Vous êtes sur la page 1sur 62

Sommaire

Thèse&professionnelle&
Audit&des&immobilisations&corporelles&
Cas&d’une&entreprise&du&secteur&hôtelier&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&
avec&application&de&la&norme&IAS16&
&

Réalisé&par&:&Ibrahim&ZOUBIR&&&
Encadré&par&:&Amine&MOUNIR&
&
&
&
Finance,&Audit&&&Contrôle&

Année%universitaire%201312014%%
%
Avant%propos%
«

Dans le cadre du programme grande école de chaque étudiant, les recherches portant
sur des sujets d’entreprise s’avèrent d’une importance primordiale. C’est la raison pour
laquelle l’ESCA, école de management, ayant la volonté de dispenser un enseignement des
plus complets, a inclus dans son cursus de formation des stages en entreprise à effectuer lors
de chaque année d’études. Ces stages ciblent bon nombre d’objectifs à savoir :
! La familiarisation de l’étudiant avec le monde du travail;
! La connaissance du processus et des méthodes de travail de l’entreprise ;
! La mise en pratique des connaissances théoriques dans les disciplines de gestion.

Durant la 5ème année, nous étudiants de l’ESCA, sommes tenus d’effectuer un stage en
entreprise en vue de rédiger le mémoire de fin d’études. Cet épreuve est obligatoire pour
l’obtention du diplôme et a pour but de:
! Evaluer notre capacité à maitriser un sujet ;
! Mesurer nos compétences à communiquer et argumenter notre point de vue ;
! Vérifier notre appropriation des outils et techniques de gestion dispensées lors de notre
formation et en rapport avec notre filière.

Mon choix s’est ainsi porté sur le cabinet d’audit « Deloitte Audit », qui est sans doute
un cabinet des plus renommés sur la place, où j’ai pu effectuer un stage enrichissant et très
formateur, qui m’a permis d’appréhender l’activité de plusieurs entreprises, de travailler en
équipe sur des missions délicates et de respecter les délais qui m’ont été accordés. Je vous
présente ainsi ce rapport, fruit de mon stage, tout en espérant qu’il répondra à vos attentes.

2
Remerciement%

Je tiens tout d’abord à présenter mes sincères remerciements à ma mère qui, sans ses
sacrifices, je ne serais probablement pas arrivé à ce que je suis maintenant. Par la même
occasion, je remercie Mme. A. Meniar de m’avoir prie sous son aile.

J’exprime également ma profonde gratitude envers M. Mohamed El Abid Amrani


pour son amabilité, son soutien permanent, sa disponibilité et son apport généreux tout au
long de mon stage.
A mon encadrant M. Amine Mounir: Merci pour le temps et les conseils que vous
m’aviez accordé tout au long de cette période.

A tous les membres de Deloitte Maroc :


! Je tiens à vous exprimer mes plus vifs remerciements pour votre amabilité, ainsi que
l’ambiance agréable qui régnait tout au long de mon stage.
! Mes remerciements s’adressent plus particulièrement aux membres du département
Audit qui m’ont guidé dans mon travail en m’accordant un temps précieux.

Je souhaite également remercier tous mes enseignants, depuis mon école primaire
jusqu’à l’ESCA.

Je marque spécialement ma profonde gratitude à l’ensemble du corps administratif et


professoral de l’ESCA, école de management, pour l’encadrement et la formation et pour
m’avoir offert la chance d’entreprendre des expériences aussi enrichissantes.

Dans l'impossibilité de citer tout le monde, mes sincères remerciements vont à tous
ceux et celles, qui de près ou de loin, ont permis par leurs conseils et leurs compétences la
réalisation de ce mémoire.

Je dédie ce travail à mon défunt père.

3
Introduction%
L’information comptable est d’intérêt collectif, puisqu’elle sert à gérer les entreprises
et donc à assurer leur pérennité, et elle est destinée également à des tiers, investisseurs,
personnel, état, actionnaires. C’est pourquoi la garantie que constitue l’opinion émise par un
auditeur indépendant est essentielle.

L’image fidèle, la sincérité et la réalité des états financiers sont des objectifs que
toute entreprise doit s'assigner à atteindre en vue d'obtenir des informations fiables et
transparentes pouvant servir de bases pour toute étude ou analyse. La réalisation de ces
objectifs passe nécessairement par un audit financier et comptable complet de l'entreprise.

Ainsi, j’ai souhaité, à travers cette thèse m’interroger sur les risques et les erreurs que
confronte une entreprise en inscrivant des immobilisations dans son patrimoine (mauvaise
évaluation, faux classement, taux de dépréciation inapproprié...). Plus précisément, j’ai voulu
déterminer comment un auditeur peut contrôler les immobilisations inscrites dans le
patrimoine de l’entreprise et ce par rapport au cadre réglementaire marocain ou international.

Le présent document portera sur :

! Les immobilisations corporelles, leur comptabilisation, et le cadre règlementaire


marocain et international,
! L'aspect général d'une mission d'audit avec ses différentes étapes,
! L'aspect particulier de l'audit de la section immobilisations en mettant l'accent sur
leurs spécificités en tant qu'élément d'actif et sur les objectifs et les principes du
contrôle interne et du contrôle des comptes qui leurs sont relatifs.

Je traiterai par la suite le cas d’un groupe hôtelier où la gestion des immobilisations
corporelles est déterminante du fait que les bâtiments et leurs aménagements sont l'essence
même de son activité.

A partir de ces analyses, des disfonctionnements ont été constatés lesquels peuvent
avoir une incidence significative sur l'évaluation des biens et du patrimoine de l'entreprise.
Des recommandations ont été émises pour pouvoir y pallier de manière concrète et effective.

Finalement, j’ai essayé de démontrer l’impact de l’application de la norme IAS 16


concernant les immobilisations corporelles sur les charges d’un hôtel appartenant au
groupe.

4
Sommaire

Présentation du cabinet Deloitte Touch Tohmatsu.

Partie I : Démarche de l’audit des immobilisations corporelles.

A- Contrôle interne: Objectifs et principes.

1- Documenter et évaluer les flux, les processus et les contrôles.


2- Tester et documenter le contrôle du pilotage du cycle.
3- Evaluation du contrôle interne.

B- Contrôle des comptes: Objectifs et Principes

1- L’examen du fichier détaillé des immobilisations.


2- Validation les immobilisations et les amortissements.

Partie II : Etude d’un cas pratique

A- Prise de connaissance et Appréciation du CI

1- Présentation et Prise de connaissance du groupe


2- Appréciation du contrôle interne

B- Audit Financier et application de la norme IAS 16

1- Audit financier des immobilisations corporelles


2- Mise en place de la norme IAS 16

Conclusion

Bibliographie

Annexes

5
%

Présentation%du%cabinet%Deloitte%Touch%Tohmatsu.%

Deloitte est l'un des quatre grands cabinets d'audit et de conseil (Big Four) en même
temps que PwC (PriceWaterhouse Coopers, EY (Ernst & Young) et KPMG, nés des
groupement successives des cabinets anglo-saxons historiques du secteur. installé depuis 1994
à Casablanca, Deloitte compte dans son portefeuille de très grands clients.

Commissaire aux comptes auprès de plusieurs entreprises marocaines de renommées


nationales, le bureau à Casablanca a développé, en plus de ces autres activités celle du
Consulting qui luit sur tous les pays du cluster Afrique francophone.

Deloitte Touche Tohmatsu Limited est l’organisme privé de services professionnels, le


plus important dans le monde.

Le cabinet Deloitte est le fruit de la de Deloitte Haskins & Sells et Touche Ross
international, en 1989. Le premier est créé en 1845 par William Deloitte à Londres qui
s’associe, en suite, en 1925 à Charles Haskins et E. Sells.

La diversité des missions et des clients, le dynamisme et les relations de confiance


sont parmi les caractéristiques les plus attrayantes de la firme.

Deloitte est le leader pour l’audit de :

! Secteur financier: Attijariwafa Bank, BCP, CDG, CIH, Al Barid Bank.


! Assurance: Wafa Assurance, SCR, Atlanta, Sanad, CIMR, CMIM, CAR.
! Hôtellerie: Accor/Risma, Atlas Hospitality, Farah.
! Mines: OCP, Managem, SMI, CMT.
! Aviation : RAM, RAL, Air Arabia.
! Immobilier: CGI, Addoha, Alliances.

Les métiers du cabinet s’articulent principalement autour de l’accompagnement des


organisations durant leur évolution, en les aidant à honorer leurs obligations légales ainsi que
faire face aux enjeux financiers, organisationnels et technologiques qui jalonnent leur

6
parcours. Pour ce faire, l’Audit est organisé autour d’expertises techniques et de savoir-faire
variés :

! Audit légal et contractuel


! Investigation & Consolidation
! IAS/IFRS
! Asset Management

7
Partie I

Démarche de l’audit des immobilisations


corporelles.

8
A- CONTRÔLE INTERNE: Objectifs et principes

Le contrôle interne du module immobilisation se fait essentiellement en deux étapes :


Tout d’abord, documenter et évaluer les flux de transaction, les processus et les contrôles ou
en d’autres termes comprendre les procédures et les contrôles mis en place par l’entreprise
notamment en ce qui concerne l’acquisition, la cession, la mise au rebut et le transfert des
immobilisations ;
Ensuite, tester et documenter le contrôle de pilotage du cycle des immobilisations, en
d’autre terme, repérer les points faibles relatifs aux procédures et évaluer les risques d’erreurs
de telle manière à s’assurer que les objectifs d’exhaustivité, de réalité, d’exactitude et de
protection des actifs sont atteints.

1- Documenter et évaluer les flux de transaction, les processus et les contrôles

A partir des descriptions de flux recueillies au cours de la phase préliminaire, l’on doit
documenter les procédures et les contrôles mis en place sur le cycle, à savoir :
• Identifier tous les flux de transaction significatifs, de la source à la balance
générale, en identifiant dans chaque cycle les fonctions clés ;
• Identifier les contrôles portant sur les applications y compris les contrôles
manuels et informatiques (procédures programmées, ...) ;
• Identifier les indicateurs clés à collecter (ou identifier les principaux
indicateurs que recueille la société), portant sur les données accumulées et les
données permanentes.
Cette documentation une fois obtenue, peut être schématisée dans des diagrammes de
circulation. En effet, ces diagrammes sont le meilleur moyen pour décrire les procédures de
manière synthétique et concise.
Les contrôles relevés devront être rattachés aux objectifs de contrôle suivants :
• Exhaustivité de la saisie : En effet, il faudrait s’assurer qu’il existe bien une
procédure fiable permettant d’enregistrer les écritures relatifs à tous les
mouvements des immobilisations à savoir : acquisition, cession, mise au rebut,
transfert ;
• Exactitude de la saisie : Cette étape pourra notamment être vérifiée au niveau
du contrôle des comptes. A partir des pièces probantes on peut vérifier
l’exactitude de l’enregistrement;

9
• Autorisation: tout mouvement d’immobilisation doit être soumis à un visa de la
part de la personne habilité à cela.
• Sécurité d’accès aux actifs et aux enregistrements : L’existence physique des
biens doit être réelle, c’est pourquoi, il est nécessaire de sécuriser leurs accès et
les enregistrements qui leur sont relatifs ainsi que de vérifier la fiabilité des
procédures surtout celles de cessions et de mises au rebut.

