Vous êtes sur la page 1sur 89

————————————————————————————————-

Support de cours - MEC005


Résistance des matériaux
Enseignant : Antoine Legay
Chaire de Mécanique
Conservatoire National des Arts et Métiers
2 rue Conté
75003 Paris

antoine.legay@cnam.fr
http ://www.cnam.fr/lmssc
http ://antoinelegay.free.fr

————————————————————————————————-

1
2
Table des matières

1 Description des contraintes autour d’un point 7


1.1 Vecteur contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2 Contraintes normale et tangentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3 Directions principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.4 Relation vecteur contrainte - effort surfacique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.5 Application aux enveloppes minces sous pression . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.5.1 Action d’un fluide au repos sur un solide . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.5.2 Application à un réservoir cylindrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

2 Sollicitations simples sur les poutres 13


2.1 Hypothèses de poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 Torseur de cohésion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2.2 Détermination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.2.3 Classification des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.3 Traction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.3.1 Torseur de cohésion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.3.2 Contrainte normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.3.3 Allongement et déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.3.4 Relation contrainte-déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.3.5 Déplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.3.6 Relation entre effort normal et chargement . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.4 Torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.4.1 Torseur de cohésion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.4.2 Moment quadratique polaire de la section . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.4.3 Contrainte tangentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.4.4 Déformation et rotation des sections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4.5 Relation contrainte-déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4.6 Relation entre moment de torsion et chargement . . . . . . . . . . . . 20
2.5 Flexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.5.1 Torseur de cohésion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.5.2 Moment quadratique de section . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.5.3 Contrainte normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.5.4 Déplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.5.5 Relation contrainte-déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.5.6 Relations moment de flexion - effort tranchant - chargement . . . . . . 23
2.6 Concentrations de contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

3
3 Calcul de treillis 27
3.1 Hypothèses et critères de dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.1.1 Hypothèses sur les liaisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.1.2 Règles de construction d’un treillis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.1.3 Critère de dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.2 Méthode des noeuds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.3 Flambage des poutres droites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.3.2 Charge critique de flambage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.3.3 Critère de dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.3.4 Autres conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

4 Sollicitations dans le plan : état de contraintes planes 33


4.1 Projection du vecteur contrainte dans le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.2 Opérateur des contraintes planes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4.3 Symétrie de l’opérateur des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.4 Expression de Tn et Tt en fonction de α . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
4.5 Directions principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.6 Cercle de Mohr des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.7 Théorème de superposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
4.8 Extension au tridimensionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

5 Critères de dimensionnement 41
5.1 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5.2 Matériaux ductiles : critère de Tresca . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5.3 Matériaux ductiles : critère de Von Mises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
5.4 Comparaison des critères de Tresca et de Von Mises . . . . . . . . . . . . . . . 43
5.5 Fatigue des matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

6 Etude des déformations dans le plan 47


6.1 Notion de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
6.2 Allongement unitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
6.3 Distorsion angulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
6.4 Opérateur des déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
6.5 Allongement unitaire pour n’importe quelle direction . . . . . . . . . . . . . . 48
6.6 Distorsion angulaire pour n’importe quelles directions . . . . . . . . . . . . . . 49
6.7 Directions principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
6.8 Cercle de Mohr des déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
6.9 Ecriture des déformations en fonction des déplacements . . . . . . . . . . . . . 50
6.10 Théorème de superposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
6.11 Extension au tridimensionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

7 Relation contraintes-déformations 53
7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
7.2 Essais de traction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
7.3 Essais de cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
7.4 Relation contraintes-déformations en tridimensionnel . . . . . . . . . . . . . . 54
7.5 Relation contraintes-déformations pour l’état de contraintes planes . . . . . . . 55

4
Résistance des matériaux - MEC005

8 Initiation au calcul par éléments finis 57


8.1 Approximation de la solution réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
8.1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
8.1.2 Etude de l’élément barre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
8.1.3 Etude de l’élément triangle dans le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
8.1.4 Etude de l’élément tétrahèdre dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . 60
8.2 Elément ressort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
8.2.1 Energie de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
8.2.2 Matrice de rigidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
8.3 Energie de déformation d’une structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
8.4 Théorème de Castigliano . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
8.4.1 Enoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
8.4.2 Application à un ressort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
8.4.3 Application à un calcul éléments finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
8.5 Elément de barre en traction-compression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
8.5.1 Energie de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
8.5.2 Matrice de rigidité en fonction des déplacements locaux . . . . . . . . 68
8.5.3 Matrice de rigidité en fonction des déplacements globaux . . . . . . . . 69
8.6 Elément de poutre en flexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
8.6.1 Description de l’élément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
8.6.2 Energie de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
8.6.3 Interpolation du déplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
8.6.4 Matrice de rigidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
8.7 Stratégie de calcul par éléments finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
8.7.1 Déroulement d’un calcul par éléments finis . . . . . . . . . . . . . . . 74
8.7.2 Construction de la matrice de rigidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
8.7.3 Résolution du problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
8.7.4 Exploitation des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

9 Moyens expérimentaux de mesure des contraintes 77


9.1 Jauges de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
9.1.1 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
9.1.2 Pont de Wheatstone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
9.1.3 Utilisation du boitier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
9.1.4 Différents montages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
9.1.5 Capteurs à jauges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
9.2 Photoélasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
9.2.1 Principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
9.2.2 Mise en équation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
9.2.3 Réseaux de courbes caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

5
Résistance des matériaux - MEC005

6
Chapitre 1

Description des contraintes autour d’un


point

1.1 Vecteur contrainte



→ −→
Le solide Ω est en équilibre sous l’action de forces ponctuelles Fip , de forces surfaciques Fis
−→
et de forces volumiques Fiv (Fig. 1.1).
Pour connaitre l’état de contrainte à l’intérieur du solide, on coupe Ω en 2 parties Ω1 et
Ω2 par une section fictive Σ. Au point M de la section fictive Σ, on note − →
n le vecteur normal
unitaire à Ω1 . Par convention le vecteur −

n pointe vers l’extérieur de Ω1 . La surface Σ est donc
entièrement déterminée par M et − →n.
L’action de Ω2 sur Ω1 est une force surfacique, qui dépend du point M ∈ Σ et de l’orien-


tation de Σ dans l’espace, c’est à dire de − →
n . Cette action est notée T (M, − →n ) et est appelée
vecteur contrainte en M pour la direction − →n.


L’unité de la norme de k T (M, − →
n ) k est le Pascal (Pa). Cette unité est due à Blaise Pascal
(français, 1623-1662) pour ses travaux sur la pression.
1 Pa = 1 N/m2
1 MPa = 106 Pa = 1 N/mm2

1.2 Contraintes normale et tangentielle




La contrainte normale est la projection du vecteur contrainte T (M, − →
n ) sur la normale −

n,
elle est notée Tn .


Tn = T (M, − →n ).−

n

→ −

Le vecteur contrainte normale Tn est la partie de T (M, −→
n ) portée par −

n.


Tn = Tn −

n

La contrainte tangentielle est la projection du vecteur contrainte sur la surface fictive Σ,


elle est notée Tt .


Tt =k T (M, −→n ) − Tn −→
n k


En choisissant correctement le vecteur t du plan Σ, on peut aussi écrire Tt comme la projection


du vecteur contrainte sur t .

→ −

T = T (M, −
t
→n ). t

7
Résistance des matériaux - MEC005

Ω2

→ −

F1p Ω F1s


→ Surface fictive Σ

→ n
T (M, −

n) M

→ −

F2p t
Ω1



F1v

F IG . 1.1 – Solide en équilibre sous l’action de forces extérieures.


→ −

Le vecteur contrainte tangentielle Tt est la partie de T (M, −

n ) portée par le plan Σ ou aussi par


t.

→ → −
− → −

Tt = Tt t = T (M, − →n)− T n


On peut finalement écrire le vecteur contrainte dans la base (−
→n , t ) comme étant composé
d’une partie normale et d’une partie tangentielle :

→ −

T (M, −

n ) = Tn −

n + Tt t

Lorsque l’on se place physiquement au point M entre les solides Ω1 et Ω2 , la contrainte


normale est ressentie comme un "étirement" (ou une "compression"), c’est la partie traction-
compression du vecteur contrainte (fig. 1.2). La contrainte tangentielle est ressentie comme un
"cisaillement", c’est la partie cisaillement du vecteur contrainte.

1.3 Directions principales


La direction − →
n est appelée direction principale en M si la contrainte tangentielle est nulle.
Il existe toujours 3 directions principales −
→n1 , −

n2 et −→
n3 qui sont orthogonales. On les choisit
le plus souvent de façon à ce que la base (−→
n1 , −

n2 , −

n3 ) soit orthonormée directe.
On appelle σ1 , σ2 et σ3 les contraintes normales principales associées respectivement aux
directions −→
n1 , −

n2 et −

n3 .
On peut alors écrire

→ −
→ −

T (M, −

n1 ) = σ1 −

n1 ; T (M, −

n2 ) = σ2 −

n2 ; T (M, −

n3 ) = σ3 −

n3

1.4 Relation vecteur contrainte - effort surfacique


En tout point M de la surface extérieure ∂Ω d’un solide Ω de normale extérieure − →n où est

→ −
→ −

appliquée une force surfacique Fs , le vecteur contrainte en M pour la direction n est égal à Fs ,

8
Résistance des matériaux - MEC005


→ −

T (M, −

n) Tn


n −

Tt



− Tt



−T n
Ω1
Partie normale : Partie tangentielle :
traction cisaillement

F IG . 1.2 – Contrainte normale et contrainte tangentielle.

soit

→ −

T (M ∈ ∂Ω, −

n ⊥∂Ω) = Fs (M)

1.5 Application aux enveloppes minces sous pression


1.5.1 Action d’un fluide au repos sur un solide
On suppose une surface Σ d’un solide en contact avec un fluide au repos dans lequel la
pression est uniforme. En chaque point M de la surface Σ, l’action du fluide est −p−

n où −

n est
la normale unitaire sortante de Σ en M (Fig. 1.3).

Fluide, pression p Solide


Σ



n M

Surface projetée plane S




d

F IG . 1.3 – Action d’un fluide sur un solide - Surface projettée.

9
Résistance des matériaux - MEC005

La résultante de l’action du fluide sur le solide à travers Σ vaut :


ZZ

→s f →s = − p−→n dΣ
Σ

Lorsque la pression est uniforme, cette résultante devient :


ZZ

→s f →s = −p −
→n dΣ
Σ

Le calcul apparemment compliqué de l’intégrale double est en fait très simple. La projection

→ −

de s f →s sur une direction arbitraire d vaut :


→ −

s f →s . d = ±pS


où S est l’aire de la surface projetée de Σ sur un plan de normale d . Le signe + ou − est à
définir suivant les cas mais est souvent facile à trouver par intuition. De façon générale :

→ −

– si d est un vecteur rentrant dans Σ, on a − →
s f →s . d = +pS ;

→ −

– si d est un vecteur sortant de Σ (cas du dessin), on a − →s f →s . d = −pS.

1.5.2 Application à un réservoir cylindrique


On souhaite dimensionner un réservoir mince cylindrique sous pression (Fig. 1.4). Le cy-
lindre a pour rayon moyen R, sa longueur est L, son épaisseur est e, la pression intérieure
est notée p. On note S la surface intérieure du réservoir en contact avec le fluide. Le repère
orthonormé (−→
er , −

eθ , →

z ) attaché au point M est tel que −

z soit porté par l’axe du réservoir.
On suppose que les vecteurs contrainte pour les directions − →
er , −

eθ et −

z valent

→ −

T (M, −

er ) = 0


T (M, −

eθ ) = σθθ −




T (M, −

z ) = σzz −→
z

En coupant le réservoir par une section fictive Σ perpendiculaire à l’axe (section A-A de
normale −

z ), en isolant la partie Ω1 et en écrivant l’equilibre de Ω1 en résultante, il vient
ZZ ZZ

→ −
→ −

σzz z − p n dS = 0 .
Σ S1

En projetant suivant la direction −


→z , la surface projetée de S1 est un disque de rayon R, son
2
aire est πR . La surface de coupe fictive Σ est un anneau de rayon moyen R et d’épaisseur e.
Le rayon étant beaucoup plus grand que l’épaisseur, une bonne approximation de son aire est
de remplacer l’anneau par un rectangle de longueur égale au périmètre et de largeur égale à
l’épaisseur du réservoir, soit 2πRe. Finalement, l’équation précédente devient

2πReσzz − πR2 p = 0,

soit la contrainte axiale


pe
σzz = .
2R
Cette contrainte ne dépend pas de la forme du fond du réservoir et est nommée l’effet de fond.

10
Résistance des matériaux - MEC005

En coupant le réservoir dans le sens de la longueur par une section fictive Σ dans le plan
(−

er , →

z ) (section B-B de normale −
→eθ ), en isolant la partie 1 et en écrivant l’equilibre de 1 en
résultante, il vient ZZ ZZ

→ −
→ −

σ e −p θθ θ n dS = 0 .
Σ S1

Dans le calcul des aires qui suit, on néglige les aires des fonds sphériques par rapport aux aires
faisant intervenir la longueur du réservoir. Cela revient à isoler un tronçon du reservoir autour
du point M situé loin des fonds. En projetant suivant la direction − →
eθ , la surface projetée de S1
est un rectangle de longueurs b et de largeur 2R, son aire est 2LR. La surface de coupe fictive
Σ est composée de 2 rectangles de longueur b et de largeur e, son aire est 2Le Finalement,
l’équation précédente devient
2Leσθθ − 2LRp = 0,
soit la contrainte circonférentielle
pe
σθθ =
.
R
La contrainte circonférentielle est deux fois plus importante que la contrainte axiale, c’est
elle qui dimensionne le réservoir. Les formules précédentes donne une bonne approximation
de l’état de contrainte d’un réservoir mince loin des fonds si l’épaisseur est petite devant les
R
dimensions du réservoir, soit a à peu prés e < 40 et R < 3L.

A −

eθ A-A −

B B 111111
000000


000000
111111
000000
111111−

z 000000
111111er
M 000000
111111
000000
111111
000000
111111
000000
111111
000000
111111
000000
111111
e
A
L

B-B
111111
000000
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111
000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111 000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111 −
→ R
000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111 000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111
z
000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111
000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111 000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111
000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111 000000
111111
0000000000000000
1111111111111111
000000
111111


er

F IG . 1.4 – Réservoir mince cylindrique en pression interne.

11
Résistance des matériaux - MEC005

12
Chapitre 2

Sollicitations simples sur les poutres

2.1 Hypothèses de poutre


Hypothèses géométrique
Une poutre Ω est un solide engendré par une surface plane Σ appelée section droite constante
ou légèrement variable dont le plan reste ortogonal à une courbe Γ de grand rayon appelée ligne
moyenne décrite par le centre de surface OΣ de la section droite Σ (Fig. 2.1). La plus grande
dimension transversale est petite devant la longueur de la fibre moyenne (rapport de 5 à 10 au
moins).

11
00
00
11
Σ

00
11
Ω1

00
11
Γ OΣ

00
11 Ω2

sens de parcours


Σ T (M ∈ Σ, −

n)
11
00
00
11
Ω1


00
11
Γ OΣ n

00
11
F IG . 2.1 – Modèle de poutre et coupure fictive en deux parties.

Dans le cadre de ce cours, on ne s’interresse qu’aux poutres droites, c’est à dire celles dont
la ligne moyenne est une droite. De plus, dans la majorité des cas, on ne prend que des sections
constantes.

Hypothèses sur le matériau


On suppose que le matériau est :
– homogène : les propriétés sont les mêmes en tout point,

13
Résistance des matériaux - MEC005

– isotrope : les propriétés sont les mêmes dans toutes les directions, ce qui n’est pas le cas
d’un matériau composite,
– continu : le matériau ne contient pas d’aspérités, il y a continuité de la matière.

Hypothèses sur les déformations et les déplacements


On suppose que les déformations sont petites et restent dans le domaine élastique. De plus
le déplacement est aussi considéré petit devant la taille de la poutre, cela permet de faire tous
les calculs sur la configuration initiale et non déformée de la poutre.

Hypothèses sur le chargement


Le chargement est appliqué progressivement, on néglige les effets d’inertie et on ne s’inté-
resse qu’à la configuration finale statique.

Principe de Saint-Venant
Les contraintes et les déformations dans une ré-
gion éloignée du point d’application des efforts ne dé- F F F
pendent que du torseur des efforts de cohésion au point 2 2

considéré.
Autrement dit, la façon dont on applique le char-
gement n’a pas d’influence loin de l’application de la ≈
charge.

σ σ
Hypothèses de Bernoulli
Une section de la poutre initialement plane et perpendiculaire à la ligne moyenne reste plane
et perpendiculaire à la ligne moyenne après déformation.

