parois moulées…).
Génie hydrogéotechnique Page 39 2015/2016
ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Figure 18: Classement des fondations suivant la règle D/B

 Choix du type de fondation :

Figure 19: l’action de la structure et l’action du sol sur la fondation

Génie hydrogéotechnique Page 40 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

La descente de charges a été déjà effectuée, ce qui nous permettra de connaître les actions de la
structure sur les fondations. Quant au sol, c’est la mécanique des sols qui permettra de connaître les
caractéristiques du sol et par conséquent, l’action du sol du sol sur les fondations. Les résultats des
études sur le sol sont donnés dans le rapport géotechnique.
Les critères influant le choix de la fondation sont donc :
- La qualité du sol.
- Les charges amenées par la construction.
- Le coût d’exécution.
Le rapport géotechnique indique que le niveau de fondation recommandé est : 4m/TN ce
qui nous mène à choisir une fondation de type superficiel. Le sol d’assise est formé des
marnes dont ̅ =1.7bars.
Les charges amenées par la construction : La semelle S3 étudiée supporte la charge
concentrée appliquée sur le poteau et la transmet au sol. La charge totale appliquée au
pied du poteau (H3) a été déterminée à la fin de la partie pré dimensionnement des
poteaux, à savoir : G=79.29T, Q=16.205T.
Du côté économique, on préfèrera les semelles au radier tout en sachant que l’étude
parasismique imposera l’utilisation des éléments de confortement nécessaire,
essentiellement les voiles. Les semelles seront tout de même rigidifiées par des longrines.
 Dimensionnement des semelles :
 Semelle filante ou semelle isolée ?
Semelle isolée : lorsque les poteaux sont éloignés, ce sont des semelles localisées sous des poteaux.
Semelle filante : Lorsque les poteaux sont trop proches (c’est plus rapide à réaliser mais le
dimensionnement n’est pas aisé).
En principe, le choix dépendra aussi du côté financier. En effet, les semelles filantes sont utilisées
lorsque l’utilisation des semelles isolées conduirait à utiliser plus de béton en hauteur qu’en reliant
les semelles entre elles. Dans le cas contraire, l’utilisation des semelles filantes ne serait qu’un
gaspillage de béton ce qui implique gaspillage du budget.
 Les poteaux sont considérablement éloignés donc, et afin d’optimiser, on choisit
d’utiliser des semelles isolées.
 Semelle isolée S3 (du poteau H3) :
 Calcul de l’effort normal :
L’effort normal ultime : Nu = 1.35 G + 1.5 Q = 131.35T
L’effort normal service : Nser = G + Q = 95.5T

Génie hydrogéotechnique Page 41 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Calcul de coffrage :
Afin de faciliter le travail, on suivra l’organigramme suivant :

Figure 20: Organigramme de calcul de la surface des semelles

Figure 21: caractéristiques d’une semelle isolée


a : Dimension du poteau h : hauteur totale semelle (multiple de 0.05m)
A : Dimension de la semelle d : hauteur utile

Génie hydrogéotechnique Page 42 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Aire approchée S1 = A*B < S

D’après les formules suivantes :{


̅

Avec : { ̅

 La résolution du système nous donne : {

 La hauteur totale de la semelle h = d + 0.05 (en m)

Avec d = { } = 0.51m

 h = 0.60m

 s ̅ => on doit redimensionner la semelle

afin de vérifier la condition donnée dans l’organigramme.


 On prend A=2.4m et B=2.6m => d=0.54m => h=0.6m => s = 1.67bars < ̅ =1.7bars
6ϕ + 6cm : barres sans crochets
 Autres dimensions : hauteur mini semelle e ≥ max 15cm, 12ϕ + 6cm : barres avec crochets
Généralement on travaille avec crochets.
Cette dimension sera déterminée après calcul des diamètres.
 Vérification de non poinçonnement de la semelle par le poteau :
On doit vérifier la condition suivante :
Np ≤ 0.045 * 2 * (a+b+2h)*h*fc28 = 2.5 MN

Avec Np = Nu [1 + ] = 1.5 MN => la condition est vérifiée

 Ferraillage :
 Méthode des bielles :

- Nappe inférieure parallèle à la longueur B de la semelle : Ab = = 15.04cm2

- Nappe supérieure parallèle à la largeur A de la semelle : Aa = = 15cm2

- Espacement : 12cm ≤ s ≤ 25cm avec sA = , sB = et n : nombre des aciers

Il faut tout d’abord déterminer le diamètre et le nombre des aciers :

Pour les armatures de ϕ12 : S=1.13cm2 => = 14 => 14ϕ12HA => Aa,réelle = 15.82cm2

= 14 => 14 ϕ12HA => Ab,réelle = 15.82cm2

sA= 18cm et sB=0.19cm


Génie hydrogéotechnique Page 43 2015/2016
ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

- Avec ou sans crochets ? On doit calculer le scellement :

{ = 33cm et = 30cm} ≤ Ls = * = 53cm < { = 65cm et = 60cm} =>

toutes les barres sont prolongées aux extrémités et comportent des crochets.