2- Tester et documenter le contrôle du pilotage du cycle des immobilisations :

Après avoir pris connaissance des contrôles et des procédures mis en place, il faut s’assurer
que :

a) Les immobilisations sont correctement comptabilisées et contrôlées :

Ce contrôle est basé sur plusieurs tests à savoir la vérification que :


• Le registre des immobilisations est tenu de manière suffisamment détaillé (année,
identification, cout, amortissement cumulé, taux) ;
• La balance générale concorde avec le registre des immobilisations ;
• Les immobilisations acquises en leasing sont identifiées et comptabilisées séparément;
• L’inventaire physique des immobilisations est fait régulièrement, les écarts sont
analysés et corrigés ;
• Les immobilisations font l’objet d’un contrat de maintenance.

b) Les acquisitions et cessions d’immobilisations sont correctement autorisées et


comptabilisées :

La procédure de cession, acquisition et mise au rebut est adéquate et correctement autorisée.

c) Les amortissements sont correctement calcules

Les amortissements sont correctement calculés en accord avec la loi comptable


(s’assurer que les taux d’amortissement des véhicules de tourisme sont conforme avec la loi
fiscale)

3- Evaluation du contrôle interne :

Pour résumer tout ce qui a été dit précédemment, un questionnaire par objectifs peut
être utilisé en vu d’une meilleure appréciation du contrôle interne.
Ce questionnaire fait référence au suivi des mouvements à l’inventaire physique, à
l’enregistrement, au suivi comptable et à la protection des immobilisations.

10
Concernant le concept de séparation des taches, l’idée fondamentale est qu’aucun
employé ou groupe d’employés ne doit être en mesure à la fois de commettre et de dissimuler
des erreurs ou irrégularités dans le cadre de ses fonctions. En général, les fonctions
incompatibles, et qui doivent donc être dissociées, se résument à l’autorisation ou approbation
d’opérations affectant les actifs, protection des actifs et comptabilisation des opérations. La
grille de séparation de taches permet de détecter ce type d’incompatibilité.
Cette étape d’audit formalise l’analyse des risques inhérents et des facteurs
stratégiques identifiés. Elle résume les principaux risques d’inexactitudes au niveau des
comptes pris individuellement et dans leur ensemble.
En outre, elle permet de réaliser un audit des comptes fondé sur les risques ce qui
génère des gains de productivité.
Ce qui va aider encore plus dans la suite de cette procédure, c’est la prise en
considération :
Pour chaque compte significatif :
! Tous les risques identifiés et les erreurs potentielles correspondantes ;
! Les contrôles mis en place par la direction sur lesquelles nous pouvons nous appuyer ;
! L’étendue des procédures de validation nécessaires compte tenu des risques et du
contrôle interne.
Pour chaque erreur potentielle pour laquelle un risque accru est identifié :
! Soit mettre en œuvre les procédures de validation directes ;
! Soit tester le fonctionnement des contrôles qui réduisent ce risque identifié.
Pour chaque erreur potentielle pour laquelle aucun risque accru n’est identifié :
! Soit mettre en œuvre des procédures intermédiaires ;
! Soit adopter une stratégie fondée sur la fiabilité des systèmes

11
B- CONTROLE DES COMPTES: Objectifs et Principes

Le contrôle du compte immobilisations corporelles ainsi que les dotations aux


amortissements se fait essentiellement en deux étapes à savoir :
! L’examen du fichier détaillé des immobilisations corporelles ;
! La validation de ces mêmes immobilisations et leurs amortissements.

1- L’examen du fichier détaillé des immobilisations corporelles

Cet examen consiste à :

a) Effectuer une revue analytique détaillée:

La revue analytique détaillée sur les immobilisations corporelles est nécessaire afin
d’obtenir un degré d’assurance satisfaisant, elle constitue une étape importante pour définir
les risques accrus et élaborer son plan d’audit. Le degré d’assurance obtenu dépend des
limitations inhérentes aux procédures analytiques et de la rigueur avec laquelle les tests sont
effectués. Il convient de noter que l’objectif principal de la revue analytique est avant tout
d’identifier les variations imprévues ou l’absence de variations prévues susceptibles de
révéler l’existence d’un risque d’inexactitude.
Les procédures de revue analytique comprennent les travaux suivants :

" Prendre en considération l’activité du client et son environnement en tenant compte


des systèmes d’information et des procédures de contrôle interne. Apprécier les
éléments comptables en fonction de notre anticipation, notamment:
! Analyser les variations des soldes par catégorie pour la nécessité d’obtenir un détail
par filiale, par ligne de produit, par division, etc. ;
! Détailler le solde par catégorie d’immobilisations et examiner chaque catégorie pour
détecter d’éventuelles anomalies ;
! Analyser les variations importantes des immobilisations corporelles par rapport au
budget d’investissement. S’assurer de la concordance entre les variations des
immobilisations corporelles et les différents postes liés à celles-ci (impôts fonciers, le
niveau de production de l’exercice, les consommations d’énergie) ;
! Analyser les variations des comptes d’entretien et de réparation.

" Préparer une analyse mettant en relation les variations d’une année sur l’autre des
trois éléments suivants:

12
! Les comptes d’entretien et de réparation ;
! Le niveau des acquisitions d’immobilisations corporelles ;
! La moyenne d’âge des immobilisations corporelles, et apprécier la vraisemblance des
évolutions (par ex: une diminution des comptes de charges d’entretien, une
augmentation des acquisitions et de la moyenne d’âge des immobilisations
corporelles).
" Evaluer la fiabilité des données, en tenant compte des résultats de l’évaluation de
l’environnement de contrôle.
" Déterminer à partir de quel niveau (valeur et en %) les écarts constatés entre les
comptes et nos attentes devront déclencher des recherches d’explications détaillées.
" Obtenir des explications des écarts par rapport à l’évolution attendue, qui puissent être
contrôlés par d’autres éléments de preuve (passer en revue les balances auxiliaires,
examiner les documents justificatifs...).

b) Revoir les principes et les méthodes comptables:

En effet, les travaux suivants sont effectués par l’auditeur afin de valider les principes et
méthodes comptables utilisés pour la comptabilisation des immobilisations corporelles:
! Mettre à jour ses connaissances des méthodes comptables en vigueur dans la société,
en particulier la durée de vie des immobilisations, les critères d’immobilisation et les
méthodes d’amortissement ;
! S’assurer de la pertinence de ces méthodes comptables (durée de vie des
immobilisations, critères d’immobilisation,...) au regard du secteur d’activité, de
l’historique, etc. ;
! S’assurer que les méthodes comptables de la société sont conformes aux principes
comptables généralement admis et que la permanence des méthodes est assurée ;
! S’assurer que les méthodes comptables décrites dans cette étape sont respectées.
c) Préparer un tableau récapitulatif (les mouvements d’immobilisations corporelles)
A ce niveau là il faut préparer :
! Un tableau récapitulatif présentant les mouvements des valeurs brutes, amortissements
et valeurs nettes par catégories d’immobilisations (acquisitions et cessions) doit être
préparé;
! Les soldes de ce tableau doivent être vérifies aux soldes de la balance générale et les
montants repris à l’ouverture à ceux de la clôture précédente ;
! L’exactitude arithmétique de ce tableau doit également être assurée ;

13
! La concordance entre le montant des amortissements passés en charges et les
mouvements au bilan doivent être assurée ;
! L’examen du tableau récapitulatif pour s’assurer qu’il n’y a aucune omission.

d) Rapprocher le fichier (Les immobilisations au tableau récapitulatif)

Le rapprochement et les travaux suivants ont été effectués


" Pointer les totaux du fichier des immobilisations au tableau récapitulatif des
mouvements d’immobilisations corporelles.
" Pour s’assurer que l’objectif d’exactitude est atteint avec un degré d’assurance
satisfaisant :
! Sélectionner les principaux éléments avec un scope qui correspond au niveau de
confiance accordé aux contrôles ;
! Les pointer aux pièces justificatives ;
! Et s’assurer qu’ils ont été revus et approuvés par le responsable.
" Dans la limite de la matérialité retenue et des risques inhérents relevés, vérifier
l’exactitude arithmétique du fichier des immobilisations.
" Si nécessaire, examiner les ajustements comptabilisés au cours de l’exercice en
rapprochant le fichier des immobilisations aux soldes du grand livre, et pointer les
principaux ajustements au moyen des pièces justificatives.

e) Passer eu revue la Revue détaillé des immobilisations

Passer en revue le fichier des immobilisations et rechercher les éléments qui pourraient avoir
une nature de charges d’entretien et de réparation, les immobilisations qui ne sont plus
utilisées, etc.

f) Assister à l’inventaire physique des immobilisations

Lorsque le client procède à un inventaire physique des immobilisations, effectuer les travaux
suivants :
! Décrire et évaluer les procédures de l’inventaire physique ;
! Assister à l’inventaire physique: i1 s’agit de s’assurer du correct déroulement de
l’inventaire; de procéder, sur la base de tests, à des recomptages ; de rapprocher les
données issues des comptages du client et de nos comptages du fichier des
immobilisations et de valider les écarts d’inventaire.

14
g) Revoir les comptes d’entretien et de réparations

Cette étape consiste à revoir les variations des comptes d’entretien et de réparation. Pour
s’assurer que les objectifs d’audit sont atteints avec un degré d’assurance satisfaisant,
sélectionner des montants significatifs avec un scope correspondant au niveau de confiance
accordé aux contrôles , les pointer aux pièces justificatives (factures des fournisseurs,...) et
vérifier que ces montants n’auraient pas dû être immobilisés (critères fiscaux,...).

h) Recenser et vérifier les informations à mentionner dans l’ETIC

En effet, il faut :
! S’assurer que les informations à mentionner dans l’annexe concernant les comptes
d’immobilisations corporelles ont été obtenues, y compris les informations concernant
les locations par crédit-bail.
! Vérifier l’exactitude des informations par rapport aux travaux d’audit réalisés et
auditer les éléments non encore revus (adapter les programmes d’audit pour indiquer
les travaux complémentaires à effectuer).

i) Analyser les particularités comptables et fiscales

! Analyser la vraisemblance des dotations et reprises d’amortissements dérogatoires en


conformité avec des positions fiscales et comptables.
! Identifier les amortissements fiscalement non déductibles.
! Suivre les immobilisations ayant fait l’objet d’une réévaluation légale ou libre et
valider les traitements comptables correspondants (amortissements, reprise des
provisions règlementées y affèrent).

j) Revoir les immobilisations totalement amorties

! Identifier les immobilisations totalement amorties et s’assurer qu’elles sont encore


utilisées et n’ont pas été mises au rebut ou détruites. (Effectuer une inspection
physique).
! S’assurer par la revue des immobilisations totalement amorties et encore en service
que les taux d’amortissement utilisés ne sont pas inadaptés ou incorrects.