2.2 Torseur de cohésion


2.2.1 Définition
Une poutre Ω est coupée en deux parties par une section fictive Σ de centre de section OΣ
(Fig. 2.1). Le torseur de cohésion est le torseur des actions mécaniques de Ω2 sur Ω1 à travers
la surface Σ exprimé en OΣ .
L’action surfacique de Ω1 sur Ω2 étant par définition le vecteur contrainte pour la direction


normale à Σ, le torseur de cohésion est la somme sur la surface Σ de T (M, − →n ) où −
→n est le
vecteur tangent à l’axe de la poutre en OΣ .
La résultante vaut : ZZ

→ −

s = T (M, −→n )dΣ.
Σ

Le moment au point OΣ de Σ vaut :


ZZ

→ −−−→ − →
MO Σ = OΣ M ∧ T (M, −

n )dΣ.
Σ

14
Résistance des matériaux - MEC005

Finalement le torseur de cohésion en OΣ vaut :


n o  − →s

KO Σ = − →
MO Σ O
Σ

2.2.2 Détermination
La détermination du torseur de cohésion se fait en écrivant l’équilibre de Ω1 ou de Ω2 . On
utiliseles notations suivantes :
L : torseur des actions mécaniques inconnues sur la poutre Ω provenant des liaisons,
∆ : torseur
des actions mécaniques connues sur la poutre Ω,
 L → 1 : torseur des actions mécaniques inconnues sur la partie Ω1 ,
∆ → 1 : torseur des actions mécaniques connues sur la partie Ω1 ,
L → 2 : torseur des actions mécaniques inconnues sur la partie Ω2 ,
∆ → 2 : torseur
 des actions mécaniques connues sur la partie Ω2 ,
2 → 1 = KOΣ : torseur des actions mécaniques de Ω2 sur Ω1 , c’est à dire le torseur
de cohésion.

L’équilibre de la poutre s’écrit n o n o n o


L + ∆ = 0 .
n o
Ceci permet de déterminer le torseur inconnu L dans le cas ou le problème est isostatique.
L’équilibre de la partie Ω1 s’écrit
n o n o n o n o
L→1 + ∆→1 + 2→1 = 0
n o n o
où 2 → 1 est le torseur de cohésion KOΣ . On en déduit que le torseur de cohésion vaut
n o n o n o
KO Σ =− L→1 − ∆→1 .

L’équilibre de la partie Ω2 s’écrit


n o n o n o n o
L→2 + ∆→2 + 1→2 = 0
n o n o n o
où 1 → 2 = − 2 → 1 = − KOΣ d’après le théorème des actions mutuelles. On en
déduit que le torseur de cohésion vaut
n o n o n o
KO Σ = L → 2 + ∆ → 2 .

2.2.3 Classification des sollicitations


Dans le cas d’une poutre droite, on utilise habituellement le repère orthonormé (− →x ,−

y ,−
→z)
où −

x est suivant la ligne moyenne et les vecteurs −

y et −→
z sont dans les directions transversales.
Dans ce repère, le torseur de cohésion vaut
 
n o  N Mt 
KO Σ = Ty Mfy
 
Tz Mfz O
Σ

15
Résistance des matériaux - MEC005

Traction Torsion Flexion pure Flexion simple


(plan (−

x,−→
y )) (plan (−

x,−→y ))
       
n o  N 0   0 Mt   0 0   0 0 
KO Σ = 0 0 0 0 0 0 Ty 0
       
0 0 O 0 0 O
0 Mfz O 0 Mfz O
Σ Σ Σ Σ

TAB . 2.1 – Sollicitations simples.

– N est l’effort normal,


– Ty est l’effort tranchant suivant −

y,


– Tz est l’effort tranchant suivant z ,
– Mt est le moment de torsion,
– Mfy est le moment de flexion autour de − →y (flexion dans le plan (−

x,−→z )),

→ −
→ →

– Mfz est le moment de flexion autour de z (flexion dans le plan ( x , y )).
Les sollicitations simples étudiées dans la suite du cours sont répertoriées dans le tableau
2.1. Un résumé récapitulant les formules à savoir est présenté dans le tableau 2.2.

2.3 Traction
2.3.1 Torseur de cohésion
On suppose une poutre d’axe − →x soumise à un chargement de traction : F − →
x à l’extremité


droite en A et −F x à l’extrémité gauche en O (Fig. 2.2). L’aire de la section est notée S.

→ −

−F −

x y y


z −

z
O O

OΣ OΣ σ−

x
Σ Σ
l −

x
A
F−

x


x

F IG . 2.2 – Poutre en traction.


En appliquant la formule suivante pour calculer le torseur de cohésion,
n o n o n o
KO Σ = L → 2 + ∆ → 2
avec n o n o n o n →o

L→2 = 0 et ∆ → 2 = F −

x|0

on a n o n →o

KO Σ = F−

x|0

donc l’effort normal N vaut ici F .

16
Résistance des matériaux - MEC005

2.3.2 Contrainte normale


On suppose que le vecteur contrainte dans une section de la poutre (perpendiculaire à la
ligne moyenne) est porté par −→
x et qu’il est uniforme sur toute la surface Σ. On note le vecteur
contrainte σ −

x ou σ est la contrainte normale de traction.
Le torseur de cohésion en OΣ centre de la section Σ vaut :
n o  −
→s

TOΣ = −→
MO Σ O
Σ

avec ZZ


s = σ−

x dΣ = σS −

x
Σ

et ZZ

→ −

MOΣ = (y −

y + z−

z ) ∧ σ−

x dΣ = 0
Σ

car y et z sont des fonctions impaires intégrées sur des intervalles symétriques. Finalement :

N−→
n o  
x
TOΣ = −

0 OΣ

où N est l’effort normal qui vaut N = σS ou encore

N
σ= .
S

On parle de traction lorsque N et σ sont positifs, on parle de compression quand N et σ


sont négatifs.

2.3.3 Allongement et déformations


Lorsque la poutre est soumise à de la traction, le matériau étant déformable, elle s’allonge.
Cet allongement, noté ∆l, a une unité (millimètre ou mètre). La valeur de ∆l, pour un même
matériau et une même section S, dépend de la longueur l. Afin de pouvoir comparer les résultats
entre eux, on préfère utiliser une grandeur adimensionnée que l’on note ǫ et qui vaut

∆l
ǫ= .
l

On appelle ǫ l’allongement axial unitaire.


La déformation axiale entraine pour la plus part des matériaux des déformations dans les
directions transversales −

y et −

z notées ǫy et ǫz . Elles valent

ǫy = ǫz = −νǫ.

Le coefficient ν est appellé coefficient de Poisson, il caractérise le rétrécissement transversal


d’une poutre sollicitée en traction. Ce coefficient a été caractérisé par Siméon Denis Poisson
(français, 1781-1840).

17
Résistance des matériaux - MEC005

2.3.4 Relation contrainte-déformation


Les essais montrent que ǫ et σ sont proportionnels et obéissent à la loi

σ = Eǫ

dans le domaine élastique du matériau (voir aussi la figure 5.1 dans la partie sur le critère de
Tresca). Cette constante E ne dépend que du matériau, c’est le module de Young ou module
d’élasticité longitudinal. Ce module a été caractérisé par Thomas Young (anglais, 1773-1829).
Son unité est le Pascal.

2.3.5 Déplacement
−−→
La section fictive Σ située à l’abscisse x (OOΣ = x− →x ) se déplace dans la direction axiale


x d’un vecteur u(x)− →x . Autrement dit, le vecteur u(x)−→
x est le vecteur déplacement du point
OΣ .
On peut montrer qu’il existe une relation entre ǫ et u(x), elle est donnée par

du(x)
ǫ= .
dx
La déformation est la dérivée du déplacement par rapport à x.
En remplaçant ǫ par son expression en fonction de σ, puis de N, on a
σ N
ǫ= = ,
E ES
soit la relation entre le déplacement et l’effort normal

du(x) N(x)
= .
dx ES(x)

2.3.6 Relation entre effort normal et chargement


On étudie un tronçon de poutre qui n’est soumis qu’à un effort axial linéique p− →
x . Par


exemple, pour une poutre verticale où l’axe x est vers le bas, cette force linéique vaut

p = ρgS

où ρ est la densité du matériau conposant la poutre, g est la gravité et S est l’aire de la section
de la poutre.
Dans ce tronçon, on peut montrer que l’on a la relation suivante entre l’effort normal et la
charge linéique :
dN
+ p = 0.
dx

2.4 Torsion
2.4.1 Torseur de cohésion
On suppose une poutre de section circulaire d’axe −

x , encastrée à son extrémité gauche O


et soumise à un moment C x à son extrémité droite A (figure 2.3).

18
Résistance des matériaux - MEC005

111
000


y

000
111


er θ −

er y

000
111 C−
→ τ

000
111
M x


x −

z
O r

000
111


z Σ
Σ

000
111



F IG . 2.3 – Poutre sollicitée en torsion.

En appliquant la formule suivante pour calculer le torseur de cohésion,


n o n o n o
KO Σ = L → 2 + ∆ → 2
avec n o n o n o n− o
→ −

L→2 = 0 et ∆ → 2 = 0 | C x

on a n o n− o

KO Σ = 0 | C−

x

donc le moment de torsion Mt vaut ici C.

2.4.2 Moment quadratique polaire de la section


Le moment quadratique polaire de la section d’abscisse x est noté I0 (x). Il peut dépendre
de x si la section de la poutre varie, son expression est :
Z Z
I0 (x) = r 2 dS
S(x)

Pour une section circulaire de rayon R (diamètre D = 2R), le calcul est le suivant :
Z r=R Z θ=2π
R4 D4
I0 = r 2 (r dθ dr) = 2π =π
r=0 θ=0 4 32
Pour une section circulaire creuse de diamètre extérieur De et de diamètre intérieur Di , le
moment quadratique polaire vaut
π 
I0 = De4 − Di4 .
32

2.4.3 Contrainte tangentielle


On utilise le repère cylindrique (− →
er , −

eθ , −

x ) pour repérer un point M de la poutre, ainsi
−−→ −
→ −

OM = x x + r e r . Le vecteur contrainte au point M appartenant à une section de la poutre et
pour la direction axiale −

x est porté par −

eθ et qu’il est proportionel à r :


T (M, − →x ) = τ−

e θ

On peut montrer que la contrainte tangentielle en un point M de la poutre vaut :


Mt (x)
τ (x, r) = r
I0 (x)
où I0 (x) est le moment quadratique polaire en OΣ de la section.

19
Résistance des matériaux - MEC005

2.4.4 Déformation et rotation des sections


Une section d’abscisse x tourne d’un angle α(x) sans se déformer. La déformation est une
distorsion angulaire entre deux sections trés proches caractérisée par γ. Elle est proportionnelle
à r et à la variation de α(x), soit

γ=r .
dx

2.4.5 Relation contrainte-déformation


La contrainte tangentielle τ est proportionnelle à la déformation γ et au module d’élasticité
transversal G :
τ = Gγ.
En remplaçant γ par son expression en fonction de α, on a


τ = rG .
dx
En utilisant l’expression de τ en fonction du moment de torsion, on a donc

dα(x) Mt (x)
= .
dx GI0 (x)

2.4.6 Relation entre moment de torsion et chargement


On étudie un tronçon de poutre qui n’est soumis qu‘à une répartition linéique de moment
c−
→x.
Dans ce tronçon, on peut montrer que l’on a la relation suivante entre le moment de torsion
et la répartition linéique de moment :

dMt
+ c = 0.
dx

2.5 Flexion
2.5.1 Torseur de cohésion
On suppose une poutre d’axe −→x , encastrée à son extrémité gauche O et soumise à un char-


gement transversal −F y à son extrémité droite A (Fig. 2.4).
En appliquant la formule suivante pour calculer le torseur de cohésion,
n o n o n o
KO Σ = L → 2 + ∆ → 2

avec n o n o
L→2 = 0
et
n o n →o
− n −−→ o n o
∆ → 2 = −F −

y | 0 = −F −

y | OΣ A∧(−F −

y) = −F −

y | (l−x)−

x ∧(−F −

y)
A OΣ OΣ
n o n o
∆ → 2 = − F−

y |(x − l)F −

z

20
Résistance des matériaux - MEC005

1111
0000
0000
1111


y L

0000
1111
0000
1111
Σ

0000
1111 A →
O OΣ −
x →

0000
1111
y
−F →

y

0000
1111
0000
1111


y →

z
allongement des fibres, traction
0000
1111
0000
1111
0000
1111


x

0000
1111 v(x) Déformée de la section
(coefficient de Poisson)
rétrécissement des fibres, compression


y

σ>0 Variation de la contrainte normale σ


M (x, y)
à travers l’épaisseur
y


x
x

σ<0

F IG . 2.4 – Poutre sollicitée en flexion.

on a n o n o

→ −

KOΣ = − F y |(x − l)F z

donc l’effort tranchant Ty et le moment de flexion Mfz valent ici :
Ty = −F ; Mfz = (x − l)F.

2.5.2 Moment quadratique de section


Le moment quadratique de la section d’abscisse x est noté I(x). Il peut dépendre de x si la
section de la poutre varie, son expression est :
Z Z
I(x) = y 2dS
S(x)

Pour une section rectangulaire d’épaisseur h suivant − →y et de largeur b suivant −



z , le calcul
est le suivant :
Z h Z b Z h h y 3 i h2
2 2
2
2 bh3
I(x) = y dzdy = b y 2 dy = b = .
− h2 − 2b − h2 3 − h2 12
Le théorème de transport de Huygens permet de calculer le moment quadratique d’une sec-
tion plus complexe :
I∆′ = I∆ + Sd2
où I∆ est le moment quadratique autour d’un axe passant par le barycentre de la section, S est
l’aire de la section et d est la distance entre les deux axes ∆′ et ∆. Le calcul de I pour la section
en “i” s’écrit :
b(a − h)3  bh3 a 2 
I= +2 + bh
12 12 2
Pour les sections les plus courantes, les moments quadratiques sont donnés sur la figure 2.5.

21
Résistance des matériaux - MEC005



y →

y →

y



z →

z →

z
a h

a D
b
a4 bh3 πD 4
I= I= I=
12 12 64

−y →

y



z →

z
a

d
b
D
π(D 4 − d4 )
I= section en I
64

F IG . 2.5 – Moments quadratiques des sections courantes.

2.5.3 Contrainte normale


Une poutre en flexion subit des contraintes σ normales à la section et des contraintes tan-
gentielles τ . Dans le cas étudié, les fibres supérieures sont étirées et les fibres inférieures sont
comprimées. La fibre moyenne ne subit pas de contraintes normales.
On peut montrer que la contrainte normale en un point M(x, y) de la poutre vaut :
Mfz (x)
σ(x, y) = − y
I(x)
où I(x) est le moment quadratique de la section.
De plus, même si la contrainte tangentielle τ n’est pas uniforme dans une section, une bonne
approximation de sa valeur est
T (x)
τ (x) = .
S(x)
La contrainte tangentielle est généralement trés petite devant la contrainte normale, elle est donc
souvent négligée.
Ces relations sont démontrées en exercices dirigés.

2.5.4 Déplacement
La poutre se déforme sous l’action du chargement. Les points de la ligne moyenne se dé-
placent suivant −

y de la valeur v(x). Autrement dit, le vecteur v(x)−

y est le vecteur déplacement
du point OΣ .
Ce déplacement est relié au moment de flexion par la formule
d2 v(x)
EI(x) = Mf (x)
dx2
22
Résistance des matériaux - MEC005

ou encore
d2 v(x) Mf (x)
2
=
dx EI(x)
2
où E est le module d’Young du matériau et d dx v(x)
2 est la dérivée seconde de v(x) par rapport à
x.
La dérivée première de v(x) représente la rotation de section d’abscisse x autour de − →z . En


notant θ(x) l’angle de rotation de section autour de z , on a

dv(x)
θ(x) =
dx

soit la relation
dθ(x) Mf (x)
= .
dx EI(x)

2.5.5 Relation contrainte-déformation


L’état de contrainte étant équivalent à de la traction-compression, la déformation est un
allongement unitaire ǫ dans la direction axiale. Son expression en fonction du déplacement est :

dθ(x) d2 v(x)
ǫ(x, y) = − y=− y.
dx dx2

La relation entre la contrainte normale σ et l’allongement unitaire ǫ suivant −



x est

σ = Eǫ

où E est le module d’Young.