 Maintenant qu’on a calculé les diamètres des armatures, on peut déterminer la valeur de la
hauteur mini semelle e :
Sachant qu’on a des barres avec crochets : 6ϕ + 6cm : barres sans crochets
e ≥ max 15cm, 12ϕ + 6cm : barres avec crochets
On prendra : e = 25cm.

 Longrine et chaînage :
- Définition : Ce sont des éléments de contreventement parasismique.
Les longrines sont des poutres reliant les poteaux au niveau de l’infrastructure afin de
rigidifier la structure et d’assurer sa protection contre tout éventuel perturbation dynamique.
Une longrine périphérique est dite chaînage.

Figure 22: les longrines


- Dimensionnement des longrines :
Ce dimensionnement est fait d’une manière forfaitaire.
Pour le chaînage, on prend une section géométrique 40*20 avec une section d’acier
longitudinal 6T10 et cadre + épingle T6 comme armature transversale avec un espacement de
15cm.
Pour les longrines, on prend une section géométrique 20*40 avec une section d’acier
longitudinal 3T12 3T10 et cadre + épingle T6 comme armature transversale avec un
espacement de 15cm.

Génie hydrogéotechnique Page 44 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Chapitre 3 : Quelques problématiques


rencontrées

Génie hydrogéotechnique Page 45 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Fondations en pente :
Le site du projet se caractérise par un relief accidenté moyen à fort. Dans ce cas, les fondations se
trouveront à des niveaux différents et les semelles supérieures peuvent exercer une poussée sur les
semelles inférieures qui ne sont pas dimensionnées en conséquence, ceci pourrait même causer un
glissement d’ensemble. La situation est schématisée sur la figure suivante :

Figure 23: différence de niveaux des fondations


o Solutions proposées :
Vu qu’on ne peut pas terrasser davantage pour les rabaisser le niveau des fondations
supérieures (car le bureau d’études géotechniques à recommandé une fouille de 4m/TN pour
chaque semelle, de plus, qui dit terrassement dit budget), il nous reste deux solutions à
étudier :
1- Règle de 2 pour 3 :

Figure 24: règle de 2 pour 3


Explication : avec une pente de 2/3 (un angle de 33.707°), la semelle supérieure exerce toujours
une poussée mais elle n’atteint plus la semelle inférieure ; les fondations sont suffisamment
éloignées.

Génie hydrogéotechnique Page 46 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Il faut tout de même signaler que c’est toujours possible d’avoir une différence d’altitude entre
fondations ≤ ou ≥ 2 et même une distance entre fondation ≤ ou ≥ 3 du moment que le rapport 2/3
est préservé. Les recommandations de l’architecte et de l’ingénieur géotechnicien concernant le
niveau de fondations ne seront plus respectées.

2- Des redans en gros béton :

Figure 25: redans en gros béton


C’est une solution valable seulement si les deux fondations appartiennent au même propriétaire.
Cette solution privilégie les consignes d’architecte et de l’ingénieur géotechnicien vu qu’on aura
plus à modifier le niveau des fondations ou la distance entre elles. Mais c’est une solution coûteuse
car nous allons couler une bonne quantité de béton.
Notre projet s’inscrit sous le volet des projets des logements sociaux, donc on préfère
les solutions les moins coûteuses => la 1ère solution est plus convenable financièrement
et satisfaisante en matière de sécurité.

 Fouille de poteau très grande :


Niveau de fondation recommandé par le bureau géotechnique est 4m/TN. Ce qui nous crée une
fouille très grande par rapport à la hauteur de la fondation. Ce problème sera réglé en utilisant le
gros béton qui servira à combler le vide restant et donc rattraper le bon sol.
En effet, la distance entre le niveau inférieure de la longrine et la base de la semelle ne doit pas
excéder 1.2m suivant le RP2000, de plus la hauteur de la longrine est fixée à une valeur de 0.4m.
En total nous avons une hauteur de fondation de 1.6m, ce qui nous laisse un vide par rapport au bon
sol de 2.4m.

Génie hydrogéotechnique Page 47 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Or, la hauteur du gros béton ne doit pas excéder 1.5m.