15
2) Valider les immobilisations corporelles et les amortissements

a) Valider les acquisitions au moyen des pièces justificatives

Pour s’assurer que les objectifs d’audit sont atteints avec un degré d’assurance
satisfaisant, il faut tout d’abord sélectionner les principales acquisitions afin d’obtenir un
scope qui correspond au niveau de confiance accordé aux contrôles. Puis, il faudra effectuer
les procédures suivantes sur l’échantillon retenu:
! Examiner les pièces justificatives tel que : facture, contrat d’achat, titre de propriété,
contrat de construction, etc.; (Principe de séparation des exercices.)
! Vérifier que les acquisitions sont comptabilisées pour leur valeur exacte (exactitude).
! S’assurer que les acquisitions sont autorisées et approuvées (existence).

b) Valider les sorties d’immobilisations au moyen des pièces justificatives

Obtenir un état récapitulatif des sorties d’immobilisations rapproché du compte de résultat


(produits, charges) et s’assurer que les objectifs d’audit sont atteints avec un degré
d’assurance satisfaisant, sélectionner les principales cessions afin d’obtenir un scope qui
correspond au niveau de confiance accordé aux contrôles. Sur l’échantillon retenu, il faut:
! Examiner les pièces justificatives (facture de vente, autorisation de retrait préalable,
procès verbal de mise au rebut, ...) (séparation des exercices).
! Valider l’amortissement cumulé (exactitude).
! Rapprocher les valeurs nettes des immobilisations cédées avec le compte de résultat
(exactitude).
! Vérifier le prix de cession, sa comptabilisation en compte de résultat et le pointer aux
règlements (exactitude). Valider alors les plus ou moins values réalisées.
! S’assurer que les cessions et mises au rebut sont autorisées et approuvées.

c) Tester l’existence physique des immobilisations

Valider, en fonction du seuil de signification retenu et des risques inhérents relevés,


l’existence des immobilisations par les procédures suivantes:
! Prendre connaissance des procédures de contrôle interne du client visant à s’assurer de
l’existence des immobilisations
! Examiner, dans le cas où elles existent, les procédures d’inventaire physique du client
et valider le rapprochement de l’inventaire au fichier des immobilisations,
! Vérifier l’existence physique des principales immobilisations et s’assurer qu’elles sont
utilisées par la société.

16
d) Vérifier que les immobilisations corporelles sont la propriété du client

Vérifier, dans la limite de la matérialité retenue et des risques inhérents relevés, que
les objectifs d’existence et de droits et obligations des immobilisations sont atteints en
examinant les titres de propriété, les documents d’enregistrement, etc..
Si des documents sont détenus par des tiers (institution financière), effectuer une
circularisation afin de s’assurer que les immobilisations sont bien la propriété du client et
qu’elles ne sont pas données en sureté pour le compte de tiers ou pour garantir des dettes du
client.

e) Vérifier le détail du calcul des amortissements

Pour s’assurer que l’objectif d’exactitude est atteint, effectuer les travaux suivants en
obtenant un scope qui correspond au niveau de confiance accordé aux contrôles
! S’assurer que les durées d’amortissement appliquées sont raisonnables ;
! Valider les dotations aux amortissements de l’exercice soit en appliquant un taux
estimé sur les principales catégories d’immobilisations soit en vérifiant par sondage le
calcul de la dotation d’amortissement d’immobilisations prises individuellement ;
! Comparer les résultats obtenus aux dotations enregistrées et justifier les écarts
importants.
On peut également valider les amortissements par test de cohérence, lorsque le niveau de
confiance accordé est élevé, en examinant les résultats de la revue analytique et des tests sur
les procédures de contrôle. Lorsque ces résultats ne sont pas concluants, il faut valider la
vraisemblance de la dotation aux amortissements de l’exercice soit en appliquant un taux
estimé sur les principales catégories d’immobilisations soit en vérifiant par sondage le calcul
de la dotation aux amortissements de certaines immobilisations prises individuellement. Et
enfin il faut justifier les écarts importants.

f) S’interroger sur la valeur d’inventaire des immobilisations corporelles

Il faut ainsi déterminer s’il est nécessaire d’ajuster la valeur nette comptable de
certaines immobilisations afin de tenir compte de la valeur de remplacement inferieure à la
valeur nette comptable, des changements dans l’activité économique du client, de la
dévaluation externe des immobilisations, d’une mise en vente de l’immobilisation, etc. Et s’il
est nécessaire, il faudrait comptabiliser les ajustements.

g) Valider la méthode de valorisation des immobilisations

Pour valider la valorisation des immobilisations, il faut s’assurer que:

17
! La valorisation ait été réalisée par une méthode extérieure à l’entreprise ou par une
méthode développée en interne : revoir la valorisation en prenant connaissance de la
méthode utilisée et en la documentant. Apprécier alors son caractère approprié.
! La comptabilisation des immobilisations corporelles, amortissement et dépréciation
exceptionnelle sont réalisés selon la méthode adoptée.
! Examiner les immobilisations corporelles à caractère spécifique.

h) Examiner les contrats de location des immobilisations et les contrats de crédit-bail

En effet, il faudrait valider, en fonction du seuil de signification retenu et des risques


inhérents relevés, la comptabilisation des contrats de location et de crédit-bail en effectuant
les procédures suivantes:
! S’assurer que tous les contrats de locations et de crédit-bail ont été identifiés au cours
de l’audit et mettre à jour les informations.
! Déterminer l’effet sur les comptes de la société de toute clause importante des contrats
et la validité des principes comptables adoptés.
! Pour les contrats de crédit-bail, obtenir les informations à mentionner dans les notes
aux états financiers.

i) Identifier les transferts inter- sites et intra-groupe

! Identifier les transferts d’immobilisations inter-sites et intra-groupe réalisés durant


l’exercice.
! Vérifier s’il y a eu des plus ou moins-values réalisées au cours de ces transferts et
ajuster les comptes en conséquence.
! S’assurer que les transferts intra-groupe sont correctement identifiés à des fins de
consolidation.

j) Valider la production immobilisée

Pour s’assurer que les objectifs d’audit sont atteints avec un degré d’assurance
satisfaisant, sélectionner les productions d’immobilisations avec un scope correspondant au
niveau de confiance accordé aux contrôles :
! Examiner les contrats de production d’immobilisations et, si nécessaire, vérifier
l’existence physique du site de production
! Apprécier la validité des coûts capitalisés et plus particulièrement les charges de
structure et autres coûts indirects.
! Justifier les principales productions d’immobilisation.

18
! S’assurer que les intérêts sont correctement capitalisés.
! Tester les dotations aux amortissements pratiqués pour les projets achevés durant
l’exercice.

k) Identifier les immobilisations faisant objet de garantie ou louées à des tiers

! Identifier les immobilisations faisant l’objet de garantie ou louées à des tiers


! Examiner les documents justificatifs tels que les contrats, ou tout autre document
justificatif
! S’assurer que la présentation et les notes aux états financiers sont exactes.

l) Valider les subventions d’investissements

Il faut effectuer les travaux suivants afin de valider les subventions d’investissements reçues
ou à recevoir en:
! Les pointant avec des documents justificatifs et plus précisément aux avis de
paiement.
! S’assurant que la comptabilisation des subventions d’investissements ainsi que leurs
amortissements est en accord avec les principes comptables.
! S’assurant que les informations à mentionner dans les états financiers sont collectées.
Cette étape de travail doit être réalisée en liaison avec la section relative aux capitaux
propres.

m) Revoir l’information de gestion

! Revoir les documents de gestion dont disposent les dirigeants, documents qui peuvent
indiquer que les objectifs d’exhaustivité, d’exactitude, d’existence ont été atteints
durant la période
! Effectuer une revue analytique de ces documents, si cela est utile,
! Rapprocher cette étape de travail avec l’étape de la revue analytique détaillée.

Conclusion :
Ces travaux étant effectués, en totalité ou en partie, en fonction du degré de confiance
de l’auditeur vis à vis des états de synthèse de l’entreprise auditée, ce dernier peut émettre son
opinion sur ce module. Il se doit cependant de noter toutes les imperfections ou les anomalies
significatives rencontrées durant son processus de contrôle.
Des discussions sont alors engagées avec la Direction afin d’apporter des preuves et expliquer
au mieux les points relevés.

19
Partie II

Etude d’un cas pratique


Groupe Omega

20
A1%Prise%de%connaissance%et%Appréciation%du%CI%

1- prise de connaissance du groupe Omega

i- présentation et activités du groupe Omega

Le Groupe Omega opère dans le secteur industriel et commercial, ainsi elle est dotée
de la personnalité civile et de l’autonomie financière.
Les droits et obligations du groupe sont définis dans un cahier des charges, approuvé par
décret, définissant les conditions techniques, administratives et financières relatives à
l’exploitation des ouvrages de production, de transport et de distribution.
La mission d'audit financier qui a été confiée au cabinet Deloitte et qui s'est déroulée
suivant des normes internationales reconnues, avait pour but la certification des états de
synthèse du groupe.
En effet, après avoir procédé à une prise de connaissance générale de l'entreprise, un
examen du contrôle interne a été opéré, puis, nous avons procédé à un contrôle des comptes.
Les conclusions de cet audit ont été assorties de recommandations et de conseils
adressés aux dirigeants de l'entreprise.
A travers ce cas, j’essayerai de traiter très spécifiquement la section des
immobilisations corporelles de cette entreprise, en appliquant certains des contrôles et des
procédures cités au niveau de la première partie de ce rapport.
Par ailleurs, il est à signaler que compte tenu de l'obligation du secret professionnel à
laquelle sont soumis les auditeurs, des informations aussi bien quantitatives que qualitatives
ont été modifiées ou dissimulées de manière à répondre à cette obligation.

ii- principes et méthodes comptables

Le Groupe Omega a établi les comptes de 2013 en vertu des dispositions relatives aux
obligations comptables des commerçants et du plan comptable général des entreprises
marocaines. Les comptes ont été élaborés dans le respect de la permanence des méthodes et
de la continuité d'exploitation.

21
L'évaluation des éléments inscrits en comptabilité a été pratiquée par référence à la
méthode dite des coûts historiques. Plus particulièrement, les modes et méthodes d'évaluation
décrits ci-après été retenus pour les divers postes des comptes annuels.

a) Immobilisations en non-valeurs :

Les immobilisations en non-valeurs représentent les frais d'études et de recherches


relatifs aux projets d'investissement de la société. Jusqu'en 2004, ces frais ont été incorporés
au prix de revient des immobilisations si celles-ci étaient réalisées. Dans le cas contraire, ils
étaient amortis dans un délai maximum de 5 ans. A compter de 2005, ils étaient amortis en
totalité. Depuis l’année dernière, le groupe a adopté de nouveau l’amortissement sur cinq ans
de ces immobilisations.

Les primes de remboursement des obligations et les frais d'émission des emprunts à
l'exclusion des primes d'assurances sont amorties sur la durée de vie de ces emprunts.

b) Immobilisations corporelles et incorporelles

Les immobilisations sont enregistrées à leur prix d'achat majoré des frais d'approches. Elles
sont amorties selon le mode linéaire à des taux basés sur la durée de vie estimée de chaque
immobilisation.

c) Stocks

Les stocks sont valorisés à leur prix de revient moyen pondéré qui comprend le prix
d'achat et les frais d'approche (transport...).

L’ajustement de la valeur des stocks est déterminée sur la base des articles destinés à
être réformés établies par les magasiniers des hôtels.