2.5.6 Relations moment de flexion - effort tranchant - chargement


On étudie un tronçon de poutre qui n’est soumis qu’à un effort transversal linéique p−

y . Par
exemple, pour une poutre horizontale où l’axe − →
y est vers le haut (gravité vers le bas), cette
force linéique vaut
p = −ρgS

où ρ est la densité du matériau composant la poutre, g est la gravité et S est l’aire de la section
de la poutre.
Dans ce tronçon, on peut montrer que l’on a la relation suivante entre l’effort tranchant et la
charge linéique :
dTy
+ p = 0.
dx
On peut aussi montrer que l’on a la relation suivante entre le moment de flexion et l’effort
tranchant :
dMfz
+ Ty = 0.
dx

23
Résistance des matériaux - MEC005

Traction Torsion Flexion


     
n o  N 0   0 Mt   0 0 
KO Σ = 0 0 0 0 Ty 0
     
0 0 O 0 0 O
0 Mfz O
Σ Σ Σ

déplacement translation u−

x rotation α−

x translation v −

y

déformation allongement ǫ distorsion γ allongement ǫ

du dα d2 v
relation ǫ= γ=r ǫ=− y
dx dx dx2
déplacement-déformation

relation σ = Eǫ τ = Gγ σ = Eǫ
contrainte-déformation

N Mt Mfz
relation σ= τ= r σ=− y
S I0 I
contrainte-efforts

du N dα Mt d2 v Mf
relation = = 2
=
dx ES dx GI0 dx EI
déplacement-efforts

dN dMt dTy
équations reliant +p=0 +c=0 +p=0
dx dx dx
les efforts
dMfz
généralisés + Ty = 0
dx

TAB . 2.2 – Résumé des formules pour les sollicitations simples

24
Résistance des matériaux - MEC005

2.6 Concentrations de contraintes


Lorsque les poutres étudiées présentent de brusques variations de sections (trous, gorges,
épaulements...), les formules de calcul des contraintes en fonction des grandeurs généralisées
sous-estiment les contraintes réelles. Au voisinage du changement de section, la répartition
des contraintes n’est plus uniforme (ou constante) et présente un minimum et un maximum
σmax . Le maximum est atteint pour les points situés à proximité des variations. On dit qu’il y a
concentration de contraintes en ces points.
Pour une poutre en traction possédant une variation de section, la valeur est
N
σmax = Kt σ0 avec σ0 = .
S
On appelle Kt le coefficient de concentration de contrainte, il dépend de la forme de la section
et du type de la variation. Des abaques donnent les valeurs de Kt suivant les cas.

25
Résistance des matériaux - MEC005

26
Chapitre 3

Calcul de treillis

3.1 Hypothèses et critères de dimensionnement


3.1.1 Hypothèses sur les liaisons
Un treillis est une structure composée de barres rotulées entre elles (Fig. 3.1). Les barres sont
connectées entre elles par des noeuds, centres des liaisons rotules. Les articulations sont sup-
posées parfaites. Cette simplification permet de résoudre relativement facilement le problème.
Même si les liaisons ne sont pas réellement des rotules mais des liaisons boulonnées, on peut
considérer dans une première approche la structure comme un treillis de barres rotulées. Cela
permet de trouver les efforts normaux dans les barres et donc de dimensionner.
La barre AB est connectée aux noeuds A et B. Le torseur des actions mécaniques de A sur
la barre vaut en A n o n−→− →o
TA = FA | 0
A
De même, le torseur des actions mécanique de B sur la barre vaut en B
n o n−→− →o
TB = FB | 0
B

L’équilibre de la barre s’écrit en A


n− → − →o n−
→ −→ − →o n−
→ − →o
FA | 0 + FB | AB ∧ FB = 0 | 0
A A

Soient

→ −

FA = −FB
et
−→ − → − →
AB ∧ FB = 0


FA
A
barre AB
B−

FB

F IG . 3.1 – Structure de type treillis de barres

27
Résistance des matériaux - MEC005

a) n=3 ; b=3 b) n=4 ; b=5


Treillis isostatiques Treillis hyperstatiques

F IG . 3.2 – Construction d’un treillis


→ −

L’effort extérieur FB est donc porté par l’axe de la barre. En notant i le vecteur unitaire allant
de A vers B, on a
−→

→ AB
i = −→
k AB k
et
−→ −→ −

FB = −FA = NAB i
où NAB est l’effort normal dans la barre AB.
Une barre rotulée à ses deux extrémités ne subit que de la traction-compression. Chaque
barre reste un segment de droite après déformation, la figure 3.1 montre la déformée globale
d’un treillis (barres en tirets).
Si l’on veut considérer les liaisons comme des encastrements, des moments sont alors trans-
mis et de la flexion apparaît dans les barres ainsi que de la torsion dans le cas d’une structure
tridimensionnelle : c’est un portique. La modélisation d’une structure comme un treillis ro-
tulé a longtemps était utilisée dans les bureaux d’études avant l’arrivée des moyens de calculs
informatiques.

3.1.2 Règles de construction d’un treillis


Treillis isostatique
Le système le plus simple est constitué par un triangle, soient 3 barres et 3 noeuds (Fig. 3.2a).
En notant n le nombre de noeuds et b le nombre de barres, à partir d’un triangle (n = 3, b = 4),
chaque ajout de x noeuds impose l’ajout de 2x barres, soit

n = 3 + x ; b = 3 + 2x ; 2n = 3 + b

Le nombre de barres b est lié au nombre de noeuds n pour que le système soit isostatique. Il
faut de plus que les encastrements du treillis n’imposent pas d’hyperstatisme à la structure.

Treillis hyperstatique
Si la règle 2n = 3+b n’est pas respectée, le treillis est hyperstatique, la méthode de résolution
des efforts normaux présentée ensuite ne suffit pas à déterminer à elle seule les efforts dans les
barres. Il faut résoudre le problème en écrivant que les allongements des barres ne sont pas
indépendants pour que les barres restent articulées entre elles.

3.1.3 Critère de dimensionnement


Les barres étant en état de traction (NAB >0) sont dimensionnées à la traction (Section 2.3),
les barres étant en état de compression (NAB <0) sont dimensionnées au flambage (Section 3.3)

28
Résistance des matériaux - MEC005

α2

α1
(n)
(2) αn


y −→
Fm



u (α) (1)

α −


→ F1
x

F IG . 3.3 – Méthode des noeuds, équilibre d’un noeud.

3.2 Méthode des noeuds


La méthode permet de déterminer les efforts normaux dans les barres du treillis. On note Ni
l’effort normal dans la barre i.
Dans un premier temps, il faut écrire l’eq́uilibre global du treillis pour déterminer les efforts
inconnus de réaction.
Dans un deuxième temps, on cherche les efforts normaux dans les barres. La méthode de
résolution consiste à écrire successivement l’équilibre de chaque noeud.


Soit le noeud N connecté à n barres et soumis à m efforts extérieurs Fi (Fig. 3.3). On note

→u (α) le vecteur faisant un angle α avec l’axe − →x (sens trigonométrique positif). On note αi


l’angle entre x et le vecteur porté par la barre (i) s’éloignant du noeud N.
En notant Ni l’effort normal dans la barre (i), l’équilibre du noeud s’écrit :
n m
X X −
→ −

Ni −

u (αi ) + Fj = 0
i=1 j=1

En écrivant ainsi l’équilibre de chaque noeud successivement, on aboutit à un système


d’équations vectorielles dont le nombre est le nombre de noeuds du treillis. En deux dimen-
sions le nombre d’équations scalaires est donc 2 fois le nombre de noeuds du treillis (3 fois en
tridimensionnel).

3.3 Flambage des poutres droites


3.3.1 Introduction
Le flambage est un phénomène d’instabilité de l’équilibre. Cela peut être représenté simple-
ment par une bille en équilibre (fig. 3.4) : la bille est en équilibre stable au fond d’une vallée, en
équilibre instable au sommet d’une montagne. L’équilibre est dit stable si la structure revient à
sa position d’équilibre après une petite perturbation de sa position.

29
Résistance des matériaux - MEC005

équilibre instable

1111111111111111
0000000000000000
équilibre stable
0000000000000000
1111111111111111
0000000000000000
1111111111111111
0000000000000000
1111111111111111
F IG . 3.4 – Equilibre stable, équilibre instable

3.3.2 Charge critique de flambage


Une poutre droite en compression garde sa forme droite tant que l’effort normal N est
inférieur à la charge critique de flambage Fcr (Fig. 3.5).

F < Fcr
F > Fcr

F IG . 3.5 – Poutre en compression

L’étude se fait sur la configuration déformée (Fig. 3.6). Un point OΣ de la ligne moyenne

avant déformation devient le point OΣ après déformation.


y ′

F−

x v(x)


x
(1) OΣ (2)

F IG . 3.6 – Etude sur la configuration déformée.

On note le déplacement de ce point v(x) :


−−−→
OΣ OΣ = v(x)−


y

Le torseur de cohésion en OΣ est l’action de (2) sur (1), en isolant (1), on a :


{K} = −{Text→(1) } = {−F −

x | 0 }0
−− →
{K} = {−F −

x |OΣ O ∧ (−F −


x )}0′
Σ
−− →
OΣ O ∧ (−F −

x ) = (−x−

x − v(x)−

y ) ∧ (−F −

x ) = −v(x)F −


z

30
Résistance des matériaux - MEC005

Finalement
{K} = {−F −

x | − v(x)F −

z }O ′
Σ

donc le moment de flexion vaut Mf = −v(x)F , or le moment de flexion vaut aussi Mf =


EIv ′′ (x) donc
EIv ′′ (x) + v(x)F = 0.
Cette équation différentielle a pour solution
v(x) = α sin ωx + β cos ωx
avec
v(0) = 0 et v(L) = 0.

Cela entraine que β = 0 et que sin ωl = 0 donc ω = où n est un entier. Finalement,
L
l’expression de v(x) est

v(x) = α sin x,
L
nπ nπ
v ′ (x) = α cos x,
L L
n2 π 2 nπ
v ′′ (x) = −α 2 sin x.
L L
En remplaçant dans l’équation différentielle de départ, il vient
n2 π 2 nπ nπ
−EIα 2
sin x + F α sin x = 0.
L L L
En simplifiant par α sin nπ L
x, on trouve l’expression de F qui assure une solution à l’équation
différentielle :
n2 π 2
F = EI 2 .
L
Si F est tel qu’il existe un n entier qui satifasse cette dernière équation alors la configuration
d’équilibre peut être de la forme v(x) = α sin nπ L
x.
Dans la pratique, la charge augmente en commençant par 0. Dès que la charge est égale à
2
EI Lπ 2 , c’est à dire la première valeur de n entier (ici n = 1), alors la poutre prend la confi-
guration "courbe". La valeur de α n’étant pas donnée, cette valeur peut devenir trés grande et
conduire à la ruine de la poutre.

3.3.3 Critère de dimensionnement


La contrainte critique de flambage pour n = 1 vaut
Fcr EIπ 2
σcr = = 2 .
S LS
q
I
En posant r = S
, rayon de giration et λ = Lr , l’élancement, on a

Eπ 2
σcr = 2 .
λ
L’élancement λ caractérise la fléxibilité de la poutre : plus λ est grand plus la poutre est élancée,
plus λ est petit plus la poutre est courte.
En notant Re la limite élastique du matériau, il y a risque de ruine par flambage si σcr < Re ,
soit encore :

31
Résistance des matériaux - MEC005

extrémité 1 extrémité 2 Le
rotulé rotulé L
encastré libre 2L
encastré encastré 0, 5 L
encastré rotulé 0, 7 L
TAB . 3.1 – Longueurs équivalentes suivant les conditions aux extrémités.

– Si σcr < Re , ruine par flambage : dimensionnement au flambage,


– Si Re < σcr , ruine par compression : dimensionnement en compression.

Ce choix de dimensionnement peut se faire en comparant λ à l’élancement critique λcr pour


le lequel σcr = Re : s
Eπ 2 Eπ 2
σcr = Re ⇔ = Re ⇔ λcr =
λ2cr Re
Cette valeur ne dépend que du matériau, par exemple pour un acier d’usage général :

E = 200GPa ; Re = 240MPa → λcr = 90

– Si λ < λcr (≈ 100 pour l’acier) alors on dimensionne en compression : σ = | FS | < Re


– Si λ > λcr (≈ 100 pour l’acier) alors on dimensionne au flambage : F < Fcr

3.3.4 Autres conditions aux limites


L’étude précédente a été réalisée pour une poutre rotulée aux 2 extrémités. Pour d’autres
conditions, les formules restent valables en remplaçant la longueur L par une longueur équiva-
lente Le . Le tableau 3.1 donne Le suivant les cas, L désigne la longueur réelle de la poutre.

32
Chapitre 4

Sollicitations dans le plan : état de


contraintes planes

4.1 Projection du vecteur contrainte dans le plan


On fait l’hypothèse que le vecteur contrainte reste dans un plan P en tout point M de la
structure et pour toute direction −

n . C’est le cas par exemple des pièces minces et planes comme
les plaques.


→ −
t →
y


Ty T (M, −

n)

Tt −

n

→ Tn α
x
Tx

F IG . 4.1 – Projections du vecteur contrainte dans le plan P .

Dans le plan P , on se donne un repère (0, −



x,−

y ) (Fig. 4.1). Le vecteur contrainte s’écrit


dans les bases (−

n , t ) et (−

x ,−

y ) comme


→ −

T (M, −

n ) = Tn −

n + Tt t = Tx −

x + Ty −

y

où Tn est la contrainte normale, Tt est la contrainte tangentielle, Tx est la projection sur −



x et


Ty est la projection sur y .
Le problème est que le vecteur contrainte en un point dépend du point mais aussi de la
direction −→
n de la surface fictive. Pour représenter simplement l’état de contrainte en un point
on montre que si l’on connait les vecteurs contraintes au point M pour les directions − →
x et −

y


de la base fixe alors on peut en déduire le vecteur contrainte pour n’importe quelle direction n
faisant un angle α avec −→x.
Pour cela, on isole autour du point M un petit triangle d’épaisseur de ayant les faces dΣ1 ,
dΣ2 et dΣ3 (Fig. 4.2). On suppose que l’état de contrainte est le même en tout point du triangle.

33
Résistance des matériaux - MEC005



y
dΣ3 −

n
dΣ1
M α −

x
dΣ2

F IG . 4.2 – Petit triangle en équilibre autour de M.

Le bilan des actions mécaniques sur les faces dΣ1 , dΣ2 et dΣ3 est

→ −
→ −

sur dΣ1 : d F 1 = T (M, −−
→x ) dΣ1 de = − T (M, −

x ) dΣ1 de,

→ −
→ −

sur dΣ2 : d F 2 = T (M, −−
→y ) dΣ2 de = − T (M, −

y ) dΣ2 de,

→ −

sur dΣ3 : d F 3 = T (M, −

n ) dΣ3 de.

Les relations entre les longueurs des cotés sont

dΣ1 = cos α dΣ3 ,


dΣ2 = sin α dΣ3 .

L’équilibre en résultante donne



→ −
→ −
→ −

dF 1 + dF 2 + dF 3 = 0 ,

soit en simplifiant par de et dΣ3



→ −
→ −

T (M, −

n ) = cos α T (M, −

x ) + sin α T (M, −

y ).


L’expression de T (M, −→
n ) contient maintenant de façon explicite α, c’est à dire la direction −

n
de la surface fictive.

4.2 Opérateur des contraintes planes


On introduit l’opérateur des contraintes afin de rassembler dans un même objet les vec-


teurs contraintes pour les directions −

x et −
→y . On projete dans un premier temps T (M, −

x ) et

→ −
→ −
→ −

T (M, y ) dans la base ( x , y ) avec les notations suivantes :


T (M, −

x ) = σxx −

x + σyx −

y,

→ −
→ −
→ −

T (M, y ) = σxy x + σyy y .


En remplaçant dans l’expression de T (M, −

n ) en fonction de α, on a


T (M, −

n ) = (σxx cos α + σxy sin α)−

x + (σyx cos α + σyy sin α)−

y

ce qui s’écrit sous forme matricielle




→ −
→ σ cos α + σxy sin α
T (M, n ) = xx
σyx cos α + σyy sin α

34
Résistance des matériaux - MEC005

ou bien encore  

→ σxx σxy cos α
T (M, −

n) =
σyx σyy sin α
| {z } | {z }
σ →

n
On appelle opérateur des contraintes planes qui dépend du point M la matrice σ de taille 2 × 2
et valant  
σxx σxy
σ=
σyx σyy (→ −
x ,→

y)

→ −

La première colonne de σ représente T (M, − →x ) et la deuxième colonne représente T (M, −→y ).


Finalement le vecteur contrainte en M pour la direction n est égal au produit matriciel de
σ par −→
n :


T (M, −
→n ) = σ− →n
Il faut que σ et −

n soient exprimés dans la même base pour pouvoir faire le calcul.

4.3 Symétrie de l’opérateur des contraintes


On montre ici que l’opérateur des contraintes est symétrique. Pour cela, on isole un petit
carré de coté 2 dl et d’épaisseur de autour du point M centre du repère (− →x,−→
y . La surface du
cube est composée des faces dΣ1 , dΣ2 , dΣ3 et dΣ4 , ces faces ont pour aires dΣ = 2 dl de.


y
dΣ2
G2
dΣ1 G1 G3 dΣ3 2 dl
G4 −
→x
dΣ4
2 dl

F IG . 4.3 – Petit carré autour du point M.