- La solution proposer : nous allons terrasser jusqu’à 1m/TN ce qui nous donnera une fouille
de seulement 3m. ainsi le vide resté sous la semelle devient 1.4m < 1.5m => la hauteur du
gros béton adopté est alors de h=1.4m.
- Largeur gros béton = B + 2h = 5.4m
- Pour le débordement : d = 0.6h = 0.84m

Figure 26: Gros béton sans prévoir de débordement Figure 27: gros béton sous semelle isolée
Dans ce cas, il faut recalculer la semelle en remplaçant ̅ par du gros béton qui est prise en
général à 10bars. Aussi on n’aura pas à utiliser le béton de propreté dans ce cas.
NB : Il faut penser à disposer un minimum de 4 barres sur le gros béton qui seront assemblées
aux armatures de la semelle isolée au-dessus car il y a parfois des efforts de traction sur le gros
béton.
- Comme le volume de la fouille est généralement plus grand de celui de la fondation, et pour
des raisons d’économie, un coffrage perdu est prévu pour minimiser le volume du gros béton.
Dans ce cas h va diminuer.

Génie hydrogéotechnique Page 48 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

 Aménagement du talus :

Figure 28: Emplacement du projet par rapport au talus


Comme le montre la figure ci-dessus, le terrain est dénivelé vers le nord et limité par un ravin
dans sa partie nord. Cette situation fait de notre terrain un terrain accidenté exposé à l’érosion et au
glissement aussi surtout que c’est une zone sismique.
Les solutions adoptées sont :
Les enrochements + plantation des végétaux : En bas du talus près du ravin, le long une
hauteur de 2.5 à 4m.
En effet, Les enrochements sont employés pour servir d’assise à un talus de grand dénivelé et un
sol instable. Les vides entre les pierres jouent un rôle de drainage.
Il faut planter entre les pierres des végétaux peu gourmands et résistants bien aux périodes de
sécheresse estivale. La plantation demande que la terre soit très humide pour ne pas couler, il faut
donc faire cette opération après deux ou trois jours de pluie.
Génie hydrogéotechnique Page 49 2015/2016
ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Figure 29: les enrochements

Figure 30: vue en coupe de la technique des enrochements et de la végétation

Les gabions :
- Utilisations : Mur de soutènement, paroi anti-bruit, protection de berge, stabilisation de talus,
aménagement hydraulique, mur d’enceinte, aménagement paysager, etc...
- Ce sont des paniers métalliques électro-soudés pré-remplis en carrière, prêts à poser. Les
gabions s’utilisent de plus en plus de nos jours comme éléments architecturaux, simples et
esthétiques, en plus de leur protection ou soutènement.

Génie hydrogéotechnique Page 50 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

- On placera des empilements en gabions sur la partie qui va de la limite des enrochements
jusqu’au centre du talus où la pente comment à s’adoucir.

Figure 31: exemple d’empilement en gabions


Reboisement :
Pour assurer la stabilité du talus, on préconise un reboisement dans tout le talus. En effet,
ceci formera une barrière végétale qui ralentira le ruissellement, améliorera l’infiltration et
bloquera le glissement des sédiments, ainsi le sol sera stabilisé. De plus, il y aura une
amélioration significative de la fertilité du sol puis la formation d’une terrasse naturelle ce
qui offrira une vue verte agréable.

Figure 32: reboisement dans un talus

Génie hydrogéotechnique Page 51 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Conclusion

Sur le plan professionnel, ce stage m’a permis de me confronter à un projet réel et


donc compléter les notions théoriques reçues durant l’année et approfondir mes
connaissances que ce soit en dimensionnement de bâtiment ou en géotechnique. Le
dimensionnement a été réalisé manuellement, ceci m’a permis de découvrir toutes les
étapes pratiques de la conception, du dimensionnement et du ferraillage de différents
éléments structuraux. Aussi la situation du projet (type de sol et pente) m’a permis de
découvrir les difficultés qu’on peut rencontrer sur un chantier et les différents
solutions possibles tout en prêtant attention au rapport qualité/coût.
Sur le plan personnel, ce stage m’a permis d’évoluer et d’avoir une idée sur la
gestion et la communication au sein d’une équipe riche et diversifiée au niveau des
fonctions et des formations.

Génie hydrogéotechnique Page 52 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

ANNEXES

Génie hydrogéotechnique Page 53 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Plan d’architecte de l’étage courant

Code des abréviations dans le plan architecte

Génie hydrogéotechnique Page 54 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Les coupes AA et BB

Plan d’architecte de la terrasse

Génie hydrogéotechnique Page 55 2015/2016


ENSMR (EX ENIM) Dimensionnement d’un bâtiment R+3 BET NORD PROJETS

Plan en BA de la fondation

Plan en BA de l’étage courant

Génie hydrogéotechnique Page 56 2015/2016