22
2- Appréciation du contrôle interne

Après cette étape de prise de connaissance de l’entreprise, et avant de commencer à


auditer les comptes de la société, je vais faire une description du système du contrôle interne à
travers les procédures d’investissements propres au groupe Omega. Puis à l’aide de la grille
de séparation des tâches, du questionnaire de contrôle interne et du diagramme de circulation
des documents, nous allons nous assurer que :

+ Il n’existe pas un cumul de tâches incompatibles des différents services et fonctions de


l’entreprise auditée ;

+ Toutes les immobilisations, ainsi que les charges et revenus connexes sont :
! Enregistrés (exhaustivité) ;
! Réels et appartiennent à l’entreprise ;
! Correctement évalués et valorisés.

Nous vérifierons par la suite :


! Les schémas usuels de comptabilisation
! Le système d’organisation liée aux immobilisations à savoir l’existence :
o D’un fichier d’immobilisations.
o D’un inventaire physique.
o D’un manuel de procédure.

1- Description des procédures d’investissement du groupe :

Phase 1 : Demande d’investissement

Objectif
S’assurer que les dépenses d’investissement sont autorisées

Intervenants et responsables
! Le chef du projet
! La Direction Financière/ Contrôle de Gestion (DF/CG)
! Le Chef de la division concernée

23
! Le contrôleur technique
! Le contrôleur de gestion de l’unité opérationnelle
! Le Directeur Concerné
! Le contrôleur de gestion de la Direction
! La Commission Budget d’Investissement et de Fonctionnement (CBIF)
! La Division Achats Courants et services

Modalités
! Etablissement de la demande d’investissement dans le système comptable par le chef
de projet.
! Création d’un ordre d’investissement par le chef de projet dans le système comptable.
! Validation de la demande d’investissement par :
o Le contrôleur de gestion de l’unité opérationnelle (CGO);
o Le chef de la division concernée ;
o Le contrôleur technique ;
o Le Directeur concerné ;
o La DF/CG ;
o La CBIF.
! Autorisation d’engagement (AE) :
o Lancement de la procédure workflow suite à la création de la demande d’achat,
o L’étude d’opportunité est faite par le CGO.
o Validation de l’étude d’opportunité du projet par :
! Le contrôleur de gestion opérationnel,
! Le contrôleur de gestion de la direction,
! La DF/CG,
! La DF,
! La DG.
! Lancement du processus d’achat.

Phase 2 : Réalisation

+ Phase 2.1 : Réalisation directe

Objectif

24
S’assurer que toutes les immobilisations reçues sont contrôlées et enregistrées

Intervenants et responsables
! Le chef du projet
! Le magasinier
! Le Chef de division
! La Direction Financière/ Contrôle de Gestion

Modalités
! Réception :
o Quantitative par le magasinier ou par le contrôleur des travaux ;
o Qualitative par le chef de division.

! Etablissement d’un bon de réception par le magasinier, transmis après visa à la


comptabilité.
! Saisie de la réception par le magasinier ou le chef de projet, Contrôle qualitatif et
validation de la réception par le chef de division.
! Imputation automatique des réceptions sur l’ordre d’investissement et génération des
écritures comptables (2399XXXX à 4417XXXX) ou directement sur fiche
immobilisation en cours (239XXXXX à 4417XXXX).
! Lancement d’un programme de clôture comptable des ordres d’investissement à la fin
de chaque mois par DF/CG. Génération automatique des écritures comptables
(239XXXXX à 2399XXXX).
! Les ordres d’investissement sont déversés automatiquement sur les fichiers
d’immobilisations en cours.

+ Phase 2.2. : Réalisation via les sorties de stocks

Objectif
Suivi de la réalisation des investissements et leur enregistrement.

Intervenants et responsables
! Le chef du projet
! Le magasinier

25
! La Direction Financière/ Contrôle de Gestion

Modalités
! Réservation des articles par le chef du projet en indiquant l’OI concerné.
! Constatation de la sortie du stock par le magasinier dans le système comptable et
l’imputation est faite automatiquement sur l’ordre d’investissement.

! Validation de la sortie par la hiérarchie de celui qui fait la réservation.


! Constatation de la sortie en référence à la réservation par le magasinier dans le
système comptable.
! Génération automatique des écritures comptables (6124XXXX à 31XXXXXX).
! Clôture des OI par DF/CG en fin de chaque mois et imputation comptable
automatique aux immobilisations en cours en contrepartie du compte immobilisations
produites par l’entreprise (239XXXXX à 714XXXXX).

+ Phase 2.3 : Réalisation via le suivi des activités

Objectif
Suivi de la réalisation des investissements et leur enregistrement.

Intervenants et responsables
! Le responsable du centre de coût
! La Direction Financière / Contrôle de Gestion

Modalités
! Vérifier l’existence réelle des investissement et leur concordance avec l’OI
! S’assurer du calcul des amortissements à la fin de chaque mois et enregistrement des
écritures comptables d’amortissements.

Phase 4 : Cession des immobilisations

Objectif
Suivi et autorisation des sorties des immobilisations.

26
Intervenants et responsables
! Le chef de centre de coût
! Le chef de projet
! Le contrôleur de gestion opérationnel
! Le chef de division concerné
! La Direction Financière/ Contrôle de Gestion
! La Division Achats et Marchés /Achats Courants (DAM/AC)
! La commission de réforme
! Le Service Achats et Gestion des Stocks (AGS)
! La Direction Financière

Modalités
! Elaboration par le chef de centre de coût et le chef de projet de la liste du matériel à
réformer en précisant le code de la fiche immobilisation concernée et la valeur de
cession estimée

! Validation de la liste par :


o Le contrôleur de gestion opérationnel ;
o Le chef de la division concernée ;
o La DF/CG ;
o La DAM/AC ;
o La commission de réforme.
! Lancement d’un appel d’offre et choix de l’acquéreur par le service AGS ou
DAM/AC.
! Validation par DF/CG de la cession.
! Encaissement du produit de cession par la Direction Financière.
! Transport du matériel par l’acquéreur.
! Comptabilisation de la sortie par la DF/CG.
! Mise à jour automatique des fiches immobilisations.

27
2- Evaluation des procédures d’investissement :

Après la description des procédures d’investissement, nous allons vérifier la


conformité, la réalité et l’exhaustivité de ces dernières.

Les travaux de contrôle et vérification à effectuer doivent d’une part permettre la


compréhension des procédures appliquées et d’autre part de définir le type et l’étendue de
contrôle des comptes relatifs au module immobilisation.

Points de contrôle à mettre en œuvre pour l'exécution des procédures :

! S’assurer que les immobilisations reçues sont conformes aux cahiers des charges ;
! Vérifier que toutes les réceptions sont saisies et imputées sur les ordres
d’investissement correspondants ou immobilisations en cours concernées ;
! S’assurer que tous les ordres d’investissement ont été déversés sur les fichiers
d’immobilisations en cours ;
! S’assurer que toutes les cessions des immobilisations sont autorisées ;
! Vérifier la mise à jour des fiches immobilisations après chaque mouvement
(acquisition, cession, mise rebut, transfert) ;
! S'assurer que toutes les fiches immobilisations créées sont conformes au modèle en
vigueur.

Points de contrôle à mettre en œuvre pour le contrôle des comptes des immobilisations
corporelles :

! S’assurer de la permanence des méthodes d’évaluation utilisées et de leur conformité


avec les normes comptables admises au Maroc ;
! Vérifier la reprise des reports à nouveaux ;
! Effectuer le rapprochement du fichier des immobilisations avec la comptabilité ;
! S’assurer que le coût d’acquisition des immobilisations inscrites à l’actif n’inclut pas
certains frais non représentatifs d’une valeur vénale (droits de mutation, honoraires ou
commissions) ;

28
! Faire une revue des comptes de charges (réparations, etc.) et s’assurer qu’il n’y a pas
lieu d’immobiliser certains frais ;
! Contrôler les immobilisations en cours par rapport aux fichiers des immobilisations en
cours ;
! S’assurer que les comptes d’immobilisations en cours ne contiennent pas d’actifs déjà
en service ;
! Pour les immobilisations produites par l’entreprise pour elle-même, s’assurer que les
coûts imputés sont justifiés et que le formalisme exigé par les livraisons à soi-même
est respecté ;
! Vérifier par sondage les amortissements (base, taux, calcul, conformité avec les
comptes) ;
! Contrôler le traitement comptable des subventions et les problèmes fiscaux liés.

Liste des documents servants de base aux travaux de contrôle et vérification :

! Demande d’investissement,
! Ordre d’investissement,
! Fiche immobilisation en cours,
! Fiche immobilisation en service,
! Journal des immobilisations,
! Journal de trésorerie,
! Grand livre,
! Balance auxiliaire des fournisseurs des immobilisations.

En vue d’évaluer les procédures d’investissement sur le plan de la conception, nous allons
utiliser deux principales techniques :
! La grille de séparation des tâches ;
! Le questionnaire de contrôle interne.

29
En effet, les objectifs de l’évaluation des procédures sur le plan de la conception sont les
suivants :

1. S’assurer qu’il n’existe pas un cumul de tâches incompatibles au niveau des différents

services et fonctions de l’entreprise auditée.

2. S’assurer que toutes les immobilisations, ainsi que les charges et revenus connexes sont

enregistrés (exhaustivité).

3. S’assurer que les immobilisations, ainsi que les charges et revenus correspondants, sont

réels et appartiennent à l’entreprise.

4. S’assurer que les immobilisations, ainsi que les charges et revenus correspondants, sont

correctement évalués.

30
3- Organisation liée aux immobilisations :

a) Le fichier d'immobilisations

C'est un fichier informatique où les immobilisations sont enregistrées et suivies selon


différents critères.
Ce fichier comporte pour chaque immobilisation
! Le numéro de compte
! Le numéro d'inventaire
! Le libellé
! Le prix d'acquisition
! Le mois et l'année d'acquisition
! Le type d'amortissement : linéaire ou dégressif
! Le taux d'amortissement
! La dotation de 1'exercice
! L'amortissement cumulé
! La valeur nette comptable

b) L’inventaire physique

L'entreprise n'a pas réalisé d'inventaire physique exhaustif jusqu'à présent. L’entreprise se
contente de inventorié les immobilisations répertorié dans le système propre qui gère les
immobilisations comportant des codes barres.

c) Le manuel de procédures

La procédure de suivi des immobilisations est formalisée dans un manuel de procédures.

31
B1%Audit%Financier%et%application%des%normes%IAS%16%

1- Audit financier des immobilisations corporelles du groupe omega :

(Au titre de l’exercice 2013)

Les objectifs visés par l’audit des comptes des immobilisations sont les suivants :
! S’assurer que les montants inscrits aux postes d’immobilisations reflètent l’intégralité:
o Des biens dont l’entreprise est propriétaire et qu’elle utilise
o Des coûts encourus pour l’acquisition ou la création de ces biens
! S’assurer que les montants figurant en dotation aux amortissements et en
amortissements cumulés reflètent l’intégralité des amortissements calculés
conformément aux principes comptables généralement admis, appliqués de façon
constante.