On suppose que le carré est assez petit pour que le champ de contrainte soit constant. L’opé-
rateur des contraintes planes autour de M vaut
 
σxx σxy
σ(M) = .
σyx σyy (→ −
x ,→

y)

Bilan des actions mécaniques extérieures sur le carré


• face dΣ1
( −→ − → −
→ )

→ −

dF1 = T (M, − x ) dΣ = − T (M, x ) dΣ
{Tface 1 } = −−→ −

dM1 (G1 ) = 0 G 1

−−→ −−→ −−→ −→


dM1 (G) = dM1 (G1 ) + GG1 ∧ dF1
→ −−→
− −

= 0 + GG1 ∧ (− T (M, − →
x )) dΣ

−dl −σxx 0

= dΣ 0 ∧ −σyx = dΣ 0
0 0 dl σyx

35
Résistance des matériaux - MEC005

donc
 
 −σxx dΣ 0 
{Tface 1 } = −σyx dΣ 0
 
0 dl σyx dΣ G
• face dΣ2
( −→ − → )
dF2 = T (M, −
→y ) dΣ
{Tface 2 } = −−→ −

dM2 (G2 ) = 0 G 2

−−→ −−→ − →
dM2 (G) = GG2 ∧ T (M, − →y ) dΣ

0 σxy 0

= dΣ dl ∧ σyy = dΣ 0

0 0 −dl σxy

donc
 
 σxy dΣ 0 
{Tface 2 } = σyy dΣ 0
 
0 −dl σxy dΣ G
• face dΣ3
( −→ − → )
dF3 = T (M, −
→x ) dΣ
{Tface 3 } = −−→ −

dM3 (G3 ) = 0 G 3

−−→ −−→ − →
dM3 (G) = GG3 ∧ T (M, −→x ) dΣ

dl σxx 0

= dΣ 0 ∧ σyx = dΣ
0

0 0 dl σyx

donc
 
 σxx dΣ 0 
{Tface 3 } = σyx dΣ 0
 
0 dl σyx dΣ G
• face dΣ4
( −→ − → −
→ )

→ −

dF4 = T (M, − y ) dΣ = − T (M, y ) dΣ
{Tface 4 } = −−→ −

dM4 (G4 ) = 0 G 4

−−→ −−→ −

dM4 (G) = GG4 ∧ (− T (M, −→
y )) dΣ

0 −σxy 0

= dΣ −dl ∧ −σyy = dΣ
0

0 0 −dl σxy

donc
 
 −σxy dΣ 0 
{Tface 4 } = −σyy dΣ 0
 
0 −dl σxy dΣ G

36
Résistance des matériaux - MEC005

Equilibre du carré : L’équilibre des résultantes s’écrit



→ −
→ −
→ −
→ −
→ −
→ −

− T (M, −

x ) + T (M, −

y ) + T (M, −

x ) − T (M, −

y ) + T (M, −

z ) − T (M, −

z)= 0 .

Cette équation est satisfaite.


L’équilibre des moments projeté sur −

z s’écrit

dl σyx dΣ − dl σxy dΣ + dl σyx dΣ − dl σxy dΣ = 0 ,

en simplifiant par dl et par dΣ, on obtient que

σyx = σxy .

L’opérateur des contraintes planes est symétrique :


 
σxx σxy
σ= .
σxy σyy (→−x ,→

y)

4.4 Expression de Tn et Tt en fonction de α


On a vu que le vecteur contrainte vaut


T (M, −

n ) = σ−

n

ou encore

→ −
→ σ cos α + σxy sin α
T (M, n ) = xx
σyx cos α + σyy sin α


La contrainte normale vaut Tn = T (M, − →
n ).−
→n soit
   
Tn = σxx cos α + σxy sin α cos α + σxy cos α + σyy sin α sin α
= σxx cos2 α + 2σxy cos α sin α + σyy sin2 α

En utilisant les formules trigonométriques suivantes


1 + cos 2α 1 − cos 2α
cos2 α = ; sin2 α = ; 2 cos α sin α = sin 2α
2 2
on a
σxx + σyy σxx − σyy
Tn = + cos 2α + σxy sin 2α
2 2

→ −
→ −

La contrainte tangentielle vaut Tt = T (M, −

n ). t avec t = − sin α −

x + cos α −

y , soit
   
Tt = − σxx cos α + σxy sin α sin α + σxy cos α + σyy sin α cos α

En utilisant les formules trigonométriques précédentes on a


σxx − σyy
Tt = − sin 2α + σxy cos 2α
2

37
Résistance des matériaux - MEC005

4.5 Directions principales


On rappelle que les directions principales − →
n1 , −

n2 et −

n3 sont telles que les contraintes tan-
gentielles soient nulles pour ces directions. Dans le cas des contraintes planes dans le plan P ,
la direction perpendiculaire au plan P est direction principale. En effet en notant n3 cette di-
rection, le vecteur contrainte associé est nul, les contraintes normale et tangentielle sont donc
nulles.
On peut alors écrire


T (M, − →
n1 ) = σ1 −

n1 ,


T (M, − →
n2 ) = σ2 −

n2 ,

→ −

T (M, − →
n3 ) = 0 .

Dans la base (−

n1 , −

n2 ), l’opérateur des contraintes s’écrit
 
σ1 0
σ= .
0 σ2 (− →,−
n →
1 n2 )

L’angle α0 tel que Tt soit nul vérifie l’équation


σxx − σyy
− sin 2α0 + σxy cos 2α0 = 0
2
soit
σxy
tan 2α0 = σ − σ
xx yy
2
π
La fonction tangente étant définie à π prés, l’angle α0 est défini à 2
prés, ce qui donne les 2
valeurs α1 et α2 caractérisant les vecteurs −

n1 et −

n2 .

4.6 Cercle de Mohr des contraintes


Le but est de représenter les contraintes normale et tangentielle Tn et Tt sur un graphique
quand α varie en portant Tn en abscisse et Tt en ordonnée dans un repère orthonormé.
A partir des expressions de Tn et Tt précédentes, on a
σxx + σyy σxx − σyy
Tn − = + cos 2α + σxy sin 2α (i)
2 2
σxx − σyy
Tt = − sin 2α + σxy cos 2α (ii)
2
L’expression de (i)2 + (ii)2 donne
 σxx + σyy 2 σ − σ 2
2 xx yy
Tn − + Tt = cos 2α + σxy sin 2α
2 2
 σ −σ 2
xx yy
+ − sin 2α + σxy cos 2α
2
σ − σ 2  2
xx yy
= cos 2α + σxy sin 2α
2
σ − σ 2
xx yy
+(σxx − σyy ) cos 2α sin 2α + sin 2α
2
 2
+ σxy cos 2α − (σxx − σyy ) cos 2α sin 2α

38
Résistance des matériaux - MEC005

soit après simplification, il vient


 σxx + σyy 2  σ − σ 2
xx yy
Tn − + Tt2 = 2
+ σxy .
2 2
Ceci est l’équation d’un cercle de centre C et de rayon R avec
σ + σ  r
xx yy σxx − σyy 2 2
C , 0 et R = + σxy
2 2
Le cercle peut être tracé à la règle et au compas (Fig. 4.4) :
– le centre C est le milieu du segment [σxx σyy ] sur l’axe des abscisses
– un point du cercle a pour coordonnées (σxx , σxy )
Les contraintes normales principales σ1 et σ2 sont les points d’intersections du cercle avec
l’axe des abscisses car la contrainte tangentielle est nulle en ces deux points. On appelle α1
l’angle caractérisant la direction principale −

n1 et α2 l’angle caractérisant la direction principale


n2 .
On sait que l’angle α0 tel que Tt soit nul vérifie

σxy coté opposé


tan 2α0 = σ − σ =
xx yy coté adjacent
2
Graphiquement, on mesure l’angle 2α0 comme l’angle reliant dans cet ordre les trois points
(σxx , 0), C puis (σxx , σxy ). Le sens positif est le sens trigonométrique.

Tt
σxy coté opposé

2α0

σ2 σ1 Tn
σyy C σxx

coté adjacent

F IG . 4.4 – Cercle de Mohr des contraintes

Différents cas peuvent se produire suivant les signes et les valeurs de σx , σy et σxy . Ils sont
présentés sur les figures 4.5 et 4.6. Dans tous les cas, par convention, on prend σ1 à droite et
σ2 à gauche. Si σyy < σxx alors α1 = α0 et α2 = α0 + π2 , Si σxx < σyy alors α1 = α0 + π2 et
α2 = α0 .

4.7 Théorème de superposition


1 donnant l’état de contrainte σ . Soit le chargement
Soit le chargement 1
2 donnant l’état
2
de contrainte σ .

39
Résistance des matériaux - MEC005

Tt Tt
σxy
2α0
σ2 σ1 Tn σ2 σyy σxx σ1 Tn
σyy C σxx C 2α0

α0 > 0 σxy α0 < 0

π
F IG . 4.5 – Cas où σyy < σxx : α1 = α0 et α2 = α0 + 2
Tt Tt
σxy
2α0
σ2 σ1 Tn σ2 σxx σyy σ1 Tn
σxx C σyy C
2α0
α0 > 0 σxy α0 < 0

π
F IG . 4.6 – Cas où σxx < σyy : α1 = α0 + 2
et α2 = α0

L’état de contrainte σ associé à la somme des deux chargements et la somme des deux
opérateurs des contraintes :
 1 1
  2 2

1 σxx σxy
2 σxx σxy
σ = 1 1 σ = 2 2
σxy σyy (→

x ,→

y)
σxy σyy (→

x ,→

y)



1
2
1
σxx + σxx
2 1
σxy + σxy
2

σ=σ +σ =
1
σxy + σxy
2 1
σyy + σyy
2
(→

x ,→

y)

4.8 Extension au tridimensionnel


L’opérateur des contraintes en un point M(x, y, z) s’écrit dans la base (−

x,−

y ,→

z):
 
σxx σxy σxz
σ =  σxy σyy σyz  .
σxz σyz σzz (→ −x ,→

y ,→

z)

où les trois colonnes sont les vecteurs contraintes en M des trois vecteurs de la base écrits dans
la base (−
→x,−→y ,→

z ).

40
Chapitre 5

Critères de dimensionnement

5.1 Objectifs
Le but est de vérifier que les contraintes dans la structure restent acceptables pour ne pas
engendrer de rupture en fonctionnement. Pour les matériaux ductiles, les critères utilisés cou-
ramment imposent que le matériau reste dans le domaine élastique en tout point de la structure,
c’est le cas des critères de Tresca et de Von Mises. De plus, le phénomène de fatigue est le
critère de dimensionnement à prendre pour les pièces subissant un grand nombre de cycles de
chargement.

5.2 Matériaux ductiles : critère de Tresca


Ce critère est dû à Henri Edouard Tresca (1814-1885) qui fut professeur titulaire de la chaire
de mécanique du Cnam. Il a observé que le faciès de rupture d’une éprouvette cassée suite à
un chargement de traction était incliné à 45o par rapport à l’axe de traction pour les matériaux
ductiles. Or le cisaillement étant maximal pour cet angle, il en a déduit que la rupture se fait
par glissement engendré par les contraintes de cisaillement. Le critère est donc basé sur le
cisaillement maximal.

−σxx σxx
zone élastique

zone utile de l’éprouvette


σxx
zone de striction

zone zone 45o


plastique d’écrouissage

faciès de rupture à 45o


ǫxx

F IG . 5.1 – Essai de traction à rupture.

41
Résistance des matériaux - MEC005

Re Tt
τmax = 2

Re
2 Tn
Re

F IG . 5.2 – Cercle de Mohr à la limite élastique pour un essai de traction.

L’état de contrainte à la limite élastique d’une éprouvette de traction d’axe −



x est
 
Re 0 0
σ= 0 0 0 
0 0 0 (→ −
x ,→

y ,→

z)

Le cercle de Mohr associé à cet état de contrainte (Fig. 5.2) donne le cisaillement maximal
Re
τmax = . Le critère de Tresca est
2
Re
τmax < .
2
Pour écrire le critère correctement il faut raisonner en tridimensionnel. Dans la base principale
 
σ1 0 0
σ =  0 σ2 0 
0 0 σ3 (−→,−
n →− →
1 n2 , n3 )

Pour les 3 couples de valeurs (σ1 , σ2 ), (σ1 , σ3 ) et (σ2 , σ3 ) on peut tracer 3 cercles de Mohr
(Fig. 5.3). C’est ce que l’on appelle le tri-cercle de Mohr. La zone possible pour l’extrémité du
vecteur contrainte quand la direction −→n varie, où zone possible d’état de contrainte, est la zone
grisée comprise antre les trois cercles. Le cisaillement maximal dans ce cas est

σ1 − σ3
τmax = .
2

Suivant les valeurs et les signes des σ1 , σ2 et σ3 , le critère s’écrit en tridimensionnel


 |σ − σ | |σ − σ | |σ − σ |  Re
1 2 1 3 2 3
τmax = Max , , < .
2 2 2 2

En notant σT resca = 2τmax la contrainte équivalente de Tresca, le critère s’écrit


 
σT resca = Max |σ1 − σ2 |, |σ1 − σ3 |, |σ2 − σ3 | < Re .

Dans le cas des contraintes planes, étant donné que σ3 = 0, le critère devient
 
σT resca = Max |σ1 − σ2 |, |σ1 |, |σ2| < Re .

42
Résistance des matériaux - MEC005

Tt

τmax Zone possible


d’état de contrainte

Cercle (σ1 , σ3 )
Cercle (σ1 , σ2 )
Tn
σ3 σ2 σ1
Cercle (σ1 , σ3 )

F IG . 5.3 – Tri cercle de Mohr.

5.3 Matériaux ductiles : critère de Von Mises


Le critère de Von Mises (1883-1953), plus récent, est basé sur l’énergie de déformation que
le matériau peut stocker avant plastification. On note σV.M. la contrainte équivalente de Von
Mises. Elle vaut dans le cas tridimensionnel
1 p
σV.M. = √ (σ1 − σ2 )2 + (σ1 − σ3 )2 + (σ2 − σ3 )2 ,
2
soit dans le cas des contraintes planes avec σ3 = 0
q
1
σV.M. = √ (σ1 − σ2 )2 + σ12 + σ22 .
2
Le critère de Von Mises s’écrit
σV.M. < Re .

5.4 Comparaison des critères de Tresca et de Von Mises


On compare les critères de Tresca et de Von Mises dans le cas des contraintes planes. Dans
le plan (σ1 , σ2 ), le lieu des points tels que σT resca < Re est

|σ1 | < Re → −Re < σ1 < Re ,


|σ2 | < Re → −Re < σ2 < Re ,
|σ1 − σ2 | < Re → σ1 − σ2 < Re et σ2 − σ1 < Re .

Les deux premières lignes donnent un carré centré en (0, 0) de coté 2Re . Les deux conditions
suivantes donnent une zone comprise entre 2 droites de pente 1 et ayant pour ordonnées à
l’origine Re et −Re (). La zone de Tresca est représentée sur la figure 5.4a).
Dans le plan (σ1 , σ2 ), le lieu des points tels que σV.M. < Re est
σ12 + σ22 − σ1 σ2 < Re2 .
Ces points sont à l’intérieur d’une ellipse centrée en (0, 0) dont quelques points sont donnés
pour faciliter le tracé :
(±Re , 0) (0, ±Re ) (Re , Re ) (−Re , −Re )

43
Résistance des matériaux - MEC005

σ2 σ2 σ2

Re Re Re

σ1 σ1 σ1
−Re Re −Re Re −Re Re

−Re −Re −Re


a) zone de Tresca b) zone de Von Mises c) comparaison

F IG . 5.4 – Comparaison des critères de Tresca et de Von Mises.

∆σ 90% −F F F
MPa ∆σ
50%
250 temps
Rr 10% 0
200

150
Re
100

50
Rendu.
nb. cycles
100 101 102 103 104 105 106 107 108

F IG . 5.5 – Courbes de Wöhler : différentes probabilités de défaillance.

La zone de Von Mises est représentée sur la figure 5.4b).


On remarque que la zone de Von Mises est plus grande que celle de Tresca, la différence est
représentée sur la figure 5.4c).

5.5 Fatigue des matériaux


La fatigue est un phénomène de détérioration d’une pièce consécutive à un grand nombre
de cycles de chargements (> 1000) alors que les contraintes sont dans le domaine élastique
(les critères de Tresca et de Von Mises sont vérifiés). Schématiquement, à chaque cycle de
chargement, des micro fissures apparaissent et grandissent dans les zones à fortes concentrations
de contraintes. Ces fissures se propagent et peuvent engendrer la ruine de la structure.
La courbe de Wöhler, obtenue de façon expérimentale sur une éprouvette sollicitée en trac-
tion, donne la contrainte appliquée en fonction du nombre de cycle de chargements à rupture
(Fig. 5.5). Le chargement est cyclique et varie de 0 à ∆σ. En réalité une étude statistique doit
être menée sur un ensemble d’éprouvettes. On peut alors tracer plusieurs courbes pour diffé-
rentes probabilités de défaillance.
On utilise le plus souvent une seule courbe, celle ayant 10% de probabilité de défaillance

44
Résistance des matériaux - MEC005

par exemple. On peut caractériser plusieurs valeurs sur cette courbe :


– limite à la rupture Rr : rupture après 1 cycle de chargement,
– limite élastique Re : le nombre de cycles à rupture se situe aux alentours de 103 à 104 ,
– limite d’endurance Rendu. : valeur pour laquelle le nombre de cycles devient infini, elle est
comprise entre 0, 3 × Rr et 0, 6 × Rr suivant les matériaux. Pour les alliages non ferreux,
l’asymptote horizontale n’existe pas, on prend alors par convention Rendu. = 0, 5 × Rr .

Les courbes de Wöhler dépendent cependant d’autres facteurs plus ou moins difficiles à
prendre en compte sans faire d’essais supplémentaires : taille de la pièce, état de surface, corro-
sion, traitement de surface, température.

45
Résistance des matériaux - MEC005

46
Chapitre 6

Etude des déformations dans le plan

6.1 Notion de déformation


Une pièce plane chargée dans son plan subit des déformations. En traçant à la surface de la
pièce avant chargement une grille régulière celle-ci se déforme en appliquant le chargement.


y

π

→ −
→ 2 −
→′ π
t b b 2
− γab

→ M

→ a −
→′
n α −
→ M′ a
x

Avant déformation Aprés déformation

F IG . 6.1 – Déformation d’une grille régulière sur la surface d’une pièce.




Deux "petits" vecteurs −
→a et b perpendiculaires avant déformation deviennent les vecteurs

→′ − →
a et b′ après déformation. On utilise les notations suivantes :

→ −
→ −

k−

a k= la k b k= lb k a′ k= la′ k b′ k= lb′

→ − →
Les vecteurs a′ et b′ ne sont plus perpendiculaires et leurs longueurs ont variées :


→ −
→ −
→′ −

la 6= la′ lb 6= lb′ a.b =0 a . b′ 6= 0.

6.2 Allongement unitaire


On appelle allongement unitaire pour la direction −

a la quantité λa telle que

la′ − la
la′ = (1 + λa )la ⇒ λa = .
la

47
Résistance des matériaux - MEC005



De même l’allongement unitaire pour la direction b vaut
l′ − lb
λb = b .
lb
Les allongements unitaires caractérisent comment les longueurs varient autour d’un point.

6.3 Distorsion angulaire


On appelle distorsion angulaire l’angle γab tel que
[

→ −
→ π
a b = ,
2


[ −
→ π
a′ b′ = − γab .
2
La distorsion angulaire caractérise comment les angles varient autour d’un point.

6.4 Opérateur des déformations


Dans les applications, les valeurs des allongements unitaires et des distorsions angulaires
sont petites : on fait l’hypothèse des petites déformations. Typiquement, l’ordre de grandeur des
déformations est de 1.10−6 à 1000.10−6.
En plaçant un repère (− →x,−
→y ) aligné à la grille, les vecteurs −

x et −

a sont colinéaires ainsi

→ −→
que les vecteurs y et b . On note alors :
– ǫx = λa l’allongement unitaire pour la direction − →
x
– ǫy = λb l’allongement unitaire pour la direction y −

– ǫxy = γ2ab la distorsion angulaire unitaire (divisée par 2) pour les directions −

x et −→
y.

On appelle opérateur des déformations planes la matrice 2 × 2 notée ǫ telle que :


 
ǫx ǫxy
ǫ=
ǫxy ǫy (→ −
x ,→

y)

6.5 Allongement unitaire pour n’importe quelle direction


L’opérateur des déformations permet de connaitre l’allongement unitaire λn de n’importe
quelle direction −

n unitaire :
λn = − →n .ǫ−
→n
Dans la formule précédente, le calcul de ǫ− →n donne un vecteur, c’est la multiplication d’une
matrice par un vecteur ; la valeur de λn est le produit scalaire de ce vecteur et de −

n . En écrivant


n = cos α − →x + sin α −
→y dans la base (− →
x ,→−y ), on a :
    

→ ǫx ǫxy cos α cos α ǫx + ǫxy sin α
ǫn = =
ǫxy ǫy sin α cos α ǫxy + ǫy sin α (→ −
x ,→

y)

La valeur de λn vaut alors :


λn = cos α(cos α ǫx + ǫxy sin α) + sin α(cos α ǫxy + ǫy sin α)
qui vaut après simplification et utilisation de quelques formules trigonométriques :
ǫx + ǫy ǫx − ǫy
λn = + cos 2α + ǫxy sin 2α
2 2

48
Résistance des matériaux - MEC005

6.6 Distorsion angulaire pour n’importe quelles directions




La distorsion angulaire entre deux directions perpendiculaires arbitraires −

n et t s’obtient
aussi à partir de l’opérateur des déformations :
γnt − → →
= t .ǫ−
ǫnt = n
2


En écrivant t = − sin α −

x + cos α −

y dans la base (−

x,−→
y ), on a :

ǫnt = − sin α(cos α ǫx + ǫxy sin α) + cos α(cos α ǫxy + ǫy sin α)

qui vaut après simplification et utilisation de quelques formules trigonométriques :


ǫx − ǫy
ǫnt = − sin 2α + ǫxy cos 2α
2

6.7 Directions principales




On dit que −
→n et t sont directions principales des déformations si et seulement si la distor-


sion angulaire entre −

n et t est nulle ou encore si γnt = 0.


Trouver −
→n et t tels que γnt = 0 revient à chercher α tel que γnt = 0, soit :
ǫx − ǫy
− sin 2α + ǫxy cos 2α = 0,
2
c’est à dire
2ǫxy
tan 2α = .
ǫx − ǫy
La fonction tangente étant définie à π prés, 2α est défini à π prés et α est donc défini à π2
prés, ce qui donne bien deux directions perpendiculaires. On note ces 2 valeurs α1 et α2 avec
α2 = α1 + π2 . Les deux directions obtenues sont notées


n 1 = cos α1 −

x + sin α1 −

y

et


n 2 = cos α2 −

x + sin α2 −

y.
On appelle allongements unitaires principaux ǫ1 et ǫ2 les valeurs des allongements unitaires
pour les directions −

n 1 et −

n 2 , c’est à dire :
ǫx + ǫy ǫx − ǫy
ǫ1 = + cos 2α1 + ǫxy sin 2α1
2 2
et
ǫx + ǫy ǫx − ǫy
ǫ2 = + cos 2α2 + ǫxy sin 2α2 .
2 2

6.8 Cercle de Mohr des déformations


Lorsque α varie, les valeurs de λn et ǫnt varient aussi. En reportant sur un graphique l’en-
semble des points ayant pour coordonnées (λn ,ǫnt ) quand α varie, on peut montrer que ces
points forment un cercle. En effet, on a des paragraphes précédents
ǫx + ǫy ǫx − ǫy
λn − =+ cos 2α + ǫxy sin 2α
2 2
49
Résistance des matériaux - MEC005

et
ǫx − ǫy
ǫnt = − sin 2α + ǫxy cos 2α.
2
En ajoutant les carrés de ces deux équations, on obtient après simplification :
 ǫx + ǫy 2  ǫ − ǫ 2
x y
λn − + ǫ2nt = + ǫ2xy
2 2
qui est l’équation d’un cercle de centre C et de rayon R (Fig. 6.2) avec :
ǫ + ǫ  r
x y ǫx − ǫy 2
C , 0 et R = + ǫ2xy .
2 2

ǫnt
ǫxy

2α1

ǫ2 ǫ1 λn
ǫy C ǫx

F IG . 6.2 – Cercle de Mohr des déformations


Le cercle peut être tracé à la règle et au compas :
– le centre C est le milieu du segment [ǫx ǫy ] sur l’axe des abscisses
– un point du cercle a pour coordonnées (ǫx , ǫxy )
On peut lire de façon graphique sur le cercle les valeurs des allongements unitaires princi-
paux ǫ1 et ǫ2 ainsi que les angles des directions principales α1 et α2 .
Différents cas peuvent se produire suivant les signes et les valeurs de ǫx , ǫy et ǫxy . Ils sont
similaires aux cas traités dans la partie sur les contraintes planes (Fig. 4.5 et 4.6).

6.9 Ecriture des déformations en fonction des déplacements


On appelle vecteur déplacement le vecteur reliant le point M avant déformation à son image
M ′ après déformation (Fig. 6.1). On note dans le repère global (−

x,−→
y)
−−−→′
MM = u− →x + v− →y
On peut montrer que l’expression de l’opérateur des déformations en fonction des déplace-
ments est :
 
∂u(x, y) 1  ∂u(x, y) ∂v(x, y) 
+

ǫxx ǫxy
 
 ∂x 2 ∂y ∂x 

ǫ=  
ǫxy ǫyy (→− →

 
x , y )  1 ∂u(x, y)  
∂v(x, y) ∂v(x, y) 
+
2 ∂y ∂x ∂y (→

x ,→

y)

50
Résistance des matériaux - MEC005

6.10 Théorème de superposition


Soit le chargement 1 donnant l’état de déformation ǫ . Soit le chargement
1
2 donnant

2
l’état de déformation ǫ .
L’état de déformation ǫ associé à la somme des deux chargements et la somme des deux
opérateurs des déformations :
 1   2 

1 ǫxx ǫ 1
xy
2 ǫxx ǫ 2
xy
ǫ = ǫ =
ǫ 1 1
xy ǫyy (→

x ,→

y)
ǫ 2
xy ǫyy
2
(→

x ,→

y)
 

1
2 ǫ 2 1
xx + ǫxx ǫxy + ǫxy
1 2

ǫ=ǫ +ǫ =
ǫ 1 2 1
xy + ǫxy ǫyy + ǫyy
2
(→

x ,→

y)

6.11 Extension au tridimensionnel


En tridimensionnel, l’opérateur des déformations en un point M(x, y, z) s’écrit dans la base
( x ,→

→ −
y ,−→
z):  
ǫx ǫxy ǫxz
ǫ =  ǫxy ǫy ǫyz 
ǫxz ǫyz ǫz (→ −x ,→

y ,→

z)

où les termes de la diagonale représentent les allongements unitaires pour les directions de la
base et les termes hors diagonale représentent les distorsions angulaires entre les vecteurs de la
base.

51
Résistance des matériaux - MEC005

52
Chapitre 7

Relation contraintes-déformations

7.1 Introduction
La relation de comportement relie les contraintes aux déformations. Cette loi doit être écrite
en tridimensionnel et appliquée ensuite suivant les cas aux contraintes ou déformations planes.
Pour identifier cette loi, on effectue 3 essais de traction dans les 3 directions −

x, −

y et −→z
ainsi que 3 essais de cisaillement dans les 3 plans, puis on superpose ces 6 états.

7.2 Essais de traction


Essai de traction suivant −

x
L’essai de traction suivant −

x donne les relations suivantes :
   
σx 0 0 ǫx 0 0
σ= 0 0 0  ǫ =  0 ǫy 0 
0 0 0 (→ −
x ,→

y ,→

z)
0 0 ǫz (→−
x ,→

y ,→

z)

avec
1 ν ν
ǫx = σx ; ǫy = −νǫx = − σx ; ǫz = −νǫx = − σx
E E E

Essai de traction suivant −



y
De même l’essai de traction suivant −

y donne les relations suivantes :
   
0 0 0 ǫx 0 0
σ =  0 σy 0  ǫ =  0 ǫy 0 
0 0 0 (→ −
x ,→

y ,→

z)
0 0 ǫz (→−
x ,→

y ,→

z)

avec
ν 1 ν
ǫx = −νǫy = − σy ; ǫy = σy ; ǫz = −νǫy = − σy
E E E

Essai de traction suivant −



z
Enfin l’essai de traction suivant −

z donne les relations suivantes :

53
Résistance des matériaux - MEC005

   
0 0 0 ǫx 0 0
σ= 0 0 0  ǫ =  0 ǫy 0 
0 0 σz (→

x ,→

y ,→

z)
0 0 ǫz (→−
x ,→

y ,→

z)
avec
ν ν 1
ǫx = −νǫz = − σz ; ǫy = −νǫz = − σz ; ǫz = σz
E E E

7.3 Essais de cisaillement


Essai de cisaillement dans le plan (−

x ,→

y)
Pour cet essai les résultats sont :
   
0 σxy 0 0 ǫxy 0
σ =  σxy 0 0  ǫ =  ǫxy 0 0 
0 0 0 (→ −
x ,→

y ,→

z)
0 0 (→

x ,→

y ,→

z)
avec
E
σxy = 2Gǫxy et G =
2(1 + ν)
G est appelé le module d’élasticité transversal.

Essai de cisaillement dans le plan (−



x ,→

z)
On obtient :
σxz = 2Gǫxz

Essai de cisaillement dans le plan (−



y ,→

z)
On obtient :
σyz = 2Gǫyz

7.4 Relation contraintes-déformations en tridimensionnel


Finalement la superposition des 6 états donne :
1 ν ν 1+ν ν 
ǫx = σx − σy − σz = σx − σx + σy + σz
E E E E E
1 ν ν 1+ν ν 
ǫy = σy − σx − σz = σy − σx + σy + σz
E E E E E
1 ν ν 1+ν ν 
ǫz = σz − σx − σy = σz − σx + σy + σz
E E E E E
1+ν
ǫxy = σxy
E
1+ν
ǫxz = σxz
E
1+ν
ǫyz = σyz
E

54
Résistance des matériaux - MEC005

7.5 Relation contraintes-déformations pour l’état de contraintes


planes
Pour l’état de contraintes planes, l’opérateur des contraintes vaut :
 
σx σxy 0
σ =  σxy σy 0 
0 0 0 (→ −
x ,→

y)

La loi de comportement s’écrit alors :


1+ν ν 
ǫx = σx − σx + σy ,
E E
1+ν ν 
ǫy = σy − σx + σy ,
E E
ν 
ǫz = − σx + σy ,
E
1+ν
ǫxy = σxy ,
E
ǫxz = 0,
ǫyz = 0.
Les deux premières équations forment un système de équations à 2 inconnues et permet de
trouver σx et σy et fonction de ǫx et ǫy . Aprés résolution de ce système la loi de comportement
en contraintes planes s’écrit :
E  
σx = ǫx + νǫy ,
1 − ν2
E  
σy = νǫx + ǫy ,
1 − ν2
E
σxy = ǫxy ,
1+ν
ν  
ǫz = − ǫx + ǫy .
1−ν

55
Résistance des matériaux - MEC005

56
Chapitre 8

Initiation au calcul par éléments finis

8.1 Approximation de la solution réelle


8.1.1 Introduction
Le but est de trouver les contraintes, déformations et déplacements en tout point d’un solide
(ou d’une structure) soumis à des actions extérieures afin d’appliquer les critères de dimension-
nement vus précédemment.
Le problème réel contient une infinité de points et donc d’inconnus. Afin de calculer numé-
riquement la solution, l’idée est de ne chercher les inconnus qu’en seulement un nombre finis de
points. Pour cela on découpe la matière en éléments (appelés éléments finis) reliés à des points
(appelés noeuds). Ce découpage est appelé le maillage.

8.1.2 Etude de l’élément barre


On désigne par barre une poutre travaillant seulement en traction-compression. Typique-
ment, les treillis de poutres sont souvent approximés dans un premier temps comme un en-
semble de barres rotulées entre elles (Fig. 8.2). Les 2 extrémités sont les noeuds de l’élément.
Un élément de barre et représenté par un segment de droite reliant les deux extrémités de la
barre (Fig. 8.1). La barre est caractérisée par sa longueur l, par l’aire de sa section S et par son
module d’Young E. Les extrémités sont appelés les noeuds de la barre, ils ont pour abscisses
x1 = 0 et x2 = l.
Le déplacement participant à la déformation de la barre est porté par l’axe de la barre noté

→x . On note les déplacements des noeuds 1 et 2 respectivement u1 − →x , u2 −

x.
On interpole de façon linéaire le déplacement u(x) d’un point d’abscisse x en fonction des



y
l1 (x) l2 (x)
1 x 2 −

x
Avant déformation :
u1 u(x) u2
Aprés déformation :

F IG . 8.1 – Elément barre à 2 noeuds.

57
Résistance des matériaux - MEC005

F IG . 8.2 – Exemple de calcul par éléments finis d’un pylône électrique (éléments barres).

11111
00000 000000
111111
1 00000
11111
N1 (x)111111
000000
N2 (x)
00000
11111 000000
111111
00000
11111
00000
11111 000000
111111
000000
111111
00000
11111 000000
111111
0000000000
1111111111
00000
11111 000000
111111
0000000000
1111111111
00000
11111 000000
111111
0000000000
1111111111
00000
11111 000000
111111
0000000000
1111111111
00000
11111 000000
111111
0000000000
1111111111 x
00000
11111 000000
111111
0 l

F IG . 8.3 – Fonctions de forme de l’élément barre.

déplacements u1 et u2 des noeuds (calcul barycentrique) :

l1 (x)u1 + l2 (x)u2
u(x) = .
l
La valeur du poids du noeud 1 est l1 (x), c’est la distance entre le point M(x) et le noeud 2. De
même, la valeur du poids du noeud 2 est l2 (x), c’est la distance entre le point M(x) et le noeud
1. La somme des poids est l1 (x) + l2 (x) qui vaut la longueur de l’élément l.
En prenant l’origine du repère de l’élément au noeud 1, on a :

l1 (x) = l − x et l2 (x) = x

soit en remplaçant dans l’expression de u(x)


 x x
u(x) = 1 − u1 + u2 .
l l
En posant
x x
N1 (x) = 1 − et N2 (x) = ,
l l
on a

u(x) = N1 (x)u1 + N2 (x)u2 . (8.1)

58
Résistance des matériaux - MEC005

3 −

u3 3

2 −
→ M A1
M′ u2 A2
M A3 2 N3
1
1
N1 −

u1 1
1 N2
3 3 3
1

1 1 1
2 2 2

F IG . 8.4 – Elément triangle à 3 noeuds.