Comptes%de%bilan Compte%de%résultat
Terrains Dotations&aux/&reprises&sur
Constructions amortissements&et&provisions
Installations&techniques,&matériel&et&outillage Valeurs&comptables&des&éléments&de
Matériel&de&transport l’actif&cédés
Mobilier,&matériel&de&bureau&et&aménagement Produits&de&cessions&d&‘éléments
Divers d’actif
Amortissements&des&immobilisations&corporelles Production&immobilisée
Autres&immobilisations&corporelles
Immobilisations&corporelles&en&cours
! A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes principaux suivant :

Compte tenu de la durée passé dans cette entreprise, et au fait que je n’ai participé qu’à
une partie de la mission d’audit, je ne vais présenter que les travaux de contrôle auxquels j’ai
contribué. Ces travaux de contrôles sont les suivants:
1- Revue analytique détaillée des comptes immobilisations
2- Préparation d’un tableau récapitulatif des mouvements d’immobilisations corporelles
3- Revue des principes et des méthodes comptables
4- Rapprochement du fichier des immobilisations au tableau récapitulatif annuel
5- Passation en revue du fichier détaillé des immobilisations
6- Assistance à l'inventaire physique des immobilisations
7- Revue des comptes d’entretien et de réparations
8- Validation des acquisitions d’immobilisations

32
9- Contrôle des plus ou moins values de cession
En vue d’atteindre ces objectifs, j’ai suivi le programme de vérification des comptes
suivant :
1- Obtenir le tableau des mouvements des immobilisations (valeurs brutes et amortissements).
2- Prendre en considération l’étendue et les résultats des travaux effectués sur les procédures
de contrôle interne pour déterminer l’étendue des travaux à effectuer et la date à laquelle elles
devront l’être. (Audit Sampling)
3- S’assurer par examen du tableau des mouvements qu’aucune variation anormale n’est
intervenue depuis les travaux effectués sur le contrôle interne qui pourrait remettre en cause
les conclusions.

Contrôle de l’existence
4- Si la société procède à un inventaire physique :
! Examiner les procédures suivies
! Vérifier que le fichier et les comptes sont mis à jour
! Assister à la prise d’inventaire
! Obtenir des explications pour tout écart significatif
5- Si les immobilisations importantes sont détenues par des tiers, appliquer la procédure de
confirmation directe.
6- Vérifier l’existence physique des actifs importants

Contrôle de la propriété
7- Vérifier les titres de propriété de la société en ce qui concerne les terrains et les immeubles
et s’assurer auprès du conservateur des hypothèques ou au moyen d’autres procédures s’ils
sont ou non hypothéqués, ou s’ils ont subi une autre aliénation possible.

Contrôle de la validité
a) Général :
! Rapprocher les soldes d’ouverture (valeur brute et amortissement) avec les comptes de
l’exercice précédent.
! S’assurer que les soldes au fichier des immobilisations correspondent aux totaux
inscrits sur le compte du grand-livre.
! Tester l’exactitude des calculs arithmétiques du fichier des immobilisations.
! Vérifier l’exactitude des totaux des mouvements (brut et amortissement).

33
b) Acquisitions :
S’assurer, concernant les acquisitions, que les frais de transport, droits de douane, frais
d’installation et de montage ainsi que la T.V.A. sur véhicule de tourisme et des logements
sont immobilisés.

Vérifier les principales acquisitions de l’exercice physiquement et avec des contrats,


procès-verbaux du Conseil d’Administration, des budgets d’investissements et des justificatifs
(commandes, factures, paiements).

S’assurer, concernant les acquisitions, que les droits d’enregistrement et les


commissions ou la T.V.A. sur les équipements autres que les véhicules de tourisme et des
logements, ne sont pas immobilisés.

Vérifier que les acquisitions des immobilisations ont bien été soumises aux droits de
mutation correspondant à leur nature (vérification du domaine respectif de la
T.V.A. immobilière et des droits d’enregistrement)

S’assurer que la T.V.A n’a pas été récupérée indûment sur des biens exclus du droit
à déduction. Attacher une attention particulière aux divers travaux effectués sur des locaux ou
des terrains pris à bail.

Rechercher si l’acquisition d’éléments corporels ne s’accompagne pas d’une reprise de


clientèle.

Vérifier que l’entreprise n’a pas passé en charges des éléments constitutifs du prix de
revient des immobilisations (honoraires d’architectes, coût d’installation et travaux
d’aménagement d’un terrain, taxe d’équipement, etc.)

Rechercher les dépenses dont l’importance et la nature leur confèrent le caractère


d’immobilisations (attacher une attention particulière en ce qui concerne les « grosses
réparations » susceptibles d’être rejetées des charges de l’exercice) et inversement, s’assurer
qu’aucune charge n’a été immobilisée.

34
Au cas où il y aurait eu production d’immobilisations par l’entreprise, s’assurer que
les coûts imputés sont corrects

c) Cessions
Vérifier les principales cessions de l’exercice avec les documents justificatifs (facture,
autorisation, encaissement du prix, certificat de destruction...)

Vérifier que la valeur brute et les amortissements ont été sortis des comptes et du
fichier.

Au cas où il y aurait eu des cessions d’immobilisations, s’assurer que les plus ou


moins values dégagées sont comptabilisées correctement, et que la ventilation entre plus et
moins-value à long terme et à court terme est correcte. Consulter les règles fiscales.

En cas de cession d’un bien immobilisé, vérifier le reversement de T.V.A.

d) Amortissements :
Déterminer si la base d’évaluation et les taux utilisés pour l’amortissement sont
appropriés, compte tenu des durées de vie probables des actifs et de leur utilisation pendant
l’exercice.

Vérifier avec le dossier permanent que les taux utilisés (et mode) sont les mêmes que
ceux de l’exercice précédent. Sinon évaluer l’impact du changement sur le résultat.

Vérifier que la charge d’amortissement de l’exercice a été correctement calculée et


enregistrée.

Vérifier notamment :
a) L’application du prorata temporis sur les acquisitions et cessions de l’exercice.
b) La dotation sur les immobilisations antérieures.
c) La concordance entre le montant passé en charge et les mouvements du bilan.

S’assurer que la limitation des amortissements des véhicules de tourisme (y compris


ceux acquis en leasing et les locations de plus de 3 mois) a bien été respectée.

35
Vérifier le respect des règles en matière de comptabilisation de l’amortissement
linéaire minimum.

Vérifier que les immobilisations, ayant bénéficié de l’aide fiscale, aux investissements
sont amorties sur la valeur diminuée du montant de l’aide (Aides fiscales prévues par les lois
du 18 Mai 1966, du 9 Octobre 1968 et du 29 Mai 1975)

Vérifier que la base d’amortissement des immobilisations ayant bénéficié de l’aide


fiscale à l’investissement 1979-1980 et 1980-1985 n’a pas été diminuée du montant de l’aide.

Vérifier le respect des différentes dispositions relatives à ces aides fiscales.

e) Soldes de fin d’exercice

S’assurer que le compte « immobilisation en cours » ne contient pas des actifs déjà en
service. Comparer les coûts (y compris pour les en-cours terminés pendant l’exercice) avec
les budgets. Expliquer les écarts importants.

S’assurer qu’aucun élément ne permet de penser que la valeur des immobilisations a pu se


déprécier :
! Transactions ou expertises récentes à un prix inférieur à celui ayant servi à la
réévaluation ;
! Cessions ayant des moins-values comptables.
! Mesures d’ordre administratif (exemples : expropriation, loi antipollution...) ;

Si les terrains et les constructions ne sont plus utiles à la réalisation de l’objet social, la
valeur de marché, frais de vente déduits, reste-t-elle au moins égale à la valeur réévaluée ?

Existe-t-il un dossier justifiant que la valeur des immobilisations, calculée selon des bases
identiques à celles ayant servi pour la réévaluation, n’a pas diminué ?

Les amortissements ont-ils bien été calculés sur les valeurs réévaluées ?
Vérifier les mouvements de l’écart de réévaluation.

36
f) Autres produits et charges
Si des immobilisations sont données en location, vérifier, avec les contrats, que tous les loyers
de l’exercice ont été enregistrés.

1. Revue analytique détaillée des comptes immobilisations :

Pour effectuer une revue analytique détaillée des immobilisations, un tableau


représentant les variations de l’exercice a été établis. Ce tableau vise à comparer les comptes
d’immobilisation résultant des états financiers précédents et ceux de l’exercice clôturé.
L’analyse de l’évolution des comptes immobilisations a permis de relever les
constatations suivantes :
Les acquisitions de l’exercice 2013 se sont élevées à DH 21.11 millions. Ce montant
est justifié par le réaménagement, le renforcement et l’élargissement d’anciens hôtels et
l’aménagement des nouveaux.

Depuis la mise à jour du logiciel de gestion de la comptabilité, les immobilisations sont


suivies comptablement selon deux méthodes différentes :
! De façon individualisée par fiche physique d’immobilisation pour toutes les
acquisitions effectuées depuis la mise à jour (Octobre 2010)
! Globalement par compte comptable d’immobilisation pour toutes les acquisitions
ayant lieu avant cette date, sans identification physique.

Ce système de suivi des immobilisations ne permet pas une identification précise de toutes
les immobilisations inscrites dans le patrimoine de la société : nature physique ;
dénombrement; lieu d’implantation. Ceci remet en cause la réalité de l’existence aussi bien
physique que juridique de ces immobilisations, compte tenu à la fois de l’importance des
investissements réalisés et de l’étendue géographique de leur implantation.

C’est pourquoi le groupe avait entamé, début 2010, un travail d’identification des
immobilisations corporelles qui devrait se traduire in fine par la constitution d’un fichier
individualisé de l’actif immobilisé de la société, tout en collant une étiquette comportant un
code barre unique à chaque immobilisation.

37
Par ailleurs, il y a lieu de noter que l’inventaire physique de ces immobilisations n’étant
pas encore achevé et n’ayant fait l’objet d’aucun rapprochement avec la comptabilité à la date
de notre intervention, nous ne sommes pas en mesure de savoir quels seraient les ajustements
éventuels qui en découleraient.

2. Préparation d’un tableau récapitulatif des mouvements d’immobilisations


corporelles

En effet, un tableau récapitulatif présentant les mouvements des valeurs brutes,


amortissements et valeurs nettes, par catégories d'immobilisations nous a été remis ; Un
rapprochement a été effectué entre les soldes de ce dernier et ceux de la balance générale,
ainsi que les montants repris à l'ouverture à ceux de la clôture de l’exercice 2013.
L'exactitude arithmétique du tableau et la concordance entre le montant des
amortissements passés en charges et les mouvements au bilan ont été vérifiées.`

Conclusion : Les tests effectués ont été satisfaisants.

3. Revue des principes et des méthodes comptables

Le contrôle du respect des principes et méthodes comptables est matérialisé par une
feuille de test.
Je vous présente ci-dessous les étapes de déroulement de ce test.
Les méthodes comptables appliquées par la société peuvent être récapitulées de la
manière suivante :
Les principales durées d'amortissement sont comme suit :
Immobilisations incorporelles :
- Logiciels informatiques : 10 ans
Constructions et ouvrages de génie civil :
- Bâtiments professionnels : 25 ans
- Installations de climatisation, chauffe-eau : 10 ans
- Restaurant, bar, cuisine et bâtiments similaires: 10 ans
Matériel et outillage :

38
- Cuisine : 8 ans
- Matériel informatique : 12 ans
- Verrerie, vaisselle, ustensiles de cuisine 2 ans
- Argenterie : 5 ans
- literie, tapis, meubles de chambres à coucher, salles manger, salons, etc : 4 ans
- Audiovisuel, rideaux, teintureries et aménagements décoratifs : 5 ans
- Matériel de transport 5 ans
- Autres immobilisations corporelles 10 ans

Toutefois, il convient de souligner que ces durées d'amortissement ne sont appliquées


que lorsque la durée d'utilisation du bien est au moins égale à celles précisées ci-dessus.