La fonction N1 est appelée fonction d’interpolation ou fonction de forme associée au noeud


1. De même, la fonction N2 est appelée fonction de forme associée au noeud 2. La figure 8.3
donne la représentation graphique de N1 et de N2 . On remarque que
∀x ∈ [0, l], N1 (x) + N2 (x) = 1.
L’expression du déplacement d’un point quelconque de la barre en fonction des déplace-
ments aux noeuds s’écrit aussi
 
u1
u(x) = [ N1 (x) N2 (x) ] = N(x) q
u2
avec  
u1
N(x) = [ N1 (x) N2 (x) ] et q = .
u2

8.1.3 Etude de l’élément triangle dans le plan


Les éléments triangles sont utilisés pour l’étude des problèmes plans : contraintes planes,
déformations planes ou problème axisymétrique (Fig. 8.4).
−−−→
Le déplacement dans le plan d’un point M, noté − →u (M) = MM ′ est interpolé à partir des
déplacements des 3 noeuds sommets du triangle 1, 2 et 3 noté −
→u1 , −

u2 et −

u3 :

→ A1 (M) −
→ A2 (M) −→ A3 (M) −

u (M) = u1 + u2 + u3
A A A
où A est l’aire du triangle 123, A1 (M) est l’aire du triangle M23, A2 (M) est l’aire du triangle
M13, A3 (M) est l’aire du triangle M12 (Fig. 8.4). En notant les fonctions de forme de cet
élément
A1 (M) A2 (M) A3 (M)
N1 (M) = , N2 (M) = , N3 (M) = .
A A A
on a

→u (M) = N1 (M)− →u1 + N2 (M)− →u2 + N3 (M)−

u3 .
On remarque que
∀M ∈ [123], N1 (M) + N2 (M) + N3 (M) = 1
Un exemple d’application est présenté sur la figure 8.5, c’est une éprouvette de traction
entaillée par deux entailles circulaires. Le problème possédant 2 axes de symtétries, seulement
un quart de la pièce est calculé.

59
Résistance des matériaux - MEC005

Domaine d’étude

F IG . 8.5 – Exemple de calcul par éléments finis d’une plaque éprouvette (éléments triangles).
4

V2 M 3

4 1 4 4

M M 3 M 3
V3 V1
1 1

2 2 2
M 3

1 V4

F IG . 8.6 – Elément tétrahèdre à 4 noeuds dans l’espace.

8.1.4 Etude de l’élément tétrahèdre dans l’espace


Les éléments tétrahèdres sont utilisés pour l’étude des problèmes tridimensionnels (Fig.
8.6).
−−−→
Le déplacement dans l’espace d’un point M, noté −→u (M) = MM ′ est interpolé à partir des
déplacements des 4 noeuds sommets du tétrahèdre 1, 2, 3 et 4 noté −

u1 , −

u2 , −

u3 et −

u4 :


→ V1 (M) −
→ V2 (M) −
→ V3 (M) −
→ V4 (M) −

u (M) = u1 + u2 + u3 + u4
V V V V
où V est le volume du tétrahèdre 1234, V1 (M) est le volume du tétrahèdre M234, V2 (M) est le
volume du tétrahèdre M134, V3 (M) est le volume du tétrahèdre M124 et V4 (M) est le volume
du tétrahèdre M123 (Fig. 8.6). En notant les fonctions de forme de cet élément
V1 (M) V2 (M) V3 (M) V4 (M)
N1 (M) = , N2 (M) = , N3 (M) = , N3 (M) = .
V V V V
on a
u (M) = N1 (M)−

→ →
u1 + N2 (M)−

u2 + N3 (M)−

u3 + N4 (M)−

u4 .

60
Résistance des matériaux - MEC005

F IG . 8.7 – Exemple de calcul par éléments finis d’un piston (éléments tétrahèdres).

On remarque que
∀M ∈ [1234], N1 (M) + N2 (M) + N3 (M) + N4 (M) = 1.
Un exemple d’application est présenté sur la figure 8.7, c’est un piston soumis à une pression
sur sa partie supérieure. Le problème possédant 2 plans de symtétries, seulement un quart de la
pièce est calculé.

8.2 Elément ressort

11
00
8.2.1 Energie de déformation
00
11
00
11
00
11
état initial

00
11
00
11


u

00
11 −

00
11
F équilibre intermédiaire
00
11
00
11


u f

00
11 −

00
11
Ff équilibre final

F IG . 8.8 – Application "lente" de l’effort sur un ressort.



→ → −
− →
On applique lentement une force F sur un ressort de 0 à FF (Fig. 8.8). La relation de
comportement du ressort s’écrit :
F = ku
où F est la force appliquée, k est la raideur du ressort et u est l’allongement du ressort. Graphi-
quement, on peut tracer l’évolution de F en fonction de u pour passer de l’état initial (0, 0) à
l’état final déformé (uf , Ff ) (Fig. 8.9).

61
Résistance des matériaux - MEC005

Ff B

dF droite de pente k
EDressort =aire (OAB)

A u
O du uf

F IG . 8.9 – Evolution de F en fonction de u.

Le travail mécanique qu’il faut fournir au ressort pour passer de l’allongement u à u + du,
où du est un petit allongement suplémentaire, vaut

dW = F du

Le travail nécessaire pour amener le ressort de l’état libre (u = 0, F = 0) à l’état final (u = uf ,


F = Ff ) vaut Z Z
uf uf
W = dW = F du.
0 0

Ce travail est l’aire du triangle OAB :

1 1 1
W = Ff uf = k uf uf = k u2f .
2 2 2
En faisant le calcul de l’intégrale, on a aussi
Z uf Z uf h u2 iuf 1
W = F du = k u du = k = k u2f .
0 0 2 0 2

A l’état final, ce travail est stocké dans le ressort sous forme d’énergie. C’est l’énergie de
déformation ED du ressort. Cette énergie est une énergie récupérable (ex : lance-pierre) :

1
ED = k u2f .
2

8.2.2 Matrice de rigidité


On suppose que entre l’état initial et l’état final, les deux extrémités du ressort se déplacent
(Fig. 8.10). Le point 1 a pour déplacement − →
u1 = u1 − →
x et le point 2 a pour déplacement − →
u2 =


u2 x . Les 2 points extrémités du ressort sont appelés les noeuds de l’élément ressort. On note
ici que u1 et u2 peuvent être négatifs.
L’allongement du ressort −→ entre l’état initial et létat final est
u f


→=−
u →
u2 − −

u1 = (u2 − u1 )−

x = uf −

x
f
uf = u2 − u1

62
Résistance des matériaux - MEC005

1 2


u1 −

u2

F IG . 8.10 – Ressort dont les deux extrémités se déplacent.

En remplaçant dans l’expression de ED , on a


1
ED = k (u2 − u1 )2 .
2
On montre facilement que cela s’écrit aussi sous la forme
  
1 k −k u1
ED = [ u1 u2 ] .
2 −k k u2
On appelle la matrice de rigidité la matrice K qui vaut
 
k −k
K= .
−k k
On appelle le vecteur des inconnues de déplacement aux 2 noeuds du ressort le vecteur q
qui vaut  
u1
q= .
u2
Finalement, on écrit l’énergie de déformation du ressort en fonction de K et de q comme
1
ED = q T Kq .
2

8.3 Energie de déformation d’une structure


Soit une structure soumise à des efforts extérieurs. A l’état final, la structure est en équilibre.
L’énergie de déformation stockée dans la structure à l’état final est
Z
1
ED = σ : ǫ dΩ
2 Ω
où σ est l’opérateur des contraintes et ǫ est l’opérateur des déformations. La notation σ : ǫ
traduit une somme des produits termes à termes de l’opérateur des contraintes et de l’opérateur
des déformations :
σ : ǫ = σxx ǫxx + σyy ǫyy + σzz ǫzz + 2σxy ǫxy + 2σxz ǫxz + 2σyz ǫyz .

8.4 Théorème de Castigliano


8.4.1 Enoncé

→ −→
Soit une structure soumise à N forces F1 à FN aux points d’applications P1 à PN (Fig. 8.11).
On note −

uI le déplacement du point I et ED l’énergie de déformation de la structure.

63
Résistance des matériaux - MEC005



y −

FN


x

→ −

z FI
PN
PI
P1



F1

F IG . 8.11 – Structure soumises à N forces.

La dérivée de l’énergie de déformation ED par rapport au déplacement −



uI du point PI est


égale à la force exercée en I, soit FI .

∂ED − →

→ = FI
∂ uI
ou encore
 
∂ED

 ∂uI x  
 FI x

 ∂ED   −

  = FI y  = FI
 ∂uI y 
 ∂ED  FI z
∂uI z

11
00
8.4.2 Application à un ressort

00
11
00
11
00
11
00
11
00−→u = 0
11


u2

00
11
1


00
11
Fd

F IG . 8.12 –

Soit un ressort de raideur k, libre à droite, encastré à gauche (Fig. 8.12). On applique une


force Fd à l’extrémité libre.
L’énergie de déformation vaut

1
ED = k (u2 − u1 )2
2
64
Résistance des matériaux - MEC005

En appliquant le théorème de Castigliano pour le point 1 puis pour le point 2, on obtient

∂ED
F1 = = −k (u2 − u1 ) ,
∂u1
∂ED
F2 = = k (u2 − u1 ) .
∂u1

Le déplacement u1 est connu et vaut 0 (encastrement). La force F2 au noeud 2 est connue et


vaut Fd (force appliquée). Les 2 inconnues sont F1 la force de liason à l’encastrement et u2 le
déplacement du point 2. On a donc

F1 = −k u2 ,
F d = k u2 .

De la deuxième équation on a
Fd
u2 = ,
k
soit en remplaçant dans la première équation

Fd
F1 = −k = −F d
k
ce qui donne la réaction de l’encastrement.
Le système à résoudre peut aussi s’écrire
    
k −k u1 F1
=
−k k u2 F2
| {z } | {z } | {z }
=K =q =F

qui s’écrit

Kq=F

où K est la matrice de rigidité du ressort, q est le vecteur des déplacements des extrémités du
ressort et F est le vecteur des forces aux extrémités du ressort. Ce système possède 2 inconnues
de deux types : u2 , déplacement et F1 , force.

8.4.3 Application à un calcul éléments finis


L’énergie d’une structure discrétisée s’écrit

1
ED = QT KQ
2
où K est la matrice de rigidité de la structure, Q est le vecteur des inconnues aux noeuds de la
structure et le vecteur F contient les forces aux noeuds de la structure.
Le théorème de Castigliano s’écrit pour chaque déplacement aux noeuds QI

∂ED
= FI ,
∂QI

65
Résistance des matériaux - MEC005

soit
T T
∂ED 1 ∂Q KQ 1  ∂Q ∂Q 
= = KQ + QT K
∂QI 2 ∂QI 2 ∂QI ∂QI
T T
1 ∂Q

T
∂Q T  1  ∂Q ∂QT T 
= KQ + Q K = KQ + K Q
2 ∂QI ∂QI 2 ∂QI ∂QI |{z}
=K
T
∂Q
= KQ.
∂QI

Or la dérivée de Q par rapport à QI s’écrit

QT = [ Q1 Q2 ...QI−1 QI QI+1 ...QN ]


∂QT ∂Q1 ∂Q2 ∂QI−1 ∂QI ∂QI+1 ∂QN
= [ ... ... ]
∂QI ∂QI ∂QI ∂QI ∂QI ∂QI ∂QI
|{z} |{z} | {z } |{z} | {z } | {z }
=0 =0 =0 =1 =0 =0
T
∂Q
= [ 0 0 ...0 1 0...0 ]
∂QI
Pour I donné, on a alors

∂QT
K = [ KI1 KI2 ...KII ... KIN ]
∂QI

ce qui revient à extraire la ligne I de K. Finalement pour chaque I, on a l’équation

[ KI1 KI2 ...KII ... KIN ] Q = FI .

En faisant varier I de 1 à N, on a le système suivant à résoudre

KQ=F .

Dans le système à résoudre, il y a des inconnues de déplacements et des inconnues d’efforts.


Si le déplacement est connu en un noeud (encastrement) alors l’effort est inconnu (réaction),
inversement si le déplacement est inconnu en un noeud (libre) alors l’effort est connu (force
donnée).
On décompose le vecteur des déplacements en deux parties : les déplacements libres [l]
(inconnus) et les déplacements prescrits [p] (connus). Afin de simplifier l’étude, nous prenons
le cas ou les déplacements prescrits sont des encastrements et valent donc 0
" #  
Q[l] Q[l]
Q= =
Q[p] 0

De même, on décompose le vecteur des forces généralisées


 
F [l]
F =
F [p]

où F [p] correspond aux réactions d’appuis (inconnues) et F [l] correspond aux forces appliquées
sur la structure (connues).

66
Résistance des matériaux - MEC005

Le système à résoudre s’écrit alors


    
K[ll] K[lp] Q[l] F [l]
=
KT[lp] K[pp] 0 F [p]

soient les 2 systèmes d’équations indépendants suivants


K[ll] Q[l] = F [l] ,
F [p] = KT[lp] Q[l] .

Dans la pratique, pour trouver le premier système d’équations qui permet de résoudre les
déplacements inconnus, il suffit d’enlever de K les lignes et colonnes des déplacements encas-
trés.
Un fois les déplacements calculés, on peut remplacer dans le deuxième groupe d’équations
afin de trouver les réactions aux encastrements.

8.5 Elément de barre en traction-compression


8.5.1 Energie de déformation
L’état de traction compression est caractérisé par l’opérateur des contraintes suivant :
 
σxx 0 0
σ= 0 0 0  .
0 0 0 (→ −
x ,→

y ,→

z)

Le calcul de l’énergie de déformation donné par l’équation (8.3) se réduit dans ce cas à
Z Z
1 1
ED = σ : ǫ dΩ = σxx ǫxx dΩ.
2 Ω 2 Ω
La relation de comportement est dans le cas de la traction compression
σxx = E ǫxx

où E est le module d’Young. Donc l’énergie de déformation s’écrit


Z
1
ED = E ǫ2xx dΩ.
2 Ω
La déformation ǫ est fonction du déplacement u(M) suivant −
xx
→x et vaut
du
ǫxx = .
dx
En remplaçant dans l’expression de l’énergie de déformation, on obtient
Z  du 2
1
ED = E dΩ.
2 Ω dx
L’intégrale dans Ω peut être décomposée en une intégrale dans la section à x constant puis d’une
intégrale le long de l’axe de la poutre suivant x :
Z Z Z l  2
1 du
ED = E dx dS.
2 S 0 dx

67
Résistance des matériaux - MEC005

En remarquant que ZZ
dS
S

est égal à l’aire de la section S et avec E constant, on a


Z l  du 2
1
ED = ES dx
2 0 dx

8.5.2 Matrice de rigidité en fonction des déplacements locaux


L’énergie de déformation est donnée par l’équation
Z l  du 2
1
ED = ES dx
2 0 dx

en fonction du déplacement. Cette expression fait intervenir la dérivée de u(x) par rapport à x :

du(x) dN(x)
= q
dx dx
h d x d x i
= 1− q
dx l dx l
h 1 1i
= − q,
l l
soit
du(x)
=Bq
dx
avec la matrice B qui vaut
h 1 1i
B= − .
l l
On remarque que l’on a aussi l’expression

du(x)  T
= B q = q T BT
dx
donc  du(x) 2 du(x) du(x)
= = qT BT B q.
dx dx dx
En remplaçant dans l’expression de l’énergie de déformation, on a
Z l
1
ED = ES qT BT B q dx.
2 0

En remarquant que q ne dépend pas de x, on a alors


Z l
1 T  1
ED = q ES B(x)T B(x) dx q = q T Kq
2 0 2

avec K qui est appelée matrice de rigidité et qui vaut


Z l
K = ES BT B dx. (8.2)
0

68
Résistance des matériaux - MEC005

En remplaçant B par son expression on a


 
Z 1
 −l 
l h 1 1i
K = ES  1  − dx (8.3)
0 l l
l
Z l 
ES 1 −1
= dx (8.4)
l2 0 −1 1
 
ES 1 −1
= (8.5)
l −1 1

La matrice de rigidité est donc


 
ES 1 −1
K= . (8.6)
l −1 1
ES
Cette matrice est équivalente à la matrice de rigidité d’un ressort avec une raideur k = l
.

8.5.3 Matrice de rigidité en fonction des déplacements globaux



Y
u2Y −

x
2
u2X
u1Y θ


X
1
u1X

F IG . 8.13 – Elément barre dans une base globale.

Dans leur environnement, les barres composant un treillis sont positionnées arbitrairement

→ − →
dans l’espace et font des angles différents avec le repère global de la structure ( X , Y ) (Fig.
8.13).


On note θ l’angle entre l’axe X du repère global et l’axe − →x du repère local à la barre. Le
vecteur déplacement d’un point de la barre s’écrit dans le repère local


u = u−

x.

Il s’écrit dans le repère global



→ −→ −

u = uX X + uY Y .
En projetant les deux équations précédentes sur −

x il vient

u = uX cos θ + uY sin θ.

→ − →
En notant u1X et u1Y les déplacements suivant X et Y du noeud 1 de la barre dans le repère
global, et en appliquant la formule précédente au noeud 1, on a

u1 = u1X cos θ + u1Y sin θ.

69
Résistance des matériaux - MEC005

−yθ
θ


y θ

y
w(x) −

x
0 x l

F IG . 8.14 – Elément de poutre en flexion

En utilisant les mêmes notations pour le noeud 2, on a

u2 = u2X cos θ + u2Y sin θ.

Ceci peut s’écrire sous la forme matricielle suivante


 
    u1X
u1 cos θ sin θ 0 0  u1Y 
=  
u2 0 0 cos θ sin θ  u2X 
| {z
=T
} u2Y
| {z }
=Q

soit
q = TQ
où Q est le vecteur des inconnus de déplacements aux noeuds de l’élément dans le repère global
et T est la matrice de transformation passant du repère global au repère local.
En remplaçant dans l’expression de l’énergie de déformation, on a
1 T
ED = q Kq = (TQ)T KTQ = QT |TT{z
KT} Q
2
=KGlobal

où KGlobal est une matrice 4 × 4, c’est la matrice de rigidité l’élément barre pour les inconnus
de déplacements dans le repère global. Tous calculs faits, on trouve
 
cos2 θ cos θ sin θ − cos2 θ − cos θ sin θ
ES   cos θ sin θ sin2 θ − cos θ sin θ − sin2 θ 
KGlobal = 2 2
.
L  − cos θ − cos θ sin θ cos θ cos θ sin θ 
− cos θ sin θ − sin2 θ cos θ sin θ sin2 θ

8.6 Elément de poutre en flexion


8.6.1 Description de l’élément
Soit un élément de poutre de longueur l, de section S, de module d’Young E et de mo-
ment d’inertie de section I (Fig. 8.14). Les deux extremités de la poutre sont les noeuds 1 et 2
d’abscisses respectives 0 et l.
On utilise les notations suivantes :
– w(x) : déplacement suivant − →y d’un point M d’abscisse x,

70
Résistance des matériaux - MEC005

– θ(x) : rotation de la section en M,


– w1 : déplacement suivant − →y du noeud 1,
– −

w2 : déplacement suivant y du noeud 2,
– θ1 : rotation de la section au noeud 1,
– θ2 : rotation de la section au noeud 2,
– F1 : force extérieure suivant −→
y au noeud 1,
– F2 : force extérieure suivant →−
y au noeud 2,
– M1 : moment extérieur suivant − →z au noeud 1,
– −

M2 : moment extérieur suivant z au noeud 2.

8.6.2 Energie de déformation


On fait l’hypothèse de Bernoulli, c’est à dire qu’une section initiallement plane et perpendi-
culaire à la ligne moyenne reste plane et perpendiculaire à la ligne moyenne après déformation.
On a alors la relation
dw(x)
θ(x) = = w ′ (x)
dx
car w ′(x) représente la pente de la déformée qui est assimilable à l’angle de rotation dans le
cas de petites rotations. Le déplacement d’un point situé à la cote y de la fibre neutre vaut alors
(Fig. 8.14) :


u (M) = −yθ(x)− →
x = −yw ′(x)− →
x.
La déformation axiale ǫxx associée à ce déplacement vaut
∂(−yw ′ (x))
ǫxx = = −yw ′′ (x)
∂x
et la contrainte axiale vaut
σxx = Eǫxx = −yEw ′′ (x).
L’énergie de déformation vaut alors
Z Z
1 1
ED = σ : ǫ dΩ = σxx ǫxx dΩ
2 Ω 2 Ω
qui vaut en remplaçant σxx et ǫxx par leurs valeurs et en séparant l’intégrale en une intégrale
dans la section S et une intégrale dans la direction axiale x :
Z l Z  2
1
ED = E y 2 dS w ′′(x) dx.
2 x=0 S

Or on sait que S y dS est égal à I le moment quadratique de la section autour de l’axe − →


R 2
z , on
a finalement Z l 
1 2
′′
ED = EI w (x) dx.
2 x=0

8.6.3 Interpolation du déplacement


On cherche w(x) sous la forme

w(x) = ax3 + bx2 + cx + d

donc
w ′ (x) = 3ax2 + 2bx + c

71
Résistance des matériaux - MEC005

On souhaite exprimer w(x) en fonction de w1 , w2 , θ1 et θ2 . Les conditions suivantes


w(0) = w1
w(l) = w2
w ′ (0) = θ1
w ′(l) = θ2

donnent le système suivant


d = w1
3 2
al + bl + cl + d = w2
c = θ1
2
3al + 2bl + c = θ2

qui est un système de 4 équations à 4 inconnues et qui a pour solution


1 1
a= 3
(2w1 − 2w2 ) + 2 (θ1 + θ2 )
l l
3 1
b = 3 (w2 − w1 ) − (2θ1 + θ2 )
l l
c = θ1
d = w1 .
On peut finalement écrire w(x) en fonction de w1 , w2 , θ1 et θ2 comme
w(x) = N1 (x)w1 + N2 (x)θ1 + N3 (x)w2 + N4 (x)θ2

avec
2 3 3 2
N1 (x) = x − 2 x + 1,
l3 l
1 3 2 2
N2 (x) = 2 x − x + x,
l l
2 3 3 2
N3 (x) = − 3 x + 2 x ,
l l
1 3 1 2
N4 (x) = 2 x − x .
l l
On peut aussi noter
w(x) = N(x)q = q T N(x)T
avec
N(x) = [ N1 (x) N2 (x) N3 (x) N4 (x) ]
qui est la matrice des fonctions de forme et
 
w1
 θ1 
q= 
 w2 
θ2
qui est le vecteur des inconnues aux noeuds de l’élément.

72
Résistance des matériaux - MEC005

8.6.4 Matrice de rigidité


On utilise l’expression de l’énergie de déformation en fonction de w ′′ (x) pour calculer la
matrice de rigidité. On a besoin dans un premier temps de calculer w ′′ (x) :

d2 (N(x)q) d2 N(x)
w ′′ (x) = = q = N′′ (x)q = q T N′′ (x)T .
dx2 dx2

Ce terme est calculable puisque l’on connait N(x) en fonction de x. On a

N′′ (x) = [ N1′′ (x) N2′′ (x) N3′′ (x) N4′′ (x) ]

avec
2 3 6 
N1′′ (x) = − + 2x ,
l l l
2  3 
N2′′ (x) = −2+ x ,
l l

2 3 6 
N3′′ (x) = − 2x ,
l l l
2  3 
N4′′ (x) = −1+ x .
l l

Pour calculer la matrice de rigidité, il faut maintenant remplacer w ′′ (x) dans l’expression de
l’énergie de déformation. On obtient dans un premier temps
 2
w ′′ (x) = w ′′(x)w ′′ (x) = q T N′′ (x)T N′′ (x)q (8.7)

et en remplaçant dans l’énergie de déformation, on a


Z l Z l
1 1
ED = EI q N (x) N (x)q dx = q T EI
T ′′ T ′′
N′′ (x)T N′′ (x) dx q.
2 x=0 2 x=0
| {z }
matrice de rigidité

Finalement, en posant K la matrice de rigidité,


Z l
K = EI N′′ (x)T N′′ (x) dx,
x=0

l’énergie de déformation devient


1
ED = q T Kq.
2
La matrice de rigidité de l’élément poutre de flexion est une matrice 4 ×4. Elle vaut après calcul
des intégrales
 
6 3l −6 3l
2EI  3l 2l2 −3l l2 
K= 3  
l  −6 −3l 6 −3l 
3l l2 −3l 2l2

73
Résistance des matériaux - MEC005

8.7 Stratégie de calcul par éléments finis

8.7.1 Déroulement d’un calcul par éléments finis


Lors d’un calcul par éléments finis d’une structure, on peut identifier 5 grandes étapes :

Création du modèle géométrique


– Création d’un modèle numérique de la géométrie de la pièce
– Utilisation d’un logiciel de Conception Assistée par Ordinatieur
(CAO) (CATIA, SolidWorks, ...)

Création du maillage
– Découpage de la pièce en éléments finis connectés à des noeuds
– Utilisation d’un mailleur (Gmesh, Patran...)

Préparation du calcul
– Choix des types d’éléments
– Déclaration des matériaux, des encastrements, des forces extérieures
– Utilisation d’un pré-processeur (Patran, ...)

Calcul
– Calcul de la matrice de rigidité de la structure K
– Calcul du vecteur des forces extérieures F
– Résolution du système
KQ = F
– Utilisation d’un code de calcul (Nastran, Abaqus, Ls-Dyna, Marc,
Feap, ...)

Exploitation des résultats


– Calcul des contraintes et des déformations
– Affichage et impression des grandeurs d’intéret
– Utilisation d’un post-processeur (Patran, ...)

Les noms des logiciels sont donnés à titres indicatifs pour chaque étape. En effet, les fabri-
quants de logiciels étoffent leurs programmes afin qu’ils puissent faire un maximum de tâches.
Typiquement, de plus en plus d’outils de CAO possèdent désormais un mailleur, un code de
calcul et des outils de visualisation des résultats. De mème, les codes de calculs offrent souvent
la possibilité de créer des géométries, de mailler et d’afficher des résultats.
Cependant pour des calculs compliqués (simulation du crash d’un avion sur un réacteur de
centrale nucléaire par exemple...) il vaut mieux utiliser le bon outil dédié à chaque étape : la
difficulté suplémentaire est alors de faire dialoguer les logiciels entre eux.

74
Résistance des matériaux - MEC005

Table de connectivité Element II :


I 1 4 2  
0 0 0 0 1 0
II 5 2 4
3 6 βII =  0 1 0 0 0 0 
III 2 5 3
IV   0 0 0 1 0 0
IV 6 3 5 q1
2 III 5
   q2 
q5 
 q3 

II qII =  q2  Q=  qII = βII Q
 q4 
1 I 4 q 4

 q5 

q6
F IG . 8.15 – Exemple d’utilisation de la matrice de localisation pour l’assemblage.

8.7.2 Construction de la matrice de rigidité


Pour chaque élément, on calcule sa matrice de rigidité Ke . La matrice de rigidité est associée
au vecteur des inconnues de déplacements de l’élément Qe . Ces déplacements doivent être écrits
dans une base globale à la structure, une transformation peut être nécessaire pour les éléments
barre (paragraphe 8.5), poutre, plaque et coque.
L’énergie de déformation ED de la structure se calcule comme une somme sur les éléments :
X X1
ED = EDe = QeT Ke Qe = QT K Q ,
e e
2

Cette opération est appellée assemblage. On peut utiliser une matrice de localisation β e pour
chaque élément e qui permet d’extraire Qe de Q :

Qe = β e Q .

En remplaçant l’expression de l’énergie de déformation, on a


X1 1 T  X eT e e 1
ED = QT β e T Keg β e Q = Q β Kg β Q = QT KQ .
e
2 2 e
2

La matrice de localisation est une matrice contenant des 0 et des 1 placés aux degrés de liberté
de l’élément e (voir exemple fig. 8.15).

8.7.3 Résolution du problème


Le théorème de Castigliano appliqué dans le cas où l’énergie de déformation s’écrit sous la
forme 12 QT KQ, et en notant F le vecteur des forces extérieures aux noeuds, revient à résoudre
le système d’équations :
KQ=F .

En décomposant le vecteur des déplacements en deux parties, les déplacements libres [l] (incon-
nus) et les déplacements prescrits [p] (connus) et en supposant que les déplacements prescrits
sont des encastrements, le système à résoudre est (paragraphe 8.4.3) :

K[ll] Q[l] = F [l] .

75
Résistance des matériaux - MEC005

8.7.4 Exploitation des résultats


Une fois la solution en déplacement trouvée (notée Qsol ), on peut calculer les efforts de
réactions aux encastrements par

F [p] = KT[lp] Qsol


[l]
.

On peut aussi demander le calcul des contraintes et des déformations dans les éléments.

76
Chapitre 9

Moyens expérimentaux de mesure des


contraintes

9.1 Jauges de déformation


9.1.1 Principe
Le principe utilisé par les jauges de déformation est que la résistance électrique de certains
fils varie lorsqu’ils sont étirés (fig. 9.1). La jauge est collée à la surface de la pièce, la déforma-
tion de la pièce est alors reliée directement à la variation de résistance électrique de la jauge.
En notant R et L la résistance électrique nominale et la longueur initiale, et ∆R et ∆L leurs
variations, on a la relation suivante :
∆R ∆L
=k = kǫ
R L
où k est le facteur de jauge et ǫ est la l’allongement unitaire dans la direction de la jauge.

9.1.2 Pont de Wheatstone


Le pont de Wheatstone est un montage de quatre résistances pour lequel on impose la tension
d’entrée V et on mesure la tension de sortie S (Fig. 9.2) :

Va = Ra i1 ; Vb = Rb i2 ; Vc = Rc i2 ; Vd = Rd i1 V = Req i

avec
1 1 1
= + .
Req Ra + Rd Rb + Rc

avant déformation

allongement du fil
aprés déformation ∆L

F IG . 9.1 – Jauge de déformation.

77
Résistance des matériaux - MEC005

Va
i1 i
Ra

Vd Rd S Rb Vb
V
i1 i2
i2 Rc
i

Vc

F IG . 9.2 – Pont de Wheatstone.


  V
 i = i1 + i2  Req = i1 + i2 (1)
S = Va − Vb ⇔ S = Ra i1 − Rb i2 (2)
 
S = Vc − Vd S = Rc i2 − Rd i1 (3)

V
(1) ⇔ i1 = − i2
Req
En remplaçant dans (2) :
 V  Ra
S = Ra − i2 − Rb i2 = V − (Ra + Rb )i2
Req Req
R  1
a
⇒ i2 = V −S
Req Ra + Rb
En remplaçant dans (3) :
Rc  Ra  V Rd  Ra 
S= V − S − Rd + V −S
Ra + Rb Req Req Ra + Rb Req
 Rc Rd  V  Ra Rc Ra Rd 
S 1+ + = − Rd +
Ra + Rb Ra + Rb Req Ra + Rb Ra + Rb
Ra + Rb + Rc + Rd Ra + Rb + Rc + Rd Ra Rc + Ra Rd − Ra Rd − Rb Rd 

S =V
Ra + Rb (Ra + Rd )(Rb + Rc ) Ra + Rb
Finalement
Ra Rc − Rb Rd
S=V
(Ra + Rd )(Rb + Rc )
Le pont est dit équilibré si S = 0, c’est à dire si Ra Rc = Rb Rd ou encore si
Ra Rb
= .
Rd Rc
On suppose le pont équilibré et on cherche quelle est la variation de tension de sortie ∆S
quand les résistances varient respectivement de ∆Ra , ∆Rb , ∆Rc et ∆Rd . On sait que au premier
ordre on a
∂S ∂S ∂S ∂S
∆S = ∆Ra + ∆Rb + ∆Rc + ∆Rd .
∂Ra ∂Rb ∂Rc ∂Rd

78
Résistance des matériaux - MEC005

Le calcul des dérivés donne


∂S  −Rb −Rb − Rc 
=V + (Ra Rc − Rb Rd )
∂Rd (Ra + Rd )(Rb + Rc ) (Ra + Rd )2 (Rb + Rc )2

mais comme le pont est équilibré, on a Ra Rc − Rb Rd = 0 ce qui donne


∂S  −Rb 
=V .
∂Rd (Ra + Rd )(Rb + Rc )

De même  
∂S Rc
=V ,
∂Ra (Ra + Rd )(Rb + Rc )
∂S  −Rd 
=V ,
∂Rb (Ra + Rd )(Rb + Rc )
∂S  Ra 
=V .
∂Rc (Ra + Rd )(Rb + Rc )
Finalement
V  
∆S = − Rb ∆Rd + Rc ∆Ra − Rd ∆Rb + Ra ∆Rc .
(Ra + Rd )(Rb + Rc )

Pour simplifier les calculs dans la suite, on prend les mêmes résistances nominales pour les
quatres résistances :
R = Ra = Rb = Rc = Rd .
Ceci se justifie car les jauges branchées sur le pont de wheatstone sont généralement les mêmes.
La valeur de ∆S se simplifie
V  ∆Rd ∆Ra ∆Rb ∆Rc 
∆S = − + − + .
4 R R R R
En remarquant que
∆Ra ∆Rb ∆Rc ∆Rd
= kǫa ; = kǫb ; = kǫc ; = kǫd ;
R R R R
où k est le facteur de jauge, il vient
V  
∆S = k − ǫd + ǫa − ǫb + ǫc ,
4
ou encore
4∆S
= ǫa − ǫb + ǫc − ǫd .
kV

9.1.3 Utilisation du boitier


Le boitier utilisé permet de faire le montage du pont de Wheatstone et d’afficher sur l’écran
la grandeur caractéristique de la variation de tension (Fig. 9.3). Dans le cas où moins de 4
jauges sont utilisées, il est possible de les remplacer par des résistances présentes dans le boitier
et ayant des valeurs de résistance nominales équivalentes aux jauges branchées. Après branche-
ment des jauges, il faut indiquer le facteur de jauge k et équilibrer le pont. Le boitier impose
une tension V de 2 Volts.