S'agissant des biens acquis d'occasion, la durée d'amortissement est égale à 3 ans, à
1'exception du matériel de transport et du matériel informatique où la durée est de 2 ans.

De plus, le principe de la permanence des méthodes a été respecté puisqu’il n'y a pas
eu de changement de méthodes.

Conclusion :
Ce test a été jugé satisfaisant.
Ces taux d’amortissement correspondent aux taux généralement admis.

4. Rapprochement du fichier des immobilisations au tableau récapitulatif annuel

Les totaux du fichier des immobilisations ont été rapprochés au tableau récapitulatif
des mouvements d’immobilisations corporelles.

Conclusion :
Les tests effectués ont été satisfaisants.

39
5. Passation en revue du fichier détaillé des immobilisations

Le fichier des immobilisations a été passé en revue. Aucun élément à caractère de


charge n’a été détecté.

6. L’assistance à l’inventaire physique des immobilisations

L’entreprise n’a jamais procédé à un inventaire physique complet de ses biens. Le


bouclage de stock a été jugé par le senior comme une zone de risque non significative.

7. La revue des comptes d’entretien et de réparations

A ce niveau là, les variations des comptes d’entretien et de réparations ont été revues.
Un détail de la rubrique entretien et réparations a été passé en revue de façon à s’assurer que
des immobilisations n’ont pas été passées en entretien et réparation.

Conclusion :
Le test a été satisfaisant.

8. Valider les acquisitions au moyen des pièces justificatives

Une sélection des acquisitions de l’exercice a été faite sur la base du fichier des
immobilisations. Le scope obtenu est de 30%. En effet, le niveau de confiance accordé aux
contrôles est moyen.
Sur l’échantillon retenu, les contrôles suivants ont été validés :
! Existence d’un appel d’offres
! Existence du bon de réception
! Existence du bon de commande
! Existence d’une facture

40
! Concordance entre BC /BL /Facture
! La comptabilisation (exactitude)
! Existence d’un PV de mise en service

Conclusion :
Le test a été satisfaisant dans son ensemble.
Tous les contrôles ont été vérifiés sauf la transmission d’un PV de mise en service à la
comptabilité.
Le service comptable doit être informé de la mise en service de l’immobilisation pour que le
calcul de l’amortissement ne soit pas faussé.

9. Plus ou moins values sur cessions d’immobilisations

Le groupe Omega avait signé plusieurs conventions avec les régies portant sur des
échanges d’actifs, ce qui a donné lieu à la constatation de plusieurs produits de cessions.
Toutefois, la régularisation de la valeur brute des immobilisations cédées et des
amortissements correspondants n’a pas été constatée comptablement de fait que les dites
immobilisations ne sont pas identifiées.
La valeur globale de ces transferts cumulés et non repris comptablement s’élève
respectivement à DH 129 millions pour les cessions et DH 87 millions pour les acquisitions
au 31 décembre 2012. Une régularisation a été entreprise en 2013 et a porté sur un montant
brut global de DH 25 millions.

Recommandations

Sortie et transfert d’immobilisations :

L’entreprise devrait avoir une procédure fiable lui permettant de constater toute sortie
ou tout déplacement d’immobilisations.

41
En effet, chaque service concerné doit pouvoir être en contact avec le service
comptable pour lui transmettre toute information pouvant affecter le patrimoine de
l’entreprise.
Chaque service devrait avoir un carnet pré numéroté contenant des PV de cessions, de
mise au rebut ou de transfert qu’il pourra envoyer éventuellement et en cas de besoin au
service comptable. Celui-ci pourra alors déclasser l’immobilisation concernée dans le fichier
d’immobilisations et passer les écritures comptables relatives à l’opération effectuée. Ainsi, le
service comptable pourra être informé continuellement de tout mouvement d’immobilisations
et de ce fait avoir une certitude exacte et précise quant à la réalité des documents financiers
qu’il va produire.

Imputation des charges et des immobilisations :

La société devrait établir une note précisant les critères de distinction entre les charges et les
immobilisations pour garantir une imputation comptable correcte et homogène des dépenses.

Recommandations par rapport au fichier d’immobilisations :

La mise à jour du fichier d’immobilisations devrait être systématiquement effectué suite à:


! Une augmentation : acquisition de nouvelles immobilisations
! Une diminution : cession d’immobilisation, destructions ou mises au rebut, perte ou
vol.
! Un transfert : transfert d’une immobilisation d’un service à un autre.
Aussi, pour éviter tout risque d’intrusion, l’accès au fichier doit être autorisé à
quelques personnes désignées et détenant le mot de passe (par exemple : le chef comptable).

Recommandations relatives au manuel d’organisation comptable:

L’article 4 de la loi 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants prévoit
l’établissement d’un manuel d’organisation comptable pour les entreprises dans le chiffre
d’affaires annuel est supérieur à sept millions de dirhams.
Or, le groupe Omega est concerné par cette disposition légale. De ce fait, il est considéré
comme faisant partie des supports de base de la comptabilité.

42
En effet, il sert à la compréhension du système de traitement et à la réalisation des
contrôles. Ce document devrait être conservé aussi longtemps qu’est exigée la présentation de
documents comptables auxquelles il se rapporte.
Toutefois, ce document étant évolutif du fait de sa mise à jour permanente, le délai de
conservation est en principe indéterminé.
Par ailleurs, l’absence d’un manuel de procédures peut s’avérer dangereux au niveau
réglementaire et organisationnel du fait qu’il réduit la force probante du contrôle interne et par
conséquent la maîtrise de l’organisation comptable.
Pour le groupe Omega, le manuel des procédures doit :
! Enumérer les différents postes de travail de l’entreprise
! Définir les fonctions afférentes à chaque poste de travail.
! Décrire de manière précise le profil requis pour chacun de postes définis
! Enumérer de façon exhaustive les tâches relatives à chaque fonction
! Décrire dans les moindres détails les procédures suivies pour accomplir et assumer ces
fonctions et responsabilités en particulier les flux d’information et les diagrammes de
circulation des documents.
! Etablir la liste des personnes désignées comme responsables et habilitées ainsi à signer
les documents.

Recommandations relatives à l’inventaire physique :

Le groupe Omega devrait faire un inventaire physique exhaustif des immobilisations


corporelles en vue de répondre à cette obligation légale. Son absence constitue un risque réel
au niveau de l’existence et de la valorisation des immobilisations.

43
2- Mise en place de la norme IAS 16 (immobilisations corporelles)

Les immobilisations corporelles forment souvent une grande part de l’actif du bilan et
par conséquent elles sont importantes et déterminantes dans la présentation de la situation
financière de l’entreprise. Une mauvaise manipulation de la comptabilisation de celle-ci
risque de biaiser l’évaluation de cette entreprise.
« Son objectif est de prescrire le traitement comptable des immobilisations
corporelles. Les questions fondamentales concernant la comptabilisation des immobilisations
corporelles portent sur la date de comptabilisation des actifs, la détermination de leur valeur
comptable ainsi que la Comptabilisation des dotations aux amortissements correspondantes.
Champs d’application
La norme lAS 16 doit être appliquée pour la comptabilisation des immobilisations
corporelles, sauf lorsqu'une autre norme comptable internationale impose ou autorise un
traitement comptable diffèrent. » Norme IAS 16.

Les pratiques actuelles du groupe Hôtelier Omega

Les immobilisations corporelles ne sont pas toutes comptabilisées par composante,


surtout avec l’existence de certains hôtels qui sont gérés par sous-traitance.

L’évaluation des biens à l’entrée

Dans le cas d’Omega, à la date d'entrée des immobilisations acquises dans le


patrimoine, celles-ci sont enregistrées à leur cout d’achat.
Leur coût d'acquisition est déterminé par l’addition des éléments suivants :
Le prix d'achat : c'est le prix d’achat net de tous les taxe récupérables et rabais
obtenus, mais avant déduction des escomptes, le cas échéant ;

Les frais accessoires : il s’agit de l’ensemble des frais liés directement ou


indirectement à la mise en service du bien. Dont :
La fraction de TVA non récupérable.
Les droits de douane à l'importation de l’étranger.
Les frais de d'installation, de transport ou tout autre frais lié à la mise en service.

44
Par contre, en sont exclus les droits de mutation, honoraires ou commissions et frais
d'actes. Ils sont mis dans les immobilisations en non-valeurs et peuvent être amortis s sur
plusieurs exercices.
Il existe d’autres éléments ne constituant pas des frais accessoires :
Les taxes récupérés.
Tout frais déboursé après la mise en état du bien,
Les frais financiers subis à travers l'acquisition de cette immobilisation,
Evaluation au fur et a mesure de l’usage.

Le concept de l’amortissement

L'amortissement est la constatation comptable de l’amoindrissement de valeur continu


et irréversible des immobilisations corporelles qui perdent de la valeur avec le temps. Cette
dépréciation peut avoir plusieurs causes, dont : l'usure physique, l ‘avancée technologique, la
politique propre à l’entité de périodique. Toutes les immobilisations corporelles sont
amortissables sauf les terrains et les valeurs de placement, car ils ne subissent pas
généralement un amoindrissement, mais peuvent prendre de la valeur.
• Le plan d'amortissement
Le plan d'amortissement est un tableau qui montre la répartition de la valeur d’entrée
d'une immobilisation sur la durée prévu d’utilisation. Cette répartition se fait de façon
systématique au pourcentage 100/durée.

Le CGNC a établi à disposition des entreprises deux modes d’amortissement :


Linéaire : caractérisé par une dotation régulière dont la méthode de calcul est : VT x
Taux.
Dégressif : souvent utilité pour les biens dont la valeur décroit rapidement avec le
temps. Sa dotation est plus importante au début de la période d’amortissement.

Or le groupe Omega amorti toutes ses immobilisations corporelles selon le mode


linéaire.

• La valeur nette d'amortissement

45
La valeur d'entrée initiale d'une immobilisation, amoindri du cumul des
amortissements constatés sur la durée courue, détermine sa VNA. La VNA est évalué à
chaque fin d’exercice.
D’après les lois comptables en vigueur, la valeur d'une immobilisation à la fin
d’exercice est égale à sa valeur nette d'amortissement si le bien est amortissable, ou sa valeur
d'entrée, s'il s'agit d'un bien non amortissable.
Selon le CGNC, "la valeur actuelle d'une immobilisation est déterminée à partir du
marché et de l’utilité du bien pour l'entreprise". Elle est, généralement, égale à la VNA pour
les biens amortissables. Mais, lorsque la valeur actuelle est incontestablement faible,
l'entreprise doit constituer soit:
Une provision pour dépréciation, si celle-ci est jugée, par les organes de l’entreprise,
comme étant réversible.
Un "amortissement exceptionnel" si la dépréciation, est jugée comme étant définitive.

La sortie des immobilisations

La sortie d'une immobilisation de l’actif d'une entreprise est généralement la


conséquence d'un acte de gestion tel que la cession. Elle peut également résulter d'un
évènement imprévu, tel que : l’expropriation ou le vol. Qu'elle soit décidée ou forcée, cette
sortie doit être retranscrite à travers la mise à jour des comptes concernés : valeur brute,
amortissements. Et suite à cette mise à jour, doit découler une plus ou moins value.

La sortie du bien doit, être enregistré au journal à la date de cet événement. Par la
même occasion, le comptable doit déterminer sa valeur nette d’amortissement, depuis la date
d’entrée du bien jusqu'au jour de sa sortie. Dans le cas où un bien ait fais objet de provision,
celle-ci est reprise totalement.
Chez Omega, l’amortissement des constructions se fait sur 25 ans.
Dans ce cadre le CGNC stipule que toute entreprise doit effectuer annuellement
l'inventaire de ses éléments patrimoniaux afin d'établir ses états de synthèse.
Et pour se faire, Omega accomplis en premier lieu, dans le respect du principe de
permanence des méthodes, l'estimation de son patrimoine à la valeur actuelle de chacune de
ses composante en se basant sur des références adaptés, tel que : prix du marché, etc.

46
Le groupe calcule ensuite, tout en respectant le principe du coût historique le principe
de prudence, la valeur comptable nette à attribuer à chacun des éléments d'actif en procédant
de la sorte suivante :
Pour les biens dont la valeur baisse continuellement avec le temps, l'usure, l’avancé
technologique, l'entreprise met en place un plan d'amortissement.
Ainsi, la valeur d'entrée des éléments de l'actif immobilisé dont l'utilisation est limitée
dans le temps, doit faire l'objet de correction de valeur sous forme d'amortissement.

Les pratiques futures du groupe Omega après l’application des normes IFRS

L’objectif à atteindre par la firme est la comptabilisation des immobilisations par


composante, tout en mettant en place un plan de rénovation.

Pour des biens qui seraient composés d’éléments différents justifiés par des durées
d’usure différentes, l’approche par composante est adéquate. Prenons l’exemple d’un
bâtiment formé de : des murs, un toit et des aménagements divers. Chaque élément à sa durée
de vie et doit supporter un rythme d’amortissement adapté. Désormais il faudra rattacher des
bien qui, individuellement pris ont des durées de vie différentes, à un bien principal dont ils
découlent. La constitution des provisions pour grosses réparations sera par la suite remplacée
par cette approche.
Cette nouvelle procédure constitue alors un traitement obligé pour les composantes
différentes d'une immobilisation corporelle.

Certaines installations requièrent des entretiens cycliques et réguliers qui ne


prolongent pas leur durée de vie. Lorsque les dépenses correspondantes font l'objet de
programmes périodique, l'entreprise devra les comptabiliser dès le début comme un
composant distinct de l'immobilisation.
De ce fait on constate que le groupe Omega, ne modifiera pas beaucoup ses pratiques
concernant la comptabilisation de ses immobilisations. Les majeures différences restent dans
la décomposition de ses immobilisations et l’estimation de leurs durées de vie respectives.

Exemple : Les amortissements des constructions passent de 25 ans à 50 ans, pour


s'aligner sur les normes « groupe » (Annexe 2). Ce changement de durée d’amortissement
devra être rétrospectif. Ce ci dit, qu’il faut recenser toutes les immobilisations corporelles

47
appartenant au groupe et recalculer les dotations aux amortissements pour définir par la suite
leur VNC à la date du passage aux normes IAS/IFRS, puis définir les dotations à venir.

48
Incidences de l’application des normes :

Pour l’adoption des normes IFRS, se satisfaire d’une seule analyse comptable pourrait
placer les entreprises, au moment du passage aux nouvelles normes comptables
internationales, face à d’autre difficultés, généralement négligées, qui pourtant sont celles qui
demanderont l’investissement le plus lourd : il s’agit des difficultés d’organisation
(essentiellement en termes de transfert de responsabilités et de formation des équipes),
d’adaptation et de mise à jour des systèmes d’information ainsi que du processus de reporting.

Incidences sur l’information financière :

Pour le cas du groupe Omega, les principales incidences de l’application de l’IAS 16


sur l’information financière, portent sur les points suivants :
• Le montant des immobilisations brutes est modifié ;
• Toutes les dépenses qui prolongent la durée d’utilité d’un actif sont
immobilisées ;
• Les immobilisations corporelles sont découpées en «composants» ;
• Les durées d’utilité et les bases de calcul sont modifiées ;
• Plus d’informations à fournir dans les états financiers et dans les notes
annexes.

Le montant des immobilisations brutes est modifié :

Selon IAS 16, une immobilisation corporelle est un actif, c’est-à-dire une «ressource
contrôlée par une entreprise et dont les avantages économiques futurs sont attendus par
l’entreprise». Cette définition qui ne fait pas référence à la notion de patrimoine sous-jacente
des principes du CGNC peut conduire à l’augmentation ou la diminution des immobilisations
corporelles. En particulier :
• Les coûts devront être immobilisés dès qu’ils peuvent être évalués de façon
fiable et qu’il est probable que les avantages économiques futurs qu’ils
procureront iront à l’entreprise ;
• Tous les frais directement attribuables font partie du coût de l’immobilisation ;
comme le coût de préparation du site, les frais de livraison et de manutention
initiaux, les frais d'installation ; les honoraires de professionnels tels
qu’architectes et ingénieurs, le coût estimé de démantèlement et transport de

49
l’actif, et de rénovation du site dans la mesure où ce dernier est comptabilisé en
tant que provision.
• Les frais de démarrage et les frais similaires de pré-exploitation n'entrent pas
dans le coût d'un actif, sauf s’ils sont nécessaires pour mettre l’actif en état de
fonctionnement. Les pertes opérationnelles initiales encourues avant que l’actif
parvienne à la performance prévue sont comptabilisées en charges ;
• Un crédit fournisseur «gratuit» ou avantageux au regard des conditions de
marché devra se traduire par une diminution du coût.
Le groupe Omega, en particulier, et les entreprises au Maroc, en général,
comptabilisent, sur la base de la facture d’achat, en immobilisations corporelles, les biens
dont ils sont juridiquement propriétaires. Ce dernier critère d’origine juridique n’existe pas
dans les normes IFRS dans la mesure où les contrats de location-financement répondant à
certaines conditions bien déterminées au niveau de l’IAS 17 doivent figurer au niveau des
immobilisations corporelles de l’entreprise, et en ce qui concerne notre cas, on a remarqué
qu’il y une augmentation au niveau du poste « Immobilisations corporelles » du groupe suite
à l’inclusion d’un contrat de location- financement.

Toutes les dépenses qui prolongent la durée d’utilité d’un actif sont immobilisées :

En application de la définition reprise ci-dessus, IAS 16 indique que «les dépenses


ultérieures relatives à une immobilisation corporelle déjà comptabilisée doivent être ajoutées
à la valeur comptable de l’actif lorsqu'il est probable que des avantages économiques futurs,
au-delà du niveau de performance défini à l’origine de l’actif existant, iront à l'entreprise».
Ce traitement peut conduire la groupe Omega à comptabiliser de nombreuses
réparations actuellement comptabilisées en charges comme des remplacements d’actifs. Dans
ce cas, l’augmentation des montants immobilisés se traduira par une augmentation des
charges d’amortissement. Toutefois, dans le même temps, et en sens contraire, on observera
une diminution des charges d’entretien. En conséquence, l’application de l’IAS 16 aura un
impact sur la nature des charges mais l’impact sur le résultat net, et donc sur les capitaux
propres ; ne sera pas nécessairement significatif.
Les immobilisations corporelles sont découpées en «composants» :
Il est à signaler que dés sa transition aux normes internationales d’information
financière, le groupe Omega a procédé à l’application de l’approche par composants. En effet,
l’IAS 16 impose de comptabiliser distinctement les différents éléments constitutifs d’une
immobilisation appelés «composants» lorsqu’ils ont des durées d’utilité différentes ou

50
lorsqu’ils procureront des avantages à l’entreprise qui seront consommés selon un rythme
différent. IAS 16 cite l’exemple d’un avion et ses moteurs qui doivent être traités comme des
actifs amortissables distincts s'ils ont des durées d’utilité différentes.
En ce qui concerne le groupe, ce mode de comptabilisation a engendré, non seulement
des modifications au niveau de la gestion des immobilisations, mais des changements a
niveau du montant des amortissements, et par conséquent un impact direct sur les capitaux
propres du groupe.

51
Evaluation des impacts

Pour illustrer la méthode de calcul des impacts de l’adoption de l’approche par


composant, on propose le cas théorique suivant :
Pour une immobilisation qui a été acquis au 01/01/N-3 avec une valeur de 1 000 000
DH et d’une durée d’utilité de 10 ans (définie le 01/01/N) mais qui n’a été amortie que sur 5
ans.
Au 31/12/N-1 la valeur nette comptable de cette immobilisation est de : 1 000 000 –
[(1 000 000 * 2) / 5] = 600 000.
Vu que l’adoption de l’approche par composant est prospective alors il y aura aucun
changement au niveau des dotations déjà passées mais à partir de N la valeur de la dotation
aux amortissements sera revue, elle sera de : 600 000 / (10 – 2) = 75 000.
Si l’entreprise avait gardé la même durée d’amortissement alors elle allait passer
comme dotation au titre de N une dotation égale à : 600 000 / (5 – 2) = 200 000
D’où l’impact que l’entreprise aura à constater est égal à: 200 000 - 75 000= 125 000
Prenant l’exemple du calcul de l’impact de l’adoption de l’approche par composant sur
l’évaluation des immobilisations d’un hôtel appartenant au Groupe Omega ; le tableau ci-
dessous récapitule les différentes données nécessaires au calcul de l’impact.