79
Résistance des matériaux - MEC005

équilibrage du pont

réglage du facteur de jauge

F IG . 9.3 – Boitier contenant le montage en pont de Wheatstone.

b
a
d
c

F IG . 9.4 – Exemple de montage en pont complet : essai de traction.

La mesure affiche sur l’écran la valeur A


4∆S 6
A= .10
kV
soit aussi
A = (ǫa − ǫb + ǫc − ǫd ).106 .
Le facteur d’affiche 106 est due au fait que les déformations sont souvent comprises entre 10−6
et 10−3 .

9.1.4 Différents montages


Exemple d’un pont complet
Les 4 jauges sont actives. En équipant judicieusement une éprouvette de traction de 4 jauges
montées en pont complet (Fig. 9.4), on peut corriger les effets suivants :
– dilatation due à la température,
– flexion parasite.
On note ǫt la déformation due à la traction, ǫf la déformation due à la flexion sur la face
supérieure et −ǫf sur la face inférieure, enfin ǫd est la déformation due à la dilatation.
La disposition des jauges est la suivante :
– a : face supérieure, direction de traction → ǫa = ǫt + ǫf + ǫd
– b : face supérieure, direction transversale → ǫb = −νǫt + ǫd
– c : face inférieure, direction de traction → ǫc = ǫt − ǫf + ǫd
– d : face inférieure, direction transversale → ǫd = −νǫt + ǫd
l’affichage indique alors
4∆S 6
A= .10 = ǫa − ǫb + ǫc − ǫd = 2(1 + ν)ǫt
kV
80
Résistance des matériaux - MEC005

F IG . 9.5 – Exemple de montage en demi-pont : essai de flexion.

si k est le facteur de jauge. Si l’on souhaite que l’affichage donne ǫt , il suffit de multiplier k par
k ′ de façon à avoir :
4∆S 2(1 + ν)
A = ′ .106 = ǫt = ǫt
kk V k′
c’est à dire k ′ = 2(1 + ν). Le réglage du facteur de jauge sur le boitier est alors 2k(1 + ν).

Exemple d’un demi-pont

Seulement 2 jauges sont actives. En équipant judicieusement une éprouvette de flexion de 2


jauges montées en demi-pont (fig. 9.5), on peut corriger les effets suivants :
– dilatation due à la température,
– traction parasite.
On note ǫt la déformation due à la traction, ǫf la déformation due à la flexion sur la face
supérieure et −ǫf sur la face inférieure, enfin ǫd est la déformation due à la dilatation.
La disposition des jauges est la suivante :
– a : face supérieure, direction axiale → ǫa = ǫt + ǫf + ǫd
– b : face inférieure, direction axiale → ǫb = ǫt − ǫf + ǫd
l’affichage indique alors

4∆S 6
A= .10 = ǫa − ǫb = 2ǫf
kV
si k est le facteur de jauge. Si l’on souhaite que l’affichage donne ǫf , il suffit de multiplier k par
k ′ de façon à avoir :
4∆S 2
A = ′ .106 = ′ ǫf = ǫf
kk V k
c’est à dire k ′ = 2. Le réglage du facteur de jauge sur le boitier est alors 2k.

Quart de pont

Une seule jauge est active. Les 3 autres résistance doivent avoir les mêmes valeurs nominales
de résistance que la jauge. Si seule la jauge a est active, l’affichage indique

4∆S 6
A= .10 = ǫa .106
kV
L’affichage donne directement l’allongement unitaire de la jauge a en µm/m si k est le facteur
de jauge. L’utilisation d’une seule jauge ne permet pas de corriger les effets parasites comme
l’influence des variations de température.

81
Résistance des matériaux - MEC005

F IG . 9.6 – Capteur de force d’une balance de cuisine.

9.1.5 Capteurs à jauges


En vue de mesurer des grandeurs physiques (forces, accélérations, pressions ...), il est pos-
sible de les faire agir sur un corps d’épreuve dont les déformations sont proportionnelles à la
grandeur mesurée. La figure 9.6 montre un capteur de force utilisé dans une balance de cuisine.
Ce type de capteur est précis, fidèle et permet une certaine souplesse d’emploi. On trouve
ces capteurs dans des applications comme la pesée, la mesure de pression, la mesure de force, la
mesure de couple. Les domaines d’applications sont vastes (automobile, médical, instruments
de mesures...).
Suivant les applications, les montages en quart de pont, demi-pont ou pont complet peuvent
être utilisés.

9.2 Photoélasticité
9.2.1 Principes
La photoélasticité permet d’étudier les contraintes dans des pièces planes en polymère trans-
parent par un système optique. La photo 9.7 présente le dispositif disponible au Cnam.

Définition électromagnétique de la lumière


Les phénomènes lumineux peuvent, selon la théorie électromagnétique, être considérés
comme liés à la propagation simultanée d’un champ électrique E et d’un champ magnétique
H, constamment perpendiculaires entre eux ainsi qu’à la direction de propagation, et dont les
valeurs sont des fonctions sinusoïdales du temps.

Lumière polarisée
Un filtre polarisant possède la propriété de ne laisser passer qu’une composante du champ
parallèle à une direction fixe dite axe de polarisation. Deux filtres polarisants successifs à axes
parallèles laissent passer la lumière ; s’ils ont croisés, c’est à dire à axes perpendiculaires, ils ne
laissent pas passer la lumière, le faisceau polarisé par le premier ayant une composante nulle
suivant l’axe du second (Fig. 9.8).

Biréfringence accidentelle
Une lumière plane se présentant suivant une direction de polarisation quelconque par rap-

→ −

port aux axes d’un corps biréfringent se décompose en deux composantes parallèles b 1 et b 2

82
Résistance des matériaux - MEC005

F IG . 9.7 – Dispositif de photoélasticité

à ces axes (Fig. 9.9), chacune d’entre elles se comportant comme une onde plane autonome
progressant à une vitesse propre à sa direction.
La plupart des corps transparents isotropes deviennent biréfringents lorsqu’ils sont soumis
à des contraintes ; cette biréfringence accidentelle est telle que les axes de biréfringence coinci-
dent avec les directions principales des contraintes.
En plaçant le milieu biréfringent entre deux polariseurs croisés (Fig. 9.9), on observe alors
une extinction de lumière lorsque les axes de biréfringence sont parallèles aux axes des polari-
seurs : ce sont les isoclines.
De plus, chaque onde se propageant dans le milieu biréfringent suivant chacune des direc-

→ −

tions de biréfrince b 1 et b 2 se propage avec une vitesse différente (Fig. 9.10). L’onde suivant

→ −

b 1 se propage à la vitesse c1 et celle suivant b 2 se propage à la vitesse c2 . Les longueurs d’onde
λ1 et λ2 des deux ondes sont différentes dans le milieu biréfringent, mais sont identiques dans
l’air après la traversée du milieu. Ce retard induit une extinction de la lumière telle que (loi de
Maxwell) :
λ
σ1 − σ2 = N
ce
où σ1 et σ2 sont les contraintes principales, N est l’ordre de frange, λ est la longueur d’onde, c
est la vitesse de la lumière et e est l’épaisseur du milieu biréfringent.
Le lieu des points où la lumière est éteinte due au retard sont les isochromatiques. L’ordre
de frange N est la composante de la lumière éteinte en lumière blanche. Il y a extinction totale
en lumière monochromatique. L’observation des couleurs permet de déterminer N.

Ordre N couleur visible


1 passage rouge-bleu
2 passage rouge-vert
n passage rouge-vert

Dans la pratique, l’effet des isoclines perturbe l’observation des isochromatiques. On ajoute

83
Résistance des matériaux - MEC005

polariseur 1 polariseur 2
lumière Sortie :
lumière quelconque polarisée − lumière
→ → polarisée
− −


→ direction d 1 −
→ car d 1 k d 2
d1 d2

polariseur 1 polariseur 2
lumière Sortie :
lumière quelconque polarisée − extinction
→ −
→ −
→ − →

→ direction d 1 d2 car d 1 ⊥ d 2
d1

F IG . 9.8 – Filtres polarisants.

polariseur 1 milieu biréfringent polariseur 2 Sortie :


lumière quelconque lumière polarisée


y −
→ −


→ −
→ b2 −
→ d2
x d1 b1 β


z

polariseur 1 milieu biréfringent polariseur 2 Sortie :


lumière quelconque extinction



→ −
→ b 1 est

→ b2 −
→ d2 direction principale
d1 b1

F IG . 9.9 – Phénomène de biréfringence accidentelle.

84
Résistance des matériaux - MEC005


effet de la traversée de la lame dans la direction b 1
lumière dans le vide
Milieu
biréfringent

retard



effet de la traversée de la lame dans la direction b 2

F IG . 9.10 – Différence de phase entre les deux ondes qui sortent du milieu biréfringent.

alors dans le montage deux lames quart-d’onde pour faire disparaitre les isoclines (l’explication
du fonctionnement des lames quart-d’onde n’est pas donnée ici).

9.2.2 Mise en équation




En sortie du polariseur 1 le vecteur lumineux est parallèle à d 1 = −

x :


→ 2π  z
L =a−

x sin t− .
T c

→ − →
Le vecteur −

x se décompose suivant b1 et b2 comme :

→ −
→ −

x = cos β b1 − sin β b2 .

Donc le vecteur lumière se présentant à l’entrée du milieu biréfringent vaut :



→ −
→ 2π  z −
→ 2π  z
L = a cos β b1 sin t− − a sin β b2 sin t− .
T c T c
Pendant la traversée du milieu biréfringent d’épaisseur e, la lumière se propage à la vitesse c1

→ −

suivant b1 et c2 suivant b2 . Les temps de traversée suivant chaque direction valent :
e e
t1 = et t2 = .
c1 c2
Le retard par rapport au temps qu’aurait mis chaque onde pour traverser le mileu est :
e e c 
δ1 = c(t1 − tvide ) = c − =e −1
c1 c c1
et c 
δ2 = c(t2 − tvide ) = e −1 .
c2
On appelle n1 et n2 les indices du milieu biréfringent tels que :
c c
n1 = et n2 = .
c1 c2

85
Résistance des matériaux - MEC005

Les retards δ1 et δ2 deviennent alors :

δ1 = e (n1 − 1) et δ2 = e (n2 − 1).

A la sortie du milieu biréfringent, le vecteur lumière a pour expression :



→ −
→ 2π  z δ1  −
→ 2π  z δ2 
L = a cos β b1 sin t− − − a sin β b2 sin t− − ,
T c c T c c
soit :

→ −
→ 2π  z + (n1 − 1)e  −
→ 2π  z + (n2 − 1)e 
L = a cos β b1 sin t− − a sin β b2 sin t− .
T c T c
En effectuant le changement de variable :

z ′ = z + (n1 − 1)e

on peut écrire :

z + (n2 − 1)e = z + (n1 − 1)e + (n2 − 1)e − (n1 − 1)e = z ′ + (n2 − n1 )e = z ′ − δ

avec δ = e(n1 − n2 ) qui est le retard entre les deux composantes du vecteur lumière à la sortie
du milieu biréfringent. En remplacant dans l’expression du vecteur lumière, son expression
devient :

→ −
→ 2π  z′  −
→ 2π  z′ − δ 
L = a cos β b1 sin t− − a sin β b2 sin t−
T c T c
L’analyseur (ou polariseur 2) a pour direction de polarisation −

y . Le vecteur lumière à la sortie
de l’analyseur vaut :

→ 2π  z′  2π  z′ − δ 
L = a cos β sin β −

y sin t− − a sin β cos β −

y sin t−
T c T c
car

→− −
→→
b1 .→
y = sin β et b2 .−
y = cos β
En simplifiant, on a :

→ − →
h 2π  z′  2π  z ′ − δ i
L = y a cos β sin β sin t− − sin t−
T c T c
avec :
p+q p−q
sin p − sin q = 2 cos sin
2 2
on a :
−→ −
→ 2π  z′ δ 2π  δ 
L = − y a sin 2β cos t− + sin
T c 2c T 2c
L’amplitude de sortie du vecteur lumière vaut :
πδ
A = a sin 2β sin
Tc
En introduisant la longueur d’onde λ = c T , on a :
πδ
A = a sin 2β sin
λ
86
Résistance des matériaux - MEC005

Cette amplitude vaut zéro dans deux cas différents :

πδ
sin 2β = 0 ou sin = 0.
λ
Le premier cas sin 2β = 0 correspond aux isoclines, en effet ceci est équivalent à β = 0 ou
β = π2 .
Le deuxième cas correspond aux isochromatiques :

πδ πδ
sin =0⇔ = Nπ ⇔ δ = λN
λ λ
or la loi de Maxwell étant :
n1 − n2 = c(σ1 − σ2 )
et δ = (n1 − n2 )e, on a :
λN
σ1 − σ2 =
ce
Dans le cas d’une lumière monchromatique, on observe une extinction de lumière (bande
noire). Dans le cas d’une lumière blanche, seule la radiation correspondante à

c e (σ1 − σ2 )
=N
λ
est éteinte.

9.2.3 Réseaux de courbes caractéristiques


Isoclines
Lieu des points du plan ou les contraintes principales ont une direction constante, chaque
isocline est accompagnée d’une cote donnant cette orientation.

Exemple d’application :
Sur l’isocline dessinée pour l’angle 30o , les directions principales des contraintes pour tous
les points de cette isocline sont 30o et 30 + 90 = 120o.

Isochromatiques
Lieu des points du plan pour lesquels la différence des contraintes principales est constante,
proportionnelle à N : σ1 − σ2 = kN.

Exemple d’application :
On étudie une pièce rectangulaire trouée en son milieu, sur laquelle on applique un effort de
traction (fig. 9.11). On peut considérer que loin du trou, l’état de contrainte est celui d’une pièce
en traction. Cela entraine que σ2 = 0 et donc par conséquent σ1 = kN. Si de plus, on place
le premier passage rouge-bleu (N = 1) dans cette partie de la pièce, alors σ1 = k, ou encore
k = σ ∞ où σ ∞ est la contrainte de traction appliquée loin du trou.
Le long du trou, au point A, les directions principales des contraintes sont − →x et −
→y . La
contrainte principale σyy est nulle car aucun effort extérieur n’est appliqué en ce point. On a
donc en ce point :
σxx = kN = Nσ ∞

87
Résistance des matériaux - MEC005



y Isochromatique N=1

A


x σ∞

loin du trou, la pièce est en état de traction

F IG . 9.11 – Plaque trouée en "traction".

En connaissant le numéro de l’isochromatique passant par ce point, on connait N, et par consé-


quent la valeur de σxx . Si le point A est situé entre les isochromatiques 4 et 5, on en déduit
que
4σ ∞ < σxx < 5σ ∞
ou encore
σxx
4< < 5.
σ∞
Le coefficient de concentration de contraintes à cause de la présence du trou est compris entre
4 et 5.

Isostatiques
Les isostatiques sont les courbes donnant en chaque point du plan, par leur tangente et
leur normale en ce point, la direction des contraintes principales. Ce réseau peut se construire
graphiquement à partir du réseau des isoclines. La méthodologie est la suivante (Fig. 9.12) :
– fixer le tracé des isoclines sous une feuille de papier calque,
– tracer le contour de la pièce étudiée,
– placer une feuille de papier avec un quadrillage sous l’ensemble précédent,
– orienter le quadrillage pour qu’il soit parallèle à la direction 0o (tous les points de l’iso-
cline 0o ont donc pour directions principales les axes du quadrillage),
– tracer le long de l’isocline 0o des petites croix parallèles et perpendiculaires au quadrillage
(par exemple avec un intervalle de 1 cm entre deux croix),
– orienter le quadrillage pour qu’il soit parallèle à la direction 15o ,
– tracer le long de l’isocline 15o des petites croix parallèles et perpendiculaires au qua-
drillage,
– recommencer ces opérations pour les directions 30o , 45o, 60o et 75o ,
– enlever le tracé des isoclines de façon à avoir seulement les croix et le contour de la pièce,
– placer une nouvelle feuille de papier calque sur les croix pour pouvoir effacer les isosta-
tiques sans effacer les croix,
– tracer les isostatiques en suivant les trois règles :
– les isostatiques sont tangentes aux croix,
– les isostatiques sont parallèles et perpendiculaires entre elles,
– le bord de la pièce est une isostatique,
– garder seulement le tracé des isostatiques et vérifier que les trois règles sont respectées.

88
Résistance des matériaux - MEC005

isoclines

croix

tracé des isostatiques

isostatiques

F IG . 9.12 – Etapes de construction des isostatiques.

89