52
Valeur Amortissement Amortissement Nouvelle
Composantes Nombre V.N.C
d'acquisition Annuel cumulé dotation
Agencement!aménagement!des!terrains 2 30 500,00 5 030,00 1 331,78 29 168,22 1 490,76
Antenne-satellite-parabole 2 184 000,00 36 800,00 3 125,48 180 874,52 2 614,21
Ascenseur-monte-charges 1 17 780,00 151,01 0 17 780,00 889
Clôture!espace!verts 2 104 300,00 10 430,00 7 175,28 97 124,72 6 784,62
Electricité!:!équipements!et!câblage 1 78 700,00 4 075,15 0 78 700,00 7 567,30
Enseigne-signalisation-matériel!publicitaire 6 292 190,00 28 375,47 10 042,44 282 147,56 60 728,58
Equipement!d'exploitation!-!mobilier!&!gros!équipements 2 73 957,00 7 395,70 5 141,63 68 815,37 7 393,52
Equipements!sanitaires 1 31 415,28 3 141,53 705,77 30 709,51 3 113,60
Gros!matériel!d'impression 1 23 100,00 3 462,69 2 551,96 20 548,04 3 279,42
Installations!de!téléphonie:!équipements!&!câblage 1 150 000,00 15 000,00 11 054,79 138 945,21 9 739,77
Licences!et!logiciels 1 3 809,00 251,85 0 3 809,00 2 911,34
Luminaires 2 6 132,00 1 226,40 756,96 5 375,04 1 225,63
Matériel!d'entretien!et!de!nettoyage 2 12 580,00 2 516,00 1 688,82 10 891,18 2 414,41
Matériel!électrique!technique!et!outillage 3 24 145,00 4 329,00 2 317,50 21 827,50 6 407,83
Matériel!informatique!et!communication 12 590 048,72 87 627,27 62 358,04 527 690,68 234 321,20
Matériel!téléphonique 1 19 610,00 1 977,12 0 19 610,00 6 723,23
Œuvres!d'art 1 11 000,00 2 200,00 735,34 10 264,66 2198,71
Petit!matériel!d'exploitation!hôtel!&!restauration 49 2 818 240,65 611 657,49 434 806,15 2 383 434,50 558 347,42
Revêtement!façade 1 255 000,00 25 500,00 18 793,15 236 206,85 16 557,61
Revêtements!des!plafonds!&!sols!&!murs!scelles!:!durs 1 578 000,00 57 800,00 42 597,81 535 402,19 85 448,97
Traitement!des!eaux 4 163 790,25 43,84 6 577,14 157 213,11 75 242,13
Total 5 468 297,90 908 990,52 611 760,04 4 856 537,86 1 095 399,26

53
La valeur des amortissements à passer au titre de l’exercice N est égale à : 908 990,52
La valeur des amortissements en appliquant l’approche par composant est égale à : 1
095 399,26
On peut remarquer que l’hôtel, grâce à l’application du référentiel IFRS, a pu
augmenter ses charges, ce qui permet généralement de réduire l’impôt.
Donc la différence à constater est égale à : 1 095 399,26 - 908 990,52 = 186 408,74

L’écriture!comptable!à!passer!pour!constater!cette!différence!est!la!suivante!:

Report à nouveau 186 408,74

Amortissement des immobilisations 186 408,74

Synthèse
Conclusion)
En guise de conclusion, nous pouvons signaler que les points relevés, lors de notre
intervention pour l’audit des comptes du groupe Omega, sont plus relatifs au contrôle interne
qu’à celui des comptes.
La mise en place d’un système de gestion fiable permettra une meilleure vérification
des enregistrements et une assurance d’une certaine crédibilité par rapport aux informations
financières devant être diffusées.
La polyvalence que requiert le métier d’audit nécessite de l’auditeur une connaissance
technique certes mais également une mise à jour continue quant aux nouvelles lois et
dispositions relatives à ce domaine.
Ainsi, ce mémoire retrace, en premier, la pratique comptable que tout auditeur devait
respecter pour la bonne conduite des différentes missions.
A travers l’étude simplifiée menée un peu plus haut, on peut constater que la mise en
place de la norme IAS 16 au sein du Groupe Omega n’est pas une tâche facile. D’ailleurs,
l’adoption de chaque norme implique l’engagement de différents coûts surtout ceux liés à la
formation du personnel, à l’acquisition de système informatique adéquat et aux frais qui
seront engagés pour faire appel à des expert en la matière pour assurer ce passage.
En effet, le personnel du département financier est composé de comptables formés
selon le référentiel CGNC. Ceci dit qu’il leur faut une formation spéciale pour pouvoir assurer
la relève après la première publication des états financiers selon le référentiel IFRS.

En guise de conclusion, on peut dire que le passage aux normes IFRS pour Omega et
pour tout groupe hôtelier sera conditionné par le calcul du rapport coût/utilité. Ceci est une
évidence vu l’immensité des montants qui seront engagé lors de cette action, même si le
contexte économique impose aux groupes, quelque soit leur secteur d’activité, d’adopter les
normes IFRS notamment ceux cotés en bourse.

55
Bibliographie)
Ouvrages, revues, et manuels :

! Compagnie nationale des commissaires aux comptes, Cahiers audit et


information financière, CNCC Edition.
! Finance d’entreprise tome 1 : Rachid Belkahia, Hassan Oudad.
! Mémento comptable, Francis Lefebre.
! « Le plan comptable marocain » : ABDELADIM M. & TALBI A.
! Le Code Général de Normalisation Comptable.
! Finance d’entreprise 5e édition : Pierre VERNIMMEN.
! Normes IAS/IFRS : Association nationale (française) des directeurs financiers
et de contrôle de gestion.
! Mémento comptable marocain 2005 : Editions Masnaoui
! Normes Internationales Comptables (7152-F1) : CNAM
! Norme comptable internationale 16 (IAS 16), Immobilisations corporelles Par
BRIAN FRIEDRICH, M.Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA
FRIEDRICH, M.Sc., CGA, FCCA (RU), CertIFR .Mis à jour par STEPHEN
SPECTOR, M.A., FCGA

Sites internet :

! www.deloitte.co.ma
! www.efrag.org
! www.focusifrs.com
! www.iasb.org
! www.ifaci.com
! www.cncc.com

56
)

Annexes)
1 : Liste des normes IFRS
2 : Normes du groupe
3 : feuille de test

57
Annexe 1 : Liste)des)normes)IAS/IFRS

Module Name Nom

First-time!!Adoption!!of!!International Première!!application!!des!!normes!!IFRS
IFRS))1
Financial!!Reporting!!Standards

IFRS))2 Share-based!!Payment Paiement!!en!!actions

Regroupement!!d'entreprises!!(fusions,
IFRS))3 Business!!Combinations
acquisitions,!!offres!!publiques)

IFRS))4 Insurance!!Contracts Contrats!!d'assurance

Non-current!!Assets!!Held!!for!!Sale!!and Abandon!!d'activités!!et!!actifs!!non!!courants
IFRS))5
Discontinued!!Operations destinés!!à!!être!!vendus

Prospection!!et!!évaluation!!des (01/01/2006)
IFRS))6
ressourses!!minérales

Instrument!!financiers:!!Information!!à (01/01/2007)
IFRS))7
fournir

IFRS))8 Operating!!segments Segments!!opérationnels

IAS))1 Presentation!!of!!Financial!!Statements Présentation!!des!!états!!financiers

IAS))2 Inventories Inventaire

IAS))7 Cash!!Flow!!Statements Tableau!!des!!flux!!de!!trésorerie

Accounting!!Policies,!!Changes!!in Méthodes!!comptables,!!changements
IAS))8
Accounting!!Estimates!!and!!Errors d'estimations!!et!!corrections!!d'erreurs

58
IAS))10 Events!!After!!the!!Balance!!Sheet!!Date Evénements!!postérieurs!!à!!la!!date!!de!!clôture

IAS))11 Construction!!Contracts Contrats!!de!!construction

IAS))12 Income!!Taxes Impôts!!sur!!le!!résultat

IAS))14 Segment!!Reporting Information!!sectorielle

IAS))16 Property,!!Plant!!and!!Equipment Immobilisations!!corporelles

IAS))17 Leases Contrats!!de!!location!!(voir!!Crédit-bail)

IAS))18 Revenue Chiffre!!d'affaires

IAS))19 Employee!!Benefits Avantages!!au!!personnel

Accounting!!for!!Government!!Grants
IAS))20 and!!Disclosure!!of!!Government Subvention
Assistance

The!!Effects!!of!!Changes!!in!!Foreign Taux!!de!!change
IAS))21
Exchange!!Rates

IAS))23 Borrowing!!Costs Coûts!!d'emprunts

IAS))24 Related!!Party!!Disclosures Information!!relative!!aux!!parties!!liées

Accounting!!and!!Reporting!!by Comptabilité!!et!!reporting!!par!!Fonds!!de
IAS))26
Retirement!!Benefit!!Plans pension

Consolidated!!and!!Separate!!Financial Consolidation!!comptable
IAS))27
Statements

59
Investissements!!dans!!des!!sociétés!!associées
IAS))28 Investments!!in!!Associates
(<50%!!du!!capital)

Financial!!Reporting!!in Information!!financière!!dans!!les!!économies
IAS))29
Hyperinflationary!!Economies!!:!!voir hyperinflationnistes

Disclosures!!in!!the!!Financial Informations!!à!!fournir!!dans!!les!!états
IAS))30 Statements!!of!!Banks!!and!!Similar financiers!!des!!banques!!et!!des!!institutions
Financial!!Institutions financières!!assimilées

IAS))31 Interests!!in!!Joint!!Ventures Entreprise!!commune

Financial!!Instruments!!(Disclosure!!and Instrument!!financier!!-!!Présentation
IAS))32
Presentation)

IAS))33 Earnings!!per!!Share Bénéfice!!par!!action

IAS))34 Interim!!Financial!!Reporting Information!!financière!!intermédiaire

IAS))36 Impairment!!of!!assets Dépréciation!!d'actifs

Provisions,!!Contingent!!Liabilities!!and Provision
IAS))37
Contingent!!Assets

IAS))38 Intangible!!Assets Immobilisations!!incorporelles

Financial!!Instruments!!(Recognition Instrument!!financier!!-!!Comptabilisation!!et
IAS))39
and!!Measurement) évaluation

IAS))40 Investment!!Property Immeubles!!de!!placement

IAS))41 Agriculture Agriculture

60
61
Annexe 3 : Feuille de test

1.!OBJECTIFS :

Vérifier!les!calculs!des!amortissements!et!provisions!pour!dépréciation,!afin!de!vérifier!que
les!méthodes!et!les!durées!de!vie!utilisées!(ou!toute!autre!base!de!répartition)!sont
acceptables,!et!qu’elles!sont!identiques!à!celles!utilisées!les!exercices!précédents.

2.!BASE DE TRAVAIL :

+ Tableau!d’amortissements
+ Contrats!de!location
+ Justificatifs!de!propriété
+ Fichier!des!immobilisations

3.!TRAVAIL A FAIRE :

+ Vérifier!l’existence!physique!des!immobilisations!corporelles!importantes!et!leur
utilisation.
+ Vérifier!avec!les!pièces!justificatives!les!principales!cessions!de!l’exercice
+ Vérifier!que!le!compte!immobilisations!en!cours!ne!contient!pas!des!actifs!déjà!en
service
+ S’assurer que les amortissements pour dépréciation des immobilisations et
éventuellement,!les!provisions!pour!dépréciation!sont!comptabilisés!en!conformité!avec
les!principes!comptables!généralement!admis!:
Noter!la!politique!d’amortissement!et!vérifier!qu’elle!est!appliquée!de!façon
constante!par!rapport!à!l’exercice!précédent!;
Juger!si!les!durées!de!vie!estimées!sont!appropriées!;
Juger!de!l’opportunité!de!constituer!des!provisions!pour!dépréciation!;
Vérifier!l’amortissement!prorata!temporis!des!acquisitions!de!l’année!;
Vérifier!que!les!dotations!de!l’exercice!aux!comptes!d’amortissement!sont
correctement!calculées

4.!CONSTATATION (erreur possible)

+ Des!amortissements!ne!sont!pas!comptabilisés!pour!le!bon!montant!;
+ Des!amortissements!ne!sont!pas!comptabilisés!dans!le!bon!exercice!;

5.!CONCLUSION :

En!fonction!de!l’importance!des!constatations,!nous!apprécierons!le!degré!atteint!des
objectifs!de!contrôle.

62

Vous aimerez peut-être aussi